Vous êtes sur la page 1sur 22

FASCICULE

POUR CONSTRUCTIONS PARACYCLONIQUES

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 1 sur 22


I. PREAMBULE

1) Rappel des mesures d’accompagnement :

Pour que ce guide marque toute son efficacité, les mesures d’accompagnement suivantes, qui ne sont pas
limitatives, doivent être prises :
(1) Très large diffusion auprès de tous les participants à l’acte de construire
(2) Formation de tous les agents ayant en charge l’exécution des projets
(3) Mise en place d’une stratégie de contrôle et de surveillance efficace pour la certification de la
conformité de l’exécution des travaux par rapport aux instructions du guide, depuis la délivrance
du permis de construire jusqu’à celle du permis d’habiter.
(4) Inscription au programme des écoles.
(5) Penser à l’entretien périodique, avant chaque saison de pluie, des caniveaux, des regards
d’eaux pluviales, des descentes d’eau et des gouttières ainsi qu’à la révision de tous les
systèmes de fixations comme par exemple les toitures, les ouvertures, les plafonnages etc.…

Le coût de ces prestations est largement couvert par le montant des sinistres évités par cette
intervention.

(6) Responsabilisation des intervenants en cas de non respect des normes, à définir avec les
autorités :

D’une façon générale il est bien sûr recommandé de passer par un processus normal quant-au
bon déroulement d’une construction et dont le degré varie en fonction des moyens financiers
disponibles, ou chaque profession et/ou responsable doit jouer son rôle et être en mesure
d’assumer ses responsabilités, chacun en ce qui les concernent :
- Architecte ;
- Ingénieurs et Techniciens ;
- Bureau d’études ;
- Bureau chargé de la surveillance des travaux ;
- Entreprise ;
- Bureau de Contrôle (dans le cadre de garantie décennale et d’assurance tierce partie) ;
- Autorités compétentes chargées de délivrer les permis de construire.

En accord avec les catégories de personnels œuvrant au sein des Communes, une
recommandation parmi tant d’autres consisterait à désigner le Maire comme premier
responsable en matière d’Autorité capable de faire respecter ces normes ; il devra être assisté
directement par le Technicien de Mairie qui serait formé à ces normes, le Fokontany devra
assurer le relais entre la Commune et le Constructeur.
Ces données supposent que les demandes de permis de construire soient strictement appliquées.

2) Pour la vérification de la résistance et de la stabilité des ouvrages, les règles suivantes


restent toujours applicables en complément des règles para cycloniques :

 Travaux de reconnaissance des sols : Règles DTU 11.1 (Document Technique Unifié) ; Eurocode 7
 Travaux de fondations : Règles DTU 13.1- DTU 13.2
 Travaux de Béton Armé : Règles BAEL 91 Révisées 99 ; DTU P18-702; Eurocode 2
 Travaux de Charpentes Bois : Règles CB 71 ; DTU 31.1 ; TBM; Eurocode 5
Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 2 sur 22
 Travaux de Charpentes Métalliques : Règles CM 66+Additif 80 ; DTU 32.1- DTU 40.41; Eurocode 3
 Travaux de terrassement : Règles DTU 12
 Travaux de maçonnerie : Règles DTU 20.1; Eurocode 6
 Travaux d’étanchéité : Règles DTU 43
 Travaux de menuiseries en bois : Règles DTU 36.1 ; TBM
 Travaux de menuiseries métalliques : Règles DTU 37.2
 Travaux de couverture en bacs aciers : Règles DTU 40.41
 Travaux de couverture en tuiles : Règles DTU 40.22

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 3 sur 22


II. LES CHAPITRES

1. FONDATIONS Page 5

2. SUPERSTRUCTURE – CHARPENTE-COUVERTURE Page 10

3. MENUISERIES EXTERIEURES Page 19

4. ETANCHEITE Page 20

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 4 sur 22


CHAPITRE 1

FONDATIONS
11. MURS DE SOUTENEMENT :

111. Pathologie :

• Fissuration des murs


• Renversement, glissement du mur.

112. Règles 1
Les murs de soutènement devront faire l’objet d’un permis de construire.
1a- Les murs de soutènement doivent être étudiés par un ingénieur en Génie civil ou un
Bureau d’Etude qui fera appel aux compétences qu’il jugera nécessaires pour mener à bien
cette étude.
1b- Tenir compte de la poussée hydrostatique, ou prévoir une couche drainante ou des
barbacanes selon détails d’exécution fournis par le bureau d’études.

