Vous êtes sur la page 1sur 74

N° d’ordre : 10/L3/TCO Année Universitaire : 2006-2007

UNIVERSITE D’ANTANANRIVO
------------------------
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
------------------------
DEPARTEMENT TELECOMMUNICATION

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

en vue de l’obtention

du DIPLOME de LICENCE ES SCIENCES TECHNIQUES

en TELECOMMUNICATION

par : RANDRIANANDRASANA Marie Emile

ETUDES ET REALISATION D’UN MODULATEUR


NUMERIQUE FSK
Soutenu le mercredi 06 février 2008 devant la Commission d’Examen composée de :

Président :

Monsieur RANDRIAMITANTSOA Paul Auguste

Examinateurs :

Monsieur RASAMOELINA Jacques Nirina

Monsieur RATSIHOARANA Constant

Monsieur RANDRIANTSIRESY Ernest

Directeur de mémoire :

Monsieur RAKOTOMALALA Mamy Alain


REMERCIEMENTS

Avant tout, je glorifie l’éternel Dieu tout puissant de m’avoir soutenu durant la réalisation
de cet ouvrage.

Ensuite, je tiens aussi à remercier les personnes suivantes sans qui je n’aurai accompli
l’étude que j’ai suivie à l’E. S. P. A., parmi lesquelles :

- Monsieur RAMANANTSIZEHENA Pascal, Directeur de l’Ecole Supérieure


Polytechnique d’Antananarivo ;
- Monsieur RANDRIAMITANTSOA Paul Auguste, Professeur et Chef de
département de la filière Télécommunications, qui nous a fait l’honneur de présider le jury de
cette soutenance et son assistance pendant mes années d’études à l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo.
- Monsieur RAKOTOMALALA Mamy Alain, mon Directeur de mémoire, qui
malgré ses multiples obligations, n’a ménagé ni temps ni efforts pour nous avoir guidé et soutenu
tout au long de notre travail.
- Tous les membres de jury, également enseignants dans la filière
Télécommunications, à savoir :
Monsieur RATSIHOARANA Constant
Monsieur RANDRIANTSIRESY Ernest,
Monsieur RASAMOELINA Jacques Nirina,
Qui ont accepté de sacrifier leur temps pour assister à la présentation de ce mémoire ;
- Tous les enseignants et tout le personnel de l’Ecole Supérieure Polytechnique
d’Antananarivo, en particulier ceux du département Télécommunications ;
- A toute ma grande famille, mes amis, mes collègues et tous ceux qui de près ou de
loin ont contribué à la réalisation de ce travail ;

Je vous remercie tous et que le ciel vous donnera tout le bonheur que vous souhaitez.
AVANT-PROPOS

Le mot « télécommunications » a été utilisé pour la première fois en 1904 par l’Ingénieur Edouard
Estaunié. Des recherches ont été faites, des théories ont été apparues. Mais grâce à son
insensibilité aux bruits, Armstrong a proposé la modulation de fréquence FM, c’était en 1936.

Les télécommunications ne sont pas considérées comme une science, mais comme des
technologies et des techniques appliquées. On attend par télécommunications toute transmission,
émission et réception à distance, de signes, de signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de
renseignements de toutes natures, par fil, radioélectriques, optiques ou autres systèmes
électromagnétiques.

Aujourd’hui, ce secteur connaît une forte croissance, grâce aux progrès technologiques réalisés
dans les domaines scientifiques du secteur mathématique : le traitement du signal, la cryptographie
et la théorie de l’information ; le secteur informatique : le génie logiciel et la diffusion de la micro-
informatique. Face à cette évolution très rapide de ce secteur des télécommunications, il est
parfois difficile de s’y retrouver. Pourtant, la maîtrise des bases des télécommunications telle que
la modulation permet de se servir à y intégrer.
TABLES DES MATIERES

REMERCIEMENTS

AVANT-PROPOS

TABLES DES MATIERES ........................................................................................................................... i

NOTATIONS .......................................................................................................................................... iii

INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 1

CHAPITRE 1: GENERALITES SUR LA MODULATION.................................................................. 2

1.1. La modulation ................................................................................................................................................. 2


1. 1.1. Introduction .............................................................................................................................................. 2
1. 1.2. Objectifs et Définitions............................................................................................................................. 2
1. 1.3. Transmission sur fréquence porteuse ou avec modulation ................................................................... 3
1.2. Modulation analogique .................................................................................................................................... 3
1.2. 1. Principe de la transmission analogique .................................................................................................. 3
1. 2.1.1. La transmission analogique de données analogiques ...................................................................................... 3
1. 2.1.2. La transmission analogique de données numériques ....................................................................................... 4
1.2. 2. Différents types de modulations ............................................................................................................. 4
1.2.2.1. Généralités ......................................................................................................................................................... 4
1.2.2.2. Modulation d’argument .................................................................................................................................... 5
1.2.2.3. Modulation d'argument et fréquence instantanée .......................................................................................... 5
1.2.2.4. Modulation de phase et de fréquence ................................................................................................................ 6
1.3. Modulation numérique ..................................................................................................................................... 6
1.3.1. Chaine de Transmission numérique ....................................................................................................... 6
1.3.2. Objectifs .................................................................................................................................................... 8
1.3.3. Définitions et appellations ....................................................................................................................... 8
1.3.4. Principes de modulations numériques .................................................................................................... 9
1.4. Différents types de modulation numérique .................................................................................................. 12
1. 4.1. Modulation par Déplacement d’Amplitude (MDA) ............................................................................ 12
1.4.1.1. Modulation par tout ou rien ............................................................................................................................ 12
1.4.1.2. Modulation à « M ETATS » ............................................................................................................................ 13
1. 4.2. Modulation par Déplacement de Phase (MDP) ................................................................................... 14
1.4.2.1. Modulation « MDP-2 ».................................................................................................................................... 15
1.4.2.2. Modulation « MDP-4 ».................................................................................................................................... 16
1.4.2.3. Remarques ....................................................................................................................................................... 17
1. 4.3. Modulation d’Amplitude sur deux porteuses en Quadrature (MAQ) ............................................... 17
1.4.3.1. Constellations MAQ-M.................................................................................................................................... 18
1.4.3.2. Avantages de la transmission numérique ....................................................................................................... 19

CHAPITRE 2: MODULATION PAR DEPLACEMENT DE FREQUENCE ................................... 20

2.1. Définition ....................................................................................................................................................... 20


2.2. Expression mathématiques ............................................................................................................................ 21
2.3. La modulation MDF à phase discontinue ..................................................................................................... 22
2.4. La modulation MDF à phase continue MDF-PC .......................................................................................... 23
2. 4.1. MDF binaire à phase continue .............................................................................................................. 24
2. 4.2. Les performances ................................................................................................................................... 25
2.5. Conclusion sur la MDF ................................................................................................................................. 26
2.5.1. Réalisation de la modulation FSK ........................................................................................................ 26
2.5.2. Application de la modulation FSK........................................................................................................ 28
2.5.2.1. Minimum frequency-shift keying ou minimum-shift keying (MSK) .............................................................. 28
2.5.2.2. L'AFSK ou Audio FSK.................................................................................................................................... 29

i
2.5.2.3. MFSK ou Multiple FSK .................................................................................................................................. 29
2.5.2.4. Les faisceaux hertziens .................................................................................................................................... 29

CHAPITRE 3: REALISATION ET SIMULATION SOUS MATLAB D’UN MODULATEUR ET


DEMODULATEUR FSK ........................................................................................................................... 30

3.1. Introduction ................................................................................................................................................... 30


3.2. Réalisation d’un modulateur FSK à l’aide d’un Circuit Intégré ICL 8038 ................................................ 30
3. 2.1. Présentation du montage ....................................................................................................................... 30
3.2.1.1. Schéma fonctionnel du modulateur ................................................................................................................ 30
3.2.1.2. Schéma détaillé du modulateur ....................................................................................................................... 31
3.2.1.3. La Nomenclature ............................................................................................................................................. 31
3.2.1.4. Présentation du Circuit imprimé d’un modulateur FSK ................................................................................ 32
3. 2.2. Etude de la modulation .......................................................................................................................... 32
3.2.2.1. Courbe de réponse du VCO ............................................................................................................................. 33
3.2.2.2. Spectre du signal modulé : .............................................................................................................................. 34
3.2.2.3. Applications ..................................................................................................................................................... 36
3. 2.3. Schéma fonctionnel du démodulateur et du bloc décision .................................................................. 36
3. 2.4. Présentation du montage d’un démodulateur ..................................................................................... 37
3.2.4.1. Schéma détaillé du circuit de démodulation ................................................................................................... 37
3.2.4.2. La nomenclature.............................................................................................................................................. 38
3.2.4.3. Choix des composants ..................................................................................................................................... 38
3.2.4.4. Présentation du Circuit imprimé du démodulateur ........................................................................................ 39
3. 2.5. Etude du démodulateur ......................................................................................................................... 40
3.2.5.1. Structure de la boucle à verrouillage de phase ............................................................................................... 40
3.2.5.2. Principe de fonctionnement ............................................................................................................................ 40
3.2.5.3. Signal démodulé .............................................................................................................................................. 41
3. 2.6. Circuit mise en forme du démodulateur FSK ...................................................................................... 42
3.2.6.1. Schéma détaillé du circuit de mise en forme du signal démodulé.................................................................. 42
3.2.6.2. La nomenclature.............................................................................................................................................. 42
3.2.6.3. Circuit imprimé d’un circuit mise en forme ................................................................................................... 43
3. 2.7. Mise en forme du signal démodulé ....................................................................................................... 44
3.2.7.1. Visualisation des signaux ................................................................................................................................ 44
3.2.7.2. Signal de sortie du bloc de décision ................................................................................................................ 45
3.2.7.3. Coût de la réalisation....................................................................................................................................... 46
3.3. Les Matériels utilisés ........................................................................................................................................ 46
3.4. Résumé ......................................................................................................................................................... 46
3.5. Simulation d’un modulateur FSK sous Matlab .............................................................................................. 47
3.5.1. Présentation du logiciel de simulation « Matlab » .............................................................................. 47
3.5.2. Fenêtre d’Accueil ................................................................................................................................... 47
3.5.3. Allure du signal modulé et démodulé FSK........................................................................................... 48
CONCLUSION GENERALE .................................................................................................................... 49

ANNEXE 1 ......................................................................................................................................... 50

ANNEXE 2 ......................................................................................................................................... 52

ANNEXE 3 ......................................................................................................................................... 53

ANNEXE 4 ......................................................................................................................................... 55

ANNEXE 5 ......................................................................................................................................... 61

BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 62

RENSEIGNEMENTS ................................................................................................................................. 63

RESUME ......................................................................................................................................... 64

ii
NOTATIONS

   : Deux Alphabets à M éléments (i= 1,2, …., M)

