Vous êtes sur la page 1sur 103

N° d'ordre: 05/TRC Année universitaire: 2004 / 2005

UNIVERSITE D'ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT TELECOMMUNICATION

MEMOIRE DE FIN D'ETUDES

en vue de l'obtention

du DIPLOME d' INGENIEUR en TELECOMMUNICATION

Spécialité: Transmission – Réseau – Commutation

par: RASOLOMONA Jean Hervé

CONTRIBUTION À L'OPTIMISATION DU DEPLOIEMENT DE


L'ADSL À ANTANANARIVO

Soutenu le 01 Mars 2006 devant la Commission d' Examen composée de:

Président:
M. RATSIMBAZAFY Andriamanga

Examinateurs:
M. RAZAKARIVONY Jules
M. BOTO ANDRIANANDRASANA Jean Espérant
M. RAKOTOARIMANANA Georges

Directeur de mémoire:
M. ANDRIAMPARANONY Delphin Noël
N° d'ordre: 05/TRC Année universitaire: 2004 / 2005

UNIVERSITE D'ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT TELECOMMUNICATION

MEMOIRE DE FIN D'ETUDES

en vue de l'obtention

du DIPLOME d' INGENIEUR en TELECOMMUNICATION

Spécialité: Transmission – Réseau – Commutation

par: RASOLOMONA Jean Hervé

CONTRIBUTION A L'OPTIMISATION DU DEPLOIEMENT DE


L'ADSL À ANTANANARIVO

Soutenu le 01 Mars 2006 devant la Commission d' Examen composée de:

Président:
M. RATSIMBAZAFY Andriamanga

Examinateurs:
M. RAZAKARIVONY Jules
M. BOTO ANDRIANANDRASANA Jean Espérant
M. RAKOTOARIMANANA Georges

Directeur de mémoire:
M. ANDRIAMPARANONY Delphin Noël
REMERCIEMENTS

Tout d'abord, je remercie le Puissant Éternel, notre Créateur, pour sa bonté et sa grâce et pour tout
ce qu'il m'a accordé durant mes années d'études et à la réalisation de ce mémoire.

Ensuite, j'adresse mes vifs remerciements à Monsieur RANDRIANOELINA Benjamin,


Professeur, Directeur de l'École Supérieure Polytechnique d'Antananarivo. Les efforts qu'il a
déployés pour le bon fonctionnement de notre école ont joué des rôles importants durant les cinq
années de mon existence dans cette École.

Mes remerciements s'adressent également à Monsieur RANDRIAMITANTSOA Paul Auguste,


Professeur, Chef du Département Télécommunications, pour toutes les organisations qu'il a
menées au sein dudit Département dans le but de mener à bien nos études.

Je remercie également Monsieur ROUILLEAUT Michel, Directeur des Opérations au sein de la


société Telecom Malagasy, qui a eu l'obligeance de nous permettre d'effectuer notre stage de
mémoire de fin d'étude dans son établissement.

Je tiens aussi à exprimer ma profonde gratitude à Monsieur ANDRIAMPARANONY Delphin


Noël, Directeur Adjoint chargé de la Maintenance des Systèmes de Réseaux d'Accès au sein de la
société Telecom Malagasy. Malgré les lourdes tâches qu'impose sa fonction, il a bien accepté la
responsabilité d'être le Directeur de ce mémoire. Ses conseils m'ont été très importants.

Je tiens en outre, à témoigner ma reconnaissance envers les personnalités suivantes, membres du


Jury de ce mémoire, ayant accepté d'apprécier ce travail: le Président du Jury, Monsieur
RATSIMBAZAFY Andriamanga, Maître de Conférence, Enseignant Chercheur au sein du
Département Télécommunication, et les Examinateurs :

- Monsieur RAZAKARIVONY Jules, Maître de Conférence, Enseignant Chercheur au sein


du Département Télécommunication;
- Monsieur BOTO ANDRIANANDRASANA Jean Espérant, Assistant, Enseignant
Chercheur au sein du Département Télécommunication;
- Monsieur RAKOTOARIMANANA Georges, Directeur délégué aux Opérations de
Développement au sein de la société TELECOM MALAGASY.

Et finalement, j'adresse mes remerciements à tous ceux qui m'ont aidé à la réalisation de ce
mémoire, et plus particulièrement à mes Parents qui ont déployé tous leurs efforts, pour leur
soutien matériel et moral durant ces cinq années passées. Et pour terminer, merci à mes
coétudiants qui ont traversé avec moi jusqu'ici l'espace de cinq années d'études à Vontovorona.
AVANT PROPOS

Avoir un accès à haut débit, tel est de nos jours le souhait des usagers de la télécommunication, les
entreprises tout comme les particuliers. Les solutions ne sont pas moins nombreuses et les
nouvelles technologies se succèdent très vite car la télécommunication est un domaine qui évolue
beaucoup.

L'implantation de l'ADSL à Madagascar est une suite à la volonté de la politique nationale à suivre
l'évolution mondiale en matière de télécommunications. Cette technologie est actuellement en
pleine phase de déploiement. C'est pourquoi nous avons effectué ces travaux de recherche relatifs
à cette technologie moderne. Ceux-ci ont pu être réalisés grâce au partenariat entre l'École
Supérieure Polytechnique d'Antananarivo et la Société Telecom Malagasy. Cette recherche n'est
que le début d'un processus d'implantation qui demande beaucoup de temps ultérieurement.
J'appelle la volonté de tous ceux qui peuvent s'y inspirer.
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 1

Chapitre 1: PRINCIPE ET TECHNOLOGIE ADSL.............................................................................. 3

1.1.Les technologies xDSL..........................................................................................................................................3


1.1.1.Généralités.......................................................................................................................................................3
1.1.2.Les différents types de technologies xDSL....................................................................................................3
1.1.2.1.La technologie HDSL ..............................................................................................................................................3
1.1.2.2.La technologie SDSL ...............................................................................................................................................4
1.1.2.3.La technologie ADSL ..............................................................................................................................................4
1.1.2.4.La technologie RADSL............................................................................................................................................4
1.1.2.5.La technologie VDSL ..............................................................................................................................................4
1.2.L'ADSL..................................................................................................................................................................4
1.2.1.Généralités.......................................................................................................................................................4
1.2.2.Techniques de modulation .............................................................................................................................6
1.2.2.1.CAP ..........................................................................................................................................................................6
1.2.2.2.DMT .........................................................................................................................................................................7
1.2.3.Techniques de multiplexage ...........................................................................................................................8
1.2.3.1.Annulation d'écho ...................................................................................................................................................8
1.2.3.2.FDM.........................................................................................................................................................................9
1.2.4.Répartition des fréquences.............................................................................................................................9
1.2.4.1.Répartition des fréquences sur le POTS ...............................................................................................................10
1.2.4.2.Répartition des fréquences sur une ligne RNIS....................................................................................................11
1.2.5.Format de données utilisé par l'ADSL ........................................................................................................12
1.2.6.Architecture d'une liaison ADSL.................................................................................................................14
1.2.6.1.Architecture générale ............................................................................................................................................14
1.2.6.2.Connexion à l'Internet par une liaison ADSL......................................................................................................14
1.2.7. Equipements mis en œuvre pour une liaison ADSL..................................................................................15
1.2.7.1.Modem ADSL ........................................................................................................................................................16
1.2.7.2.Splitter....................................................................................................................................................................18
1.2.7.3.DSLAM ..................................................................................................................................................................19
1.2.7.4.Microfiltre ..............................................................................................................................................................19
1.2.7.5.Routeurs.................................................................................................................................................................19
1.2.7.6.BAS ........................................................................................................................................................................20
1.3.Les différentes versions de l'ADSL.....................................................................................................................20
1.3.1.ADSL Full Rate.............................................................................................................................................20
1.3.2.G. Lite ............................................................................................................................................................20
1.3.3.L’ADSL2+ .....................................................................................................................................................21
1.3.4.Le READSL...................................................................................................................................................21
1.4.Le dégroupage de la boucle locale......................................................................................................................22

i
1.4.1.Le dégroupage partiel...................................................................................................................................22
1.4.2.Le dégroupage total ......................................................................................................................................22

Chapitre 2: STRUCTURE DU RESEAU TELEPHONIQUE COMMUTE......................................... 23

2.1.Généralités...........................................................................................................................................................23
2.2.Organisation du RTC ..........................................................................................................................................24
2.2.1. La commutation ...........................................................................................................................................24
2.2.1.1.Les différents types de commutateurs ...................................................................................................................26
2.2.1.2.Le découpage du territoire.....................................................................................................................................27
2.2.1.3.Cas du système E10 ...............................................................................................................................................27
2.2.2.La transmission .............................................................................................................................................29
2.2.3.La distribution...............................................................................................................................................29
2.2.3.1.Principes généraux du raccordement des abonnés...............................................................................................29
2.2.3.2.Autres possibilités de structure de raccordement des abonnés .............................................................................31
2.2.4.Les équipements mis en œuvre dans la distribution ..................................................................................32
2.2.4.1.Le répartiteur d'entrée ...........................................................................................................................................32
2.2.4.2.Les sous répartiteurs..............................................................................................................................................33
2.2.4.3.Les points de concentration ...................................................................................................................................34
2.2.4.4.Les câbles ...............................................................................................................................................................35
2.2.4.5.Les concentrateurs.................................................................................................................................................37

Chapitre 3: LIGNE DE TRANSMISSION ............................................................................................... 38

3.1.Généralités...........................................................................................................................................................38
3.1.1.Support de transmission...............................................................................................................................38
3.1.2.Ligne électrique.............................................................................................................................................39
3.1.3.Affaiblissement..............................................................................................................................................40
3.2.Modélisation d'une ligne de transmission ..........................................................................................................40
3.2.1.Paramètres physiques de la ligne.................................................................................................................41
3.2.1.1.Résistance linéique ................................................................................................................................................42
3.2.1.2.Capacité linéique ...................................................................................................................................................44
3.2.1.3.Conductance linéique ............................................................................................................................................45
3.2.1.4.Inductance linéique ...............................................................................................................................................46
3.2.2.Paramètres électriques de la ligne ...............................................................................................................46
3.2.2.1.Constante de propagation......................................................................................................................................47
3.2.2.2.Affaiblissement linéique ........................................................................................................................................48
3.2.2.3.Déphasage linéique................................................................................................................................................49
3.2.2.4.Vitesse de phase et vitesse de groupe.....................................................................................................................49
3.2.2.5.Impédance caractéristique.....................................................................................................................................51
3.2.3.Propagation du signal dans une ligne de transmission ..............................................................................51
3.2.3.1.Coefficient de réflexion .........................................................................................................................................52
3.2.3.2.Adaptation d'impédance d'une ligne.....................................................................................................................53

ii
3.2.4.Approximations adoptées pour une ligne selon la fréquence ....................................................................54
3.2.4.1.Approximations dans les basses fréquences.........................................................................................................54
3.2.4.2.Approximations dans les hautes fréquences ........................................................................................................56
3.3.Les défauts d'une ligne .......................................................................................................................................56
3.3.1.Affaiblissement..............................................................................................................................................57
3.3.2.Réflexion d'onde............................................................................................................................................57
3.3.3.Dispersion du signal......................................................................................................................................57
3.3.4.Diaphonie.......................................................................................................................................................57
3.3.4.1.Diaphonie par couplage magnétique ....................................................................................................................58
3.3.4.2.Diaphonie par couplage capacitif..........................................................................................................................58
3.3.4.3.Effets de la diaphonie ............................................................................................................................................58
3.3.4.4.Solutions contre la diaphonie................................................................................................................................59
3.4.Cas de la ligne téléphonique ...............................................................................................................................60

CHAPITRE 4: L'ADSL à ANTANANARIVO ......................................................................................... 61

4.1.Le réseau téléphonique à Antananarivo.............................................................................................................61


4.1.1.Le central d'Analakely .................................................................................................................................62
4.1.2.Le central d’Ivandry.....................................................................................................................................62
4.2.Situation actuelle de l'ADSL à Antananarivo ....................................................................................................63
4.2.1.La politique de dégroupage..........................................................................................................................63
4.2.2.Les répartiteurs équipés de DSLAM...........................................................................................................63
4.2.3.L'architecture mise en place ........................................................................................................................64
4.2.4.Les fournisseurs d'accès Internet proposant l'offre ADSL .......................................................................65
4.2.5.Les liaisons ADSL en service........................................................................................................................66
4.3.Projet d'optimisation du déploiement de l'ADSL à Antananarivo ....................................................................66
4.3.1.Éligibilité d’une ligne....................................................................................................................................66
4.3.2.But dans l’optimisation du déploiement de l’ADSL ..................................................................................66
4.3.3.Proposition d’une méthode d’approche dans le processus de déploiement de l’ADSL ..........................67
4.3.3.1.Problèmes rencontrés sur la détermination de l’éligibilité des lignes ..................................................................67
4.3.3.2.Description de la solution proposée.......................................................................................................................68
4.3.4.Présentation de l'outil ...................................................................................................................................69
4.3.4.1.Les interfaces du logiciel .......................................................................................................................................70
4.3.4.2.Mesure des paramètres de ligne ............................................................................................................................76
4.3.5.Résultats obtenus ..........................................................................................................................................76

CONCLUSION............................................................................................................................................ 77

ANNEXE 1 ................................................................................................................................................... 78

ANNEXE2 .................................................................................................................................................... 79

ANNEXE 3 ................................................................................................................................................... 81

iii
ANNEXE 4 ................................................................................................................................................... 83

BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 85

iv
NOTATIONS

d diamètre du conducteur
dB décibel
e rayon réduit du conducteur en considérant l’effet de peau
i valeur instantanée de l’intensité de courant
l longueur totale d'une ligne
v valeur instantanée de la tension

A dB affaiblissement en décibel

D distance entre les conducteurs dans une ligne


C0 célérité de la lumière dans le vide

C' capacité linéique d'une ligne


G' conductance linéique d'une ligne
Ieff courant efficace

I phaseur du courant
L' inductance linéique d'une ligne
Np Neper
Q facteur de qualité

R '0 résistance linéique en basse fréquence

Rb résistance pour la totalité d'une ligne

R cond résistance pour la totalité d'un conducteur

R 'cond résistance linéique pour un conducteur


R' résistance linéique d'une ligne
S section d'un conducteur
T1 période d’une impulsion à l’entrée d'une ligne

T2 période d’une impulsion à la sortie d'une ligne

V phaseur de tension

Veff tension efficace

v
Vgr vitesse de groupe

VgrBF vitesse de groupe pour le signal dans une ligne pour l’approximation en basse

fréquence
VgrHF vitesse de groupe pour le signal dans une ligne pour l’approximation en haute

fréquence
Vph vitesse de phase

VphBF vitesse de phase pour le signal dans une ligne pour l’approximation en basse

fréquence
VphHF vitesse de phase pour le signal dans une ligne pour l’approximation en haute

fréquence
ZC impédance caractéristique d'une ligne

ZCBF impédance caractéristique d'une ligne pour l’approximation en basse fréquence

ZCHF impédance caractéristique d'une ligne pour l’approximation en haute fréquence

ZG impédance interne du générateur d'une ligne

ZT impédance de la charge d'une ligne

α affaiblissement linéique d'une ligne


α BF affaiblissement linéique d'une ligne pour l’approximation en basse fréquence

α dB affaiblissement linéique en décibel

α HF affaiblissement linéique d'une ligne pour l’approximation en haute fréquence

β déphasage linéique
βBF déphasage linéique pour l’approximation en basse fréquence

βHF déphasage linéique pour l’approximation en haute fréquence

δ angle de perte du diélectrique séparant les conducteurs d'une ligne


ε permittivité absolue de l’isolant placé entre les conducteurs d'une ligne
ε0 permittivité du vide

εr permittivité relative de l’isolant placé entre les conducteurs d'une ligne

ϕ phase de la tension et du courant

vi
γ constante de propagation d'une ligne
λ longueur d’onde du signal sur une ligne
μ perméabilité absolue des conducteurs formant une ligne
μ0 perméabilité du vide

μr perméabilité relative des conducteurs formant une ligne

ρ coefficient de réflexion d’onde


σ conductivité des conducteurs de la ligne
ω pulsation

ADSL Asymetric bit rate Digital Subscriber Line


ANSI American National Standards Institute
ATM Asynchronous Transfer Mode
BAS Broadband Access Server
CAA Commutateur à Autonomie d'Acheminement
CAN Convertisseur Analogique Numérique
CAP Carrierless Amplitude Phase modulation
CL Commutateur Local
CNA Convertisseur Numérique Analogique
CO Central Office
CRC Cyclic Redundancy Code
CTI Commutateur de Transit International
CTP Commutateur de Transit Principal
CTS Commutateur de Transit Secondaire
DFT Discrete Fourier Transform
DMT Discrete MultiTone
DSLAM Digital Subscriber Line Access Multiplexer
EAS Équipement d’Accès aux services
EC Écho Cancellation
FAI Fournisseur d'Accès Internet
FDM Frequency Division Multiplexing

vii
FEC Forward Error Correction
FEXT Far End Crosstalk
FFT Fast Fourier Transform
HDSL High bit rate Digital Subscriber Line
IDFT Inverse Discrete Fourier Transform
IFFT Inverse Fast Fourier Transform
ISDN Integrated Services Digital Network
ISP Internet Service Provider
MDF Main Distribution Frame
MIC Modulation d'Impulsion et Codage
NEXT Near End Crosstalk
NT Network Termination
OFDM Orthogonal Frequency Division Multiplexing
PABX Private Automatic Branch eXchange
PC Point de Concentration
PDH Plesiochronous Digital Hierarchy
POP Point Of Presence
POTS Plain Old telephone Service
PPP Point to Point Protocol
PSTN Public Switched Telephone Network
QAM Quadratic Amplitude Modulation
RADIUS Remote Authentification Dial-In User Service
RE Répartiteur d'entrée
RNIS Réseau Numérique à Intégration de Service
RTC Réseau Téléphonique Commuté
SDH Synchronous Digital Hierarchy
SDSL Single line Digital Subscriber Line ou Symmetric Digital Subscriber Line
SR Sous Répartiteur
SRI Sous Répartiteur d'Îlots
SRZ Sous Répartiteur de Zone
TELMA TELecom MAlagasy
UAWG Universal ADSL Working Group

viii
UIT Union Internationale des Télécommunications
USB Universal Serial Bus
VDSL Very high bit rate Digital Subscriber Line
ZAA Zone à Autonomie d'Acheminement
ZL Zone Locale
ZTP Zone de Transit Principal
ZTS Zone de Transit Secondaire

ix
INTRODUCTION

Depuis la mise en réseau des ordinateurs, la taille des fichiers à transférer sur ces réseaux devient
de plus en plus grande. Ceci requiert des réseaux de transport de plus en plus performants et plus
rapide pour les réseaux recouvrant de grandes étendues géographiques afin d'assurer un temps de
transfert plus court pour des raisons de confort et d'efficacité. Actuellement, l'avènement de
l'Internet, accompagné des téléchargements de gros fichiers tels que des fichiers images, son et
vidéo confirme la nécessité de performance et de rapidité dans le réseau de transport.

