Vous êtes sur la page 1sur 7

Chapitre 2 : L’expansion européenne dans le monde (milieu du XIXe-

1939)

Intro :
Cartes p 82-83 :
Vers 1860, la présence européenne dans le monde est réduite. Les Européens possèdent
quelques colonies :
- le Royaume-Uni est la puissance qui a le + de colonies ds le mde : au Canada,
Australie, Inde, Afrique du Sud, Caraïbes.
- la France dans les Caraïbes, en Algérie (depuis 1830) + comptoirs en Afrique (St
Louis au Sénégal, Mayotte, Réunion), en Inde (Pondichéry…) et en Cochinchine.
- Pays-Bas possèdent des colonies ds les Caraïbes, Indonésie.
- Portugal : Afrique.
A la veille de la 2e g. mond, l’Europe domine le reste du monde. La France et le R.U
surtout possèdent de très grands empires (Afrique, Asie du S et de l’E).
Comment les pays européens ont peu à peu conquis le reste du monde ? Quelles ont
été les motivations et les résistances à la colonisation ?

I. Les causes de la colonisation européenne

Doc 1 p 90 : Jules Ferry justifie la colonisation.


Jules Ferry (1832-1893), homme d’état français, républicain de gauche, pour la laïcité de
l’Etat À partir de 1879, il occupe plusieurs postes ministériels, puis la présidence du
Conseil. Hautes fonctions (Instruction publique en 1870-1881, puis en 1882 ; président
du Conseil de septembre à novembre 1881, puis de février 1883 à mars 1885). Ministre
des Colonies (1883-1885). Convaincu que la France a une mission civilisatrice outre-
mer, il est expansionniste et refuse de tourner son regard vers les « provinces perdues »
(l’Alsace et la Lorraine). De nombreux nationalistes lui reprochent cette frilosité quant à
la Revanche.
L’extrême gauche lui reproche son impérialisme, qu’il dévoile encore le 28 juillet 1885 :
« Les colonies sont, pour les pays riches, un placement de capitaux des plus
avantageux. » Après l’établissement du protectorat sur la Tunisie (1881), puis sur
l’Annam (1883), il lance la conquête du Congo, du Niger, de Madagascar, du Tonkin.
Cette politique coûteuse le rend impopulaire. Le 30 mars 1885, à la suite de l’incident de
Lang Son, il doit démissionner ; « Tonkin-Ferry » est alors écarté de la vie politique.
→ chercher des débouchés, le « devoir de civiliser », politiquement : s’assurer des
appuis pol. face aux autres puissances européennes.

A. La recherche de nouveaux débouchés commerciaux


Doc poly : l’empire fournisseur de minerais, fresque de Michel Géo, 1931, Paris.
Dans les années 1870, une crise économique touche les pays européens : c’est la Gde
Dépression. Elle est en partie due à une surproduction. Les Européens sont à la recherche
de nouveaux débouchés pour leur commerce, ainsi que de matières premières pour leurs
productions. C’est l’une des motivations pales de l’expansion européenne ds le monde.
1
B. Une solution aux problèmes sociaux de l’Europe ?
Doc poly : une justification sociale
Cecil Rhodes : 1853-1902. Homme d’affaires et politicien d’origine britannique, qui se
constitue un vaste empire minier (diamants et or) en Afrique du S., ds la colonie du Cap.
1er ministre du Cap en 1890, il a donné son nom à la Rhodésie (auj Zimbabwe et Zambie).

L’Europe touchée par la crise connaît de graves pb sociaux : chômage, tensions sociales.
Ds le même tps, l’Europe connaît une fulgurante croissance démo (cf chap 1 + doc 1 p 84)
qui n’est pas ss poser pb : quel tvl ? Quel logt ?
→ La colonisation apparaît pr certains un moyen de régler ces pb.

