Vous êtes sur la page 1sur 114

Formation

allen bradley slc500

www.E-cours.com 1
CHAPITRE I

COMPARAISSON DES TECHNOLOGIES

2
Technologie à relais

Technologie à relais est composée des contacts actionnés


par une bobine à effet électromagnétique, le relais est le
module de base à câbler.

Le passage du courant est assuré par des conducteurs


vissés, soudés ou sertis aux bornes des relais, les relais
peuvent ainsi être asservis entre eux dans un schéma qui
intègre les contacts des capteurs et les bobines des pré
actionneurs.

3
Technologie programmée

Seules les technologies électroniques à haute intégration

permettent la concentration des composants et l’obtention

des temps de réponse nécessaires pour la réalisation des

composants programmables.

4
orGanIsatIon moDulaIrE D’un
automate programmable

L’automate programmable se présente comme un ensemble


de blocs fonctionnels s’articulant autour d’un canal de
communication : le bus interne. Généralement, chaque bloc
est physiquement réalisé par un module spécifique. Cette
organisation modulaire permet une grande souplesse de
configuration pour les besoins de l’utilisateur, ainsi qu’un
diagnostic et une facilité de maintenance

5
orGanIsatIon moDulaIrE D’un
automate programmable

Vers
Bus interne extension
possible

Unité centrale
Module
Module Module de
d’alim.
D’entrées sorties
Carte
Mém.

Alimentation Entrées Sorties

6
ComparatIF EntrE l’automatE
et la technologie à relais
Réduction considérable du relayage ;
• Fiabilité ;
• Moins d’encombrement ;
• Réduction du stock ;
• Temps de réponse garantis ;
• Aide à la maintenance ;
• Facilité de mise en œuvre ;
Entrées/sorties Industriel, protégé, opération de test,
édition et visualisation ;
• Indépendance du procédé, facilement réutilisable ;
• Souplesse d’adaptation ;
• Jeu d’instruction très évolué (équations mathématique,
PID…) ;
• Accessible par les technicien.
7
Chapitre 2

PRESENTATION DES AUTOMTES

ET MISE EN OUEUVRE

8
Présentation de la gamme SLC
1-MicroLogix Le SLC compact

•Format compact
•Outil de programmation
•Communication DeviceNet
• Capacité mémoire : 1K Utilisateur
•DF1 Maître/Esclave, DH485 • Vitesse d’exécution : ~2,0ms/K Instructions
•1 Entrée codeur incrémental à 6,6 KHz • Module d’interface AIC+ : 2ports RS232 isolés, 1
port DH485 isolé
•E/S analogiques • Compatible avec : MicroLogix.
SLC5/01, 5/02, 5/03 (canal 1),
•Montage rail Din SLC5/03, 5/04, 5/05 (canal 0),
Terminal opérateur, PC, Modems
•Comptage rapide
•Jeu d’instruction puissant gamme SLC
•4 modularités 14 modèles
•Sorties forte intensité ,plusieurs commun 9
Caractéristiques techniques

Entrées Sorties EntréesSorties Type Type de Alimentation


Référence
T.O.R. T.O.R. Ana. Ana. d'entrées sorties
1761-L16AWA 10 6 - - 120 V c.a. Relais
1761-L32AWA 20 12 - - 5-265V c.a., 5-125V c.c. 120/240 V c.a.
1761-L32AAA 20 12 - - 10 Triac + 2 relais
1761-L10BWA 6 4 - -
1761-L16BWA 10 6 - -
1761-L32BWA 20 12 - - Relais
1761-L10BWB 6 4 - - 24V c.c. 5-265V c.a., 5-125V c.c.
1761-L16BWB 10 6 - - PNP/NPN 24 V c.c.
1761-L32BWB 20 12 - -
1761-L16BBB 10 6 - - Transistor 24Vcc/1A
1761-L32BBB 20 12 - - + 2 relais
1761-L20AWA 12 8 4 1 120 V c.a. Relais 120/240 V c.a.
1761-L20BWA 12 8 4 1 5-265V c.a., 5-125V c.c.
1761-L20BWB 12 8 4 1 24V c.c. 24 V c.c.
10
MicroLogix Le SLC compact

MicroLogix 1200 :

• Compatible SLC500/µLogix
• E/S rapides
• Extension E/S compact
• Grande mémoire non volatile
• Configurable •  88 E/S T.O.R. et analogique
• mémoire  6K mots (12Ko)
• Entrées interruptibles • Comptage 20 kHz,
• (4) Entrées interruptibles, ou impulsionnelles
• Horloge et module mémoire • Ecriture ASCII, PID, tempos 1mS
• Modules mémoires amovibles
• Potentiomètres analogique • Module d’interface AIC+ : 2ports RS232 isolés, 1 port DH485
isolé
• Jeu d’instruction très puissant Compatible avec : MicroLogix.
SLC5/01, 5/02, 5/03 (canal 1),
• Programmable avec le RSLogix SLC5/03, 5/04, 5/05 (canal 0),
Terminal opérateur, PC, Modems
• Fonctionnalités maintenance
11
Caractéristiques techniques

Entrées Sorties
Type D’entrées Type de Sorties Alimentation
T.O.R T.O.R
120Vc.a.
1762-L24AWA 14 10 120Vc.a. Relais
240Vc.a.
24Vc.c. 120Vc.a.
1762- L24BWA 14 10 Relais
NPN/PNP 240Vc.a.
120Vc.a.
1762- L40AWA 24 16 120Vc.a. Relais
240Vc.a.
24Vc.c. 120Vc.a.
1762- L40BWA 24 16 Relais
NPN /PNP 240Vc.a.

Spécifications analogiques :

Nombre de Plage normale de


Nombre d’entrées
sorties fonctionnement analogique
2 différentielles 2 simples Tension : 0 à 10 Vcc
1762-IF2OF2
(unipolaires) (unipolaires) Intensité : 4 à 20mA
12
MicroLogix Le SLC compact
MicroLogix 1500 :

• Compatible SLC500/µLogix
• Extension E/S compact
• Programmable avec le RSLogix
• E/S rapides
• Potentiomètres analogique
• Horloge et module mémoire
• Grande mémoire non volatile Configurable
• Fonctionnalités maintenance
Module d’interface AIC+ : 2ports RS232
isolés, 1 port DH485 isolé
Compatible avec : MicroLogix.
- SLC5/01, 5/02, 5/03 (canal 1),
- SLC5/03, 5/04, 5/05 (canal 0),
-Terminal opérateur, PC,
- Modems

13
Caractéristiques techniques

Entrées Sorties Type Type de


Alimentation
T.O.R T .O.R D’entrées Sorties

PROCESSEUR Option A) 1764-LSP 7K mémoires


PROCESSEUR Option B) 1764-LRP 12K mémoires, 1 port RS232 suppl., supporte Modbus

Transistors
EMBASE Option
12 12 24Vcc Relais 120/240Vca
A)1764-24BWA
PNP ou NPN

Transistors
EMBASE Option 6 Transistors
1-6 12 24Vcc 24Vcc
B)1764-28BXB 6 Relais
PNP ou NPN

14
2-Les automates SLC modulaires
2-1 Automates SLC5/01 et SLC5/02
Caractéristiques principales

SLC 5/01 SLC 5/02


Spécification
1747-L511 , -L514 1747-L524

Mém prog + données 1 ou 4 K instruction 4 K instruction

E/S locales 256 TOR 480 TOR

Châssis/empl. 3/30 3/30

E/S déportée 3940 E & 3940 S TOR 4096 E & 4096 S TOR

DH485
Ports de communication DH485
réponse

Autres caractéristiques :

Sauvegarde Ram par pile au lithium 2 ans ( sur 5/01 –L511 condensateur 2 semaines)

15
2-2 Automates SLC5/03 et SLC5/04
Caractéristiques principales

Spécification SLC 5/03 SLC 5/04


1747-L531 1747 -L532 1747-L541 1747-L542 1747-L543

Mém prog + données 8 Kmots 16 Kmots 16Kmots 32 Kmots 64 KMots

Mém données addit. 4 Kmots 4 Kmots 4 Kmots 4 Kmots

E/S locales 960 TOR 960 TOR 960 TOR 960 TOR
Châssis/empl. 3/30 3/30

E/S déportée 4096 E & 4096 S TOR 4096 E & 4096 S TOR

Ports de communication Canal 0 : RS232 Canal 0 : RS232 Canal 0 : RS232


Canal 1 : DH485 Canal 1 : DH485 Canal 1 : DH+

Autres caractéristiques :

Sauvegarde RAM par pile au lithium 2 ans

16
2-3 Automates SLC5/05
Caractéristiques principales

Spécification SLC 5/05


1747-L551 1747-L552 1747-L553
Mém prog + données 16Kmots 32 Kmots 64 Kmots

Mém données addit. 4 Kmots 4 Kmots 4 Kmots


E/S locales 960 TOR 960 TOR 960 TOR
Châssis/empl. 3/30 3/30 3/30
E/S déportée 4096 E & 4096 S TOR
Ports de communication C0 : RS232
C1 : ETERNET

Autres caractéristiques :

Sauvegarde RAM par pile au lithium 2 ans

17
2-4 Vue éclatée de l’automate modulaire
Présentation

• Capacités de 4 E/S à 960 E/S


• Le 1er emplacement du châssis de
base est reservé au processeur
• L’alimentation se monte sur le côté
gauche de chaque châssis Chassis 4
emplacements
• Les cartes d’E/S peuvent être
Unité centrale
enfichées dans un emplacement
quelconque après le processeur
• Modularité 4 , 8 , 16, 32, 2/2, 4/4,
6/6 pour les cartes d’E/S
• 4 tailles de châssis servent
indifféremment en base ou extension modules

Carte
d’alimentation

Emplacement 0 18
Processeur SLC 5/01

Emplacement Led(rouge)
Module Exécution du
1747-L524 Série B
EPROM / Programme SLC5/02 CPU
EEPROM
RUN

CPU
Fault
Led(rouge)
CPU I/O
Défaut Majerur
BATTERY LOW

Led (rouge)
Forçage E/S

Led (rouge)
Defaut Pile

Pile

Prise DH485

19
Processeur SLC 5/02
1747-L524 Série B

Led(rouge)
Exécution du Led(rouge)
Emplacement Programme SLC5/02 CPU Exécution du
Module Programme
EPROM /
EEPROM RUN COM

CPU
Led(rouge) Fault
Défaut Majerur CPU I/O

BATTERY LOW

Emplacement Led (rouge)


