Vous êtes sur la page 1sur 32

droit montréal Faculté de droit de l’Université de Montréal


1

Magazine 2005 / 2006

LexUM étend



les frontières


de l’informatique



juridique


une faculté ouverte
sur le monde
la maîtrise de la
Common Law
nord-américaine :
un ‹‹ must ›› dans
la pratique juridique
contemporaire

Anne-Marie Boisvert,
doyenne de la Faculté
droit montréal 1

sommaire et crédits


Magazine 2005 / 2006

Mot de la doyenne 3 Rédaction et coordination


En bref 4-7 de la publication

Monique Laforest
Dossier 8-19

Une faculté ouverte sur le monde Collaborateurs


Céline Amnotte

Publications 20-21
Anne-Marie Boisvert
Du nouveau aux Éditions Thémis Anne-Marie Breton

Diplômés et développement 22-25 Lise Cummings


Solange Damien

Un monde de projets : quand les anciens Claude Fabien


assurent le futur Jacques Frémont
entre nous 26-29 Normand Hétu
15 Brigitte Lefebvre
Pierre-Paul Lemyre
Michel Morin
12 Paule Ouimet-Scott
Daniel Poulin
Danielle Turcotte
Louise Viau

Coop Droit
Éditions Thémis
Direction des communications et du
recrutement, Université de Montréal

Photos
Christian Fleury
Monique Laforest
Bernard Lambert, Forum, UdeM
Pierre-Paul Lemyre
Réjean Meloche
Carlos Pinada
André Senécal
Spec photo
Jean-Guy Thibodeau
Louise Viau

Photographie de la page couverture


Christian Martin

Publicité
Maxime B. Rhéaume
19 25 Conception graphique
Luz Design

Droit Montréal
Poste-publications Convention
no 40069245
©Faculté de droit
Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3J7
24 11 Téléphone : (514) 343-5809
Télécopieur : (514) 343-2030
Courriel : redaction@droit.umontreal.ca

ISSN 1715-6092 Droit Montréal (Imprimé)


ISSN 1715-6106 Droit Montréal (En ligne)
Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec
Tirage : 13 000

26
2 droit montréal
Mot de la doyenne

Chers diplômés, chers étudiants, chers amis,

Vous avez entre les mains le tout premier numéro de Droit


Montréal, une revue que la Faculté désirait publier depuis Depuis quelques années, la Faculté a mis en place diverses
longtemps. Ceux qui fréquentent actuellement la Faculté savent nouveautés qui traduisent notre volonté ferme d’augmenter
à quel rythme elle évolue, croît et se transforme. Les diplômés la qualité et la pertinence de nos enseignements en multipliant,
qui y viennent à l’occasion, le temps d’une conférence, d’un notamment, les occasions d’ouverture sur le monde : cette
lancement de livre, d’une recherche pointue en bibliothèque, année encore nous accentuons notre profil international –
s’en doutent un peu. Cependant, une vaste majorité de diplômés la liste des universités avec lesquelles nous entretenons des
ne sont jamais revenus à leur alma mater après la fin de leurs programmes d’échanges continue de s’allonger et il y a eu
études. La Faculté a à cœur tous et chacun de ses diplômés, reprise du programme d’été en Chine dont on avait pu craindre
étudiants et partenaires et tient à mieux se faire connaître. la disparition lorsqu’il a fallu l’annuler à cause du SRAS. Nous
sommes également l’hôte, depuis 2004, d’une école d’été
La Faculté de droit de l’Université de Montréal, c’est beaucoup
organisée en collaboration avec une faculté de droit américaine
plus que le programme de baccalauréat que nombre de diplômés
(Villanova), et nous avons élargi nos programmes d’études
ont connu. Outre le baccalauréat, la Faculté compte une
supérieures pour inclure de nouveaux programmes en droit
vingtaine de programmes d’études supérieures, un Centre de
international et en droit du travail.
recherche en droit public (CRDP), un Centre de droit des affaires
et du commerce international (CDACI), un laboratoire d’infor- La Faculté, c’est finalement ses diplômés, qui en sont les plus
matique juridique (LexUM) et sept chaires de recherche. La importants ambassadeurs. La Faculté souhaite, par cette nouvelle
Faculté se démarque également par des partenariats avec une publication, faire un retour sur les événements marquants de
foule d’acteurs qui vont de HEC Montréal à la Chambre des la vie facultaire et annoncer les activités à venir. Elle entend
notaires en passant par une quarantaine d’universités étrangères. également faire de Droit Montréal un véhicule privilégié pour
transmettre à ses diplômés des nouvelles qui les touchent,
Près de soixante professeurs de carrière œuvrent à la Faculté.
de près ou de loin, et pour ce, elle a besoin de vous. Diplômés,
Ils y enseignent, bien sûr, mais cet enseignement n’est que
la Faculté attend de vos nouvelles. Où que vous soyez, quelle
la partie la plus visible d’une activité scientifique riche et soutenue :
que soit l’orientation qu’a prise votre carrière, voire votre vie
les professeurs de la Faculté de droit de l’Université de Montréal
personnelle, nous sommes toujours heureux de savoir ce que
sont les plus productifs au Canada, tant en termes de subven-
vous êtes devenus. Que cette nouvelle revue, qui est la nôtre,
tions et contrats de recherche qu’en termes de publications,
soit aussi la vôtre. Bonne lecture !
subventionnées ou non. Ils sont des leaders nationalement
et internationalement reconnus de la recherche juridique. Les
professeurs de la Faculté ne se contentent pas d’expliquer le
droit mais contribuent à sa construction. Ce portrait du corps
enseignant serait incomplet sans mentionner l’appui donné
par plusieurs professeurs retraités et émérites, qui continuent
Anne-Marie Boisvert
de rendre de précieux services à la Faculté et par toute l’équipe
de chargés de cours et de travaux pratiques, qui viennent à la
Faculté pour dispenser des enseignements des plus diversifiés
et innovateurs.

La force d’une faculté réside aussi dans son corps étudiant.


Depuis quelques années, la Faculté connaît une augmentation
régulière des demandes d’admission au baccalauréat et aux
études supérieures. Cette augmentation se fait particulièrement
sentir aux cycles supérieurs, alors que nous comptons 270
étudiants inscrits au 2ième cycle et plus d’une soixantaine de
doctorants (dont au moins 25 proviennent de l’étranger). Il est
bon aussi de dire qu’on constate un regain d’intérêt pour la
profession notariale puisque les inscriptions au programme de
droit notarial (D.D.N.) connaissent une importante progression,
ce qui est un revirement complet de situation par rapport à
celle qui existait au cours des années ’90. On note aussi une
qualité croissante des dossiers de ceux et celles qui demandent
à s’inscrire chez nous.

droit montréal 3

En bref

LA FACULTÉ
Petites infos


Si la Faculté peut s’enorgueillir de recruter d’excellentes ressources au sein de son corps professoral, elle doit également
regretter plusieurs départs. Certains nous quittent, d’autres ne nous quittent jamais tout à fait. Et les honneurs qui

échoient à ceux qui restent comme à ceux qui quittent rejaillissent sur la Faculté tout entière.

Un nouveau vice-recteur

Le professeur Jacques Frémont aura eu peine à rester « simple professeur » durant une année complète.
En effet, dès la fin de son congé administratif d’un an au terme de son décanat, le professeur Frémont

accédait, le 1er juin 2005, à de nouvelles fonctions de vice-recteur – International et responsable des études
supérieures. À ce titre, le professeur Frémont a comme mandat de continuer à développer le profil
international de l’Université; il assume également la responsabilité des études supérieures. Depuis plusieurs
années, le professeur Frémont est fortement engagé dans différents projets de coopération internationale
en matières juridique et judiciaire. Il agit régulièrement à titre d’expert sur les questions de droits de la
Jacques Frémont
personne, de bonne gouvernance et de démocratie auprès de l’Agence canadienne de développement
international (ACDI) et de la Délégation aux Droits de l’Homme et à la Démocratie (DDHD) de l’Organisation
Internationale de la Francophonie (OIF) ou encore à titre de consultant pour divers projets financés par
la Banque mondiale.

Une nouvelle juge à la Cour d’appel, une nouvelle


professeure en droit du travail

C’est avec une grande fierté… et un petit regret que la direction


de la Faculté a accepté la démission de la professeure Marie-
France Bich, nommée à la Cour d’appel du Québec. Comme l’a
dit la doyenne Anne-Marie Boisvert, « il s’agit d’une excellente
Une nouvelle direction au CDACI
nouvelle pour la Cour d’appel, pour la communauté juridique et
Le Centre de droit des affaires et du pour la société québécoise. Il s’agit d’une nouvelle un peu plus Marie-France Bich
commerce international a une nouvelle triste pour la Faculté, qui perd une professeure extrêmement
direction depuis juin 2005. Le professeur compétente, dévouée et appréciée ».
Ejan Mackaay a en effet accepté d’en
Le poste laissé vacant par le départ de Mme Bich a été comblé
prendre la direction, en remplacement
par la professeure Renée-Claude Drouin. Avant son entrée
du professeur Guy Lefebvre qui, après
en fonction à la Faculté en juin 2005, Mme Drouin était
huit années à la barre du CDACI, se
professeure assistante au Département de relations industrielles
consacrera uniquement à son poste de
de l’Université Laval.
vice-doyen à la planification et au déve-
loppement de la Faculté et de professeur
en droit des affaires. Le professeur
Mackaay travaillera en étroite collaboration
Du changement en Common Law
avec le professeur Nabil Antaki, professeur
nord-américaine
invité, qui a accepté d’agir à titre de Le professeur David Gruning, qui avait été des premières
directeur associé et de prendre en charge heures du programme de common law nord-américaine,
certains dossiers. a démissionné de son poste de professeur à la Faculté
et a repris ses fonctions à la Faculté de droit de l’Université
Loyola, de New Orleans. Lui succède, depuis le début
de l’année 2005, le professeur Matthew P. Harrington, déjà
impliqué dans ce programme à titre de chargé de cours
depuis 2003. Au moment de son embauche, le professeur
Harrington était vice-doyen à l’administration à la George
Washington University Law School, où il enseignait le droit
corporatif et le droit commercial international depuis 2001.

Matthew P.Harrington

4 droit montréal
Retraite et éméritat

Le professeur Pierre-André Côté a quitté la Faculté pour


une retraite bien méritée après 35 ans d’enseignement et de
recherche marqués à l’aune de l’excellence. Il était reconnu,
par ses pairs sur les plans national et international, comme l’un
des juristes contemporains ayant le plus contribué à la vitalité
Pierre-André Côté de la doctrine canadienne dans ses champs d’expertise, soit
l’interprétation des lois, le droit transitoire et la théorie du droit.
En guise d’appréciation pour l’ensemble de sa carrière universitaire,
l’Université lui a décerné le titre de professeur émérite, lors de
la collation des grades de mai 2005.