 : Mot correspondant à l’information à transmettre

   : Signaux élémentaires

 : Représentation complexe des signaux élémentaires


: Déviation de la fréquence par rapport à la fréquence

 : Energie par élément binaire reçu

 : Puissance de bruit

   : Symboles

  : Composante en phase

  : Composante en quadrature

: Fréquence Centrale

 : Fréquence du signal modulé correspondant à l’état bas du signal modulant

 : Fréquence du signal modulé correspondant à l’état haut du signal modulant

 : Mark frequency

 : Fréquence porteuse

 : Space frequency

Φ : Constante d’excursion de phase


: Constante d’excursion de fréquence

 : Signal à modulation de fréquence

 : Signal à modulation de phase

  : Onde porteuse sinusoïdale

iii
 : Constante d’intégration

 : Phase

 : Pulsation propre de la porteuse

∆ : Excursion maximale de fréquence du signal à modulation d’argument

A : Amplitude

A(t) : Amplitude instantanée

A.O : Amplificateur Opérationnel

AFSK : Audio Frequency Shift Keying

Alim : Alimentation

ASK : Amplitude Shift Keying

BPSK : Binary Phase Shift Keying

CPFSK : Continuous Phase Frequency Shift keying

d : Constante donnée

D : Débit binaire

DPSK : Differential Phase Shift Keying

DSP : Densité Spectrale de Puissance

DTMF : Dual Tone Multi- Frequency

E : Energie nécessaire à la transmission d’un symbole

FM : Frequency Modulation

FSK : Frequency Shift Keying

GBF : Générateur Basse Fréquence

GFSK : Gaussian Frequency Shift Keying

GMSK : Gaussian Minimum Shift Keying

GND : Ground

IN : Input

iv
M : Etat ou nombre maximal des signaux élémentaires

m(t) : Signal modulant

MAQ : Modulation d’Amplitude de deux porteuses en Quadrature

MATLAB : MATrix LABoratory

MDA : Modulation par Déplacement d’Amplitude

MDF : Modulation par Déplacement de Fréquence

MDP : Modulation par Déplacement de Phase

MDPD : Modulation par Déplacement de Phase Différentiel

MSK : Minimum Shift Keying

n : éléments binaires

OUT : Output

PLL : Phase Lock Loop

PM : Phase Modulation

PSK : Phase Shift Keying

QAM : Quadrature Amplitude Modulation

QPSK : Quadrature Phase Shift Keying

R : Rapidité de modulation

t : Temps

T : Période ou durée de transmission de transmission de n éléments binaires

V1, V2, V3 : Tensions

VCO : Voltage controlled Oscillator

∆φ : Variation de phase

∆ : Variation de Phase pendant une durée T

Φ  : Phase initiale de la porteuse

Φ : Phase instantanée de la porteuse modulée

v
Φ /, : Excursion de fréquence instantanée

 : Largeur de bande occupée

 : Convertisseur Analogique Numérique

 : Convertisseur Numérique Analogique

- . -PC : Modulation par Déplacement de Fréquence à Phase Continue

-./0 : Multiple Frequency Shift Keying

12 : Non Retour à Zero

330 : On Off Keying

4 : Probabilité d’erreur

1 : Partie réelle d’un nombre complexe

5.E.B. : Taux d’Erreur par Bit

  : Trains modulant

6 : Signal modulant après codage

 : Fréquence instantanée

7 : Fonction porte de durée T et d’Amplitude 1

8 : Efficacité spectrale

9 : Indice de modulation

vi
INTRODUCTION

Les systèmes de télécommunications ont pour objet de transmettre des informations à


l’aide d’un signal se propageant dans l’espace ou le long d’une ligne, de son point d’émission à
celui de réception. Que ce soit en transmission hertzienne, en téléphonie ou en transmission de
données, le procédé de la modulation est la solution plus efficace.

La qualité d’une liaison dépend en partie de la performance de la modulation que le


système utilise. Le choix de la modulation s’avère donc très important pour tout système de
télécommunications. Choix toutefois confrontés par divers paramètres aussi importants les uns que
les autres.

Ce mémoire intitulé « ETUDES ET REALISATION D’UN MODULATEUR


NUMERQUE FSK » a pour but d’approfondir la connaissance sur la modulation par déplacement
de fréquence et de réaliser pratiquement un modulateur Frequency Shift Keying (FSK).

Dans l’ouvrage, trois chapitres ont été conçus pour mieux exposer le thème. Le premier chapitre
décrit l’étude de modulation et la chaîne de transmission numérique. Le deuxième chapitre permet
l’intégration profonde de la modulation par déplacement de fréquence. Enfin, le dernier chapitre se
consacre sur la réalisation pratique d’un modulateur FSK qui utilise un circuit intégré ICL8038 et
d’un démodulateur utilisant un circuit intégré PLL4046 ainsi que leur simulation sous Matlab.

1
CHAPITRE 1: GENERALITES SUR LA MODULATION

1.1. La modulation [7][10]

1. 1.1. Introduction

La communication est un transfert d'informations d'une source vers un destinataire, à travers un milieu
appelé « canal ». Ces informations se présentent souvent sous une forme physique inadaptée à sa
transmission .11 importe donc, avant toute chose, de transformer ces grandeurs caractéristiques en
signaux électriques susceptibles de se propager. Cela constitue l'enjeu principal de la modulation. Ce
chapitre décrit les notions essentielles sur la transmission et les signaux impliqués dans la technique.
Dans ce sens, nous allons offrir une vue générale sur la modulation et représenter mathématiquement
des signaux réels.

La transmission d'information nécessite la prise en compte des caractéristiques du canal de


transmission telles que sa bande, sa puissance maximale admissible et le bruit qu'il génère. Par
conséquent, il est donc nécessaire pour transmettre un signal de l'adapter au canal de transmission. D'où le
but de la modulation.

1. 1.2. Objectifs et Définitions

Définition 1.01 :

La modulation de porteuse analogique consiste à faire varier un des paramètres d'une onde
sinusoïdale appelée onde porteuse en fonction du signal qui constitue l’information à transmettre appelé
signal modulant. La grandeur qui peut être modulée est l'amplitude, la phase et la fréquence.
L'opération de modulation a donc pour effet de transformer un signal en bande de base ou le message en
un signal haute fréquence ou signal modulé.

Définition 1.02 :

La démodulation est l'opération inverse de la modulation, c'est la reconstruction du signal


modulant à partir du signal modulé. L'addition éventuelle de bruits, d'interférences et de
distorsion, limite la fidélité de la reconstruction.

Les principaux objectifs de la modulation sont donc :

L'adaptation aux conditions particulières d'un milieu de transmission. Grâce à une modulation
adéquate, il est notamment possible d'utiliser un canal très perturbé et garantir malgré tout une bonne

2
qualité de transmission. Pour une transmission par ondes, il faut transposer le signal initial dans un
domaine de fréquence où les conditions de propagation (portée, largeur de bande utile) sont adaptées
aux problèmes à résoudre.

1. 1.3. Transmission sur fréquence porteuse ou avec modulation

II existe deux techniques de modulation selon le type du signal modulant à transmettre : la


modulation analogique et la modulation numérique. Notre étude se base seulement sur la
modulation numérique mais nous allons voir succinctement la modulation de fréquence
analogique.

1.2. Modulation analogique [7] [9]

1.2. 1. Principe de la transmission analogique

La transmission analogique de données consiste à faire circuler des informations sur un support
physique de transmission sous la forme d'une onde. La transmission des données se fait par
l'intermédiaire d'une onde porteuse, une onde simple dont le seul but est de transporter les données
par modification de l'une de ces caractéristiques (amplitude, fréquence ou phase), c'est la raison
pour laquelle la transmission analogique est généralement appelée transmission par modulation
d'onde porteuse. Il existe deux types de transmission analogique : la transmission analogique de
données analogiques et la transmission analogique de données numériques. Notre étude se base
seulement sur la modulation numérique mais nous allons voir succinctement la modulation de
fréquence analogique.

1. 2.1.1. La transmission analogique de données analogiques

Ce type de transmission désigne un schéma dans lequel les données à transmettre sont directement
sous forme analogique (voir Figure 1.01). Ainsi, pour transmettre ce signal, l'Equipement de
Terminaison des circuits de Données (ETCD) doit effectuer une convolution continue du signal à
transmettre et de l'onde porteuse, c'est-à-dire que l'onde qu'il va transmettre va être une association
de l'onde porteuse et du signal à transmettre.

Dans le cas d'une transmission par modulation d'amplitude par exemple la transmission se fait de
la manière suivante :

3
Figure 1.01 : Transmission analogique de données analogiques

1. 2.1.2. La transmission analogique de données numériques

Lorsque les données numériques ont fait leur apparition, les systèmes de transmission étaient
encore analogiques, il a donc fallu trouver un moyen de transmettre des données numériques de
façon analogique.

La solution à ce problème était le modem. Son rôle est de convertir des données numériques (un
ensemble de 0 et de 1) en signaux analogiques (la variation continue d'un phénomène physique) en
émission (modulation) et de convertir le signal analogique en données numériques à la réception
(démodulation).

1.2. 2. Différents types de modulations

1.2.2.1. Généralités

La transmission d'un signal porteur d'informations d'un message dans la bande passante d’un
canal de communication, comme une ligne téléphonique ou une liaison par satellite, impose souvent
la transposition de la gamme de fréquence occupée par le signal dans une autre bande propre à la
transmission. Un moyen d'obtenir cette transposition consiste à effectuer une modulation d'un
signal appelé porteuse par le signal porteur d'informations. 11 s'agît de faire varier une des
caractéristiques de cette porteuse en fonction du signal utile. Le signal obtenu est donc une porteuse
modulée, le signal utile étant le signal modulant. Les systèmes de modulation les plus simples
s'appliquent à une onde entretenue pure, sinusoïdale d’expression :. cos  ? @, dont on
module l'amplitude ou la phase instantanée. On représente un tel signal,   de la façon suivante :

4
  A . 6BCD  ? EF où  A 2H  (1.01)

Où  est la fréquence porteuse, A(t)et ф(t) sont respectivement l'amplitude instantanée et la phase
instantanée de la porteuse modulée. Lorsque A(t) dépend de façon linéaire du signal utile m(t), on
a une modulation d'amplitude. Si la phase ф(t) ou sa dérivée dépend linéairement de m(t), on dit
qu’on a une modulation de phase ou de fréquence. On regroupe ces deux dernières méthodes sous
l'appellation de modulation d'argument.

1.2.2.2. Modulation d’argument

On regroupe sous le terme modulation d'argument la modulation de fréquence et la modulation de phase,


procédés qui consistent à faire varier l’argument d’une onde porteuse sinusoïdale en fonction du message à
transmettre sur cette porteuse. La modulation d'amplitude se résume à une transposition du spectre
du signal utile; la bande passante de la transmission n'excède jamais deux fois celle de ce signal.
Dans la modulation d'argument, il n'y a plus de relation simple entre les composantes spectrales du
signal modulant et la bande de fréquence occupée par le signal modulé. De plus, le principe de
superposition ne s'applique plus et la bande passante du signal modulé dépasse largement celle du
signal modulant. La gêne que semble à première vue causer cet accroissement de bande passante est
largement compensée par les avantages qu'apporteront ces procédés de modulation en ce qui
concerne l'immunité au bruit et aux interférences du signal transmis.

