Vous êtes sur la page 1sur 9

LES OUVERTURES

LES OUVERTURES DU PION-DAME


(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

! "" #
$ %
&"" """"'
( ) * + , -. + * ) /
01 2 3 4 5 6 7 8 9
LES OUVERTURES DE CE TYPE SONT CERTAINEMENT
LES PLUS DIFFICILE A COMPRENDRE, ET DE LOIN.
ON A VU MEME DES MAITRES Y COMMETTRE DE
SERIEUSES FAUTES POSITIONNELLES. CELA PEUT
S’EXPLIQUER D’ABORD PAR LE FAIT QUE LES IDEES
SONT PASSABLEMENT PLUS COMPLIQUEES ICI QUE
DANS D’AUTRES DEBUTS ; ET AUSSI PARCE QUE LES
TRANSPOSITIONS ONT PRESQUE TOUJOURS UNE
IMPORTANCE VITALE ; ENFIN DES PIEGES SUBTILS
DONNENT A L’ORDRE DES COUPS UNE NECESSITE
QU’ON NE TROUVE NULLE PART AILLEURS.
NEANMOINS DE TELLE OUVERTURE COMME L’EST-
INDIENNE PEUVENT ETRE SAISIES ET MAITRISEES
GRACE A L’APPLICATION SYSTEMATIQUE DE LA
METHODE QUE NOUS SUIVONS.

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 1
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

Allons-y THEORIE:

LES DEFENSES OU LES NOIRS NE JOUENT PAS …d5

PRELIMINAIRE:

Dans beaucoup de débuts hypermodernes, nous voyons les Noirs permettre aux Blancs de pousser leurs pions
au centre et d’y former ce qui semble une phalange puissante, nous les voyons même souvent les y encourager.
Puis ils attaquent habilement, et la formation des Blancs s’écroule comme un château de cartes. C’est ce qui fait
naître l’idée que plusieurs pions au centre sont nécessairement faibles, et qu’il est meilleur de contrôler le
centre à partir des ailes. Donc, dit-on parfois, l’idée des Noirs dans ces ouvertures est de pousser délibérément
les Blancs à former un centre de pion important.
Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. Toutes choses égales d’ailleurs, un pion au centre représente un net
avantage, et ne devient une faiblesse que quand il ne peut pas s’y maintenir.

Le point crucial est donc : toutes choses sont-elles égales d’ailleurs ? Les Noirs peuvent poser ainsi la
question : Si je leur permets d’installer une phalange importante, pourrai-je faire éclater cette formation, ou
devrai-je la subir passivement ?

En d’autres termes, dans toutes ces ouvertures, nous trouvons deux questions-types pour les Noirs et deux pour
les Blancs :

1. Les Blancs peuvent-ils installer un fort centre de pions (normalement à c4, d4, et e4) ?
2. S’ils le peuvent, pourront-ils les y maintenir ?

Nous pouvons aller encore plus loin en rappelant que la puissance d’un centre de pions réside dans le fait qu’il
paralyse le jeu ennemi. Ainsi l’unique question fondamentale devient celle-ci :

LES NOIRS PEUVENT-ILS, UNE FOIS QU’ILS ONT RENONCE A INSTALLER DES LE DEBUT
UN PION AU CENTRE, S’ARRANGER POUR SE LIBERER QUAND MÊME ?

Les réponses à ces questions et aux problèmes subsidiaires qu’elles entraînent déterminent le statut théorique
de tous les débuts, ou à peu près, que nous verrons dans ce cours.

Ce mode de raisonnement nous aide à voir pourquoi dans la pratique un coup et un seul se détache des autres
comme ayant la plus grande valeur théorique : 1. … , ceci parce qu’il ne développe pas seulement une
pièce, mais empêche en même temps l’avance du pion e ennemi. Il y a deux autres réponses qui sont correctes
et indépendantes : 1. …c5 (le contre gambit Benoni) et 1. …f5 (la défense Hollandaise). Par ailleurs il y a
quatre coups qui présentent quelques caractères indépendants mais ramèneront normalement à une variante plus
courante : 1. …e6, 1. …c6, 1. …d6 et 1. … c6. Toute autre réponse est irrégulière, parce que les Noirs ont le
devoir de faire un effort quelconque pour empêcher l’avance immédiate e4

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 2
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

LES DEFENSES INDIENNES : 1.d4 f6

Ce nom est tiré du fait que dans le jeu tel qu’il est pratiqué aux Indes l’avance double du pion depuis sa
case de départ n’existe pas, en sorte que le genre plus lent de développement si caractéristique de ce groupe
y est vu beaucoup plus souvent.

