Vous êtes sur la page 1sur 33

Service d’analyse des Systèmes et des

Pratiques d’enseignement (aSPe)


Université de Liège

Les Cahiers des Sciences de l’Éducation


N° 38

Le redoublement est inefficace, socialement


injuste, et favorise le décrochage scolaire

Benoît Galand,
Université catholique de Louvain
Dominique Lafontaine, Ariane Baye, Dylan Dachet, Christian Monseur
Université de Liège

2019

ISSN 2030 9643


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

Sommaire

RÉSUMÉ.................................................................................................................... 1

INTRODUCTION ........................................................................................................ 1

1. L’ÉCLAIRAGE DES ENQUÊTES INTERNATIONALES SUR LA QUESTION DU


REDOUBLEMENT ................................................................................................. 2

2. ÉVALUER LES EFFETS DU REDOUBLEMENT AU NIVEAU INDIVIDUEL, UN DÉFI


MÉTHODOLOGIQUE ............................................................................................ 6

3. LES EFFETS DU REDOUBLEMENT SUR LE FONCTIONNEMENT PSYCHOSOCIAL DES


ÉLÈVES ................................................................................................................ 9

4. LES EFFETS DU REDOUBLEMENT SUR LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE ..................... 11

5. LES EFFETS DU REDOUBLEMENT SUR LES APPRENTISSAGES SCOLAIRES ............ 13


5.1. Résultats des méta-analyses américaines ............................................13
5.2. Résultats des études européennes récentes .........................................16
CONCLUSIONS ........................................................................................................ 19

RÉFÉRENCES ........................................................................................................... 23
Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 1

Résumé
Ce texte présente différents types de recherches menées sur les effets du
redoublement. Il synthétise d'abord les apports des enquêtes internationales
concernant les effets du redoublement. Il passe ensuite en revue les résultats
des études récentes, principalement européennes, concernant les effets du
redoublement sur (a) le fonctionnement psychosocial des élèves, (b) le
décrochage scolaire et (c) les apprentissages cognitifs. La plupart de ces
études sont de bonne qualité méthodologique et observent soit une absence
de bénéfice du redoublement, soit des effets négatifs. L'année redoublée
semble bien une année inutile. En conclusion, les implications pratiques des
résultats passés en revue sont discutées, notamment la nécessité de
promouvoir d'autres façons d'aider les élèves en difficulté.

Introduction
Le redoublement est un phénomène de masse dans le système éducatif belge
francophone. D’après les derniers indicateurs de l’enseignement (Ministère de
la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2018), plus de 60 % des élèves en 5e
secondaire ont doublé au moins une fois (dont plus de la moitié au moins deux
fois). Avoir une idée claire des risques et bénéfices associés à cette pratique
pédagogique est donc un enjeu éducatif et politique majeur. Dans un récent
cahier de recherche du GIRSEF, Hugues Draelants (2018) réinterroge l'efficacité
de la promotion automatique comparée au redoublement. Il nous a semblé
intéressant de compléter le point de vue développé par cet auteur par
d'autres volets des recherches sur le redoublement. Le présent cahier passe
en revue les apports des enquêtes internationales concernant les effets du
redoublement. Il présente ensuite brièvement le défi que constitue
l’évaluation des effets du redoublement au niveau individuel, avant de

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


2 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

synthétiser les résultats récents observés concernant le fonctionnement


psychosocial des élèves, le décrochage scolaire et les apprentissages cognitifs1.
En conclusion, nous revenons brièvement sur la position exprimée par
Draelants et discutons des implications des résultats passés en revue.

1. L’éclairage des enquêtes internationales sur la question du


redoublement
Que se passe-t-il dans les pays qui privilégient la promotion automatique ou au
contraire qui recourent massivement au redoublement ? Les enquêtes
internationales menées à l’initiative de l’OCDÉ (PISA) et de l’IEA2 (PIRLS et
TIMSS) constituent une source précieuse pour étudier le lien entre certains
mécanismes structurels comme le redoublement, l’efficacité des systèmes
éducatifs, leur équité et les phénomènes de ségrégation.

En interrogeant les données internationales, on se positionne non plus au


niveau des individus (élèves) ou des pratiques enseignantes, mais
véritablement au niveau du système et des politiques éducatives qui, prises
globalement, infléchissent les parcours scolaires et professionnels des élèves.
L’avantage des enquêtes internationales est qu’elles sont menées en milieu

1 Pour rendre justice à l’important travail d’actualisation des résultats sur le redoublement
mené par Marcel Crahay (à paraitre), il convient de préciser que les résultats présentés ici
concernant l’apport des études internationales et la mesure des effets du redoublement sur
les apprentissages scolaires constituent des synthèses de chapitres rédigés par Lafontaine,
Baye et Monseur (à paraitre) et Baye, Dachet et Crahay (à paraitre) dans le cadre de la
réédition de Crahay, M. et Marcoux, G. (Éds.). Peut-on lutter contre l’échec scolaire ?
2 IEA est l’acronyme désignant l’International Association for the Evaluation of Educational
Achievement (Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire) (voir
http://www.iea.nl). Dès la fin des années 1960, bien avant l’OCDÉ, l’IEA a conduit des
enquêtes comparatives auxquelles la France et la Belgique francophone ont régulièrement
pris part. Parmi les enquêtes les plus connues, on peut citer PIRLS (Progress in International
Reading Literacy Study) et TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study)
(https://timssandpirls.bc.edu/).

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 3

naturel et portent sur des contextes diversifiés. Dans ces enquêtes, il sera en
revanche difficile d’isoler l’effet du redoublement d’autres modalités de
gestion des parcours d’élèves auxquelles il est fréquemment associé telles que
l’orientation vers des filières distinctes avant l’âge de 16 ans (Lafontaine,
2017 ; Mons, 2007). C’est pourquoi l’approche quasi-expérimentale (qui sera
développée plus loin) et l’approche comparative (développée ici) sont
complémentaires pour appréhender le phénomène dans toute sa complexité.

Le regard porté par les enquêtes internationales sur les effets du


redoublement permet de relativiser le phénomène en montrant que celui-ci
est loin d’être une pratique universelle. En 2015, le taux d’élèves en retard à
15 ans ne dépasse pas 10 % dans 19 des 34 systèmes éducatifs de l’OCDÉ. Ce
sont donc les systèmes éducatifs où les taux de retard excèdent 20 % qui
constituent une exception, et non l’inverse : ils ne sont que huit au sein de
l’OCDÉ et la FW-B compte de loin le taux d’élèves de 15 ans en retard le plus
important (46 % en 2015). Derrière la FW-B, les pays les plus proches en
termes de taux de retard sont l’Espagne (31 %), le Portugal (31%), le
Luxembourg (31%) et la Communauté germanophone (30%). En Flandre, le
retard est de 24 %, soit deux fois moins qu’en FW-B, et en France de 22 %. En
moyenne, dans les pays de l’OCDÉ, le retard à 15 ans est de 12 %.

Quels enseignements peut-on dégager des enquêtes internationales en


matière de redoublement ? Tout récemment, nous nous sommes penchés sur
la question en utilisant les bases de données des différents cycles de l’étude
PISA (OCDÉ) et de l’enquête PIRLS de l’IEA (Lafontaine, Baye & Monseur, à
paraitre). Depuis l’an 2000, l’enquête PISA évalue tous les trois ans les
performances des élèves de 15 ans dans trois domaines (lecture,
mathématiques et sciences) dans l’ensemble des pays de l’OCDÉ. Depuis 2001,
l’enquête PIRLS évalue tous les cinq ans les performances en lecture d’élèves
dans leur 4e année de scolarité (environ 10 ans). Seuls les pays de l’OCDÉ ou de
l’UE ont été retenus pour ces analyses (de 17 à 28 pays selon les cycles).

