Vous êtes sur la page 1sur 7

Université : Mohammed khider de Biskra

faculté : science et de la technologie


3éme licence génie électrique-électrotechnique
Module : commande des machines électriques

TP03 :
Entrainement d’un moteur à CC avec un
Hacheur

Rédigé par : rekibi houssem

Groupe :03
Nom de prof : M. kiyyour Brahi

2019/2020
I. But de TP
1. L’étude de comportement de l’ensemble hacheur-moteur.
2. L’étude de variation de la vitesse de la machine à CC.
3. Examiner le fonctionnement de l’ensemble hacheur-moteur dans le régime de
conduction continue et discontinue.
II. Matériels utilisés :
1. Alimentation continue 220 V.
2. Alimentation stabilisé ∓15 V/3A.
3. Potentiomètre de consigne.
4. Unité de contrôle PWM.
5. Mosfet.
6. Diode.
7. M.c.c à excitation séparée.
8. Rhéostat (supporte 0.6A au minimum).
9. 3 ampoules 40W chacune (charge de la génératrice).
10. Dynamo tachymétrique (1V / 1000(tr/min)).
11. Wattmètre.
12. Voltmètre.
13. Ampèremètre.
III. Manipulation :
 Construire le circuit de la figure02 suivante :

 Exciter la machine par Uex= 220V à travers un Rhéostat de champ (courant


d’excitation Iex=0.3 A)
 Alimenter le circuit par une tension de 220V continue et variable.
Remarque : pour éviter l’emballement de la machine à courant continue, il faut
toujours alimenter l’inducteur avant l’induit et couper l’inducteur en dernier.

La partie théorique :

On faire un petit rappel sur les hacheurs séries :


1. INTRODUCTION :

Un hacheur permet d’obtenir une tension unidirectionnelle de valeur moyenne réglable à


partir d’une source de tension continue. C’est un convertisseur continue –continue
(tension ve continue –courant is continu) dont le symbole est :

Un hacheur peut être réalisé à l’aide d’interrupteurs électroniques commandables à la


fermeture tels que les thyristors GTO ou les transistors bipolaires ou à effet de champ à
grille isolée.

 Transistors MOSFET:

Ils sont plus fragiles que les transistors bipolaires, mais leur commande ne nécessite
qu’une faible énergie, car la grille étant isolée, l’intensité du courant de commande est
quasiment nulle.

Si vGS = 0 iD = 0, le transistor est bloqué, il se comporte comme un interrupteur ouvert


vu des D et S.

Si vGS ≥ vGSST iD > 0et vDS = 0, le transistor est saturé et se comporte comme un
interrupteur fermé vu des points D et S et le circuit de grille ne consomme pas de
puissance.

Partie 1 : fonctionnement à vide.

1. Variation du rapport cyclique


1.1. Remplir le tableau suivant pour ƒc=500 Hz (remarque dans ce TP en utilise
Vs=180.00V)

Tableau n°01 :

Rapport Umoy Ueff Imoy Ieff UGT Ug N(tr/mn) Pa(W)


cycliqu
e
0.1
0.3 83 110 .017 0.25 0.86 80 860 16
0.5 115 135 0.185 0.25 1.21 100 1210 23
0.7 135 150 0.19 0.24 1.431 122 1431 27.5
0.9 150 150 0.2 0.24 1.610 / 1610 32
Les allures de la tension u(t) et le courant i(t) pour les valeurs 0.3,0.5, 0.7 et 0.9

2. Variation de la fréquence de découpage :


2.2. On prend α=0.5 Remplir le tableau suivant
Tableau n°02 :

Ƒc(Hz) Umoy Ueff Imoy Ieff UGT Ug N(tr/mn) Pa(W)


100 160 161 0.2 0.3 1.688 160 1688 34
500 110 130 0.18 0.25 1.165 100 1165 22
2000 85 120 0.17 0.20 0.880 81 880 13
Recopier les allures de la tension u(t) et le courant i(t)pour les valeurs 100, 500, 2000.

2.2. Refaire le même travail pour α=0.9

Ƒc(Hz) Umoy Ueff Imoy Ieff UGT Ug N(tr/mn) Pa(W)


100 153 154 0.20 0.25 1.760 / 1760 36
500 160 165 0.20 0.23 1.662 / 1662 34
2000 150 160 0.19 0.24 1.600 / 1600 31
Partie 02 : fonctionnement en charge (ƒc=500Hz).

Charger la génératrice par les ampoules 01,02 et 03

Pour α =0.5
Conclusion :
Les résultats obtenus sont conforme à la théorie, Bien que
l’association MCC crée des régimes oscillatoires.
Bien penser à prendre un câble blindé pour la liaison entre le
μO et le boitier de commande, sinon risque de perturbation
électromagnétique.
Les frottements et le volant d’inertie on était suffisant forts
pour arrêter le moteur lors de l’essai ou nous avons coupé
l’alimentation de l’inducteur.