Module Forçage E/S
EPROM / EEPROM

Led (rouge)
Defaut Pile
Pile

Prise DH485

20
Processeur SLC 5/03

Emplacement Led(rouge)
Module Exécution du
Flash EPROM Programme Led (rouge)
SLC5/03 CPU
Forçage E/S
Pile
RUN FORCE
Led(rouge)
Led (verte)
Défaut Majerur FLT DH485
Comm
BATT RS232 DH485
Led
(rouge) Led (verte)
Defaut Pile Comm
RS232
Clef

Prise
DH485
Canal 1

Prise
RS232
Canal 0

SLC500

17476L532
C
21
L5246-0392A2452 3 ALLEN-BRADLEY
Processeur SLC 5/04
Led(rouge)
Emplacement Exécution du
Module Programme Led
SLC5/04 CPU
Flash EPROM (rouge)
Pile
RUN FORCE Forçage
Led(rouge) E/S (verte)
FLT DH+ Led
Défaut Majerur
Comm
BATT RS232
DH+
Led
(rouge) Led
Defaut Pile (verte)
Comm
Clef RS232

Prise DH+
Canal 1

Prise
RS232
Canal 0

SLC500 OPERATING
SYSTEM
17476L542 C
OS = SER FRN

1747-OS401 A 8

L5246-0392A1836 3 ALLEN-BRADLEY 22
Processeur SLC 5/05

Led(rouge)
Exécution du Led
Emplacement Programme SLC5/05 CPU (Ambre)
Module Forçage
Flash EPROM RUN FORCE Led(verte/
E/S
Led(rouge) rouge)
FLT ENET
Pile Défaut Majerur Comm
BATT RS232
Ethernet
Led
(rouge) Led
Defaut Pile (verte)
Comm
Clef RS232

Prise
Ethernet
Canal 1

Prise
RS232
Canal 0

SLC500 OPERATING SYSTEM

OS = SER FRN

1747-OS500 A 8

17476L552 A 1 23
ALLEN-BRADLEY
DIaGnostIC apI à l’aIDE DEs voyants DE sIGnalIsatIons
LED ETAT SIGNIFICATION

RUN ETEINTE Processeur en mode autre que run

CLIGNOTANTE Transfert de la RAM vers le module mémoire

ALLUMEE Processeur en mode RUN

FAULT ETEINTE Aucune erreur

CLIGNOTANTE Erreur majeure dans la mémoire


ALLUMEE Présence d’une erreur fatale(pas de comm)

FORCE ETEINTE Pas de forçage

CLIGNOTANTE Forçages d’E/S programmés et non actifs

ALLUMEE Forçages d’ E/S actifs

BATT ETEINTE Bon fonctionnement de la pile

ALLUMEE Tension de la pile inférieure au niveau de seuil

COMM ETEINTE Pas de réception de données


ALLUMEE Réception de données
RS232 ETEINTE Pas de transmission sur le réseau
(1)
ALLUMEE Transmission sur le résau

DH485 ETEINTE Pas de communication

CLIGNOTANTE Pas de station active sur le réseau

ALLUMEE Communication active avec le réseau (S:1/7=1)

DH+ ETEINTE Canal non utilisé

CLIGN VERTE Pas de station active sur le réseau

CLIGN ROUGE Duplication d’adresse sur le réseau

ALLUMEE Transmission ou réception de données

ENET ETEINTE Pas de connection sur le réseau

CLIGNOTANTE Echange sur le réseau

ALLUMEE Connectionau réseau


24
(1) idem à LED DH485 pour un mode d’utilisation du canal 0 en DH485
Sélecteur à clef en face avant

Position de la clef

REM
Opération RUN PROG
RUN PROG TEST

Exécution du programme(sorties actives)  

Exécution du programme(sorties inactives) 

Restauration du programme à partir du disque    

Sauvegarde du programme sur disque     

Créer ou effacer des fichiers(prog./ données) unique ment hors Ligne

Editer/ modifier le programme en ligne    

Pas de scrutation du programme  

Changement du mode run/prog par console   

Transfert de ou a partir de l’EEPROM   

25
Règles générales sur le câblage

La mise en œuvre de systèmes électroniques nécessite le respect des recommandations suivantes :

• Les câbles véhiculant des signaux de faibles tensions ne doivent pas être placés dans la même gaine
que les câbles des circuits de puissance (norme NFC 15-100).

• Les câbles véhiculant des tensions continus (signaux numériques ou analogiques) doivent être placés
dans un chemin de câblage différent et séparé de celui des câbles de tensions alternatives.

• Le matériel est garanti pour une température de fonctionnement et de stockage. Il est donc
nécessaire de prévoir dans certains cas, l’utilisation d’une ventilation ou bien des résistances
chauffantes.

• Les câbles véhiculant des signaux analogiques ou numériques doivent être blindés. Le raccordement de
la tresse de blindage à la terre ne doit être réalisé que d’un seul côté.

• La mise en œuvre d’une installation électronique nécessite la création d’une terre de référence propre
à l’ensemble des équipements reliés à l’organe de commande (automate). Cette terre servira de nouvelle
référence pour toutes les parties alimentations, blindage, châssis… du coté de la commande
électronique. Elle doit être raccordée en un seul point au conducteur de terre général (PE) par un câble
d’une section de 16mm2. 26
Environnement et parasites

Le transformateur d’isolement avec écran:

L’utilisation d’un transformateur d’isolement permet d’éliminer les


perturbations de tensions du circuit d’alimentation.
L1
L2
L3
L4

220

220

Carte
d’alimentation
Cartes d’entrées
Les câbles de données

Couplage capacitif
Les écarts de tensions importants dans les câbles de puissance
produisent des variations de champs électrique autour des
signaux de données, générant ainsi des parasites

Câbles de puissance

Signal analogique

27
Couplage inductif

Les variations de courant dans les câbles de puissance (courants transitoires au démarrage)
produisent des champs magnétiques perturbateurs dans les câbles de données circulant
parallèlement aux circuits de puissance.

Câbles de puissance

Signal analogique

Les mesures à prendre contre ces parasites sont les suivantes :

Éloigner les circuits de puissance des circuit de données

Utilisations de paires torsadées

Remarques : La mise en œuvre des signaux DH+, RIO, DH485 doit être conforme aux
prescriptions de câblage ALLEN-BRADLEY.

28
Protection des organes de commandes

Généralités :
Les interférences électromagnétiques ou charges inductives provoquées par les
appareils bobinés tels que relais, vanne solénoïde, ou démarreur moteur
nécessitent l’utilisation de circuits d’antiparasitage, ceci afin de protéger les
sorties automate.
Les circuits souvent utilisés sont :
Le module à diode de roue libre
Le module RC
Le module à varistance
Les modules à diodes des roue libre s’utilisent avec des bobines à courant continu,
les circuits RC sur les bobines à courant alternatif.
Les modules varistances permettent d’atténuer les tensions de coupure sur les
bobines à courant alternatif ou continu. La varistance est une résistance dont la
valeur varie en fonction de la tension appliquée. Elles ne devient conductrice
qu’avec des tensions élevées.

Diode de roue libre Circuit RC Varistance

Electrovanne Electrovanne Electrovanne

bobine bobine bobine

0V N
29
Les alimentations
Les modules d’alimentations pour la version modulaire doivent être définis à partir des caractéristiques suivantes :
Références

Description 1746-P1 1746-P2 1746-P3 1746-P4


Tension d’alim. 85-132Vca 85-132Vca 19,2-28,8Vcc 85-132Vca
170-265Vca 170-132Vca 170-265Vca
(47-63HZ) (47-63HZ) (47-63HZ)
Capacité du courant interne 2A/5Vcc 5A/5Vcc 3,6A/5Vcc 10A/5Vcc
0,46A/24V cc 0,96A/24V cc 0,87A/24Vcc 2,88A/24V cc
Courant d’appel max. 20A 20A 20A 45A
Fusible de protection 1746-F1 1746-F2 1746-F3 NA fusible
intégré
source de tension disponible 200mA 200mA NA 1A
18-30V cc 18-30V cc

Description 1746-P5 1746-P6 1746-P7


Tension d’alim. 90-140Vcc 30-60Vcc 10-30Vcc
Capacité du courant interne 5A/5Vcc 0,96A/24V cc 5A/5Vdc 12Vdc input :
0,96A/24V cc -2A/5Vcc
-
0,46A/24Vcc
24Vcc input :
-3,6A/5Vcc
-
0,87A/24Vcc
Courant d’appel max. 20A 20A 20A
Fusible de protection NA fusible intégré NA fusible NA fusible
intégré intégré
source de tension disponible 200mA 200mA 200mA
18-30V cc 18-30V cc 18-30V cc

Précautions de mise en œuvre :


30
Pour l’alimentation 1746-P4, La somme des puissances des sorties ( 5Vcc interne + 24Vcc
interne + 24Vcc alim. utilisateur) ne doit pas dépasser 70Watts.
lEs CHâssIs D’E/s

Les châssis d’E/S, 4 tailles de châssis


•4 emplacements
•7 emplacements
•10 emplacements
•13 emplacements
Alim.

- Chassis 4 1746-A4 - Chassis 7 1746-A7

Alim Alim. Alim.


.m .