Ainsi, les réseaux de télécommunication ont beaucoup changé. De diverses solutions ont été mises
en œuvre afin d'assurer ce besoin, notamment au niveau du réseau de transmission. Néanmoins,
des changements effectués uniquement au niveau du réseau de transmission ne sont pas suffisants.
Il faut, en plus, que la boucle locale puisse aussi assurer un débit optimal. La solution de la fibre
optique jusqu'à l'abonné est la solution idéale techniquement mais elle s'avère trop coûteux. De là
est née l'idée de mettre en œuvre des techniques utilisant les paires de fils de cuivre téléphoniques
pour le transport de données à haut débit: les technologies xDSL, en particulier l'ADSL.

Le débit offert par cette technique dépend beaucoup de la qualité de la ligne d’abonné. Il diminue
au fur et à mesure que la longueur de cette ligne augmente, ce qui limite son utilisation à une
certaine distance. Ainsi, une ligne donnée nécessite des études préalables pour trancher sur la
possibilité de cette technologie sur cette ligne.

L'ADSL à Madagascar est encore au tout début de son déploiement. Etant donné que la société
Telma est l'opérateur historique contrôlant le réseau de téléphonie fixe du pays, elle assure le
déploiement de cette technique. Ce mémoire est un travail concernant l'optimisation du
déploiement de l'ADSL à Antananarivo dans lequel une méthode est proposée pour l'étude de
l'éligibilité des lignes des abonnés dans cette localité.

L'ouvrage se compose de quatre chapitres. Le premier chapitre consiste en une description de la


technologie ADSL, précédée par un bref aperçu sur la famille des technologies xDSL. Le
deuxième chapitre décrit également le réseau téléphonique commuté ainsi que le réseau de

1
distribution qui est très important pour l'étude de l'éligibilité des lignes d'abonnés. Le troisième
chapitre offre des études théoriques d'une ligne de transmission, surtout les comportements de
celle-ci selon la fréquence utilisée. Le dernier chapitre parle de la situation de l'ADSL à
Antananarivo et décrit la méthode proposée pour l'optimisation de son déploiement.

2
Chapitre 1: PRINCIPE ET TECHNOLOGIE ADSL

1.1. Les technologies xDSL [1], [2], [3], [4]


1.1.1. Généralités
Dans le processus de numérisation des réseaux de télécommunication, celle de la boucle locale
arrive en dernier lieu après celle des réseaux de transmission puis celle du cœur du réseau. La
famille xDSL ou Digital Subscriber Line regroupe l'ensemble des technologies mises en place
pour un transport numérique de l'information sur la ligne d'abonné. Elles permettent d'avoir un
débit élevé sur la paire de câble anciennement réservée à la téléphonie. Ainsi, elles utilisent
l'infrastructure déjà existante et se distinguent par ce fait des autres solutions permettant le haut
débit telles que l'utilisation de la fibre optique ou la technologie radio qui nécessitent la mise en
place de nouvelles structures trop coûteuses et pour l'opérateur et pour le client.

On désigne communément par « sens montant » ou « upstream » le sens de l'abonné vers le


réseau et par « sens descendant » ou « downstream » le sens du réseau vers l'abonné. Le canal
dans le sens montant est appelé « canal d’interactivité » et celui dans le sens descendant « canal
de diffusion ».

On parle de débit symétrique pour une technologie donnée lorsque le débit d'information dans le
sens montant est identique à celui dans le sens descendant.

1.1.2. Les différents types de technologies xDSL


Plusieurs technologies sont classées dans la famille des technologies xDSL. Elles sont divisées en
deux catégories: celles utilisant une transmission dite symétrique et celles utilisant une
transmission asymétrique. Seules les technologies xDSL les plus fréquemment rencontrées sont
rapportées ici.

1.1.2.1. La technologie HDSL


La technologie HDSL ou High bit rate Digital Subscriber Line est la première des technologies
xDSL. Elle date du début des années 90. Elle offre théoriquement un débit égal à 2,048 Mbit/s.
Elle exploite en outre deux ou trois paires de câbles téléphoniques: 3 paires à 768 kbit/s chacune,
ce qui correspond à 12 canaux de 64 kbit/s, ou 2 paires à 1,168 Mbit/s. Lors d'une connexion

3
HDSL, il n'y a pas de canal de téléphonie disponible. Le problème actuel de cette technologie est
que sa standardisation n'est pas encore parfaite.

1.1.2.2. La technologie SDSL


La technologie SDSL ou Symmetric Digital Subscriber Line ou encore Single line Digital
Subscriber Line est identique à la technologie HDSL mais utilise une seule paire de cuivre. De
plus, elle fonctionne à une plus courte distance par rapport à celle-ci. Elle est tout à fait adaptée à
la visioconférence et aux travaux en groupe sur les réseaux locaux interconnectés. Elle peut aussi
remplacer les connexions RNIS de type accès primaire.

1.1.2.3. La technologie ADSL


La technologie ADSL ou Asymetric Digital Subscriber Line est la plus populaire des technologies
xDSL car elle se trouve particulièrement adaptée pour les connexions à l'Internet. En effet, elle
offre un débit asymétrique, plus important dans le sens descendant par rapport au sens montant.
Les détails concernant cette technologie feront l'objet de ce chapitre.

1.1.2.4. La technologie RADSL


La technologie RADSL ou Rate Adaptative Digital Subscriber Line est une extension de la
variante ADSL. La vitesse de transmission est fixée de manière automatique et dynamique en
recherchant la vitesse maximale possible sur la ligne de raccordement et en la réadaptant en
permanence et sans coupure. Le RADSL utilise la modulation DMT ou Discrete MultiTone.

1.1.2.5. La technologie VDSL


La technologie VDSL ou Very high bit rate Digital Subscriber Line est une technologie DSL à très
large bande dont le débit peut atteindre 50Mbit/s. Elle peut être déployée symétriquement ou
asymétriquement selon les besoins du marché.

1.2. L'ADSL [1], [2], [4], [7], [8], [9]


1.2.1. Généralités
Une ligne téléphonique est constituée d'une paire torsadée de fils de cuivre. Elle était destinée
historiquement au transport du signal vocal provenant des conversations téléphoniques dans la
bande de fréquence comprise entre 300 Hz et 3400 Hz. Les modems 56k utilisent cette bande de

4
fréquence pour la transmission de données. Or, la bande passante de la ligne dépasse largement
cette bande occupée par le signal vocal pour atteindre théoriquement 1,104 MHz. Ainsi, elle est
sous utilisée. On a pensé à utiliser la partie non utilisée au transport de données, d'où la naissance
de l'ADSL.

ADSL est l'abréviation de l'anglais "Asymetric bit rate Digital Subscriber Line" qui signifie
littéralement Ligne Numérique d'Abonné à débit Asymétrique. Cette appellation vient du fait que
cette technologie assure un débit plus élevé dans le sens réseau vers abonné par rapport au sens
abonné vers le réseau.

L'ADSL, seulement par l'ajout de quelques équipements au central téléphonique et chez l'abonné,
permet à la fois le classique service voix et un service de données à haut débit, tout en conservant
l'architecture du réseau existant. Ainsi, on peut téléphoner tout en navigant sur Internet par
exemple avec ce type de technologie.

L'ADSL connaît de nombreuses variantes qui se diffèrent technologiquement entre elles. Parmi
celles-ci, on distingue l'ADSL Full Rate et le G. Lite, également appelé Lite ADSL qui est une
version simplifiée de l'ADSL Full Rate. La spécificité de chacune de ces versions est plus détaillée
dans le paragraphe 1.3. de ce chapitre.

Le signal est modulé avant d'être transmis sur le support de transmission. Comme trois types de
signaux sont transmis sur la ligne téléphonique, à savoir le signal téléphonique, le signal
constituant le flux descendant et le signal constituant le flux montant, ADSL spécifie les bandes de
fréquences que vont occuper chacun de ces trois types de signaux sur la bande passante de la paire
de fils de cuivre, et met ainsi en œuvre une technique de multiplexage.

Remarque : Il est à noter qu'il est possible de faire de l'ADSL avec une ligne RNIS. Pour le
distinguer des autres services possibles sur le câble téléphonique, le service de téléphonie
classique est appelé POTS ou Plain Old Telephone Service. . Cette technique est peu exploitée,
étant donné qu'une liaison RNIS offre déjà un service de données à un débit assez élevé. On note
quand même son exploitation dans certains pays comme l'Allemagne.

5
1.2.2. Techniques de modulation
On distingue deux techniques de modulation mises en œuvre dans la technologie ADSL: la
modulation CAP et la modulation DMT. DMT utilise la modulation QAM tandis que CAP en
reprend les principes de base. Ces deux techniques ont été concurrentes à l'époque de définition de
l'ADSL mais c'est DMT qui a été retenue lors de la normalisation.

1.2.2.1. CAP
CAP est une technique de modulation proche de QAM dont elle reprend les principes de base. Elle
utilise aussi bien la modulation de phase que la modulation d’amplitude. La porteuse est
supprimée avant la transmission, d’où le qualificatif de « carrierless ». Elle est reconstruite par le
modem récepteur.

Les émetteurs-récepteurs CAP peuvent utiliser des constellations multiples créant N=2n valeurs, n
étant le nombre de bits. N peut varier de 2 à 512 en fonction des caractéristiques de la ligne
utilisée. En effet, toute perturbation sur la qualité du canal revient à diminuer n, entraînant
également la diminution de la taille du symbole de la constellation, ce qui réduit les performances,
donc les débits. Contrairement à DMT décrit dans le sous paragraphe 1.2.2.2 ci-dessous, les
canaux ne sont pas subdivisés en canaux plus étroits. Ainsi, toute dégradation du rapport signal sur
bruit S/B dans une bande de fréquence donnée perturbe la qualité de l’ensemble du canal, donc
réduit la capacité globale de l’accès.

Constellation 2n Nombre de
bits/bauds
2-CAP 21 1
4-CAP 22 2
8-CAP 23 3
16-CAP 24 4
32-CAP 25 5
64-CAP 26 6
128-CAP 27 7
256-CAP 28 8
512-CAP 29 9

Tableau 1.01 : Les différentes constellations CAP

6
1.2.2.2. DMT
DMT ou Discrete MultiTone est une forme de modulation multiporteuse. Comme il est déjà
évoqué plus haut dans cet ouvrage, le spectre de la paire torsadée de fils de cuivre utilisée en
téléphonie s'étend de 0 à 1,104 MHz. La technique DMT divise le spectre réservé à l'ADSL,
compris entre 25,8 kHz et 1,104 MHz, en 250 sous canaux, deux sous canaux étant espacés de
4,3125 Hz.

Le train de bits de données à transmettre est décomposé en des trains de bits en parallèle, de débit
plus petit. Chacun de ces trains de bits est modulé en QAM puis transmis sur un des 250 sous
canaux. La figure 1.01 montre le principe de DMT.

Figure 1.01: Schéma du principe de DMT

Sur la figure 1.01,


- N=250 est le nombre des sous canaux;
- i k1 à i kN correspondent aux trains de bits en parallèle issus du train de bits à transmettre;

- f C1 à f CN correspondent aux signaux modulés par les N porteuses;

- m(t) est le signal modulé multiporteuse;


- le codeur effectue le codage des bits des trains binaires i ki nécessaire pour la modulation
QAM.

La quantité d'information transmise sur un sous canal dépend de la performance de celui-ci. En


effet, à chaque début de communication, le modem évalue le rapport signal/bruit sur chacun des

7
sous canaux. Le nombre de bits pouvant être transmis sur un sous canal dépend de ce rapport
signal /bruit. Il varie de 0 à 15 bit par seconde par hertz. Le reste des bits qui ont dû être alloués à
ce canal sont répartis sur d'autres canaux dont les performances sont meilleures. Si la qualité est
vraiment trop faible pour un canal donné, celui ci ne peut pas être utilisé.

1.2.3. Techniques de multiplexage


Il existe deux types de technique de multiplexage pouvant être utilisés dans une technologie
ADSL, selon la version de celle-ci. Les versions plus anciennes mettent en œuvre la technique dite
"annulation d'écho" ou E.C pour "Echo Cancellation", tandis que les versions postérieures à la
normalisation de l'ADSL utilisent le multiplexage de fréquence à cause de la simplicité de celle-ci
du point de vue technologie, permettant un coût de déploiement raisonnable.

1.2.3.1. Annulation d'écho


La partie basse fréquence du spectre est occupée par les fréquences vocales du service
téléphonique tandis que l'ADSL opère sur la partie haute fréquence.

La technique d'annulation d'écho utilisée en ADSL, désignée également par "Echo cancellation"
ou E.C, s'inspire de la technique utilisée par les classiques modems V90 pour séparer la voie
descendante de la voie montante, elle-même s'inspirant de l'annulation d'écho mise en œuvre dans
le RTC pour les conversations téléphoniques.

En effet, au cours d'une conversation téléphonique, une partie du signal reçu par un interlocuteur
est renvoyée vers l'interlocuteur distant, ce qui constitue un écho pour ce dernier. Pour éliminer cet
écho, des dispositifs appelés annuleurs d'écho sont mis en œuvre. Ceux ci sont constitués de
calculateurs numériques effectuant des algorithmes de traitement de signal très performants. Pour
un abonné donné, ils mesurent en temps réel l'écho produit, qui est une partie estimée de
l'information reçue sur sa partie réception. Leur tâche consiste ensuite à soustraire du circuit
émission cette partie de signal. Ainsi, l'écho se trouve éliminé et seul le signal de parole local sera
émis.

En transmission de données, les modems mettent en œuvre une technique similaire. L'annulation
d'écho permet l'utilisation simultanée d'une même partie du spectre par la voie montante et la voie

8
descendante, ce qui en constitue un avantage dans le cas de l'ADSL où le débit constitue l'enjeu
primordial: le débit en downstream augmente car la largeur de bande que peut occuper celui-ci
s’étend jusqu’à celle qui est occupée par la voie montante dans le cas de FDM.

1.2.3.2. FDM
FDM ou "Frequency Division Multiplexing" est l'accès multiple à répartition de fréquence. Il
consiste à partager la ressource globale, c'est-à-dire la bande de fréquence, entre tous les
utilisateurs.

Dans le cas de l'ADSL, la bande passante de la ligne téléphonique est divisée, en parts inégales, en
trois canaux correspondant respectivement au canal réservé au service téléphonique et à ceux de la
voie montante et de la voie descendante de l'ADSL.

Toujours, la partie basse fréquence du spectre est occupée par les fréquences vocales du service
téléphonique et l'ADSL opère sur la partie haute fréquence, mais le canal d'interactivité et le canal
de diffusion se trouvent nettement séparés. C'est la bande occupée par le canal de diffusion qui est
réduite par rapport à celle qu'elle occupe avec la technique d'annulation d'écho, ce qui pénalise le
débit sur la voie descendante. Par contre, la FDM est une technique très simple à mettre en œuvre,
la raison pour laquelle elle a été retenue lors de la normalisation de l'ADSL.

1.2.4. Répartition des fréquences


C'est en étudiant des cas de figure qu'on s'aperçut qu'il est plus aisé de transmettre les données
depuis le central du réseau téléphonique commuté public vers l'abonné. Ce phénomène s'explique
par des perturbations électromagnétiques entre les paires de cuivre, appelées diaphonies, aux
périphéries du central. En effet, la concentration de câbles est plus grande lorsqu'on se rapproche
du central. Les signaux qui proviennent du site utilisateur étant plus atténués, ils sont plus
sensibles aux bruits causés par ces perturbations. Les détails concernant les diaphonies sont
abordés dans le paragraphe 3.3.4 du chapitre3.

Ainsi, la partie inférieure du spectre du cuivre réservé à l'ADSL est attribuée au flux montant et la
partie supérieure au flux descendant.

9
Les répartitions des fréquences sont différentes selon que la technique de multiplexage mise en
œuvre soit l'annulation d'écho ou la FDM.

L'attribution des fréquences dans le cas d'une liaison ADSL sur une ligne RNIS est bien sûr
différente de celles sur le POTS

1.2.4.1. Répartition des fréquences sur le POTS


La partie basse fréquence du spectre, occupée par le service de téléphonie, est toujours réservé
pour ce même service. Elle est suivie d'une bande de garde, puis des bandes réservées à l'ADSL
sur les hautes fréquences.

En utilisant la technique d'annulation d'écho comme technique de multiplexage, la bande


inférieure est laissée pour la téléphonie et pour une bande de garde jusqu'à 25,8 kHz. Grâce à la
technique d'annulation d'écho, une partie de la bande comprise entre 25,8 kHz et 1,104 MHz peut
être utilisée à la fois pour la transmission de la voie montante et pour la transmission de la voie
descendante. Ainsi, le canal d’interactivité occupe la bande allant de 25,8 kHz à 133 kHz tandis
que le canal de diffusion s'étale de 25,8 kHz à 1,104MHz. La bande de 25,8 kHz à 133 kHz est
partagée. Cette répartition de la fréquence sur le POTS avec l'annulation d'écho est représentée par
la figure 1.02.

