Vous êtes sur la page 1sur 36

EAGLE

Utilisation du logiciel EAGLE 4.0

Elaboration de typons pour la réalisation de circuits imprimés

INSA Toulouse T.ROCACHER

EAGLE : Sommaire

Ce résumé n’a pas la prétention de remplacer l’aide officielle du logiciel EAGLE (plus de 100 pages en anglais). Il s’agit d’une sorte de guide qui permet au débutant d’élaborer son premier projet et ses premiers typons.

Plusieurs pages vierges sont laissées en fin de chaque chapitre afin de pouvoir y écrire des notes personnelles indispensables. En effet, toutes les subtilités du logiciel n’apparaissent pas dans le présent fascicule. Ces subtilités s’acquièrent « sur le tas », par la pratique.

Les divers chapitres sont repérés en haut de chaque page.

Sommaire

page

2

Introduction

page

3

Configuration d’un projet

page

6

Edition d’un schéma structurel

page

10

Placement routage :création du typon

page

17

Création d’un nouveau composant

page

24

EAGLE : Introduction

Généralités sur le logiciel

EAGLE

(Easily

Applicable

Graphics

Layout

Editor)

est

un

logiciel

fourni

par

la

société

électronique. La version gratuite disponible sur le site de CADSOFT a pour seule limitation la taille des typons (8cm x 10cm). Le logiciel qui anciennement fonctionnait sous DOS travaille maintenant dans l’environnement WINDOWS sur PC (également sous LINUX et Mac OS X).

CADSOFT,

qui

permet

la

réalisation

de

typons

en

vue

de

construire

une

carte

Figure 1.Etapes à suivre pour la conception de carte électronique

Edition d’un schéma structurel Placement et routage des composants Obtention du typon : Schematic :

Edition d’un

schéma structurel

Placement et

routage des

composants

schéma structurel Placement et routage des composants Obtention du typon : Schematic : Board Impression sur

Obtention du

typon

Placement et routage des composants Obtention du typon : Schematic : Board Impression sur calque Gravure

: Schematic

: Board

des composants Obtention du typon : Schematic : Board Impression sur calque Gravure au perchlorure de
Impression sur

Impression sur

calque

calque
Impression sur calque
Impression sur calque
du typon : Schematic : Board Impression sur calque Gravure au perchlorure de fer Création d’un

Gravure au perchlorure de fer

Création d’un

Création d’un

fichier GERBER

fichier GERBER

Création d’un fichier GERBER
Création d’un fichier GERBER
calque Gravure au perchlorure de fer Création d’un fichier GERBER Gravure directe à la fraiseuse numérique

Gravure directe à la fraiseuse numérique

La figure ci-contre présente les diverse étapes de la conception d’une carte électronique.

EAGLE

prend

en

charge

l’ensemble de la démarche.

Edition de schéma structurel Elaboration du typon avec chevelu pour une cohérence totale entre schéma et typon Routage automatique possible Création de nouveaux composants relativement simple

Génération possible d’un fichier

pour traitance éventuelle.

GERBER

une

sous-

EAGLE : Introduction

Les objets manipulés par EAGLE

Un schéma structurel se construit grâce à de s composants définis dans des bibliothèques. Dans le langage anglophone d’EAGLE, un composant électronique (résistance, AOP, circuit logique à portes…) est appelé DEVICE, une bibliothèque est appelée LIBRARY.

Pour permettre un lien total entre schéma structurel et typon, un composant est défini par deux entités :

le symbole (appelé SYMBOL dans EAGLE) que l’on utilise lorsqu’on édite un schéma

structurel. l’empreinte physique du composant ou encore le boitier (appelé PACKAGE dans EAGLE) nécessaire à la réalisation du typon.

Ampli.SCH SYMBOL B SYMBOL A Schematic PACKAGE DEVICE 1 Ampli.BRD ……………. BOARD Lorsque deux symboles
Ampli.SCH
SYMBOL B
SYMBOL A
Schematic
PACKAGE
DEVICE 1
Ampli.BRD
…………….
BOARD
Lorsque deux symboles sont reliés dans
DEVICE 2
le
schéma
structurel
(schematic),
ils
le
sont
également sur le typon (board) .
Il
paraît
clair
que
si
un composant
…………….
Library
(device) est bien défini, aucun souci n’est à
craindre quant à la cohérence électrique entre
typon et schéma.