- Chassis 10 1746-A10 - Chassis 13 1746-A13

Alim.
Les châssis servent indifféremment en châssis de base ou d’extension
Configuration maximale de 3 châssis ou 30 emplacements utiles.
2 types de câbles sont utilisés pour la liaison entre les châssis :
1746-C7 (15cm)
Alim.
1746-C9 (91,4cm)
31
Les modules mémoires
Le module utilisé sur les 5/01 et 5/01 est de type EEPROM ou UVPROM
LE module utilisé sur le 5/03, 5/03 ou 5/05 est une mémoire Flash
La programmation des module EEPROM ou Flash se fait à partir du terminal
Les modes de redémarrage ( transfert module > RAM) sont définis par l’utilisateur
Référence des modules mémoire
SLC 5/01 SLC 5/02 SLC 5/03 SLC 5/04 SLC 5/05
1747-M1 1747-M2 n/a n/a n/a
EEPROM
1747-M2
1747-M3 1747-M4 n/a n/a n/a
UVPROM
1747-M4
n/a n/a 1747-M11 1747-M11 1747-M11
Flash
1747-M12 1747-M12 1747-M12
Les cartes d’E/S T.O.R
Modularité des cartes T.O.R 4, 8, 16, 32, 2/2, 4/4, 6/6 points
Filtrage des entrées et isolation opto-électrique
Gamme d’entrées : 100/120 V ca
200/240 V ca
48 Vcc
24 Vcc
24 V ca
5 V TTL
Gammes de sorties : 120/240 V ca
24 Vcc
5 V TTL
Relais V ca ( 5 à 265 V) / Vcc (5 à 125 V)
Sorties isolées ou point commun pour 4/8
32
Bornier débrochable sur les modules 16 points
Système de pré câblage monté sur rail DIN pour les modules 16 / 32 points
lEs CartEs D’E/s analoGIquEs

Modules
Modules Modules
d’entrées d’entrées/sorties de sorties

INPUT INPUT INPUT


POWE POWE POWE
R R R
ANALOG ANALOG ANALOG

1746-NI4 1746-NIO4I & NIO4V 1746-NO4I & NO4V

33
Caractéristiques

1746 - NI4 1746 - NIO4I & NIO4V 1746 - NO4I & NO4V

PLAGES
± 10 Vcc (-32768 à + 32767) ±10 Vcc (-32768 à + 32767)
D’ENTREES

±20mA (-16384 à +16384)


±20mA (-16384 à +16384)*

±10 Vcc ±10 Vcc


(-32768 à + 32767)* (-32768 à + 32767)*
PLAGES
DE SORTIES 0- 20mA 0 –20mA
(0 à 32764)* (0 à 32764)*

Convertisseur A/D sur 16 bits pour les entrées


Convertisseur A/D sur 14 bits pour les sorties
Alimentation des modules par le fond de panier
Alimentation externe possible pour les modules de sorties
Sélection du signal Tension/Courant par voie pour les entrées à l’aide de micro-interrupteurs
Raccordement sur borniers débrochables
Isolation 500 Vcc
Temps de conversion pour les 4 voies de 512 µs
Temps de réponse en entrée : 60 ms à 95 %
Temps de réponse en sortie : 60 ms à 95 %

34
lEs CartEs D’E/s analoGIquEs
Entrées analogiques 1746-NI4 4 Entrées différentiels, tension ou
courant (-20/+20mA
ou -10/+10VCC)
4 Entrées analogiques isolées 1746sc-INI4VI 4 Entrées différentielles isolées
tension ou courant
(0/+20mA ou -10/+10VCC)
4 Entrées analogiques isolées 1746sc-INI4I 4 Entrées différencielles isolées
courant
(4/20mA, 0/+20mA, +/-10V, 0/10V, 0/5V , 1/5V)
8 Entrées analogiques 1746sc-INI4I 4 Entrées différencielles isolées
courant
(4/20mA, 0/+20mA, +/-10V, 0/10V, 0/5V , 1/5V)
16 Entrées analogiques 1746-NI16I 16 Entrées, Courant

16 Entrées analogiques 1746-NI16V 16 Entrées, tension

2E/2S analogiques 1746-NIO4I 2E/2S(0-20ma)

2E/2S analogiques 1746-NIO4V 2E/2S(-10 à +10VCC)

2E/2S ana. rapides 1746-FIO4I module rapide mixte 2Entrées


tension ou courant 2 Sorties courant
(0-20ma)
2E/2S ana. rapides 1746-FIO4I module rapide mixte 2Entrées
tension ou courant 2 Sorties courant
(0-20ma)
4 Sorties analogiques isolées 1746sc-INO4VI 4
(0/4-20ma ou -10/+10VCC)
4 Sorties analogiques 1746-NO4V4(-10 à +10VDC)
35
4 Sorties analogiques isolées 1746sc-INO4I 4(0/4-20ma)
CHAPITRE III

INTRODUCTION
A
LA PROGRAMMATION

36
Le système de numération
Les systèmes de numéra tion ont pour but de représenter des valeurs numériques.
Le système décimal, que tout le monde connaît n’est qu’un système parmi tant d’autres.
Son importance particulière tient fait qu’il est universellement utilisé.
Le système décimal utilise des chiffres de 0 à 9
Exemple : le nombre 5467 se représente sous la forme:
5 ´10 ^ 3 +4 ´10 ^2 +6 ´10 ^1 +7 ´10 ^0
5 ´1000 +4 ´100 +6 ´10 +7 ´1
5000 +400 + 60 + 7
La valeur d’un chiffre dans un nombre dépend de sa position: à l’intérieur de ce nombre. Chaque
position d’un chiffre (appelé aussi rang) a donc un certain poids. Dans le système décimal, le poids
est représenté par des puissances de 10.
Rappel : Système de numération Poids Chiffres
Binaire 2 0à1
Octal 8 0à7
Décimal 10 0à9
Héxadécimal 16 10 à F 3

Remarque importante :
Le système décimal est un système de numération.

Le Décimal Codé Binaire est un code.

Un système de numération permet toutes opérations arithmétiques, un code ne permet AUCUNE


opération (exemple: une addition de nombres codés en DCB n’a aucun sens de même qu’une
addition de nombres codés en morse).

EXMPLE : Valeur numérique 19 décimal


exprimée
a) en binaire : 10011
b) en octal en octal
c) en hexadécimal 13
d) en Décimal codé Binaire : 0001 1001 37
Table de représentation des systèmes de numération

SYSTEME SYSTEME
SYSTEME BINAIRE SYSTEME OCTAL
DECIMAL HEXADECIMAL

10¹ 10º 24 23 22 21 20 81 80 16 1 16 0
10 1 16 8 4 2 1 8 1 16 1
0 0 0 0
1 1 1 1
2 1 0 2 2
3 1 1 3 3
4 1 0 0 4 4
5 5
5 1 1 1
6 6
6 1 1 0 7 7
7 1 0 1 1 0 8
8 1 0 0 0 1 1 9
9 1 0 1 1 1 2 A
1 0 1 0 1 0 1 3 B
1 1 1 0 0 1 1 4 C
1 2 1 1 0 0 1 5 D
1 3 1 1 1 1 1 6 E
1 4 1 1 1 0 1 7 F
1 5 1 1 0 1 2 0 0
1 6 1 0 0 0 0 2 1 1 1
1 7 1 0 0 1 1 2 2 1 2
1 8 1 0 0 1 0 2 3 1 3
1 9 1 0 0 0 1 2 4 1 4
1 0 1 0 1 0 0 38
Exemple

Valeur numérique 19 décimal exprimée :


en binaire : 10011
en Octal : 23
en hexadécimal : 13
en décimal Codé Binaire : 0001 1001

39
GRAFCET OUTIL DE PRESENTATION POUR LA PARTIE
COMMANDE
Définition du GRAFCET :
Le GRAFCET est un outil graphique de description du comportement déterministe de la partie
commande.
Le GRAFCET établit une correspondance à caractère séquentiel et combinatoire entre
• Les ENTREES, c’est-à-dire les transferts d’informations de partie opérative vers partie
commande ;
• Et les sorties, transferts d’informations de la partie commande vers la partie opérative.

Le modèle GRAFCET :
Le modèle GRAFCET est défini par un ensemble constitué d’élément graphique de base :
• Les ETAPES ;
• Les TRANSITIONS ;
• Les LIAISONS ORIENTEES reliant entre elles des étapes et les transitions, structurées en
un réseau alterné formant l’ossature séquentielle graphique du GRAFCET ;
• Les ACTIONS associées aux ETAPES;
• Les RECEPTIVITES associées aux TRANSITIONS.

40
Exemple :de GRAFCET

A O2=1 O1=1
B

O2 O1

I1 Bouton poussoir

Etape 1 : Arrêt en A 1 O1=0 ; O2=0

I1 Réceptivité : bouton poussoir

Etape 2 : Mouvement de A vers B O1=1 ; O2=0


2

I3 Réceptivité : arrivée en B

Etape 3 : Mouvement de B vers A O1=0 ; O2=1


3

I2 Réceptivité : retour en A
41
Transposition du GRAFCET en langage combinatoire
Etape précédente Mémoire d’étape
Réceptivité
M3 M1
I1

1
M1 M2

I1 Etape suivante
Auto-maintien

2 I1 M1 M2

/I3 M2 M3

3 M2 M3
I3
ACTIONS
/I2 M3 M1

M2 O1

M3 O2
42
La structure mémoire des SLC 500 5/01 et 5/02
CHAMPS MEMOIRE SLC 500/01/02

La mémoire est intégralement partageable entre Programme et Données


Un mot instruction = Quatre mots de données
Une instruction simple consomme un mot instruction
Pour ces processeurs les champs mémoire sont de :
1 Kmots instructions ( SLC 500/01) => soit 4 Kmots de données
ou
4 Kmots instructions (SLC 500/01/02) => soit 16 Kmots de données
Exemples :
-Pour un SLC500 modulaire 5/01 ( mém =1K)
Si le programme occupe 600 mots, il reste au maxi pour les
données :
(1096 - 600)  4 = 1696 mots
-Pour un SLC 500 modulaire 5/02 ( mém = 4K)
Si le programme occupe 2730 mots, il reste au maxi pour les
données :

( 4096 -2730)  4 = 5464 mots


43
La structure mémoire des SLC 500 5/03, 5/04 et 5/05

CHAMP MEMOIRE SLC 500/03/04/05

La mémoire n’est pas intégralement partageable entre le programme et les données

Un Mot instruction = Un Mot de donnée

Pour ces processeurs le champ mémoire s’exprime de la manière suivante :

L531 L532 L541 L542 L543 L551 L552 L553

Mém.Prog 4Kmots 12Kmots 12Kmots 28Kmots 60Kmots 12Kmots 28Kmots 60Kmots

Mém. Données 4Kmots 4Kmots 4Kmots 4Kmots 4Kmots 4Kmots 4Kmots 4Kmots

Mém.Max 8Kmots 16Kmots 16Kmots 32Kmots -64Kmots 16Kmots 32Kmots 64Kmots

44
Exemple :
remplissage mémoire avec une CPU
L532

Zone accessible DONNEES


aux données DONNEES
4 Kmot uniquement

Libre données
PROGRAMME
Zone
4Kmots Accessible par
ou Le programme
12 Ou
Kmots Les données PROGRAMME
ou
20
Kmots
ou
28
Kmots Libre Libre
ou Programme Programme
60 Ou Ou
Kmots données données

Données = 2,4Kmots Données = 8,9Kmots


Programme = 7, 8Kmots Programme = 5,4Kmots

Remarque : En terme d’équivalence pour un programme type, la mémoire d’un 5/03 est approximativement 2,5 fois
supérieure à celle d’un 5/02.
45
Organisation de la mémoire programme

