Vous êtes sur la page 1sur 2

Ismail EN-Nasri

Master science de GESTION

La mondialisation est un processus historique qui est le fruit de l'innovation humaine et du


progrès technique. Elle évoque l'intégration croissante des économies dans le monde entier, au
moyen surtout des courants d'échanges et des flux financiers. Ce terme évoque aussi parfois les
transferts internationaux de main-d'œuvre ou de connaissances (migrations de travail ou
technologiques). La mondialisation comporte enfin des dimensions culturelle, politique et
environnementale plus vastes qui ne sont pas abordées dans la présente étude.
Pour ce qui est de leur impact sur l'emploi, les travaux tendent à montrer que la technologie
exerce un rôle majeur et permanent sur l'emploi et sa structure dans tous les secteurs, tandis que
les effets des échanges internationaux apparaissent plus nuancés et concentrés dans le secteur
manufacturier. La mondialisation a des effets positifs sur l'emplois, de manière directe et
indirecte :
Généralement l’effet positif de la mondialisation c’est la création d’emploi : principalement se
fait par les firmes multinationales (FMN) ; ce sont des entreprises implantées dans plusieurs pays
et elles sont en mesure de planifier leur développement à l’échelle mondiale. Aujourd’hui on a
plus de 800 000 firmes qui créent plus de 80 000 offres d’emploi et elles représentent le ¼ du
PIB international, ces firmes absorbent une grande partie du chômage c’est-à-dire augmentation
des nombres des salariés qui implique l’augmentation des revenus fiscales de l’État (Impôt sur le
revenu). Ces FMN génèrent une stimulation de l’innovation.
Les effets directs : IDE entrants dans les pays industrialisés. Les entreprises cherchent à mettre
en place des stratégies de compétitivité hors prix (structurelles, effet de diversification…) Cela
oriente les choix de localisation des IDE vers des pays qui offrent une main d'œuvre qualifiée,
des pôles d'innovation, d'excellence, un réseau de transports. Cela crée directement de l'emploi
dans ces pays : de l'emploi qualifié.
Les effets indirects : La délocalisation permet de gagner en compétitivité prix. Baisse des prix et
puis augmentation du pouvoir d'achat (dépenses supplémentaires vers les services…) donc
création d'emplois dans les services (moins victimes de la concurrence car moins
délocalisables…).
La mondialisation a aussi des effets négatifs en ce qui concerne le secteur d’emploi,
principalement le problème de « Migrations » : les travailleurs s'expatrient notamment parce que
les perspectives d'emploi sont meilleures dans d'autres pays. On ne dispose jusqu' à présent que
de peu de chiffres dans ce domaine, mais, au cours de la période 1965-90, la main-d'œuvre
étrangère a augmenté de moitié environ dans le monde. La plupart des migrations se font entre
les pays en développement. Toutefois, le flux de travailleurs migrants vers les économies
avancées permettra sans doute un rapprochement des salaires au niveau mondial. Il est également
possible que des travailleurs reviennent avec leurs compétences dans les pays en développement
et que les salaires augmentent dans ces pays.
La mondialisation est vue par certains comme une chance et un enrichissement, par d’autres
comme une menace. Les recherches en sciences économiques plaident largement en faveur du
point de vue des optimistes, en montrant que la mondialisation a des effets positifs sur la
croissance et la prospérité et qu’elle réduit la pauvreté. Les possibles effets négatifs sur la
répartition des richesses au sein des pays et sur l’environnement sont moins le fait de la
mondialisation que des manquements des États.
La mondialisation, grâce à la diminution des barrières douanières et des coûts de transport,
permet à un marché mondial de se développer pour compléter les marchés nationaux. Ceci est
particulièrement bénéfique pour un pays pris isolément. En effet, si l’on se place dans le cadre
des théories de la demande, celle-ci est le principal moteur de la croissance. La mondialisation,
en permettant à un pays de passer d’une demande nationale limitée à une demande mondiale
quasi illimitée, permet donc une forte croissance du pays considéré.
La mondialisation permet également une formidable diffusion et progression du progrès
technique. Celui-ci profite en effet à plein des effets collaboratifs résultant de la libéralisation des
échanges. Et il convient de rappeler l’importance du progrès technique dans la croissance. En
améliorant la productivité des facteurs il permet une hausse du PIB à facteurs de production
constants, il serait ainsi responsable de la moitié de la croissance économique d’après-guerre.
Grace a la mondialisation les firmes multinationales qui sont implantées dans des pays qui ne
sont pas très développe pour bénéficier de plusieurs avantages (coût de la main d’œuvre, les
exonérations fiscales...) ; ces entreprises apportent des biens forts et innovants soit du côté
technique ou technologique, alors ce qui crée une concurrence entre les produits étrangères et les
produits locales, ce qui va pousser les entreprises locales de se développe et d’améliorer la
productivité. L’amélioration de la productivité locale rend les biens locaux éligibles pour se
présenter hors le territoire national ce qui va ajuster et diminuer le déficit de la balance
commerciale c’est-à-dire diminution des importations et augmentations des exportations. Tous
ces avantages participent au progrès du PIB et puis l’amélioration de la croissance économique.