Vous êtes sur la page 1sur 63
Pour mémoire : 1960, année de l’Afrique

Pour mémoire :

1960, année de l’Afrique

Pour mémoire : 1960, année de l’Afrique

Sommaire

Sommaire

2

Introduction

4

Quelles revendications pour l’Afrique noire ?

6

Introduction

6

L’Afrique en 1945

6

L’ONU

6

Les deux grands

10

Du côté des métropoles : le cas français

11

L’émergence du tiers-monde : la conférence de Bandung

13

Mouvements anticolonialistes et nationalistes

15

Des décolonisations multiformes

16

Introduction

16

Phases et modalités

16

Les grandes phases

17

Les modalités

17

Des modèles ?

19

Du côté britannique : une décolonisation exemplaire ? Le cas du Kenya

19

Du côté français : l’échec de la Communauté

20

Du côté belge : une indépendance dans la violence. La république du Congo (futur Zaïre)

22

Les « héros de l’indépendance »

25

Introduction

25

Kwame Nkrumah (Ghana) (1902-1972)

25

Sekou Touré (Guinée)

26

Patrice Lumumba (République démocratique du Congo) (1925-1961)

27

Jomo Kenyatta (Kenya)

27

Félix Houphouët-Boigny (Côte-d’Ivoire) (1905-1993)

28

De Gaulle, acteur et pédagogue de la décolonisation

29

Le temps des célébrations

32

Introduction

32

Les cérémonies

32

Un emblème de souveraineté : les timbres-poste

34

Panorama

34

Un exemple sénégalais

41

L’indépendance… et après ?

42

Introduction

42

Les enjeux de l’après-indépendance

42

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

2

Les tentatives d’organisation

43

Une organisation continentale : l’OUA

43

Une organisation régionale : l’OCAM

44

Le temps des vicissitudes

44

Néocolonialisme ou coopération ? Les ambiguïtés de la « Françafrique »

48

Mémoire et commémorations : 2010, année de l’Afrique ?

49

Introduction

49

Tableau d’ensemble

49

Au

Sénégal

53

Au

Cameroun

55

En République démocratique du Congo

56

En guise de conclusion

59

Les textes officiels

60

Collège, 3 e

60

Lycée

60

Terminale L/ES/S

60

Terminale STG

60

Terminale ST2S

61

Ressources

62

Bibliographie

62

Ressources vidéos

62

Sitographie

62

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

3

Introduction

L’année 1960 a été « l’année de l’Afrique » (sous-entendu : de l’Afrique noire) car elle a vu, au milieu de la surprise et de l’incrédulité des autres continents, 18 colonies de l’Europe accéder en quelques mois à la souveraineté et à la reconnaissance internationale en tant qu’États. Cette vague triomphale, inaugurée en 1957 par l’ancienne Gold Coast, devenue Ghana, marquait une troisième phase de la décolonisation, après l’Asie et l’Afrique du Nord. Beaucoup plus précoce et rapide que ce que les gouvernements et les opinions publiques avaient pu prévoir, cette émancipation, par son caractère négocié et pacifique, est volontiers citée comme modèle de réussite. Dans le cas français en particulier, elle s’oppose avec éclat aux décolonisations violentes et douloureuses de l’Indochine et de l’Algérie. Cependant, elle fut aussitôt mise à l’épreuve. D’abord, le processus d’émancipation était loin d’être achevé. En 1960, vingt-sept colonies africaines étaient encore soumises à la domination européenne, et nombre de crises accompagnèrent les indépendances, certaines confirmant la détermination des anciennes puissances coloniales à tout mettre en œuvre pour défendre leurs intérêts dans leurs anciennes colonies. Par ailleurs, les jeunes États, et leurs dirigeants, furent amenés à devoir répondre aux immenses aspirations de peuples longtemps opprimés par la domination coloniale tout en gérant l’héritage qui en découle, qu’il s’agisse des frontières ou des économies. Enfin, ces États devaient se positionner dans un monde nouveau pour eux, celui des relations interafricaines, des rapports avec les anciennes métropoles, mais aussi de la guerre froide puis de la mondialisation. En donnant brusquement satisfaction aux luttes pour l’émancipation des peuples africains, les indépendances de 1960 levèrent de profondes espérances, et donc de possibles désillusions. Nombre de questions qui sont apparues dans les années 1960, comme celles de la démocratie, du développement, des rapports Nord-Sud, ont nourri la thèse de « l’afro- pessimisme ».

50 ans après, ces États commémorent leur indépendance et l’on célèbre, surtout dans le monde francophone – premier concerné par cette vague d’émancipation – le « cinquantenaire des indépendances africaines » (on notera que le monde anglophone n’a pas érigé l’année 1960 en date emblématique, et qu’il tend même à associer cette date à la décolonisation française). À l’heure des commémorations, quel bilan peut-on dresser de ce demi-siècle d’indépendance ? 2010 est-elle celle de la « renaissance africaine » ?

Si l’année 1960 peut sembler pouvoir résumer l’émancipation de l’Afrique subsaharienne, braquer de la sorte le projecteur sur cet épisode, présente cependant toute une série de biais et peut conduire à certaines illusions rétrospectives. Le risque est de déformer la réalité de la décolonisation en occultant, en amont, les luttes des peuples colonisés et les réponses apportées par les métropoles ; et, en aval, les difficultés des lendemains des indépendances et la perpétuation, sous d’autres formes, de la domination occidentale, objet des études postcoloniales. Ce choix privilégie également le cas français, puisque 15 des indépendances de 1960 concernent des colonies ou des territoires sous tutelle française, au risque de mettre dans l’ombre le rôle et la place d’autres territoires, notamment d’Afrique australe marqués par l’apartheid. Il met enfin en valeur une décolonisation négociée, donnant ainsi une vision optimiste du processus, au détriment des indépendances arrachées ou des indépendances immédiatement suivies de crises violentes.

L’année 1960 mérite donc un examen à une double échelle. Il s’agit d’abord de la replacer dans le temps moyen de la décolonisation, des contestations du système colonial au lendemain des indépendances et jusqu’à aujourd’hui. Nombre de questions restent posées. Comment expliquer « l’accélération » des indépendances en Afrique autour de 1960 ? Cette année est-elle représentative du processus d’émancipation de l’Afrique subsaharienne, qui se poursuit bien au-delà ? Et que reste-t-il aujourd’hui des rêves et des espoirs de 1960 ? Cette émancipation apparemment complète du continent – à la différence par exemple des Antilles où d’anciennes colonies ont, non sans heurts, choisi la voie de l’assimilation et de la départementalisation – est-elle pour autant parfaitement achevée ? Y a-t-il aujourd’hui des formes de domination post ou néocoloniales ? Dans quelle mesure les difficultés actuelles de l’Afrique sont-elles imputables à la colonisation ?

Il s’agit aussi d’examiner de plus près les événements afin de dresser un tableau plus nuancé de l’année 1960 qui permettra de réviser la traditionnelle opposition entre un modèle britannique et un modèle français ainsi que de relativiser l’image d’une décolonisation « douce ».

Pour répondre à ces questions, le choix a été fait de privilégier les archives de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) sans exclure d’autres sources ou documents. L’intérêt est multiple : constituer une sorte de fil rouge à l’étude, problématiser l’approche (ici : comment les actualités ou la télévision française

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

4

rendent-elles compte de l’émancipation des colonies africaines ?), faire appel à l’esprit critique des élèves, notamment face aux images d’actualités et à leur commentaire…

Ce choix axe l’étude sur le cas français, et le point de vue de la métropole. Ces aspects ne sont pas à cacher, au contraire : on amènera les élèves à saisir ce double biais et on les invitera à chercher des points de vue alternatifs autres que ceux qui sont déjà fournis dans ce dossier.

Conception et réalisation du dossier :

Auteur : Olivier Dautresme Chargée de mission : Marie-Christine Bonneau-Darmagnac Chef de projet éditorial : Bernard Clouteau Iconographe : Laurence Geslin Graphiste : Julien Lassort Intégration technique : François Thibaud Intégration éditoriale : Fanny Dieumegard Secrétaires de rédaction : Sophie Roué, Julie Desliers-Larralde

: Fanny Dieumegard Secrétaires de rédaction : Sophie Roué, Julie Desliers-Larralde © SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010 5
: Fanny Dieumegard Secrétaires de rédaction : Sophie Roué, Julie Desliers-Larralde © SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010 5

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

5

Quelles revendications pour l’Afrique noire ?

Introduction

Dans les années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale, la colonisation est mise en cause à la fois sur le plan international et dans les territoires dépendants.

Le conflit a accéléré le développement des revendications nationales en Afrique comme dans les autres parties du monde sous domination européenne. Comme pendant les années 1914-1918, les aléas de la guerre remettent en cause la suprématie des Blancs et contribuent à détériorer l’image de l’Europe. Nombreux furent aussi les Africains qui espérèrent une récompense de leur loyauté. Les populations coloniales, qui avaient participé à la guerre, étaient convaincues qu’on avait exigé d’elles des sacrifices pour combattre l’oppression au nom d’une liberté dont elles devaient bénéficier. En outre, les pays traditionnellement opposés à la colonisation, les États-Unis et l’URSS, sortaient renforcés du conflit alors que les métropoles étaient affaiblies. La victoire des Alliés engendrait donc de l’espoir. L’Organisation des Nations unies (ONU), née de la Seconde Guerre mondiale, est aussi intervenue dans le processus, encourageant l’émancipation et fournissant une tribune aux anticolonialistes. Dans ce contexte nouveau, les puissances coloniales ont tenté de s’adapter, usant de la réforme, de la négociation mais aussi de la répression.

Quelle était la situation de l’Afrique en 1945 ? En quoi le contexte de l’après-guerre favorisa-t-il l’émergence de revendications en Afrique ? Quelles furent ces revendications ? Comment les puissances coloniales y répondirent-elles ?

L’Afrique en 1945

La plus grande partie du continent africain est, en 1945, sous domination coloniale. Si certains territoires ont été colonisés précocement (l’Afrique du Sud dès le XVII e siècle, l’Algérie à partir de 1830), la plupart des territoires sont passés sous souveraineté européenne autour de la fin du XIX e siècle. En 1945, la carte indique cinq pays indépendants : l’Égypte (depuis 1922), le Liberia (depuis 1945), l’Érythrée (mais ce territoire fait alors partie de l’Éthiopie avant de s’en séparer en 1993), l’Éthiopie (qui n’a jamais été colonisée hormis la parenthèse de l’occupation italienne entre 1935 et 1941), l’Union sud-africaine (qui est alors un dominion britannique et le restera jusqu’en 1961, date de sa pleine et entière indépendance). En dehors de l’Érythrée, ce sont les quatre pays africains signataires de la charte des Nations unies.

Frontières de 1945 et souverainetés coloniales Voir la carte sur le site de la Documentation française

L’ONU

L’ONU était considérée par les colonisés comme ayant vocation à soutenir leurs revendications du fait de ses textes de référence (charte des Nations unies et Déclaration universelle des droits de l’homme) et du fait qu’elle exerçait une tutelle sur certaines colonies comme le Togo. L’ONU constitua une tribune dans laquelle les pays non-colonisateurs ou fraîchement décolonisés critiquèrent les colonisateurs.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

6

La charte des Nations unies

Dès le 14 août 1941, Roosevelt et Churchill avaient affirmé, dans la charte de l’Atlantique : « Chaque peuple a le droit de choisir la forme de gouvernement sous laquelle il doit vivre. »

Cette déclaration était ambiguë car, si elle visait d’abord les peuples d’Europe occupés par les puissances de l’Axe, elle pouvait s’appliquer également à toutes les populations assujetties, y compris coloniales.

Dans son discours du 5 octobre 1941, Churchill récusa cette interprétation : « Je désire être clair : ce que nous avons, nous le gardons. Je ne suis pas devenu Premier ministre de Sa Majesté afin de procéder à la liquidation de l’Empire britannique. »

Cependant, le travailliste Clément Attlee, s’adressant à des étudiants ouest-africains, estimait que la charte concerne toutes les « races » : « Après les horreurs de la guerre et la destruction, nous arriverons à un monde de paix, de sécurité et de justice sociale non pour un peuple, non pour un continent, mais pour tous les peuples de tous les continents du monde. » (Times, 16 août 1941).

Du côté américain, le président Roosevelt reprenait à son compte la tradition anticolonialiste des États- Unis, qui s’était déjà exprimée à la conférence de Berlin (1885) ou lors de la question des mandats (1919). L’Organisation des Nations unies traduisit ces préoccupations en mentionnant dans sa charte (26 juin 1945) l’existence de populations dépendantes, ce que certains appelèrent la « charte coloniale » :

Chapitre XI : Déclaration relative aux territoires non autonomes

Article 73

Les membres des Nations unies qui ont ou qui assument la responsabilité d’administrer des territoires dont les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes reconnaissent le principe de la primauté des intérêts des habitants de ces territoires. Ils acceptent comme une mission sacrée l’obligation de favoriser dans toute la mesure possible leur prospérité, dans le cadre du système de paix et de sécurité internationales établi par la présente charte et, à cette fin :

1. D’assurer, en respectant la culture des populations en question, leur progrès politique, économique et

social, ainsi que le développement de leur instruction, de les traiter avec équité et de les protéger contre les

abus.

2. De développer leur capacité de s’administrer elles-mêmes, de tenir compte des aspirations politiques des

populations et de les aider dans le développement progressif de leurs libres institutions politiques, dans la mesure appropriée aux conditions particulières de chaque territoire et de ses populations et à leurs degrés variables de développement.

3. D’affermir la paix et la sécurité internationales.

4. De favoriser des mesures constructives de développement, d’encourager des travaux de recherche, de

coopérer entre eux et, quand les circonstances s’y prêteront, avec les organismes internationaux spécialisés, en vue d’atteindre effectivement les buts sociaux, économiques et scientifiques énoncés au présent article ;

5. De communiquer régulièrement au secrétaire général, à titre d’information, sous réserve des exigences

de la sécurité et de considérations d’ordre constitutionnel, des renseignements statistiques et autres de nature technique relatifs aux conditions économiques, sociales et de l’instruction dans les territoires dont ils sont respectivement responsables, autres que ceux auxquels s’appliquent les chapitres XII et XIII. »

On notera que le texte se montre prudent (il n’emploie pas le terme de « colonies » pour ne pas heurter de front les métropoles) et peu innovant dans la mesure où les puissances coloniales demeurent libres d’apprécier « les conditions particulières de chaque territoire » et « leurs degrés variables de développement ». En outre, les termes d’indépendance et même de self-government sont soigneusement évités.

« Chapitre XII : Régime international de tutelle

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

7

Article 75

L’Organisation des Nations unies établira, sous son autorité, un régime international de tutelle pour l’administration et la surveillance des territoires qui pourront être placés sous ce régime en vertu d’accords particuliers ultérieurs. Ces territoires sont désignés ci-après par l’expression “territoires sous tutelle” ».

Les territoires sous mandat sont confiés en tutelle aux anciens pays mandataires. Le chapitre XII crée un Conseil de tutelle, qui dispose de pouvoirs d’investigation. On observera que cela n’a guère accéléré l’accession à l’indépendance de ces territoires : Cameroun, Togo, Rwanda, Burundi, Sud-ouest africain.

Résolution 637 des Nations unies sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, 16 décembre

1952

Cette résolution précise le devoir, pour les puissances coloniales, de préparer les territoires non autonomes « à l’autonomie complète ou à l’indépendance ». Elle s’explique par l’admission à l’ONU de colonies récemment parvenues à l’indépendance (Inde, Pakistan, Ceylan, Birmanie, Indonésie, Libye) et reflète la structuration de l’afro-asiatisme. Voir sur le site de l’ONU

637 (VII). Droit des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes

Considérant que le droit des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes est une condition préalable de la jouissance de tous les droits fondamentaux de l’homme,

Considérant que les articles 1 et 55 de la charte des Nations unies visent à développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, en vue de consolider la paix du monde,

Considérant que la charte des Nations unies reconnaît que certains membres de l’Organisation des Nations unies ont la responsabilité d’administrer des territoires dont les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes et proclame les principes dont ils doivent s’inspirer,

Considérant que chaque membre de l’Organisation doit, conformément à la charte, respecter le maintien du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans les autres États,

L’assemblée générale recommande ce qui suit :

1. Les États membres de l’Organisation doivent soutenir le principe du droit de tous les peuples et de toutes

les nations à disposer d’eux-mêmes ;

2. Les États membres de l’Organisation doivent reconnaître et favoriser la réalisation, en ce qui concerne

les populations des territoires non autonomes et des territoires sous tutelle placés sous leur administration, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et doivent faciliter l’exercice de ce droit aux populations de ces territoires compte tenu des principes et de l’esprit de la charte des Nations unies en ce qui concerne

chaque territoire et de la volonté librement exprimée des populations intéressées, la volonté de la population étant déterminée par voie de plébiscite ou par d’autres moyens démocratiques reconnus, de préférence sous l’égide des Nations unies ;

3. Les États Membres de l’Organisation qui ont la responsabilité d’administrer des territoires non

autonomes et des territoires sous tutelle prendront des mesures pratiques, en attendant la réalisation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et afin de préparer cette réalisation, pour assurer la participation directe des populations autochtones aux organes législatifs et exécutifs du gouvernement de ces territoires,

ainsi que pour préparer lesdites populations à l’autonomie complète ou à l’indépendance.

403 e séance plénière, le 16 décembre 1952.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

8

Résolution 1514 « sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux », 14 décembre

1960

Cette résolution, prend acte pour s’en réjouir de la récente accession à l’indépendance de nombreux territoires, est beaucoup plus radicale car elle attaque directement le « colonialisme dans toutes ses manifestations ». En septembre, le secrétaire général de l’ONU, Dag Hammarskjöld, accueille solennellement les représentants de ces nouveaux États devant le siège de l’Organisation.

L'Assemblée générale,

Consciente de ce que les peuples du monde se sont, dans la Charte des Nations Unies, déclarés résolus à proclamer à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites, et à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Consciente de la nécessité de créer des conditions de stabilité et de bien-être et des relations pacifiques et amicales fondées sur le respect des principes de l'égalité de droits et de la libre détermination de tous les peuples, et d'assurer le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion,

Reconnaissant le désir passionné de liberté de tous les peuples dépendants et le rôle décisif de ces peuples dans leur accession à l'indépendance,

Consciente des conflits croissants qu'entraîne le fait de refuser la liberté à ces peuples ou d'y faire obstacle, qui constituent une grave menace à la paix mondiale,

Considérant le rôle important de l'Organisation des Nations Unies comme moyen d'aider le mouvement vers l'indépendance dans les territoires sous tutelle et les territoires non autonomes,

Reconnaissant que les peuples du monde souhaitent ardemment la fin du colonialisme dans toutes ses manifestations,

Convaincue que le maintien du colonialisme empêche le développement de la coopération économique internationale, entrave le développement social, culturel et économique des peuples dépendants et va à l'encontre de l'idéal de paix universelle des Nations Unies,

Affirmant que les peuples peuvent, pour leurs propres fins, disposer librement de leurs richesses et ressources naturelles sans préjudice des obligations qui découleraient de la coopération économique internationale, fondée sur le principe de l'avantage mutuel, et du droit international,

Persuadée que le processus de libération est irrésistible et irréversible et que, pour éviter de graves crises, il faut mettre fin au colonialisme et à toutes les pratiques de ségrégation et de discrimination dont il s'accompagne,

Se félicitant de ce qu'un grand nombre de territoires dépendants ont accédé à la liberté et à l'indépendance au cours de ces dernières années, et reconnaissant les tendances toujours plus fortes vers la liberté qui se manifestent dans les territoires qui n'ont pas encore accédé à l'indépendance,

Convaincue que tous les peuples ont un droit inaliénable à la pleine liberté, à l'exercice de leur souveraineté et à l'intégrité de leur territoire national,

PROCLAME solennellement la nécessité de mettre rapidement et inconditionnellement fin au colonialisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations;

Et, à cette fin, Déclare ce qui suit :

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

9

1. La sujétion des peuples à une subjugation, à une domination et à une exploitation étrangères constitue

un déni des droits fondamentaux de l'homme, est contraire à la Charte des Nations Unies et compromet la

cause de la paix et de la coopération mondiales.

2. Tous les peuples ont le droit de libre détermination; en vertu de ce droit, ils déterminent librement leur

statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel.

3. Le manque de préparation dans les domaines politique, économique ou social ou dans celui de

l'enseignement ne doit jamais être pris comme prétexte pour retarder l'indépendance.

4. Il sera mis fin à toute action armée et à toutes mesures de répression, de quelque sorte qu'elles soient,

dirigées contre les peuples dépendants, pour permettre à ces peuples d'exercer pacifiquement et librement

leur droit à l'indépendance complète, et l'intégrité de leur territoire national sera respectée.

5. Des mesures immédiates seront prises, dans les territoires sous tutelle, les territoires non autonomes et

tous autres territoires qui n'ont pas encore accédé à l'indépendance, pour transférer tous pouvoirs aux peuples de ces territoires, sans aucune condition ni réserve, conformément à leur volonté et à leurs vœux librement exprimés, sans aucune distinction de race, de croyance ou de couleur, afin de leur permettre de jouir d'une indépendance et d'une liberté complètes.

6. Toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l'unité nationale et l'intégrité territoriale d'un

pays est incompatible avec les buts et les principes de la Charte des Nations Unies.

7. Tous les Etats doivent observer fidèlement et strictement les dispositions de la Charte des Nations

Unies, de la Déclaration universelle des droits de l'homme et de la présente Déclaration sur la base de l'égalité, de la non- ingérence dans les affaires intérieures des Etats et du respect des droits souverains et

de l'intégrité territoriale de tous les peuples.