Il peut y avoir 256 fichiers programme (numérotés de 0 à 255) par SLC 500
Ils sont composés de fichiers LADDER :
Un programme principal et des sous-programmes
Fichier 0 : Fichier réservé au système
Fichier 1 : Fichier non utilisé
Fichier 2 à 255 :
Programme principal LADDER ( le premier trouvé)
Sous-programmes LADDER appelés par JSR
Sous-programme LADDER interruptifs sur :
- Défaut
- Temps (STI)
- Entrées interruptives
Pour automates 5/02 5/03 5/04 et 5/05
Les types de variables
La table de données est composée de SECTIONS.
Une section est composée de x éléments de même type :

ANGLAIS FRANCAIS

ASCII Caractère ASCII (1)


BIT élément binaire
COUNTER compteur
FLOATING nombre flottant(1)
INPUT Entrée
INTEGER Nombre entier
OUTPUT Sortie
REGISTER Registre de contrôle
STATUS État
STRING Chaîne de caractères ASCII (1)
TIMER Temporisation 46
(1) 5/03 OS 301, 5/04 et 5/05 uniquement
La table de données
- il peut y avoir 256 SECTIONS numérotées de 0 à 255
- Les sections 0 à 8 contiendront TOUJOUNRS :
0 = Output 1 = Input 2 = Status 3 = Bit 4 = Timer
5 = Cunter 6 = Register 7 = Integer 8 = Floating (2)
-Il est conseillé de réserver la section n° 9 pour le transfert DH485 vers autre que SLC500
Section Nombre Maxi Type d’éléments Adresse Mots/
numéro D’éléments Elément
0 30 OUTPUTS O :01 1 à 32
Table image des sorties O :30
1 30 INPUTS I :01 1 à 32
Table image des entrées I :30
2 32 à 87 STATUS S :0 1
(1) Fichier d’etat du processeur S :86(1)
3 256 BITS B3 :0 1
Bits internes
4 256 TIMERS T4 :0 3
Temporisateur
5 256 COUNTERS C5 :0 3
Compteurs
6 256 CONTROL REGISTER R6 :0 3
Registre de contrôle
7 256 INTEGER N7 :0 1
Nombres entiers
8 256 FLOATING F8 :0 2
Nombres flottants
9 256 Utilisée pour le DH485

n 256 ASCII A25 :0 1


Caractères ASCII A25 : 255
N 256 STRING ST32 :0 42
47
(1)5/04 OS 401 étendu jusqu'à 164 mots (S :163)
(2)5/03 OS 301, 5/04 et 5/05 uniquement. Réserve pour les autres.
Le MicroLogix 1000
Le MicroLogix 1000 répond aux mêmes règles générales que le SLC.
Toutefois, l’organisation de ses mémoires programme et donnée est
figée de la façon suivante :

Fichier Nom Utilisation

0 Fichier
1 Réservé
2 Principal Programme principal
3 Faute Sous-programme : - de traitement de défaut
- utilisateur
4 HSC Sous-programme :- interruptif sur entrée comptage rapide
- utilisateur
5 STI Sous-programme : - interruptif au temps
- utilisateur
6 à 15 Sous-programme utilisateur
Sections de données :
Seules les sections de données 0 à 7 existent, et sont figées
en type et en taille :
Sorties O :0 Un mot de sortie
Entrées I :0.1 Deux mots d’entrée
Status S :32 33 mots jde status
Bit B3/511 32 mots soient 512 bits
Tempos T4 : 39 40 temporisations
Compteurs C5 :31 32 compteurs
Registres R6 :15 16 registres 48
Entiers N7 :104 105 entiers
l’aDrEssaGE DEs EntrEEs/sortIEs

O :e.s/b I:e.s/b
O Sorties

I Entrées

: Délimiteur d’élément

e Délimiteur de mot

. Numéro de mot Uniquement si nécessaire (carte


de plus d’un mot)
s Délimiteur de bit

/ Délimiteur de bit

b Numéro de bit (de borne) en décimal

Adressage d’un SLC modulaire


Numéro des emplacements
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
U E E E E E E ALIM E/S E/S E/S E/S
C /S /S /S /S /S /S
ALI
M
Principe de base :
L’emplacement 0 est réservé à l’automate et ne sera donc pas adressé les emplacements son
numérotés en suivant, de châssis en châssis du numéro 1 au numéro 30 au maximum, répartis sur 3
châssis au maximum. 49
L’adressage d’éventuels châssis raccordés en REMOTE I/O se fait d’une façon différente.
l’aDrEssaGE DEs sECtIons DE typE BIts
15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0

0 0

16 1

32 2
 48
3
64
4
80
5

252

253

254
4095 4080
255

Les variable de type B peuvent être adressées de deux façons différentes :


En adressage mot et bit. Exemple : B3 :3/4 ; B3 : 252/0
En adressage séquentiel. Exemples :B3/62 ; B3/4032
L’affichage se fait globalement dans l’un ou l’autre mode selon le choix qui a été fait dans le logiciel
50
automate.
l’aDrEssaGE DEs sECtIons DE typE BIts n°section=3
15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0

0 0

16 1

32 2
 48
3
64 B3:3/14
4
OU
80
5 B3/62

252

253
B3:252/0
254 OU
4095 4080 B3/4032
255

N°de la section : x (3 à 9)
N°de l’élément :eee (0 à 255) Bx :eee/bb OU Ax/bbbb
N° du bit :bb ( 0 à 15)
Adressage Adressage 51
N° du bit :bbbb ( 0 à 4095) mot et bit séquentiel
La scrutation cyclique

Mise à jour du Table de


registre-image forçage des Cartes
des entrées entrées d’entrée

Temps
Programme
système
utilisateur

Mise à jour
Table de Cartes de
des cartes de
forçage des sortie
sorties
sorties

Note :
Le diagramme ci- dessus s’effectue tel quel si la configuration ne comporte aucun élément interruptif.
1)Le programme utilisateur peut comporter des instructions de rafraîchissement immédiat de mots d’entrée ou de sortie.
2)Si elles sont déclarées, des interruptions au temps ou sur entrées interruptives peuvent s’effectuer à n’importe quel
point du cycle. 52
CHAPITRE IV

PRESENTATION
DES
LOGICIELS
RSLINX & RSLOGIX 53
Logiciel de communication RSLINX

Présentation

RSLinx pour automates programmables Allen-Bradley est un système de


communication complet adapté au système d’exploitation Microsoft Windows NT.
Il permet à l’automate programmable Allen-Bradley d’accéder à un grand nombre
d’applications Rockwell Software et Allen Bradley telles que RSView , RSTend et
PLC-5 A.I Séries ladder logistics. Son interface Advanced DDE gère les
communications de processeur vers notre Interface Homme- Machine (IHM), ainsi
que vers les applications compatible DDE telles que Microsoft Excel, Microsoft
Access et les applications personnalisées .

Configuration du driver DF1 RS232


Un driver est l’interface entre le logiciel et le dispositif qui permet d’assurer la
communication entre RSLinx et votre processeur.

54
Etape 1 :OUVRIR LE RSLINX

55
RSLINX
tape 2:
Cet outil équivalent à la rubrique de menu
Communications/Configurer drivers…
La rubrique Communications/Configurer drivers permet d’afficher une boîte dedialogue Configurer
drivers
similaire à celle présentée ci-après.

56
Etape 3 :
Bouton Ajouter Nouveau :
Utilisez le bouton Ajouter Nouveau pour configurer et ajouter un nouveau driver du type de celui figurant
en surbrillance dans la zone de liste des drivers. Lorsque le

Driver a été configuré, il apparaît dans la zone de liste drivers configurés. Chaque driver possède sa propre
boîte de dialogue.

Clic bouton Ajouter Nouveau

Sélectionnez
Le driver DF1

Etape 4 :

Le driver des dispositifs RS232 s’applique aux dispositifs série DF1 Allen-Bradley et au port de la voie 0 de la
nouvelle plate-forme PLC-5, SLC5/03, SLC5/04, MicroLogix1000, MicroLogix1500. Lorsque vous sélectionnez
les dispositifs DF1 RS232 pour ajout ou modification, RSLinx affiche une boîte de dialogue Configure Allen-
Bradley DF1 communications device similaire à celle présentée ci-après. Utilisez le bouton Auto-configurer pour
détecter automatiquement les
57
Etape 4 :
Le driver des dispositifs RS232 s’applique aux dispositifs série DF1 Allen-Bradley et au port de la voie 0 de la
nouvelle plate-forme PLC-5, SLC5/03, SLC5/04, MicroLogix1000, MicroLogix1500. Lorsque vous sélectionnez
les dispositifs DF1 RS232 pour ajout ou modification, RSLinx affiche une boîte de dialogue Configure Allen-
Bradley DF1 communications device similaire à celle présentée ci-après. Utilisez le bouton Auto-configurer pour
détecter automatiquement les paramètres, assurez-vous que Type de dispositif, Numéro de station et Port Com sont corrects.

Après la configuration automatique du driver un message s’affiche pour indiquer le résultat de cette
configuration càd est ce qu’il est réussie ou pas. 58
Etape 5 :

Ce bouton équivalent à la rubrique de menu Communication/Super…

La rubrique de menu Communication/Super qui permet d’afficher toutes les stations actives sur vos réseaux de

communication dans une fenêtre « SuperQui »

Station active sur


le réseau

59
Exemple: Configuration du driver 1747-PIC
Le canal 0 d’un automate SLC500 ou MicroLogix est configurable soit en DF1 soit en DH485.
Etape 1 :
Pour configurer le canal 0 d’un automate en DH485, sélectionnez le driver 1747-PIC/AIC+ Driver dans la liste des driver.

Clic sur le 1747-PIC/AIC+


DRIVER

Etape 2 : Clic sur le bouton Ajouter Nouveau, le RSLinx Affiche une boîte de dialogue
Etape 3 : Validez le driver AB-PIC1, une boîte de dialogue à celle présentée ci-après s’affiche.

Sélectionner le COM
Choisir la
vitesse

60
Configurez le bon COM et la vitesse de communication, ensuite validez la configuration.

Etape 4 :

Vérifiez la communication avec un clic sur le bouton

Vous pouvez visualisez votre réseau graphiquement et voir les stations qui sont active sur le réseau

61
LOGICIEL DE PROGRAMMATION RSLogix

Présentation
Elle se fait en deux temps :

•Installation du logiciel à partir du CD ou des disquettes originales.