Décès d’un éminent professeur


La Faculté et la communauté juridique du Québec ont perdu un de leurs plus grands
spécialistes du droit public, le professeur André Morel, décédé le 16 mai dernier.
Diplômé de la Faculté de droit de l’Université de Montréal (LL. L. en 1953, LL. M.
en 1954) et de la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris (D.E.S. en
droit romain et histoire du droit et D.E.S. en droit privé en 1955; doctorat en 1957),
le professeur Morel avait entamé sa carrière de professeur à la Faculté en 1957,
carrière qui aura duré 37 ans. Il était professeur émérite depuis 1994. À l’automne
2004, l’Université McGill lui a décerné un doctorat honoris causa. La Faculté se
souviendra d’un homme d’une grande gentillesse, d’un professeur d’une grande
rigueur et d’un grand dévouement.

Quelques fleurs pour les professeurs


L’Université de Montréal a attribué au professeur Vincent Gautrais une chaire interne
d’excellence en enseignement et en recherche en droit des affaires et de la sécurité
électronique. Cette chaire est d’une durée de 5 ans.

La professeure Bartha Maria Knoppers a été nommée membre du comité d’éthique


de l’Agence mondiale antidopage (AMA). Créée en novembre 1999, l’AMA a pour
mission de soutenir et de promouvoir les valeurs fondamentales du sport.

La professeure Andrée Lajoie, rattachée au Centre de recherche en droit public, a


1 2
reçu un doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Montréal. La cérémonie 1 Bartha M. Knoppers
a eu lieu à l’occasion de la collation des grades de la Faculté de science politique 2 Vincent Gautrais
et de droit le 18 juin dernier. L’UQAM a reconnu, chez la professeure Lajoie, tant la 3 Andrée Lajoie
sommité en droit constitutionnel, en droit de la santé et en droit autochtone, que
la femme engagée qui a collaboré aux travaux de diverses commissions touchant
ses domaines d’expertise.

Le professeur Didier Lluelles a été élu à l’Académie des lettres et des sciences 3
humaines de la Société royale du Canada au printemps 2004. Il y a officiellement été
accueilli au cours d’une cérémonie qui a eu lieu le 20 novembre dernier. Cet honneur
lui a été décerné pour l’ensemble de sa carrière, et notamment pour la publication
innovatrice d’un ouvrage en droit des assurances et des obligations.

Le professeur émérite Jean Pineau, qui continue de venir régulièrement à la Faculté


pour échanger ou collaborer avec d’anciens collègues, a reçu l’Ordre de la Légion
d’Honneur de France, à l’ambassade de France à Ottawa, le 12 septembre 2004,
tandis que l’honorable Jean-Louis Baudouin, professeur associé, a été fait Chevalier
de l’Ordre national du mérite par le Président de la République française en
novembre 2004.

droit montréal 5
Des diplômés qui nous font honneur
Monsieur Frédéric Bachand, docteur en droit de l’Université cotutelle avec l’Université Paris II –
de Montréal et professeur à la Faculté de droit de l’Université Panthéon-Assas, sous la direction
McGill, a obtenu le prix de la meilleure thèse de doctorat du professeur Pierre Trudel et du
de l’Association Henri-Capitant (2005). L’ouvrage s’intitule professeur Jérôme Huet, codirecteur.
L’intervention du juge canadien avant et durant un arbitrage C’est un deuxième prix pour
commercial international. Ses études doctorales ont été Madame Chassigneux, qui a égale-
menées dans le cadre d’une cotutelle auprès des professeurs ment obtenu celui de la meilleure
Gérald Goldstein, de la Faculté de droit de l’Université de thèse en sciences sociales de la
Montréal, et Charles Jarrosson, de l’Université Paris II, Faculté des études supérieures de
Panthéon-Assas. l’Université de Montréal. L’ouvrage
est paru aux Éditions Thémis sous
Madame Catherine Biron, une bachelière de la promotion Cynthia Chassigneux
le titre de Vie privée et commerce
2004, a obtenu la prestigieuse Bourse Vicomte Bennett décernée
électronique.
par l’Association du Barreau canadien. D’une valeur de 25 000 $,
la bourse récompense chaque année une ou un étudiant Deux anciens étudiants de la Faculté ont été sélectionnés
exceptionnel, afin d’encourager un niveau supérieur de forma- pour agir comme clercs auprès de juges de la Cour suprême
tion, d’apprentissage et de déontologie en matière juridique. du Canada en 2006-2007. Monsieur Han-Ru Zhou, diplômé
Dès l’automne, la récipiendaire compte poursuivre des études de la Faculté en 2001, a poursuivi des études de maîtrise à
de maîtrise à l’Université Oxford, en Angleterre, où elle se la Harvard Law School après avoir complété sa formation
spécialisera dans le domaine du droit du travail et des droits professionnelle à l’École du Barreau du Québec. Il travaillera
de la personne. auprès de l’honorable Marie Deschamps. Pour sa part, Madame
Nadia Monette a été sélectionnée pour assister l’honorable
Lors de son colloque annuel, l’Association des professeurs
Morris Fish. En vertu du programme d’excellence de la Faculté,
de droit du Québec (APDQ) a décerné le prix de la meilleure
elle poursuit depuis l’automne 2004 un DESS en common law
thèse de doctorat à Madame Cynthia Chassigneux pour
nord-américaine à demi temps, parallèlement à ses études
sa thèse intitulée : L’encadrement juridique des traitements de
de 1er cycle (complétées à la session d’été 2005).
données personnelles sur les sites de commerce électronique.
Madame Chassigneux a fait ses études doctorales en

La Collation des grades – Moments de grande émotion

La Collation solennelle des grades de la 125e promotion de la Faculté s’est tenue le jeudi 7 octobre 2004. En plus
de souligner le mérite des diplômés, la Collation des grades a été l’occasion de remettre à l’honorable Bernard Grenier
la médaille de la Faculté en guise de reconnaissance de la constante association qu’il a maintenue avec la Faculté où
il a été chargé de cours ou de travaux pratiques pendant une vingtaine d’années. Comme l’a mentionné la doyenne
Anne-Marie Boisvert ce soir-là, « monsieur le juge Grenier, juge à la retraite de la Cour du Québec et actuel président
de l’Association des diplômés en droit (ADDUM), est un modèle d’intégrité, d’un professionnalisme extraordinaire. »

La Collation des grades 2005 aura lieu le jeudi 6 octobre 2005, à l’amphithéâtre Ernest-Cormier du Pavillon
Roger-Gaudry. À cette occasion, l’Université de Montréal, sur la recommandation de la Faculté de droit, décernera
un doctorat honoris causa au professeur Peter Hogg, ancien doyen et professeur émérite de la Faculté de droit
Osgoode Hall, de l’Université York, à Toronto. Le professeur Hogg est reconnu comme une sommité en droit
constitutionnel canadien.

6 droit montréal
La rentrée : un moment privilégié de l’année
La séance inaugurale de l’année universitaire est toujours
un grand moment pour la communauté facultaire. Il est de
tradition que le mardi de la rentrée, le doyen ou la doyenne
s’adresse à ses collègues et aux étudiants pour leur offrir
ses bons vœux. Il est également de tradition d’y entendre un
invité de marque. Pour lancer l’année 2004-2005, la doyenne
a invité l’honorable François Doyon, juge à la Cour d’appel
du Québec, et pendant longtemps chargé de cours à la Faculté.
C’est le journaliste Yves Boisvert, un diplômé de la promotion
De gauche à droite, l’hon. François Doyon, j.c.a., l’hon. Bernard
1987, qui fut chargé de donner le coup d’envoi de l’année Grenier, président de l’ADDUM, la doyenne Anne-Marie Boisvert
universitaire 2005-2006. et l’hon. Jacques Chamberland, j.c.a., juge en résidence.

Conférences

Année après année, la Faculté est l’hôte de nombreuses conférences dont certaines à
caractère international. La dernière année universitaire a été particulièrement occupée à ce
chapitre pour la Faculté et ses professeurs. En septembre 2004, une partie des travaux
des Journées québécoises de l’Association Henri-Capitant s’y sont déroulés. Le professeur
Benoît Moore était en charge de ces activités sur le thème de L’indemnisation du préjudice.
En octobre, se tenaient les Dix-septièmes Entretiens du Centre Jacques-Cartier. Ce colloque,
organisé conjointement par la Chaire du notariat et la Chaire L.R. Wilson, toutes deux ratta-
L’hon. louise Otis, j.o.a chées à la Faculté, et la Faculté de droit et science politique de l’Université Lyon II, a porté
sur l’impact des technologies de l’information sur l’évolution des principes juridiques. Enfin,
en juillet 2005, le congrès annuel de l’ATRIP (International Association for the Advancement
of Teaching and Research in Intellectual Property), dont la professeure Ysolde Gendreau
est la présidente, se tenait à l’Université de Montréal sous le thème de Propriété intellectuelle :
Entre l’art et l’argent.

