Vous êtes sur la page 1sur 198

1

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


2

Sommaire
LISTE DES FIGURES.......................................................................................................................... 5
LISTE DES TABLEAUX....................................................................................................................... 6
SIGLES ET ABREVIATIONS .............................................................................................................. 9
REMERCIEMMENTS......................................................................................................................... 12
1. INTRODUCTION ........................................................................................................................ 13
2. MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL .............................................................................................. 14
2.1 Constitution de l’équipe de consultants ................................................................................ 14
2.2 Rencontre de cadrage avec le BuCo ................................................................................... 15
2.3 Collecte de données ................................................................................................................ 15
2. 3.1 La lecture documentaire ................................................................................................. 15
2.3.2 Atelier de mutualisation.................................................................................................... 16
2.3.3 Formation des enquêteurs et déploiement sur le terrain ............................................ 16
2.3.4 Entretien avec les personnes ressources et visites des infrastructures .................. 17
2.3.5 Phase de dépouillement et d’analyse des données collectées ................................. 17
PREMIERE PARTIE : ETAT DES LIEUX DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES ET
MARCHANDES AU BENIN ET DANS LA SOUS REGION ....................................................... 20
1. LE CADRE CONCEPTUEL DES IEM......................................................................................... 21
2. LE CADRE LEGAL......................................................................................................................... 22
2.1 Les textes de la décentralisation et de la déconcentration................................................ 22
2.2 Les textes sur la maitrise d’ouvrage publique et l’assistance-conseil à la maitrise
d’ouvrage communale.................................................................................................................... 23
2.2.1 La Loi n° 2009-02 portant code des marchés pu blics et des délégations de service
public en République du Bénin. ................................................................................................ 24
2.2.2 Les textes sur l’intercommunalité et l’aménagement du territoire ............................ 26
3. LE CADRE POLITIQUE ET STRATEGIQUE ......................................................................... 30
3.1 L’orientation stratégique de développement (osd) et la stratégie de croissance et de
réduction de la pauvreté (scrp 2011 – 2015).............................................................................. 30
3.2 La Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration ................................. 31
3.3 la stratégie de relance de la production agricole et le plan d’actions de relance
agricole ............................................................................................................................................. 32
3.4 la strategie nationale du transport en milieu rural et (2007 – 2011) le programme
d’appui au sous secteur du transport rural ................................................................................. 33
3.5 la stratégie nationale pour la promotion des matériaux locaux de construction ........... 36
3.6 la politique nationale de développement de l’artisanat (pnda)......................................... 37
3.7 politique nationale genre ......................................................................................................... 37

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


3

4. LE CADRE INSTITUTIONNEL ET LES ACTEURS.................................................................. 39


4.1 l’etat ............................................................................................................................................ 40
4.2 les collectivites territoriales ..................................................................................................... 41
4.3 Les Organisations Socio Professionnelles (OPA) .............................................................. 41
4.2.1 La plateforme et les faîtières nationales des OP ......................................................... 41
4.4 les chambres consulaires ....................................................................................................... 42
4.1.1 La Chambre Interdépartementale d’Agriculture (CIA) : .............................................. 42
4.4.2 La Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB) ...................................... 42
4.4.3 La Chambre Interdépartementale des métiers (CIM) ................................................. 43
4.4 Le secteur privé ........................................................................................................................ 44
4.5 Les Organisations de la Société Civile ................................................................................. 44
4.6 Les projets et programmes intervenant dans la zone ....................................................... 45
5. TYPOLOGIE DES IEM COURAMMENT RENCONTREES AU BENIN ET DANS LA SOUS
REGION ............................................................................................................................................... 51
5.1 Les IEM de production et de soutien a la production ........................................................ 53
5.1.1 Le niveau infra communal ............................................................................................... 53
5.1.2 Le niveau communal ....................................................................................................... 53
5.1.3 Le niveau régional ............................................................................................................ 53
5.2 Les IEM de l’appui a la commercialisation .......................................................................... 54
5.2.1 Niveau infra communal .................................................................................................... 54
5.2.2 Niveau communal ............................................................................................................. 54
5.2.3 Niveau régional ................................................................................................................. 54
5.3 Les IEM de conservation et de transformation .................................................................... 54
5.3.1 Niveau infra communal .................................................................................................... 54
5.3.2 Niveau communal ............................................................................................................. 55
5.3.3. Niveau régional ................................................................................................................ 55
5.4 Modalités de financement, de gestion et d’entretien ..................................................... 55
5.4.1 Au Bénin ............................................................................................................................ 55
5.4.2 Dans la sous région .......................................................................................................... 57
5.5 Techniques constructives, valorisation des matériaux locaux et des énergies vertes .. 61
5.5.1 AU BENIN .......................................................................................................................... 61
5.5.2 Dans la sous-région ......................................................................................................... 64
6. SYNTHESE ETAT DES LIEUX AU BENIN ET DANS LA SOUS REGION .......................... 70
DEUXIEME PARTIE : ETATS DES LIEUX DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES ET
EQUIPEMENTS MARCHANDS DANS LE BORGOU ET L’ALIBORI ...................................... 72

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


4

1. PRESENTATION SOMMAIRE DES DEUX DEPARTEMENTS .......................................... 73


1.1. Cadre physique et naturel ..................................................................................................... 73
1.2 Cadre humain ........................................................................................................................... 74
1.3 Potentialités économiques : principales activités économiques et filières porteuses ... 75
2. CADRE INSTITUTIONNEL ET LES ACTEURS .................................................................... 80
2.1 Les acteurs des IEM ................................................................................................................ 80
2.1.1. La maîtrise d’ouvrage des réalisations .................................................................... 80
2.1.2. La maîtrise d’œuvre ........................................................................................................ 86
2.4. Les femmes et les IEM .................................................................................................... 90
2.5. Problèmes généralement rencontrés autour des IEM ............................................ 92
2.6. Participation des OSC/OSP au cycle des IEM........................................................... 94
3. LES INFRASTRUCTURES MARCHANDES DANS LE BORGOU ET L’ALIBORI .......... 95
3.1 Inventaire des IEM.............................................................................................................. 95
3.2 Typologie des matériaux et d’energie ................................................................................... 97
3.2.1 Type de matériaux ............................................................................................................ 97
3.2.2 Type d’énergie................................................................................................................... 97
3.3. Mode de financement ............................................................................................................. 97
3.4 Les bénéficiaires ...................................................................................................................... 98
3.5 Gestion ...................................................................................................................................... 98
3.5.1 Modes de gestion ............................................................................................................. 98
3.5.2 Structures de gestion ....................................................................................................... 98
3.5.3 Place des Organisations socio professionnelles dans la gestion ............................. 99
3.7 Analyse économique et financière ........................................................................................ 99
3.7.1 Analyse économique et financière du département de l’Alibori................................. 99
3.7.2 Analyse économique et financière dans le BORGOU .............................................. 125
4. SYNTHESE ETAT DES LIEUX DANS LE BORGOU ET L’ALIBORI................................... 160
ANNEXES.......................................................................................................................................... 165

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


5

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Répartition des structures enquêtées ............................................................................ 18


Figure 2 : Modèle systémique de la pratique de la maîtrise d’ouvrage publique dans le
Borgou .................................................................................................................................................. 25
Figure 3 : Contribution des communes à la production végétale du département de l’Alibori 79
Figure 4 : Répartition des présumés propriétaires fonciers ......................................................... 81
Figure 5 : Répartition des IEM réalisées au profit des femmes................................................... 91
Figure 6 : Répartition des femmes selon leur besoins spécifiques............................................. 91
Figure 7 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement /BANIKOARA.............. 100
Figure 8 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes propres
101
Figure 9 : Evolution des droits perçus sur les IEM/BANIKOARA.............................................. 102
Figure 10 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/GOGOUNOU............ 106
Figure 11 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux
recettes/GOGOUNOU ..................................................................................................................... 106
Figure 12 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/GOGOUNOU........... 107
Figure 13 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement de la commune de
KANDI ................................................................................................................................................. 110
Figure 14 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux ressources
propres/ KANDI ................................................................................................................................. 111
Figure 15 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/KANDI....................... 112
Figure 16 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/KARIMAMA .............. 114
Figure 17 : Evolution de la part contributive des catégories de ressource propres/KARIMAMA
115
Figure 18 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/KARIMAMA.............. 116
Figure 19 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/MALANVILLE ........... 118
Figure 20 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources composant les
ressources propres/MALANVILLE ................................................................................................. 119
Figure 21 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/MALANVILLE .......... 120
Figure 22 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/SEGBANA ................ 122
Figure 23 : Part contributive des catégories de ressource aux ressources propres .............. 123
Figure 24 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/SEGBANA................ 124
Figure 25 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/BEMBEREKE .......... 126
Figure 26 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes
propres BEMBEREKE ..................................................................................................................... 127
Figure 27 : Evolution des droits perçus sur les IEM/BEMBEREKE .......................................... 128
Figure 28 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres ....... 128
Figure 29 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/KALALE..................... 130
Figure 30/ Evolution de la part contributive des catégories de ressource aux recettes propres
/KALALE ............................................................................................................................................. 131
Figure 31 : Evolution des droits perçus sur les IEM /KALALE................................................... 132
Figure 32 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes
propres/KALALE ............................................................................................................................... 132
Figure 33 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/N’DALI ....................... 134

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


6

Figure 34 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres /N’DALI................................................................................................................................. 135
Figure 35 : Evolution des droits perçus sur la sur les IEM/N’DALI ........................................... 136
Figure 36 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres/N’DALI
136
Figure 37 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/NIKKI ......................... 138
Figure 38 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes
propres/NIKKI .................................................................................................................................... 139
Figure 39 : Evolution des droits perçus sur les IEM de NIKKI ................................................... 140
Figure 40 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres de
NIKKI .................................................................................................................................................. 140
Figure 41 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/ PARAKOU ............... 142
Figure 42 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes
propres/ PARAKOU.......................................................................................................................... 142
Figure 43 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres/
PARAKOU ......................................................................................................................................... 144
Figure 44 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement de PERERE .............. 146
Figure 45 : Evolution de la part constitutive des catégories de ressources aux recettes
propres/ PERERE ............................................................................................................................. 147
Figure 46 : Evolution des droits perçus sur les IEM/PERERE .................................................. 148
Figure 47 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux ressources propres/
PERERE ............................................................................................................................................ 148
Figure 48 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/ SINENDE ................. 150
Figure 49 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes
propres/SINENDE............................................................................................................................. 151
Figure 50 : Evolution des droits perçus sur les IEM/SINENDE ................................................. 152
Figure 51 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes
propres/SINENDE............................................................................................................................. 152
Figure 52 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/ TCHAOUROU ......... 154
Figure 53 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes
propres/ TCHAOUROU ................................................................................................................... 155
Figure 54 : Evolution des droits perçus sur les IEM/ TCHAOUROU ........................................ 156
Figure 55 : Evolution de la part contributive des droits sur les IEM aux recettes
propres/TCHAOUROU..................................................................................................................... 156

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Territoire de développement et territoire singulier ........................................................... 27


Tableau 2 : Eléments de diagnostic................................................................................................. 34
Tableau 3 : Localisation et utilisation des matériaux locaux dans les communes du Borgou. ............. 62
Tableau 4 : Principales filières agro-pastorales porteuse par commune du département du Borgou . 77
Tableau 5 : Etat d’implication/participation des acteurs associatifs dans le fonctionnement du cycle
de vie des infrastructures ...................................................................................................................... 94
Tableau 6 : Inventaire des IEM dans le Borgou et l’Alibori ................................................................... 95
Tableau 7 : Répartition des IEM par activité ......................................................................................... 96

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


7

Tableau 8 : Les modes de financement dans le Borgou et l’Alibori ...................................................... 97


Tableau 9 : Répartition des IEM par mode de gestion .......................................................................... 98
Tableau 10 : Evolution des droits perçus sur les IEM à BANIKOARA................................................... 102
Tableau 11 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la commune de
GOGOUNOU ........................................................................................................................................ 108
Tableau 12 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la commune de KANDI de
2007 à 2001 ......................................................................................................................................... 112
Tableau 13 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la commune de
KARIMANA ........................................................................................................................................... 116
Tableau 14 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres de 2007 à 2010 à MALANVILLE
120
Tableau 15 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres de SEGBANA de
2007 à 2011 ....................................................................................................................................... 124
Tableau 16 : Evolution sur les droits perçus sur les IEM de 2007 à 2011 à Parakou ........... 144
Tableau 17 : Investissements/IEM réalisés par les communes du Borgou et de l’Alibori .... 157
Tableau 18 : Récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans l’Alibori ....................................... 158
Tableau 19 : Récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans le Borgou ................................... 158

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


8

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


9

SIGLES ET ABREVI ATIONS


ADAUA : Atelier pour le Développement naturel d’une Architecture et d’un Urbanisme
Africain
ADECOB : Association pour le Développement des Communes du Borgou
ADOPER : Association Départementale des Organisations de Professionnels Eleveurs
de Ruminants
AGETIP : Agence d’exécution des travaux d’intérêt public
AGETUR : Agence d’exécution de travaux urbains
ANCB : Association Nationale des Communes du Bénin
ANOPER : Association Nationale des Organisations de Professionnels Eleveurs de
Ruminants
AP/OSP : Programme d’Appui au Plaidoyer des Faîtières des Organisations
Socioprofessionnelles Agricoles et Artisanes
APIC : Action pour la Promotion des Initiatives Communautaires
APIDA : Association pour la Promotion de l’Intercommunalité du Département de
l’Alibori
APIDeV : Association pour la Promotion des Initiatives de Développement
Durable
ASGOL : Appui au Secteur de la Gouvernance Locale - Décentralisation
BAA : Bureau d’Appui aux Artisans
BAD : Banque Africaine de Développement
BOAD : Banque Ouest Africaine de Développement
BTC : Bloc de Terre Comprimé
BUCO : Bureau de la Coopération suisse
CA : Conseil d’Administration / Chef d’Arrondissement
CeCPA : Centre Communal de Promotion de l’Agriculture
CERPA : Centre Régional de Promotion Agricole
CIA : Chambre interdépartementale d’agriculture
CIDR : Centre International de Développement et de Recherche
CIM : Chambre Interdépartementale des métiers
CLCAM : Caisse Locale de Crédit Agricole et Mutuelles
CNERTP : Centre National d’Etude et de Recherche pour les Travaux Publics
COBEMAG : Coopérative Béninoise de Matériel Agricole
CONAFIL : Commission Nationale des Finances Locales
CTB : Coopération Technique Belge
CVPA : Coopératives Villageoises de Producteurs d’anacarde
DAGRN : Direction de l’Aménagement et de la Gestion des Ressources
Naturelles
DAM : Deuxième Adjoint au Maire
DAT : Délégation de l’Aménagement du Territoire
DER : Développement Économique Rural
DIFAOP : Direction de l’information, de la formation et de l’appui aux
organisations professionnelles
DPAF : Direction de la Programmation, de l’Administration et des Finances
DPFSA : Direction de la Promotion des Filières et de la Sécurité Alimentaire
DRC : Direction de la Réglementation et du Contrôle
DSI : Directeur des Services Intercommunaux
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
10

ECOLOC : Economie Locale


EF : Etude de Filière
EIES : Etude d’Impact Environnementale et Sociale
EPCI : Etablissements publics de coopération intercommunale
ESTB : Entreprendre Solidaire avec son Territoire au Bénin
FADeC : Fonds d’Appui au Développement des Communes
FAFA : Fonds d’Appui aux Filières Agricoles
FAIA : Facilité d’Appui aux Investissements Agricoles
FENAPAB : Fédération Nationale des Producteurs d’Anacarde du Bénin
FENU : Fonds des Nations Unies pour l’équipement
FICOD : Fonds d’Investissement pour les Collectivités Décentralisées
FIDA : Fonds International pour le Développement d l’Agriculture
FODEFCA :
FUPRO : Fédération des Unions de Producteurs
GEDES : Générale Des Services
GF : Groupement Féminin
GFER : Groupement Féminin d’Eleveurs de Ruminants
GFPER : Groupement Féminin de Professionnels Eleveurs de Ruminants
GIC : Groupement Intercommunal des Collines
GIZ : Coopération Technique Internationale Allemande
GPER : Groupement de Professionnels Eleveurs de Ruminants
HELVETAS : ONG Suisse
ICA : Initiative Cajou Africain
IDA : Agence de Développement Internationale
IEM : Infrastructure Economique et Marchande
IFDC : Centre International pour la Fertilité des Sols et le Développement Agricole
LARES : Laboratoire d’Analyse Régionale et d’Expertise Sociale
LOCOMAT : Projet « Utilisation des matériaux locaux »
MAEP : Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche
MDGLAAT : Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de
l’Administration et de l’Aménagement du Territoire
MTPT :Ministère des Travaux Publics et des Transports
NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
ODETA : Organisation pour le Développement du Territoire de l’Alibori
ONASA : Office National de Sécurité Alimentaire
ONG : Organisation Non Gouvernementale
OSD : Orientation Stratégique de Développement
OSC : Organisation de la Société Civile
OSP : Organisation Socio-Professionnelle
OP : Organisation des Producteurs
PA3D : Projet d’Appui à la Décentralisation à la Déconcentration et au
Développement économique local
PADC : Projet d’Appui au Développement des Communes
PADEL : Projet d’Appui au Développement Local
PAFILAV : Projet d’Appui aux Filières Lait et Viande
PAFPAA : Programme d’Appui à la Formation Professionnelle Agricole et
Artisane
PAI : Programme Annuel d’Investissement

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


11

PAM : Premier Adjoint au Maire


PAREFIC : Plan d’Action et de Redressement Institutionnel, Economique et Financier de
la Collectivité
PASDER : Programme d’Appui au Secteur Développement Rural
PDC : Plans de Développement Communaux
PDVM : Programme de Développement des Villes Moyennes
PFR : Plans Fonciers Ruraux
PNOPPA : Plateforme Nationale des Organisations Paysannes et des Producteurs
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
Agricoles
PNDCC : Projet National de Développement Conduit par les Communautés
PONADEC : Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration
PPP : Partenariat Public-Privé
PRD : Pôles Régionaux de Développement
PSDCC : Projet de Service Décentralisé Conduit par les Communautés
PTF : Partenaire Technique et Financier
ProAgri : Programme National de l’Agriculture de la GIZ
PSAIA : Programme de Sécurité Alimentaire par l’Intensification Agricole
PSRSA : Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole
RCPA : Responsable du Centre de Promotion de l’Agriculture
SAFIC : Système d’Analyse Financière et Institutionnelle de la Commune
SCRP : Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté
SE : Secrétariat Exécutif
SONAPRA : Société Nationale de Promotion Agricole
TDR : Termes de Référence
TMV : Tuile à Mortier Vibrée
UARVI : Unité d’Appui aux Réformes et à la Vérification Interne
UCIM : Union des Chambres Interdépartementales des Métiers
UCOPER : Unions Communales d’Organisation de Professionnels Eleveurs de
Ruminants
UCP : Union Communale des Producteurs
UCPA : Unions Communales de Producteurs d’Anacarde
UDP : Union Départementale des Producteurs
UDOPER : Union Départementale des Organisations de producteurs et d’éleveurs
UE : Union Européenne
UGPPM : Union des Groupements de Producteurs du Périmètre Irrigué
UN-CUMA : Union Nationale des Coopératives d'Utilisateurs de Matériel Agricole
UNICEF : Organisation des Nations Unies pour l’enfance
UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine
UR-CUMA : Union Régionale des Coopératives d'Utilisateurs de Matériel Agricole
URP : Union Régionale des Producteurs
URPA : Union Régionale des Producteurs d'Anacarde

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


12

REMERCI EMMENTS

L’équipe de consultants tient à remercier tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la
réalisation de cette étude. Il s’agit particulièrement des Maires, des services déconcentrés,
des ONGs, des opérateurs du BuCo, des organisations socio-professionnelles, des
directeurs des ministères centraux en charge de l’agriculture, de l’élevage, de l’énergie en
milieu rural, de la promotion des matériaux locaux, de la décentralisation et de
l’intercommunalité.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


13

1. INTRODUCTION

Reprenant les termes de références, la coopération suisse souhaite formuler un programme


de développement des infrastructures économiques et marchandes dans les Départements
du Borgou et de l’Alibori au Bénin. Ce programme vise « l’amélioration des revenus au profit
des producteurs, éleveurs, artisan-e-s et collectivités locales à travers la réalisation
d’infrastructures économiques rentables ». Il s’agira à travers ce programme de : (i) Apporter
un support à l’économie rurale à travers des infrastructures adéquates (magasins de
conservation, marchés à bétail, grands marchés, couloirs de passages, retenues d’eau etc.),
(ii) Accroître les capacités d’autonomie financière des collectivités à partir de rentrées
fiscales générées par les infrastructures, (iii) Mettre en place des mécanismes de gestion
efficace et durable d’infrastructures économiques (iv) Offrir des opportunités d’emploi et de
création de la richesse aux artisan-e-s locaux (tâcherons, maçons, etc.). Les infrastructures
seront sous la maîtrise d’ouvrage des communes du Borgou et de l’Alibori ou des
regroupements intercommunaux (EPCI – Etablissements Publics de Coopération
Intercommunale).

Ce nouveau programme fait partie intégrante du nouveau champ Développement


Economique Rural (DER) défini suite au repositionnement de l’appui de la coopération
suisse à partir de 2010. Il complète les quatre autres programmes axés sur la productivité
(PASDER - Programme d’Appui au Secteur Développement Rural) ; le plaidoyer (AP/OSP -
Programme d’Appui au Plaidoyer des Faîtières des Organisations Socioprofessionnelles
Agricoles et Artisanes) ; la formation professionnelle (PAFPAA -Programme d’Appui à la
Formation Professionnelle Agricole et Artisane et le renforcement des petites et
moyennes entreprises (ESTB - Entreprendre Solidaire avec son Territoire au Bénin).

Le DER s’inscrit dans les politiques et stratégies publiques du Bénin notamment la Stratégie
de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté – SCRP et le Plan Stratégique de Relance
du Secteur Agricole, qui mettent le secteur agricole au cœur des actions de développement.

Le mandat confié au consortium GEDES-COLTER IC Sarl dans le cadre de la présente


étude vise à approfondir l’analyse du contexte des infrastructures économiques et
marchandes gérées par les collectivités et les communautés au Bénin et d’identifier les
orientations opérationnelles pour la mise en place d’un programme dans ce secteur au profit
des communes, des communautés et des OSP du Borgou et de l’Alibori.

L’étude comporte trois phases :

a. La première phase porte sur l’élaboration du diagnostic établissant l’état des lieux des
infrastructures économiques au Bénin et dans la sous région en général et plus
spécifiquement dans les départements du Borgou et de l’Alibori.

Cette phase débouchera sur la proposition d’Infrastructures et Equipements Marchands


(IEM) à réaliser et les modalités en termes de maîtrise d’ouvrage, de financement, de
techniques constructives et cela à partir de critères définis soumis à l’appréciation des
acteurs clefs.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


14

b. Dans une seconde phase, sur la base des propositions retenues et validées dans la
phase de diagnostic, il s’agira de formuler le programme. Cette partie abordera
l’évaluation des coûts des infrastructures à réaliser, les modes opératoires retenus
(maitrise d’ouvrage directe, maîtrise d’ouvrage déléguée, assistance à la maîtrise
d’ouvrage communale ou intercommunale à travers les associations de communes ou
l’intercommunalité), l’étude de rentabilité et les modalités de gestion et d’entretien.

Une attention particulière sera portée sur les opportunités de valorisation des
compétences locales, des matériaux locaux et des innovations en termes d’économie
verte ainsi qu’à la dimension genre.

c. La dernière phase abordera la définition du dispositif de pilotage du programme. Il s’agira


de définir (i) le montage institutionnel global du programme, (ii) la précision des
structures d’ancrage au niveau national, les TDR de la structure en charge du suivi
opérationnel de la mise en œuvre du programme en lien avec les collectivités et le
backstopping.

Les enjeux d’une telle étude sont de faire émerger des stratégies de renforcement des
compétences et des capacités endogènes à même d’assurer une maîtrise d’ouvrage locale
efficace et efficiente des IEM, capable d’impulser et de structurer des dynamiques de
développement économiques soutenues et durables.

Le présent rapport présente les résultats de la phase état des lieux/diagnostic.

2. MÉTHODOLOGIE DE TRAVAI L

2.1 C O N S TI T U TI O N D E L ’ É Q U I P E D E C O N S U L T A N T S

La coopération a retenu deux bureaux d’étude pour la mission. Il s’agit :


• du Bureau d’étude GEDES du Burkina qui a coordonné à partir de 2004 la mise en
œuvre du Programme de Développement des Villes Moyennes (PDVM). Ce programme
financé par la coopération suisse au Burkina a réalisé plusieurs infrastructures
structurantes, qui ont renforcé les capacités d’autofinancement des communes
bénéficiaires et structures, et dynamisé l’activité économique. En choisissant ce bureau,
la coopération souhaite renforcer le partage d’expérience entre le Bénin et le Burkina
dans le cadre de la présente étude.

• Du bureau d’étude COLTER Ingénierie – Conseils qui est un cabinet d’étude, de


conseils, d’assistance technique, d’ingénierie et de formation spécialisé dans les
domaines de l’eau, de l’assainissement, de l’environnement, de l’aménagement et de
l’équipement du territoire, de développement local/régional, de gestion municipale créé
en 2009 au Burkina et en 2012 au Bénin.
Son objectif global est de fournir une assistance technique par le relèvement du niveau
qualitatif des études et des réalisations en vue de promouvoir le développement à la
demande des Collectivités Territoriales et des organismes centraux publics, ainsi que
des bailleurs de fonds internationaux et les organismes de la coopération décentralisée.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


15

2.2 R E N C O N T R E D E C A D R A G E A V E C L E B U C O

La rencontre de cadrage s’est tenue le 26 juin 2012 dans les locaux du bureau de la
coopération suisse au Bénin. Elle a été présidée par le Directeur Résident accompagné de
deux de ses collaborateurs : Gérard Lalèyè qui est en charge du programme DIEM et Alex
Salihou-Mamadou, chargé de Programme Développement Rural. La rencontre a permis au
BuCo de rappeler les enjeux de l’étude tels que précisé dans les TDRs.

Le consortium a pour sa part, présenté dans les grandes lignes, sa compréhension de la


mission et la méthodologie de travail proposée dans l’offre technique. Il a attiré l’attention du
BuCo sur deux points : la précision du lead dans le pilotage de l’étude et la non prise en
compte de l’étude d’impact environnemental et social dans les TDRs.

Le Buco a clairement précisé qu’il assure le lead dans le pilotage de l’étude. C’est donc un
programme porté par le BuCo, du moins dans la phase des études et de formulation. Les
acteurs au niveau national et local seront associés et impliqués dans la formulation du
programme mais sa validation revient au BuCo.

Pour ce qui concerne l’Etude d’Impact Environnementale et Sociale (EIES), il a été retenu
que ce travail interviendra dans la phase de mise en œuvre du programme.

Le BuCo a insisté sur le caractère pilote et innovant du programme à formuler. Il ne s’agit


donc pas d’un programme de réalisation d’infrastructures classiques mais d’un programme
de recherche-action, de renforcement de la maîtrise d’ouvrage locale dans la planification
des actions, la mise en œuvre, le suivi des réalisations et la gestion des IEM.

Le BuCo a également mis l’accent sur le volet « innovation et énergie verte ». Le programme
est une occasion d’explorer les opportunités de valorisation des matériaux locaux, de
l’expertise locale et de développement des énergies vertes et bioclimatiques.

Le BuCo a par ailleurs insisté sur la prise en compte du genre dans la méthodologie.

A l’issue de la rencontre, la méthodologie a été reprise en prenant en compte l’ensemble des


observations et amendements retenus. Il faut signaler que c’est la méthodologie actualisée
qui a été mise en œuvre dans la phase actuelle de l’étude.

2.3 C O L L E C TE D E D O N N É E S

La collecte de données s’est faite à travers la lecture documentaire, des entretiens semi
structurés auprès de personnes ou institutions ressources, des focus group et une enquête
terrain dans l’ensemble des communes du Borgou et de l’Alibori.

2. 3.1 La lecture documentaire

Pour la conduite de l’étude, la Coopération suisse a mis à la disposition de l’équipe de


consultants de la documentation fournie sur le sujet de l’étude. Celle-ci a été complétée par
des rapports, des documents de stratégie, de politique, de projets/programmes et des
données collectées au cours des entretiens dans les communes, auprès des organisations

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


16

socio professionnelles ainsi que des services centraux des ministères sectoriels concernés
par les IEM (MAEP, MTPT, MDGLAAT, Direction de la promotion des matériaux locaux,
CONAFIL/FADeC, Direction du Génie Rural, Ministère en charge de l’énergie rurale,
CNERTP, etc.), des institutions spécialisées et des organismes/projets de développement
(CTB, GIZ, Représentation de la Banque Mondiale, PNUD, AGETUR, FAIA, FAFA Mono-
Couffo, FAFA Atacora-Donga, ADéCOB, APIDA, CIDR, LARES, APIDeV, BAA, PASDER,
ProAgri, etc.) et sur des sites web. La liste de quelques documents essentiels consultés est
jointe en annexe.
A l’analyse documentaire, il apparaît clairement qu’un important travail a été déjà réalisé sur
le sujet à travers les études: ECOLOC dans le Borgou, PAREFIC dans l’Alibori, SAFIC dans
le Borgou et l’Alibori, Formulation du programme ASGOL2 dans le Borgou, les Plans de
Développement Communaux, la maîtrise d’ouvrage publique, les inventaires de patrimoine
d’infrastructures, etc. Par ailleurs de nombreux projets appuient déjà les communes et les
communautés des deux Départements sur la même problématique (PA3D-Borgou, PADC-
Alibori, etc.).
Il ne s’agira donc pas de reprendre le travail déjà fait mais de s’y référer pour une mise en
perspective des actions dans le cadre du présent travail de diagnostic.
Cette lecture documentaire a permis aux consultants de préparer des notes techniques par
thème et sous-thème pour une rencontre de mutualisation des expertises des consultants du
consortium organisée à Parakou.

2.3.2 Atelier de mutualisation

L’atelier s’est tenu le 16 septembre 2012 à Parakou. Il a permis de passer en revue la


méthodologie de travail proposée et validée par le BuCo pour la conduite de l’étude et de
s’accorder sur les concepts (listing et typologie des IEM) et la démarche pour sa mise en
œuvre (outils de collecte de données, évaluation des besoins en enquêteurs et modes
opératoire de leur déploiement dans les communes, démarches de supervision des
enquêtes).
Pour la finalisation des questionnaires, l’expert de base de données identifié par COLTER IC
a été intimement mis à contribution dans la perspective de la conception du masque de
saisie pour la base de données.
L’atelier a permis à la clé de finaliser le questionnaire à travers une prise en compte des
centres d’intérêt des différents experts en matière d’informations à collecter pour affiner
l’analyse.

2.3.3 Formation des enquêteurs et déploiement sur le terrain

Sur appel à candidature lancée à travers les intercommunalités (APIDA et ADECOB) et du


réseau de personnes ressources de COLTER IC dans le Borgou et l’Alibori, quatorze
enquêteurs ont été sélectionnés sur la base de leur CV. Les critères sous-tendant la
sélection des candidats sont essentiellement la connaissance de la zone d’enquête (et des
langues locales) et l’expérience dans la réalisation de ce genre d’enquête, la détention d’une
moto, le niveau du baccalauréat. Une formation de trois jours sur les techniques d’entretien
et d’administration du questionnaire a été donnée aux candidats par le sociologue de
l’équipe appuyé par certains experts sur des thématiques pointues (infrastructures, finances,
maîtrise d’ouvrage, etc.) complété par des exercices pratiques en salle.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


17

A l’issue de la formation, des groupes d’enquêteurs (4 par groupes) ont été constitués pour
tester l’outil sur le terrain. Ce qui a permis d’une part de voir la qualité des candidats et
d’autre part de finaliser le questionnaire. Compte tenu des résultats des uns et des autres,
quatorze (14) enquêteurs (sur la base d’un enquêteur par Commune) ont été retenus pour
réaliser l’enquête dans les communes du Borgou et de l’Alibori.

Les enquêteurs ont été déployés sur le terrain pendant trois semaines environ. Le temps
d’intervention est variable (14 à 25 jours) compte tenu des distances à couvrir (cas des
communes de grandes superficies) ou du nombre élevé d’infrastructures à recenser.
Signalons qu’un dispositif de coordination et de contrôle de la qualité des fiches d’enquêtes a
été mis en place à Parakou. Il est arrivé que des enquêteurs soient renvoyés sur le terrain
pour compléter ou préciser des informations.

L’enquête a couvert la totalité des 14 communes du Borgou et de l’Alibori. Cependant,


quelques difficultés liées au déplacement de l’équipe de consultants et des enquêteurs
(fortes pluies ; dégradation et/ou impraticabilité des voies d’accès à certaines communes
comme Karimama, Kalalé, Ségbana, indisponibilité des agents communaux, etc.) ont joué
sur le planning d’exécution de la mission. Malgré ces difficultés, l’enquête s’est dans
l’ensemble bien déroulée dans toutes les localités.

Un dispositif s’appuyant sur le point focal du bureau à Parakou, a permis de mettre en place
un premier niveau contrôle déjà sur le terrain avant que les fiches ne soient centralisées et
orientées vers Cotonou. Même si certaines insuffisances sont passées inaperçues, ce
dispositif de contrôle en a considérablement réduit l’importance.
Les outils de collecte de données sont mis en annexe.

2.3.4 Entretien avec les personnes ressources et visites des infrastructures

L’équipe de consultants a eu des rencontres d’échanges avec la quasi totalité des autorités
communales/municipales, les responsables des associations de communes du Borgou
(ADECOB) et de l’Alibori (APIDA), des services techniques communaux/municipaux et des
services techniques déconcentrés, des responsables d’organisations socio professionnelles,
des responsables des institutions consulaires (CCIB, CIM), des entrepreneurs, des artisans,
des opérateurs de programmes (LARES, APIDeV, BAA, etc.). L’équipe a également eu des
rencontres avec les principaux responsables des projets et programmes travaillant dans le
champ du développement rural et des infrastructures économiques et marchandes dans les
deux départements (PASDER, ProAgri/GIZ, etc.).
Les missions dans les communes ont été l’occasion de visiter les principales infrastructures
économiques et marchandes et d’échanger avec les bénéficiaires utilisateurs et de constater
par endroit le degré d’utilisation.
Notons ici que les Maires rencontrés ont fortement contribué aux échanges et à la collecte
d’informations stratégiques précieuses.

2.3.5 Phase de dépouillement et d’analyse des données collectées

Une équipe de 02 opératrices de saisie a été mise en place pour assurer la saisie des
données de l’enquête. Pendant plusieurs jours, les données ont été saisies, avec le logiciel
Access, sous le contrôle de l’expert base de données du Consultant. Ce dernier, au fur et à
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
18

mesure que la saisie avançait, a organisé un contrôle pour s’assurer de la fiabilité de


l’enregistrement.

La répartition des enquêtes se présente comme suit :

Figure 1 : Répartition des structures enquêtées

A l’issue de cette étape, la base de données globale ainsi que des données spécifiques ont
pu être mises à la disposition de l’ensemble des experts en fonction des thématiques et de
leurs centres d’intérêt.

Les difficultés rencontrées au cours de l’enquête terrain sont de plusieurs ordres dont les
principales sont :
- l’absence de données fiables (pas de documents de gestion) et la non disponibilité de
certains responsables impliqués dans la gestion des IEM.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


19

- Les responsables des services économiques et marchandes à qui une matrice


d’informations (sur les ressources mobilisées autour des IEM, des comptes
administratifs etc.) avait été transmise pour remplissage, ne l’ont pas fait dans la
plupart des cas, malgré la relance de l’expert en finance locale et le SE/ADéCOB et
le SP/APIDA. Cette situation a demandé une autre stratégie de l’expert béninois en
finance locale qui s’est appuyé sur des données recueillies au niveau des services de
la Préfecture pour faire les analyses financières liées aux communes.

- l’inaccessibilité de certains sites (dégradation des pistes compte tenu des récentes
pluies).
La distance et la superficie vaste des communes ajoutées à l’impraticabilité des voies n’ont
pas permis aux experts de parcourir systématiquement les 14 communes pendant la durée
de la phase de terrain. Il s’agit en particulier de la commune Ségbana dans l’Alibori.

- Les difficultés de saisie


La saisie de la variété et de la multitude des données quantitatives et qualitatives collectées
sur les fiches a longuement rallongé la phase prévue pour la saisie des données bien que
les opératrices de saisie aient travaillé jours et nuits.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


20

PREMIERE PARTIE : ETAT DES LIEUX DES


INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES ET
MARCHANDES AU BENIN ET DANS LA SOUS REGION

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


21

1. LE CADRE CONCEPTUEL DES I EM

Dans son assertion la plus simple, une infrastructure économique est une infrastructure
qui permet l’exercice des activités d’une collectivité humaine visant la production, la
transformation, la commercialisation, la consommation, le service public. L’infrastructure peut
directement ou indirectement impacter l’économie locale ou régionale. Pris comme tels, les
pistes rurales, les routes, les retenues d’eau, les unités de transformation, les champs de
foire, les embarcadères, les centres intégrés de production et de transformation agro-
alimentaires (ex. Centre Songhaï) etc. peuvent être classés dans les infrastructures
économiques.
Une infrastructure marchande quant à elle, à notre entendement, est une infrastructure
dont l’utilisation et/ou la gestion/exploitation permet de générer directement ou indirectement
des ressources financières pour la communauté ou la collectivité (par exemple les jardins
publics équipés de restaurants, les marchés, les hippodromes pour la Ganni à Nikki, les
stades, les salles de cinéma, etc.).
Les infrastructures à caractère marchand se caractérisent par la nature de leurs activités qui
s’apparentent à celles d’opérateurs privés. En effet, leurs recettes d’exploitation proviennent
généralement d’un prix payé par les usagers et non d’impôt ou de taxes effectuées par la
collectivité propriétaire de l’infrastructure. De même, les modalités d’organisation et de
fonctionnement différent de celles qui régissent les infrastructures à caractère non
marchand.

Il est utile de signaler d’entrée de jeu que les IEM concernées par la présente étude de
formulation du nouveau programme n’intègrent pas les pistes, les routes1 et les équipements
économiques simples. Cependant, nous en ferons cas au besoin dans l’état des
lieux/diagnostic.
Sans avoir la prétention d’être limitatifs, nous proposons les typologies d’infrastructures ci-
dessous comme IEM en se basant sur les classifications des ministères sectoriels et les
ambitions de la nouvelle stratégie de la DDC au Bénin, spécifiquement le champ
« Développement de l’Economie Rurale »2 :

- Production et soutien à la production : Pistes rurales, Périmètres aménagés


(AHA), Mini barrages, Retenues d’eau, Couloirs de passage, Parcs de vaccination,
Bergeries communautaires, Poulaillers communautaires

- Appui à la commercialisation: Gares routières, Auberges/Campement , Parking


Gros porteurs, Magasins (stockage, warrantage, conditionnement de produits
périssables), Grands marchés, Marchés secondaires et Marchés à bétail

- Transformation: Abattoirs, Aires d’abattage, Aires de séchage, Unités de


transformation.

1
Les Pistes et les routes sont des infrastructures dont la réalisation ou la réhabilitation mobilise des fonds
faramineux.
2
Les besoins en IEM des groupes-cibles des programmes du champ DER doivent être priorisés.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
22

2. LE CADRE LEGAL

Un corpus de textes organise les compétences des acteurs dans le développement des IEM.
Il s’agit principalement des textes de la décentralisation et de la déconcentration, des textes
sur la maîtrise d’ouvrage publique, des textes sur le code des marchés publics et de la
délégation de gestion des services publics, des textes sur l’intercommunalité et
l’aménagement du territoire, etc.

2. 1 L E S T E X T E S D E L A D É C E N T R A L I S A T I O N E T D E L A D É C O N C E N T R A T I O N

Au terme de l’article 8 de la loi N°97 029 du 15 ja nvier 1999 portant organisation des
communes en République du Bénin, les domaines d’exercice des compétences des
communes sont les suivants :

1. développement local, aménagement, habitat et urbanisme


2 infrastructures, équipement et transports
3 environnement, hygiène et salubrité
4 enseignement primaire et maternel
5 alphabétisation et éducation des adultes
6 santé, action sociale et culturelle
7 services marchands et investissements économiques.

L’examen du contenu des compétences attribuées par la loi aux communes semble indiquer
à première vue que les domaines 1, 2 et 7 sont réservés à la promotion et à la gestion du
développement économique local par les communes. En réalité, outre ces trois domaines,
en particulier le domaine 7 relatif aux services marchands et aux investissements
économiques3, l’ensemble des domaines de compétences propres4 ou des compétences
partagées5 constitue un vaste champ d’opportunités économiques pour les autorités locales
qui voudraient bien s’engager en faveur de la promotion du développement économique de
leur commune. Si l’on prend par exemple les domaines 4 et 6 qui portent, entre autres
préoccupations, sur la construction, l’équipement et l’entretien des infrastructures scolaires,
sanitaires, sociales et culturelles, une commune pourrait utiliser les prérogatives qui sont les
siennes pour travailler au renforcement des compétences des artisans et micro entreprises
locales afin qu’elles arrivent progressivement à accéder aux marchés publics locaux, ce qui
créerait des richesses et des emplois au niveau local.

Cette loi fondatrice est complétée par plusieurs textes, qui en facilitent l’application.

3
C’est en réalité le seul domaine qui focalise l’attention de la majorité des acteurs locaux de la décentralisation
parce que la gestion des services et des équipements marchands procure au gestionnaire des taxes et autres
ressources financières facilement mobilisables. Nombre d’élus réduisent facilement la promotion du
développement économique local à la construction et à la gestion d’équipements marchands.
4
Développement local, aménagement du territoire, habitat, urbanisme, infrastructures, réalisation et gestion des
équipements marchands, transport, environnement, hygiène, salubrité…
5
Enseignement primaire et maternel, alphabétisation et éducation des adultes,…
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
23

2.2 Les textes sur la maitrise d’ouvrage publique et l’assistance-conseil à la maitrise


d’ouvrage communale

La pratique de la Maîtrise d’Ouvrage communale, de l’assistance-conseil à la maîtrise


d’ouvrage communale et de la Maîtrise d’Ouvrage Déléguée (MOD) est rendue possible par
la loi N°97-029 du 15 janvier 1999 sur l’organisati on et le fonctionnement des communes, la
loi N° 2001-07 du 09 mai 2001 portant maîtrise d’ou vrage public et le Décret N°2003-096 du
20 mars 2003 portant MOD, la loi N°2005-07 du 08 av ril 2005 modifiant et complétant la loi
2001-07 du 09 mai 2011 portant maîtrise d’ouvrage public en République du Bénin qui
concède le transfert de la maîtrise d’ouvrage communal aux communautés (cf. approche
Développement Conduit par les Communautés abordée dans le chapitre ci-dessous) à
travers 02 Articles :

- Article 1 : l’Article 2 de la loi N°2001-07 du 09 mai 2001 p ortant maîtrise d’ouvrage


publique est modifié ainsi qu’il suit :
- Article 2 : le maître d’ouvrage public peut déléguer une partie de ses attributions à un
mandataire, le maître d’ouvrage délégué, dans les limites et conditions fixées par la
présente loi.

A l’exception d’une association, le maître d’ouvrage délégué peut être, soit une personne
morale de droit privé dont la maîtrise d’ouvrage déléguée entre dans l’objet social, soit une
personne morale de droit public, dans les limites de ses compétences.

Toutefois, l’exception édictée à l’alinéa précédent ne s’applique pas lorsque le maître


d’ouvrage délégué est une association de personnes émanant d’une communauté
villageoise ou d’un quartier de ville ayant pour but de mettre en œuvre un projet de
développement local identifié et développé par et pour cette communauté et approuvé par le
conseil communal dans le PDC. La délégation revêt la forme d’un mandat confié à un tiers et
fait l’objet d’une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée. La délégation peut porter sur
toutes les attributions du maître d’ouvrage public à l’exception de celles relevant de sa
mission de service public, en application de l’article 1 ci-dessus.

L’Art. 19 « des dispositions transitoires et finales » de la loi n°2001-07 du 9 mai 2001 prévoit
des décrets d’application, dont celui sur les «modalités d’agrément par l’administration des
structures susceptibles d’assurer pour le compte des collectivités publiques la mission de
maîtrise d’ouvrage déléguée, de conduite d’opération et de maîtrise d’œuvre » ; mais ce
décret est inexistant jusqu’à l’apparition de la loi sur les EPCI et ses décrets d’application qui
sont venus combler le vide juridique existant (cf. loi et décret sur les EPCI en-dessous).

