Vous êtes sur la page 1sur 29
ECOLE MOHAMMADIA D’INGENIEURS - GEOTECHNIQUE II - Chapitre II : POUSSEE ET BUTEE 2 è

ECOLE MOHAMMADIA D’INGENIEURS

- GEOTECHNIQUE II - Chapitre II :

POUSSEE ET BUTEE

2 ème génie civil

I/ TERRES AU REPOS

Soit un massif de sol homogène à surface horizontale. Si le sol n’est pas soumis à un déplacement latéral (ε h =0), il se trouve dans un état initial qui dépend de son histoire géologique, on nomme cet état : poussée des terres au repos (sans déplacement). Pour définir l’état des terres au repos, on relie la contrainte effective horizontale σ’ h0 à la contrainte effective verticale σ’ v0 =γ’z par le coefficient de pression des terres au repos K 0

'

h 0

K

0

'

v

0

le coefficient de pression des terres au repos K 0  ' h 0  K
le coefficient de pression des terres au repos K 0  ' h 0  K
le coefficient de pression des terres au repos K 0  ' h 0  K

Géotechnique II

I/ TERRES AU REPOS

Le coefficient des terres au repos pourrait être déterminé expérimentalement à l’aide de l’appareil triaxial:

expérimentalement à l’aide de l’appareil triaxial: Coefficient des terres au repos : K  0 

Coefficient des terres au repos:

l’appareil triaxial: Coefficient des terres au repos : K  0  ' h  '

K

0

'

h

'

v

I/ TERRES AU REPOS

La valeur de K 0 varie suivant le type du sol. Elle est donnée, de façon approximative, au tableau suivant :

est donnée, de façon approximative, au tableau suivant : Pour les sols pulvérulents et les sols

Pour les sols pulvérulents et les sols fins normalement consolidés, on pourra utiliser la formule simplifiée de JAKY si le terre plein est horizontal :

1

K  

0

sin

'

I/ TERRES AU REPOS

S’il existe un talus de pente β, la valeur de K 0 , avec la même définition, sera :

K 0

(1

K

0

sin

)

Par rapport aux sols normalement consolidés, la valeur de K 0 augmente pour les sols surconsolidés. D’autant plus que le coefficient de surconsolidation R OC est important. On pourra utiliser la relation suivante :

K

0

(1

sin

')

R

OC 1/ 2

Avec :

R OC

'

'

p

v 0

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

1)

Cas actif: équilibre de poussée

DE POUSSEE ET DE BUTEE 1) Cas actif: équilibre de poussée Soit un massif de sol
DE POUSSEE ET DE BUTEE 1) Cas actif: équilibre de poussée Soit un massif de sol

Soit un

massif

de

sol

homogène

à

surface

horizontale, maintenu par

un

écran,

et

soit

F

l’effort nécessaire immobile.

pour

maintenir

 

l’écran

Si

l’effort

F

est

relâché,

il

y

a

un

léger

déplacement Δ de l’écran. Si le déplacement est important; il y a rupture du sol derrière l’écran (éboulement) par formation de surfaces de glissement.

La rupture correspond à l’équilibre de poussée ou actif: le sol agit sur l’écran

glissement. La rupture correspond à l’équilibre de poussée ou actif: le sol agit sur l’écran Géotechnique
glissement. La rupture correspond à l’équilibre de poussée ou actif: le sol agit sur l’écran Géotechnique

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

2)

Cas passif: équilibre de butée

Soit un

massif

de

sol

homogène

à

surface

horizontale, maintenu par

un

écran,

et

soit

F

l’effort nécessaire immobile.

léger

déplacement Δ de l’écran. Si le déplacement est important; il y a rupture du sol derrière l’écran (refoulement) par formation de surfaces de glissement.

l’écran

pour

maintenir

Si

l’effort

F

est

augmenté,

il

y

a

un

maintenir  Si l’effort F est augmenté , il y a un La rupture correspond à

La rupture correspond à l’équilibre de butée ou passif: le sol subit l’action de l’écran

