P. 1
Approche Systeme de Production Et Securite AlimentaIre en Haiti

Approche Systeme de Production Et Securite AlimentaIre en Haiti

|Views: 309|Likes:
Publié parIdeeMark Haiti
APPROCHE SYSTEME DE PRODUCTION ET
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN HAITI
APPROCHE SYSTEME DE PRODUCTION ET
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN HAITI

More info:

Categories:Types, Research
Published by: IdeeMark Haiti on Sep 29, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/17/2012

pdf

text

original

Sections

APPROCHE SYSTEME DE PRODUCTION ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN HAITI

Philippe Mathieu Consultant

Septembre 2003

Version finale 001–- 17 septembre 2003

1

APPROCHE SYSTEME DE PRODUCTION ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN HAITI
TABLE DES MATIERES PREMIERE PARTIE : « SUCCESS STORIES » .............................................................. 8 1 Introduction................................................................................................................. 8 2 Méthodologie .............................................................................................................. 9 2.1 Démarche suivie.................................................................................................. 9 2.1.1 Recherches Bibliographiques...................................................................... 9 2.1.2 Sondage auprès d’agro-professionnels ....................................................... 9 2.1.3 Enquête auprès de personnes ressources..................................................... 9 2.2 Concepts de base et approche d’analyse........................................................... 10 2.2.1 Système agraire......................................................................................... 10 2.2.2 Système de Production.............................................................................. 10 2.2.3 Système de culture .................................................................................... 10 2.2.4 L’approche système de production ........................................................... 10 2.2.4.1 Définition et étapes de mise en œuvre .................................................. 10 2.2.4.2 Une approche participative centrée sur les producteurs-paysans et leurs organisations ......................................................................................................... 12 2.2.4.3 Approche système : approche de développement................................. 13 3 Les résultats du sondage ........................................................................................... 14 3.1 Nature et catégorisation des success stories...................................................... 14 3.2 Hiérarchisation et priorisation des success stories............................................ 15 4 Les paramètres extérieurs ......................................................................................... 16 5 Les Initiatives à succès.............................................................................................. 17 5.1 Les Projets d’Irrigation et de Gestion de l’eau ................................................. 17 5.1.1 Projet PPI .................................................................................................. 18 5.1.2 PREPPIPA ................................................................................................ 18 5.1.3 Projet Ti Carénage dans la Plaine de Labbe (Anse-Rouge)...................... 19 5.2 Les Projets de Développement Rural................................................................ 19 5.2.1 Les projets de la Plaine des Cayes ............................................................ 19 5.2.1.1 La Paroisse de Laborde (SOLADEC – DCCH).................................... 19 5.2.1.2 EDAPS.................................................................................................. 22 5.2.1.3 Projet de Réhabilitation du Système d’Avezac (DCCH – MISEREOR) 22 5.2.2 L’Association des Paysans de Vallue ....................................................... 23 5.2.3 Les Petits Frères de l’Incarnation (PFI) .................................................... 25 5.3 Le Projet de Recherche-Formation-Développement : Madian-Salagnac-Aquin 27 5.3.1 Bref Historique.......................................................................................... 27 5.3.2 La Démarche............................................................................................. 28 5.3.3 Les actions et interventions....................................................................... 28 5.3.3.1 Recherche.............................................................................................. 28 5.3.3.2 Formation.............................................................................................. 29 5.3.3.3 Développement ..................................................................................... 29

Version finale 001–- 17 septembre 2003

2

5.4 Les Projets d’Amélioration Variétale (Semences/Greffage) ............................ 30 5.4.1 Le Greffage ............................................................................................... 30 5.4.2 Les minisets .............................................................................................. 31 5.4.3 La culture de tissus.................................................................................... 31 5.4.4 L’amélioration de variétés de grains alimentaires .................................... 31 5.5 Les Projets d’Aménagement de Bassins Versants et de Reboisement dans les Mornes .......................................................................................................................... 31 5.6 Les Projets Filières............................................................................................ 32 5.6.1 La filière Café : FACN, RECOCARNO................................................... 33 5.6.2 Le Projet d’appui à la Sécurité Alimentaire dans le Nord-Est.- ............... 33 5.6.3 La Paroisse de Pliché ................................................................................ 34 5.7 Les autres Projets .............................................................................................. 35 5.7.1 Les élevages de lapins de Fermathe.......................................................... 35 6 Les Grands Repères .................................................................................................. 35 6.1 Démarches, approches et/ou stratégies ............................................................. 35 6.2 Aspects institutionnels ...................................................................................... 36 6.2.1 En ce qui concerne le rôle des Institutions................................................ 36 6.2.1.1 Les structures de l’État.......................................................................... 36 6.2.1.2 Le privé commercial et le privé social.................................................. 37 6.2.1.3 Les organisations de producteurs-paysans............................................ 37 6.2.2 En ce qui concerne le fonctionnement des institutions............................. 38 6.3 Les régions et zones d’intervention .................................................................. 38 6.4 Organisation et Individualité............................................................................. 39 6.4.1 Le choix du Collectif ................................................................................ 39 6.4.2 L’option individuelle ................................................................................ 39 6.5 Le poids des paquets technologiques................................................................ 40 6.6 Problématiques transversales ............................................................................ 40 6.6.1 Recherche.................................................................................................. 40 6.6.2 Formation.................................................................................................. 41 6.6.3 Protection de l’Environnement ................................................................. 41 DEUXIEME PARTIE : Les Projets MARNDR/FAO ...................................................... 42 7 Introduction............................................................................................................... 42 8 Méthodologie ............................................................................................................ 42 8.1 Consultation des documents ............................................................................. 42 8.2 Visites sur le terrain .......................................................................................... 42 8.3 Analyse et synthèse des observations et des données recueillies ..................... 43 9 Approche des programmes: Une approche centrée sur les Producteurs-paysans ..... 43 10 Le Programme Spécial de Sécurité Alimentaire (PSSA)...................................... 44 10.1 Introduction....................................................................................................... 44 10.2 Approche et Stratégie........................................................................................ 44 10.3 Le PSSA dans le Sud ........................................................................................ 44 10.3.1 Dubreuil .................................................................................................... 44 10.3.1.1 Généralités ........................................................................................ 44 10.3.1.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production 45 10.3.1.3 Recommandations............................................................................. 49

Version finale 001–- 17 septembre 2003

3

10.3.2 Massé ........................................................................................................ 51 10.3.2.1 Généralités ........................................................................................ 51 10.3.2.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production 51 10.3.2.3 Recommandations............................................................................. 55 10.3.3 Welch ........................................................................................................ 56 10.3.3.1 Généralités ........................................................................................ 56 10.3.3.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur le systèmes de production 56 10.3.3.3 Recommandations............................................................................. 61 10.4 Le PSSA dans l’Artibonite................................................................................ 61 10.4.1 Le PSSA à Pérodin.................................................................................... 62 10.4.2 Le PSSA à Laverdure................................................................................ 62 10.4.2.1 Généralités ........................................................................................ 62 10.4.2.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production 63 10.4.2.3 Recommandations............................................................................. 67 10.5 La Formation..................................................................................................... 68 10.5.1 Introduction............................................................................................... 68 10.5.2 L’équipe technique.................................................................................... 69 10.5.3 Le contenu et les thématiques abordées.................................................... 69 10.5.3.1 Modules de formation ....................................................................... 69 10.5.3.2 Remarques......................................................................................... 70 10.5.4 Les participants ......................................................................................... 70 10.5.5 Les phases de mise en œuvre .................................................................... 71 10.5.5.1 Évaluation des acquis........................................................................ 71 10.5.5.2 Le déroulement proprement dit des sessions .................................... 71 10.5.5.3 La démonstration sur le terrain ......................................................... 71 10.5.5.4 Le suivi restitution ............................................................................ 71 10.5.6 Conclusions et perspectives ...................................................................... 72 10.6 L’accompagnement technique .......................................................................... 73 10.6.1 Cadres supérieurs ...................................................................................... 73 10.6.2 Techniciens agricoles................................................................................ 73 10.6.3 Animateurs................................................................................................ 74 10.6.4 Remarques et recommandations ............................................................... 74 10.6.4.1 Manque de personnel.-...................................................................... 74 10.6.4.2 Proximité- ......................................................................................... 74 10.6.4.3 Spécialisation des cadres techniques.- .............................................. 75 10.6.4.4 Conduite du projet.- .......................................................................... 75 10.6.4.5 Ancrage institutionnel et Personnel.-................................................ 75 10.6.4.6 Le relais et la diffusion à l’avenir.-................................................... 75 10.6.5 La coopération cubaine ............................................................................. 75 10.6.5.1 Présentation....................................................................................... 75 10.6.5.2 Recommandations............................................................................. 76 11 Le Projet de Marmelade........................................................................................ 77 11.1 Introduction....................................................................................................... 77

Version finale 001–- 17 septembre 2003

4

11.2 Approche et stratégies mises en oeuvre ............................................................ 77 11.3 Les structures organisationnelles en place actuellement .................................. 78 11.3.1 Les comités de développement ................................................................. 78 11.3.1.1 Rôle et composition des Comités de développement ....................... 78 11.3.1.2 Financement et activités.................................................................... 79 11.3.1.3 Perspectives....................................................................................... 80 11.3.2 CCPM ....................................................................................................... 80 11.3.2.1 Remarques......................................................................................... 81 11.4 Les axes stratégiques d’intervention................................................................. 81 11.4.1 La Formation............................................................................................. 81 11.4.1.1 Les formations techniques ................................................................ 81 11.4.1.2 Les visites.......................................................................................... 82 11.4.1.3 Remarques......................................................................................... 82 11.4.2 Aménagement et Conservation des sols ................................................... 82 11.4.2.1 Considérations générales .................................................................. 82 11.4.2.2 Activités en cours et plans d’aménagement de parcelles.................. 83 11.4.2.3 Matériel végétal utilisé...................................................................... 83 11.4.2.4 Appui et Suivi ................................................................................... 84 11.4.2.5 Organisations autour des aménagements et appropriation................ 84 11.4.2.6 Remarques......................................................................................... 85 11.4.3 Production végétale................................................................................... 85 11.4.3.1 Cultures maraîchères......................................................................... 85 11.4.3.2 Remarques......................................................................................... 87 11.4.4 Financement Rural .................................................................................... 87 11.4.5 Production animale ................................................................................... 88 11.4.6 Base de Données et SIG............................................................................ 88 11.5 Les autres projets intervenant ou ayant intervenu à Marmelade....................... 88 11.5.1 La FACN................................................................................................... 88 11.5.1.1 Introduction....................................................................................... 88 11.5.1.2 Interventions dans la filière Café ...................................................... 89 11.5.1.3 Développement de la Filière Bambou............................................... 91 11.5.1.4 Développement de la Filière Fruits, légumes et autres produits non traditionnels91 11.5.1.5 Remarques......................................................................................... 92 11.5.2 Les autres projet........................................................................................ 92 11.5.2.1 La Caritas .......................................................................................... 92 11.5.2.2 L’ancien projet du PADF.................................................................. 92 11.5.2.3 Le projet de la PRODEVA à Ennery ................................................ 92 11.6 Ancrage institutionnel et Personnel .................................................................. 93 TROISIEME PARTIE : Stratégies pour un Programme National de Sécurité Alimentaire ........................................................................................................................................... 93 TROISIEME PARTIE : Stratégies pour un Programme National de Sécurité Alimentaire ........................................................................................................................................... 94 12 Situation et perspectives de l’agriculture et de la sécurité alimentaire en Haïti ... 94 12.1 Considérations générales .................................................................................. 94 12.2 Les tendances d’évolution................................................................................. 95

Version finale 001–- 17 septembre 2003

5

12.3 Les risques et les contraintes............................................................................. 95 12.3.1 Liés au milieu naturel................................................................................ 95 12.3.2 Liés à la dégradation de l’environnement................................................. 97 12.3.3 Liés aux conditions socio-économiques de la production ........................ 98 12.3.4 Liés aux politiques macro économiques et aux carences de gouvernance de l’État 99 12.4 Réponses des organisations de la société civile et des agro-professionnels ..... 99 12.4.1 Organisations paysannes......................................................................... 100 12.4.2 Organisations Non Gouvernementales (ONGs)...................................... 100 12.4.3 Agro-professionnels................................................................................ 101 13 Éléments pour la mise en place d’un Programme National de Sécurité Alimentaire 102 13.1 Une approche centrée sur le paysan et les besoins des EA............................. 102 13.2 Des initiatives s’appuyant sur les organisations des principaux acteurs du secteur, les producteurs-paysans................................................................................. 102 13.3 Une approche intégrant filières et marchés..................................................... 103 13.4 Priorisation des régions à fort potentiel .......................................................... 103 13.5 Des modèles de valorisation du milieu et/ou des paquets technologiques performants ................................................................................................................. 103 13.6 Une option claire pour le développement de la communauté dans son ensemble 104 13.7 Un accompagnement technique de qualité mis en œuvre par des techniciens compétents et disponibles ........................................................................................... 104 13.8 Recherche d’une synergie et d’une harmonisation maximale sur le plan institutionnel ............................................................................................................... 105 14 Annexes............................................................................................................... 106 14.1 Grille d’enquête personnes ressources............................................................ 106

Version finale 001–- 17 septembre 2003

6

INTRODUCTION GÉNÉRALE
Sur la base des expériences de développement agricole de ces 20 à 30 dernières années et des projets réalisés par la FAO-MARNDR1, la FAO souhaite faire le point sur les approches, les stratégies et les modèles de valorisation respectivement mis en œuvre et proposés au niveau de ces différentes initiatives afin de dégager des pistes et éléments clés de stratégies en vue de la mise en place prochaine d’un Programme National de Sécurité Alimentaire. Les objectifs poursuivis dans ce travail sont de : identifier rapidement au travers du pays des Programmes et Projets de développement agricole ayant permis à des communautés et à des exploitations agricoles d’évoluer positivement et de manière durable; décrire, de manière succincte, les approches, les stratégies, les modèles de valorisation du milieu, les paquets technologiques et les mécanismes qui ont permis aux systèmes de production et de culture de certaines régions du pays d’évoluer positivement et durablement grâce notamment à l’appropriation par les producteurs-paysans des initiatives mises en œuvre; mettre en évidence les facteurs déterminants ayant conduit à une réussite durable de certains « success stories » tout en soulignant les forces et les faiblesses des différentes approches, stratégies et modèles de valorisation du milieu proposés Évaluer les Projets mis en œuvre par la FAO : PSSA et GCP/HAI/015/NET en ce qui à trait, notamment, à l’approche aux stratégies et aux modèles de valorisation du milieu qui font que ces Projets ont rencontré un succès auprès des exploitants agricoles des zones d’intervention ciblées; Formuler le cas échéant des recommandations visant à améliorer les paquets technologiques proposés afin que ces derniers aient davantage d’impact sur les systèmes de production des régions d’intervention; Mettre en évidence les facteurs clés et déterminants pour l’évolution positive et durable des systèmes de production dans les zones ciblées par ces projets; Identifier les points forts de ces Projets sur lesquels pourrait s’appuyer la mise en place d’un Programme plus large de Sécurité Alimentaire; Sur la base des constantes et des spécificités des différents programmes et Projets qui auront été analysés, dégager des pistes et les éléments clés de stratégies qui seraient utilisés pour la mise en œuvre d’un Programme National de Sécurité Alimentaire; Identifier les zones du pays où un tel Programme pourrait trouver ancrage; Lister les partenaires éventuels qui pourraient collaborer avec la FAO dans le cadre de la mise en œuvre d’un tel programme. Ce rapport présente les différents résultats et conclusions du travail de consultation réalisé. Il est subdivisé en trois grandes parties: La première fait le point sur les « success stories » La seconde présente l’évaluation des projets de la FAO La troisième propose des éléments de stratégie pour la mise en place d’un Programme National de Sécurité Alimentaire.
1

Programme Spécial de Sécurité Alimentaire et Programme d’appui à une agriculture durable et à la conservation des sols et des eaux dans les montagnes humides d’Haïti, région de Marmelade (GCP/HAI/015/NET).

Version finale 001–- 17 septembre 2003

7

PREMIERE PARTIE : « SUCCESS STORIES » 1 Introduction
Les systèmes de production agricoles en Haïti ont considérablement évolués au cours de ces 20 à 30 dernières années. Cette évolution se caractérise par un double processus de décapitalisation et de réorganisation des exploitations agricoles. Elle s’accompagne d’une baisse de la production agricole au niveau national Le nombre des exploitations agricoles a considérablement diminué au profit de la densification urbaine de la Capitale et de différents chefs-lieux de Département. Le profil des agriculteurs a aussi évolué. Les études2 menées par CARE, CRS et ADRA au courant des années 80 et reprises par la Banque Mondiale révèlent que les exploitations agricoles dépendent de plus en plus d’activités extra agricoles et de transferts de l’extérieur pour leur survie, que le niveau d’éducation des chefs de famille est déterminant dans la performance des systèmes de production et de culture mis en place et, enfin, que de nouveaux modes de valorisation du milieu sont indispensables pour faire évoluer positivement de tels systèmes. On constate aujourd’hui que de plus en plus de femmes sont responsables de familles et que le prix de la main-d’œuvre agricole a considérablement augmenté. Les différents projets de développement qui se sont succédés dans le milieu rural ont laissé des traces et certains paquets technologiques proposés aux agriculteurs ont été déterminants dans l’évolution des systèmes de production et de culture. Les exploitations agricoles, comme c’est le cas dans plusieurs autres pays à travers le monde, sont en interaction constante avec les systèmes agraires et les mesures macro sociales, politiques et économiques qui influencent de plus en plus directement leur évolution. La dynamique des marchés et des filières est aujourd’hui déterminante dans les choix des agriculteurs et dans l’évolution des systèmes de culture et de production. Les contraintes tant au niveau du milieu naturel (risques géomorphologiques, climatiques et processus de déboisement-érosion) que sur le plan économique ont grandement évolué et nombre d’exploitations agricoles ont du mal à s’adapter. Toute volonté de relancer la production nationale et de renforcer la sécurité alimentaire des familles passe par une bonne compréhension de la dynamique d’évolution des systèmes agraires et de production et, aussi, l’identification de nouveaux modes de valorisation du milieu et paquets technologiques pouvant aider à lever les contraintes des exploitations agricoles tout en leur permettant de mieux appréhender et faire face aux nouveaux enjeux et défis. Nombre de spécialistes sont convaincus, d’une part, qu’une approche et des stratégies adéquates ainsi que, d’autre part, des nouveaux modèles de valorisation du milieu et des paquets technologiques appropriés peuvent conduire à une évolution positive et durable des systèmes de production et avoir un impact significatif sur la production nationale et la sécurité alimentaire.

2

Base Line Studies

Version finale 001–- 17 septembre 2003

8

La première partie de ce rapport fait le point sur les « success stories » identifiées et analysées conjointement avec des agro-professionnels haïtiens. Elle réfère aux trois premiers objectifs identifiés dans l’introduction générale.

2 Méthodologie
2.1 Démarche suivie
2.1.1 Recherches Bibliographiques
La bibliographie a porté, d’une part, sur les nouvelles approches et stratégies utilisées dans le domaine du développement agricole, de la vulgarisation et du développement des systèmes agraire, de production et de culture et, d’autre part, sur les documents de stratégies de développement agricoles en Haïti. Une attention particulière a été accordée à l’approche système de production. Elle a concerné également et plus spécifiquement les documents sur les “success stories” et les Projets mis en œuvre par la FAO.

2.1.2 Sondage auprès d’agro-professionnels
Un sondage a été réalisé auprès de 14 agro-professionnels tant du secteur public que privé et des organisations de promotion du développement et de coopération, sur des initiatives de développement rural ou agricole réussies. S’entend par initiative de développement réussie tout programme, projet ou intervention qui a ou a eu plus de 5 années d’existence, en cours ou non actuellement, mis en œuvre par des acteurs (institutionnels, organisations ou non) impliqués dans le milieu rural ou agricole et, enfin, dont les résultats ont été appropriés par les producteurs-paysans bénéficiaires qui continuent à en profiter des retombées. Les agro-professionnels avaient donc à citer trois initiatives de développement rural ou agricole qui selon eux ont été des succès et dire très succinctement ce qui a été le caractère le plus marquant, le plus frappant desdites initiatives. Les résultats de ce sondage ont permis de regrouper et de catégoriser les projets de développement considérés comme des « success stories ».

2.1.3 Enquête auprès de personnes ressources
Huit (8) des agro-professionnels ayant fait l’objet du sondage ont été questionnés plus à fond sur les « success stories » priorisés et les perspectives du développement rural en Haïti aujourd’hui. Dans le cadre d’un entretien ouvert, ces personnes ressources devaient notamment donner leur perception et leur opinion sur les raisons et facteurs déterminant du succès, les aspects organisationnels et institutionnels, les mécanismes d’appropriation et les impacts et retombées de ces initiatives. La grille d’enquête élaborée à cet effet est présentée en annexe. Les différentes informations et opinions recueillies ont été analysées puis synthétisées. Les points forts de cette enquête représentent l’essentiel de ce rapport.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

9

2.2 Concepts de base et approche d’analyse
La présentation et l’analyse des success stories nécessitent l’appréhension des concepts et approche suivants :

2.2.1 Système agraire
C’est l’ensemble des relations qui existent entre un territoire agricole et les hommes qui le mettent en valeur (IRAT/DSA, 1982). Il se caractérise entre autre par le paysage rural, la politique menée, les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus (Sébillotte, 1990).

2.2.2 Système de Production
Ensemble structuré de moyens de production (force de travail, terre, équipements/outils…) combinés entre eux pour assurer une production végétale et/ou animale en vue de satisfaire les objectifs d’un agriculteur (ou d’un groupe d’agriculteurs). Les éléments qui constituent ce système sont le paysan et sa famille, les moyens de production, les techniques employées, les productions elles-mêmes (leur nature et leur niveau). (Jouve, 1986). Ainsi, l’Exploitation Agricole est le système de production.

2.2.3 Système de culture
Le système de culture est l’ensemble de modalités techniques mises en œuvre sur des parcelles traitées de manière identique. Chaque système de culture se définit par : la nature des espèces cultivées, les caractéristiques des terrains cultivés, leur ordre de succession, l’itinéraire technique appliqué à chacune de ces cultures, les résultats obtenus d’un point de vue de la productivité, de la rentabilité et de la reproductibilité, les limites techniques.

2.2.4 L’approche système de production 2.2.4.1 Définition et étapes de mise en œuvre

L’approche système de production3 est basée sur deux principes fondamentaux : Premier principe : l’exploitation agricole est considérée comme un système.- Le système de production ou l’exploitation agricole est un ensemble d’éléments en interaction dont l’évolution est orientée par les objectifs assignés par l’Exploitant et sa famille ; la compréhension de ces relations est importante pour transformer la totalité ou toute partie de ce système. Second principe est celui de la cohérence.- La compréhension du fonctionnement de l’Exploitation Agricole en tant que perception qu’en a le groupe familial, passe par celle des objectifs et finalités de la famille sans occulter les contradictions internes et les limites des performances. Ainsi, l’approche système de production conduit à considérer les résultats et les données de l’exploitation située dans son contexte ; elle permet de formuler des diagnostics, de proposer des solutions et des voies d’évolution qui tiennent compte de la cohérence du système et qui soient adaptés au projet du groupe familial et aux atouts et contraintes qui en découlent pour l’exploitation ; c’est une démarche compréhensive, par opposition à une démarche normative (Approche globale de l’exploitation agricole).
Cette partie du rapport repose principalement sur l’article de Mohamed Elloumi dans les cahiers Options méditerranéennes, vol. 2, n° 4; CIHEAM.
3

Version finale 001–- 17 septembre 2003

10

“Étudier l’exploitation agricole comme un système, c’est considérer d’abord l’ensemble avant d’étudier à fond ce que l’on sait aborder. L’Exploitation Agricole est un tout organisé qui ne répond pas à des critères simples d’optimisation.” (P. L. Osty, cité par INRAT, 1991). Comme le souligne J. Brossier, cette démarche entraîne plusieurs renversements fondamentaux notamment dans la recherche : Donner la priorité à la compréhension pour modifier les systèmes implique une démarche holistique et non normative ; Étudier ce que font les agriculteurs plutôt que dire ce qu’ils devraient faire ; La démarche est ascendante et s’appuie sur les pratiques des agriculteurs ; Il y a nécessité d’une approche pluridisciplinaire. Cette démarche se prolonge bien au niveau du développement par la mise en place de programmes de recherche-développement ou de recherche-formation-développement associant des chercheurs à des vulgarisateurs ou à des représentants d’organisations professionnelles et de base. Qu’il s’agisse du courant français (système de production) ou anglo-saxon (farming system research), la caractéristique essentielle de l’approche systémique est “qu’elle commence chez le paysan (identification des contraintes) et qu’elle finit chez le paysan (proposition d’actions pour dépasser les contraintes)”. La mise en œuvre de l’approche système de production comprend généralement deux phases et six étapes : A. Phase de diagnostic : comprendre pour agir Étape 1. - Choix de la zone et de l’équipe de mise en œuvre de l’initiative Étape 2. - Analyse du fonctionnement et typologie des Exploitations Agricoles Étape 3. - Identification et hiérarchisation des contraintes par type de système de production B. Phase d’expérimentation et de diffusion : agir pour comprendre Étape 4. - Test des paquets technologiques et alternatives de gestion disponibles Étape 5. - Mise au point par expérimentation de nouveaux paquets techniques en milieu contrôlé. Étape 6. - Transfert en milieu réel. Il doit y avoir une forte interpénétration entre les différentes étapes, un retour et un enrichissement d’une phase à une autre. L’approche systémique ne peut être conçue de manière statique avec des phases successives et bien distinctes, elle est au contraire un processus dynamique avec un perpétuel retour d’une étape à l’autre et où les questions et les réponses s’élaborent au fur et à mesure que la connaissance du milieu est acquise et que les savoir-faire, les techniques et les technologies introduites induisent d’éventuelles modifications dans les systèmes.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

11

2.2.4.2 Une approche participative centrée sur les producteurs-paysans et leurs organisations
Cette nouvelle approche est fondamentalement participative et attribue au producteurpaysan un rôle de partenaire, voire de moteur dans l’ensemble du processus de production-adoption de l’innovation technique et sociale. La participation des agriculteurs et de leurs organisations devient un impératif. Cette nouvelle approche se base sur des structures d’organisations professionnelles viables4 avec une plus grande participation des producteurs-paysans aux différentes phases du processus de productionadoption de l’innovation. Les organisations professionnelles ne doivent plus avoir comme seul objectif l’organisation des producteurs autour d’un problème d’approvisionnement, de commercialisation ou d’utilisation de matériel mais elles sont aussi appelées à jouer des rôles dans l’identification des besoins des agriculteurs, l’initialisation des travaux de recherche en vue de solutions et le testage et éventuellement diffusion des solutions. Il est aussi essentiel que la prise en charge des résultats des recherches systémiques soit considérée comme prioritaire entraînant du coup que les programmes, projets et interventions s’appuient davantage sur les agriculteurs organisés. La participation des producteurs-paysans et de leurs organisations permet également une prise en compte d’une dimension plus large que la simple augmentation de la production intégrant du coup d’autres aspects de la production, de la dynamique de développement économique, sociale et politique de la région et de l’environnement des producteurs. La mise en œuvre de toute initiative de développement doit rechercher une intégration des producteurs organisés ceci dès le démarrage de cette dernière. L’organisation de la profession d’agriculteur doit être encouragée dans le pays et une participation organisée de ces derniers est souhaitable à tous les niveaux de décision. Il est impératif que les organisations de producteurs-paysans augmentent leur poids politique et financier ce qui les met en meilleure position pour négocier et faire valoir leurs vues sur l’orientation des programmes et surtout par rapport aux décisions qui seraient défavorables au développement durable de leur communauté. De plus en plus, ceci fait référence au développement local et au processus de décentralisation en cours dans différents pays du sud. Ce dernier s’accompagne souvent d’une évolution du rôle de l’État (stratège, régulateur) et d’une plus grande implication de la Société Civile et des organisations qui la constitue. Tout ceci renvoie du coup à la qualité et au dynamisme du leadership des organisations professionnelles. Il faut que les différents types d’agriculteurs soient représentés dans les structures de direction; ceci peut aider à la prise en compte des besoins et désidératats de toutes les composantes de la communauté. Le leadership doit donc avoir une vision prospective et intégrative5 du développement à long terme de sa communauté. Des
Capacités de mobilisation et de négociation éprouvées, capacités de gestion saines et efficaces, capacité d’identifier les véritables contraintes de leur communauté et d’exprimer les véritables besoins des producteurs-agriculteurs. 5 Intégration sociale, économique et pourquoi pas politique.
4

Version finale 001–- 17 septembre 2003

12

compétences avérées en gestion et une gestion transparente des ressources sont sans aucun doute des atouts majeurs au renforcement et au développement des organisations professionnelles. La consolidation du leadership et le renforcement organisationnel passe donc par une phase intensive de transfert de savoir-faire et de compétences vers les organisations professionnelles dans des domaines très variés et pas uniquement dans le domaine agricole.

2.2.4.3 Approche système : approche de développement
L’approche système de production est donc de fait une approche de développement agricole qui englobe la participation des intéressés à la politique qui les concerne et qui se focalise non pas sur un aspect ponctuel de la production mais sur l’ensemble des éléments qui concourent à l’amélioration des conditions de vie et de travail des producteurspaysans L’approche système de production évolue et, dans le cadre du développement agricole, s’articule de plus en plus autour des fondements suivants : Prise en compte de la diversité (milieu naturel, environnement socio-économique et politique) qui caractérise le milieu rural ; Nécessité de prise en charge de cette diversité dans la production de références techniques adaptées ; Les systèmes actuels doivent être considérés comme point de départ de toute amélioration ; La recherche n’est pas le seul lieu possible de genèse de l’information ; La formation et l’information sont à la base de tout programme technique, économique et social. Elle est donc une approche qui se veut à la fois itérative et participative qui recherche un changement non seulement dans les pratiques et les techniques des agriculteurs mais également au niveau social, notamment, dans l’organisation des agriculteurs et l’initiation d’une nouvelle dynamique entre les groupes qui constituent la communauté. La formation, le transfert de savoir-faire et de compétences dans des domaines très variés jouent, dans ce contexte, un rôle déterminant puisque vecteur et mobilisateur pour l’ensemble des acteurs impliqués dans la démarche. Le producteur-paysan et les organisations professionnelles se retrouvent au centre d’une nouvelle dynamique de développement et de nouveaux partenariats comme le montre le schéma suivant :

Version finale 001–- 17 septembre 2003

13

D P R F
D = Développement R = Recherche F = Formation P = Producteur agricole

3 Les résultats du sondage
3.1 Nature et catégorisation des success stories
Les success stories identifiés au cours du sondage auprès des 14 agro-professionnels touchent divers volets du développement agricole et rural mais peuvent être regroupés en 7 grandes catégories (Tableau 1). Tableau 1- Caractéristiques des catégories de success stories
Catégories Maîtrise et Gestion de l’eau (Irrigation, Lacs collinaires, citernes …) Principales caractéristiques Initiatives tournant principalement autour de la maîtrise du facteur eau, particulièrement dans le cas de mise en place ou de réparations de périmètres irrigués et dans le cas d’aménagements de lacs collinaires. Dans la plupart de ces projets le transfert de la gestion des structures à des groupes organisés (comités d’irrigants) reste une des préoccupations majeures. Souvent, la meilleure maîtrise de l’eau est aussi une occasion d’introduction de nouvelles cultures et de paquets technologiques. Projets se rapportant le plus souvent à des zones ou régions où, notamment grâce à un potentiel élevé de production agricole, ont été l’objet de plusieurs initiatives de développement rural (de différents types) par des acteurs tant publics que privés et de la coopération internationale ou d’actions de longue haleine (plus de 10 années pour la plupart) qui sont en cours actuellement. La composante organisationnelle même quand elle a été présente ne semble pas déterminer à elle seule le succès de telles initiatives. Ces initiatives ont permis la mise en œuvre d’activités dans des secteurs autres que la production agricole comme l’éducation ou la santé. Les retombées sociales sont aujourd’hui déterminantes dans l’explication du succès. Projet de Recherche-Formation-Développement mis en place dans les années 70. Les solutions proposées et mises en œuvre (citernes, maraîchage, fertilisation, amélioration variétale, système de crédit, approvisionnement en intrants agricoles) dans le cadre de ce projet se basent sur un diagnostic approfondi des systèmes de production et de culture et s’articulent autour de travaux de recherche importants. La valorisation des savoir-faire paysans ainsi qu’un transfert massif de compétences aux agriculteurs sont également des éléments importants pouvant expliquer la réussite de ce projet. Il s’agit de projets d’amélioration génétique et variétale. Dans ces initiatives, on se concentre sur des plantes ou des groupes de plantes et on essaie sur la base de recherches de pointe (culture de tissus) et d’une intégration raisonnée aux marchés de proposer des paquets technologiques qui vont amener rapidement des revenus plus importants pour les producteurs-paysans individuels dans la

Développement Rural

RechercheFormation – Développement (Projet MadianSalagnac- Aquin)

Semences-Greffage

Version finale 001–- 17 septembre 2003

14

ABV/ Reboisement des Mornes

Filières

Autres

majorité des cas. De telles initiatives se basent sur un transfert important de compétences et de savoir-faire à des producteurs-paysans. Ce sont des initiatives qui visent à la transformation durable des modes de mise en valeur des BV grâce à des aménagements le plus souvent agro sylvicoles. Les résultats ne se manifestent pas sur le court terme et il faut donc attendre plusieurs années pour voir les résultats économiquement rentables pour les producteurspaysans impliqués. Dans les zones difficiles, une capitalisation de plusieurs années peut disparaître ou être détruite si la survie des familles est menacée. Basée sur l’approche filière, ces projets se concentrent sur un produit, une culture ou une technologie et prennent en compte tous les aspects de la production jusqu’aux marchés et aux consommateurs. Ces projets sont très liés aux nouvelles opportunités offertes par les marchés aujourd’hui. Ils s’articulent autour d’une implication organisée des producteurs-paysans dans la dynamique de marchés porteurs. Ils ont une composante qualité qui est dans ce cadre-là fondamentale. Ce sont des initiatives hétéroclites et atypiques. Souvent issues d’initiatives privées, ces dernières ont eu un impact déterminant sur la vie dans les localités où elles ont été implantées bien que certaines aient été mises en œuvre il y a de cela plusieurs années déjà dans certains cas (Vétiver-Déjoie dans la région du Sud, Lapins-Pasteur Wallace à Fermathe hauteurs de Pétion-Ville). Elles touchent une action spécifique dans un champ bien déterminé. On retrouve une initiative de mutuelle de crédit mise en place par des paysans, suite à un processus ouvert d’animation-accompagnement.

