Vous êtes sur la page 1sur 84

LA PUISSANCE DU

ESPRIT SAINT

VOL 1

DON DeWELT

College Press, Joplin, Missouri

Copyright © 1963 A88206


Don DeWelt

Première impression - mai 1963


Deuxième impression - octobre 1966
Troisième impression - août 1970
Quatrième impression - août 1971
Cinquième impression - décembre 1972
Sixième impression - septembre 1973
Septième impression - août 1976
Huitième impression - mars 1979
Neuvième impression - août 1984
Dixième impression - septembre 1991

College Press
PO Box 1132
Joplin, Missouri 64801

Numéro international normalisé du livre: 0-89900-123-8

DÉVOUEMENT
À WL Jessup - dont la vie a manifesté pour moi le fruit du Saint-Esprit

INTRODUCTION
Nous proposons une étude approfondie du sujet du Saint-Esprit, c'est-à-dire une
considération de chaque référence dans la Bible sur le sujet. Bien qu'il s'agisse d'une
étude approfondie, elle doit également être très pratique et personnelle. Nous
étudierons le sujet en treize leçons comme suit:

1. Qui est le Saint-Esprit?

2. Tous les chrétiens possèdent-ils le Saint-Esprit?

3. Comment le Saint-Esprit peut-il m'aider?

4. Dois-je être baptisé du Saint-Esprit?


5. Dois-je parler en langues?

6. Comment puis-je être rempli du Saint-Esprit?

7. Comment puis-je avoir le fruit de l'Esprit?

8. Le Saint-Esprit peut-il m'aider à vaincre le péché?

9. Comment le Saint-Esprit a-t-il aidé Christ? Est-ce un exemple pour moi?

10. Comment le Saint-Esprit a-t-il inspiré les auteurs de la Bible?

11. Comment puis-je être conduit par le Saint-Esprit?

12. Qu'en est-il du Saint-Esprit dans l'Ancien Testament?

13. Quel est le blasphème du Saint-Esprit?

BIBLIOGRAPHIE

Pour le bénéfice de ceux qui souhaitent une bibliographie du sujet, nous proposons la
liste suivante: (nous ne recommandons en aucun cas tous ces livres - nous pensons
cependant qu'il faut être au courant des efforts des autres dans le même domaine
étude)-

(1) La promesse de l'esprit, gagnez. Barclay, Westminster Press, 1960 (2,50 $) 120 p.

(2) L'expérience chrétienne du Saint-Esprit, H. Wheeler Robinson, Harper & Bros., 1952
(4,00 $) 295 pp.
(3) Le Saint-Esprit et l'esprit humain, Ashley S. Johnson, Old Paths Book Club, 1952 (3,50 $) 290 p.

(4) Le Saint-Esprit, H. Leo Boles, Gospel Advocate Co., 1942 (3,95 $) 313 p.

(5) .4 Vue biblique du Bureau du Saint-Esprit, R. Richardson, Christian Publishing Co.,


1872, 324 PP.

(6) L'Esprit et la Parole, ZT Sweeney, Gospel Advocate Co., 1875 (2,00 $) 140 PP.

(7) L'œuvre baptisante du Saint-Esprit, Merrill F. Unger, Scripture Press, 1953 (2,00 $) 147 PP.

(8) La Nativité du Saint-Esprit, Arthur T. O'Rear, Pentecostal Publishing Co., 1929, 188 PP.

(9) Une aide à l'étude du Saint-Esprit, Win. Edward Biederwolf, Fleming H. Revell Co.,
1903, 222 PP.
(10) Le Saint-Esprit dans votre vie, Andrew W. Blackwood, Jr., Baker Book House, 1957 (2,50 $) 169
p.

(11) All With One Accord, Donald Gee, Gospel Publishing Co., 1961 (60c) 61 PP.

(12) Pentecostal Truth (cours par correspondance) Vol. I & II, Myer Pearlmen et Frank
M. Boyd, Assemblées de Dieu. 1948 (30,00 $) (63 p. Vol. I, 62 p., Vol. II)
(13) Le pouvoir de la Pentecôte, John R. Rice, épée du Seigneur. 1949 (3,95 $) 441 pièces

(14) The Holy Spirit, His Off ice And His Work, 0. L. Mankamyer, publié par l'auteur,
1951, 127 p., 2,00 $.

(15) Le Saint-Esprit, sa personne et son œuvre, Edward H.Bickersteth, Kregel, 1959, 2,95 $.

(16) Celui qui est spirituel, Lewis Sperry Chafer, Findlay, Ohio: Dunham, 1918, 2,75 $.

(17) L'Esprit, l'Eglise et les sacrements, J. G. Davies,


Londres: Faith, 15s.

(18) Le Saint-Esprit dans la vie d'aujourd'hui, FW Dillistone, Westminster, 1947, 2 $.

(19) La mission et l'administration du Saint-Esprit, Arthur Cleveland Downer,


Édimbourg: T. & T. Clark, 1909, 13s.
(20) Le Saint-Esprit dans la théologie chrétienne, George S. Hendry, Westminster, 1956, 2,50 $.

(21) La quête de la sainteté: une enquête biblique, historique et systématique, Adolf


Koberle, tr. par JC Mattes, Augsburg, 1930, papier 1,25 $.

(22) L'œuvre du Saint-Esprit, Abraham Kuyper, tr. par Henri De Vries, Introduction de
BB Warfield, Eerdmans, 1900, 5 $.

(23) L'Esprit de Dieu, G. Campbell Morgan, Revel !, 1900, 2,75 $.

(24) L'Esprit du Christ, Andrew Murray, Zondervan, 3,50 $.

(25) L'Esprit du Dieu vivant, Harold John Ockenga, Réveil, 1947, 2 $.

(26) Le Saint-Esprit, ses dons et ses pouvoirs, John Owen, Kregel, 1954, 3,95 $.

(27) La personne et l'oeuvre du Saint-Esprit, René Pache, tr. par JD Emerson, Moody, 1954, 3,50 $.

(28) Le Saint-Esprit de promesse; la mission et le ministère du Consolateur, J. Oswald


Sanders, Fort Washington, Pa .: Christian Literature Crusade, 1959, 2,50 $.
(29) Avec le Saint-Esprit et avec le feu, Samuel M. Shoemaker, Harper, 1960, 2,50 $.

(30) The Holy Spirit, or, Power from On High, AB Simpson, 2 vol., Harrisburg,
Pennsylvanie: Christian Publications, 1924, 5,80 $.

(31) La doctrine du Saint-Esprit, George Smeaton, Christian Literature Crusade, 3,50 $.

(32) Le Saint-Esprit de Dieu, WH Griffith Thomas, 3e éd., Eerdinans, 1955, 5,00 $.

(33) Le Saint-Esprit: qui il est et ce qu'il fait, RA Torrey, Revell, 1927, 3 $.

(34) An Experimental and Practical View of the Work of the Holy Spirit, Octavius
Winslow, London: Banner of Truth Trust, 3s.
(35) Je crois au Saint-Esprit, Fredrik Wisloff, tr. par Ingvald Daehlin, Augsbourg, 1949, 3 $.

(36) Le témoin de l'esprit, Bernard Ramm, Eerdmans, 1959, 3,00 $.

(37) Le Saint-Esprit et la vie sainte, Chester K. Lehman, Herald Press, 1959, 3,50 $.

COMMENTAIRES

(1) Thessaloniciens, Corinthiens, Galates et Romains par JW McGarvey et Philip Y.


Pendleton, The Standard Pub! Ishing Company, 1916, 3,75 $.
(2) La première épître de Paul aux Corinthiens par Leon Morris, Eerdmans, 1958, 3 $.

(3) Les épîtres de Paul de WJ Conybeare, Baker, 1958, 2,50 $.

(4) L'interprétation de I et II Corinthiens par RCH Lenski, Augsburg Publishing House, 6,55 $.

(5) Commentaires du Nouveau Testament de Ca / tin - La première épître de Paul aux


Corinthiens, Eerdmans, 1960, 5 $.
(6) Commentaire de la première épître aux Corinthiens, vol. II, F. Godet, Zondervan, 1957, 5,95 $.

(7) Notes de Barnes sur le Nouveau Testament par Albert Barnes, Baker, 1954, 3,50 $.

(8) The Pu / pit Commentary, édité par HDM Spence et Joseph S. Excel !, Vol. 44, Funk &
Wagnalls Co.

(9) Commentaire d'Ellicott sur toute la Bible, vol. VII, Zondevan, 1954, 5,95 $.

(10) Commentaire des Saintes Écritures par Peter Lange, Scribner's Sons, 1915.
6

TABLE DES MATIÈRES


DÉVOUEMENT 2
INTRODUCTION................................................. .................................................. .................................. 3

TABLE DES MATIÈRES ............................................... .................................................. ......................... 7

Première leçon  
QUI EST LE SAINT-ESPRIT? .................................................. .................................................. ............. 9
Leçon deux  
TOUS LES CHRÉTIENS POSSÉDENT LE SAINT-ESPRIT? .......................................... ........................... 13
Troisième leçon  
COMMENT LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL M'AIDER? .................................................. ...................................... 19
Leçon quatre  
DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT? .................................................. ......................... 27
Leçon cinq  
DOIS-JE PARLER EN LANGUES? .................................................. .................................................. .. 37
MOT DE SAGESSE ET DE CONNAISSANCES ............................................. ........................................ 38
FOI ................................................. .................................................. .............................................. 38
PROPHÉTIE ................................................. .................................................. ..................................... 38
DISCERNING OF SPIRITS ............................................... .................................................. ............... 39
TRAVAIL DES MIRACLES ............................................... .................................................. .............. 40
GUÉRISON ................................................. .................................................. ........................................ 41
TYPES DE LANGUES ............................................... .................................................. ...................... 42
INTERPRÉTATION DES LANGUES ............................................... .................................................. . 49
CADEAUX SPIRITUELS 12: 1 - 14: 40 ......................................... .................................................. ............. 49
LA PLUS GRANDE CHOSE AU MONDE ............................................ ......................................... 61
LE CONTRASTE ................................................ .................................................. ............................. 62
L'ANALYSE ................................................ .................................................. .................................. 63

7
Première leçon
QUI EST LE SAINT-ESPRIT?

Questions auxquelles vous devez répondre avant d'étudier la leçon.


1. Pourquoi est-il important d'identifier le Saint-Esprit?
Lisez les références suivantes pour quelques réponses: Rom. 8: 9; I Cor. 3:16; Eph. 16h30.
2. Le Saint-Esprit est-il une personne?
Lisez les références suivantes pour les réponses: I Tim. 4: 1; Jean 14:26; Actes 16: 6,7.
3. Le Saint-Esprit est-il Dieu?
Lisez les références suivantes pour les réponses: Heb. 9:14; I Cor. 2: 10,11; Gen.1: 2.
4. Où vit le Saint-Esprit
aujourd'hui? Lisez Rom. 8: 9-17; I
Cor. 6:19; Actes 2:38.
5. Comment pouvons-nous en savoir plus sur le Saint-Esprit? Lisez Eph. 6:17; Heb. 4:12; E ph. 5:18;
Fille. 5:22.

Discussion de la leçon
Jésus a fait une merveilleuse promesse dans Jean 14: 16-17: «Et je prierai le Père, et
il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il soit avec vous pour toujours, même
l'Esprit de vérité que le monde ne peut pas recevoir; car il ne le voit pas, et ne le
connaît pas: vous le connaissez; car il demeure avec vous et sera en vous. » Veuillez
noter deux ou trois points clairs dans cette promesse:
(1) Le Saint-Esprit est un autre Aide ou Consolateur - Jésus était le premier Aide
ou Consolateur - en l'absence de Jésus, le Saint-Esprit devait être envoyé. Il
devait en quelque sorte prendre la place de Jésus.
(2) Le Saint-Esprit doit être avec nous pour toujours.
(3) Le Saint-Esprit n'est pas connu ou reçu par tout le monde - seulement ceux qui sont
préparés pour Lui.
(4) Parce que les apôtres connaissaient Jésus, ils connaissaient le Saint
-Esprit - remarquez: «il demeure avec vous et sera en vous».
Qui était avec eux? Jésus l'était. Qui devait être en eux? Le Saint-Esprit était.
Mais Jésus et le Saint-Esprit sont tellement semblables que lorsque le Saint-
Esprit est entré en eux, il serait en effet «Christ en eux, l'espérance de la gloire»
(Col. 1:27).
Dans un sens très merveilleux, Jésus aurait pu dire: "Celui qui m'a vu a vu le Saint-
Esprit." Jésus n'était pas seulement l'incarnation du Père céleste, mais aussi de l'Esprit
céleste.
Nous voulons dire deux choses dans cette leçon sur le Saint-Esprit.
Premièrement, c'est une personne.
Deuxièmement, il est divin.
C'EST UNE PERSONNE
Que penseriez-vous d'une personne qui a continué à qualifier votre fils ou votre
fille de «ça». Ce serait bien avant la naissance lorsque le sexe n'est pas connu et l'enfant
n'est pas identifié - mais après la naissance, c'est inexcusable - cela ferait mal aux
parents d'entendre leur enfant l'appeler «ça».
Le Saint-Esprit est affligé lorsque nous ne le reconnaissons pas en tant que
personne (Éphésiens 4:30). L'utilisation constante d'expressions telles que:
«J'en ai besoin de plus », ou «cela devrait être étudié davantage» ou «C'est une
grande source de pouvoir», indique un manque de connaissances.
Ces expressions démentent notre ignorance. Le Saint-Esprit est une personne dans
le même sens que Jésus-Christ notre Seigneur est une personne: dans le même sens que
Dieu est une personne. Ces trois sont des personnes divines, mais des personnes
néanmoins.

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Veuillez noter:
(1) Une personne a le pouvoir de parler - le Saint-Esprit parle: I Tim. 4: 1,
«L'Esprit dit express / y» Cf. Actes 8:29.
(2) Une personne a le pouvoir de décider - ou exerce la volonté par l'esprit. Le
Saint-Esprit a le pouvoir de choisir: avoir été interdit au Saint-Esprit » (Actes
16: 6,7). Le Saint-Esprit a un esprit: et celui qui sonde les cœurs sait ce qu'est
l'esprit de l'Esprit » (Romains 8:27).
(3) Une personne a la capacité d'enseigner. Le Saint-Esprit enseigne: «Mais le
Consolateur (Conseiller, Aide, Intercesseur, Renforceur, Avocat, Veille) même le
Saint-Esprit, que le Père enverra en mon nom, il vous enseignera toutes choses
et vous rappellera tout ce qui vous a dit. " Jean 14:26. Cf. I Cor. 2:13.
(4) Une personne a la capacité de témoigner ou de témoigner. Le Saint-Esprit
témoigne ou témoigne: Mais quand le Consolateur sera venu, que je vous
enverrai du Père, même l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra
témoignage de moi. » Jean 15:26.
(5) Une personne peut diriger les autres et interdire les autres, le Saint-Esprit
conduit et interdit: «Et ils traversèrent la région de Phrygie et de Galatie, étant
interdit au Saint-Esprit de prononcer la parole en Asie; et quand ils ont été
affrontés contre la Mysie, ils ont essayé d'entrer en Bithynie et l'Esprit de Jésus
ne les a pas souffert. » Actes 16: 6,7.
(6) Nous utilisons toujours le pronom personnel lorsque nous nous référons à
une personne. Les pronoms personnels dans le genre masculin sont appliqués
au Saint-Esprit. Cela est vrai même face au fait que le nom "Esprit" qui est
neutre, devrait avoir tous ses pronoms et modificateurs dans le neutre:
« Quand le consolateur sera - il, l'Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la
vérité , car il doit
ne parle pas de lui-même, mais ce qu'il entendra, il le dira, et il vous annoncera
les choses à venir. Jean 16:13. Cf. Jean 15:26; 16: 7,8.
Répondez à ces questions
Pour ce faire, lisez les références indiquées. (S'il vous plaît, ne négligez pas
cela, nous voulons tous en savoir plus sur notre merveilleux invité invisible.)
1. Quelle capacité du Saint-Esprit est indiquée dans Romains 15:30?
2. Lisez Isa. 63:10 et Eph. 4:30 et indiquent encore une autre caractéristique du Saint-Esprit.
3. Deux membres d'église ont découvert que le Saint-Esprit était une personne très
réelle - lisez Actes 5: 3. Quelle qualité du Saint-Esprit est indiquée ici?
4. Hébreux 10:29 parle d'un péché effrayant contre le Saint-Esprit; Qu'Est-ce que c'est?
5. Serait-il possible de résister au Saint-Esprit? Lisez Actes 7:51 et appliquez-le à aujourd'hui et à nos
vies.

Jusqu'à présent, nous avons appris de notre étude: «Le Saint-Esprit n'est pas une
simple force ou influence impersonnelle que nous pouvons en quelque sorte saisir et
utiliser; mais c'est un être personnel, sage et saint, qui doit nous saisir et nous utiliser.
Il est celui avec qui nous pouvons avoir l'amitié ou la communion la plus proche. Nous
disons avec Paul: «S'il y a donc une exhortation en Christ, une consolation d'amour,
une communion de l'Esprit» . . . Col.2: 1. Cf. II Cor. 13:14. «Il entre dans nos personnalités
et nous devenons de nouvelles personnes, avec des esprits, des affections, des désirs et
des volontés renouvelés.» (Seth Wilson)
LE SAINT-ESPRIT EST DIVIN
Dieu est un être ou une
personne divine . Le Christ
est un être ou une personne
divine .
Le Saint-Esprit est un être ou une personne divine .
Nier la personne ou la personnalité du Saint-Esprit, c'est nier sa
nature essentielle. Nier sa divinité, c'est nier Dieu.
Qu'est-ce qui fait de Dieu ce qu'il est? c'est-à-dire, quelles sont les qualités
d'identification essentielles de Dieu? Les voici:
(1) Dieu est éternel: Psa. 90: 2. Le Saint-Esprit est éternel: «combien plus le sang du
Christ qui, par l'Esprit éternel, s'est offert sans tache à Dieu,…» Héb. 9h14. Cf.

dix

QUI EST LE SAINT-ESPRIT?

Gen.1: 2.
(2) Dieu est omniscient ou omniscient : Job 32: 8 Le Saint-Esprit est omniscient:
«Car qui parmi les hommes connaît les choses d'un homme, si ce n'est l'esprit
de l'homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu,
sauf l'Esprit de Dieu. » I Cor. 2:11.
(3) Dieu est omnipotent ou tout-puissant: Gen. 18:14. Le Saint-Esprit est omnipotent:
«Et ma parole et ma prédication n'étaient pas en paroles persuasives de
sagesse, mais en démonstration de l'Esprit et de puissance: que votre foi ne
repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. " I Cor. 2:
4,5. Cf. Luc 1:35; Actes 1: 8; Michée 3: 8.
(4) Dieu est omniprésent ou partout présent: I Rois 8:27. Le Saint-Esprit est
omniprésent: «Où irai-je loin de ton Esprit? Ou où fuirai-je loin de ta présence?
Si je monte au ciel, tu es là. Si je fais mon lit à Sheol, voici, tu es là. Si je prends
les ailes du matin et que j'habite dans les parties les plus extrêmes de la mer; là
aussi, ils me conduiront, et ta droite me tiendra. » Psa. 139: 7-10.
(5) Dieu est saint - Dieu est vérité - Dieu est grâce - Dieu est sagesse: Le Saint-Esprit est appelé:
une. «Saint» - Eph. 16h30.
b. "L' Esprit de vérité." Jean 14:17.
c. "L' Esprit de grâce." Heb. 10:29.
ré. "L' Esprit de sagesse." Est un. 11: 2.
Le Saint-Esprit est appelé Dieu: lisez Actes 5: 1-3.
Répondez à ces questions
(En répondant à ces questions, vous lirez la parole de l' Esprit - c'est ce que le Saint-
Esprit a dit de lui-même.)
1. Selon Gen. 1: 2; Job 33: 4; Psa. 104: 30; le Saint-Esprit a eu une part définitive dans la
création du monde. Qu'est-ce que c'était?

2. Quelle qualité de Dieu se trouve dans le Saint-Esprit selon les références suivantes:
Gen. 2: 7; ROM. 8:11; Jean 6:63; Jean 3: 5?

3. Les prophètes étaient des porte-parole de Dieu, mais qui leur a donné leur message?
Lisez II Pierre 1:21. Comment cette référence pointe-t-elle la divinité du Saint-Esprit?
4. Jésus a dit: "Mais si par l'Esprit de Dieu je chasse les démons, alors le royaume de
Dieu est venu sur vous." Mat. 12:28. Comment cette référence indique-t-elle la
divinité du Saint-Esprit? Cf. I Cor. 12: 9,11. Les œuvres du Saint-Esprit sont les
œuvres de Dieu. Les écrivains inspirés ont placé le Père, le Fils et le Saint-Esprit sur
un pied d'égalité. Veuillez lire Matt. 28:19; II Cor. 13:14.

Le Saint-Esprit est une personnalité divine.

11

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Examen au cours de la première leçon

1. Comment Jésus a-t-il pu dire: «Celui qui m'a vu a vu le Saint-Esprit»? (Il n'a pas dit
cela, mais c'était possible - expliquez pourquoi.)

