Vous êtes sur la page 1sur 16

Volume LxxxvI N 0 22

- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -

Derrière le logo

www.larotonde.ca LaRotonde @LaRotonde La RotondeVideo


section

éditorial Mathieu Tovar-Poitras


redaction@larotonde.ca
Rédacteur en chef

Engouement, mais où te caches-tu ?


MATHIEU TOVAR-POITRAS
RÉDACTEUR EN CHEF
Eh oui, mars touche bientôt à sa fin. Les
camions à poutine s’installent devant la
Faculté des sciences sociales, les bureaux
dans les salles d’étude sont soudaine-
ment devenus un luxe et une ambiance
anxieuse s’alimente à vue d’œil. Passant
un peu dans le beurre, la fin du Mois de
la francophonie et l’apathie entourant
l’événement à l’Université d’Ottawa (l’U
d’O) soulèvent d’importantes réflexions.

C’est avec une variété d’activités que le


Mois de la francophonie a été célébré
à l’U d’O et si ces dernières étaient ré-
fléchies et riches en matériel, l’engoue-
ment est encore la variable constante
qui ne cesse remettre en question les
résultats. Que ce soit avec les confé-
rences, le spectacle de Rosalie Vail-
lancourt et le Gala de la francophonie,
pour ne nommer qu’eux, des efforts ont MONTAGE ANDREY GOSSE
été faits pour mettre en avant-plan une
richesse culturelle présente sous diffé-
rentes formes. Par contre, il ne faut pas qu’ont les écoles et les communautés mise des tintamarres de la communau- épris par l’influence mondialisatrice.
négliger la nécessité de créer de l’en- d’offrir aux jeunes des possibilités de té fransaskoise à Régina le 20 mars, la
gouement pour ces événements et pour s’impliquer socialement et culturelle- proclamation du mois de mars comme Et qu’est-ce qui constitue encore une
inciter la population étudiante à s’y pré- ment. étant le Mois de la francophonie en Al- fois la base de ces changements d’ap-
senter, on sait bien qu’il faut se rouler berta ou le 30e anniversaire de la Jour- proche ? L’engouement.
les manches. L’approche d’Héroux et de Dumont née internationale de la francophonie et
soulève d’office l’enjeu de l’engouement 20e anniversaire des Rendez-vous de la
La nécessité d’engouement représente au niveau institutionnel; les écoles, col- Francophonie, les acteurs politiques se Du bas vers le haut
toutefois bien plus que le nombre de lèges et universités se doivent d’être en font visibles en ce qui touche la ques-
personnes s’étant présentées à une ac- mesure d’offrir des options concrètes tion.
tivité. Cet enthousiasme doit être certes Les approches politiques de nature des-
pour l’apprentissage et la découverte
développé, mais surtout être maintenu, cendante ont tendance à créer des mo-
culturelle afin de s’affirmer dans un es- L’image étant bien belle, qu’en est-il du
pour que ce sentiment soit le précur- bilisations pleines de ressources mais
pace linguistique minoritaire. concret ? Du pratique ? Des approches
seur de décisions et d’actions. Le milieu dont la durée du sentiment s’estompe
pratiques et descendantes ? La théma-
de l’éducation est particulièrement im- avec l’adrénaline ou la consommation
Il ne faut pas l’oublier ou le négliger, tique de la soirée des deux anniver-
portant dans la mesure de cette optique, du café gratuit promis.
mais l’éducation et les diverses formes saires mentionnés préalablement était
car si l’intérêt n’est pas piqué, cette ave-
culturelles sont les assises même d’une Célébrons nos acquis. C’est bien de se Les projets sociaux de nature ascen-
nue ne sera pas explorée avec autant de
société. C’est à partir des institutions célébrer mais il faut faire plus. dante ont prouvé, dans le contexte des
vigueur.
ayant le mandat, mais surtout l’en- revendications linguistiques, être les
« Je pense que la survie du peuple passe gouement même, d’offrir des services, Il faut développer ces acquis. pierres angulaires de processus ayant
par le savoir-faire et la recherche », a d’organiser des rassemblements, d’en- ultimement abouti à des changements
partagé Marie-Pierre Héroux, co-prési- seigner ou de créer des débats que la Il faut innover, diversifier, renouveler au niveau des institutions politiques.
dente du Regroupement étudiant fran- motivation de vouloir s’intéresser à la ces acquis. L’engouement politique étant absent ou
co-ontarien, lors d’une entrevue avec chose et d’y participer fleurit. refoulé, c’est l’engouement des indivi-
Radio-Canada. Prononcées en lien avec Parce que oui c’est l’fun de les célébrer. dus et des communautés à développer
ce que représente le projet de l’univer- Du concret ? Mais cela ne doit pas masquer le fait que leur patrimoine qui sera le moteur de
sité de langue française en Ontario, les ce sont des acquis sous-financés, avec ces approches.
paroles de l’Embrunoise font écho au Si ces institutions ont cette responsa- une relève qui manque de support, qui
constat de plusieurs personnes. Édith bilité, il en va de même avec la sphère souffrent d’absence de promotion et qui C’est donc en se mobilisant, en offrant
Dumont, la directrice de l’éducation du politique qui a une responsabilité vis- sont les victimes d’une défiguration pa- des avenues communautaires et surtout
Conseil des écoles publiques de l’Est de à-vis des communautés linguistiques, trimoniale. Il faut faire plus pour éviter en encourageant ceux et celles qui s’y
l’Ontario pousse cette ligne de pensée en particulier celles dans un contexte que cette culture ne devienne un folk- lancent que l’éducation et la culture se-
en y ajoutant l’importance particulière minoritaire. Que ce soit par l’entre- lore au sein d’un contexte minoritaire ront célébrés.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Nicolas Hubert


actualites@larotonde.ca
Chef de pupitre actualités

Conseil d’administration de la FÉUO

La motion BDS rejetée, le vote en ligne

PHOTO ANDREY GOSSE

Nonibeau Gagnon-Thibeault manquait lors des dernières semaines. n’importe quelle démocratie, les droits d’engager un parti tiers pour organiser les
Nous étions concernés par les motions humains priment sur la volonté démo- prochaines élections de la Fédération et
contre l’État d’Israël.  Maintenant, on cratique. Normalement, il y a un corps d’instaurer le vote en ligne, a été adoptée
La motion BDS (Boycott, désinvestis-
est soulagé  », confie-t-il.  Zrihen avait judiciaire indépendant, comme la Cour par le CA.
sement et sanctions) a été rejetée par
l’impression que la motion excluait la Suprême au Canada, qui renverse les
les membres du Conseil d’administra- Une autre motion, qui demande à ce que
communauté juive et lui de la Fédéra- lois allant à l’encontre des droits hu-
tion (CA) de la Fédération étudiante de le CA ratifie l’embauche d’un parti tiers
tion étudiante. « En tant qu’étudiant mains  », explique-t-il, jugeant que le
l’Université d’Ottawa (FÉUO), tandis avant le 1er septembre afin de s’assurer
juif, je me sens exclu par la motion  », rejet de la motion BDS va à l’encontre
que la motion demandant le vote en que les prochaines élections soient bel et
affirme-t-il. du respect des droits humains. Il estime
ligne a été adoptée. La controversée bien dirigées par un tiers parti, a égale-
qu’il « devrait avoir un corps indépen-
motion BDS a amené plus d’une cin- Lors des délibérations précédant le ment été adoptée.
dant à la FÉUO qui analyse les prin-
quantaine de personnes des deux côtés vote, Gabi Ghannoun, représentant les
cipes dans les motions présentées au La question du vote en ligne avait aussi cau-
du conflit israélo-palestinien à se faire étudiants en Sciences sociales, a insisté
CA de la FÉUO. sé la mobilisation de certains étudiant.e.s,
entendre au CA dimanche dernier. que BDS « ne vise pas le peuple juif ou
bien qu’en moins grande proportion que
la légitimé de l’État d’Israël », mais est Il y eut par après une autre motion
Un vote divisé la motion BDS. « Je suis ici pour s’assu-
plutôt une façon de faire respecter les qui demandait de ne plus présenter de rer que les étudiants soient entendus. On
droits humains que viole Israël en colo- motions concernant un État ou un lieu
La motion BDS, qui vise à « [adopter] a voté en grande majorité pour le vote en
nisant des terres palestiniennes. d’origine au CA de la FÉUO pour deux
ce mouvement et une position pro-pa- ligne », explique Michael Ryland. Rappe-
lestinienne »,  n’a pas atteint le deux- Plusieurs militants sionistes et anti-sio- ans. Zrihen avait expliqué que cette mo- lons qu’à la dernière Assemblée générale,
tiers des votes requis en sa faveur avec nistes ont assisté au CA afin de faire tion a pour but d’arrêter la présentation la motion concernant le vote en ligne a été
11 votes en faveur, 11 votes en défaveur pression ou pour voir en personne le de motions BDS, qui furent rejetées approuvée par 97% des étudiant.e.s.
et 2 abstentions. La motion fut donc re- résultat du vote. « Je viens ici pour sup- trois fois de suite, et afin de mettre fin à
jetée. la division des étudiant.e.s du campus. Cette motion mettra fin aux questionne-
porter BDS, pour le respect des droits
La motion fut rejetée unanimement. ments du processus électoral de la FÉUO,
humains  », explique une étudiante en
Pour Jonathan Zrihen, étudiant en dont l’indépendance a été remise en ques-
développement international souhai-
sciences politiques et en histoire qui Le vote en ligne adopté unanime- tion. « Il y avait des questions par rapport
tant être anonyme.
est venu au CA de la FÉUO afin de faire à la légitimité des dernières élections. Avec
ment
pression contre la motion BDS, c’est Du côté de Saad Amjad, étudiant en ça, l’indépendance et la légitimité des élec-
un soulagement que de voir la motion droit, le résultat du vote ne respecte pas La motion présentée à la dernière Assem- tions sera assurée », se réjouit Mike DeLo-
être rejetée. «  Je sens un confort qui les principes de la démocratie. «  Dans blée générale de la FÉUO, qui proposait sa, membre du Parti Solutions.