3.2 Hiérarchisation et priorisation des success stories
Une vingtaine de success stories sont identifiés mais à des niveaux différents selon la catégorie considérée (Tableau 2). Tableau 2- Priorisation des success stories6
Catégories Maîtrise et Gestion de l’eau (irrigation, lacs collinaires, citernes) Développement Rural Recherche- Formation – Développement Semences-Greffage ABV/ Reboisement des Mornes Filières Autres Initiatives/ Projets PPI, PREPPIPA, Ti Carénage, Dory, DRI l’Asile, Plaine des Cayes Plaine des Cayes; Pandiassou-PFI ; GoyavierSOE ; Vallue-APV ; Charrue, PC ; Morne à Brûler-GRD Projet de RFD Madian-Salagnac- Aquin ORE, Savane Zombi – Pomme de Terre, Projet MPP dans le Plateau Central, Projet mis en place par le DCCH dans certains mornes du sud Café (RECOCARNO) ; Fruit (Pliché) ; Pêche (NE-Moncton) Lapins-Fermathe ; Usine Déjoie Vétiver, Mutuelles de Solidarité ; Mangues séchées Save US I 2 3 4 1 2 2 0 14 II 4 3 1 3 2 1 0 14 Priorisation III IV TOTAL 4 1 11 1 1 1 0 1 3 11 0 0 0 0 0 1 2 7 6 5 4 4 4 41

6

Il important de souligner qu’une même initiative peut se retrouver dans deux catégories différentes suivant l’idée que se fait la personne interrogée de celle-ci.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

15

Les initiatives sur la maîtrise et la gestion de l’eau sont les plus mentionnées quel que soit le niveau de priorité considéré, ensuite viennent celles concernant le Développement rural. Mais parmi tous les success stories, le projet Recherche- Formation – Développement (Projet Madian-Salagnac- Aquin) a été le plus classé dans le premier niveau de priorité.

4 Les paramètres extérieurs
Les initiatives de développement de ces dernières années ont pris place dans un contexte particulier caractérisé par : La remise en cause et le désengagement de l’État. Ceci a favorisé l’introduction de privés dans la gestion des systèmes d’irrigation. Il y a donc eu un transfert de gestion. Même quand cela arrangeait le MARNDR, le désengagement de l’État était une condition pour l’obtention de l’aide internationale. Les nouvelles stratégies développées par le MARNDR. Elles intègrent les exigences de désengagement des services publics puisque caractérisées par un désengagement de l’État de l’accompagnement des producteurspaysans et la passation de contrats avec le privé (ONGs, Bureaux d’études et d’exécution) pour l’animation, la vulgarisation, la formation, la recherche sur une base contractuelle. On peut à titre d’exemple citer le travail réalisé par la SOCODEVI dans la mise en place des comités d’irrigants et d’un réseau d’approvisionnement en intrants dans la Plaine de l’Arcahaie. La Décentralisation Le transfert de pouvoir aux collectivités locales devait permettre aux communautés de mettre en place des espaces de recherche de consensus, et de développer de nouvelles capacités tant au plan financier qu’organisationnel. Les communautés pourraient alors cerner leurs véritables problèmes structurels et conjoncturels, déterminer leurs priorités afin de s’y attaquer en mobilisant les ressources locales sans être astreintes à compter exclusivement sur le pouvoir central. Il est vrai qu’une série de problèmes et de responsabilités est transférée aux municipalités mais sans les ressources nécessaires pour les résoudre. Les provisions légales et budgétaires n’ont pas suivi la mise en place politique. Les élus se retrouvent à la tête d’institutions complètement dénudées et sont incapables de remplir effectivement leur rôle (CASEC, ASEC…). Une augmentation des prix pour certains produits traditionnels. La pression démographique allait entraîner une augmentation significative du prix de certains produits traditionnels comme par exemple du manioc, de la patate et même du fruit à pain (véritable), ces dernières devenant du coup des cultures de rente intéressantes. La pratique croissante de Nouvelles Cultures plus rentables On notera également un changement dans les types de cultures pratiquées entre autres au niveau des systèmes d’irrigation et les zones de montagnes humides avec, notamment, une présence de plus en plus soutenue de cultures maraîchères. Bien que ce soit des cultures nouvelles, la plupart des cultures maraîchères avaient déjà un

Version finale 001–- 17 septembre 2003

16

marché. Et les initiatives mises en place faisaient des efforts pour rechercher des marchés pour les produits auxquels la population n’était pas encore habituée dans des circuits atypiques et vers l’exportation. Ceci allait être grandement facilité par la nouvelle approche de filière et également par le développement de la transformation pour certains produits. Une maturité des organisations de producteurs-paysans. Le travail d’organisation de la paysannerie initié dans les années 60-70, notamment par l’église catholique et des organisations religieuses, avait, dans le sillage des évènements devant conduire à la chute des Duvalier en 1986, conduit à la mise en place de nombreuses associations et de quelques réseaux. Si certaines organisations allaient toujours garder un caractère revendicatif, plusieurs se professionnalisèrent s’impliquant davantage dans la production, la commercialisation et la transformation de produits agricoles, les producteurs-paysans prenant progressivement plus de responsabilité dans la gestion de l’agriculture. Ceci a forcément favorisé un plus grand engagement des organisations de producteurs-paysans dans la gestion de l’eau et des systèmes d’irrigation. Une participation – responsabilisation de plus en plus importante des organisations de producteurs-paysans Elle passe par une sensibilisation – mobilisation de la population. Certaines fois, elle va même jusqu’à la mobilisation de ressources locales ce qui est cependant beaucoup plus rare. De plus en plus, les organisations de producteurs-paysans demande de plus en plus de participation. La disponibilité de financement venant de l’extérieur Les ressources mobilisables localement sont insuffisantes. L’arrêt suite à la crise politique de l’aide internationale a entraîné une baisse significative de l’investissement dans le milieu rural. Les promoteurs d’initiatives ont de plus en plus de mal à trouver des financements. De plus en plus ils sont contraints de s’orienter vers des canaux différents, des financements solidaires.

5 Les Initiatives à succès
5.1 Les Projets d’Irrigation et de Gestion de l’eau
L’eau, particulièrement dans les zones de plaines et dans les zones de montagnes humides en Haïti est un facteur de production très important. Débloquer la contrainte en eau ou permettre une meilleure maîtrise de ce facteur est un atout majeur pour la réussite de toute initiative de développement rural ou agricole. La Stratégie mise en œuvre est extrêmement importante dans le succès rencontré au niveau de ce type de projet. Les projets ont cheminé en étroite collaboration avec les agriculteurs en recherchant à : mieux valoriser les compétences et les savoir-faire de ces derniers, tirer un meilleur profit de l’eau et de l’agriculture notamment grâce à l’introduction de nouvelles cultures et à une meilleure intégration aux marchés (marchés porteurs). Version finale 001–- 17 septembre 2003 17

Les associations d’Irrigants jouent actuellement un rôle déterminant et ceci qu’elles aient été mises en place pendant ou au démarrage des projets. Certaines initiatives ont été mises en œuvre avec les usagers et cela dès le début. Dans le PREPPIPA par exemple, la conception à partir des canaux tertiaires s’est faite avec les producteurs-paysans de l’Arcahaie qui, même auparavant avaient une forte responsabilité et des habitudes dans la gestion de l’eau à ce niveau. Les aménagements ou les investissements devant permettre, d’une part, de rendre l’eau disponible ou tout au moins plus accessible et, d’autre part, d’en favoriser la distributionrépartition ont aussi été déterminants.

5.1.1 Projet PPI
Le Projet PPI s’articule autour : D’un très haut niveau de participation des paysans concernés ceci depuis le démarrage jusqu’au transfert de la gestion du périmètre aux organisations d’Irrigants qui prennent en charge tout le fonctionnement du système d’irrigation. D’un bon niveau d’accompagnement de la part du Projet. Il est à noter le retrait des services publics dans la fourniture de cet accompagnement. En effet, dans le cadre du Projet PPI, l’animation, la vulgarisation, la recherche appliquée (nouveaux paquets, adaptation de nouvelles cultures) sont confiées aux privés (ONGs et bureau d’exécution) sur une base contractuelle. De paquets techniques porteurs qui procurent des revenus plus intéressants aux producteurs-paysans. On signalera à ce niveau le succès rencontré par les cultures maraîchères à Petit-Goave et à Port-de-Paix.

5.1.2 PREPPIPA
Le Projet a résolu le vrai problème : rendre l’eau disponible dans de meilleures conditions. C’est aussi la première fois qu’un système d’irrigation a été transféré à un comité d’usagers, les producteurs-paysans. Parallèlement à cette démarche de meilleure maîtrise de l’eau, des paquets techniques concernant notamment les engrais et le contrôle des nématodes sur la banane sont proposés et adoptés. C’est une firme commerciale privée qui a beaucoup aidé à la vulgarisation de ces paquets techniques en mettant non seulement en place un système d’encadrement technique mais également en rendant les produits à utiliser disponibles dans des boutiques d’intrants. L’opération se révèle rentable vu que les agriculteurs mettant en œuvre les paquets proposés réalisent de meilleurs revenus sur le plan économique. Les rendements de la banane sur le périmètre irrigué sont passés de 8 à 12 TM/Ha. Toutefois, ceci ne s’est pas fait sans difficulté. Les problèmes rencontrés peuvent se résumer comme suit :

Version finale 001–- 17 septembre 2003

18

Difficultés techniques à mettre en place le système et à réaliser les aménagements; Destruction d’ouvrages et dysfonctionnement d’infrastructures (canaux sédimentés) subséquents à la dégradation de l’environnement dan les écosystèmes avoisinants notamment dans les BV des rivières alimentant les systèmes d’irrigation ; Tentatives de récupération politique des organisations mises en place dans le cadre du projet et de la gestion de l’eau et des autres services.

5.1.3 Projet Ti Carénage dans la Plaine de Labbe (Anse-Rouge)
La zone de la Plaine de l’Abbe est une zone très sèche. Il y a actuellement plus d’une vingtaine d’années, dans le cadre d’un projet de la Coopération Française (FAC), des pompes d’irrigation ont été installées et un comité de gestion de l’eau a été mis en place et a reçu une formation adéquate. Ce Comité gère jusqu’à présent le système qui est toujours en fonctionnement. Contrairement aux systèmes similaires, comme celui de la Plaine des Gonaïves, gérés par l’État qui n’est définitivement pas le meilleur acteur en charge dans ce domaine. Le Comité Labbe commande, par camion citerne, le carburant nécessaire au fonctionnement de la pompe directement des compagnies pétrolières à Port-au-Prince. Les irrigants ne se plaignent pas de rupture dans la fourniture d’eau pour l’irrigation ce qui est preuve d’une bonne gestion du stock de carburant. La culture la plus intéressante sur le plan économique et qui permet de mieux rentabiliser les investissements consentis au niveau du périmètre est celle de l’échalote. Les producteurs-paysans pratiquent également la culture du haricot “pwa dekayèt”, tout aussi rentable.

5.2 Les Projets de Développement Rural
5.2.1 Les projets de la Plaine des Cayes
Le développement spectaculaire qu’a connu la plaine des Cayes, en particulier le périmètre irrigué d’Avezac, la région de Laborde et leur périphérie au cours de ces 30 à 40 dernières années, serait dû aux actions successives de la Paroisse de Laborde (DCCH), de l’IDAI et aussi de Projets comme ceux de développement des Nations Unies7 et de réhabilitation du Système d’Avezac.

5.2.1.1 La Paroisse de Laborde (SOLADEC – DCCH)
Les interventions de la Paroisse de Laborde, vers la fin des années 60, semblent avoir été déterminantes dans le développement de la Plaine des Cayes. Elles prenaient place à un
7

Vers les années 1963-1966, un projet des Nations Unies « Projet de Zootechnie de la Plaine des Cayes » s’est installé dans la ferme de Lévy et a diffusé de nouvelles techniques d’élevage pour les bovins (dont la culture de fourrages), les porcins, l’élevage de poulets (chair et pondeuses). L’un des succès de ce projet fut indéniablement l’introduction de vaches laitières de race améliorée souche Brown Swiss.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

19

moment où les systèmes de culture de la plaine semblaient essoufflés8 et, surtout, dans le contexte particulier d’après le passage du cyclone Cléo qui avait ravagé la zone. Le Curé français d’alors, touché par le dénuement de la population, partait en France pour rechercher de l’aide et du financement. Confronté là-bas aux nouvelles idées sur le développement qui fleurissaient à l’époque, il allait travailler avec l’aide de proches, à l’élaboration d’un programme original pour l’époque. Mis à part des fonds pour des activités, le Curé revint dans sa paroisse avec sous le bras, un programme bien établi et des coopérants techniciens français. Dès le départ, l’idée consistait à remplacer, à moyen terme, les techniciens français, par de jeunes animateurs haïtiens, transformer les francs français en gourdes haïtiennes et élaborer un programme adapté aux réalités du milieu. Basé sur une vision intégrale du développement communautaire Chrétien9, ce projet mis en œuvre par la SOLADEC10 allait, à côté de l’organisation de la communauté, de la formation d’animateurs, et d’une sensibilisation/action soutenue sur le développement humain11, proposer aux paysans d’autres manières de travailler leurs terres. Une grande propriété de la zone était louée par le Projet et servait de parcelle de démonstration/comparaison. Les paysans étaient employés comme travailleurs agricoles et devaient suivre les consignes des techniciens : plantation en ligne, réduction du nombre de graines semées par poquet, travail du sol à la charrue à traction animale, utilisation de semences améliorées, utilisation de compost et d’engrais, etc. Les paysans-ouvriers étaient payés le double du salaire minimum, ce surplus leur permettant d’épargner collectivement, dans le cadre de groupements, composés de paysans de la même localité. Quand les 10 paysans membres d’un groupe avaient épargné un montant de 100,00 Gourdes, chacun, (soit 1.000 Gourdes au total), le groupe recevait une parcelle de terre et une charrue avec une paire de bœufs. Il devait la travailler collectivement, et y appliquer les nouvelles techniques appropriées par les paysans sur les champs de démonstration/comparaison. C’était là la genèse des premiers groupements paysans en Haïti. Les paysans et leur famille bénéficiaient d’un enseignement soutenu de la Catéchèse Ti 28 et d’autres activités de développement12 étaient également entreprises dans la communauté. Des séances de conscientisation répétées permettaient de faire passer des paquets technologiques induisant ainsi de nouveaux comportements : techniques agricoles, canaris filtre à eau, pesage et vaccination des enfants, importance de l’éducation préscolaire13, travail en groupements. Il se forgea progressivement une communauté d’idées centrée sur une vision partagée du développement des localités. Tous les mercredis, une grande réunion était organisée pour débattre des questions relatives au Développement. C’était là l’occasion d’échanges intéressants d’idées, de

8 9

Une seule récolte par année avec de faibles rendements Catéchèse Ti 28 10 SOLADEC: Société Labordaise pour le Développement Communautaire Chrétien 11 Santé, hygiène, éducation, rapports nouveaux dans la famille, responsabilité vis-à-vis du développement communautaire. 12 Élaboration d’une autre forme de prise en charge de la santé, conception d’une forme d’éducation, dans les écoles, basée sur les centres d’intérêt de l’enfant… 13 Centre d’intérêt Ti Moun

Version finale 001–- 17 septembre 2003

20

planification/préparation d’actions à entreprendre14 et de répartition des responsabilités. Pris dans la dynamique, les paysans ont vite intégré de nouveaux comportements. En pleine période des Duvalier, la situation était difficile sur le plan de la liberté de la parole et des droits humains. Le fait de se réunir les mercredis c’était déjà très osé. Les paysans de la région étaient totalement démunis, ils avaient perdu tous leurs biens et avec l’espoir. Ils disposaient de très peu de terres et n’avaient pas accès à la terre ; ils rêvaient de devenir des fermiers. Avec le système d’épargne et la cession15 de terres appartenant à l’église, ils pouvaient envisager la perspective de devenir propriétaires. Sur le plan social, ils reprenaient confiance et se sentaient valorisés aux yeux des grands propriétaires terriens de la zone. L’engagement des paysans vis-à-vis du programme pouvait s’expliquer par le fait qu’ils n’avaient rien à perdre et tout à gagner. Toute une génération de paysans a pu ainsi bénéficier de cette initiative ; les plus jeunes étant prêts à assurer la relève. Des actions ponctuelles et ciblées allaient aussi permettre de conforter les paysans dans la construction de leur vision partagée. Des faits marquants allaient renforcer le climat de confiance et porter les paysans à croire dans leurs possibilités, en voici deux exemples : - A l’époque, le Système d’Avezac était géré par le MARNDR et était quasiment en ruine. Il allait être réparé par le projet qui y amena plus d’efficacité et d’équité dans la distribution de l’eau et aussi une meilleure gestion. Le Syndic d’irrigation était alors payé par le projet. Fort de la confiance développée au sein des groupements, des démarches furent menées auprès du MARNDR pour que la Taxe d’irrigation obligatoire soit gérée par une structure d’organisation paysanne. Et, depuis lors, il en a été ainsi. - Généralement toute mort suspecte ou assassinat d’un paysan était l’occasion pour les chefs de section de rançonner les paysans notamment au travers d’un processus d’arrestation arbitraire et de monnayage de la libération. Lors d’un cas similaire, le projet aidé des groupements mena sa propre enquête et retrouva le coupable, forçant du coup le chef de section à rendre publiquement le fruit de ses exactions. C’était là une victoire sur l’arbitraire qui marqua fortement les esprits. L’encadrement était assuré par une équipe mixte de techniciens français et haïtiens. Un système de parité avait été établi, les techniciens travaillant en binômes. Le Projet avait aussi mis en place un centre de formation d’animateurs où des jeunes, de la communauté d’abord et venant des différentes paroisses du Diocèse, pouvaient recevoir une formation sur 6 mois. Plusieurs promotions d’animateurs/animatrices furent formées avec un essaimage en 1972, dans tout le Diocèse du Sud16. Un centre, à l’instar de celui de Laborde, fut mis en place à Madian dans les Nippes en 1974. On notera qu’en 1971-1972, le Développement Communautaire Chrétien Haïtien (DCCH) allait prendre la relève de la SOLADEC.

14 15

Mise en place de centres d’éducation populaire Crédit-vente sur le long terme. 16 Englobant toute la péninsule du Sud. L’actuel Département de la Grand’Anse n’ayant pas encore été créé.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

21

5.2.1.2 EDAPS
En 1975 un nouveau projet l’EDAPS mis en œuvre par les Nations Unies s’installait dans la Plaine des Cayes. Ce projet disposait de plus gros moyens et pouvait mobiliser d’importantes compétences techniques. Tous les travaux, même ceux d’intérêt communautaire, étaient chèrement rétribués, plus question de bénévolat, l’esprit de construction communautaire était cassé. Les aménagements et les travaux étaient plus rapidement réalisés, notamment, ceux concernant la construction des routes et la consolidation des canaux d’irrigation. L’un des apports les plus importants de ce projet fut la formation d’artisans spécialisés dans la ferronnerie et les métiers du fer. Le transfert technologique fut poussé à un point où des artisans de la Plaine était à même de fabriquer et d’entretenir des charrues, des charrettes et des brouettes. A cette époque, la plaine des Cayes était en pleine ébullition sur le plan économique. Il faut souligner à ce niveau l’action déterminante de l’IDAI qui fournissait du crédit et un accompagnement technique approprié aux agriculteurs et groupes d’agriculteurs

5.2.1.3 Projet de Réhabilitation du Système d’Avezac (DCCH – MISEREOR)

Plus près de nous, au courant des années 80, le DCCH en coopération avec MISEREOR allait mettre en œuvre un projet de réhabilitation du système d’Avezac. Il s’agissait au travers d’aménagements sur la prise et le réseau d’augmenter la quantité d’eau disponible permettant du coup d’étendre les superficies cultivées sur le périmètre. Ces travaux étaient accompagnés d’un transfert technologique en vue de l’intensification de la production agricole. Ce projet visait également à empêcher que les conflits ne se perpétuent sur le système notamment entre les producteurs localisés en amont et à l’aval du système. Il était prévu de restructurer et de renforcer les capacités de l’organisation paysanne responsable de la gestion du système pour garantir l’efficacité dans la distribution et conférer un caractère durable aux investissements. Il est rassurant de constater que jusqu’à présent, les structures d’organisation paysanne mises en place à la fin des années 80 continuent à gérer le système et ont la charge d’équipements lourds importants. Elles sont en mesure d’intervenir rapidement pour de gros travaux dans la ravine notamment au niveau de la prise. Elles gèrent jusqu’à présent bon gré mal gré le système. Si sur les grands coursiers la distribution est assurée plus ou moins correctement, il y a aujourd’hui de plus en plus de problèmes dans la distribution de l’eau à la parcelle. Les agriculteurs impliqués dans les structures de gestion vieillissent et la relève n’est pas toujours assurée. La dimension communautaire du développement construite autour de la paroisse et du centre de Laborde ne semble pas avoir vraiment tenu et a très peu évolué en dehors de la gestion de la ressource eau. Le système est la seule ressource gérée collectivement dans la zone. Le développement économique notoire qu’a connu la région n’a conduit qu’à une accumulation au niveau d’exploitations agricoles individuelles. On ne ressent pas vraiment d’effet au niveau collectif. Seule la gestion de l’eau est collective, mis à part

Version finale 001–- 17 septembre 2003

22

celle-ci rien n’est géré collectivement. Il n’y a pas eu réellement de mobilisation pour que des services de base soient disponibles dans les localités irriguées de la Plaine ce qui pourrait amener les jeunes de la localité à y demeurer. De toute évidence, l’individualisme a emporté sur la construction communautaire. Les exemples de réussites individuelles sur le plan économique sont nombreux. Les agriculteurs ont investi leur argent dans l’achat de maisons aux Cayes et à Port-au-Prince et, aussi, dans l’émigration de leurs enfants vers les pays du Nord. On ne note pas la présence d’investissements lourds dans les communautés comme c’est le cas dans certaines localités de l’Artibonite. Le Développement local ne semble pas avoir été le souci des habitants vivant dans les localités situées à l’intérieur du périmètre.

5.2.2 L’Association des Paysans de Vallue
Vallue est une petite localité de la commune de Petit-Gôave qui compte une population de 5000 personnes environ. Située dans une zone de montagnes sèches ou semi humides, son potentiel naturel est relativement limité. L’association des Paysans de Vallue (APV) a vu le jour en 1989 à une période « d’euphorie démocratique ». Elle est constituée de 12 groupements de base. Cette organisation va se renforcer et se consolider sur le plan organisationnel durant la période du coup d’état militaire de 1991. Créée à l'instigation de jeunes de la communauté, elle est dirigée par des habitants de la zone qui pour la plupart résident à Port-au-Prince. Ces derniers sur la base de projets répondant aux désidératats et attentes de leur base, ratissent des ressources auprès de services publics, d’agences de financement et de coopération en vue d’investissements dans le développement de leur communauté. La cohérence institutionnelle ou plutôt organisationnelle allait permettre à l’APV d’intensifier ses activités et de développer de plus en plus de projets au bénéfice de la communauté. Le leadership de cette organisation compte 3 atouts majeurs et qui expliquent en grande partie son succès : • Une vision claire sur le cheminement et les perspectives de développement de leur communauté; • Des résultats tangibles à son actif, fruit des investissements successifs consentis dans le temps; • Les financements reçus sont effectivement investis dans les créneaux porteurs prévus et dans des activités à retombées pour la collectivité. L’une des toutes premières initiatives de l’APV a été la réalisation d’une route reliant la communauté à la Route nationaleNo.2, rapprochant du coup la localité du centre de la commune et du reste du pays. A côté des services primaires de santé directement accessibles à la population depuis quelques années à Vallue, les actions suivantes méritent d’être soulignées :

Version finale 001–- 17 septembre 2003

23

Le fonctionnement d’une école fondamentale à partir d’apports d’agences de financement mais aussi grâce aux contributions des parents au travers l’écolage des enfants. (A Vallue le taux de scolarisation dépasse les 65%; 2/3 des enfants de la communauté vont à l’école) ; La transformation de produits agricoles tel les fruits et l’arachide. Les produits dérivés, commercialisés sous la marque TOP LA, sont très appréciés des consommateurs haïtiens, sont servis dans certains hôtels et se retrouvent sur les rayons de tous les grands supermarchés de Port-au-Prince; Le développement récent d’activités d’écotourisme. Les visiteurs peuvent résider durant leur séjour soit dans un guest house appartenant à l’association ou chez des producteurs paysans disposant d’un aménagement adéquat. C’est l’une des rares expériences réussies dans ce domaine en Haïti.

L’ensemble des activités et les initiatives de développement mises en œuvres par l’APV ont demandé une forte mobilisation des gens de la communauté et ont permis la création d’emplois source de revenus pour certaines familles (accommodation de visiteurs, personnel du centre de santé de l’école et de la confiserie). De plus en plus de jeunes et d’habitants restent à Vallue et travaillent dans leur communauté. Ce qui frappe le plus à Vallue, ce sont un fort sentiment d’appartenance, le niveau élevé de mobilisation - participation des habitants et enfin, le niveau d’appropriation des initiatives par la communauté. Les initiatives de l’APV bénéficient d’une très forte participation communautaire. La force des initiatives et activités respectivement mises en œuvre et réalisées résident dans le caractère systémique de la démarche engagée. Par exemple, l’initiative en écotourisme, tout en mobilisant la population, permet au niveau du comité une réflexion sur la protection de l’environnement, est une source de revenus pour plusieurs familles, amène à l’adoption au niveau de l’école communautaire de programmes d’éducation environnementale. L’initiative est un tout cohérent. Des réserves subsistent toutefois sur la démarche suivie au niveau de l’APV. Le caractère démocratique du fonctionnement de l’association est questionné. Depuis sa création le noyau de base est resté quasiment le même. Les dirigeants n’ont pas vraiment changé et le processus de désignation n’est pas nécessairement démocratique. Le noyau de dirigeants a semble-t-il peur de perdre son autorité sur l’association. Cependant et paradoxalement, il souhaite que l’association se renforce et ait davantage d’autonomie. Les récentes dispositions mises en œuvre visent effectivement à plus de participation à la gestion des activités de la part des membres des groupements de base. Il est à souhaiter que parallèlement à cela, ces derniers arrivent à prendre pleinement part aux décisions ou tout au moins à influencer celles du Comité exécutif de l’association. Il y aurait comme cela a été le cas dans d’autres organisations paysannes des risques pour que l’organisation se trouve engagée dans la politique active et également que des pressions politiques soient exercées sur celle-ci. Jusqu’à présent, l’APV a su garder sa ligne et rester strictement apolitique et ne prendre, en tant qu’organisation, aucun engagement politique direct. Les membres à tous les niveaux ont le droit d’avoir une

Version finale 001–- 17 septembre 2003

24

opinion politique mais s’ils souhaitent s’engager dans la politique active, il leur est conseillé de prendre leur distance par rapport à l’association tout au moins de ne pas occuper de place de direction. Lors des rencontres et des réunions, les discussions ne portent pas sur la politique ; le souci premier est de rester en dehors de la politique active. Jusqu’à présent, les rapports avec les élus locaux sont bons et l’on ne dénote aucune tension. Les CASECs et les ASECs de la communauté sont également membres de l’association. Durant la période du coup d’État de 1991, des accusations ont pesé sur l’APV qui a été défendue par le CASEC de la localité. Des pressions fiscales et autres n’ont pas été ressenties jusqu’ici ; celles-ci sont souvent utilisées comme moyen de prédation ou de représailles politiques. Le leadership de l’APV apparaît quant à présent et sous toute réserve l’élément moteur du succès rencontré par l’association dans la mise en œuvre de ses activités. Les jeunes de la communauté qui ont créé et qui dirigent encore aujourd’hui l’organisation font montre d’une vision claire du processus et des perspectives de développement de leur communauté. Les leaders sont conscients de leurs forces et de leurs faiblesses. Ils ont, de toute apparence, bien appréhendé leur situation de départ et arrêté d’une stratégie de Long terme visant la transformation durable des conditions de vie dans leur communauté. Capitalisant sur l’éducation plus poussée à laquelle ils ont pu avoir droit, ils se sont engagés dans le développement de leur communauté en mobilisant et en sachant tirer profit d’opportunités de financement disponible et des ressources mobilisées. Rencontrant les besoins et les attentes d’une majorité des habitants de leur communauté, ces leaders ont bénéficié jusqu’à date d’une participation soutenue des résidents de Vallue.

5.2.3 Les Petits Frères de l’Incarnation (PFI)
Les PFI se sont installés à Pandiassou depuis plus de 25 ans. Ils ont commencé à y travailler comme les paysans en vue d’assurer la subsistance des membres de la congrégation mais en apportant des techniques nouvelles à la zone. Ils ont rapidement transformé leur domaine en une petite ferme productive avivant les curiosités. Rapidement, les producteurs-paysans des environs se sont intéressés à leurs activités et solliciter du même coup des services non seulement dans le domaine de l’agriculture mais aussi dans le domaine social particulièrement l’éducation. Progressivement et en fonction des compétences disponibles, les PFI ont répondu à leur demande notamment au travers d’une petite école rapidement mise en place. Les enfants des communautés avoisinantes ont eu ainsi accès à l’instruction. La démonstration des nouvelles pratiques agricoles aidant, cette réponse des PFI à la demande sociale des paysans allait leur assurer dès le départ un certain leadership. Il s’est alors, dans le cadre d’une démarche participative de réflexion- prise de conscience de la situation prévalant dans la communauté, enclenché un processus de mobilisation des ressources des populations locales.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

25

Grâce à des apports complémentaires de ressources d’agences de coopération et de financement ainsi que de contributions solidaires, d’autres initiatives sont alors prises mais cette fois-ci par les producteurs-paysans des communautés avoisinantes et les PFI : Reboisement et production fruitière au travers notamment de la mise en place de pépinières, de la distribution de plantules forestières et fruitières, de la formation de greffeurs et, enfin, en installant des ateliers de transformation de fruits (séchage, confiserie); Opérationnalisation d’un centre de santé; Mise en place d’une école pour les enfants de bas âge et une école fondamentale; Amélioration de l’habitat avec des constructions en briques de terre à moindre coût et bien plus agréables sur le plan iso thermique; Construction de retenues d’eau (lacs collinaires) qui ont permis le développement d’activités de production maraîchère de contre saison et de production piscicole tout en facilitant l’abreuvement du bétail et la lessive du linge des familles et en créant de nouveaux espaces récréatifs dans les communautés. Les interventions amènent de nouveaux problèmes et les solutions envisagées et mises en œuvre apportent des réponses limitées et de court terme, prêtant le flanc à certaines critiques et donnant lieu à des remises en cause. Par exemple et comme c’est le cas dans de nombreuses localités rurales, les PFI ont observé que les jeunes ayant bénéficié d’une éducation poussée, notamment sur le plan scolaire, abandonnent le milieu rural. Ils ont donc, à l’adresse des jeunes, mis sur pied des formations professionnelles sur mesure répondant aux besoins sur le court et le moyen terme des communautés : maçons, menuisiers, électriciens, la comptabilité, la gestion et l’administration. Il est important de souligner que les PFI sont une congrégation religieuse et par conséquent ne fonctionnent pas nécessairement sur une base démocratique. Les

L’une des réalisations majeures des PFI à Pandiassou reste sans aucun doute la construction des lacs collinaires. Ces derniers ont une influence considérable sur le développement agricole et rural de la communauté. Ils ont permis aux producteurs paysans qui ont accès à leur exploitation d’augmenter sensiblement leurs revenus. Compte tenu du climat (6 mois de pluie et 6 mois de sécheresse), une seule saison de culture pluviale, quelques fois risquée, était possible. La conformation des BV ainsi que la nature argileuse des sols offrent la possibilité de la construction de lacs collinaires permettant de stocker l’eau et de la rendre disponible pour les producteurs-paysans durant la période de sécheresse. Ces lacs favorisent l’abreuvement du bétail et permettent la pratique de la pisciculture et de la culture des légumes en contre saison. Aujourd’hui et même quand il est question de superficies réduites, les agriculteurs peuvent, grâce aux lacs collinaires, réaliser 3 saisons de cultures à l’année. La culture des légumes se pratique grâce à l’utilisation de pompes qui facilitent la conduite de l’eau sur les terres périphériques plus élevées. Jusqu’à récemment, la culture de légume se fait avec du compost (matière organique) donc sans engrais chimiques, sans pesticide vu que certains insectes étaient de toute apparence peu présents dans la zone à cette période là. Sur le plan de la rentabilité, les producteurs-paysans qui ont accès à l’eau considèrent que la saison durant la période de sécheresse est indéniablement la plus intéressante sur le plan économique. Les agriculteurs ont dû s’ajuster et acquérir de nouvelles connaissances techniques et développer de nouveaux savoir-faire. Un système de crédit a été développé pour permettre notamment l’acquisition d’équipements et de matériels, des motopompes pour l’irrigation des terres périphériques. Ces actions s’adressent à des exploitants individuels vu que les pompes avaient été très mal utilisées dans le cadre d’une gestion collective. Les lacs collinaires permettent de faire de la pisciculture. Les poissons sont aujourd’hui disponibles. Vendus dans les communautés, ils permettent une amélioration en protéines de la diète alimentaire. Les différents revenus réalisés par les producteurs paysans sont réinvestis dans les communautés où une amélioration sensible du niveau de vie est ressentie.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

26

populations des communautés périphériques partenaires n’ont pas toujours un contrôle sur les ressources collectées et devant servir à la mise en œuvre des projets. Sur la base d’un partage de vision avec les populations, des projets sont réalisés avec un encadrement serré des PFI. Aujourd’hui, l’intégration et une participation plus soutenue des populations à la gestion des projets sont une préoccupation majeure des PFI. Ces derniers souhaitent que la gestion qu’ils assurent eux-mêmes jusqu’à présent devienne une gestion conjointe et, qu’à terme, les populations s’en approprient totalement. Les PFI sont propriétaires des terres où se mettent en place les différentes structures et en laissent l’utilisation aux producteurs-paysans suivant des conditions arrêtées préalablement. Dans certains cas, les PFI ont du mal à trouver la participation des bénéficiaires qui doit alors se négocier. Ceci se vérifie dans le cas de certains lacs collinaires pour lesquels les PFI ont du mal à trouver la contribution des populations à leur entretien entraînant du coup des risques d’envasement. Il faut souligner que dans d’autres zones où des lacs collinaires ont été construits, les promoteurs se sont trouvés confrontés à des problèmes fonciers et dans la gestion collective des lacs surtout quand ils desservent plusieurs types d’utilisateurs. Les considérations antérieures ne remettent pas en cause le caractère durable des réalisations à date. Celui-ci semble garanti par l’influence des PFI dans ces communautés et par les retombées économiques et sociales générées par les différentes interventions. Les PFI ont accumulé un savoir-faire et des compétences dans la construction de lacs collinaires qu’ils mettent au service d’autres promoteurs : des entrepreneurs privés, des ONGs et des Organisations paysannes du Plateau Central (MPP). Ceci permet de retransmettre le savoir-faire à d’autres groupes.

