Vous êtes sur la page 1sur 15

LE MENSUEL

De la Comptabilité et de la Fiscalité
Revue numérique professionnelle diffusée par abonnement
Nº 78
Février 2018

FISCALITE:
DECLARATION ANNUELLE DES SALAIRES :
LES REGLES DES INDEMNITES EXONEREES (page 2)

COMPTABILITE:

LES VERIFICATIONS A EFFECTUER


LORS DE L'ARRETE DES COMPTES (page 6)

DROIT DES AFFAIRES:


LE MODELE DU RAPPORT DE GESTION
A PRESENTER A L’AG DE LA SARL (page 8)

CHANGE:
FLEXIBILSATION DU DIRHAM :
LES OPERATIONS DE COUVERTURES AUTORISEES (page 11)

GESTION:
LE CALCUL DE LA MARGE BRUTE (page 14)

AGENDA FISCAL:
LES ECHEANCES DE FEVRIER 2018 (page 16)

Editée par Altus Sarl, 149 Bd Lalla Yacout, - Casablanca


Directeur de la publication: Mohamed Fekkak
Tél. : 05 22.44.81.10 - Fax : 05 22.44.85.63
E-mail: revuelemensuel@gmail.com
FISCALITE 2

DECLARATION ANNUELLE DES SALAIRES :