Aux termes de l’article 142 de la loi N°97-029 du 1 5 Janvier 1999 portant organisation des
communes en République du Bénin, le pouvoir de tutelle comporte deux fonctions
essentielles :

L’assistance et le conseil à la commune, le soutien des actions de la commune et


l’harmonisation de ses actions avec celles de l’Etat
Le contrôle de légalité des actes pris par le conseil communal et le Maire, ainsi que le
budget de la commune.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


24

L’assistance-conseil à la commune se fait par le Préfet à travers le Plan Annuel d’Assistance


Conseil (PAAC) réalisé avec la contribution des services déconcentrés de l’Etat au niveau
départemental et validé par la Conférence Administrative Départementale (CAD).

L’assistance-conseil peut être gratuite ou payante. L’arrêté interministériel MDGLAAT-MFE


2010 N°008/MDGLAAT/MEF/DC/SG/DGAE/DDT/STAJ portant définition et modalités de
rémunération de l’assistance-conseil payante aux communes réglemente l’assistance-
conseil payante aux services déconcentrés par les communes en République du Bénin (par
ex. l’élaboration de plans d’urbanisme et des schémas d’aménagement, l’élaboration des
PDC, l’ouverture des voies, les délimitations de zones, l’électrification, l’établissement et la
conservation des plans d’alignement et de nivellement, l’ingénierie, etc.).

2.2.1 La Loi n° 2009-02 portant code des marchés pu blics et des délégations de service public
en République du Bénin.

La loi portant code des marchés publics et des délégations de service public en République
du Bénin pose les principes généraux en matière de gestion des marchés publics. Ainsi :
- l’art. 1 fixe les règles régissant la passation des marchés publics et des délégations
de service public, ainsi que l’exécution et le contrôle des marchés publics. Les
dispositions de la loi sont applicables aux procédures de passation, d’exécution, de
règlement, de contrôle et de régulation de tous les marchés publics de travaux, de
fournitures et de services passés par l’autorité contractante.
- l’art. 2 a trait aux dispositions s’appliquant aux marchés passés par (i) les personnes
morales de droit public (Etat, collectivités territoriales décentralisées, établissements
publics, agences ou offices créés par l'Etat ou les entités territoriales décentralisées
pour satisfaire des besoins d'intérêt général et dont l'activité est financée
majoritairement par l'Etat ou qui bénéficient du concours financier ou de la garantie
de l’Etat, d’une collectivité publique ou d’une association formée par ces personnes
morales de droit public) ; (ii) les personnes morales de droit privé (agissant pour le
compte de l’Etat, d’une collectivité territoriale décentralisée, d’une personne morale
de droit public, d’un établissement public et de toute société dans laquelle l’Etat et les
personnes morales sont actionnaires majoritaires ou d’une association formée par
ces personnes morales de droit public, les sociétés d’économie mixte, lorsque ces
marchés bénéficient du concours financier et/ou de la garantie de l’Etat ou du
concours financier et/ou de la garantie d’une des personnes morales de droit public) ;
(iii) les personnes morales bénéficiant de droits spéciaux ou exclusifs, sous la forme
d’une délégation de service public, d’une concession ou de toute autre convention.
Dans ce cas, l'acte par lequel ce droit est octroyé prévoit que l'entité concernée doit,
pour les marchés publics qu'elle passe avec des tiers, dans le cadre de cette activité,
respecter les dispositions de la présente loi et (iv) les maîtres d’ouvrage délégués
pour les marchés passés dans le cadre de l’exécution des attributions qui leur sont
confiées par une autorité contractante.

La loi portant délégation du service public en son article 94 stipule que les conventions de
délégations de service public sont régies par les dispositions de la présente loi, sans
préjudice des dispositions législatives et réglementaires fixant leur régime et/ou les régimes
particuliers à chaque type de convention.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
25

L’article 95 fait mention de la possibilité donné à l’Etat et aux collectivités décentralisées de


conclure des conventions de délégation de service public en conformité avec les dispositions
de la présente loi.
La loi interdit la subdélégation en son article 96 et indique que les services délégués par
l’Etat ou les collectivités territoriales décentralisées quelle qu’en soit la forme de la
délégation ne peuvent faire l’objet d’une subdélégation de la part de la personne bénéficiaire.

L’article 97 précise que les autres personnes de droit public ou de droit privé visées à l’article
2 de la présente loi ne peuvent déléguer la gestion de leur service que dans la mesure où
elles disposent de ces services en propre.

Pour le respect de ces principes, l’article 98 confirme que la procédure de sélection du


délégataire doit être préalablement validée par la direction du contrôle des marchés publics
compétente.

Figure 2 : Modèle systémique de la pratique de la maîtrise d’ouvrage publique dans le


Borgou
Figure n°1: Diagramme systémique de la délivrance d es services à la population

MODE OPÉRATOIRE OUTILS/LEVIER MODE OPÉRATOIRE OUTILS/LEVIER MODE OPÉRATOIRE OUTILS/LEVIER

~¤ Construction PDC
~¤ Gestion du
patrimoine et des PS-Eau DTF projet
prestations de MOC Appui institutionnel
PAI
PIP/BPO services Procédures projet
~¤ Acquisition de
Règlementation FADEC biens et matériels Budget Renforcement de capacité Budget
Autres subventions FADEC Appui institutionnel
Stratégies nationales Recrutement d'agents FDL (PA3D) Information ADECOB

PROJETS/ONG
Préfecture FDT (ASGoL)
COMMUNES

Contrôle régalien CAD Ressources propres Opérateur


CDCC Services communaux Prestataires
ETAT

Mise à disposition de PIP/BPO


Assistance - Conseil Cadres de concertation
personnel PAC Radios locales et nationales
Services déconcentrés
Comité de gestion Assistance technique
Fermier
Services déconcentrés Assistance - Conseil de
locaux proximité Agents collecteurs
Commission de réception
Opérateurs
Entreprises
Bureau d'études
Construction d'infrastructures, Aménagement Renforcement de capacité
Services sociaux, services urbains, Construction d'infrastructures
Construction d'infrastructures
Services intercommunaux Equipement
Services économiques Sensibilisation

SERVICES A LA POPULATION

ADMINISTRATION COURANTE SERVICES D'EQUIPEMENTS STRUCTURANTS SERVICE D'ASSISTANCE FINANCIERS

Administration générale Travaux de voirie et d'aménagement Éducation Micro-crédits


Sécurité Service public à caractère économique et Culture
État civil commercial Sport et loisirs
etc Actions sociales
Santé
Assainissement de base, eau potable

Source: Zomadi, Août 2011.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


26

2.2.2 Les textes sur l’intercommunalité et l’aménagement du territoire

2.2.2.1 Les intercommunalités de forme « associative »

Elles sont régies par la loi de 1901 sur les associations et trouvent leur fondement juridique
dans la loi 97-029 portant organisation des communes en République du Bénin (art. 176 et
177 fixant les conditions de la coopération intercommunale entre les Communes. On
distingue :

• Les associations départementales de développement des communes


Les associations départementales/régionales de développement des communes se sont
multipliées et bénéficient de l’appui et de l’accompagnement des partenaires techniques et
financiers dans le cadre de la coopération décentralisée, de jumelage ou de la coopération
bilatérale. Comme « intercommunalité de projet », elle favorise la réalisation des projets
de développement collectif que les communes définissent ensemble. Dans la plupart des
cas, ces associations portent des projets d’appui institutionnel aux communes. Dans le
Borgou nous avons l’ADeCOB6 (qui porte le programme PASGoL financé par la Coopération
Suisse et est accompagnée par le programme PA3D/FENU pour le volet de la promotion de
l’économie locale) et l’APIDA7 dans l’Alibori accompagnée par le Conseil Régional de
Picardie dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui au Développement des
Communes (PADC) dont une composante concerne la promotion de l’économie locale.

• Les Espaces de Développement Partagé (EDP)


Promus par la Délégation de l’Aménagement du Territoire (DAT)8, les Espaces de
Développement Partagé sont des entités territoriales regroupant sur une base consensuelle
deux ou plusieurs communes, dotées d’une personnalité géographique, culturelle,
économique et porteuse de dynamiques internes. C’est une « intercommunalité de
gestion » qui permet de gérer en commun un ensemble d’activités ou de services publics,
afin de rendre possible la réalisation d’une infrastructure ou le fonctionnement d’un service
qui excède par son ampleur ou par son coût les moyens dont dispose chacune des
communes, etc.

Le processus de leur mise en place, avec l’appui de la DAT, de la SNV, de la Coopération


Suisse, de la Coopération Française et de la Coopération Néerlandaise, s’inscrit dans une
démarche de progressivité, de négociation et de consensus entre les élus locaux et les
différents acteurs (Communes, Préfecture, Délégation à l’Aménagement du Territoire, et
autres.).

6
Association pour le Développement des Communes du Borgou
7
Association de Promotion de l’Intercommunalité pour le Développement du Territoire de l’Alibori.
8
La DAT est une agence d’utilité publique à caractère scientifique, social et culturel créée par décret.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
27

Tableau 1 : Territoire de développement et territoire singulier

N° DENOMINATION DATE DEPARTEMENTS COMMUNES


CREATION CONCERNE MEMBRES
TERRITOIRES DE DEVELOPPEMENT
1. Communauté de la Basse 24 juin 2006 Ouémé, Atlantique Adjohoun,
Vallée de l’Ouémé (CBVO) Bonou, Sô-Ava,
Dangbo,
Aguégués
2. Communauté d’Intérêt de la 08 septembre Alibori Malanville,
Vallée du Niger (CIVN) 2007 Karimama
3. Pays Agonlin 13 octobre 2007 Zou Covè,
Zangnanado,
Ouinhi
4. Les 2KP (territoire de la 23 décembre Atacora Kérou,
Mékrou) 2008 Kouandé,
Péhunco
5. Territoires de 08 décembre Borgou N’Dali,
Développement de l’Ouémé 2009 Parakou,
Supérieur (TDOS) Tchaourou
6. Territoires de 09 décembre Borgou Bembèrèkè,
Développement de Ouénou- 2009 Sinendé
Bénou (TDOB)
7. Territoires de 10 décembre Borgou Kalalé, Nikki,
Développement de Oly 2009 Pèrèrè
(TDOL)
8. Littoral : (Comité de 15 mai 2006 Atlantique Littoral, Cotonou,
Coordination du projet : Ouémé Sèmè-Podji,
Elaboration de la stratégie Abomey-Calavi
de développement urbain de
l’agglomération de Cotonou)
TERRITOIRES SINGULIERS
1. Conseil Intercommunal 14 septembre Atlantique, Mono Abomey-Calavi,
d’Eco Développement de la 2004 Comè, Grand-
lagune côtière (CIED) Popo,
Kpomassè,
Ouidah
2. Communauté Forestière du 10 mai 2007 Collines, Borgou Dassa-Zoumé,
Moyen Ouémé (COForMO) Glazoué, Savè,
Ouèssè,
Tchaourou

Sources : Département ARDT/DAT, 2009

2.2.2.2 L’intercommunalité de forme « fédérative »

Cette intercommunalité à fiscalité propre est régie par les lois et décrets suivants :

•Loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisatio n des communes en


République du Bénin
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
28

La loi prévoit des dispositions dans le sens de l’intercommunalité en son article 176
« plusieurs communes peuvent décider de s’associer en vue de la réalisation et de la gestion
d’équipements et de gestion de services d’intérêt et d’utilité intercommunaux…. ».et 177 «les
organismes créés conformément à l’article 176 peuvent être dotés de la personnalité morale
et de l’autonomie financière. La création, l’organisation et le fonctionnement de ces
organismes intercommunaux sont approuvés par décret… »

Loi n°98-007 du 15 janvier 1999 portant régime fina ncier des communes en
République du Bénin

L'article 56 de cette loi a institué un Fonds de Solidarité Intercommunale dans le but de


contribuer au développement équilibré des communes. Mais ce fonds n'a jamais été formulé,
donc n'est pas opérationnel.

• Loi n°2009-17 du 13 août portant modalités de l'int ercommunalité en


République du Bénin

Les dispositions générales prévoient dans les Art. 1, 2, et 3 les principes généraux de
création, d’organisation, de gestion et de contrôle des Etablissements Publics de
Coopération Intercommunale (EPCI), la réalisation et la gestion d’équipements et la création
de services d’intérêt et d’utilité intercommunaux. Selon l’Art. 4, « l’intercommunalité ou
coopération intercommunale est une forme de coopération entre les communes limitrophes
ou proches, fondée sur leur libre volonté de coopérer entre elles, notamment d’élaborer des
projets de développement ». L’article 5 de la loi classe les EPCI en trois (03) catégories :
• La communauté de communes ;
• La communauté urbaine ;
• La communauté d’agglomération.

L’EPCI est un organisme ayant pour objet l’élaboration et l’exécution des projets communs
de développement et la gestion en commun des équipements et des services d’intérêt et
d’utilité intercommunaux au sein des périmètres contigus de solidarité. Il est doté de la
personnalité juridique et de l’autonomie financière.

• Décret N°2012-308 du 28 août 2012 portant règles de création, d’organisation et


de gestion des EPCI

Le décret en son article 1 prend des dispositions générales définissant l’intercommunalité ou


coopération intercommunale comme une relation de partenariat, librement initiée entre
plusieurs communes béninoises, appartenant soit à un même Département, soit à des
Départements contigus, et poursuivant au moins l’un des objectifs suivants :
• élaboration et exécution de projets intercommunaux de développement ;
• réalisation et exploitation d’équipements d’utilité intercommunale ;
• création et gestion de services d’intérêt intercommunal.

L’Article 2 précise la forme organisationnelle de l’intercommunalité par : les communes qui


souhaitent entrer en intercommunalité au sens de l’Article 1 créent à cet effet un
Etablissement Public de Coopération Intercommunale.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


29

L’Article 3 définit l’EPCI comme un organisme d’intercommunalité doté de la personnalité


juridique et de l’autonomie financière, exerçant à la place et pour le compte des communes
membres, qui lui transfèrent, certaines de leurs compétences propres ou de leurs
compétences partagées.

Les Articles 8 à 13 énumèrent les principes de légalité, de liberté, d’égalité, de solidarité, de


spécialité et d’exclusivité.

L’Article 25 détermine les compétences transférées de la façon suivante : les communes


membres définissent dans les champs thématiques prévus par la législation en vigueur, la ou
les compétence/s qui constitue/nt pour elles des centres d’intérêt communs.

La ou les compétence/s transférée/s à l’EPCI corresponde/nt soit à un bloc à un ou plusieurs


des champs thématiques prévus par la loi, soit à des matières précises relevant du ou des
champs visé/s à l’alinéa précédent.

L’Article 26 stipule que les communes membres sont dessaisies des compétences
transférées à l’EPCI qui les exerce à la place et pour le compte des communes dans les
limites de l’espace intercommunal. Aucune commune ne peut, du fait de son appartenance à
un ou plusieurs EPCI, se retrouver dessaisie de l’ensemble de ses compétences propres et
de ses compétences partagées.

L’Article 29 présente les organes interne de l’EPCI de la façon suivante :


- le Conseil de communauté (CC)
- le Président du CC
- le Bureau du CC
- les Commissions spécialisées du CC
- la structure technique.

Au titre de l’organisation et du fonctionnement de l’EPCI, les Articles 60 et 61 précisent que


(i) l’EPCI dispose d’une structure technique chargée de la mise en œuvre des opérations
concourant à l’exercice des compétences à lui transférées par les communes membres et (ii)
que la coordination de la structure technique est assurée, sous l’autorité du CC, par le
Directeur des Services Intercommunaux (DSI).

Au titre de la gestion de l’EPCI, l’Article 63 dit que le Directeur des services intercommunaux
est nommé par le Président du CC de qui il reçoit une lettre de mission.

Selon l’Article 102, les regroupements de communes existants et dont tout ou partie de
l’objet correspond à l’intercommunalité telle que définie à l’Article 1 se mettent en conformité
avec les dispositions du présent décret au plus tard le 31 décembre 2013.

Le cadre juridique et légal offre l’arsenal-clé favorable à la maîtrise d’ouvrage publique des
IEM (Etat, Collectivités territoriales et Communautés) et à la délégation de la gestion des
services des IEM (sauf qu’il manque des décrets d’application des modalités de gestion
applicable aux IEM : régie, affermage, etc.). Il va falloir que le PDIEM travaille au niveau
national sur la mise en place des décrets d’application de la délégation de gestion des
services publics (cas des IEM par exemple).
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
30

3. LE CADRE POLITIQUE ET STRATEGIQUE


Les politiques et stratégies définies par le gouvernement du Benin constitue des cadre de
références pour la conduite des actions de développement.
La formulation du nouveau programme de développement des infrastructures économiques
et marchandes s’inscrit dans les politiques et stratégies suivantes :
- l’orientation stratégique de développement (OSD) et la stratégie de croissance et de
réduction de la pauvreté (SCRP 2011 – 2015)
- la politique nationale de décentralisation et de déconcentration (PONADEC 2009-
2019)

- la stratégie de relance de la production agricole et le plan d’actions de relance


agricole
- la stratégie nationale du transport en milieu rural et (2007 – 2011)9 le programme
d’appui au sous-secteur du transport rural

- la politique de promotion du genre au Bénin.

3.1 L’ O R I E N T A TI O N S T R A T É G I Q U E D E D É V E L O P P E M E N T ( O S D ) E T L A S TR A T É G I E D E
C R O I S S A N C E E T D E R É D U C TI O N D E L A P A U V R E TÉ ( S C R P 2011 – 2015)

Adoptée comme instrument national de lutte contre la pauvreté, la SCRP actualisée en 2011,
est à sa troisième édition. Elle s’inspire de la vision de long terme décrite dans les « Etudes
Nationales de Perspectives à Long Terme (ENPLT), Bénin-Alafia 2025 » et s’appuie sur les
Orientations Stratégiques de Développement (OSD) définies en 2006 par le Gouvernement
avec un postulat fort : «faire du Bénin un pays émergent». La SCRP-3 opérationnalise les
OSD à travers un cadre programmatique : Programme d’Actions Prioritaires (PAP). Les cinq
(5) axes stratégiques de la SCRP-3, respectivement « Accélération durable de la croissance
et de la transformation de l’économie », «Développement des infrastructures10»,
«Renforcement du capital humain», « Promotion de la qualité de la gouvernance » et le
«Développement équilibré et durable de l’espace national11» constituent cinq des domaines
prioritaires d’intervention de l’Etat pour la période 2011 – 2015.

La SCRP-3 mentionne l’approche de Développement Conduit par les Communautés (DDC)12


et recommande ce mécanisme pour la réalisation des objectifs de la stratégie. Le
paragraphe 342 stipule que l’approche du DDC, qui fait la promotion d’un développement

9
La Stratégie est actuellement en cours de révision
10
Les infrastructures économiques jouent un rôle stratégique dans le processus de développement. Elles
contribuent à relier les opérateurs économiques aux marchés, à réduire les coûts des facteurs, à améliorer la
compétitivité de l’économie et aussi à offrir des services essentiels aux populations……………
11
Le développement équilibré et durable de l’espace national passe par le renforcement du processus de
décentralisation/déconcentration (ressources financières et humaines des communes, la gouvernance locale –
dont l’implication des femmes dans la gestion des affaires locales, la consolidation de l’aménagement du
territoire pour une économie régionale et locale dynamique).
12
Le DCC est une approche de gouvernance applicable au développement local qui consiste à habiliter les
communautés de base (villages, quartiers) à identifier et mettre en œuvre des actions de développement à la
base qui les concernent, qui sont à l’échelle de leur communauté et de faible complexité et coût, pour une
exécution plus efficiente et efficace de ses actions (Directives opérationnelles du DCC dans les Ministères
sectoriels, oct. 2011, p. 32).
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
31

local participatif, sera utilisée pour la mise en œuvre des projets à la base selon les principes
de : (i) la formation des communautés, (ii) la délégation de la maîtrise d’ouvrage aux
communautés et (iii) la promotion de l’économie locale par le recours à l’expertise locale. De
ce point de vue, au niveau décentralisé, la SCRP-3 est opérationnalisée à travers les PDC.

Pour financer la SCRP-3, le Gouvernement privilégie les instruments financiers liés à la


Déclaration de Paris et Partenariat Public Privé (PPP) :

• l’appui budgétaire global ;


• l’appui budgétaire sectoriel ou ciblé ;
• l’appui sous forme d’approche-programme ;
• la participation du secteur privé (Investissements Directs Etrangers, PPP, épargne
nationale….).

Pour diversifier l’économie du pays, la SCRP-3 a retenu quatre (4) pôles prioritaires de
croissance (commerce-logistique, coton-textile, tourisme-artisanat-tourisme et l’agriculture &
agrobusiness) et deux pôles à haut potentiel (BTP-Matériaux de Construction et Mines-
Hydrocarbures).

Pour constituer des « Pôles territoriaux agro-alimentaires intégrés », les conditions requises
sont, entre autres, l’investissement par l’Etat et ses partenaires dans la mise en place des
infrastructures agro-alimentaires adaptées (SCRP, page 59).

Quant au « Pôle BTP-Matériaux de construction », des besoins existent en infrastructures


d’envergure. La relance du secteur des BTP entraînera une forte demande de matériaux de
construction. Une politique d’utilisation des matériaux locaux de construction et des énergies
renouvelables dans les programmes d’infrastructures sera mise en œuvre.

Le PDIEM s’inscrit dans les priorités du SCRP-3. Il vise le développement d’infrastructures,


la création de richesse pour les populations et enfin la promotion d’un développement
équilibré à travers la zone d’intervention qui est le Borgou et l’Alibori.

3.2 L A P O L I TI Q U E N A TI O N A L E D E D É C E N TR A L I S A T I O N E T D E D É C O N C E N TR A TI O N

Le document de Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration (PONADEC


2009-2019) est le cadre stratégique de l’administration béninoise destiné à créer les
conditions institutionnelles d’un développement d’envergure et durable. Il est fondé sur une
gouvernance locale coordonnée, la transparence et l’autonomisation des Administrations
Locales. L’objectif général de la PONADEC est de « créer les conditions institutionnelles et
organisationnelles d’un développement territorial durable et équilibré reposant sur une
gouvernance locale concertée et sur la valorisation des potentialités des Collectivités
Territoriales afin de dynamiser le développement à la base ». La stratégie s’articule autour
de cinq (05) priorités/orientations clés à savoir :

• assurer que le développement local soit au centre des politiques publiques ;


• assurer que la décentralisation et la déconcentration soient les moteurs de la
modernisation de l’Etat ;

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


32

• reconnaître le rôle des communes et renforcer l’expression démocratique13,


• faire de la lutte contre la pauvreté une partie intégrante de la politique de
décentralisation14,
• renforcer les capacités institutionnelles de tous les acteurs impliqués dans la
décentralisation par une meilleure affectation des ressources publiques et la
fourniture d’assistance technique.

Le développement du territoire communal ne peut se dissocier de son développement


économique qui passe par la valorisation de ses potentialités. Les élus doivent mobiliser les
acteurs économiques autour d’une stratégie de développement local consignée dans les
Plans de Développement Communaux (PDC). Les gisements de ressources (agricoles,
commerciales, etc.) des communes font peu l’objet d’une démarche de valorisation à travers
les PDC. Or, la prise en compte des questions de développement économique est la seule
voie de génération de ressources propres pour leur autonomie (PONADEC, p. 56).

3.3 L A S T R A T É G I E D E R E L A N C E D E L A P R O D U C TI O N A G R I C O L E E T L E P L A N

D ’ A C TI O N S D E R E L A N C E A G R I C O L E

Les politiques mises en œuvre dans le secteur agricole au Bénin ces dernières années,
découlent de la Déclaration de Politique de Développement Rural (DPDR, 1999), du Schéma
Directeur de Développement Agricole et Rural (SDDR, 2000) et du Plan Stratégique de
Relance du Secteur Agricole (PSRSA, 2008). Elles visent essentiellement :
• le renforcement de la participation du secteur au rétablissement des équilibres
macro-économiques, la création d’emplois et la valorisation des potentialités agro-
écologiques ;
• la contribution à l’amélioration du niveau de vie des populations par l’augmentation du
pouvoir d’achat des producteurs, la lutte contre la pauvreté, le contrôle de la qualité
et l’innocuité des aliments ;
• le maintien de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans un contexte de forte
croissance démographique estimée à 3,2% l’an ;
• la diversification agricole et l’augmentation de la productivité ;
• la conservation du patrimoine écologique ;
• l’amélioration des rapports hommes/femmes au sein des communautés rurales
suivant l’analyse « Genre et développement » ;
• la promotion des filières agricoles.

13
Les interventions sur le territoire communal doivent obligatoirement respecter leurs prérogatives
communales, tant en matière des investissements, de maîtrise d’ouvrage et de financement. Parallèlement, les
autorités communales instaurent des modes de gouvernance locale qui permettent de renforcer leur
articulation avec les différents groupes socioprofessionnels de leur territoire et d’accompagner leur prise
d’initiatives qui concurrent au développement local (PONADEC, p. 40).
14
Il s’agit entre autres de (i) mettre en place les instruments qui inciteront les communes à investir plus dans les
domaines clés de lutte contre la pauvreté, notamment des outils favorisant le développement économique
local (le FADEC trouve ici tout son sens à travers des guichets dits « affecté »)et (ii) de veiller à la durabilité et la
qualité de la gestion des services publics de base mis en place par les communes et les services déconcentrés
de l’Etat, notamment à travers la bonne articulation des acteurs dans la cogestion (PONADEC, p. 41).
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
33

Le SDDR a été opérationnalisé par le Plan Stratégique Opérationnel (PSO), approuvé en


août 2000. Il traduit la stratégie globale en 14 plans d’actions sous-sectoriels et
transversaux15. La stratégie de développement à long terme du pays (Bénin 2025 - Alafia),
repose sur la vision que le pays doit évoluer vers une plus grande diversification de la
production agricole afin de devenir un grand exportateur de produits agricoles en 2025. La
mise en œuvre du PSRSA se fera à travers quatre (4) grands programmes opérationnels qui
sous-tendent le budget programme et le Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) du
secteur agricole. Il s’agit :
• du programme de développement de l’agriculture ;
• du programme de développement de l’élevage ;
• du programme de développement de la pêche et de l’aquaculture ;
• du programme administration et gestion du secteur agricole.
La problématique de développement du secteur agricole au Bénin16 met en relief trois (3)
défis majeurs portant sur :
• la couverture des besoins alimentaires ;
• l’accroissement des revenus ;
• l’amélioration de l’attractivité de l’activité agricole et du milieu rural.

Ces trois défis confèrent au secteur agricole le double rôle d’accélération de la croissance
économique et de la contribution à la réduction de la pauvreté ; d’où la vision : « Faire du
Bénin, une puissance agricole dynamique à l’horizon 2015, compétitive, attractive,
respectueuse de l’environnement, créatrice de richesse répondant aux besoins de
développement économique et social de la population ».

Il s’agit de rendre le secteur agricole performant à travers la promotion des filières afin de
lutter contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. De façon spécifique la politique agricole
du Bénin est orientée vers la professionnalisation des exploitations agricoles de type familial
et la promotion de l’entreprenariat agricole.

Les objectifs qui en découlent sont :


• améliorer la productivité agricole ;
• promouvoir les activités génératrices de revenus et faciliter l’accès aux marchés ;
• améliorer l’état nutritionnel de la population.
Le PDIEM offre une opportunité aux acteurs locaux d’améliorer le cadre et l’offre de
commercialisation, de conservation, et transformation de leurs produits.

3.4 L A S TR A TE G I E N A TI O N A L E D U TR A N S P O R T E N M I L I E U R U R A L E T ( 2007 –
2011) 17 L E P R O G R A M M E D ’ A P P U I A U S O U S S E C TE U R D U T R A N S P O R T R U R A L

La stratégie présente le diagnostic, les fondements et la axes stratégiques de

15
Ce sont : (1) appui aux Organisations paysannes, (2) appui institutionnel au Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, (3)
diversification de la production agricole, (4) conservation, transformation et commercialisation des produits agricoles, (5) élevage, (6) pêche,
(7) financement rural, (8) législation rurale et des produits agricoles, (9) gestion des ressources naturelles et fertilité des sols, (10)
infrastructures rurales, (11) genre et développement, (12) communication et information rurale, (13) suivi et évaluation, (14) vulgarisation et
formation.
16
Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole (PSRSA, 2008)
17
La Stratégie est actuellement en cours de révision
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
34

développement du secteur. Les éléments les plus importants et pertinents à notre mandat
sont cités ci-dessous :

Tableau 2 : Eléments de diagnostic

Faiblesses Forces
Sous-secteur des infrastructures routières
non effectivité du transfert de la gestion des - existence d’un Fonds Routier autonome
pistes aux Collectivités locales -disponibilité des financements extérieurs des
bailleurs de fonds
Sous-secteur services de transport routier
-insuffisance de gares routières dans les - bon état de praticabilité des routes de desserte
centres urbains (nombre et gestion) des pays de l’hinterland (Cotonou-Porga,
-insuffisance de parkings véhicules poids Cotonou-Malanville)
lourds
Sous-secteur fluvio-lagunaire18
-non disponibilité des aménagements de base -existence de nombreux cours et plans d’eau
-manque de moyens techniques et financiers -existence de potentialités agricoles, piscicoles
des collectivités locales et touristiques des zones desservies par ces
cours d’eau
-existence des lois de la décentralisation
définissant la responsabilité des collectivités
locales dans le développement du sous-secteur
Source : SNTR 2007 – 2011

Les fondements de la SNTR sont :

• La loi 97-028 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République


du Bénin, attribue aux communes des compétences en matière d’infrastructures,
d’équipements et des transports. Elle prévoit des dispositions comme suit :

Article 88 : «Pour les voies qui ne relèvent pas expressément d’autres Institutions et
Organes, la commune a la charge :

- de la réalisation et de l’entretien des routes, des pistes et des ouvrages d’art sur
son territoire ;
- de la réalisation et de l’entretien des voies urbaines et de leur réseau
d’assainissement en zones agglomérées ;
- de la signalisation routière ;
- de la réalisation et de l’entretien des réseaux d’éclairage public».

Article 89 : «La commune a la charge de la réalisation de l’entretien et de la gestion des


gares routières, des embarcadères et des parkings à caractère local ».

18
Le transport fluvio-lagunaire embryonnaire s’effectue par les populations de manière artisanale. Aucun programme n’a
été mis en œuvre pour son développement. Toutefois, des potentialités existent dans ce domaine pour désenclaver les
zones agricoles, promouvoir le tourisme et développer un système de transport public sur les plans et cours d’eau.
L’exploitation du transport fluvio-lagunaire devrait se développer normalement par des initiatives émanant du secteur
privé, des PME, des entités locales.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
35

Article 92 : «La commune réglemente le transport des biens et des personnes dans son
ressort territorial».

• La Stratégie de Transport Rural (mai 2006), qui a pour objectifs de favoriser


l’accessibilité et la mobilité en milieu rural, de contribuer à l’amélioration des conditions de
vie en milieu rural et à la lutte contre la pauvreté, d’assurer la pérennité des infrastructures
de transport rural et le transfert des compétences aux communes conformément aux textes
de la Décentralisation.
• Le Développement Conduit par les Communautés (DCC) qui définit une nouvelle
approche et précise les aspects du renforcement des capacités institutionnelles à mener
dans le contexte de la décentralisation.
• La Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SCRP).

L’objectif global de la stratégie du secteur des transports est de « Développer et gérer les
infrastructures et les services de transport pour soutenir la croissance économique et le bien
être social » par plusieurs objectifs spécifiques dont :
- le soutien aux secteurs productifs et la contribution à la croissance économique ;
- le développement du réseau national des routes et pistes.

L’Axe stratégique n°4 « Développement des infrastructures de transport rural » définit que le
développement des pistes rurales est du ressort des collectivités locales avec l’appui du
Gouvernement. Il est donc nécessaire de veiller à la mise en œuvre de la Stratégie de
Transport Rural à travers les actions ci-après :

- l’aménagement et la préservation des pistes et autres infrastructures de transport


rural ;
- le renforcement des capacités des communes à travers l’assistance à la planification,
à l’organisation et à la gestion des travaux ainsi qu’à la formation du personnel;
- la promotion des moyens intermédiaires de transport (MIT) et des services de
transport en milieu rural.

L’opérationnalisation de la SNTR se fait à travers le Programme d’Appui au Sous-secteur


Transport Rural (PASTR 2012-2013)19 avec l’appui financier de la Coopération danoise au
Bénin20 et de la Délégation de l’Union Européenne au Bénin qui a signé une convention de
partenariat avec le Danemark depuis 2011, dans laquelle elle confie la gestion de ses
ressources (30 millions DKK) à DANIDA pour la mise en œuvre de l’appui à la SNTR. Ce
partenariat devra prendre fin en décembre 2012.

19
Le Programme a une composante « pistes communales ».
20
La contribution danoise à la mise en œuvre de la phase 1 du PASTR s’élève à environ 100 millions de DKK répartis comme
suit : (i) un Fonds de soutien à l’entretien courant et à la construction des Infrastructures de Transport Rural (ITR) pour 69
millions DKK; (ii) un Fonds d'Assistance Technique nationale et régionale pour 8,5 millions DKK; (iii) un Fonds d'Assistance
technique aux Communes, Divisions territoriales des Directions Départementales, appui des Équipes Mobiles pour 16,5
millions DKK et (iv) un Fonds de 6 millions DKK pour les Audits, études, revues et évaluations. Cet appui permettra de
financer les activités de développement des infrastructures de transport rural (ITR) et de renforcement de capacités des
acteurs suivant les principes et procédures de la SNTR. Un Manuel de Procédures existe pour servir de document cadre à la
gestion du Programme

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


36

La contribution du Bénin sera de 11,3 millions de DKK assurée par le Fonds Routier et la
gestion du PASTR. Elle se fait dans une démarche d’appui à la maîtrise d’ouvrage
communale suivant les procédures et mécanismes de la SNTR.

Le document de programme de la phase 2 du PASTR est déjà élaboré et finalisé en mars


2012.

3.5 L A S TR A TÉ G I E N A TI O N A L E P O U R L A P R O M O T I O N D E S M A TÉ R I A U X L O C A U X D E
C O N S T R U C TI O N
La stratégie nationale de promotion des matériaux locaux de construction est exprimée à
travers des documents et textes suivants :

• Décret présidentiel N°2005-482 du 04 août 2005 port ant prise en compte des
matériaux locaux dans les constructions publiques

Le décret définit le matériau local comme toute substance naturelle d’origine minérale,
végétale ou animale du territoire national.

Aux termes du chapitre sur l’utilisation des matériaux locaux dans les constructions
publiques, l’Article 2 stipule : la conception et la réalisation de toute infrastructure socio-
communautaire (école, centre de santé, terrain de sport, maison des jeunes et de la culture,
marché, jardin, place publique, etc.), de tout logement social, de tout bâtiment des services
publics doivent justifier de l’utilisation, au moins à 25% de leur valeur, de matériaux locaux
ou de matériaux produits sous licence béninoise.

Selon l’Article 3, les corps d’état concernés par les dispositions de l’Article 2 concernent le
gros-œuvre, la charpente – couverture – plafond, les menuiseries, la peinture, le revêtement,
la plomberie- sanitaire, l’électricité, les voiries et réseaux divers (VRD).

• Etude Marketing et élaboration d’une stratégie nationale pour la promotion des


matériaux locaux de construction au Bénin

Dans le secteur de la construction de bâtiment au Bénin, nous distinguons l’utilisation des


« matériaux traditionnels » prélevés dans le voisinage immédiat par les autochtones et
l’utilisation des « matériaux modernes » auxquels un style architectural, un mode de pensée,
un savoir-faire et un circuit d’approvisionnement sont associés.

Dans le décor de dualisme traditionnel/moderne et rural/urbain, il se pose la problématique


de l’intérêt économique et écologique des matériaux de construction utilisés dans le secteur
des BTP.

Les spécialistes ont fait le constat de la cherté de plus en plus croissante de l’utilisation des
matériaux dits « modernes ». Il s’agit du ciment, des briques de ciment, du béton, de la tôle,
de l’acier, du verre ou vitre, de l’aluminium et des pierres ornementales. Ces matériaux se
prêtant à un alignement sur les modèles architecturaux occidentaux. Force est de constater
que malgré leur atout, ils ne sont pas toujours adaptés aux conditions climatiques du Bénin :
inconfort thermique, nuisance sonore et mauvais vieillissement ou dégradation, etc.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
37

Depuis quelques années, des réflexions et des actions sont menées au Bénin pour corriger
ce modèle de vie qui constitue une source de fuites financières pour l’économie nationale et
d’inconfort pour les utilisateurs.

3.6 L A P O L I TI Q U E N A TI O N A L E D E D É V E L O P P E M E N T D E L ’ A R T I S A N A T ( P N D A )

Du fait de l’option pour l’économie de marché et du désengagement de l’Etat du secteur


productif et des secteurs vitaux de l’économie, le secteur de l’artisanat bénéficie d’une
batterie de mesures législatives et réglementaires (lois, décrets, arrêtés) favorables à la
promotion des activités exercées par le secteur privé (Davodoun, avril 2007).

La Loi N°98-037 du 22 novembre 2001 portant Code de l’Artisanat en République du Bénin


retient onze branches d’activités artisanales :

a) Bâtiment g) Art et décoration


b) Alimentation h) Poterie et céramique
c) Métaux et construction mécanique i) Installation, maintenance,
Entretien, réparation, images
d) Pierre, j) Electronique, électricité, froid
e) Bois et fibres végétales k) Hygiène et soins corporels
f) Textiles, habillement, cuir et peaux l) etc.

La Vision de la PNDA est « un secteur bien organisé, à l’horizon 2025, où opèrent des
entreprises artisanales compétitives, contribuant notablement, par la valorisation du
patrimoine national, à la prospérité de l’économie nationale et au bien-être social de l’artisan
et du Béninois, dans un pays uni et de paix ».

Concernant la stratégie de mise en œuvre de la PNDA, des stratégies d’actions sont


retenues par objectif. Ainsi, par rapport à l’Objectif 2 « mise en œuvre des mesures
incitatives et attractives concourant au développement des activités artisanales» de
l’Orientation 1 « amélioration des conditions-cadres », la stratégie d’action 7 est formulée de
la manière suivante : créer et /ou viabiliser des zones d’activités artisanales dans les
Départements, les Communes, les Arrondissements, les quartiers de ville et villages.
Un partenariat stratégique est à construire avec le secteur de l’artisanat pour la réalisation
des IEM.

3.7 P O L I TI Q U E N A TI O N A L E G E N R E

La prise en compte du genre doit être perçue comme une valeur ajoutée par rapport aux
objectifs de création de richesse et de croissance pour un développement humain durable.
En effet, cette dimension genre permet de voir comment les rapports sociaux inégalitaires de
genre constituent une entrave à une meilleure productivité des hommes et des femmes, à
leur pleine participation au développement du pays pour la réduction de la pauvreté et
l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement21.

21
Epiphane ADJOVI, Intégration transversale du genre dans les politiques publiques sectorielles
nationales et allocations de ressources, Etude & Document N° 012/2010, CAPOD, Septembre 20 10
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
38

Le document de politique de promotion du genre au Bénin


Le document de Politique Nationale de Promotion du Genre a été adopté par le Conseil des
Ministres le 18 mars 2009, conformément au relevé n°11/PR/SGG/REL du 19 mars 2009.

Ce document sert de cadre référentiel aux stratégies ou actions destinées à réduire, voire
éliminer les disparités entre les hommes et les femmes d’ici l’horizon 2025.

L’objectif global de la Politique Nationale de Promotion du Genre est de « réaliser au Bénin


d’ici à 2025, l’égalité et l’équité entre les hommes et les femmes en vue d’un développement
humain durable ».

Cinq (05) orientations stratégiques ont été identifiées et déclinées en stratégies susceptibles
de permettre d’atteindre l’objectif de développement retenu :
• Mettre en place des mesures rendant effectives l’égalité et l’équité entre homme et
femme dans l’accès à l’éducation, à l’alphabétisation et aux structures de prise de
décisions dans toutes les sphères (individuel, familial, communautaire, national et
international).
• Renforcer l’institutionnalisation du genre à tous les niveaux, ainsi que l’application
effective des conventions et textes nationaux et internationaux favorables à l’égalité
et l’équité entre homme et femme.
• Renforcer l’engagement de la société civile et la prise de conscience des femmes et
des hommes pour la promotion du genre tout en assurant une bonne implication des
hommes dans le processus.
• Assurer l’autonomisation des femmes et une meilleure prise en compte du genre
dans les PDC.
• Réduire la pauvreté monétaire des femmes et leur assurer un accès et un contrôle
équitables aux ressources.

La mise en œuvre de la PNPG vise à :


• rendre systématique la prise en compte de la dimension genre dans tous les
domaines et à tous les niveaux ;
• garantir l’égalité des chances et l’égal accès aux ressources, aux hommes et aux
femmes, de même que leur contrôle ;
• créer un environnement favorable à la mise en œuvre des stratégies visant la prise
en compte du genre ;
• assurer une meilleure coordination des actions en matière de genre; et
• promouvoir la recherche et la diffusion de données désagrégées par sexe dans tous
les domaines.

La Politique de Promotion des Femmes Rurales (PPFR), souligne sans ambiguïté


l’importance d’une pleine participation des femmes rurales dans les organisations paysannes
et communautaires. La politique mentionne les orientations stratégiques suivantes :

• Renforcer les capacités d’action des femmes rurales, en particulier renforcer les
capacités d’organisation des femmes rurales et leur participation au sein des
organisations paysannes et autres associations.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


39

• Développer un environnement institutionnel et juridique favorable, en particulier


soutenir l’émergence politique des femmes rurales et leur participation aux prises de
décision.

Il est aujourd’hui clairement admis au niveau du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de


la Pêche (MAEP), que les différents projets et programmes autrefois mis en œuvre, n’ont
jusque-là pas permis d’enclencher le processus réel de promotion de la femme en milieu
rural22. Cela est dû à des nombreuses contraintes qu’elle subit encore. Pour cause, la
stratégie adoptée cherche à préserver et à rehausser les rôles et les responsabilités des
femmes sans tenir compte de leurs rapports ou de leurs relations avec les hommes.

Pour corriger cette insuffisance, l’approche « genre et développement » est actuellement


préconisée. Il s’agit, pour l’ensemble des actions, à entreprendre au niveau du secteur rural,
d’adopter une démarche où la participation de la femme serait perçue de façon transversale.
Cette démarche repose sur les orientations stratégiques suivantes :
• amélioration et renforcement des capacités des services d’appui en adoptant un plan
de formation sur l’analyse différentielle selon le genre ;
• programmation/ planification des actions en différenciant autant que possible selon le
genre ;
• mise en œuvre des programmes et projets suivant une démarche de contact et de
dialogue avec les hommes et les femmes ;
• mesure régulière des effets et impacts des stratégies et actions sur les hommes et les
femmes en instituant un système de collecte et d’analyse de données désagrégées
par genre ;
• sensibilisation des hommes et des femmes en vue d’un changement de
comportement pour un développement équitable et durable.

Pour toute action au niveau de chaque sous-secteur (orientations stratégiques sous-


sectorielles), il faut veiller à :
• assurer l’accès des femmes rurales aux ressources (terre, crédit, main d’œuvre,
technologie et outillage adaptés etc.) ;
• renforcer les aptitudes des femmes rurales à utiliser les ressources par éducation et
la formation ;
• garantir la participation des femmes rurales au processus de décision et à
l’information en favorisant leurs accès aux instances de prise de décision à tous les
niveaux.

4. LE CADRE INSTITUTIONNEL ET LES ACTEURS

L’analyse du cadre institutionnel s’appuie sur deux documents de référence qui ont fait une

analyse pertinente du sujet dans le cadre du DER. Il s’agit de l’étude : Analyse


institutionnelle des organisations nationales œuvrant dans le secteur du développement rural
dans les départements du Borgou et de l’Alibori,( Emmanuelle BERNY, juillet 2011) et de :
Mission de formulation du nouveau programme d’appui de la coopération suisse au secteur

22
MAEP ; Schéma Directeur du Développement Agricole et Rural / Volume II
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
40

du développement rural dans les départements du Borgou et de l’Alibori, (Dr Guillaume


Hounsouvè & Maxime Coulibaly, rapport de la mission effectuée du 14 mars au 5 juillet
2011).

Les acteurs du DER sont également ceux qui animeront le développement des
infrastructures économiques et marchandes. Il s’agit de :

- L’Etat
- Les Collectivités Territoriales
- Les organisations socio professionnelles
- Le secteur privé
- La société civile
- Les projets et programmes .