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


4 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

Des indicateurs d’efficacité, de dispersion, d’inégalités sociales, de ségrégation


scolaire et sociale ont été mis en relation avec les taux de retard respectifs des
différents systèmes éducatifs. En portant une attention particulière à la
concordance des résultats entre les deux enquêtes, et à l’intérieur des
enquêtes, à la cohérence d’un cycle à l’autre et d’un domaine à l’autre, nous
avons pu dégager un ensemble de lignes de force.

C’est sans conteste dans le domaine des inégalités sociales que les résultats
sont les plus nets et les plus concordants. Dans les systèmes qui pratiquent
davantage le redoublement, tant au primaire que dans le secondaire, les
inégalités liées à l’origine socioculturelle de l’élève sont plus marquées. En
d’autres termes, le déterminisme social y est plus pesant. Il y est plus difficile
de sortir de sa condition en empruntant l’ascenseur social. En outre, des
analyses plus fouillées menées sur les données PISA mettent le doigt sur un
mécanisme qui explique comment le redoublement amplifie les inégalités
sociales : des élèves qui ont la même performance dans PISA n’ont pas les
mêmes risques d’avoir connu le redoublement selon leur origine sociale ; ces
risques sont accrus pour un élève défavorisé. Il y a donc bien injustice, le
redoublement amplifie les écarts de performances en fonction de l’origine
sociale.

Les indicateurs en matière de ségrégation scolaire sont aussi cohérents dans


leur ensemble. Aussi bien dans le primaire que dans le secondaire, le niveau de
performances d’une école à l’autre varie nettement plus quand les taux de
retard sont plus élevés. Si le redoublement ne crée pas les différences entre
écoles, il participe d’une logique de séparation ou de tri qui est à l’origine des
différences entre écoles. D’un autre côté, les différences de performances
entre élèves à l’intérieur des écoles, autrement dit l’hétérogénéité des élèves,
est assez nettement moindre quand les taux de retard sont plus élevés. Un
recours plus fréquent au redoublement s’accompagne ainsi d’une exacerbation
des différences entre écoles et d’une homogénéisation des élèves à l’intérieur

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 5

des écoles. Ce résultat n’a rien de surprenant : c’est précisément une logique
fondée sur des conceptions éducatives consistant à penser que l’enseignement
sera plus efficace si les élèves sont plus semblables, ou si les classes sont plus
homogènes, qui justifie le recours au redoublement et aux autres mécanismes
de tri et de sélection des élèves comme les filières précoces dans le
secondaire.

Qu’en est-il sur le plan de l’efficacité ? Sur ce plan, les résultats sont un peu
moins concordants. Alors que dans PISA, les performances ont tendance à être
légèrement moins élevées quand les taux de retard sont plus importants dans
tous les domaines et tous les cycles, les résultats dans PIRLS varient selon les
cycles : dans deux des cycles, la tendance est la même que dans PISA, et
même plus marquée dans PIRLS 2016 que dans PISA ; dans les deux autres
cycles, c’est l’inverse. La tendance majoritaire (quatre cycles PISA et deux
cycles PIRLS sur quatre) est un lien négatif assez faible entre les taux de retard
et les performances moyennes des systèmes éducatifs. Le recours plus
fréquent au redoublement est somme toute assez peu lié aux performances
des systèmes éducatifs, bien moins qu’on pourrait le croire. Dans PISA, les
systèmes où le redoublement est rare ont des performances un peu meilleures ;
dans PIRLS, cela dépend des cycles. Ce qui est par contre certain, c’est que des
taux de retard élevés ne « dopent » pas les performances des élèves.

Sur la base de ces analyses, à l’intention des décideurs en charge des


politiques éducatives et en usant de toute la prudence nécessaire, il est
possible d’affirmer qu’en optant pour une politique visant à réduire les taux de
redoublement, les inégalités scolaires liées à l’origine sociale et la ségrégation
scolaire et sociale pourraient diminuer pour autant que ces réductions
s’accompagnent d’un véritable changement de logique ou de politique dans la
gestion des difficultés d’apprentissage et pas d’une réduction mécanique des
taux de redoublement. Ce faisant, un système éducatif encourt-il un risque de
voir ses performances diminuer, comme on l’entend souvent affirmer par ceux

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


6 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

qui agitent le spectre de la baisse de niveau ? La réponse est clairement non.


Les exemples sont nombreux de systèmes éducatifs où le redoublement est
rare et qui atteignent un excellent niveau de performances dans PIRLS et PISA,
sans doute parce que, du fait que le redoublement ne fait pas partie des
dispositifs de gestion des difficultés d’apprentissage, d’autres dispositifs à
l’efficacité pédagogique éprouvée assurent la différenciation pédagogique
nécessaire. Par ailleurs, les pays où le redoublement a diminué de façon
sensible depuis 2000 – notamment la France (moins 16 %) et le Luxembourg
(moins 9 %) n’ont enregistré aucun effondrement du niveau, ni même aucun
changement significatif à la hausse ou à la baisse entre les cycles successifs :
dans ces deux cas, il est possible que cette réduction des retards scolaires ne
se soit pas accompagnée d’un véritable changement de pratiques ou de
logique de gestion des difficultés d’apprentissage.

2. Évaluer les effets du redoublement au niveau individuel, un


défi méthodologique
Si l'on quitte le domaine des comparaisons internationales et que l'on
s'intéresse aux effets du redoublement sur les élèves de manière individuelle,
les chercheurs estiment qu'il est insuffisant de suivre simplement l'évolution
des résultats scolaires des élèves qui redoublent. Ces élèves vont répéter le
même cursus scolaire qu'ils ont déjà parcouru une fois et bénéficier d'un effet
de maturation, on peut donc s'attendre à ce qu'ils progressent sans que cela
soit un argument en faveur de l'efficacité du redoublement lui-même. La
question que se posent les chercheurs est de savoir si des élèves en difficulté
comparables aux élèves redoublants réussissent tout aussi bien, voire mieux,
sans redoublement, de manière à identifier la contribution propre du
redoublement (traitement) par rapport à son absence (pas de traitement). Par
conséquent, si ces chercheurs s'intéressent à la promotion automatique, ce
n'est pas parce qu'ils croient aux vertus de celle-ci, mais pour des raisons

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 7

méthodologiques, parce qu’ils cherchent un point de référence auquel


comparer les effets du redoublement.