Figure 1.02: Répartition des canaux en utilisant l'annulation d'écho sur le POTS

10
Dans le cas de l'ADSL utilisant la FDM, la bande inférieure est toujours laissée pour la téléphonie
et pour une bande de garde jusqu'à 25,8 kHz. Par contre, la bande occupée par la voie montante est
nettement séparée de celle occupée par la voie descendante. La voie montante s'étale de 25,8 kHz
à 133 kHz tandis que la voie descendante occupe la bande supérieure à 143 kHz. La répartition des
fréquences sur le POTS avec l'utilisation de la FDM comme technique de multiplexage est
représentée sur la figure 1.03.

Figure 1.03: Répartition des canaux en utilisant FDM sur le POTS

1.2.4.2. Répartition des fréquences sur une ligne RNIS


Pour l'utilisation de la technique ADSL sur une ligne RNIS, la répartition des fréquences change
de celles sur le POTS. En effet, un accès RNIS du type accès de base occupe les 80 kHz situés sur
la bande inférieure du spectre de la ligne. Par conséquent, la bande inférieure à 138 kHz est
réservée pour l'accès RNIS et pour une bande de garde. La voie montante commence à 138 kHz et
se termine à 207 kHz. La voie descendante est réduite à une bande allant de 272 kHz à 1,104 MHz.
Ainsi, le débit obtenu sur la voie descendante est réduit pour l'ADSL sur une ligne RNIS par
rapport à l'ADSL sur une ligne de téléphonie classique.

Figure 1.04: Répartition des canaux en utilisant FDM sur une ligne RNIS

11
1.2.5. Format de données utilisé par l'ADSL
L'ADSL est organisé en couches. Au niveau de la couche la plus basse, on trouve les bits. Ces bits
sont organisés en trames qui sont elles mêmes rassemblées en supertrames.

La norme a spécifié deux catégories de bits car tous les bits transportés par une liaison ADSL
proviennent soit d'une mémoire tampon appelée "Fast Buffer", soit d'une autre appelée
"Interleave Buffer". Les bits de la première catégorie sont ceux qui doivent être transmis en
priorité alors que ceux de la deuxième catégorie correspondent à ceux des applications pour
lesquelles le temps de transfert n'est pas prépondérant.

Une trame dure 250μs. Ainsi, 4000 trames par secondes sont envoyées. La première partie de cette
trame, appelée Fast Data Buffer, est réservée aux informations sensibles au temps de transfert et
qui sont généralement moins sensibles au bruit, par exemple le son et la vidéo. Cette partie de la
trame est précédée par un octet appelé Fast Byte qui contient des informations CRC pour la
détection d'erreur. Elle est suivie par un champ appelé FEC ou Forward Error Correction qui
permet de corriger certaines erreurs car les informations présentes dans cette première partie,
comme le son et la vidéo, peuvent difficilement être retransmises; il faut donc pouvoir corriger le
maximum d'erreur à la réception sans en demander la retransmission.

La deuxième partie de la trame est appelée Interleaved Data Buffer. Elle contient les informations
issues de la mémoire tampon Interleave Buffer qui sont organisées dans la trame pour être moins
sensibles au bruit. Cette méthode d'entrelacement des données demande un temps supplémentaire
de traitement qui est rendu possible par la nature même des données: il peut s'agir de pages web ou
de fichiers qui ne sont pas sensibles au temps de transfert mais aux erreurs.

Une supertrame est constituée de 69 trames. Sa durée est de 17ms. Les fonctions attribuées à
chacune des trames constituant une supertrame sont résumées dans le tableau 1.01.

12
Numéro de trame Fonction
0
Transport des informations pour le contrôle d’erreurs.
1
2
3 Transport de données.
36 à 67
34 Transport des bits d’indication et de configuration pour la
35 gestion de la liaison.
68 Trame de synchronisation.

Tableau 1.02 : Fonctions attribuées aux trames ADSL

La figure 1.05 montre la structure d'une trame ainsi que celle d'une supertrame.

Figure 1.05: Structures d'une supertrame et d'une trame ADSL

1.2.6. Architecture d'une liaison ADSL


1.2.6.1. Architecture générale
L'architecture générale d'une liaison ADSL est représentée par la figure 1.06. Du côté de l'abonné,
un équipement appelé splitter est utilisé pour séparer les canaux voix et données. Il reçoit à
l'amont la ligne téléphonique véhiculant le multiplex voix-données et, à l'aval, deux branchements
en sont issus: la connexion du téléphone et celle des données qui passe par le modem ADSL avant
d'arriver au client ADSL. Du côté de l'opérateur, on rencontre également un splitter qui assure le
même rôle que celui du côté de l'abonné. Le signal vocal est aiguillé vers l'autocommutateur. Le

13
signal de données passe par un équipement appelé DSLAM qui intègre un modem et un
concentrateur des trafics provenant de plusieurs abonnés ADSL.

Figure 1.06: Architecture d'une liaison ADSL

1.2.6.2. Connexion à l'Internet par une liaison ADSL


Comme il est déjà mentionné plus haut dans cet ouvrage, l'ADSL assure un débit plus élevé dans
le sens du réseau vers l'abonné par rapport au sens de l'abonné vers le réseau, lui-même nettement
supérieur à celui des modems classiques. Cette caractéristique est la raison d'être de la popularité
de cette technologie auprès des particuliers car elle s'avère bien adaptée à l'accès à l'Internet. Ceci
car, pour l'internaute, le besoin en débit est nettement supérieur dans le sens du réseau vers
l'abonné pour réduire les temps de téléchargement par exemple, d'autant plus que les fichiers à
télécharger sont actuellement de plus en plus volumineux, à l'image des fichiers multimédia.

Il est nécessaire de présenter ici une architecture de connexion à l'Internet par une liaison ADSL,
étant donné que la connexion à l'Internet constitue la principale utilisation de l'ADSL dans le
Monde, surtout à Madagascar. La figure 1.07 en constitue l'exemple le plus couramment
rencontré. Il s’agit de la mise en œuvre d’une technique appelée « collecte IP/ADSL ».

Les trafics issus de plusieurs clients ADSL sont concentrés par le DSLAM. Un équipement appelé
BAS ou Broadband Access Server, serveur d'accès large bande, reçoit les données en provenance
du DSLAM. C’est un concentrateur d’accès large bande. Il effectue une liaison PPP avec la
machine cliente ADSL. Pour relier le client au réseau de l’ISP, un circuit virtuel permanent, sous
la forme de session IP, est établi entre le BAS et le « Point de Présence » ou POP de l’ISP. Ce

14
circuit virtuel caractérise la capacité de connexion entre l’utilisateur et l’ISP. Le Proxy radius
effectue l’authentification du client auprès de l’ISP. Le EAS ou Équipement d’Accès Service est
un routeur reliant le réseau du transporteur, appartenant le plus souvent à l’opérateur de
téléphonie, à celui de l’ISP. La liaison physique entre l’opérateur et l’ISP est une liaison haut
débit, le plus souvent réalisée en fibre optique ou en E1 (ou T1).

Figure 1.07: Architecture d'une connexion à Internet par une liaison ADSL

1.2.7. Équipements mis en œuvre pour une liaison ADSL


En plus de l'architecture déjà en place du réseau téléphonique, une liaison ADSL nécessite des
équipements additionnels dont certains peuvent être intégrés à d'autres selon la version de la
technologie mise en œuvre. Étant donné que notre étude consiste à l’optimisation du déploiement
de l’ADSL, le modem sera, parmi les équipements utilisés, présenté plus en détail dans les sous
paragraphes qui suivent car c’est lui qui prend en charge de l’émission et de la réception du signal
sur la ligne dont dépend beaucoup la portée d’une liaison ADSL.

1.2.7.1. Modem ADSL


Il existe plusieurs types de modems ADSL. Chacun est spécifié par le type d'interface qu'il offre à
l'usager. Ainsi, on distingue entre autres:

15
- le modem à interface USB, avec lequel la connexion avec la machine cliente s'effectue par
le port USB;

- le modem à interface 10 / 100 baseT, avec lequel la connexion avec la machine cliente
s'effectue par le port de la carte réseau;

- le modem ATMD25, avec lequel la connexion avec la machine cliente s'effectue par une
carte ATM. Ce type de modem permet, en outre, de redistribuer ADSL sur un réseau
ATM.

Notons toutefois qu’il existe des modems ADSL qui peuvent offrir deux ou plusieurs de ces types
d’interface mais ils ont un coût relativement élevé.

Le modem ADSL est nécessaire pour permettre le transport des données numériques sur la ligne
téléphonique. Il adapte le signal sur le support de transmission. Ainsi, il doit être très performant
car il assure l'émission et la réception du signal qui subit des atténuations variant dans le temps à
cause des fréquences d'émission et de réception hautes et la diaphonie. La remarquable
performance d’un modem ADSL comparé aux types de modem antérieurs trouve son origine dans
l’utilisation de techniques de traitement du signal très performantes telles que celle utilisée dans
l’annulation d’écho et l’utilisation du principe de la transformée de Fourier rapide et celui de la
transformée de Fourier rapide inverse pour mettre en œuvre la modulation DMT.

Dans le but d’assurer une liaison optimale, le modem effectue à chaque début de connexion une
phase très importante pour la performance de la liaison appelée phase d’établissement de la
connexion.

Lors de l’établissement d’une connexion, un échange d’un protocole d’établissement de liaison


s’effectue entre le modem client et le modem du DSLAM. Cet échange permet aux deux modems
de se communiquer leurs configurations respectives. L’un de ceux-ci envoient les fréquences
porteuses dont les courbes de réponse à travers la ligne sont enregistrées à l’autre bout par l’autre
modem. Les débits respectifs pour les canaux upstream et downstream sont ensuite déterminés.
Ainsi, les débits maximums possibles sont définis en fonction de la réponse de la ligne aux

16
différentes fréquences sous porteuses. Cette phase de démarrage peut prendre jusqu’à 20 secondes
et parfois plus d’une minute.

Lorsque la connexion est établie, il peut arriver un changement brusque des paramètres de la
liaison pour diverses raisons. Les débits transmis sur le canal vont être adaptés à cette perturbation
grâce à la modulation DMT.

Le fonctionnement du modem ADSL en émission est représenté sur la figure 1.08. Les données à
envoyer sont transmises à un codeur qui attribue les N porteuses du signal DMT. Cela est effectué
sur la base du tableau de chargement des bits ou « Bit Loading » créé lors de l’établissement de la
connexion qui indique le nombre de bits par seconde que chaque porteuse est en mesure de
transmettre. Il appartient également au codeur d’effectuer les corrections d’erreurs. Les bits sont
ensuite traités en parallèle par un étage qui effectue une IFFT, Inverse Fast Fourier Transform, ou
transformée de Fourier rapide inverse. Un en-tête de synchronisation est ajouté cycliquement
après la conversion parallèle série. Ainsi est construit à partir des N bits considérés comme un
spectre numérique, c'est-à-dire un ensemble de porteuses individuelles, le signal temporel associé.
Le signal à émettre peut être finalement envoyé à la ligne au moyen d’un duplexeur séparant les
voies d’émission et de réception.

Figure 1.08: Schéma fonctionnel de la partie émission du modem ADSL

Le signal reçu passe du duplexeur à un filtre, puis à un convertisseur analogique numérique avant
d’entrer dans un égaliseur temporel. L’égalisation a pour but de rendre les spectres non superposés
afin d’éviter les interférences entre symboles. L’en-tête du flux de données est ensuite extrait, puis
les données vont subir une conversion série parallèle. Une fois la conversion série parallèle
effectuée, un segment exactement défini du signal temporel numérisé est envoyé à un bloc

17
effectuant une FFT, Fast Fourier Transform, ou Transformée de Fourier rapide, sous forme de
mots de 2N bits. La transformée de Fourier rapide permet de revenir des 2N bits du domaine
temporel au domaine fréquentiel, ce qui fournit les états de phase de la porteuse modulée QAM
sous la forme de N bits parallèles. Les circuits de décision ont pour rôle de discriminer les
différents niveaux du signal numérique. Finalement, les bits de chaque porteuse DMT doivent être
replacés dans le bon ordre sur la base d’un tableau de chargement des bits chargé à cet effet. La
figure 1.09 représente le fonctionnement d’un modem ADSL en réception.

Figure 1.09: Schéma fonctionnel de la partie réception du modem ADSL

1.2.7.2. Splitter
Le splitter est un équipement placé en amont du modem ADSL côté abonné. C'est un filtre qui
assure la séparation entre la bande passante réservée au service téléphonique par un filtre passe bas
et celles utilisées pour l'ADSL par un filtre passe haut. Dans le cas d'une connexion ADSL avec
RNIS, le NT ou terminal numérique du réseau est placé entre le splitter et le combiné comme le
montre la figure 1.10.

Figure 1.10: Montage du splitter dans le cas d'une ligne RNIS

18
Remarque : Pour les versions allégées de l’ADSL dont fait partie le G. Lite, le splitter est intégré
au boîtier du modem.

1.2.7.3. DSLAM
Le DSLAM ou Digital Subscriber Line Access Multiplexer est un équipement généralement placé
à proximité de la salle où se trouve un répartiteur, dans lequel peuvent être insérées des cartes
DSL telles que des cartes ADSL, HDSL, VDSL selon la connexion mise en œuvre. Chacune de
ces cartes contient des modems DSL opérateurs situés en vis-à-vis de l'ensemble des modems DSL
des utilisateurs qui sont reliés au DSLAM. De même, elle contient aussi des organes de
concentration qui assurent le multiplexage des données provenant de plusieurs abonnés vers le
réseau de transport, ainsi que leur démultiplexage dans le sens inverse.

1.2.7.4. Microfiltre
Le microfiltre est un filtre passe bas classique placé en amont du combiné côté abonné. Il sert à
séparer le canal réservé au service voix téléphonique à ceux de l'ADSL. Ainsi, il remplace le rôle
du splitter. Seulement, un microfiltre ne s'utilise qu'avec une connexion analogique. Dans le cas de
l'ADSL avec RNIS, la pose d'un splitter est obligatoire.

1.2.7.5. Routeurs
Il est possible de partager une liaison ADSL sur un réseau informatique c'est-à-dire entre plusieurs
ordinateurs. Dans ce cas, on utilise des routeurs à interface ADSL du côté des abonnés. Dans le
cas d'une liaison ADSL pour la connexion à l'Internet, des routeurs sont mis en œuvre pour relier
le BAS au réseau du FAI.

1.2.7.6. BAS
Le BAS, Broadband Access Server ou serveur d’accès large bande, est un concentrateur d’accès
spécialisé dans les connexions large bande. Dans le cas d’une connexion à l’Internet par l’ADSL,
il marque l’arrêt de la connexion Point à Point provenant du modem. Un BAS regroupe le trafic
d’une dizaine de DSLAM. La zone couverte par un BAS est appelée une « plaque ».

19
1.3. Les différentes versions de l'ADSL [10], [11]
1.3.1. ADSL Full Rate
L'ADSL Full Rate a été développée par l'ADSL Forum. Cette version utilisait comme type de
modulation, d'abord le CAP, puis la DMT. La technique de multiplexage mise en œuvre est
l'annulation d'écho. L’ADSL Full Rate prévoit des débits maximaux de 8 Mbit/s dans le sens
descendant et 256 kbit/s dans le sens montant.

1.3.2. G. Lite
L'ADSL Lite ou G. Lite est une version allégée de la version Full Rate. Elle a été développée par
le UAWG ou Universal ADSL Working Group, un groupe de travail fondé par un groupe de
fabricants parmi lesquels Microsoft, Intel et Compaq, après une prise de conscience de la part des
fabricants de la nécessité d’une normalisation de l’ADSL pour pouvoir développer celui-ci.

Dans cette version, le splitter est intégré au modem car l'installation de celui-ci nécessitait le
déplacement de techniciens chez l'abonné. De plus, elle met en œuvre un modem autoconfigurable
ou Plug and Play. Tout ceci pour rendre plus facile l'installation d'une liaison ADSL chez
l’abonné. Le DMT est fixé comme procédé de modulation, le nombre de porteuses utilisées avec
DMT est réduit à 128 au lieu de 256 dans la version Full Rate. De même, les configurations QAM
sont simplifiées car le nombre de bits par seconde et par hertz passe de 15 à 8. Ainsi, les débits
maximum spécifiés se trouvent diminués à 1,8 Mbit/s dans le sens descendant et 384 kbit/s dans le
sens montant. La FDM est prise comme technique de multiplexage, étant donné qu’elle est plus
facile à mettre en œuvre par rapport à l’annulation d’écho.

1.3.3. L’ADSL2+
L’ADSL 2+ est une technologie qui a évolué de l’ADSL. Cette norme est basée sur l’utilisation
d’une bande de fréquence plus large qu’en ADSL. En effet, elle utilise jusqu’à 2,2 MHz. Ainsi, le
débit se trouve fortement augmenté mais en même temps, la portée est devenue plus courte. Les
abonnés proches des répartiteurs se trouvent bénéficiaires de ce type de technologie car ils peuvent
avoir un accès jusqu’à 16 Mbit/s sur le canal descendant.

20
Figure 1.11: Comparaison, en terme de débit en fonction de la distance, entre
l’ADSL et l’ADSL2+

1.3.4. Le READSL
Le READSL ou Reach Extended ADSL est une autre forme d’évolution de l’ADSL. Comme on
l’a constaté avec l’ADSL, la qualité de la transmission sur la ligne téléphonique se trouve très vite
altérée avec l’augmentation de la fréquence. Avec le READSL, on émet avec beaucoup plus
d’énergie les signaux dans la partie basse du spectre, entre 25 Hz et 200 kHz, de façon à ce que la
portée possible avec cette technologie augmente. Ainsi, il est possible d’avoir des débits allant de
128 kbit/s à 512 kbit/s à une distance de 8 km du répartiteur. Même si ces valeurs de débit sont
minimes comparés à celles des technologies haut débit, elles sont néanmoins nettement
supérieures à celles des connexions avec les modems classiques.

