Vous êtes sur la page 1sur 13

international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.

15
36 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Le cas d’un Dollar Index est un contrat de future sur devise que l’on peut utiliser sur le NYBOT. Il
se définit comme la moyenne géométrique pondérée des six devises suivantes :
– Euro 57,6 % ;
– Japanese Yen 13,6 % ;
– British Pound 11,9 % ;
– Canadian Dollar 9,1 % ;
– Swedish Krona 4,2 % ;
– Swiss Franc 3,6 %.
Les traders du Foreign Exchange l’utiliseront car il synthétise la performance de la devise dollar sur
les divers marchés monétaires mondiaux ; si l’index dollar est négocié plus bas, alors un autre
composant de ce même indice est négocié plus haut. Quand un acheteur observe son évolution,
il obtient des informations cachées sur l’état du marché mondial des devises.

2 Les swaps
■ Présentation des swaps
Ces produits datent des années 1980, période où ils ont connu un engouement important.
Comme le terme anglais « swap » l’indique, le produit financier swap est un échange, un accord
entre deux entreprises d’échanger un flux de trésorerie dans le futur.
Cet accord d’échange pose les dates d’échange de ces flux, le mode de règlement et de calcul.
Ils sont souvent reliés à des grandeurs économiques comme des taux d’intérêt ou de change.
Alors qu’un contrat future correspond à un échange de flux à une date unique, les swaps compor-
tent des échanges à plusieurs dates.
Précisons sur les swaps que si A et B sont deux parties engagées dans un swap de taux, l’opéra-
tion consiste en deux opérations simultanées :
– A prête à B un montant nominal correspondant au swap à un taux fixe, avec un échéancier ;
– B prête à A un montant nominal correspondant au swap à un taux variable, indexé sur un taux
de marché, avec une occurrence prédéfinie dans le contrat.
L’échange du montant nominal ne se produit pas à chaque échéance intermédiaire qui peut être
fixe ou variable, A et B règle ou perçoit les intérêts déterminés selon le sens de l’opération.
Le prêteur de la partie A, dite « Jambe fixe », règle à B des intérêts recalculés à chaque échéance
avec taux contractuel.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 37

Le prêteur de la partie B, dite « Jambe variable », emprunteur du fixe, règle à A des intérêts fixes
avec des occurrences et une périodicité définie à l’avance.
Le montant principal ou notionnel n’étant pas échangé, le contrat de swap consiste à échanger un
flux d’intérêts contre un autre.
Avec ce type de montage, nous avons un outil de couverture contre le risque de taux. Dans le cas
d’une une société anticipant une baisse des taux, cet outil permet de transformer un endettement
à taux fixe en un endettement à taux variable : tout réside dans la possibilité de trouver la contre-
partie qui souhaite payer un taux fixe en échange du taux variable.
On notera que les deux parties engagées dans un swap vont réaliser ce type de contrat selon leurs
marchés respectifs. Si une banque paye un taux fixe à son client, elle trouvera plus facilement que
celui-ci à refinancer sa position sur le marché interbancaire. Il faut donc se procurer le type de taux
souhaité avec la contrepartie qui peut obtenir l’autre jambe sur le marché.
Ces produits swaps de taux peuvent aussi permettre de spéculer sur les échéances de la courbe
des taux selon l’anticipation que l’on en fait.
Après l’échange contractuel des consentements réciproques, il y a règlement d’intérêts à chaque
échéance de la jambe fixe.
Il y a règlement d’intérêts pour la période écoulée à chaque échéance de la jambe variable et
calcul du taux pour la prochaine période à venir (fixing).
Comme nous l’avons vu, le montant principal sur lequel est contracté le swap n’est pas échangé,
aussi il s’agit d’un « notionnel ». En revanche, les flux d’intérêts sont échangés aux dates prévues
par le contrat. Les deux contreparties peuvent choisir selon le principe dit « de Netting » de
n’échanger que la somme nette des montants dus réciproquement.
La valorisation d’un swap de taux est réalisée selon le taux du marché et ceci pour chacune des
deux parties. Elle est égale à la différence entre les valeurs actualisées des flux à recevoir et à
régler. Pour le calcul, on utilise une courbe de taux provenant de la courbe des taux des titres
d’État, augmenté d’un taux dit « spread » lié au payeur du taux variable. Il s’agit d’une prime de
risque exigée par le payeur du taux fixe.
S’agissant du marché, les swaps sont négociés exclusivement de gré à gré. Il y a signature d’un
accord-cadre, qui structure l’opération et définit les règles générales appliquées par la suite à
toutes les opérations. L’accord-cadre est standard et proposé par l’organisme ISDA (International
Swaps and Derivatives Association).
Les confirmations échangées et l’accord en question synthétisent les caractéristiques de l’opération
ponctuelle (nominal, durée, taux, etc.). Les opérations particulières sont adaptées à volonté, entraî-
nant une grande variabilité des transactions.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
38 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Les opérations sont dites « collatéralisées » car, les swaps se négociant de gré à gré, il n’y a pas de
chambre de compensation ni d’intermédiaire, ce qui augmente le risque de contrepartie.
Il existe de nombreux produits swaps comme les « cross currency swap » qui sont des swaps de
taux dans lesquels les deux jambes sont libellées dans des devises différentes. Dans ce cas, les
montants nominaux des deux jambes font l’objet d’un échange au début et à la fin du contrat.
Cet instrument est principalement un produit dérivé de taux, à la différence du swap de change
qui est un dérivé de change.
Il existe également le swap OIS (Overnight Indexed Swap) dans lequel la jambe variable est
indexée sur un taux au jour le jour et les intérêts capitalisés sur la jambe variable. Dans ce type
d’accord la durée de vie du contrat, autour d’un an, est beaucoup plus courte que dans les
swaps de taux « classiques ».
Le produit swap appelé swaption ou option sur swap est une option, donc un contrat, donnant à
l’acheteur, moyennant le paiement d’une prime, le droit, mais non l’obligation, de réaliser une
opération sur un swap avec des caractéristiques prédéfinies lors de la négociation de l’option,
ceci pendant une période de référence.
S’il existe de nombreux types de swap, cet ouvrage ne s’intéressera pour le principe qu’au swap
de taux le plus répandu.

■ Le principe du swap de taux


On parle de swap de taux (plain vanilla) ou swap de taux vanille, pour un contrat de gré à gré qui
permet d’échanger, sur la base d’un montant nominal, les flux d’intérêts calculés sur un taux fixe
contre les flux d’intérêts calculés sur un taux variable.
En échange de quoi, l’entreprise contrepartie reçoit des intérêts à un taux variable sur le même
nominal (principal) et ce pendant la même durée.
Le taux variable le plus répandu pour l’utilisation des swaps vanilla est le taux LIBOR, c’est le taux
offert pour différentes devises dans les échanges entre banques pour différentes échéances courts
termes.
Pour exemple, soit un swap à 5 ans avec un taux LIBOR 6 mois plus 50 points de base. L’obligation
échoit après 10 périodes de 6 mois.
Après chaque période le coupon payé est déterminé à partir du taux LIBOR 6 mois prévalant à
cette date et auquel on ajoute 0,5 %.
Le produit swap de taux revêt de nombreux intérêts pour une institution bancaire ou privée. Les
stratégies d’utilisation sont multiples.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 39

■ L’utilisation des swaps


a) Utilisation des produits sur swaps
Ces produits sont utilisés pour les applications suivantes :
– optimisation des conditions financières d’une dette ;
– conversion des conditions financières d’une dette ;
– création de produits synthétiques ;
– couverture du risque de taux d’intérêt.
b) Optimisation des conditions financières d’une dette
Prenons le cas de deux entreprises A et B de rating différent, donc de conditions d’emprunt diffé-
rentes. Si l’écart entre leurs conditions à taux fixe est différent de l’écart entre les conditions négo-
ciables à taux variable, alors les entreprises peuvent optimiser leurs conditions d’emprunt en
contractualisant un produit swap.

Exemple
A et B ont les conditions d’endettement suivantes sur le marché :
- A : 10 % à taux fixe et Euribor+ 1,5 % avec un notionnel de 10 millions d’euros et une matu-
rité de 5 ans ;
- B : 8,5 % à taux fixe et Euribor + 0,5 % pour les mêmes caractéristiques d’emprunt.
B a 1,5 % au-dessus de A avec un taux fixe, et 1 % au-dessus du taux variable.
La différence entre les conditions à taux fixe et celles à taux variable pour ces deux parties est
0,5 %.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
40 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Exemple
L’entreprise B souhaite s’endetter à taux variable et A à taux fixe. Deux options s’offrent à
elle : endettement à Euribor+ 0,5 % et A à 10 % ou emprunt à 8,5 % et A à Euribor
+ 1,5 %. A et B auront donc un contrat swap ou B paie à A Euribor + 0,75 % et reçoit de A
le fixe à 9 %.
L’opération de financement est résumée dans le tableau suivant :

ENTREPRISE A ENTREPRISE B
Financement - Libor 15 % -8 %
Jambe A vers B -9 % 9%
Jambe B vers A Libor + 0,75 % Libor + 0,75 %
Coût -9,75 % - Libor + 0,5 %
Sans swap -10 % - Libor + 0,5 %
Gain 0,25 % 0,25 %

Pour chaque entreprise, les conditions financières sont meilleures. L’écart de 0,5 % qui existait
entre les conditions à taux fixe et à taux variable de A et B a été partagé entre les deux
parties.

Les entreprises peuvent aussi émettre des obligations à taux fixe de maturité moyen ou long terme
pour se financer.
Un « Cash manager », ou gestionnaire de trésorerie, qui anticipe une baisse des taux souhaitera
convertir son endettement à taux fixe en un endettement à taux variable et donc utiliser un swap
dans lequel son entreprise paiera la jambe fixe et recevra la jambe variable.
c) Convertir les conditions financières d’une dette
Exemple : le 25/05/00, l’entreprise A a émis une obligation de montant principal 10 millions de
sterlings, de maturité 5 ans, de taux de coupon 7 %. Cette entreprise qui anticipe une baisse des
taux souhaite transformer sa dette à taux fixe en une dette à taux variable. Les conditions sur le
marché pour un swap Libor6 mois de maturité 4 ans sont les suivantes : Libor contre 5,5 % ou
Libor+ 1,5 % contre 7 %.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 41

d) Conversion des conditions financières d’une dette


Exemple : une banque détient un portefeuille d’obligations long terme à taux fixe 7 %. Le finance-
ment a été réalisé à l’aide de l’émission de papier à 4 ans à Euribor 1 an + 0,2 %. Si l’Euribor 1 an
dépasse 6,8 %, le coût de financement sera supérieur au taux de coupon perçu sur le portefeuille
obligataire. La banque qui souhaite bloquer la marge au-delà du coût de financement contractua-
lise un swap qui lui permet de recevoir la jambe variable à Euribor 1 an et payer la jambe fixe à
6 %. La banque peut alors se garantir ainsi une marge de 0,8 % au-delà de son coût de
financement.
e) Création de nouveaux produits financiers avec les swaps ou « assetswap »
Exemple : une entreprise de rating BBB qui a émis des obligations de taux de coupon 10 % et de
maturité 4 ans. Un investisseur qui anticipe une hausse des taux courts va contractualiser une obli-
gation synthétique avec cette entreprise qui délivre le Libor à un an plus marge. L’idée est
d’acheter l’obligation de l’entreprise en entrant en même temps dans un swap où l’investisseur
reçoit la jambe variable Libor à 1 an et paie la jambe fixe. Le taux de swap coté par le marché
est égal à 6 %. L’obligation synthétique délivre ainsi Libor + 4 %.
Soit un swap 3 ans initié entre deux entreprises, au 4 mars 2012, 6 mois après la finalisation du
contrat.
L’entreprise A doit payer 2,5 M€ à B qui représente l’intérêt sur 6 mois de 100 M€. L’entreprise B
doit payer à A l’intérêt au taux LIBOR 6 mois du 5 mars sur le même nominal soit 100 M€. Le taux
était de 4,2 % B doit payer 2,1 M€ à A.
Le deuxième échange se fera au 5 mars 2013. À doit payer de nouveau 2,5 M€ à B qui paie
l’intérêt au LIBOR 6 mois constaté au 5 septembre 2012. Si ce taux est par exemple de 4,8 %,
l’entreprise B devra payer 2,4 M€.
En totalité, 6 flux sont échangés sur 3 ans, les paiements de l’entreprise A seront fixes et de
2,5 M€ alors que ceux de B seront variables selon l’évolution du taux LIBOR 6 mois.
Seule la différence de flux est échangée, le principal ne servant que de base de calcul des intérêts
qui seront versés.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
42 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Avec le tableau de flux associé :

Date LIBOR 6 mois (%) Flux variable Flux fixe Flux net
5 mars 2012 4,2
5 septembre 2012 4,8 2,1 -2,5 -0,4
5 mars 2013 5,3 2,4 -2,5 -0,1
5 septembre 2013 5,5 2,65 -2,5 -0,15
5 mars 2014 5,6 2,75 -2,5 -0,25
5 septembre 2014 5,9 2,80 -2,5 -0,30
5 mars 2015 6,4 2,95 -2,5 -0,45

On remarque que les échanges de la 3e colonne sont ceux d’une position longue sur une obliga-
tion à taux variable et ceux de la 4e colonne d’une position courte sur une obligation à taux fixe.
Un swap est donc bien un produit que l’on peut valoriser comme la combinaison de deux obliga-
tions et les échanges associés.
Les swaps de couverture et les swaps spéculatifs n’ont pas le même intérêt. Dans un premier cas,
ils sont adossés à une situation existante de dette, de placement ou de résistance à une évolution
anticipée ou crainte ; et, dans le second cas, la position est prise pour elle-même par simple pari
spéculatif.
Dans sa nature, le contrat swap est un produit financier de couverture inconditionnelle en raison
de sa combinaison de série d’opérations à terme.
Comme tous les produits financiers, les produits swap doivent faire l’objet d’un pricing avant
commercialisation (trading).

■ Pricing d’un swap


À l’instant où un swap est contractualisé, sa valeur est équivalente à zéro ; ensuite, elle peut
devenir négative ou positive. L’évaluation d’un swap peut être considérée comme celle d’un porte-
feuille d’obligations ou d’un future sur taux.
Nous retiendrons, pour exemple, la comparaison avec le contrat future sur taux, produit que nous
avons étudié plus haut.
Soit donc un accord d’application d’un taux défini pour un principal donné à une période future
spécifiée dans le contrat. Ce contrat future est donc un accord d’échange entre un taux déterminé
et un taux de marché pour une période définie.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 43

On peut évaluer ce contrat future en supposant que les taux du contrat future seront effective-
ment les taux spots futurs. Ainsi, pour chaque taux Libor déterminant le cash-flow du swap, on
calcule le taux forward qui lui correspond puis on évalue chaque cash-flow en supposant que le
taux LIBOR futur sera le taux futur observé aujourd’hui ; on en déduit la valeur du swap comme
la somme de ces cash-flows actualisés avec la courbe LIBOR/SWAP.

a) Décompte des jours


Soit le cash-flow suivant pour un swap à 3 ans de principal 100 millions à taux fixe 5 % et taux
variable LIBOR 6 mois.

Date LIBOR 6 mois (%) Flux variable Flux fixe Flux net
5 mars 2012 4,2
5 septembre 2012 4,8 2,1 -2,5 -0,4
5 mars 2013 5,3 2,4 -2,5 -0,1
5 septembre 2013 5,5 2,65 -2,5 -0,15
5 mars 2014 5,6 2,75 -2,5 -0,25
5 septembre 2014 5,9 2,80 -2,5 -0,30
5 mars 2015 6,4 2,95 -2,5 -0,45

Le mode de calcul du décompte des jours a une influence non négligeable sur le paiement d’un
swap. Soit un taux LIBOR 6 mois, le taux est exprimé en base exacte sur 360 jours. Le premier
paiement du swap calculé avec un LIBOR de 4,2 % était de 2,1 M€. Ce calcul sur 6 mois, soit
0,5 an, n’est pas tout à fait exact car il y a 184 jours entre le 5 mars 2005 et le 5 septembre de la
même année. Le paiement sera en fait 2,1467 M€ soit 110 x 0,042 x (184/360).
Le flux (appelé aussi jambe) variable d’un swap sur LIBOR est donc L x r x n/360 ou l, r et n sont
respectivement le principal, le taux LIBOR et le nombre de jours depuis le paiement. Pour le taux
fixe, on retient la base exacte/365 qui est la plus courante. Ainsi pour comparer taux fixe et taux
variable, il faut les multiplier pour passer de l’un à l’autre par 360/365.

b) Approche classique du marché


L’approche classique présuppose que les taux variables futurs de la jambe variable sont égaux aux
taux forward calculés à la date d’évaluation du swap. Lorsque la maturité du taux variable se
rapproche de la durée entre deux paiements de la jambe variable, cette hypothèse se confirme.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
44 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Sinon l’hypothèse est défaillante, et un modèle de taux doit être mis en place pour calculer l’espé-
rance du taux futur.
Soit un swap de montant principal N.
La jambe variable délivre m flux aux dates Tj pour j = 1 à m
La jambe fixe de taux C délivre un flux aux dates Tki pour i = 1 à n. Avec K le rapport entre la
fréquence annuelle de paiement sur la jambe variable et la fréquence annuelle de paiement sur
la jambe fixe.
On a kn = m. Vj est le taux variable constaté en Tj-1 et payé en Tj.
Tj-Tj-1 est le nombre de jours compris entre le jiéme et le (j-1)ème paiement.
Le prix de ce swap à la date t = 0 s’exprime comme une somme de flux actualisés du swap, pour
un règlement de la jambe variable et une réception de la jambe fixe :
     
n T ki −T ki−1 m T j −T j−1
SWAP t ¼ N∙ ∑ C∙ ∙Bðt; T ki Þ− ∑ V j−i ∙ ∙Bðt; T j Þ
i¼1 360 j¼1 360
L’exercice consiste à remplacer Vj-1 par sa valeur forward F(t, Vj-1) calculée à la date t = t0
Soit alors le prix :
     
n T ki −T ki−1 m T j −T j−1
SWAP t ¼ N∙ ∑ C∙ ∙Bðt; T ki Þ− ∑ Fðt; V j−1 Þ∙ ∙Bðt; T j Þ
i¼1 360 j¼1 360
Lorsque la maturité du taux variable est similaire ou approche la durée comprise entre deux règle-
ments, F(t, Vj-1) s’exprime ainsi :
 
Bðt; T j−1 Þ 360
Fðt; V j−1 Þ ¼ −1 ∙
Bðt; T j Þ T j −T j−1
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 45

L’équation du prix du produit swap peut s’écrire :


   
n T ki −T ki−1 m
SWAP t ¼ N∙ ∑ C∙ ∙Bðt; T ki Þ− ∑ Bðt; T j−1 Þ−Bðt; T j Þ
i¼1 360 j¼1

Soit alors :
    
n T ki −T ki−1
SWAP t ¼ N∙ ∑ C∙ ∙Bðt; T ki Þ− 1−Bðt; T m Þ
i¼1 360
On a :
 
T ki −T ki−1
¼1
360
Donc la formule de calcul d’un swap devient :
n  
SWAP t ¼ N∙f ∑ C∙Bðt; T ki Þ− 1−Bðt; T m Þ g
i¼1

Et donc :
n  
SWAP t ¼ N∙f ∑ C∙Bðt; T ki Þ þ Bðt; T m Þ g−N
i¼1

La valorisation d’un swap de montant notionnel N correspond à celle d’une obligation à taux fixe
de maturité identique à celle du swap et de même montant nominal que le swap. Valorisation à
laquelle on soustrait le montant nominal du swap, à une date t fixée. Le taux fixe est déterminé
de telle façon que la valeur du swap est nulle.
On cote donc le swap avec le taux fixe appelé taux de swap.

En pratique
Soit un swap standard de montant notionnel 1 000 000 d’euros de maturité 10 ans qui reçoit
un taux Euribor 3 mois et qui paye un taux fixe à 5 %. On fait pour hypothèse que la courbe
des taux est plate à 5 %. Le prix du swap est donc égal au prix d’une obligation à taux fixe
5 % de maturité 10 ans et de montant notionnel 1 000 000 d’euros, soit 1 000 000 car le
taux de coupon est égal au taux de rendement à maturité diminué du montant nominal du
swap.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
46 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

c) Swap non standards


Il existe 3 catégories de swaps :
– les swaps dits amortissables dont le montant principal diminue au cours du temps ;
– les swaps « accrediting swaps » dont le montant augmente au cours du temps ;
– les swaps « roller coaster swaps » dont le montant notionnel peut diminuer et augmenter selon
la période permettant ainsi d’ajuster l’évolution du montant principal à ce qu’il est pour un
endettement.
En outre, les swaps « Basisswaps » sont des swaps d’échange de deux jambes variables. Les taux
variables peuvent être échangés sur deux marchés de taux différents avec éventuellement des
maturités différentes, ou sur le même marché mais pour des maturités différentes.
On mentionnera également le swap CMS ou CMT qui est un swap d’échange de deux jambes
variables, l’une étant un taux Euribor et l’autre le taux de swap d’un swap de maturité constante.
Il existe aussi un swap à départ différé qui ne commence pas à la date où est conclu le swap mais
à une date ultérieure.
Le swap dit « swap de courbe » est un swap d’échange de jambes pattes variables pour lequel les
deux contreparties échangent la différence entre deux taux d’une même courbe mais pour des
maturités différentes. On prendra pour exemple un swap de bons du trésor maturité 6 mois
contre un taux CMT à 5 ans.
Il existe aussi le « swap zéro-coupon » qui permet l’échange d’une jambe fixe ou variable réglant
périodiquement des flux contre une jambe fixe ou variable réglant un seul flux.

3 Les options
■ Généralités
Une option se définit par un contrat qui confère à son propriétaire le droit d’acheter (call) ou
vendre (put) durant un terme défini une certaine quantité d’un sous-jacent, avec une contrepartie
qui a l’obligation de procéder à la transaction si le détenteur de l’option décide d’y procéder.
Les sous-jacents considérés peuvent être des actions, devises, taux d’intérêt et même dérivés de
taux ou des commodités agricoles, métaux, produits énergétiques, etc.
Le sous-jacent peut être un produit à règlement au comptant ou à terme.
Le fait de procéder à l’opération est appelé « l’exercice » et le prix négocié par avance : « le strike »
de l’option.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
CHAPITRE 2 – Les instruments classiques 47

On définit la durée du contrat comme étant la maturité (maturity period ou expiration date). Le
contrat de l’option doit alors spécifier une heure limite d’exercice de l’option. On distinguera par
ailleurs deux types d’options : les options américaines dont l’exercice peut se produire à tout
moment jusqu’à la date d’expiration et les options européennes dont l’exercice ne peut se
produire qu’à la date précise de l’échéance. On distinguera également deux modes de livraison :
la livraison physique ou non du sous-jacent et la livraison en cash. On qualifiera le détenteur de
l’option de buyer et le vendeur (seller) d’émetteur de l’option.
Il existe quatre alternatives dans l’utilisation de l’option. En effet, on peut être détenteur ou
vendeur d’une option qui peut être d’achat ou de vente, ce qui fait 4 combinaisons possibles.
Quelle que soit la combinaison choisie, une prime (premium) sera versée au détenteur de l’option
et ceci qu’elle soit exercée ou non à la vente comme à l’achat. C’est la rémunération de l’acheteur
pour l’obligation qu’il offre. Cette prime est le reflet de l’asymétrie du contrat d’option.
international.scholarvox.com:ENCG Marrakech:1022635872:88840830:41.251.132.15
48 L’ESSENTIEL DES PRODUITS FINANCIERS DÉRIVÉS

Lors de l’achat d’option, on obtient le droit de prendre position sur un sous-jacent choisi : s’il s’agit
d’un call, nous avons le droit d’acheter le sous-jacent au prix d’exercice à l’échéance ou avant
celle-ci ; si c’est un put, c’est un droit de vendre le sous-jacent au moment de l’échéance ou
avant son expiration.
On peut également vendre l’option à un autre acheteur pendant sa durée de vie ou la laisser
expirer sans valeur. La vente pour ouvrir une position courte d’option nécessite d’honorer le
contrat si l’acheteur souhaite exercer l’option. À la vente d’un call, obligation est faite de vendre
le sous-jacent au prix d’exercice s’il est assigné.