Vous êtes sur la page 1sur 6

La modulation, ou comment changer de tonalité au cours du morceau (2/2)

Suite et fin de la série d'articles concernant la modulation, l'art de changer de tonalité au cours du
morceau.

Deuxième partie: Moduler vers des tonalités lointaines

Previously on « Composer sa musique »…

Dans l’épisode précèdent, nous apprenions que Jack était en fait le fils de Brad, un ancien catcheur
échappé de la prison du Nevada. A l’aide de sa femme Jessica et de «Larry» leur fidèle loutre
domestique, ils se mettent en route sur les traces de Nick, un robot cyber espion envoyé par l‘armée
russe afin de prendre le contrôle des barbecues du monde entier… (Je pense vraiment avoir raté une
carrière de scénariste à Hollywood). :)

Plus sérieusement, dans la première partie de cette série d’articles, nous avions vu que la
modulation consistait à changer de tonalité au cours d’un même morceau. La modulation est très
appréciée dans le monde musical car elle permet d’apporter de la fraîcheur et de nouvelles idées au
morceau.

Nous avions également vu qu’une première technique de modulation consistait à introduire un


accord issu de la gamme relative de la tonalité principale par une cadence parfaite. Et si jamais
vous tombez sur cet article par hasard et que vous n’avez pas encore lu la première partie, foncez le
faire en cliquant ici. C’est indispensable pour comprendre bien ce qui va suivre.

Alors, aujourd'hui nous allons pousser le concept de modulation encore plus loin. En effet, nous
allons voir comment moduler vers des gammes qui ne sont pas relatives, autrement dit vers des
gammes qui ne partagent pas la même armure (et donc les mêmes notes) que celle de la tonalité
d’origine.
.

Niveau 2 : Les tons voisins

Qu’est-ce que les tons voisins ?

Dans l’article précédent, je vous expliquais que fondamentalement, il était possible de moduler vers
n’importe quelle gamme, mais qu’il était cependant beaucoup plus aisé de choisir des gammes
proches de la tonalité d’origine.

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
C’est donc ce que nous allons faire ici: nous allons utiliser des gammes ayant uniquement une
altération de plus, ou de moins, que celle de la tonalité d’origine. Dans le jargon, c’est ce qu’on
appelle recourir aux tons voisins de la gamme.

Par exemple, si l’on prend une gamme de Do Majeur où il n’y a rien à la clé et une gamme de Sol
Majeur ou il y a un dièse à la clé, on est en présence de deux gammes n’ayant qu’une seule altération
d’écart. Les gammes de Do Majeur et de Sol Majeur sont donc bien deux tonalités voisines. Ces deux
gammes n’ayant qu’une seule note de différence (le Fa# remplace le Fa dans la gamme de Sol
Majeur), leurs sonorités seront très proches et il sera facile de moduler de l’une à l’autre.

Une seule altération d’écart entre Do Majeur et Sol Majeur,


les deux tonalités sont donc « voisines »

Trouver les tons voisins

J’anticipe déjà la question qui vous brûle maintenant les lèvres: pourquoi après 2 ans de blogging
mes schémas paint sont-ils toujours aussi pourris ? Comment faire pour trouver les tonalités voisines
d’une tonalité donnée ?

Il y a deux moyens d’y arriver: il existe tout d’abord le moyen « hardcore » que l’on vous apprend en
classe de solfège et qui correspond à la façon traditionnelle de faire. Ensuite, il existe la méthode
pirate de Composer sa Musique qui satisfera les plus flemmards d’entre vous. :) Pour ne pas vous
encombrer d’informations techniques superflues, je vais simplement vous présenter la technique
pirate dans cet article. (Si vous tenez vraiment à connaître la méthode traditionnelle, vous pouvez
vous référer à mon article « Comment trouver la tonalité d’un morceau ?». J’y explique pas à pas et
en vidéo le moyen de trouver une tonalité à partir de son nombre d’altérations).

Concernant la technique pirate, il vous suffira simplement de vous référer au cycle des quintes (dont
j’ai déjà parlé au cours de mon article « Comment créer un accompagnement en 5 minutes ? ») pour
trouver les tons voisins d’une gamme donnée. Prenez les deux tonalités se situant juste à côté de la
tonalité choisie et le tour sera joué !

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
.
Exemple: les tonalités voisines de la gamme de Mib Majeur seront Sib Majeur et Lab Majeur.

