Vous êtes sur la page 1sur 40

2

PROTECTION
RETRAITE
SOCIALE

COMPLÉMENTAIRE

Année Universitaire | 2010//2011

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Sommaire

Sommaire....................................................................2 2

INTRODUCTION............................................................3
Section I : la retraite complémentaire dans le secteur
public .........................................................................5
Section II : la retraite complémentaire du secteur privée
...................................................................................8
Section III : Avantages et limites de la retraite complémentaire.......................20

CONCLUSION..............................................................26

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


INTRODUCTION

Les premières assurances sociales mises en place dans les années


1930 reposaient sur un système de retraite par capitalisation1, mais au
sortie de la guère, l’idée de solidarité s’est imposée. A partir de la moitié
2
des années 40, la plupart des Etats ont institué un régime par répartition2
qui prévaut encore aujourd’hui pour les régimes de base et
complémentaire.

le régime marocain de retraite couvre les salariés du secteur public


et ceux du secteur privé, la protection sociale se compose de deux
régime , un obligatoire regroupant trois caisses: la Caisse nationale de
sécurité sociale (CNSS) pour les personnes du privé, la Caisse marocaine
de retraite (CMR) pour les fonctionnaires de l’Etat et le Régime collectif
d’allocation de retraite (RCAR) géré par la Caisse nationale de retraite et
d’assurance (CNRA) pour les personnes de la fonction publique non
titulaires, et un autre complémentaire- facultatif- regroupant les
institutions suivantes :

• la CIMR (essentiellement pour les salariés du secteur privé) ;


• Le Régime Complémentaire / Le régime Collectif d'Allocation
de Retraite
• Le Régime Complémentaire / La Caisse Marocaine des
Retraites
• Les produits d’assurances gérés par les entreprises
d’assurance et la CNRA.

La retraite complémentaire est une retraite conventionnelle qui vient


s'ajouter à la retraite de base pour parer à ses éventuelles insuffisances.
Elle est régit par la loi n°17-99 portant code des assurances ainsi que les
textes d’applications.

1
Le système de capitalisation individualise au maximum les conditions d'attribution d'une
rente. Pendant une durée déterminée, l'assuré s'engage à verser un certain nombre de
primes; à l'échéance l'assureur lui sert une rente viagère. Le contrat, qui est individuel,
fixe tous les éléments: durée des versements, taux de capitalisation, montant de la
rente ... En cas de capitalisation collective, la cotisation versée par chaque assuré sera
une fraction de son salaire définie par le taux de cotisation individuel qui lui est propre.
2
La répartition consiste à servir des pensions à des personnes ayant cessé leur activité
en utilisant les contributions versées le même exercice par les actifs. Le premier aspect
caractérisant la répartition consiste à réunir des personnes en groupe, suivant certains
critères déterminés, en réalisant l'équilibre annuel de gestion.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


La naissance de la retraite complémentaire au Maroc, trouve sa source
dans le plafonnement des cotisations et donc des prestations aux régimes
de base. Elle va parfois jusqu’à se substituer aux régimes de base, comme
c’est le cas des individus ne bénéficiant d’aucune couverture retraite de
base et qui adhérent à des produits de retraite complémentaire afin de se
constituer une pension à l’âge de la retraite. Elle peut fonctionner selon le
système de la répartition ou de la capitalisation. Toutefois, pour être 2
considérée comme telle, elle doit satisfaire certaines conditions suivant
l’entreprise ou l’organisme fournisseur.

Fonctionnant comme un complément, la retraite complémentaire peut


bénéficier à tout individu souhaitant y adhérer. Les employeurs sont libres
de proposer, ou pas, un régime de retraite complémentaire lorsqu’il en
existe.

L’adhésion est accompagnée d’avantages fiscaux puisque les


cotisations sont déductibles au titre de l’IS pour l’employeur et de l’IR pour
le salarié.

L’affilié perçoit l’épargne constituée sous forme de capital ou rentes


certaines ou viagères. Il peut également disposer à tout moment du
capital constitué à travers le rachat de son contrat. En cas de décès de
l’affilié, la pension ou le capital est attribué à ses ayants droits selon les
conditions et termes du contrat.

Il faut noter qu’en 2010, 79% des travailleurs n'ont pas de couverture
retraite et seulement 15% des salariés du privé couverts par la CNSS ont
une couverture complémentaire.

