Vous êtes sur la page 1sur 4

d"cb

MAYAN HAIM La générosité au cœur de la construction du michkan (Elie LELLOUCHE) - Le tabernacle et ses ustensiles,... (Israël ARIEL) -
Boire à Pourim c’est agréable (Yossef HARROS) - Vingt planches au nord et huit à l’ouest (Yo’hanan NATANSON)

PARACHAT TEROUMA
Un
Samedi Beth
9 FÉVRIER 2019
MAYAN HAIM
Hamidrach
4 ADAR 5779 parisien EDITION
entrée chabat : 17h41
sortie chabat : 18h50

LA GÉNÉROSITÉ AU CŒUR DE LA CONSTRUCTION DU MICHKAN


Rav Elie LELLOUCHE

À plusieurs reprises la Torah met l’accent sur la générosité qui toute Mitsva a pour objectif et pour vertu de nous unir au Créateur.
devra prévaloir quant à l’offrande des différents matériaux qui C’est le sens même du mot Mitsva qui, selon le Zohar, est à
serviront pour la construction du Michkan. Ainsi, au début de rapprocher du terme Tsavta qui signifie union en araméen.      
la Paracha Térouma, l’ordre est intimé à Moché de parler aux
Béné Israël afin que soit prélevée une offrande «de tout homme Cependant, alors que toutes les autres Mitsvot permettent, à
dont le cœur l’incitera à donner» (Chémot 25,2). Cet aspect lié chacun d’entre nous, de tisser un lien intime avec Hachem, en
à la spontanéité du don en faveur du Michkan est de nouveau nous offrant la possibilité de nous élever vers Lui, le Michkan vise,
précisé lors de l’offrande effective des Béné Israël, après que quant à lui, à faire «descendre» la Providence Divine au sein de
furent données les secondes Tables de l’Alliance. Ainsi le Texte l’ensemble du peuple d’Israël. Obtenir du Maitre du monde qu’Il
Sacré relate-t-il que «Tout homme que portait son cœur et accepte de résider parmi nous requiert de notre part plus qu’un
toute personne, animée d’un esprit de générosité, offrirent un lien intime, c’est un attachement absolu qu’il s’agit, ici, de nouer
prélèvement en faveur d’Hachem» (Chémot 35,21). Plus loin avec Lui. Or, une telle union avec le Créateur n’est réalisable qu’au
dans le texte le verset répète encore:«Tout homme et toute prix d’une «identification», autant qu’il est possible de s’exprimer
femme dotés d’un cœur généreux quant à l’ouvrage ordonné par ainsi, à son Être.          
Hachem par l’entremise de Moché apportèrent spontanément
leur offrande» (Chémot 35,29).           Comment parvenir à une telle «identification» avec le Divin? Nos
Sages (Sota 14a), en référence au verset affirmant: «Vous suivrez
Cette insistance de la Torah, quant à la générosité et à la L’Éternel Votre D-ieu» (Dévarim 13,5), se posent une question
spontanéité qui devaient caractériser l’offrande collectée pour la similaire. Est-il possible pour l’homme de suivre la Providence