2. Pourquoi est-il mal de se référer au Saint-Esprit comme «il»?

3. Spécifiez un moment et un lieu où le Saint-Esprit a parlé.

4. Donnez trois caractéristiques d'une personne attribuée au Saint-Esprit.


5. Mentionnez deux indications de la sensibilité du Saint-Esprit.

6. Nous ne devons pas «saisir le Saint-Esprit et L'utiliser», que doit-il se passer?

7. Que doit-il nous arriver lorsque le Saint-Esprit entre dans notre personnalité?

8. Donnez trois qualités de Dieu trouvées dans le Saint-Esprit.

9. Quelles étaient les deux pensées fondamentales de cette leçon?

10. Cet être divin est-il dans le monde aujourd'hui? Où?

12

Leçon deux
TOUS LES CHRÉTIENS POSSÉDENT LE SAINT-ESPRIT?
Questions auxquelles vous devez répondre avant d'étudier cette leçon.
1. "Avez-vous reçu le Saint-Esprit quand vous avez cru?" Veuillez lire Actes
19: 1-6; Actes 8: 12-15; et Gal. 3: 2 pour une réponse.
2. Si vous avez le Saint-Esprit, quelle est sa valeur
pour vous? Lire: Jean 7: 38,39; ROM. 8: 12-17; ROM.
14:17.
3. Le chrétien est chargé de:
(1) «Marchez par l'Esprit». Fille. 5:16; 25.
(2) "N'éteignez pas l'Esprit." Je Thess. 5:19.
(3) «Ne t'afflige pas du Saint-Esprit.» Eph. 16h30.
Comment saurons-nous quand nous sommes ou ne sommes pas obéissants à ces commandes
importantes?
4. Si nous ne sommes pas «nés de l'Esprit» (Jean 3: 5), nous ne sommes pas nés de nouveau.
Si nous «n'avons pas l'Esprit de Christ, nous ne sommes pas à lui». Romains 8: 9,10.
En même temps, nous avons été lavés dans le bain de régénération, nous avons été
renouvelés par le Saint-Esprit. Tite 3: 5.
S'agit-il de simples expressions théologiques ou d'une réalité personnelle? Débattez s'il vous plaît.
5. Si nos corps sont le temple du Saint-Esprit (et ils le sont, lire I Cot. 6: 19,20),
comment saurons-nous que cela est vrai? Que devons-nous y faire?
Discussion de la leçon
Nous n'avons qu'un seul but dans cette leçon: souligner la vérité biblique que
chaque chrétien a un don de Dieu - la personne du Saint-Esprit qui habite son corps.
Nous aborderons cet objectif dans une série de questions et réponses importantes:
1. Quand le Saint-Esprit est-il donné?
Réponse: Lorsque nous nous sommes repentis et ont été baptisés: . Repentez-vous, et
soyez baptisés chacun de vous au nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos
péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » Actes 2:38.
Ce n'est pas un don du Saint-Esprit, mais plutôt le don du Saint-Esprit lui-même.
Dieu fait un don à tous ceux qui se repentent et sont baptisés; ce don est le Saint-Esprit.
Veuillez noter que le texte ne dit pas que nous recevons une partie du Saint-Esprit,
ou une mesure du Saint-Esprit, ou une manifestation du Saint-Esprit. Nous recevons à
notre obéissance un don de Dieu - ce don est le Saint-Esprit lui-même.
Le Saint-Esprit est une personne divine - cette personne divine que nous obtenons
comme un don de Dieu lors du repentir et du baptême. Nous ne disons maintenant
rien sur l'activité du Saint-Esprit en nous - nous voulons souligner la seule vérité que
nous avons le Saint-Esprit. Cela n'est pas vrai parce que nous avons des sensations
émotionnelles, mais parce que la Parole de Dieu l'indique clairement.
On nous dit dans I Thess. 5:23 que l'homme est un être divin possédant l'esprit,
l'âme et le corps. Il est possible d'identifier nos corps, mais qu'en est-il de nos âmes et
esprits? Dirons-nous que nous n'avons ni esprit ni âme parce que nous n'avons aucune
réaction émotionnelle pour indiquer leur existence? Nous savons que Dieu l'a dit et
nous le croyons.
Nous ne discutons pas ici du travail du Saint-Esprit à l'intérieur de l'homme, ni de
son activité à travers l'homme. Notre seul point maintenant est la réception du Saint-
Esprit. Quand et où recevons-nous le Saint-Esprit? Actes 2:38 déclare clairement lors du
repentir et du baptême que nous recevons un don de Dieu qui est le Saint-Esprit.

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Actes 19: 1-6 est une bonne référence comparative sur ce point: «Et il arriva que,
pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul ayant traversé le haut pays vint à Éphèse et
trouva certains disciples: et il dit à eux " Avez-vous reçu le Saint-Esprit quand vous avez
cru?" (Le mot «croyait» comprenait tout ce qu'ils faisaient pour accepter Christ comme
leur Seigneur et Sauveur. Selon Pierre dans Actes 2:38, il incluait le repentir et le
baptême. Paul a également enseigné ainsi: (Rom. 6: 1-4; Gal 3:27; Col.2: 23) .Au moment
de leur acceptation du Christ, ils auraient dû recevoir le Saint-Esprit. Paul trouva ici à
Éphèse un groupe de disciples qui avait grandement besoin non seulement du Saint-
Esprit, mais de En réponse à la question de Paul, ces douze disciples ont dit: "Non, nous
n'avons même pas entendu si le Saint-Esprit a été donné." Sur une telle réponse, Paul a
demandé où et quand le Saint-Esprit a été donné. - "Et il dit: en quoi, alors, avez-vous été
baptisés?" Et ils dirent, dans le baptême de Jean. Et Paul dit que Jean baptisa du
baptême de repentance, disant au peuple de croire en lui qui devait venir après lui.
c'est-à-dire sur Jésus. Et quand ils ont entendu cela, ils ont été baptisés au nom du
Seigneur Jésus. "Pourquoi Ces disciples ont-ils été baptisés au nom du Seigneur Jésus?
Parce qu'ils manquaient du Saint-Esprit et le baptême chrétien est où et quand nous
obtenons le Saint-Esprit en cadeau. En recevant le Saint-Esprit, Paul a imposé ses mains
à ces personnes afin de leur accorder certains pouvoirs miraculeux par le Saint-Esprit
en elles. Nous ne discutons pas ici des capacités de parler en langues ou de prophétiser.
Nous souhaitons seulement souligner que le baptême chrétien est le lieu et le moment
de la réception du Saint-Esprit.
La dernière référence sur ce point est Actes 8: 14-17: «Maintenant, lorsque les
apôtres qui étaient à Jérusalem ont entendu que Samarie avait reçu la parole de Dieu,
ils leur ont envoyé Pierre et Jean: qui, lorsqu'ils sont descendus, ont prié pour eux, afin
qu'ils puissent recevoir le Saint-Esprit: car il n'était encore tombé sur aucun d'eux:
seulement ils avaient été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Ils leur imposèrent ensuite
les mains et ils reçurent le Saint-Esprit. »
Veuillez noter que le texte indique une connexion définitive entre le Saint-Esprit et
le baptême. Quelle est cette connexion? C'est simplement qu'ils avaient reçu le Saint-
Esprit lors du baptême, mais pas dans ses pouvoirs miraculeux. Pierre et Jean sont
venus pour que le Saint-Esprit «tombe sur eux». Avant la venue de Pierre et de Jean, la
seule relation que ces Samaritains entretenaient avec le Saint-Esprit se trouvait dans
leur baptême. Quelle était cette relation? La conclusion évidente est qu'ils avaient reçu
le Saint-Esprit lors du baptême, mais pas avec des pouvoirs miraculeux. La prière et
l'imposition des mains par Pierre et Jean ont fourni la «chute» ou l'exercice des
pouvoirs spéciaux du Saint -Esprit - le baptême a assuré sa présence - Pierre et Jean ont
pourvu à ses pouvoirs miraculeux.
2. Où habite le Saint-Esprit?
Réponse: Dans le corps de chaque chrétien.
Ceci est clairement enseigné dans les références suivantes: «Mais si l'Esprit de celui
qui a ressuscité Jésus d'entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ
Jésus d'entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui
habite en vous." (Romains 8:11)
Deux fois, il est affirmé sans équivoque que le Saint-Esprit vit dans le corps du
chrétien. Nous croyons cela parce que cela est ainsi énoncé dans les Écritures, non pas
parce que nous pouvons expliquer comment cela est possible. La meilleure explication
tentée de la façon dont le Saint-Esprit peut vivre dans notre corps se trouve dans la
pensée qu'il est possible de la même manière qu'il est possible pour notre propre esprit
humain de vivre dans notre corps.
«Ou ne savez-vous pas que votre corps est un temple du Saint-Esprit qui est en
vous, que vous avez de Dieu? et vous n'êtes pas le vôtre? " I Cor. 6:19.
Comment est-il possible que le Saint-Esprit habite en mille endroits à la fois? N'est-
ce pas une contradiction de l'unité de son être ou de sa nature? Puisque nous ne savons
rien de la nature essentielle du Saint-Esprit autre que le fait qu'il est un être spirituel
comme Dieu, nous n'avons pas de réponse. Ce que nous savons, c'est la simple
déclaration de fait selon laquelle Il considère le corps de l'homme comme Son
sanctuaire et y réside. «En qui vous aussi, vous êtes édifiés ensemble pour une
habitation de Dieu dans l'Esprit.» Eph. 2:22.
En de nombreux endroits, le Nouveau Testament déclare que Dieu habite en
nous - dans cette référence, nous apprenons comment cela est possible - Dieu habite en
nous en la personne du Saint-Esprit.
I Jean 3:24 déclare en termes très clairs que Dieu habite en nous par le Saint-Esprit.
Remarque: «Et celui qui garde ses commandements demeure en lui et lui en lui. Et par
la présente, nous savons qu'il demeure en nous, par l'Esprit qu'il nous a donné. »

14

TOUS LES CHRÉTIENS POSSÉDENT LE SAINT-ESPRIT?

I Jean 4:13 doit également être lu à cet égard.


Une autre référence en réponse à cette question: «C'est pourquoi celui qui rejette,
ne rejette pas l'homme, mais Dieu, qui vous donne son Saint-Esprit.» Je Thess. 4: 8.
Dieu a donné le Saint-Esprit à chaque chrétien en cadeau. Le Saint-Esprit est donné
au chrétien lors de son obéissance au baptême chrétien. (Actes 5:32.) Le Saint-Esprit vit
dans le corps du chrétien comme son temple.
3. En quel sens le chrétien est-il «né du Saint-Esprit»?
Réponse: Nous croyons que la discussion de cette question par Warren E. Bell dans
son tract, Comment un homme peut-il naître de nouveau? est si bien indiqué que nous
le reproduisons ici pour votre édification.
«Maintenant, il y avait un homme des Pharisiens, nommé Nicodème, un chef des
Juifs: celui-ci vint à lui la nuit et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un enseignant
venu de Dieu; car personne ne peut faire ces signes que tu fais, si Dieu n'est avec lui.
Jésus répondit et lui dit: En vérité, en vérité, je te le dis, si quelqu'un n'est né de
nouveau, il ne peut pas voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un
homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il entrer une seconde fois dans le ventre
de sa mère et naître? Jésus répondit, en vérité, en vérité, je te le dis, si quelqu'un n'est
né d'eau et d'Esprit, il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu. Jn. 3: 1-5.
De tous les sujets bibliques dont il faut être certain, c'est celui-là. À moins que nous
ayons la bonne réponse à cette question, nous «ne pouvons pas entrer» dans le
royaume de Dieu.
Dieu a prévu à la fois la naissance physique et la nouvelle naissance. Il y a une similitude
frappante entre eux.
1. — L' OUVERTURE D'UNE NOUVELLE VIE
Avant qu'un enfant puisse naître, il doit être généré ou engendré par son père. Il en
va de même pour la nouvelle naissance. Avant que quelqu'un puisse naître de
nouveau, il doit être engendré de nouveau. Cela signifie qu'il doit y avoir une
causant la vie des semences pour générer la nouvelle vie. Existe-t-il une telle graine?
1. Lk. 8: 5-8 rapporte la parabole de Jésus sur le semeur qui «est sorti pour
semer sa semence». Le Christ lui-même explique l'histoire. "Maintenant, la
parabole est la suivante: la semence est la parole de Dieu."
2. "Ayant été engendré de nouveau, non pas de semence corruptible, mais
d'incorruptible, par la parole de Dieu, qui vit et demeure." I Pet. 1:23.
3. «De sa propre volonté, il nous a fait sortir par la parole de vérité.» Jas. 1:18.
Tout cela signifie que l'Esprit Saint a inspiré mot est la causant la vie semence qui
est plantée dans nos cœurs. Comme il est vrai que «la croyance vient d'entendre et
d'entendre par la parole du Christ». ROM. 10:17.
Vous pouvez savoir quand vous avez de nouveau été engendré. "Quiconque croit
que Jésus est le Christ est né de Dieu." Je Jn. 5: 1. Le mot grec traduit «engendré» est
utilisé pour désigner un père lorsqu'il engendre un enfant et une mère lorsqu'elle
donne naissance à un enfant. Quand il fait référence au père, il est correctement
traduit par «engendrer, générer»; quand il se réfère à la mère, il est traduit par «faire
naître, porter, donner naissance». Nous sommes nés de Dieu, notre Père.
Souvenons-nous qu'il n'y a pas eu de naissance! Par l'audition de la parole, nous
avons été amenés à croire et ainsi à nouveau engendrés. Sans elle, il ne peut y avoir de
naissance, mais l'engendrement d'un / n'est pas la nouvelle naissance.
11. — LA PREUVE D'UNE NOUVELLE VIE
Dans la génération physique, peu de temps après la naissance, mais avant la
naissance, certaines évidences de la vie ont lieu. La nouvelle vie engendrée se fait
connaître. Même ainsi, la nouvelle vie provoquée par la parole de l'Esprit devient
évidente. La nouvelle vie à l'intérieur est vue par un nouveau comportement à
l'extérieur. Ce changement s'appelle le repentir. La personne engendrée
spirituellement arrête la pratique de tout péché connu. Il fait un tour complet dans sa
vie et commence à vivre pour plaire au Christ.
1. «Quiconque est né de Dieu ne fait aucun péché, parce que sa semence demeure
en lui; et il ne peut pas pécher, parce qu'il est né de Dieu.» Je Jn. 3: 9.
Cela n'enseigne pas la perfection sans péché. Ces mots d'action se réfèrent à une
action continue. Celui qui est vraiment né de Dieu ne continue pas délibérément dans
le péché; il ne pratique pas le péché.

2. «Car tout ce qui est né de Dieu vainc le monde: et c'est la victoire qui a

15

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

surmonter le monde, même notre foi. Et qui est celui qui vainc le monde, sinon celui
qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? Je Jn. 5: 4-5.
Quand on agit comme des gens dans le monde alors qu'il devrait être différent, il
est mondain. La vraie foi en Christ nous amène à surmonter un mode de vie
semblable à celui du monde et à désirer un mode de vie semblable à celui du Christ.
Ceci est le résultat de notre nouveau engendrement.
Il n'y a pas encore eu de naissance. En croyant la parole, nous avons été amenés à
changer d'avis et de conduite envers les mauvaises actions. Sans cela, il ne peut y avoir
de naissance, mais le repentir seul n'est pas la nouvelle naissance.

111. — LA NAISSANCE DE LA NOUVELLE VIE


L'engendrement se faisait au moyen de la parole de l'Esprit. La naissance doit se
faire au moyen d'eau. Jésus a dit que les deux étaient nécessaires. La personne
nouvellement engendrée doit être placée dans l'eau et sortir de l'eau. Nous sommes
engendrés lorsque nous croyons et nous naissons lorsque nous sommes baptisés.
1. «Celui qui croit (il y a l'engendrement) et qui est baptisé (il y a la naissance) sera
sauvé; mais celui qui ne croit pas sera condamné. » Mk. 16:16. Certes, Jésus n'a pas dit
que si nous n'étions pas baptisés, nous devrions être condamnés. C'est entendu. S'il n'y
a pas d'engendrement, il ne peut y avoir de naissance. Annuler la naissance, c'est
annuler la naissance.
2. «Non pas par des œuvres faites dans la justice, ce que nous avons fait nous-
mêmes, mais selon sa miséricorde, il nous a sauvés, par le lavage de la régénération et
le renouvellement du Saint-Esprit.» Mésange. 3: 5.
Ici encore, l'eau et l'Esprit. Comment nous sauve-t-il? Par un «lavage» et un
«renouvellement».
QUELQUES CONCLUSIONS INÉVITABLES
1. Il ne peut y avoir de naissance sans engendrement.
Il faut être engendré par la parole (croire) avant de pouvoir naître
scripturairement de l'eau (baptisé). Supposons que nous devions obtenir une corde
solide et attacher solidement votre voisin, et pendant qu'il s'objecte bruyamment, nous
l'emmenons à la rivière et le baptisons. Serait-il chrétien? Comment pouvons-nous
croire qu'un enfant est né d'eau sans aucune foi en Christ et est ensuite engendré
douze ans plus tard? Il n'y a pas une seule Écriture dans le Nouveau Testament
autorisant une telle pratique. Dans la Bible, seuls les croyants pénitents ont été
baptisés. Un nourrisson ne peut répondre à aucune des qualifications. Sans foi, il n'y a
pas de vie et le baptême n'est qu'une naissance morte.
2. L'engendrement seul ne fait pas de nous une nouvelle créature.
Il faut à la fois l'Esprit et l'eau. «Car vous êtes tous fils de Dieu, par la foi, en Jésus-
Christ. Car autant d'entre vous qui ont été baptisés en Christ l'ont revêtu. » Fille.
3: 26-27. C'est la «livraison» qui culmine la façon dont Dieu en fait une nouvelle
créature. Par elle, nous sommes «délivrés du pouvoir des ténèbres et traduits dans le
royaume du Fils de son amour». Col.1: 13.
"La foi en dehors des œuvres est morte." Confiture. 2:26.
Notre foi nous amènera à une nouvelle naissance ou elle fera une fausse couche et mourra.
Comment un homme peut-il naître de nouveau? Il y a la partie de Dieu et il y a la
partie de l'homme. La parole pour provoquer la foi et la grâce pour couvrir les péchés,
c'est la part de Dieu. Croire et obéir est notre part. Dieu lui-même ne peut pas faire
pour nous ce que nous devons faire nous-mêmes.

Examen au cours de la deuxième leçon


1. Quand le Saint-Esprit est-il donné? Veuillez donner une Écriture pour prouver votre réponse.

2. Les œuvres divines de l'Esprit sont-elles inséparablement associées à sa présence?


c'est-à-dire, y avait-il des personnes qui avaient le Saint-Esprit sans ses pouvoirs
miraculeux?

3. Serait-il possible qu'une personne soit baptisée au nom du Père, du Fils et du Saint-
Esprit sans pour autant recevoir le Saint-Esprit en cadeau? Discuter.

4. Où habite le Saint-Esprit? Veuillez donner une Écriture pour prouver votre réponse.

16

TOUS LES CHRÉTIENS POSSÉDENT LE SAINT-ESPRIT?

5. Comment est-il possible que le Saint-Esprit habite en plus d'un endroit à la fois?
N'est-ce pas une contradiction avec la nature du Saint-Esprit?

6. Dans quel sens Dieu et Christ habitent-ils en nous?

7. Dans quel sens le chrétien est-il né du Saint-Esprit?

8. Expliquez dans vos propres mots comment la parole de Dieu produit un


«engendrement». Cf. I Pet. 1:23; Luc 8: 4-8; Jacques 1:18.

9. Est-ce que certaines personnes qui ne sont jamais nées montrent plus de «preuves
de vie» que certaines qui prétendent être nées de Dieu? Est-ce une réponse au
problème de la vertu dans la vie de certains qui ne sont pas chrétiens?

10. Spécifiez deux façons dont nous pourrions pleurer le Saint-Esprit. Cf. Eph. 16h30
17
Troisième leçon
COMMENT LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL M'AIDER?
Les questions que vous devez répondre être / ore vous étudiez la leçon.
1. Le Saint-Esprit est appelé «un autre consolateur» et pourtant je n'ai reçu que très
peu ou pas de réconfort de sa part. Pourquoi est-ce? Eph. 3:16; ROM. 8: 13,14.
2. J'ai lu dans ma Bible que je dois «marcher par l'Esprit» (Gal. 5:16; 25) et pourtant je
ne sais pas comment le faire. Que dois-je faire?
3. La «patience» n'est-elle pas la vertu développée par le Saint-Esprit? (Gal. 5:22.) J'ai
observé des personnes qui n'étaient pas chrétiennes beaucoup plus «endurantes»
que certains chrétiens. Veuillez expliquer cela. Jude 19.
4. Si le Saint-Esprit m'a aidé dans la tentation, je ne le sais pas, et pourtant je crois
avoir lu dans Rom. 8: 13,14 et Eph. 3:16 qu'il devait aider dans les tentations.
Pourquoi ne m'aide-t-il pas? I Cor. 10:13.
5. Le Saint-Esprit ne nous aide-t-il pas dans la prière? (Rom. 8:26.) Comment est-ce possible?
Discussion de la leçon
Nous voulons aider à entrer dans la jouissance de huit façons dont le Saint-Esprit
peut aider chaque chrétien. Veuillez étudier avec nous:
1. Le Saint-Esprit aide le chrétien à vaincre le péché.
«Ainsi donc, frères, nous ne sommes pas débiteurs de la chair, pour vivre selon la
chair: car si vous vivez selon la chair, vous devez mourir; mais si par l'Esprit vous
mettez à mort les oeuvres du corps, vous vivrez. » Romains 8: 12,13.
Nous avons une grande dette à payer. Nous sommes en faillite quant au paiement.
Qui nous aidera à payer notre dette envers Christ? Après tout ce que notre Seigneur a
fait pour nous, le moins que nous puissions faire pour lui est de vivre pour lui, et
pourtant c'est la seule chose que nous ne parvenons pas à faire. Nous anticipons la vie
et recevons la mort. Pourquoi est-ce? Tout chrétien humblement honnête connaît la
puissance de Satan à travers la chair. Nous ne sommes pas à la hauteur de Satan. Le
malin a un allié dans notre chair - nous semblons impuissants à vaincre. Nous ne
pouvons pas «mettre à mort» les mauvaises actions provoquées par le corps. Qui nous
livrera? La réponse est dans l'aide offerte par le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit viendra à
nos côtés avec plus que suffisamment d'aide pour nous donner la victoire. Comment ça
doit être?
«Le chrétien qui néglige de regarder et de prier trouvera très certainement qu'il ne
sait pas comment utiliser cela sa grande force, car il perdra la réalisation de son
unité avec son Seigneur. Mais alors l'homme qui, en réalité et au fond de son être,
«fait à mort les pratiques du corps», le fait immédiatement, non pas par la discipline,
ni par l'effort direct, mais par l'usage croyant de «l'Esprit». . ' Rempli de Lui, il
marche sur la puissance du malin. Et cette plénitude est conforme à l'abandon de la
foi. »-
(Moule, p. 222)
Nous devons croire et réclamer cette aide. Nous n'avons pas une telle aide parce
que nous pouvons la sentir ou l'identifier, mais plutôt parce que Dieu l'a promise et
nous la réclamons sur la base de Sa promesse. Nous ne pouvons pas espérer l'aide du
Saint-Esprit si nous ne voulons pas être vigilants et prier.
«La volonté est toujours d'être votre volonté, l'effort de votre effort et le résultat de
votre action. Pour vous, le tout est considéré comme votre propre acte sans aide.
Vous vous approuvez donc ou vous blâmez chaque fois que vous réussissez ou
échouez, comme si vous étiez totalement sans assistance. Néanmoins, le Saint-Esprit
vous aidera. Mais cette aide sera remise hors de vue. Elle ne sera pas repoussée pour
passer sous l'œil de la conscience. Vous ne pourrez donc jamais en prendre bonne
note. Vous serez conscient de l'effort et vous pourrez connaître le résultat. Mais on
vous dit simplement que vous êtes aidé. D'où le fait que vous soyez ainsi est une
question de croyance, pas de connaissance. "
- (Lard, p. 263)

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT
2. Le Saint-Esprit aide le chrétien dans la prière.
«Et de la même manière, l'Esprit aide aussi notre infirmité: car nous ne savons pas
prier comme nous le devons; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous avec des
gémissements qui ne peuvent être prononcés. » Romains 8:26.
Dans les régions où nous sommes faibles, le Saint-Esprit fournit de l'aide. L'un de
ces domaines concerne la prière. Nous savons comment prier pour certaines choses, et
en cela nous n'avons ni besoin ni promesse d' aide - mais quand nous ne savons pas
comment encadrer la pétition au trône de grâce, nous avons l'assistance bénie du
Saint-Esprit.
En quoi consiste cette aide? C'est clairement une intercession pour nous. Comment
cela peut-il être alors qu'il n'y a qu'un seul intercesseur avec le Père - Jésus - Christ le
juste? (I Tim. 2: 5). Cette intercession du Saint-Esprit doit se rapporter au chrétien de
manière à ne pas violer la fonction unique du Christ. Comment se peut-il?
Ne serait-ce pas dans l'aide accordée au chrétien pour lui permettre de former
intelligemment une requête au Père par le Fils? Sous la contrainte de la douleur, de la
douleur ou de la déception, nous n'avons que des soupirs et des gémissements
inarticulés à offrir dans la prière. Le Saint-Esprit fait son travail d'intercession avec ces
gémissements et soupirs. Il lit le besoin le plus profond du cœur humain - il connaît le
cœur du Père. Les gémissements et les soupirs du chrétien sont rendus intelligibles par
l' Esprit - le Saint-Esprit aide à donner un sens à la communication avec Dieu à travers
le Fils.
3. Le Saint-Esprit scelle le chrétien. Eph. 1: 13,14, 4:30.
«En qui vous aussi, ayant entendu la parole de la vérité, l'évangile de votre salut - en
qui, ayant aussi cru, vous avez été scellés du Saint-Esprit de promesse, qui est un gage
de notre héritage, jusqu'à la rédemption de Dieu propre possession, à la louange de sa
gloire. " «Le Saint-Esprit de Dieu, en qui vous avez été scellés jusqu'au jour de la
rédemption.»
Voici quelques questions auxquelles nous tenterons de répondre en ce qui
concerne le scellement du Saint-Esprit: (1) Qu'est-ce que ce sceau? (2) Comment savons-
nous que nous l'avons? (3) Quels sont les résultats d'avoir un tel sceau?
(4) Qui voit le sceau? (5) Pouvons-nous perdre le sceau?