Les deux grands

Les États-Unis et l’URSS, qui s’imposent comme les puissances majeures au lendemain de la guerre, condamnent le colonialisme mais selon des arguments différents. Dans le contexte de la guerre froide, la question coloniale devient un sujet de rivalités entre l’Est et l’Ouest, comme en témoigne cette confrontation d’Eisenhower et Khrouchtchev à l’ONU en 1960.

Images INA - A New York, l’ONU centre du monde (Les Actualités Françaises - 28/09/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

On discernera dans ce compte rendu le double enjeu de cette assemblée de l’ONU :

l’admission à l’ONU des 14 nations africaines qui viennent d’accéder à l’indépendance, marque symbolique de leur souveraineté ;

la rivalité, qui se manifeste à la tribune de l’ONU, entre États-Unis et URSS, Eisenhower annonçant un « plan Marshall pour l’Afrique », Khrouchtchev dénonçant avec violence le « colonialisme ».

On éclairera cette intervention d’Eisenhower à la lumière de la stratégie du containment, qui a déjà justifié le plan Marshall pour l’Europe en 1947, l’objectif étant d’endiguer l’expansion du communisme. On explicitera également les ressorts idéologiques du discours de Khrouchtchev, dans la tradition de la dénonciation de « l’impérialisme, stade suprême du capitalisme ».

On observera pour finir que jusque dans les années 1950, les problèmes africains restent au second plan derrière ceux de l’Asie et que, hormis l’Indochine, la décolonisation n’a suscité aucune crise grave entre les deux blocs.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

10

Du côté des métropoles : le cas français

Les années de guerre et celles qui suivent sont l’histoire d’un vaste malentendu entre colonisateurs et colonisés. Les Européens restent attachés à leurs empires, rempart de leur puissance en déclin. Ils concèdent à leurs colonies africaines des réformes de faible portée tout en ayant le sentiment de faire preuve d’une grande générosité. Mais les Africains veulent plus : ils franchissent le pas qui sépare l’espoir de progrès de la volonté d’obtenir un changement radical.

La célèbre conférence de Brazzaville illustre cette incompréhension et témoigne du fossé croissant entre colonisateurs et colonisés. Réunie dans la tradition des grandes conférences impériales, elle fut l’objet d’un mythe – comme la conférence de Berlin – qui lui a conféré une signification, un poids et une portée bien éloignés de la réalité.

Convoquée à l’initiative de de Gaulle avec comme mission de réfléchir à l’avenir de l’empire, elle est conçue et organisée par René Pleven, le commissaire aux Colonies de la France libre, et se tient du 30 janvier au 8 février 1944 dans la ville qui a été érigée en capitale de la France libre en 1941. Elle a un double but : affirmer la mainmise française sur son empire face aux manœuvres anticoloniales américaines ; témoigner que la participation des peuples colonisés dans la « libération nationale » serait prise en compte.

Outre de Gaulle (qui n’est resté que deux jours) et Félix Eboué, son hôte (Noir originaire de Guyane, il avait rallié la France libre dès août 1940 alors qu’il était gouverneur du Tchad, avant d’être nommé gouverneur général de l’AEF, premier Noir à occuper un poste aussi élevé dans l’administration coloniale française), la conférence réunit les gouverneurs et les grands administrateurs de l’Afrique française. Aucun Africain n’est invité à participer aux travaux. Les « évolués » peuvent seulement transmettre leurs revendications par le biais du gouverneur Eboué.

Le discours d’ouverture de Pleven rappelle simplement la « mission civilisatrice » de la France en

Afrique :

« Nous continuerons simplement les grandes traditions coloniales de la France, celle des grands hommes à

]

française ce que nous voulons en premier lieu qu’elle soit : l’affirmation de notre foi en la mission de la France en Afrique, de notre conviction que les Français portent en eux l’aptitude, la volonté de la force de la mener à bien, enfin, l’affirmation de notre volonté de prendre nous-mêmes et surtout sans les partager avec aucune institution anonyme, les immenses mais exaltantes responsabilités qui sont les nôtres, vis-à-vis des

qui le pays doit son empire. [

nous permet de faire de cette conférence africaine

]

Votre présence [

races qui vivent sous notre drapeau. »

Discours de de Gaulle à Brazzaville (janvier 1944)

Images INA - De Gaulle discours de Brazzaville (janvier 1944) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Tout en justifiant la colonisation française en Afrique, de Gaulle évoque la perspective d’une

« gestion de leurs propres affaires » par les Africains :

« En Afrique française, comme dans tous les autres territoires où des hommes vivent sous notre drapeau, il

n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi. Tel est le but vers lequel nous avons à nous diriger. Nous ne nous dissimulons pas la longueur des étapes. »

Cette phrase est en partie à l’origine du mythe. En réalité, il n’était nullement question d’indépendance des colonies africaines. En effet, les réformes sociales prévues étaient importantes mais aucune place ne fut laissée au dialogue, et le préalable à la recommandation votée par la conférence excluait toute perspective d’indépendance ni même d’autonomie :

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

11

« Les fins de l’œuvre de civilisation accomplie par la France dans les colonies écartent toute idée d’autonomie, toute possibilité d’évolution hors du bloc français de l’empire : la constitution éventuelle, même lointaine, de self-government dans les colonies est à écarter. »

L’œuvre de la conférence fut diversement jugée. Pour les uns, elle représentait une volonté de nouveauté par rapport à l’immobilisme précédent et contenait un programme audacieux. Pour les autres, elle restait conservatrice, voire rétrograde, surtout en ce qui concerne le travail forcé et l’avenir politique des colonisés.

Considérée par la suite comme un tournant de la politique coloniale française, elle prit alors une signification mythique consacrée par de Gaulle, lorsqu’il commença sa tournée africaine en 1958 par la capitale du Congo.

La conférence de Brazzaville (janvier 1944)

Images INA - De Gaulle discours de Brazzaville 30 janvier 1944 (Office Français d'Informations Cinématographiques - 01/01/1944) Voir la vidéo sur le site de l’INA

« Et voici Brazzaville, Brazzaville qui arrêta la capitulation au nord de l’Équateur, Brazzaville, refuge pendant ces cruelles années de l’indépendance et de l’honneur français.

C’était bien ici que devait se réunir la conférence africaine. C’était bien ici que devaient se réunir les meilleurs serviteurs de la civilisation française en Afrique. Parce qu’ils étaient les serviteurs de cette civilisation, pour la première fois dans une conférence de ce genre, la primauté fut accordée non plus aux problèmes économiques mais aux problèmes humains.

Et enfin pour cette raison, déclara le général de Gaulle, ayant tiré du drame la leçon qu’il convient, la France nouvelle a décidé, pour ce qui la concerne et pour ce qui concerne tous ceux qui dépendent d’elle, de choisir noblement, largement des chemins nouveaux en même temps que pratiques vers le destin.

C’est l’homme, c’est l’Africain, devait résumer aussi le commissaire aux colonies René Pleven, ce sont ses aspirations, ses besoins, c’est l’Africain comme individu et membre de la société qui sera la préoccupation constante de la conférence. »

Ce compte rendu est révélateur de la manière dont la métropole envisage l’avenir de l’Afrique au sein de l’empire colonial français. Il insiste d’abord sur le choix de Brazzaville, symbole de l’attachement de la métropole à son empire. Il reprend des éléments des discours de de Gaulle et de Pleven au caractère paternaliste et excessivement flou. Enfin, de manière involontaire, par l’image, il illustre le fossé séparant les Blancs, présents à la conférence, des Noirs, cantonnés dans la rue.

De manière générale, en face de positions internationales favorables à la décolonisation, la France et le Royaume-Uni réforment leur empire. Cela se traduit par un changement de dénomination. En France, l’empire fait place à l’Union française, plus conforme aux idées développées dans le préambule de la Constitution de 1946 :

« La France forme avec les peuples d’outre-mer une union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion. L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires, écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus. »

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

12

L’émergence du tiers-monde : la conférence de Bandung

Les pays participant à la conférence de Bandung en 1955 Voir la carte sur le site de la Documentation française

La conférence de Bandung se tient du 18 au 25 avril 1955 en Indonésie. Le président Soekarno est l’hôte de 29 délégations venues d’Afrique, d’Asie et du Proche-Orient et qui ont toutes en commun d’appartenir à ce que le démographe français Alfred Sauvy a désigné en 1952 sous le terme de « tiers- monde ».

La carte est représentative de l’avancée du processus de décolonisation en 1955 : alors que l’Asie, très largement émancipée, fournit le gros des participants, seuls six États africains sont présents à Bandung.

Cette conférence est perçue par Senghor, alors envoyé officiel français et futur président du Sénégal, comme un « coup de tonnerre ». En effet, les États-Unis et l’URSS ont été tenus à l’écart des débats et c’est ce qui explique en partie la curiosité médiatique qui entoure l’événement. De plus, dans le communiqué final, ces pays appellent à la poursuite de la décolonisation en Afrique (dont certains pays encore colonisés sont invités en tant qu’observateurs) et à la non-ingérence des grandes puissances dans leurs affaires intérieures. Ils adoptent également le principe d’une coopération internationale pour aider au développement des pays les plus pauvres.

Mais au terme de cette conférence, utilisée comme vitrine internationale pour des pays comme la Chine (représentée par son ministre des Affaires étrangères Zhou Enlai), des divergences d’opinions apparaissent entre pays pro-occidentaux, communistes et neutralistes. Elles ne permettent pas aux délégations présentes d’affirmer une position claire et commune de non-alignement par rapport aux États- Unis et à l’URSS.

Extrait du communiqué final de la conférence, 24 avril 1955 :

« C) Droits de l’Homme et auto-détermination

1. La Conférence afro-asiatique déclare appuyer totalement les principes fondamentaux des droits de

l’homme tels qu’ils sont définis dans la charte des Nations unies et prendre en considération la Déclaration universelle des droits de l’homme comme un but commun vers lequel doivent tendre tous les peuples et toutes les Nations.

La Conférence déclare appuyer totalement le principe du droit des peuples et des nations à disposer d’eux- mêmes tel qu’il est défini dans la charte des Nations unies et prendre en considération les résolutions des Nations unies sur le droit des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes, qui est la condition préalable à la jouissance totale de tous les droits fondamentaux de l’homme.

2. La Conférence afro-asiatique déplore la politique et les pratiques de ségrégation et de discrimination

raciales qui forment la base du système politique et des rapports humains dans de vastes régions d’Afrique et dans d’autres parties du monde. Un tel comportement est non seulement une violation grossière des droits de l’homme mais encore une négation des valeurs essentielles de la civilisation et de la dignité de l’homme. La Conférence exprime sa profonde sympathie et son appui pour l’attitude courageuse prise par toutes les victimes de la ségrégation raciale, particulièrement par les peuples d’origine africaine, indienne et pakistanaise en Afrique du Sud ; approuve chaleureusement tous ceux qui soutiennent leur cause ; réaffirme la détermination des peuples asiatiques et africains d’extirper toute trace de racisme qui pourrait exister dans leurs propres pays, et s’engage à user de toute son influence morale pour mettre en garde ceux qui courraient le danger d’être victimes du même fléau dans leur lutte pour l’extirper.

3. Considérant la tension existant au Moyen-Orient, tension qui est causée par la situation en Palestine, et

considérant le danger que cette tension constitue pour la paix mondiale, la Conférence afro-asiatique

déclare appuyer les droits du peuple arabe de Palestine et demande l’application des résolutions des Nations unies sur la Palestine et la réalisation d’une solution pacifique du problème palestinien.

F) Déclaration sur les problèmes des peuples dépendants

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

13

La Conférence afro-asiatique a discuté les problèmes des peuples dépendants et du colonialisme et des maux résultant de la soumission des peuples à l’assujettissement de l’étranger, à leur domination et à leur exploitation par ce dernier. La Conférence est d’accord :

1. Pour déclarer que le colonialisme, dans toutes ses manifestations, est un mal auquel il doit être mis fin

rapidement.

2. Pour déclarer que la question des peuples soumis à l’assujettissement à l’étranger, à sa domination et à

son exploitation constitue une négation des droits fondamentaux de l’homme, est contraire à la charte des Nations unies et empêche de favoriser la paix et la coopération mondiales.

3. Pour déclarer qu’elle appuie la cause de la liberté et de l’indépendance de ces peuples.

4. Et pour faire appel aux Puissances intéressées pour qu’elles accordent la liberté et l’indépendance à ces

peuples. »

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

14

Mouvements anticolonialistes et nationalistes

En 1945, en Afrique subsaharienne, on ne remet pas fondamentalement en cause la tutelle de la France. Pourquoi ?

Les conditions même d’une prise de conscience nationale n’existent pas : elles n’étaient pas réunies avant la colonisation, et des identités nationales fortes n’ont pas eu le temps de se former durant la colonisation, à l’intérieur des découpages coloniaux.

C’est aussi un effet de la politique (ou du discours) d’assimilation culturelle de la France qui a encouragé parmi les élites davantage le désir d’égalité avec l’ensemble des citoyens français que celui du divorce. Autrement dit, il y a plus d’égalitarisme que d’indépendantisme, y compris chez un Senghor, ardent promoteur de la « négritude ». Parmi ces élites, nées avant ou pendant la Première Guerre mondiale et ayant vécu une colonisation tout à la fois assimilatrice et paternaliste, on peut citer Senghor (Sénégal), Houphouët-Boigny (Côte-d’Ivoire), Modibo Keïta (Soudan-Mali), Philibert Tsiranana (Madagascar), Léon M’Ba (Gabon). Cependant, de nouvelles générations de militants et de leaders africains apparaissent, plus radicaux, plus attentifs à l’évolution générale du monde, formés par le syndicalisme ou par les universités de la métropole. Mais ce n’est pas qu’affaire de génération : aux radicaux Sékou Touré ou Ruben Um Nyobé (leader de l’Union des populations du Cameroun [UPC]), nés dans les années 1910-1920, s’opposent des « modérés » qui comptent des hommes jeunes comme Hmadou Ahidjo (adversaire de l’UPC au Cameroun) ou David Dacko (Oubangui). Quoiqu’il en soit, au cours des années 1950, les modérés sont débordés par des éléments plus radicaux au sein des syndicats, des organisations étudiantes, des associations. Beaucoup, marxisés, critiquent ouvertement l’impérialisme français, invoquant la solidarité des colonisés, et bientôt l’indépendance immédiate.

En 1958, l’empire colonial français, rebaptisé depuis 1946 « Union française », reste l’objet d’un discours télévisuel à la gloire de l’œuvre réalisée par la France et qui passe entièrement sous silence l’émergence de ces mouvements contestataires.

L’Union française en 1958

Images INA - Union française (JT 13H - 23/09/1958) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Réalisé à la veille du référendum du 28 septembre 1958 pour le journal télévisé, ce montage dresse un panorama de la situation démographique, politique et économique de l’Union française et de sa population autochtone. À l’aide d’images d’illustration, il présente des grands travaux menés à Madagascar, en Afrique occidentale et orientale : aménagements des voies navigables, développement du réseau routier, exploitations des richesses du sous-sol, ouverture d’hôpitaux et d’écoles publiques.

Ce

« chef-d’œuvre »

de

propagande

coloniale

s’inscrit

dans

une

parfaite

continuité

avec

l’entreprise de justification de la colonisation engagée notamment par Lyautey dans l’entre-deux-guerres…

Le commentaire multiplie les éloges de l’œuvre coloniale : « Poursuivant un effort entrepris depuis

des résultats qui la placent au tout

C’est à la

France qu’ils devront leur éducation civique, leur émancipation sociale, la pratique de la démocratie, et aussi cette promotion dans l’ordre des valeurs humaines qui a donné aux Africains cette joie de vivre, cette authentique élégance, ce rythme moderne d’activité… »

plus de cinquante ans, la France a obtenu dans cette Afrique noire [

premier rang des nations qui ont œuvré en faveur de pays incomplètement développés [

]

].

Par contre, le commentaire observe un silence total sur les intérêts de la métropole, les formes d’exploitation, l’émergence de mouvements contestataires, voire indépendantistes…

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

15

Des décolonisations multiformes

Introduction

L’accession des colonies d’Afrique à la souveraineté fut l’aboutissement des multiples formes de résistance, de dissidence et de lutte que le continent a connues depuis les débuts de la colonisation et qui se sont amplifiées à partir des années 1930, pour se radicaliser à peu près partout après la Seconde Guerre mondiale. Mais le rythme du processus d’émancipation a dû compter aussi avec d’autres facteurs, en particulier avec le rapport des forces politiques à l’intérieur des États colonisateurs et avec la compétition opposant les grandes puissances.

Ce jeu complexe aboutit à des décolonisations multiformes. L’année 1960, qui semble marquée par des émancipations négociées et pacifiques, ne fut cependant pas exempte de tensions et a connu de graves crises, comme au Congo belge.

Phases et modalités

Dates d’accession à l’indépendance

Modalités d’accession à l’indépendance

Modalités d’accession à l’indépendance © Editions Hâtier

© Editions Hâtier

La confrontation de ces deux cartes peut constituer le point de départ d’un travail sur les indépendances africaines de 1960 permettant d’en dégager les grandes caractéristiques (des indépendances nombreuses, pacifiques et concernant des territoires majoritairement sous souveraineté ou tutelle française) qu’il s’agira ensuite d’expliquer.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

16

Les grandes phases

La carte de gauche représente simplement la chronologie des indépendances, celle de droite, les modalités d’accession à la souveraineté. Quels territoires accèdent à l’indépendance en 1960 ? Selon quelles voies ? Peut-on observer une spécificité de l’année 1960 par rapport aux années antérieures ou postérieures ? Dans l’affirmative, avec quels contre-exemples ?

On verra ainsi que les indépendances africaines ne se réduisent pas à 1960 mais s’échelonnent sur une période relativement longue puisque, sans même prendre en compte le cas de l’Égypte (1922- 1936), quatre décennies s’écoulent entre l’indépendance de la Libye (24 décembre 1951) et celle de la Namibie (21 mars 1990).

La première phase (1956-1959) concerne la partie occidentale du continent, la plus riche et la plus développée. Les exemples contagieux du Ghana, de la Guinée ou du Togo ouvrent une seconde phase (1960-1965) en abrégeant d’abord l’existence de la Communauté franco-africaine instaurée par le général de Gaulle en 1958. Celle-ci se disloque avec l’indépendance de 12 possessions françaises (dont Madagascar) et des deux territoires sous tutelle (Togo et Cameroun). Le Congo belge accède également à l’indépendance, mais dans une précipitation et une absence de préparation qui conduisent à de graves conflits. L’année 1960 correspond aussi à la décolonisation plus hésitante des possessions britanniques, à commencer par le Nigeria, suivi en 1961 du Sierra Leone, puis des territoires d’Afrique orientale (Tanganyika, Kenya, Ouganda) et centrale (Nyassaland et Rhodésie du Nord). Le 11 novembre 1965, lorsque la Rhodésie du Sud déclare unilatéralement son indépendance, toutes les possessions françaises et anglaises d’Afrique noire ainsi que le Congo belge sont devenus des États souverains.

Cette proclamation unilatérale de l’indépendance de la Rhodésie du Sud par la minorité blanche, en 1965, ouvre une troisième phase, plus longue et conflictuelle, dominée par la résistance des « bastions blancs » (colonies portugaises, Rhodésie et Afrique du Sud) à toute perspective d’indépendance négociée. De là une série de violents conflits. Le Portugal, alors dirigé par Salazar, cherche à maintenir coûte que coûte les derniers vestiges de son empire, tandis que les populations blanches d’Afrique centrale et australe institutionnalisent leur domination au mépris des condamnations internationales. La révolution des œillets à Lisbonne en avril 1974 ouvre la voie à l’émancipation des possessions portugaises en 1975. Mais ce n’est qu’en 1980 que le Zimbabwe accède à l’indépendance, au terme de la lutte menée par la guérilla sud-rhodésienne, et en 1990 pour la Namibie, avec la chute de l’apartheid en Afrique du Sud.

Les modalités

Dans la fièvre des événements qui agitèrent le continent pendant la grande décennie des indépendances, entre 1955 et 1965, les dirigeants élaborèrent leur propre vision du processus d’émancipation, opposant les « indépendances conquises », comme celles du Ghana, de la Guinée et, plus tard, des colonies portugaises, et les « indépendances octroyées », dont les exemples les plus clairs viendraient des territoires sous domination française et qui auraient été l’antichambre du néocolonialisme. Cette classification conçue dans la polémique est trop sommaire pour rendre compte de la complexité des diverses situations dans lesquelles il y eut toujours, dans des proportions constamment changeantes, une part de combat et une part de négociation. Les historiens se sont ensuite essayés à d’autres typologies, privilégiant soit les acteurs (du côté des métropoles ou des colonies, selon la volonté plus ou moins affirmée d’accorder, pour les unes, ou d’obtenir, pour les autres, l’indépendance), soit les méthodes (guerre, évolution institutionnelle, négociation), soit encore la situation locale. Toutes ces approches sont opératoires… mais la répartition des pays dans une catégorie plutôt que dans une autre reste souvent arbitraire.

Au moins peut-on distinguer entre les « indépendances négociées » dont le Sénégal et le Tanganyika sont de bons exemples, et les « indépendances acquises », sur le modèle des États-Unis d’Amérique au XVIII e siècle auquel Nkrumah aimait se référer.

On s’interrogera d’abord sur les « modalités » retenues par la carte de droite avant d’observer que les indépendances de l’année 1960, sans exclusive, sont qualifiées de « paisibles » à l’exception de celle

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

17

du Congo belge, considérée comme « gagnée ». La rubrique infra « Du côté belge : une indépendance dans la violence. La république du Congo (futur Zaïre) » permettra de justifier cette qualification. On notera aussi que ces modalités ne préjugent pas des lendemains des indépendances, qui ont pu être marqués par des crises violentes.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

18

Des modèles ?