construction du Michkan, semble rentrer en contradiction avec Divine? N’est-il pas enseigné, dans un autre verset, qu’Hachem
l’enseignement de nos Sages relatif à l’état d’esprit qui doit être le est «un feu dévorant» (Dévarim 4,24)? Nos Maîtres de répondre
notre lors de l’accomplissement des Mitsvot. En effet, la Guémara qu’il s’agit ici pour nous de veiller à s’attacher aux conduites
(Avoda Zara 3a) affirme que celui qui accomplit une Mitsva divines: «De même que le Créateur est miséricordieux, sois, toi
parce qu’il y est contraint est plus grand que celui qui prend sur aussi, rempli de miséricorde. De même qu’Il est plein de grâce,
lui spontanément de l’observer. Les Ba’alé HaTossfot explique sois, toi aussi, animé du même sentiment».         
cette assertion, apparemment surprenante, de nos Sages,
par le sentiment qu’engendre chez la personne concernée le Ainsi, s’attacher à Hachem c’est suivre Ses voies. Or, nous
caractère contraignant d’un acte. Étant habité par la conscience expliquent nos Sages, les voies d’Hachem se résument à la
de son obligation, l’homme s’efforcera d’accomplir la Mitsva de générosité et à l’altruisme. Ce sont ces voies, comme l’attestent
la manière la plus fidèle et la plus pure qui soit. À contrario, en les Téhilim (Téhilim 89,3), qui ont concouru à la Création du
n’étant pas soumis au commandement qu’il prend sur lui de faire, monde lui-même et ce sont ces mêmes voies qui sont à même
l’individu ne peut en mesurer toute l’importance et tout l’impératif.           de donner vie au microcosme que constituera le Michkan. Il ne
s’agit même plus ici d’un attachement, mais bien plutôt d’une
S’il en est ainsi, comment expliquer le fait que la construction véritable ressemblance avec le Créateur. Car, à la différence de la
du Michkan, dont l’existence témoignait de la force du lien qui fusion matérielle entre deux objets, l’attachement, s’agissant de la
unissait Israël à son D-ieu, puisse dépendre de l’élan manifesté dimension spirituelle, relève de la capacité à s’identifier à l’autre.
par ceux qui accepteront d’y contribuer? Pour le Saba MiKelem, Ainsi, en appelant le ‘Am Israël à témoigner d’une générosité
rapporté par le Sifté ‘Haïm, la réponse à cette question tient à sans bornes afin de contribuer à l’édification du Michkan et rendre
la différence essentielle entre l’édification d’un Sanctuaire pour possible, par là-même, Sa Présence au milieu de nous, Hachem
Hachem et tous les autres commandements. La construction du invite son peuple à Lui ressembler et cette ressemblance s’inscrit,
Michkan ne répond pas au même enjeu que les autres Mitsvot. à l’instar du don qu’a constitué l’œuvre de la Création, dans la
Certes, comme le rapporte le Ba’al HaTanya au nom du Zohar, générosité la plus absolue.