LES REGLES DES INDEMNITES EXONEREES

La déclaration annuelle des salaires (dite déclaration 9421) de cette année, à déposer en
février, comporte des changements importants comme l’indication du salaire de base annuel
par salarié et surtout le détail, dans une annexe, des éléments exonérés un par un.
L’administration fiscale avait clarifié dans une note de service du 13 2017 les dispositions de
l’article 57-1 du code général des impôts sur le traitement des indemnités salariales.
Cette note fixe notamment les plafonds des indemnités admises en exonération et précise
aussi les conditions à remplir pour en bénéficier. Les seuils d’exonération de certaines primes
ont été actualisés, d’autres sont indexés au taux d’augmentation du SMIG.
■ Indemnité du transport vers le lieu de travail
Accordée en raison de l’éloignement du lieu de travail, elle est fixée à 500 dirhams par mois
dans le périmètre urbain et 750 dirhams par mois quand le lieu de travail est situé à l’extérieur
de la ville. L’exonération de cette indemnité ne s’applique pas aux primes accordées aux
salariés dont les déplacements sont assurés par l’employeur, ceux dont la résidence habituelle
est située au même endroit que le lieu de travail ainsi que ceux qui disposent d’une voiture de
fonction.
■ Indemnité de déplacement
L’indemnité de frais de déplacement est accordée aux salariés dont les conditions de travail
nécessitent des déplacements de leur domicile vers un lieu de travail, autre que le lieu
habituel, situé en dehors du périmètre urbain. Cette indemnité rembourse les frais de
nourriture, de logement et de transport qu’ils supportent.
Trois cas sont prévus:
- L’exonération est accordée sur la base des pièces justificatives : Le montant total des frais
est admis intégralement (billet de transport, note de frais de restaurant et d’hôtel, etc.) à
condition de présenter un état justificatif des frais accompagnés de documents.
- Les frais et indemnité octroyés sur une base forfaitaire pour les déplacements professionnels
réguliers : Ils sont exonérés à hauteur du salaire de base sans dépasser un plafond de 5.000
DH par mois. Ce plafond englobe les frais d’hébergement, de nourriture et de transport.
L’entreprise doit justifier de la régularité de l’octroi de cette indemnité. Il faut aussi que la
fonction ou l’activité nécessite des déplacements de manière continue et régulière comme
c’est le cas pour les agents ou représentants commerciaux, les voyageurs représentants
placiers, les agents itinérants, etc.
- L’exonération accordée sur une base forfaitaire pour les déplacements professionnels
ponctuels : Dans ce cas, le mode d’évaluation des frais de transport, nourriture et
hébergement est fixé comme suit :
* Les frais de transport sont calculés sur la base du barème de l’indemnité kilométrique
lorsque le salarié utilise son propre moyen de transport et au tarif du transport public dans le
cas contraire.
FISCALITE 3
* Les frais de nourriture sont fixés à 10 fois le salaire horaire minimum garanti par jour alors
que l’hébergement est calculé sur la base de 30 fois le salaire horaire minimum garanti par
jour.
Pour bénéficier de cette exonération forfaitaire pour les déplacements professionnels
ponctuels, certaines conditions doivent être remplies :
*Le déplacement doit être justifié par un ordre écrit délivré à l’intéressé et par objet de
déplacement: visite d’un client, d’un fournisseur, chantier, foires, prospection d’un marché...
* Les frais d’hébergement ne sont pas pris en considération lorsque le salarié se trouve à une
distance lui permettant de regagner son lieu de résidence habituel, soit à moins de 50 km du
lieu de sa mission.
* La distance parcourue est estimée par rapport aux lieux qui ont fait l’objet d’une visite
dûment justifiée par l’ordre écrit délivré à l’intéressé et par l’objet du déplacement.
Si le salarié utilise une voiture de service, le remboursement des frais de transport n’est pas
admis.
■ Indemnité kilométrique
L’indemnité kilométrique versée au salarié qui utilise son véhicule personnel pour l’exercice de
ses fonctions est fixée à 3 dirhams par kilomètre et ce, quelle que soit la puissance fiscale du
véhicule. Cette indemnité couvre les frais de carburant, l’entretien du véhicule, sa dépréciation
ainsi que l’assurance et les taxes. Pour bénéficier de l’exonération, les déplacements doivent
être effectués dans le cadre professionnel et au départ de l’adresse de l’entreprise. Des
justificatifs sont également requis: date, lieu, trajet, nombre de kilomètres et objet du
déplacement.
■ Voiture de fonction ou de service
La voiture de fonction est mise à la disposition des cadres dirigeants pour tous leurs
déplacements alors que le véhicule de service est accessible au salarié uniquement pour ses
déplacements professionnels. Elle doit être en principe rapportée à la fin de la journée de
travail.
Les frais supportés par l’employeur au titre des voitures de fonction ou de service ne
constituent pas un avantage imposable entre les mains de l’employé. Reste que cette
exonération dépend de la qualification et du statut professionnel des bénéficiaires: les cadres
dirigeants, notamment le PDG, le directeur général, le directeur d’un département, les agents
commerciaux, les agents itinérants et les voyageurs représentants placiers.
■ Indemnité de représentation
L’exonération de l’indemnité de représentation est plafonnée à 10% du salaire de base. Cet
avantage est réservé au PDG, directeur général et directeur d’un département.
■ Prime de panier
Le plafond d’exonération est fixé à deux fois le smig horaire Elle n’est pas cumulable avec les
bons représentatifs des frais de nourriture ou d’alimentation.
FISCALITE 4
■ Bons représentatifs des frais de nourriture
L’exonération des bons représentatifs des frais de nourriture ou d’alimentation est limitée à 20
dirhams par salarié et par jour de travail. Ce montant ne peut être supérieur à 20% du salaire
brut imposable. De même, l’exonération n’est pas cumulable avec les indemnités alimentaires
accordées aux salariés travaillant dans les chantiers éloignés de leur lieu de résidence.
■ Indemnité de caisse
Accordée aux salariés qui manipulent des fonds, le montant de l’indemnité admis en
exonération ne doit pas dépasser 190 dirhams par mois contre 150 dirhams actuellement.
Cette indemnité sera réajustée sur la base du taux d’augmentation éventuelle du SMIG.
■ Prime d’outillage
L’exonération de la prime d’outillage est fixée à 100 dirhams par mois. Là aussi, le plafond
d’exonération est indexé au taux d’augmentation du smig. Cette prime est versée aux ouvriers
propriétaires de leurs outils.
■ Prime de salissure
Allouée à des ouvriers qui assurent des travaux particulièrement salissants, l’exonération de la
prime de salissure de bleus ou d’usure de vêtements est plafonnée à 210 dirhams par mois.
Ce seuil sera réajusté en fonction du taux de hausse éventuelle du smig.
■ Prime de tournée
L’exonération de cette indemnité est plafonnée à 1.500 dirhams par mois. Les bénéficiaires
doivent avoir la qualité d’agents commerciaux ou itinérants appelés à se déplacer au cours de
la journée chez les clients et fournisseurs.
■ Indemnité de lait
L’indemnité de lait est plafonnée à 150 dirhams par mois sauf pour les personnes manipulant
des produits toxiques pour lesquels aucun seuil n’est fixé. Cette prime est également indexée
sur le taux de hausse du smig.
■ Nourriture accordée aux officiers marins
Cette indemnité vise les officiers et marins inscrits au rôle d’équipage et qui ne peuvent être
nourris à bord du navire. Elle est exonérée dans la limite de 60% de son montant.
■ Indemnité de déménagement
En cas de mutation au Maroc, l’indemnité de déménagement est exonérée à hauteur d’un
plafond fixé à 10 DH par kilomètre séparant le lieu d’habitation initial du salarié du lieu de son
réaffectation. S’il est muté à l’étranger, les justificatifs des frais déboursés doivent être
présentés. L’exonération est accordée uniquement si la mutation est décidée à l’initiative de
l’employeur.
■ Indemnité de licenciement
Cette indemnité est exonérée dans les limites fixées par le code général des impôts. Pour
l’indemnité de licenciement et l’indemnité de départ volontaire, l’exonération est basée sur le
barème prévu par les dispositions de l’article 53 du code du travail.
FISCALITE 5

