Vous êtes sur la page 1sur 81

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


N Série: ………./2012

Université Kasdi Merbah Ouargla

Faculté des Sciences et de la Technologies et des Sciences de la matière


Département des Hydrocarbures et chimie

MEMOIRE
Pour obtenir le Diplôme de master en Hydrocarbures et Chimie

Option: forage et maintenance des puits


Présenté par :
ABOULALA AHMED
CHIKHE BAELHADJ MOHAMED
OUDJANA SALAH

-THEME-

Etude des instrumentations en work-over

Soutenue le : 25 / 06 / 2012

MOMBERS DE JURY :
Mr.HADJADJ M. MCA PRESIDENT
Mr.KOUADRI G. MCA EXAMINATEUR
MelleZOUBEIDI C. MAA ENCADREURE

Année Universitaire 2011/2012

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


r
! "#$ ! %&
Les travaux présentés dans ce mémoire
ont été effectués avec l aise de touts les
responsables de l université de Ouargla.
On ne saurait présenter les résultats et la
conclusion de ce travail sans exprimer nos.
Reconnaissances à ceux qui nous sont
apporté leurs conseils et leur en couragement
et qui ont contribué à la réalisation de cette
recherche.
Nous adressons l expression de notre
vive et respectueuse gratitude à notre
encadreur (MLLE ZOUBEIDI CHAHINAZ).
Nous remercions tous les enseignants, de
la faculté d hydrocarbures et de la chimie qui
nous ont guidés durant ces cinq années.

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Introduction général
CHAPITRE I : Généralités sur work-over
Introduction …………………………………………………………………. 01
I.1 : Principaux types d'interventions……………………………………. 02
I.1.1. Operations de mesure……………………………………………….... 03
I.1.1.1En tête de puits………………………………………………….... 03
I.1.1.2 Dans le tubing…………………………………………………… 04
I.1.1.3 En fond du puits…………………………………………………… 04
I.1.2 Opérations d'entretien……………………………………………… 05
I.1.2.1 Interventions sur la tête de puits…………………………………… 05
I.1.2.2 Interventions au niveau du tubing et de son équipement………….. 05
I.1.2.3 Interventions en fond de puits et sur la liaison couche-trou………. 06
I.1.3 Opérations de reconditionnement ou de reprise…………………… 06
I.1.3.1 Défaillance des équipements…………………………………….. 06
I.1.3.1.1 En tête de puits……………………………………………….. 06
I.1.3.1.2 Au niveau des sécurités de subsurfce………………………… 07
I.1.3.1.3Au niveau des tubulaires……………………………………… 07
I.1.3.1.4.Au niveau de l'équipement de fond…………………………… 07
I.1.3.2 Modification des conditions d'exploitation………………………... 08
I.1.3.3 Réparation ou modification de la liaison couche-trou…………... 08
I.1.3.4 Changement de l'objectif du puits……………………………….. 09
I.1.3.5 Instrumentation………………………………………………….. 09
I.2. Interventions sur les puits "tués"………………………………………… 09
I.2.1 Moyens d'interventions sur puits neutralisés ………………………… 10
I.2.2 Déroulement général d'une intervention……………………………… 11
I.2.2.1 Principales phases opératoires et leurs chronologies……………... 11
I.2.2.2 Préparation du puits (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)…... 13
I.2.2.3 Mise en sécurité provisoire du puits (avant installation de l'unité
d'intervention)……………………………………………………………….. 14
I.2.2.4 Mise en place de l'unité d'intervention……………………………. 14
I.2.2.5 Neutralisation du puits…………………………………………... 14
I.2.2.6 Remplacement de l'arbre de noël par les obturateurs……………… 15
I.2.2.7 Déséquipement du puits…………………………………………. 16
I.2.2.8 Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement
des obturateurs par l'arbre de noël et redémarrage du puits………………… 17
I.2.2.9 Déménagement de l'unité d'intervention………………………….. 17
I.2.3 Considérations particulières relatives à la neutralisation du puits…… 17
I. 2.3.1 Neutralisation par circulation……………………………………... 17
I .2.3.2 Neutralisation par esquiche……………………………………….. 19
I .2.3.3 Observation du puits…………………………………………… 20
I .2.3.4 Phase finale de la neutralisation…………………………………. 20
CHAPITRE.II Instrumentation en work-over
II .1. Introduction…………………………………………………………….. 21
II.2. OUTILS A PRISE EXTERNE…………………………………………. 21

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


II.2.1 Die Collar…………………………………………………………….. 21
II.2.2 Overshot (Short Catch)………………………………………………. 22
II.2.3 Overshot Sic 150……………………………………………………... 22
II.2.4 Overshot Equipé avec Basket Grapple………………………………. 23
II.2.5 Overshot Equipé avec Spiral Grapple………………………………... 24
II.3 .OUTILS DE PRISE INTERNE………………………………………… 26
II.3.1 Releasing Spear………………………………………………………. 26
II.3.2 Taper tap……………………………………………………………... 26
II.4 OUTILS DE BATTAGE ET DE RELACHEMENT…………………… 28
II.4.1 Fishing Bumper Sub………………………………………………… 28
II.4.2 Hydraulique Jar……………………………………………………… 29
II.4.2.1 Incident en Cours de Battage……………………………………. 30
II.5 ACCELERATEURS……………………………………………… 31
II.6 Safety Joint……………………………………………………………… 32
II.7 OUTILS DE COUPE DE MATERIEL TUBULAIRES………………... 33
II.7.1 Internal.Cutter……………………………………………………….. 33
II.7.2 External Cutter………………………………………………………. 34
II.7.3 Pipe Cutter…………………………………………………………... 36
II.8 Réparation sur Casing………………………………………………….. 37
II.8.1 CasingScraper………………………………………………………... 37
II .8.2 Casing Roller………………………………………………………... 38
II.8.3 Casing Patch…………………………………………………………. 38
II.9 GENERALITES SUR L UTILISATION D UN JUNK MILL…………. 40
II.9.1 Pilot Mill……………………………………………………………... 40
II.9.2 Reamer Mill………………………………………………………….. 40
II.9.3 Taper Mill …………………………………………………………… 40
II.9.4 Round Nose Mill……………………………………………………... 41
II.9.5 Value Mill……………………………………………………………. 41
II.10 JUNK BASKET………………………………………………………... 42
II.10.1 Junk Basket à Circulation Inverse………………………………….. 42
II 10.2 Fishing Magnet …………………………………………………….. 43
II.11 Wireline Spear…………………………………………………………. 44
II.12 Les Cross Over………………………………………………………… 45
CHAPITERE.III Les Opérations d instrumentations sur
le puits MDZ54
III.1. Introduction………………………………………………………………………… .. 46
III.2. Préparation du puits………………………………………………………………….. 46
III.3.mise en sécurité du puits :(avant installation de l unité d intervention).. 46
III.4. Mise en place de l unité d intervention………………………………………………. 47
III.5. Neutralisation du puits ……………………………………………………………….. 48
III.6. Remplacement de l arbre de noël……………………………………… 48
III.6.1. Procédures de test bop et les équipements…………………………. 48
III.6.1.1. Test de la colonne de tubage…………………………………….. 49
III.6.1.2. Test de la fermeture total………………………………………... 49
III.6.1.3. Même test totale………………………………………………… 49
III.6.2. Fermeture sur tige…………………………………………………... 49

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


III.6. 3. Tool joint ne peut pas être positionné en dessus de la fermeture sur
tige, caler la tige …………………………………………………………. 50
III.6.4. Test fermeture bop annulaire……………………………………….. 50
III.6.5. Test colonne montante + flexible d injection et stand pipe ……… 51
III.6.6. Les outils de test……………………………………………………. 51
III.6.7. Les données prises avant le repêchage…………………………………………… 52
III.7 Opérations sur le tubing 4 !………………………………………... 52
III.7.1 Désancrage des tubing ……………………………………………. 52
III.7.2 Désancrage ………………………………………………………. 53
III.8. Fraisage du packer……………………………………………………... 54
III.8.1 Préliminaire avant la descente ……………………………………... 54
III.9. Opérations de repêchage du packer……………………………………. 56
III.9.1 Déroulements de l opération……………………………………... 56
III.10. Opérations de nettoyage du fond du puits…………………………… 57
III.11 .Scrapage du casing 7"………………………………………………… 59
III.12. Reprise de forage de drain……………………………………………. 59
III.13 CALCULS……………………………………………………... 60
III.13.1. Données du puits……………………………………………… 60
III.13.2.Calcul de densité de boue nécessaire à la neutralisation du puits… 60
III.13.3.Calcul le temps de pompage de boue…………………………… 61
III.13.4.Calcul le poids de tubing dans l air……………………………... 61
III.13.5.Calcule le poids de tubing dans la boue………………………… 61
CHAPITRE. IV la sécurité HSE
IV.1. Introduction……………………………………………………………. 62
IV.2. Buts de la sécurité……………………………………………………... 62
IV.3. Avantages de programme de sécurité…………………………………. 62
IV.4. Principes de base pour la sécurité des travailleurs…………………….. 62
IV.5. Consigne de sécurité a retenir…………………………………………. 63
IV.6. Sécurité sur la sonde…………………………………………………… 63
IV.6.1 Avant les travaux…………………………………………………. 63
IV.6.2 Pendant les travaux…………………………………………………. 64
IV.6.3 Sécurité générale sur site…………………………………………… 64
IV.6.3.1 Assurer des conditions de travail sures etsaines……………….. 65
IV.6.3.2 Responsabilité au sein du worksites…………………………. 66

CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Tableau de figure
figures pages
Figure. II.1. die collar 21
Figure. II. 2 Overshot Equipé avec Basket Grapple 23
Figure. II.3 Overshot Equipé avec Spiral Grapple 24
Figure. II.4 accessoiresovershot 25
Figure. II.5 Releasing Spear 26
Figure. II.6 TAPER TAP 27
Figure. II.7 Fishing Bumper Sub 29
Figure. II.8 Hydraulique Jar 29
Figure..II.9Accelerateurs 32
Figure. II.10 Safety Joint 33
Figure. II.11 Internal Cutter 34
Figure. II.12 External Cutter 35
Figure. II. 13 Pipe Cutter 36
Figure. II.14 Casing Scraper 37
Figure. II.15 Casing Roller 38
Figure. II.16 Casing Patch 39
Figure. II.17 Junks Mill 41
Figure. II.18 Junk Basket à Circulation Inverse 42
Figure. II.19 Fishing Magnet 43
Figure. II.20 Wireline Spear 44
Figure. II.21 Les Cross Over 45
Figure. III.1. Back pressure valve 47
Figure. III.2. BOP 48
Figure. III.3. tète de puits 48
Figure. III.4.Tester cup 51
Figure. III.5.Tester plug 52
Figure. III.6 .Désancrage de Tubing 55
Figure. III.7. Fishing Magnet 58
Figure. III.8. Junk Basket à Circulation Inverse 58
Figure. III.9.Casing scraper 59

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Résumé

Notre travail a pour objectif, d'étudier :


La reprise de puits a pour objective principale de le ramener à des conditions optimales de
production.

On peut constater que :

Pour améliorer le taux de la production ou le maintenir, il est très important de faire des
interventions sur les puits.
Le choix d’instrumentation en WORK OVER joue un rôle primordial dans les
opérations de déséquipement, de repêchage, de surforage, de fraisage et de reforage.

Mots-clés :
Repêchage, Fraisage, Surforage, Restauration, Désancrage, Reprise, Neutralisation.