Figure2. manipulation des objets d’EAGLE

EAGLE : Introduction

Philosophie de travail sous EAGLE : La gestion sous forme de projet

se résoudre à procéder à

quelques

autant, elles sont non seulement nécessaires mais très intéressantes car elles permettent une

« tâches administratives » qui peuvent paraître de prime abord rébarbatives. Pour

Lorsqu’on

lance

EAGLE

pour la

première fois, il faut

gestion cohérente et agréable de votre travail.

EAGLE oblige l’uilisateur à travailler sous forme de projet (project). Un projet permet:

de choisir les bibliothèques de composants que l’on veut utiliser

de régrouper tous les circuits réalisés qui ont des points communs (appartenance à un thème de travail donné )

Configuration d’un projet

Création d’un nouveau projet

Configuration d’un projet Création d’un nouveau projet Après le lancement du logiciel, le Control Panel apparaît.

Après le lancement du logiciel, le

Control Panel apparaît. La fenètre de gauche est un

explorateur qui pointe directement certains répertoires dont les chemins sont renseignés dans la boîte de dialogue accessible par le menu Options, sous menu Directories.

accessible par le menu Options , sous menu Directories . Eagle sait par exemple que les

Eagle sait par exemple que les projets seront rangés dans U/Routage. De même Eagle sait que 2 répertoires (lbr et Bibli_INSA_Eagle13_4_LINUX) sont les bibliothèques à utiliser.

Configuration d’un projet

Dans la ligne Libraries de Directories, le ";" sera le séparateur de la déclaration de deux chemins différents.

Il faut IMPERATIVEMENT vérifier le bon réglage de ces paramètres sous peine de ne pas retrouver le travail effectué. Les Bibliothèques de composants sont accessibles en lecture, mais pas en écriture. Si vous voulez les modifier, il faudra donc copier celles qui vous intéressent, par exemple dans U:\Routage\MaLib, pour pouvoir les modifier.

Il est donc très recommandé de suivre la démarche suivante :

Si une librairie présente sur le serveur comporte un ou des composants que vous voulez utiliser, copiez la dans H:\Eagle\MaLib et n'utilisez que celle là et pas celle du serveur. Cette démarche vous permettra de pouvoir modifier (les diamètres des pastilles par exemple) et mettre à jour vos schémas et vos platines aisément.

Pour créer un nouveau projet :

Pour créer un projet, dont le nom est « terminale » pour cet exemple, procéder comme ceci :

1-

Aller dans File

2-

Choisir New puis project

3-

Donner le nom que vous souhaitez à votre nouveau projet (ici : terminale)

4-

Cliquer su <OK> : le nouveau projet est créé

Remarque :

contient les informations du type : chemin

d’accès au bibliothèques, chemin d’accès aux schémas…mais ne contient absolument pas les bibliothèques ni schémas, ni typons. Il s’agit juste d’une « déclaration administrative ». Les schémas et typons seront rangés dans le répertoire qui a été créé à cet effet.

Ce nouveau projet appelé terminale.epf

Le projet est maintenant configuré on peut alors éditer un premier schéma structurel.

Remarque : Lors du prochain lancement de Eagle, si un projet est ouvert, il se lancera automatiquement. On voit qu'un projet est ouvert à la "LED" verte à coté du nom du projet. Un simple clic bascule la led de l'état "ouvert" à l'état "fermé" :

Configuration d’un projet

On voit ici que le projet "ouvert" est "altimètre", qu'il y a un second projet, qui est "Terminale", mais que celui-ci n'est pas actif.

"Terminale", mais que celui-ci n'est pas actif. EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005 p8/36
"Terminale", mais que celui-ci n'est pas actif. EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005 p8/36

Configuration d’un projet

Notes personnelles :

Edition d’un schéma structurel

Création d’un nouveau schéma structurel

Dans le Control Panel, aller dans File, puis New, schematic.

NB : Il est possible de créer directement un Typon en choisissant Board plutôt que schematic. Cette démarche est tout à fait déconseillée car elle ne met pas à profit toute la puissance d’EAGLE qui repose sur le lien schéma structurel / typon.

La fenêtre suivante apparaît :

Ajouter un composant Relier (Net)
Ajouter un
composant
Relier
(Net)

C’est à l’intérieur de cette fenêtre que l’on va dessiner le schéma structurel à l’aide des bibliothèques library qui contiennent les composants device. Il suffira de les relier grâce au bouton Net.