w w w. l a r o t o n d e .c a
4 actualités l laar ro ot to onnd de e l el umnadri d2i 62 9M amrasr s2 021081 6

Service du logement

Une pétition pour repousser les déménagements


Antagana accuse l’U d’O et le Service de le [Service du logement] devrait chan-
Charley Dutil
logement de ne pas prendre en considé- ger cette date de déménagement en «  Je viens de North Bay et ramener
Alors que le mois de mai approche à ration le stress initialement engendré ce qu’elle n’est pas logique, mais elle toutes mes affaires chez moi à quatre
grands pas, la plupart des étudiant.e.s par la période d’examens en ajoutant est avantageuse pour leur porte-mon- heures d’ici pour quatre jours ne fait
une source de préoccupations supplé- naie », avance Antagana, tout en recon- pas de sens », ajoute-t-elle, tout en ad-
de l’Université d’Ottawa (U d’O) y habi-
mentaire avec une date de déménage- naissant que les chances de changer la mettant «  que les chances sont basses
tant hésitent entre trouver un nouveau
ment inadéquate. « L’éducation, l’accès date de déménagement demeurent mi- qu’il y ait un changement » de date. Une
logement ou rester dans le même et se
à des conditions de vie équitables et nimes. Le Service du logement de l’U perception partagée par Leon Lobo,
concentrer sur leurs examens. La signa-
justes lors de toute poursuite d’éduca- d’O n’a pour sa part pas encore donné étudiant en sciences de la santé, qui
ture de l’entente de loyer leur permettra
tion me paraissent nécessaires  », ex- de réponse quant à cette pétition. fait également part de son scepticisme
de prendre possession de leur nouveau
plique Antagana. quant aux chances que l’U d’O accom-
logement le premier mai. Cependant,
mode ses étudiant.e.s à ce sujet.
pour les étudiant.e.s vivant en résidence, en accord, mais réalistes
Un large support
leur entente de cette année prendra fin le
Quant à Antagana, beaucoup de ses es-
27 avril, les laissant sans lieu d’habita- Sur le campus, le soutien des étu-
À la date de publication de l’article, la poirs sont liés au fait que, selon elle, le
tion pendant plusieurs jours. diant.e.s pour la pétition d’Antagana
pétition d’Antagana dépassait les 1 390 contrat du résident est « inconsistant ».
signatures. Selon elle, la pétition au- semble unanime; tout.e étudiant.e lo- Elle affirme en effet que « le contrat de
« L’Université ne devrait pas être un bu- geant en résidence interrogé.e sur le résidence stipule que les élèves doivent
rait reçu, en plus du support des étu-
siness, mais un lieu d’apprentissage  », diant.e.s canadien.ne.s en résidence, sujet affirment avoir signé ou avoir l’in- déménager 24h après leur dernier exa-
s’exclame Lucie Antagana, étudiante « le support de beaucoup d’étudiant.e.s tention de signer la pétition. Kara Mc- men », ce qui reviendrait à dire qu’un.e
de première année en science politique internationa.ux.les et aussi de quelques donell, étudiante en sciences infirmières étudiant.e finissant le 26 avril à 22h
vivant à la résidence Henderson. Pour membres de l’exécutif de la Fédération et résidente du 90U, estime que le Ser- peut rester jusqu’à 22h le jour suivant,
s’opposer à cette situation, Antagana a étudiante de l’Université d’Ottawa ainsi vice du logement devrait «  changer la et non pas 12h. « Dans certains cas, les
lancé une pétition appelant à déplacer la que d’étudiant.e.s des associations étu- date au premier mai, puisque pour moi élèves finissent plus tôt, donc que se
date de déménagement des étudiant.e.s diantes ». et plusieurs autres étudiant.e.s, il va passe-t-il ? Le contrat est inconsistant
en résidence du 27 avril au 1er mai. falloir que nous ramenions nos choses sur la date de déménagement des étu-
«  Très honnêtement […], je pense que chez nous pour quatre jours ». diants », conclut-elle.

Étude sur les interactions sexuelles en ligne

Sexting, cybersexe et le comportement


tures, il y avait beaucoup de recherches reste le même  dépendant de la plate-
Charley Dutil
menées sur les addictions ainsi que les forme. Par exemple, si j’envoie des pho-
La professeure en psychologie de l’Uni- côtés négatifs des interactions sexuelles tos sexuelles à des gens, est-ce que mon
en ligne. J’ai entrepris mes recherches comportement sera le même sur un té-
versité d’Ottawa Krystelle Shaughnes-
avec la conviction qu’il devait aussi léphone intelligent, une tablette ou un
sy réalise une enquête sur les interac-
avoir des aspects positifs à ces interac- ordinateur portable ?
tions sexuelles en ligne. L’enquête, qui
tions.
propose une récompense de 30$, au-
rait déjà attiré un très haut nombre de LR : Quel est l’impact attendu de
participant.e.s, au point où son équipe LR  : Comment avez-vous ajusté vos votre recherche ?
avait dû enlever des affiches promo- recherches à l’évolution  ?
tionnelles pour l’enquête du campus. KS : Premièrement, nous passerons les
La Rotonde revient avec Shaughnessy KS : Quand j’ai commencé, je me participants en entrevue, moi et mon
sur cette enquête, sa méthode et ses ob- concentrais vraiment sur le cybersexe. équipe, et leur demanderons des ques-
jectifs. La plupart de mes études sont en fait tions sur leurs comportements sexuels PHOTO COURTOISIE
sur le cybersexe, la pornographie et sur en ligne. Cette étude me permettra de
l’information disponible sur les sites déterminer si je suis sur la bonne voie besoin d’environ trente participants.
La Rotonde : Qu’est-ce qui vous a
web d’éducation sexuelle. Au début, ma
ou si je suis un peu à côté de la cible et Nous avons eu beaucoup plus de de-
amenée à faire ces recherches  ? recherche concernait plus l’utilisation
si je dois ainsi ajuster ma recherche en mandes que ça. En fait, nous avons dû
des ordinateurs et des portables comme
fonctions des comportements observés. enlever nos affiches publicitaires du
Krystelle Shaughnessy : J’ai com- outils pour des interactions sexuelles.
mencé mes recherches sur le sexting campus dû à un nombre trop élevé de
Cependant, l’évolution de la technolo-
et le cybersexe en tant qu’étudiante au gie m’a conduit à étudier les comporte- LR : L’étude a t-elle généré beaucoup personnes souhaitant y participer. Cela
doctorat il y a de ça dix ans. Je travail- ments sexuels avec les différentes tech- d’intérêt ? dit, ma prochaine étude sur le sujet sera
lais dans un laboratoire de sexualité hu- nologies numériques. Je veux savoir si à grande échelle et j’aurai besoin d’en-
maine et je trouvais que, dans mes lec- le comportement des gens change ou KS : Pour celle-ci, nous avions juste viron trois cent à six cent participants.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 22 5

Élections de la GSAÉD

Le débat des candidats aux postes de commissaires


Shérazade Faÿnel
Le débat francophone des élections de la GSAÉD se dé-
roulait le mardi 20 mars, à 18h, à la Maison des étu-
diant.e.s diplômé.e.s. La présence était uniquement re-
quise pour les candidats aux postes de commissaires.
Tous, sauf un, ont répondu présents. C’était l’occasion
de faire le point sur leurs plateformes en vue des scru-
tins, qui ont débuté le 23 mars et qui se terminent le 26
mars.

Bien que la participation aux débats soit optionnelle


pour les candidats aux postes de représentants au Sé-
nat, John Ward, qui se présente à sa réélection, a fait
le choix d’être présent. Ward a fait part de son engage-
ment à l’Université d’Ottawa (U d’O), notamment au-
près de la Fédération étudiante. Il a insisté sur le fait
qu’il soit le premier autochtone à avoir été élu au Sénat
et également « le premier à avoir représenté l’U d’O à la
réunion autochtone organisée par la Fédération cana-
dienne des étudiant.e.s ». PHOTO ANDREY GOSSE