D’autres conférences ont par ailleurs lieu


En cette année du décès de l’honorable Albert Mayrand, Me Simon Venne chaque année, parmi lesquelles la Conférence
a tenu à faire l’éloge, au nom de la promotion de 1962, de ce grand juriste. Albert-Mayrand. L’idée même de créer cet
événement annuel est née d’une fructueuse
« À la fois praticien, professeur, rédacteur et auteur prolifique, juge et
collaboration entre la Faculté et ses diplômés
jurisconsulte auprès de l’Assemblée nationale, Albert Mayrand a été
de la Promotion de 1962. Ces derniers ont
au coeur des changements qui ont marqué la communauté juridique
constitué un fonds de dotation destiné à
et la société québécoise au cours du dernier demi-siècle », résume
assurer la pérennité de ce cycle de conférences,
Me Venne. Albert Mayrand est, avec le notaire Roger Comtois et Me Simon Venne
qui visait à honorer le praticien, le professeur,
Maximilien Caron, l’un des premiers professeurs de carrière de la Faculté de droit, s’adonnant
le magistrat et le merveilleux auteur qu’a été
d’abord à l’enseignement du droit romain, pour toucher, par la suite, à nombre de facettes
tour à tour ou simultanément Albert Mayrand.
du droit civil (le droit des personnes et des biens, des successions, la responsabilité civile,
Chaque année, les Éditions Thémis publient
les contrats, le droit de la famille et les régimes matrimoniaux). Il aura occupé, durant
le texte de la conférence.
de nombreuses années, des postes à la direction de la Faculté, sans pour autant délaisser
l’écriture, « sa principale marque de commerce », de dire Me Venne. Le 11 novembre 2004, la Faculté recevait
l’honorable Louise Otis, juge à la Cour d’appel
Citant les titres de grands ouvrages devenus des classiques de la doctrine québécoise
du Québec, qui a fait part à l’auditoire de ses
(Les successions ab intestat, le Dictionnaire des maximes latines, réédité à deux reprises,
réflexions sur un sujet fort à propos, en ce
mais surtout L’inviolabilité de la personne humaine), Me Venne rappelle que « si vous relisez
jour de l’Armistice, à savoir La transformation
un tant soit peu Albert Mayrand, vous constaterez que la gravité et la complexité des sujets
de notre rapport au droit par la médiation
abordés n’empêchent toutefois pas celui-ci d’alléger constamment le texte par un irrépres-
judiciaire.
sible sens de l’humour ».
La 9e Conférence Albert-Mayrand aura lieu
Pour Me Venne, « toute l’œuvre d’Albert Mayrand est imprégnée du souci et du respect
le jeudi 20 octobre prochain. L’invité
de l’être dans son entier, c’est-à-dire comme mesure de tout agir et de tout savoir. Si je
d’honneur, le professeur Christophe Jamin,
devais résumer en un trait l’œuvre d’Albert Mayrand, je n’aurais aucune peine à parler
de l’Institut d’Études Politiques de Paris,
d’une érudition toute entière au service de la justice, et donc de la personne humaine.
présentera ses réflexions sur Le solidarisme
Il est des êtres que l’on souhaiterait éternels : Albert Mayrand était de ceux-là », de
contractuel : un regard franco-québécois.
conclure Me Venne.

droit montréal 7

Dossier

Une faculté

ouverte sur le monde




En janvier dernier, la Faculté lançait, pour la


quatrième année consécutive, son programme


d’été en Chine. Il s’agit là d’une des manifestations


du courant d’internationalisation qu’a pris, au
cours des dernières années, la Faculté de droit,
mais ce n’est pas la seule.
Qu’il s’agisse des nombreux programmes
d’échanges d’étudiants, de la création de
programmes d’études et de projets de recherche
offrant plusieurs perspectives internationales
ou simplement de l’accueil de professeurs
étrangers invités à donner des enseignements,
nombreuses sont les occasions, pour les membres
de la Faculté, de s’ouvrir sur le monde.
Déjà en 1998, la Faculté mettait sur pied un
programme qui aura permis à soixante-huit
étudiants africains d’obtenir un diplôme d’études
supérieures axé sur la Démocratie et les médias.
Ce programme, maintenant fermé, avait pour but
de stimuler le développement d’une culture de
libre circulation de l’information. Pour ce faire,
diverses activités visant le soutien à l’émergence
d’une presse forte, viable et pluraliste avaient
été organisées dans quatre pays africains, à
savoir le Bénin, le Mali, la Guinée et le Ghana.

8 droit montréal
De la formation de juges chinois à Nos étudiants profitent maintenant des La deuxième édition du programme d’études
Montréal à la formation d’étudiants liens ainsi tissés avec Beijing. et de stages destiné aux juges chinois,
québécois en Chine stagiaires du Collège national de la magis-
Depuis 2002, la Faculté organise un
trature chinoise supervisé par la Cour
On se rappellera que la Faculté de droit programme d’été en Chine en collaboration
suprême populaire de Chine, s’est terminée
de l’UdeM, en partenariat avec celle avec la China University of Political
avec la remise des diplômes. La cérémonie
de l’Université McGill et l’Institut canadien Science and Law (CUPL). Durant quatre
s’est déroulée en présence de nombreux
de l’administration de la justice, avait semaines en mai et juin, des étudiants
dignitaires et représentants de la magis-
créé, en 1998, un programme visant à et diplômés de la Faculté ou d’autres
trature canadienne.
contribuer au renforcement de la qualité universités assistent à des cours de droit
du pouvoir judiciaire en Chine. chinois, ponctués de visites tant culturelles
que professionnelles, le tout, sous la
Une trentaine de juges chinois, stagiaires
supervision de professeurs de la Faculté.
du Collège national de la magistrature
Si les circonstances le permettent, la
chinoise, avaient ainsi séjourné durant
Faculté compte encore l’offrir en 2006.
10 mois à Montréal. Le programme visait
à leur faire mieux comprendre le concept Une délégation de la CUPL, dirigée par
de la primauté du droit, tant au plan son président, le professeur Shi Yajun,
théorique que pratique, en plus de les était de passage à Montréal, en mai dernier,
initier aux deux grandes familles juridiques pour conclure un protocole d’entente
occidentales que sont le droit civil et la visant l’organisation, par la Faculté, d’un
common law. Le séjour des juges chinois programme destiné aux étudiants de
au Canada se terminait par un stage cette université. Celui-ci devrait être mis
auprès de cabinets ainsi qu’à la cour. De en place pour l’été 2006.
retour dans leur pays, les stagiaires ont
complété leur formation par une série
de cours, conférences ou séminaires afin
de devenir eux-mêmes formateurs au
Collège national de la magistrature.

droit montréal 9
Le programme d’été en Chine :
Six crédits, mais bien plus encore !
Par Anne-Marie Breton, étudiante de la première cohorte (2002)

Après de longues heures d’avion, les étudiants ont été accueillis par du personnel
de la CUPL. Le premier soir, ils furent conviés dans une salle de réception située tout
Amélie Dionne Charest près de leur hôtel, un deux étoiles niché dans le district de Haidian (le quartier étudiant).
de la cohorte 2004 Un banquet à la manière chinoise leur a été servi : une dizaine de convives par table,
avec les yeux rivés sur cette multitude de plats placés sur un plateau tournant au
centre de la table.

Dès le lendemain matin, les étudiants se rendirent à l’université, située à quelques


minutes de marche de l’hôtel. Les cours furent, pour la plupart, donnés en anglais
et comprenaient des notions de droit criminel, droit constitutionnel, droit fiscal,
propriété intellectuelle, droit des contrats, transactions commerciales internationales,
droit de la famille, et autres. En plus de ces cours magistraux, l’expérience comportait
des visites à saveur mi-académique, mi-culturelle : l'Assemblée nationale populaire
(qui compte près de 3000 députés), la CIETAC (China International Economic and
Trade Arbitration Commission) et l’antenne
chinoise de bureaux juridiques canadiens.
Dans le cadre du volet touristique du
séjour à Beijing, les étudiants ont eu
l’occasion de visiter l’Ambassade cana-
dienne, la Cité interdite, la Grande Muraille
située à Badaling, en banlieue de Beijing,
et le Mausolée de Mao Ze Dong, situé
dans le périmètre de la Place Tianan men.
Certes, le choc culturel a été important. Si
certains maîtrisaient quelques mots en
mandarin, la majorité des participants ont
trouvé la barrière linguistique éprouvante.
Au niveau de la nourriture, la diversité
et la quantité étaient toujours au rendez-
vous. Bien que certains aient eu du mal
à manier les baguettes en début de
séjour, ils ont su rapidement surmonter
cette difficulté.

Plusieurs étudiants ont profité de l’occasion


pour visiter d’autres villes, d’autres régions
de cet immense pays. Certains sont allés
à Xi’an, autrement connue sous le nom
de « capitale culturelle » de la Chine. Xi’an est située dans le centre de la Chine, à 1 h 30
Des étudiants québécois sur
de vol (ou 14 h de train) de Beijing. C’est là qu’un millier de soldats en argile de taille
la Place Tianan men
humaine datant du premier empereur de la dynastie Qin ont été retrouvés et sont
aujourd’hui exposés dans 3 voûtes. D’autres se sont dirigés vers l’est, à Shanghai,
où ils ont eu l’impression d’être en territoire quasi occidental. En tant que capitale
économique de la Chine, Shanghai est beaucoup plus industrialisée et internationalisée,
et elle regorge d’hommes d’affaires des quatre coins de la planète. Finalement, d’autres
ont mis le cap vers le sud, et ont passé du temps dans les villes plus rurales de
Chengdu et Guangzhou, avant de se diriger vers Hong Kong à bord d’un aéroglisseur
des plus performants.

10 droit montréal
Mais il n’y a pas que les Chinois…
Le « projet des juges chinois » et le et y entamer un nouveau projet de and Economic Law, à la CUPL, entretenait
programme d’été en Chine sont proba- recherche sur la sécurité sociale dans nos étudiants de questions de droit
blement ceux qui ont le plus contribué une perspective comparée Islande- international privé lors d’un cours intitulé
à placer, dans l’imaginaire, la Faculté sur Scandinavie. Elle en a profité pour se « Legal reform of China – Response of a
l’échiquier international. Mais il n’y a pas familiariser avec le système bijuridique transition country to the changing world ».
que la Chine, loin s’en faut ! En effet, du Québec. La Faculté a également
D’autres professeurs étrangers ont aussi
depuis plusieurs années, la Faculté est accueilli le professeur Graeme Laurie,
fait bénéficier nos étudiants de leur
un pôle d’attraction pour bon nombre de l’École de droit de l’Université
science au cours de la dernière année,
de professeurs étrangers, qui, pour y d’Edimbourg, et le professeur Antoni
soit la professeure Monique Doreau-
poursuivre un projet de recherche à Milan, de la Faculté de droit de
Tranquard de France (Poitiers), le
l’occasion d’une sabbatique, qui, pour y l’Université autonome de Barcelone.
professeur Leonard Araujo du Brésil
dispenser des enseignements dans le
La Faculté accueille plus souvent encore et le professeur Andreas Auer de Suisse
cadre de l’un ou l’autre des programmes
des professeurs d’universités étrangères (Genève).
d’études supérieures.
pour dispenser des enseignements.
À titre d’exemples, au cours de la dernière Ainsi, en 2004-2005, le professeur
année, la professeure Ragnhildur Néji Baccouche, doyen fondateur de la
Helgadottir, spécialiste en droit constitu- Faculté de droit de l’Université de Sfax,
tionnel et administratif de l’Université de en Tunisie, a dispensé un cours sur les
Reykjavik, en Islande, a séjourné à la investissements étrangers en Tunisie
Faculté pour y terminer une étude sur tandis que le professeur Wang Weiguo,
le droit comparé américain et scandinave doyen de la School of Civil, Commercial

droit montréal 11
Les voyages forment
la jeunesse…
La Faculté l’a compris depuis
longtemps déjà !
Plusieurs de nos étudiants séjournent, en cours de programme,
dans une autre faculté de droit au Canada ou à l’étranger, pour
y étudier durant au moins un trimestre. La Faculté les encourage
ainsi depuis de nombreuses années à aller vivre une expérience
qui dépasse le strict cadre pédagogique et qui les confronte
à une autre réalité.

