Vous êtes sur la page 1sur 5

ETUDE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES

Introduction
La conception et la réalisation des installations électriques, nécessite une étude préalable.
Cette étude consiste à dimensionner et faire le choix:
 Du matériel;
 Des calibres et les réglages des appareillages;
 Des conduits et des conducteurs;
 De la compensation.
 Des accessoires.
La continuité et la qualité de service d'une installation dépendent directement de sa conception.

1. Eléments de conception et donnée requises pour l'étude d'une installation électrique.

L’étude nécessite une connaissance détaillée de l'installation à savoir: (Annexe EI-1)


 l'environnement A, l’utilisation B et la construction C il en découle:
 Le choix du matériel avec ses indices de protection IP xx et de Choc IK xxx;
 Le choix des conduits des isolants des conducteurs et de leurs modes de Pose.
 Le choix des schémas de liaison à la terre (SLT): (chap. Protection)
a) les caractéristiques des charges existantes notamment leur puissances leur nature et leurs modes
d'utilisation. il en découle
 Le calcul de la puissance installé et le du transformateur;
 Le calcul du courant Assigné ;
 Le choix et le dimensionnement des protections;
b) les modes de poses et les dimensions de l'installation permettront de déterminer les sections des
câbles et des conducteurs.

2. Evaluation Et Justification De La Puissance (coefficient d'utilisation Ku et de simultanéité Ks)

L'étude de d'une installation commence par l'évaluation de la puissance Installée en KVA qui permet de
définir la puissance du transformateur HT/BT à choisir pour assurer l'alimentation.
On peut évaluer la puissance, soit par la détermination la réalisation d'un bilan de puissance total demandé,
ou par l'utilisation des valeurs estimatifs donnés par les normes en vigueur selon la natures des charges à
alimentée.
Evaluation de la puissance par calcul
P est la puissance active totale
P P   Pi Q la puissansce réactive totale
S  P 2  Q 2 (1.1) avec
FP Q   Qi FP facteur de puisance
S la puissance apparente insatallée
Evaluation par estimation:
L’estimation de la puissance est donnée selon le type d'utilisation en VA/m² le tableau ci dessous donne les
estimations des puissances selon la norme UTE 63-410

Tableau 1: Mémotech électrotechnique Plus édition 2008


Par les deux méthodes une correction est nécessaire pour l'évaluation.
Coefficient d'utilisation et coefficient de simultanéité Ku, Ks
En pratique, dans une installation électrique toutes les charges ne fonctionnent pas simultanément en pleine
charge, d'ou la nécessité d'introduire des coefficients de correction pour tenir en compte le mode d'utilisation
et de fonctionnement de l'ensemble des charges à alimenter.

Le coefficient d'utilisation Ku est appliqué individuellement à chaque élément de l'installation. Il tient


Puissance utilisée
compte de la charge réellement consommée : Ku 
puissance insatallée
Exemple : sur la plaque signalétique d'un moteur on a P= 15 KW le fonctionnement ne demande que 12KW,
12
dans ce cas particulier Ku  = 0.8
15
En Pratique en choisi le Ku max selon le type de charge comme suit:

Le coefficient de simultanéité Ks est appliqué à un groupement de charges alimentées à partir d'un même
tableau avec un même câble ou conducteur. il tient compte du fonctionnement des éléments de charge
Puissance des ch arg es fonctionna nants simultaném ent
fonctionnant simultanément: Ks 
Total des puissances insatallée s

Exemple : dans une station de pompage on alimente 5 pompes identiques de puissance utilisée 12KW selon
le mode de fonctionnement suivants: on démarre les pompe P1 et P2 la pompe P3 démarre pour le renfort
lorsque la pression baisse tous les 6h on arrête l'une des pompes et on démarre P4 la pompe P5 est une
pompe de réserve elle ne démarre que lorsque l'une des 4 pompes est endommagé ou arrêtée pour entretient.
3  12
Ks  =0,6
5  12
En pratique on détermine Ks selon le type de l'installation à partir tableau suivant :
Tableau 2: Mémotech électrotechnique Plus édition 2008
Calcul de la puissance au niveau d’un tableau divisionnaire ou d’un coffret :

Exercices d’application :

A- Un Atelier alimenté en 3x380V-50 Hz comporte :


 3 lignes d’éclairage en lampe Halogène 250W, chaque ligne comporte 6 points lumineux ;
 1 système monte charge entrainé verticalement par un moteur triphasé asynchrone 5,5KW de
rendement 86% et de FP 0,86 et un moteur d’entrainement horizontale de 1,5KW de rendement 92%
et de FP 0,86 ;
 1 air conditionneur 2400W ;
 3 groupes de 4 prises de courant triphasé devant livrer une puissance de 7KW chacune à FP de 0,8 ;
1- Etablissez un schéma unifilaire pour cette installation ;
2- Effectuez les corrections nécessaires et calculez la puissance totale demandée par l’installation.