Dans le schéma classique qui oppose la Grande-Bretagne et la France, la première est créditée d’une décolonisation pleinement assumée, négociée et pacifique, conforme à un tempérament porté au pragmatisme et à l’appréciation sans états d’âme de ses intérêts, tandis que la seconde se verrait attribuer une décolonisation beaucoup plus réticente et conflictuelle s’expliquant par son jacobinisme. Quant à la décolonisation belge, elle se rapprocherait, avec la décolonisation portugaise, du cas français. Que valent ces modèles dans le cas des indépendances africaines de 1960 ? Comment les médias audiovisuels français (actualités cinématographiques ou reportages télévisés) rendent-ils compte de ces différents modes d’accession à l’indépendance ?

Du côté britannique : une décolonisation exemplaire ? Le cas du Kenya

Certes, en Inde comme en Afrique, la Grande-Bretagne a su faire l’économie de guerres prolongées et faire évoluer son empire avec, déjà, la création de dominions. Cette démarche s’appuyait sur le Commonwealth, qui offrait une structure d’accueil aux colonies qui accédaient à l’indépendance et préservait l’influence économique et culturelle de l’ex-métropole. En perdant, dès 1950, à la demande de l’Inde et du Pakistan, sa qualification de British, le Commonwealth of Nations abandonnait son caractère impérial au profit d’une communauté multiraciale et linguistique. C’est dans un quasi-consensus des partis politiques et de l’opinion publique que le cabinet Macmillan accorde les indépendances aux territoires africains à partir de 1957.

Il reste qu’au-delà de la bonne volonté de Macmillan, s’est fait jour la résistance du Colonial Office, soucieux de perpétuer la domination des Blancs. Cela explique les compromis laborieux associant, en principe, une triple garantie : du régime parlementaire, de la représentation des minorités et de l’appartenance au Commonwealth des futurs États.

Pour nuancer le portrait d’une Grande-Bretagne conduisant une décolonisation précoce, négociée et pacifique, on pourra s’appuyer sur le cas du Ghana (à travers la figure de Nkrumah dans la sous-rubrique « Les héros de l’indépendance ») ou celui du Kenya, en Afrique orientale, présenté ici.

Images INA - Le problème Mau Mau au Kenya (JT 20H - 30/01/1954) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ce document muet, extrait du journal télévisé du 30 janvier 1954 (la bande-son n’a pas été conservée) présente un camp de prisonniers, au Kenya, où les colons britanniques enferment les paysans rebelles Mau Mau, qui se battent depuis 1952 contre la loi coloniale britannique.

Ces images seront replacées dans un double contexte, celui de la colonisation britannique du Kenya et celui de la répression de la révolte Mau Mau, avec la question du rôle de cette dernière dans l’accession du Kenya à l’indépendance (obtenue en 1963).

À partir de ces recherches, on pourra faire écrire aux élèves un commentaire des images, sur deux modes au choix : le point de vue britannique d’alors, justifiant la répression du mouvement ; l’analyse d’un historien aujourd’hui, utilisant ces images comme un document sur la brutalité de la répression et évoquant le rôle de cette révolte et de sa répression dans l’accession du Kenya à l’indépendance.

La conquête britannique du Kenya avait initialement pour but de donner au Buganda (futur Ouganda) un débouché sur l’océan Indien. Mais la richesse du pays le transforme rapidement en terre de colonisation blanche. Au début du XX e siècle, plusieurs milliers de colons venus d’Angleterre ou d’Afrique du Sud s’approprient les riches White-Highlands qu’ils transforment en grandes plantations ou petites exploitations de café, de maïs ou de lin, destinées à la métropole. Colonisation brutale qui provoque très tôt des mouvements de protestation, surtout chez les Kikuyu dépossédés de leurs terres, rejetés dans des réserves ou réduits à un quasi-servage (les squatters). C’est dans ce contexte que naissent diverses associations telles la Kikuyu Central Association, dans les années 1920, à laquelle appartient Jomo Kenyatta. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quelques réformes assurent une meilleure représentation des Noirs et autorisent les partis politiques, comme la Kenya African Union (KAU). La misère des paysans sans terres et des masses urbaines est cependant à l’origine d’un cycle de manifestations et

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

19

de répression. La tension atteint son paroxysme entre 1952 et 1956 avec la révolte des Mau Mau, secte xénophobe et messianique qui exprime surtout une volonté de restaurer l’ordre précolonial. L’état d’urgence est proclamé en 1952. La révolte est très violemment réprimée et fait entre 10 000 et 15 000 victimes. Les méthodes employées sont brutales : parcage des populations, exécutions sommaires, très dures conditions de détention. Kenyatta est emprisonné pour 10 ans. Scandale en Grande-Bretagne où le Premier ministre Macmillan est obligé de remplacer le ministre des Colonies par un homme plus libéral après 1959.

On s’est beaucoup interrogé sur le rôle de Kenyatta dans l’accession ultérieure du Kenya à l’indépendance. Sans appeler directement à l’indépendance, le mouvement Mau Mau a mobilisé les masses urbaines et provoqué l’arrestation de Kenyatta, faisant de lui un héros national. Indirectement, il a donc encouragé et renforcé les revendications d’indépendance. Libéré de prison en 1961, Kenyatta prend la tête de la KAU, devenue KANU (National) et mène, aux côtés de la Kenya Africain Democratic Union (KADU), plus modérée et moins exclusive, les négociations qui amènent à l’autonomie interne du Kenya. Après les élections de juin 1963, qui assurent la victoire de la KANU, l’indépendance est proclamée le 12 décembre.

Du côté français : l’échec de la Communauté

Les indépendances que les territoires sous souveraineté française proclament au cours de l’année 1960 sont le fruit non prévu d’une évolution institutionnelle qui a connu deux grands moments : la « loi- cadre Defferre », qui accorde à ces territoires l’autonomie en 1956, la mise sur pied, dans le cadre de la Constitution de la V e République en 1958, d’une Communauté franco-africaine, qui finit par éclater en 1960.

On peut affirmer, après coup, que la loi de 1956 comme la Constitution de 1958 ont préparé l’indépendance de ces États, mais c’est une illusion d’optique car aucun de ces textes ne voulait ou ne prévoyait un tel processus. Il s’agissait au contraire de préserver une part de souveraineté française. Il est vrai cependant que ces deux textes ont fourni les cadres dans lesquels les futurs États indépendants ont pu se forger et exprimer progressivement – et diversement, car tous n’avaient pas la même position – leur volonté de s’émanciper de la France.

Inscrite au titre XII de la nouvelle Constitution de 1958, la Communauté n’a ainsi connu qu’une brève existence. Elle concerne Madagascar, l’Afrique noire à l’exception de la Guinée qui s’en est volontaire exclue dès 1958, ainsi que les territoires d’outre-mer. Le sénat de la Communauté ne détient qu’un mince pouvoir législatif (art. 83) et la France conserve la haute main sur les affaires communes (art. 82). Après un bref essai d’indépendance dans la Communauté, le général de Gaulle accède à la demande des jeunes États africains et malgache : leur indépendance s’échelonne entre août et novembre 1960. La Communauté a vécu. Pourquoi cet échec ?

On cherchera à répondre à travers l’exemple du Sénégal. Le Sénégal proclame son indépendance le 20 août 1960. Cet événement est le résultat d’un double échec : celui de la fédération du Mali, mise en place en 1958, et celui de la Communauté franco-africaine, qui se trouve alors vidée de sa substance. Quatre extraits vidéo permettent de retracer l’évolution du Sénégal vers l’indépendance.

Vers l’indépendance de la fédération du Mali (janvier 1960)

Images INA - Vers l’indépendance du Mali (Les Actualités Françaises - 20/01/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Au début de l’année 1960, la fédération du Mali regroupe le Sénégal et le Soudan français (futur Mali). Elle rassemblait à la fin de 1958 le Sénégal, le Soudan, la Haute-Volta et le Dahomey, et avait été créée dans une vue confédéraliste. Léopold Senghor appartenait à cette tendance. Il voulait reconstituer les fédérations d’AOF et d’AEF avant de transformer la Communauté en confédération d’États. Félix Houphouët-Boigny était quant à lui partisan d’un fédéralisme franco-africain sans intermédiaire entre la Communauté et les territoires, et parvint à détacher de la fédération du Mali la Haute-Volta et le Dahomey.

Ces images de négociations pacifiques et amicales représentent un moment d’espoir, conforme aux aspirations de certains peuples africains comme au projet de de Gaulle à cette date : l’indépendance mais aussi le maintien dans la Communauté. On notera au passage la manière qu’a le commentaire d’insister sur l’attachement du Mali, et non de la France, à la Communauté : c’est le « Mali [qui] tient à

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

20

rester dans la Communauté ». À cette date, la Communauté a fortement évolué. La Constitution de 1958 prévoyait à l’origine que les peuples d’outre-mer ayant adopté le statut d’État membre de la Communauté (ce que firent les 11 territoires de l’AOF et de l’AEF ainsi que Madagascar) puissent par la suite demander le transfert de compétences communes (article 78) ou un changement de statut dans la Communauté, ou encore l’indépendance mais en dehors de celle-ci (article 86) par une délibération de leur assemblée confirmée par un référendum. Or, dès 1959, les États membres demandent une représentation diplomatique distincte, se dotent d’une nationalité propre, d’un drapeau, voire d’un président de la République (à Madagascar, au Congo, en Haute-Volta). Surtout, le 28 septembre 1959, la fédération du Mali demande officiellement le transfert de toutes les compétences communes en vertu de l’article 78, de manière à devenir indépendante, mais sans sortir de la Communauté (contrairement à l’article 86). Après avoir hésité, de Gaulle accepte en décembre d’ouvrir des négociations en vue de l’indépendance du Mali dans la Communauté, qui sera proclamée le 20 juin 1960.

La fédération du Mali à la veille de son éclatement (janvier 1960)

Images INA - Mali : an I (Cinq colonnes à la une - 15/01/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait de la mythique émission 5 colonnes à la une, consacré à la fédération du Mali à la veille de son indépendance, révèle les fragilités de cette entité (parfois confondue par les habitants avec un parti), mais aussi les espoirs (« construire un nouveau Mali »), les déceptions (le manque de volontarisme des Sénégalais pour la construction collective des routes) tout en présageant d’autres difficultés à venir (parti unique).

Léopold Sédar Senghor, alors présenté comme le probable futur président du Mali indépendant, explique la voie choisie dans l’accession à l’indépendance : celle offerte par l’article 78 de la Constitution, qui permet un transfert des compétences communes et un maintien dans la Communauté, plutôt que celle du référendum, prévue par l’article 86 de la Constitution (voie choisie par la Guinée).

Filant la métaphore familiale, cette voie, qui ne rompt pas les « liens familiaux », apparaît selon lui comme un geste plus amical vis-à-vis de la France et de de Gaulle, présenté comme un « bon père de famille ». Senghor manifeste avec force son attachement tant à l’indépendance qu’à l’association avec la France à travers une « communauté rénovée » conçue comme un « Commonwealth à la française ».

L’évolution de la Communauté, avec la loi du 4 juin 1960, ne suffit cependant à la maintenir en vie :

la plupart des États qui proclament leur indépendance autour du mois d’août 1960 la quittent, la vidant ainsi de sa substance.

L’indépendance de la fédération du Mali (29 juin 1960)

Images INA - A Dakar l’indépendance du Mali (Les Actualités Françaises - 29/06/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ces Actualités françaises rendent compte de la naissance d’un nouvel État : la fédération du Mali (Sénégal et Soudan), le 20 juin 1960, que marquent certains symboles (lever du drapeau malien, cérémonies officielles de transfert de souveraineté).

Deux questions sont alors en suspens : les tensions internes qui font peser une grave menace sur le devenir de la fédération, qui éclate durant l’été (après la Haute-Volta, futur Burkina-Faso, et le Dahomey, futur Bénin, le Soudan s’en retire ; le Sénégal proclame son indépendance le 20 août, le Soudan français fait de même le 22 septembre, sous le nom de Mali) ; la question des liens avec l’ex-métropole, vus ici sous un jour forcément heureux, et dans le cadre de la Communauté : « C’était ainsi un pays totalement souverain qui allait par la suite, en signant les accords de coopération et de participation à la Communauté, engager son avenir aux côtés de la France. » On sait que si le Sénégal, avec Madagascar et les quatre États de l’ancienne AEF restèrent dans la Communauté « rénovée », les autres États qui proclamèrent leur indépendance en août 1960 en sortirent.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

21

L’éclatement de la fédération du Mali (août 1960)

Images INA - L’éclatement du Mali (Les Actualités Françaises - 31/08/196) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait des Actualités françaises du 31 août 1960 annonce la sortie du Sénégal de la fédération du Mali et sa proclamation d’indépendance. Il retransmet le discours du président du jeune État, Léopold Senghor, qui justifie cet éclatement.

Au bilan, le cas de la fédération du Mali éclaire les circonstances dans lesquelles les indépendances des États membres de la Communauté franco-africaine ont été proclamées au cours de l’année 1960. Ces indépendances signent l’échec du projet de confédération franco-africaine imaginé à partir de 1958. Cet échec tient d’abord au caractère inégalitaire de l’association franco-africaine qui renforçait la contagion de l’indépendance. Plusieurs précédents poussaient les territoires africains à revendiquer leur émancipation. Le Ghana de Kwame Nkrumah condamnait la Communauté au nom de l’indépendance et de l’unité africaine. La Guinée de Sékou Touré, qui avait osé faire « sécession », avait survécu au retrait de l’aide française : elle avait été reconnue par les grandes puissances et admise à l’ONU ; la France avait fini par normaliser ses relations avec elle. Le Togo et le Cameroun, territoires sous tutelle, avaient engagé la levée de cette tutelle. D’autres indépendances étaient prévues pour 1960 : celles du Nigeria britannique, du Congo belge et des Somalies. Le statut d’autonomie dans la Communauté semblait de plus en plus dépassé.

L’autre facteur d’éclatement de la Communauté réside dans les divisions entre leaders africains, les uns fédéralistes (comme Félix Houphouët-Boigny), les autres confédéralistes (comme Léopold Senghor). La fédération du Mali n’y survécut pas. De la même façon, les quatre États de l’AEF ne purent pas s’entendre pour former l’Union des républiques d’Afrique centrale à cause du refus du Gabon. Ils négocièrent donc séparément le transfert des compétences et les accords de coopération.

C’est ainsi que presque tous les États de la Communauté finirent par proclamer leur indépendance en août 1960.

Il reste que la Communauté n’était pas condamnée d’avance. En 1959, la majorité des partis et des leaders était favorable au projet et ce, pour plusieurs raisons. Jouait d’abord l’attachement à la France, patrie de la Révolution de 1789, dans laquelle siégeaient des députés africains et même des ministres (Félix Houphouët-Boigny fut ministre délégué à la présidence du Conseil de 1956 à 1957, avant d’être « ministre conseiller » dans le gouvernement Debré). L’idée était aussi présente que l’Afrique avait besoin du soutien de la France pour se développer. La Communauté rejoignait enfin le projet aujourd’hui oublié d’une « Eurafrique » permettant aux deux continents d’échapper à la domination américaine et à la menace communiste.

Du côté belge : une indépendance dans la violence. La république du Congo (futur Zaïre)

L’indépendance du Congo est reconnue en juin 1960 au terme d’une brève négociation. Le fait peut sembler refléter une attitude belge libérale. En réalité, cette émancipation, accordée dans la précipitation et sans la moindre préparation, a succédé à un long passé d’immobilisme et n’a pas empêché le jeu trouble des dirigeants de Bruxelles lors des crises consécutives à l’indépendance.

L’indépendance du Congo (ex-belge), juin 1960

Images INA - Indépendance du Congo (juin 1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ce montage muet est constitué d’images non utilisées sur l’indépendance du Congo qui a été octroyée par le roi Baudouin le 30 juin 1960. Il rend compte des circonstances troublées de l’indépendance

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

22

congolaise. On y voit les fêtes de l’indépendance ainsi que les manifestations qui se déroulent à l’extérieur de la conférence panafricaine à Léopoldville.

Le 13 janvier 1960, au lendemain des émeutes de Léopoldville, du 4 janvier au 6 janvier 1959, le roi Baudouin reconnaît le principe d’une indépendance accordée « sans atermoiements funestes ni précipitation inconsidérée ». Le gouvernement convie les partis qui se sont multipliés à une table ronde le 20 janvier 1960. Bien que d’inspirations très diverses – radicaux ou modérés, fédéralistes ou unitaires – ces partis réalisent un front commun et obtiennent que l’indépendance soit fixée au 1 er juillet. Un traité d’amitié belgo-congolais est signé le 29 juin et l’indépendance du Congo belge, devenu république du Congo, est proclamée le 30. Cette attitude de la Belgique, qui contraste avec l’immobilisme de la politique coloniale belge jusqu’alors, s’explique par la crainte d’une sécession des colons blancs et, plus généralement, le souci de sauver l’essentiel, à savoir le contrôle des richesses du pays, quitte à précipiter l’indépendance.

Les images des manifestations révèlent néanmoins de profondes divisions, comme l’illustrent pancartes et banderoles : « Nous exigeons la division du Kasai, seule solution de paix » ; « Pas de gouvernement sans Palonji » ; « À bas le gouvernement Lumumba fantoche ». Les élections de mai 1960 ont été remportées par l’unitariste Mouvement national congolais (MNC) lancé en octobre 1958 par Patrice Lumumba, mais qui n’a obtenu qu’un tiers des sièges. Lumumba devient Premier ministre et accepte de faire porter le fédéraliste Kasa-Vubu à la présidence de la République. Ancien séminariste, Joseph Kasa- Vubu a pris la tête en 1954 de l’Abako, association culturelle de l’ethnie Bakongo, fondée en 1950, de tendance fédéraliste. Parmi les autres mouvements concurrents on compte aussi le Conokat de Moïse Tshombé, qui représente la province du Katanga.

On pourra imaginer de faire produire par les élèves un court reportage rendant compte de la situation troublée du Congo à l’heure de l’indépendance, entre réjouissance et crise à venir. À partir de ces rushes, on procédera à un nouveau montage, une sonorisation et on rédigera un commentaire.

Cette production s’appuiera sur une recherche documentaire sur l’histoire du Congo belge, les circonstances dans lesquelles la métropole accorde, dans l’urgence, l’indépendance, et les questions qui restent en suspens…

Émeute au Congo (août 1960)

Images INA - Émeute contre le gouvernement Lumumba lors de la conférence panafricaine (Cinq colonnes

à la une - 02/09/1960)

Ce reportage de l’émission « Cinq colonnes à la une » rend compte de l’aggravation de la crise congolaise à la fin du mois d’août 1960. Elle met en lumière les divisions qui aboutissent à la fragmentation politique de la jeune république du Congo, finalement plongée dans la confusion et le chaos.

La banderole « Conférence des États indépendants d’Afrique du 25 au 31 août 1960 Léopoldville » permet de dater les événements évoqués. On relèvera et classera les textes des banderoles (« Vivent Kasa-Vubu et Lumumba, nos chefs incontestés, pères de la libération nationale », « À bas le traître Tshombé, valet de l’impérialiste belge » ; à l’inverse : « Exigeons démission immédiate du gouvernement fasciste Lumumba / À bas les mesures arbitraires / À bas le chantage du xénophobe / À bas le démagogue Lumumba », ou « À bas le tribalisme / À bas les saboteurs de l’indépendance / Vive la révolution »)

Quel est le point de vue du journaliste ? « Pour eux, ce qui compte, ce n’est pas le Congo, c’est leur tribu », commente-t-il ; « J’ai l’impression que vous êtes un peu contre tout », dit-il encore au manifestant anti-Lumumba, qui qualifie les « pères de l’indépendance » d’« associés du colonialisme ».

Se précise ici la grave et complexe crise qui plonge le Congo dans le chaos. Cette crise mêle plusieurs « ingrédients » : mutinerie de l’armée congolaise encadrée par des officiers belges dès le 5 juillet ; conflit personnel entre Kasa-Vubu et Lumumba qui, en adoptant progressivement des positions tiers- mondistes et panafricanistes, inquiète de plus en plus les milieux conservateurs du pays et les pays occidentaux ; sécession du Katanga par Tshombé soutenu par les milieux capitalistes belges, puis celle de l’État minier du Sud-Kasaï par Albert Kalondji, le tout sur fond de guerre froide avec de durs affrontements

à l’ONU entre délégués américains et soviétiques.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

23

Suite à la sécession du Katanga, Lumumba fait appel aux casques bleus de l’ONU et accepte une aide matérielle de l’URSS pour réprimer les séparatistes, avant d’être destitué de son poste de Premier ministre par le colonel Mobutu en septembre 1960 (en janvier 1961, il sera livré par des « barbouzes » à la solde des Américains et des Belges à son grand ennemi Moïse Tshombé, au Katanga sécessionniste, et assassiné en brousse). Commencé dès juillet 1960, l’exode de la population blanche – de l’ordre de 100 000 personnes – se poursuit en 1961. Désordres et violences se succèdent durant cinq années, jusqu’à la stabilisation opérée par le coup d’État militaire de novembre 1965 qui fait accéder le général Mobutu au pouvoir, ouvrant la voie à une longue dictature personnelle.

Crise au Congo (1961)

Images INA - Le Congo (Tribunes et débats - 01/02/1961) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cette rétrospective réalisée moins d’un an après la proclamation de l’indépendance présente un triple intérêt. Elle marque d’abord un changement de ton, le commentaire insistant fortement sur le contraste entre la joie lors de l’indépendance et la gravité de la crise actuelle.