1.4 Le dégroupage de la boucle locale [12], [13], [14], [15]


Lors de la mise en service des technologies xDSL, entre autre l’ADSL, d’autres opérateurs de
télécommunications, que l’on appelle « opérateurs concurrents », ont dû utiliser pour des
transports de données le réseau câblé de téléphonie qui était seulement destiné autrefois au service
voix et était exploité par un opérateur propriétaire que l’on appelle « opérateur historique ». Le
support en cuivre est utilisé à la fois par ces deux types d’opérateurs. Ainsi est apparu le
terme « dégroupage » qui traduit cette partage de la boucle locale. Mais en réalité, il n’y a pas que
la boucle locale qui devrait être partagée entre ces opérateurs, car il y a aussi les locaux dont
l’opérateur concurrent a besoin pour l’installation de ses équipements ADSL. Dans ce cas, on dit

21
qu'il y a « colocalisation ». Le dégroupage consiste donc à mettre à la disposition des opérateurs
concurrents des éléments du réseau d’un opérateur historique. Il y a plusieurs modes de
dégroupage, mais on peut les classer en deux types : le dégroupage total et le dégroupage partiel.

1.3.1 Le dégroupage partiel


Le dégroupage partiel consiste à louer à l'opérateur concurrent la partie haute fréquence du spectre
de la ligne téléphonique, la partie basse fréquence étant gardée pour la téléphonie. La ligne
téléphonique reste toujours à la possession de l'opérateur historique. Celui-ci assure sa
maintenance. Avec ce type de dégroupage, une colocalisation des équipements des opérateurs est
possible mais le cas de figure le plus souvent rencontré ressemble à celui décrit par la figure 1.07
de ce chapitre, où un réseau de collecte est mise en œuvre pour acheminer les données du réseau
de l'opérateur historique vers celui de l'opérateur concurrent.

L'inconvénient du dégroupage partiel réside dans le fait que l'opérateur concurrent n'est pas
entièrement maître de sa qualité de service en ce sens qu’il n'a pas accès à la ligne physique, étant
donné que cette qualité de service dépend beaucoup de la qualité de la ligne de transmission.

1.3.2 Le dégroupage total


Dans le cas du dégroupage total, la totalité de la boucle locale, du répartiteur à l’abonné, est louée
par l’opérateur historique à l’opérateur concurrent. La ligne est alors entièrement mise à la
disposition de ce dernier et consacrée au transport de données. Toutefois, c'est le dégroupage
partiel qui est le plus souvent rencontré. Actuellement, les opérateurs dans des pays européens
comme la France commencent à mettre en œuvre le dégroupage total.

22
Chapitre 2: STRUCTURE DU RESEAU TELEPHONIQUE COMMUTE

Le premier chapitre traite de la technologie ADSL en général, du principe jusqu'à l'architecture


d'une liaison de ce type. L'ADSL est une technologie numérique mise en œuvre sur la ligne
d'abonné du réseau téléphonique commuté. Elle utilise l'infrastructure du réseau déjà existante.
Ainsi, son déploiement nécessite une politique globale sur le réseau, en commençant par une
connaissance de celui-ci.

Ce chapitre a pour but de présenter une vue globale du réseau téléphonique public commuté, les
différentes parties qui le composent et, surtout, de détailler la partie qui concerne la distribution,
très importante pour le déploiement de l'ADSL.

2.1. Généralités [16], [17]


Le RTC ou Réseau Téléphonique Commuté, également connu sous l'appellation PSTN,
abréviation de l'anglais Public Switched Telephone Network, est le réseau classique de la
téléphonie. Son rôle à l'origine se limitait seulement à assurer la mise en relation momentanée une
à une des installations terminales, c'est-à-dire des postes téléphoniques et, plus tard, des
installations téléphoniques plus complexes telles que des commutateurs d'entreprise connus sous
le nom de PABX ou Private Automatic Branch eXchange, afin de mettre en relation deux
abonnés.

Dans un souci de limiter la largeur de la bande du signal à transmettre, seules les fréquences
comprises entre 300 Hz et 3400 Hz sont transmises, la voix étant jugée nette et compréhensible
même dans seulement cette bande. Toute l'architecture du réseau, du moins pour ceux qui sont
anciennement installés, prend en compte de cette limitation de la bande.

2.2. Organisation du RTC [16], [17], [18], [19]


D'une vue générale, le réseau téléphonique commuté peut être décomposé en trois parties
distinctes comme le montre la figure 2.01: la distribution, la commutation et la transmission.
.

23
Figure 2.01 : Les différentes parties du RTC

2.2.1. La commutation
Chaque ligne d'abonné constitue un point du réseau. On entend par commutation l'établissement
d'une connexion temporaire entre deux points quelconques du réseau. La commutation constitue la
partie centrale du réseau. Elle est essentiellement assurée par un équipement appelé commutateur.

Le bâtiment qui abrite un commutateur est appelé CO pour "Central Office" ou "Local Centre",
souvent simplifié en "Central".

Au début de l'ère de la téléphonie, les tâches de commutation, qui consistent à relier deux abonnés
voulant se communiquer, sont effectuées manuellement par une opératrice. Actuellement, elles
s'effectuent de manière automatique et on parle d'autocommutateur ou autocom. De plus, les
autocommutateurs d'aujourd'hui mettent en œuvre l'électronique avec toutes ses avancées
technologiques, alors qu'ils fonctionnaient mécaniquement à une époque antérieure: ce sont les
autocommutateurs électroniques. Auparavant de nature spatiale, la commutation est actuellement
temporelle synchrone.

Le Réseau Téléphonique Commuté comporte plusieurs types de commutateurs classés selon leur
fonction respective dans le réseau. Ainsi, on peut placer les commutateurs dans une hiérarchie
comme il est indiqué sur la figure 2.02.

24
Figure 2.02 : Hiérarchie des commutateurs dans le RTC

ZTP: Zone de transit principale


ZTS: Zone de transit secondaire
ZAA: Zone à autonomie d'acheminement
ZL: Zone locale
CTI: Commutateur de transit international
CTP: Commutateur de transit principal
CTS: Commutateur de transit secondaire
CAA: Commutateur à autonomie d'acheminement
CL: Commutateur local

2.2.1.1. Les différents types de commutateurs


Les commutateurs, selon leur fonction, peuvent être classés en deux groupes distincts: les
commutateurs d'abonnés, et les commutateurs de transit.

On appelle commutateurs d’abonnés tous les commutateurs raccordant des lignes d'abonnés,
directement ou par l'intermédiaire de systèmes multiplex, et les alimentant. En effet, pour que le
poste téléphonique puisse assurer son rôle, c'est-à-dire émettre et recevoir la parole, il faut qu'il
soit alimenté sous une tension constante et centralisée. Les commutateurs d'abonnés établissent

25
des communications locales, entrantes et sortantes. Parmi ces commutateurs, on distingue les
commutateurs locaux et les commutateurs à autonomie d'acheminement.

Pour un service de téléphonie classique, le signal de la parole est entièrement analogique sur la
ligne d'abonné, c'est-à-dire dans le réseau de distribution. Il appartient au commutateur d'abonner,
également appelé commutateur de rattachement, de numériser ce signal de la parole et de
multiplexer ensuite différents signaux provenant de plusieurs abonnés.

Le commutateur à autonomie d'acheminement ou CAA est capable d'analyser le numéro demandé


et de choisir entre plusieurs directions sortantes. Une ligne d'abonné ou bien un commutateur local
peut être rattachée à ce type de commutateur.

Le commutateur local ou CL, également appelé commutateur d'abonné ou local switch ou encore
local exchange, est un commutateur dépourvu d'autonomie d'acheminement. Il est relié à un CAA.
Une ligne d'abonné peut être rattachée à ce type de commutateur.

Les commutateurs de transit regroupent les CTS, les CTP et les CTI. Ceux-ci établissent des
communications de transit. Ils s'occupent de la commutation de circuits, et ne sont pas ainsi
directement reliés aux lignes d'abonnés.

2.2.1.2. Le découpage du territoire


Pour faciliter la construction, l'extension et l'exploitation du réseau, il a été nécessaire de découper
le territoire en zones géographiques dont il a fallu définir l'étendu ainsi que le type et les rôles du
ou des commutateurs qui y sont inclus.
Ainsi, on distingue:

- la ZL ou zone locale qui est le territoire correspondant à l'ensemble des abonnés rattachés à
un même commutateur d'abonné, donc de type CL ou CAA;

- la ZAA ou zone à autonomie d'acheminement correspondant au regroupement d'un certain


nombre de ZL desservies par un CAA;

26
- la ZTS ou zone de transit secondaire correspondant à un ensemble de ZAA raccordées à un
CTS qui en concentre le trafic;

- la ZTP ou zone de transit principale qui constitue le dernier niveau de la hiérarchie des
commutateurs et qui est un ensemble de ZTS à la tête duquel se trouve un CTP.

2.2.1.3. Cas du système E10


Le système E10 mérite d'être mentionné dans cette partie de l'ouvrage car l'organe de système de
commutation, portant la marque Alcatel 1000E10 utilisé par la Telma à Antananarivo, en fait
partie. Il s'agit d'un système à commutation électronique. Il est organisé suivant une structure à
deux niveaux: l'autocommutateur proprement dit, assurant les fonctions de commutation, et le CTI
ou Centre de Traitement des Informations, qui assure les fonctions dites de gestion.

L'autocommutateur se compose de trois catégories d'unités:

- les unités de raccordement, ayant pour rôle de réaliser une concentration du trafic et à
assurer les conversions analogique numérique et numérique analogique; elles incluent les
équipements de tonalité composés de générateurs de fréquences et de récepteurs de
numérotation. De plus, elles incluent un certain nombre d'unités permettant le
raccordement des abonnés et des circuits. Une unité de raccordement, également appelée
URA pour Unité de Raccordement d'Abonné, est dite locale lorsqu'elle se trouve
géographiquement à l'endroit même où se trouve l'autocommutateur. Dans ce cas, on a une
URAL ou Unité de Raccordement d'Abonné Locale. Dans le cas où l'URA est
géographiquement séparée de l'autocommutateur, on a une URAD ou Unité de
Raccordement d'Abonné Distante. Une URAD est reliée par une liaison MIC à
l'autocommutateur. Ainsi apparaissent deux types de raccordement d'abonné, comme il est
indiqué sur la figure 2.03: le raccordement à une URAD et le raccordement à une URAL;

- l'unité de connexion, constitué d'équipements désignés sous le nom de réseau de


connexion. Elle assure la liaison entre les lignes d'abonnés;

27
- l'unité de commande ou organe de commande qui a un rôle de positionnement du réseau de
connexion et des unités de raccordement. Il lui appartient de décider d'établir et de rompre
une communication, de calculer le montant de la taxe à imputer aux communications. Il
contient également toutes les données relatives aux abonnés et aux circuits rattachés à
l'autocommutateur. L’organe de commande du système Alcatel 1000 E10 s’appelle
OCB283, ou Organe de Commande type B 283.

Figure 2.03: Types de raccordement d'abonnés dans un système E10

Remarque: Tout comme une URAL qui se trouve dans le même local que l'autocommutateur, une
URAD se trouve dans un local appelé "Central". On lui associe également un répartiteur et un
centre de transmission. Par abus de langage, un Central équipé d’un organe de commande est
souvent appelé un OCB.

2.2.2. La transmission
Le réseau de transmission sert à relier les différents commutateurs entre eux ou les unités de
raccordement d'abonnés distantes à leurs autocommutateurs respectifs. A chaque central est
associé un centre de transmission qui est relié à un ou plusieurs autres centres de transmission
distants pour écouler le trafic dans le réseau.
Les tâches essentielles des centres de transmission consistent à effectuer le multiplexage et le
démultiplexage numériques des signaux, à assurer les procédés de transcodage, puis à assurer les

28
liaisons entre les CO's. Les centres de transmission peuvent utiliser pour leurs liaisons et suivant
les besoins différents supports de transmission parmi lesquels le câble coaxial, la fibre optique et
la troposphère pour les liaisons à faisceaux hertziens. De même, ils peuvent aussi mettre en œuvre
différents systèmes tels que PDH, Plesiochronous Digital Hierarchy, ou SDH, Synchronous
Digital Hierarchy.

Entre le centre de transmission et le commutateur existe un équipement appelé répartiteur de


transmission qui constitue un point de flexibilité pour le câblage.

2.2.3. La distribution
On entend par distribution l'organisation technique mise en œuvre pour raccorder les abonnés au
commutateur le plus proche appelé commutateur de rattachement.

2.2.3.1. Principes généraux du raccordement des abonnés


Il est évident que lors du raccordement d'un nouvel abonné au réseau, tirer une paire de câble du
central vers la localité de celui-ci n'est pas du tout à envisager pour des raisons tant économiques
qu'esthétiques. Alors, on a classé les abonnés en des zones dont chacune est desservie par un
groupement important de paires de câbles à partir duquel chaque abonné est raccordé et
s'effectueront les extensions du réseau.

Les lignes d'abonné sont regroupées dans des câbles multipaires de capacité décroissante en allant
du commutateur vers l'abonné. Avec cette solution, le réseau est beaucoup plus souple et, en
même temps, moins coûteux à réaliser et à installer car les câbles regroupés facilitent les travaux
de génie civil. Ainsi est adoptée la structure générale de raccordement des abonnés, illustrée par la
figure 2.04.

Figure 2.04: Structure générale de raccordement des abonnés

29
Différentes structures qui ont chacune un rôle particulier apparaissent sur la constitution d'une
ligne d'abonné. Le réseau comporte trois parties distinctes:

- le réseau de transport primaire, constitué de câbles de forte capacité. Ces câbles sont
souterrains et leurs capacités vont de 112 à 3800 paires en passant par 224, 448, 900, 1800
et 2700 paires;

- le réseau de distribution, composé de câbles de capacité relativement moyenne. Ces câbles


sont aériens, souterrains ou aéro-souterrains, et leurs capacités s'étalent de 2 à 56 paires en
aérien, jusqu'à 112 paires en souterrain;

- le réseau de branchement, constitué de câbles à 1 paire dont l'aboutement côté abonné


constitue le dispositif d'entrée de poste. Ce câble est essentiellement aérien. Sa longueur ne
doit pas dépasser 500 mètres, selon les normes.

Après le commutateur de rattachement, on trouve le répartiteur d'entrée ou répartiteur d'abonné,


appelé encore MDF pour "Main Distribution Frame". L'interfaçage entre le réseau de transport
primaire et le réseau de distribution est assuré par un équipement appelé sous répartiteur ou SR,
celui entre le réseau de distribution et le réseau de branchement par un équipement appelé point de
concentration ou PC.

2.2.3.2. Autres possibilités de structure de raccordement des abonnés


La structure générale de raccordement des abonnés décrite dans le paragraphe précédent peut
changer selon la concentration du trafic ou la distance séparant l'abonné du répartiteur d'entrée.
Ainsi, on distingue les réseaux à structure rigide, les réseaux à structure souple et les réseaux qui
mettent en œuvre des concentrateurs de lignes sur la ligne d'abonné.

Dans ce cas d’un réseau à structure rigide, les câbles constituant la ligne d'abonné sont aboutés les
uns aux autres sans coupure c'est-à-dire sans passer par un SR. Un tel réseau n'est justifié que si
les lignes d'abonné sont courtes. La zone est appelée zone d'adduction directe. La figure 2.05
montre cette structure.

30
Figure 2.05: Réseau à structure souple

Dans un réseau à structure souple, les câbles multipaires sont aboutés par l'intermédiaire d'un ou
plusieurs points de coupure SR. En effet, du fait de la forte concentration de trafic, une zone locale
ZL en zone urbaine est généralement constituée d'une zone centrale d'adduction directe au milieu
de laquelle se trouve le commutateur urbain et de plusieurs zones de sous répartition desservies
chacune à partir d'un sous répartiteur dit sous répartiteur de zone ou SRZ. Chaque zone de sous
répartition peut en outre comporter un certain nombre de sous répartiteurs secondaires dits sous
répartiteurs d'îlots ou SRI. Ainsi, le réseau se divise en réseaux de transport primaire, secondaire,
de distribution et de branchement, comme il est montré sur la figure 2.06.

Figure 2.06: Réseau à structure rigide

Comme les lignes d'abonnés ne sont ni utilisées en permanence ni toutes simultanément, on a mis
des concentrateurs de lignes sur certains réseaux. Le rôle de ces concentrateurs est de concentrer le
trafic de n lignes sur N jonctions. Ces jonctions se substituent aux n lignes sur une partie de
l'itinéraire de raccordement des abonnés. Dans ce cas, on a un réseau à concentrateur de lignes.

31
2.2.4. Les équipements mis en œuvre dans la distribution
2.2.4.1. Le répartiteur d'entrée
Le répartiteur d'entrée constitue l'interface entre le réseau de transport primaire et
l'autocommutateur. C'est un point de flexibilité qui permet de raccorder chaque ligne d'abonné à
une carte d'abonné dans l'autocommutateur de rattachement.

Le répartiteur d'entrée se compose de deux parties:

- un équipement appelé réglette ou tête verticale où sont raccordées les lignes extérieures. Il
est constitué de barres verticales sur lesquelles s'éclatent les têtes de câbles du réseau de
transport primaire;

- un équipement appelé réglette horizontale où aboutissent les câbles de raccordement des


équipements d'abonnés de l'autocommutateur. Il est constitué de broches métalliques, au
nombre de deux ou trois par abonné, dont la continuité électrique peut être interrompue
très aisément en cas de besoin.

Un fil appelé jarretière, constitué de deux conducteurs en cuivre isolés sous matière plastique et
torsadés, permet de raccorder aisément n'importe quelle ligne côté vertical à n'importe quelle
broche côté horizontal. Ainsi, les tests sur les lignes d'abonnés et la conservation de numéro
d'appel en cas de changement de domicile de l'abonné dans la même localité sont plus faciles à
réaliser.