113 .Types de murs usuels :

1131. Murs poids


.couronnem ent pour m ur en pierre Drainage
b = 0,15m (béton)
= 0,30m (m açonnerie) terre dam ée
"ces dimensions sont données à titre indicatif"
m atériaux
b perm éables
(filtre)
pente
2% m ini

H 10 à 15cm c=H/10 à H/6

sem elle BA ou non


(voir BET)

1 à 2 fois c
drain
L*=0,20+0,3H avec pente > 1%
fig.19

1132. Mur en béton armé type Cantilever


e = 1 5 c m (m in i)

2 % m in i

H /8 à H /5 H

h = H /1 2

H /1 2

L *= 0 ,2 0 + 0 ,3 H fig .2 0

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 5 sur 22


114 Mise en œuvre

1141. Mur poids :


Dosage minimum en ciment (Dosage à fixer par le bureau d’études sur les plans
d’exécution)
o Murs non armé : 250kg/m3
o Semelle armée : 300kg/m3
o Béton cyclopéen : 250kg/m3

1° Classes des ciments :

CPA Portland artificiel pour béton fort, préfabriqué


CEM avec ajouts pour béton courant
CLK au laitier et clinker pour ouvrages enterrés, résiste aux eaux agressives
CPA prise mer pour ouvrages à la mer

2° Composition
Béton gravier sable ciment eau
Par exemple pour 1 m3 800 l + 400 l + 350 kg + 175 l
Rapport Eau/Ciment environ ½

3° Agrégats (propres)

Sable : inférieur à 5 mm
Graviers : D=dimension du plus gros granulat en mm

D en mm Classification des bétons

D =8 Béton très fin


10 ≤ D ≤ 16 Béton fin
20 ≤ D ≤ 25 Béton moyen
31,5 ≤ D ≤ 50 Béton gros
63 ≤ D Béton très gros

1142. Murs en moellons


Dimensions des moellons : < ½ largeur paroi. Eviter les murs en portefeuille en prévoyant des
boutisses.
fente

boutisses

fig.21

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 6 sur 22


1143. Mur en Béton Armé :
.Dosage en ciment : minimum 350kg/m3
.Armatures conformes aux plans BET
.Enrobage minimum : 3cm (5cm si voisinage marin immédiat)

12 MUR DE CLOTURE

Se traite comme les murs de soutènement en prenant comme poussée la pression du vent.

121 Pathologie

• Fissuration du mur
• Renversement
• Glissement d’ensemble

122 Règles 2

2a. Prévoir semelle en béton armé correctement dimensionné en fonction de la hauteur du


mur ;
2b. Prévoir des poteaux raidisseur (20x20cm2) tous les 3,00M ;
2c. Prévoir un chaînage haut.

Fig.22

13 FONDATIONS SUPERFICIELLES (bon sol accessible à faible profondeur)

131 Pathologie

• Tassement des fondations


• Fissurations
• Déchaussement

132 Règles 3

3a- Reconnaître le « bon sol »; si charges élevées, procéder à des reconnaissances


géotechniques et dimensionner les semelles en fonction des charges appliquées.

3b- Prévoir un encastrement suffisant ainsi qu’une pente générale autour du bâtiment pour
protéger les semelles de fondation contre un déchaussement éventuel.

Fig.23

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 7 sur 22


3c- En cas de dénivellation des fondations respecter la règle des 2/3

Fig.24

3d- Eviter de construire dans les zones de « grands glissements » (études géotechnique
indispensable)

Ligne de glissements
Fig.25

3e- Eviter de construire sur des remblais frais, (ou sur sol compressible) ou d’asseoir une
semelle en partie sur remblai et en partie sur déblai.
Non Oui

Fig.26

3f- Si soubassement en moellons, prévoir un chaînage continu en béton armé.

Fig.27

3g- Les fondations servent de lest vis-à-vis du soulèvement dû à l’effet du vent. Veiller au
bon ancrage de la superstructure dans ces fondations et s’assurer que leur poids est
suffisant pour s’opposer à cet effort de soulèvement.

3h- Dosage minimal en ciment : 300kg/m3.


(Dosage effectif à fixer par le bureau d’études tenant compte des sollicitations réelles de
l’ouvrage)

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 8 sur 22


14 FONDATIONS PROFONDES ou SEMI-PROFONDES

Le bon sol se trouve à une certaine profondeur surmonté par un sol de caractéristiques
médiocres :
La solution consiste à transmettre les charges "généralement lourdes" au niveau du sol résistant
par l’intermédiaire de puits, de « pieux » en béton armé ou de colonnes ballastées.