4.1 L ’ E TA T
Dans le cadre des IEM comme dans la plupart des secteurs de développement, l’Etat se
concentre sur ses fonctions régaliennes de coordination, régulation, facilitation, veille et
contrôle, et à la fourniture des biens et services publics correspondants. Il assume ces
fonctions directement, à travers ses services centraux et déconcentrés, et/ou en partenariat
avec les autres acteurs (chambres consulaires, secteur privé, PPP….). Les fonctions
régaliennes de l’Etat dans le secteur IEM sont partagées par plusieurs ministères que sont le
ministère de la décentralisation, de la gouvernance, de l’administration et de l’aménagement
du territoire (MDGLAAT), le Ministère des finances et de l’économie (MFE), le Ministère des
travaux publiques et des Transports (MTPT), le Ministère de l’Environnement et de l’Habitat
(MEH) et le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (MAEP). Mais l’acteur
central reste dans le cadre de la décentralisation le Ministère de la décentralisation, de la
gouvernance, de l’administration et de l’aménagement du territoire (MDGLAAT).

Les différents services déconcentrés de l’Etat sont coordonnés, au niveau départemental,


par la préfecture. Les responsables des services déconcentrés de l’Etat assistent le Préfet
de département dans son rôle de coordination des activités au niveau départemental. Le
préfet est chargé : de la tutelle des collectivités territoriales décentralisées ; de l’installation
des conseils communaux ou municipaux dans les huit jours qui suivent la proclamation des
résultats des élections ; de la mise en œuvre des projets à caractère départemental ; de la
supervision, de l’harmonisation et du contrôle de toutes les activités des services techniques
déconcentrés du Département.

Dans le cadre de ses attributions d’autorité de tutelle des communes dans le Département,
le Préfet approuve entre autres le budget communal et ses modifications en cours d’exercice
; les modalités de mise en œuvre des impôts, droits et taxes locaux et la fixation des tarifs et
autres ressources non fiscales ainsi que leur modalité de perception ; le montant, la durée, la
garantie et les modalités de remboursement des emprunts ; le montant, la garantie et les
modalités d’octroi et de remboursement des avances de prêts ; l’élaboration de tous les
documents d’urbanisme ; etc.

La préfecture est la tutelle chargée d’apporter son assistance-conseil. L’article 28 du décret


N°2002-376 du 22 août 2002 portant organisation et fonctionnement de l’administration
départementale stipule que « le préfet a une mission d’assistance et de conseil à la
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
41

commune ». La mission d’assistance-conseil est une mission obligatoire de l’Etat qui


incombe au préfet en sa qualité d’autorité de tutelle et qui consiste à mettre, à titre gratuit ou
payant, l’expertise de l’Etat à la disposition des communes en vue de l’exercice correct de
leurs compétences. Le programme d’assistance-conseil élaboré par le préfet doit être
examiné et adopté par la Conférence Administrative Départementale (CAD, art. 2 du décret
2001-409 du 15 octobre 2001).

Les services centraux de l’Etat sont chargés de la définition de la politique et des stratégies
dans le secteur IEM. Les services déconcentrés de l’Etat existent au niveau des régions et
des communes (CERPA/CeCPA). Ils travaillent en étroite collaboration avec les acteurs
locaux (collectivités locales, OPA, etc.) pour apporter un appui et une assistance aux
services techniques communaux/municipaux et intercommunaux.

4.2 L E S C O L L E C TI V I TE S TE R R I T O R I A L E S

Les collectivités territoriales sont au cœur des enjeux du développement économique local et
partant du DIEM. Dotées de la personnalité juridique et de l’autonomie financière, elles ont
de larges compétences relatives au développement local, à l’aménagement du territoire, aux
services sociaux et aux infrastructures économiques collectives de base. Elles ont donc
compétence pour décider du développement du secteur IEM au niveau local et ce en
collaboration avec les structures déconcentrées de l’Etat et les autres acteurs dont les OPA
dans le cadre de l’élaboration et la mise en œuvre des plans de développement.

Les prérogatives à elles conférées par la loi sur la décentralisation constituent un atout
important, notamment en ce qui concerne le développement économique local au cœur
duquel se trouvent les IEM. Dans ce domaine, les communes peinent toujours à mobiliser
des fonds propres conséquents pour soutenir la réalisation d’IEM structurantes.

La décentralisation étant en principe étroitement couplée à la déconcentration, les structures


étatiques doivent opérer une importante réorganisation de leurs tâches de tutelle,
d’appui/conseil des collectivités territoriales et de coordination des actions de
développement, tant au niveau des ressources humaines des ministères sectoriels qu’au
niveau de la stratégie de déconcentration budgétaire.

4.3 L E S O R G A N I S A T I O N S S O C I O P R O F E S S I O N N E L L E S (OPA)
Les organisations socio professionnelles sont des acteurs clefs dans le développement
économique local et partant le développement des IEM.

4.2.1 La plateforme et les faîtières nationales des OP

La PNOPPA : la Plateforme Nationale des Organisations Paysannes et des Producteurs


Agricoles est la faîtière regroupant différentes OP structurées jusqu’au niveau national dont
la Fédération des Unions de producteurs du Bénin (FUPRO), le Groupement des Exploitants
Agricoles (GEA), l’Association Nationale des Organisations de Professionnels Eleveurs de
Ruminants (ANOPER). Elle peut faire du lobbying au niveau national pour qu’une place de
choix soit accordée aux DIEM pour valoriser les productions à la base.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


42

La FUPRO : Créée en 1994, la Fédération des Unions de Producteurs du Bénin est d’abord
partie sur une base territoriale (notamment dans les régions cotonnières). Dès 1999, la
FUPRO a pris en compte la dimension économique en créant les OP filières. Ce processus a
conduit à la refondation de la FUPRO en 2007 avec à la clé une nouvelle répartition des
rôles entre les organisations territoriales et les filières. La FUPRO a longtemps été une
coopérative mais est devenue récemment un syndicat, afin que son statut soit plus en
conformité avec ses activités de plaidoyers.

Ainsi la FUPRO est composée de 11 structures membres : 6 unions régionales de


producteurs (les ex UDP) et 5 filières : l’association nationale des producteurs de coton,
l’association régionale des femmes agricultrices (ARFA), le Conseil de Concertation des
Riziculteurs du Bénin, l’association nationale des aviculteurs béninois, l’association nationale
des maraîchers (provisoirement exclue pour des problèmes statutaires).

Les missions que la FUPRO, s’est assignées, sont les suivantes :

• L’amélioration des conditions de vie et de travail des producteurs agricoles


• Le renforcement de la position des producteurs agricoles dans l’arène de
développement
• La maîtrise par les producteurs des enjeux nationaux, régionaux et internationaux du
développement en général et du secteur agricole en particulier.

La FUPRO défend l’agriculture familiale, le changement de la perception du producteur (non


comme un objet mais comme un partenaire égal), une agriculture respectueuse de
l’environnement, la gouvernance démocratique, équité et égalité du genre. On constate que
les valeurs défendues par la FUPRO sont, par endroit, proches de celles de la PNOPPA.

4.4 L E S C H A M B R E S C O N S U L A I R E S

4.1.1 La Chambre Interdépartementale d’Agriculture (CIA) :

Le Réseau des Chambres d’Agriculture du Bénin est un établissement public autonome à


caractère professionnel sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et des Pêches
(MAEP). Il est censé assurer une bonne représentativité du monde rural dans les instances
de décisions nationale. Il se met progressivement en place avec une amorce de
dynamisation qui devait permettre d’animer le partenariat et les appuis en direction du
monde paysan. Il n’a pas encore acquis sa pleine légitimité dans le nouveau paysage
institutionnel béninois. Ces institutions consulaires sont pourtant appelées à jouer un rôle
important, complémentaire des organisations paysannes qui y sont d’ailleurs représentées.
Les Chambres d’Agriculture sont le creuset de représentation du monde rural. A terme, elles
doivent devenir le lieu de rencontre et de concertation des différents acteurs agricoles, et
l’instrument privilégié pour organiser les services au monde rural. Elles doivent être au cœur
de l’identification et la planification des investissements dans le domaine des IEM.

4.4.2 La Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB)

La CCIB est la plus ancienne des institutions consulaires béninoises, créée en 1908. Depuis,
la CCIB a connu diverses restructurations, dont celle qui a abouti à la création de ses
antennes départementales, il y a sept ans. Elle se penche peu sur les questions de
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
43

commercialisation de produits agricoles. Sa préoccupation dans ce domaine porte sur les


produits qui s’exportent : elle réfléchit à une chambre de négoce pour l’anacarde et le karité.

Globalement, les chambres consulaires sont peu actives dans le domaine du DER. La CIA,
n’est pas véritablement fonctionnelle. Les autres chambres consulaires, quoi que
concernées par les questions de DER, sont assez peu actives dans ce domaine (la CIM
touche peu les transformatrices agro-alimentaires et la CCIB s’intéresse à la
commercialisation de seulement deux produits agricoles : l’anacarde et le karité).

4.4.3 La Chambre Interdépartementale des métiers (CIM)


L’UCIM (union des chambres interdépartementales des métiers) et les CIM (Chambres
Interdépartementales des Métiers) ont été créées par décret N° 2003-557 du 24 décembre
2003 pris en Conseil des ministres, sur proposition du ministre de la culture, de l’artisanat et
du tourisme, et leurs statuts approuvés par décret N° 2004-045 du 04 février 2004. L’UCIM
est une émanation des CIM. Elle est composée des présidents et vice-présidents des CIM et
de 6 membres désignés en assemblée consulaire des CIM.

La CIM Borgou-Alibori, est un établissement public doté de la personnalité morale et placé


sous tutelle du Ministère de l’artisanat. Bien que créée en 2003, la CIM a connu ses
premières élections consulaires en 2009.

L’assemblée plénière est composée de 33 membres (mandat de 5 ans renouvelable), élus


par branche de métiers : 28 membres proviennent des branches d’activités (onze branches,
chacune subdivisée en corps de métiers) ; 5 représentants indépendants élus par des
électeurs indépendants de leur branche d’activité. On note que ce système de représentation
permet à chaque corps de métier d’avoir une place au sein de l’instance. En revanche, et à
la différence de la chambre d’agriculture, aucune disposition ne prévoit la place des femmes
dans les instances consulaires. Certaines branches sont encore insuffisamment
représentées (seulement 26 élus sur les 33 prévus) car certains corps de métiers adhèrent
encore peu à la CIM.

La CIM souffre d’un manque de moyens de fonctionnement. Ceux-ci doivent être alloués par
la tutelle. L’appui du BAA leur a permis de s’équiper. Les ressources propres proviennent
des cotisations: droit d'élaboration de la carte d’artisan (1000 F ; la carte est valable 2 ans).

La CIM est potentiellement un acteur du DER pour les volets transformation et fabrication de
matériel agricole, mais les activités conduites jusqu’ici n’ont pas concerné de façon
spécifique ces aspects. Les transformateurs agro-alimentaires constituent une des branches
de la CIM. Malheureusement les transformatrices regroupées en GF se sont peu inscrites
aux élections consulaires. Ce sont les corps de métiers mieux répertoriés qui sont présents
dans cette branche (bouchers, boulangers…).

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


44

4.4 L E S E C TE U R P R I V É

Le secteur privé à travers des opérateurs individuels ou diverses associations


professionnelles, joue un rôle important dans le dispositif institutionnel des infrastructures
économiques et marchandes pour l’organisation des activités en amont (approvisionnement
en intrants, fourniture d’équipements agricoles, etc.) et en aval de la production
(transformation, commercialisation, exportation, prestations de services, etc.). Il est de ce fait
considéré comme le levier de la relance du secteur de l’économie. Toutefois, leurs actions
ne compensent pas encore tout à fait le vide laissé par l’Etat dans certains domaines,
notamment la vulgarisation, la recherche et les autres services dont la rémunération n’est
pas évidente ou immédiate. Le Partenariat Public-Privé est jugé de plus en plus
indispensable pour le développement du secteur.

Mais le diagnostic des entreprises intervenant dans les IEM a révélé de nombreuses
faiblesses ou insuffisances :

- Les dirigeants n’ont souvent pas une formation de base dans le domaine des BTP et
ils n’associent pas souvent les techniciens aux décisions
- La sous évaluation des offres
- La mauvaise appréciation des délais d’exécution
- Un personnel clé peu qualifié, sans expérience et souvent instable
- Le non-respect des plannings d’exécution
- Non-respect du déploiement du personnel (surtout d’exécution) tel que mentionné
dans les plannings ;
- Le sous-équipement : insuffisance de certains équipements de chantier, notamment
le nombre de bétonnières ou de vibreurs exigé ;
- La faible prise en compte des mesures environnementales, de sécurité, d’hygiène et
de santé

Bref, des difficultés de gestion/planification sur de nombreux plans : organisationnel, des


ressources humaines, matériel, financier, etc. La difficulté commune à la plupart des
entreprises est la question de l’accès au crédit auprès des banques pour faire évoluer les
travaux et principalement pour lancer les commandes de matériels, matériaux et
équipements nécessaires à l’exécution du second œuvre.

Les opérateurs privés s’organisent de plus en plus par le biais de leurs représentants au
niveau des secteurs et sous-secteurs d’activités, notamment au sein des différentes filières
de production agricole. Les familles professionnelles concernées devront mieux se structurer
pour contribuer à la mise en place et à l’animation des interprofessions qui gouverneront le
fonctionnement des filières.

4.5 L E S O R G A N I S A T I O N S D E L A S O C I É TÉ C I V I L E

Les Organisations de la Société Civile comprennent les ONG nationales et internationales,


diverses Associations et Plateformes. Les Organisations Non Gouvernementales jouent au
Bénin un rôle important en apportant leurs capacités et expériences aux OPA et aux

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


45

communautés rurales à la base. Elles occupent une place non négligeable, au sein de
l’espace né des besoins d’appui rapproché du monde rural. Si les ONG internationales ont
les capacités voulues, les ONG nationales restent encore faibles par manque de moyens
techniques et financiers. Leur professionnalisation sera renforcée par des actions de
formation et d’accompagnement appropriées.

Les OSC en général, s’investissent dans la mobilisation autour des enjeux de politique de
développement et de gouvernance économique à travers la surveillance des politiques,
l’information et la communication, le plaidoyer/lobbying, les prises de position, etc. Elles sont
appelées à mieux se structurer et se renforcer pour continuer d’accompagner efficacement
les autres acteurs sur les enjeux de politique agricole et de gouvernance économique, la
mise en place de mécanismes de concertation et des alliances stratégiques. Aussi devront-
elles contribuer par leurs réflexions, actions et prises de position à mieux éclairer les
décisions concernant toutes les questions de politique agricole.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme ASGoL, Social Watch est en charge du
volet Contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) depuis le 14 juillet 2008.

Les activités conduites sont (i) l’organisation de séances de concertation entre population et
autorités locales, qui ont permis notamment d’aborder la question de l’incivisme fiscal ; (ii) la
diffusion d’émissions radio, (iii) l’organisation de séances de sensibilisation dans les
arrondissements sur les droits et les devoirs des citoyens dans le contexte de la
décentralisation, (iv) la réalisation de plaidoyers en faveur de la tenue de séances de
reddition des comptes. En 2010, six communes sur sept ont conduit ces séances. Certaines
équipes communales se sont rendues dans les arrondissements pour ces séances ; v) la
présence aux séances du conseil communal ; vi) les activités de veille citoyenne comme le
suivi des chantiers, vi) les activités de médiation. En 2010, les cellules ont expérimenté le
déploiement de leur activité au niveau de 8 arrondissements pilotes23.

4.6 L E S P R O J E TS E T P R O G R A M M E S I N T E R V E N A N T D A N S L A Z O N E

De nombreux projets et programmes contribuent au développement du secteur agricole et


des infrastructures économiques et marchandes. Il est à souligner que dans le contexte
béninois, la volonté de plus en plus manifeste des PTF d’engager des actions concertées et
de formaliser le dialogue avec les autorités du Bénin et les autres acteurs du secteur, permet
de faciliter, dans le respect de l’esprit de la Déclaration de Paris, la coordination des
interventions des partenaires au développement et du Gouvernement.

Les principaux projets et programmes intervenant dans le domaine des IEM sont :

• Le projet de Développement Economique et Rural (champ DER)


La Coopération suisse, active dans le secteur agricole depuis plus d’une décennie, a acquis
une importante connaissance des acteurs du secteur et des enjeux y relatifs. Suite à une
réflexion stratégique en 2010 (lors de la revue à mi-parcours de la Stratégie de Coopération
Bénin 2008-2012) et pour répondre aux nouveaux défis liés au contexte (apparition des
collectivités locales, repositionnement stratégique du secteur agricole dans la Stratégie de

23
Evaluation du programme ASGOL, Avril 2011
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
46

Croissance pour la Réduction de la Pauvreté - SCRP, Plan Stratégique de Relance du


Secteur Agricole - PSRSA) il a été décidé de réorienter les interventions, qui se basaient sur
deux piliers relativement indépendants, artisanat et production agricole24, pour donner plus
de pertinence, de cohérence et de portée à l’ensemble. Ainsi, cinq programmes
complémentaires et reliés entre eux ont été identifiés. Ils sont axés sur : la productivité
(PASDER - Programme d’Appui au Secteur Développement Rural) ; le plaidoyer (AP/OSP -
Programme d’Appui au Plaidoyer des Faîtières des Organisations Socioprofessionnelles
Agricoles et Artisanes) ; la formation professionnelle (PAFPAA -Programme d’Appui à la
Formation Professionnelle Agricole et Artisane), les infrastructures rurales (DIEM -
Programme Développement des Infrastructures Economiques et Marchandes au Bénin), et
le renforcement des petites et moyennes entreprises (ESTB - Entreprendre Solidaire
avec son Territoire au Bénin). Ces programmes qui ont fait l’objet d’entrées en matière et de
propositions de crédit séparées forment les piliers du champ Développement Economique
Rural (DER).

Le programme DIEM objet de la présente étude s’inscrit donc dans le nouveau champ DER.

• Le Programme de Décentralisation et de Développement des Communes (PDDC)

Le programme de développement de la coopération bénino-allemande en lien direct avec le


secteur des IEM est le Programme de Décentralisation et de Développement des
Communes (PDDC).

La composante « développement des infrastructures communales » du PDDC est financée à


travers le « Fonds d’Infrastructures Villes Secondaires (FIVIS) 25».

Dans sa première phase (2004 - 2007), le FIVIS a appuyé les « villes secondaires »
Abomey, Bohicon, Ouidah et Natitingou et dans sa deuxième phase (2006 - 2009), les
communes de Bassila, Kérou, Pehunco et Tanguiéta.

L’objectif spécifique du projet visait la mise en place d’infrastructures socio-économiques


pérennes et une meilleure gestion des administrations communales.

Les communes bénéficiaires assumaient la maîtrise d’ouvrage des projets qu’elles


réalisaient avec l’appui financier du FIVIS. Le fait de déléguer la conduite de la réalisation à
l’AGETUR n’enlevait rien à ce principe. Elles choisissaient librement les infrastructures
qu’elles proposaient pour financement, dans les limites de l’enveloppe qui leur était allouée
et en observant certaines dispositions (liste négative, montants plancher et plafonds). Leur
avis était requis à toutes les étapes clé de la réalisation ; une fois l’infrastructure achevée,
elles en assument pleinement la responsabilité de la gestion et de son entretien.

Le FIVIS n’acceptait que des infrastructures inscrites dans le PDC de la commune. Parmi les
infrastructures qui remplissaient ce critère, le FIVIS donnait la priorité aux infrastructures
marchandes.

24
ASAA (Appui Suisse aux Artisans et Artisanes) et ASPAP (Appui Suisse à la Population Agro-Pastoral)
25
Les ressources du FIVIS proviennent de la coopération financière allemande (KfW), des communes
bénéficiaires et du Gouvernement béninois.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
47

Le FIVIS apportait un appui aux communes (mode de gestion transparent et efficace des
infrastructures marchandes ; maîtrise d’ouvrage communale, amélioration de la gestion
budgétaire).

• Projet National d’appui au Développement conduit par les Communautés (PNDCC) et


le Projet de Service de Développement Conduit par les Communautés (PSDCC)

Ces deux (2) projets ont été financés par la Banque Mondiale. L'approche de
Développement conduit par les communautés (DCC) - tel qu'il fonctionne au Bénin depuis
2005 – permet d’améliorer la performance des investissements dans les services de base.
Fondamentalement, cette approche vise à habiliter les communautés à identifier et à mettre
en œuvre des activités de développement à petite échelle et peu complexes. Les
communautés pauvres identifient leurs besoins locaux, reçoivent des fonds, programment et
exécutent les projets sélectionnés et assurent un suivi des services qui en résultent. Elles
ont assumé ces fonctions en partenariat avec les communes qui leur ont délégué l'autorité
de mettre en œuvre de tels projets dans le cadre des Plans de développement communaux
(PDC).

L'approche DCC au Bénin a été très largement utilisée par les communautés dans tout le
pays sous l'égide du Projet National d’appui au Développement conduit par les
Communautés (PNDCC : 2005 - 2012)26. Sur la base de l'expérience du PNDCC, l'approche
DCC a été également adoptée par le Ministère de l’Éducation pour le tiers des écoles
primaires construites dans le cadre de l’IMOA-EPT. Cette dernière expérience a démontré
qu’en matière d’écoles primaires, l’approche DCC a permis l’obtention de résultats plus
rapides et plus économiques que les méthodes conventionnelles employées pour les
infrastructures de services de base de moindre complexité construites à l'échelle des villages
(Document de proposition de crédit du PSDCC, avril 2012).

Le nouveau Projet de Services de Développement Conduit par les Communautés (PSDCC)27


démarré en juillet 2012 avec un ancrage institutionnel du Secrétariat des Services de
Développement Conduit par les Communautés (SSDCC) au Ministère de la Décentralisation,
de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire
(MDGLAAT).

La Composante 1 du PSDCC (Subventions aux communes pour la fourniture de services de


base avec un budget de 36 millions $ USA) appuiera les communes dans la mise en place
des infrastructures locales nécessaires aux services de base et dans la délégation aux
communautés de la responsabilité de la construction de ces infrastructures, notamment les
écoles primaires, postes de santé, systèmes d’approvisionnement en eau et les boutiques et
hangars de marchés.

26
Le budget du PNDCC est composé de 37,7 de crédits IDA et de 24,3 millions $ US de don IDA. Le Projet a
financé la réalisation d’infrastructures dont les IEM au niveau communal et communautaire. Il a aussi renforcé
la capacité des communes à intégrer l’approche DCC dans leurs plans de développement et à déléguer, dans le
cadre de cette approche, la mise en œuvre d'éléments de ces plans aux communautés. Il a par ailleurs aidé les
ministères sectoriels (tels que l'éducation, la santé, l'eau et l'assainissement, l'agriculture, l’élevage, et la
pêche) à intégrer l'approche de DCC dans leurs stratégies respectives
27
Le Budget total du PSDCC est d’environ 46 millions $ USA.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
48

80% des ressources disponibles serviront à financer des investissements communautaires


cohérents avec les PDC dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’eau et des
infrastructures marchandes. Les communes délégueront aux communautés la responsabilité
d’exécution de ces sous-projets relativement simples. Les fonds nécessaires seront
transférés aux communes par le biais d’un guichet spécifique du FADeC et ne seront
disponibles qu’à la suite de la signature par la commune et la communauté d’un accord de
délégation d’exécution d’un sous-projet admissible. Une fois que les allocations
prévisionnelles aux communes auront été effectuées, les conseils municipaux procéderont à
la sélection des communautés bénéficiaires à partir de critères prédéfinis de pauvreté et de
manque d’accès aux services de base.

Dans les cas d’investissements plus complexes touchant plusieurs villages, les communes
resteront responsables de la mise en œuvre. La Composante 1 consacrera 20% de ses
ressources au financement d’infrastructures de niveau communal. Les fonds nécessaires
seront transférés aux communes par le biais du Guichet « FADeC non affecté » en accord
avec les procédures d’allocation, de transfert, de gestion et de compte-rendu propres à ce
guichet. De façon plus spécifique, l’allocation entre les communes sera effectuée sur la base
des procédures du FADeC administrée par la CONAFIL. Les transferts seront périodiques et
suivront le calendrier des transferts du FADeC pour une année donnée. Les fonds IDA
seront liés à des investissements spécifiques prévus aux PDC.

• Programme d’Appui au Monde Rural des Départements de l’Atacora et de la Donga


(PAMRAD)

Le PAMRAD co-financé par la CTB et le gouvernement du Bénin visait l’amélioration des


conditions de vie des populations des deux départements à travers un appui à la promotion
des filières, au développement de services financiers adaptés et au renforcement des
capacités de maîtrise d’ouvrage des communes. Pour atteindre ses résultats, le projet a mis
en place un Fonds d’équipement communal appelé « Guichet Filières Agricoles Porteuses
(FAP) » d’un montant de 236 millions FCFA, qui a financé la réalisation d’équipements
agricoles initiés par les communes dans le cadre de ses dépenses publiques en appui à la
production agricole.

Pour être éligible au guichet, le projet devait être inscrit dans le PDC ou le plan annuel
d’investissement (PAI) et le budget de la commune. Il devait être un projet d’infrastructures
ou d’équipements à caractère collectif visant la promotion des filières riz, maraîchage,
anacarde, fonio, la pisciculture et l’apiculture (production, conservation, transformation,
commercialisation et désenclavement des zones de production).

L’identification et le choix définitif des micros projets à réaliser se faisaient par délibération
du Conseil Communal sur la base des prévisions inscrites au PDC et/ou au PAI. En fonction
de la complexité du micro projet, l’administration communale se faisait assister par les
services déconcentrés du ministère en charge de l’agriculture (centre communal de
promotion agricole-CeCPA). Les organisations professionnelles agricoles des filières
concernées étaient, dans certains cas, véritablement impliquées dans l’élaboration du
dossier de micro projet. Il en est de même des élus responsables des entités infra
communales (chef de village, chef d’arrondissement) qui collaborent à l’information, à la
mobilisation ainsi qu’à la mise à disposition des sites pour abriter les réalisations.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


49

Les micros projets soumis et approuvés étaient des infrastructures de stockage, de


commercialisation et de désenclavement. Les micros projets adoptés par les conseils
communaux sont transmis à l’ACAD pour soumission au CAAP pour étude. La maîtrise
d’ouvrage était entièrement assurée par la commune bénéficiaire selon la règlementation
nationale sur les marchés publics.

• Programme d’Appui au Plan de Développement Communal (PAPDC)

Le PAPDC28 dans les Départements de l’Atacora, de la Donga, du Mono et du Couffo a


accompagné de 2008 à 2012 les Collectivités Territoriales dans la mise en œuvre de leurs
projets de développement. La logique d’intervention était axée sur le faire-faire et la pleine
responsabilisation des autorités communales dans la gestion intégrale de la maîtrise
d’ouvrage.

Concernant la promotion des infrastructures marchandes (boutiques, hangars, gares


routières, boucheries) inscrites dans les PDC, l’objectif du choix des infrastructures est la
multiplication des sources potentiels de revenus et la promotion des activités économiques.
La mise en œuvre des investissements a suivi quatre étapes : (i) le choix des équipements
marchands, (ii) la passation des marchés, (iii) l’exécution des marchés et (iv) la mise en
service des équipements marchands. Ici, plusieurs types d gestion sont offerts aux autorités
communales : la gestion directe ou régie directe (boutiques, magasins et boucheries) et la
gestion déléguée (gares routières réfectionnées).

Les infrastructures marchandes réalisées dans les deux Régions d’intervention du PAPDC
sont : 126 boutiques, 108 hangars, 04 postes de recouvrement, 05 boucheries et 02 gares
routières réfectionnées. Les recettes issues de ces nouveaux équipements, comparées aux
recettes annuelles issues de l’ensemble des services marchands de 2010 (notamment les
recettes des marchés), ont montré une augmentation de près de 40%.

• Fonds d’Appui aux Filières Agricoles (FAFA Mono-Couffo et FAFA Atacora-Donga)


La CTB a appuyé la réalisation des investissements communaux à travers le FAFA pour les
filières riz et cultures maraîchères (FAFA Départements du Mono et du Couffo) et pour les
filières riz et anacarde (FAFA Départements de l’Atacora et de la Donga).

Les modes opératoires du FAFA Mono-Couffo (pris en exemple) se présentent comme suit :
Les investissements à réaliser visent exclusivement les filières riz et maraîchage et émanent
d’une demande des bénéficiaires portée par la Mairie et/ou directement de la mairie. Les
investissements communaux éligibles doivent avoir l’objectif de promotion de l’économie
locale à travers le développement d'activités localisées au niveau de tous les maillons des
filières riz et maraîchage.

• Facilité d’Appui aux Investissements Agricoles dans les Régions Mono-Couffo et


Atacora-Donga (FAIA)29

28
Le PAPDC est cofinancé par le Royaume de Belgique et le Gouvernement du Bénin pour un montant de plus
de 8 milliards de FCFA
29
La durée est 72 mois. Contribution du Bénin : 100 millions FCFA. Contribution belge : 11 millions d’Euros
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
50

Etant à son démarrage, la FAIA a pour finalité d’améliorer durablement les revenus et la
sécurité alimentaire des populations du Mono, du Couffo, de l'Atacora et de la Donga30.

Le projet s’intéressera plus particulièrement à la problématique des investissements


susceptibles de contribuer au développement des filières et contribuera fortement à
augmenter ces investissements dans les régions concernées. Il s’agit :

 Des investissements publics consentis dans le cadre de stratégies de développement


local, définies de manière concertée entre les acteurs locaux pour améliorer la
compétitivité des filières,
 Des investissements privés consentis par les opérateurs privés dans le cadre de
plans d’entreprises viables et porteurs de valeur ajoutée pour le développement des
filières.

La FAIA se propose d’articuler les stratégies de développement territorial et les stratégies de


promotion des filières agricoles de manière à ce qu’elles se renforcent mutuellement. Elle
s’insère dans une approche complète « programme » élaborés par les partenaires belges et
béninois pour le secteur agricole.

L’objectif spécifique de la FAIA est « Les conditions d'investissement pour le développement


des filières agricoles sont durablement améliorées dans les communes du Mono, du Couffo,
de l’Atacora et de la Donga ».

Les activités proposées s’articuleront autour de quatre composantes :

Composante 1 : Amélioration des capacités des acteurs (Collectivités territoriales, Services


Techniques Déconcentrés et Opérateurs privés) à inscrire leurs interventions dans une
perspective concertée de développement économique local permettant de valoriser les
avantages comparatifs du territoire en matière d’agriculture.

Composante 2 : Appui aux communes pour la réalisation d’infrastructures et aménagements


publics/collectifs

Elle contribue à l’amélioration de la compétitivité des filières. Sur base des priorités définies
par les acteurs (Output de la composante 1), le projet accompagnera les collectivités locales
dans leur rôle de maîtrise d’ouvrage pour la mise en place d’infrastructures publiques utiles
pour le développement des filières agricoles. Cet axe s’inscrit dans la continuité des projets
PAPDC : il en valorise l’expertise et les outils tout en s’inscrivant dans une logique de
développement économique local basée sur le développement des filières agricoles.

Composante 3 : Appui aux initiatives privées porteuses de valeur ajoutée pour le


développement des filières agricoles.

Composante 4 : Mise en place de mécanismes institutionnels pour canaliser les aides


publiques en faveur du développement des filières agricoles.

Il s’agit de mettre en place des outils de financement adaptés pour la réalisation des
investissements prévus au niveau des composantes 2 et 3. Le projet valorisera les

30
L’amélioration du fonctionnement de filières agricoles porteuses est perçue comme une stratégie
pertinente pour contribuer à un développement économique local créateur d’emploi et de valeur
ajoutée.
RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC
51

expériences acquises pour institutionnaliser ces fonds. Deux orientations sont définies selon
la nature des bénéficiaires :

 Un Fonds Transitoire de Développement Agricole (FoTraDA) au niveau du Ministère


de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), destiné à canaliser les aides en
faveur des opérateurs privés dans les filières ;

 Un Fonds d’Appui au Développement Communal affecté à l’agriculture (FADeC-


Agriculture) destiné à canaliser les aides vers les communes pour la réalisation
d’infrastructures publiques susceptibles de contribuer au développement des filières.

5. TYPOLOGIE DES IEM COURAMMENT RENCONTREES AU BENI N ET


DANS LA SOUS REGION

Les Infrastructures économiques et marchandes couramment rencontrées au Bénin sont


regroupées dans le cadre de la présente étude en trois catégories suivant leurs fonctions :

- Les IEM de production et le soutien à la production,

- les IEM de conservation et de transformation

- Les IEM d’appui à la commercialisation

Pour les besoins de l’analyse, nous avons retenu trois échelons de niveau de planification :
l’infra communal, le communal et intercommunal ou régional.

Le niveau infra communal correspond au Bénin à l’échelon de l’arrondissement et dans


d’autres pays de la sous région à l’échelle du secteur ou du village. Le niveau communal
correspond au Bénin aux infrastructures ou équipements structurantes avec un rayonnement
qui couvre l’ensemble du territoire communal. Enfin le niveau régional correspond aux
infrastructures structurantes qui ont un impact sur l’ensemble de la région.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


52

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


53

5.1 L E S IEM D E P R O D U C TI O N E T D E S O U T I E N A L A P R O D U C T I O N

5.1.1 Le niveau infra communal


Les équipements rencontrés se présentent comme suit par filière :

Types

Aménagement de périmètre maraîcher ou rizicole

Poulailler communautaire

Bergerie communautaire

Petites retenues d’eau

Parc de vaccination

Pistes rurales

Aires de pâturage

Points d’eau pastoraux

5.1.2 Le niveau communal


Les équipements rencontrés se présentent comme suit par filière :

Types

Aménagement de mini barrages

Parcs de vaccination

Pistes

Couloirs de passage

5.1.3 Le niveau régional


Types

Aménagement de grands barrages

Couloirs de transhumance

Routes intercommunales

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


54

5.2 L E S IEM D E L ’ A P P U I A L A C O M M E R C I A L I S A TI O N

5.2.1 Niveau infra communal


Types

Hangars et aires de vente légumes, céréales, légumes, volailles et


ovins

Boutiques Marchandises diverses

5.2.2 Niveau communal


Types

Hangars et aires de vente légumes, céréales, légumes, volailles et


ovins

Marchés à bétail ovins, caprins, arsins et autres

Parking gros porteurs

Gares routières

Centre artisanal

Maisons de la femme

5.2.3 Niveau régional


Types

Marchés

Gares routières

Marchés à bétail

5.3 L E S IEM D E C O N S E R V A TI O N E T D E T R A N S F O R M A TI O N

5.3.1 Niveau infra communal


Types

Magasin de conservation communautaire

Magasin de stockage communautaire de céréales

Unité de collecte de lait

Aire d’abattage

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


55

Unité de transformation communautaire

Aire de séchage

5.3.2 Niveau communal


Types

Magasin de conservation

Magasin de stockage

Laiterie

Abattoir communal

Rizerie

5.3.3. Niveau régional


Types

Magasin de conservation

Magasin de stockage

Laiterie

5.4 M O D A L I T É S D E F I N A N C E M E N T , D E G E S TI O N E T D ’ E N TR E TI E N

5.4.1 Au Bénin

Au Bénin existent des outils et mécanismes multiples dans le financement et la gestion des
IEM. Les outils les plus importants sont :

• Financement des IEM par le FADeC

Le Fonds d’Appui au Développement des Communes (créé par l’Etat depuis 2008) vise à
accroître les ressources financières en vue du développement à la base de façon équilibrée.
L’Etat à travers ce fonds, procède à une répartition équitable en tenant compte de certains
paramètres (démographie, superficie, nombre d’arrondissements, indice de pauvreté, effort
de la commune elle-même, etc.). Le FADeC a plusieurs composantes :

 Fonctionnement (paiement de salaires, acquisition de matériels, etc.)

 Investissement affecté (déjà en expérimentation au niveau de cinq ministères qui


délèguent les fonds aux communes pour la maîtrise d’ouvrage des infrastructures. Le
Ministère en charge de la Décentralisation (MDGLAAT) est en train de mettre en
place le guichet FADeC-MDGLAAT dans le cadre de la mise en œuvre du
PSDCC/Banque Mondiale. Un guichet FADeC-Intercommunalité est prévu pour être

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


56

structuré. Un autre guichet FADeC-agriculture sera structuré dans le cadre de la mise


en œuvre du projet FAIA/CTB)31

 Investissement non affecté (latitude laissée aux maires de choisir l’usage à en faire.
La plupart des communes réalisent des infrastructures marchandes avec ce fonds :
boutiques, hangars de marchés, etc.).

• Financement de l’entretien des pistes par le Fonds Routier (entretien courant)32,

Le Fonds de soutien aux Infrastructures de Transport Rural-ITR (à travers le FR) envisage (i)
10 000 km d’entretien courant d’ITR des réseaux de priorité des Communes dans une
approche de subvention dégressive, (ii) 1500 km d’entretien périodique /aménagement des
ITR des réseaux de priorité des Communes(y compris les voies d’eau et les ouvrages de
transbordement) sous la condition d’une mise en œuvre effective de l’entretien courant par
les Communes.

Par ailleurs, l’ex. AIC (Association de l’Interprofessionnelle du Coton) a financé l’entretien


des pistes à travers les ressources de la vente du Coton (1% prélevé chez les producteurs
sur la vente du coton)

• Financement des investissements agricoles par le FNDA

Dans le cadre de la politique et de la stratégie de relance du secteur agricole


(PSRSA), il est prévu le Fonds National de Développement Agricole (FNDA) en tant
que relais du Fonds Régional de Développement Agricole (FRDA) de l’UEMOA qui
sera au cœur de la stratégie d’appui au financement agricole. Il sera progressivement
doté des guichets suivants :

*Le guichet de refinancement agricole pour le renforcement du capital des institutions


de financement agricole;

*le guichet de garantie pour soutenir la mise en place de crédit par les institutions de
financement au profit des agriculteurs;

*le guichet de financement des grands investissements agricoles pour soutenir


de grands aménagements hydro-agricoles.

Le FNDA sera financé à partir des contributions directes de l‟Etat et de celles des bailleurs
multilatéraux et bilatéraux. Il sera aussi fait recours au marché financier régional et
international.

• Financement et définition des modes de gestion par les PTFs

Cas du guichet FAP du PAMRAD pour les investissements agricoles dans l’Atacora et la
Donga (cf. plus haut): Comme leçons tirées : l’information sur le mécanisme financier qui
soutient la mise en œuvre du guichet FAP n’a pas semblé suffisamment diffusée et partagée
ni au niveau de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique ni au niveau

31
La structuration de ce guichet sera explorée dans le cadre du programme DIEM.
32
Le Fonds Routier (FR) a été créé en 1996 et est devenu un élément clé dans la gestion des routes
au Bénin. Il est charge du financement de l’entretien du réseau de routes classées du pays et de la
gestion des péages.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


57

des communes (services financiers des mairies, recettes perceptions). Ce déficit de


communication a créé d’énormes retards qui auraient pu être anticipés ou évités dans la
mesure où d’autres partenaires (coopération française avec le PACOMA, la coopération
danoise avec le PGDP et le FENU dans le cadre du projet ADECOI) ont déjà utilisé ce canal
de transfert de fonds aux communes.

La mobilisation de la contrepartie n’a pas posé de difficulté particulière au niveau des


communes. Par contre, la disponibilité de ladite contrepartie constitue un problème. En effet,
avec les longs délais mis pour le démarrage, la réalisation des investissements devraient
finalement démarrer en début d’année budgétaire où les budgets communaux sont en cours
d’approbation et où les recouvrements des recettes sont encore timides. Seules les
communes qui démarrent l’année budgétaire avec des excédents significatifs peuvent faire
démarrer à temps leur réalisation. Les autres sont contraintes à attendre soit les subventions
de l’Etat soit que leurs recettes propres atteignent un niveau de croisière pour pouvoir mettre
en place leur contrepartie.

5.4.2 Dans la sous région


A l’instar du Bénin, le financement des Investissement se fait à travers des fonds publics mis
en place à cet effet et qui reçoivent des contributions de l’Etat et des partenaires au
développement. C’est le cas du Fonds Permanent de Développement des Collectivités
Territoriales (FPDCT) au Burkina. Mais à côté de ces mécanismes publics, des partenaires
apportent des appuis directs aux collectivités. Nous allons nous intéresser dans le cas de la
présente étude à l’appui suisse au programme de développement des villes moyennes au
Burkina Faso financé par la coopération suisse. Le nouveau programme DIEM en
construction au Bénin pourrait tirer avantages des expériences de ce programme.

- L’expérience de l’appui suisse au PDVM au Burkina


Au Burkina Faso, l’Etat a élaboré un programme de développement local dénommé
Programme de Développement des Villes Moyennes mis en œuvre de 1992 à 2009. Ce
programme a permis d’impulser des dynamiques de développement construites sur la
maitrise d’ouvrage locale, le renforcement de la capacité financière des collectivités, la lutte
contre la pauvreté avec une promotion de la méthode HIMO (Haute Intensité de Main
d’Œuvre) et la préférence locale dans la réalisation des investissements. Cette expérience a
eu pour socle la réalisation d’investissements marchands structurants pour soutenir les
potentialités locales. Après plus d’une décennie de mise en œuvre, l’hypothèse de départ du
programme qui tablait sur la mobilisation de ressources financières propres à partir des
recettes générées par la réalisation des infrastructures pour le renforcement des capacités
d’autofinancement dans les investissements sociaux a été plus que validée à travers les
FADEC33 qui sont fonctionnelles dans les trois villes d’intervention du programme (Fada
N’Gourma, Ouahigouya et Koudougou).
Les principaux éléments de l’expérience de l’appui suisse au PDVM, qui pourrait alimenter le
nouveau programme DIEM en cours de formulation peuvent être regroupés en point forts et
points faibles.
Les points forts :
• La mise en place du principe du FADEC (Fonds d’Appui au Développement des
Communes) : une partie des recettes de l’infrastructure permet de financer d’autres
33
Le FADEC du PDVM au Burkina est différent de celui du Bénin. Celui du Burkina est à l’échelle communale et
limité aux communes bénéficiant du financement de la coopération suisse dans le cadre du PDVM.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


58

structures choisies par la commune par un vote du conseil municipal. Ce principe a


fonctionné à Ouahigouya avec succès ; sa pertinence a donc été vérifiée concrètement
même s’il est long à mettre en place ailleurs. Un des points forts du FADEC est son
principe de non attribution, c’est à dire que ce fonds n’est pas préalablement affecté mais
au fur et à mesure de sa constitution, sa destination est votée et décidée par le conseil
municipal.

• Les choix techniques et l’utilisation de matériaux locaux à haute intensité de main


d’œuvre : L'utilisation des matériaux locaux (les blocs latéritiques taillés - BLT- et les
briques en terre compactée - BTC) est validée par les utilisateurs, les constructions sont
fraîches et agréables à l’œil. Malgré tout, quelques points techniques restent à améliorer.
Le BTC est un peu fragile aux intempéries (le toit de l’ouvrage doit être conséquent, un
enduit supplémentaire est quelquefois nécessaire). Chaque chantier initié au sein des
axes « infrastructures » a permis d’innover et de progresser dans les techniques de ce
type de construction (les joints secs, les voûtes, etc.).

• La priorité donnée aux entreprises et aux artisans locaux dans l'attribution des
marchés: Le système mis en place par le programme, en découpant les chantiers en
tranche de construction puis en lots (2 lots maximum par entrepreneur et par tranche de
construction) et en adaptant les appels d’offre aux réalités locales, a favorisé
l’émergence d’entreprises qui peuvent maintenant répondre à des appels d’offre locaux
ou nationaux. En général, les petites entreprises et les artisans n’ont pas les capacités
suffisantes pour répondre aux appels d’offre des chantiers importants de Coopération.
Ainsi les marchés sont souvent remportés par de grosses entreprises extérieures à la
région.

• L’emploi et le niveau de compétence de la main d’œuvre locale : Les infrastructures


ont dopé le marché de l’emploi pendant les constructions, les premiers chantiers ont été
des chantiers-écoles, la main d’œuvre employée a acquis de nouvelles compétences et,
de part l’ensemble des formations sur les chantiers, a aussi probablement accru ses
compétences en matière de construction classique.

• L’encadrement pédagogique de l’axe « Infrastructure » : C’est d’abord un


encadrement administratif favorisant l’apprentissage. Les entrepreneurs et les artisans
ont été formés sur la constitution des dossiers techniques d’appels d’offre qui avaient été
adaptés à la taille et aux contraintes des entreprises et artisans. Le travail de la
commission interne d’attribution des marchés s’est fait de manière éducative en
pratiquant, avec les entrepreneurs et les artisans, une évaluation partagée des dossiers
présentés. La prise en compte du mieux disant, et non pas du moins disant, dans
l’attribution des marchés a favorisé les entrepreneurs qui constituaient un dossier
technique complet avec des devis correctement estimés.
• L’encadrement logistique : L’EPCD (Etablissement Public Communal de
Développement) a pris le rôle d’une régie de commande publique pour tous les gros
matériaux (ciment, fers, etc.). Les entrepreneurs ont d’une part évité des ruptures de
trésorerie et d’autre part, il n’y a eu que peu de cas de retard sur les chantiers. Cette
démarche a aussi garanti la qualité des matériaux utilisés sur le marché ainsi qu’un prix
de revient raisonnable. Dans les derniers chantiers, les entrepreneurs déjà formés ont
demandé à ce que les règles deviennent plus proches de celles d’un marché ouvert (prix

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


59

unitaires et matériaux). A Ouahigouya, les entrepreneurs ont demandé à connaître le


montant de ce qu’ils appellent « l’enveloppe confidentielle » qui est en fait le prix moyen
de la prestation par lot fixé par l’EPCD. Une soumission peut être rejetée si elle s’éloigne
trop de cette approximation du montant des travaux34.