Le redoublement peut être considéré comme une mesure d’aide aux élèves en
difficulté. En comparaison à d’autres dispositifs de soutien, il s’agit d’une
mesure assez drastique dans sa durée (un an), dans ses coûts financiers pour
les systèmes éducatifs3, ainsi que dans son impact sur le parcours d’un élève,
puisqu’il sera irrémédiablement séparé de ses condisciples du moment.
Proposer une mesure telle que le redoublement parait donc avoir une telle
portée qu’il est d’autant plus important de s’assurer qu’elle produit des
bénéfices pour les élèves, et qu’elle ne produit pas d’effets indésirables à
moyen ou long terme, tant au niveau cognitif que sur le plan affectif et
motivationnel, ou pour la suite de la scolarité, tel qu’un abandon précoce par
exemple. Notons d’ailleurs que la décision de redoublement est tellement
« définitive » qu’il parait éthiquement inconcevable de réaliser des études
expérimentales où l’on assignerait aléatoirement certains des élèves faibles à
un groupe « redoublement » et d’autres à un groupe « promotion ». Ces
raisons éthiques expliquent que l’on se prive de la manière la plus
convaincante d'un point de vue scientifique d'évaluer les effets du
redoublement.4 Les trois seules études de ce type disponibles datent d'avant
1945 et ont été réalisées aux États-Unis. Elles aboutissent à une absence de
différence significative entre élèves promus et élèves doublants sur les tests
de connaissances utilisés (Jackson, 1975).

À défaut d’études expérimentales, les chercheurs suivent des cohortes


d'élèves sur plusieurs années (étude longitudinale) et recourent à deux types
de comparaisons ayant chacune leurs limites : une comparaison entre élèves

3 Le coût du redoublement en FW-B équivaut à 11-12 % du budget de l’enseignement


obligatoire.
4 Il est assez piquant de constater que certains systèmes éducatifs recourent massivement à
une mesure que l’on n’oserait pas proposer à petite échelle dans le cadre d’un plan de
recherche expérimental.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


8 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

doublants et élèves promus au même âge (comparaison à âge constant), le


problème étant que ces élèves sont alors à des étapes différentes de leur
parcours scolaire ; ou une comparaison entre élèves doublants et élèves
promus lors de la même étape de leur parcours scolaire (comparaison à degré
scolaire constant), la difficulté étant alors que les élèves doublants peuvent
avoir jusqu'à un an de plus que les élèves promus. Bref, la grande difficulté
dans ces études quasi-expérimentales est de s'assurer de l'équivalence initiale
des deux groupes d'élèves afin de ne pas attribuer à tort un effet (positif ou
négatif) au redoublement5.

La méthode actuellement reconnue comme la plus valide pour résoudre cette


difficulté porte le nom d’appariement par score de propension (propensity
score matching). Cette technique consiste à estimer le risque que des élèves
avaient de redoubler en se basant sur le maximum de caractéristiques
(souvent plusieurs dizaines) de ces élèves, puis d'apparier les élèves
effectivement promus ou redoublants à partir de leur niveau de risque calculé
a priori. On peut ainsi comparer l'évolution d'élèves qui avaient la même
probabilité (propension) de redoubler, mais dont certains ont été en fait
promus et d'autres non. Même si cela n’exclut pas totalement le risque d’un
biais de sélection, cela conduit de fait à comparer des groupes d’élèves
beaucoup plus semblables que dans nombre d’études plus anciennes La
plupart des études récentes recourent à cette méthode et combinent en outre
comparaison à âge constant et comparaison à degré scolaire constant, ce qui
permet de compenser les faiblesses de chaque type de comparaison. Passons
maintenant en revue les résultats de ces études concernant les effets du
redoublement sur le fonctionnement psychosocial, le risque de décrochage et
les acquis cognitifs des élèves. Pour chacune de ces problématiques, nous

5 Cette difficulté est quasi insoluble dans des études qui ne sont pas longitudinales et qui
comparent simplement des élèves doublants et non-doublants à un moment donné de leur
scolarité (Demanet & Van Houtte, 2013 ; García-Pérez, Hidalgo-Hidalgo & Robles-Zurita, 2014 ;
Martin, 2011). C'est pourquoi nous ne ferons pas état ici des résultats de telles études.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 9

commençons par rappeler les résultats des méta-analyses disponibles avant de


présenter les recherches plus récentes sur le sujet que nous avons pu
identifier en donnant priorité au contexte européen.

3. Les effets du redoublement sur le fonctionnement


psychosocial des élèves
Dans sa revue de 16 études portant sur les effets psychosociaux du
redoublement, Jimerson (2001) note que 86 % des analyses aboutissent à une
absence de différence significative entre élèves doublants et promus. Qu'en
est-il des études plus récentes et plus solides sur le plan méthodologique ?

Goos, Van Damme, Onghena, Petry et de Bilde (2013) ont analysé l'évolution
d'un vaste échantillon d'élèves flamands suivis de leur 1re primaire à leur
entrée en secondaire. Ils ne constatent aucun effet positif du redoublement en
1re primaire du point de vue psychosocial. Au contraire, les élèves bénéficient
d'un meilleur fonctionnement psychosocial durant plusieurs années de
scolarité primaire s'ils sont promus plutôt que s’ils redoublent. Ces effets
négatifs sont similaires à ceux observés au Québec par Pagani et al. (2001)
pour le redoublement durant la scolarité primaire sur l'anxiété, l'inattention et
les comportements perturbateurs. En Suisse, Bonvin, Bless et Schuepbach
(2008) ne trouvent en revanche aucun effet significatif du redoublement en 2e
primaire sur le plan social et émotionnel deux ans plus tard (mesure auto-
rapportée et évaluation par enseignant). En Belgique francophone, une étude
observe que le redoublement en 1re secondaire a un effet négatif à court
terme sur l'estime de soi, la motivation scolaire et les relations entre les élèves
et leurs parents (Mathys, Véronneau & Lecocq, 2017). De plus, on observe
chez les élèves promus une diminution des comportements déviants, agressifs
et de repli social, diminution qui ne s’observe pas chez les élèves doublants.
Ces résultats sont cohérents avec ceux d'une étude américaine indiquant que

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


10 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

les élèves ayant doublé en primaire étaient plus agressifs en secondaire que
les élèves promus (Jimerson & Ferguson, 2007).

Les résultats de Mathys et collègues sont également cohérents avec ceux


d'une étude portugaise indiquant un effet négatif du redoublement en
primaire sur le concept de soi scolaire, l'importance accordée aux
compétences scolaires et la motivation chez les élèves de fin du primaire ou
de début du secondaire (Peixoto, Monteiro, Mata, Sanches, Pipa & Almeida,
2016). Au Luxembourg, Klapproth, Schaltz, Brunner, Keller, Fischbach, Ugen et
Martin (2016) observent aussi un effet négatif du redoublement dans les deux
premières années du secondaire sur le concept de soi en 3e secondaire.
Néanmoins une étude flamande ne montre pas d'effet du redoublement en 1re
primaire sur le concept de soi scolaire des élèves flamands jusqu'à leur 2e
secondaire (Lamote, Pinxten, Van Den Noortgate & Van Damme, 2014). Et une
étude américaine ne montre aucune différence globale de motivation en 3e
secondaire selon que les élèves aient doublé ou non durant leur scolarité
primaire (Cham, Hughes, West & Im, 2015).

En revanche, deux études réalisées sur de jeunes enfants rapportent des


évolutions positives sur plusieurs années suite à un redoublement en
maternelles. Vandecandelaere, Schmitt, Vanlaar, De Fraine et Van Damme
(2016) notent un effet positif du redoublement à cette étape sur le jugement
des enseignants concernant le bien-être, les relations avec les pairs, la
concentration et les comportements sociaux des élèves. Une étude américaine
obtient des résultats semblables sur l’intérêt pour la lecture et les difficultés
émotionnelles (tristesse, anxiété, solitude) trois ans après un redoublement en
maternelle, mais plus après cinq ans (Hong & Yu, 2008). Notons que dans les
deux cas, il s’agit d’évaluations réalisées entièrement ou partiellement par les
enseignants.