5.3 Le Projet de Recherche-Formation-Développement : MadianSalagnac-Aquin
5.3.1 Bref Historique
Le Centre de Madian dans les Nippes a été établi en 1974 dans la zone côtière Nord de la presqu’île du Sud. Deux (2) ans plus tard, le centre de Salagnac était construit dans la chaîne de montagnes traversant la presqu’île à 900 mètres d’altitude. Ces centres correspondent à une expansion du Projet de Laborde dans la Plaine des Cayes. Les promoteurs qui, dans le cas de Salagnac, étaient originellement des français avaient épousé la cause haïtienne et manifestaient une volonté de changement dans le concret. Il y a eu dans ce projet une évaluation des vrais besoins de paysans. Les animateurs formés au Centre de Madian dans le cadre de la pastorale sociale Ti 28, avaient des difficultés à mettre en pratique, à appliquer les paquets reçus. L’animation avait du mal à se fixer dans du concret. Les promoteurs ont discuté avec les paysans pour faire conjointement le diagnostic des problèmes, des contraintes et identifier les opportunités. Les promoteurs ont reconnu

Version finale 001–- 17 septembre 2003

27

qu’ils n’étaient pas des experts accomplis et qu’ils avaient à apprendre des paysans. L’approche est non agressive. Elle s’articule autour de « staj pèsonaj » où les paysans ont l’opportunité de réfléchir sur leurs conditions de vie, sur leurs pratiques et aussi de découvrir d’autres zones du pays où des agriculteurs comme eux dans des conditions similaires aux leurs ont mis en place des systèmes de culture différents et surtout plus intensifs. Suite à un diagnostic participatif, des éléments de solutions étaient évoqués. Les producteurs-paysans avaient l’opportunité de faire leur choix, de remettre en cause les solutions proposées et, même, de ne pas y prendre part. Parallèlement, un processus de recherche sur les systèmes de production et de culture, s’appuyant sur des communautés et des parcelles paysannes, était mis en place.

5.3.2 La Démarche
L’ensemble des actions entreprises par le Projet Madian-Salagnac-Aquin se situe dans une démarche de recherche-formation-développement (RFD). Le postulat de base est que pour toute intervention, si l’on souhaite en maximiser les chances de réussite, cela suppose une connaissance des tenants de la production agricole nationale et les principaux occupants de l’espace rural, les paysans, leurs familles et les systèmes de production qu’ils mettent en place. Il s’agit d’abord de comprendre la logique de leurs stratégies, de connaître les écosystèmes dans lesquels ils évoluent, les relations qu’ils tissent et, donc, de déterminer les différents goulots d’étranglement qui s’opposent au développement. Cette démarche accorde une rationalité aux paysans, rationalité qui fait que n’importe quelle innovation technique ne peut être proposée même si, elle a pu, ailleurs, faire ses preuves. La RFD implique un dialogue permanent, comme nous l’avons souligné plus haut, entre les cadres techniques, les animateurs et les paysans, dialogue qui ouvre la voie à tout un ensemble d’actions devant avoir un impact concret sur les conditions de vie de la paysannerie. La démarche RFD est considérée comme un outil privilégié de toute politique de développement autocentré en ce sens qu’elle tend à proposer des innovations appropriables et demandant généralement relativement peu de biens et de services importés.

5.3.3 Les actions et interventions
Les actions et interventions des Centres de Madian-Salagnac-Aquin forment un tout autorisant interaction, complémentarité et synergie. Elles s’articulent autour de trois grands axes : Recherche – Formation – Développement.

5.3.3.1 Recherche

Elle se réalise dans le cadre d’un processus dynamique études – expérimentations associant directement les paysans dans les jardins desquels des parcelles expérimentales sont mises en place. Les expérimentations touchent aussi bien la production végétale que la production animale, elles s’intéressent également aux Itinéraires Techniques (ITK) mis en place. Elles permettent de fignoler les paquets techniques qui après ont très peu de mal à être adoptés par les paysans et à intégrer les systèmes de production et/ou de culture. Les études s’effectuent sous plusieurs angles (agro écologique, agronomique et socioéconomique) et à différentes échelles : la parcelle et l’exploitation agricole (le système de

Version finale 001–- 17 septembre 2003

28

production), les écosystèmes sur tout le transect allant de Madian à Aquin en passant par Salagnac et les petites communautés. Replacées dans une perspective historique, elles permettent de dégager des pistes d’intervention pouvant faire évoluer systèmes de production et de culture en vue d’une amélioration des revenus et des conditions de vie des familles paysannes et de la paysannerie. A ce niveau il faut souligner que très tôt le Projet associe à la démarche, des centres universitaires et techniques liés à l’Université d’État d’Haïti (UEH) et à des Centres Universitaires Français (INAPG). Nombre de mémoires d’étudiants et de publications scientifiques sont issues de ce processus. L’une des principales publications reste Paysans, Systèmes et Crises, livre en 3 tomes qui est devenu une référence pour comprendre l’Agriculture haïtienne.

5.3.3.2 Formation

Les actions de formation portent sur trois axes : le premier concernant les paysans, le second les étudiants et le troisième les artisans. Les stages suivis par les paysans s’adressent à tous quel que soit leur statut social ou économique17. En 1983, plus de 4000 paysans étaient passés en stage au Centre de Salagnac. Portant sur des thématiques plus générales au début lors des “Staj Pèsonaj”, les thèmes abordés sont devenus plus spécifiques et portaient davantage sur des problématiques techniques liées aux actions de développement en cours18. Ces stages sont toujours restés des échanges d’expérience et pour la plupart donnaient lieu à des visites dans d’autres zones du pays pour montrer d’autres écosystèmes. Quant aux étudiants, les stages étaient une occasion de prendre contact avec le milieu rural et par la suite d’y mener des recherches donnant lieu à des mémoires de fin d’études. Les meilleurs bénéficiaient de formations post-graduées en France pour l’obtention de DEA et de Doctorat. Les artisans et les producteurs spécialisés reçoivent plutôt des formations techniques et en gestion. Cela a été le cas pour les maçons engagés dans la construction des citernes et des impluviums.

5.3.3.3 Développement

Voilà quelques-unes unes des actions mises en œuvre dans le cadre du Projet MadianSalagnac-Aquin : A Aquin Introduction de variétés de Vigna plus productives Aménagements de ravines en vue d’une valorisation de la terre récupérée en amont des structures érigées Aménagement de puits servant à l’approvisionnement de l’eau, facilitation de l’extraction et plus grande potabilisation Valorisation des souches desséchées de sorgho (arrosage d’eau salée) pour l’alimentation des bovins Plantation d’herbes de Guinée et fabrication de foin pour la conservation Construction de parcs pour les caprins permettant un meilleur suivi des animaux Introduction de la culture attelée
17 18

Propriétaires, fermiers, métayers, “sans terres” comment faire du maraîchage, comment élever des lapins, comment fabriquer des parpaings, comment assurer le maintien des variétés de haricot, fertilisation des cultures, etc.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

29

A Salagnac Construction de citernes individuelles, collectives19 et réhabilitation de citernes coloniales Introduction des cultures maraîchères (notamment le chou et la carotte) Développement et diffusion de variétés améliorées de Haricot (Salagnac 86, Salagnac 92, Mersan) Mise en place d’une boutique d’intrants gérée par les paysans Introduction et diffusion de l’élevage des lapins Introduction de races bovines laitières (Jersey) Aménagement de pistes agricoles favorisant l’arrivée de camions pas trop loin des zones de production du plateau Mise en place d’une école gérée par un comité de villageois du Plateau A Madian Introduction de variétés de maïs à cycle court, pouvant mieux résister à la sécheresse Installation de parcelles d’herbes fourragères. L’impact des actions mises en œuvre par ce projet est probant en particulier dans la région de Salagnac où les paysans réalisent aujourd’hui des revenus intéressants et où les conditions de vie de la population se sont améliorées sensiblement. Les paquets techniques introduits et diffusés par le Projet se sont maintenus. Ce qui parait le plus important est, sans doute, la capacité des paysans à s’adapter et à mettre en œuvre rapidement de nouveaux modèles et de nouveaux paquets techniques répondant mieux aux contraintes, aux exigences et aux opportunités découlant de la réalité à laquelle la paysannerie a à faire face aujourd’hui.

5.4 Les Projets d’Amélioration Variétale (Semences/Greffage)
Ces Projets sont très spécifiques et s’appuient soit sur l’amélioration d’une espèce confrontée à un ou des problèmes phytosanitaires majeurs (Projet sur la Pomme de terre à Savane Zombi), soit dans le cadre d’institutions ou de programmes spécialisés se penchant sur toute une série d’espèces en vue de parer à des problèmes ou de contribuer à leur développement (Organisation pour la Réhabilitation de l’Environnement - ORE). Pour le maintien et la diffusion de variétés, il est souvent nécessaire de passer par une phase de formation de producteurs spécialisés ; la qualité de la formation et des producteurs spécialisés étant un atout essentiel pour le succès de telles initiatives. Il faut souligner ici :

5.4.1 Le Greffage
La contribution du greffage, notamment, dans le développement de la filière fruits en Haïti est incontestable. En effet le greffage permet de :
19

Impluviums

Version finale 001–- 17 septembre 2003

30

Raccourcir la période entre la phase d’établissement et la première floraison; Valoriser des sujets jugés indésirables en y greffant des espèces et des variétés de plus grande valeur marchande; les mandarines de la Vallée de Jacmel et les oranges de Jérémie en sont de très bons exemples ; Obtenir une production de contre saison. Des paysans des hauteurs de CampPerrin rapportent avoir vendu des avocats à 15,00 Gourdes l’unité en contre saison. Des activités de greffage peuvent facilement être mises en place dans le cadre de projets ou de programmes de développement. Elles se baseront principalement sur la formation de greffeurs, la production et la distribution de plantules non greffées, la mise en place de vergers de variétés améliorées pouvant servir de parc à greffons, le lancement de programme de surgreffage dans les parcelles des agriculteurs sous une forme contractuelle. L’expérience de l’ORE et du GRAMIR dans ce domaine est à mentionner.

5.4.2 Les minisets
Cette technique permet d’augmenter le taux de multiplication et d’obtenir des semences d’igname saines à moindre coût. Des résultats assez concluants ont été obtenus dans le Sud-Est. La pratique de cette technique peut être importante quand on sait que plusieurs jeunes agriculteurs ont, pour des raisons liées essentiellement au prix de la semence, des difficultés à établir des plantations d’igname et à se lancer dans une production plus intensive à un moment où le marché (consommation locale et exportation) offre des opportunités intéressantes pour ce produit.

5.4.3 La culture de tissus
Très peu développée encore dans le pays, elle joue un rôle important en République Dominicaine notamment pour des cultures comme la banane et l’ananas par exemple. La diffusion de nouvelles variétés de bananiers résistants au sigatoka noir passera par la culture de tissus. Elle peut aussi permettre de diffuser des variétés de plantes à tubercules qui se seraient révélées intéressantes en terme de rendement.

5.4.4 L’amélioration de variétés de grains alimentaires
Les améliorations sur les plantes annuelles concernent en particulier : le riz, le maïs, le haricot, le sorgho. Bien qu’on ne connaisse pas d’exemple d’une variété ayant révolutionné drastiquement les habitudes des agriculteurs, les améliorations ont fortement contribué dans des grandes régions agricoles à des augmentations significatives de la production et des rendements. Malheureusement les variétés, notamment de riz, qui ont rencontré du succès n’ont pas été maintenues dans bien des cas. Il est à souligner les premiers essais de l’ORE en ce qui à trait aux variétés de maïs hybrides développées localement.

5.5 Les Projets d’Aménagement de Bassins Versants et de Reboisement dans les Mornes
Les interventions réalisées sur les Bassins Versants demandent, généralement, du temps avant que les producteurs-paysans puissent en tirer vraiment avantage. Il faut environ 5 à 10 ans pour que des aménagements réalisés sur des BV expriment pleinement leur Version finale 001–- 17 septembre 2003 31

potentiel de rentabilité. Les promoteurs de ces initiatives semblent avoir trouvé des stratégies pour que les producteurs-paysans tirent un intérêt immédiat des structures érigées. Le plus souvent il s’agit de haies vives dont le matériel végétal utilisé peut rapidement être valorisé (ananas, canne à sucre, herbes). On notera que dans le cadre de la mise en place de systèmes agro-sylvo-pastoraux, les fruitiers sont de plus en plus utilisés à la demande même des producteurs-paysans. On note aussi avec les prix de plus en plus élevés du bois d’œuvre que les paysans sont de plus en plus friands de chêne, de frêne (bois blanc), de bois pelé, de cassia, d’acajou, de cèdre et de taverneau. Le chêne se trouve en tête de liste aujourd’hui, vu le prix élevé de la douzaine de planches. Des paysans de certaines zones du pays ont mis en place des techniques d’exploitation (production de poteaux, élevage de rejets de souche) leur permettant de tirer un maximum de profit de leurs arbres sans pour autant gêner les cultures vivrières et nuire à l’environnement. De tels procédés sont à investiguer et approfondir, les plus performant serait même à divulguer. Dans le Sud, les structures vulgarisées par le DCCH sont en place depuis plus d’une dizaine d’années. Il s’agit principalement de haies vives de leucena. Elles protègent le sol tout en fournissant de la nourriture pour le bétail. En période de sécheresse les leucaena sont servent de fourrages pour les bovins et les caprins et même des fois pour les porcins. De telles structures sont observables dans les régions de Maniche et de Port-Salut. Il faut souligner également les systèmes agro forestiers à base de chêne, de cassia et de casuarina pratiqués par les agriculteurs dans des zones où des institutions comme Interaide et le PADF se sont désengagés. Ce qui a le plus frappé au niveau de ces projets c’est que : Les paquets techniques et les modèles de valorisation du milieu ont été rapidement adoptés par les paysans des zones où ils ont été proposés; Les structures sont utiles d’après les producteurs-paysans et paraissent encore entretenues même quand il s’agit de structures vieilles de plus de cinq années; Les structures permettent d’améliorer ou de consolider dans un temps relativement court les revenus des exploitants sur les terres desquels elles sont érigées.

5.6 Les Projets Filières
En Haïti ils concernent, surtout, la transformation fruitière, la commercialisation du Café paysan de haute gamme et la pêche L’approche filière implique davantage qu’une simple connaissance des marchés. Elle exige que : les produits mis en marché soient de bonne qualité ; il faut être sûr de la qualité de son produit, que les prix de ces derniers soient compétitifs par rapport à d’autres produits de même classe S’engager dans une filière nécessite une bonne maîtrise technique et des compétences adéquates non seulement pour fabriquer les produits mais également dans l’entrepreneuriat, le marketing et la gestion financière et comptable. Des projets

Version finale 001–- 17 septembre 2003

32

impliqués dans la commercialisation et fournissant des produits régulièrement sur une base d’abonnement ont échoué parce que le système de recouvrement était défaillant, l’entreprise a progressivement décapitalisé. Il y a un besoin de nouvelles compétences20 dans l’intensification de la production, la transformation de produits agricoles et également dans la connaissance des marchés. Ces carences devraient être rapidement comblées. Un des moyens le plus efficace est assurément de travailler dans des équipes multidisciplinaires en quête d’efficacité, de synergie et de complémentarité naturellement en fonction des besoins spécifiques. On admettra que la plupart des agro-professionnels impliqués aujourd’hui dans les projets de développement agricole et rural ne connaissent pas les marchés. Il faut au plus vite que les formations offertes aux jeunes prennent en compte ces nouveaux impératifs.

5.6.1 La filière Café : FACN, RECOCARNO
En dépit des nombreuses contre-performances enregistrées dans cette filière, certaines initiatives méritent d’être présentées. Les plus connues et en cours actuellement sont la FACN et le RECOCARNO mis sur pied respectivement vers 1993 et en 1997-1998. L’action de ces réseaux a conduit au raccourcissement des circuits au bénéfice des producteurs-paysans, à une maîtrise et intégration des marchés par les producteurspaysans (information sur les créneaux et opportunités), une organisation de la production et de la commercialisation (coopératives et associations), à un meilleur accès aux marchés (création de nouveaux débouchés notamment dans les créneaux de haute gamme, redéfinition des relations entre producteurs et exportateurs privés), à la régénération de caféières, etc. En termes concrets, ces réseaux ont permis d’écouler sur les marchés équitables (Amérique du Nord et Europe) des dizaines de containers de café et les plus values redistribués aux producteurs-paysans. Cependant, ces réseaux sont actuellement confrontés à certains problèmes. Les réseaux sont mis à mal au niveau même de leur structuration (démobilisation de membres, désaffectation de centres de traitement). Cela demande du temps aux organisations pour qu’elles se consolident et s’inscrivent dans la durée. Les producteurs-paysans qui pour la plupart sont confrontés à de sérieux problèmes de trésorerie et pauvres ne peuvent pas attendre les ristournes et vendent à des spéculateurs dès que ces derniers offrent de meilleurs prix et paient comptant.

5.6.2 Le Projet d’appui à la Sécurité Alimentaire dans le Nord-Est.Cette initiative a été mise en place avec le financement de la coopération canadienne et le support de l’Université de Moncton, il y a 4 à 5 ans. Le projet avait comme objectif d’aider les agriculteurs des régions ciblées à augmenter leur production et à mobiliser d’autres ressources en vue du renforcement de la sécurité

20

Les marchés, pour plus d’un, n’étaient pas une priorité. Les agro-professionnels y accordaient très peu d’importance et on pourrait même, dans certains cas, percevoir une résistance idéologique à s’y intéresser.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

33

alimentaire de leurs familles. Il devait également permettre le renforcement institutionnel des institutions haïtiennes impliquées : UNIQ, CRDA/MARNDR, IDEA. Le projet a été l’opportunité d’organiser des groupes de femmes et de pêcheurs. Il a aussi permis la mise en place de parcelles de cultures maraîchères et de pratiques d’agriculture biologique. Certains exploitants/tes ont pu produire ainsi suffisamment de légumes pour nourrir leur famille. Sur le plan du renforcement institutionnel, le projet n’a pas pleinement réussi. Toutefois le travail réalisé avec les groupes de femmes et les groupes de pêcheurs respectivement autour de la transformation des produits agricoles et de l’amélioration des pratiques de pêche s’est révélé fructueux. Les groupes de femmes continuent à travailler à la transformation de produits agricoles notamment les fruits (confitures, gelées) et l’arachide (Carapigna). Les produits transformés sont vendus au Cap-Haïtien et même à Port-au-Prince. Tout comme de nombreuses confiseries semi industrielles gérées par les organisations de producteurspaysans, les groupes de femmes sont confrontés à des problèmes d’approvisionnement en matériel d’emballage essentiellement les bocaux de verre. Une coopérative de pêche a été mise en place. Un transfert de technologie et de savoirfaire a été fait pour permettre aux pêcheurs des côtes du Nord et du Nord-Est d’augmenter leurs prises et d’identifier des marchés (hôtels et restaurants) pour l’écoulement de leurs produits, une approche filière en somme. Les pêcheurs ont reçu du financement leur permettant d’acquérir des bateaux à moteur. Le niveau de production se maintient jusqu’à présent et la coopérative de pêcheurs continue de gérer et d’utiliser collectivement et correctement l’équipement et, à approvisionner régulièrement un réseau de clients. Dans ces deux filières, femmes et pêcheurs ont su admirablement lier efficience et productivité. D’une manière plus globale les revenus des habitants des régions ciblées se sont améliorés et la sécurité alimentaire de nombreuses familles a été renforcée.

5.6.3 La Paroisse de Pliché21
L’approche mise en place s’apparente à l’approche filière notamment en ce qui concerne l’atelier de valorisation des fruits. Elle s’attaque à la filière dans son ensemble partant le plus en amont possible et allant vers les consommateurs. Pour les fruits, elle part de la mise en place de pépinières, à la transformation et la commercialisation de produits transformés en passant par la production des fruits. Les ateliers préparent de la confiture, de la gelée et du jus qui sont commercialisés par l’organisation elle-même. Cette initiative s’articule autour d’une organisation qui intègre l’ensemble de ces activités dans une vision très claire et à long terme de développement local. Les activités de
21

Elle rend compte des actions et activités mises en œuvre par la Caritas Paroissiale de Pliché animée par le révérend Père Yves Edmond.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

34

l’organisation sont multiples et concernent notamment une radio communautaire paysanne et des activités écotourisme Des efforts sérieux sont faits par les promoteurs pour lever professionnellement (acquisition de nouvelles compétences) tous les obstacles qui se présentent dans la filière et, particulièrement, pour maîtriser les circuits de production, les circuits commerciaux et, également, les techniques de transformation (standardisation et contrôle de qualité).

5.7 Les autres Projets
5.7.1 Les élevages de lapins de Fermathe
Après que l’élevage de lapins avait été introduit dans la région de Fermathe et de FortJacques notamment par les actions de vulgarisation de la Mission Baptiste de Fermathe, il est intéressant de constater que les élevages sont encore en place et se sont maintenus. De toute évidence, l’élevage de lapins s’est très bien intégré dans le système de production de certaines exploitations de cette région. Le savoir-faire technique des agriculteurs a été suffisant pour faire face aux contraintes qui se sont présentées jusque là. Aujourd’hui, on compte plus d’une centaine de familles qui pratiquent encore l’élevage de lapins dans cette région ceci sans aucun accompagnement technique. Il existe un marché pour la viande de lapins à Pétion-Ville et à Port-au-Prince qui est encore loin d’être satisfait. Ce booster est assurément pour beaucoup dans le maintien de ces élevages et représente une opportunité pour ces derniers. Ces élevages mériteraient d’être restructurés et de bénéficier d’un appui technique certain au niveau de la commercialisation de la viande fraîche de lapin sur les marchés de PétionVille et de Port-au-Prince. Ceci ne peut s’envisager en dehors d’une structure organisée de Producteurs Paysans.

6 Les Grands Repères
Il apparaît des différentes consultations que c’est en combinant approche, stratégie et paquets technologiques efficaces et appropriés que l’on s’arme des meilleures chances de réussite.

6.1 Démarches, approches et/ou stratégies
La mise en œuvre de la démarche nécessite une équipe et un leadership qui sont empreints d’humilité, d’une volonté de savoir et d’apprendre et animés d’une volonté profonde de changement. Il y a tout un travail à faire avant de se lancer dans les initiatives et toute intervention de développement. Il faut en effet s’approprier d’abord des idées. Généralement, les projets ont un rythme trop rapide qui ne respecte pas celui des producteurs-paysans et d’une démarche participative, et ne laisse pas suffisamment de temps pour l’appropriation des idées. Une démarche correcte demande du temps, il faut le prendre.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

35

6.2 Aspects institutionnels
Quelle que soit l’institution considérée, la réussite des programmes et des projets est impensable sans des objectifs clairs, une organisation efficace et capable de produire des résultats et une volonté de bien faire (discipline, redevabilité, transparence, …).

6.2.1 En ce qui concerne le rôle des Institutions
Il est nécessaire que le rôle de l’État et du Privé soit clairement établi.

6.2.1.1 Les structures de l’État
L’action de l’État doit s’inscrire dans le cadre d’une politique macro-économique cohérente; pour plusieurs acteurs l’absence de politique de l’État est réelle actuellement. Les interventions de l’État paraissent désarticulées et non opérationnelles. Les implications personnelles, à caractère très individuel, de certaines personnalités n’arrivent pas à contrebalancer les carences structurelles des institutions publiques. Les choix dans l’affectation des ressources publiques démontrent clairement que le secteur agricole n’est pas prioritaire, ceci depuis de nombreuses années. Les priorités de l’État sont à définir pour le secteur agricole. Les agriculteurs, les premiers bénéficiaires, doivent être au centre des préoccupations de la politique agricole; cette dernière devant conduire à une augmentation sensible des revenus réels des producteurs-paysans. Les revenus générés à partir de l’agriculture doivent permettre aux agriculteurs non seulement de continuer à produire mais également, de satisfaire les besoins et les exigences de leur famille. Il faut amener le maximum d’institutions et d’acteurs à investir dans l’agriculture et, à terme, les agriculteurs devraient être eux aussi à même d’investir plus substantiellement dans le secteur. Le rôle primordial de l’État devrait être celui de régulateur et de promotion du développement. L’État devrait se cantonner dans la définition des politiques et dans le suivi de l’application de ces politiques sur le terrain. Il a aussi toute sa responsabilité dans la gestion des ressources naturelles en veillant notamment à l’utilisation de ces dernières au bénéfice de la majorité et dans la perspective d’un développement durable. L’État doit tout faire pour permettre aux producteurs-paysans d’exprimer leur plein potentiel dans le domaine de la production en veillant à ce que ceux qui ont le plus de moyens ne soient pas les seuls à bénéficier de tout. La fiscalité est sans nul doute l’un des outils privilégiés pour la mise en œuvre des activités de développement dans un pays. Malheureusement, la fiscalité est jusqu’à présent en Haïti perçue comme un moyen de coercition tout au moins dans le milieu rural. Les initiatives de développement agricole et rural ne reçoivent que peu de support, d’incitatifs et d’encouragements concrets de la part de l’État. Les autorités locales devraient servir d’interface aux activités et initiatives porteuses. Ce qui n’est pas vraiment le cas aujourd’hui. Trop souvent, les élus locaux se comportent en véritables prédateurs de ressources Version finale 001–- 17 septembre 2003 36

L’efficacité de l’État qui a souvent été questionnée, l’est encore davantage aujourd’hui. L’État ne semble pas avoir d’objectifs. Il ne remplit plus ses missions. Les services et accompagnement ne sont plus disponibles pour une grande partie de la population plus cruellement encore dans le milieu rural. Il ne semble plus être porteur de valeurs pouvant redonner confiance à la population et permettre de relancer un quelconque processus de construction collective. L’État et les services de l’État devraient être réorganisés pour que les missions qui lui sont attribuées, soient effectivement remplies, que les services soient disponibles pour la population. En ce qui concerne l’encadrement des producteurs/paysans, l’État parait incapable de le fournir. Ce service serait à négocier avec les institutions privées suivant leur domaine de spécialisation. Des mécanismes de contrôle doivent nécessairement être mis en place pour veiller à ce que les ressources de l’État soient bien utilisées. Des efforts sont à consentir pour réduire la corruption dans les services et les administrations publiques. Il est donc impératif d’adresser les problèmes de gouvernance de l’appareil d’État.

6.2.1.2 Le privé commercial et le privé social

Des firmes privées auraient, sous une forme contractuelle, un rôle d’opérateur et la responsabilité de l’accompagnement des producteurs-paysans. Le travail dans l’animation et dans l’organisationnel devrait être laissé au privé qui a sans doute une meilleure expérience dans ces domaines que l’État. Les structures d’agrobusiness ainsi que les nouvelles agro-industries agroalimentaires doivent offrir aux producteurs-paysans des opportunités pour la valorisation de leur production. Ceci doit s’inscrire dans le cadre de rapports redéfinis. Le trio État, privé commercial et ONG peut, dans le cadre d’une stratégie appropriée visant à un accompagnement efficace des Organisations et des producteurs-paysans, fournir des résultats intéressants sur le plan du développement agricole et rural. Les nouvelles initiatives notamment celles mises en œuvre par l’État devraient être réalisées dans le cadre de contrats, en régie assistée par exemple. L’État devrait laisser certains aspects de la réalisation au privé commercial ou social et assurer surtout la supervision des travaux confiés à ce dernier.

6.2.1.3 Les organisations de producteurs-paysans
Le mouvement paysan en Haïti a pris naissance au courant des années 70. Le travail de mise en place et d’animation des organisations paysannes a débuté dans le pays avec l’église notamment la Caritas vers la fin des années 60 et durant les années 70. Le contexte politique de l’époque explique que la mobilisation paysanne a été surtout politique et orientée vers la chute de la dictature des Duvalier. Les organisations de l’époque étaient surtout des organisations revendicatives. En dépit de l’évolution de la situation politique dans le pays, nombre d’organisations ont eu du mal à se départir de leur caractère strictement revendicatif et, leur implication dans le politique a amené à certaines dérives. On a aussi assisté à l’émergence de nouvelles organisations paysannes orientées principalement vers la maîtrise et la gestion de la production agricole. Parmi ce type d’organisation on peut citer les associations d’irrigants qui se sont spécialisées dans la

Version finale 001–- 17 septembre 2003

37

gestion des systèmes d’irrigation. Certaines gèrent des boutiques d’intrants agricoles. Ce sont des organisations de producteurs-paysans spécialisées et professionnelles. Les organisations de producteurs-paysans et de professionnels de l’agriculture prendraient progressivement la gestion de la production agricole. Elles se verraient transférer la gestion de filières. Ce sont les organisations paysannes qui devraient gérer les infrastructures et les structures mise en place dans le cadre des initiatives de développement et permettre que les investissements consentis s’inscrivent dans la durée. Le développement demande que les organisations et les producteurs-paysans acquièrent plus de maturité par rapport aux différents défis à leur environnement naturel, social et économique qui est aujourd’hui en pleine mutation.

6.2.2 En ce qui concerne le fonctionnement des institutions
Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises institutions. Prises en tenailles entre une bureaucratie pesante, des moyens de plus en plus réduits, une résistance profonde à la décentralisation, on doit reconnaître que les institutions et structures de l’État impliquées dans le développement rural et agricole aujourd’hui se sont sérieusement sclérosées et disparaissent du terrain. L’encrassement bureaucratique qui caractérise l’État se retrouve de plus en plus dans des organisations privées (ONGs et autres). Il y a contradiction entre l’autonomie et un transfert de moyens et de compétences sur le terrain et la bureaucratie. Beaucoup d’initiatives et d’actions ont échoué sur le terrain à cause de systèmes administratifs trop lourds ne priorisant pas vraisemblablement le terrain. Ce type de problème se pose dans quel que soit le type d’institution. Le dynamisme des équipes intervenant peut être également un facteur déterminant pour la réussite d’un programme ou d’un projet. Vu la dimension et l’ampleur des enjeux et des défis du développement rural aujourd’hui en Haïti, il est essentiel que les équipes de terrain soient multidisciplinaires, techniquement bien préparées et disponibles pour les acteurs ruraux. La disponibilité se comprend comme une volonté d’aller plus loin au-delà des termes de référence et de l’ordre de mission, un certain niveau d’engagement envers la communauté dans laquelle on travaille. Il faut être disponible et à l’écoute des producteurs-paysans. Ceci va de pair avec la mise à la disponibilité des cadres de terrain d’un minimum de moyens. Le cadre de terrain devrait avoir un certain niveau d’autonomie, notamment de décision, sur certaines ressources ; ceci est quasiment impossible dans une surbureaucratie et/ou une sur-centralisation.

6.3 Les régions et zones d’intervention
Toute région ou toute zone a un certain potentiel qui peut être exploité. On doit distinguer le potentiel naturel du potentiel humain. Il faut que les initiatives de développement aussi bien que les paquets technologiques respectivement mises en œuvre et proposés s’articulent bien autour du renforcement et de la dynamisation de ce potentiel. Bien connaître ou apprécier ce potentiel conduit à la mise en œuvre d’actions qui ont le plus de chance de réussite.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

38

Le potentiel de la région ou de la zone d’intervention n’est pas vraiment déterminant. Il peut être pallié par le leadership et le collectif (association, groupement, regroupement) moyennant que ceux-ci puissent s’exprimer pleinement. C’est pourquoi, que même dans des zones ayant très peu de potentiel en ce qui à trait aux ressources naturelles et en consentant des investissements minimums, il est possible d’obtenir des résultats surprenants.

6.4 Organisation et Individualité
A ce niveau, il n’y a pas de recette. Si certaines activités se révèlent obligatoirement collectives, il faut reconnaître que nombre d’activités liées à la production agricole ont beaucoup plus de chance de réussite quand elles sont mises en œuvre, conduites par des individus ou des familles.

6.4.1 Le choix du Collectif
L’initiative collective est d’abord un impératif historique. La crise que traverse le pays aujourd’hui paraît être le résultat d’évènements conjoncturels et de l’effondrement des systèmes économiques et productifs, sociaux et politiques. L’échec cuisant sur le plan sociopolitique porte à croire que nous sommes en face d’un prototype d’échec collectif induisant un comportement généralisé de sauvetage individuel. Le mandat des nouvelles générations passe nécessairement par des initiatives collectives, étape indispensable à la construction du pays et de la nation. Nombre de communautés et de leaders ruraux semblent, aujourd'hui, disposés à nouveau à négocier et à entreprendre des actions collectives dans le cadre de nouveaux contrats avec des exigences de résultats et de redevabilité. Le Collectif ne peut s’envisager sans un cheminement individuel parallèle et ne doit en aucun cas être un obstacle au développement du potentiel individuel. Il faut rechercher le meilleur arrimage possible entre le collectif et l’individuel pour le mieux être de la communauté. Dès que l’on parle de développement, les techniques semblent ne plus suffire comme si l’organisation devait prendre le relais. Si l’on veut vraiment arriver à un changement durable, il faut s’organiser. On ne peut parler de véritable “succès” que lorsque l’appropriation des nouveaux modèles de valorisation et de gestion du milieu est collective. Il est aussi évident que certains problèmes ne peuvent trouver de solutions que dans le cadre d’une démarche collective. Par exemple, vu la taille des élevages de lapins dans la zone de Fermathe, dans les hauteurs de Port-au-Prince, il est impossible sur le plan strictement économique de penser à la commercialisation intensive de carcasses de lapins en dehors d’une structure collective. Si les organisations sont fondamentales, il faut trouver à tout prix un équilibre entre les initiatives collectives et les initiatives individuelles.