Dans notre exposé, nous allons présenté les différentes institutions


offrant la retraite complémentaire, leurs fonctionnement, leurs objectifs et
leurs mode de financement, tout en respectant la distinction entre le
secteur public et le secteur privé pour terminer avec une présentations
des avantages et les limites du système de protection sociale.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Section I : la retraite complémentaire dans le secteur
public

I . Le Régime Complémentaire / Le régime Collectif d'Allocation


de Retraite : 2

Le régime complémentaire RC/RCAR dont l’affiliation est facultatif, a été


élaboré au profit des affiliés du RCAR. Toutefois, il a été étendu aux
salariés relevant d'autres régimes de retraite de base, à savoir la CNSS et
les régimes de retraite internes des établissements publics. La naissance
d’obligation du régime complémentaire du RCAR envers ses bénéficiaires
est subordonnée à l’adhésion du service employeur, à l’affiliation du
personnel salarié et au paiement des cotisations et des contributions. Il
garantit aux affiliés des pensions de retraite, d’invalidité et de réversion
complémentaires à celles servies par le régime de base.

Chaque année, aussi bien en ce qui concerne la validation des


services antérieurs que l’affiliation effective, les cotisations salariales et
les contributions patronales sont assises sur la tranche de rémunération
supérieure au plafond du régime général relatif à l’année en question.
Avec un taux de cotisation salariale et de la contribution patronale sont
fixée chacun à 3%.

La pension de retraite est obtenue en appliquant la règle suivante :

La pension annuelle brute = nombre de points acquis X Valeur du point de


l'année de liquidation

Sachant que le nombre de points acquis est la somme des points


acquis par an qui correspondent à = (Cotisations + Contributions) année N
/ Salaire de référence année N. Les salaires de références sont fixés
chaque année par le RCAR et la valeur du point est fixée annuellement par
le régime en fonction du taux de revalorisation annuelle du régime.

Concernant certaines caisses internes d’établissement publics, ont été


ingérés au RCAC à partir de 2001 comme le montre le tableau ci après :

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


2

I I . Le Régime Complémentaire / La Caisse Marocaine des


Retraites : Attakmili

La Caisse Marocaine des Retraites a lancé un nouveau régime de


retraite complémentaire qui permet, par le biais de cotisations
mensuelles, de préparer un supplément de votre retraite de base.

La dénomination ATTAKMILI est grandement évocatrice. En elle-même,


elle désigne un complément. En effet, ce régime a pour objet la
constitution d'une retraite complémentaire selon le principe de la
capitalisation individuelle.

Institué en application de l'article 4 de la loi n° 43-95 portant


réorganisation de la Caisse Marocaine des retraites promulguée par le
dahir n° 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), le régime de retraite
complémentaire facultatif dénommé "Attakmili" dont la gestion est
assurée par ladite caisse, est ouvert aux affiliés du régime des pensions
civiles et ceux du régime des pensions militaires . Son financement se fait
par des cotisations payables mensuellement.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Ainsi, les droits constitués sont ceux inscrits au compte individuel
Attakmili de l‘affilié, et sont composés des cotisations versées sur ledit
compte majorées de la participation aux bénéfices financiers. La somme
des montants inscrits dans chaque compte individuel constitue le fonds de
retraite Attakmili, comme le montre le schéma ci après :

Le montant de la cotisation peut être soit forfaitaire, d'un montant égal


à un multiple de cinquante (50) DH, soit un pourcentage du salaire brut
exprimé en un nombre entier.

Toutefois, le montant de la cotisation mensuelle ne peut être inférieur à


cinquante (50) DH. En sus des cotisations périodiques, l'affilié a la faculté
d'effectuer à tout moment des versements exceptionnels dont le montant
ne peut être inférieur à mille (1000) DH.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Section II : la retraite complémentaire du secteur privée

Près de 80% des travailleurs du privé au Maroc n'ont pas de


couverture retraite, affirment les organisateurs d'une opération de
sensibilisation lancée au début du mois de novembre 2011, dans un pays
2
où la question des retraites concerne de plus en plus de personnes en
raison du vieillissement de la population.
Dans cette partie nous allons présenter deux principaux produits qui sont
en cours de développement dans le secteur privée marocain. Le premier
correspond à la CIMR et le deuxième

I. La CIMR

1. Présentation et Historique :

La CIMR est une caisse de retraite qui a le statut d´association à but


non lucratif qui gère les cotisations de prés de 490 000 salariés du secteur
privé et sert des pensions de retraite à plus de 123 000 retraités.
La CIMR représente le tiers du dispositif de retraite du secteur privé au
Maroc, eu égard aux pensions servies (2 875 millions de dirhams) et aux
cotisations encaissées (3 981 millions de dirhams).
Créée en 1949, elle a été la première caisse de retraite destinée au
secteur privé au Maroc.
La CIMR regroupe des entreprises qui partagent la même vision
moderne de management et souhaitent assurer une retraite confortable à
leurs salariés, en partageant avec eux les fruits de la croissance. Elles sont
aujourd'hui au nombre de 4 397, implantées dans toutes les régions du
Maroc et œuvrant dans tous les secteurs d'activité.
La gestion de la CIMR répond aux exigences de performance et de
transparence vis-à-vis de ses adhérents et affiliés.

