Vous êtes sur la page 1sur 440

C L I N I Q U E

Sous la direction de
Catherine Chabert

Traité de psychopathologie de l’adulte

Narcissisme
et dépression
P S Y C H O S U P

Traité de psychopathologie de l’adulte


Narcissisme et dépression

Sous la direction de
Catherine Chabert
Illustration de couverture : Franco Novati

© Dunod, Paris, 2009


ISBN 978-2-10-054274-1
Liste des auteurs

Ouvrage réalisé sous la direction de :


Catherine CHABERT
Professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université Paris-
Descartes, psychanalyste, membre de l’Association psychanalytique de France.

Avec la collaboration de :
René KAËS
Professeur émérite de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université
Lyon 2, psychanalyste.

Jacqueline LANOUZIÈRE
Professeur émérite de psychopathologie à l’Université Paris 13, psychanalyste,
membre de la Société Psychanalytique de Paris.

Françoise NEAU
Maître de conférences en psychopathologie et psychanalyse à l’Université Paris-
Diderot, psychanalyste.

René ROUSSILLON
Professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université Lyon 2,
psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris.

Alexandrine SCHNIEWIND
Professeur de philosophie à l’Université de Lausanne (Suisse), psychanalyste.
TABLE DES MATIÈRES

AVANT-PROPOS 1

PREMIÈRE PARTIE
NARCISSISME ET PERVERSION

CHAPITRE 1 HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE (FRANÇOISE NEAU) 5

1 Le narcissisme : histoire et définition du concept 7


1.1 Du mythe au concept 7
1.2 Le narcissisme dans l’œuvre de Freud 10
1.2.1 Avant l’introduction du narcissisme 10
1.2.2 L’introduction du narcissisme en 1914 12
1.2.3 Destins du narcissisme de 1914 à 1920 19
1.2.4 Le narcissisme après 1920 23
1.3 Après Freud : le narcissisme et ses doubles 28
1.3.1 Le moi et le soi 28
1.3.2 Le self chez Winnicott 32
1.3.3 Le moi dans le miroir 33
1.3.4 Narcissisme normal et pathologique, narcissisme de vie
et de mort 38
1.4 Narcissisme et psychopathologie 40
1.4.1 La place du narcissisme dans les névroses, les psychoses
et les organisations limites de la personnalité 40
VI NARCISSISME ET DÉPRESSION

1.4.2 Fonctionnements et pathologies narcissiques 48


1.5 Conclusion : pour ne pas en finir avec le narcissisme 59

2 La perversion : histoire et définition du concept 60


2.1 Introduction 60
2.1.1 Questions épistémologiques 60
2.1.2 L’appropriation médicale des perversions au XIXe siècle 61
2.2 Freud et la perversion 62
2.2.1 Les quatre modèles successifs de la perversion –
Approche métapsychologique 63
2.2.2 Le point de vue psychopathologique : perversion et névrose,
perversion et psychose chez Freud 83
2.2.3 Conclusion 86
2.3 Les successeurs de Freud 87
2.3.1 Approches métapsychologiques : la perversion
comme trouble de la prégénitalité ou en référence
à la castration ? 87
2.3.2 Nouvelles cliniques, nouveaux repérages 101
2.3.3 Retour au point de vue psychopathologique 111

CHAPITRE 2 NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION


(RENÉ ROUSSILLON) 117

Introduction 119

1 La perversion polymorphe infantile 124

2 Pulsion partielle ou « partialisation » des pulsions


et de leurs représentants 126

3 L’étayage et l’introjection pulsionnelle 132

4 Intériorisation, extériorisation : le masochisme 134

5 Sexualisation-désexualisation 139

6 Perversion et « solution » post-traumatique : le fétichisme 142

7 Homosexualité primaire « en double » et narcissisme primaire 148


8 Perversion et représentant-affect de la pulsion 153

9 Le représentant-représentation de la pulsion et sa « perversion » 159


10 Représentation de la représentation et fétiche 164
TABLE DES MATIÈRES VII

11 Phallus et représentation de la représentation 167

BIBLIOGRAPHIE 171

DEUXIÈME PARTIE
FIGURES DE LA DÉPRESSION

CHAPITRE 3 CLINIQUES DE LA DÉPRESSION.


MÉTAPSYCHOLOGIE DE LA PERTE (CATHERINE CHABERT) 185

1 Cliniques de la dépression 187


1.1 Le mal d’un siècle ? 189
1.2 Dépressions vives, dépressions masquées 192

2 Métapsychologie de la perte : l’approche freudienne 197


2.1 Destins pulsionnels de la perte :
« Deuil et mélancolie » (1915) 197
2.2 La répétition comme mode de traitement
de l’angoisse de perte d’amour 200
2.2.1 Un précurseur d’« Au-delà du principe de plaisir » :
l’échec devant le succès 200
2.2.2 La répétition : « Au-delà du principe de plaisir » (1920) 202
2.3 La douleur de perdre : Inhibition, symptôme
et angoisse (1926) 204
2.4 La voie des identifications : « Deuil et mélancolie » (1915) ;
« Le moi et le ça » (1923) 206
2.4.1 Les identifications dans « Deuil et mélancolie » (1915) 207
2.4.2 Les identifications dans « Le moi et le ça » (1923) 208

3 Penser la perte, après Freud 211


3.1 Melanie Klein : position paranoïde-schizoïde,
position dépressive 212
3.2 Donald W. Winnicott : la crainte de l’effondrement 213
3.3 André Green : le complexe de la mère morte 214
3.4 Pierre Fédida : les bienfaits de la dépression 216
3.5 Moments mélancoliques 218
VIII NARCISSISME ET DÉPRESSION

CHAPITRE 4 LA DÉTRESSE DANS L’ŒUVRE FREUDIENNE : UNE FIGURE


DE DÉPRESSION ORIGINAIRE (ALEXANDRINE SCHNIEWIND) 223

Introduction 225
1 Les sources de l’héritage freudien 226
1.1 Luther ou l’invocation de l’aide divine 227
1.2 Les Lumières : la primauté de la raison 230
1.3 Schopenhauer et la naissance du sens moral 231
1.4 Schiller et la notion de détresse 233
1.5 Kierkegaard ou le désespoir face à soi-même 235
2 La détresse dans l’œuvre freudienne 237
2.1 Le paradigme individuel :
l’Esquisse d’une psychologie scientifique 237
2.1.1 L’expérience de satisfaction 238
2.1.2 L’acquisition de la fonction du jugement 240
2.1.3 Les conditions préalables : l’intérêt,
l’attention, la compréhension 242
2.1.4 Le rapport à la moralité 244
2.1.5 Le Nebenmensch, l’être d’à côté 246
2.2 Le paradigme socioculturel 248
2.2.1 L’Avenir d’une illusion ou les racines de la détresse
de l’âge adulte 250
2.2.2 Malaise dans la culture ou le bonheur sans idéal 255
3 L’altérité du transfert 257
3.1 Traiter par le transfert ou par la sublimation ?
La correspondance Freud/Pfister 257
3.2 Le Remerciement à Freud de Lou Andréas-Salomé 261
3.3 Les conseils techniques de Freud 263
3.4 « hilflos – hilfreich » : le paradigme 268
Conclusion 269

CHAPITRE 5 MÉLANCOLIE, SEXE ET FÉMINITÉ


(JACQUELINE LANOUZIÈRE) 271

Introduction 273
1 La mélancolie et son histoire 279
1.1 La mélancolie littéraire 279
TABLE DES MATIÈRES IX

1.2 La notion médico-philosophique de mélancolie 281


1.3 Les figures de Saturne et de la mélancolie 284
1.4 La mélancolie ailée 285
1.5 De la mélancolie à la dépression 287
1.6 Le délire des négations, une figure singulière
de la dépression 288
2 Les femmes et la dépression 291
2.1 La vulnérabilité féminine à la dépression 291
2.2 Sexualité, féminité et mélancolie 293
2.2.1 Le « manuscrit B » ou « l’engorgement du sexuel
par la société » 295
2.2.2 Le « manuscrit E » ou « l’aspiration ardente
à l’amour psychique » 296
2.2.3 Le « manuscrit G » ou « l’apanage des femmes à la frigidité » 297
2.3 Les névroses mixtes de la femme 300
2.4 Mélancolie et féminité 302
2.5 Manque et féminité 305
2.6 Corps et mélancolie féminine 307
2.7 L’abandon et son traumatisme 310
3 Deuil et mélancolie 315
3.1 Le deuil de Pénélope 317
3.2 Amour de l’objet, amour pour l’objet 320
3.3 L’impossible deuil de Médée 321
3.4 Le « blues » : deuil ou « mélancolie » ? 322
3.5 La figure maternelle 328
3.6 Mélancolie et créativité : Virginia Woolf 331
3.6.1 Créativité et création 331
3.6.2 Créativité et procréation 332
3.6.3 Créativité et mélancolie 337
3.6.4 Créativité et thérapeutique 342
Conclusion 348

CHAPITRE 6 LES DÉPRESSIONS CONJOINTES DANS LES ESPACES


PSYCHIQUES COMMUNS ET PARTAGÉS (RENÉ KAËS) 351

Introduction 353
Penser le rapport intime de la dépression et du lien 354
X NARCISSISME ET DÉPRESSION

Éléments pour une psychopathologie du lien 357


1 L’approche psychanalytique classique de la dépression 359
1.1 Deuil, dépression et mélancolie 360
1.1.1 Diversité des deuils et processus de deuil 360
1.1.2 Le travail de deuil et l’ambivalence vis-à-vis de l’objet 361
1.1.3 La mélancolie est un échec du travail du deuil 362
1.2 La position dépressive et l’héritage kleinien 363
2 La dépression dans les espaces psychiques communs
et partagés 364
3 Les dépressions croisées dans le lien précoce.
Deuil originaire et séparation 366
3.1 Le concept de deuil originaire et l’échec de la séparation 367
3.2 L’effondrement, la solitude essentielle
et la capacité d’être seul en présence de l’autre 368
3.3 Les formations du narcissisme
et des zones de narcissisme partagé 370
3.3.1 Les effets la dépression maternelle sur l’enfant.
Le complexe de la mère morte 372
3.4 Les processus et les moyens par lesquels
s’effectue le passage entre les espaces psychiques
conjoints par la dépression 374
3.4.1 Risques d’une théorie contre-transférentielle
de la « cause-mère » 376
4 La dépression partagée dans la cure psychanalytique 377
4.1 Formes de la dépression contre-transférentielle 377
4.2 Un cas de dépression conjointe
dans la cure psychanalytique 380
5 La dépression dans le couple 382
5.1 Un cas de dépressions croisées dans un couple 384
5.2 Spécificité et généralité de l’épreuve de la dépression
dans le couple 385
5.2.1 Les manœuvres d’évitement du travail de deuil
et le maintien de la dépression dans le couple 386
5.2.2 Un processus du lien : l’identification projective
et les projections croisées 386
5.2.3 La collusion inconsciente 387
TABLE DES MATIÈRES XI

6 Clinique de la dépression dans le groupe familial 387


6.1 L’axe transgénérationnel des dépressions
dans les familles endeuillées 388
6.2 L’enfant, partie mélancolique du parent 389
6.3 Le cas de Cédric 389
6.4 Un déni de signification chez les parents sert l’évitement
d’un possible travail de deuil chez l’enfant 393
6.4.1 Effets de la thérapie familiale dans le traitement
de la dépression 394
6.4.2 Pacte dénégatif et déni en commun du deuil 396
7 La dépression en groupe 397
7.1 Un sujet se déprime dans un groupe 399
7.2 Le processus du groupe dans ce mouvement dépressif 400
7.3 Phase dépressive et état dépressif dans les groupes 402
8 Dépression, idéalisation et persécution en institution 403
8.1 Une équipe soignante aux prises avec la mélancolie
d’une patiente dans un moment de crise institutionnelle 404
8.2 Une institution novatrice et le deuil impossible
des malades-ancêtres 407
8.3 Deuil difficile et dépression lors du départ du fondateur 409
9 Propositions sur les dépressions conjointes et partagées 410
9.1 L’affinité entre la dépression et les espaces psychiques
communs et partagés 411
9.2 Le lien s’organise aussi contre l’effondrement
de la dépression 411
9.3 Les diverses formes de la dépression dans le lien 412
9.4 Les modèles explicatifs 413
9.5 La co-élaboration des résistances à sortir du cercle
de la dépression conjointe 415

BIBLIOGRAPHIE 417
AVANT-PROPOS

« Psychopathologie et psychanalyse »
Psychanalyse et psychopathologie sont décisivement liées, dès les débuts
de l’œuvre freudienne, comme le sont nécessairement une théorie,
une clinique, une méthode impliquées dans une démarche épistémo-
logique cherchant à analyser, à interpréter et à traiter les troubles
psychiques.
Étayées l’une par l’autre, elles mettent à l’épreuve les grands principes
du fonctionnement de l’appareil psychique tels qu’ils ont été définis et
élaborés par Freud à partir de ses découvertes « scandaleuses » : la
reconnaissance de l’existence de l’inconscient, la place fondamentale de
la sexualité dans le développement psychique, la dialectique du normal et
du pathologique. Aujourd’hui encore, ces mouvements de pensée provo-
quent des résistances, des refus, voire des procès, alors que, dans le même
temps, la clinique psychopathologique et la théorie psychanalytique
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

continuent de questionner et d’enrichir la méthode et la métapsychologie


freudiennes.
« Psychopathologie et psychanalyse » poursuit la publication portant
sur l’actualité des maladies psychiques en rassemblant une sélection des
textes précédemment parus dans la collection, reprenant les éléments
essentiels des concepts de la psychanalyse à la fois dans leurs sources
freudiennes et dans leurs développements ultérieurs.
Chaque ouvrage est réalisé par plusieurs auteurs, universitaires et cher-
cheurs en psychanalyse. Ces spécialistes en psychopathologie assurent,
2 NARCISSISME ET DÉPRESSION

d’une part, le rappel des données cliniques et théoriques classiques


concernant les grandes entités psychopathologiques, d’autre part, la mise
en perspective et la confrontation de points de vue contemporains.
La compilation « Psychopathologie de l’aldulte » s’adresse aux étu-
diants de second et troisième cycles engagés dans une formation en
psychologie clinique et en psychopathologie : elle s’adresse aussi aux
cliniciens qui s’intéressent aux avancées de la psychopathologie en réfé-
rence au modèle psychodynamique du fonctionnement psychique.
Quatre volumes sont prévus : Névroses, Psychopathologie des limites,
Narcissisme et dépression, Psychoses.

Catherine CHABERT
Première partie

NARCISSISME
ET PERVERSION
Chapitre 1

HISTOIRE ET
PSYCHOPATHOLOGIE
1 LE NARCISSISME : HISTOIRE
ET DÉFINITION DU CONCEPT

1.1 Du mythe au concept

Les différentes versions du mythe de Narcisse, cet amoureux de son


image à en mourir, s’accordent sur un récit commun : le jeune Narcisse,
fils d’un fleuve et d’une nymphe, est si beau qu’il suscite la passion
autour de lui. Son indifférence, son dédain provoquent la colère et la
malédiction divine : « Qu’il aime donc de même à son tour et de même
ne puisse posséder l’objet de son amour ! » (Ovide, Métamorphoses, III,
p. 100). Lors d’une partie de chasse, Narcisse se penche sur une source
pour apaiser sa soif, et « séduit par l’image de sa beauté qu’il aperçoit, il
s’éprend d’un reflet sans consistance, il prend pour un corps ce qui n’est
qu’une ombre […] il se désire, dans son ignorance, lui-même » (ibid.).
Le chagrin de ne pouvoir atteindre l’objet de son amour le fait mourir.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Au bord de la source surgit une fleur, le narcisse, en laquelle le beau


jeune homme s’est métamorphosé.
Dans le récit d’Ovide, que Freud privilégie sans pourtant s’y référer en
détail, Tirésias, l’oracle aveugle croisé par Œdipe, avait à la naissance de
Narcisse prédit qu’il ne vivrait vieux que s’il ne se regardait pas. Et
Narcisse finit par se reconnaître dans le reflet aimé, ce qui accroît sa
douleur ; après avoir rejeté Écho – « Bas les mains, pas d’étreinte ! Je
mourrai, dit-il, avant que tu n’uses de moi à ton gré » –, il se lamente, au
plus fort du paradoxe : « Ce que je désire, je le porte en moi-même, mon
8 NARCISSISME ET DÉPRESSION

dénuement est venu de ma richesse. Oh ! si je pouvais me dissocier de


mon propre corps ! » (ibid., p. 102).
Les amours de Narcisse n’ont pas le même visage selon les récits 1.
Chez Ovide, c’est de la nymphe Écho que Narcisse est passionnément
aimé ; mais cet amour reste vain, au point qu’elle refuse toute nourriture
et se retire du monde jusqu’à n’être plus qu’une voix qui répète en écho
la fin des mots entendus, comme en un miroir sonore à moitié cassé.
C’est à un amour homosexuel que, dans la version de Conon (in P. Hadot,
1976), Narcisse est indifférent : pour se débarrasser de son jeune amant
Aminias, il lui offre une épée dont Aminias se pénètre devant sa porte en
le maudissant. Et c’est du sang de Narcisse, suicidé devant sa propre
image, que naît la fleur au bord de la source.
Narcisse n’est pas toujours indifférent à qui l’aime : alors que dans les
deux versions d’Ovide et de Conon, il repousse l’amour, hétérosexuel ou
homosexuel, dans la version de Pausanias (ibid.), Narcisse est attiré par
un amour incestueux. Quand meurt sa sœur jumelle, ce double féminin
dont il est amoureux, il ne peut se consoler de cette perte qu’en contemplant
dans son propre reflet l’image de sa sœur.
Aux côtés d’Œdipe, Narcisse vient donc habiter la mythologie freu-
dienne. Et si « le rêve secret d’Œdipe eût été d’être Narcisse », comme le
conte non sans malice Didier Anzieu (1997), par-delà ses différentes
versions, la réalité insoluble dont ce mythe-là propose une solution
imaginaire2 est toujours au moins double : une face pulsionnelle (la
force de l’attraction exercée par l’image de soi) et une face objectale
(la perte de l’objet-moi comme condition de l’amour pour l’objet-
autre), une face orientée par Éros (ou plutôt par l’ébranlement de la
passion) et une autre par Thanatos (ou plutôt par la dimension mortifère
de la passion).
À partir du mythe de Narcisse, Guy Rosolato (1976) repère cinq
courants à la base de sa structure du narcissisme, qui s’étayent et s’arti-
culent les uns aux autres : le retrait libidinal (Narcisse repousse Écho ou
Aminias), le dédoublement (il découvre son reflet dans une source, ou
chez Pausanias il reconnaît en lui sa sœur jumelle morte), l’idéalisation

1. Pierre Hadot (1976) analyse les différentes versions de la légende de Narcisse, apparue dans la
littérature et l’art gréco-romains au début de l’ère chrétienne.
2. L’œuvre de Claude Lévi-Strauss met en œuvre cette hypothèse : le mythe proposerait la solution
imaginaire d’une réalité insoluble.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 9

(il est fasciné par cette image de lui-même idéalisé), la double entrave
(stérile, impuissant, il reste entravé entre la vie et la mort) et l’oscillation
métaphoro-métonymique (à sa mort, il se métamorphose en une fleur, le
narcisse, qui le représente métaphoriquement tout en étant une partie de
lui puisqu’elle a son nom et sa beauté).
Freud emprunte le terme de « narcissisme1 », créé à partir du mythe, au
criminologue Paul Näcke (1851-1913) qui introduit ce terme en allemand
en commentant les travaux d’Havelock Ellis, dont le premier tome des
Études de psychologie sexuelle paraît à Londres en 1897 : Näcke, auquel
Freud se réfère au tout début de son article, décrit ainsi une perversion,
celle d’un être qui n’aimerait, y compris sexuellement, que lui-même. À
partir de ce qui devient pour lui, dès 1914, un concept clé, Freud va
réorienter des pans entiers de la psychanalyse : la nature du conflit
pulsionnel, la conception psychanalytique du moi et la notion d’objet
vont s’en trouver profondément remaniées.
En introduisant le narcissisme, Freud superpose au dualisme pulsions
sexuelles/pulsions d’autoconservation, jusque-là prévalent, un autre
conflit pulsionnel qui oppose dans les pulsions sexuelles libido du moi et
libido d’objet.
Ce « développement de la théorie de la libido » que Freud propose en
1914, et qui conduit à la partition des investissements libidinaux, ouvre
ainsi une réflexion sur la notion d’objet et de « choix d’objet », et amène
Freud à différencier les instances du moi, en particulier le moi idéal,
préfiguration du surmoi. Ce moi, investi de libido narcissique, constituera
l’une des instances de la seconde topique, à partir de 1920 ; mais en
même temps, après avoir « introduit » ce concept en 1914, Freud ne le déve-
loppe pas dans ses élaborations suivantes. Bien plus, il paraît l’oublier :
avec la troisième théorie des pulsions qui accompagne la topique moi/ça/
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

surmoi après 1920, le conflit pulsionnel oppose pulsions de vie et


pulsions de mort, et non plus libido narcissique et libido objectale.

1. Bernard Golse (1989) revient sur le mot lui-même, devenu pour Freud « Narzissmus », au son
plus plaisant disait-il à Ernest Jones que le « Narcissismus » de Näcke. Freud avait ainsi
raccourci son prénom, Sigismund, en Sigmund. Golse propose de voir « dans cette amputation,
dans cette ellipse au cœur même des signifiants, la trace d’un point d’ouverture, d’un ombilic,
d’une ligne de fuite sur l’inconnu qui marquerait à la fois la symbolisation du sujet par la préno-
mination et la théorisation de l’investissement de ce même sujet en tant qu’objet. Nous serions
là à une autre limite, à savoir celle qui rejoint l’acte de pensée et l’objet même visé par la
pensée, mutuels reflets – en dernier ressort – l’un de l’autre ».
10 NARCISSISME ET DÉPRESSION

1.2 Le narcissisme dans l’œuvre de Freud


Un repérage du concept de narcissisme au fil de l’élaboration freudienne
s’impose donc ici : quelles en sont les prémisses ? Que Freud introduit-il
dans la psychanalyse avec ce concept ? Quel est son destin après 1914 ?

1.2.1 Avant l’introduction du narcissisme


Ce concept de narcissisme, et d’un narcissisme à l’origine du moi, n’est
pas une création ex nihilo dans l’œuvre freudienne : avant même de
l’introduire, Freud en avait déjà dégagé, et utilisé, certains de ses aspects
(Green, 1976).
Avant 1914, le narcissisme n’est pas originaire : il est « encadré »,
selon l’expression de Laplanche (1987), par du sexuel : auto-érotisme
avant, choix d’objet après. Auto-érotisme en amont : dès 1905, dans les
Trois essais sur la théorie sexuelle, la théorie de l’étayage des pulsions
sexuelles sur les besoins autoconservatifs fonde l’auto-érotisme, premier
temps de la sexualité humaine, comme une « perversion » de l’instinct
par la sexualité. Choix d’objet en aval : à la suite de ses travaux sur
Léonard de Vinci (1910a) qui l’amènent à se référer explicitement au
mythe de Narcisse, Freud évoque ce type de choix d’objet, narcissique,
particulier aux homosexuels qui se prennent eux-mêmes comme objet
sexuel et aiment, comme leur mère les a aimés eux-mêmes, des jeunes
gens qu’ils choisissent à leur image.
L’analyse d’un souvenir d’enfance de Léonard, celui du vautour1,
conduit aussi Freud à définir le narcissisme comme rapport à l’objet
d’amour infantile. Si l’identification de l’homosexuel à la mère aimante
et à son propre moi infantile se construit à partir de l’incorporation
fantasmatique de cette relation amoureuse précoce, l’identification appa-
raît dès maintenant comme l’opération narcissique par excellence
(J. Florence, 1978).
Après l’homosexualité, c’est dans le voisinage de la psychose que
Freud évoque le narcissisme. Sa réflexion sur l’autobiographie du prési-
dent Schreber (Freud, 1911a) inscrit davantage encore le narcissisme

1. Nous reviendrons de façon détaillée sur les analyses freudiennes à propos de Léonard dans le
paragraphe sur la perversion : la « représentation de la femme au pénis » dans ce souvenir
d’enfant de Léonard mène Freud sur la voie du modèle fétichiste de la perversion.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 11

dans le développement libidinal, puisqu’elle considère l’amour narcis-


sique non plus comme un type de choix d’objet mais comme un stade de
l’évolution sexuelle, entre l’auto-érotisme et l’amour d’objet :
Ce stade consiste en ceci : l’individu en voie de développement rassemble
en une unité ses pulsions sexuelles qui, jusque-là, agissaient sur le mode
auto-érotique afin de conquérir un objet d’amour, et il se prend d’abord lui-
même, il prend son propre corps pour objet d’amour avant de passer au
choix objectal d’une autre personne (p. 306).
C’est la fixation au choix homosexuel d’un objet, c’est-à-dire le choix
d’un objet « doué d’organes génitaux pareils aux siens propres », qui
constitue le trait narcissique commun à Léonard et à Schreber. Dans la
paranoïa de Schreber, marquée par le désir homosexuel refoulé pour
le persécuteur (Flechsig) et le délire des grandeurs, la libido retirée de
l’objet et devenue libre se fixe sur le moi et elle est utilisée pour l’agran-
dissement du moi. Pour Freud, les paranoïaques restent fixés au stade du
narcissisme, et se caractérisent par une régression libidinale qui les fait
revenir de l’homosexualité sublimée au narcissisme.
Un tel narcissisme est à l’origine du moi, dont la charge libidinale
commence à apparaître avant 1914 (P. Denis, 2000). Si le moi, ensemble
autoconservateur, est défini dans les premiers travaux de Freud comme
l’agent de la défense et du refoulement, il va s’avérer, comme la pulsion
et parallèlement à sa conceptualisation, de plus en plus composite, avec
des « moi(s) partiels » (Freud, 1908a), avec une part sexuelle. Il devient
en 1911, dans les « Formulations sur les deux principes du cours des
événements psychiques », un des lieux majeurs du conflit :
De même que le moi-plaisir ne peut rien faire d’autre que désirer, travailler
à gagner du plaisir, de même le moi-réalité n’a rien d’autre à faire que de
tendre vers l’utile et de s’assurer contre les dommages (Freud, 1911b).
Cette première partition du moi en « moi-plaisir » et « moi-réalité »
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

(qui l’un et l’autre visent au plaisir mais par des voies différentes) préfi-
gure le remplacement de l’autoconservation par la libido du moi. En
analysant l’Homme aux rats, Freud avançait déjà en 1909 cette idée d’un
investissement libidinal des pulsions d’autoconservation.
Parallèlement à la notion d’un choix ou d’un stade objectal caractérisé
comme narcissique, Freud repère et suit deux autres fils qui seront consti-
tutifs du narcissisme et de son capital libidinal : le regard et la toute-
puissance de la pensée. Il souligne en effet le rôle essentiel joué par
l’érotisation du regard dans l’étiologie de la cécité hystérique, et la
12 NARCISSISME ET DÉPRESSION

possibilité de son retournement vers le monde interne (1910b). Dans


Totem et tabou (1913), rédigé en même temps que plusieurs « grands
cas », Freud analyse la « surestimation des actions psychiques » non
seulement chez les « primitifs » avec leurs pratiques magiques mais aussi
chez les névrosés comme l’Homme aux rats, le petit Hans, et chez les
créateurs comme Léonard de Vinci ; chez les uns et les autres les consé-
quences psychiques sont identiques, que le surinvestissement libidinal de
la pensée soit originel ou bien le résultat de la régression : « narcissisme
intellectuel, toute-puissance des pensées ». Ce surinvestissement libidinal
de la pensée permet au moi d’élaborer le meurtre commis dans l’incorpo-
ration puis l’identification totémiques : là encore, comme à propos de
Léonard, l’identification apparaît comme le processus narcissique type.

1.2.2 L’introduction du narcissisme en 1914


Si ce texte, « conçu dans la hâte, la fièvre et sans doute l’enthousiasme 1 »
(Laplanche, 1970), rassemble et réélabore une notion de narcissisme déjà
en germe dans l’œuvre de Freud, c’est aussi dans un contexte polémique
qu’il introduit ce concept dans le champ de la psychanalyse : contre Jung
qui proclamait l’échec de la théorie de la libido à expliquer la schizophré-
nie, Ferenczi a déjà guerroyé, Freud prend la relève. En repartant des
observations analytiques antérieures – ses propres travaux, anthropologi-
ques et cliniques, mais aussi la « contribution au narcissisme » de Rank
(1911), la réflexion de Ferenczi au sujet des « Stades de développement
de la réalité » chez les enfants (1913) –, Freud propose avec ce concept
de narcissisme un « nouveau développement de la théorie de la libido »
(1914) qui réfuterait les limites que, selon Jung, la clinique de la psychose
imposerait au contenu sexuel de la libido.

■ La libidinalisation du moi
C’est justement la clinique qui rend nécessaire l’introduction d’un tel
concept. Le retrait de la libido d’objet sur le moi et le délire des grandeurs
ou l’hypocondrie dans la psychose, la toute-puissance de la pensée chez les
enfants et les primitifs, amènent en effet Freud à poser « un investissement
libidinal originaire du moi ; plus tard une partie en est cédée aux objets, mais,
fondamentalement, l’investissement du moi persiste et se comporte envers
les investissements d’objet comme le corps d’un animalcule protoplasmique

1. « Dix-sept jours délicieux », passés à Rome en compagnie de sa belle-sœur bien-aimée, Minna


Bernays, rapporte Jones (cité par Laplanche, 1970, p. 106).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 13

envers les pseudopodes qu’il a émis » (1914). Ce nouveau concept ouvre


ainsi sur une nouvelle économie libidinale.
En déployant la métaphore bancaire, Freud souligne d’un point de vue
économique l’opposition entre libido du moi et libido d’objet : « Plus
l’un absorbe, plus l’autre s’appauvrit. » Ainsi, dans la maladie organique
« où le malade cesse d’aimer aussi longtemps qu’il souffre », comme
dans l’hypocondrie et la paraphrénie, l’investissement libidinal est retiré
des objets extérieurs pour être déposé sur le moi. Dans la psychose, la
libido, devenue libre du fait de l’absence de satisfaction d’une revendi-
cation pulsionnelle, n’est pas restée attachée à des objets fantasmatiques
comme dans la névrose : le délire des grandeurs va tenter de donner
forme, de maîtriser, d’élaborer psychiquement cette masse de libido qui
s’est retirée sur le moi. À l’inverse, dans la vie amoureuse, la surestima-
tion de l’objet aimé absorbe l’intégralité de l’investissement libidinal et
entraîne en conséquence le retrait de l’investissement narcissique.
■ Auto-érotisme, narcissisme et choix d’objet
* Narcissisme primaire et narcissisme secondaire en 1914
La question du retrait libidinal impose d’emblée à Freud la distinction
entre « un narcissisme primaire normal », dit Freud, et ce que G. Rosolato
(1976) qualifie de narcissisme secondaire « précoce ». Cette première
version du parcours entre narcissisme primaire et narcissisme secondaire,
de la vie amoureuse originaire au retrait libidinal, est bien différente de la
version qui apparaîtra avec la deuxième topique, où le narcissisme primaire
caractérisera une « monade » originaire, et le narcissisme secondaire
le résultat des identifications secondaires.
En 1914, ce narcissisme primaire – ou originaire – est à distinguer de
l’auto-érotisme, placé dès 1905 sous le régime de la pulsion partielle qui
se satisfait sur place, en chacune des zones érogènes du corps propre 1.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Dans le passage de l’auto-érotisme au narcissisme, ce n’est plus le plaisir


d’organe qui est en jeu, mais celui du moi dans son unité, sa totalité.
Le narcissisme en 1914 est précisément ce qui unifie sur un objet unique,
le moi, un auto-érotisme par définition partiel, morcelé et morcelant :
Il est nécessaire d’admettre qu’il n’existe pas dès le début, dans l’indi-
vidu, une unité comparable au moi ; le moi doit subir un développement.

1. Laplanche a souligné que si cet auto-érotisme « était bien l’état premier de la sexualité, cela ne
signifiait pas qu’il fût nécessairement l’état biologique premier » (1970, p. 114-115).
14 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Mais les pulsions auto-érotiques existent dès l’origine ; quelque chose, une
nouvelle action psychique, doit donc venir s’ajouter à l’auto-érotisme pour
donner forme au narcissisme1.

Freud ne précise pas d’où vient ce mouvement d’instauration, de muta-


tion qui vient précipiter l’auto-érotisme dans la forme narcissique
(Laplanche, 1970, p. 114). Mais il revient à cette notion de narcis-
sisme primaire dans son analyse de la vie amoureuse dont il souligne en
même temps la dimension objectale originaire :

Nous disons que l’être humain a deux objets sexuels originaires : lui-
même et la femme qui lui donne ses soins ; en cela nous présumons le nar-
cissisme primaire de tout être humain, narcissisme qui peut évidemment
venir s’exprimer de façon dominante dans son choix d’objet.

C’est la conjonction des premières satisfactions sexuelles auto-érotiques


avec l’exercice de fonctions vitales autoconservatrices, autrement dit
l’étayage des pulsions sexuelles sur la satisfaction des pulsions du moi
par la mère ou ses substituts, qui produit le développement du moi et le
constitue comme cette unité qui va devenir l’objet de l’amour narcissique.
Le moi devient ainsi objet d’amour, chargé de libido, investi au même
titre qu’un objet extérieur.
À côté de ce narcissisme primaire « normal », Freud définit, à partir de
l’analyse de la schizophrénie, le narcissisme secondaire comme le dépôt
sur le moi de la libido retirée au monde extérieur :

Ce narcissisme qui est apparu en faisant rentrer les investissements d’objet,


nous voilà donc amenés à le concevoir comme un état secondaire construit
sur la base d’un narcissisme primaire que de multiples influences ont
obscurci.

Poussé à l’extrême, ce narcissisme secondaire crée le délire des grandeurs.


* L’amour narcissique
Les deux objets sexuels originaires de l’enfant, qui fondent le narcissisme
primaire de tout être humain, sont à l’origine de ses choix d’objet amou-
reux. En ce sens, toute vie amoureuse est orientée par le narcissisme

1. Nous soulignons.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 15

primaire, quel que soit le choix d’objet, par étayage ou narcissique


proprement dit.
Dans le choix d’objet par étayage, particulièrement caractéristique de
l’homme selon Freud, le narcissisme originaire est transféré sur l’objet
sexuel extérieur, qui devient surestimé au point que dans la passion
amoureuse, la libido du moi en débordant sur l’objet s’appauvrit au profit
de cet objet : selon le type par étayage, on aime « a) la femme qui
nourrit ; b) l’homme qui protège ». Ainsi la passion amoureuse la plus
aveugle, la plus oblative, ne saurait échapper à la passion narcissique
originaire, puisque la charge énergétique qui la sous-tend provient de cet
auto-investissement narcissique.
Dans le choix d’objet narcissique, le transfert du narcissisme originaire
sur l’objet sexuel extérieur n’a pas lieu, la libido narcissique prévaut :
c’est le cas des pervers et des homosexuels qui se cherchent eux-mêmes
comme objet d’amour, dit Freud, mais aussi de nombreuses femmes qui
peuvent se suffire à elles-mêmes, comme le font les enfants :

On aime, selon le type narcissique, a) ce que l’on est soi-même ; b) ce que


l’on a été soi-même ; c) ce que l’on voudrait être soi-même ; d) la personne
qui a été une partie du propre soi.

Si avoir un enfant peut mener la femme au plein amour d’objet,


l’enfant reste pour ses deux parents, à l’image de leur propre narcissisme,
« His Majesty the Baby », comme on s’imaginait être jadis l’héritier de
cette immortalité du moi que la réalité bat en brèche. Est-ce à dire que
l’amour parental, comme l’amour homosexuel, procéderait d’un amour
narcissique, le narcissisme infantile de l’enfant renvoyant dans un jeu de
miroir sans fin au narcissisme infantile des parents ? Laplanche préfère
comprendre les états narcissiques mégalomaniaques de l’enfant « à partir
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de la toute-puissance parentale vécue comme telle par l’enfant, et de son


introjection » (1970, p. 122).

■ Le destin de la libido narcissique : refoulement et idéalisation

La libido narcissique, ou libido du moi, vient ainsi s’opposer à la libido


d’objet, comme l’investissement sexuel de l’objet-moi s’oppose à l’inves-
tissement sexuel de l’objet au-dehors. Mais quel que soit leur objet, ces
deux types de libido appartiennent l’un et l’autre à la pulsion sexuelle,
elle-même opposée aux pulsions du moi qui sont en 1914 des pulsions
d’autoconservation non sexuelles.
16 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Qu’advient-il chez l’adulte de sa libido du moi, après que le narcis-


sisme originaire de l’enfant a été exposé au « complexe de castration1 »
et aux défenses qu’il suscite, notamment au refoulement, alors même que
le refoulement provient du moi ou, plus précisément, de l’estime de soi
qu’a le moi ?
La formation d’idéal permet à la fois le refoulement, dont elle est du
côté du moi la condition, dit Freud, et la sauvegarde de la satisfaction
libidinale narcissique.

C’est à ce moi idéal que s’adresse maintenant l’amour de soi dont jouissait
dans l’enfance le moi réel. Il apparaît que le narcissisme est déplacé sur ce
nouveau moi idéal qui se trouve, comme le moi infantile, en possession de
toutes les perfections (Freud, 1914).

Si les réprimandes des autres et le propre jugement de l’enfant ont


troublé la perfection narcissique de l’enfant, « il cherche à la regagner
sous la nouvelle forme de l’idéal du moi ».
À la différence de la sublimation où la pulsion sexuelle est déviée sans
refoulement « sur un autre but, éloigné de la satisfaction sexuelle »,
l’objet libidinal dans le processus d’idéalisation – qu’il s’agisse du moi
ou d’un objet extérieur – est « agrandi et exalté psychiquement sans que
sa nature soit changée », tandis que les exigences du moi sont augmentées –
d’où le refoulement.
G. Rosolato (1976) oppose l’idéalisation aux idéaux, en éclaircissant la
distinction post-freudienne entre idéal du moi et moi idéal. L’idéalisation,
où domine massivement le fantasme inconscient, produit l’instance du
moi idéal – que Kohut décrira comme « soi grandiose », nous y revien-
drons –, tandis que sur le registre de l’idéal du moi, les idéaux s’affran-
chissent de l’omnipotence et de la massivité de l’idéalisation, se
localisent et s’adaptent à la réalité. Dans l’idéalisation comme dans les
idéaux ainsi définis, le narcissisme est prévalent, et découle de la toute-
puissance de la pensée qui idéalise le pouvoir parental ou le moi primitif
et efface ainsi la dépendance infantile.
Notre conscience morale, dit Freud, est cette instance psychique qui a
pour tâche « de veiller à ce que soit assurée la satisfaction narcissique

1. Freud définit ici le complexe de castration comme « angoisse concernant le pénis chez le
garçon, envie du pénis chez la fille ».
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 17

provenant de l’idéal du moi et qui, dans cette intention, observe sans


cesse le moi actuel et le mesure à l’idéal ». Gardienne de l’idéal du moi,
elle est l’incarnation de l’influence critique des parents et de l’entourage
(les éducateurs, les autres, l’opinion publique, etc.) : « De grandes quan-
tités d’une libido essentiellement homosexuelle furent ainsi attirées pour
former l’idéal du moi narcissique » (1914).
Freud relie ici étroitement l’angoisse de perte d’amour de la part de
l’objet et la culpabilité narcissique : si cet idéal du moi narcissique n’est
pas accompli, la libido homosexuelle que l’insatisfaction libère « se
transforme en conscience de culpabilité (angoisse sociale). La conscience
de culpabilité était originellement l’angoisse d’être châtié par les parents,
ou plus exactement de perdre leur amour ». Dans la paranoïa, cette
conscience morale qui observe et ces voix qui critiquent reviennent au
malade, en révolte contre cette instance de censure, selon un processus
régressif, comme une action hostile de l’extérieur. Hors pathologie, plus
globalement, l’auto-observation et l’autocritique sont au service des
opérations de pensée – par exemple, de l’introspection philosophique :
Lacan a largement développé cette communauté d’origine entre connais-
sance et paranoïa.
Ainsi le développement du moi est éminemment paradoxal : il
« consiste à s’éloigner du narcissisme primaire, et engendre une aspira-
tion intense à recouvrer ce narcissisme. Cet éloignement se produit par le
moyen du déplacement de la libido sur un idéal du moi imposé de l’extérieur,
la satisfaction par l’accomplissement de cet idéal ».

■ L’idéal du moi à l’origine de la perversion conçue en 1914


comme régression narcissique
Freud revient à la fin de « Pour introduire le narcissisme » sur la perver-
sion, à partir de laquelle il avait commencé son article. Mais le narcis-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

sisme comme fixation à l’amour de soi n’est plus une perversion, alors
même que dans les Trois essais de 1905, c’est cette fixation qui caracté-
risait la perversion, comme nous allons le voir dans le paragraphe suivant.
En 1914, c’est la perversion elle-même qui devient un avatar du narcis-
sisme, une stase dans le développement de l’idéal du moi : quand l’idéal
du moi ne s’est pas développé et n’a donc pas fait refuser par la conscience
morale ce que la satisfaction libidinale objectale pouvait avoir
d’« inconciliable » avec les représentations du moi, alors « la tendance
sexuelle pénètre telle quelle, comme perversion, dans la personnalité.
Être à nouveau, comme dans l’enfance, et également en ce qui concerne
18 NARCISSISME ET DÉPRESSION

les tendances sexuelles, son propre idéal, voilà le bonheur que veut
atteindre l’homme » (Freud, 1905).
La passion amoureuse elle-même est organisée sur un mode pervers,
dans la mesure où elle supprime le refoulement et élève l’objet sexuel au
rang d’idéal sexuel. Et la névrose n’échappe pas à ce même mouvement
narcissique pervers, quand l’excès d’investissement objectal appauvrit le
moi et prive d’accomplissement l’idéal du moi au point que seul un choix
d’objet de type narcissique lui permettra de restaurer sa toute-puissance
narcissique endommagée.
Une telle conception de l’idéal du moi éclaire en fait toutes les forma-
tions psychopathologiques, de la névrose à la psychose, et notamment la
paranoïa, « souvent causée par une atteinte du moi, par une frustration de
la satisfaction dans le domaine de l’idéal du moi » (Freud, 1905, p. 105).
Elle éclaire aussi la psychologie collective : « Outre son côté individuel,
cet idéal a un côté social, c’est également l’idéal commun d’une famille,
d’une classe, d’une nation. Outre la libido narcissique, il a lié un grand
quantum de la libido homosexuelle d’une personne, libido qui, par cette
voie est retournée dans le moi » : l’angoisse sociale, c’est cette libido
homosexuelle qui retourne dans le groupe quand les idéaux collectifs
sont insatisfaits. Freud reprendra cette analyse dans « Psychologie des
masses et analyse du moi », en 1921.
En introduisant le narcissisme qui remanie profondément les fonde-
ments de la métapsychologie, Freud, loin de désexualiser la libido comme
le fait Jung, resexualise le moi, qui devient l’un des deux pôles d’investis-
sement libidinal. Ainsi, comme l’écrit Laplanche (1987), « auto-érotisme
et narcissisme ne définissent pas des modes de relation au monde mais
des modes de fonctionnement sexuel et de plaisir ». Cette vie sexuelle
ainsi inaugurée vient se greffer sur la vie relationnelle.
Si Freud s’attache à la relation narcissique en examinant le type
d’objet investi (le moi, le corps, l’autre), il met aussi l’accent, avec sa
métaphore bancaire, sur l’investissement lui-même : le narcissisme, c’est
d’abord une activité d’investissement (narcissique) à laquelle le moi
s’emploie.
Pour ces raisons, le narcissisme est bien plus qu’un stade : avec sa
fonction unifiante, rassemblante, à l’opposé d’une force de dissolution, il
est la moitié de l’économie libidinale – et la moitié la plus productrice,
puisque c’est du moi qu’émanent les capacités d’investissement de
l’objet, lequel est l’autre moitié de l’économie libidinale.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 19

En même temps, le moi, dont le narcissisme apparaît en 1914 presque


comme le synonyme, se compose de différentes instances. Celles-ci préfi-
gurent la structure du moi dans la deuxième topique : la conscience
morale de 1914 deviendra le surmoi en 1923 dans « Le moi et le ça ».
Ces instances relativisent d’ailleurs l’équivalence entre narcissisme et
moi : avec ces instances qui forment le système du moi (moi idéal,
idéal du moi, surmoi), la libido narcissique a plusieurs objets. Si le
narcissisme malgré sa fonction unifiante est divisible (narcissisme
primaire et secondaire), cette division est portée par le « développement
du moi », en tant qu’il est organisé par l’œdipe ; bien plus, ce dévelop-
pement porte la division au sein même du narcissisme primaire, perdu/à
retrouver.

1.2.3 Destins du narcissisme de 1914 à 1920

L’introduction du concept de narcissisme est l’un des facteurs qui ont


conduit Freud à reprendre les fondements de sa métapsychologie. Et en
même temps, dans les compléments qu’il va apporter à sa théorisation du
narcissisme de 1914 à 1920, il privilégie une seule de ses dimensions : la
relation narcissique à l’objet.

■ Le moi narcissique est le moi-plaisir purifié


(« Pulsions et destins des pulsions », 1915a)

Soucieux aussi d’élucider les rapports entre l’amour et la haine, laquelle


déferle dans la réalité extérieure en ce début de guerre mondiale, Freud
revient en 1915 sur le concept de pulsion avancé en 1905 et sur la parti-
tion du moi en moi-plaisir et moi-réalité, conséquence des deux principes
qui régissent le fonctionnement mental évoqués dans les « Formulations
sur les deux principes du cours des événements psychiques » (1911b).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Il décrit les stades précoces de la constitution du moi, en faisant coïncider


les deux séries d’oppositions, monde intérieur/monde extérieur et moi-
plaisir/moi-réalité, au terme d’un long processus psychique d’introjection
et de projection.
Dans ce texte, Freud tend à rabattre le narcissisme sur l’auto-érotisme,
nettement distingués en 1914 :

Le moi se trouve originairement […] investi pulsionnellement et en partie


capable de satisfaire ses pulsions sur lui-même. Nous appelons cet état
celui du narcissisme et cette possibilité de satisfaction auto-érotique.
20 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Le monde extérieur n’est pas, à ce moment-là, investi d’intérêt (pour parler


en général) et il est, pour ce qui est de la satisfaction, indifférent (Freud,
1915a)1.

« En partie » : ce rabattement du narcissisme sur l’auto-érotisme,


que Laplanche (1987) a souligné et critiqué, reste ici partiel. Freud
rappelle en note l’étayage du désir sur le besoin, satisfait par l’extérieur
qui vient secourir le nourrisson en détresse : cet « état originaire narcis-
sique » n’est pas une monade, « la mère couvre l’auto-érotisme de
l’enfant » dit André Green en commentant ce passage (1966-1967).
« Sous la domination du principe de plaisir », le moi auto-érotique qui
reçoit des objets en provenance du monde extérieur va connaître un
nouveau développement : il accueille les objets qui sont sources de plaisir
en les introjectant, selon une expression que Freud emprunte à Ferenczi
(1909), et d’un autre côté, il expulse, en le projetant au-dehors, ce qui
dans son intérieur propre lui devient occasion de déplaisir (Freud,
1915a). Par ce mécanisme de la projection :

Il se change ainsi à partir du moi-réel initial, qui a différencié intérieur et


extérieur selon un bon critère objectif, en un moi-plaisir purifié qui place
le caractère de plaisir au-dessus de tout autre : le monde extérieur se divise
pour lui en une part-plaisir qu’il s’est incorporée, et un reste qui lui est
étranger. De son moi propre, il a extrait une partie constitutive qu’il jette
dans le monde extérieur et ressent comme hostile (Freud, 1915a, p. 180).

Cette « entrée de l’objet dans le stade du narcissisme », selon la belle


formule de Freud, succède au narcissisme primaire, au « stade purement
narcissique » dit Freud, qui n’était pas anobjectal pour autant, mais où
l’objet restait dans le registre du besoin ; il inaugure le « stade d’objet » –
un objet qui n’existe comme objet d’amour que pris dans une relation
narcissique au moi. Source de plaisir, cet objet aimé et incorporé au moi
est vécu comme intérieur ; source de déplaisir, il est rejeté à l’extérieur et
vécu comme étranger et haï. L’objet naît à l’extérieur dans une relation de
haine, cette haine « plus ancienne que l’amour » qui ne saurait désigner
que « la relation du moi total aux objets », qui « prend source dans la
récusation, aux primes origines, du monde extérieur dispensateur de
stimulus, récusation émanant du moi narcissique » (ibid., p. 184).

1. Souligné par nous.


HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 21

Freud reviendra dans « La négation » (1925) sur l’opérateur logique et


symbolique de cette haine, en maintenant sa fonction différenciatrice
dehors/dedans, qui fonde le moi et l’objet :

Le moi-plaisir originel […] veut s’introjecter tout le bon et jeter hors de lui
tout le mauvais. Le mauvais, l’étranger au moi, et qui se trouve au-dehors,
est pour lui tout d’abord identique.

Ce rejet du déplaisant, tel qu’il s’énonce dans ce premier « non » qui


fonde aussi, à partir du premier couple d’opposés moi/non-moi, le juge-
ment d’attribution (bon/mauvais) et à sa suite le jugement d’existence
(réel/fictif), ouvre ainsi l’espace de la représentation et de la pensée, en
rendant possible leurs déplacements. Mais la négation a un double fond :

Au-delà de sa part symbolique, qui dégage la pensée de l’emprise du plai-


sir en déclarant officiellement y renoncer, sa part négativiste se découvre.
En radicale opposition avec la négation, le négativisme qui signe la faillite
de la perception de la réalité et la disparition du désir est le refus du renon-
cement lui-même : il ouvre les voies à la psychose et à la mort1.

Dès 1915, pour Freud, la première relation du moi à l’objet source de


déplaisir est ainsi une relation narcissique-de haine, non sexuelle :

Le moi hait, exècre, persécute, avec des intentions destructrices, tous les
objets qui deviennent pour lui sources de sensations de déplaisir, qu’ils si-
gnifient pour lui indifféremment un refusement de satisfaction sexuelle ou
un refusement de la satisfaction de besoin de conservation. On peut même
affirmer que les prototypes véritables de la relation de haine ne sont pas
issus de la vie sexuelle, mais de la lutte du moi pour sa conservation et son
affirmation (1915a, p. 183).

Cette haine narcissique originaire marque l’objet, qui naît en tant


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

qu’objet total et différencié dans la haine. Elle marque aussi le moi, dont
elle garantit le territoire et les frontières.

1. Extrait du préambule du numéro des Libres Cahiers pour la psychanalyse autour de la lecture de
« La négation » de Freud (Dire non, automne 2000). De ce négativisme, la formule de Bartleby,
le héros « intraitable » de Herman Melville, « I would prefer not to, je préfèrerais pas » comme
la traduit Pierre Leyris, offre un écho bouleversant qu’analyse Pontalis dans ce même numéro.
Le commentaire parlé sur « La négation » de Freud que le philosophe Jean Hyppolite fit au
séminaire de Lacan est également précieux pour accompagner la lecture de ce court article
fondamental de Freud (in Lacan, Écrits, Paris, Le Seuil, 1966, p. 879-888).
22 NARCISSISME ET DÉPRESSION

■ Le narcissisme, « une identification narcissique à l’objet » :


« Deuil et mélancolie » (1917)

Freud poursuit l’élaboration de cette relation narcissique qu’est l’incor-


poration de l’objet d’amour en se penchant sur le problème du deuil et ses
rapports avec la mélancolie, qu’il qualifie de « névrose narcissique ».
Il examine ainsi dans « Deuil et mélancolie » la perte de l’objet et ses
effets sur le moi. Même s’il y poursuit l’étude des composantes du moi,
qu’il appelle ses « institutions », il y réduit le champ du narcissisme à
« une identification narcissique à l’objet ».
L’identification narcissique se caractérise par une introjection de
l’objet qui, pour Freud, marque souvent la genèse de l’homosexualité
masculine, et toujours celle du processus mélancolique. Dans ses recher-
ches sur Léonard de Vinci (1910a), il avait montré que l’identification à
la mère sert de substitut à la figure maternelle abandonnée ou perdue, et
permet au jeune homme « fixé à sa mère » de la conserver à l’intérieur de
lui grâce à l’identification narcissique qui remplace un moi-objet-sexuel-
pour la mère par d’autres objets aimés de la même manière ; il n’y a pas
de renoncement à la fixation aux objets d’amour infantiles incestueux, ce
qui représente l’un des destins pervers du complexe d’Œdipe. Dans la
mélancolie et son cortège d’autoreproches, l’amour pour l’objet, qui ne
peut pas être abandonné tandis que l’objet lui-même est abandonné, s’est
réfugié dans l’identification narcissique, tandis que la haine s’exerce sur
cet objet substitutif en le faisant souffrir, avec une satisfaction sadique.
L’identification narcissique compense ainsi la perte de la relation d’objet
grâce à la régression mélancolique qui installe l’objet dans le moi (Freud,
1917).
À côté de l’identification hystérique, où le sujet s’identifie à un trait
idéal, narcissiquement investi, de l’autre pris comme double et en même
temps réellement investi (J. Florence, 1978), l’identification narcissique
résulte ainsi d’un long processus, depuis l’incorporation cannibalique de
l’objet convoité et ainsi anéanti jusqu’à l’introjection de fantasmes
portant sur cet objet.
Entre 1914 et 1920, le concept de narcissisme paraît se rétrécir : il
devient synonyme du moi, lequel se définit par une identification à
l’image d’autrui, ou une relation spéculaire à l’objet interne. Quelle place
va-t-il garder dans la seconde théorie des pulsions que Freud introduit en
1920 ?
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 23

1.2.4 Le narcissisme après 1920

Le primat du principe de plaisir laisse inexpliqués plusieurs faits clini-


ques, comme le retour de l’expérience traumatique dans les névroses de
guerre, la répétition du départ de la mère mise en scène par l’enfant dans
le jeu de la bobine, l’éternel retour du même dans la névrose de destinée,
ainsi que le sadisme et le masochisme, comme Freud le précisera dans
ses Nouvelles Conférences en 1932. Freud en vient donc à faire l’hypo-
thèse d’une « compulsion de répétition, plus originelle, plus pulsionnelle
qui est au-delà du principe de plaisir » (1920a). Il en fait « une force de
déliaison, antagoniste de la libido car visant la vidange de l’énergie
pulsionnelle jusqu’au niveau zéro selon le principe de Nirvana, ou prin-
cipe d’inertie ; elle s’oppose à cette autre forme de répétition visant au
plaisir selon le principe de constance », fondement économique du prin-
cipe de plaisir qui vise à maintenir dans l’appareil psychique une quantité
constante d’excitation, et un minimum d’investissement de par l’épreuve
de réalité (R. Menahem, 2000, p. 39). Le principe de constance participe
d’Éros, tandis que le principe de Nirvana, ou d’inertie, tendance origi-
nelle de l’appareil psychique à se maintenir en état de non-excitation,
participe de Thanatos.
La compulsion de répétition, cet « automatisme démoniaque » dit
Freud (1920a), relève ainsi, d’après lui, des pulsions de mort qui tendent
à ramener chaque organisme vivant à leur état antérieur, inorganique.
Éros et Thanatos peuvent travailler ensemble, ou l’un contre l’autre : le
moi peut ainsi être visé par la pulsion de mort.
Freud précisera dans « Le moi et le ça » que l’union de ces dange-
reuses pulsions de mort à des « composantes érotiques » les rend en
partie inoffensives, en les déviant à l’extérieur sous forme d’agression, de
sadisme, « mais pour leur grande partie elles poursuivent indubitable-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ment leur travail interne sans entraves » : en l’absence d’intrication


pulsionnelle, les pulsions de mort visent à la destruction pure.
Freud donne comme exemple de ce travail de mort « la cruauté du
surmoi » envers le moi, qui se déchaîne dans la mélancolie, toujours
névrose narcissique mais devenue « pure culture de la pulsion de mort » :
« La composante destructrice s’est retranchée dans le surmoi et s’est
tournée contre le moi », au point de « mener le moi à la mort, si ce
dernier ne se défend pas à temps de son tyran en virant dans la manie »
(1923).
24 NARCISSISME ET DÉPRESSION

■ Identification narcissique, identification mélancolique :


« l’hétérogénéité native du moi »

Freud revient en 1923 sur l’identification mélancolique évoquée en 1914,


en 1917 dans « Deuil et mélancolie », puis en 1921 dans « Psychologie
des masses et analyse du moi ». Dans cette régression narcissique qu’est
l’identification mélancolique, le moi, en introjectant l’objet haï, devient à
son tour haïssable pour cette autre partie du moi qu’est l’idéal du moi,
lui-même constitué d’identifications successives aux objets infantiles et
de transferts libidinaux.
L’identification mélancolique, où le moi se fait ainsi l’objet du moi,
« se substitue à la relation d’objet et permet au moi de ne pas mourir avec
sa disparition […] Ce qui se découvre avec la régression mélancolique,
c’est l’hétérogénéité native du moi, liée aux multiples identifications dont
il est l’héritier, et par là-même ses failles naturelles, lieux virtuels de sa
fracture et de son morcellement possible » (Rolland, 1998). Ainsi la frac-
ture du moi, la scission active que le processus mélancolique accomplit à
partir des failles naturelles du moi serait pour Rolland à l’origine de tout
processus psychotique, qui travaillerait à autonomiser des partis en
guerre, à l’opposé du processus analytique qui, lui, travaille à unifier « les
multiples sujets de l’être ».
Sans entrer dans le détail de la complexe théorie freudienne des identi-
fications largement développée par J. Florence (1978), il faut souligner
qu’avec ce troisième remaniement du dualisme pulsionnel, le processus
identificatoire en lequel cette hétérogénéité constitutive du moi prend sa
source, revêt nettement un double caractère. Modifiant le moi par trans-
formation des investissements du ça, l’identification se met au service du
narcissisme, elle maintient le moi qu’elle enrichit des traits repris à
l’objet : elle a ainsi une fonction positive. Mais, en tant qu’elle désexua-
lise l’énergie pulsionnelle, l’identification défait le mélange pulsionnel et
libère les pulsions de mort jusque-là neutralisées par leur mélange avec
Éros, et elle peut alors avoir une fonction négative et menacer de mort le
moi : ainsi dans la mélancolie, où les pulsions de mort se déchaînent
contre le moi.
Cette activité de la pulsion de mort n’est pas l’apanage de la mélan-
colie. En affirmant que « par son travail d’identification et de sublimation, le
moi aide les pulsions de mort », Freud (1923) nous laisse peut-être la
pointe la plus étrangement familière de son scalpel, qui ouvre à des
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 25

débats d’une grande actualité sur la barbarie et les limites éventuelles du


« travail de culture ».
■ La nouvelle conception du moi : libido du moi, pulsions du moi
Hétérogène, le moi commençait à l’être dès 1914, puisqu’en introduisant
le narcissisme, Freud avait précisément commencé à repérer les instances
qui composent le moi, et dès 1915, il avait renoncé à définir le moi par la
conscience : il évoquait dans son article sur « L’inconscient » (1915c),
une partie inconsciente du moi. Mais cette hétérogénéité se renforce
après 1920 : non seulement le moi est ce feuilletage d’identifications
dans lequel la régression mélancolique peut s’enfoncer, mais il est aussi
le lieu d’élection de l’union et de la désunion pulsionnelles entre Éros et
Thanatos : il travaille entre pulsions de vie et pulsions de mort. Selon
J. Florence (1978), l’analyse de la mélancolie ne fait que souligner que
les pulsions de mort sont, à côté des pulsions libidinales narcissiques et
objectales, des pulsions originaires du moi.
Se renforce aussi, après 1920, la fonction de limite du moi et de média-
tion entre les dangers du monde externe et ceux du monde interne, qu’ils
émanent de la libido du ça ou de la sévérité du surmoi. Le moi, cette
« pauvre créature » (1923) qui sert ainsi trois maîtres (le monde extérieur,
le ça et le surmoi) devient cet « être-frontière » qui « tente de faire la
médiation entre le monde et le ça, de rendre le ça docile au monde, de
rendre le monde, grâce à l’action musculaire, conforme au désir du ça »
(ibid.).
Cet « être-frontière » n’est cependant pas qu’un « être de surface » : il
prend sa source dans l’organisme, dont il est la projection dans le
psychisme :
Le moi est en dernier ressort dérivé de sensations corporelles, principale-
ment de celles qui naissent à la surface du corps. Il peut ainsi être considéré
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

comme une projection mentale de la surface du corps à côté du fait qu’il


représente la superficie de l’appareil mental (1923).

La notion du moi prend ainsi, avec le nouveau dualisme pulsionnel,


une nouvelle extension, comme le soulignent Laplanche et Pontalis
(1967) : ce moi corporel est à la fois produit par une différenciation
progressive du ça à partir du système perception-conscience, et objet
clivé par le ça et son héritier le surmoi. Il a à lutter contre l’angoisse de
castration que suscite la menace exercée par le surmoi et la figure infan-
tile toute-puissante qui nourrit ce surmoi, et contre les « produits
26 NARCISSISME ET DÉPRESSION

d’élaboration » de cette angoisse (conscience morale, scrupules de


conscience, culpabilité).
En tant qu’objet visé par le ça, le moi hérite de la théorie économique
du narcissisme amorcée en 1914, réaffirmée jusqu’aux derniers écrits de
Freud et mise en évidence par la clinique des mélancoliques qui dépré-
cient et haïssent leur moi, ou la clinique des maniaques dont le moi se
trouve élargi jusqu’à fusionner avec le moi idéal.