Par ailleurs, elle passe en revue les principaux éléments de la crise : les émeutes, l’exode de la population blanche et l’écho dans l’ex-métropole, l’intervention de l’ONU, la division entre Kasa-Vubu et Lumumba, la sécession du Katanga mené par Moïse Tshombé. On relèvera l’accusation lancée à l’ONU par Lumumba contre la Belgique, qui aurait « accordé l’indépendance sans préparation aucune », thèse d’ailleurs reprise par le journaliste en fin de reportage.

Le dernier intérêt du document réside dans l’utilisation d’images très dures d’enfants chétifs et malades du Kasaï auxquels des soldats de l’ONU distribuent de la nourriture. Si on peut avoir l’impression d’avoir déjà vu ces images, c’est que de très semblables vont être massivement diffusées, alimentant « l’afro-pessimisme ».

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

24

Les « héros de l’indépendance »

Introduction

Étudier les décolonisations africaines à partir de leurs acteurs présente plusieurs intérêts. D’abord, celui de montrer que la décolonisation ne fut pas un processus mécanique, sorte de marche inéluctable vers l’émancipation selon une ligne écrite à l’avance. Ensuite, celui de décentrer le regard en montrant que tout ne fut pas décidé ou conduit depuis la métropole. Il s’agit également de suggérer la diversité des trajectoires individuelles et des stratégies politiques ainsi que la variété des processus d’émancipation. Enfin, un des intérêts est d’inscrire la décolonisation dans un temps plus long, celui d’une vie, des combats initiaux aux difficiles réalités des lendemains des indépendances.

Si elle permet d’éviter toute dépersonnalisation de l’histoire, la prise en compte des acteurs individuels présente un écueil inverse : celui, justement, de la personnalisation excessive, et de la glorification de ces « héros de l’indépendance ». Dans les jeunes États nés de la décolonisation, l’idée nationale se cristallise autour des personnalités qui ont conduit le pays à l’indépendance et dont beaucoup se considèrent comme les héritiers des héros d’antan. Le risque est alors d’adopter le point de vue de ces autres « vainqueurs », qui ont pu être tentés d’asseoir leur autorité de chefs d’État à la faveur de leur rôle dans l’émancipation de leur peuple. On se gardera donc de verser dans la légende.

Il convient d’inscrire chaque parcours individuel dans un processus collectif : celui du rapport entre métropole et colonies. On pourra à cet égard croiser la rubrique « Acteurs » avec tel ou tel autre thème, par exemple en éclairant le parcours d’Houphouët-Boigny par le projet de Communauté franco-africaine entre 1958 et 1960. À l’inverse, on peut approfondir une problématique en s’appuyant sur une figure : la contestation du système colonial à travers la figure de Nkrumah ou le néocolonialisme à travers celle de Félix Houphouët-Boigny. On pourra aussi naviguer au sein de la rubrique afin de rechercher points communs et différences entre les grandes figures et déterminer en quoi elles sont représentatives du processus de décolonisation de tel ou tel empire.

Kwame Nkrumah (Ghana) (1902-1972)

Instituteur, il séjourne de 1935 à 1945 aux États-Unis où il acquiert un diplôme universitaire et adhère aux thèses panafricanistes en dénonçant la Seconde Guerre mondiale comme une « affaire de Blancs » :

« Vous parlez de choisir entre les Britanniques et les Allemands. Pour la véritable renaissance de l’Afrique, il ne doit pas y avoir de choix. Pourquoi devrions-nous choisir entre la barbarie impitoyable des nazis et l’exploitation et la domination froide, suffisante et sans cœur avec laquelle les Britanniques ont assujetti notre peuple depuis de si nombreuses années ? Non ! C’est notre devoir de construire, pas de choisir mais de procéder à l’unification et aux développements, de telle sorte que, peu importe qui sera vainqueur dans cette guerre, ceux qui espèrent exploiter et maintenir un empire, qu’ils soient britanniques ou allemands ou n’importe quoi d’autre, qu’ils trouvent un enfer vivant en Afrique. » (Cité par J. M. Akita (ed.), Commission on Kwame Nkrumah Papers, Accra, 1965, et M’Bokolo, 2008, p. 441).

Contemporain du garveyisme, le panafricanisme apparaît dès 1900. Il est porté par William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963), universitaire noir américain, qui, à la différence de Garvey, défend l’égalité de droits entre les races et s’oppose à toute notion de supériorité de l’une sur l’autre. Du Bois organise des congrès dans l’entre-deux-guerres dont l’objectif prioritaire est d’obtenir des puissances coloniales une reconnaissance des services rendus par les Africains pendant la guerre et un nouveau statut pour la race noire en Afrique. Nkrumah fait partie des hommes qui gravitent autour de Du Bois comme Kenyatta avant lui.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

25

En 1942, Nkrumah est élu président de l’ASA, cette association des étudiants africains née un an

plus tôt aux États-Unis pour agir en tant que porte-parole du continent africain, dénonçant le colonialisme dans son principe même :

« La cause des Africains est partout une avec la cause de tous les peuples du monde, descendants des

Africains. [

]

Le temps est venu de nous rappeler notre Mère Afrique et de bâtir pour elle un futur glorieux et indépendant » (The African Interpreter, été 1943).

]

Unité, liberté, indépendance, démocratie – cela devrait être notre mot d’ordre, notre idéal. [

Aussitôt après avoir participé au congrès panafricain qui se tient à Manchester en 1945, il crée un Secrétariat national ouest-africain, activement soutenu par la WASU (West Africa Students Union), destiné à promouvoir une fédération ouest-africaine. En 1947, il est invité à prendre la direction de l’United Convention of the Gold Coast, puis rentre au pays après 12 ans d’absence.

Dès lors, le panafricanisme s’identifie en partie avec la lutte pour l’indépendance de la Gold Coast :

Nkrumah y organise un congrès panafricain en 1953 à Kumasi ; il recrute George Padmore comme conseiller aux affaires africaines en 1958, et organise la même année à Accra deux conférences panafricaines, celle des chefs d’État et de gouvernement en avril, et celle des peuples et des partis en décembre. En 1963, il est l’un des fondateurs de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

Dans le même temps, il prend la tête du mouvement pour l’indépendance. En 1949, il fonde le Convention People’s Party (CPP), modèle des grands partis de masse africains, et combine l’agitation légale et les techniques inspirées de Gandhi de grève et de boycott. Le parti subit la répression britannique lors des grèves de février 1948 et janvier 1950 tandis que Nkrumah est arrêté à plusieurs reprises. Avec la victoire du CPP aux élections de 1951, Nkrumah commence à négocier avec les Britanniques, qui accordent à la Gold Coast le self-government en 1956 et reconnaissent la pleine indépendance le 6 mars 1957. Le Ghana entre dans le Commonwealth. Accusé d’autocratie, il est renversé par une junte militaire en 1966.

Sekou Touré (Guinée)

Nécrologie de Sekou Touré

Images INA - Le Président Sekou Touré ( Soir 3 - 27/03/1984) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ce court reportage dresse le portrait du président de la Guinée au lendemain de sa mort. C’est l’occasion d’étudier la trajectoire d’un dirigeant africain. Sur le fond comme sur la forme, on pourra le comparer au reportage consacré, dans les mêmes circonstances, à Jomo Kenyatta. Quatre thématiques peuvent être dégagées :

Sékou Touré et l’indépendance de la Guinée, à partir de l’expression « l’homme qui avait dit non au général de Gaulle » (en 1958, il est le seul à refuser de faire entrer la Guinée dans la Communauté franco-africaine voulue par le général de Gaulle) ;

Sékou Touré et la pratique du pouvoir à travers l’allusion aux complots qui, selon lui, l’autorisent à « diriger son peuple avec autorité » et justifient « ses pratiques musclées » ;

l’idéologie de Sékou Touré (« il se réclamait du marxisme-léninisme mais prêchait avant tout l’indépendance nationale » ; « l’ancien apôtre de la révolution violente ») ;

son rôle de porte-parole tiers-mondiste, à travers l’extrait de son discours à l’ONU en 1972 :

« Les négociations nord-sud restent bloquées. »

On pourra compléter ce document avec un reportage antérieur, réalisé en 1978, sur certains points plus explicites.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

26

La Guinée en 1978

Images INA - La Guinée (JA2 20H - 19/12/1978) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ce reportage illustre pareillement ses options idéologiques (nationalisme et marxisme), mais insiste sur ses liens avec l’URSS et le bloc communiste. Parallèlement, il annonce le rapprochement de Sékou Touré avec l’Occident, c’est-à-dire un changement de stratégie à la fois politique et économique qui s’explique par la recherche de voies nouvelles pour le développement de la Guinée.

Patrice Lumumba (République démocratique du Congo) (1925-1961)

Originaire de la province pauvre du Katago Kombé, il s’installe à Léopoldville en 1947 et milite dans diverses associations. D’abord modéré, proche du Parti libéral belge, il évolue après 1958 vers un radicalisme anticolonialiste et panafricain qui inquiète les forces conservatrices et les pays occidentaux. Nommé Premier ministre en 1960, il fait appel aux casques bleus de l’ONU pour lutter contre le séparatisme katangais et accepte une aide matérielle de l’Union soviétique. Désavoué par le président Kasa-Vubu et trahi par le chef de l’état-major, le colonel Mobutu, il est arrêté et assassiné en janvier 1961.

Interview de Patrice Lumumba (1960)

Images INA - Patrice Lumumba, premier ministre de la République démocratique du Congo (Cinq colonnes à la une - 02/09/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

« Qui êtes-vous, M. Patrice Lumumba ? » L’interview est à replacer dans son contexte : celui d’un Congo qui, aussitôt son indépendance acquise, se trouve plongé dans une grave crise marquée par le conflit entre le président Kasa-Vubu et le Premier ministre Lumumba ainsi que par la sécession du Katanga. Cette crise explique les circonstances très particulières dans lesquelles cette interview est réalisée : Lumumba est dans la résidence de l’ancien gouverneur, gardée par des soldats. Cela explique aussi la question initiale du journaliste : « Est-ce un fou ? Est-ce un héros ? Est-ce un dictateur ? »

L’interview mêle trois grandes questions : les origines sociales de Lumumba, ses influences intellectuelles, son combat pour l’indépendance. On relèvera la manière dont Lumumba résume la grande contradiction – source de son combat à venir – entre les valeurs défendues par les métropoles européennes et leur application dans les empires. On dégagera également le non-dit de l’interview, autour duquel tournent cependant questions et réponses : les convictions marxistes de Lumumba qui le font alors passer pour un communiste.

Jomo Kenyatta (Kenya)

Nécrologie de Jomo Kenyatta (1978)

Images INA - Mort de Jomo Kenyatta (FR3 19H55 - 22/08/1978) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait du journal télévisé, réalisé à l’occasion de la mort de Jomo Kenyatta, « père de l’indépendance » du Kenya, pourra servir de point de départ à une recherche documentaire. Celle-ci sera destinée à expliciter et critiquer le très allusif et parfois « euphémistique » commentaire. Ce travail sera l’occasion d’aborder la complexité de figures de « pères fondateurs », tour à tour considérés comme des héros ou des tyrans.

On s’attachera d’abord aux expressions de « père de l’indépendance du Kenya » et de « javelot flamboyant » – surnom hérité de sa participation à la révolte des Mau Mau en 1952. Rappelons que

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

27

Kenyatta s’était toujours déclaré fermement opposé à l’emploi de la force, ce qui ne l’empêcha pas d’être considéré par les Britanniques comme le responsable et le chef occulte du mouvement, et à ce titre emprisonné pendant dix ans. Cet emprisonnement en fit un héros, et donc le chef incontesté pour l’accession à l’indépendance, obligeant les Européens à renouer le dialogue avec lui.

Kenyatta fut d’abord « le javelot flamboyant » puis, en tant que président de l’État indépendant jusqu’à sa mort (1963-1978), le Mzee (« l’ancien », le « vieux lion »), c’est-à-dire l’homme d’expérience qui, ayant acquis la sagesse et la lucidité, peut dispenser un enseignement. De son côté, Kwame Nkrumah était appelé par les Ghanéens l’Osaqyefo (« le faiseur de victoires », « le général victorieux ») tandis qu’en Côte- d’Ivoire Félix Houphouët-Boigny, d’abord considéré comme le « magicien invisible » et « le bélier, défenseur du peuple », est devenu « le vieux », dans le sens de dépositaire de la conscience morale et politique et celui de père.

Une autre phrase mérite éclaircissement : « Depuis l’indépendance en 1963, il se présentait à son peuple et à l’étranger comme un homme d’ordre, conciliant l’originalité de l’organisation tribale avec le principe d’union sans négliger de bonnes relations avec la Grande-Bretagne. » On rappellera notamment que Kenyatta publia en 1938 à Londres sa thèse, Facing Mount Kenya, qui exaltait la société traditionnelle kikuyu et attaquait la colonisation. La Kenyan African National Union (KANU), créée en 1960 par Tom Mboya, fit partie de ces partis indépendantistes à vocation nationale s’efforçant de rassembler dans leur combat les populations vivant sur le même territoire. Ses succès portèrent Kenyatta au poste de Premier ministre, le 1 er juin 1963, dans le cadre de l’autonomie. Répondant à la préoccupation britannique de protéger les minorités blanche et asiatique, il affirmait qu’il y avait dans son pays « une place pour tous les immigrants ». Libéré en 1961, il conduisit les négociations qui amenèrent le Kenya à l’indépendance, le 12 décembre 1963, au sein du Commonwealth, avant qu’il devienne en 1964, une république parlementaire et centralisée.

Une troisième phrase permettra de poser la question de l’action de ces leaders au lendemain des indépendances : « Président à vie depuis 1974, à la tête d’un parti unique, il devait préserver son pays prospère des remous qui secouent le continent africain, et ceci malgré l’effondrement de la Communauté est-africaine, que ce soit le conflit entre l’Éthiopie et la Somalie, l’incertitude de la diplomatie ougandaise, ou les difficultés avec la Tanzanie. » On explicitera ces allusions aux dérives autoritaires et militaristes, dont témoignaient d’autres de ces « pères fondateurs », autant qu’aux difficultés de développement. On éclaircira aussi l’allusion à la Communauté est-africaine, qui réunit la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya, le 1 er décembre 1967, et qui constitue l’une de ces zones douanières dont une grande partie de l’Afrique se couvrit pendant les années 1960. « Toutefois Nairobi a dû accentuer ses efforts d’armement, ce qui ne va pas sans porter préjudice à l’économie nationale. Autre difficulté à venir avec la disparition du président Kenyatta, les rivalités internes risquent de se réveiller. Jusqu’à présent, il avait su les mettre en sommeil à l’aide d’un cri de ralliement qui traduisait toute sa politique : harambee, ce qui signifie : “en avant !” » De fait, des rivalités intra-kikuyu vont se faire jour lors de la succession de Kenyatta.

Au bilan, on verra comment le court reportage reprend bien des ingrédients des malheurs de l’Afrique et du rôle de ses dirigeants dans ceux-ci. On réfléchira à l’effet cumulatif que ces faits peuvent produire sur le spectateur français.

Félix Houphouët-Boigny (Côte-d’Ivoire) (1905-1993)

Né à Yamoussoukro, il devient médecin, accède à la chefferie puis dirige une plantation. En 1944, il engage une campagne contre le travail forcé puis fonde en 1946 le Rassemblement démocratique africain (RDA), anticolonialiste plus qu’indépendantiste. À partir de 1950, il devient le principal interlocuteur africain des autorités françaises. Artisan, avec Gaston Defferre, de la « loi-cadre » de 1956 qui accorde aux colonies d’Afrique noire l’autonomie interne, il joue un rôle important dans la formation de la Communauté en 1958.

Félix Houphouët-Boigny et la Communauté (1958)

Dans cette interview, Félix Houphouët-Boigny se fait le défenseur d’une Communauté née en 1958 mais déjà fragilisée. À cette date, il fait partie (avec Gabriel Lisette, Léopold Senghor et Philibert Tsiranana) des quatre « ministres conseillers » africains nommés par le général de Gaulle. Le conseil exécutif de la Communauté se réunit six fois en 1959, d’abord pour adopter au nom de la Communauté, l’hymne national, la devise et le drapeau de la République française, puis pour tenter de définir une politique commune.

Interrogé sur les divergences des dirigeants africains, Félix Houphouët-Boigny se déclare optimiste, parlant d’indépendance, certes, mais avec le maintien de liens avec la France, seule manière selon lui d’assurer aux États africains une indépendance véritable. Pourtant, la fédération franco-africaine, fondée sur l’égalité de ses membres, dont il est partisan, ne résiste pas aux indépendances de l’année 1960. La Communauté éclate sous l’effet de forces centrifuges, encouragées par l’indépendance obtenue par plusieurs États voisins comme le Ghana, la Guinée puis le Togo et le Cameroun. Elle se disloque aussi du fait de la rivalité entre dirigeants africains fédéralistes (parmi lesquels Léopold Senghor, qui veut reconstituer les fédérations d’AOF et d’AEF) et confédéralistes (comme Félix Houphouët-Boigny, partisan d’une association franco-africaine sans instance intermédiaire entre la Communauté et les territoires). L’incapacité des dirigeants à se mettre d’accord, notamment sur les contours des fédérations africaines, aboutit aux déclarations d’indépendance de l’année 1960.

Il est président de la république de Côte-d’Ivoire de 1960 jusqu’à sa mort.

C’est finalement un « père de l’indépendance » paradoxal car s’il a bien mené la Côte-d’Ivoire à l’indépendance, il a tout fait pour préserver une Communauté qui maintenait des liens forts et institutionnels entre les territoires africains et leur ancienne métropole.

De Gaulle, acteur et pédagogue de la décolonisation

Rappelé au pouvoir en 1958 pour sauver l’Algérie française, de Gaulle ne pouvait favoriser d’emblée l’indépendance des peuples africains, si tant est qu’il le voulut. Face aux revendications d’indépendance manifestées par les territoires africains, y compris en dehors de la Communauté, à partir de 1958, de Gaulle céda pour mieux faire accepter la décolonisation à l’opinion française et maintenir les liens passés qui étaient selon lui l’une des conditions de la grandeur de la France.

Trois documents, qu’on pourra étudier isolément ou bien confronter pour en faire ressortir les points communs, permettent d’analyser comment de Gaulle transfigure un échec – celui de la Communauté

– en décolonisation délibérée, aboutissement logique selon lui à la fois de sa vision des choses depuis la Seconde Guerre mondiale et de l’action civilisatrice de la France coloniale.

De Gaulle sur la décolonisation de l’Afrique noire (10 novembre 1959)

Images INA - De Gaulle sur décolonisation Afrique Noire (Edition spéciale - 10/11/1959) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait de conférence de presse sur la décolonisation de l’Afrique noire présente un double intérêt. Il révèle la vision gaullienne de la colonisation mais aussi la manière dont il justifie la décolonisation. Il illustre également l’évolution de la politique française à l’égard des territoires africains à un moment charnière, celui où de Gaulle reconnaît les États africains tout en essayant de préserver la Communauté.

S’il reconnaît le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, de Gaulle justifie la colonisation, mais

au passé (« Il est vrai que pendant longtemps l’humanité a admis – je crois qu’elle avait parfaitement raison

– que pour ouvrir à la civilisation des populations qui en étaient écartées, par les obstacles de la nature ou

par leurs propres caractères, il était nécessaire qu’il y eut pénétration de la part de l’Europe occidentale,

malgré quelques fâcheuses péripéties »). Il dresse un bilan « positif » de l’œuvre coloniale, faisant des réclamations d’indépendance une sorte d’aboutissement logique de l’action des puissances colonisatrices en Afrique et ailleurs : « Oui, ces pays furent conquis, révélés et éveillés. »

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

29

Il définit alors ce que doit être la politique de la France à l’heure des indépendances : ne pas faire obstacle à un processus jugé « inéluctable », au risque de « graves difficultés », ni, à l’inverse, s’en réjouir pour mieux se désengager, ce qui serait contraire à « l’idée que la France se fait d’elle-même [et] à l’idée que le monde se fait de la France ». Il plaide donc pour une politique conforme au « génie » de la France, qui reconnaisse les indépendances tout en préservant les liens avec l’ancienne métropole.

De Gaulle évoque le cas particulier du Cameroun et du Togo, qui étaient sous la tutelle, et non sous la souveraineté de la France, et qui pourront choisir leur destin « l’année prochaine ». De fait, le Cameroun accède à l’indépendance dès le 1 er janvier 1960, le Togo le 27 avril suivant.

Le général a des mots très durs sur la Guinée, qui a refusé la Communauté et proclamé son indépendance dès 1958, pays qu’il présente comme « une république démocratique populaire, un régime totalitaire sous la dictature d’un parti unique ».

Face aux revendications d’indépendances dans le cadre de la Communauté exprimées par nombre de leaders africains, de Gaulle hésite puis admet, en décembre 1959, l’accession d’un État à l’indépendance sans qu’il cesse, de ce fait, d’appartenir à la Communauté. Ici, de Gaulle cherche encore à sauver la Communauté : « La Communauté, pour tout le monde, c’est l’indépendance effective et c’est la coopération garantie. » À propos des revendications des peuples jusque-là « attachés à la France », il parle, non sans condescendance ou au moins prise de distance, de « passion d’autodétermination, de libre disposition d’eux-mêmes et, à leurs yeux, d’indépendance ».

La décolonisation selon Charles de Gaulle (14 juin 1960)

Images INA - Allocution radiodiffusée et télévisée du général de Gaulle (14/06/1960 - ne conserver que :

15min21’-17min49’)

On peut retrouver fiche et transcription intégrale de l’allocution sur le site de l’Ina, « Charles de Gaulle, paroles publiques ».