L’indemnité pour dommages et intérêts accordée par les tribunaux et l’indemnité de


licenciement accordée dans le cadre de la procédure de conciliation sont exonérées dans la
limite prévue par l’article 41 du code du travail. Celle-ci correspond à un mois et demi de
salaire par an dans la limite de 36 mois.
Certaines primes ne sont pas considérées comme des indemnités de licenciement. Il s’agit de
l’indemnité perçue par un salarié cessant ses fonctions au terme d’un contrat à durée limitée
ou au moment de la retraite ou encore de son plein gré. A cela s’ajoute le salaire de préavis et
le licenciement justifié par une violation des obligations professionnelles. L’indemnité de départ
anticipé à la retraite est également exclue.
■ Dépenses relatives aux postes de téléphone
Ces dépenses sont exonérées mais à condition que les redevances soient libellées au nom de
l’entreprise.
Prêts accordés par l’employeur : Une exonération est accordée au titre des intérêts supportés
par l’employeur sur les prêts consentis au personnel pour l’acquisition ou la construction d’un
logement social destiné à l’habitation principale. Idem pour les prêts sociaux accordés au
personnel dans la limite de 50.000 dirhams.
Pour les prêts à l’acquisition ou construction d’autres types de logements destinés à
l’habitation principale, les intérêts mis à la charge du salarié ne doivent pas être inférieurs à
ceux supportés par l’employeur.
■ Aide médicale
Les frais médicaux sont exonérés s’ils sont dûment justifiés par des factures probantes. Cette
rubrique regroupe les secours internes en cas d’accident du travail, les frais médicaux et
hospitalisation.
■ Gratifications sociales liées à un événement familial
Cette rubrique regroupe toutes les indemnités à caractère social et non professionnel,
notamment la fête de Achoura, Aid al Adha, rentrée scolaire, naissance, mariage, circoncision,
décès d’un ascendant ou d’un descendant. Son exonération est plafonnée à 2.500 dirhams
par an et couvre tous les événements survenus au cours d’une même année.
■ Prime de voyage à la Mecque
La prime est exonérée dans la limite du prix du billet d’avion aller-retour augmenté du montant
de la dotation autorisée par l’Office des changes. Le montant admis en exonération n’est
accordé qu’une seule fois au salarié.
■ Stage de l’enfant d’un salarié
Le stage effectué par l’enfant d’un travailleur au sein de l’entreprise est admis en exonération
dans la limite de deux fois le SMIG. Et ce, à condition qu’il se déroule durant les vacances
d’été. ◄
COMPTABILITE 6

LES VERIFICATIONS A EFFECTUER


LORS DE L'ARRETE DES COMPTES

Lors de l’arrêté des comptes un certain nombre de vérifications doivent être effectués afin de
s’assurer que la comptabilité reflète l’image fidèle du patrimoine, de la situation financière et
des résultats de l’entreprise.

1) Le bilan

- Les capitaux propres

Dans l’entreprise individuelle, on vérifie la comptabilisation au compte de l’exploitant des


échanges patrimoniaux, intervenus entre l’entreprise et son propriétaire.

Dans les autres cas, on vérifie l’enregistrement, dans les comptes de capitaux propres, des
opérations les concernant, conformément aux décisions des organes sociaux.

- Les emprunts et prêts

A rapprocher des documents permettant de suivre en détail les opérations d’emprunt et de


prêt.

- Les immobilisations

On tient ou fait tenir des documents permettant de suivre en détail les opérations afférentes à
toutes les immobilisations et à leurs amortissements.

La prescription relative aux pièces justificatives court à partir de la date de sortie de l’actif des
immobilisations.

- Les stocks et en cours

On établit un état détaillé et chiffré des stocks et en-cours, ainsi que des provisions pour
dépréciation y afférentes, dressé à la date de clôture de l’exercice ou à défaut à une date
aussi proche que possible.

