Vous êtes sur la page 1sur 26

Hydraulique urbaine

Calcul des réseaux en charge


Variation mensuelle de l’eau
distribuée
Cycle hebdomadaire de l’eau
distribuée
Cycle journalier moyen de
distribution de l’eau
Notion de coefficient de
pointe

Le coefficient de
QP
pointe, p, est le
rapport du débit p
maximum au débit Qmoyen
moyen
Besoins d ’un logement
 DTU 60.11
règle de calcul DTU P 40-202
octobre 1988
règles de calcul des installations de plomberie
sanitaire et des installations d'évacuation des
eaux pluviales
Ce document définit les règles de calcul de
dimensionnement des tuyauteries d'alimentation
d'eau froide et d'eau chaude et des
canalisations d'évacuation des eaux usées et des
eaux pluviales.
Besoins d ’un groupe de
logements
 DTU 60.11
 Formule de Tribut

0,345
Q  0,018n  0,137 n 
Avec n
Q, débit maximum probable
n, nombre de foyers concernés
Grand nombre de logements
 Consommation journalière par habitant :
200-250 litres/jour/habitant
 Coefficient de pointe p :
1,5 (100 000 hab. et +) < p
p < 3 (1 000 hab. et -)
Consommation industrielle
Type de zone Moyenne
m3/jour /ha loti
Entrepôts, haute
technologie 10 à 12
Emplois, petites
industries, ateliers 20 à 25
Industries moyennes 50 à 150

Coefficient de pointe de 2 à 3
Prise en compte d ’un débit en
route
Q Débit fictif Qf
Qa Qb
équivalent à une
A B répartition
linéaire du débit
Qa = Qb + Q
prélevé.
Calcul de la perte
Qf = Qb + 0,55.Q de charge JAB
avec le débit Qf
Besoins d ’un tronçon
 Sur la base des débits déterminés par
les besoins du tronçon, on choisit les
diamètres de la conduite et on vérifie,
après calcul des pertes de charge, que
les pressions sont suffisantes
 On vérifie que les conditions incendie
sont bien respectées
Tronçon
 Diamètre constant

 Extrémités
 Points hauts et points bas (vérification des
pressions
 Nœuds
 Branchements importants
 Changements de diamètres
Réglementation
 Besoins : débit moyen, débit de pointe
 Pression : hauteur piézométrique minimum 10
mcE aux points les plus défavorisés, maximum
70 mcE
Ex : immeuble de n étages, hauteur piézométrique au sol P = 10 +
4.n
 Prises d’incendie :
 Débit : 17 l/s
 Hauteur piézométrique minimum : 10 mcE
 Diamètre d’alimentation : 100 mm
 Rayon d’action : 100 à 150 m
Vitesse et diamètre
 Diamètre minimum : 80 mm ; 100 mm si
prise incendie
 Vitesse limitée (bruit et coup de bélier)
 Sur les réseaux de distribution la vitesse
maximum dépend du diamètre de conduite
retenu D par Vmax = 0,8 + 2.D ,
D en m
Vmax en m/s
 Sur les réseaux d’adduction il est possible
d’aller jusqu’à 2 – 2,7 m/s
D V Q
mm m/s l/s Débits maximums
80 0,96 4,83
100 1 7,85
Il est possible de
125 1,05 12,89
calculer la vitesse
150 1,1 19,44 maximum et le débit
175 1,15 27,66 maximum pour chaque
200 1,2 37,70 diamètre commercial
250 1,3 63,81
300 1,4 98,96
350 1,5 144,32
400 1,6 201,06
450 1,7 270,37
500 1,8 353,43
Ligne piézométrique
Plan de charge relatif Le tracé de la
ligne
P/v piézométrique
et du profil en
Conduite long de la
conduite
Q permet,
graphiquement,
de connaître la
pression
Ligne piézométrique
Si la perte
de charge
devient
trop
P/v importante,
la conduite
Zone en dépression
Q peut être
en
dépression
Règles générale de l’écoulement en charge dans les réseaux
Voie de circulation
Réseaux ramifiés
Bâtiment 1 Souvent utilisé
pour la desserte
des branchements
particuliers
Réseau ramifié