La fonction associée aux différents boutons est indiquée par le logiciel en venant pointer sur ceux-ci.

Edition d’un schéma structurel

Préparation typique pour la création d’un nouveau schéma

L’objet de ce paragraphe est de proposer une base de départ très utile pour un débutant et de présenter les bibliothèques « incontournables » que vous serez amenées à utiliser.

Copier des bibliothèques :

Comme il a été dit plus haut, il est intéressant de copier les Librairies désirées dans son répertoire MaLib :

Pour cela, il faut dérouler le répertoire où sont les librairies originales, pointer la librairie
Pour
cela,
il
faut
dérouler
le
répertoire
sont
les
librairies
originales,
pointer
la
librairie
qui
convient,
et
un
clic
du
bouton
droit de la souris vous donnera
accès à la commande copy. Il
vous faudra renseigner la boîte de
dialogue qui arrivera.
Conseil :
Il vous est fortement conseillé
de les renommer, en ajoutant
vos initiales par exemple, pour
pouvoir plus tard les identifier
plus facilement et éviter TOUT
risque d'erreur et de PERTE de
temps.
ecl.lbr -> eclJMP.lbr par
exemple

Chargement des bibliothèques :

Avant

de

pouvoir

ajouter

un

composant

sur

le

schéma

il

faut

avoir

chargé

la

bibliothèque correspondante. Ainsi, il peut être intéressant de commencer un nouveau schéma en chargeant un certain nombre de bibliothèques pour le moins utiles.

Ce chargement se fait par le bouton :

pour le moins utiles. Ce chargement se fait par le bouton : Listes des bibliothèques particulièrement

Listes des bibliothèques particulièrement intéressantes :

Frames.lbr

: Contient les cartouches (A4, A3 en format paysage ou portrait…)

Supply1.lbr

: Contient les alimentations (Vcc, +5V, -15V, gnd, 0V…)

Edition d’un schéma structurel

Discrete.lbr : Contient les éléments discrets tels que résistances en plusieurs formats, condensateurs, selfs, potentiomètres…

: Contient des circuits linéaires classiques (uA741, TL081, 78xx, …)

Linear.lbr

Bien sûr vous complèterez ce chargement par d’autres bibliothèques qui vous seront utiles, mais les quatre qui viennent d’être données semblent indispensables à chaque schéma.

Il y a un autre moyen de charger des bibliothèques : en validant la LED verte située à sa droite :

On peut voir ici que les deux bibliothèques : Ecl.lbr et exar.lbr sont chargées et
On peut voir ici que les deux
bibliothèques :
Ecl.lbr et exar.lbr sont chargées et
apparaîtront dans le menu ADD

Edition d’un schéma structurel

NB : Vous cherchez peut-être un composant spécial du style connecteur, circuit spécial… Sachez que celui-ci est très probablement fourni par Eagle. Il convient donc de prendre un peu de temps pour fouiner dans les bibliothèques afin de voir ce qu’elles cachent…Pour cela, allez dans le control panel et double-cliquez sur une bibliothèque au choix. Vous verrez alors la liste des composants disponibles dans cette bibliothèque.

liste des composants disponibles dans cette bibliothèque. La partie droite du Control Panel vous renseigne sur

La partie droite du Control Panel vous renseigne sur les paramètres (taille, etc…) du composant. Si ce composant est un symbole, et qu'il y a un schéma ouvert, la commande ADD apparaît en un clic dessus importera ce symbole dans le schéma.

Si toutefois, vous ne trouvez pas votre bonheur, il vous reste la possibilité de créer vous même un nouveau composant (voir le chapitre associé).

Edition d’un schéma structurel

Dessin du schéma structurel (revenir dans le schematic ):

1 - Commencez votre schéma en ajoutant le cartouche de votre choix . Cliquez sur Add :

ajoutant le cartouche de votre choix . Cliquez sur Add : 2 – Ajoutez de la
ajoutant le cartouche de votre choix . Cliquez sur Add : 2 – Ajoutez de la

2 – Ajoutez de la même façon les composants nécessaires.