■ Narcissisme primaire et narcissisme secondaire


dans la deuxième topique
La position du couple narcissisme primaire/narcissisme secondaire se
trouve considérablement modifiée d’une topique à l’autre. Dans la
deuxième topique, le narcissisme primaire ou originaire va être posé
comme stade premier de l’être humain, antérieur à la constitution d’un
moi. Le prototype du narcissisme primaire n’est plus « Sa majesté le
Bébé » comme en 1914 : ce nourrisson plein de l’orgueil parental et
caressé par les soins maternels s’efface après 1920 devant la vie intra-
utérine, et cette monade devient le modèle du narcissisme primaire, selon
le modèle biologique de la « symbiose » ou de l’indifférenciation dont
Laplanche (1987) dénoncera la fortune psychanalytique.
Le narcissisme primaire, défini en 1914 comme résultat d’une nouvelle
action psychique sur les pulsions auto-érotiques originelles, ou dans les
années suivantes comme identification narcissique et relation spéculaire à
un objet interne, devient après 1920 presque synonyme d’état « ano-
bjectal ». Alors qu’en 1914 il posait une équivalence entre narcissisme du
moi et narcissisme primaire, puisque le moi fondait le narcissisme, dans
« Le moi et le ça » (1923), Freud déclare le narcissisme du moi secondaire
par rapport à ce narcissisme primaire anobjectal.
* Masochisme originaire et agressivité du surmoi
La soumission du moi au surmoi sadique, qui peut aller jusqu’à l’auto-
destruction du moi, ne peut se produire sans satisfaction libidinale,
montre Freud dans « Le problème économique du masochisme »
(1924b). Il fait ainsi l’hypothèse d’un « masochisme originaire », ou
primaire, irréductible au retournement du sadisme sur la personne propre
à l’œuvre dans la mélancolie, qui limite la désunion pulsionnelle. Un tel
masochisme se décline d’après Freud sous trois formes : un masochisme
érogène (comme « mode de l’excitation sexuelle »), un masochisme
féminin (comme « expression de l’être de la femme » ou de l’« être
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 27

féminin » des hommes) et un masochisme moral (comme « norme du


comportement dans l’existence »), qui « devient le témoin classique de
l’existence de l’union pulsionnelle » (1924b).
Le masochisme est d’emblée érogène : ce « plaisir de la douleur » est
précisément l’œuvre de cette partie de la pulsion de mort demeurée dans
l’organisme, qui s’y trouve « liée libidinalement à l’aide de la co-excitation
sexuelle », dit Freud en reprenant le modèle de ce mécanisme physiolo-
gique infantile décrit dès 1905 dans les Trois essais sur la théorie
sexuelle ; dans ce mécanisme, la tension de la douleur et du déplaisir se
superposait à la tension de l’excitation et du plaisir en créant ainsi des
points de contact à même la zone érogène.
Dans « Le problème économique du masochisme », la coexcitation
libidinale ne se réduit pas à un seul mécanisme physiologique : elle naît
d’une mécanique fantasmatique, le masochisme érogène réactualisant
dans le fantasme de fustigation le désir œdipien pour le père. Le maso-
chisme moral « resexualise » la morale par la même régression au
complexe œdipien dans son versant surmoïque. Une telle régression
donne un autre éclairage sur l’agressivité du surmoi et la soumission du
moi au surmoi sadique : dans Malaise dans la civilisation (1930), Freud
revient sur cet « autre proche », littéralement cet « homme d’à côté »
(Nebenmensch) dont il esquissait la figure en 1895(a), pour faire provenir
l’agressivité du surmoi de l’intensité de la revendication pulsionnelle
insatisfaite elle-même :

[…] une agressivité considérable a dû se développer chez l’enfant contre


l’autorité qui lui défendait les premières, mais aussi les plus importantes,
satisfactions ; peu importe d’ailleurs le genre de pulsions auxquelles cette
autorité défendait expressément de donner libre cours. Force était à l’enfant
de renoncer à satisfaire cette agressivité vindicative (1930).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Par identification, le surmoi « s’approprie toute l’agressivité qu’on eût


préférée en tant qu’enfant pouvoir exercer contre l’autorité elle-même ».
Ce renversement de situation dans la fantaisie vengeresse de l’enfant de
Malaise dans la civilisation – « Si j’étais le papa et toi l’enfant, comme je
te maltraiterais ! » – était déjà à l’œuvre dans la bravade de l’enfant à la
bobine – « Eh bien, pars donc, je n’ai pas besoin de toi, c’est moi qui
t’envoie promener » –, ainsi Freud traduit-il le message envoyé à sa mère
par le petit joueur à la bobine (1920a, p. 54).
28 NARCISSISME ET DÉPRESSION

1.3 Après Freud : le narcissisme et ses doubles


1.3.1 Le moi et le soi
Ce sont des exigences liées à leur clinique qui ont amené des psycha-
nalystes anglo-saxons à ajouter la notion de self à la métapsychologie
freudienne du moi, ainsi révisée : ils tentent avec cette notion de répondre
aux problèmes rencontrés dans certaines cures, qu’il s’agisse par exemple
des patients qu’Hélène Deutsch (1942) appelle « as if », à l’espace
psychique vide d’émotion malgré leur adaptation à la réalité externe, ou
des psychotiques qui recourent selon Edith Jacobson (1975) à l’externali-
sation pour maîtriser des parties de soi impossibles à intégrer sur une
scène psychique interne.
Malgré l’écart linguistique et culturel entre le registre du self anglais
qui évoque davantage l’expérience d’un espace psychique personnel
tandis que le soi en français se réfère davantage à l’arrimage du repère
fixe et clos du « quant à soi », la notion de « soi » met l’accent, à côté de
la fiction de l’appareil psychique freudien, sur sa réalité vivante (Pontalis,
1973).
La notion de self, qui prend des acceptions bien différentes selon les
auteurs – E. Jacobson évoque un « self primaire psychophysiologique »,
Erik Erikson une « identité » –, se développe globalement dans la littéra-
ture anglo-saxonne selon deux orientations. Assimilée à l’élan vital, cette
notion finit par amener des auteurs comme Hans Guntrip (1968) à
désexualiser la libido, en remplaçant le moi freudien par un soi naturel
primaire qui se développe et s’accomplit jusqu’à un soi total : un tel recen-
trage sur la personne s’éloigne de la prévalence accordée au sexuel et à
l’inconscient, et donc des acquis les plus novateurs de la psychanalyse
freudienne. Une autre conception du self le définit dans la lignée d’Hart-
mann comme « instance représentative des investissements narcissiques »
(Green, 1983, p. 80). En France, Bela Grunberger (1971) avait déjà proposé
d’ajouter aux instances de la deuxième topique, moi, ça et surmoi, une
quatrième instance, le narcissisme.

■ La psychologie du moi
Heinz Hartmann, Ernst Kris et Rudolf Loewenstein, analystes viennois
qui fuirent le nazisme en émigrant aux États-Unis, se proposèrent à partir
des années 1950 de clarifier le concept freudien du moi, trop polysé-
mique à leurs yeux puisqu’il décrit à la fois l’objet de l’amour narcissique
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 29

et une instance psychique opposée aux autres instances de la personna-


lité, pourvue de fonctions trop multiples. Ces fonctions, qui assurent
l’épreuve de réalité et la défense anti-pulsionnelle, sont même à leurs
yeux contradictoires.
Hartmann (1950) va ainsi définir le narcissisme comme l’investisse-
ment libidinal non du moi mais du soi (self) : le self va « s’opposer à
l’objet tout en faisant partie du moi » (A. Oppenheimer, 1996). Et le moi-
instance ne garde qu’une partie des fonctions qu’il avait chez Freud :
Hartmann privilégie en effet l’adaptation, qui chez l’être humain régule
les rapports entre l’environnement et un organisme dont l’autoconservation
n’est pas biologiquement garantie.
L’adaptation est pour Hartmann, Kris et Loewenstein l’une des fonc-
tions du moi. À côté des pulsions au-dedans et de la réalité au-dehors, le
moi, loin comme pour Freud de dériver du ça, serait pour Hartmann une
troisième force du développement, parallèle à la maturation biologique,
ouverte sur l’environnement, et susceptible de constituer « une aire libre
de conflits » où les mouvements pulsionnels, tant libidinaux qu’agressifs,
sont neutralisables si la réalité externe n’entrave pas sa maturation.
S’ajoute ainsi aux points de vue topique et dynamique un point de vue
génétique, au rôle prévalent ; du point de vue économique, dans cette
conception toute l’énergie du ça peut se mettre à la disposition des buts
du moi, à condition que les fonctions de synthèse et d’intégration du moi
soient opérantes.
En écartant de l’analyse du moi toute sa dimension spéculaire, de
méconnaissance et d’organisation défensive contre les revendications
pulsionnelles, à laquelle s’attachera Lacan, la psychologie du moi privilé-
gie ses « fonctions autonomes » de régulation et d’adaptation à la réalité
externe. Au lieu de se centrer sur la réalité psychique interne, comme le
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

propose Freud, elle souligne l’impact du monde extérieur sur le dévelop-


pement de l’individu, ce qui l’amène à compléter et parfois transformer la
théorisation freudienne du moi. Après le discrédit violent jeté par Lacan
(1956) sur « de vieilles nouveautés et de nouvelles vieilleries » au plus
loin de la chose freudienne, Agnès Oppenheimer (1996) a étudié de près
ces courants psychanalytiques nés aux États-Unis : elle met en évidence
comment ils intègrent la psychanalyse dans une psychologie que parado-
xalement ils fondent. C’est précisément ce risque de diluer le vif de la
découverte analytique – la conflictualité intra-psychique, le sexuel et
l’inconscient – qu’a vivement dénoncé Lacan dès les années 1950.
30 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Otto Kernberg (1975), en étudiant les états limites (borderline) et les


personnalités narcissiques – notions importées en France par Bergeret
(1970), largement développées et remaniées par André Green (1983,
1990), notamment à partir de la psychanalyse britannique – a hérité
directement d’Hartmann la conception du narcissisme normal comme
investissement libidinal du soi, dont l’origine n’est pas seulement
pulsionnelle. Cet investissement libidinal naît aussi des relations entre le
soi et d’autres structures intra-psychiques – au sein du moi, du surmoi et
du ça. Kernberg définit en effet le soi comme « une structure intra-
psychique constituée des multiples représentations de soi et des tendan-
ces affectives qui y correspondent » : au-delà du narcissisme normal, une
telle structure intègre des éléments investis de façon libidinale et agres-
sive, et cette intégration de l’amour et de la haine est indispensable pour
ce qu’il appelle « une capacité d’amour normal ».

Les représentations du soi sont les structures cognitives et affectives qui


traduisent la perception qu’une personne a d’elle-même dans ses interactions
réelles avec d’autres personnes importantes et dans ses interactions fantas-
matiques avec les représentations internes de ces autres personnes, c’est-
à-dire avec les représentations d’objet (p. 128).

Le soi fait partie du moi, comme en font partie les représentations


d’objet et les images idéales – de soi, de l’objet.
Le narcissisme est ainsi défini par Kernberg comme l’intériorisation de
représentations de soi et d’autrui, et « ce sont les aléas de ces intériorisa-
tions, donnant à la formation de l’image de soi des particularités de déve-
loppement, qui expliquent la diversité des organisations narcissiques »
(D. Marcelli, in Kernberg, 1975b, trad. fr., 1980, p. 10).

■ La psychologie du self : Heinz Kohut


Kohut, qui lui aussi pour fuir Vienne et le nazisme émigre aux États-Unis,
va approfondir la redéfinition du narcissisme amorcée par Hartmann.
Avec Kohut, le self, noyau d’identifications et centre des processus de
défense et de résistance, va se séparer davantage encore du moi et devenir
autonome au point de fonder une nouvelle métapsychologie. Alors que le
retrait narcissique de la libido sur le moi était considéré comme un obsta-
cle à la cure et au transfert, Kohut, en privilégiant l’empathie dans
l’écoute, s’est attaché à la valeur défensive de ces résistances narcissiques
dans la cure, devant des angoisses de désintégration ou d’anéantissement
qu’un thérapeute dépourvu d’empathie peut réactiver. Diverses modalités
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 31

d’un transfert narcissique, jusque-là réputé entraver le processus même


de la cure chez des patients de ce fait « inanalysables », s’avèrent témoi-
gner en fait de la reprise d’un développement inachevé du narcissisme
(qu’il soit fixé, refoulé ou clivé), et représentent un lien narcissique avec
un autre, non séparé de soi : une relation self-objet, selon le terme de
Kohut :

Avec la découverte du transfert narcissique, le narcissisme ne peut plus


être compris comme un retrait libidinal sur le moi ; ce n’est pas la cible qui
le définira, mais la qualité de l’expérience. Le narcissisme qui s’oppose à
l’amour d’objet est une relation self-objet où autrui est une fonction. Nar-
cissisme et amour d’objet se développent, parallèlement et en interaction,
de modes archaïques en modes matures (Oppenheimer, 1996).

Dans cette « psychologie du self restreinte » où le self définit un


contenu de l’appareil psychique présent dans les trois instances, Kohut
(1971) propose d’abord une théorie du narcissisme qui complète celle de
Freud, et sur le plan psychopathologique distingue les organisations limi-
tes et les psychoses dont le self est resté fragmenté et vulnérable, des
personnalités narcissiques dont le self est arrivé à une relative stabilité.
Au modèle génétique, prégnant ici aussi, s’ajoute le point de vue écono-
mique. Configuré en soi grandiose (sur le modèle du moi idéal freudien)
ou en imago parentale idéalisée (sur le modèle de l’idéal du moi), le self a
été entravé dans son développement : à la suite du refoulement de besoins
liés aux pulsions partielles non reconnus, le moi s’est trouvé appauvri d’une
source libidinale, tandis que le retour de ces besoins refoulés menace le
moi de honte et d’angoisse.
Kohut va peu à peu désexualiser son premier modèle : dans la « psycho-
logie du self généralisée » qu’il propose ensuite1, le self ne provient plus
de noyaux auto-érotiques liés aux pulsions partielles, mais il est poten-
tiellement présent, d’emblée, dans le regard des parents : « Le self va
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

devenir un principe de motivation relativement autonome auquel les


pulsions sont normalement intégrées » (A. Oppenheimer, 1996) ; le self
devient le self-objet lui-même, étendu à toute dimension narcissique de
l’expérience, et le transfert self-objet, en lequel se généralise le transfert
narcissique, est la toile de fond de tout transfert.

1. A. Oppenheimer (1996) rend compte de ces développements dans deux ouvrages de Kohut, The
Restoration of the Self, New York, International Universities Press, 1977, et Self Psychology and
the Humanities, New York, Londres, Norton, 1985.
32 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Selon A. Oppenheimer, cette « psychologie du self généralisée »


promue par Kohut, qui veut substituer à l’homme coupable décrit par
Freud un « homme tragique », se situe au-delà du champ de la psycha-
nalyse proprement dite. Mais en donnant la prévalence au principe de
préservation du self, Kohut renverse aussi la métapsychologie freudienne :
il relègue l’angoisse de castration derrière l’angoisse de désintégration,
qui serait canalisée par le complexe d’Œdipe, lequel lui-même ne
serait organisateur que si le self est suffisamment fort. Ainsi, dans les
perversions, le self utiliserait les pulsions sexuelles, qui normalement
lui sont intégrées, pour retrouver une cohésion perdue, cette sexualisation
aurait une valeur de défense narcissique. Bon nombre de récentes théori-
sations freudiennes sur les perversions sexuelles s’appuient sur ce modèle
théorique.

■ Le moi ou le soi ? De l’utilité du concept de soi

Laplanche (1972) et Pontalis (1973) ont montré que la clarification du


moi freudien proposée par l’Ego-psychology gommait en fait une contra-
diction intrinsèque au moi, qui fait toute l’originalité de sa conception
psychanalytique. Si Freud confond délibérément le moi et le soi comme
« réservoir de libido » (1914), comme vésicule protoplasmique qui repré-
sente l’organisme chez l’humain (1921), c’est que d’après ces auteurs, le
moi est aussi le self. Dès l’« Esquisse d’une psychologie scientifique » de
1895, « le grand texte de Freud sur le moi » selon Laplanche, le moi
apparaît comme ce noyau de représentations investies, dont l’action
permet d’inhiber le processus primaire et de distinguer hallucination et
perception. Il ne peut être ainsi différencié des investissements narcissi-
ques qui le constituent : c’est la pertinence métapsychologique de cette
notion de self que contestent, après Lacan, Laplanche et Pontalis, même
si, comme le concède Pontalis, les travaux de Kohut sur la pathologie du
soi ont permis d’explorer plus finement les troubles narcissiques.

1.3.2 Le self chez Winnicott

■ Le vrai et le faux soi

Les développements de Winnicott sur le soi ne veulent pas s’ancrer dans


une psychologie du moi, mais dans la dialectique relationnelle primaire :
c’est l’environnement, la mère, qui oriente le self et rend possible son
devenir. Si le moi est une forme fixe, le self serait pour Winnicott ce qui
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 33

anime cette forme, ce qui représente dans l’espace psychique le vivant et


le fait de vivre.
Son expérience clinique auprès de bébés et d’adultes présentant des
états limites a amené le pédiatre et psychanalyste anglais à faire l’hypo-
thèse d’un vrai et d’un faux self. La mère « normalement dévouée à son
bébé », suffisamment adaptée à ses gestes et ses besoins (d’abord besoins
corporels, puis besoins du moi), lui permet de croire à une réalité externe
qu’il créerait et contrôlerait, puis de renoncer à cette illusion, lui ouvrant
ainsi l’accès au symbole. Le « vrai self » en action est ce geste spontané
et réel de l’enfant, né dans cette dialectique de la relation à l’objet mater-
nel primaire. Quand l’adaptation de la mère n’est pas « suffisamment
bonne », le nourrisson secrète un « faux self » qui se soumet aux exigen-
ces de l’environnement et élabore des relations artificielles, basées sur
l’imitation bien plus que sur l’introjection. Cette construction d’un faux
self permet de dissimuler le vrai et protège le sujet de l’anéantissement,
mais engendre un « sentiment d’irréalité ou d’inanité ».

■ La capacité d’être seul


Winnicott ajoute pourtant un territoire aux contrées du moi et du narcis-
sisme : l’espace potentiel entre les extensions du moi et le non-moi, qui
se situe entre le domaine où il n’y a rien, sinon moi, et le domaine où il y
a des objets et des phénomènes qui échappent au contrôle omnipotent
(1951 et 1971a). Pouvoir habiter cet espace potentiel, c’est pouvoir être
seul en présence de quelqu’un d’autre (1958). Le nourrisson a cette capa-
cité quand le support du moi offert par la mère compense naturellement
l’immaturité du moi ; l’adulte qui a intériorisé la mère a également cette
capacité d’être seul. Dans cette situation, la dialectique relation au moi/
relation au ça peut se déployer, et assurer la continuité d’être : assez loin
du modèle de la conflictualité freudienne, le moi est « fortifié », selon le
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

terme de Winnicott, par les relations au ça pulsionnel elles-mêmes inscrites


dans le cadre d’une relation au moi.

1.3.3 Le moi dans le miroir

Selon Pontalis (1973), « entre le moi spéculaire, forme “imaginaire” de


Lacan, et le moi autonome de Hartmann, il n’y a pas de communication
possible. L’ennui est que, dans le fonctionnement psychique, cette
bipolarité existe bien au sein de la même instance ». Avant de revenir
sur la fécondité de cet « ennui », qui fait du narcissisme un concept par
34 NARCISSISME ET DÉPRESSION

définition polymorphe, il faut s’attarder sur cet autre visage du moi –


cette image dans le miroir sur laquelle Lacan s’est penché.

■ Lacan et le stade du miroir


Lacan (1949) s’appuie sur les travaux d’Henri Wallon (1934) : ce psycho-
logue confère déjà deux fonctions à l’expérience que fait l’enfant en
regardant dans un miroir sa propre image, sans réaliser d’emblée le lien
entre son propre corps et cette image spéculaire. Le stade du miroir,
moment clé dans l’évolution de la « conscience du corps propre », amène
l’enfant à se doter d’une image globale, unifiée, d’un corps dont il ne peut
percevoir que certains fragments, mais il prélude aussi à l’activité de
représentation, d’abstraction, de symbolisation. Wallon rapporte ainsi
dans ses observations qu’à trente-cinq semaines, l’enfant regarde son
image dans la glace chaque fois qu’on l’appelle par son nom, tout en riant
et tendant les bras à cette même image dont subsiste l’illusion de la
réalité :

Entre l’expérience immédiate et la représentation des choses, il faut néces-


sairement qu’intervienne une dissociation qui détache les qualités et
l’existence propre à l’objet lui-même des impressions et des actions où il
est initialement impliqué, en lui attribuant entre autres caractères essen-
tiels, ceux de l’extériorité. Il n’y a de représentation possible qu’à ce prix
[…] Sitôt qu’il voit sa propre image, elle cesse de coïncider dans l’espace
avec son propre corps et il doit la tenir pour sans réalité ; et sitôt qu’il sup-
pose la réalité de son aspect extéroceptif, il doit le tenir pour inaccessible
à ses propres sens (Wallon, 1934).

Lacan (1949) fait lui aussi de cette « assomption jubilatoire de son


image spéculaire par l’être encore plongé dans son impuissance motrice
et la dépendance du nourrissage » le moment constitutif de l’unité du
moi : entre six et dix-huit mois, l’enfant qui vit jusque-là sous le seul
règne des pulsions partielles et des objets partiels, finit par renoncer au
fantasme de corps morcelé et conquiert ainsi une image corporelle unifiée
– celle de son propre corps et du corps d’autrui.
En ajoutant aux travaux de Wallon les apports de l’éthologie, Lacan
fait aussi de cette expérience de l’image dans le miroir la matrice de
tout processus identificatoire, qu’il définit précisément comme « la
transformation produite chez le sujet quand il assume une image »
(Lacan, 1949).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 35

Cette expérience comporte trois temps, comme le précise Victor Smir-


noff (1992). L’enfant commence par percevoir le reflet comme un être
réel qu’il tente de saisir et dont il s’efforce d’approcher, dans un moment
de confusion entre soi et l’autre. Puis il comprend que l’autre dans le
miroir n’est pas un être réel mais une image qu’il ne cherche ni à saisir ni
à découvrir, car il sait qu’il n’y a rien derrière le miroir. L’enfant sait dès
lors établir la distinction entre l’image de l’autre et la réalité de l’autre.
Enfin, il comprend que cette image de l’autre est en fait sa propre image :
l’identification à cette forme corporelle structurée en tant qu’unité consti-
tue le premier nœud imaginaire, que Lacan (1949) appelle l’identifi-
cation primordiale. Cette image spéculaire, « souche des identifications
secondaires », correspondrait pour Lacan au moi idéal décrit par Freud
(1914) dans « Pour introduire le narcissisme ».
Ainsi cette « forme totale du corps », dans laquelle « se précipite le
je » pour Lacan, situe l’instance du moi « dans une ligne de fiction » :
elle n’est donnée au sujet « que comme Gestalt, c’est-à-dire dans une
extériorité où certes cette forme est plus constituante que constituée, mais
où surtout elle lui apparaît dans un relief de stature qui la fige et sous une
symétrie qui l’inverse, en opposition à la turbulence de mouvements dont
il s’éprouve l’animer » (1949).
C’est tout le paradoxe de cette expérience du double dans le miroir : si
elle permet à l’enfant de se dégager de son image morcelée pour se repré-
senter son corps propre comme un corps unifié, si elle lui permet de saisir
la distinction entre lui-même et l’autre, de s’identifier comme sujet et de
reconnaître l’autre comme objet, cette identification spéculaire s’avère
fondamentalement aliénante puisque c’est en s’identifiant à une image
qui n’est pas lui-même que l’enfant peut se reconnaître dans le miroir.
Cette identification où le sujet est son propre double, comme le dit Smir-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

noff (1992), et où il ne peut se reconnaître qu’en se méconnaissant,


marque l’ensemble de la dynamique identificatoire du sceau de l’imagi-
naire, et du même coup d’une agressivité posée par Lacan comme
« tension corrélative de la structure narcissique dans le devenir du sujet »
(Lacan, 1948) : en termes lacaniens, « l’effet structural d’identification
au rival », qui est au fondement des identifications œdipiennes secondai-
res produites par introjection de l’imago du parent de même sexe, est
« préparé par une identification primaire qui structure le sujet comme
rivalisant avec soi-même ».
36 NARCISSISME ET DÉPRESSION

C’est aussi l’expérience du miroir qui pour Lacan règle le partage entre
l’imaginaire et le symbolique. Si elle permet à l’enfant de s’identifier
comme sujet devant le miroir, c’est dans la mesure où il n’y est pas seul
avec son image : il interroge l’autre, qui assiste effectivement ou non à
son jeu, sur ce qu’il voit ou ce qu’il est. Cet autre qui n’est déjà plus le
semblable, c’est la mère comme autre réel, mais c’est aussi en termes
lacaniens l’Autre – le langage dans lequel se fait l’interrogation,
l’instance symbolique elle-même : dans une telle expérience de totalisa-
tion qui met à l’épreuve les rapports entre le particulier et le général, dit
Rosolato, « c’est le langage seul qui permet d’accéder à la différence
entre le signifiant et le référent, entre les signifiants et leurs substitutions,
d’user des opérations d’affirmation, de négation et de conjonction/
disjonction » (1975, p. 159).
À ce moi aliéné dans sa « prison de verre », capturé par son reflet
spéculaire et pris dans une fonction de méconnaissance, Lacan oppose
ainsi le Je parlant, sujet divisé de l’inconscient. Ce moi purement imagi-
naire est aux antipodes de cette instance supérieure de synthèse et d’unité,
garante d’un rapport stable et non fantasmatique à la réalité externe, que
promouvait la psychologie du moi d’Hartmann, Kris et Loewenstein.

■ Winnicott : le visage de la mère et le miroir


Influencé par l’article de Lacan, comme il le dit lui-même, Winnicott
(1971a) met en relation le miroir dont Lacan décrit la fonction dans le
développement du moi de tout individu et le visage de la mère, précur-
seur du miroir. Les yeux et l’expression du visage maternel, le miroir
dans lequel ils peuvent se refléter, permettent la reconnaissance du soi.
En effet, quand le bébé tourne son regard vers le visage de sa mère qui le
regarde, c’est lui-même qu’il voit, reflété dans ce regard porté sur lui qui
observe et qui approuve : « Quand je regarde, on me voit, donc j’existe :
je peux alors me permettre de regarder et de voir », créativement.
Un tel « réfléchissement du soi » ne peut advenir si, sur son visage
figé, la mère ne reflète que son état d’âme à elle, ou la rigidité de ses
propres défenses, dit Winnicott. Dans ces cas, pathologiques, « la menace
d’un chaos se précise et le bébé organise son retrait ou ne regarde rien,
sinon pour percevoir, et cette perception devient une défense […] Si le
visage de la mère ne répond pas, le miroir devient alors une chose qu’on
peut regarder, mais dans lequel on n’a pas à se regarder ». Cette fonction
réfléchissante du soi peut d’ailleurs être assurée par chacun des membres
de l’environnement familial – et la famille tout entière.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 37

■ Les dédoublements narcissiques


et « l’objet de projection narcissique » (G. Rosolato)

G. Rosolato (1976) revient sur cette relation au double dans le miroir,


déjà évoquée par O. Rank (1914) qui faisait du reflet le symbole du
narcissisme. Il développe sa réflexion à partir de l’analyse lacanienne du
stade du miroir, mais aussi d’une lecture critique des apports anglo-
saxons, notamment de Kohut et de sa psychologie du self.
Le dédoublement, fondamental dans l’expérience spéculaire, est pour
G. Rosolato à l’origine des différents clivages qui constituent les
instances psychiques : clivage entre le moi et les idéaux (moi idéal,
idéal du moi), clivage entre le moi et le sujet. Le moi, constitué des
représentations de soi, corporelles ou psychiques, acquises, expérimen-
tées, conscientes ou inconscientes, a pour double le moi idéal, décrit par
Kohut sous sa forme clinique, le moi grandiose. Ce moi idéal, lui-même
image actuelle ou souhaitée, produite par l’idéalisation autonome ou paren-
tale, peut être projeté sur un support, « objet de projection narcissique »
choisi par le sujet pour des ressemblances susceptibles de le faire fonction-
ner comme double. De même, alors que le moi peut se réduire à une image
dans le regard d’autrui, le sujet est, dit G. Rosolato, « un être de
langage » qui, de ce fait, « se manifeste et s’efface » à la fois, inscrivant
ainsi sur fond de conscience de soi la relation à l’Autre, à l’inconscient.
Pour cet auteur, la notion de « self », totalisante, ne tient d’ailleurs pas
compte de ce microclivage intra-subjectif et méconnaît l’altérité irréductible
de l’inconscient.
Clivage intrapsychique et projection de l’un des pôles sur l’objet de
projection narcissique caractérisent ainsi pour cet auteur le dédoublement
narcissique ; chacun de ces pôles a une force destructive exaltée par le
passage à l’absolu idéal. Le dédoublement permet à la fois d’éliminer et
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de retrouver, fût-ce illusoirement, ce qui est exclu.


Si la bipolarité, l’opposition entre une unicité, une plénitude et une
totalité corporelles perçues dans la jubilation et la rivalité avec le
semblable, constituent pour G. Rosolato la dynamique de l’image
spéculaire, une telle oscillation caractérise le narcissisme lui-même,
comme projet de faire coïncider, de dominer dans une même série les
oppositions.
38 NARCISSISME ET DÉPRESSION

1.3.4 Narcissisme normal et pathologique,narcissisme de vie et de mort


Cette oscillation, qui caractérise tous les éléments structuraux du narcis-
sisme, en fait selon l’expression de G. Rosolato un « phénomène de fron-
tière, mitoyen avec le potentiel d’un en deçà (la régression, la folie ou la
mort) et d’un au-delà de progrès en puissance » (1976). Ainsi le retrait de
l’investissement libidinal sur le moi : cette régression peut constituer un
palier qui permette de se dégager d’une quête anaclitique de l’objet,
comme elle peut mener, à travers le rejet de l’objet, jusqu’à un isolement
mortifère. De même, l’idéalisation oscille entre ses effets structurants
dans les processus identificatoires et les effets mortifères et immobili-
sants du clivage qu’elle sous-tend. Même si la frontière est toujours flot-
tante et incertaine, du fait non seulement de ce continuum posé par Freud
entre le normal et le pathologique mais aussi de la structure intrinsèque
du narcissisme, la distinction s’impose entre un narcissisme suffisant et
un narcissisme excessif, entre un narcissisme trophique et un narcissisme
toxique.
Pour A. Green aussi, Narcisse est Janus. En dégageant deux faces du
narcissisme, qu’il a appelées narcissisme de vie et narcissisme de mort, il
revient sur l’articulation entre le narcissisme et la pulsion de mort, laissée
en friche par Freud. Même si Freud l’a « oublié » avec le remaniement de
la deuxième topique en 1920, le narcissisme introduit en 1914 porte en
germe le dualisme entre Éros et Thanatos ; tout en rassemblant sous une
seule énergie – la libido – la conflictualité psychique, ce concept bipo-
laire a deux visages : le narcissisme de vie et le narcissisme de mort. Ce
sont ces rapports entre narcissisme et pulsion de mort que Green (1983)
propose de penser sous le terme de « narcissisme négatif », « double
inversé » du narcissisme positif.
Soulignons-le d’emblée : si ce « narcissisme négatif » apparaît super-
posable au plus mortifère des narcissismes pathologiques, le travail du
négatif, qui permet la liaison de la pulsion de mort par un objet maternel
primaire entre présence et absence, comporte intrinsèquement lui-même
une dimension positive, non seulement trophique pour le sujet mais consti-
tuante, comme le montre la conception freudienne de « La négation »
(1925) évoquée plus haut.
Sur l’une des faces de Narcisse-Janus, le narcissisme positif, explicite-
ment décrit par Freud en 1914, autrement dit l’investissement libidinal du
moi par ses propres pulsions, soutient la visée de son unification et
neutralise l’objet dont le moi se rend ainsi indépendant. Mais cette indé-
pendance, aussi précieuse soit-elle puisqu’elle prémunit de la perte de
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 39

l’objet, est précaire – « jamais le moi ne peut remplacer totalement


l’objet », dit Green (1966-1967), qui déduit l’autre face de Narcisse-
Janus des développements freudiens ultérieurs :

Le narcissisme négatif sous la domination du principe de Nirvana, repré-


sentant des pulsions de mort, tend vers l’abaissement au niveau zéro de
toute libido, aspirant à la mort psychique […] Au-delà du morcellement
qui fragmente le moi et le ramène à l’auto-érotisme, le narcissisme primaire
absolu veut le repos mimétique de la mort.

Ce n’est plus l’unification qui est recherchée, mais le néant, non plus
l’un mais le zéro.
C’est un troisième pôle qui permet en fait de comprendre comment
travaille ce négatif au cœur de la structure narcissique elle-même.
L’hallucination négative de l’objet maternel primaire permet de lier cette
tendance au zéro de la pulsion de mort ; par la projection des mouve-
ments pulsionnels internes sur un tel objet neutralisé, se constitue une
enveloppe vidée, mortifiée qui vient renforcer le pare-excitation et fournir
une structure, un cadre vide à l’intérieur duquel la vie psychique du sujet
va pouvoir s’inscrire et se déployer.
Green fait en effet de ce moment où l’enfant peut négativer la présence
de la mère, que Freud avait décrit dans le jeu du fort-da, la condition de
possibilité de l’activité de représentation, d’une mémoire encore sans
contenu, et de l’auto-érotisme. Il pose ainsi l’absence et la perte au
fondement de la pensée mais aussi de l’investiture narcissique, en deçà
de l’investissement narcissique. « […] L’hallucination négative signe
avec la perception globale de l’objet la mise hors-je de celui-ci, à quoi
succède le je-non-je sur quoi se fondera l’identification » (Green, 1966-
1967).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Cette hallucination négative s’accompagne du renversement de la pola-


rité mère-enfant, comme si dans le miroir l’enfant était vu par quelqu’un
d’autre :

Il se traite comme elle le traite dès lors qu’elle n’est plus cette simple ex-
centration de lui. La mère est prise dans le cadre vide de l’hallucination
négative et devient structure encadrante pour le sujet lui-même. Le sujet
s’édifie là où l’investiture de l’objet a été consacrée au lieu de son inves-
tissement. Tout est alors en place pour que le corps de l’enfant puisse venir
se substituer au monde extérieur (Green, 1966-1967).
40 NARCISSISME ET DÉPRESSION

L’investiture narcissique est ainsi ce qui vient compenser la différence


instaurée par la séparation entre la mère et l’enfant : « Le narcissisme est
l’effacement de la trace de l’Autre dans le désir de l’Un. » Et c’est préci-
sément le défaut de cette hallucination négative de l’objet primaire qui,
selon Green, est à l’origine des pathologies narcissiques les plus graves.

1.4 Narcissisme et psychopathologie


Avant de revenir en détail sur les liens étroits entre narcissisme et perver-
sion, nous allons préciser la place du narcissisme dans les grandes
catégories de la nosographie psychanalytique.

1.4.1 La place du narcissisme dans les névroses, les psychoses


et les organisations limites de la personnalité

■ Narcissisme et névroses
Les successeurs de Freud ne se sont guère attachés aux relations entre
narcissisme et névrose. Pourtant, les notations de Freud sur « l’angoisse
de castration, c’est-à-dire l’intérêt narcissique pour l’organe génital »
(1925) et « ce morceau de narcissisme » qu’est le pénis donnent la
mesure des enjeux narcissiques de la problématique de castration. De
même, le poids des formations idéales dans la constitution du moi et la
conflictualisation intrapsychique entre les différentes institutions du moi
(et notamment avec le surmoi) amènent à accorder une place importante
à ce que Daniel Widlöcher (1994) appelle la « régulation narcissique »
dans la névrose. D’un point de vue psychopathologique, D. Widlöcher
souligne le rôle déterminant qu’y jouent les formations narcissiques
inconscientes : « fixation narcissique à des représentations de soi dans
une relation phobique d’objet dans l’hystérie, formation mégalomaniaque
et sadique dans la névrose obsessionnelle » (p. 435).
* Le narcissisme dans l’hystérie
C’est sur le terrain d’une grande fragilité narcissique que se construit et
se déploie l’hystérie : fragilité intrinsèque du narcissisme féminin, redou-
blée par la défaillance d’un objet maternel primaire dont les fonctions de
pare-excitation ou de contenance psychique seraient insuffisantes ou
inadéquates pour un enfant (futur hystérique) alors débordé par ses
fantasmes. Une telle défaillance maternelle peut retentir sur la solidité et
la fiabilité des limites entre dedans et dehors, moi et non-moi, au point
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 41

que la nosographie a dans certaines configurations complexes du mal à


démêler l’hystérie grave ou atypique, en proie aux aléas de la castration,
de la pathologie narcissique où les vécus dépressifs renvoient à la préca-
rité des étayages précoces (B. Brusset, 1999, p. 40-48).
Néanmoins, le paradigme (névrotique) de l’hystérie ne disparaît pas
pour autant au profit du narcissisme. Bien que l’identification s’avère au
fil de la conceptualisation freudienne une opération fondamentalement
narcissique, la différence que Freud pose dans « Deuil et mélancolie »
entre identification narcissique et identification hystérique garde toute sa
pertinence : dans l’identification narcissique, « l’investissement d’objet est
laissé vacant », tandis que dans l’identification hystérique, l’objet continue
d’être investi (Freud, 1917, p. 269).
La fragilité intrinsèque du narcissisme féminin
Après avoir noué dans son article de 1910 sur « Les troubles psychogènes
de la vision » la cécité hystérique à l’excès d’excitation du regard posé
sur soi, Freud caractérise dès 1914 le choix d’objet narcissique comme
caractéristique des pervers, des homosexuels et des femmes. Jacqueline
Lanouzière (1999) souligne combien le narcissisme féminin lui-même
se construit « sous la tyrannie du visible ». Marquée dans le regard
qu’elle pose sur son sexe par un défaut du visible, un manque à voir, la
fille dépendrait dans son identité même du désir et du regard de l’autre,
et cet assujettissement-là jouerait un rôle majeur dans ses relations
objectales :

De ce constat visuel originaire d’une absence qui la fait déclarer de sexe


féminin, de ce regard posé sur un corps dont il ne retient, à la première vue,
que le manque, de cette première et brûlante rencontre blessante en son
essence pour la constitution de son narcissisme, dérive le surinvestissement du
visible, de ce qui se voit, se montre, s’exhibe (p 190).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Le regard maternel investirait ainsi, comme un équivalent phallique, le


corps tout entier de la fillette, alors qu’il privilégierait le sexe visible du
petit garçon. S’il soutient ainsi l’exhibitionnisme de la fille, cet
« enveloppement narcissique » attache aussi la fille au visible, au donné à
voir, ainsi qu’au regard de l’autre, tout en refoulant et pour la mère et
pour la fille la sexualité génitale. Un tel investissement phallique du corps
tout entier peut étendre l’angoisse de castration à l’être même de la fille,
érigée dans le regard d’une mère qui colmate ainsi son propre manque à
être. Mais, comme le souligne François Perrier (1968) à propos de
l’hystérie chez l’homme, un « vacillement subjectal » analogue peut se
42 NARCISSISME ET DÉPRESSION

produire pour le garçon quand il est confronté au « phallicisme


incertain » d’un père par exemple obligé de se rassurer dans l’alcoo-
lisation.
La perception de la différence anatomique des sexes n’est pas seule à
retentir de façon spécifique dans la construction du narcissisme féminin ;
les modalités du conflit œdipien chez la fille ont aussi un impact sur cette
édification. Lanouzière montre comment l’amertume de la rivalité
œdipienne atteint le narcissisme de la fille à l’égard d’un père et d’une
mère qui l’ont l’un comme l’autre séduite puis abandonnée, et la pousse à
répéter le fantasme typiquement hystérique de la séduction et de l’aban-
don (J. Lanouzière, 1999, p. 199). À travers le fantasme de séduction,
c’est en effet toute la sexualité qui se trouve intriquée à l’expérience et à
l’angoisse de perte d’objet, que l’attraction sexuelle (à la fois l’attraction
du sexuel et l’attraction par le sexuel) réveille et s’efforce en même temps
de compenser, dans un mouvement paradoxal qui caractériserait la
problématique hystérique déployée dans le fantasme de prostitution : un
tel fantasme met en œuvre une séduction active en contre-investissement
du désir d’être séduit(e) par le père (Freud, 1919a).
L’enveloppe d’excitation chez l’hystérique
À cette attaque narcissique liée aux modalités féminines de l’angoisse de
castration, qui noue d’une manière spécifique manque à voir, manque à
avoir et manque à être, et qui cause une « hystérie par excès »
(J. Lanouzière, 1999), s’ajoute la défaillance d’un objet maternel primaire à
la fois excitant et insuffisamment étayant, qui peut produire une
« hystérie par défaut ».
La fragilité narcissique intrinsèque de la fille, ainsi soumise au destin
que lui imposerait son anatomie, la rend en effet particulièrement sensi-
ble à la défaillance des fonctions narcissisantes et identificatoires du
regard de l’autre. Face aux ratés du maternage et aux menaces qu’ils font
peser sur la cohésion du moi naissant, Annie Anzieu (1987) fait une
hypothèse voisine de celle du « traumatisme cumulatif » élaborée par
Masud Khan (1976), où s’ajoutent les défaillances dans la fonction
secourable et pare-excitante de la mère et les auto-traumatismes par trop
d’excitations sexuelles compensatrices. Pour A. Anzieu, « la forme des
défenses maternelles contre la dépression peut introduire chez le bébé un
investissement démesuré des excitations sensorielles confondues avec les
excitations internes sans que, du fait d’une maturité insuffisante, le moi
puisse intégrer ce trop-plein d’excitation. Dans ce cas, l’enfant peut se
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 43

constituer une enveloppe d’excitation dans laquelle il se trouve enfermé


et évolue séparément » (p. 114). L’enfant futur hystérique, à la recherche
d’enveloppes psychiques, va ainsi mettre en place un moi-peau de substi-
tution à travers cette enveloppe d’excitation permanente, qui résulterait
d’un processus d’introjection de la mère excitante à travers ses soins
et protégerait de la déception maternelle – elle protégerait à la fois
d’une mère décevante quant aux soins psychiques qu’elle peut prodi-
guer à l’enfant, et du risque d’être décevante pour la mère. Une telle
enveloppe d’excitation jouerait ainsi le rôle d’une prothèse narcis-
sique qui garantirait l’unité et la continuité du moi, toujours menacées,
dans un déni de la dépression par lequel l’hystérie s’apparenterait à la
perversion.
G. Rosolato (1988) souligne qu’une telle lutte contre la déréliction
première et le manque d’amour peut s’exprimer sur un double versant :
l’expansion dans l’angoisse ou la séduction, avec une quête effrénée et
jamais satisfaite de l’amour absolu, ou bien la rétraction dépressive, la
régression déficitaire (qui caractérise la « bêtise hystérique »), ou la
conversion somatique. L’hystérie se rapprocherait alors des pathologies
du narcissisme par ces mouvements de désinvestissement narcissique,
mais s’en distinguerait par le maintien de l’investissement objectal : le
retrait narcissique dans l’hystérie a une fonction défensive face à
l’angoisse d’être l’objet du désir de l’autre, alors que dans les fonction-
nements limites, c’est le désir lui-même qui est refusé, c’est la relation
qui est niée afin de ne pas se penser comme objet du désir de l’autre
(C. Chabert, 1999b).

* Le narcissisme dans la névrose obsessionnelle

Le retrait de la libido sur le moi prend dans la névrose obsessionnelle une


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

valeur défensive contre une sexualisation extrême : contre des conflits


pulsionnels et intrapsychiques intenses et une menace de débordement
pulsionnel, contre des attachements incestueux très vifs. Si la quantité
libidinale qui reflue ainsi sur le moi peut provoquer une enflure du moi
proche des formations mégalomaniaques, le repli narcissique, a-relation-
nel, évite le surgissement du désir de l’autre qui renverrait à la tourmente
œdipienne, et notamment au désir de la mère pour le père et à l’exclusion
de la scène primitive, et/ou à une mère trop excitante pour l’enfant, tandis
que le gel pulsionnel, selon l’expression de Green, sert le refoulement des
mouvements libidinaux.
44 NARCISSISME ET DÉPRESSION

C. Chabert (1992) décrit ce « scénario de la contrainte » à partir de


l’analyse d’un jeune homme de vingt ans, souffrant d’une névrose obses-
sionnelle sévère et invalidante :
La relation d’emprise est maintenue dans le contrôle et la répression des
désirs, assurant une fonction unificatrice dans la protection de l’idéal de
pureté, laissant ainsi surgir ses désirs destructeurs dans le poids de forma-
tions réactionnelles qui drainent les effets de pulsions de mort particuliè-
rement agissantes […] La pulsion de mort est là qui asservit l’obsessionnel
de l’intérieur dans un système d’autoprotection, système narcissique puis-
qu’à la fois bourreau et victime, l’obsessionnel joue son scénario pulsion-
nel dans l’intimité de son théâtre privé, pour le projeter, secondairement,
au-dehors. Mais n’est-ce pas là encore une manière de se prémunir du désir
de l’autre, d’une mère elle-même dominante, visant l’appropriation exclu-
sive du désir de l’enfant ?

Cependant dans un tel scénario de la contrainte, comme dans l’hysté-


rie, l’autre est toujours présent et investi, à la différence de la problémati-
que narcissique où le sujet se soustrait au désir de l’autre, quitte parfois à
se détruire pour garantir cet effacement, à la différence aussi de la problé-
matique perverse où l’autre n’existe que comme reflet (C. Chabert,
1992). Et c’est bien ce maintien de l’investissement d’objet qui assure la
sécurité du moi : à la différence de la mélancolie, dans la névrose de
contrainte, le refoulement de l’ambivalence ne s’opère pas par une identi-
fication qui modifierait le moi, mais par les formations réactionnelles
(dégoût, pudeur, moralité, pitié) grâce auxquelles le moi s’efforce de
contre-investir défensivement les représentations sexuelles et les fantasmes
agressifs.
Il n’empêche que la régression sadique-anale à l’œuvre dans la névrose
de contrainte laisse le moi aux prises avec un ça meurtrier du fait de la
transformation des motions pulsionnelles libidinales en motions agressi-
ves, et un « surmoi accusateur et punitif ». Comme la mélancolie, la névrose
de contrainte est une maladie de la conscience morale, mais le moi ne se
laisse pas entamer ni dévorer comme dans la psychose par le surmoi
cruel et se révolte contre le sentiment de culpabilité grâce au maintien
des investissements d’objet, en termes libidinaux et agressifs. Et si la
cruauté de l’obsessionnel se déploie dans l’auto-torture et les auto-tour-
ments du moi, elle s’attaque aussi à l’objet, à la différence de la cruauté
mélancolique où la pulsion de mort, déliée, est tout entière retournée sur
le moi qui se sent haï et persécuté par le surmoi au lieu d’en être aimé,
parfois jusqu’au point de capituler et de se sacrifier.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 45

Ainsi l’obsessionnel a recours au retrait libidinal et à l’idéalisation – de


lui-même, du but pulsionnel et de l’objet – pour se prémunir de l’effrac-
tion du sexuel en lui, mais à la différence de Narcisse il ne dénie ni l’alté-
rité ni l’absence de l’objet :

Si l’autre est toujours présent, c’est bien que son absence est reconnue, si
le désir de le détruire comme sujet désirant est si vif, c’est bien que son
identité en tant qu’autre, en tant que sujet, en tant que désirant est admise
[…] C’est ici que la question du manque de l’objet et de la dépression vient
prendre place, avec une acuité que le devenir de l’obsessionnel ne dément
pas : c’est bien parce que le recours narcissique ne permet pas de combler
la faille laissée par l’absence et la perte de l’autre, que les affects dépressifs
adviennent lorsque le travail analytique commence à trouver ses effets
dans la capacité à se défaire d’une relation d’emprise aliénante par l’illusion
de pouvoir qu’elle tend à maintenir (C. Chabert,1992).

■ Narcissisme et psychoses
Les relations entre psychose et narcissisme ont fait l’objet d’investi-
gations beaucoup plus nombreuses, mais contradictoires. À Freud qui,
avec Schreber et les mélancoliques, repérait dans la psychose un excès de
narcissisme, s’est opposé Federn, pour lequel les psychoses se définis-
saient précisément par leur insuffisance narcissique. Si la tendance au
désinvestissement narcissique, parallèlement au désinvestissement objectal,
apparaît aujourd’hui caractériser la psychose pour une part importante du
mouvement psychanalytique, une telle approche mérite d’être affinée :
les différentes façons dont le pôle narcissique est traité selon les psychoses
permettent d’en établir une typologie.
Comme le souligne G. Rosolato (1975) à partir des conclusions de
Freud (1911a) sur Schreber, si le retrait libidinal sur le moi apparaît
de prime abord caractériser comme narcissisme absolu les schizophré-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

nies les plus graves, dans les formes hébéphrénique ou catatonique des
psychoses où l’objet est complètement désinvesti, y compris l’objet
corporel, la destruction vise le fonctionnement psychique lui-même,
ultime objet qui pourrait tenir lieu d’objet interne : ainsi, au-delà du
narcissisme absolu, c’est bien plutôt le désinvestissement narcissique qui
les caractérise.
En revanche, dans la mélancolie, sous le retrait libidinal l’accrochage
objectal est massif, dans la mesure où le moi est envahi par l’ombre de
l’objet, qui imprègne l’introjection : la destruction de l’objet interne, « mort
lente de désolation et d’inanition (dans les formes hypocondriaques et
46 NARCISSISME ET DÉPRESSION

l’anorexie mentale) ou mort violente de la mélancolie », se fait sous le


contrôle rigoureux d’un appareil psychique au service du projet morti-
fère.
Dans la paranoïa, « le retrait narcissique est la condition nécessaire de
la projection » (J.-C. Rolland, 1998, p. 69). C’est là que le noyau narcis-
sique est le plus pur, poli par la haine exacerbée du moi contre l’objet
extérieur, haine projetée à l’extérieur sur l’objet persécuteur – haine au
demeurant constitutive, hors pathologie, de l’institution et de la fixation
de l’objet comme différencié du moi. Cette lutte entre persécuteur et
persécuté, au cœur du fonctionnement paranoïaque, se déroule dans la
mélancolie entre l’objet introjecté et le surmoi, ce qui amène G. Rosolato
à considérer la mélancolie comme une « paranoïa intériorisée ».
Si cette source narcissique est au cœur du processus psychotique lui-
même, en aval le morcellement et la dépersonnalisation psychotiques
témoignent ainsi du traitement dévastateur que la psychose fait subir au
moi.

■ Narcissisme et organisations limites

Certes la clinique et la théorie des organisations narcissiques et limites,


en pleine expansion depuis vingt à trente ans, sont largement post-freu-
diennes, même si pour des auteurs comme Bergeret et Green, le cas de
l’Homme aux loups est exemplaire d’un fonctionnement limite
(B. Brusset, 1999). Mais ce concept frontière qu’est le narcissisme est
bien évidemment en jeu dans les problématiques limites, au point qu’on
peut, avec J. André (1999), concevoir leurs développements « comme
une réplique (au sens sismologique du terme) à l’impact sur la théorie de
l’introduction inachevée du narcissisme ». L’introduction freudienne
d’une conception du moi comme objet d’investissement et comme réser-
voir libidinal, comme être-frontière, l’introduction d’un nouveau
dualisme pulsions du moi/libido du moi, d’un conflit entre libido narcis-
sique et libido objectale, puis d’un masochisme originaire qui prend,
après 1920, quasiment la place du narcissisme primaire de 1914, éclairent
directement les interrogations théoriques et cliniques sur les fonctionne-
ments limites marqués par la recherche de frontières, la dépendance à
l’objet et la haine (C. Chabert, 1998, 1999c).
Dans la clinique de ces trente dernières années, la place du narcissisme
dans les organisations limites, comme d’ailleurs la question d’une entité
nosographique distincte, varie selon les auteurs. Ainsi pour Bergeret
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 47

(1970), qui conçoit la structure de la vie psychique comme définie par


son développement, l’état limite apparaît comme « une maladie du
narcissisme ». Cette maladie résulte du traumatisme important et désor-
ganisateur qu’a reçu le moi avant d’arriver à « la période normale de
l’œdipe » : pour lutter contre la perte de l’objet et la menace dépressive,
le moi se déforme, sans éclater ni se morceler mais en se clivant en un
secteur adaptatif et un secteur anaclitique. L’intensité du traumatisme
psychique précoce et désorganisateur et le degré d’immaturité du moi au
moment de ce traumatisme, ainsi que l’intensité de la déformation défen-
sive du moi, fragilisent plus ou moins gravement le moi de l’état limite.
Sans reprendre ici les critiques d’ordre épistémologique qu’elle peut
susciter, notamment sur la prépondérance du point de vue génétique, une
telle conception tend à amalgamer dépression, états limites et pathologie
narcissique (B. Brusset, 1999).
Pour O. Kernberg en revanche, qui envisage l’organisation psychique
de chaque sujet comme une série singulière d’emboîtements successifs
de structures partielles, la pathologie narcissique ne saurait définir à elle
seule une structure psychopathologique spécifique : de graves troubles
narcissiques chez un sujet ne constituent qu’une structure partielle, qui en
s’emboîtant à d’autres structures partielles donnent des tableaux clini-
ques variables selon les individus. Ainsi « une structure narcissique peut
ou non s’associer avec une organisation limite de la personnalité »,
comme l’écrit D. Widlöcher dans sa préface à l’édition française de
l’ouvrage de Kernberg (1975a, trad. fr., 1979) : elle peut rester discrète
dans la vie psychique d’un sujet ou au contraire tenir toute la place.
Les personnalités narcissiques constituent pour Kohut une entité noso-
logique à part entière, qui se caractérise par la fixation à « des configura-
tions archaïques du soi grandiose et/ou à des objets archaïques,
surestimés et narcissiquement investis ». C’est le contraste entre ce soi
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

fantasmatiquement grandiose, surinvesti sur un mode mégalomaniaque,


et un sentiment intérieur et conscient de vide, dépourvu d’investissement
objectal et de plaisir, qui témoignerait de la dimension pathologique de
telles organisations selon Kohut. Les précurseurs idéalisés du surmoi, à
savoir les composants de l’idéal du moi, n’ont pas été internalisés, et de
ce fait font défaut. Mais Kohut distingue nettement le self stable des patients
narcissiques du self déstructuré des états limites.
Kernberg (1975b), lui aussi, souligne la légitimité clinique de la
distinction entre organisations narcissiques et organisations limites de
la personnalité. Pour lui, la pathologie narcissique résulte d’une mauvaise
48 NARCISSISME ET DÉPRESSION

différenciation entre les instances psychiques moi/ça/surmoi, du fait


d’une surcharge des pulsions agressives archaïques :

Ainsi, le monde intra-psychique de ces patients n’est peuplé que par leur
propre soi grandiose, par des ombres dévalorisées du soi et des autres, et
par des persécuteurs potentiels qui représentent tout autant les persécuteurs
surmoïques sadiques non intégrés, que les images d’objet primitives
déformées sur lesquelles un sadisme oral intense a été projeté.

Alors que pour Kohut, les composants de l’idéal du moi manquent,


pour Kernberg leur déformation et leur condensation avec les composants
du moi ont brouillé les frontières du moi et du surmoi, et une
« constellation pathologique de relations d’objet internalisées » a remplacé
le « monde de représentations » dont l’investissement préside normalement
à la constitution d’un soi intégré.
Les limites de cette distinction nosographique entre les pathologies
narcissiques et limites ne tiennent-elles pas en fait aux limites de l’auto-
nomie du narcissisme d’un point de vue métapsychologique ? Même s’il
est au cœur du conflit, le narcissisme ne peut être isolé du monde pulsion-
nel dont il est un des destins, pas plus qu’il ne peut être isolé du monde
objectal contre lequel il s’est construit, sauf à l’occasion d’un coup de
force du « narcissisme intellectuel » où la toute-puissance de la pensée
immobiliserait, figerait son objet.

1.4.2 Fonctionnements et pathologies narcissiques

■ Une ébauche de personnalité narcissique chez Freud ?


Freud, faut-il le rappeler, n’a pas construit d’entité nosographique autour
du narcissisme, bien qu’il ait repéré le poids et le rôle du narcissisme au
sein même de la cure, dans les résistances, dans la réaction thérapeutique
négative. Si les « névroses narcissiques », opposées aux névroses de
transfert, ont été introduites dans la nosographie freudienne avec le
narcissisme en 1914 pour désigner le retrait de la libido sur le moi qui
caractérise alors pour Freud les psychoses (et l’homosexualité), avant de
désigner exclusivement la mélancolie (Freud, 1924d), elles ne sauraient
tenir lieu d’une telle entité.
Néanmoins, on pourrait avec A. Oppenheimer (1996, p. 167) trouver
une ébauche de la notion de personnalité narcissique chez Freud, notam-
ment quand il mentionne dans l’Abrégé de psychanalyse, tout à fait à la
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 49

fin de son œuvre, cette catégorie de patients « manifestement très proches


des psychosés, je veux parler de l’immense foule des névrosés gravement
atteints » (1938a, p. 41) dont le moi « s’est montré plus capable de résister,
s’est moins désorganisé », et a conservé l’ancrage dans la réalité.

■ Les caractéristiques du fonctionnement narcissique


De même qu’en termes freudiens, la prévalence du conflit intra-psy-
chique organisé sur le registre œdipien définit la névrose comme la préva-
lence du conflit du moi avec la réalité définit la psychose, en dépit du
caractère bien trop schématique de telles définitions, la prépondérance de
l’économie et du conflit narcissiques sur l’économie et le conflit objectaux
pourrait définir le fonctionnement narcissique.
Le dérèglement de cet équilibre-là, la dérégulation de cette économie,
l’intensification du conflit et l’échec de la mobilisation défensive à le
contenir mèneraient les sujets fonctionnant sur ce régime narcissique vers
des formes pathologiques du narcissisme. Comme si de tels sujets, hissés
plus ou moins en équilibre sur cette crête du narcissisme, crête elle-même
structurellement instable comme l’a montré G. Rosolato, basculaient du
côté ombreux, mortifère, du narcissisme.
Avant d’évoquer quelques-unes de ces formes pathologiques du narcis-
sisme, comment caractériser ces personnalités narcissiques ? En s’appuyant
sur les travaux de G. Rosolato, C. Chabert (1987-1998) dégage trois axes
majeurs du narcissisme : la substitution de l’amour narcissique à l’amour
objectal, la fascination par l’image de soi avec la quête éperdue d’une
image idéale de soi, et leur corollaire la menace de mort – mort de l’objet,
désinvesti au point de disparaître, entraînant dans sa disparition le sujet
lui-même. G. Rosolato (1976) y insiste : la mort est un repère fondamen-
tal présent en chacun des courants du narcissisme, « Narcisse se mirait
jusque dans les eaux du Styx ».
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

* Le retrait libidinal et l’amour narcissique


Un splendide isolement caractérise ces personnalités, apparemment
indifférentes à l’autre, voire froides ou méprisantes. En proclamant
n’avoir besoin de personne – à l’opposé exact des sujets au fonctionne-
ment limite, qui affirment s’écrouler si l’autre, l’appui au-dehors, vient à
manquer –, elles vivent en autarcie, sous le règne de l’autosuffisance, et
refusent ou rejettent le monde externe, en tant qu’il offre des figurations
d’objet. Elles n’investissent pas la vie relationnelle, ou alors sur le mode
de l’emprise, qui vise à immobiliser l’autre et à figer l’emballement
50 NARCISSISME ET DÉPRESSION

pulsionnel que cet autre pourrait susciter, ou bien encore sur le mode
spéculaire : l’autre ne peut apparaître que comme double, dans cette rela-
tion de mêmeté décrite par Piera Aulagnier (1984), sans que son altérité
soit reconnue.
Le retrait libidinal de l’objet et son reflux sur le moi sont précisément
sources de plaisir dans l’exercice de la pensée ou dans la jouissance
esthétique, pour le créateur comme pour le spectateur ou l’auditeur.
F. Brelet (1987) cite ce beau texte de Barthes (1972) sur l’espace du lied
romantique, affectif, à peine socialisé dit Barthes :

Son espace vrai d’écoute, c’est, si l’on peut dire, l’intérieur de la tête, de
ma tête. En l’écoutant, je chante le lied avec moi-même, pour moi-même
[…] En somme l’interlocuteur du lied c’est le double, c’est mon double,
c’est Narcisse.

Et chez chacun, ce retrait a une fonction auto-restauratrice vitale en


permettant des mouvements d’introjection (introjection de la mère
grâce à cette « capacité d’être seul » décrite par Winnicott (1958), inté-
riorisation de l’objet dans la position dépressive selon Melanie Klein
(1934).
Mais, poussé à l’extrême, un tel repli vise à protéger le sujet de toute
sollicitation interne et externe, pulsionnelle et objectale, de tout désir,
donc de tout risque de dépendance et de perte, de toute attente et de toute
déception. Loin d’être restaurateur, il mène à la sclérose du moi, privé
des sources pulsionnelles et des échanges objectaux qui le constituent et
le nourrissent. Il mène à l’extinction des sources vivantes de la pensée,
dont la catatonie pourrait être l’une des formes les plus radicales, au bord
de la mort psychique.
Kohut et Kernberg soulignent combien cet enfermement dans un splen-
dide isolement constitue pour ces personnalités une défense, radicale
puisqu’elle les exclut, contre des relations dangereuses ou pénibles de
dépendance, d’envie orale et de sadisme par rapport à l’objet, avec la
culpabilité et les craintes de rétorsion liées à de tels mouvements psychi-
ques (Rosolato, 1976, p. 12). Green (1983) le souligne : la déception
infantile d’où procéderait l’amour narcissique s’inscrit comme une
variante de la problématique de perte d’objet :
Les narcissiques sont des sujets blessés – en fait, carencés du point de vue
narcissique. Souvent la déception dont ils portent encore les blessures à vif
ne s’est pas bornée à un seul des parents, mais aux deux. Quel objet leur
reste-t-il à aimer, sinon eux-mêmes ? (p. 16).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 51

Le traitement psychanalytique de ces analysants-là, qui ne font pas de


transfert, dit Green, incapables précisément qu’ils sont d’aimer
quelqu’un d’autre qu’eux, s’en trouve d’autant plus difficile. Ces patients
camperaient-ils « aux limites de l’analysable »1 ? Ils font partie du moins
de ces « cas rebelles » qui ont amené Ferenczi à adapter et modifier un
instrument analytique impropre, selon lui, à rencontrer l’enfant dans
l’adulte. Ces expériences infantiles de déception, d’abandon, ont en effet
produit ce que Ferenczi (1931) appelle « un clivage narcissique de soi2
dans la sphère psychique elle-même », au plus près du refoulement
primaire : clivage « entre une partie sensible, brutalement détruite, et une
autre qui sait tout, mais ne sent rien », que ni la bienveillante neutralité du
thérapeute ni la seule reconstruction de la névrose infantile ne sauraient
suffire à lever. Un tel clivage constitue, pour Ferenczi, le noyau même de
l’espace psychique bien plus que sa limite.

* L’idéalisation

L’idéalisation, que G. Rosolato (1976) décrit comme « le pendant du


rejet », résulte de ce retrait de l’investissement libidinal de l’objet sur le
moi, et vise toute aspiration à la jouissance.
Chez les personnalités narcissiques, elle porte électivement sur le moi,
mais peut aussi recouvrir l’objet ou le but pulsionnel. Ces sujets sont en
effet sous l’emprise d’un moi idéal, décrit par Kohut comme grandiose,
tout-puissant et parfait, qui là encore comble tous les trous et prémunit de
tout manque. Pour cette instance du moi idéal, quelle que soit sa forme
privilégiée (intelligence, savoir, vertu, pouvoir, sexe, corps, beauté, ou
encore cette autonomie à l’origine du grand fantasme narcissique d’auto-
engendrement), « tout ce qui vient, dans un mouvement centripète,
corroborer la toute-puissance de ces idéaux, appartenant au moi idéal,
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

provoque un accroissement de l’estime de soi. Tout manque produit une


blessure narcissique » (Rosolato, 1976, p. 15).
L’objet lui-même peut être idéalisé, comme objet de projection narcis-
sique, d’extension narcissique du moi, dans un mouvement d’identifica-
tion projective où une part de soi est projetée dans un autre défini
exclusivement comme non-moi, sans reconnaissance aucune de son altérité.