1.2.2.3. Modulation d'argument et fréquence instantanée

Une onde porteuse sinusoïdale dont on module l'argument se présente sous sa forme générale
suivante :

  A . cosD  ? ΦF (1.02)


où A et ωp sont des constantes et l'angle de phase ф(t) est fonction du signal utile m(t). Alors,
  A . cos  où  A  ? Φ (1.03)

On peut alors définir la fréquence instantanée de xp(t),  de la façon suivante :

JθK JΦK
 A A ωM ? (1.04)
JK JK

On notera que lorsque Φt A constante,  A ωM . Les fonctions Φt et Φt/dt sont appelées
excursion de phase instantanée et excursion de fréquence instantanée. On définit aussi la quantité
∆ω :

5
∆ω A |  T ωM |UVW (1.05)
que l'on appelle excursion maximale de fréquence du signal à modulation d'argument.

1.2.2.4. Modulation de phase et de fréquence

Les deux types de modulation d'argument sont, comme nous l'avons dit, la modulation de phase
(PM) et la modulation de fréquence (FM). En modulation de phase, l'excursion de phase instantanée
de la porteuse est proportionnelle à l'amplitude du signal modulant m(t), soit:

Φ A Φ X (1.06)

Où Φ est la constante d’excursion de phase exprimée en radians par unité de X . En


modulation de fréquence, l'excursion de fréquence instantanée est proportionnelle à l’amplitude
du signal modulant X, c'est-à-dire :

JΦK
JK
A 
X (1.07)

[
Soit : Φt A 
. Y[ XZ ,Z ? Φ  (1.08)
\

où 
est la constante d'excursion de fréquence qui s'exprime en radians par seconde par unité
du signal Xet Φ  la phase initiale de la porteuse à l’instant  A  . On peut donc
exprimer un signal à modulation d'argument, selon qu'il est modulé en phase ou en fréquence,
sous les formes suivantes :

  A  cos   ? ] . X (1.09)

[
 A  cosD   ? 
. Y^∞ XZ ,ZF (1.10)

Ainsi, en PM, la fréquence instantanée  varie en fonction linéaire de la dérivée du signal


modulant, tandis qu'en FM,  varie en fonction linéaire du signal modulant.

1.3. Modulation numérique [1] [2] [5]

1.3.1. Chaine de Transmission numérique

Les systèmes de transmission numérique véhiculent de l'information entre une source et un


destinataire en utilisant un support physique comme le câble, la fibre optique ou encore, la
propagation sur un canal radioélectrique.

6
Les signaux transportés peuvent être soit directement d'origine numérique, comme dans les
réseaux de données, soit d'origine analogique (parole, image...) mais convertis sous une forme
numérique. La tâche du système de transmission est d'acheminer l'information de la source vers le
destinataire avec le plus de fiabilité possible.

Le schéma synoptique d'un système de transmission numérique est donné à la figure 1.02 où l'on
se limite aux fonctions de base :

 La source émet un message numérique sous la forme d'une suite d'éléments binaires.
 Le codeur peut éventuellement supprimer des éléments binaires non significatifs
(compression de données ou codage de source), ou au contraire introduire de la redondance
dans l'information en vue de la protéger contre le bruit et les perturbations présentes sur le
canal de transmission (codage de canal). Le codage de canal n'est possible que si le débit
de source est inférieure à la capacité du canal de transmission (la probabilité d'erreur Pe
tend dans ce cas vers 0 d'après les travaux de Hartley -Shannon).
 La modulation a pour rôle d'adapter le spectre du signal au canal (milieu physique) sur
lequel il sera émis.
 Enfin, du côté récepteur, les fonctions de démodulation et de décodage sont les inverses
respectifs des fonctions de modulation et de codage situés du côté émetteur.

Figure 1.02 : Schéma d'un système de transmission numérique

Les trois caractéristiques principales permettant de comparer entre elles les différentes techniques
de transmission sont les suivantes:

 La probabilité d'erreur Pe par bit transmis permet d'évaluer la qualité d'un système de
transmission. Elle est fonction de la technique de transmission utilisée, mais aussi du canal

7
sur lequel le signal est transmis. Il est à noter que Pe est une valeur théorique dont une
estimation non biaisée au sens statistique est le Taux d'Erreur par Bit TEB.
 L'occupation spectrale du signal émis doit être connue pour utiliser efficacement la bande
passante du canal de transmission. On est contraint d'utiliser de plus en plus des
modulations à grande efficacité spectrale.
 La complexité du récepteur dont la fonction est de restituer le signal émis est le troisième
aspect important d'un système de transmission

1.3.2. Objectifs

La modulation a pour objectif d'adapter le signal à émettre au canal de transmission. Cette


opération consiste à modifier un ou plusieurs paramètres d'une onde porteuse :

/ A . cos  ?   (1.11)

centrée sur la bande de fréquence du canal. Les paramètres modifiables sont : l'amplitude A, la
fréquence A 2H0 , la phase ϕ0. Dans les procédés de modulation binaire, l'information est

transmise à l'aide d'un paramètre qui ne prend que deux valeurs possibles.

Dans les procédés de modulation M-aire, l'information est transmise à l'aide d'un paramètre qui
prend M valeurs. Ceci permet d'associer à un état de modulation un mot de n digits binaires. Le
nombre d'états est donc M =2. Ces n digits proviennent du découpage en paquets de n digits du
train binaire issu du codeur. Les types de modulation les plus fréquemment rencontrés sont
Modulation par Déplacement d'Amplitude MDA (Amplitude Shift Keying ASK), Modulation par
Déplacement de Phase MDP (Phase Shift Keying PSK), Modulation par Déplacement de Phase
Différentiel MDPD (Differential Phase Shift Keying DPSK), Modulation d'Amplitude de deux
porteuses en quadrature MAQ (Quadrature Amplitude Modulation QAM), Modulation par
Déplacement de Fréquence MDF (Frequency Shift Keying FSK).

1.3.3. Définitions et appellations

Définition 1.03 :

Un symbole est un élément d'un alphabet. Si M est la taille de l'alphabet, le symbole est alors dit
M-aire. Lorsque M=2, le symbole est dit binaire. En groupant, sous forme d'un bloc, n symboles
binaires indépendants, on obtient un alphabet de M =2n symboles M-aires. Ainsi un symbole M-
aire véhicule l'équivalent de n=log2M bits.

8
Définition 1.04 :

La rapidité de modulation R se définit comme étant le nombre de changements d'états par seconde
d'un ou de plusieurs paramètres modifiés simultanément. Un changement de phase du signal
porteur, une excursion de fréquence ou une variation d'amplitude sont par définition des

changements d'états. La "rapidité de modulation" 1 A ` s'exprime en "bauds".

Définition 1.05 :

Le débit binaire D se définit comme étant le nombre de bits transmis par seconde. Il sera égal ou
supérieur à la rapidité de modulation selon qu'un changement d'état représentera un bit ou un

groupement de bits. Le "débit binaire" A a s'exprime en "bits par seconde". Pour un alphabet
b

M-aire, on a la relation fondamentale 5 A c. 5 soit A c. 1. Il y a égalité entre débit de source


et rapidité de modulation uniquement dans le cas d'une source binaire (alphabet binaire).

La qualité d'une liaison est liée au taux d'erreur par bit :


defg hg [ [fij
5. .  A defg hg [
ikl
(1.12)

On notera la différence entre la probabilité d’erreur Pe et le taux d'erreur par bit TEB. Au sens
statistique, on a 4 A . 5 . TEB tend vers Pe si le nombre de bits transmis tend vers l'infini.

Définition 1.06 :

m
L'efficacité spectrale d'une modulation se définit par le paramètre 8 A et s'exprime en
n

"bit/seconde/Hz". La valeur D est le "débit binaire" et B est la largeur de la bande occupée par le
1
signal modulé. Pour un signal utilisant des symboles Maires, on aura 8 A log2 M bit/sec/Hz.
T.B

Remarquons que pour B et T donnés, l'efficacité spectrale augmente, comme on pouvait s'y
attendre, avec le nombre de bit/symbole n A log  M. C'est en effet la raison d'être de la
modulation M-aire.

1.3.4. Principes de modulations numériques

Le message à transmettre est issu d'une source binaire. Le signal modulant, obtenu après codage,
est un signal en bande de base, éventuellement complexe, qui s'écrit sous la forme :

6 A ∑ 6 . 7 T 5  A 6  A   ? u  avec 6 A  ? u (1.13)

La fonction g(t) est une forme d'onde qui est prise en considération dans l'intervalle [0, T[

9
puisque t doit vérifier la relation : kT≤ t < (k+1)T. Dans les modulations MDA, MDP et MAQ, la
modulation transforme ce signal c(t) en un signal modulé m(t) tel que :

X A 1D∑ 6  .  vw\ [xy\  F (1.14)


w\
La fréquence A  et la phase  caractérise la sinusoïde porteuse utilisée pour la
z

modulation. Si les 6  A   ? u  sont réels   A 0), la modulation est dite
unidimensionnelle, et s'ils sont complexes la modulation est dite bidimensionnelle. Le signal
modulé s'écrit aussi plus simplement :

X A ∑   . cos  ?   T ∑  . sin  ?   (1.15)

ou encore :  X A . cos  ?   T . sin  ?   (1.16)

en posant :  A ∑| a| t et  A ∑| b| t

Le signal  A ∑| a| t module en amplitude la porteuse en phase cos  ?   et le signal

 A ∑k bk t module en amplitude la porteuse en quadrature sin  ?  .

Dans la plupart des cas les signaux élémentaires ak(t) et bk(t) sont identiques à un coefficient près
et ils utilisent la même forme d'impulsion g(t) appelée aussi "formant".

  A  . 7 T 5 et   A  . 7 T 5 (1.17)

Les deux signaux a(t) et b(t) sont aussi appelés "trains modulants" et s'écrivent :

 A ∑k ak . gt T kT et  A ∑k bk . gt T kT. Les symboles  et  prennent respectivement
leurs valeurs dans l'alphabet ( ,  ,…  ) et dans l'alphabet ( ,  ,…  ).

Le schéma théorique du modulateur est représenté sur la figure 1.03.

Figure (1.03) : Schéma synoptique d’un modulateur

10
Les différents types de modulations sont définis par les alphabets décrits ici dessus et par la
fonction g(t). A chaque symbole émis correspond un signal élémentaire de la forme :

X A  . 7 T 5. cos  ?   T  . 7 T 5. sin  ?   (1.18)

qui peut être représenté dans un espace à deux dimensions (cf figure 1.04) dont les vecteurs de
base sont :

7 T 5. cos  ?   et T7 T 5. sin 0  ? 0  décomposition de Fresnel). (1.19)

Figure 1.04 : Position d'un symbole dans le plan de Fresnel

Le signal modulé m(t) véhicule des informations distinctes à travers ak(t) et bk(t) qui sont deux
signaux en bande de base appelés respectivement composante en phase et composante en
quadrature. La récupération de ak(t) et bk(t) sera possible uniquement si ces deux signaux sont de
bande limitée à l'intervalle [-B,B] avec B< (Condition de Rayleigh).

