Vous êtes sur la page 1sur 1

Apprendre à

Investir
Stratégies d'Investissement Long Terme en
Bourse

☰ Menu

L’Argent : L’art de le
maîtriser – 7 étapes
simples pour accéder à
la liberté financière

L’Argent : L’art de le maîtriser – 7


étapes simples pour accéder à la liberté
financière, de Tony Robbins, 2015 pour
l’édition française, 812 pages.

Titre original : Money Master the Game – 7


Simple Steps to Financial Freedom

Ce résumé fait partie de mon défi de lire et


résumer les 12 meilleurs livres sur
l’investissement en bourse en 24 semaines.

Le livre en une phrase: Tony Robbins


est allé à la rencontre des plus grands
esprits financiers du monde. Il a synthétisé
leur propos dans ce guide en sept étapes
pour atteindre la liberté financière.

1. Bienvenue dans la jungle: Le


voyage débute par ce premier
pas

Votre argent c’est votre vie !

L’argent est un bon serviteur, mais un


mauvais maître.

— Sir Francis Bacon

L’argent est à la fois un sujet tabou et un objet


de pouvoir. Mais il a pourtant le pouvoir de
transformer votre vie si vous savez l’utiliser.

Aujourd’hui, il est difficile de s’y retrouver


dans le monde de l’investissement financier.
Entre les innombrables fonds proposés et le
trading à haute fréquence, il y a de quoi se
sentir perdu.

La crise financière de 2008 a laissé des traces


et de moins en moins de personnes ont
confiance dans l’économie.

Pourtant, les plus grands esprits en matière de


finance assurent que l’individu moyen peut
encore gagner de l’argent dans le système
actuel, à condition de savoir comment s’y
prendre.

Le voyage vers la liberté financière que


propose ce livre se découpe en sept étapes:

1. Bienvenue dans la jungle: le voyage


débute par ce premier pas

2. Devenez un invité: connaissez les règles


avant de vous lancer dans la mêlée

3. Quel est le prix de vos rêves ? Mettez


toutes les chances de votre côté

4. Prenez la décision d’investissement la


plus importante de votre vie

5. Les avantages sans les inconvénients:


élaborez un plan qui vous assurera un
revenu viager

6. Investissez comme 0,001% de la


population: les stratégies des
milliardaires

7. Investissez, profitez-en et partagez

Le pouvoir de la capitalisation

Je dois ma fortune à une vie passée en


Amérique, à de bons gènes et à l’intérêt
composé.

— Warren Buffett

Beaucoup de personnes ont entendu parler


des intérêts composés mais beaucoup
moins en profitent vraiment. Benjamin
Franklin a fait à sa mort en un don de 1.000$
aux villes de Boston et Philadelphie. Il a donné
pour instruction de ne pas toucher à
l’intégralité du capital pendant deux siècles et
d’investir ces 1.000$ sur le marché en
attendant.

Deux-cent ans plus tard, les deux villes ont


reçu 13 millions de dollars. Il n’y a pas eu
de versement complémentaire aux 1.000
dollars initialement légués. Seul le pouvoir
de la capitalisation a été utilisé.

Cet exemple montre qu’il est très difficile


d’évaluer le réel pouvoir des intérêts
composés à l’échelle d’une vie humaine et de
rattraper le retard que vous avez pris si vous
ne les avez pas encore utilisés. Il est aussi
impossible de parvenir à la liberté financière
sans faire travailler votre argent.

Pour créer votre « fond pour la liberté », vous


devez en premier lieu décider quel
pourcentage de vos revenus vous
consacrerez à l’alimenter.

L’objectif est de faire fructifier votre argent


jusqu’à atteindre une « masse critique », à
partir de laquelle toutes vos dépenses seront
couvertes par les intérêts de votre capital.
Mais pour cela, il faut faire fonctionner en
permanence les intérêts composés: donc
payez-vous en premier.

Si vous trouvez difficile d’épargner une partie


de vos revenus pour votre avenir, la méthode
SMarT (Save More Tomorrow) peut vous
aider. Développée par deux économistes,
Shlomo Benartzi et Richard Thaler, elle
consiste par commencer à se fixer un montant
d’épargne très bas: 3% par exemple. Engagez-
vous ensuite à consacrer la moitié de vos
futures augmentations à votre épargne. De
cette façon, vous augmenterez peu à peu votre
pourcentage d’épargne sans avoir l’impression
d’y perdre.

Shlomo Benartzi a d’ailleurs présenté sa


méthode dans une vidéo TED :

Shlomo Benartzi
Shlomo Benartzi : Epargner pour demain, demain

Épargner plus pour demain

La maîtrise de l’argent

Maîtriser l’argent commence par maîtriser sa


propre vie. Derrière l’argent sa cache ce que
vous croyez que l’argent vous apportera
dans votre vie.