Article et contenu réalisés par TORAT HAIM VECHALOM - 35, rue Emile Lepeu 75011 PARIS - 01.44.93.51.50
Association reconnue d’utilité générale habilitée à recevoir les DONS et les LEGS. Directeur : Rav Elie LELLOUCHE
LE TABERNACLE ET SES USTENSILES,
UN OUVRAGE CHER AUX YEUX D’HACHEM Rav Israël ARIEL

Dès que Moïse descend du mont Au traité ‘Erouvin (54b), le l’É.ternel, et ce n’est que de cette
Sinaï, Hachem ordonne par sa voix Talmud rapporte que Rabbi Prida façon que la Présence divine
à Israël : étudiait régulièrement avec un repose sur Israël.
élève qui avait des difficultés
« Ils me feront un sanctuaire, et Je d’apprentissage. Quant à toi, lecteur, face aux versets
résiderai en eux. » Un jour, pendant la leçon qu’il lui et aux sources de nos maîtres, si,
donnait, on vint demander Rabbi au long de ces semaines où sont
Le Midrach Tan’houma explique Prida pour accomplir quelque lues les chapitres du sanctuaire,
en effet qu’après que Moïse eut mitsva. A partir de ce moment, quelqu’un murmure à ton oreille
supplié l’É.ternel de pardonner la l’élève ne parvint plus à assimiler des légendes où l’on parle d’un
faute du veau d’or, « l’expiation leur ce qu’on lui enseignait. Temple qui descendra directement
fut accordée le jour de Kipour. Et Son maître lui demanda : « Que se du ciel, bouche-toi les oreilles  !
ce jour même, Israël reçut l’ordre passe-t-il aujourd’hui ? » L’élève Celui qui parlerait ainsi est un
de construire le tabernacle » lui répondit : « Depuis que l’on est rêveur  ! Souviens-toi des paroles
(Térouma 8). Le peuple se remplit venu te solliciter pour cette mitsva, de Maïmonide : « Sache qu’il existe
d’une joie créative, et depuis cette j’ai du mal à comprendre. Je me dis des orateurs… dont j’ai entendu
heure on vit, aux quatre coins à tout moment que tu vas te lever. » dire… qu’ils tenaient toute chose
du camp, des artisans : les uns Le maître lui dit : « Prends patience, impossible pour nécessaire…
fabriquaient le chandelier d’or, les je suis entièrement disponible Miséricorde pour leur sottise  !...
autres préparaient des planches pour toi. » Il lui répéta sa michna De telles gens portent atteinte à la
revêtues d’or, et dans les tentes quatre cents fois supplémentaires, splendeur de la Torah… Puissent-
d’Israël les femmes tissaient les et l’élève finit par l’assimiler. Une ils se taire  !  » (Hilkhot Sanhédrin
tentures et les vêtements des voix céleste se fit alors entendre : chap. 10).
prêtres. «  Rabbi Prida  ! Choisis l’une de
ces deux récompenses : veux- Il arrive que des orateurs pimentent
Cet ouvrage saint est une tu que l’on t’ajoute quatre cents leurs discours en les agrémentant
condition indispensable pour que années de vie, ou bien que toi et de paraboles dont le contenu n’est
la Présence divine réside sur le ta génération ayez part au monde pas conforme à la Torah d’Israël.
peuple. Rabbi Éléazar ben Azarya futur ? » Il répondit : « Que toute Pour toi, accomplis la maxime
a dit : « Grand est le travail ! Car cette génération ait part au monde de nos sages : « Aime le travail »
la Présence divine ne reposa sur future  !  » Le Saint béni soit-Il dit (Maximes des Pères 1, 10)…
Israël qu’à partir du moment où aux anges : « Donnez-lui les deux et prends en haine les vaines
l’on fit l’ouvrage du tabernacle  » récompenses. » rêveries. Sois fidèle à la promesse
(Mekhilta de Rabbi Chim’on bar d’Israël, au mont Sinaï  : «  Nous
Yo’haï 20, 9). On trouve encore Par cette histoire, nos maîtres, de ferons et nous écouterons ». Alors
dans le Midrach : « Combien cher mémoire bénie, nous enseignent tes oreilles entendront la voix
est le travail ! Car pendant six mois une grande chose : la mitsva divine qui proclame : « Donnez-lui
le Saint béni soit-Il occupa nos n’est pas jaugée à l’aune de la les deux récompenses. »
pères à l’ouvrage du tabernacle, quantité mais de la qualité ; de
dans le désert. Or cet ouvrage l’action, de l’effort, de l’amour de Paru dans Chabbat bechabbato,
aurait pu être créé de main divine la mitsva. Certes, le jeune élève adar 5773
en un clin d’œil. Mais D.ieu ne n’a appris qu’une unique michna ;
voulut faire résider sa Présence dans le même temps, Rabbi Prida Le Rav Israël Ariel préside l’Institut
sur Israël que du sein du travail » aurait pu étudier des centaines de du Temple de Jérusalem.
(Michnat Rabbi Eliézer 20). règles, accomplir des centaines
de préceptes. Mais l’attachement Traduction : Jean-David Hamou
Voilà donc l’objet de la mitsva  : à la mitsva, l’ardeur à l’accomplir
le C.réateur du monde attend malgré les difficultés, voilà ce qui
de voir Israël, hommes, femmes est déterminant ; comme le disent
et enfants, faire l’effort, dans le nos sages  : «  Léfoum tsa’ara
désert, de préparer une résidence agra », la récompense est fonction
pour la Présence divine. Ce labeur de l’effort (Maximes des Pères 5).
est cher aux yeux de l’É.ternel, et Ainsi du tabernacle, et telle est
c’est cette activité même qui attire son essence. Tout le propos de
la Présence divine dans le monde. cet ouvrage est d’être fait devant
BOIRE A POURIM C’EST AGRÉABLE
Yossef HARROS