Toutes ces défenses ont en comment trois traits importants :

1. Les deux adversaires luttent essentiellement au centre, les Blancs pour arriver à jouer e4, les Noirs pour les
en empêcher.
2. Si les Noirs permettent e4, ils doivent se réserver l’une des trois compensations suivantes :
a) une attaque réelle sur le centre blanc avec leurs pièces ;
b) une poussée par …f5 ;
c) la consolidation de leur squelette de pions, ce qui retirera plus au moins sa valeur au contrôle de
terrain momentanément supérieur que possèdent les Blancs.
3. Le coup …d5 joué plus tard par les Noirs est souvent efficace.

Note : Les transpositions présentent beaucoup d’importance ici. Il faut en tenir compte. (Voir le tableau
d’apparentement des défenses Indiennes)

L’EST-INDIENNE
→Trait caractéristique :
Fianchetto du Fou-roi ( g7 ) ;
Les Noirs font peu ou point d’efforts réels pour empêcher e4 : au contraire, ils permettent ce
coup et cherche ensuite à obtenir une compensation ;
Les Blancs sont laissés libres d’installer un centre de pions importants parce que ce centre offre
des cibles et permet un contre jeu actif ;
Dans tous les cas, les Noirs mettent tous leurs soins à hâter le développement de leurs pièces ;
Les Blancs doivent surveiller leur centre pour qu’il ne tombe pas en morceaux.

Avant de continuer notre étude sur cette ouverture, il nous faut connaître les principaux squelettes de pions qui
peuvent se rencontrer dans les variantes de l’Est - Indienne.

On trouve les positions A à D suivant avec leur commentaire.

Etudiez bien ces positions de pions !


D’accord ?

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 3
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

POSITIONS DE PIONS
DANS LE COMPLEXE EST-INDIENNE

Diagramme A : Diagramme B :

C’est important !

"
! """ # ! " " #
$ % $ %
&"" """' &"" ""'
( / ( /
01 2 3 4 5 6 7 8 9 01 2 3 4 5 6 7 8 9
Toujours favorable aux Blancs Fort pour les Blancs

Commentaire du Diagramme A : Commentaire du Diagramme B :

Nous trouvons ici le cas le plus clair, où les deux Nous trouvons une formation idéale pour les
adversaires ont terminé leurs préliminaires. La Blancs, dans le cas où les Noirs jouent la
position est toujours favorable aux Blancs. Ils meilleure défense. Dans le diagramme A le pion
doivent se contenter de la maintenir telle qu’elle Dame a été poussé à d5. Puis sur …f5, les Blancs
est, car …f5 serait réfuté par un double échange ont répondu exf5, …gxf5, f4, …e4. Il est vrai
de pions qui laisserait ceux des Noirs que les Noirs ont maintenant des contre chances
désagréablement attaquables. A l’occasion les sur la colonne g, mais l’attaque peut
Noirs cherchent du contre jeu ici par une attaque généralement être très facilement parée. Entre
sur e4 ; mais ce contre jeu se révèle en général temps les Blancs peuvent poursuivre leur avance
d’une inefficacité désolante. La structure de dévastatrice sur l’aile - Dame. En résumé, bon
pions qui résulte de …exd4 laisse un grand pour les Blancs, sauf si les Noirs ont l’initiative.
avantage évident aux Blancs : pion fort en e4 et Sur exf5, les Noirs peuvent reprendre avec une
pion faible en d6. une autre variante possible pièce : alors la case e4 devient une base
apparaît quand les Blancs jouent d5. C’est qu’ils puissante pour les pièces blanches, et de plus f4
envisagent une attaque sur l’aile - Dame par b4, ébranle la position des Noirs. En dernier ressort
c5 etc. Cette position aussi doit être en leur c’est toujours l’avance sur l’aile - Dame qui
faveur, à condition qu’ils soient prêts à répondre représente l’arme décisive dans les deux cas
comme il convient à …f5
(Voir annexe : idées complémentaires)

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 4
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

Diagramme C : Diagramme D :

C’est important !
! " " # ! "" #
$ % $ %
&"" """' &"" """"'
( / ( /
01 2 3 4 5 6 7 8 9 01 2 3 4 5 6 7 8 9
Normalement favorable aux Noirs Normalement un peu meilleur pour les Noirs

Commentaire du Diagramme C : Commentaire du Diagramme D :

