Vous êtes sur la page 1sur 3

Etude et Commande de Nouvelles Structures de Convertisseurs Multiniveaux

Alexandre LEREDDE LAPLACE site ENSEEIHT 2 rue Charles Camichel, BP7122, 31071 Toulouse

Les Structures multiniveaux sont de plus en plus utilisées dans des applications industrielles car elles possèdent des propriétés intéressantes. Mais ces structures possèdent aussi certaines limitations : le nombre de composants est souvent trop important. Un autre problème intervient lorsque le bus d’entrée est réalisé par plus de 3 condensateurs en série : les tensions aux bornes de ceux-ci ne sont plus équilibrées naturellement. Les structures présentées dans ce papier proposent des solutions pour palier à ces différents problèmes.

I. INTRODUCTION

Les structures d’onduleurs multiniveaux sont de plus en plus utilisées dans les applications industrielles car elles permettent de convertir des tensions continues de l’ordre du kilovolt en tension alternative, en utilisant des fréquences de découpage de l’ordre du kilohertz. Il existe deux grandes familles de convertisseurs multiniveaux : les convertisseurs parallèles qui permettent d’augmenter le courant de sortie et les convertisseurs multiniveaux séries qui permettent d’augmenter la valeur de la tension du bus continu en entrée. Ces derniers convertisseurs utilisent deux principes différents pour effectuer le fractionnement de la tension de sortie. Le premier principe est l’utilisation de capacité flottante dans la structure pour réaliser les tensions intermédiaires. La structure la plus connue utilisant ce principe est le convertisseur multicellulaire série (FC) [1]. Un des avantages de cette structure est qu’elle permet d’augmenter la fréquence de découpage

E E E E E E E E E E 2 2 2 2 2
E
E E
E
E
E E
E
E
E
2
2
2 2
2
2
2 2
2
2
E
E
E E
E
E E
E
E
E
V
V
V
V
V
V
V
V
V
V
s s s s s
s s s s s
E
E
E
E E
E E
E
E
E
2
2
2 2
2
2
2 2
2
2
a) a)
b) b)
E
E
E
E
E
2
2
2
2
2
E
E
E
E
E
V
V
V
V
V s s s s s
E
E
E
E
E
2
2
2
2
2
c) c)

FIG. 1. Structure de conversion multiniveaux :

a) NPC, b) ANPC, c) ASNPC)

apparente de sortie par rapport à la fréquence de découpage réelle. Mais ces structures sont limitées par l’énergie que doit stocker certain condensateur lorsque le nombre de niveau de tension augmente en sortie. Un autre principe qui permet d’avoir une tension multiniveaux en sortie est le fractionnement du bus continu en entrée. Depuis une trentaine d’année, la structure Neutral Point Clamped (NPC) (Fig.1a) [1] utilise ce principe pour avoir une tension multiniveaux en sortie. Toutefois ce principe fonctionne parfaitement dans le cas où le bus est fractionné en 2 par des condensateurs. Mais s’il faut fractionner le bus par plus de condensateurs, l’équilibrage de leurs tensions n’est plus naturel. Une possibilité pour équilibrer ces tensions est d’utiliser des structures annexes dédiées à l’équilibrage des tensions. Or un des défis pour les futures structures de conversion est la diminution du nombre de composants.

II. Etude et Commande des Structures à Partage de Composants

L’idée de ces structures est de diminuer le

nombre de composants en mutualisant certains

d’entre eux.

A. Le Convertisseur 3 Niveaux Shared- ASNPC Une structure très fréquente est l’Active-

NPC (ANPC) (Fig. 1b) [2]. Cette structure est une variante du NPC où les diodes sont

remplacées par des interrupteurs. L’avantage de

cette structure est la redondance qu’elle possède

pour réaliser le niveau intermédiaire. Une variante de cette structure est le Stacked-ANPC (ASNPC) (Fig. 1c). Sur cette structure, une redondance est ajoutée pour le

E E 2 2 E E O O O O O O E E 2
E
E
2
2
E
E
O
O
O
O
O
O
E
E
2
2
R
R
S
S
T
T

FIG. 2. Structure à partage de composants SASNPC

niveau intermédiaire par rapport à l’ANPC.

Cette redondance peut être utilisée pour augmenter la fréquence de découpage apparente

et ainsi de diminuer la taille du filtre de sortie.