S’il est loisible aux étudiants d’aller dans l’une des quelque
200 universités avec lesquelles l’Université de Montréal a signé
un accord de coopération, en Europe, au Moyen-Orient,
en Amérique, en Afrique ou en Asie, la plupart des étudiants qui
choisissent de prendre part à un échange le font dans une
faculté partenaire de la Faculté de droit, qui sont actuellement
au nombre de treize. Outre Poitiers qui fut la première faculté
partenaire, les étudiants peuvent notamment aller à Paris et
Lyon, en France, à Louvain-la-Neuve et Namur, en Belgique,
à Genève et Neuchâtel, en Suisse, à Barcelone, en Espagne,
à Bologne, en Italie, et à Buenos Aires, en Argentine.

Par ailleurs, les étudiants qui désirent se familiariser avec les


principes de droit privé de la common law canadienne et
développer des réseaux avec des juristes du Canada anglais
ont le choix entre Osgoode Hall (Université York, à Toronto) et
la Faculté de droit de l’Université de Colombie-Britannique.

Les programmes d’échanges sont offerts aux étudiants de tous


les cycles, mais ce sont surtout les étudiants du baccalauréat
qui s’en prévalent.

12 droit montréal
En contrepartie des séjours de nos étudiants dans d’autres universités, la Faculté
accueille plusieurs étudiants étrangers tant au premier cycle qu’aux études supérieures.
Ces étudiants proviennent traditionnellement de la France, mais également, de plus
en plus, de l’Afrique sub-saharienne, du Maghreb, de l’Amérique latine et de l’Europe
de l’Est. Ainsi, les étudiants étrangers comptent pour près de 20 % de la population
étudiante inscrite à nos divers programmes d’études supérieures pour lesquels une
formation de premier cycle du Québec n’est pas un critère d’admission.

La Faculté vient de mettre sur pied un programme d’échanges aux études supérieures
avec la Faculté de droit de l’Université Lumière Lyon II. Inscrits au Master 2 profes-
sionnel – spécialité Droit des affaires comparé, les étudiants français suivent un
trimestre de cours à Lyon II et doivent poursuivre l’autre à l’Université de Montréal.
Le programme est complété par un stage de 2 mois. Du côté québécois, les étudiants
inscrits à la maîtrise en droit des affaires ont la possibilité de suivre un trimestre
à l’Université Lyon II.

Dans un autre ordre d’idées, la Faculté


encourage depuis plusieurs années
L’ouverture des étudiants ses étudiants de doctorat à poursuivre
sur le monde : leur projet de recherche en cotutelle
avec un professeur d’une institution
Le point de vue des employeurs française. À ce jour, une vingtaine
Un étudiant qui a vu du pays, c’est plus qu’un simple étudiant. d’étudiants ont ainsi obtenu leur doctorat.
« Notre impression, c’est que les échanges, les programmes Certains d’entre eux ont même reçu
à l’étranger, ça apporte une maturité à l’étudiant, affirme deux diplômes puisque, depuis 1996,
Me Janet Casey, responsable du recrutement des stagiaires chez un doctorant qui réussit sa thèse en
Borden, Ladner, Gervais. On les voit avant, parfois, et ils arrivent cotutelle obtient aussi bien un diplôme
ici après un voyage d’échange : c’est incroyable qu’ils aient la possi- de l’université française que de
bilité de faire ça. C’est enrichissant, ils sont plus épanouis. Alors, l’Université de Montréal. Une dizaine
on essaie de les accommoder. » Même son de cloche de la part d’étudiants sont inscrits en cotutelle
de madame Louise Violette, de chez Fraser, Milner, Casgrain, pour cette année.
qui « ça leur donne trois mois de grande autonomie, souvent
pour la première fois de leur vie. Si j’avais des enfants à la Faculté
de droit, je les pousserais à faire un échange ! », conclue-t-elle.

droit montréal 13
Nouveaux programmes en droit Le programme ATLAS : Les cours porteront sur deux thémati-
international et en droit et travail un programme d’élite ques qui sont fortement interreliées : le
droit transnational et la gouvernance ainsi
Ces dernières années, la Faculté a offert La Faculté fait partie d’un nouveau
que le droit comparé et la globalisation.
régulièrement des cours portant sur le consortium de facultés de droit presti-
Cette École d’été sera jumelée à des
droit international économique, la protec- gieuses dont l’objectif principal est l’étude
activités de recherche auxquelles partici-
tion des réfugiés, le droit pénal interna- des enjeux liés à la bonne gouvernance
peront les membres du corps professo-
tional, le droit de l’Union européenne, et au droit transnational. Ce consortium
ral des universités membres du consor-
le droit international du travail, la mon- porte le nom de ATLAS (Association of
tium.
dialisation, l’État de droit, l’arbitrage Transnational Law School) et regroupe
international, les transactions commerciales les facultés de droit des universités La participation de la Faculté à ce
internationales, etc. Depuis peu, ces suivantes : Universidad de Deusto consortium s’inscrit au cœur même de sa
cours font partie d’un microprogramme (Espagne), New York University, London mission d’enseignement et de recherche.
(5 cours), d’un DESS (10 cours) et d’une School of Economics and Political Elle accentue de surcroît l’importance
option de maîtrise en droit international. Science, Université de Montréal, Monash d’activités dont l’objectif est l’ouverture
Par ailleurs, la Faculté s’est associée University (Australie) et Osgoode Hall sur le monde.
à l’École de Relations industrielles de Law School (York University).
l’Université de Montréal pour offrir une
Dans un premier temps, ATLAS consacrera
formation de deuxième cycle analysant
ses énergies à l’organisation d’une École
les mutations du monde du travail. Ce
doctorale d’été dont l’objectif
microprogramme en droit et travail
est de permettre aux
comporte cinq cours portant notamment
étudiants qui s’y inscriront
sur les fondements du droit du travail,
de devenir les leaders de
les nouvelles formes d’emploi, la protection
demain. Celle-ci se tiendra à
de l’emploi, les rapports collectifs, l’impact
tour de rôle dans chacune
des chartes et le droit international.
des facultés participantes.
common law canadienne. Certains cours
à option sont par ailleurs principalement
orientés vers le droit américain. L’étude
du U.C.C. (Uniform Commercial Code)
est, entre autres, un des sujets abordés.

La Faculté a opté pour une formation


de deuxième cycle en common law qui
prend la forme d’un Diplôme d’études
supérieures spécialisées (DESS) de 32
crédits (11 cours), c’est-à-dire ayant des
La maîtrise de la Common Law objectifs pédagogiques plus ambitieux
qu’une ’quatrième année’ selon le modèle
nord-américaine : un « must » dans qui existe dans d’autres universités
la pratique juridique contemporaine canadiennes.

Comme l’explique le nouveau vice-doyen


Il y a quatre ans, la Faculté inaugurait sur pied de ce programme, il a semblé aux études supérieures et à la recherche,
un programme de deuxième cycle en qu’il était devenu important de donner Michel Morin : « les diplômés en droit
common law nord-américaine après aux juristes québécois les moyens de québécois ont acquis une bonne
avoir constaté, par sondage auprès des la polyvalence ». De la même façon qu’il connaissance du rôle de la jurisprudence
étudiants, un intérêt certain pour ce est crucial de pouvoir travailler autant dans le système de common law, princi-
genre de formation. La Faculté envisageait en anglais qu’en français, il est important palement en droit public; ils maîtrisent
l’instauration d’un tel programme depuis d’être capable de jongler avec les déjà les notions fondamentales de droit
1999, afin d’assurer à ses étudiants une concepts des deux systèmes pour être privé et peuvent aborder rapidement les
formation intégrée des deux systèmes. compétitif au sein de l’espace juridique. questions complexes, en procédant à une
S’il y a quinze ans, le droit comparé était comparaison des droits québécois, cana-
En offrant ce programme qui n’existait
une curiosité intellectuelle, il est, dans dien et américain. Cela ne serait pas pos-
nulle part ailleurs, la Faculté s’était donné
le contexte mondial d’aujourd’hui, sible s’ils étaient jumelés à des étudiants
pour mission d’offrir aux juristes québécois
une nécessité. de premier cycle, comme cela se produit
une formation complémentaire sur le
souvent dans les universités canadiennes. »
plan de la perspective comparative entre C’est dans cet esprit, et notamment afin
deux grands systèmes de droit et de les de mieux répondre aux transformations Au fil des ans, la Faculté a rajouté un
préparer à devenir plus compétents au liées à l’intégration économique nord- microprogramme pour répondre aux
plan professionnel. Même si tous les américaine, que la Faculté a décidé de besoins de juristes qui désirent simplement
juristes québécois n’aspirent pas à devenir donner une orientation nord-américaine acquérir quelques connaissances
membres d’un barreau pour lequel une à son enseignement de la common law. d’appoint en étudiant à temps partiel,
formation en common law est exigée, Les autres provinces canadiennes et sans nécessairement viser l’obtention d’un
la plupart ont intérêt à connaître les les États-Unis étant des lieux privilégiés diplôme. Depuis peu, elle offre également
notions de droit privé de common law, du commerce québécois ainsi que la possibilité pour les détenteurs du
puisque plusieurs dossiers comportent du déploiement professionel des juristes, DESS de poursuivre leur formation en
désormais des éléments d’extranéité. plusieurs secteurs du droit, comme le vue de l’obtention d’un diplôme de maîtrise.
« Compte tenu de la configuration des droit des affaires et le droit des techno- Ce diplôme s’obtient après avoir complété
échanges économiques et du déploiement logies, sont fortement influencés par les tous les cours du DESS, en rédigeant un
des professions juridiques, tant au règles de la common law. Afin de coller travail dirigé d’environ une soixantaine
Canada qu’à travers le monde, soulignait à cette réalité, chacun des cours comporte de pages, selon une formule qui a déjà
Louise Rolland, la vice-doyenne aux une dimension « américaine », voire fait ses preuves en droit des affaires et
études supérieures ayant piloté la mise latino-américaine, en sus du contenu de en droit des technologies de l’information.

droit montréal 15
LexUM
étend les frontières
de l’informatique juridique
Si toute la communauté juridique connaît LexUM, plusieurs
ignorent peut-être qu’il s’agit en fait du laboratoire d’informatique
juridique de la Faculté de droit. Celui-ci a été mis sur pied en
1993 à l’initiative du professeur Daniel Poulin, dans le contexte
de la création du premier site Web juridique canadien, celui
des décisions de la Cour suprême du Canada. Depuis, le
professeur Poulin et son équipe ont contribué à la mise en
ligne d’une grande partie de la documentation juridique
canadienne. Ces dernières années, LexUM s’est également
investi dans la coopération internationale, contribuant ainsi
à étendre les frontières de l’informatique juridique.