2. Mécanisme et principe de fonctionnement :Un régime


accessible

Spécialement conçue pour les petites et moyennes entreprises dont


l'effectif est inférieur ou égal à 50 salariés, l'Offre PME de la CIMR tient
compte de leurs contraintes et leur permet de construire une retraite sur
mesure pour leurs salariés.

 Un système simple et transparent

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


En optant pour l’offre PME, l’employeur et ses salariés choisissent
ensemble, parmi la variété de taux proposée, celui qui leur convient le
mieux et qui sera appliqué à la partie du salaire supérieure au plafond du
régime de base de la CNSS.

Cotisation% appliqué à la partie de salaire supérieure au


plafond de la CNSS
2
Salariale 6 7 8 9 10 11 12
Patronale 7,80 9,10 10,40 11,70 13,00 14,30 15,60
Ce taux peut d’ailleurs être différent selon le statut des salariés.

Chacune des cotisations des salariés, qu’elles proviennent des parts


patronales ou des parts salariales, sont traduites en points. Au moment
de partir en retraite, le nombre total de points acquis au cours de la
carrière est multiplié par la valeur du point et donne ainsi le montant de la
pension de retraite. La valeur du point est revalorisée annuellement.

Exemple :

• Age à la souscription : 40 ans.


• Salaire mensuel : 8 000 DH.
• Taux d’évolution annuel du salaire : 4%.
• Taux de cotisation : part salariale : 10% ; part patronale : 13%.
• Age de départ en retraite : 60 ans.
• Montant mensuel de la pension CIMR : 3 167 DH.

Montant mensuel de la pension CNSS : 4 200 DH


Soit un montant de pension globale de : 7 367 DH

 L'OFFRE PME :

L'Offre PME de la CIMR a été spécialement conçue pour aider le chef


d’entreprise dont l'effectif est inférieur ou égal à 50 salariés à motiver et
fidéliser ses collaborateurs en améliorant leur retraite future.
En offrant la possibilité de cotiser sur la tranche de salaire supérieure au
plafond de la CNSS, l'Offre PME d'améliorer le niveau de pension et de
maintenir le niveau de vie à la retraite.
Caractéristiques de l'Offre PME

 La possibilité d'augmenter sa pension de retraite

Il existe plusieurs moyens d’augmenter son nombre de points :


• vous pouvez augmenter votre taux de cotisation,

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


• une autre option est envisageable : imaginons par exemple que vous
ayez travaillé 10 ans avant d’adhérer à la CIMR. Vous pourrez «racheter»
la période non cotisée, c’est-à-dire que vous rachetez le nombre de points
correspondant aux années ou vous n’étiez pas affilié,
• vous pouvez également améliorer davantage le niveau de votre
pension, en procédant librement de façon régulière ou ponctuelle, à des
versements supplémentaires à vos cotisations, destinés au rachat de 2
points additionnels.
Des avantages fiscaux pour vous aider à consolider votre retraite
L’État vous incite et vous aide à mieux planifier votre retraite. Ainsi, tous
les prélèvements au titre de la retraite CIMR font l’objet de déductions
fiscales. Vous pouvez obtenir une déduction fiscale à toutes les phases de
la cotisation, que ce soit pour :
• Constituer votre pension de retraite
• Procéder à des rachats pour les périodes non contribuées. Si le
montant du rachat est supérieur au revenu imposable d’une année, la
déduction est imputable sur les revenus des années suivantes, jusqu’à
apurement.
• Procéder à des versements supplémentaires

3. Avantage de la CIMR

 La retraite est certes faite pour aider le retraité, mais elle aussi vitale
pour toute la famille.
En effet, en cas de décès du retraité ou du salarié actif, sa pension de
retraite CIMR ne se perd pas
 Des points de retraite sont consentis gratuitement par la CIMR, en cas de
maladie ou d´invalidité durant une période dépassant 60 jours.
 Les pensions de retraite servies par la CIMR aux retraités et ayants cause
sont revalorisées systématiquement à effet du 1er juillet de chaque année,
en fonction de l´augmentation annuelle de la valeur du point en service

4. Traitement fiscal

L’adhésion de l’entreprise à la CIMR permet de maitriser le coût social et


de générer d’économies fiscales.
Dans ce cas, l’entreprise et ses salariés bénéficient de déductions fiscales
significatives. Les contributions au titre de la part salariale sont ainsi
déduites de l’Impôt sur le Revenu(IR). Celles au titre de la part patronale
sont déduites de l’Impôt sur les sociétés (IS).