L’idée du convertisseur à partage de composants est de mutualiser les interrupteurs des structures des différentes phases les plus proches du bus. Cette structure est appelée Shared-ASNPC (SASNPC) (Fig. 2). Ceci est possible car le niveau intermédiaire est réalisable de 3 possibilités différentes. Si une phase a besoin du niveau supérieur et une autre du niveau inférieur, il ne reste plus qu’une

possibilité pour réaliser le niveau intermédiaire. L’ANPC n’ayant que deux possibilités pour réaliser le niveau intermédiaire, il n’est pas possible dans ce cas de mutualiser les composants des cellules proches du bus d’entrée. B. Commande du convertisseur Le convertisseur possède un certain nombre d’état qui correspondent aux différents niveaux de tension que le convertisseur doit réaliser en sortie. Ces états possèdent plus ou moins de redondance. En effet, certains états possèdent 27 combinaisons différentes pour être réaliser alors que d’autres peuvent être réalisés que d’une seule façon. Cette propriété est utilisée pour élaborer plusieurs types de commande du convertisseur. La première partie de la commande est un modulateur qui à partir des différentes modulantes et des porteuses sort les formes d’ondes de référence des tensions de sortie du convertisseur. Les différents états peuvent être représentés dans le plan diphasé (Fig. 3) après une transformation de Concordia. Le fait d’avoir différentes combinaisons pour réaliser un même état va être utilisé pour élaborer deux stratégies de commande différentes. La première stratégie de commande

a pour objectif de répartir les pertes dans les

différents composants; pour cela, le choix de la

0/+1/-1 0/+1/-1 -1/+1/-1 -1/+1/-1 +1/+1/-1 +1/+1/-1 +1/+1/0 +1/+1/0 -1/+1/0 -1/+1/0 0/+1/0 0/+1/0 +1/0/-1
0/+1/-1
0/+1/-1
-1/+1/-1
-1/+1/-1
+1/+1/-1
+1/+1/-1
+1/+1/0
+1/+1/0
-1/+1/0
-1/+1/0
0/+1/0
0/+1/0
+1/0/-1
+1/0/-1
0/0/-1
0/0/-1
-1/0/-1
-1/0/-1
+1/+1/+1
+1/+1/+1
-1/-1/-1
-1/-1/-1
0/-1/-1
0/-1/-1
-1/0/0
-1/0/0
-1/+1/+1
-1/+1/+1
+1/-1/-1
+1/-1/-1
0/+1/+1
0/0/0
+1/0/0
+1/0/0
0/+1/+1
0/0/0
0/-1/0
0/-1/0
-1/-1/0
-1/-1/0
0/0/+1
0/0/+1
+1/-1/0
+1/-1/0
-1/0/+1
-1/0/+1
+1/0/+1
+1/0/+1
0/-1/+1
0/-1/+1
+1/-1/+1
+1/-1/+1
-1/-1/+1
-1/-1/+1
R/S/T R/S/T R/S/T R/S/T
R/S/T
R/S/T
R/S/T
R/S/T

1 1

4 Combinaisons

4

Combinaisons

Combinaison

Combinaison

R/S/T R/S/T R/S/T R/S/T
R/S/T
R/S/T
R/S/T
R/S/T

Combinaisons Combinaisons

2 2

27 combinaisons

27 combinaisons

FIG. 3 Représentation des états dans le plan diphasé

combinaison est celle où globalement les composants sont les moins utilisés. La deuxième stratégie de commande vise à réduire les pertes par commutation : une étude à priori étudie toutes les transitions possibles pour choisir à chaque transition entre deux états, celle qui fait commuter le moins d’interrupteurs. La mutualisation de composants entre les différentes phases est une première idée pour réduire le nombre global de composant dans une structure triphasée.

III. Equilibrage du bus d’entrée

Une autre limitation de l’utilisation des structures multiniveaux est le déséquilibre des tensions des condensateurs du bus d’entrée quand ceux-ci sont supérieurs ou égaux à 3. Pour réguler les différentes tensions, il est possible d’utiliser la commande mais aussi de réaliser un transfert d’énergie d’un condensateur vers un autre. A. Utilisation de la commande pour équilibrer les condensateurs du bus d’entrée

E E E 3 3 3 E E E E E 3 3 3 E
E
E
E
3 3
3
E
E
E
E
E
3 3 3
E
E
E
3 3
3
V
V
V
i i i
load
load
load