Une représentation dans le plan complexe qui fait correspondre à chaque signal élémentaire un
point  A  ? u permet de différencier chaque type de modulation. L'ensemble de ces points
associés aux symboles porte le nom de constellation représenté dans la figure 1.05

Figure 1.05 : Définition d'une constellation numérique

11
Le choix de la répartition des points dépend des critères suivants :

Afin de distinguer deux symboles, il faut respecter une distance minimale ,j , entre les points
représentatifs de ces symboles. Plus cette distance est grande et plus la probabilité d'erreur sera
faible. La distance minimale entre tous les symboles est dU€ A min ,v  avec

2
,v A |Ci T Cj | . Ceci est à rapprocher avec la définition de la distance de Hamming.

A chaque symbole émis correspond un signal élémentaires X  et par là même une énergie
nécessaire à la transmission de ce symbole. Dans la constellation, la distance entre un point et
l'origine est proportionnelle à la racine carrée de l'énergie qu'il faut fournir pendant l'intervalle de
temps [kT, (k+1)T[ pour émettre ce symbole. La puissance moyenne d'émission des symboles est
assimilable ∑ |C |2 et la puissance crête à Max |Ci|2.

Les deux critères évoqués ci-dessus sont antagonistes puisque l'on serait tenté d'une part d'éloigner
les symboles au maximum pour diminuer la probabilité d'erreur et d'autre part, de les rapprocher
de l'origine pour minimiser l'énergie nécessaire à la transmission. La constellation qui suivant les
applications mettra en évidence une faible énergie nécessaire à la transmission des symboles ou
une faible probabilité d'erreur, l'occupation spectrale du signal modulé, et la simplicité de
réalisation (avec éventuellement une symétrie entre les points de la constellation).

1.4. Différents types de modulation numérique [2] [4] [5]

1. 4.1. Modulation par Déplacement d’Amplitude (MDA)

Les Modulations par Déplacement d’Amplitude (MDA) sont aussi souvent appelées par leur
abréviation : ASK pour « Amplitude Shift Keying ».

Dans ce cas, la modulation ne s’effectue que sur la porteuse en phase. Il n’y a pas de porteuse en
quadrature. On a ainsi l’expression mathématique suivante :

X A ∑  . 7 T 5. cos 0  ? 0  (1.20)

Où Ak est le mot correspondant à l’information à transmettre, g(t) est une fonction porte de durée
T et d’amplitude 1 représentant la forme d’onde du codage en ligne.

1.4.1.1. Modulation par tout ou rien

Un exemple de modulation d’amplitude est la modulation binaire par tout ou rien ou encore
connue sous l’appellation anglaise : OOK pour « On Off Keying ». Dans ce cas, un seul bit est

12
transmis durant la période T, et par conséquent n=1 et M=2. On arrive alors au chronogramme
représenté dans la figure suivante :

Figure 1.04 : Modulation d’amplitude par tout ou rien

Et la constellation est la suivante :

Figure 1.05 : Constellation de la modulation d’amplitude OOK

1.4.1.2. Modulation à « M ETATS »

Dans ce cas, on utilise la modulation symétrique. On a M=2 amplitudes possibles du signal, mais
ici les valeurs de l’alphabet sont telles que :

Ai = (2i – M+1). avec i=1,2,……., M

La constellation de la modulation à M états symétriques est donnée par la figure 1.06 :

Figure 1.06 : Constellation de la modulation d’amplitude à M états.

13
Et le chronogramme d’une telle modulation est la suivante :

Figure 1.07 : Modulation d’amplitude MDA 4 symétriques

1. 4.2. Modulation par Déplacement de Phase (MDP)

Les modulations par déplacement de phase (MDP) sont aussi souvent appelées par leur
abréviation anglaise : PSK pour « Phase Shift Keying ».

Reprenons l’expression générale d’une modulation numérique :

X A 1D∑ 6 . uƒ 0 ?0 „ F avec 6  A   ? u 

Les signaux élémentaires Ak et Bk utilisent la même forme d’onde qui est une impulsion
rectangulaire, de durée T et d’amplitude égale à A si t appartient à l’intervalle [0,T[ et égale à 0
ailleurs.

Dans le cas présent, les symboles Ck sont répartis sur un cercle, et par conséquent :

6  A   ? u  A u d’où  A cos  et  A sin  (1.21)

On a ainsi :

 A cos . 7 T 5 et  A sin . 7 T 5 (1.22)

où g(t) est la fonction porte définissant la forme d’onde. On pourrait imaginer plusieurs MDP-M
pour la même valeur de M où les symboles seraient disposés de façon quelconque sur cercle. Pour
améliorer les performances par rapport au bruit, on impose aux symboles d’être répartis
régulièrement sur le cercle. L’ensemble des phases possibles se traduit alors par les expressions
suivantes :
z z
 A ? Lorsque M>2 et  A 0 ou H lorsque M=2
 

14
Le signal modulé devient :

X A 1D∑ u . 7 T 5. uƒ 0 ?0 „ F (1.23)

X A 1D∑. 7 T 5. uƒ 0 ?0 ? „ F (1.24)

ou tout simplement, en ne considérant que l’intervalle de temps [kT, (k+1)T[ :

X A . cos  ?   (1.25)

X A . cos  ?   cos  T . sin  ?   sin  (1.26)

Cette dernière expression montre que la phase de la porteuse est modulée par l’argument  de
chaque symbole ce qui explique le nom donné à la MDP. C’est donc une modulation à enveloppe
constante ; l’enveloppe étant le module de l’enveloppe complexe.

On appelle « MDP-M » une modulation par déplacement de phase correspondant à des symboles
M-aires. La figure 1.08 montre différentes constellations de MDP pour M=2, 4 et 8.

Figure 1.08 : Constellations des symboles en modulation de phase MDP-M

1.4.2.1. Modulation « MDP-2 »

Un exemple de modulation MDP-M est la modulation MDP-2 encore appelée par son abréviation
anglaise : BPSK pour « Binary Phase Shift Keying ».

C’est une modulation binaire (un seul bit est transmis par période T) : n=1, M=2 et  = 0 ou π.

Ici, la modulation ne s’effectue que sur la porteuse en phase ; c’est une modulation mono
dimensionnelle. Le signal modulé s’écrit alors pour t appartenant à l’intervalle [0,T[ :

X A …. cos  ?   (1.27)

La constellation MDP-2 est représentée à la figure 1.09, que l’on remarquera que cette modulation
est strictement identique à la modulation MDA-2 symétrique :

15
Figure 1.09 : Constellation BPSK

Et le chronogramme est comme indiqué par la figure 1.10 :

Figure 1.10 : Chronogramme d’une modulation BPSK

1.4.2.2. Modulation « MDP-4 »

Un autre exemple de modulation MDP-M est la modulation MDP-4 encore appelée par son
abréviation anglaise : QPSK pour « Quadrature Phase Shift Keying ».

C’est une modulation d’amplitude à deux niveaux sur chacune des porteuses en quadrature. Dans
ˆ ˆ
ce cas : n=2, M=4 et †‡ A ?‡Š
‰

La constellation MDP-4 est représentée dans la figure 1.11. Elle montre que l’affectation des bits
aux points de la constellation se fait en général selon un codage de Gray.

Figure 1.11 : Constellation de la modulation QPSK

16
Dans la figure 1.12 ci-dessous, on observe le chronogramme de la modulation MDP-4 :

Figure 1.12 : Chronogramme de la modulation QPSK

1.4.2.3. Remarques

La tentation d’augmenter M est grande et présente les avantages et les inconvénients suivants :

 L’efficacité spectrale augmente pour une largeur de la bande B donnée


 La probabilité d’erreur par symbole augmente aussi, et, pour ne pas la dégrader, il est
nécessaire d’augmenter le rapport signal sur bruit, cette augmentation restant raisonnable
jusqu’à M=12.
 Nous avons vu que la complexité de l’ensemble émission/réception de la MDP augmente
avec M. Cependant cette complexité n’est pas très élevée et fait de la MDP une modulation
fréquemment utilisée pour M allant de 2 à 16.

1. 4.3. Modulation d’Amplitude sur deux porteuses en Quadrature (MAQ)

Les modulations d’amplitude sur deux porteuses en quadrature sont aussi appelées par leur
abréviation anglaise : QAM pour « Quadrature Amplitude Modulation ». C’est une modulation
dite bidirectionnelle.

La MDA et la MDP ne constituent pas une solution satisfaisante pour utiliser efficacement
l’énergie émise lorsque le nombre de points M est grand. La modulation MAQ répond à ce
problème en répartissant les points uniformément dans le plan.

Pour faire cela, nous avons vu que le signal modulé m(t) peut s’écrire :

17
X A . cos  ?   T . sin ?   (1.28)

et les signaux a(t) et b(t) ont pour expression :

 A ∑  7 T 5et  A ∑  7 T 5 (1.29)

Le signal modulé m(t) est donc la somme de deux porteuses en quadrature, modulée en amplitude
par les deux signaux a(t) et b(t).

1.4.3.1. Constellations MAQ-M

Les symboles ak et bk prennent respectivement leurs valeurs dans deux alphabets à M éléments
(( ,  ,…  ) et ( ,  ,…  ) qui sont souvent le même. Le symbole complexe Ck = ak+jbk
peut par conséquent représenter un mot de 2n éléments binaires pour chaque couple (ak,bk).

Le signal émis pendant un intervalle de durée T peut être défini par les valeurs des deux symboles
ak et bk ou par la valeur de son amplitude et de la phase. On peut donc écrire :

X A ∑  . 7 T 5 cos  ? ‹  (1.30)

Avec :

 A Œ ?  et ‹ A  tan i (1.31)


Cette écriture fait apparaître que la modulation QAM peut être considérée comme une modulation
à la fois de phase et d’amplitude.

Par exemple, la MAQ-16 est construite à partir de symboles que prennent leurs valeurs dans
l’alphabet {…,, …3,} où d est un constante donnée. On obtient ainsi la constellation suivante pour
M=16 et M=64 (cf figure 1.13) :

Figure 1.13 : Constellation MAQ-16 et MAQ-64

18
1.4.3.2. Avantages de la transmission numérique

L'extraordinaire variété des applications que nous venons d'exposer met en évidence l'importance
capitale des différentes techniques de transmission numérique sur onde porteuse.

Un intérêt majeur des transmissions numériques réside dans la possibilité de leur insertion
harmonieuse dans les réseaux intégrés numériques qui se développent de jour en jour. Un autre
avantage réside dans la possibilité de conserver l'intégrité de l'information à transmettre, ce qui est
tout à fait impossible avec une transmission analogique. Cependant, la simplicité d'utilisation des
modulations analogiques traditionnelles fait qu'elles ne sont pas encore reléguées au musée des
techniques désuètes.

Les systèmes modernes de communication numérique sont complexes et requièrent des circuits de
modulation et de démodulation de plus en plus sophistiqués. Nous avons examiné un certain
nombre de modulations qui sont aujourd'hui utilisées. Il s'avère que le choix d'un type de
modulation est toujours déterminé par les contraintes de l'application. Le développement des
transmissions numériques s'est appuyé sur les progrès rapides réalisés dans le domaine des circuits
intégrés de traitement des signaux. Ainsi, l'utilisation de solutions intégrées devient indispensable
au fur et à mesure que le niveau de complexité des systèmes s'accroît et que le prix consenti par le
consommateur diminue.