«C’est un devoir religieux pour En buvant au point de «  ne pas s’endormir pour ne plus discerner
chaque Juif à Pourim de  boire connaître le bien du mal  », nous «Harour Haman» et «Baroukh
jusqu’à ne plus pouvoir distinguer exprimons notre désir de retourner Mordékhai». Il faudra agir ainsi
entre les mots maudit soit Haman à un état où le bien et le mal ne (Maharil, Ramah, Pri Mégadim,
et béni soit Mordékhaï » sont plus mélangés, un état où tout Michna Beroura, par. 5).
est pur bien.
Pour quelles raisons accordons Rabbi Yossef Karo avait
nous tant d’importance a la boisson Le Rav Yérou’ham Leibovitz l’Habitude de boire plus que le
ce jour là  ? Pourquoi et comment (Daat ‘Ho’hma ouMoussar) nous Chabbat a savoir 14 verres
en arriver à cet état de bénir le enseigne que boire à Pourim libère D’autres Rabbanim sont plus
mauvais et maudire  le tzadik ? le corps du contrôle de l’esprit afin stricts à propos du seuil d’ivresse :
de voir si le corps peut être élevé
Le Itouré Torah explique que nous
Comme pour tout, cette loi trouve au niveau de l’âme.
ne devons pas nous laisser enivrer
son origine dans la guemara
par la boisson, mais par l’essence
Meguila daf 7b : Le Rav Mordé’haï Becher
de Pourim : la joie des mitsvot et
«  Rava dit : «  une personne (Gateway to Judaism) explique
l’allégresse d’avoir été sauvé d’une
est obligée de boire à Pourim lui ,que l’ivresse conduit une
mort certaine par Hachem.
jusqu’à ce qu’il ne puisse plus voir personne à révéler des éléments
la différence entre ‘maudit soit de sa personnalité qui sont
Le Or’hot Haim (Pourim, par. 38)
Haman’ et ‘béni soit Mordé’haï’. habituellement cachés [«  Quand
écrit qu’il est absolument défendu
S’ensuit tout un charmant récit ou entre le vin, les secrets sortent »
de tomber dans l’ivresse car ceci
Rabbi Zera invita Rava a passer (guémara Erouvin 65a)].
peut entrainer l’homme à enfreindre
le Michte en sa compagnie , et A Pourim, ce qui transparaît c’est
les plus graves interdictions de la
s’enivrant plus que de mesure , l’amour de D. pour le Peuple juif,
lui coupa la tète . il pria finalement un amour qui avait été caché à Torah.
pour sa guérison et le lendemain l’époque de l’exil perse. »
Rava ressuscita . L’année d’après, Il faudra juste boire plus qu’à
Rabbi Zera réinvita Rava qui Selon le Maharal, nous devons l’accoutumée (Méguila 7b ; Kolbo ;
déclina en justifiant qu’il ne fallait boire au point de ne plus avoir de Ramah, par. 2). D’ailleurs, Eliahou
pas abuser des miracles. discernement, et en venir à prendre Hanavi a enseigné à Rav Yéouda :
conscience que ce n’est pas notre «Ne bois pas et tu ne fauteras pas»
De nombreux commentateurs compréhension qui est source de (Brakhot, 29b).
expliquent ici de manière succès, car tout ne provient que de
métaphorique que trancher la D. En définitif, Si l’homme sait
gorge veut en réalité signifier qu’il qu’il risque de rater une Mitsva
lui aurait fait honte ou encore qu’il Les avis diffèrent sur la limite a quelconque ou de transgresser la
l’aurait blessé a l’œil . atteindre : plus légère des ‘Avérot, il n’aura
Ainsi, dans la même logique les Certains expliquent qu’il faut pas le droit de boire plus qu’une
avis sont partagés quand au sens boire jusqu’à ne plus être quantité minime (‘Hazon Ovadia,
des propos de Rava sur le minimum capable de faire la Guématria Pourim, p. 180), à plus forte raison,
de consommation d’alcool (valeur numérique) de ces deux si cela peut le conduire à faire du
expressions (Agouda, Maguen ‘Hilloul Hachem, car il n’y a pas de
Tout d’abord il nous faut Avraham, Cha’ar Hatsioun). ‘Avéra plus grande !
comprendre quelle est cette idée
de s’enivrer a Pourim Le Knesset Haguedola rapporte
qu’il ne faut plus reconnaitre
Le rav Wolbe (Alei Chour) de nous l’ordre logique entre les deux
dire que le sens profond du fait de
expressions Selon le Taz, jusqu’à
boire à Pourim est de retourner à
ne plus savoir si notre niveau
l’état d’Adam avant la faute où l’on
spirituel est du à «Harour Haman»
ne distinguera plus le bien du mal.
ou à «Baroukh Mordékhai».
En effet, en mangeant de l’Arbre Le Rambam tranche (lois
de la Connaissance, le bien devint de Méguila, ch. 2, par. 15)
tragiquement mélangé au mal. qu’il faudra boire du vin et
VINGT PLANCHES AU NORD ET HUIT A L’OUEST
Yo’hanan NATANSON