Identifier le sceau
Il y avait plusieurs types de sceaux aux jours apostoliques. Les sceaux étaient
estampés sur de l'argile et de la cire ainsi que sur du bois et du papyrus. Les sceaux
portaient la signature d'un fonctionnaire ou de l'État. Il avait la signification suivante:
une. Tout ce qui portait un sceau était authentique.
Si la question était de savoir si un article pouvait être déclaré authentique ou non,
cela était décidé par l'authenticité du sceau. Si le sceau était vrai, alors tout le
document a été accepté.
La prétention chrétienne à l'acceptation avec Dieu est réglée par la présence du sceau de Dieu.
La présence ou l'absence du sceau ne dépend pas du tout des émotions de
l'homme. Le chrétien est scellé par le Saint-Esprit parce que Dieu le dit, pas parce que
le chrétien peut identifier émotionnellement ou répondre à la présence du sceau.
Lorsque le pécheur satisfait aux exigences du salut par l'Évangile en acceptant son
Seigneur et Sauveur, Dieu l'accepte comme son fils et place en lui la marque de
l'acceptation en lui donnant le Saint-Esprit.
Le Saint-Esprit lui-même est le sceau de l'identification authentique. «Si quelqu'un
n'a pas l'Esprit de Christ, il n'est pas à lui.» (Rom.8: 9). Il s'ensuit également que si un
homme a l'Esprit de Christ, il lui appartient.
b. Tout ce qui porte un sceau déclare sa propriété.
D'après ce que nous avons déjà écrit, la vérité de cette pensée devrait être très
évidente. Nous pensons à II Timothée 2:19: «Mais le fondement solide de Dieu
demeure, ayant ce sceau, le Seigneur
connaît ceux qui sont à lui; et que quiconque nomme le nom du Seigneur s'écarte de
l'injustice. »
Comment le Seigneur connaît-il ceux qui sont à lui? Par la présence du sceau ou du
Saint-Esprit dans leur cœur. Seul Dieu peut voir et lire le sceau. L'homme peut observer
les résultats du sceau. Le fruit du

20

COMMENT LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL M'AIDER?

L'esprit indique que nous nous éloignons de l'injustice.


Maintenant, pour répondre aux cinq questions posées au début de cette réflexion:
(1) Qu'est-ce que le sceau? Réponse: Le Saint-Esprit.
(2) Comment savons-nous que nous l'avons? Réponse: En se conformant aux
exigences de Dieu pour le salut. Cf. Actes 2:38; 5:32.
(3) Quels sont les résultats du sceau? Réponse: Le fruit de l'Esprit. Cf. Fille. 5:22.
Partant de l'injustice.
(4) Qui voit le sceau? Réponse: Seul Dieu.
(5) Pouvons-nous perdre ce sceau? Réponse: Nous pouvons sûrement le pleurer et
effacer le sens du sceau dans nos vies. «Vous êtes ses serviteurs à qui vous
obéissez.» ROM. 6:16.

4. Le Saint-Esprit témoigne avec l'Esprit du chrétien qu'il est un enfant de Dieu.


Romains 8:16.
«L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.»
Il est parfois aussi utile de remarquer ce que la Bible ne dit pas sur un sujet que de remarquer ce
ne dit. Dans le cas qui nous occupe: la Bible ne dit pas que le Saint-Esprit témoigne de
notre esprit, ce qui en fait une expérience subjective au sein du chrétien. Le texte dit
que le Saint-Esprit témoigne de notre Esprit, ce qui en fait une expérience objective
sans ou en dehors du chrétien. Le témoignage du Saint-Esprit est le Nouveau
Testament. C'est son témoignage sur la façon de devenir chrétien ou enfant de Dieu, et
aussi comment rester fidèle en tant qu'enfant de Dieu.
Nous savons en nous-mêmes si nous avons fait ce que l'Esprit a dit de faire pour
devenir un enfant de Dieu.
Le témoignage du Saint-Esprit est le suivant:
(1) Nous croyons que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, qu'il est mort pour nos
péchés selon les Écritures; (Cf. Matt. 16:18; Marc 16:16; Actes 16: 31,32; I Cor.
15: 1-4).
(2) Si nous nous repentons de tout péché connu dans notre vie; (Luc 13: 3; Actes 2:38; Actes 17:
30,31).
(3) Si nous confessons notre foi devant les hommes; (Matthieu 10: 31,32; Rom. 10: 9,10).
(4) Si nous sommes immergés dans l'eau pour la rémission du péché; (Actes 2:38;
22:16; I Pierre 3:21; Rom.6 : 1-4). Nous devenons alors un enfant de Dieu, nos
esprits sont d'accord avec le témoignage du Saint -Esprit - Les deux
Esprits - le Saint-Esprit et notre esprit témoignent à Dieu que nous sommes ses enfants.
Les saints de Rome savaient ce que le Saint-Esprit avait révélé à travers le porte-
parole et les plumes inspirés - ils avaient suivi la forme d'enseignement délivrée par le
Saint-Esprit (Rom. 6:17). Connaissant cette obéissance, ils pouvaient reconnaître avec
une satisfaction personnelle la véracité de notre test:

«L'Esprit lui-même rend témoignage à notre Esprit que nous sommes enfants de Dieu» Rom.
8:16.
5. Le Saint-Esprit ne doit pas être éteint dans la vie du
chrétien. "N'éteignez pas l'Esprit." Je Thess. 5:19.
Le mot «éteindre» suggère un feu étouffé - le Saint-Esprit, cependant, n'est pas un
objet inanimé mais une personne. Il est facile de rappeler la réaction d'un être cher qui
se décourage par une attitude opposée. Le feu de l'enthousiasme est étouffé par une
réponse froide. Il en va de même avec le Saint-Esprit de Dieu. Il veut remplir nos vies
de tous ses fruits bénis; lorsque nous refusons de décider en sa faveur, sa puissance et
sa présence en nous sont étouffées ou étouffées.
Est-il nécessaire de comprendre comment la nourriture est traduite en énergie
pour que nous puissions profiter de la force fournie par une telle énergie? Il n'est pas
non plus nécessaire de comprendre comment le Saint-Esprit, qui habite notre corps,
peut transférer sa force à notre homme intérieur. Un tel pouvoir et une telle force
peuvent être utilisés et appréciés sans prise de conscience ni identification.

Répondez à ces questions


1. Expliquez la part de Dieu et la part du Saint-Esprit pour vaincre le péché.

21

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

2. Pourquoi devrions-nous nous blâmer si nous ne parvenons pas à vaincre le péché


lorsque le Saint-Esprit a promis de l'aide dans ce domaine?
3. Quand le Saint-Esprit intercède-t-il pour nous?
4. Pourquoi le Saint-Esprit intercède-t-il pour nous?
5. Qu'est-ce que le scellement du Saint-Esprit?
6. Quels sont les résultats d'être scellés du Saint-Esprit?
7. De quelle aide au chrétien est le témoignage du Saint-Esprit?
8. À qui est rendu le témoignage du Saint-Esprit?
9. Dans quel sens le Saint-Esprit est-il éteint?
10. Comment pouvons-nous savoir quand le Saint-Esprit est éteint?

6. Le chrétien est de « marcher par l'Esprit. » Fille. 5:16; 25.


«Mais je dis: Marchez par l'Esprit, et vous n'accomplirez pas
la convoitise de la chair.» «Si nous vivons par l'Esprit, par
l'Esprit, marchons aussi.»
Cette pensée a à voir avec une attitude de vie. Nous vivons par et à travers nos
attitudes de vie. Parfois, les attitudes se développent presque sans conscience.
Le monde qui nous entoure est un enseignant constant , tout ce que nous voyons,
entendons et parlons a une part dans l'impression du subconscient. Nous devenons
constamment, personne n'est arrivé, nous sommes toujours en train de devenir.
Si nous ne prenons pas le temps d'être saints, nous ne serons jamais saints!
"Fixez votre esprit sur les choses qui sont au-dessus car vous êtes morts et votre vie
est cachée avec Christ en Dieu." Col.3 : 1-3.
Ceux qui sont après la chair pensent aux choses de la chair, mais ceux qui sont
après l'Esprit pensent aux choses de l'Esprit. » Romains 8: 6.
Nous serions tous ravis de simplement tourner notre vie vers le Saint-Esprit et lui
demander d'effectuer une sorte de vaccination divine sur nous, jusqu'à ce que nous
devenions insensibles aux choses de ce monde - jusqu'à la convoitise de la chair, la
convoitise de l'œil et la fierté de la vie ne laisseraient aucun appel. Mais cela, il ne peut
pas et ne fera pas. Si nous devons marcher par l'Esprit, ce sera parce que nous
choisirons délibérément de nous concentrer sur les choses de l'Esprit au lieu du
monde. Quelles sont les «choses de l'Esprit» sur lesquelles nous pouvons penser? (Cf.
Phil. 4: 8.) En voici quelques-uns:
(1) Prière - avez - vous une liste de prières de demandes spécifiques? Paul l'a fait - vous auriez dû.
(2) Étude de la Bible - Êtes- vous constamment engagé dans une nouvelle et meilleure
étude de la parole de Dieu? Il y a tellement de merveilleuses aides à l'étude de la
Bible que nous devons être capables de méditer sa parole de jour comme de nuit.
Cf. Psa. 1: 1-6.
(3) Évangélisation personnelle - Il y a tellement de façons dont nous pouvons le faire.
Quand nous avons un moment libre sur quoi se nourrissent nos esprits et nos
cœurs? Essayons-nous de penser à une nouvelle et meilleure façon de témoigner
pour Christ? Avez-vous pensé à:
(1) Meilleure utilisation des tracts évangéliques?
(2) Écrire régulièrement des lettres pour gagner des âmes ou édifier?
(3) L'utilisation de films fixes dans l'enseignement à domicile?
(4) Suivi des absents de votre classe d'école biblique?
(5) Une liste de perspectives de salut sur un horaire de prière régulier?
Marcher par l'Esprit est un mode de vie - Les instructions pour une telle marche
sont complètement données par le Saint-Esprit dans la Parole de l'Esprit, appelée le
Nouveau Testament.
quelle est votre philosophie de la vie? Votre pensée est-elle:
(1) Matérialiste?
(2) charnu?

22

COMMENT LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL M'AIDER?

(3) Égoïste? ou
(4) Spirituel?
7. Le chrétien doit faire attention à ne pas pleurer le Saint-Esprit.
«Et n'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu» Eph. 16h30.
Laissez-nous suggérer quelques façons dont le Saint-Esprit pourrait être affligé.
(1) Ignorez le Saint-Esprit et vous le pleurerez certainement.
De toutes les blessures aux sensibles, celle de l'indifférence est la plus douloureuse.
Le Saint-Esprit est le plus sensible des êtres. Ce n'est pas un hasard Il est représenté par
une colombe. La colombe est blessée par manque d'attention et souvent pin ou couve
sans nourriture sur une telle attention.
Avons-nous, sans le savoir, affligé l'Esprit d'amour par notre indifférence presque
totale envers Lui? Nous traitons souvent ce bienheureux invité invisible d'une manière
complètement en contradiction avec son importance pour nous et pour Dieu.
(2) Nous pouvons pleurer le Saint-Esprit en l'obligeant à voir et à entendre ce qui
s'oppose à sa volonté. Lorsque le Saint-Esprit a élu domicile en nous, il l'a fait avec
la pensée de nous aider à développer un caractère saint. Lorsque nous regardons
un programme lubrique à la télévision, nous arrêtons-nous pour réaliser que le
Saint-Esprit vit dans ce corps qui est le nôtre et que nous regardons et écoutons ce
qui est en violation directe avec Sa nature sainte?
Lorsque nous sommes égoïstes et orgueilleux, le Saint-Esprit est affligé et blessé.
Nous avons choisi de suivre et d'obéir à l'esprit du mal. Nous avons suivi les
suggestions de Satan.
Paul a dit que sa conscience témoignait dans le Saint-Esprit (Rom. 9: 1). Notre
conscience est le point de communication ou le contact du Saint-Esprit ainsi que de
Satan. Le Saint-Esprit communique-t-il sa douleur à la conscience du chrétien?
Nous savons que la conscience doit être éduquée par la Parole de l'Esprit, mais
lorsque cela est vrai, notre conscience peut et nous accuse ou nous excuse par et par le
Saint-Esprit (Romains 2:15).
Nous sommes certains que Satan en tant qu'être spirituel a accès à notre esprit et
de manière à nous communiquer sa volonté. Lorsque nous avons désobéi à Dieu ou
sommes tentés de le faire, notre conscience nous accuse, mais qui incite la conscience à
nous accuser de la manière dont elle le fait? Le Saint-Esprit ajoute-t-il sa force à
l'accusation pour la rendre particulièrement forte et poignante? Nous aimons croire
qu'Il le fait.

Si Jésus venait chez vous


Si Jésus venait chez vous pour passer un jour ou deux ...
S'il venait de façon inattendue, je me demande ce que vous feriez.

Oh, je sais que tu donnerais ta plus belle chambre à un invité aussi honoré,
Et toute la nourriture que vous lui serviriez serait la meilleure,
Et vous continueriez à lui assurer que vous êtes heureux de l'avoir là-bas -
Que le servir dans votre propre maison est une joie incomparable.
Mais quand vous l'avez vu venir, le rencontreriez-vous à la porte
Les bras tendus en guise de bienvenue à votre visiteur céleste?
Ou devrais-tu changer tes vêtements avant de le laisser entrer,
Ou cacher des magazines et mettre la Bible là où ils étaient?

Souhaitez-vous éteindre la radio et espérer qu'il n'avait pas entendu,


Et si vous n'aviez pas prononcé ce dernier mot fort et hâtif?
Voulez-vous cacher votre musique mondaine et publier des recueils de cantiques?
Pourriez-vous laisser Jésus entrer directement, ou vous précipiteriez-vous?

Et je me demande si le Sauveur a passé un jour ou deux avec toi,


Pourriez-vous continuer à faire les choses que vous faites toujours?

23

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Souhaitez-vous continuer à dire les choses que vous dites toujours?


La vie pour toi continuerait-elle au jour le jour?
Votre conversation familiale suivrait-elle son rythme habituel,
Et trouveriez-vous difficile à chaque repas de dire une grâce de table?
Souhaitez-vous chanter les chansons que vous chantez toujours et lire les livres que vous lisez
Et lui faire savoir les choses dont votre mental et votre esprit se nourrissent?
Prendriez-vous Jésus avec vous partout où vous aviez prévu d'aller,
Ou changeriez-vous peut-être vos plans pour juste un jour ou deux?
Seriez-vous heureux de l'avoir rencontré vos amis les plus proches,
Ou espérez-vous qu'ils resteront à l'écart jusqu'à la fin de sa visite?
Seriez-vous heureux de le voir rester indéfiniment,
Ou soupireriez-vous avec un grand soulagement quand Il serait enfin parti?
Il pourrait être intéressant de savoir ce que vous
feriez si Jésus-Christ venait en personne passer
du temps avec vous.
LOIS BLANCHARD
Nous avons des nouvelles pour vous: Jésus est venu habiter en vous et en moi par
la présence du Saint-Esprit béni.
8. Le chrétien doit être rempli du Saint-Esprit.
Eph. 5:18; Actes 4:32; 13:52; 6: 3.
Oh, la possibilité bénie d'être rempli de l'Esprit d' un autre - oui, l'Esprit de Christ et
de Dieu, par la présence du Saint-Esprit!
Cela ne doit pas être considéré comme une expérience mystique, mystérieuse et
extatique réservée à quelques privilégiés qui découvrent le secret. Cela devrait être
l'expérience de chaque enfant de Dieu - en effet «Cette manifestation de la nature
divine en nous (Cf. Pierre 1: 3,4) en raison de la résidence personnelle de l'Esprit de
Dieu à la place ou sous le contrôle de, nos Esprits, est le but ultime de l'œuvre de Dieu
avec nous. C'est la fin pour laquelle des miracles ont été opérés. C'est l'objet pour lequel
les miracles ne peuvent jamais être un substitut acceptable. » (Seth Wilson) Cf. Je Tim.
1: 5; II Pet. 1: 3-11; I Jean 1: 5-8; 3: 1-6; I Cor. 12:31, 14: 1.
Il est possible d'être contrôlé par un autre dans la mesure où nous perdons notre identité.
L'un d'entre vous connaît-il un homme avec ce qu'on appelle «un complexe de
mère»? Ce pauvre individu a perdu son identité au profit de sa mère. Il n'a aucun esprit
à lui. Il fait seulement et toujours ce que veut sa mère. Quelqu'un se souviendra d'une
relation mari et femme dans laquelle cela est vrai. Il existe en effet des «épouses
dominatrices» ou des «maris dominateurs». Comment ces conditions se produisent-
elles? La volonté ou les désirs d'une personne sont si forts et constants que le plus
faible des deux y cède. Parfois, c'est une situation très malheureuse et dans d'autres
cas, les deux personnes semblent satisfaites de l'avoir ainsi.
Pourquoi le Saint-Esprit n'est-il pas la force dominatrice dans nos vies? Parce que
nous ne connaissons pas sa volonté, ou parce que si nous le faisons, nous l'ignorons en
faveur de la nôtre. Ce n'est qu'en méditant jour et nuit sur ce qu'il veut que nous
fassions et disons que nous remplacerons nos désirs par ses désirs. La différence et le
contraste dans cette comparaison de la domination d'une personnalité par une autre
est que, dans le cas du Saint-Esprit, c'est une volonté consentante et heureuse.
Nous trouverons nécessaire de passer souvent du temps à lire et à prier sur sa
volonté pour nos vies - conscient tout le temps qu'il est en nous pour nous aider à
accomplir ses desseins pour nous.

Répondez à ces questions


1. Que signifie l'expression «marcher par l'Esprit»?
2. Mentionnez trois aides à la marche par l'Esprit.
3. Mentionnez deux façons par lesquelles nous pouvons pleurer le Saint-Esprit.

24

COMMENT LE SAINT-ESPRIT PEUT-IL M'AIDER?

4. Quel est le point de communication du Saint-Esprit au sein du chrétien?


5. Quel est le but ultime de l'œuvre de Dieu en nous? Comment est-ce accompli?

Examen au cours de la troisième leçon


1. Comment le Saint-Esprit nous aide-t-il à vaincre le péché? Être spécifique.
2. Quand le Saint-Esprit nous aide-t-il dans la prière?
3. Qu'est-ce que le sceau du Saint-Esprit? Qu'est-ce que cela indique?
4. Expliquez comment le Saint-Esprit témoigne avec nos esprits que nous sommes enfants de Dieu.
5. Spécifiez une méthode par laquelle nous éteignons le Saint-Esprit.
6. Quel est le rapport entre l'esprit et la marche par l'Esprit?
7. Comment la prière nous aide-t-elle à marcher par l'Esprit?
8. Mentionnez trois choses qui affligeraient le Saint-Esprit.
9. Expliquez le processus d'être rempli du Saint-Esprit?
10. Pourquoi le Saint-Esprit n'est-il pas la force dominatrice dans nos vies?