19
CHAPITRE 2: MODULATION PAR DEPLACEMENT DE FREQUENCE

2.1. Définition [8] [9]

Les Modulations par Déplacement de fréquence (MDF) sont aussi souvent appelées par leur
abréviation anglaise : FSK pour "Frequency Shift Keying". La modulation par déplacement de
fréquence est un mode de modulation de fréquence numérique dans lequel le signal modulé varie
entre des fréquences prédéterminées. Généralement, la fréquence instantanée peut prendre deux
valeurs discrètes appelées marque « mark » et espace « space ». Il s'agit de la forme non-cohérente
de FSK. Dans les formes cohérentes de FSK, il n'y a pas de discontinuité de phase dans le signal
de sortie. C'est le cas du signal de l'exemple de la figure 2.01

Données

Porteuse

Signal modulé

Figure 2.01 : Exemple de modulation FSK cohérente

20
2.2. Expression mathématiques [8] [9]

Le signal modulé m(t) peut s'écrire : X A 1DuΦ . uƒ 0 ?0 „ F (2.1)

Une propriété de la modulation par déplacement de fréquence est d'avoir une enveloppe constante
 vΦ[ A . L'expression du signal modulé par déplacement de fréquence s'écrit aussi plus
simplement, et en prenant  A 0, par :

X A cos  ? Φ A cos 2H  ? Φ (2.2)

C'est la dérivée de la phase Φ qui est reliée de façon simple (linéaire) à la valeur des symboles,
le tout constituant une relation non linéaire. La fréquence instantanée f (t) du signal m(t) est
obtenue par dérivation de la phase 2H  ? Φ par rapport au temps :
1 ,Φ
 A ? 2H , (2.3)

0 1 ,Φ
Dans cette expression f0 représente la fréquence centrale A 2H
et
A 2H ,
représente la
déviation de fréquence par rapport à la fréquence f0.

Appelons ∆f la différence de la fréquence instantanée correspondant à l'émission de deux symboles


adjacents, et soit ak un symbole appartenant à l'ensemble { ±1, ±3,… ±(M-1) }. La déviation de
fréquence s'écrit alors, suivant la valeur à transmettre :
 ,Φ ∆

A ∑  7 T 5 (2.4)


z , 

où g(t) est l'impulsion rectangulaire de durée T.


h]
Alors, h[
A H. Δ . 7 T 5 (2.5)

La phase étant l'intégrale de la fréquence, on obtient après intégration de l'expression précédente et


pour t appartenant à l'intervalle [kT, (k+1)T[ : Φ A H. Δ .  . ‘ T 5’ ?  où θk = Φ(kT ) est une
constante. Cette expression montre que la phase varie linéairement sur l'intervalle [kT, (k+1)T[ et
que cette variation est de π.∆f .T.ak. En reportant l'expression de Φ(t) dans la relation (2.3), on
obtient la fréquence instantanée :
Δ
 A ?
2 
 (2.6)

L'expression du signal modulé s’écrit :mt A cosD2π ?  F (2.7)




21
On peut aussi définir l'indice de modulation 9 A ∆ . 5 qui conditionne la forme de la densité
spectrale du signal modulé.

2.3. La modulation MDF à phase discontinue [3] [8] [9]

Dans les Modulations par Déplacement de fréquence, on trouve les MDF à phase discontinue pour
lesquelles la phase aux instants de transition kT peut sauter brusquement.

Figure 2.02 : Modulateur MDF à commutation d'oscillateurs

Le modulateur MDF le plus simple, représenté dans la figure 2.02, est constitué d'oscillateurs
différents. La différence de fréquence entre deux oscillateurs voisins est ∆f. La fréquence
instantanée du signal modulé saute d'une valeur à l'autre à chaque changement de symbole. Ceci
ne permet pas de garantir la continuité de phase de m(t) et, par conséquent, le spectre occupé par
ce type de modulation est très large. En effet, plus un signal est régulier, (ou plus il est dérivable à
un ordre élevé) et plus son spectre décroît rapidement.

L'intérêt de la MDF à phase discontinue réside dans la simplicité de réalisation du modulateur et


dans la possibilité d'une démodulation non cohérente.

Dans le cas d'une MDF binaire à phase discontinue par exemple, ak prend sa valeur dans l'alphabet
{-1, 1} en fonction de la donnée "0" ou "1" à transmettre. Un chronogramme de la figure 2.03
montre la modulation par déplacement de fréquence à phase discontinue.

Figure2.03 : Chronogramme MDF binaire à phase discontinue

22
Δ
Dans un intervalle de temps donné [kT, (k+1)T[, la fréquence instantanée  A ? 2 

“
“

devient :  A T et  A ? (2.8)
 


” x
•
La fréquence centrale s'écrit A 
et l'excursion de fréquence est ∆ A  T f (2.9)

L'expression du signal modulé est : mt A cosD2π … )t]




2.4. La modulation MDF à phase continue MDF-PC [3] [8] [9]

Dans les Modulations par Déplacement de fréquence, on trouve les MDF avec continuité de phase
pour lesquelles la phase varie de façon continue aux instants de transition kT.

Reprenons l'expression de la phase Φ A H. Δ .  . ‘ T 5’ ?  et intéressons nous à la constante

d'intégration θk, pour qu'il y ait continuité de phase entre la fin de l'émission du symbole ak-1 et le
début de l'émission du symbole ak. La phase au début de l'émission du symbole ak doit être égale à
la phase au début de l'émission du symbole ak-1 augmentée de la variation de la phase pendant
l'émission de ce symbole ak-1. Ceci s'écrit simplement  A ^ ? H. ∆ . 5. ^

Cette condition de continuité est réalisée quand on utilise un oscillateur unique dont on module la
fréquence. Un exemple de modulateur MDF-M-PC est représenté figure 2.04. Il est constitué d'une
logique de codage permettant de charger un convertisseur numérique Analogique (CNA) dont la
tension de sortie, en forme de paliers, est représentative du symbole à transmettre. Cette sortie du
CNA module alors un oscillateur commandé par tension (VCO).

Figure 2.04 : Modulateur MDF-M-PC

Un synoptique de démodulateur MDF-M-PC est représenté dans la figure 2.05. Il est constitué
d'un discriminateur de fréquence dont la sortie fournie un signal analogique à plusieurs niveaux.

23
Ce signal analogique est envoyé dans un convertisseur analogique numérique (CAN) dont la sortie
est décodée pour déterminer les symboles et régénérer le train de bits reçus.

Figure 2.05 : Démodulateur MDF-M-PC

2. 4.1. MDF binaire à phase continue

Le cas d'une MDF binaire à phase continue (MDF-2-PC) où ak prend sa valeur dans l'alphabet
{-1, 1} en fonction de la donnée "0" ou "1" à transmettre est figuré dans la figure suivante .On
remarquera la continuité de phase.

Figure 2.06 : Chronogramme d'une MDF binaire à phase continue

Nous avons vu que la phase varie linéairement de π.∆f .T.ak sur l'intervalle [kT, (k+1)T[ et que

l'indice de modulation est µ = ∆f .T. La variation de la phase pendant une période T d'émission
d'un symbole est donc égale à ∆ A π.µ.ak .

On peut alors représenter cette variation de la phase dans le temps pour des symboles binaires
ak= ±1. Cette représentation porte le nom de "treillis des phases" (cf figure 2.07)

24
Figure 2.07 : Treillis des phases en MDF binaire à phase continue.

2. 4.2. Les performances

Il est possible de comparer les MDF-M entre elles, en utilisant la probabilité d'erreur par bit en
—˜
fonction du rapport d\
. Les courbes données ici correspondent à une MDF-M avec détection

cohérente et sont voisines d'une MDF-M avec détection non cohérente.

Figure 2.08 : Probabilité d'erreur par bit de la MDF

Ces courbes de la figure 2.08 montrent que contrairement aux modulations MDA et MDP, les
performances sont améliorées lorsqu'on augmente M. Cependant l'augmentation de M entraîne
aussi l'augmentation de l'occupation spectrale.

25
2.5. Conclusion sur la MDF [3] [6] [9]

Nous avons trouvé deux types de Modulation par Déplacement de fréquence, chacun ayant
présentant des avantages et des inconvénients. La MDF à phase discontinue est simple de
réalisation, son principal défaut est la grande bande passante dont elle a besoin pour pouvoir
transmettre les sauts de phase tandis que la MDF avec continuité de phase est plus complexe à
réaliser mais elle requiert une bande passante plus étroite.

Elles ont en commun d'avoir une densité spectrale de puissance compliquée à calculer en raison du
caractère non linéaire de la MDF.

Le principal inconvénient de la modulation FSK est sa faible efficacité spectrale par rapport aux
modulations de phase par exemple. Mais elle comporte des avantages significatifs tels que :
Transmission sans que le récepteur ait à reconstituer le rythme binaire,
binaire non
on nécessité d’horloge bit
à reconstituer et liaison
iaison synchrone ou asynchrone.

2.5.1. Réalisation de la modulation FSK

La modulation FSK peut être vu comme un cas particulier de la modulation de fréquence : le


signal modulant étant un signal binaire à 2 niveaux (par exemple NRZ), on associe à un niveau,
une fréquence f1, et à l’autre, une fréquence f2. Il s’agit donc d’une modulation
modulation de fréquence à 2
fréquences discrètes. Mais, elle peut aussi se voir comme une double modulation d’amplitude
ASK : le signal modulé peut alors être considéré comme la somme de deux signaux modulés en
amplitude par le train binaire comme indiqué sur
su la figure ci après.

Figure 2.09 : Modulation FSK

26
Un moyen simple de réaliser cette modulation FSK est de disposer de 2 oscillateurs à f1 et f2 que
l’on commute au rythme du signal modulant. On peut aussi utiliser un VCO (voltage controlled
oscillator) dont on déplace la fréquence en appliquant le signal modulant sur son entrée de
commande. On préfère en général cette dernière solution (CPFSK pour Continuous Phase FSK)
qui évite les discontinuités de phase aux instants de commutation (effet bénéfique sur le spectre)

L’enveloppe spectrale du signal modulé est obtenue par transposition du spectre du signal binaire
modulant (en sinus cardinal) autour de chaque fréquence f1 et f2. On obtient l’allure de spectre
donnée ci après :

Figure 2.10 : Contribution des deux spectres à l’enveloppe spectrale FSK

Pour un débit binaire D donné, la forme du spectre varie en fonction de l’écart de fréquence :

∆ A  T f :

 Il y aura deux lobes principaux distincts si ∆f>>2D


 Deux ou trois lobes si D<∆f<2D
 Un seul lobe si ∆f<D

Pour « rentabiliser » les plans de fréquence et loger un maximum de canaux dans une bande de
fréquence donnée, on souhaite en général, concentrer l’énergie autour de la porteuse et ainsi
minimiser l’encombrement spectral de chaque canal.