On choisit les méthodes utilisées pour la valorisation des stocks et des en-cours, et on
s’assure de la conformité de ces méthodes avec les règles en vigueur.

- Les comptes de tiers

On examine selon les cas:

*Des balances de comptes individuels et on s’assure de leur concordance avec les comptes
généraux,

*Des listes nominatives, établies à partir des seuls documents comptables justifiant les soldes
des comptes collectifs,
COMPTABILITE 7
*Un inventaire des créances et dettes existant à la fin de l’exercice.

On analyse, éventuellement par épreuves, les soldes des comptes de tiers à partir des
documents et informations comptables à notre disposition.
On procède aux redressements et ajustements nécessaires.

- Les comptes de régularisation

On enregistre dans les comptes rattachés ou de régularisation les écritures visant à


incorporer ou à ne laisser subsister dans les comptes de charges ou de produits que les
opérations se rapportant à l’exercice considéré.

- Les comptes de provisions

On enregistre les provisions à partir des informations comptables et des documents transmis
par l’entreprise et on les traduit dans les comptes ou l’ETIC.

On s’assure qu’il a bien été tenu compte des risques et des pertes intervenus entre la date de
clôture et la date de l’établissement des comptes au cours de l’exercice ou antérieurement,
même s’ils sont connus entre la date de clôture et la date d’établissement des comptes.

- Les comptes financiers

Se rappeler des obligations relatives à la saisie, à la date et à l’individualisation de ses


opérations de trésorerie.

S’assurer que l’entreprise dresse périodiquement un état de rapprochement pour chaque


compte de trésorerie ouvert dans un établissement financier.

2) Le compte de résultat

En fin d’exercice, on:

* Rapproche certains comptes de charges, tels que: loyers, assurances, commissions et


honoraires, impôts, salaires, charges sociales, intérêts des emprunts, des états, avis
d’imposition, avertissements, contrats, quittances correspondants.

* Rapproche les bases déclarées en matière de TVA des comptes de produits.

* Examine, éventuellement, les insuffisances et anomalies constatées, et on passe, le cas


échéant, les écritures correspondantes dans la mesure où elles sont justifiées.

* Dresse un tableau comparatif des divers comptes de charges et de produits faisant ressortir
l’évolution de la marge commerciale et éventuellement d’autres soldes intermédiaires de
gestion.◄
DROIT DES AFFAIRES 8

LE MODELE DU RAPPORT DE GESTION


A PRESENTER A L’AG DE LA SARL

Une assemblée générale doit chaque année se réunir dans les 6 mois de la clôture de
l’exercice, pour se prononcer sur les comptes de l’exercice précédent.
Les associés doivent être convoqués par lettre recommandée.
La convocation doit être envoyée au moins 15 jours avant la date prévue pour l’assemblée.
Une convocation orale est admise si tous les associés sont présents ou représentés lors de
l’assemblée.
L’approbation des comptes annuels se fait toujours sous forme d’assemblée générale, à
l’exclusion d’une autre forme de décision.

SARL (nom de la société)


Société à responsabilité limitée Au capital de (montant du capital) DH
Siège social : (adresse du siège)

Assemblée générale du (Date de l’assemblée)


Rapport de gestion sur l’exercice clos le (Date de clôture de l’exercice)
Madame, Monsieur,
Nous vous avons réunis en assemblée générale afin de vous prononcer sur les comptes de
l’exercice clos le (Date de clôture de l’exercice).
Les convocations vous on été adressées le (Date d’envoi des convocations), ainsi que tous les
documents prescrits par la réglementation.
L’inventaire et les documents sociaux relatifs aux trois derniers exercices ont été tenus à votre
disposition au siège.
ACTIVITE DE LA SOCIETE
1° activité au cours de l’exercice écoulé
Au cours de l’exercice clos le (Date de clôture de l’exercice) le chiffre d’affaires réalisé a été de
(Montant du chiffre d’affaires hors taxes de l’exercice) DH, contre (Montant du chiffre d’affaires
hors taxes de l’exercice précédent) DH lors de l’exercice précédent, ce qui représente une
évolution de (Pourcentage d’augmentation ou de réduction du chiffre d’affaires) %.
Cette évolution se justifie pour les raisons suivantes :
(Expliquer les raisons qui justifient l’évolution du chiffre d’affaires)
Le chiffre d’affaires de l’exercice écoulé se détaille de la façon suivante :

(Détailler, dans la mesure du possible, les principales sources du chiffre d’affaires).