L’équipe compte aujourd’hui une vingtaine de professionnels


en informatique et en droit, appuyés par autant d’étudiants.
Sa stratégie se base sur l’utilisation poussée des technologies
pour l’amélioration de l’accès au droit et à la justice. L’expertise
de LexUM couvre divers aspects de l’application des technologies
de l’information au droit :

■ développement de technologies pour la diffusion libre


du droit;
■ design de systèmes de gestion de l’information judiciaire;
■ création de normes techniques et documentaires pour le
monde judiciaire;
■ soutien au développement international dans l’utilisation
des technologies de l’information en droit;
■ élaboration de stratégies d’application des technologies
en droit.

Dans ces domaines, LexUM se situe sans conteste parmi les


chefs de file, tant sur le plan canadien qu’à l’échelle internationale.

16 droit montréal
Au Canada, cette notoriété découle en organisations internationales intéressées cataloguées. Droit francophone est muni
grande partie de l’Institut canadien à favoriser l’accès au droit par la coopé- d’une interface de gestion Web sécurisée
d’information juridique (IIJCan/CanLII), ration internationale, ainsi qu’avec de permettant la mise à jour décentralisée
qui constitue la plus importante ressource nombreuses institutions étrangères vouées de la totalité de son contenu.
fournissant un accès libre au droit canadien à la diffusion du droit. En conséquence,
sur Internet. IIJCan résulte du partenariat l’équipe a conçu et gère présentement
établi entre les barreaux canadiens et plusieurs projets de développement
la Chambre des notaires par le biais de international impliquant l’utilisation des
la Fédération des ordres professionnels technologies de l’information en droit.
de juristes du Canada avec LexUM. Selon
Disponible en ligne depuis 2000, le site
cette entente, LexUM développe pour
Juris International en est un exemple.
son partenaire une bibliothèque du droit
Ce site est une ressource multilingue
canadien en accès libre. Aujourd'hui,
(anglais, espagnol et français) d’information
IIJCan regroupe 67 collections de décisions
juridique en matière de commerce
des tribunaux de niveau fédéral et de
international. Réalisé en collaboration
toutes les provinces et territoires du
avec le Centre du commerce international
Canada. Le site diffuse également des
et Juripole de l’Université de Nancy, LexUM a contribué à la mise sur pied
versions historiques et les versions
il comprend des instruments juridiques du premier Institut d’information juridique
courantes des lois et des règlements de
internationaux, des modèles de rédaction ouest-africain. À gauche sur la photo,
13 des 14 ressorts législatifs canadiens.
de contrats, un répertoire des centres de le directeur de LexUM, le professeur
À ces vastes collections documentaires
règlement de litiges et des associations Daniel Poulin.
se greffe un puissant moteur de recherche.
de juristes d’affaires ainsi que des collec-
Mis à part IIJCan, LexUM est impliqué tions spécialisées (Accords de l’OMC, Plus récemment, LexUM a contribué
dans le développement et la mise à jour droit de l’OHADA, commerce électronique). à la mise sur pied du premier Institut
de nombreuses ressources en ligne au d’information juridique ouest-africain.
Le portail juridique de l’Agence inter-
profit des institutions juridiques cana- JuriBurkina a pour objectif premier
gouvernementale de la francophonie,
diennes. C’est le cas du site Web des la mise en ligne de la jurisprudence du
Droit francophone, est une autre réalisation
décisions de la Cour suprême, de la Cour Burkina Faso. Ce projet est réalisé en
internationale de LexUM. Il constitue
fédérale (1ère instance et division d’appel), collaboration avec l’Ordre des avocats
la porte d’accès au droit des États
de la Cour de l’impôt et des cours de du Burkina Faso, le Secrétariat Général
membres de la francophonie. Le site Web
la Nouvelle-Écosse, ainsi que du site du Gouvernement du Burkina Faso
comporte un catalogue de plusieurs
des Lois du Canada du Ministère de et ZCP informatique. Il est financé par
milliers d’hyperliens évalués, commentés
la Justice. LexUM assure également la l’Agence intergouvernementale de la
et mis à jour régulièrement. Il offre
coordination et le secrétariat du Comité Francophonie et le Centre de recherches
également l’accès à des collections
canadien de la référence, et ce, depuis pour le développement international
documentaires juridiques nationales et
sa création en 1998. du Canada.
régionales. De plus, son moteur de
L’expérience acquise dans ces projets recherche juridique francophone permet
nationaux a permis à LexUM de déve- d’effectuer des recherches dans l’ensemble
lopper des partenariats avec plusieurs des documents diffusés par les ressources

droit montréal 17
Un autre aspect du volet international de
Le laboratoire LexUM de la Faculté de droit obtient le Prix Hugh
LexUM tient dans le rôle que jouent ses
Lawford d’excellence en édition juridique 2005
membres dans le cadre de consultations
concernant l’élaboration et l’intégration Le 17 mai dernier, lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association canadienne
de stratégies d’application des technologies des bibliothèques de droit à St-John’s de Terre-Neuve-et-Labrador, le laboratoire
en droit. En 2003, l’équipe a ainsi contribué LexUM a reçu le prix Hugh Lawford d’excellence en édition juridique. Cette recon-
au projet de modernisation de la justice naissance des professionnels de l’information juridique constitue le seul prix offert
algérienne du Programme des Nations aux éditeurs canadiens tant pour les ouvrages juridiques imprimés qu’électroniques.
unies pour le développement et, en
Le prix d’excellence a été attribué à LexUM pour la réalisation de la ressource de
2005, à son projet d’appui à la moderni-
l’Institut canadien d’information juridique (IIJCan), mieux connu sous son acronyme
sation de l’appareil judiciaire tunisien.
anglais CanLII. Lors de la remise du prix au professeur Daniel Poulin, la représentante
Dans le même ordre d’idées, en 2004,
de l’Association canadienne des bibliothèques de droit, Madame Rosalie Fox,
LexUM s’est vu confier le mandat, par
directrice de la bibliothèque de la Cour suprême du Canada, a tenu à souligner la
l’Union internationale des télécommuni-
contribution exceptionnelle d’IIJCan à l’accès au droit au Canada. L’obtention du prix
cations et la Banque Mondiale, de
fait également suite aux progrès marquants réalisés par la ressource Internet
préparer une étude de faisabilité relative
d’IIJCan au cours de la dernière année, notamment la mise en place d’un nouvel
au développement et à la mise en place
outil de recherche mieux adapté au droit (ELIISA) et la réalisation du citateur RefLEX.
d’une base de données multilingue des
décisions des différents régulateurs
en matière de télécommunications.

Finalement, en plus d’exporter son savoir- de la 6e conférence, organisée à Paris en


faire, LexUM contribue au développement 2004 en partenariat avec l’Association
de l’informatique juridique sur la scène des professionnels de l’information et de
internationale en s’impliquant activement la documentation (ADBS), l’Association
dans les principales conférences dans ce pour le développement de l’information
domaine. LexUM participe depuis leurs juridique (ADIJ) et Juriconnexion.
débuts, en 1997, aux conférences
Ainsi, au fil des ans, LexUM est devenu
internationales « Internet pour le droit. »
l’un des principaux pôles de recherche à
En 2002, LexUM fut l’hôte de la 4e édition
la Faculté de droit. Ce développement
qui portait une attention particulière
assure à la Faculté le rôle de chef de file
à l’accès libre à l’information juridique
dans le domaine au Canada et en fait
facilité par Internet, ainsi qu’aux change-
un des principaux centres de recherche
ments considérables dans le processus
en informatique au monde. Initialement
juridique apportés par l’utilisation des
rattaché au CRDP, LexUM est devenu
nouvelles technologies. Plus de 400
récemment un laboratoire de recherche
experts canadiens et internationaux ont
à part entière, le premier à la Faculté.
participé à l’événement. LexUM a également
apporté son concours à la réalisation

CONNAISSEZ-VOUS CES SITES WEB DE RÉFÉRENCE...?


LexUM http://www.lexum.umontreal.ca/
IIJCan/CanLII http://www.canlii.org/index_fr.html
Juris International http://www.jurisint.org/pub/
Droit francophone http://droit.francophonie.org/
JuriBurkina http://www.juriburkina.org/

18 droit montréal
L’INTERNATIONALISATION
de la recherche

L’internationalisation de la Faculté, c’est également et en grande


partie l’internationalisation de la recherche qui s’y fait ou à Le professeur François Crépeau est également titulaire d’une
laquelle les professeurs, chercheurs ou étudiants de la Faculté chaire de recherche du Canada. La Chaire de recherche du
contribuent. Plusieurs des recherches qui sont menées actuel- Canada en droit international des migrations (CDIM) a pour
lement au Centre de recherche de droit public portent sur des objet d’étudier l’impact de la coopération internationale
sujets qui débordent le cadre normatif québécois ou canadien. relative au contrôle des migrations irrégulières sur les régimes
Il en va de même pour le Centre de recherche en droit des protecteurs de droits et libertés, principalement dans l’espace
affaires et du commerce international (CDACI), comme son transatlantique. Le lancement officiel de cette chaire a eu
nom l’indique. Par ailleurs, l’Université a créé, au printemps lieu le 17 mai dernier, en présence de Madame Erika Feller,
2004, un centre de recherche exclusivement dédié à la recherche Directrice du Bureau de la protection internationale du
portant sur des thèmes transnationaux, le Centre d’études Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
et de recherches internationales de l’Université de Montréal
(CÉRIUM). Pour en présider les destinées scientifiques,
La dynamique transatlantique, les défis de la mondialisation
l’Université a nommé un spécialiste en droit international
économique, la gouvernance démocratique, la paix et la sécurité,
humanitaire, le professeur François Crépeau, de la Faculté
la diversité, les identités et les transferts culturels, les enjeux et
de droit.
stratégies du développement, sont autant de thèmes auxquels
Le CÉRIUM : focus sur le monde ! le Centre s’intéresse. Grâce au dynamisme de son directeur et
des chercheurs qui y sont associés, le CÉRIUM organise toute
Entre autres missions, le Centre vise à créer une plus grande
une série d’activités telles que cycles de conférences, séminaires,
synergie entre les différents chercheurs engagés dans l’étude
séminaires d’étudiants, colloques ou journées d’études ponctuels,
de phénomènes internationaux, qu’ils oeuvrent à titre individuel
grandes conférences annuelles, ateliers et écoles d’été, etc.
ou en groupes (centres, chaires et instituts affiliés), de façon à
accroître l’activité internationale sur le campus de l’Université. http://www.cerium.ca/

droit montréal 19

Publications

Du nouveau

aux Éditions Thémis 1 CIOTOLA, P, et J. HÉTU, La Faculté de


droit et le notariat, 125 ans de formation,


Montréal, Éditions Thémis, 2004, 382 p.

