Vous êtes sur la page 1sur 1

05/02/2018 Plastiques dans l'automobile, page 2

PLASTIQUES ET COMPOSITES DANS LES VEHICULES RENAULT


Documents
Les plastiques dans l'automobile : page 2/8
COMMENT OBTIENT-ON UNE MACROMOLÉCULE?

Le principe en est simple: il « suffit », par une réaction chimique appropriée de faire réagir des molécules de « petite taille » appelées monomères, de façon à
obtenir leurs jonctions en enchaînements soit linéaires, soit tridimensionnels.
Une molécule est formée d'atomes, s'accrochant par l'intermédiaire de liaisons. Le nombre de liaisons qu'un atome est capable d'avoir est une des
caractéristiques qui conditionne la formation des molécules.
Dans certains cas, des molécules comportent des doubles liaisons, c'est-à-dire que des liaisons possibles ne sont pas utilisées. II suffira donc de faire réagir
ces molécules comportant des doubles liaisons; pour utiliser cette affinité d'accrochage afin d'obtenir des jonctions et donc des molécules d'une plus grande
taille.
Le carbone, normalement capable d'ac cepter 4 liaisons, se trouve souvent combiné dans des molécules n'utilisant que 2, ou même 1 seule de ses liaisons;
ceci entraîne donc l'existence de doubles ou triples liaisons et des possibilités nombreuses : c'est ce qui explique l'importance de la chimie organique, sur
laquelle est basée l'industrie des matériaux dits plastiques, mais souvent appelés matériaux organiques.

Plusieurs modes d'obtention des enchaînements sont possibles:

jonctions entre monomères sans élimination de molécules résiduelles: la polymérisation:


jonctions avec élimination de résidus: la polycondensation;
jonctions successives de molécules monomères sur une molécule initiatrice: la polyaddition.

LA POLYMÉRISATION

Elle s'effectue sur des molécules de base identiques, sous température et pression. Schématiquement (le signe = représentant une double liaison et le signe

- une simple liaison)


A = B + A = B + . . . + A = B ---> A - B - A - B . . . A - B
On obtient alors une macromolécule à chaîne linéaire.

Lorsque A et B sont les mêmes, le polymère obtenu est appelé homopolymère.


Lorsque A et B sont différents, il s'agit alors d'un copolymère.
II peut être statistique, alterné ou séquence en fonction de la disposition relative des radicaux A et B.

LA POLYCONDENSATION

Elle s'effectue sans nécessité d'amorçage, entre des molécules de bases différentes, et donne un résidu: en général de l'eau, mais parfois de l'ammoniaque
ou des hydracides.
La réaction est plus lente qu'une polymérisation, et on obtient une macromolécule de taille inférieure à celle obtenue dans les polymérisations.

LA POLYADDITION

Elle consiste à additionner des molécules monomères à une molécule initiatrice. II n'y a alors pas de résidu, mais la réaction nécessite un amorçage.

Figure 1
Figure 2
Dans les années cinquante, le règne de la tôle était incontesté. Le
zamac avait droit de cité pour les poignées et manivelles de porte. Le Dans une voiture moderne, la tôle disparaît entièrement sous des
carton servait à confectionner les bacs de videpoche et à supporter les habillages en plastiques, dont la nature varie avec les fonctions des
garnitures de porte. Seuls, le volant ainsi que quelques boutons différentes pièces. (Renault 25 V6).
faisaient appel aux plastiques, en général des poudres à mouler
thermodurcissable. (Frégate de série de confirmation).

Retour à "Documents" Page suivante

http://pierre-roubinet.pagesperso-orange.fr/compositcar/plastique_auto_02.htm 1/1