En plus de la flexibilité de câblage, le répartiteur d'entrée assure également un rôle de protection


des équipements et du personnel contre les effets de l'environnement des lignes d'abonnés, telles
certaines surcharges électriques qui peuvent être dangereuses et qui sont dues aux orages. Le
répartiteur est pourvu de microparafoudres à fort pouvoir d'écoulement du côté des lignes
d'abonnés.

32
2.2.4.2. Les sous répartiteurs
Les sous répartiteurs constituent l'interface entre le réseau de transport et le réseau de distribution.
Leurs rôles consistent à:

- répartir les câbles de grosse capacité du réseau de transport en des câbles de plus petite
capacité du réseau de distribution ou du réseau de transport secondaire dans le cas d'une
interfaçage entre un réseau de transport primaire et un réseau de transport secondaire;

- rendre plus souple l'utilisation des différentes paires de fils constituant les câbles puisqu'on
peut relier une paire quelconque d'un câble de transport à une paire quelconque d'un câble
de distribution à l'aide d'une jarretière amovible. La disponibilité des câbles de distribution
raccordés sur un sous répartiteur est toujours supérieure à celle des câbles de transport, ce
qui permet davantage de souplesse dans l'utilisation des lignes.

Comme on l'a vu plus haut, on peut rencontrer deux types de sous répartiteurs : les sous
répartiteurs de zone ou SRZ et les sous répartiteurs d'îlot ou SRI.

Il existe trois catégories d'équipement selon le type de sous répartiteur de zone:

- les sous répartiteurs souterrains, qui sont des boîtes étanches dans des ouvrages en
maçonnerie;

- les sous répartiteurs en locaux, qui sont des bâtis muraux;

- les sous répartiteurs sur la voie publique, qui se présentent sous la forme d'armoires
métalliques.

Quant aux sous répartiteurs d'îlot, ils sont à l'intérieur des immeubles, car ce type de sous
répartiteurs est destiné à desservir un très grand immeuble ou plusieurs immeubles.

33
2.2.4.3. Les points de concentration
Les points de concentration ou PC constituent l'interface entre le réseau de distribution et le réseau
de branchement. Ils sont constitués de boîtes de distribution, la plupart du temps installées sur des
poteaux, des potelets ou sur des façades de façon à ce que la plupart des câbles de branchement
aient une longueur ne dépassant pas 500 mètres.
Les fonctions d'un point de concentration sont les suivantes:

- la répartition des câbles de distribution en câbles de branchement constituant la ligne


individuelle pour chaque abonné;

- comme les sous répartiteurs, l'offre d'une utilisation plus souple des lignes équipant le
réseau d'abonnés.

2.2.4.4. Les câbles


Les câbles utilisés sur les lignes d'abonnés vont bien entendu par paire. Selon la partie considérée
du réseau, ils peuvent être unipaires ou multipaires. Ils sont constitués par des fils en cuivre, en
bronze ou en aluminium.

Les lignes d'abonnés possèdent deux caractéristiques distinctes pour une fréquence donnée et à
une température donnée. Ces caractéristiques ont été initialement définies pour la plage de
fréquences 300-3400Hz qui est celle du signal téléphonique:

- les caractéristiques électriques de la ligne qui sont:

• sa résistance de boucle, exprimée en Ω/km;


• sa résistance d'isolement, exprimée en MΩ/km;
• sa capacité effective qui est la capacité entre les deux conducteurs, exprimée
en μF/km ;
• son inductance.

34
- les caractéristiques de transmission de la ligne qui sont:

• l'affaiblissement, exprimé en dB/km;


• la distorsion d'affaiblissement Δα: c'est la variation de l'affaiblissement pour
la plage de fréquences donnée.

Remarque: Les détails concernant les caractéristiques d'une ligne sont détaillées dans le chapitre 3
de l'ouvrage.

Il existe différents types de câbles. On distingue:

- pour le réseau de branchement, les câbles unipaires en aérien;

- pour les réseaux de transport et de distribution, les câbles multipaires, en aérien ou


souterrain.

Les câbles unipaires sont destinés à être placés sur des artères aériennes et ont une gaine de
polyéthylène à haute densité. Le tableau 2.02 en résume les différents types que l'on peut
rencontrer sur le réseau de branchement. Notons que depuis les années 80, seuls les câbles 5/10
sont recommandés par les normes et sont installés.

Conducteurs
N° de Nomenclature
Diamètre
technique Nature
(mm)
5/1 Bronze 0.9
5/5 Acier cuivré 1.22
5/7 Acier cuivré 1.63
5/9 Cuivre 0.74
5/10 Cuivre 0.8

Tableau 2.02: Caractéristiques des câbles unipaires

35
Les câbles multipaires sont constitués de conducteurs en cuivre isolés au polyéthylène. Le tableau
2.03 donne les caractéristiques pour les caractéristiques des calibres existants.

Calibre Contenances
Série Emploi Observations
(mm) (paires)
88 0.4 8 à 2688
88 0.5 plus approvisionné En canalisation Enveloppe constituée d'une
88 0.6 8 à 896 ou en pleine terre barrière de PE haute densité
89 0.8 8 à 448
98 0.4 8 à 112
98 0.5 plus approvisionné Enveloppe analogue à celle
98 0.6 8 à 112 Aérien des 88-89 mais avec un
98 0.8 4 porteur excentré
99 0.8 8 à 56
Enveloppe constituée d'une
82 0.4 28 à 224 couche de PE basse densité,
82 0.6 28 à 224 Pleine terre d'un feuillard d'acier et d'un
83 0.8 14 à 224 feuillard Alu et d'une gaine
de PE haute densité

Tableau 2.02: Caractéristiques des câbles multipaires

Notons que l'on peut rencontrer des câbles multipaires dont les conducteurs sont isolés au papier
dans les réseaux installés avant le début des années 80. Les calibres disponibles pour ces types de
câbles sont de 0.4; 0.5; 0.6; 0.8 mm.

2.2.4.5. Les concentrateurs


Les concentrateurs peuvent exister sur certaines parties du réseau. Ils sont aussi connus sous le
nom de sous répartiteurs automatiques. Leur rôle consiste à relier un nombre important d'abonnés
à leurs équipements individuels par l'intermédiaire d'un nombre moindre de jonctions de
conversation.

36
Les concentrateurs comportent deux parties:

- une extrémité dite active, implantée au commutateur de rattachement, composée


d'éléments électroniques;

- une extrémité dite passive, implantée tout près des points de concentration des abonnés,
essentiellement composée de relais.

37
Chapitre 3: LIGNE DE TRANSMISSION

3.1. Généralités [20]


3.1.1 Support de transmission
Dans une chaîne de transmission, on désigne par support ou milieu de transmission le lien
physique entre l'émetteur et le récepteur. En traversant le milieu de transmission, le signal utile
contenant l’information à transmettre est combiné à d'autres signaux qu'on qualifie de bruits. En
outre, le niveau du signal à la réception est généralement nettement inférieur par rapport à celui à
l'émission. On dit que le signal subit de l'atténuation ou affaiblissement. Un support de
transmission est caractérisé par sa bande passante. Celle ci détermine les fréquences supérieure et
inférieure entre lesquelles le support peut assurer la transmission, ou le débit maximal que peut
assurer celui-ci dans le cas d’une transmission numérique en bande de base.

3.1.2 Ligne électrique


Une ligne électrique est un type de support de transmission. C'est une structure à deux conducteurs
parallèles dont la géométrie transversale est uniforme sur toute la longueur. On distingue parmi les
plus fréquentes et souvent utilisées, selon la géométrie de la ligne électrique, la ligne coaxiale, la
ligne bifilaire symétrique et la ligne bifilaire torsadée.

La ligne coaxiale est constituée d'un fil de cuivre centré dans une gaine en matériau isolant et
entouré d'un second conducteur métallique. La ligne bifilaire symétrique et la ligne bifilaire
torsadée sont les supports utilisés en téléphonie. Elles sont constituées de deux conducteurs
enveloppés séparément dans un isolant. Elles ont les formes représentées sur les figures 3.01 et
3.02 où:

- D représente la distance séparant les centres des conducteurs;


- d est le diamètre des conducteurs.

38
Figure 3.01: Coupe d'une ligne bifilaire symétrique

Figure 3.02: Coupe d'une ligne à paire torsadée

3.1.3. Affaiblissement
On appelle affaiblissement dans une ligne de transmission le rapport du niveau du signal reçu à
l'autre bout de celle-ci avec celui du signal à son entrée. Il est habituellement exprimé en décibel
(dB).

Si vi est le niveau du signal à l'entrée et vo celui à la sortie, on a :

⎛v ⎞
A dB = 20.log ⎜ o ⎟ (3.01)
⎝ vi ⎠

3.2. Modélisation d'une ligne de transmission [20], [21], [22]


Ce paragraphe portera l'étude sur la ligne électrique bifilaire, et fait souvent référence à la ligne à
paire torsadée, étant donné que ce cas est nécessaire pour la suite des études dans cet ouvrage.

La longueur d'une ligne électrique est de l'ordre d'une dizaine de mètres à plusieurs kilomètres.
Cette valeur est en général plus grande par rapport à la longueur d’onde du signal à transmettre.
Ainsi son comportement du point de vue électrique ne satisfait plus aux équations de Kirchhoff.

39
En effet, la distance entre l'émetteur et le récepteur est importante, ce qui rend les temps de
propagation non négligeables. A un instant donné, le courant entrant dans la ligne n'est pas égal au
courant sortant à l'autre extrémité.

A cet effet, on attribue à la ligne de transmission un certain nombre de caractéristiques et


paramètres autres que ceux des simples conducteurs. On distingue les paramètres primaires,
connus aussi sous l'appellation paramètres physiques ou encore linéiques, et les paramètres
électriques ou secondaires.

Ainsi, on aboutit à une modélisation de la ligne. Une ligne est branchée à l'entrée sur un
générateur de signal ayant une impédance interne et, à la sortie, sur une charge. Elle peut être
représentée électriquement par une somme de tronçons élémentaires, de longueur infiniment
petite. La figure 3.03 montre un tronçon élémentaire isolé où:

- R' s'appelle résistance linéique de la ligne;


- L' s'appelle inductance linéique de la ligne;
- C' s'appelle capacité linéique de la ligne;
- G' s'appelle conductance linéique de la ligne.

Figure 3.03: Schéma d’un tronçon de ligne pour la modélisation


d'une ligne de transmission

40
3.2.1. Paramètres physiques de la ligne
Les paramètres physiques d'une ligne sont constitués par sa résistance linéique R', sa capacité
linéique C', sa conductance linéique G' et son inductance linéique L'. Ils sont directement
déterminés par la géométrie transversale de la ligne à partir des équations de Maxwell et des
propriétés conductrices et diélectriques des matériaux constituant la ligne.

3.2.1.1 Résistance linéique


La résistance linéique R' représente les pertes ohmiques par unité de longueur dans les
conducteurs. Elle se calcule par la formule (3.02) pour chacun des conducteurs.

R cond
R 'cond = (3.02)
A

R cond en ohm Résistance du conducteur


A en mètre Longueur du conducteur

Remarque: Comme l'étude se porte sur la ligne bifilaire, la valeur de la résistance linéique pour la
ligne entière est obtenue en faisant la somme de celle de chacun des conducteurs, soit :

R ' = 2R 'cond (3.03)

La valeur de la résistance de la ligne dépend de la fréquence à laquelle est soumise la ligne. On


distingue deux cas:

- En basse fréquence, la formule classique de la résistance en fonction de la longueur de la


ligne ainsi que de sa surface peut être retenue.
A
R cond = ρ. (3.04)
S

Dans le cas pratique, les conducteurs sont à section circulaire, et l'on obtient alors la formule
(3.05).

41
4 A
R cond = . 2 (3.05)
π σ.d

ρ en Ω/m Résistivité du conducteur ;


A
σ= en [S / m ] Conductivité du conducteur ;
ρ
d en mètre Diamètre de la section du conducteur ;
S en m2 Surface de la section du conducteur ;

- Au-delà de 100kHz environ, un phénomène appelé effet de peau est observé sur les
conducteurs. L'effet de peau est un effet électromagnétique qui repousse les lignes de
courant vers la surface des conducteurs. Ainsi, la densité de courant n’est plus uniforme
sur toute la section du conducteur. La surface réellement parcourue par le courant se trouve
diminuée, ce qui augmente la résistance du conducteur, donc celle de la ligne. La formule
(3.06) permet de calculer l'épaisseur e de la zone approximativement parcourue par le
courant dans un conducteur pour une fréquence donnée du signal.

a) b)

Figure 3.04: Influence de la fréquence sur la surface conductrice d’un conducteur.


a) zone approximativement parcourue par le courant b) Exemple d'un conducteur en cuivre de 0,5
mm de rayon : répartition de la densité de courant dans le conducteur

42
1
e= (3.06)
πσμ 0μ r f

Avec
f Fréquence du signal auquel est soumise la ligne;
μ0 Permittivité du vide
μr Permittivité relative du conducteur;

Remarque: La valeur de la résistance d'un conducteur dépend également de la température à


laquelle celui-ci est soumis, bien que cet effet n'est pas très remarquable dans la pratique, vue la
petite variation de la température. La loi de variation de la résistance en fonction de la température
est donnée par la formule (3.07).

R T °C = R 20°C ⎡⎣1 + α 20° C ( T° C − 20°C ) ⎤⎦ (3.07)

Avec
R 20°C Résistance du conducteur à la température de référence 20°C

α 20° Coefficient de température du conducteur à 20°C. Pour le cuivre, α 20° = 0.0038

T°C Température du conducteur en °C

3.2.1.2 Capacité linéique


La capacité linéique C' représente la capacité équivalente, par unité de longueur de la ligne, du
diélectrique séparant les deux conducteurs. Elle est pratiquement indépendante de la fréquence
jusqu'à une valeur très élevée de celle-ci, de l'ordre du GHz.

43
Pour une ligne à paire torsadée, on montre que la valeur de la capacité linéique peut se calculer
par la formule 3.08, suivant les notations de la figure 3.02.

εr
C ' = 12 (3.08)
⎡D D2 ⎤
log ⎢ + − 1⎥
⎣⎢ d d2 ⎥⎦

Unité: pF/m
εr Permittivité relative de l'isolant

D2 D2
Dans le cas d'une ligne bifilaire symétrique, comme D>>d et donc 2 − 1 ≈ 2 , la valeur de la
d d
capacité linéique se simplifie et devient:

εr
C ' = 12 (3.9)
⎡ 2D ⎤
log ⎢ ⎥
⎣ d ⎦

Unité: pF/m

3.2.1.3. Conductance linéique


La conductance linéique G' représente les pertes diélectriques par unité de longueur dans l'isolant
entre les deux conducteurs. Elle est pratiquement négligeable jusqu'à une fréquence voisine du
GHz. Elle est souvent définie par rapport au facteur de qualité (formule (3.10)). Pour la ligne
bifilaire, elle dépend de l'angle de perte des isolants (formule (3.11)).

ωC '
G'= (3.10)
Q

Q Facteur de qualité de la ligne

44
ou encore
G = C ' ω tan δ (3.11)

δ Angle de perte du diélectrique

3.2.1.4. Inductance linéique


L'inductance linéique de la ligne représente l'inductance équivalente, par unité de longueur, le long
de la ligne. Elle est pratiquement indépendante de la fréquence jusqu'à une valeur très élevée de
celle-ci, de l'ordre du GHz.

Pour une ligne à paire torsadée, sa valeur s'obtient par la formule (3.12).

⎡D D2 ⎤
L ' = 0,92 log ⎢ + − 1⎥ (3.12)
⎣⎢ d d2 ⎥⎦

Dans le cas d'une ligne bifilaire symétrique, elle se réduit à la formule (3.13).

⎡ 2D ⎤
L ' = 0.92 log ⎢ ⎥ (3.13)
⎣ d ⎦

Remarque: En condition normale, on obtient les valeurs suivantes pour la totalité de la ligne:

- résistance totale ou résistance de boucle:


Rb = A R ' (3.14)
- inductance totale
L = A L' (3.15)
- capacité totale
C = A C' (3.16)
- conductance totale

45
G = A G' (3.17)
3.2.1. Paramètres électriques de la ligne
Les paramètres électriques de la ligne découlent de la modélisation représentée sur la figure 3.03.
Les notations suivantes sont adoptées:

dz Longueur du tronçon de ligne


v(z,t) Tension à l'entrée du tronçon
v(z+dz,t) Tension à la sortie du tronçon
i(z,t) Courant à l'entrée du tronçon
i(z+dz,t) Courant à la sortie du tronçon

3.2.2.1. Constante de propagation


En appliquant les lois de Kirchhoff, on obtient les équations (3.18) et (3.19) suivantes:
d
v(z, t) = R 'dz i(z, t) + L 'dz i(z, t) + v(z + dz, t) (3.18)
dt
d
i(z, t) = i(z + dz, t) + G 'dz v(z + dz, t) + C 'dz v(z + dz, t) (3.19)
dt

En transformant ces équations, on aboutit à l’équation dite équation des télégraphistes suivante :
d2 d2 d
2
v(z, t) = L 'C ' 2 i(z, t) + [ L 'G '+ R 'C '] v(z, t) + R 'G ' v(z, t) (3.20)
dz dt dt

Si on étudie le tronçon élémentaire du modèle de la ligne en régime harmonique, la tension à


l'entrée est de la forme :

v(z, t) = 2 Veff (z) cos(ωt + ϕ(z)) (3.21)

Veff Tension efficace


φ Phase
Veff et φ dépendent du lieu z

46
Soit V(z) le phaseur de la tension tel que :

V(z) = Veff (z) e jϕ(z) (3.22)

Finalement, la solution de l’équation (3.17) est de la forme :

V(z) = V1 e −γ z + V2 e γ z (3.23)

V1 et V2 sont des constantes complexes.

Le terme V1 e −γ z correspond à une onde progressive, allant de l'émetteur au récepteur et le terme

V2 e γ z correspond à une onde réfléchie, allant du récepteur à l'émetteur.