Tandis que le génie du siècle change notre pays, il change aussi les conditions de son action outre-mer. Inutile d’énumérer les causes de l’évolution qui nous conduisent à mettre un terme à la colonisation par le fait des progrès accomplis dans nos territoires, de la formation que nous donnons à leurs élites et du grand mouvement d’affranchissement des peuples de toute la Terre ! Nous avons reconnu à ceux qui dépendaient de nous le droit de disposer d’eux-mêmes. Le leur refuser, c’eût été contrarier notre idéal, entamer une série de luttes interminables, nous attirer la réprobation du monde, et tout cela pour une contrepartie qui fut inévitablement effritée entre nos mains. Il est tout à fait naturel que l’on ressente la nostalgie de ce qui était l’empire, comme on peut regretter la douceur des lampes à huile, la splendeur de la marine à voile, le charme du temps des équipages. Mais quoi ? Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités ! C’est en les prenant pour base, ainsi que le font comme nous onze républiques africaines et la république malgache, que nous constituons avec elles un libre et amical ensemble pratiquant à l’intérieur de lui-même des relations étroites nourries de culture française, soutenant le même idéal, prêt à une défense commune dans le grand trouble, dans les grands remous auxquels l’Afrique est en proie et au milieu des courants qui divisent le monde, la Communauté nous renforce tout en servant la raison et la fraternité.

Le 14 juin 1960, le général de Gaulle vient à la télévision prononcer une allocution qui reste célèbre à plus d’un titre. L’allocution commence par « Il était une fois un vieux pays, tout bardé d’habitudes et de circonspection » : par ces mots, le général appelle à l’expansion et à la rénovation économique et sociale. Le second point abordé est celui de la nécessaire décolonisation ; c’est la fameuse petite phrase faisant allusion au « temps des lampes à huile ». La troisième partie du discours, et la plus importante, concerne l’Algérie. De Gaulle y réaffirme le principe d’autodétermination, renforcé par l’expression « l’Algérie algérienne », et lance aux « dirigeants de l’insurrection » un appel à déposer les armes.

Dans cette allocution, de Gaulle justifie une nouvelle fois aux yeux des Français la décolonisation. Parmi les causes du processus, il cite en premier « les progrès accomplis dans nos territoires [et] la

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

30

formation que nous donnons à leurs élites », tendant à faire de la décolonisation avant tout le résultat de l’œuvre accomplie par la France dans les colonies. Il en fixe les enjeux, dans le contexte de la guerre d’Algérie (« luttes interminables », « réprobation du monde »). Enfin, à cette date, il peut encore évoquer la Communauté, qui éclate définitivement au mois d’août suivant.

La décolonisation selon Charles de Gaulle

Images INA - Conférence de presse de Gaulle (JT 20H - 05/09/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Voir aussi la fiche (contexte, notice, transcription) sur le site de l’INA, « Charles de Gaulle, paroles publiques ».

La conférence de presse du 5 septembre 1960, même si elle aborde de nombreux sujets est essentiellement celle où le général de Gaulle expose ses vues sur la décolonisation. Il définit cette dernière comme un phénomène mondial inéluctable et comme la finalité de sa politique depuis la Seconde Guerre mondiale. Il situe l’enjeu du processus : la question n’est pas de savoir si les peuples colonisés accéderont ou non à l’indépendance, mais si leur émancipation se fera avec la France ou contre elle. Cette justification a posteriori contredit en réalité le refus du général, au départ, d’accorder aux peuples africains le droit de choisir entre la fédération, la confédération et l’indépendance, puis l’obligation qu’il leur a imposé de choisir entre l’association dans la Communauté et la sécession en rupture totale avec la France, et son espoir enfin de maintenir la Communauté malgré les indépendances.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

31

Le temps des célébrations

Introduction

Les indépendances donnent lieu à des images très diverses. Trois sortes en sont présentées ici :

les images d’actualité française, qui rendent compte, du point de vue de l’ex-colonisateur, des cérémonies organisées le jour ou le premier anniversaire du jour de l’indépendance ;

les images – beaucoup plus froides mais à la portée symbolique immense – d’un autre type de « cérémonies », celles consacrant l’admission des jeunes États à l’ONU ;

les timbres-poste édités par ces jeunes États qui trouvent là matière à manifester leur souveraineté.

L’enjeu est à chaque fois le même : célébrer l’indépendance pour mieux fonder l’État. Ces images confrontent cependant des regards différents – celui du colonisé et celui du colonisateur – et reflètent des réalités différentes – festivités populaires ou cérémonies officielles.

Les cérémonies

Comment les indépendances furent-elles fêtées ? Comment les médias français donnèrent-ils à voir ces célébrations à leur public ?

Comme le Togo, le Cameroun était un territoire sous tutelle et avait engagé en 1958 le processus de levée de cette dernière à l’ONU. C’est le premier État africain à proclamer son indépendance en 1960 (dès le 1 er janvier). Cette émancipation donne lieu à des images très variables, qui rendent compte aussi bien de la cérémonie officielle organisée dans le pays que des réjouissances populaires ou de l’admission du nouvel État à l’ONU (le 27 janvier 1960).

Cérémonie officielle de l’indépendance au Cameroun (7 janvier 1960)

Images INA - Proclamation de l'indépendance au Cameroun (JT NUIT - 09/01/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ces images, destinées au public français, représentent la cérémonie officielle qui marque l’indépendance du Cameroun à Yaoundé. Le reportage met en valeur la reconnaissance internationale du nouvel État : outre le président camerounais Ahmadou Ahidjo, on aperçoit en particulier Hammaskjold, secrétaire général de l’ONU, et Robert Buron, secrétaire à l’outre-mer du gouvernement français.

Entrée du Cameroun à l’ONU (27 janvier 1960)

Images INA - Entrée du Cameroun à l'ONU (JT NUIT - 27/01/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, diffusée dans le journal télévisé du 27 janvier 1960, donne une image froide mais néanmoins forte de l’accession des États africains à l’indépendance : à travers le vote d’une simple résolution, on y voit la reconnaissance institutionnelle de leur souveraineté à l’échelle internationale.

Dans le détail, une remarque s’impose : malgré son caractère académique, le discours évoque des difficultés que rencontre déjà le nouvel État (manque de cohérence et problème de la partie anglophone du Cameroun qui s’était rattaché au Ghana indépendant en 1957), annonçant ainsi les crises à venir…

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

32

Aux images des réceptions officielles s’ajoutent aussi celles des réjouissances populaires. Les archives de l’Ina en ont conservé du Cameroun, dans ce montage réalisé en janvier 1960 mais qui n’a pas été diffusé.

Le Cameroun fête son indépendance

Images INA - Le Cameroun fête son indépendance (01/01/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Le premier anniversaire de l’indépendance est, pour ces jeunes États, l’occasion de manifester aux yeux du monde leur nouvelle existence en exhibant quelques-uns des attributs de la souveraineté : palais, drapeau, hymne, armée…

Le Dahomey fête le premier anniversaire de son indépendance

Images INA - Le Dahomey fête le premier anniversaire de son independence (Les Actualités Françaises -

09/08/1961)

La Côte-d’Ivoire fête le premier anniversaire de son indépendance

Images INA - La Côte d’Ivoire fête le premier anniversaire de son indépendance (Les Actualités Françaises - 16/08/1961) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Dans ces cérémonies officielles, l’influence de l’ancienne métropole ou plus largement du monde occidental demeure prégnante. Les images de l’armée ivoirienne et des dignitaires africains sont à cet égard significatives (vêtements et uniformes sont pour la plupart de type occidental), de même que le drapeau (tricolore à trois bandes verticales, inspiré du drapeau français). De la même manière, les hymnes nationaux ne sont pas toujours émancipés des influences métropolitaines, comme le montrent certains titres (l’Abidjanaise, la Tchadienne, la Congolaise…) aux thèmes proches de la Marseillaise.

L’Abidjanaise, hymne national ivoirien

Salut ô terre d’espérance Pays de l’hospitalité Tes légions remplies de vaillance Ont relevé ta dignité Tes fils, chère Côte-d’Ivoire, Fiers artisans de ta grandeur, Tous rassemblés et pour ta gloire Te bâtiront dans le bonheur Chers Ivoiriens, le pays nous appelle Si nous avons dans la paix ramené la liberté Notre devoir sera d’être un modèle De l’espérance promise à l’humanité En forgeant unis dans la foi nouvelle La patrie de la vraie fraternité.

Faute de transition et de cadres suffisants, nombre de jeunes États africains demeurent tributaires d’une coopération avec l’ancienne métropole. La France est ainsi appelée à former les cadres militaires, administratifs et judiciaires de ses anciennes possessions.

Par réaction anticoloniale, certains États abandonnent cependant le nom imposé par les Européens pour mieux s’ancrer dans un passé occulté par le colonisateur. La Gold Coast devient ainsi le Ghana (bien que les frontières du nouvel État ne coïncident pas avec celles de l’ancien empire du Ghana), le Congo belge devient la république du Congo puis le Zaïre, en 1971, pour manifester la réhabilitation de

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

33

la tradition africaine voulue par Mobutu, le Dahomey le Bénin en 1975, la Haute-Volta le Burkina-Faso en

1981…

Plusieurs activités sont possibles sur ce thème. On pourra demander aux élèves de rechercher sur le site de l’Ina des images des fêtes de l’indépendance d’un pays africain au choix et de les analyser. La comparaison, qui fera apparaître points communs (comme le lever de drapeau, le défilé, mais aussi l’exotisme) et différences, pourra se faire en classe entière.

Comme nombre de ces documents sont muets, on peut aussi imaginer de faire produire un commentaire des images par les élèves. Pour prendre l’exemple du Gabon, on partira du reportage réalisé sur la cérémonie officielle célébrant l’indépendance et diffusé dans le journal télévisé de nuit du 12 février [sic] 1960 :

Fête de l’indépendance au Gabon (1960)

Images INA - Fête de l’indépendance au Gabon (JT NUIT - 12/02/1960) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Situer le Gabon dans le contexte de l’Afrique en 1960.

Identifier les personnalités (Robert Lecourt et Léon M’Ba)

Repérer les indices manifestant l’influence française (encadrement militaire et scolaire par exemple).

Observer les rituels de la fête : remise de médaille, défilé, place de l’armée…

Interpréter leurs fonctions (fête officielle et populaire à la fois).

À partir du visionnage d’autres séquences du même type, cette fois-ci accompagnées de commentaire, les élèves peuvent imaginer un commentaire « dans le ton » de l’époque.

Un emblème de souveraineté : les timbres-poste

Panorama

Le monopole postal et l’émission de timbres sont un autre signe de la souveraineté, et l’occasion de célébrer l’indépendance. Les effigies en disent beaucoup sur l’orientation des nouveaux régimes mais aussi, parfois, sur les liens qu’ils maintiennent avec l’ancienne métropole…

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

34

Sur le timbre célébrant le 5e anniversaire de son indépendance, la Côte-d’Ivoire met en avant son président, Félix Houphouët-Boigny, en habit d’apparat :

président, Félix Houphouët-Boigny, en habit d’apparat : Timbre édité à l’occasion du 5e anniversaire de

Timbre édité à l’occasion du 5e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

35

On peut remarquer que la « république de Côte-d’Ivoire » avait édité des timbres dès avant son accession à l’indépendance, alors qu’il était un territoire autonome dans le cadre de la Communauté (1959) :

territoire autonome dans le cadre de la Communauté (1959) : Timbre édité en 1959 en Côte

Timbre édité en 1959 en Côte d’Ivoire.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

36

On peut rapprocher ce timbre de celui de la république du Mali, qui met à l’honneur son président Modibo Keita :

du Mali, qui met à l’honneur son président Modibo Keita : Timbre édité au Mali. ©

Timbre édité au Mali.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

37

La Mauritanie privilégie le drapeau de l’islam avec le croissant et l’étoile à cinq branches :

avec le croissant et l’étoile à cinq branches : Timbre édité en Mauritanie. © SCÉRÉN [CNDP-CRDP]

Timbre édité en Mauritanie.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

38

À l’opposé de la Côte-d’Ivoire par exemple, qui privilégie son président, le Dahomey a ici choisi une femme anonyme, en tenue traditionnelle, sans pour autant en faire une « Marianne noire », à l’instar du Sénégal :

faire une « Marianne noire », à l’instar du Sénégal : Le Dahomey choisit une femme

Le Dahomey choisit une femme anonyme en tenue traditionnelle.

L’éphémère fédération du Mali a édité un timbre pour célébrer sa création, en janvier 1959, avant son éclatement qui donnera naissance au Sénégal et au Mali indépendants :

donnera naissance au Sénégal et au Mali indépendants : Timbre édité par l’éphémère fédération du Mali

Timbre édité par l’éphémère fédération du Mali en janvier 1959.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

39

Côté britannique, le Ghana nouvellement indépendant appose sur l’ancien timbre (orné du portrait de la reine d’Angleterre) son nouveau nom :

du portrait de la reine d’Angleterre) son nouveau nom : Source Timbre sur lequel le Ghana

Source Timbre sur lequel le Ghana nouvellement indépendant, appose son nouveau nom.

Comme pour la fédération du Mali ou la Côte-d’Ivoire, le Cameroun n’a pas attendu la déclaration d’indépendance pour éditer des timbres. Dès 1958, un timbre commémore « l’anniversaire de l’installation du premier gouvernement camerounais »

de l’installation du premier gouvernement camerounais » Timbre édité en 1958 pour commémorer « l’anniversaire

Timbre édité en 1958 pour commémorer « l’anniversaire de l’installation du premier gouvernement camerounais ».

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

40

Un exemple sénégalais

Un exemple sénégalais Timbre édité à l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance du Sénégal Ce

Timbre édité à l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance du Sénégal

Ce timbre, édité à l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance du Sénégal, jour de fête nationale, est particulièrement riche de signification.

S’il emprunte largement à des symboles hérités de l’histoire européenne, notamment révolutionnaires (Marianne, allégorie de la république et de la mère patrie ; le faisceau de licteurs antiques, symbole d’autorité…), le timbre ne dégage cependant pas d’agressivité envers l’ancienne métropole mais une grande sérénité. Il est vrai que Marianne n’est pas coiffée du bonnet phrygien, peut-être jugé comme un appel à la révolte, mais par une couronne plus sage. Un jeune enfant porte un rameau d’olivier, symbole de paix. Tous ces éléments célèbrent une indépendance obtenue pacifiquement semblant ouvrir la voie à une démocratie apaisée.

La présence française est marquée de multiples façons : par l’emploi d’une figure féminine symbolisant la république (sur le modèle français), par la langue (le français, qui est la langue des colons, est aussi celle qui peut faire l’unité du Sénégal, pays qui compte de nombreux dialectes), par la monnaie (le franc des colonies françaises d’Afrique remplacé en 1962 par le franc de la communauté financière, dit « franc CFA »). Ajoutons que l’artiste qui réalisa ce timbre est un Français, Pierre Gandon, ce qui peut expliquer bien des choix iconographiques, toutefois validés par l’autorité sénégalaise.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

41

L’indépendance… et après ?

Introduction

Les populations africaines ont accueilli la fin de la colonisation avec enthousiasme : l’accession à la souveraineté politique devait apporter, en même temps que la liberté, progrès et unité du continent. L’optimisme des premières années se heurta pourtant à nombre de difficultés, aussi bien politiques (coups d’État, guerres civiles) qu’économiques et sociales (endettement, problème du sous-développement). Les États ont tenté de s’organiser pour les surmonter mais les difficultés persistantes ont nourri le thème de l’« afro-pessimisme ».

Aujourd’hui, « l’Afrique s’identifie pour le plus grand nombre au malheur et à l’échec. Guerre, sécheresse, maladies, pauvreté, enfants qui meurent de faim et qu’il faut aider : le continent tout entier semble ne susciter qu’une pitié mêlée de répulsion. » Cette observation de la géographe spécialiste du développement Sylvie Brunel, qui regrette ces stéréotypes réducteurs, suggère que dans l’opinion commune le bilan de l’Afrique 50 ans après les indépendances est mince. S’il n’est pas question de nier les difficultés rencontrées par les jeunes États africains, il s’agit aussi de réfléchir à la manière dont s’est construite cette image de l’Afrique, à travers les médias notamment, et à sa mutation récente : le cinquantenaire des indépendances semble hésiter entre amère désillusion et célébration d’un « réveil de l’Afrique » que peut symboliser, d’après certains, l’organisation de la coupe du monde de football en Afrique du Sud.

Les enjeux de l’après-indépendance

À quels défis les États nés de la décolonisation en 1960 se sont-ils trouvés confrontés ?

Images INA - Senghor à l’Élysée (20H - 18/04/1968) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cette interview du président du Sénégal Senghor, sur le perron de l’Élysée, huit ans après la vague d’indépendances de 1960, permet de repérer les éléments d’un premier bilan et constituer ainsi le point de départ d’une analyse du devenir des États au lendemain des indépendances. Senghor évoque d’abord la « situation dramatique » dans laquelle se trouvent de nombreux pays africains, situation qu’il attribue à la « dégradation des termes de l’échange ». Il reprend ici une thèse économique alors récente selon laquelle les échanges sont structurellement défavorables aux exportateurs de matières premières. En faisant de la sorte le lien entre commerce international et sous-développement, Senghor suggère que les pays africains n’ont pas accédé à la souveraineté économique mais qu’ils restent placés dans la dépendance des pays industrialisés.

Senghor évoque les enjeux politiques de cette question des rapports Nord-Sud – enjeux intérieurs (l’instabilité politique, dont on pourra discuter par la suite le lien avec la situation économique) ou extérieurs (tentatives de regroupement à même de renforcer les pays africains).

En creux se dessine aussi la question des liens entre la France et ses anciennes colonies – liens forts en ce qui concerne le Sénégal (et dont témoigne cette visite au général de Gaulle, qu’on aperçoit au début de l’extrait), liens rompus avec la Guinée, qui avait « osé » dire non à la Communauté en 1958. On introduira ici la problématique de ces liens, justifiés au nom de la coopération pour certains, dénoncés par d’autres pour leur inefficacité ou comme forme de néocolonialisme.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

42

Les tentatives d’organisation

L’accession à l’indépendance d’États africains donna une vigueur nouvelle au panafricanisme. Mouvement à la fois politique et culturel, né à la fin du XIX e siècle, il affirme l’unité de tous les Africains – d’Afrique mais aussi des Amérique et de l’Europe – et glorifie son passé et sa culture. Ses principaux promoteurs furent William Edward Burghardt Du Bois, universitaire américain défenseur de l’égalité des races ; le Jamaïcain Marcus Garvey, convaincu, lui, de la supériorité de la race noire et apôtre du « retour à l’Afrique mère » des Noirs d’Amérique (pour lequel l’État du Libéria avait été fondé en 1821) ; ou encore l’Antillais George Padmore, un temps affilié au Komintern. Ce mouvement exerça une influence considérable sur certains « pères » des indépendances africaines, surtout en Afrique anglophone :

Nkrumah (Ghana), Kenyatta (Kenya) et Azikiwe (Nigeria). À Paris s’est affirmé un africanisme culturel, centré sur la négritude, illustré par Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, et porté par des revues comme L’Étudiant noir et Présence africaine.

À l’heure des indépendances, le panafricanisme vise à unifier le continent. Tel fut le but de la première conférence des États africains, réunie à Accra (Ghana) en 1958, à l’initiative de Kwame Nkrumah : c’était selon lui la seule option pour faire sortir l’Afrique du sous-développement.

Toutefois de profondes divergences entre les dirigeants africains apparurent. Ils se concertèrent lors de la fondation de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963.

Comment les médias français relaient-ils les tentatives d’organisation des États africains depuis 1960, que ce soit à l’échelle continentale ou régionale ?

Une organisation continentale : l’OUA

Fondée en 1963, remplacée en 2002 par l’Union africaine (UA), l’Organisation de l’unité africaine (OUA) est une réalisation du mouvement panafricaniste (qui postule l’unité du continent), mais dans une version modérée. En quoi l’OUA résume-t-elle à la fois les espoirs et les limites de l’unité africaine ?

Images INA - Monsieur Léopold Senghor à l’Élysée (JT 20H - 27/05/1963) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Ce reportage rend compte des espoirs mais aussi, déjà, des difficultés de l’unité africaine. Le président du Sénégal Léopold Senghor fait allusion à la conférence d’Addis-Abeba (Éthiopie), première conférence des États africains indépendants qui s’est tenue du 22 au 25 mai 1963 et à l’issue de laquelle est née l’Organisation de l’unité africaine, le 25 mai 1963. Le pays a été choisi en raison de l’indépendance du très vieil Empire et du prestige de son chef, le négus Hailé Sélassié.

En creux, Senghor témoigne de certaines oppositions, entre le groupe de Casablanca (à tendance progressiste, conduite par Nkrumah et Sékou Touré) et le groupe de Monrovia (à tendance modérée, représentée par la plupart des chefs d’État francophones et anglophones), mais aussi entre Arabes et « Négro-Africains », et anglophones et francophones. Ces oppositions sont apparues dès 1961. Le groupe de Casablanca réunissait les représentants du Ghana, de la Guinée, du Mali, du Maroc, de la République arabe unie (RAU) et du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA). Elle prônait la création d’un marché commun africain et d’une citoyenneté africaine unique. À l’opposé, la conférence de Monrovia, qui réunit 21 pays subsahariens, se prononça pour le renforcement des États-nations en affirmant l’égalité absolue entre eux et le respect de la souveraineté de chacun. Plus modéré que le groupe de Casablanca, il préconisait le maintien voire le renforcement des relations économiques avec les anciennes métropoles afin d’attirer les capitaux nécessaires au développement.

La charte de l’OUA marque la victoire des modérés en abandonnant tout projet supranational (marché commun africain, citoyenneté africaine), en reconnaissant le caractère définitif des frontières héritées de la colonisation et en proclamant l’égalité souveraine des États et le principe de non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

Par principe, l’OUA soutient les peuples en lutte pour leur libération mais ne dispose pas de moyens appropriés. Très divisée sur la conduite à tenir face à l’Afrique du Sud, l’OUA s’est par ailleurs

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

43

montrée impuissante face aux tentatives séparatistes comme au Nigeria (Biafra), au Congo-Zaïre (Katanga-Shaba) et dans la Corne de l’Afrique.