DROIT DES AFFAIRES 9
Les principales charges d’exploitation sont les suivantes :
(Détailler l’évolution des principaux postes de charge en complétant un tableau de ce type)

Exercice clos le : (Date de clôture du (Date de clôture de Evolution


dernier exercice) l’avant dernier
exercice)

(Poste de charge 1) (Montant) (Montant) %

(Poste de charge 2) (Montant) (Montant) %

(Poste de charge 3) (Montant) (Montant) %

L’évolution de ces charges se justifie par les raisons suivantes :


(Expliquer les raisons qui justifient l’évolution des principales charges).
Compte tenu de l’évolution du chiffre d’affaires er des charges d’exploitation, le dernier
exercice clos se solde par un résultat d’exploitation de (Montant du résultat d’exploitation du
dernier exercice) DH, contre (Montant du résultat d’exploitation de l’avant dernier exercice) DH
lors de l’exercice précédent.
L’exercice clos le (Date de clôture de l’exercice) se termine par un résultat de (Montant du
résultat) DH, contre (Montant du résultat de l’avant dernier exercice) DH, lors de l’exercice
précédent.
2° Evènements survenus depuis la clôture du dernier exercice
(Mentionner ici les évènements significatifs survenus entre la clôture du dernier exercice et la
rédaction du rapport)

Option : Il n’est survenu aucun évènement notable depuis la clôture du dernier exercice.

3° Evolution prévisible de l’activité


(Préciser les perspectives d’évolution de la société)

DIVIDENDES VERSES
Le montant des dividendes distribués au titre des deux exercices précédents sont les
suivants :

Exercice clos le (Date de clôture (Date de clôture


de l’exercice) de l’exercice)

Dividendes (Montant) (Montant)

Option : Aucun dividende n’a été distribué au titre des trois derniers exercices.
DROIT DES AFFAIRES 10
COMPTES ANNUELS
Les comptes annuels ont été tenus en appliquant la réglementation en vigueur. Les règles de
présentations et d’évaluation sont identiques à celles appliquées lors des exercices
précédents.

Option : Les comptes annuels ont été tenus en appliquant la réglementation en vigueur. Les
règles de présentations et d’évaluation ont été modifiées, par rapport à celles appliquées lors
des exercices précédents, de la façon suivante :
(Préciser les changements apportés)

AFFECTATION DU RESULTAT
Nous vous proposons d’affecter le résultat, qu’il s’élève à (montant) DH, de la manière
suivante :

Option 1 : A la réserve légale à hauteur de 5 %, soit (montant affecté à cette réserve) DH.
Option 2 : Au poste report à nouveau, par imputation des pertes antérieures, pour un montant
de (montant affecté en report a nouveau) DH.
Option 3 : Au poste report à nouveau pour un montant de (montant affecté en report a
nouveau) DH.
Option 4 : Au poste réserve ordinaire, par imputation des pertes antérieures pour un montant
de (montant affecté en report a nouveau) DH.
Option 5 : A titre de dividendes pour un montant de (montant affecté en dividendes) DH.

Nous vous demandons donc d’approuver cette affectation.


ORDRE DU JOUR
Pour finir, nous vous rappelons l’ordre du jour tel qu’il a été prévu dans la convocation qui vous
a été adressée :
Puis le Président rappelle l'ordre du jour :
- Lecture du rapport de gestion sur l'activité de la Société;
- Approbation des comptes annuels de l'exercice clos le (Date de clôture des comptes sociaux)
et quitus à la gérance ;
- Affectation du résultat ;
- Approbation des conventions réglementées.
Nous vous remercions de bien vouloir les adopter.
La gérance ◄
CHANGE 11

FLEXIBILSATION DU DIRHAM :
LES OPERATIONS DE COUVERTURES AUTORISEES

L’Office de change vient de fixer les conditions et les modalités de réalisation des opérations
de couverture contre les risques de change, du taux d’intérêt, de fluctuation des prix des
produits de base et les risques inhérents à tout actif ou toute dette.