Par exemple :
Taux de cotisation salariale : 6%

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Taux de cotisation patronale : 7,80%

Salaire Brut Part salarial Gain fiscal Part patronale Gain


annuel Brute Nette salarié Brute Nette fiscal
employe
ur 2
4000 240 182 ,40 57,60 312,00 218,40 93,60
8000 480 297,60 182,40 624,00 436,80 187,20
16000 960 576,00 384,00 1248,0 873,60 374,40
0

II. Produit de retraite à base capitalisation

Au Maroc, il existe trois types d’organismes habilités à la gestion des


retraites complémentaires : Les sociétés d’assurances Les établissements
bancaires Les institutions de prévoyance Nous présentons dans ce qui suit,
ces acteurs selon leur ordre d’importance et d’implication dans le
processus d’émergence de la retraite complémentaire au Maroc, et en
analysant leurs chiffres d’affaires considérés comme un indicateur de
l’état de concurrence du marché

Le rôle des compagnies d’Assurances L’émergence des produits de


retraite complémentaire commercialisés par les assurances, s‘est
déclenchée à partir de l’entrée en vigueur du code des assurances mais
aussi, suite au processus de concentration et de libéralisation du secteur
et aux performances de la bancassurance.

Les caractéristiques de ces produits diffèrent selon que ça soit un contrat


de groupes ou un contrat individuel. Cette progression s’explique d’abord
par le faible taux de couverture de la population en produits d’épargne
retraite. D’un autre côté, les citoyens deviennent de plus en plus
conscients de l’importance de l’épargne dans ce type de produit.
Finalement, les grandes et moyennes entreprises souscrivent de plus en
plus des polices d’assurance-groupe au profit de leur personnel.

1. Les assurances privées et le produit des banques :

Rôle des banques L’activité des banques en matière de distribution de


produits d’assurance vie s’est accélérée ces dernières années, cette
performance étant principalement imputable au fort taux de croissance
des émissions « vie » et « capitalisation ».

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Les produits de retraite de bancassurance sont des produits d'épargne-
prévoyance qui permettent de se constituer une retraite principale ou une
retraite complémentaire commercialisés par L'ensemble des grandes
banques de la place.

 Attijari wafabank avec le produit : Plan Age d'OR

 Banque populaire : Addamane Chaâbi 2

 BMCE Banque marocaine de commerce extérieur : BMCE Horizon


Banque marocaine du commerce et de l’industrie : Assur-Plus-
Retraite

 Société générale marocaine des banques : Vital Retraite & Retraite


Complémentaire

Institutionnalisée seulement avec la promulgation du Code des


Assurances en 2002, L’article 330-336 limite l’activité de la bancassurance
au champ de l'assurance de personnes, en excluant celui de l’assurance
dommages24. La promulgation du Code des Assurances a renforcé le
cadre juridique du secteur des assurances, lui permettant de se conformer
aux normes internationales. 23 La vie économique du 14/11/2008: «
Epargne retraite : 8 ans au lieu de 10 pour bénéficier de la déductibilité

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Banque BMCE BCP SGMB BMCI CDM Attijariwafa Bank
Assuranc Produit CNIA La marocaine AXA Produit bancaire Wafa Assurance
e bancaire vie
Produit BMCE Addamane Vital Retraite & CDM retraite Plan d’âge d’Or
retraite Chaâbi retraite Assurance plus
active complémentair Retraite
2
e
Prestatio Pension de Pension de Pension de Pension de Pension de Pension de retraite,
ns et retraite retraite retraite, retraite, retraite, Pension d’invalidité,
garanties Pension de Pension Pension Pension Pension Pension de réversion
réversion d’invalidité d’invalidité, d’invalidité, d’invalidité,
Pension de Pension de Pension de
réversion réversion réversion
Pécule
Cotisatio Versement Souscription 300 DH/mois Versement Versements Versements mensuels
n mensuel de régulière de 900 mensuels de mensuels de 200 minimums de 100 DH
200 dhs au parts d’une DH/trimestre 250 DH au DH au Minimum avec la possibilité de
min avec valeur de ou 3600 Dh/an minimum avec avec la possibilité versements
une 100 Dhs avec un la possibilité de de versements exceptionnels à partir
possibilité avec un min Minimum des versements exceptionnels de 500 DH
de de 12 parts versements exceptionnel
versements par an libres : 1000
exceptionne Dh
ls
Nature de Produit de Produit Produit de Produit de Plan d’épargne Produit de retraite par
contrat retraite par d’épargne retraite par retraite par retraite capitalisation
capitalisatio par capitalisation capitalisation

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


n capitalisatio
n

Rendeme Taux de Taux de A partir de Taux de Taux de rendement


nt rendement rendement rendement

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


2. Fiscalité

La législation fiscale en vigueur prévoit un double avantage, à condition de


satisfaire aux deux conditions suivantes :

– Durée minimum d’adhésion : 08 ans

– Age de sortie à la retraite 50 ans révolus 34


* Avantage à l’entrée :

– Les cotisations sont déductibles du salaire imposable à la


source et ce, sans aucune limite.