141 Pathologie
• Tassement des pieux fondés à des profondeurs insuffisantes
• Cassure des pieux (mauvaise exécution)

Fig.28

142 Règles 4

S’agissant de travaux relevant de technique très spéciale, il est recommandé de :

4a - procéder à des travaux de reconnaissance du sol très poussés ;


4b - faire appel à des Bureaux d’Etudes compétents ;
4c - faire appel à des Entreprises spécialisées.

Cette technique est réservée presque exclusivement aux ouvrages « lourds » (immeubles à étages
par exemple).

Dans certains cas particuliers cependant, les pieux Fig.29

peuvent être sollicités par des efforts de traction

sous l’effet du cyclone. Il y a lieu alors de s’assurer

du bon ancrage des armatures dans les ouvrages en

superstructure et de la résistance des pieux à l’arrachement.

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 9 sur 22


CHAPITRE 2

SUPERSTRUCTURE

• Les constructions les plus vulnérables sous l’effet du vent sont les constructions à
couverture légère qui, pour cette raison, sont l’objet d’impasse presque systématique à
tous les niveaux (conception, calculs, exécution).
• La suite du présent mémento est spécialement consacrée à ce type de construction.

LA CHARPENTE
21. TERMINOLOGIE

Fig.30

22. CHEMINEMENT DES EFFORTS

 Le vent applique ses pressions sur la couverture (tôle, tuiles, etc.) qui les transmet aux
organes de fixation (vis, tirefonds…) puis aux pannes ou poutrelles avant d’arracher-les
chaînages, les poutres et les charpentes qui à leur tour soulèvent les fondations, ultimes
ouvrages de stabilité.
F1
F1
F1
F1
F tirefonds ou vis / pannes F1
F1
F1
F1
F2 F1

F2

F2 F2 pannes/chaînages/arblétrier
Pression sur tôle

fig.31 F3 fondation

 La composante horizontale de la force sollicite le clos (murs de façade, menuiseries….) et


en transmet la résultante aux contreventements (murs de refend, portiques ou palées de
Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 10 sur 22
contreventement) qui compriment ou soulèvent les fondations, ultimes ouvrages de
stabilité.

Fig.32

LA COUVERTURE
Quel que soit le type de couverture adopté, il doit faire l’objet de dispositions spécifiques
fixées par le Bureau d’études selon les zones d’influence cycloniques.

21. COUVERTURE EN TUILES

Les tuiles simplement posées sur liteau ne résistent au soulèvement que par leur propre
poids qui est de l’ordre de 40kg/m2.
Vérifier que, le poids des tuiles est supérieur aux efforts de soulèvement calculés selon le
projet (implantation, configuration, zone d’influence cyclonique, etc…).

fig.33

211. Pathologie :

• Désorganisation générale de la toiture avec envol des tuiles.


• Dégâts des eaux importants dans les locaux.

22. COUVERTURE EN BETON OU EN BETON ARME

Le poids mort du plancher s’oppose efficacement aux efforts de soulèvement induits par le vent
quelle que soit la zone d’implantation du bâtiment.

Fig.34

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 11 sur 22


23. COUVERTURE EN BAC ACIER OU EN TOLE ONDULEE.

Ce type de couverture est le plus couramment utilisé à Madagascar en raison de son coût.
Cependant, son exécution nécessite la prise en compte de certaines précautions.

En effet, elle a en charge d’assurer le transfert aux divers organes de fixation et jusqu’aux
fondations, des pressions qu’elle reçoit du vent (dépression sur la face extérieure se conjuguant
avec une surpression à l’intérieur du logement). Cf. CHARPENTE § 2.2 Cheminements des efforts.

2.3.1Pathologie

• Grandes déformations, voire rupture des tôles ;

• Déchirure des tôles au droit des attaches ;

Fig.36

• Rupture des tirefonds ou ouverture des crochets

Fig.37

• Grandes déformations des pannes, voire rupture du bois ou du métal

Fig.38

• Arrachement des pannes

Fig.39
• Soulèvement ou cassure des chaînages, défaut d’attache aux poteaux ou aux raidisseurs ;
Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 12 sur 22
Fig.40

• Rupture des poteaux ou des raidisseurs ; malfaçons ou défauts de résistance ;

Fig.41

• Effondrement d’ensemble ; absence de contreventement ou défaut d’ancrage dans les


fondations ou insuffisance de « lest » pour s’opposer au soulèvement ;