Images INA - Senghor (IT1 NUIT - 14/01/1981) Voir la vidéo sur le site de l’INA

En 1981, Senghor revient sur la conférence d’Addis-Abeba de 1963 qui donna naissance à l’OUA. Il rappelle les deux grandes conceptions de la manière de faire l’unité africaine qui s’y affrontèrent, et se montre optimiste pour l’avenir.

Une organisation régionale : l’OCAM

Des unions se nouèrent également sur une base régionale ou sur l’appartenance à une communauté culturelle telles que l’Organisation commune africaine et malgache (OCAM) en 1965. Organisation de l’Afrique francophone, elle intéresse particulièrement la télévision française. Quelle vision en donna-t-elle ?

Images INA - L’Afrique s’organise (Sept jours du monde - 12/03/1965) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Créée à Nouakchott en janvier 1965, l’OCAM regroupe 14 États francophones. Elle « coexiste ou succède à de nombreuses unions africaines », telle l’Union africaine et malgache (UAM), créée par des États africains au lendemain de leur indépendance, et qui, suite à la création de l’OUA, s’était transformée en une union économique, l’UAMCE, qui dura à peine un an… La création de l’OCAM est justifiée par les conflits qui règnent au sein de l’OUA.

Dans ce reportage extrait de l’émission 7 jours du monde, trois participants sont interviewés :

Mokhtar Ould Daddah (1960-1978) pour la Mauritanie (qui dénie toute « menace communiste »), Hamani Diori pour le Niger (qui dénonce les manœuvres d’« infiltration chinoise »), et Léopold Senghor pour le Sénégal.

On comparera la vision de chacun, vis-à-vis de l’influence chinoise ou de la question congolaise par exemple, et l’attachement affiché par tous à l’indépendance de l’Afrique vis-à-vis de toute forme de néocolonialisme.

Cette union fut cependant dénoncée par Sékou Touré (Guinée) qui voyait précisément en elle « une nouvelle mystification, forgée pour saper les bases de l’unité africaine, pour retarder l’évolution de l’Afrique au profit de l’impérialisme ».

Le temps des vicissitudes

Depuis la décolonisation, l’Afrique a donné l’image d’un continent cumulant les handicaps. Sans dresser un inventaire exhaustif des « maux de l’Afrique » – tâche vaine et qui conduira nécessairement à déformer la réalité par un effet de loupe – on repérera quelques-unes des vicissitudes de l’après- indépendance à travers le destin de tel ou tel « héros de l’indépendance » devenu chef d’État, dans la rubrique « Acteurs ».

Au-delà des difficultés politiques, économiques ou sociales plus ou moins dramatiques rencontrées ici ou là depuis 1960, quel bilan peut-on dresser de l’Afrique, 50 ans après les indépendances et à l’heure de la mondialisation ?

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

44

Yves Lacoste, « L’Afrique, le désastre du tiers-monde », Libération, mardi 22 avril 2003, « Rebonds ».

Dans le langage courant et dans celui des médias, le mot Afrique désigne surtout l’Afrique au sud du Sahara, l’Afrique tropicale et ce que l’on appelle encore « l’Afrique noire ». La partie septentrionale du continent africain, Sahara compris, n’est plus de nos jours dénommée « l’Afrique blanche », et elle est considérée comme un vaste sous-ensemble du monde arabe. Lorsque les médias évoquent l’Afrique, c’est traditionnellement à propos de sa pauvreté chronique, de la famine qui frappe certaines régions et menace beaucoup d’autres. Depuis une dizaine d’années, surtout depuis le génocide perpétré en 1991 au Rwanda, c’est en raison de la multiplication de « conflits ethniques » (Soudan, Congo, Liberia, Sierra Leone) qui se transforment en atrocités spectaculaires faisant des centaines de milliers de victimes que l’Afrique fait hélas partie de « l’actualité ». De surcroît, l’Afrique est la partie du monde tropical la plus affectée par les maladies que l’on appelle tropicales. L’Afrique orientale est considérée comme la région d’apparition du sida il y a une vingtaine d’années et l’Afrique australe semble détenir aujourd’hui le triste record pour la proportion des personnes contaminées. Ces représentations ne sont malheureusement pas sans rapport avec les réalités. L’Afrique au sud du Sahara est la partie du tiers-monde dont les progrès depuis la décolonisation ont été les plus faibles et dont l’évolution est somme toute négative, puisque les effectifs de population ont continué de s’accroître rapidement : les taux de natalité restent très élevés, en regard des taux de mortalité qui ont été sensiblement réduits par les campagnes sanitaires, ce qui est tout de même un progrès. L’Afrique subit le plus lourdement les contraintes du monde tropical, surtout parce que les productions agricoles se font principalement sur les sols latéritiques pauvres et fragiles, alors qu’en Asie

tropicale, ce sont les sols beaucoup plus fertiles des vallées alluviales qui ont pu être mis en culture, grâce

à de considérables travaux hydrauliques réalisés depuis des siècles par les peuples et les États (digues

contre les terribles crues des fleuves et canaux pour évacuer les eaux de pluie qui risquent de noyer les rizières)… En Afrique tropicale, la plupart des grandes vallées qui pourraient de nos jours être mises en valeur avec l’aide internationale, sont encore plus ou moins désertes. Une grande opération sanitaire internationale a été lancée contre l’onchocercose (maladie parasitaire) il y a vingt-cinq ans au Burkina Faso et dans les États voisins et encore de nos jours elle est poursuivie avec succès. En revanche, la mise en valeur par des cultures vivrières des vallées où sévissait la maladie a été un échec, moins pour des questions internes que par la concurrence de l’émigration vers la Côte-d’Ivoire où l’on pouvait gagner un peu d’argent. Une des causes majeures des difficultés croissantes de l’Afrique, au fur et à mesure que s’accroissent les populations, est d’origine géopolitique. La plupart des États africains sont le théâtre de

tensions « ethniques » de plus en plus marquées. En effet, dans le cadre des frontières de chacun d’entre eux (à quelques exceptions près) se trouvent un grand nombre de peuples, entre lesquels existent de très graves contentieux historiques : la traite des esclaves a sévi durant des siècles en Afrique noire, tant du fait des négriers européens que des Arabes. Malgré son interdiction par les puissances européennes au début du XIX e siècle (précisément au congrès de Vienne en 1815), elle a perduré entre Africains jusqu’à la fin du XIX e siècle. Aussi entre les peuples victimes de la traite et ceux qui la pratiquaient, se sont établis des murs d’incompréhension d’autant plus durables que dans la plupart des États, après leur indépendance, les gouvernements ont imposé le silence sur cette grave question que l’on a qualifiée à tort de « tribalisme ». Ces anciennes rivalités entre peuples auraient sans doute pu être surmontées, s’il en avait été discuté entre intellectuels tout d’abord, quitte à rejeter les responsabilités historiques sur les Européens. Mais cela n’a pas été le cas, les méfiances et les antagonismes entre les peuples d’un même État ont perduré et ceci

a freiné le développement d’un commun sentiment national. Dans de nombreux États, les forces armées et les appareils d’État ont été contrôlés par des groupes politiques qui se sont appuyés sur l’une des

« ethnies » du pays pour s’imposer aux autres. De ce genre de situation, les grandes compagnies

occidentales ont su tirer avantage ainsi que les gouvernements d’ex-puissances coloniales dont l’influence

reste grande. Dans de nombreux pays africains où d’importants gisements pétroliers ont été découverts et mis en exploitation dans les régions littorales ou au large des côtes, une grande partie des revenus du

pétrole est clandestinement accaparée par de petites minorités privilégiées qui placent leur fortune dans les

« paradis fiscaux ». Toutes ces causes s’enchevêtrent les unes aux autres, pour affaiblir les États africains

et handicaper grandement les progrès de la démocratie et les efforts de développement. L’accroissement considérable de la population et la destruction définitive des sols cultivés sur de très vastes étendues entraînent l’aggravation des tensions entre peuples voisins qui se disputent les terres qui sont encore cultivables. Mais les tensions s’aggravent aussi entre États voisins, certaines cliques au pouvoir cherchant

à profiter des difficultés internes des uns ou des autres, pour faire des profits sur les trafics d’armes et piller certaines ressources minières, comme les diamants. Dans les deux autres grandes parties du tiers-monde, l’Amérique latine et l’Asie, qui ont pourtant reçu une bien moindre grande partie de l’aide internationale, la

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

45

situation est moins grave et de sensibles progrès ont même été réalisés. Si l’Inde n’a pu réduire la malnutrition, elle a pu juguler les famines qui étaient terribles autrefois, bien que sa population soit passée de 350 millions d’hommes et de femmes en 1947, lors de l’indépendance, à plus d’un milliard aujourd’hui, soit presque le double de la population de toute l’Afrique au sud du Sahara (600 millions). Il faut cependant souligner que l’Afrique, en l’occurrence l’Afrique du Sud a connu il y a douze ans un véritable miracle géopolitique de retentissement mondial. Alors que l’aggravation des contradictions géopolitiques imposées par le régime de l’apartheid paraissait conduire inéluctablement à un terrible affrontement entre les Noirs et les Blancs, la sagesse de Mandela et la clairvoyance de De Klerk ont évité de justesse la tragédie. Le régime de l’apartheid a été aboli et des élections démocratiques ont donné le pouvoir à la majorité de la population. Cependant, toutes les difficultés ne peuvent pas être abolies par un changement de la Constitution et de graves périls internes menacent l’Afrique du Sud. Il est rare qu’un nouveau « miracle », du moins de cette envergure, se produise dans une même partie du monde. Toujours est-il que l’Afrique en a connu un et qu’elle n’a sans doute pas dit son dernier mot.

Ce point de vue du géographe spécialiste de géopolitique Yves Lacoste dresse un bilan très sombre (« L’Afrique au sud du Sahara est la partie du tiers-monde dont les progrès depuis la décolonisation ont été les plus faibles et dont l’évolution est somme toute négative »). On reprendra ce bilan dans un tableau distinguant signes du « désastre » (pauvreté, famines, conflits ethniques, épidémies…) et causes (contraintes naturelles, mais surtout facteur géopolitique). On remarquera à cet égard que l’analyse se place dans un temps plus long que celui de la colonisation/décolonisation pour remonter à l’histoire des traites négrières, source encore aujourd’hui de tensions entre ethnies, et qu’elle passe quasiment sous silence l’argument économique des rapports Nord-Sud.

À cette lecture géopolitique des difficultés de l’Afrique contemporaine, on pourra opposer une lecture économique qui, au contraire, lie directement la problématique du sous-développement à celle de la colonisation/décolonisation. Journaliste au Monde diplomatique, Anne-Cécile Robert nous explique que les indépendances de 1960 n’ont été que théoriques. Elle dénonce l’emprise qu’exercent les institutions financières sur l’Afrique et les effets dévastateurs du libre-échange (Interview vidéo : « une deuxième indépendance pour l’Afrique, 28 décembre 2009, à consulter sur le site : www.tv5.org, dossier de la rédaction « Afrique 1960, un continent en marche vers son indépendance », ouvrir le sous-dossier « Les traces indélébiles de la colonisation »).

Dans le même esprit d’une lecture critique du texte d’Yves Lacoste, on relèvera quelques assertions qu’on examinera à la lumière d’une ou plusieurs cartes thématiques, soit proposées par le professeur, soit trouvées par les élèves, par exemple sur le site de la Documentation française (à la rubrique « Cartothèque ») ou de l’Atelier de cartographie de Sciences-po. On attendra à chaque fois une analyse rapide justifiant le choix et relevant les idées allant dans le sens d’Yves Lacoste ou au contraire à rebours.

Ces deux cartes permettent de situer l’Afrique par rapport au reste du monde en termes de développement humain, donnant raison à Yves Lacoste, tout en révélant la situation très contrastée du continent, qui concentre les pays à la fois à forte croissance et à très faible croissance de l’IDH.

D’autres cartes pourront être mobilisées pour nuancer le constat d’Yves Lacoste :

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

46

Même si elle relève le « miracle » sud-africain, l’analyse d’Yves Lacoste n’échappe pas tout à fait au misérabilisme. D’autres auteurs nuancent considérablement ce propos en mettant en avant les dynamiques africaines. On en trouve une illustration dans cet extrait du débat « La colonisation, responsable du sous-développement ? » qui s’est tenu aux 6 e Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2003 sur le thème de l’Afrique. La géographe Sylvie Brunel, en s’appuyant sur les propos de l’économiste Philippe Hugon, y défend qu’en 50 ans ce continent a réalisé un triple prodige. L’Afrique, qui est passée « d’un monde vide à un monde plein (de 5 à 30 hab./km 2 ) », est aussi passée d’un monde rural à un monde urbain (alors que la population globale a été multipliée par 4, la population urbaine a été multipliée par 11, faisant passer le taux d’urbanisation de 5 % au début du XX e siècle à 40 % aujourd’hui, ce qui induit des changements de mentalités et de comportement, par exemple dans le domaine de la fécondité). Enfin, l’Afrique a présenté une relative stabilité, a su créer des nations et s’est aussi mondialisée, en multipliant ses partenaires économiques, et réduisant d’autant sa dépendance avec les anciennes métropoles – mais, pourra-t-on ajouter, au risque de nouvelles dépendances, vis-à-vis en particulier d’un pays émergent comme la Chine, de sorte qu’on a même pu parler de « recolonisation ».

Enfin, toujours en contrepoint du texte d’Yves Lacoste (ou dans le prolongement de sa conclusion), on présentera des visions récentes plus réjouissantes de l’avenir du continent comme celles-ci.

« Le fric arrive jusqu’en Afrique », Libération, vendredi 19 octobre 2007 (« Le Libé des historiens »),

« Eco-Terre »

Développement. La croissance sur le continent pourrait atteindre près de 7 % en 2008.

L’Afrique est-elle en train de sortir de la pauvreté ? Elle connaît actuellement ses plus forts taux de croissance économique depuis la fin de la décolonisation. Le FMI prévoit dans son dernier rapport semestriel de conjoncture une croissance économique de 6,1 % pour 2007 et même de 6,8 % pour 2008. C’est deux points de plus que la croissance de l’économie mondiale. La croissance semble donc bien être durablement de retour en Afrique depuis une dizaine d’années.

Ce miracle économique s’explique bien sûr par la hausse du prix du pétrole, multiplié par dix depuis le creux de la fin des années 1990. Elle est directement à l’origine des 20 % de croissance du PIB de l’Angola. Mais l’embellie économique se fonde plus généralement sur la hausse de l’ensemble des matières premières, y compris agricoles comme le cacao ou le café. Cette évolution tranche avec l’afro-pessimisme dominant depuis les années 1980. Les pays les moins avancés (PMA), selon l’euphémisme convenu, n’étaient-ils pas condamnés à rester au bord du chemin de la croissance et de la mondialisation ?

Manne. Ce miracle économique a comme toujours des causes financières. C’est le principal enseignement du rapport annuel sur l’investissement dans le monde que vient de publier la Cnuced. Les transferts financiers vers l’Afrique ont atteint des records. Les investissements étrangers dans l’ensemble du continent ont dépassé 36 milliards de dollars en 2006. C’est deux fois plus qu’en 2004. Cette manne profite pour l’essentiel aux industries minières. Le Nigeria et le Soudan en sont les grands bénéficiaires. Ces flux proviennent encore en majorité des pays du Nord. Mais le fait nouveau est la nette percée des investisseurs du Sud : la Chine mais aussi l’Inde, la Malaisie ou le Koweït.

La croissance de l’économie africaine est donc fragile. Elle est à la merci d’un contre-choc pétrolier similaire à celui qui avait fait sombrer ce qu’on appelait encore le tiers-monde dans la crise de la dette des années 1980. Mais l’embellie est surtout un effet d’optique. Un taux de croissance est d’autant plus fort que l’on part de très bas. Il masque les inégalités entre les différents secteurs de la vie économique. Surtout, rien ne permet encore de dire que cette croissance se fait sentir au niveau microéconomique, celui de la vie des gens. Inégalités. La question de la répartition des fruits de cette embellie économique reste plus que jamais posée en Afrique. Elle se pose en particulier pour les groupes sociaux en marge de l’économie de marché. Le creusement des inégalités et les tensions sociales croissantes qui en résultent sont en tout cas le signe le plus frappant que le continent africain à son tour est entré dans la mondialisation.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

47

Néocolonialisme ou coopération ? Les ambiguïtés de la « Françafrique »

Comment les médias audiovisuels présentent-ils la coopération et l’aide apportée par l’Europe à l’Afrique depuis 50 ans ?

L’aide de l’Europe à l’Afrique

Images INA - Aide à l’Afrique (Soir 3 - 13/02/1999) Voir la vidéo sur le site de l’INA

À l’occasion du renouvellement de la convention de Lomé (1975), le reportage, diffusé dans le Soir 3 du 13 février 1999, fait le point sur l’aide apportée par l’Europe à l’Afrique et ses enjeux : lier démocratisation et coopération, intégrer l’Afrique à la mondialisation.

Sur les causes du mal-développement, on notera que le reportage défend la thèse de la responsabilité africaine et met l’accent sur le facteur politique : l’absence d’État de droit. On peut voir là le signe d’une évolution profonde. De même qu’au tournant des années 1960 l’accession à l’indépendance semblait être un préalable nécessaire à tout développement, 30 ans plus tard (et encore aujourd’hui) la démocratisation apparaît indispensable à tout « nouveau départ ». Ce « retour du politique » en tant que moteur de l’histoire témoigne de l’expansion de l’idéologie libérale après l’effondrement des régimes communistes. Cette évolution se traduit en Afrique par une condamnation générale des régimes autoritaires, au moins sur le plan des principes.

Les liens France/Afrique

Images INA - Dossier les liens France Afrique (Soir 3 journal - 27/02/2008) Voir la vidéo sur le site de l’INA

Cet extrait du journal du soir de France 3 peut être l’objet d’un travail sur la forme (le dispositif télévisuel du reportage et de son annonce en plateau) et sur le fond (« Qu’est-ce que la “Françafrique” ? Le président Sarkozy a-t-il rompu avec elle ? »). On verra naturellement comment le dispositif oriente la réponse à la question posée en introduction.

On explicitera d’abord la thèse du reportage. (La coopération et aide au développement servent à l’enrichissement de certains dirigeants africains ; malgré un programme de rupture, le président Sarkozy, par réalisme économique, renoue avec la « Françafrique ».) Sur quels éléments cette thèse repose-t-elle ? (L’exemple gabonais constitue la ressource principale du reportage.) Par un travail documentaire, on recherchera d’autres formes de coopération et d’aide au développement et on proposera une définition de la « Françafrique », que la présentatrice indique comme étant « ces rapports nébuleux entre les gouvernements français successifs et les régimes africains – pétrole, arme, argent ». On prolongera ce travail par une recherche sur le devenir de Jean-Marie Bockel, interviewé dans ce reportage : ex-socialiste, secrétaire d’État à la coopération dans le gouvernement Fillon, il a été muté aux Anciens combattants après avoir tenu des propos dénonçant les connivences de la « Françafrique ».

On pourra approfondir le cas gabonais, présenté ici comme l’archétype du régime qui a abusé de la coopération, par cet historique diffusé dans le Soir 3 du 24 mai 1990.

L’action d’Omar Bongo au Gabon

Images INA - Omar Bongo historique (SOIR 3 - 24/05/1990 ) Voir la vidéo sur le site de l’INA

On y relèvera les critiques portées à l’encontre du régime d’Omar Bongo (mal développement, endettement, corruption, parti unique, libertés…).

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

48

Mémoire et commémorations : 2010, année de l’Afrique ?

Introduction

Quel sens donne-t-on, en 2010, au cinquantenaire des indépendances africaines ? Comment cet anniversaire est-il célébré en 2010, dans les États africains et les ex-métropoles ? Quelles sont, 50 ans après, les mémoires de 1960 ?

Le cinquantenaire des indépendances de 1960 est sujet à polémiques. Pour les uns, il est l’occasion de marquer, parfois en grande pompe, la « renaissance africaine ». Pour d’autres, au contraire, les célébrations ne sont là que pour dissimuler les manques d’une souveraineté inachevée et les nombreux problèmes qui persistent. La France, qui a déclaré 1960 « année de l’Afrique », et invité 14 nations africaines à défiler sur les Champs-Élysées le 14 juillet, provoque l’étonnement de certains (depuis quand célèbre-t-on une rupture ou un divorce ?) et l’offuscation d’autres (n’est-ce pas la preuve d’un néocolonialisme ?).

Le travail peut prendre la forme d’une revue de presse. Les articles ci-après constituent non pas une proposition mais une illustration de la diversité des articles (dans le ton, le point de vue, le genre) qu’on pourra réunir sur ce sujet, et posent quelques éléments de problématique.

L’exercice peut se décliner de plusieurs manières : réunion d’articles de plusieurs journaux sur un même pays ou inversement d’un même journal sur plusieurs pays, comparaison de différents journaux sur une même célébration, confrontation de différents points de vue exprimés dans des interviews, etc.

Tableau d’ensemble

Vincent Hugeux, « Afrique : "Paris est à court d’idées" », L’Express, mercredi 30 juin 2010

1960-2010 : qu’y a-t-il à célébrer après un demi-siècle d’indépendances ? L’universitaire camerounais Achille Mbembé analyse le désenchantement.

Un jubilé sans jubilation. Ainsi peut-on dépeindre le cinquantenaire des indépendances africaines. D’ici à la fin du mois d’août, 17 pays subsahariens – dont 14 ex-colonies françaises – auront soufflé les 50 bougies d’une souveraineté souvent inaboutie. Avant cela, une dizaine de détachements africains ouvriront le défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Élysées.