Des candidats sans adversaires


poste de commissaire aux finances, met quant à lui en livres ». L’utilité du projet est remise en cause par une
Les candidats étant seuls en lice pour leur poste ont exergue son expérience. Après avoir effectué un pro- jeune femme dans le public qui souligne que les thèses
bénéficié de deux minutes afin de se présenter. Puis, gramme de science politique et avoir enseigné l’histoire, sont déjà publiées en ligne. La candidate répond que
ils ont dû répondre à une question du modérateur et il s’est rendu aux États-Unis où il a obtenu un poste en « publier un livre permet d’avoir un statut d’auteur, et
directeur général des élections, David Couturier, ainsi lien avec les finances. donc de rendre son travail lisible sur la scène interna-
qu’aux questions posées par le public et les internautes tionale, en plus du surplus sur le CV ».
via le Facebook live. Fabrice Jean-Baptiste, candidat aux affaires internes,
a réalisé un baccalauréat en administration publique. Zaynab Fellahi, est quant à elle étudiante en crimino-
Warsama Ahmed, actuel commissaire aux ressources, Son but est d’améliorer la relation de la GSAÉD avec les logie. Elle aimerait « faire en sorte que toutes et tous se
souhaite maintenir sa position consistant à s’occuper associations étudiantes présentes sur le campus ainsi sentent à l’aise, notamment les autochtones, les LGB-
des employés et du bâtiment de la GSAÉD, car il ex- qu’avec les étudiant.e.s. Pour ce faire, il a expliqué au TQ+, les minorités visibles et les francophones ». Elle
prime le souhait de « continuer les plans mis en place ». modérateur qu’il souhaite informer davantage les asso- dénonce les problèmes d’accessibilité pour les per-
Il met en exergue les rénovations effectuées cette an- ciations de leurs possibilités de contribution au syndi- sonnes à mobilité réduite à certains endroits. Le projet
née, telles que les caméras de surveillance ou encore cat et ainsi créer une vie active à l’U d’O. des toilettes inclusives tout comme la volonté d’aider
l’installation d’une fontaine d’eau. les étudiant.e.s internationa.ux.les semblent rallier les
Khaled Kchouk, candidat aux affaires universitaires, est deux candidates.
À la question de Couturier ayant trait aux pertes finan- en maîtrise de criminologie, après avoir fait un bacca-
cières subies par le café Nostalgica, le candidat répond lauréat en psychologie. Militant pour les droits des mi- En revanche, elles n’hésitent pas à se questionner mu-
qu’il « faut repenser l’échelle du café afin qu’il soit auto- litants LGBTQ+ et contre les violences sexuelles à l’U tuellement sur leurs faiblesses. Minani met en exergue
suffisant » et que ce n’est pas au comité exécutif que re- d’O, il se dit préoccupé par la baisse de fonds pour la ce qu’elle a réalisé durant son mandat tandis que Fel-
vient une telle décision, mais au bureau de la direction. recherche et la disparition progressive des postes d’as- lahi la questionne sur sa double candidature, qui avait
sistants de professeurs dans certains départements. suscité une polémique.
Créer une vie active à l’U d’O
Deux candidates en lice pour le poste à l’équité Un des deux candidats aux affaires externes ne s’est pas
Sara Karam, candidate pour la vie étudiante, effectuant présenté lors du débat. Le deuxième y a participé, mais
sa maîtrise en Génie civil, a réalisé que le prix du café Pascasie Minani, qui se présente pour sa réélection, est ses résultats au test de bilinguisme ne lui permettent
était élevé pour les étudiant.e.s. Elle souhaiterait remé- doctorante en études féministes et de genre. Elle sou- pas de rester en lice. Une élection partielle pour le poste
dier à cela afin que l’endroit soit plus accessible pour haite «  aider les étudiant.e.s en maîtrise ainsi que les de commissaire aux affaires externes sera prochaine-
toutes et tous. Hassib Reda Saltani, qui se présente au doctorants à transformer leurs travaux de recherche en ment organisée.

lA ROTONDE EST À LA RECHERCHE DE BÉNÉVOLES. eNVOYEZ


VOS CANDIDATURES À BENEVOLAT@LAROTONDE.CA
w w w. l a r o t o n d e .c a
6 actualités l laar ro ot to onnd de e l el umnadri d2i 62 9M amrasr s2 021081 6

Entrevue

De déchets à béton écologique


Shérazade Faÿnel un appui technique, est à l’École natio- dépôts de déchets à-côté des habita-
nale d’ingénieurs du Mali. Une fois les tions de la part de la collectivité. Cela
six mois terminés, le projet que j’avais a donné lieu à de fortes altercations.
Moussa Thiam, doctorant au départe-
entrepris paraissait consistant et avait Je me suis alors demandé  : Comment
ment de génie civil à l’Université d’Ot-
le potentiel de révolutionner le secteur faire pour transformer ces déchets en
tawa, a développé un béton écologique
de la construction. J’ai donc décidé de quelque chose d’utile  ? Il existait des
à partir de déchets en plastique. Cette
continuer. Cela fait maintenant quatre choses peu explorées ou alors faites de
innovation destinée au domaine de la
ans et je compte bientôt graduer. manière artisanale. Mon idée était de
construction serait une alternative au
béton classique, nuisible pour l’envi- créer une alternative qui puisse être
ronnement. La Rotonde revient avec LR  : En quoi aimez-vous étudier à industrialisée. J’ai alors créé un béton
Thiam sur la portée de cette décou- l’Université d’Ottawa ? écologique, à partir de sable et de dé-
verte. chets en plastique, remplaçant le béton
MT : Tout d’abord, le bilinguisme ! Je traditionnel qui implique notamment
n’étais bilingue qu’à 75% en arrivant et du ciment. PHOTO COURTOISIE
La Rotonde  : Pouvez-vous revenir
aujourd’hui je me sens très à l’aise. Ce
sur votre parcours académique ? qui me plaît également est de contribuer LR  : Comment pourrait-il être utili-
à tisser un partenariat entre l’Afrique et MT : Les déchets restent dans la nature
Moussa Thiam : J’ai effectué ma pri- sé dans le domaine de la construc- beaucoup de temps et cela a des consé-
le Canada. Au niveau de la recherche et
maire, mon secondaire, mes années
de l’innovation, il y a certains matériels
tion ? quences néfastes sur l’écosystème, no-
lycée ainsi que ma licence en mathé- tamment sur les espèces marines. Mon
disponibles ici et qui ne le sont pas en
matiques au Mali. Puis, il y a eu le coup MT : Pour le moment, il peut être uti- béton permet de les utiliser. En outre,
Afrique, donc cela me permet d’y avoir
d’État en 2012. Je me suis donc ren- lisé pour construire des routes, faire de l’utilisation du béton classique induit
accès et de faire évoluer mon travail.
du au Sénégal pour faire un master en la décoration intérieure des maisons et du ciment, qui produit des gaz à effet
Au-delà des murs de l’Université, le Ca-
sciences mathématiques avec un focus faire des dalles. Nous sommes en train de serre. De ce fait, réduire sa produc-
nada est un pays accueillant et je m’y
sur le génie civil de l’environnement. de développer d’autres utilisations. tion serait bénéfique pour l’environne-
plais.
Une bourse de recherche de six mois, Notre but est d’explorer la mise en ment. La prochaine étape pour moi est
en partenariat avec l’Université d’Ot- œuvre à grande échelle. de remédier au problème du sable. Il en
tawa, était offerte à cinq personnes. LR : Comment avez-vous développé le existe deux types : le sable industriel et
J’ai été retenu. Il me fallait alors trou- béton écologique ? LR  : Peut-il participer à lutter le sable naturel. Si on améliore la pro-
ver deux superviseurs, un au Canada duction industrielle, on n’aura pas à
et un en Afrique. Le premier est à l’U MT : J’ai eu l’idée au Mali. À Bamako,
contre le réchauffement climatique
extraire et exploiter ce dernier. Donc je
d’O et le deuxième, qui est davantage des jeunes se sont mobilisés contre les à long terme ? vais explorer cette alternative.

Séances de zoothérapie hebdomadaires


Des câlins et des canidés pour les étudiant.e.s de l’Université
Les bénévoles de Therapeutic Positive
Mathilde Schöpfel Canada expliquent que les bénéfices
sont scientifiquement démontrés et
Les examens approchent, amenant nombreux. Flatter un animal calme
dans leur sillon les nuits de stress et aimant diminue notamment la ten-
et d’angoisse. Alors que certain.e.s sion artérielle, le rythme cardiaque
trouvent réconfort dans le yoga, dans et les niveaux de cortisol (hormone
la méditation, voire même dans le ma- du stress). Une seconde bénévole,
gasinage, d’autres prennent dans leurs préférant garder l’anonymat, affirme
bras des chiens, chaque vendredi de 11h alors que flatter un chien pendant ne
à 12h à la salle 152 de la résidence 90U, serait-ce que 10 minutes, ferait du-
en participant à des sessions de zoothé- rer ces bénéfices jusqu’à près de 10
rapie offertes par le Service d’appui au heures après l’interaction.
succès scolaire (SASS) de l’Université
d’Ottawa. Les avantages de la zoothérapie sont
également sociaux. L’initiative lancée
La zoothérapie, c’est quoi ? il y a quelques années connaît un véri-
table succès. Lors de la séance organi-
« Le principe est simple : apporter sée le 23 mars dernier, les étudiant.e.s ILLUSTRATION Andrey Gosse
de l’amour et du réconfort à ceux qui sont venu.e.s en grand nombre. Si
en ont besoin », dit Nancy, bénévole leurs motivations divergent, certains
à Therapeutic Positive Canada, l’une viennent parce qu’ils s’ennuient de certains critères afin d’arborer le titre geant leur amour des canidés et leur
des organisations de zoothérapie in- leur animal de compagnie, d’autres de chiens de thérapie, précise le site expérience avec les bêtes poilues, les
vitées par le SASS. Celle-ci fait partie parce qu’ils n’en ont jamais eu ou internet de Therapeutic Positive Ca- bénévoles répondant aux questions
de ceux qui, chaque semaine, prêtent sont simplement intrigué.e.s. Enfin, nada. Ils doivent être âgés d’au moins posées avec grand enthousiasme.
leurs chiens aux étudiant.e.s en dé- d’autres étudiant.e.s essayent d’af- un an, ils doivent être calmes, ne pas
tresse. Bien que peu orthodoxe, cette fronter leur peur des chiens. aboyer, ne pas sauter partout, et bien La zoothérapie permet aux étu-
sorte de thérapie a fait ses preuves évidemment, comme le stipule Nancy, diant.e.s de l’Université qui vivent des
dans les maisons de retraite, les « Aimer être aimé » « aimer être aimés ». situations difficiles ou stressantes et
centres de réhabilitation, les hôpitaux de trouver réconfort auprès d’un ani-
ou encore les environnements profes- C’est peut-être le bon endroit pour le Autour des chiens se déroule une véri- mal qui aime inconditionnellement,
sionnels. faire, car ici les chiens sont spécifique- table discussion, certains étudiant.e.s sans critère autre que celui d’être flat-
ment dressés et évalués, répondant à présent à la séance du 23 mars parta- té en retour.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 22 7

Mois de la francophonie

Qu’en est-il de l’état de la francophonie au campus?