– Les cotisations patronales sont déductibles dans le cadre des


charges sociales du revenu de l’entreprise imposable à l’I.S

* Avantage à la sortie :

• En cas d ’Option pour une rente : Abattement de 40 %.

• En cas d’option en capital :- Étalement sur 4 ans.

- Abattement de 40 % appliqué sur


chaque part.

Le bénéfice de cette exonération de l’IR est soumis aux conditions


suivantes :

o Le client doit renoncer expressément sur sa demande de


souscription à la déduction de ses versements de son revenu
imposable en cochant la case non à l’avantage fiscal.

o Ce choix doit être irréversible et le client accepte de ne pas


recevoir d’attestations annuelles de versements;

o Le client doit adresser une copie de sa demande de souscription à


la Subdivision d’Assiette Fiscale dont relève son domicile et s’engage
à l’informer de tout changement d’adresse;

o Présenter à la compagnie d’assurance en cas de liquidation ou


rachat de l’épargne une attestation de non déduction (modèle N°
4169) délivrée par la Subdivision d’Assiette Fiscale.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


3. Illustration :

34

Salaire annuel de Karim et Mehdi : MEHDI


KARIM 300. 000 dh /an

Cotise à un contrat d’épargne retraite: Ne cotise à aucun contrat


2.000dh x 12 mois = 24.000 dh/an retraite

* Diverses déductions:
Base imposable = Salaire annuel – diverses déductions *
Somme des diverses déductions* = 60.088,80 - Frais professionnels:

24 000 dh
Base imposable de Mehdi = 300.000 – 60.088,80
= 239.911,20 dh - CNSS: 3088.80 dh

- CIMR: 18.000 dh
Base imposable de Karim = 300.000 – 60.088,80 – 24.000 dh
(24.000= primes d’épargne retraite annuelles) - Assurance groupe:
= 215.911,20 dh 15.000 dh

-TOTAL: 60.088,80 dh

Karim a bénéficié d ’une économie


Impôt= 57.646,26 dh d ’impôt de 9.119 dh par rapport à Impôt = 66.765,26 dh
38 Mehdi Pole réseau Traditionnel

Karim a donc bénéficié d’une économie totale d’impôt de 72.952 dh


pendant les 8 ans de cotisation

(9.119 dh/an pendant 8 ans) par rapport à Mehdi. .

Total des primes d’épargne versées par Karim:

2.000 dh / mois pendant 8 ans = 2.000 * 12 * 8 = 192.000 dh

Les cotisations de Karim revalorisées à un taux moyen de 5%


s’élèveront à 232.917,00 dh après 8 ans.

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34
IR à régler àla sortie par Karim:
Épargnerevalorisée = 232.917,00dh*

Abattement 40% = 23.291,00

Assietteimposable =
Étalement sur 4ans=
58.229,00 -23.291,00= 34.938,00
232.917,00dh /4= 58.229,00

Calcul Mensuel Calcul Annuel Tranche d’impositionde10%=


As
siettem
I posable A
ssieteIm
posable 34.938,00 * 10% =3.493,75 dh
Taux D
éduct
ion Taux Déduction
de à de à
0 2500 0% 0 30000 0% 0 Som meà déduire= 3.000
2501 4167 10% 250 30001 50000 10% 3000 3.493,75 – 3.000= 493,75
4168 5000 20% 667 50001 60000 20% 8000
5001 6667 30% 1 167 60001 80000 30% 14000
6668 15000 34% 1 433 80001 180000 34% 17200 Impôt total à payer : 493,75* 4= 1.975,02dh
15001 + 38% 2 033 180 001 + 38% 24400

* Épargneconstituée sur labasede2.000 dh par moispendant 8anset un tauxmoyende 5%

40

Le gain total de Karim s’élève donc à :

Gain fiscal sur 8 ans (9.119 X 8 = 72.952 dh)

Revalorisation de l’épargne (Revalorisation à 5% de 2.000 dh par


mois pendant 8 ans = 40.917 dh)

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


IR à payer (1.975,02 dh)

Soit: 72.952 dh + 40.917,00 – 1.975,02, Soit : 111.893,98 dh

Rappel du montant des cotisations = 192.000 dh


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Section III : Avantages et limites de la retraite
complémentaire
I. Avantages :

1. Les pensions versées au titre de la retraite sont exonérées 34


d’impôts :3

L’exonération d’impôt des pensions versées au titre des cotisations pour


une retraite complémentaire constitue le point fort de ce système. De
même que, le prélèvement de la cotisation ne doit pas être réduit de la
base imposable. Cette pour cette raison, que la majorité des organismes
d’assurance proposent une multitude d’offre en matière de retraite.