1. C’est le titre du numéro 10 de la Nouvelle Revue de Psychanalyse (automne 1994).


2. Selbstspaltung, et non Ichspaltung.
52 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Le père, ou les parents, ou l’enfant, sont des objets idéalisés électifs,


toujours écrasés par le flux des projections et des identifications narcis-
siques.
Une même expansion du narcissisme se retrouve dans ce que Freud
décrit dans Malaise dans la civilisation, en empruntant le terme à
Romain Rolland, comme le « sentiment océanique », cette « phase primi-
tive du sentiment du moi […] qui tend au rétablissement du narcissisme
illimité […] dans cet état de béatitude absolue, de jouissance qui vise à
l’extase, le retrait libidinal reflue vers le ça » (1930, p. 15). Un tel état est
au plus près des objectifs du narcissisme originaire et du fantasme tout
aussi originaire de retour au ventre maternel. Rosolato souligne que
l’exultation, dans laquelle à l’inverse du retrait le débordement libidinal
est au premier plan, abolit de la même manière toute séparation : « Le
prototype n’est pas le sommeil qui suit la tétée, mais la plus grande satis-
faction orale dans la dévoration de l’objet » (1976, p. 17).
La fascination pour l’image idéale de soi se heurte nécessairement à la
confrontation entre le moi et le moi idéal, ou entre le moi et le double,
l’objet de projection narcissique. Cette confrontation peut devenir un
affrontement et se solder par ce que Kohut et Kernberg ont décrit
comme une rage narcissique puissante, à la mesure de l’enflure et de
l’échec de l’idéalisation, qui peut s’exprimer dans les luttes et les haines
« fraternelles » les plus violentes. L’affrontement au double ou à
l’instance idéale, qui ne coïncide jamais avec le moi puisque entre eux
passe toujours la lame séparatrice du miroir, menace en effet l’identité et
l’intégrité du sujet, suscite cette agressivité meurtrière, toujours de type
narcissique.
Dans les cas que Green (1969) décrit comme des narcissiques moraux
(sans rapport avec le masochisme moral de Freud), cet affrontement
produit de la honte, un affect typiquement narcissique, à distinguer de la
culpabilité œdipienne née de la transgression et du châtiment. Ces sujets
ont un style de vie ascétique où le désir et le plaisir, y compris sexuels,
sont rejetés et réduits au besoin et à sa satisfaction de type hygiénique,
avec parfois des déplacements massifs sur le travail investi au titre de
formation réactionnelle – et non dans un processus de sublimation – et
une grande « arriération affective » qui masquent une envie. Se mettant
souvent en position de tête de Turc, faussement humbles mais convaincus
de leur supériorité, ils restent fixés à une mégalomanie infantile que
l’épreuve de réalité met en échec : la déception engendre alors une honte
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 53

massive – honte d’être ce qu’ils sont, de n’être que cela – qui témoigne
du surinvestissement narcissique, redouble le rejet de la dépendance et
l’appauvrissement des investissements objectaux. L’arriération affective
est ici, pour Green, le produit d’une narcissisation et d’une idéalisation à
outrance, avec un rejet des mouvements pulsionnels sexuels et agressifs –
donc de la culpabilité dont la honte protège –, en face d’un désinvestis-
sement objectal croissant :

Une patiente nous disait que, si elle ne se surveillait pas constamment et se


laissait aller à la passivité, il ne se passerait pas longtemps avant qu’elle ne
devienne clocharde. Mais chacun est un tant soit peu (le dimanche ou en
vacances) clochard, et l’accepte plus ou moins bien. Le narcissisme moral
ne peut l’admettre (p. 187).

Ces conduites d’idéalisation entravent la cure d’une manière toute


spécifique : le manteau narcissique rend difficile l’accès au matériel
objectal, une résistance activement passive satisfait le désir de dépen-
dance du sujet – un désir d’amour inconditionnel, déguisé sous une
demande d’estime absolue, qui cloue l’analyste à son fauteuil comme un
papillon épinglé au mur, ou au baquet, de la situation analytique.
Derrière la représentation de détresse de la patiente citée par Green
(« être clochard »), et la recouvrant, brille la cuirasse narcissique de cet
« investissement d’orgueil » retournée en honte, qui détourne, à la
manière d’un leurre, d’un objet déçu-décevant et protège de la dépres-
sion et du meurtre : pour ces patients, « l’honneur n’est jamais sauf »
comme dit Green, afin que l’objet (de projection narcissique) le soit
toujours.

■ Pathologies narcissiques, cliniques et théories : la clinique du négatif


et l’axe narcissique des dépressions
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

* Psychose blanche et complexe de la mère morte1


Comme nous l’avons vu, le travail du négatif tel que Green le décrit dans
le narcissisme a des fonctions positives, en ce qu’il permet la négativation
de l’objet maternel primaire et constitue ainsi la matrice de l’activité de

1. A. Oppenheimer remarque que Green présente, à travers deux syndromes (le narcissisme moral
et le complexe de la mère morte) deux cas de pathologies apparentés d’un point de vue clinique
à ceux décrits par Kohut, et elle s’attache d’une manière fort éclairante et stimulante à mettre en
parallèle les deux élaborations théoriques, tout en dégageant leurs différences et leurs oppositions
(1996, p. 164-167).
54 NARCISSISME ET DÉPRESSION

représentation ; mais il peut avoir aussi des effets négatifs, quand le vide
constitutif du moi (et de l’objet) à travers l’hallucination négative n’a pu
être suturé par les investissements des représentations auxquels il donne
naissance. Se développe alors un narcissisme négatif : cette aspiration au
neutre (étymologiquement « ni l’un ni l’autre »), au zéro auquel tend
l’excitation dans le narcissisme primaire selon le principe de Nirvana, est
à l’œuvre dans ce que Green appelle la psychose blanche (1973, 1983).
« Le moi se fait disparaître devant l’intrusion du trop-plein d’un bruit
qu’il faut réduire au silence », écrit Green (1979) à propos de l’Homme
aux loups analysé par Freud, mais aussi à propos de l’« enfant de ça »
rencontré dans un entretien à Sainte-Anne (Green et Donnet, 1973). Cette
tendance du moi à défaire son unité pour tendre vers zéro se manifeste
cliniquement par le sentiment du vide, et donne à ce narcissisme négatif
une fonction désobjectalisante (Green, 1984), au rebours de la fonction
objectalisante qu’avait le narcissisme positif.
De cette « clinique du vide » – ou « clinique du négatif » – qui résulte
toujours de tels processus de désinvestissement libidinal, à l’ombilic
de la psychose dit Green, participe aussi sur un versant névrotique le
« complexe de la mère morte », qui se révèle dans la « dépression de
transfert » selon le terme créé par Green (1980). Indépendante de la perte
effective de la mère réelle, cette dépression survient quand l’objet,
présent, est accaparé par un deuil et, de ce fait, brutalement absent à
l’enfant. Face à un tel désastre, et à la perte du sens que la dépression
maternelle entraîne, l’enfant se défend principalement en désinvestissant
l’objet maternel, en s’identifiant inconsciemment à la mère morte, en
surinvestissant l’activité fantasmatique et intellectuelle du moi pour panser
« l’unité compromise du moi désormais troué » (Green, 1980). L’objet
s’est trouvé enkysté, son désinvestissement a effacé sa trace et l’identi-
fication positive à la mère d’abord vivante et attentive s’est transformée
en identification négative, « c’est-à-dire identification au trou laissé par le
désinves-tissement » et non-identification à l’objet. La mort de l’objet, ici
son absence de vie, entraîne la désertification, la mortification du moi :
« Le deuil blanc de la mère induit le deuil blanc de l’enfant, enterrant une
partie de son moi dans la nécropole maternelle. »
* L’axe narcissique des dépressions :
du double au paradigme de l’enfant mort
Si dans la mélancolie, les auto-accusations pour des crimes non commis
et le sentiment d’indignité sont au premier plan, dans les dépressions,
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 55

une telle culpabilité est inconsciente. G. Rosolato (1975) montre que


l’emprise de cette culpabilité est à la mesure de l’emprise d’un idéal,
d’une loi collective ou individuelle posée comme sacrée, soulignant ainsi
la nature narcissique de cette culpabilité imaginaire. Pour lui, dans toute
dépression, qu’il caractérise non seulement comme perte objectale mais
d’abord comme blessure narcissique, sont à l’œuvre des effets de double
narcissique : qu’il s’agisse de la perte d’un autre aimé ou de la perte de
forces vitales dans la vieillesse ou la maladie, c’est la rupture d’une rela-
tion d’objet idéalement privilégiée qui est à l’origine de la dépression.
« C’est le décalage entre le moi idéal et la réalité, l’idéal du moi, ou le
moi, qui provoque la souffrance spécifique de la dépression. » Le pouvoir
des idéaux et de leur satisfaction se trouve blessé à la suite d’un trauma-
tisme précoce ou de l’expérience du manque, sur le modèle de l’agonie
primitive décrite par Winnicott et liée à ce que G. Rosolato appelle « la
relation d’inconnu ».
Face à l’impasse du fantasme de régression au ventre maternel, à la
fois désirée et menaçante pour la mère comme pour l’enfant, et comme
une solution à cette impasse, se construit le double narcissique, cette
représentation du moi idéal (dont le « camarade imaginaire » est chez
l’enfant une forme élaborée). Un tel double narcissique peut ainsi rece-
voir l’agression, ce qui sauve la relation avec la mère et l’intégrité de
l’enfant ; il peut être projeté sur un objet de la réalité externe, et devient le
support de la charge libidinale retirée au moi.
Pour l’adulte, l’enfant est l’une des figures privilégiées de ce double : il
incarne non seulement l’image narcissique sur laquelle les parents projet-
tent leur moi idéal, comme le disait Freud à la fin de « Pour introduire le
narcissisme », mais aussi le rival qui renvoie l’adulte à l’écart entre cet
idéal et sa propre réalité. L’enfant est l’objet de projection narcissique,
mais dans la mesure où il incarne au présent un passé révolu, il est aussi
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

l’objet des souhaits de mort de la part de l’adulte. Une culpabilité


majeure accompagne ce fantasme de meurtre infantile – indicible sauf
dans la mélancolie –, au profit d’une image sacralisée de l’enfant. C’est la
prise en charge de l’intention meurtrière par le père (comme dans les trois
religions monothéistes) qui permettra à l’enfant de s’éloigner de l’oppo-
sition spéculaire mortifère, en dégageant une imago maternelle « libre de
rétorsions agressives » dit G. Rosolato.
Or dans les dépressions, le sujet reste bloqué à ce temps du dédouble-
ment narcissique : ce « paradigme de l’enfant mort », qui protège la mère
56 NARCISSISME ET DÉPRESSION

des pulsions agressives et fait converger l’agressivité subie ou projetée, y


joue un rôle central (qui devient dévastateur dans le meurtre ou le suicide
où l’identification à la mauvaise mère et à l’enfant mort n’est plus seule-
ment fantasmatique). Et pourtant, de même que l’affrontement au double
prépare aussi la voie des identifications qui permet de se dégager de son
emprise mortifère, la dépression est aussi le temps de l’incorporation qui
permet l’émergence de l’activité fantasmatique et l’intériorisation des
conflits : « L’incorporation est le fantasme lui-même dans son évocation
de l’objet premier. »

■ Repérages actuels : destins narcissiques de la sexualité, origines sexuelles


de la blessure narcissique

Des élaborations cliniques et théoriques contemporaines reviennent sur


cette articulation entre narcissisme et masochisme, le masochisme étant
considéré comme « organisation essentielle de la sexualité humaine »
(C. Chabert, 1999c), et non comme un de ses modes d’organisation
perverse. Elles réarticulent ainsi le narcissisme à la question du sexuel, en
interrogeant aussi « le destin narcissique de la sexualité » (C. Chabert,
1999c), comme si après les développements sur la clinique du vide, du
manque, du négatif, du froid, de l’archaïque, de l’objet, la structure
oscillante du narcissisme le refaisait basculer, dans le champ théorique,
du côté du trop plein, de la pulsion, du feu – parfois dévorant – du
sexuel.

* L’attaque narcissique, entre la douleur et la haine :


la représentation de l’enfant mort

C. Chabert (1999a) repère dans la cure elle-même « une représentation


limite de la perte mélancolique » : la représentation de l’enfant mort. Ce
fantasme de l’enfant mort, étayé ou non sur un événement réel à la
manière du fantasme de l’enfant battu, vient s’incarner dans le processus
même de l’analyse qui le produit ; mais, à la différence du fantasme de
l’enfant battu qui conserve toute l’attraction sexuelle d’un fantasme origi-
naire (de séduction), le mouvement érotique s’y trouve figé, mortifié ; il
résulte de la « déception inhérente au transfert » et du « nécessaire renon-
cement à une représentation idéale qui condense l’espoir maternel et
l’enfant tout aimé » (1999a). C. Chabert articule cet éprouvé mélancoli-
que dans toute cure à la « douleur de transfert », qui opère un recentre-
ment narcissique dans une lutte défensive contre la passivité de transfert,
contre la passion et l’abandon des objets d’amour infantile – passion et
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 57

abandon agis par le patient dans le présent du transfert 1. Passivité impo-


sée et à l’analysant et à l’analyste, inhérente au processus même de
l’analyse et à ses résistances, dans une tension avec l’activité de perlabo-
ration, de construction, d’interprétation. Au-delà de la cure, « le mouve-
ment mélancolique constituerait une de ces voies de détournement de la
passivité, contre l’être-aimé, l’être-excité, contre l’objet et finalement
contre le sujet lui-même » (1999a).
Si la cure favorise l’éclosion de ces mouvements mélancoliques, le
travail analytique permet aussi de s’en déprendre, en acceptant
l’empreinte de l’autre en soi – autre désirant, ou autre perdu –, en accep-
tant la passivité originaire qui fonde le sexuel : cette acceptation elle-
même est le fruit de ce que C. Chabert appelle le « désenchantement
narcissique ».
Dans ce « destin narcissique de la relation objectale » qu’est la mélan-
colie, Laurence Kahn (1999) insiste, à côté de la douleur, sur le poids de
la haine qui précède l’identification narcissique dont elle devient
inséparable : l’enfant mort apparaît :

À la fois effet du meurtre et figure du meurtre. Effet dans le sens où il serait


le résultat du meurtre du produit psychique de l’analyse, et on est confron-
té là à l’extinction des sources et à l’exclusion de la part pulsionnelle. Mais
figure du meurtre dans le sens où il est justement l’indice de la mise à mort
dans le combat forcené de l’ambivalence.

Cette représentation de l’enfant mort incarnerait ainsi à la fois la


pulsion de mort et son extinction pulsionnelle, et le vœu de mort à travers
un fantasme sadique refoulé et actualisé dans le transfert, qui vise l’objet
haï : une telle représentation-limite 2 serait ainsi un symbole mnésique et
une création symbolisante dans la cure, en laquelle la violence s’incarnerait
et ferait sens, pour l’analysant comme pour l’analyste.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Tout en prenant appui sur les processus de désobjectalisation évoqués


par André Green, ces travaux me paraissent s’en démarquer au moins à

1. Freud écrivait à propos de « La dynamique du transfert » (1912) que, dans le transfert comme
dans les rêves, le patient attribue à ce qui résulte de ces motions inconscientes réveillées un
caractère de présence et de réalité. Il veut agir ses passions. Pontalis commente cette dernière
phrase dans son essai sur « L’étrangeté du transfert » (1990).
2. L. Kahn renvoie pour cette notion de « représentation-limite » au « Manuscrit K » de Freud
(1897), contemporain de l’« Esquisse » (1895) : Freud décrit ainsi ces représentations qui empê-
chent le retour du souvenir pathogène avec lequel elles sont pourtant en contact.
58 NARCISSISME ET DÉPRESSION

deux titres. En lien avec l’objet et la « détresse primitive » autour de


laquelle pour cet auteur se joue tout entier l’enjeu de la passivité (Green,
1999a), ils redonnent une place essentielle aux mouvements pulsionnels
et à la séduction généralisée, selon l’expression de Laplanche, autrement
dit à la force d’attraction du sexuel, et ils restreignent le champ de
« l’irreprésentable », extensible à l’infini dans de nombreux développe-
ments récents de la psychanalyse – à moins qu’il ne s’agisse avec cette
représentation de l’enfant mort, comme le suggère René Roussillon
(1999), d’une « manière paradoxale de représenter l’irreprésentable », le
non-advenu de l’enfant. De même, ce recours actif à la douleur corpo-
relle dans les affections narcissiques, notamment les troubles des
conduites alimentaires marqués par ce « féminin mélancolique »
évoqué par C. Chabert (1999a) et sur lequel nous reviendrons à propos
de la perversion, ne témoigne pas non plus d’une carence de l’activité
représentationnelle, mais bien davantage d’un « transfert du psychique
au corporel, celui-ci ayant pour fonction de détourner ou d’effacer les
représentations insoutenables » (1999a) – insoutenables car trop
excitantes ?
* Le défaut et l’offense pulsionnelle
Dans son article sur « Le défaut », L. Kahn (1997) insiste sur la cause
sexuelle de la blessure narcissique, à partir de la thérapie d’une fillette de
cinq ans qui souffrait d’un important retard du langage. Elle revient sur la
reviviscence de leur propre narcissisme que les parents transfèrent sur
« Sa majesté le Bébé » en le métamorphosant en amour d’objet : un tel
narcissisme est menacé, et de l’intérieur. Freud relie en effet cette
« compulsion à attribuer à l’enfant toutes les perfections […] et à cacher
et oublier tous ses défauts » au « déni de la sexualité infantile » (Freud,
1914, p. 96). Du point de vue du narcissisme, montre L. Kahn, c’est le
sexuel lui-même qui constitue un défaut. Ce narcissisme est doublement
menacé, parce que doublement limité : par le sexuel infantile, incontrôla-
ble, « inéducable » dit souvent Freud, et par la restriction que le déni
apporte aux mouvements libidinaux et donc à l’expansion narcissique. Et
en même temps cette offense du narcissisme par le sexuel est inéluctable,
afin même de sauver la mise narcissique : pour satisfaire aux exigences
du moi idéal et de l’idéal du moi, l’enfant doit à la fois rester merveilleux
et grandir. Il est soumis à une double injonction, paradoxale :

« Mon enfant, tu es une merveille ! », et « Mon enfant, sois une


merveille ! » Pour être parfait, l’enfant merveilleux doit devenir grand tout
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 59

en restant merveilleux. Et l’enfant merveilleux, sans fissure, se fissure pour


rester merveilleux (L. Kahn, 1997, p. 48).

L. Kahn compare cet effondrement narcissique lié au déchaînement


des défauts et à la soumission inéluctable du moi au « programme
sexuel » (grandir), avec « l’effondrement de l’édification du self
unitaire » décrit par Winnicott (1974). Dans l’effondrement narcissique
lié à l’offense pulsionnelle, où le défaut est donc interne, l’amour de
l’autre ne suffit pas à rééquilibrer la chute qu’il impose aux investisse-
ments libidinaux narcissiques : la blessure narcissique causée par
l’offense pulsionnelle ne peut être alors colmatée que par le déni de la
séduction, le désaveu de la quête d’admiration, l’étouffement de la rébel-
lion pulsionnelle. Dans l’effondrement narcissique lié à la faillite de
l’environnement ou à une défaillance du holding, et non plus au sexuel
infantile, où le défaut est donc extérieur, l’enfant peut colmater la bles-
sure narcissique en édifiant un faux self qui abriterait le vrai self, et
permettrait de méconnaître le besoin et le défaut d’attention de l’autre.
Les conséquences de cette distinction sur le type de travail analytique
sont majeures :

Si le chaos dépend d’un défaut de l’environnement, l’activité de prendre


soin de l’enfant, en répondant sans astreindre, est la représentation-but
qui domine le travail analytique. Avant tout, il ne faut pas répéter le dé-
faut qui est à l’origine du trouble. Mais si la confusion est le produit
du conflit acharné entre la pulsion et l’estime de soi, le défaut revient
tout seul, et le travail analytique, obéissant au but de reconnaître l’in-
conscient, consiste à mettre en relation ce qui est vécu comme défaut
narcissique et ce qui veut être ignoré comme défaut pulsionnel (L. Kahn,
1997, p. 51-52).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

1.5 Conclusion :
pour ne pas en finir avec le narcissisme

Ainsi le narcissisme, concept explicitement introduit par Freud puis


négligé dans son élaboration ultérieure au profit de la pulsion de mort,
prend des acceptions très diverses. Il apparaît tantôt comme un destin
pulsionnel – retrait libidinal sur le moi –, tantôt comme un trait de
personnalité, dans les organisations narcissiques, tantôt comme un méca-
nisme psychopathologique : la régression et la fixation qui y sont alors à
60 NARCISSISME ET DÉPRESSION

l’œuvre caractérisent aussi la perversion, du moins dans la première théo-


risation qu’en donne Freud.
Mais le narcissisme est d’abord un axe qui structure le psychisme à
toutes les étapes de la vie, et qui marque aussi bien la clinique du normal
– par exemple l’activité créatrice – que la clinique du pathologique, aussi
bien les psychoses que les organisations névrotiques et limites.
Concept polyvoque, le narcissisme se déploie dans deux directions
opposées qui font de lui une frontière, ligne de séparation en même temps
que ligne de contact : il marque des limites, spécifiant ainsi des espaces
psychiques différenciés. Limites entre la notion de stade (ontogénétique)
et celle d’état (état d’équilibre des investissements pulsionnels), limites
entre pulsions de vie et pulsions de mort, limites enfin entre dedans et
dehors, moi et objet, soi et autre.
Ultime paradoxe : ce concept limite ne marque-t-il pas aussi les limites
de la conceptualisation, alors même que ses multiples visages mobilisent
fortement nos capacités de pensée ? La saisie du narcissisme ne peut se
faire qu’en séparant ses différentes facettes, quand il vise à l’unité. Son
analyse vise à l’objectivation, quand il est au plus profond de nous-même…
Sans prétendre résoudre ces paradoxes qui font la richesse autant que
la difficulté du concept de narcissisme, il convient de se pencher sur une
organisation psychopathologique avec laquelle le narcissisme entretient,
comme nous avons commencé à le voir, une relation privilégiée : la
perversion.

2 LA PERVERSION : HISTOIRE
ET DÉFINITION DU CONCEPT

2.1 Introduction
2.1.1 Questions épistémologiques
Toute approche de la perversion pose d’emblée des questions épistémo-
logiques fondamentales qui s’enchevêtrent :
– la perversion, ou les perversions ? La pluralité des conduites perverses
peut-elle être subsumée sous le singulier de l’Être pervers – structure
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 61

ou processus ? Le lexicographe est le premier à distinguer perversion


et perversité : les perversions se rapportent au comportement sexuel,
tandis que la perversité garde sa connotation morale en désignant,
comme une disposition permanente du caractère, la duplicité cruelle et
maligne dont le terme de psychopathie, en correspondance avec
« perversité », héritera par la suite. Ce rapport entre perversité et
perversions reste à l’ordre du jour pour certains cliniciens, d’Henri Ey
(1950) à Gérard Dubret (1996), mais sa pertinence épistémologique
paraît limitée : est-ce la perversité qui fait le pervers, ou sont-ce ses
comportements pervers ? demande Georges Lantéri-Laura (1979). À
supposer qu’elle soit constructible hors du terrain de la morale, quel
serait le rapport entre une entité métapsychologique (construite sur
quel modèle ? Freud, nous le verrons, en propose plusieurs) et des
conduites sexuelles déviantes, telles qu’on peut en rencontrer aussi
chez des névrosés et des psychotiques ? ;
– s’agit-il d’actes pervers ou de fantasmes pervers, ou bien des deux ? ;
– par rapport à quelle(s) norme(s) définir la perversion, de quoi la
perversion s’écarte-t-elle ? du normal ? du licite ? de la nature ? du
bien ?

Ces questions resteront ici récurrentes : elles dessinent le champ même


de la problématique perverse. Freud et ses successeurs les posent, les
déplacent. Une certitude au moins, comme un postulat : « On admettra
avec Freud qu’il n’y a de perversions que sexuelles » (G. Dubret, 1996),
loin des perversions du sens moral ou des perversions des instincts.

2.1.2 L’appropriation médicale des perversions au XIXe siècle

Étymologiquement associée au retournement fâcheux, au trouble, au


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

dérangement, la perversion, « changement du bien en mal » comme dit


d’emblée Littré au XIXe siècle, a d’abord appartenu aux champs moral et
religieux qui la condamnaient, même si elle apparaissait parfois auréolée
d’une transgression assumée, comme dans la débauche des grands de ce
monde, ou dans l’idéologie des sectes secrètes ou gnostiques, ou encore
dans la littérature sadienne. Lantéri-Laura a magistralement analysé les
modalités de ce qu’il a appelé « l’appropriation médicale des perversions
au XIXe siècle », liée à la déshérence des fonctions de la religion, à la
médiocre efficacité du droit positif et au prestige croissant, au XIXe siècle,
de cette science médicale qui fait entrer le médecin-expert dans le
62 NARCISSISME ET DÉPRESSION

prétoire (J.-M. Labadie, 1995). C’est d’ailleurs le psychiatre Magnan qui


a imposé l’usage du terme « perversions sexuelles », dont le seul pluriel
« perversions » devient le synonyme, dès avant Freud.
C’est par des études détaillées de l’homosexualité (Ulrichs,
Westphal, Moll) que la médecine du XIXe siècle a commencé à sortir les
perversions du champ de la tératologie ; contre une législation très
répressive, elle va parfois jusqu’à dégager une quasi-normalité chez les
invertis. Si dans les travaux suivants l’homosexualité continue de susciter
« l’étonnement sympathique et la compassion » (G. Lantéri-Laura), les
recherches de Lasègue sur l’exhibitionnisme, de Kraft-Ebing sur la
« Psychopathia sexualis » classent toutes les autres aberrations sexuelles
dans les catégories du grotesque ou bien du monstrueux – le masochisme
et le sadisme, illustrés par la littérature dont ils tirent leur nom, se répar-
tissent ainsi entre le dérisoire et l’horrible. Magnan à la fin du XIXe siècle
propose une théorie positiviste des perversions, troubles particuliers du
fonctionnement hiérarchisé d’un système nerveux central dont Broca a
dessiné la cartographie. Avec un tel modèle neuro-anatomique, où les
perversions apparaissent comme une pathologie corticale, ce ne sont plus
les conduites perverses mais la structure pathologique du patient qui
devient l’objet du regard médical – et non plus un objet d’horreur et de
fascination.
Ce rappel historique, trop rapide, ne peut que souligner le contexte
dans lequel se produit la révolution freudienne : « Même si l’interpréta-
tion psychanalytique finit par changer le regard qu’elle porte sur les
perversions, elle ne le peut, initialement, que dans la mesure où la
psychiatrie de la fin du XIXe siècle lui a fourni son objet » (G. Lantéri-
Laura). Freud lui-même reconnaît nettement sa dette à la clinique
psychiatrique des aberrations sexuelles au moment où il s’attache à leur
genèse, en 1905.

2.2 Freud et la perversion


En fait, il n’existe pas de théorisation freudienne une et indivisible des
perversions, ni de la perversion. Tout en s’attachant à la diversité clinique
irréductible des comportements pervers d’une personne à l’autre et selon
les moments de la vie d’un même sujet, Freud essaie cependant de déga-
ger l’unicité du processus psychopathologique de la perversion : au fil
des remaniements de la métapsychologie, ce processus s’organise selon
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 63

plusieurs modèles successifs, qui font de la perversion une catégorie


psychopathologique instable, d’abord proche de la névrose puis de la
psychose.
Ces modèles s’organisent selon quatre axes, qui se recoupent ou se
développent l’un l’autre :
– la régression et la fixation à la sexualité infantile, « perverse en soi »,
dans les Trois essais sur la théorie sexuelle infantile de 1905 ;
– la régression et la fixation au narcissisme, en amont de l’amour objectal,
dans « Pour introduire le narcissisme », en 1914 ;
– la dérivation à partir du complexe d’Œdipe, en 1919, avec l’analyse du
fantasme de fustigation dans « Un enfant est battu ». Les perversions
entretiennent dans ces trois premiers modèles, de 1905 à 1919, un
rapport étroit avec les névroses – elles en sont en 1905 le « positif » ;
– le fétichisme, qui devient, à partir de 1927, le « modèle des perversions ».
Les perversions s’éloignent alors de la névrose et se rapprochent de la
psychose, dont elles partagent les mécanismes de défense : le clivage
du moi et le déni.

2.2.1 Les quatre modèles successifs de la perversion –


Approche métapsychologique
■ La perversion comme régression et fixation à la sexualité infantile : Trois
essais sur la théorie sexuelle (1905-1915)
* Avant 1905 : du séducteur de l’hystérique au fantasme incestueux
Jusqu’en 1905, Freud n’aborde pas la question de la perversion, qui n’a
pas encore de place dans la nosographie psychanalytique. Il n’a rencontré
que des « actes pervers », à partir de ses Études sur l’hystérie publiées en
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

1895 avec Breuer. De ses premières investigations auprès de jeunes


femmes hystériques, il commence en effet par déduire qu’un événement
réel, la séduction par le père ou une figure paternelle, aurait déterminé le
symptôme hystérique, comme pour Katherina victime d’une tentative de
viol par son oncle à l’âge de quatorze ans.
Freud, on le sait, va renoncer à cette hypothèse de la séduction réelle
de l’hystérique dans la fameuse lettre du 21 septembre 1897, notamment
parce que « une telle généralisation des actes pervers commis envers
des enfants semblait peu croyable » : il abandonne sa « neurotica » et
met au premier plan de la pathologie hystérique le fantasme incestueux.
64 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Laplanche a beaucoup insisté sur les avatars de la théorie freudienne de la


séduction, et sur les limites de cet abandon (1986, 1987). Mais il faut
souligner, à propos de la perversion, que Freud fait ici sortir de sa propre
scène théorique la réalité de l’acte pervers incestueux, ou pédophile, et
l’adulte pervers effectivement séducteur : celle qu’il appellera jusqu’à la
fin « la première séductrice », la mère qui à travers ses soins précoces
« fait don à l’enfant de sentiments issus de sa propre vie sexuelle, le
caresse, l’embrasse et le berce, et le prend tout à fait clairement comme
substitut d’un objet sexuel à part entière » (1938a), n’apparaît jamais
comme perverse.
* La révolution de 1905
La perversion n’est pas non plus au centre des Trois essais sur la théorie
sexuelle, que Freud publie en 1905 et auxquels il ajoute des notes
en 1910 et 1915, en fonction de ses développements ultérieurs sur la
sexualité infantile (notamment l’analyse de Hans en 1909 et l’étude sur
Léonard de Vinci en 1910) et sur la pulsion (« Pulsions et destins de
pulsions », 1915a).
Dans ces Trois essais de 1905, l’enjeu n’est pas pour lui d’élaborer une
théorie de la perversion, mais bien plus largement et de manière polémi-
que, contre l’opinion populaire et la littérature savante, contre leur
« négligence de l’infantile », de fonder sa propre « théorie sexuelle » :
Freud y affirme qu’« il existe une pulsion sexuelle durant l’enfance » et
qu’elle est « perverse en soi ». Du coup, la perversion devient une donnée
du fonctionnement psychique de tout être humain, et les comportements
pervers des adultes, leurs aberrations sexuelles, proviennent d’« une inhi-
bition et une dissociation du développement sexuel normal », sur le
modèle d’une régression aux prédispositions infantiles, perverses en soi.
Ainsi l’adulte pervers n’est plus caractérisé par des actes, par un compor-
tement, mais par les modalités de fonctionnement psychique qui fondent
ces actes.
Même si le premier de ces essais s’intitule « Les aberrations
sexuelles », Freud ne s’attache pas à y décrire cliniquement les perver-
sions. En centrant ainsi sa pensée sur la notion de sexualité infantile, c’est
le centre même des préoccupations médicales que Freud déplace. Il opère
par rapport à la question de la perversion une véritable coupure épistémo-
logique, comme le souligne G. Lantéri-Laura : il s’intéresse moins à
l’étiologie des perversions qu’aux mécanismes de leur production, et
surtout au temps diphasé de la sexualité humaine qui sert de cadre à ces
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 65

mécanismes. Ces Trois essais sur les théories sexuelles infantiles sont en
effet pour Freud l’occasion d’exposer ses théories sur le développement
sexuel, caractérisé par son instauration en deux temps : la petite enfance,
et la puberté.

* La sexualité infantile « perverse en soi »


Ce sont ses deux caractères majeurs qui rendent la sexualité infantile
« perverse en soi » : son auto-érotisme, et le primat des pulsions partiel-
les. Sous le primat des zones érogènes multiples et indépendantes, les
pulsions partielles atteignent leur but sexuel, c’est-à-dire la satisfaction,
dans le corps propre – après ce détour par un objet sexuel extérieur, le
sein maternel. Parmi ces pulsions partielles, la « pulsion scopique » et la
« pulsion de cruauté » sont les seules qui ne soient pas strictement auto-
érotiques, puisqu’elles ont d’emblée, pour objet, sexuel, d’autres personnes.
Ce sont, dit Freud, les digues psychiques de la latence qui, renforcées
par l’éducation et surtout l’énigmatique « refoulement organique »,
permettent de contenir et de détourner le débordement pervers infantile,
en préparant la synthèse et la subordination des pulsions partielles à la
puberté. À la puberté, s’impose le « primat des zones génitales », avec un
nouveau but sexuel, génital, et le renoncement aux objets infantiles
incestueux : la libido doit « prendre un nouveau départ en tant que
courant sensuel ».

* La perversion pathologique chez les adultes


Comme chez les névrosés, ce sont la fixation et la régression qui font les
pervers. Par fixation, Freud entend cette fixation incestueuse de la libido
à ses objets d’amour infantile, auxquels l’enfant doit renoncer à la
puberté. Quant à la régression à des organisations prégénitales, en deçà
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

des barrières de l’inceste, elle peut résulter des inhibitions du développe-


ment sexuel normal et se manifeste comme une perturbation du temps
diphasé de la sexualité, « par une interruption, un raccourcissement ou
une suppression de la période de latence infantile ». Elle peut résulter
aussi du retour de la pulsion sexuelle à ses différentes composantes, ou
encore de la « prématuration sexuelle » à la suite de la séduction sexuelle
par un adulte pervers, qui contracte le temps diphasé du développement
sexuel. Mais si la fixation et la régression de leur développement sexuel
sont le lot commun des névrosés et des pervers, en quoi réside la spécifi-
cité de la perversion ?
66 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Dans le premier des Trois essais de 1905, Freud distingue les dévia-
tions par rapport à l’objet sexuel défini comme « la personne dont émane
l’attraction sexuelle », et les déviations quant au but sexuel défini comme
« l’acte [die Handlung] auquel pousse la pulsion ». Mais le terme même
de perversion n’apparaît qu’à propos des déviations quant au but, puis-
que, fidèle en cela à son origine infantile auto-érotique, « la pulsion
sexuelle est d’abord indépendante de son objet ». Les déviations quant au
but, caractéristiques donc des perversions, sont « soit a) des transgres-
sions anatomiques des zones corporelles destinées à l’union sexuelle, soit
b) des arrêts aux relations intermédiaires avec l’objet sexuel » – « toucher
et regarder », et entretenir une relation sadique ou masochiste avec
l’objet.
Les transgressions anatomiques sont selon les cas une « extension » de
l’intérêt sexuel à l’objet sexuel tout entier, ou un déplacement sur
d’autres zones corporelles que les parties génitales, ou la substitution à
l’objet sexuel d’un autre objet – un fétiche. J’évoquerai plus en détail
cette conception du fétiche en 1905 en la resituant par rapport à ses théo-
risations ultérieures par Freud.
Ainsi l’analyse de la sexualité infantile, au premier plan des préoccu-
pations de Freud en 1905, l’amène à la notion de perversité polymorphe
de l’enfant et à la théorie des pulsions partielles, à partir desquelles il
propose une première conception des perversions de l’adulte comme
régression et fixation à cette perversité infantile. Mais peut-on appeler
pervers le développement pulsionnel de l’enfant sans une comparaison
qui suppose la connaissance préalable du fait pervers chez l’adulte ? La
perversité de l’enfant est-elle autre chose qu’une métaphore et une inter-
prétation (F. Perrier, 1969) ?

■ La perversion comme régression et fixation narcissique :


« Pour introduire le narcissisme » (1914)
et « Pulsions et destins de pulsions » (1915)
* La perversion : un choix d’objet narcissique et une régression
narcissique en deçà de l’idéal du moi
Ce modèle dérive du précédent : la perversion est toujours une régression
et une fixation, non plus à la prégénitalité mais au narcissisme. Freud
évoque en effet les pervers et la perversion en 1914, mais à nouveau il ne
s’agit pas pour lui d’en faire une analyse clinique : de même qu’en 1905
les perversions lui permettaient d’introduire sa théorie sexuelle, avec sa
temporalité spécifique en deux phases, en 1914, les perversions lui
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 67

permettent d’introduire le narcissisme dans la métapsychologie et de


proposer un nouveau dualisme, tout entier libidinal, qui oppose libido
narcissique et libido objectale.
En étudiant le concept de narcissisme, notamment à partir de la vie
amoureuse, il caractérise les pervers, sur le modèle de moins en moins
paradigmatique de l’homosexualité, par leur type de choix d’objet (il est
narcissique) et leur régression narcissique en deçà de l’idéal du moi, deux
directions déjà amorcées en 1905. Pour les pervers comme pour les
femmes et les homosexuels, le choix d’objet narcissique « a pour but et
pour satisfaction d’être aimé », à la différence du plein amour d’objet
selon le type par étayage, typiquement masculin, où le narcissisme origi-
naire de l’enfant serait transféré vers l’objet sexuel, ainsi surestimé. La
perversion comme régression narcissique en deçà de l’idéal du moi inter-
vient quand l’idéal du moi, substitut du narcissisme perdu de l’enfance,
n’a pu se développer, ni donc produire « du côté du moi » le refoulement.
La perversion proviendrait donc d’un défaut de refoulement, comme
Freud l’évoquait déjà en 1905 avec les « digues psychiques » construites
par détournement des forces pulsionnelles vers d’autres buts ; mais le
refoulement en 1914 est conçu d’un point de vue plus économique que
topique.
Sans idéal du moi, pas de refoulement : la perversion se développe
alors, et Freud la définit comme pénétration de la tendance sexuelle
« telle quelle » dans la personnalité. Le développement de l’idéal du moi
ici, en tant qu’il refuse une partie de la satisfaction libidinale, protège la
personnalité de la pénétration par le sexuel.
* Retournement de la pulsion et bipolarité des perversions
Freud développe et poursuit en 1915 l’analyse pulsionnelle des perver-
sions, à la fois dans sa nouvelle édition des Trois essais et dans « Pulsions
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

et destins de pulsions » : il donne alors une importance centrale dans


l’analyse des perversions à l’un de ces destins pulsionnels, à côté du
refoulement et de la sublimation : le retournement. Freud fait l’hypothèse
que le retournement de la pulsion en son contraire (de l’activité à la passi-
vité) ou sur le sujet lui-même (du voyeurisme à l’exhibitionnisme, du
sadisme au masochisme) a une fonction défensive.
Ainsi, dans le couple voyeurisme/exhibitionnisme, l’enfant commence
par fixer sa curiosité sur son propre corps, sur son sexe, en une première
étape auto-érotique voyeuriste (regarder/être regardé), active et passive à
la fois ; c’est un objet extérieur qu’il regarde ensuite (voyeurisme actif).
68 NARCISSISME ET DÉPRESSION

L’objet est abandonné, mais le retour sur le corps propre (se montrer)
inclut le regard de l’autre (être regardé se montrer), et l’investissement de
la position passive vient s’ajouter à l’activité exhibitionniste.
L’analyse du couple sadisme/masochisme est plus complexe ; mais si
Freud remanie cette analyse avec le nouveau dualisme pulsionnel qui
opposera à partir de 1920 pulsions de vie et pulsions de mort, il maintient
jusqu’au bout la bipolarité de la pulsion, à l’origine de la bipolarité des
perversions. En 1915, dans « Pulsions et destins des pulsions », il postule
un sadisme originaire, non sexuel, pure affirmation de l’emprise sur
l’objet ; au retournement contre soi du sadisme (se faire souffrir, comme
dans la névrose obsessionnelle) doit s’ajouter un renversement complet
de l’activité en passivité, ce qui suppose qu’une personne extérieure
inflige cette souffrance à qui se place ainsi dans une position masochiste :
c’est le retournement de ce masochisme en sadisme qui sexualiserait ce
sadisme second.

■ La perversion héritière du complexe d’Œdipe :


« Un enfant est battu » (1919)
En 1919, Freud examine le fantasme infantile de fustigation (« Un enfant
est battu »). S’étonnant de sa fréquence chez ses patients hystériques et
obsessionnels, les femmes surtout, il s’interroge sur sa signification et
son destin. Si Freud donne une « Contribution à la connaissance de la
genèse des perversions sexuelles » – c’est le sous-titre de son article –, il
ne traite ici que du masochisme, pris comme paradigme de la perversion,
comme le fétichisme le sera en 1927.
Un tel fantasme, dit Freud, « ne peut être conçu que comme un trait
primaire de perversion ». Si les processus susceptibles d’entraver cette
perversion infantile font défaut (et Freud évoque le refoulement, la subs-
titution par une formation réactionnelle, la transformation par sublima-
tion), « alors la perversion se maintient dans l’âge mûr » et induit chez
l’adulte un comportement sexuel aberrant – pas seulement masochiste.
Là encore le modèle de la fixation prévaut.
Ce n’est pas au comportement masochiste de l’adulte que Freud s’atta-
che ici, mais au fantasme masochiste de l’enfant « empêtré dans les exci-
tations de son complexe parental ». Il dégage trois phases successives
dans ce fantasme infantile, dont la formule « un enfant est battu » n’est
que l’aboutissement. Chez la fille, à la première phase consciente, sadi-
que (le père bat l’enfant haï par moi), liée à une rivalité fraternelle sous-
tendue par un désir incestueux (il n’aime que moi), succède une
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 69

deuxième phase, la plus importante même si elle ne peut être qu’une


construction de l’analyse (je suis battue par le père), expression directe
de la culpabilité qui punit le fantasme incestueux. Cette culpabilité liée à
une revendication génitale (le père m’aime) s’accompagne d’un renverse-
ment de l’activité en passivité, et d’une régression à l’organisation prégé-
nitale sadique-anale. La relation génitale incestueuse, désirée mais
prohibée, se trouve ainsi punie, mais en même temps satisfaite, à l’abri de
cette régression ; comme substitut régressif du désir incestueux, ce
fantasme est source d’excitation libidinale.
Chez le garçon, ce désir n’est pas symétrique. Si le fantasme inconscient
originaire que l’analyse reconstruit a le même contenu incestueux que
chez la fille, sur le même registre génital (je suis aimé par le père), il
devient par régression au stade sadique-anal un fantasme de fustigation
par le père (je suis battu par le père), avec le même bénéfice libidinal
masochiste, puis sous l’emprise de la culpabilité et du refoulement (je
suis battu par la mère), un fantasme souvent conscient.
Malgré ces différences, c’est pour le garçon comme pour la fille
l’amour œdipien pour le père, « à signification génitale », qui produit la
régression prégénitale et la fixation masochiste :

La perversion ne se tient plus isolée dans la vie sexuelle de l’enfant, elle


est au contraire accueillie dans le contexte des processus de développe-
ment typiques – pour ne pas dire normaux – que nous connaissons. Elle est
mise en relation avec les objets d’amour incestueux de l’enfant, avec son
complexe d’Œdipe, elle se montre à nous pour la première fois sur le ter-
rain de ce complexe et après qu’il s’est effondré elle est souvent la seule
chose qui en reste, héritière de sa charge libidinale et obérée par la conscience
de culpabilité qui y est attachée1.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

À partir de l’analyse de ce fantasme masochiste, Freud fait dériver les


perversions du complexe d’Œdipe, et non plus d’une organisation archaï-
que en deçà de ce complexe comme en 1905, ni d’une fixation à la libido
narcissique comme en 1914 : un tel fantasme « et d’autres fixations
perverses analogues ne seraient alors que des sédiments laissés par le
complexe d’Œdipe, pour ainsi dire des cicatrices, séquelles d’un processus
révolu ».

1. Souligné par nous.


70 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Ce « sceau de l’œdipe », selon l’expression de J. Chasseguet-Smirgel


(1984), marque aussi la « Psychogenèse d’un cas d’homosexualité
féminine », où Freud rapporte l’homosexualité de la jeune fille à un amour
incestueux pour le père, intense et déçu (1920b).
Ainsi, l’analyse approfondie du fantasme de fustigation en 1919 inva-
lide l’hypothèse que Freud développait en 1905, d’un archaïsme pulsion-
nel source d’une satisfaction directe par fixation infantile et régression
temporelle à une organisation prégénitale, antérieure à la formation du
surmoi : la perversion ne peut se comprendre que comme une cicatrice
(narcissique ?) laissée par le complexe d’Œdipe.
De ce fantasme de fustigation, Lacan a souligné la valorisation de
l’image et la disparition de la position subjective, le fading du sujet selon
son expression, dans l’anonymat de la situation – On bat un enfant1 : ce
maintien des signifiants impersonnels dans une situation désubjectivée
serait pour lui caractéristique de la perversion.
Caractéristique de la perversion, ou du fantasme et de l’auto-érotisme ?
Laplanche et Pontalis (1964), en effet, voient dans cette « absence de
subjectivation allant de pair avec la présence du sujet dans la scène » et
son auto-visualisation au même rang que les autres protagonistes, comme
dans le souvenir-écran dont Freud le rapproche, la structure même du
fantasme originaire, dont ils situent l’origine dans le temps de l’auto-
érotisme. Cette désubjectivation ne serait pas caractéristique de la perver-
sion, mais de la forme même du fantasme, où le sujet « figure lui-même
pris dans la séquence d’images », participant à la scène éventuellement
« sous une forme désubjectivée, c’est-à-dire dans la syntaxe même de la
séquence en question », en occupant tous les rôles dans cette mise en
scène du désir qu’est le fantasme. C. Chabert (1999a) souligne même
combien ce changement de point de vue, cette possibilité de déplacement
d’une place à l’autre dans les trois phases du fantasme de fustigation
témoignent d’une mobilité identificatoire qui constitue un des enjeux
majeurs de la cure. Forme même du fantasme, y compris dans sa figurabi-
lité qui donne un support visuel à la représentation, il est aussi « la
traduction primordiale, peut-être la plus fréquente, du fantasme de

1. Lacan retient la forme impersonnelle comme traduction de la phrase de Freud : « Ein Kind wird
geschlagen. » Après cette première traduction française, parue en 1933 dans la Revue française
de psychanalyse (1933, VI, n° 3-4), la traduction plus récente, parue en 1973, choisit de privilé-
gier la forme passive.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 71

séduction » – séduction passive, intrinsèque à cette deuxième phase du


fantasme « je suis battu(e) par le père », qui est refoulée et ne peut
qu’être construite dans et par l’analyse (C. Chabert, 1999a, p. 1458).
Selon J.-C. Rolland (1998, p. 143), ce retournement fantasmatique d’une
activité et d’une passion paternelles auxquelles le sujet serait soumis
(mon père m’aime) en un désir de passivité (il me bat) ouvre la machine-
rie représentative ; il serait « la forme première de l’activité psychique »
qui transforme l’expérience sensible et traumatique du désir incestueux
en une représentation qui dénie cette expérience et refoule la dimension
subjective de ce désir propre tout en l’énonçant pourtant (on bat un
enfant) : autrement dit, « le sujet est passif dans le contenu de la scène, il
est actif dans la construction de la représentation » (C. Chabert, 2000,
p. 113), et c’est le processus analytique qui assure ce saut de la compul-
sion de répétition à la compulsion de représentation (J.-C. Rolland, 1998,
p. 201-259). La mère comme objet d’amour incestueux et comme rivale
manque-t-elle dans ce fantasme de fustigation, comme le souligne
J. Chasseguet-Smirgel pour laquelle, dans cette réduction de la scène
primitive et selon une conception sadique du coït, « l’enfant serait alors
mis à la place du personnage passif, sadisé, de son fantasme de scène
primitive » ? Là encore le processus identificatoire est à l’œuvre : « être
battue/coïtée par le père, c’est occuper sur la scène du fantasme la position
de la mère » (J. André, 1995, p. 50).
La perversion est ainsi un reste du fantasme infantile1 de séduction par
le père, masqué en un fantasme masochiste dont les analyses contem-
poraines dégagent à quel point il apparaît comme l’origine même de
l’activité fantasmatique, comme « le moteur de l’appareil psychique, son
esprit de survie2 ». Mais alors en quoi consisterait la spécificité du fonc-
tionnement pervers ? Freud, qui souligne lui-même combien ce fantasme
infantile est commun aux pervers et aux névrosés, précise qu’il analyse
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ici un fantasme pervers, et non des actes. Les actes et les comportements
pervers ne seraient-ils que la réalisation, la fixation dans la réalité
externe de scénarios masochistes aussi universels que l’œdipe, et
partagés par les névrosés auxquels seul le refoulement interdirait cette
mise en acte ?

1. Freud en 1919 ne dit pas encore « originaire ».


2. Le premier numéro des Libres Cahiers pour la psychanalyse (2000) autour de l’article de Freud
« Un enfant est battu » s’intitule « L’esprit de survie ».
72 NARCISSISME ET DÉPRESSION

* Le nouveau dualisme pulsions de vie/pulsion de mort


et ses effets sur les perversions
Entre le masochisme infantile qui en 1919 est posé comme le paradigme
(œdipien) des perversions et l’ultime théorisation du fétichisme qui en
1927 va devenir le modèle des perversions, Freud « introduit » en 1920
ce nouveau dualisme pulsionnel Éros/Thanatos, que nous avons évoqué à
propos du narcissisme.
De 1920 à 1927, la désunion pulsionnelle s’esquisse, de façon inci-
dente parce que Freud n’est toujours pas occupé à en élaborer une théo-
rie, comme un mécanisme susceptible de produire la perversion ; mais
Freud n’explore pas cette piste, qui ne reste du point de vue de la perversion
qu’un modèle virtuel.
Avec le remaniement pulsionnel de 1920, le sadisme devient en effet
« un exemple de la pulsion de mort, sa partie tournée vers l’extérieur » –
un exemple, ou la pulsion de mort elle-même ? Non mélangé aux
pulsions de vie, ce sadisme vise à l’anéantissement de l’objet, mais son
intrication à Éros donne à la pulsion sexuelle sa composante sadique
(1920a) :

Une fois admise la représentation d’une union des deux espèces de pul-
sions, la possibilité d’une désunion – plus ou moins complète – s’impo-
se à nous. La composante sadique de la pulsion sexuelle nous fournirait
un exemple classique d’une union pulsionnelle au service d’une fin,
le sadisme devenu indépendant sous forme de perversion offrirait le
modèle d’une désunion, sans qu’elle soit, à vrai dire, poussée à l’extrême
(1923).

Le masochisme, lui, serait « ce résidu, dans l’intérieur, de la pulsion de


mort », que la liaison à Éros permet de dompter. Après avoir posé un
sadisme originel, il fait l’hypothèse d’un « masochisme originaire »
(1924b), qui se décline comme nous l’avons vu précédemment en maso-
chisme érogène, féminin et moral. Il revient d’ailleurs sur le fantasme de
fustigation et les dispositifs réels des pervers masochistes qui le mettent
en scène : étayés sur le masochisme érogène, ces scénarios d’une position
caractéristique de la féminité, qui signifient « être castré, subir le coït, ou
accoucher » (masochisme féminin), satisfont en même temps le besoin de
punition lié au sentiment de culpabilité inconscient (masochisme moral)
et apparaissent bien, loin de toute détermination psychogénétique singu-
lière, individuelle, comme des fantasmes originaires. Freud fait de ce
masochisme moral et de sa désunion d’avec Éros la genèse du processus
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 73

mélancolique et de son désastre. De façon identique, c’est de la désunion


pulsionnelle du sadisme d’avec Éros que pourrait naître la perversion : si
Freud, à notre connaissance, ne développe pas ce modèle, il faut souli-
gner la proximité de la perversion avec la psychose – et plus précisément
avec la mélancolie, qui va se renforcer au fil de la réflexion freudienne,
puisque l’une et l’autre auront, avec le clivage et le déni, des mécanismes
de défense très proches.
Ces mécanismes, qui prennent une place déterminante dans la psycho-
pathologie et dans la métapsychologie freudiennes, sont ceux du
fétichisme : en 1927, c’est le fétichisme qui devient, explicitement cette
fois, « le modèle des perversions ».

■ Le fétichisme, paradigme des perversions (1927)


Freud s’est pourtant intéressé au fétichisme bien avant 1927
(J. Chasseguet-Smirgel, 1984) et il est difficile de faire l’économie d’un
tel trajet pour comprendre les enjeux de ce quatrième et dernier modèle
de la perversion.
* Le fétichisme avant 1927
Fétiche, idéalisation et refoulement partiel
Dès les Trois essais en 1905, Freud accordait un intérêt et un statut parti-
culier aux fétichistes, qui trouvent leur plaisir dans un substitut de l’objet
sexuel, avec pour la première fois une référence au fétichisme des
sauvages :

Le substitut de l’objet sexuel est une partie du corps qui convient en géné-
ral très mal à des buts sexuels (pied, chevelure), ou bien un objet inanimé
dont on peut démontrer la relation avec la personne sexuelle qu’il remplace
et, de préférence, avec sa sexualité (pièces de vêtements, lingerie). Ce n’est
pas sans raison que l’on compare ce substitut au fétiche dans lequel le
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

sauvage voit son dieu incarné.

Pontalis (1970) souligne cette nécessité à incarner, à donner chair, à


l’origine de l’instauration du fétiche : comme pour pallier une non-satis-
faction intolérable face à ce qu’offre, ou refuse, l’objet d’amour, pour
s’approprier et contrôler son dieu.
La surestimation ou l’idéalisation (les termes sont alors synonymes) de
l’objet sexuel ou de la pulsion sont pour Freud le processus d’où naît le
fétiche. La surestimation de l’objet n’est pas en tant que telle pathologique :
« Un certain degré de fétichisme se retrouve régulièrement dans l’amour
74 NARCISSISME ET DÉPRESSION

normal » (Freud, 1905). L’idéalisation de la pulsion sexuelle, elle, témoi-


gne d’une importante activité psychique de transformation – que Freud
nommera « sublimation » en 1914, avec l’introduction du narcissisme, en
réservant alors le terme d’idéalisation à l’objet sexuel. Le fétichisme ne
devient pathologique que s’il y a fixation au fétiche.
Le lien entre fétichisme et analité est posé : dans une note ajoutée en
1910, « un plaisir olfactif coprophilique » pris à des objets dégageant
une forte odeur préside à l’élection du fétiche : la sensation refoulée,
restent la chevelure, le pied, objets-fétiches des plus courants. Freud
l’avait déjà évoqué l’année précédente à propos de l’Homme aux rats,
dans une lettre à K. Abraham (18 février 1909) : « Le fétichisme de
bottes implique un plaisir originaire (plaisir de sentir) donné par les
pieds sales et puants. »
C’est aussi dans une lettre à Abraham qu’il développe, en février 1910,
le lien entre fétiche et refoulement partiel :

Le fétiche […] résulte d’un mode particulier de refoulement, que l’on


pourrait qualifier de partiel : une partie du complexe est refoulée, une autre
partie en dédommagement est idéalisée (parallèles historiques : le Moyen
Âge avec son mépris de la femme et son exaltation de la Vierge Marie).

Freud reprendra la même proposition théorique en 1915, dans l’article


sur « Le refoulement » :

Il peut même se faire, comme nous l’avons vu dans la genèse du fétiche,


que la représentance de pulsion originaire ait été décomposée en deux
morceaux, dont l’un succomba au refoulement, tandis que le reste, préci-
sément à cause de cette intime connexion, connut le destin de l’idéalisation
(1915b).

Le fétiche, métaphore ou métonymie de l’objet sexuel ? Selon une note


aux Trois essais, en 1915, la pulsion scopique dirigée à l’origine vers les
parties génitales, « retenue en route par l’interdit et le refoulement »,
aurait finalement choisi le pied et le soulier comme fétiches : l’objet-féti-
che « représente » alors (vorstellen) l’objet sexuel initial, comme le pied
ou la chaussure représente l’appareil génital féminin en organe masculin.
Dans une note de 1920, ce modèle-là de la représentation ne tient plus, et
Freud conçoit alors le fétiche comme un souvenir-écran :

Derrière le premier souvenir relatif à l’apparition du fétiche se trouve une


phase engloutie et oubliée du développement sexuel, qui est représentée
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 75

(vertreten) par le fétiche comme par un « souvenir-écran », et dont le reste


et le précipité constituent, par conséquent, le fétiche.

Comme le souligne J. Chasseguet-Smirgel (1984), « le lien métonymi-


que entre la partie et la personne entière est alors rompu ». Et si le fétiche
vaut comme souvenir-écran, il devient ce « témoin à la fois insignifiant et
précieux, manipulable mentalement ou gestuellement, où se cache et se
préserve à jamais ce qui ne doit pas se perdre » (Pontalis, 1970).

Le « primat du phallus » dans la phase phallique, et le fétiche comme substitut


du pénis manquant de la femme
Dans son article sur « Les théories sexuelles infantiles » (1908), Freud
s’attache à la première d’entre elles qui « consiste à attribuer à tous les
humains, y compris les êtres féminins, un pénis, comme celui que le petit
garçon connaît à partir de son propre corps ». Elle est d’essence narcissi-
que, Freud le souligne : pour l’enfant, le pénis est l’objet sexuel auto-
érotique par excellence, « et la valeur qu’il lui accorde trouve son reflet
logique dans l’incapacité où il est de se représenter une personne sembla-
ble au moi sans cet élément essentiel ». L’enfant chez lequel cette
« représentation de la femme au pénis » se fixe deviendra nécessaire-
ment, dit Freud, un adulte homosexuel qui cherchera un partenaire doté
d’un tel pénis maternel et pourra éprouver de l’aversion pour la femme
dans la réalité externe, sans attrait sexuel puisque sans pénis, mais auteur
d’une menace effrayante de castration.
Proférée dans un premier temps devant la masturbation de l’enfant, la
menace de castration sera réactivée après-coup, « quand, plus tard, les
parties génitales de la femme sont perçues, et conçues comme
mutilées » : une telle perception peut alors provoquer « de l’horreur au
lieu du plaisir ». Le complexe de castration chez la fillette se structure
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

pour Freud selon le même modèle, du fait de l’équivalence qu’il pose


entre pénis et clitoris1. Freud revient sur ce qu’il appelle dorénavant le
« primat du phallus » dans l’organisation génitale infantile (1923), qui
caractérise le dernier de ses stades, après le stade sadique-anal : pour
l’enfant des deux sexes, « un seul organe génital, l’organe mâle, joue un
rôle ». Là encore, ces perceptions (la « vue fortuite » du sexe d’une

1. Les conceptions freudiennes de la sexualité féminine, on le sait, ont donné lieu à d’importants
examens critiques impossibles à évoquer ici (voir notamment J. André, 1995).
76 NARCISSISME ET DÉPRESSION

fillette ou « la perception de ce qui se passe lorsque des filles sont en train


d’uriner ») suscitent :
– le déni du manque, avec un mouvement hallucinatoire : « ils nient ce
manque et croient voir malgré tout un membre » ;
– l’élaboration d’une théorie sexuelle : « auparavant, en tout cas, il a
bien été là et par la suite il a été enlevé » ;
– l’horreur de la femme comme Méduse, « celle dont la vue étouffe toute
idée de rapprochement sexuel ».

Freud relie en 1924 la disparition de la phase phallique à la disparition


du complexe d’Œdipe. La phase phallique, « qui est en même temps
celle du complexe d’Œdipe », disparaît quand la menace de castration
devient effective, dans ce temps second où l’enfant a « devant les yeux »,
avec le sexe féminin, « la possibilité de la castration ». « De ce fait, la
perte de son propre pénis est devenue elle aussi une chose qu’on peut se
représenter, la menace de castration parvient après coup à faire effet »
(1924c, p. 119). L’idée selon laquelle la femme serait castrée conduit au
renoncement à la satisfaction œdipienne, et ouvre la voie aux identifica-
tions secondaires. Soulignons que pour le garçon cette castration reste
virtuelle, tandis que pour la fille, elle est un fait accompli (« l’anatomie
c’est le destin », 1924c, p. 121).
C’est précisément en évoquant en 1925 « la préhistoire du complexe
d’Œdipe » chez la fille que Freud revient sur « quelques conséquences
psychiques de la différence anatomique des sexes » : il souligne cette fois
la différence sexuelle dans la perception de cette différence anatomique.
La perception visuelle joue pour le garçon un rôle moins déterminant que
dans les textes précédents : « Il ne voit rien ou bien par un déni il atténue
sa perception […] » (ibid., p. 127). Cette observation prendra son sens
s’il se la remémore ou se la répète à l’occasion d’une menace de castra-
tion. La situation est différente pour la fille : « D’emblée elle a jugé et
décidé. Elle a vu cela, sait qu’elle ne l’a pas et veut l’avoir », refusant
d’accepter le fait de sa castration et développant ainsi un « complexe de
masculinité » dont seule l’entrée dans l’Œdipe la sortira : elle substituera
à son envie du pénis le désir d’avoir un enfant (du père), sa libido glissant,
dit Freud, le long d’une « équation symbolique » pénis = enfant.
Le déni de cette différence anatomique, déni donc de la réalité exté-
rieure, est courant chez les enfants des deux sexes ; chez l’adulte, ce
processus peut être à l’origine d’une psychose.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 77

De la représentation de la femme au pénis à la perversion maternelle :


Léonard de Vinci
Si Léonard amenait Freud en 1914 à évoquer une conception narcissique
de la perversion, il le conduisait aussi dès son étude d’Un souvenir
d’enfance de Léonard de Vinci (1910a) sur la voie du modèle fétichiste de
la perversion, développé au fil de l’œuvre. Freud a en effet souligné le
rôle de cette imago de mère pourvue d’un pénis notamment dans la diffi-
culté du peintre à achever ses tableaux, en même temps que dans sa soif
de savoir et sa curiosité intellectuelle : cette mère au pénis, à laquelle
Léonard s’identifie dans ses choix d’objet narcissiques, est comme le
reliquat de la phase phallique. De cette fixation à l’imago de la mère
pourvue d’un pénis, témoigne le fantasme du vautour : « […] il me vient
à l’esprit comme tout premier souvenir qu’étant encore au berceau, un
vautour est descendu jusqu’à moi, m’a ouvert la bouche de sa queue et, à
plusieurs reprises, a heurté mes lèvres de cette même queue » (1910a, p. 89).
Après avoir insisté sur le premier contenu mnésique de ce fantasme
(« avoir reçu de la mère la tétée »), qui fixe et la représentation de la
femme au pénis et le fantasme passif de fellation, Freud souligne l’inten-
sité érotique d’une séduction maternelle bien réelle : « Nous pouvons
traduire : ma mère a pressé sur ma bouche d’innombrables baisers
passionnés » (ibid. p. 131). Cette relation d’amour, et d’amour sexuel,
entre la mère et l’enfant, qui permet à la mère de satisfaire « sans reproches,
des désirs anciens, refoulés », Freud dit qu’on devrait la qualifier de
perverse, sans pour autant la qualifier ainsi lui-même : comme si cette mère,
la « première séductrice », dira-t-il encore en 1938 dans l’Abrégé, était pour
le petit Sigismund le seul objet qui ne puisse jamais être tout à fait pervers ?
Ainsi, avant 1927, le fétiche apparaît dans l’œuvre freudienne constitué
par surestimation (idéalisation) et investissement sexuel d’un objet-substi-
tut, représentation (1915)1 ou souvenir-écran (1920a) lié à un objet sexuel
primaire, auto-érotique ou féminin-maternel. Après avoir évoqué le poids
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de la sensation et de l’analité dans la genèse du fétiche, Freud va centrer


la perversion sur la relation au phallus et le complexe de castration.
* Le fétichisme en 1927, comme modèle des perversions –
Déni de la réalité et clivage du moi
Freud va consacrer tout un article à « l’éclaircissement du fétiche ». Il y
confirme le rôle déterminant du complexe de castration dans le fétichisme,

1. Voir les notes rajoutées en 1915 dans la nouvelle édition des Trois essais sur la théorie sexuelle.
78 NARCISSISME ET DÉPRESSION

et recommande instamment son étude à tous ceux qui doutent encore de


l’existence de ce complexe :

Le fétiche est le substitut du phallus de la femme (la mère) auquel a cru le


petit enfant et auquel, nous savons pourquoi, il ne veut pas renoncer.
Le processus est donc celui-ci : l’enfant s’était refusé à prendre connais-
sance de la réalité de sa perception : la femme ne possède pas de pénis.
Non, ce ne peut être vrai car si la femme est châtrée, une menace pèse sur
la possession de son propre pénis à lui, ce contre quoi se hérisse ce mor-
ceau de narcissisme dont la nature prévoyante a justement doté cet organe
(1927, p. 134).
Ainsi, le déni porte ici non pas sur le fait d’un manque, ou sur la castra-
tion elle-même, ou sur une perception, mais sur la réalité de cette
perception ; et c’est bien le déni de la réalité qui rapproche le fétichisme
de la psychose. Perception : il faut souligner ici combien la dimension
visuelle est partie intégrante de l’érection de ce « monument » qu’est,
selon les termes de Freud, ce fétiche. La perception, elle, n’est pas
déniée. « Au contraire, la situation que nous décrivons montre que la
perception demeure et qu’on a entrepris une action très énergique pour
maintenir son déni. » Freud y insiste, en rejetant le terme de
« scotomisation » retenu par Laforgue, qui suppose que la perception ait
été complètement balayée. Le déni, dit Freud, est le destin de la représen-
tation, et non pas de la perception : ce sont, avec la réalité de la percep-
tion de la différence anatomique des sexes, la menace de castration par le
père et l’angoisse liée à cette menace, c’est-à-dire le complexe de castra-
tion lui-même dans ses deux composantes, qui se trouvent déniés. Le féti-
che demeure le signe d’un triomphe sur la menace de castration et une
protection contre cette menace.
Dans ce déni, la négation au sens logique et linguistique du terme joue
un rôle primordial (« Non, ce ne peut être vrai »), cette négation
(Verneinung) dont en 1925 Freud faisait un symbole au moyen duquel la
pensée admettait intellectuellement le refoulé tout en maintenant l’essentiel
du refoulement.
Le fétiche a précisément pour fonction de garantir l’enfant contre la
disparition de la croyance à laquelle son évolution normale l’amènerait à
renoncer. Mais cette croyance infantile n’est pas maintenue intacte par le
fétichiste :

Il n’est pas juste de dire que l’enfant ayant observé une femme a sauvé,
sans la modifier, sa croyance que la femme a un phallus. Il a conservé cette
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 79

croyance, mais il l’a aussi abandonnée ; dans le conflit entre les lois de la
perception non souhaitée et la force du contre-désir, il en est arrivé à un
compromis comme il n’en est de possible que sous la domination des lois
de la pensée inconsciente – les processus primaires (1927).