Nonibeau Gagnon-Thibeault

Le Mois de la francophonie a été par-


semé d’événements à l’Université d’Ot-
tawa (U d’O), tels que le spectacle gra-
tuit de Karim Ouellet, des projections
de films francophones et une conférence
avec Kim Thúy. Mais qu’en est-il de
l’état de la francophonie sur le campus
ottavien? La Rotonde vous en offre un
portrait.

Pour les quelques 10 000 étudiant.e.s


francophones de l’U d’O, étudier dans
une université qui se veut bilingue est
un avantage. «  Le fait que ça soit bi-
lingue est vraiment nice  », se réjouit
un étudiant en sciences politiques qui
souhaite conserver l’anonymat, pré-
cisant qu’«  il n’y a pas un accent axé ILLUSTRATION ANDREY GOSSE

sur la francophonie, mais ça reste bon


pour nous quand même ». à lire en anglais. Moi je suis confor- que «  les cours des trois premières la programmation visée aux franco-
table avec l’anglais, mais j’ai des amis années sont offerts en français et en phones ».
Certains étudiant.e.s sont toutefois qui ont des difficultés à s’adapter  », anglais  ». Or, selon l’As­so­cia­tion des
plus réservés à encenser l’U d’O pour raconte-t-elle. De plus, la qualité du étudiants en génie (AÉG) et plusieurs Du côté de l’Association des étu-
ses services en français. Pour Nouraa français de certains professeurs laisse étudiant.e.s présen­te­ment dans le diant.e.s diplômé.e.s de l’Université
Belem, étudiante en sciences biomédi- à désirer, selon elle. «  Il faut avoir programme de génie élec­trique, il y a d’Ottawa (GSAÉD), la Commissaire à
cales, l’Université a encore beaucoup une bonne concentration pour com- des cours stric­te­ment en anglais dès l’équité, Pascasie Minani, «  l’Univer-
de progrès à faire afin d’offrir un vé- prendre certains professeurs  », af- la troi­sième année. C’est une majorité sité fait assez en termes de services
ritable environnement d’apprentis- firme l’étudiante. des cours qui sont anglophones rendu offerts sur le campus dans les deux
sage en français. Elle rapporte qu’il y à la quatrième année. langues ».
a plusieurs lectures et diaporamas qui
Des programmes partiellement fran-
sont offerts uniquement en anglais. Une étudiante internationale, Astan
cophones Bilinguisme non-réciproque
Elle a notamment dû écouter une vi- Simaga, qui songeait changer de pro-
déo d’une durée de plus quarante mi- gramme pour aller en génie électrique
nutes en anglais. « Si tu es un étudiant La Rotonde avait rapporté en février s’était sentie « arnaquée » lorsqu’elle Selon Souhail Nejjar, étudiant en droit

uniquement francophone, c’est beau- que de fausses informations sont affi- a appris de La Rotonde que le pro- civil, le bilinguisme chez les associations

coup de travail pour s’adapter, c’est chées sur le site de l’U d’O concernant gramme n’était pas aussi francophone étudiantes se fait souvent au désavan-

en quelque sorte un mensonge de dire le caractère francophone de son pro- que présenté. tage de la francophonie. Il remarque

que les cours sont en français  », dé- gramme de génie électrique. On peut que les corps étudiants francophones

nonce-t-elle. toujours lire sur le site web de l’U d’O Selon la vice-présidente aux services affichent souvent dans les deux langues,
que le programme de génie élec­trique et communications de la Fédération mais que les corps étudiants anglo-

Fatoumata Kanta, étudiante en « est offert en français et en anglais », étudiante de l’Université d’Ottawa phones n’ont pas le même souci du bi-

sciences politiques, corrobore en af- mais que «  certains des cours plus (FÉUO), Kathryn LeBlanc, «  l’Uni- linguisme, affichant souvent qu’unique-
firmant que certains de ses amis en avan­cés sont offerts en anglais seule­ versité devrait investir davantage en ment en anglais. « Il faudrait que ça soit
souffrent. « On a plusieurs articles ment  ». L’ins­ti­tu­tion assure toute­fois l’éducation francophone ainsi que réciproque », juge Nejjar.

w w w. l a r o t o n d e .c a
8 actualités l laar ro ot to onnd de e l el umnadri d2i 62 9M amrasr s2 021081 6

Trois questions pour comprendre  par Nicolas Hubert La Parenthèse


française
La protection des données sur internet
NICOLAS HUBERT
Karen Eltis
Chaque semaine, La Rotonde interroge un des
1200 professeurs de l’U d’O sur un sujet d’actualité.
L’occasion pour vous d’en apprendre davantage, Canada – Trudeau appuie Michaëlle
Professeure titulaire
et pourquoi pas, de briller dans les Jean pour un deuxième mandat. –  Le
Faculté de droit soupers de famille et autres lieux propices aux gouvernement canadien a fait savoir
Université d’Ottawa débats. qu’il soutiendrait l’ancienne gouver-
neure générale du Canada, Michaëlle
Jean, pour un second mandat à la tête
de l’Organisation internationale de

1
la Francophonie, alors que cette der-
En quoi nos données personnelles sont-elles exposées sur Internet ? nière a subi plusieurs critiques, no-
Si vous ne payez pas pour un produit, c’est que vous êtes le produit. Les gens offrent leurs informations person- tamment de la part du gouvernement
nelles pour, entre guillemets, acheter des produits. Ce dont ils ne se rendent pas compte, c’est que les données québécois, quant à la rigueur et la
très intimes, qui semblent parfois innocentes, comme une date de naissance, sont une des clés de leur identité. La transparence de son administration.
divulgation de ces informations peut avoir des conséquences inattendues, comme le démontre le scandale Face-
book survenu ces derniers jours.
France – Cinq morts dans une nou-
velle attaque terroriste. – Au cours

2
de la journée du 23 mars, une attaque
Quels enjeux de sécurité cela engendre-t-il ? contre les forces de l’ordre suivie
Si vous m’aviez posé la question la semaine dernière, est-ce que j’aurais pu vous préciser que l’on va manipuler d’une prise d’otage dans une épicerie
vos données personnelles pour altérer le cours d’une élection ou pour les vendre à un État étranger ? Pourtant, de l’agglomération de Carcassonne,
le danger est là pour des conséquences inattendues, dont on ne peut pas tout le temps préciser la nature exacte. dans le sud-ouest de la France, a cau-
Ce que l’on sait, c’est que des données qui semblent être innocentes sont extrêmement susceptibles d’être ma- sé la mort de 4 personnes, dont celle
nipulées pour des choses évidentes, mais aussi pour des dangers non anticipés qui peuvent avoir trait à la nature de l’assaillant. L’attaque a été reven-
même de la démocratie. Les gens ne se méfient pas, car ils ne savent pas exactement ce qu’ils ont à craindre.
diquée par l’État islamique.

3
Comment se prémunir face à de tels risques ?
Dites-vous que quand on vous offre des services gratuits sur Internet, c’est trop beau pour être vrai. On vous Afrique du Sud – Le français, une
offre des services essentiels tous les jours, comme des moteurs de recherche, des réseaux sociaux, et pourtant langue africaine. –  En Afrique
c’est gratuit. Nous sommes dans un système capitaliste. Si c’est trop beau pour être vrai, cela ne l’est pas. Il
du Sud, le français n’est plus per-
faut vous dire que vous avez l’impression de ne pas payer, mais vous êtes en train de payer autrement, beau-
coup plus cher, avec vos données. çu comme la langue de l’ancienne
puissance coloniale, mais enseigné
comme un moyen de communi-
cation transnational. Dans cette
perspective, son enseignement ne
Revue de presse par Mathieu Tovar-Poitras repose plus sur les cadres culturels
français, mais sur le sentiment d’ap-
partenance au continent africain.
Recommandation de l’adoption du projet de loi 234 sur la charte de l’U de M
Quartier Libre – Université de Montréal Pologne – Mobilisé.e.s pour dé-
La charte de l’Université de Montréal (U de M) est l’objet du projet de loi 234, qui sera finalement recommandé pour adop- fendre l’avortement. – De nou-
tion par l’Assemblée nationale du Québec. Suite aux moyens de pression de la Fédération des associations étudiantes du velles manifestations et rassemble-
campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM), le projet visant à mettre à jour la charte de l’institution sera appelé. Rappe- ments populaires sont organisés
lons que ce projet vient ouvrir la porte à des traitements plus équitables en ce qui concerne les plaintes concernant des cas de pour s’opposer à l’instauration d’une
violences et d’harcèlement sexuels. loi visant à interdire et criminaliser
l’avortement. Alors que le pouvoir
avait déjà reculé à ce sujet en oc-
L’association étudiante IGNITE avare de commentaires concernant la U-Pass tobre 2016 face à l’ampleur de la
The Avro Post – Université de Guelph-Humber mobilisation, une nouvelle monture
de la loi a été présentée le 19 mars
C’est par voie référendaire que le projet de la U-Pass sera, ou non, approuvé par la population étudiante. L’administration de au parlement polonais.
l’institution a fait savoir que l’Université est bel et bien intéressée par le projet, mais que ce sera à l’association étudiante IGNITE
de se charger du portfolio, suivant alors le même modèle que plusieurs universités. Toutefois, IGNITE demeure silencieuse
quant à la concrétisation du projet et la façon dont ce dernier sera incorporé dans leurs services. Afrique – Création d’une zone
continentale de libre-échange. –
Initié par l’Union Africaine, ce pro-
Le café génère plus de profits que les autres commerces étudiants jet a réuni l’ensemble des États afri-
The Silhouette – Université McMaster cains du 17 au 21 mars à Kigali pour
l’adoption et la mise en œuvre de
Selon l’Association étudiante de McMaster, son café étudiant, The Grind, génère en moyenne 1 000$ de profit par jour. In- ce projet panafricain. Alors que 44
corporé au resto-bar TwelvEighty en février 2018, le café n’a pas pris de temps à faire augmenter le chiffre d’affaires du com- pays ont signé cet accord de libre-
merce de 22% et l’on prévoit que ce revenu viendra soulager le déficit de l’Association d’environ 100 000$. C’est la première échange, 27 d’entre eux se sont éga-
fois que le commerce étudiant vend plus de café que d’alcool, selon le vice-président aux finances, Daniel « Tuba » D’Souza,
lement accordés sur un protocole de
qui prévoit aussi mettre sur pied un système de commande en ligne.
libre circulation sur le continent.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture Gabrielle Lemire


culture@larotonde.ca
Cheffe de pupitre

Humour au Café Nostalgica

Rosalie Vaillancourt, un réel personnage


NONIBEAU GAGNON-THIBEAULT
À l’occasion du Mois de la franco-
phonie, les étudiant.e.s de l’Universi-
té d’Ottawa ont pu voir l’humoriste
Rosalie Vaillancourt sur scène au
Café Nostalgica, le vendredi 23 mars
dernier. La jeune humoriste au style
unique en son genre a bien fait rire
les jeunes étudiant.e.s francophones
dans la salle. La Rotonde était sur
place.