C.  Le « devoir de civilisation »


Cf txt de J. Ferry.
- postulat de la supériorité de l’homme blanc sur les autres « races ». Ex : ouvrage de
Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1855). Ce racisme trouve ses origines
ds la science cf doc poly : certains scientif étudient la forme du crâne, la pilosité, la forme
du nez etc et en déduisent une hiérarchie des « races ». Thème des pop° arriérées, « gds
enfants » qu’il faut aider à grandir.
- Conviction profonde d’un devoir de civilisation envers ces peuples : apporter la science,
la médecine, le savoir, la liberté, la République, les idéaux de la R° F.
→ situation paradoxale : ceux qui défendent le progrès, qui ont encouragé la fin de
l’esclavage, qui défendent la liberté, sont aussi ceux qui encouragent la colonisation. Pq ?
Apparaît comme une solution à une civilisation en difficulté.

Ce discours est aussi celui l’Eglise, qui a envoyé des missionnaires en Asie et en Afrique
bien avt l’arrivée des colons : volonté d’intégrer ces peuples ds la chrétienté, de répandre
le christianisme à la surface du mde, et par là même, de les civiliser. Pq pas aussi créer des
sociétés chrétiennes, ds ces mdes que l’on croit encore vierges ? Ex : Jésuites.

→ causes de la colonisation : « les 3 C » : civilisation, christianisation, commerce.

II. Des grandes explorations au partage du monde : l’impérialisme


européen.

A. Les explorations
- à partir des années 1870-80 : curiosité scientifique : le monde doit être connu, répertorié,
classifié. La faune, la flore, ms aussi les peuples st l’objet d’une curiosité de la part des
géographes, ethnologues, biologistes etc. Ainsi, les stés de géo encouragent les
explorations. (celles-ci ont commencé dès le XVIe s.)
Ex : en Afrique :
Explorations de Mungo Park sur le Niger, René Caillé qui atteint Tombouctou etc.
explorations de Savorgnan de Brazza, au Congo,
de Stanley et Livingstone aux sources du Nil.

2
Ces explorations sont à l’origine de l’installation des Européens ds les pays visités :
les récits de voyage décrivent les habt, les pays, les climats et les ressources
disponibles. Ils encouragent la conquête.

B. La « course au clocher »
1. Les premières colonies
Ds la 1e moitié du XIXe s : c’est surtt l’Angl. qui possède des colonies. 1857 : conquête de
l’Inde achevée. Singapour, Nelle Zélande, Afrique du S., dominion sur le Canada en
1867(souveraineté GB ms autonomie pol).
En Fce : colonisation de l’Algérie à partir de 1830, de Madagascar, Nelle Calédonie
(1853), Cochinchine et Cambodge.

2. Années 1880 : l’accélération des conquêtes


- Autour de la Méditerranée : Egypte (canal de Suez, 1869) par les GB (intérêt : route vers
l’Orient), protectorat fçs sur la Tunisie (1881), le Maroc (1911).
- Afrique Noire : gdes rivalités autour du Congo (Belgique, Fce, Portugal), après les
découvertes des explorateurs fçs Savorgnan de Brazza et du Britannique Stanley (qui
travaille pour le roi des Belges, Léopold II). Afin de régler les conflits entre les puissances
européennes, chancelier alld Bismarck propose l’org° d’une conférence à Berlin 1884-
1885. :

Cf doc 2 p 87 :
- états signataires ? aucun représentant africain.
- décisions éco : libre circulation sur le Congo et sur le Niger.
- volonté d’empêcher la conquête brutale, les indigènes ont des droits. Décision morale :
supprimer l’esclavage et la traite. → contradiction : ceux là mêmes qui veulent supprimer
l’esclavage et la traite sont aussi les adeptes du colonialisme.
- pour posséder un territoire, il faut ê présent militairement.
- ms pas de partage immédiat prévu.
- création d’un Etat indépendant du Congo, attribué à Léopold II.

Alors que cette conférence est censée régler des pb commerciaux nott autour du Congo,
elle va en fait avr pr principale csqce l’accélération des conquêtes et le partage de
l’Afrique entre les gdes puissces.
→ création d’un Etat au Congo au profit de Leopold II.