Dans L’Interprétation des rêves, rappelle G. Rosolato, le processus


primaire a cette propriété de condenser, juxtaposer des pensées contradic-
toires, de former des compromis que la pensée consciente n’admettrait pas ;
il a aussi pour fonction d’établir, grâce à des quantités d’excitation qu’il
rassemble, une identité de perception, alors que le processus secondaire
s’astreint à atteindre une identité de pensée.
On dirait donc que le désaveu1 est à la dénégation comme le processus pri-
maire est au processus secondaire […] dans l’organisation symbolique du
fétichisme, ce recours au processus primaire se constitue comme une en-
clave dans les opérations du processus secondaire (G. Rosolato, 1966,
p. 15).

La « désagréable réalité de la castration féminine » n’est pas la seule à


pouvoir être déniée. La perte effective d’un être cher peut l’être aussi,
grâce au clivage : Freud évoque deux jeunes gens pour lesquels la mort
de leur père dans leur enfance avait été ainsi « scotomisée », sans que ce
déni les ait entraînés dans la psychose :
Il n’y avait qu’un courant de leur vie psychique qui ne reconnaissait pas
cette mort ; un autre courant en tenait parfaitement compte ; les deux po-
sitions, celle fondée sur le désir et celle fondée sur la réalité, coexistaient.

Freud ne fait pas de différence entre ces deux formes de déni, qui
toutes les deux portent sur une partie manquante de la réalité – déni de la
castration de la femme, déni de la perte du père.
De même, le fétiche ne symbolise pas nécessairement le pénis : « La
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

dernière impression de l’inquiétant, du traumatisant en quelque sorte sera


retenue comme fétiche » (p. 135-136). Ainsi, selon l’interprétation de
Laplanche et Pontalis dans le Vocabulaire de psychanalyse (1967), le
déni paraît porter « sur un élément fondateur de la réalité humaine, plutôt
que sur un hypothétique fait perceptif » – que Lacan, à la même époque,
appelle la Loi, nous y reviendrons.

1. C’est ainsi que G. Rosolato, alors dans la filiation lacanienne, traduit en 1966 cette
« Verleugnung », plus classiquement traduite par « déni » (cf. infra).
80 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Ces deux positions, déni et reconnaissance, ne sont pas exclusives


l’une de l’autre : le clivage du fétichiste peut faire coexister la perception
de l’absence de pénis féminin-maternel avec la représentation de la
femme au pénis, l’acceptation et le refus de la castration de la femme.
Le fétichiste ne se contente pas toujours de vénérer son fétiche en
retrouvant ainsi le phallus maternel, il peut aussi, en le traitant avec
« hostilité », « représenter la castration », « exécuter la castration
déniée ». Une telle hostilité vis-à-vis de l’objet fétiche se déploie, dit
Freud, quand s’est développée une très forte identification au père,
auquel l’enfant a attribué la castration de la femme :

Dans certains cas, la tendresse ou l’hostilité avec lesquelles on traite le fé-


tiche, tendresse et hostilité qui correspondent au déni et à la reconnaissance
de la castration, se mélangent inégalement, si bien que c’est soit l’une, soit
l’autre qui est plus aisément reconnaissable (Freud, 1927).

Pour résumer, le fétiche, ultime modèle des perversions pour Freud,


apparaît comme la solution perverse face à une angoisse de castration
provoquée par la différence des sexes et l’absence effective de pénis chez
la femme. Il incarne et maintient au-dehors la trace et le recouvrement de
la trace du conflit interne entre le fantasme et la réalité dont témoigne la
perception visuelle du sexe opposé. C’est la contradiction entre observa-
tion et préjugé, sur lequel le fétichiste jette un voile, qui a été magistrale-
ment résumée par Octave Mannoni (1963) dans sa célèbre formule : « Je
sais bien, mais quand même. » La reconnaissance qu’une partie du moi
fait de cette réalité (je sais bien…), tandis que l’autre la désavoue (mais
quand même), donne lieu au clivage du moi, un mode de défense diffé-
rent du refoulement, dans la mesure où ce déni porte sur la réalité exté-
rieure, et non interne, et sur un point bien précis de cette réalité : la
différence des sexes. Et c’est également un élément du monde extérieur
qui devient prévalent pour le fétichiste.
* Fétiche et clivage après 1927 : « Les divisions de l’être »
À la fin de sa vie, Freud (1938b) insiste de plus en plus sur la fonction
défensive du clivage du moi face à un conflit intrapsychique. Loin d’être
spécifique de la perversion, ce mécanisme de défense est propre à toutes
les organisations psychiques : « Le clivage du moi ne concerne pas seule-
ment le refus de la réalité dans la psychose, ou le refus de la castration
dans la perversion. Même si elle trouve dans ces organisations psychi-
ques extrêmes son paradigme, cette défense est susceptible de se mettre
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 81

en place chaque fois qu’une certaine fantasmatique sexuelle vient mena-


cer la stabilité narcissique du moi », lit-on dans l’argumentaire du
numéro 4 des Libres Cahiers pour la psychanalyse sur les « divisions de
l’être » (2001, p. 9).
Le clivage du moi comme « rébellion contre l’œdipe »
Dans « Le clivage du moi dans le processus de défense » (1938b), Freud
revient sur la « déchirure dans le moi » qui peut naître du conflit entre
la revendication de la satisfaction pulsionnelle et l’objection faite par la
réalité d’un danger réel difficilement supportable lié à la poursuite de
la satisfaction. Il évoque le cas d’un garçonnet de 3-4 ans, séduit sexuel-
lement par une fillette plus âgée, qui se forge l’explication selon laquelle
le pénis dont il avait constaté l’absence chez la fillette pousserait plus
tard. L’enfant, ayant répondu à cette stimulation sexuelle précoce par une
intense activité masturbatoire, se trouve, en guise de représailles, menacé
de castration : « La menace réveille le souvenir de la perception tenue
pour inoffensive et trouve en elle la confirmation redoutée » (p. 285).
À cet « effroi de castration », l’enfant peut répondre en renonçant, totale-
ment ou partiellement, à la satisfaction pulsionnelle, ou bien en érigeant
un fétiche – « ainsi a-t-il dénié la réalité, mais sauvé son propre pénis »,
et conservé la satisfaction pulsionnelle. Mais en même temps, l’enfant
reconnaît la menace de castration puisqu’il éprouve de l’angoisse : la
fonction synthétique du moi se trouve mise en échec, dit Freud, et « les
deux réactions au conflit se maintiennent comme noyau d’un clivage du
moi » (p. 284). Le clivage du moi apparaît ici davantage comme
« rébellion contre l’œdipe », selon l’expression de J. Chasseguet-Smirgel,
que comme évitement du conflit.
Clivage du moi et déni au-delà des perversions
Le « clivage psychique », comme dit Freud dans l’Abrégé de psychana-
lyse, s’avère un procédé infantile courant et commun aux différentes
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

formations pathologiques :

Au lieu d’une unique attitude psychique, il y en a deux ; l’une, la normale,


tient compte de la réalité alors que l’autre, sous l’influence des pulsions,
détache le moi de cette dernière. Les deux attitudes coexistent, mais l’issue
dépend de leurs puissances relatives » (Freud, 1938a, p. 78).

Ainsi, le clivage ne suffit plus à signer la perversion ou la psychose :


« Maintenant le ver est dans le fruit, dans tous les fruits » (J. Le Dem,
2001), comme si Freud donnait encore une nouvelle version, dynamique
82 NARCISSISME ET DÉPRESSION

cette fois, de l’hétérogénéité structurelle d’un moi aux instances plurielles


(d’un point de vue topique) et aux investissements pulsionnels opposés
(d’un point de vue économique).
C’est ainsi de divisions de l’être mais aussi de clivages au pluriel qu’il
faut parler1. Le clivage névrotique, entre des instances psychiques
distinctes, apparaît comme le résultat d’un conflit intrapsychique entre le
moi et le ça, ou d’un conflit du moi avec une pulsion. À la différence de
ce clivage entre instances, le clivage a la même fonction dans les psychoses
et dans le fétichisme : détacher, plus ou moins complètement et efficace-
ment (mais jamais tout à fait), le moi de la réalité. Si l’érection du fétiche
permet au sujet de détruire toute preuve de la possibilité de la castration
et d’échapper ainsi à l’angoisse de castration, celle-là peut subsister chez
le fétichiste, « comme trace de la réalité extérieure dangereuse pour le
moi » (Freud, 1938b).
De type particulier de perversion, le fétichisme est donc devenu au fil
de l’élaboration freudienne le modèle de toute perversion, sinon la
perversion elle-même : c’est avec le fétichisme que Freud réduit le pluriel
des perversions au singulier d’une catégorie psychopathologique. En
même temps, le fétichisme, comme le narcissisme et le masochisme,
reste cette « catégorie de désir », selon l’expression de Pontalis (1970),
qui retentit comme les deux autres sur l’ensemble de la théorie psychana-
lytique.
Pontalis résume ainsi le triple intérêt théorique du fétichisme tel que
Freud l’introduit en 1927 : il lui permet en effet de réaffirmer l’existence
et la prévalence du complexe de castration, d’analyser comment
s’instaure et persiste un mode particulier de croyance fondée sur le déni,
et de dégager une structure du moi, dans son rapport à la réalité, où
coexistent parallèlement, sans relation dialectique entre elles, deux attitu-
des psychiques opposées – « je sais bien mais quand même ». Le pervers
devient ainsi celui qui dénie la réalité de sa perception et la portée
symbolique de la différence des sexes, en restant partiellement fixé à la
représentation du pénis féminin. En même temps, Pontalis s’étonne :
« C’est une perception bien particulière que celle d’une absence ! » À
cette remarque, qui soulève une question épistémologique majeure, nous

1. Nous renvoyons ici au numéro spécial congrès de la Revue française de psychanalyse intitulé
« Les clivages » (1996, t. LX).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 83

pourrions ajouter qu’encore bien plus particulière est la représentation


d’une absence…
À côté de tels enjeux théoriques autour de la question du fétichisme,
qu’advient-il de la spécificité de la perversion, du point de vue de la
psychopathologie psychanalytique ?

2.2.2 Le point de vue psychopathologique : perversion et névrose,


perversion et psychose chez Freud
Dans l’Abrégé de psychanalyse (1938a), Freud range nettement les
perversions aux côtés des psychoses : dans les unes comme dans les autres,
le conflit psychique se déploie entre le moi et le monde, la réalité exté-
rieure, tandis que les névroses naissent d’un conflit intra-psychique entre
le moi et le surmoi, ou le ça.

■ Perversion et névrose
La « révolution » qu’apportent les Trois essais est dans cette affirmation :
c’est un même processus de fixation et de régression aux motions infan-
tiles perverses en soi qui est à l’œuvre dans les symptômes des névrosés
comme dans les conduites perverses : les symptômes « constituent
l’expression convertie de pulsions que l’on qualifierait de perverses
(au sens le plus large), si elles pouvaient, sans être détournées de la
conscience, s’exprimer directement dans des fantasmes ou dans des
actes. Les symptômes se forment donc en partie aux dépens d’une sexua-
lité anormale ; la névrose est pour ainsi dire le négatif de la perversion1 ».
Freud reprend plus loin cette métaphore du révélateur photographique
quand il évoque « des perversions positives et des perversions
négatives » : les secondes, à savoir les névroses, contiendraient dans
l’ombre la sexualité infantile que les perversions positives porteraient à la
lumière dans les conduites perverses.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

En 1905, la seule différence entre le symptôme du névrosé et la


conduite perverse, qui puisent à la même source pulsionnelle infantile,
donc auto-érotique, aux mêmes motions partielles, aux mêmes zones
érogènes, c’est la question du « détournement de la conscience » : la
présence (chez l’hystérique) ou l’absence (chez le pervers) du refoule-
ment, l’expression indirecte (chez l’hystérique) ou directe (chez le

1. Souligné par Freud.


84 NARCISSISME ET DÉPRESSION

pervers) dans des fantasmes ou dans des actes. Des fantasmes ou des
actes : ils sont ici lestés de la même énergie pulsionnelle, perverse : les
fantasmes conscients des pervers, parfois convertis en dispositifs, les crain-
tes délirantes des paranoïaques et les fantasmes inconscients des hysté-
riques derrière leurs symptômes « coïncident en leur contenu jusque dans
leurs moindres détails », précise Freud dans une note de 1915 ajoutée aux
Trois essais.
En 1919, la perversion comme la névrose partagent le même noyau : le
complexe d’Œdipe, dont elles sont les restes. L’analyse du fantasme
masochiste de fustigation, qui résulte de l’amour œdipien pour le père,
sur un versant sadique pour la fille ou masochiste pour le garçon, rapproche
l’organisation névrotique de l’organisation perverse, même si le destin de ce
fantasme diffère selon les sexes, conduisant les femmes à la névrose et
les hommes à la perversion.
Elles ont aussi en commun la reconnaissance de la castration : le
fétiche n’apparaît-il pas comme une formation de compromis face à
l’angoisse de castration commune aux névrosés et aux pervers, face à la
crainte suscitée par le sexe féminin et universellement partagée ?
Et pourtant, c’est à partir de l’étude du fétichisme que Freud rapproche
de plus en plus la perversion de la psychose.

■ Perversion et psychose

Ces points de proximité de la perversion avec la psychose, Freud les a


évoqués très tôt en soulignant le rapport entre l’homosexualité inconsciente,
psychiquement insupportable, et la paranoïa du président Schreber :

Nous pouvons dire que la somme de régression qui caractérise la paranoïa


est mesurée par le chemin que la libido doit parcourir pour revenir de l’homo-
sexualité sublimée au narcissisme (1911a).

La projection paranoïaque accomplit un transfert d’investissement


narcissique, le moi étant fasciné par l’autre du même sexe, objet d’un
désir sublimé, sur lequel il a projeté sa propre image.
En affirmant, en 1914, que le choix d’objet du pervers est narcissique,
Freud renforce ce rapprochement entre perversion et psychose : la rela-
tion d’objet narcissique caractérise aussi les sujets psychotiques, l’identi-
fication narcissique est commune à la mélancolie et à la perversion. Les
pervers s’en trouvent d’autant pathologisés.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 85

À partir de 1927, cette proximité se renforce. Psychose et perversion


ont en commun le détournement de la réalité et des mécanismes de
défense identiques : le déni, le clivage. Ce rapprochement était déjà
amorcé par la radicalisation de l’opposition structurelle entre névrose et
psychose, le couple d’opposés perversion-névrose qui dominait jusque-là
s’estompant toujours davantage au profit du couple névrose-psychose.
Psychose et perversion ont pourtant des différences : le déni ne porte
dans la perversion que sur une partie de la réalité. De même, le clivage de
type pervers entre les deux positions – celle qui dénie une partie de la
réalité (absence de l’objet ou absence du pénis féminin-maternel) et celle
qui la reconnaît – permet la coexistence de ces deux positions et le main-
tien de l’ancrage dans la réalité ; dans la psychose, un des deux courants,
celui fondé sur la réalité, a vraiment disparu (1927). Dans l’Abrégé
(1938), Freud nuancera cette affirmation : même dans les psychoses les
plus graves, « dans un recoin », aussi éloigné soit-il, une partie du moi
reste au contact de la réalité. Dès 1918, avec l’Homme aux loups, il avait
dégagé une autre position face à la castration, avant tout jugement sur sa
réalité : le rejet. Ce rejet caractérise pour lui la psychose, comme le déni
de la réalité de la différence des sexes signe la perversion, et sa reconnais-
sance, la névrose.
Différence de nature ou différence de degré ? Dans l’Abrégé, comme
le souligne Chasseguet-Smirgel (1984), la différence entre le clivage
pervers et le clivage psychotique semble n’être qu’une différence de
degré.
Une autre différence distingue la perversion de la psychose, nettement
qualitative celle-là : il y a un travail d’élaboration psychique dans la
construction fétichiste, qu’il n’y a pas dans la réalisation hallucinatoire de
désir où la satisfaction est immédiate. Si, dans son analyse du garçonnet
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de 3-4 ans déjà évoquée plus haut, Freud insiste sur la solution fétichiste
adoptée pour sauvegarder le pénis menacé de castration, et rapproche
alors cette « façon de se détourner de la réalité » du processus psychotique,
il découvre dans cette « ruse » une différence :

Le petit garçon n’a pas simplement contredit sa perception, halluciné un


pénis là où l’on ne pouvait en voir, il a uniquement procédé à un déplace-
ment de valeur, transféré la signification de pénis à une autre partie du
corps, processus pour lequel – d’une façon que nous ne pouvons indiquer
ici – le mécanisme de la régression lui est venu en aide (1938b, p. 286).
86 NARCISSISME ET DÉPRESSION

L’érection du fétiche n’est pas une réalisation hallucinatoire de désir,


comme dans le délire, mais s’apparente au travail psychique du rêve,
avec déplacement et régression.

2.2.3 Conclusion
Après 1905, où Freud part des comportements pervers adultes pour théo-
riser une sexualité infantile « perverse en soi », son intérêt pour les
perversions est resté toujours plus ou moins incident : il affleure dans des
articles dont elles ne sont pas l’objet essentiel, et produit des modèles qui
varient au fil de l’œuvre. Mais, quel que soit le modèle proposé, que
Freud repère les perversions comme régression et fixation à la sexualité
infantile (1905) ou à la libido narcissique (1914), comme sédiment du
complexe d’Œdipe (1919a) ou bien comme déni où le fétiche vient signer
le triomphe sur la menace de la castration et protège en même temps le
pervers contre cette menace (1927), les perversions sont toujours liées
pour Freud à la psychosexualité infantile et à l’essentiel de son contenu
pour lui, le complexe de castration.
Dans le cadre du sexuel infantile, le processus pathologique et le lieu
nosographique des perversions varient. Mais la clinique freudienne ne
varie-t-elle pas, elle aussi, au fil de l’œuvre ? Si Freud, en 1905, souli-
gne comme ses prédécesseurs, Moll et Hirschfeld, la normalité au
moins sociale des pervers, ils se rapprochent des malades à partir du
moment où Freud considère la perversion, y compris l’inversion,
comme une régression narcissique, à l’instar de la mélancolie ou de la
paranoïa. Or « les seuls pervers venus effectivement consulter, et dont
certains ont été vraiment pris en traitement, ne sont plus du tout ceux
dont Freud parlait en 1905 et qui, pour l’essentiel, restèrent hors du
champ clinique et thérapeutique de la psychanalyse, mais bien des
sujets névrotiques souffrant de tels ou tels comportements pervers. La
théorisation se fera à partir des études et des traitements de ces
derniers, mais elle demeurera réputée valoir pour l’ensemble des
pervers, et en particulier pour ceux de l’autre groupe » (G. Lantéri-
Laura). Et en même temps, plus l’étiologie renverra à la structuration
précoce des relations objectales, moins ces comportements paraîtront
accessibles à la thérapie…
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 87

2.3 Les successeurs de Freud


Les successeurs de Freud privilégient les uns et les autres chacune des
pistes ouvertes par lui. Bien qu’elle donne au sadisme et au clivage une
dimension quasi ontogénétique, Melanie Klein inspirera de nombreuses
recherches, notamment anglo-saxonnes. Lacan et ses élèves feront du
désaveu de la castration par le fétiche le pivot de la structure perverse.
Certains psychanalystes s’attacheront davantage à la genèse des perver-
sions comme troubles de la prégénitalité, notamment sadique-anale
(J. Chasseguet-Smirgel) ou des relations à l’objet maternel primaire : le
fétiche pourrait être chez l’adulte l’un des destins possibles de l’objet
transitionnel de l’enfant (Winnicott) ou resterait en amont de ces proces-
sus de transitionnalité, dans un registre plus narcissique (Ph. Greenacre).
D’autres insistent sur sa fonction de colmatage face au manque de l’objet
ou à l’hémorragie narcissique (E. Kestemberg, P.-C. Racamier).
De nouvelles cliniques, une autre écoute, amèneront d’autres auteurs à
envisager les pratiques sexuelles perverses comme des tentatives de solu-
tions addictives contre l’angoisse de perte d’objet, ou le recours à l’acte
dans les comportements sexuels violents comme des défenses contre
l’angoisse d’anéantissement. D’autres encore vont repérer, dans les agirs
violents à l’adolescence ou dans les troubles des conduites alimentaires,
l’ancrage masochiste qui peut mener les sujets au négativisme ou à une
forme de mélancolie.

2.3.1 Approches métapsychologiques : la perversion


comme trouble de la prégénitalité ou en référence
à la castration ?

■ Troubles de la prégénitalité : Melanie Klein et ses héritiers


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

* Melanie Klein : sadisme et clivages ontogénétiques


La catégorie de perversion n’a pas grand place en tant que telle dans une
œuvre qui excède largement toute psychopathologie psychanalytique. La
notion d’une régression à l’infini, jusqu’à un pré-œdipien de plus en plus
archaïque et mythique qui conduit nécessairement en dehors de la tempo-
ralité, rend problématique toute genèse des perversions. Cependant, dans
ses rares références explicites à la perversion, M. Klein (1927) renforce
le point de vue freudien sur la perversité polymorphe de l’enfant : les
fixations à des fantasmes sadiques-oraux et sadiques-anaux très précoces
88 NARCISSISME ET DÉPRESSION

et refoulés constituent « la base de toutes les perversions dont Freud a


trouvé l’origine dans le développement de la première enfance », écrit-
elle dans un article sur « Les tendances criminelles des enfants
normaux ». De tels fantasmes, très archaïques, intriqués aux tendances
œdipiennes et visant les objets œdipiens, suscitent une angoisse et un
sentiment de culpabilité œdipiens qui poussent le criminel à commettre
ses délits, à mettre en actes ces fantasmes ; mais ces délits constituent en
même temps une tentative d’échapper à des désirs œdipiens que rejette le
surmoi (précoce) du pervers et du criminel, resté fixé aux fantasmes sadiques
archaïques.
En effet, confrontée au sadisme triomphant qui règne dans ses traite-
ments d’enfants, notamment schizoïdes et psychotiques, M. Klein (1930)
reprend le schéma du développement libidinal proposé par Abraham. Une
relation sadique-orale entre le monde et l’enfant caractérise la réalité
psychique du très jeune enfant :

Il n’est pas exagéré de dire que d’après la première réalité de l’enfant, le


monde est un sein et un ventre rempli d’objets dangereux – dangereux par
la tendance de l’enfant lui-même à les attaquer.

* Clivage de l’objet, clivage du moi


Face à ce corps maternel aux contenus à la fois attaqués et persécuteurs,
M. Klein donne au clivage (splitting) la place que Freud accordait au
refoulement originaire, ce processus qui fonde le sujet et l’objet et qui
permet la symbolisation. Pour elle, à la différence de Freud, le clivage de
l’objet, premier mécanisme de défense dont dépendront les autres,
notamment le déni et l’idéalisation, est antérieur au clivage du moi, qui
en résulte : le moi existe dès le début de la vie néo-natale, même si c’est
sous une forme rudimentaire et peu cohérente.
L’une des fonctions du moi du nourrisson est d’administrer l’angoisse :

Pour cela, le moi projette les mouvements de la pulsion de destruction sur


le sein qui devient le mauvais, le représentant extérieur de la pulsion de
mort. Parallèlement, la pulsion de vie s’attache à l’objet extérieur, au bon
sein, qui devient son représentant extérieur. Intériorisé, le bon sein devient
une source de vie, et la fonction d’intégration du moi (sa fonction synthé-
tique selon Freud) dépend d’un bon objet, solidement ancré en lui. Le cli-
vage en bon et en mauvais sein correspond à la position schizo-paranoïde.
[…] De ce clivage de l’objet découle un clivage du moi : celui-ci, dans les
mouvements sadiques oraux cannibaliques, introduit en lui le mamelon et
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 89

le sein en morceaux, ce qui donne corps au danger d’anéantissement


(M. Klein, 1930).

Le déni vient renforcer la séparation entre l’objet frustrateur et l’objet


idéalisé : sont déniées et anéanties, à partir de sentiments d’omnipotence,
l’existence même de l’objet mauvais, la situation douloureuse de frustra-
tion, la relation objectale, et par conséquent la partie du moi d’où
émanent les sentiments envers l’objet.
À l’inverse peut-être du clivage, et comme son échec aussi, M. Klein
évoque, dans un terme que reprendra René Roussillon (1999), « la confu-
sion primaire » entre amour et haine, bon et mauvais objet : elle naît de
l’envie primaire liée à la relation sadique-orale à la mère à laquelle le
nourrisson est normalement en proie, et peut d’une façon plus pathologi-
que renforcer l’imago des parents combinés, en effaçant leurs différences
corporelles et sexuelles et interdire alors l’accès à la deuxième phase
œdipienne. Une telle confusion, renforcée par l’identification projective,
peut aller jusqu’à compromettre la mise en place de limites stables entre
soi et les objets, interne et externe, et empêcher la constitution d’un
espace psychique interne.
Cette conception d’un inconscient comme corps maternel fantasmati-
que traversé par un sadisme et un clivage qu’on pourrait dire ontogénéti-
ques, bien au-delà de la catégorie de la perversion, éclaire cependant le
mode de fonctionnement pervers que M. Klein esquisse à peine. Celle
que Lacan appelait « la grande tripière » a plus directement inspiré chez
ses contemporains une réinterrogation du fétichisme à partir de la prégé-
nitalité. Pour Sylvia Payne (1939), le fétiche, amalgame des objets
partiels et d’une image combinée des parents, représente une protection
contre les pulsions sadiques-orales envers l’objet d’amour œdipien
archaïque, par un mécanisme d’introjection-projection : « Le fétiche
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ranime les substituts prégénitaux de la sexualité génitale », et en même


temps offre « des défenses contre l’agressivité liées à la sexualité
prégénitale », apaisant ainsi les craintes de destruction de l’objet.
Sans faire ici l’inventaire des nombreuses recherches post-freudiennes
et post-kleiniennes sur l’étiologie du fétichisme (R. Dorey, 1970 ;
J. Chasseguet-Smirgel, 1984), nous évoquerons rapidement quelques-
unes des plus significatives, qui s’éloignent parfois de cet héritage pour
rejoindre les dernières positions freudiennes sur le rôle majeur du complexe
de castration dans les perversions.
90 NARCISSISME ET DÉPRESSION

■ Destins du fétiche, entre prégénitalité, narcissisme et castration

* Le fétiche dans l’économie anale : la régression sadique anale


(Chasseguet-Smirgel) ou le fétiche comme pénis anal (Rosolato)
Évoquons d’abord la très classique position de J. Chasseguet-Smirgel
(1984, 1991), directement issue de Freud et de son équation
« fèces = enfant = pénis » (1917), paradigmatique des perversions. Elle
se caractérise par le déni de la génitalité et l’idéalisation concomitante de
l’analité, en deçà de la différence des sexes et des générations puisque
l’univers anal, qui méconnaît la nécessité de grandir et se renouvelle
jusqu’à la mort, se déploierait quasiment en dehors de la dimension
temporelle, comme un « univers magique où l’impuissance est abolie » et
où le retour à l’indifférencié est possible.
Cette idéalisation de l’analité sur laquelle se fonde la perversion
résulte de la projection de l’idéal du moi, héritier du narcissisme
primaire, sur les fèces. L’illusion – le leurre comme le dira aussi Lacan
(cf. infra), selon lequel il n’y aurait ni différence des sexes ni différence
des générations – vient d’une telle idéalisation, destin de l’analité chez le
pervers. Pour cette tromperie, la mère qui a contribué à instaurer cet idéal
du moi est l’objet de la haine (même si ce sentiment est transformé par
la suite), d’où la proximité de l’idéalisation avec la persécution, dans la
perversion (1984).
Loin de pouvoir apparaître structurante, ou comme une première tenta-
tive pour maîtriser l’archaïque qu’invoque Green dans ce qu’il appelle
une « analité primaire » (1982a), l’analité est pour J. Chasseguet-Smirgel
(1991) le royaume putride de l’indifférencié, à l’image duquel la perver-
sion apparaît comme un « monde d’horreur et d’enchantement ». À cette
régression anale qu’est la perversion, où elle voit un retour au paganisme,
au culte des déesses-mères et au chaos, Chasseguet-Smirgel oppose le
complexe d’Œdipe et la relation au père, racines du monothéisme : de
leur projection dans l’espace externe, résultent en effet pour elle
« comme Freud a tenté de le montrer, les règles morales, la religion et
l’organisation sociale ».
En dessinant le fétiche comme « pénis anal », G. Rosolato (1970) rend
compte de manière plus différenciée de l’économie anale, marquée par le
renversement et la réversibilité (cadeau précieux/déchet sans valeur,
contenant/contenu, cacher/montrer, retenir/expulser, prolongement du
corps/objet détaché). Ces différentes valeurs, qui règlent l’économie
anale, produisent le fétiche comme « objet de perspective : à savoir,
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 91

l’objet en négatif qui sert d’organisateur pour toute construction


d’objet ». Le fétiche serait ainsi ce pénis anal exhibé au-dehors, lui-même
substitut du pénis maternel caché au-dedans ; en même temps que ce
voile qui le recouvre et l’enveloppe, il figure aussi ce qui l’amène au jour
et le produit :

Le fétiche comporte en même temps le voile (qui n’est autre que le corps,
son réduit digestif, vaginal, de contenant) et ce qui est masqué (le pénis)
dans une relation réciproque où chacun se dérobe par l’action de l’autre,
dans une oscillation métaphoro-métonymique.

Objet de perspective : en insistant sur la dimension visuelle de cet


objet, qui attire le regard et en constitue la ligne de fuite, G. Rosolato
rend compte du tout début de l’article de Freud sur le fétichisme. En
effet, le « brillant sur le nez », « Glanz auf der Nase » en allemand,
étrange « condition de fétiche » pour le jeune patient de Freud élevé en
Angleterre, était en fait la traduction d’un « regard sur le nez », « glance
at the nose » dans cette langue plus maternelle qu’avait été pour lui
l’anglais. « Ainsi le nez était ce fétiche auquel du reste il pouvait à son
gré octroyer ce brillant que les autres ne pouvaient percevoir », conclut
Freud (1927). Le nez, cet objet dont la vue est licite, à la différence du
sexe, « enrobé de regards », dit G. Rosolato, reflète en même temps le
regard privilégié du sujet sur une brillance infantile que lui seul peut voir,
innommable sinon dans la langue maternelle de l’enfance qui le cache et
le montre : le pénis maternel. Les registres du visuel et du spéculaire,
constitutifs du narcissisme, sont ainsi largement convoqués dans la
construction même du fétiche.
* Le fétiche comme défense contre des distorsions archaïques
de l’image du corps : Phyllis Greenacre
Ph. Greenacre (1953), psychanalyste américaine, décrivait le fétiche non
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

pas à partir de la prégénitalité mais du point de vue narcissique, comme


un trouble des identifications sexuelles précoces. Elle soulignait notam-
ment le rôle que pouvait y jouer une altération dans la constitution même
de l’image du corps, en relation avec le nourrissage du bébé, qui entraîne
une fluctuation du perçu des dimensions corporelles et de la tension intra-
corporelle (intra-body pressure). Selon cette hypothèse, l’éprouvé de
tumescence-détumescence corporelle a pour conséquence une identification
bisexuelle, avec une instabilité permanente du « body-self », un fort inves-
tissement de la vue et des identifications rapides et successives aux autres,
qui fragiliserait l’identité corporelle sexuelle et les relations objectales.
92 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Ph. Greenacre articule ces troubles précoces, survenant dans les dix-huit
premiers mois de la vie, à d’autres qui peuvent survenir pendant la phase
phallique, entre deux et quatre ans, et aboutissent à « un complexe de
castration exagéré » : le fétiche, qui se substitue au pénis maternel et
dénie la menace de castration, a une fonction éminemment narcissique
puisqu’il réinstaure, par une introjection visuelle et olfactive, le phallus
du sujet lui-même et sert de prothèse identificatoire, sinon identitaire, en
protégeant en même temps de l’angoisse de séparation.
Reprenant cette question en 1968 en s’attachant aux différences entre
objet transitionnel et fétiche, l’auteur insiste davantage sur les difficultés
d’individuation dont procéderait le fétiche, en amont des processus de
transitionnalité. Le fétiche « prend origine dans les premières relations
inadéquates à l’objet et en créant une cristallisation, il tend à limiter leur
développement » : né chez ces enfants dont la première relation à la mère
n’a pas été « assez bonne », il se crée « à partir d’une situation plus
altérée » que l’objet transitionnel, qui est lui formateur d’illusion et
protecteur véritable, « représentation de la mère (partielle ou symbolique)
jusqu’à ce que l’individuation soit établie ».
* Le fétiche pallie les carences narcissiques :
« relation fétichique à l’objet » (E. Kestemberg)
et « perversité narcissique » (P.-C. Racamier)
C’est en s’attachant au registre narcissique, comme Ph. Greenacre,
qu’Évelyne Kestemberg décrit l’instauration d’une relation fétichique à
l’objet comme une défense face à une menace d’anéantissement, au plus
près de la psychose. La fétichisation signe d’après elle une incomplétude
de la construction narcissique, elle est une « projection d’un soi hypertro-
phié tenant lieu « en sa grandeur » d’objet interne non constitué » (1966).
E. Kestemberg examine la relation que certains patients, psychotiques
non délirants ou anorexiques, ont avec leur analyste : y pèse une « imago
archaïque indistincte, ambisexuée, en quelque sorte incluse dans les
investissements narcissiques du patient, mal séparée de lui-même, et pour
tout dire, mal organisée en tant qu’objet » (1978), qui les pousse, en deçà
du transfert, au besoin impérieux de s’assurer de la seule présence du
thérapeute, seule susceptible de garantir leur propre présence, voire leur
propre existence. Cette imago maternelle, mal distincte du père qu’elle
contient, témoigne selon E. Kestemberg d’une mère vécue non pas tant
comme objet d’amour privilégié mais comme cet objet d’amour dont la
perte constitue le danger psychique, c’est-à-dire la désorganisation du
moi, en d’autres termes, « objet inclus dans le vécu narcissique » (1978).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 93

Alors que dans l’objet transitionnel, l’auto-érotisme rencontre l’inves-


tissement d’objet, dans cette relation à un analyste désanimé, figé, immo-
bilisé, l’objet interne est ainsi pérennisé, fétichisé afin de préserver
l’intégrité narcissique menacée. Il est contenu dans cette organisation
auto-érotique, sans y être représenté ou figuré comme distinct :

Cet objet fétiche n’est pas le miroir du sujet, mais sa duplication externe,
qui lui permet de vérifier son existence et son idéalité : dans cette mesure,
l’objet exclu, rejeté à l’extérieur, s’offre comme garant narcissique du sujet
(C. Chabert, 1997).

P.-C. Racamier évoque lui aussi un « colmatage perversif des angoisses


psychotiques » (1985), qui peut être un recours dans des « perversions
narcissiques non érogènes » ou « perversités narcissiques » : le sujet y
nourrit son propre narcissisme aux dépens d’autrui, dans un mode de
relation où, à la suite de la projection des propres déchirures et souffrance
du sujet sur l’autre, le moi de l’autre se trouve disqualifié. Dans de telles
organisations, l’objet est traité « non pas comme une personne, ni même
comme une amulette, mais comme un ustensile » : ni objet libidinal, ni
objet de haine, ni objet d’identification mais « objet rendu inanimé de la
relation fétichique » (1986).
Si « l’objet incestuel » est, lui, érotisé, objet d’un investissement libidinal,
il est avant tout investi comme une idole dans laquelle se mire son adorateur :
la relation incestuelle reste pour Racamier une relation narcissique :

L’objet incestuel est captif d’une projection narcissique envahissante : il a


pour mission profonde et impérative d’incarner à lui seul les objets internes
qui manquent à l’auteur de l’idolâtrie narcissique (1995).

Ainsi l’objet incestuel est cet objet fétiche dont la présence externe est
requise en permanence pour « combler un vide en dedans ».
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

* L’objet fétiche comme un destin possible de l’objet transitionnel :


Winnicott
La théorie kleinienne a inspiré aussi la réflexion de Winnicott (1951,
1971a et b), même si ses travaux rétablissent l’objet externe et sa place
dans une dialectique entre individu et environnement, qui constitue le
champ de la transitionnalité. Selon Winnicott, l’objet transitionnel est
créé par l’enfant après que lui-même, nourrisson, a été manipulé
(handling), tenu (holding) par sa mère, et objet de ses soins (taking
care) : première possession moi-non moi permanente et invulnérable,
94 NARCISSISME ET DÉPRESSION

objet réel et perceptible entre la mère et l’enfant, l’objet transitionnel est


manipulé et contrôlé par l’enfant qui l’investit de significations subjecti-
ves avant de le désinvestir progressivement. Sans cet espace subjectif
d’illusion alloué par la mère à l’enfant, « qui permet au bébé d’avoir
l’illusion que son sein à elle est une partie à lui, l’enfant » (1971a),
l’enfant ne peut pas créer l’objet transitionnel et échoue à se séparer de sa
mère. Ce « quasi-objet » est essentiel dans la mesure où « il marque, sur
le chemin qui différencie le fantasme de la réalité, le moment intermé-
diaire où l’objet n’est plus uniquement fantasme, mais pas encore
symbole » (V. Smirnoff, 1970).
Mais cette première possession moi-non moi qui replace indirectement
le sein externe en tenant lieu de sein « interne » ne peut être élaborée par le
petit enfant que si l’objet interne est vivant, réel et suffisamment bon (pas
trop persécuteur). Si l’objet externe est défaillant ou persécuteur, un tel objet
interne n’a pu se constituer : dans ce cas, l’objet interne et donc l’objet
transitionnel manquent de signification pour le petit enfant. Winnicott
(1951) signale que cet objet transitionnel peut finir par « devenir un objet
fétiche et persister sous cette forme dans la vie sexuelle adulte » si l’absence
ou la souffrance infligée par la mère, trop grandes, doivent être déniées :

On peut décrire le fétichisme en termes de persistance d’un objet spécifique,


ou d’un type d’objet qui remonte à l’expérience infantile dans le domaine
transitionnel, lié à l’hallucination d’un phallus maternel.

Objet transitionnel et objet fétiche se constituent ainsi selon des


processus bien distincts pour Winnicott : l’illusion préside à la création
par l’enfant de l’objet transitionnel, une étape et un phénomène nécessai-
res à la constitution de l’individu, alors que c’est l’hallucination qui dans
la pathologie de l’adulte érige le fétiche, substitut de l’omnipotence
maternelle archaïque.
Ph. Greenacre (1970) s’est attachée elle aussi à souligner les différen-
ces entre objet fétiche et objet transitionnel. Le fétiche infantile repré-
sente plutôt « le substitut d’une combinaison entre le sein et le pénis » et
« contribue fortement à consolider l’illusion d’un supplément maternel
au corps propre », l’individuation étant retardée et inachevée. L’objet
transitionnel a une fonction différente :

À partir du moment où il peut représenter chacun des aspects de l’environ-


nement mère-enfant, permet un élargissement de l’intérêt infantile, non
limité à l’union hallucinatoire du contact particulier corporel avec la mère.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 95

* Le fétiche, une histoire de castration ? R. Stoller


Contemporain des approches anglo-saxonnes (S. Payne, Ph. Greenacre)
qui, à la suite de Melanie Klein privilégiaient, à propos des perversions,
les phases archaïques du développement, un autre courant dans la
psychanalyse américaine (W.H. Gillespie) insistait sur la transformation
que la régression sadique-orale exerce en retour sur l’angoisse de castra-
tion. Dans cette lignée, Robert Stoller (1978) en faisant de la perversion,
au-delà du fétichisme, « la forme érotique de la haine », soutient que
l’acte pervers est fondamentalement un acte d’agressivité où l’homme
doit posséder et détruire la mère pour éviter le retour fusionnel et la perte
de son identité sexuelle masculine. Cette identité sexuelle masculine, qui
succède pour Stoller à une identification féminine initiale, commune aux
deux sexes dans la phase de symbiose avec la mère, survient vers 2-3 ans,
au moment de la phase de séparation-individuation. Le comportement
pervers serait alors un substitut du meurtre de l’objet maternel primaire,
dans une tentative de s’en différencier.
Revenant de plus près à la question du fétiche « érotiquement
excitant », R. Stoller (1993) le relie pourtant à un conflit œdipien
précoce. Il décrit dans la constitution de ce fétiche un mouvement de
« déshumanisation » analogue à ce que décrit E. Kestemberg, où l’objet
excitant peut être inanimé, vivant mais non humain : la fétichisation, en
dégradant un objet en moins qu’humain, se veut acte de cruauté. Mais
c’est bien la trace du lien humain originel, maintenant refoulé, qui rend le
fétiche excitant pour son créateur, et la fétichisation est ce mouvement
qui dans un va-et-vient déshumanise l’objet et dote le fétiche d’une
qualité humaine : « Le fétiche est une histoire qui se fait passer pour un
objet », dit R. Stoller (1993, p. 122), alors que dans la relation fétichique
décrite par E. Kestemberg, le fétiche pourrait se dire à l’inverse, nous
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

semble-t-il, comme un objet qui se fait passer pour une histoire. Une
histoire qui commence par la frustration et le traumatisme, et finit en
triomphe, selon R. Stoller, où la victime de l’enfance est vengée par
l’auteur du fantasme. Pour lui, le fétiche est ainsi « une névrose extrême-
ment condensée », construite comme défense (de caractère) contre le
traumatisme, la frustration et le conflit – non sans une certaine dilution du
repérage psychopathologique puisque « la névrose, quel qu’en soit le
prix, est construite pour être moins douloureuse que les problèmes
qu’elle doit surmonter, en particulier ceux de la première enfance et de
l’enfance ».
96 NARCISSISME ET DÉPRESSION

■ Structure perverse, structure fétichique et dynamique du désir :


Jacques Lacan

* La structure perverse pour Lacan : un avatar de l’œdipe


Bien qu’il n’ait pas consacré de séminaire à la perversion, l’ensemble de
la réflexion de Lacan rencontre cette problématique, surtout dans les
moments de clivage des institutions analytiques, comme le remarque
J. Félician (1987).
La problématique lacanienne de la perversion se revendique ferme-
ment œdipienne. En s’appuyant sur l’article de Freud « Un enfant est
battu » (1919), le théoricien du « retour à Freud » s’élève contre une
théorie qui ferait de la perversion la simple survivance d’une pulsion
partielle irréductible, « non élaborée par le mécanisme œdipien et
névrotique » : toute structuration perverse, aussi primitive soit-elle, « ne
se conçoit, ne se comprend, ne s’articule que dans, par et pour le procès,
l’organisation, l’articulation du complexe d’Œdipe » (1957).
C’est en termes de structure que Lacan et ses élèves ont repris la notion
de perversion, soulignant ainsi, au-delà des pratiques sexuelles perverses
relativement contingentes, une articulation spécifique de la relation de
désir dans la triangulation œdipienne, à côté des structures normale,
névrosée et psychotique. Il faut le rappeler : du point de vue lacanien, le
complexe de castration, autour duquel se noue l’inconscient, constitue
lui-même une structure, qui ordonne le désir. Les différentes instances
psychiques et un certain nombre de signifiants fondamentaux s’articulent
de façon synchronique d’après cette structure, analogue à un langage
(M. Safouan, 1967 ; C. Chabert, 1994).
Dans la structure perverse, précisément, la triangulation de la relation
de désir ne se fait pas : cette relation se limite à une « triade imaginaire
mère-enfant-phallus » (Lacan, 1957), avec une mise hors-jeu de l’instance
paternelle, seule susceptible pour Lacan d’introduire au symbolique – à la
fois à la « relation symbolique » et à « l’ordre symbolique » : au champ du
langage, préexistant, autonome et extérieur au sujet :

Tout le problème des perversions consiste à concevoir comment l’enfant,


dans sa relation à la mère, relation constituée dans l’analyse non pas par sa
dépendance vitale, mais par sa dépendance de son amour, c’est-à-dire par
le désir de son désir, s’identifie à l’objet imaginaire de ce désir en tant que
la mère elle-même le symbolise dans le phallus (1957-1958).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 97

Dans la structure perverse ne sont opérantes ni la menace de castration


paternelle ni l’identification paternelle (à un père qui n’a pas en lui-même
la cause de son désir, puisque, pour Lacan, « nul n’est père que par
métaphore »), avec ce que cette identification suppose de meurtre du
père. Le sujet pervers n’a pas pu « se référer au Père en tant qu’agent de
la castration et support de la Loi » face à la menace maternelle qui l’iden-
tifie à l’objet imaginaire de son propre désir à elle, qui l’identifie comme
phallus imaginaire comblé et la comblant (P. Aulagnier, 1966).
* Le désaveu
C’est cette Loi qui se trouve en effet désavouée : le désaveu – c’est la
traduction lacanienne de la Verleugnung freudienne, du déni – est le méca-
nisme qui règle la structure perverse, comme chez Freud, en levant et
maintenant à la fois la castration. Mais du point de vue lacanien, ce que
désavoue le fétichiste, ce n’est pas tant la réalité de la différence des sexes
effectivement perçue par le pervers et à jamais ineffaçable, que la portée
signifiante de cette réalité, à savoir la loi de la prohibition de l’inceste en
tant qu’elle fonctionne dans l’inconscient comme une loi de castration
symbolique. Loin de l’ignorer du fait d’un surmoi défaillant, le pervers
provoque et défie la loi du législateur, afin d’y substituer son propre désir,
quitte à se faire à son tour prêcheur voire moraliste, initiateur voire éduca-
teur, créateur de mondes hors normes voire artiste et fabriquant de miroirs.
P. Aulagnier (1966) y insiste elle aussi : ce recours toujours invoqué à une
Loi autre distingue la position perverse de la position psychotique.
Une « Loi autre », mais une Loi encore : Jean Clavreul (1987) y revient,
en comparant le pervers à un « Dr Jekyll devenu M. Hyde ». L’homme du
désaveu n’est pas à proprement parler un « hors la loi », ce qui le rappro-
cherait en effet de la psychose :
Le désaveu suppose qu’on reconnaît à l’autre une position de représentant
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de la Loi, de législateur, mais aussi qu’on ne l’instaure à une telle place que
pour l’y défier et pour faire la démonstration que son système est dérisoire
et ne fonctionne pas.
Dans ce désaveu, la mère est complice. Elle est la première à désa-
vouer la Loi : en destituant le père de sa fonction symbolique, elle est
celle qui « reconnaît au désir du sujet, pour autant qu’il lui est directe-
ment offert, valeur de Loi » (P. Aulagnier, 1966, p. 48). Ainsi chez Lacan,
la mère est celle qui induit la perversion du fils. Freud le soulignait déjà,
en évoquant la mère de Léonard de Vinci qui « mit l’enfant à la place de
l’époux » (Freud, 1910a).
98 NARCISSISME ET DÉPRESSION

* La structure perverse, c’est la structure fétichique


De même que Freud faisait en 1927 du fétichisme le « modèle » des
perversions, pour Lacan, qui le répète, la structure perverse, c’est la
structure fétichique, avec le désaveu comme pivot. C’est l’érection féti-
chique qui vient non pas seulement masquer la réalité insupportable de la
différence des sexes, mais dénier de façon exemplaire la fonction signi-
fiante du pénis (en tant que présent ou absent) : aussi le fétichisme est-il
« la perversion des perversions » (Lacan, 1956-1957, p. 194). Si tous les
pervers jouent avec cet objet signifiant et cette matrice de l’ordre symbo-
lique qu’est le phallus, affirme Lacan après avoir évoqué le transvestisme
et l’homosexualité, le fétichiste, lui, a trouvé cet objet, et s’y fixe. En
permettant au pervers de reconstituer ailleurs le champ de l’illusion,
indispensable à la constitution du registre symbolique, le fétiche contribue
aussi à le protéger de la psychose.
* Le désir « en tant que pervers »
Dans la mesure où la psychanalyse lacanienne s’affiche comme « une
théorie du manque1 », la structure perverse-fétichique et son traitement de
la castration y apparaissent nodales, d’où d’ailleurs la difficulté à en
rendre compte sans évoquer les principaux rouages du système conceptuel
lacanien. Du manque, le fétichiste ne propose-t-il pas, lui aussi, une théo-
rie (au sens de théorie sexuelle infantile, y compris dans la dimension
scopique étymologiquement attachée à la théorie 2) ? Le fétiche, phallus
imaginaire de la mère, vient précisément incarner, figurer, ce qui manque
à l’objet, et en même temps il est le dévoilement de cet objet comme
manque, son apparition comme « exactement rien » (Lacan, 1956-1957).
Ce manque que le fétiche vient incarner, colmater et suturer en même
temps, est pour Lacan la structure même du désir, ou de l’amour, « fondé
sur le fait que le sujet s’adresse au manque qui est dans l’objet ».
Tout désir sexuel aurait une structure perverse, dans la mesure où « le
manque est le désir majeur » (Lacan, 1956-1957).
Mais quelle serait alors la spécificité de la perversion ? Se confond-elle
avec ce désir « en tant que pervers » ?

1. C’est le sous-titre du chapitre que M. Safouan consacre à la psychanalyse dans l’ouvrage collectif
Qu’est-ce que le structuralisme ? (1967).
2. Par son étymologie, le mot « théorie » est directement relié au champ visuel : le grec theoria
signifie d’abord, au sens propre, l’action de voir, d’observer, d’examiner, et notamment un
spectacle, une fête solennelle... (Dictionnaire grec-français Bailly, 1950).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 99

■ La place de l’image dans la perversion : perversion et narcissisme


pour Lacan

Les problématiques de la perversion et du narcissisme sont chez Lacan


indissociables, dans la mesure où la relation intersubjective mère-enfant
est perverse et narcissique : c’est autour de cette « mère inassouvie », qui
par son insatisfaction structurale induit chez l’enfant une perversion dont
seul le père pourra le défendre, que « se construit toute la montée de
l’enfant dans le chemin du narcissisme » (1957, p. 195). Pour satisfaire
ce désir de la mère impossible à satisfaire (elle n’a pas et n’aura jamais le
phallus), l’enfant s’engage dans la voie de se faire lui-même objet trom-
peur. Ce désir qui ne peut pas être assouvi, il s’agit de le tromper. C’est
précisément en tant que l’enfant « montre à sa mère ce qu’il n’est pas,
que se construit tout le cheminement autour duquel le moi prend sa
stabilité » (1957). L’objet du désir (de l’autre) n’est qu’un leurre, que
l’érection du fétiche aura pour fonction de dévoiler tout en masquant
l’absence qui le constitue, mais c’est aussi comme illusoire que se consti-
tue le moi issu de cette relation intersubjective – comme imaginaire, dit
Lacan, et aliéné, pris qu’il est dans les rets de l’image fascinante et de la
jouissance qu’il y trouve.
La dimension imaginaire prévaut en effet dans la perversion, comme
elle prévaut dans le narcissisme, à plusieurs titres. Cet « au-delà jamais
vu, et pour cause – le pénis de la mère phallique », a la même structure
d’image que le souvenir écran, comme l’affirmait Freud : comme lui, le
fétiche est lié à une situation précise « des années oubliées de l’enfance »,
disait Freud, qu’il s’agit de déplacer et de conserver, refoulée :

La chaîne de la mémoire s’arrête en effet au bord de la robe, pas plus haut


que la cheville, là où l’on rencontre la chaussure, et c’est bien pourquoi
celle-ci peut, tout au moins dans certains cas particuliers mais exemplaires,
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

prendre la fonction de substitut de ce qui n’est pas vu, mais qui est articulé,
formulé, comme étant vraiment pour le sujet ce que la mère possède, à sa-
voir le phallus, imaginaire sans doute, mais essentiel à sa fondation symbo-
lique comme mère phallique (Lacan, 1957).

Ainsi la valorisation de l’image est le moule de la perversion. À côté


de la chose vue, le regard de l’autre y joue aussi un rôle essentiel : cette
relation imaginaire est une relation spéculaire, c’est aux yeux complices
de la mère (et pour ses beaux yeux : pour lui plaire) qu’il y a leurre, son
regard à elle participant à la création du champ de l’illusion.
100 NARCISSISME ET DÉPRESSION

C’est même ce regard qui, pour J. Clavreul (1966), distingue radica-


lement la pratique perverse, qui requiert la complicité de l’autre à travers
son regard, du phantasme pervers du névrosé qui demande, pour aboutir,
à « se satisfaire dans la solitude de l’acte masturbatoire », en dehors
précisément du regard dénonciateur de l’autre :

Si l’acte pervers se distingue sans équivoque du phantasme agi, c’est donc


à cette ligne où s’inscrit le regard de l’Autre que nous en discernons la
frontière, regard dont la complicité est nécessaire pour le pervers alors
qu’il est dénonciateur pour le normal et le névrosé.

C’est précisément ce leurre, ce voile jeté devant l’insupportable


absence de pénis maternel, cet objet valorisé comme illusoire, qu’investit
le pervers, privilégiant « le lever de rideau sur la scène primitive », dit
F. Perrier (1969). Sur ce rideau très freudien, pour Lacan se projette et se
masque à la fois une relation symbolique à trois termes : sujet, objet et
au-delà. Cet au-delà de l’objet qui vient se refléter dans « le premier
voile » entre la mère et l’enfant, là où se fait la projection imaginaire
fascinante (et aliénante dans le cas du pervers, puisque rien ne vient
déchirer ce voile), c’est l’idéal du moi.
Du processus de désubjectivation qui est au cœur de la problématique
perverse comme il est au cœur du fantasme de fustigation (« on bat un
enfant »), J. Clavreul (1987) a bien montré comment il était à l’opposé
d’une certaine éthique de la psychanalyse comme processus de subjecti-
vation – Lacan (1966) traduit ainsi la formule freudienne « Wo Es war
soll Ich werden » : « Là où c’était, je dois advenir. » Il attire aussi l’atten-
tion sur le danger à constituer, comme le font certains « post-lacaniens »,
à partir de la notion de structure, une ontologie reprise en fait de la noso-
logie psychiatrique : « Quand nous parlons de structure, notamment pour
la perversion, c’est en excluant l’idée qu’il pourrait y avoir un Être du
pervers », à scruter avec un regard d’entomologiste – « ce n’est pas de
l’Être que parle la psychanalyse, mais de son manque, c’est-à-dire de ce
par quoi il est lié à l’autre, par le sexe, par la parole, par le désir, par la
demande », rappelle Clavreul.
N’est-ce pas cette même éthique qui pourrait amener à ré-interroger la
construction de ce que Michel Tort (2000) appelle « la différence
“psychanalytique” des sexes » ? Par exemple, des deux postulats sur
lesquels Lacan monte sa théorie de la perversion, M. Tort propose une
analyse critique provocatrice mais stimulante. En faisant du phallus
l’« objet central de toute l’économie libidinale » (Lacan, 1957), en identifiant
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 101

l’objet du désir comme phallus, Lacan propose-t-il autre chose qu’« une
théorie phallique dont l’auteur est l’enfant de la phase phallique »,
demande M. Tort. En caractérisant la mère comme insatisfaite et inassou-
vie foncière, en la sommant de fonder le père comme Nom-du-Père,
selon une formule toute christique, Lacan n’érige-t-il pas une logique
phallique qui exclut les femmes de l’universalité et garantit l’inégalité de
l’Ordre Symbolique, cet objet virtuel singulier dont M. Tort souligne la
pseudo-naturalité, loin des symbolisations ?

2.3.2 Nouvelles cliniques, nouveaux repérages


Le développement de nouvelles cliniques ces vingt ou trente dernières
années amène à réinterroger la dimension perverse de certains fonction-
nements psychiques, en même temps que cette catégorie de la perversion.
Sans souci d’exhaustivité, nous avons retenu quatre types de populations,
en centrant leur approche sur un auteur : la clinique de ce que Joyce Mac
Dougall a appelé les néo-sexualités, celle des comportements violents –
des agresseurs sexuels étudiés par Claude Balier, et des adolescents
violents par Philippe Jeammet – et enfin la clinique des troubles des
conduites alimentaires avec C. Chabert.
■ Joyce Mac Dougall et la clinique des néo-sexualités
* La perversion dans les néo-sexualités
J. Mac Dougall (1982, 1996) préfère parler de « solutions néo-sexuelles »
à propos de « la plupart des sexualités dites perverses, telles que le féti-
chisme, les pratiques sadomasochistes, l’exhibitionnisme, le voyeurisme,
et certaines homosexualités, pour éviter les connotations morales liées au
terme de perversion, qui continuent à imprégner une partie non négligea-
ble de la réflexion et de la clinique psychanalytiques 1 ». Par ce Plaidoyer
pour une certaine anormalité (1978), elle veut aussi mettre en valeur leur
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

1. Michel Tort (2000) donne comme exemple de ces connotations morales actuelles le traitement,
d’un même geste positiviste et médical, que César Botella propose de l’homosexualité : « À
l’heure actuelle, avec l’accroissement des connaissances tant au niveau de la théorie que de la
pratique, il doit être possible d’affirmer que la psychanalyse est appelée à résoudre le problème
de l’homosexualité » (« L’Homosexualité(s) : vicissitude du narcissisme », Revue française de
psychanalyse, 1999, LXIII, p. 1317). Régression ? Freud lui-même réconfortait une mère en lui
écrivant qu’on ne pouvait classifier l’homosexualité comme une maladie – mais comme « une
variation de la fonction sexuelle produite par un certain arrêt du développement » (in « Lettre à
une mère américaine », publiée in Amer. J. Psychology, 1991, 107, p. 786, citée par Tort,
p. 185).
102 NARCISSISME ET DÉPRESSION

dimension créatrice et l’intensité de l’investissement requis par ces inven-


tions érotiques, à la recherche d’une solution à des conflits psychiques
douloureux et insurmontables.
La compulsivité, trait caractéristique de toutes ces pratiques sexuelles
déviantes, ne suffit pas à définir l’organisation inconsciente qui les sous-
tend. Par les scénarios érotiques souvent compliqués auxquels ils n’ont
pas le choix d’échapper, les « néo-sexuels » réinventent, rejouent à
l’infini une scène primitive « condensée, ou plutôt compensée, complé-
mentée, par des objets symboliques, avec une fonction symbolique »
(1978) : en ce sens, ils s’efforcent ainsi de « maintenir une forme
quelconque de relation hétérosexuelle » (1996). En décrivant en 1978 la
constellation œdipienne et les imagos parentales qui sous-tendent les
pratiques sexuelles déviantes, J. Mac Dougall en soulignait les deux
registres, œdipien et plus archaïque : derrière une mère idéalisée et un
père effacé, objets internes clivés sur un mode pathologique où le bon est
tout entier du côté de la mère, idéal phallique inattaquable, et le mauvais
tout entier du côté d’un père désavoué et dénigré, se trouvent, tout aussi
clivées, une mère mortellement dangereuse car séductrice et en même
temps impossible à satisfaire, et une figure paternelle idéalisée :

Ces faux clivages1 s’expriment sous diverses formes dans l’acte sexuel dé-
viant où l’on retrouve invariablement une tentative pour gagner, conserver
ou contrôler le phallus paternel idéalisé. Ce n’est que sur un mode défensif
qu’il est attribué à la mère, greffé sur son rôle phallique primordial en tant
que premier objet de désir et détenteur de vie. Cette poursuite éternelle du
père, bouclier contre la mère toute puissante, contribue à donner à la sexua-
lité perverse son caractère compulsif. Elle fournit également à la structure
psychique un rempart contre la psychose, en même temps qu’elle témoigne
de sa fragilité intrinsèque.