3 – Reliez les entre eux, bouton Net :

nécessaires. 3 – Reliez les entre eux, bouton Net : . N'utilisez pas le bouton WIRE

. N'utilisez pas le bouton WIRE

4 – Nommez et affectez les valeurs aux composants :

WIRE 4 – Nommez et affectez les valeurs aux composants : 5 – Lorsque vous avez
WIRE 4 – Nommez et affectez les valeurs aux composants : 5 – Lorsque vous avez

5 – Lorsque vous avez terminé votre schéma sauvegardez- le :

Conseil : N’attendez pas la fin pour sauver votre schéma, une coupure de courant est si vite

arrivée…

6 – Utilisez un outil puissant de EAGLE : lERC (Electrical Rule Check), traduire par « vérification des règles électriques ». Cette commande permet entre-autres de repérer des conflits comme la connexion de deux sorties. Pour cela, allez dans le menu tools .

N’oubliez pas les éventuels connecteurs d’alimentations …

Votre schéma est terminé, il faut alors le « router » afin d’obtenir le typon.

Edition d’un schéma structurel

Exemple de schéma structurel :

d’un schéma structurel Exemple de schéma structurel : EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005

Edition d’un schéma structurel

Notes personnelles :

Placement / Routage : Création du typon

Introduction

Maintenant que le schéma structurel est réalisé, il reste à créer le typon en cohérence

totale avec ce schéma. Dans la fenêtre

. Il permet de générer automatiquement une platine (board ) sur laquelle sont «jetés » les composants constitutifs du schéma.

schematic , cliquez sur le bouton switch to board

schéma. schematic , cliquez sur le bouton switch to board faut placer les composants. Ce cadre
schéma. schematic , cliquez sur le bouton switch to board faut placer les composants. Ce cadre

faut placer les

composants. Ce cadre peut être réduit mais ne peut être augmenté (version d’évaluation

Une nouvelle fenêtre apparaît. On

y

voit un

cadre

dans

lequel

il

limitée).

 

Les composants situés à gauche sont reliés par ce que l’on appelle le «chevelu ». Dans

Eagle,

il

s’agit

de

liaisons

appelées

Air

Wires . L’ensemble du chevelu est parfaitement

conforme au schéma structurel. C'est à dire que chaque cheveu correspond a une ligne équipotentielle.

Si une modification dans les liaisons doit être apportée, ceci doit impérativement être fait dans le schéma structurel sous peine de la perte de cohérence entre les deux entités (board et schematic).

Placement / Routage : Création du typon

Placement des composants

C’est la première étape en vue de la réalisation du typon. L’objectif est de placer les

composants

« démêlé » possible.

dans

le

périmètre

fixé,

de

manière

à

Ce travail se fait grâce à la commande move

obtenir

un

chevelu

le

plus

fait grâce à la commande move obtenir un chevelu le plus qui permet de déplacer un

qui permet de déplacer un

composant. Un clic sur le bouton droit de la souris permet de faire tourner le composant.

Après avoir effectué un déplacement, il peut

être utile de voir le chevelu redessiné et

optimisé en distance. Ceci est possible grâce à la commande ratsnet

menu tools .

accessible depuis le

Voici le résultat du placement :

. accessible depuis le Voici le résultat du placement : L’ensemble des composants est placé au

L’ensemble des composants est placé au pas de la grille. Le pas de cette grille peut être

au pas de la grille. Le pas de cette grille peut être modifié. Pour cela, cliquez

modifié. Pour cela, cliquez sur :

Placement / Routage : Création du typon

Routage de la carte

Il

ne reste plus

qu’à

« router » la carte. Cela signifie que tous

doivent être remplacés par une piste en cuivre.

les fils du chevelu

Ce routage peut être manuel ou automatique. Le routage automatique est un outil puissant qui permet le calcul et le routage des pistes sans intervention de l’utilisateur. La seule démarche à faire est de spécifier à Eagle les règles à respecter (intervalle minimum entre pistes, pistes coudées ou non, etc…). Ce routage automatique, si séduisant soit-il, présente l’inconvénient de vous laisser impuissant sur les décisions prises par le calculateur. De plus, lorsque vous avez procédé au placement, vous aviez sûrement une idée du routage, idée totalement ignorée par le calculateur…

Il

semble

que

contrairement aux apparences, il faut une solide expérience dans

le

domaine de la réalisation de cartes avant d’utiliser à bon escient le routage automatique.

Ce

document

n’a

pas

la

prétention

d’aller

jusque

là,

contenterons de maîtriser le routage en mode manuel.

