Vous êtes sur la page 1sur 5

Partie III – La France et L’Union eUropéenne

Thème 1 - l’Union européenne, une union d’États

Union européenne : association régionale qui réunit en 2014, 28 États européens liés entre eux par
une union économique et un projet politique. (28 pays au 1er juillet 2013 avec l’entrée de la Croatie)

Un territoire en construction à géométrie variable :


l’espace Schengen et la zone euro
Petits rappels du cours d’histoire vu précédemment
→ La construction de l’Union européenne (CEE) a débuté dès 1957 avec le traité de Rome.
→ L’UE comprend 28 pays depuis le 1er juillet 2013.
→ Le traité de Maastricht en1992 permet la libre circulation des personnes, des biens, des services et des
capitaux au sein de l’UE (suppression des frontières).
→ En 2002, l’euro, la monnaie commune est mise en circulation.
Les États européens ont renforcé les liens qui les unissent en définissant non seulement une zone de libre-
échange où circulent librement (sans droit de douane) les marchandises, mais aussi l’espace Schengen à
l’intérieur duquel est instaurée une libre circulation des personnes pour 26 pays dont 4 n’appartiennent pas à
l’UE, et la zone euro en créant une monnaie commune à 18 pays de l’UE.
L’espace Schengen :
→ Elle a instauré un espace de libre circulation des personnes entre les États signataires et associés : sup-
pression des contrôles aux frontières intérieures et renforcement de la protection aux frontières exté-
rieures de cet espace.
→ Particularité : certains pays de l’espace Schengen ne font pas partie de l’UE : Islande, Norvège,
Suisse et Liechtenstein.
→ Certains pays de l’UE ne font pas partie de l’espace Schengen : Irlande, Royaume-Uni, Roumanie,
Bulgarie, Chypre et Croatie.
La zone euro : 18 pays sur 28 pays de l’UE en font partie.
→ Une monnaie commune à 18 pays de l’UE, l’Euro, émise par la Banque centrale européenne (BCE),
qui a son siège à Francfort (Allemagne).
Une Union européenne à géométrie variable :
ISLANDE Pays faisant partie de l’UE, de l’espace Schengen et de la zone
LIECHTENSTEIN euro.
Pays faisant partie
de l’UE et de SUISSE Pays ne faisant partie que de l’UE.
l’espace Schengen NORVÈGE L’UE est une union «
DANEMARK BULGARIE à géométrie variable »
POLOGNE
CROATIE car en son sein, tous les
HONGRIE SUÈDE
États utilisant LETTONIE ROUMANIE pays ne participent
RÉP. TCHÈQUE
l’euro LITUANIE ROYAUME-UNI pas aux mêmes al-
liances : par exemple le
ALLEMAGNE LETTONIE
ANDORRE Royaume-Uni, membre
AUTRICHE LUXEMBOURG de l’UE ne participe ni
KOSOVO CHYPRE
BELGIQUE MALTE à l’Espace Schengen, ni
MONACO MONTÉ- IRLANDE
ESPAGNE PORTUGAL à la zone euro. À
NÉGRO
ESTONIE PAYS-BAS l’inverse, l’Italie
SAN MARIN
GRÈCE SLOVÉNIE comme la France ap-
VATICAN
ITALIE SLOVAQUIE partiennent aux trois
FRANCE alliances.
FINLANDE
1. IRLANDE DU SUD (Dublin)
2. ROYAUME-UNI (Londres)
3. SUÈDE (Stockholm)
4. FINLANDE (Helsinki)
5. ESTONIE (Tallin)
6. LETTONIE (Riga)
7. LITUANIE (Vilnius)
8. POLOGNE (Varsovie)
9. RÉP. TCHÈQUE (Prague)
10. SLOVAQUIE (Bratislava)
11 HONGRIE (Budapest)
12 AUTRICHE (Vienne)
13 SLOVÉNIE (Ljubljana)
14. ITALIE (Rome)
15 MALTE (La Valette)
16. GRÈCE (Athènes)
17. CHYPRE (Nicosie)
18. ALLEMAGNE (Berlin)
19. LUXEMBOURG (Luxembourg)
20. BELGIQUE (Bruxelles)
21. PAYS-BAS (Amsterdam)
22. DANEMARK (Copenhague)
23. ESPAGNE (Madrid)
24. PORTUGAL (Lisbonne)
25. FRANCE (Paris)
26. ROUMANIE (Bucarest)
27. BULGARIE (Sofia)
28. CROATIE (Zagreb)

Capitales des 28 pays de l’UE


Sièges des institutions de l’UE :
B : Bruxelles : Commission européenne et Conseil européen
S : Strasbourg : Parlement européen
F : Francfort : BCE Banque centrale européenne
L : Luxembourg : cour de justice de l’UE
LH : La Haye : Europol
Un exemple de candidature à l’Union européenne : la Turquie
Les causes de la candidature de la Turquie en 1987 :
→ La Turquie a été attirée par la richesse et les meilleures conditions de vie de l’Union européenne.
→ La Turquie a aussi des liens économiques forts avec l’UE.
Les critères à respecter pour entrer dans l’Union européenne
Les critères d’adhésion de Copenhague (1993)

 Des institutions stables garantissant la démocratie et la primauté du droit


(État de droit).
Critères politiques  Le respect des droits de l'Homme.
 Le respect des minorités et leur protection.