Globalement, les résultats ne sont pas totalement cohérents. Cependant, en

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 11

dehors de la maternelle, le redoublement a soit des effets négatifs soit pas


d’effets sur le fonctionnement psychosocial. L’effet négatif le plus courant
concerne une baisse du concept de soi scolaire dont on sait l’importance pour
l’engagement et la persévérance des apprenants (Galand & Vanlede, 2004).

4. Les effets du redoublement sur le décrochage scolaire


Jimerson, Anderson et Whipple (2002) ont réalisé une revue systématique de
la littérature dans le but de proposer une synthèse de la recherche en
éducation sur le lien entre le redoublement et le décrochage. Après avoir
analysé et regroupé les résultats de 17 études, la conclusion des auteurs est
claire : le redoublement est un prédicteur puissant du décrochage scolaire. En
effet, sur la base de toutes ces études, on peut estimer que les élèves ayant
connu le redoublement sont de deux à onze fois plus susceptibles de
décrocher durant l’enseignement secondaire que les élèves n’ayant pas connu
le redoublement. Cette relation s'expliquerait en partie par les effets négatifs
du redoublement sur la confiance en soi (voir résultats ci-dessus) et les
relations avec les pairs (sentiment de rejet, association à des pairs déviants)
(Galand & Hospel, 2015; Kaplan, Peck & Kaplan, 1997). Alors que la réduction
du décrochage scolaire est une priorité politique dans de nombreux pays
occidentaux et un enjeu social majeur, on peut se demander ce que donnent
les études plus récentes recourant à des techniques statistiques plus
sophistiquées (comme l’appariement par score de propension).

Une étude américaine prenant en compte pas moins de 65 variables montre


que le redoublement en primaire accroit le risque de décrochage scolaire
précoce (avant 17 ans) (Hughes, Cao, West, Allee Smith & Cerda, 2017). Plus
près de nous, une vaste étude réalisée en Flandre indique que le
redoublement aussi bien en primaire qu'en secondaire augmente
substantiellement le risque de décrochage (Lamote, Van Damme, Van Den

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


12 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

Noortgate, Speybroeck, Boonen & Bilde, 2012). De plus, les résultats de cette
étude soulignent que le lien entre redoublement en secondaire et risque de
décrochage est plus prononcé chez les élèves d'origine socioéconomique
défavorisée que chez les élèves d'origine favorisée. Ces résultats ne signifient
pas que le redoublement cause le décrochage, ils indiquent qu’à niveaux
égaux de difficultés scolaires, socio-économiques, familiales et psycho-
sociales, les élèves pour lesquels une décision de redoublement a été prise
présentent plus tard dans leur parcours scolaire un risque accru d’abandonner
l’école. Il est évidemment possible que certaines études aient négligé de
prendre en compte tel ou tel facteur de risque du décrochage, mais la
convergence des résultats à travers différentes études utilisant des mesures
variées est forte. De plus, les résultats rapportés plus haut concernant le
fonctionnement psychosocial permettent de formuler des hypothèses
explicatives cohérentes.

Revenons un bref instant au niveau des comparaisons entre systèmes


scolaires. Une étude récente a cherché à identifier les facteurs associés au
taux de décrochage scolaire précoce dans les pays européens, sachant que ce
taux est variable d'un pays à l'autre (De Witte, Nicaise, Lavrijsen, Van
Landeghem, Lamote & Van Damme, 2013). Parmi l'ensemble des
caractéristiques des régions et systèmes scolaires étudiés, le taux de
redoublement est systématiquement associé au taux de décrochage dans
toutes les analyses : plus il y a de redoublement, plus il y a de décrochage. En
soi, cette corrélation un niveau des systèmes éducatifs n’implique pas qu’il y
ait nécessairement une relation de cause à effet entre ces deux paramètres
(une autre caractéristique non prise en compte du système pourrait par
exemple expliquer à la fois le taux de redoublement et de décrochage). Mais
elle montre que le recours régulier au redoublement n’est certainement pas
une bonne manière de lutter contre le décrochage. Une étude américaine
laisse penser que la manière dont la décision de redoublement est prise
pourrait être importante. Suite à une réforme qui oblige à fonder le

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 13

redoublement sur les résultats des élèves à des tests standardisés et non plus
sur les décisions des conseils de classe, les taux de redoublement et de
décrochage ont baissé dans l’État étudié (Allensworth, 2005).

Tous les résultats convergent donc pour souligner que la décision de


redoublement, à n'importe quel moment de la scolarité obligatoire, accroît le
risque de décrochage scolaire (Rumberger, 2011).

5. Les effets du redoublement sur les apprentissages scolaires


Difficile de traiter ce point sans parler de quatre grandes méta-analyses
« classiques » sur le redoublement. La méta-analyse est une technique
permettant de synthétiser au sein d’une même analyse les résultats de
nombreuses recherches et est reconnue par la majorité de la communauté
scientifique comme un outil de référence pour évaluer l’efficacité d’un
traitement (même si elle a bien entendu ses limites). En recherche, il n’est pas
rare que les résultats varient d’une étude à l’autre, selon l’échantillon
investigué, les mesures utilisées, les techniques statistiques employées, le
contexte social et économique, etc. Il est donc important de s’assurer qu’un
effet observé est répliqué de manière fiable dans d’autres études. La méta-
analyse permet justement de combiner les résultats de nombreuses études
pour dégager les tendances principales et étudier les sources de variations
entre études.

5.1. Résultats des méta-analyses américaines

Les deux méta-analyses les plus anciennes (Holmes & Mattews, 1984 ;
Holmes, 1990) avaient trouvé, à partir des résultats de 63 études
sélectionnées dans un corpus plus large de centaines d’études, un effet négatif
moyen à fort du redoublement sur les résultats en termes d’acquisition de

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


14 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

connaissances. Plus récemment, Jimerson (2001) a recensé 400 études


menées entre 1990 et 1999 et en retient vingt. L’auteur conclut à un effet
négatif modéré du redoublement sur les compétences académiques des
élèves. La méta-analyse d’Allen, Chen, Wilson et Hugues (2009) se concentre
sur la période 1990-2007. Les auteurs ont retenu 22 études sur les 199
évaluées. Ils concluent à un effet moyen faiblement négatif du redoublement,
sans variation selon le moment du cursus où intervient ce dernier. Mais le cœur
de leur démarche est d’examiner ce qui, dans la méthodologie des études,
influence l’ampleur des effets, comme l’indique d’ailleurs leur titre (« La
qualité de la conception de la recherche modère les effets du redoublement sur
les résultats scolaires : une analyse méta-analytique à plusieurs niveaux »). Les
résultats d’Allen et al. (2009) montrent que les études les moins rigoureuses
surestiment l’effet négatif du redoublement. Ces résultats sont cohérents avec
l’état actuel de la recherche, qui montre que les études appliquant les designs
les plus sophistiqués ont tendance à trouver des effets moins généreux
qu’autrefois, pour les résultats positifs, et moins dramatiques que par le passé,
lorsqu’ils sont négatifs (Cheung & Slavin, 2016 ; de Boer, Donker, & van der
Werf, 2014). Ces travaux sont tout à fait précieux, et reflètent le
fonctionnement normal de la production du savoir scientifique, qui passe par
la nécessaire interrogation sur la part des choix et des capacités
méthodologiques, historiquement situés, dans les conclusions de la recherche.
Cela dit, malgré le constat des limites méthodologiques de certaines études,
Allen et ses collègues n’hésitent pas à conclure à l’inefficacité du
redoublement. En effet, si « même les études qui fournissent des contrôles
solides […] ne parviennent pas à trouver des bénéfices au redoublement, [il
convient de] se concentrer sur les stratégies à utiliser lorsque les enfants ne
parviennent pas à atteindre les compétences requises » (2009, p. 495).