Malgré qu’elle ait le ton d’une jeune


femme quelque peu innocente, Rosalie
Vaillancourt n’a pas peur d’entrer dans
des sujets plus vulgaires, mais ne se li-
mite pas à cela non plus. Autant elle peut
nous faire éclater de rire avec des anec-
PHOTO SAMAH ZKIOU
dotes rocambolesques de son voyage en
Corée du Sud, où elle a notamment salué
une famille en se penchant et en disant breuses interactions avec l’auditoire prends pas parce que je suis de même. que mon personnage, c’est moi, ce n’est
« Kim Jong-Un », autant elle peut nous et en racontant ses histoires plus hila- C’est moi, je suis vraiment comme ça pas forcé. Ils [le public] ne vont pas se
surprendre avec l’histoire assez trash, rantes et extraordinaires les unes que dans la vie. […] Toutes les affaires que je dire “oh, elle a écrit ce bout-là”. Ce n’est
mais racontée de façon humoristique, de les autres. Vaillancourt estime que cette dis, ce sont des choses qui sont arrivées pas écrit, ce sont des choses que je dis »,
sa fausse couche. Ses spectacles ne sont complicité avec le public étudiant est due ou que j’ai vécues », insiste-t-elle.  juge Vaillancourt.
pas des plus accueillants pour les coeurs à son jeune âge. La jeune humoriste a 25
sensibles. ans, les plus jeunes partagent donc son La tendance persistante des gens à croire Ce fut la deuxième performance d’une
progressisme et la comprennent mieux. qu’elle est un personnage sur scène heure de Vaillancourt. Plus habituée à
Ceci fait d’elle une humoriste avec un amène des drôles d’histoires. «  Quand
« Les étudiants, c’est sûr que c’est mon faire des parties de 30 minutes, l’artiste
style difficile à décrire. Vaillancourt re- j’ai fait mes auditions pour En route
public préféré. Ils ont les mêmes réfé- était nerveuse avant de commencer son
çoit elle-même son étiquette de trash [vers mon premier gala], ils m’ont dit “ah
rents que moi, explique Vaillancourt, ils spectacle. «  C’est vraiment stressant,
avec un certain scepticisme. « Je ne sais j’aime ça ce personnage psychopathe” pis
sont un peu plus ouverts, ils sont prêts mais là faut pas que ça paraisse que je
pas si c’est trash ou si c’est plus fofolle », là j’étais genre ok merci. C’est carrément
à plus en entendre et on a plus d’idéaux suis trop stressée, mais au pire je vais le
confie Vaillancourt tout en expliquant chien pour mes parents, ils se font dire
qui se ressemblent, dans le sens que dire comme ça je serai moins stressée »,
que « quand je pense à trash, je pense que leur enfant est psychopathe [rires] ».
quand je vais rire des gens racistes, ils confie-t-elle quelques minutes avant de
genre à quelqu’un qui a des tattoos et qui
vont plus rire ». monter sur scène.
va faire des jokes sur Cédrika Proven- Rosalie Vaillancourt connaît une popu-
cher, mais je ferais jamais ça », assure- larité hors du commun pour une jeune
t-elle. L’artiste se décrit plus comme Un « personnage » authentique humoriste. Sortie de l’École nationale de Malgré qu’elle ait dû regarder ses feuilles

quelqu’un dans « l’absurde, fofolle, c’est l’humour en 2015, la série web Rosalie quelques fois et qu’elle s’est un peu em-
comme une amie qui conte des affaires ». Bien que l’on puisse penser qu’elle joue l’a propulsée à l’avant-plan de la scène brouillée dans l’ordre de ses blagues au
un personnage, Vaillancourt assure de l’humour, si bien qu’elle a lancé son début du spectacle, Rosalie Vaillancourt
Ce qui est certain, c’est qu’elle a pu cap- qu’elle est bel et bien authentique sur premier spectacle solo en 2016. La rai- a rayonné par son style unique et sa fa-
tiver l’attention du public tout le long de scène. « Quand les gens me disent “ça se son de son succès est son authenticité, çon hilarante de raconter ses histoires
son heure d’humour en ayant de nom- peut pas comme personnage”, je ne com- selon elle. « Je pense que c’est à cause bien à elle.

w w w. l a r o t o n d e .c a
10 A R T S e t C U LT U R E l a lrao troont do en d e lL eu nmdai r2d6i M2 9a rmsa2r0s1 28 0 1 6

Prix Rob Thompson

Dans l’univers cinématographique d’Izabel Barsive


corps, c’est obligatoire. Est-ce que ça passé plus de temps en chambre noire structure documentaire dans ma tête :
GABRIELLE LEMIRE a teinté mes films de danse? J’imagine qu’à étudier (rires). Il y a un cours qui comment raconter une histoire. Entre
que oui. Je me suis amusée avec l’équi- m’a marquée, c’était avec Jacques Na- ça et de la photographie, un jour, je me
Artiste médiatique et professeure de
libre quand j’ai commencé à faire de la deau, photoreporter du Devoir. Ça m’a suis dit que je voulais faire de la réali-
multimédias au Département de com-
danse contact improvisation à Montréal beaucoup inspirée. Alors j’ai fait beau- sation.
munication de l’Université d’Ottawa,
en 1994. Partout où je voyageais, j’allais coup de photos, j’ai participé à des ex-
Izabel Barsive a reçu en février dernier
dans des jams de danse contact impro- positions, la photographie, la création LR : De quelle idée êtes-vous partie
le prestigieux prix Rob Thompson dé-
visation. C’est de l’improvisation basée d’images, la mise en scène… Ce sont
cerné tous les deux ans à une personne pour réaliser votre premier film
sur un échange de poids sur les corps, toutes des choses qui m’ont passionnée.
de la région d’Ottawa-Gatineau qui
du jam sans performance, entre nous. Epidermis en 2001?
s’est faite connaître comme artiste mé-
Le focus est mis sur porter le poids de
diatique et a œuvré à titre de mentor et LR : Qu’est-ce qui vous a amenée à IB : Ça a été mon premier projet en vi-
de bâtisseu.r.se communautaire. l’autre.
faire de la réalisation? déo, c’était pour la télé. C’était gros! 30
minutes pour un télédiffuseur de Toron-
La Rotonde : comment votre diplôme LR : La danse occupe une grande IB : Je n’ai pas eu de formation formelle, to avec une productrice, Danièle Caloz.
en ergothérapie a-t-il eu un impact place dans vos oeuvres, comment je suis très autodidacte : tout ce que j’ai Je me posais beaucoup de questions sur
expliquer cette fascination ? appris, c’est par moi-même. Avant de le contact : en Amérique du Nord, les
sur votre carrière ?
commencer, j’avais quand même une gens ne se touchent pas. Comme je fai-
Izabel Barsive : Je pense que pour être IB : Au secondaire, j’avais pris danse bonne autoformation en photographie. sais de la danse contact improvisation,
professeure, il faut quand même une comme option, et j’ai fait mon premier Pour être réalisateur, il faut être capable où le toucher est obligatoire et qu’en
certaine dose d’empathie, de compas- film sur la danse contact : Epidermis. d’avoir une bonne vision de l’image même temps, le mot danse contact dési-
sion pour les étudiants, les gens qu’on Je fais beaucoup d’oeuvres axées sur qu’on veut transmettre. Le son aussi. gnait aussi le travail des danseuses nues
forme. Une bonne capacité d’écoute la danse. La danse m’a toujours inté- La raison pour laquelle j’ai commencé à où le contact est interdit, j’ai fait une
aussi. J’imagine que ma formation en ressée, mais j’ai terminé ma carrière à faire de la réalisation, c’est que comme recherche dans les clubs pour connaître
ergothérapie, ça m’a donné une bonne 7 ans en ballet classique. Mes parents journaliste, je me suis spécialisée avec cette limite. J’ai fait beaucoup de re-
base dans la vie pour comprendre les n’ont pas cherché à m’encourager dans le son à la radio. J’ai surtout fait ça à cherches sur les lois aussi pour la danse
gens. Il faut être tolérant aussi, vivre ce genre d’exploration artistique, c’est Radio-Canada, de longs reportages, contact. J’ai visité 33 clubs de danseuses
les différences. J’essaie toujours de voir un peu dommage. À l’Université, j’ai fait des documentaires. C’était à l’époque nues pour trouver des personnages. Je
au-delà des faiblesses des gens. Comme deux trimestres à Montréal comme étu- où on commençait à faire du montage trouvais intéressant ce lieu où il y a un
ergothérapeute, c’est sûr qu’on a une diante internationale et j’ai créé le Club numérique. J’ai joué avec les sons, la gros interdit, où tout est fait pour attirer
bonne connaissance du mouvement, du photo de l’Université de Montréal. J’ai musique, les témoignages, j’avais une le désir de toucher.