Démarche à suivre

c’est

pourquoi

nous

nous

mode manuel. Démarche à suivre c’est pourquoi nous nous Le routage peut être effectué sur deux

Le routage peut être effectué sur deux faces : côté cuivre ( Bottom) et côté composants (Top). Il convient de tenter le routage d’abord en simple face (cuivre), et s’il est impossible de continuer, on poursuit le routage en double face.

Le

choix

continuer, on poursuit le routage en double face. Le choix de puis la face de La

de

puis

la

face de

La

routage se fait par le bouton

ci-contre

Change

Choisissez alors la face de routage.

Layer .

fenêtre

apparaît .

Le choix étant fait, il faut choisir la largeur de piste. Cliquez à nouveau sur le bouton change et choisissez Width . Une largeur de 0.6 mm est une bonne base de départ.

. Pointez alors le curseur sur la pastille de départ, cliquez puis amenez la piste sur la pastille d’arrivée. Le clic sur le bouton droit permet le changement du mode de cassure des angles.

droit permet le changement du mode de cassure des angles. Le routage d’une piste se fait

Le routage d’une piste se fait en cliquant sur

Procédez de la même façon pour tout le chevelu.

Remarque : Vous pouvez, en cours de routage d’une piste, changer de layer pour passer en

routage côté composant. Un

est automatiquement placé à l’endroit du changement. Vous

via

placé à l’endroit du changement. Vous via pouvez aussi « dérouter » une piste grâce au

pouvez aussi « dérouter » une piste grâce au bouton .

Placement / Routage : Création du typon

Voici un exemple de routage manuel. L’essentiel des pistes est routé côté cuivre.

manuel. L’essentiel des pistes est routé côté cuivre. Il reste une ultime vérification à faire :

Il reste une ultime vérification à faire : le DRC (Traduire par vérification des règles de dessin). Cet outil très puissant est capable de détecter des pistes qui se touchent, des intervalles entre pistes trop faibles…

Le routage est soumis à des contraintes exposées dans le cahier des charges. Il doit être lu avec attention et respecté, sous peine de non conformité. L'outil de DRC (Design Rules Check) prend en charge un grand nombre de ces paramètres. Il convient à l'utilisateur de le renseigner. Par défaut, les paramètres du DRC sont enregistrés dans le fichier default.dru, situé dans l'emplacement renseigné (voir paragraphe "Configuration d'un projet"). Si vous modifiez les paramètres, alors Eagle les sauvegardera dans votre projet et ils seront personnalisés au projet.

Nous n'allons pas énumérer toutes les possibilités de vérification, mais il faut savoir que vous pouvez modifier toutes les valeurs. Vous pouvez indiquer les unités en mm, en mic(rons), en inch(es), ou en mil (millièmes de pouce). Pour appeler ce contrôle, aller dans tools puis DRC . La fenêtre ci-contre s’affiche :

Placement / Routage : Création du typon

Placement / Routage : Création du typon Les onglets contiennent l’ensemble des vérifications qui

Les

onglets

contiennent

l’ensemble

des

vérifications

qui

doivent

être

faites.

Vous

pouvez donc choisir et modifier celles qui vous intéressent.

 

Dans

l'exemple

ci-dessous,

on

a

indiqué

de

vérifier

un

espace

minimal

entre

conducteurs de 0.5mm. Les autres valeurs sont encore celles par défaut. Positionner le curseur

dans un champ éditable fournit une indication sur sa signification dans la fenêtre de gauche.

indication sur sa signification dans la fenêtre de gauche. Les vérifications incontournables sont : EAGLE ,

Les vérifications incontournables sont :

Placement / Routage : Création du typon

- Distance : c’est l’écart minimum entre deux pistes.

- Overlap : détecte tout court-circuit entre pistes (ne se paramètre pas)

Lorsqu’on appuie sur

OK , le DRC est lancé. Si des erreurs sont signalées, il faut les

consulter en allant dans Tools et Errors .

Votre typon est alors terminé.

NB : A partir du moment où le fichier .brd a été créé, vous devez en permanence avoir le schéma (.sch) et le typon (.brd) ouverts simultanément. C’est absolument nécessaire pour assurer un parallélisme dans l’évolution du schéma. Dans le cas contraire, vous aurez deux entités, schéma et typon, dé -corrélés…

Résumé :

Pour réussir un typon, ou du moins pour qu’il soit fonctionnel, il faut :

- Commencer le travail par l’édition d’un schéma structurel

- Etre sûr que les composants utilisés sont cohérents, c’est à dire que le symbole utilisé dans le schéma structurel est cohérent avec le boîtier associé (PACKAGE ).