Le terme γ est la constante de propagation, exprimée en m-1. Il représente un paramètre électrique


de la ligne :

γ=α + j β= (R ' + j ω L ')( G ' + j ω C ' ) (3.24)

α est appelé affaiblissement linéique de la ligne


β est appelé déphasage linéique

Remarque: On appelle ligne sans perte une ligne où R'=G'=0. Dans ce cas, γ se réduit à jβ.

γ= j β= j ω L 'C ' (3.25)

3.2.2.2. Affaiblissement linéique


L'affaiblissement linéique d'une ligne de transmission est défini par le paramètre α tel que:

α = Re [ γ ] (3.26)

47
Unité: Np / m
Il est donné très souvent exprimé en décibel, en respectant la formule (3.27).

20
α dB = α (3.27)
ln10

Unité: dB / m

Remarques : La valeur de l'affaiblissement totale le long de la ligne de longueur A s'écrit:


A dB = A α dB (3.28)
Dans une ligne sans perte, α = 0.

3.2.2.3. Déphasage linéique


On appelle déphasage linéique de la ligne le paramètre β tel que:

β = Im(γ) (3.29)

Il est exprimé en rad/m

Il est dans le domaine spatial ce que la pulsation ω est au domaine temporel. La période spatiale
s’appelle longueur d’onde et est notée par le symbole λ.

3.2.2.4. Vitesse de phase et vitesse de groupe


Pour une ligne donnée, les vitesses de phase et de groupe sont respectivement définies par les
formules (3.30) et (3.31) :

ω
Vph = (3.30)
β
∂ω
Vgr = (3.31)
∂β

48
La vitesse de phase correspond à la vitesse avec laquelle le zéro d’une impulsion sinusoïdale se
déplace tandis que la vitesse de groupe est la vitesse avec laquelle l’enveloppe d’une impulsion
sinusoïdale se déplace.

La vitesse de phase sur une ligne est inférieure à la vitesse c0 d'une onde électromagnétique dans

Vph
le vide. On appelle coefficient de vitesse le rapport . Il dépend essentiellement de la
c0
permittivité relative du diélectrique et varie habituellement entre 0,7 et 0,9 pour une ligne donnée.
Les vitesses de phase et de groupe sont illustrées sur la figure 3.05.

Figure 3.05: Vitesse de groupe et vitesse de phase

Idéalement, les vitesses de phase et de groupe sont égales. Lorsque ce n’est pas le cas, on a de la
dispersion et on dit que la ligne est dispersive. Un cas de dispersion est illustré par la figure 3.06.
Si on génère une impulsion de durée T1 à l'entrée d’une ligne dispersive, celle-ci arrive déformée à
la sortie avec une durée T2>T1.

Figure 3.06: Dispersion du signal dans une ligne dispersive

49
3.2.2.5. Impédance caractéristique
L'impédance caractéristique Zc d'une ligne correspond à la charge qui, installée au bout de la
ligne, favorise seulement la propagation d'une onde progressive sur la ligne. Dans ce cas,
l'impédance d'entrée de la ligne est égale à son impédance caractéristique.

Figure 3.07: Schéma équivalent de la ligne branchée à sa sortie sur son impédance
caractéristique

Par définition,

−γz
V(z) V1 e V1 V2
Zc = = −γz
= =− (3.32)
I (z) I1 e I1 I2

En prenant compte que l'onde est essentiellement progressive, on trouve:

R '+ jωL '


Zc = (3.33)
G '+ jωC '

3.2.3. Propagation du signal dans une ligne de transmission


Comme il est déjà évoqué au paragraphe 3.2.2.1 de ce chapitre, dans le cas général, le signal émis
par l'émetteur n'est pas le seul signal à parcourir la ligne de transmission. En effet, il découle de la
formule 3.23 que l'onde est essentiellement composée d'une onde incidente et d'une onde réfléchie.
On considère respectivement les phaseurs de tension et de courant:

50
V(z) = V1 e − γz + V2 e γz (3.34)

I(z) = I1 e −γz + I 2 e γz = I1 e−γz − (− I 2 e γz ) (3.35)

Les termes V1 e −γz et I1 e −γz indiquent respectivement les ondes de tension et de courant incidentes

tandis que V2 e γz et I 2 e γz sont les ondes de tension et de courant réfléchies. Le courant réfléchi se

déplace dans le sens de la charge vers le générateur, comme il est montré sur la figure 3.08. Ainsi,
il est préféré d'utiliser le phaseur réfléchi − I 2 plutôt que + I 2

Figure 3.08: Onde incidente et onde réfléchie dans une ligne

3.2.3.1. Coefficient de réflexion


On définit le coefficient de réflexion, noté ρ(z) , comme le rapport entre le phaseur de tension de
l'onde réfléchie et celui de l'onde incidente. Ainsi, on a:

V2 e γz
ρ(z) =
V1 e −γz

V2
ρ(z) = e 2 γz (3.36)
V1

51
D'après les formules (3.36) et (3.32), ρ(z) peut aussi se mettre sous la forme suivante:

I2
ρ(z) = − e 2 γz (3.37)
I1

Ainsi, on obtient les expressions respectives de la tension et du courant sur la ligne en fonction du
coefficient de réflexion:

V(z) = V1 e −γz (1 + ρ(z)) (3.38)

I(z) = I1 e −γz (1 − ρ(z)) (3.39)

3.2.3.2. Adaptation d'impédance d'une ligne


En présence d'une onde réfléchie, l'impédance le long de la ligne s'écrit:

V(z)
Z(z) =
I(z)

V1 e −γz (1 + ρ(z))
Z(z) = (3.40)
I1 e −γz (1 − ρ(z))

qui se simplifie en tenant compte de (3.32):

1 + ρ(z)
Z(z) = Zc (3.41)
1 − ρ(z)

On en déduit l'expression du coefficient de réflexion en fonction de l'impédance le long de la


ligne:

Z(z) − Zc
ρ(z) = (3.42)
Z(z) + Zc

52
A la charge, cette équation donne:

ZT − Zc
ρ(z) = (3.43)
ZT + Zc

Ainsi, le coefficient de réflexion prend une valeur nulle pour ZT = Zc . Dans ce cas, il n'y a plus
que l'onde incidente qui transite sur la ligne car l'onde réfléchie prend la valeur nulle (formule
(3.23)). On dit que la ligne est adaptée et la condition ZT = Zc est appelée condition d'adaptation de
la ligne.

Remarque: L'existence de l'onde réfléchie se traduit par un affaiblissement du signal le long de


la ligne. Elle peut être pénalisante pour une ligne de transmission lorsque son niveau atteint une
certaine valeur. L'adaptation de la ligne s'avère donc très importante en télécommunication.
Néanmoins, le cas selon lequel l'onde réfléchie est totalement nulle est idéal car, dans la pratique,
le moindre obstacle telle qu'une jonction sur la ligne ou une non homogénéité de la matière
constituant la ligne est une source de réflexion du signal.

3.2.4. Approximations adoptées pour une ligne selon la fréquence


3.2.4.1. Approximations dans les basses fréquences
En basse fréquence, on peut admettre les approximations suivantes:

G'≈ 0;
ω L ' R ' .

Par conséquent, la constante de propagation devient:

γ = α BF + jβBF

ω R 'C ' ω R 'C '


γ ≈ R ' jω C ' = +j (3.44)
2 2

53
Ainsi, on a:

ω R 'C '
α BF = (3.45)
2

ω R 'C '
βBF = (3.46)
2

De même, l'impédance caractéristique de la ligne devient:

R' R ' − j π4
ZBF ≈ = e (3.47)
j ωC ' ωC '

Pour les vitesses de phase et de groupe, elles sont respectivement obtenues à l'aide des formules
(3.46) et (3.47).

ω 2ω
VphBF = = (3.48)
βBF R 'C '

∂ω 8ω
VgrBF = = (3.49)
∂βBF R 'C '

On constate, par la formule (3.44), que l'affaiblissement linéique varie en fonction de la fréquence,
ceci seulement à cause de la présence de l'expression f car la résistance linéique et la
conductance linéique sont indépendantes de la fréquence en basse fréquence. De même,
l'impédance caractéristique est complexe et dépend de la fréquence, ce qui logiquement va rendre
une adaptation d'impédance plus difficile. Enfin, la vitesse de phase varie aussi avec la fréquence,
ce qui entraîne de la distorsion de phase. En effet, la vitesse de phase devient dans ce cas
différente de la vitesse de groupe, ce qui implique de la dispersion du signal sur la ligne.

3.2.4.2 Approximations dans les hautes fréquences


En haute fréquence, lorsque f dépasse les 100 kHz, on peut admettre les approximations
suivantes:

54
ωL '  R ' ;
ωC '  G ' .

Les expressions des paramètres électriques de la ligne deviennent respectivement:

1 ⎛ C' L' ⎞
α HF = ⎜⎜ R ' +G' ⎟ (3.50)
2 ⎝ L' C ' ⎟⎠

βHF = ω L 'C ' (3.51)

L'
Z0HF = (3.52)
C'
1
VphHF = VgrHF = (3.53)
L 'C '

L'expression de l'affaiblissement linéique ne contient pas le terme f. Néanmoins, celui-ci dépend


de la fréquence à cause de l'influence de l'effet de peau sur la résistance linéique R' tant que la
conductance G' reste négligeable. Pour des fréquences supérieures à 1 GHz, la valeur de G' qui
dépend aussi de la fréquence n'est plus négligeable.

L'impédance caractéristique ne dépend plus de la fréquence et est purement réelle tandis que les
vitesses de phase et de groupe sont égales entre elles et ne dépendent plus de la fréquence. Par
conséquent, la ligne est plus facile à adapter et se trouve théoriquement moins dispersive.

3.3. Les défauts d'une ligne [22]


Idéalement, une ligne de transmission doit transmettre en entier le signal sans subir ni de
l'atténuation ni de la déformation. Cependant, plusieurs défauts lui sont associés, rendant ceci
impossible. Ceux-ci peuvent trouver leur origine dans la constitution physique même de la ligne
car les paramètres du matériau constituant celle-ci entrent en jeu. Par exemple, pour une ligne
bifilaire, on a les paramètres ε r , μ r , σ , respectivement permittivité relative de l'isolant entre les
conducteurs formant la ligne, perméabilité relative de l'isolant et conductivité des conducteurs,
dont dépendent les paramètres physiques et les paramètres électriques de la ligne.
L'affaiblissement, la réflexion d'onde ainsi que la dispersion du signal dont il est déjà question
dans ce chapitre, dépendent respectivement plus ou moins de ces paramètres. Mais en plus de ces

55
défauts, il est également à noter ceux dont les origines sont essentiellement externes à la ligne. Ils
sont communément appelés « bruits » ou « perturbations ». Parmi eux, la diaphonie sera décrite
dans ce paragraphe car sa connaissance est importante dans le cas de notre étude.

3.3.1. Affaiblissement
Il est déjà question de l'affaiblissement linéique dans ce chapitre. C'est l'atténuation par unité de
longueur que subit un signal en traversant la ligne de transmission. Il augmente avec la fréquence.
Ainsi, il est d'une importance majeure de connaître sa valeur et son évolution en fonction de la
fréquence pour un type de ligne donné.

3.3.2. Réflexion d'onde


Une mauvaise adaptation de la ligne, à cause d'une charge mal adaptée, de la non homogénéité
dans le matériau constituant la ligne ou de jonctions sur la ligne peuvent être à l'origine de
réflexions du signal, néfastes pour la transmission.

3.3.3. Dispersion du signal


Dans le cas général, la présence du déphasage linéique β introduit une variation de la vitesse des
signaux en fonction de leur fréquence. Ainsi, dans le cas pratique où le signal mis en jeu est non
sinusoïdal, donc associant un ensemble d'harmoniques de différentes fréquences, celui-ci se
retrouve déformé à l'arrivée. On dit dans ce cas que la ligne est dispersive. Dans le cas d'un signal
numérique, deux bits consécutifs peuvent finir par se chevaucher et devenir indiscernables, ce qui
rend difficile, voire impossible, l'interprétation de l'information transmise à la réception.

3.3.4. Diaphonie
Lorsque deux lignes sont voisines, un phénomène appelé diaphonie peut se produire. Il est causé
par l'influence mutuelle entre les deux lignes. Cette influence peut se faire par deux types de
couplage entre les lignes: le couplage magnétique dû au champ magnétique d'une ligne sur l'autre
par inductance mutuelle et le couplage capacitif dû à la présence de capacités entre les conducteurs
des deux lignes. Ces couplages dépendent essentiellement de la configuration géométrique de la
ligne. Ils sont répartis de façon plus ou moins uniforme le long de la ligne. Ce sont les lignes
bifilaires symétriques qui sont les plus sensibles à la diaphonie

56
3.3.4.1. Diaphonie par couplage magnétique
La diaphonie par couplage magnétique est également appelée diaphonie inductive. Les variations
du courant dans une ligne génèrent dans le milieu environnant un champ magnétique dont les
variations sont proportionnelles à ces variations de courant. Ce champ magnétique va créer une
force contre électromotrice dite induite dans une ligne proche que l'on appelle ligne victime. Ainsi
se développe dans la ligne victime un signal que l'on qualifie de perturbateur.

3.3.4.2. Diaphonie par couplage capacitif


La diaphonie par couplage capacitif est également appelée diaphonie capacitive. Une variation
brutale de tension entre un fil et un plan de masse ou entre deux conducteurs d'une ligne va
générer un champ électrique qui va induire un courant sur la ligne voisine par effet capacitif. On
récupère une tension sur la ligne victime.

3.3.4.3. Effets de la diaphonie


Lorsqu'une diaphonie a lieu entre deux lignes voisines, on parle de paradiaphonie ou NEXT, Near
End Crosstalk lorsque la perturbation a lieu sur l'extrémité proche de la ligne perturbée et de
télédiaphonie ou FEXT, Far End Crosstalk, lorsqu'elle a lieu sur l'extrémité éloignée.

Si on note par:

- U0 la tension à l'émetteur de la ligne perturbatrice;


- I0 le courant à l'émetteur de la ligne perturbatrice;
- V1 la tension sur la ligne victime du côté de l'émetteur de la ligne perturbatrice;
- I1 le courant sur la ligne victime du côté de l'émetteur de la ligne perturbatrice;
- V2 la tension sur la ligne victime du côté du récepteur de la ligne perturbatrice;
- I2 le courant sur la ligne victime du côté du récepteur de la ligne perturbatrice;

alors on définit l'affaiblissement diaphonique, Ad, qui caractérise la diaphonie par les formules
(3.54) et (3.55) :

1 UI
Ad = log 0 0 (3.54)
2 V1I1

57
1 UI
Ad = log 0 0 (3.55)
2 V0 I0

Figure 3.09: Tensions et courants dans une diaphonie

3.3.4.4 Solutions contre la diaphonie


Etant donné qu'elle est la source de signaux perturbateurs sur les lignes, la diaphonie est néfaste
sur la transmission. Ainsi, diverses solutions sont proposées pour l'éviter, ou tout au moins
l'atténuer. Parmi ces solutions, on peut citer:

- la mise en œuvre de paires torsadées. Dans ce cas, les vecteurs champs électrique et
magnétique changent régulièrement de sens tout le long de la ligne et les courants
qu’induit chacun d’eux se neutralisent ainsi entre eux;

- le blindage des câbles par des enveloppes métalliques pour que les champs n'aient aucune
influence sur le milieu extérieur.

3.4. Cas de la ligne téléphonique


Une ligne téléphonique est constituée d'une paire torsadée. Comme il est déjà évoqué dans le
chapitre précédent, il existe différents gabarits possibles pour une ligne téléphoniques. Une ligne
d'abonnés peut même être constituée de câbles de sections différentes selon la politique de
déploiement mise en œuvre pour le réseau téléphonique. De plus, un câble est habituellement livré

58
par son fabricant avec une longueur de 300 mètres, ce qui oblige à un raccordement tous les 300
mètres. Ainsi, une ligne téléphonique est sujette à des réflexions de l'onde à cause de ces
nombreux raccordements qui ne sont jamais parfaits.

Comme il est aussi évoqué dans le chapitre précédent, une ligne téléphonique est regroupée à
d'autres lignes dans une enveloppe afin de faciliter leur acheminement, ce qui crée de la diaphonie
au niveau de ces câbles regroupés.

L'impédance caractéristique d'une ligne téléphonique est fixée à 600 Ω pour une fréquence de 800
Hz en Europe et plus particulièrement à Madagascar. Suivant la propriété mentionnée dans le
paragraphe 3.2.4.2 de ce chapitre, elle tend vers une valeur fixe pour des valeurs élevées de la
fréquence, comme il est indiqué sur la figure 3.10.

Figure 3.10: Évolution de l'impédance caractéristique d'une ligne


téléphonique en fonction de la fréquence

59
CHAPITRE 4: L'ADSL à ANTANANARIVO

La théorie sur l’ADSL traitée dans le chapitre1 affirme que la possibilité de la mise en œuvre de
cette technologie sur une ligne d’abonné dépend beaucoup et de la longueur de cette ligne et de sa
qualité. Ainsi, les connaissances sur la ligne de cuivre formant la boucle locale dans le réseau
téléphonique publique commuté, détaillées dans les deux chapitres précédents, s’avère être d’une
importance capitale.

Mettre en œuvre l’ADSL pour un nouvel abonné au réseau ne pose en général aucun problème, du
moins jusqu’à une certaine distance du répartiteur équipé de DSLAM, car la pose du câble
s’effectue en même temps, ce qui laisse du choix sur le calibre de câble adéquat. Par contre, ceci
se montre très délicat pour un ancien abonné du réseau car son câblage peut ne pas convenir à
cette technologie. Pire, son réseau peut être sujet à des dégâts si son installation remonte à une
époque reculée. L’optimisation du déploiement de l’ADSL concerne ces anciens abonnés du
réseau. Elle consiste à déterminer à l’avance la possibilité ou non de l’ADSL sur leur ligne.

Ce chapitre décrit une approche pour cette optimisation du déploiement de l'ADSL à


Antananarivo, basée sur la détermination des paramètres des lignes.

