Vous êtes sur la page 1sur 20

FGC/USTHB

HYDRAULIQUE
SOUTERRAINE
CHARGE DE COURS/TDS
MME SEBBAGH MASTER 1 HU
2019/2020
S2/ M1/HU
Programme
 Rappel -Cycle de l’eau
 Introduction/Définitions/Origine des eaux souterraines
 Ecoulements souterrains (Ecoulements des Eaux dans les milieux
poreux)
- Charge hydraulique-Carte piézométrique
- Loi de DARCY
 Nappes et piézométrie (Transport, Traçage et pollution des nappes)
 Forage, puits et pompage ( Ecoulement des eaux souterraines vers
les ouvrages de captage ‘Essai de pompage’)
Programme
 Rappel -Cycle de l’eau
 Introduction/Définitions/Origine des eaux souterraines
 Ecoulements souterrains (Ecoulements des Eaux dans les milieux poreux)
- Charge hydraulique-Carte piézométrique
- Loi de DARCY
 Nappes et piézométrie (Transport, Traçage et pollution des nappes)
 Forage, puits et pompage ( Ecoulement des eaux souterraines vers les
ouvrages de captage ‘Essai de pompage’)
Rappel –CYCLE DE L’EAU
 Réservoirs d’eau à la surface
du globe

Réservoirs d’eau à la surface du globe


Océans 97.3%
Calottes polaires et glaciers 2.14%
Eaux souterraines, 0.61%
Eaux de surface, 0.009%
Lacs salés et mers intérieures,
0.008% Océans Calottes polaires et glaciers
Eaux souterraines Eaux de surface
Humidité du sol, 0.0005% Lacs salés et mers intérieures Humidité du sol

Atmosphère, 0.001% Atmosphère


Rappel –CYCLE DE L’EAU

L’eau circule sur terre sous


différentes formes : nuages,
pluie, rivières et océans.
Elle va passer de la mer à
l’atmosphère, de
l’atmosphère à la terre puis
de la terre à la mer, en
suivant un cycle qui se
répète indéfiniment.
Programme
 Rappel -Cycle de l’eau
 Introduction/Définitions/Origine des eaux souterraines
 Ecoulements souterrains (Ecoulements des Eaux dans les milieux poreux)
- Hydrodynamique
- Loi de DARCY
 Nappes et piézométrie (Transport, Traçage et pollution des nappes)
 Forage, puits et pompage ( Ecoulement des eaux souterraines vers les
ouvrages de captage ‘Essai de pompage’)
INTRODUCTION A L’HYDRAULIUE SOUTERRAINE

 Hydraulique  Souterraine
Etude des écoulements de fluides Terme qui désigne dans le contexte
incompressibles newtoniens tels que actuel le sol sous ses différentes formes
l’eau, mais du point de vue de pourvu qu’il présente, à travers les
l’ingénieur. particules le constituant, une
accessibilité au fluide en mouvement.
DÉFINITIONS

 EAUX SOUTERRAINES
Les Eaux Souterraines désignent principalement toute eaux présente dans le sous sol ou qui
remplie les pores (Interstices) et les fissures.
L’ensemble constitue les nappes d’eau souterraines, il faut préciser que cette eau peu
s’écouler sous l’unique effet de la gravité P = mg, dans ce cas la, on l’appelle « Eau libre ou
eau gravifique »
C’est cette catégorie d’eau qui fait l’objet de l’hydraulique souterraine

 NAPPE D’EAU SOUTERRAINE


La nappe d’eau souterraine est une eau contenue dans les Interstices (pores) ou les fissures
d’une roche du sous sol qu’on nomme Aquifère. Seule l’eau libre, c’est-à-dire capable de
circuler dans la roche fait partie de la nappe.
Ce type de réservoir peut être exploité et peut approvisionner les réseaux de distribution
d’eau potable.
DÉFINITIONS
 AQUIFERE (Structure Hydrogéologique)
Formation géologique poreuse et perméable comportant une
zone saturée en eau et permettant l’écoulement significatif
d’une nappe souterraine et le captage de quantités d’eau
appréciables. Un aquifère peut comporter une zone non
saturé
 AQUITARD
formation géologique trop imperméable pour être exploitée,
mais dont les écoulements à long terme ne sont pas
négligeables
 AQUICLUDE
Formation géologique imperméable
 NIVEAU PIÉZOMÈTRIQUE:
Défini en chaque point par le niveau le plus haut (niveau
piézométrique) atteint par l'eau d'une nappe montant dans un
conduit de forage atteignant cette nappe. En coupe cette
surface décrit des lignes de niveaux piézomètriques identiques
ou isopièzes (même altitudes)
ORIGINES DES EAUX SOUTERRAINES

 EAUX MÉTÉORIQUES
La plupart des eaux souterraines ont une origine
météorique, c’est-à-dire proviennent des précipitations
(pluies, neige) et de l’infiltration dans le sous-sol, dans les
aquifères de grande taille, l’infiltration se fait grâce à des
fissures et des pores.
 EAUX FOSSILES
Les eaux que l’on trouve en profondeur dans la croute
terrestre (à partir de 1 à 2 km) sont dérivées de réservoirs
d’eau météoriques qui ont réagi avec les roches
environnantes. Souvent ces eaux ont une température et
une salinité élevées. Ces eaux peuvent contribuer à
l’hydrologie de formations géologiques qui se sont
enfouies très récemment ou bien rester piégées dans des
roches dont la perméabilité est très faible et dont toute
l’eau n’a pas été expulsée. Souvent cette eau est
présente depuis la formation de la roche.
ORIGINES DES EAUX SOUTERRAINES

 EAUX DE CONDENSATION
Se trouve dans les régions arides à semi rides (Régions
Chaudes) ou la différence de température entre l’air et
le sous sol est très importante.