25
Leçon quatre
DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT?
Questions auxquelles vous devez répondre avant d'étudier cette leçon.
1. Si vous étiez baptisé du Saint-Esprit, à quoi servirait une telle expérience? Veuillez lire
Matt. 3:11; Marc 1: 8; Luc 3:16; Jean 1:33; Actes 1: 5; 11:16; I Cor. 12:13. Notez
soigneusement le but du baptême dans le Saint-Esprit comme indiqué dans ces versets.
2. Quelle est la signification du terme «baptême»? Comment est-il utilisé ici du Saint-
Esprit et de l'homme? Lisez Actes 2: 1-4; Luc 24: 49; Actes 11: 16,17.
3. Pourrions-nous être «remplis du Saint-Esprit» comme ceux de: Actes 4:31; 6: 3; 13:52;
et pourtant ne pas être baptisé du Saint-Esprit? Dirions -nous ... ' ' Tous ceux qui sont
baptisés du Saint-Esprit sont remplis du Saint-Esprit, mais tous ceux qui sont remplis
du Saint-Esprit ne sont pas baptisés du Saint-Esprit?
4. Faut-il parler en langues pour être baptisé du Saint-Esprit? Ceux de la Pentecôte l'ont
fait (Actes 2: 1- 4). Ceux de la maison de Corneille l'ont fait (Actes 10: 44-46).
5. L' un des deux exemples de baptême du Saint-Esprit est-il pour nous aujourd'hui?
Actes 1: 5; 1: 26-2: 4; 11: 15-17.
6. Serait-il possible d'avoir le Saint-Esprit en cadeau sans ses pouvoirs miraculeux? c'est-
à-dire, pourrait-Il vivre dans certains sans accomplir des signes et des prodiges? Lisez
Actes 5:32; Eph. 2:22; Je Thess. 4: 8.
7. Que dirons-nous qu'il est arrivé à certaines personnes de notre époque qui prétendent avoir été
baptisées
Esprit Saint? Lisez II Thess. 2: 9-11.
C'est avec une conscience aiguë d'un problème actuel que nous abordons le sujet
du baptême du Saint-Esprit. Il y a un bon nombre de gens parmi nous qui
revendiquent cette expérience. À ces personnes, nous souhaitons poser une série de
questions très sérieuses! Nous étudierons cette leçon en posant et en répondant aux
questions suivantes:
1. Quel est le but du baptême du Saint-Esprit?
Voici trois réponses possibles, chacune représentant une compréhension différente
du sujet:
La première réponse:
Je suis baptisé du Saint-Esprit pour devenir chrétien. » Dans l'esprit de cette
personne, la conversion et le baptême du Saint-Esprit sont égaux ou synonymes. Le
texte de preuve le plus souvent utilisé pour soutenir une telle compréhension est I Cor.
12:13: «Car dans un seul Esprit, nous avons tous été baptisés dans le même corps, Juifs
ou Grecs, attachés ou libres, et nous avons tous été amenés à boire du même Esprit.»
John F. Walvoord, président et professeur au Dallas Theological Seminary, est l'un
des principaux partisans de cette conception. Il dit:
«Salut et baptême coextensifs. L'une des idées fausses dominantes sur le baptême
du Saint-Esprit dans la notion qu'il s'agit d'un ministère spécial dont jouissent
seulement quelques chrétiens. Au contraire, les Écritures indiquent clairement que
chaque chrétien est baptisé par le Saint-Esprit au moment du salut. Le salut et le
baptême sont donc coextensifs, et il est impossible d'être sauvé sans cette œuvre du
Saint-Esprit. Ceci est expressément déclaré dans le passage central de la doctrine:
«Car par un seul Esprit sommes-nous tous baptisés en un seul corps, que nous soyons
Juifs ou Gentils, que nous soyons liés ou libres; et ont été tous faits pour boire dans
un seul Esprit »(I Cor. 12:13) ..»
Tous les chrétiens baptisés par l'Esprit. Il est évident à partir de ce passage que
tous les chrétiens sont baptisés par le Saint-Esprit, et que tous ceux qui entrent dans le
nombre du corps de Christ le font parce qu'ils sont baptisés par l'Esprit. On peut noter
que ce passage se trouve dans une épître adressée à une église coupable de péchés
graves, de factions et de défection de la foi. Pourtant, on leur rappelle qu’ils sont

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

baptisé par l'Esprit. Ce travail de l'Esprit n'est pas dirigé vers ceux qui sont exempts de
culpabilité, ni n'est tenu comme un objectif ou une hauteur à atteindre. Il est plutôt
déclaré que c'est l'œuvre universelle de l'Esprit dans chaque croyant. (Le Saint-Esprit
par John F. Wolvoord, p. 139, 140.)
C'est une école de pensée très populaire. Le numéro de septembre de Moody Month!) ', Page 27:
«Souvent, je tombe sur les mots« le baptême du Saint-Esprit ». Dans le Nouveau
Testament, ces mots sont utilisés pour décrire une expérience du Saint-Esprit qui se
produit toujours lors de l'initiation d'une relation, et jamais comme une expérience
ultérieure. »
Une discussion très intéressante de cette position se trouve dans les
Quarterlies de Lard, Vols. I et II. Nous voudrions faire deux ou trois
observations sur une telle compréhension du sujet:
Premièrement: l'expression: «Car par (ou dans) un seul Esprit avons-nous tous été
baptisés en un seul corps», peut être traduite: «Car par le moyen ou par l'intermédiaire
du seul Esprit, nous avons tous été baptisés en un seul corps.»
Dans une telle traduction, le sens est que le Saint-Esprit était un instrument ou un
agent pour réaliser notre baptême dans le seul corps, ou l'église du Christ (Cf. Éph. 1:
22,23; Col. 1:18).
Le Saint-Esprit fournit la parole de Dieu, qui est proclamée par l'homme de Dieu.
Lorsque le pécheur apprend qu'il doit se repentir et être baptisé pour la rémission de
son péché, (Actes 2:38) il répond. Ainsi, par ou par l’intervention du Saint-Esprit qui a
inspiré la prédication de la parole de Dieu (pour ne rien dire de la conviction par la
parole dans le cœur du pécheur), le Saint-Esprit a été l’agent ou le moyen d'amener le
pécheur à être baptisé dans l'eau dans un seul corps - et en même temps et dans la
même expérience, il a été amené à boire ou à partager le même Esprit.
Deuxièmement: Les deux seuls endroits dans tout le Nouveau Testament où une
expérience est appelée ou désignée «le baptême du Saint-Esprit» sont: (1) Actes 2: 1-4 et
(2) Actes 10: 44-46, Cf. 11: 15-17.
A. Veuillez lire Actes 1: 5:
"Mais vous serez baptisés du Saint-Esprit dans peu de
jours." De cette même expérience, Luc dit en 24:49:
«Et voici, j'envoie la promesse de mon Père sur vous; mais restez dans la ville jusqu'à
ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut. »
L'accomplissement historique de cette promesse aux apôtres s'est produit le jour
de la Pentecôte dans la ville de Jérusalem en 34 après JC, comme indiqué dans Actes
2: 1-4.
Veuillez lire Actes 10: 44-46:
«Alors que Pierre prononçait encore ces paroles, le Saint-Esprit est tombé sur tous
ceux qui ont entendu la Parole. Et ceux de la circoncision qui croyaient étaient
étonnés, autant que ceux qui venaient avec Pierre, parce que sur les Gentils était
aussi répandu le don du Saint-Esprit. Car ils les ont entendus parler en langues et
magnifier Dieu
Qu'une telle expérience ait été le baptême du Saint-Esprit est parfaitement évident
en lisant le récit de Pierre sur l'expérience telle qu'elle est donnée dans Actes 11: 15-17:
«Et quand j'ai commencé à parler, le Saint-Esprit est tombé sur eux, comme sur
nous au début. (S'il vous plaît, souvenez-vous que Pierre parlait aux apôtres et aux
frères de Judée — cf. 11: 1,2.) Et je me souvins de la parole du Seigneur, comment il
avait dit: Jean a effectivement baptisé d'eau, mais vous serez baptisés dans le Saint
Esprit."
(Cf. Actes 1: 4,5.) Si donc Dieu leur faisait le même don qu'il nous a fait quand nous
avons cru au Seigneur Jésus-Christ, qui étais-je pour résister à Dieu?
Pierre dit sans équivoque que ce qui est arrivé à Césarée à la maison de Corneille a
été le baptême du Saint-Esprit.
Il n'y a que six références dans le Nouveau Testament au baptême du Saint-Esprit. Les voici:
(1) Matt. 3: 11 - La promesse de Jean-Baptiste qui s'est accomplie historiquement le
jour de la Pentecôte (Actes 2: 1-4).
(2) Marc 1: 8 - La même promesse de Jean enregistrée par Marc.
(3) Luc 3:16 - la version de la même promesse de Luc .
(4) Jean 1: 33 - Ceci est la version de l'apôtre Jean de la même promesse.
(5) Actes 1: 5 - La promesse de Jésus concernant le jour de la Pentecôte.
(6) Actes 11: 16 - La référence à la maison de Corneille, qui a connu le baptême dans le Saint

28

DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT?

Esprit de la même manière que les apôtres à la Pentecôte.


N'importe qui, n'importe où, n'importe quand peut choisir une expérience décrite
dans le Nouveau Testament et appeler une telle expérience le baptême du Saint
-Esprit - comme appeler l'expérience des douze hommes à Éphèse, comme enregistré
dans Actes 19: 1-6, le baptême dans le Saint-Esprit (ceux qui parlaient en langues et
prophétisaient) ou ceux dans Actes 8: 14-17 (le cas où les apôtres Pierre et Jean ont
donné le Saint-Esprit en imposant leurs mains), mais en appelant de telles expériences
le baptême en le Saint-Esprit ne signifie pas que ce qui s'est produit a été le baptême du
Saint-Esprit! À moins que la Parole de Dieu n'identifie une expérience en la désignant,
nous n'avons pas le droit de l'identifier et de la désigner uniquement avec l'autorité
humaine!
Quelque chose de merveilleux et de glorieux est peut-être arrivé à certains de nos
jours, mais s'il vous plaît, s'il vous plaît, appelez les choses bibliques par des noms
bibliques. La Bible n'appelle que deux expériences du baptême du Saint-Esprit - ce qui
s'est produit à la Pentecôte pour les apôtres, et ce qui s'est produit à Césarée dans la
maison de Corneille.
Dans aucun cas, la conversion n'a été impliquée dans le but de l'expérience. À la
Pentecôte, le but était de donner aux apôtres le pouvoir de témoigner (Cf. Actes 1: 8). A
Césarée, c'était pour convaincre les Juifs que les Gentils devaient être reçus comme
compagnons héritiers du royaume des cieux (Cf. Actes 11: 15-17).
Dans aucun des deux cas, nous n'avons d'exemple pour aujourd'hui, car nous ne
sommes pas des apôtres et nous ne sommes pas des pécheurs étrangers comme ceux
de la maison de Corneille.
Cette dernière instruction peut amener certains à la lire une deuxième fois.
Veuillez noter Actes 10: 47,48. Au verset 48, Pierre commande le baptême d'eau pour
ceux qui ont déjà reçu le baptême du Saint-Esprit. Croyez-vous que le baptême d'eau
est pour le salut comme indiqué dans Marc 16:16? Si oui, alors vous devez conclure
avec moi que la maison de Corneille n'offre aucun modèle pour la pratique actuelle du
baptême du Saint-Esprit, et que le baptême du Saint-Esprit et le salut ne sont pas la
même chose.
La deuxième réponse:
«Après cette nuit (la nuit du baptême dans le Saint-Esprit), ma vie a complètement
changé. La paix et la joie dont les Écritures parlaient si souvent sont devenues une
réalité dans ma vie et j'ai pu, entre autres, louer Dieu dans d'autres langues. Dans le
réveil que j'ai dirigé la semaine suivante à Liberal, Kansas, j'avais un pouvoir dans ma
prédication qui n'était jamais présent auparavant. » (Cité dans The Spiritual Witness,
mai 1962.) Le but énoncé ici est d'accorder le pouvoir, la paix et la joie pour le service.
Nous ne doutons pas un instant de la sincérité de ces personnes - ni ne doutons que
quelque chose leur soit arrivé. Les gens ont été et se trompent sincèrement. Si nous ne
croyons pas que les Écritures enseignent le baptême du Saint-Esprit pour aujourd'hui,
nous devons conclure que les expériences de ces personnes sont auto -induites - elles
sont sincèrement trompées par elles-mêmes. Nous n'allons pas tenter une
psychanalyse de telles personnes - nous disons simplement que ce qui leur est arrivé
n'est pas le baptême du Saint-Esprit. Si le but du baptême du Saint-Esprit n'est pas le
salut ou la préparation au service - quel était son but?
La troisième réponse. '
Le but du baptême des douze apôtres dans le Saint-Esprit était de les doter des
pouvoirs surnaturels dont ils auraient besoin pour mener à bien leur mission sur terre.
Les douze étaient des représentants personnels du Christ. Il a dit d'eux: «Tout ce que
vous liez sur la terre sera lié au ciel - tout ce que vous délierez sur la terre sera délié
dans le ciel» (Matthieu 18:18; 16:19). «Comme le Père m'a envoyé, je vous envoie donc»
(Jean 17:18). Pour exercer un tel pouvoir, ils doivent être infaillibles - le baptême du
Saint-Esprit leur a donné cette infaillibilité. Avec un tel pouvoir, tout ce qu'ils parlaient
pour Christ était toujours complet et correct. Tout ce qu'ils ont écrit pour Christ était
infailliblement exact.
Pour soutenir leur position aux yeux d'un monde incroyant, ils ont été fournis ou
équipés avec la capacité d'accomplir des miracles - une telle capacité 'est venue à
travers, ou à cause du baptême du Saint-Esprit. Les miracles des apôtres sont devenus
des «signes». Que disaient ces signes? Chaque miracle a dit: Ces hommes viennent de
Dieu. leur message est vrai - croyez leur parole.
Le but du baptême du Saint-Esprit à la Pentecôte était double: (1) Fournir
l'infaillibilité personnelle aux douze apôtres afin que tout ce qu'ils faisaient, parlaient
ou écrivaient pour Christ était toujours correct. (2) Fournir le pouvoir d'accomplir des
miracles pour confirmer leurs paroles aux yeux d'un monde païen et incrédule.
Quelqu'un dira immédiatement: "Ne vivons-nous pas au milieu d'un monde
incrédule aujourd'hui?" Bien sûr que nous le sommes, mais nous ne sommes pas des
apôtres. Dieu a déjà établi sa parole - en effet, sa parole a

29

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT
déjà été établi. Le cas du christianisme a déjà été jugé - le compte rendu d'un tel procès
et ses résultats sont consignés dans le Nouveau Testament. Ce record est là pour nous
de prêcher au monde entier. Le ciel et la terre disparaîtront avant que ce record ne soit
perdu (Matthieu 24:35). Nous n'avons pas besoin du baptême du Saint-Esprit
aujourd'hui, car Christ a promis aux apôtres qu'il les conduirait dans toute la vérité
(Jean 16:13). Il a tenu sa promesse - les apôtres ont été conduits dans toute la vérité - le
récit de cette direction et de la vérité qu'ils ont dite et écrite est contenu dans le
Nouveau Testament. Le record du triomphe d'une telle vérité sur le monde incrédule,
par la puissance des miracles accomplis par les apôtres, est également enregistré.
Allons-nous le répéter aujourd'hui? Si nous l'avons répété, dans quelle vérité nous
conduira-t-il puisqu'il conduira les douze dans toute la vérité? Pourquoi confirmer par
miracles ce qui a déjà été confirmé? Doutons-nous du record? Pourquoi conserver le
record si nous voulons le répéter à chaque génération?
Nous avons déjà noté que le baptême dans le Saint-Esprit de la maison de Corneille
avait un but spécial - à savoir, convaincre les Juifs lésés que les Gentils devaient être
acceptés dans le royaume de Dieu (Actes 11: 15-17). Un tel objectif n'a aucune incidence
sur la pratique actuelle .

Répondez à ces questions


1. Comment interprétez-vous I Cor. 12:13? Veuillez être honnête au sujet de cette référence et de votre
compréhension.
2. Prouvez que l'expérience de la maison de Corneille était le baptême du Saint-Esprit et
non un exemple pour nous aujourd'hui.
3. Pourquoi certains revendiquent-ils l'expérience du baptême du Saint-Esprit pour
aujourd'hui? c'est-à-dire, dans quel but une telle expérience est-elle donnée?
4. Selon vous, qu'est-il arrivé à certaines personnes de notre époque qui prétendent avoir
été baptisées du Saint-Esprit?
5. Selon vous, quel est le but du baptême du Saint-Esprit?

2. Quelle est la signification du terme «baptême» tel qu'il est utilisé ici du Saint-Esprit et de
l'homme?
Nous pensons que c'est le nœud de toute l'affaire. En 1859, James Challen écrivit un
magnifique traité sur le thème du baptême dans le Saint-Esprit et dans le Feu - nous
souhaitons citer son travail sur cette question:
Jean dit: «Je vous baptise en effet (dans) de l'eau pour vous repentir. mais il (Christ)
vous baptisera du (de) l'Esprit Saint et du feu. »
L'élément dans lequel les sujets du baptême de Jean ont été introduits était l'eau. Les
éléments dans lesquels les personnes devaient être introduites par le baptême du Christ
étaient le Saint-Esprit et le feu. Le baptême du Christ dont il est question ici n'a rien à voir
spécifiquement avec la commission donnée aux apôtres par le Sauveur le jour de son
ascension, dans laquelle l'eau devait être utilisée comme élément. Le baptême trouvé dans la
commission, les apôtres et les autres qui leur étaient associés devaient être accomplis, car ils
étaient parfaitement compétents pour le faire; mais le baptême de l'Esprit devait être
administré par Jésus en personne, et seulement par Lui - même le Père ne pouvait pas le faire,
parlant économiquement; ni l'Esprit, indépendamment du Fils. Il était réservé comme la haute
et solennelle prérogative de Jésus, comme le Seigneur couronné et oint, de faire cela - le plus
sublime de tous les actes; baptiser dans le Saint-Esprit. Nous n'en tiendrons pas compte à
l'heure actuelle, car ce n'est pas une partie nécessaire de notre argumentation.
Nous déclarons maintenant distinctement que si Jean a littéralement baptisé dans
l'eau, alors Jésus devait littéralement baptiser dans le Saint-Esprit et dans le feu. Si le
premier exprime un baptême littéral dans l'eau, le second exprime un baptême littéral
dans le Saint-Esprit et dans le feu.
Pour rendre ridicule l’action d’une immersion littérale et pour le mépriser, il existe
une certaine catégorie de personnes qui utilisent des mots comme expressifs de l’acte,
connus ou ressentis comme offensants, tels que «plongeon», «plongeon», etc. À ces
mots, nous ne nous opposerions pas s'ils ne montraient pas la disposition amère, peut-
être malveillante, de la part de ceux qui les employaient; et comme un appel aux
préjugés du vulgaire pour invoquer sa haine envers ce que nous considérons comme
une ordonnance divine. Un tel esprit, si étranger à l'esprit du Christ, ne peut être trop
sévèrement réprimandé ou condamné.

30

DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT?


Nous choisissons le mot «immerger», car il n'y a pas de stigmatisation ressentie ou
impliquée par son utilisation. Si nous étions Grecs, nous emploierions invariablement
le mot baptiser, car il exprime pleinement, en tant que mot d'action, tout ce qui doit
être accompli par lui.
Mais comme le mot baptiser est un mot grec, transféré et non traduit, nous
choisissons de lui donner sa véritable signification dans la monnaie courante de la
langue anglaise, et c'est le mot immerger.
Y a-t-il quelque chose de ridicule dans l'idée d'immerger un corps dans l'eau ou
tout autre élément? Ensuite, il n'y a personne pour plonger un esprit dans l'esprit!
Cette dernière idée est souvent exprimée dans notre discours ordinaire.
Nous disons qu'un homme est plongé dans les affaires, la politique, le plaisir et
nous ne ressentons aucune répugnance à utiliser de tels termes. Et qu'entendons-nous
par cette langue? Simplement, que son esprit est entièrement absorbé par ces choses.
Nous disons qu'un homme est immergé dans la philosophie, dans les
mathématiques ou dans les langues, quand il fait de l'une de ces branches d'étude
l'occupation principale de ses pensées. À l'usage, dans toutes ces applications, il est à la
fois approprié et beau de dire que certains esprits étaient entièrement absorbés,
occupés ou immergés dans l'esprit ou dans les choses spirituelles. Et n'était-ce pas le
cas des apôtres?
Certes, il est plus conforme à la nature de ces questions et à l'utilisation du langage,
pour utiliser le mot immerger, que le mot saupoudrer ou verser. Dans ce dernier,
l'esprit est soumis à certaines influences mais partiellement - «une simple aspersion»,
comme on dit parfois; mais dans le premier, il est imprégné de l'élément dans lequel il
a été placé, et y participe largement. Et n'est-ce pas le cas pour ceux qui ont été les
sujets du baptême de l'Esprit? Ils ont été entièrement soumis à l'influence du Saint-
Esprit: Ses pensées étaient leurs pensées; Ses mots étaient leurs mots. Aucun terme ne
peut exprimer plus pleinement la conception à effectuer que celui que nous avons
utilisé; et c'est la traduction exacte de celle trouvée dans l'original.
Nous disons alors, avec insistance, que le baptême auquel il était fait référence
était une immersion dans le Saint -Esprit - l' esprit de l'homme plongé dans l'esprit de
Dieu. Il n'y a rien de répugnant, ni dans le mot utilisé, ni dans la chose signifiée. Il
s'exprime aussi bien en anglais qu'en grec.
Si l'esprit de Dieu imprègne toutes choses et est partout présent, car «où fuirons-
nous loin de sa présence? «- pourquoi l'esprit de l'homme ne peut-il pas être imprégné
et tempéré par lui? Si l'univers matériel tout entier est immergé par sa présence - si,
comme dans une atmosphère de lumière, les anges et les hommes, les choses terrestres
et célestes, sont baignés dans l'océan de sa plénitude - pourquoi les âmes de ceux
spécialement désignés pour agir sur quelque glorieuse mission d'amour soit
pleinement imprégnée de sa présence, et teintée par la beauté et la sainteté divines
qu'il possède? Ce que Dieu a fait dans l'immensité, ne peut-il pas le faire aussi dans la
minute?
Honte à ça! Que les hommes qui se disent chrétiens cherchent à jeter le mépris et à
dégoûter le plus sublime de tous les mystères liés à la création de cette institution qui a
pour auteur «le Merveilleux - le Conseiller!»
Si dans le baptême le croyant obéissant entre en Christ - dans sa mort - dans son
corps; si, en effet, il est baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit: pourquoi
serait-ce une chose incroyable qu'une âme puisse être immergée dans le Saint-Esprit, et
donc imprégnée de ses dons et grâces? C'est l' âme - l' esprit du croyant - et non son
corps, qui dans le baptême chrétien entre en Christ, profite des bienfaits de sa mort et
devient membre de son corps, et celui qui s'oppose au baptême dans le Saint-Esprit
peut tout aussi bien s'opposer à un baptême en Christ!
C'est un fait significatif, que le baptême du Saint-Esprit devait être spécialement le
baptême du Christ: "Il vous baptisera dans le Saint-Esprit." Non pas que le baptême
d'eau devait être ignoré ou mis de côté par lui; car il a chargé ses apôtres de «faire de
toutes les nations des disciples, en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-
Esprit». Ce n'était pas son baptême dans le sens où le baptême d'eau devait être mis de
côté, et le baptême de l'Esprit devait exclusivement prendre sa place; car après le
baptême de l'Esprit le jour de la Pentecôte, et dans la maison de Corneille,
le baptême d'eau était pratiqué par les apôtres et d'autres.
Le baptême de l'Esprit était le baptême du Christ en ce sens que personne ne
pouvait l'administrer sauf Lui. Les apôtres et d'autres, comme Jean, pouvaient
administrer le baptême dans l'élément eau; mais personne d'autre que Jésus, le
Seigneur Oint, ne pouvait administrer le baptême dans le Saint-Esprit. Elle était
entièrement divine et les mains humaines ne pouvaient y être employées. Seul Lui, qui
avait toute autorité au ciel et sur la terre, pouvait le faire. «Il vous baptisera dans le
Saint-Esprit et dans le feu.»
Ce baptême était la preuve la plus élevée et la plus sublime de la sagesse, de la puissance et de la
bonté de Christ, jamais