A l’aide de l’explorateur Windows, demander l’exécution du fichier
SETUP.

• L’installation est automatique.

•Installation de la vie sur disque dur, à l’aide de l’utilitaire EVMOVE.

62
Panneau de commande
Appel des menus
Gestion des déroulants
modes de
Icônes standard
marche Vérification du
des programme
programme et de
de
l’application
bureautique de Fenêtre de
Windows recherche

Nom de Zoom
l’application

Etat des
forçages
Classement du jeu
d’instructions par
familles

Modifications
De programme en Accès au jeu
cours ? d’instructions
par familles

Confirmation
De l’état
Driver En ligne / hors
sélectionné ligne 63
(rotation pendant
le « en ligne »)
Logiciel de programmation:

RSLogix 500 est un logiciel de programmation des SLC et MicroLogix.


A ce titre , il est totalement tributaire des caractéristiques de ces

automates, en particulier :

• Tout projet débute par la configuration matérielle d’un SLC, qui ne peut

se déclarer que hors ligne.

• La création des fichiers programme et des sections de données se fait

toujours hors ligne.

• La programmation en ligne est possible avec les SLC 5/03 et 5/04 avec

RSLogix500 en version de base.

• En mode en ligne, les dynamisations d’écran indiquent l’état des variables

et non la scrutation du programme (sauf test pas à pas) .

64
CréatIon D’un proJEt

Sélection du : Fichier, puis nouveau.

2. Sélection du :
a.Nom du processeur (doit être identique au nom du projet)
b.Type du processeur .
c.Type du Drive de communication (configuré par RSLinx)

Nom du processeur

Type du processeur

Type du Drive de
communication

65
un GEstIonnaIrE DE proJEt s’ouvrE

66
3 Déclaration de la configuration matérielle :

 Hors ligne.
 La déclaration totalement hors-ligne est possible.
 En cas de communication établie avec le SLC

Double-
Clic

67
4. Programmation :

1. Après la configuration du matériel, programme, clic sur l’instruction dans le


jeu d’instructions disponible par famille, donner une adresse à cet instruction

68
5. Chargement

Charger
&
Confirmer

69
CHAPITRE V

JEU
D'INSTRUCTIONS
SLC500
70
Généralités sur le langage à relais

Le langage LADDER – dit langage à relais – est un langage de programmation


inspiré des schémas électroniques classiques .

Exemple : KM5

I:2 I:2 O :3
Devient : ][ ][ ( )

Un programme en langage RELAIS est une suite de lignes d’instructions (RUNGS).

Ligne d’instr.0

Ligne d’instr.1 Programme

Ligne d’instr.2

Ligne d’instr. 3
Chaque ligne d’instructions est composée d’une ou plusieurs actions, et le plus souvent d’une ou plusieurs conditions .

Condition Action(s) Ligne d’instructions 71


Les instructions de type relais

FONCTION MNEMONIQUE REPRESENTATION

Test à « 1 » XIC ] [

Test à « 0 » XIO ] [
Activation de sortie OTE

Verrouillage de sortie OTL L

Déverrouillage de sortie OTU U

Impulsion front montant OSR [OSR]


72
ComptaGE DE tEmps Et D’événEmEnts

Temporisateur au travail TON

Temporis ateur au repos TOF

Temporisateur réman RTO

Comptage CTU

Décomptage CTD

Remise à zéro RES


(valable pour compteurs , Registres et temporisateurs sauf TOF) 73
Les temporisateurs : présentations
TON ou TOF ou RTO
TON
Temporisateur au travail TEMPO AU TRAVAIL
Ou Temporisation T4 :0
Temporisateur au repos Base de temps O :01
Ou Présélection 120
Temporisateur à mémoire Val. cumulée 0

Pour s’effectuer , une de temporisation réclame un élément de la mémoire de travail


spécialisé en temporisation .

Chaque temporisation doit disposer d’un élément différent .

L’élément temporisation T (section) :(élément) par exemple T4 :0 est composé de trois mots :

Bit de contrôle de la tempo STATUS BITS DISPONIBLES :

PRE EN ( ENABLE ) = validation


Valeur de présélection DN ( DoNe ) = tempo écoulée
ACC TT ( Timer Timing ) = tempo en
Valeur courante cours

L’adresse de la tempo est ob ligatoirement un élément de type T.

La base de temps est un mot de 0.01 ou 1 sec .(SLC500 et 5/01 :figée à 0.01 sec )

La présélection est un mot entier signé ,dans la pratique de 1 à 32767.

La valeur courante sera normalement comprise entre 0 et PRE .

Rappel :les sous éléments d’une temporisation sont adressables.

Exemples :T4:0/DN T10:2/TT T10 :5.ACC T4:2.PRE


74
Temporisateurs
CHRONOGRAMMES DE FONCTIONNEMET

TEMPORISATEUR AU TRAVAIL

E = EN

TT
TON
DN
PRE

ACC

75
EXEMPLE
CHRONOGRAMMES DE FONCTIONNEMET
TEMPORISATEUR AU TRAVAIL

E = EN

TT
TON
DN
PRE

ACC

76
Le comptage : présentation

Les opérations de comptage mettent en œuvre deux instructions et un type de variable .

L’instruction CTU (Counter UP) permet de compter des impulsions, c’est une action
d’incrémentation de 1 .

L’instruction CTD (Counter DOWN) permet de décompter des impulsions, c’est une action de
décrémentation de 1.

les incrémentations et (ou) décrémentations sont totalisées dans une variable de type :COMPTEUR
C (section):(élément).

CTU
CU
Comptage COMPTAGE
Temporisation C5 DN
:0
Présélection 120
Val. cumulée 0

CTD CD
DECOMPTAGE
Décomptage Temporisat ion C5 :0 DN
Présélection 120
Val. cumulée 0

Dans cet exemple , le comptage et le décomptage


‘effectuent
s sur le même compteur
.

L’élément compteur C(section)


:( élément ) par exemple :0
C5est composé de 3 mots.

Bit de contrôle du compteur STATUS BITS DISPONIBLES :


CU : validation de CTU
Valeur de présélection PRE CD : validation de CTD
DN : fin ACC >= PRE
OV : Dépassement supérieur 77
Valeur courante ACC
UN : Dépassement inférieur
+ bits sup plémentaire pour HSC
Le comptage
L’adresse du compteur est obligatoirement un élément de type C .
La présélection est un mot entier signé (de –32768 à 32767 ).
La valeur accumulée est un mot entier signée (de -32768 à 32767 ).
Les bits CU et CD servent à détecter les fronts d ‘impulsions.
Le bit DN indique que la consigne est atteinte ou dépassé par le haut .
Le bit OV (overflow) indique que l’accumulateur a dépassé vers le haut la valeur 32767.
Le bit UN (underflow) indique l’accumulateur à dépassé vers le bas la valeur de -32768.
Rappel : les sous –élément d’un compteur sont adressables ;
Exemples : C5 :3/DN C11 :2/UN C11 :5.ACC C5 :2.PRE

Une particularité du Micrologix 1000 :


L’instruction HSC (High Speed Counter )
Cette instruction agit comme un facteur de démultiplication d’une fréquence
de comptage élevée ,que le temps de cycle de l’automate ne permet pas de
compter directement .
L’automate « voit » au travers de cette instruction une
fréquence de comptage sous-multiple ,dans le rapport choisi dans l’ instruction
HSC .
Consulter le manuel de référence approprié pour plus de détails .

78
Comptage: CHRONOGRAMMES de fonctionnement

CTU : COMPTAGE
E = CU
DN
ACC

PRE

RES

CTD : DECOMPTAGE
E = CU
DN
ACC

PRE

RES

79
LE SAUT JMP

JMP (JuMP): saut à une étiquette


LBL (LaBeL) : étiquette
XXX : numéro de l’étiquette de = 0 à 999

XXX  LBL peut être avant ou


CONDITION (S) après JMP
JMP  On peut faire plusieurs
JMP à la mme LBL.
 Le nombre maximum de
XXX
LBL par fichier prog.
[ LBL ] Est 256.

80
l’appEl DE sous-PROGRAMME JSR SBR RET

Lorsque LA ligne est vraie, l’instruction JSR provoque un saut à la première ligne du -fichier sous
programme désigné.
Dans le sous programme, l’instruction RET provoque le retour de le scrutation à la ligne suivant
l’instruction JSR concentrée.
On peut imbriquer ju squ'à 8 sousprogramme.
(sauf bloc et 5/01: 4 niveaux).

JSR XXX: (Jump SubRoutine) Saut à un -sous programme.


SBR : (SuBROutine) Sous
- programme.
RET : (RETurn) Retour.

XXX : Numéro de sous


- programme compris entre 3 et 255
Exemple de sous programme imbri qués à 2 niveaux
Niveau 1 : Sous-programme Niveau 2 : Sous-programme
Programme principal N°5 N°7
SBR SBR
JSR5

JSR7 RET

END END END

Remarque : Sans instruction RET. L’instruction END (toujours présente dans le sous-
programme) retourne automatiquement l’exécution du programme à l’instruction JSR
correspondante. Les instructions SBR et RET sont facultatives, mais il est conseillé de les 81
utiliser
LES TRANSFERTS

MOV
Le transfert simple
TRANSFERT
Recopie une valeur (entière ou flottante) Source I :4.1
De la source vers la destination Dest N7 :3

MVM
Le transfert avec masque TRANSFERT avMASQUE
Recopie un mot de 16 bits de la source vers Source I :6.0
La destination à travers un masque Masque 0F0F
Dest N7 :14

SOURCE 1 1 0 0 0 1 1 0 1 0 0 1 0 1 0 1
1

MASQUE 0 0 0 0 1 1 1 1 0 0 0 0 1 1 1 1
(en hexadécimal)

DEST 0 0 1 1 1 0 1 0 0 1 1 1 0 0 0 0
(Avant transfert)

DEST 0 0 1 1 0 1 1 0 0 1 1 1 0 1 0 1
(Après transfert) 82
LES OPERATIONS ARITHMETIQUES
Exemple :
ADDITION ADD
SUB
SOUSTRACTION SUB Soustraction
Source A
MULTIPLICATION MUL Source B
Dest
DIVISION DIV

DIVISION DOUBLE DDV

RACINE CARREE SQR

LOGARITHME NATUREL LN *

LOGARITHME BASE 10 LOG *

X A LA PUISSANCE Y XPY *

VALEUR ABSOLUE ABS *

CHANGEMENT DE SIGNE NEG

REMISE A ZERO CLR

PERMUTATION SWP *

MISE A L’ECHELLE SCL

MISE A L’ECHELLE SCP *


CPT
CALCUL CPT * COMPUTE
Dest

Expression

* avec O.S. 302 et O.S. 401 83


Expression de 255 caractères maxi
sur plusie urs lignes de 28 caractères.
l’InstruCtIon DDv (DIvIsIon sur 32 bits

L’instruction DDV permet d’effectuer en format MOT des calculs (en particulier des règles
de trois ) avec une grande précision.
DDV
DIVISION 32 BITS
Source
Dest

Cette DDV effectue la division du registre arithmétique (sur double mot) par source.Le quotient
arrondi est chargé à l’adresse de destination.
.
Le quotient non arrondi est placé dans le mot S :13
Le reste de la division est placé dans le mot S:14.

