Vous êtes sur la page 1sur 4

-9-

UTE C 17-205

Cas des appareillaaes électroniaues :

La protection doit être assurée par un fusible de type gG ou un disjoncteur de type B, le nombre maximal d'appareillage par phase doit respecter les recommandations des constructeurs, à défaut

son calibreest fonctionde la somme des courants Ib.

3.5

Détermination

des sections

de conducteurs

(Sb) d'après

les chutes

de tension

3.5.1

La chute de tension

doit respecter

les prescriptions

du Tableau ci-dessous

Tableau

4 - Chutes

de tension

dans

Type A - Installationsalimentées directementpar

un branchement à basse tension, à partir d'un réseau de distribution publique à basse tension

Type B - Installations alimentées par un poste de livraison ou par un poste de transformation à partir d'une installation à haute tension et installations de type A dont le point de livraison se situe dans le tableau général BT d'un poste de distribution publique.

les installations

3%

6%

Lorsque les canalisations de l'installation ont une longueur supérieure à 100 m, ces chutes de tension peuvent

être augmentées

soit supérieur à 0,5 %.

Les chutes de tension sont déterminées

appliquant le cas échéant des facteurs de simultanéité, ou, à défaut, d'après les valeurs des courants d'emploi des circuits.

par les appareils d'utilisation, en

de 0,005 % par mètre de canalisation au-delà de 100 m, sans toutefois que ce supplément

d'après

les puissances

absorbées

Lorsque les conditions d'alimentation peuvent laisser craindre que la tension au point le plus éloigné de l'installation soit inférieure à la tension d'amorçage des récepteurs lors de leur allumage, il y a lieu de limiter les chutes de tension à 10 % pendant la phase d'allumage.

3.5.2

Circuit

monophasé

alimentant

des récepteurs

régulièrement

répartis

La section

minimale

Sb est définie

a~ec les-.!or!!1ule~ci-dessou§

p

 

\

Sb = (n+l)n.

p.f.

1

étant

la résistivité

des conducteurs

prise égale

à

:

- 23

mO.mm2/m pour les conducteurs en cuivre

- 37

mO.mm2/m pour les

conducteurs en aluminium

d'/b

~u

---

:

J

~

--\7>

ok

n

f

étant le nombre total de foyers lumineux du circuit

étant la longueur de canalisation entre deux connexions successives, en m

Ib

étant le ~ourant absorbé par un foyer, calculé suivant les valeurs du Tableau 2, en 3.3

!lu

étant la chute de tension

admissible,

en volts

Sb

étant la section des conducteurs

d étant le coefficient d'extension

UTE C 17-205

-

10-

Si le circuit comporte en amont une canalisation de longueur L ne comportant aucun foyer, il y a lieu d'ajouter à la formule précédente:

 

p.

d'/h

 

9

 

(L-I!)n.

1

c."

 

t

u

 

\-

r

 

Tb

---9 1.flf Z.

 

/:;p

-----

'V 1

2

3

4

5

n

L

11

 

Figure 1 - Circuit monophasé

 

3.5:3

Circuit

triphasé

alimentant

des

récepteurs

 

régulièrement

répartis

sur

les

trois

phases

(Li> Lz. L3. Lh

ou)

La section minimale Sb est définie avec les formules ci-dessous:

Si n est un multiple

de

3 :

S b

=

(

n+6

6

)

n.p.e

/J

d

t

'/b

u

ID

Figure

(

.:

,

,

:

;

1

2 - Circuit triphasé,

n multiple de 3

Si (n -1) ou

(n + 1) est

"

-11

multiple de 3 (*):

ffi

Sb = (

n+l

6

.

,

.

,

,

,

f!

:

:

,.

,

)

-

(n+5)p.f.

Figure 3 - Circuit triphasé,

. ;-4 t

.,. ,

:

,

Figure

4 - Circuit triphasé,

d'/b

~u

n-1 multiple de 3

n+1 multiple de 3

UTE C 17-205

(*) Cette formule tient compte de la chute de tension en monophasé de la ou des deux dernières lampes.

,

.

.-

UTE C 17-205

-

12-

Si le circuit comporte en amont une canalisation de longueur L n'alimentant aucune lampe, il y a lieu d'ajouter à chacune des formules précédentes:

Si n est un multiple de 3 :

Si

(n

- 1) est

multiple

de

3

(*) :

 

n+2

n-1

 

(

3

x

3

)

Si

(n +1) est

multiple

de

3

(*) :

(L_f)P.

d'/b

.!lu

En outre, si le circuit triphasé alimente un circuit monophasé ou s'il comporte des charges de puissances différentes, il y a lieu de calculer la chute de tension tronçon par tronçon.

3.5.4

Lorsqu'un circuit d'éclairage fonctionne en système permanent temporaire (semi nocturne), la section doit être calculée en intégrant la charge maximale dans le conducteur neutre.

Circuits

à distribution

particulière

3.6

Protection

contre

les courts-circuits

(vérification

de la section

Sc)

3.6.1

Généralités

 

La protection des canalisations doit être assurée pour les courants de court-circuit maximal /kmax

et minimal/km;n suivants:

.

/kmax- plus grand courant de court-circuit possible à l'origine du circuit

.

/kmin- plus petit courant

de court-circuit

possible

à l'extrémité

du circuit

En général, les installations d'éclairage extérieur sont protégées uniquement à l'origine et aucun dispositif de protection n'est prévu aux changements de section. En conséquence, pour assurer la protection contre les courts-circuits, il est nécessaire de vérifier que le courant de .court-circuit minimal se produisant dans l'installation provoque le fonctionnement du dispositif de protection dans un temps compatible avec la tenue thermique des conducteurs.

Le pouvoir de coupure des dispositifs de protection est déterminé en tenant compte des courants de courts-circuits maximaux au point d'installation.

Cette règle s'applique également aux variateurs ou régulateurs électroniques où un fonctionnement en mode « by pass » est possible.

En ce qui concerne la limitation des contraintes thermiques des conducteurs, il convient de calculer le courant de court-circuit minimal d'une manière analogue à celle indiquée en 3.6.3. La vérification de la protection contre les courts-circuits dépend de la nature de l'alimentation, soit par un branchement à basse tension (voir 3.6.2.1) soit par un transformateur (voir 3.6.2.2).

(*) Cette formule tient compte de la chute de tension en monophasé de la ou des deux dernières lampes.