Duel d’arts visuels

Des professeurs s’affrontent lors du Prof Off


SHÉRAZADE FAYNEL « Mes plus grandes peurs »

Une compétition entre professeurs d’arts Un thème différent est pigé au hasard
visuels a eu lieu, le 23 mars, à partir de pour chacune des manches. L’œuvre ga-
18h30 au département d’arts visuels de gnante est celle qui obtient les plus forts
l’Université d’Ottawa. Cet événement applaudissements et les cris les plus stri-
contribuait financièrement au Grad dents parmi le public. Julia, employée au
Show, qui s’intitulera « Voix » cette an- magasin d’arts, ainsi qu’Andrew, profes-
née. Organisé du 24 au 29 avril, il inclut seur, ont eu pour mission de réaliser une
un vernissage qui présente le fruit de ou des pièces photographiques autour du
quatre années de travail d’une trentaine thème « Mes plus grandes peurs », en in-
d’étudiant.e.s en Arts visuels. La Rotonde tégrant un objet qui leur est imposé. L’an-
a fait un tour au Prof Off vendredi soir. cienne étudiante à la maîtrise, qui sortira
gagnante du duel ainsi que de la compéti-
Dimple Mistry, organisatrice de l’événe- tion finale, a compilé dans un carnet des
ment, rapporte que les participants sont photographies transformées par une im- PHOTO SAMAH ZKIOU
des professeurs d’arts et des étudiant.e.s primante Polaroid.
à la maîtrise. Ces derniers occupent éga-
lement des postes d’assistants de pro- Andrew, quant à lui, a reconstitué un ap- L’objet mystère
Martin, Tiffany et Sharon se disputent la
fesseurs, ce qui les inclut dans le corps pareil photo argentique avec une grande
Les deux autres manches opposent trois dernière manche sur le thème : « Une de
enseignant. boîte en carton. Il précise : « Je suis sur-
artistes qui ont trente minutes pour réa- ces choses n’est pas comme les autres ».
pris que peu de gens connaissent cette
technique alors que le numérique est ré- liser leur œuvre à base de matériaux en Le premier, professeur au département,
«  Ils s’affrontent à travers un proces-
cent ». tous genres. Au bout de quinze minutes, remporte la manche avec «  une orange
sus artistique et avec une grande part
d’improvisation », explique-t-elle. Trois ils choisissent au hasard un objet mys- pas comme les autres, intégrant la tête
manches sont organisées. La première, Avec la photographie analogique, nul be- tère qu’ils doivent intégrer à leur réalisa- de Trump ». Selon l’un des étudiants pré-
qui met en compétition deux photo- soin d’électricité, mais uniquement de lu- tion. Le premier thème est « La création sents, Kevin, cet événement qui a don-
graphes, dure une heure, tandis que les mière et de multiples déplacements vers de… ». Jennifer, professeure, remporte la né lieu à « une situation inversée où les
deux autres, autour du dessin et de la la chambre noire pour développer le cli- manche en créant, selon ses mots, «  un élèves notent leurs professeurs » a égale-
peinture, sont de trente minutes cha- ché sur lequel on peut lire sa plus grande baiser blanc ponctué d’une étincelle », re- ment été un espace de socialisation pour
cune. peur : « Il y a des artistes parmi nous ». présentés par une fourrure blanche agra- la communauté d’Arts visuels de l’Uni-
fée à la toile et une feuille d’aluminium. versité et des alentours.

w w w. l a r o t o n d e .c a
A R T S e t C U LT U R E la rotonde numéro 22 11

Concert franco-ontarien

La jeune Jessy Lindsay cherche le Nord créative, mon stress monte. Il faut que
GABRIELLE LEMIRE j’écrive, que je compose pour me laisser
aller », confie Lindsay à La Rotonde.
La jeune auteure-compositeure-inter-
prète franco-ontarienne Jessy Lindsay Le mélange acoustique de pop aux airs
s’est approprié l’auditorium du Centre de folk mettait en valeur la voix chaude
d’excellence artistique de l’École secon- et mature de la jeune chanteuse. Malgré
daire publique De La Salle vendredi der- le curriculum vitae déjà développé de
nier, lors du lancement de sa chanson Je l’étudiante, celle-ci souhaite entamer sa
cherche le Nord. La communauté fran- carrière tranquillement. « On a seule-
cophone d’Ottawa était invitée sur place ment une chance de faire une première
pour le concert intime de Jessy Lindsay, impression, alors quand je vais sortir un
accompagnée d’un quintet à cordes; album, je veux que ça reflète qui je suis PHOTOS COURTOISIE
une performance de l’auteure-composi- comme artiste », affirme Lindsay. No-
teure-interprète Marie-Clô et une autre tons bien que celle-ci a elle-même com-
conditions politiques et sociales problé- tistes francophones et bilingues partout
du duo Moonfruits étaient également au posé une partition de quintet à cordes
matiques.  L’album en court-métrage en province.
programme. pour trois violons, un violoncelle et une
contrebasse dans le cadre du lancement développe les personnages à travers ses
de Je cherche le Nord, ce qui n’a pas chansons et la complicité des voix de Très impliqué dans des mouvements acti-
Jessy Lindsay trouve le Nord manqué d’impressionner Alex Millaire, Kaitlin et d’Alex. « On fait avancer les vistes pour les droits des travailleurs, tels
personnages dans le temps, de spectacle 15$ and Fairness et Justice for Janitors,
Jessy Lindsay, agée de 17 ans, n’en était du duo Moonfruits. en spectacle. Il y a aussi d’autres person- Moonfruits souhaite que ses « chansons
pas à son premier spectacle. Après avoir nages qui se dessinent », explique Alex. engagées parlent de politique de manière
pris des cours de piano classique dès Un voyage à Ste-Quequepart accessible, qui pourrait aller chercher les
l’âge de 6 ans, Lindsay s’est lancée dans Celui-ci ajoute qu’en tant que groupe gens autant sur le plan réel qu’imaginaire
l’écriture de chansons. Elle a entre autre Le duo folk Moonfruits, en première franco-ontarien, Moonfruits a un point de ». 
participé au programme Jamais trop tôt partie de Jessy Lindsay vendredi, a lan- vue privilégié sur les inégalités sociales et
dans le cadre du Festival international de cé son deuxième album Ste-Queque- économiques en Ontario français. Selon Le 28 avril prochain, le duo sera de retour
la chanson de Granby et compte mainte- part en mai 2017. À la saveur des contes lui, malgré l’esprit familial qui entoure les à Ottawa pour le Ottawa Grassroots Fes-
nant une cinquantaine de chansons ori- en provenance de Ste-Élie de Caxton, artistes francophones en Ontario, les sub- tival. Quant à Jessy Lindsay, elle souhaite
ginales. « J’ai juste besoin de faire de la Ste-Quequepart relate l’existence évolu- ventions manquent pour les petites salles. se concentrer sur la production de vidéos
musique. Quand je ne me laisse pas être tive de personnages dans un village aux Les diffuseurs peinent à accueillir des ar- pour sa plateforme YouTube.

Calendrier culturel
Du 26 mars au 1 er avril 2018

Lundi Mardi Mercredi Jeudi vendredi Samedi Dimanche


Festival de la poutine Festival de la poutine Festival de la poutine Festival de la poutine Guy Mantzur CAfter 8 Chorégraphes Dimanches Free-Play

11h-19h 11h-19h 11h-19h 11h-15h 22h-2h30 20h-2h 20h-2h

Place de l’Université Place de l’Université Place de l’Université


Place de l’Université City At Night Babylon House of TARG

Art Battle Ottawa Theatre Rive gauche Tout feu tout jazz Les vendredis québécois Lakes Of Canada Les illusionnistes
Challenge
19h-23h 19h30-23h 19h30-21h10 21h-2h 19h30-minuit 13h
19h-22h
Cour des Arts Nouvelle-Scène Le Minotaure LIVE on Elgin Centre national des Arts
Cour des Arts AXENÉO7

Paint Night Tapage et autres bruits Script-Tease Atelier de henné Full Moon House & Techno Beyond Creation Pâques!
sourds
18h30-20h30 19h-22h 18h-20h 22h-3h 19h-23h30 toute la journée
20h
The British Hotel LIVE on Elgin UCU 206 Mercury Lounge Mavericks partout
Studio Azrieli Centre
national des Arts

Légende:
festivals cinéma théatre arts visuels musique ateliers divers

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports et bien-être Slim Essid


sports@larotonde.ca
Chef de pupitre

surentraînement

Un problème tourmente-t-il les Gee-Gees?