"$&
:'(%‫و‬+-/%‫ر ا‬203‫' ا‬42(5 6& 89293‫=;ف ا‬%‫ا‬

‫رات و‬%")I&‫ ا‬CE34 ‫م‬G@: !"AB&‫)( ا‬+%, -A7 (2%@4‫ج وا‬%):&‫! ا‬39: ;"9=)+ ‫ و‬،!"$%$&‫)( ا‬+%, -+‫ ا‬/13+‫دة ا‬%7‫ا‬
‫م‬G@:‫و‬، !:%"T+‫ت ا‬%"AK7 ‫ح‬%V:‫ ا‬QS %L%‫ دورا ھ‬OEA* Q)+‫! ا‬3$%RK+‫ر ا&دوات ا‬%")I‫ ا‬%MK‫; اھ‬L ‫و‬، !KMK+‫ت ا‬%,JB&‫ا‬
‫ات‬XMV)+‫ ا‬CE4 ‫ال‬c3)$‫ وا‬X#/Z)+‫"[ وا‬L/)+%4 \+^`

: '(>2-?@%‫ت ا‬2@$B%‫ا‬

h#cE)+‫ع – ا‬%W/)$&‫ل –ا‬%d):&‫ ا‬-X#/Z)+‫ ا‬- ["L/)+‫ا‬

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


INTRODUCTION G N RAL

L exploitation d un gisement pétrolier nécessite le forage des puits, qui sont le


chemin d évacuation de brut du fond jusqu à la surface. Un gisement ou un
champ passe par la période de découverte suit par le développement et terminer
par l abondant.

Notre travail concerne l étude instrumentation en work-over.

Cette d étude est partagé en 4 chapitres.

En première chapitre généralités sur work-over ainsi l intervention sur le puits


présentent des problèmes de production et de faire des traitements pour les
remédier.

En deuxième chapitre nous citons les différents instruments utilisés pour la


réalisation d une opération spécifique que soit de repêchage, de fraisage, de
surforage ou de restauration.

En troisième chapitre les opérations d instrumentations sur le puits


On essaye de résoudre ces problèmes pour mettre le puits en production.

En quatrième chapitre la fin de notre étude, nous allons évoquer le problème


de sécurité car il s'agit là d'une technique délicate où toutes les mesures de
sécurité doivent être prisent en compte.

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Généralités sur work-over CHAPITRE.I

INTRODUCTION

La rentabilité de l'investissement que constitue un puits est liée à la longévité du


puits et à l'importance de la production qu'on retirera de ce puits. Cette longévité et
cette importance de la production sont certes fonction des caractéristiques initiales du
gisement, mais elles dépendent aussi du maintien du puits en bon ordre et en bon état,
et de la bonne adaptation de la complétion aux conditions sans cesse variables qui
règnent dans le gisement au niveau du puits en question.

Par "interventions sur les puits", il faut entendre l'ensemble des dispositions
applicables aux puits eux-mêmes et ayant pour objet d'une part la connaissance de
l'évolution de l'état des puits ou du gisement et d'autre part le maintien ou l'adaptation
des puits pour rester dans des conditions d'utilisation aussi parfaites que possible.

En outre, par "puits eux-mêmes", il faut entendre la liaison couche-trou et ses


abords immédiats et tout ce qui se trouve dans le puits jusque et y compris la tête de
puits.

Par contre, les techniques telles que la récupération assistée, qui traitent de
problèmes non plus au niveau du puits mais à l'échelle du gisement ne sont pas
considérées ici.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les interventions qui, tout au long de la vie du
champ, devront ou pourront être réalisées pour conserver les puits opérationnels et
rentables au maximum sont influencées dans une très large mesure par le choix plus ou
moins judicieux du dispositif de complétion adopté lors de la complétion initiale.

1
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I.1 : LES PRINCIPAUX TYPES D'INTERVENTIONS


Les interventions que l'on est amené à réaliser sur un puits sont très nombreuses
et peuvent être regroupées en opérations de mesure, opérations d'entretien et
opérations de reconditionnement ou de reprise de puits.

Les mesures peuvent concerner aussi bien l'état de l'équipement que la qualité de
la liaison couche-trou ou l'état du gisement aux réceptions du puits.

Les opérations d'entretien, comme celles de reprises, concernent principalement


l'équipement ou la liaison couche-trou.

Les opérations d'entretien sont les opérations relativement simples, réalisables dans
le puits en exploitation, et donc en pression, à l'aide de moyens légers tels que le
travail au câble.

Par contre, les opérations de reconditionnement ou de reprise sont les opérations


mettant en jeu des moyens plus lourds et pouvant parfois être réalisées en laissant le
puits en pression (en utilisant une unité de "coiled-tubing" ou une unité de "snubbing"
par exemple) mais nécessitant généralement de "tuer le puits" (c'est-à-dire de mettre en
place dans le puits un fluide dont la pression hydrostatique tien la pression de
gisement).

Bien qu'elle soit très souvent utilisée par la profession, cette expression "tuer le
puits" (ou, en américain, "to kill the Well") est tout à fait impropre. En effet si l'on
décide une reprise de puits, ce n'est surtout pas pour le tuer mais au contraire pour
rétablir des conditions satisfaisantes de production et prolonger sa vie. On lui préférera
dont l'expression "neutraliser le puits" [1].

2
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Les interventions sur les puits peuvent être décidées suite à :

Ø des considérations relatives à l'exploitation telles qu'une chute "anormale" de la


production ou l'usure prématurée et la vétusté des équipements,

Ø des considérations relatives au gisement soit pour connaître son évolution, soit pour
s'adapter au mieux à son comportement,

Ø des incidents intervenus en réalisant les interventions décidées pour les raisons ci-
dessus, par exemple pour essayer de récupérer un "poisson" laissé dans le puits.

I.1.1. OPERATIONS DE MESURE


Elles peuvent avoir lieu :

I.1.1.1 En tête de puits


Ce sont en particulier les mesures de pression et de température (voire des
prises d'échantillons) en tête de puits et en aval de la duse.

Une variation d'un ou plusieurs de ces paramètres nous avertit d'une modification
des conditions d'exploitation (baisse de la pression de gisement, colmatage, variation
du pourcentage d'eau ou de gaz, bouchage, ...). A l'aide des autres renseignements
disponibles (mesures au centre de traitement, mesures de fond, ...) il s'agira d'identifier
le problème et, éventuellement, de prendre des mesures en conséquence.

Dans certains cas les puits sont équipés de capteurs permanents de pression de fond.
On peut alors disposer directement en surface de la mesure de la pression de fond.

On surveille aussi les pressions ou plutôt l'absence de pression en tête des annulaires
(vérification de l'intégrité des cuvelages, du packer et du tubing). Rappelons que lors
des phases de dégorgement ou de passage à un débit supérieur au débit maximum
atteint jusqu'à présent, les annulaires (ainsi que tous les espaces où du liquide se trouve
piégé) doivent être purgés [1].

3
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Sur les puits en pompage aux tiges, des mesures dynamométriques permettent de
vérifier les contraintes auxquelles les tiges sont soumises ainsi que les conditions de
fonctionnement de la pompe.

Sur ces mêmes puits et sur les puits activés par "gas-lift", des échomètres peuvent
être effectués pour repérer le niveau liquide dans l'annulaire :

Ø pour les puits en pompage aux tiges, cela permet de vérifier la submergence de la
pompe et d'estimer la pression de fond,

Ø pour les puits en gas-lift, ce peut être une aide au démarrage ou à l'exploitation
(vérification de la vanne par où passe le gaz injecté).

Bien que l'on puisse les considérer comme des opérations d'entretien, citons aussi
les opérations de test des dispositifs de sécurité de subsurface et de surface.

I.1.1.2 Dans le tubing


C'est principalement le calibrage pour vérifier qu'une opération de travail au
câble (telle que la descente d'un enregistreur, ...) est possible ou vis à vis d'un
problème de corrosion ou de dépôt.

Dans les puits en gas-lift, on peut aussi réaliser une thermométrie à l'aide d'un
enregistreur mécanique pour vérifier le bon fonctionnement des vannes.

I.1.1.3 En fond du puits


Ce peut être un "top" sédiment, avec ou sans prise d'échantillon, pour vérifier
qu'un outil (enregistreur, ...) peut être descendu au câble au fond du puits ou encore
pour suivre l'ensablement d'un puits.
Ce peut être de simples mesures, à une cote donnée, de la pression, de la
température (lors d'essai de production par exemple) accompagnées éventuellement
d'une prise d'échantillon des fluides (ou des sédiments en fond de puits) pour
analyse[1].

4
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Ce peut être encore l'enregistrement de diagraphies de production : enregistrement


le long de zone exploitée du débit, de la variation de la masse volumique de l'effluent,
de la température, ...

Cela permet qualitativement, et dans les cas simples quantitativement, d'attribuer à


chaque zone sa participation, en débit et en nature du fluide, à la production générale.
Par exemple, cela permet de distinguer un puits qui produit 50 % d'eau mais où cette
eau provient uniformément de l'ensemble des perforations, d'un puits produisant aussi
50 % d'eau mais où toute l'eau proviendrait des perforations du bas. Alors que dans le
deuxième cas on peut envisager de modifier la liaison couche-trou pour diminuer

La production d'eau (en essayant de boucher les perforations du bas), le premier cas
ne peut pas être résolu en modifiant la liaison couche-trou.

I.1.2 OPERATIONS D'ENTRETIEN


I.1.2.1 Interventions sur la tête de puits
Outre les opérations d'exploitation courante que sont le réglage du débit,
l'ouverture ou la fermeture d'un puits, il s'agit en particulier du graissage des vannes,
ou encore du remplacement de pièces défectueuses qui se trouvent en aval des vannes
maîtresses de sécurité, sans oublier les vérifications périodiques des systèmes de
commande des dispositifs de sécurité de subsurface et de surface (SSV : Surface
Safety Valve ; SSSV : Subsurface Safety Valve).

I.1.2.2 Interventions au niveau du tubing et de son équipement


Ce sont les opérations liées à des problèmes de dépôt et/ou de corrosion telles que
le nettoyage du tubing par grattage, l'injection de dispersant de paraffine ou encore
l'injection d'un inhibiteur d'hydrate ou de corrosion, ....
Ce peut-être aussi 1'injection dès le fond du puits de produits facilitant le traitement
en surface comme des inhibiteurs d'émulsion, des anti-mousses, ... [1].

5
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

C'est aussi le remplacement d'équipements qui peuvent être changés par travail au
câble : vanne de sécurité de subsurface de type "Wireline retrievable : WLR", vanne
"gas-lift", voire le repêchage de "poissons" laissés accidentellement dans le puits au
cours de ces opérations de travail au câble,

I.1.2.3 Interventions en fond de puits et sur la liaison couche-trou


Ce sont les opérations que l'on peut réaliser à ce niveau là :
Ø soit au câble comme le "nettoyage" du fond du puits avec une cuillère à sédiment,
la réalisation de perforations complémentaires, ....

Ø soit par pompage depuis la surface, comme un lavage des perforations à l'acide, ...
(mais cela nécessite de réinjecter tout l'effluent du puits dans la formation).

En fait les interventions à ce niveau nécessitent souvent des moyens plus lourds et
sont donc surtout développées au paragraphe suivant.

I.1.3 OPERATIONS DE RECONDITIONNEMENT OU DE REPRISE


Les opérations de reconditionnement ou de reprises peuvent avoir de nombreuses
causes.
I.1.3.1 DEFAILLANCE DES EQUIPEMENTS
I.3.1.1 En tête de puits
Cela concerne en particulier :

Ø les fuites au niveau de la vanne maîtresse inférieure, de l'olive de suspension ou des


vis de serrage,

Ø l'endommagement du réceptacle du clapet anti-retour ("BPV" : Back Pressure


Valve),
Ø les problèmes au niveau de la sortie de la ligne de contrôle de la vanne de sécurité
de subsurface : fuite, rupture [1].

6
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I.1.3.1.2 Au niveau des sécurités de subsurface


Ce peut être :
Ø une vanne de sécurité de subsurface défectueuse de type "tubing retrievable : TR"
ou de type "Wireline retrievable" mais coincée,

Ø une fuite au niveau du siège de la vanne de sécurité "Wireline retrievable",

Ø une fuite ou une rupture de la ligne de contrôle,

Ø une sécurité annulaire défectueuse.

I.1.3.1.3 Au niveau des tubulaires


Que ce soit au niveau du cuvelage ou du tubing, ce sont les problèmes de
tubes fuyants (vissage défectueux, corrosion), écrasés, éclatés, cassés.