• L’encadrement technique : Sur le terrain, on a mis en place un dispositif qui devait


présenter des similitudes avec la gestion classique des chantiers. L’EPCD a joué son
rôle de maître d’ouvrage et de maître d’œuvre. Il a recruté à ce titre des techniciens en
charge du contrôle. Le PAB a coaché les entrepreneurs. Il a joué le rôle de technicien de
l’entreprise. A ce titre, il a assisté de façon permanente les entrepreneurs. Ce dispositif a
fonctionné pendant la période des premières grandes réalisations.

• La conception des ouvrages avec la participation des acteurs locaux : Les


premières infrastructures ont inclus cette dimension, mais la démarche adoptée n’a pas
été suffisamment élargie à tous les acteurs. C’est à partir de 2000 que la démarche a
vraiment commencé à évoluer. Lors de la construction du grand marché de Koudougou
et de Fada, les acteurs et les utilisateurs locaux ont été mieux intégrés à la conception
des ouvrages. Lors de la mise en place du marché à bétail de Fada et de l’abattoir de
Ouahigouya, tous les acteurs concernés ont été réellement impliqués dans la conception
de l’ouvrage. Des commissions élargies ont été organisées de manière plus formelle
pour choisir le site et choisir les plans. Le travail de ces commissions a été soutenu par
des voyages d’études.

• L’élaboration du mode de gestion des ouvrages : Les principes d’intervention de la


Coopération Suisse stipulent que « toutes les modalités liées à l’occupation, la gestion et
l’entretien doivent être entérinées par des accords écrits avant le début de la
construction ». Ce principe a été respecté même si les bénéficiaires et les mairies n’ont
pas toujours compris que le temps passé à mettre en place un mode de gestion leur
garantissait à terme plus de contrôle sur la gestion de leur infrastructure, et surtout moins
de conflits. L’évolution dans la recherche d’un mode de gestion plus participatif a suivi
celle de l’implication grandissante des acteurs/utilisateurs des infrastructures. En 2004,
toutes les infrastructures qui fonctionnaient étaient encore gérées dans un cadre
provisoire, essentiellement à travers les EPCD. Avec l'expérience accumulée et pour que
ces constructions puissent être valorisées et exploitées durablement, le programme
réfléchit avec tous les acteurs concernés à un système de gestion qui assure leur
pérennité. Une grande avancée dans ce sens est faite actuellement avec la mise en
place du système de gestion du grand marché et de l’abattoir de Ouahigouya au sein du
Service Autonome de Gestion des Infrastructures Marchandes de Ouahigouya.

Comme points faibles du programme :

• Le point faible de l’utilisation des matériaux locaux  leur valorisation et leur


diffusion : L‘impact de l’utilisation des matériaux locaux dans le domaine de la
construction des villes concernées n’est pas encore visible. Les entrepreneurs et la main
d’œuvre qui ont été formés sur ces matériaux ne trouvent pas, pour le moment, d’autres
chantiers du même type. Les constructions du secteur privé ou public n’ont pas
forcément évolué vers les technologies adaptées. Parmi les causes invoquées, il y a le
34
Par exemple, s’il s’agit d’un lot estimé à 10 Millions FCFA et l’entrepreneur soumissionne à 15
Millions FCFA, il a de grande chance d’être rejeté.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


60

fait que ce type de construction est identifié comme lié aux « chantiers de Coopération ».
Dans le domaine de la construction privée, le BTC, qui ressemble à du banco, n’est pas
suffisamment prestigieux pour refléter le statut social du promoteur. Il est aussi peut-être
encore un peu tôt pour avoir une vision précise des incidences de l’utilisation de tels
matériaux et modes de construction sur les secteurs locaux du bâtiment. Par contre,
l’amélioration technique apportée dans l’utilisation traditionnelle des blocs latéritiques
parait plus prometteuse.

- Dans d’autres pays de la sous-région


Au Mali, partant des études ECOLOC des collectivités locales de la Région de Sikasso et du
cercle de Koutiala, les acteurs locaux ont su construire le développement local à travers :
• La mobilisation des communautés pour la maitrise d’œuvre sociale des actions
d’amélioration du cadre de vie (construction de caniveaux dans les quartiers) ;
• Le développement d’un partenariat public privé pour l’amélioration des conditions
cadre - équipement de valorisation de la production (marché à bétail de
N’Dogonasso) ;
• L’aménagement de bas-fonds de M’Pessoba et de Loulouni ;
• La collaboration entre les collectivités locales dans un cadre d’intercommunalité a été
un élément fort dans la réalisation de ces projets.

Cependant, on a constaté l’absence de système de capitalisation au sein de la maitrise


d’ouvrage local.

Au Niger, vaste pays enclavé, l’Etat avec l’appui de la banque mondiale à accompagné
l’approche sectorielle. L’accent a été mis sur l’organisation du transport afin d’accroitre les
recettes et subvenir aux investissements secondaires et sociaux.
La réalisation de l’Eco-gare et l’appui à l’organisation des transports de marchandises et du
transport des passagers ont permis, de 2000 à 2012, la réalisation de gares secondaires, de
marchés et des activités en assainissement dans les communes.

Cette diversité d’approches dans l’appui au développement de ces localités démontre la


nécessité de construire de programmes-cadre des investissements avec plusieurs schémas
de financement. Des approches qui laissent une place importante à l’innovation et à la
valorisation du potentiel local en termes de ressources humaines et naturelles.

La problématique du développement local en Afrique est quasiment la même pour touts les
pays au sud du Sahara. A ce titre, le diagnostic de développement des infrastructures
économique et marchandes dans les régions du Nord du Bénin ne saurait faire abstraction
des expériences dans la sous-région.

La mise en contexte et en perspectives de ces expériences permet de faire le focus sur la


maîtrise d’ouvrage locale, la production / création de la richesse, maîtrise d’œuvre sociale
avec un échange et une inclusion sociale des populations.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


61

5.5 T E C H N I Q U E S C O N S TR U C TI V E S , V A L O R I S A TI O N D E S M A TÉ R I A U X L O C A U X E T D E S
É N E R G I E S V E R TE S

L’analyse de l’état des lieux des IEM dans la sous région et au Bénin en rapport avec les
techniques constructives et la valorisation des matériaux locaux dans la sous-région traite
essentiellement du cas du Burkina Faso pour trois (03) raisons essentielles :

- L’organisation géo-spatiale du consortium GEDES-COLTER IC qui le rend plus apte


à connaitre les réalités du Burkina Faso et du Bénin ;

- La diversité de l’expérience burkinabè en matière non seulement de réalisation d’IEM


mais aussi en matière de promotion des matériaux locaux de construction ;

- La riche expérience accumulée par la coopération suisse au Burkina Faso dans la


réalisation des IEM et la promotion des matériaux locaux de construction.

En outre dans l’analyse qui va suivre, nous allons délibérément traiter du cas des
infrastructures marchandes dans la grande famille des infrastructures économiques et cela
en raison de la spécificité même des infrastructures que nous verrons par la suite. Car, si la
réalisation d’une infrastructure économique se justifie toujours, il n’en est pas de même
d’une infrastructure marchande ; qui elle, peut ne pas être justifiée. Cela étant, les propos
suivants vont concerner essentiellement les marchés, les gares routières, les aires de
stationnement, les marchés à bétail, les abattoirs et aires d’abattage, les auberges, les
magasins, les parcs de vaccination et enfin les unités de transformation.

5.5.1 AU BENIN

Le Bénin dispose d’immenses ressources en matériaux locaux de construction qui sont


parmi les gisements dont les réserves sont prouvées et exploitables. Dans les localités du
Nord Bénin, on peut citer :

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


62

Tableau 3 : Localisation et utilisation des matériaux locaux dans les communes du Borgou.

Matériaux Localisation Réserves Utilisation

Sable siliceux
blanc

Sable rouge Parakou Réserves non Remblai, fabrication de


évaluées mortier et béton,

Sable gris, jaune Parakou Réserves non Fabrication de mortier et


évaluées béton, de parpaings

Sable gris, ocre, Parakou Réserves non Fabrication de mortier et


blanc évaluées béton, de parpaings

Sable gris à brun Parakou Réserves non Fabrication de mortier et


évaluées béton, de parpaings

Sable continental Bembéréké Réserves non Préparation d’Agglos,


évaluées béton, mortier
Parakou

Sable latéritique Kandi Fabrication des Agglos,


(rougeâtre) etc.
Parakou

Gravier et sable Parakou Réserves non Fabrication de mortier, de


latéritique évaluées béton et parpaing et
remblai, rechargement de
voie

Gravier gris Nikki Réserves non Préparation de béton


évaluées

Gravier roux Nikki Réserves non Préparation de béton


évaluées

Gravier Tchaourou Préparation de béton,


revêtement des sols,
Parakou
enrochement des
Malanville barrages, revêtement des
N’Dali voies

Pèrèrè

Argile sableuse Parakou Réserves


(terre de barre, importantes
sol ferralitique)

Argile Ségbana Confection de briques,


carreaux, briques cuites,
tuiles, poteries,

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


63

construction des murs

Granite de Sinendé Réserves non Revêtement, enrochement


Sinendé évaluées de barrage

Granite Parakou Réserves très Revêtement, enrochement


importantes des barrages et divers
Tchaourou
ouvrages, préparation de
Kalalé béton, rechargement de
N’dali voies avec concassés

Kandi
Bembéréké

Syénites Syéno- Parakou Décoration, protection des


Monzonite digues des barrages,
production de granulat
pour bitumage de voies,
production de plaques de
revêtement mural

Charnockite Banikoara Pierre ornementale,


gabbro enrochement des
barrages, etc.

Granulite Banikoara Réserves Production de plaques de


estimées à revêtement mural et des
plusieurs millions carreaux. Enrochement
de m3 des barrages, etc.

Grès Malanville, Construction, pavage et


Ségbana poterie

Granito-gneiss Gogounou Fondation, murs


Source : étude marketing et élaboration d’une stratégie nationale pour la promotion des matériaux locaux de
construction.

Comme gisements de la zone de Banikoara, nous avons :

• les granulites (granit à deux micas) de Derouvarou situées à 18 km à l’ouest de


Banikoara (quartz, feldspath et grenats en bande avec des réserves estimées à
plusieurs millions de m3) ;
• les Charnockites (gneiss oeillé) de Pototoumana à 8 km du N-O du Banikoara
(amphibole, micas, pyroxènes, grenats) ;
• les Charnockites et embréchites de Pampi situés à 5 km à l’ouest de Gougninou
carrefour ;
• le Gabbro et l’amphibolite à grenat de Founougo situé à 5 km au nord de d’Arbonga
(peu d’intérêt ornemental) ;
• le Gabbro de Gbassa situé à 36 km du sud du Banikoara (route de Kérou).

Comme gisements de la zone de Parakou et ses environs, nous avons :

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


64

• les Granites de Parakou et de Tchatchou,


• les Syénites, syéno-monzonites et charnockitique de Bétérou, Oubérou, Kpessou,
Kika et Wari-Maro.

L’étude propose que le choix des matériaux soit en adéquation avec les besoins des
populations. Les critères sont :

• le matériau est disponible en quantité suffisante pour répondre à la demande


• le matériau est déjà utilisé dans les constructions soit à l’état brut ou comme matière
première pour la fabrication d’un matériau plus élaboré
• les conditions d’exploitation sont favorables.

Les arguments en faveur de l’adoption des matériaux locaux sont :

• Les arguments économiques


Les dépenses d’importation ou de production des matériaux à forte composante étrangère
deviennent de plus en plus élevées. L’adoption des matériaux locaux réduit la facture des
importations et fait la promotion de l’économie locale (œuvre des entreprises locales qui
utilisent la main d’œuvre locale).

• Les arguments écologiques et de confort de vie


Sous climat chaud, les matériaux classiques (béton, tôle, etc.) n’offrent pas le confort
thermique requis d’où le recours à la climatisation consommatrice d’énergie et émettrice
d’effets de serre.

• Les freins et contraintes pour l’adoption des matériaux locaux au Bénin


Ils sont d’ordre technique et sociologique : pas de maîtrise des technologies et des normes
au niveau de la production et de la pose, pas de garantie de sécurité de résistance ou de
viabilité, existence de préjugés dévalorisants de « produit local » c’est-à-dire non importé.

5.5.2 Dans la sous-région

 L’expérience burkinabè dans la promotion des matériaux locaux de


construction et la réalisation des infrastructures marchandes

L’expérience burkinabè de la valorisation des matériaux locaux dans le secteur du


bâtiment remonte aux années 80 avec le projet Atelier pour le Développement naturel d’une
Architecture et d’un Urbanisme Africain (ADAUA) qui s’était proposé de vulgariser le bloc de
terre comprimé (BTC). Malheureusement, ce projet a connu d’énormes difficultés et les
échecs enregistrés ont permis d’améliorer considérablement les connaissances sur le
matériau terre et ses exigences dans le cadre d’une production industrielle.

Les balbutiements enregistrés lors des premières mises en œuvre du bloc de terre comprimé
avec ADAUA ont considérablement entamé la crédibilité et l’image de ce type de matériau.
Pendant la décennie au cours de laquelle l’expérience a été menée, l’image des matériaux
locaux véhiculée n’a pas tenu toutes ses promesses.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


65

Cette expérience a servi à la mise en place du projet de promotion de l’utilisation des


matériaux locaux (LOCOMAT) en 1991. Le projet LOCOMAT a essentiellement travaillé (de
1991 à 2006) à la promotion du bloc de terre comprimé (BTC) et de la tuile à mortier vibrée
(TMV). Il a beaucoup contribué à la caractérisation technique de ces matériaux avec
l’assistance technique du centre international de la construction en terre de l’école
d’architecture de Grenoble (CRATerre). A la faveur de la mise en œuvre du projet
LOCOMAT, l’Etat burkinabè a adopté la définition suivante de la notion de matériaux locaux :
« un matériau local de construction est un matériau produit localement et à partir de matières
premières (ou ressources) intérieures propres à un pays sans recours ou très peu de recours
à des matières premières importées avec pour objectif de minimiser son coût. On peut ainsi
dire qu’un matériau local de construction est un matériau produit localement, valorisant et
générant des ressources en majorité locales et ayant un impact macro-économique positif
sur le plan national. » (Source : Ministère de l’habitat et de l’urbanisme/politique nationale de
l’habitat et du développement urbain)

A partir des années 2000, le Burkina Faso connaitra d’autres expériences de valorisation des
matériaux locaux et particulièrement le bloc de terre latéritique taillé. Ces expériences qui
n’étaient pas d’initiative gouvernementale, émanaient d’organisation non gouvernementale
ou d’agences de coopération.

Toutes ces initiatives qui ont cours depuis les années 90 ont été favorisées d’une part par le
programme d’ajustement structurel auquel le pays s’est soumis à partir de 1991 et d’autre
part par la dévaluation du Franc CFA intervenu en 1994. Elles avaient toutes pour objectif de
promouvoir un type d’habitat économique accessible à tous.

Dans le domaine des IEM, c’est principalement la coopération suisse dans le cadre de son
programme de développement des villes moyennes qui a perçu l’opportunité qu’offraient les
matériaux locaux pour la réalisation d’infrastructures marchandes à faible coût de revient.
Car en réalité, selon une étude réalisée par le projet pôles régionaux de développement
(PRD), ce qui fait la spécificité des infrastructures marchandes dans la grande famille des
infrastructures et équipement publics c’est le fait que « le prix de service est supérieur au
coût de revient réel, permettant ainsi de dégager des marges bénéficiaires ».

On comprend dès lors la logique qui a sous tendu les réalisations des infrastructures
marchandes dans le cadre du programme villes moyennes. A l’actif de ce programme, on
peut citer dans l’ordre chronologique et pour les plus importantes réalisations (source
GEDES) :

- Le marché central de Ouahigouya réalisé entre 1994 et 1995 : une infrastructure


réalisée entièrement avec le bloc de terre comprimé (BTC) sur un domaine aménagé
de 34000m². Sa capacité d’accueil est d’environ 2000 places de vente. Le total des
surfaces à vocation locative et/ou administrative est de 12.012m² soit 35,33% de
l’ensemble du domaine. Les dégagements et autres espaces de circulation ont été
revêtus avec du pavé géo-béton. L’investissement rapporté respectivement au
domaine et aux surfaces locatives est de 38 529 FCFA/m² et de 109 058 FCFA/m². Si
cet investissement doit être amorti sur 25 ans alors le prix du m² est respectivement
de 1. 541 FCFA/an et 4.362 FCFA/an sans prendre en compte les charges courantes
d’exploitation.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


66

- Le marché secondaire de Zakin à Koudougou réalisé en 1998 : une infrastructure


réalisée entièrement avec le bloc de terre comprimé (BTC) sur un domaine aménagé
de 6000m². il a une capacité d’accueil d’environ 500 places de vente. Le total des
surfaces à vocation locative et/ou administrative est de 879m² soit 14,63% de
l’ensemble du domaine. Les dégagements et autres espaces de circulation ont été
revêtus avec du pavé géo-béton L’investissement rapporté respectivement au
domaine et aux surfaces locatives est de 20 901 FCFA/m² et de 142 839 FCFA/m². Si
cet investissement doit être amorti sur 25 ans alors le prix du m² est respectivement
de 836fcfa/an et 5.714 FCFA/an sans les charges courantes d’exploitation.

- Le marché central de Koudougou réalisé entre 2001 et 2005 : une infrastructure


réalisée entièrement avec le bloc de terre comprimé (BLC) sur un domaine aménagé
de 26.495m². Sa capacité d’accueil est d’environ 2500 places de vente. Le total des
surfaces à vocation locative et/ou administrative est de 1.2270m² soit 46.31% de
l’ensemble du domaine. Les dégagements et autres espaces de circulation ont été
revêtus avec du pavé géo-béton. L’investissement rapporté respectivement au
domaine et aux surfaces locatives est de 52 697 FCFA/m² et de 113 802 FCFA/m². Si
cet investissement doit être amorti sur 25 ans alors le prix du m² est respectivement
de 2108fcfa/an et 4.552 FCFA/an naturellement sans prendre en compte les charges
courantes d’exploitation.

- L’abattoir municipal de Ouahigouya réalisé entre 2004 et 2007 : une infrastructure


réalisée par association du bloc latéritique taillé (BLT) et du bloc de terre comprimé
(BTC) sur un domaine aménagé de 22712m². Capacité de production environ 30
tonnes de viande par jour. Le total des surfaces à vocation locative et/ou
administrative est de 1584m² soit 6.98% de l’ensemble du domaine. L’investissement
rapporté respectivement au domaine et aux surfaces locatives est de 25 537
FCFA/m² et de 366 069 FCFA/m². Si cet investissement doit être amorti sur 25 ans
alors le prix du m² est respectivement de 1.021 FCFA/an et 1.4643 FCFA/an
naturellement sans prendre en compte les charges courantes d’exploitation.

- Le marché à bétail de Fada N’Gourma réalisé entre 2003 et 2005 : une infrastructure
réalisée par association du bloc latéritique taillé (BLT) et du bloc de terre comprimé
(BTC) sur un domaine aménagé de 46.800m².L’investissement rapporté au domaine
aménagé est de 15.385 FCFA/m². Si cet investissement doit être amorti sur 25 ans
alors le prix du m² est de 615 FCFA/an naturellement sans prendre en compte les
charges courantes d’exploitation.

A titre de comparaison, le Fonds d’Investissement pour les Collectivités Décentralisées


(FICOD KfW) dans le cadre de son appui aux communes par la coopération allemande, a
réalisé des plans-type de marchés au nombre de deux (02). Pour ces marchés l’analyse
donne :

- Marché type 1 : aménagé avec des agglomérés de ciment et du béton sans


traitement du sol sur un domaine de 14 081m². Le total des surfaces à vocation
locative et/ou administrative est de 5.715m² soit 40.58% de l’ensemble du domaine.
L’investissement rapporté respectivement au domaine et aux surfaces locatives est
de 49 657 FCFA/m² et de 122 362 FCFA/m². Si cet investissement doit être amorti

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


67

sur 25 ans alors le prix du m² est respectivement de 1986fcfa/an et 4.894 FCFA/an


naturellement sans prendre en compte les charges courantes d’exploitation.

- Marché type 2 : aménagé avec des agglomérés de ciment et du béton sans


traitement du sol sur un domaine de 9.705 m². Le total des surfaces à vocation
locative et/ou administrative est de 4.183m² soit 43,10% de l’ensemble du domaine.
L’investissement rapporté respectivement au domaine et aux surfaces locatives est
de 42 788 FCFA/m² et de 99 284 FCFA/m². Si cet investissement doit être amorti sur
25 ans alors le prix du m² est respectivement de 1.712 FCFA/an et 3.971 FCFA/an
naturellement sans prendre en compte les charges courantes d’exploitation.

A l’analyse, on constate qu’en réalité l’avantage de l’utilisation des matériaux locaux est plus
économique que financier. En effet, à investissement égal, les avantages liés à la nature des
matériaux utilisés sont différents si on considère les redistributions de revenus. Dans le cas
des matériaux locaux, cette redistribution est plus favorable d’une part en termes de ratio de
main d’œuvre et d’autre part en termes de sortie de devises.

De nos jours, les recherches continuent afin de tirer un meilleur profit des avantages d’une
part des matériaux locaux, et d’autre part des matériaux importés. Pour ce faire, des
propositions d’alliages et de techniques modernes de mise en œuvre sont faites. Le
compactage de la terre stabilisée au ciment améliore la qualité du matériau et les blocs
latéritiques sont extraits dans des carrières bien déterminées et taillés mécaniquement. Ces
avancées permettent d’accroitre la crédibilité de ce type de matériau qui s’impose à deux
(02) niveaux :

- Sur le plan économique : le contexte économique actuel est marqué par un


renchérissement des prix des matériaux importés,

- Sur le plan environnemental : les matériaux locaux offrent des conforts thermiques et
acoustiques remarquables.

 Les techniques constructives et les énergies vertes

La première remarque qui s’impose est que dans les écoles de formation professionnelle et
dans les métiers du génie civil particulièrement en Afrique, les enseignements dispensés
portent quasi exclusivement sur le béton au détriment de la terre et des autres matières
premières qu’elles soient ligneuses ou minérales.

Cette situation qui est communément justifiée par l’absence de contenus pédagogiques
rationnels et suffisamment élaborés pour la terre et les autres matières premières (ligneuses
ou minérales) handicape dans la pratique la vulgarisation des matériaux locaux car les
maitres d’œuvre estiment n’être pas suffisamment outillés pour proposer des projets à base
de ces matériaux.

Dans le cas du Burkina Faso, cette difficulté a été contournée par la mise en place d’une
stratégie de recherche-action au sein des programmes ou projets chargés de la réalisation
des infrastructures et équipements. Cela a permis d’améliorer considérablement les
connaissances de base sur les matériaux locaux à telle enseigne que le Burkina Faso a été
désigné secrétaire technique de la commission de normalisation de l’UEMOA section génie

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


68

civil. Et depuis juin 2009, le Burkina Faso dispose de trente sept (37) normes homologuées
pour le génie civil prenant en compte entre autres le bloc de terre comprimé et la tuile à
mortier vibré.

Les enseignements tirés des expériences d’utilisation des matériaux locaux peuvent être
synthétisés comme suit :

- les expériences vécues sont trop souvent peu ou pas documentés et cela quelles que
soient leurs conclusions ;

- une bonne utilisation des matériaux locaux dans la construction doit consacrer une
place de choix à la conception architecturale car ces matériaux s’accommodent très
mal des approximations. Par ailleurs, une attention particulière doit être accordée aux
fondations et aux toitures et pour reprendre une formule imagée classique : « avoir
de bonnes bottes et un bon chapeau » ;

- un bon suivi-contrôle des travaux assisté d’un dispositif de contrôle qualité est
nécessaire ;

- les formations et l’accompagnement des institutions de recherche sont


indispensables pour la valorisation des matériaux locaux.

Dans la pratique, les IEM sont très peu consommatrices d’énergie à l’exception des abattoirs
et dans une certaine mesure les unités de transformation. Aussi dans le cas du Burkina Faso
qui est un pays sahélien et tropical, quelques dispositions architecturales ont été prises pour
améliorer le confort surtout thermique mais aussi d’éclairement dans les bâtiments. Ces
dispositions tiennent :

- à l’épaisseur des murs qui est dans certains cas de 29,5 cm pour permettre
particulièrement au BTC de limiter la propagation de la chaleur par conduction ;

- à la mise en place de toiture en terre suivant les techniques de la voute nubienne.


Dans les cas où cette technique a été employée, il a été quand même nécessaire de
poser une toiture légère (en tôle) au-dessus de la toiture en terre pour la préserver de
la pluie et limiter ainsi les charges d’entretien ;

- à la prise en compte de la dimension « volume des pièces » dans l’amélioration du


confort thermique et de l’éclairement.

Pour l’essentiel, les usagers de ces infrastructures reconnaissent qu’elles offrent un meilleur
confort thermique, mais aucune étude n’a encore été conduite pour évaluer le gain en
consommation d’énergie par rapport à des infrastructures de même destination mais
réalisées avec d’autres matériaux de construction.

En tout état de cause, la mise en œuvre de ce type de matériau exige une bonne maitrise
des technologies et des dispositifs constructifs particuliers. Leur prise en compte rigoureuse
permet d’avoir des avantages qui sont de plusieurs ordres :

- Social : création d’emplois, valorisation culturelle, amélioration des conditions de vie


des populations ;

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


69

- Economique : réduction de la sortie des devises par une diminution des matériaux
importés (fer à béton, ciment, bois…), production manuelle à haute intensité de main
d’œuvre, développement d’un tissu de petites et moyennes entreprises, créations de
valeurs ajoutés ;

- Environnement : réduction d’émission de gaz à effet de serre, dont 5% de l’émission


mondiale provient de la production du ciment, réduction importante d’énergie
consommée pour le transport, la production de matériaux, la réalisation des
ouvrages ;

- Confort thermique et économie d’énergie : atténuation de l’amplitude et de la rapidité


des variations climatiques dans les bâtiments, grâce à une inertie thermique du
matériau et à une conception bioclimatique. Cela permet de réduire la consommation
d’énergie pour la ventilation et la climatisation des bâtiments.

Du point de vue de la consommation d’énergie liée aux activités qui se pratiquent dans les
infrastructures marchandes, cette consommation à l’échelle individuelle est très faible mais
très rapidement en fonction de la capacité d’accueil de l’infrastructure cette demande peut
représenter un enjeu au point de justifier des options de sources d’énergie alternatives. Il
faudrait pour cela faire un bilan énergétique préalable pour situer le niveau de la demande
potentielle. En tout état de cause, au Burkina Faso, nous n’avons pas connaissance de
l’existence d’expériences originales en la matière.

Pour le cas des abattoirs et des unités de transformation, les fortes consommations
d’énergie sont liées à l’activité même et il n’existe pas au Burkina Faso d’expérience
d’utilisation d’énergie renouvelable.

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


70

6. SYNTHESE ETAT DES LIEUX AU BENI N ET DANS LA SO US REGION

L’Etat des lieux des IEM au Bénin et dans la sous-région nous conduit aux constats
suivants :

a) Le cadre juridique et légal au Bénin offre un arsenal-clé favorable à la maîtrise d’ouvrage


publique des IEM (Etat, Collectivités territoriales et Communautés) et à la délégation de
la gestion des services des IEM. Il manque cependant encore des décrets d’application
de la délégation de gestion des services publics: régie, affermage, concession qu’il va
falloir travailler à mettre en place dans le cadre du plaidoyer et du dialogue politique. La
question de l’application du nouveau décret sur l’intercommunalité reste une question à
approfondir avec les collectivités.

b) Plusieurs acteurs s’investissent dans le secteur du développement des IEM


communautaires et communales. l’Etat se concentre sur ses fonctions régaliennes de
coordination, régulation, facilitation, veille et contrôle, et à la fourniture des biens et
services publics correspondants. Il assume ces fonctions directement, à travers ses
services centraux et déconcentrés, et/ou en partenariat avec les autres acteurs
(chambres consulaires, secteur privé, PPP….). Les services déconcentrés éprouvent
cependant des difficultés à appuyer les communes en raison des contraintes diverses
liées à l’insuffisance de ressources humaines, matérielles et financières. Les communes
assurent la maîtrise d’ouvrage des actions de développement dans le domaine des IEM
au niveau communal et intercommunal. Hormis les communes à statut particulier
(Cotonou, Porto Novo et Parakou) la majorité des communes connaissent les mêmes
difficultés que les services techniques déconcentrés de l’Etat. Ce qui réduit leur capacité
à véritablement assumer les fonctions de maître d’ouvrage.

c) Les OSP sont de plus en plus présentent aussi bien dans la réalisation des IEM que
dans leur gestion en particulier dans le domaine de l’élevage. Un besoin de clarification
s’impose avec les autorités communales. Un des défis à relever est la clarification du rôle
et des compétences dans la réalisation et la gestion des IEM (qui est le propriétaire ?, à
qui rend-il compte ?).

d) Les OSC d’interpellation et de veille sont très actives et efficaces dans le processus
d’appui au développement de la femme et à la promotion du genre. Malgré tous ces
progrès, l’amélioration des conditions de vie de la femme continue d’être hypothéquée
par la persistance des pratiques socioculturelles qui confèrent à la femme béninoise un
statut inférieur à l’homme, et leur inégal accès aux ressources. Il reste à rendre
fonctionnels tous les dispositifs et mécanismes prévus pour la promotion du genre,
notamment en améliorant leurs capacités (des femmes) d’accès et de contrôle aux
ressources : formation ; financement, moyens de production. Diverses études et
enquêtes ont montré la place prépondérante de la femme dans la transformation des
produits agricoles et les activités de commercialisation. La mise en place d’un
programme de développement des IEM (avec des volets ciblés Genre) contribuera
fortement à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


71

d) L’ensemble des partenaires bilatéraux et multilatéraux s’investissement d’une manière ou


d’une autre dans le développement des équipements économique et marchands. Ce qui
montre l’importance du secteur dans les stratégies d’appui aux actions de
développement du Bénin pour les différentes coopérations. Un travail de concertation et
de coordination entre PTF à l’échelon régional reste à consolidé.

e) Les IEM couramment rencontrés au Bénin se retrouvent dans les pays de la région.
Au niveau des expériences des IEM au Bénin et dans la sous-région, on peut relever que
les communes priorisent les services économiques et marchands pour tirer des ressources
nécessaires à l’amélioration des services sociaux. L’exemple du PDVM au Bénin financé par
la coopération suisse en est un exemple très illustratif. Le cadre réglementaire existe et
favorise la mise en place d'un programme DIEM.

Dans ce contexte de foisonnement des appuis, il est nécessaire de développer un


programme intégré permettant de donner une cohérence au développement local et
valorisant les ressources locales. Les expériences de promotion des matériaux locaux et des
énergies vertes restent encore faibles au Bénin. Des recherches complémentaires sont
nécessaires pour mieux appréhender le sujet et dégager les opportunités du secteur.

Le programme DIEM à travers ses objectifs s’inscrit dans les priorités des politiques et
stratégies publiques du Bénin dont les principales sont: l’orientation stratégique de
développement (OSD) et la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (SCRP
2011 – 2015), la politique nationale de décentralisation et de déconcentration (PONADEC
2009-2019), la stratégie de relance de la production agricole et le plan d’actions de relance
agricole, la stratégie nationale du transport en milieu rural et (2007 – 2011)35 le programme
d’appui au sous-secteur du transport rural , la politique de promotion du genre au Bénin.
Dans la phase de formulation, nous devrons veiller à toujours nous inscrire dans cette
dynamique de cohérence avec les politiques publiques.

35
La Stratégie est actuellement en cours de révision

RAPPORT FINAL : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


72

DEUXIEME P ARTIE : ETATS DES LIEUX DES INFRASTRUCTURES


ECONOMIQUES ET EQUIPEMENTS MARCHANDS DANS LE BORGOU
ET L’ ALIBORI

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


73

1. PRESENTATION SOMMAIRE DES DEUX DEPARTEMENTS

Situés au Nord- Est du Bénin, les Départements du Borgou et de l’Alibori sont limités au
Nord par la République du Niger, au Sud par le Département des Collines, à l’Est par la
République Fédérale du Nigéria et au Nord Ouest par le Burkina Faso et les Départements
de l’Atacora et de la Donga. Ces Départements s’étendent sur une superficie de 52.093 km2
(46% du territoire national).

L’Alibori est subdivisé en six (06) communes avec comme un chef lieu Kandi et le Borgou en
huit (08) communes avec comme chef-lieu Parakou (commune urbaine à statut particulier).

1.1. C A D R E P H YS I Q U E E T N A TU R E L

Le Climat

Le climat des départements du Borgou et de l’Alibori évolue progressivement du type


continental soudano-guinéen dans sa partie méridionale au type soudano-sahélien dans
l’extrême nord, avec une alternance d’une saison pluvieuse (d’avril à fin octobre dans le
Borgou et mai/juin à octobre dans l’Alibori) et d’une saison sèche marquée par l’harmattan
de novembre à avril. Les précipitations annuelles dans le Borgou varient de 1200 mm à 1300
mm à moins de 900 mm dans l’Alibori.

L’agro-écologie

Dans les départements du Borgou-Alibori, on peut distinguer trois (3) zones agro-
écologiques :

• La zone 1 couvre les communes de Karimama et de Malanville et comporte des sols


hydromorphes à pseudo-gley sur alluvions, des sols ferrugineux tropicaux à
concrétion sur sédiment sablo-argileux. Le climat est de type soudano-sahélien. La
pluviométrie annuelle varie entre 900 et 950 mm. La saison des pluies s’étale de mai
à octobre. La végétation y est arborée, arbustive et herbeuse avec une
prédominance d’épineux. La superficie cultivable est réduite par rapport à la
superficie totale, car le Parc National W, la Zone Cynégétique de Djona et la Forêt de
Goungoun occupent environ les 2/3 de la surface totale. Le mil, le sorgho, l’arachide
et le niébé sont les principales cultures traditionnelles, tandis que l’oignon, le coton et
le maïs constituent les cultures de rente. La zone dispose d’un important potentiel de
développement de la terre fertile et irrigable près du fleuve Niger.

• La zone 2 couvre les communes de Gogounou, Kandi, Banikoara et Ségbana. Elle


comporte des sols ferrugineux tropicaux lessivés à concrétion sur sédiments sablo-
argileux. Le climat est de type soudanien. La pluviométrie annuelle varie entre 950 et
1150 mm. La saison des pluies s’étale de mai à octobre. C’est une zone de savane
boisée, arborée, arbustive et herbeuse. Le coton, le maïs, le sorgho, le niébé et
l’arachide représentent les principales cultures du point de vue des superficies
emblavées. La traction animale est fortement utilisée pour les travaux culturaux.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


74

• La zone 3 regroupe les communes de N’Dali, Pèrèrè, Nikki, Kalalé, Sinendé,


et Bembèrèkè. Le climat est de type soudanien et évolue progressivement
vers le type soudano-guinéen. La pluviométrie oscille entre 1150 et 1300 mm.
La saison des pluies s’étend d’avril à octobre. Les sols sont ferrugineux tropicaux
lessivés à concrétion sur granito-gneiss. La végétation est celle d’une forêt
secondaire clairsemée, de type savane soudano-guinéenne. Le système de culture
est basé sur l’igname, le coton, le maïs, le sorgho, le manioc. Dans ce système,
l’igname est la principale culture sur laquelle repose l’extension des terres cultivées
et la base de la rotation des cultures.

Les eaux

Le système hydrographique du département du Borgou/Alibori appartient au Bassin du Niger


pour sa partie septentrionale et à celui de l’Ouémé Supérieur pour sa partie méridionale. Les
ressources en eau souterraine sont mal connues. Des retenues d’eau à but agro-pastoral et
hydro agricole ont été aménagées, mais leur maillage reste sommaire.

La maîtrise de l’eau à des fins agro- sylvo- pastorales, facteur important d’amélioration de la
productivité et de la compétitivité dans le secteur agricole et rural, est très faible, laissant
l’agriculture largement tributaire des régimes pluviométriques. Les efforts d’investissements
réalisés en termes d’aménagement de bas-fonds et de grands périmètres irrigués, de
construction de grands barrages et retenues d’eau à usage agro-pastoral, restent
inappropriés et très en dessous des attentes.

1.2 C A D R E H U M A I N

Selon le RGPH3 de 2002, la population du Département du Borgou était de 724.171


habitants, avec une densité de 28 habitants au km2 et 99,6 hommes pour 100 femmes. La
population agricole était de 491.865 habitants, soit 67,92% de la population totale du
département. On y rencontre plusieurs ethnies dont les principales sont les Baatombou
40,4%, les Peulh 29,8 % et les Yorouba 6,0%. Parakou est le principal pôle urbain du
département.

Par contre, la population dénombrée dans le Département de l’Alibori au cours du même


recensement de février 2002 était de 521.093 habitants, avec une densité de 20 habitants
au km2 et un sexe ratio de 99,3 hommes pour 100 femmes. La population agricole recensée
en 2002 était de 378.702 personnes, soit 72,67% de la population totale du département.
Les grands groupes ethniques dominants rencontrés sont les Baatombou (32,6%), les
Peulhs (22,1%), les Dendi (18,2%) et les Yoruba représentés par les Mokolé. Malanville,
Kandi et Banikoara concentrent les populations urbaines de l’Alibori. Les populations de ces
deux départements sont très jeunes (les moins de 21 ans représentent plus de 50% de la
population).

Le foncier

Globalement, les Départements du Borgou/Alibori disposent des terres importantes pour


l’agriculture y compris les parcours pour le bétail.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


75

La terre demeure au cœur de nombreux conflits, résultant d’inégalités dans sa distribution,


de l’insécurité foncière vécue par des acteurs dont les droits ne sont pas toujours reconnus,
de revendications territoriales de groupes sociaux dominés qui tentent de renégocier leur
place dans l’espace national. Les terres les plus fertiles font l’objet de convoitises
exacerbées.

Pour les producteurs ruraux, la sécurité des droits sur la terre et les ressources naturelles est
un enjeu économique, mais aussi de paix sociale et de citoyenneté. Au Bénin, la loi portant
régime foncier rural a été adoptée récemment. Même si tous les contours de cette loi ne sont
pas encore élucidés et vulgarisés au sein des populations rurales, des efforts sont en cours
pour l’opérationnaliser à travers l’élaboration des PFR (Plans Fonciers Ruraux) et de
nombreux travaux conduits par divers programmes et projets (MCA-Bénin, PRoCGRN,
Ambassade des Pays-Bas, etc.)

Le secteur rural ne peut se développer, jouer un rôle moteur pour la création d’emplois et de
richesses, en vue d’une réduction de la pauvreté, sans le règlement préalable des problèmes
liés au foncier.

Le statut actuel de la terre en milieu rural peut donc à terme constituer un goulot
d’étranglement à l’intensification agricole, dans la mesure où il ne sécurise pas suffisamment
les investissements qui sont l’un des déterminants de l’emploi. La situation foncière
combinée à celle démographique reste un enjeu urgent pour l’avenir des ruraux et celui de
leurs activités de production.

Le statut des femmes

Les femmes représentent près de 51% des populations des départements de l’Alibori et du
Borgou. Elles constituent une couche très dynamique de la population, engagée sur la
plupart des fronts des activités économiques. Elles restent cependant une des couches les
plus vulnérables en lien avec la pesanteur des facteurs sociologiques qui confinent la femme
dans un statut d’être de second rang. Elles sont particulièrement confrontées aux difficultés
d’accès aux facteurs de production (terre, intrants et matériels de production et de
transformation, crédit de campagne). La pénibilité de leurs travaux, ne leur permet pas
d’engranger des revenus suffisamment rémunérateurs de leurs efforts.

1.3 P O T E N TI A L I T É S É C O N O M I Q U E S : P R I N C I P A L E S A C TI V I T É S É C O N O M I Q U E S E T
F I L I È R E S P O R TE U S E S

L’agriculture est la principale source de richesses des deux Départements, en termes de


contribution à la sécurité alimentaire, d’emplois, de formation des revenus et de création des
biens et services. Elle occupe plus de 65% des populations actives et structure l’ensemble
de l’économie.

Département du Borgou : des atouts importants de développement agro-sylvo-


pastoral

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


76

Le département est la première région agro-pastorale du pays, avec au moins 1/4 de la


production agricole nationale. Pour certaines spéculations telles que l’igname et le maïs, le
département se hisse au premier rang du pays avec respectivement 42% et 22,4% de la
production nationale annuelle. Deuxième bassin cotonnier du pays après l’Alibori, le
département du Borgou occupe la première place pour la production d’anacarde devenue
aujourd’hui la deuxième filière d’exportation du Bénin.

Les principaux atouts agro-sylvo-pastoraux du département du Borgou sont essentiellement :

• ses vastes terres en friches : d’une densité faible de 28 hbts au km2, le département est le
plus pourvu en espaces de terres fertiles du pays ;

• une pluviométrie favorable aux différentes productions céréalières, de fruits et tubercules


du pays ;

• l’adaptabilité de ses sols aux principales cultures céréalières du pays ainsi qu’au soja, le
manioc, l’igname, le manioc, le coton et l’anacarde, ces deux dernières étant les premières
cultures d’exportation du Bénin ;

• de nombreuses retenues d’eau utilisables dans divers usages : abreuvage des animaux,
maraichage, pisciculture (78 micro-barrages et surcreusements) ;

• d’importantes autres potentialités en termes de développement des filières agro-sylvo-


pastorales : un accès facile aux marchés nigérien et nigérian, la possibilité de développer
d’autres marchés extérieurs de produits vivriers (Gabon, Burkina Faso, Sénégal pour le
maïs, le riz et les tubercules).

Les principales filières agro-pastorales porteuses par commune du département se


présentent comme suit :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


77

Tableau 4 : Principales filières agro-pastorales porteuse par commune du département du Borgou


Communes KALALE BEMBEREKE PERERE NIKKI SINENDE N’DALI TCHAOUROU PARAKOU

-Bovins -Coton -Maïs -Maïs -Maïs -Mangue -Anacarde -Maraîchage

-Coton -Maïs -Igname -Igname -Coton -Igname -Igname -Fruitier

Filières -Ovins -Igname -Karité -Coton -Igname -Maïs -Maïs -Pisciculture


agro-
pastorales -Maïs -Soja -Néré -Ovins -Ruminants -Manioc -Manioc -Elevage non
porteuses conventionnel
-Karité/ -Ovins -Soja -Caprins -Soja -Bois -Maraîchage

Néré -Caprins -Anacarde

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Elles sont largement dominées par les cultures vivrières (maïs, igname, sorgho, mil, manioc,
riz, arachide, soja, niébé, etc.). Ensuite viennent les cultures de rente comme le coton.

Les productions fruitières (mangues, anacarde) connaissent un regain d’intérêt ces dernières
années. Elles contribuent à la fois à l’améliorer les revenus et à sécuriser les terres.
Quant à la production maraîchère, elle reste très embryonnaire et ne couvre pas les besoins
en légumes de grande consommation du Département : elle subit des fluctuations inter
saisonnières assez marquées.
L’anacardier et le soja sont devenus de nouveaux créneaux porteurs pour les producteurs,
mais ont du mal à émerger réellement pour des raisons d’ordre technique, matériel et
organisationnel.

Département de l’Alibori
Le tissu économique du département de l’Alibori est caractérisé par une large domination
des activités agricoles et para agricoles y compris l’élevage, une production du secteur
secondaire embryonnaire du point de vue des unités industrielles mais riche en micro
activités artisanales informelles, un secteur tertiaire essentiellement dominé par le commerce
et les activités de transport. Une telle situation ne favorise pas une mesure et une
caractérisation de l’emploi au niveau des unités constituant le tissu économique des
communes du département.

Le coton est considéré comme la filière phare de l’économie locale et qui a modifié les
systèmes de production traditionnels. Au cours des cinq (05) dernières années, la production
du coton graine a connu un déclin drastique en passant respectivement de 124.763 tonnes
durant la campagne 2005-2006 à moins de 116.894 tonnes en 2009-2010 pour l’Alibori.