Des semaines chargées pour les  étu- ner l’attention nécessaire à ses cours et sport; dans le fond, ils ont deux emplois
CHARLEY DUTIL au hockey. à temps plein  ». Fortier affirme que 14
diant.e.s-athlètes
heures d’entraînement sportif par se-
Chaque année, des centaines étu-
Omba Dimanche, joueur graduant de maine est idéal, et qu’au-delà de ceci les
diant.e.s-athlètes de l’Université d’Ot- Une constante que tous les athlètes
l’équipe de football, décrit une semaine athlètes se sentent fatigués et auront de
tawa (U d’O) portent leurs maillots aux universitaires expliquent est que leurs
typique pour son équipe en avouant la misère à performer non seulement à
couleurs des Gee-Gees avec fierté. Les semaines sont remplies, que le temps
qu’à part les lundis et les dimanches, l’école, mais dans leurs sports respectifs.
athlètes universitaires de l’U d’O s’en- libre est rare et qu’ils sont souvent ré-
les joueurs étaient au terrain des Gee-
traînent à longueur d’année afin d’être à servés aux travaux scolaires ainsi qu’au
Gees pendant plus de 8 heures par jour En entrevue avec La Rotonde, Joey
leur meilleur les jours de matchs. Cepen- sommeil. Cody Van Lierop, recrue de
l’équipe masculine de hockey et étudiant durant la saison. Cependant, le vrai défi Kwasniewski, l’entraîneur de perfor-
dant, ceux-ci restent des étudiant.e.s et était la saison morte durant laquelle ses
en génie, explique qu’une semaine ty- mance en chef des Gee-Gees, a avoué
l’équilibre entre entraînement, parties, coéquipiers et lui devaient se présenter que « le sport universitaire est du sport
pique de son équipe est très chargée. Le
pratiques et études peut parfois être très au dôme dès sept heures et parfois six de haut calibre et qu’il s’agit d’un gros
défenseur originaire du petit village de
difficile, pour certains, à trouver. heures et demie du matin. Selon le se- engagement pour les étudiant.e.s ». Pour
Zephyr, dans le canton d’Oxbridge, af-
firme qu’il pratique du lundi au vendredi condeur de ligne, « le sommeil était un lui, « ceux-ci doivent près à pratiquer au
Cette semaine, La Rotonde a réalisé luxe  ». Il affirme aussi par le passé « moins 3 fois par semaine durant la sai-
pendant deux heures chaque jour, qu’il a
de multiples entrevues avec des étu- avoir manqué beaucoup de cours pour le son et rester en forme a l’année longue ».
deux matchs par semaine (un le vendre-
diant.e.s-athlètes dans plusieurs sports football ». Quant à l’équilibre entre la vie scolaire et
di soir et un le samedi soir) et qu’il doit
afin d’avoir leurs versions des faits quant se présenter à trois sessions d’entraîne- le sport, Kwasniewski affirme que « des
à leurs méthodes pour trouver un équi- ment de musculation par semaine. De anciens athlètes, étudiant encore à programmes comme le « study hall »
libre entre études et sport, ainsi que les l’Université et qui ont décidé de par- pour l’équipe de football les dimanches
défis auxquels ils font face. Une psycho- Lorsque demandé l’impact que ceci a sur ler de leurs expériences sous le couvert aident les étudiants de première année
logue spécialisée dans l’activité physique ses études cette année, il affirme qu’il de l’anonymat, ont affirmé qu’il y avait ainsi que ceux qui ont des basses notes
et des entraîneurs des Gee-Gees ont été n’a personnellement pas souffert, mais définitivement un problème de suren- et des troubles scolaires à avoir de l’aide
interrogés afin de comprendre comment qu’il a eu à prendre une charge de cours traînement chez les Gee-Gees. Ils affir- dans leur étude ainsi qu’à travailler sur
ils supportent l’équilibre études/sport moins lourde qu’un étudiant de génie ment que ce problème a grandement leurs travaux scolaires  ». Une source
de leurs joueurs et joueuses.  normal pour s’assurer de pouvoir don- affecté leurs rendements scolaires et les anonyme affirme qu’elle «  n’a jamais
a poussés à quitter le sport universitaire eu accès à un tel programme et que son
afin de pouvoir se concentrer sur leurs équipe n’avait pas d’équivalent pour l’ai-
études. Un de ceux-ci a affirmé que « le der avec ses travaux scolaires ».
problème de surentraînement est ren-
du pire par le manque de personnel de L’entraîneur en chef de l’équipe de
soutien scolaire ainsi que du manque de football Jamie Baressi a déclaré que les
communication interne dans certaines études sont la première priorité. Il croit
équipes et qui pousse souvent les ath- que ses joueurs « sont très bien enca-
lètes avec certaines difficultés scolaires drés par leur conseiller académique qui
vers la dérive ». s’occupe des joueurs et les aide dans
leurs études et organisent le «study
Quatorze heures, pas plus ! hall»». Lorsque demandé s’il y avait
une moyenne générale minimale que les
La psychologue et professeure à la Facul- joueurs devaient garder, Baressi a dé-
té des sciences de la santé Michelle For- claré « qu’il s’agit de cas par cas et que
tier étudie les effets négatifs du sport sur chaque joueur a sa moyenne minimum
les athlètes ainsi que sur la population personnalisée à respecter pour rester
générale. La psychologue affirme que dans l’équipe  ». Andy Sparks, l’entraî-
«  les effets du sport sur une personne neur l’équipe de basketball féminin, af-
peuvent être très positifs et agir en tant firme lui aussi « que l’école est numéro
qu’anti-dépresseurs pour plusieurs ». un en ordre de priorité, suivi du sport en
Selon elle,  «  trop d’entraînement phy- deuxième ». D’autre entraîneurs comme
sique peut [cependant] mener à des si- Steve Johnson, l’entraîneur en chef de
tuations d’épuisement chronique, pour l’équipe féminine de soccer, et James
des étudiant.e.s-athlètes cela est très Derouin, entraîneur en chef de l’équipe
ILLUSTRATION Andrey Gosse dangereux puisque ceux-ci doivent s’as- de basketball masculine, n’ont pas ré-
surer d’être capable de balancer école et pondu à nos demandes d’entrevues.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports et Bien-être la rotonde numéro 22 13

entrevue
« Une expérience professionnelle en Europe serait idéale »
la majorité de mes calories dans des du crédit au chirurgien, Dr Bill Beve- LR : Penses-tu que vous auriez pu
SLIM ESSID
heures restreintes. Je mange mes glu- rage, qui a fait un très bon job sur ma
Arrivé de l’Université Acadia et attendu
faire plus cette saison ?
cides après l’exercice physique, mais cheville et il mérite beaucoup de recon-
comme une recrue de poids cette saison,
pas avant. Aussi, en général, j’évite les naissance. Ce n’est pas non plus l’opé-
SS : Oui, il est vrai que comme équipe
Sean Stoqua a surpassé les attentes. Son
aliments qui sont susceptibles de causer ration qui m’a rendu meilleur, mais
et au niveau des résultats, nous n’étions
expérience, sa maturité, sa puissance
des réactions inflammatoires comme le c’est la nouvelle approche, le nouvel
pas vraiment constants. C’est normal
physique et ses qualités techniques en
blé, le gluten. On peut dire que je suis état d’esprit qui en résulte. Ça m’a fait
font un leader incontesté du vestiaire je pense, on a beaucoup de nouveaux
un régime pratiquement paléo. (n.d.r. changer mon mode de vie comme l’ali-
des Gee-Gees, et lui ont déjà valu des joueurs qui sont venus cette année, et
Le régime paléo est un plan nutrition- mentation, le sommeil, la récupération
prestations qui ne sont pas passées cela prend du temps à les intégrer. Les
nel où l’on consomme des aliments sous et ça m’a certainement propulsé à un
inaperçues vu son titre d’athlète de la blessures n’ont pas du tout aidé, sur-
la forme la plus naturelle possible, donc meilleur niveau.
semaine du 27 Novembre 2017. Cette tout le fait que ça a touché nos joueurs
très peu transformés.)
semaine, il a accepté de se confier à La cadres. Par exemple, Brody Maracle

Rotonde par rapport à sa carrière et ses a souffert d’une commotion cérébrale

projets futurs. durant le premier match et a manqué


tout le premier semestre, Jean Pierre-
Charles a eu un problème à la cheville,
La Rotonde : T’attendais-tu à prati-
etc. On a eu toute l’équipe au complet
quer le basket-ball au niveau uni- à partir de mi-janvier. C’est là où on a
versitaire?  pu pratiquer, s’entraîner avec tout le
monde.
Sean Stoqua : Je faisais beaucoup
de sport quand j’étais jeune, mais le
LR : Et tes projets d’avenir ?
basket était mon favori dès mon jeune
âge. Récemment, j’ai aussi joué au foot-
SS : J’aimerais continuer ma carrière
ball américain à l’Université d’Acadia.
de basket-ball professionnel en Europe,
C’était difficile de pratiquer les deux PHOTO courtoisie pas ici. Il y a une bonne ligue au Cana-
sports au niveau universitaire mais
da mais je veux avoir une expérience
j’aime énormément les sports, particu-
ailleurs, voyager un peu et potentiel-
lièrement ce que je joue. C’est des sports
lement avoir de l’expérience comme
d’équipe, donc c’est amusant de parti- LR : As-tu été découragé par ta taille physiothérapeute, mais au final, mon
ciper avec des amis. Je ne vois pas ça LR : Après ta blessure, as-tu douté quand tu étais plus jeune ? objectif principal, depuis toujours, est
comme une corvée, mais plutôt comme
de pouvoir revenir à ton plus haut de devenir un athlète professionnel.
quelque chose de fun. Si c’était possible, SS : Quand j’étais jeune, j’étais petit
niveau ? C’est quelque chose que je veux conti-
j’aurais fait un troisième sport! Mais pour mon âge. J’avais décidé de quitter nuer à faire et en même temps, si j’ai
ça demande beaucoup de temps et une les autres sports et je pense que c’était
SS : C’est une bonne question… Je me la chance de devenir physiothérapeute,
capacité énorme à le gérer. Tu dois étu- la période la plus difficile. On me disait
suis juste blessé à nouveau, mais cette je ne me dis : pourquoi pas ? Ça serait
dier, travailler… Donc c’est important que j’étais trop petit de taille mais bon,
fois au niveau du genou droit, à deux un avantage et quelque chose en plus
de gérer son temps d’une bonne façon, au fil du temps, j’ai appris à mettre en
semaines de la fin de notre saison. Mais que je ferais aussi à plein temps après
c’est à dire de faire les bons choix au ni- avant mes qualités. Il y a des avantages
pour ma première blessure dans la che- ma carrière. Pour ce qui est du pays
veau du sommeil, de la nourriture, etc. à ne pas être aussi grand. Je pense à
ville, c’était dur. La douleur était forte, : la France, la Belgique, qui est connue
l’agilité, au fait que mon centre de gra- pour le chocolat et je suis un amateur
surtout après le moment où la fracture
LR : En parlant de nourriture, suis- vité est assez bas donc je tiens bien sur de chocolat! (Rires) L’idéal serait d’aller
a eu lieu. La récupération était longue.
tu un plan nutritif spécial? mes jambes. Je suis difficile à faire tom- dans un pays francophone où je pour-
Après huit, neuf mois, j’étais au même
ber, je peux changer de direction plus rais pratiquer mon français. J’ai déjà
niveau qu’avant. Dix mois après je di-
rapidement que la moyenne… C’est dur
SS : J’essaye de manger des choses rais que je suis devenu plus fort. Tous voyagé en Europe et suivi des matchs
pour les autres joueurs de nous mar-
non-inflammatoires. Ce n’est pas né- les objectifs mesurables comme le saut professionnels, comme en Allemagne,
quer, et c’est plus facile pour nous de le
cessairement strict mais c’est assez vertical, l’agilité, la puissance… Je me Pays-Bas… Pour ce qui est des grands
faire.
spécifique. Je ne mange pas le matin, je sentais meilleur un an environ après la clubs et beaux pays, je pense que j’aurai
fais du jeûne intermittent où je prends blessure. Je dois honnêtement donner l’embarras du choix!