24. Règles 5

5a. Intervention souhaitée d’un bureau d’études pour fixer selon le projet, son implantation,
et sa configuration :
o L’épaisseur des tôles tenant compte de leur résistance à la flexion et au
poinçonnement, d’une surépaisseur de corrosion ainsi que de l’espacement des
pannes ;
o L’utilisation éventuelle de barres dites « anticycloniques » en spécifiant le
programme d’entretien périodique pour la durabilité des barres.
5b. Equilibrer l’espacement des pannes avec l’espacement des vis de fixation ;
5c. Assurer une pénétration minimale de 40 mm pour les vis à bois.
5d. En cas d’utilisation de crochets, les pincer sur l’aile du profilé ou pointer le retour sur le
bois.
5e. Proscrire l’utilisation des pointes (clous) dont la résistance à l’arrachement est NULLE ;

Fig.42

5f. Utiliser du bois ayant une bonne résistance à la flexion (madrier posé sur chant) ;
OUI NON

fig.43
5g. Eviter les assemblages en travée sans dispositif de renfort correct ;
N on O ui

fe n te Fig.44

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 13 sur 22


5h. Traiter les défauts apparents (fentes, par exemple) ;
Fig.45

5i. Le bois utilisé doit être sain, sec avec un taux d’humidité voisin de 18% traité au produit
fongicide et insecticide ;

5j. Les lignes d’épure doivent être concourantes, ou tenir compte des efforts parasites
induits par les excentricités ;
Oui fig.46 Vérification nécessaire

Lignes d'épure

5k. Bien soigner les assemblages qui constituent les points faibles les plus sollicités : Les
assemblages boulonnés sont efficaces; leur section est à déterminer suivant
l’importance des efforts à transmettre (minimum boulon de 12) ;

Fig.47

5l. Respecter les pinces fixées par les règles CB 71 ;

PRINCIPAUX ASSEMBLAGES :

1. Assemblages à mi-bois.
Non O ui
Fig.48

B o u lo n

2. Assemblages par tenon et mortaise (à déconseiller).

Fig.49

3. Assemblages par trait de Jupiter


 Faible capacité de reprise d’effort de traction.
Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 14 sur 22
 Renfort par plaques métalliques nécessaire.

Fig.50

4. Assemblages sans entaille (Principe)

sym é triqu e d issym é triq ue (u n iq ue m e nt p ou r la zon e 3 )

e1

Fig.51

e2
e 1,e2 : d ista nce s m in im a le s à re sp ecte r
e1 ≥ 4d
e2 ≥ 3d
(d : diamètre des fixations)

5 .Assemblages par clous :

5m. Exclure utilisation de clous lisses ou torsadés ;


5n. Recourir à des clous annelés ou crantés ;

Fig.52

6. Assemblages par connecteurs métalliques :


Permettent d’assembler plusieurs pièces au même point
5o. Respecter les recommandations du fabriquant.

Fig.53

PALEES DE CONTREVENTEMENT METALLIQUES

• Le métal doit être propre, dépouillé de toute traces de rouille ou de graisse.


• Les lignes d’épure doivent être concourantes.

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 15 sur 22


1. Assemblages par soudure

Fig.54

2. Assemblages par boulons


• Respecter les pinces fixées par les règles CM 66 + additifs 80

Fig.55

3. Assemblages par rivets (Pour mémoire peu usités en bâtiment)


Pour l’assemblage panne/arbalétrier :

5p. Proscrire l’utilisation de clous ;


5q. Utiliser de préférence des cornières vissées, des clameaux ou des feuillards ;
5r. Sur chaînages en béton, réserver les attaches au coulage du béton ;
Non Oui Oui

Cornière L30x30 Feuillards


Fig.56

5s. Eviter les chaînages « flottant » en assurant leur solidarisation avec les poteaux et
raidisseurs ;

Fig.57

5t. Dimensionner leur section en fonction de leur portée ;


5u. Vérifier la résistance des poteaux et raidisseurs sous l’effet des forces horizontales
combinées avec les forces de soulèvement ;
5v. S’assurer de la continuité des armatures ;

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 16 sur 22


S c h é m a s d e p rin c ip e

Fig.58

5w. Assurer l’ancrage et la protection des poteaux dans les fondations selon indication des
plans d’exécution à la charge du bureau d’études ;

Par exemple : P otea u en bo is B o îtie r m é ta lliq ue

S ou du re
P la tin e en T P N

T ig e d'a ncrag e

M assif e n b éton fig.59

5x. Eviter d’utiliser pour les contreventements des parois trop minces < 15(cm) ou prévoir
des raidisseurs intermédiaires. Prévoir des chaînages ceinturant les murs ;

Fig.60

5y. Vérifier que le poids des fondations équilibre les efforts de soulèvement ;

Fig.61

5z. Dosage minimum du béton : 300 kg/m3 ;


Enrobage 5cm ou 2,5cm si utilisation d’acier galvanisé ;
Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 17 sur 22
Le béton doit être compact pour assurer la protection des aciers vis-à-vis de la
corrosion ;
Le coffrage doit être étanche pour éviter les nids de graviers ;
(cf. page 5)
Fig.62

25 LES PRODUITS NOUVEAUX

• Se conformer aux prescriptions des fabricants.