Il faut souligner que les méta-analyses sur le redoublement incluent quasi


exclusivement des études nord-américaines. Or, on est là dans un contexte où
le redoublement est utilisé plus parcimonieusement qu’en Espagne, en France,

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 15

et en Belgique en particulier, et concerne dès lors un public d’élèves plus


spécifique que dans des pays où il est abondamment utilisé6. De plus,
certaines études américaines évaluent le redoublement dans le contexte
particulier d’une politique de reddition de comptes (accountability) où la
promotion est conditionnée par la réussite de tests externes standardisés et
où le redoublement est souvent assorti d’autres mesures (Greene & Winters,
2007 ; Jacob & Lefgren, 2004 ; Schwerdt & West, 2012 ; Swherdt, West &
Winters, 2017). L’étude de Lorence & Dworkin (2006) est tout à fait parlante
pour illustrer ce type de contextes. Cette étude est l’une des rares études
recensées par Allen et collègues (2009) qui trouve un effet positif pour les
élèves redoublants. Les auteurs concluent en insistant sur l’importance du
contexte éducatif dans lequel l’étude a eu lieu pour en comprendre les
résultats : dans le cas de leur étude, il s’agit d’un système de reddition de
compte standardisé organisé au niveau de l’État du Texas. Des tests
« nationaux » y sont administrés sur une base annuelle ; les performances des
écoles sont publiées dans les médias locaux. Ceci entraine une pression
considérable sur les épaules des équipes éducatives qui doivent tout mettre
en œuvre pour que tous les élèves, y compris les plus faibles, atteignent les
niveaux minimaux de compétences requis pour réussir le test, puisqu’ils sont
tenus pour responsables des performances de leurs élèves. Les deux autres
études pour lesquelles Allen et collègues (2009) rapportent un effet positif
(Ferguson, 1991 ; Mantzicopoulos, 2003) évaluent quant à elles le
redoublement précoce dans le contexte des classes de transition entre la
maternelle et l’enseignement primaire (transitional first-grade program). Ce
programme, certes, retient certains élèves dans l’enseignement maternel
avant de les réintégrer en première primaire, mais est caractérisé par un
certain nombre de différences avec le redoublement dans son acception
classique. En effet, là où le redoublement propose traditionnellement aux

6 Pour information, en 2015, le taux de retard à 15 ans était, aux États-Unis, de 11 % (données
PISA).

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


16 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

apprenants de revivre un an dans la même classe en suivant le même


curriculum, les classes de transition proposent aux apprenants un curriculum
spécifique. En Fédération Wallonie-Bruxelles, il nous semble de bon compte de
considérer que le redoublement est largement pratiqué dans sa forme la plus
classique, sans être assorti de ressources supplémentaires considérables7. La
prise en compte de recherches européennes récentes menées dans des
contextes proches du nôtre avec des méthodologies de pointe est donc
particulièrement indiquée.

5.2. Résultats des études européennes récentes

Troncin (2005) a travaillé à l’échelle d’un département français (la Côte-d’Or),


en utilisant les évaluations externes menées en grande section de maternelle
et au cours préparatoire (CP, équivalent de la 1re primaire en Belgique). À partir
d’un échantillon de près de 5 000 élèves, il a utilisé une méthode
d’appariement par score de propension. Il est parvenu à constituer 103
binômes d’élèves partageant le plus grand nombre possible de
caractéristiques communes, mais dont certains ont redoublé leur CP alors que
d’autres ont été promus en CE1 (équivalent de la 2e primaire en Belgique). Si,
en fin de CP, les deux groupes ne diffèrent pas du point de vue des acquis
scolaires, il n’en va plus de même un an plus tard. L’effet moyen du
redoublement est modérément négatif. En examinant la situation de chaque
binôme, l’auteur constate que, dans trois-quarts des cas, les élèves promus
obtiennent des résultats finaux supérieurs à ceux des redoublants, alors même
que leur niveau initial en fin de première année de scolarisation élémentaire
était comparable.

7 À l’exception des années différenciées, où le retard qu’accumulent les élèves par rapport à
leur groupe d’âge ne correspond pas à un redoublement ni à une répétition à l’identique,
puisque les élèves ont un programme spécifique renforcé en français et en mathématiques.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 17

Ces résultats n’amènent pas Troncin (2005) à faire l’apologie de la simple


promotion des élèves faibles. Même s’ils ont, en moyenne, progressé
davantage que les redoublants, les élèves faibles promus restent des élèves
faibles, et certains échoueront d’ailleurs à la fin du CE1. Ces résultats montrent
qu’il manque cruellement de stratégies efficaces pour aider les élèves faibles.
Si la promotion automatique non assortie d’un soutien spécifique n’en est pas
une, le redoublement l’est encore moins. Cette étude partage avec d’autres
études françaises la faiblesse de s’appuyer sur une base de données
administratives, moins riches en diversité d’informations sur les élèves que
beaucoup d’études longitudinales conçues à des fins de recherche.

En Flandre, Goos et collègues (2013) ont décidé de mettre la croyance d’une


plus-value du redoublement précoce à l’épreuve d’une étude de type quasi-
expérimental sur un échantillon de 122 écoles comptant plus de 3 700 élèves
de 1re primaire, dont 298 ont redoublé leur première année lors de l’année
scolaire 2004-2005. Quand on compare les résultats des deux groupes lorsque
chacun a terminé la 1re année, les chercheurs observent des scores supérieurs
pour les redoublants (qui viennent d’effectuer pour la deuxième fois leur 1re
année) par rapport aux faibles promus (qui ont été testés à l’issue de leur
unique 1re primaire). Par contre, cet effet positif à court terme s’affaiblit
rapidement, puisque cette différence s’estompe dès la 2e primaire et, dès la 3e
primaire, les élèves qui ont été originellement promus obtiennent de meilleurs
résultats que les élèves ayant redoublé. Les résultats de cette étude
confirment un effet de « boost » à court terme qui ne se maintient pas dans le
temps, sans doute parce que le redoublement n’était pas assorti de la mise en
place de stratégies efficaces pour remédier durablement à la faiblesse des
élèves. Ce profil de résultats est similaire à celui dégagé par Allen et collègues
(2009) dans les études américaines et peut expliquer en partie pourquoi les
enseignants pensent que le redoublement est efficace.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


18 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

À âge constant, que cela soit en mathématiques ou en lecture, les élèves


promus ont systématiquement de meilleurs résultats que les élèves
redoublants, la différence entre les deux groupes s’accroissant
progressivement en lecture à l’avantage des élèves promus. Par ailleurs, Goos
et collègues (2013) ont montré que les élèves ayant redoublé en 1re primaire
avaient plus de risque que les élèves faibles promus d’être orientés vers
l’enseignement spécialisé, de changer d’école ou de se retrouver dans le 1er
degré différencié du secondaire.