La position du diagramme C se rencontre quand Cette position représente un autre cas où les
les Blancs commettent la faute de liquider le Blancs ont laissé échapper la meilleure variante.
centre par dxe5. La case d4 devient du même A la différence de la position du Diagramme C,
coup une magnifique écurie pour un Cavalier pourtant, ils n’ont pas commis ici de faute
noir, tandis que d5 reste inaccessible aux Blancs. irréparable, puisqu’ils peuvent jouer e4 à
Normalement favorable aux Noirs. n’importe quel moment. …exd4 est ici encore
mauvais pour les Noirs, mais …f5 est encore
beaucoup plus efficace, puisque la riposte la plus
forte exf5 n’est pas possible. Normalement un
peu meilleur pour les Noirs

ANNEXE : IDEES COMPLEMENTAIRES DIAGRAMME A ET B

Cette structure de pions représente la position originale elle est d’une importance Diagramme A :
vitale. Les Blancs ont l’avantage aussi longtemps qu’ils peuvent maintenir cette
position instable. Pour trouver du contre jeu, les Noirs recourent alors souvent à
exd4, dans l’espoir que le pion e4 se révèlera faible. Cet espoir est voué à l’échec
si les Blancs évitent les échanges de pièces non motivées. Car nous savons que la
force du pion e4 découle de son effet paralysateur sur les pièces ennemies. Si les
! """ #
Noirs jouent passivement au lieu d’échanger, les Blancs ont différents plans à
$ %
leur disposition. L’un d’eux consiste à poursuivre par f4 et peut-être une attaque &"" """'
sur la colonne f. Pour cette raison, mieux vaut développer le Cavalier-roi à e2 ( /
qu’à f3. Un autre plan commence par d5. Quelquefois les Blancs sont 01 2 3 4 5 6 7 8 9
pratiquement forcés de pousser leur pion Dame à cause des possibilités de contre- Toujours favorable
attaque ; en d’autres occasions, ils choisissent cette variante volontairement. aux Blancs
Dans ce cas les lignes de jeu sont nettement dessinées. Positionnellement le jeu
des Blancs est sur l’aile - Dame, où ils peuvent le faire reposer sur la chaîne de pions favorables, à d5 et e4 contre
d6 ; e5. L’attaque contre cette chaîne de pions doit être dirigée à la base, ici le pion d6. Autrement dit les Blancs
vont jouer c5 aussitôt que possible.

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 5
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