2 DUMONT, H. et A.-M. BOISVERT (dir.),


La voie vers la Cour pénale internationale :


tous les chemins mènent à Rome –


Les Journées Maximilien-Caron 2003,

Montréal, Éditions Thémis, 2004, 650 p.

3 GENDREAU, Y. (dir.), Dessiner la


1 2 société par le droit - Mapping Society
Through Law, Montréal, Éditions
Thémis, 2004, 190 p.

4 LAMONTAGNE, D.-C. et J. BRISSET


DES NOS, Le droit minier, 2e édition,
Montréal, Éditions Thémis, 2005, 133 p.

5 MOLINARI, P.-A. et P. HUGUES (dir.),


Justice et participation dans un monde
global : la nouvelle règle de droit,
Montréal, Éditions Thémis, 2004, 520 p.

3 4
5 6 MORIN, M., Introduction historique
au droit romain, au droit français et au
droit anglais, Montréal, Éditions Thémis,
2004, 396 p.

7 NEUWAHL, N. (dir.), European


Union Enlargement : Law and Socio-
Economic Changes, Montréal, Éditions
Thémis, 2004, 290 p.

8 NOREAU, P., Le droit en partage :


le monde juridique face à la diversité
ethnoculturelle, Montréal, Éditions
7 8 Thémis, 2004, 270 p.

6 9 PARENT, H., Traité de droit criminel –


Tome II : La culpabilité (actus reus et
mens rea), Montréal, Éditions Thémis,
2004, 582 p.

10 ROUSSEAU, S. (dir.), L’entreprise


familiale : évolution et transmission –
Les Journées Maximilien-Caron 2004,
Montréal, Éditions Thémis, 2005, 200 p.

9 10
20 droit montréal
Saviez-vous que…?
La Coop droit de l’Université de Montréal fête cette année son 20e anniversaire.

La Coop sera présente au Salon du livre de Montréal 2005, sous le thème


Le réseau des librairies spécialisées, avec le regroupement Coopsco, la bannière
commerciale de la F.C.Q.M.S (Fédération des coopératives québécoises en
milieu scolaire).

La carte de membre confère des escomptes substantiels aux membres, et cela


même s'ils ne sont plus à la Faculté.

La Coop s'apprête à offrir ses produits par commerce électronique.

et ailleurs...
http://www.droit.coop/

ASTENGO, F. et N. NEUWAHL (dir.), A KNOPPERS, B.-M. et C. SCRIVER (dir.),


Constitution for Europe ? Governance Genomics, Health and Society:
and Policy-Making in the European Emerging Issues for Public Policy,
Union, Actes de la Conférence biennale Policy Research Initiative, 2004, 215 p.
2004 de ECSA-Canada, Chaire Jean-
LAMONTAGNE, D.-C., Biens et propriété,
Monnet, Université de Montréal, 2004,
5e éd., Cowansville, Éditions Yvon Blais,
2 volumes, 403 p. et 380 p.
2005, 630 p.
BEAULAC, S., The Power of Language
LAMONTAGNE, D.-C. et P. DUCHAINE,
in the Making of International Law —
La publicité des droits, 4e éd., 2004,
The Word Sovereignty in Bodin and
Cowansville, Éditions Yvon Blais, 592 p.
Vattel and the Myth of Westphalia,
Leiden & Boston, Martinus Nijhoff MACKAAY, E. et Y. GENDREAU,
Publishers, 2004, 200 p. Législation canadienne en propriété
intellectuelle / Canadian Legislation on
BRISSON, J.-M. et N. KASIRER, Code
Intellectual Property, 11e éd., Agincourt,
civil du Québec : édition critique / Civil
Carswell, 2004, 960 p.
Code of Quebec : A critical edition,
12e éd., Cowansville, Éditions Yvon Blais, LEMIRE, G. P. NOREAU et C. LANGLOIS
2004, 2605 p. (dir.), Le pénal en action – Le point de
vue des acteurs, Québec, Presses de
BENYEKHLEF, K. et F. GÉLINAS,
l’Université Laval, 2004, 162 p.
Le règlement en ligne des conflits –
Enjeux de la cyberjustice, Paris, Éditions NOREAU, P. et J. WOEHRLING (dir.),
Romillat, 2004, 237 p. Appartenances, institutions et citoyen-
neté, 2005, Montréal, Wilson & Lafleur,
HERVÉ, C., B.-M. KNOPPERS, P.-A.
319 p.
MOLINARI et G. MOUTEL (dir.), Place de
la bioéthique en recherche et dans les ROUSSEAU, S., Droit québécois des
services cliniques, collection « Thèmes valeurs mobilières : Lois, Règlements et
et commentaires », Paris, Éditions Dalloz, Normes (version française), 2e éd.,
2005, 216 p. Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2004,
835 p.
HÉTU, J., Loi sur le traitement des élus
municipaux, 4e éd., Brossard, CCH, ROUSSEAU, S., Droit des sociétés par
2004, 102 p. actions au Québec / Corporate Law
in Québec, Édition 2005, Toronto,
LexisNexis (Butterworths), 2005, 832 p.

droit montréal 21

Diplômés et développement


Un monde de projets :


QUAND LES ANCIENS ASSURENT LE FUTUR



La participation de la communauté
au développement de la Faculté
est d’une importance qui ne saurait
être sous-estimée. Si le phénomène
de la philanthropie est relativement
récent pour les facultés de droit
francophones au Québec, il n’est
pas exagéré d’affirmer qu’il a
récemment fait un bond prodigieux
au cours de la campagne « Un monde
de projets ». Celle-ci a permis la
réalisation de projets majeurs pour
le développement et la consolida-
tion des axes forts de la Faculté.

22 droit montréal
La campagne « Un monde de projets » Me André Prévost
(McCarthy Tétrault),
Entre 2000 et 2003, l’Université de
M. le recteur Robert
Montréal et ses écoles affiliées organi-
Lacroix, M. Pierre Beetz,
saient la première campagne du nouveau
frère de l’hon. Jean
siècle, la campagne la plus ambitieuse
Beetzm†, ainsi que M. le
jamais mise de l’avant par une université
doyen Jacques Frémont.
francophone québécoise. Au terme
de la campagne, en octobre 2003, elles
avaient réussi à dépasser largement leurs
objectifs. Il en fut de même pour la Inauguration de la
Faculté de droit. L’objectif de 2 500 000 $
était considéré très ambitieux en regard
Salle Jean-Beetz-McCarthy-Tétrault
des collectes de fonds précédentes à Le 18 novembre 2003, avait lieu l’inauguration de la Salle Jean-Beetz-McCarthy-Tétrault.
la Faculté. Or, ce sont quelque 7,3 M $, L’amphithéâtre B-2215 a ainsi été renommé en guise de reconnaissance envers le cabinet
soit près de deux fois et demi l’objectif McCarthy Tétrault et ses avocats pour le don exemplaire de 400 000 $ fait à la Faculté
initial, qui ont été recueillis. « Ce résultat dans le cadre de la campagne « Un monde de projets ». La Faculté voulait également
tout à fait inédit au Québec pour une honorer la mémoire de l’honorable Jean Beetz : diplômé, professeur pendant 20 ans et
faculté de droit, nous le devons à la doyen de la Faculté de droit de 1968 à 1970, le juge Beetz a siégé à la Cour d’appel
solidarité d’un milieu qui a décidé de du Québec et à la Cour suprême du Canada. À sa retraite, il s’est associé en qualité de
croire dans ce qui se fait de mieux au conseil au cabinet McCarthy Tétrault de 1988 jusqu’à son décès en 1991.
Québec en recherche juridique et qui
a décidé d’investir dans la formation de
la relève », rappelait le doyen de l’époque, Les activités de la Chaire s’adressent à McCarthy Tétrault, de la Société des
Jacques Frémont, lors d’une cérémonie l’ensemble de la communauté juridique alcools du Québec, du cabinet Osler,
de reconnaissance tenue à la salle et, bien qu’elles se tiennent principale- Hoskin & Harcourt, de Bell Canada,
Claude-Champagne, le 13 mai 2004. ment à la Faculté de droit de l’Université de Me Louis Lagassé et de Me André
de Montréal, la Chaire subventionne Charron.
Des résultats tangibles
également la tenue d’activités notariales
Au cours de l’année 2004-2005, la Chaire
Plusieurs projets ont été financés et ont dans les autres universités québécoises
a présenté une dizaine d’événements
vu le jour – ou verront le jour au cours (Laval, McGill, Sherbrooke, UQAM)
(séminaires, conférences, débats-midi,
de l’année qui vient. Des salles de cours et canadienne (Section de droit civil de
etc.), en plus de la tenue d’un cycle
et de séminaires ont été nommées en l’Université d’Ottawa).
de conférences sur « Le gouvernement
l’honneur d’importants donateurs, diverses
La Chaire L.R. Wilson sur le droit en ligne : enjeux pour le droit et pour
chaires ont été instaurées, des prix et
des technologies de l’information les droits ».
des bourses ont été remis à des étudiants,
et du commerce électronique
aussi bien au 1er cycle qu’aux cycles La Chaire de droit des affaires et
supérieurs grâce à la générosité des Depuis 25 ans, le droit des technologies du commerce international
donateurs de la Faculté. de l’information constitue un axe de
Le 16 mai dernier, le Comité exécutif de
recherche majeur au Centre de recherche
La Chaire du notariat l’Université de Montréal nommait le
en droit public (CRDP). Aussi, la Faculté
professeur Stéphane Rousseau comme
Créée en juin 2001, la Chaire du notariat et le CRDP nourrissaient-elles le projet
premier titulaire de la Chaire de droit des
de l’Université de Montréal est issue d’un de créer une chaire de recherche spécifi-
affaires et du commerce international.
partenariat entre la Chambre des notaires quement dédiée à l’étude du droit des TI
Rattachée au Centre de droit des affaires
du Québec et la Faculté de droit. Elle a et du e-commerce dans le but de renforcer
et du commerce international (CDACI),
débuté ses travaux en mars 2002 sous le noyau d’excellence des chercheurs
elle vise à favoriser le développement
la direction de son premier titulaire, gravitant autour de cet axe. C’est chose
d’une expertise québécoise en matière
le professeur Pierre Ciotola. Depuis juin faite depuis le 5 février 2003, alors qu’a
de droit des affaires et de commerce
2004, la titulaire est la professeure été inaugurée la Chaire L.R. Wilson sur
international.
Brigitte Lefebvre, les professeurs Pierre le droit en technologies de l’information
Ciotola et Alain Roy étant chercheurs et du commerce électronique, grâce,
associés. notamment, à la générosité de M. Lynton
R. Wilson (ancien président et chef
de la direction de BCE Inc.), du cabinet