- Exécuter un ERC .

- Router le circuit jusqu’au dernier fil du chevelu.

- Paramétrer puis exécuter un DRC

Placement / Routage : Création du typon

Notes personnelles :

Création d’un nouveau composant

Introduction

Il se peut que vous ayez besoin de créer vous-même un composant qui n’est pas proposé par défaut dans les bibliothèques d’EAGLE. Nous allons voir la démarche à suivre pour atteindre cet objectif. Par ailleurs, même en utilisant des composants existants, il se peut que les pastilles associées (pads ) n’aient pas la bonne forme (shape ), le bon diamètre ( diameter ) ou le bon diamètre de perçage (drill ). Or, il est inconcevable de modifier les bibliothèques d’origine d’EAGLE car vous ne serez peut-être pas les seuls à vous en servir !

Nous allons donc voir comment « adapter » les bibliothèques originales à vos besoins puis dans un second temps, nous verrons comment créer entièrement un nouveau composant.

Adaptation des bibliothèques originales

Il n’est pas question de modifier les bibliothèques originales. Nous allons donc en faire une copie. Pour cela, dans l’explorateur Windows,

 

-

créer un répertoire dans U:\EAGLE, que l’on appellera MaLib

 

-

copier les bibliothèques utiles ( par exemple, celles spécifiées à la page 11 ) dans le nouveau répertoire « MaLib ».

-

Renommer

chacune

d’elles

afin

de

ne

pas

les

confondre

avec

les

originales.

 

Suggestion :

Rajouter

à

la

fin

du

nom

vos

initiales.

Exemple :

on

copie

la

bibliothèque Discrete.lbr . On la renomme DiscreteTR.lbr .

 

On

doit

voir

apparaître

dans

le

control

panel

l’ensemble

des

bibliothèques

copiées

et

renommées.

 
 

Il

faut

alors

se

servir

exclusivement

des

bibliothèques

contenues

dans

« MaLib ».

Vous allez maintenant pouvoir modifier à votre guise les boîtiers de composants (le du composant).

package

Exemple

Il arrive très souvent (toujours) que les pastilles des composants que vous allez utiliser n'ont pas la surface horizontale suffisante pour les souder. Ceci est normal, puisque la soudure des composants est verticale (dans le cas (industriel) des trous métallisés), et que vous, à l’INSA, et avec nos moyens de production, vous ne pouvez faire que des soudures horizontales (sur, ou sous, les trous traversant le circuit imprimé). Voici la procédure à suivre pour le re-dimensionnement des diamètres des pastilles, mais elle est identique à toute modification sur les autres paramètres :

Création d’un nouveau composant

Hypothèse :

Dans l'examen du board, certaines pastilles d'un composant sont d'un diamètre trop faible. Pour agrandir les pastilles, il faut retoucher le package associé au composant. Pour

il faut retoucher le package associé au composant. Pour connaître le nom de ce boîtier, cliquer

connaître le nom de ce boîtier, cliquer sur le bouton information puis sur le composant :

cliquer sur le bouton information puis sur le composant : La fenêtre qui apparaît vous donne

La fenêtre qui apparaît vous donne la localisation du boîtier :

Library atmel

Grâce à l'information package, on peut voir que c'est DIL08 qu'il faut modifier.

Il faut revenir dans le Control Panel et pointer la bibliothèque correspondante.

Ë

clic droit sur Atmel.lbr et clic gauche sur OPEN du menu pop-up qui apparaît.
clic droit sur Atmel.lbr et clic gauche sur OPEN du menu pop-up qui apparaît.