Voie d’accès
Bâtiment 3
Réseau principal

Bâtiment 2
Réseaux maillés
 Suit le tracé
des voies de
circulation
 Permet de
maintenir un
haut niveau de
sécurité dans
la distribution
 Se rencontre
sur le réseau
principal
Pose des conduites
(accessoires)
Règles générales
• Dans une section quelconque, y compris celle d’un nœud, la valeur de la
charge est unique et elle ne se partage pas
• Dans un nœud, la somme des débits entrants est physiquement égale à celle
des débits sortants. Toutefois, dans les calculs où l’on tient compte de la
simultanéité, la somme des débits entrants pourra être choisie fictivement
inférieure à la somme des débits sortants.
• Le débit qui s’établit dans une conduite utilise obligatoirement toute la
charge disponible. Ce n’est pas la charge qui est déterminée par les débits
fixés a priori.
• Pour modifier un débit il faut agir sur les pertes de charge, par exemple
avec une vanne.
• Les pertes de charge singulières sont généralement négligeables. Certains
projeteurs les prennent en compte en majorant les pertes de charge linéaire
de 5 à 10 %.
•Le terme V²/2g est négligeable vis-à-vis de la hauteur piézométrique P/v.
Ligne de charge et ligne piézométrique sont confondues.
Calcul des réseaux maillés
Méthode de Cross
Les réseaux de distribution urbains sont constitués de contours
fermés de conduites, les mailles, qui distribuent en différents points
de raccordement (réseaux ramifiés par exemple) les débits
principaux. Les points de distribution ainsi que les points de concours
de plusieurs conduites sont appelés nœuds.

Nœud
Le schéma de réseau ci-dessus présente 3 mailles

Nœud
Et 8 nœuds
Lois de Kirchoff
Loi des nœuds
La somme des débits arrivant à un nœud est égale à la somme des
débits qui en partent
QA = QAB+QAD ; QAB = QB+QBC ; QBC+QDC = QC ; QAD = QD+QDC

Loi des mailles


Convention : on choisit un sens positif conventionnel pour décompter
les pertes de charge. Si le débit tourne dans ce sens, le perte de
charge et le débit sont positifs, sinon ils sont négatifs.
JAB > 0 ; JBC > 0 ; JCD < 0 ; JAD < 0
La somme algébrique des pertes de charge dans les conduites d’une
maille est nulle.
JAB + JBC + JCD + JDA = 0
B
+
Sens conventionnel
C
A
D
Méthode de Cross
Connaissant les débits qu’il faut distribuer aux différents nœuds et
le(s) débit(s) d’alimentation du réseau
1- On effectue une répartition a priori des débits dans chacune des
conduites du réseau, en respectant la loi des nœuds.
2- On choisit les diamètres de conduites correspondant à cette
répartion.
3- Maille par maille, on calcule, à partir de débits fixés
précédemment, la valeur algébrique des pertes de charge dans
chaque conduite de la maille.
4- On calcule dans chaque maille la somme algébrique des pertes de
charge.
5- Si pour chaque maille cette somme est voisine de zéro, la
répartition calculée est solution, sinon on corrige les débits
initiaux, en respectant toujours la loi des nœuds et on
recommence les calculs au point 2.
Correction des débits
La correction à apporter aux débits retenu dans la maille n°i
se calcule par

J
maillei
ΔQi  
J
2 
maillei
Q
Pour chaque conduite de la maille i on calcule, à partir du
débit initial Q, le débit corrigé Qc par
Qc = Q +  Qi
Pour une conduite appartenant à la maille i et à une maille
adjacente j le débit corrigé est :
Qc = Q +  Qi -  Qj
Résultat
 On recommence les calculs jusqu ’à l ’obtention d ’une valeur
satisfaisante des différentes sommes de pertes de charge

 La solution obtenue donne les débits dans chaque tronçon de


canalisation et les pertes de charge qui permettront de vérifier
si les contraintes de pression aux nœuds sont respectées

 Si les contraintes de pression ne sont pas respectées, il faut


augmenter certains des diamètres de conduites retenus
initialement et recommencer l ’ensemble du calcul

Centres d'intérêt liés