C'est aussi le cas des tubings partiellement ou totalement bouchés par des dépôts qui
ne peuvent être enlevés par les techniques classiques de travail au câble.

I.1.3.1.4 Au niveau de l'équipement de fond


Citons en particulier :

Ø les fuites sur des équipements comportant des garnitures d'étanchéité (packer,
locator, joint coulissant, chemise de circulation, ...)

Ø un désancrage intempestif du packer,

Ø des interventions au travail au câble qui n'ont pas pu être menées à bien : vanne
gas-lift coincée, poisson "Wireline", ...

Ø des problèmes relatifs à l'activation par pompage (aux tiges ou électrique) : pompe
hors service, tige cassée, câble défectueux, ...

Ø des équipements divers de fond défectueux : capteurs permanents, ... [1].

7
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I.1.3.2 MODIFICATION DES CONDITIONS D'EXPLOITATION


Suite à une chute du débit, et pour avoir une vitesse suffisante pour entraîner
les phases lourdes (condensat ou eau sur un puits à gaz, eau sur un puits à huile), il
peut être intéressant de réduire le diamètre du tubing en changeant de tubing ou en
plaçant un tubing concentrique. En effet, si on laisse la phase lourde s'accumuler dans
le tubing, elle peut exercer une contre-pression excessive sur la couche.

Dans les cas où l'éruptivité devient insuffisante, il faut mettre en place un procédé
d'activation ou, le cas échéant, modifier le procédé actuellement en place.

Inversement, un meilleur comportement du gisement que prévu initialement permet


d'envisager des débits plus importants et peut nécessiter une augmentation du diamètre
du tubing (sous réserve que la taille au casing en place le permette) ou une
modification de l'activation en place (modification de l'équipement, changement de
mode d'activation).

I.1.3.3 Réparation ou modification de la liaison couche-trou


Il peut s'agir :
Ø de venir stimuler (par acidification ou fracturation) une zone produisant moins que
ce que l'on peut en espérer,

Ø de restaurer ou de réaliser un contrôle des sables,

Ø de mettre en production une zone complémentaire,

Ø d'essayer de limiter la venue d'un fluide indésirable (eau et/ou gaz pour un
gisement d'huile, eau pour un gisement de gaz) en restaurant une cimentation, en
isolant des perforations ou en abandonnant une zone,

Ø de restaurer une cimentation pour empêcher des communications entre couches ...
[1].

8
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I.1.3.4 Changement de l'objectif du puits


Par suite de l'évolution des conditions du champ, en particulier de la progression des
interfaces (ou zones de transition) eau/huile ou huile/gaz ou encore eau/gaz, on peut
être conduit à modifier un puits producteur en puits injecteur ou en puits d'observation
(ou inversement), tout en continuant à exploiter le même niveau. Il est à noter que cela
n'entraîne pas forcément une reprise de puits.

D'autre part, l'évolution du champ peut conduire à décider la fermeture d'un niveau
mieux drainé par ailleurs et, au contraire, de mettre en production un niveau négligé
jusque là. Selon la configuration du puits, cela peut être fait en se contentant
d'intervenir dans le puits, mais cela peut aussi nécessiter d'approfondir le puits ou de le
reprendre en "side-track".

Enfin on peut être amené à abandonner, provisoirement ou définitivement, le puits.

I.1.3.5 INSTRUMENTATION
En essayant de réaliser toutes ces opérations de mesure d'entretien, ou de
reprise, des "poissons" peuvent être laissés accidentellement dans le puits. Il s'agit
alors d'essayer de les "repêcher".

I.2 : INTERVENTIONS SUR LES PUITS "TU S"


Pour certaines interventions sur puits, en particulier quand il est nécessaire de
remonter le tubing et son équipement, il peut être préférable ou nécessaire de "tuer" le
puits préalablement, c'est-à-dire de remettre en place dans le puits un fluide de
contrôle exerçant une pression hydrostatique supérieure à la pression de gisement. On
peut alors travailler puits "ouvert" et sans pression en tête.

Rappelons que l'expression "tuer le puits" ou, en américain, "to kill the well" est
tout à fait impropre, bien qu'elle soit très souvent utilisée par la profession. En effet si

9
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

l'on décide une reprise de puits, ce n'est surtout pas pour le tuer mais au contraire pour
rétablir des conditions satisfaisantes de production et prolonger sa vie. On lui préférera
dont l'expression "neutraliser le puits"[1] .

D'une façon générale, il s'agit de modifier le dispositif de complétion, et les


techniques employées sont exactement les mêmes que celles utilisées lors des
complétions initiales.

Il faut toutefois particulièrement veiller à la bonne mise sous contrôle du puits et à


redéfinir une complétion aussi adaptée que possible aux conditions actuelles (qui
peuvent être très différentes des conditions initiales) et aux besoins futurs (qui
deviennent plus faciles à supputer). Cette dernière remarque n'est pas propre aux
reprises de complétion ayant pour objectif un amendement de l'objet de la complétion,
mais s'applique à tous les travaux de reconditionnement ou de reprise de complétion.

I .2.1 Moyens d'interventions sur puits neutralisés


Ils sont fonction principalement :
Ø de la profondeur du puits,
Ø de l'équipement en place dans le puits,
Ø de ce qu'il y a à faire.

On peut utiliser des unités légères dites unités de service ou plus couramment
"servicing unit" ou "pulling unit". Ce sont des appareils mobiles, légers, de mise en
place rapide sur la tête de puits et principalement destinés à manipuler (monter ou
descendre) des tiges de pompage ou des tubings, et ce à des profondeurs n'excédant
généralement pas 2 000 ou 2 500 m. A la limite ce peut être de simples grues.

On utilise aussi des unités plus importantes, "comparables" à des appareils de


forage et appelées classiquement appareil de "Workover"; ils peuvent être de type
léger, moyen ou lourd.

L'unité d'intervention doit être choisie par rapport à l'opération à réaliser, et ce en


fonction de ses capacités techniques (capacité de levage, possibilité de rotation,

10
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

capacité de pompage, équipements de sécurité, équipements annexes, ...), de son coût


journalier et des disponibilités locales. En pratique, malheureusement, le choix
privilégie souvent d'abord les disponibilités locales, puis le coût journalier. [1]

Cela ne se révèle pas forcément le plus économique sur le coût global de


l'opération (durée, résultat, ...).

Quelle qu'elle soit, l'unité doit être dotée d'un équipement approprié et spécialisé
permettant de réaliser les interventions dans les meilleures conditions de sécurité et
d'efficacité, et en particulier :

Ø du matériel de sécurité : BOP, BPV, gray valve, ....


Ø de pompes haute pression, de bacs de stockage, ....
Ø du matériel de levage, vissage et instrumentation adapté aux tubings et aux tiges de
forage de "petit" diamètre utilisé en reprise de puits,
Ø du matériel de travail au câble (y compris le matériel d'instrumentation
correspondant), voire du matériel de diagraphie électrique, ...

I .2.2 Déroulement général d'une intervention

I .2.2.1 Principales phases opératoires et leurs chronologies


Les phases opératoires et leur chronologie varient, bien entendu, d'une
intervention à une autre. Elles dépendent en particulier de l'équipement en place dans
le puits et de son état, de ce qu'il y a à faire, de la manière dont l'intervention va se
dérouler en pratique.

Ø Préparation du puits (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)

Ø Mise en sécurité provisoire du puits (avant installation de l'unité d'intervention)

Ø Mise en place de l'unité d'intervention

Ø Neutralisation du puits

Ø Remplacement de l'arbre de Noël par les obturateurs

Ø Déséquipement du puits

11
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Ø Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement des obturateurs


par l'arbre de Noël et redémarrage du puits
Ø Déménagement de l'unité d'intervention
Ø Certaines de ces phases peuvent ne pas exister ou avoir lieu dans un ordre différent.
En particulier, dans certains cas :

Ø la neutralisation du puits est réalisée avant la mise en place de l'unité


d'intervention,

Ø le déménagement de cette unité en fin d'opération est réalisé avant le redémarrage


du puits.

Ø D'un point de vue sécurité, certaines des opérations à réaliser sont plus délicates et
en particulier :

Ø la mise en place de l'unité d'intervention,

Ø la neutralisation du puits,

Ø le remplacement de l'arbre de Noël par les BOP,

Ø le "desancrage" du packer (ou plus exactement le moment ou l'on détruit


l'étanchéité cuvelage-packer-tubing soit parce que l'on désancre le packer, soit
parce qu'on le surfore ou toutes autres raisons).

Ø et, en ce qui concerne la partie "recomplétion" :

Ø perforation ou reperforation,

Ø pompage à haute pression ou de fluides toxiques, …

Ø remplacement du BOP par l'arbre de Noël,

Ø redémarrage du puits,

Ø déménagement de l'appareil de forage [1].

12
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I .2.2.2 Préparation du puits (avant l'arrivée de l'unité d'intervention)

Cela concerne principalement :

Ø le contrôle au travail au câble de l'état du puits (contrôle du tubing, top


sédiment),

Ø et éventuellement :

Ø le contrôle de l'intégrité du puits (tests en pression, ...)

Ø l'ouverture d'un dispositif de circulation en fond de puits.

I. 2.2.3 Mise en sécurité provisoire du puits (avant installation de l'unité


d'intervention)

En fait, cette mise en sécurité concerne aussi tous les puits voisins (en particulier
dans le cas d'un cluster) qui risquent d'être heurtés lors de la phase de mise en place de
l'unité d'intervention.

Cette opération consiste à mettre en place des bouchons (ou "plugs") dans le tubing
pour installer l'unité d'intervention sur la tête de puits en toute sécurité.

On dispose de trois moyens de base :

Ø l'utilisation de bouchons mis en place par travail au câble et ancrés dans des
sièges prévus dans le tubing (généralement en fond de puits et proche du
packer),

Ø la fermeture de la vanne de sécurité de subsurface, si elle existe,

Ø la pose d'un clapet anti-retour dans l'olive de suspension du tubing

(BPV = Back Pressure Valve) [1].

13
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

En général on utilise au moins deux (voire trois) de ces barrières de sécurité.


Il faut aussi procéder à l'isolation et au démontage en surface des différentes lignes
(collecte, ...) branchées sur la tête de puits et à la décompression des équipements
voisins qui risquent d'être endommagés.

I .2.2.4 Mise en place de l'unité d'intervention


Une fois le puits en sécurité provisoire, la mise en place de l'appareil et de tout son
équipement (bassin, pompes, atelier, ...) peut s'effectuer tout en respectant les
consignes et les distances fixées par la sécurité. Toutefois le remplacement de l'arbre
de Noël par le bloc d'obturateur préventif (BOP) n'est pas encore entrepris.

I .2.2.5 Neutralisation du puits


Un puits est considéré parfaitement neutralisé lorsque le fluide de reprise, de densité
approprie par rapport à la pression de gisement, remplit entièrement le puits (c'est-à-
dire l'intérieur du tubing, l'espace annulaire tubing-cuvelage et l'espace sous packer).

Le fluide de reprise est préparé en quantité suffisante (trois fois le volume total du
puits). En fait ce fluide de reprise n'est rien d'autre qu'un fluide de complétion
puisqu'on lui demande les mêmes qualités, en particulier :

Ø assurer la sécurité du puits par sa pression hydrostatique,


Remonter les débris si du reforage ou des fraisages sont envisagés,
Ø ne pas endommager la formation,
Ø ne pas "perdre" dans la formation.
Après avoir récupéré les sécurités (les bouchons) préalablement mises en place dans
le tubing pour permettre l'amenée de l'appareil, ce fluide de reprise est mis en place
dans le puits soit par circulation soit par esquiche (squeeze), enfin la stabilité du puits
est observée.
Les techniques proprement dites de neutralisation sont traitées au paragraphe
Dans certains cas, cette neutralisation est effectuée préalablement à l'amenée de
l'appareil [1].