Vandecandelaere, Schmitt, Vanlaar, De Fraine et Van Damme (2015) ont


également utilisé les données du même projet pour effectuer un suivi des
scores en mathématiques des élèves ayant redoublé en fin de maternelle. Les
chercheurs ont analysé les parcours des élèves faibles lors des six années qui
ont suivi leur redoublement ou leur promotion. Contrairement à des études
américaines qui ne trouvaient pas vraiment de bénéfice cognitif au
redoublement en maternelle ou des effets négatifs (Burkam, LoGerfo, Ready &
Lee, 2007 ; Hong & Raudenbush, 2005), ils observent un faible effet positif du
redoublement sur les performances en mathématiques jusqu’à quelques
années plus tard. En revanche, s’intéressant aux effets du redoublement en 1re
primaire dans le même échantillon, Vandecandelaere, Vansteelandt, De Fraine
et Van Damme (2016) constatent que le redoublement a un effet négatif qui
s’estompe avec le temps sur les performances en mathématiques, en
particulier chez les élèves les plus jeunes. De leur côté, toujours en Flandre,
Lamote, Pinxten, Van Den Noortgate et Van Damme (2014) observent que le
redoublement en 2e secondaire a des effets négatifs sur l’évolution des notes
dans le cours de langue d’enseignement (dans ce cas-ci, le néerlandais). Des
résultats en défaveur des redoublants concernant l’évolution des scores en
lecture ont aussi été observés aux USA (Griffith, Lloyd, Lane & Tankersley,
2010).

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 19

En Suisse, Bonvin et collègues (2008) n’identifient pas d’effet positif ou négatif


cohérent du redoublement au primaire. Au Luxembourg, une vaste étude n’a
pu mettre en évidence aucun effet distinctif du redoublement en secondaire
sur les notes scolaires ou sur des performances à des tests (Klapproth et al.,
2016).

À une exception près, tous ces résultats concluent soit à une absence de
bénéfice du redoublement sur les acquis scolaires des élèves à moyen terme,
soit à des effets négatifs.

Conclusions
Au terme de ce parcours, revenons un instant sur le cahier de Draelants
(2018). Le texte de cet auteur a le mérite de montrer que le débat au sein de
la communauté scientifique concernant les effets du redoublement reste plus
dynamique que ce que certains écrits peuvent laisser penser. Et ce genre de
débat d'idées est bien une des caractéristiques de la démarche scientifique. Le
cahier en question confirme aussi que la littérature francophone en éducation
n’offre hélas pas toujours un reflet fidèle de l'état des connaissances et du
débat scientifique au niveau international. Nous rejoignons enfin cet auteur
sur le fait que la promotion automatique n'a pas à elle-seule d'effet bénéfique
pour les élèves (aucun auteur cité dans le présent article ne défend d'ailleurs
cette idée). Par contre, en élargissant l'analyse à d'autres variables que les
notes scolaires, à des études plus récentes et réalisées dans d'autres pays
européens et aux comparaisons internationales, nous aboutissons à une autre
conclusion concernant les effets du redoublement.

Les chercheurs ayant réalisé les travaux passés en revue ci-dessus ne


prétendent pas que la promotion automatique apporte une solution aux
multiples difficultés des élèves, ils soulignent par contre que le redoublement
est souvent un remède pire que le mal qu'il prétend soigner. Au mieux, les

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


20 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

élèves qui redoublent auront perdu un an de scolarité pour atteindre in fine un


niveau scolaire comparable à celui d'élèves qui avaient des difficultés
semblables mais ont été promus. Au pire, les élèves qui redoublent auront des
résultats scolaires inférieurs, un risque plus élevé de décrocher et plus de
problèmes psychosociaux. Pour soutenir l’efficacité du redoublement, il
faudrait pouvoir montrer des bénéfices de ce traitement8 radical et couteux
sur plusieurs plans et à plusieurs niveaux. Or, le redoublement ne permet
généralement pas aux élèves d’acquérir les bases qui les mettront sur une
meilleure trajectoire de réussite. Au regard des recherches accumulées depuis
plus de 50 ans, l’année recommencée apparait bien comme une année inutile.

En outre, des travaux menés dans plusieurs pays indiquent que la décision de
redoublement est affectée par des biais sociaux : à résultats scolaires égaux,
les élèves issus de familles plus pauvres ou de certaines origines ont moins de
chance d'être promus (Bonvin et al., 2008 ; Burkam et al., 2007 ; Duru-Bellat,
2002 ; Monseur et Lafontaine, 2012). Finalement, et de manière cohérente
avec ce qui précède, les études internationales montrent que les systèmes
scolaires qui recourent davantage au redoublement sont socialement moins
équitables (Lafontaine, Baye et Monseur, à paraitre) et ont un taux de
décrochage scolaire plus élevé (De Witte et al., 2013).

Pris isolément, chacune des études et chacun des résultats cités doit être pris
avec prudence. Comme nous l'avons déjà dit, la méthode la plus convaincante
pour tester une relation de causalité d'un point de vue scientifique (étude
expérimentale) n'est pas envisageable dans le cas du redoublement. Les
résultats passés en revue dans ce texte représentent néanmoins les meilleures
évidences disponibles au regard des méthodes actuellement disponibles. Et il
faut souligner la convergence des résultats entre différents indicateurs
(fonctionnement psychosocial, résultats scolaires, décrochage) et entre

8 Et non l’effet des mesures qui l’accompagnent parfois, et qui pourrait tout aussi bien
accompagner la promotion.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 21

niveaux d’analyse (individus ou systèmes scolaires). Ces résultats ne


permettent pas d’affirmer avec certitude que le redoublement cause des
problèmes (surtout au niveau des systèmes éducatifs, même si cela reste une
hypothèse probable), mais ils peinent en tous cas à montrer des indices en
faveur du redoublement comme piste de solution. Ainsi, il est difficile de
trouver des arguments scientifiques en faveur du redoublement, mais un
faisceau convergent des meilleurs indices dont nous disposons pointent à
l’inverse son inutilité voire ses conséquences négatives potentielles.

Quelles implications peut-on tirer des recherches passées en revue jusqu'ici ?


La principale est sans doute que le redoublement est une fausse solution à un
vrai problème. Au regard des connaissances scientifiques, il est selon nous
difficile de défendre le recours régulier au redoublement au nom de l’intérêt
des élèves concernés. Les résultats passés en revue ne signifient pas qu’une
décision de redoublement n’est jamais judicieuse ou justifiée (ils ne portent
pas sur des cas individuels), mais ils signifient que le redoublement est
habituellement une perte de temps et risque d’avoir des conséquences
négatives pour les élèves concernés, quelles que soient les intentions qui ont
présidées à cette décision. Sur la base de quelques résultats montrant parfois
un faible effet positif du redoublement sur l’un ou l’autre indicateur, on
pourrait certes se dire que davantage de recherches seraient utiles pour
explorer s’il existe des contextes et des conditions précises dans lesquelles le
redoublement pourrait être profitable à certains élèves. Outre le fait qu’il
n’existe pas de résultats convergents allant dans ce sens, nous rejoignons les
nombreux chercheurs qui jugent prioritaires d’aider l’ensemble des acteurs
éducatifs à mettre en place d'autres solutions que le redoublement pour les
élèves en difficulté (Bouko, Kahn, Rey, Vanlint & Valint, 2011). Notons que les
travaux de recherche n’ont jusqu’ici pu apporter d’indices convergents de
l’efficacité ni de l’individualisation, ni de la différenciation pour réduire l’écart
entre les élèves en difficulté et les autres (Galand, 2017). D’autres approches,
qui mettent davantage l’accent sur des stratégies d’enseignement collectives

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


22 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

alternatives, comme par exemple l’apprentissage coopératif ou le tutorat,


semblent plus prometteuses (Baye, Inns, Lake & Slavin, 2019 ; Galand, 2009).