 EAUX JUVENILLES
Ces eaux sont libérées directement par des processus
magmatiques en profondeur. Elles sont difficilement
distinguables des eaux situées en profondeur. Leurs
contribution est faible, elle remonte par les fissures dans
le sous sol.
 EAUX MIXTES
Elles proviennent de partout et peuvent avoir plusieurs
origines
#Atelier1
Programme
 Rappel -Cycle de l’eau
 Introduction/Définitions/Origine des eaux souterraines
 Ecoulements souterrains (Ecoulements des Eaux dans les milieux
poreux)
- Charge hydraulique-Carte piézométrique
- Loi de DARCY
 Nappes et piézométrie (Transport, Traçage et pollution des nappes)
 Forage, puits et pompage ( Ecoulement des eaux souterraines vers
les ouvrages de captage ‘Essai de pompage’)
Ecoulements souterrains (Ecoulements des Eaux dans
les milieux poreux)

 Comment l’eau est stockée dans les formations


géologiques?

 Comment y circule t elle?


Notion de Porosité et de Perméabilité
Notion de Porosité et de Perméabilité
Si on creuse par exemple 10 m de profondeur dans le sous sol, on retrouve:
1/Le sol (1à 2m de profondeur);
2/Une formation aquifère (graviers et calcaires ‘alluvions’)
3/Une formation argileuse et imperméables que l’hydrogéologue nomme le substratum imperméable
L’eau de pluie infiltrée depuis la surface est altérée par le substratum imperméable et s’accumule dans
la partie inférieure de l’aquifère jusqu’à un niveau d’équilibre, dans cette partie de l’aquifère, la totalité
des interstices (vides) entre les graviers est saturée en eau et définie alors une zone dite ‘saturée’ de
l’aquifère, c’est la nappe d’eau souterraine

- Dans La zone non saturée de l’aquifère, les interstices (vide) ne sont pas saturée
- À l’intérieur de cette zone non saturée, on distingue la frange capillaire qui correspond aux remontées
d’eau par capillarité depuis la zone saturée,
- Et au dessous, il existe la zone d’évapotranspiration qui correspond au sol et à la zone de pénétration
racinaire, et l’eau se trouvant dans cette partie peut à tout moment retourner à l’atmosphère par
évapotranspiration,
- L’espace entre ces deux zones est appelé ‘Zone de transition’
Si on mesure la teneur en eau de chaque profondeur, on obtient le diagramme suivant: La teneur en
eau est maximal dans la zone saturée
Notion de Porosité et de Perméabilité
On s’ intéressera dans la suite de ce cours plus particulièrement à la zone
saturée de l’aquifère:

 Comment étudie t-on cette eau souterraine?


 Comment la caractérise t-on ?
 Comment et pourquoi y trouve t-on de l’eau ?
Deux notions incontournables pour caractériser une eau souterraine:

Porosité Perméabilité
La porosité d’une formation La perméabilité caractérise
géologique mesure la elle la capacité de la
capacité de cette formation formation géologique à se
à stocker l’eau laisser traverser par un fluide

Ces deux notions sont le pivot de toute étude hydrogéologique


Notion de Porosité et de Perméabilité
Notion de Porosité et de Perméabilité
Etat physique de l’eau liquide
Dans un milieu poreux, l’eau ne s'écoule pas toujours sous l’effet de la gravité, en effet
lorsqu’on mouille un grain de sable avec de l’eau, une fine pellicule d’eau se forme à
sa surface
En effet, la force de tension inter-faciale entre la surface du grain de sable et l’eau
demande aux molécules d’eau de s’adsorber à la surface du grain de façon à former
une très fine pellicule d’eau (généralement de taille 1𝜇𝑚 au max), cette pellicule
d’eau par conséquent ne s’ écoule pas.

Si on regarde de plus prés au niveau de cette interface( Solide-liquide), on


remarque que le forces d’adsorption décroissent très rapidement lorsqu’on
s’éloignent de la surface du grain.
A une distance d’environ 0,5 𝝁 environ, les forces d’attraction deviennent
inférieurs aux forces de pesanteur, séparant ainsi la couche d’eau liée au solide,
de l’eau libre qui s'écoule sous l’effet de la gravité.

À l’ intérieur de cette couche d’eau liée, on va distinguer une très fine couche extrêmement fine (0,1 𝜇 )
qui est appelée eau ‘Eau adsorbée’.
L’eau liée est aussi appelée ‘eau de rétention’

L’hydrogéologue lui par contre s’ intéresse à l’eau libre, celle qui circule dans les pores d’une formation
géologique sous l’effet de la pesanteur