En créant une solution érotique à l’extérieur, pour pallier l’échec de la


symbolisation à donner sa signification à la scène primitive, l’enfant en
détresse dans l’adulte « brise ses liens maternels et triomphe de la mère
intériorisée ». En réinventant la scène primitive, en redistribuant les rôles
et en jouant sa création sur une scène extérieure, le pervers effectue un
travail de symbolisation analogue à celui du rêve, avec un contenu mani-
feste et un contenu latent. Son « système sexuel magique » lui permet

1. Mac Dougall se réfère à ce que Donald Meltzer appelle le « false splitting » (in Le Processus
psychanalytique, Paris, Payot, 1971).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 103

d’échapper à la menace dépressive et à la confusion psychotique, de


maintenir un sentiment d’identité et de maîtriser l’angoisse de castration,
dans un renversement des rôles :
L’enfant, autrefois victime de l’angoisse de castration, est maintenant son
agent, celui qui inflige la castration ; il a trouvé un remède à son angoisse,
comme « l’enfant à la bobine » maîtrisant le drame de la séparation ; autre-
fois soumis à l’excitation en tant que spectateur impuissant, exclu des re-
lations parentales, ou victime d’une stimulation inhabituelle à laquelle il
ne pouvait faire face, il est maintenant celui qui contrôle et qui produit
l’excitation, la sienne propre ou celle de son partenaire (1978, p. 49).

La rigidité, la ritualisation de son scénario éloigne cependant le pervers


– metteur en scène d’une néo-sexualité – de l’artiste : il lui manque,
résume Ruth Menahem (1997), ce que Winnicott appelle « l’activité créa-
trice primaire », la matière brute dont sont fabriquées l’illusion et la
réalité psychique.
* La perversion, une économie addictive ?
S’intéressant à la genèse de l’économie addictive, Mac Dougall l’attribue
à une relation addictive du nourrisson à la présence et aux soins de sa
mère. L’activité ou la substance addictives seraient, à la différence des
objets transitionnels, des « objets transitoires » (1996), qui ont pour fonc-
tion de remplacer dans la réalité externe la « fonction maternelle primaire
manquante » et protéger le sujet d’affects menaçants, souvent dépressifs.
Le défi qui caractérise cette clinique des addictions, susceptible d’aller
par exemple chez un toxicomane jusqu’au défi contre la mort, naît d’une
défiance vis-à-vis de tels objets, et du moi pris comme objet.
Pour Mac Dougall (1993, 1996), la solution addictive ne se limite pas
aux drogues et autres produits. L’autre être humain dont la présence est
requise en permanence, l’activité sexuelle elle-même peuvent être cet
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

objet addictif, avec la même double visée narcissique face à la douleur


psychique : réparer l’image endommagée de soi et maintenir l’illusion
d’un contrôle omnipotent grâce au recours à l’objet ou au comportement
addictif. L’objet addictif est très proche de l’objet fétiche : idéalisé et/ou
haï comme lui, il a la même fonction de colmatage. Comme l’objet fétiche,
dans cette sexualité addictive l’autre risque d’être réduit à un objet partiel.
104 NARCISSISME ET DÉPRESSION

■ Actes violents et perversion :


C. Balier et la clinique des auteurs d’agressions sexuelles
Pour J. Mac Dougall, ces patients néo-sexuels jouent dans le camp d’Éros
aux mille et un visages (1996), et la castration ludique qu’ils rejouent
dans leurs déviations sexuelles les ramène sur la route des fantasmes
originaires, en les protégeant de la psychose. Elle y insiste : si dans ces
scénarios pervers l’autre doit servir de « paratonnerre » contre l’angoisse
de castration et des angoisses primitives, s’il est souvent réduit à un objet
partiel, c’est un partenaire consentant, jamais contraint par la violence du
metteur en scène, même s’il joue le jeu de la servitude volontaire.
Ce n’est en principe pas le cas des auteurs de crimes ou de délits sexuels
dont Claude Balier, psychanalyste en milieu pénitentiaire, analyse le
comportement sexuel violent. Violence sexuée, bien plus que sexuelle :

S’il y a un accord à peu près général, c’est pour dire que le viol est un acte
de violence bien avant d’être un acte sexuel qui comporte d’ailleurs peu de
plaisir érotique et se termine souvent sans orgasme (C. Balier, 1993,
p. 162).

* Typologies des comportements sexuels violents


C. Balier a commencé dans ses premiers travaux sur les comportements
sexuels violents (1996) par dégager deux degrés de perversion : la
perversité sexuelle, ou perversion au premier degré, où prévaut une
violence destructrice proche de la psychose, et la perversion sexuelle
proprement dite, où des conduites sexuelles pas toujours délinquantes ont
une fonction défensive contre l’angoisse de castration ou de perte d’objet.
Il s’appuie de plus en plus nettement dans des travaux plus récents (2000)
pour définir une typologie des comportements sexuels violents sur les
trois niveaux de développement proposés par Piera Aulagnier (1975).
Selon cet auteur, l’originaire organisé par le pictogramme, en deçà de
la représentation, que P. Aulagnier étudie en référence à la psychose,
prévaudrait dans le fonctionnement psychique des agresseurs sexuels les
plus violents. Le viol serait, sur un mode phallique de toute-puissance
« pénétrant-pénétré », la reprise du pictogramme originaire auquel la
fusion bouche-sein a donné lieu, pictogramme réactivé par une scène de
la réalité extérieure, dans un court-circuit de la perception et de son
inscription psychique, et en l’absence d’une enveloppe narcissique
consistante. Un clivage drastique du moi évitait jusqu’alors la catastrophe
psychotique de la fusion avec l’objet primaire, celle de « l’enfant englué
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 105

dans la mère ou plutôt de la mère engluée en lui » (1996, p. 44) ; quand il


échoue à protéger du télescopage, le recours à l’acte surviendrait comme
une ultime tentative de sauvegarde psychique pour prévenir le retour de
ces expériences corporelles sans représentation et le retour d’un éprouvé
originaire de déplaisir, sans reconnaissance possible dans le regard de la
mère. L’angoisse sous-jacente s’apparente à l’anéantissement, sans repré-
sentation convocable, mais une menace d’aspiration par le vide, analogue
pour C. Balier à la menace d’effondrement ou l’agonie primitive décrite
par Winnicott (1974). La pensée elle-même, qui crée l’objet, est mena-
çante et peut faire disparaître le sujet : le recours à l’acte a précisément
pour fonction de parer à cette menace, d’empêcher tout travail d’élabora-
tion, d’exclure toute référence à l’imago maternelle archaïque et aux
fantasmes incestueux et meurtriers, et de conforter l’étanchéité du moi
pour éliminer tout risque d’effraction psychotique. Le moi serait alors
« ramené à n’être qu’une fraction du ça », comme le dit Freud dans
l’Abrégé (1938a), dans une proto-organisation où est en jeu l’effet brut
de la pulsion, dans sa double manifestation de vie et de destruction.
Dans la phase primaire décrite par Aulagnier, la réalité externe n’est
plus déniée comme dans la phase originaire. Le registre narcissique et la
fétichisation de l’objet externe prévalent : c’est selon C. Balier la théma-
tique générale de la pédophilie, mais aussi d’agressions sexuelles contre
des adultes sans viols, où « la dynamique de l’acte est fondée sur la
recherche du double, avec l’espoir de trouver l’amour de la mère qui n’a
jamais comblé les attentes du sujet » (2000a). Mais la compulsivité du
recours à l’acte montre bien la limite du scénario néo-sexuel et de sa
dimension érotique : la fétichisation d’un objet externe interchangeable,
fonctionnel, dont l’altérité est déniée, est le recours contre l’incomplé-
tude narcissique. C. Balier fait l’hypothèse que l’agresseur entretiendrait
une relation d’ordre fétichique avec sa victime : pour se protéger de
l’irruption de l’objet interne « mauvais », il ferait d’elle un fétiche, en la
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

réduisant à l’état de « chose destinée à remplir la fonction de jeu répétitif


de la pulsion, alternativement active et passive, pour pallier l’absence
d’intégration du double retour-nement ».
La phase « secondaire », dans la terminologie de P. Aulagnier, décrit
l’avènement du « Je », de la subjectivation et la conflictualisation intra-
psychique, sur un registre névrotique, à partir de l’interdit œdipien. Les
fixations régressives, pédophiliques ou autres, qui en dépit de la culpabi-
lité à laquelle elles donnent lieu ont une fonction de colmatage narcissi-
que, sont analysables, et réductibles. La valence érotique l’emporte
106 NARCISSISME ET DÉPRESSION

seulement dans ce dernier niveau d’organisation, alors que la valence


destructrice prévaut dans les deux précédents, l’originaire et le primaire.
Dans le recours aux actes les plus destructeurs, la chosification de l’objet
externe, qui écrase toute la dimension libidinale dont le fétiche peut
s’animer, a aussi pour visée, en figeant la scène primitive, de détruire
l’origine même des fantasmes et d’abolir le sujet – le désinvestissement
de soi comme sujet, la « désobjectalisation » de soi dit C. Balier en repre-
nant la notion proposée par Green.
Pour C. Balier (2000a et b), à la différence de D. Bouchet-Kervella
(1998), la régression du mode primaire au mode originaire d’organisation
n’est pas exclue – la clinique des agresseurs sexuels montre qu’en cas de
récidive, l’acte commis est fréquemment plus grave. Mais, en dehors des
critères comportementaux, c’est l’intrication pulsionnelle entre libido
narcissique et libido objectale qui permettra d’établir dans quel champ de
fonctionnement se situe le sujet au comportement sexuel violent :
Le narcissisme si fragile des agresseurs qui ont besoin du recours à l’objet
fétichisé ne représente pas une garantie formelle au cas où l’enfant agressé
ne se soumettrait pas au processus de fétichisation par une totale docilité.
Beaucoup d’enfants le pressentent et en sont terrorisés.

La thérapeutique, difficile à mettre en place tant qu’aucune demande


n’émerge chez ces sujets marqués par une « pathologie narcissique-
dépressive majeure » (D. Bouchet-Kervella, 1998), s’attache d’abord à
construire un étai narcissique, en offrant grâce au transfert un choix d’objet
par étayage, avec une grande vigilance pour des effets de mirage narcissi-
que que seul un remaniement du cadre classique de la cure peut parfois
déjouer (C. Balier, 1996, 2000a et b ; A. Ciavaldini et C. Balier, 2000).
■ Le masochisme triomphant et ses destins
* Dans des comportements violents à l’adolescence (Ph. Jeammet)
L’identité négative
Les remaniements de la dialectique entre la pulsion, le narcissisme et
l’objet caractérisent l’adolescence, et en font de façon privilégiée « le
temps de la menace1 » interne pesant sur le moi, et le moment privilégié
pour l’éclosion des pathologies narcissiques :

1. Ainsi s’intitule le n° 30 de la revue Adolescence, sous la direction de Philippe Jeammet et Fran-


çois Marty (printemps 1997).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 107

Les troubles qui éclosent à cette période de la vie peuvent être analysés
sous l’angle de l’expression d’une division du sujet d’avec lui-même : le
sujet rejette une part de lui, vécue comme une aliénation possible aux
objets d’investissement, tandis que cette conduite de rejet lui permet de s’af-
firmer en une identité négative qui ne devrait rien à l’objet (Ph. Jeammet,
1994).

Qu’il concerne le corps ou la pensée, en entier ou en partie, ce


« processus de rejet et de réappropriation dans le négatif » participe d’un
même processus :

La partie du sujet ainsi attaquée et rejetée est toujours un élément antérieu-


rement investi ; elle l’est en fonction d’un lien avec l’un des objets d’atta-
chement privilégiés du sujet. Ce qui est alors rejeté, c’est essentiellement
ce lien, en tant qu’il est vécu comme la manifestation d’une dépendance
dangereuse et l’expression d’un pouvoir aliénant possible (Ph. Jeammet,
1997).

Le comportement violent comme un néo-objet


Face à ce déséquilibre entre champ narcissique et objectal, Ph. Jeammet
montre que la réponse comportementale, si fréquente à l’adolescence, a
une fonction économique et une valeur de compromis, bien plus que de
symptôme du conflit interne : le comportement vise « par une action sur
le milieu extérieur, à s’assurer de la réalité d’un contact relationnel, incer-
tain au niveau interne, et de son maintien hors des limites du sujet »
(Ph. Jeammet, 1997). De même que J. Mac Dougall évoquait des « néo-
sexualités », pour Jeammet ce comportement à l’adolescence se constitue
comme un « néo-objet », maîtrisable et non effractant.
Ce néo-objet prend une dimension perverse parce qu’il est produit et
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

utilisé « à des fins de substitut relationnel, avec toutes les fonctions


normalement dévolues aux objets investis : être un des supports du
sentiment de continuité, garant de l’identité du sujet, et être une source
de mobilisation des investissements de désir ». Mais ce néo-objet,
indispensable à la cohésion du moi, n’est investi qu’en tant qu’il
protège contre une perte possible et contre les sources d’excitation
pulsionnelle : le lien objectal est réduit à un lien de contact, en surface,
sans intériorisation, qui évite ainsi la menace du désir comme la menace
de la perte mais autorise avec l’emprise « un contrepoids efficace à la
destructivité ».
108 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Du masochisme érogène au négativisme


Ce comportement a clairement une fonction anti-objectale ; de plus en
plus violent, mécanique et stéréotypé, dominé par le négativisme, le refus
haineux de l’objet, par l’évacuation des traces de liens avec l’objet – par
le désinvestissement objectal –, il peut s’inscrire dans des processus de
désobjectalisation et de délibidinalisation :
L’auto-érotisme perd sa dimension d’érotisme et de plaisir au profit de sen-
sations violentes, nécessaires pour se sentir exister et non pour éprouver du
plaisir (ibid.).

Si la déliaison pulsionnelle prévaut alors dans ces agirs violents, dans


une résonance aux analyses de C. Balier sur les auteurs d’agressions
sexuelles qui reste à moduler, le masochisme érogène échappe précisé-
ment à la destructivité tant qu’il lie la violence en une agressivité retour-
née contre soi : en cela, il maintient les frontières et contrôle l’objet, avec
cette fonction de réassurance identitaire si bien résumée par Mars, le
héros de Fritz Zorn, « Partout où ça fait mal, c’est moi1. » Mais
Ph. Jeammet souligne aussi combien la limite est fragile entre les aména-
gements pervers, marqués par la tendance à la désobjectalisation et à la
délibidinalisation, et l’investissement de la douleur corporelle et de la
relation masochiste : même si la relation au mauvais objet, sous une
forme persécutoire, masochiste ou dépressive, garantit au sujet la perma-
nence de l’objet et la sienne propre et délimite leurs territoires respectifs,
la composante libidinale objectale qui régit ce masochisme érogène peut
« se dégrader en une emprise et une répétition mortifères ».
* Dans les troubles des conduites alimentaires
(Ph. Jeammet, C. Chabert)
Ph. Jeammet insiste à la fois sur les aménagements pervers qui caractéri-
sent les dysrégulations narcissiques et objectales dans la boulimie (1991)
et sur la dimension antidépressive commune aux agirs violents de
l’adolescent et aux troubles des conduites alimentaires, et plus générale-
ment aux « différentes formes de toxicomanie d’objet »2 (1985, 1995) : la
problématique de perte y est prévalente, difficile à élaborer, et la quête

1. Ainsi la douleur corporelle redessinerait les contours du moi quand les assises narcissiques
vacillent : Ph. Jeammet évoque « l’effet apaisant que procurent aux adolescents les brûlures de
cigarettes qu’ils s’infligent en cas de crises d’angoisse dépersonnalisantes ».
2. Ph. Jeammet fait ici référence à « ces conduites répétitives de quête et d’abandon de partenaires
sexuels ou d’amitiés idéalisées » (1985), si fréquemment observées chez les adolescents.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 109

d’un objet parfaitement satisfaisant se poursuit indéfiniment dans la répé-


tition de comportements de rupture.
Le trajet qui mène certains adolescents violents du masochisme
érogène au négativisme peut mener des jeunes filles ou femmes anorexi-
ques ou boulimiques1 du masochisme moral à une forme de mélancolie,
comme l’a souligné C. Chabert (1997, 1999, 2000).
Elle repère la place toute particulière qu’occupe le scénario de fusti-
gation (Freud, 1919) dans la cure de patientes boulimiques, dont la patho-
logie s’organise autour d’un masochisme triomphant. La scène de
l’enfant battu n’apparaît pas comme un produit de l’analyse, « comme
une construction rendue possible par une levée partielle du refoulement »
(C. Chabert, 1999), mais s’impose très vite comme réalité matérielle
effective. S’impose très vite aussi la figure non pas de la victime battue,
mais du père excité, avec en sous-jacence un fantasme de séduction
incestueuse active : la fille se sent coupable d’exciter le père, au point de
l’entraîner à la battre, à déchaîner sur elle une violence inattendue et
sidérante. C’est cette position très active du sujet, et encore une fois le
débordement sexuel infantile, avec le châtiment que cette excitation
impose, qui seraient rejoués par ces patientes. « Les sacrifices et les
conduites parfois compulsives qui l’actualisent offrent un recours
possible à l’expiation d’une sexualité marquée par le masochisme et ses
triomphes » (1999). Une telle activité séductrice, comme cette activité
masochiste qui s’efforce sans fin de la punir, viendrait en contre-investis-
sement d’une passivité sexuelle originaire insupportable, que figure acti-
vement la représentation évoquée plus haut de « l’enfant mort », comme
un fantasme morbide chargé d’éteindre le mouvement pulsionnel tout en
préservant à jamais l’innocence merveilleuse.
À propos des troubles des conduites alimentaires, C. Chabert évoque la
« dérive mélancolique » (1999) dans laquelle bascule la construction
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

hystérique des fantasmes de séduction, dérive qui mène ces patientes à


ces conduites auto-sacrificielles où le corps est violenté et mortifié de
façon répétitive :

C’est l’impossible mise en scène de la rivalité avec la mère, certes, mais


surtout l’impossible confrontation à la passivité qui engage la version
mélancolique des fantasmes de séduction : la fille, coupable de séduire

1. Cf. aussi les travaux de B. Brusset (1991, 1998) sur la boulimie et l’anorexie.
110 NARCISSISME ET DÉPRESSION

le père, devient la cible privilégiée de l’accusation de transgression et du


châtiment auquel elle s’expose, châtiment que l’accusée se charge d’assurer
elle-même (1999, p. 1461).

Pour Freud, le masochisme moral, rappelons-le, resexualise la morale,


ressuscite le complexe d’Œdipe, et fraye une voie régressive de la morale
au complexe d’Œdipe ; chez ces patientes, l’actualisation du fantasme de
fustigation dans la cure coïncide avec le défaut de refoulement de la
sexualité œdipienne, la sexualisation outrancière de la morale, et une
excitation non moins terrifiante que son châtiment (C. Chabert, 2000,
p. 116).
C. Chabert souligne ainsi la visée désobjectalisante des attaques bouli-
miques, et « l’enlisement narcissique des destins pulsionnels » à partir
d’une telle version mélancolique du fantasme de séduction : la pulsion de
mort attaque la relation à l’objet, le processus d’objectalisation lui-même
à travers l’investissement, et les substituts de l’objet, notamment le moi.
Dans ce passage du masochisme moral à une forme de mélancolie,
l’objet est abandonné mais l’amour et la haine (vis-à-vis de la mère)
maintenus puisqu’ils se sont réfugiés dans l’identification narcissique.
Ainsi, à l’attaque qui désobjectalise le corps lui-même, ni objet ni agent
de séduction mais « lieu de désaveu des fantasmes originaires »,
s’ajoute une attaque qui vise à délibidinaliser à la fois l’objet extérieur
et le moi.
En deçà des défenses narcissiques qui permettraient à ces patientes, en
niant la source interne de la pulsion, d’échapper à la dépendance à l’autre
corrélative du désir, « la violence destructrice est massivement retournée
contre un moi menacé de délabrement », interdit de plaisir et de pensée.
Dans ces formes extrêmes de masochisme moral dont témoignent la
boulimie, mais aussi l’anorexie, seule subsiste la douleur, qui conserve la
trace des objets d’amour infantile et la trace inconsciente des fantasmes
incestueux refoulés, et « constitue alors un contre-investissement des
mouvements pulsionnels dans leurs visées objectales ».
Néanmoins, le déchaînement de ce masochisme moral ne recèle-t-il
pas des surprises ? La mère, disions-nous, est absente de ce fantasme de
séduction, y compris dans sa version mélancolique la plus crue, comme
elle est absente du châtiment. En dépit du retournement narcissique de
la haine contre soi, en écartant la mère cette « singulière mélancolie » la
préserverait de l’attaque haineuse comme du sexuel.
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 111

2.3.3 Retour au point de vue psychopathologique

F. Perrier (1994, p. 40) montre bien comment « plus encore que le


psychotique, le pervers lance le défi de l’épistémologie à la découverte
freudienne » : si la clinique se définit par le lit du malade au chevet
duquel le thérapeute veille, le pervers met en question cette notion même
de clinique. Par définition, il ne demande pas d’aide ; et quand il est en
demande, sa demande ne concerne que ce qui ne met pas en cause sa
perversion. Les sujets organisés sur un mode pervers consultent peu,
sinon dans un cadre médico-légal quand des expertises les y contraignent
à la suite de conduites délictueuses, ou quand l’organisation perverse se
fissure et laisse apparaître des éprouvés dépressifs. Pour le pervers,
« prototype d’un fonctionnement narcissique presque pur » (C. Chabert,
2002), reconnaître une perte, montrer sa souffrance psychique, sont into-
lérables. Ce que montre l’exhibitionniste en ouvrant compulsivement son
manteau, c’est son intégrité et sa complétude, dans un investissement
fétichique et du pénis et du geste de cacher/montrer : comment pourrait-il
montrer sa blessure en demandant de l’aide ?
C’est pour F. Perrier précisément cette « forme de non-appel à l’autre
qui est pour nous à la fois source d’intuition diagnostique en même temps
que défi ou affront à notre disponibilité » (1994, p. 42) : ce non-appel à
l’autre serait même d’après cet auteur la seule constante entre des
personnages et des tableaux cliniques si hétérogènes, de Gilles de Rais
aux bourreaux nazis en passant par le fétichiste dérisoire et le violeur
d’enfants.

■ Perversion, narcissisme et mélancolie

Si le terme de mélancolie désigne ces moments dépressifs aigus où la


perte d’objet est traitée sur un mode narcissique, et non ces moments
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

psychotiques aigus où le contact avec la réalité est perdu, la perversion et


la mélancolie ont des terrains communs, à commencer par l’investisse-
ment de la position active. Dans la version mélancolique du fantasme de
séduction affiché d’emblée par les patientes boulimiques traitées par
Chabert, le moi qui excite et qui se punit est au premier plan ; dans leurs
scénarios de fin du monde ou de suicide collectif, les patients mélancoli-
ques – délirants ou non – sont eux aussi les acteurs de la mise à mort.
Cette activité est au service de l’investissement et du triomphe narcissi-
que, du déni de l’altérité par le pervers à la mégalomanie mélancolique :
le narcissisme est l’autre point d’accroche entre perversion et mélancolie.
112 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Le troisième en serait la prévalence de la perte d’objet, si activement


combattue dans les deux cas mais avec des moyens différents – le déni et
le clivage dans la perversion, l’identification narcissique dans la mélancolie.

■ Perversion et psychose
Les aménagements pervers eux-mêmes peuvent dans certains cas appa-
raître comme des défenses face à une menace mélancolique toute proche
et à des risques majeurs de décompensation psychotique, comme le
montre le fonctionnement psychique de certains auteurs d’agressions
sexuelles, en particulier à travers les épreuves projectives (F. Neau,
2001). En aval, attentif au tracé de ces chemins qui vont de psychose en
perversion, « entre agonie psychique, déni psychotique et perversion
narcissique », Racamier évoque, lui, une cicatrisation perversive des
psychoses (1985, 1986).
Au-delà de ces aménagements, certaines organisations perverses
paraissent sous-tendues par un noyau psychotique, avec des angoisses
d’anéantissement et/ou d’éclatement identitaire massives. Mais elles ne
basculent pas dans la psychose : le clivage, mécanisme de défense majeur
requis pour lutter contre de telles angoisses, reste efficace alors qu’il
échoue dans la psychose à contenir l’éclatement du moi, l’investissement
perceptif et l’investissement libidinal s’y maintiennent alors que la
psychose se caractérise précisément par la perte de l’ancrage dans la
réalité et le désinvestissement libidinal, tant narcissique qu’objectal.
La spécificité de la perversion par rapport à la psychose résiderait
précisément dans le maintien de la jouissance libidinale autour du scéna-
rio fantasmatique. Même si cette jouissance s’obtient à partir d’« un objet
à abattre » (C. Chabert, 2002), ou à maintenir sous emprise – comme
dans le cas du fétichisme –, cette attaque de l’objet, ou l’emprise exercée
sur lui y est le meilleur gage de son existence, de sa survivance à des atta-
ques plus archaïques. Quand cette attaque se fait destructrice, quand la
cruauté se déchaîne, et avec elle la délibidinalisation et la désobjectalisa-
tion comme dans les agressions sexuelles les plus violentes, alors le
registre pervers paraît abandonné. « Dans le scénario pervers, quelque
chose de l’objet habite le fétiche », dit C. Chabert (2002) en citant
l’exemple du film de Luis Bunuel réalisé à partir du roman d’Octave
Mirbeau, le Journal d’une femme de chambre : les bottines, cet objet
partiel dont doit se parer la jeune et belle femme de chambre pour que
son maître puisse jouir, ont été portées par une autre femme, passionné-
ment aimée et à jamais perdue. Comme peut-être tout fétiche, cet objet-
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 113

fétiche porte, lui, et pour son adorateur seulement, « l’inflexion des voix
chères qui se sont tues » qu’évoque, après Verlaine, J.-C. Rolland (1998).
N’est-ce pas ici au noyau mélancolique de la perversion que nous
aborderions ?

■ Perversion et fonctionnements limites

D’un point de vue nosographique, si les analystes lacaniens ignorent


cette catégorie d’organisations limites1 et maintiennent la notion de struc-
ture perverse à côté des structures névrotique et psychotique, la notion
d’organisation perverse a pour de nombreux auteurs disparu, au profit des
organisations limites et de la notion d’aménagements pervers.
Comme Ph. Jeammet, Bergeret évoque des aménagements pervers, qui
constituent avec l’aménagement caractériel l’un des deux rameaux possi-
bles du développement de l’état limite, lui-même « tronc commun
aménagé » entre les structures névrotique et psychotique – les deux
seules structures fixes, solides et définitivement fixées pour Bergeret.
Dans l’aménagement pervers, l’angoisse dépressive est « évitée par la
réussite d’une opération de déni, portant sur une partie seulement, très
focalisée, du réel : le sexe de la femme. Cet objet partiel ne doit pas exis-
ter, en même temps que l’objet partiel phallique se trouve farouchement
et complémentairement surinvesti, sur un mode narcissique. L’aménage-
ment pervers se situerait donc très près des organisations psychotiques,
mais le moi du pervers garderait sa cohésion ». L’élément en quelque
sorte délirant demeurerait circonscrit autour d’un déni sensoriel unique
(contrairement aux psychoses) ; il n’y aurait pas non plus de véritable
refoulement, contrairement aux névroses (Bergeret, 1970 p. 4).
De même, pour Kernberg (1975), l’irruption épisodique et brutale du
symptôme pervers témoigne de « personnalités impulsives », groupe
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

dans lequel il classe également « l’alcoolisme, les toxicomanies, certai-


nes formes d’obésité pathogènes, la cleptomanie » et qui se situe à
« l’échelon inférieur » des organisations limites. Le groupe des personna-
lités impulsives ne diffère lui-même que d’un point de vue quantitatif des
troubles psychopathiques en général : le contrôle pulsionnel est meilleur,

1. À quelques exceptions près, qui ouvrent à partir de la référence à Lacan une réflexion sur cette
clinique : J.-J. Rassial s’attache dans son ouvrage Le Sujet en état limite (Paris, Denoël, 1999) à
concevoir un « état limite » du sujet, J.-P. Lebrun analyse Un monde sans limite (Toulouse, Érès,
1997).
114 NARCISSISME ET DÉPRESSION

et l’impulsion perverse peut être rejetée en dehors des épisodes spécifi-


ques « où une décharge impulsive déterminée, temporairement syntone
au moi, lui procure une gratification directe et vive » (p. 34-35).
La perversion serait-elle soluble dans les organisations limites ?
Certaines des modalités de la perversion évoquées par Freud peuvent
s’appliquer aux fonctionnements limites : le clivage et le déni, qui les
caractérisent, sont pour Freud des mécanismes de défense pervers, et le
fantasme masochiste peut témoigner d’un noyau pervers dans des patho-
logies traditionnellement décrites comme limites, à l’instar des troubles
alimentaires (C. Chabert, 2002). De fait, les pathologies que nous avons
évoquées à propos de la perversion, avec leur problématique compulsive-
ment addictive, sont souvent considérées comme relevant de fonctionne-
ments limites : l’attaque du penser et du fantasmer (F. Brelet, 1999), la
haine du moi narcissique contre le monde extérieur – haine qui
« nécessite la présence de l’autre, s’alimente de son existence même si
elle s’accompagne d’une fantasmatique parfois mortifère » (C. Chabert,
1997) –, la projection de cette haine sur l’autre, le poids du clivage et du
déni et leur échec parfois à maintenir des limites y sont centrales 1.
Le statut de l’objet, sa fonction de fétiche dans les deux types d’organi-
sation, de « pansement pour la psyché » comme dit Ph. Jeammet (2000) à
propos des conduites addictives, pourrait être un autre de leurs points
communs : indifférent chez le pervers adulte pourvu qu’il reste manipula-
ble, à portée de main et jamais perdu de vue, il s’apparente à l’objet du
besoin auquel s’agrippe le sujet limite, au « néo-objet de substitution
sous emprise » (Ph. Jeammet, 2000) de la conduite addictive. J. André
(2000) fait même de cet objet le noyau commun aux deux problémati-
ques, non sans prudence : « Il n’est pas exclu que l’indifférence perverse
et la dépendance borderline soient des solutions opposées pour des
problèmes relativement proches », écrit-il.
En quoi consisterait alors la spécificité de la perversion comme proces-
sus psychopathologique ? Faut-il la chercher dans le surinvestissement
des barrières narcissiques, qui réduisent d’autant les investissements

1. L’étude de fonctionnements psychiques d’agresseurs sexuels le met particulièrement en


évidence, même s’ils mobilisent des mécanismes de défense spécifiques, par exemple sur un
registre « masculin maniaque » (imaginé en parallèle avec le « féminin mélancolique » proposé
par C. Chabert) qui tenterait précisément de les protéger d’éprouvés mélancoliformes (F. Neau,
2001).
HISTOIRE ET PSYCHOPATHOLOGIE 115

d’objet et font ainsi barrage aux éprouvés de douleur psychique et à la


menace psychotique ? Ou bien dans la fonction défensive de la sexualisa-
tion (R. Roussillon, 1991, 1999) voire dans l’idéalisation de la pulsion
sexuelle sur les registres prégénitaux ? Ou encore dans le désaveu de la
loi par qui s’en fait le représentant privilégié ?
Mais en même temps, ne convient-il pas de distinguer l’objet indiffé-
rent du pervers adulte, délibidinalisé, de l’objet auto-érotique et contin-
gent, variable, du pervers polymorphe infantile, objet de jouissance 1 s’il
en est, sur lequel germe cette « maladie sexuelle » qui nous fait vivants ?
De même, le fantasme masochiste, pervers par définition, n’apparaît-il
pas comme la matrice, dans son retournement, de l’activité même de
pensée, et le garant de la « pérennité des liaisons libidinales »
(C. Chabert, 2000, p. 118) ? Si dans l’inconscient, « être battu » peut se
traduire par « être aimé », si une telle organisation fantasmatique, moteur
de l’organisation psychique, est « son esprit de survie », alors cette
perversion-là serait ce qui permet de survivre.
Ceci nous amènerait-il à distinguer, comme pour le narcissisme, dans
ce rebroussement du pathologique au normal, une perversion mortifère et
une perversion gardienne de vie ? C’est alors, bien au-delà de la nosogra-
phie et de l’unité des catégories décidément hétérogènes du narcissisme
et de la perversion, toute la question de l’intrication pulsionnelle que l’un
et l’autre répéteraient et représenteraient – c’est-à-dire celle du lien du
sexuel avec la vie et avec la mort, toujours remis sur le métier.
Les psychanalystes sont loin d’être les seuls à poser la question. « Il
n’est pas possible de tenir pour négligeable le fait que nous sommes rede-
vables à des « pervers » d’une part considérable des textes et poèmes
parlant de l’amour (Socrate, Sapho, Shakespeare, etc.), ainsi que des
œuvres artistiques et philosophiques qui font partie du patrimoine
commun » (J. Clavreul, 1966).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

1. F. Perrier rappelle l’étymologie de « jouissance », au plus près de l’emprise. « La jouissance


vient de gaudium ; elle est “plein pouvoir sur”, elle est “entrée en possession de” » (1969,
p. 64).
Chapitre 2

NARCISSISME
ET « LOGIQUES »
DE LA PERVERSION
INTRODUCTION

Les réflexions que je me propose de présenter dans ce travail doivent être


considérées comme celles d’un « chantier » de travail et de recherche
plus que comme un ensemble de conclusions abouties qui constitue-
raient une « thèse » concernant la place de la perversion et de la
« solution perverse » dans l’économie narcissique d’ensemble d’un sujet.
Elles visent à collecter les questions posées à la métapsychologie psycha-
nalytique par l’extension et l’élargissement de la confrontation pratique
de la psychanalyse, ou de certains psychanalystes, avec des configu-
rations cliniques perverses « aux limites de l’analysable ». Elles poursui-
vent et prolongent l’ensemble des hypothèses formulées dans un livre,
Agonie, Clivage et Symbolisation (Roussillon, 1999), en essayant de
préciser ce que le premier chapitre de cet ouvrage n’avait fait qu’annon-
cer, c’est-à-dire que les comportements et processus de la « perversion »
doivent aussi être compris dans la fonction qu’ils acquièrent comme
« solutions secondaires » à certains « traumatismes primaires » qui ont
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

affecté l’organisation primitive de l’identité et du « narcissisme


primaire ».
Certaines des configurations cliniques sous-jacentes à ma réflexion ont
été rencontrées dans le cadre d’une recherche clinique en cours concer-
nant la pathologie narcissique identitaire et les difficultés de sa mise en
analyse au sein du dispositif de la cure type. Dans ce cadre, sur une
cinquantaine d’analysants suivis au long cours depuis plusieurs années,
une dizaine présentait des traits de comportements, voire des fonctionne-
ments psychiques, réputés « pervers ». Dans ces cas-là, les symptômes
120 NARCISSISME ET DÉPRESSION

« pervers » ne fournissent généralement pas le motif premier de la


demande d’analyse, ils révèlent leur présence, parfois tenue longtemps
muette et secrète, en cours de cure et au fil des « progrès » de celle-ci.
Longtemps « egosyntoniques », ils prennent le statut de « symptôme » au
fur et à mesure que progressent les capacités de l’analysant à sentir et à se
sentir, lorsqu’il peut commencer à entrer en contact avec des aspects
« clivés » de son fonctionnement psychique.
Dans la foulée des premiers travaux de Claude Balier et André Ciaval-
dini, précurseurs en la matière, qui ont souvent servi de premiers modèles
ou de références à ces explorations cliniques, les autres données cliniques
qui alimentent mon étude sont issues d’une série de recherches portant
sur les « criminels et délinquants sexuels1 ». Les sujets concernés sont
rencontrés la plupart du temps en milieu carcéral ou sur les différents
terrains de la délinquance sexuelle ou toxicomaniaque. La plupart du
temps, ils ne commencent à formuler une demande de soin qu’à la suite
d’une incarcération ou d’une mesure de justice, et souvent dans des
conditions très particulières. Nous sommes là bien loin des conditions de
pratique clinique de la cure type, ou même des conditions habituelles du
travail psychanalytique en face à face ; néanmoins un certain travail de
clinique « psychanalytique » est possible. Il conduit à des interrogations
cliniques et théoriques assez différentes de celles qui s’imposent dans la
clinique habituelle de la perversion, celle qui concerne les aspects
« intimes » et « privés » de la vie sexuelle des couples « consentants ».
De telles configurations cliniques sont souvent assez éloignées de
celles avec lesquelles les fondements de la métapsychologie de la perver-
sion ont été conçus, elles interrogent les bases de celle-ci et, avec elles, la
question des enjeux narcissiques de la sexualité ou du sexuel. Elles
soumettent les cliniciens (psychanalystes psychiatres ou psychologues)
qui s’y confrontent directement à une élaboration contre-transférentielle
intense et très particulière.
Mais elles obligent aussi à « travailler » et à « creuser » la théorie de la
perversion dans laquelle tente de se trouver le contrepoids nécessaire au
maintien d’une attitude authentiquement clinicienne. En effet, depuis que
le psychanalyste a accepté d’élargir le champ de son intervention et de

1. Différents travaux menés sous ma direction dans le cadre du centre de recherche clinique
(CRPPC) de l’université Lyon-II. Citons entre autres ceux, convergents, de Roman, Ravit,
Seibert, Edrosa, Modolo, ou encore Neau à Paris-V.
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 121

ses compétences aux cliniques « aux limites de l’analysable », depuis


qu’il accepte de déplacer ses dispositifs d’écoute et de travail « hors des
murs » de la situation analysante traditionnelle, qu’il aventure ceux-ci
dans les espaces carcéraux et sur les terrains sociaux de la « délin-
quance » et des comportements « justiciables », l’urgence d’une réflexion
sur la perversion, ou sur ce qui est réputé tel, devient de plus en plus
pressante et s’impose comme une nécessité aussi bien clinique que
métapsychologique.
Le premier intérêt attendu d’une telle réflexion est bien évidemment
d’accroître l’intelligibilité des enjeux psychiques des comportements
pervers ou apparentés. Mais il se double d’un autre enjeu qui n’est pas
négligeable et qui concerne les « retombées » théoriques et même épisté-
mologiques de toute recherche qui rencontre et affronte les limites de
pertinence de l’outil théorique lui-même. La perversion, la problématique
narcissique de la perversion, fait en effet « travailler » la théorisation, la
« formulation » théorique et même les fondements métapsychologiques
de celle-ci, elle oblige à « creuser » leurs énoncés de base, voire à en
déconstruire certains aspects pour les ajuster aux impératifs cliniques
auxquels elle confronte. L’évolution de la métapsychologie depuis Freud
ne procède jamais autrement, c’est au contact de la « résistance » spécifi-
que de certaines conjonctures cliniques qu’elle se ressource, se relance et
s’affine.
Toute réflexion actuelle sur une telle clinique doit donc s’attendre à
s’inscrire dans une démarche paradoxale, elle doit s’étayer sur les apports
d’une théorisation qu’elle ne cesse de questionner en même temps, dans
la mesure où la clinique qu’elle rencontre ne cesse, elle-même, de se
dérober et de « déborder » le cadre conceptuel sur lequel elle se fonde.
C’est peut-être d’ailleurs en ceci qu’elle a une chance de rester véritable-
ment « psychanalytique », qu’elle peut prétendre à être une recherche
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

« psychanalytique ».
Paradoxalement en effet la théorie psychanalytique, à la différence
d’autres approches, ne « s’applique » jamais à une question. Quand c’est
le cas, elle devient une forme de machine à influencer qui a contraint la
réalité et la résistance spécifique de celle-ci à devenir une « clinique ad
hoc », une clinique « manipulée » pour les besoins de la « donne » théori-
que. Elle s’offre l’illusion qu’une telle application est possible sans que la
clinique effective, par sa résistance propre, ne se venge de l’affront infligé
aux faits.
122 NARCISSISME ET DÉPRESSION

La fonction de la métapsychologie serait plutôt de tenter d’énoncer


tout ce qu’il faut avoir compris, tout ce qu’il faut se « donner » en préala-
ble, tout ce qu’il faut avoir repéré et problématisé, pour pouvoir, en prati-
que, mettre « entre parenthèses » tout savoir préalable, pour pouvoir
« libérer » la pratique du poids des « savoirs implicites ». Mettre entre
parenthèses, en latence, tout le « savoir préalable1 » pour que la clinique
et la pratique aient une chance d’offrir leur lot de « surprises » et de rela-
tions d’inconnues fructueuses et créatives pour l’investigation clinique,
pour que la négativité inévitablement rencontrée dans l’approfondisse-
ment clinique ne prenne pas la figure d’un chaos ou d’une destructivité
inélaborables, tel serait plutôt l’enjeu du travail de théorisation.
L’autre difficulté préalable à toute réflexion sur la perversion concerne
la « pénombre associative » (Bion) du concept lui-même et, s’il s’agit
comme ici de les croiser, de celui de narcissisme. « Pervers » et
« narcissique » sont des termes qui comportent, dans le langage courant,
un aspect « moral », une connotation de condamnation « morale », ce
sont même parfois des injures. Même dans le vocabulaire courant des
« psy », cette teinte de condamnation morale est conservée, en particulier
quand elle sert à désigner des personnes et pas seulement des processus.
Dire, en effet, d’un processus qu’il est « pervers » ou « narcissique »
n’implique pas tout à fait le même type de jugement que l’utilisation des
mêmes termes pour désigner un sujet, c’est-à-dire comme attributs d’une
personne. L’application d’un qualificatif aux processus présente une
valeur descriptive, un processus n’a pas à être « jugé », il doit simplement
être constaté, relevé, nommé. En revanche, dès qu’il s’agit de qualifier un
sujet, de tels adjectifs ne peuvent pas éviter de contenir un jugement
« moral » et, par suite, l’indice d’une certaine « désolidarisation » identi-
ficatoire. Ce débat de termes ne se situe pas – on le devine mais il est plus
prudent de le formuler clairement – dans un souci « politiquement
correct » de la dénomination. L’enjeu serait plutôt d’être vigilant à ne pas
laisser le problème être saturé d’emblée par un ensemble de jugements
« moraux », implicites aux concepts eux-mêmes, obligeant le clinicien à
des mesures de protection qui, non repérées comme telles, infléchiraient
la pensée. En d’autres termes, si l’on n’y prend pas garde, les concepts
utilisés « pervertissent » le projet de théorisation lui-même. L’infiltration
de la clinique et de la théorisation par des formes de jugement « moral »

1. Selon l’heureuse expression de Gori.


NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 123

– infiltration dont il serait bien évidemment illusoire de prétendre se


dégager complètement – nuit à la capacité de pouvoir penser les diffé-
rents aspects du tableau clinique sur lequel on se penche. Le clinicien se
« retire » de son objet de réflexion dès la nomination de celui-ci, il n’a
plus à peser le poids et l’impact de son retrait sur l’objet lui-même, sur la
manière dont il est « rencontré » et « pensé », donc sur la « logique » de
l’écoute qui est préalable à l’analyse, qui fournit le « cadre » implicite de
celle-ci. Le psychanalyste, le clinicien, comme tout être humain doté
d’un surmoi et d’un certain sens moral, n’évite pas les jugements de
valeur, il n’évite pas que sa pensée soit menacée de l’infiltration et de
l’effet de ceux-ci. Mais le rôle des concepts de la métapsychologie est de
proposer des alternatives « psychanalytiques » qui rendent « mesurables »
et « interprétables » ce qui, du contre-transfert, menace d’infiltrer
l’analyse de la vie psychique d’un autre-sujet, et de peser sur la représen-
tation que l’on peut se faire des enjeux de celle-ci. Si le concept lui-
même contient trop de « pénombre associative » morale, plus rien ne
vient conflictualiser la contre-attitude interne du clinicien, et désigner
celle-ci comme le lieu d’une exigence de travail psychique à produire.

Pour formuler les choses de telle sorte que cette exigence de travail soit
plus manifeste, on peut dire que toute étude « psychanalytique » d’une
configuration psychique particulière, d’un objet particulier, va donc
devoir être confrontée à la « pénétration agie », selon le concept proposé
par Donnet, de l’objet sur lequel elle porte son attention. La psychanalyse
ne « s’applique » pas, elle se laisse pénétrer par son objet. Cette
« pénétration agie » (j’en ai proposé l’idée à plusieurs reprises) opère à
trois niveaux et elle doit être mesurée et travaillée aux trois niveaux où
elle est impliquée : la pratique et le contre-transfert spécifique qu’elle
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

appelle constituent le premier niveau, le plus habituel ; le dispositif et les


particularisations du dispositif qu’elle entraîne relèvent du deuxième
niveau ; la théorie, la forme et l’articulation des concepts et modèles
qu’elle propose soutiennent le troisième niveau ; et bien sûr la dialectique
de l’articulation qui sépare et relie ces trois niveaux. Nous nous en tien-
drons ici à la question de l’impact de la « pénétration agie » des proces-
sus « pervers » dans cette partie du contre-transfert qui concerne la
théorisation métapsychologique. Épistémologie et clinique de la théorie
et du processus de théorisation sont donc les deux principales formes de
la réflexion que nous proposons ici.
124 NARCISSISME ET DÉPRESSION

1 LA PERVERSION POLYMORPHE
INFANTILE

Depuis l’origine donc, la question de la théorisation psychanalytique de


la perversion a rencontré l’impératif clinique d’un modèle théorique
l’inscrivant dans une représentation de la sexualité humaine qui, tout en
lui reconnaissant certaines particularités « spécifiques », ne la rend pas
complètement « étrangère » à ses formes réputées « normales ». C’est à
ce double compte qu’elle vise à étayer le travail d’empathie identifica-
toire nécessaire au travail clinique sans pour autant méconnaître la spéci-
ficité de son objet propre.
Les théorisations freudiennes de la perversion doivent donc, dans cette
perspective, être envisagées comme les « solutions théoriques » appor-
tées par Freud à cette double contrainte : laisser l’objet « pénétrer » la
théorie, et permettre de dégager celle-ci des effets inconscients de cet
impact. Il est bien sûr hors de question, dans les limites de ce travail, de
reprendre l’intégralité des développements freudiens concernant la
perversion et le narcissisme. C’est l’ensemble de la théorie de la sexualité
et du sexuel qu’il faudrait alors parcourir, un livre n’y suffirait pas. Je me
contenterai de relever dans la pensée de Freud les points et moments qui
constituent les fondations du « chantier » théorique que je me propose de
reprendre dans ma réflexion. Ceux qu’il me semble opportun de souligner
et « creuser » concernent l’effet sur la théorie des pulsions « partielles »,
de la prise en compte de la question de l’introjection pulsionnelle, de la
prise en compte de la manière dont le moi introjecte les représentants
psychiques de la pulsionnalité.
Reprenons à partir de la théorie de la sexualité infantile « perverse
polymorphe ». En effet, à la double contrainte relevée plus haut, Freud
« répond » d’abord par la théorie de la sexualité infantile « perverse
polymorphe ». En situant dans la sexualité infantile l’origine de la
perversion, Freud « naturalise » et « normalise » celle-ci, il en fait un
temps de passage inévitable du développement de la sexualité, il favorise
ainsi à chacun une identification clinique de base.
Ainsi la perversion, la perversion sexuelle de l’adulte, témoigne du
maintien en l’état d’un moment de la sexualité infantile à laquelle le
sujet, devenu adulte, reste « fixé ». Chacun peut ainsi se reconnaître et
reconnaître un pan, des traces, de sa sexualité propre dans celle du
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 125

« pervers », chacun a été enfant et a ainsi connu une sexualité infantile


« perverse polymorphe » ; tout en observant une « juste » différence, la
perversion témoigne du maintien d’un aspect infantile de la sexualité qui
aurait « dû » être dépassé lors de la maturation. Mais comme celle-ci
n’est jamais « totale », toute sexualité comporte des traits issus de la
perversion polymorphe de l’enfant qu’il a été.
Le trait essentiel de cette sexualité perverse polymorphe, ce qui fait à
la fois qu’elle est « perverse » et « polymorphe », est qu’elle exprime des
pulsions « partielles », qu’elle exprime des formes « partielles » de
sexualité confondues avec le tout. La définition du caractère « partiel »
des pulsions en question est relative au modèle freudien de la sexualité.
Celui-ci reste en effet le modèle de la sexualité génitale, c’est-à-dire un
modèle dans lequel la relation sexuelle vise au coït « génital », et dans
lequel les différentes pulsions partielles, dites alors « prégénitales », sont
mises au service de l’accomplissement du but génital de la sexualité, sous
formes de « préliminaires ». C’est quand l’un de ces « préliminaires »
s’autonomise et se comporte comme s’il était le « tout », qu’il propose
ainsi un autre « but » à la sexualité, qu’il pervertit celle-ci. C’est dans ce
passage de la partie au tout, dans cette « confusion de la partie et du
tout » que se situe l’essence du processus pervers. Cependant, dans la
pensée de Freud, l’accomplissement du coït « génital » ne signifie pas
seulement la pénétration du sexe féminin par le sexe masculin, ce qu’un
viol pourrait réaliser, il suppose aussi une série de conditions relationnel-
les que résume la théorie de l’organisation, de la traversée et du dépasse-
ment d’un « œdipe complet ». Génital implique alors l’intégration
psychique de la triple différence : différence des sexes, différence des
générations et différence entre sexualité infantile et sexualité adulte.
L’annulation de l’une ou l’autre de ces différences fondatrices, le déni de
l’une d’entre elles, précipite donc aussi une forme de perversion. Une
autre manière de dire serait de formuler que dans le processus
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

« pervers », la différence entre la sexualité infantile et la sexualité adulte


est abolie ou déniée.
Ainsi, si la sexualité infantile est « perverse polymorphe », naturelle-
ment et inévitablement, si d’un côté elle semble présenter tous les traits
des futures « perversions » de la sexualité adulte, elle n’est en fait
« perverse polymorphe » que parce qu’elle précède la découverte de la
sexualité « génitale » qui ne peut se développer comme telle qu’à
l’adolescence, et après les transformations de la puberté. Quand le tout
n’est pas connu comme tel, la partie non plus ne peut se reconnaître
126 NARCISSISME ET DÉPRESSION

véritablement comme telle. L’enfant est et n’est pas « pervers », il est


pervers en apparence, il est pervers dans « l’innocence » de sa méconnais-
sance inévitable des « fins » de la sexualité génitale.
Ce n’est qu’après la puberté et ce qu’elle révèle de la sexualité géni-
tale, que la sexualité infantile doit prendre place, s’intégrer, au sein de la
sexualité maintenant parvenue à maturité. Les pulsions partielles devront
alors être réorganisées sous le « primat de la génitalité », domptées par
celle-ci et subordonnées à son exercice. Quand le travail de reprise et de
réorganisation, ainsi imposé aux pulsions et aux modes d’expressions
« prégénitales » des pulsions, échoue ou déborde les capacités du sujet,
celles-ci conservent un statut « indépendant » de l’organisation génitale,
elles tendent à s’exprimer « pour leur propre compte », elles devront être
refoulées – c’est la solution « névrotique » ; ou, « en négatif », elles
donneront naissance à une pratique sexuelle « perverse ». « La névrose,
comme l’écrit Freud, est le négatif de la perversion. »
Dans cette conception, c’est la désarticulation de la pratique sexuelle
par rapport aux buts et fonctions de la génitalité qui fournit l’aune de son
caractère « pervers ». Rien n’est « pervers » qui apporte sa contribution
aux buts « génitaux » de la sexualité adulte, c’est ce qui tend à se maintenir
indépendamment de ceux-ci qui définit la perversion.

2 PULSION PARTIELLE
OU « PARTIALISATION »
DES PULSIONS
ET DE LEURS REPRÉSENTANTS

Cependant la question se pose de savoir d’où provient, dans la conception


freudienne, le caractère « partiel » de la pulsion ou du mouvement
pulsionnel. Quand Freud formule les bases de sa conception des
« pulsions partielles », la métapsychologie qu’il utilise, c’est-à-dire ce
qu’on appelle la première topique, ne pose pas la question de savoir si
c’est la « pulsion » qui est partielle ou si c’est l’utilisation que le sujet fait
des motions pulsionnelles qui est partielle. Quand ensuite il commence à
formuler les linéaments de la théorie du moi, il ne reprend pas la question
de la « rétroaction » de ce qu’il énonce sur ses théorisations antérieures
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 127

des « pulsions partielles ». Plusieurs propositions balisent le champ


problématique de cette question recelant une difficulté qui apparaît quand
on les rassemble.
D’un premier côté, le caractère « partiel » du mouvement pulsionnel
apparaît d’abord chez Freud comme intrinsèque à certaines pulsions,
celles qui sont réputées « partielles », celles qui caractérisent la
« prégénitalité ». Puis Freud souligne le risque de multiplier les
« pulsions partielles » et de faire perdre au concept une partie de son
intérêt. Par ailleurs on voit mal, dans cette logique, ce qui « unifierait »
les pulsions et comment une « pulsion », en elle-même et par elle-même,
établirait son « primat génital ». La difficulté qui obligera à une
« mutation » métapsychologique est qu’il n’est guère possible de penser
la pulsion sans penser du même coup son « statut » dans le moi ou pour
le moi, c’est-à-dire « son destin » psychique. Mais tant que ça et moi ne
sont pas différenciés, la question n’a guère d’espace métapsychologique
pour être pensée, et ensuite Freud a d’autres urgences théoriques que
celle de réfléchir à la rétroaction de l’évolution de sa théorie sur celle des
« pulsions partielles ». Pourtant, en de nombreuses occasions, la
« partialisation » va apparaître comme une caractéristique du travail du
moi.
On peut commencer par remarquer que la « partialisation » est une
propriété du refoulé, c’est bien en quoi celui-ci fait problème. Le refoulé
acquiert, du fait du refoulement, une certaine « autonomie », il agit
« pour son propre compte ». Le refoulé « partialise », est partialisé, se
coupe ou est coupé du reste de l’activité psychique. Le refoulement
« désintègre » de l’organisation du préconscient, la représentation
pulsionnelle sur laquelle il porte, elle subit un destin qui lui est spécifi-
que, sans tenir compte, en particulier, de l’auto-conservation qu’elle va
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

venir éventuellement conflictualiser ou « pervertir » sous forme de symp-


tôme de conversion, par exemple. Mais le refoulement est un processus
du moi, sous le contrôle du moi, même si c’est en relation avec le surmoi
qu’il agit. À partir de 1923, Freud ne superposera plus le préconscient au
moi, il admettra qu’une partie du moi est inconsciente, celle précisément
qui contient le « refoulé », voire qui le « produit ». Le « partiel » est donc
alors « dans » le moi, c’est le moi qui « partialise » et « contient » le
partiel. S’il existe bien une pulsion sexuelle génitale et des pulsions qui
précèdent celle-ci, on ne voit plus bien comment une pulsion pourrait être
« partielle » en elle-même ou, autre face de la même question, comment
128 NARCISSISME ET DÉPRESSION

la pulsion génitale ne serait pas, elle aussi, « partielle ». La « génitalité »,


nous l’avons souligné, n’est pas seulement affaire de « pulsion », elle
concerne l’organisation du moi en relation avec ses objets.
Seconde remarque : comme Freud le précise dans « Deuil et
mélancolie », le travail de deuil et d’introjection s’effectue « fragment
par fragment », détail par détail, précise la nouvelle traduction, c’est-à-
dire partie par partie ; il suppose une partialisation de l’expérience, de
son investissement, et donc des « motions » pulsionnelles qui y sont
rattachées. Pour donner plus de poids à cette remarque, rappelons aussi –
mais il faut alors continuer de croiser théorie des pulsions et narcissisme
– que Freud signale que le narcissisme secondaire est « repris à l’objet »,
c’est-à-dire que l’auto-érotisme – disons « secondaire » pour faire court,
mais que nous justifierons plus en détail plus loin – va devoir détacher,
« reprendre », de (à) l’objet les investissements et fonctions qui lui ont
été dévolus dans un premier temps. Il va devoir les « reprendre » partie
par partie. Le narcissisme « secondaire » s’inscrit sur fond de deuil origi-
nel de l’objet-double premier de soi 1, il constitue et se constitue dans le
processus même de ce deuil.
Dans les deux exemples que nous venons de souligner, la
« partialisation » fait partie du travail du moi, elle est dialectisée avec le
travail d’intégration-désintégration qu’il effectue. C’est le moi qui travaille
partie par partie, c’est le moi qui fragmente les grosses quantités pour les
élaborer.
Continuons notre relevé des interrogations qui précisent cette question.
À partir de 1917 et de l’exploration des « transpositions » de
l’érotisme anal, la question du caractère partiel des pulsions prégénita-
les est implicitement reproblématisée par la mise en évidence de
l’existence, dans l’organisation psychique infantile – donc là encore
dans le moi, même si c’est celui de l’enfant –, d’une « équation » qui
relie entre eux les représentants pulsionnels des différentes pulsions
« partielles ». Très tôt dans la pensée de Freud, au caractère « partiel »
des expressions pulsionnelles s’opposent des formations psychiques qui
tendent à réunifier leur tiraillement potentiel. Le « concept » inconscient
de « petit objet détachable », l’organisation et la mise en série des
« signifiants » de la castration, plaide pour la notion d’une « organisation »
prégénitale des mouvements pulsionnels, plaide pour une réunification

1. Cf. la suite de notre développement.


NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 129

phallique-narcissique de ceux-ci 1. Le « primat » de la génitalité de


l’adolescence est précédé d’un « primat » infantile du phallique qui tend
déjà à organiser, sous sa domination et ses caractéristiques propres,
l’ensemble des motions pulsionnelles de l’enfance. La « génitalité » se
dédouble en un temps infantile, l’organisation phallique, et un temps
adolescent ou génitalité proprement dite. Le phallique infantile ne peut,
dans cette perspective, continuer d’être compris comme « pulsion
partielle », c’est au contraire une organisation pulsionnelle qui tente
d’intégrer l’ensemble de la vie pulsionnelle et rencontre la « castration »
dans cette tâche2.
Ces différentes remarques suffisent à formuler la question de savoir si
le caractère « partiel » de la pulsion concerne la pulsion elle-même ou le
traitement « moïque » de la vie pulsionnelle. La théorie des différents
« stades » de la libido est-elle au fond compatible avec la notion de
pulsions intrinsèquement « partielles », ou ne propose-t-elle pas, impli-
citement, et dans la foulée de ce que la notion d’une « organisation »
phallique de la vie pulsionnelle préfigure, la conception d’une succession
d’organisations de la vie pulsionnelle « sexuelle » infantile ?
Autrement dit, a-t-on affaire à des « pulsions partielles » ou à un mode
d’organisation infantile qui « partialise » la vie pulsionnelle pour l’inté-
grer, « partie par partie », avant de la réorganiser sous le primat de l’orga-
nisation phallique-narcissique ? Comme j’ai commencé à l’avancer, peut-
on envisager la pulsion et ses finalités sans dialectiser celles-ci avec le
sens et la forme prise dans et par le travail d’introjection ?
Cette différence n’a guère de sens dans la première topique où
l’introjection de la pulsion n’a pas de place dans la mesure où le moi
n’est pas clairement délimité. Mais à partir du moment où la différence
ça-moi sera proposée, la question de savoir à quelle partie de l’appareil
psychique attribuer le caractère « partiel » de l’expression pulsionnelle
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

va se poser de manière essentielle pour une théorisation de la perver-


sion et même de la compréhension de la « perversion polymorphe » de
la sexualité infantile.
Ainsi mises bout à bout, nos différentes remarques précédentes
conduisent alors à l’hypothèse selon laquelle le narcissisme secondaire

1. Sur ces points, cf. Roussillon (1997), Le Rôle charnière de l’angoisse de castration, Monogra-
phie de la RFP, Paris, PUF.
2. Cf. Roussillon, op. cit.
130 NARCISSISME ET DÉPRESSION

va se construire à partir d’une « reprise » fragment par fragment, détail


par détail, des investissements pulsionnels portés sur l’objet primaire.
Telle me paraît être une première logique implicite à la pensée freu-
dienne, l’une de celles qui sont impliquées quand on cherche à rassem-
bler et à faire tenir ensemble théorie des pulsions partielles
« prégénitales », théorie du narcissisme des années 1914-1915 et théorie
du moi de 1923. Freud ne « produit » pas formellement une telle logique,
il ne pose pas toujours la question de la rétroaction de certains de ses
énoncés sur les autres, ou ne pose pas toujours la question de l’ensemble
des rétroactions potentielles d’un énoncé sur les autres. Il faudra attendre
l’introduction de la problématique de « l’analyse du moi », et donc les
années 1920-1923, pour que la question de l’introjection de la pulsion –
et même 1925 et l’introjection par la pulsion – clarifie une partie des
questions que ses développements précédents posent encore. Si l’on
accepte de suivre mes développements, on aboutit alors à la conception
d’une introjection progressive de la vie pulsionnelle qui s’effectuerait par
« réorganisations » successives de la vie pulsionnelle par le moi, en fonc-
tion du primat de certaines expériences significatives du processus de
maturation de celui-ci.
À une première forme de tentative d’organisation « orale » de la
pulsion, sur laquelle nous aurons à revenir, succéderait un régime d’orga-
nisation « anale » de son introjection, régime qui réorganiserait, sous son
primat, et donc après-coup, le vif des expériences précoces de l’oralité.
Mais celui-ci, sous la menace de ses insuffisances et de ses échecs,
devrait aussi être réorganisé « après-coup » sous le primat de l’organisa-
tion phallique de la pulsion sexuelle infantile. Oralité, analité, uréthralité-
phallique, désigneraient alors autant des moments et des types d’organi-
sation de la vie pulsionnelle, de l’ensemble de la vie pulsionnelle, de la
vie de toutes les pulsions, que des pulsions autonomes et « partielles ».
Les pulsions partielles mises en évidence plus tard dans l’organisation de
la vie pulsionnelle témoignant donc alors, soit des « restes » des organi-
sations infantiles de la vie pulsionnelle, restes issus du fait que les réorga-
nisations successives ne sont jamais des reprises « totalisantes » et sans
reste, soit de fixation de l’organisation libidinale d’ensemble à l’un ou
l’autre des registres de l’organisation pulsionnelle infantile.
Une telle conception n’est pas formellement présente chez Freud, mais
elle me semble théoriquement impliquée par nombre de ses énoncés. Elle
paraît beaucoup plus cohérente avec tout ce que la clinique moderne des
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 131

premiers âges a pu mettre en évidence 1. Rien n’empêche de penser, dans


ce modèle, que chaque réorganisation de la vie pulsionnelle laisse un
« reste » de la forme de l’organisation antérieure qui persiste néanmoins,
à côté ou « refoulé », enfoui par le travail de réorganisation, c’est ce reste
qui se présenterait comme la forme du « partiel » de la vie pulsionnelle.
Poursuivons les conséquences d’une telle perspective qui nous condui-
sent à l’hypothèse que la « partialisation » de la vie pulsionnelle est l’un
des registres particuliers de l’organisation pulsionnelle infantile, celui de
l’analité, celui du moment où s’effectue le travail de « deuil originel » de
l’objet-double premier de soi. Et donc que l’enjeu de celle-ci va être
de détacher, « partie par partie », les investissements pulsionnels portés
sur l’objet, sur le corps de l’objet. Séparer investissement du corps de
l’objet et corps de soi, conquérir l’investissement, partie par partie, du
corps de soi, « décoller » fragment par fragment le corps de soi et l’inves-
tissement du corps de soi de celui de l’objet-double premier. C’est dans
ce processus que se « partialise » la pulsion, dans ce travail de reprise et
de construction du narcissisme secondaire, elle se « partialise » sous
l’influence du travail du moi. Nous verrons aussi que ce sont les échecs
de ce travail qui vont faire le lit des futures perversions.
On a souvent souligné, depuis Freud, l’importance de l’analité dans la
problématique de la perversion. L’hypothèse selon laquelle la partialisa-
tion de la pulsion est une caractéristique de l’organisation anale de la
pulsion est cohérente avec ce constat clinique. Au fur et à mesure que
s’affinent les discriminations des différentes zones et fonctions corporel-
les qui accompagnent l’appropriation du corps propre, chaque zone ainsi
discriminée, et avec elle l’investissement pulsionnel dont elle est
porteuse, tend à s’identifier, à se spécifier, à se détacher « fragment par
fragment », « détail par détail ». Ce « travail » psychique prend sens dans
le travail de deuil de l’objet premier qui est alors en cours. Il prend son
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

sens et trouve son enjeu dans le détachement de la relation


« homosexuelle primaire en double » qui caractérise la première
« organisation » de la vie pulsionnelle, celle de l’oralité.