 L'existence d'une économie de marché viable.


Critères économiques  La capacité à faire face à la concurrence à l’intérieur de l’UE.

 La participation à l'Union économique et monétaire.


Critères communautaires  L'incorporation des lois et les règles communautaires dans les législations
nationales.

Acquis communautaires : ensemble de lois et de normes de l’UE que le pays candidat doit appliquer pour intégrer
l’Union européenne. Par exemple, aucun État membre n’inflige la peine de mort.
 ASA (accord de stabilisation et d’association) : accord politique et économique facilitant une adhésion future.

→ Pour respecter les critères de Copenhague, la Turquie a mis en œuvre de 2001 à 2003, une série de
réformes : 34 articles de la constitution sont révisés et plusieurs lois adoptées : statuts des associations et
partis politiques, statut des fonctionnaires, abolition de la peine de mort et liberté de culte.
→ Des obstacles existent encore malgré les efforts des Turcs : problème des minorités kurdes, occupation
du nord de Chypre et problème de la reconnaissance du génocide arménien.
Les Européens sont divisés au sujet de l’adhésion de la Turquie.
Certains Européens sont contre pour différents
motifs :
→ Frontières de l’UE repoussées au Moyen- Orient où les
tensions sont fortes ;
→ La Turquie est principalement hors des frontières tradi-
tionnelles de l’Europe ;
→ L’entrée de plus 70 millions de musulmans.
À l’inverse, d’autres sont favorables à l’adhésion de
la Turquie pour les motifs suivants :
→ Au nom des liens économiques, culturels (Istanbul =
Constantinople, un des centres majeurs de l’Europe mé-
diévale).
→ la Turquie est un pays émergent dont le dynamisme éco-
nomique profitera à l’UE.
→ Au sujet de l’islam, ils soulignent que la Turquie est un
État laïc.
→ L’influence de la Turquie au Moyen-Orient permettrait
d’étendre la zone de sécurité de l’UE.
Les Turcs sont eux aussi de plus en plus divisés.

Jusqu'au moins en 2014, L’UE va vérifier si la Turquie répond aux 35 chapitres d’exigence commu-
nautaire (transport, fiscalité…).
Les contrastes territoriaux à l’intérieur de l’Union européenne

La politique régionale de l’UE en matière de réduction des inégalités : une politique de réé-
quilibrage
- La politique régionale de l’UE, vise à réduire les inégalités régionales :
→ Réduire les disparités régionales en Europe en aidant les régions les plus pauvres à se développer afin de rat-
traper leur retard ;
→ Créer des emplois en favorisant la compétitivité et en renforçant l’attractivité des régions ;
→ Encourager les relations entre les régions d’États voisins.
- L’Europe centrale et orientale (PECO) et certaines régions d’Europe du sud méditerranéen bénéfi-
cient de la politique régionale de l’UE.
PECO (Pays d’Europe centrale et orientale) : ensemble des pays se situant dans l’ancienne aire communiste de l’Europe.
Politiques de rééquilibrage : politiques de l’UE consistant à apporter un soutien financier aux régions en retard écono-
mique ou en difficulté conjoncturelle (anciennes régions industrielles, régions en reconversion).
La mégalopole européenne est l’ensemble urbain européen qui s’étend de la région de Londres à celle de Milan par la val-
lée du Rhin ; à ne pas confondre avec une mégapole [qui est une très grande agglomération, dont le seuil a été fixé par
l’ONU à 8 millions d’habitants], qui abrite en son sein des fonctions de commandement, c’est-à-dire des centres de déci-
sion.

Le centre de l’Europe : la mégalopole européenne et l’Europe du Nord-ouest : concentration


des activités économiques (industries, services, finances…), des centres de décision (notamment de l’UE), et
de fortes densités de population et fortes densités urbaines.
Les régions en marge, les périphéries de l’UE
Certaines régions sont longtemps restées en marge de l’industrialisation et de la croissance économique à
cause de leur caractère excentré ou leur éloignement avec le cœur de l’Europe.
→ C’est le cas de l’Europe méditerranéenne et d’une partie de l’Europe septentrionale.
→ C’est le cas également de l’Europe centrale et orientale, dont l’industrialisation a été beaucoup plus tardive
que celle de l’Europe de l’Ouest, et qui ont été coupés du reste du continent pendant la période communiste.
Les espaces de l’Union européenne