14
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I .2.2.6 Remplacement de l'arbre de Noël par les obturateurs

Pour effectuer le remplacement de l'arbre de Noël par le BOP, on veut disposer de


deux ou trois barrières de sécurité, à savoir :

Ø Du côté tubing :

Une barrière hydrostatique constituée par le fluide de reprise mis en place à la phase
précédente ;
Une ou deux barrières mécaniques : bouchon de fond et/ou SCSSV et/ou BPV.
Ø Du côté annulaire :

Une barrière hydrostatique constitué par le fluide de reprise si le puits a été neutralisé
par circulation ; dans le cas où le puits a été neutralisé par squeeze, le fluide présent
dans l'annulaire est le fluide d'annulaire initial et, selon sa densité, il constitue une
barrière de sécurité effective ou ne fait que limiter le différentiel de pression supporté
par le packer ;

Deux barrières mécaniques : le packer et l'olive de suspension du tubing.

On peut alors démonter l'arbre de Noël au niveau de la tête de suspension du tubing


(tubing head spool) et la remplacer par les obturateurs (BOP) que l'on teste bien
entendu.
Cette opération doit être réalisée le plus rapidement possible. Il faut donc sensibiliser
le personnel, avoir tout le matériel prêt, disposer de moyens de manutention et de
levage adaptés, vérifier l'état des boulons de la tête de puits en particulier au niveau de
la bride supérieure de la tête de suspension du tubing, ... [1].

15
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

I .2.2.7 Déséquipement du puits


Le déséquipement du puits peut alors être entrepris après retrait de la BPV (ou des
autres bouchons qui auraient pu être mis en place).

En cas de venue en cours de manœuvre il faut pouvoir fermer rapidement non


seulement l'annulaire (grâce aux mâchoires à fermeture sur tubing équipant le BOP)
mais aussi le tubing lui-même. Le dispositif correspondant (gray valve, ...) doit se
trouver sur le plancher de l'appareil d'intervention et être prêt à être mis en œuvre
(filetage adapté à celui du tubing, clé de manœuvre,...).

La procédure de déséquipement proprement dite dépend de la nature de


l'équipement et de son état. En particulier le type de packer, packer retirable ou packer
permanent, et dans ce dernier cas le type de la liaison tubing-packer (simple étanchéité
ou étanchéité + ancrage) sont fondamentaux.

Avec un packer retirable et en particulier s'il y a le moindre doute sur l'état du


tubing, plutôt que d'essayer de désancrer le packer en tirant directement sur le tubing,
il est souvent plus judicieux de venir couper d'abord le tubing quelques mètres au-
dessus du packer (au moyen d'une charge explosive descendue au câble électrique),
puis de descendre des tiges de forage munies d'un "overshot" (cf. paragraphe 2.5) pour
désancrer le packer.

Dans la mesure où, quelque soit le soin que l'on ai apporté à la préparation et à la
réalisation des opérations, on n'est jamais à l'abri d'une difficulté ou d'un incident, on
aura préalablement défini dans le programme de reprise du puits un certain nombre de
solutions de rechange ou d'alternative.

Par ailleurs, quelle que soit la méthode de neutralisation utilisée, il y a toujours un


volume d'hydrocarbure piégé sous le packer. Il est important de le circuler dès que cela
est possible (par exemple après désancrage du packer retirable ou, dans le cas d'un
packer permanent, déconnection de l'étanchéité tubing-packer) [1].

16
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Pendant toute la manœuvre de remontée il faut prendre soin d'éviter le pistonnage


(en particulier quand on remonte le packer, ...) et de garder le puits plein (compenser le
volume acier des tubings par un volume égal de fluide de reprise). De même, il faut
vérifier fréquemment la stabilité du puits, et ce jusqu'à la fin de l'intervention sur le
puits.
I .2.2.8 Opérations en fond de puits, rééquipement du puits, remplacement des
obturateurs par l'arbre de Noël et redémarrage du puits
Les techniques mises en œuvre sont les mêmes que celles utilisées lors de la
complétion initiale.

Notons toutefois que l'on procède généralement à un contrôle préalable en


descendant une garniture "de forage" munie d'un outil de forage et d'un scraper.

I .2.2.9 Déménagement de l'unité d'intervention


Comme lors de la complétion initiale, ce déménagement a souvent lieu après, ou
parfois avant, le redémarrage du puits.
On respecte les mêmes règles de sécurité (la mise en place de bouchons en
particulier).

I .2.3 Considérations particulières relatives à la neutralisation du puits


La mise en place du fluide de reprise qui conduit à la neutralisation du puits
s'effectue généralement soit par circulation, soit par esquiche.

I 2.3.1 Neutralisation par circulation


Sauf cas particulier, on préfère généralement effectuer la neutralisation par
circulation.

La circulation s'effectue le plus bas possible dans le tubing


(tout en restant au-dessus du packer) :

Ø soit par un dispositif de circulation manœuvré au câble,

Ø soit par une perforation, perforation réalisée classiquement au câble électrique


(charge creuse) [1].

17
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

On préfère généralement effectuer, en particulier sur les puits à gaz ou les puits à
huile fortement gazés, une circulation inverse C'est-à-dire en pompant dans l'annulaire
avec retour par le tubing. En particulier on assure ainsi un meilleur déplacement des
hydrocarbures. En effet, avec la circulation directe, les hydrocarbures, du fait qu'ils
sont plus légers, ont tendance à migrer dans le fluide circulé qui se trouve alors au-
dessus (en circulation inverse le fluide circulé arrive par dessous les hydrocarbures) ;
on ne peut donc pas être sûr de la densité du fluide de reprise laissé en place dans le
puits et donc de la qualité de la neutralisation.

Toutefois, après avoir pompé par l'annulaire un volume correspondant au volume


tubing, et donc avoir évacué les hydrocarbures du puits, on reprend généralement la
circulation en direct pour homogénéiser les fluides présents dans le tubing et
l'annulaire.

Par contre, les pertes de charges annulaires étant généralement nettement inférieures
aux pertes de charge tubing (du moins pour les puits à huile), en circulation directe on
minimise la surpression exercée sur la couche par les pertes de charge (donc les
problèmes de pertes et de colmatage).

Que la circulation soit faite en inverse ou entièrement en directe, on duse sur le retour
pour maintenir pendant toute l'opération une pression de fond supérieure à la pression
de gisement et interdire ainsi toute venue.

En fin de circulation, tous les fluides qui se trouvaient au-dessous du dispositif de


circulation n'ont pas été remplacés par le fluide de neutralisation, la neutralisation n'est
donc que partielle. Si l'injectivité n'est pas trop mauvaise, on peut améliorer la
neutralisation après cette circulation en repoussant par esquiche les hydrocarbures
depuis le dispositif de circulation jusqu'aux perforations, cependant il restera des
hydrocarbures piégés dans l'annulaire sous packer au niveau de l'extension sous packer
du tubing [1].

18
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Parfois la circulation est réalisée en mettant préalablement un bouchon dans


l'extrémité inférieure du tubing. Ainsi, pendant la circulation, il n'y a pas de risque de
venue ou, au contraire, de perte dans la couche, mais la récupération de ce bouchon
peut être problématique s'il se trouve recouvert de dépôts.

I .2.3.2 Neutralisation par esquiche


On utilise cette technique :

Ø quand on ne peut pas utiliser la méthode de circulation (tubing percé "près" de


la surface, travail au câble impossible suite à un tubing écrasé ou suite à la
présence d'un "poisson", volume sous le sabot du tubing trop important,

Ø ou quand l'injectivité est très bonne (cas qui se rencontre surtout sur des puits à
gaz).

Cette technique n'est utilisée qu'après un test d'injectivité pour vérifier que
l'injectivité est suffisante. En effet on retrouve l'inconvénient de la circulation directe
(migration des hydrocarbures dans le fluide de neutralisation), inconvénient fortement
amplifié par le fait que le débit possible en esquiche est souvent très nettement
inférieur au débit possible en circulation.

Si l'essai d'injectivité est insatisfaisant il faut :

Ø soit modifier les conditions d'esquiche, par exemple :


réaliser l'esquiche à un débit moindre, sous réserve d'accroître le volume total à
injecter (attention, du fait de la migration, il faut cependant garder un débit
suffisant),
dans le cas d'un puits à gaz, procéder à une succession d'esquiches puis de purge
"à pression de fond constante" pour permettre au gaz de migrer jusqu'en surface
sans fracturer,
accepter de réaliser l'esquiche à un régime de fracturation,
faire précéder l'esquiche d'une circulation à la cote de la plus basse possible
(que l'on peut atteindre pour perforer, ...) [1] .

19
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
Généralités sur work-over CHAPITRE.I

Ø soit réviser complètement le programme et faire appel à une technique telle que le
coiled-tubing ou le snubbing pour simplement neutraliser le puits ou pour effectuer
l'ensemble de l'opération.

Cela implique que l'essai d'injectivité soit réalisé nettement avant d'entreprendre la
reprise du puits. En effet le choix du matériel à mettre en œuvre et la conception du
programme de reprise en dépendent tous deux.

Comme dans le cas de la circulation, la neutralisation n'est pas complète en fin


d'esquiche. Il reste les hydrocarbures piégés dans l'espace annulaire sous packer et
l'ensemble du fluide d'annulaire.

I .2.3.3 Observation du puits


Après neutralisation, par circulation ou esquiche, il faut observer le puits et vérifier :
Ø l'absence de pression en tête,
Ø la stabilité des niveaux,
Ø l'absence de bullage en surface.

Le temps d'observation, quelle que soit sa durée, n'est pas une garantie absolue de la
stabilité du puits. Il est fonction de la méthode utilisée pour neutraliser le puits, du
déroulement effectif de l'opération et de la manifestation de phénomènes tels que
l'expansion thermique. Il varie généralement de une à quelques heures.

Dans le cas où le puits se révélerait instable, il faut reprendre les opérations de


neutralisation soit avec la même méthode (en modifiant éventuellement les
caractéristiques du fluide de contrôle, en utilisant des fluides "tampons", ...) soit en
faisant appel à une autre méthode. On fera alors une nouvelle observation du puits, et
ainsi de suite, jusqu'à l'obtention d'une parfaite stabilité du puits.

I .2.3.4 Phase finale de la neutralisation


Nous avons vu que, quelle que soit la méthode employée, il y avait toujours un
volume dans le puits, plus ou moins important, où il n'a pas été possible de mettre en
place le fluide de reprise.

Il faut circuler ce volume le plus tôt possible dès que les opérations de
déséquipement du puits rendent cette circulation possible [1].

20
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .1. Introduction :
Le terme instrumentation désigne les opérations dans un puits mettant en
œuvre des instruments spécifiques permettant le rétablissement à la normale la
situation propice à la continuation du programme. Nous citons dans le présent
chapitre les différents instruments utilisés pour la réalisation d une opération
spécifique que soit de repêchage, de fraisage, de surforage ou de restauration.

II .2. OUTILS A PRISE EXTERNE :


II .2.1 Die Collar :
Domaine d Utilisation :
Outils à prise extérieur doit être utilisé préférentiellement au pin tap chaque
fois que la situation le permet, cet outil autorise l accès dans le diamètre
intérieur du poisson et préservant dans certains cas la possibilité de coupe au
dessus du raccordement.
Procédure de Prise :
Descendre lentement à l approche de poisson, appliquer environ mille livres
(1000lbs) de poids sur celui-ci, engage la rotation en surveillant le
Couple, stopper la rotation et mettre en traction [2].

Figure. II.1. die collar

21
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .2.2 Overshot (Short Catch):


Fonction:
Cet outil est conçu pour la récupération de poisson dont la hauteur est
très réduite pour la prise.
Conception :
L élément de prise (basket) est situé à la base de l Overshot
supprimant ainsi tout intervalle entre cette fonction et son objet, cet
Overshot n a aucun accessoire de prolongation, d étanchéité ou de fraisage.
Engagement et Prise:
A l arriver sur le poisson, tourner lentement le train à droite en
descendant progressivement l Overshot, il est important de combiner
simultanément la rotation et la descente. En fin de prise, laisser l excès de
couple revenir et commencer la traction sur le poisson.
Relâchement :
Taper vers le bas en tournant à droite, ces deux actions doivent être
simultanées, dégager le train après relâchement. Sauf en situation de
traction, ne jamais tourner à gauche lorsque l outil est en prise. Pour
relâchement mettre toujours le maximum de poids disponible.