1. Une présentation « serrée » de ce modèle alternatif peut être consultée dans le recueil de cours
de Lyon-II, in Roussillon (1995), Les Fondements de la métapsychologie, CRPPC, consultable
sur le site internet du département de psychologie clinique de l’université Lyon-II.
132 NARCISSISME ET DÉPRESSION

3 L’ÉTAYAGE ET L’INTROJECTION
PULSIONNELLE

Notre réflexion ne serait pas complète si elle ne reprenait pas aussi, à la


lumière de nos développements précédents, la question des enjeux de
la théorie de l’étayage, et partant de ceux de son « utilisation » dans la vie
psychique.
Si, d’un côté, le sexuel possède chez Freud un certain niveau d’autono-
mie, qu’il dérive de la biologie et de « l’exigence de travail psychique
imposé à la psyché du fait de son lien avec le somatique », d’un autre
côté son intégration dans le moi, son introjection, pose toute la question
de la fonction du sexuel dans l’organisation de celui-ci. Avec la troisième
théorie des pulsions1, le troisième « pas » de celle-ci, la pulsion de vie
devient la force de liaison principale de la psyché, elle doit être mise au
service du moi et donc « introjectée » dans celui-ci pour remplir son
office et lui permettre d’assurer la fonction de synthèse qui lui échoit. Si
d’un côté, le sexuel menace l’organisation narcissique du moi, comme les
psychanalystes modernes le soulignent a l’envie, de l’autre, quand il est
« dompté » par le moi, il est indispensable à son organisation et au main-
tien de sa cohésion, celle-ci supposant investissement et liaison.
À différentes reprises, Freud souligne la nécessité pour le moi de
posséder un « réservoir pulsionnel » à partir duquel partent ses différents
investissements. Si finalement, à partir de 1923, c’est le ça qui sera consi-
déré comme le grand réservoir de la vie pulsionnelle, il n’empêche que le
moi, « partie du ça qui s’est différenciée au contact de la réalité », doit
introjecter les représentants pulsionnels et l’énergie dont ils sont porteurs,
pour se structurer et se maintenir. C’est l’enjeu du célèbre « Wo es war
soll ich verden », l’enjeu de l’appropriation subjective de la vie pulsion-
nelle.
Une nouvelle question émerge alors concernant la théorie de l’étayage.
Comme Laplanche l’a souvent souligné, la pulsion se manifeste dans le
moment de reprise auto-érotique d’une expérience issue de l’auto-conser-
vation, en l’absence de l’objet et pour pallier la détresse que celle-ci

1. Il y en a bien trois, comme Freud le souligne lui-même, et non pas deux comme certains
commentaires actuels le prétendent. À la première théorie des pulsions qui oppose pulsion
d’auto-conservation et pulsion sexuelle succède une seconde théorie dans laquelle l’opposition
concerne la libido du moi (narcissisme et auto-conservation sont sexualisés) et la libido d’objet,
puis la troisième qui situe l’opposition entre pulsion de vie et pulsions de mort.
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 133

provoque. Je précise bien qu’elle « se manifeste » à ce moment-là, c’est-


à-dire qu’elle devient « sensible », apparente. Il est bien clair, en effet,
qu’à partir du moment où la zone corporelle impliquée est dite
« érogène », l’expérience de l’auto-conservation elle-même ne peut pas
être dénuée d’érotisme. Et ceci, que l’on conçoive que cet érotisme soit
issu des « signifiants énigmatiques » provenant des formes de la séduc-
tion maternelle ou parentale, selon la thèse de Laplanche, ou que l’on
conçoive qu’il soit directement issu de l’érogénéité des zones corporelles
impliquées, selon une position plus proche de celle de Freud ou de Green
à l’heure actuelle, ou encore, comme j’ai plutôt tendance à le penser
personnellement, qu’il résulte de la rencontre des deux. La séparation ne
« produit » pas l’érotisme, elle révèle sa présence « muette » ou discrète
dans l’auto-conservation, sa présence antérieure nécessairement là dès
l’expérience d’auto-conservation elle-même. Nous reviendrons sur l’impasse
que recèle la conception d’un auto-érotisme primaire « sans objet », sur
l’impasse de la conception d’un narcissisme primaire conçu indépendam-
ment de l’objet, mais pour l’heure il faut seulement souligner une consé-
quence de ces différentes remarques sur la fonction du sexuel infantile.
Celle-ci me paraît implicitement présente dès les premiers développe-
ments freudiens, mais elle ne deviendra manifeste qu’à partir de la notion
de co-excitation libidinale (1914), puis sexuelle (1924). L’érotisme et
l’auto-érotisme ont une fonction « liante » pour l’expérience subjective,
du moins quand l’excitation pulsionnelle ne déborde pas les capacités
d’intégration de l’enfant. Ce n’est pas l’excitation pulsionnelle qui fait
problème à la psyché, c’est sa mauvaise régulation, l’échec de sa régula-
tion, l’échec de son introjection, l’échec du processus de sa représen-
tance. Si l’auto-érotisme se manifeste à l’occasion de la séparation, c’est
bien parce que c’est à ce moment-là que se pose le problème d’une diffé-
renciation entre la perception et la représentation de l’objet, d’une diffé-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

rence entre l’investissement de la perception et celui de la représentation


interne de l’objet. C’est bien parce que, à l’occasion de la séparation, la
différenciation de la perception et de la représentation va rendre possible
et nécessaire une « introjection » de la représentation de l’objet et d’un
investissement pulsionnel spécifique de celle-ci1.
La pulsion, la pulsion de la sexualité infantile, a une fonction liante,
elle doit être introjectée, mais, dans le même mouvement, elle sert à

1. Là encore, pour plus de développement sur ce point, cf. Roussillon (2002b).


134 NARCISSISME ET DÉPRESSION

l’introjection de l’expérience, elle « co-excite sexuellement » celle-ci


pour la lier et l’introjecter. À différentes reprises, Freud souligne que la
sexualité infantile est caractérisée par la « curiosité », qu’elle a une fonc-
tion « exploratoire » de l’objet et du monde. Par le biais de l’animisme,
elle explore et construit aussi le « monde interne », elle l’explore au-
dehors par le biais de la projection animique, elle l’explore au-dedans par
l’introjection des représentants et représentations de la pulsion et de ses
objets.
On saisit, au fil de ces différentes considérations, où je situe l’un des
problèmes majeurs de l’outil métapsychologique que Freud nous a laissé.
Le développement premier de la théorie des pulsions et des pulsions
« partielles » n’est pas clairement articulé ensuite avec l’analyse du moi
et les développements concernant le narcissisme. Cette articulation dési-
gne un « chantier » théorique que je crois de première importance dans
l’approche de la clinique de la perversion et dont l’axe majeur de travail
consiste à effectuer les rétroactions qui s’imposent, à partir de la théorie
du moi et du narcissisme, sur la théorie de la sexualité infantile
« perverse polymorphe ». Une telle question ouvre potentiellement une
problématique essentielle de la seconde topique et de la réorganisation
métapsychologique qu’elle implique 1.
Poursuivons le relevé des conséquences de nos hypothèses et
réflexions antérieures et explorons la place du sexuel dans l’introjection,
non seulement de la pulsion mais aussi de l’expérience subjective elle-
même.

4 INTÉRIORISATION, EXTÉRIORISATION :
LE MASOCHISME

On a souvent remarqué que l’apport le plus essentiel des élaborations


cliniques de Freud, après la construction de la seconde topique, concer-
nait la perversion et la psychose, et la manière chacune « partialise » la
psyché selon un tout autre mode que celui du refoulement que nous avons
déjà évoqué. L’aboutissement de ces explorations cliniques conduira

1. Un tel travail, en cours dans la réflexion présente, poursuit l’entreprise commencée dans Rous-
sillon (2001).
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 135

Freud au concept, essentiel dans une réflexion sur la perversion, de


clivage du moi.
La première forme de « perversion » à laquelle Freud s’attache dans
cette période concerne le masochisme et le « problème économique »
qu’il pose à la métapsychologie et, au-delà, à la psyché. La question est
au carrefour de l’articulation de la pulsion et de l’organisation du moi que
nous avons pris comme fil rouge de la première partie de notre réflexion.
Deux problématiques, souvent confondues, viennent se croiser autour des
développements freudiens.
La première concerne la transformation que le moi doit « produire »
pour endurer l’augmentation de sa tension interne quand il introjecte une
motion pulsionnelle. Selon le principe du plaisir-déplaisir, l’augmenta-
tion de tension devrait s’accompagner d’une augmentation de déplaisir,
et donc d’une mesure d’éconduction des quantités d’excitation. L’intro-
jection pulsionnelle, c’est-à-dire l’intériorisation d’une partie de la force
de la pulsion dans le moi, implique une montée de tension acceptée et
donc « transformée » en plaisir. Il doit donc y avoir un processus de
retournement du déplaisir potentiel lié à la montée de tension, en une
forme de plaisir. Dans cette logique, qui ne concerne que l’approche
économique de la question, le moi doit donc se structurer sur un mode
« masochique ». Le masochisme apparaît alors comme le « gardien de la
vie psychique » dans la mesure où il contribue à permettre au moi de
tolérer les quantités d’excitation dont son fonctionnement et sa perma-
nence ont besoin. Narcissisme et perversion, Freud l’avait déjà relevé dès
1914, vont de paire, ils sont « originaires ». Nous reviendrons sur les
« faiblesses » d’une telle conception.
La seconde concerne la question de la culpabilité inconsciente, du
« besoin de punition » et l’articulation du masochisme au surmoi « sévère et
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

cruel ». À la différence de la précédente, c’est au sadisme du surmoi que


confronte cette fois le « masochisme », et c’est le surmoi qui « pervertit »
sa fonction en exigeant du moi plus que celui-ci peut donner, et surtout en
traitant la simple représentation interne comme l’équivalent d’un acte
accompli, c’est-à-dire en confondant la partie et le tout, la représentation
et la chose (Freud, 1923). Dans la mesure où le surmoi « plonge ses raci-
nes dans le ça », et d’une manière générale reste porteur des « anciens
fonctionnements du moi », il est l’héritier de l’enfance et de la perversion
polymorphe de celle-ci et pas seulement du dépassement de l’œdipe
(1923). Une conséquence rarement formulée de cette perspective freudienne
136 NARCISSISME ET DÉPRESSION

est que le surmoi, sous sa forme dite « sévère et cruelle », installe une
forme de perversion dans le fonctionnement psychique. Paradoxe sans
doute – mais que la clinique quotidienne confirme bien trop souvent – de
la « perversion » de l’instance même qui devrait représenter l’interdit et la
Loi. Nous reviendrons plus loin sur l’affinité paradoxale de la perversion
avec la « Loi » et la morale.
L’intérêt des développements de Freud sur cette question est celui du
lien qui s’établit alors avec l’objet externe, au-delà du surmoi. Dans la
perspective freudienne, le surmoi résulte des identifications du sujet aux
objets de l’œdipe, au « surmoi de ceux-ci », il témoigne de l’intériorisa-
tion des particularités des objets, de l’intériorisation de la relation que le
sujet entretenait antérieurement avec ces objets. On souligne souvent,
quand cette question est abordée dans les groupes d’analystes, que l’on
ne peut faire directement dériver la composition du surmoi des caractéris-
tiques « réelles » des parents effectifs. Le processus d’intériorisation
« transforme » l’image de ceux-ci, le surmoi « connaît » de l’intérieur les
moindres mouvements pulsionnels du sujet, « punit » celui-ci de ceux-là,
même s’ils conservent simplement une modalité représentative et ne
débouchent sur aucun acte effectif… La « morale » peut être « perverse »
ou « pervertie » sous la forme du « masochisme moral », mais dans
nombre de ses sources – et l’exercice de la « loi » est loin d’être exempt
de toute déviation – le « surmoi » peut aussi être « séducteur » et
« pervers », il « plonge ses racines dans le ça » et reste toujours plus
« proche de celui-ci que le moi » (1923).
Cependant Freud souligne quand même, à différentes reprises, la dette
que le surmoi contracte avec les objets de la réalité externe, il souligne
que ce n’est pas seulement la relation du sujet aux objets qui est intériori-
sée et reproduite dans la psyché, mais que la relation que les objets entre-
tenaient avec le sujet est aussi intériorisée et reproduite (1921), et que
l’hostilité du surmoi n’hérite pas seulement du ça du sujet, elle hérite
aussi directement de celle des objets significatifs de son histoire. Dans la
note qu’il consacre à la réaction thérapeutique négative en 1923, il souli-
gne que l’analyse de celle-ci rencontre une conjoncture favorable quand
le sentiment inconscient de culpabilité peut apparaître comme la trace
d’une « identification d’emprunt » résultant d’un amour antérieur pour un
objet maintenant abandonné. Dans la même note, Freud évoque la tenta-
tion de l’analyste de se donner lui-même comme un tel objet idéal quand
l’analyse ne parvient pas à découvrir quel objet se cache derrière
« l’identification d’emprunt ». Si Freud renonce finalement à l’utilisation
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 137

de cette « séduction » en pratique, sa remarque indique néanmoins qu’il


faut chercher la « solution » clinique du côté de l’objet et que l’analyse
« solipsiste » de cette question conduit à l’échec. On ne trouve pas
toujours quelle relation historique se cache derrière cette forme de perver-
sion de la situation analytique, mais sans doute est-il heuristique de
penser qu’il y en a toujours une et qu’il est souhaitable de la chercher.
Ce qui freine Freud dans l’affirmation du rôle de l’objet et de ses parti-
cularités dans la « pervertisation » du surmoi, dans son extrême sévérité,
c’est le constat que souvent les parents effectifs n’ont pas montré une
telle sévérité à l’égard du sujet. L’argument est souvent repris comme
décisif, et sans autre forme d’analyse, par de nombreux cliniciens qui
veulent affirmer le « masochisme » du moi du sujet. Cependant, on peut
remarquer a contrario que la « gentillesse », voire la « douceur », des
parents alors alléguée à l’appui de cette thèse, est évaluée, dans cette
circonstance, au niveau manifeste et sans tenir compte des significations
inconscientes de celle-ci, des formations réactionnelles et autres formes
de mode de présence du refoulé ou des formes de violence muette et
pouvant se masquer par la « gentillesse » apparente. Ce n’est pas seule-
ment avec l’apparence des comportements des parents que l’enfant se
construit et grandit, c’est aussi avec les enjeux symboliques inconscients
qui sont sous-jacents à ceux-ci qu’il construit ses identifications profon-
des. Freud n’est pas dupe du fait d’ailleurs, il relève que c’est plus avec le
surmoi des parents que l’enfant tend à s’identifier – on pourrait dire avec
la relation que les parents entretiennent avec leur propre surmoi – et la
« gentillesse » est alors le signe d’une sévérité particulière du surmoi,
d’une soumission à celle-ci.
Cela n’enlève rien au fait qu’il y a un écart entre l’objet externe et
l’objet intériorisé et élevé au rang d’instance psychique, que
« l’intériorisation », selon ses formes propres (identification narcissique,
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

hystérique ou autre), modifie en partie les contenus et la fonction de


celui-là. Mais il n’empêche – et la perversion et ses différentes formes ne
trouvent pas de « vrai » solution psychanalytique sans ce constat – que
ces modifications s’effectuent sur un « fond » de vérité historique de ce
que fut le rapport aux objets significatifs de l’histoire du sujet, et ceci au-
delà de l’apparence de celui-ci.
Le solipsisme dans la théorie, c’est-à-dire le processus de théorisation
qui consiste à n’analyser le fonctionnement intra-psychique d’un sujet
qu’en fonction de sa donne actuelle et sans référence à ce que furent
138 NARCISSISME ET DÉPRESSION

l’histoire de sa construction et la manière dont les objets significatifs de


cette histoire y ont contribué, est en collusion objective avec le narcis-
sisme et ses perversions propres. On a reconnu l’importance de l’analyse
du contre-transfert dans la compréhension de ce qui se met en jeu sur la
scène analytique, il faut aussi reconnaître, détail par détail, l’importance
des contre-attitudes historiques des objets significatifs de l’histoire dans
ce que fut l’époque de la construction du sujet. Le narcissisme, et la
dimension perverse de celui-ci, tend à effacer la part de l’autre, il tend à
ne considérer l’objet que comme une « ombre » de peu de poids, il
rapporte à lui ce qu’il doit aux objets, il tend à se donner comme auto-
engendré, ne procédant que de lui-même. L’analyse et la théorisation ont
tout à perdre à emboîter le pas de la méconnaissance « narcissique » de
ce qui est « dû » aux objets dans le fonctionnement et la régulation du
moi, comme elles auraient aussi tout à perdre, à l’inverse, en négligeant
les stratégies de celui-ci et à ne rapporter qu’aux objets « historiques » le
choix de certains processus. C’est dans le repérage de la dialectique vraie
des deux qu’elles peuvent s’approfondir.
Ceci nous conduit à revenir sur la théorie du « masochisme érogène
primaire » que nous avons évoquée dans le chapitre précédent. C’est bien
l’une des particularités du schéma que la théorie propose, que de tenter
de penser la capacité à endurer une certaine tension intrapsychique à
l’aide des seuls moyens du sujet, même immature, et sans intervention de
l’objet. Dans la transformation que le modèle profile, celle de l’expé-
rience de tension en expérience de plaisir, à aucun moment on ne peut
repérer la trace de l’action de l’objet. Dans le schéma proposé par la théo-
rie, le sujet, l’enfant, le tout-petit enfant, est seul face au problème qu’il
doit résoudre de manière solipsiste. Cette absence de l’objet est significa-
tive, le recours au masochisme érogène se passe de l’objet, de tout objet
de secours, il se présente comme la « solution » qui « doit » être mise en
place quand on « doit » se passer de l’objet, qu’il est absent ou inadéquat.
La théorie du masochisme érogène « originaire », d’un masochisme
originaire qui serait inévitablement présent et actif, repose sur une théorie
qui absente l’objet des soins premiers, qui en absente la question. Nous
savons maintenant qu’en fait, quand un enfant si petit est « seul » face à
un tel problème, quand il doit se passer de tout objet pour traiter un tel
problème, c’est l’absence de l’objet de recours qui désigne la vraie question,
celle de la nature de l’investissement parental premier.
La théorie du « masochisme érogène primaire » de Freud est
« solipsiste » mais, en revanche, quand en 1920 il commence à filer la
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 139

métaphore des protistes « empoisonnés par leurs propres déchets »


lorsqu’ils sont laissés dans leur bain, il fait intervenir un « objet de
recours » qui, en changeant les protistes de bain, protège ceux-ci de leur
« pulsion de mort » et de leur dégénérescence. Il profile alors une alter-
native au « masochisme originaire », une alternative qui passe par l’objet
et l’intervention de celui-ci, une alternative dans laquelle le vivant n’est
pas abandonné à sa propre solitude mortifère, où la présence de l’objet
permet de défléchir vers le dehors les motions pulsionnelles autodestruc-
trices.
Peut-on penser le masochisme et son développement premier, origi-
naire, indépendamment de la présence ou de l’absence de l’objet, indé-
pendamment de la question de l’adéquation de sa présence ? N’est-ce pas
précisément un effet de la composante « narcissique » présente dans le
masochisme que « d’effacer », par l’intériorisation, ce qu’elle doit à la
présence ou à l’absence de l’objet ? La théorie d’un masochisme érogène
primaire nécessairement présent et actif n’est-elle pas, elle aussi, l’effet
d’une auto-théorisation d’un développement « sans objet », d’une auto-
théorisation qui efface l’absence du besoin d’un objet de recours ? Dans
cette perspective, le masochisme apparaîtrait comme la tentative de la
psyché de maintenir le primat du principe du plaisir-déplaisir quand la
« solution alternative » d’un défléchissement par l’entremise de l’objet
échoue, qu’il soit absent ou qu’il soit lui-même source de déplaisir. À
l’inverse, le défléchissement par l’objet rendra possible un travail de
symbolisation qui permettra l’organisation de modes de liaison des
motions pulsionnelles alternatifs à celui du masochisme 1.

5 SEXUALISATION-DÉSEXUALISATION
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Laissons pour l’instant de côté ces considérations, et examinons les


conséquences du processus de co-excitation sexuelle que Freud décrit
dans « Le problème économique du masochisme ».
L’idée de base, déjà esquissée dès 1914 dans « L’homme aux loups »,
est qu’une expérience de déplaisir trouve une voie d’éconduction ou de
liaison grâce à sa « sexualisation ». Cette idée n’est pas complètement

1. Pour un développement plus complet sur ce point, cf. Roussillon (2001).


140 NARCISSISME ET DÉPRESSION

nouvelle dans la pensée de Freud ni dans la pensée psychanalytique qui


soutient de manière plus ou moins explicite, depuis l’origine, que
n’importe quel processus peut se sexualiser, n’importe quelle activité ou
n’importe quelle partie du corps ou de son fonctionnement peut être
« sexualisée » ; en revanche, la fonction de cette « sexualisation » va petit
à petit se préciser dans la théorie.
Après 1920, le processus de sexualisation prend une importance parti-
culière dans la théorisation dans la mesure où le conflit central de la vie
psychique va se jouer entre pulsion de vie et fonction de liaison d’une
part, et pulsion de mort et fonction de déliaison d’autre part. La pulsion
de vie, l’Éros, utilise donc la sexualisation pour tenter d’assurer son
emprise sur la vie psychique, en particulier pour ce qui concerne les
expériences de type traumatique. Les remarques de Freud sur le maso-
chisme et la pulsion de mort s’inscrivent dans la foulée des nouvelles
propositions qu’il formule dans « Au-delà du principe du plaisir »
concernant le traumatisme et la compulsion de répétition. Mais déjà, nous
l’avons rappelé plus haut, dans « L’Homme aux loups », la nature anti-
traumatique de la co-excitation libidinale est très claire et nettement
énoncée : c’est à la vue du coït parental que l’Homme aux loups « lâche
une selle » et c’est à ce propos que Freud évoque la co-excitation libi-
dinale.
Cependant inversement, à différentes reprises, Freud souligne que
l’introjection des motions pulsionnelles, donc leur intégration dans la
trame du moi, doit s’accompagner d’un processus de « désexualisation ».
Il profile à ce propos la distinction, combien complexe et problématique,
entre la sexualisation et la libidinalisation. En 1923, toujours dans le
même contexte, il souligne la pertinence de la différence entre un contenu
psychique et la manière dont il est investi, la nature des enjeux pulsion-
nels qui l’investissent. Donc, l’introjection dans le moi d’un contenu
psychique, sa représentation, ne s’accompagne pas toujours de
« désexualisation » ; parfois l’investissement reste « sexuel », parfois il
est même secondairement « resexualisé » : on se souvient de l’évocation,
à propos du masochisme, de la « resexualisation » du lien avec le surmoi,
pour ne nous en tenir qu’à l’exemple le plus célèbre.
Mon relevé ne prétend pas à l’exhaustivité, il n’a pour fonction que
d’indiquer comment, dans la métapsychologie, la théorie du sexuel passe
implicitement d’une conception dans laquelle il y a des pulsions
« sexuelles » et d’autres qui ne le sont pas, à une conception où ce sont
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 141

les processus de sexualisation et de désexualisation qui apparaissent


déterminants. Rien dès lors dans le fonctionnement de la psyché, dans ce
qui prend sens au sein du moi, n’est « intrinsèquement » sexuel, rien non
plus n’est intrinsèquement non sexuel, tout peut être « sexualisé » ou
désexualisé à l’avenant du processus psychique et de ses nécessités et
enjeux du moment. Ainsi, potentiellement, la sexualisation va venir
« pervertir » n’importe quel processus du moi, et inversement n’importe
quel processus peut être désexualisé.
Au moment où l’élaboration de la théorie du narcissisme bat son plein,
le réservoir de la libido est le moi : l’investissement de l’objet « appauvrit »
le moi et inversement le détachement des investissements de l’objet
vient le « gonfler » ; après l’introduction du ça, c’est à celui-ci que la
fonction de réservoir pulsionnel est conférée (Freud, 1923). L’introjec-
tion de la pulsion, l’intégration des représentants pulsionnels, l’affect en
particulier, permettent au moi de détourner à son profit la force pulsion-
nelle, mais aussi sa nature : le moi s’est donné comme objet pour la
pulsion, il a « repris » à celui-ci sa fonction d’objet et les investissements
qui l’accompagnent.
Théoriquement, le « passage » de l’investissement par l’objet et sa
reprise par le moi s’accompagnent d’un processus de désexualisation
« secondaire », surtout bien sûr quand les objets dont il s’agit sont les
objets œdipiens. C’est la « secondarisation » qui désexualise le lien ou le
processus, qui permet l’organisation des sublimations et des différentes
formes d’inhibitions quant au but de la pulsion. En revanche, la logique
du processus psychique et de son investissement implique de concevoir la
nécessité d’une sexualisation primaire des processus psychiques 1.
La dialectique complète comporterait donc deux temps : le processus
primaire rend possible l’introjection des motions pulsionnelles qui
servent à l’investissement et à la liaison intrapsychique, et il appartient au
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

travail du processus secondaire ou de secondarisation de désexualiser


sans délibidinaliser cette liaison primaire.
Dès lors, la perversion va apparaître comme le maintien résiduel d’une
sexualisation du fonctionnement « secondaire » du moi, elle peut poten-
tiellement s’emparer de n’importe quel processus ou de n’importe quelle
activité du moi qu’elle détourne au profit d’un enjeu particulier mais
partiel. La perversion ne concerne plus seulement une pratique sexuelle

1. Cf. sur ces points Roussillon, « Le rôle charnière de l’angoisse de castration » (1997).
142 NARCISSISME ET DÉPRESSION

particulière, mais aussi un ensemble de « torsions » du moi ou de certains


fonctionnements du moi.
Après Freud, on décrira les « perversions narcissiques », les
« perversions affectives », on décrira des fonctionnements « intellectuels »
pervertis par une érotisation trop intense, rien n’échappe potentiellement
à la perversion, au maintien d’une sexualisation du fonctionnement
secondaire du moi. La perversion n’est plus seulement liée à l’expression
d’une « pulsion partielle », elle est aussi liée à la manière dont se distri-
buent, au sein du moi, les processus de sexualisation et de désexualisa-
tion, elle est aussi liée à l’utilisation que le moi peut faire de la nature de
ses investissements, à la manière dont il investit les processus qui le
parcourent ou le relient aux objets.

6 PERVERSION ET « SOLUTION »
POST-TRAUMATIQUE : LE FÉTICHISME

Si Freud évoque la place du masochisme dans le traitement des expériences


de déplaisir, voire des expériences traumatiques (1920), c’est surtout à
propos du fétichisme que cette fonction va profiler tout son intérêt clinique.
Dans la problématique fétichique telle que Freud la considère, la ques-
tion du traitement de la différence des sexes occupe une place tout à fait
centrale. Il serait plus juste de dire, d’ailleurs, que c’est moins la question
de la différence des sexes qui est au centre, que la question de la confron-
tation avec le sexe féminin, la question de la confrontation avec le fémi-
nin incarné dans le sexe féminin tel qu’il est « vu », puisque les
expériences alléguées par Freud concernent la « vision du sexe féminin ».
Cependant, et d’une manière de plus en plus nette, Freud réfère cette
vision à une expérience « catastrophique ». Elle est catastrophique dans
la mesure où, toujours en suivant Freud, elle vient menacer l’économie
auto-érotique de l’enfant, du garçon en particulier, puisque le fétichisme
n’est travaillé par Freud que dans sa version « masculine ».
À travers le fétichisme, Freud engage une réflexion sur l’auto-érotisme
et sur ce qui vient en menacer la place dans la sexualité infantile : la
« castration », c’est-à-dire la féminité telle qu’elle est alors signifiée dans
le monde de l’enfance. La menace qui « prend corps » dans la vision du
sexe féminin « castré » est celle d’une rétorsion, de représailles exercées
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 143

contre le pénis et l’utilisation auto-érotique que le petit garçon peut en


faire. Toute la question, celle de l’auto-érotisme infantile en particulier,
est celle de savoir pourquoi l’expérience du constat de l’absence de pénis
chez la fillette ou la femme va prendre ce sens, et ce sens-là à ce moment-
là de l’histoire.
Une première hypothèse, mais que Freud n’évoque pas directement,
serait que, dans la mesure où le narcissisme secondaire est « repris à
l’objet », la vision du sexe féminin, s’il s’agit de la mère par exemple,
viendrait « signifier » à l’enfant qu’en « utilisant son pénis », il l’a
« repris » à l’objet qui ne l’a plus. Le constat de l’absence de pénis de la
femme et de la mère viendrait donc accréditer la « réalité » du fantasme
d’une « reprise » à l’autre de ce qu’on se donne « auto-érotiquement ».
C’est une conjoncture traumatique dans la mesure où représentation
fantasmatique et perception viendraient converger et provoquer un
« collapsus » (Donnet, in R. Roussillon, 1991 ; Janin, 1996). À ma connais-
sance, Freud n’évoque pas cette hypothèse, mais il repère la présence
dans les « théories sexuelles infantiles » d’une représentation fantasmatique
dans laquelle c’est le père qui « castre » la mère pendant le coït, et la
menace que cette représentation fait peser sur l’enfant garçon quand il
risque une identification à la mère. Mais l’identification au père « castrant »
n’est pas plus évoquée que ne l’est l’hypothèse d’un enfant « castrant » sa
mère par l’entremise de ses activités auto-érotiques.
Freud réfère la menace incarnée par la vision du sexe féminin à un
effet après-coup d’une menace antérieure « entendue », menace concer-
nant la castration de son pénis s’il continue et développe ses comporte-
ments auto-érotiques. La menace porte quand même sur l’activité auto-
érotique et sur les représailles que celle-ci encoure à se poursuivre.
Quand il se demande comment l’enfant va réagir à la menace implicite-
ment contenue dans la vision du sexe féminin, Freud évoque deux issues
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

possibles.
La première, la plus « normale », va être de renoncer sous la menace,
et ainsi de préserver la possession de son membre viril. Le garçon
« sauve » son identité masculine, il « renonce » pour sauver son identifi-
cation masculine. Freud ne formule pas clairement à ce moment-là, à
quoi il faut renoncer. À l’auto-érotisme sans doute, mais aussi peut-être,
mêlée à celle-ci, à une identification féminine directement impliquée par
la menace de castration. Il renonce à être « en miroir » de la femme,
il renonce à ce que celle-ci soit son « double », son miroir corporel.
144 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Le renoncement concernerait donc l’identification « narcissique » à la


femme. Ceci est implicite mais pas directement formulé par Freud.
C’est surtout au second type de réaction que Freud va attacher son
effort de réflexion et d’analyse. Le garçon se clive, une partie de lui
refuse la menace ou refuse d’accréditer celle-ci, refuse la perception qui
accrédite celle-ci, une autre partie « reconnaît » la réalité de l’absence de
pénis, mais sans lui accorder le sens d’une menace pour son économie
auto-érotique, celle-ci peut donc être préservée sans dommage. Une
déchirure s’installe dans le moi, déchirure « qui grandira toujours plus
avec le temps », le moi se clive, est clivé.
Le climat « catastrophique » de l’expérience subjective alors éprouvée
laisse ambiguë la question de savoir si le moi « se clive » dans le proces-
sus de défense ou s’il est déchiré par le caractère traumatique de celle-ci.
D’un côté, c’est le sens du titre de l’article de Freud consacré au
« Clivage du moi dans le processus de défense », le clivage apparaît
comme une défense contre la prise de conscience de ce qui menace
l’économie auto-érotique de l’enfant, l’enfant ne « veut » pas renoncer au
plaisir auto-érotique. D’un autre, l’arrêt sur la perception qui a immédia-
tement précédé la « catastrophe » traumatique, perception à partir de
laquelle le fétiche sera érigé, évoque plutôt une mesure de sauvegarde à
laquelle le moi est « obligé » de se livrer pour ne pas s’effondrer, il fait la
part du feu, sacrifie une partie de lui pour ne pas succomber en entier.
Économie auto-érotique et préservation narcissique sont alors super-
posées. Le moi se clive aussi parce qu’il est contraint de se cliver pour ne
pas succomber et être déchiré.
On perçoit que toute la question clinique sera celle de comprendre
pourquoi un enfant « choisit », au moment de la confrontation avec le
sexe féminin, l’une ou l’autre des deux réactions possibles, et pas
seulement celle du « constat clinique » du choix de l’une ou l’autre.
On pressent que c’est en fonction de ce qui s’est produit antérieu-
rement, en particulier de l’enjeu des auto-érotismes menacés et de
leur enjeu « narcissique », que l’une ou l’autre des deux réactions
apparaît.
Revenons maintenant au fétiche pour examiner si son analyse permet
de faire avancer cette question. Le fétiche – c’est l’hypothèse de Freud –
se construit à partir de la dernière perception visuelle qui précède la
vision traumatique, comme s’il s’agissait de « revenir en arrière » et
tenter d’arrêter le temps au moment qui a immédiatement précédé
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 145

l’instant fatal. Il prend une valeur de « sauvegarde psychique », il


freine et évite la « catastrophe » psychique, l’effondrement psychique.
Cependant, l’élection d’un fétiche succède en fait à la catastrophe, elle a
eu lieu, elle doit avoir eu lieu pour que le fétiche soit construit. Le fétiche
« cicatrise » la catastrophe, tente de cicatriser celle-ci, il la suppose et se
présente comme une tentative « rétroactive » pour tenter de l’éviter, ou
d’en éviter les conséquences. À la fois il « représente » la catastrophe et,
en même temps, il « représente » son évitement, la tentative pour main-
tenir l’organisation psychique menacée. Mais pour être efficace, il doit
être effectivement « perceptivement » présent, la simple « idée » du féti-
che ne suffit pas, il faut qu’il puisse être perçu et que la perception soit
investie.
Freud souligne qu’il « représente » aussi le pénis manquant, qu’il en
tient lieu. C’est en ceci qu’il pourrait « protéger » le sujet de la menace
de castration et de la catastrophe de son constat. Autrement dit, à travers
la perception du fétiche et l’investissement de celui-ci, le pénis
manquant est « halluciné ». Le fétiche se construit dans cette superposi-
tion d’une perception et d’une hallucination, dans la liaison d’une
perception et d’une hallucination. C’est un fragment « psychotique »,
construit sur le modèle que Freud, dès l’année suivante, proposera pour
le délire.
Peut-on aller plus loin avec Freud ? Peut-être en « creusant » la clini-
que qu’il propose de l’analyse du fétiche de « L’homme aux loups » en
1927. Le « fétiche » qu’il analyse est très particulier, il ne s’agit pas d’un
« objet » fétiche, botte, jarretière ou autre falbala de l’érotique fétichique
traditionnelle. Il s’agit « d’un brillant sur le nez » et, compte tenu des
dérives de traduction qui résultent du passage d’une langue, l’anglais, à
une autre, l’allemand, d’un regard qui « brille » le nez, qui rend le nez
« brillant ». Le « brillant » du nez témoigne de la nature de l’investisse-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ment, c’est celui-ci et son caractère « hallucinatoire » qui fait briller le


nez, c’est le type de « regard » porté sur le nez qui fait briller celui-ci.
Mais dans « l’effet » fétichique lui-même, le nez « brille », il brille « tout
seul », le brillant est « sur » le nez, « dans » le nez, pas dans le regard.
C’est l’analyse et les associations de mots et les effets de traduction qui
font « surgir » le regard derrière le brillant du nez.
L’interprétation de Freud suppose la confusion de la zone sexuelle
féminine, du « cloaque » sans doute même, avec le visage. Le nez se voit
« au milieu de la figure », comme l’absence de pénis dans l’entrejambe
146 NARCISSISME ET DÉPRESSION

féminin. Le nez qui se voit « compense » le pénis qui ne se voit pas, qui
est absent. Le nez « crève » les yeux, « au milieu de la figure », il aveugle
sur l’absence de pénis, il est là, pour faire « oublier » ce qu’il cache, l’en
moins de la castration.
Pour Freud, cette descente du visage vers le sexe et le cloaque d’en bas
va de soi, et nous pouvons sûrement le suivre dans cette interprétation.
Mais elle n’épuise pas, loin s’en faut, les questions posées par cette
séquence clinique. Freud, à ma connaissance, ne remarque pas que le
« lieu » du fétiche est le visage et que, même si on admet la confusion des
zones, ceci est sans doute aussi « significatif ». Tout le contexte de la
scène met en évidence l’importance du regard et de l’investissement
visuel. Ce sont les yeux qui « brillent » quand ils investissent. Le nez qui
brille reflète au sujet son propre investissement, mais le fait même qu’il le
reflète souligne qu’il « fonctionne » alors comme une forme de « miroir »
pour le sujet. Winnicott insistera plus tard sur le fait que le visage, en
particulier celui de la mère, est investi comme miroir par l’enfant, qu’il
est le premier « miroir » dans lequel celui-ci peut voir reflété son propre
investissement.
La scène « fétichique » est une scène spéculaire, le visage reflète au
sujet la nature de son investissement. Ou plutôt, pour que le sujet puisse
se sentir « désirer » et prendre un plaisir « sexuel », il faut que, sur le
visage de sa partenaire, l’investissement soit reflété « en miroir », que le
sujet se voit sur son visage. Dans le fétichisme, l’auto-érotisme est
menacé, mais avec lui c’est peut-être bien l’investissement narcissique
primaire du sujet qui est menacé.
Cette analyse conduit à proposer, à côté des hypothèses de Freud
concernant la genèse du fétichisme, une hypothèse complémentaire et qui
inverse les données et les temps du processus. Je la formule dès mainte-
nant bien que son énoncé suppose les commentaires qui vont suivre dans
la seconde partie de ma réflexion. À la « catastrophe » de la découverte
du sexe féminin, vient se mêler une « catastrophe narcissique » anté-
rieure, celle de la perte du reflet de l’investissement par le visage de la
mère, perte du reflet lui-même, ou perte de ses caractéristiques particuliè-
res. À la « catastrophe » de la vision du sexe féminin « sans pénis », vient
se superposer la catastrophe qui a affecté la construction de la féminité
primaire, cette dernière vient se « projeter » sur le sexe féminin, elle se
mêle à lui. Nous pouvons alors essayer de comprendre pourquoi certains
garçons ne peuvent pas renoncer à la position féminine et « renoncer »
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 147

aux formes d’auto-érotisme qui menacent leur sentiment de virilité, là où


d’autres acceptent ce renoncement. Ceux qui ne peuvent renoncer sont
ceux chez qui la féminité primaire, celle qui se construit dans et par le
miroir primaire du visage et du corps de la mère, n’est pas suffisamment
intégrée, ceux qui continuent d’avoir « besoin » de l’étayage de la
perception d’une mère ou d’une femme « double spéculaire » d’eux-
mêmes, pour soutenir leurs auto-érotismes et leur organisation narcissi-
que. Pour ceux-là, la perception de la différence des sexes est une
« catastrophe » identitaire, une déchirure, mais elle est aussi, grâce au
fétiche, l’occasion d’une suture.
Dit d’une autre manière, et en intégrant mes réflexions antérieures sur
les processus de « sexualisation » du traumatisme dans la psyché, l’expé-
rience de la découverte de la différence des sexes, la vision du sexe fémi-
nin, rend aussi possible une « sexualisation » de la blessure qui affecte la
féminité primaire. Le traumatisme « secondaire » provoqué par le constat
de la « castration » de la femme sert aussi à lier par la co-excitation
sexuelle et ainsi à re-présenter le traumatisme primaire affectant l’organi-
sation narcissique primaire, la « féminité primaire de l’être », il sert aussi
à tenter de cicatriser, par le fétichisme, la blessure affectant le narcis-
sisme primaire.
On ne peut bien évidemment pas attribuer à Freud une telle hypothèse,
cependant il souligne que, dans l’analyse de son patient, des traumatis-
mes par séduction avaient précédé le moment « catastrophique » de la
découverte du sexe féminin, et l’idée qu’un traumatisme peut s’associer à
un autre traumatisme antérieur, qu’un traumatisme « peut en cacher un
autre », selon l’expression chère à Brette, n’est pas étrangère à sa pensée.
Dans ses petites notes de Londres en 1938, il proposera l’idée selon
laquelle la première identification est féminine : « Je suis le sein », fait-il
dire au bébé, fille et garçon confondus. Le « roc » de la « passivité »
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

évoqué comme lieu et point de limite de l’analyse dans « Analyse finie et


analyse sans fin », concerne aussi, par glissement de passif à féminin, un
point de butée du féminin primaire chez l’homme.
Ces différents indices me semblent ne pas être en contradiction avec
les compléments que je propose, ils les préfigurent même en plusieurs
points.
148 NARCISSISME ET DÉPRESSION

7 HOMOSEXUALITÉ PRIMAIRE
« EN DOUBLE »
ET NARCISSISME PRIMAIRE

Nous allons maintenant quitter l’appui direct de l’élaboration freudienne


manifeste et implicite, pour rejoindre les avenues théoriques dans
lesquelles la clinique actuelle s’aventure.
L’écart le plus net concerne la conception des premiers temps de
l’organisation infantile, du narcissisme primaire donc, et de la place de
l’objet premier, de la mère, dans cette « organisation » première. La
conception que Freud propose des premiers temps de la vie psychique
varie selon les moments de sa théorisation. Temps auto-érotique, temps
narcissique, temps objectal échangent parfois leur position dans la
succession typique qu’il profile. Après 1914 en particulier et plus encore
après 1923, le « narcissisme secondaire » est repris à l’objet, l’investisse-
ment premier est celui de l’objet, et le moi n’est investi que dans un
second temps, et en se structurant sur le modèle de l’objet. Il dit au ça :
« Vois, tu peux m’aimer, je suis tellement semblable à l’objet. » Et donc,
après la phase dite « auto-érotique » où l’ensemble des investissements se
porte sur le sujet, sur son corps et les linéaments des premières formes de
psyché, le ça investit l’objet, puis le moi par rebours. Ce qui est le plus
net – et c’est là que les travaux modernes vont être amenés à se séparer de
sa conception – c’est l’idée d’une espèce d’immédiateté de la saisie et de
l’investissement de soi. Encore que, à nouveau, certaines notes ou certai-
nes remarques qu’il formule comme en passant conduisent sans doute à
plus de nuances. Freud pressent bien que l’organisation auto-érotique et
narcissique « primaire » n’est telle « qu’à l’objet près » et que celui-ci est
indispensable, non seulement à l’auto-conservation « corporelle », mais
aussi à l’auto-conservation « psychique ».
Après Winnicott et Bion, le rôle de l’objet premier dans la construction
du narcissisme primaire va s’affirmer de plus en plus. Bion insistera sur
l’importance de la manière dont la mère « répond » aux manifestations
affectives du bébé dans la régulation des états émotionnels de celui-ci,
Winnicott soulignera que le visage de la mère « fonctionne » comme le
premier « miroir » des états internes et investissements de celui-ci. Le
schéma que Freud propose pour le narcissisme secondaire s’applique dès
le narcissisme primaire : d’emblée pour se « sentir » et sentir ses sensations
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 149

et états internes, le bébé a besoin que l’objet lui réfléchisse ceux-ci, il ne


peut s’en emparer « immédiatement ».
Les processus qui rendent possible le fonctionnement de ce « miroir »
primitif, les processus particuliers de la manière dont la mère « reflète »
au bébé ses sensations et affects, commencent à être bien connus des
cliniciens et observateurs de la première enfance. Cette réflexivité
primaire passe par toute une série de communications, la plupart du
temps non verbales, inconscientes et non « délibérées », qui visent à
« accorder » ou à « ajuster » de manière transmodale les mimiques, les
gestes et les postures, et avec eux les sensations et états affectifs récipro-
ques des deux « partenaires » du « ballet » de la relation première. Ces
accordages et ajustements rendent possible une empathie, voire un
« partage » des états affectifs. C’est d’abord la mère qui peut et doit
« empathiser » et partager les états psychiques du bébé, le bébé
n’acquiert que plus tard cette capacité, mais d’emblée il prend une part
active à la mise en place du rapport premier grâce à ses capacités innées
d’imitation, de reconnaissance et d’utilisation des rythmes, ses capacités
de « partage esthétique1 ».
Cette « communication primitive » (MacDougall, 1978) n’est pas
« symétrique », même si elle est réciproque. Les accordages et ajuste-
ments de la mère s’effectuent de manière « transmodale », c’est-à-dire
que le reflet maternel n’est pas une « imitation » pure et simple de ce
qu’il reflète, il est son équivalent « au mode près ». La mère introduit des
modifications de « mode » d’expression, elle ajuste ses réponses aux
expressions émotionnelles de son bébé et « ajuste » et infléchit ainsi
celles-ci par ses réponses, elle les régule ou les dérégule selon le type et
la nature des échos qu’elle leur propose. Quand elle « échoïse » les
processus et mouvements corporels et affectifs du bébé, elle lui
« signale » en même temps de manière subtile que ce sont ses propres
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

états internes de bébé qu’elle lui « montre » ainsi, « pour qu’il les
connaisse » et se les représente. Ce double jeu – la mère est « en miroir »,
« en double », mais sans confusion entre elle et le bébé – permet à la fois
que le bébé puisse voir se refléter en l’autre ses propres états internes,
sans qu’il se confonde avec l’autre. La mère est un double, un double est
un même, il reflète le sujet en miroir, mais un double est un autre, il n’est
pas confondu avec soi.

1. Pour des développements plus précis de ces différents points, cf. Roussillon, 2002b.
150 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Ce qu’il faut ajouter à tout cela pour l’intégrer dans la métapsycholo-


gie psychanalytique, c’est que cette « recherche » et cette « rencontre »
de l’autre comme « double » de soi, ce partage réciproque mais asymétri-
que des états émotionnels, est ce qui procure le « plaisir » dans la rela-
tion. C’est le mouvement, son ajustement, son accordage et le « ballet »
qu’il règle ainsi, qui provoque l’affect de plaisir et va être particulière-
ment investi. Si la satisfaction des besoins liés à l’auto-conservation est
bien une composante du plaisir primitif, comme les psychanalystes le
soulignent classiquement, celle-ci ne peut être dissociée de la manière
dont ces besoins sont satisfaits, du type d’échanges relationnels esthé-
tiques et affectifs qui les accompagnent. Winnicott souligne combien le
bébé « nourrit » symboliquement sa mère en même temps qu’elle le
« nourrit ».
C’est pourquoi il me paraît opportun de reprendre le concept proposé
par Kestemberg d’une relation homosexuelle primaire1, j’ajoute « en
double » pour spécifier mieux son enjeu pulsionnel. Cette relation homo-
sexuelle primaire « en double » est « narcissique » et « objectale », elle
dépasse l’opposition narcissique/objectale, l’opposition de l’investisse-
ment de l’objet et de l’investissement de soi. L’investissement de l’objet
est aussi, quand le « miroir » fonctionne suffisamment bien, investisse-
ment de soi, investissement de soi à partir du « reflet » que l’objet
propose, non seulement par ce qui transparaît sur son visage, c’est la
thèse de Winnicott, mais par l’ensemble de ce que son corps manifeste et
transmet.
Dans cette conception, qui reprend ce qui me paraît être l’état actuel de
la question, et bien sûr devra s’adapter à l’avenant de l’exploration clini-
que future, l’auto-investissement du bébé passe par l’inévitable reflet de
l’objet, passe par la nécessaire médiation de celui-ci, et ceci parce que le
repérage par le bébé de ses états internes passe lui-même déjà par l’objet.
La « conscience » de soi passe par la médiation de l’objet. Étant entendu
que la « conscience » dont il est ici question ne s’appuie pas encore sur
une représentation, ni sur une conception construite comme telle. La rela-
tion – peut-être serait-il plus sage de dire le « rapport premier » – à
l’autre se constitue dans une tension pour « construire » l’objet comme

1. On peut parler d’homo-érotisme, à la manière de Bergeret, si l’on veut marquer qu’il s’agit d’un
plaisir non « sexuel » dans la mesure ou il n’y a pas de « coupure », de « sexion ». Cependant, il
n’y a pas non plus « confusion » des deux partenaires et cela établit bien une forme de
« sexion ».
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 151

double de soi, pour construire le premier lien d’attachement à un autre


« double » de soi. Ce n’est que lorsque ce lien sera construit et « perdu »
que la question de la séparation entre l’autre, l’objet externe, et la repré-
sentation d’objet sera posée, qu’une « conception » de l’objet pourra
commencer à apparaître. L’objet n’est pas « investi » avant d’être
« perçu » comme le dit Lebovici, la formule reste encore trop approxima-
tive. S’il y a bien, sans doute, une « préconception » de l’objet externe
présente d’emblée et investie, l’autre est perçu et investi avant d’être
« conçu » comme objet (c’est-à-dire comme représentation d’objet) et
comme autre. La réflexion croise ici la difficile question métapsychologi-
que de l’objet, qui tantôt désigne l’objet externe, l’autre, et tantôt désigne
la représentation de l’objet. Cette confusion, souvent féconde en clinique
quand il s’agit de maintenir indécidable le statut topique de l’objet,
entraîne parfois des ambiguïtés métapsychologiques.
Donc là où Freud décrivait un « narcissisme primaire sans objet », la
clinique du premier âge conduit à concevoir l’importance de la présence
et du mode de présence de l’objet dans la construction du narcissisme
primaire. L’investissement premier du moi et même des sensations corpo-
relles ne va pas de soi, il n’est pas « immédiat », et ceci dès les niveaux
premiers de l’affect puisque les sensations premières, elles-mêmes, ne
sont pas perçues et organisées « sans l’objet ». Il n’y a pas d’auto-
érotisme « sans objet » dans les premières formes de la sexualité infan-
tile, pas d’auto-investissement qui ne doive sa contribution à l’objet
externe premier.
Et donc le premier « objet » est un objet paradoxal, c’est un objet
« narcissique », c’est un objet « double » de soi, un autre « double »
régulateur de soi (Stern). La construction du lien premier avec cet objet
« double » la construction du lien premier avec soi, l’un ne va pas sans
l’autre.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Mais il y a loin entre le « fait » lui-même et sa « conception », entre la


situation de fait et sa reconnaissance effective, sa représentation psychi-
que. C’est là que le narcissisme et l’enjeu « narcissique » du processus
prennent tout leur sens. Le processus premier de la « constitution » du
narcissisme primaire se déroule dans l’inconscience, dans l’inconscience
de ce qu’il « doit » à l’objet, de l’impact de l’altérité qui lui permet de se
« construire ». Cela ne sera « conçu » que plus tard et progressivement
dans des expériences de séparations significatives. Mais celles-ci ne
permettront un véritable travail de « conception » – et nous le verrons un
152 NARCISSISME ET DÉPRESSION

véritable travail de différenciation de l’objet « perçu » et de la représenta-


tion de l’objet – que si la relation homosexuelle primaire « en double » a
pu suffisamment se construire, c’est-à-dire si l’objet a pu être construit
comme un « double » à la fois même et autre que soi.
L’évolution de notre conception du narcissisme primaire et de ses
conditions d’instauration et d’organisation nous conduit à compléter
l’apport freudien par des hypothèses complémentaires concernant les
failles de l’organisation narcissique primaire qui préparent le « lit » des
futures perversions, qui fragilisent la construction primaire de l’identité.
La clinique « moderne » conduit donc à se demander si l’une des
sources des « perversions », la source « narcissique primaire », n’est pas
aussi à rechercher dans les échecs premiers de la mise en place du para-
doxe de la relation première « en double ». Soit, d’un côté, que l’objet
n’ait pas su être suffisamment « même » et accordé affectivement ; soit,
à l’inverse, qu’il n’ait pas su être suffisamment « autre » pour que le
décollage ultérieur de l’objet et de sa représentation soit envisageable
sans catastrophe.

Il n’est, bien sûr, pas question de rapporter l’ensemble de la probléma-


tique perverse aux seuls « défauts » de l’organisation homosexuelle
primaire « en double », de la féminité primaire de l’être. Quand un trait
de comportement « pervers » s’installe à l’âge adulte, comme pour tout
symptôme significatif, c’est l’histoire entière du sujet qui contribue à son
instauration. Il s’agit seulement de souligner aussi, au-delà de l’explora-
tion freudienne, comment la perversion puise l’une de ses sources
premières dans les difficultés de mise en place du narcissisme primaire,
comment la perversion ne concerne pas seulement l’identité « sexuelle »
du sujet, mais concerne aussi son identité primaire, narcissique. L’élabo-
ration que je propose prend son sens « après-Freud » et, après tout ce que
son apport premier a déjà commencé à rendre intelligible, elle propose un
complément à son exploration. Elle tente de passer « de l’autre côté » des
processus pervers, par rapport à l’analyse de ceux-ci en fonction du jeu
des différences qui caractérise l’organisation œdipienne, et de préciser
quels enjeux « narcissiques primaires » ils tentent aussi de traiter. À
méconnaître ceux-ci, l’analyse risque bien de passer à côté des enjeux
identitaires qu’ils recèlent et de se heurter à des formes de « résistances »
narcissiques tenaces, à des « rocs », comme le dit Freud, qui rendent
alors l’analyse interminable.
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 153

Il ressort de notre développement précédent que deux types de difficul-


tés peuvent résulter des failles de l’organisation du narcissisme primaire.
La première concerne la régulation affective, la seconde l’organisation du
champ représentatif et de la différence représentation-action. Ainsi, les
deux formes de « représentance » de la pulsion, le représentant-affect et
le représentant-représentation, vont-elles être affectées par les particulari-
tés de l’organisation du narcissisme primaire. Nous retrouvons ces deux
difficultés dans le tableau clinique des « perversions », elles méritent des
commentaires séparés.