Par ailleurs, l’affiliation au régime complémentaire « ATTAKMILI » de la


Caisse Marocaine de la Retraite (CMR) permet de bénéficier d’importants
avantages fiscaux4 , en effet :

• Les cotisations mensuelles ainsi que les versements exceptionnels


sont déductibles du revenu brut imposable.

• Au terme du contrat, c'est-à-dire lors de la liquidation des


prestations, l’épargne acquise profitera d’un abattement fiscal de
40% au titre des droits constitués, soit en capital ou en rente.

2. La souplesse des produits offerts par le marché de la


bancassurance :

Le recours à l’épargne-retraite privé, apparait comme un refuge


nécessaire, afin que tous les travailleurs, surtout les populations exclues
d’office de la couverture retraite (professions libérales, les commerciaux,
les artisans,…) puissent se préparer à leurs vieux jours.

Certes, ledit marché, est difficilement accessible, puisqu’il suppose une


certaine capacité d’épargne au préalable, chose qui est insoluble, vu qu’au
Maroc, il y a beaucoup de « travailleurs pauvres », comme a souligné
d’Abdeljalil Greft-Alami, expert en ingénierie de la politique sociale.

Cependant grâce au développement de ce marché, il a permis la facilité


l’accès à une large partie de population, avec l’appui de la réduction du
montant de la cotisation à 200 DHS, explique Issam EL Khiar , chargé de
production chez Axa.
3
http://www.aujourdhui.ma/epargne-retraite-details1151.html
4
http://www.cmr.gov.ma/service/attakmili/03_caracteristiques.asp?slng=fr&id=7

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Dans ce cadre, les produits offerts sont adaptés à toutes les bourses, et ils
sont à la pointe de ce qui se pratique à l’international, dans la mesure où
les tarifs affichés au Maroc, sont comparables à ceux utilisés dans les
marchés étrangers. Ainsi :

• 90% du gain de la capitalisation va à l’assuré ;

• Et seulement 10% s’adresse à la compagnie d’assurances. 34

Mieux encore, Ce marché présente plusieurs autres avantages tels que :

• La suspension des cotisations, en cas de difficulté financières


momentanées de l’adhérents, sans pour autant qu’il perde ses
droits acquis.

• Le client peut racheter le contrat (sous réserve de pénalités), voire


même, demander une avance

• Les rentes peuvent être certaines (pendant une durée déterminée)


ou viagères. Elles sont, aussi, réversibles à un tiers bénéficiaire en
cas de décès.

3. Faiblesse du taux de remplacement :

Taux de remplacement représente le rapport entre la pension de retraite


et le dernier salaire d'activité, autrement dit : il reflète le niveau de la
pension future par rapport au salaire annuel en fin de carrière. L’intérêt de
ce taux de remplacement est de permettre de visualiser l’impact des
cotisations actuelles du salarié sur les pensions futures, afin de mieux
préparer sa retraite.

Au Maroc, Les simulations réalisées pour le compte des clients qui sont
affiliés à la CMR, à la CNSS ou encore le RCAR, témoignent que la majorité
ne pourra prétendre à un taux de remplacement supérieur à 30 ou 40%,
surtout lorsqu’il s’agit de salaires élevés, assure Fatima-Ezzahra Chraïbi,
directrice Vie, du pôle Assurances des particuliers de Wafa Assurance5.

L’idéal, c’est de viser un taux de remplacement de 70%6, Particulièrement


pour les salariés qui touchent au plus 6000 DHS, dans la mesure où, plus
ce taux est élevé, plus la pension perçue est élevée, et inversement.
Prenant l’exemple d’un cadre un cadre du secteur privé qui touche
mensuellement 20.000 DH :
5
http://www.leconomiste-magazine.com/analyse-du-mois/512-epargne-retraite-privee-le-
manque-de-prevoyance-des-actifs-fait-defaut.html
6
http://www.leconomiste.com/article/emploi-et-carrierebrretraite-n-attendez-surtout-pas-
la-derniere-minute

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


• qui cotise uniquement au régime de base de la CNSS

• et n’a pas de retraite complémentaire.