31
LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

vu. C'était l'aube complète d'un jour spirituel sur la compréhension obscure des
Galiléens. Il les a soulevés en un instant de tous les espoirs nés de la terre et des
préjugés chéris de l'époque, et les a plongés dans l'océan des béatitudes, qui habitaient
au sein de Lui, qui sonde même les choses profondes de Dieu. Car ce que l'homme
connaît les pensées d'un homme, sauf l'esprit de l'homme qui est en lui; donc personne
ne connaît les choses de Dieu, mais l'esprit de Dieu. »
Les personnes qui revendiquent une telle expérience sont-elles prêtes à
revendiquer également ses résultats? Disons-le un peu plus clairement:
(1) Les prétendants modernes au baptême de l'Esprit conviendront-ils que lorsqu'ils
parlent pour le Christ, leurs paroles sont les paroles du Saint-Esprit? Nous devons
réaliser que ce qui s'est passé à la Pentecôte n'était que le début de l'œuvre de
l'Esprit dans la vie des apôtres.
Les esprits ou les esprits des apôtres étaient immergés dans le Saint-Esprit
afin de leur donner l'infaillibilité dans l'enseignement et la prédication.
Les gens revendiqueront-ils aujourd'hui une telle infaillibilité dans l'enseignement et la
prédication?
(2) Est-ce que aujourd'hui les défenseurs du baptême de l' Esprit Saint conviennent
que leur écriture pour le Christ est totalement sous le contrôle du Saint - Esprit?
Les apôtres ont écrit lorsque l'Esprit leur a donné une expression. Les demandeurs
modernes accepteront-ils ce résultat par écrit? Si quelqu'un écrit sous la direction
immédiate du Saint-Esprit, nous devons chérir ce qu'il a écrit comme nous le
faisons dans notre Nouveau Testament, car il est également inspiré. Sinon,
pourquoi pas? En l'absence de tels résultats, pourquoi faire une telle réclamation?
En ce moment, ce sera un bon moment et un bon endroit pour discuter des
différentes expressions qui décrivent l'événement à la Pentecôte. Nous avons déjà
indiqué que Jésus l'appelait «le baptême du Saint-Esprit» (Actes 1: 5). Il a également
appelé la même expérience «revêtue du pouvoir d'en haut» (Luc 24:49). Jésus a dit de
l'expérience: «Vous recevrez de la puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous. et
vous serez mes témoins »(Actes 1: 8). Lorsque l'événement a eu lieu, Luc a dit: «Ils
étaient tous remplis du Saint-Esprit» (Actes 2: 1-4). En référence à l'événement, Pierre
l'a appelé «la promesse du Père qu'il a versée dans le bain» (Actes 2: 33).
Tout en parlant avec les autres apôtres et les frères de Judée, Pierre se réfère à
l'occurrence de la Pentecôte et en dit: «Si alors Dieu leur a fait (la maison de Corneille)
le même cadeau qu'il nous a fait aussi, il nous réfère aussi ici à l'événement comme «le
baptême du Saint-Esprit» (Actes 11: 16,17).
Résumons maintenant les expressions qui se réfèrent toutes au même événement:
(1) "Habillé de puissance d'en haut." (Luc 24:49)
(2) «Le baptême dans le Saint-Esprit». (Actes 1: 5)
(3) «Recevez la puissance lorsque le Saint-Esprit est venu sur vous. (Actes 1: 8)
(4) "Rempli du Saint-Esprit." (Actes 2: 4)
(5) «Versé». (Actes 2:33)
(6) "Le même cadeau." (Actes 11:16)
Toutes ces expressions font référence à ce qui s'est passé le jour de la Pentecôte.
Devons-nous donc imaginer que chaque fois que nous trouvons une de ces expressions
dans le Nouveau Testament, elle fait référence à une expérience similaire? Non, sauf si
le contexte de cette expression l'indique.
Ce qui s'est produit à la Pentecôte était un incident historique unique . Notez s'il vous plaît:
(1) il a été promis à certaines personnes, vous serez baptisés du Saint-Esprit. » (Actes
1: 5. En se référant à 1: 2, nous savons que les apôtres ont été promis une telle
expérience. Luc 24:49 confirme également cela
pensée.)  
(2) il a été promis pour un certain temps, "pas beaucoup de jours d'ici" (Actes 1: 4
jours à partir du moment de la promesse jusqu'à son accomplissement à la Pentecôte. 
(3) il a été promis pour un certain endroit, «restez dans la ville» (Luc 24:49). Il s'est
accompli dans la ville de Jérusalem (Cf. Actes 1: 6).
(4) il a été promis dans un certain but. «Vous serez mes témoins» (Actes 1: 8). Les
apôtres sont devenus ses témoins oculaires.
Lorsque le jour de la Pentecôte est arrivé, les apôtres attendaient et priaient dans
l'expectative «la promesse du Père». Lorsque Jésus a envoyé le Saint-Esprit à la
Pentecôte, il l'a envoyé pour revêtir les apôtres d'une puissance d'en haut - ce faisant, il
a en même temps plongé leurs esprits dans le Saint-Esprit. Ces apôtres ont reçu le
pouvoir promis de témoigner - ils étaient remplis du Saint-Esprit qui avait été répandu
sur eux comme un don de Dieu.

32

DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT?


N'est-ce pas le comble de la folie de soulever une ou plusieurs de ces expressions
de l'événement décrit ici - c'est-à-dire le baptême du Saint -Esprit - et de dire que
chaque fois que nous trouvons une telle expression, elle fait référence à la même
expérience?
Tous les chrétiens doivent être «remplis de l'Esprit» (Eph. 5:18) - cela signifie-t-il
qu'ils sont baptisés du Saint-Esprit lorsqu'ils sont remplis? Pourquoi ça?
Eph. 5:18 caractériser le remplissage comme un «baptême» ou «être revêtu de
puissance d'en haut»? Sinon, n'est-ce pas présomptueux de notre part?
Encore une fois, nous disons que seulement deux fois dans le récit du Nouveau
Testament apparaît l'expression «baptisé du Saint-Esprit» - Pentecôte et la maison de
Corneille. Appeler quoi que ce soit d'autre par ce terme est une pure supposition.
Une seule fois, quelqu'un a reçu la promesse d'être revêtu de puissance - ou d'être
habilité à témoigner - lorsque cela a été accompli à la Pentecôte, les apôtres étaient
censés être remplis du Saint -Esprit - mais ils ont été remplis d'une manière et d'une
manière particulières qui étaient pas promis à quelqu'un d'autre.
Il devrait maintenant être évident que nous croyons aux paroles de Jean le Baptiste
dans Matt. 3: 11,12 (Cf. Marc 1: 8, Luc 3:16, Jean 1:33), ont été accomplis à la Pentecôte
et dans la maison de Corneille. Nous croyons que les Actes 1: 5 et 11:16 confirment cette
position. Jusqu'à ce que Jésus précise les personnes impliquées dans ce baptême, ce
serait en effet une promesse générale; mais même la promesse générale aurait
certaines limites. Certains membres de l'auditoire de Jean n'étaient pas prêts à accepter
Jésus comme leur Messie - d'autres devaient mourir avant que la promesse ne se
réalise.
De nombreux prophètes de l'Ancien Testament ont fait de telles promesses
générales qui attendaient le jour et l'heure précis pour indiquer les personnes
impliquées dans leur accomplissement.
Jésus a pris la promesse générale et a indiqué qui y était impliqué.
Remarquez s'il vous plaît: Jésus a dit à ses apôtres:
«Car en effet Jean a été baptisé d'eau; mais vous serez baptisés du Saint-Esprit dans
peu de jours »(Actes 1: 5).
Jean-Baptiste a dit:
«Je vous baptise en effet dans l'eau pour vous repentir; mais celui qui vient après
moi est plus puissant que moi, dont je ne suis pas digne de porter les souliers; il vous
baptisera dans le Saint-Esprit et dans le feu »(Matthieu 3: 11,12).

Répondez à ces questions


1. Qui étaient les administrateurs du baptême de la grande commission et du baptême
du Saint-Esprit?
2. Expliquez comment l'action d'immersion dans le Saint-Esprit s'est produite.
3. Que voulons-nous dire lorsque nous disons qu'un homme est plongé dans les
affaires, la politique, le plaisir, etc.? Quel est le lien avec le baptême du Saint-Esprit?
4. Si nous devions voir aujourd'hui les résultats du baptême du Saint-Esprit (c'est-à-
dire dans la vie des personnes de notre époque), quels seraient-ils?
5. Pourquoi est-il faux de dire que chaque fois que nous lisons dans la Bible
l'expression «rempli du Saint-Esprit», elle fait référence au baptême du Saint-Esprit?

1. Pourrions-nous être «remplis du Saint-Esprit» comme ceux d'Actes 4:31; 6: 3;


13:52 et pourtant ne pas être baptisé du Saint-Esprit?
Examinons
attentivement: Actes
4.'31
«Et quand ils eurent prié, l'endroit a été ébranlé où ils se sont rassemblés et ils ont
tous été remplis du Saint-Esprit et ont prononcé la parole de Dieu avec hardiesse.»
Les personnes remplies du Saint-Esprit sont appelées «leur compagnie» (cf. 4:23), à qui Pierre et
Jean

33

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

sont revenus après leur procès devant le conseil. Ces personnes auraient pu être les dix
autres apôtres ou un groupe plus large. Dans les deux cas, ces personnes étaient
remplies du Saint-Esprit sans preuve de pouvoirs miraculeux.
Actes 6: 3
«Considérez donc, frères, parmi vous, sept hommes de bonne réputation, remplis de
l'Esprit et de la sagesse, que nous pouvons nommer pour cette affaire.»
Dans les qualifications des sept diacres de l'Église de Jérusalem, ils doivent être
«pleins de l'Esprit» AVANT d'être nommés à la tâche de servir. Il n'y a aucune
indication de pouvoirs surnaturels associés à la plénitude de l'esprit dans cette
référence.
Actes 13:52
«Et les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit.»
Voici un cas clair de la plénitude du Saint-Esprit de la part de beaucoup, sinon de
tous les saints de l'église d'Antioche de Pisidie. Y a-t-il une indication que ces personnes
parlaient en langues ou prophétisaient? Ne pourrions-nous pas dire: «Tous ceux qui
sont baptisés du Saint-Esprit sont remplis du Saint-Esprit, mais tous ceux qui sont
remplis du Saint-Esprit ne sont pas baptisés du Saint-Esprit»?
L'expérience de baptême du Saint-Esprit ne laisserait pas l'esprit de l'homme libre
de choisir - c'est- à -dire sous la domination complète du Saint -Esprit - alors que la
plénitude de l'Esprit est une question facultative. Nous pouvons et choisissons d'être
pleins de nous-mêmes et de nos voies ou pleins du Saint-Esprit et de sa voie. Cela
suppose que nous connaissions la volonté de l'Esprit afin de choisir de le faire.
Nous proposons une leçon entière sur le thème «Devrais-je être rempli du Saint-
Esprit» et, par conséquent, nous prévoyons un traitement complet du sujet. Il suffit de
dire ici que nous n'avons pas plus besoin aujourd'hui dans l'Église que le
commandement de l'apôtre Paul à l'Église éphésienne:
«Et ne vous enivrez pas de vin, qui est une émeute, mais remplissez-vous de l'Esprit» (Éphésiens
5:18).
La conclusion définitive est que le chrétien doit être sous le contrôle de l'Esprit de
la même manière qu'un ivrogne est sous le contrôle du vin. Boire du vin est un choix
volontaire; elle affecte l'esprit et le corps; d'autres sont conscients de son influence.
Le fait d'être rempli du Saint-Esprit est donc une question volontaire - qui a lieu
subjectivement - c'est-à-dire au sein de la personne ou du sujet - cela se produit de lui
et par lui - l' esprit et le corps sont affectés - les autres sont conscients de l'influence de
l'Esprit. Plus d'informations à ce sujet dans une leçon ultérieure.
4. Faut-il parler en langues pour être baptisé du Saint-Esprit?
Si le lecteur a étudié consécutivement au cours de la quatrième leçon, il devrait
pouvoir répondre à cette question par lui-même.
Dans les deux seuls cas de baptême du Saint-Esprit, les personnes impliquées
parlaient en langues, mais dans aucun cas nous n'avons d'exemple pour la pratique
actuelle.
Il faut comprendre que le parler en langues était pratiqué par ceux qui n'étaient
pas baptisés du Saint-Esprit. Cf. Actes 19: 1-6; I Cor. 12: 1-11.
Les personnes mentionnées dans les références ci-dessus étaient dotées de
pouvoirs accordés par l'imposition des mains de l'apôtre. (C'est du moins le seul moyen
de transmission mentionné dans les Écritures - s'il y avait un autre moyen d'obtenir ces
dons, nous ne le savons pas.)
Nous consacrerons une leçon entière au sujet des dons spirituels, y compris le parler en langues.
5. Que dirons-nous qu'il est arrivé à certaines personnes de notre époque
qui prétendent avoir été baptisées du Saint-Esprit?
Nous ne douterons pas du tout de leur sincérité et nous ne dirons rien d'important
qui leur soit arrivé. Nous serons obligés de dire par notre étude du sujet que leur
expérience n'est pas le baptême du Saint-Esprit tel que nous le trouvons décrit dans le
livre des Actes.
Ce qui est arrivé à ces personnes est auto-induit. N'oubliez pas que les mormons
(saints des derniers jours) revendiquent les mêmes expériences de parler en langues.
Les scientifiques chrétiens réclament également des guérisons surnaturelles. Les
mahométans réclament une aide surnaturelle dans leurs conquêtes pour Allah. Le
simple fait que quelque chose d'étrange soit arrivé à certaines personnes ne signifie
pas que Dieu leur a rendu visite.
Nous ne devons jamais commettre l'erreur tragique de croire en une expérience ou
au témoignage d'une expérience, puis d'essayer de soutenir une telle expérience avec
la Bible.

34

DOIS-JE ÊTRE BAPTISÉ DANS LE SAINT-ESPRIT?


Nous ne pouvons pas offrir une explication logique pour chaque expérience - il
n'est pas nécessaire que nous le fassions - tout ce dont nous avons besoin est une
connaissance de la Parole de vérité concernant l'expérience.
Ce qui est arrivé à un certain nombre de nos frères au cours des derniers mois
pourrait s'expliquer de plusieurs manières - le fait important est: «La Parole de Dieu la
soutient-elle?»
De mon étude, je ne vois pas de soutien biblique pour les prétentions actuelles au baptême du
Saint-Esprit.
Répondez à ces questions
1. Quel est le point soulevé par l'examen des Actes 4:31?

2. Qu'apprenons-nous des sept serviteurs de l'église de Jérusalem?

3. Quelle devrait être notre conclusion quant au fait d'être rempli du Saint-Esprit et du baptême du
Saint-Esprit?

4. Dans quelle mesure le chrétien devrait-il être influencé par le Saint-Esprit?

5. Que dirons-nous de certaines personnes de notre époque qui


revendiquent l'expérience du baptême du Saint-Esprit? S'il vous plaît, expliquez.

35

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Examen au cours de la quatrième leçon


1. Donnez et discutez dans vos propres mots les trois objectifs du baptême du Saint-Esprit.
2. Veuillez donner votre propre interprétation de I Cor. 12:13.
3. Donnez au moins une raison pour laquelle le baptême du Saint-Esprit tel que
mentionné dans Actes 1: 5 et 2: 1-4 n'est pas un exemple pour aujourd'hui. Faites de
même avec Actes 10: 44-48 Cf. 11:16.
4. Quel était le but du baptême des apôtres dans le Saint-Esprit?
5. Expliquez dans vos propres mots la signification du mot «baptême» en ce qui
concerne le Saint -Esprit, c'est-à-dire comment l'immersion a lieu.
6. Donnez au moins trois phrases bibliques utilisées pour décrire l'expérience de la Pentecôte.
Expliquez chacun.
7. Si tous les chrétiens doivent être «remplis de l'Esprit» (Eph. 5:18), ne sont-ils pas
alors baptisés du Saint-Esprit?
8. Expliquez comment on peut être «rempli du Saint-Esprit» et pourtant ne pas être baptisé du Saint-
Esprit.
9. Comment expliquer les prétentions modernes au baptême du Saint-Esprit?

36

Leçon cinq
DOIS-JE PARLER EN LANGUES?
Questions auxquelles vous devez répondre avant de lire la leçon.
1. Si je parlais dans une langue, saurais-je ce que j'ai dit? Sinon, quelle serait sa valeur?
2. Cette langue serait-elle l'une des langues connues ou une langue céleste inconnue?
3. Puis-je obtenir les autres dons surnaturels de I Cor. 12: 1-11 de la même
manière que le don des langues a été donné? Pourquoi le don des langues
apparaît-il beaucoup plus souvent dans les discussions que n'importe quel autre
cadeau?
4. Quel serait le but de parler en langues?
5. Je ne comprends pas les douzième, treizième et quatorzième chapitres de I
Corinthiens - est- il possible de comprendre?
6. Comment puis-je obtenir ce pouvoir de parler en langues? Je dois avoir une
réponse biblique - une basée sur la Bible, pas sur l'expérience humaine.
7. Comment est-il possible que des personnes ayant des croyances différentes
concernant le plan de salut réclament le même don de langues? c'est-à-dire que
certaines personnes qui ressentent le baptême ne sont pas liées à la rémission
des péchés mais revendiquent et démontrent le don des langues.
8. Combien y a-t-il de dons spirituels? Veuillez lire Romains 12: 6-8 et Éphésiens
4: 8-11 ainsi que I Corinthiens 12: 4-10; 28-30. Veuillez les énumérer.
9. Les premiers pères de l'Église (c.-à-d. Les écrivains des trois premiers siècles)
soutiennent-ils l'idée de la continuation de ces dons ou disent-ils que ces dons
ont cessé dans l'Église primitive?
10. Quelle différence cela fait-il si je crois ou non à l'utilisation des langues?

QUE SONT LES CADEAUX SPIRITUELS?


Nous faisons référence aux dons spirituels mentionnés dans I Corinthiens 12: 4-10;
28-30. Cf. Romains 12: 6-8; Éphésiens 4: 8-11.
Ces pouvoirs ou capacités ont été appelés spirituels parce qu'ils ont été provoqués
par ou par le Saint-Esprit. Ils sont appelés cadeaux parce qu'ils sont gratuits ou non
gagnés. Ils n'étaient pas mérités par les possesseurs, mais étaient donnés par Dieu par
grâce gratuite.
Veuillez ne pas confondre ces dons du Saint-Esprit avec le Saint-Esprit lui-même.
Les possesseurs de tels dons ou capacités avaient le Saint-Esprit (également comme
cadeau) avant que les capacités surnaturelles ne leur soient accordées par le Saint-
Esprit.
La seule distinction que ces personnes possédaient par rapport aux autres
chrétiens était le pouvoir ou la capacité que le Saint-Esprit leur accordait, capacité qui
n'était pas donnée aux autres. D'autres possédaient le Saint-Esprit (Rom. 8: 9), mais Il
n'a pas exercé Ses capacités surnaturelles à travers eux.
Toutes les personnes dans l'église corinthienne avaient un don de Dieu, qui était le
Saint -Esprit - mais seulement un certain nombre étaient capables d'exercer des
pouvoirs surnaturels - ces personnes auraient des «dons spirituels».
Pouvez-vous définir chacun de ces cadeaux?
Nous sommes redevables à Ronnie R. Hanna pour le matériel suivant qui apparaît
dans sa thèse de maîtrise ès arts: Les dons charismatiques du Saint-Esprit.

Discussion de chaque cadeau


Chaque cadeau sera discuté séparément et aussi brièvement que possible.

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

MOT DE SAGESSE ET DE CONNAISSANCES


Étant donné que ces deux éléments sont quelque peu liés, ils seront examinés
ensemble. Il n'est pas toujours facile de les distinguer clairement. Il faut garder à
l'esprit le fait qui a déjà été mentionné, qu'une partie considérable des commentaires
sur ces deux dons, ainsi que tous les autres charismes, ne sont que des conjectures.
Certains commentateurs éminents ont à dire à propos de ces cadeaux:
«La sagesse consiste en toutes les pensées gracieuses, célestes et efficaces de Dieu
incarnées dans le Christ Jésus pour l'illumination de nos âmes. De même que cette
sagesse est incarnée en Jésus-Christ, elle consiste également en l'Évangile. La capacité
d'exprimer cette sagesse aux autres est le don spirituel le meilleur et le plus élevé. Cette
«expression de la sagesse» est donc toujours médiée «par l'Esprit». Grâce à Lui, nous
sommes capables, non seulement d'appréhender cette sagesse dans nos propres cœurs
pour notre propre salut, mais aussi de transmettre ce que nous avons appréhendé aux
autres pour leur salut. Dans ce don, nous devons également inclure la capacité
d'appliquer la sagesse divine d'une manière pratique à notre propre vie et à celle des
autres. »
Une caractéristique distinctive de la connaissance est l'appréhension personnelle
des détails de l'Évangile. Il traite également de l'Évangile, mais il n'y a rien dans le
terme qui inclut la spéculation ou les idées spéculatives et philosophiques. La
«connaissance» traite de l'explication, du déroulement et de la corrélation des faits
évangéliques ou nous pouvons les appeler des doctrines. Le mot de la connaissance est
la capacité de transmettre cette connaissance personnelle aux autres. » 1
«La sagesse est le terme le plus complet. Par elle, nous connaissons la vraie valeur
des choses en voyant ce qu'elles sont réellement; c'est la perspicacité et la
compréhension spirituelles (Eph. 1:17). Par la connaissance, nous avons une
compréhension intelligente des principes de l'Évangile. Elle peut être le résultat d'une
instruction guidée par la raison, et elle ne nécessite aucun éclairage spécial; mais
l'utilisation de cette connaissance, conformément à l'Esprit, pour l'édification des
autres est le don spécial. » 2
1
Schaff, Philip, C., op. cit. vl. 1, p. 437-438
2
Piummer, Atrred, Commentaire critique international, I Corinthiens, p. 265

FOI
Il semble douteux que cette foi décrite ici soit cette foi salvatrice si communément
mentionnée dans le Nouveau Testament, mais plutôt elle semble plus susceptible de se
référer à une foi miraculeuse qui est décrite comme ayant le pouvoir d'enlever des
montagnes. Ceci est mentionné dans Matthieu 17:20. Ceux qui possédaient ce charisme
(don) ont pu accomplir des choses autrement impossibles, qui incluraient toutes sortes
de pouvoirs miraculeux. Ce don semble avoir été un don direct spécial qui «a permis à
un homme de se placer au-delà de la région de la simple certitude mortelle dans la
réalisation réelle des choses crues d'une manière élevée et universelle». 1
1
Alford, Henry, Le Nouveau Testament pour les lecteurs anglais, p. 1052

PROPHÉTIE
Le mot prophétie vient du mot grec qui signifie littéralement «parler». Bien qu'une
grande partie de la prophétie de l'Ancien Testament ait été prédictive, l'élément
principal de la prophétie n'est pas nécessairement prédisant. Le terme signifierait plus
correctement une explication en référence au passé, au présent ou au futur. Le terme
peut être défini comme étant avant-dire, avant-dire, enseigner, louer ou édifier.
Ce don a permis à ceux qui le possédaient de communiquer directement au peuple
le message de Dieu sous la direction du Saint-Esprit. Ce don était absolument
nécessaire à l'époque du Nouveau Testament, en particulier dans les congrégations où
il n'y avait pas d'apôtres. Une fois la révélation complète et finale terminée,

1
1

38

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

ce don n'avait plus aucune raison d'exister et il a donc cessé. La prophétie s'est
transformée en passant au ministère régulier de la prédication de la Parole. On peut
dire que les grands prédicateurs comme Chrysostome sont les vrais descendants des
prophètes du Nouveau Testament.
«Le terme« prophétie »est utilisé dans un double sens; de manière générale pour
indiquer toute capacité à communiquer la volonté salvifique de Dieu aux autres afin
que tout véritable enseignant et prédicateur puisse être appelé prophète; et plus
étroitement pour désigner la réception et la communication de messages directs et
spécifiques de Dieu. Les apôtres étaient des prophètes dans les deux sens du terme.
Leurs assistants réguliers étaient des prophètes dans les deux sens du terme, mais plus
précisément dans l'ancien sens. Agabus (Actes 11:28; 21:19) et les filles de Philippe
(Actes 21: 9) étaient des prophètes dans ce dernier sens. » 2
2
Plummer, Alfred, op. Cit p. 266

«La prophétie ne consiste pas nécessairement à prédire les événements futurs


mais à prêcher la parole avec puissance. Cela implique un aperçu spécial des vérités
révélées et une grande faculté de les faire connaître ainsi que leurs conséquences aux
autres. Les prophètes ont été inspirés à prononcer les choses profondes de Dieu pour la
conviction du péché, pour l'édification et le confort; parfois aussi pour prédire l'avenir.
"1
1
Plummer, Alfred, op. Cit. p. 266

Sadler offre le commentaire intéressant suivant sur ce cadeau:


«Ce don de prophétie était absolument nécessaire avant que les divers livres du
Nouveau Testament ne soient collectés et distribués parmi les églises, que dans chaque
église locale, les hommes devraient être ressuscités en ayant une compréhension plus
profonde que leurs semblables de la signification spirituelle des faits de la Divinité du
Seigneur, incarnation, vie, mort, résurrection, ascension, intercession et seconde
venue. Dieu selon les besoins de l'église alors existante, a suscité de tels hommes,
jusqu'à ce que les Evangiles et les lettres des apôtres soient rassemblés et diffusés dans
toute l'église. Lorsque cela a eu lieu, la prophétie a apparemment cessé et la
prédication a pris sa place - prêcher dans le sens d'expliquer et de faire appliquer aux
chrétiens les vérités contenues dans les Évangiles et les épîtres. » 2
Pour conclure cette section sur la prophétie, deux commentaires de deux éminents
Pères d'église seront donnés.
«La prophétie ne fait pas référence à la prophétie de choses inconnues et
inconnues, mais de choses à la fois annoncées et connues. 1
«Prophétie, effusions, dans leurs plus nobles exemples, des visions, des mandats et
des similitudes comme ceux-ci, plus ou moins humains quant à la forme, et témoignage
impressionnant contre les oracles païens et leurs suggestions obscènes et
blasphématoires.» 4
2
Sadler MF Romans; p. 277
3
lertulliens, Pères apostoliques, Vl.2, p. 4, cité par Sadler, MF op.
cit. p. 278 4 Hermas, ibid.