27
2.5.2. Application de la modulation FSK

2.5.2.1. Minimum frequency--shift keying ou minimum-shift


shift keying (MSK)
 Modulateur GMSK

Le cas particulier où ∆f = 1/2 D,


D répond à ce critère, bien que ne supprimant pas les lobes
secondaires dus à la forme en sinus cardinal du spectre du signal binaire modulant. La modulation
FSK prend alors le nom de MSK (Minimum Shift Keying).

Pour réduire l’importance des lobes secondaires,


secondaires, une dernière amélioration peut être apportée : le
train modulant est filtré avant d’attaquer le modulateur MSK : le "rognage des coins" permet de
rendre le train plus "rond" donc moins riche en harmonique.

Un filtre gaussien, synthétisé numériquement


numériquement par DSP, est en général utilisé. Il transforme une
impulsion carrée en impulsion gaussienne dont le spectre est lui même gaussien. Ainsi, les lobes
secondaires sont pratiquement supprimés tout en assurant un temps de propagation de groupe
constant (phase linéaire en fonction de f dans la bande passante).

On peut également utiliser un filtre de « bessel amélioré » à phase linéaire ou en cosinus surélevé
dont les réponses sont très voisines de celle d’un gaussien et plus facilement synthétisable
analogiquement.
ogiquement. Ces filtres étant peu sélectifs par rapport aux butterworth, chebytcheff, il est
nécessaire de travailler avec des ordres élevés (>6). Seuls ces types de filtres permettent de réduire
la bande occupée tout en conservant une interférence inter symbole
symbole acceptable. La modulation
porte alors le nom de GMSK (Gaussian MSK).

Figure 2.11 : Modulateur GMSK

 Utilité de GMSK

C’est une forme très efficace de FSK en termes d'occupation de spectre. En MSK, la différence
entre la fréquence haute et la fréquence basse est égale au débit en bits par seconde. En
conséquence, lorsqu'on transmet un 0, il s'écoule exactement 1 période de plus (ou de moins) dans
le signal de sortie que lorsqu'on transmet un 1. Dans cette technique, l'indice
l'indice de modulation vaut

28
0,5 : c'est le plus petit indice de modulation utilisable en FSK de sorte que les signaux pour 0 et 1
soient orthogonaux. Une variante de MSK, appelée GMSK est utilisée dans la norme de
téléphonie GSM. Plusieurs systèmes de téléphonie cellulaire utilisent des procédés GMSK, GFSK,
dérivés de la FSK. La norme Bluetooth (FSK différentiel) développée pour l'échange
d'informations à faible distance code un 1 par un accroissement de fréquence, un zéro par une
diminution. Chaque saut est compris entre 140 et 175kHz, dans la bande des 2480Mhz à raison de
1600 sauts par seconde.

2.5.2.2. L'AFSK ou Audio FSK

C’est une variante de la FSK dans laquelle la porteuse est un signal audible, donc de fréquence
inférieure à quelques kilohertz. De cette façon, le signal modulé peut être transmis par une
installation conçue pour véhiculer la voix ou de la musique, par exemple une liaison téléphone ou
radio. Dans ce dernier cas, le signal est modulé une deuxième fois lors de la transmission.

L'AFSK ne permet pas des débits très rapides, mais permet de réaliser des transmissions
numériques en réutilisant sans modification des équipements prévus pour l'analogique.

Les premiers modems utilisaient l'AFSK, pour des débits allant jusqu'à 300 bits par seconde. Les
premiers micro- ordinateurs utilisaient des modulations AFSK pour l'enregistrement de
programmes sur cassettes audio.

2.5.2.3. MFSK ou Multiple FSK

Le sigle MFSK ou Multiple FSK désigne spécifiquement les modulations FSK où la fréquence du
signal modulé peut prendre plus de deux valeurs discrètes. Le système DTMF est l'exemple le plus
courant de MFSK. Des transmissions en radiotélétype se font également en MFSK.

2.5.2.4. Les faisceaux hertziens

Le problème principal dans les faisceaux hertziens numériques est la propagation par trajets
multiples qui dégrade sérieusement la qualité et limite la possibilité de liaisons à grande capacité.
Ce phénomène s'accentue lorsque le nombre d'états de la modulation augmente.

A l'opposé des faisceaux hertziens à grande capacité se trouvent les faisceaux à faible débit (deux
Mbit/s) et à faible coût dans lesquels l'efficacité spectrale n'est pas primordiale. Les modulations
utilisées sont en général des MDF-PC à deux ou à quatre états qui permettent d'utiliser une
amplification non linéaire dans l'émetteur.

29
CHAPITRE 3: REALISATION ET SIMULATION SOUS MATLAB D’UN
MODULATEUR ET DEMODULATEUR FSK

3.1. Introduction [3] [4] [5]

La transmission de signaux numériques s’impose de plus en plus dans de nombreuses applications


industrielles, en particulier la transmission par modulation FSK. Cependant les montages proposés
ici, s'ils permettent de mettre en évidence les caractéristiques principales de modulation FSK, ne
sont pas des dispositifs utilisés industriellement.
Par conséquent, les fréquences des porteuses et du signal modulant seront choisies de façon à ce
que l’on puisse en faire une observation aisée à l’oscilloscope que l’on dispose en laboratoire
scolaire.

3.2. Réalisation d’un modulateur FSK à l’aide d’un Circuit Intégré ICL 8038 [3] [4] [5]

3. 2.1. Présentation du montage

3.2.1.1. Schéma fonctionnel du modulateur

Le schéma fonctionnel du modulateur est constitué de trois blocs. Un signal modulant qui est un
signal carré délivré par le GBF, l’oscillateur contrôlé en tension et le signal modulé FSK (voir la
figure 3.01).

Figure 3.01 : Schéma fonctionnel du modulateur

Pour faciliter la visualisation des signaux sur un écran d’oscilloscope, on choisi les valeurs de
fréquences  , fréquence du signal modulant, est égal à 100Hz et , fréquence centrale du signal
modulé qui est environ 500Hz.

Ces deux fréquences sont beaucoup plus proches que dans les applications industrielles courantes.

30
3.2.1.2. Schéma détaillé du modulateur

Le schéma détaillé d’un modulateur FSK est représenté par la figure 3.02.

Figure 3.02 : Le Schéma de réalisation du modulateur FSK

3.2.1.3. La Nomenclature

REPERE DESIGNATION REF/VALEURS OBSERVATIONS


R1 Résistance ¼ W 10 KΩ
carbone 5%

R2 Résistance ¼ W 10 KΩ
carbone 5%

R3 Résistance ¼ W 82 KΩ
carbone 5%

C1 Condensateur 3.3 nF
plastique

CI VCO ICL8038 Voir annexe I

Plaquette Circuit imprimé 3*3cm2

Tableau 3.01 : Liste de composants

31
3.2.1.4. Présentation du Circuit imprimé d’un modulateur FSK

Figure 3.03 : Circuit imprimé du côté cuivre

Figure 3.04 : Schéma de la réalisation d’un modulateur FSK

3. 2.2. Etude de la modulation

Le signal numérique est à deux états (binaire) mais, dans le cas général, il peut être quaternaire
voire davantage. Ici, l’information numérique est simulée à l’aide d’un GBF fournissant des
signaux carrés.

On notera :
 : Fréquence du signal modulé correspondant à l’état bas du signal modulant.
: Fréquence du signal modulé correspondant à l’état haut du signal modulant.

32
3.2.2.1. Courbe de réponse du VCO

Intéressons-nous tout d’abord à la caractéristique du VCO permettant la modulation.

Figure 3.05 : Courbe de réponse

On choisira de fait, un signal modulant ayant pour valeur moyenne 2,5 V afin de fixer la fréquence
centrale à environ 9,4 kHz. Cette valeur est obtenue par le réglage d’offset du GBF. Par
conséquent, on obtient l’allure de la courbe de signal modulé représenté par la figure 3.06.

Figure 3.06 : Signal modulant et du signal modulé FSK

On remarque que le signal modulé est à phase continue (il n’y a pas de saut de phase lorsque la
fréquence change). Le signal modulant est obtenu à l’aide d’un GBF.

Mathématiquement, on peut écrire le signal modulé sous la forme :

33
š A ›. cos2H  ? . ∆  Avec k=+1 ou –1. . (3.1)

3.2.2.2. Spectre du signal modulé :

Comme dans toutes transmissions, l’encombrement spectral du signal à transmettre revêt une
importance primordiale. La détermination par le calcul du spectre d’un signal modulé en FSK à
phase continue est très délicate mais, on peut, expérimentalement, observer quelques résultats
importants (Cf figure 3.07).

Figure 3.07: Spectre d’un signal modulé en FSK à phase continue

La visualisation du spectre d’un signal modulé dépend en général de l’indice de modulation 9,


d’où l’analyse des différents cas suivants :

 Cas où œ est important

Figure 3.08 : Signal modulé FSK où 9 est important

34
Ici :  = 4 kHz ;  = 14 kHz ; 9 =10. Les deux raies de plus forte amplitude correspondent aux
fréquences f1 et f2. Autour de ces deux fréquences, on a des raies espacées de 500Hz, puis de
1000Hz, qui sont rattachées aux composantes du signal modulant.

Autour de , les deux figures de spectres du signal modulant centrées sur  et  se superposent.

Remarque : L’amplitude des différentes raies est exprimée ici en dB. On vérifie bien que la bande
de fréquence occupée est :

 A  ? . T   T .  A 2∆ ? .  (3.2)

Où . est la fréquence maximale du signal modulant.

Théoriquement, cette bande est infinie car pour un signal carré . est infinie.

 Lorsque œ diminue

Figure 3.09 : Signal modulé FSK où 9 diminue

Ici : f1 = 7,8 kHz ; f2 = 10,8 kHz ; 9 =3. L’encombrement spectral est plus faible.

 Pour œ faible

Figure 3.10 : Signal modulé FSK où 9 est faible

35
Ici :  = 9,3 kHz ;  = 9,8 kHz ; 9 = 0,5.Nous sommes ici plus proche des applications
industrielles en ce qui concerne la valeur de 9.

Par contre, il est difficile, en visualisant le signal modulé, d’observer les deux fréquences
différentes. On montre que c’est lorsque 9 =0,5 que la bande occupée par le signal est la plus
faible. On parle alors de modulation MSK (Minimum Shift Keying).

 Remarque :

Le spectre du signal modulé peut être plus riche en harmoniques. Voici ce que l’on peut observer :
Toutes les raies sont ici espacées de 500 Hz. La justification est très délicate, mais on peut retenir
qu’il existe des termes d’inter modulation qui font apparaître des raies supplémentaires.

3.2.2.3. Applications

Pour satisfaire le critère d’encombrement spectral, on se limite aux valeurs de 9 comprises entre
0,5 et 0,75. La modulation FSK est utilisée par exemple en instrumentation (protocole HART :
Highohmay Adressable Remote Transducer) pour la configuration de transmetteurs.

Le 1 logique est codé par une fréquence 1200 Hz et le 0 par 2200 Hz. La transmission des
informations numériques se fait à 1200 bits/s. Dans les modems intégrés, les deux porteuses ne
sont pas générées par un oscillateur commandé en tension, mais reconstituées numériquement par
un oscillateur à quartz.