SECTION 1 : Principes de base

Article 1 : Opérations de couverture autorisées

Les opérations de couverture contre les risques nés lors de transactions réalisées avec
l’étranger conformément aux dispositions de l’Instruction Générale des Opérations de Change
du 31 décembre 2013 comprennent :

1- les opérations de couverture contre le risque de change devises contre dirhams et devises
contre devises effectuées par les banques intermédiaires agréés pour leur propre compte ou
pour le compte des personnes morales marocaines, pour se prémunir contre le risque de
change lié aux opérations courantes et/ou en capital ;

2- les opérations de couverture contre le risque de taux d’intérêt effectuées par les banques
intermédiaires agréés pour leur propre compte ou pour le compte des personnes morales
marocaines au titre d’opérations de financements extérieurs;

3- les opérations de couverture contre le risque de fluctuation des prix des produits de base
souscrites par les personnes morales marocaines auprès des banques intem1édiaires agréés
ou auprès des courtiers négociateurs étrangers sur un marché international organisé.
On entend par produits de base les produits miniers, énergétiques, agricoles (céréales. café,
graines de soja…), bois, charbon, or, argent et autres métaux précieux.
Les opérations de couverture contre le risque de fluctuation des prix des produits de base
peuvent porter sur le prix des produits :
- exportés ;
- importés ;
- importés et stockés.

4- les opérations de couverture contre tout risque inhérent à tout actif ou toute dette. Les
banques intermédiaires agréés ne peuvent conclure ces opérations que pour leur propre
compte ou pour le compte des entités suivantes :
- les établissements de crédit et les organismes assimilés régis par la loi n°lO3-12 dans les
conditions fixées par Bank Al Maghrib ;
- les entreprises d’assurances régis par la loi n°17-99 portant code des assurances et les
organismes de retraite dans les conditions fixées par l'Autorité de Contrôle des Assurances et
de la Prévoyance Sociale ;
- les Fonds de Placement Collectif en Titrisation (FFCT) régis par la loi n° 33-06 telle que
modifiée, les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) régis par la
loi n° 1-93-213 telle que modifiée et les Organismes de Placement Collectif en Capital (CFCC)
régis par la loi n°41-05 telle que modifiée, et dans les conditions et modalités fixées par
l‘Autorité Marocaine des Marchés de Capitaux.
CHANGE 12

Article 2 : Modalités pratiques

Les banques intermédiaires agréés peuvent proposer à leur clientèle, dans le cadre d’une
même opération de couverture une combinaison d‘instruments.
Les opérations de couverture, souscrites conformément à la présente circulaire, peuvent
donner lieu à la compensation des positions nées de ces opérations.
Les opérations de couverture doivent faire l'objet d’une convention cadre de type ISDA, FBF
ou EMIR signée entre les deux parties faisant ressortir les droits et obligations de chacune des
parties.

Les règlements liés aux opérations de couverture doivent être effectués par l’entremise d‘une
banque intermédiaire agréé.

Les opérations de couverture réalisées par les banques intermédiaires agréés pour leur propre
compte ou pour le compte de leur clientèle doivent être effectuées conformément aux
modalités fixées par Bank Al Maghrib.

Article 3 : Adossement des opérations de couverture


Les opérations de couverture doivent être adossées à des opérations courantes ou en capital
en relation avec l’activité de la société à l‘exclusion de toute opération spéculative.

L’adossement consiste à rattacher l’opération de couverture à une opération courante ou en


capital. matérialisée par la présentation. au moment de la souscription de la couverture de tout
document engageant l'opérateur marocain ainsi que sa relation étrangère dans
l‘accomplissement de la transaction objet de la couverture. notamment : contrats. titre
d‘importation. déclaration d‘exportation facture définitive ou bon de commande fourni par le
client étranger.

Les banques intermédiaires agréés ayant réalisé l’opération de couverture doivent s'assurer
que :
- le montant couvert ne dépasse pas le montant de la transaction réalisée ;
- le dénouement des opérations de couverture ne dépasse pas les délais de règlement de
l'opération courante ou en capital sous-jacente.

Pour les produits de base importés et stockés, l‘opérateur doit veiller à ce que le dénouement
des opérations de couverture ne dépasse pas la date de cession de ces produits.

Article 4 : Annulation des opérations de couverture

Lorsque la transaction sur le sous-jacent est annulée l'opérateur doit :

- pour les opérations de couverture souscrites auprès d'une banque intermédiaire agréé
demander à sa banque l’annulation de toutes les opérations de couverture y afférentes :

- pour les opérations de couverture souscrites directement par la personne morale marocaine
auprès d’un courtier négociateur étranger annuler immédiatement l'opération de couverture
souscrite et en informer sans délai sa banque.
CHANGE 13
SECTION 2 : Dispositions spécifiques aux opérations de couverture contre le risque de
fluctuation des prix des produits de base

Article 5 : Compensation
Les personnes morales marocaines ayant souscrit des opérations de couverture contre le
risque de fluctuation des prix des produits de base peuvent procéder à la compensation de
leurs positions dans le cadre de ces opérations dans les conditions ci—après :
- si l‘opération de couverture est souscrite auprès d’une banque intermédiaire agréé. la
compensation. par contrepartie, doit être effectuée par la banque en charge de la réalisation
des règlements y afférents ;
- si l'opération de couverture est souscrite directement auprès des courtiers négociateurs
étrangers. la compensation doit être effectuée auprès de chaque courtier négociateur
étranger.