Si les Noirs jouent une défense purement passive, la poussée à c5 provoquera un affaiblissement fatal dans la
structure de leurs pions. S’ils choisissent …dxc5, la reprise laissera leur pion c exposé sur une colonne ouverte. Et
s’ils ne prennent pas, les Blancs vont accumuler leur artillerie lourde sur la colonne c, poursuivre par cxd6 et peut-
être effectuer un raid dans le camp ennemi via c7, s’assurant un gain décisif de matériel. Ainsi les Blancs ont un
plan à longue portée, très simple et direct, dont l’exécution leur rapportera un avantage gagnant s’ils ne sont pas
contrecarrés.
C’est pourquoi les Noirs se voient contraints d’entreprendre une contre action quelconque. La plus habituelle est
celle où ils installent leur Cavalier à c5, l’y maintiennent par …a5 et cherche à préparer leur contre jeu au centre.
Les Blancs doivent chasser le Cavalier noir de c5 par b3, a3 et b4. Puis, sur …axb4, ils peuvent être en mesure de
tirer parti de la colonne a ; sinon ils poursuivront leur attaque contre la chaîne de pions, bien que cette fois il
doivent mettre plus de soin à préparer c5.
Un point est très important dans cette attaque contre la chaîne de pions : le jeu des Blancs est « ancré » sur les
pions e4 et d5, dont aucun ne doit être échangé ou affaibli sans motif sérieux. Le pion e disparu, le pion d pourrait
bien se révéler tout aussi faible que le pion c des Noirs, ce qui prive le plan des Blancs de son intérêt.
Après d5, les Blancs peuvent choisir un autre plan à longue échéance, qui comporte le maintient du centre, le
grand roque et un assaut sur l’aile roi noire. Avec le pion noir à g6, la colonne h peut normalement être ouverte.
Bien entendu les Noirs vont essayer de lancer une contre-attaque sure l’aile - Dame. Ici encore, par une attitude
trop passive : il feraient le jeu des Blancs, qui pourraient poursuivre par Fe3, Dd2,
Diagramme B : 0-0-0, Fh6, h4, h5, ouvrant peut-être la colonne h.
Il est parfaitement évident que les Noirs ne peuvent pas se permettre de rester
tranquillement assis sans rien faire.
Ils doivent contre-attaquer par …f5. en dehors de ce coup ils n’ont absolument
aucune perspective réelle d’offensive, quelle qu’elle soit.
"
! " " # Sur …f5 les Blancs doivent faire attention. Ils doivent se demander s’ils peuvent
$ % se permettre d’ignorer les menaces noires et de poursuivre leur propre attaque sur
&"" ""' l’aile - Dame. La réponse repose entièrement sur l’élément de temps. Après tout
( . / l’attaque des Noirs concerne directement le Roi blanc, celle des Blancs ne vise
01 2 3 4 5 6 7 8 9 que des pions.
Fort pour les Blancs Le rouleau compresseur des Noirs, si rien ne s’oppose à lui, se déroulera par …f4,
établissant à son tour une chaîne de pions (les Blancs auront sans doute joué f3
entre temps). Il faudra dans ce cas miner la base de la chaîne de pions blancs : …g5, g4. L’attaque sera renforcée
si les Noirs doublent leur Tours sur la colonne g, jouant la Dame sur l’aile - Roi et concentrant sur les points
vitaux de ce côté toutes les autres pièces dont ils peuvent disposer.
Normalement il n’est pas souhaitable pour les Blancs de permettre une telle contre-attaque. Et ils peuvent la rendre
inefficace en répondant à …f5 par exf5. Puis, sur …gxf5, f4, …e4, les pions seront bloqués, et la position du Roi
facile à défendre (Diagramme B). Sur … xf5 il n’y a plus de vaste attaque possible pour les Noirs, et les Blancs
peuvent poursuivre l’exécution des leur propres plans.
Cependant la contre-attaque des Noirs n’a pas été inutile, car les points d’ancrages des Blancs à d5 et e4 ont vu
leurs défenses affaiblies. Que les menaces Noirs contre le pion d5 soient ou non une compensation suffisante au
jeu des Blancs contre le pion c, il est impossible de le dire a priori ; normalement, la réponse est négative. En
conséquence les Blancs doivent continuer à faire des plans pour jouer c5 ; l’apparition de ce coup marquera le
commencement de la fin des Noirs.

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 6
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

P R A T I Q U E (Application) :
Puisque les Diagrammes A et B représente les meilleures positions de pions pour les Blancs, ils vont tâcher
d’imposer ces positions. Mais avant de pouvoir décider exactement comment ils vont se développer, ils doivent
établir d’abord où ils comptent placer leurs pièces. Leur Cavalier-roi se montre très utile à e2, bien que f3 ne soit
pas mauvais. Le Fou-roi aura le maximum d’efficacité sur la grande diagonale, d’où il peut soutenir le centre de
pions et participer à la défense de son Roi si besoin est.

Nous en venons donc à jouer la plus forte variante pour les Blancs de la façon suivantes :

et le contre
jeu des Noirs est sans intérêt puisqu’il ! "* " #
n’aboutit pas à leur libération $ "* "" %
&" + "'
() + , ) -. /
(Diagramme 1) 01 2 3 4 5 6 7 8 9
Position après 12. …: d7

Une autre bonne variante est celle où les Blancs jouent d5 très tôt. Par exemple, dans la variante
que nous venons de voir, 8.d5 (au lieu de 8.0-0)

!!!!!
"
! " " #
$" * + " %
!" !"# & " * + "'
#!$ ## % " ! & & () , ) -. /
01 2 3 4 5 6 7 8 9

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 7
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

EXEMPLES :
VARIANTE CLASSIQUE :
" #$ % &' ( ) * + &, -' . " # / 0 0 %1 0 2 &' ( ' 2 &3 -' .
' (' ' (' ) 0 1 % & 0 1 % 2 3)
* +
+ + + + ,+
, + , + + + + +
+ , , , + + + , * , , ,
, * , * - +
- . + , , , . ,
, , . . * . , , , ,* , , * , , ,
* + * - + + ,+ ,+ , . , , *
,+ , - . - + ,+ ,+ + *+ + ,
- . ,+ , ,- . , - , , . * + * + * -
. * , - . , - . , - . , - . . + . * ,* + + -
, - //

" #)0 % &4 ( ' 2 &3 -' . " #4 0 * &5 ( $ % 0 &) -' .
4 #!" * # 4 #!" * # 2 3) 5 6# 7 8 # !9 6 5 6# 7 2 3)

+ + , , * * *
* + + , + - + , + + , ,
+ + , , ,+ ,+ ,+ +
,+ ,+ + , + . * * +*
+ ,+ ,+ * , + - ,+ - + + *+ * - * + -
. +* * - . * - .
+ -

" #/ 0 6 0 &7 ( 5 0 % * 6 8 &9 -' . " #: 0 &3 ( ; %0 * 6 8 &7 -' .