DISCERNING OF SPIRITS
Ce don consistait en la capacité donnée à Dieu de déterminer ce qui était vérité et
ce qui était erreur. C'était particulièrement nécessaire à ce moment critique où la
révélation de Dieu n'était pas entièrement établie ou généralement comprise. Plusieurs
Écritures nous disent qu'à cette époque, de faux prophètes étaient à l'œuvre et qu'il y
avait en général une imitation diabolique des dons spirituels et de l'œuvre du Christ.
I Jean 4: 1 - ”Bien-aimés non pas tous les esprits, mais prouvez les esprits, qu'ils
soient de Dieu; parce que beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde.
»
II Corinthiens 11: 13-15 - ”Car de tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers
trompeurs, se transformant en apôtres du Christ. Et pas étonnant; car même
Satan se façonne en ange de lumière. Ce n'est donc pas une grande chose si ses
ministres se présentent également comme des ministres de justice; dont la fin
sera selon leurs œuvres. "
II Thessaloniciens 2: 9-12 - «Même lui, dont la venue est selon l'œuvre de Satan avec
toute puissance et tous signes et prodiges mensongers, et avec toute tromperie
d'injustice pour ceux qui périssent; parce qu'ils
1
1

39

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

reçu pas l'amour de la vérité, afin qu'ils soient sauvés. Et c'est pour cette raison que
Dieu leur envoie une œuvre d'erreur, afin qu'ils croient au mensonge: afin qu'ils
soient tous jugés qui ne croient pas à la vérité, mais qui prennent plaisir à l'injustice.
»
II Jean 7 - «Car beaucoup de trompeurs sont sortis dans le monde, même ceux qui
ne confessent pas que Jésus-Christ vient dans la chair.» Ce don a donné au
possesseur cette onction d'en haut (I Jean 2:20) qui lui a permis de juger
correctement si la parole ou l'écriture venait du Saint-Esprit, de l'esprit humain, sans
aide, ou des esprits trompeurs des démons.
Ce don est utilisé dans le but de pénétrer dans ce qui se cache derrière certains
énoncés ou travaux afin de déterminer s'ils émanent vraiment du Saint-Esprit ou s'ils
présentent des prétentions de l'esprit humain ou contiennent la tromperie de l'esprit
du mal. Les faux prophètes aiment utiliser un langage trompeur. Dans le but de
démasquer ces prophètes, le Seigneur offre ce don et permet ainsi à son église de
passer des esprits menteurs à l'unique Esprit de Vérité. » 1
«Ce don a permis à ses possesseurs de distinguer les vrais prophètes des faux et de
juger si ce qui avait été annoncé venait de Dieu ou était une illusion. Un tel cadeau était
indispensable lorsque les faux prophètes abondaient et se frayaient un chemin dans
les congrégations et augmentaient chaque année en nombre et en activité. » 2
1
Lenski, RC, op. cit. p. 503
2
Plummer, Alfred, op. cit. p. 12

Une description intéressante de l'utilisation de ce don pour discerner un vrai


prophète d'un faux prophète se trouve dans le pasteur d'Hermas, l'un des écrits des
premiers pères de l'église.
«Comment saurons-nous qui est un vrai prophète et un faux prophète? Celui qui a
un esprit divin est doux, paisible et humble, et s'abstient de toute impureté et de tout
vain désir de ce monde, et se contente de moins de besoins que ceux des autres
hommes. Cet esprit ne parle que lorsque Dieu souhaite qu'il parle. »
«Le faux esprit se manifeste de la manière suivante: un homme s'exalte et souhaite
avoir le premier siège, il est audacieux, imprudent et vit au milieu de nombreux luxes
et de nombreuses autres perturbations mentales, et prend des récompenses pour sa
prophétie, et s'il ne reçoit pas de récompenses, il ne prophétise pas. Prenez une pierre
et jetez-la vers le ciel et voyez si vous pouvez la toucher. Ou encore, prenez une giclée
d'eau et jetez-vous dans le ciel et voyez si vous pouvez pénétrer le ciel. Impossible! Les
esprits terrestres sont donc impuissants et impitoyables. Regardez la puissance qui
vient d'en haut. La grêle a la taille d'un tout petit grain, mais quand elle tombe sur la
tête de l'homme, combien elle lui cause de la gêne! ou encore prendre la goutte qui
tombe d'un pichet au sol, et pourtant elle creuse une pierre. Ainsi est l'Esprit divin ce
qui vient d'en haut. »
Répondez à ces questions
1. Veuillez définir les deux mots: « Dons spirituels ».
2. Discutez de la distinction entre la sagesse et la connaissance.
3. Il y a au moins deux utilisations du mot «foi» - donnez- leur.
4. Montrez comment le don de prophétie était absolument essentiel à l'époque du Nouveau
Testament.
5. Quel était le but du don des Esprits exigeants?

TRAVAIL DES MIRACLES


Ce don consistait en l'opération de pouvoirs miraculeux en général. Les mots grecs
pour ce don peuvent être correctement traduits «inworking of powers», c'est-à-dire la
capacité de produire ou de faire des miracles sur les autres. Ces pouvoirs miraculeux
consistaient à exorciser les démons, ressusciter les morts et d'autres œuvres similaires
pour servir de références extérieures et de sceaux de la divinité du message prêché par
les apôtres et d'autres qui possédaient ce don. Lenski a le commentaire intéressant
suivant concernant ce cadeau:
«Il ne faut pas penser que les guérisons et les miracles ont été faits à volonté par la
personne concernée. Dans chaque cas, une indication spécifique leur est venue de
l'esprit que l'acte doit être accompli, et non

40

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

jusqu'à ce moment-là, cela s'est produit, mais cela s'est toujours produit sans faute.
Dans chaque cas, le don ou l'énergie est accordé par une communication, même les
apôtres n'ont fait aucune tentative pour accomplir un miracle. Les travaux sont des
énergies mieux traduites car un travail nécessite toujours la puissance correspondante.
»2
Le livre des Actes nous donne plusieurs exemples du fonctionnement de ce don.
1
Pères apostoliques, VI. 3; p. 27-28, cité de Schaff, op. cit.
p. 438 2 Lenski, RC, op. cit. p. 502

Actes 3: 7 - en rendant compte de la guérison du boiteux: «Et il le prit par la main


droite, et le releva; et immédiatement ses pieds et ses chevilles ont reçu de la force.
»
Actes 9: 36 - le récit de Pierre élevant Dorcas: «Mais Pierre les mit tous en avant, se mit
à genoux et pria; et se tournant vers le corps, dit-il, Tabitha, lève-toi. Et elle a
ouvert les yeux; et quand elle a vu Peter, elle s'est assise. Et il lui a donné sa main
et l'a soulevée.
Actes 16: 18 - Le récit de l'exorcisation du démon de la servante: «Mais Paul, souffrant
de douleur, se retourna et dit à l'esprit: Je te charge, au nom de Jésus-Christ, de
sortir d'elle. Et il est sorti cette heure-là. »
Actes 5: 3-5 - Le récit d'Ananias et de Sapphira mentant au Saint-Esprit et étant frappé
de mort à cause de cela: «Mais Pierre a dit, Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli
ton cœur de mentir au Saint-Esprit et de reculer une partie du prix du terrain?
Tant qu'elle est restée, n'est-elle pas restée à vous? Et après avoir été vendu, n'était-
ce pas en ton pouvoir? Comment se fait-il que tu aies conçu cette chose dans ton
cœur? Tu n'as pas menti aux hommes, mais à Dieu. Et Ananias en entendant ces
mots est tombé et a abandonné le fantôme et une grande peur est venue sur tous
ceux qui l'ont entendu. »
Actes 13: 8-11 - Le récit de la conversation de Sergius Paulus: «Mais Flymas le sorcier
les a résistés, cherchant à détourner le procounsul de la foi. Mais Saül, qui est aussi
appelé Paul, rempli du Saint-Esprit, a fixé les yeux sur lui et a dit: 0 plein de toute
ruse et de toute méchanceté, fils du diable, ennemi de toute justice, ne cesserais-tu
pas de pervertir les voies du Seigneur? Et maintenant, voici, la main du Seigneur
est sur toi, et tu seras aveugle, ne voyant pas le soleil pendant une saison. Et
aussitôt il tomba sur lui une brume et une obscurité; et il est allé en chercher pour
le conduire par la main. »
GUÉRISON
Ceux qui possédaient ce don ont pu guérir toutes sortes de maladies. Le pluriel
(cadeaux) est utilisé ici pour se référer évidemment à la variété des maux qui ont été
guéris. Ces cures pouvaient être obtenues de plusieurs manières, y compris
l'imposition des mains, l'onction avec de l'huile ou avec un mot à nu. Il existe plusieurs
exemples du fonctionnement de ce don, en particulier dans le livre des Actes:
Actes 3: 7 - le récit du boiteux à la Porte Belle; «Et Pierre le prit par la main droite, et
le releva; et immédiatement ses pieds et ses chevilles reçurent de la force. Et
bondissant, il se leva et commença à marcher. »
Actes 5: 12-16. Et par les mains des apôtres, de nombreux signes et prodiges se
produisirent parmi le peuple; et ils étaient tous d'un commun accord sous le
porche de Salomon. Mais du reste, aucun homme ne se joignit à eux: mais le
peuple les magnifia; et les croyants étaient les plus ajoutés au Seigneur, des
multitudes d'hommes et de femmes: au point qu'ils emportaient même les
malades dans les rues et les déposaient sur des lits et des canapés, afin que,
comme Pierre passait, au moins son ombre puisse éclipser certains d'entre eux.
Et il y eut aussi la multitude des villes autour de Jérusalem, amenant des
malades et ceux qui étaient vexés par des esprits impurs; et ils furent guéris tout
le monde.
Actes 19: 1.1-12 - "Et Dieu fit des miracles spéciaux par les mains de Paul: de sorte
que les malades furent emportés de son corps, des mouchoirs ou des tabliers, et
les maladies s'en allèrent et les mauvais esprits sortirent."
Actes 28: 8 - »Le père de Publius était malade de fièvre et de dysenterie: chez qui
Paul entra, pria et imposa les mains sur lui le guérit. Et quand cela a été fait, le
reste aussi qui avait des maladies dans les îles est venu et a été guéri. »
Ce don semble avoir progressivement diminué à l'époque du Nouveau Testament.
Certaines références dans les dernières épîtres écrites par Paul semblent montrer que
la maladie est présente là où elle n'aurait pas dû être si le

41

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

le don de guérison fonctionnait pleinement:


II Timothée 4: 20— ' ' Éraste est resté à Corinthe; mais Trophimus je suis parti à Miletus malade.
I Timothée 5: 23 - " Ne buvez plus d'eau, mais utilisez un peu de vin pour votre
estomac et souvent vos infirmités."
Philippiens 2: 26 - "Depuis Epaphrodite aspirait à vous tous, et était très troublé,
parce que vous aviez entendu qu'il était malade: car en effet, il était malade
presque jusqu'à la mort."
II Corinthiens 12: 7 - "Et en raison de la grandeur extrême des révélations, afin que
je ne sois pas exalté à outrance, on m'a donné une épine dans la chair, un
messager de Satan pour me secouer,
que je ne devrais pas être exalté trop. "
Pour une réfutation complète de toutes les revendications modernes de la guérison
divine et de tous les «guérisseurs de la foi» modernes, les références suivantes sont
suggérées:
Magazine McCalls pour février 1957, p. 39, article sur «La vérité sur les guérisseurs».
The Modern Tongues and Healing Movement, par Carroll Stegall et Carl C.
Harwood, publié par le Western Bible Institute, P. 0. Box 4032, South Denver, Station,
Denver 9, Colorado.
Modern Divine Healing, Waymon D. Miller, Old Paths Book Club, Rosemead, Californie; 1956

Répondez à ces questions


1. Définissez le mot «miracles» comme en référence au don spirituel - donnez deux exemples.
2. Quelle est la différence entre le don de miracles et le don de guérison?
3. Pourquoi le pluriel, «dons de guérisons»?
4. Nommez trois façons dont les guérisons pourraient être effectuées.
5. Quelles circonstances indiquent que le don de guérison a progressivement diminué
pendant les temps du Nouveau Testament?

TYPES DE LANGUES
Puisqu'il y a des divergences d'opinion considérables sur ce cadeau particulier,
plus de discussion sera donnée sur celui-ci que sur les autres.
Paul est le seul auteur des vingt et une épîtres du Nouveau Testament qui
mentionne le don des langues. Il n'a pas écrit un mot sur le sujet aux Églises de Rome,
d'Éphèse, de Colosse, de Thessalonique, de Philippes ou de Galatie. Il n'est pas
mentionné dans Timothée, Titus, Philémon ou d'autres épîtres de Paul. James ne le
mentionne pas, ni Peter dans ses deux livres, ni John dans ses quatre livres. Cette
omission de la référence aux langues semble en effet étrange si le don des langues était
une partie essentielle de l'expérience chrétienne ou devait se perpétuer dans l'église.
Il y a un mot grec utilisé pour les langues dans le Nouveau Testament. Ce mot est
utilisé dans trois sens, dont chacun pourrait être un point de départ pour déterminer la
signification du charisme, ou «don».
1. Principalement et littéralement, le mot est utilisé en référence à l'organe
corporel. De ce sens, certains voient dans le don un énoncé inarticulé, le cri d'une
créature brute dans laquelle la langue bouge tandis que les lèvres refusent leur
fonction en rendant les sons définis et distincts. Cette interprétation ne répond à aucun
des faits de son utilisation dans le Nouveau Testament.
2. Le terme peut signifier l'utilisation de mots étrangers transmis. et à moitié
naturalisé en grec. Ce serait conforme à la signification grecque de «glossaire». Selon
cet usage, le don des langues s'exprime donc dans un langage hautement poétique. Les
intervenants étaient dans un grand état d'excitation et se sont exprimés en termes
mystiques et figuratifs. Dire que ce sens constitue la base de l'utilisation du terme dans
le Nouveau Testament, on ne reconnaîtrait pas que le sens du mot dans le Nouveau
Testament était plus susceptible d'être déterminé par ce qu'il portait dans la Septante
plutôt que par son ce qui signifie dans les historiens ou les rhétoriciens grecs. Ce sens
ne répond pas non plus aux phénomènes du deuxième chapitre des Actes.
3. La troisième utilisation du mot vient du grec hellénistique qui correspond au mot hébreu

42

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

lashoue qui signifie parole et langage, Genèse 10: 5; Daniel 1: 4. Ce sens sert très
probablement de base à l'utilisation du Nouveau Testament. Cela ferait du don des
langues la capacité de parler dans les langues terrestres.
Le Nouveau Testament fournit les références suivantes au don des langues:
1. Actes 2: 4, 6, 11, Le don a eu lieu ici le jour de la Pentecôte lors de l'établissement
de l'église. Le don ici semble être l'un des accomplissements de la prophétie de Joël
(Joël 2:20; Actes 2:16).
2. Marc 16:17, Le parler dans de nouvelles langues est l'un des signes promis de
suivre ceux qui croient. Cependant, il ne faut pas trop insister sur le mot «nouveau»
car certaines autorités anciennes l'omettent.
3. Actes 10:46, Le don des langues s'est manifesté ici lors de l'inauguration de
l'Évangile aux Gentils dans la maison de Corneille. Le jour de la Pentecôte, le don de
parler en langues était utilisé par les Juifs uniquement en présence de Juifs et de
prosélytes, mais ici il est utilisé par les Gentils en présence de Juifs chrétiens. Le but du
don des langues ici semble avoir été de montrer que Dieu a approuvé le don de
l'Évangile aux Gentils. On sait que la manifestation des langues ici était la même que
lors de la Pentecôte depuis la répétition par Pierre de cet incident aux frères juifs à
Jérusalem dans Actes 11, en particulier 11:15, «Et comme j'ai commencé à parler, le
Saint-Esprit est tombé sur eux , comme sur nous au début. " Les deux sont venus à la
suite du baptême du Saint-Esprit.
4. Actes 19: 6, Le don des langues a été donné ici aux douze à Ephèse par
l'imposition des mains de l'apôtre Paul. Ce don semble avoir été une preuve de leur
acceptation de Dieu et a également souligné que le baptême de Jean à cette date n'était
pas valide.
5. I Corinthiens 12: 1-10, 30, Le don ici a été manifesté dans l'assemblée publique de
l'église de Corinthe. Le cadeau ici avait toujours besoin d'un interprète pour faire
comprendre le sens aux autres.
6. I Corinthiens 13: 8, ici Paul déclare simplement que les dons de langues
cesseront. Dans ce même chapitre du premier verset, il déclare que le don des langues
est inférieur à l'amour.
1
ldea extrait de McClintock et Strong, op. cit. vl. 10, p. 479
7. I Corinthiens 14: 2; 26-32, Cette référence montre que le cadeau était susceptible
d'abus et d'abus. Une description de la bonne utilisation de ce cadeau est donnée. Il est
également montré ici que les langues sont d'une importance secondaire pour la
prophétie, et qu'elles sont un signe non pas pour ceux qui croient, mais pour les
incroyants.
Il convient de noter deux différences importantes dans les Glossolalia
corinthiennes (la translittération du grec pour le don des langues) et les Glossolalia
pentecôtistes. Les langues à la Pentecôte n'avaient pas besoin d'un interprète,
contrairement aux langues corinthiennes. Les langues pentecôtistes étaient des
langues intelligibles parlées à l'homme, tandis que les langues corinthiennes étaient
parlées à Dieu. (I Corinthiens 14: 2, «Car celui qui parle dans une langue ne parle pas
aux hommes, mais à Dieu; car personne ne comprend, mais c'est dans l'esprit qu'il
parle des mystères.»)
Il existe deux opinions principales concernant le don des langues. Premièrement,
c'était ce qu'il semblait être, par sa nature, un moyen de propager l'Évangile. Les
langues étaient différentes langues terrestres. L'autre opinion est qu'elle n'a jamais été
utilisée dans le but de propager l'Évangile, mais a été utilisée comme moyen
d'exprimer la dévotion. C'était un énoncé extatique dans un jargon inintelligible qui
n'était pas pour l'instruction et l'édification, mais pour l'adoration, l'émerveillement et
l'adoration.
Nous citons des commentateurs notables pour ces deux opinions. Les arguments
en faveur de l'opinion selon laquelle le don des langues était un énoncé extatique sont
notés en premier:
«Parler en langues est le don d'hommes qui, ravis d'extase et qui ne maîtrisent plus
tout à fait leur propre raison et conscience, répandent leurs émotions spirituelles
incandescentes dans des expressions étranges, robustes, sombres, déconnectés, tout à
fait incapables d'instruire ou d'influencer l'esprit des autres. L'origine de l'expression
se trouve apparemment dans le fait qu'en hébreu la langue est parlée comme
l'instrument principal par lequel les louanges de Dieu sont proclamées. Psaumes 34;
65:17; 125: 2. Le pluriel semble se référer aux divers mouvements de la langue. » 1
«Le parler en langues est un énoncé qui procède d'un état d'extase inconsciente
dans le locuteur et inintelligible pour l'auditeur à moins qu'il ne soit interprété. C'est
un psaume involontaire comme une prière ou un chant prononcé à partir d'une transe
spirituelle; et dans une langue particulière inspirée du Saint-Esprit. Ce cadeau n'a rien
à voir