Article 6 : Comptes afférents à la gestion des opérations de couverture contre le risque


de fluctuation des prix des produits de base
Les banques intermédiaires agréés sont tenues d‘ouvrir pour le compte des personnes
morales marocaines dans le cadre des opérations de couverture contre le risque de fluctuation
des prix des produits de base. des comptes en devises sur leurs livres.
Les comptes en devises dédiés aux opérations de couverture de la clientèle, doivent
enregistrer l'intégralité des flux financiers y afférents notamment le dépôt de garantie les
appels de marge quotidiens ainsi que les primes reçues ou versées.
Les banques intermédiaires agréés doivent procéder à l’ouverture de comptes en leur nom
propre auprès des courtiers-compensateurs internationaux. Des sous comptes sont ouverts
auprès de ces courtiers-compensateurs au nom des personnes morales marocaines afin de
garantir la traçabilité et la bonne exécution des opérations.
Les comptes à ouvrir au Maroc ou à l‘étranger doivent être dédiés exclusivement à la gestion
des opérations de couverture contre le risque de fluctuation des prix des produits de base
dans les conditions précitées.
Les soldes créditeurs en faveur des personnes morales marocaines doivent être rapatriés et
cédés sur le marché des changes dans un délai maximum d‘un mois à compter de la fin du
trimestre considéré.

SECTION 3 : Transmission de comptes rendus

Article 7 : Déclaration
Les banques intermédiaires agréés sont tenues de transmettre à l’Office des Changes des
comptes rendus annuels faisant ressortir :
- les opérations de couverture mises en place et clôturées durant l'année considérée :
- les opérations de couverture annulées.
Les documents justificatifs y afférents doivent être conservés par les banques intermédiaires
agréés conformément au délai de conservation des documents prévu par le code de
commerce et tenus à la disposition de l‘Office des Changes pour tout contrôle ultérieur.
Pour les opérations de couverture contre les fluctuations des prix des produits de base les
personnes morales marocaines ayant souscrit ces opérations directement auprès d‘un courtier
négociateur étranger doivent transmettre trimestriellement à l'Office des Changes les
documents fournis par ledit courtier justifiant les opérations réalisées. Ainsi que les relevés du
compte ouvert à l‘étranger sur les livres de ce dernier.
Les banques intermédiaires agréés doivent informer l’Office des Changes sans délai de toute
opération revêtant un caractère irrégulier ou spéculatif. ◄
GESTION 14

LE CALCUL DE LA MARGE BRUTE

Parmi les soldes intermédiaires de gestion la marge brute est un critère de productivité interne et un
facteur déterminant du niveau de résultat.

- Le calcul de la marge brute


Pour les activités commerciales la marge brute est égale à la différence entre les ventes de
marchandises et le coût d'achat des marchandises vendues, alors que pour les activités de
transformation elle correspond à la production d'un exercice, c'est-à-dire la valeur des produits qui ont
été vendus, mis en stocks ou immobilisés au cours de cet exercice.

Marge Brute = Prix de vente - Prix d'achat ± la variation des stocks

Le niveau de marge est différent d'une activité à l'autre. Selon la nature de la production, la part des
achats est plus ou moins importante. La marge brute est élevée chez un prestataire de services,
cherchant surtout à valoriser son savoir-faire et sa main-d'œuvre, l'achat de matière étant alors peu
important.

- L'intérêt de la marge brute


La marge d'une activité représente sa contribution à la couverture des charges de structure. Plus la
marge est importante, mieux les charges de structures sont couvertes.
La marge brute est aussi utilisée pour comparer plusieurs productions, à l'intérieur d'une même
entreprise, en vue d'identifier celles qui permettront d'augmenter le résultat.
La marge brute peut aussi servir à comparer les performances technico-économiques dans plusieurs
entreprises pratiquant la même production ou la même activité. L'objectif est alors de trouver les
améliorations possibles. La comparaison permet de mettre en évidence des charges opérationnelles
anormalement élevées, ou bien un prix de vente insuffisant.

