Vous êtes sur la page 1sur 3

MOOC Evaluation

Environnementale

Les apports de la réforme d’août 2016


Agathe Divay, chargée de mission évaluation environnementale

L’ordonnance du 3 août 2016 ratifiée par la loi du 2 mars 2018, a réformé l’évaluation
environnementale. L’objectif poursuivi était une meilleure transposition du droit européen, en
particulier de la modification intervenue en 2014 de la directive 2011/92/UE concernant l’évaluation
des incidences de certains projets publics et privés sur l’environnement. L’objectif était également de
simplifier et clarifier le processus d’évaluation environnementale.

Une reprise des définitions de la directive

En vue d’assurer une transposition au plus près de la directive, le choix a été fait d’insérer dans le droit
français les définitions contenues dans la directive.

Cela s’est traduit au premier chef par la définition de l’évaluation environnementale comme un
processus, et non plus comme une procédure, qui se découpe en quatre phases (décrites dans un
précédent module).

Le droit français définit désormais expressément le projet en reprenant les définitions de la directive,
qui vous ont été présentées dans la vidéo précédente.

Les notions d’autorisation et de maître d’ouvrage ont également été transposées en droit français, en
retenant là-aussi une signification propre à l’évaluation environnementale.

La mise en œuvre de l’approche projet en droit français et la modification de la nomenclature

Pour comprendre l’aspect novateur de l’approche « projet », il est important de connaître l’historique
en droit français : la directive 2011/92/UE vise un ensemble de projets listés dans ses deux annexes.
Jusqu’ à la réforme de 2016, le droit français rattachait l’obligation de réaliser une étude d’impact à
une procédure (autorisations d’urbanisme, une zone d’aménagement concertée, etc.).

C’est bien le projet, de par sa nature, sa localisation, ses caractéristiques ou la sensibilité écologique
de la zone dans laquelle il est implanté, qui a un impact sur l’environnement. C’est cet impact qui se
doit d’être analysé le plus en amont possible et dès la première autorisation.

Cette différence d’approche était source de difficultés d’application. Une approche par procédure ou
par autorisation pouvait dispenser d’évaluation environnementale un projet qui aurait dû l’être au
sens de la directive.

L’approche « projet » permet d’être en adéquation avec l’esprit de la directive.


MOOC Evaluation
Environnementale

La réforme, outre l’insertion de la définition de la notion de projet précédemment évoquée, a


remodelé la nomenclature de l’évaluation environnementale en renforçant sa lisibilité et la clarté de
la démarche d’évaluation environnementale. La clé de lecture du tableau décrivant la nomenclature
colle donc désormais aux catégories de projets listées dans la directive, et non plus aux procédures
administratives françaises.

En parallèle de cette approche, la réforme a accentué l’approche au cas par cas pour un plus grand
nombre de projets, qui faisaient l’objet auparavant systématiquement d’une évaluation
environnementale. Le maître d’ouvrage a donc désormais la possibilité, lors de la saisine pour examen
au cas par cas, de démontrer, en prévoyant des mesures éviter-réduire suffisamment ambitieuses,
qu’il a suffisamment pris en compte les enjeux environnementaux dans la conception de son projet et
que des mesures pour éviter ou réduire les impacts environnementaux sont prévues, qui permette de
dispenser le projet d’évaluation environnementale.

Le renforcement du contenu de l’étude d’impact et son actualisation

L’étude d’impact doit mesurer les impacts du projet sur un certain nombre de facteurs (population,
santé humaine, paysage, biodiversité, eau, air, climat, etc.). Le contenu de l’étude d’impact s’est vu
renforcé avec la dernière modification de la directive, intervenue en 2014.

C’est ainsi qu’une attention toute particulière devra désormais être portée aux incidences du projet
sur le climat et à sa vulnérabilité au changement climatique. L’étude d’impact devra également
analyser les incidences sur l’environnement résultant de la vulnérabilité du projet aux risques majeurs
et aux catastrophes pertinentes pour le projet concerné. Enfin, l’étude d’impact devra contenir un
scénario de référence.

La réforme a renforcé la nécessité d’actualiser l’étude d’impact en fonction de l’évolution du projet et


de ses impacts, et de proportionner son contenu en fonction des projets et des enjeux
environnementaux. La réforme a enfin renforcé les obligations visant à garantir la qualité de l’étude
d’impact, l’autorité compétente devant veiller à disposer d’une expertise suffisante pour examiner
l’étude d’impact.

La mise en place d’une autorisation aux caractéristiques spécifiques

Dernière étape du processus d’évaluation environnementale, l’autorisation est bien évidemment


primordiale quant au bon respect des exigences de ce processus. L’autorisation doit donc être explicite
et motivée au regard des enjeux environnementaux et tenir compte des différents éléments du
processus. Elle doit également contenir les mesures en vue d’éviter, de réduire ou de compenser les
incidences sur l’environnement du projet, ainsi que les modalités de suivi de ces mesures.
MOOC Evaluation
Environnementale

Tous les projets relevant du champ de l’évaluation environnementale ne faisaient pas l’objet d’une
autorisation répondant à ces exigences avant la réforme. Désormais, en droit français, toutes les
autorisations des projets soumis à évaluation environnementale doivent comporter ces éléments.

En outre, les projets relevant d’un régime déclaratif ou les cas très rares qui ne faisaient l’objet
d’aucune autorisation jusque-là relèvent désormais d’un régime d’autorisation dès lors qu’ils sont
soumis à évaluation environnementale. Cette nouvelle exigence se justifie au regard des enjeux
environnementaux qu’ils présentent.

La création de procédures communes et coordonnées des projets et des plans-programmes

Dernier grand apport de la réforme de 2016 en matière de rationalisation et de simplification des


procédures applicables à l’évaluation environnementale, il est désormais possible de réaliser une
évaluation environnementale qui soit commune ou coordonnée au projet et au plan ou programme le
prévoyant. Ces procédures seront abordées la semaine prochaine.