Création d’un nouveau composant

Ë Le programme qui apparaît, dans la fenêtre qui arrive, ressemble au programme de dessin d'un schéma, mais est en fait l'éditeur de bibliothèque.

schéma, mais est en fait l'éditeur de bibliothèque. Un clic sur le bouton Package , ou

Un clic sur le bouton Package, ou le choix dans le menu Library -> Package, donne l'accès à une boite de dialogue qui vous permet de choisir le PACKAGE que vous voulez modifier. L'outil CHANGE, accessible par le menu EDIT ou un bouton, vous permet de modifier tous les paramètres du composant.

vous permet de modifier tous les paramètres du composant. Choisir : Diameter Puis choisir le diamètre
vous permet de modifier tous les paramètres du composant. Choisir : Diameter Puis choisir le diamètre

Choisir :

Diameter Puis choisir le diamètre qui vous convient. Les unités sont en pouces ou en mm.

qui vous convient. Les unités sont en pouces ou en mm. L'unité se choisit par le

L'unité se choisit par le bouton

Cliquer

alors

sur

chacune

des

pastilles

pour

obtenir

le

nouveau diamètre.

Fermer

la

bibliothèque

sans

oublier

de

sauvegarder.

 

Et

retourner

dans

le

Control Panel.

Création d’un nouveau composant

Aucun changement n’a été opéré. Pour que le changement ait lieu il faut :

Soit dans le Control Panel , cliquer du bouton droit sur le nom de la librairie que l'on vient de modifier. Un menu pop-up apparaît. Il faut valider l'option Update

Soit cliquer sur le bouton :

Soit cliquer sur le bouton : , dans le fichier BRD , choisir le package que

, dans le fichier BRD, choisir le

package que l’on vient de

modifier, puis cliquer sur le composant à modifier.

Eagle vous proposera certainement d'effectuer un nouveau DRC, car des paramètres physiques ont été changés .

Création d’un nouveau composant

Création d’un nouveau composant

Plutôt que de donner une démarche lourde et rébarbative, on va découvrir la création d’un composant ( device ), sur un exemple concret, lequel pourra être généralisé.

Exemple

Le composant à créer :

Présentation :

Le composant LMC660 est un quadruple

ampli

opérationnel.

Chacun

des

amplificateurs

a

une

sortie

qui

peut

évoluer

d’une

borne

d’alimentation à

l’autre sans déchet, ce qui peut le rendre

utile pour certaines applications.

Extrait de la fiche technique :

certaines applications. Extrait de la fiche technique : Création d’une bibliothèque ( si elle n’existe pas

Création d’une bibliothèque ( si elle n’existe pas déjà )

La première chose à faire est de créer sa propre bibliothèque en passant par le panel . Menu File ->New->Library Si elle existe déjà, clic droit sur son nom, et OPEN.

control

Un composant (Device), pour qu'il soit opérationnel, est constitué de :

Un ou plusieurs symboles (Symbol)

Un boîtier (Package)

Une relation entre les symboles et le boîtier

Création des symboles ( symbol )

Ce circuit intégré contient 4 amplificateurs opérationnels. Sur le schéma structurel, on doit pouvoir faire apparaître séparément et indépendamment les 4 symboles amplificateurs et le symbole d’alimentation.

Création d’un nouveau composant

Il faut donc créer 2 symboles différents : le symbole amplificateur et le symbole d’alimentation.

le symbole amplificateur et le symbole d’ alimentation . Dans la bibliothèque, éditer un nouveau symbole

Dans la bibliothèque, éditer un nouveau symbole que l’on appellera « ampli » ( La fenêtre suivante apparaît :

appellera « ampli » ( La fenêtre suivante apparaît : Renseigner son nom. Dessiner alors le
Renseigner son nom.
Renseigner
son nom.

Dessiner alors le symbole « Ampli » :

).

Création d’un nouveau composant

Création d’un nouveau composant Les étapes dans l’élaboration du symbole sont les suivantes : Dessiner le

Les étapes dans l’élaboration du symbole sont les suivantes :

Dessiner le composant : se placer dans la couche symbols : cliquer sur le bouton

: se placer dans la couche symbols : cliquer sur le bouton change ( ) ,

change ( ) , puis choisissez layer, puis symbols .

change ( ) , puis choisissez layer , puis symbols . Dessiner alors le triangle représentatif

Dessiner alors le triangle représentatif du symbole ( ).

. Dessiner alors le triangle représentatif du symbole ( ). Ajouter les broches ( pins )

Ajouter les broches ( pins ) : . La barre d’outil spécifique aux broches s’affiche :

: . La barre d’outil spécifique aux broches s’affiche : Choisir le type de broche que

Choisir le type de broche que l’on souhaite. La direction est très importante car elle permet de définir s’il s’agit d’une entrée, d’une sortie, d’une arrivée de puissance (alimentation)…et sera primordiale pour le contrôle des règles de design électrique.