Les céréales constituent le premier groupe de produits avec 36% de l’ensemble de la


production végétale. La production moyenne des céréales (maïs, sorgho, mil et riz) est
proche d’une moyenne annuelle de 190 mille tonnes. Cependant, malgré ses difficultés de

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


78

ces dernières années, le coton reste une spéculation majeure de l’agriculture de l’Alibori. Sur
la base de la production des cinq dernières campagnes agricoles (2002-2003 à 2006-2007),
la production cotonnière du département est proche d’une moyenne annuelle de 150 mille
tonnes et représente 28% de la production végétale du département. Cette spéculation est
considérée comme la seule culture industrielle du département. Contrairement au
département du Borgou voisin, l’Alibori n’est pas un très grand producteur de racines et
tubercules. L’offre moyenne de ce groupe de produits (manioc et igname essentiellement)
est estimée à un peu moins de 115 mille tonnes au cours de la période, le plaçant en
troisième position avec 22% de la production végétale. Les légumineuses (niébé, arachide,
voandzou, soja) représentent 8% et les cultures maraîchères 6%.

La répartition géographique de cette production indique la place largement prépondérante


de la commune de Banikoara avec près de 170 000 tonnes représentant 31% de la
production végétale offerte par le département. Il est suivi par la commune de Kandi (près de
115 mille tonnes et 22% de la production). Ségbana et Gogounou suivent avec
respectivement 17% et 15% de la production végétale. Malanville (9%) et Karimama (6%)
apportent une faible contribution à la production végétale du département même si l’examen
de la structure interne de cette contribution permet de noter que leur avantage comparatif se
situe dans l’offre de spéculations pour lesquelles l’économie nationale et même régionale est
structurellement déficitaire (riz, sorgho, mil, produits maraîchers).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


79

Figure 3 : Contribution des communes à la production végétale du département de


l’Alibori

Dans le domaine de l’élevage, le département de l’Alibori occupe la première place en


matière d'élevage bovin au Bénin avec 406.303 têtes soit 31% environ du cheptel bovin
national au recensement de 1999. La place de l’Alibori est également importante pour
l'élevage des autres espèces telles que les petits ruminants et la volaille. Banikoara occupe
le 1er rang dans le département au niveau des élevages des bovins, ovins, caprins, porcins
et volailles tandis que Gogounou occupe le deuxième rang pour ce qui concerne les porcins
et Kandi le deuxième rang pour ce qui est des bovins. Enfin, il convient de rappeler que
l’élevage constitue la première activité économique des ménages peulhs et la seconde pour
les autres ménages.

Ce cheptel contribue à la production de viande et de lait et à l’animation des marchés à bétail


dans les communes. Certains de ces marchés autogérés ou non sont d’envergure nationale
et même internationale (fréquentés par des opérateurs du Niger, du Burkina Faso et du
Nigeria) comme ceux de Malanville et de Guéné dans la commune de Malanville et celui de
Gogounou.

Au total, les départements du Borgou et de l’Alibori constituent des greniers agricoles du


Bénin, de par l’importance de leur contribution aux diverses productions nationales plus de
75% pour le coton, (31%) pour le riz, (29%) pour le maïs, (37%) pour l’igname, (64%) pour
les bovins, (46%) pour les ovins, (22%) pour les caprins (Statistiques DPP / MAEP, 2009).

En dépit de ces potentialités et de ce niveau de contribution au produit agricole brut national,


les départements du Borgou et de l’Alibori demeurent parmi les régions les plus pauvres du
Bénin. Selon les résultats de l’EMICoV (Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


80

Vie des ménages), l’incidence de la pauvreté monétaire est de 42,97% dans l’Alibori et de
39,19% dans le Borgou contre une moyenne nationale de 37,4% en 2007. Cette incidence
de la pauvreté est estimée à 55,72 % et 52,75 % respectivement à Banikora et Gogounou
dans l’Alibori, contre 48,48 % ; 47,93% et 42,89% respectivement à Tchaourou, Sinendé et
Bembéréké dans le Borgou.

2. CADRE INSTITUTIONNEL ET LES ACTEURS

2.1 L E S A C TE U R S D E S IEM

L’analyse dans cette partie porte sur la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et les
entreprises attributaires des marchés de réalisation des infrastructures économiques et
marchandes.

2.1.1. La maîtrise d’ouvrage des réalisations

L’analyse des résultats des enquêtes met en exergue les difficultés rencontrées par les
enquêteurs pour renseigner qui est le maître d’ouvrage, le maître d’ouvrage délégué et le
maître d’œuvre. Cette situation est confirmée par les entretiens que nous avons eu sur le
terrain avec les Maires, les gestionnaires des IEM, les organisations socio professionnelles
comme l’UDOPER, etc.

- Propriété foncière

%
Présumé propriétaire Réponses obtenues
global

Mairie 252 63,48

OSP 104 26,20

privé 41 10,33

Total général 397 100,00

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


81

Figure 4 : Répartition des présumés propriétaires fonciers

En regardant les données, on se rend compte que la Mairie est présumée propriétaire de
près des 2/3 des sites qui hébergent les infrastructures. Si cela peut sembler évident à
première vue (partant du principe généralement admis que la terre appartient à l’Etat et que
la Mairie se constitue des réserves administratives), il convient de signaler que les autres
présumés propriétaires sont des organisations socioprofessionnelles (pour 26%) et des
privés (personnes physiques ou familles pour 10%) qui ont acquis les domaines. Les
domaines de certaines OSP leur ont été cédés par la Mairie. Mais il arrive aussi des cas où
ce sont les familles qui rétrocèdent une partie de leur patrimoine à la Commune pour des
besoins d’implantation d’infrastructures publiques.

- Possession d'un Titre de Propriété

Si a priori, on considère que la Mairie (ou l’autorité publique en général) possède ou peut
facilement se délivrer des titres de propriétés, il se fait aujourd’hui qu’un bon nombre des
sites sur lesquels sont implantées les IEM ne disposent pas de titres.

Seule une infime partie (29,4%) des personnes interrogées déclarent savoir que le
propriétaire de la parcelle a un titre officiel de propriété. Si les départements du Borgou et de
l’Alibori ne sont pas réputés pour les tensions autour du foncier (à l’instar par exemple du
Littoral et de l’Atlantique), il n’est pas exclu que des tensions puissent surgir dans les années
à venir. Et ces conflits éventuels mettront en péril la survie même des infrastructures. Il urge
donc de sécuriser des investissements en obtenant pour les sites les actes nécessaires.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


82

Selon les enquêtes de terrain on retrouve comme maître d’ouvrages les acteurs suivant :

- Les projets de l’Etat à travers le Ministère de la décentralisation de la gouvernance


locale (PADPA), le Ministère des petites et moyennes entreprises (PLUSA FADER)
les services déconcentrées notamment les CeCPA,
- Les communes
- Les intercommunalités
- Les communautés
- Les associations de communes
- Les groupements de femmes,
- Les associations professionnelles (éleveurs, Bouchers, commerçants)
- Les interprofessions
- Les privés
- Les projets et programmes intervenant dans les départements du Borgou et de
l’Alibori.

Si l’on part de l’acception généralement partagée que le maître d’ouvrage est la personne
physique ou morale, pour le compte de qui les travaux ou ouvrages sont exécutés, il apparaît
clairement un besoin de clarification de la qualité de maître d’ouvrage des infrastructures
économiques et marchandes dans le paysage des IEM Bénin.

Ce besoin de clarification est confirmé par le statut du titre de propriété des IEM inventoriés.
Pour l’essentiel les présumés propriétaires ne disposent de titre de propriétés comme relevé
plus haut. Le nouveau programme offre l’occasion de clarifier la question de la maîtrise des
IEM autour de trois acteurs clefs :

-Les communes pour les infrastructures d’envergure communale

-Les intercommunalités à travers l’APIDA et l’ADéCOB

-Les organisations socio professionnelles pour certaines filières comme les produits
agricoles et maraîchers, l’élevage, les produits forestiers et de la pharmacopée.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


83

 Les Communes

La commune est maître d’ouvrage parce qu’elle élabore et adopte son plan de
développement (PDC/PDM), contrôle son exécution, décide du mode de réalisation de
l’infrastructure, organise la consultation des prestataires de services, met en place le
dispositif pour suivre l’exécution des travaux, paie les décomptes et les factures des
prestataires (ou les vise pour autoriser le paiement), donne des instructions par rapport aux
prestations faites, suit et réceptionne les travaux exécutés, ordonne la levée des réserves,
accompagne la mise en place du dispositif d’exploitation de l’infrastructure, contrôle
l’efficacité du dispositif de gestion, etc.

Dans le Borgou et dans l’Alibori, les communes ont compris l’importance des IEM pour le
développement économique local et la mobilisation des ressources pour les collectivités.
L’ensemble des Maires rencontrés affirment que durant les premiers mandats, l’accent, dans
les PDC était mis sur les infrastructures sociales (écoles, formations sanitaires, bâtiment
administratifs, etc.). Ils ont réalisé qu’il faut en assurer le fonctionnement et l’entretien sur le
budget communal et donc travailler à mobiliser davantage de ressources. Les IEM
apparaissent à cet égard pour l’ensemble des collectivités comme une opportunité. Ainsi
dans les PDC de deuxième génération la priorité est accordée aux IEM dans les
programmes d’investissement. A travers le processus ECOLOC, les PDC de deuxième
génération, les études SAFIC, les communes du Borgou et de l’Alibori disposent d’outils pour
une bonne planification et un bon suivi de la réalisation des IEM. Elles disposent d’études
institutionnelles sur les performances aussi bien du conseil communal/municipal,
l’administration communale/municipale, que des relations avec les administrés (redevabilité,
participation citoyenne).

Globalement les communes peuvent être classées en trois catégories en fonction de


l’organisation et des compétences à disposition pour assurer une maîtrise d’ouvrage
complète d’un projet d’IEM et exercer leur rôle d’autorité délégante de la gestion :
planification, suivi, réception, gestion et entretien. Mais l’ensemble des communes négligent
la dimension « maintenance » des infrastructures (vide dans les budgets et dans les PAI).

 La Commune à statut particulier : Parakou

Parakou est la troisième ville à statut particulier du Bénin. Elle dispose d’un budget
conséquent qui lui permet de faire face aux charges d’une administration municipale étoffée.
Parakou dispose de services techniques et de services financiers à même d’assurer une
maîtrise d’ouvrage complète des projets complexes aussi bien en régie que par appel à
candidature.

 Les Communes chefs lieux de centres urbains moyens : N’Dali, Tchaourou,


Kandi et Malanville

Ces communes disposent également d’une administration étoffée à même d’assurer une
véritable maîtrise d’ouvrage des infrastructures communales. Certaine ont bénéficié du
Projet de Gestion Urbaine Décentralisée Phase 2 (PGUD 2 -Kandi) et du Projet d’Appui aux
Collectivités Territoriales (PACTE) financé par l’Union Européenne (77 Communes du Bénin)
qui ont permis de mettre en place des chefs de services communaux de haut niveau
(ingéniorat, master2, maîtrise).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


84

 Les Communes à dominance rurale

L’ensemble des autres communes sont à dominance rurale. Les mairies sont sous équipées
aussi bien en personnel technique qu’en ressources matérielles et financières pour assurer
la maîtrise d’ouvrage des IEM. Elles ne disposent pas d’un ingénieur pour le montage des
dossiers techniques et d’appels d’offres ainsi que le suivi contrôle pour le compte du maître
d’ouvrage des IEM.

Pour ces communes, la réflexion pourrait être engagée dans le cadre du DIEM pour
mutualiser les compétences dans le cadre de l’intercommunalité et des EPCI.

 Les intercommunalités à travers l’APIDA et l’ADéCOB

L’ADéCOB

L’Association pour de Développement des Communes du Borgou depuis sa création en


2009 se veut un creuset de réflexion sur la stratégie du développement économique local qui
constitue son troisième axe stratégique.

Cet axe stratégique prend en compte :

- La diversification pastorale ;
- La mobilisation des ressources : mécanisme de recouvrement et transfert de
compétences ;
- La promotion de l’entreprenariat local ;
- La promotion de l’accès au marché aux entreprises ;
- La valorisation des produits du terroir ;
- Le renforcement des capacités des entreprises.

L’ADéCOB s’est beaucoup investie au début de sa création dans les études ECOLOC qui
ont permis de définir un cadre pour un développement économique concerté et intégré pour
Parakou et l’ensemble des communes du Borgou.

L’ADéCOB adopte progressivement le statut d’une structure d’utilité publique de


développement local sous forme associative (appui-conseil aux Communes membres). Avec
le nouveau texte sur l’intercommunalité, la mise en œuvre du DIEM peut offrir une
opportunité d’engager des réflexions stratégiques et pragmatiques sur son évolution vers
l’intercommunalité de type EPCI. La maîtrise d’ouvrage de la réalisation d’infrastructures
d’envergure intercommunale pourrait servir de laboratoire pour explorer cette évolution vers
un EPCI.

L’ADéCOB pourra dans cette évolution mettre en place un pool de compétences à


mutualiser avec les communes qui en sont démunis et qui n’ont pas les moyens seules de
se les payer. Cette évolution va nécessiter un diagnostic institutionnel et un engagement des
communes membres. L’équipe de consultants va accompagner les réflexions de mutation en
EPCI pendant la phase de formulation du PDIEM.

L’APIDA

L’Association pour la Promotion de l’Intercommunalité du Département de l’Alibori est plus

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


85

ancienne (2006) que l’ADéCOB (ressuscitée de l’ACOB en 2009) avec une plus grande
expérience dans l’appui à la maîtrise d’ouvrage communale pour la réalisation de plusieurs
projets d’infrastructure (à travers le Fonds de Développement Local du Projet d’Appui au
Développement des Communes-PADC). Elle dispose de deux structures techniques le SIAC
et l’ODETA (Organisation pour le Développement Economique des Territoires de l’Alibori,
composante 4 du Projet d’Appui au Développement des Communes - PADC36 en quête d’un
ancrage institutionnel) pour conduire ses activités. Dans le cadre de son ancrage juridico-
institutionnel, l’ODETA, qui assure la maîtrise d’œuvre de la promotion de l’économie locale
de l’Alibori va être internalisée au SIAC. Cette évolution institutionnelle va certainement
renforcer le SIAC aussi bien en terme de compétence pour la prise en charge du
Développement Economique Local (DEL) et partant du DIEM. Il restera à clarifier les objets
de la compétence de promotion de l’économie locale sur lesquels l’APIDA va se positionner
en fonction du nouvel environnement légal des intercommunalités et des EPCI. Les
intercommunalités de forme associative (APIDA, ADéCOB) ont jusqu’au 31 décembre 2013
pour se conformer à la loi sur les modalités de l’intercommunalité en République du Bénin et
de son décret d’application (cf. chapitre sur le cadre légal de l’intercommunalité plus haut).

Avec l’adoption du texte sur l’intercommunalité, la mise en œuvre du DIEM peut offrir une
opportunité également de l’APIDA d’engager des réflexions stratégiques et pragmatiques sur
son évolution vers un EPCI. La maîtrise d’ouvrage de la réalisation d’infrastructures
d’envergures intercommunales pourrait servir de laboratoire ou de mobile pour explorer la
mutation.

 Les organisations socio-professionnelles

Les principales organisations socio-professionnelles rencontrées dans l’Alibori et le Borgou


sont :

- L’UDOPER Borgou/Alibori
- Les Unions Communales d’Organisation de Professionnels Eleveurs de Ruminants
(UCOPER)
- L’union régionale des producteurs (URP) Borgou-Alibori
- L’Union Régionale des Producteurs de Riz
- L’Union Régionale des Producteurs d'Anacarde (URPA)
- UCP Maïs de Banikoara
- L’Union communale des producteurs Anacarde (UCPA) de Banikoara
- Groupements de Producteurs du Périmètre Irrigué (UGPPM) de Malanville
- Groupement féminin de professionnels éleveurs de ruminants (GFPER)
- L’Union Communale des Producteurs de Soja de Pèrèrè (UCP Soja).

Toutes ses organisations dans leurs domaines spécifiques assurent la maîtrise d’ouvrage
d’IEM pour soutenir leurs activités. On peut citer à titre d’exemple, les marchés à bétail
autogérés par l’UDOPER et les UCOPER dans plusieurs communes, les magasins de
warrantage à Banikoara etc.

Elles ne disposent pas pour la plupart de compétences techniques pour assurer ce rôle de
maître d’ouvrage. L’ADéCOB et L’APIDA où l’on retrouve les représentants de ces structures
pourraient développer des services adaptés à leur besoins en termes d’accompagnement.

36
Le PADC est financé par le Conseil Régional de Picardie et les Communes de l’Alibori.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


86

 Les organisations communautaires

Plusieurs organisations communautaires constituées pour l’essentiel de femmes assurent la


maîtrise d’ouvrage déléguée de projets avec l’appui des communes ou de projets de
développement (PNDCC par ex.). Les services techniques communaux là ou il en existe
devraient pouvoir leur apporter un appui dans la réalisation de leur projets.

2.1.2. La maîtrise d’œuvre

Les enquêtes révèlent que Les principales structures qui assurent la maîtrise d’œuvre des
réalisations sont le CeRPA au niveau de l’Etat, les CeCPA et les services techniques
communaux au niveau communal et des bureaux d’études et consultants privés.

Les entreprises locales intervenant dans le secteur des IEM et leur performance
(forces, faiblesses, perspectives)

Le secteur des IEM au Bénin souffre de l’absence d’une politique nationale clairement
définie qui ne permet pas d’atteindre les objectifs de l’Etat béninois : offrir des infrastructures
décentes au moindre coût au plus grand nombre de localités Conscients de cette situation,
les pouvoirs publics depuis bientôt deux décennies, ont tenté à plusieurs reprises à travers le
ministère de l’environnement de l’habitat et de l’urbanisme d’élaborer et de mettre en œuvre
une politique de l’habitat et des infrastructures. Malheureusement, ces efforts n’ont jamais
abouti. Aussi, il a été retenu de procéder à l’élaboration, à l’adoption et à la vulgarisation de
la politique nationale de l’habitat et des infrastructures qui servira de boussole à tous les
décideurs tant actuels que futurs.. Elle s’adresse à tous les acteurs en la matière et vise une
mobilisation notoire des acteurs privés et des différents partenaires.

Dans le Borgou et l’Alibori, les statistiques de la CCIB font ressortir qu’au total 295
entreprises exercent dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. 76,95% de ces
entreprises soit 227 sont déclarées dans le Borgou.

Quand on examine les déclarations d’activités qui figurent sur les registres de commerce de
ces entreprises on constate que le bâtiment et les travaux publics n’est pas toujours l’activité
principale et de toute façon elle n’est pas la seule.

Cette situation traduit en réalité une précarité dans un contexte nationale caractérisé par :

- Le renforcement de la décentralisation ;
- L’harmonisation des codes des marchés publics dans l’espace UEMOA.

Pour les entreprises locales, le renforcement de la décentralisation aurait dû être une bonne
opportunité pour elles, mais il ressort des entretiens que cela n’est pas le cas. En effet, les
marchés de travaux lancés par les communes sont le plus souvent arrachés par des

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


87

entreprises basées soit à Parakou soit à Cotonou. Selon nos enquêtes terrains pour les IEM
du Borgou et de l’Alibori :

- 68,38% des IEM ont été réalisées par des entreprises dont le siège social est à
Parakou ;
- 12,82% des IEM ont été réalisées par des entreprises dont le siège social et à
Cotonou ;
- Enfin les 18,80 % restant se partage entre Kandi, Sinendé, Guema et Malanville.
Quand nous avons examiné quelques dossiers d’appels d’offres élaborés par les communes
nous avons constaté qu’il n’y figurait aucune disposition sur les préférences locales alors
qu’elles sont prévues dans le code des marchés publics du Benin.

Relativement à la qualité des ouvrages et donc aux performances des entreprises, les
maitres d’ouvrages que nous avons pu rencontrer se sont dits satisfaits des prestations
servies mais ont déploré le non respect des délais contractuels. Pour notre part, l’inspection
de quelques infrastructures nous a permis de constater que la qualité des finitions sur les
ouvrages peut être améliorée.

En ce qui concerne les missions de maitrise d’œuvre, la quasi-totalité des IEM recensées
dans le BORGOU et l’Alibori ont été étudiées et contrôlées par soit :

- Les services techniques communaux ;


- Des consultants individuels indépendants.

Cette situation est révélatrice de plusieurs choses :

- Les IEM réalisées sont des infrastructures très simples pour lesquelles il existe des
plans types ;
- Les communes n’ont pas suffisamment de ressources financières pour recruter des
cabinets d’architecture et d’ingénierie ;
- Les cabinets d’architecture et d’ingénierie ne sont pas installés dans les communes ni
même les chefs lieux de région.

De tout ce qui précède on peut retenir que l’environnement des entreprises locales peut être
caractérisé ainsi qu’il suit :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


88

Forces Faiblesses perspectives

- La décentralisation - Le manque de - Mieux organiser le secteur du


- Le code des professionnalisme dans le bâtiment et des travaux publics
marchés publics secteur ; - Réglementer le secteur par la
dans ses règles sur - Les ententes et autres mise en place de règles à
les préférences arrangements dans la travers le code de la
passation des marchés construction
publics - Faire jouer systématiquement
- Le manque de déontologie les règles de préférence
dans le secteur des prévues dans le code des
bâtiments et travaux publics marchés publics
- L’absence de codes de la - Former les chefs d’entreprises
construction sur les rudiments du métier
- La faible qualification des
ressources humaines des
entreprises
- Le faible équipement des
entreprises
- La fiscalité nationale
- Les entorses à la libre
concurrence
- L’accès au crédit
-

2.2. Les acteurs de la gestion et l’entretien

L’analyse des résultats de l’enquête révèle que dans 70% des IEM c’est la gestion en régie
directe à travers les services communaux qui est pratiquée, suivi de la gestion mixte à
travers les comités de gestion pour 20% des cas. La délégation est très rarement pratiquée.

Les enquêtes n’ont pas pu définir la structure qui est responsable de l’entretien. Cependant à
travers les entretiens et les visites des IEM, l’on observe qu’il n’y a pas de dispositif clair en
place pour assurer l’entretien des IEM. C’est le talon d’achille du dispositif avec le
recouvrement.

2.3. Les acteurs du financement

Les IEM sont à travers les budgets de collectivités (fonds propres très quasi insignifiants en
général), les fonds mobilisés par les organisations socio-professionnelles, les fonds
transférés par l’Etat à travers le FADEC et des financements directs des PTFs à travers des
projets et programmes qui travaillent dans les deux régions.

Pour l’instant, le FADEC constitue la principale source de financement des équipements


communaux.

Les projets communautaires sont pour leur part financé essentiellement par les projets et
programmes de développement.

Les principaux programmes et projets recensés dans les deux départements sont :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


89

ASGoL : Appui au Secteur et au renforcement de la Gouvernance Locale –Décentralisation


un appui institutionnel, technique et financier pour l’épanouissement de l’Etat local dans les
communes financé par la DDC.

PA3D : Projet d’Appui à la Décentralisation à la Déconcentration et au Développement


économique local.

Projet initié par le FENU et le PNUD et qui est prévu pour s’exécuter sur 5 ans (2009 à
2013), d’un montant global de 9.700.000 dollars US, il couvre les sept communes ordinaires
du département du Borgou (Bembérékè, Kalalé, N’Dali, Nikki, Pèrèrè, Sinendé, Tchaourou).

PSAIA (Projet de Sécurité Alimentaire par l’Intensification Agricole) intervient dans huit
(08) communes dont Tchaourou dans le Borgou et Kandi dans l’Alibori. Ce programme
financé conjointement par le Bénin et la BOAD pour un montant global de 4.041.000.000
FCFA.

PADA : Projet d’Appui à la Diversification Agricole

Projet cofinancé, par l’IDA (le GFRP et le Gouvernement du Bénin pour un montant de
montant global de 61,4 millions de dollars US, dont 25 millions de dollars US déjà mobilisés),
il est prévu pour s’exécuter du 1er juillet 2011 au 1er juillet 2016 et couvre dans les
départements du Borgou et de l’Alibori, les communes situées dans les principaux bassins
de production de riz, de maïs et d’anacarde.

PADER : Projet d’Appui au Développement Rural


Projet financé par le FIDA pour un montant global de 7.394.411.000 FCFA, il a une durée de
5 ans (2006-2011), à envergure nationale mais intervenant dans 13 communes rurales du
Borgou-Alibori en général et de manière spécifique dans 7 communes.

Plusieurs acteurs d’appuis accompagnent la mise en œuvre des projets et programmes

Les acteurs d’appui local

• Dedras est une ONG intervenant dans le monde rural sur les questions de
développement économique et d’éducation, depuis 1979. Elle constitue le
département « Développement » de l’Union des Eglises Evangéliques du Bénin. Bien
implantée localement, l’ONG Dedras a la confiance de nombreux partenaires et
conduit beaucoup d’activités de développement des filières (soja et anacarde
principalement).

• Le LARES : le Laboratoire d’Analyse Régionale et d’Expertise Sociale a été créé en


1989 par des chercheurs qui souhaitaient proposer des analyses dans une optique
alternative à celle de l’Etat. Une antenne s’est ouverte à Parakou en 2002. En dehors
de ses activités de recherche fondamentale, le LARES qui développe des activités
de prestations de services en recherche développement se pose en fin connaisseur
des dynamiques du monde des Organisations Paysannes.

• APIDev : L’ONG Association pour la Promotion des Initiatives de Développement


Durable, créée en 2007, résulte de l’autonomisation d’un programme de la

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


90

Coopération suisse. L’association a en charge l’un des deux volets du programme


ASPAP. A travers l’exécution de ce volet, l’équipe semble avoir développé une
bonne connaissance de la problématique (pastorale) : situation et organisation des
éleveurs, problèmes et défis…

• APIC : Créée en 1997 et intervenant dans les 4 départements du Nord, l’ONG Action
pour la Promotion des Initiatives Communautaires (APIC) a trois principaux
domaines d’intervention : l’agriculture durable; la micro-entreprise rurale et la gestion
de système de santé. Elle bénéficie d’une expertise dans le domaine de l’agriculture
durable et la gestion de terroirs. Les partenariats qu’elle a développé se sont
prolongés dans la durée ce qui laisse penser qu’il s’agit d’une institution donnant
satisfaction.

- Le BAA, créé en 1994, le Bureau d’Appui aux Artisans, structure chargée de la mise en
œuvre du Programme artisanat de la Coopération Suisse au Bénin, s’est autonomisé en
2002 sous un statut juridique d'établissement privé. Les divers appuis aux artisans
révèlent une bonne capacité d’analyse et d’élaboration de projets avec un appui fort sur
différents partenaires. Les approches mise en œuvre par le BAA ne concernent pas
spécifiquement les acteurs du DER, et peinent à toucher les membres des Groupements
de Femmes qui ne se reconnaissent pas nécessairement comme des artisanes.

2.4. Les femmes et les IEM

Dans le Borgou et l’Alibori, les investissements réalisés au profit des femmes concernant les
IEM portent essentiellement, selon nos enquêtes, sur les aménagements de périmètres pour
le maraîchage et la pisciculture (55%), la mise en place d’unités de transformation de
produits agricoles (29,6%), et les hangars dans les marchés pour s’abriter et se protéger du
soleil et de la pluie (6,3%).

La plupart des personnes interrogées ne considère pas les marchés et les magasins comme
des infrastructures particulièrement réalisées pour les femmes. Or, comme on le verra plus
loin, elles en sont également demandeuses.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


91

Figure 5 : Répartition des IEM réalisées au profit des femmes

Besoins spécifiques des femmes

Figure 6 : Répartition des femmes selon leur besoins spécifiques

Comme le montrent déjà de nombreuses études sur les activités féminines, les besoins des
femmes tournent prioritairement autour des unités de transformation (19%), suivis du besoin
de financement et crédits (16%) et des aménagements et équipements pour le maraîchage
(9%). Les magasins de stockage et les aires de séchage de produits agricoles sont
également évoqués (4,6%).

La prise en compte des préoccupations des femmes

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


92

Les besoins des femmes sont recensés surtout lors des assemblées initiées par les autorités
locales (69% des cas, notamment lors du processus d’élaboration des PDC), mais aussi à
l’occasion de rencontres entre les associations/groupements féminins et les élus. Il est
rarement signalé les cas où ce sont les femmes prennent l’initiative d’aller rencontrer les
autorités locales pour leur faire part de leur besoins et attentes.

Généralement, le lieu d’implantation d’une IEM est décidé sur la base de la disponibilité, de
la proximité et de l’accessibilité du terrain

De façon générale, en plus des travaux domestiques et ceux d’appui au mari dans les
champs (semis, entretien, récolte, ….) les femmes sont surtout très présentes dans le
secteur de la transformation des produits. La valorisation des produits agricoles par des
technologies de transformation traditionnelle occupe principalement les femmes et constitue
le principal créneau de structuration des groupements de femmes. L’état des lieux de la
gestion des productions agricoles montre le caractère rudimentaire des procédés et
équipements de transformation chez les femmes surtout handicapées par le faible accès aux
ressources nécessaires pour l’investissement. Cette situation maintient la pénibilité des
activités et contribue à la basse qualité des produits et de leur présentation. Elle occasionne
d’importantes pertes et ne permet pas de bien valoriser le temps de travail.

Certains groupements de femmes (GF) ont bénéficié des équipements de transformation


semi-artisanale des produits comme le manioc, l’arachide, le palmier à huile et les fruits,
grâce à divers organismes ou programmes d’appui mais ils restent le plus souvent
confrontés aux problèmes d’identification du matériel adéquat, de pannes fréquentes, de
formation pour sa maintenance et/ou d’organisation interne pour l’approvisionner en matières
premières et le faire fonctionner à sa pleine capacité. Les problèmes de transformation des
produits agricoles par les femmes et les jeunes sont liés non seulement à l’accès aux
technologies existantes et à leur maîtrise, mais aussi à l’organisation et à la gestion des
unités de transformation pour l’utilisation à la pleine capacité des équipements, à
l’amélioration de la qualité et du conditionnement des produits mis en marché, à l’analyse
des marchés des matières premières ou des produits finaux en vue de prévoir et d’anticiper
leurs évolutions ou de saisir les opportunités qu’ils offrent.

En dehors des unités de transformation qui appartiennent en propre, les femmes (et leurs
groupements) sont faiblement représentées dans les organes de gestion des infrastructures
enquêtées. Elles sont relativement présentes dans les organes de gestion de quelques
marchés secondaires et surtout des périmètres maraîchers. Mais elles sont quasiment
absentes quand il s’agit d’infrastructures comme les marchés à bétail, les gares routières,
etc. Ce qui, dans une certaine mesure peut se comprendre.

Au niveau des Mairies, des cadres de concertation Genre sont mis en place, de même que
des points focaux sont désignés. Ces derniers sont chargés de veiller à la prise en compte
des préoccupations spécifiques genre dans la planification des activités communales et leur
budgétisation. Mais le constat est que les cadres de concertation sont peu fonctionnels, car
trop dépendants de ressources financières extérieures.

2.5. Problèmes généralement rencontrés autour des IEM

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


93

Même si ces critères sont souvent admis et acceptés par tous les acteurs, il n’empêche que
des problèmes surgissent régulièrement. Ces problèmes sont souvent relatifs aux facteurs
présentés dans le graphique ci-dessous : problème de leadership, conflits d’intérêts ou
fonciers, mauvaise gestion des cas de fraude.

Problèmes liés ou souvent rencontrés lors de la réalisation des IEM et/ou à leur
gestion :

La réalisation des IEM souffre souvent d’une insuffisance de communication. Ainsi, les
populations, notamment les organisations socio-professionnelles qui vont en bénéficier ne
sont pas largement associé au processus. Il se fait donc que leur représentant ne sont pas
informés des modalités de réalisation, de gestion et de l’entretien de l’infrastructure.

Aux problèmes (querelles !) politiques viennent souvent s’ajouter les cas de malfaçon et de
détournements.

Les Organisations Socio-professionnelles et les IEM

Relations entre les OSP et la Mairie :

Les relations entre les organisations socio-professionnelles (OSP) et les autorités locales (la
Mairie notamment) sont très faibles ; en tous cas, pas vraiment formalisées et transparentes.
La gestion des marchés en est la plus grande illustration. Signalons également que la
gestion des gares routières par les syndicats de transporteurs interurbains laisse également
à désirer. Les organisations de transporteurs (taxi interurbains ou taxi-motos) disent
simplement payer des taxes à la Mairie, mais ne bénéficient pas vraiment, en retour, de
services de la part de ce dernier.

Du côté des organisations paysannes, certaines expériences de coopération se déroulent


pour la commercialisation des produits agricoles (maïs à Banikoara, oignon à Malanville) et
la vente des animaux (marchés à bétail dans plusieurs communes).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


94

Relations entre OSC et les services déconcentrés de l’Etat (Préfecture, Sécurité,


Impôts, travaux publics, Agriculture et Elevage, commerce, etc.) :

Les relations avec les services déconcentrées de l’Etat sont également faibles, voire
inexistantes. En dehors de quelques appuis des CeCPA aux producteurs individuels, il n’y a
pas vraiment de relations formelles entre les structures d’Etat et les organisations
paysannes.

2.6. Participation des OSC/OSP au cycle des IEM

Les données du tableau ci-dessous illustrent à merveille l’état d’implication/participation des


acteurs associatifs dans le fonctionnement du cycle de vie des infrastructures.

Tableau 5 : Etat d’implication/participation des acteurs associatifs dans le


fonctionnement du cycle de vie des infrastructures

Variable OUI NON


Participation à la décision de réalisation d’une IEM 17,8% 82,3%
Prise en compte de leurs attentes spécifiques 17,5% 82,5%
Implication dans la gestion 19,0% 81,0%
Etes-vous satisfait de la gestion ? 18,3% 81,8%
Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

En gros, 80% des responsables d’OSP/OSC interrogés n’ont :


- jamais participé à un processus de prise de décision de réalisation d’une IEM,
- pas vu leurs attentes spécifiques prises en compte,
- n’ont pas été impliqués dans la gestion de l’IEM, une fois cette dernière réalisée,
- et n’en sont pas satisfaits de la gestion.

Cet état traduit les difficultés actuelles des autorités à impliquer activement les populations
dans la gouvernance des IEM.

La plupart des ONG/Associations du Borgou et de l’Alibori travaillent avec d’autres ou


appartiennent quelques fois à des réseaux d’organisations. Au nombre des partenaires des
organisations locales, on peut citer le CI –AF, PLANETE FINANCE, Réseau des femmes
conseillères du Bénin (RéFec) Bénin, ReNOPAL, UNICEF, WORLD EDUCATION.

Certaines de ces ONG/Associations se sont organisées en réseau (Collectif des artisans,


ROCK, ROSS, etc.) ou sont impliquées dans des activités de contrôle citoyen avec Social
Watch). A ce sujet, la près de 2 acteurs sur 3 jugent opaque la gestion des infrastructures
économiques et marchandes dans les Départements du Borgou et de l’Alibori.

Difficultés rencontrées dans l’exercice de la mission de contrôle citoyen :

La plus grande difficulté des OSC du Borgou et de l’Alibori est la réticence des autorités

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


95

locales à les laisser exercer leur mission de contrôle citoyen de l’action publique. Les élus ne
s’adonnent pas de bon cœur à l’exercice de reddition des comptes.

D’un autre côté, les OSC manquent des ressources matérielles et humaines nécessaires
pour déployer un personnel compétent et qualifié sur le terrain.

3. LES I NFRASTRUCTURES MARCHANDES DANS LE BORGOU ET


L’ALIBORI

3.1 I N V E N TA I R E D E S IEM

Selon nos enquêtes terrain réalisées dans les communes du Borgou et de l’Alibori,
l’inventaire des IEM se présente comme suit :

Tableau 6 : Inventaire des IEM dans le Borgou et l’Alibori

Désignation Quantités Fréquence


Abattoir 4 1,01%
Aménagement hydro agricole (AHA) 27 6,78%
Aires d'abattage 21 5,28%
Aire de sechage 1 0,25%
Campement et auberges 9 2,26%
Unités de transformation 31 7,79%
Bergerie communautaire 1 0,25%
Couloir de passage 11 2,76%
Gare routière 18 4,52%
Grand marché 16 4,02%
Magasin 39 9,80%
Marché à betail 26 6,53%
Marché secondaire 94 23,62%
Mini barrrage 32 8,04%
Parc de vaccination 5 1,26%
Parking gros porteur 5 1,26%
Piste rurale 14 3,52%
Poulailler communautaire 5 1,26%
Retenue d'eau 25 6,28%
Autres non préciser 14 3,52%
Total 398 100,00%

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Les chiffres de ce tableau confirment que le Borgou et l’Alibori sont des régions à vocation
agro pastorales. En effet le classement des infrastructures par nature tel que figuré dans le
tableau ci-dessous révèle que les huit (8) premières places en terme de fréquence des

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


96

infrastructures sont occupées par des infrastructures de soutien à la production agro


pastorales.

Ces chiffres révèlent également que pour ces deux régions, les marchés qui sont le lieu où
les échanges commerciaux se font représentent un peu plus que le quart des IEM. Cela de
notre point de vue est assez illustratif du bas niveau de l’activité économique dans ces deux
régions.

Tableau 7 : Répartition des IEM par activité

Infrastructure Infrastructure
Désignation Quantités
marchande économique
Abattoir 4 - 4
Aménagement hydro agricole (AHA) - 27 27
Aires d'abattage 21 - 21
Aire de sechage 1 - 1
Campement et auberges 9 - 9
Unités de transformation 31 - 31
Bergerie communautaire 1 - 1
Couloir de passage - 11 11
Gare routière 18 - 18
Grand marché 16 - 16
Magasin 39 - 39
Marché à betail 26 - 26
Marché secondaire 94 - 94
Mini barrrage - 32 32
Parc de vaccination 5 - 5
Parking gros porteur 5 - 5
Piste rurale - 14 14
Poulailler communautaire 5 - 5
Retenue d'eau - 25 25
Autres non préciser - - 0
Total 275 109 384

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Selon toujours les données de notre enquête, 16,83% soit 67 IEM ne sont pas très
accessibles et ce faisant, on peut raisonnablement imaginer qu’elles ne contribuent pas à
leur pleine mesure au développement économique.

En ce qui concerne l’état même des IEM les enquêtes ont révélé que seulement moins de la
moitié soit 48,09 % (202 IEM dans l’absolu) sont en bon état. Les IEM en mauvais état sont
au nombre de 164 ce qui représente 39,05% du parc. Pour 54 IEM, l’état n’a pas été précisé
ce qui peut supposer qu’elles sont dans un état qui ne peut être qualifié ni de bon ni de
mauvais.

Cette situation peut être expliquée par l’absence dans les communes d’une stratégie ou
politique d’entretien et de maintenance des infrastructures qui a d’ailleurs été reconnue par
les responsables des services techniques que nous avons pu interviewer. Du reste, les dates

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


97

de réalisation des IEM recensées ne sont connues que pour sept (07) IEM sur les 420
recensées. Les dates mentionnées se situent entre 1993 et 2012.

Le mauvais état d’ensemble des IEM peut être aussi, justifié par les processus de prise de
décision de réaliser les IEM et la justification qui a motivé ces projets.

3.2 T Y P O L O G I E D E S M A TÉ R I A U X E T D ’ E N E R G I E

3.2.1 Type de matériaux

Dans leur quasi-totalité (98%) les IEM recensées sont en agglomérés de ciment
(briques) avec des toitures légères en tôle. Quelques cas d’IEM en banco ou en pierre taillée
ont aussi été recensés mais la proportion reste infime. Seulement un (01) ou deux (02) cas
d’IEM en bois ont été recensés.

3.2.2 Type d’énergie

En ce qui concerne les sources d’énergie :

- 333 IEM soit 79,28% du parc ne disposent pas d’une source d’énergie ;

- 52 IEM soit 12,38% du parc sont raccordées au réseau de distribution de la SBEE ;

- Pour 26 IEM soit 6,19% du parc, la source d’énergie n’a pas été indiquée ;

- 8 IEM soit 1,90% du parc en plus d’être raccordées à la SBEE sont équipées de
groupes électrogènes ;

- Enfin une seule (01) IEM soit 0,25% du parc est alimenté en solaire.

3.3. M O D E D E F I N A N C E M E N T

Les IEM dans les départements du Borgou et de l’Alibori sont réalisées grâce à deux modes
de financement. Il s’agit des fonds propres des communes et des ressources extérieurs
(FADEC). Le tableau ci-dessous montre le nombre d’IEM réalisées par mode de
financement.

Tableau 8 : Les modes de financement dans le Borgou et l’Alibori

Modalités Nombre d’IEM financés

Financés sur Fonds propres 20

FADEC 9

Total général 29

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


98

Sur l’ensemble des 29 IEM réalisées dans le Borgou et l’Alibori, (68,89%) des infrastructures
sont financées par les ressources propres des différentes communes. Ainsi nous dire sans
risque de nous tromper que la majorité (68,89%) des IEM est réalisé à partir des
ressources des communes.

Les ressources extérieures notamment le FADEC jouent un rôle relativement important dans
la réalisation des IEM. Le FADEC a contribué à la réalisation de 09 IEM, soit 31,11% des
infrastructures du Borgou et de l’Alibori.

3.4 L E S B É N É F I C I A I R E S

Selon nos enquêtes terrain réalisées dans les communes du Borgou et de l’Alibori, on
dénombre 399 bénéficiaires des IEM dans les départements du Borgou et de l’Alibori. Les
principaux bénéficiaires de ces IEM sont : les Groupements Féminin, les hommes, la mairie
et les OSP. Les femmes (GF) et les hommes représentent 31,57% des bénéficiaires.

3.5 G E S TI O N

3.5.1 Modes de gestion

Les enquêtes terrain réalisées montrent qu’ils existent trois types de modes de gestion des
IEM dans le Borgou et l’Alibori. Le tableau suivant présente la répartition des IEM par mode
de gestion :

Tableau 9 : Répartition des IEM par mode de gestion

MODE DE GESTION Nombre d’IEM

Directe 187

Mixte 55

Délégué 18

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Au regard du tableau, il ressort que sur un total de 260 IEM, 187 sont gérés directement par
les communes soit 71,92%, contre 18 IEM pour la gestion déléguée soit 6,92% et 55 IEM
pour la gestion mixte soit 21,15%. Cette situation montre que la majorité (71,92%) des
infrastructures économiques et marchandes sont gérées par les communes. Egalement il est
important de savoir que 68,89% des IEM sont réalisées sur fonds propre des communes.

3.5.2 Structures de gestion

Selon nos enquêtes de terrain réalisées dans les départements du Borgou et de l’Alibori, le
nombre de structures de gestion est de 129. D’une manière générale, chaque structure gère
en moyenne deux (02) IEM. Les principales structures de gestion sont : les mairies,
COGEFI, ANTISUA, UNACOB etc.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


99

3.5.3 Place des Organisations socio professionnelles dans la gestion

Les organisations socio professionnelles jouent un rôle important dans la gestion des IEM.
Le tableau suivant présente le degré d’implication des OSP dans la gestion des IEM :

OSP Impliqués dans la gestion des IEM

NON 62

OUI 76

Total général 138

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Il apparaît ici clairement que les OSP sont impliqués dans la gestion de 76 IEM dans les
départements du Borgou et de l’Alibori, soit 55,07% des infrastructures. Cette
responsabilisation des OSP contribue à améliorer la qualité de gestion et surtout à
dynamiser la viabilité des infrastructures.

3.7 A N A L Y S E É C O N O M I Q U E E T F I N A N C I È R E

3.7.1 Analyse économique et financière du département de l’Alibori

L’analyse économique et financière se fera par département à partir des données des PDC
deuxième générations et de l’étude ECOLOC. Elle vise d’une part à dégager les potentialités
par communes et d’autre part à montrer la contribution des IEM dans les recettes propres.

 La commune de BANIKOARA

• Analyse économique

Le tissu économique de la Commune de Banikoara est caractérisé par une forte activité
agropastorale qui mobilise plus de 85% de la population. A cela, s’ajoutent l’artisanat, le
tourisme et le commerce.

Sur le plan agricole, la Commune se caractérise par une usine d’égrenage de coton, un
cheptel très important chiffré à plus de 163 746 de bovins et plus 80 000 têtes de petits
ruminants, deux importants marchés à bétail, au moins cinq principaux marchés et des sites
touristiques.

Le coton représente 43 277 tonnes soit 45,22% de la production globale du Bénin. Plus du
tiers de la production nationale est cultivée dans la Commune de Banikoara ; cette
production lui confère le nom de la « capitale de l’or blanc ».

Concernant, l’élevage la Commune de Banikoara est une terre d’accueil des transhumances
transfrontalières (Mali, Burkina, Niger….). Cependant, ces potentialités agropastorales sont
en nette régression pour manque de pâturage, de point d’eau.