6.4.2 L’option individuelle
Le peuple haïtien est fondamentalement individualiste, ceci ferait, pour certains, partie de nos traits culturels. Les programmes et/ou projets de développement devraient tenir compte du fait que les activités de production sont menées essentiellement dans un cadre individuel, celui de l’Exploitation Agricole. Ils doivent veiller à ce que les activités privées porteuses soient renforcées et développées. Version finale 001–- 17 septembre 2003 39

6.5 Le poids des paquets technologiques
Les paquets technologiques sont très importants et restent encore à construire dans le cas de l’agriculture haïtienne. Les agricultures des pays de la région ont évolué très différemment de celle d’Haïti. Les références construites dans les pays de la région ne conviennent pas nécessairement à Haïti. Des travaux importants d’adaptation et de recherche opérationnelle sont à entreprendre. Par exemple, le développement de l’élevage en Haïti se révèle en contradiction avec celui des pays de l’Amérique latine par exemple. Ce n’est pas un hasard si le nombre de vétérinaires en Haïti est très limité puisque les principaux dépositaires de l'élevage sont de petits paysans vivant pour la plupart au-dessous du seuil de pauvreté. En Amérique latine au contraire, les élevages les plus importants appartiennent à de riches propriétaires et compagnies qui sont prêts à absorber et supporter le coût des professionnels formés et spécialisés dans le domaine. De nombreux vétérinaires haïtiens sont aujourd’hui à l’extérieur du pays ne pratiquant plus la médecine vétérinaire. Le pays qui en a cependant grandement besoin, ne semble pas pour autant prêt à les accueillir et en supporter les frais. Un investissement dans ce sens est néanmoins indispensable pour faire progresser et stimuler la production nationale tout au moins dans le secteur de l’élevage. Tout processus de développement agricole et/ou rural dynamique s’appuie sur des pratiques appropriées permettant aux producteurs-paysans de valoriser au maximum les ressources naturelles et autres ressources dont ils disposent. Les pratiques performantes se transmettent généralement d’une génération à l’autre. Tout nouveau paquet technologique amène de nouvelles exigences. Par exemple, pour exprimer leur plein potentiel de nouvelles semences peuvent exiger que les parcelles soient irriguées et l’application d’une certaine dose de fertilisants entraînant du coup des infrastructures d’irrigation fonctionnant correctement donc entretenues et bien gérées et aussi que les producteurs-paysans aient accès et disposent de moyens pour acquérir des intrants (l’engrais notamment) et, soient à même de mobiliser de la main-d’œuvre. Très souvent, le fait de ne pas disposer d’un élément du paquet à un moment donné peut faire chuter les revenus des agriculteurs en terme de valeur réelle.

6.6 Problématiques transversales
6.6.1 Recherche
La recherche apparaît un facteur déterminant pour la réussite des Projets. Elle est indispensable pour bien connaître et approfondir la situation de départ et aussi pour se construire une expertise. Il est essentiel de bien comprendre et appréhender les pratiques des producteurs paysans avant de se lancer dans la proposition de nouveaux modèles. Les moindres éléments entrant dans les processus et constituant les mécanismes mis en œuvre sont déterminants et essentiels. Les modèles ne sont pas immuables et ne sont pas figés ; ils sont en perpétuelle construction devant s’adapter aux nouvelles exigences du milieu et aux nouveaux besoins des agriculteurs. Il faut se mettre à l’écoute, à l’école des producteurs-paysans. Version finale 001–- 17 septembre 2003 40

La construction de l’expertise surtout dans le contexte haïtien doit se faire sur du concret. Les systèmes mis en place ainsi que les techniques utilisées devraient être comprises et approfondies dans le plus petit détail. Dans des conditions et un environnement difficile, le plein épanouissement d’un modèle nécessite un potentiel de performance encore plus important. La situation du secteur agricole haïtien se détériore et se complexifie de plus en plus ; tout renversement de telles tendances va demander des recherches de plus en plus pointues. Les structures mises en place pour la recherche sont aussi sollicitées davantage. Elles ne doivent pas se laisser sclérosées. Les chercheurs doivent être sur le terrain en contact direct avec les problèmes des producteurs, des agriculteurs et des paysans. On en est à se demander si les structures de recherche devaient être dotées d’une organisation hiérarchique éloignant des fois des chercheurs ayant accumulé un capital scientifique imposant de la réalité vécue par le paysan du coup des contraintes à lever dans les systèmes de production et de culture.

6.6.2 Formation
Il y a un transfert important de savoir-faire qui doit se faire vers les producteurs-paysans et ceci dans différents domaines dont notamment dans celui de l’animation, de l’organisationnel et de la gestion d’entreprises collectives. Il y a un impératif à repenser les formations offertes dans le pays pour plus d’adéquation entre celles-ci et les véritables besoins des populations. Il faudra également que cette formation s’appuie sur des références scientifiques qui dans plusieurs domaines restent à construire d’où une recherche de liens et de synergies constantes entre la formation et la recherche principalement dans l’opérationnel. Dans ce sens les laiteries mises en place par Vétérimed sont des exemples probants. Il a fallu sur la base de ce qui est proposé dans d’autres pays construire un modèle qui s’adapte aux difficiles conditions du pays, pas d’électricité et coût élevé de l’énergie notamment.

6.6.3 Protection de l’Environnement
Toute initiative ou intervention doit avoir pour souci la protection de l’environnement. Il faut à tout prix préserver les minces avantages comparatifs qui nous restent à ce niveau. L’État avancé de dégradation de l’environnement haïtien pousse à une contribution significative de la part des programmes et projets en faveur de la reconstitution de l’environnement dans la perspective d’inscrire actions et activités entreprises dans une perspective durable.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

41

DEUXIEME PARTIE : Les Projets MARNDR/FAO 7 Introduction
Depuis près de 5 années, le MARNDR et la FAO mettent en œuvre, en partenariat, dans les départements de l’Artibonite et du Sud deux Programmes : l’un sur l’Agriculture Durable et la Conservation des sols et des Eaux et l’autre sur la Sécurité Alimentaire (Tableau 3). Tableau 3- Zones et lieux d’intervention des programmes MARNDR/ FAO
Zones d’intervention Communes Département Observations

Programme d’appui à une agriculture durable et à la conservation des sols et des eaux dans les montagnes humides d’Haïti, région de Marmelade Marmelade Marmelade Artibonite Montagnes Humides, ABV, Haricot/cultures maraîchères/tubercules Programme Spécial de Sécurité Alimentaire Laverdure Plaine Irriguée, Riz/Patate Petite Rivière de l’Artibonite Artibonite Pérodin Montagne Humide, BV de la Verdure, haricot/ cultures maraîchères Dubreuil Plaine Irriguée, Cultures vivrières Torbeck - Chantal Sud Welch Plaine Irriguée, Riz Massé Cayes Plaine Irriguée, Riz

8 Méthodologie
La méthodologie retenue visait, d’une part, à bien appréhender l’approche, les stratégies, les interventions, les moyens mis en oeuvre dans le cadre des programmes MARNDR/FAO et, d’autre part, à évaluer, rapidement, leur pertinence et leur efficacité, notamment, au travers de la perception des bénéficiaires de ces différents projets et activités. La démarche suivie comprenait les étapes suivantes:

8.1 Consultation des documents
Les documents consultés concernaient principalement les documents de projet, rapports divers, évaluations, dépliants et fiches techniques. Des documents d’ordre plus général ont également été consultés afin de mieux appréhender l’écologie des régions d’intervention ainsi que la réalité sociale et économique. Pour certaines interventions techniques, il a été nécessaire de se référer à des documents plus techniques

8.2 Visites sur le terrain
Les visites de terrain ont permis de constater de visu les aménagements et les travaux réalisés par les projets avec, pour la plupart, la collaboration des paysans-producteurs bénéficiaires. Elles ont concerné les projets développés dans le Sud et dans l’Artibonite et ont duré respectivement 3 et 5 jours. Ces visites ont été aussi l’opportunité de rencontrer différents types d’acteurs impliqués dans le secteur de l’agriculture et de l’environnement: Les équipes techniques des projets ciblés aussi bien les responsables de programme que les animateurs de terrain en passant par les techniciens; Version finale 001–- 17 septembre 2003 42

Les intervenants sur d’autres initiatives mises en place dans les régions ou à la périphérie des régions d’intervention des projets MARNDR/FAO. C’est à ce niveau que des cadres du MARNDR ont été rencontrés; Les paysans-producteurs des régions d’intervention – Des paysans-producteurs bénéficiaires ou non des interventions desdits projets ont été rencontrés. Des entrevues ont été réalisées avec des paysans producteurs clés, charnières mentionnés lors des entretiens avec les équipes de projet. Les entretiens avec les paysans-producteurs pouvaient être individuels ou prendre la forme de “focus group” comme cela fut le cas à Massé, Laverdure et dans certaines localités de Marmelade.

8.3 Analyse et synthèse des observations et des données recueillies
Les éléments découlant de cette étape ont été discutés avec les responsables de programme et les cadres de la FAO.

9 Approche des programmes: Une approche centrée sur les Producteurs-paysans
L’un des points forts de ces deux programmes est, sans aucun doute, l’approche système de production utilisée. Le Programme de Marmelade va plus loin en s’impliquant dans le développement local. La démarche mise en œuvre se veut participative et ceci à tous les niveaux et à toutes les étapes. La Communauté prend les décisions concernant le choix, la conduite et la gestion des activités. Cette démarche s’articule autour d’un renforcement des capacités des agriculteurs et de groupes d’agriculteurs à prendre en main leur propre développement, celui de leur famille et de la communauté. L’approche mise en œuvre a conduit à une appropriation rapide des programmes et projets par les producteurs-paysans impliqués qui se sentent tout particulièrement valorisés dans le cadre de ces derniers. Ces projets ont permis aux paysans d’une même zone de mieux se connaître entre eux. Les paysans sont aussi très vite responsabilisés dans le cadre notamment de la réalisation d’interventions (Comités de Développement / Programme de Marmelade), dans la gestion des Périmètres Irrigués et des boutiques d’intrants (PSSA) et, enfin, dans la mise en œuvre de petits projets "télé food". L’approche privilégie la formation et les échanges avec les paysans d’autres régions du pays et de l’étranger présentant des caractéristiques similaires. Ces échanges ont été déterminants pour l’avancement et le succès que connaissent ces projets.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

43

10 Le Programme Spécial de Sécurité Alimentaire (PSSA)
10.1 Introduction
Le PSSA vise à contribuer à arrêter la progression de l’insécurité alimentaire en Haïti au travers d’une augmentation significative et durable de la production des cultures vivrières stratégiques. Plus spécifiquement, il se propose de: Tester et vulgariser des paquets technologiques pouvant contribuer à une augmentation durable de la production vivrière et à l’amélioration de l’efficacité de l’ensemble des opérations après récolte; Renforcer les capacités des agriculteurs et des organisations de producteurs au travers de formations en matière d’irrigation, de gestion sociale de l’eau et d’intensification de la production vivrière; Promouvoir le développement du petit élevage (pisciculture, aviculture). Mis à part la démarche d’animation-sensibilisation, on peut distinguer 3 grands axes stratégiques d’intervention: La maîtrise et la gestion de l’eau; L’intensification de la production agricole; La diversification de la production (petit élevage et pisciculture).

10.2 Approche et Stratégie
La maîtrise de l’eau constitue des réparations et aménagements dans les systèmes d’irrigation et la reprise en main de leur gestion par les usagers. Ces aménagements ont été déterminants vu qu’ils facilitent la gestion collective des périmètres. L’intensification tourne autour de la culture du riz, des cultures maraîchères et de cultures vivrières comme la patate, le haricot et le maïs. La diffusion de nouvelles techniques de culture, l’introduction et le maintien de variétés pour le riz ont connu un succès intéressant. Les différences de rendement constatées ont contribué au succès du programme notamment dans les périmètres rizicoles du Sud. Les techniques de culture de la patate et surtout le contrôle des infestations du Cylas formicarius ont amené à une petite révolution dans le périmètre de Laverdure dans l’Artibonite. Les introductions variétales pour les autres cultures vivrières (maïs, haricot) ont connu un succès mitigé suivant le périmètre considéré et/ou selon la saison. Les cultures maraîchères avancent lentement et les producteurs semblent tâtonner dans les techniques indispensables à leur réussite. Les programmes de diversification (aviculture et pisciculture) sont en passe de démarrer actuellement.

10.3 Le PSSA dans le Sud
10.3.1 10.3.1.1 Dubreuil Généralités

La construction du Périmètre de Dubreuil remonte à 1957. Après la construction, les planteurs sont restés 10 à 15 ans sans utiliser l’eau. Ce n’est que progressivement qu’ils se sont rendus compte de son importance dans l’amélioration des rendements. Avec

Version finale 001–- 17 septembre 2003

44

l’arrivée de la fertilisation chimique, les rendements d’alors ont pu être pratiquement doublés notamment pour la culture du haricot. Le changement d’attitude des paysans-producteurs de la région vis-à-vis de l’eau et son utilisation pour l’arrosage ne remonte qu’à quelques dizaines d’années. Les paysansproducteurs reconnaissent que jusqu’à présent ils ne maîtrisent pas complètement les techniques d’arrosage et, également, dans la mise en oeuvre des techniques culturales en particulier le contrôle des pestes. Le périmètre de Dubreuil joue maintenant un rôle vital dans la région. C’est grâce à leurs parcelles qui se trouvent sur le périmètre que les familles qui y ont accès arrivent à maintenir un niveau de vie acceptable. Même avec ¼ de carreau de terre sur le périmètre, les paysans-producteurs arrivent à obtenir de meilleurs revenus donc à mieux se tirer d’affaire. Les activités et interventions en cours actuellement sur le périmètre de Dubreuil sont les suivantes: Aménagements hydrauliques et Structuration d’un Comité d’Usagers; Mise en place et gestion d’une Boutique d’Intrants Agricoles (BIA); Diffusion de nouvelles techniques agricoles et de paquets technologiques: − Cultures de maïs et de haricot − Cultures maraîchères − Techniques d’arrosage. Pour la diffusion des nouvelles techniques, le programme utilise les journées de champ et les parcelles de démonstration.

10.3.1.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production

10.3.1.2.1 Considérations générales

Qu’il s’agisse de membres de l’équipe technique ou de paysans bénéficiaires ou non, il a été difficile d’identifier clairement les clés de la réussite du projet à Dubreuil. Les impacts ressentis par la population sont jusqu’à présent peu significatifs. Le projet aurait connu pas mal de difficultés lors de son démarrage. Les producteurspaysans s’attendaient à trouver des emplois et des jobs au niveau du projet, ce qui tranchait complètement de la stratégie arrêtée qui est centrée autour de l’accompagnement et de l’organisation des groupes de paysans-producteurs. Certains producteurs-paysans du périmètre de Dubreuil rencontrés et membres de l’Association des Irrigants de Dubreuil (AID) ne semblent pas être au courant de l’ensemble des activités et paquets proposés par le Programme. Les résultats les plus positifs et les plus probants enregistrés jusqu’ici l’ont été au niveau de: La mise en place de l’AID; Le lancement des cultures maraîchères; Pour les autres innovations et paquets proposés, ces derniers n’ont pas vraiment convaincu les paysans-producteurs de Dubreuil. Version finale 001–- 17 septembre 2003 45

10.3.1.2.2 Aménagements hydrauliques et structuration l’organisation d’usagers

de

Les aménagements pouvant aider à mieux maîtriser la distribution de l’eau dans les différents canaux ne sont pas encore finalisés et lors de notre passage des ouvrages n’étaient pas encore terminés et des portes non encore en place. Ceci est essentiel et peut avoir une influence importante sur la réussite ou l’échec du Programme et des initiatives en structuration des organisations. Le périmètre de Dubreuil compte environ 1050 usagers qui sont également des membres de l’AID. A Dubreuil, on compte 19 latéraux et pour chacun il y a un comité de latéral composé de 3 à 4 membres désignés par les usagers desservis par le latéral concerné. L’Assemblée Générale réunit les comités des 19 latéraux. Des élections ont eu lieu dans tous les canaux latéraux et tertiaires récemment et, une élection est en passe de se tenir pour désigner le comité central. Les pratiques démocratiques s’installent progressivement contribuant du coup à la consolidation des organisations.

10.3.1.2.3 Irrigation et maîtrise de l’eau à la parcelle
Au cours du premier semestre 2003, les parcelles de démonstration avaient pour objectif de tester de nouvelles techniques d’arrosage (utilisation de siphons avec l’expertise de techniciens cubains) sur la culture de maïs. Les questions à répondre étaient les suivantes: Y a t’il avec l’utilisation de ces techniques une amélioration effective au niveau des rendements? Les ITK proposés sont-ils plus économiques? Y a t’il un impact véritable sur la vie des paysans producteurs et sur leur famille? Les propriétaires des parcelles n’étaient pas présents au cours de la démonstration. Les techniciens cubains et des travailleurs agricoles étaient seuls à s’activer pour rendre la démonstration possible. Les opinions recueillies auprès des travailleurs agricoles révèlent que certains aspects peuvent à terme constituer des obstacles à l’adoption des techniques proposées: L’utilisation des siphons suppose des billons bien constitués ce qui n’est pas toujours facile à obtenir vu le type de sol observé sur les parcelles. (sablo-limoneux avec présence dans certains cas de cailloux en surface et dans le profil). La conception actuelle des canaux d’irrigation ne facilite pas vraiment l’utilisation de siphons. Les différences de niveau entre les canaux amenant l’eau aux parcelles et la parcelle elle-même ne sont pas suffisantes. L’état actuel de maîtrise des techniques aidant, les travailleurs ont fait remarquer que l’application de ces nouvelles techniques va solliciter énormément de travail pour lesquels les agriculteurs devront payer. Il y a donc des réserves concernant la rentabilité des nouvelles techniques d’arrosage proposées. D’une manière générale, il faut souligner que: L’eau à cette période de l’année n’a pas paru être le facteur limitant. Si cela est le cas, tout au cours de l’année, les contre-performances obtenues jusqu’ici dans le cadre du projet s’expliqueraient de préférence par un manque évident de maîtrise Version finale 001–- 17 septembre 2003 46

des techniques d’arrosage. Des expérimentations en ce sens sont vivement recommandées. D’autres éléments de l’ITK ne semblent pas également être maîtrisés. Il serait nécessaire de mettre en place également des expérimentations ce concernant avec un suivi strict et un enregistrement systématique des rendements et de ses composantes.

10.3.1.2.4 Interventions sur les cultures a. L’Haricot
Les interventions du Programme consistaient à l’introduction de 3 nouvelles variétés d’haricot sur le périmètre irrigué de Dubreuil : le Tamazulapa, l’Arroyo Negro et LORE 87. Bien que les deux premières soient jugées intéressantes par les producteurs-paysans, elles n’ont pu cependant induire des changements au niveau des itinéraires techniques. Au cours de saisons où les conditions climatiques sont particulièrement favorables comme cela fut le cas pour la saison de haricot de la fin de l’année 200222, les paysansproducteurs ont obtenu des rendements exceptionnels23, cependant les différences entre les variétés n’étaient pas significatives. Ceci semble prouver que les facteurs limitants du rendement devraient être recherchés dans les paramètres de production et notamment la maîtrise de l’eau.

b. Le Maïs
En ce qui à trait au maïs, les prix au moment des récoltes sont très bas et découragent tout effort visant à l’amélioration des rendements et de la production. La marmite de 5 livres de maïs qui s’est vendue 9 à 15 gourdes au moment de la récolte de l’année précédente a été rachetée par les mêmes paysans producteurs à 40 – 60 gourdes au moment des semis de cette année. Les différences de prix enregistrées sont énormes et les paysansproducteurs de Dubreuil restent persuadés que leur engagement est plus qu’indispensable au niveau du stockage qui doit être considéré comme un pré-requis à toute initiative visant à l’amélioration de la production et des rendements pour la culture du maïs. Ceci amène à croire que l’approche filière devrait, également, être envisagée dans le cas des cultures vivrières. Un projet de stockage de grains a été proposé par l’AID au Programme de Développement Régional du Sud.

c. Cultures maraîchères
Les cultures maraîchères ont rencontré pas mal de succès sur le périmètre, les femmes et les jeunes ont paru particulièrement intéressés. Aujourd’hui, près de 80 paysansproducteurs se sont lancés résolument dans les cultures maraîchères et l’on peut s’attendre à ce que celles-ci soient pratiquées sur l’ensemble du périmètre dans les années à venir. En dépit du fait que la pratique de ces cultures demande beaucoup de travail elles se révèlent très intéressantes sur le plan de la rentabilité financière. Le représentant de la FAO s’est impliqué personnellement dans le lancement des cultures Maraîchères sur le périmètre de Dubreuil.
22 23

Plusieurs pluies durant le cycle de culture du haricot, température ambiante optimale pour le haricot. des pieds de haricot qui comptaient 100 gousses ont été recensés.- Source Agronome Saintus.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

47

Initialement, les paysans-producteurs ayant participé à l’opération de lancement de la culture des légumes ont reçu un crédit subvention en semences, en engrais et en produits phytosanitaires. Les promoteurs avaient utilisé les services de paysans-producteurs animateurs qui servaient de relais auprès de groupements d’agriculteurs. La mise en place des cultures de légumes se fait principalement en novembre et décembre. En avril, il a été possible de visiter des parcelles de piment (« bouk »), de betterave et d’oignons. Les oignons étaient en plein sarclage et n’avaient pas encore atteint le stade de bulbaison. Le sarclage était réalisé avec des « sòkò24 » par une escouade de femmes venant des mornes avoisinants. Vu que l’introduction de la culture des légumes est très récente, les entretiens réalisés avec les paysans laissent apparaître une maîtrise plutôt limitée des itinéraires techniques mis en oeuvre. Les paysans-producteurs qui ont participé aux premières expériences et dont certains continuent encore à produire des légumes, ne connaissent pas les noms donc du coup les spécificités liées aux variétés25. Tableau .- Identification de quelques variétés de légumes plantées sur le Périmètre de Dubreuil Espèces Chou Oignon Tomate piment Variétés Tropicana Mercedes, Granex Napoli (“ti joslin”) “bouk”, scotch bonnet

Les paysans-producteurs de Dubreuil ne font pas la différence entre les différents types d’engrais. Ils ne distinguent que l’urée et le complet sans différenciation de formulation. Les paysans-producteurs ne font pas de nuances entre apports et besoins spécifiques des différentes espèces. En ce qui à trait aux pesticides, il ne paraît pas évident que les paysans-producteurs distinguent les fongicides (Ditane) des insecticides (Curacron, malathion) et encore moins les différentes spécificités et formules chimiques.

10.3.1.2.5 Boutique d’Intrants Agricoles
En ce qui à trait à la Boutique d’Intrants Agricoles (BIA), deux raisons majeures expliqueraient ses difficultés à remplir pleinement et efficacement son rôle dans la région notamment auprès des usagers: Des problèmes de gestion et d’honnêteté.- Les outils procurés aux organisations et aux comités de gestion des boutiques devraient permettre une gestion transparente de ces dernières. Cependant, il faut trouver des responsables honnêtes et disposés à s’engager. Le décès récent du dernier responsable de la Boutique risque de refroidir l’ardeur de certains à s’engager;
24 25

Forme de serpette réalisée par des forgerons locaux à partir de lames de ressort usagées. Résistance aux maladies, précocité, etc.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

48

Les difficultés pour la Boutique à s’approvisionner.- Ceci est crucial notamment pour les engrais, l’un des produits les plus sollicités au niveau de la Boutique. Les engrais sont sujets à des spéculations importantes. En dépit d’une subvention de l’État (MARNDR) supportée par la coopération japonaise, les engrais sont rares dans les zones de production et les paysans-producteurs doivent payer le prix fort pour s’en procurer26. Cette situation tranche avec celle qui prévalait dans le pays il y a quelques années de cela (de 1995 à 2000 particulièrement). Une journée de réflexion qui devait réunir, d’une part, les responsables des Comités d’Usagers et de gestion des BIA dans le cadre du Programme PSSA et, d’autre part, de hauts responsables du MARNDR et de la DDA Sud a été organisée lors de notre passage. C’est là une initiative intéressante de la part des responsables du programme et des organisations de paysans-producteurs du PSSA. Il faut souligner que la non accessibilité aux intrants et, notamment, aux engrais a assurément des répercussions importantes sur la production nationale et peut compromettre pas mal d’initiatives en cours dans le secteur dont le PSSA qui nous le rappelons est mis en oeuvre conjointement par la FAO et le MARNDR.

10.3.1.2.6 Autres projets mis en oeuvre et projets envisagés
Projet d’élevage porcin.Tout récemment et dans le cadre d’un projet « Téléfood », les organisations de la région s’étaient lancés dans le repeuplement porcin. D’une porcherie centrale, les porcelets devraient être distribués sous certaines conditions aux membres de l’AID. L’élevage qui comptait 72 têtes au départ, s’est révélé non rentable et ce projet est considéré comme un échec. En effet, l’augmentation du prix de la nourriture pour porcs a fait capoter toutes les prévisions et la planification.

10.3.1.3

10.3.1.3.1 Association des usagers et ses activités

Recommandations

Il est important et urgent que le PSSA accélère la finition des aménagements hydrauliques sur le système. Ceci est essentiel pour permettre au Comité des Irrigants de jouer pleinement son rôle de régulation de la distribution d’eau. La gestion de la BIA doit avoir une attention particulière de la part du PSSA au cours des prochains mois.

10.3.1.3.2 Irrigation et maîtrise de l’eau à l a parcelle
C’est là un point essentiel pour la réussite effective du projet. Il est fondamental de mieux connaître les paramètres en vue de définir des doses d’irrigation optimales et de bien définir les tours, les mains d’irrigation. Des choix collectifs sont à faire sur les cultures et aussi les manières de conduire l’irrigation (utilisation de siphons ou non). Ceci va demander beaucoup de responsabilité, de cohésion et d’engagement de la part des différents comités sur le système.

26

Le sac d’engrais qui est vendu à 265,00 Gourdes dans la BIA quand les paysans arrivent à s’approvisionner au travers de la filière subventionnée du MARNDR coûte actuellement 600,00 jusqu’à 750,00 Gourdes aux Cayes.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

49

Des études diagnostic sérieuses sont à entreprendre pour bien savoir sur quoi va-t-on agir et bien orienter les choix du futur.

10.3.1.3.3 Cultures vivrières: Haricot et maïs
Il n’est plus possible aujourd’hui de penser à intervenir sur ces cultures sans une approche filière intégrant bien entendu l’accès aux marchés. Donc, il faut intervenir sur le stockage, la commercialisation et pourquoi pas le conditionnement et la transformation27 offrant ainsi l’opportunité aux paysans-producteurs d’avoir un meilleur contrôle sur les prix. Une fois que ces derniers seront suffisamment incitatifs et maîtrisés il faut lever les contraintes. Il faudrait rapidement mettre en place des mécanismes de suivi des cultures vivrières, des rendements et des composantes du rendement. Des protocoles stricts devraient être élaborés en ce sens. Les études sur les rendements et les performances des cultures vivrières devraient être approfondies en faisant appel à des spécialistes en Agronomie. Nous recommandons vivement de consulter la FAMV/UEH à cet effet. Le contrôle des doses à la parcelle pour ces cultures, faisant référence aux techniques d’arrosage, devrait être fouillé. Pour le maïs, il serait intéressant de tester d’autres variétés qui pourraient amener des rendements plus intéressants comme les hybrides proposés par l’ORE actuellement28.

10.3.1.3.4 Cultures maraîchères
Il y a une impérieuse nécessité d’intensifier et de systématiser la vulgarisation des cultures maraîchères notamment en augmentant les savoir-faire sur les pratiques culturales liées à celles-ci, tout en renforçant les points forts et en s’adressant aux contraintes soulignées. Il faudra mettre rapidement en place des modules de formation sur les cultures maraîchères. Il serait souhaitable que les paysans puissent visiter d’autres zones du pays où se pratiquent déjà la culture des légumes: Plaine des Cayes (environs de Camp-Perrin et de Laborde), Salagnac, Kenskoff et ses environs. La culture des légumes doit, dans le cadre des formations, être abordée en terme de filière. Il y a aujourd’hui des marchés et des fenêtres intéressantes pour plusieurs produits maraîchers. Il faut ici souligner qu’une partie des piments (variété « bouk » type « ti joslin ») produits dans la plaine des Cayes est exportée vers les États-Unis par avion. Il serait aussi important que le programme se penche sur la question de l’outillage. L’introduction de la binette couramment appelée par les paysans de la zone houe française pourrait être envisagée. Les recherches en ce sens devraient être orientées vers la réduction du temps et de la pénibilité du travail. Il faut que le travail sur les cultures maraîchères devienne plus valorisant et moins éreintant respectivement pour les jeunes et les femmes.

10.3.1.3.5 BIA
Les intrants tiennent une place tellement déterminante dans le PSSA qu’il serait souhaitable que le partenariat entre la FAO et le MARNDR puisse s’étendre sur les questions macro relative à la gestion de la distribution des intrants au niveau d’un pays. La contribution aux politiques nationales de Développement Agricole et de Sécurité
27 28

Farines, AK1000, patisseries Ligne appolo

Version finale 001–- 17 septembre 2003

50

Alimentaire est aussi un objectif qui était, initialement, recherché par le PSSA au niveau mondial.

10.3.2 10.3.2.1

Massé Généralités

Le périmètre de Massé se trouve à proximité de la ville des Cayes (4 à 5 Km environ). On y trouve deux grands blocs: − Massé Warf, et ; − Massé Lilèt. Il y a 500 irrigants environ sur le périmètre de Massé qui s’étend approximativement sur un millier d’hectares. Le système compte 12 canaux secondaires.

10.3.2.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production

10.3.2.2.1 Considérations générales

Les conditions de vie des agriculteurs et de leurs familles se sont dégradées, ces derniers ressentent les retombées de la baisse des rendements et du volume des récoltes. Celle-ci s’expliquerait, d’une part, par des conditions climatiques défavorables et un faible niveau de maîtrise de l’irrigation par les paysans-producteurs et, d’autre part, par le manque d’engrais. Les paysans-producteurs ont souligné la difficulté à trouver de la main d’oeuvre et également exprimé leurs inquiétudes vis-à-vis de la raréfaction de la relève au niveau des Exploitations Agricoles. Nombre de jeunes préfèrent migrer vers Port-au-Prince que de reprendre les exploitations de leurs parents. Le travail agricole est peu valorisant ce qui peut porter les jeunes à s’y désintéresser. Pour intéresser les jeunes à l’agriculture il faudrait leur donner du crédit et d’autres avantages. Nombre de gens ont peur du travail de la terre parce que trop peu rémunérateur et beaucoup trop éreintant. La plupart des travailleurs agricoles et des résidents de Massé sont des migrants venus d’autres régions du Sud. Les paysans-producteurs notent que de plus en plus de produits agricoles sont importés de l’étranger. Une telle politique peut avoir que des conséquences désastreuses sur l’avenir de la paysannerie. Les paysans-producteurs soulignent qu’il n’y a aucun plan cohérent et articulé pour le développement de Massé ce qui leur donne des inquiétudes pour l’avenir. Tout ceci les amène à un certain fatalisme. Les paysans-producteurs affirment que le PSSA peut apporter beaucoup dans la zone. Ils ont collaboré au démarrage et, une fois que le projet continuerait sur la même lancée, on serait en droit d’espérer des perspectives intéressantes et un impact significatif sur la vie des paysans-producteurs et de leurs familles. Version finale 001–- 17 septembre 2003 51

Les principaux apports du PSS selon les paysans rencontrés sont les suivants: 1. Les aménagements sur le système d’irrigation et l’appui à la structuration organisationnelle; 2. Les paquets technologiques et la formation; 3. Un accompagnement technique soutenu et de qualité; 4. Le maintien variétal et les techniques de culture du riz.

10.3.2.2.2 Aménagements sur le système d’irrigation et appui à la structuration organisationnelle
Les aménagements réalisés par le projet sur le périmètre de Massé sont des améliorations au niveau de la prise et des canaux. L’organisation pour la gestion de l’eau d’irrigation est en train de se mettre en place. Dix (10) comités de 3 membres chacun sont déjà en place, les deux autres devraient être très prochainement montés. L’AIM est plutôt considérée comme une organisation communautaire ou les intéressés se mettent ensemble pour gérer le système d’irrigation. Tous les irrigants ne sont pas obligatoirement membres de l’AIM; le regroupement étant en train de se constituer. La majorité des planteurs qui composent l’Association des Irrigants de Massé (AIM) ne sont pas membres de la Coopérative des Planteurs de Riz de Massé. Le leadership paraît le même au niveau des deux organisations. La Coopérative des Planteurs de Riz de Massé (KPDM)29 compte 70 membres. Ces derniers manifestent différents niveaux d’intérêt vis a vis de la coopérative. La KPDM est de fait une entreprise qui rapporte des bénéfices à ses membres. La KPDM a une Boutique d’Intrants Agricoles qui bénéficie d’un appui technique du Projet. Depuis les interventions du le PSSA, les paysans-producteurs font remarquer que l’approvisionnement de la boutique est plus régulier. La coopérative possède, également, un motoculteur provenant de l’aide japonaise qui est actuellement en panne. Ce type de machine tombe souvent en panne; le système de débrayage du motoculteur est foutu.

10.3.2.2.3 Paquets technologiques et formation
La méthode de vulgarisation utilisée priorise le transfert du savoir-faire d’un paysan a l’autre. Des “leaders” sont formés et se doivent d’aider au transfert en mettant, notamment, en place des parcelles de démonstration. Les leaders sélectionnés pour les premières formations se doivent donc de partager les connaissances acquises avec les paysans producteurs qui n’ont pas eu l’opportunité d’en bénéficier. C’est une formule dynamique et qui offre aussi l’avantage de faire visiter d’autres régions du pays (élevage de poule/Petit Goave; Techniques d’irrigation, cultures du riz et de la patate/ Laverdure.