43

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

avec la diffusion de l'Évangile parmi les peuples étrangers et dans les langues
étrangères, mais purement un acte d'adoration pour l'édification du locuteur lui-
même, et indirectement par l'interprétation pour les auditeurs. Il est apparu dans la
maison de Corneille et dans l'église corinthienne comme moyen d'édification pour les
croyants. » 2 «Le don des langues est l'esprit suprême du profane extatique englobé et
pénétré par le Saint-Esprit en ornant les ravissements de la prière surnaturelle qui
dépasse la portée de l'appréhension rationnelle, qui ne trouve pas son expression
naturelle dans le discours (discours rationnel ) ou dans des logos engendrés par
l'esprit; en conséquence, c'est bien la parole engendrée de l'esprit, mais dans une
langue créée de l'esprit. Une chose semble certaine, que cette création extemporisée et
cette expression irrépressible de langues inconnues était
tout à fait distinct du parler dans des langues étrangères. " 3
«Parler en langues n'a rien à voir avec la diffusion de l'Évangile. C'était un acte de
dévouement, un acte d'action de grâces, de prière et de chant au sein de la
congrégation chrétienne par des individus qui étaient complètement absorbés en
communion avec Dieu et qui exprimaient des sentiments ravis en des mots brisés,
brusques, rhapsodiques et inintelligibles. C'était émotionnel, pas intellectuel. C'était le
langage de l'imagination excitée, pas de la réflexion froide. C'était le langage de l'esprit
d'extase, distinct du langage de la compréhension. L'orateur était dans un état
d'intoxication spirituelle. «Sa langue était une lyre sur laquelle l'esprit divin jouait des
carillons célestes. Il était inconscient, ou seulement à demi conscient, et savait à peine
s'il était dans le corps ou hors du corps. Pour l'incroyant, cela sonnait comme une
langue barbare, un son incertain de trompette, comme un délire de maniaque.
«La glossolalie pentecôtiste ne peut pas être essentiellement différente de la
corinthienne. C'était un acte d'adoration, d'action de grâce et de louange. La glossolalie
a commencé avant l'arrivée des spectateurs, avant qu'il ne soit nécessaire d'utiliser des
langues étrangères.
'Thayer, J. H., Lexique grec- anglais du Nouveau Testament; p. 118
2
Schaff, Philip, op. cit. p. 438
3
lbid, p. 438
«Cook, FC, O ~. cit. vl. 3, p. 333
Il n'y avait pas besoin de langues étrangères depuis la conquête d'Alexandre le
Grand. La langue grecque était généralement comprise dans tout l'empire romain, et
les apôtres n'avaient à peine besoin d'aucune autre. Le grec était utilisé par tous les
écrivains du Nouveau Testament, même par Jacques de Jérusalem, et d'une manière
qui montre qu'ils l'avaient appris comme les autres, par une formation et une pratique
précoces. Il n'y a aucune trace de connaissance miraculeuse de la langue après la
Pentecôte. » 2
«À Corinthe, personne ne comprenait la langue, pas même le locuteur lui-même,
car cela semble avoir été une rhapsodie, une explosion extatique incontrôlée, et au cas
où il n'y aurait personne pour l'interpréter ou l'expliquer, le locuteur devait se taire. .
2
Schaff, Philip, op. cit. vi. 3, p. 333
3
lbid, p. 237

Répondez à ces questions


1. Qu'indique le fait que Paul est le seul auteur des vingt et une épîtres à mentionner
le don des langues?
2. Comment la deuxième définition du terme «langues» ne parvient-elle pas à
répondre aux phénomènes du deuxième chapitre des Actes?
3. Quelle est la troisième utilisation du mot «langues»?
4. Il y a sept références à l'utilisation des «langues» dans le Nouveau Testament.
Veuillez discuter dans vos propres mots de trois des références.
5. Quelles sont les deux opinions sur le don des langues?
«Les langues de ce récit ne peuvent pas avoir signifié le pouvoir de parler des
langues étranges dans la prédication missionnaire, comme beaucoup l'ont déduit des
termes utilisés dans le récit de la manifestation de
2

44

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

le jour de la Pentecôte. Le mot grec implique que ce phénomène extatique était loin
d'être uniforme; les nouvelles langues de Marc 16:17 ainsi que les indications des
chapitres 13: 1 et 14 de cette épître, pointent vers l'éclatement d'un énoncé exalté et
mystique varié à différents moments et endroits dans son mode et les conditions qui
l'accompagnent, et dans l'impression il a produit sur les auditeurs. " 1
1
Nicoll, WR, The Expositors Greek New Testament, I Corinthians, II p. 889

«Le mot langue ne rend pas pleinement justice à l'original grec. Le mot grec
indique la langue parlante, la langue en action. Paul parle de chrétiens qui ont reçu un
don extraordinaire du Saint-Esprit, un charisme, pour parler ou comprendre une
langue qui n'avait pas les caractéristiques humaines ordinaires, une langue spéciale
formée par l'Esprit, inintelligible pour les gens ordinaires. Le parler en langues, donc,
c'est parler d'un langage spirituel miraculeux qui avait ses propres sons. Il n'est pas
possible de déterminer si «types» fait référence au contenu ou aux sons. Plus d'un dit
que cette langue miraculeuse était la langue parlée au paradis. » 2
«Il s'est avéré qu'ici, à cette occasion, à la Pentecôte, il y avait des Juifs de toutes les
parties du monde, afin que quelqu'un puisse comprendre une langue et une autre sans
interprète, comme cela était nécessaire à Corinthe. Ces langues sont identiques dans les
quatre cas. Ils ne sont pas destinés à l'édification ou à l'instruction, mais à l'adoration et
à l'adoration. » 3
2
Monnaie internationale, I Corinthians, p. 288
3
Robertson, AT, Images de mots dans le Nouveau Testament; Actes vi. 3

Ensuite seront considérés comme des arguments pour l'autre opinion, que les
langues étaient des langues terrestres différentes. Les citations suivantes d'éminents
commentateurs semblent soutenir cette position:
«Certains disent que de nouvelles langues signifient« une langue céleste », pas des
langues terrestres. Cet adjectif, «nouveau» ne signifie jamais nouveau dans le sens de
«jamais entendu». C'est le sens du mot grec, un adjectif jamais appliqué au don des
langues. Ce mot grec est toujours «nouveau» par rapport à ce qui est «ancien» ou
différent de l'ancien. Les Corinthiens ont leur propre langue, qui leur est ancienne; et
quand ils entendent certains de leurs propres membres parler dans de nouvelles
langues, ils sont nouveaux pour eux parce que ce sont des langues étrangères, autres
que celle à laquelle ils sont habitués. » 1
«Lenski, RC, op. cit. p. 564 si.

«L'expérience de la Pentecôte a dû être à l'origine de la signification nouvelle et


spéciale du mot« langue »dans le Nouveau Testament. Paul utiliserait probablement le
même mot dans le même sens. En l'absence d'un avis distinct contraire, il est probable
que le don se manifestera sous la même forme à Corinthe qu'à Jérusalem. Il est plus
facile de concevoir des «langues diverses» comme pointant vers des différences de
langue que comme appartenant à des énoncés tous aussi sauvages et inarticulés.
Corinthe était un port maritime et était presque autant une communauté polyglotte
que Jérusalem. » 2
«Pourquoi Dieu a-t-il fait ce don à l'Église corinthienne? Simplement à cause de
tous les endroits en Grèce, Corinthe était la plus adaptée à son exercice; car, en raison
de sa situation, ayant deux ports ouverts sur deux mers, et de son importance
commerciale, elle était remplie de personnalités les plus diverses. Ce don a été donné à
certains membres des églises corinthiennes uniquement à des fins d'enseignement,
afin qu'ils puissent parler aux foules d'étrangers qui envahissaient ses rues et ses lieux
publics, dans leur propre langue, les merveilleuses œuvres de Dieu. Maintenant, cela
s'accorde sur le fait que les quatre endroits où ce don a été accordé étaient le recours à
des hommes de toutes les nations par lesquels la réalité du don pouvait être
immédiatement testée. Les quatre endroits sont: Jérusalem, Césarée (prononcée
comme étant beaucoup plus une Gentile qu'une ville juive, y ayant des cohortes de
légions de toutes les parties de l'empire en garnison), Ephèse, la station des pèlerins et
des commerçants de toutes les provinces asiatiques, et Corinthe. Si les chrétiens
recevaient ce cadeau dans des endroits tels que Philippes ou Thessalonique, il serait,
humainement parlant, jeté. Le miracle ne pouvait être utile à personne, car l'orateur
parlait une langue que personne ne pouvait comprendre sur place; alors que si un
chrétien de Corinthe ou d'Éphèse recevait ce cadeau, il trouverait des personnes dans
chaque rue

1
1
2

45

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

au nom duquel il pouvait l'exercer.


2
McClintock et Strong, op. cit. vi. 1.0, p. 479 si.

I Corthinians 14:22, "Les langues sont un signe, non pour ceux qui croient, mais
pour ceux qui ne croient pas." Si un incroyant (un étranger) entendait un autre lui
parler avec un sérieux sérieux apparent dans une langue qui ne lui était pas
intelligible, il le mettrait dans la folie, verset 23. Mais si le même étranger était assuré
que l'orateur ne savait que peu de temps devant pas un mot de sa langue maternelle
(celle de l'étranger), et pourtant entendu parler couramment par lui dans cette langue,
ce serait à l'auditeur comme à des multitudes le jour de la Pentecôte, le signe le plus
écrasant de la vérité de le message." 1
1
Sadler, MF Sadler, op. cit. p. 511 si. (Actes)

Il est intéressant de noter des citations de deux éminents pères d'église comme
preuve que le don des langues a été utilisé pour la diffusion de l'Évangile:

Irénée, Luc raconte que l'esprit est descendu sur les disciples après l'ascension du
Seigneur le jour de la Pentecôte afin que toutes les nations puissent entrer dans la vie;
c'est pourquoi ils se sont unis dans toutes les langues pour louer Dieu, le Saint-Esprit
réunissant des tribus lointaines et offrant à Dieu les premiers fruits de toutes les
nations.
Origène, «Je suppose qu'il a été fait débiteur de différentes nations parce que, par
la grâce du Saint-Esprit, il avait reçu le don de parler dans les langues de toutes les
nations, comme il l'a lui-même dit:« Je parle en langues plus que vous tous. " 2
Irénée a vécu moins de 100 ans après la Pentecôte. Origène a vécu 50 ou 60 ans
plus tard. Ceux-ci ont vécu 1700 ans plus près de l'époque du Nouveau Testament que
ceux qui affirment que le don des langues n'a jamais été utilisé pour la diffusion de
l'Évangile et n'a jamais été une langue terrestre. Des références peuvent être trouvées
dans les œuvres de pères d'église qui ont vécu un siècle ou plus tard que le don des
langues a été utilisé pour propager l'Évangile. 3
Plus de citations sont données pour soutenir davantage cette position:
«Chacun a commencé à parler ce qu'il n'avait pas acquis, et pourtant c'était une
vraie langue, et comprise par ceux de divers pays qui les connaissaient. Ce n'était pas
du jargon, mais un langage intelligible. Jésus avait dit que l'Évangile irait à toutes les
nations et ici diverses langues de la terre étaient parlées. » 4
"Les autres langues ne doivent donc, selon le texte, être considérées comme
absolument rien d'autre que des langues différentes de la langue maternelle des
locuteurs." 5
1
ibid. p. 511, cité d'Eusèbe 5, chapitre
7 2ibid. extrait de Wordsworth
3
ibid.
4
Robertson, AI, op. cit. vi. sur les actes p. 21
5
Meyer, HW, Manuel sur les actes des apôtres; p. 45

Répondez à ces questions


1. Pourquoi certaines personnes pensent-elles que parler en langues n'a rien à voir avec la diffusion
de l'Évangile?
2. La «glossolalie» pentecôtiste était en effet différente de la corinthienne - montrez comment.
3. Comment le mot grec «nouveau» est-il utilisé dans le Nouveau Testament?
4. Pourquoi Corinthe était-elle la mieux adaptée à l'exercice du don des langues?

1
2

46

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

5. Montrez comment I Corinthiens 14:22 indique que le don des langues était une langue.
6. Quelle est la conclusion des pères de l'église?

«L'orateur avec des langues, exerçant son don spirituel, pourrait en effet dire les
vérités divines ou les mystères de Dieu; mais en les parlant dans une langue étrangère
[soulignement le mien, RH], il ne serait compris que par Dieu et lui-même, et donc ne
ferait qu'édifier, etc., lui-même. 1
«L'orateur doué de langues a pu s'exprimer dans différentes langues. Le don des
langues a été conçu entre autres pour aider les chrétiens à proclamer l'Évangile aux
peuples barbares dans leur propre langue. Lorsqu'il était utilisé à cette fin, c'était une
bénédiction, mais l'utiliser dans un but de démonstration en s'adressant à ceux qui ne
pouvaient pas comprendre la langue employée, c'était en faire une malédiction. » 2
«L'idée est que l'église parlait généralement la même langue avec les gens parmi
lesquels ils habitaient; et s'ils utilisaient des langues étrangères incompréhensibles
pour leurs visiteurs, cela laisserait l'impression que l'église était un bedlam. » 3
«Les langues sont des langues humaines étrangères. Tout locuteur avec une langue
peut facilement savoir à l'avance si quelqu'un est présent dans l'assemblée qui
comprend la langue particulière que l'Esprit lui communique. Les tests et expériences
précédents mettent cela au-delà de toute question. Cela s'applique à chacun des deux
ou trois orateurs autorisés par Paul à un service donné. Chacun peut parler une langue
étrangère différente. Chacun connaîtra le nom de la langue particulière que l'Esprit lui
accorde de parler. Un coup d'œil lui indique si un interprète est présent ou non. S'il n'y
en a pas, il reste silencieux. Ces interprètes auront déjà interprété auparavant et seront
donc connus de tous pour leurs capacités. » 4
'McGarvey, JW, The Standard Bible Commentary Thess. Cor. Fille.
ROM. p. 134 2 Boles, H. Leo, Commentaire sur I Corinthiens, p. 211
3
Barnes, Albert, op. cit. I Corinthiens, p.
4
609-610 Lenski, RCH, op. cit. I Corinthiens,
p. 269

«Ma compréhension des 'langues' décrites dans le Nouveau Testament est qu'elles
ont toujours été dans une langue comprise par le peuple. C'était certainement vrai à la
Pentecôte. Je ne vois aucune raison de croire qu'une sorte de langue «extatique»,
comprise par personne présent, mais nécessitant un interprète miraculeux est
mentionnée dans Corinthians. Je ne peux pas penser à Dieu utilisant une route
détournée pour éclairer les gens, quand un chemin direct pourrait être utilisé - comme
à la Pentecôte. Cette explication subterfuge selon laquelle les «dons de langues» était
un jargon céleste indiquant une faveur spéciale accordée au locuteur provenait de
certains hypocrites comme le fondateur du mormonisme. » 1
Compte tenu de tous les faits et commentaires précédents présentés, l'auteur de
cette thèse est d'avis que la conclusion suivante peut être tirée: Toutes les
manifestations du don des langues sont essentiellement les mêmes. Les langues étaient
parlées dans des langues humaines intelligibles et étaient utilisées pour la propagation
et la diffusion de l'Évangile.
L'utilisation du terme langue «inconnue» dans I Corinthiens 14: 4 dans la
traduction de King James est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles certains ont
conclu que le don des langues est une sorte d'énonciation extatique et
incompréhensible. Cette conclusion devient intenable lorsque le fait est souligné que le
mot «inconnu» n'est pas dans le texte grec d'origine, mais n'est qu'un ajout des
traducteurs de King James.
1
Walker, WR, Christian Standard; cité par GR Phillips dans Thesis, p. 11 (1

Selon les écrits patristiques (les premiers pères de l'église), au moment de


Chrysostome, ce don a cessé. Depuis lors, cependant, des contrefaçons de ce cadeau
sont apparues de temps en temps dans des périodes d'excitation religieuse particulière:
1. Parmi les camisards et prophètes des Cévennes en France au XVIIe siècle.
2. Parmi les premiers Quakers et méthodistes.
3. Les Mormons au début de leur mouvement.
4. Parmi les lecteurs de Suède - 1841-1843.
1
1

47

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

5. Dans les réveils irlandais de 1859.


6. Chez les Irvingites ou l'Église catholique apostolique - 183 1.
7. Parmi les diverses sectes pentecôtistes et de sainteté d'aujourd'hui.
Un homme du nom de Bennet a écrit un ouvrage sur l'Église m Unité Broken dans
laquelle il a consacré une partie à l'exposition des dons prétendus des Irvingites. Son
exposition décrit avec justesse et s'applique non seulement aux Irvingites mais à tous
ceux qui ont réclamé ce don depuis l'époque apostolique:
«Le don des langues revendiqué par les Irvingites modernes a été dit être illustratif
du don des langues de l'âge apostolique. Maintenant, premièrement, sur les huit
personnes qui ont été déclarées ainsi avoir parlé, une, M. Baxter, a reconnu qu'il avait
été trompé. Une autre a admis que ce n'était pas du tout un cadeau, mais qu'elle a été
progressivement amenée à l'imposture. Encore une fois, M. Pilkington, qui était depuis
quelque temps parmi eux, a émis divers sons qu'il déclare avoir entendus. D'un il dit,
qu'il a éclaté avec un crash étonnant et terrible. Il dit que cela donne une idée du son
avec lequel la langue a été délivrée par lui, si «cras-cran-cran-crash» était prononcé
avec une vocifération soudaine et rapide. M. Pilkington explique certains de ces mots
comme un anglais cassé, «Holimoth Holif Awthaw» étant «le Saint-Père très saint».
Lorsqu'on a demandé à l'un des orateurs du jabbering précédent si elle avait parlé
anglais, elle ne l'a pas nié, mais a chuchoté à son voisin, je n'ai pas parlé en anglais,
n'est-ce pas?
Mary Campbell, l'un des premiers demandeurs du cadeau, a non seulement
prononcé de tels sons, mais a également écrit ce qu'elle entendait être des personnages
écrits les représentant. Ces fragments d'écrits ont été soumis à plusieurs. Ces
personnages étaient ceux que l'on voit sur les grands coffres à thé chinois, dont
certains souvenirs flottaient probablement dans l'esprit de Mary Campbell. Elle n'a pas
professé comprendre les personnages qu'elle a tracés. Personne d'autre ne pouvait les
comprendre non plus. De telles choses qui nous sont racontées illustrent l'action
pentecôtiste de l'Esprit de Dieu. » 1
Voici des descriptions d'occurrences présumées de parler en langues chez les
camisards de France et les prophètes cévenaux:
«Les Camisards de France au XVIIIe siècle étaient un groupe de protestants
persécutés. Ils semblaient capables, après des jeûnes répétés de trois jours chacun, de
recevoir un `` cadeau '', de tomber au sol comme dans la mort, et après un certain
temps de se lever, parlant en bon français (une langue qui leur est complètement
inconnue) pendant deux heures, puis de sortir de leur «transe» sans se souvenir de ce
qu'ils avaient fait. Toutes sortes de miracles y ont assisté. Des lumières dans le ciel les
guidaient vers des lieux sûrs, des voix les encourageaient, les coups de feu et les
blessures étaient souvent inoffensifs; ils ont versé des larmes de sang et ont survécu
sans nourriture ni discours pendant neuf jours. » 2
1
Sadler, MF, op. cit. p. 517 (Lois)
2
Encyciopedia Brittanica, 1951, vi. 4, p. 666, cité par GR Phillips
dans Thesis, p. 24

«Les prophètes cévenaux, qui étaient en France à la fin du XVIIe siècle, ont réclamé
des dons spirituels. Les personnes concernées étaient des hommes et des femmes, des
personnes âgées et des jeunes. Beaucoup étaient des enfants de neuf ou dix ans. Ils sont
nés du peuple, dit leur ennemi, de la lie du peuple, ignorants et incultes pour la
plupart; et incapable de lire ou d'écrire. De telles personnes tomberaient soudainement
en arrière et, tout en étant étendues sur toute la longueur du sol, subiraient des
contorsions étranges et apparemment involontaires: leur poitrine semblerait se
soulever, leur estomac se gonfler. En sortant progressivement de cette condition, ils
semblaient retrouver instantanément le pouvoir de la parole. Commençant souvent
par une voix interrompue par des sanglots, ils déversèrent bientôt un torrent de
mots - cris de miséricorde, appels au repentir, exhortations, dénonciations et
prophéties du jugement à venir. De la bouche de ceux qui n'étaient guère plus que des
bébés sont venus des textes des Écritures et des discours en français bon et intelligible,
tels qu'ils n'ont jamais utilisé pendant leurs heures conscientes. Lorsque la transe a
cessé, ils ont déclaré qu'ils ne se souvenaient de rien de ce qui s'était passé ou de ce
qu'ils avaient dit. Dans de rares cas, ils ont conservé une impression générale et vague,
mais rien de plus. » 1
La description suivante de la réunion de Cane Ridge au Kentucky au début du
mouvement de restauration en Amérique montre que certains ont affirmé y avoir
parlé en langues:
1
1

48

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

«Il y avait 25 000 personnes rassemblées et le bruit était comme celui des chutes du
Niagara. Sept ministres prêchaient de différents endroits. A aucun moment, le sol n'a
été à moins de la moitié couvert de victimes de l'expérience religieuse. Certains ne
pouvaient ni bouger ni parler et des équipes de secours, appelées «porteurs des tués»,
les emportaient. Certains ont parlé mais n'ont pas pu bouger. Certains battent la terre
avec leurs talons. Certains, hurlant d'agonie, bondirent comme des poissons vivants
hors de l'eau. Beaucoup se couchaient et roulaient pendant des heures à la fois;
d'autres se sont précipités sur les souches et les bancs, puis ont plongé, criant, «perdus,
perdus» dans la forêt. Beaucoup parlaient en langues [c'est moi qui souligne, RH),
certains avaient les «rires saints», les «aboiements». Celles-ci tombaient à quatre pattes
en roulant et se rassemblant au pied d'un arbre en glapissant, aboyant et claquant
comme des chiens. Cet exercice s'appelait arborer le diable. » 2
Ces occurrences présumées ne répondent tout simplement pas aux mêmes tests,
n'ont pas été faites aux mêmes fins et n'ont pas été provoquées de la même manière
que les miracles du Nouveau Testament et en particulier le don des langues.
1
Dalton, RC, Tongues Like as of Fire; p. 17, cité dans ibid.
2
Tbe Ligttorian, p. 156, cité par GR Phillips, op. cit. p. 24 si.

Répondez à ces questions


1. Qu'a dit AT Robertson sur la signification du mot «langues».
2. Qu'a dit HW Meyer?
3. Qu'a dit JW McGarvey?
4. Qu'a dit RCH Lenski?
5. Que dirons-nous des occurrences post-apostoliques de parler en langues?