- La marge, facteur de résultat


Une idée reçue veut que des volumes de chiffre d'affaires importants suffisent à couvrir les charges.
Sans être inexacte, cette idée n'est pas suffisante. Une entreprise viable doit dégager un chiffre
d'affaires minimum permettant de couvrir ses besoins financiers.
Bien entendu, plus le taux de marge est faible, plus le niveau d'activité doit être élevé; plus le taux de
marge est élevé et moins le niveau d'activité peut être important.
Ainsi, même si la marge est le plus simple des ratios économiques, on voit bien son impact sur la
couverture des charges fixes et la détermination du résultat de l'entreprise. Le niveau de la marge
constitue l'un des critères de sa réussite.

- Le taux de marge
Le plus couramment utilisé pour les entreprises commerciales, le taux de marge brute (ou taux de
marge commerciale) présente la marge brute en pourcentage du coût d’achat.
Il se calcule par conséquent à partir d’un rapport entre la marge brute et le coût d’achat:

Taux de marge (%) = Marge brute / Coût d'achat x 100

Exemple : Une entreprise commerciale ayant acheté un produit 100 DH HT qu’elle revendra 150 DH
HT aura un taux de marge de 50% et disposera d‘une marge de 50 DH pour payé ses frais
d’exploitation (loyer, frais généraux, salaires, impôts, …).
Le taux de marge est utilisé de manière globale pour exprimer la performance globale de l’entreprise,
ou une performance par partie ou section (produit, service, …).◄
AGENDA FISCAL 15
LES ECHEANCES DE FEVRIER 2018
I) Impôt sur le Revenu
- Télédéclaration annuelle des salaires (9421) : Elle porte sur l'ensemble des salaries
payés au cours de l'année 2017.
- Télédéclaration annuelle des revenus perçus au cours de l'année 2017 pour les
titulaires de :
•revenus professionnels déterminés selon le régime du bénéfice forfaitaire ;
•revenus fonciers ;
•plusieurs salaires ou retraites versés par des employeurs ou débirentiers différents ;
•revenus de source étrangère (pension de retraite, salaire ...).
- Versement de l'I.R retenu à la source au titre du mois de janvier par :
•les employeurs pour les salaires et revenus assimilés qu'ils octroient à leurs salariés ;
•les personnes physiques résidentes ou ayant une activité au Maroc, pour les
rémunérations versées à des personnes physiques non résidentes au Maroc ;
•les cliniques et établissements assimilés, pour les honoraires et rémunérations versés
aux médecins non patentables qui effectuent des actes chirurgicaux dans ces cliniques ;
•les sociétés débitrices, pour la distribution, l'inscription en compte ou la mise à la
disposition de :
- produits d'actions, parts sociales et revenus assimilés ;
- produits de placements à revenu fixe.
- Versement de l'IR retenu à la source au titre des profits de capitaux mobiliers:
Les intermédiaires financiers habilités teneurs de comptes titres doivent verser la retenue à
la source sur les profits de cessions de valeurs mobilières dans le mois suivant celui de la
cession à la caisse du receveur de l'administration fiscale.
- Déclaration des profits immobiliers dans les trente jours qui suivent la date de la
cession en même temps que le versement de l'impôt.
II) Impôt sur les sociétés
- Versement de l'I.S. retenu à la source au titre du mois de janvier :
•par les personnes physiques ou morales résidentes ou ayant une activité au Maroc, pour
les produits bruts versés à des sociétés étrangères non résidentes ;
•par les comptables publics, les organismes bancaires et de crédit, les sociétés et
établissements pour la distribution, l'inscription en compte ou la mise à la disposition de
leur siège à l'étranger de :
- produits d'actions ou parts sociales et revenus assimilés ;
- bénéfices réalisés au Maroc par les sociétés étrangères et mis à leur disposition à
l'étranger ;
- produits de placements à revenu fixe.
- Déclaration du résultat fiscal par les sociétés non résidentes n'ayant pas
d'établissement au Maroc au titre des plus values résultant des cessions des valeurs
mobilières réalisées au Maroc.

III) Taxe sur la valeur ajoutée:


- Télédéclaration mensuelle et télépaiement de la TVA de janvier jusqu'à l'expiration du
mois pour les redevables assujettis au régime de la déclaration mensuelle.

IV) Droits de timbre:


Déclaration et paiement des droits de timbre au titre du mois de janvier.◄