Il touchera lors de son départ en retraite, une pension de 4.200 DH ceci,


s’il a cotisé pendant toute sa vie active.

Malheureusement au Maroc, les salariés du secteur privé qui n’ont pas de 34


retraite complémentaire de dont le salaire dépasse 6.000 DH, doivent
s’attendre à de mauvaises surprises : la chute brutale du niveau de vie à
leur retraite, souligne Abderrahim Janani, actuaire directeur de
l’exploitation de la CIMR.

4. Le système de L’épargne –retraite individuelle participe au


développement de l’économie marocaine7

L'épargne-retraite individuelle concerne le versement, à des périodes


déterminées, d'une cotisation auprès d'une compagnie d'assurances. En
souscrivant un contrat de couverture pendant sa vie active, l'adhérent
pourra constituer une retraite sous forme de :

• capital ;

• rente viagère ou certaine.

C’est un le système de retraite par capitalisation, il permet donc de


générer de l'épargne à long terme et de faciliter le financement de
l'économie.

Dans cette optique, les pouvoirs publics ont mis en place quelques
incitations fiscales dans le but de promouvoir le système. Ainsi, les
cotisations sont déductibles de l'IR dans une limite de 6 %. La rente ou le
capital servi au cours de la retraite bénéficie d'un abattement de 25 %.

7
http://www.leconomiste.com/article/apres-la-bataille-autour-de-la-cimr-les-assurances-
visent-les-retraites-complementaires

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

II. limites :

1. les adhérents au régime de la retraite complémentaire sont


peu nombreux :

La plus importante contrainte qui freine le développement du secteur de


la retraite complémentaire au Maroc ; est la faiblesse de ses adhérents
par rapports à ceux affiliés au régime obligatoire, résultant de :
L’insuffisance des informations, voire même la méconnaissance d’une
grande partie des marocains du régime de la retraite complémentaire 8
d’une part, et le caractère facultatif de ce régime de retraite d’une autre
part. Car selon une enquête menée par la CIMR ; seuls 15% des salariés
du secteur privé, qui sont couverts par la CNSS ont une retraite
complémentaire.

8
http://www.aujourdhui.ma/epargne-retraite-details1153.html

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


Consciente de cette réalité, la CIMR a organisé en collaboration avec la
CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc), une caravane
de sensibilisation9 destinée aux chefs d’entreprises, afin de les expliquer
les avantages de l’intégration de la retraite complémentaire dans leurs
méthodes managériales.

Et ainsi, dans le même cadre, la CIMR a proposé un nouveau service de


34
« la retraite sur mesure » réservée exclusivement aux PME employant au
plus 50 salariés, afin de les inciter à adhérer à cette exclusivité, tout en
leur laissant la liberté de choisir parmi une variété de taux, celui le plus
convenant aussi bien pour les collaborateurs que pour leur employeur.

2. Retraite privée : un marché à développer 10

Les statistiques des pays européens qui sont caractérisés par leur solidité
de leurs systèmes de protection sociale, et pour la qualité de leur dialogue
social, ont montré que, les parts des régimes de retraite, qu’ils soient
privés ou publics, dans les revenus des retraités de plus de 65 ans,
représente une importante intervention de l’épargne retraite privée en
complément, voire même à part égale avec les régimes publics.

Maintenant, si le Maroc veut faire une comparaison avec ces pays, qu’ils
visent une part de 25% à 50% pour le secteur privé, « nous sommes très
loin de ce pourcentage, ce qui laisse un large champ de développement à
l’épargne-retraite qui est promue et développée par les compagnies
d’assurances », souligne Fouad Diouri, président du Directoire du RMA
Wataniya.

3. faiblesse du taux de couverture11 :

Le niveau de couverture retraite au Maroc reste l’un des plus faibles par
rapport aux autres pays du pourtour méditerranéen, Il est encore inférieur
à 25% ; cela dit, qu’environ 79% de collaborateurs n’ont pas de couverture
de base, ce qui implique que les produits de retraite complémentaire
offerts par les organismes, et qui ne s’adressent qu’aux travailleurs déjà
couverts, ne touchent pas les 79 %, qui ne font partie d’aucun secteur
légalement couvert12.