« Ils Me feront une maison de Qedousha et La pensée de la Kabbale moderne, issue l’édification et de l’entretien correct du
Je résiderai au milieu d’eux » du Zohar haQadosh et de l’enseignement Sanctuaire, mais ne peut être obtenue
Shemot 25,8 du Arizal a été reprise par des auteurs qu’avec la sanctification de toute notre vie
plus récents, comme le Nefesh ha’Haïm privée et publique » qui doit être consacrée
Le Midrash nous rapporte, à la manière (côté lituanien) ou le Tsema’h Tsedek à l’étude et à l’accomplissement de la Torah.
savoureuse de nos Sages de mémoire bénie, (version ‘Hassidout). Il y a des différences Tâche immense, proprement impossible,
le dialogue entre Ha Qadosh Baroukh Hou significatives dans leurs approches mais quotidienne du Juif  : associer le Saint et
et Moshé Rabbénou (Shemot Rabba 34,1) : leur but est le même : expliquer le passage le profane, en restant conscients de leur
« Quand Ha Qadosh Baroukh Hou a ordonné a priori incompréhensible entre l’infini divin et distinction.
d’ériger le Mishkan, Moshé a questionné : la finitude de Sa Création. Mariage permanent, invraisemblable, célébré
‘La Gloire de Hashem emplit les mondes à chaque instant de la vie juive. Depuis le
supérieurs et inférieurs, et Il demande qu’on Quels que soient leurs efforts, qui sont moment où nous mettons en premier la
lui bâtisse un Mishkan ?’ Il vit aussi que le merveilleusement utiles, ne serait-ce que chaussure droite, jusqu’à la récitation du
roi Shelomo édifierait plus tard le Temple, pour approfondir et renforcer notre émouna, Shem’a avant de dormir.
bien plus vaste que le Mishkan du désert, la capacité intellectuelle de l’être humain se
et qu’il dirait alors : ‘Mais est-ce qu’en vérité heurte à une impasse. Et le miracle le plus extraordinaire est sans
D.ieu résiderait sur la terre ? Alors que le ciel Celle-là même qu’exprime Moshé dans le doute celui-ci : c’est à notre portée !
et tous les cieux ne sauraient Te contenir, Midrash : comment l’infini peut-il entrer dans La Pessikta éclaire cette « sortie de crise » :
combien moins cette maison que je viens le fini, comment ce qui est qadosh, c’est-à- Moshé commence par les mêmes questions,
de construire  !’ (I Mélakhim 8,27). Moshé dire précisément séparé du fait de sa nature mais les réponses diffèrent quelque peu :
s’est dit : ‘Si Shelomo pourra faire un tel spirituelle, peut-il s’associer à des objets Ha Qadosh Baroukh Hou répond  : «  Je ne
commentaire au sujet du Temple […] son matériels, fussent-ils aussi coûteux que l’or, demande pas [un Mishkan] à Ma mesure,
observation devrait s’appliquer davantage l’argent, ou le bois de cèdre (Shemot 25,3- mais à la mesure de leurs capacités : tu
encore à celui-ci !’ Ha Qadosh Baroukh Hou 5) ? mettras vingt planches au nord et huit à
lui répondit : ‘Mes pensées ne sont pas tes l’ouest. »
pensées  ! Tu mettras vingt planches au «  La matière, enseigne Rambam, est un
nord et vingt au sud, […] et Je descendrai et grand voile qui nous empêche de percevoir Chacun n’est tenu de faire que ce qui est en
concentrerai Ma Présence dans un espace la divinité telle qu’elle est, fût-ce même la son pouvoir, commente le ‘Hafets ‘Haïm. De
