Vous êtes sur la page 1sur 2

Une utilisation magique des Psaumes par

Spartakus FreeMann

La puissance magique des psaumes était considérée comme


incommensurable. Les psaumes étaient lus lors de situations
critiques de la communauté israélite ou en privé. L’apport
essentiel de ce papier est de souligner la récupération qui sera
opérée par les Kabbalistes chrétiens pour aboutir à une place
centrale des psaumes dans certains ordres modernes, tels
le Martinisme ou l’Ordre des Elus-Cohen, « rien de neuf sous le
soleil », les théurges actuels ne font que reprendre le travail de
leurs prédécesseurs Kabbalistes du Moyen Age. Et il est
surprenant de découvrir que l’efficacité de la Magie des
psaumes subsiste même dans un milieu chrétien pur – les prières
de l’Abbé Julio, par exemple, sont grandement efficientes bien
que détachées de l’egregore juif originel.
Afin d’utiliser les quelques éléments qui se trouvent ici, nous conseillons à l’étudiant de
se mettre dans un état de relaxation intense du corps et de l’esprit, de purifier son
intention et de la fixer uniquement sur le but à atteindre. La pratique ne peut être que
meilleure les yeux fermés. Selon Isaac Louria : « Chaque être humain, hormis l’ignorant
idolâtre, peut, par une vie pieuse et vertueuse, entrer dans le Temple consacré de la véritable
Kabbale et peut se voir confier tous ses bienfaits sans être capable de parler ou de comprendre la
langue hébraïque. Il peut prier, lire et écrire tout dans sa langue maternelle ; seul le Saint Nom et
les noms des Anges qui interviennent dans l’expérience doivent, en toutes circonstances, être écrits
et gardés à l’esprit dans la langue hébraïque car, si cela n’est fait, une mauvaise direction peut
être donnée à l’expérimentation, et par conséquent, l’on peut en perdre toute sainteté et toute
efficacité ».
Spartakus FreeMann , Nadir de Libertalia, août 2004-novembre 2005 e.v.
PSAUME I

« Lorsqu’une femme est enceinte et craint une naissance prématurée, elle doit écrire ou faire
écrire, sur un morceau de parchemin préparé à partir d’une peau vierge de cerf, les trois premiers
versets du Psaume I, avec le Nom Divin qui lui est approprié ainsi que la prière ici contenue, et le
placer dans un petit sac fabriqué à cet effet, et le suspendre par une corde autour de son cou, afin
que le sac reste contre son corps nu ».
Le Nom Divin est EL YAD, ‫אל יד‬, qui signifie Grand, Fort, Dieu seul, et provient des
quatre mots suivants :

Verset 1 : Ashray (« heureux »)


Verset 4 : Lo (« pas »)

Verset 3 : Yatzliach (« réussira », « avec succès »)

Verset 6 : Derech (« voie », « route »)

La prière : « Qu’il te plaise, ô ‫אל יד‬, d’accorder à cette femme N… fille de N…, qu’elle ne soit pas à
ce moment, ou à tout autre moment, délivrée prématurément ; accorde-lui en outre d’être délivrée
dans la félicité et garde-la elle et le fruit de son corps en bonne santé. Amen (Omayn). Selah ».
PSAUME II
« Si vous devez être exposé à un danger d’une tempête en mer, et que votre vie est compromise,
alors récitez ce Psaume sans délai et avec révérence, et pensez avec respect au Nom Divin Très
Saint qui y est contenu, c’est-à-dire, SHADDAI, ‫שדי‬, et dites immédiatement la prière qui lui
appartient, après quoi écrivez tout sur un morceau de poterie, et en totale confiance dans
l’Omnipotent, qui fixe les limites de la mer et retient sa puissance, jetez-le dans les flots, et vous
verrez des prodiges merveilleux, car les vagues cesseront alors instantanément leur fureur et
l’orage sera arrêté ».
Les mots dont est issu le Nom Divin sont :

Verset 1 : Ragshu (« agité »)

Verset 2 : Nosdu (« établi »)

Verset 9 : Yotzer

La prière : « Que Ta Sainte Volonté, ô ‫שדי‬, soit que les flots rageurs cessent, et que les fières lames
soient calmées. Mène-nous, ô miséricordieux Père, au lieu de notre destination en paix et en
bonne santé, car seulement Ta puissance et Ton pouvoir peuvent aider, et Tu aideras sûrement en
l’honneur et la gloire de Ton Nom. Amen. Selah ».