84
Exemple

MUL

SourceA 652
SourceB 100
Dest N7 :0

S :5

U
0
DDV
DIVISION 32 BITS
Source 13105
Dest N7 :0

ADD

Source A N7 :0
Source B 32
Dest N7 :0

Remarques
Sur SLC 5/02, 5/03, 5/04, 5/05 et MicroLogix,l’instruction SCL est plus concise.
Sur SLC 5/03*, 5/04 et 5/05 les calculs sur nombres flottants
*avec OS 301
85
Les Opérations trigonométriques

Exemple :
SINUS SIN *
SIN
COSINUS CO S *
SINUS

TANGENTE TAN * Source

Dest
ARC SINUS ASN *

ARC COSINUS ACS *

ARC TANGENTE ATN *

* avec O.S. 302 et O.S. 401

INDICATEURS ARITHMETIQUES

Pour toutes les instructions arithmétiques, trigonométrique, logique et de


transfert, les indicateur arithmétiques sont mis a jour à l’issue de l’opération:

S :0/0 retenue (Carry )


S :0/1 dépassement (Overflow). Attention S :5/0 est également positionné
S :0/2 résultat égal à zéro (Zéro).
S :0/3 Signe 0 = positif 1 = négatif

Ces bits sont à interpréter immédiatement après l’instruction.

Note surS :5/0:


86
Ce bit indique une faute mineure (dépassement) qui se transformera en faute
la fin
majeure à
de la scrutation, si elle n’a pas été traitée par le programme utilisateur.
lEs InstruCtIons DE mIsE à l’éCHEllE

Les cartes analogiques du SLC 500 n’effectuent pas de mise à l’échelle.


Cette mise à l’échelle peut être effectuée
ec une grande
av précision, en format mot entier, par
l’instruction SCL ou SCP.

Carte C Capteur Analogique


0-6 Mise 0-32767 d’entrée A 0-10V (ex : sonde 0-10V)
à l’échelle Analogique N

Process
(ex : Reservoir)

Niveau Nb.point Tension

32767
6m
10V

0 Nb.point 0 Tension 0 Niveau


0 32767 0 10V 0 6m

Programme Carte Entrée


Instruction SCP, Analogique Capteur
SCL
87
l’InstruCtIon sCl

L’opération effectuée par cette Instruction peut s’exprimer sous la forme suivante
SCL
Echelle
Dest= (Source * Coef ) + Offset Source
Coef(1/1000)
Offset
Dest
Exemple :

Kg
Sur une entrée Analogique 4 – 20Ma de mesure
6500 de poids :
4 mA (3277 points) correspondent à 0Kg
20 mA (16383 points) correspondent à 6500Kg

0 mA

0 3277 8512 16383


0mA 4mA 10.4mA 20mA

Calcul des paramètres de mise à l’échelle : Source=8512

Coef (pente) = (Dest Maxi – Dest Mini) / (Source Maxi – Source Mini)

Coef = (6500 – 0) / (16383 – 3277) = 6500 / 13106 = 0.4959

Offset = Dest Mini – (Source Mini * Coef)

Offset = 0 – (3277 * 0.4959) = -1625 SCL


Echelle
Source I :2.1
Coef(1/10000) 4959
Offset -1625
Dest N7 :2
88
l’InstruCtIon sCp

A partir des O.S.302 et 401 il est possible d’effectuer une mise à l’échelle avecparamètres.
Cette mise à l’échelle supporte les valeurs de données de type entier ou flottant.

SCP
Cette instruction permet une linéarisation ECHav PARAMETRES
Entre les valeurs mini et les valeurs. maxi Entrée
Entrée Min
Entrée Max
Mini à l’échelle
Maxi à l’echelle
Sortie à l’ech.
Kg
SCP
ECHav PARAMETRES
Ech max
Entrée I :1.0
Entrée Min 3277
Entrée Max 16383
Mini à l’échelle 0
Nb.points Maxi à l’échelle 6500
Ech min Sortie à l’ech. F8 :20
Emin Emax
4mA 20mA
3277 16383

Sur une entrée analogique 4 – 20 mA de mesure de poids :

4 mA (3277 points) correspondent à 0 Kg


20 mA (16383 points) correspondent à 6500 Kg
89
pour I :1.0 = 8512 points F8 :20 = 2596.330
Les Opérations Logiques et les Conversions

ET LOGIQUE AND Exemple :

OU LOGIQUE OR AND

ET SUR BIT
OU EXLUSIF XOR Source A
Source B
Dest
COMPLEMENT LOGIQUE NOT

DECODAGE SUR 16 BITS DCD

ENCODAGE SUR 16 BITS ENC


(Micrologix uniquement)

CONVERSION BBINAIRE DCB TOD TOD

CONVERSION DCB BINAIRE FRD EN DCB


Source
CONV.RADIANS DEGRES DEG * Dest

CONV.DEGRES RADIANS RAD *

* avec O.S.302 et O.S.401

Si une valeur DCB Dépasse 9999 ou est non exprimable,


! Le bit arithmétique de dépassement est p positionné à 1 ainsi que 90
le bit S
:5/0 d’erreur mineure.
Les TEST sur MOT et sur VALEUR

Définitions :

MOT désigne un mot entier de 16 bits


VALEUR désigne une valeur numérique pouvant être exprimée, suivant le type et la
version de SLC, sur mot de 16 bits ou sur flottant de 32 bits.

EGALITE EQU Exemple :

DIFFERENCE NEQ

PLUS PETIT QUE LES


EQU
PLUS PETIT QUE OU EGAL GRT
EGAL
Source A
PLUS GRAND QUE OU EGAL GEQ Source B

COMPARAISON MASQUEE (1) MEQ

TEST sur LIMITES (2) LIM

Sur MOT uniquement


N’existe pas sur 5/01 91
l’InstruCtIon tEst DEs lImItEs lIm
LIM

L’instruction réalise une continuité électrique TEST LIMITE


lorsque la valeur TEST est comprise entre Lim infé
les limites basses et haute. Test:
Limsupér
L’instruction LIM a deux modes d e fonctionnement
:

« à l’endroit »: limite inférieure < limite supérieure


« à l’envers» : limite inférieure > limite supérieure
Pour la simplification de l’explication, les limites inférieure et supérieure sont ici exprimées en
nombre entier, mais peuvent être exprimées en flottant ( à partir de OS301 et OS 400).
1) «à l’endroit » exemple –100 £ N7:0 £ 250
LIM

TEST LIMITE
Lim infé -100
Test : N7 :0
Limsupér 250

Les bornes–100 et 250 font partie des


Valeurs qui assurent la continuité électrique de LIM.
Dans une logique de valeur acceptées

2) « à l’envers » exemple 250 £ N7:0 £–100


LIM

TEST LIMITE
Lim infé 250
Test : N7 :0
Limsupér -100

Les bornes – 100 et 250 font partie des


Valeurs qui assurent la continuité électrique de LIM. 92
Dans une logique de valeur refus),
CHAPITRE VI

RESEAUX
DE
COMMUNICATION
INDUSTRIELS

93
Généralités sur les réseaux de communication
Principaux éléments d’un réseau :

Ø Support physique des communications : Le dispositif qui véhicule l’information


entre les stations(exp. Liaison métallique, fibre optique, onde herzienne, …).
Ø Protocole de communication : L’ensemble d’éléments qui gère la co mmunication
(exp. Type de trame, contrôle d’accès au réseau,…)
Ø Périphériques : Ensemble de stations qui communiquent sur le réseau.

Trame :
En générale, c’est un ensemble de bits qui circulent entre l’émetteur et le récepteur qui contient
l’information ut
ile, début de trame, détection des erreurs de communication fin de la trame, …).

Jeton:
Le «jeton» est un message particulier circulant de nœud en nœud et représentant une autorisation
d’émettre. Le nœud qui désire émettre attend le passage du jeton etretient celui - ci. Il devient alors
provisoirement maître du réseau et peut établir la communication, lorsqu’il a terminé, il remet le
jeton en circulation, il n’y a pas de maître fixe, tous les nœuds sont pareils

Topologies:
La topologie utilisée dans les réseaux de communication industriels est la topologie Bus. § Réseau BUS
Réseau BUS
:
Dans un réseau BUS, les nœuds sont tous greffés en parallèle sur un câble unique ( liaison
multipoint ).
Les connexions au bus se font par exemple en se «piquant» sur le câble sans coupure de ce
dernier, aussi sans interruption du service, le câblage
d’un site peut ainsi se faire à l’avance sans connaissance
a priori des besoins en communication Ces qualités de
souplesse et d’extension constituent les principaux atouts
desréseaux BUS expliquent leur succès.
Les pannes d’un nœud n’affectent pas le reste du réseau.

CONCEPT CIM :
Il faut considérer le processus de production comme une chaîne constituée de différents
maillons: management, marketing, ingénierie, fabrication, Logistique,…
Une première démarche adoptée pour améliorer la productivité a consisté à améliorer les 94
maillons par l’automatisation et l’informatisation.
Niveau information (Archivages, SGBDR,…)
ETHERNET

Niveau contrôle ( échange d’information inter-automate, supervision,… )


ControlNet - DH+ - DH485

Niveau terrain (capteurs/actuateurs)


R.I.O (Remote Input/Output) - DeviceNet

Réseaux propriétaire :

Les premières tentatives d’implantation du CIM étaient essentiellement basées sur des solutions
propriétaires. Chez ALLEN-BRADLEY on trouve :
DH+ - DH485 - RIO (Entrées/sorties à distance).