3. 2.3. Schéma fonctionnel du démodulateur et du bloc décision

Figure 3.11 : Signal modulé FSK où 9 est important

Comme les fréquences et  sont très proches, les signaux de sortie de la boucle à verrouillage
de phase nécessitent une mise en forme qui est réalisée par le bloc ‘‘décision’’ composé d’un
amplificateur et d’un comparateur à hystérésis.

36
3. 2.4. Présentation du montage d’un démodulateur

3.2.4.1. Schéma détaillé du circuit de démodulation

Figure 3.12 : Schéma de réalisation du démodulateur FSK

Alim : Alimentation simple 12V

GND : masse

OUT : Output (Sortie)

IN : Input (Entrée)

37
3.2.4.2. La nomenclature

REPERE DESIGNATION REF/VALEURS OBSERVATIONS


R1 Résistance ¼ W 1 KΩ
carbone 5%

R2 Résistance ¼ W 220 KΩ
carbone 5%

R3 Résistance ¼ W 10 KΩ
carbone 5%

C1 Condensateur 0.1 mF
plastique

C2 Condensateur 1 nF
plastique

C3 Condensateur 10 nF
plastique

D1 Diode à jonction PN 1N 4004

D2 Diode à jonction PN 1N 4004

CI PLL MC14046BCL Voir annexe 2

Plaquette Circuit imprimé 5*5cm2

Tableau 3.01 : Liste de composants

3.2.4.3.Choix des composants

Le circuit 4046 est très courant et peu onéreux. Le condensateur C1 permet de supprimer une
éventuelle composante continue du signal d’entrée. La résistance R1 permet avec les deux diodes
de protéger l’entrée du circuit 4046 contre des tensions négatives ou supérieures à 12 V. R3 et C3
sont déterminées à l’aide des abaques fournis par le constructeur. Ces éléments permettent de fixer
la plage de verrouillage de la P.L.L. R2 et C2 composent le filtre passe-bas qui permet de
commander le VCO par la valeur moyenne de la tension de sortie du comparateur.

La fréquence de coupure du filtre est donc : fc = 720 Hz ce qui permet de conserver le


fondamental de fréquence Fb et la première harmonique (à 3Fb) du signal modulant et de couper
la fréquence 2 . Du fait de la proximité de la fréquence centrale et du signal modulant, le signal

38
démodulé est très perturbé. Le filtre passe-bas à la sortie du comparateur de la PLL n’est pas
suffisamment sélectif pour reconstituer parfaitement le signal modulant.

Ce montage a toutefois l’avantage de montrer que même lorsque le signal est perturbé, on peut
assez facilement reconstituer le signal d’origine, ce qui est un des avantages des signaux
numériques par rapport aux signaux analogiques.

3.2.4.4. Présentation du Circuit imprimé du démodulateur

Figure 3.13: Circuit imprimé du démodulateur FSK vue de cuivre

Figure 3.14: Côté composant du démodulateur FSK

39
3. 2.5. Etude du démodulateur

3.2.5.1. Structure de la boucle à verrouillage de phase

Figure 3.15: Structure de la PLL

Lorsque la boucle est verrouillée, les tensions v1 et v3 ont même fréquence. La tension v2 qui
commande l’oscillateur reconstitue donc le signal modulant. Pour que la démodulation soit
effective, il faut que la boucle soit verrouillée. L’observation simultanée
simultanée de v1 et v3 permet de
connaître la plage de capture de la boucle : la PLL est verrouillée lorsque les deux signaux sont
synchrones. Avec les composants choisis, la capture a lieu pour fmin= 4 kHz et fmax= 13kHz.

3.2.5.2. Principe de fonctionnement

On s’intéresse
éresse au cas où la boucle est verrouillée. L’observation de la tension de sortie du
comparateur v3 permet d’illustrer le principe de fonctionnement de la PLL. L’oscillogramme de la
figure suivante représente le principe de fonctionnement de la PLL.

Figure
ure 3.16 : Principe de fonctionnement de la PLL

40
Le signal en haut représente la tension v1 tandis que le signal en bas la tension v2 de niveau haut
12V et de niveau bas 0V. La fréquence de v1 est 5 kHz et la fréquence de la tension de sortie du
comparateur est double de celle du signal d’entrée. Le déphasage entre les composantes
fondamentales de la tension d’entrée v1 et de la tension délivrée par l’oscillateur v3 est d’environ
30°. En augmentant maintenant la fréquence de la tension v1. Voici les oscillogrammes observés
(voir figure 3.17)

Figure 3.17 : Principe de fonctionnement de la PLL

La fréquence de v1 est maintenant de 15kHz. La valeur moyenne de v2 est proche de sa valeur


maximale qui est de 12V. Le déphasage entre v1 et v3 est voisin de 180°. Une augmentation de la
fréquence du signal d’entrée aura pour effet de déverrouiller la boucle.

3.2.5.3. Signal démodulé

On constate que le signal de sortie du bloc de démodulation est très bruité. Cela vient du fait que
les fréquences . ,  et  sont très proches.

Pour que la démodulation soit convenable, il faut effectuer une mise en forme de ce signal. Le
bloc décision permet la mise en forme du signal démodulé.

41
3. 2.6. Circuit mise en forme du démodulateur FSK

3.2.6.1. Schéma détaillé du circuit de mise en forme du signal démodulé

Figure 3.18 : Circuit de mise en forme du signal démodulé

Le circuit est alimenté par une alimentation symétrique +6V et – 6V.

3.2.6.2. La nomenclature

REPERE DESIGNATION REF/VALEURS OBSERVATIONS


R1 Résistance ½ W 10 KΩ
carbone 5%

R2 Résistance ½ W 10 KΩ
carbone 5%

R3 Résistance ½ W 1 KΩ
carbone 5%

R4 Résistance ½ W 1 MΩ
carbone 5%

42
P1 Résistance Variable 47 KΩ
½ W carbone 5%

C1 Condensateur 10009.
plastique

C2 Condensateur 10009.
plastique

C3 Condensateur 0.19.
plastique

C4 Condensateur 0.19.
plastique
C5 Condensateur 10009.
plastique

C6 Condensateur 10009.
plastique

CI Amplificateur TL 081 Voir annexe 3


Opérationnel

Plaquette Circuit imprimé 10*5cm2

Tableau 3.02 : Liste de composants

3.2.6.3. Circuit imprimé d’un circuit mise en forme

Figure 3.19 : Circuit imprimé d’un circuit mise en forme du côté cuivre

43
Figure 3.20 : Schéma du circuit mise en forme

3. 2.7. Mise en forme du signal démodulé

D’après l’allure du signal de sortie de la PLL, on voit qu’un simple comparateur à zéro ne
conviendrait pas, puisqu’on aurait passage à 0 du signal de sortie alors que le signal modulant est à
l’état 1. Pour éviter ce genre de situation, on utilise un comparateur inverseur à hystérésis dont les
seuils sont –1V et +1V.

Ce comparateur est précédé d’un amplificateur inverseur à coefficient d’amplification variable. Le


réglage de l’amplification permet d’adapter le signal de sortie de la PLL aux seuils de basculement
du comparateur. On évite ainsi les basculements intempestifs du comparateur

3.2.7.1. Visualisation des signaux

Le signal de la figure 3.21 en haut donne le signal de sortie de la PLL et en Bas le signal de sortie
de l’amplificateur. Selon les valeurs des fréquences  et  choisies, la variation de la tension v2
autour de sa valeur moyenne peut être insuffisante pour permettre le basculement du comparateur.
L’amplificateur permet d’augmenter la plage de fonctionnement du bloc de décision.

44
Figure 3.21 : signal de sortie de la PLL et signal de sortie de l’amplificateur

3.2.7.2. Signal de sortie du bloc de décision

On reconnaît dans la figure 3.22 le signal de sortie de l’amplificateur. Le signal carré est le signal
de sortie du comparateur. On a donc bien reconstitué le signal modulant. La démodulation est bien
effectuée.

Figure 3.22 : Signal mise en forme d’un démodulateur

45
3.2.7.3. Coût de la réalisation

Prix en Ariary des composants utilisés dans la réalisation pratique.

Nom des composants Prix Unitaire Nombres Montant

Resistances 100 9 900

Resistance variable 200 1 200

Condensateurs 200 10 2 000

Diodes 100 2 2 00

CI ICL8038 13 000 1 13 000

CI PLL4046 15 600 1 15 600

CI TL081 1 000 2 2 000

Plaquette 500 3 1 500

Eteint 600/m 3 1 800

Coût Total 33 600 Ar


Tableau 3.03: Prix des composants

3.3. Les Matériels utilisés

 Un oscilloscope pour la visualisation des signaux


 Un GBF(Générateur Basse Fréquence) pour générer la fréquence du signal modulant
 Deux alimentations symétriques, l’un pour le circuit de modulateur et l’autre pour le circuit
de mise en forme d’un démodulateur et une alimentation simple (non symétrique) pour le circuit
de démodulateur.
3.4. Résumé [5]

Pour satisfaire le critère d’encombrement spectral, on se limite aux valeurs de m comprises entre
0,5 et 0,75. La modulation FSK est utilisée par exemple en instrumentation pour la configuration
de transmetteurs. Le 1 logique est codé par une fréquence 1200 Hz et le 0 par 2200 Hz. La
transmission des informations numériques se fait à 1200 bits/s. Dans les modems intégrés, les
deux porteuses ne sont pas générées par un oscillateur commandé en tension, mais reconstituées
numériquement par un oscillateur à quartz.

46
3.5. Simulation d’un modulateur FSK sous Matlab

3.5.1. Présentation du logiciel de simulation « Matlab »

MATLAB est un logiciel commercial de calcul interactif. Il permet de réaliser des simulations
numériques basées sur des algorithmes d'analyse numérique.

MATLAB acronyme de « MATRix LABoratory » est un logiciel développé par Mathworks, qui a
été conçu pour les calculs scientifiques, possédant toutes les fonctionnalités des approches
récentes programmation. Dans cette simulation, on utilise le Matlab version 7.0

3.5.2. Fenêtre d’Accueil

Cette fenêtre d’accueil nous montre la simulation à effectuer en cliquant sur le bouton
« Commencer une simulation », le bouton « Aide » pour obtenir de l’aide sur l’utilisation de
logiciel et le bouton « Quitter » pour sortir.

Figure 3.23 : Fenêtre de Saisie de la modulation FSK

47
3.5.3. Allure du signal modulé et démodulé FSK

L’allure du signal modulé et démodulé FSK est variée en fonction des paramètres de modulation
suivants : l’état M, Fm dont la fréquence correspond à l’état haut «1 » (mark frequency) et Fs où la
fréquence correspond à l’état bas «0» (space frequency).

La figure 3.24 représente l’allure du signal modulé et démodulé FSK ainsi que le signal original.

Figure 3.24: Signal modulé et démodulé FSK

Cette figure nous montre l’allure du signal original, le signal modulé et le signal démodulé, après
démodulation on retrouve le signal initial.