Insolite initiative que cette parade en treillis d’apparat. Un retour du refoulé colonial trop maladroit, au mieux, pour ne pas attiser l’ironie de l’intelligentsia continentale. Depuis quand revient-il au maître d’hier de fêter sur son sol l’affranchissement des anciens « sujets » ? 2010 devait être l’année de l’Afrique en France. Une certitude : elle ne sera pas celle de la France en Afrique. « Un truc insoluble », soupirait voilà peu Nicolas Sarkozy. « Si on ne fait rien, ça passe pour du mépris. Si on s’en occupe, en avant pour le procès en néocolonialisme ! »

Quel était, au sud du Sahara, le tube de l’été 1960 ? Indépendance Cha Cha. Un demi-siècle plus tard, Paris danse au bras de son ex-empire un tango languissant, avec pour maîtres de ballet une poignée de rescapés de la Françafrique : un pas en avant, deux pas en arrière. Scène de genre anachronique, que contemplent avec un mélange de lassitude et d’hostilité les jeunesses africaines, enclines à unir leurs voix en une même injonction : laissez-nous célébrer nos 50 printemps et nos 50 hivers à notre guise. Sans tambours ni clairons.

Professeur d’histoire et de science politique à l’université Witwatersrand de Johannesburg (Afrique du Sud), ainsi qu’à la Duke University (Caroline du Nord, États-Unis), le Camerounais Achille Mbembé s’apprête à

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

49

publier un essai intitulé Critique de la raison nègre. Il porte sur l’épopée postcoloniale un regard lucide et incisif.

Voyez-vous, cinquante ans après, matière à célébrer quoi que ce soit ?

Au regard des promesses ouvertes par la décolonisation, il y a au fond très peu à fêter. Si les Africains en avaient aujourd’hui la liberté, la plupart d’entre eux choisiraient de partir loin de chez eux. Beaucoup sont prêts à risquer leur vie pour ne pas vivre là où ils sont nés. Il n’y a rien de plus grave que ce désir généralisé de défection. Pour autant, ce demi-siècle n’est pas un jeu à somme nulle. Beaucoup de progrès ont été accomplis, ne serait-ce qu’en matière de scolarisation… L’Afrique de 2010 n’est pas celle des années 1950. Le continent est à la veille de grandes transformations, démographiques, économiques et culturelles. Il comptera sous peu plus d’un milliard d’habitants, représente un énorme marché potentiel et dispose d’une diaspora en expansion, en Europe, aux États-Unis et en Asie. Le cycle économique de dépression amorcé dans les années 1970 et 1980 semble toucher à sa fin. Un nouveau cycle de croissance point à l’horizon.

« C’était mieux avant ! », entend-on parfois, d’Abidjan à Brazzaville. Existe-t-il en Afrique une forme de nostalgie coloniale ?

N’exagérons rien. Je ne crois pas que nombre d’Africains souhaitent revivre le règne du racisme colonial. Je doute que les Congolais aspirent à assister, à l’aube, au lever du drapeau belge ni à voir un commandant de cercle bastonner un indigène. Reste que certains aspects de la colonisation ont séduit : la stabilité, la discipline, le sens de la hiérarchie. Les biens occidentaux, l’imaginaire du progrès économique et social exerçaient un attrait indéniable sur les esprits. Quand on évoque la nostalgie, c’est à ces aspects qu’elle renvoie, non à la violence ou au mépris des colons.

Célèbre-t-on l’indépendance du continent ou celle de chacun des pays qui le composent ?

L’idéal panafricain constitue toujours une immense réserve symbolique. Voyez la fascination qu’inspirent des personnages tels que Kwame Nkrumah ou Patrice Lumumba, héros de la décolonisation et du panafricanisme. Les éditos publiés en cette période dans la presse témoignent de ce retour des figures mythiques. Le dessein panafricain, c’est la persistance du rêve d’une Afrique qui se met debout seule. Cela posé, les commémorations revêtent aussi un aspect très national. L’État-nation comme forme moderne d’organisation s’est bel et bien enraciné sur le continent. Il ne s’agit plus d’un concept importé.

Si les espoirs d’hier ne sont pas devenus réalité, à qui la faute ?

Les structures politiques, les formes institutionnelles héritées de la colonisation ne permettaient guère à l’Afrique de s’émanciper. L’héritage colonial a souvent constitué un facteur de blocage sur la route de l’indépendance réelle. Ensuite, les politiques suivies par les élites autochtones n’ont pas davantage permis aux pays naissants de négocier leur insertion au sein de l’économie mondiale. Qui faut-il blâmer ? Les torts sont évidemment partagés. Mais si les Africains veulent vraiment s’en sortir, c’est bien à eux qu’incombe aujourd’hui la responsabilité principale.

Aux yeux de maints intellectuels africains, la France n’a concédé en 1960 qu’une souveraineté purement formelle. Sont-ils fondés à prôner une « seconde indépendance » ?

Il existe deux formes de souveraineté. La souveraineté externe, que traduit l’affranchissement vis-à-vis de la puissance coloniale. Et la souveraineté interne, qui suppose d’exercer sa responsabilité sur soi-même. D’un point de vue philosophique, la notion de seconde indépendance s’applique à l’une et à l’autre de ces deux formes, qui sont d’ailleurs liées. À ce stade, il ne semble pas que les peuples africains disposent d’une telle souveraineté. Pour preuve, ils ne sont pas à même de choisir librement leurs dirigeants. On ne peut pas passer son temps à incriminer les puissances extérieures sans rien faire pour créer par soi-même les conditions de la liberté. Dès lors, cette idée de seconde indépendance a quelque chose de paradoxal et d’ambigu. Elle peut servir de prétexte au refus des élites d’assumer les travers qui sont les leurs.

D’où l’essor d’une rhétorique patriotique de combat. Y a-t-il un péril néo-populiste ?

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

50

Le risque existe. Car il est toujours plus facile d’accabler un bouc émissaire. Ce phénomène est patent partout, y compris en Afrique du Sud. L’étranger devient l’ennemi. Voilà pourquoi l’Afrique a besoin d’une révolution sociale radicale.

Le cinquantenaire sonne aussi l’heure du bilan. Exercice embarrassant pour les chefs d’État en place ?

Oui, car leur bilan est catastrophique. Et ce constat renforce la nécessité des changements radicaux évoqués à l’instant. C’est un peu le drame de l’Afrique : à l’instant où s’ébauchent des mutations majeures – population, rapport villes-campagnes, mobilité, bouleversements climatiques, irruption d’une puissante diaspora chinoise – on cherche en vain les forces sociales capables de bâtir la maison neuve. L’Afrique en gestation, cette Afrique qui vient, doit devenir l’objet prioritaire de notre réflexion. Bien davantage que tous les tralalas sur les Champs-Élysées.

À cet égard, que vous inspire la position de la France officielle envers le cinquantenaire ?

S’agissant de l’Afrique, Paris est absolument à court d’idées. C’est étonnant, pour qui connaît la richesse de la réflexion et de la recherche menées chez vous. Il existe un écart énorme entre cette connaissance du continent et la politique menée. Laquelle repose sur des présupposés datant du XIX e siècle. À la clef, une navrante régression mentale et intellectuelle. L’ex-puissance coloniale a cru décoloniser, mais ne s’est pas décolonisée elle-même. Ce qui conduit à prétendre célébrer la liberté des esclaves en lieu et place des esclaves eux-mêmes. C’est comique. Comique et tragique à la fois.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

51

Tanguy Berthemet, « France-Afrique : l’indépendance inachevée », Le Figaro, samedi 29 mai 2010

Le sommet qui se tient lundi à Nice s’annonce comme celui du bilan pour quatorze pays africains, cinquante ans après la fin de la colonisation française. Dix armées du continent sont invitées à défiler à Paris le 14 juillet.

Commémorations. Le Sénégal a fêté, début avril, le cinquantième anniversaire de son indépendance. Des célébrations en grande pompe, avec défilé militaire et inauguration d’une gigantesque statue à la gloire du continent. Le faste sénégalais risque cependant de rester bien singulier. Alors que treize autres pays africains commémorent cette année la fin de la domination française en 1960, les festivités, partout ailleurs, restent étonnamment discrètes. Les difficultés financières ne suffisent pas à expliquer les programmes étriqués des agapes. La gêne est palpable, comme si ce souvenir risquait davantage de réveiller les ambiguïtés de la relation entre la France et ses anciennes colonies qu’une amitié que l’on dit trop facilement indéfectible. Le silence entourant le jubilé n’étonne pas tout le monde. « Il y a une indifférence en France, mais en Afrique aussi. Pour qu’il y ait fête, il faudrait qu’il y ait quelque chose à fêter. Et on peut vraiment se demander si c’est le cas », analyse Martin Ziguélé, ancien Premier ministre centrafricain. Pour lui, les difficultés du quotidien après un demi-siècle de liberté accaparent toute l’attention des Africains, souvent trop jeunes pour se souvenir. Sur le continent, 60 à 65 % de la population a moins de 25 ans. En France, un sondage montre que 69 % des citoyens ne se sentent pas concernés. « Le temps passe. Il y a de moins en moins de Français qui connaissent l’Afrique et de moins d’Africains qui ont fait leurs études en France. Mais il reste des liens », veut croire Hubert Védrine. Ce sont ces liens qui ont poussé Nicolas Sarkozy à organiser des célébrations en France. Mais en pointillé. Jacques Toubon, nommé secrétaire général du cinquantenaire, se dit conscient des risques : « Il y avait deux écueils. Le premier était de n’être pas assez présent et d’être taxé d’indifférence. L’autre, d’en faire trop et d’être accusé de néocolonialisme. » Il n’est pas certain que ce proche de Jacques Chirac, peu connu pour ces connexions africaines, parvienne à éviter de tomber dans ce vieux piège de la relation franco-africaine. À Paris, à moins de deux mois des célébrations du 14 juillet, le programme français reste flou. Et la décision phare, l’invitation faite à dix armées africaines de défiler sur les Champs-Élysées, a immédiatement soulevé une polémique. « La France n’est pas dans son rôle en fêtant les indépendances », insiste Elikia Mbokolo, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Un lourd héritage. Jacques Toubon assure qu’« il ne s’agit pas de mettre en valeur les armées d’aujourd’hui, mais celles d’hier, de la Force noire qui a tant contribué à la Libération ». Le petit budget alloué – 16 millions d’euros – ne permet pourtant pas grand-chose d’autre, si ce n’est un concert sur le Champ-de-Mars. La réussite repose donc sur le mini sommet organisé le 13 juillet, ombre portée du sommet France-Afrique qui se tient lundi et mardi prochain à Nice. « Ce sera l’occasion de définir une nouvelle approche de la politique africaine », soutient l’ancien ministre. Selon lui, tous les sujets seront débattus, y compris ceux de l’immigration et des visas ». Deux questions qui sont pour Jean-François Bayard « les vrais contentieux actuels entre le France et l’Afrique ». Côté africain, on ne montre guère plus d’enthousiasme à célébrer la liberté. « Les dirigeants sont hostiles à l’idée de faire le bilan car il n’est guère fameux – et plus encore à tracer des perspectives d’avenir », explique Elikia Mbokolo. La situation économique des anciennes colonies est globalement très délicate et les populations éprouvent le sentiment amer d’un immense gâchis. Comme le souligne Mamadou Diouf, professeur à l’université de Columbia, « la situation est d’autant plus compliquée que les partis des indépendances ne sont souvent plus au pouvoir et leurs successeurs répugnent à gérer cet héritage ». Le Sénégal est l’un des rares à se retourner sans appréhension vers son passé. Autre exception : la Côte-d’Ivoire. Le président Laurent Gbagbo, brouillé avec Paris, boycottera les festivités françaises, mais affiche des intentions grandioses pour le jubilé à Abidjan. Le président ivoirien entend utiliser la date symbolique pour mettre en avant sa « refondation » politique. Une façon de montrer que l’ex-élève modèle du « pré carré » se rêve désormais en chef de file de la contestation, pour une seconde indépendance.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

52

Au Sénégal

Quelles polémiques ont marqué l’inauguration, le jour de l’anniversaire de l’indépendance sénégalaise, de l’imposant monument de la renaissance africaine ? Face aux cérémonies officielles, et au- delà de la critique de la statue, des voix discordantes se font entendre, qui accusent les limites de la souveraineté acquise en 1960 ou des progrès réalisés depuis.

Le Monument de la Renaissance africaine

réalisés depuis. Le Monument de la Renaissance africaine © SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010 Source [public domain] 5

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

Source [public domain]

53

Tanguy Berthemet, « Le Sénégal grave son indépendance dans le bronze », Le Figaro, samedi 3 avril 2010

Le monument de la renaissance africaine, inauguré demain à Dakar, fait polémique.

Difficile de ne pas la voir. La statue de la renaissance africaine, officiellement inaugurée demain, surplombe désormais Dakar de ses 50 mètres de bronze. Insensibles à la hauteur, les rues restent étonnamment apathiques, imperméables à l’ouvrage comme aux fêtes du cinquantenaire de l’indépendance que le pays célèbre aujourd’hui. Le président, Abdoulaye Wade, n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour « vendre » avec emphase la grande cérémonie et « son idée » aux Sénégalais. « L’ouvrage est digne du continent africain et montre une Afrique quittant les entrailles de la Terre, l’obscurantisme, pour aller vers la lumière », insiste-t-il. Le plaidoyer de l’ancien avocat n’a pas totalement convaincu. S’il domine, le monument de la renaissance africaine divise aussi. Le style stalino-africain agace certains. Des associations s’émeuvent que sa construction ait été confiée à une société de Corée du Nord. Le coût, plus de 24 millions d’euros, fait grincer des dents. Abdoulaye Wade rappelle que le financement s’est fait grâce à un échange de terrains. « Le montage est bien légal mais il n’est pas transparent », affirme Mohammed Bodje, représentant de l’ONG Transparency International. L’annonce par le président qu’il réservait 35 % des revenus de l’ouvrage pour sa fondation au titre de la propriété intellectuelle a achevé d’enflammer la polémique. Même les imans s’en sont mêlés, reprochant cette fois au couple statufié, en particulier à la femme laissant voir son sein, d’être impies. Mais c’est l’opposition qui lance les critiques les plus acérées. « Cette statue représente-t-elle la renaissance africaine ou la gloire de Wade ? Elle a été construite sans consulter aucun des autres pays africains qu’elle prétend incarner », affirme Aïssata Tall, porte-parole du Parti socialiste. « Finalement, toutes ces tensions démontrent que le Sénégal est devenu une démocratie », sourit Seydou Madani Sy, l’ancien recteur de l’université de Dakar. À 76 ans, il se souvient des premiers jours de l’indépendance comme d’un rêve. « Nous étions très jeunes et rejoindre notre nouvelle patrie était comme une évidence », souligne celui qui quitta, sans hésiter, le confort de la faculté de Grenoble pour le gouvernement en formation. Mbaye Jacques Diop, alors responsable des jeunes dans le parti de Léopold Sédar Senghor, le premier président sénégalais, n’a rien oublié. « La première fois que nous avons vu le drapeau sur le palais, entendu l’hymne, nous avons su que nous avions gagné. »

Alternance démocratique. Ni l’un ni l’autre ne sont assez angéliques pour oublier les débuts difficiles et le régime parfois musclé de Senghor. « Mais il a su construire un État. C’est à lui que nous devons la solidité des institutions », souligne Seydou Madani Sy. Comme tous les Sénégalais, il met en avant la stabilité du pays, un cas unique sur le continent. Il rappelle le départ sans drame de Senghor en 1980 et l’alternance démocratique qui vit arriver l’opposant Abdoulaye Wade à la présidence en 2000, autre spécificité du pays. L’ancien ministre Assane Seck, du haut de ses 91 ans, regrette toutefois que le cinquantenaire ne soit pas assez « l’occasion d’une introspection sur le passé » et les raisons qui maintiennent le Sénégal dans la pauvreté. À Pikine, on est bien loin de ces débats. Cette banlieue, fondée en 1952 pour agrandir la capitale, s’est muée en zone tampon pour accueillir un demi-siècle d’exode rural. Aujourd’hui, elle compte un million d’habitants. Dix fois plus que le Dakar de 1960. Et, dans ses rues ensablées, bordées de maisons construites à la hâte, le souvenir de l’indépendance n’est pas une priorité. « C’est important pour l’histoire mais nous, ce qu’on veut, c’est du travail pour manger », lâche Fatou Diop. Cette enseignante a son seul salaire pour faire vivre cinq adultes et dix-huit enfants. Les voisins ne sont pas mieux lotis. Assise près de sa mère, Mariatou, 10 ans, s’interroge sur cette renaissance, qu’elle aimerait voir un jour. Mais le ticket de bus pour couvrir les 10 km qui la séparent de l’œuvre est un trop grand luxe.

Quelle signification le président du Sénégal Wade veut-il donner au monument ?

Relever les critiques dont le monument est l’objet. Justifier en vous appuyant sur l’analyse de la photographie du monument.

Comment le journaliste pointe-t-il les limites de cette « renaissance africaine » ?

Ce monument, significativement inauguré l’année du cinquantenaire de l’indépendance du Sénégal, suggère que, 50 ans après les indépendances, il est enfin temps de signifier (ou d’encourager ?) un nouveau départ. Ce faisant, il inscrit la mémoire de l’indépendance du Sénégal dans un temps qui dépasse celui de la colonisation et de la décolonisation et dans un cadre plus large que celui de l’ancienne

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

54

colonie française : celui de l’histoire de l’Afrique tout entière, comme si les périodes coloniale et postcoloniale appartenaient à une seule et même séquence, celle d’une mort ou d’un sommeil du continent, et comme si le Sénégal pouvait incarner l’ensemble du continent. Il interroge le passé de l’Afrique et, plus généralement, le passé des Noirs, autour des questions de la colonisation mais aussi des traites et de l’esclavage, ou encore des origines de l’Afrique et de sa place dans l’histoire de l’humanité.

À vrai dire, ce thème de la renaissance africaine n’est pas neuf. Il puise ses racines dans le

panafricanisme développé dans l’entre-deux-guerres, et remis en avant vers la fin du XX e siècle. Déjà, en 1984-1985, le centième anniversaire de la conférence de Berlin donna lieu à de nombreuses rencontres et

à des débats passionnés sur le partage de l’Afrique par les puissances européennes et sur la nécessité,

pour les Africains, de « recoudre le tissu » de leurs territoires et de leurs sociétés. À la tête du Burkina Faso, Thomas Sankara afficha alors, tout à la fois, un anti-impérialisme et un panafricanisme dans lesquels certains virent revivre le combat d’un Kwame Nkrumah. Il suscita l’enthousiasme des intellectuels et des jeunes en lançant l’idée d’un Institut des peuples noirs qui ne vit le jour qu’après sa mort.

Parallèlement, la mémoire de l’esclavage a pris récemment une dimension accrue. Relayée par l’énorme succès du livre de l’écrivain africain-américain Alex Haley, Roots (Racines), soutenue par un afflux croissant de visiteurs, et portée par la visite du pape Jean-Paul II en 1992 qui y stigmatisa le « crime odieux » de la traite et demanda pardon à l’Afrique, l’érection de Gorée en lieu de mémoire du trafic des Africains, reconnu comme tel par l’Unesco, en est emblématique. Durant les années 1990, des chefs d’État comme le Nigérian Moshood Abiola ou le Béninois Nicéphore Soglo se sont emparés du thème pour poser le problème des réparations dues à l’Afrique. En France, ce phénomène trouva sa traduction dans la loi dite Taubira de 2001, qualifiant la traite atlantique et l’esclavage de crime contre l’humanité.

La mondialisation, avec la réactivation des sentiments identitaires qu’elle peut susciter, joue également un rôle dans ce retour de la thématique de la renaissance africaine.

De cette renaissance africaine, Thabo Mbeki, président de la république d’Afrique du Sud de 1999

à 2008, s’est fait l’ardent promoteur.

À ce discours optimiste, et officiel, s’oppose cependant le constat de la persistance des difficultés,

qui semble prédominer ailleurs.

Au Cameroun

Le volontarisme sénégalais semble en effet quelque peu atypique : les autres États issus de la décolonisation de 1960 se montrent plus discrets, à l’image du Cameroun.

« J’en ai rien à faire du cinquantenaire de l’indépendance du Cameroun. On n’a même pas d’eau potable ! », 20 minutes, jeudi 20 mai 2010

De notre envoyée spéciale au Cameroun

La scène semble résumer à elle seule l’ambiance de la commémoration organisée par le Cameroun pour les cinquante ans de son indépendance, célébrés aujourd’hui à l’occasion de la fête nationale. Une quarantaine de badauds sont massés au-dessus d’un terrain vague où s’amoncellent papiers et détritus, à Yaoundé, la capitale. En face se dresse le Hilton, l’hôtel de luxe où logent les personnalités étrangères invitées pour l’occasion. En contrebas se déroule le défilé. Certains sont venus par curiosité, d’autres parce que « c’est important ». Mais tous se sentent mis à l’écart de cet anniversaire symbolique, que la plupart des habitants suivront à la télévision.

Dans le groupe, Patrice Njeng, 30 ans, venu avec son fils pour voir les chars et « vérifier si mon armée est assez solide pour nous défendre en cas d’attaque ». Il ne s’attardera pas pour autant. Car pour lui, « cette commémoration est là pour montrer à la communauté internationale qu’il y a la paix et la sécurité, alors qu’à l’intérieur du pays cela ne tourne pas bien ». Cinquante ans après l’indépendance du Cameroun, la

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

55

« paix » vantée sur les banderoles dans la ville est bien réelle, mais la « prospérité » reste encore étrangère à la population.

La preuve, affirme Patrice Njeng : impossible de trouver du travail malgré son diplôme en biologie animale.