d’une coudée sur une coudée !’ » matière la plus noble […], et à plus forte même, le plus sage des hommes a dit : « Tout
raison cette matière obscure et trouble qui ce que tes propres moyens permettront à ta
Ce Midrash met en évidence le paradoxe est la nôtre. » (Guide, 3,9) main de faire, fais-le ». Selon, tes moyens,
essentiel de toute notre existence, et en Le prolongement, presque évident, c’est sans plus !
vérité de toute destinée humaine, dans sa la question de l’association d’une âme Le Rav Hirsch définit la Qédousha comme
relation avec la transcendance. spirituelle à un corps matériel. « liberté absolue de l’Être ».
Le problème est posé dès le premier verset Une telle liberté, on le comprend, ne peut être
de la Torah : «  Au (ou par, ou avec un) Un midrash compare la Néshama à une attribuée qu’à D.ieu, dont la Volonté et l’action
commencement, Éloqim créa le ciel et la princesse obligée de quitter le somptueux sont une seule et même chose.
terre. » (Bereshit 1,1) palais de son Père et la vie qu’elle y menait,
Comment un Être infini et immuable dans entourée du luxe le plus raffiné, pour vivre Mais voilà que dans Son immense bonté, Il
Sa parfaite unité, «  sans corps ni forme de dans une masure délabrée auprès d’un nous fait partager une part de cette liberté, de
corps » comme l’enseigne Rambam, a-t-il pu homme sale et grossier. cette Sainteté.
créer un monde matériel et fini, où nos sens Ce mariage est impossible. À moins d’un Notre vocation n’est donc pas celle des
perçoivent tant de multiplicité ? miracle. «  êtres pour la mort  », que décrivait certain
philosophe allemand, qui voulait réduire toute
Plus encore, comment un tel Être peut-Il se C’est le sens de la bénédiction que nous l’humanité à un ‘Essaw affamé, incapable de
manifester dans Sa création par des attributs disons après la satisfaction des besoins sortir de l’angoisse de la faute : «  Voici, je
qui témoignent d’apparents changements ? naturels  : «  Rofé khol bassar oumafli marche à la mort ! » (Bereshit 25,32)
Que signifient des expressions comme la’assote » (Qui guérit toute chair et accomplit
« la colère de D.ieu », Sa « jalousie », Son des prodiges). De quel prodige s’agit-il ? Du Notre vocation est celle des êtres pour la
« amour », Sa « bonté » ? « simple » fait de maintenir ensemble l’âme vie et la liberté «  Wayotsi ete ‘amo Israël
et le corps ! mitokham le’hérout ‘olam » (Il a fait sortir son
Nos Maîtres ont donné différentes réponses peuple Israël du sein [de l’Égypte] pour une
à ces questions très difficiles. Dans son Il en va de même du Mishkan. Il y faut en liberté éternelle!)
Moré Nevoukhim (le « Guide des égarés »), effet un prodige.
Rambam explique en détail chacun des Mais ce prodige est conditionné  : «  La Shabbat Shalom ! ‘Hodesh tov !
anthropomorphismes dont la Torah fait usage proximité protectrice et bénissante de la
(la face, la main, l’œil, l’arrière...) comme des Shekhina, écrit le Rav Shimshon Raphaël
métaphores destinées à faire saisir une idée. Hirsch, n’est pas simplement le fruit de

Ce feuillet d’étude est offert pour l’élévation de l’âme de notre regretté


Eliahou Ben ‘Haya TOUITOU