Réseaux ouverts :

Le souhait des utilisateurs serait évidemment de disposer de systèmes de communication normalisés


assurant, une interopérabilité aussi complète que possible entre équipements de marques et de types
différents. Chez ALLEN-BRADLLEY on trouve :
ETHERNET - DEVICE NET - CONTROLNET.

Le réseau DeviceNet :
Le réseau DeviceNet a été conçu par la firme Allen-Bradley mais l’utilisation en est complètement
libre.

Caractéristiques techniques :
 Support physique : double paire torsadée (une pour l’alimentation des nœuds réseau, une pour
les données).
 Topologie : BUS et ETOILE
 Nombre maximum de Nœuds par réseau : 64 nœuds
 Vitesse : de 125 à 500 Kbits/s.
95
Le réseau Control Net

Caractéristiques :

 Topologie : ARBRE et ETOILE


 Support : Câble coaxial
 Nombre de stations : dépend de la configuration
 Nombre de stations : 99 Nœuds
 Vitesse : 5 M bits/sec
 Méthode d’accès réseau : CTDMA
 Basé sur le modèle producteur/consommateur
 508 octets/trame.

Le réseau EtherNet :

Caractéristiques Ethernet TCP/IP :

 Topologie : Bus
 Support : Paire torsadée, coaxial
 Nombre de stations : 255 ( 64 stations PLC-5 en simultané )
 Vitesse : 10 M bits/sec
 Méthode d’accès réseau : CSMA/CD
 Gestionnaire de réseau : SNMP (Simple Network Management Protocol)
directement implémenté dans les processeurs Ethernet PLC-5
 Logiciel d’interface application INTERCHANGE client/serveur (Open VMS, HP -UX,
WindowsTM)

96
Le réseau DH 485
Protocole de communication DH 485
Le réseau DH 485 offre :
- Maximum de stations : 32 stations
- Vitesse de transmission : 19200 bauds, 9600 bauds, 2400 bauds et 1200 bauds.
- Distance maximale : 1219 m
- Communication d’égal à égal.
- Topologie : BUS.
- Contrôle d’accès au réseau par passage du jeton.
- La possibilité d’ajouter ou de retirer des stations sans causer de perturbation sur le réseau.
- Type de station qui peuvent communiquer sur DH+ :
 La gamme des automates SLC 500 et micrologix.
 Ordinateur avec carte de communication 1784 KTX(D).
 Interface opérateur (PanelView).

Architecture :
Le coupleur 1747 -Net-AIC+ est utilisé pour établir une liaison permanente entre plusieurs stations
DH485, avec isolation galvanique entre le réseau et les participants.

- Module d'interface
- 2 ports RS232 isolés
1761-NET-AIC+

- 1 port DH485 isolé


port 3: DH485 port 2 : RS232
mini-DIN
- AIC+ compatible avec
- MicroLogix
- SLC5/01, 5/02, 5/03 (canal 1)
- SLC5/03, 5/04 (canal 0)
port 1 :RS232
9 broches
- Terminal opérateur
- PC
- Modems 97
Montage Rail Din ou panneau
PanelView
Programmation
RSLogix 500
Câble BELDEN #9842

DH485

SLC5/03 SLC5/03 Micrologix


PIC

1761 -NET -AIC+

1747 -C11
0,3 m
Le câblage du réseau DH485
Les coupleurs 1747 -AIC et 1747 -NET -AIC+ sont interconnectés suivant un mode de câblage de
type « guirlande ».
Le blindage du câble se connecte à la masse par un cavalier uniquement à une extrémité du réseau.
L’impédance de terminaison de connecté à chaque extrémité du réseau.
Installation
Coupleur
Automate
de liaison
1747- AIC SLC500
Câble de
communication Câble 1747-C11
Belden#9842
Coupleur Automate
de liaison SLC500
1747- AIC

Câble 1747-C11
Coupleur
de liaison
Automate
1747- AIC SLC 500
Ordinateur personnel
muni d’une 1784 - KX 98
Câble 1747 -C11
Raccordement

Orange à
rayure blanche
blanche à 6 TERM
rayure Orange
5 H
4 B
3 COM
2 SHLD
Blindage rayure 1 CHS GND
masse Bleuà
blanche

 Pontage des bornes 5 et 6 à Chaque extrémité du réseau


 Pontage des bornes 1 et 2 à une extrémité seulement

99
Le réseau Data highway plus (DH+)
Caractéristiques :
- Maximum de stations : 64 stations ( plage valabl e : 0 à 77 en octal)
- Vitesse de transmission : 57,6 Kbauds, 115,2 Kbauds, 230,4 Kbauds.
- Distance maximale : 3000 m
- Communication d’égal à égal.
- Topologie : BUS.
- Contrôle d’accès au réseau par passage du jeton.
- Type de station qui peuvent communiquer sur DH +:
 SLC 5/04 directe via la voie 1.
 Ordinateur avec carte de communication 1784 KTX(D).
 Interface opérateur (PanelView).
 PLC -5 connexion directe.

Architecture :

PanelView
1 SH
2

Ordinateur personnel
muni d’une 1784 -KX

Câble bi -axial (1770 -CD)


1 Transparent 1
SH SH
2 2
Bleu

Bornes sur le module processeur


Résistance de terminaison :
Une résistance de terminaison (150 W à 57,6 Kbauds et 115,2 Kbauds ou 82 W à 230,4KBauds) doit 100
être racco rdée à chaque extrémité du réseau.
Instruction de communication
Utilisez l’instruction message pour envoyer et recevoir des données d’autres processeurs et
dispositifs.
MSG
EN
Lire/écrire message
Il s’agit d’une instruction de sortie qui permet de Type D’égal à égal
transférer des données d’une station à une autre. Lecture/écriture Ecriture DN
Appareil cible 500CPU
Local/décentralisé Local d ER
Bloc de contrôle N7 :1
Longeur du bloc de contrôle 14
Ecran de configuration
Entrée des paramètres :

Entrez les paramètres suivants lors de programmation de cette instruction :

Lecture/Ecriture : Lecture signifie que le processeur local (celui ou se trouve l’instruction) reçoit
des données ; Ecriture signifie qu’il envoie des données.

Appareil cible : Identification du type d’appareil recevant les données, les options acceptable :
- Un 500CPU si l’appareil cible est un autre SLC
- Un 485CIF si l’appareil cible est un appareil non- SLC (sur un réseau DH485)
- PLC-5 si l’appareil cible accepte les commandes PLC-5.

Local/décentralisée : Identification d’envoi du message à un appareil sur DH 485 local ou DH+,


ou un appareil décentralisé sur un autre réseau par l’intermédiaire d’une passerelle. Option
acceptable :
 Une option locale si l’appareil cible est sur le réseau local.
 Une option à distance si l’appareil cible est sur un réseau décentralisé.

Bloc de contrôle : c’est une adresse de f ichier de nombres entiers que l’on sélectionne. C’est un
fichier de nombres entiers à 14 mots, contenant les bits d’état, l’adresse du fichier cible et d’autres
données associées à l’instruction de message.

Longueur du bloc de contrôle : Elle est fixée à 14 éléments, ce champ ne peut pas être modifier
Note : ne pas utiliser un mot dans votre programme qui appartient au bloc de contrôle. 101
Disposition du bloc de contrôle

15 14 13 12 11 10 09 08 07 06 05 04 03 02 01 00
EN ST DN ER CO EW NR TO code d’erreur 0
Numéro de station 1
Réservé pour la longueur en mot 2
Numéro de fichier 3
Type de fichier(O, I, S, B, T, C, R, N, F, ST, A) 4
Numéro d’élément 5
Numéro de sous -élément 6
Réservé (Bits d’envoi de message interne) WQ 7
Présélection de temporisateur de message 8
Temporisateur de message à l’échelle zéro 9
Totalisateur de temporisateur de message 10
Réservé (usage interne uniquement) 11
Réservé (usage interne uniquement) 12
Ré servé (usage interne uniquement) 13

Screan setup (écran de configuration) :

Cet automate Bits de contrôle


Commande de communication : 500CPU Lecture Pas tenir compte fin temp.(TO) : 0
Adresse de table de données : N7 :10 Réessaye r (NR) : 0
Taille en élément :2 En attente d’exécution(EW) : 0
Voie :1 Exécution continue (CO) : 0
Erreur (ER) : 0
Appareil cible Fin du message (D N) : 0
Timeout de message : 5 Transmission message (ST) : 0
Adresse table de données : N7 :0 Message activé (EN) : 0
Adresse station locale (déc) : 2 Attente place dans file d’attente : 0
Local/décentralisé : Local Erreur
Code d’erreur (Hexa) :0
Description de l’erreur 102
Aucune erreur
Réseau R.I.O (Entrées/Sorties à distance)
Caractéristiques :
- Réseau de terrain
- Câble coaxiale 1770 -CD.
- Maximum de stations : 32 stations
- Vitesse de transmission : 57,6 Kbauds, 115,2 Kbauds, 230,4 Kbauds.
- Distance maximale : 3000 m
- Communication Maître/Esclave.
- Topologie : BUS.
- Protocole transparent par rapport à l’utilisateur.
- Type de station qui peuvent communiquer sur RIO :

 SLC 500.
 Ordinateur avec carte de communication 1784 KTX(D).
 Interface opérateur (PanelView).
 PLC -5 connexion directe.

Interaction du scrutateur et des adaptateurs


 La communication sur réseau RIO est une communication maître/Esclave, La station maître
dispose d’un processeur et d’un module de communication scrutateur « SCANER ».
 L’esclave contient un module de communication « ADAPTATEUR ».
 La fonction du scrutateur est de scruter consécutivement et sans interruption les adaptateurs sur
la liaison RIO.
 La scrutation consiste en un ou plusieurs transferts entre le maître (scrutateur, scanner) et les
Esclaves (Adaptateurs) sur liaison RIO.
 L’adaptateur répond en envoyant les données d’entrée au scrutateur. Le scrutateur exécute
autant de transferts de RIO discrets, aucune donnée n’est échangée entre le scrutateur et
l’adaptateur.
Zone mémoire Image E/S
S
déportée rafraichie chaque
N
scrutation
RIO

Adaptateur E/S Adaptateur E /S


ASB ASB
103
Esclave 1 Esclave 2
Architecture
Châssis local SLC Châssis à distance Châssis d’extension à distance
Module 1747 ASB -

Liaison RIO

Sorties vers les modules


Processeur Module 1747 -ASB

Scrutateur
Module 1747-SN Entrées provenant du module Châssis à distance

PanelView

Terminal opérateur
PanelView

Le câblage du bus de terrain RIO :


Câble bi-axial ( 1770-CD)
Transparent
1 1
SH SH
2 Bleu 2

Une résistance de terminaison, dont la valeur dépend de la vitesse de transmission, doit être
connectée à chaque extrémité physique du bus de terrain RIO.
Vitesse KBaud Distance maximale entre Les extrémités du bus Valeur de la résistance
m W
57,6 3000 150

115,2 1500 150


104
230,4 750 82
Configuration du scrutateur
Pour la gestion de la communication RIO, le scrutateur dispose d’un espace mémoire
d’entrée/sortie.