3. Le partage du monde
Les conquêtes s’accélèrent en Afrique et en Asie :
- A la veille de 1914, presque tte l’Afrique est conquise puis « pacifiée ». Les frontières st
tracées en fonction des conquêtes et de l’avancée des militaires.
Parfois, incidents : 1894 : Fachoda, sur le Nil, entre les troupes fçses et britanniques.
1905 et 1911 : crises autour du Maroc : les Allds s’opposent aux Fçs. L’All négocie une
partie du Congo fçs contre le protectorat fçs sur le Maroc.
- En Extrême-Orient : ss l’impulsion de J. Ferry, les Fçs s’installent au Tonkin. 1885 :
l’Indochine est ss souveraineté fçse.
- Chine est partagée en zones d’influences en 1899.
3
- ententes au Moyen Orient
- Italie et All. St à la traîne.

C. Comment se manifeste la domination européenne ?


1. Quel statut pour les colonisés ?
Une fois la conquête et la « pacification » achevée (au passage, qq massacres, comme
celui des Herero par les Allds, en Namibie, en 1904, véritable génocide : près de 70 000
Herero tués), il s’agit de mettre des cadres adm. : création d’un ministère des colonies.
Quels cadres ? Quels statuts pr les colonisés ?
- Certains pensent qu’il faut s’appuyer sur les cadres, les cultures déjà existentes, ne pas
provoquer de chgt radical : c’est la pol menée par les GB (indirect rule). Elle s’appuie sur
des cadres africains formés. GB : + gd empire colonial (500 M d’hab), Dominions et
Commonwealth.
- D’autres, comme les Fçs, adoptent une pol d’assimilation qui a pr but d’intégrer
complètement les colonisés ds le systm de la métropole. Adm° centralisée, création de gds
ensembles régionaux : AOF, AEF, Union Indochinoise.
Pb : peut-on considérer que les indigènes st les égaux des colons ? + destruction des
cultures africaines.

2 . « Mise en valeur »  ou exploitation économique ?


→ débat entre les historiens sur les csqces de la colo° : bienfaits ? catastrophe ?
- Certains mettent en avant les « bienfaits de la colo° » : scolarisation, progrès de la
médecine, nelles infrastructures. Ex : le Dr Schweitzer, pasteur au Gabon, Dr Jamot, lutte
contre le trypanosomiase. Gdes campagnes de vaccination. Ces aspects st relativisés par
certains historiens, qui mettent en avt le peu d’effet produit sur la démo africaine
(décollage à partir des années 50). De +, ces pol. partent d’un constat de base : la
supériorité de la médecine occidentale sur les médecines trad, jugées dépassées et
inefficaces. Et cela a parfois même renforcé des pol ségrégationnistes ds les villes : les Af
ne savent pas se soigner, d’où la nécessité de les tenir à l’écart. (A. Hugon). Autre
objection : ces pol étaient parfois mises en place ds un but non humanitaire, ms de froide
logique adm : nécessité d’avr une main d’o abondante et en bonne santé. (avis d’un
médecin de brousse, Lorrain, 1943).
Quant à l’œuvre de scolarisation, elle est elle aussi relativisée par certains historiens (P.
Barthelemy) : l’école ne concerna qu’une minorité parmi les colonisés. (avec des
différences notables selon les pays). Il s’agissait moins d’éduquer les peuples colonisés
que de créer une élite, des cadres sur lesq s’appuyer.
- D’autres historiens mettent par contre en avant les blvts engendrés par la colo° :
Les colonies doivent être rentables : les colonisateurs parlent de la « mise en valeur des
colonies ». Aussi l’éco des colonies est tournée vers 2 secteurs : l’éco minière et les
cultures d’exportation, au détriment des cultures vivrières.
- Les cultures st tournées vers les cultures d’exportation (arachide, café, cacao, bananes,
sucre, caoutchouc, coton…en Af et ds les Caraïbes, thé et riz en Asie). Elles st imposées
aux paysans. Bien svt, les terres ont été spoliées aux hab.
- mise en place d’infrastructures : ports, voies ferrées, afin de faciliter le commerce.