B- Un atelier d’usinage d’une superficie de 300m2 alimenté en 3x380-50 Hz par un coffret desservant la
ligne d’éclairage, la ligne de traitement thermique et la ligne des parcs machines. Estimez la puissance
nécessaire en KVA et Calculez le courant d’emploie IB.
3. Détermination des Courants d’emploie IB, de calibre In ou de réglage Ir des protections et du courant
admissible par la canalisation Iz.

L’axe des courants présenté ci dessous présente la relation des courants pris en compte lors du
dimensionnement d’une installation électrique.

IB In Iz 1,45xIz Icck3 Pdc

Ir Id ou If

IB : le courant qui correspond à la puissance apparente des récepteurs au niveau des circuits terminaux ou la
puissance d’utilisation en tenant compte de coefficient d’utilisation et de simultanéité au niveau du circuit de
distribution.
In : Calibre du disjoncteur ou du fusible de protection il est remplacé par le courant de réglage Ir dans le cas
d’un disjoncteur conventionnel réglable.
Iz : est le courant maximal que la canalisation peut véhiculer en permanence sans affecter sa durée de vie.
Id : courant de déclenchement d’un disjoncteur ou If dans le courant de fusion d’un fusible ( la norme NFC
Id ou If est repéré par I2)
IccK3 Courant maximal de court circuit triphasé
Pdc : Pouvoir de coupure du dispositif de protection.

a) Détermination du courant maximal d'emploi (IB) :


Il est défini selon la nature de l'installation alimentée par la canalisation.
Dans le cas de l'alimentation individuelle d'un appareil, le courant IB sera égal au courant assigné de
l'appareil alimenté. Par contre, si la canalisation alimente plusieurs appareils, le courant IB sera égal à la
somme des courants absorbés, en tenant compte des facteurs d'utilisation et de simultanéité de l'installation.
Dans le cas de démarrages de moteurs ou de régimes cycliques de charges (poste de soudure par point, il faut
tenir compte des appels de courant lorsque leurs effets thermiques se cumulent.
Certaines installations sont sujettes à des extensions dans le temps. Le courant correspondant à cette
extension sera ajouté à l'existant.
On calcul en triphasé :
NB/
Lorsque des courants harmoniques de valeur importante circulent dans le conducteur, il faut en tenir compte.
Pour le choix de la section, on prendra donc :

Lorsqu'il existe des condensateurs de compensation en aval de la canalisation, on détermine le courant d'emploi
de la façon suivante :
- en supposant que la compensation est en fonctionnement ; en cas de défaillance des condensateurs, la
canalisation est mise hors service.
- en supposant que la compensation est hors service ; en cas de défaillance des condensateurs, la section des
conducteurs est suffisante, on améliore ainsi la disponibilité.

b) Détermination du courant de Protection In ou Ir

En conformité avec la NF C 15-100, un dispositif de protection (disjoncteur ou fusible) assure correctement


sa fonction si les conditions indiquées ci-après sont satisfaites. Conformément à l’axe des courants si dessus :
Le courant nominal ou de réglage Il doit être compris entre le courant d'emploi IB et le courant admissible
Iz de la canalisation : IB ≤ In ≤ Iz ,
Le courant conventionnel de déclenchement Il doit satisfaire la relation suivante : Id ≤ 1,45 Iz

b-1) Cas de protection par des disjoncteurs


Pour les disjoncteurs domestiques, la norme NF C 61-410 spécifie :
Id =1,45In
Pour les disjoncteurs industriels, la norme NF C 63-120 spécifie :
Id =1,30Ir on a donc Id ≤1,45 In (ou Ir)
Or In ≤ Iz (condition ci-avant) La condition Id ≤1,45 Iz est donc automatiquement respectée.

b-2) Cas des fusibles


Les normes NF C 61-201 et ses additifs et NFC 63-210 spécifient que If est le courant qui assure la fusion du
fusible dans le temps conventionnel (1 h ou 2 h) ; If est appelé courant conventionnel de fusion.
If = k2 × In avec k2 =1,6 à 1,9 selon les fusibles Un commentaire à la NF C 15-100 introduit le coefficient :
k3 = k2 ×1,45
Ainsi, la condition If ≤1,45 Iz est respectée si : I n × k3≤ Iz

c) Détermination de Iz

Dans le cas de la protection par disjoncteur en prend Iz = In


Pour les fusibles Type gG Iz = 1,31 In si In < 16 A pour In = 16A et plus Iz = 1,1In.
Pour les fusibles de type gl :

 si In≤10A k3=1,31
 si 10A<In≤25A k3=1,21
 si In>25A k3=1,10

Le courant Iz pour une section donnée dépond de plusieurs paramètres :


 Constitution du câble (âme, isolation, nombre de conducteurs actifs) ;
 Température ambiante ;
 Mode de pose ;
 Influence de circuit voisin.
On pratique Iz est corrigé par les coefficient d’influence externes (Annexe EI-2)
Kp du mode pose (avec la méthode de référence);
Kn de l’influence des circuits voisins ;
Kt de la température ambiante.

On calcul pour le choix des la section :

Choix de la section : (Annexe EI-4)