Vous êtes sur la page 1sur 3

1

La doctrine des baptêmes


(Hébreux 6.1-2 ; Actes 19.3-6)

1.baptême de Jean
2.baptême de la régénération
3.baptême d’eau
4.baptême dans le corps de Christ
5.baptême du Saint-Esprit
6.baptême de feu
7.baptême en la mort de Christ
8.baptême de souffrance

1. BAPTÊME DE JEAN (Matthieu 3.1-17)

→ lié essentiellement à la repentance (v11) et au pardon (v6)

différentes traductions (v11) : « pour la repentance » - « en rémission des péchés » - « pour le


pardon » etc

Jésus, qui était sans péché, n’avait pas besoin d’être baptisé par Jean, mais il l’a fait pour
deux raisons principales : nous donner un exemple et s’identifier au peuple.

Le baptême de Jean était destiné aux Juifs (mais aussi non-Juifs qui désiraient se convertir au
judaïsme).

→ Aujourd’hui (dans la Nouvelle Alliance), la repentance remplace le baptême de Jean.

2. BAPTÊME DE LA REGÉNÉRATION (Tite 3.4-5)

→ Il s’agit de la nouvelle naissance (Jean 3.1-15)

La repentance à elle seule ne suffit pas, il faut exercer la foi : les deux actions associées
s’appellent la conversion (Marc 1.15).

L’Esprit (qui a ressuscité Jésus d’entre les morts) et la Parole nous régénèrent :
▪ Par l’Esprit : 1 Pierre 1.3 (c’est l’Esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts)
▪ Par la Parole : Éphésiens 5.26 ; Jacques 1.25 ; 1 Pierre 1.22

3. BAPTÊME D’EAU (Marc 16.16 ; Matthieu 28.19)

Au cours de l’histoire de l’Église, il y a eu trois formes de baptêmes :

▪ par immersion
▪ par infusion
▪ par aspersion

Il va sans dire que le seul baptême conforme au NT est le baptême par immersion. Cette
forme de baptême était la seule pratiquée pendant les premières générations de l’Église.

Plus tard (pour diverses raisons) est venue l’infusion, qui consistait à répandre trois fois de
l’eau sur la tête du nouveau converti. Déjà là on s’écartait de l’enseignement biblique.
2

Enfin est apparue l’aspersion, dont on ne trouve aucune trace dans le NT. Cette forme de
baptême (pratiquée essentiellement sur le nourrisson) prétendait enlever le péché originel,
mais aucun être humain ne sera condamné à cause du péché d’Adam : chacun est
responsable de son propre péché. Ce n’est pas le baptême (sous quelque forme que ce
soit) qui ôte le péché, mais c’est Jésus (l’Agneau de Dieu).

→ Le baptême d’eau n’est qu’une représentation publique et visible de la nouvelle


naissance : il ne faut donc pas confondre signe extérieur et réalité intérieure. Autrement dit :
on ne se fait pas baptiser pour être sauvé, mais parce qu’on est sauvé.

Si en Marc 16.16 le baptême est associé au salut, c’est dans le sens qu’il en est l’effet (la
manifestation) et non la cause.

Lisons Actes 22.16..................................................................................................................


D’un point de vue grammatical, la condition « en invoquant le nom du Seigneur » précède
l’injonction « Lève-toi, sois baptisé ». Le salut est acquis par l’invocation du Seigneur et non
par le baptême.
Le verset serait plus fidèlement rendu de la manière suivante : … « Sois lavé de tes péchés en
invoquant le nom du Seigneur ; puis lève-toi (et) sois baptisé ».

4. LE BAPTÊME DANS LE CORPS DE CHRIST (1 Corinthiens 12.12-13)

→ La conversion ne fait pas de nous des solitaires, mais des membres du corps de Christ
(l’Église).
Nous sommes "incorporés dans un corps" : nous sommes plongés (baptisés) dans le corps de
Christ. Ne parle-t-on pas de prendre un "bain de foule", par exemple ?

Autrement dit, nous sommes introduits dans une nouvelle humanité (une nouvelle famille),
l’Église.

L’Église locale est l’expression visible de l’Église universelle. Le NT y attache beaucoup


d’importance.

→ « Nous avons été baptisés (plongés) par l’Esprit dans un même corps »

5. LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT (Joël 2.28-29 ; Actes 2.1-4 ; 2.16-21)

→ La première moitié de la prophétie de Joël s’est accomplie le jour de la Pentecôte, la


deuxième s’accomplira à la parousie (retour en gloire de Jésus).

La nouvelle naissance est la communication de la vie de Dieu, et le baptême du Saint-Esprit


est la communication de la puissance de Dieu :
Actes 1.8 : « Vous recevrez une puissance, celle du Saint-Esprit… » (Litt.)

→ C’est Jésus glorifié qui baptise les croyants du Saint-Esprit : Jean 7.37-39 ; Actes 2.33

Nous ne devons pas nous focaliser sur le parler en langues par lui-même, cela est l’affaire du
Seigneur et non la nôtre. C’est en glorifiant Jésus qu’on est baptisé de l’Esprit. L’Esprit n’est
pas répandu quand Jésus n’est pas glorifié !
3

6. LE BAPTÊME DE FEU (Matthieu 3.11)

Lié au baptême de l’Esprit, il s’en distingue néanmoins : le baptême de l’Esprit ne consiste pas
seulement dans le fait d’être plongé dans un bonheur sans fin, il est accompagné d’un
baptême de feu.
Bibliquement parlant, être un témoin de Jésus c’est s'exposer à l’épreuve ; au feu de la
persécution, à l’image des trois compagnons de Daniel jetés dans la fournaise (Daniel
chap.3).

1 Pierre 4.12-13..........................................................................................................................

C’est dans le feu de la persécution que les premiers disciples ont répandu le message de la
Bonne Nouvelle (Actes 8.1-4).

7. LE BAPTÊME EN LA MORT DE CHRIST (Romains 6.3-14 ; Galates 5.24)

→ La vieille nature ne peut pas s’améliorer : il faut qu’elle soit crucifiée.

C’est le seul chemin possible pour marcher en nouveauté de vie.

Être pardonné de nos péchés ne suffit pas pour marcher en nouveauté de vie : il nous faut
être délivré du péché (Romains 7.14-25).

→ 2 Corinthiens 5.17...............................................................................................................
Qui dit choses nouvelles, ne veut pas dire choses parfaites !

traduction plus fidèle : « les choses anciennes sont en train de passer, voici, toutes choses sont
en voie de renouvellement »

8. LE BAPTÊME DE SOUFFRANCE (Marc 10.38 ; Luc 12.50)

→ Il concerne essentiellement Jésus

▪ Souffrances physiques (homme de douleur ; lié ; flagellé, crucifié...)


▪ Souffrances morales (rejeté, trahi ; renié ; de tous abandonné...)
▪ Souffrances spirituelles (agonie ; luttes, combats contre les puissances des ténèbres ; mais
surtout séparé pour un temps de son Père...)