Nous cherchons à ressentir des émotions qui


nourrissent un des six besoins
fondamentaux d’un être humain:

1. La certitude

2. L’incertitude

3. L’importance

4. L’amour

5. La croissance

6. La contribution

Lorsque vous cherchez à faire fortune,


n’oubliez pas pourquoi vous le faites. Vous
tentez de satisfaire des désirs
émotionnels et psychologiques.

Tout ce que nous faisons, y compris en matière


d’argent, nourrie l’un de ces besoins. C’est
pourquoi il est important de savoir apprécier
sa vie dans le présent, plutôt que de
toujours attendre une satisfaction future.

2. Devenez initié: connaissez


les règles avant de vous lancer
dans la mêlée

Votre objectif est de mettre de l’argent de côté


jusqu’à atteindre un point (la masse critique)
où votre capital génère suffisamment
d’intérêts pour vous permettre de maintenir
votre niveau de vie sans avoir besoin de
travailler.

Mais sur le chemin de la liberté financière, il y


a sept mythes dont vous devez vous défaire:
ce sont autant de pièges à éviter si vous
voulez « gagner jeu de l’argent ».

Chacun de ces mythes peut vous empêcher


d’atteindre vos objectifs, c’est pourquoi il est
indispensable de les comprendre.

Mythe N°1: Le mensonge de 13 billions


de dollars: « Investissez avec nous,
nous surpasserons les prévisions du
marché ! »

Lorsqu’on examine les résultats, déduction


faite des frais et des impôts, sur des
périodes de temps raisonnablement
longues, il n’y a pratiquement aucune
chance de battre les fonds indiciels.

— David Swensen

Les fonds communs de placement gérés


activement se battent pour obtenir l’argent
des épargnants, en leur assurant qu’ils
feront les meilleurs choix possibles dans la
sélection des titres. Et ils ont plutôt bien
réussi, puisque ces sociétés gèrent la somme
de 13 billions de dollar.

Le problème, c’est que 96% des fonds


communs de placement à gestion active
sont battus par le marché à long terme (le
marché étant un indice boursier, comme le
S&P500).

La comparaison est sévère. Entre 1993 et


2013, l’indice boursier S&P500 gagné
9,28% par an en moyenne, contre 2,54%
pour les fonds communs de placement.
Pour un placement de 10.000$, le S&P500
aura généré 55.916$, contre 16.386$ pour un
fond commun de placement.

Il existe aujourd’hui des fonds à gestion


passive qui imitent les performances d’un
indice (donc du marché), avec des coûts de
gestion très faibles. « Jack » Bogle a été le
premier à en créer avec Vanguard.

Un portefeuille constitué de fonds indiciels est


donc la meilleure option pour vos
investissements.

Mythe N°2: « Nos frais ? C’est un petit


prix à payer ! »

Une étude publiée par le magazine Forbes a


mis en évidence qu’un investissement dans
des fonds communs de placement comporte
3,17% de frais en moyenne.

En guise de comparaison, posséder le marché


via un indice peut coûter seulement 0,14% en
frais annuels, avec l’assurance de battre
96% des gestionnaires de fonds.

Cela peut paraître un détail mais à long terme,


faire baisser ses frais de 3% à 1% par an
permet de presque doubler un capital
investi.

En très grande majorité, les sociétés de


fonds communs de placement soustraient
des sommes énormes aux investisseurs en
échange de services médiocres fort
choquants.

— David Swensen

Les fonds communs de placement ont une


imagination sans limite pour appliquer des
frais à leurs clients. Il y en a de toute sorte:
les frais de gestion, les frais de transaction, les
charges fiscales, la rétrocession des courtages
en nature, les frais de liquidités non investies,
les frais de rachat, les frais sur opération de
change, les frais de tenue de compte, les frais
d’achat, les frais d’acquisition ou de
souscription différés…

Mythe N°3: « Notre rendement ? Tel


affichage, tel résultat. »

Surprise: le rendement annoncé par les


fonds communs de placement n’est pas
celui que touchent les investisseurs.

— Jack Bogle

Les fonds communs de placement sont aussi


très forts pour faire mentir les chiffres. Le
rendement moyen en est l’illustration.

Supposons une hausse de 50% du marché,


suivie d’une baisse de 50%. Le rendement
moyen est donc de 0%. Vous pensez ne pas
avoir perdu d’argent.

En réalité, vous avez perdu 25% de votre


capital. Après une hausse de 50%, 100.000$
deviennent 150.000$, qui deviennent 75.000$
après une baisse de 50%. Soit 25% de perte.

Les fluctuations du marché font que le


rendement moyen est toujours
supérieur au rendement réel touché par
les investisseurs.

Autre astuce pour gonfler les chiffres, les


rendements annoncés sont calculés en
supposant que l’investisseur investit tout son
argent en une seule fois. En réalité,
l’investisseur est plus susceptible de faire des
versements réguliers, après chaque paye
reçue.

Mythe N°4: « Je suis votre courtier et


je suis là pour vous aider. »

Une étude de Morningstar parue en 2009 a


montré que la moitié des gestionnaires de
fonds n’investissaient même pas dans
leur fond, et que l’autre moitié investissaient
généralement un très faible montant.

Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais.

Mangeriez-vous dans un restaurant dans


lequel le chef refuse de manger ses propres
plats ?

Si vous recherchez des conseils en placement,


faites appel à un fiduciaire plutôt qu’à
un courtier. Le fiduciaire ne touche aucune
commission et n’a aucun intérêt à vous vendre
un fond en particulier. Il n’est soumis à aucun
conflit d’intérêt. Ce sont des professionnels
financiers indépendants.

Le chapitre 4 donne cependant suffisamment


d’information pour être à même d’investir
seul, sans passer par un conseiller.

Les courtiers sont soumis à des conflits


d’intérêt. C’est ce qui les a poussé à
promouvoir l’achat d’actions de la société
Enron alors que l’entreprise perdait beaucoup
d’argent, que son cours s’effondrait et qu’elle a
fini par faire faillite en 2001.

Ces courtiers appartenaient à de grandes


banques reconnues, entre autres: Merril
Lynch, Goldman Sachs, JP Morgan, Bank of
America, Lehman Brothers, Crédit Suisse…

Mythe N°5: « Je déteste les rentes et


vous le devriez aussi. »

Toutes les rentes ne sont pas forcément


mauvaises, mais la plupart appliquent des
frais de gestion semblables voir
supérieurs à ceux des fonds communs de
placement. Ce qui les rends inintéressantes.

Il y a quelques exceptions, qui seront


détaillées au chapitre 5.

Mythe N°6: « Il faut prendre de grands


risques pour gagner gros ! »

Règle n°1: Ne perdez pas d’argent ! Règle


n°2: Voir la règle n°1.

— Warren Buffett

La majorité des gens pensent qu’il est


nécessaire de prendre de gros risques pour
gagner gros.

Les milliardaires ne prennent pas de risques


inconsidérés dans leurs investissements, ils
recherchent un rapport risques/bénéfices
asymétrique: c’est-à-dire que le bénéfice
possible doit être largement supérieur au
risque encouru.

Il existe des produits d’investissement qui


permettent de réduire les risques à un
niveau proche de zéro tout en générant
des gains intéressants. Les obligations
structurées et les certificats de dépôt liés aux
actions offrent un placement garanti à 100%
en échange d’une participation aux gains
pendant les marchés haussiers. Les rentes
fixes indexées fonctionnent sur le même
principe.

Mythe N°7: Les mensonges que nous


nous racontons

Les limites que nous nous imposons nous


empêchent souvent de faire des progrès
dans la vie. Elles sont souvent liées à la peur
de l’échec.

Pour progresser, il faut « faire une percée »: ce


moment où une compréhension nouvelle
d’un sujet est suivie par des actions
concrètes. Les percées nécessitent trois
ingrédients:

La bonne stratégie: vous l’apprendrez


auprès des meilleurs, ceux qui ont
accompli ce que vous recherchez

Le pouvoir des histoires: 80% du


succès est dû à la psychologie. Cessez
de vous racontez une histoire dans
laquelle vous échouez à investir ou
épargner, et remplacez-là par une
histoire dans laquelle vous
réussissez et atteignez vos objectifs
financiers.

Votre état d’esprit: changez votre état


d’esprit par la physiologie (votre façon de
vous tenir, de respirer, de bouger influe
sur votre niveau de testostérone et de
cortisol).

Il peut y avoir d’excellentes stratégies tout


autour de vous, mais elles demeurent
invisibles tant que vous ne vous mettrez pas
dans un état d’esprit fort, déterminé et
prêt à agir.

3. Quel est le prix de vos rêves


? Mettez toutes les chances de
votre côté

Fixez le prix de vos rêves

Il y a cinq rêves financiers que vous pouvez


vous fixer comme objectif à atteindre.

Déterminez la somme qui vous sera


nécessaire pour atteindre les différents paliers
de la liberté financière.

1. La sécurité financière: Votre loyer ou


le prêt de votre maison sont couverts, tout
comme les factures des services
publiques, la nourriture, vos frais de
transport et d’assurance.

2. La vitalité financière: Ajoutez la


moitié de vos dépenses en vêtements,
restaurant et petits plaisirs.

3. L’indépendance financière: Vous


jouissez de votre mode de vie actuel sans
avoir besoin de travailler. Cela correspond
à touts vos dépenses actuelles.

4. La liberté financière: Vous pouvez


vous offrir des petits luxes
supplémentaires, ou un rêve particulier.

5. La liberté financière absolue: Vous


pouvez faire tout ce que vous voulez.

Quel palier souhaitez-vous atteindre ? Fixer le


prix de ses rêves est indispensable pour se
donner la possibilité de les atteindre un
jour.

Si vous trouvez que ces rêves sont


inaccessibles ou qu’ils paraissent trop
lointains, voici cinq façons d’accélérer la
cadence:

1. Épargnez davantage et investissez


la différence

Il y a des millions de personnes qui


remboursent fidèlement leur prêt
hypothécaire parce qu’elles ne