4.1 Le réseau téléphonique à Antananarivo


Comme c’est le cas dans tout Madagascar, la TELMA ou TELECOM MALAGASY est
l’opérateur historique de la téléphonie. Ainsi, elle est la propriétaire, du moins jusqu’ici, de toute
l’infrastructure du réseau public de téléphonie commuté.

Le réseau téléphonique commuté existant à Antananarivo utilise actuellement des systèmes E10
comme autocommutateurs. Il comporte deux autocommutateurs, à savoir l'autocommutateur à
Analakely et celui à Ivandry. A chacun de ceux-ci sont associés respectivement des URAL et des
URAD. Ils sont reliés entre eux par faisceaux hertziens ou par fibre optique. Le schéma du réseau
d’Antananarivo est représenté par la figure 4.01 sur laquelle ont été volontairement omises les
liaisons vers les provinces ainsi que les liaisons internationales.

60
Figure 4.01: Structure du réseau d'Antananarivo.

4.1.1. Le central d'Analakely


Ce central téléphonique se trouve au premier étage de l'immeuble de la Telma à Analakely. En
plus des URAL, cinq URAD sont rattachées à ce central et se trouvent respectivement à
Antanimena, aux 67 Ha, à Ambanidia, à Tanjombato et à Fenoarivo.

4.1.2. Le central d’Ivandry


Une deuxième OCB est implantée à Ivandry. Quatre URAD lui sont actuellement rattachées, à
savoir l’URAD d’Andraharo, celles de Talatamaty, d’Ivato et d’Ampasampito.

4.2. Situation actuelle de l'ADSL à Antananarivo [23]


L’ADSL à Antananarivo était en phase de test en 2003. Les tests se sont effectués à l’intérieur
même de la société. Actuellement, elle est en pleine phase de déploiement.

4.2.1. La politique de dégroupage


La TELMA met en œuvre la collecte IP/ADSL. Pour ce faire, elle dispose des équipements ADSL
et assure elle-même le transport des données jusqu’aux « Points de Présence » des ISP. Ainsi, la
boucle locale d’abonné constituée de la paire de cuivre est entièrement à sa possession même si le

61
client est passé du service voix de la téléphonie à l’ADSL. Il est de son devoir d’effectuer les
maintenances sur celle-ci s’il y a nécessité.

4.2.2. Les répartiteurs équipés de DSLAM


Actuellement, les répartiteurs sur le réseau d’Antananarivo qui sont équipés de DSLAM sont au
nombre de quatre, à savoir les répartiteurs des autocommutateurs respectifs d’Analakely et
d’Ivandry et ceux des URAD de Tanjombato et d’Andraharo. Les capacités actuelles en terme de
clients ADSL pour chaque site, ainsi que pour la totalité des sites, sont représentées sur le tableau
4.01, avec les quotas possibles pour les entreprises et les particuliers.

Répartiteur Capacité Entreprises Particuliers


Analakely 1000 700 300
Tanjombato 600 420 180
Ivandry 1000 700 300
Andraharo 1000 700 300
TOTAL 3600 2520 1080

Tableau 4.01: Capacités en clients ADSL des DSLAM installés

Dans le cadre du déploiement de l’ADSL, des prévisions sur l’installation de nouveaux DSLAM
sur d’autres répartiteurs ont été définies, ceci dans le but de rendre au maximum l’étendue des
zones éligibles à Antananarivo. Ainsi, l’on note les cas des répartiteurs des URAD des 67 Ha,
d’Ambanidia, d’Antanimena, d’Ivato, d’Ampasampito et de Talatamaty. Il en est de même pour
les répartiteurs d’Ilafy, d’Iavoloha et de la zone Zital, desservis par le projet VSAT. Les capacités
en clients ADSL spécifiées dans ces prévisions sont détaillées par le tableau 4.02, avec également
les quotas pour les entreprises et les particuliers.

62
Répartiteur Capacité Entreprises Particuliers
67ha 750 525 225
Ambanidia 750 525 225
Antanimena 750 525 225
Ivato 750 525 225
Ampasampito 750 525 225
Talatamaty 750 525 225
Ilafy 400 280 120
Iavoloha 100 70 30
Zital 1400 980 420
TOTAL 6400 4480 1920

Tableau 4.02: Prévision d'installation de DSLAM et leurs capacités


respectives en clients ADSL

4.2.3. L'architecture mise en place


Parmi les objectifs majeurs de la TELMA dans le cadre du déploiement de l’ADSL figure dans un
premier temps le déploiement de l’Internet à haut débit. C’est ainsi qu’on va parler dans ce
paragraphe de l’architecture physique mise en œuvre, du réseau de l’opérateur à l’Internet, en
passant par les réseaux des FAI.

L’architecture actuelle est celle de la figure 4.03. Le BAS, le routeur ainsi que le Proxy Radius
sont centralisés dans un local du deuxième étage du bâtiment de la Telma à Analakely appelé
NOC ou Network Operating Center. Les équipements DSLAM de Tanjombato, d’Analakely,
d’Andraharo et d’Ivandry sont rattachés au même BAS. Les transmissions entre les DSLAM
distants et le BAS sont du type E1.

63
Figure 4.02 : Architecture pour l’ADSL à Antananarivo

4.2.4. Les fournisseurs d'accès Internet proposant l'offre ADSL


Plusieurs fournisseurs d’accès proposent actuellement l’offre ADSL Internet haut débit. Parmi
ceux-ci, on peut citer par exemple DTS, Gulfsat et BLUELINE.

4.2.5. Les liaisons ADSL en service


Depuis le déploiement de cette technologie à Antananarivo, plus de 300 liaisons sont déjà
actuellement opérationnelles, réparties entre des entreprises, la plupart, et des particuliers.

4.3. Projet d'optimisation du déploiement de l'ADSL à Antananarivo


4.3.1. Éligibilité d’une ligne
Une ligne est dite éligible lorsque l’ADSL est estimée possible sur cette ligne. Pour déterminer
l’éligibilité d’une ligne, plusieurs méthodes sont proposées, mais on peut les classer en deux
catégories : les méthodes basées sur des calculs théoriques et les méthodes basées sur des mesures
sur les équipements.

64
Les méthodes théoriques consistent à effectuer le calcul de la valeur de l’affaiblissement sur la
ligne à une fréquence normalisée égale à 300 kHz, puis à en déduire le profil ADSL possible sur
la ligne. Cette méthode ne donne visiblement qu’une valeur très approximatif de la valeur réelle de
l’affaiblissement, étant donné qu’elle ne prend en compte ni des réflexions d’onde ni des
imperfections le long de la ligne.

Les méthodes basées sur des mesures mettent en œuvre des appareils spécialisés aux tests ADSL.
Ces appareils peuvent fournir des valeurs très proches de la réalité des paramètres de la ligne.
Certains peuvent même effectuer sur la ligne de véritables simulations de signaux ADSL, estimer
le taux d’erreur binaire, trouver les défauts sur la ligne comme des courts circuits et des coupures.
Ces méthodes sont plus fiables par rapport aux méthodes théoriques, à condition que les
conditions de test fournies spécifiées par le constructeur de l’appareil de mesure soient respectées
mais elles nécessitent la coupure de la ligne pendant le temps de test.

4.3.2. But dans l’optimisation du déploiement de l’ADSL


Comme il est déjà mentionné plus haut dans cet ouvrage, optimiser le déploiement de l’ADSL
dans une localité consiste surtout à connaître à l’avance l’état de l’éligibilité des différentes zones
dans cette localité. Ainsi, l’opérateur peut mettre en place une politique plus précise sur le
déploiement de cette technologie, comme par exemple la détermination des répartiteurs à équiper
d’un DSLAM dans l’immédiat. En parallèle, chaque client souhaitant avoir accès à l’ADSL pourra
facilement s’informer auprès de l’opérateur si sa ligne est éligible ou non.

La finalité de l’optimisation du déploiement de l’ADSL est une carte appelée carte d’éligibilité,
qui contient les zones éligibles, celles qui ne le sont pas, les zones qui nécessitent des
interventions techniques. L’avantage d’une telle carte est sa facilité de lecture par rapport aux
documents numériques.

4.3.3. Proposition d’une méthode d’approche dans le processus de déploiement de l’ADSL


4.3.3.1. Problèmes rencontrés sur la détermination de l’éligibilité des lignes
Pour les raisons évoquées au paragraphe 3.4 du chapitre 3 dans cet ouvrage, l’affaiblissement
théorique sur une ligne n’est jamais égal à l'affaiblissement réel sur cette ligne. Cette différence

65
entre la valeur théorique et la valeur réelle de l’affaiblissement augmente au fur et à mesure que la
longueur de la ligne considérée augmente, car le nombre de raccordements tout le long de la ligne
va logiquement augmenter. Ainsi, établir une carte d’éligibilité en se basant seulement sur des
calculs théoriques est déconseillé car cette carte risque d’être complètement falsifiée sur certaines
sections du réseau. Il faut toujours avoir recours à des mesures sur les équipements et le réseau.

Tester l’éligibilité de la ligne d’un client souhaitant avoir une connexion ADSL ne pose aucun
problème, à condition que l’opérateur soit en possession du matériel de test adéquat. Par contre,
établir une carte d’éligibilité d’une zone nécessitera le test de la ligne de tous les abonnés se
trouvant dans cette zone, même ceux qui ne projettent pas d’avoir accès à cette technologie, ce qui
requiert un temps très long et un coût de déplacement du personnel technique très élevé. Le
problème réside aussi dans le fait que ces tests doivent se faire chez l’abonné même, alors que ces
tests nécessitent la coupure de la ligne de l’abonné pendant le temps qu'ils durent.

4.3.3.2. Description de la solution proposée


La solution proposée comporte les étapes suivantes :
- effectuer des calculs théoriques de l’affaiblissement entre le répartiteur et les SR et entre le
répartiteur et les PC ;
- effectuer des mesures sur les SR et les PC ;
- comparer résultats théoriques et mesures. Décrire les interventions techniques qu’il faut
prendre pour les lignes qui en ont besoin ;
- élaborer la carte d’éligibilité de la zone, basée sur les résultats des mesures pour la ligne
entre le répartiteur et les PC et basée sur des calculs théoriques pour la ligne entre les PC et
les abonnés; les interventions techniques décrites lors de l’étape précédente y sont
également mentionnées.

Ainsi, on note que les mesures sont limitées jusqu’aux PC seulement, car de ce fait, on contourne
les problèmes cités dans le paragraphe ci-dessus. En effet, des mesures aux PC ne nécessitent pas
de déplacements chez les abonnés, et par la même occasion des gênes auprès d’eux. En fonction
du niveau de l’atténuation sur un PC donné, on déduit la longueur maximale que peut prendre le
câble du réseau de branchement pour que l’ADSL soit possible sur la ligne d’abonné considérée.

66
De cette façon, l’erreur que peut contenir la carte est réduite car les calculs théoriques ne sont
appliqués que sur la partie la plus courte du réseau.

Les mesures théoriques effectuées sur les SR et les PC servent seulement de référence ; en fait,
lorsque la différence entre les niveaux des affaiblissements théorique et mesurés est très
remarquable (dépasse une dizaine de dB), il faut penser aux interventions techniques décrites dans
l’étape 2 car ceci peut être dû à des problèmes au niveau de la ligne, par exemple une mauvaise
qualité voire une détérioration de la ligne. Ces interventions techniques sont appelées
« qualification de la ligne ».

Pendant la phase de collecte des données, il est nécessaire de stocker celles-ci d’une manière
efficace pour faciliter leur consultation lors de la phase d’établissement de la carte d’éligibilité.
L’outil présenté dans le paragraphe suivant peut assurer cette fonction.

4.3.4. Présentation de l'outil


Cet outil est d’une grande importance dans la méthode d’optimisation du déploiement de l’ADSL
décrite dans le paragraphe précédent. Outre la fonction de stockage et de consultation de données,
il effectue également des calculs théoriques des paramètres de la ligne entre le répartiteur et les
SR, entre le répartiteur et les PC, et entre le répartiteur et le PC pour les PC reliés directement à un
répartiteur.

Le logiciel constituant l'outil pour le déploiement de l'ADSL consiste en une application pouvant
envoyer des requêtes à une base de données du type Microsoft Access 2000. Il comporte des
interfaces graphiques élaborées avec l'outil de développement WinDev de PC Soft. C'est un
exécutable fonctionnant sur le plateforme Windows.

La base de données enregistre les données de ligne relatives à un sous répartiteur ou à un point de
concentration du réseau considéré. Ces données sont de deux types: les données théoriques,
obtenues par calculs, et les données mesurées, obtenues par des mesures réalisées sur les
équipements. Elles sont réduites aux affaiblissements totaux sur la ligne et aux résistances de
boucle de la ligne considérée. Ceci pour les raisons suivantes:

67
- en raison du phénomène d'effet de peau évoqué dans le chapitre 2 de cet ouvrage, la
résistance de boucle en haute fréquence est différente de celle fournie par la base de
données du réseau de la Telma, étant donné que celle-ci est basée sur les fréquences
vocales;

- le niveau de l'affaiblissement sur la ligne est le paramètre le plus important lors d'une prise
de décision sur l'éligibilité d'une zone;

- les autres paramètres physiques d'une ligne, à savoir l'inductance linéique, la capacité
linéique et la conductance linéique restent approximativement constants pour des valeurs
de la fréquence inférieures à 1 GHz.

Pour un sous répartiteur ou un point de concentration donné, le niveau d'affaiblissement enregistré


est celui de la ligne qui se trouve entre le répartiteur d'entrée du réseau, équipé du DSLAM, et ce
sous répartiteur ou ce point de concentration. Il en est de même pour la résistance de boucle de la
ligne.

Comme il est évoqué ci-dessus, la base de données est de type Microsoft Access 2000. Le fichier
est nommé « deploiement » et est enregistré sous la racine C\ du poste où le logiciel est lancé. La
base de données contient trois tables:

- une table nommée « liste_dslam », où sont enregistrés les DSLAM. En effet, on identifie
chaque DSLAM par le répartiteur auquel il est rattaché, le répartiteur étant identifié par la
localité où il se trouve. Ainsi, on a par exemple les DSLAM Analakely, Ivandry,
Andraharo et Tanjombato. Cette table possède une seule colonne : la colonne « nom » ;

- une table nommée « theoriques », contenant 3 colonnes, à savoir une colonne « Nom » où
est enregistré le nom de chaque sous répartiteur ou point de concentration, une colonne
« AdB » correspondant à la valeur théorique de l’affaiblissement du SR ou du PC et une
colonne « Rb » correspondant à la valeur théorique de la résistance de boucle;

68
- une table nommée « mesures », contenant également trois colonnes, « Nom », « AdB » et
« Rb » correspondant respectivement au nom du SR ou du PC et aux valeurs obtenues par
mesures de l’affaiblissement totale de la ligne et de celle de la résistance de boucle.

4.3.4.1. Les interfaces du logiciel


Le logiciel offre essentiellement 5 interfaces, dont une interface qui permet de consulter les
données inscrites dans la base de données pour chaque SR ou PC, une interface qui permet de
consulter des données par groupe de SR ou de PC, une interface d'insertion d'équipement, une
interface d'insertion des données obtenues par mesure et une interface pour la mise à jour des
données. Ces interfaces sont toutes accessibles depuis une fenêtre principale qui sert de fenêtre
d'accueil.

- Fenêtre d’accueil :
C'est la fenêtre d'accueil qui s'ouvre lors du lancement de l'application. Celle-ci a la forme
représentée sur la figure 4.03. Elle est pourvue de boutons permettant d'accéder respectivement
aux interfaces citées ci-dessus.

Figure 4.03: Fenêtre d'accueil du logiciel

69
- Fenêtres de consultation de données :
En cliquant sur le bouton correspondant à la consultation de données séparément, l'utilisateur a
accès à la fenêtre de la figure 4.04. Celle-ci offre deux options, à savoir la consultation de données
relatives à un SR et celle de données relatives à un PC. Il suffit d’entrer le nom du DSLAM de
rattachement, celui du SR ou du PC, puis de valider le bouton « Consulter » pour voir affichées
cote à cote les valeurs théoriques et les valeurs mesurées de l’affaiblissement et de la résistance de
boucle de la ligne. Dans le cas d'un PC relié directement au répartiteur, le bouton « PC direct »
doit être coché.

Figure 4.04: Fenêtre de consultation de données pour chaque SR ou PC

70
La fenêtre qui permet de consulter les données par groupe de SR ou de PC a la forme représentée
sur la figure 4.05. Elle permet de consulter respectivement les données correspondant à tous les
SR rattachés à un DSLAM, celles correspondant à tous les PC reliés directement à un répartiteur
équipé d'un DSLAM et celles correspondant à tous les PC reliés à un SR. Les résultats sont donnés
sous forme de tableaux qui peuvent être imprimés en cliquant sur les boutons « Imprimer ».

Figure 4.05: Fenêtre de consultation de données par groupe de SR ou PC

- Fenêtres d’insertion de données:


Le bouton se trouvant sur la fenêtre d’accueil et qui correspond à l’insertion de données, permet
d’accéder à la fenêtre de la figure 4.06. A partir de cette fenêtre, on peut enregistrer des

71
équipements tels que des DSLAM, des SR ou des PC dans la base de données. Deux icônes placés
sur la barre d’outils permettent de choisir l’une ou l’autre de ces tâches :

- l’icône permet de basculer vers le mode insertion d’équipement ;


- l’icône permet de basculer vers le mode insertion de données mesurées.

Lors de l’enregistrement d’un SR ou d’un PC, on doit entrer la longueur de chaque type de câble
utilisé sur la ligne après avoir indiqué bien entendu le nom du SR ou celui du SR et du PC. Ceci
étant, le logiciel calcul les paramètres de la ligne et insère les résultats dans la base de données. Le
bouton « Fermer » permet d’annuler une action et de revenir à la fenêtre d’accueil. Lors de
l’insertion de valeurs mesurées, la fenêtre de la figure 4.07 présente des zones de saisie à partir
desquelles seront enregistrées dans la base de données les valeurs obtenues par mesure.