48
CONCLUSION GENERALE

Une communication numérique consiste à transférer une information d’une place à une
autre. Elle se fait au travers d’un système de communication. Celui-ci possède généralement trois
entités : émetteur, canal de transmission et récepteur. Bref, une transmission peut s’effectuer à
condition que le signal à transmettre soit adapté au canal de transmission, d’où le but de la
modulation.

Ce mémoire a été consacré à l’étude de la modulation par déplacement de fréquence et de


leurs performances. Muni de la réalisation pratique, avec les circuits ICL8038 pour la partie
modulateur, PLL4046 pour le démodulateur et TL081 pour le circuit mise en forme, des résultats
menant à la théorie et des conclusions sur la modulation par déplacement de fréquence ont été
émis dans l’ouvrage.

Le modulateur FSK peut être exploité afin d’obtenir des modulateurs MSK et GMSK. Par
ailleurs, des améliorations devraient être apportées pour avoir une meilleure qualité de
transmission.

49
ANNEXE 1

Circuit ICL 8038

Le générateur de la forme d'onde ICL8038 est un monolithique circuit intégré capable de produire
le sinus élevé d'exactitude, place, triangulaire, dent de scie et formes d'onde d'impulsion avec un
minimum de composants externes. La fréquence (ou le taux de répétition) peut être choisi
extérieurement à partir de 0.001Hz et 300kHz en employant des résistances ou des condensateurs,
la fréquence de la modulation et le balayage peuvent âtre accomplis avec une tension externe.
L'ICL8038 est fabriqué avec la technologie monolithique, en utilisant des diodes de barrière de
Schottky et amincissant les résistances filmées, alors le rendement est stable sur un éventail de
variations de la température et d'approvisionnement. Ces dispositifs peuvent être connecté par
interface à la phase pour fermer des circuits à clef de boucle pour réduire la température à moins
de 250ppm / °C.

Dispositifs :

•Dérive de basse fréquence avec la température. 250ppm / o C

•Basse déformation. 1% (Vague de sinus produite)

•Linéarités élevées. 0,1% (Vague de triangle produite)

•Grand choix de fréquence. 0.001Hz à 300kHz

•Coefficient d'utilisation variable. 2% à 98%

•Sorties de niveau élevé. TTL à 28V

•Sinus, place, et vague simultanés de triangle

Sorties

•Facile à employer, juste une poignée de composants externes requis

50
Brochage :

Figure A1.01 : Brochage d’un circuit ICL8038

Diagramme fonctionnel :

Figure A1.02 : Schéma fonctionnel du circuit ICL8038

51
ANNEXE 2

Circuit PLL4046

Mise en œuvre de la boucle à verrouillage 4046(CMOS) :

Montage détaillé du CMOS :

Figure A2.01 : Schéma détaillé du CMOS

Caractéristiques technologiques

 Tension d’alimentation de 3V à 15V


 Fréquence maximale délivrée par l’OCT (VCO) : 2,7Mhz
 Résistance d’entrée de SIGN(IN) : 140K
 Résistance d’entrée de VCO(IN) : 106M

52
ANNEXE 3

Circuit TL081

Description d’un Amplificateur opérationnel :

L’A.O. est un circuit intégré (association d’un grand nombre de résistances, de transistors et de
condensateurs) à 8 broches présenté dans un petit boîtier plastique.
Pour fonctionner, l’A.O. doit être alimenté par une source de tension continue symétrique. Le
point milieu (de potentiel V = 0) définit la masse ou référence M du montage.

Sur les 8 broches de l'A.O., seulement 5 sont utilisées :


* broche 2 notée E- : entrée inverseuse ;
* broche 3 notée E+ : entrée non inverseuse ;
* broche 4 notée VP- : reliée à la borne - de l’alimentation (en général - 15 V) ;
* broche 6 notée S : borne de sortie de l’A.O. ;
* broche 7 notée VP+ : reliée à la borne + de l’alimentation (en général + 15 V).

Figure A3.01 : Brochage d’un Amplificateur Opérationnel

* La masse n’est reliée à aucune broche de l'A.O. (voir schéma réel) ;


* Toute manipulation doit commencer par l’alimentation de l’A.O. ;
* La différence entre les tensions UE+M et UE-M est appelée tension différentielle d’entrée et est
notée Vd

Cas de l’AO réel (TL 081) :

Il est caractérisé par :


* Re = 10 MΩ ; Rs = 10 Ω ; Ad = 105 ;
* L’intensité is du courant de sortie ne dépasse pas 30 à 40 mA ;

53
* On aura toujours : - Vsat ≤ us ≤ Vsat (Vsat est appelée tension de saturation ; sa valeur est toujours
inférieure à VP+).

Brochage :

Figure A3.02 : Brochage du circuit TL081

54
ANNEXE 4

Programme source de la simulation sous Matlab :

function varargout = modulationFSK(varargin)

gui_State = struct('gui_Name', mfilename, ...

'gui_Singleton', gui_Singleton, ...

'gui_OpeningFcn', @modulationFSK_OpeningFcn, ...

'gui_OutputFcn', @modulationFSK_OutputFcn, ...

'gui_LayoutFcn', [] , ...

'gui_Callback', []);

if nargin && ischar(varargin{1})

gui_State.gui_Callback = str2func(varargin{1});

end

if nargout

[varargout{1:nargout}] = gui_mainfcn(gui_State, varargin{:});

else

gui_mainfcn(gui_State, varargin{:});

end

handles.output = hObject;

guidata(hObject, handles);

varargout{1} = handles.output;

function popupmenu1_Callback(hObject, eventdata, handles)

function popupmenu1_CreateFcn(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

55
set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

function edit1_Callback(hObject, eventdata, handles)

function edit1_CreateFcn(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

function edit2_Callback(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

function edit3_Callback(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

56
set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

close

Accueil

clear all

close

phaseD

clear all

close all

function edit4_Callback(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

function edit5_Callback(hObject, eventdata, handles)

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

end

function edit6_Callback(hObject, eventdata, handles)

if ispc

set(hObject,'BackgroundColor','white');

else

set(hObject,'BackgroundColor',get(0,'defaultUicontrolBackgroundColor'));

57
end

d = [1 1 0 0 1 0 1 0 1 1];

fb=2;

fm=str2num(get(handles.edit5, 'String'));

fs=str2num(get(handles.edit4, 'String'));

M=str2num(get(handles.edit6, 'String'));

Ac=2;

fstart=2;

fend=2;

N=size(d,2);

tb=1/fb;tm=1/fm;ts=1/fs;

Nm=floor(M*tm/tb); %Nm = number of samples per mark period.

Ns=floor(M*ts/tb); %Ns = number of samples per space period.

step=tb/M; %step = sampling interval.

for j = 1:N

if d(j) == 1

for i = 1:M

m((j-1)*M+i)=1;

s((j-1)*M+i)=Ac*cos(2*pi*(i-1)/Nm);

end

else

for i = 1:M

s((j-1)*M+i)=Ac*cos(2*pi*(i-1)/Ns);

m((j-1)*M+i)=0;

end

58
end

end

for k=1:M*N

t(k)=(k-1)*step;

end

axes(handles.axes1);

plot(t,m)

axes(handles.axes2);

plot(t,s)

fstep=fb/M;

Nf=floor((fend-fstart)/fstep);

for i = 1:Nf

f(i)=(i-1)*fstep+fstart;

if f(i) == fm

S(i)=(Ac^2*tb/8)*(1+(sin(pi*(f(i)-fs)*tb)/(pi*(f(i)-fs)*tb))^2);

elseif f(i) == fs

S(i)=(Ac^2*tb/8)*((sin(pi*(f(i)-fm)*tb)/(pi*(f(i)-fm)*tb))^2+1);

else

S(i)=(Ac^2*tb/8)*((sin(pi*(f(i)-fm)*tb)/(pi*(f(i)-fm)*tb))^2+(sin(pi*(f(i)-fs)*tb)/(pi*(f(i)-
fs)*tb))^2);

end

end

S(i)=(floor(fm/fstep)+1)+Ac^2/8;

S(i)=(floor(fs/fstep)+1)+Ac^2/8;

for i = 1:Nf

59
dBS(i) = 10*log(S(i));

if dBS(i) < -200 dBS(i)=-200; end

end

step1=tb/100

for k=1:M*N

s(k)=(k-1)*step1;

end

axes(handles.axes3);

plot(s,m)

60
ANNEXE 5

Figure A5.01 : Schéma d’un signal modulé visualisé à l’oscilloscope pendant la réalisation
pratique

61
BIBLIOGRAPHIE

[1] G. Alain et J. Michel, Communications numériques, Masson, Paris: 1996.

[2] J.C. Bic, D. Duponteil et J.C. Imbeaux, Eléments de communications numériques,


Transmission sur fréquence porteuses, Dunod, Paris, 1986.

[3] F.de Coulon, Théorie et traitement des signaux, Dunod, Paris, 1984.

[4] E. Larson, RF and Microwave Circuit Design for Wireless Communications, House,

Artech, London, 1996

[5] J. G. Proakis, Digital communications, McGraw-Hill, USA, 1989

[6] D. Michel, Transmission numérique sur porteuse : ASK, FSK et PSK. Probatoire du CNAM de
Bordeaux, juillet 1998.

[7] J. Razakarivony, Modulation, cours deuxième année Licence ès sciences techniques, Dep. Tél-
E.S.P.A., AU : 2005-2006

[8] E.Randriantsiresy, Communication Numérique, cours troisième année Licence ès sciences


techniques, Dep. Tél-E.S.P.A., AU : 2006-2007

[9] http://www.enseirb.fr/~kadionik

[10] http://www2.ac-nice.fr/second/discip/physique/modulation/modamfm.htm

62
RENSEIGNEMENTS

Nom : RANDRIANANDRASANA

Prénoms : Marie Emile

Adresse de l’auteur : Lot 37 A Avaratsena Ankazomiriotra

Betafo 113

Madagascar

Tél: 033 14 487 55 / 034 01 624 97

E-mail: letelo3free@yahoo.fr

Titre du mémoire : « ETUDES ET REALISATION D’UN MODULATEURFSK »

Nombres de pages : 64

Nombre de figure : 54

Nombre de tableaux : 3

Mots clés : FSK, indice de modulation, constellation, VCO, PLL

Directeur de mémoire : Monsieur RAKOTOMALALA Mamy Alain

63
RESUME

La modulation est une partie importante dans la chaine de transmission dans un système de
communications. Elle permet l'adaptation du signal d’information au canal de transmission. La
modulation de fréquence est une modulation non linéaire, à enveloppe constante. L'information
est contenue dans la fréquence du signal modulé. Ce mémoire est consacré à l'étude de la
modulation par déplacement de fréquence, à la réalisation pratique et à la simulation d'un
modulateur FSK sous un logiciel MATLAB.

ABSTRACT

Modulation is an important part of the transmission process. It transforms message signal


to have a same properties like a transmission channel. The frequency modulation is a nonlinear
modulation, with constant envelope. Information is contained in the frequency of the modulated
signal. This memory is devoted to the study of the modulation by frequency shift keying, to the
practical realization and the simulation of a modulation FSK under software

64
65