II .2.3 Overshot Sic 150 :


Conception :
Un même outil peut assurer le repêchage sur différents diamètres de
poisson. A chaque diamètre correspond un équipement spécifique.
Fonctionnement :
La prise et le relâchement sont assurés par rotation à droite. Pour la
prise, à l arriver sur le poisson effectuer une rotation lente à droite, le
grapple est mise en situation d expansion permettant ainsi au poisson de
s engager. En fin d engagement cesser la rotation et exercer une traction.
Le grapple se contracte et accroche fermement le poisson[2].

22
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Relâchement :
Taper un coup vers le bas, cette action a pour effet de relâcher le
sertissage du grapple entre le poisson et la chemise de l Overshot. Effectuer
ensuite une rotation à droite en dégageant lentement, cette action de
rotation oblige le grapple à se visser dans l outil en position haute relâchant
ainsi le poisson.

II .2.4 Overshot Equipé avec Basket Grapple:


Les différentes options d équipement se situent au niveau du grapple,
contrôle suivant que l on veule où non réaliser l étanchéité sur la tête de
poisson. Le basket grapple control assure le guidage de poisson vers
l élément basket, cette pièce n assure aucune étanchéité, le basket grapple
control packer assure l étanchéité sur la tête de poisson par des garnitures
internes et externes [2].

Figure. II. 2 Overshot Equipé avec Basket Grapple

23
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .2.5 Overshot Equipé avec Spiral Grapple :


La capacité de traction avec spiral grapple est plus conséquente qu avec le
basket grapple, l équipement est différent suivant que le poisson est
constitué d un tube ou d un manchon [2].

Figure. II.3 Overshot Equipé avec Spiral Grapple

24
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

ACCESSOIRES :
Si la partie haute d un poisson se trouve ovasée ou
détériorée, l utilisation de l extension sub mis
immédiatement sous le top sub permet la prise du
poisson sur une partie saine.

Oversize:
Guide convient dans les situations où l Overshot risque
de passer à coté de poisson.

Le Milling Shœ :
Est utilisé dans les situations où l engagement du
poisson s avère difficile. La fraise est spécifique à un
diamètre de tube, elle est positionnée à la place de
guide.

Le Wall Hook:
Guide qui permet le redressement et l alignement du
poisson dans les trous, caves ou surdimensionné. [2]

Figure. II.4 accessoires


overshot

25
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II. 3 OUTILS DE PRISE INTERNE :


II .3.1 Releasing Spear :
Cet outil permet la prise et le relâchement des poissons par l intérieur
dans des conditions de traction et de battage sévères. Il peut être équipé de
différent accessoire permettant la circulation, le conditionnement de la tête
de poisson et son redressement dans les situations de mauvais alignement.
Fonctionnement:
Avant descente s assurer que l outil convient au diamètre intérieur
du poisson et que le spear a ses slips en position de retrait. Après
engagement dans le poisson, tourner de un sixième de tour à gauche et
mettre en traction pour assurer la prise, le relâchement du poisson s opère
par mise au point neutre au droit de l outil et une rotation de un sixième de
tour à droite. Dans les situations de battage, changer par intermittence la
position de prise des slips, en cours de remonter éviter toute rotation et la
pose brutale sur slips [2].

Figure. II. II .3.2 Releasing Spear

26
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.6 TAPER TAP :


Cet outil est utilisé dans les situations où les tentatives de raccordement par
Revissage (Overshot ou Releasing spear) ont échoués. Il présente des inconvénients tel
que :
Ø D éclater ou de déchirer les poissons constitués de casing ou de tubing de faible
épaisseur.
Ø Absence d étanchéité.
Ø Tenue à la prise et au relâchement aléatoire. Il peut être conçu avec un filetage
gauche ou droit et le filetage de prise peut être plein ou rainuré [2].

Figure. II.6 TAPER TAP

27
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .4 OUTILS DE BATTAGE ET DE RELACHEMENT :

II .4.1 Fishing Bumper Sub :


Utilisation :
Cet outil transmet la rotation, permet le battage vers le haut ou vers le
bas et réalise un point neutre lorsqu il est placé en position intermédiaire.

Positionnement:
Il peut être placé immédiatement au dessus de l outil de repêchage ou du
safety joint lorsque ce dernier est utilisé. Dans les situations d emploi avec
casing cutter, il est situé à quelque drill collar au dessus et ouverte en mi
course, il est crié un point neutre évitant une surcharge sur les couteaux.

Opération de repêchage :
Lorsqu il est impossible de dégager le poisson par traction ou battage,
il réalise le relâchement de l outil de repêchage (Overshot) en permettant
un impact vers le bas qui dégage le mécanisme de prise.
Battage vers le bas : remonter le train pour ouvrir le bumper et ajouter une
traction jouant sur l élasticité des tiges, relâcher rapidement le train d une
valeur correspondant à la course du bumper et freiner brusquement, le
bumper se ferme brutalement en donnant une série de chocs vers le bas qui
sont provoqués par l élasticité des tiges.
Battage vers le haut : élever le train suffisamment pour lui donner une
contrainte élastique modérée, lâcher le train rapidement sur une longueur
de course correspondant à la contrainte précitée et freiner rapidement. Cette
procédure amorce un début de fermeture du bumper, l élasticité des tiges le
fait alors remonter et provoquant un impact vers le haut [2].

28
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Figure.II.7 Fishing Bumper Sub

II .4.2 Hydraulique Jar:


Utilisation :
Toutes les coulisses hydrauliques battre vers le haut. En workover
une coulisse hydraulique est positionnée immédiatement au dessous le train
de drill collar, en DST immédiatement au dessus du safety joint et du
packer, en forage au milieu du train de drill collar.
Principe de fonctionnement : la coulisse est immédiatement fermé, lors de
mise en tension une partie de course du piston est freiner par le passage de
l huile dans des orifices calibrés, en cours de l ascension le piston
débouche brutalement dans une chambre de plus grand diamètre ainsi

29
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

libérer le piston restitue l énergie accumulés par un choc puissant vers le


haut [2].

II .4.2.1 Incident en Cours de Battage:


Difficulté pour obtenir le premier choc :
Ø Mettre en tension et bloquer le frein à la chaîne, maintenir cette situation
jusqu au déclanchement.
Ø En augmentant la tension jusqu à la valeur limite donnée par le fabriquant.
Si on n obtient pas de choc, descendre le train de drill pipe plus bas, la course
peut être l absence de fermeture de coulisse.
Si le temps requis pour le déclenchement semble excessif, éviter de fermer
complètement la coulisse après chaque coup.
Si la puissance de choc n est pas suffisante :
Ø Procéder à mise en tension plus rapide.
Ø S assurer que les drill pipes sont descendus suffisamment pour assurer la
fermeture de coulisse.
Si les deux actions précédentes n améliorent pas le rendement, considérer que
les joints d étanchéité sont endommagés, remonter pour changer la coulisse.
En cours de battage et après un rendement satisfaisant, l outil peut cesser de
fonctionner, la cause peut être la présence de l huile contaminée bloquant les
orifices de freinage, remonter la coulisse pour un vidange et nettoyage de
circuit d huile.
Si la coulisse sous manifestation d un choc, considérer que les joints sont
endommagés ou l huile émulsionnée, remonter au jour pour remise en état. [2]

30
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Figure. II.8 Hydraulique Jar

II .5. LES ACCELERATEURS:


Utilisation :
Il est conçu pour travailler en association avec la coulisse hydraulique.
A chaque coulisse correspond un accélérateur spécifique. Cet outil
accumule l énergie lorsque le train de drill pipe mis sous tension, lors de
déclanchement du jar, cette énergie est libéré et accélère le mouvement du
train du drill collar vers le haut provoquant un impact très violant. Dans les
opérations de battage conventionnel l intensité de choc est proportionnel à
la vitesse de remonté de l ensemble du train de drill pipe, cette accélération
est très souvent contrariée par les frottements du train le long des parois, de
ce fait une part de l énergie est ainsi perdue, ce phénomène est d autant
plus important que le puits est profond. L accélérateur permet d accumuler
l énergie immédiatement au dessus de la coulisse et des drills collars, le
frottement des drills pipes sur les parois n intervenant plus[2].

31
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Une deuxième fonction importante des accélérateurs est qu il amortit


considérablement les chocs et rebondissements des drills pipes ce qui
ménage à la fois l outil de prise et les drills pipes.
Le troisième avantage est que l utilisation de cet outil permet de diminuer
le nombre de drill collar par rapport à un train de battage conventionnel.
Fonctionnement:
Lors de la mise en tension du train, le fluide est comprimé par le
déplacement du piston. Au déclenchement de la coulisse, le relâchement
soudain de l énergie emmagasinée accélère le déplacement de drill collars,
lorsque la coulisse a atteint sa course maximale, un coup très violant est
transmis au poisson, l accélérateur tend à limiter le mouvement au drill
collar et crier un effet tampon en ce qui concerne les drills pipes.
Positionnement :
L accélérateur est positionné immédiatement au dessus des drills collars.

Figure. 2. II.9ACCELERATEURS

II .6 Safety Joint:
Domaine d Utilisation :
Conçu pour les trains de test, de repêchage ou de washover, permet la rotation à
droite, le battage et les fortes pressions interne [2].

32
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Fonctionnement :
Pour effectuer le dévissage, mettre le point neutre au droit du safety joint
et effectuer une rotation à gauche lente. Le relâchement s effectue à une
valeur sensiblement inférieure à la moitié du couple nécessaire pour le
dévissage d un tool joint de diamètre correspondant.

Figure. II.10 Safety Joint

II .7 OUTILS DE COUPE DE MATERIEL TUBULAIRES:


II .7.1 Internal Cutter:
Domaine d utilisation : cet outil convient particulièrement dans les
situations de coupe préalable à la pose d un casing patch car ses accessoires
permettre de situer la coupe par rapport au joint de casing, il sera également

33
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Choisie dans les situations où la coupe à l explosif risque d endommager le


casing.
Opération :
L internal cutter doit être contrôlé, avant sa descente s assurer que le
dispositif de verrouillage est en position correcte (rétracté).
Descente : éviter toute rotation à droite en cours de descente ce qui aurait
pour effet d ancrer l outil, en cas d ancrage, remonter lentement pour
remettre le verrouillage des slips en position rétractée.
Ancrage : tourner à droite et abaisser lentement le train pour ancrer.
La coupe : en continuant de poser sur l outil le mandrel force les couteaux à
s appliquer contre les parois de casing. Le ressort principal de l outil est
mis en compression. Il maintiendra une force contre constante sur les
couteaux s il n est pas comprimé jusqu en buttée. La coupe est réalisée en
rotation lente de dix à vingt tours/ min avec un poids dosé pour
accompagner graduellement la pénétration des couteaux dans le métal. Une
progression de un seizième de pouce suffit comme intervalle pour suivre la
progression de l outil, tout hâte ou excès de poids provoque la mise hors
service des couteaux ou leur rupture. Pour se confirmer la coupe augmenter
la vitesse de rotation, si l indicateur de couple n indique aucune
augmentation, on peut considérer que la coupe est terminée. Pour la
remonter il suffit de dégager. [2]

Figure. II.11 Internal Cutter

34
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .7.2 External Cutter:


Utilisation :
Il est associe avec des washover pipes, permet la coupe et la
récupération de longs tronçon de tubes non endommagés, l outil est
travaillé en tension et réalise la coupe par un jeu de couteaux articulés.

