Vous êtes sur la page 1sur 3

Configuration du territoire de la

Roumanie entre arrachements et


récupérations

A près la
guerre qui a commencé avec le siège
de Vienne en 1683 et s'est terminée
avec la paix de Karlovitz en 1699, les
Habsbourg ont conquis la Hongrie et
la Transylvanie (qui auraient le statut
de principauté, puis une grande
principauté en Autriche). Une
nouvelle guerre avec les Turcs les a
amenés. , en 1718 Banat, Serbie-et-
Oltenie (partie occidentale de la
Valachie). L'occupation autrichienne
d'Oltenia n'a duré que deux
décennies. Par la paix de Belgrade en 1739, l'Empire des Habsbourg a abandonné la Serbie et a
rendu Oltenia à la Valachie. Cependant, il conservera le Banat, comme la Transylvanie, jusqu'en
1918.
Les Autrichiens attachés à une simple demande adressée aux Turcs-nord de la Moldavie
(Bucovine-1775, et aux Russes-Bessarabie-1812-la partie sud autrefois occupée par les Turcs,
mais aussi au reste, qui restait à la Moldavie). Les Roumains sont entrés dans une situation
déplorable au XIXe siècle: la moitié d'entre eux étaient sous diverses dominations étrangères et
les deux principautés ont été diminuées politiquement et territorialement. Quelqu'un aurait-il
parié sur l'avenir de la Roumanie en 1800? ".

S elon le traité de paix de Paris, la Roumanie, grâce à sa contribution militaire des Alliés
après le 23 août 1944, a récupéré la Transylvanie du Nord transférée par Hitler à la Hongrie via
le dictat de Vienne, mais a perdu la Bessarabie, la Bucovine du Nord et Herta à l'Union. Union
soviétique et Dobrogée du Sud (le quadrilatère) en faveur de la Bulgarie.

1
L es conjonctures géopolitiques du début de la Seconde Guerre mondiale ont été
particulièrement défavorables à la Roumanie, entraînant des pertes territoriales
importantes (Transylvanie du Nord, Bessarabie, Bucovine du Nord et quadrilatère) à la
suite de dictées de force. Si l’arbitrage de Vienne du 30 août 1940 est déclaré nul et non
avenu par la convention d’armistice de 12 septembre 1944 et par le traité de paix du 10
février 1947, le nord de la Transylvanie revient à ses frontières. La Roumanie, les trois
autres provinces roumaines continuent d’être sous occupation étrangère aujourd’hui, la
composition ethnique ceux-ci étant substantiellement modifiés. 13 comtés sont restés à
l'extérieur du pays, couvrant un territoire de 58 488 km2: 11 en Bessarabie et en Bucovine
du Nord (Bălţi, Cahul, Cernăuţi, Cetatea Albă, Hotin, Ismail, Lăpuşna, Orhei, Soroca,
Storojineţ et Tighina), conséquence de la réponse du gouvernement roumain à la deuxième
note Accord soviétique du 27 juin 1940 et 2 dans le quadrilatère (Caliacra et Durostor), à la
suite de la frontière de Craiova à partir du 7 septembre 1940. Le système des
établissements humains de la Roumanie sans la contribution de 32 villes et 2422 villages. Le
22 août 1940, la RSS de Moldavie (qui comprenait également la Transnistrie) a été
proclamée État composante de l'URSS Par une décision de I.V. Staline, le 24 novembre
1940, Hotin, Ismail et La forteresse blanche sont séparés de la Bessarabie historique et
inclus, ainsi que les comtés de la Bucovine du Nord (Tchernivtsi et Storojineţ) en RSS
Ukraine, formant la région d'Odessa, avec 12 districts. Pendant près d'un demi-siècle, la
partie centrale et méridionale de la Bessarabie historique, unie, afin de diminué la part de
la population roumaine, avec une bande de territoire sur la rive gauche du Dniestr, a formé
le RSS moldave, organisé, selon le modèle soviétique, en quartiers.

L a fixation de la frontière d'État sur le Prut a déterminé la rupture des connexions naturelles
existantes entre le système de colonisation de Bessarabie et celui de Moldavie sont restés en
Roumanie. En raison de l'indice d'hypertrophie élevé de Chisinau par rapport à la
ville de rang II - la Forteresse Blanche, les principales perturbations ont été
ressenties au niveau supérieur de la hiérarchie urbaine, en
rompant les relations traditionnelles existantes entre Chisinau et
les deux autres grandes villes, avec fonctions polarisantes dans
l'espace moldave: Iaşi et Galaţi. Parallèlement, les systèmes de
règlement coordonnés par eux ont considérablement rétréci leurs zones
en passant par de petites villes et des établissements ruraux (certains
polariseur) situé près de la frontière, dans la zone d'attraction (diffuse) de
Chisinau.

Bibliographie :

2
Romania-Tara de frontiera a Europei –Lucian Boia
https://www.rfi.ro/politica-97564-pagina-de-istorie-ani-romania-pierdut-cadrilaterul
D élégation roumaine pour la défense des frontières de

Transylvanie devant l'Atlas d'Antonescu, Conférence de paix de


Paris du 19 juillet au 15 octobre 1946, source: ziaristionline.ro