La situation est particulièrement préoccupante dans le système scolaire de la


Fédération Wallonie-Bruxelles, où le redoublement, utilisé massivement,
apparait de facto comme la solution par défaut aux difficultés d’apprentissage
des élèves. Les travaux sur les architectures de choix montrent que l’option par
défaut devient souvent l’option privilégiée, au détriment d’autres pistes
d’action (Thaler & Sunstein, 2009). On peut donc craindre que le recours
systémique massif au redoublement fasse obstacle à la mise en place d’autres
pratiques pédagogiques. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas parce
qu’il a pris une telle place dans notre système scolaire que le redoublement a
fini par remplir ce que Draelants (2018) appelle des « fonctions latentes », et
s’interroger sur la manière dont les nombreux systèmes scolaires qui ne
recourent quasi pas au redoublement font pour remplir ces fonctions. Même
si les usages du redoublement varient largement d'un système à l'autre et si la
signification qui y est attachée varie peut-être également, les études menées
dans différents systèmes anglo-saxons et européens, y compris en Flandre,
aboutissent à des résultats très cohérents. Les études récentes, s’appuyant sur
des méthodologies plus solides et considérant différentes facettes du
redoublement, ne contredisent en rien l’avis de Jimerson émis en 2004 : si le
redoublement était un médicament, il serait interdit, car il n’a pas fait la
preuve de ses bénéfices, et s’accompagne régulièrement d’effets secondaires
négatifs. Si nous voulons réduire les inégalités qui minent notre système
scolaire et soutenir les élèves en difficulté, il est temps de changer de
médecine.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 23

Références
Allen, C. S., Chen, Q., Wilson, V. L., & Hughes, J. N. (2009). Quality of research
design moderates effects of grade retention on achievement: a meta-
analytic, multilevel analysis. Educational Evaluation and Policy Analysis,
31, 480-499.
Allensworth, E. M. (2005). Dropout rates after high-stakes testing in
elementary school: A study of the contradictory effects of Chicago’s
efforts to end social promotion. Educational Evaluation and Policy
Analysis, 27, 341–364.
Baye, A., Dachet, D., & Crahay, M. (à paraitre). Faut-il faire redoubler ? In M.
Crahay (Éd). Peut-on lutter contre l’échec scolaire ? Bruxelles : De Boeck,
3e édition.Baye, A., Inns, A., Lake, C. & Slavin, R. (2019). A Synthesis of
Quantitative Research on Reading Programs for Secondary Students.
Reading Research Quarterly, 00 (0), 000–
000https://doi.org/10.1598/RRQ.39.4.2
Bonvin, P., Bless, G., & Schuepbach, M. (2008). Grade retention: decision-
making and effects on learning as well as social and emotional
development. School effectiveness and school improvement, 19(1), 1-19.
Bouko, Ch., Kahn, S., Rey, A., Vanlint, A., & Valint, S. (2011). Analyse des causes
et des conséquences du maintien en troisième maternelle de la
Communauté française de Belgique. Bruxelles : Ministère de la
Communauté française, Service général du Pilotage du système éducatif
et la Faculté des Sciences Psychologiques et de l’Education de l’Université
Libre de Bruxelles (rapport intermédiaire 2e année).
Burkam, D. T., LoGerfo, L., Ready, D., & Lee, V. E. (2007). The differential effects
of repeating kindergarten. Journal of Education for Students Placed at
Risk, 12(2), 103-136.
Cham, H., Hughes, J. N., West, S. G., & Im, M. H. (2015). Effect of retention in
elementary grades on grade 9 motivation for educational attainment.
Journal of school psychology, 53(1), 7-24.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


24 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

Cheung, A. C. K., & Slavin, R. E. (2016). How methodological features affect


effect sizes in education. Educational Researcher, 45, 283-292.
Crahay, M. et Marcoux, G. (Éds.) (à paraitre). Peut-on lutter contre l’échec
scolaire ? Bruxelles : De Boeck, 3e édition.
de Boer, H., Donker, A. S., & van der Warf, M. P. C. (2014). Effects of the
attributes of educational interventions on students’ academic
performance: a meta-analysis. Review of Education Research, 84, 509-
545.
De Witte, K., Nicaise, I., Lavrijsen, J., Van Landeghem, G., Lamote, C., & Van
Damme, J. (2013). The impact of institutional context, education and
labour market policies on early school leaving: a comparative analysis of
EU countries. European Journal of Education, 48 (3), 331-345.
Demanet, J., & Van Houtte, M. (2013). Grade retention and its association with
school misconduct in adolescence: A multilevel approach. School
Effectiveness and School Improvement, 24(4), 417-434.
Draelants, H. (2018). Le redoublement est-il vraiment moins efficace que la
promotion automatique? Une évidence à réinterroger. Cahiers de
recherche du GIRSEF n°113.
Duru-Bellat, M. (2002). Les inégalités sociales à l’école : Genèse et mythes.
Paris : PUF.
Ferguson, P. C. (1991). Longitudinal outcome differences among promoted and
transitional at-risk kindergarten students. Psychology in the Schools, 28,
139-146.
Galand, B. (2009). Hétérogénéité des élèves et apprentissage : quelle place
pour les pratiques d'enseignement ? Cahier de Recherche en Education et
Formation, 71, 3-24.
Galand, B. (2017). Quels sont les effets de la différenciation pédagogique sur
les dimensions cognitives et socio-affectives ? Conférence de consensus
« Différenciation pédagogique : Comment adapter l’enseignement pour la
réussite de tous les élèves ? », Notes des experts (pp. 177-187). Conseil
national d’évaluation du système scolaire, France.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 25

https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique
Galand, B., & Hospel, V. (2015). Facteurs associés au risque de décrochage
scolaire : Vers une approche intégrative. OSP : l'orientation scolaire et
professionnelle, 44(3), 339-369.
Galand, B., & Vanlede, M. (2004). Le sentiment d’efficacité personnelle dans la
formation: Quel rôle joue-t-il ? D’où vient-il ? Comment intervenir ?
Savoirs, Hors-série n°1 « Autour de l’oeuvre d’Albert Bandura », 91-116.
García-Pérez, J. I., Hidalgo-Hidalgo, M., & Robles-Zurita, J. A. (2014). Does
grade retention affect students’ achievement? Some evidence from Spain.
Applied economics, 46(12), 1373-1392.
Goos, M., Van Damme, J., Onghena, P., Petry, K., & de Bilde, J. (2013). First-
grade retention in the Flemish educational context: Effects on children's
academic growth, psychosocial growth, and school career throughout
primary education. Journal of School Psychology, 51(3), 323-347.
Greene, J. P., & Winters, M. A. (2007). Revisiting grade retention: an evaluation
of Florida’s test-based promotion policy. Education Finance and Policy, 2,
319-340.
Griffith, C. A., Lloyd, J. W., Lane, K. L., & Tankersley, M. (2010). Grade retention
of students during grades K–8 predicts reading achievement and progress
during secondary schooling. Reading & Writing Quarterly, 26(1), 51-66.
Holmes, C. T. (1990). Grade level retention effects: a meta-analysis of research
studies. In L. A. Shepard & M. L. Smith (Eds.), Flunking grades. Research
and policies on retention (pp. 16-33). Bristol, UK: Falmer Press.
Holmes, C. T., & Mattews, K. M. (1984). The effects of non-promotion on
elementary and junior high school pupils: a meta-analysis. Review of
Educational Research, 54, 225-236.
Hong, G., & Yu, B. (2008). Effects of kindergarten retention on children’s
social–emotional development: An application of propensity score
method to multivariate, multilevel data. Developmental Psychology, 44,
407-421.
Hong, G., & Raudenbush, S.W. (2005). Effects of kindergarten retention policy