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 A RSTpSo re t sC eU tLTBUi Re En - ê t r e l al laraortroootntodonenddee lL eu nmdai lr2ud6ni dM2i 9a2rm6saM2ra0sr1 2s8 021061 8

chronique

Le revers de la médaille, le surmenage


SLIM ESSID

Un élément important, à ne surtout pas


sous-estimer, est celui du surentraîne-
ment. Cet enjeu est particulièrement
pertinent sur le campus uottavien où
plusieurs équipes de sports universi-
taires sont composées de personnes
devant jongler plusieurs obligations si-
multanément.

Une logique intraitable

Pas besoin d’un diplôme en science de


l’activité physique pour comprendre
la logique derrière l’activité physique
saine. À chaque fois que l’on fait du
sport, le corps vit un certain stress, un
bon stress, qui l’oblige à s’adapter au
fil du temps et à devenir plus résistant.
Cette amélioration de l’endurance pro-
duit des effets renforçant non seulement
la santé physique, mais aussi la santé
mentale. La neurogenèse, c’est à dire la
formation de nouveaux neurones dans
le système nerveux, en est un parfait
exemple. Une meilleure mémoire, une
capacité à mieux se concentrer, à gérer
son stress et donc à être de meilleure hu-
meur sont inévitablement acquis. Bref,
que demande le peuple?

Cependant, la limite entre construire et


détruire son métabolisme n’est pas tou-
jours évidente et demande un suivi per-
sonnel continu. Est-ce que j’en fais trop ?
Est-ce que je me sens mieux ? Est-ce que
je suis régulièrement malade ? Le revers
de la médaille est donc possible. Un pro-
gramme sportif adéquat renforce le sys-
tème immunitaire et vous rend plus fort
face aux maladies. Un peu trop, et c’est ILLUSTRATION Andrey Gosse
l’opposé qui se manifeste. Après chaque
séance de sport, votre système immuni-
Une réflexion ouverte considéré anodin. Surtout lorsque, pour
taire s’affaiblit légèrement pour ensuite
Selon Timothy Neal, assistant professeur certains, le seul jour de repos est occu-
se renforcer… À condition de se laisser le
et coordinateur de l’éducation clinique à Il ne s’agit pas de créer une polémique, pé par les projets universitaires, exa-
temps de récupérer! Ce mécanisme est le
l’Université Concordia, le syndrome du mais d’ouvrir une question qui mé- mens ou autres devoirs à faire. Kellie
même pour tous les autres systèmes du
surentraînement est plus probable chez rite d’être posée. La science de l’activi- Forand, ancienne capitaine de l’équipe
corps.
les athlètes, puisque la culture du « plus de basketball féminin des Gee-Gees,
té physique fascine de plus en plus les
on s’entraîne, meilleures sont nos per- a révélé que les coachs font de plus en
chercheurs et chaque jour de nouvelles
Les recherches en disent long plus d’efforts pour remarquer les signes
formances » est omniprésente dans ce connaissances sont publiés. Ce qui est
avant-coureurs d’un surmenage phy-
milieu. À ceci s’ajoute aussi l’obligation sûr, c’est que les dernières découvertes
Prenons comme exemple l’étude réali- sique, tels que « des blessures répétées,
de fournir des résultats avec une com- doivent être prises en compte. Cette an-
sée par le cardiologue James O’Keefe et tomber malade facilement ». Ce qu’il
son équipe, publiée dans le Mayo Cli- pétitivité accrue et on a là un cocktail de née, nous avons reçu beaucoup d’ath-
manque, par contre, est la composante
nic Proceedings. Après avoir étudié des pressions psychologiques et physiques lètes en entrevue et il suffit de s’intéres- mentale. La dépression, l’anxiété et la
athlètes de triathlon, de marathon et susceptibles d’augmenter  considérable- ser à leur routine hebdomadaire pour difficulté à se concentrer sont des symp-
des cyclistes de longue distance, ils ont ment le niveau de stress. Le sport arrête se rendre compte des grandes chances tômes qu’il faut aussi suivre de très près
démontré que ce genre d’exercice, por- donc d’être source de plaisir. Il est cer- de surmenage. Leur rythme d’entraîne- car ils constituent également des signes
té à l’extrême, était un réel danger pour tain que certains athlètes gèrent plus fa- ment laisse effectivement à réfléchir. non négligeables. Les effets négatifs du
la santé du cœur. Le stress imposé au cilement la pression, mais ces différents surentraînement devraient amener les
corps est en effet trop élevé et ne laisse éléments peuvent contribuer au dépas- S’entraîner six fois par semaine avec, universités à se questionner, à se mettre
pas le temps à celui-ci de se reposer et sement des limites. dans certains cas, deux séances d’en- à jour et à continuer de suivre de très
de s’adapter. trainement par jour, ne doit pas être près la santé des étudiant.e.s.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Rédacteur en chef Correctrice
Mathieu Tovar-Poitras Mélanie Chénier
redaction@larotonde.ca texte@larotonde.ca

Actualités Directeur artistique


Nicolas Hubert Andrey Gosse
actualites@larotonde.ca direction.artistique@larotonde.ca

Arts et culture Directeur de production


Gabrielle Lemire Ayoub Ben Sassi
culture@larotonde.ca production@larotonde.ca

sports Vidéaste
Slim Essid Guillaume Savary
sports@larotonde.ca videaste@larotonde.ca

journalistes WEB
Maria Princene Dagba
web@larotonde.ca
Charley Dutil
informations@larotonde.ca
Photographe
Nonibeault Gagnon-Thibeault Samah Zkiou
reportage@larotonde.ca photographe@larotonde.ca

Shérazade Faÿnel Coordinnatrice des bénévoles


nouvelles@larotonde.ca Christine Bourgeois
benevolat@larotonde.ca
Secrétaire de rédaction Direction générale
Molly de Barros Ghassen Athmni
correction@larotonde.ca direction@larotonde.ca

La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque


lundi par Les Publications de La Rotonde Inc., et distribué à 2 000 copies
dans la région d’Ottawa. Il est financé en partie par les membres de la FÉUO
et ceux de l’Association des étudiants diplômés. La Rotonde n’est pas res-
ponsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou éléments gra-
ILLUSTRATION Andrey Gosse phiques, en totalité ou en partie.

Les horoscopes de la semaine!


Par L’élève de Pâques
Bélier Capricorne Cancer Balance
(21 mars au 20 avril) (22 décembre au 20 janvier) (21 juin au 22 juillet) (23 septembre au 22 octobre)

En un rien de temps, vous aurez un re- Si la mélodie vous échappe, pensez à « Vous avez la pêche et cela se sent à des Faites davantage confiance à votre patte
gain d’énergie incroyable et cela amènera Hakuna Matata ». Regardez, puis dormez kilomètres. Un conseil, ne vous gavez pas de lapin. Habillez vous en lutin, secouez-la
votre vie sentimentale dans le cercle des dans une ambiance chaude de lavande. trop d’oeufs aux chocolat, mais plutôt et faites un voeu... psst, pas trop fort.  
âmes soeurs enviées. d’une séance de cardio.

Verseau Taureau Lion Scorpion


(21 janvier au 18 février) (21 avril au 20 mai) (23 juillet au 23 août) (23 octobre au 20 novembre)

Dans la plus grande discrétion, il existe Agitation, stress, sautes d’humeur, per-
près de vous des gens qui préparent un sonnes irritables, disputes... Cette se- Troquez votre cap de fierté pour un geste « Être ou ne pas être ? » À vous de ré-
complot mesquin pour vous renverser et maine, votre signe astral n’engage rien d’humilité. Préparez à cet effet une tom- pondre à cette question existentielle qui
prendre votre chance. Faites gaffe, votre qui vaille pour vous. Seul aspect positif, bola pour les gens du quartier. inquiète votre entourage. La lune vous
situation financière risque d’en prendre vous aurez la visite du lapin de Pâques et réserve une rude confrontation avec votre
un sérieux coup. de son panier de friandises. partenaire de vie.

Poisson Gémeaux Vierge Sagittaire


(19 février au 20 mars) (21 mai au 20 juin) (24 août au 22 septembre) (21 novembre au 21 décembre)

Bien que la Saint-Patrick soit passée, vous Si vous avez un projet qui mijote dans Soyez à l’écoute cette semaine, un ami Comptez les moutons avant de dormir et
aurez la chance de ramasser votre trèfle à votre tête, Mars est dans un alignement aura besoin de vos sages conseils pour évitez toutes sorties de débauche. Votre
quatre feuilles. Eh oui, croyez-le ou pas, propice pour une effusion d’idées les plus choisir parmi les derniers électroniques vie sentimentale et votre humeur vous en
vous aurez un appel cette semaine qui rocambolesques. en vogue dans les magasins. remercieront.
vous propose le travail de votre vie.

w w w. l a r o t o n d e .c a
w w w. l a r o t o n d e .c a