La rupture correspond à l’équilibre de butée ou passif: le sol subit l’action de l’écran Géotechnique
La rupture correspond à l’équilibre de butée ou passif: le sol subit l’action de l’écran Géotechnique
La rupture correspond à l’équilibre de butée ou passif: le sol subit l’action de l’écran Géotechnique

Géotechnique II

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

3)

Déplacements nécessaires pour atteindre les équilibres limites

nécessaires pour atteindre les équilibres limites pour qu’il y est équilibre de poussée ou de butée,

pour qu’il y est équilibre de poussée ou de butée,

il faut qu’il y est déplacement, grossièrement, de:

l’ordre de H/1000 pour mobiliser la poussée (pour H=10m, il faut un déplacement Δa=1cm)

Supérieur à H/100 pour mobiliser la butée (pour

H=10m, il faut un déplacement Δp=10cm).

 Supérieur à H/100 pour mobiliser la butée (pour H=10m, il faut un déplacement Δ p=10cm).
 Supérieur à H/100 pour mobiliser la butée (pour H=10m, il faut un déplacement Δ p=10cm).
 Supérieur à H/100 pour mobiliser la butée (pour H=10m, il faut un déplacement Δ p=10cm).

Géotechnique II

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

4)

Équilibres limites en contraintes

a) équilibre limite actif ou de poussée

Lors de l’expansion latérale (Le sol pousse sur l’écran), la contrainte σ’ v0 reste constante et la contrainte horizontale initiale σ’ h0 diminue, jusqu’à ce que le cercle de Mohr devienne tangent à la courbe intrinsèque pour une contrainte horizontale: σ’ a . C’est l’équilibre actif ou de poussée.

a . C’est l’ équilibre actif ou de poussée . Remarque : σ’ v reste la

Remarque: σ’ v reste la contrainte principale majeure.

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

4)

Équilibres limites en contraintes

a) équilibre limite actif ou de poussée: plans de rupture

Les plans de rupture constituent un réseau de surfaces de glissement planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque.

planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque. Géotechnique II
planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque. Géotechnique II

Géotechnique II

planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque. Géotechnique II

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

4)

Équilibres limites en contraintes

b) équilibre limite passif ou de butée

Lors de la contraction latérale (L’écran pousse sur le sol), la contrainte σ’ v0 reste constante et la contrainte horizontale initiale σ’ h0 augmente, jusqu’à ce que le cercle de Mohr devienne tangent à la courbe intrinsèque pour une contrainte horizontale: σ’ p . C’est l’équilibre passif ou de butée.

p . C’est l’ équilibre passif ou de butée . Remarque : σ’ v devient la

Remarque: σ’ v devient la contrainte principale mineure.

II/ NOTION DE POUSSEE ET DE BUTEE

4)

Équilibres limites en contraintes

b) équilibre limite passif ou de butée: plans de rupture

Les plans de rupture constituent un réseau de surfaces de glissement planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque.

planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque. Géotechnique II
planes dont l’inclinaison est donnée par les points de contact avec la courbe intrinsèque. Géotechnique II

A NOTER:

On admet que les ouvrages de soutènement sont susceptibles de se déplacer suffisamment pour qu’apparaissent dans le sol des lignes de glissement correspondant à l’équilibre plastique.

de glissement correspondant à l’équilibre plastique. Cette hypothèse est pratiquement toujours

Cette

hypothèse

est

pratiquement

toujours

vérifiée

déplacements

nécessaires pour passer de l’état

de pression au repos à l’état de

faibles

(Δa=H/1000).

puisque

les

poussée

sont

de pression au repos à l’état de faibles ( Δ a=H/1000 ). puisque les poussée sont

A NOTER:

1)

Principe de superposition

Les sols contenus par les ouvrages de soutènement sont:

Les sols contenus par les ouvrages de soutènement sont:  pesants  généralement cohérents  peuvent

pesants

généralement cohérents

peuvent supporter des surcharges

La force de poussée est obtenue en superposant les trois états d’équilibre

plastique:

Pesant, non cohérent, non surchargé

Non pesant, cohérent, non surchargé

non cohérent, non surchargé    Non pesant, cohérent , non surchargé Non pesant, non