29

Kooperativ Plantè Diri Massé

Version finale 001–- 17 septembre 2003

52

Les nouvelles techniques vulgarisées par le PSSA, sont adoptées par de plus en plus de paysans. Les paysans producteurs peuvent avoir du mal à mettre les nouvelles techniques en application faute de moyens économiques pour se procurer des intrants ou acheter la main d’oeuvre nécessaire à la réalisation des travaux agricoles. Les paysans-producteurs arrivent difficilement à respecter le délai de 22 jours pour le repiquage qui, de ce fait, s’effectue souvent après un mois. Lors de la dernière campagne, 5 planteurs uniquement ont bénéficié du paquet PSSA. Le PSSA fournit également du crédit en semences et en Intrants qui est très apprécié par les paysans producteurs de Massé. Le crédit est remboursé au moment de la récolte. Pour faire face à leurs obligations, les paysans-producteurs ont, généralement, recours au crédit usuraire, notamment, des commerçantes de riz. Un Crédit rural d’accompagnement bien conduit peut constituer une clé pour la réussite du PSSA dans la zone. Les formations portent sur différentes thématiques. Les paysans rencontrés ont tous manifestés leur intérêt pour les formations organisées par le PSSA. Dans l’ensemble, les paysans-producteurs bénéficiaires jugent que toutes les formations ont été importantes; les formations qui semblent avoir été les plus appréciées sont: -Techniques d’apport d’eau a la parcelle; -Production artisanale de semences -Élevage poulets -Gestion de boutiques d’intrants. La formation demande du temps de la part des paysans qui y participent. En ce sens, certains la considèrent comme un investissement. Le fait de suivre la formation en dehors de Massé a pour avantage de rendre les participants entièrement disponibles et ouverts aux enseignements dispensés.

10.3.2.2.4 Accompagnement technique

Par le passés, l’encadrement apporté par le MARNDR30 consistait en: -Vulgarisation de techniques de préparation de sols et de plantation -Maîtrise de l’apport de l’eau -Formation sur les techniques de vulgarisation. Le niveau d’accompagnement technique fourni par le projet n’est, en aucun point, comparable a ceux auxquels les paysans-producteurs de Massé avaient droit auparavant. Au regard de ce qu’ils bénéficient aujourd’hui, les paysans-producteurs croient qu’ils étaient livrés à eux-mêmes. Ils reconnaissent que le PSSA a amené une présence soutenue d’agronomes, de techniciens et d’animateurs sur le terrain. L’accompagnement technique est aujourd’hui disponible du semis à la récolte.

10.3.2.2.5 Maintien variétal et techniques de culture du riz
Le travail visant à l’amélioration de la production et des rendements principalement sur le riz dans la perspective d’améliorer les conditions de vie des paysans-producteurs de la
30

Agr. Saintus essentiellement, Service de Production Végétale DDA Sud/MARNDR.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

53

zone de Massé remonte à 1990 sous l’impulsion de l’Agronome Saintus. Il a démarré avec l’introduction et les essais sur plusieurs nouvelles variétés de riz. Il a été accompagné de tentatives de multiplication qui n’ont pas vraiment réussi. Nombre de variétés introduites ont disparu de la zone. Cela a été le cas par exemple de la variété “Madan Gougous” Douze lignées testées durant cette période portaient le nom de Massé (M1 à M12). Par le passé, les variétés les plus appréciées étaient le M8, le M2, A12 et Cica8. Les rendements ayant significativement diminué, de nouvelles variétés ont été amenées: la Crête, Boston, MCC et “Madan Gougous”. Aujourd’hui, les trois variétés les plus appréciées sont le Prosequisa, la 1861 et la “tèt chaje”. La variété Prosequisa serait appréciée parce qu’elle demande un apport moindre d’engrais. Quand une variété dégénère, les paysans l’abandonnent et en recherche une autre. Une assistance technique est plus que souhaitable à ce niveau. On devrait mettre des moyens à la disposition des producteurs-paysans pour maintenir et même améliorer les variétés. Les techniques de maintien variétal demandent du temps et un niveau de technicité important. Pour que les paysans puissent se lancer dans la production et la conservation des semences et opérer des sélections, ils vont avoir besoin de support technique et de spécialistes pour les encadrer (techniciens agricoles, agronomes). Dans les conditions actuelles et sans aucune intervention au niveau de la conservation des semences; même la variété Prosequisa qui donne d’excellents rendements aujourd’hui est appelée elle aussi a disparaître de Massé. Les paysans-producteurs de Massé pensent que ce qui explique les bons résultats obtenus avec le paquet proposé par le PSSA est: -La variété qui est récente; -le délai proposé pour le repiquage 22 jours.

10.3.2.2.6 Autres projets mis en œuvre et envisagés
Actuellement, les projets envisagés par les paysans-producteurs de Massé sont les suivants : Détournement de l’eau de la Rivière La Perle.Les paysans-producteurs de Massé jugent que l’eau alimentant le périmètre est insuffisante. Il n’y a, pas trop loin, un autre cours d’eau, dénommé la Perle qui après détournement pourrait permettre d’augmenter le débit actuellement disponible sur le système. Les paysans soulignent qu’actuellement l’eau de la Perle se gaspille et se jette directement à la mer sans être utilisée. Les travaux à entreprendre sont d’importance et dépassent les capacités des paysans-producteurs et de leurs organisations. Les organisations de Massé ont fait la demande a l’USAID d’un projet pour effectuer ces travaux mais celle-ci n’a pas été agréée. Élevages de poulets et de poissons.Les paysans-producteurs croient que l’élevage du poulet devrait avoir du succès dans la zone.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

54

En ce qui a trait à l’élevage de poissons, les paysans, fort de l’expérience qu’ils ont réalisé dans ce domaine par le passé, pensent que l’élevage peut être intéressant et permettre aux paysans-producteurs de la zone d’améliorer leur revenu. Néanmoins, il faudra définir un cadre strict de gestion.

10.3.2.3

Recommandations

Les recommandations concernent :

10.3.2.3.1 Les aménagements sur le système d’irrigation et l’appui à la structuration organisationnelle
Le PSSA aurait intérêt à accélérer la réalisation des aménagements sur le Périmètre de Massé. Ceci est déterminant pour la consolidation de l’AIM qui est en pleine mise en place et contribuerait à donner plus de confiance aux membres de l’Association. Un bon fonctionnement du système est aussi déterminant pour la pleine réussite des paquets proposés et une bonne maîtrise de l’apport de l’eau à la parcelle. Il serait souhaitable que la base de la KPDM soit élargie en intégrant de nouveaux membres. Il faut éviter à tout prix que l’adoption des nouveaux paquets qui a de fortes chances de d’accompagner d’une plus grande consommation d’Intrants ne profite qu’à un petit groupe.

10.3.2.3.2 Les paquets technologiques et la formation
Les campagnes de vulgarisation doivent toucher un plus grand nombre d’agriculteurs ce qui est fondamental pour accélérer la diffusion des techniques dans le cadre de la méthode de vulgarisation privilégiée. Compte tenu du caractère déterminant du crédit pour la mise en œuvre des paquets technologiques et de son appréciation par les paysans, il serait souhaitable de l’étendre à plus d’irrigants possibles ceci sur l’ensemble des périmètres du Sud et dans les zones d’intervention du PSSA dans l’Artibonite. Des alliances stratégiques31 seraient à envisager avec des réseaux de Micro Finance dans ces régions.

10.3.2.3.3 Un accompagnement technique soutenu et de qualité
Si l’encadrement technique est de qualité, il est impératif qu’il soit étendu à plus de producteurs. Il serait souhaitable d’envisager la formation spécialisée de jeunes vulgarisateurs originaires de la zone même. Ces derniers, dans le cadre de contrats ponctuels, auraient des mandats et des tâches précises à exécuter avec des groupes d’agriculteurs s’ils sont engagés pour des campagnes par le projet. Sinon, ils vendraient des services aux agriculteurs qui les solliciteraient. De telles stratégies ont donné des résultats intéressants dans pour le greffage et les soins vétérinaires.

31

Portant notamment sur la mise en place de fonds de garantie ou d’augmentation de fonds de roulement.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

55

10.3.2.3.4 Le maintien variétal et les techniques de culture du riz
Fort de la longue expérience réalisée par le passé dans l’expérimentation de sur les semences de riz, certains paysans-producteurs de la zone de Massé pourraient constituer un noyau pour le maintien variétal avec nécessairement un encadrement rapproché du Service de Production Végétal de la DDA Sud / MARNDR. Le PSSA aurait tout intérêt à supporter financièrement une telle expérience.

10.3.2.3.5 Les projets envisagés
Le PSSA aurait, également, tout intérêt à valoriser au mieux les expériences réalisées par les paysans-producteurs de Massé par le passé. Ceci aiderait assurément à la mise en place de stratégies spécifiques et bien adaptées à la réalité de Massé.

10.3.3 10.3.3.1

Welch Généralités

Les premiers aménagements qui ont permis la mise place du système de Welch, remontent à 1974-1976. Au courant des années 90, des réparations ont été effectuées par le CECI mais, ces dernières n’ont pas vraiment tenu. De plus, le CECI ne s’était pas attardé à accompagner les paysans-producteurs et à mettre en place des structures pour la gestion sociale de l’eau.

10.3.3.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur le systèmes de production

10.3.3.2.1 Considérations générales

Les paysans-producteurs considèrent que le PSSA est très utile dans la région de Welch. Il s affirment que les retombées se ressentent sur le plan économique. Si les retombées économiques induites par le projet se révèlent intéressantes pour les paysans-producteurs de la zone, il est à craindre une évolution de la structure de la tenure foncière sur le périmètre de Welch. En effet, les meilleurs rendements et les meilleurs profits qu’il est possible d’atteindre aujourd’hui, amènent un regain d’intérêt de la part des propriétaires qui avaient auparavant passé certaines de leurs parcelles à des métayers. Les nouveaux ITK sont très exigeants en main d’œuvre ce qui implique que la force de travail des métayers sera encore utile. Les paysans-producteurs espèrent à terme que leurs enfants seront dorénavant plus intéressés à l’activité agricole puisque celle-ci rapporte mieux et de ce fait est plus valorisante. Généralement, les jeunes qui vont à l’école aux Cayes ou à Port-au-Prince, abandonnent Welch. La présence du PSSA dans la zone apporte un soutien aux autorités locales et, ceci bien qu’il n’y ait pas de collaboration formelle entre le Programme et ces dernières. Aujourd’hui, les paysans-producteurs semblent vouloir prendre leurs distances des autorités locales qui ne tiennent pas compte de leurs problèmes et qui se montrent

Version finale 001–- 17 septembre 2003

56

incapables d’y apporter des solutions viables et durables. Les autorités locales ne sont plus considérées comme les détenteurs d’un leadership absolu. Les paysans producteurs font de plus en plus confiance à leurs propres organisations. Les paysans-producteurs sont pourtant persuadés que des projets comme ceux réalisés dans le cadre du PSSA sont à la portée de l’État et des services départementaux mais que, bien souvent, la volonté fait défaut. Les élus locaux préfèrent les projets et programmes où ils peuvent capitaliser sur le plan politique (création de nombreux emplois même quand ces derniers ne sont pas réellement utiles) et tirer un maximum de profit sur le plan financier (offrant des possibilités de corruption et de détournement). L’utilité du PSSA doit se comprendre dans un cadre plus large. En améliorant les capacités productives des paysans-producteurs et la production de leurs jardins, cela donne des emplois tout en permettant de réduire les importations alimentaires. Le pays n’est pas obligé d’importer autant de riz de Miami. Les paysans-producteurs dès qu’ils ont ce dont ils ont besoin pour travailler leurs terre (irrigation, intrants, outils, semences), se consacrent pleinement à leurs activités de production. Les paysans-producteurs de Welch considèrent le PSSA comme un véritable partenaire. La démarche du PSSA tranche de celle d’autres organisations et promoteurs de projets qui généralement implantent des projets sans même consulter les potentiels bénéficiaires. Le PSSA a pris le temps d’analyser les problèmes de la zone avec les paysansproducteurs de Welch et c’est ensemble que les projets ont été mis en oeuvre. Ce n’est pas un projet qui est venu distribuer des jobs sans aucune conséquence et aucune suite. Le PSSA a montré aux paysans-producteurs de Welch comment tirer un meilleur profit de leurs activités agricoles et aujourd’hui se sont ces derniers qui procurent des emplois durables. Les apports du PSSA plus particulièrement appréciés par les paysans-producteurs de la zone de Welch sont les suivants: La formation; La restauration du système d’irrigation, les pertes ont été réduites à leur minimum et la disponibilité en eau s’est considérablement améliorée au grand bénéfice des usagers; L’introduction de nouvelles techniques qui ont conduit à une augmentation significative des rendements ceci pour la culture du riz en particulier; L’accompagnement technique.

10.3.3.2.2 Aménagements hydrauliques et structuration de l’organisation des usagers
Le périmètre de Welch compte environ un millier d’usagers. De l’ouvrage de captage, partent deux canaux principaux Welch I et Welch II. Chaque canal secondaire a à sa tête un comité. On dénombre 11 canaux secondaires qui partent de Welch I et 12 secondaires de Welch II. Les aménagements sur Welch II ne sont pas encore achevés. Chaque comité se compose de 3 membres: un président, un secrétaire et un trésorier. Le comité a pour responsabilité l’entretien du canal et de s’assurer que les usagers paient Version finale 001–- 17 septembre 2003 57

leurs redevances. Ses membres qui ne sont pas rémunérés, effectuent un travail d’animation important pour aider les usagers à prendre conscience de l’importance des aménagements et de la nécessité d’en assurer collectivement une gestion saine et durable de ces derniers. Le Comité contribue donc à ce que le périmètre fonctionne de la façon la plus harmonieuse. L’association est un bon apprentissage démocratique, c’est un lieu de rencontre où les usagers essaient ensemble de résoudre leurs problèmes. Il faut souligner que nombre de métayers sont membres des différents comités du périmètre de Welch. Des conflits surgissent notamment lors des périodes de sécheresse où le débit de l’eau diminue. On ressent alors des tensions entre les usagers. Certains auraient voulu capter toute l’eau. Lors de sessions de formation les comités avec la collaboration des cadres du PSSA, on tente de convaincre et de trouver un consensus avec les usagers pour qu’aux périodes de sécheresse des cultures pratiquées soient celles peu exigeantes en eau. Tous les canaux ont été équipés de vannes/volant – portes qui permettent de bien contrôler la distribution et les horaires. La distribution de l’eau est assurée par des vanniers et des contrôleurs d’irrigation32 qui ont la charge respectivement de l’ouverture des portes et du suivi de la distribution à l a parcelle. Ce personnel devrait être rémunéré à partir des redevances qui seront collectées. Les aménagements réalisés dans le cadre du PSSA se sont révélés très efficaces et semblent bien maîtrisés par les usagers. Les travaux sont, comme souligné plus haut, quasiment terminés. Les comités semblent remplir correctement leur rôle notamment en ce qui concerne la distribution et les horaires ce qui est grandement facilité par les aménagements réalisés.

10.3.3.2.3 Formations
De 55 agriculteurs formés sur le périmètre de Welch, ils sont aujourd’hui plus de 200 paysans-producteurs à mettre en pratique les nouveaux ITK proposés pour la culture du riz (préparation de sol, semences, fertilisation, repiquage, etc). Les voisins observent et, compte tenu, des rendements obtenus ils sont rapidement convaincus de faire pareil. Le dernier séminaire de formation en date portait sur la production et l’entretien des semences de riz. Il a été animé par l’Agronome Dallien assisté d’autres techniciens. Dans le cadre de la formation, les paysans se déplacent et visitent d’autres zones du pays, notamment, celles où interviennent la FAO. Les paysans ont particulièrement apprécié les visites à Marmelade et à La Verdure dans l’Artibonite. 15 à 20 paysans-producteurs de Welch ont pris part à ces visites (3 jusqu’à présent). Ces visites ont été l’opportunité de d’échanger et de discuter avec des paysans-producteurs de ces autres zones sur les problèmes auxquels ils sont confrontés et sur les éléments de solution mis en oeuvre. Les
32

Couramment appelés “Polis dlo” (policier de l’eau)

Version finale 001–- 17 septembre 2003

58

ITK proposés pour la patate, le haricot et les cultures maraîchères ont particulièrement marqué les paysans de Welch. Ils n’ont pas manqué de souligner leur intérêt pour l’ITK proposé pour la Patate. Cette culture aurait été délaissée dans la zone de Welch à cause des problèmes rencontrés avec « ti yogan » (Cylas formicarius). Si les techniques proposées permettent d’obtenir les rendements qu’ils ont observé à La Verdure certains paysans-producteurs envisagent déjà de se lancer à nouveau de la culture de la patate.

10.3.3.2.4 Les interventions sur le Riz
Plusieurs variétés ont été introduites et testées à Welch le plus souvent sous l’impulsion du Service de Production Animale de la DDA Sud33. Suite à la mise en oeuvre des nouvelles techniques proposées par le PSSA, les rendements ont significativement augmenté. Les rendements ont pratiquement doublés34. Aujourd’hui, les agriculteurs réalisent 2 récoltes et ½ annuellement. Les meilleures performances s’expliqueraient par: les nouvelles variétés et la qualité des semences récemment introduites les nouvelles techniques de repiquage qui s’effectue seulement 15 à 18 jours après le semis en pépinière le dosage des fertilisants et le nouveau rythme des applications.

10.3.3.2.5 Boutique d’Intrants Agricoles (BIA)
La BIA est très utile aux paysans-producteurs qui trouvent sur place tous les intrants dont ils ont besoin pour leurs jardins. Le Comité Central de Gestion du Périmètre irrigué supervise un Comité de gestion spécifiquement mis en place pour la gestion de la BIA. Il y a eu 10 rotations de stock au niveau de la BIA de Welch et jusqu’à présent, aucun problème de gestion n’a été signalé. Le Commis de la BIA est rémunéré à partir des profits tirés de la boutique. Ceux sont également ces profits qui permettent de payer le loyer. Les Intrants Agricoles sont rares et il est devenu de plus en plus difficile de s’approvisionner notamment en ce qui à trait à l’engrais. Ce problème d’approvisionnement en Intrants touche toute la région des Cayes et les Paysans de Welch tout comme ceux de Dubreuil doivent se rendre à Laborde pour en discuter avec des responsables du MARNDR. Il serait vraiment regrettable que la rareté en Intrants refroidisse l’ardeur des paysansproducteurs de Welch et entraîne des baisses de rendement pouvant compromettre les chances d’adoption des ITK récemment introduits dans le cadre du PSSA.

33 34

Agr. Saintus essentiellement. Les rendements sur 1/16 de carreau sont passés de 20 “bokit” à 40 “bokit”.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

59

10.3.3.2.6 Autres projets mis en oeuvre ou envisagés
L’association compte se lancer dans plusieurs projets à l’avenir tous dans le souci d’améliorer durablement les conditions de vie de la population de la zone tout en renforçant l’organisation: Le local.- Celui-ci devra servir pour la tenue des réunions de l’association mais surtout il permettra d’abriter la BIA et un moulin. L’association a les yeux sur un ancien bâtiment construit du temps des premières interventions des Nations Unies et laissé à l’abandon aujourd’hui. La bâtisse est assez grande et est surtout entourée d’une aire de séchage. L’augmentation de la capacité d’entreposage devrait permettre d’augmenter les capacités de stockage de la BIA et d’étendre la gamme de produits offerts à d’autres produits agricoles35, aux produits de première nécessité et aux matériaux de construction. De plus, il ne sera plus nécessaire de payer de loyer pour la Boutique. Le Comité devrait très prochainement réaliser une estimation des réparations à réaliser pour réparer et sécuriser la bâtisse étape incontournable dans la recherche de financement ou de crédit. Le moulin.- Avec un moulin, les commerçantes de la région n’auraient pas à aller faire moudre leurs grains36 dans des localités avoisinantes37. Le moulin offrirait des services à tout producteur ou commerçante qui le souhaiteraient. Il pourrait également offrir aux commerçantes des espaces pour le stockage. C’est là un projet ambitieux qui devrait être mûrement réfléchi et planifié. Le PSSA pourrait aider le comité des usagers dans la préparation de celui-ci. La rentabilité doit être bien étudiée avant de se lancer dans un tel projet. Des opportunités de financement existent dans le cadre du PDR Sud et du PFAIM. L’introduction d’équipement pour le labourage.- Le Comité envisage également l’achat d’un équipement genre motoculteur pour la préparation des sols. De nouveaux équipements de ce type sont testés dans la Vallée de l’Artibonite depuis près d’une année et pourraient se révéler intéressant pour la zone de Welch. Le Comité Central de Welch se dit, également, intéressé à gérer un tracteur pour aider les paysans des zones non irriguées de la périphérie qui ont du mal à avoir accès à un tel service. Là encore le PSSA pourrait accompagner les paysans dans la préparation du Projet. Le bétonnage de certaines parties du réseau d’irrigation.- Les paysans producteurs auraient, par de tels travaux, souhaité réduire au maximum les pertes par infiltration. La rentabilité de tels investissements reste à prouver et mérite que des spécialistes se penchent sur le dossier. Élevage de poissons et de poulets.- Des études sont en cours pour la mise en place d’élevages chez les paysans-producteurs dans les mois qui suivent. Des experts haïtiens, cubains et de la FAO ont visité la zone de Welch à cet effet. Le caractère marécageux des sols à Welch laisse croire qu’il sera plus facile qu’à Dubreuil à trouver des emplacements propres à l’élevage de poissons. Les paysans-producteurs de Welch se sont montrés très enthousiastes vis-à-vis de la mise en place de ces élevages.

35 36

Son de blé, semences de maïs et de haricot. Maïs, sorgho, riz. 37 Les commerçantes de la zone sont obligés de se déplacer sur des distances assez importantes pour le décorticage du riz

Version finale 001–- 17 septembre 2003

60

10.3.3.3

10.3.3.3.1 L’association des usagers: activités et projets
La description du PSSA et du fonctionnement de l’Association des Usagers ainsi que les projets envisagés laissent apparaître une vision claire des responsables du Comité Central. Il est important que l’accompagnement du PSSA aide à garder l’enthousiasme observé. Là où l’accompagnement du PSSA serait de toute utilité aujourd’hui, c’est sans aucun doute dans la planification et le démarrage des nouveaux projets.

Recommandations

10.3.3.3.2 Irrigation et maîtrise de l’eau à la parcelle
Il faudrait que le Programme prenne toute les dispositions pour achever les travaux d’aménagement dans les plus brefs délais. Parallèlement, il serait souhaitable que le PSSA intensifie les exercices pratiques concernant les apports de l’eau à la parcelle.

10.3.3.3.3 L’évolution foncière du périmètre
Il serait plus que souhaitable que le PSSA mette en place les moyens pour assurer régulièrement le suivi de la structure foncière du périmètre pour éviter que les métayers ne soient éjectés. En ce sens il serait souhaitable que l’exploitation de la couverture aérienne en cours actuellement soit achevée au plus tôt.

10.3.3.3.4 Riz
Il apparaît que la contrainte majeure pour la culture du riz est le maintien des variétés qui dégénèrent très rapidement. Il faut que le PSSA s’y penche sérieusement en cherchant à articuler les efforts en cours dans l’Artibonite avec la Mission Chinoise, la maîtrise du domaine par certains techniciens de la DDA Sud et les expériences de maintien des semences en cours sur le périmètre de La Verdure en collaboration avec le Comité des Usagers et des réseaux de paysans-producteurs spécialisés. La production de semences dans ce cadre là implique qu’une part des responsabilités soit prise en charge par les structures de l’État. Toute la responsabilité ne peut être laissée aux agriculteurs.

10.4 Le PSSA dans l’Artibonite
Le PSSA intervient dans les 2ème et 5ème sections communales de la Commune de Petite-Rivière de l’Artibonite: La Verdure et Pérodin. Le PSSA entretient d’étroites relations avec le maire de Petite-Rivière de l’Artibonite. Ce dernier est membre du Comité de pilotage du PSSA dans la région de la Vallée de l’Artibonite.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

61

10.4.1

Le PSSA à Pérodin

Pérodin est une localité située dans le Bassin Versant du périmètre de La Verdure. C’est dans l’objectif d’une intervention intégrée incluant périmètre irrigué et bassin versant et aussi pour raffermir les échanges notamment autour des semences de haricot que la FAO et le MARNDR se sont décidés à étendre les activités du PSSA à Pérodin. En effet, les conditions agro-climatiques prévalant à Pérodin autorisent jusqu’à trois saisons de culture pour le haricot (Tableau 4). Les paysans de La Verdure qui en Plaine ne sont capables de réaliser qu’une seule saison de culture ont traditionnellement établi des liens d’échanges de semences avec ceux de Pérodin leur permettant de disposer de semences fraîches de haricot pour leurs semis de fin d’année. Tableau 4.- Saisons de culture du Haricot à Pérodin Saisons Période de semis Période de Récolte 1 Avril Juin 2 Août Octobre 3 Novembre janvier Observations Petite saison

Outre le Haricot, les principales cultures pratiquées à Pérodin sont les suivantes: igname, pois d’angole (pwa kongo), maïs. Le projet appuie à Pérodin le développement des cultures maraîchères, notamment, du chou. Une des limitations majeures à la mise en oeuvre d’interventions et à l’obtention de l’impact souhaité demeure l’accessibilité très difficile à la zone de Pérodin. Les paysansproducteurs de cette région ont de grandes difficultés à acheminer les produits récoltés sur les marchés de la région. Toute augmentation de la production risque donc de ne pas pouvoir être écoulée pénalisant du même coup les producteurs-paysans. Il serait souhaitable que le MARNDR et la FAO se penchent sur cette contrainte et cherchent par tous les moyens à adresser ce problème ceci préférablement avant d’entreprendre des interventions techniques trop importantes au niveau de la production et des rendements.

10.4.2 10.4.2.1

Le PSSA à Laverdure Généralités

Laverdure est un des périmètres irrigués de la Vallée de l’Artibonite. Les principales cultures pratiquées sont: riz, maïs, haricot et patate douce. Des paquets techniques sont aujourd’hui disponibles pour toutes ces cultures. Le périmètre de Laverdure s’étend sur 516 hectares de terres et compte 1050 planteurs. Le système a été construit par les Nations Unies et les canaux ont été bétonnés par la FAO en 1986 qui a aussi mis en place des seuils.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

62

10.4.2.2 Interventions, paquets techniques et impacts sur les systèmes de production

10.4.2.2.1 Considérations générales

Les paysans ont de plus en plus de mal à mobiliser de la main-d’oeuvre. Celle-ci est devenue de plus en plus chère au cours de ces dernières années. La main-d’œuvre est rare du fait que nombre de jeunes se rendent en République Dominicaine voisine. Les motoculteurs qui pourraient y suppléer se raréfient également à cause d’entretien déficient et des difficultés à se procurer des pièces de rechange. Les 2 motoculteurs en activité et appartenant à une organisation locale, l’Organisation des Planteurs de La Verdure (OPLA), ne suffisent même pas pour satisfaire les besoins des membres de l’association notamment en ce qui concerne la préparation de sol. Les principaux défis et contraintes auxquels les paysans-producteurs de La Verdure ont à faire face aujourd’hui sont les suivants : 1. Les failles de l’appareil judiciaire et l’impunité qui sévit aujourd’hui.Assez fréquemment, des individus armés du bourg de petite Rivière de l’Artibonite voisin et soudoyés par certains agriculteurs du périmètre viennent amener l’eau d’irrigation sur les parcelles de ces derniers au mépris de l’horaire établi et brisant verrous et portes au niveau de répartiteurs. Les plaintes régulièrement déposées auprès des juges de la commune sont restées sans suite. Il est même arrivé qu’un mandat d’amener délivré par une instance de la commune à l’endroit d’un des individus armés n’ait pas été exécuté. Les paysans-producteurs croient que ces pratiques et les individus qui en sont à l’origine sont tolérés par les autorités judiciaires. Ils doutent de plus en plus de l’autorité de l’État. 2. La baisse sensible du débit de l’eau de la rivière alimentant le système d’irrigation.Le débit de l’eau sur le périmètre baisse reflétant les problèmes de plus en plus cruciaux de déboisement-érosion sur les basins versants. Ce problème se fait particulièrement ressentir au cours des périodes d’étiage et serait à l’origine de tensions entre les irrigants de l’amont et ceux de l’aval. Ces derniers ne réalisent que difficilement deux saisons dont une seule est vraiment garantie. 3. Les difficultés pour les paysans-producteurs à contrôler les prix.Les paysans-producteurs ne contrôlent pas vraiment les prix et se sentent lésés et contraints d’accepter la loi des commerçantes de gros. Ceci est particulièrement difficile à accepter en période de récolte pour des produits périssables. Les paysans sont de plus en plus persuadés qu’il faudra que leurs organisations s’impliquent dans la commercialisation ou tout au moins le stockage. Selon les paysans de Laverdure, le PSSA a apporté pas mal de choses importantes dans la zone dont les plus déterminantes ont été: 1. 2. 3. 4. Confiance dans nos capacités et accompagnement de l’organisation des usagers Les aménagements dans le système d’irrigation Boutique d’Intrants Agricoles L’accompagnement technique, la formation et les échanges avec des paysans d’autres régions du pays 5. Les paquets technologiques plus performants : riz, haricot et notamment la patate douce

Version finale 001–- 17 septembre 2003

63

6. la Boutique d’Intrants Agricoles

10.4.2.2.2 Accompagnement de l’organisation des usagers
L’OPLA est une association d’Irrigants qui a pour mission principale la gestion et le contrôle de l’irrigation sur le périmètre de La Verdure. Pour les paysans de Laverdure, l’OPLA est une organisation solide et solidaire promise à un avenir prometteur. C’est une victoire d’avoir pu se mettre ensemble et d’avoir pu progresser ensemble. Les paysans-Producteurs de Laverdure sont aujourd’hui capables de regarder l’avenir ensemble. La OPLA est organisée de la manière suivante:

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

COMITÉ CENTRAL

COMITÉ DE SURVEILLANCE

COMITÉ GESTION BOUTIQUE (BIALA)

L’Assemblée Générale se compose des représentants des 26 groupements mis en place au niveau des canaux secondaires. Le comité de surveillance fait un rapport à l’AG sur le fonctionnement des sous-comités et le déroulement des différentes activités en cours. Le responsable du CASEC de la 5ème section est membre de l’Association des Irrigants de Laverdure. Il répond toujours aux invitations qui lui sont faites et ne ménage pas ses efforts pour aider, dans la mesure de ses capacités, l’Association.

10.4.2.2.3 Les aménagements dans le système d’irrigation
Les canaux ont été réparés et des portes ont été placées au niveau des répartiteurs. Ce travail a été déterminant pour une distribution équitable de l’eau aux usagers.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

64

10.4.2.2.4 L’accompagnement technique, la formation et les échanges avec des paysans d’autres régions du pays
Les paysans-producteurs apprécient également l’accompagnement technique et les actions qui leur permettent aujourd’hui de mieux maîtriser les itinéraires techniques, d’avoir un meilleur accès à des semences de qualité et aux intrants. Les semences de base sont fournies par les structures spécialisées de l’ODVA et reproduites par les paysans eux-mêmes. Les formations réalisées par le PSSA ont été très profitables. Les plus marquantes ont été celles qui ont porté sur les thématiques suivantes : Gestion d’une petite entreprise Conduite d’une réunion Gestion de l’eau Restructuration d’un groupe Comment faire le choix d’un produit adéquat dans le cadre d’un traitement phytosanitaire. Les formations étaient organisées à l’EMAVA et aussi à Laverdure même. Grâce au Programme, les paysans-producteurs de Laverdure ont visité les Cayes, Saint Raphaël et l’Arcahaie. Ils ont ainsi eu l’opportunité de discuter avec d’autres paysans et ont tiré énormément de ces visites.

10.4.2.2.5 Interventions sur les cultures a. La Patate Douce
C’est pour la patate douce que les paquets proposés se sont révélés les plus performants. Selon les paysans-producteurs de La Verdure rencontrés, l’intervention la plus déterminante du PSSA, celle qui a eu le plus d’impact aura sans aucun doute été celle sur la patate douce: contrôle du Cylas formicarius (« Ti yogan ») et amélioration des techniques culturales (fertilisation, traitements phyto-sanitaires et autres). En ce qui concerne la Patate Douce, le secret réside dans le traitement des semences et du sol; une fois ces traitements réalisés, on est certain à 70 - 80 % de réussir sa culture. Le poids de la phérormone dans la réussite de la culture est de20%. Les produits nécessaires au traitement
Histoire de la mise en place de la culture des traitements de la Patate Douce à la Verdure 1998.- 90% de la récolte de la Patate Douce à La Verdure est perdue à cause d’une attaque spectaculaire de Cylas formicarius (« Ti Yogan »). Un traitement est identifié consistant en : Cygon Dimethoate pour le traitement des boutures Furadan pour le traitement des sols. 1999.- Le traitement identifié est testé sur 1.25 hectares et donne des résultats intéressants. Il est décidé dès la prochaine saison d’étendre la démonstration à 4 hectares. 2000.- Le traitement se précise avec notamment l’introduction des phérormones: Basudine pour le traitement des boutures Pilarfuran pour le traitement du sol phérormone pour le contrôle de la population de Cylas utilisé 1 mois après plantation. 2001.- La démonstration s’étend sur 40 hectares Les paysans-producteurs réalisent aujourd’hui 16 TM à l’hectare.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

65

sont devenus chers et ne sont pas toujours disponibles. Pour des quantités et des volumes identiques les prix ont considérablement augmenté (Tableau 5). Tableau 5- Produits utilisés et évolution des prix Prix actuel (Gdes) Produit concerné Prix antérieur (Gdes)38 Basudin (Flacon) 75 250 Ferormone 55 175 Sources: Paysans-producteurs de La Verdure

b. Le Riz
Les variétés de riz les plus connues à Laverdure sont les suivantes: RCH3 et « Tèt Chaje ». Le respect des délais est, pour la culture du riz, une garantie d’obtenir de bons rendements. Le programme est intervenu sur le délai du repiquage, ce qui a permis d’obtenir au moins 60% de réussite dans la reprise du riz. Cependant, la culture du riz est devenue de plus en plus difficile à cause notamment des problèmes de main-d’œuvre et d’accès aux équipements motorisés.

c. L’Haricot
Pour le haricot, de meilleurs rendements sont obtenus grâce à l’utilisation de semences de qualité et de variétés améliorées. Les variétés testées jusqu’ici ont été la Mersan, la Tamazulapa et Arroyo Negro. Cette dernière qui, jusqu’ici, avait donné de bons résultats risque d’être confrontée à la réticence des paysans-producteurs vu qu’un lot en provenance du MARNDR a développé une nécrose racinaire foudroyant à laquelle les agriculteurs n’ont pu répondre.