La commune a cinq (05) marchés régionaux de divers et trois marchés régionaux de bétail.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


100

Ces marchés sont sommairement aménagés et favorisent l’installation anarchique des


usagers ; à ce titre ils génèrent moins de ressources pour l’administration communale.

Depuis 2008, l’administration communale a entrepris une politique d’aménagement des


principaux marchés ; malheureusement cette initiative évolue lentement à travers la
construction des boutiques en raison des ressources très limitées.

L’artisanat est dominé par les activités de transformation des produits agricoles et de
cueillette, mais ce secteur d’activité est confronté à la faible capacité organisationnelle,
technique et matérielle des Groupements d’Intérêt Economique (GIE) qui l’exercent.

Quant au secteur de service, il est caractérisé par le secteur informel à travers les taxis
moto, la vente d’essence frelatée.

Voilà autant de problèmes qui peuvent être résolus par la mise en place des IEM qui
constituent une source de revenu pour les acteurs et source de recettes pour la commune.
La valorisation des potentialités de la commune est entravée par la faible capacité de
l’institution communale à aménager des infrastructures marchandes.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent à 1 601 952 529 FCFA sont composées
de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


53,72% des recettes de fonctionnement.

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 22,32% des recettes de
fonctionnement)
Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes (moyenne
(18,18%) des recettes de fonctionnement).

Figure 7 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement /BANIKOARA

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


101

Source : comptes administratifs BANIKOARA de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 1 126 833 FCFA sur la période de 2007 à
2011, soit 70,31% des recettes de fonctionnement.

Figure 8 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres

Source : Comptes administratifs de la commune de BANIKOARA de 2007 à 2011

Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 57% en moyenne contre 40% pour les produits du domaine.

Les recettes perçues sur les IEM sont contenues dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres.

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de trois sortes :

- Les redevances hangars


- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


102

- les droits de stationnement et parking.

Sur la période de 2007 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 39 832
800 FCFA et représentent 3,6% des recettes propres. Ces recettes sont passées de
9 064 400 FCFA en 2007 à 5 865 500 FCFA en 2011. Les recettes perçues sur les services
marchands représentent l’essentiel des droits perçus sur les IEM.

Figure 9 : Evolution des droits perçus sur les IEM/BANIKOARA

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de BANIKOARA

Tableau 10 : Evolution des droits perçus sur les IEM à BANIKOARA

2007 2008 2009 2010 2011

Recettes propres 186 847 913 193 953 346 272 241 477 275 784 733 197 527 364

Droits sur les


services marchands 8 944 400 8 327 600 9 325 100 7 230 200 5 865 500

Droits de
stationnement et
parking 120 000 20 000 - - -

Total recettes sur


IEM 9 064 400 8 347 600 9 325 100 7 230 200 5 865 500

Recettes
IEM/Recettes
propres 4,85% 4,30% 3,43% 2,62% 2,97%
Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de BANIKOARA

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM sont dérisoires dans
les recettes propres.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


103

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC/DFIC donnent pour les services marchands (droits
de places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares
routières) un potentiel de 33 339 910 FCFA, contre un montant réalisé de 9 064 400 FCFA
en 2007, soit 27,19% du potentiel théorique.

En 2011, le rendement des services marchands a même chuté, soit 17,59% du potentiel
théorique identifié en 2007.
Alors que la commune dispose de 15 marchés importants pour 3760 vendeurs, 157
boutiques pour 255 occupants, 776 appâtâmes pour 1487 occupants, 10 abattoirs, 12
boucheries.

Ce Sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

 La commune de GOGOUNOU

• Analyse économique
L’économie de Gogounou est basée sur l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’industrie,
l’artisanat, les échanges commerciaux, le tourisme, les infrastructures routières….

- L’agriculture représente l’activité économique la plus importante dans la commune.


Le territoire de la commune comprend 1705 km2 de superficie cultivable, soit 35% de
la superficie totale. La population agricole est estimée à 67,56%.

Les principales cultures sont les céréales notamment le maïs, le sorgho, le mil, le riz;
les tubercules comme le manioc et l’igname ; les légumineuses à savoir le niébé, le
haricot, le gombo et les cultures industrielles le coton et l’arachide.

La tendance actuelle va vers l’accroissement de la production céréalière au détriment du


coton surtout avec l’installation de 148 jeunes dont 57 femmes sur les bas-fonds rizicoles de
Bagou pour la production du riz et 33 autres jeunes à Tinra (arrondissement de Sori) pour
celle du maïs à grande échelle.

D’où la nécessité de prévoir des infrastructures adéquats pour recevoir cette production.

- L’élevage, seconde activité de la population représente environ 41,6% de la


population. La commune de Gogounou abrite un important cheptel composé de
bovins et de petits ruminants. La commune occupe la troisième place sur le plan
national après Banikoara et Kandi avec plus de 172 000 têtes de bovins, 100.000
têtes de petits ruminants (caprins, ovins etc.) et de la volaille (pintades, poulets).
(Source : UDOPER)
L’élevage reçoit les appuis de divers partenaires à travers l’Association Nationale des
Organisations Professionnelles des Eleveurs des Ruminants (ANOPER) dont le siège est à
Gogounou.

Malgré cet important cheptel et les divers appuis, la production animale est confrontée à de
nombreuses contraintes :

 L’absence ou insuffisance des aires de pâturage ;

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


104

 l’insuffisance des couloirs de passage ;


 l’insuffisance des points d’eaux et leur tarissement précoce ;

- La pêche constitue une activité secondaire pour les populations de Gogounou. Elle
est pratiquée par les pêcheurs étrangers (Djerman) qui utilisent souvent des
techniques prohibées.

Depuis 2008, la mairie avec l’appui technique du CeCPA et du PADPPA a organisé les
comités de gestion des retenues d’eau.

Malgré la profusion des matières premières (coton, maïs, karité, manioc…), la Commune de
Gogounou ne dispose pas d’industries de tailles. Une mini laiterie est installée en 2006 afin
de transformer le lait en produits dérivés.

Les différents produits fabriqués dans cette unité sont: le lait pasteurisé, le lait nature
aromatisé, le fromage, le beurre pasteurisé et le yaourt en pot. Tous ces produits qui portent
le label SOCOLAIG sont très compétitifs quand on se réfère à la qualité et au prix.

Aujourd’hui, par insuffisance d’énergie électrique dans la Commune (05 heures par jour),
cette unité fonctionne en deçà de ses capacités soit 500 litres sur 5000 litres prévus pour
être traités par jour. De sorte, on enregistre souvent des produits avariés du fait de manque
d’énergie.

Par ailleurs, les prémices de micro industries se font sentir avec les unités de transformation
des noix de karité à Bagou où un atelier est construit au profit d’un groupement de femmes
avec l’appui du ministère des industries et du commerce d’alors. Seulement, l’atelier de
Bagou n’est pas encore fonctionnel faute d’équipements. D’où la nécessité de faire des
plaidoyers aux fins d’équiper cette unité.

- L’artisanat représente 61,9%37 du tissu économique de la Commune. En 2007, plus


de 1 45738 artisans toutes catégories confondues ont été recensés dont 393 pour
l’artisanat alimentaire et de transformation des produits agricoles, 225 exerçant dans
le textile (filature, tissage, couture, broderie) et les autres dans la coiffure, la
mécanique la soudure et la menuiserie. Tous ces divers corps de métiers ont mis sur
pieds un collectif des artisans.

Pour le développement de l’artisanat la mise en compétition de ces artisans avec leurs


homologues des autres communes est indispensable.

- En matières d’échanges commerciaux la Commune de Gogounou dispose de dix


sept (17) marchés ordinaires et de trois (03) importants marchés à bétails (Petit Paris
et Gogounou centre et le marché à petits ruminants de Borodarou).

Sur les 17 marchés ordinaires, 12 sont dotés d’infrastructures de hangars et 3 de boutiques.


On dénombre également sept (07) boucheries à travers la Commune avec deux abattoirs.

37
DFIC Alibori, 2007
38
Recensement du collectif, 2007

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


105

En ce qui concerne les marchés à bétail celui de Gogounou, construit qui est d’ailleurs
autogéré et celui de Petit Paris dont la construction est en cours est un marché traditionnel.
Ces deux marchés à bétail constituent des pourvoyeurs de devise à l’économie locale dans
le domaine des échanges commerciaux

De ce fait, ils constituent un potentiel de ressources financières et économiques pour la


commune à travers la perception des différentes taxes et des activités connexes qui se
développent autour de ces marchés.

Ces échanges commerciaux sont soutenus par certaines institutions financières que sont :
les CLCAM, et les ASF. Cependant des difficultés demeurent. Il s’agit de :

 L’insuffisance des infrastructures marchandes en matériaux définitifs.


 L’exiguïté du marché central de Gogounou
 Le non aménagement de ce marché.

Les services dans la Commune de Gogounou sont encore à l’état embryonnaire. Le tourisme
n’est pas développé de même que l’hôtellerie; il n’y a pas assez de rencontres nécessitant
que les participants séjournent une ou deux nuitées à Gogounou. Or la commune compte
des valeurs touristiques que sont la « colline de la mort » appelé « Gobani », le Ouèrè
Banyérou et bien d’autres encore quoique non aménagés ni valorisés. Seule l’auberge de
l’UCPC offre un cadre idéal d’hébergement dont l’inauguration et la mise en service effectif
sont attendus.

Au regard des difficultés relevées, l’insuffisance des IEM pose un sérieux problème. Aussi, la
construction, l’aménagement et la réhabilitation des infrastructures marchandes permettront
à la commune de mobiliser d’importantes ressources financières propres. Le PDC 2e
génération a intégré cette préoccupation en mettant un accent sur le financement de ces
IEM.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent à 651 458 928 FCFA sont composées de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


42,18% des recettes de fonctionnement.

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 15,87% des recettes de
fonctionnement)
Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes (moyenne
(45,41% des recettes de fonctionnement).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


106

Figure 10 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/GOGOUNOU

Source : comptes administratifs GOGOUNOU de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 387 737 586 FCFA sur la période de 2007 à
2011, soit 59,52% des recettes de fonctionnement.

Figure 11 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux


recettes/GOGOUNOU

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


107

Source : Comptes administratifs de la commune de GOGOUNOU de 2007 à 2011


Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 57% en moyenne contre 27% pour les produits du domaine.
Les recettes perçues sur les IEM sont contenues dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres ?

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.
Sur la période de 2007 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 33 110
555 FCFA et représentent 8,54% des recettes propres. Ces recettes sont passées de 6 413
900 FCFA en 2007 à 4 472 600 FCFA en 2011. Ce qui dénote une baisse des recettes des
IEM. Les recettes perçues sur les services marchands représentent l’essentiel des droits
perçus sur les IEM.

Figure 12 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/GOGOUNOU

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de GOGOUNOU

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


108

Tableau 11 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la
commune de GOGOUNOU

2007 2008 2009 2010 2011

Recettes propres 77 774 929 83 992 371 64 535 344 70 578 918 90 856 024

Redevance hangars
7034 606 250 541 205 1 268 750 626 250 1 850 750

Droits sur services


marchands 70 63 5 807 650 7 679 400 9 423 700 2 684 750 2 621 850

Total recettes sur IEM 6 413 900 8 220 605 10 692 450 3 311 000 4 472 600

Recettes IEM/Recettes
propres 8,25% 9,79% 16,57% 4,69% 4,92%

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de GOGOUNOU

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM sont dérisoires dans
les recettes propres.

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares
routières) un potentiel de 34 896 150 FCFA, contre un montant réalisé de 6 413 900 FCFA
en 2007, soit 18, 38% du potentiel théorique.

En 2011, le rendement des services marchands a même chuté, soit 12,82% du potentiel
théorique identifié en 2007.
Alors que la commune dispose de 09 marchés importants pour 1.775 vendeurs, 46
boutiques et kiosques, 48 hangars pour 255 occupants, 488 appâtâmes pour 799 occupants,
04 abattoirs, 04 boucheries.

Ce sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

 La commune de KANDI

• Analyse économique
L’économie de la commune de Kandi est caractérisée par l’agriculture, l’industrie et le
commerce.

L’activité agricole qui regroupe la culture du coton, du maïs, la culture des maraichères (la
tomate, le piment et des légumes) et l’élevage. Ce secteur absorbe plus de 70% de la
population active de la commune. La culture du coton est prédominance et la commune
dégage d’importants excédents de production céréalière. L’élevage regroupe l’élevage des
ovins, des volailles, des bovins et des caprins et vient en fin la pêche qui reste peu
développée.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


109

L’industrie est caractérisée par la présence de petites entreprises surtout traditionnelles, et


de deux grosses usines d’égrenage de coton. A cause de la faible production de coton,
l’activité d’égrenage est saisonnière.

L’activité commerciale est dominée par le commerce en détail qui pour la plupart est en
situation d’informel et du transport entravé par le mauvais état des pistes. Ce secteur a du
mal à se développer considérablement à cause du manque de financement des
entrepreneurs par les institutions financières.

Le développement de l’activité économique locale et l’accroissement des échanges


commerciaux de la commune nécessitent des investissements dans les infrastructures
marchandes. Ainsi l’économie de la commune pour stimuler sa croissance est soutenue par
des hangars de marché aussi bien en milieu urbain et surtout en zone rurale permettant
l’écoulement facile des produits vivriers ou des bétails ; des boutiques ; des magasins de
stockage et des boucheries. Mais malgré les efforts indéniables de la commune pour
renforcer les infrastructures économiques, des difficultés subsistent encore dans la plupart
des localités où les besoins se font encore enregistrés. A ces difficultés s’ajoute le mauvais
état des pistes de desserte rurales qui ne permet pas l’écoulement facile des excédents de
production.

Le PDC 1ère génération qui était sensé apporter une solution n’a pas pour autant occulté le
développement de l’économie local. Aussi, des hangars de marché et modules de boutiques,
l’aménagement des pistes et la construction des boucheries ont été enregistrés. Cependant,
beaucoup reste à faire. Aussi, le PDC 2ème génération a recommandé une attention
particulière au volet développement économique afin de favoriser la création de richesse et
d’améliorer l’assiette fiscale (relever le niveau des recettes propres). Cette recommandation
dénote la place combien importante des IEM qui constituent la source potentielle de recettes
de la commune.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent 1 171 261 813 FCFA sont composées de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


50,18% des recettes de fonctionnement).

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 19,27% des recettes de
fonctionnement).

Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes (moyenne


(12,22% des recettes de fonctionnement).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


110

Figure 13 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement de la commune


de KANDI

Source : comptes administratifs KANDI de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 876 978 307 FCFA sur la période de 2007 à
2011, soit 74,87% des recettes de fonctionnement.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


111

Figure 14 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux


ressources propres/ KANDI

Source : Comptes administratifs de la commune de KANDI de 2008 à 2011

Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 66% en moyenne contre 26% pour les produits du domaine. Les impôts indirects
sont presque insignifiants.

Les recettes perçues sur les IEM sont contenues dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres ?

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de trois sortes :

- les redevances hangars ;


- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Sur la période de 2008 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 39 296
500 FCFA et représentent 4,48% des recettes propres. Ces recettes sont passées de
17 070 600 FCFA en 2008 à 7 158 500 FCFA en 2011. Ce qui dénote une baisse des
recettes des IEM.

Les recettes perçues sur les services marchands représentent une part non négligeable des
droits perçus sur les IEM.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


112

Figure 15 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/KANDI

Source : comptes administratifs de 2008 à 2011 commune de KANDI

Tableau 12 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la
commune de KANDI de 2007 à 2001
2007 2008 2009 2010 2011

Recettes propres 252 920 991 228 005 024 208 375 381 187 676 911

Redevance hangars 7034 24 000 163 500 1 500 255 000

Droits sur services marchands


7063 3 091 600 1 767 900 1 419 000 1 322 500

Taxes stationnement 7064 13 955 000 6 760 000 4 955 500 5 581 000

Total recettes sur IEM 17 070 600 8 691 400 6 376 000 7 158 500

Recettes IEM/Recettes propres 6,75% 3,81% 3,06% 3,81%

Source : comptes administratifs de 2008 à 2011 commune de KANDI

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM contribuent
faiblement aux recettes propres.

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares
routières) un potentiel 29 773 700 FCFA, contre un montant réalisé de 17 070 600 FCFA en
2008, soit 57,33% du potentiel théorique.

En 2011, le rendement des services marchands a même chuté, soit 24,04% du potentiel
théorique identifié en 2007.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


113

Alors que la commune dispose de 13 marchés importants pour plus de 2000 vendeurs, 110
kiosques, 20 hangars pour 115 occupants, 568 appâtâmes pour 831 occupants, 8 abattoirs,
13 boucheries, 1 gare routière et 15 postes de chargement avec 462 départs.

Ce sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

 L’économie locale de la commune de KARIMAMA

• Analyse économique
L’économie de la Commune de Karimama fonctionne à partir de l’agriculture, l’élevage, la
pêche et le petit commerce. Les activités telles que le transport, l’industrie et le tourisme
sont très faiblement représentées.

L’agriculture, l’élevage et la pêche sont favorisés par l’existence du fleuve Niger. L’existence
des bas fonds, des cours d’eau pour abreuver, des puits pastoraux, des plaines inondables
(Alibori) concourt à la promotion des cultures maraîchères, l’élevage de Bovins, Ovins,
Caprins, volaille, et la promotion de la pisciculture.

Au plan commercial, il faut noter l’existence de plusieurs marchés d’échanges commerciaux


mais non développés.

L’artisanat est constitué de taillerie, menuiserie, mécanique, tissage natte, transformation


agro – alimentaire. Mais ce secteur n’est pas organisé.

Malgré l’existence du parc W et de l’île aux oiseaux, le tourisme est moins développé.

Au regard des potentialités de la commune, d’importantes infrastructures marchandes ont


été mises en place. Il s’agit de marchés à bétail dont surtout celui de Mamassy Peuhl hyper
moderne et des hangars de marchés dans tous les chefs-lieus d’arrondissement.

Cependant, des contraintes entravent au développement de la commune et limitent la


mobilisation optimale des ressources propre de la commune.

Il faut noter :

- problèmes de stockage et de conservation,


- Insuffisance des zones pâturage
- Insuffisance/ Non respect des couloirs de passages,
- Ensablement de certains cours d’eau.

Ainsi, la nécessité de magasins de stockage et de conservation se fait sentir. En plus, il est


nécessaire de multiplier les zones de pâturage, les couloirs de passage et d’aménager des
retenues d’’eau.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


114

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent à 301 145 771 FCFA sont composées de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


33,16% des recettes de fonctionnement).

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 11,62% des recettes de
fonctionnement).
Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes (moyenne
(55,22% des recettes de fonctionnement).

Figure 16 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/KARIMAMA

Source : comptes administratifs KARIMAMA de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 94 038 395 FCFA sur la période de 2007 à
2011, soit 31,23% des recettes de fonctionnement.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


115

Figure 17 : Evolution de la part contributive des catégories de ressource


propres/KARIMAMA

Source : Comptes administratifs de la commune de KARIMAMA de 2007 à 2011

Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 34% en moyenne contre 40% pour les produits du domaine.
Les recettes perçues sur les IEM sont contenus dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres ?

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Sur la période de 2007 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 21 870
600 FCFA et représentent 23,26% des recettes propres. Ces recettes sont passées de 3 271
250 FCFA en 2007 à 6 513 750 FCFA en 2011. Ce qui dénote une hausse des recettes des
IEM.

Les recettes perçues sur les services marchands représentent l’essentiel des droits perçus
sur les IEM.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


116

Figure 18 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/KARIMAMA

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de KARIMAMA

Tableau 13 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres dans la
commune de KARIMANA

2007 2008 2009 2010 2011

Recettes propres 12 870 183 9 667 139 23 634 881 23 908 634 23 957 558

Redevance hangars
7034 - 158 000 243 000 514 000 664 000

Droits sur services


marchands 70 63 3 271 250 2 222 400 4 501 400 4 446 800 5 849 750

Total recettes sur IEM 3 271 250 2 380 400 4 744 400 4 960 800 6 513 750

Recettes IEM/Recettes
propres 25,42% 24,62% 20,07% 20,75% 27,19%
Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de KARIMAMA

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM évoluent
proportionnellement aux recettes propres.

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares
routières) un potentiel de 13 590 100 FCFA, contre un montant réalisé de 3 271 250 FCFA
en 2007, soit 24,07% du potentiel théorique.

En 2011, le rendement des services marchands a même chuté (soit 47,93% du potentiel
théorique identifié en 2007) alors que la commune dispose de 5 marchés importants pour
1000 vendeurs, 6 kiosques, 13 hangars pour 255 occupants, 250 appâtâmes pour 725

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


117

occupants, 1 abattoirs, 1 boucheries, 4 marchés à bétail pour 144 têtes vendus par jour de
marché, 4 gares routières pour 114 départs hebdomadaire.

Ce Sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

 L’économie locale de la commune de MALANVILLE

• Analyse économique
La commune a son économie basée essentiellement sur une agriculture qui est la principale
source de revenu des populations de la Commune. Selon le RGPH 2002, la population
agricole représente 86,36%. La culture irriguée est très développée.

Les principales cultures pratiquées sont les cultures vivrières, les tubercules, les cultures
maraîchères, les légumineuses et la culture de rente.

Les paysans pratiquent plus la culture attelée ; c’est ce qui d’ailleurs a permis d’obtenir de
bons rendements en ce qui concerne les cultures céréalières et de rentes.

La commune est un gros producteur de riz, oignons et de produits maraichers à cause du


bas-fond le long du fleuve Niger.

L’élevage et la pêche sont également pratiqués dans la commune toute chose qui justifie
l’existence de deux grands marchés à bétail à Malanville et à Guéné.

La commune de Malanville dispose d’importantes infrastructures marchandes (boutiques,


hangars, parking, marché à bétail, embarcadère, abattoir et boucherie). Cependant ces IEM
sont insuffisantes comme relevés dans les PDC de deuxième génération.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent à 968 142 950 FCFA sont composées de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


34,42% des recettes de fonctionnement).

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 53,97% des recettes de
fonctionnement).
Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes
(moyenne (11,55% des recettes de fonctionnement).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


118

Figure 19 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/MALANVILLE

Source : comptes administratifs commune de MALANVILLE de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 755 395 496 FCFA sur la période de 2007 à
2010, soit 78,03% des recettes de fonctionnement.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


119

Figure 20 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources composant


les ressources propres/MALANVILLE

Source : Comptes administratifs de la commune de MALANVILLE de 2007 à 2011

Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 29% en moyenne contre 69% pour les produits du domaine sur la période de
2007 à 2010.

Les recettes perçues sur les IEM sont contenus dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres ?

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de trois sortes :

- les redevances hangars ;


- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Sur la période de 2007 à 2010, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à
355 541 875 FCFA et représentent 46,87% des recettes propres. Ces recettes sont passées
de 64 409 075 FCFA en 2007 à 111 208 308 FCFA en 2010. Ce qui dénote une hausse
importante des recettes des IEM.

Les recettes perçues sur les droits de stationnement représentent l’essentiel des droits
perçus sur les IEM.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


120

Figure 21 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/MALANVILLE

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de MALANVILLE

Tableau 14 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres de 2007 à 2010
à MALANVILLE

Rubriques 2007 2008 2009 2010

Recettes propres 166 788 375 162 181 895 225 570 567 200 854 659

Redevance hangars 7034 462 600 25 000 - 753 800

Droits sur services marchands


7063 31 776 875 27 614 150 42 569 750 40 628 100

Taxe stationnement 7064 32 169 600 49 894 500 59 821 100 69 826 400

Total recettes sur IEM 64 409 075 77 533 650 102 390 850 111 208 300

Recettes IEM/Recettes propres 38,62% 47,81% 45,39% 55,37%

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de MALANVILLE

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM évoluent
considérablement. En effet, sur la période de 2007 à 2010, le taux d’accroissement moyen
des recettes des IEM est de 20,25% l’an.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


121

Les calculs de l’étude SAFI/DFIC donnent pour les services marchands (droits de places
dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares routières)
un potentiel de 217 965 000 FCFA l’an, contre un montant réalisé de 64 409 075 FCFA en
2007, soit 29,55% du potentiel théorique.

En 2010, le rendement des services marchands a connu une hausse, soit 51,02% du
potentiel théorique identifié en 2007. En effet, pour un potentiel de 217 965 000 FCFA, les
IEM ont produit des recettes de l’ordre de 111 208 300 FCFA.

La commune de MALANVILLE dispose de 5 marchés importants pour 1680 vendeurs, 196


boutiques et kiosques pour 237 vendeurs, 16 hangars, 428 appâtâmes pour 1121 occupants,
2 abattoirs, 2 boucheries, 3 marchés à bétail pour 1 135 vendeurs et 1 235 têtes vendus, 2
gares pour 427 départs.

Ce Sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

 L’économie locale de la commune de SEGBANA

• Analyse économique
La Commune de Ségbana a une économie dominée par l’agriculture et l’élevage qui
emploient l’essentiel de la population active. Toutefois une partie non négligeable de cette
population est occupée par le petit commerce et l’artisanat.

Le secteur formel est très faible. Les services non marchands dominent les activités dudit
secteur. Par contre, le secteur informel est le plus dominant. Il regroupe les activités
artisanales, le commerce, le transport et les services. La proximité du Nigéria favorise la
contrebande des produits de première nécessité. Le contrôle de cette activité échappe aux
autorités administratives.

L’économie locale de la Commune est soutenue par des infrastructures marchandes


constituées par des hangars de marchés partiellement occupés, des boutiques, des
boucheries et des magasins de stockage.

L’agriculture est prédominée par le maïs, le coton, et l’arachide. L’élevage apparait comme la
seconde activité de la population avec l’élevage des bovins, de la volaille, des ovins et des
caprins.

Quant au à l’industrie, on note l’existence de quelques mini plates formes de transformation


des noix de karité en beurre et l’artisanat moderne constitué par les activités de construction,
menuiserie, couture, coiffure, etc. puis de l’artisanat traditionnel (poterie, forge etc.).

Le secteur des services est dominé par les activités de petits commerce et le transport qui
sont pour la plupart informels.

La Commune de Ségbana dispose d’énormes potentiels mais peu valorisés.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


122

• Analyse financière
Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement

Les ressources budgétaires des collectivités sont composées de recettes de fonctionnement


et des recettes d’investissement.
Ces ressources de fonctionnement qui s’élèvent 474 032 236 FCFA sont composées de :

Ressources fiscales locales : composées d’impôts directs et indirects (en moyenne


44,13% des recettes de fonctionnement).

Ressources non fiscales : produits du domaine (en moyenne 19,17% des recettes de
fonctionnement).
Transferts de fonctionnement : dotations reçues de l’Etat et d’autres organismes (moyenne
(33,40% des recettes de fonctionnement).

Figure 22 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/SEGBANA

Source : comptes administratifs commune de SEGBANA de 2007 à 2011

Analyse des recettes/IEM dans les recettes propres de la commune

Les recettes propres constituent une composante des recettes de fonctionnement. Ces
recettes sont constituées de:

- produits de domaine ;
- impôts directs et taxes assimilés ;
- impôts indirects ;
- autres produits.

Les recettes propres s’élèvent globalement à 272 924 337 FCFA sur la période de 2007 à
2011, soit 57,58% des recettes de fonctionnement.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


123

Figure 23 : Part contributive des catégories de ressource aux ressources propres

Source : Comptes administratifs de la commune de SEGBANA de 2007 à 2011

Au regard du graphique ci-dessus, les impôts directs contribuent aux recettes propres à
hauteur de 47% en moyenne contre 39% pour les produits du domaine. Les impôts indirects
sont presque insignifiants.

Les recettes perçues sur les IEM sont contenus dans les recettes des produits du domaine.
Quelle peut être leur part contributive aux recettes propres ?

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de trois sortes :

- les redevances hangars ;


- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Sur la période de 2007 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 78
5070 950 FCFA et représentent 27,55% des recettes propres. Ces recettes sont passées de
31 705 400 FCFA en 2007 à 1163 050 FCFA en 2011. Ce qui dénote une baisse des
recettes des IEM.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


124

Figure 24 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres/SEGBANA

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de SEGBANA

Tableau 15 : Evolution des recettes des IEM dans les recettes propres de SEGBANA
de 2007 à 2011
2007 2008 2009 2010 2011

Recettes propres 69 024 905 56 223 656 38 958 149 39 552 343 69 165 284

Redevance hangars 7034 - 10 000 - 140 000 212 000

Droits sur services marchands


7063 240 400 433 400 499 000 470 100 375 050

Taxes stationnement 7064 31 465 000 19 386 000 8 798 000 5 366 000 11 576 000

Total recettes sur IEM 31 705 400 19 829 400 9 297 000 5 976 100 12 163 050

Recettes IEM/Recettes
propres 45,93% 35,27% 23,86% 15,11% 17,59%

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de SEGBANA

Le tableau et le graphique ci-dessus montrent que les recettes des IEM contribuent
faiblement aux recettes propres.

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC/DFIC donnent pour les services marchands (droits
de places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


125

routières) un potentiel 14 154 400 FCFA, contre un montant réalisé de 31 705 400 FCFA en
2007, soit 224% du potentiel théorique.

En 2011, le rendement des services marchands a chuté soit 85,93% du potentiel théorique
identifié en 2007.

Alors que la commune dispose de 09 marchés importants pour plus de 1000 vendeurs, 56
kiosques, 32 hangars pour 1178 occupants, 208 appâtâmes pour 306 occupants, 02
abattoirs, 08 boucherie, 02 gares routières avec 103 départs hebdomadaires.

Ce sont là autant d’éléments qui montrent que la mobilisation des recettes liées aux IEM
peut être optimisée.

3.7.2 Analyse économique et financière dans le BORGOU

 La Commune de BEMBEREKE

• Analyse économique

Avec le déclin que connaît la filière coton, les conséquences néfastes de l’utilisation des
intrants chimiques (appauvrissement des sols) et l’existence de plusieurs retenues d’eau, il
est apparu le besoin de diversifier les sources de revenus des producteurs. Ce qui justifie le
projet du pôle agro-sylvo-pastoral.

Les infrastructures du pôle agro industrie visent à renforcer les capacités de transformation
existantes et à donner de la valeur ajoutée à certains produits locaux tels que les graines de
Néré (espèce dominante de la végétation), le Soja. La moutarde et le fromage bouilli étant
fortement utilisés dans l’alimentation des populations.

De par sa situation géographique, Bembèrèkè est un carrefour d’importance relative. A cet


effet, les marchés constituent des lieux importants d’échange. Ce qui justifie les projets du
pôle commerce.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


14,380 milliards. La partie relative aux infrastructures économiques et marchandes se chiffre
à 350 millions de francs CFA. La stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 5% (fonds FADEC surtout, fonds PIP)


- Communautés 1%
- Etat 22%
- Privé 10%
- Bailleurs étrangers 62%.

Basées essentiellement sur les impôts et taxes (71%), les recettes propres de la Commune
de Bembérèkè demeurent insuffisantes pour favoriser l’investissement, facteur de croissance
économique locale et de création de richesse, donc générateur en retour d’impôts locaux.

Les simulations du PMR de la commune, montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales de 0,91% du produit local brut à 1,59%. Mais, cette évolution dépendra

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


126

essentiellement des recettes propres qui ont diminué en moyenne de 5,15% l’an entre 2007-
2011.

Concernant les projets d’IEM, la commune sera en mesure de les réaliser si elle en fait une
priorité et si elle se fait accompagner par l’Etat et les bailleurs de fonds. Aussi doit elle faire
l’effort de gestion de maîtriser les dépenses de fonctionnement.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(55,36%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (28,2%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (16,45%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 738 303 845 sur les cinq ans. Elles
connaissent un accroissement moyen de 4,51 % l’an sur la période 2007 à 2011. Les
recettes non fiscales (surtout les transferts de fonctionnement) ont contribué à cette
progression.

Figure 25 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/BEMBEREKE

Source : comptes administratifs commune de BEMBEREKE de 2007 à 2011

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Basées essentiellement sur les impôts et taxes (71%), les recettes propres ont diminué en
moyenne de 5,15% l’an sur la période de 2007 à 2011. Les impôts directs et taxes
assimilées sont principalement en cause (17,14% l’an) pendant que les impôts et taxes
indirects et les produits des services du domaine et ventes diverses ont respectivement
connu un accroissement moyen de 29,8% et de 23,3% l’an sur la période d’étude.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


127

Figure 26 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres BEMBEREKE

Source : Comptes administratifs de la commune de BEMBEREKE de 2007 à 2011

Analyse de l’évolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et


marchandes et leur part contributive aux recettes propres

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes dans la


commune sont principalement de trois sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking
- les redevances versées par les fermiers.

Les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 29 560 350 FCFA. Ils ont diminué en
moyenne de 1,8% l’an passant de 5 763 300 FCFA en 2007 à 5 250 785 FCFA en 2011.
Les redevances versées par les fermiers représentent l’essentiel des droits perçus sur les
IEM.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


128

Figure 27 : Evolution des droits perçus sur les IEM/BEMBEREKE

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de BEMBEREKE

Figure 28 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres

Source : comptes administratifs de 2007 à 2011 commune de BEMBEREKE

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


129

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM représentent 7% des recettes
propres. C’est la preuve d’une contribution relativement faible des recettes des IEM aux
recettes propres.

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares
routières) un potentiel de 47,100 millions FCFA, contre un montant réalisé de 5,230 millions
de FCFA en 2007, soit 11,10% du potentiel théorique.

Le rendement actuel des services marchands demeure inchangé, soit 11,10% du potentiel
théorique identifié en 2007.
Alors que, la commune dispose de 26 marchés principaux et secondaires. Les 06 plus
grands sont mis en affermage depuis 2007 ; ce qui suscite des interrogations.

 La Commune de KALALE

• Analyse économique

La commune de Kalalé dispose d’un cheptel très important qui la classe parmi les premières
communes dans le domaine de l’élevage. Ceci participe au développement du marché à
bétail de Derassi. Mais l’absence de retenues d’eau dans certaines zones de la commune
est l’une des principales causes de la transhumance. Les projets identifiés dans le pôle agro-
sylvo-pastoral tiennent compte donc d’un besoin d’optimisation de la production animale.

Les infrastructures du pôle agro industrie visent à renforcer les capacités de transformation
existantes et à donner de la valeur ajoutée à la production agricole.

Concernant le pôle commerce, il faut dire que la commune est un grand centre de
production agricole (surtout le maïs et l’igname) et sa proximité du Nigéria en fait un lieu
important d’échange commercial. Ce qui justifie les projets du pôle commerce.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


2,549 milliards. La partie relative aux infrastructures économiques et marchandes se chiffre à
1,369 milliards de francs CFA. La stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 15% (fonds FADEC surtout, fonds PIP)


- Communautés 8%
- Etat 9%
- Privé 7%
- Bailleurs étrangers 61%.

Basées à 49% sur les produits des services du domaine et ventes assimilées et à 49% sur
les impôts directs que sont la patente et la licence et les taxes sur le foncier bâti et non bâti
sur la période 2007 à 2011, les recettes propres de la Commune de Kalalé demeurent
insuffisantes pour favoriser l’investissement, facteur de croissance économique locale et de
création de richesse, donc générateur en retour d’impôts locaux. La capacité

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


130

d’autofinancement positive sur la période demeure encore faible face à l’ampleur des
investissements.

La simulation faite dans le PMR de la commune montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales d’un niveau de 0,30% du PLB à 0,44% du PLB en 2015. Mais cette évolution
dépendra des recettes propres de la commune qui ont tout de même connu un
accroissement moyen de 20,87% l’an entre 2007-2011.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales (33%),
des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres organismes
(51,6%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (15,5%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 591 366 106 FCFA sur les cinq ans.
Elles ont connu un accroissement annuel moyen de 6,8% entre 2007 et 2011. Les produits
des services du domaine et ventes diverses et surtout les recettes fiscales ont contribué à
cette progression.

Figure 29 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/KALALE

Source : comptes administratifs commune de KALALE de 2007 à 2011

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Basées à 49% sur les produits des services du domaine et ventes assimilées et à 49% sur
les impôts directs que sont la patente et la licence et les taxes sur le foncier bâti et non bâti,
les recettes propres ont connu un accroissement moyen de 20,87% chaque année entre
2007 et 2011. Les produits des services du domaine et ventes diverses et les impôts directs
et taxes assimilées ont contribué à cette progression. Mais l’accroissement des impôts
directs a été le plus rapide (40,13% en moyenne l’an sur la période d’étude).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


131

Figure 30/ Evolution de la part contributive des catégories de ressource aux recettes
propres /KALALE

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de KALALE

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes sont


principalement de trois sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking ;
- les redevances d’installation d’appâtâmes et de hangars.

Les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 28 778 750 FCFA. Ils ont connu un
accroissement moyen de 36,6% l’an passant de 1,6 million de FCFA en 2007 à 7,8 millions
de FCFA en 2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


132

Figure 31 : Evolution des droits perçus sur les IEM /KALALE

Source : comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de KALALE

Figure 32 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes


propres/KALALE

Source : comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de KALALE

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM contribuent à hauteur de 15,51%
des recettes propres.

Cependant, les études SAFIC réalisées dans le Borgou donnent pour les services
marchands (droits de places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de
stationnement dans les gares routières) un potentiel de 20,48 millions de francs CFA, contre
un montant réalisé de 1 651 850 FCFA en 2007, soit 8,06% du potentiel théorique.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


133

Pour les droits de stationnement, c’est un potentiel 7,54 millions FCFA contre une réalisation
nulle en 2007.

Le rendement actuel des services marchands est de 4 813 650 FCFA soit 23,5% du potentiel
théorique identifié en 2007.
Pour les droits de stationnement, le rendement actuel est de 419 500 FCFA soit 5,5% du
potentiel théorique de 2007. D’où une performance relativement faible de la mobilisation des
recettes sur IEM malgré son potentiel : marchés, gare routière, abattoirs, boucherie etc.

 La commune de N’DALI

• Analyse économique

Le projet identifié dans le pôle agro sylvo pastoral tient compte de la volonté d’améliorer les
conditions de cohabitation entre agriculteurs et éleveurs.

De par sa situation géographique, N’Dali est un carrefour important et une escale obligatoire
des véhicules, du fait de l’existence de la douane. En effet, cette ville est située à
l’intersection de deux grands axes routiers importants que sont : la RNIE N°2 (Cotonou-
Malanville) et la RN N°6 (Djougou-Nikki). Elle est un grand centre de regroupement des
produits agricoles (surtout le maïs et l’igname) qui sont par la suite acheminés vers les
grands marchés nationaux (notamment Malanville et Dantokpa). C’est également le cas du
bétail qui est acheminé de plusieurs autres communes. De ce fait, cela justifie le fait que les
projets identifiés s’articulent autour de deux points qui sont :

• la construction de marchés

• la construction de parking (notamment pour gros porteurs).

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


1,780 milliards FCFA. La partie relative aux infrastructures économiques et marchandes se
chiffre à 550 millions de francs CFA. La stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 10% (fonds FADEC surtout, fonds PIP)


- Communautés 5%
- Bailleurs étrangers 85%.

Basées à 24% sur les produits des services du domaine et ventes assimilées et à 75% sur
les impôts directs que sont la patente et la licence et les taxes sur le foncier bâti et non bâti
sur la période 2007 à 2011, les recettes propres de la Commune de N’Dali demeurent
insuffisantes pour favoriser l’investissement, facteur de croissance économique locale et de
création de richesse, donc générateur en retour d’impôts locaux. La capacité
d’autofinancement positive trois années sur cinq demeure encore faible.

La simulation faite dans le PMR de la commune montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales d’un niveau de 0,89% à 1,26% du PLB en 2015. Mais cette évolution
dépendra des recettes propres de la commune qui ont tout de même connu un
accroissement moyen de 2,7% l’an entre 2007-2011.

Concernant les projets d’IEM, la commune sera en mesure de les réaliser si elle en fait une
priorité et si elle se fait accompagner par l’Etat et les bailleurs de fonds.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


134

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(57,58%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (28,9%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (13,52%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 684 687 406 sur les cinq (05) ans.
Elles ont connu un accroissement annuel moyen de 11,5% entre 2007 et 2011. Tous les
produits ont contribué à cette progression. Mais l’accroissement des recettes non fiscales a
été le plus rapide.

Figure 33 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/N’DALI

Source: Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de N’DALI

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Basées à 24% sur les produits des services du domaine et ventes assimilées et à 75% sur
les impôts directs que sont la patente et la licence et les taxes sur le foncier bâti et non bâti,
les recettes propres s’élèvent globalement à 381 248 731 francs CFA sur les cinq ans et
représentent 55,7% des recettes de fonctionnement.

Les recettes propres connaissent un accroissement moyen de 2,7% chaque année entre
2007 et 2011. Les produits des services du domaine et ventes diverses et les impôts
indirects en sont principalement à l’origine. Les impôts directs et taxes assimilées bien
qu’ayant évolué de façon irrégulière au cours de la période représentent 75% des recettes
propres.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


135

Figure 34 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres /N’DALI

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de N’DALI

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes repérées


dans le compte administratif de la commune sont principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Les droits sur les services marchands s’élèvent à 4 511 000 francs CFA et représentent
88% des recettes sur IEM sur la période. Les droits de stationnement et parking restent
dérisoires.

Les ressources mobilisées sur les IEM s’élèvent globalement à 5 128 000 FCFA. Nulles en
2007, elles ont connu un accroissement moyen de 8,8% l’an passant de 964 650 FCFA en
2008 à 1 470 025 FCFA en 2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


136

Figure 35 : Evolution des droits perçus sur la sur les IEM/N’DALI

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de N’DALI

Figure 36 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes


propres/N’DALI

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de N’DALI

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM contribuent à 1,3% des recettes
propres. Elles sont presque négligeables.

Alors que la commune dispose de vingt marchés (grands et secondaires), un parking gros
porteur, une gare routière, bref d’importantes potentialités génératrices de ressources.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


137

Ce sont là autant d’éléments qui suscitent des interrogations sur la mobilisation des
ressources liées aux IEM.

 La commune de NIKKI

• Analyse économique

Les projets identifiés dans le pôle agro sylvo pastoral tient compte d’une part de la volonté
d’améliorer les conditions de cohabitation entre agriculteurs et éleveurs et d’autre part de
régler le problème de maîtrise de l’eau indispensable pour l’abreuvement d’un cheptel
important.

Les infrastructures du pôle agro industrie visent à renforcer les capacités de transformation
existantes et à donner de la valeur ajoutée à la production agricole.

La commune de Nikki est une zone de forte production de culture vivrière et sa proximité du
Nigéria en fait un atout de plate forme d’échanges commerciaux. Ce qui justifie les projets
du pôle commerce.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


2,829 milliards. La partie relative aux infrastructures économiques et marchandes se chiffre à
1,050 milliards de francs CFA. La stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 4% (FADEC, PIP)


- Communautés 2%
- Etat 13%
- Privé 5%
- Bailleurs étrangers 76%.

Basées à 30% sur les produits des services du domaine et ventes assimilées et à 67% sur
les impôts directs que sont la patente et la licence et les taxes sur le foncier bâti et non bâti
sur la période 2007 à 2011, les recettes propres de la Commune de NIKKI demeurent
insuffisantes pour favoriser l’investissement, facteur de croissance économique locale et de
création de richesse, donc générateur en retour d’impôts locaux. La capacité
d’autofinancement négative quatre années sur cinq. La commune a un besoin de
financement de 7,2% des recettes de fonctionnement.

La simulation faite dans le PMR de la commune montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales d’un niveau de 1,35% à 1,68% du PLB en 2015. Mais cette évolution
dépendra des recettes propres de la commune qui ont tout de même connu un
accroissement moyen de 6,45% l’an entre 2007-2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


138

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(46,47%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (39,3%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (14,23%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 689 740 475 FCFA sur les cinq (05)
ans. Elles ont diminué en moyenne de 2,81% l’an sur la période du fait de la baisse des
dotations et subventions de fonctionnement.

Figure 37 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/NIKKI

Source : Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de Nikki

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Les recettes propres sont constituées des recettes fiscales locales et des produits des
services du domaine et ventes diverses. Elles s’élèvent globalement à 319 465 652 FCFA
sur les cinq ans et représentent 46,32% des recettes de fonctionnement. Ceci dénote de la
dépendance de la commune vis à vis des ressources extérieures.

Les recettes propres ont connu cependant un accroissement moyen de 6,45% chaque
année entre 2007 et 2011. Tous les produits ont contribué à cette progression. Mais
l’accroissement des recettes fiscales intérieures a été le plus rapide avec un poids contributif
plus important soit 69,28% des recettes propres.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


139

Figure 38 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres/NIKKI

Source : Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de Nikki

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes repérées


dans le compte administratif de la commune sont principalement de trois sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking ;
- les redevances d’installation d’appâtâmes et de hangars.

Les droits sur les services marchands s’élèvent à 16 861 900 francs CFA et représentent
96,25% des recettes sur IEM sur la période.