« On m’a dit que ce n’est pas de la faute du président (Paul Biya, au pouvoir depuis 1982) mais de son

entourage. » Il n’empêche, « un chômeur ne peut pas applaudir un homme à la tête de son pays. Tant qu’il restera au pouvoir, les riches resteront riches et les pauvres resteront pauvres ». Il se dit d’autant plus

« désespéré » que Paul Biya a modifié la Constitution pour pouvoir se représenter à la présidentielle en 2011. « On piétine la démocratie, ici », affirme-t-il calmement en observant le défilé.

« Il n’y a pas de démocratie ». Autour de lui, des dizaines d’habitants marchent d’un pas pressé. Toutes les rues alentour ont été fermées à la circulation jusqu’à l’aéroport. Quand une voiture du cortège présidentiel passe, tout le monde s’immobilise immédiatement. Une consigne des militaires. Un signe de

tête, puis ils reprennent leur marche. Charles Tchoula, 71 ans, s’en agace : « Vous avez déjà vu un endroit où on s’arrête quand le président passe, vous ? » Il marche depuis une heure à cause des routes bloquées.

« Hier c’était déjà le cas, et là je subis le même sort. À chaque fois c’est pareil. »

Lui ne s’arrêtera pas pour entr’apercevoir le défilé avec le reste du groupe. « J’en ai rien à faire du cinquantenaire, lâche le vieil homme. On n’a même pas d’eau potable ! Cinquante ans après ! Même pas de toilettes publiques, et regardez nos rues… » Il avait 21 ans quand le Cameroun est devenu indépendant. Mais déjà à cette époque, « mes espoirs se sont envolés quand j’ai vu que ceux qui ont lutté pour l’indépendance, les membres du parti UPC, ont été mis à l’écart ». Pour lui, « le Cameroun n’est pas indépendant. Nous sommes encore au Franc CFA, nous n’avons même pas notre propre monnaie. Et il existe 350 partis politiques. Que voulez-vous faire avec ça ? C’est absurde et le signe qu’il n’y a pas de démocratie. Alors forcément le bilan du cinquantenaire est plus négatif que positif. » La France ? « Ce n’est pas de sa faute si le pays est dans cet état mais celle des valets qui sont au pouvoir ici. La Françafrique n’a pas disparu avec Sarkozy, contrairement à ce qu’il dit. Il est allé voir (l’ex-président du Gabon) Omar Bongo quand il était à peine investi à la présidence. »

Célébrations à un niveau très officiel. Le long des rues, derrière les immeubles, on aperçoit parfois la tribune présidentielle. Pour ce cinquantenaire célébré à un niveau très officiel, le président Biya a demandé à EuroRSCG de faire venir des personnalités étrangères pour participer à une conférence internationale sur l’avenir du continent. Parmi eux, des chefs d’État africains, deux prix Nobel de la paix, deux anciens Premiers ministres français, Alain Juppé et Michel Rocard, et le ministre à la Coopération, Alain Joyandet. Alain Juppé reconnaît que le bilan est « contrasté. Il y a eu des échecs, mais pas seulement à cause de la France ». Cinquante ans après, ce bilan laisse un goût amer aux Camerounais, qui se sentent délaissés par le pouvoir. À l’image des commémorations, qu’ils observent de loin faute d’avoir été invités à y participer.

Qui participe à la cérémonie officielle ? Pourquoi ?

Quel sens les autorités veulent-elles donner à cette célébration ?

Comment le journaliste marque-t-il ses distances avec la vision officielle de la célébration ?

En République démocratique du Congo

Enfin, en République démocratique du Congo (ex-Congo belge), l’anniversaire est marqué par un profond malaise, qui tient autant à la tension qui règne alors au Congo qu’à la crise institutionnelle que traverse la Belgique. Cet article du journal Libération en rend compte.

Sabine Cessou, « Albert II au Congo, en colonie de vacance belge », Libération, jeudi 1 er juillet 2010

Ne pouvant s’exprimer à cause de la crise institutionnelle dans son pays, le souverain a célébré, muet, le cinquantenaire de l’indépendance de la RDC.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

56

Le Congo a célébré hier ses cinquante ans d’indépendance, en présence du roi belge Albert II, 76 ans, muet pour la circonstance. Ce n’est pas que le bilan de l’ancien Congo belge, catastrophique, soit devenu un tabou pour son ex-puissance coloniale. En fait, le royaume de Belgique étant dépourvu de gouvernement depuis le 22 avril, le roi n’a pu faire valider son discours par l’exécutif, comme c’est la règle.

Il s’est donc tu, lors de la réception donnée par l’ambassade de Belgique à Kinshasa, mardi après-midi,

puis lors du dîner de gala qui lui a été offert mardi soir, et hier encore, au passage de la grande parade militaire – 400 chars et 15 000 soldats et policiers congolais – qui a défilé sur le boulevard Triomphal, à Kinshasa.

Ce sont les vétérans de la Seconde Guerre mondiale et les femmes douanières, en raison de leur petite danse, qui ont été les plus applaudis, durant un défilé qui a laissé la foule assez froide. L’armée régulière, il est vrai, est accusée d’exactions à l’encontre de la population civile, dans les zones du pays où la guerre reste larvée. Joseph Kabila, 39 ans, le chef de l’État congolais, a d’ailleurs appelé dans son discours à

« une révolution morale » et à « punir sans complaisance l’atteinte à la vie et à la dignité humaine, le viol, le

tribalisme, le régionalisme, le favoritisme, l’irresponsabilité, le vol et le détournement de deniers publics », dressant ainsi l’inventaire des fléaux nationaux. Potentiellement l’un des pays les plus riches d’Afrique, le Congo a été dévasté par la « kleptocratie » de ses dirigeants, le pillage de son sous-sol par des intérêts étrangers, et par la guerre la plus meurtrière depuis 1945 : 5,4 millions de morts, entre 1998 et 2003, selon l’ONG International Rescue Committee (IRC).

« Ubuesque ». Un contingent de casques bleus a d’ailleurs pris part au défilé, hier, en présence du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Le tout sur fond de polémique persistante au sujet du départ – réclamé par les autorités de Kinshasa – des 20 000 casques bleus qui stationnent toujours au Congo. Quant aux quelques chefs d’État africains présents, seuls Paul Kagame (Rwanda) et Yoweri Museveni (Ouganda) se sont vraiment fait remarquer, en tant qu’anciens envahisseurs du Congo (1998- 2003). Les autres, peu nombreux, ne sont pas des grands champions de démocratie ou du respect des droits de l’homme, avec Robert Mugabe (Zimbabwe), Idriss Déby (Tchad), Paul Biya (Cameroun), Ali Bongo (Gabon) et Denis Sassou-Nguesso (Congo Brazzaville). Annoncé, Jacob Zuma, le président sud- africain, n’a finalement pas fait le déplacement.

« Il y avait quelque chose d’ubuesque dans ces festivités », note l’écrivain belge David Van Reybrouck,

auteur, en néerlandais, d’une histoire du Congo vue par les Congolais (Congo. Een geschiedenis), un best- seller en Flandre et aux Pays-Bas. « C’était assez curieux, raconte l’écrivain, de voir le couple royal, à

l’ambassade de Belgique, écouter une chorale belgo-congolaise lui chanter Dans le port d’Amsterdam de Jacques Brel et les Filles du bord de mer d’Adamo, deux chansons qui évoquent la prostitution… »

Les rapports entre la Belgique et le Congo (alors appelé Zaïre), étroits du temps de Mobutu Sese Seko (1965-1997), se sont ensuite rafraîchis. Lors de la dernière visite royale faite au Congo, en 1985, le roi Baudouin avait célébré une amitié indéfectible. Cinq ans plus tard, un prétendu massacre d’étudiants à Lubumbashi, dramatisé à souhait par la Belgique, avait permis à Bruxelles de suspendre sa coopération avec le Congo. Après la chute du Mur, Mobutu, inutile, était devenu infréquentable. Et, à la mort de Baudouin, en 1993, il n’avait même pas été autorisé à se rendre à ses funérailles.

Assassinat. La visite d’Albert II, frère de Baudouin et descendant de Léopold II, qui avait fait du Congo une

« possession personnelle », n’a pas manqué de faire polémique en Belgique. Certains lui ont reproché de

donner du crédit au régime controversé de Joseph Kabila. D’autres ont affirmé que bouder l’anniversaire aurait été se comporter comme « un père qui refuse de se rendre au mariage d’un de ses enfants », note Van Reybrouck. « Serait-il muet et couleur de muraille qu’il serait tout de même le “primus inter pares”,

celui dont la visite est la plus attendue, la plus fêtée aussi, après avoir été la plus controversée par ceux qui

y voient une caution politique, alors qu’il ne s’agit que de la participation à une fête de la mémoire et un pari sur l’avenir », note sur son blog Colette Braeckman, spécialiste du Congo pour le quotidien belge Le Soir.

La plainte pour « crime de guerre », annoncée le 22 juin par les enfants de Patrice Lumumba, père de l’indépendance, assassiné en 1961 avec la complicité de l’armée belge, n’a guère fait parler d’elle. C’est

plutôt l’assassinat de Floribert Chebeya, militant des droits de l’homme retrouvé le 2 juin à Kinshasa après un rendez-vous avec l’Inspection générale de la police, qui fait couler de l’encre. Amnesty a jugé

« hypocrite » la célébration de l’indépendance, alors que la situation des droits humains est « révoltante »

au Congo. L’ombre de Floribert Chebeya a plané sur les festivités. Les obsèques du militant, organisées samedi, ont donné lieu à un énième casse-tête protocolaire pour les Belges. Le roi Albert II n’a pas signé le

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

57

registre de condoléances, mais le Premier ministre sortant, Yves Leterme, l’a fait. C’était sans doute, du point de vue belge, le moment le plus important – et le moins prévu – de ce cinquantenaire.

Dans l’éditorial de son supplément « Construire la démocratie », le quotidien congolais Le Potentiel (centre) fait le parallèle entre le Congo de 1960 et celui de 2010 :

« Les Belges n’ont pas associé les Congolais à la gestion du Congo. On ne peut en dire davantage aujourd’hui pour ces derniers. Les Belges ne toléraient aucune contradiction ni aucune manifestation publique dénonçant la mauvaise gouvernance et autres violences politiques. La polyarchie au pouvoir, cinquante ans après, ne les tolère pas non plus.

Le Congo fut une colonie d’exploitation et non de peuplement. Cinquante ans après, il est les deux à la fois. Et pas toujours de la meilleure manière. Les nouveaux prédateurs viennent s’installer avec leurs grands-parents et injurient leurs travailleurs congolais, sans que cela émeuve le pouvoir. Comme hier. »

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

58

En guise de conclusion

Pascal Boniface 1 , « La victoire des afro-optimistes », Le Monde, 9 juillet 2010

Stades vides, violence dans les rues, agressions contre les supporteurs venus assister aux matches, risque de viol pour les supportrices, menace d’attentats terroristes à l’image de ce qui s’était passé pour la coupe d’Afrique des nations en Angola, interrogations sur l’hôtellerie et les transports… c’est peu dire que le scepticisme régnait avant le coup d’envoi du Mondial en Afrique du Sud.

Un pays africain serait-il en mesure d’organiser le premier événement médiatique de la planète ? La Fédération internationale de football (FIFA) n’avait-elle pas cédé au politiquement correct en voulant que le continent africain ne soit pas l’éternel exclu de ce type d’honneur, mais aussi de responsabilités ? Le souci louable de récompenser le symbole qu’est le démantèlement pacifique de l’apartheid n’allait-il pas devenir un cauchemar organisationnel et faire au contraire une contre-publicité à l’Afrique, au lieu de l’aider ? Au vu des difficultés que l’Union des associations européennes de football (UEFA) rencontre en Ukraine avec l’organisation de l’Euro 2012 (co-organisé avec la Pologne), n’aurait-il pas été plus confortable de recourir à des valeurs sûres, des pays développés, aux sociétés stables et aux infrastructures déjà largement existantes ? Les propos des oiseaux de mauvais augure ont été démentis.

Tout d’abord, cette coupe du monde a été une fête. À quelques exceptions près, tous les matches se sont déroulés dans des stades abondamment remplis, à tel point que l’édition 2010 devrait monter sur le podium des affluences record. Les tribunes ont été chaleureuses et bigarrées, spectateurs sud-africains, hauts en couleur, se mélangeant avec les supporteurs étrangers, qui rivalisaient autant dans les tribunes pour leurs accoutrements sympathiques que leurs équipes le faisaient sur le terrain pour remporter le match. Pas de bagarres dans les stades, pas de violences dans les rues. Ceux qui craignaient des stades vides et silencieux se sont mis à se plaindre du vacarme des vuvuzelas, qui resteront le symbole de ce Mondial.

On disait que l’Afrique du Sud, ce n’était pas l’Afrique. On a vu, au contraire, une grande solidarité continentale, les Sud-Africains prenant fait et cause pour toutes les équipes africaines, puis pour celle du Ghana, après l’élimination des Bafana Bafana. La fréquentation touristique a augmenté, et les reportages sur l’Afrique du Sud devraient permettre au pari des organisateurs de passer de 8,5 millions de visiteurs à 10 millions par an d’être atteint. Les stades sont des bijoux et de parfaites réussites architecturales, même si certains auront du mal à conserver une rentabilité après la fin du Mondial. Bref, c’est le visage d’une Afrique à la fois ouverte et dynamique, hospitalière et moderne, qui a été donnée. Le football va franchir un nouveau cap en Afrique, et la perception que le reste du monde a du continent va s’améliorer. Dans la bataille entre afro-pessimistes et afro-optimistes, ce sont les seconds qui ont gagné.

1 Pascal Boniface est le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

59

Les textes officiels

Collège, 3 e

La décolonisation de l’Afrique noire est abordée à plusieurs moments. En histoire-géographie, dans la partie « Élaboration et organisation du monde d’aujourd’hui », la décolonisation est présentée comme l’une des principales étapes de l’évolution des relations internationales depuis 1945. Parmi les documents suggérés, on cite une carte de la décolonisation ainsi qu’un témoignage sur la décolonisation. Dans la partie consacrée à la France, on étudie les transformations de son rôle dans le monde. C’est à ce titre que sont là encore suggérés des documents sur la décolonisation française.

En éducation civique, dans la partie sur la défense et la paix, la responsabilité des États et le rôle des Nations unies sont abordés.

À partir de la rentrée 2012, les nouveaux programmes accordent encore une large place aux indépendances : « Dès le lendemain du conflit mondial, grandissent des revendications qui débouchent sur les indépendances. Les nouveaux États entendent être reconnus sur la scène internationale, notamment par le biais de l’ONU. » Ce processus est étudié à partir d’un exemple au choix, qui peut être un pays d’Afrique subsaharienne. On attend de l’élève qu’il soit capable de « raconter la manière dont une colonie devient un État souverain » et de « décrire quelques problèmes de développement auxquels ce nouvel État est confronté ».

Lycée

Terminale L/ES/S

Dans les séries L et ES, les indépendances africaines de 1960 s’inscrivent dans la partie « Le tiers- monde : indépendances, contestation de l’ordre mondial, diversification ». Dans la série S, l’émancipation politique des colonies d’Afrique subsaharienne en 1960 appartient à la partie « Colonisation et indépendance », et plus spécifiquement à la sous-partie « La décolonisation et ses conséquences ».

Dans l’ensemble des séries générales, le programme invite d’abord à traiter de la transformation du contexte international pendant et après la Seconde Guerre mondiale qui favorise, avec des décalages, l’épanouissement et la radicalisation des revendications nationales, ainsi que les réactions diverses des métropoles devant la remise en cause du système colonial par les colonisés, les nouvelles puissances dominantes et l’ONU. Les indépendances de 1960 et leurs suites permettent de traiter le recul des puissances européennes et l’émergence du tiers-monde sur la scène internationale, qui, après Bandung, se traduit dans les années 1960 par la relance du non-alignement et les efforts d’organisation dont témoigne la mise sur pied de l’Organisation de l’unité africaine (1963). La réunion de la première conférence des Nations unies pour le commerce et le développement en 1964 manifeste par ailleurs l’importance nouvelle prise par la question économique. Dans le même temps se déploient une politique de coopération des anciennes métropoles avec les jeunes nations (de manière bilatérale ou par l’intermédiaire de la CEE : la convention de Yaoundé date de 1963) et une radicalisation d’une partie du tiers-monde, qui dénonce, notamment aux conférences du Caire (1964) et de Lusaka (1970), le néocolonialisme.

Terminale STG

Dans la partie « Décolonisation et construction de nouveaux États », on traite la question « Du reflux colonial à l’État-nation depuis 1945 ». Si le programme invite d’abord à dresser un état des lieux au moment des indépendances, il met l’accent sur la construction nationale et le défi du développement dans les États issus de la décolonisation et pose la question de la nature des liens postcoloniaux et de la frontière entre coopération et néocolonisation, surtout quand le rapport de forces est très inégal. L’approche

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

60

historique se combine ici avec les entrées géographiques du programme. Elle met en évidence deux périodes, en amont et en aval de 1990, et le poids du contexte international.

Terminale ST2S

La partie du programme consacrée à la « décolonisation et [à la] construction de nouveaux États » invite à étudier « l’Afrique subsaharienne, du milieu des années 1950 à la fin des années 1980 », et en particulier la série de défis auxquels les nouveaux États ont à faire face. Par ailleurs, le programme propose deux sujets d’étude au choix : Léopold Sédar Senghor (1906-2001) et la guerre du Biafra (1967-1970).

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

61

Ressources

Bibliographie

Almeida-Topor Hélène d’, L’Afrique au XX e siècle, Armand Colin, 2003. Ba Konaré Adamé, Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy, La découverte, 2008. Brunel Sylvie, « L’Afrique dans la mondialisation », Documentation photographique, La Documentation française, 2005, n° 8048. Chrétien Jean-Pierre (dir.), L’Afrique de Sarkozy, un déni d’histoire, Karthala, 2010. Cooper Frederick, L’Afrique depuis 1940, Payot, 2008. Coquery-Vidrovitch Catherine et Moniot Henri, L’Afrique noire de 1800 à nos jours, PUF, 2005. Droz Bernard, Histoire de la décolonisation au XX e siècle, Éditions du Seuil, 2006. Droz Bernard, « La décolonisation », Documentation photographique, La Documentation française, 2008, n° 8062. Gassama Makhily (dir.), 50 ans après, quelle indépendance pour l’Afrique ?, Philippe Rey, 2010. « La fin des colonies. Afrique 1960 », L’Histoire, février 2010, n° 350. « La France face à la décolonisation », TDC, 2002, n° 840. M’Bokolo Elikia (dir.), Afrique noire. Histoire et civilisations, tome 2 : Du XIX e siècle à nos jours, Hatier-AUF, 2008. Michel Marc, Décolonisations et émergence du tiers-monde, Hachette supérieur, 2005. Michel Marc, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique noire (1830-1930), Perrin, 2009. Perville Guy, De l’Empire français à la décolonisation, Hachette éducation, 1991. Smouts Marie-Claude (dir.), La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Presses de Sciences Po, 2007.

Ressources vidéos

Poussières d’empires, Roland Cros, Patrick Fléouter, Scérén-CNDP/France 5, VHS, 2003, 8 x 26

min. Histoire de comprendre : l’émancipation des peuples dépendants, Alexandre Adler, Robert

Mugnerot et Dominique Tibi, CNDP/La Cinquième/Roche Productions, VHS, 2003, 4 x 13 min. La République gaulliste, 1 : 1960, la décolonisation avec Pierre Mesmer, G. Cayatte, R. Mugnerot, CNDP/La Cinquième/Histoire/Roche productions, VHS, 2000, 4 x 13 min.

Sitographie

Sur le site Strabon de l’académie de Versailles, http://www.histoire.ac-versailles.fr :

Décolonisation, les ambiguïtés de l’Union française (un parcours dans le site de l’INA) ;

La décolonisation française en Afrique (une étude d’ensemble documentaire conçue pour une classe de terminale S).

Sur le site de RFI, un dossier très riche, complété au fur et à mesure par des articles récents sur les commémorations : http://www.rfi.fr/contenu/20091231-il-y-cinquante-ans-independances

Sur le site de TV5Monde, http://www.tv5.org, un dossier : « Afrique 1960, un continent en marche vers son indépendance », des rétrospectives (sur l’histoire du Togo jusqu’en 1963, la question de la

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

62

démocratie au Sénégal depuis l’indépendance…), de nombreux reportages (par exemple sur l’inauguration de la statue renaissance africaine à Dakar en avril 2010), ainsi que des témoignages d’anciens colonisés. Attention cependant à certaines approximations. On peut lire en effet : « Les occupations furent plus ou moins sévères, les États occidentaux plus ou moins exploiteurs, mais tous pratiquèrent, à des degrés divers, la traite négrière, les Africains étant le plus souvent à peine mieux considérés que du bétail »… alors que la conquête de la plus grande partie de l’Afrique, à la fin du XI xe siècle, est postérieure à l’abolition de l’esclavage, prononcée en 1848 en France par exemple.

ans

d’indépendance », nous amène du Burkina Faso au Togo en passant par le Cameroun, le Sénégal ou le Tchad en compagnie d’hommes ou de femmes qui, au long d’une journée, nous servent de guide et dressent le bilan de ces 50 ans d’indépendance, parcours enrichi de cartes et d’analyses (un historien, un économiste, un géographe), dont certaines révisent nombre d’idées reçues sur le continent africain aujourd’hui.

Sur

le

site

d’Arte,

un

web

documentaire

sur

l’« Afrique :

50

Sur le site de l’INA, la collection Afrique(s) donne la parole à de grands témoins racontant l’histoire du continent du point de vue africain : http://www.ina.fr/grands-entretiens/video/Afriques.

© SCÉRÉN [CNDP-CRDP] 2010

63