: # : # 2 3) ; : 5 ( *< : " )

+ + +
+ + + , , + + + +
, ,+ ,+ , * , * . * *+ + ,
+ + , , + + ,* + + +
* + - + + , , , , *
+ , - - . - . * + - ,+ + +* , +*
+ - . * ,+ -

" #< 6 &= " # ( ; * > 0 &$ " # -' . " #$ % 0 &) " #( 1 &) " # -' .
; : 5 5 !# = " ; : 5 ) > ; ? ( * > ; ? 2 3)

* * * *
, + + , * *+ *+ *
* , + , ,+ + ,+ + , + - + . ,* ,*
,+ , , , , . , , * . , +* - , +* , *
, . . , + + + . + * , + + *
, . , , . , , , . ,
, , + ,+ , ,+ + //

" #; + % &< " # ( ; * > 0 &$ " # -' . " #: &) ( < % ? &, -' .
@ !" 8& & ! ! " @ !" 2 3) A ! " ( * 2B & 3< " 2 3)

, . * ,
+ + * + + . * , + + , *
, , + + , + ,+ - * *
+ + * * + ,+ , ,+ +
+ + + + + ,+ + + , + ,
, , * , . *
, , , + + , + . + +
, - . *

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 8
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT
LES OUVERTURES
LES OUVERTURES DU PION-DAME
(Défenses ou les Noirs ne jouent pas …d5)

EXEMPLE:
VARIANTE CLASSIQUE :
" #$ % &' ( ) * + &, -' . " # / 0 0 %1 0 2 &' ( ' 2 &3 -' .
' (' ' (' ) 0 1 % & 0 1 % 2 3)
* +
+ + + + ,+
, + , + + + + +
+ , , , + + + , * , , ,
, * , * - +
- . + , , , . ,
, , . . * . , , , ,* , , * , , ,
* + * - + + ,+ ,+ , . , , *
,+ , - . - + ,+ ,+ + *+ + ,
- . ,+ , ,- . , - , , . * + * + * -
. * , - . , - . , - . , - . . + . * ,* + + -
, - //

" #)0 % &4 ( ' 2 &3 -' . " #4 0 * &5 ( $ % 0 &) -' .
4 #!" * # 4 #!" * # 2 3) 5 6# 7 8 # !9 6 5 6# 7 2 3)

+ + , , * * *
* + + , + - + , + + , ,
+ + , , ,+ ,+ ,+ +
,+ ,+ + , + . * * +*
+ ,+ ,+ * , + - ,+ - + + *+ * - * + -
. +* * - . * - .
+ -

" #/ 0 6 0 &7 ( 5 0 % * 6 8 &9 -' . " #: 0 &3 ( ; %0 * 6 8 &7 -' .


: # : # 2 3) ; : 5 ( *< : " )

+ + +
+ + + , , + + + +
, ,+ ,+ , * , * . * *+ + ,
+ + , , + + ,* + + +
* + - + + , , , , *
+ , - - . - . * + - ,+ + +* , +*
+ - . * ,+ -

" #< 6 &= " # ( ; * > 0 &$ " # -' . " #$ % 0 &) " #( 1 &) " # -' .
; : 5 5 !# = " ; : 5 ) > ; ? ( * > ; ? 2 3)

* * * *
, + + , * *+ *+ *
* , + , ,+ + ,+ + , + - + . ,* ,*
,+ , , , , . , , * . , +* - , +* , *
, . . , + + + . + * , + + *
, . , , . , , , . ,
, , + ,+ , ,+ + //

" #; + % &< " # ( ; * > 0 &$ " # -' . " #: &) ( < % ? &, -' .
@ !" 8& & ! ! " @ !" 2 3) A ! " ( * 2B & 3< " 2 3)

, . * ,
+ + * + + . * , + + , *
, , + + , + ,+ - * *
+ + * * + ,+ , ,+ +
+ + + + + ,+ + + , + ,
, , * , . *
, , , + + , + . + +
, - . *

LA DEFENSE EST-INDIENNE. 9
Réalisé par Boujemâ Kariouch, d’après l’ouvrage « Les idées cachées dans les ouvertures » R.FINE / PAYOT