droit montréal 23
Le Fonds Alan-B.-Gold, en hommage à un grand juriste canadien
C’est pour célébrer le 85e anniversaire À partir des sommes recueillies (plus de
de naissance de l’honorable Alan B. Gold 600 000 $) par un comité de campagne
ainsi que son 60e anniversaire d’admission dirigé par son fils Marc, un fonds capitalisé
au Barreau du Québec, que des amis a été établi, qui, grâce aux intérêts
et collègues ont décidé de créer un produits, rend possible l’octroi d’une
fonds en son honneur. Par ce geste, ils bourse annuelle de 25 000 $ aux étudiants
La Faculté inaugure la entendaient rendre hommage à la brillante en droit des cycles supérieurs de
carrière qu’a poursuivie l’hon. Gold l’Université de Montréal, où Alan B. Gold
Salle Stikeman-Elliott comme avocat et procureur, juge en chef a obtenu son diplôme avec distinction
de la Cour du Québec, puis de la Cour en 1941.
supérieure du Québec, et souligner son
À ce jour, deux étudiants ont reçu cette
apport exceptionnel à la communauté
prestigieuse bourse, Mme Cécile Bargada
montréalaise.
et M. Kaïs Belghith.

La Faculté de droit et la Faculté des études


supérieures de l’Université de Montréal
inauguraient, le 17 février dernier, la Salle
Stikeman-Elliott. La nomination de cette
salle de séminaire permet de souligner
l’apport important de ce cabinet et de nos
diplômés qui y oeuvrent, à la campagne
de financement « Un monde de projets ».
Ils ont, en effet, souscrit les sommes exem- De gauche à droite : M. le recteur Robert Lacroix, Mme Cécile Bergada, première lauréate
plaires de 215 000 $ à la Faculté de droit de la bourse Alan-B.-Gold, M. le doyen Jacques Frémont et l’honorable Alan B. Gold.
pour la Chaire en droit des affaires et du
commerce international et de 150 000 $
à la Faculté des études supérieures pour
la création d’un fonds de bourses d’études
Décès de l’honorable Gold
destinées aux étudiants inscrits au programme C’est avec une profonde tristesse que les membres de la Faculté de droit ont appris
de maîtrise en commerce électronique. le décès de l’honorable Alan B. Gold, survenu à sa résidence le 15 mai dernier.

Sur la photo, de gauche à droite, figurent Diplômé de notre Faculté en 1941, le juge Gold avait obtenu sa licence avec distinction.
la doyenne Anne-Marie Boisvert, le recteur À l’instar de plusieurs anglophones montréalais de l’époque et d’aujourd’hui, il avait
Robert Lacroix, Mes Pierre Raymond et fréquenté la Faculté de droit de l’Université de Montréal pour apprendre le français
Michel Décary, du cabinet Stikeman Elliott, et pouvoir plaider dans cette langue. « J’ai toujours cru que ma carrière d’avocat et de
et M. Louis Maheu, doyen de la Faculté des juge avait pris naissance à l’Université de Montréal et je me sens endetté envers la
études supérieures Faculté. C’est là que j’ai pris contact avec la langue, la culture et le milieu francophones »,
avait déclaré l’honorable juge Gold à l’occasion de l’inauguration du fonds de dotation
constitué en son honneur.

« Maintenant, c’est la Faculté qui se sent redevable envers ce grand humaniste qu’a
été Alan B. Gold », souligne la doyenne de la Faculté, Anne-Marie Boisvert.

24 droit montréal
La Bibliothèque de droit a reçu un don bien particulier, cette année.
En effet, M. Paul Gérin-Lajoie a remis à notre bibliothèque sa
collection privée comprenant plusieurs centaines de documents en
droit, en histoire et en sciences politiques, ainsi qu’une copie de tous
les discours et allocutions qu’il avait prononcés jusqu’au jour du
don. M. Gérin-Lajoie est un ami de longue date de la Faculté, ayant
été l’instigateur, en 1961, de la création de l’Institut de recherche
en droit public (rebaptisé Centre de recherche en droit public de
l’Université de Montréal), alors qu’il était ministre au gouvernement
du Québec. Actif sur la scène publique du Québec, notamment dans
les domaines de l’éducation et des relations internationales, Monsieur
Gérin-Lajoie a été président de l’Agence canadienne de développement
international (ACDI) avant de mettre sur pied la Fondation
Paul-Gérin-Lajoie vouée à l’éducation en Afrique et en Haïti.

La bibliothèque de droit accueille bellement ses usagers


Dans le cadre de la campagne institutionnelle « Un monde de projets », la Faculté
de droit a décidé d’affecter une partie des dons reçus à la Bibliothèque de droit.
La rénovation des lieux a été jugée prioritaire, considérant que la bibliothèque avait
ouvert ses portes à la fin des années 60 et n’avait pas été rénovée depuis. L’aire de
services aux usagers était devenue tout à fait insatisfaisante et les aménagements
désuets.
Cette contribution de la Faculté, récoltée auprès des donateurs, a permis ensuite
à la Direction des bibliothèques de démarrer et de réaliser un magnifique projet de
rénovation, avec la participation financière de la Direction des immeubles.

L’entrée de la bibliothèque, qui porte désormais le nom de Hall Ogilvy-Renault, le


comptoir de prêt et l’aire de référence ont été complètement rénovés. Ces espaces
sont maintenant beaucoup plus fonctionnels pour l’ensemble des usagers et pour
le personnel. De plus, une nouvelle atmosphère, empreinte de convivialité, se M. Paul Gérin-Lajoie
dégage de ces lieux, permettant à la Bibliothèque d’offrir des services mieux adaptés
à la réalité contemporaine des bibliothèques.

Même si la campagne majeure est terminée, la Faculté et sa doyenne, Anne-Marie


Boisvert, poursuivent leurs démarches en vue de maintenir et d’augmenter les gestes
de philanthropie. La doyenne entend non seulement maintenir des relations privilégiées
avec ses donateurs, mais aussi mettre l’emphase sur la sollicitation de dons majeurs
individuels à l’aide d’un sous-comité du Conseil consultatif de la Faculté.

droit montréal 25
RENCONTRES
entre nous
Le grand dÎner d’automne
et les retrouvailles 1974 et 1979

L’Association des diplômés en droit


(ADDUM)
L’ADDUM cherche par diverses activités
à promouvoir les occasions de rencontre
des diplômés, entre eux et avec la Faculté.

Le Grand dîner d’automne est sans


doute l’événement le plus connu
et le plus couru. Plusieurs promotions
ont pris l’habitude d’y réserver une table
pour se retrouver entre consoeurs et
confrères de classe. Il faut réserver long-
temps à l’avance car l’événement se
déroule à guichet fermé. L’ADDUM a
saisi cette occasion, dans le passé, pour
honorer certains diplômés qui se sont
distingués par l’excellence de leur contri-
bution à l’avancement de la société.

Lors du Grand dîner de 2004, ce sont


les professeurs Paul-André Crépeau
et Jean Pineau, deux pionniers de la
réforme du Code civil du Québec, qui
ont été honorés.

À votre calendrier
Le Grand dîner 2005 de l’ADDUM aura
lieu le jeudi 10 novembre 2005, à
l’Hôtel InterContinental de Montréal.
L’ADDUM y honorera feu Claude
Masse. Surveillez les annonces et
réservez tôt; les places sont limitées !

Le Grand dîner d’automne 2004

26 droit montréal
L’ADDUM s’implique dans les
retrouvailles des promotions
L’Association offre aussi son support
aux diplômés qui organisent les réunions
quinquennales de leur promotion. Au
cours de l’année 2005, on l’aura deviné,
ce sont les promotions dont l’année se
termine par 0 ou par 5 qui soulignent
leur anniversaire. Les profits de ces
retrouvailles peuvent servir à soutenir
financièrement l’ADDUM et lui permettre
de décerner annuellement la Bourse de
l’ADDUM.

Cette année, grâce aux surplus des


retrouvailles des promotions 1974 et
1979, l’ADDUM a aussi contribué finan-
cièrement à la tenue du Concours
Pierre-Basile-Mignault dont la Faculté
était l’hôte. Les diplômés d’une promotion
peuvent aussi proposer un projet ayant
une plus grande pérennité, comme la
Conférence Albert-Mayrand, une initiative
de la promotion 1962, ou décider
de verser une contribution au fonds
Alma Mater de la Faculté, comme l'ont
fait les promotions 1965 et 1969
en 2004-2005.