Figure 4.06: Fenêtre d'insertion d’équipement

72
Figure 4.07: Fenêtre d'insertion de données obtenues par mesure

- Fenêtre de mise à jour de données :


La fenêtre de mise à jour des données de la base est représentée sur la figure 4.08. Les mises à jour
pour le câblage des équipements ainsi que celles des valeurs mesurées, susceptibles de
changement, sont prises en compte. Elles s’effectuent à partir de la même et unique fenêtre. La
mise à jour peut ne pas concerner que l’un d’entre le câblage et les valeurs mesurées. Le bouton
« Mettre à jour » permet de lancer la mise à jour et le bouton « Annuler » de revenir sur la fenêtre
d’accueil.

Tout comme lors de l’insertion de données, le logiciel effectue automatiquement les calculs
théoriques à l’aide du calibre du câble utilisé et de sa longueur.

73
Figure 4.08: Fenêtre de mise à jour de données

4.3.4.2. Mesure des paramètres de ligne


Les mesures sont effectuées à l’aide d’un appareil spécialisé à cet effet. Celui-ci offre une fonction
de qualification avancée, de surveillance, de maintenance et de dépannage des lignes xDSL. Parmi
ses utilisations possibles, on peut citer les exemples suivants :

- la pré-qualification de ligne : c’est la fonction dont nous avons besoin ici. Elle permet de
connaître l’atténuation, la résistance de boucle, la capacitance et la résistance d’isolement
sur une ligne à paire de cuivre, à une fréquence programmable, selon le choix du
manipulateur. Celle-ci vaut 300 kHz pour nos mesures ;

- la maintenance de ligne : une fonction appelée réflectomètre permet de localiser sur la


ligne les défauts tels que des coupures physiques. Cette fonction est basée sur l’émission

74
d’un signal à une fréquence déterminée et à étudier la réflexion causée par les éventuels
défauts pour localiser ceux-ci ;

- la simulation de l’équipement de l’abonné.

4.3.5. Résultats obtenus


Des données concernant quelques Sous Répartiteurs et Points de Concentration rattachés au
DSLAM d’Analakely sont données en Annexe 4.
En observant ces données, on constate que certaines parties du réseau présente une valeur de
l’atténuation qui s’éloigne visiblement de la valeur prévue par les calculs. Les raisons possibles en
sont nombreuses :

- pénétration de l’eau dans les systèmes de câblage, entraînant une mauvaise isolation entre
les conducteurs de la ligne ;
- usure des enveloppes des câbles occasionnée par des chocs mécaniques tels que les
passages fréquents de véhicules pour les câbles souterrains, ou par les actions simultanées
de l’humidité et du soleil pour les câbles aériens;
- présence trop importante de points de jonctions le long de la ligne, occasionnant des
réflexions de l’onde au passage de ces points de jonction.

Si les anomalies au niveau de la ligne peuvent être détectées, par exemple à l’aide d’un appareil de
même type que celui décrit dans le paragraphe précédent, on peut procéder à la « qualification de
ces lignes ». Si la raison de l’importance de l’atténuation est le calibre des câblages utilisés, les
solutions sont moins nombreuses.

75
CONCLUSION

Parmi les solutions proposées pour un accès à haut débit sur la boucle locale d'abonné, l'ADSL
connaît actuellement un succès notable. Ce succès vient du débit asymétrique, bien adapté à la
connexion à l'Internet. De plus, l'ADSL utilise la paire de cuivre téléphonique, donc elle ne
nécessite pas l'installation d'un nouveau support qui serait trop coûteuse et pour les clients et pour
les opérateurs.

Néanmoins, cette technologie présente le handicap d'être limitée en distance. En effet, sa


possibilité est limitée par la longueur et par l'état des câbles constituant le réseau de distribution du
réseau téléphonique commuté. Ces câbles sont à l'origine de l'atténuation des signaux ainsi que de
leur perturbation au fur et à mesure que leur longueur augmente, d'autant plus que la structure
ainsi que l'ingénierie du réseau de distribution du RTC n'ont pas été prévues pour le transport d'un
signal à haute fréquence qu'est le signal ADSL. L'ADSL se limite au maximum aux environs de
5,5 km de l'endroit où se trouve le répartiteur équipé d'un DSLAM pour une ligne en bon état et en
calibre supérieur.

Pour déployer cette technologie, les opérateurs préfèrent déterminer à l'avance quelles parties de
leur réseau sont éligibles ADSL et quelles parties ne le sont pas, ceci dans le but de pouvoir mettre
en place facilement une stratégie sur ce déploiement. Le problème dans le processus
d'optimisation du déploiement de l'ADSL réside dans cette détermination des zones éligibles. Cet
ouvrage propose d'effectuer des mesures de l'atténuation du signal entre le répartiteur et les points
de concentration, puis de calculer théoriquement celle entre les points de concentration et les
abonnés. Mais cette méthode reste approximative, tout comme les autres méthodes, mais au moins
elle constitue un compromis entre les mesures effectuées directement chez chaque abonné, très
gênant pour ce dernier et coûteux pour l'opérateur, et les calculs théoriques, pouvant être source
d'erreurs dans les données étant donné que l'état des lignes n'est pas pris en compte. Ceci est très
valable dans le cas de la zone Antananarivo où certaines parties du réseau sont relativement
vieilles.

76
ANNEXE 1:

Affaiblissement (dB) 0 à 47,5 47,5 à 52,5 52,5 à 57 57 à 70 >70


Profil ADSL possible 512 Non
1024/256 1024/128 512/128
(downstream/upstream) possible éligible

Exemple de profils de débit proposés au niveau de l’accès IP/ADSL en fonction de


l’affaiblissement

77
ANNEXE2 :
Équations d'une ligne
En appliquant les lois de Kirchhoff sur le tronçon de ligne, on obtient les équations suivantes:
d
v(z, t) = R 'dz i(z, t) + L 'dz i(z, t) + v(z + dz, t) (1)
dt
d
i(z, t) = i(z + dz, t) + G 'dz v(z + dz, t) + C 'dz v(z + dz, t) (2)
dt
La chute de tension le long de la ligne donne:
d
v(z + dz, t) − v(z, t) = −R 'dz i(z, t) − L 'dz i(z, t) (3)
dt
d d
v(z, t) = − R ' i(z, t) − L ' i(z, t) (4)
dz dt
La perte de courant donne:
d
i(z + dz, t) − i(z, t) = −G 'dz v(z + dz, t) − C 'dz v(z + dz, t)
dt
d d
i(z, t) = −G ' v(z + dz, t) − C ' v(z + dz, t) (5)
dz dt
En dérivant (4) par rapport à z et (5) par rapport à t, et en faisant tendre dz vers 0, on obtient:
d2 d d2
v(z, t) = − R ' i(z, t) − L ' i(z, t) (6)
dz 2 dz dt dz

d2 d d2
i(z, t) = −G ' v(z, t) − C ' 2 v(z, t) (7)
dt dz dt dt
On réécrit (6) à l'aide de (5) et (7) et on obtient l'équation des télégraphistes en tension:
d2 d2 d
2
v(z, t) = L 'C ' 2
v(z, t) + [ L 'G '+ R 'C '] v(z, t) + R 'G ' v(z, t) (8)
dz dt dt
En dérivant (5) par rapport à z et (4) par rapport à t, et en faisant tendre dz vers 0, on obtient:
d2 d d2
v(z, t) = −R ' i(z, t) − L ' 2 i(z, t) (9)
dz dt dt dt

d2 d d2
i(z, t) = − G ' v(z, t) − C ' v(z, t) (10)
dz 2 dz dt dz
On réécrit (9) à l'aide de (4) et (10) et on obtient l'équation des télégraphistes en courant:
d2 d2 d
2
i(z, t) = L 'C ' 2
i(z, t) + [ L 'G '+ R 'C '] i(z, t) + R 'G ' i(z, t) (11)
dz dt dt

78
Impédance caractéristique d'une ligne

En régime harmonique, l'équation (4) devient:


d
V(z) = −(R '+ jω L ') I(z) (12)
dz
Comme les ondes réfléchies sont nulles, les expressions des phaseurs de tension et de courant
sont:
V(z) = V1 e −γz (13)

I(z) = I1 e −γz (14)

En dérivant (13) par rapport à z:


d
V(z) = −γ V1 e −γz (15)
dz
En égalisant (15) et (12):

−γ V1 e − γz = − ( R '+ jω L ') I1 e −γz

D'où
V1
=
( R '+ jω L ')
I1 γ

V1
=
( R '+ jω L ') =
R '+ jω L '
(16)
I1 ( R '+ jω L ') ( G '+ jω C ') G '+ jω C '

L'impédance caractéristique est par définition le rapport des phaseurs de tension et de courant pour
une onde progressive. Alors on a:
−γz
V(z) V1 e V1
Zc = = −γz
= (17)
I(z) I1 e I1

Finalement, l'expression de l'impédance caractéristique s'écrit:

R '+ jω L '
Zc = (18)
G '+ jω C '

79
ANNEXE 3:

Calcul de la résistance de boucle à 300kHz

La surface de la zone approximativement parcourue par le courant s’écrit :


d
2
S=
d
∫ 2 π r dr
−e
2

S = π e [ d − e]

1
Avec e = .
π σμ 0 μ r f

La résistance linéique s’écrit :


ρ1000
R ' [ Ω / km ] =
π e [d − e]

ρ1000 d2
R ' [ Ω / km ] =
d 2 4 ( d e − e2 )
π
4
d2
R ' [ Ω / km ] = R '

4 ( d e − e2 )
0

Avec R '0 la résistance linéique en basse fréquence.

En considérant R ' = 2 R 'cond , on aboutit au tableau de valeurs suivant :

Calibre (mm) Résistance de boucle (Ω/km)


0.4 325
0.5 239
0.6 190
0.8 134

80
Comparaison des valeurs de l’affaiblissement linéique des câbles téléphoniques à paires
torsadées à 800Hz et à 300kHz

Affaiblissement (dB/km) à Affaiblissement (dB/km) à


Calibre (mm)
800Hz 300kHz
0,4 1,61 15,0

0,5 1,30 12,4

0,6 1,04 10,3

0,8 0,81 7,9

81
ANNEXE 4 :

Valeurs théoriques des paramètres de ligne relatifs à des Sous Répartiteurs et des Points de Concentration rattachés au
Répariteur d'Analakely

Distance Résistance
Résistance Distance
entre RE Affaiblissement Affaiblissement de boucle
Calibre de boucle Calibre entre SR
SR et SR N°PC Nom Adresse PC PC
(mm) SR (mm) et PC
SR (dB) (dB) (Ω)
(Ω) (m)
(m)
A01 0,4 619 9,28 201,18 143 0,4 683 Analakely P Shoprite 19,53 423,15

A03 0,4 746 11,19 242,45 4 0,4 425 Tsaralalana Face pompier 17,56 380,57

83
F Agence de
A031 0,4 911 13,67 296 15 0,4 196 Tsaralalana 16,6 359,77
voyage Bourbon

A041 0,4 1430 21 464,75 4 0,4 342 Tsaralalana F Pharmacie 26,58 575,9

A06 0,4 1415 21,23 459,88 16 0,4 529 Ampefiloha P Aro 29,16 631,8

EPP
A14 0,4 1442 21,63 468,65 6 0,4 1182 Antsakaviro 39,36 852,8
Ampasanisadoda
Mahamasina
A17 0,4 1270 19,05 412,75 8 0,4 1222 P Police 37,38 809,9
Ouest
Mahamasina
A19 0,4 1872 28,08 608,4 1 0,4 1855 Gerbor 55,91 1211,27
Est

A23 0,4 1068 16 347,1 13 0,4 545 Soarano Enceinte Gare 24,19 524,23

A32 0,6 2614 26,92 496 2 0,6 2749 Anosibe Marché 55,24 1018,97
Valeurs obtenues par mesures des paramètres de ligne relatifs à des Sous Répartiteurs et des Points de Concentration rattachés au
Répariteur d'Analakely

Distance Résistance
Résistance Distance
entre RE Affaiblissement Affaiblissement de boucle
Calibre de boucle Calibre entre SR
SR et SR N°PC Nom Adresse PC PC
(mm) SR (mm) et PC
SR (dB) (dB) (Ω)
(Ω) (m)
(m)

A01 0,4 619 11,1 230 143 0,4 683 Analakely P Shoprite 22,1 446

A03 0,4 746 14,9 255 4 0,4 425 Tsaralalana Face pompier 19,6 401

F Agence de
A031 0,4 911 16,2 305 15 0,4 196 Tsaralalana 18,2 372
voyage Bourbon

84
A041 0,4 1430 22 489 4 0,4 342 Tsaralalana F Pharmacie 28,9 596

A06 0,4 1415 24 470 16 0,4 529 Ampefiloha P Aro 31,4 626

EPP
A14 0,4 1442 25,7 450 6 0,4 1182 Antsakaviro 45 879
Ampasanisadoda
Mahamasina
A17 0,4 1270 21 430 8 0,4 1222 P Police 40,9 837
Ouest
Mahamasina
A19 0,4 1872 31,8 638 1 0,4 1855 Gerbor 59 1250
Est

A23 0,4 1068 16,7 362 13 0,4 545 Soarano Enceinte Gare 26,6 548

A32 0,6 2614 35 450 2 0,6 2749 Anosibe Marché 71,8 1040
BIBLIOGRAPHIE

[1] G. Pujolle, "Les Réseaux", deuxième édition, Eyrolles 1998

[2] http://www.ybet.be/hardware2_ch6/Liaisons_haut_debit.htm

[3] http://www.adsl.com/

[4] J. N. Georges, X. Prost, "xDSL et autres techniques filaires pour un accès résidentiel haut
débit", DESS IIR, Option Réseaux, 2003

[5] M. A. Rakotomalala, Réseaux de Télécommunications, Cours 5ème année, Dép.Tél.-ES.P.A.,


A.U.: 2004-2005.

[6] S.M. Ratsimbazafy, "La Voix sur ADSL", Mémoire de fin d'étude, ESPA, 2003-2004.

[7] G. Baudoin, "Radiocommunications numériques / 1, Principes, modélisation et simulation",


Dunod, Février 2002.

[8] P.Kadionik, Les modulations numériques.90, ENSEIRB 2002

[9] F. de Dieuleveult, "Electronique appliquée aux hautes fréquences", Dunod 2001

[10] http://www.piaf.asso.fr

[11] http://www.generation-nt.com/dossiers/

[12] http://www.echodunet.net/dossiers/

[13] J. P. Gaspoz, Nouvelle jeunesse pour les vieux réseaux, Cahiers de l’électricité, NetExpert
SA, Décembre 1999

84
[14] P. Fritz, Le dégroupage de la boucle locale : comparaisons internationales, Rapport
N°II.9.2000-Juillet 2000

[15] Progressus Corporation, Méthode de valorisation de la boucle locale de France Telecom,


Juin 2005

[16] http://www.cyber.uhp-nancy.fr/

[17] P. Kadionik, Réseau téléphonique : du RTC au RNIS large bande, ENSEIRB 2002

[18] Z. Andriamiasy, Commutation électronique, Cours 5ème année, Dép.Tél.-ES.P.A., A.U.:


2004-2005.

[19] P. Fadier, "Architecture des réseaux de télécommunications", tome 1, édition 1981.

[20] G.Boudouris et P.Chenevier, "Circuits pour ondes guidées", collection Dunod technique,
Bordas, 1975.

[21] E. Randriantsiresy, Réseaux électriques et filtres passifs, Cours 3ème année, Dép.Tél.-
E.S.P.A., A.U.: 2002-2003.

[22] http://www.eiaj.ch/v2/support_de_cours/electricite/Cours_GEL/Branches_techniques/

[23] Telecom Malagasy, Projet ADSL, 2005

85
Nom : RASOLOMONA
Prénoms: Jean Hervé
Adresse: Près Lot 04-H-85 Ambalavato
110 Antsirabe
Madagascar
E-mail : rjveve@yahoo.fr

Titre du mémoire : CONTRIBUTION A L’OPTIMISATION DU DEPLOIEMENT DE


L’ADSL A ANTANANARIVO

Nombre de pages : 85
Nombre de tableaux : 6
Nombre de figures : 36

Mots clés :
ADSL, atténuation, débit, dégroupage, déploiement, DSLAM, downstream,
éligibilité, éligible, ligne, optimisation, PC, répartiteur, RTC, splitter,SR,
upstream.

Directeur de mémoire : Monsieur ANDRIAMPARANONY Delphin Noël


RESUME

L’ADSL est une technologie numérique à haut débit mise en œuvre sur la ligne téléphonique en
paire de fils de cuivre du réseau téléphonique commuté public. L’utilisation de fréquences de
transmission nettement élevées par rapport à celles rencontrées dans le service de téléphonie
classique est une des solutions retenues pour obtenir ce débit élevé. Ainsi, le signal ADSL subit
une atténuation plus importante le long de la ligne par rapport au signal vocal, étant donné que la
ligne téléphonique n’est pas prévue pour la transmission d’un signal à de telles fréquences. La
mise en œuvre de cette technologie est limitée par la distance à laquelle se situe l’abonné par
rapport au central téléphonique auquel est rattachée la ligne téléphonique. Pour le déploiement de
l’ADSL, il est nécessaire de déterminer les lignes du réseau où celle-ci peut être mise en œuvre.
Ce mémoire propose de déterminer le niveau de l’atténuation des lignes du réseau téléphonique
d’Antananarivo.

ABSTRACT

ADSL is a high bit rate digital technology. It is applied on the telephone line of the public
switched telephone network. To obtain a high bit rate, this technology uses high frequencies
compared with vocal frequencies of classical telephone signal. But the telephone line is not
designed for transmitting these high frequencies. So ADSL signal suffers more important
attenuations along the line. The use of this technology is limited by the distance between the
operator central office and the subscriber installation. For its deployment, it is necessary to
determine the lines where ADSL is possible. This dissertation proposes to assess the lines
attenuation level in Antananarivo telephone network.