Non pesant, non cohérent, surchargé

non cohérent, non surchargé    Non pesant, cohérent , non surchargé Non pesant, non
non cohérent, non surchargé    Non pesant, cohérent , non surchargé Non pesant, non
non cohérent, non surchargé    Non pesant, cohérent , non surchargé Non pesant, non
non cohérent, non surchargé    Non pesant, cohérent , non surchargé Non pesant, non

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

1)

Coefficients de poussée et de butée

La théorie de Rankine repose sur les hypothèses suivantes:

le sol est isotrope la présence de discontinuité (écran, mur) ne modifie pas la répartition des contraintes verticales.

est isotrope  la présence de discontinuité (écran, mur) ne modifie pas la répartition des contraintes

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

1)

Coefficients de poussée et de butée

la contrainte de poussée est reliée à la contrainte verticale σ’ v0 par le

coefficient de poussée K a :

la contrainte de butée

coefficient de butée K p :

par le

' K

a

.

a

'

v 0

est reliée à la contrainte verticale σ’ v0

'

p

K

p

'

v 0

 a ' v 0 est reliée à la contrainte verticale σ’ v 0  '

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

a) Milieu pesant, non cohérent, non surchargé

γ 0

c'

q

0

0

Rappel: La relation entre contraintes principales à la rupture est:

'

1

tan

2

 

2

4

'

  

'

3

2 'tan

c

 

2

4

'

 

 

'

3

tan

2

 

2

4

'

 

'

1

2 'tan

c

 

2

4

'

  

c    2  4 '    - Trouver les coefficients de

- Trouver les coefficients de poussée K a et de butée K p .

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

a) Milieu pesant, non cohérent, non surchargé:

γ 0

0

0

c'

q

z

'

v

'

'

'

a

v

p

.

'

1

K

.

a

.

.

z

z

.

z

'

3

K

p

.

 

 

'

K

a

4 2

 

tan 2

 

'

K

p

2  

 

4

 

Coefficient de poussée K a :

tan 2  tan 2

'

3

Coefficient de butée K p :

2   ' 3  Coefficient de butée K p :  ' 1 État

'

1

 ' 3  Coefficient de butée K p :   ' 1 État de

État de poussée

État de butée

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

a) Milieu pesant, non cohérent, non surchargé:

La distribution des contraintes sur un écran plan varie linéairement avec z:

K

..

a

a

z

La force de poussée résultante est:

F

 

1 K

 

H

2

.

.

a

2 a

F

a

La force de poussée s’exerce au tiers inférieur de H.

H

0

K

a

z dz

 . . a 2 a  F a La force de poussée s’exerce au tiers
 . . a 2 a  F a La force de poussée s’exerce au tiers

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

b) Milieu non pesant, non cohérent, surchargé:

γ 0

c'

q

0

0

Rappel: La relation entre contraintes principales à la rupture est:

'

1

tan

2

 

2

4

'

  

'

3

2 'tan

c

 

2

4

'

 

 

'

3

tan

2

 

2

4

'

 

'

1

2 'tan

c

 

2

4

'

  

c    2  4 '    - Trouver les coefficients de

- Trouver les coefficients de poussée K aq et de butée K pq .

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

b) Milieu pesant, non cohérent, surchargé:


'

'

'

'

v

a

v

p

q  

K

a q

q  

p q

.

1

q

'

.

'

3

'

K q

3

'

1

γ 0

0

0

c'

  q

a q

'

4 2

 

K

tan 2

 

'

K

p q

tan 2

4

2  

Coefficient de poussée K aq :

 2    Coefficient de poussée K a q :  Coefficient de butée

Coefficient de butée K pq :

K a q :  Coefficient de butée K p q : État de poussée État

État de poussée

État de butée

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

a) Milieu pesant, non cohérent, surchargé:

La distribution des contraintes sur un écran plan est uniforme:

a

K . q

aq

H

La force de poussée résultante est:

F

K

a q

a q

.

0

F aq

K q H

aq

.

.

La force de poussée s’exerce au milieu de H.

q dz

.