Procédure d utilisation :
Avant la descente, effectuer le washing à une profondeur excède de un
joint la profondeur de la coupe proposée. Assurer que l équipement de
cutter est adapté au diamètre et type de pipe à couper, lors du serrage,
éviter de placer les clés sur les fontes des couteaux.
A ce stade il est recommandé de caller les couteaux en position relever afin
d éviter leurs tendance à retomber horizontalement, cette dernière position
pouvant favoriser leur endommagement lors de la coiffe du poisson. Ce
calage étant accompli par le passage d une ficelle à travers les fontes des
couteaux, la ficelle étant serrée et nouée à l extérieur de l outil. Procéder
avec précaution lors de l engagement de l outil sur la tête de poisson.
La coupe : lorsque la profondeur de la coupe est atteinte, remonter
lentement l outil jusqu à ce que le dispositif ! ratchet pawl " ou ! spring
dog " accroche le tool joint immédiatement superieur, mettre en tension
pour comprimer le ressort et cisailler les goupilles, le cisaillement se
manifeste par une rapide secousse de l aiguille du MD. Continuer de
remonter très lentement jusqu à ce le MD indique une valeur supérieure de
deux ou trois points au poids du train de drill pipes. La coupe est réalisée
par rotation à droite et une vitesse de rotation constante. La fin de la coupe
se manifeste par une secousse évidente de l aiguille de MD. Une fois la
coupe confirmée, dégager très lentement sur au moins de douze mettres,
ensuite la manœuvre de remontée est effectuée normale. Lorsque le premier
wash pipe apparaît la position de la tête du poisson est connue et donc
casser quelque wash pipe jusqu au là. Caller bas du wash pipi et dégager le
poisson [2].

35
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Figure. II.12 External Cutter

II .7.3 Pipe Cutter:


Le pipe cutter est un dispositif de charges creuses concentrique adapté
à chaque diamètre et type de matériel tubulaire, ces charges descendues sur
ligne électrique réalisent des coupes ou des affaiblissements très
conséquents sur les drill pipes, tubing ou casings. Le cutter est descendu
associer à un CCL afin de situer la profondeur exacte de la coupe. Pour
réaliser la coupe avec succès il est nécessaire de mettre le pipe en tension à
une valeur de un ou deux tonnes au point de tir [2].

36
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Figure. II. 13 Pipe Cutter

II .8 Réparation sur Casing :


II .8.1 Casing Scraper :
Le casing scraper est utilisé pour la destruction du cake, ciment, rouille,
dépôts, irrégularité due aux perforations ou fraisage. Il peut être descendu
sur drill pipes ou sur câble et agit en translation ou rotation [2].

Figure.II. 14 Casing Scraper

37
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II .8.2 Casing Roller:


Le casing roller est utilisé pour la restauration du casing bosselé, déformés
dans leur diamètre initial, il est descendu sans drill collar. Pour le
fonctionnement descente l outil précautionneusement jusqu à la zone
endommagée, maintenir la rotation entre 50 et 100 RPM, mettre la
circulation et descendre lentement. Un poids trop léger sur l outil et de
grande vitesse est à éviter car ils sont fatigués l outil sans redresser le
tubage.

Figure. II.15 Casing Roller

II .8.3 Casing Patch :


Le casing patch permet le raccordement de deux tronçon de casing
après coupe et retrait de la partie endommagée, le patch assure la liaison
entre la partie saine te le nouveau train de casing.
Avant toute intervention, assurer la sécurité de puits par pose d un bridge
plug au plus bas du casing à réparer et établir un diagnostique précis de
l endommagement avant de décider de la profondeur de la coupe[2].

38
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Opération : après retrait du tronçon endommagé :


Conditionner le profil de la coupe avec un pilot mill.
Conditionner l état de surface extérieur du casing par un washover.
Visser le casing patch pour la descente en prenant soin de positionner les
clés de serrage uniquement sur la partie top sub de l outil.
A l arriver du poisson, mettre en légère rotation et descente lentement pour
coiffer. Après engagement mettre de sept à dix tonnes sur l outil pour
assurer la prise, ensuite reprendre le poids et laisser le couple revenir.
Contrôler par mise en pression du casing et l étanchéité de Packer, éviter
les à coup de la pompe, mettre le casing sous tension et poser sur slips [2].

Figure. II.16 Casing Patch

39
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.9 GENERALITES SUR L UTILISATION D UN JUNK MILL :


Repérer le poisson, effectuer un bêchage et commencer le fraisage avec 2.5
tons et entre 80 à 100 RPM.
Si le poisson tourne en même temps que l outil, bêcher plusieurs sur le
poisson.
Après 0.3 mettre de progression dégager de 5 à 6 mètres, réduire ou arrêter
les pompes pendant quelques minutes afin de permettre au débris libre de
se fixer au fond.
Reprendre le fraisage après plusieurs bêchages avec 2 à 6 tons et de 100 à
125 RPM et débit normal.
Répéter les deux dernières opérations après chaque mettre de progression.

II.9.1 Pilot Mill :


Le pilot mill est utilisé pour :
Ø Parfaite la coupe de casing avant pose d un casing patch.
Ø Conditionnement de tête de poisson.
Ø Destruction du packer et liner hanger.

II.9.2 Reamer Mill :


Cet outil est utilisé pour :
Ø Ebarbage interne de casing.

Ø Rectification des collapses.

II.9.3 Taper Mill :


Cet outil est utilisé pour :
Ø Fraisage de débris métalliques.
Ø Rectification de collapses.
Ø Fraisage de sabot de cimentation.
Ø Destruction d aspérité sur parois du casing [2].

40
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.9.4 Round Nose Mill :


Cet outil est spécialisé dans la destruction de coupeaux métalliques
ou pour l amorce de déviation.

II.9.5 Value Mill :


Cet outil est utilisé pour le reforage de ciment, de bridge plug et
de packer à l intérieur du casing, cet outil nécessite d être stabilisé en cas
d utilisation.
Dans le cas de reforage du ciment, utiliser immédiatement au dessus de
l outil un protective sub dont les pads ont les mêmes diamètres que l OD de
l outil. En cas de reforage d un bridge plug ou Packer, il est associe avec un
junk basket équipés de pads de même OD que le value mill. [2]

Junks Mill
Plat Concave Offset bladed Pilot Mill Rounde Nose Mill Taper Mill

Figure. II.17 Junks Mill

41
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.10 JUNK BASKET :


Le junk basket est employé pour la récupération des cuttings et débris dans
les situations de fraisage de packers, bridge plug, débris métalliques …
Il est positionné immédiatement au dessus de l outil, on peut superposer
deux ou plusieurs junk basket si une importante remontée de cuttings est
prévue. Dans le cas où il existe une possibilité de coincement voir
l opportunité de descendre cet outil qui supporte très mal le battage.

II.10.1 Junk Basket à Circulation Inverse :


Procédure d utilisation :
Descendre l outil en s assurant préalablement que tous les éléments du
train laisse passer la tripping ball, stopper environ à trois mètres au dessus
du poisson et circuler quelques minutes.
Ø Dévisser la tige carrée et lâcher la tripping ball dans les tiges.
Ø Reprendre la circulation au max et attendre l arrivée de la tripping
ball sur son siège.
Ø Descendre lentement sur le poisson dés que l outil est en situation de
circulation inverse.
Ø Avec un équipement de mill type shoe, continuer la rotation jusqu à
ce qu une carotte de dix pouces est réalisée, le poids sur l outil est
de une tonne.
La vitesse de rotation varie selon le type :
Diamètre 1/16 1/4 3/8
3 4 5 8 1/8
(pouces)
N
70 60 47 30
tr/min

Avec un finger shoe maintenir une rotation lente en descendant sur le


poisson et continuer à mettre du poids jusqu à deux tons puis stopper la
rotation et remonter [2].

42
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

Figure. II.18 Junk Basket à Circulation Inverse

II. 10.2 Fishing Magnet :

Cet outil sert à la récupération de débris ou objet subissant


l attraction magnétique. Il est particulièrement recommandé en préalable à
une descente d outil au diamant, il peut être descendu sur un train de tiges
ou au câble. Pour le stocker il faut jamais plaquer deux éléments
magnétiques l un contre l autre, le magnétisme s entrouvre très affaiblis[2].

Figure. II.19 Fishing Magnet

43
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.11 Wireline Spear :


Les spear sont construit de l acier d une résistance élastique très
élevée. Le standard wireline spear est équipé en barbes soudés, le
calabsibible wireline spear est équipé en barbes rétractés pour facilite
l entré du câble à repêcher.
Pour l utiliser, le placer au dessous du train de tige, descendre lentement
lorsqu on arrive au câble à repêcher pour permettre aux barbes d engager, il
est nécessaire de monter et descendre plusieurs fois pour assurer
l engagement de spear dans le câble [2].

Figure. II.20 Wireline Spear

44
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'!#(#)*!+'!+,*$--+./'$++ CHAPITRE. II

II.12 Les Cross Over :


L utilisation de matériel tubulaire et des outils de différents diamètres
et/ ou de filetage nécessite l utilisation des cross over, ces derniers ont des
même caractéristiques mécaniques que les drills collar ou les drills pipe.
On peut citer les cross over comme pin to pin, pin to box et box to box [2].

Figure. II.21 Les Cross Over

45
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III. LES OPERATIONS D INSTRUMENTATIONS SUR LE PUITS MDZ547

III.1. Introduction
Les phases opératoires et leur chronologie varient, d une intervention à une
autre, Elles dépendent en particulier de l équipement en place dans le puits et de
son état, de ce qu il y a faire, de la manière dont l intervention va se dérouler en
pratique cependant, on retrouve généralement les phases détaillées si après.

III.2. Préparation du puits :


Elle concerne principalement :

Ø Le contrôle au travail au câble (contrôle tbg, top sédiment).

Ø Le contrôle de l intégrité du puits (test en pression …etc.).

Ø L ouverture d un dispositif de circulation en fond de puits.

III.3.Mise en sécurité du puits :(avant installation de l unité d intervention)


En fait, cette mise en sécurité concerne aussi tous les puits voisins.

Cette opération consiste à mettre en place des bouchons (plugs) dans le tubing
pour installer l unité d intervention sur la tête de puits en toute sécurité.

On dispose de trois moyens de base :

Ø L utilisation de bouchon mis en place par travail au câble et ancré dans des
sièges prévus dans le tubing (généralement au du fond de puits et proche de
packer).

Ø La fermeture de la vanne de sécurité de subsurface. La pose d un clapet anti-


retour (BPV) dans l olive de suspension de tubing [3] .

46
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Figure. III.1. BACK PRESSURE VALVE

III.4. Mise en place de l unité d intervention :


Une fois le puits en sécurité, la mise en place de l appareil et de tout son
équipements (bacs, pompes,..), peut s effectuer tout en respectant les consignes et
les distances fixées par la sécurité, toutefois le remplacement de la tête d éruption
par le bloc obturateur du puits (BOP) n est pas encore entrepris.

III.5. Neutralisation du puits :


Un puits est considéré parfaitement neutralisé ou tué lorsque le fluide de
reprise de densité appropriées par apport à la pression de gisement, remplit
entièrement le puits (c.à.d l intérieur de tubing, l espace annulaire, tubing cuvelage,
et l espace sous packer) [3].

47
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.6. Remplacement de tète de puits :

Le fluide de reprise assure la stabilité du puits

Hydril GK
11 -5000

. Figure. III.2. BOP Figure. III.3. tète de puits

III.6.1. PROCEDURES DE TEST BOP ET LES EQUIPEMENTS


L ensemble des équipements de sécurité (obturateur, manifold de plancher,
manifold de Duse et les suspensions du tubage) doit faire l objet d un programme
de test.

Ces tests à réaliser sont :

Ø Test de fonctionnement : il s agit de tests des organes de commandes des


équipements de sécurité, Il faut s assurer à tout moment, que la fermeture et
l ouverture des organes seront effectives et rapides.

48
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Ø Test de pression : il s agit des tests réalisés en pression sur les équipements
du sécurité, Il faut s assurer à tout moment,qu ils résisteront aux pressions
maximum attendues[6].

III.6.1.1. Test de la colonne de tubage


Mode opératoire :

Fermer la vanne isolant la colonne montante et le manifold.