10.4.2.2.6 Boutique d’Intrants Agricoles
Cette boutique est aujourd’hui le point de ralliement des marchandes d’intrants de Marchand Dessalines, de Borel et de Grande Hatte. La boutique vend des semences, notamment, de riz qui sont appréciées dans toute la Vallée de l’Artibonite. Les semences de base sont fournies par les structures spécialisées de l’ODVA et reproduites par les paysans eux-mêmes durant deux années. L’organisation réalise des rentrées intéressantes sur la vente des semences. Des agriculteurs viennent de toute la Vallée pour acquérir des semences de l’OPLA. La Boutique d’Intrants Agricoles de Laverdure (BIALA) est gérée par un comité de gestion indépendant qui relève du Comité Central de l’OPLA. La gestionnaire de la Boutique reçoit un salaire mensuel (symbolique selon les responsable de la OPLA) pour le travail fourni. Les frais de salaire (gestionnaire et gardien) et autres sont couverts par les revenus tirés des transactions effectuées dans la Boutique. La Boutique d’Intrants Agricoles de Laverdure (BIALA) est gérée par un comité de gestion indépendant qui relève du Comité Central de l’OPLA.
38

Prix pratiqué à Agroservice

Version finale 001–- 17 septembre 2003

66

Les paysans-producteurs de La Verdure regrettent qu’en ce qui a trait aux intrants, c’est un éternel recommencement et les agriculteurs ont constamment des difficultés à s’approvisionner et à avoir accès à ces derniers sur une base régulière et à bon prix.

10.4.2.2.7 Autres projets réalisés et envisagés
Projet d’élevage de Porcs.Au cours de ces dernières années, la OPLA s’est lancée dans un projet d’élevage de porcs qui devait rapporter des revenus à l’organisation et également contribuer au repeuplement porcin dans la zone. Une porcherie de 72 têtes fut installée. Les mâles devaient être vendus et les femelles distribuées à des membres de l`’OPLA. Ce projet s’est révélé un véritable fiasco. Les bénéfices tirés de l’élevage étaient insignifiants et les animaux ont été décimés par la maladie. Pour nourrir porc, il fallait compter 49,00 Gdes par jour en moyenne; les prix à la vente ne permettent pas de couvrir de telles dépenses. Élevages de poulets de poissons.Ce sont des projets qui seront mis en œuvre conjointement avec le PSSA. Les stratégies proposées paraissent porteuses et les paysans attendent beaucoup de cette initiative. Moulin à grains.C’est un projet que l’OPLA a en tête depuis longtemps et qui est étudié de près ces derniers temps. Les sous-produits du moulin peuvent être valorisés dans les élevages de poulets et de poissons. De plus les productions de la zone augmentant et/ou se stabilisant, les commerçantes locales et les paysans-producteurs de la zone sont de plus en plus intéressées à transformer leurs grains sur place. Les grains ciblés sont le sorgho, le maïs et, particulièrement, le riz. Les paysans-producteurs ont beaucoup observés les moulins lors de leurs déplacements dans les autres régions du pays. Ils pensent qu’un seul moteur pourrait faire tourner deux moulins dont 1 pour le riz et un autre pour le maïs et le sorgho. Le projet est sous étude. Le moulin, tout comme la BIALA, sera géré par un sous-comité indépendant. Les responsables de l’OPLA croient que c’est là un projet intéressant qui peut rapporter à l’Organisation des revenus durables.

10.4.2.3

Recommandations

L’OPLA est sans conteste une organisation plus mature que celles rencontrées dans la région des Cayes aussi, les enjeux et les défis auxquels elle doit faire face sont d’une autre nature et demandent un autre niveau de solutions qui pourraient permettre d’anticiper des problèmes qui sont, également, appelés à se présenter dans la région des Cayes. La situation décrite à Laverdure amène aux recommandations suivantes : 1. Accompagnement de l’OPLA dans ses démarches auprès des autorités judiciaires.Il paraît évident que les paysans-producteurs ne pourront pas, seuls, faire face aux actes de vandalismes perpétrés contre les infrastructures d’irrigation. Ceci risque à terme d’éroder la confiance placée dans l’organisation. Un accompagnement du PSSA est donc souhaitable pour la OPLA dans ses démarches auprès des autorités judiciaires.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

67

Pour apaiser les tensions entre irrigants et faciliter la tâche à l’OPLA, il faudrait que le riz ne soit planté en amont que lors de la saison pluvieuse. Des cultures moins exigeantes en eau seraient plantées au cours des autres saisons laissant plus d’eau pour les irrigants de l’aval. 2. Approfondissement des recherches sur la culture du haricot.Ceci est essentiel si l’on veut stabiliser ou améliorer davantage les performances sur la culture de haricot ou d’autres cultures comme le maïs. Ceci est fondamental si l’on veut améliorer les paquets techniques proposés tout au moins pour le maïs et le haricot. L’emploi, à cet effet, des services d’institutions spécialisées de recherche est plus que souhaitable. 3. Encadrement de la OPLA dans la planification de la mise en place des projets envisagés.Il serait regrettable et risqué pour l’avenir de l’organisation des planteurs de Laverdure que le projet de moulin ne réussisse pas. Les justifications semblent correctes et bien intégrées par les responsables de l’OPLA. Ces derniers apprécieraient de la part du PSSA un appui technique et en gestion dans la préparation et la planification du projet. 4. Appui au système d’approvisionnement.Ce problème paraît général puisqu’il se retrouve au niveau de toutes les BIA mises en place dans le cadre du PSSA. Mis à part l’appui stratégique et politique souhaitable de spécialistes de la FAO auprès des responsables du MARNDR, des interventions plus tactiques seraient à envisager dans le cadre de réseaux de Boutiques d’Intrants comme celui mis en place par la SOCODEVI. En attendant, le PSSA aurait intérêt à regrouper les demandes d’approvisionnement des différentes boutiques et placer des commandes soit auprès de fournisseurs de la place ou, directement, à l’extérieur du pays. 5. Codification des éléments mis en œuvre pour le traitement de la Patate Douce.Il est clair que les itinéraires techniques proposés pour la patate douce paraissent bien maîtrisés et ont fait leurs preuves (performances intéressantes et stables). Il est important que le PSSA puisse rapidement capitaliser sur l’expérience menée et offrir aux autres agriculteurs et producteurs de patate douce du pays l’opportunité de produire davantage en augmentant du même coup leurs revenus. Des paysans-producteurs de Laverdure pourraient être utilisés comme vulgarisateurs et aller vendre leur expertise dans d’autres régions productrices de patate douce dans le pays comme ils le font déjà bénévolement dans des zones périphériques à Laverdure. Ceci ne pourra que contribuer à renforcer le leadership de ces paysans-producteurs.

10.5 La Formation
10.5.1 Introduction
L’un des principaux objectifs du PSSA est l’augmentation de la production agricole. Le volet formation a pour principale mission d’appuyer le processus en cours au travers du transfert de compétences et de savoir-faire aux paysans-producteurs. De tels acquis doivent permettre à ces derniers de mieux maîtriser les filières dans lesquelles ils sont engagés ainsi que les techniques qui sont à mettre en oeuvre pour tirer un meilleur profit du milieu dans lequel ils vivent et mènent leurs activités de production.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

68

Les activités de formation ont débuté depuis septembre 2001 : 875 paysans-producteurs sont déjà formés au cours de 35 sessions.

10.5.2

L’équipe technique

Le volet formation et appui aux organisations paysannes du PSSA est sous la responsabilité de la Direction de Formation et de Promotion des Entreprises Agricoles (DFPEA/MARNDR) qui a confié le mandat à l’École Moyenne de la Vallée de l’Artibonite (EMAVA). C’est l’équipe de l’EMAVA qui assure le gros de l’animation des modules avec dans certains cas l’appui de spécialistes. L’équipe de la formation a principalement pour tâches de faire ou d’animer des sessions de formation d’assurer le suivi de la formation sur le terrain d’apprécier le niveau de maîtrise des compétences et savoir-faire transférés. L’équipe de formation arrêtera ses activités lorsque les responsables du PSSA auront jugé que les formations ne sont plus indispensables pour le projet. L’équipe de formation se veut dynamique. Elle est mobile et a toutes les capacités pour se déplacer. Des formations itinérantes sont quelquefois organisées dans le cadre des thèmes relatifs à la gestion des BIA et la gestion de l’eau à la parcelle. L’équipe de formation bénéficie de l’appui du CICDA, ONG française spécialisée, qui a signé un accord avec la DFPEA\MARNDR pour, notamment, appuyer la mise en place de structures de gestion de réseaux d’irrigation. Le CICDA travaille en étroite collaboration avec le Projet PPI qui apporte son appui principalement lors de la formation de cadres.

10.5.3 10.5.3.1

Le contenu et les thématiques abordées Modules de formation

Pour le PSSA, des modules de formation ont été mis en place notamment pour renforcer les capacités de gestion des organisations d’usagers en ce qui à trait aux systèmes et à l’eau d’irrigation mais aussi par rapport à la gestion des boutiques d’intrants et à la mise en place de réseaux de producteurs de semences améliorées. Le PSSA a à sa disposition toute une équipe qui analyse les besoins en formation en tenant bien entendu compte du niveau de connaissances déjà présent dans le milieu d’intervention. Sur la base de ce diagnostic et après consultation de références techniques dans le domaine, des modules de formation sont conçus et une matrice est élaborée pour chaque module. La conception du module privilégie les points clés à faire passer sur le terrain. Le fruit de ce travail est soumis, pour aval, aux responsables de la DFPEA et de la FAO. Les commentaires et les réactions sur les modules sont intégrés à ces derniers. C’est seulement à ce moment là que la réalisation des modules peut commencer.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

69

Le tableau suivant présente succinctement les 9 modules mis en place dans le cadre du PSSA. Tableau 6.- Modules de formation mis au point dans le cadre du PSSA. # Thème Heures Observations 1 Fonction et structuration des comités 32 d’Irrigants et des associations de producteurs 2 Conduite de réunions 24 Public ciblé responsables d’organisations 3 Gestion de l’eau au niveau d’un réseau 32 d’irrigation 4 Gestion de l’eau à la parcelle 24 5 Gestion financière d’un périmètre 24 irrigué 6 Choix et utilisation des intrants 24 agricoles 7 Gestion courante d’une BIA 24 8 Gestion prévisionnelle d’une BIA 24 Gestion contrôle de stock et analyse des résultats 9 Production artisanale de semences 24

10.5.3.2

Remarques

La production de semence exige un niveau élevé de technicité et de moyens économiques relativement importants. Toute la productivité ne peut être laissée uniquement aux paysans-producteurs. La production et l’entretien de semences sur grande échelle ne peuvent pas non plus être envisagés sans une active participation de paysans-producteurs compétents. Cela dépend du type de semences considéré il est plus facile d’envisager une participation de paysans-producteurs dans le processus de production de semences de haricot (taux d’auto fécondation élevé) que dans le cas de semences de mais (taux de pollinisation croisée très important). Il y a donc, indubitablement, une nécessité d’assistance technique. Au niveau des sessions de formation relatives à la production artisanale de semences, on aborde par exemple les aspects techniques lies à la sélection massale. Au cours des sessions portant sur la gestion, les formateurs insistent beaucoup sur l’importance de la transparence dans la gestion des fonds de l’Association.

10.5.4

Les participants

Les sessions de formation s’adressent à des groupes de 25 participants environ. Selon les zones d’intervention, un même module peut se répéter en 3 à 4 fois. Par exemple à La Verdure qui compte 1125 usagers on cible environ 100 planteurs. Les planteurs qui suivent la formation ont pour devoir de restituer ce qu’ils ont reçu à ceux qui n’avaient pas eu la chance de suivre les formations. Si les résultats et\ou l’impact escomptés ne sont pas atteints, d’autres paysansproducteurs sont formés. Il arrive des fois que certains paysans-leaders suivent 2 fois la même formation. Version finale 001–- 17 septembre 2003 70

Les critères pour la sélection des participants sont les suivants: Être propriétaire Être membre de l’association Être capable de lire et écrire Avoir des aptitudes de faire passer un message donc de restituer la formation reçue. Ces critères sont consignés sur un feuillet qui est disponible pour les organisations et les groupes ciblés.

10.5.5 10.5.5.1

Les phases de mise en œuvre Évaluation des acquis

Avant d’entrer dans la formation proprement dite, il est d’usage que les participants fassent une réflexion en groupe sur la thématique qui sera abordée. Cette réflexion est suivie d’une restitution et d’une synthèse. Il s’agit en fait d’un processus d’évaluation des acquis qui sont analysés au travers d’indicateurs tant qualificatifs que quantitatifs.

10.5.5.2

Le déroulement proprement dit des sessions

La formation aborde aussi bien les aspects techniques que les aspects pratiques. Les thèmes les plus pratiques sont : o Gestion de l’eau dans le réseau; o Gestion de l’eau à la parcelle; o Gestion financière; o Entretien et maintenance des canaux . Dans le déroulement même des sessions, du temps est aménagé aussi bien pour la théorie que pour la pratique. Par exemple dans le cas du module sur la gestion de l’eau qui s’étend sur 4 jours de 8 heures soit 32 heures, il est prévu 28 heures pour les exposés et 4 heures de pratique. Pour la gestion de l’eau à la parcelle il y a 50% de la théorie et 50% de pratique. Lors des sessions de formation, il est coutume d’organiser des visites d’échanges entre des paysans de zones différentes. Les participants ont par exemple visité le système d’Avezac où ils ont pu se rendre compte par exemple de la fonctionnalité des ouvrages.

10.5.5.3 10.5.5.4

La démonstration sur le terrain Le suivi restitution

La démonstration sur le terrain (vulgarisation effective) est laissée à d’autres composantes d’équipe d’accompagnement technique La formation intègre une phase de suivi restitution qui est réalisée sur le terrain. A ce niveau, le fait pour les animateurs et techniciens de suivre également les formations est déterminant. Le suivi s’étend généralement sur 2 et 3 mois, temps nécessaire à évaluer l’appropriation des techniques par les paysans-producteurs. Généralement cette phase est ponctuée d’une à deux journées de restitution. Quand les animateurs et accompagnateurs de terrain notent qu’une formation est mal passée, que quelque chose ne va pas ou que la formation n’a pas réussi, l’équipe de formation réagit. Cela peut arriver qu’un complément de formation soit spécifiquement organisé sur le terrain.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

71

Des aspects d’animation sont nécessaires au niveau des sous comités entretien et maintenance des réseaux.

10.5.6

Conclusions et perspectives

Pour l’équipe de formation, le site où les actions de la FAO ainsi que la formation ont porté le plus de fruits est celui de La Verdure. Il y a une véritable prise en charge du système par l’organisation des Planteurs de La Verdure; un contrat de gestion a même été signé. Bien que l’intervention sur le périmètre de Dubreuil ait commencé à la même période, les paysans-producteurs de La Verdure ont su mieux tirer partie et exploiter les connaissances acquises se révélant plus réceptifs et plus enclins à s’approprier les savoirfaire et les techniques. Les itinéraires techniques sont bien maîtrisés et les irrigants tirent un revenu optimum des cultures de riz et de patate. A Dubreuil, il y a beaucoup d’eau de disponible mais les paysans-producteurs maîtrisent encore mal les techniques d’irrigation et d’apport de l’eau à la parcelle. Ceci devrait être une priorité dans la programmation des interventions à Dubreuil. Dans le périmètre de Dubreuil les cultures mises en place, bien que traditionnelles, sont encore mal maîtrisées. Pour augmenter les revenus des agriculteurs, il serait éventuellement souhaitable d’introduire de nouvelles cultures comme la canne et les légumes. Ceci va demander des investissements et aussi une formation d’accompagnement. L’équipe de formation croit que les techniciens cubains peuvent être d’un apport certain dans le cadre du programme vu notamment leur présence sur le terrain même. De plus, ils maîtrisent des techniques différentes de celles couramment utilisées en Haïti et pour lesquelles un transfert de connaissances serait plus que souhaitable. A terme, l’équipe de formation pense qu’il serait souhaitable que des sous-comités pour la formation et la sensibilisation émergent dans les zones d’interventions du projet. La stratégie mise en œuvre pour la réalisation de la formation amène aux remarques/recommandations suivantes : 1. Capitalisation sur les expériences réalisées jusqu’à date. Il est plus que souhaitable que les expériences menées jusqu’ici en formation dans le cadre du PSSA soient codifiées. On pourrait aussi les rendre accessible sous forme de fascicules, de livrets qui seraient fort utile à des paysans d’autres régions et zones du pays non ciblées par le Projet. 2. Flexibiliser davantage les modules et les formation Il serait souhaitable de flexibiliser davantage certains modules en les adaptant, notamment, à des conditions de terrain et en favorisant leur mise en œuvre par des techniciens formés à cet effet. 3. Valoriser l’expertise locale dans les sessions de formation Le PSSA aurait intérêt à valoriser optimalement l’expertise locale qui, en se basant sur les observations de terrain, détient un niveau impressionnant de compétences et connaît bien les zones d’intervention du projet. Ceci aurait aussi pour avantage de pouvoir compter sur des techniciens vivant à proximité des zones d’intervention pour la mise en œuvre de paquets technologiques et l’initiation de nouveaux volets ou activités.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

72

4. Réfléchir quant à présent à des formations spécialisées s’adressant principalement aux jeunes agriculteurs. Il faudrait que, quant à présent, l’équipe de formation réfléchisse sur des formations spécialisées en approfondissant certains modules entre autres. Les agents techniques, ainsi formés, pourraient être très utiles dans l’accompagnement des producteurs-paysans, notamment, sous la forme de vente de services aux intéressés. Les jeunes agriculteurs seraient les premiers à être ciblés dans le cadre de telles formations. 5. Ouvrir davantage au niveau du recrutement des participants Il faut le plus rapidement possible diversifier la base de recrutement en ciblant en particulier les jeunes agriculteurs. Le ciblage des propriétaires (voir critères de choix des participants) risque de fragiliser encore plus les métayers et les sans terre.

10.6 L’accompagnement technique
La mise en œuvre du PSSA est assurée par une équipe technique composée d’Agronomes, de techniciens agricoles et d’animateurs. Le projet est en passe également de recevoir un contingent de techniciens cubains dont les éclaireurs sont déjà sur le terrain.

10.6.1

Cadres supérieurs

C’est un agronome qui tient pour la FAO la place de consultant national. Celui-ci appuie la coordination du Projet qui se situe au niveau de la Direction de la Production Végétale du MARNDR à Damien. Dans chaque DDA concernée, l’agronome responsable de la Production Végétale est chargé localement du Projet. Ces derniers ne sont donc pas disponibles à 100% de leur temps. Ils n’ont pas toujours de moyens logistiques à leur disposition et de ce fait ne sont pas disponibles à des moments où leur présence serait cependant nécessaire. Certains ne se sentent pas pleinement intégrés au projet et aux prises de décisions; ils ignorent parfois certaines activités se déroulant dans leur région. Lors de la visite dans l’Artibonite, les cadres du MARNDR ne pouvaient être tous présents sur le terrain, vraisemblablement en raison d’un manque évident de moyens de locomotion au niveau du BAC de Saint Marc. L’agronome coordonnateur du Projet dans la Région effectue tous ses déplacements en transport public, ce qui, dans les conditions actuelles, peut se révéler très démotivant.

10.6.2

Techniciens agricoles

Il y a un seul technicien agricole haïtien qui couvre les trois sites de la région des Cayes: Massé, Dubreuil, Welch. L’accompagnement dans les 2 sites de la région de l’Artibonite est assurée par un (1) technicien agricole. Les techniciens ont pour mission d’accompagner les irrigants sur le plan technique, d’assurer la formation de ces derniers aux nouveaux itinéraires techniques proposés (fertilisation, préparation de sols, entretien). Ces techniciens couvrent tous les domaines sans avoir une spécialisation, sauf une formation courte d’une semaine dans le domaine de l’Aquaculture à Pont Sondé. Ils tiennent même le rôle d’animateur.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

73

Les techniciens recrutés dans le cadre du projet n’ont quelque fois pas l’expérience requise pour coordonner plusieurs zones d’intervention, ceci sans vouloir préjuger de la qualité de la formation qu’ils ont reçue.

10.6.3

Animateurs

On dénombre 2 animateurs pour la région des Cayes dont 1 pour Dubreuil et 1 pour Massé et Welch. L’animateur de Dubreuil réside à proximité du périmètre. Le second animateur fait la navette entre Massé et Welch, les distances n’étant pas énormes. Les paysans de Welch interrogés à ce sujet ont reconnu que celui-ci était toujours disponible quand on avait besoin de lui. Le rôle de l’animateur peut se résumer comme suit: Facilitation entre la population et le Programme; Animation des réunions et des rencontres des organisations et des comités; Sensibilisation et motivation des usagers notamment en ce qui à trait à l’importance de la gestion équitable et durable du système d’irrigation (aménagements réalisée, distribution de l’eau, entretien), Formation technique et organisationnelle des membres de comité et des usagers. Les animateurs rencontrés sont de très bon niveau et ont une très longue expérience dans le domaine. On notera que contrairement aux cadres supérieurs du MARNDR qui ne reçoivent pas de salaire du Projet, les techniciens et les animateurs sont entièrement pris en charge par le Projet.

10.6.4

Remarques et recommandations

Les observations réalisées avec sur le terrain ainsi que les entretiens avec les cadres techniques, les paysans-producteurs amènent aux remarques et recommandations suivantes :

10.6.4.1

Manque de personnel.-

En considérant, le rythme du projet ainsi que les délais impartis pour l’appropriation des paquets par les paysans-producteurs et la diversification des activités identifiée, on est en lieu de penser que le personnel d’accompagnement technique est insuffisant. Il faudrait en augmenter la densité tout en précisant mieux les tâches et les extrants attendus.

10.6.4.2

Proximité-

Il serait également souhaitable que le personnel d’accompagnement soit à demeure sur les sites ce qui faciliterait les rapports avec les bénéficiaires et les rendraient disponibles. De plus, l’observation des cultures peut se révéler de plus en plus exigeante quand il s’agira de mettre au point des itinéraires plus pointus. Leur présence sur le terrain favoriserait également la mise en place de postes d’observation sur le climat en particulier.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

74

10.6.4.3

Spécialisation des cadres techniques.-

La diversification des interventions ainsi que le caractère de plus en plus spécialisée des interventions va demander des compétences de plus en plus spécialisées qu’il sera difficile à un seul technicien de maîtriser. La spécialisation devient de plus en plus souhaitable. De plus au départ du projet les paysans-producteurs pourront disposer de références techniques de haut niveau dans leur région même.

10.6.4.4

Conduite du projet.-

Le mode de mise en œuvre de certaines actions révèle un manque de communication entre les cadres supérieurs. Ceci ne contribue qu’à en diminuer l’efficacité et l’impact. Il faudrait trouver et institutionnaliser le plus tôt possible des mécanismes et procédures appelés à résoudre de tels problèmes. Il y a des risques à terme que la planification stratégique soit un peu affectée par de tels comportements. Il serait peut-être souhaitable de reconsidérer les conditions offertes aux cadres supérieurs par le Projet.

10.6.4.5

Ancrage institutionnel et Personnel.-

Certains membres du personnel ont souligné le caractère très éphémère de leur poste. Quand le projet s’arrêtera, cette partie du personnel risque de perdre son emploi et ne plus être disponible pour les paysans-producteurs. Ceci renvoie à un problème plus global vu que le nombre de techniciens agricoles faisant partie des structures du MARNDR est extrêmement réduit ceci notamment au niveau de la DDA Sud.

10.6.4.6

Le relais et la diffusion à l’avenir.-

On est en lieu de se demander si l’appropriation des nouvelles activités et des itinéraires techniques proposés est assurée et s’inscrit dans la durée. Le temps imparti au transfert de savoir-faire et de compétences (techniques et en gestion) paraît limité et insuffisant pour permettre aux paysans producteurs de tout maîtriser et, surtout, d’être capables de faire face à des problèmes spécifiques susceptibles de se poser à l’avenir. Vu la difficulté du MARNDR à nommer des techniciens, il faudrait envisager la possibilité de former des vulgarisateurs et/ou agents issus de la paysannerie notamment au travers de programmes spécialisés tant en Haïti qu’à l’extérieur du pays.

10.6.5 10.6.5.1

La coopération cubaine Présentation

En plus de deux responsables de Mission, trois techniciens cubains ont été rencontrés lors de la visite à Dubreuil. Les techniciens cubains semblent bien accueillis par la population et au fait en terme de techniques de vulgarisation/communication. Cependant, l’action des techniciens sur le terrain paraît dispersée et mal planifiée. De toute évidence ces techniciens ont un potentiel intéressant et maîtrisent bien toute une série de techniques qu’il leur faudrait valoriser au mieux. Suite aux entretiens avec eux, il nous semble qu’ils pourraient être d’un apport certain dans les domaines suivants: pisciculture, maîtrise de l’eau, fruiticulture, contrôle des pestes (lutte contre le charançon de la patate), techniques culturales, aviculture. Ceci

Version finale 001–- 17 septembre 2003

75

implique que le programme définisse au plus tôt des stratégies pour les axes stratégiques qui ne sont pas encore touchés.

10.6.5.2

Recommandations

Concernant la coopération cubaine, les observations réalisées amènent aux remarques et recommandations suivantes :

10.6.5.2.1 L’obstacle de la langue
Les cubains ne maîtrisent pas du tout le créole ce qui est un obstacle majeur dans les échanges avec les paysans-producteurs. Il faudrait penser à un cours intensif suivi d’une immersion avec encadrement dans une famille haïtienne ce qui permettrait d’accélérer le processus d’apprentissage. Cette accélération est plus que nécessaire vu que dans les sites il est possible de trouver un ancien « viejo » ou un jeune qui maîtrise sommairement l’espagnol et qui sert généralement de traducteur au début ce qui peut conduire à une certaine paresse de la part des cubains. La langue peut être un frein à une véritable intégration.

10.6.5.2.2 Mise en place d’un programme strict avec des extrants précis
Une valorisation efficace de ces techniciens passe par une bonne planification de leur temps de travail. Il faut s’entendre avec eux sur des objectifs et des résultats capables d’être correctement suivis et évalués. Sinon, ils risquent généreusement de se disperser et de ne pas remplir pleinement la mission pour laquelle ils ont été envoyés en Haïti. Tout programme de travail devra aussi tenir compte des compétences spécifiques de chacun d’eux.

10.6.5.2.3 Transfert de compétences à des cadres techniques haïtiens
Ce volet dans la coopération cubaine n’est pas définitive et s’arrêtera un jour. Les compétences de ces techniciens doivent, au terme de leur mission, être transférées et appropriées par les paysans-producteurs ou tout au moins par des techniciens haïtiens. C’est là une gageure et un défi qui doivent obligatoirement être adressés de manière systématique si l’on souhaite arriver à des résultats. En ce sens, des évaluations d’étapes sont également à planifier.

10.6.5.2.4 Proximité par rapport aux zones de travail
En se référant aux discussions que nous avons eues avec les techniciens cubains, ces derniers n’auraient aucun problème à résider sur les sites. Ceci faciliterait leur intégration tout en augmentant leur disponibilité. La répartition des techniciens à travers les sites devra nécessairement tenir compte des compétences et des spécialités de ces derniers.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

76

11 Le Projet de Marmelade
11.1 Introduction
Se voulant un partenariat entre la population de la Commune de Marmelade, la FAO, le MARNDR et le Gouvernement Hollandais, le Programme d’appui à une agriculture durable et à la conservation des sols et des eaux dans les montagnes humides d’Haïti, région de Marmelade se propose de Mettre en place un processus d’auto-développement à travers une démarche participative et concertée dans un cadre global d’appui à une dynamique de promotion de développement local et de renforcement des capacités de sa prise en charge et de sa gestion par les acteurs locaux. Améliorer les conditions de vie des agriculteurs/agricultrices par la restauration et la mise en valeur des ressources naturelles (sols, eaux, forets) qui constituent le capital productif des communautés rurales. La commune de Marmelade est située dans le Département de l’Artibonite et est située dans une zone de montagnes humides. Marmelade est considéré comme le château d’eau des principales rivières du département du Nord. La commune de Marmelade compte 3 Sections Communales. En 1996, la commune était peuplée de 5300 ménages essentiellement des familles de petits paysans-producteurs.

11.2 Approche et stratégies mises en oeuvre
Le programme intègre donc au niveau de l’approche mise en œuvre trois éléments clés: La participation responsable, un souci constant de durabilité, des systèmes intégrés d’aménagement de Bassins Versants. Les interventions se veulent techniquement efficaces, économiquement réalisables, respectueuses de l’environnement et socialement acceptables. L’approche développée par le Projet est particulièrement appréciée des paysans. Les paysans ont fait remarquer que contrairement à d’autres projets qui sont passés dans la région celui de la FAO/MARNDR fait montre de beaucoup de considération pour les paysans-producteurs en s’intéressant véritablement à leurs problèmes et en respectant leur dignité et leurs idées. L’approche du Projet est vraiment participative et qu’elle associe les paysans à toutes les étapes de la mise en œuvre. Les paysans-producteurs de Marmelade considèrent que le Projet de Marmelade est leur Projet puisque se sont eux qui le mettent en œuvre. Ce qui diffère aussi dans le Projet c’est que c’est nous qui gérons les fonds mis à notre disposition par le Projet. Le Projet considère les paysans-producteurs comme de véritables partenaires. Par le passé, les promoteurs de projets de développement mettaient en œuvre des activités pour less paysans et ces derniers étaient même payés pour les mettre en oeuvre. Mais aujourd’hui, le Projet de Marmelade a placé sa confiance dans les paysans producteurs de Marmelade.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

77

Le diagnostic de départ du Projet sur la situation de la zone a été réalisé avec les paysansproducteurs. Les lignes d’interventions identifiées lors du diagnostic sont celles qui sont suivies dans le cadre du projet. Aujourd’hui, c’est grâce au projet que les familles de Marmelade travaillent mieux leurs terres et en tire un bien meilleur profit. Les paysans-producteurs de la Commune bénéficient d’un accompagnement rapproché de qualité constitué de plusieurs agronomes, techniciens et animateurs. Les paysans-producteurs de Marmelade comprennent également mieux le sens du terme décentralisation actuellement. Les paysans-producteurs se sentent très liés au projet. Ils souhaitent que celui-ci ne s’arrête pas en route et ne leur tiennent pas de vaines promesses. Le Projet nous a fourni des outils pour mieux comprendre la réalité à laquelle nous sommes confrontés et aussi mieux la maîtriser. Les paysans sont conscients qu’un jour, le projet s’en ira de la région. S’il devait s’arrêter aujourd’hui, il laissera plein de connaissances dans la région et des structures capables de poursuivre les actions initiées.

11.3 Les structures organisationnelles en place actuellement
Les structures organisationnelles viennent en appui aux structures légalement reconnues au niveau de la commune et de la section communale.

11.3.1 11.3.1.1

Les comités de développement Rôle et composition des Comités de développement

Les Comités de développement sont considérés par les paysans-producteurs comme des structures communautaires où l’on se met ensemble pour partager les idées et se forger une vision commune pour l’avenir; faire avancer la communauté; contribuer au développement communal et national. Le CD de développement a la responsabilité de tout ce qui est mis en oeuvre dans la Section Communale. C’est une structure mobilisatrice qui met en oeuvre des actions de développement tout en sensibilisant la population sur son avenir. Le Comité de Développement est composé de représentants de chacune des localités de la section, d’un représentant des organisations de travail (« Rampono »), d’une représentante du petit crédit accordé aux femmes les plus démunies, d’un représentant des associations de la zone, d’un représentant des CASECS, d’un exploitant agricole. La majorité des représentants sont désignés par le biais d’élections. Les membres des CD sont des bénévoles. Ceux qui ont été rencontrés disent tirer un bénéfice de leur participation au CD au travers des aménagements mis en place sur leurs parcelles et dans d’autres activités mises en place dans le cadre du projet.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

78

Au début tout le monde dans la communauté ne comprenait pas la démarche et critiquait les paysans-producteurs qui s’y étaient engagés. Des membres du CD ont, par exemple, participé activement au diagnostic participatif réalisé au démarrage du projet. Ce n’est que maintenant que les habitants des différentes communautés comprennent qu’il s’agissait là d’un travail d’envergure, nécessaire et qui avait toute sa valeur. Depuis que le CD a été mis en place dans la zone, il y a comme une nouvelle dynamique qui s’est mise en route. Certaines réalisations sont aujourd’hui visibles dans la zone. Le succès des CD auprès de la population dépend du leadership en place. Il y a des CD qui travaillent et fonctionnent bien.

11.3.1.2

Financement et activités

Le Projet de Marmelade met des fonds de subvention à la disposition des Comités de Développement pour la mise en oeuvre d’activités dans leurs zones. Le Projet et le CD s’entendent sur les rubriques sous lesquelles ces fonds seront dépensés. Ceci se fait formellement mais dans un cadre de confiance réciproque. Les CD sont suivis pour voir si les actions planifiées et arrêtées sont effectivement réalisées. Ces fonds qui avoisinent US $ 15,000.00 transitent au travaers de la KEKAM. Un comité de Gestion est mis en place au sein de chaque Comité de Développement. Les fonds sont utilisés pour : La conservation de sols (achat de boutures et de plants de Canne, d’ananas et d’herbes éléphant). Acheter des semences de haricot Payer le loyer du local Pour appuyer les formations. Les comités de Développement peuvent mettre en oeuvre d’autres activités pour lesquelles le projet fournit des fonds et/ou aide à en rechercher. Une somme d’argent est mise à la disposition des Comités de Développement Le Projet finance les activités du CD. Celles-ci viennent en appui aux travaux directement mis e oeuvre dans le cadre du projet, elles sont donc complémentaires de ces dernières. Plusieurs CD ont mis en place des pépinières et souhaitent distribuer des plantules aux paysans-producteurs de leur zone. Si il est prévu une distribution gratuite pour les arbres forestiers certains responsables de CD envisagent de vendre les plantules fruitières. Certaines organisations comme la MOPAP ont reçu un contrat du CD de leur section consistant dans le greffage de 800 pieds de citrus. Cette organisation existe déjà depuis longtemps et a acquis ses compétences dans le domaine de la fruiticulture et du greffage dans le cadre du projet PADF qui est intervenu à Marmelade par le passé. Les paysansproducteurs considèrent que le prix des fruits est très intéressant actuellement. Jusqu’à présent, les CD sont arrivés à gérer convenablement les fonds mis à leur disposition avec un accompagnement du Projet. La formation en gestion dont ont bénéficié les membres des comités de Gestion mis en place par les CD, a beaucoup aidé. Les CD se sentent prêts à gérer de plus gros projets et des activités plus importantes.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

79

11.3.1.3

Perspectives

Les paysans producteurs ainsi que les responsables des différentes structures mises en place semblent avoir repris confiance dans leurs possibilités ceci se reflète bien dans la vision qu’ils dégagent de leur avenir et les différents projets qu’ils envisagent. À titre d’exemple, le Comité de Développement de Satier envisage la mise en œuvre de plusieurs projets : L’aménagement de ravines.- Ceux-ci seront réalisés dans le cadre d’un accord entre le Projet de Marmelade et la FACN. Le Projet fournira les gabions l’encadrement technique nécessaire tandis que la FACN procurera le matériel végétal notamment les plants de Bambou. Le captage de sources.- Une planification est en cours pour le captage de 4 sources de la section de Satier. On amènera l’eau plus près des localités tout en construisant un réseau. La mise en place de forêts communales.- Il est envisagé la mis en place de trois forêts. Aménagement et entretien des routes communales.- Ce projet concernera tant les routes principales que les routes secondaires. Construction d’autres écoles.- Une seule école dans la section ne suffit plus. Certains enfants de la section sont obligés de parcourir 4 à 5 heures de temps à pied. Construction d’un dispensaire.Mise en place d’un magasin d’Intrants Agricoles.Au niveau du CD, il se développe une vision de la Communauté portant sur le Long Terme. Aujourd’hui, la Communauté dispose de Plans de développement et les membres des CD se disent résolument engagés dans la mise en œuvre de ces derniers. Le CD de Satier sait précisément les sources à aménager en priorité et dispose des terrains qui n’attendent que des écoles soient construites. Il n’est cependant jusqu’à présent pas facile pour les CD de mobiliser les fonds et les ressources indispensables pour la mise en œuvre effective des Plans de Développement.