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

c) Milieu non pesant, cohérent, non surchargé:

Rappel: Théorème des états correspondants

γ 0

c'

q

0

0

a: la courbe intrinsèque d’un sol cohérent

(c’#0 et φ’#0) avec 2 cercles de Mohr:

sol cohérent (c’ #0 et φ’ #0) avec 2 cercles de Mohr: C1 (en équilibre limite)

C1 (en équilibre limite)

C2 ( en équilibre surabondant).

la courbe intrinsèque d’un sol

pulvérulent (c’=0 et φ#0) de même angle de frottement interne que le sol précédent:

obtenues par

translation égale à:

b:

précédent: obtenues par translation égale à:  b : C1 et C2 sont ' OO 

C1

et

C2

sont

'

OO

c '

tan

'

C1 et C2 sont ' OO  c ' tan  ' - L’état du sol

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

c) Milieu non pesant, cohérent, non surchargé:

Rappel: Théorème des états correspondants (suite)

γ 0

c'

q

0

0

Appliquer une translation c’/tanφ’ sur un

cercle de Mohr quelconque revient à appliquer une contrainte normale supplémentaire d’intensité c’/tanφ’ sur chaque facette de chaque point.

Un milieu cohérent peut être

transformé en milieu pulvérulent

de même angle de frottement

interne, en appliquant autour du massif une pression hydrostatique

d’intensité égale à c’/tanφ’.

frottement interne, en appliquant autour du massif une pression hydrostatique d’intensité égale à c’/tanφ’ .
frottement interne, en appliquant autour du massif une pression hydrostatique d’intensité égale à c’/tanφ’ .

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

c) Milieu non pesant, cohérent, non surchargé:

Application du théorème des états correspondants:

γ 0

0

0

c'

q

- On suppose un milieu fictif pulvérulent (non pesant) chargé en surface: q=c’/tanφ’

- on applique le théorème des états correspondants pour passer au milieu réel

cohérent

états correspondants pour passer au milieu réel cohérent on soustrait la pression hydrostatique d’intensité

on soustrait la pression hydrostatique d’intensité égale à c’/tanφ’.

hydrostatique d’intensité égale à c’/tanφ’ . État de poussée État de butée - Trouver les contraintes

État de poussée

État de butée

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

c) Milieu non pesant, cohérent, non surchargé:

En équilibre de poussée:

γ 0

0

0

c'

q

Milieu fictif (non cohérent)

Milieu réel (cohérent)

 

c

'

c

'

'

 

v

'

h

tan

.

a

K

'

c

tan

'

'

'

'

v

h

'

'

v

h

tan

c

tan

'

'

'

 '  ( h
'
(
h

K

a

1).

'  '  '  ( h K a  1). a  ' 
a
a

'  2c '. K

h

traction

c '

tan

'

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

c) Milieu non pesant, cohérent, non surchargé:

En équilibre de butée:

γ 0

0

0

c'

q

Milieu fictif (non cohérent)

Milieu réel (cohérent)

 

c '

c

'

'

 

tan

v

'

h

K

p

.

'

c '

tan

'

'

'

v

h

'

'

v

h

tan

c

tan

'

'

'

 '  ( h
'
(
h

K

p

1).

'  '  '  ( h K p  1). p  ' 
p
p

'  2c '. K

h

compression

c '

tan

'

III/ RUPTURE DES MASSIFS SEMI-INFINIS -

EQUILIBRE DE RANKINE

2)

Massif horizontal

d) Cas général: milieu pesant, cohérent, surchargé

Superposition des trois états:

En équilibre de poussée:

γ 0

0

0

c'

q

a
a

' K .(. z q ) 2c '. K

h

a

 K .(  . z  q )  2 c '. K h a

Traction jusqu’à:

z c

2 c '  K a
2 c '
K
a

q

En équilibre de butée:

p
p

' K .(. z q ) 2c '. K

h

p

Exercice:

Nous avons une tranchée de 5m de profondeur à creuser dans un dépôt argileux. La résistance moyenne en compression simple est de 44 KPa et la densité du matériau est de γ=16 KN/m 3 .

1)

Calculer et tracer le diagramme de pression des terres requis pour le design du mur de soutènement à court terme.

1)

Calculer également la force résultante et commenter le résultat.