De ce fait, plusieurs d’actions restent à entreprendre notamment en


matière de pérennité des retraites et des prestations sociales, car si l’on
prend en considération les perspectives démographiques du Maroc, il
convient de relever que l’effectif des personnes âgées atteindra les 6
9
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=113&id=140777
10
http://www.leconomiste-magazine.com/analyse-du-mois/512-epargne-retraite-privee-le-
manque-de-prevoyance-des-actifs-fait-defaut.html
11
http://www.yabiladi.com/forum/millions-personnes-sont-concernees-2-2551397.html
12
http://www.slideshare.net/marouab/retraite-complmentaire-au-maroc-3463237

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


millions en 2030. Cette évolution démographique aura un impact sensible
sur le système de la protection sociale, qui verra ses charges alourdies
par le poids des retraites et le coût des soins de santé.

En parallèle13, la proportion des personnes âgées va passer de 9% en 2010


à 11,5% en 2020, voire à 15,4% en 2030. Cette ascension montre que si
rien n'est fait, le Maroc sera confronté à des problèmes économiques
34
graves, regrette Khalid Cheddadi, président directeur général de la CIMR.

En sus de ce phénomène démographique, des autres indicateurs de


grande importance s’ajoutent :

• l'espérance de vie à la naissance : en 2010, elle est de l'ordre de


73,1 ans , ce qui révèle qu’il faut prévoir amplement les moyens à
mettre en place afin de pourvoir les besoins de cette population.

• l'âge au premier mariage est désormais tardif, ce qui laisse prédire


qu'à l'âge de la retraite, le couple aura à sa charge des enfants
encore scolarisables.

4. le défaut de prévoyance des actifs :

La demande de conclusion des contrats Vie est encore faible, à cause du


manque de prévoyance aussi bien des salariés du secteur privé que des
fonctionnaires, et en particulier les indépendants, puisqu’ils sont exclus du
régime obligatoire, dans la mesure où ils pensent pouvoir travailler après
l’âge de 60, ils subissent leur retraite, plutôt que de la prépare, indique la
directrice Vie de Wafa assurance.

Actuellement, plusieurs mesures sont mises en place par les compagnies


d’assurance, afin de faire face à ce manque de prévoyance, à travers la
sensibilisation de la population par le biais des médias, le choix des
banques comme moyen d’intermédiation pour développer les contrats
individuels.

13
http://www.financesnews.ma/article_detail.php?id_art=8187

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


CONCLUSION

Offrir une meilleure retraite représente un investissement dans l’avenir,


non seulement pour les salariés, mais également pour l’employeur, car
elle constitue un moyen d’attirer et de fidéliser les compétences, dans la 34
mesure où, dans certains pays, elle fait partie des arguments de vente du
poste.

Mais, malheureusement au Maroc, les quatre caisses de retraite pour le


secteur public et privé, couvrent seulement 24% de la population active,
et uniquement 15% de cette population sont affiliés à la retraite
complémentaire.
C’est un chiffre impressionnant, vu l’étonnement qui pourra surprendre
les travailleurs à la fin de leur vie active, quand ils aperçoivent que leur
pouvoir d’achat a chuté brutalement, au cas où ils se limitent
exclusivement au régime obligatoire, car les pensions pour le privé atteint
à peine 4200 dhs pour 30 ans de carrière, déclare Mohamed Rahj,
directeur de l’Ecole nationale de commerce et de gestion de Settat.

Face à cette inquiétude, le recours à la retraite complémentaire semble le


refuge le plus assuré auquel tout travailleur devait s’adresser, pour qu’il
puisse garder le même niveau de sa vie au travail.

C’est dans ce cadre, que le gouvernement intervient, en prévoyant une


réforme de la retraite complémentaire qui représente l’un des piliers de
rectifications du système de la retraite au Maroc, qui sera mis ne place à
partir de l’année 2016.

En effet, ce régime de retraite deviendra obligatoire, il donnera donc lieu


à des cotisations sur la partie du salaire commençant du 1er dirham, et
plafonnée à 10 fois le SMIG. C’est un moyen de sécurité et de confort,
dans le sens où le système de répartition se maintiendra. Ainsi, La gestion
de la retraite complémentaire sera confiée :

• Au Régime Complémentaire de la Fonction Publique (RCFP), qui


reprendra les engagements de la Caisse Marocaine de Retraite
(CMR) et ceux du Régime Collectif d’Allocation de Retraite (RCAR).
Pour le secteur public.

• A la CIMR pour le secteur privé.

Pour les indépendants, qui seront obligatoirement couverts par le système


de retraite de base, le « Régime de Base Unifié », auront une retraite

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


complémentaire qui sera mise en place suite à un arrangement aves les
professions concernées.

Puisque la retraite complémentaire demeure facultative pour le moment,


la mise en place des compagnes de sensibilisation destinées aux
entreprises, prouvant l’importance et la nécessité de ce régime de
retraite reste un moyen fondamental pour leur adhésion. 34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE


34

LE REGIME DE LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE