Vous êtes sur la page 1sur 66

2.

Les ingrédients cosmétiques

Dr Sylvie Bégu, MCU,


UMR 5253, équipe des matériaux avancés pour la catalyse et la santé

Année 2018-2019

1
Ingrédient vient du latin ingredi : « qui entre dans »
Ensemble des matières premières qui doivent figurer sur les emballages des produits
cosmétiques

Ingrédients cosmétiques (8000):

- matières premières ou actifs (pas action pharmacologique = médicament)


: action mécanique (filmogène) ou protection (filtre solaire)

- ingrédients technologiques (2/3 des ingrédients): conservateurs,


antioxydants, tensioactifs, émollients, viscosants, colorants, humectants, parfums.

2
• Origine animale : lanoline, produit de la ruche : cire d’abeille, miel, les dérivés du lait,
carapace crustacés (chitosane)

Ex : tenseur : interdiction du sérum albumine d’origine bovine


remplacé par protéine de blé de haut poids moléculaire

• Origine végétale : huile olive, soja, ricin

• Issu des biotechnologies

Ex : acide hyaluronique : extrait de la crête de coq remplacé par pdt issu de


biotechnologie

• Produit bio : pdt d’origine végétale ou dérivés d’origine végétale

3
• Ingrédients frontières

- DHEA

- Botox like (cours soin visage)

Structure proche d’actifs avec activité pharmacologique reconnue

4
• Ingrédients critiques : pourquoi et conséquences

« Opinion du CSSC concluant qu'un ingrédient cosmétique "n'est pas sûr" ou que "sa
sécurité ne peut être évaluée" signifie, à terme (et même si le processus peut
prendre jusqu'à plusieurs années), une restriction voire une interdiction par l'Union
Européenne de son utilisation dans les produits cosmétiques.

Mise au ban d'une substance dans un pays hors Europe a des répercussions sur la
composition des produits, pour garantir une "formule Monde" et un export plus
facile.

Si ingrédient cosmétique fait trop régulièrement les Unes de la presse grand public =
évité par les consommateurs et refusé par les services marketing (avant même que
les autorités politiques des différents pays se saisissent du dossier). »

CSSC : comité Scientifique Européen pour la Sécurité des Consommateurs


• Ingrédients critiques
• Ingrédients critiques
Catégories d’ingrédients

1.Substances lipophiles : Corps gras


les hydrocarbures
les silicones
les triglycérides : savons
les cires
les acides, alcool et esters d’acide gras : rouge à lèvres

2.Substances amphiphiles
Tensio actifs : émulsions

3.Substances hydrophiles
Eau
Humectants
Gelifiants

4.Les additifs : colorants et conservateurs

8
1. Les corps gras
Origine naturelle : animale, végétale ou minérale
Origine synthétique

Rôles et effets des corps gras

• Dans l’émulsion : facteur de croissance


tenue au froid
1. Les corps gras

aspect lisse

• A l’application : étalement et glissement sur la peau


pénétration cutanée améliorée

• Action sur la peau : effet occlusif


effet lubrifiant
effet émollient/hydratant

Mode d’action sur la peau : incorporation au film hydrolipidique


combinaison avec les lipides de l’épiderme

Émollient : effet de ramollir et relâcher les tissus


10
Catégories de corps gras utilisés en cosmétique
1. Les corps gras

1. les hydrocarbures
huile de paraffine
vaseline
2. les silicones
3. les triglycérides
4. les cires
5. les acides, alcool et esters d’acide gras

11
1. Les hydrocarbures (dérivés du pétrole)

Entrent dans la composition des produits anhydres et dans la phase grasse


des émulsions.

Confèrent des propriétés d’étalement et de véhicule pour les PA lipophiles


1. Les corps gras

Très utilisées en cosmétique car


- bas prix de revient
- inertie chimique
- facilité d’émulsification
- consistance variable : huileuse, pâteuse ou consistante

MAIS sujet à controverse

12
 Huiles de paraffine (huile minérale)

Alcanes à chaîne droite (CnH2n+2) obtenus en raffinerie à partir du pétrole.

- Paraffine solide : cires (n=20 à 40)


- Paraffine liquide (n=8 à 19) INCI : paraffinum liquidum
1. Les corps gras

incolore, inodore (chaine saturée donc pas de pb d’oxydation)


viscosité variable, toucher gras
qualité pharmaceutique : inscrites Pharmacopée Européenne
propriété occlusive très connue
restent en surface : pas de pénétration cutanée

base de formulation : 80% des préparations


laits démaquillants, laits de toilette pour bébé
émulsion hydratante et protectrice H/E ou E/H

Produits « OIL FREE » : formulés sans huiles minérales classiques


13
Substituts des paraffines liquides

Homologue ramifié : INCI isoparaffine (Isopar®) ou isohexadécanes


1. Les corps gras

Ou bien remplacement par


- triglycerides synthétiques
- huiles végétales pures ou modifiées
- esters gras synthétiques

14
Paraffine microcristalline

Cire très dure


Point de fusion 80°C

Entre dans la formulation (base blanche) des rouges à lèvres pour sa dureté
et son brillant
1. Les corps gras

Emulsion : stabilisant, contrôle viscosité

Aqua, Paraffinum liquidum, Cera microcristallina,


Glycerin, Lanolin alcohol (Eucerit®), Paraffin,
Panthenol, Decyl oleate, Octyldodecanol,
Aluminum stearates, Citric acid, Magnesium
sulfate, Magnesium stearate, Parfum, Limonene,
Geraniol, Hydroxycitronellal, Linalool, Citronellol,
Benzyl benzoate, Cinnamyl alcohol

15
 Vaselines

Alcanes à chaîne droite (CnH2n+2) : raffinerie à partir du pétrole.


Dénomination INCI : (white) petrolatum

incolore, inodore
1. Les corps gras

peu employées dans cosmétiques européennes car très occlusives,


collantes, grasses et luisantes mais antidéshydratant, emollient
très utilisées aux US

facteurs de consistance (E/H)

Mustela : Crème émolliente :


Aqua (Water), Glycerin, Petrolatum, Hydrogenated vegetable oil,
Cyclopentasiloxane, Caprylic/Capric triglyceride, Sucrose distearate, Dextrin,
Helianthus annuus seed oil unsaponifiables, Prunus domestica seed extract, 1,2-
Hexanediol, Candelilla cera, Squalane, Sucrose stearate, Dimethiconol, Glyceryl
caprylate, Xanthan gum, Glucose, Sorbitol, Citric acid, Ceramide 3,
Phytosphingosine. 16
Catégories de corps gras utilisés en cosmétique
1. Les corps gras

1. les hydrocarbures
2. les silicones
3. les triglycérides
4. les cires
5. les acides, alcool et esters d’acide gras

17
2. Les silicones

Production :

A partir de la silice, broyée, mélangée à du chlorure de methylène, montée à des


températures extrêmes (production des chlorosilanes), distillée puis hydrolysée
= polymères organo-siliciques
1. Les corps gras

Non autorisées par Ecocert : recherche de substitut dans nombreux domaines :


crème, shampoing, maquillage…

18
Catégories de silicones : configuration, taille, degré de réticulation :

- Polymères cycliques ou linéaires à courte chaîne (ou PDMS polydimethyl


siloxane): volatiles : améliore le toucher (sensation de glissant) et le fini (plus sec,
moins gras). Faciles à manipuler.
INCI :cyclomethicone, cyclopentasiloxane

- Silicones non volatiles : rèsine ou dispersion d’élastomère de silicone :


substantivité (shampoing)
1. Les corps gras

19
Applications

- 1950 avec PDMS (polydimethyl siloxane) : protection de la peau

- 1970 : anti-transpirant avec siloxane de faible PM (légèté de l’application et pas de


tâches)

- 1990 : produits capillaires :


1. Les corps gras

formulation dans shpg/ après shpg 2 en 1


réduit le temps de séchage
produits « oil free » pour la peau
maquillage : diminution du phénomène de transfert,
démaquillant (silicone de faible PM)

- 2000 : élastomères de silicones


produit capillaires plus lumineux et meilleure tenue de la couleur
douceur des crèmes
produits solaires : résistance à l’eau et augmentation SPF (alkylmethyl siloxane)
maquillage : effet mat (élastomère de Si) ou brillant (phenyl silicone : haut
indice de réfraction)
3 types de silicones utilisées en cosmétologie:

- diméthicones : caractéristiques classiques des silicones:


hydrophobie, inertie chimique et stabilité à la température (volatile,
fluide)
1. Les corps gras

- phényldiméthicones : formulation des émulsions : facilitent étalement


et résistance à l’eau

- cyclométhicones : (silicones volatiles) : formulation des produits de


maquillage (résistance à l’eau) et des huiles sèches

21
1. Les corps gras

22
Catégories de corps gras utilisés en cosmétique

1. les hydrocarbures
2. les silicones
1. Les corps gras

3. les triglycérides
3.1 huiles végétales
3.2 huiles animales
3.3 beurres
3.4 huiles hémi synthétiques

4. les cires
5. les acides, alcool et esters d’acide gras

23
3. Les triglycérides
+/- saturés
+/- saponifiables

Origine naturelle, végétale ou animale ou synthétique


1. Les corps gras

Triester de glycérol

TG naturel : condensation de 3 chaines d’AG plus ou moins insaturés et d’un


glycérol
végétal : nombre pair d’atomes de C
animal : nombre impair d’atomes de C

TG synthétiques : obtenus à partir d’AG saturés donc + stables

24
3.1 HUILES VEGETALES

 TG d’acide gras insaturés

 Huiles de type oléique


C18:1
olive, arachide, amande, noisette
difficiles à émulsionner
1. Les corps gras

 Huiles de type linoléique


C18:2
tournesol, maïs, noix, raisin

 Huiles de type linolénique


acide linolénique
C18:3
bourrache, onagre
conservation difficile
luttent contre sécheresse cutanée

Linoleique et linolenique constituent les AG essentiels (AGE) ou


acides gras polyinsaturés (AGPI) 25
Cas particulier : huile de ricin C18:3 : la plus polaire des TG naturels
- miscible à l’éthanol
- siccatif (accélère le séchage)
- agent de brillance dans les rouges à lèvres
- base de produit de synthèse tels que émulsionnants
1. Les corps gras

 TG d’acide gras saturés

Beurres végétaux :

C12 : acide laurique : huile de palme


C14 : acide myristique : huile de coco

26
Innovation dans extraction des huiles végétales

• CO₂ supercritique :
exigences du marché : durable, non-toxique, non-inflammable, stable,
incolore, inodore, performant… Mais limites avec composés polaires ou
1. Les corps gras

des matières à teneur en eau élevée.

Extraction enzymatique
Améliorer l'extraction des molécules avec enzymes sp sur pectines et
celluloses par l'hydrolyse des parois cellulaires des végétaux.
Ex : cellulases, hémicellulases, pectinases, protéases…

27
• Solvants NaDES : DES (solvants eutectiques profonds) naturels.

Eutectique : mélange de deux corps purs qui fond à température constante


et se comporte comme un corps pur.
1. Les corps gras

NaDES = solvants naturels, découverts en 2012 (Pr. Robert Verpoorte de


l'Université de Leiden aux Pays-Bas) : mélanges de sucres, aminoacides,
acides organiques et bases dans certains ratios moléculaires ex : l'acide
malique et la choline
Intérêt : permettent d'obtenir des liquides à une température inférieure
100° C.
ex : chlorure de choline (Tf = 302° C) et urée (Tf = 133° C) dans un ratio de
1:2, une solution limpide incolore avec un point de fusion de 12° C.

Les NaDES cosmétiques


Gattefossé, Naturex

28
1. Les corps gras

29
1. Les corps gras

30
Avantages des huiles végétales

Remplacement des huiles minérales


1. Les corps gras

Peu occlusives

Affinité forte pour les lipides intercellulaires du SC

Nombreuses propriétés : ex : riches en APGI : participent à la protection


et restructuration des lipides

« Image de produit naturel »

31
Agent de texture
- améliore étalement
- augmente la pénétration cutanée
- diminue l’effet collant
- diminue le blanchiment
1. Les corps gras

Propriétés adoucissante et émolliente


Produit pour bébé, peau sensible : huile d’amande douce
Rouge à lèvre : huile de ricin (la plus polaire)
INCI : hydrogenated castor oil

Propriétés actives : produits anti âge


Huile d’avocat, macadamia, jojoba : riche en vit A, E et C
Huile de bourrache (INCI : oenothera biennis oil)
Huile onagre : sècheresse cutanée
Inconvénients des huiles végétales
1. Les corps gras

- si insaturées :auto oxydation : formation de peroxyde et


de produits secondaires (aldéhydes, cétones) : modification des
caractères organoleptiques

- hydrolyse : chimique ou enzymatique


glycérol + AG

- contrainte technologique : difficiles à émulsionner

33
3.2. HUILES ANIMALES

- Huile de squales (nom INCI : squalene)


Riches en AGPI
1. Les corps gras

Protection des espèces (huile de foie de requin) et pollution marine


Donc substitution par des huiles végétales : olive, son de riz (au Japon), soja, germes
de blé : phytosqualane ou vegetable squalane.

Propriétés :
- incolore, inodore, ne rancit pas
- restaure la souplesse et la flexibilité de la peau
- toucher non-gras
- cicatrisant et émollient

34
3.3. BEURRES

Triglycérides de consistance pâteuse à bas point de fusion


Mélange AG insaturés et AG saturés (confèrent le caractère plus solide au
beurre)

Beurre de cacao (nom INCI : theobroma cacao)


1. Les corps gras

Beurre de karité (fruits) : émulsion


Beurre de coprah (nom INCI : coco nucifera oil) (plus fleur de tiaré =Monoi® ) :
savon et crème à raser
Huile de palme (nom INCI : palm acid) : riche en b carotène
et a tocophérol

Rôles:
- adhérence et cohésion des produits anhydres, sticks, rouges à lèvres
- hydratation, corps et cheveux
- agent de consistance

35
3.4. HUILES HEMI-SYNTHETIQUES (à partir d’huiles naturelles)

Avantages :
Reproductibles et stables
Même structure que les TG d’origine naturelle
Viscosité constante et toucher moins gras que les huiles naturelles
1. Les corps gras

Obtention :
Hydrogénation : saturation des doubles liaisons des TG naturelles
ex : huile de ricin hydrogénée : solide, point de fusion à 60°C,
facteur de consistance

Oxyéthylénation, Estérification, Glycosylation

Exemples :
Miglyol® 812 : triglycérides caprylique-caprique
Labrafil® (Gattefossé)

36
Catégories de corps gras utilisés en cosmétique
1. Les corps gras

1. les hydrocarbures
2. les silicones
3. les triglycérides
4. les cires

5. les acides, alcool et esters d’acide gras

37
4. Les cires
3 types de cires
 hydrocarbures (petrochimie)
ozokérite, cérésine

 esters gras (condensation d’acides et d’alcools gras à C>20)


1. Les corps gras

- cire d’abeille : base des cold creams, rouge à lèvre (6 à 8%)


(démoulage et brillance)
animal
- blanc de baleine (remplacé par huile de jojoba) : cold creams
- lanoline : sébum de mouton: émollient, hydratant, adoucissant,
absorbe 2 à 7 fois son poids en eau

- cire de carnauba : exsudat des feuille d’arbre brésilien :


base rouge à lèvre : cire la plus dure
végétal
- cire de candelilla : arbre du Mexique : base autoémulsionnant

 substituts synthétiques

38
- Cires :

- Substances solides
- Solubles dans solvants organiques
- Pas ou peu sensibles à l’oxydation
1. Les corps gras

- Rôles des cires

Facteurs de consistance (pâteuse ou dureté):


cire dépilatoire, stick, rouge à lèvre

Formulation d’émulsion E/H ou auto émulsionnant

Filmogènes, occlusives

39
Application de formulation à base de corps gras : Les rouges à lèvres

-produit de maquillage ancien (antiquité) raisin vermillon


lèvres
rougesààlèvres

-très utilisé, mais en diminution


-produit très complexe à réaliser
-suspension, 10% poudre
Lesrouges

-attentes très variées des consommatrices mais rouge tendance


2.Les

-2 principaux constituants =
base (corps blanc, base anhydre)
et pigments

Puis dispersion les colorants, parfums, antioxydants et éventuellement certains


principes actifs.

40
Formule souvent complexe (quinzaine de composants) car

- plasticité + onctuosité : solide à la température ambiante,


mais assez souple pour être étalée facilement
Les rouges à lèvres

- aptitude à être coulée (70°C < t° < 100), mais doit résister à la
chaleur.

- stabilité dans le temps (3 ans pour la réglementation


sans rancissement, décomposition, dénaturation).

- texture agréable sur les lèvres (base blanche qui détermine


presque à elle seule la texture du rouge à lèvres final).

41
Qualités requises

• Utilisation

- Application facile
donner une surface homogène
Les rouges à lèvres

laisser un film homogène en coloration


ne doit pas casser

- Adhérence
adhérence suffisante (durée)
résister à l’essuyage (kissproof)
résister à l’eau (waterproof)
cependant démaquillage ne doit pas agresser les lèvres

- Caractères organoleptiques

odeur et goût agréables


pas de sensation de gras ou de collage
même teinte coloration inaltérable (ne vire pas)
42
• Sécurité

- innocuité, allergies
Les rouges à lèvres

- irritation ou desquamation
- allergies responsables de 85% des dermites des lèvres +
colorants + corps gras minéraux, lanoline + parfums

• Rôles

coloration
protection
hydratation

43
Composition de la base

Association de corps gras (85%) et de charges

Trois types de corps gras dans la base

(1) huiles : liquides à temp ambiante


lèvres
rougesààlèvres

rôles : liant de la préparation


donne de la douceur à l’application
qualité du film obtenu
Lesrouges

ex : huile de ricin, de tournesol ou les beurres (cacao, karité)


2.Les

(2) pâteux : point de fusion entre 20 et 40°

rôle : donne le fondant à l’application

(3) cires : point de fusion entre 40 et 100°

rôles : obtention de la forme stick (raisin)


augmente la viscosité des huiles
ex : cires de candelilla ou de carnauba, cire d’abeille
Les charges

Ajouter des propriétés au corps blanc

Kaolin : absorbe les huiles


lèvres
rougesààlèvres

Argile : gélifiant : évite la migration vers les rides perilabiales


Silice : gélifiant
Amidon : matifiant
Lesrouges

Talc : diminue l’impression de dureté à l’application


Mica : durcit le stick et donne des reflets
Polymères : absorbent les huiles
2.Les
Les pigments

Rôle : donner de la couleur au maquillage

Poudres finement micronisées, reparties de façon


Les rouges à lèvres

homogène dans le corps blanc

Trois types :
-Oxydes minéraux :
oxyde de fer : couleur allant du rouge au noir
en passant par le jaune et le marron
oxyde de titane : blanc

-Laques organiques : grande diversité de couleur : ce sont des colorants organiques


en solution qui sont ensuite précipités sur un support (alumine)

-Pigments purs (rarement utilisés)


Autres additifs

Les parfums
= Innocuité, aptitude à se marier au corps gras et à couvrir les odeurs,
résistance à la chaleur sans dénaturation.
Les rouges à lèvres

(utilisés à 0,5 à 1%)

Les conservateurs
= non obligatoires

Les antioxydants
= inhibent l’oxydation des corps gras, utilisés seuls ou en mélanges.
. BHA (Butylhydroxyanisole)
. BHT (Butylhydroxytoluène)
. palmitate d’ascorbyle
. gallates - tocophérols
ordre de 0,01% - 0,02%

47
Préparation et contrôles

 Préparation

- Dispersion des pigments

• mouillage
Les rouges à lèvres

• broyage

- Réalisation de la base blanche


• pesée des différentes matières premières
• fusion

- Introduction du mélange coloré dans la base + nacres

- Coulée dans un moule

48
 Contrôles

 microscopie
Les rouges à lèvres

 point de fusion

 couleur

49
 ANALYSE SENSORIELLE DES ROUGES A LEVRES

Caractères Couleur
organoleptiques du Aspect de la
produit avant surface
application
Sensation du toucher au moment
Les rouges à lèvres

de l’étalement
Dépôt sur les Premier
lèvres après passage
étalement. Passages
suivants
Propriétés Etalement
mécaniques et Pouvoir
rhéologiques à couvrant
l’application
Aspect du produit après
application
Etat des lèvres Sensation
après application Aspect
50
 texturométrie

 dureté / homogénéité / adhérence /


Fmax
Capteur
de force
plateau +/-homogène
Les rouges à lèvres

piston
adhérence surface
enfoncement 4 mm sous la courbe

 résistance à la rupture

Capteur
de force

lame

rupture du bâton 51
Catégories de corps gras utilisés en cosmétique
1. Les corps gras

1. les hydrocarbures
2. les silicones
3. les triglycérides
4. les cires
5. les acides, alcool et esters d’acide gras

52
5. Les acides, alcools et esters gras

5.1. Les acides gras

- origine animale ou végétale (TG hydrolisés)


- chaînes carbonées R-COOH
- saturés / insaturés
1. Les corps gras

Nom Symbole
- acides gras essentiels : AGE
Caprylique C08:0

Caprique C10:0

Laurique C12:0
saturés
Myristique C14:0

Palmitique C16:0

Stéarique courant C18:0

mono-insaturés Oléique C18:1

Linoléique C18:2
poly-insaturés Linolénique C18:3
arachidonique C20:4 53
acide stéarique

Acide stéarique : dénomination stéarine

Obtention : hydrolyse de suif ( TG à base d’acide palmitique et stéarique) et


débarassée du glycérol
1. Les corps gras

Rôles :
- facteur de consistance : sticks, savons aux stéarates
- formation d’un émulsionnant anionique en présence de triéthanolamine

Acide oléique

Peu employé en cosméto car sensible à l’oxydation et comédogène

Mais formulation dans formulation pour peaux matures car stimulant cellulaire

54
- Production des acides gras : R-COOH

R1-COOH
H
R1
1. Les corps gras

R2-COOH +
+ 3 H2O H
R2

R3-COOH H
R3

acides gras glycerol

+/- hydrogénés décanté, purifié

55
5.2 Les alcools gras : R-CH2-OH

Production
1. Les corps gras

R1
R1-COOCH3
H

R2
+ 3 CH3OH R2-COOCH3 + H

R3
R3-COOCH3 H

hydrogénation en esters methyliques glycerol


présence de methanol

R2-COOCH3 + 2 H2 R-CH2OH + CH3OH

alcool gras
56
Propriétés et Rôles des alcools gras

- liquides incolores ou solides


- faible émulsionnant
1. Les corps gras

5% sont utilisés en l’état


- C6 à C10 : solvants et anti mousse (parfumerie)
- C12 à C14 : produits moussants
- C16 à C18 : facteurs de consistance des produits anhydres,
épaississant la phase grasse des émulsions, occlusifs, filmogènes mais film
blanc sur la peau
ex : alcool cétylique en C16
alcool stéarylique en C18 (moins polaire)

95% sont utilisés pour la formulation de surfactifs


57
5.3. Les esters d’acide gras

Composant de la majorité des formulations cosmétiques


Condensation entre AG et alcool gras

myristate d’isopropyl MIP (AG long + alcool gras court)


1. Les corps gras

myristate d’octododecyle MOD


palmitate d’isopropyle

- liquides huileux, fluides, inodores, incolores


- remplacement d’huile végétale
- émollient et promoteurs d’absorption cutanée
- pouvoir solubilisant
- pouvoir émulsifiant faible
- favorise adhésion des poudres

58
Application de formulation à base de sels d’Acide Gras (AG) : Les savons

Produit ancestral de l’hygiène quotidienne


Découverte de la saponification par les Gaulois
Procédé industriel (Solvay) de fabrication de la soude (1865)

Saponification : hydrolyse alcaline d’un ester d’AG (souvent TG) par une base
organique faible ou hydroxyde Na ou K.
Les savons

Mélange d’une graisse animale (suif ) ou végétale (huile de palme, de coco ou d’olive)
+ soude ou potasse (à chaud 100°C ou à froid)

Formation de sels d’AG (stéarates C18 et/ou palmitates C16) RCOONa (savon)
+ glycérol (si TG)

Si savons de soude : savons durs


Si savons de potasse : produits mous : savons liquides
Terme de savon si minimum 10% de produits saponifiés
59
Esters d’acide gras

TG : huile et graisse animale ou végétale : savon de toilette et ménage


Ester methylique : savon industriel

Saponification, technique de l’ingenieur, J5810


Les savons

Production annuelle de savon par saponification


France 90 000 tonnes et Europe 500 000 tonnes 60
Savon : sel d’AG sodium palmate (huile de palme), sodium
cocoate (huile de coprah) et sodium olivate (huile d’olive) =
mode d’action TA anionique

En présence d’eau :
- hydrolyse
- libération des ions alcalins : élévation du pH (10) car réaction de
Les savons

saponification réversible

- émulsion des graisses : action réduite si eau dure : formation de sels


insolubles AG + calcium : précipitation

- action facilitée
par le frottement (entrainement des souillures)
par la température élevée

Bonne formulation = bon pouvoir émulsionnant


bon pouvoir mouillant
(bon pouvoir moussant) 61
Savons liquides simples

• Formulation à base de savon de potassium


• TA anioniques doux (sodium laureth sulfate) ou amphotères

• Propriétés : shampoings pour le corps


Les savons

- bons mouillants : contact avec la surface cutanée


et entraînent les impuretés.
- pouvoir moussant élevé.

62
Savons liquides dermatologiques

Base tensioactive de savon liquide doux

+ effet antibacterien : effet antiseptique (liste positive des conservateurs de la


Directive Européenne mais avec concentration plus élevée)
Les savons

- sels de zinc
- hexamidine 0.1%
- acide salicylique 2%

- extraits végétaux et huiles essentielles antiseptiques

Savons liquides antiseptiques

Formulation de médicaments : dérivés iodés


63
Savons solides

Savon = sel d’acide gras de Na (TG animal ou végétal)

Caractéristiques principales :
Les savons

- tensio actifs anioniques


- alcalins : pH 10
- non allergisants

Composition :
- stéarate de Na (saponification d’huile de palme)
- laurate de Na (saponification huile de coco) : moussant
- charge (dilution des TA) : oxyde de titane ou kaolin : opaque et blanc
- antioxydant, colorant, parfum

64
• Savon de Marseille (XI°s) : savon très dur car aucun additif mais très
desséchant (linge). Palmitostéarate de Na

• Savon à l’huile d’olive : effet surgraissant

• Savon à la glycérine :
- forte proportion de glycérol non éliminé lors de
saponification
- savon transparent (glycérol empêche cristallisation des
stéarates)
- peu desséchant pour la peau (+++)

• Savon surgras :
- présence de corps gras non saponifiés : dérivé lanoline, huile
de ricin, amande douce
- limite les irritations

65
Pains dermatologiques

Pas des savons : AG remplacés par des TA


Syndets : synthetic detergents
Les savons

Composition :
- détergents anioniques doux : très peu irritants
- TA amphotères
- pH 6 à 6,5 : pas de modif du pH cutané

- consistance : PEG solide (PEG-75), acide stéarique


- hydratant : glycérol
- charges : amidon, polymères
- opacifiants : TiO2

Applications : peau très sensibles (bébé)

66