Information sur l’ADDUM,


et les retrouvailles :
ADDUM
a/s Madame Solange Damien
Faculté de droit / Université de Montréal
C.P. 6128, Succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7
Télépone : (514) 343-2355
Courriel : addum@droit.umontreal.ca

Les retrouvailles des promotions


1974 et 1979

droit montréal 27
entre nous
LE CARNET DE NOTES
1950 Michel Yergeau (LL. L. avec distinction), Morris Rosenberg (LL. L. avec grande
Paul-André Crépeau (LL. L. avec spécialiste en droit de l’environnement distinction) a été nommé sous-ministre
distinction) a reçu un doctorat honoris chez Lavery, de Billy, a été nommé Fellow de la Santé du Canada en décembre
causa de l’Université Laval. Il a également du American College of Trial Lawyers. 2004. Il était auparavant sous-ministre
été fait Commandeur des arts et lettres de la Justice et sous-procureur général.
par le Gouvernement français.
1973
Élise Groulx Diggs (LL. L. avec 1978
1956 distinction) s’est vue décerner le presti- Yves de Montigny (LL. L.; LL. M., 1981)
Antonio Lamer (LL. L. avec distinction) gieux prix « Champion of Justice » de la a été nommé juge à la Cour fédérale du
s’est vu décerner le grade de Grand officier National Association of Criminal Defense Canada après avoir fait carrière d’abord
de l’Ordre de la Pléiade, le 21 avril, lors Lawyers (NACDL) pour avoir fondé le comme professeur à la Faculté de droit
d’une cérémonie à l’hôtel Le Château Barreau Pénal International. (section droit civil) de l’Université d’Ottawa,
Frontenac de Québec. puis au ministère de la Justice du Canada
Johanne Drapeau (LL. L. avec distinction)
et au Bureau du Conseil privé.
a été nommée secrétaire générale de
1964 Gestion ACE Aviation Inc. et d’Air Canada Sylvie DeVito (LL. L.) a été nommée
Michèle Rivet (LL. L. avec distinction), en novembre 2004. juge à la Cour supérieure du Québec.
présidente du Tribunal des droits de
André Prévost (LL. L.) a été nommé
la personne, a reçu un doctorat honoris
causa de l’Université d’Ottawa.
juge à la Cour supérieure du Québec, 1979
district de Montréal. Dominique Bélanger (LL. L.) a été
nommée juge à la Cour supérieure
1969 1974 du Québec.
Jean-Yves Fortin (LL. L.), président du
Dominique Langis (LL. L.) a été nommée
conseil de BCF, a été nommé Fellow
de l’institut d’insolvabilité du Canada et
sous-ministre associée par intérim au 1980
ministère de la Justice du Québec. Maryse Alcindor (LL. L.) a été nommée
du American College of Brankruptcy.
sous-ministre du ministère de l’Immigration
Il est l’un des rares Canadiens à avoir Denis Racicot (LL. L.) a été nommé
et des Communautés culturelles du
reçu un tel honneur. régisseur et président de la Régie des
Québec.
alcools, des courses et des jeux.
Paul Monty (LL. L.) a été nommé
sous-ministre associé au ministère de Andrée St-Georges (LL. L.) a été
la Justice du Québec après avoir occupé nommée présidente de la Commission
1981
Pierre Bienvenu (LL. L.), associé-chef
depuis 1999 les fonctions de commissaire des relations du travail du Québec.
de la direction d’Ogilvy Renault, a été
à la déontologie policière.
nommé Fellow du American College of
1975 Trial Lawyers.
1971 Lise Côté (LL. L. avec distinction), juge
Jean-Marc Fournier (LL. L.; LL. M.
Carl Mercier (LL. L.) a été nommé à la Cour supérieure du Québec depuis
(droit public) 1991) a été nommé ministre
au poste de secrétaire général à la 1995, a été nommée juge à la Cour
de l’Éducation, du Loisir et du Sport
Commission scolaire de la Région- d’appel du Québec.
du Québec.
de-Sherbrooke.
Claude Auclair (LL. L. avec distinction,
Morton S. Minc (LL. L.) a été nommé 1975; D.E.S. (droit du travail), 1980) a
au conseil exécutif de l’American Judges été nommé juge à la Cour supérieure
1982
Christiane Alary (LL. L.), a été nommée
Association. Ce dernier a aussi été du Québec, district de Montréal.
juge à la Cour supérieure du Québec,
élu président du comité sur la cour de
district de Montréal.
médiation (Problem-Solving Courts).
1976 Chantal Corriveau (LL. B.) a été nommée
Michel Bissonnet (LL. L. avec distinction),
juge à la Cour supérieure du Québec,
1972 président de l’Assemblée nationale du
district de Montréal. Au cours de sa
Jacques Dupuis (LL. L.) a été nommé Québec, s’est vu décerner le grade de
carrière, elle a été chargée de cours à
vice-premier ministre et ministre de la Grand Croix, la plus haute distinction
la Faculté.
Sécurité publique du Québec. de l’Ordre de la Pléiade.

28 droit montréal
1983 de l’Université d’Ottawa, où il enseigne
1937
Sophie Bourque (LL. B.) a été nommée notamment le droit des obligations et
Jean-Louis Boileau, ancien notaire,
juge à la Cour supérieure du Québec, le droit des Autochtones. Il a reçu le prix
le 6 février 2005, à l’âge de 92 ans.
district de Montréal. de la Fondation du Barreau du Québec
pour son ouvrage intitulé Aménager

1987 la coexistence : les peuples autochtones 1940


et le droit canadien. François Chevalier, le 16 juin 2005.
Pierre Lefebvre (LL. B.) a été nommé
membre du conseil d’administration et
président-directeur général de l’Agence 1995 1941
des partenariats public-privé du Québec. Martin Lavallée (LL. B.) a été nommé André Dumont, le 2 décembre 2004.
Il était auparavant secrétaire associé au directeur, services des droits de la
Lomer Racicot, le 20 avril 2005.
Conseil du trésor. Société du droit de reproduction des
auteurs compositeurs et éditeurs du

1988 Canada (SODRAC). 1946


Paul Gélinas, c.r., le 5 mars 2005.
Marc-André Blanchard (LL. B.)
a remporté le trophée ARISTA dans la 1996
catégorie « Jeune professionnel du France Pedneault (LL. B.) a été nommée 1949
Québec » remis par la Jeune Chambre directrice des services professionnels Rolland Bastien, le 20 décembre 2004.
de commerce de Montréal. Associé et secrétaire de l’Ordre des opticiens
directeur régional de McCarthy Tétrault, d’ordonnances du Québec.
de Montréal, il a été retenu comme un
1950
Charlemagne Turcot, le 20 mars 2005.
des 40 meilleurs avocats de moins
de 40 ans par la revue Lexpert et figure
1999
Marie-Ève Sylvestre (LL. B.) a été
parmi les 40 jeunes leaders du Québec.
nommée professeure adjointe en droit
1952
L’honorable Roland Robillard,
Martin Galarneau (LL. B.) a été pénal à la Faculté de droit, section Droit
le 3 avril 2005.
nommé sous-ministre associé au minis- civil, de l’Université d’Ottawa.
tère des Affaires municipales et des
Régions. Il était sous-ministre associé
2000 1954
au ministère des Affaires municipales, Robert Guinard, le 6 septembre 2004.
Yolande James (LL. B.) députée du
du Sport et du Loisir.
comté de Nelligan à l’Assemblée nationale,
Annie Morin (LL. B.) a été nommée a été nommée membre du conseil 1967
directrice des Affaires juridiques de d’administration de l’Office Québec- Denis Brassard, le 10 juillet 2005.
l’Union des artistes. Amérique pour la jeunesse.

Claude Provencher (LL. B.) a récemment


La Faculté de droit aimerait savoir où
1968
été nommé greffier de la Cour fédérale L’honorable Claude Filion,
vous êtes et où vous en êtes…
du Canada. Il était auparavant chef le 2 décembre 2004.
de cabinet à l’Agence du revenu Partagez les événements importants qui
du Canada. jalonnent votre vie : une naissance, une
promotion, l’obtention d’un prix.
1969
Jeanne-Michelle Toulet, le 3 janvier
1989 Faites-nous également part des décès 2005.
Corinne Gendron (LL. B.), professeure de confrères ou consoeurs dont vous
à l’École des Sciences de la gestion de êtes informés et du changement de vos
l’Université du Québec à Montréal, a été coordonnées.
1980
François Baril, le 7 juillet 2005.
nommée titulaire de la Chaire de respon-
sabilité sociale et de développement
durable de l’UQAM.
Gardez le contact! 1979
Robin Giroux, le 11 janvier 2005.
1992 Nos disparus
Sébastien Grammond (LL. B., LL. M. La Faculté offre ses plus sincères condo- 2003
1994) a été nommé professeur à la léances à la famille et aux amis de ses Karine Dubé, le 20 décembre 2004.
Faculté de droit (section de droit civil) diplômés qui nous ont quitté.

droit montréal 29

Gardez le contact!

Magazine 2005 / 2006

Un changement de coordonnées…

Nom

Année de promotion

Adresse résidentielle Adresse d’affaires



Téléphone ( ) Télécopieur ( )

Courriel Téléphone ( ) Télécopieur ( )


Préférence de correspondance  résidence  bureau Courriel

Une petite nouvelle à communiquer… Prière de retourner le formulaire a/s :

Rédaction
Droit Montréal
Faculté de droit / Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7
(514) 343-5809
redaction@droit.umontreal.ca

À la Faculté de droit
Nom et prénom

Titre

Adresse résidentielle Adresse d’affaires

Téléphone ( ) Télécopieur ( )

Courriel Téléphone ( ) Télécopieur ( )


Préférence de correspondance  résidence  bureau Courriel

 50 $  100 $  150 $  250 $  500 $  1 000 $  _______$ Autre Merci de votre généreuse contribution !
pendant _____ 1, 2, 3, 4, 5 an(s) pour une contribution totale de ________$. Prière de retourner le formulaire a/s :
Université de Montréal
- Fonds de développement
 Visa  MasterCard
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Numéro de la carte __________________ Date d’expiration ___________ Montréal (Québec) H3C 3J7

 Chèque (Libeller le chèque au nom de l’Université de Montréal)


Pour information :
Signature _________________________________________ Date __________
Communiquez avec la Conseillère en
 Je désire que mon nom ne figure pas sur la liste des donateurs (don anonyme) développement de la Faculté de droit
au (514) 343-7850 ou 343-6812
Visitez notre site Internet au
www.droit.umontreal.ca
UN REÇU OFFICIEL EST ÉMIS (NO 10816 0995 RR0001) POUR LES DONS DE 20 $ ET PLUS G-1-20 (3044)

30 droit montréal
MERCI À NOS PARTENAIRES
de ce premier numéro de droit montréal !

droit montréal 31
Faculté de droit
Les études supérieures en droit

droit Le droit change...


Pour comprendre un monde qui se métamorphose
et vous?

■ DROIT DES ■ DROIT ■ DROIT DES AFFAIRES ■ DROIT CIVIL


TECHNOLOGIES INTERNATIONAL
DE L’INFORMATION ET TRANSNATIONAL
■ DROIT FISCAL ■ DROIT PÉNAL
(avec HEC Montréal)
■ COMMERCE ■ COMMON LAW
ÉLECTRONIQUE NORD-AMÉRICAINE ■ DROIT
(avec HEC ■ NOTARIAT ADMINISTRATIF ET
Montréal et CONSTITUTIONNEL
la DIRO)
■ DROIT ET TRAVAIL
(avec l’École de ■ THÉORIE DU DROIT
■ BIOTECHNOLOGIES relations industrielles)
ET SOCIÉTÉS

La Faculté de droit de l’Université de Montréal offre plusieurs microprogrammes (5 cours) et DESS


(10 cours) en plus des programmes de maîtrise (avec travail dirigé ou mémoire) et de doctorat.
La plupart des programmes peuvent être suivis à demi-temps.
Poste-publications / Convention numéro 400 69245

VISITEZ NOTRE SITE


POUR PLUS D’INFORMATIONS :
www.droit.umontreal.ca (section « Futurs étudiants »)