• Exiger une garantie sous forme de police d’assurance.

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 18 sur 22


CHAPITRE 3

LES MENUISERIES EXTERIEURES

Au même titre que les murs de façade, les menuiseries extérieures assurent la résistance et
l’étanchéité du clos.

31. Pathologie

La défaillance ou l’ouverture accidentelle d’une porte ou d’une fenêtre provoque une surpression
ou une dépression dans la pièce et augmente de façon sensible les forces appliquées sur la
couverture et sur les murs.

Fig.63

32. Règles 6

6a. Prévoir des barres ou des panneaux amovibles à placer dès l’annonce de l’arrivée du
Cyclone ; P orte o u fenêtre

B arre s am ovible

Fig.64

6b. Les menuiseries extérieures doivent :


• s’ouvrir à l’extérieur ;
• être posées sur feuillure ;
• comporter des « rejets d’eau » ;
• Comporter des serrures résistantes (crémones par exemple)

extérieur

fig.65
Feuillure

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 19 sur 22


CHAPITRE 4

ETANCHEITE

4A. ETANCHEITE DU COUVERT

4A1. TECHNIQUE TOITURE TERRASSE

4A11. Pathologie

Envol des feuilles d’étanchéité sous l’effet de la succion due au vent.

Fig.66

4A12. Règle 7
Les feuilles bitumées recommandées en zones tropicale et équatoriale doivent être posées sous
protection lourde (type dallette en béton) qui les protègent également des effets des rayonnements
ultra violets.

Fig.67

4A2. TECHNIQUE COUVERTURE

4A21. Couverture en bac acier.

4A211. Pathologie

• Fuites aux joints de recouvrement et au faîtage


• Fuites aux points de fixation

Fig.68

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 20 sur 22


4A212. Règles 8 :

8a. Eviter les pentes inférieures à 10° ;


8b. Pour les pentes comprises entre 10° et 15° prév oir des tôles d’une seule longueur
(sans recouvrement) ;

Fig.69

8c. Adapter les longueurs de recouvrement en fonction des pentes. A titre indicatif :
Pour pente entre 15° et 30°recouv rement > ou égal à 25cm ;
8d. Prévoir des compléments d’étanchéité type « compriband» aux joints et
aux faîtages ;

Fig.70

8e. Prévoir des cales d’onde aux points de fixation des tôles pour éviter la formation de
« cuvette ». Ces cales améliorent en même temps le comportement des tôles vis-à-vis
des effets de rafales ;

Fig.71

8f. Prévoir des « avant trou » percés du bas vers le haut pour la mise en place des vis ou
des tirefonds de fixation ;

Fig.72

8g. Poser les tôles dans le sens contraire des vents dominants.

Fig.73

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 21 sur 22


4B. ETANCHEITE DU CLOS

Le vent rabat la pluie sur les façades, presque à l’horizontal et occasionne des dégâts importants à
l’intérieur des pièces.

4B1. Pathologie

• Humidité sur les murs pouvant entraîner des courts-circuits électriques

Fig.74

• Entrées d’eau par les portes ou par les fenêtres.

Fig.75

44. Règles 9

9a. Prévoir des murs d’épaisseur supérieure


ou égale à 15cm, enduit 2 faces selon les
règles de l’art ;

9b. Aux étages supérieurs, où la force du vent est plus élevée,


prévoir une double cloison ; Fig.76

9c. Dans le cas d’utilisation de bacs acier débordant, prévoir des chéneaux en Béton Armé
ou des gouttières raccordés au réseau d’eaux pluviales (descentes et regards) ;

Fig.77

9d. Les menuiseries extérieures doivent s’ouvrir à l’extérieur, être posées en feuillure et
comporter des rejets d’eau.
- Coupe horizontal - - Coupe verticale -

menuiseries

Feuillure

fig.78

Fascicule pour Constructions Para cycloniques Page 22 sur 22