4
- recours au tvl forcé : code de l’indigénat en Fce, qui impose le tvl forcé, instaure un
impôt spécial et introduit des interdits nouveaux.
Ex : au Congo, constr° de la ligne Congo-Océan (à partir de Brazzaville) ds les années
1920. Mortalité effroyable (Gide dénonce ds Voyage au Congo) due aux conditions de
transports des travailleurs, de tvl (noyades ds le fleuve, maladies)… 20 000 morts.

→ boulvt des stés traditionnelles, des codes et des valeurs, qui désorganisent
profondément les stés colonisées. Ex : En af de l’O., 1914, gde famine au Sahel, due en
partie aux aléas climatiques, ms aussi à l’oblig° de produire des cultures d’export° au
détriment des cultures vivrières, à la désorg° des réseaux de solidarité traditionnels.
Emergence de nelles classes sociales, nées de la colo° : cadres africains ou asiatiques/ Ex :
Amadou Hampaté Ba (AOF).

3. L’idéologie coloniale
Toutefois, ces aspects sont masqués par une puissante idéologie coloniale, qui veut voir ds
ces catastrophes humaines le sacrifice nécessaire des peuples colonisés pr accéder à la
civilisation.
Apogée de l’idéologie coloniale : l’expo coloniale de 1931, à Paris cf Powerpoint.
Ttes les métropoles st invitées. On y expose, ds des pavillons, les décors et les ambiances
des colonies : on fait aussi venir des peuples colonisés, chargés de danser, chanter, etc.
Cette exposition attire un public très nbx, attiré par l’exotisme, le pittoresque des colonies :
on exalte la beauté luxuriante de ces contrées, la douceur de vivre, le charme des femmes.
→ il s’agit en fait d’une vision stéréotypée des colonies, et dc réductrice, chargée de
fantasmes, qui rejoignent ds une certaine mesure l’idée de supériorité de l’H. blanc.
Expo d’ethnographie // zoos humains (Vénus hottentote…)

La sté raffole de cet exotisme : « bal nègre » de la rue Blomet, à Paris, ouvert en 1924,
étape obligée pr les artistes de passage à Paris, comme Joséphine Baker, Sydney Bechet.

Toutefois, si l’entre-deux guerres correspond à l’apogée de l’idéologie coloniale ds les stés


europ., c’est aussi l’époque où on commence à voir s’élever des voix ctre la colo°.

III. Quelles sont les résistances à la colonisation et à la domination


européenne ?

L’opinion publ, a, ds l’ens, été mis dvt le fait accompli. Il n’y a pas eu de véritable débat
sur la colo° au moment où le phénomène a été lancé. Pourtant, dès avt la 1e g. mond, des
résistances et des critiques se font jour, ds les métropoles comme ds les colonies.

A. La colonisation en débat : l’exemple de la France


Dossier : le débat colonial en Fce avant 1914.
Face au parti colonial, plusieurs types d’opposants à la colo° :
- la dte nationaliste (Déroulède), qui accuse le parti colonial de s’être trompé
d’objectif : il aurait mieux valu reconquérir l’Alsace-Lorraine que se lancer ds la
conquête coloniale.

5
- Clémenceau (radical), dénonce l’hypocrisie et la violence de la colo°, l’idéologie
raciste sous-jacente.
- Le PC.