FIG. 4 Structure 4 Niveaux

V V 1.5 1.5 1.5 030 030 030 030 130 130 130 130 230 230
V V
1.5
1.5
1.5
030
030
030
030
130
130
130
130
230
230
230
230
330
330
330
330
031
031
031
031
020
020
020
020
120
120
120
120
220
220
220
220
320
320
320
320
1 1 1
131
131
131
131
231
231
231
231
331
331
331
331
021
021
021
021
121
121
121
121
310
310
310
310
032
032
032
032
010
010
010
010
110
110
110
110
0.5
0.5
0.5
221
221
221
221
321
321
321
321
210
210
210
210
132
132
132
132
232
232
232
232
332
332
332
332
V V
022
022
022
022
122
122
122
122
100
100
100
100
000
000
000
000
300
300
300
300
200
200
200
200
0
0 0
033
033
033
033
133
133
133
133
233
233
233
233
111
111
111
111
222 322
222 322
222 322
222 322
311
311
311
311
011
011
011
011
211
211
211
211
333
333
333
333
223
223
223
223
323
323
323
323
312
312
312
312
112
112
112
112
-0.5
-0.5
-0.5
023
023
023
023
123
123
123
123
101
101
101
101
301
301
301
301
012
012
012
012
212
212
212
212
201
201
201
201
001
001
001
001
113
113
113
113
213
213
213
213
313
313
313
313
013
013
013
013
-1
-1
-1
002
002
002
002
102
102
102
102
202
202
202
202
302
302
302
302
103
103
103
103
203
203
203
203
003
003
003
003
303
303
303
303
-1.5
-1.5
-1.5
-2
-2
-2
-1
-1
-1
0
0
0
1
1
1
2
2
2

FIG. 5 Représentation dans le plan diphasé

La première structure étudiée est représentée en figure 4. C’est une structure 4 niveaux possédant des redondances pour réaliser certains niveaux. L’idée de cette structure est de l’utiliser dans une application triphasée et d’équilibrer les tensions des condensateurs en utilisant la Space Modulation Vector (SVM). Lorsque l’on représente les différents états réalisables par le convertisseur dans le plan diphasé, ceux-ci se répartissent sur différents hexagones. Plus l’hexagone est proche du centre, plus le nombre de combinaisons pour réaliser chaque état est grand. Les trois modulantes sont représentées par un vecteur qui est réalisable par une combinaison des 3 vecteurs les plus proches. Le choix entre les différentes combinaisons pour un vecteur est réalisé par un calcul qui cherche la combinaison qui minimise l’énergie stockée dans les condensateurs. En effet l’énergie stockée est minimum lorsque les tensions dans les condensateurs sont parfaitement équilibrées. Cette commande fonctionne pour des profondeurs de modulation moyenne car le nombre de combinaisons par vecteur est plus important ; il est possible de rajouter des niveaux à cette structure en ajoutant un condensateur flottant à l’intérieur de celle-ci. Cela permet de passer d’une structure 4 niveaux à 7 niveaux et ainsi d’augmenter le nombre d’hexagones ainsi que le nombre de combinaisons par vecteurs, mais le nombre de tensions à réguler augmente aussi.

B. Régulation des tensions par transfert d’énergie La deuxième solution pour réguler les tensions aux bornes des condensateurs du bus d’entrée est de faire un transfert d’énergie d’un

E E

T T 1 1 L L 1 1 T T T T 1 1 b
T
T
1
1
L
L
1 1
T
T
T
T
1
1
b
b
2
2
V
V
C4
C4
T
T
2
2
b
b
T
T
T
T
7
7
3 3
V
V
C3
C3
T
T
3
3
b
b
T
T
i i
7
7
b
b
S
S
T
T
T
T
8 8
4
4
V
V
C2
C2
T
T
T
T
8
8
b
b
4
4
b
b
V
V
C1
C1
T
T
5
5
L
L
2
2
T
T
T
T
5
5
b
b
6
6
T
T
6
6
b
b

V

V

S

S

FIG. 6 Structure de conversion 5 Niveaux

condensateur à un autre via un élément de stockage inductif. Pour cela, des inductances qui permettent de transférer l’énergie sont placées dans la structure (Fig. 6). Deux stratégies de commande sont possibles : la première stratégie de commande vise à équilibrer les tensions pendant que les interrupteurs ne sont pas utilisés alors que la seconde stratégie réalise l’équilibrage et la conversion, en utilisant en même temps les mêmes interrupteurs. L’avantage de cette technique pour équilibrer les tensions des condensateurs est l’indépendance vis-à-vis de la profondeur de modulation.

IV. CONCLUSION

Même si les convertisseurs multiniveaux possèdent quelques limitations telles que le nombre de composants utilisés ou le déséquilibre du bus d’entrée formé de

condensateurs en série, il existe toujours des solutions pour contrecarrer ces effets pénalisants. Hors ceux-ci possèdent d’autres propriétés intéressantes (augmentation de la

qui

fréquence de découpage apparente,

méritent que l’on s’intéresse à ces nouvelles structures de conversion.

),

V. BIBLIOGRAPHIE

[1] A.M. Lienhardt, Etude de la Commande et de l’Observation d’une Nouvelle Structure de Conversion d’Energie de type SMC (Convertisseur Multicellulaire Superposé), Thèse de doctorat, INPT, 2006 [2] T. Brückner, The Active NPC Converter for Medium-Voltage Drive, Shaker Verlag, 2005