Nommer les broches

Nommer les broches

Se placer dans la couche Names et écrire « >NAME » au dessus du symbole (

Se placer dans la couche Names et écrire « >NAME » au dessus du symbole (

).

Se placer dans la couche Values et écrire « >VALUE » au dessus du symbole.

 

Dessiner de la même façon le symbole Alim :

Création d’un nouveau composant

Création d’un nouveau composant Remarque : Les broches sont du type Pwr . Création du boîtier

Remarque : Les broches sont du type Pwr .

Création du boîtier ( package )

sont du type Pwr . Création du boîtier ( package ) Il s’agit d’un DIP 14.

Il s’agit d’un DIP 14. Il faut créer un nouveau package : . On l’appellera « DIP14 ». Ici, on peut gagner du temps. En effet s’il existe une infinité de composants différents, le nombre de boîtiers existants est lui beaucoup plus faible. On peut donc chercher dans une bibliothèque le boîtier DIP14, par exemple dans la bibliothèque de composants logique 74xx.lbr . Il ne reste plus qu’à éditer ce boîtier, à le copier et à le coller dans la nouvelle bibliothèque. On obtient :

Création d’un nouveau composant

Création d’un nouveau composant Remarque : Les pastilles ont été modifiées par rapport au boîtier d’origine

Remarque : Les pastilles ont été modifiées par rapport au boîtier d’origine

Création d’un nouveau composant

Création du composant ( device )

Jusqu’à maintenant, nous avons créé des symboles exploitables dans un schéma, et un boîtier exploitable dans un typon ( board ). Il reste à générer le composant LMC660, qui consiste en l’association broche à broche des symboles et du boîtier.

Procéder comme suit :

Cliquer sur le bouton pour créer un nouveau device que l’on appellera « LMC660 »
Cliquer sur le bouton
pour créer un nouveau device que l’on appellera « LMC660 »
Ajouter 5 symboles : 4 symboles Ampli et 1 symbole Alim
Renommer
les
5
symboles.
Cliquer
sur
,
le
nom
pour
donner
« A »
le
premier
ampli,
puis
B
pour
second…
Pour
l’alimentation
donner le nom
le
« Alim »
Menu edit, commande package pour associer le boîtier DIP14, ou bouton New.

Création d’un nouveau composant

La boite de dialogue suivante apparaît :

Elle permet de choisir le boîtier que l'on va associer au LMC660.

Après avoir choisi, et éventuellement donné au LMC660 un Variant Name,

et éventuellement donné au LMC660 un Variant Name , On retourne sur la fenêtre précédente, renseignée

On retourne sur la fenêtre précédente, renseignée du nouveau boîtier :

la fenêtre précédente, renseignée du nouveau boîtier : Le point d'exclamation signifie qu'il reste encore

Le point d'exclamation signifie qu'il reste encore des opérations

signifie qu'il reste encore des opérations à effectuer pour que le soit composant parfaitement défini

à effectuer pour que le

soit

composant parfaitement défini :

Ce sont les affectations des broches. Elle s'effectue en cliquant sur le bouton Connect.

Elle s'effectue en cliquant sur le bouton Connect. EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005

Création d’un nouveau composant

Création d’un nouveau composant Il suffit, en s’inspirant de l’extrait de documentation constructeur du LMC660

Il suffit, en s’inspirant de l’extrait de documentation constructeur du LMC660 donné précédemment, d'effectuer les 14 connexions.

Donner le préfixe « X » au composant. Pour cela cliquer sur le bouton Prefix. Remarque : s’il s’agit d’un circuit logique, il est d’usage de donner le préfixe « U ».

On doit obtenir au final, la fenêtre suivante :

Remarque :

La

version

4.06

de

Eagle

permet

de

créer

des

variantes

à

un

composant :

Si,

par

exemple,

on

dispose

d'un

autre

boîtier pour le LMC660,

un

boîtier

SOP

par

exemple,

il

suffit

de

cliquer sur new pour recommencer une procédure d'affectation des broches du symbole au nouveau boîtier.

des broches du symbole au nouveau boîtier. EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005
des broches du symbole au nouveau boîtier. EAGLE , DocEagle4xx_V3.doc INSA Toulouse 2004/2005

Création d’un nouveau composant

Notes personnelles :