Ø fermeture totale du BOP.
Ø Fermer la vanne manuelle du choke manifold.
Ø Pomper par le Kill, line.
Ø Tester la colonne à 80% de la pression d éclatement du tubage, pendant une
durée de 15 minutes.

III. 6.1.2. Test de la fermeture total


Ø Mise en place du tester plug (sans bouchon de fermeture).
Ø Fermer la vanne manuelle choke line.
Ø fermeture sur tige.
Ø Tester à la série des BOP en surveillant le retour par la tige durant
15min.

III. 6.1.3. Même test totale


1. Remonter le tester plug et mise en place du bouchon procéder comme suit :
Ø Mise en place du tester plug au niveau de la casing head.
Ø Remonter la tige.
Ø Fermer la vanne isolant le choke manifold de la tête de puits.
Ø Fermer la fermeture totale.
Ø Pomper par le Kill line pour tester le BOP à la pression de travail 5000 psi
et pendant 15 min.
Ø III.6.2. Fermeture sur tige :
Ø Mise en place de l eau ou de la boue comme fluide de test à l intérieur de la
tête de puits par le Kill line.

49
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Ø Visser le tester cup au bout d une tige, descendre le tester cup à environ 30
cm dans le tubage.
Ø Fermer le branchement stand pipe de tubage, manifold Duse s il existe.
Ø Ouvrir la vanne de stand pipe mud cross (Kill line).
Ø Fermer les vannes casing spool.
Ø Fermer la vanne choke manifold.
III.6. 3. Si le tool joint ne peut pas être positionné en dessus de la
fermeture sur tige, caler la tige.
Ø Actionner la fermeture sur tige.
Ø Pomper à la pression de test (5000 psi).
Ø Observer l étanchéité de la tête de puits pendant 15 mn.
Ø Purger la tête de puits par la purge de stand pipe.
Ø Actionner l ouverture de la fermeture sur tige
Ø Dégager le tester cup.
III.6.4. Test fermeture BOP annulaire :
Après le test de la fermeture sur tige, remettre le tester cup à la même
position :

Ø Actionner la fermeture de BOP annulaire à la pression de fermeture étant à


celle de la pression de service et ne doit en aucun cas excéder 3000 psi.

Ø Il est conseillé d utiliser une tige de diamètre le plus faible pour augmenter
la durée de vie de la garniture.

Ø Pomper à 1000 psi.

Ø Observer l étanchéité de la garniture si celle-ci est étanche à 1000 psi, elle le


sera pour des pressions supérieures.

Ø Purger par le stand pipe.


Ø Actionner l ouverture du BOP à membrane.
III.6.5. test colonne montante + flexible d injection et stand pipe :
Ø Fermer la Kelly coke.
Ø Ouvrir la vanne entre le manifold de plancher et la colonne montante.

50
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Ø Pomper et tester à la pression de service pendant 15 mn.


Ø Purger par la kill line [6].

III.6.6. Les outils de test :


Chaque fois qu on a faire un test, il faut que ramène le tester cup et le tester
plug. Deux éléments utilisés pendant le test en pression sont

Tester cup :
Un outil de test, vissé au bout de tiges, est
descendu de 10 à 30 mètres dans le tubage, il
est recommandé de visser au-dessous une ou
deux tiges qui serviront de guidage et de lest
de faciliter la descente.

Figure III.4.Tester cup

Tester plug :
C est une olive avec des joints toriques,
descendue avec les tiges et venant se pose dans
la tête de tubage située au dessous de BOP, les
obturateurs à mâchoires sur tige, ainsi que
l obturateur annulaire et les accessoires
peuvent être testés à leurs pression de service
sans risque pour le casing [6].

Figure.III.5.Tester plug

51
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.6.7. Les données prises avant le repêchage

Avant de mettre en œuvre des moyens important donc coûteux, et le bon foreur
celui qui donne le moins et gagne-le plus alors pour la réussite d une
opération de repêchage.
Il est indispensable de connaître avec précision les circonstances de l accident de
pouvoir analyser les différents enregistrements indispensable, ça concernant la
phase de forage en cours d avoir à sa disposition le rapport journalier du
géologue et du chantier, la connaissance du (poisson) est évidemment
indispensable, sa description pour simplifier la remontée de la garniture.
Le foreur doit respecter à la lettre les consignes et les règles de l art de la
profession qui sont de mesurer et d enregistrer sur cahier tous les détails des
matériels de fond utilisés, en particulier diamètre extérieur et intérieur,
longueurs, type de filetage…etc. et après, on peut commencer le travail de
Workover [3] .
Dans notre cas, on a un morceau de macaroni laissé à une cote C= 856 m,
ainsi que le puits bouché par les cutting, donc :
On essaye de résoudre ces problèmes pour mettre le puits en production.

III.7 Les Opérations sur le Tubing 4 !:

III.7.1 Désancrage des Tubing :

Cette procédure concerne les tubings ancré sur tubing anchor seal Baker pour
le succès de l opération on doit considérer:

L état du tubing qui doit être apte à transmettre les tensions et les tractions.

La possibilité de gel ou de sédimentation de la boue de Packer dernière le tubing.

Les risques inhérents aux anciens trains de tubing équipés de joint en téflon
(manchon affaiblis favorisant l éclatement lors de transmission d un couple de
désencrage important.

Boue de Packer sédimentée au droit d une vanne camco [7].

52
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Risque de détérioration du train de tubing si le désancrage présente des difficultés,


le désencrage présente des difficultés vissage de train, le train ne pourra être
récupéré pour une complétion future.

Préalablement au désencrage :

Etablir une communication entre le tubing et l annulaire à une profondeur proche


de Packer par tubing puncher SPE ou ouverture d une vanne de circulation.

Mettre en place un fluide de densité homogène dans le tubing et l annulaire.

Equiper le tubing d une prolongation l amène hauteur de travail sur le plancher.

Suivant les conditions rencontrer, ne pas négliger l opportunité d un battage


préalable qui peut aider la transmission de couple de désencrage au droit de
Packer.

III.7.2 Désancrage :

Le désancrage est obtenue par une rotation à droite de dix (10) tours lorsque le
train est au point neutre à la profondeur du Packer.

Appliquer tension et couple simultanément en faisant varié le point neutre, pour


mettre au point neutre, on doit faire abstraction de la poussée hydrostatique sur la
section du tubing, cette valeur était absorbée par le dispositif d ancrage. On doit
donc prendre le poids du tubing dans l air y ajouter le poids du moufle et amener
cette valeur sur le Martin Decker.

Réalisation :
Après les essais de désancrage sous une traction qui se varie entre quarante
(40) et soixante (60) tonnes, on obtient la libération de la garniture avec un gain en
poids de cinq (5) tonnes qui vaut à 95 longueurs. Une série d essais de repêchage
était faite, on utilisant soit un taper tap ou un releasing spear [7].

53
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.8. Fraisage du Packer :

La couronne de surforage est utilisée pour surforer l ancrage du packer du


production.
III.8.1 Préliminaire Avant la Descente : s assurer que l état de la couronne de
surforage convient au type de Packer à reforer.

Procédure :

A l arrivée sur le packer, veiller à ne pas engager le dispositif de verrouillage


sous le packer avant d avoir positionner la tige carrée de manière à éviter tout ajout
de tige pendant le reforage, ajuster éventuellement avec des pipes joints.

Avant tout circulation ou rotation, poser 3 tonnes sur le packer.


Ø Dégager prudemment de la hauteur correspond à 3 tonnes et repérer la tige
carrée.
Ø Faire circulation avec un débit max et une rotation de 150 RPM.
Ø N opérer aucun dégagement durant le reforage.
Dégagement :

Avant fraisage complet du packer, cette opération peut être accompagnée par
une usure prématurée de la couronne ou par ajout d un simple consécutif à une
erreur d ajustement, en ce cas :

Ø Stopper la rotation et circulation.

Ø Mettre en tension à une valeur égale au poids de drill collar plus 3 tonnes.

Ø Tourner à droite sur 10 tours l outil est libéré.

Déroulement de l Opération :

Pour notre cas et due à l impossibilité de désancrer le packer. Pour cela, on a


utilisé une couronne de chargement local en shoe en carbure de tungstène, on a
fraisé l élément d ancrage en une étape et après un work string avec un overweight
de 30 t, le packer est libéré [7].

54
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Figure.III.6 .Désancrage de Tubing

Tableau de l Evolution de Fraisage de Packer :

Côte
OD Durée Paramètres
de à
RPM=100tr/min
2 Q= 560 l/min
2574.58m 2575.50m 8"1/2
heurs P=400 psi
WOB=1tonnes

55
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.9. Opérations de repêchage du packer :


Après reforage des ancrages du packer, ce dernier doit être remonté jusqu au jour,
pour cela On a plusieurs choix pour le repêchage, le chef de chantier à décider de
descendre le taper tap (taraud).
III.9.1 Déroulements de l opération :
En descendant la garniture de repêchage munie du taraud a la cote 2574.5m (top
packer).
Le taraud est à l intérieur du packer, en posant 5 tonnes de poids et en filetant le
packer de 3 à 4 tours, puis on a circulé pour homogénéiser la boue.
Cette tentative de repêchage du packer après avoir un gain de poids de 14 tonnes été
négative a cause d une fausse manœuvre qui a causée la chute du poisson prés de la
surface.
Compositions de la garniture de repêchage :
-Taraud
-Safety joint
-Coulisse de battage
Suite a ce résultat, le chef de chantier a tenté de descendre un releasing spear qui est
aussi en rappelant un outil de prise interne.

Compositions de la garniture de repêchage :


-Releasing spear
-Safety joint
-Coulisse de battage
-DC 3"1/2
En descendant la garniture de repêchage, on a manoeuvrer maintes fois pour que le
releasing spear s accroche à l intérieur de poisson, en vain, le repêchage été négatif.
Pour la deuxième fois, on a tenté de reprendre la descente du taraud.
En assemblant cette garniture et la descendre, nous avons opéré de la même façon que
la première opération, on a un gain de poids de 10 tonnes ; puis on a remonté
lentement jusqu au jour et le repêchage a été positif [7].

56
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

On a remonté le reste des tubings 4"1/2 (garniture bouchée) avec récupération de


l outil de wire line laissé a l intérieur du ce dernier.
Après le repêchage de packer et comme prévu on a descendu un outil 5"7/8 a la côte
de 3343m pour le reforage du drain, on a constaté que l avancement a été nul ; une
opération de nettoyage du fond du puits donc nécéssaire.

III.10. Opérations de nettoyage du fond du puits :


En premier lieu, avant de descendre n importe quel outil, il est impératif de savoir ce
qui empêche l avancement de l outil donc savoir l état de fond de puits, pour cela on a
descendu l empreinte qui est un outil de forme cylindrique chargé de plomb
(facilement déformable) en sa partie inférieur a la cote de 3343m (figure :7).
En posant 5 tonnes de poids sur l empreinte, le plomb se déforme en épousant la forme
de fond du puits, suite a la remontée de cet outil on a constaté des traces qui peuvent
êtres dues a des fragments de fer provenant des dents de la couronne de surforage.
A cet effet, on a descendu le carottier de repêchage (RCJP 5"1/8) qui consiste a
prendre une carotte de dizaines de centimètre.

En descendant l RCJP a la cote de 3342.60m puis on fait la circulation a raison de 650


l/m et on lance la bille de circulation inverse (figures : 8).

On surfore de la cote 3342.6 à 3343m puis on la remonte au jour, nous avons récupère
200g de ferraille
Après la remontée du carottier de repêchage, on a descendu l aimant appelé MAGNET
puis on a posé 1 tonne et on a remonté avec récupération de 100g de ferraille [7] .

57
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Figure. III.7. Fishing Magnet

Figure. III.8. Junk Basket à Circulation Inverse

58
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.11 .Scrapage du casing 7"


Une opération de Scrapage du casing 7" est faite pour l élimination de toutes les
ferrailles ou des sédiments collés aux parois, pour cela on a utilisé un outil

5" 7/8 comme guide avec un scraper 7 . Descendre la longueur puit la remonter et
redescendre de nouveau de la cote 2576 m à la côte 3216 m. la descente se fait très
lente de l ordre de 2 m/min et faire une circulation de 15 min chaque longueur.