11.3.2

CCPM

Le Comité Communal de Concertation et de Planification de Marmelade (CCPM ou 3KPM) se veut un organe d’appui à la prise de décision en matière de planification et de gestion du développement de la Commune de Marmelade. Le CCPM se place en tant que maître d’œuvre et preneur de décisions en matière de planification et de gestion des activités de développement de la Commune. C’est le 3KPM qui est le garant auprès des communautés rurales que ses activités s’inscrivent dans le cadre d’une démarche participative et concertée; c’est à dire le respect des choix et priorités telles qu’exprimées par les communautés elles-mêmes.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

80

Ceux sont les comités de Développement qui délèguent des membres en vue de la constitution du 3KPM. On retrouve dans le 3KPM des représentants tant des élus locaux que de la population. Une majorité de paysans-producteurs rencontrés ne comprend pas très bien le rôle et les responsabilités du 3KPM. Plusieurs n’étaient pas au courant qu’une telle structure existait.

11.3.2.1

Remarques

Le fait pour les structures mises en places dans le cadre du Projet de Marmelade a conduit à certaines dérives dont les 2 principales paraissent les suivantes : Les différentes structures collectives mises en place ne devraient en aucun cas gommer les responsabilités institutionnelles des collectivités territoriales (mairies, CASECS) qui ont des rôles constitutionnels qui leur sont dévolus. La tendance observée serait de négliger ses responsabilités directes et de consacrer à fond dans les CD et le 3KPM. La mise en place et fonctionnement des structures collectives avec l’appui du projet a entraîné dans une certaine mesure un ralentissement dans les activités et même l’éclatement d’organisations de la société civile. L’équipe du Projet semble bien consciente de ces dernières et certaines mesures sont déjà en cours pour y palier. La démarche mise en œuvre est très intéressante et devrait se poursuivre et s’amplifier. Toutes les communautés rurales auraient intérêt à réaliser un diagnostic participatif comme nous les paysans de Marmelade l’ont fait avec le Projet. Les paysans de Marmelade ont pris le temps de bien appréhender leurs problèmes d’en chercher les causes et d’en connaître les conséquences. Ensemble, ils ont identifié les solutions à mettre en œuvre. La démarche initiée à Marmelade doit se poursuivre et aller au delà des frontières de la Commune vu que le problème d’érosion des sols touche tout le pays. La bataille a donc une dimension nationale.

11.4 Les axes stratégiques d’intervention
11.4.1 11.4.1.1 La Formation Les formations techniques

La formation peut être considérée comme un axe transversal d’intervention et accompagne toutes les activités mis en œuvre dans le cadre du Projet de Marmelade. Les formations concernent les thématiques suivantes : La protection des sols L’élevage (Techniques d’élevage du bétail, consanguinité, l’équilibre entre le nombre de males et de femelles, élevage de poulets) Les pratiques de gestion courantes La gestion de silos métalliques et pratiques de stockage.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

81

Dans la mise en oeuvre du Projet, un réseau de formateurs a été mis en place. Ils étaient 48 au départ à avoir reçu une formation au Centre du Limbé et à avoir effectué des visites dans d’autres régions du pays et pour certains à l’étranger (Salvador). Une partie de la formation s’est tenue à Marmelade même et s’est voulue très pratique: Fabrication et utilisation du Niveau A Réalisation de piquetage Calcul d’une pente Positionnement des courbes de niveau Calcul du nombre de plants nécessaire à l’aménagement d’une parcelle Il y eu dans le domaine un transfert massif de savoir faire et de compétences. Généralement, les formations ciblent des membres de Comités de Développement. Pour les paysans le plus grand apport du Projet de Marmelade est selon les paysans : la formation Au travers des formations organisées, les paysans reconnaissent avoir acquis nettement plus d’expérience et des compétences techniques. La majorité des paysans sont devenus des techniciens qui savent fabriquer et manier le niveau A. Le projet a amené certains d’entre nous au Limbé pour 8 jours de formation. En collaboration avec le Projet, nous avons mis en place pas mal de travaux d’aménagement et de conservation de sols qui aujourd’hui freinent l’effet destructeur de l’érosion.

11.4.1.2

Les visites

Avec le Projet, des paysans-producteurs sont allés découvrir d’autres zones du pays (Jacmel, La Vallée de Jacmel, Cayes Jacmel) et d’autres pays tels le Salvador et le Panama. Ces visites leur ont ouvert de nouveaux horizons et leur ont procuré de nouvelles références. Les paysans de Satier sont très fiers de faire connaître que 5 paysans qui vivent dans la Section sont partis pour l’étranger dans le cadre de ces visites. À Jacmel, les paysans producteurs ont été particulièrement intéressés par la production de Mandarine. Ils pensent qu’ils sont capables d’en produire autant que les paysans de Jacmel.

11.4.1.3

Remarques

Aujourd’hui sur le plan des techniques d’aménagement et de conservations des sols, on peut dire qu’avec une telle démarche, la région de Marmelade dispose de compétences dans le domaine de l’aménagement et de la conservation des sols et dans l’aménagement des Bassins Versants Les paysans seraient très intéressés à effectuer d’autres visites tant en Haïti qu’à l’étranger.

11.4.2 11.4.2.1

Aménagement et Conservation des sols Considérations générales

Dans le cadre du Programme d’appui à une agriculture durable et à la conservation des sols et des eaux dans les montagnes humides d’Haïti, région de Marmelade, il est

Version finale 001–- 17 septembre 2003

82

important de souligner les modèles intégrés d’aménagement de bassins versants mis en place qui reflètent une préoccupation constante pour la gestion rationnelle des ressources naturelles et une agriculture durable. C’est là une activité centrale autour de laquelle s’articule l’ensemble des autres axes d’intervention du Projet de Marmelade. Les techniques proposées par le Projet sont très appréciées par les paysans non seulement pour la protection contre l’érosion et l’infiltration de l’eau qu’ils permettent mais aussi pour les revenus rapides et durables qu’ils procurent. Pour plus d’un, le succès rencontré au niveau des structures d’aménagement et de conservation s’expliquerait par : Le matériel végétal utilisé dans les structures est subventionné par le projet. Les retombées des structures qui sont ressenties six mois à un an après leur mise en place. Des effets évidents sur l’érosion Les revenus rapides que les paysans-producteurs tirent de la vente de la production provenant des plantes composant les haies vives.

11.4.2.2

Activités en cours et plans d’aménagement de parcelles

L’aménagement des parcelles et les activités de protection et de conservation des sols intègre un plan d’aménagement de parcelles qui s’étend sur 3 ans. Les exploitations engagées se doivent d’aménager les parcelles composant l’exploitation au cours de la période prévue. Les paysans-producteurs prennent un engagement formel en se lançant dans le plan. Ils doivent être vraiment décidés et l’engagement est personnel. Aujourd’hui, 650 à 700 parcelles ont déjà été aménagées. 500 agriculteurs et leur famille ont déjà aménagé des parcelles dans le cadre des plans d’aménagement. Actuellement, on estime à 40% le taux de réalisation du plan au niveau des exploitations engagées. Le projet suit les plans d’aménagement à partir des étapes prévues dans le plan arrêté entre les deux parties. A terme, 4000 Exploitations Agricoles seront concernées par les plans d’aménagement.

11.4.2.3

Matériel végétal utilisé

Pour l’érection des haies vives, les plantes suivantes ont été utilisées : Canne à sucre, Ananas et herbe éléphant. Les paysans-producteurs apprécient beaucoup la canne à sucre et l’ananas qui rapportent rapidement des revenus intéressants. 75 à 85% des haies vives érigées sont composées de canne et d’ananas. La canne à sucre se diffuse tellement rapidement dans la région que des paysans-producteurs se sont mis à rêver d’un moulin à canne.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

83

Les herbes sont moins appréciées du fait que tous les agriculteurs ne pratiquent pas l’élevage. L’herbe se vend aussi moins bien que l’ananas et la canne à sucre. La rentabilité n’est pas évidente. Dans le cadre des aménagements, une place est laissée aux arbres fruitiers et forestiers soit 70% pour les forestiers et 30% aux fruitiers. C’est ce ration que l’on retrouve dans les pépinières mises en place par les CD.

11.4.2.4

Appui et Suivi

Le projet aide dans la mise en place des structures anti-érosives sur les parcelles. Les plantules de canne à sucre et d’ananas sont subventionnées à 50% tandis que les plants d’herbes sont distribuées gratuitement; à charge pour le paysans-producteurs bénéficiaires de restituer les plants d’herbes fournis à des voisins. Des fiches sont aussi élaborées pour permettre un suivi informatisé des aménagements réalisés: Fiche d’identification des agriculteurs Fiche d’enregistrement des aménagements Les agriculteurs aussi bien que les Comités de Développement sont sollicités dans le cadre de ce type de suivi. Dans la planification et le suivi proprement dit, les Comités de Développement bénéficient de l’accompagnement des animateurs du Projet. Le suivi des actions mises en oeuvre dans le cadre de l’aménagement et de la conservation du sol se réalise à deux niveaux: Au niveau du projet lui-même par les agronomes et animateurs affectés à ce volet Par les Comités de Développement qui suivent les membres de leur section impliqués; Au niveau des paysans-producteurs qui sont astreints à fournir des renseignements corrects pour remplir les fiches. Avec l’engouement pour les travaux d’aménagement et de conservation de sols, le suivi des activités d’aménagement et de conservation de sols devient de plus en plus lourd et risque, si des stratégies ne sont pas développées, de dépasser les capacités prévues par le Projet.

11.4.2.5

Organisations autour des aménagements et appropriation

Des initiatives mises en place par les paysans producteurs et le niveau de maîtrise des techniques laissent croire que les travaux d’aménagement et de conservation se poursuivront après le départ du Projet. À l’initiative des paysans-producteurs, des organisations spécifiques ont été mises en place pour faire avancer les travaux d’aménagement et de conservation de sols. Un groupe de 30 à 40 agriculteurs s’est mis en place et réalise des travaux de conservation aussi bien sur les parcelles des membres que sur celles de paysans-producteurs intéressés. Aujourd’hui les demandes dans certains quartiers dépassent la capacité des groupes à répondre.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

84

Les producteurs paysans paraissent au fait sur le plan des techniques et capables de les reproduire et aussi de former d’autres paysans dans les techniques de conservation des sols et de l’eau. Même les paysans qui n’ont pas eu l’opportunité de se rendre au Limbé, semblent bien maîtriser les techniques à mettre en oeuvre dans l’aménagement et la conservation des sols. C’est le Projet qui nous a appris à fabriquer et à utiliser le niveau A, à calculer une pente. La majorité des paysans sont devenus des techniciens qui savent fabriquer et manier le niveau A.

11.4.2.6

Remarques

Les paysans-producteurs décrivent comme suit les avantages tirés des travaux de défense et de restauration des sols: L’érosion est significativement réduite voire stoppée Le sol semble être enrichi et produit d’avantage Les haies vives jouent bien leur rôle et rapportent Sur ¼ de carreau de terre un paysan-producteur déclare avoir tiré environ 1.000,00 gourdes de la vente d’herbes et de canne. Néanmoins, il est à regretter que les aménagements soient plutôt dispersés. Certaines parcelles sont complètement isolées sur certains Bassins Versants. Une nouvelle approche est en train d’être élaborée de la Parcelle au Micro Bassin Versant et, enfin, au Bassin Versant. Il serait souhaitable que le Projet puisse échanger avec d’autres projets intervenant dans les domaines de la reforestation et de l’agro-foresterie à travers le pays. Le fait que les aménagements et la conservation des sols fassent partie d’un système intégré ouvrant aux paysans-producteurs preneurs la porte à toute une série d’avantages, peut masquer une réalité qui ne sera mise à nue qu’à la fin des trois ans prévus pour les plans d’aménagement ou lorsque le projet cessera d’intervenir à Marmelade. C’est seulement là que l’impact et la pertinence des stratégies mises en œuvre seront vérifiés.

11.4.3

Production végétale

Les activités du volet de production végétale se concentrent, essentiellement, autour du développement et de l’intensification des cultures maraîchères, de la diffusion de la technique de « miniset » pour la multiplication de l’igname. L’un des objectifs premiers du volet de Production Végétale est une valorisation économique optimale des espaces aménagés. C’est ce qui explique la priorité accordée par l’équipe du Projet aux cultures maraîchères, à l’igname.

11.4.3.1

Cultures maraîchères

Dans le cadre des aménagements, il est également proposé des paquets techniques devant favoriser une valorisation optimale des espaces laissés libres entre les haies vives.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

85

Le chou La culture maraîchère la plus répandue à Marmelade est celle du chou. Cette dernière n’est pas toujours rentable. Aujourd’hui, le projet tente de vulgariser d’autres cultures comme le piment et la fabrication et l’utilisation de compost comme une alternative à la fertilisation minérale. Par le passé, c’était le café la principale culture de rente des paysans-producteurs de Marmelade. Aujourd’hui, les paysans producteurs misent plutôt sur le chou et le haricot pour couvrir leurs dépenses essentielles notamment l’écolage des enfants. La culture du chou est devenue de moins en moins rentable. Les semences coûtent de plus en plus cher; le prix du sachet de quelques grammes est passé de 150,00 Gourdes à 400,00 Gourdes tout récemment. Le prix des engrais a lui aussi considérablement augmenté passant de 200,00 gourdes à 800,00 gourdes dernièrement. De plus, les engrais ne sont pas disponibles et on n’en trouve pas du tout sur le marché. Les rendements du chou pour la saison en cours vont s’en ressentir significativement. Il est prévu, dans le cadre d’associations avec le chou, d’introduire des cultures moins érosives comme le piment, le gombo, la tomate, le giraumont, l’aubergine et le petit pois (« pwa frans »). Les autres cultures maraîchères Des expériences en plein champ ont été réalisées de concert avec des paysansproducteurs sur les cultures maraîchères suivantes: Piment Tomate Chou Gombo (« Kalalou ») Amarante (« Zepina ») Petit pois (« pwa frans ») Les fortes averses enregistrées au cours des derniers mois ont fortement affecté les pépinières des tomates et un nombre très réduit de plantules a pu être sauvé. Les essais réalisés sur le petit pois ont permis avec 1½ godet39 de semences de récolter 2 grosses marmites de 2,5 Kg. Des résultats intéressants ont été obtenus avec le Piment Bouc. La variété de Gombo « spinless » n’a pas bien réussie les résultats sont nettement plus favorables pour la variété locale. On a observé des symptômes de maladies fongiques sur la tomate.
39

Il faut 7 godets pour une grosse marmite soit 2.5 Kg environ.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

86

Igname La formation que nous avons reçue des techniciens du projet sur la question des Minisets notamment nous a permis d’avoir plus d’igname aujourd’hui. Haricot Il a aussi été diffusé dans la région des semences de haricot noir. La variété Arroyo Negro a rencontré un certain succès auprès de certains paysans-producteurs dans quelques zones de Marmelade. Ces derniers ont surtout souligné que c’est une variété à petites graines qui donne un bon rendement. Les avis par rapport à la résistance à la sécheresse restent encore mitigés. Des paysans ont souligné que l’Arroyo Negro semblent mal se comporter vis-à-vis des fortes averses. Les rendements pour le haricot fluctuent d’une saison à l’autre et d’une zone à l’autre. Au dire des paysans, les rendements de la dernière saison ont été particulièrement mauvais.

11.4.3.2

Remarques

Le projet devrait penser à réaliser des essais sur l’outillage ce qui pourrait soulager vraiment les agriculteurs, notamment, les femmes pratiquant le maraîchage. L’introduction de sarcleuses serait à tenter. Le projet devrait se pencher sur des cultures comme le piment bouc, la papaye, l’igname, l’amarante (« zepina ») et le giraumont pour lesquelles des opportunités de marché intéressantes existent aujourd’hui.

11.4.4

Financement Rural

La mise en place de mécanismes de financement rural comprenant la subvention des innovations et le lancement de différentes formes de crédit : tout petit crédit féminin, crédit warranté, crédit « matching grant » ou effet de levier). Le crédit intègre le plan d’aménagement des parcelles des exploitations agricoles qui s’étend sur une durée de trois années. Il est disponible pour tout agriculteur qui initie le plan sur son exploitation. Le Crédit sert à financer l’achat d’animaux comme les caprins et les bovins, la mise en œuvre de campagnes de productions agricoles et l’acquisition de silos métalliques. Le Tout Petit Crédit Féminin est destiné aux femmes les plus démunies. Ce crédit permet d’atteindre des groupes sociaux qui ne sont pas touchés par le crédit réalisé par le biais de la KEKAM40. Pour le choix des femmes devant bénéficier du crédit, chaque section avait dressé la liste de 30 femmes considérées comme les plus démunies de la Communauté. Différentes structures de la Communauté avait dressé leur liste puis on avait effectué des recoupements.

40

La Caisse KEKAM gère contractuellement le fonds de crédit mis à sa disposition des paysansproducteurs par le Projet.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

87

Il devient de plus en plus nécessaire d’envisager la mise en place d’un fonds de régulation devant permettre aux paysans-producteurs d’avoir une meilleure emprise les prix.

11.4.5

Production animale

L’élevage intègre le modèle proposé par le Projet de Marmelade et de ce fait bénéficie, simultanément, d’un appui sous forme de crédit et d’un encadrement de la part du projet. Celui-ci consiste, essentiellement, dans une formation aux éleveurs et dans la formation d’agents vétérinaires. On espère du même coup avoir un impact sur le développement et la production de l’élevage. Le crédit pour l’élevage qui se fait par le biais de la KEKAM. Le Projet a fourni une formation sur l’élevage des cabris et des bœufs. Des techniques pour l’enlèvement des tiques et l’administration de vermifuges ont été montrées dans le cadre de la formation d’agents vétérinaires. On espère ainsi être capable d’obtenir de meilleures performances pour ces types d’élevages.

11.4.6

Base de Données et SIG

Le Programme a mis en place une base de données qui devrait être un outil essentiel du suivi. Les données seront très utiles pour le suivi et l’analyse des actions mises en œuvre. Un jeu de carte de grande qualité a aussi mis en place en étroite collaboration avec les paysans de la Région. En effet, le jeu de cartes ainsi élaboré peut se révéler un bon outil de décision et de planification pour les cadres du projet et les structures collectives mises en place. Il est à souligner une forte participation de la paysannerie dans l’élaboration de ces cartes. Les analyses de labo pour la carte des potentialités sont en cours et cette dernière devrait être disponible très prochainement. Il est important néanmoins de bien faire attention dans la nomenclature des catégories retenues. Vu la complexité du concept de fertilité, il serait préférable de changer le nom de la carte.

11.5 Les autres projets intervenant ou ayant intervenu à Marmelade
11.5.1 La FACN 11.5.1.1 Introduction

La FACN regroupe trois associations qui se composent de 320 groupements de 15 membres environ soit un total de 4800 membres. A marmelade, l’organisation s’est inspirée de la
Version finale 001–- 17 septembre 2003 88

structure prévalant dans les organisations traditionnelles de la zone dénommées les « rampono ».
La FACN est spécialisée dans la préparation et la transformation du café. En 2002, la FACN a exporté 7 containers dont 1 provenait de Marmelade. Les planteurs de Ste Suzanne et de Vallières ont fourni 35 000 livres. Le café est au centre des activités de la FACN à Marmelade où elle gère 7 centres de transformation de café. L’association achète du café de ses membres et des autres paysans-producteurs de la région. A côté des interventions dans la filière Café, la FACN intervient dans les axes stratégiques suivants : 1. Développement de la filière Bambou : Gestion d’une école de bambou Usine de fabrication de meubles en bambou Mise en place de champs de bambou. 2. Développement La filière Fruits et légumes Usine de conditionnement de fruits Distribution de plantules d’arbres fruitiers 3. Appui à l’élevage Élevage de poulets 4. Activités transversales Gestion d’une pépinière centrale (arbres fruitiers, forestiers et plantes ornementales) Fourniture de crédit aux planteurs. Il est envisagé qu’à terme, les activités mises en œuvre à Marmelade soient transférées progressivement aux paysans-producteurs de la région.

11.5.1.2

11.5.1.2.1 La régénération

Interventions dans la filière Café

La FACN travaille essentiellement sur la filière Café. A Marmelade, le Café est confronté à de sérieux problèmes d’attaques de scolytes et de Pourridié qui est un champignon s’attaquant aux racines. Les opérations de régénération ont touché : En 2001 En 2002 800 hectares 674 hectares

La régénération devrait permettre de remettre en état les plantations de Marmelade qui étaient délaissées et aussi de mieux faire face aux problèmes phytosanitaires rencontrés.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

89

La régénération de la caféière de marmelade comprend les étapes suivantes : Taille Contrôle du couvert Mise à distance Lutte phytosanitaire contre la Pourridié et la Scolyte L’entretien : sarclage et fertilisation. Les paysans reçoivent du crédit pour le sarclage (nature) et la fertilisation (nature). Les bénéficiaires ont une année de grâce avant de commencer le remboursement de plus, ils ont la garantie que leur café sera acheté et à un prix intéressant. La fourniture de crédit concerne plus de 2000 planteurs et devrait aider à la régénération caféière. Les autres opérations prévues dans le cadre de la régénération sont subventionnées. Le Programme de lutte intégré contre la Scolyte a été mis en place en 2000-2001 et devrait s’étaler de mai 2001 à avril 2003. Il vise au contrôle de l’insecte par le biais : • De pratiques culturales • De la mise en œuvre de récoltes sanitaires et du traitement de la cerise.

11.5.1.2.2 Les visites dans d’autres zones de production
Dans le cadre des actions mise en œuvre dans la filière Café, 150 planteurs de Marmelade, 40 encadreurs et 3 chefs de zones se sont rendu en visite pendant 2 jours à Thiotte.

11.5.1.2.3 Commercialisation et distribution de ristournes
Quand le Planteur apporte sont café au centre il reçoit une avance. Les derniers prix pratiqués étaient les suivants : Volume Marmite Pilé 5,00 à 8,00 Gourdes Préparation Cerise 10,00 à 14,00 Gourdes

Les ristournes distribuées à Marmelade s’élevaient à 350.000,00 Gourdes en y incluant d’autres primes, le montant s’élevait à 400.000,00 Gourdes.

11.5.1.2.4 Distribution de plantules produites en pépinière
Le nombre de plantules de café produites en pépinière a évolué comme suit au cours des trois dernières années : 2001 600 000 2002 300 000 2003 200 000 La réduction sur le nombre de plantules de caféier produites dans la pépinière de la Fédération vient du fait que la FACN souhaite en assurer un suivi plus serré des plantules

Version finale 001–- 17 septembre 2003

90

distribuées. Les plantules produites seront de la variété « tipica » variété garante de l’arôme que l’on reconnaît au Café haïtien dans le monde. La FACN fournit également des semences aux producteurs-paysans pour l’installation de pépinières de groupements.

11.5.1.3

Développement de la Filière Bambou

Dans la filière Bambou, la FACN produit des plantules. Ces dernières servent à l’établissement de bambouseraies ou sont plantées en bordure des routes, dans les aménagements de ravines. À Marmelade, trois bambouseraies de 5 carreaux de terre ont été mises en place à Trémes, à Bellevue et au centre FACN. Des plantations individuelles sont envisagées sur des parcelles de paysans-producteurs. Le Bambou devient de plus en plus une culture intéressante sur le plan économique. Aujourd’hui, une douzaine de tiges de Bambou de 20 pieds environ se vend 200,00 Gourdes à Marmelade. Une tige de la Variété Makinoï de 15 à 20 pieds s’achète à 50,00 Gourdes au centre de la FACN. À la FACN on travaille sur plusieurs variétés de Bambou qui ont des utilités différentes dans la fabrication des meubles en Bambou.

11.5.1.4 Développement de la Filière Fruits, légumes et autres produits non traditionnels
À côté du Café et du Bambou la FACN s’intéresse aujourd’hui aux agrumes, à l’igname et au giraumont. Actuellement, la transformation ne concerne que les fruits, citrus essentiellement. Les équipements installés dans l’usine peuvent aussi permettre de traiter d’autres produits (fruits et légumes). Des études sont en cours pour compléter la chaîne de conditionnement en vu de permettre la fabrication de jus. Pour cela, la FACN pense développer et diffuser la variété d’orange Valencia. Les capacités installées sont capables quant à présent de traiter toute la production de fruits de toute la région Nord. Une première expérience a été réalisée dans la commercialisation de chadèques qui ont été conditionnées et écoulées sur le marché de Port-au-Prince. Des prospections sont en cours pour trouver un marché dans la région Caraïbe pour les fruits de Marmelade. La FACN cherche aussi d’autres débouchés pour les membres de la Fédération et les autres paysans producteurs de Marmelade. La FACN compte exporter cette année 2 containers d’igname et 10 containers de giraumont. Pour faciliter les paysans-producteurs, la FACN fournit les semences d’igname en procurant aux groupements de l’argent pour l’achat de plants. Le Projet HAP fournit la moitié du montant nécessaire pour l’achat des plants l’autre moitié devant être fournie par les paysans.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

91

La FACN a dépassé les projections et le Programme devrait doubler la production prévue initialement. 116 planteurs sont impliqués dans la production d’igname et 1338 dans celle du giraumont. Le programme ne s’intéresse qu’à l’igname de Guinée. Les planteurs participant au programme se concentrent surtout dans la zone de Bassin. La FACN bénéficie de l’appui de techniciens du HAP dans la mise en place de ce Programme.

11.5.1.5

Remarques

La FACN est perçue à Marmelade comme une organisation qui offre des opportunités notamment pour la commercialisation dans certaines filières tandis que le Projet FAO/ MARNDR est plutôt considéré comme un pourvoyeur de formation. Les paysans-producteurs rencontrés pensent que le Café est en train d’être régénéré à Marmelade notamment par le biais de la reconstitution des caféières. Ils reconnaissent que la FACN réalise un travail intéressant pour faire évoluer la situation. La FACN est ouverte à toute collaboration avec le Projet de Marmelade. Elle veut faire jouer les synergies et éviter le gaspillage des ressources qu’elle estime plutôt rares dans le pays. Il n’est pas question d’investir sur les mêmes sites, dans le même espace à faire la même chose. La collaboration entre les deux projets et programmes serait très utile et devrait conduire à plus d’efficacité. Une expérience a été initiée récemment dans la protection et la restauration des sols. Il est prévu que conjointement les deux projets protègent des sources aménagées (5 à Crête à Pins notamment) et aménagent 50 Km de ravines (notamment à Bauché et Clocher). La FACN parait intéressée à assurer la commercialisation de produits pour les paysansproducteurs impliqués dans le Projet Marmelade. Ceci peut présenter un avantage pour les agriculteurs en leur offrant des débouchés sûrs.

11.5.2 Les autres projet 11.5.2.1 La Caritas
Plusieurs leaders rencontrés ont, par le passé, collaboré avec la Caritas avec laquelle ils ont réalisé des sources et travaillé à l’aménagement de routes. La Caritas a beaucoup aidé dans la construction et l’épanouissement de leur leadership.

11.5.2.2

L’ancien projet du PADF

Le projet PADF a aussi produit et distribué pas mal d’arbres forestiers tel le Cèdre, l’Acacia, le chêne et aussi des fruitiers (des chadéquiers essentiellement). Le projet de la PADF a aussi contribué à la diffusion des techniques de fabrication et d’utilisation du compost.

11.5.2.3

Le projet de la PRODEVA à Ennery

Les paysans ont signalé que la PRODEVA intervenait à Marmelade notamment dans les cultures Maraîchères et le greffage des fruitiers notamment des manguiers. Les interventions de la PRODEVA dans le greffage touchent les zones basses limitrophes de la commune d’Ennery.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

92

La PRODEVA aurait joué un rôle déterminant dans l’introduction des cultures Maraîchères notamment du chou à Marmelade.

11.6 Ancrage institutionnel et Personnel
Les membres du personnel ont paru très motivés par rapport à leur travail. Les Agronomes maîtrisent bien leurs domaines d’intervention respectifs et conscients des enjeux et des défis auxquels a à faire face le projet. Ils sont fortement stimulés par les résultats positifs qui caractérisent le projet quant à présent. Les techniciens ont paru manquer d’assurance et devraient pouvoir bénéficier de formations dans d’autres projets ou à l’extérieur du pays. Les relations entre les membres du staff ont paru harmonieux et reflètent une bonne circulation d’informations. Néanmoins, le personnel du projet se sent insécure sur le plan administratif. Plusieurs sont des contractuels et ne sont pas nommés par le MARNDR. De ce fait même ils se refusent à investir dans leur cadre de vie. Ces cadres vivent dans des conditions difficiles qui peuvent dans le temps avoir un impact sur leurs performances. Il faudrait que les cadres puissent bénéficier de contrats de travail portant sur plus d’une année.

Recommandations
L’évaluation des différentes interventions mises en œuvre dans les programmes du partenariat FAOMARNDR, amènent aux recommandations suivantes: En ce qui concerne les deux programmes, il faudrait : Favoriser un transfert encore plus massif de savoir-faire et de compétences vers la paysannerie dans le cadre de formations planifiées et organisées et d’un suivi strict sur le terrain; Favoriser l’émergence de jeunes agriculteurs qui seraient appelés à assurer un leadership et à jouer un rôle dans l’accompagnement des autres producteurs-paysans; Approfondir le diagnostic des systèmes de production; Préciser et modéliser les paquets techniques proposés, ce qui impliquera une systématisation des mécanismes et stratégies de recherche; Bien évaluer l’impact des innovations et des campagnes agricoles dans le milieu; Se donner les 3 prochaines années pour affiner démarche et approche avant de penser à toute expansion de ces programmes; Renforcer et fiabiliser les équipes de terrain sur les plans administratif et institutionnel. En ce qui a trait au PSSA, il faudrait: Passer rapidement et effectivement la gestion des Périmètres Irrigués aux associations d’usagers ceci tout en assurant un accompagnement rapproché; Faire des choix clairs notamment en ce qui concerne les axes stratégiques d’intervention (même en intégrant les nouvelles activités de diversification) dans chacun des périmètres ceci en fonction des spécificités sur les plans tant social qu’économique et agronomique. Travailler sur les cultures traditionnelles (haricot, maïs) avec une vision filière. Pour ce qui est du programme de Marmelade, il faudrait : Consolider le processus de développement local en faisant mieux connaître et en expliquant à la population les rôles et les responsabilités des différentes structures mises en place. S’assurer de marchés pour les produits diffusés dans le cadre du maraîchage et de l’intensification vivrière.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

93

TROISIEME PARTIE : Stratégies pour un Programme National de Sécurité Alimentaire 12 Situation et perspectives de l’agriculture et de la sécurité alimentaire en Haïti
12.1 Considérations générales
Le pays vit, aujourd’hui, une situation extrêmement difficile et complexe. La mondialisation de l’économie et des échanges semble vouloir induire des transformations profondes dans tous les secteurs de l’économie, notamment dans le secteur agricole. Pour plusieurs, dans un tel contexte mondial, Haïti aurait commencé sa descente aux enfers. Les produits importés ont envahi le marché mettant les producteurs-paysans face à une compétition fort inégale et on ne voit pas de sortie dans le court et le moyen terme. La situation sociale et économique semble se détériorer très rapidement mettant une large partie de la population dans des conditions de vie plus que déplorables. De plus, les ressources naturelles, sujettes à de fortes pressions, s’amenuisent de jour en jour. Jusqu’à présent, il est encore possible de mettre en place des politiques de redressement macro-économiques viables. Les solutions ne sont pas uniquement techniques et impliquent des choix politiques clairs ceci le plus tôt possible. Des perspectives positives ne peuvent s’envisager en dehors d’une volonté affirmée de mettre en place une véritable machine nationale de production. Des expériences récentes ainsi que des étapes tangibles qui ont pu être franchies démontrent clairement que ceci est effectivement possible dans certains sous-secteurs et pour certaines activités et types de production bien ciblés. Il n’est plus possible de réfléchir sur le long terme sans prendre en compte la dynamique de la population (dimensions démographique et migratoire), la protection de l’environnement et le cadre juridico-légal (codification, législation, respect des lois). Il faudra aussi penser à résoudre des problèmes structurels notamment les problèmes fonciers, la mise en place d’infrastructures (voies de communication, marchés). Ce sont là des défis importants à relever et qui vont demander la mise en œuvre de moyens importants mais qui, cependant, sont indispensables si l’on veut que toute initiative de développement soit viable et s’inscrive dans la continuité. Pour cela, les intérêts des paysans-producteurs doivent primer et être placés en première ligne; la pratique de l’agriculture doit rapporter suffisamment aux agriculteurs pour leur permettre de vivre, de faire vivre leur famille et d’améliorer sensiblement et durablement leurs conditions de vie. Sinon, la migration vers les villes risque de s’intensifier, la densification urbaine entraînant la bidonvilisation et, parallèlement, la fragilisation de l’environnement. L’agriculture haïtienne semble prendre un nouveau tournant interpellant les producteurspaysans, leurs organisations et tout particulièrement les agro-professionnels engagés dans le développement agricole et rural.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

94

12.2 Les tendances d’évolution
La disponibilité alimentaire est instable et présente un déficit structurel chronique qui se situe autour de 170000 TEC41 annuellement. La production agricole qui couvre aujourd’hui pas plus de 50% des besoins alimentaires nationaux42 et présente un taux de croissance tournant autour de 1.4% l’an43, est insuffisante et n’arrive pas à satisfaire les besoins d’une population qui croit rapidement (1,8% par an). Il faudrait 87 kilos de féculent et 10 kilos de viande par habitant et par an alors que le pays produit à l’heure actuelle seulement 46 kilos de féculent et plus ou moins 5,6 kilos de viande par tête d’habitant par an (UNOPS/PNUD)44. Il faut aussi souligner que, compte tenu du niveau de pauvreté de la population (80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté), la majorité de la population n’a qu’un accès limité aux aliments de base. Les groupes les plus vulnérables attribuent une proportion importante de leurs faibles revenus aux dépenses alimentaires (l’ouvrier à Port-au-Prince consacre 72% de ses revenus aux dépenses alimentaires en 2003)45. L’un des moyens les plus sûrs d’arriver à une amélioration durable de la Sécurité Alimentaire est l’augmentation soutenable de la production agricole ce qui impliquera nécessairement des investissements importants dans ce secteur et un accompagnement des producteurs-paysans et de leurs organisations. On se rappellera que 60% de la maind’œuvre active vit de l’Agriculture et que cette dernière contribue pour 30% au PIB. Plusieurs facteurs, tant structurels que conjoncturels, expliquent que la production agricole stagne depuis plusieurs années dans le pays.