Mais ce n’est pas tout ! En effet, puisque les gammes relatives possèdent strictement le même
nombre d’altérations que leur gamme d’origine, elles feront elles aussi partie des tonalités voisines.
Autrement dit, pour une gamme donnée, vous n’aurez pas moins de cinq tonalités voisines vers
lesquelles moduler : la gamme relative de la tonalité principale (1), la gamme ayant une altération de
moins que la tonalité principale (2), sa relative (3), et enfin la gamme ayant une altération de plus
que la tonalité principale(4) et sa relative (5). A vous de choisir celle qui vous inspirera le plus. ;)

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Moduler vers les tons voisins

Vous venez de choisir une tonalité voisine vers laquelle vous voulez moduler. Parfait. Il ne nous reste
maintenant plus qu'à répondre à une dernière question : comment moduler vers la tonalité voisine
d’une tonalité donnée ?

Pour ce faire, rien de plus simple: on va avoir recours à ce qu’on appelle les accords pivots. Les
accords pivots sont les accords communs aux deux tonalités. Ils appartiennent à la fois à la tonalité
modulante et à la tonalité d’origine. Ils sont donc parfaits pour moduler car ils vont créer une
transition en douceur qui ne perturbera pas l’oreille.

Voyons ensemble l’application de cette technique. Prenons tout d’abord une des tonalités voisines
de Mib Majeur pour opérer notre modulation; par exemple Sol Mineur. Il ne nous reste plus qu’à
lister l’ensemble des accords issus de ces deux tonalités pour repérer les accords communs.

Les accords communs à ces deux gammes (autrement dit, les accords pivots), sont les accords de Mib
Majeur, Sol Mineur, Sib Majeur et Do Mineur. On sait également que l’on veut moduler de la
gamme de Mib Majeur à la gamme de Sol Mineur. Notre suite d’accords de transition va donc
logiquement commencer par un accord de Mib Majeur pour finir sur un accord de Sol Mineur. Entre
deux, il ne nous restera plus qu’à meubler par des accords pivots pour réussir notre transition. Et
voilà le travail :

Astuce: Pour un résultat encore plus naturel, je vous conseille de mixer les deux techniques que nous
avons vues jusqu’à présent, à savoir utiliser des accords pivots tout en finissant la suite par une
cadence parfaite.

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Niveau 3 : Les tonalités étrangères

Maintenant que vous savez moduler vers la gamme relative de la tonalité d’origine et ses gammes
voisines, il ne vous reste plus qu’à savoir moduler vers des gammes « étrangères», c’est-à-dire vers
des gammes qui de prime abord, ne partagent rien en commun avec la tonalité d’origine. (Par
exemple, la gamme de La Mineur (rien à la clé) avec la gamme de Do Mineur (3 bémols à la clé)).

Avant de continuer, je préfère vous prévenir tout de suite: il est en général préférable d’éviter ce
genre de modulation car les gammes étant très différentes l’une de l’autre, il y a de forts risques de
dissonance au sein du morceau. Mais si vous y tenez malgré tout, voici les techniques les plus
courantes pour moduler vers des gammes lointaines.

Les accords pivots

C’est la technique que nous avons vue précédemment. En effet, la technique des accords pivots est
la technique de base de la modulation. Elle peut donc être parfaitement applicable dans le cadre de
la modulation éloignée.

Le cycle des quintes

Cette technique est très simple à mettre en œuvre : elle consiste à s’appuyer sur le cycle des quintes
pour construire sa suite d’accords de transitions. Par exemple, si vous voulez passer de la gamme de
La Mineur à la gamme de Do Mineur, il vous suffira de passer par tous les accords se situant entre
ces deux tonalités pour y arriver.

Votre suite d’accords de transition sera donc "Lam, Rém, Solm, Dom".

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.
Astuce: Vous pouvez jongler entre accords « normaux » et accords relatifs pour démultiplier vos
possibilités. Par exemple, votre suite d’accords de transition pourrait être "Lam, FaM, SibM, Dom".

L’expérimentation

Enfin, la meilleure façon de moduler consiste encore à se fier à votre feeling. Choisissez deux
gammes au hasard, dégagez leurs accords, puis tentez de voir ceux qui sonnent ensemble. Les
solutions sont infinies alors n’hésitez pas à tout tenter, même les combinaisons qui vous paraissent
improbables. Souvent, c’est ainsi que vous trouverez vos meilleures sonorités. ;)

Voilà, il reste encore de très nombreuses façons de moduler mais je pense que vous avez déjà un bon
aperçu de la façon de faire grâce à l’ensemble de ces techniques. Maintenant, c’est à vous de mettre
en application, d’expérimenter, de tenter, et de me poser des questions en commentaire si besoin !

Copyright © 2012-2017 - Alexandre Koutso – SASU Editions Koutso pour le site composer-sa-musique.fr. Tous Droits
Réservés. Reproduction et diffusion strictement interdite sous peine de poursuites judiciaires.