Les droits de stationnement et parking et les redevances d’installation d’appâtâmes et de


hangars restent dérisoires et méritent qu’on se penche sur leur rentabilité.

Sur la période de 2007 à 2011, les ressources mobilisées sur les IEM s’élèvent globalement
à 17 517 400 FCFA. Elles ont connu un accroissement moyen de 5,4% l’an sur les cinq ans
passant de 3,4 millions de FCFA en 2007 à 4,5 millions de FCFA en 2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


140

Figure 39 : Evolution des droits perçus sur les IEM de NIKKI

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de NIKKI

Figure 40 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres
de NIKKI

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de NIKKI

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM contribuent à hauteur de 5,5% aux
recettes propres. Elles sont donc dérisoires malgré l’énorme potentiel : 15 marchés, 03
marchés à bétail, 01 gare routière, 01 boucherie, 01 barrage etc.

Cependant, les études SAFIC ont évalué le potentiel fiscal des droits de places sur dans les
marchés à 15.418.800 FCFA. Le rendement actuel est de 3 372 380 francs CFA ; soit 22%

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


141

du potentiel théorique de 2007. D’où la faible performance de mobilisation des droits de


places dans les marchés.

 La commune de PARAKOU

• Analyse économique

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


23,290 milliards. La stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 10% (FADEC, PIP)


- Etat 39%
- Bailleurs étrangers 51%.

Les recettes propres de la Commune demeurent insuffisantes pour réaliser ces


investissements, facteur de croissance économique locale et de création de richesse, donc
générateur en retour d’impôts locaux. Au niveau actuel de mobilisation des ressources, la
commune peut dégager au mieux des cas une capacité d’autofinancement annuelle de 200
millions, ce qui reste insuffisant face à la grande demande des populations en biens et
services publics locaux.

Très peu de projets d’infrastructures économiques et marchandes sont identifiés dans le PIP.
Nous en avons repéré trois qui se chiffre à 160 000 000 FCFA. Vu la santé financière de
cette ville, ces projets ne connaîtront pas de problèmes de réalisation.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(67,47%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (18,07%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (14,46%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 7,9 milliards de FCFA sur les cinq
(05) ans. Elles ont connu une croissance régulière entre 2007 et 2009 puis une baisse
progressive de 2009 à 2011 entrainant donc un accroissement nul sur la période.les recettes
de fonctionnement ont évolué au même rythme que les recettes fiscales et les transferts de
fonctionnement. L’accroissement moyen des produits du domaine et ventes diverses a été
de 11% sur la période. Enfin de compte, cet accroissement des produits du domaine n’a que
permis de compenser la chute des recettes fiscales.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


142

Figure 41 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/


PARAKOU

Source: Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PARAKOU

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Les recettes propres sont constituées des recettes fiscales locales et des produits des
services du domaine et ventes diverses. Elles s’élèvent globalement à 3,3 milliards de francs
CFA sur les cinq (05) ans et représentent 42% des recettes de fonctionnement.

Les recettes propres connaissent un faible accroissement de 0,2% l’an entre 2007 et 2011.
Seuls les produits des services du domaine et ventes diverses ont favorisé cette
progression. Ceci est la preuve qu’il existe un potentiel important inexploité au niveau de ce
poste de ressource.

Figure 42 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres/ PARAKOU

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


143

Source: Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PARAKOU

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes repérées


dans le compte administratif de la commune sont principalement :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les redevances versées par la société de gestion des marchés (SGMP) ;
- la taxe d’inspection sanitaire des produits alimentaires (abattage d’animaux et
inspection viande)
- la taxe sur la sortie des produits vivriers et celle sur le bétail en transit.

Les droits sur les services marchands s’élèvent à 53 867 685 francs CFA et représentent
38% des recettes sur IEM sur la période.

Les redevances versées par les fermiers perçues à partir de 2009 s’élèvent globalement à
30 306 755 FCFA soit 21% des recettes sur IEM. La taxe sur la sortie des produits vivriers et
celle sur bétail en transit font 52 739 800 FCFA et représentent 37% des recettes sur IEM.
Quant à la taxe d’abattage animaux et inspection viande, elle reste dérisoire (4% des
recettes IEM).

Sur la période de 2007 à 2011, les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à
141 414 240 FCFA. Ils ont connu un accroissement moyen de 4,6% l’an entre 2007 et 2011
passant de 25 218 010 FCFA en 2007 à 31 634 500 FCFA en 2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


144

Tableau 16 : Evolution sur les droits perçus sur les IEM de 2007 à 2011 à Parakou
Evolution des droits perçus
sur les IEM 2007 2008 2009 2010 2011 Total

Taxe de stationnement sur les


gares routières 706311 3 628 300 3 113 000 7 089 000 8 211 700 6 998 300 29 040 300

Droits de place sur les marchés


706312 13 939 710 9 098 700 522 200 658 075 608 700 24 827 385

Taxe d'inspection sanitaire des


produits alimentaires (Abattage
d'animaux et inspection viande)
70674 900 000 1 400 000 1 100 000 600 000 500 000 4 500 000

Taxe sur la sortie des produits


vivriers 71281 0 1 429 200 3 415 900 744 700 3 700 000 9 289 800

Taxe sur bétail en transit 71282 6 750 000 8 750 000 8 800 000 9 150 000 10 000 000 43 450 000

Redevances versées par la


SGMP 75711 0 0 9 845 755 10 230 500 8 820 000 28 896 255

Redevances versées par


l'ASELCOB pour le parc à bétail
75712 0 0 0 403 000 1 007 500 1 410 500

TOTAL RECETTES DES IEM 25 218 010 23 790 900 30 772 855 29 997 975 31 634 500 141 414 240

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PARAKOU

Figure 43 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes propres/
PARAKOU

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PARAKOU

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


145

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM représentent 4% des recettes
propres et sont donc dérisoires malgré l’énorme potentiel : 5marchés principaux, 08 marchés
secondaires, des gares routières, 02 parcs à bétail, des abattoirs etc.

Les calculs des études ECOLOC estiment le potentiel des droits et taxes de stationnement
et parking à 22,409 millions FCFA, contre un prélèvement effectif de 6,998 millions FCFA en
2011, soit un taux de couverture du potentiel d’à peine 31%.

Pour les redevances d’appâtâmes et de hangar, ces calculs donnent un potentiel de 16,8
millions FCFA en 2010 contre un encaissement nul en 2011.

Concernant les droits de places dans les marchés, le potentiel est évalué à 121 millions
FCFA en 2010, contre un encaissement de 9,4 millions FCFA en 2011 (7,8% du potentiel).
Les 9,4 millions FCFA représentent 608 700 FCFA de droits de place sur marché perçus
directement par la municipalité et 8 820 000 FCFA de redevances versées par la société de
gestion des marchés de Parakou (SGMP). Cette société gère par affermage les cinq (05)
plus grands marchés de Parakou à savoir : Arzéké, Dépôt, Guêma, Tourou et Zongo.

A Parakou, il existe deux (02) marchés gérés directement par la Mairie où la spéculation
dominante est la boisson fermentée artisanale.

Les calculs PMR des études ECOLOC estime le potentiel sur la taxe perçue sur les ventes
de boissons fermentées à 1 242 000 FCFA contre un prélèvement de 76 000 FCFA en 2011
soit 6,1% du potentiel.

En somme, on note une faible performance de mobilisation des recettes perçues sur les
IEM.

 La commune de PERERE

• Analyse économique

L’agriculture est la principale activité dans la commune de Pèrèrè. Mais l’inexistence de


points d’eau fait que certaines composantes de cette agriculture sont très peu développées
en occurrence le maraichage et l’élevage. L’aménagement et /ou la construction de retenues
d’eau permettra le développement des activités liées à ces secteurs.

Les infrastructures du pôle agro industrie visent à renforcer les capacités de transformation
existantes et à donner de la valeur ajoutée à certaines spéculations telles que le Karité et le
soja.

Les projets du pôle commerce constituent un prolongement des deux premiers dont l’objectif
est de faciliter l’écoulement de la production.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


1,100 milliards FCFA. La partie relative aux IEM se chiffre à 473,8 millions de francs CFA. La
stratégie de financement se présente comme suit :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


146

- Commune à concurrence de 16% (PIP, FADEC)


- Communauté 7%
- Etat 20%
- Privé 22%
- Bailleurs étrangers 35%.

Les recettes propres de la Commune demeurent insuffisantes pour réaliser ces


investissements, facteur de croissance économique locale et de création de richesse, donc
générateur en retour d’impôts locaux. La commune présente généralement un déficit de
fonctionnement d’en moyenne 17 millions FCFA chaque année.

La simulation faite dans le PMR de la commune montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales d’un niveau de 0,54% à 0,75% du PLB en 2015. Mais cette évolution
dépendra des recettes propres de la commune qui ont tout de même connu un
accroissement moyen de 24,3% l’an entre 2007-2011.

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(30,7%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (48,5%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (20,8%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 312 297 722 FCFA sur les cinq (05)
ans. Elles ont connu un accroissement annuel moyen de 10,2 % entre 2007 et 2011. Les
recettes fiscales et les produits des services du domaine et ventes diverses ont contribué à
cette progression. Mais l’accroissement des produits du domaine et ventes diverses a été le
plus rapide (27,9% l’an).

Figure 44 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement de PERERE

Source: données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PERERE

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


147

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Les recettes propres sont constituées des recettes fiscales locales et des produits des
services du domaine et ventes diverses. Elles s’élèvent globalement à 124 620 715 francs
CFA sur les cinq ans et représentent 42% des recettes de fonctionnement.

Les recettes propres connaissent un accroissement moyen de 24,3% chaque année entre
2007 et 2011. Tous les produits sont à l’origine de cette croissance et principalement les
produits des services du domaine et ventes diverses qui représentent 52% des recettes
propres. Cette évolution montre qu’il existe un potentiel important qui reste encore à exploiter
au niveau de ces postes de ressource.

Figure 45 : Evolution de la part constitutive des catégories de ressources aux recettes


propres/ PERERE

Source: Etabli à partir données des comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PERERE

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes repérées


dans le compte administratif de la commune sont principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les droits de stationnement et parking.

Les droits sur les services marchands s’élèvent à 13 164 400 francs CFA et représentent
77,11% des recettes sur IEM sur la période. Les droits de stationnement et parking restent
dérisoires.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


148

Les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 17 073 250 FCFA. Ils ont diminué en
moyenne de 10% l’an entre 2007 et 2011 passant de 3 910 200 FCFA en 2007 à 2 301 300
FCFA en 2011 malgré l’énorme potentiel dont dispose la commune : 17 marchés dont 01
central, des hangars, des abattoirs, des mini barrages, magasins de stockage et de
warrantage etc.

Figure 46 : Evolution des droits perçus sur les IEM/PERERE

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PERERE

Figure 47 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux ressources


propres/ PERERE

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de PERERE

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


149

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM contribuent en moyenne à 14% aux
recettes propres avec une tendance à la baisse.

Pourtant, les données de l’enquête SAFIC de 2007 ont évalué le potentiel fiscal des services
marchands à 12.979.600 FCFA.

Le rendement actuel est de 2 632 880, représentant 20% du potentiel théorique de 2007.
D’où la faible performance de mobilisation des droits sur les services marchands.

 La commune de SINENDE

• Analyse économique

La commune de Sinendé dispose d’un cheptel assez considérable. Elle est également une
zone de transhumance de la sous région. En effet les troupeaux de boeufs envahissent la
commune en directions des communes de Gogounou, Djougou Bembéréké, et surtout du
Burkina Faso et du Niger. Cela n’est pas sans conséquences car on enregistre de fréquents
conflits entre éleveurs et agriculteurs. Il est donc impérieux de tracer des couloirs de
passage et de délimiter des zones de pâturage dans la commune.

L’arrondissement de Fô-Bouré est la zone de production massive du manioc dans la


commune de Sinendé. Cette production n’est malheureusement pas exploitée de façon
optimum. Les infrastructures du pôle agro industrie visent donc à renforcer les capacités de
transformation existantes et à donner de la valeur ajoutée à cette spéculation.

Les projets du pôle commerce constituent un prolongement des deux premiers dont l’objectif
est de faciliter l’écoulement de la production.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


1,843 milliards. La partie relative aux IEM se chiffre à 300 millions de francs CFA. La
stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 10% (PIP, FADEC)


- Communauté 2%
- Etat 18%
- Privé 22%
- Bailleurs étrangers 48%.

Les recettes propres de la Commune demeurent insuffisantes pour réaliser ces


investissements, facteur de croissance économique locale et de création de richesse, donc
générateur en retour d’impôts locaux. Au niveau actuel de mobilisation des ressources, la
commune peut dégager au mieux des cas une capacité d’autofinancement annuelle de 20
millions, ce qui reste insuffisant face à la grande demande des populations en biens et
services publics locaux.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


150

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de la commune sont assises essentiellement sur les transferts de


fonctionnement (51% constitués des dotations et subventions de fonctionnement provenant
de l’Etat et autres organismes) ; les recettes fiscales (44,4%) et les produits des services du
domaine et ventes diverses (4,6%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 542 982 481 FCFA sur les cinq (05)
ans. Elles ont connu un accroissement annuel moyen de 8,47 % entre 2007 et 2011. Mais
cette augmentation a beaucoup plus pour origine l’amélioration du niveau des subventions
extérieures plutôt qu’à un effort d’accroissement des ressources propres

Figure 48 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/ SINENDE

Source : comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de SINENDE

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Les recettes propres sont constituées des recettes fiscales locales et des produits des
services du domaine et ventes diverses. Elles se sont élevées globalement à 197 273 212
francs CFA sur les cinq (05) ans et représentent 36% des recettes de fonctionnement.

Les recettes propres ont diminué en moyenne de 3,6% chaque année entre 2007 et 2011.
Les recettes fiscales locales sont principalement à l’origine de cette chute.

L’accroissement moyen annuel des produits des services du domaine et ventes diverses est
de 5,6%.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


151

Figure 49 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres/SINENDE

Source : comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de SINENDE

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes repérées


dans le compte administratif de la commune sont principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs et la taxe de stationnement sur les gares
routières ;
- les redevances d’installation d’appâtâmes et hangar
Les droits sur les services marchands s’élèvent à 6 735 625 francs CFA et représentent
92,1% des recettes sur IEM sur la période. Les redevances sur les installations d’appâtâmes
et de hangars restent dérisoires.

Sur la période de 2007 à 2011, les ressources mobilisées sur les IEM s’élèvent globalement
à 7 309 625 FCFA. Elles ont connu un accroissement moyen de 9,8% l’an sur les cinq (05)
ans passant de 1,385 millions de FCFA en 2007 à 2,214 millions de FCFA en 2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


152

Figure 50 : Evolution des droits perçus sur les IEM/SINENDE

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de SINENDE

Figure 51 : Evolution de la part contributive des ressources IEM aux recettes


propres/SINENDE

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de SINENDE

Au regard du graphique précédent, les recettes des IEM sont dérisoires dans les recettes
propres (4% de poids contributif).

Cependant, les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


153

routières) un potentiel de 14,525 millions de francs CFA, contre un montant réalisé de 1,385
millions de FCFA en 2007, soit 9,53% du potentiel théorique.

Le rendement actuel des services marchands est de 1 347 125 FCFA ; soit 9,2% du potentiel
de 2007. Il a même chuté au cours de la période malgré l’énorme potentialité dont dispose la
commune : 14 marchés dont 01 d’envergure régionale, 08 aires d’abattage, des retenues
d’eau, 01 gare routière etc.

 La commune de TCHAOUROU

• Analyse économique

De part sa position géographique, la commune de Tchaourou est devenue un centre de


transit du bétail venant du Nord et du Sud de notre pays à la recherche de l’eau et du
pâturage. Cet afflux massif et incontrôlé entraine fréquemment de graves conflits entre les
agriculteurs locaux et les pasteurs nomades. Ce qui justifie les projets du pôle agro pastoral

Les racines et tubercules (ignames, manioc etc.) font partie intégrante de l’habitude
alimentaire des populations de Tchaourou, ce qui explique la forte production de ces
spéculations. Mais il est à noter que les producteurs ne tirent pas profit de leur labeur du fait
de la vente de leurs produits sans en apporter une valeur ajoutée. De plus, la plantation des
arbres fruitiers constitue la deuxième activité des producteurs. Ce qui justifie les deux projets
du pôle agro industrie.

Au niveau de la commune, l’ensemble des projets d’investissements à court terme s’élève à


1,925 milliards FCFA. La partie relative aux IEM se chiffre à 01 milliard de francs CFA. La
stratégie de financement se présente comme suit :

- Commune à concurrence de 5% (PIP, FADEC)


- Communauté 5%
- Etat 18%
- Privé 11%
- Bailleurs étrangers 59%.

Les recettes propres de la Commune demeurent insuffisantes pour réaliser ces


investissements, facteur de croissance économique locale et de création de richesse, donc
générateur en retour d’impôts locaux. Au niveau actuel de mobilisation des ressources, la
commune peut dégager au mieux des cas une capacité d’autofinancement annuelle de 30
millions, ce qui reste insuffisant face à la grande demande des populations en biens et
services publics locaux.

La simulation faite dans le PMR de la commune montre qu’il est possible de faire passer les
recettes totales d’un niveau de 0,68% à 1,10% du PLB en 2015. Mais cette évolution
dépendra des recettes propres de la commune qui ont tout de même connu un
accroissement moyen de 13,4% l’an entre 2007-2011.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


154

• Analyse financière

Analyse des recettes budgétaires de fonctionnement de 2007 à 2011

Les recettes de fonctionnement de la commune sont composées des recettes fiscales


(40,9%), des dotations et subventions de fonctionnement provenant de l’Etat et autres
organismes (30,6%) et les produits des services du domaine et ventes diverses (28,4%).

Les recettes de fonctionnement s’élèvent globalement à 728 000 223 FCFA sur les cinq (05)
ans. Elles ont connu un accroissement annuel moyen de 4 % entre 2007 et 2011 passant de
146,3 millions à 178 millions FCFA. Les recettes fiscales et les produits des services du
domaine et ventes diverses ont contribué à cette progression. Mais l’accroissement des
produits du domaine et ventes diverses a été le plus rapide (26,4% l’an).

Figure 52 : Evolution et composition des recettes de fonctionnement/ TCHAOUROU

Source: comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de TCHAOUROU

Composition et évolution des ressources propres de 2007 à 2011

Les recettes propres sont constituées des recettes fiscales locales et des produits des
services du domaine et ventes diverses. Elles s’élèvent globalement à 386 449 328 francs
CFA sur les cinq ans et représentent 53% des recettes de fonctionnement.

Les recettes propres connaissent un accroissement moyen de 13,4% chaque année entre
2007 et 2011. Les recettes fiscales et davantage les produits des services du domaine et
ventes diverses ont favorisé cette progression. La commune a donc fait preuve d’une
performance financière depuis 2007, s’efforçant d’année en année de réduire sa
dépendance vis-à-vis des apports extérieurs.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


155

Figure 53 : Evolution de la part contributive des catégories de ressources aux recettes


propres/ TCHAOUROU

Source: comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de TCHAOUROU

Evolution des droits perçus sur les infrastructures économiques et marchandes

Les ressources mobilisées sur les infrastructures économiques et marchandes sont


principalement de deux sortes :

- les droits sur les services marchands regroupant les droits de place sur les
marchés, les produits des abattoirs, la taxe d’abreuvement et le bétail en
transit;
- les droits de stationnement et parking.

Les droits sur les services marchands s’élèvent à 64 990 900 francs CFA et représentent
94,27% des recettes sur IEM sur la période pendant que les droits de stationnement et
parking restent encore faibles.

Les droits perçus sur les IEM s’élèvent globalement à 68 944 800 FCFA .Ils ont connu un
accroissement moyen de 16,4% l’an entre 2007 et 2011 passant de 6 904 450 FCFA en
2007 à 14 756 550 FCFA en 2011 avec un pic en 2009 (20 355 100 FCFA).

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


156

Figure 54 : Evolution des droits perçus sur les IEM/ TCHAOUROU

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de TCHAOUROU

Figure 55 : Evolution de la part contributive des droits sur les IEM aux recettes
propres/TCHAOUROU

Source : Comptes administratifs 2007 à 2011 de la commune de TCHAOUROU

Au regard du graphique ci-dessus, les recettes des IEM contribuent à hauteur de 18% aux
recettes propres.

Notons que les calculs de l’étude SAFIC donnent pour les services marchands (droits de
places dans les marchés + produits des abattoirs + taxe de stationnement dans les gares

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


157

routières) un potentiel de 27,291 millions de francs CFA, contre un montant réalisé de 6,653
millions de FCFA en 2007, soit 24,38% du potentiel théorique.

Le rendement actuel est de 12 998 180 FCFA soit 48% du potentiel théorique. En somme, la
commune fait preuve d’un effort appréciable de mobilisation des droits sur les services
marchands même si du chemin reste à faire vu l’énorme potentiel dont elle dispose : 32
marchés dont 5 principaux, 10 secondaires et 17 locaux, 06 marchés à bétail, 03 magasins
de stockage, 02 gares routières, 02 aires de stationnement, 03 barrages, 02 axes de couloirs
de passage, 06 unités de transformation dont 10 privé etc.

Investissements/IEM réalisés par les communes des départements du Borgou et de


l’Alibori de 2007 à 201

L’analyse des investissements/IEM réalisés par commune est consignée dans le tableau ci-
dessous :

Tableau 17 : Investissements/IEM réalisés par les communes du Borgou et de l’Alibori

DEPARTEMENT DE l'ALIBORI
Communes Recettes propres annuelles (en moyenne) Investissements annuelles (en moyenne)
BANIKOARA 221293333,3 1526924
GOGOUNOU 77542283,37 535041,7553
KARIMAMA 18805331,04 129756,7842
KANDI 219288504,5 1513090,681
MALANVILLE 188836772,4 1302973,729
SEGBANA 57329183,3 395571,3648
DEPARTEMENT DU BORGOU
Communes Recettes propres annuelles (en moyenne) Investissements annuelles (en moyenne)
BEMBEREKE 84458142,86 582761,1857
KALALE 37109929,08 256058,5106
N'DALI 78892307,69 544356,9231
NIKKI 63699636,36 439527,4909
PARAKOU 707071200 4878791,28
PERERE 24390357,14 168293,4643
SENENDE 36548125 252182,0625
TCHAOUROU 76660888,89 528960,1333
Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Il apparaît ici clairement que les ressources allouées aux investissements/IEM sont très
faible dans toutes les communes. En effet, les ressources destinées aux
investissements/IEM représentent 0,69% des fonds propres de chaque commune. Cette
situation explique l’insuffisance d’IEM dans les deux Départements.

Synthèse des résultats de l’analyse financière des IEM dans l’ALIBORI et le BORGOU.

L’analyse des recettes issues des IEM a donné les résultats consignés dans les tableaux ci-
dessous.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


158

Tableau 18 : Récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans l’Alibori

Réalisation Recettes des


Potentiel annuel en moyenne en Réalisation / IEM/Recettes
Communes recettes des IEM recettes des IEM potentiel propres

BANIKOARA 33 339 910 7 966 560 23,89% 3,60%

GOGOUNOU 34 896 150 6 622 111 18,98% 8,54%

KARIMAMA 13 590 100 4 374 120 32,19% 23,26%

KANDI 29 773 700 9 824 125 33,00% 4,48%

MALANVILLE 217 965 000 88 885 469 40,78% 47,07%

SEGBANA 14 154 400 15 794 190 111,59% 27,55%

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Tableau 19 : Récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans le Borgou

Potentiel annuel Réalisation Recettes des


en recettes des moyenne en Réalisation / IEM/Recettes
Communes IEM recettes des IEM potentiel propres

BEMBEREKE 47 100 000 5 912 070 12,55% 7,00%

KALALE 20 480 000 5 755 750 28,10% 15,51%

N'DALI - 1 025 600 - 1,30%

NIKKI 15 418 800 3 503 480 22,72% 5,50%

PARAKOU 160 209 000 28 282 848 17,65% 4,00%

PERERE 12 970 600 3 414 650 26,33% 14,00%

SENENDE 14 525 000 1 461 925 10,06% 4,00%

TCHAOUROU 27 291 000 3 798 960 50,56% 18,00%

Source : enquêtes de terrain, septembre/octobre 2012

Au regard des deux tableaux, la situation des IEM dans les deux Départements semble
identique. Les constats suivants sont faits :

 La part des recettes des IEM dans les recettes propres est dérisoire dans la plupart
des communes. En effet, les recettes actuellement mobilisées sur les IEM sont loin

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


159

d’atteindre 20% des recettes propres des communes. Dans l’ALIBORI, la part des
recettes des IEM dans les recettes propres se situe à 19,08%, contre 8,66% dans le
BORGOU.
 L’analyse du rendement actuel des ressources mobilisées sur les IEM au regard de
leur potentiel a fait ressortir un écart important. En effet, presque toutes les
communes ont mobilisé moins de 50% du potentiel de leurs IEM. Dans le
département de l’ALIBORI, sur un potentiel total de 343 719 260 FCFA, les
communes ont mobilisé 133 466 575 FCFA de recettes, soit un taux de 38,83%.
Dans le BORGOU, le taux de réalisation de toutes les communes est de 21,19%.
Elles ont mobilisé 63 155 283 FCFA sur un potentiel de 400 297 994 FCFA.

Ces différents constats sont révélateurs de l’existence de freins relatifs à la maîtrise et à


mobilisation de façon optimale des recettes potentielles générées par les IEM. Ceci confirme
bien les dysfonctionnements relevés dans les études SAFIC/DFIC, le PMR, les études
ECOLOC ainsi que les résultats de nos enquêtes dans les Départements de l’ALIBORI et du
BORGOU.

Les freins à la mobilisation des ressources locales dans le département de l’ALIBORI


et du BORGOU

Les résultats d’enquête et les entretiens sur le terrain, laissent affirmer que les communes du
département de l’Alibori et du Borgou ont un potentiel fiscal important. En effet, d’importants
équipements marchands ont été relevés. Cependant, leur aménagement laisse à désirer.

Par ailleurs, les infrastructures existantes sont insuffisantes. En effet, nombreux sont ceux là
qui opèrent dans les infrastructures marchandises sans abri.

Ce sont autant d’éléments qui témoignent de la faiblesse des recettes des IEM sur les
recettes propres.

Les freins à la mobilisation optimale des recettes provenant des IEM sont :

- faible niveau d’aménagement des équipements marchands

- insuffisance d’équipements marchands

- mode de gestion inadéquat des équipements marchands

- manque de volonté politique de la part des élus locaux

- manque de civisme fiscal

- non maitrise de l’assiette fiscale par les agents

- motivation insuffisante des agents chargés du recouvrement

Cependant quelques points forts sont à noter. Il s’agit :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


160

- Existence de potentiel de ressources au niveau des IEM ;


- Existence de PTF engagés à accompagner les communes pour une
mobilisation plus accrue des ressources internes à travers soit la réalisation
d’IEM, soit le renforcement des capacités des acteurs locaux soit enfin par le
recrutement d’agents spécialisés dans la mobilisation de ressources.

Recommandations pour améliorer la gestion des IEM et le rendement des droits


perçus sur les IEM dans le BORGOU

- Améliorer le niveau d’aménagement des infrastructures marchandes


- Possibilité de construire d’autres infrastructures marchandes pour absorber
tous les contribuables.
- Mettre en place et former des organes de gestion et de contrôle des IEM
- Renforcer la responsabilité fiscale des élus locaux par l’amélioration du
contrôle citoyen
- Instaurer des contrats d’objectifs avec le service des impôts et les agents
collecteurs
- Inciter à l’élargissement de l’assiette par la promotion de l’économie locale et
des opérateurs économiques.

4. SYNTHESE ETAT DES LIEUX DANS LE BORGOU ET L’ALI BORI

ETAT DES LIEUX DANS LE BORGOU ET L’ALIBORI

La synthèse de l’état des lieux dans le Borgou et l’Alibori fait ressortir les constats suivants :

a) Au niveau des acteurs :

- les acteurs clés qui assurent la maîtrise des IEM sont les communes, les
intercommunalités, les organisations socio-professionnelles et organisations
communautaires ;
- Les intercommunalités à travers l’ADéCOB et l’APIDA offrent des opportunités
avec le nouveau texte sur l’intercommunalité d’engager des expériences de
maîtrise d’ouvrage de projets d’envergure régionale ou intercommunale dans le
cadre du DIEM ;
- De nombreux projets et programmes évoluent sur le champ DER dans les deux
Départements. Des synergies sont nécessaires avec le nouveau programme
DIEM pour valoriser les complémentarités ;
- Les entrepreneurs locaux sont encore faibles. Le DIEM offre une opportunité de
les appuyer en facilitant l’accès au marché dans des conditions transparentes.

b) Au niveau infrastructurel et technique:

- Le parc des IEM est très varié avec une prépondérance d’infrastructures
économiques orientées vers l’élevage et l’agriculture ; ce qui vient confirmer la
vocation agro-pastorale des deux Départements ;

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


161

- Le parc des infrastructures marchandes est par contre faible. L’on pourrait en
déduire que l’activité commerciale reste globalement faible dans les deux
Départements ;
- La moitié du parc des infrastructures recensées n’est pas en bon état. Ce qui
pose le problème de la responsabilité du maître d’ouvrage mais aussi des
usagers dans l’entretien préventif et curatif des IEM ;
- Dans leur quasi-totalité, les IEM recensées sont en agglomérés de ciment
(briques) avec des toitures légères en tôles. Quelques cas d’IEM en banco ou en
pierre taillée ont aussi été recensés mais la proportion reste infime. Seulement un
(01) ou deux (02) cas d’IEM en bois ont été recensés. Le terrain des matériaux
locaux semble encore vierge et mérite d’être explorer ;
- La majorité de IEM n’est pas raccordée à un réseau électrique ; ce qui limite
l’activité commerciale mais offre une opportunité pour explorer les énergies
alternatives notamment vertes.

c) Au plan économique:

- Les principales filières économiques porteuses sont dans l’agriculture et l’élevage


- Les projets d’investissement retenus par ECOLOC au niveau intercommunal et
dans les plans communaux de développement (PDC) sont tous orientés vers les
filières agro-sylvo-pastorales qui fait vivre la majorité de la population des deux
départements.

d) Au plan financier:

- L’analyse des recettes issues des IEM donne les résultats consignés dans les
tableaux ci-dessous :

Tableau récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans l’ALIBORI

Réalisation Recettes des


Potentiel annuel en moyenne en Réalisation / IEM/Recettes
Communes recettes des IEM recettes des IEM potentiel propres

BANIKOARA 33 339 910 7 966 560 23,89% 3,60%

GOGOUNOU 34 896 150 6 622 111 18,98% 8,54%

KARIMAMA 13 590 100 4 374 120 32,19% 23,26%

KANDI 29 773 700 9 824 125 33,00% 4,48%

MALANVILLE 217 965 000 88 885 469 40,78% 47,07%

SEGBANA 14 154 400 15 794 190 111,59% 27,55%

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


162

Tableau récapitulatif des indicateurs sur les IEM dans le BORGOU

Potentiel annuel Réalisation Recettes des


en recettes des moyenne en Réalisation / IEM/Recettes
Communes IEM recettes des IEM potentiel propres

BEMBEREKE 47 100 000 5 912 070 12,55% 7,00%

KALALE 20 480 000 5 755 750 28,10% 15,51%

N'DALI 1 025 600 #DIV/0! 1,30%

NIKKI 15 418 800 3 503 480 22,72% 5,50%

PARAKOU 160 209 000 28 282 848 17,65% 4,00%

PERERE 12 970 600 3 414 650 26,33% 14,00%

SENENDE 14 525 000 1 461 925 10,06% 4,00%

TCHAOUROU 27 291 000 13 798 960 50,56% 18,00%

- La part des recettes des IEM dans les recettes propres est dérisoire dans la plupart
des communes. En effet, les recettes actuellement mobilisées sur les IEM sont loin
d’atteindre 20% des recettes propres des communes. Dans l’ALIBORI, la part des
recettes des IEM dans les recettes propres se situe à 19.08%, contre 8.66% dans le
BORGOU ;

- L’analyse du rendement actuel des ressources mobilisées sur les IEM au regard de
leur potentiel fait ressortir un écart important. En effet, presque toutes les communes
ont mobilisé moins de 50% du potentiel de leurs IEM. Dans le département de
l’ALIBORI, sur un potentiel total de 343 719 260 FCFA, les communes ont mobilisé
133 466 575 FCFA de recettes, soit un taux de 38,83%. Dans le BORGOU, le taux
de réalisation de toutes les communes est de 21,19%. Elles ont mobilisé 63 155 283
FCFA sur un potentiel de 400 297 994 FCFA.

De ces constats nous pouvons dégager les défis ou enjeux suivants pour le nouveau
programme DIEM:

Maîtrise d’ouvrage

-Transparence dans la passation des marchés


-Renforcement des compétences des entrepreneurs locaux
-Mutualisation des compétences dans le cadre de l’intercommunalité.

Technologie de construction

-Valorisation des matériaux locaux et des énergies vertes


-Le renforcement de l’entreprenariat local.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


163

Mode de financement

-Maîtrise des procédures publiques de décaissement


-Partenariat public/privé
-Coordination de financements extérieurs au niveau communal ou intercommunal
-Emprunt pour les collectivités.

Economique et financier

-Performances des agents recouvrements


-Incivisme fiscal
-Faible volonté politique des dirigeants politique.

Mode de gestion

-Clarification des statuts des IEM


-Contrats de performance
-Inclusion et la redevabilité des acteurs.

Organisation socio professionnelle

-Responsabilité dans la gestion et l’entretien des IEM.

Pistes opérationnelles pour le nouveau programme :

Partant des constats qui se dégagent de l’état des lieux au Bénin, dans la sous région et plus
spécifiquement dans le Borgou et dans l’Alibori et des entretiens avec les différents acteurs,
les pistes de formulation du nouveau programme sont construites autour des principales
hypothèses du DIEM qui sont :

1. Les IEM sont de véritables leviers du développement économique local en particulier


au niveau rural
2. Les IEM contribuent à augmenter les ressources propres des communes à travers les
recettes générées
3. Les IEM contribuent à créer des emplois et des revenus au profit des populations
locales aussi bien dans la phase de réalisation que de gestion
4. Les IEM contribuent à dynamiser les filières économiques, apporte de la valeur
ajoutée aux produits de l’agriculture, de l’élevage et de la foresterie (produits forestiers
non ligneux et pharmacopée traditionnelle).

S’appuyant sur ces hypothèses, un ensemble de critères a été retenu pour le choix des IEM
à réaliser. Ces critères sont :

- le potentiel en recettes fiscales et non fiscales de l’infrastructure en phase


d’exploitation ;
- le taux de rentabilité interne (TRI) de l’infrastructure ;

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


164

- le caractère intégrateur de l’infrastructure (géographique et économique) ;


- la disponibilité au niveau local des ressources humaines pour assurer une bonne
gestion de l’infrastructure ;
- l’impact environnemental de l’infrastructure ;
- l’aptitude de l’infrastructure à être réalisée en matériaux localement disponibles ;
- la capacité de création d’emplois directs et indirects de l’infrastructure.

De manière concrète l’équipe propose qu’en plus de ces critères, l’on tienne compte de la
répartition suivante : Le niveau intercommunal avec des infrastructures structurantes dont la
maîtrise d’ouvrage serait assurée par l’APIDA et l’ADéCOB, le niveau communal et le niveau
infra communal.

Une préférence pourrait être accordée à l’échelon communal aux communes les plus
faiblement dotées en IEM. Le choix de ces communes s’appuierait sur l’inventaire des IEM
réalisé dans le cadre de la présente étude. Au niveau infra communal, la priorité serait
donnée aux projets qui ont un fort impact sur les conditions de vie de femmes en terme de
revenus.

L’équipe de consultants soumettra à la coopération suisse sur la base des projets retenus
dans ECOLOC et ceux programmés dans le PDC, des projets à financer dans le cadre du
DIEM. Les entretiens avec les acteurs s’orientent vers :

- 02 projets structurants intercommunaux dont un par Département et par secteur


(élevage et agriculture) ;
- 04 projets communaux soit deux par Départements ;
- Et 06 projets communautaires au profit des femmes et des jeunes dans le
domaine de la transformation.

Ces projets feront l’objet d’étude approfondi dans la phase de formulation du programme.

L’équipe de consultant a volontairement fait le choix de ne pas proposer les projets retenus
dans le cadre de la phase diagnostic.

Pour la phase de mise en œuvre, les consultants préconise une démarche évolutive qui
commencerait par une première phase (phase 1) avec deux (02) infrastructures
structurantes dans les deux Départements. Ces projets seraient complétés par des projets
communautaires pour répondre à la demande sociale des populations.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


165

ANNEXES

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


166

ANNEXE 1 : Liste des personnes rencontrées lors de l’état des lieux de l’étude DIEM

N° Nom et prénom Titre et Structure Contact et lieu


Ministères, Services Déconcentrés, Chambres consulaires, Organismes Universitaires
1 ASSAN Todéman Directeur de la Maitrise de 95961064-97958973
l’Energie à ABERME-MMEH Cotonou
atfefr@gmail.com

2 AHOUANGBENANGNON B. Toussaint Directeur de 97275439-95983990


l’électrification rurale à Cotonou
ABERME-MMEH Aberme1474@yahoo.fr
3 AHOUISSOUSSI Melvine Chef service des Etudes de 97287445 Cotonou
Projets d’Electrification melvinea2002@yahoo.fr
Rurale DERU-ABERME
3 TOSSA Cyriaque DG – OBRGM-MMEH 21310309-97216706
cytossa@yahoo.fr
4 ZINZALO Jules Directeur de la Promotion 9696366196598954-
des matériaux-OBRGM
5 ANANOU VICTOR DIRECTEUR de la 95792428
Construction au MEHU Cotonou
6 HOUANDOSSI Coffi Directeur de la Promotion 95404842-97575323
des matériaux locaux Cotonou
MEHU
7 JOSIAS D Gérard CEL-DPR/DGTP/MTPT 97668653-90924697
Cotonou
8 YAYI Didier DATT-MTPT 95595566 COTONOU
9 GBAGUIDI Félix Cellule Bas- 96322075-95358191
fond/DGR/MAEP
10 SALIFOU Arouna Cellule SUIVI- 97085347 Porto Novo
Evaluation/MAEP
11 AFFOMASSE A. Dominique Assistant SG-MAEP 95797555 Cotonou
12 BIAO Pierre Moise CCIB Parakou 97185894 Parakou
13 TCHEHOUALI Adolphe Professeur EPAC-UAC 95817720-90020265
15 HOUANNOU Clément LEMA-EPAC-UAC 97603323-90901785
Abomey-Calavi
16 Hounsa Calixte Chef Service/SAER 64 92 33 34
CeRPA Parakou
17 Domingo Mathilde épse Odjo SAER CeRPA Parakou 96 00 44 42
18 Adédodja Prudence SAER CeRPA Parakou 97 89 60 60
19 Toukon Christophe SAER CeRPA Parakou 97 72 51 42
20 Ahodégnon Célestin SAER CeRPA Parakou 95 21 64 28
21 Aboudou Khabirou SAER CeRPA Parakou 97 02 62 14
22 Agbidinoukou Mensah SAER CeRPA Parakou 96 06 80 08
23 Ahissou Joseph Direction Transport MTPT 95 59 55 66
Cotonou
24 Tossou Z. Robert AT FADeC/CONAFIL

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


167

Cotonou
25 Boko Maxime Banque Mondiale Cotonou 66 26 13 60
26 Tossouvi Joseph Ex. Coord. PAPDC/CTB 97 67 99 85
CT CONAFIL/FADeC
27 Gomido Nestor DCDI/DGDGL/MDGLAAT 95 84 16 44
Tossa Rodrigue Agent de conditionnement
CeCPA Nikki
PTFs, Coopérations, Organismes spécialisés, Projets/Programmes, ONGs et OSP
Tassou Zacharie Coord. PA3D Parakou 97 29 02 50
Sama T. Sabine Experte genre PA3D Parakou
Afouda A. Servais LARES Parakou 66 26 08 50
Tamou Saka Adidjatou CP genre APIDeV Parakou 97 82 28 90
Abdoulaye I. Mamoudou CP PASDER/APIDeV 97 68 32 56
Chabi Konlo Bio CP Eau-Agriculture/APIDeV 95 85 64 60
Afouda Raymond Conseiller PIE/anacarde 95 36 09 91
SNV Parakou
N’Tcha Gnamou Conseiller PIE/coton 95 45 66 84
SNV Parakou
Boton Lisette SNV Parakou 95 33 83 19
Houdénon Antoine UGP PASDER Parakou 97 13 37 28
Elègbè Rodrigue UGP PASDER Parakou 97 60 99 20
Guiwa Clarisse ProAgri GIZ Parakou 97 82 28 07
Davodoun Cyr BAA Cotonou 95 05 12 59
Kassim Issaka Coord. projet Village du 97 39 30 94
Millénaire Banikoara
Manigui Soulé CP/CTB Cotonou 96 06 37 64
Thomas Omer CIDR Cotonou 95 45 90 91
Yarou Démon FAIA/CTB Natitingou 97 19 04 03
Bouyagui Ba-Orou URP/B-A 95 09 92 15
Dagba Elias Fortuné Coord. PSAIA Parakou 23 11 15 63
Lékoto Bernard Resp. S&E PSAIA Parakou
Dawénon Constant C/SAF PSAIA Parakou
Dramane Guétido Coordonnateur UDOPER Gogounou
Essou Jacques Chef antenne BAA Parakou 95 42 02 47
Sacca Léa CP/BAA Parakou 97 12 54 64
Mazou Boubacar Pdt UCPM Malanville 97 93 10 13
Orou Karigui Bio Pdt. UCPM Banikora 95 91 24 04
Collectivités Territoriales, Société Civile, secteur privé, agences
SOUDE Clément Chef projet FIVIS-AGETUR 21 31 36 45
Domingo Zacharie DGI AGETUR Cotonou 21 31 36 45
BIAOU Liamidi CST/Tchaourou 95857354-97743549
CHABI-KENOU Gado Cyrille CST/Banikoara 95050925-97455571
SEINI YAYE Idrissou CST/Malanville 94214262-97642913
KPERA ZIME Salifou DST/Parakou 97075282
LAFIA KORA Chabi DST Kandi 97190138/94341686
MASSO Roger CST/GOGOUNOU 95819767
ZIKI SIA O. Adam CST/Nikki zikisia@yahoo.fr
Sounon Boko Bio Maire de Tchaourou 95 32 30 76
Mohamed Alidou Nonsou 2e Adjoint Mairie Parakou 97 16 35 68
Sesi T. Abdel Kader C/SAM Mairie Parakou 97 72 15 00

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


168

Ouédraogo Boubacar Maire de Kandi 96 50 28 66


Thomas d’Aquin SP/APIDA Kandi 97 18 69 62
Garba Say Wahab CM SIAC/APIDA Kandi 97 11 56 33
Bako Abdel Aziz CM ODETA Kandi
Sacca Guéra SG Mairie Gogounou 97 51 27 54
Sanni Gounou Maire Gogounou 97 41 43 03
Acakpovi Franck V. Directeur ODETA Kandi 97 72 67 12
Lagarde Karinne AT CIDR/SIAC Kandi 94 33 01 08
e
Alidou Salam 2 adjoint Maire Malanville 97 08 91 50
Bako L. Issaka Maire de Malanville 95 85 12 81
Président APIDA
Bio Bougo Bio Jean Maire de Banikoara 23 65 02 54
Babio Inoussa Issaou Maire de Pèrèrè 97 77 52 65
Soulé Moudachirou SE/ADéCOB N’Dali 97 59 50 47
Séro Yérima Aboubakari Maire Sinendé 97 77 52 65
Président ADéCOB
Sinaiciré Orou Badé C/SPDL Mairie tchaourou 97 37 55 71
Lafia Philippe C/SAIC Mairie Parakou 97 02 41 16
Messouna Barikissou C/SPDL Mairie N’Dali 95 84 58 07
SG Mairie N’Dali SG Mairie N’Dali
Tidjani Daouda Assistant C/SPDL Mairie Malanville
Odjo Daniel C/SPDL Mairie Banikoara Banikoara
Imorou Bourhanou DDLCD Kandi 97 72 43 22
Tiamiou Sikirou C/SPDL Mairie Nikki 97 53 40 63
Zankaro Z. Saka C/SPDCC & R/SE 97 02 42 41
Houinsou Dieudonné SE Social Watch Cotonou Cotonou
Dégué Jean-Pierre CP Social Watch Cotonou
Torou Amidou Adizatou C/SAEM Mairie Tchaourou 23 62 56 09
Adam Kabirou Assistant C/SAF Tchaourou 23 62 56 09
Séni Abdel Kader C/SAEM Mairie Parakou 97 72 15 00
Azéhoun-Pazou Désirée C/SAEM Mairie N’Dali 94 44 55 44
Tiny Amadou C/SAEF Mairie Malanville 23 67 02 03
Orou D. Herman C/SAF Mairie Banikoara 97 59 00 20
Bah Guera Chabi Maire de N’Dali 97 69 17 02
Zacharie Adam Soubérou C/SAEM Mairie Bembérékè 95 12 47 53
Kékéré Malick C/SAEM Mairie Kandi 95 02 42 95

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


169

ANNEXE 2 : Termes de références

Identification et formulation d’un nouveau programme dans le secteur des


infrastructures économiques et marchandes

1. Contexte et justification

Au Bénin comme dans la plupart des pays en voie de développement, l’environnement


économique est caractérisé par une faible croissance du PIB et une forte incidence de la
pauvreté - 33,3% en 2007 (EMICOV). La croissance du PIB béninois a connu une évolution
non soutenue dans le temps et témoigne d’une économie fragile et vulnérable aux chocs
extérieurs. Après une évolution au cours de la décennie 90 allant de 3,2% en 1990 à 6,1%
en 2001 (CBDD, 2001 ; Banque Mondiale, 2004), le taux de croissance économique a
connu une baisse progressive dès 2002 pour s’établir à 2,9% en 2005. Des mesures
macroéconomiques et réformes structurelles dès 2006 ont relancé les activités économiques
qui ont permis en 2008 d’atteindre un taux de croissance économique de 5,3% (INSAE,
2009). Depuis 2009, le taux de croissance économique stagne autour de 3%.