Cette mémoire est repérée par groupes de huit mots E/S et sont nommés RACKS LOGIQUES.
Chaque couple de mots E/S est nommé GROUPE MODULE. Un scrutateur dispose de 4 RACKS LOGIQUES.

La mémoire E/S peut être répartie selon les besoins de l’application et les possibilités de
configuration des adaptateurs RIO. Cette répartition se fait par ¼ de rack logique (¼, ½, ¾, rack
logique complet, etc )
15 Entrées 0 15 Sorties 0

0
1
Rack 2
Logique 3
1 4
5
6
7
0
1 Zone mémoire E/S
Rack 2 attribu ée à un
Logique 3 adaptateur RIO :
2 4 Rack =2
5 1 er groupe module =2
6 Taille = ¾
7
Rack 0
Logique 1
3 2

Les paramètres de la configuration de base d’un scrutateur RIO sont :


 Localisation de la mémoire E/S utilisée pour les échanges avec chaque adaptateur.
- N° de Rack logique et N° du premier Groupe Module
- Taille mémoire (1/4, ½, ¾, rack logique complet)
 Vitesse de transmissio n (57.6, 115.2, 230.4 Kbaud )
105
Quelques Définitions

Un Scrutateur RIO ( SN ) dispose d’une zone mémoire appelée Rack Logique


 1 SN = 4 Rack Logiques
 1Rack Logique = 8 Groupes Modules
 1GM = 1Mot d’ entrée + 1Mot de Sortie

Mise en œuvre :

Maître Esclave

 Réservation de la zone  Définition Adresse : Rack


mémoire (Rack Logique ) pour Logique (RL)et Groupe
tous les Esclaves dans le Module (GM) de début dans
fichier G le SW1 de l’ASB
 Réservation de la taille
Image de l’Esclave (SW2)
 Définition du type
d’adressage (SW3)

Syntaxe :

I : e . GM / bit e : Emplacement du Scrutateur dans la châssis


O : e . GM / bit
Type d’adressage

Adressage 8 points 16 points 32 points

1 GM = 2 Emplac OK Panacher
y
1 GM = 1 Epmlac ! OK !
1 GM = 1/2 Emplac ! ! OK

106
ConFIGuratIon DE l’aDaptatEur
Les paramètres du module ASB sont configurés à l’aide des trois ensembles de commutateurs DIP
illustrés ci -desso us :

COMM LED
(Vert)
FAULT LED
(rouge)
ADAPTER
COMM FAULT Commutateur DIP

1
2
STATUS 3
4
5
6
7
8

SW1 SW2 SW3

1747 - ASB

Connecteur de la liaison
RIO et de verrouillage de
Redémarrage de l’automate

SW3 SW2 SW1

Maintien de dernier état


Verouillage redémarrage automate Vitesse de transmission
Réponse de liaison Châssis principal/complémentaire
Réservé N° du rack logique
Dernier chassis
Bit 1 du mode d’adressage
Bit 0 du mode d’adressage Taille d’image module ASB
Module d’E/S spécialisées N° du groupe logique
Réglage des modules d’E/S

107
Configuration des Switch RIO

Commutateur 1 2 3 4 5 6 7 8
Rack Logique 0 Groupe 0

ON ON ON ON ON ON ON ON
Rack Logique 1 Groupe 2

SW 1 ON ON ON ON ON OFF ON OFF
Rack Logique 2 Groupe 4

ON ON ON ON OFF ON OFF ON
Rack Logique 3 Groupe 6

ON ON ON OFF ON ON OFF OFF

Commutateur 1 2 3 4 5 6 7 8
Maintien Redémarr Temps de Pas le 1groupe module= Mode Mode
Dernier -age Réponse dernier d’E/S Sauvegarde
Etat Auto. Restreint Châssis 2 Emplacements Discret

OFF OFF
1groupe module=
1 Emplacement

ON ON ON ON ON OFF ON ON
SW 3 Pas de
Maintien
Verrou
Hors
Temps
Non
Dernier
Châssis
1groupe module= Mode Mode
d’E/S bloc Vérification
Fonction Restreint ½ Emplacement transfert

OFF ON
Invalide

OFF OFF OFF OFF ON ON OFF OFF

108
Commutateur 1 2 3 4 5 6 7 8
Vitesse = C P 2Groupe Logique
56.7 Kbaud H R ON ON ON ON
A I 4 Groupe Logique
S N ON ON ON OFF
S C 6 Groupe Logique
I I ON ON OFF ON
ON ON S P 8 Groupe Logique
A ON ON OFF OFF
Vitesse = L 10 Groupe Logique
115.2 Kaud ON OFF ON ON
R 12 Groupe Logique
E ON OFF ON OFF
S
14 Groupe Logique
E
ON OFF OFF ON
ON OFF ON R
V 16 Groupe Logique
SW 2 E ON OFF OFF OFF
Vitesse = C C 18 Groupe Logique
230.4 Kbaud H O OFF ON ON ON
A M 20 Groupe Logique
S P ON OFF ON ON OFF
S L 22 Groupe Logique
I E OFF ON OFF ON
S M
OFF ON E 24 Groupe Logique
T OFF ON OFF OFF
Invalide A 26 Groupe Logique
I OFF OFF ON ON
R 28 Groupe Logique
E OFF OFF ON OFF
30 Groupe Logique
OFF OFF OFF ON
32 Groupe Logique
OFF OFF OFF OFF OFF OFF OFF
109
CHAPITRE VII

TRAITEMENT
D'ERREUR

110
Principaux mots systèmes

 S: 0 Indicateurs arithmétique
- S : 0/0 Bit de retenu
- S : 0/1 Bit de dépassement
- S : 0/2 Bit de zéro
- S : 0/3 Bit de signe

 S:1 Etat / Contrôle du mode processeur


- S : 1/8 Bit d’annulation du défaut à la mise sous tension (bit de lecture)
- S : 1/9 Bit de protection au démarrage (bit de lecture)
- S : 1/10 Bit de chargement du module mémoire EEPROM sur erreur mémoire
RAM (bit de lecture)
- S : 1/11 Bit de chargement du module mémoire EEPROM (bit de lecture)
- S : 1/12 Bit de chargement du module mémoire EEPROM et d’exécution (bit de
lecture)
- S : 1/13 Bit d’arrêt d’erreur majeure (bit d’écriture)

 S:4 Base du temps (mot de lecture)


La base du temps de S : 4/0 à S : 4/15 est donnée par la formule 20 * 2x ms ou x est l’un des bits
du S : 4 ( S : 4/x ) exemple : pour S : 4/7 la base du temps est égale à 2,56s

 S:5 Bits d’erreurs mineures


Les bits de ce mot sont mis à 1 par le processeur pour indiquer qu’une erreur mineure s’est produite
dans le programme à relais
- S : 5/0 Bit de signal de dépassement (bit de lecture et écriture)
- S : 5/2 Bit d’erreur du registre du contrôle (bit de lecture et écriture)
- S : 5/3 Bit de détection d’erreur majeure lors de l’exécution du sous programme
d’erreurs de l’utilisateur (bit de lecture et écriture)
- S : 5/8 Le programme module mémoire est transféré dans un processeur (bit de
lecture)
- S : 5/9 Indique que le programme module mémoire n’a pas pu se charger car le mot
de passe ne correspond pas (bit de lecture et écriture)

111
 S:6 Code hexadécimal de l’erreur (mot de lecture et d’écriture)
Le processeur entre un code hexadécimal dans ce mot quand une erreur majeure est déclarée

 S:9 Stations actives DH485 (mot de lecture)


Ces deux mots sont adressables par bit pour représenter les 32 stations actives d’un réseau DH485

 S : 29 Numéro du fichier du sous programme d’erreurs utilisateur (mot d’écriture)


Entrez un numéro de fichier programme (3 – 255) qui doit être utilisé pour toutes les erreurs
majeures récupérables ou non.

 S : 30 Consigne d’interruption STI (Interruption temporisée programmable)


Entrez la base de temps, en dixièmes de ms, qui doit être utilisé pour l’interruption temporisée
programmable. Le sous programme STI s’exécute suivant la valeur entrée.

 S : 31 Numéro de fichier STI


Entrez un numéro de fichier programme (3 – 255) qui doit être utilisé comme sous programme
D’interruption temporisée programmable.

112
sous proGrammE D’ErrEur

 Principaux bits systèmes pour traitement d’erreurs :

Bit ou Mot Description

S :1/8 Efface S :1/13, S :5/0, S :5/7 à la mise sous tension


S :1/9 Automate programmable exécute sous programme d’erreur à la
mise sous tension
S :1/13 Erreur majeure
S :5/0 Dépassement mathématiques
S :5/2 Bit erreur généré par les instructions : pile Fifo, décalage…
S :5/3 Bit de détection d’erreur majeure lors de l’exécution du sous
programme d’erreurs de l’utilisateur
S :5/11 Pile déchargée
S :6 Code Hexadécimal de l’erreur
S :20 N° de ligne que le processeur a exécuté juste avant que l’erreur
majeure ou la panne d’alimentation se produise
S :21 N° de fichier que le processeur a exécuté juste avant que
l’erreur majeure ou la panne d’alimentation se produise
S :29 N° du sous programme d’erreur

113
Mémoire EEPROM

Pour éviter les problèmes de RAM, il est conseillé d’utiliser une EEPROM (pour en savoir
davantage, veuillez consulter la page 22) qui permet de :
 Sauvegarder le programme
 Restaurer le programme dans la RAM en cas de défaut de celle-ci .

Principaux bits systèmes :

S : 5/9 Indique que le programme module mémoire n’a pas pu se charger car le mot
de passe ne correspond pas
S : 5/8 Le programme module mémoire est transféré dans un processeur
S : 1/10 Bit de chargement du module mémoire sur erreur mémoire
S : 1/11 Bit de chargement du module mémoire à la mise sous tension
S : 1/12 Bit de chargement du module mémoire et d’exécution

114