B. L’impact de la 1e GM et la montée des contestations


1) Avt la 1e g. mond,
→ mvts de résistances à la conquête : Samory Touré, El Hadj Omar Tall en Af de l’Ouest,
zoulous en Af du S.
 El Hadj omar Tall : chef guerrier, qui a vécu ds la 1e partie du XIXe. Il a
fondé l’empire toucouleur (à cheval sur le Sénégal et le Mali). Lettré
musulman, qui lança le djihad en Af de l’O ds les années 1850, et se heurta
aux troupes fçses au Sénégal (Faidherbe).
 S. Touré : chef guerrier mandingue (dioula), né en Guinée v. 1830. Règne sur
un royaume musulman fortement centralisé qui recouvrait la Guinée, la Sierra
Leone, une partie du Mali. Il se heurte à la conquête fçse, et notamment aux
troupes de Gallieni. Après des décennies de résistance, il est arrêté et déporté
au Gabon, où il meurt en 1900.

2. L’émergence de puissances rivales


- Le pdt US, Wilson, a de + avancé « les droits des peuples » ds un programme resté
célèbre « les 14 pts du pdt Wilson » 1918. Il s’attaque au colonialisme.
Les PC appellent au soulèvement des peuples opprimés. (doc 1p 92)
- Le Japon montre des velléités expansionnistes : il multiplie les agressions (contre la
Russie, contre la Chine, contre la Corée).

3. La montée des contestations ds les colonies


- La 1e g. mond. entraîne des blvts profonds et accélère la montée des contestations :
- la légitimité de l’ordre européen est contesté et commence à être remis en cause ds les
métropoles et ds les colonies.
Ds les colonies : participation de bataillons composés des peuples colonisés à la Gde
Guerre Ex : tirailleurs sénégalais.
Ds les colonies, des mvts nationalistes se créent, qui s’appuient sur les cadres
« indigènes » créés par l’adm° coloniale : 1925, soulèvet du Rif marocain, 1930 :
révoltes au Tonkin. Ms les revendications d’égalité civique ne st pas satisfaites ou alors
réformes timides qui se heurtent à l’oppo° violente des colons : ex en 1936, projet Blum-
Viollette vise à favoriser l’accès à la citoyenneté des musulmans algériens. Ms colons
refusent.
- Création de partis nationalistes : Néo Destour de Bourguiba en Tunisie, Parti du
Peuple algérien de Messali Hadj.
- ds l’Empire britannique : en Inde, Gandhi a rallié le peuple à la cause indépendantiste.
Prône la méthode non violente. 1935 : Le gouvt GB promulgue l’India Act qui établit un
protectorat.
- Au Proche-Orient, : doc 6 p 89 : Fçs et GB se st vus attribuer un mandat par la SDN sur
les ruines de l’Empire Ottoman, en 1920. Fçs = Liban, Syrie. GB = Irak, Transjordanie
(avec Palestine).
6
1932 : ils accordent l’indépendance à l’Irak.
- En Transjordanie, des tensions éclatent entre communautés juives et arabes.
1917 : Décl° de Balfour encourage l’immigration juive en Palestine.
1937 : situation est explosive. La pop° juive est passée de 50 000 à 600 000 hab.
Affrontements violents. En 1939, le gouvt GB rompt avec le sionisme et prévoit la
création d’un état palestinien ds les 10 ans à venir, + tentatives de limiter l’immigration
juive.

CONCLUSION

Des années 1880 à 1939, les pays europ, et nott la Fce et la GB se sont constitué un vaste
empire colonial. Dans l’entre-deux guerres, au moment même où ds les métropoles on
célèbre la grandeur de l’empire, la domination européenne paraît ébranlée. Les peuples
colonisés commencent à revendiquer des droits, et montrer des aspirations nationales. La
2nde g. mondiale porte un coup décisif à la domination coloniale européenne.

Auj, la mémoire autour de la colonisation a ressurgi ds le débat national, notamment après


la loi de févr 2005. Ex : article sur le Petit Robert, article sur la musique coloniale.
→ ceci révèle un conflit de mémoire : chaq gpe se constitue en force politique voire
idéologique. Là dedans, il n’y a plus guère de place pr le travail d’historien, qui est de
chercher, démontrer, prouver, à l’aide de documents. Ms il ne s’agit pas de défendre un gp
ou un autre, il s’agit d’établir des faits.