8 PERVERSION ET REPRÉSENTANT-AFFECT
DE LA PULSION

MacDougall est sans doute, parmi les auteurs de langue française, celle
qui s’est le plus penchée sur l’analyse des formes de ce qu’elle appelle
« néo-sexualités » et qui sont apparentées à ce que l’on décrit habituelle-
ment sous forme de « perversion ». Elle insiste, dans son étude, sur la
fonction défensive des différentes formes d’addictions qu’elle analyse –
elle range les néo-sexualités dans les formes de l’addiction – contre
l’émergence d’affects incontrôlables. La capacité à composer et introjec-
ter la vie affective dépend de la manière dont celle-ci a été primitivement
partagée et réfléchie par l’objet premier. Quand la fonction de régulateur
affectif de l’objet premier (Stern, 1985) ne s’est pas instaurée de manière
suffisante et que, donc, elle n’a pas pu être introjectée, l’affect, non réflé-
chi, conserve ou prend un caractère « passionnel » et potentiellement
« menaçant » pour l’économie psychique, il doit être réprimé ou soumis à
des techniques de « maîtrise ».
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

C’est l’une des caractéristiques de la forme « passionnelle » de l’affect,


caractéristique que l’on va retrouver dans la forme addictive et compul-
sionnelle de celui-ci, que de ne pas être « réfléchie » et « partagée ».
L’addiction tente de contrôler le caractère passionnel de l’affect, elle le
« maîtrise » dans le déplacement sur l’objet ou le comportement addic-
tif. La « décomposition » du registre émotionnel dans la perversion, le
surinvestissement passionnel des sensations, témoignent l’un et l’autre
de l’absence de l’instauration, ou de la désorganisation secondaire, de la
fonction régulatrice du champ émotionnel. Peut-on aller plus loin en
suivant le relevé auquel se livre Green, parallèlement à celui de Aulagnier,
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 154

de la présence, dans la conceptualisation que Freud utilise, d’un autre


concept pour cerner la question de la représentance pulsionnelle dans la
psyché, celui de « représentant psychique de la pulsion » ? L’hypothèse
de Green est que ce concept désigne un représentant pulsionnel qui
précède la discrimination de l’affect et de la représentation. On peut se
poser la question de savoir si la dimension passionnelle de l’affect n’est
pas ce qui nous permet le mieux de saisir ce que serait ce représentant
psychique de la pulsion, il correspondrait alors à ce que Freud, dans Inhi-
bition, symptôme et angoisse décrit comme le « premier temps » traumati-
que de l’affect, celui-ci atteindrait le sujet « sans préparation » et donc
sans « représentation ». L’absence de représentation donnerait à l’affect
cette dimension incontrôlable qui entraînerait les processus de répres-
sion. Nous reviendrons sur ce point dans le dernier paragraphe de notre
étude.
Khan place, quant à lui, ce qu’il appelle « les techniques d’intimité »
au centre des fonctionnements pervers. La pornographie lui fournit ses
plus « beaux » exemples. La description qu’il en fait me semble aider à
compléter notre réflexion. À côté des aspects relevés par Khan, les
« techniques d’intimité » qu’il décrit me semblent aussi renvoyer à
l’effort du sujet pour tenter, enfin, de « produire », avec l’objet actuel et
par le biais de la sexualité, ce qui de la relation primaire « en double » n’a
pas pu se mettre en place « primitivement » et est ainsi resté clivé de
l’intégration psychique. Ce qui n’a pas pu avoir lieu « hante » les alcôves
de la vie psychique, et cherche à venir se « mêler » au présent du sujet et
de sa relation actuelle aux objets, il cherche à s’actualiser. Il s’agirait,
selon mon hypothèse, de trouver avec le (ou la) partenaire actuel(le), et
par le biais du comportement sexuel, l’intimité affective partagée trop
absente de la relation première1. Mais cette absence n’est pas reconnue,
son manque n’est pas élaboré, le narcissisme en efface la trace. L’inti-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

mité sexuelle des « techniques d’intimité » ne prolonge pas l’intimité


affective, au contraire elle tente de se substituer à elle, elle tente de la
remplacer et d’annuler son absence. Mais bien sûr, par sa forme même,
elle répète aussi l’absence de cette intimité, l’échec de sa mise en place.
De telles réflexions « croisent » bien sûr les considérations classiques
concernant la dissociation du courant sexuel et du courant affectif, du
courant tendre, mais elles éclairent les difficultés liées à celle-ci par une

1. Là où une intimité corporelle a pu être présente, trop présente.


NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 155

autre approche que celle qui est, là aussi, classiquement évoquée. Encore
une fois, l’enjeu de ma réflexion est davantage de compléter l’analyse
classique que de produire un modèle alternatif.
On souligne aussi souvent que le « pervers » ne respecte pas l’altérité
de l’autre et, dans le même mouvement, son « déni » des différences. Le
constat clinique est indéniable, mais il ne peut prendre qu’une valeur de
condamnation surmoïque, s’il n’est pas accompagné de son corollaire, à
savoir en quoi l’autre est un « même », un « semblable » qui n’est ni
reconnu ni « conçu ». C’est cela qu’il faut se donner « dans la
perception » et les mises en scène des scénarios « pervers », faute d’avoir
été « construit » dans la représentation psychique et composé dans
l’affect. Le « narcissisme » présent dans la perversion, la quête d’un autre
« double » de soi, le refus des différences, témoignent bien sûr d’un
évitement des organisateurs œdipiens, d’un mouvement « incestueux ».
Mais il témoigne aussi de l’effort du sujet pour tenter de faire advenir
dans son présent ce qui a « manqué » à l’organisation primitive de son
identité. Si le processus pervers échoue dans cette quête, c’est parce qu’il
tente de colmater une brèche narcissique qui n’est pas reconnue, qui est
effacée, annulée, par la défense narcissique elle-même.
Ce sont les mêmes « logiques » que l’analyse nous permet de retrouver
dans le masochisme. Dans la théorie du masochisme primaire érogène
que nous avons analysée plus haut, nous avons souligné comment cette
théorisation supposait l’absence d’un objet de recours, comment elle « se
passait » de tout objet. Deux hypothèses se présentent alors à la réflexion,
elles ne sont pas antagonistes et peuvent parfaitement être compatibles
l’une avec l’autre.
La première relierait le masochisme et son développement à l’effort
du sujet pour tenter de lier et intérioriser « tout seul » les expériences
subjectives qui ont été mal ou pas réfléchies par l’environnement
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

premier. La seconde insisterait sur l’effort narcissique pour tenter


d’« effacer » la part de l’environnement dans la structuration du maso-
chisme. Reprenons.
L’œuvre de Masoch présente la « maîtresse » du masochiste comme
une femme « froide », indifférente, inaffective, comme une femme qui
ne partage pas les affects et les éprouvés de son « esclave ». Je propose
de considérer qu’il s’agit là de la trace d’un « rapport » premier à un
objet avec lequel le « partage affectif », les ajustements et accordages
premiers n’ont pu s’établir. La « froideur » de l’objet, son indifférence
font partie intégrante du « monde existentiel » du masochisme, ce sont
156 NARCISSISME ET DÉPRESSION

des caractéristiques fondamentales des « objets » qui le peuplent, ils ne


sont jamais tendres, souvent froidement, cruellement, violents.
Quand Freud revient sur la manière dont le sujet « masochiste » veut
être « traité » par l’autre, il souligne qu’il veut être traité comme un « petit »,
comme un enfant « méchant » et donc « puni », mais, souligne-t-il aussi,
il veut être traité « comme un enfant en détresse ». La détresse première,
la solitude première et la détresse qu’elle provoque, serait-elle secondai-
rement « érotisée » dans le scénario masochiste, selon le processus de
« sexualisation » que nous avons déjà souligné dans la première partie de
notre réflexion ? La blessure narcissique serait-elle secondairement
« utilisée », inclut dans un scénario qui permettrait de retrouver un objet, de
« trouver » l’objet ? Objet perdu, sans doute, mais peut-être surtout qui ne
peut être trouvé que sur un mode rappelant les caractéristiques premières
de la relation, objet « froid », indifférent, objet retiré de la relation empa-
thique à l’autre, objet face auquel on ne peut se soutenir et se reconnaître
comme sujet d’un désir. Vanda, la « Vénus à la fourrure » de Masoch, ne
« jouit » pas des tourments qu’elle inflige à sa victime, elle « fait son
devoir », elle applique les règles qui sont celles du « contrat » passé avec
« l’esclave », celles qui « mesurent » sa soumission au contrat de base de
la relation qui fixe sa « loi » de composition. À ce compte, peut-être à ce
compte seulement, un lien peut se construire et se maintenir.
La littérature de Masoch « grossit » les traits, elle caricature, mais le
masochisme aussi est lui-même, la plupart du temps, caricatural. Dans
le scénario, le sujet se soumet, mais l’aspect caricatural des mises en
scènes, le sentiment de dérision qu’elles impliquent souvent, contiennent
en même temps, de manière latente, une dénonciation de cette
« soumission ». Le « maître » est soumis comme l’esclave, mais un
certain « grotesque » du scénario dénonce la soumission. Le masochisme
dénonce dans la caricature, dans la ritualisation de son exercice, ce qu’il
met en scène, ce qu’il « montre », il dénonce ce par quoi il se soutient, ce
par quoi il « doit » se soutenir. En cela, il me semble qu’il
« commémore » ce que furent les circonstances de la relation première,
qu’il commémore en quoi cette « solution » fut contrainte. L’esclave
« maîtrise » le lien et l’objet tout autant qu’il est maîtrisé par lui, mais le
jeu relationnel est fixé, ses règles sont précises, peu créatives, le scénario,
l’obscène1, doit être reproduit à l’identique, il garantit l’identité, peut-être

1. Selon la très judicieuse expression de Duez (communication personnelle).


NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 157

d’abord et avant tout, mais au prix d’une véritable désubjectivation qui


laisse des traces.
Dans l’analyse que Gilles Deleuze (1967) propose du roman de
Masoch, il souligne que la manière dont le sujet est soumis et humilié
« bafoue » le père et ce qu’il représente. Sans doute, mais à travers le
père, c’est aussi le principe d’une subjectivité capable de conquérir son
autonomie, capable d’assumer son principe même, qui est bafoué, qui est
dénoncé comme un leurre et une impasse. Le masochisme, « l’obscène »
de l’érotique masochiste, met en scène en quoi le sujet « n’est pas sujet »,
ne peut se donner comme sujet, se représenter comme sujet, comment il
est soumis à une volonté extérieure, mais il dénonce aussi, insidieusement,
cette « mascarade ». Il la dénonce d’un autre point de vue.
C’est pourquoi l’univers « masochiste », et d’une manière générale le
monde de la perversion, suppose aussi un « spectateur », il ne peut être
entièrement intelligible « de l’intérieur », une partie du sujet, du
« metteur en scène », est à l’extérieur, il est retiré de la scène, spectateur
de celle-ci. Ce qui est clivé d’un côté fait retour de l’autre. Dans son
analyse des « néo-sexualités », Joyce MacDougall a souligné la place du
« spectateur anonyme » dans la plupart des scénarios pervers, elle réfère
celle-ci à une forme de « scène primitive ». La scène primitive est un
« fantasme », une construction ou un « concept » de l’espace représenta-
tif interne. Quand une telle formation en vient à être aussi « extériorisée »
sur une « obscène », quand elle quitte l’intimité des espaces purement
psychiques et représentatifs, il me semble que c’est le signe, la trace,
qu’un clivage affecte la subjectivité. Une partie du sujet est « retirée » de
la scène, « extériorisée », elle doit être cherchée ailleurs, dans l’effet
qu’elle produit sur celui qui est le « spectateur » de la scène, ou le
« lecteur » s’il s’agit d’un scénario mis en scène dans un roman comme
celui de Masoch ou de Sade.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Le « troisième » personnage des scénarios pervers représente sûrement


le père, comme il est devenu classique de le remarquer, mais il doit aussi
être compris comme le lieu où ce qui est clivé dans le processus
« revient » dans la scène, fait retour dans l’organisation de celle-ci. Le
clivage du moi oblige l’analyse à un double niveau d’interprétation.
L’affect, souvent « absent » du scénario lui-même, de sa scène, fait retour
chez le spectateur, « doit » faire retour chez le spectateur. La scène
« appelle » l’affect, clivé et forclos de l’éprouvé de celui qui représente le
sujet dans le scénario, elle l’appelle chez le spectateur, elle le « produit »
dans l’éprouvé de celui-ci, ou produit une réaction à son induction.
158 NARCISSISME ET DÉPRESSION

De telles considérations montrent que, si le masochisme « retourne » la


pulsion contre le sujet, comme, là encore, il est classique de le souligner
depuis Freud, ce n’est pas pour autant qu’il ne tente pas « d’externaliser »
certains représentants de celle-ci d’un autre côté. L’existence du
« clivage » du moi brouille le repérage « simple » des mouvements
pulsionnels, et ce qui est vrai d’une partie des motions et représentants de
la pulsion, peut s’inverser pour une autre. L’opposition du « sadisme » et
du « masochisme » est une opposition « métapsychologique », ce n’est
pas une opposition clinique, du moins de la clinique des processus de la
perversion. C’est une opposition qui appartient à la « logique » de la
névrose, à la logique de la position narcissique de la névrose, elle appar-
tient au jeu des représentations psychiques, au monde du fantasme, elle
n’appartient pas à la logique « en négatif » de la perversion et des compor-
tements « pervers ».
Dans un travail antérieur (Roussillon, 2002a) consacré aux « logiques »
du sadisme, j’ai essayé de montrer comment les processus qui composent
l’expression clinique du sadisme obéissent à différentes « logiques »
clivées les unes des autres. Je ne peux pas reprendre ici l’intégralité des
développements que j’ai proposés dans ce travail, mais seulement souli-
gner certaines des réflexions auxquelles j’ai abouti alors. Selon une
première « logique », le comportement sadique vise à « jouir » de la
souffrance et de la terreur imposées à la « victime ». Dans cette
« logique », le plaisir est pris à « faire mal », à faire le mal, il exprime une
pulsion destructrice tournée vers l’objet. Cette « logique » est conforme à
la description métapsychologique d’une pulsion de destruction tournée
vers le dehors, elle suppose que le sujet se soit installé dans une position
d’exception. Cependant, l’écoute des soignants confrontés au travail
psychothérapeutique des patients incarcérés à la suite de leurs comporte-
ments sadiques fait apparaître l’existence d’une autre « logique » qui
vient doubler et conflictualiser la première. Selon celle-ci, l’enjeu du
comportement sadique est d’évacuer « dans » la victime, par
« retournement », la souffrance que le sujet sadique ne peut supporter
d’endurer. On reconnaît ici le processus de l’identification projective.
Dans cette perspective, la « pulsion sadique » n’est que le vecteur de
l’externalisation d’un état psychique « intolérable », elle n’est que le
« conducteur » d’un message qui signifie à la victime : « Souffre, souffre
comme moi, souffre ce que je n’ai pas supporté de souffrir », et donc qui
suppose une identification narcissique inconsciente à celle-ci. Dans cette
« logique », la victime est appelée à « soigner » la blessure d’être de son
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 159

« bourreau », elle est mise en position d’endurer ce qui est répudié de la


subjectivité de celui-ci, ce qui est « clivé » de celle-ci. Entre les deux
« logiques » précédentes, on peut aussi insérer la « logique de la
vengeance » dans laquelle il s’agit de faire subir à un autre ce qu’on a eu
à vivre soi-même, de lui faire « partager » cette expérience. Tout va
dépendre, on le pressent, du degré de subjectivation de la souffrance ou
de la terreur à l’origine du mouvement.
Sadisme comme masochisme ne peuvent être compris selon la simple
« logique » de la décharge d’une tension pulsionnelle première, il faut
« originer » aussi la pulsion dans le déplaisir de la tension lui-même, ce
qui en modifie singulièrement le sens. L’expression « pulsionnelle »
n’exprime pas directement un mouvement pulsionnel qui épuiserait son
sens dans l’immédiateté de sa décharge. Elle a une fonction dans l’écono-
mie défensive du sujet, elle prend sens en rapport avec l’expérience
subjective et le déplaisir dont elle est porteuse, elle possède une valeur
inconsciente. Sa « logique » est aussi celle de l’évacuation d’expériences
subjectives « clivées ». Cette hypothèse est nécessaire pour rendre compte
de la complexité du tableau clinique, pour rendre compte du type d’enjeu
« inconscient » qu’il comporte aussi, pour rendre compte du paradoxe
qu’il met en scène. Une large partie du modèle théorique de la perversion
a été élaborée à partir de l’univers fantasmatique de la névrose, à partir de
ce que parfois la névrose met en jeu et en scène de son univers fantasma-
tique, de ce qu’elle « défoule » parfois de ses tensions pulsionnelles. La
confrontation avec l’univers des pratiques et comportements « pervers »
conduit à compléter ce modèle par le relevé des enjeux identitaires
primaires clivés qui viennent se mêler à l’expression de la vie pulsion-
nelle et tenter de se lier ainsi secondairement à celle-ci.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

9 LE REPRÉSENTANT-REPRÉSENTATION
DE LA PULSION ET SA « PERVERSION »

Après l’affect et le mode de traitement « particulier » que le processus


pervers lui fait subir, il faut maintenant en venir au destin de l’autre grand
représentant psychique de la vie pulsionnelle, celui du représentant-
représentation. Un détour est nécessaire pour évoquer le problème spéci-
fique qu’il pose dans le processus pervers.
160 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Potentiellement à partir du moment où une expérience antérieure est


réinvestie, elle « re-présente » celle-ci. Cependant, quand la psyché repré-
sente une expérience antérieure, elle ne « perçoit » pas nécessairement
qu’elle re-présente celle-ci. Si l’investissement est suffisamment intense, il
produit un mode de « présentation » hallucinatoire de l’expérience, il tend à
produire ce que Freud a nommé une « identité de perception » qui, en
dehors de l’espace du rêve, est source de confusion psychique. Il est donc
important pour la psyché de pouvoir faire la différence entre une re-
présentation antérieure investie et une perception actuelle, en particulier
s’il s’agit d’expériences de déplaisir. Selon les temps ou les modes
d’organisation psychique, différents processus sont mis en œuvre pour
maintenir la différence entre représentation investie et perception. Cette
problématique n’a pas échappé à Freud, mais les développements de la
clinique des dernières années ont conduit les psychanalystes à donner une
importance beaucoup plus essentielle que Freud ne l’avait fait aux procé-
dures par lesquelles la psyché différencie perception et représentation.
La procédure classiquement relevée par Freud est celle de la « modé-
ration » et de la « retenue » de l’investissement. Pour faire la différence,
il suffit que l’investissement de la représentation psychique n’atteigne pas
le niveau où elle « produit » une reviviscence hallucinatoire, mais où elle
se contente de « produire » une simple re-présentation de celle-ci. Pour
représenter en « connaissance de cause », il faut se « retenir » et pour se
retenir, il faut avoir fait le deuil de « l’identité de perception », se conten-
ter de « l’identité de pensée ». La partie « représentation » de l’objet doit
être différenciée du « tout » de sa perception. Nous avons vu l’impor-
tance, dans les processus de la perversion, de la confusion de la partie et
du tout, c’est tout l’enjeu de ce qui est repéré comme « partiel » dans la
problématique pulsionnelle.
Les difficultés de ce premier modèle ont commencé à surgir au constat
que le deuil de l’identité de perception, donc le deuil primaire de l’objet,
le deuil du fait de retrouver dans la représentation psychique l’objet tel
qu’en lui-même, ne va pas de soi. J’ai pu formuler la circularité para-
doxale du problème de la manière suivante : « Il faut faire le deuil de
l’objet pour pouvoir le représenter, mais pour faire le deuil de l’objet il
faut pouvoir le représenter. » Se « retenir » ne suffit pas, ou plutôt un
certain nombre de conditions sont requises pour que le sujet puisse se
« retenir » de manière efficace, pour que se structure un espace représen-
tatif différencié de l’espace perceptif. J’ai essayé ailleurs (Roussillon,
2002b) de retracer en détail l’ensemble des conditions de possibilités
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 161

alors impliquées, je ne peux reprendre ici l’ensemble de mon développe-


ment et je me contenterai d’en extraire les points essentiels pour mon
argumentation présente.
De la même manière que, pour que l’affect s’organise et se compose en
« affect-signal », en affect « messager », il faut que la relation « homo-
sexuelle primaire en double » soit suffisamment établie, de la même
manière, pour que le sujet puisse progressivement acquérir la conscience
de son espace représentatif interne, pour que celui-ci se constitue, il faut
que l’objet primaire ait suffisamment « réfléchi » au sujet la nature
« représentative » de certains de ses processus. Si « l’accordage affectif
transmodal » est le moyen privilégié du partage émotionnel nécessaire à
la régulation de l’affect, c’est « l’ajustement », selon le concept proposé
par Daniel Stern, qui permet à la mère de commencer à transmettre à
l’enfant la différence entre la chose elle-même et sa représentation.
L’ajustement désigne la procédure par laquelle, sur fond de la relation
« en double » que nous avons décrite plus haut, la mère modifie « l’écho »
qu’elle reflète à l’enfant, en atténuant celui-ci de manière significative.
Elle commence ainsi à introduire, dans certaines circonstances, une diffé-
rence entre ce qui est « vrai » dans son intensité et qui demande accor-
dage empathique, et ce qui ne vaut que comme « signal », que comme
représentation et qui demande ajustement. Mais, bien entendu, cette
préforme ne suffit pas, il faut encore qu’elle puisse être « reprise » et
appropriée par la psyché infantile.
Deux expériences subjectives seront décisives dans ce travail d’appro-
priation. La première « chronologiquement » est celle qui s’effectue dans
l’expérience d’être seul en présence de l’objet (Winnicott), la seconde est
celle de la « séparation », c’est-à-dire de l’absence perceptive de l’objet.
La première permet à l’enfant de commencer à différencier la perception
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de l’objet présent, mais discret et non intervenant, de la représentation


investie de celui-ci. Freud a mis un certain temps avant de pouvoir envi-
sager que perception et hallucination n’étaient pas antagonistes, que
l’une et l’autre pouvaient co-exister dans l’expérience, c’est-à-dire que
la « représentation d’objet » hallucinée pouvait se confondre avec la
perception de l’objet. Ce n’est que dans l’un de ses derniers articles,
« Constructions en analyse », et à propos du processus délirant, qu’il
commence à relever plus nettement le fait. Winnicott, de manière plus
résolue, a fondé toute sa conception de l’objet trouvé-créé sur une telle
superposition de l’hallucination (l’objet est « créé ») et de la perception
162 NARCISSISME ET DÉPRESSION

(il est « trouvé »). Ce pas de plus dans l’approfondissement des condi-
tions de fonctionnement primitif ou fondamental de la psyché, essentiel
dans l’évolution de notre représentation du narcissisme primaire, ouvre la
question de savoir comment s’effectue le « décollement » de la représen-
tation investie et de la perception.
Dans l’expérience de « solitude en présence de l’autre », l’enfant peut
commencer à « comparer » les ressemblances et les différences entre la
représentation investie et la perception de l’objet, il peut « vérifier » que
le « jeu » avec l’une, la représentation investie, n’atteint pas l’autre, la
perception de la mère. Une telle expérience est subordonnée à deux condi-
tions sine qua non. La première est que l’enfant accepte de « lâcher » la
perception de l’objet et de commencer à décoller celle-ci de l’objet lui-
même. La seconde est que l’objet, qui perçoit bien sûr confusément
l’enjeu de différenciation qui se profile ainsi, tolère celui-ci et continue
de se montrer « discret » et bienveillant à l’égard du processus en cours.
C’est sur le « fond » de la qualité de cette expérience que celle de la
séparation perceptive effective va prendre sens. Dans l’expérience « en
présence de l’objet », l’hallucination représentative, la « présentation »
interne de l’objet, ne fait pas « disparaître » l’objet lui-même. Dans
l’expérience de la séparation, l’enjeu se corse dans la mesure où il s’agit
de pallier l’absence de l’objet par sa représentation interne, c’est-à-dire
de « reprendre » à l’objet la fonction régulatrice de la pulsion qui s’exer-
çait en présence de celui-ci, dans la rencontre avec lui. Pour souligner les
enjeux pulsionnels du processus, on peut dire qu’il s’agit de lui
« arracher » une partie de cette fonction, de détacher une partie de
l’investissement qui se portait sur la perception pour le tourner vers la
représentation et d’encourir ainsi les menaces de « représailles » et de
retaliations de la part de l’objet. Dans le langage traditionnel de la
psychanalyse, c’est là que s’ouvre la problématique véritable de l’auto-
érotisme. C’est là que nous avons situé, dans la première partie de notre
travail, la « partialisation » de la vie pulsionnelle, c’est-à-dire le détache-
ment, fragment par fragment, « détail par détail », partie par partie, de
l’investissement de l’objet, pour le ramener sur le moi. C’est ce processus
qui forme le « travail de deuil » de l’objet, contemporain donc de
l’établissement des auto-érotismes et de l’investissement de l’espace
représentatif interne, du « narcissisme secondaire repris à l’objet ».
Celui-ci ne peut s’effectuer sans que le tiers – le père, celui auprès de qui
est l’objet quand il est « perceptivement » absent, celui vers qui les
investissements maternels sont alors dirigés – ne soit conçu à la fois
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 163

comme une nécessité dans la continuité d’être et en même temps comme


un rival dans la « reprise » des qualités et investissements de l’objet.
Nous l’avons dit, ce travail va conduire l’enfant à « partialiser »
l’investissement pulsionnel, à détacher « partie par partie » chaque
investissement pulsionnel de la perception de la mère ou de l’autre de
celle-ci, le père, vers qui ceux-ci peuvent être dirigés. Progressivement
donc, le travail de différenciation de l’investissement de la perception et
de l’investissement de la représentation va « gagner » l’ensemble de la
vie psychique, va devoir être « conquis » par le travail de subjectivation
de l’enfant.
Quand ce travail, ou une partie de celui-ci, échoue, tout se passe
comme si l’objet « partait » avec une partie du sujet, comme s’il la
« gardait » avec lui ou la « donnait » à l’autre. Comme si l’absence de
l’objet ou l’autre, le tiers vers qui l’objet se tourne, « arrachait » au sujet
une partie de lui, qui restait « collée » à sa perception ou à sa présence
effective, la séparation « castre » le sujet d’une partie de lui. Représenta-
tion d’objet et perception d’objet ne parviennent pas à être séparées.
C’est l’une des caractéristiques observées dans le processus « pervers »,
dans les « fixations » perverses à l’objet, l’une des caractéristiques qui
imposent des formes de « contrôle » ou de maîtrise de l’objet lui-même ;
celui-ci reste porteur d’une partie du sujet, objet et sujet ont alors une
« partie commune », une « peau commune ».
Pourquoi, ou plutôt comment, le processus de « décollement » peut-il
donc échouer ? Les trois « temps » logiques que nous avons évoqués
dans la construction de la différence entre la représentation investie et la
perception peuvent apporter leur « contribution » à cet échec, même si,
singulièrement, chez tel ou tel, c’est l’un de ceux-ci qui peut être le plus
déterminant.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

La difficulté peut apparaître « en présence de l’objet » dans l’organisa-


tion et la mise en place de la « relation homosexuelle en double » elle-
même, dans l’échec ou les erreurs du travail d’accordage et d’ajustement
maternel. L’intrication « transitionnelle » de la représentation d’objet
hallucinée et de la perception de celui-ci s’effectue mal, ce qui s’est mal
collé – mais « collé » quand même, il n’y a pas ici de retrait autistique
véritable et durable – se « décolle » mal ensuite. L’effort d’intrication
premier compromet le premier travail de différenciation de l’expérience
de « solitude en présence de l’autre », il a épuisé les capacités de travail
psychique dont est alors capable l’enfant, qui ne peut tenter l’aventure de
164 NARCISSISME ET DÉPRESSION

« lâcher » ensuite la « prise » sur la perception trop chèrement gagnée.


L’effort « s’épuise » dans l’intrication de la représentation et de la percep-
tion, il n’est plus disponible pour leur différenciation et tout le travail
psychique qui doit s’effectuer en aval.
Mais cette difficulté peut apparaître aussi au temps spécifique de
l’expérience de « solitude en présence de l’objet » du fait d’un objet qui
ne tolère pas le développement des fonctions auto-érotiques du sujet et
réagit à l’amorce de celles-ci en intervenant « comme si » elles compro-
mettaient la nature ou la qualité du lien et donc de l’investissement.
Enfin, elle peut surgir à partir de la séparation et du « démenti » que
celle-ci implique de la part de l’objet face au fantasme d’une « atteinte »
de l’objet, d’une amputation de celui-ci, qui serait provoquée par la reprise
« auto-érotique » de ses qualités régulatrices. L’objet « répondant » ainsi
aux effets subjectifs de ce fantasme de telle manière que celui-ci se trouve
être accrédité par cette réponse, représentation et perception de l’objet
sont alors mises en antagonisme, c’est la représentation de l’objet ou sa
perception. Elles peuvent se « recoller » secondairement et défensive-
ment contre la violence ainsi impliquée. C’est tout le travail que nous
avons décrit comme celui de la « crise œdipienne », du narcissisme
secondaire qui se trouve être entravé ou menacé dans ses fondements.
Dans les différents cas que je viens d’évoquer, la différence entre la
représentation investie et la perception s’effectue mal et un certain niveau
de confusion menace de s’établir entre elles deux. Cette menace de
confusion, cette confusion même, nous en avons relevé de nombreuses
traces dans la première partie de notre réflexion à propos des processus
de la perversion, c’est elle qui est sous-jacente à la confusion de la partie
et du tout, sur laquelle nous avons mis l’accent à différentes reprises.

10 REPRÉSENTATION
DE LA REPRÉSENTATION ET FÉTICHE

Quand le décollement de la représentation et de la perception s’effectue


suffisamment bien, le travail psychique ainsi réussi va rendre possible
une série d’expériences dans lesquelles la nature spécifique de l’investis-
sement de l’activité de représentation pourra être explorée. L’enfant peut
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 165

découvrir la nature de la différence entre la représentation investie et la


perception investie, il peut petit à petit, grâce à celle-ci et aux jeux qu’elle
rend possibles, structurer l’expérience d’une « représentation de la
représentation ». Il va devoir conquérir celle-ci « partie par partie »,
« détail par détail », tout au long de la « crise » œdipienne qui s’inaugure
avec la nécessité de signifier les premières « séparations » d’avec l’objet
« perçu ». C’est grâce à ce travail psychique qu’il peut « construire »
progressivement ensuite un différenciateur interne, un signe interne, un
signal interne, lui permettant de discriminer représentation interne investie
et perception d’objet investie.
Cette représentation de la représentation va tout d’abord prendre la
forme d’une « chose » qui « représente » la représentation, d’un
« représentant-chose de la représentation », c’est l’objet transitionnel et les
formes, plus tardives, de l’objet « médium-malléable » (Roussillon, 1991).
Elle pourra ensuite se détacher de cet objet-représentant, selon le même
modèle que celui de la différenciation entre la perception et la représenta-
tion, être intériorisée et acquérir le statut d’une véritable représentation
psychique. L’enfant pourra alors différencier ce qu’il pense, ce qu’il
imagine, ce qu’il veut, c’est-à-dire ce qu’il représente et investit dans la
représentation, de ce qu’il perçoit effectivement, il pourra avoir une
pleine conscience de cette différence. Ce n’est qu’avec la « dissolution »
du complexe d’Œdipe, et l’instauration du surmoi post-œdipien, que sera
acquise pleinement et de manière permanente cette capacité. On peut
même, sans doute, aller jusqu’à penser que c’est l’acquisition de cette
capacité qui permet d’organiser le surmoi post-œdipien, et donc de
« dissoudre » la forme infantile du complexe d’Œdipe, c’est-à-dire d’orga-
niser un fonctionnement post-œdipien. Les difficultés « névrotiques »
concerneront les efforts de l’enfant, de l’adolescent puis de l’adulte, pour
tenter de « contourner » cette différentiation, pour « économiser » le
travail psychique de deuil qu’elle implique. La différence est acquise, ce
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

qui est difficile, c’est d’en mesurer et accepter les formes et l’étendue.
Quand perception et représentation se décollent mal, la représentation
de la représentation va rencontrer une série de difficultés pour s’organi-
ser. C’est là que nous observons une autre des caractéristiques cliniques
de la perversion : elle a besoin du maintien d’un représentant perceptif de
la représentation, c’est là son aspect « fétichique ». C’est en ceci que
l’objet transitionnel et le fétiche sont apparentés. La différence est que
l’objet transitionnel, quand la transitionnalité a besoin d’un objet percep-
tif « objectivable » pour s’établir – ce qui n’est pas toujours le cas –, est
166 NARCISSISME ET DÉPRESSION

transitoire, souvent mobile, toujours dissout à terme dans un « objet »,


alors que l’objet « fétiche » s’installe, se « fixe » et perdure.
La caractéristique majeure des états « psychotiques » est l’impossibi-
lité d’organiser un représentant ou une représentation de la représenta-
tion, et de la différence perception investie/représentation investie. La
caractéristique majeure des états « névrotiques » est, nous l’avons dit, la
tentative de contournement des effets de la différence établie et reconnue
entre représentation et perception. La caractéristique majeure des états et
processus « pervers » est que la différence entre perception et représenta-
tion ne peut se maintenir sans la présence d’un objet ou d’un comporte-
ment « perceptible » qui tient lieu de « représentant de la représentation »
ou de représentant de la différence entre représentation et perception.
C’est pourquoi le fétichisme me paraît être une caractéristique générale
des processus pervers et pas seulement une « perversion » particulière, il
y a toujours un aspect « fétichique » des « solutions » perverses, et les
« fouets », les « falbalas » de liens, cuirs et autres « chaînes » de l’arsenal
« masochique » en sont l’un des multiples exemples.
En ce sens, nous rejoignons la description faite par Évelyne Kestem-
berg d’une « relation d’objet fétichique », même si nous préférons
l’appeler « fonctionnement fétichique » plutôt que de le définir à partir
d’une forme de « relation d’objet ». Dans toutes les formes de
« perversion » menacent de se confondre la partie et le tout, la représenta-
tion et la perception, et, avec elles, menace de se dissoudre l’organisation
psychique. L’organisation d’un fonctionnement « fétichique » tente de
garantir la psyché contre un tel « effondrement », contre le retour d’une
« passion » première de l’affect qui menacerait de désorganisation les
acquis les plus évolués de la psyché.
Cependant le fétiche conserve l’aspect d’une « mascarade », il contient
toujours aussi la menace que soit dénoncée sa fonction « cicatricielle »
des blessures premières du « narcissisme primaire », la manière dont il
masque et tente de « contenir » et lier celles-ci. Il doit « montrer » le lien,
il doit « tenir » perceptivement le lien non « construit » dans l’espace
représentatif.
Il nous reste à articuler ces dernières hypothèses avec les développe-
ments plus classiques concernant la castration et l’effroi devant le sexe
féminin. Nous avons évoqué la place essentielle de l’organisation des
auto-érotismes dans le travail de différentiation entre la perception investie
et la représentation psychique.
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 167

11 PHALLUS ET REPRÉSENTATION
DE LA REPRÉSENTATION

L’auto-appropriation contenue dans l’auto-érotisme signale que celui-


ci, à différencier alors soigneusement des techniques auto-sensuelles et
des procédés dits auto-calmants par les psychosomaticiens, lie et sexualise,
c’est-à-dire inscrit dans l’orbite du principe de plaisir-déplaisir, les
caractéristiques fondamentales du rapport premier à l’objet, et en
particulier la fonction régulatrice de celui-ci et sa place dans l’organi-
sation du champ représentatif. Sexualisation et introjection vont de
paires, mais elles s’accompagnent et accompagnent aussi l’investis-
sement des représentations psychiques et leur fonction « réflexive »
première. En ce sens, toutes les activités du moi doivent commencer à
être « pulsionnalisées » primairement, sexualisées ou libidinalisées,
elles ne seront « désexualisées » que secondairement et quand le
« plaisir de fonctionnement » aura pu suffisamment se diffracter dans
l’ensemble du fonctionnement du moi. Il y a une coïncidence à
l’origine entre l’auto-érotisme et l’activité de représentation primaire,
une coïncidence entre la créativité et l’introjection pulsionnelle, entre
la créativité et les signifiants du sexuel. Ce que la psychanalyse a forte-
ment toujours souligné et que nos collègues des sciences cognitives
commencent à reconnaître et à explorer depuis qu’ils se sont avisé que
la cognition ne pouvait guère être dissociée de la vie affective et de son
intégration.
Dans la mesure où elle réorganise l’ensemble de la vie psychique sous
le primat du phallus, l’organisation phallique de la pulsion identifie,
menace d’identifier aussi complètement phallus et représentant de la
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

représentation. Elle réfléchit ce qu’il faut de sexualisation, d’investisse-


ment de plaisir, d’introjection pulsionnelle pour représenter et symbo-
liser, elle réfléchit la nécessité d’un investissement sexuel primaire
généralisé dans l’appropriation représentative, dans l’appropriation de la
représentation. Dans ce contexte, l’un des enjeux de la problématique
phallique de la castration est alors de commencer à disjoindre secondai-
rement l’activité représentative de l’activité auto-érotique. De commen-
cer à différencier activité représentative et sexualisation, donc de
commencer à désexualiser représentation de la représentation et phallus,
de « secondariser » la représentation de la représentation.
168 NARCISSISME ET DÉPRESSION

L’impact de la différence des sexes se mesure à l’aune de cette ques-


tion. L’effroi devant le sexe féminin se comprend alors aussi comme
l’effroi devant un monde dans lequel il risquerait de ne plus y avoir de
« représentant de la représentation », comme l’effroi d’un monde menacé
de devenir irreprésentable, un monde menacé de la perte des potentiels
créateurs de l’activité représentative. On conçoit qu’une telle menace
affecte l’organisation des auto-érotismes, on comprend aussi que l’orga-
nisation phallique puisse « reprendre » et ressaisir sous son primat
l’ensemble des angoisses et blessures narcissiques antérieures. À travers
les menaces qui pèsent sur l’auto-érotisme, celles dont nous avions
relevé la présence dans l’analyse que Freud propose du fétichisme,
pèsent des menaces qui concernent les soubassements de l’activité repré-
sentative, les opérateurs de la différenciation entre perception et représen-
tation investie, les soubassements de l’être lui-même. C’est là aussi que le
père doit « prendre » une « autre signification » (Freud 1938) dans
l’économie psychique, qu’il devient porteur et garant de l’organisation de
l’activité représentative et de la différenciation perception/représentation,
que l’identification paternelle devient une véritable identification
« symbolique » et symbolisante, qu’elle « garantie » contre la chute dans
un monde privé de représentant de la symbolisation.
Les recherches de Zazzo (1995) signalent que ce n’est qu’à la sortie de
la crise œdipienne, vers cinq-six ans, que l’image de soi dans le miroir est
véritablement reconnue dans tous les contextes, c’est-à-dire sans confir-
mation par l’autre. Le miroir réflexif de soi n’est véritablement intégrable
qu’à partir du moment où s’instaure le surmoi post-œdipien, il ne sera
effectivement intégré qu’après le passage de la puberté et les réorganisa-
tions qu’elle implique dans l’économie représentative1. Avant que ne
s’instaure cette capacité auto-réflexive, la « fonction miroir » du père2, sa
fonction de miroir « symbolisant » parce que réfléchissant l’univers
représentatif – celle qui garantit l’activité représentative dans les deux
sexes quand elle peut se mettre en place, c’est-à-dire aussi bien quand
l’objet primaire la présente à l’enfant et que le père la soutient à son tour
– est nécessaire à l’étayage de l’activité représentative, à l’étayage de sa
délimitation et de sa reconnaissance. C’est pourquoi le fétiche ne repré-
sente pas seulement le phallus absent de la mère, il représente aussi la

1. Sur ce point, cf. Roussillon (2000b).


2. Sur ce point, cf. Roussillon (2001), Le Plaisir de la différence, In Press.
NARCISSISME ET « LOGIQUES » DE LA PERVERSION 169

manière dont est évitée la question de celui du père et de la fonction


paternelle au sein de l’économie de la symbolisation et de son articula-
tion avec la place de la scène primitive au sein de cette économie. Mais
bien sûr ce chapitre-là ouvre sur les rivages d’un abord plus traditionnel
de la question des rapports de la perversion avec le narcissisme… au-delà
de ce que l’essai présent tentait de mettre au travail.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.
BIBLIOGRAPHIE

A NDRÉ J. (1995). Aux origines de la BREGA J.-P. (1966). Le Désir et la


sexualité féminine, Paris, PUF. Perversion, Paris, Le Seuil.
ANDRÉ J. (1999). «Introduction. L’uni- A U L A G N I E R - S P A I R A N I P. ( 1 9 6 6 ) .
que objet», Les États-limites (sous la « Remarques sur la féminité et ses
dir. de J. André), Paris, PUF, coll. avatars », in P. Aulagnier-Spairani,
« Petite biblio-thèque de psy- J. Clavreul, F. Perrier et al., Le Désir
chanalyse», 1-22. et la perversion, Paris, Le Seuil, coll.
«Le champ freudien», 53-90.
A NDRÉ J. (2000). « La séparation »,
Sexualité infantile et attachement, BALIER C. (1993). « Viols et incestes.
Paris, PUF, 185-196. Auteurs et victimes », in A. Fine,
A. Le Guen, A. Oppenheimer (sous
A N Z I E U A. (1987). « L’enveloppe
la dir. de), Les Troubles de la sexua-
hystérique », in D. Anzieu et coll.,
l i t é , P a r i s , P U F, 1 9 9 3 , c o l l .
Les Enveloppes psychiques, Paris,
« Monographies de la Revue fran-
Dunod, coll. « Inconscient et
çaise de psychan-alyse », Paris, PUF,
culture», 114-137.
159-182.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ANZIEU D. (avril 1997). «Œdipe et Nar-


B ALIER C. (1996). Psychanalyse des
cisse, un conte », Le Fait de l’ana-
comportements sexuels violents, Paris,
lyse, n° 2, «Moi », Paris, Autrement,
PUF, coll. «Le fil rouge».
p. 11.
BALIER C. (2000a). « Compréhen-sion
AULAGNIER P. (1975). La Violence de
analytique des agresseurs sexuels »,
l’interprétation, Paris, PUF.
Pratiques de la psychanalyse, Paris,
AULAGNIER P. (1984). L’Apprenti histo- PUF, coll. «Débats de psychanalyse».
rien et le maître sorcier, Paris, PUF, BALIER C (2000b). «Psychopatho-logie
coll. «Le fil rouge». des agresseurs sexuels selon un mo-
AULAGNIER-SPAIRANI P., CLAVREUL J., dèle psychanalytique», in A. Ciaval-
P ERRIER F., R OSOLATO G., V ALA- dini, C. Balier, Agressions sexuelles :
172 NARCISSISME ET DÉPRESSION

pathologies, suivis thérapeutiques et BRUSSET B. (1998). Psychopathologie


cadre judiciaire, Paris, Masson, 9- de l’anorexie mentale, Paris, Dunod.
16.
BRUSSET B. (1999). «Névroses et états-
BERGERET J. (1970). « Les états limites », in C. Chabert, B. Brusset,
limites », Encyclopédie médico-chi- F. Brelet-Foulard, Névroses et fonc-
rurgicale, 37395 A 10, Psychiatrie, tionnements limites, Paris, Dunod,
9-1970, 1-12, Paris, PUF, 2000, coll. chap. 1, 3-70.
«Débats de psychanalyse», p. 53-65.
CHABERT C. (1987). La Psychopatholo-
BERGERET J. (1999). L’Érotisme narcis- gie à l’épreuve du Rorschach, Paris,
sique, Paris, Dunod. Dunod, coll. « Psychismes », nou-
BION W. (1962). Learning from Expe- velle édition augmentée, 1998.
rience, Londres, P. Heimman. CHABERT C. (1992). «Incidentes narcis-
BION W. (1963). Éléments de psychana- siques dans la névrose obses-
lyse, Paris, PUF, 1972. sionnelle», Psychanalyse à l’Univer-
sité, 17, 65, 33-50.
BION W. (1965). Transformations, Paris,
PUF, 1982. CHABERT C. (1994). « Les
approches structurales », in D.
B I O N W. (1967). Réflexion faite,
Widlöcher, (sous la dir. de), Traité de
Paris, PUF, 1983.
psychopathologie, chap. 5, Paris,
BION W. (1970). Attention et interpréta- PUF, 105-157.
tion, Paris, Payot.
CHABERT C. (1997). « Féminin
B ONNET G. (2001). Les Perversions mélancolique », Adolescence, n° 30,
sexuelles, Paris, PUF, coll. « Que « Le temps de la menace », Paris,
sais-je ?». Bayard, 47-56.
BOUCHET-KERVELLA D. (1998). C H A B E R T C. (1999a). « Les voies
« Approche psychanalytique des intérieures», Revue française de psy-
conduites pédophiliques», Pratiques chanalyse, LXIII, 5, « Enjeux de la
de la psychanalyse, Paris, PUF, 2000, passivité», 1445-1488.
coll. «Débats de psychanalyse».
C HABERT C. (1999b). « Problémati-
BRELET F. (1987). «On cherche un met- ques », in C. Chabert, B. Brusset,
teur en scène », Psychologie fran- F. Brelet-Foulard, Névroses et fonc-
çaise, 32, 3, «Techniques projectives tionnements limites, Paris, Dunod,
III : le TAT», 137-140. chap. 2, 73-123.
B R E L E T - F O U L A R D F. ( 1 9 9 9 ) . C HABERT C. (1999c). « Introduction.
« Processus de pensée », in C. Cha- États de détresse », in J. André,
bert, B. Brusset, F. Brelet-Foulard, M. Bydlowski, B. Brusset, D. Candi-
Névroses et fonctionnements limites, lis-Huisman, C. Chabert, P. Sullivan,
Paris, Dunod, chap. 3, 131-176. États de détresse, Paris, PUF, coll.
BRETTE F. (1988). « Le traumatisme et « Petite bibliothèque de psy-
ses théories », Revue française de chanalyse», 1-8.
psychanalyse, LII, 6, Paris, PUF. CHABERT C. (2000). «Les surprises du
BRUSSET B., COUVREUR C. (1991). La masochisme moral», Libres Cahiers
Boulimie, Paris, PUF. pour la psychanalyse, « L’esprit de
BIBLIOGRAPHIE 173

survie », printemps 2000, n° 1, 107- D ONNET J.-L. (1995). Le Divan bien


118. tempéré, Paris, PUF.
C HABERT C. (2002). « Perversion et DOREY R. (1970). «Contributions psy-
mélancolie », conférence prononcée chanalytiques à l’étude du
à la semaine de formation continue fétichisme», Nouvelle Revue de psy-
en octobre 2002 sur ce thème, Paris, chanalyse, n° 2, « Objets du
université Paris 5, non publiée. fétichisme », automne 1970,
CHASSEGUET-SMIRGEL J. (1984). Éthi- Paris, Gallimard, 112-126.
que et esthétique de la perversion, DUBRET G. (1996). « Pervers, perver-
Seyssel, Champ Vallon. sions, perversité : continuum ou
CHASSEGUET-SMIRGEL J. (1991). « Les altérité», L’Évolution psychiatrique,
religions du diable : quelques ré- « Psychose, perversion, passage à
flexions sur les significations histori- l’acte», 61, 1, 137-146.
ques et sociales des perversions», in EMDE R. (1999). «Une progression : les
A. Fine, A. Le Guen, A. Oppenhei- influences intégratrices des proces-
mer (sous la dir. de), Les Troubles de sus affectifs sur le développement et
la sexualité, Paris, PUF, 1993, coll. en psychanalyse », Revue française
« Monographies de la Revue fran- de psychanalyse, LXIII, 1, 199-216.
çaise de psychanalyse», 103-118. E Y H. (1950) « Perversité et perver-
C L A V R E U L J. (1966). « Le couple sions. Étude n° 13», Études psychia-
p e r v e r s » , i n P. A u l a g n i e r - triques, t. II, Paris, Desclée de
Spairani, J. Clavreul, F. Perrier et al., Brouwer, 233-340.
Le Désir et la perversion, Paris,
F E L I C I A N J. (1987). « Allocution
Seuil, coll. « Le champ freudien »,
d’ouverture », La Perversion, actes
91-126.
des journées d’Aix-en-Provence, 4 et
C LAVREUL J. (1987). Le Désir et la 5 avril 1987, La Convention psycha-
Loi : approches psychanalytiques, nalytique, Paris, 7-12.
Paris, Denoël, coll. « L’espace
F ERENCZI S. (1909). « Introjection et
analytique».
transfert », Psychanalyse I, Œuvres
D ELEUZE G. (1967). Présentation de complètes, 1908-1912, Paris, Payot,
S. Masoch, Paris, Éd. de Minuit. 1982.
DENIS P. (1997). Emprise et satisfac- F ERENCZI S. (1913). « Le développe-
tion, les deux versants de la pulsion, ment du sens de réalité et ses
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Paris, PUF. stades », Psychanalyse II, Œuvres


D ENIS P. (2000). Sigmund Freud, 3, complètes, 1913-1919, Paris, Payot,
1 9 0 5 - 1 9 2 0 , P a r i s , P U F, c o l l . 1970, 51-65.
«Psychanalystes d’aujourd’hui». FERENCZI S. (1931). « Analyses d’en-
DEUTSCH H. (1942). « Some forms of fants avec des adultes », Psychana-
emotional disturbance and their rela- lyse IV, Œuvres complètes, 1927-
tionship to schizo-phrenia», La Psy- 1933, Paris, Payot, 1982.
chanalyse des névroses, Paris, Payot, F LORENCE J. (1978). L’Identification
1970. dans la théorie freudienne, Publica-
DIATKINE G. (1983). Les Transforma- tions des facultés universitaires
tions de la psychopathie, Paris, PUF. Saint-Louis, Bruxelles, 1984.
174 NARCISSISME ET DÉPRESSION

F REUD S. (1895a). « Esquisse d’une l’inconscient, Œuvres de Sigmund


psychologie scientifique», Naissance Freud», trad. nouvelle, 1987.
de la psychanalyse, Paris, PUF, FREUD S. (1910b). « Le trouble
1979, 309-397. psychogène de la vision dans
FREUD S., BREUER J. (1895b). Études la conception psychanalytique » Né-
sur l’hystérie, Paris, PUF, 1978. vrose, psychose et perversion, Paris,
F REUD S. (1897a). « Lettre n° 69 du PUF, 1985, 167-173.
21 septembre 1897 à Fliess », Nais- FREUD S. (1911a). «Remarques psycha-
sance de la psychanalyse, Paris, nalytiques sur l’autobiographie d’un
PUF, 1979, 190-193. cas de paranoïa (Dementia
FREUD S. (1897b). « Manuscrit K : les paronoïdes) : le président Schreber»,
névroses de défense», Naissance de Cinq psychanalyses, Paris, PUF,
la psychanalyse, Paris, PUF, 1979, 1993, 263-324.
129-137. FREUD S. (1911b). « Formulations sur
F REUD S. (1905). Trois essais sur la les deux principes du cours des évé-
théorie sexuelle, Paris, Gallimard, nements psychiques », Résultats,
coll. «Bibliothèque de l’inconscient, Idées, Problèmes, Paris, PUF, 1984,
Œuvres de Sigmund Freud », trad. 135-143.
nouvelle, 1987. FREUD S. (1912a). « La dynamique du
F R E U D S. (1908a). « Les théories transfert», La Technique psychanaly-
sexuelles infantiles», La Vie sexuelle, tique, Paris, PUF, 1975.
Paris, PUF, 1985, 14-27. FREUD S. (1912b). «Contributions à la
FREUD S. (1908b). « Le créateur litté- psychologie de la vie amoureuse »,
raire et le rêve éveillé », L’Inquié- La Vie sexuelle, Paris, PUF, 1969,
tante Étrangeté, Paris, Gallimard, 47-80.
coll. «Bibliothèque de l’inconscient, F REUD S. (1913). Totem et tabou,
Œuvres de Sigmund Freud », trad. Paris, Payot, 1983.
nouvelle, 1985, 31-46. FREUD S. (1914). « Pour introduire le
FREUD S. (1908c). «La morale sexuelle narcissisme», La Vie sexuelle, Paris,
civilisée et la maladie nerveuse des PUF, 1969, 81-105.
temps modernes », La Vie sexuelle, FREUD S. (1915a). « Pulsions et
Paris, PUF. destins de pulsions », Métapsy-
FREUD S. (1909a) «Analyse d’une pho- chologie, Œuvres complètes, Psy-
bie chez un petit garçon de 5 ans (le chanalyse, vol. XIII, Paris, PUF,
petit Hans) », Cinq psychanalyses, 1988, 163-187.
Paris, PUF, 1993, 93-198. FREUD S. (1915b). «Le refou-lement »,
FREUD S. (1909b). «Remarques sur un Métapsychologie, Œuvres complètes,
cas de névrose obses-sionnelle : Psychanalyse, vol. XIII, Paris, PUF,
L’Homme aux rats», Cinq psychana- 1988, 187-202.
lyses, Paris, PUF, 1993, 199-261. F REUD S. (1915c). « L’inconscient »,
FREUD S. (1910a). Un souvenir d’en- Métapsychologie, Œuvres complètes,
fance de Léonard de Vinci, Paris, Psychanalyse, vol. XIII, Paris, PUF,
Gallimard, coll. « Biblio-thèque de 1988, 203-242.
BIBLIOGRAPHIE 175

FREUD S. (1917). « Deuil et FREUD S. (1924d). «La perte de la réa-


mélancolie», Métapsychologie, Œu- lité dans la névrose et la psychose»,
vres complètes, Psychanalyse, vol. Névrose, psychose et perversion,
XIII, Paris, PUF, 1988, 259-278. Paris, PUF, 1981, 299-303.
FREUD S. (1918). «Extrait de l’histoire FREUD S. (1925a). «La négation», Ré-
d’une névrose infantile : l’Homme sultats, idées, problèmes, t. II, Paris,
aux loups », Cinq psychanalyses, Pa- PUF, 1985, 135-141.
ris, PUF, 1966.
FREUD S. (1925b). « Quelques consé-
F REUD S. (1919a). « Un enfant est quences psychiques de la différence
battu : contribution à la connaissance anatomique des sexes », La Vie
de la genèse des perversions sexuelle, Paris, PUF, 1985, 123-132.
sexuelles », Névrose, psychose, per-
F REUD S. (1927). « Le fétichisme »,
version, Paris, PUF, 1981, 219-243.
La Vie sexuelle, Paris, PUF, 1985,
F REUD S. (1919b). « L’inquiétante 133-138.
étrangeté », L’Inquiétante Étrangeté
et autres essais, Paris, Gallimard, FREUD S. (1930). Malaise dans la civili-
1985, coll. « Bibliothèque de l’in- sation, Paris, PUF, 1971.
conscient, Œuvres de Sigmund FREUD S. (1932). Nouvelles Conféren-
Freud», trad. nouvelle. ces d’introduction à la psychanalyse,
FREUD S. (1920a). « Au-delà du prin- Paris, Gallimard, 1971.
cipe de plaisir», Essais de psychana- FREUD S. (1937), « Constructions dans
lyse, Paris, Payot, 1981. l’analyse », Résultats, idées, problè-
FREUD S. (1920b). « Sur la psychoge- mes, Paris, PUF.
nèse d’un cas d’homosexualité FREUD S. (1938a). Abrégé de psychana-
féminine», Névrose, psychose et per- lyse, Paris, PUF, 1975.
version, Paris, PUF, 1981, 287-298.
FREUD S. (1938b). «Le clivage du moi
F REUD S. (1921). « Psychologie des dans les processus de défense », Ré-
masses et analyse du moi », sultats, Idées, Problèmes, t. II, Paris,
Essais de psychanalyse, Paris, PUF, 1973, 283-286.
Payot, 1981.
FREUD S., ABRAHAM K. (1907-1926).
FREUD S. (1923). «Le moi et le ça», Es- Correspondance 1907-1926, Paris,
sais de psychanalyse, Paris, Payot, Gallimard, 1969, coll.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

1983, 219-262. «Connaissance de l’incons-cient ».


FREUD S. (1924a). « Névrose et GILLESPIE W.H. (1964). « The psycho-
psychose», Névrose, psychose et per- analytical theory of sexual deviations
version, Paris, PUF, 1981, 283-286. with special reference to fetishism»,
FREUD S. (1924b). « Le problème éco- Les Perversions, Paris, Tchou, 1997,
nomique du masochisme», Névrose, coll. « Les chemins de traverse »,
psychose et perversion, Paris, PUF, 218-233.
1981, 287-298. G OLSE B. (1989). « Du narcissisme
FREUD S. (1924c). « La disparition du comme concept limite », L’Infor-
complexe d’Œdipe», La Vie sexuelle, mation psychiatrique, «Patholo-gies
Paris, PUF, 1985, 117-122. limites de l’enfance», 69, 1, 50-58.
176 NARCISSISME ET DÉPRESSION

G REEN A. (1966-1967). « Le narcis- désobjectalisante», Le Travail du né-


sisme primaire : structure ou état », gatif, Paris, Éd. de Minuit, 1993,
L’Inconscient, n° 1, 1966, n° 2, 113-122.
1967. Repris in Narcissisme de vie, GREEN A. (1990). La Folie privée. Psy-
narcissisme de mort, Paris, Éd. de chanalyse des cas limites,
Minuit, 1983. Paris, Gallimard.
G REEN A. (1969). « Le narcissisme GREEN A. (1993). Le Travail du négatif,
moral», Revue française de psycha- Paris, Éd. de Minuit.
nalyse, 1969, XXXIII, n° 3. Repris
in Narcissisme de vie, narcissisme G R E E N A . ( 1 9 9 9 a ) . « P a s s iv i t é -
de mort, Paris, Éd. de Minuit, 1983, passivation : jouissance et détresse»,
80-132. Revue française de psychanalyse,
LXIII, 5, « Enjeux de la passivité »,
GREEN A. (1976) « Un, Autre, neutre : 1587-1600.
valeurs narcissiques du Même »,
Nouvelle Revue de psychanalyse, 13, GREEN A. (1999b). «Sur la discri-mina-
«Narcisses», 37-80. tion et l’indiscrimination affect-
représentation », Revue française de
G REEN A. (1979). « L’angoisse et le psychanalyse, LXIII, 1, 217-272,
narcissisme », Narcissisme de vie, Paris, PUF.
narcissisme de mort, Paris, Éd. de
Minuit, 1983, 133-176. GREEN A. (2002). La Pensée clinique,
Paris, Odile Jacob.
GREEN A. (1980a). «Passions et destins
des passions : sur les rapports entre G REEN J. (1984). « Terre lointaine »,
folie et psychose », La Folie privée, Jeunes années, 2, Paris, Le Seuil,
Paris, Gallimard, 1990, 140-193. coll. «Points », 1998, 9-242.
GREEN A. (1980b). « La mère morte », GREEN A., DONNET J.-L. (1973). L’En-
conférence présentée à la SPP le fant de ça : pour introduire la psy-
20 mai 1980, in Narcissisme de vie, chose blanche, Paris, Éd. de Minuit,
narcissisme de mort, Paris, Éd. de coll. «Critique ».
Minuit, 1983, 222-254. GREENACRE P. (1953). « Certain rela-
G R E E N A. (1982a). « Après coup tionships between fetishism aud
l’archaïque », La Folie privée, faulty development of the body
Paris, Gallimard, 1990, 225-253. image», The Psychoanalytic Study of
the Child, vol.8.
GREEN A. (1982b). «La double limite»,
La Folie privée, Paris, Gallimard, GREENACRE P. (1968). « L’identifi-ca-
1990, 293-316. tion à la mère», Les Perversions : les
chemins de traverse, Paris, 1980,
G REEN A. (1982c). « Le narcissisme T c h o u , 2 3 5 - 2 5 0 . Tr a d . d e :
primaire : structure ou état», Narcis- « Perversions : general considera-
sisme de vie, narcissisme de mort, tions regarding their genetic and dy-
Paris, Éd. de Minuit, 1983, 80-132. namic background », paru
GREEN A. (1983), Narcissisme de vie, intégralement dans The Psychoana-
narcissisme de mort, Paris, Éd. de lytic Study of the Child, vol. 33,
Minuit. 1968, 47-62.
G REEN A. (1984). « Pulsion de mort, GREENACRE P. (1970). «L’objet transi-
narcissisme négatif, fonction tionnel et le fétiche essentiellement
BIBLIOGRAPHIE 177

du point de vue du rôle de cents, Paris, Bayard, coll. «Païdos»,


l’illusion », Revue française de psy- 133-148.
chanalyse, XXXIV, 2, 271-288. J EAMMET Ph. (1997). « Violence à
GROSSKURTH P. (1986). Melanie Klein, l’adolescence », Adolescence, 30,
son monde et son œuvre, Paris, PUF, « Le temps de la menace », Paris,
coll. «Histoire de la psychanalyse», Bayard, 1-26.
1989. JEAMMET Ph. (2000). « Les conduites
G RUNBERGER B. (1971). Le Narcis- addictives : pansement pour la
sisme, Paris, Payot. psyché», in S. Le Poulichet (sous la
G UNTRIP H. (1968). Schizoid Pheno- dir. de), Les Addictions, Paris, PUF,
mena. Object Relations and the Self, coll. « Monographies de psycho-
Londres, Hogarth Press. pathologie», 93-108.
HADOT P. (1976). « Le mythe de Nar- JEAMMET Ph. (2001). L’Énigme du ma-
cisse et son interprétation par sochisme, Paris, PUF.
Plotin », Nouvelle Revue de psycha- JEAMMET Ph. (à paraître). « La perver-
nalyse, 13, « Narcisses », sion, une spécificité humaine, si peu
Paris, Gallimard, 81-108. sexuelle», Filigrane, écoutes psycho-
HARTMANN H. (1950). «Commen-taires thérapiques, Montréal, Québec.
sur la théorie psychanalytique du KAHN L. (1997). «Le défaut », Le Fait
moi», Revue française de psychana- de l’analyse, 2, « Moi », printemps
lyse, 1967, 31, 3, 339-366. 1997, 39-54.
JACOBSON E. (1975). Le Soi et le monde KAHN L. (1999). « Effet ou figure du
objectal, Paris, PUF. meurtre ? » Revue française de psy-
J ANIN C. (1989). « L’empiétement chanalyse, LXIII, 5, « Enjeux de la
psychique», Psychanalyse, questions passivité», 1613-1618.
pour demain, Paris, PUF, 151-160. KERNBERG O. (1975a). Les Troubles li-
JANIN C. (1996). Figures et destins du mites de la personnalité,
traumatisme, Paris, PUF. Toulouse, Privat, coll. «Histoire de la
psychiatrie», 1979.
JEAMMET Ph. (1985). « La
dépression chez l’adolescent », KERNBERG O. (1975b). La Personnalité
in S. Lebovici, R. Diatkine, narcissique, Toulouse, Privat, coll.
M. Soulé (sous la dir. de), Nouveau «Histoire de la psychiatrie», 1980.
Traité de psychiatrie de l’enfant et de K ESTEMBERG E. (1966). « Contri-bu-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

l’adolescent, Paris, PUF, coll. tions à la perspective génétique en


«Quadrige», t. II, 1999, 1477-1499. psychanalyse », Revue française de
JEAMMET Ph. (1991). «Dysrégula-tions psychanalyse, XXX, 5-6, p 581-713.
narcissiques et objectales dans la KESTEMBERG E. (1978). « La relation
boulimie », Monographies de la fétichique à l’objet », Revue fran-
Revue Française de Psychanalyse, çaise de psychanalyse, XLII, 2, 195-
«La boulimie», Paris, PUF, 81-104. 214.
JEAMMET Ph. (1995). « Dépendance et KHAN M. (1976). «Le concept de trau-
dépression », in A. Braconnier, matisme cumulatif », Le Soi caché,
C. Chiland, M. Choquet et al., Paris, Gallimard, coll. « Connais-
Dépression : adolescentes, adoles- sance de l’inconscient ».
178 NARCISSISME ET DÉPRESSION

KHAN M. (1981). Figures de la perver- L ANOUZIERE J. (1999). « Hystérie et


sion, Paris, Gallimard. féminité », in J. André, J. Lanou-
zière, F. Richard, Problématiques de
KLEIN M. (1927). « Les tendances cri-
l’hystérie, Paris, Dunod, chap. 3,
minelles des enfants normaux», Es-
123-206.
sais de psychanalyse (1921-1945),
Payot, Paris, 1967, 211-228. LANTERI-LAURA G. (1979). Lecture des
perversions : histoire de leur appro-
KLEIN M. (1930). «L’importance de la priation médicale, Paris, Masson,
formation du symbole dans le déve- coll. «La sphère psychique.
loppement du moi », Essais de psy-
chanalyse (1921-1945), Payot, Paris, LAPLANCHE J., PONTALIS J.-B. (1964).
1967, 263-277. Fantasme originaire, fantasmes des
origines, origine du fantasme, Paris,
K LEIN M. (1934). « Contribution à Hachette, 1985.
l’étude de la psychogenèse des états
LAPLANCHE J., PONTALIS J.-B (1967).
maniaco-dépressifs », Essais de psy-
Vocabulaire de psychanalyse, Paris,
chanalyse, Paris, Payot, 1967, 311-
PUF, 1981.
340.
LAPLANCHE J. (1970). Vie et mort en
K LEIN M. (1948). « Sur la théorie de psychanalyse, Paris, Flammarion,
l’angoisse et de la culpabilité», Dé- coll. «Champs».
veloppements de la psychanalyse,
Paris, PUF, 1966. LAPLANCHE J. (1972). « Le moi ou le
soi ?», La Révolution copernicienne
KOHUT H. (1971). Le Soi, Paris, PUF. inachevée : travaux, 1967-1992,
L ABADIE J.-M. (1995). Les Mots du Paris, Aubier, 1992, 131-134.
crime : approche épistémologique de LAPLANCHE J. (1981). L’Inconscient et
quelques discours sur le criminel, l e ç a : P ro b l é m a t i q u e s I V,
Bruxelles, DeBoeck, coll. Paris, PUF.
«Perspectives criminolo-giques». LAPLANCHE J. (1984). « La pulsion de
L ACAN J. (1948). « L’agressivité en mort dans la théorie de la pulsion
psychanalyse », Écrits, Paris, Le sexuelle », La Révolution coperni-
Seuil, 1966, 101-124. cienne inachevée : travaux, 1967-
1992, Paris, Aubier, 1992, 272-286.
LACAN J. (1949). « Le stade du miroir
comme formateur de la fonction du LAPLANCHE J. (1986). «De la théorie de
Je », Écrits, Paris, Le Seuil, 1966, la séduction restreinte à la théorie de
93-100. la séduction généralisée », Études
freudiennes, 27, «De la séduction en
LACAN J. (1956-1957). Le Séminaire, psychanalyse», 7-26.
livre IV : La relation d’objet, Paris,
Le Seuil, 1994. LAPLANCHE J. (1987). Nouveaux fonde-
ments pour la psychanalyse, Paris,
L ACAN J. (1966a). « La science et la PUF.
vérité», Écrits, Paris, Le Seuil, 1966,
LAPLANCHE J. (1993). Le Fourvoiement
855-877.
biologisant de la sexualité chez
LACAN J. (1966b). « Jeunesse de Gide S. Freud, Paris, Éd. Sanofi /Synthé-
ou la lettre et le désir», Écrits, Paris, labo, coll. «Les Empêcheurs de pen-
Le Seuil. ser en rond».
BIBLIOGRAPHIE 179

LIBRES CAHIERS POUR LA PSYCHANA- MENAHEM R. (1997). Joyce Mac Dou-


LYSE , « Les divisions de l’être », gall, Paris, P U F, coll.
automne 2001, n° 4, Paris, In Press. «Psychanalystes d’aujourd’hui ».
LE DEM J. (2001). «Fentes», Libres Ca- MENAHEM R. (2000). Sigmund Freud,
hiers pour la psychanalyse, «Les di- 4, 1920-1939, Paris, PUF, coll.
visions de l’être », automne 2001, «Psychanalystes d’aujour-d’hui».
n° 4, 23-30. M’UZAN M. DE (1966). « Transferts et
névroses de transfert», De l’art à la
L IGIER C. (2001). « De la notion de
mort, Paris, Gallimard.
genre chez Gide et de quelques
autres petits détails…», André Gide NEAU F. (2001). La Cruauté. Étude du
et l’écriture de soi, Actes du collo- fonctionnement psychique d’agres-
que, Lyon, PUL, 2001, 181-197. seurs sexuels, thèse de doctorat (sous
la dir. du Pr. C. Chabert), université
M AC D OUGALL J. (1978). Plaidoyer René Descartes-Paris 5.
pour une certaine anormalité,
O PPENHEIMER A. (1996). Kohut et la
Paris, Gallimard, coll. « Connais- psychologie du self, Paris, PUF.
sance de l’inconscient ».
OVIDE (756-762). Les Métamorphoses,
M AC D OUGALL J. (1982). Théâtre trad. par J. Chamonard, Paris, Gar-
du je, Paris, Gallimard, coll. nier-Flammarion, 1966.
«Connaissance de l’inconscient». P A S C H E F. ( 1 9 8 3 ) . « D é fi n i r l a
M AC DOUGALL J. (1984). « Entretien perversion», Revue française de psy-
avec François Gantheret », Nouvelle chanalyse, XLVII, 1, coll. « La
Revue de psychanalyse, « La chose perversion» 396-402.
sexuelle», n° 29, 135-147. PAYNE S. (1939). « Some observations
MAC DOUGALL J. (1989). Théâtre du on the ego development of the
c o r p s , Pa r i s , G a l l i m a r d , c o l l . fetishist », International Journal of
«Connaissance de l’inconscient». Psycho-analysis, 20, 161-170.
PERRIER F. (1966). «De l’érotoma-nie»,
MAC DOUGALL J. (1993). «L’addic-tion
in P. Aulagnier-Spairani, J. Cla-
à l’autre : réflexion sur les néo-
vreul, F. Perrier et al., Le Désir et la
sexualités et la sexualité addictive», perversion, Paris, Le Seuil, coll. «Le
in A. Fine, A. Le Guen, A. Oppen- champ freudien », 126-162.
heimer (sous la dir. de), Les Troubles
PERRIER F. (1968). « Structure hystéri-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

de la sexualité, Paris, PUF, coll.


que et dialogue analytique », La
« Monographies de la Revue fran-
Chaussée d’Antin, éd. nouvelle,
çaise de psychanalyse», 139-158.
Paris, Albin Michel, 1994, 326-343.
MAC DOUGALL J. (1996). Éros aux mille PERRIER F. (1969). « Le réel fait signe
et un visages, Paris, Gallimard, coll. au pervers », conférence à l’Évolu-
«Connaissance de l’inconscient». tion psychiatrique, 25 novembre
MANNONI O. (1963). «Je sais bien, mais 1969, in Le Mont Saint-Michel :
quand même…», Clefs pour l’imagi- naissance d’une perversion, Paris,
naire ou l’Autre Scène, Paris, Le Arcanes, 1994, 47-66.
Seuil, coll. « Le champ freudien », PERRIER F. (1994). «Une clinique psy-
1969, 9-33. chanalytique de la perver-sion », Le
180 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Mont Saint-Michel : naissance R ICHARD F. (1999). « La théorie de


d’une perversion, Paris, Arcanes, l’hystérie, hier et aujourd’hui »,
1994, 37-45. in J. André, J. Lanouzière, F.
P ONTALIS J.-B. (1968). Après Freud, Richard, Problématiques de l’hy-sté-
Paris, Gallimard, coll. «Idées». rie, Paris, Dunod, chap. 2, 37-122.
RIVALIN-PADIOU S. (2001). « Confes-
P ONTALIS J.-B. (1970). « Présenta-
sion et autoconstruction dans Si le
tion», Nouvelle Revue de psychana-
grain ne meurt », André Gide et
lyse, « Objets du fétichisme »,
l’écriture de soi, Actes du colloque,
automne 1970, n° 2, Paris, Galli-
Lyon, PUL, 2001, 199-215.
mard, 5-18.
ROLLAND J.-C. (1998). Guérir du mal
PONTALIS J.-B. (1973). « Naissance et d’aimer, Paris, Gallimard, coll.
reconnaissance du “soi” », Entre le «Connaissance de l’incons-cient».
rêve et la douleur, Paris, Gallimard,
coll. «Connaissance de l’inconscient», ROSOLATO G. (1966). « Étude des per-
1977. ve r s i o n s s ex u e l l e s à p a r t i r d u
fétichisme », in P. Aulagnier-Spairani,
PONTALIS J.-B. (1990). «L’étrangeté du J. Clavreul, F. Perrier et al., Le Désir
transfert », La Force d’attraction : et la perversion, Paris, Le Seuil, coll.
trois essais de psychanalyse, Paris, «Le champ freudien», 7-52.
Le Seuil, coll. «La Librairie du XXe
siècle», 1990, 57-92. R OSOLATO G (1968). « Perversions
sexuelles », Encyclopédie médico-
RACAMIER P.-C. (1980). « L’omni-po- chirurgicale, Psychiatrie, Paris,
tence inanitaire», Les Schizophrènes, 37392 A 10.
Paris, coll. « Petite bibliothèque
ROSOLATO G. (1970). « Le fétichisme
Payot», 87-96.
dont se dérobe l’objet », Nouvelle
RACAMIER P.-C. (1985). «De la perver- Revue de psychanalyse, « Objets du
sion narcissique», IIe Congrès inter- fétichisme », automne 1970, Paris,
n a t i o n a l d e t h é r a p i e fa m i l i a l e Gallimard, n° 2, 31-40.
psychanalytique, Grenoble, sep- ROSOLATO G. (1975). « L’axe narcissi-
tembre 1985 ; in Gruppo, n° 3, fé- que des dépressions », La Relation
vrier 1987, 11-23. d’inconnu, Paris, Gallimard, coll.
RACAMIER P.-C. (1986). «Entre agonie « Connaissance de l’inconscient »,
psychique, déni psychotique et per- 1978, 95-130.
version narcissique », Revue fran- ROSOLATO G. (1976). «Le narcissisme»,
çaise de psychanalyse, L, 5, 1300- La Relation d’inconnu, Paris, Galli-
1309. mard, coll. « Connaissance de
R ACAMIER P.-C. (1995). L’Inceste et l’inconscient », 1978, 143-176.
l’incestuel, Paris, Éd. du Collège. ROSOLATO G. (1987). Le Sacrifice, Paris,
RANK O. (1911). «Une contribution au PUF.
narcissisme », Topique, n° 14, Paris, ROSOLATO G. (1988). « Hystérie : né-
1974. vrose d’inconnu», Topiques, n° 41.
R ANK O. (1914). « Le double », Don ROUSSILLON R. (1991). Paradoxes et si-
Juan et le double, Paris, Payot, 1973, tuations limites de la psychanalyse,
9-118. Paris, PUF.
BIBLIOGRAPHIE 181