Figure.III.9. Casing scraper

III.12. Reprise de forage de drain :


Suite a la fin de nettoyage, on a recommencé sans aucun problème le reforage du drain
avec un outil 5"7/8 jusqu a la côte de 4455m, puis on a descendu un liner 4"1/2
prépérforé au fond et recompléter le puits avec le tubing de production 4"1/2 N.VAM
ancré dans le liner 7" [7].

59
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

III.13.LES CALCULES

III.13.1.Les données du puits :

La profondeur de puits…………………………...................... H=3477.00m


La pression de gisement …………………………………….. Pg=345kg/

la longueur de casing( )………………………..................... =3375.5m

La longueur de tubing( 1/2) ………………………………. =3343.9m

La longueur de liner( 1 /2)………………………………… =127.5m

La profondeur sous liner( 1/2)……………………………... =5.95m

Le poids nominal de tubing( 1 /2)……………..................... =12.75 l/m

Densité de l' acier ……………………………………………. =7.5 [7]

III.13.2.calcul de densité de boue nécessaire à la neutralisation du puits

On utilise formule suivante :

Phyd =

On a : Phyd = => dbreq = 10

la pression hydrostatique doit être égale à la pression de la pression de fond et la


surpression différence de pression

Ou hyd-Pg

La formule sera : dbreq=10.(Pg+ Ps)/H

60
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&()*+,-"##./+-"*(01!-*)*+,-"##"0(#2!#%0+*"#MDZ547# CHAPITRE.III

Donc dbreq=10.(345+30)/3477

Dbreq= 1.10 [8].

III.13.3.calcule le temps de pompage de boue

T= v boue /Q pomp = 55.27. 5

T=276.35minute

III.13.4.calcule le poids de tubing dans l air

P tbgair = ptbg .l tbg


(12.75 .0.4535/0.3048) . 3343.9 .

P tbgair = 63.43 tonnes

III.13.5.calcule le poids de tubing dans la boue


= P tbgair .Cf ( Cf=1- / )

=63.43 .(1-1.1/7.5)
= 54.12 tonnes [8]

61
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'()$""*#$" CHAPITRE.IV

IV.1. Introduction:

A la fin de notre étude, nous allons évoquer le problème de sécurité car il s'agit
là d'une technique délicate où toutes les mesures de sécurité doivent être prisent en
compte. La sécurité est une partie intégrante de la politique de l'entreprise, elle fait
partie des opérations et protège employés, client, propriétés et environnement.

IV.2. Buts de la sécurité:


Etant donné que le forage et le Work Over sont les domaines où l'on enregistre
le plus grand nombre d'accident, la sécurité technique doit être primordiale.
Les accidents qu'on rencontre le plus souvent dans ce domaine sont:
Ø Coincement des mains entre les tiges;
Ø Les clefs de serrages;
Ø Chute due au glissement;
Ø Incidents au court de levage de matériels.

IV. 3. Avantages de programme de sécurité:


L'élaboration d'un programme de sécurité est primordiale pour :
Ø Réduire les accidents ;
Ø Réduire les coûts;
Ø Améliorer les conditions de travail;
Ø Promouvoir une meilleure communication;
Ø Améliorer l'attitude vis-à-vis de la sécurité;
Ø Amélioration de la satisfaction de client.

IV.4. Principes de Base Pour sécurité des Travailleurs :


La sécurité des travailleurs est un élément essentiel pour la continuité du travail.
Elle s'occupe de:
Ø Responsabilité;
Ø Priorité;
Ø Reconnaissance;
Ø Amélioration [9] .

62
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'()$""*#$" CHAPITRE.IV

.IV.5. Consigne de Sécurité à Retenir:


Ø Le port du casque, gants, chaussures de sécurité est obligatoire sur chantier;
Ø Ceinture de sécurité obligatoire pour les travaux dont le risque de chute est
probable;
Ø Avant de déconnecter un flexible, s'assurer qu'il n'est pas sous pression;
Ø Ne pas utiliser les clefs, pince ou toutes autres outils en guise de marteau;
Ø Il faut s'assurer que les serres câble sont bien fixées;
Ø Il ne faut jamais rester prêt des câbles en tension;
Ø Ne s'approcher jamais de la table de rotation en fonction;
Ø Il ne faut pas nettoyer ou lubrifier les roues pignons ou bien chaînes du treuil en
marche.

.IV.6. Sécurité Sur la Sonde:


IV.6.1 Avant les Travaux:
a) Plancher :
La surface du plancher sera plane, non glissante sans trou ni interstice
importante entre ses divers éléments. Le plancher doit être robuste et disposera
d'une substructure très solide. La partie du coté plan incliné sera fermée par une
chaîne ou une corde de façon à éviter les chutes, une prise d'eau sera prévue pour le
nettoyage de la surface du plancher.

Le plancher de gerbage sera solide et correctement placé. La substructure sur le


plancher doit être renforcée.

b) Plate Forme d'Accrochage:


La plate forme d'accrochage doit être dotée des éléments de sécurité tel
le garde corps, la ceinture de sécurité et les moyens d'évacuation rapide en cas d'un
éventuel danger[9].

63
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'()$""*#$" CHAPITRE.IV

C) Le Blow out Preventer (BOP):


Le BOP installé sur la gueule du puits doit permettre la fermeture
totale (Blind Rams) et la fermeture sur tige (Pipe Rams et BOP annulaire) pendant
les éruptions. Outre la fermeture se trouve au porté du chef de poste.

IV.6.2 Pendant les Travaux:


Le rôle que joue la sécurité pour le rendement d'une sonde et pour la protection
des zones occupe une place choix dans l'entreprise de forage l'homme en lui donné
une grande importance ainsi il se sauvegarde de sorte que le matérielle avec lequel
il travail ne doit pas altérer. La sécurité à pour but de maintenir la bonne marche du
travail; d'évité les accidents qui risque d'être mortel l'homme doit constamment être
sur ses garde, se surveillé et en même temps surveillé sont camarade, pour cela il
faut vérifier chaque jours le matériel et se conformé aux règles de sécurité établis
par la société.
Tous les accidents arrivent par un manque de sérieux et de précaution pour cela
tous les personnels travaillant sur une sonde doivent se conformer aux règles de
sécurité.

IV.6.3 Sécurité Générale Sur Site:


Tous employés et sous traitants travaillant sur site doivent être familier avec les
procédures pour mener à bien en toute sécurité leurs taches quotidiennes. Avant
d entreprendre toute tache spéciale ou non routinière, les superviseurs feront une
réunion de sécurité avec touts les travailleurs concernés pour s assurer que les
opérations spéciales et non routinières s achèvent dans de bonnes conditions de
sécurité [9].

64
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'()$""*#$" CHAPITRE.IV

IV.6.3.1 Assurer des Conditions de Travail Sures et Saines :

La direction de l entreprise s assurera que les équipements et les procédures


appropriés sont mis en place pour créer un environnement de travail sans risques.
La direction dispensera une formation appropriée à ses employés et sous traitants
pour les aider à exécuter leur travail efficacement et sans danger. La direction
surveillera à tout moment le travail l travail de ses employés, l équipement et les
procédures à travers le cours des opérations pour trouver les moyens d améliorer
continuellement la sécurité et l efficacité.

Les employés doivent signaler à la direction tous les risques à la sécurité sur les
lieux de travail qui attirent leurs attentions. La direction doit s assurer que les
conditions suivantes prédominent sur le site de travail :
Ø Tous les sites à risques seront marqués. L accès à ces sites sera restreint au seul
personnel ayant une formation appropriée et ayant une bonne raison d y être au
moment de danger.
Ø Les planchers, les escaliers et les allées doivent être tenue propre de boue,
d huile et de toute autre substance glissante.
Ø Portes, couloires et allées doivent être libres et sans obstructions.
Ø Les outils manuels légers, les câbles d alimentations et l équipement portable
seront enlever du plancher du Rig, des escaliers et des certaines parties du mat
quand ils ne sont pas utilisés.
Ø Les plates formes élevés et les escaliers seront équipés seront équipés de
barrières appropriées pour réduire tous risque de chute.
Ø Installation d une bordure à hauteur du pied pour réduire les risques de chute
des outils ou autres équipements des plates formes élevées.
Ø Tous les ordures ou détritus seront ramassés immédiatement et proprement
stockés jusqu à ce qu on puisse les jeter.
Ø Les clous, les vis et autres projectiles à tête pointue seront séparés et enlevés
des déchets et autres matériaux exposés.
Ø Chaque casier d employé sera tenu propre et ne contiendra que la tenue et
l équipement nécessaire au travail [9] .

65
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
!"#$%&'()$""*#$" CHAPITRE.IV

IV.6.3.2 La Responsabilité au Sein du Worksites :

Tout le monde employé par la compagnie est responsable pour maintenir le


programme de la sécurité. Les directeurs et les superviseurs sont responsables pour
identifier le besoin de la sécurité en transmettre l'intérêt de la sécurité, les
conditions pour prévenir des accidents, fournir la formation, en fournissant ou
portant les effets de sécurité appropriée et matériel protecteur pour le personnel, et
assurer que le matériel est maintenu correctement et satisfait la conformité
minimale de ce dernier.
Tous les employés de la compagnie et autres sont responsables pour obéir à
toute sécurité générale, en suivant des procédures du travail sûres recommandées,
en portant et utilisant le matériel protecteur personnel quand a exigé, en participant
à l'application du programmes informer par les responsables de toute condition du
travail dangereuse. Tout le monde a droit et responsabilité pour refuser de travailler
quand les conditions dangereuses existent [9].

66
PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Le choix des instruments et l'utilisation adéquate permet de minimiser le temps


des opérations cyclique (battage sévère et le fraisage) d'où augmenter la durée
de vie des équipements y compris les Drill Pipe;
Pendant le repêchage et le fraisage, la garniture soumise à des contraintes
cycliques très intense d'où la probabilité d'initier ou d'accélérer des
microfissures terminer par la mise hors travail des tiges;
L'incorporation des fluides accélérateurs au BHA est recommandée pour
diminuer l'impact de l'onde de choc lors du battage par l'Hydraulique Jar;
L'avancement rapide génère des quantités très importantes de ferraille d'où
risque de coincement, le choix des paramètres appropriés permet de l'éviter;
Les fuites de la boue au niveau des pompes triplex lors du fraisage sont très
importantes, ils se sont due à la détérioration des joints de pore causé par
l'aspiration du métal mal tamiser, donc on espère d'équiper le Rig par un autre
tamis vibrant ou d'isoler le compartiment d'aspiration aux autres par des canaux
filtrés

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


BIBLIOGRAPHIE

1. Division production service puits. Section : work -over.

Réaliser par : sonatrach.

2. Instrumentation en WORK OVER : Document réalise par: Sonatrach .

3. Les opérations de puits ; Réaliser par : groupement sonatrach AGIP.

Projet formatif : BRN ROD ; opération intégrée.

4. F: GRONDIN formation jdf module: M2; Tome 2. !dition : sonatrach.

5. JEAN-PAUL NGUYEN. Technique d$exploitation pétrolière :

Institut français du pétrole. !dition : technip 1993.

6. Procédure de test BOP : rapport interne : Sonatrach.

7. Rapport journalier : sonatrach (MDZ547).

8. Le formulaire de foreur : Edition technip 1987.

9. M GILLASPIE. HSE; for Drilling.

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


LES GARNITURES TYPES D'INSTRUMENTATION

Figure. II Garniture de fraisage [4]

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Figure. II Garniture de repêchage avec releasing spear [4]

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Figure. II Garniture de repêchage et de battage avec une coulisse de forage

[4]

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Figure. II Garniture de repêchage et de battage avec coulisse
Hydraulique et Bumper sub

[4]

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com


Figure. II Garniture de repêchage au junk baske

[4]

PDF created with pdfFactory Pro trial version www.pdffactory.com