12.3 Les risques et les contraintes
Ils sont de différents ordres et peuvent se regrouper comme suit :

12.3.1

Liés au milieu naturel

Le climat au niveau mondial évolue et, des phénomènes mondiaux (Changement Climatique, El Niño) le rendent de plus en plus imprévisible tout en ayant un impact important sur les productions agricoles. Les catastrophes naturelles semblent se produire à un rythme plus accéléré entraînant des pertes considérables et la destruction d’infrastructures, notamment, de systèmes d’irrigation. La grave crise environnementale que connaît le pays amplifie l’impact des inondations et des sécheresses. Les agricultures des différents microclimats pâtissent d’une telle situation et les producteurs-paysans décapitalisent encore davantage. Des ressources financières importantes pouvant servir au développement de l’Agriculture sont utilisées pour reconstruire des capacités productives
41 42

Tonne Équivalent Céréale Le déficit étant comblé par les importations commerciales et l’aide alimentaire. On notera que les importations alimentaires ont explosé en valeur passant de 84 millions de dollars américains en 1985 à 275 millions en 1999. 43 Henry A., 2001; Situation de l’Agriculture Haïtienne. Impacts sur le milieu rural et l’économie nationale . Perspectives in Les Actes du Colloque sur la Promotion de l’Agriculture Durable en Haïti – 27 au 29 juin 2001 Plate-Forme d’Agriculture Durable (PAD). 44 Plate-Forme Nationale de Sécurité Alimentaire (PFNSA); Prise de position face à l’insécurité alimentaire en Haïti - Journée Mondiale de l’Alimentation, octobre 2002. 45 Bulletin de Conjoncture CNSA, No. 2, avril 2003 – Coordination Nationale de Sécurité Alimentaire

Version finale 001–- 17 septembre 2003

95

détruites lors de catastrophes naturelles. Les principaux risques naturels qui frappent Haïti sont les suivants : cyclones, inondations et crues torrentielles, sécheresses46. Les cyclones affectent principalement les Départements suivants : Sud, Grande-Anse, Sud-Est, Ouest, Nord, Nord-Ouest, Nord-Est. De tels phénomènes sont d’autant plus catastrophiques qu’ils ont comme conséquences directes des inondations, glissements de terrain, raz de marée, et indirectes des épidémies (malaria, typhoïde, dysenterie, grippe/ dengue, charbon), des pertes de bétail et de cultures et destructions d’infrastructures et d’habitations. Ces évènements constituent les catastrophes d’origine naturelle les plus meurtrières des 30 dernières années en Haïti : il y a eu en effet au moins 11 524 morts, plus de 2.000.000 sinistrés et d’importants dommages économiques. 4 millions de personnes sont régulièrement sous la menace de cyclones en Haïti. Haïti est régulièrement frappé, tous les deux à trois ans, par des cyclones, tempêtes ou dépressions tropicales. Durant le 20ème siècle, le pays a été touché par 34 tempêtes, coups de vent, bourrasques, tornades, orages, cyclones ou ouragans. Environ 80 % d’entre eux ont eu lieu après 1954 et 44 % de ceux-ci ont été enregistrés au cours des années 90. Les départements les plus affectés par les inondations et les crues torrentielles sont : l'Ouest, l'Artibonite, le Sud, le Nord-Ouest, le Nord, le Sud-Est. Les inondations et les crues violentes peuvent causer des pertes en vies humaines et des dégâts énormes, la dégradation du milieu physique, la destruction de maisons, l'ensablement et la destruction de plantations et d'infrastructures agricoles, la perte de têtes de bétail, la perte de marchandises et de biens familiaux. Les inondations sont devenues de plus en plus fréquentes. On recense une inondation en moyenne par année et par Département. Au cours des 50 dernières années, la centaine de ces phénomènes répertoriée a causé plus d’un millier de morts. Lors des inondations liées aux cyclones, au moins 30 % des victimes sont mortes noyées. Les inondations provoquent une décapitalisation progressive des unités de production (les exploitations agricoles en particulier), la ruine de petits commerçants et de petites entreprises, la rupture et la détérioration des services, le déclenchement d'épidémies (malaria, choléra, typhoïde, dysenterie, grippe/ dengue, charbon). Par Département, on enregistre une à deux inondations en moyenne par année. Les Départements les plus affectés par les sécheresses sont les suivants : Nord-Ouest, Nord-Est, Nord, Sud. Les dégâts causés par la sécheresse sont les suivants : Affectation des rendements et pertes de récoltes, Famines, Réduction du débit des rivières, Baisse du niveau des lacs artificiels (Péligre), Rationnement du courant électrique, dessèchement et disparition d’arbres. En plus de ces conséquences directes, la sécheresse est un phénomène déstructurant sur le plan social. En effet, elle entraîne des migrations massives et augmente les pressions sur les ressources, ce qui crée un déséquilibre au niveau des rapports sociaux. Les catégories les plus vulnérables (femmes, vieillards et enfants) sont les plus touchées : les pères de famille sont les premiers à partir. Les familles deviennent monoparentales (mères seules) et peu productives. Les populations puisent dans leurs ressources et s’aidant de l’appui des transferts des membres de leur famille vivant à l’étranger, mettent en place des stratégies de survie complexes qui malheureusement entraînent des effets pervers relativement graves (Tableau ). Tableau
46

.- SÉCHERESSE : MÉCANISMES DE SURVIE ET EFFETS PERVERS

Mathieu P., Constant J.A. et al. - Cartes et étude de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti, OXFAM

Version finale 001–- 17 septembre 2003

96

MÉCANISMES DE SURVIE Migrations (principalement hommes et jeunes) Les femmes assument tous les rôles

Travail des enfants Vente d’animaux Augmentation de la production de charbon de bois On se retrouve dans un cercle vicieux avec pour corollaire une augmentation de la vulnérabilité, des conflits sociaux et de la pauvreté tant au niveau familial que des communautés. Les sécheresses majeures affectant une grande partie du territoire et de la population se produisent tous les 5 à 7 ans. Les zones arides du pays occupent plus de la moitié du territoire. De 1968 à nos jours (2000), 10 sécheresses majeures ont été enregistrées et plus de 1.5 millions de personnes à travers le pays ont probablement été affectées par ce phénomène (il est curieux de constater qu’aucun cas de mortalité n’a été relevé dans les bases de données consultées).

EFFETS PERVERS Déstructuration familiale et sociale, féminisation de la pauvreté, disponibilité réduite en Main d’œuvre, urbanisation de la pauvreté Surcharge de travail pour les femmes, pas de moyens de mobiliser de la Maind’œuvre, Déperdition scolaire Réduction de l’épargne Destruction de l’environnement

12.3.2

Liés à la dégradation de l’environnement

Le déboisement pour satisfaire les besoins énergétiques de la population et permettre aux familles paysannes de faire face à leurs dépenses les plus urgentes associé à la surexploitation des sols et des pratiques culturales minières ont conduit à une érosion spectaculaire des sols des mornes réduisant du coup les superficies cultivables et amplifiant l’impact des inondations et des crues torrentielles. . Les pertes en sol arable sont estimées à 1600 TM de sol ha/an environ, ce qui est catastrophique en comparaison aux pertes (entre 0.1 et 1 TM/ha/an) enregistrées sous les climats comparables à Haïti dans des écosystèmes en équilibre47. De plus, il faut souligner que la couverture forestière d’Haïti n’est plus que de 1.3%48 et 25 des 30 principaux bassins versants du pays sont complètement dégradés. 80% de la superficie totale du pays sont livrées à l’Agriculture itinérante alors que l’espace cultivable d’après les recommandations de la FAO devrait se limiter à 35%. Parallèlement, les mouvements migratoires vers les villes font qu’infrastructures et services sociaux ne peuvent plus répondre aux besoins des populations jetant du coup ces dernières dans des conditions de vie très difficiles : pas de système d’eau potable49, pas de drainage des eaux usées50, pas d’évacuation appropriée des excrétas51. De plus, les
47 48

Plan d’Action environnementale (PAE), 1999 - Ministère de l’Environnement d’Haïti Dont les réserves de Macaya et du parc La Visite qui se situe justement dans la zone frontalière. 49 La proportion des ménages ayant accès à l’eau courante ou à un puits serait passée de 15.5% à 10% en 1999. 50 Aucune des villes d’Haïti n’est dotée d’un système centralisé de traitement des eaux usées: ménages, industries, agriculture (PAE, 1999) 51 A peine 25% de la population a accès à des installations sanitaires d’évacuation des excréments, construite principalement dans les zones urbaines; la “latrinisation” en milieu urbain est de 43% tandis qu’elle n’atteint que 16% en milieu rural (MDE, 1998)

Version finale 001–- 17 septembre 2003

97

villes exercent une pression importante sur les ressources situées dans leur périphérie immédiate. Les groupes les plus vulnérables de la population52 sont les plus touchés et pâtissent davantage d’une telle situation. La crise environnementale que connaît le pays est sans précédent et toute action de développement visant, en particulier, à l’augmentation de la production agricole doit tenir compte des enjeux et des défis liés à l’environnement.

12.3.3

Liés aux conditions socio-économiques de la production
Une agriculture en pleine mutation Ponctionnées de toutes parts, les familles paysannes qui sont les tenants de la production agricole en Haïti, ont difficilement mis en place des systèmes de production et de culture qui, après avoir satisfait les besoins de la population et minés les ressources, aujourd’hui, s’effondrent tout en se reconstruisant autour de nouveaux repères dont l’impérieuse nécessité de refaire ou tout au moins préserver l’environnement ceci, dans un contexte de mondialisation de l’économie et des marchés. La situation prévalant dans le secteur agricole est d’autant plus complexe que l’agriculture et les exploitations agricoles sont en pleine mutation. Celle-ci tout autant que celles-là sont tenaillées entre les enjeux et les défis de la mondialisation et une reprise des structures de production par une nouvelle génération de jeunes agriculteurs plus éduqués, ayant de nouvelles exigences pour leur système de production et cherchant à tirer plus de revenus.

Les familles paysannes, dont le nombre aujourd’hui est estimé à plus de 700000, vivent dans des conditions très difficiles et sont, pour la grande majorité, en train de décapitaliser. Les producteurspaysans n’ont pas vraiment accès aux ressources productives et ont donc du mal à maîtriser les facteurs de production et à faire face aux contraintes de l’environnement. En effet, les producteurs-paysans haïtiens travaillent des superficies très limitées53, très peu bénéficient de l’irrigation ou de l’eau pour l’arrosage54, ils n’ont, pour la plupart, accès qu’au crédit usuraire55, ne disposent pas d’intrants et d’outils adéquats56 et, enfin, ont d’énormes difficultés à amener leur production sur les marchés dans de bonnes conditions57.

Les petits producteurs-paysans, les ouvriers, les petits employés et domestiques, les chômeurs, les petites commerçantes et les femmes pauvres chefs de ménage. 53 La pression foncière est très forte dans les zones rurales en Haïti: 0.2 ha par habitant donc moins de 0.11 ha de terre cultivable par habitant. En 1995 la taille moyenne des Exploitations Agricoles dans le Sud avoisinait 1.57 ha dont 1.02 uniquement étaient cultivés. On remarque également que dans les plaines irriguées bien dotées en ressources hydro-agricoles, les densités de population sont très élevées et avoisinent les 1000 habitants au Km² 54 Sur les 200000 hectares potentiellement irrigables du pays (sur les 1.4 millions cultivables), uniquement 35 à 50000 sont effectivement irrigués et dans des conditions difficiles. 55 En dépit d’efforts pour augmenter les disponibilités (40% en plus par rapport à 82/83 en 1996) le pourcentage des agriculteurs touchés reste faible et les taux demeurent encore élevés (certains atteignant 240% l’an). 56 Le prix des intrants agricoles n’ont cessé d’augmenter; le prix des outils de base et des pesticides a connu une augmentation variant de 12 à 100% suivant le produit ou l’outil considéré. 57 En dépit d’efforts pour la plupart isolés, Les infrastructures routières se sont grandement détériorées avec des conséquences désastreuses pour les producteurs agricoles en ce qui à trait à leurs possibilités d’écouler leurs produits à des prix décents.

52

Version finale 001–- 17 septembre 2003

98

12.3.4 Liés aux politiques macro économiques et aux carences de gouvernance de l’État
Les frontières sont ouvertes aux produits importés58 qui font une sévère concurrence aux produits agricoles locaux. Les politiques macro-économiques ont toujours été en faveur des consommateurs urbains pénalisant les producteurs-paysans. « La libéralisation de l’économie qui a démarré timidement à la fin des années 70, s’est accélérée à partir de 1987 avec la suppression des barrières non tarifaires à l’importation et la quasisuppression des tarifs douaniers en 1995…. Pour les produits vivriers, cette baisse a été d’une très grande ampleur certains produits de base tels que le riz, le sucre, la farine et le pois sont passés des droits de douane de 50 à 3 et 0% ; le maïs est passé d’un tarif de 50 à 15%, les viandes de 40 à 5 et 0% ». (IRAM/ Group Croissance, 1998)59. De telles mesures n’ont pas eu d’impact sur le pouvoir d’achat des consommateurs. Cependant, de 1991 à 1996, les prix, en termes réels, aux producteurs ont baissé pour certaines céréales de près de 30 à 26% respectivement pour le maïs et le riz (CNSA, 1996). L’ouverture du marché a été particulièrement pénalisante pour les producteurs de riz ; en 10 ans (de 1985 à 1995), la production de riz est passée de 124000 à 88000 TM de riz blanc selon la BRH et l’IHSI (cité par AGRICORP/IRAM, 1997). De plus, les Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) amènent les gouvernants à réduire leurs dépenses dans le domaine social et à favoriser les investissements productifs à court terme, les agents financiers du secteur formel donnant la priorité aux activités commerciales spéculatives plutôt qu’à l’agriculture. Les PAS ont généré un processus de contraction des dépenses dans les domaines des services de base en santé, en éducation et dans le bien-être social affectant principalement les couches les plus pauvres. En 20002001, on note une réduction de 50% des dépenses consacrées à la Santé par rapport aux budgets antérieurs. Les grands programmes de l’État en faveur du milieu rural60 sont pour la plupart suspendus et/ou ne répondent pas aux besoins des producteurs-paysans. Les PAS ont eu un impact important notamment sur les prix et la cherté de la vie ; les investissements publics en particulier ; l’augmentation du chômage ; la baisse du salaire réel et, enfin, sur l’Agriculture accélérant son déclin. L’État a aussi beaucoup de mal à se repositionner dans ses nouveaux rôles de régulation et de coordination stratégique. Tout en ne remplissant presque plus ses fonctions de service et d’accompagnement, les politiques ne sont pas définies et celles qui l’ont été ne sont pas mises en œuvre. Tout se complique davantage à cause de la corruption et du clientélisme politique, notamment, qui sévit au sein de l’administration publique et des institutions de l’État.

12.4 Réponses des organisations de la société civile et des agroprofessionnels
Les Organisations de la société civile se sont, avec leurs maigres moyens dont ils disposent, lancées dans l’augmentation de la production agricole. Il faut souligner à ce
58 59

Taux de taxation de 3% en moyenne parmi les plus sinon le plus faible de la région. Saint Dic R., Stratégie de développement Agricole – Horizon 2010; Organisation Mondiale pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) 60 Réforme agraire, Décentralisation, Réforme administrative notamment

Version finale 001–- 17 septembre 2003

99

niveau l’engagement des organisations suivantes : les organisations de producteurspaysans, des ONGs et dans une moindre mesure des organisations professionnelles61. Les organisations de la société civile sont, aujourd’hui en plein re-questionnement et mutation face à des référents qui évoluent très vite62. Les organisations qui ont pu se réorienter et ont adapté leurs structures à leurs nouvelles stratégies sont sans aucun doute celles qui ont su réévaluer leurs actions et se sont professionnalisées.

12.4.1

Organisations paysannes

Les organisations de base et paysannes se caractérisent par leur jeunesse : Plus de 75% d’entre elles ont été créées après 1986 et 60%, après 1990. Les organisations paysannes sont généralement dynamiques. Au niveau de la plupart des sections communales du pays, on retrouve des noyaux importants de paysans bien formés, conscients des mécanismes de développement et relativement bien informés du contexte politique et économique, de leur environnement et de la place que les organisations devraient jouer dans tout processus de développement. Plusieurs se sont professionnalisées et spécialisées, certaines en s’impliquant dans des filières63. Les organisations paysannes prennent aujourd’hui de plus en plus de responsabilités dans l’organisation de la production en amont et en aval et, aussi, dans la gestion de structures et d’équipements collectifs. On note une tendance à la spécialisation et, dans le cadre d’un leadership renouvelé, les organisations de producteurs-paysans s’engagent sous des formes contractuelles. Certaines de ces organisations montrent des carences dans la gestion et dans la mise en œuvre des projets qui leur sont confiés et on note que l’apprentissage des pratiques démocratiques s’avère lent et difficile. Toutes les actions entreprises avec les organisations de producteurs doivent nécessairement contribuer à renforcer les capacités de négociation et de plaidoirie de ces dernières Il y aurait tout un processus d’accompagnement à mettre en place et des exemples témoignent qu’il peut se révéler payant.

12.4.2

Organisations Non Gouvernementales (ONGs)

Les ONGs jouent un rôle de plus en plus important dans l’accompagnement des producteurs-paysans et de leurs organisations surtout qu’un retrait est observé de la part des institutions de l’État à ce niveau. Certaines ONGs ont même développé une expertise dans l’accompagnement et dans l’ingénierie sociale. Elles interviennent dans des domaines variés liés directement et indirectement à la production agricole et leurs interventions visent généralement à l’amélioration des conditions de vie de leurs partenaires. Elles servent de plus en plus d’interface entre les organisations de producteurs-paysans et les agents commerciaux intéressés à la valorisation, à l’exportation et à la transformation de produits agricoles, elles s’engagent aussi auprès d’organisations de Producteurs-paysans dans les négociations avec l’État. Ces nouvelles responsabilités exigent de nouvelles compétences dont ne disposent pas nécessairement les ONGs actuellement. On note également le souci de la part des ONGs d’intégrer des

61

Celles-ci pourraient, de concert avec les Centres Universitaires, jouer un rôle important dans les recherches nécessaires à garantir tout processus de développement durable. 62 notamment en ce qui à trait aux difficultés et aux nouvelles exigences des financeurs. 63 Café, Cacao, fruits notamment.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

100

thématiques comme la Gestion des Risques et des Désastres ainsi que l’Agriculture Durable dans la planification et la mise en œuvre de leurs programmes. Il faut aussi souligner la mise en place de plates-formes et de regroupements d’organisations de la Société Civile notamment dans les domaines de la Sécurité Alimentaire64 et de l’agriculture durable65, le Commerce Équitable66 et du Tourisme Alternatif67. Ces dernières se livrent à un travail intéressant dans la plaidoirie qui vise à la prise en compte des groupes sociaux marginalisés et des producteurs-paysans dans les politiques, programmes et projets de développement rural, de Sécurité Alimentaire, de tourisme alternatif et écologique et de lutte contre la pauvreté.

12.4.3

Agro-professionnels

Dans un tel contexte, le rôle des agro-professionnels est à repenser profondément. Il est essentiel que les agro-professionnels dépassent le rôle de simples accompagnateurs pour devenir de véritables acteurs manipulant également des instruments et des clés susceptibles d’amener à un changement du milieu tout en tirant des profits raisonnables ceci bien entendu toujours en partenariat avec les producteurs-paysans. Les Agro-professionnels, tout en s’engageant en tant que citoyens, devraient pouvoir devenir de véritables producteurs de richesses et des entrepreneurs en synergie et en association avec les producteurs-paysans. Les positions et postes occupés par les agro-professionnels expérimentés se résument à ceux de fonctionnaire de service public, d’employé d’ONG ou d’organisation ou d’agence internationale et, plus rarement, d’entrepreneur privé ; En somme, on s’implique peu et on laisse le petit producteur-paysan prendre tous les risques et se casser les dents. La Conjoncture actuelle exige davantage d’implication. Il y a un besoin et de la place pour un nouvel entrepreneur en symbiose et en harmonie avec la nouvelle dynamique d’évolution de l’agriculture haïtienne et aussi avec les producteurs-paysans. Il faut donc que les agro-professionnels s’impliquent davantage tout en s’engageant à travailler en étroite collaboration avec les producteurs-paysans. Il faudra rechercher une certaine complémentarité dans le cadre de filières rentables et présentant encore des potentialités. Ceci va nécessiter des investissements notamment dans la formation de nouveaux cadres mais aussi pour le montage de filières rentables et maîtrisées. Le développement de ces nouvelles initiatives devrait se faire dans le cadre de réseaux et de regroupements vu qu’à terme il serait souhaitable que cela soit les acteurs impliqués dans les secteurs porteurs et les expériences positives qui soient les piliers de la politique agricole nationale et qui puissent garantir que les orientations données seront effectivement suivies.

64 65

Plate-Forme Nationale de Sécurité Alimentaire (PFNSA) Plate-Forme d’Agriculture Durable (PAD) 66 FACN, RECOCARNO dans la filière Café 67 Destination Djondjon

Version finale 001–- 17 septembre 2003

101

13 Éléments pour la mise en place d’un Programme National de Sécurité Alimentaire
Les éléments clés et déterminants pour la réussite d’un programme ou d’un projet de plus grande envergure portant sur la Sécurité Alimentaire sont les suivants :

13.1 Une approche centrée sur le paysan et les besoins des EA
L’approche qui sera retenue devra faire des producteurs-paysans une préoccupation majeure. Les besoins des Exploitations Agricoles devront constamment être réévalués et intégrés dans les plans et les programmes de développement rural. Un diagnostic participatif est plus que souhaitable mais il est fortement conseillé que celui-ci soit parallèlement accompagné d’enquêtes et de recherches sur le terrain. L’approche devra permettre le renforcement des acquis et des savoir-faire paysans. Aussi, les visites et les échanges entre paysans de différentes régions seraient-elles à privilégier. Elles sont essentielles pour permettre aux producteurs-paysans de se forger de nouvelles références ce qui est indispensable pour s’engager résolument dans un processus durable de développement. Les animateurs, les accompagnateurs seraient là non seulement pour faciliter la structuration des réflexions et des discussions et permettre que celles-ci débouchent sur des plans et programmes réalistes et porteurs mais aussi pour apporter des informations (techniques et autres) et faire bénéficier de leur expérience (amener le cas échéant d’autres références).

13.2 Des initiatives s’appuyant sur les organisations des principaux acteurs du secteur, les producteurs-paysans.
Les initiatives devraient s’appuyer sur les organisations de producteurs-paysans. Elles devraient encourager la professionnalisation – spécialisation des organisations paysannes existantes. Sans vouloir occulter le rôle et le droit de ces organisations à porter les besoins et les revendications des paysans, il faudra qu’elles s’engagent dans des actions concrètes de développement rural. On veillera, au départ, à s’engager avec ces dernières dans un processus de responsabilisation progressive favorisant à terme une totale autonomisation. Dans ce cadre-là, des transferts de compétences sont indispensables tant sur le plan technique que dans le domaine de la gestion. Il est aussi souhaitable que se développent des relations contractuelles entre ses organisations paysannes et les institutions de développement tant privées que publiques. Les promoteurs d’initiatives devraient aussi s’assurer que ces organisations fonctionnent démocratiquement afin de garantir un maximum de transparence surtout en ce qui a trait aux ressources financières. Les responsables doivent se sentir redevables vis à vis des membres des organisations. Les organisations paysannes existantes devraient être évaluées avant de s’engager dans des relations formelles avec elles. Il est à souligner qu’à travers le pays, les organisations paysannes sont de plus en plus disposés dans le cadre de leaderships renouvelés à entrer dans des partenariats responsables tant avec les institutions privées que les institutions publiques. Il faudra néanmoins fixer des codes de conduite clairs et exiger une gestion transparente.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

102

13.3 Une approche intégrant filières et marchés
La prise en compte des marchés est indispensable et doit se faire à tous les niveaux prenant en compte les besoins, les exigences et les opportunités. Il est essentiel dans le lancement des filières de faire choix de celles qui sont le plus facilement maîtrisables et de celles offrant un maximum d’avantages aux producteurs-paysans. En ce sens des prospections sont nécessaires pour déceler les nouvelles opportunités et s’informer des nouvelles technologies développées. Tout ceci ne sera pas possible sans un minimum de mobilisation de ressources et de moyens et de subventions tout au moins sur des cultures porteuses et stratégiques. Il faut prendre en compte les transferts technologiques qui seront nécessaires tant au niveau de la production que du conditionnement et de la transformation. Il faudra mettre en place des systèmes permettant d’informer régulièrement les producteurs-paysans notamment sur les prix pratiqués sur les grands marchés et aux portes des usines d’exportation. Il faut veiller à renforcer les capacités de gestion et de négociation des producteurs-paysans. De nouvelles compétences sont donc à développer non seulement au niveau des organisations paysannes mais également au niveau de la formation des cadres et des techniciens. En effet, il est indispensable que la formation des agro-professionnels intègre le concept de marché et que des spécialistes soient formés aux techniques de conditionnement et de transformation agroalimentaires. Le transfert de technologie vers la paysannerie en matière de transformation de produits agricoles doit être renforcé et intensifié. La mise en place sur le terrain d’équipes techniques pluridisciplinaire intégrant notamment des spécialistes en développement de PME et en marketing est fortement conseillée.

13.4 Priorisation des régions à fort potentiel
Faute notamment de moyens, il faudra nécessairement faire des choix. Donc, dans un premier temps et sans négliger les autres écosystèmes du pays, il serait préférable de prioriser les zones à fort potentiel tant sur le plan des ressources naturelles (zones irriguées et irrigables et aussi les montagnes humides) que sur le plan humain (zone ou des organisations de producteurs-paysans sérieuses sont présentes et ont déjà fait leurs preuves). Tous les programmes, projets et interventions qui seront mis en œuvre doivent rechercher une valorisation optimale et durable des ressources naturelles et travailler à la préservation et à la protection de l’environnement.

13.5 Des modèles de valorisation du milieu et/ou des paquets technologiques performants
Les modèles et les paquets technologiques doivent être adaptés aux systèmes de production et au potentiel de la zone d’intervention. Ceci implique que des travaux de recherche soient entrepris, notamment, pour s’assurer que modèles et paquets intègrent bien les systèmes de production et les conditions écologiques de la zone d’application. Trop souvent et malheureusement, nombre de modèles et paquets sont importés sans aucune adaptation compromettant du coup leurs chances de réussite. Les modèles de valorisation du milieu et les paquets technologiques doivent aussi, toutes les fois que cela sera possible. Être capables d’augmenter sensiblement et rapidement les

Version finale 001–- 17 septembre 2003

103

revenus des agriculteurs. Ceci demeure, incontestablement, l’un des atouts majeurs de leur adoption et de leur appropriation.

13.6 Une option claire pour le développement de la communauté dans son ensemble
La démarche doit permettre qu’une initiative mise en œuvre au niveau d’une localité, d’une communauté rurale soit partie prenante du développement national. Le développement de la communauté doit être compris comme un tout ; les initiatives de développement agricole et/ou rural devraient s’inscrire dans une perspective de développement local. En ce sens, tous les acteurs de la communauté devraient y être impliqués : associationsorganisations de producteurs-paysans, société civile, élus locaux, services déconcentrés de l’État. Il est pour cela nécessaire de mettre en place des forums, des espaces permettant aux organisations et associations de se concerter, notamment, sur les voies et moyens pour l’amélioration de la situation actuelle et aussi sur les stratégies de construction de l’avenir. Ceci devrait se faire à tous les niveaux même dans les petites localités.

13.7 Un accompagnement technique de qualité mis en œuvre par des techniciens compétents et disponibles
Les problèmes complexes auxquels est confrontée l’agriculture haïtienne ainsi que les nombreux défis auxquels a à faire face cette dernière nécessite un encadrement technique pointu et de haut niveau. Ceci est d’autant plus crucial quand on s’engage dans une approche de filière. Mis à part la nécessité d’une formation plus poussée et plus spécialisée des cadres et des techniciens, la mise en place d’équipes pluridisciplinaires est plus que souhaitable. Programmes et projets auraient intérêt à s’assurer que les services d’encadrement seront effectivement disponibles sur le terrain et surtout accessibles pour les producteurspaysans. Compte tenu de la faible couverture que l’État est en mesure d’offrir actuellement, il faudrait s’engager dans des accords avec des institutions de promotion et d’accompagnement, notamment, des ONGs et des fédérations d’organisations de producteurs-paysans. Un transfert massif de savoir-faire et de technologies vers les producteurs-paysans est à encourager. Des expériences concluantes sont à souligner dans le domaine du greffage et de la production de semences. Il est aussi à envisager la formation systématique de cadres techniques paysans. Ceci s’est révélé intéressant dans des domaines comme les soins de santé animale et dans la conservation de sols.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

104

13.8 Recherche d’une synergie et d’une harmonisation maximale sur le plan institutionnel
Il est indispensable de trouver au plus tôt des synergies et une harmonisation maximale sur le plan institutionnel. En ce qui à trait à l’État, l’harmonisation des politiques macro est, dans le contexte national et international actuel, plus que nécessaire. Il faut veiller à ce que les politiques, programmes et projets ne pénalisent les producteurs-paysans. Si l’État voulait se cantonner dans un rôle stratégique impliquant régulation et contrôle, il est essentiel que les politiques et stratégies cohérentes soient développées et mises en œuvre. L’État gagnerait à ce que ces dernières soient largement connues de la population et visent dans leurs mises en œuvre à l’intégration et à la concertation entre les différents acteurs impliqués dans le secteur. Il est recommandé que les acteurs de la société impliqués dans des programmes de développement agricole et/ou rural s’organisent en plates-formes pour échanger, se concerter et rechercher plus de synergies. Tous les efforts en ce sens de la part de la société, autour de thématiques comme l’Agriculture Durable, la Sécurité Alimentaire, l’accès aux marchés équitables et la Lutte contre la Pauvreté et l’exclusion mériteraient d’être supportés. Des accords responsables sont aussi à mettre en place entre les institutions et organisations de la Société. Ceci est d’autant plus à encourager quand les acteurs se retrouvent à intervenir dans la même aire géographique. Des ponts devraient rapidement être jetés entre institutions et organisations de la Société et l’État. Des initiatives en cours notamment dans la gestion des PPI et dans la mise en place de Commissions mixtes et d’Offices cogérés sont à approfondir et, si cela s’avère concluant, à reproduire.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

105

14 Annexes
14.1 Grille d’enquête personnes ressources
GRILLE D’ENQUETE PERSONNES RESSOURCES 1. Projets et interventions : « success stories » Généralités Identification de trois (3) projets ou interventions dans le développement rural qui ont été des succès et dont les paysans et exploitations agricoles de la région continuent à bénéficier des retombées. Période à laquelle se sont déroulés ces projets et interventions. Raisons et facteurs déterminants du succès Raisons déterminantes pouvant expliquer le succès, la interventions. réussite de ces projets ou

Éléments extérieurs au projet ou à l’intervention, liés notamment à la conjoncture de l’époque pouvant expliquer le succès rencontré par ces projets (contexte de l’intervention ou de déroulement du projet ou de l’intervention. Facteurs de succès de ces projets et interventions : l’approche, la stratégie mise en place et/ou les modèles de valorisation introduits et proposés dans le cadre du projet ou de l’intervention. Points communs et spécificités de ces Projets ou interventions. Analyse du choix des zones et des régions d’intervention : critères, analyse des opportunités. Connaissance des systèmes agraires et de production comme élément de la réussite du Projet ou de l’intervention Acteurs et structures organisationnelles Acteurs impliqués dans la mise en œuvre et la réalisation du Projet ou de l’intervention : niveau institutionnel, l’équipe (sa composition, les spécialistes impliqués), niveau organisations locales et communautés. Éléments de la Structure organisationnelle ayant pu expliquer le succès du Projet ou de l’intervention. Appréciation de la participation des producteurs, des exploitants agricoles, des organisations de base et de la communauté dans la réussite du Projet.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

106

Appropriation, durabilité Reprise par les producteurs et les communautés des activités mises en œuvre lors de ces interventions et de ces projets. Mécanismes individuels et mécanismes collectifs. Impacts Relevé des principaux impacts laissés dans le cadre des projets et des interventions Lesquels sont les plus déterminants pour expliquer le succès des projets et interventions et l’appropriation par les producteurs et les paysans (sur les plans économique, social, organisationnels) 2. Perspectives du développement rural en Haïti aujourd’hui Perspectives l’évolution des exploitations agricoles haïtiennes dans le court, le moyen et le long terme. Éléments stratégiques clés dans la réussite de projets et d’interventions dans le développement rural aujourd’hui en Haïti.

Version finale 001–- 17 septembre 2003

107

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->