R OUSSILLON R. (1994). « Héroïsme, chanalyse, « Objets du fétichisme »,


masochisme, réaction thérapeutique automne 1970, Paris, Gallimard,
négative» Trans, 4, 163-171, Outre- n° 2, 41-64.
mont-Montréal. SMIRNOFF V. (1992). La Psychanalyse
ROUSSILLON R. (1995a). Logiques et de l’enfant, Paris, PUF.
archéologiques du cadre psychanaly-
STERN D. (1985). Le Monde interper-
tique, Paris, PUF.
sonnel du nourrisson, Paris, PUF,
ROUSSILLON R. (1995b). « Méta-psy- 1989.
chologie des processus et
transitionnalité», Revue française de STOLLER R. J. (1978). La Perversion,
psychanalyse, LIX, 5, 1375-1519, forme érotique de la haine, Paris,
Paris, PUF. Payot.
ROUSSILLON R. (1997). « Le rôle char- S TOLLER R. J. (1993). « Dynamiques
nière de l’angoisse de castration », des troubles érotiques », in A. Fine,
Monographies de la Revue Française A. Le Guen, A. Oppenheimer (sous
de Psychanalyse, « Le Mal-être », la dir. de), Les Troubles de la sexua-
Paris, PUF. lité, Paris, PUF, coll. «Monographies
d e l a R ev u e f r a n ç a i s e d e
ROUSSILLON R. (1999). Agonie, clivage
psychanalyse», 119-138.
et symbolisation, Paris, PUF.
ROUSSILLON (2000a), « L’enjeu de la T ORT M. (2000). « Quelques consé-
symbolisation à l’adolescence », quences de la différence “psychana-
Adolescence, numéro spécial congrès lytique” des sexes », Les Temps
de l’INSAP. modernes, n° 609, juillet-août 2000,
176-215.
ROUSSILLON R. (2000b). Le Plaisir et la
répétition, Paris, Dunod. WALLON H. (1934). Les Origines du ca-
ractère chez l’enfant, Paris, PUF.
ROUSSILLON R. (2000c). «Le transition-
nel et l’indéterminé», in B. Chouvier W IDLOCHER D. (1994). « La relation
(sous la dir. de), Symbolisme et mé- narcissique», in D. Widlöcher (sous
diation, Paris, Dunod, 2002. la dir. de), Traité de psychopatholo-
ROUSSILLON R. (2002a). «Décom-posi- gie, Paris, PUF, 421-439.
tion clinique du sadisme », Revue WINNICOTT D.W. (1951). «Objets tran-
française de psychanalyse, LXVI, 4, sitionnels et phénomènes
1167-1180. transitionnels», De la pédiatrie à la
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

ROUSSILLON R. (2002b). «La séparation psychanalyse, Paris, Payot, 1969,


et la chorégraphie de la présence », 169-186.
La Séparation, Ramonville/St Agne, WINNICOTT D. W. (1958). «La capacité
Érès. d’être seul», De la pédiatrie à la psy-
SAFOUAN M. (1967). « De la structure chanalyse, Paris, Payot, 1969, 325-
en psychanalyse : contribution à une 333.
théorie du manque », Qu’est-ce que W INNICOTT D.W. (1971a). « Objets
le structura-lisme ?, Paris, Le Seuil, transitionnels et phénomènes
239-299. transitionnels », Jeu et réalité,
SMIRNOFF V. (1970). « La transaction Paris, Gallimard, coll. « Connais-
fétichique», Nouvelle Revue de psy- sance de l’inconscient», 1975, 7-39.
182 NARCISSISME ET DÉPRESSION

WINNICOTT D.W. (1971b). « L’utili-sa- Paris, Gallimard, 1975, n° 11, 35-43.


tion de l’objet», Jeu et réalité, Paris, Nouvelle trad. in La Crainte de l’ef-
Gallimard, coll. « Connais-sance de fondrement et autres situations clini-
l’inconscient », 1975, 120-131. ques, Paris, Gallimard, 2000.
WINNICOTT D.W. (1974). « La crainte ZAZZO R. (1993). Reflets de miroir et
de l’effondrement», Nouvelle Revue autres doubles, Paris, PUF.
de psychanalyse, «Figures du vide»,
Deuxième partie

FIGURES
DE LA DÉPRESSION
Chapitre 3

CLINIQUES
DE LA DÉPRESSION.
MÉTAPSYCHOLOGIE
DE LA PERTE
1 CLINIQUES DE LA DÉPRESSION

Avant de nous engager dans cette étude consacrée aux figures de la dépression,
il nous faut souligner un certain nombre de constats qui confèrent toute
leur actualité à ces pathologies.
Il est essentiel de rappeler la pluralité des formes dépressives et la
nécessité de les distinguer, ce qui va à l’encontre de la généralisation,
voire de la confusion, qui dominent aujourd’hui l’appréhension de ces
troubles. La généralisation consiste à englober sous l’étiquette « dépres-
sion » tous les symptômes connus ou moins connus considérés comme
tels en s’attachant presque exclusivement aux phénomènes sans prendre
en compte les modalités de fonctionnement psychique qui les sous-
tendent. La confusion qui, cette fois, s’inscrit davantage dans une appro-
che courante et banale, profane en quelque sorte, consiste à nommer
« dépression » tout trouble psychique « mineur », c’est-à-dire ne relevant
pas, au niveau manifeste, de références psychiatriques ou psychopatho-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

logiques.
De ce qui précède, découlent des conceptions de la compréhension et
donc du traitement des troubles dépressifs susceptibles d’engager le sujet
dans une démarche de pensée particulière, puisqu’elle relève quasiment
d’un système de logique où le lien de cause à effet prévaut : on est
déprimé parce que… La suite du mouvement s’impose. La reconnais-
sance de la cause ne permet pourtant pas nécessairement de lever la
symptomatologie dépressive. On le sait, certaines traversées dépressives
s’inscrivent dans l’événement : une perte, un deuil, une rupture, voire une
188 NARCISSISME ET DÉPRESSION

déception, sont susceptibles de précipiter un individu, quel qu’il soit,


dans une bascule dépressive riche de la symptomatologie la plus courante
et la plus douloureuse. Ce type de dépression relève de réactions à une
atteinte, narcissique ou objectale, qui font partie de modalités de fonc-
tionnement psychique « normales », au point que l’inverse — c’est-à-dire
l’indifférence apparente, l’absence de réaction à une atteinte importante
— peut être considéré comme suspect, et parfois même inquiétant.
La difficulté réside plutôt dans le fait que ce schéma « normal » est pris
comme modèle univoque, alors qu’en vérité, il n’est pertinent que pour
certaines formes dépressives et qu’il se révèle inadéquat pour d’autres,
plus complexes et parfois plus graves. Sans évoquer, dès maintenant, les
passages dépressifs associés à des transformations liées à des événements
internes, il faut rappeler tous ceux qui ne peuvent en aucune manière être
rattachés à une cause et qui semblent surgir parfois très brutalement, sans
signe précurseur et sans facteur déterminant. Le saut est tout aussi rapide,
qui consiste alors à considérer que c’est l’hérédité — la génétique — et
les facteurs biologiques qui président à ces décompensations.
Enfin et surtout, les effets des premiers constats évoqués ci-dessus
montrent paradoxalement une position épistémologique qui consiste à
banaliser les troubles dépressifs et en même temps à les situer dans le
registre des maladies mentales les plus fatales. La banalisation est liée à
l’application du mot « dépression » à des difficultés psychiques spécifi-
ques certes, mais courantes et surtout passagères, et l’aggravation prend
le relais quand ces troubles perdurent et enferment le sujet dans un
monde progressivement désocialisé.
Deux points méritent d’être préalablement soulignés :

– la pluralité des formes dépressives qui conduit à parler de cliniques au


pluriel ;
– le noyau commun de ces cliniques, dont nous avançons d’ores et déjà
qu’il est constitué par la confrontation à une problématique de perte.

Ces deux points sont, en fait, complémentaires : si, en effet, toutes les
dépressions trouvent leur essence dans une problématique de perte —
c’est-à-dire à la fois l’affrontement à une perte et la manière de traiter
cette perte — on peut aisément admettre que, d’une part, les pertes sont
susceptibles d’atteindre le moi de manières différentes selon ce qu’elles
touchent et que, d’autre part, les moyens utilisés pour lutter contre ou au
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 189

contraire intégrer ces pertes et leurs effets seront déterminés par des
modalités de fonctionnement psychique spécifiques de chaque individu.

1.1 Le mal d’un siècle ?

Les préoccupations scientifiques, cliniques… et ordinaires concernant les


« dépressions » constituent l’un des soucis majeurs de la santé. Ce constat
n’est d’ailleurs pas sans poser d’emblée problème : la dépression relève-
t-elle d’une maladie psychique ou bien peut-elle être considérée comme
un état naturel de la condition humaine ? Les très nombreux travaux qui
la concernent et s’attachent soit à en déterminer l’étiologie, soit à en
chercher le sens, ont tous pour objectif de trouver les moyens thérapeuti-
ques susceptibles d’en apaiser les effets, de la soigner sinon de la guérir :
mais ce but prévalent, à quoi peut-on l’attribuer ? Renvoie-t-il à l’absence
de tolérance des sociétés modernes à tout ce qui pourrait entraver le bien-
être et la satisfaction ? Est-il déterminé par une volonté de maîtrise auto-
risée par l’importance des progrès technologiques et par les positions
toutes-puissantes qu’ils engendrent ? Paradoxalement, l’écart se crée
entre les formulations de la vie quotidienne qui englobent sous le terme
de « dépression » des troubles psychiques divers et la recherche scientifi-
que qui, dans des domaines très diversifiés, s’attache à différencier des
formes singulières et tend à les penser en termes de dépressions (au
pluriel) afin de mieux souligner le caractère essentiellement hétérogène
de cette affection.
À cet égard, l’historique de la mélancolie proposée par Daniel Widlö-
cher dans Les Logiques de la dépression (1983) peut constituer un exem-
ple paradigmatique des maladies dépressives : la notion de
« mélancolie » a été fixée par Hippocrate pour signifier l’envahissement
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

par la « bête noire », point de vue mettant en liaison étroite le corps et


l’âme, certes, mais qui souligne cependant l’interdépendance des deux,
ainsi que l’opposition possible entre mélancolie et manie. D. Widlöcher
reprend ainsi l’évolution de la notion jusqu’à la fin du XVIIIe siècle où naît
véritablement la clinique moderne, rompant avec la tradition hippocrati-
que puisqu’elle instaure l’individualisation de la pathologie mentale.
L’objectif est alors d’établir une classification raisonnée des différentes
formes d’aliénation mentale : désormais la folie est considérée comme
une entrave au fonctionnement intellectuel et se différencie en folie
globale (la manie) et folie partielle (la mélancolie).
190 NARCISSISME ET DÉPRESSION

C’est à Kraepelin que l’on doit un vrai changement dans la classifica-


tion puisqu’il oppose la psychose maniaco-dépressive à la démence
précoce. Pour D. Widlöcher, la classification de Kraepelin est critiquable
en ce que, d’une part, elle établit un parallélisme entre les deux catégories
de troubles de nature tout à fait différente que sont la psychose maniaco-
dépressive et la schizophrénie et que, d’autre part, elle laisse de côté des
formes subaiguës ou chroniques de dépression, classées dans des cadres
nosologiques plus vagues : la neurasthénie, puis la dépression névrotique
et la psychasthénie.
Nous nous en tiendrons à cet exemple, car il n’est pas question ici de
proposer un historique détaillé concernant la clinique et la théorie de
l’ensemble des dépressions, mais de souligner plutôt que, de tout temps,
cette clinique et les théories qui ont tenté d’en trouver l’explication ou
l’élaboration ont existé et constitué par ailleurs le socle de toutes les
réflexions concernant les troubles mentaux comme si, en effet, la mélan-
colie pouvait être considérée comme l’atteinte fondamentale, le noyau de
la maladie humaine. Il n’est pas question non plus de nous engager dans
le débat toujours présent de l’origine de la dépression, endogène ou
exogène, débat actualisé par les recherches extrêmement développées
dans le domaine de la biologie et dont nous ne discuterons pas de la perti-
nence. Ce qui nous importe davantage relève d’une approche psychopa-
thologique qui, sans négliger ces apports, s’attache à en analyser la
clinique la plus fine. « Lorsqu’il s’agit de soigner un déprimé, la clinique
demeure irremplaçable », écrit D. Widlöcher (op. cit., p. 31).
Cette assertion, à laquelle nous adhérons, implique deux conséquences
essentielles :
– si la clinique des dépressions est susceptible de montrer des éléments
communs qui permettent d’en identifier l’essence, elle met en
évidence la diversité des figures de la dépression, au-delà des mani-
festations observables, au sein du fonctionnement psychique indivi-
duel et donc de l’organisation psychopathologique éventuellement
sous-jacente. Cela suppose bien sûr que la clinique de la dépression
demeure une clinique individuelle, certes, mais cela signifie aussi
qu’une approche transnosographique de la dépression demeure perti-
nente dans une perspective psychopathologique qui se reconnaît
comme telle ;
– dans le cadre de la psychopathologie psychanalytique, le recours à la
métapsychologie peut s’avérer extrêmement précieux pour se saisir des
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 191

modalités singulières de la clinique dépressive, si l’on s’accorde à


penser que celle-ci, de toutes manières, relève toujours du traitement
de la perte.

Le passage est ainsi susceptible d’être assuré entre des phénomènes


observables — les signes de la clinique dépressive — et l’étude d’une
problématique fondamentale, inéluctable, qui relève en effet de la
confrontation à la perte et de la manière dont chacun est capable de la traiter
psychiquement. Ce qui suppose une « métapsychologie de la perte » se
donnant comme but de différencier les modes d’élaboration selon l’orga-
nisation psychique du sujet ; il paraît indispensable, au-delà, et en raison
du risque « classificatoire », de s’attacher à la dynamique de ces modalités
qui peuvent apparaître différemment chez le même individu, et donc
changer au cours de la vie d’une part, et par les effets d’une prise en
charge thérapeutique d’autre part.
Nous avons choisi de nous référer au modèle psychanalytique du fonc-
tionnement psychique pour aborder les « figures de la dépression » et de
nous appuyer sur la métapsychologie freudienne et post-freudienne pour
tenter de les penser. Dans le domaine de la dépression comme dans tous
les autres, la démarche de la psychopathologie psychanalytique consiste
à procéder par allers-retours entre clinique et théorie. Rappelons rapide-
ment, à cet égard, les principes de l’épistémologie freudienne. En 1914,
dans « Pour introduire le narcissisme », Freud présente un véritable
manifeste empiriste : le fondement de la science, « c’est l’observation
seule ; les matériaux qu’elle promeut sont d’abord recueillis sous forme
de conceptions fondamentales, nébuleuses, évanescentes, à peine repré-
sentables ». Le premier temps de la recherche est ainsi consacré à la
description des phénomènes qui sont ensuite « rassemblés, ordonnés et
insérés dans des relations » (« Pulsions et destins des pulsions », 1915).
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Pourtant, dans la description déjà, certaines idées abstraites sont présen-


tes, constituant une structuration préalable du regard, structuration qui
repose en fait sur la croyance ou le pressentiment de sa future fécondité.
Les découvertes mises au jour font inéluctablement déborder le point de
vue initial : le travail dialectique préconisé par Freud commence là, dans
un souci d’ajustement permanent entre les phénomènes considérés et la
constitution de l’appareil théorique proprement dit. Ce corpus théorique
va devoir lui aussi fonctionner comme préconception dans la structura-
tion du regard clinique car « le progrès de la connaissance ne tolère pas
non plus de rigidité dans les définitions ».
192 NARCISSISME ET DÉPRESSION

1.2 Dépressions vives, dépressions masquées

Si nous suivons la démarche épistémologique freudienne, il nous faut


d’abord procéder à la description des troubles, en nous attachant à ce que
lui-même propose dans la première partie de « Deuil et mélancolie »
(1915)1. Tout d’abord une question : la clinique ou plutôt les cliniques de
la dépression ont-elles changé depuis bientôt un siècle ? L’idée princeps
de Freud relève de ses procédures habituelles : partir de la pathologie (la
mélancolie) pour comprendre le normal (le deuil) ; mais aussi, monter un
échafaudage scientifique obéissant à la mise en perspective de deux pola-
rités, dans le système binaire qu’il affectionne.
Au début de son texte — contemporain, il est vrai, de « Pulsions et
destins des pulsions » cité ci-dessus — Freud propose, sciemment ou pas,
une illustration de ses principes de recherche : il insiste sur la dimension
fluctuante de la définition conceptuelle de la mélancolie, sur la diversité
des formes cliniques qu’elle est susceptible d’emprunter, sur la difficulté
à les regrouper sous l’égide d’une unité, et enfin sur leur double valence
somatique et psychique.
Si Freud propose de « rapprocher » la mélancolie et le deuil, c’est que
les tableaux cliniques le justifient, de même que les facteurs qui les déter-
minent : le deuil est une réaction à la perte d’une personne aimée ou
« d’une abstraction tenue à sa place » (1915b, p. 264) ; ce sont les mêmes
actions qui déclenchent une mélancolie du fait d’une disposition morbide
du sujet.
La description clinique nous est encore familière : humeur dépressive
douloureuse, suppression de l’intérêt pour le monde extérieur, perte de la
capacité d’amour, inhibition de l’activité et abaissement du sentiment de
soi sous forme d’auto-reproches et auto-injures susceptibles, dans les cas
où les mouvements sont les plus extrêmes, de se transformer en quête
délirante de punition. Or, poursuit Freud, ces symptômes se retrouvent
dans le deuil — qui ne présente pas de caractère morbide — à l’exception
du trouble du sentiment de soi. L’inhibition et le défaut d’investissement
montrent que le sujet est totalement « abandonné » à son deuil et que, de
ce fait, il n’y a plus d’énergie disponible.

1. « Deuil et mélancolie » est daté de 1915 ou de 1917. La première date est celle de la rédaction,
la seconde celle de la publication.
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 193

Le travail de deuil consiste justement dans une évolution qui, à partir


de l’épreuve de réalité (l’objet aimé n’existe plus), déclenche une réac-
tion de révolte car « l’homme n’abandonne pas volontiers une position
libidinale, pas même lorsqu’un substitut lui fait signe » (ibid., p. 265).
Mais le respect de la réalité finit par triompher : chacun des souvenirs et
des attentes associé à l’objet perdu est surinvesti, puis la libido s’en déta-
che. Lorsque cette tâche est accomplie, le moi redevient « libre et non
inhibé ».
Les caractéristiques essentielles du deuil peuvent donc être ainsi résu-
mées : le deuil est une réaction normale à la perte d’un objet aimé, il
impose une expérience douloureuse et un travail de désinvestissement
progressif parce que la prise en compte de la réalité de la perte est main-
tenue. C’est un passage certes très éprouvant et parfois très lent, mais il
connaît un début et une fin : la tâche qu’il implique aboutit à la libération
du moi qui pourra s’engager à la fois dans de nouveaux investissements
et de nouvelles activités.
C’est sur le modèle du deuil que les passages dépressifs sont suscepti-
bles de s’élaborer, même si l’on peut déplorer l’usage extensif de la
formulation « faire son deuil » dans le vocabulaire contemporain. Que les
mouvements dépressifs suivent une voie analogue ne signifie pas pour
autant que toute perte est l’équivalent d’un deuil. Dans cette perspective,
le terme de deuil ne devrait être utilisé que dans les cas de perte d’un
« objet » fortement investi, consciemment.
Cependant, si l’on suit Freud de plus près, on notera certes que le deuil
est une réaction normale, nous l’avons déjà fortement souligné, mais que
la mélancolie serait, elle, caractéristique d’une pathologie dépressive, et
donc s’en différencierait nettement : l’objet n’est pas réellement mort,
mais s’est trouvé perdu en tant qu’objet d’amour (comme dans le cas
d’une rupture amoureuse par exemple). Dans d’autres cas, on ne parvient
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

pas à identifier clairement ce qui a été perdu et le patient ne le sait pas


davantage. Ainsi, conclut Freud, on pourrait suggérer que « d’une façon
ou d’une autre, la mélancolie [se rapporte] à une perte d’objet soustraite à
la conscience, à la différence du deuil dans lequel rien de ce qui concerne
la perte n’est conscient » (ibid., p. 266).
Cela nous donne à penser que, peut-être, nous avons trop rapidement
rapproché le deuil et la dépression et que cette dernière, lorsqu’elle prend
une forme intense, pathologique, relèverait plutôt de la mélancolie.
Examinons cette hypothèse d’un peu plus près : la grande différence
194 NARCISSISME ET DÉPRESSION

entre deuil et mélancolie est que le fait à l’origine du déclenchement de


cette dernière demeure énigmatique, d’une part, et que, d’autre part, on
assiste à « un abaissement extraordinaire » du sentiment du moi, un
« prodigieux appauvrissement du moi » : « Dans le deuil, le monde est
devenu pauvre et vide, dans la mélancolie, c’est le moi lui-même » (ibid.,
p. 266). Or il nous faut bien admettre que, dans le tableau clinique des
dépressions (et non des deuils), nous sommes très régulièrement confron-
tés à cet abaissement de l’estime de soi, à cet appauvrissement de
l’amour pour le moi. Même si le sentiment de soi n’est pas envahi par des
représentations aussi massives et aliénantes que dans la mélancolie,
l’atteinte narcissique est toujours présente. Si le moi est paralysé par un
défaut d’investissement qui se traduit par un manque d’intérêt pour le
monde extérieur, il est lui-même soumis à cette absence d’intérêt dans un
système de miroir où le monde et le moi obéissent au même impératif de
perte du désir.
Alors peut-on pour autant considérer que, dans toute « dépression », la
dimension mélancolique est présente et éventuellement dominante ? Le
modèle « mélancolique » serait-il celui de la dépression plutôt que celui
du deuil ?
La confrontation à la clinique contemporaine des dépressions peut
éventuellement nous permettre d’avancer. Pour D. Widlöcher (1983), la
méthode clinique s’impose d’abord et pour reconnaître la dépression, il
est indispensable d’en repérer les signes. Le premier temps de l’observa-
tion consiste à rassembler les données conformes au tableau de la dépres-
sion : angoisses, sentiments d’échec et de désespoir, sensations de fatigue
et difficultés intellectuelles sont autant d’expressions dans les plaintes du
patient. Le clinicien les écoute et note le comportement abattu, la mimi-
que figée, le débit lent et entrecoupé de silences. La dépression en effet
réalise un syndrome, c’est-à-dire un ensemble de symptômes.
Le syndrome dépressif présente deux traits essentiels : la tristesse et le
ralentissement psychomoteur. La tristesse imprègne tout le monde
subjectif du malade : remords, nostalgie du passé, désintérêt à l’égard
du présent, appréhension et craintes vis-à-vis du futur. La représentation
de soi est profondément dévalorisée à travers l’expression d’un sentiment
d’incapacité ou même des auto-reproches. L’entourage est désinvesti, le
déprimé déclare qu’il n’a de goût à rien, qu’il n’aime plus les siens :
cependant, écrit D. Widlöcher, « l’attachement aux choses et aux gens
subsiste » (p. 35), même s’il n’en tire aucune joie.
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 195

Le second caractère fondamental de la dépression est le ralentissement


moteur et idéique : le ralentissement moteur est nettement observable au
niveau du comportement alors que le ralentissement idéique apparaît
dans la lenteur des jeux associatifs et de la pensée. Les thèmes sont répé-
titifs, le sujet rumine une absence d’intérêt, mais là encore, pour
D. Widlöcher, il s’agit d’un faux désintérêt :

En réalité, le sujet confesse qu’il continue de s’intéresser à ses activités ha-


bituelles, aux êtres et aux valeurs qui le mobilisent en temps normal. Ce
qui lui manque, c’est bien l’incitation à agir. On pourrait dire que c’est
l’appétit qui lui manque, non le goût des choses (ibid., p. 36).

D’autres symptômes sont retrouvés avec une certaine fréquence mais


sans la constance de ces deux traits fondamentaux et sans leur cohérence
logique : troubles du sommeil, anomalies du comportement alimentaire,
troubles neurovégétatifs et perturbations fonctionnelles à travers les
manifestations physiques de l’angoisse (constriction cervicale ou thoraci-
que, vertiges), troubles du rythme cardiaque, baisse de la tension arté-
rielle, troubles digestifs, douleurs, etc. Cependant, tous ces éléments
valent moins pour le diagnostic que les deux traits fondamentaux (tris-
tesse et ralentissement psychomoteur) sans lesquels il ne peut être établi.
D. Widlöcher rappelle que si la logique de la maladie permet de mettre
en place une « forme canonique » de la dépression, elle ne doit pas pour
autant faire oublier les caractéristiques individuelles et donc ses variantes
possibles. On décrit par exemple des formes d’intensité extrême, dont la
mélancolie stuporeuse, la mélancolie anxieuse ou encore délirante. Dans
ces trois cas, un trait essentiel est massivement aggravé : l’inhibition
paralysante dans la première, l’angoisse et l’agitation masquant le ralen-
tissement dans la seconde, l’auto-accusation déréelle dans la troisième. À
l’opposé, les formes mineures ont fait l’objet d’études plus récentes : en
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

particulier, on s’intéresse beaucoup aux dépressions masquées dans


lesquelles les signes majeurs de la dépression sont au second plan et où le
tableau clinique est colonisé par un symptôme peu évocateur ou par un
symptôme d’allure essentiellement physique.
On peut aussi regrouper les variantes cliniques selon leur mode évolu-
tif. La forme « canonique » est caractérisée par la dimension transitoire et
périodique de la dépression. Les accès montrent une fréquence variable et
l’écart entre chacun change également. Cette forme périodique peut être
accompagnée d’épisodes maniaques alternant avec les accès dépressifs :
dans ce cas, le ralentissement dépressif s’inverse en excitation maniaque
196 NARCISSISME ET DÉPRESSION

mais la tristesse demeure. Toutes ces formes appartiennent à la maladie


maniaco-dépressive, bipolaire ou monopolaire. Elles relèvent essentiel-
lement de la clinique psychiatrique.
Le troisième critère pour la classification des variantes cliniques est
l’âge : dépressions de l’enfance, mal connues, souvent masquées par des
symptômes trompeurs ; dépressions de l’adolescence, elles aussi très
souvent cachées par une symptomatologie aiguë ; dépressions des
personnes âgées dominées par l’anxiété.
Cependant, ces critères de classification permettent essentiellement
d’appréhender les cliniques de la dépression dans le cadre d’un diagnos-
tic en première lecture. Si l’on s’engage plus avant, non plus seulement
dans la description phénoménologique, utile certes mais sans doute insuf-
fisante, il est essentiel de saisir la place de la dépression au sein du fonc-
tionnement psychique. Dans cette perspective, on peut établir des
correspondances entre la tristesse en tant qu’affect (et pas seulement
comme état d’humeur) et ce qui est (ou non) susceptible de lui donner
sens, c’est-à-dire, comme nous le verrons plus loin, construire des
liaisons entre affects et représentations, liaisons dont la singularité témoi-
gne de la nature individuelle du fonctionnement psychique. On pourra
faire l’hypothèse, en revenant à Freud, que la tristesse est inéluctablement
associée à la perte, même si l’objet de cette perte demeure énigmatique.
Par ailleurs, une autre correspondance peut être proposée entre le
ralentissement psychomoteur et le désinvestissement, c’est-à-dire, en
termes analytiques, le retrait de la libido qui porte sur le moi et/ou le
monde.
C’est donc dans la dialectique des mouvements pulsionnels que la
problématique dépressive est susceptible de trouver son sens. Par ailleurs,
les modalités d’élaboration de la perte seront modulées par les événe-
ments, les infléchissements individuels plus ou moins intenses, ou l’âge,
certes, mais elles seront également tributaires de l’organisation psychique
du sujet. C’est dans cette perspective que s’inscrivent les études transno-
sographiques de la dépression. Il ne s’agit pas pourtant de proposer une
nouvelle classification qui, cette fois, prendrait en compte le fonctionne-
ment psychique appréhendé dans son organisation structurale ou psycho-
pathologique : il n’est pas possible de définir des types de dépression en
fonction du mode névrotique, psychotique ou « pervers » correspondant,
sans sombrer dans un écueil classificatoire tout aussi discutable que
certaines catégorisations psychiatriques particulièrement réductrices
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 197

parce qu’elles s’en tiennent essentiellement à une approche descriptive


cantonnée au phénomène. Mais il est possible, au-delà, d’étudier, par le
détour de la métapsychologie, des figures de la dépression parfois très
contrastées justement en ce qu’elles mobilisent des systèmes de liaison
entre représentations et affects fort différents, et qu’elles s’inscrivent
dans une dialectique pulsionnelle dont les visées se révèlent dans une
opposition et une complémentarité intéressantes.

2 MÉTAPSYCHOLOGIE DE LA PERTE :
L’APPROCHE FREUDIENNE

À l’origine de la problématique de perte, se découvre l’état de détresse


(l’Hilflosigkeit) de l’infans : privé de parole, pris par l’expérience d’une
impuissance radicale, le petit homme est d’emblée soumis à ce fonde-
ment de sa condition constitué par son immaturité fonctionnelle, par la
dépendance à son environnement qui seul pourra le secourir, et donc par
la confrontation à des situations dans lesquelles il se trouve privé de
secours, un état de « désaide », comme le traduit Jean Laplanche.
Nous proposons de revenir à l’analyse du texte de 1915, « Deuil et
mélancolie », puis de poursuivre par l’étude de la perte telle qu’elle est
proposée par Freud en 1920, dans « Au-delà du principe de plaisir », pour
nous engager dans deux directions : celle de la douleur de perdre (1926,
Inhibition, symptôme et angoisse) et enfin la voie ouverte du côté des
identifications (1923, « Le moi et le ça »). Ces quatre textes constituent
autant de jalons pour l’analyse des problématiques de perte et de leur
devenir : étapes essentielles dans l’œuvre de Freud, au regard de cette
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

problématique certes, mais aussi dans le mouvement et le développement


de sa pensée. Ce qui, on s’en doute, témoigne de l’importance de ce
thème dans l’étude de la genèse et du fonctionnement de la psyché.

2.1 Destins pulsionnels de la perte :


« Deuil et mélancolie » (1915)
Revenons au point sur lequel nous nous sommes arrêtés au paragraphe
précédent, c’est-à-dire à cette caractéristique de la mélancolie, toujours
198 NARCISSISME ET DÉPRESSION

présente, qui consiste pour le patient à se décrire en termes négatifs, criti-


ques, parfois mortifiants — ce que Freud appelle un « délire de peti-
tesse » essentiellement moral, associé très souvent à l’insomnie et à
l’anorexie. Pour Freud, contredire le malade serait une erreur thérapeuti-
que : « Il doit bien avoir, en quelque façon, raison et dépeindre quelque
chose qui se trouve être tel qu’il apparaît » (ibid., p. 266). Il est en effet
aussi privé d’intérêt, aussi incapable d’être aimé ou de s’engager dans
une activité qu’il le dit1, mais ces assertions sont secondaires en ce
qu’elles sont le produit d’un travail intérieur que nous ne connaissons
pas, mais qui peut se comparer au deuil et qui « consume le moi ». Cette
consomption aboutit à des auto-accusations démesurées même si, sous la
plume de Freud, l’idée surgit subrepticement que le doute et la mésestime
de soi sont susceptibles de permettre l’accession à la vérité de la connais-
sance de soi ! Il y a pourtant démesure, car aucun crédit n’est fait aux
éventuelles qualités plus positives du moi ; et en même temps, une
connotation clinique très particulière accompagne cette position hyper-
critique : il n’y a pas de honte, chez le mélancolique, à exprimer les traits
les plus défavorables de son être moral.
Cela dit, ce que la mélancolie révèle, qui n’était pas si évident dans le
deuil (puisque celui-ci concerne une perte d’objet), c’est que le sujet
souffre d’une perte quant à son moi. Ainsi se dégage une différence
notoire entre deuil et mélancolie : le deuil inscrit une perte objectale alors
que la mélancolie signale une perte narcissique. Deux destins distincts
donc pour ces deux états : le processus reconstruit par Freud constitue un
pivot essentiel, probablement à l’origine des développements à venir et
notamment du « tournant de 1920 ».
À l’origine de la mélancolie, se découvre un choix d’objet, une fixation
libidinale à une personne déterminée ; sous l’influence d’une déception
réelle de la part de cette personne aimée, la relation d’objet est ébranlée :
le mouvement ne suit pas le cours « normal » (celui qui s’apparente au
travail du deuil) qui aurait consisté à détacher la libido liée à l’objet déce-
vant et à la déplacer sur un nouvel objet. En fait, l’investissement de
l’objet s’avère peu solide, peu résistant, si bien que la libido libre est
ramenée vers le moi (et non plus sur un objet nouveau). Cependant, cette
libido ramenée vers le moi est utilisée de manière singulière, elle sert à
instaurer une identification du moi avec l’objet abandonné : « L’ombre de

1. Cf. ce que D. Widlöcher (1983) décrit dans sa clinique des dépressions.


CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 199

l’objet tomba ainsi sur le moi qui put alors être jugé par une instance
particulière comme un objet, comme l’objet délaissé » (ibid., p. 270).
C’est ainsi que la perte d’objet originaire se transforme en perte du moi et
que le conflit entre le moi et la personne aimée se convertit en scission
entre la critique du moi et le moi modifié par l’identification.
La mélancolie obéit à un double régime pulsionnel : elle emprunte une
partie de ses caractères au deuil puisqu’elle est aussi une réaction à la
perte réelle de l’objet d’amour, mais elle est également engagée dans un
processus de régression allant du choix d’objet narcissique au narcis-
sisme. C’est le traitement de l’ambivalence pulsionnelle qui va ordonner
les destins contraires de la dépression : dans le cas des névroses (dont le
paradigme serait ici la névrose de contrainte), l’ambivalence confère au
deuil une configuration pathologique notamment à travers les auto-repro-
ches concernant les souhaits de mort voués à la personne aimée. On voit
bien là la double valence — amour et haine — qui anime l’investissement
d’objet.
Dans la mélancolie, les facteurs déterminants débordent largement la
seule situation de perte par la mort de la personne aimée : sont parties
prenantes toutes les situations de vexation, de déception, de rejet. Dans ce
cas, le tourment que s’impose le patient relève d’un auto-sadisme dont la
cruauté est à la mesure de la haine pour l’objet déceptif, attaqué à travers
le moi du sujet qui s’est massivement identifié à lui :

L’analyse de la mélancolie nous enseigne que le moi ne peut se tuer que


lorsqu’il peut, de par le retour de l’investissement d’objet, se traiter lui-
même comme un objet, lorsqu’il lui est loisible de diriger contre soi l’hos-
tilité qui concerne un objet et qui représente la réaction originelle du moi
contre les objets du monde extérieur (ibid., p. 273).

Ce que veut montrer Freud c’est que, bien sûr, grâce à la régression
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

narcissique, l’objet a été supprimé mais que, en vérité, il s’est avéré plus
puissant que le moi lui-même : c’est à un objet mort que le moi est
contraint de s’identifier.
Pour l’instant, nous n’irons pas au-delà dans la lecture détaillée du
texte de Freud ; nous souhaitons cependant en dégager quelques effets
dans la compréhension des dépressions. Nous pouvons considérer que le
modèle « objectal » du deuil est susceptible de se retrouver chez tous les
sujets ou dans toutes les situations qui permettent de maintenir un inves-
tissement d’objet suffisamment solide et résistant. En de telles occurrences,
200 NARCISSISME ET DÉPRESSION

il est possible de penser que le travail d’élaboration de la perte s’inscrira


dans le déplacement de la libido sur de nouveaux objets : même si
l’atteinte narcissique est repérable, même si les auto-reproches et la
culpabilité liés à l’ambivalence sont douloureusement présents pendant
une phase plus ou moins longue de la traversée dépressive, l’issue advient
grâce au déplacement de l’investissement du premier objet sur un autre,
différent. On peut se saisir, au-delà de la clinique dépressive, de l’ampleur
paradigmatique de ce modèle : par exemple, dans le développement de
l’enfant, la déception quasi inéluctable (et souvent structurante) de la
relation au premier objet (la mère) pourra, si l’investissement objectal est
globalement résistant, déterminer un déplacement de l’investissement de
cet objet vers un autre (le père) et assurer une triangulation effective,
essentielle non seulement pour le déploiement du complexe d’Œdipe,
mais pour le devenir du traitement de toute perte d’objet. C’est l’ambiva-
lence qui promeut un tel mouvement de déplacement, une ambivalence
nécessaire car elle permet, de par l’expression de la haine, une séparation
effective dont la valeur trophique n’a pas à être démontrée. Mais cette
haine pour l’objet ne peut être éprouvée en tant que telle que si une quan-
tité d’énergie libidinale suffisante est susceptible de la rendre supporta-
ble. Lorsque cette condition n’est pas remplie, on est renvoyé à la
position mélancolique décrite par Freud : l’investissement libidinal ne
résiste pas et la haine est massivement retournée contre le moi lui-même,
maltraité, appauvri, violemment attaqué à l’instar de l’objet auquel il
s’est inconsciemment identifié. Se découvrent, en de telles situations, les
dépressions « masquées » notamment par le recours compulsif à des
comportements autodestructeurs.

2.2 La répétition comme mode de traitement


de l’angoisse de perte d’amour

2.2.1 Un précurseur d’« Au-delà du principe de plaisir » :


l’échec devant le succès

Dès 1916, Freud s’est préoccupé de l’attraction par l’échec de certains


patients et de la répétition du sentiment d’impuissance ou de la méses-
time de soi. Il souligne, dans « Quelques types de caractère dégagés par
le travail psychanalytique », le désir de certains patients de se considérer
comme des « exceptions » dans la mesure où le travail analytique et les
renoncements qu’il impose (notamment le renoncement aux symptômes
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 201

et aux bénéfices secondaires) sont refusés. Freud remarque une particula-


rité commune à tous ces malades :
Leur névrose se rattache à une expérience et à une souffrance qui les avait
touchés dans un premier temps de leur enfance, dont ils se savaient inno-
cents et qu’ils pouvaient estimer une injustice, un préjudice porté à leur
personne (p. 142).

Notons, quant à nous, l’éventuelle analogie entre la notion d’injustice ou


de préjudice et la déception ou la vexation aux origines du mouvement
mélancolique. Cependant, pour l’heure, c’est plutôt à la question de la
castration que Freud rattache ce sentiment d’innocence et d’injustice, en
s’appuyant sur l’exemple des femmes « raccourcies d’un morceau » qui
nourrissent « une grande amertume vis-à-vis de leur mère qui les a fait
naître femme au lieu de les faire naître homme » (ibid., p. 145).
Au-delà de cette frustration irréversible pourtant, le phénomène para-
doxal de l’échec devant le succès retient l’attention de Freud : la contra-
diction entre ceux qui échouent devant le succès et la théorie selon
laquelle l’homme devient malade du fait de la frustration peut être levée
dès lors qu’on distingue frustration interne et frustration externe. Nous
retrouvons ici les mêmes polarités que dans la problématique dépressive
liée à une perte « interne » difficile à identifier et une perte « externe » aisé-
ment objectivable. Par ailleurs, la frustration suppose que l’objet aimé (ou
l’objet secourable) se révèle défaillant dans la réalisation du désir, ce qui
peut aviver un sentiment de perte d’amour de la part de cet objet.
L’incidence de l’échec devant le succès nous montre la contribution
possible du masochisme et du sentiment de culpabilité aux problémati-
ques dépressives. L’érotisation de la souffrance, lorsque celle-ci est liée à
la perte, témoigne de l’intrication pulsionnelle et de l’importance de
l’investissement libidinal dans des situations où l’on pourrait être tenté
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

d’abandonner la référence sexuelle (au sens freudien du terme, c’est-à-


dire en tenant compte du caractère libidinal des pulsions). Par ailleurs, le
retournement de l’agressivité contre le moi constitue un destin pulsionnel
connu dans le registre de la conscience morale et de la culpabilité. Ainsi,
dans les exemples empruntés à la littérature, Freud souligne la réactiva-
tion de la culpabilité chez Rebecca West1 lorsque se découvre la dimen-
sion incestuelle de sa relation avec l’ancien amant de sa mère, répétant

1. Freud fait référence à l’héroïne d’Ibsen.


202 NARCISSISME ET DÉPRESSION

une situation œdipienne dont les désirs restent méconnus du fait du refou-
lement. On sait bien, évidemment, que la réalisation des souhaits
œdipiens, au-delà de leur dimension transgressive, actualise la crainte de
perdre l’amour de l’objet. Il paraît donc impossible de séparer la sexualité
et la perte.
Au sein du complexe d’Œdipe, le désir pour un parent et la rivalité
avec l’autre menacent les investissements premiers : à vouloir séduire le
père, la fille se met en danger de perdre l’amour de la mère ; à vouloir
séduire la mère, le garçon se met en danger de perdre celui du père.
Nombre de problématiques œdipiennes achoppent à ce niveau : si la diffi-
culté à éprouver l’agressivité vis-à-vis du rival rend l’engagement et le
dégagement conflictuel particulièrement malaisés, c’est beaucoup parce
que cette expression de l’ambivalence menace le sujet d’une perte
d’amour douloureuse.

2.2.2 La répétition : « Au-delà du principe de plaisir » (1920)


Sans entrer dans l’analyse de l’ensemble de ce texte qui cristallise « le
tournant des années vingt », rappelons l’idée — au moins aussi scanda-
leuse que celle, ébauchée, de l’échec devant le succès — selon laquelle
l’être humain ne serait pas toujours et seulement guidé par la recherche
de la satisfaction et du plaisir, mais qu’il pourrait tout aussi bien être
emporté par l’attraction du déplaisir et du mal-être. Fondement du maso-
chisme, cette idée (ou ce constat ?) va être largement développée dans
« Au-delà du principe de plaisir », texte particulièrement controversé car
Freud y introduit la notion de pulsion de mort que d’aucuns continuent de
considérer comme relevant d’une démarche plus métaphysique que
métapsychologique.
Nous nous contenterons, dans ce chapitre, d’extraire le passage consa-
cré à la question de l’absence et de la perte, à partir de l’observation célè-
bre du petit-fils de Freud, privé de la présence de sa mère et gardé par son
grand-père. L’enfant est un garçon de dix-huit mois au développement
normal, ayant de bonnes relations avec son entourage familial, plutôt
« gentil » et raisonnable : il ne dérange pas ses parents la nuit, il respecte
les interdictions et surtout il ne pleure jamais quand sa mère, à laquelle il
est manifestement très attaché, le quitte pendant plusieurs heures. Or cet
enfant a l’habitude de lancer loin de lui tous les objets dont il se saisit et
en même temps il émet « avec une expression d’intérêt et de satisfaction
un O-O-O-O sonore et prolongé qui, selon le jugement concordant de la
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 203

mère et de l’observateur, n’était pas une interjection mais signifiait “fort”


[adv : au loin, parti] » (op. cit., p. 285). On connaît la suite : l’enfant
possède une bobine en bois autour de laquelle est enroulée une ficelle ; il
jette la bobine tenue par la ficelle par-dessus le bord de son lit, si bien
qu’elle disparaît à la vue ; il crie son « O-O-O-O » puis tire la ficelle pour
faire remonter la bobine et salue son apparition par un joyeux « da » (là).
L’interprétation proposée par Freud nous intéresse particulièrement
quant à la problématique de perte, à l’angoisse qu’elle suscite et au mode
de traitement qu’elle peut entraîner. Freud insiste d’abord sur la « grande
performance culturelle de l’enfant » qui renonce à une satisfaction
pulsionnelle : il peut désormais laisser partir sa mère sans se rebeller et
s’en dédommage en mettant lui-même en scène la disparition et le retour.
Le second point a trait au plaisir et au déplaisir : il est impossible, écrit
Freud, que le départ de la mère soit agréable ou indifférent pour l’enfant.
La question se pose alors — comme à propos des névroses traumatiques
— de la contradiction entre le déplaisir d’une telle situation et la complai-
sance à la répéter dans le jeu. Mais ce qui se dégage essentiellement est le
passage d’une situation subie (le départ de la mère imposé à l’enfant),
c’est-à-dire d’une position passive, à une position active puisque c’est
l’enfant qui préside à l’ordonnancement du jeu. Cela relèverait d’une
pulsion d’emprise, indépendante du fait de savoir si le souvenir apporte
du plaisir ou du déplaisir.
Une autre interprétation est possible : jeter l’objet au loin pourrait être
une vengeance à l’égard de la mère ou un défi par lequel l’enfant lui
signifierait qu’il n’a pas besoin d’elle et qu’elle peut partir, à la limite
même qu’il lui ordonne de partir. On retrouve ici l’opposition entre ce qui
revient à une situation éprouvée, « réelle », imposée au sujet par l’autre,
et ce qui relève de la création d’un jeu de représentations au sein duquel
le sujet adopte une position active de maîtrise : « Il [l’enfant] était passif,
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

à la merci de l’événement, mais voici qu’en le répétant, aussi déplaisant


qu’il soit, il assume un rôle actif » (ibid., p. 286). Cette stratégie est tout à
fait repérable en clinique adulte, dans le mode narcissique de réaction à
l’absence et à la perte : refus de la passivité, refus de reconnaissance de
l’impact de la perte de l’objet, position d’emprise et d’auto-suffisance.
Que l’autre soit présent ou pas, peu importe ; si le sujet se satisfait tout
seul, il ne souffre d’aucun manque et n’a donc besoin de personne.
Le passage de l’événement à la représentation prend toute sa significa-
tion à partir de la question de la perte : c’est bien dans cette perspective
204 NARCISSISME ET DÉPRESSION

que dans « La négation », en 1925, Freud inscrira la dynamique de


l’appartenance et du rejet au fondement de la capacité à se représenter un
objet absent. C’est en effet par le passage de la présence à l’absence et à
sa reconnaissance que l’affect se lie à la représentation. Mais pour que
cette procédure advienne, il est indispensable que l’objet ait été perdu,
qui autrefois avait apporté une satisfaction réelle. Il y a donc nécessité
d’une différenciation de base entre moi et objet, entre ce qui appartient à
l’un et à l’autre. L’existence d’un moi qui se reconnaît comme tel s’attache
immanquablement à ce qui s’éprouve, à condition toutefois que la qualité
et l’appartenance de ces éprouvés soient reconnues. Cette reconnaissance
passe par l’autre, par son regard, par son attention : c’est là que se décou-
vre la connexion si étroite entre l’intime et l’étranger, entre le moi et
l’objet. Le texte, si fondamental, de « La négation » (1925) offre une
démonstration magistrale de la co-substantialité du moi et de l’objet dans
le passage de la perception à la représentation : il souligne encore
l’impact essentiel de la perte d’objet et de sa reconnaissance dans l’acces-
sion à la représentation. Or la représentation de l’objet absent, la possibi-
lité ou non de le convoquer comme image interne, même s’il n’est pas
perceptivement présent, constitue un pivot majeur. Cette capacité est
essentielle dans la possibilité pour le sujet d’élaborer l’absence de l’objet
et elle conditionne très largement les modalités de réactions par rapport à
la perte, donc les différentes qualités de la dépression, si l’on considère
que celle-ci, comme nous l’avons signalé au début de ce chapitre, est une
réaction à la perte.

2.3 La douleur de perdre :


Inhibition, symptôme et angoisse (1926)

En 1926, dans l’addendum de Inhibition, symptôme et angoisse, la ques-


tion de la douleur est abordée par Freud en termes plus précis : il s’inter-
roge sur les effets de la séparation d’avec l’objet et se demande
notamment ce qui, une fois posé le caractère immanquablement doulou-
reux d’une telle expérience, provoque des réactions aussi différentes que
l’angoisse, le deuil ou la douleur. Ainsi se pose la question des liens entre
douleur et perte d’objet.
Le traumatisme est d’abord rattaché à l’impossibilité du nourrisson à
comprendre ou à expliquer l’absence de la mère : le surgissement de
l’angoisse est déterminé par la perte de la perception de l’objet éprouvée
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 205

comme perte réelle de l’objet. Par la suite, les expériences de satisfaction


répétées ont permis la création de l’objet, la mère, qui « connaît dans le
cas du besoin un investissement intense et qu’il faut nommer “pleine de
désirance” » (p. 285). C’est à cet état que Freud rapporte la douleur : elle
advient lorsqu’une excitation, du fait de son extrême intensité, déborde
les barrières de pare-excitation et se maintient constamment, sans
qu’aucune action puisse y mettre un terme.
Quelle ressemblance peut-on dégager de la comparaison entre les
conditions d’apparition de la douleur et de la perte d’objet ? Dans le cas
de la douleur corporelle, se produit un investissement narcissique très
élevé de l’endroit du corps douloureux. Mais, écrit Freud, « le fait remar-
quable que, en cas de déviation psychique par un intérêt d’une autre
espèce, les douleurs corporelles les plus intenses ne se produisent pas
[…] trouve lui aussi son explication dans le fait de la concentration de
l’investissement sur la représentance psychique de l’endroit du corps
douloureux » (ibid., p. 285-286). Il y aurait donc transfert de la sensation
douloureuse au domaine du psychisme. Le surinvestissement de l’objet
absent, « en désirance », constituerait un état d’excitation inapaisable,
augmentant sans cesse, si bien que les conditions économiques de cette
douleur psychique seraient équivalentes de celles qui provoquent la
douleur corporelle.
Ces constructions théoriques nous permettent d’appréhender la
singularité des différentes figures de la dépression : lorsque le passage
de la perception à la représentation de l’objet absent est possible, le
maintien vivant de l’objet perdu, à l’intérieur de la psyché, constitue un
recours effectif, relativement solide et résistant. En tout cas, la perma-
nence de l’investissement d’objet permettra, ultérieurement, que le déta-
chement libidinal indispensable à l’élaboration de la perte puisse
s’effectuer.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

Lorsque l’investissement de l’objet reste soumis à la contrainte de la


perception et que l’accession à la représentation s’en trouve affaiblie ou
fluctuante, la dépendance vis-à-vis de l’objet se révèle dans ses aspects
les plus aigus : la douleur de perdre peut alors envahir le moi, comme par
exemple au début d’un deuil, ou encore dans des moments mélancoliques
qui montrent comment l’absence et/ou la perte de l’objet sont vécues
comme autant d’effractions narcissiques insurmontables et maintiennent
un haut degré d’excitation (le paradoxe clinique de l’abattement dépressif
et de l’insomnie peut trouver là sa résolution).
206 NARCISSISME ET DÉPRESSION

Le déprimé, prisonnier d’un défaut (apparent) d’investissement objec-


tal, peut éprouver de fortes douleurs — psychiques et physiques — du
fait de ce défaut d’investissement et de l’état d’excitation angoissante que
l’absence de satisfaction, et donc du plaisir, peut engendrer. Par ailleurs,
la recherche de sensations, si fréquente chez certains sujets aux prises
avec une dépression masquée, vient étonnamment illustrer le propos de
Freud concernant la douleur physique et la douleur psychique : dans
certains cas, la douleur physique constitue un recours actif qui permet de
lutter contre la douleur psychique de la perte. Les conduites addictives
illustrent de manière frappante cette problématique : en deçà, se découvre
toujours une problématique dépressive majeure.

2.4 La voie des identifications :


« Deuil et mélancolie » (1915) ;
« Le moi et le ça » (1923)
Au-delà du phénomène du deuil, il nous faut admettre, au point où nous
en sommes, que non seulement la problématique de la perte est au cœur
de la condition humaine, mais qu’elle offre une expérience, ou des expé-
riences indispensables pour le développement psychique et son fonction-
nement. L’absence de reconnaissance de la séparation maintient un état
fusionnel entre le sujet et l’objet, et celui-ci assigne le moi à un statut
d’indifférenciation et d’aliénation toxique.
On conviendra alors qu’au-delà des situations de perte classiquement
repérables en termes de deuil, de rupture, d’abandon, etc., susceptibles de
déterminer un état ou un moment dépressif, les différentes étapes de la
vie confrontent à la nécessité de renoncer et de perdre les bénéfices et
les objets qui les procurent, inhérents à telle ou telle période de la vie.
Il faudrait ajouter que les objets perdus ne relèvent pas uniquement de
la catégorie des expériences heureuses, contrairement à ce que la
nostalgie convie, mais aussi de celle, moins idéalisée, des expériences
négatives, malheureuses, éprouvantes puisque, comme nous l’avons vu
au paragraphe précédent, celles-ci ont tendance à être répétées par le
même sujet.
Dans la dynamique du fonctionnement psychique, la notion d’identifi-
cation est consubstantielle de celle de la perte : dans « Deuil et mélanco-
lie » déjà, Freud consacre un long développement à la distinction entre
identification hystérique et identification narcissique, en montrant
CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 207

comment la réaction en termes de deuil ou de mélancolie est tributaire de


la qualité des identifications. Plus tard, dans « Le moi et le ça », il s’atta-
che à analyser la fonction de la perte dans la construction des identifi-
cations et, fidèle au principe de la dialectique entre le normal et le
pathologique, il intègre le mouvement mélancolique à l’édification des
identifications du moi.

2.4.1 Les identifications dans « Deuil et mélancolie » (1915)


L’identification relève avant tout d’une opération d’appropriation : le sujet
s’empare, à son insu, d’un trait de l’objet. Mais en même temps, le méca-
nisme peut opérer symétriquement ou réciproquement : l’objet s’empare
du sujet en lui imposant, à son tour, un trait auquel il doit passivement
souscrire, qu’il doit faire sien.
Freud, dès 1915, se consacre à la différenciation des formes d’identifi-
cation en analysant avec beaucoup de soin l’identification hystérique et
l’identification narcissique mobilisées respectivement dans le deuil et
dans la mélancolie : dans l’identification narcissique, l’investissement
d’objet est abandonné (à l’instar de ce qui se passe dans la mélancolie)
alors que, dans l’identification hystérique, il persiste et demeure actif.
Cependant, ces deux types distincts d’identification ont une racine
commune : l’identification narcissique est la plus originaire et introduit,
en quelque sorte, à l’identification hystérique dont elle serait le soubasse-
ment. Cependant, comme nous l’avons souligné ci-dessus, l’élément
essentiel dans l’étude des identifications apparaît dans la consubstantia-
lité de ce concept et de celui de la perte. Est-ce un hasard si, dans un texte
consacré à l’analyse de deux modalités contrastées de traitement psychi-
que de la perte, la question des identifications est non seulement présente,
mais constitue le point central des processus ? Est-ce un hasard si,
étudiant minutieusement les différentes étapes du deuil et de la mélanco-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

lie dans la perspective comparative qu’il affectionne, Freud insiste sur


l’ambivalence qui articule les deux mouvements, faisant apparaître, dans
le deuil, une liaison possible de l’agressivité par la libido alors que, dans
la mélancolie, la haine contre l’objet se retourne et s’acharne contre le
sujet ?
La déception (ou le préjudice) de la part de la personne aimée, à
l’origine de la mélancolie, n’entraîne pas, comme dans la névrose, un
déplacement de la libido vers un nouvel objet (nous l’avons déjà ferme-
ment souligné plus haut), elle s’engage dans une « identification du moi
208 NARCISSISME ET DÉPRESSION

avec l’objet perdu » et la perte d’objet se transforme en perte du moi :


« L’identification narcissique avec l’objet devient alors le substitut de
l’investissement de l’objet, ce qui a pour succès que, malgré le conflit
avec la personne aimée, la relation d’amour n’a pas été abandonnée »
(1915b, p. 270)1.
En contraste, l’identification hystérique accorde la prévalence à l’iden-
tification à l’objet du désir de l’autre, c’est-à-dire, dans la configuration
œdipienne, à l’identification au père pour le fils, à la mère pour la fille.
Dans l’organisation œdipienne « complète », la double orientation du
conflit pousse vers une double identification, au père et à la mère, selon la
face positive ou inversée du complexe. Cependant, ce qu’il nous faut
surtout retenir au regard de notre objet d’étude est que c’est à l’objet
investi auquel il faut renoncer que l’identification hystérique s’adresse,
un objet dont l’investissement libidinal, objectal, perdure. C’est bien
dans un contexte de perte qu’opère le mouvement d’identification : la
possibilité de renoncer témoigne pour autant de la solidité du lien à
l’objet et de la résistance de cet investissement.
Au contraire, l’identification narcissique est déterminée par un faible
investissement originaire de l’objet : en cas de défection ou de déception
de la part de l’objet, le retrait de l’investissement suit une filière « anti-
objet ». Le surinvestissement narcissique vise alors à pallier la lacune qui
absorbe des quantités plus ou moins importantes d’énergie pulsionnelle.
L’identification mélancolique accomplit un pas de plus : il s’agit d’une
identification à un objet non seulement perdu mais détruit, mort et, de
surcroît, non identifié.

2.4.2 Les identifications dans « Le moi et le ça » (1923)

Dans « Le moi et le ça », Freud revient à la mélancolie et insiste : au


choix d’objet se substitue une identification. La déception imposée par la
perte entraîne une modification du moi en ce sens que l’objet perdu
s’y érige : le but de cette introjection favoriserait l’abandon de l’objet.
Depuis 1915, Freud a compris, dit-il, que cette substitution contribue
fortement à la formation du moi et notamment à son caractère.

1. C’est moi qui souligne.


CLINIQUES DE LA DÉPRESSION 209

Au début de la vie psychique, l’investissement d’objet et l’identi-


fication ne sont pas très distincts : le moi est faible, il a connaissance
des investissements d’objet par le ça, les accepte ou les refoule. S’il
doit renoncer à ces investissements, le moi se modifie en ce sens que,
comme dans la mélancolie, l’objet s’érige à l’intérieur de lui, ce qui
facilite évidemment l’abandon de l’objet. Freud va même jusqu’à se
demander si cela n’est pas une condition pour que le ça abandonne ses
objets mais il affirme que, dans les premières phases du développement,
le caractère du moi se construit par sédimentation des investissements
d’objets abandonnés et qu’il contient l’histoire de ces choix d’objet.
Cela revient à dire qu’un processus analogue à celui de la mélancolie
(comme modèle de traitement de la perte et d’identification) fait partie
des opérations psychiques généralement requises pour la construction
du moi.

Un peu plus loin dans le texte, Freud continue de s’attacher au moi et à


ses relations de dépendance. À ce propos, en évoquant les tensions possi-
bles entre l’idéal du moi et le moi et le classique sentiment d’infériorité
qui caractérise les névrosés, il revient aux différences entre névrose
obsessionnelle et mélancolie. Certes, son propos concerne les modalités
d’éprouvés du sentiment de culpabilité dans ces deux affections, mais si
l’on admet qu’une part importante des dépressions est sous-tendue par le
retournement de l’agressivité contre le moi, et en deçà par une attaque du
moi, « mal-aimé » du surmoi, dans la répétition de la crainte de perdre
l’amour, on peut considérer que les propos freudiens valent aussi pour la
compréhension de la problématique de perte des deux organisations
psychopathologiques différentes.

Dans la névrose obsessionnelle, le sentiment de culpabilité s’exprime


bruyamment et le moi se révolte. En vérité, c’est le surmoi qui torture le
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit.

moi : il est plus au fait des « fautes » issues des désirs inconscients que le
moi qui les refoule.

Dans la mélancolie, le moi ne proteste pas contre le surmoi, il se reconnaît


coupable, il cherche même la punition. Selon Freud, la différence tient à
ce que, dans la névrose obsessionnelle, les motions inconvenantes restent
en dehors du moi, alors que dans la mélancolie, l’objet de ces motions est
englobé dans le moi, par identification. Le surmoi, excessivement fort,
fait rage contre le moi avec une violence impitoyable, parfois même une
cruauté terrible qui montre que tout le sadisme a été colonisé pour une
210 NARCISSISME ET DÉPRESSION

attaque dont la composante destructrice est massive : dans la mélancolie


règne une « pure culture de la pulsion de mort ».
Dans la névrose obsessionnelle, au contraire, le pas de l’autodestruc-
tion n’est jamais vraiment franchi car la sécurité du moi est garantie par
le maintien de l’investissement de l’objet. Cela permet de comprendre
aisément que celui-ci peut être attaqué et qu’une part de l’agressivité le
concerne, si bien que seule la part restante est retournée sur le moi. Le
moi n’a pas pris en lui ces tendances agressives et destructrices, aussi se
défend-il par des formations réactionnelles. Le surmoi, lui, considère que
le moi est coupable de ces intentions destructrices, si bien que le moi est
coincé entre les mouvements meurtriers du ça et les reproches de la
conscience morale. Il en résulte, quand cela est possible, à la fois une
auto-torture interminable et une torture systématique de l’objet lorsque
celui-ci peut être atteint. Les états dépressifs apparaissent dans l’inhibi-
tion dominante de ces tendances destructrices, seul étant actif le mouve-
ment d’attaque du moi.
Les deux modèles psychopathologiques que nous venons d’évoquer
brièvement sont susceptibles de nous permettre de poursuivre notre
réflexion : même si des éléments communs se découvrent entre mélanco-
lie et névrose obsessionnelle, on voit bien à quel point les destins
pulsionnels, différents dans les deux affections, régentent l’ambivalence
et le lien à l’objet. Maintenu dans la névrose, coûte que coûte, il préserve
paradoxalement le moi d’atteintes destructrices majeures ; dans la mélan-
colie au contraire, l’identification na