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


26 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

on children’s cognitive growth in reading and mathematics. Education


Evaluation and Policy Analysis, 27-3, 205-224.
Hughes, J. N., Cao, Q., West, S. G., Allee Smith, P., & Cerda, C. (2017). Effect of
retention in elementary grades on dropping out of school early. Journal of
School Psychology, 65, 11-27.
Jackson, G. B. (1975). The research evidence on the effects of grade retention.
Review of educational research, 45(4), 613-635.
Jacob, B. A., & Lefgren, L. (2004). Remedial education and student
achievement: a regression-discontinuity analysis. The Review of
Economics and Statistics, 86, 226-244.
Jimerson, S. R. (2001). Meta-analysis of grade retention research: implications
for practice in the 21st century. School Psychology Review, 30, 420-437.
Jimerson, S.R. (2004). Is grade retention educational malpractice? In H.J.
Walberg, A.J. Reynolds & M.C. Wang (Eds.), Can unlike students learn
together? Grade retention, tracking, and grouping (pp.71-95). Information
Age Publishing.
Jimerson, S. R., Anderson, G. E., & Whipple, A. D. (2002). Winning the battels
and losing the war: examining the relation between grade retention and
dropping out of high school. Psychology in the Schools, 39, 441-457.
Jimerson, S. R., & Ferguson, P. (2007). A longitudinal study of grade retention:
Academic and behavioral outcomes of retained students through
adolescence. School psychology quarterly, 22(3), 314-339.
Kaplan, D. S., Peck, B. M., & Kaplan, H. B. (1997). Decomposing the Academic
Failure–Dropout Relationship: A Longitudinal Analysis. The Journal of
Educational Research, 90(6), 331-343.
Klapproth, F., Schaltz, P., Brunner, M., Keller, U., Fischbach, A., Ugen, S., &
Martin, R. (2016). Short-term and medium-term effects of grade retention
in secondary school on academic achievement and psychosocial outcome
variables. Learning and Individual Differences, 50, 182-194.
Lafontaine (2017). La différenciation dans les systèmes éducatifs : pourquoi,
comment et avec quels effets ? Rapport de synthèse en vue de la

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 27

conférence de consensus sur la différenciation pédagogique du CNESCO


et de l’Ifé/ENS de Lyon. https://www.cnesco.fr/fr/differenciation-
pedagogique
Lafontaine, D., Baye, A., & Monseur, C. (à paraitre). Redoublement, efficacité et
équité : l’éclairage des enquêtes internationales. In M. Crahay (Éd.). Peut-
on lutter contre l’échec scolaire ? Bruxelles : De Boeck, 3e édition.
Lamote, C., Pinxten, M., Van Den Noortgate, W., & Van Damme, J. (2014). Is
the cure worse than the disease? A longitudinal study on the effect of
grade retention in secondary education on achievement and academic
self-concept. Educational Studies, 40(5), 496-514.
Lamote, C., Van Damme, J., Van Den Noortgate, W., Speybroeck, S., Boonen, T.,
& Bilde, J. (2012). Dropout in secondary education: an application of a
multilevel discrete-time hazard model accounting for school changes.
Quality & Quantity, 1-22.
Lorence, J., & Dworkin, A. G. (2006). Elementary grade retention in Texas and
reading achievement among racial groups. Review of Policy Research, 23,
999-1033.
Mantzicopoulos, P. (2003). Academic and school adjustment outcomes
following placement in a developmental first-grade program. The Journal
of Educational Research, 97, 90-105.
Martin, A. J. (2011). Holding back and holding behind: grade retention and
students’ non-academic and academic outcomes. British Educational
Research Journal, 37(5), 739-763.
Mathys, C., Véronneau, M.-H., & Lecocq, A. (2017). Grade Retention at the
Transition to Secondary School: Using Propensity Score Matching to
Identify Consequences on Psychosocial Adjustment. The Journal of Early
Adolescence, doi:10.1177/0272431617735651.
Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (2018). Indicateurs de
l'enseignement 2017. http://www.enseignement.be/index.php?
page=0&navi=2264

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


28 Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019

Mons, N. (2007). Les nouvelles politiques éducatives : la France fait-elle les


bons choix ? Paris : Presses Universitaires de France.
Monseur, C., & Lafontaine, D. (2012). Structure des systèmes éducatifs et
équité : un éclairage international. In M. Crahay (Ed.). L’école peut-elle
être juste et efficace ? (pp. 185-219). Bruxelles : De Boeck.
Pagani, L., Tremblay, R. E., Vitaro, F., Boulerice, B., & McDuff, P. (2001). Effects
of grade retention on academic performance and behavioral
development. Development and Psychopathology, 13, 297-315.
Peixoto, F., Monteiro, V., Mata, L., Sanches, C., Pipa, J., & Almeida, L. S. (2016).
“To be or not to be Retained… That’s the Question!” Retention, Self-
esteem, Self-concept, Achievement Goals, and Grades. Frontiers in
psychology, 7, 1550.
Rumberger, R. (2011). Dropping out: Why students drop out of high school and
what can be done about it. Cambridge (MA): Harvard University Press.
Schwerdt, G., & West, M. R. (2012). The effects of early grade retention on
student outcomes over time: regression discontinuity evidence from
Florida. Harvard, MA: Program on Education Policy and Governance
Working Paper Series.
Schwerdt, G., West, M. R., & Winters, M. A. (2017). The effects of test-based
retention on student outcomes over time: regression discontinuity
evidence from Florida. Journal of Public Economics, 152, 154-169.
Thaler, R., & Sunstein, C. (2009). Nudge: Improving decisions about health,
wealth and happiness. London : Penguin Books.
Troncin, T. (2005). Le redoublement : radiographie d’une décision à la recherche
de sa légitimité (doctoral dissertation). Université de Bourgogne, Dijon,
France.
Vandecandelaere, M., Schmitt, E., Vanlaar, G., De Fraine, B., & Van Damme, J.
(2016). Effects of kindergarten retention for at-risk children’s psychosocial
development. Educational Psychology, 36(8), 1354-1389.
Vandecandelaere, M., Schmitt, E., Vanlaar, G., De Fraine, B., & Van Damme, J.
(2015). Effects of kindergarten retention for at-risk children’s mathematics

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire


Cahiers des Sciences de l’Éducation – Université de Liège (aSPe) – 38/2019 29

development. Research Papers in Education, 30(3), 305-326.


Vandecandelaere, M., Vansteelandt, S., De Fraine, B., & Van Damme, J. (2016).
The effects of early grade retention: Effect modification by prior
achievement and age. Journal of School Psychology, 54, 77-93.

Le redoublement est inefficace, socialement injuste, et favorise le décrochage scolaire