Le secteur agricole contribue pour une part importante au PIB (32,6% en 2008 – INSAE),
après le tertiaire. Il occupe les ¾ de la population active et fournit plus de 80% des recettes
officielles d’exportation (MAEP, 2008 ; ECOWAP, 2008). La production est assez diversifiée
et centrée autour de trois grandes catégories de produits : les cultures vivrières (maïs, riz,
manioc, igname, arachide, etc.), les cultures de rente (coton, ananas, anacarde, palmier à
huile, etc.) et les produits animaux (bovins, ovins, caprins, volailles, etc.).

La Coopération suisse, active dans le secteur agricole depuis plus d’une décennie, a acquis
une importante connaissance des acteurs du secteur et des enjeux y relatifs. Suite à une
réflexion stratégique en 2010 (lors de la revue à mi-parcours de la Stratégie de Coopération
Bénin 2008-2012) et pour répondre aux nouveaux défis liés au contexte (apparition des
collectivités locales, repositionnement stratégique du secteur agricole dans la Stratégie de
Croissance pour la Réduction de la Pauvreté - SCRP, Plan Stratégique de Relance du
Secteur Agricole - PSRSA) il a été décidé de réorienter les interventions, qui se basaient sur
deux piliers relativement indépendants, artisanat et production agricole39, pour donner plus
de pertinence, de cohérence et de portée à l’ensemble. Ainsi, cinq programmes
complémentaires et reliés entre eux ont été identifiés. Ils sont axés sur : la productivité
(PASDER - Programme d’Appui au Secteur Développement Rural) ; le plaidoyer (AP/OSP -
Programme d’Appui au Plaidoyer des Faîtières des Organisations Socioprofessionnelles
Agricoles et Artisanes) ; la formation professionnelle (PAFPAA -Programme d’Appui à la
Formation Professionnelle Agricole et Artisane), les infrastructures rurales (DIEM -
Programme Développement des Infrastructures Economiques et Marchandes au Bénin), et
le renforcement des petites et moyennes entreprises (ESTB - Entreprendre Solidaire
avec son Territoire au Bénin). Ces programmes qui ont fait l’objet d’entrées en matière et de
propositions de crédit séparées forment les piliers du champ Développement Economique
Rural (DER).

39
ASAA (Appui Suisse aux Artisans et Artisanes) et ASPAP (Appui Suisse à la Population Agro-Pastoral)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


170

Le programme DIEM s’inscrit donc dans le nouveau champ DER. Il a pour finalité
« l’amélioration des revenus au profit des producteurs, éleveurs, artisan-e-s et collectivités
locales à travers la réalisation d’infrastructures économiques rentables ». il s’agira à travers
ce programme de : (i) Apporter un support à l’économie rurale à travers des infrastructures
adéquates (magasins de conservation, marchés à bétail, grands marchés, couloirs de
passages, retenues d’eau etc.), (ii) Accroitre les capacités d’autonomie financière des
collectivités à partir de rentrées fiscales générées par les infrastructures, (iii) Mettre en place
des mécanismes de gestion efficace et durable d’infrastructures économiques (iv) Offrir des
opportunités d’emploi et de création de la richesse aux artisan-e-s locaux (tâcherons,
maçons etc.). Les infrastructures seront sous la maitrise d’ouvrage des communes du
Borgou et de l’Alibori ou des regroupements intercommunaux (EPCI – Etablissements
publics de coopération intercommunale).

2. Objectifs du mandat

L’objectif principal de ce mandat est d’approfondir l’analyse du contexte des infrastructures


économiques et marchandes gérées par les collectivités et les communautés au Bénin et
d’identifier les orientations opérationnelles pour la mise en place d’un programme dans ce
secteur pour les communes du Borgou et de l’Alibori.

Les objectifs spécifiques se présentent comme suit :

a- Une première étape au cours de laquelle la mission se chargera de :


- Analyser le contexte des infrastructures économiques et marchandes au Bénin et
particulièrement dans les départements du Borgou et de l’Alibori (y compris l’état des
voies d’accès dans les potentielles zones identifiées pour les infrastructures).
- Répertorier et proposer une priorisation des principales infrastructures pouvant être
réalisées dans le cadre du programme ainsi que le coût estimatif des infrastructures
identifiées pour un cadre de financement donné ;
- Approfondir l’étude de marché des infrastructures économiques et marchandes dans
le Borgou et l’Alibori, à partir des résultats ECOLOC et des données actuellement
produits par les acteurs du programme PASDER ;
- Clarifier les rôles des parties prenantes dans la réalisation et la gestion des
infrastructures, y compris les mécanismes officiels concernant les décisions sur les
infrastructures publiques.

A noter que chaque objectif doit être également analysé sous l’angle de la place et du
rôle de la femme dans le processus de réalisation et de gestion des infrastructures.

b- Une deuxième étape au cours de laquelle la mission devra :


- Elaborer une proposition d’un dispositif global de mise en œuvre du programme qui
approfondit les analyses sur la faisabilité de la maitrise d’ouvrage déléguée ou directe
au niveau communal ou intercommunal (cf. étude COLTER, 2010) ;
- Formuler le mandat pour l’opérateur qui sera en charge de la mise en œuvre globale
du programme. Ce mandat inclut les tâches suivants : la bonne gestion des fonds
fiduciaires du programme, l’accompagnement des communes et de leurs
associations dans le choix des infrastructures, leur lieu d’implantation - les modalités
de réalisation et de gestion. Par ailleurs, l’opérateur doit être en mesure de soutenir la
construction de dispositifs de maitrise d’ouvrage déléguée ou directe. Le mandat de
l’opérateur sera attribué sur la base d’un appel d’offre.

3. Résultats attendus :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


171

A la fin de la mission, les principaux résultats attendus sont :

Pour l’étape 1 :

- L’état des lieux des types d’infrastructures économiques et marchandes existants au


Bénin et surtout dans le Borgou et l’Alibori est réalisé et les problématiques liées à
leur développement sont connues ;
- La liste des principales infrastructures à réaliser dans le cadre du programme DIEM
ainsi que leur coût estimatif sont établis ;
- Le potentiel économique des principales infrastructures économiques et marchandes
dans le Borgou et l’Alibori est analysé et les enjeux liés à leurs lieux d’implication sont
connus ;
- Les parties prenantes ainsi que leur rôle dans la réalisation, la gestion et la
maintenance des principales infrastructures sont connues (y compris le rôle et la
place des femmes).

Pour l’étape 2 :

- Un dispositif pertinent de mise en œuvre du programme est proposé et différents


scénarii de maitrise d’ouvrage déléguée ou directe sont identifiés pour la réalisation
des infrastructures. Le mandat et les étapes de mise en mise en place de chaque
scénario sont également déterminés ;
- Un mandat est définit pour la gestion globale de la mise en ouvre du programme. Ce
mandat sera soumis à un appel d’offre aux operateurs capables ;
- Une proposition des termes de références (TdR) à soumettre à un appel d’offre est
rédigée. Ces TdR définissent le dispositif du programme et les services recherchés
pour la facilitation de la mise en œuvre du programme par l’opérateur.

4. Méthodologie

Cette mission de formulation sera menée selon une méthodologie qui mettra au premier plan
les acteurs concernés par les infrastructures économiques et marchandes, tant aux niveaux
micro, méso et macro. Elle commencera par une revue documentaire qui permettra à
l’équipe de consultants de prendre connaissance et d’analyser le contexte actuel du secteur
des infrastructures marchandes et économiques, les principaux défis aux plans national et
local. Cette étape sera suivie de celle de la collecte des informations et des échanges avec
les acteurs en vue de la formulation du programme.

L’équipe chargée de la réalisation du mandat se chargera de proposer une méthodologie


plus détaillée permettant d’atteindre les objectifs ci-dessus mentionnés (étapes, lieux,
acteurs à rencontrer, délais etc.)

5. Tâches à accomplir par les structures mandataires

Conformément aux objectifs et résultats attendus de l’étude, les consultant-e-s procéderont à


une revue documentaire, mèneront des investigations sur le terrain et produiront un rapport
provisoire qui sera validé par l’ensemble des parties prenantes, puis un document de
programme qui servira de base aux actions de la Coopération suisse dans le secteur des
infrastructures économiques et marchandes.

6. Profil des structures mandataires

La mission sera réalisée par deux bureaux d’études :

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


172

- La Cellule d’Appui à la Gestion Communale (CAGEC). La CAGEC au Burkina Faso


accompagne (à une meilleure coordination et au suivi) les Etablissements Publics
Communaux de Développement (EPCD), en charge de la maitrise d’ouvrage déléguée
des infrastructures économiques et marchandes, patrimoine des collectivités locales.
Dans le cadre de la présente mission, elle est responsabilisée pour la coordination
globale des actions. Elle travaillera en consortium avec un bureau d’étude béninois
(COLTER IC).

- Le cabinet COLTER IC, est un bureau d’étude international de droit privé béninois,
spécialisé dans l’accompagnement des collectivités locales dans les problématiques de
l’eau, de l’assainissement, de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

La CAGEC proposera en concertation avec COLTER IC, l’offre technique et financière


comportant la méthodologie détaillée. Les équipes de travail mises en place répondront aux
exigences nécessaires à l’atteinte des objectifs de la mission.

7. Rapport

Les consultants déposeront à la fin de leur mandat un rapport succinct conformément aux
objectifs et résultats attendus. Ce rapport présentera le processus mis en en œuvre, les
résultats obtenus. Le rapport et le document de programme provisoires seront déposés au
mandant sous forme écrite (02 exemplaires du document) et électronique (01 fichier). Ces
documents seront validés au cours d’un atelier de restitution et de validation. Les documents
finaux (rapport et document de programme) seront déposés au Bureau de la Coopération
suisse sous forme physique et électronique une semaine après l’atelier de restitution et de
validation.

8. Durée de la mission

La durée de cette mission est d’un maximum de 90 jours calendaires et couvrira la période
du 30 Juin au 30 septembre 2012.

9. Offre technique et financière

L’équipe de consultant-e-s proposera une offre technique et financière pour la réalisation de


cette mission. L’offre technique devra présenter la méthodologie et les principales étapes de
la mission, ainsi qu’un chronogramme détaillé.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


173

ANNEXE 3 : LISTE DE TABLEAUX

Tableau 1 : Plans quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la


commune de BANIKORA

Domaine DIEM
Programmes/Projets Budget total

Agro-sylvo-pastoral OS2: Accroitre la production


végétale d’au moins 15% agricole
(maïs, coton riz) 20 997 900

OS3 : Améliorer la production


animale 31 996 800

Commerce et transit -Hangar

-Boucherie 349 965 000

OS1: Renforcer les infrastructures et -Boutique


équipements de soutien à
l'économie

Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de BANIKOARA

Tableau 2 : Plans quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la commune de SEBGANA

Domaine DIEM
Programmes/Projets Budget total

Agro-sylvo-pastoral O.S.1 : Accroitre la production - Magasin stockage


agricole 10 950 000

O.S.2 : Promouvoir de nouvelles - Magasin stockage


filières porteuses 39 140 000

O.S.3 : Améliorer la productivité -Couloir de passage


des productions animales 13 750 000

Agro industrie -Retenue d’eau

Unité de
O.S.4 : Promouvoir les AGR transformation 33 550 000

-Site touristique
O.S.7 : Promouvoir l'écotourisme 22 500 000

-Boucherie

-Boutique
O.S.6 : Faciliter les échanges
Commerce et transit commerciaux -Hangar 710 000 000

Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de SEBGANA

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


174

Tableau 3 : Plans quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la


commune de GOGOUNOU
Domaine DIEM
Programmes/Projets Budget total

- Magasin de warrantage

Agro-sylvo-pastoral -Bas-fonds
Projet 1: Aménagement hydro-
agricole -Retenue d’eau 131 080 000

-Magasin de warrantage

-Couloir de passage

-Magasin dd stockage

Projet 2: Promotion de Zone de pâturage


l'agriculture de l'élevage et de la
pêche -retenue d’eau 292 970 000

Agro industrie -Unités de transformation (riz,


Projet 3: Diversification des AGR soja, lait…)
(Transformation...) 16 290 000

-Auberge (hôtel)

Projet 4: Dynamisation des -Site touristique


secteurs de l'artisanat du tourisme
et de l'hôtellerie -Centre artisanal 29 750 000

Commerce et transit -Parking

-magasin de stockage

-Boutique

Magasin stockage

-Boucherie

-Abattoir
Projet 7: Construction des
infrastructures marchandes Gare routière 1 093 000 000

Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de BANIKOARA

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


175

Tableau 4 : Plans quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la


commune de KANDI

Domaine Programmes/Projets DIEM Budget total

Agro-sylvo- - Magasin de warrantage


pastoral Projet 1 : Amélioration de la
production agricole -Périmètre maraicher 34 320 000

-Aire de pâturage

-Retenue d’eau
Projet 2 : Amélioration de la
production animale Couloir de passage 195 000 001

-Retenue d’eau

-Barrage
Projet 3 : Promotion de la
production halieutique 311 500 000

Commerce et Projet 4 : Promotion du -Périmètre maraicher


transit développement des activités
génératrices de revenus Unité de transformation 75 000 000

Agro industrie -Auberge

Projet 5 : Dynamisation des -Site touristique


secteurs de l’artisanat du
tourisme et de l’hôtellerie -Centre artisanal 180 500 000

Commerce et Marchés
transit
-magasin de stockage

-Boutique

-Hnagar

Projet 6 : Amélioration de -Boucherie


l’accès des produits aux
marchés Gare routière 1 093 000 000
Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de KANDI

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


176

Tableau 5 : Plans quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la


commune de KARIMAMA
Les plans quinquennaux d’investissement en IEM dans la commune de KARIMAMA

Domaine DIEM
Programmes/Projets Budget total

Agro-sylvo-pastoral - Retenue d’eau

O.S.2 : Aménager les bas-fonds -Périmètre


en maîtrisant l’eau maraicher 55 250 000

-Aire de pâturage

O.S.6 : Promouvoir l’élevage de -Parcelles


ruminants et de volailles fourragères 8 000 000

-Sites piscicoles

-Aménagement des
marres
O.S.5 : Appuyer la promotion de
la pisciculture et la pêche 73 500 000

Agro industrie -Périmètre


maraicher

O.S.7 : Promouvoir les activités Unité de


génératrices de revenus (AGR) transformation 8 860 000

O.S.8 : Valoriser l’artisanat local -Centre artisanal 47 400 000

-magasin de
stockage

-Boutique
O.S.9 : Réaliser des
Commerce et transit infrastructures marchandes Gare routière 116 000 000

Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de KARIMAM

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


177

Tableau 6 : Plan quinquennaux (2011-2015) d’investissement en IEM dans la commune


de MALANVILLE

Domaine IEM
Programmes/Projets Budget total

Agro-sylvo- - Magasin de stockage


pastoral (construction et
réfection)

-Unité de transformation
Projet 2: Gestion de la qualité
des produits agricoles -magasin warrantage

-Marché à bétail
(aménager et construire)

-retenue d’eau

-Barrage à aménager

projet 3: Promotion de la -Couloir de passage


productivité animale et
halieutique -Air de pâturage 452 800 000

Agro industrie Projet 5: Promotion de -Centre artisanal


l’artisanat, du tourisme, de
l’hôtellerie 122 960 000

-Bas-fond

-Marché

Gare routière

Projet 4 : Aménagement du -Hangar de marché


territoire communal à travers les
marchés, les gares routières, les -Boucherie
Commerce et bas fonds et promouvoir le
transit lotissement -Aire d’abattage 1 060 780 000

Source : construit par le groupe de consultant à partir du PDC de KARIMAMA

Tableau 7 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à BEMBEREKE

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


178

AMBITIONS TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Promotion de la pisciculture et du maraîchage au 50 000 000


niveau des retenues d’eau (10)
agro sylvo pastoral

Développement agro Installation d’une unité de provenderie de volaille 45 000 000


industriel à Bembèrèkè

Mise en place d’une unité de transformation de 30 000 000


grain de néré et soja en moutarde

Mise en place d’une unité de collecte et de 80 000 000


transformation de produits laitiers
(fromage,yaourt, beurre)

Unité de Transformation de farine de manioc en 50 000 000


pains et biscuits

Développement du Construction de magasin de stockage des 75 000 000


commerce et du produits agricoles dans tous les arrondissements
transit
Projet d’appui matériel aux femmes concasseuses 20 000 000
de Bembèrèkè

TOTAL 350 000 000

Tableau 8 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à N’DALI

AMBITION TITRE DU PROJET COUT


TOTAL

Développement Projet de création et d’aménagement des couloirs et 50.000.000


zones de passages des animaux (traçage,
agro sylvo pastoral matérialisation, cartographie

et IEC)

Développement du Projet de construction de marché (hangars, 100.000.000


boutiques, etc.)!
commerce et du
Projet de construction de parking gros porteur et 200.000.000
transit gares routières

Projet de construction et de gestion participative de 200.000.000


cinq marchés à bétail

TOTAL 550 000 000

Tableau 9 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à KALALE

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


179

AMBITION TITRE DU COUT TOTAL


PROJET

Développement Aménagement des dix anciennes 200 000 000


retenues d’eau de la commune
agro sylvo
pastoral Construction de 3 retenues 150 000 000
d’eau à Bessassi-Bouca, Boa et
Sérégourou pour l’abreuvement
des animaux, le maraichage,
l’installation des pépiniéristes et
l’empoissonnement.

Construction de (sept) magasin 36 000 000


de stockage de 300 tonnes de
produits vivriers à Dérassi (1),
Bouka (1), Basso (2), Dounkassa,
Péhunga, Kalalé -centre

Développement Installation de deux unités de 20 000 000


transformation des amandes de
agro industriel karité en:beurre, savon,
pommade à Bouka-Gando et à
Boa.

Développement Projet de construction de marché 943 200 000


du (50 hangars, 70 boutiques, 5
magasins etc.)
commerce et du
Constructions des gares 20 000 000
transit routières de Kalalé (Prioritaire)
et Bouca (au second rang)

TOTAL 1 369 200 000

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


180

Tableau 10 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à NIKKI

AMBITION TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Construction de retenue d’eau à Suya, Donplawi, Winra, 300 000 000
Soubo,Anganguirou, Sérékali pour l’abreuvement des
agro sylvo pastoral animaux, les cultures maraîchères et l’installation des
pépiniéristes

Délimitation, matérialisation, d’aménagement et 70 000 000


valorisation des couloirs de passage et aire de pâturage
(5 par arrondissement)

Développement Installation d’une usine de transformation d’igname en 150 000 000


farine instantanée à Sérékali
agro industriel
Installation d’une usine de transformation de karité en 150 000 000
beurre, savons et pommades à Nikki-Centre

Développement du Construction de marché à bétail à Winra, Biro et 300 000 000


Sakabansi
commerce et du
Construction des hangars et magasins de stockage et 60 000 000
transit de conservation (Tanakpé, Biro, Sakabansi, Nikki
centre)

Construction de parking gros porteur à Tchikandou 20 000 000

TOTAL 1 050 000 000

Tableau 11 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à PARAKOU

AMBITION TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Projet de création de deux parcs à bétail dans le 70 000 000


ème
2ème et le 3 arrondissement
agro sylvo pastoral

Développement Projet de création d’une unité de conservation et 40 000 000


de transformation des mangues en jus de fruits et
agro industriel mangues séchées

Mise en place de trois unités de transformation du 50 000 000


maïs, manioc et de l’igname en farine

Développement du

commerce et du

transit

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


181

TOTAL 160 000 000

Tableau 12 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à PERERE

AMBITION TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Aménagement de 2 retenues d’eau (Guinagourou et 88 000 000


Pèrèrè) et construction de 2 autres (Gninsy et Sontou)
agro sylvo pastoral pour l’abreuvement des animaux, les cultures
maraichères, la pisciculture et la production de plantules
(pépinière)

Développement Installation de 6 unités féminines de transformation 165 000 000


d’amendes de karité en beurre, savon et pommade (1 par
agro industriel arrondissement)

Mise en place de 6 unités de transformation de soja en 55 800 000


farine améliorée, en fromage, biscuits et moutarde)

Développement du Projet de construction de hangars dans les marchés les 165 000 000
plus animés
commerce et du

transit

TOTAL 473 800 000

Tableau 13 : Récapitulatif des projets IEM à court terme à SINENDE

AMBITION TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Projet de traçage, matérialisation et cartographie des 10 000 000


couloirs et zone de pâturage
agro sylvo pastoral
Projet d’installation d’unités de production et de 20 000 000
commercialisation d’engrais vert à partir des résidus
ménagers et de récolte

Développement Projet d’installation d’unité de transformation de 20 000 000


manioc en gari, tapioca, en amidon et en alcool,…
agro industriel

Développement du Projet de construction d’infrastructures marchandes 250 000 000


spécialisées (magasins,boutiques, hangars, latrines,
commerce et du tec.)
transit

TOTAL 300 000 000

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


182

Tableau 14: Récapitulatif des projets IEM à court terme à TCHAOUROU

AMBITION TITRE DU PROJET COUT TOTAL

Développement Projet de délimitation, matérialisation, aménagement 200 000 000


et valorisation des couloirs de passage et aire de
agro sylvo pastoral pâturage

Projet de réalisation des retenues d’eau à option agro- 400 000 000
pastorale

Développement Projet de mise en place d’un complexe de 200 000 000


transformation des fruits
agro industriel
Projet de transformation des racines et tubercules en 200 000 000
farine

Développement du

commerce et du

transit

TOTAL 1 000 000 000

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


183

ANNEXE 4 : QUESTIONNAIRE

Cibles : Elus locaux / Responsables UFeC, OSP, Organisations Communautaires, et ONG /


Equipes techniques des collectivités, des OSP et des ONG

I - ETAT DES LIEUX EN MATIERE d’IEM ET MOL DANS LE BORGOU ET L’ALIBORI

1.1 Production et soutien à la production


1.1.1- Pistes rurales (…)
1.1.2- Périmètres aménagés (AHA) : (…)
1.1.3- Mini barrages (…)
1.1.4- Retenues d’eau (…)
1.1.5- Couloirs de passage : (…)
1.1.6- Parcs de vaccination : (…)
1.1.7- Bergeries communautaires (…)
1.1.8- Poulaillers communautaires (…)

1.2- Appui à la commercialisation


1.2.1- Gares routières : (…)
1.2.2- Auberges/Campement : (…)
1.2.3- Parking Gros porteurs : (…)
1.2.4- Magasins :
1.2.4.1- de stockage (…)
1.2.4.2- de warrantage (…)
1.2.4.3- de conditionnement (produits périssables)(…)
1.2.5- Grands marchés : (…)
1.2.6- Marchés secondaires : (…)
1.2.7- Marchés à bétail : (…)

1.3- Transformation
1.3.1- Abattoirs (…)
1.3.2- Aires d’abattage (…)
1.3.3- Aires de séchage (…)
1.3.4- Unités de transformation
1.3.4-1.1. Lait (…)
1.3.4-1.2. Riz (…)
1.3.4-1.3. Karité (…)
1.3.4-1.4. Oignon (…)
1.3.4-1.5. Manioc (…)
1.3.4-1.6. Igname (…)
1.3.4-1.7. Soja (…)
1.3.4-1.8. Arachide (…)
1.3.4-1.9. Noix d’anacarde (…)
1.3.4-1.10. Autres : (…)
1.3.4-1.10.1. Précisez …………………….…

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


184

Nom de l’enquêteur : Date de l’enquête :


Personne interrogée :
Responsabilité et Fonction :
Organisation/Structure :
Domaine d’intervention :
Département : Commune :
Arrondissement : Village /Quartier de ville :

TYPE D’INFRASTRUCURE : …………………………………………………………..


Etat : Bon Mauvais
Appréciation de l’enquêteur : ……………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………..
Fréquentation : Effectif mensuel de clients…………..Hommes……...Femmes……….
Capacité d’accueil (nbre de têtes ou tonnage)……………………………….
Performance mensuelle actuelle : (nbre ou tonnage)……………………………..

II - DONNEES TECHNIQUES

2.1- Statut foncier (présumé propriétaire)


2.1-1. Mairie : (….)
2.1-2. OSP : (….)
2.1-3. Privé : (….)
2.1-4. Autre : (….)
2.1-4.1. (précisez) :…………………………………..…….…….

2.2- Titre officiel de propriété : OUI (….) NON (….)


2.2.1- Si OUI, lequel : …………………………..………
2.2.1-1. Titre foncier…………....….… (….)
2.2.1-2. Permis d’exploiter…………... (….)
2.2.1-3. Convention de vente………. (….)
2.2.1-4. Acte de donation…...…….… (….)
2.2.1-5. Autre ……………..…………. (….)
2.2.1-5.1. Précisez :………..…………………………...
2.2.2- Si NON ; des procédures sont-elles en cours ? OUI (….) NON (….)

2.3- Description :
2.3.1- Surface totale aménageable : …………m²
2.3.2- Surface aménagée :………………….…m²
2.3.3- Terrassement : OUI (….) NON (….)
2.3.4- Drainage : Bon (….) Passable (….) Mauvais : (….)
2.3.5- Clôture : OUI (….) NON (….)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


185

2.3.6- Types d’énergie :


2.3.6-1. Aucun : (….)
2.3.6-2. SBEE : (….)
2.3.6-3. Groupe électrogène (….)
2.3.6-4. Solaire : (….)
2.3.6-5. Eolienne : (….)
2.3.6-6. Biogaz : (….)
2.3.6-6.1. Autre : (….)
2.3.6-6.2. Précisez : ………………

2.4- Types de matériaux :

Mur :
Définitif : Brique Pierre taillée
Précaire : Banco Claie Bois
Toiture : Paille Tôle Dalle
Sol : Nu Cimenté Carrelé
Autres : Précisez :……………………….

2.5- Accessibilité : Carrossable (….) Non carrossable : (….)

2.6- Rampes d’accès pour personnes handicapées : OUI (….) NON (….)

2.7- Equipements disponibles

2.7-1. Nombre Boutiques : …………. Dimensions standard : L…....m l...…..m


2.7-2. Nombre Magasins : ……….…. Dimensions standard : L…....m l...…..m
2.7-3. Nombre Hangars : ……..……. Dimensions standard : L…....m l...…..m
2.7-4. Aires de séchage : OUI (….) NON (….)
2.7-4.1. Nombre…………. Dimensions : L…....m l...…..m

2.7-5. Nombre de boucheries : ………….

2.7-6. Quai d’embarquement (marché à bétail) : OUI (….) NON (….) Nombre….……….

2.7-7. Quai de débarquement (marché à bétail) : OUI (….) NON (….) Nombre………….

2.7-8. Nombre d’Abreuvoirs : …………..….


2.7-9. Points d’eau potable : Aucun (….) Puits (….) Eau Soneb (….)
Borne-fontaine (….) Forage : (….)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


186

2.7-10. Nombre de Toilettes : ………….…….


2.7-10.1. Toilettes Hommes (Nbe) :……..…….
2.7-10.2. Toilettes Femmes (Nbe) : …………..

III - DONNEES SUR LES ACTEURS DE LA REALISATION DE L’IEM


Personne interrogée : …………………………………….
Responsabilité et Fonction : …………………………….

3.1- Maître d’ouvrage : ………………………………..


3.2- Maître d’ouvrage délégué : ………..….………...
3.3- Maître d’œuvre : ………………….…..….……….
3.4- Entrepreneurs
3.4-1. Dénomination : ……………..….………….
3.4-2. Siège social : ……………….….…….……
3.5- Durée de réalisation des travaux : ……....…mois
3.6- Date de fin des opérations : …………………….... (mois/année)
3.7- Date de mise en exploitation : …………………..... (mois/année)
3.8- Coûts de réalisation : …………………………………...…FCFA
3.9- L’infrastructure était-elle programmée …….. OUI (….) NON (….)

3.10- Mode de financement :

3.10-1. Fonds propres (ressources mobilisées localement) :


OUI (….) NON (….) Montant (ou %) : …………………….…..
3.10-2. Ressources extérieures
3.10-2.1. FADEC/Budget national : (….) Montant (ou %) : ……………
3.10-2.2. Projets et programmes : (….) Montant (ou %) : ………………
3.10-2.2.1. Précisez : ……………………………………………………..…...
3.10-2.3. Coopération décentralisée : (….) Montant (ou %) : ……….…
3.10-2.3.1. Partenaires : …………………………………………………..…..
3.10-2.4. Autres (….)
3.10-2.4.1. Précisez : ……………………………………….………...…….…
3.10-2.4.2. Montant (ou %) :…………………………..……….....................

3.11- Bénéficiaires :

3.11-1. Mairie : (….)


3.11-2. OSP : (….)
3.11-3. Femmes (GF) : (….)
3.11-4. Hommes : (….)
3.11-5. Hommes/Femmes : (….)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


187

3.11-6. Autres (….)


3.11-6.1. Précisez :…..………

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


188

IV - DONNEES ECONOMIQUES ET FINANCIERES

Personne interrogée : ……………………………………………


Responsabilité et Fonction : ……………………………………

Compte d’exploitation : A remplir pour les 5 dernières années (2007 à 2011)

Année 2007 :
Produits Montant Charges Montant
Recettes Fonctionnement
• Personnel (salaires)
• Matériel et fournitures
• Services consommés
Entretiens bâtiments
Total

Année 2008 :
Produits Montant Charges Montant
Recettes Fonctionnement
• Personnel (salaires)
• Matériel et fournitures
• Services consommés
Entretiens bâtiments
Total

Année 2009 :
Produits Montant Charges Montant
Recettes Fonctionnement
• Personnel (salaires)
• Matériel et fournitures
• Services consommés
Entretiens bâtiments
Total

Année 2010 :
Produits Montant Charges Montant
Recettes Fonctionnement
• Personnel (salaires)
• Matériel et fournitures
• Services consommés
Entretiens bâtiments
Total

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


189

Année 2011 :
Produits Montant Charges Montant
Recettes Fonctionnement
• Personnel (salaires)
• Matériel et fournitures
• Services consommés
Entretiens bâtiments
Total

Difficultés dans les recouvrements :




Suggestions :



RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


190

Potentiel en recettes

Personne interrogée : ………………………………………..


Responsabilité et Fonction : ………………………………..

Désignation Unité Quantité Taxe perçue Tarif unitaire


par période
1. Marché ordinaire
- Boutiques
- Kiosques
- Hangars

- Appâtâmes

2. Marché à bétail

3. Abattoir
4. Gares routières
5. Parking gros porteurs
6. Auberge
7. Magasins
- Magasins de marché
- Magasin de stockage
- Magasin de
conditionnement
- Magasin de warrantage
8. Retenues d’eau
9. Couloir de passage
10. Mini barrage
11. Périmètre aménagé
12. Parc de vaccination

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


191

V - DONNEES SUR LES ACTEURS DE LA GESTION DE L’IEM

Personne interrogée : ………………………………………………………..


Responsabilité et Fonction : ……………………………………………….

5- Mode de gestion

5.1- Directe :
5.1-1. Etatique (….)
5.1-2. Communale (….)
5.1-3. Intercommunale (….)
5.1-4. Communautaire (….)

5.2- Mixte : OUI (.…) NON (.…)

5.2-1. Si OUI, quels sont les acteurs impliqués :………………….


……………………………………
……………………………………
5.3- Déléguée :

5.3-1. Affermage (….)


5.3-2. Location-gérance (….)
5.3-3. Concession (….)
5.3-4. Autre (….)
5.3-4.1. Précisez : ………………..

5.4- Si « Délégation », y a-t-il un document contractuel : OUI (….) NON (….)

5.5- Si OUI, lequel ? (précisez)………………………………

5.6- Est-ce qu’il y a des IEM réalisées pour faciliter les activités des
femmes ? OUI (….) NON (….)

5.6-1. Si OUI, lesquelles ?

5.6-2. Quels sont les besoins spécifiques des femmes en matière d’IEM ?

5.6-3. Comment les préoccupations des jeunes et des femmes sont-elles identifiées
et prises en compte lors de la prise de décision sur une IEM ?

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


192

5.6-4. Sur la base de quels critères la décision de réalisation d’une IEM est prise
(processus de prise décision) ?

5.6-5. Sur la base de quels critères les sites d’implantation des IEM sont retenus ?

5.6-6. Quels sont les problèmes généralement rencontrés pour (ou lors de) la mise
en place des IEM : conflit d’intérêts, tentatives de récupération, localisation géographique,
conflit foncier, … ?

6. Les structures de gestion de l’IEM

6.1- Dénomination : ……………………………………………


6.2- Composition : ……....membres
6.2-1. Institutions représentées :
6.2-1.1.
6.2-1.2.
6.2-1.3.
6.2-1.4.
6.2-1.5.
6.2-2. Nombre de femmes : …………………

6.3- A qui les structures de gestion rendent-elles compte ?


6.3-1. A la Mairie : (….)
6.3-2. Au Conseil Communal/municipal : (….)
6.3-3. Aux OSP : (….)
6.3-4. A l’Assemblée générale/Communauté : (….)

6.4- Communication autour des bilans :


6.4-1. Débat public : (….)
6.4-2. Presse locale (journal, radio locale, ….) (….)
6.4-3. Interpellation citoyenne : (….)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


193

VII – ORGANISATIONS SOCIO-PROFESSIONNELLES (OSP D’ARTISANS,


ELEVEURS, AGRICULTEURS, COMMERÇANTS, FEMMES,
TRANSPORTEURS…)

7.1- Nom de l’organisation :………………………….


7.2- Personne interrogée :……………………………
7.3- Responsabilité et Fonction : ……………………

7.4- Domaine d’intervention : ………………………..

7.5- Nom de la personne rencontrée : ………………

7.6- Envergure géographique :


7.6-1. Village/Quartier : (….)
7.6-2. Commune : (….)
7.6-3. Plusieurs communes : (….)

7.7- Participation à la décision de réalisation d’une IEM : OUI (….) NON (….)
7.8- Prise en compte de leurs attentes spécifiques ? OUI (….) NON (….)
7.9- Implication dans la gestion ? OUI (….) NON (….)
7.10- Etes-vous satisfait de la gestion OUI (….) NON (….)
7.11- Quels sont les problèmes liés ou souvent rencontrés lors de la réalisation des
IEM et/ou leur gestion ?
7.12- Quelles relations entretenez-vous avec la Mairie ?
7.13- Quelles relations entretenez-vous avec les services déconcentrés de l’Etat
(Préfecture, Sécurité, Impôts, travaux publics, Agriculture et Elevage, commerce, etc…)

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


194

VIII - ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE (CONTROLE


CITOYEN)
8.1- Nom de l’organisation…………………………………
8.2- Nom de la personne rencontrée : ………………….

8.3- Domaine d’intervention :

8.4- Envergure géographique :


8.4-1. Village/Quartier (….)
8.4-2. Commune (….)
8.4-3. Plusieurs communes (….)

8.5- Stratégie :
8.5-1. ONG travaillant de façon isolée : (….)
8.5-2. ONG appartenant à un Réseau : (….)

8.5-2.1. Si Réseau, lequel : …………………….

8.6- Participe-t-elle à la prise de décision sur les IEM (concertations publiques


préalables) ? OUI (….) NON (….)

8.7- Avis sur la composition des organes de gestion (structures représentées) et


leur fonctionnement

8.8- Appréciation des mécanismes de reddition des comptes

8.9- Difficultés rencontrées dans l’exercice de votre mission de contrôle citoyen

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


195

ANNEXE 5 : Documents de références

Aimé GNIMADI, Faustin VIDOGBENA, Patricia EGBOOU : Diagnostic économique des


communes (DEC) du département de l’Alibori en République du Bénin, Rapport définitif,
Volume 2, Commune de BANIKOARA, mars 2008

Alain ZOMADI : Eclairage sur la pratique de la maîtrise d’ouvrage publique, sur l’assistance
conseil des services de l’Etat aux communes et sur la chaîne de délivrance de services aux
populations des communes du Borgou, Rapport provisoire, Mission de formulation
d’ASGoL2, Août 2011

APIDA – CRP, Code de procédures et de financement du fonds de développement local


(FDL)

BAA : Textes législatifs et réglementaires sur l’artisanat au Bénin, 2007

Bureau de la coopération suisse au Bénin : Bénin 52, Programme d’Appui à la Formation


Professionnelle Agricole et Artisane (PAFPAA), SAP : 7F-07788 ; DMS : 536/2011/1224

Bureau de la coopération suisse au Bénin : Programme d’appui au secteur du


développement rural dans les départements du Borgou/Alibori (Wusua Dabu)-période :
1 :01 :2012 au 31 :12 :2014

Bureau de la coopération suisse au Bénin : Bénin 53, Programme de Développement des


Infrastructures Economiques et Marchandes (DIEM), SAP : 7F-08220 ; DMS :
536/2011/1429

Bureau de la coopération suisse au Bénin : Bénin 54 : Programme d’Appui au Plaidoyer


des Faîtières des OSP agricoles et artisanes (AP/OSP), SAP : 7F-07787 ; DMS :
536/2011/1430

Bureau de la coopération suisse au Bénin : Bénin 48 : Programme d’appui au Secteur du


Développement Rural-PASDER, SAP : 7F-06963.01

Bureau de la coopération suisse au Bénin : La coopération Suisse au Bénin 1981-2011

COLTER IC : Analyse juridique et technique de la maîtrise d’ouvrage communale dans le


Borgou, rapport définitif, octobre 2010, BuCo Bénin

COLTER IC : Etude sur le statut juridique et le montage institutionnel de l’ODETA,


APIDA/CIDR, janvier 2012

Coopération suisse au Bénin : Stratégie de Coopération de la Suisse au Bénin, version de


juin 2009

Coopération suisse au Bénin : Document de programme productivité du champ DER

Coopération suisse au Bénin : Document de programme Appui Suisse aux Artisanes et


Artisans (ASAA) ;

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


196

Coopération suisse au Bénin : Note conceptuelle du champ DER

Coopération suisse au Bénin : Documents sur les 4 autres programmes du champ DER
(Entrée en matière)

Coopération suisse au Bénin : Proposition de Crédit, documents de programme PASDER


etc.).

Décret n°2003-095 du 20 mars 2003 relatif aux missions de maîtrise d’ouvrage confiées par
des maîtres d’ouvrages publics en République du Bénin

Décret N°2003-096 du 20 mars 2003 portant conditions d’exercice des missions de maîtrise
d’ouvrage déléguée et de conduite d’opération en République du Bénin

Décret n°2010-266 portant conditions de missions de maîtrise d’ouvrage déléguée et de


conduite d’opérations en République du Bénin

Décret n° 2012-308 du 28 Août 2012 portant règles de création, d’organisation et de


gestion des établissements publics de coopération intercommunale en République du Bénin

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT ET DE LA COOPERATION SUISSE (Août 2011 :


Programme Appui Suisse au renforcement de la Gouvernance Locale dans le Département
du Borgou, Coopération Bénin/suisse, phase 2 ; 1er janvier 2012-31 Décembre 2015

Dr Bio Goura SOULE, Dr Amadou M. SAMBO, Aziz MOSSI, Moudachirou SOULE


(février 2012) : Plan stratégique de développement (2012-2016), ADECOB

Dr Guillaume Hounsou-vè, Maxime Coulibaly (juillet 2011) : Mission de formulation du


nouveau programme d’appui de la coopération suisse au secteur du développement rural
dans les départements du Borgou et de l’Alibori, rapport de la mission effectuée du 14 mars
au 5 juillet 2011

Emmanuelle BERNY (juillet 2011) : Analyse institutionnelle des organisations nationales


œuvrant dans le secteur du développement rural dans les départements du Borgou et de
l’Alibori, rapport définitif

FAFA Mono-Couffo (Fonds d’Appui à la Filière Agricole) : capitalisation de la mise en


œuvre de l’instrument investissements communaux, septembre 2012, CTB – MAEP

GEDES-ACADE : Document de capitalisation de l’appui de la coopération Suisse au


Programme de Développement des Villes Moyennes du Burkina Faso (PDVM) 1992 – 2005.

GIZ/MAEP : Stratégie d’intervention du programme Promotion de l’Agriculture (ProAgri/GIZ),


octobre 2011, ProAgri/GIZ

Loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du


Bénin

Loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation de l’administration territoriale de la


République du Bénin

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


197

Loi n°2001-07 du 09 mai 2001 portant maîtrise d’ouvrage publique (MOP) en République du
Bénin

Loi n°2009-17 du 13 août 2009 portant modalités de l’intercommunalité en République du


Bénin

Loi 2005-07 portant modification de la MOP

Loi n°2009-02 portant code des marchés publics et des délégations de service public en
République du Bénin

MAEP : PSRSA (Plan Stratégique de Relance du Secteur Agricole), octobre 2011

MDGLAAT : PONADEC (Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration) :


document cadre de politique, juin 2009

MDGLAAT/PDDC : FIVIS (Fonds d’Infrastructures des Villes Secondaires), septembre 2009

MDGLAAT: Politique nationale de décentralisation et de déconcentration, document cadre


de politique et plan d’actions prioritaires, septembre2010, 73 pages

Ministère du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective : Directives


opérationnelles à l’intention des ministères sectoriels pour la mise en œuvre du
développement conduit par les communautés (DCC) dans le cadre de la décentralisation et
du développement local, 2011

MEHU : Etude marketing et élaboration d’une stratégie nationale pour la promotion des
matériaux locaux de construction au Bénin, rapport provisoire, juin 2010

Moudachirou SOULE : Programme d’investissement prioritaire, appui suisse à la relance de


l’économie locale, commune de BEMBEREKE, mai 2010

Moudachirou SOULE : Programme d’investissement prioritaire, appui suisse à la relance de


l’économie locale, projets intercommunaux, mai 2010

Moudachirou SOULE: Programme d’investissement prioritaire, appui suisse à la relance de


l’économie locale, Synthèse des projets, mai 2010

MTP : Stratégie sectorielle des transports actualisée (2007-2011), décembre 2007

Ministère de l’Artisanat : Document de Politique nationale de l’artisanat

PLAN ANNUEL D’INVESTISSEMENT (PAI) de toutes les communes des Départements du


Borgou et de l’Alibori
PAMRAD/CTB/MAEP : Capitalisation des acquis de la mise en œuvre du guichet «filières
agricoles porteuses» par les communes, rapport final, juin 2008

PAMRAD/CTB/MAEP : Modalités de gestion des infrastructures communales financées sur


le fonds du guichet Filières Agricoles Porteuses (FAP), rapport final, juillet 2010

PAPDC/CTB/MDGLAAT : capitalisation des acquis et des expériences

PAPDC/CTB/MDGLAAT : rapport de la mission d’évaluation finale, mai 2012

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC


198

PASTR (Programme d’Appui au Sous-secteur Transport Rural) 2012-2013 : document


de programme, mars 2012, MTP

PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL (toutes les Communes ordinaires des


Départements du Borgou et de l’Alibori)

PLAN DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL de la ville de Parakou

Programme de Développement Municipal : Plan programme de développement territorial,


communes du Borgou, décembre 2010

Programme de Développement Municipal : Stratégie et plan d’actions pour le


développement économique local, communes du Borgou, décembre 2010

Programme de Développement Municipal: Stratégie de Relance des Economies Locales


du Borgou, décembre 2010

PSDCC (Projet de services décentralisés conduits par les communautés) : proposition


de crédit de l’IDA, avril 2012, Banque Mondiale

SCRP 2011-2015 : stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté, décembre 2010.

RAPPORT DEFINITIF : ETATS DES LIEUX /DIAGNOSTIC Janvier 2013 GEDES-COLTER IC