INTERPRÉTATION DES LANGUES


Ce don consistait en la capacité de faire connaître aux autres, en particulier à ceux
qui sont en réunion de congrégation, le sens de ce qui est dit par celui qui possède le
don de parler en langues. Lenski a à dire à propos de ce cadeau:
«Celui qui possédait ce don était celui qui connaissait naturellement une langue
étrangère utilisée par ceux qui parlaient des langues, et qui a ensuite utilisé ses
connaissances naturelles pour donner l'interprétation à la congrégation.
L'interprétation est le dernier et donc le plus bas de tous les dons. Il utilise une capacité
naturelle en la sanctifiant et en l'utilisant à des fins spirituelles. »
Ce don n'est mentionné que dans le cadre de l'église de Corinthe. Sans aucun doute,
ce don s'est manifesté ailleurs, mais il n'en est pas fait mention. »
(Ronnie Hanna)

UNE EXEGÈSE DES CHAPITRES I CORINTHIENS DOUZE,


TREIZE ET QUATORZE
Aperçu des chapitres douze, treize et quatorze

CADEAUX SPIRITUELS 12: 1 - 14: 40


L'occasion pour cette section était un malentendu et un abus des dons spirituels.
Ceux qui revendiquaient les cadeaux les plus importants les exposaient à l'humiliation
de ceux qui en avaient moins.

1. Oracles païens comparés à la révélation chrétienne, 12: 1-3. Les oracles


prétendaient la révélation à travers les idoles, mais les idoles «muettes» ne révélaient
rien: seuls les hommes inspirés pouvaient dire «Jésus est Seigneur».
2. Unité et but des dons spirituels, 12: 4-11.
une. Relation des dons à la Divinité, 4-6. A l'Esprit - dons, manifestation, au Christ -
ministères ou moyens de travailler; à Dieu - les travaux ou la preuve de l'activité
divine dans l'église. Cette unité de dons s'opposait à leur utilisation conflictuelle.

49

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

b. Les dons et leurs réalisations, 7-11. Ils étaient au nombre de neuf, classés comme suit:
(1) Ceux qui révèlent l'Évangile; «Paroles de sagesse» - ce don utilisé par les
apôtres et les prophètes; «Parole de connaissance» - pour enseigner des
vérités révélées par des enseignants inspirés; «Prophétie» - pour prédire, voir
Actes 11:28; 21: 8-il; «L'interprétation des langues» - un élément essentiel pour
révéler la vérité «le discernement des esprits» - la capacité de distinguer les
faux enseignants des vrais, I Jean 4: 1.
(2) Ceux qui confirment l'Évangile: «foi» - conviction qu'ils pourraient faire des
miracles, voir Matt. 17: 19-21; I Cor. 13: 2; « Guérisons » - pouvoir de restaurer
les malades, Actes 5:15, 16; Jacques 5: 14,15; «Miracles» - exemples dans Actes
5: 1- 11; 13: 8-11; «Langues» - capacité de présenter l'Évangile dans des
langues étrangères, comme à la Pentecôte, Actes 2: 5-11.
3. Unité dans l'utilisation de ces dons, 12: 12-27.
une. Unité organique, 12, 13. Comme le corps humain «est un», l’Église aussi; car
par «un seul Esprit», dirigeant par sa parole, nous étions tous plongés dans le
même corps.
b. Unité coopérative , 14-27. Cela aussi, illustré par le corps humain. Ainsi, la
mauvaise utilisation pécheresse des dons a été révélée; ils ont été donnés pour le
bien commun.
4. Gradation des cadeaux selon l'importance, 28-30. En classant les hommes
spirituellement doués dans cet ordre, la priorité de chacun est établie.
Un moyen plus excellent que la fierté et les conflits au sujet des dons spirituels est la
manifestation de l'amour.
5. Supériorité de l'amour par rapport à tous les dons spirituels, 13: 1-13.
une. L'essentiel de l'amour, 1: 3: dans la parole - don des langues; dans la
connaissance - pour enseigner et prévoir; dans la foi - pour faire des miracles; en
donnant - des biens et des personnes.
b. La conduite de l'amour, 4-7. Il est personnifié afin d'exposer sa beauté et son
excellence dans les relations humaines.
c. Les valeurs finales de l'amour, 8-13. Les faits suivants ressortent:
(1) Les prophéties, les langues, la connaissance - et tout le reste des dons -
disparaîtront lorsque le «parfait» arrivera, à savoir l'Évangile pleinement
révélé et l'Église pleinement instruite, 8-10. Les dons sont entrés dans l'église
par les apôtres et sont sortis avec eux.
(2) Révélation progressive et instruction de l'église pendant l'âge apostolique
illustrée par le développement de l'enfance en âge adulte et par la réflexion
d'un miroir, 11, 12.
(3) Au lieu des dons spirituels, nous avons maintenant la foi, l'espérance, l'
amour - les résultats de ces dons, 13. La «foi» est basée sur le témoignage de
l'Esprit, Rom. 10:17. «L'espérance» de la résurrection sera accomplie par
l'Esprit, Rom. 8:11. «L'amour» de Dieu est transmis par l'Esprit, Rom. 5: 5, est
le caractère de Dieu, I Jean 4:16, donc éternel.
6. Ce chapitre corrige l' affichage égoïste et vain-glorieux des langues étrangères dans l'église de
Corinthe.
une. comparaison de prophétiser et de parler en langues, 1-5. Avec l'amour, les
dons spirituels étaient souhaitables, mais la prophétie était supérieure aux
langues étrangères, car elle édifiait (édifiait) l'église dans une langue connue.
b. L'inefficacité de parler dans une langue non comprise, 6-19. Ceci est illustré par
un son sans sens. Par conséquent, la parole inspirée, la prière, le chant dans une
langue étrangère doivent être interprétés, sinon les non-instruits ne pourraient
pas dire «Amen.
c. L'importance des langues et de la prophétie, 20-2 5. L'abus du don des langues
était puéril - une réprimande sévère aux acres sages à Corinthe. Les langues
avaient un double objectif: (a) la capacité de prêcher dans des langues étrangères
sans les apprendre, et (b) de prouver l'Évangile de source divine. De même que la
langue assyrienne était un signe pour Israël incrédule que sa captivité venait de
Dieu, ainsi les langues dans l'église étaient un signe «pour l'incrédule» «que Dieu
est parmi vous», croyants. Cependant, les langues doivent être interprétées, sinon
les incroyants diront «vous êtes fous». Mais la prédication prophétique intelligente
convaincra.

7. Décorum approprié dans le culte public, 14: 26-40.


une. Nombre et ordre des orateurs, 26-33. L'édification de l'église est le seul objectif, donc là

50

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

doit être un discours intelligent et une division du temps dans l'utilisation des dons
spirituels, sinon la confusion en résulterait - une chose qui n'est pas attribuable à Dieu.
b. Les femmes se taisent dans l'assemblée, 33-36. Ceci pour deux raisons: (1) La
loi exige l'assujettissement, Gen. 3:16; Num. 30: 3-12. C'est toujours en vigueur, I Cor.
11: 3. (2) Coutume locale, "honteuse pour une femme". Ce n'est pas le cas en Occident.
Même dans l'église primitive, il y avait des exceptions, Actes 21: 9; I Cor. 11: 5.

8. Dernier mot sur les dons spirituels, 37-40. Son enseignement est par l'autorité du
Christ, reçu par ceux qui veulent apprendre. En outre, ces dons doivent être exercés
de manière décente et ordonnée. (extrait des épîtres du Nouveau Testament, de
Victor F. Hoven)
Texte 12: 1-3
En ce qui concerne les dons spirituels, frères, je ne voudrais pas que vous ignoriez.
Vous savez que lorsque vous étiez des Gentils, vous avez été emmenés vers ces idoles
muettes, peu importe comment vous pourriez être conduits. C'est pourquoi je vous fais
savoir qu'aucun homme parlant dans l'Esprit de Dieu ne dit: Jésus est anathème; et nul
ne peut dire, Jésus est Seigneur, mais dans le Saint-Esprit.
Questions de réflexion 12: 1-3
Veuillez essayer de répondre à ces questions avant de lire notre commentaire.
1. Le mot «cadeaux» est fourni par les traducteurs. Quel synonyme pourriez-vous fournir?
2. Pourquoi Paul a-t-il ressenti le besoin d'écrire sur ce sujet? c'est-à-dire, quelles
étaient les conditions dans l'église de Corinthe qui ont suscité une telle discussion?
3. Les chrétiens de Corinthe ne sont-ils pas encore des Gentils? Pourquoi utiliser le mot «Gentils»
comme au v. 2?
4. Qui les a emmenés aux idoles?
5. Pourquoi appeler les idoles «muettes»? Est-ce à dire «stupide»?
6. Pourquoi étaient-ils si facilement dirigés?
7. Comment les idoles se rapportaient-elles au sujet des dons spirituels?
8. Veuillez noter que le v. 3 est une conclusion du v. 2 - quelle est la prémisse de cette conclusion?
9. Qui disait «Jésus est maudit» ou «anathème»?
10. Que signifie l'expression «parler dans l'Esprit de Dieu»?
11. De toute évidence, quelqu'un prétendait parler par l'Esprit de Dieu, et n'était pas - qui était-ce?
12. Dans quel sens devons-nous comprendre vs 3b? c'est-à-dire, est-ce une référence à
dire surnaturellement «Jésus est Seigneur», ou est-ce une référence à la confession
ordinaire de Sa Seigneurie? Quel est l'intérêt de la déclaration?
Paraphrase 12: 1-3
(PAR JAMES MACKNIGHT)

1. Maintenant, concernant les hommes spirituels, et concernant la nature,


l'excellence et l'utilisation de leurs dons, frères, je ne vous ferais pas ignorer.
2. Vous savez tous que, jadis, vous étiez des païens aveugles, conduits à adorer des
idoles muettes, tout comme vous étiez conduits par l'éducation, la coutume ou les
artifices de vos prêtres.
3. C'est pourquoi, afin que vous puissiez distinguer les inspirations de Dieu de celles
des mauvais esprits, je vous informe que personne, parlant par l'Esprit de Dieu, ne
prononce Jésus un trompeur qui a été mis à mort à juste titre; et que personne,
parlant par une impulsion surnaturelle, ne peut déclarer Jésus Seigneur, à moins
qu'il ne soit vraiment inspiré par le Saint-Esprit.
Commentaire 12: 1-3
L'utilisation et le but des dons spirituels sont très bien exprimés par JW McGarvey
et Philip Y. Pendleton dans leur commentaire:
«Dans la première église, l'Esprit de Dieu, accomplissant les prédictions de la
prophétie (Joël 2:28 ff, Actes 2: 17-21) et la promesse du Seigneur (Marc 16: 17-18; Actes
1: 8), commençant le jour de la Pentecôte, a doté certains membres de cadeaux
miraculeux. C'étaient nécessaires en ce jour:
1. Ils ont aidé les évangélistes et les missionnaires à propager la foi dans de nouveaux domaines
plus rapidement.

51

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

2. Ils ont assuré aux faibles convertis que Dieu était bien dans cette église pour
laquelle ils avaient abandonné leurs anciennes religions.
3. Ils ont édifié l'église et lui ont donné ce corps de vérité révélée parfaite qui a été
préservée et rendue permanente dans le Nouveau Testament. » (p. 119, 120)
Il serait peut-être préférable d'utiliser le mot «questions» à la place de ~ dons »au v.
1, de sorte que la traduction se lirait:« Maintenant, concernant les questions
spirituelles, frères, je ne vous ferais pas ignorer. Il est ainsi traduit par un certain
nombre de commentateurs ainsi que de traducteurs. Paul veut les instruire sur toutes
les questions spirituelles, qu'elles concernent ou non l'utilisation des pouvoirs
surnaturels. Sa préoccupation particulière est dans la bonne utilisation du don des
langues, mais il souhaite jeter les bases sur lesquelles bâtir son enseignement.
Le premier principe à apprendre et à appliquer concerne la confession de Jésus comme
Seigneur.
Installez-le dans votre esprit - les idoles n'ont aucun pouvoir ni approbation
surnaturels. Cela peut être certain parce que leurs prêtres et leurs disciples nient la
divinité et la seigneurie de Jésus. Quand vous étiez des Gentils (vous êtes maintenant
enfants d'Abraham par la foi - Cf. Gal. 3: 26,27), vous avez été facilement influencés par
ces faux docteurs - souvenez-vous, les idoles devant lesquelles vous vous teniez étaient
aussi muettes que la substance de dont ils ont été faits. S'ils semblaient parler, c'est par
la ruse des prêtres qui les manipulaient. Ces prêtres ne peuvent possiblement pas avoir
le pouvoir ou l'approbation de Dieu car ils rejettent et blasphèment notre Sauveur.
Il est également vrai que si quelqu'un confesse que Jésus est Seigneur, il le fait soit
par l'influence directe du Saint -Esprit, c'est-à-dire l'Esprit qui parle à travers lui, soit
par la pleine approbation du Saint-Esprit.
Quelle que soit la confusion qui règne dans votre esprit à cause de l'abus et de
l'abus de ces pouvoirs surnaturels, veuillez ne pas associer ces pouvoirs à votre ancien
culte idolâtre.
Texte 12: 4-11
Maintenant, il y a une diversité de dons, mais le même Esprit. Et il y a une diversité
de ministères et le même Seigneur. Et il y a des diversités de fonctionnement, mais le
même Dieu, qui travaille toutes choses en tout. Mais à chacun est donnée la
manifestation de l'Esprit pour en profiter. Car à l'un est donnée par l'Esprit la parole de
sagesse; et à un autre la parole de connaissance, selon le même Esprit: à une autre foi,
dans le même Esprit; et à un autre fonctionnement des miracles; et à une autre
prophétie; et à un autre discernement des esprits; à un autre divers types de langues;
et à un autre l'interprétation des langues; mais tous ceux-ci opèrent le même Esprit,
divisant chacun comme il veut.
Questions de réflexion 12: 4-11
13. Veuillez noter et définir les trois mots importants: cadeaux - services - travaux.
14. Remarquez la personne qui contrôle les «dons» - la personne qui contrôle les
«ministrations» - la personne qui contrôle les «travaux» - expliquez la raison de leur
attribution à différentes personnes divines.
15. Définissez le mot «manifestation» tel qu'il est utilisé ici.
16. À qui profite l'utilisation des dons spirituels?
17. Nous avons défini ces neuf dons spirituels - pourriez- vous maintenant définir avec vos propres
mots ces dons?
18. Qui donne des dons spirituels? Dans quel but?
19. Y avait-il un besoin ou un avantage particulier à accorder de tels dons à l'église de Corinthe?
Paraphrase 12: 4-11
4. Maintenant, il y a des diversités de dons, mais ils procèdent tous du même Esprit:
de sorte qu'en ce qui concerne leur origine, les dons spirituels sont tous également
divins.
5. Et il existe des diversités de ministères, pour lesquelles les différents dons sont
accordés; mais le même Seigneur est servi par ces ministères: de sorte qu'en ce qui
concerne le Seigneur qu'ils servent, les hommes spirituels sont tous également
honorables.
6. Et il y a une diversité d'œuvres dans l'esprit des hommes spirituels, mais c'est le
même Dieu qui agit intérieurement sur toutes les impressions surnaturelles: de
sorte qu'en ce qui concerne l'autorité par laquelle ils agissent, les hommes
spirituels sont tous égaux.
7. Et à chacun est donné le don par lequel la présence de l'Esprit avec lui se
manifeste, non pas pour faire avancer son honneur, mais pour promouvoir
l'avantage de tous: de sorte qu'en ce qui concerne la fin pour laquelle ils exercent
leurs dons spirituels, les hommes spirituels sont tous égaux.
8. Or, à l'un, en effet, à travers le séjour de l'Esprit, est donnée la parole de sagesse; la totalité

52

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

doctrine de l'Évangile: et à un autre la parole de connaissance; la connaissance


complète des révélations formées enregistrées dans les écrits de Moïse et des
prophètes, selon le séjour du même Esprit.
9. Et pour un autre, une foi si ferme dans l'original divin de l'Évangile, par le même
Esprit qui lui permet hardiment de prêcher et de le confirmer par des miracles; et à
un autre les dons de guérison des maladies par le même Esprit.
10. Et à un autre, l'accomplissement de miracles: et à une autre prophétie: et à un autre le don de
esprits exigeants: et à un autre la faculté de parler de diverses sortes de langues
étrangères: et à un autre la faculté d'interpréter ce qui est parlé dans les langues
étrangères par inspiration, pour l'édification et l'exhortation, et le confort de
l'église.
11. Maintenant, tous ces dons et pouvoirs, le seul et même Esprit de Dieu agit dans les
hommes spirituels, distribuant à chacun ses dons appropriés, comme il le veut lui-
même, pour l'avantage général.
Commentaire 12: 4-11
Cette section a besoin d'une attention particulière pour comprendre - il y a trois
personnes et trois responsabilités à considérer. Les trois personnes sont: (1) Le Saint-
Esprit; (2) Le Seigneur Jésus-Christ; (3) Dieu le Père.
Chacune de ces personnes a une responsabilité dans le fonctionnement des dons surnaturels:
(1) Les dons ont leur origine dans le Saint-Esprit. C'est lui qui invite et pourvoit à leur
fonctionnement.
(2) Les dons ont leur distribution dans et depuis le Seigneur Jésus (Cf. Rom. 12: 6,7;
Éph. 4: 11,12; I Pierre 4: 10,11). Sous la main dominante de Jésus, certaines
personnes se voient octroyer des pouvoirs surnaturels appropriés, même selon la
décision de notre Seigneur.
(3) Les dons ont leur pouvoir en Dieu. Dieu notre Père est la source de puissance pour
le fonctionnement de ces dons.
Veuillez lire très attentivement les versets six à huit en gardant à l'esprit les commentaires ci-
dessus.
Les manifestations ou expressions du Saint-Esprit à travers certaines personnes
seront ensuite discutées. Ces manifestations (capacités surnaturelles accordées au
Saint-Esprit chez l'homme) sont au nombre de neuf:
1. Sagesse («parole» ou «discours» de sagesse): Certains préfèrent définir cela comme
la capacité de révéler la vérité divine; d'autres croient que cela se rapporte à la
capacité de comprendre et d'appliquer la vérité après qu'elle a été révélée.
2. Connaissance («parole» ou «discours» de la connaissance): la connaissance est-elle
le corps de la vérité et de la sagesse la capacité de l'interpréter? Nous le pensons. Le
«discours de la connaissance» serait alors l'information transmise de façon
surnaturelle. Peu importe l'importance qui est ici utilisée - les faits indiquent qu'à
travers le Saint-Esprit, la sagesse et la connaissance ont été données à certains
hommes.
3. Foi: Cela fait référence à l'exercice de la foi. (Cf. Matthieu 17: 19,20; 13: 2). Ces
personnes pourraient croire en Dieu pour certaines actions surnaturelles qui ne
viendraient même pas à l'esprit du croyant ordinaire.
4. Guérison: Cela avait une référence particulière à la restauration des malades. (Cf.
Actes 5: 15,16; Jas. 5: 14,15.) Ceux qui avaient ce don étaient évidemment limités à ce
seul miracle.
5. Miracles: le don général ». . . cela comprenait des actes de jugement ainsi que de la
miséricorde. » Les cas de Paul et Elymas (Actes 5: 1-11 ) et de Pierre avec Ananias et
Sapphira sont cités comme exemples de l'exercice de ce don.
6. Prophétie: Cela semblerait chevaucher le don de sagesse et de connaissance - la
distinction doit être dans le pouvoir de prédire les événements futurs. Un exemple
serait le prophète Agabus. (Cf. Actes 11:28; 21: 9-11.)
7. Discernement des esprits: La capacité surnaturelle de dire quand un homme parlait
ou écrivait par inspiration divine.
8. Divers types de langues: il y a un désaccord sur cette expression quant à savoir si
elle se réfère à différentes langues ou non. En lisant une partie antérieure de cette
leçon, l'étudiant connaîtra nos raisons de croire que les langues des plongeurs se
réfèrent en effet à diverses langues.
9. Interprétation des langues: ce que M. Hanna a dit plus tôt, nous disons ici… »Ce don
consistait dans la capacité de faire connaître aux autres, en particulier à ceux dans
une réunion de la congrégation, le sens de ce qui est dit par celui qui possède le don
de parler en langues. "
Le Saint-Esprit est à l'origine de chacun de ces dons - Il a donné à chaque personne
surdouée le pouvoir qui lui semblait le mieux. Aucune gloire ne peut être revendiquée
par une personne douée au-dessus d'une autre dans la mesure où la puissance est de
l'Esprit et non de l'homme.

53
LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Texte 12: 12-31


Car, comme le corps est un, et a plusieurs membres, et tous les membres du corps,
étant nombreux, sont un seul corps; il en est de même de Christ. Car, dans un seul
Esprit, nous avons tous été baptisés en un seul corps, Juifs ou Grecs, liés ou libres, et
nous avons tous été amenés à boire d'un seul Esprit. Car le corps n'est pas un membre,
mais plusieurs. Si le pied dit: Parce que je ne suis pas la main, je ne suis pas du corps, il
n'est donc pas du corps.

(I Cor.12 : 17-31): Si tout le corps était un œil, où était l'ouïe? Si le monde entier
entendait, où étaient les odeurs? Mais maintenant, Dieu a placé les membres de chacun
d'eux dans le corps, même si cela lui plaisait. Et s'ils étaient tous un seul membre, où
était le corps? Mais maintenant, ils sont plusieurs membres, mais un seul corps. Et l'œil
ne peut pas dire à la main, je n'ai pas besoin de toi: ou encore la tête aux pieds, je n'ai
pas besoin de toi. Bien plus, les membres du corps qui semblent plus faibles sont
nécessaires: et les parties du corps que nous pensons moins honorables, nous leur
accordons un honneur plus abondant; et nos parties inconfortables ont une beauté
plus abondante; tandis que nos parties agréables n'ont pas besoin: mais Dieu a tempéré
le corps ensemble, donnant plus d'honneur à cette partie qui manquait; qu'il ne devrait
pas y avoir de schisme dans le corps; mais que les membres doivent avoir le même
soin l'un pour l'autre. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; ou
un membre est honoré, tous les membres s'en réjouissent. Maintenant, vous êtes le
corps de Christ, et plusieurs de ses membres. Et Dieu en a établi quelques-uns dans
l'église, des premiers apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement des
enseignants, puis des miracles, puis des dons de guérisons, des aides, des
gouvernements, divers types de langues. Sont tous des apôtres? sont tous des
prophètes? sont tous des enseignants? sont tous des faiseurs de miracles? avez tous les
dons de guérison? tous parlent-ils en langues? interprètent-ils tous? Mais désire
sincèrement les plus grands dons. Et de plus, je vous montre une excellente manière.

Questions de réflexion 12: 12-31


20. Veuillez expliquer l'utilisation du nom «Christ» dans 12:12.
21. Pourquoi la nécessité de mettre l'accent sur l'unité comme indiqué dans 12:12?
22. 12:13 enseigne-t-il le baptême du Saint-Esprit pour chaque croyant ou chrétien?
Sinon, qu'est-ce que cela enseigne? N'oubliez pas que nous avons discuté de ce
point dans une leçon précédente - veuillez travailler sur ce point.
23. Quels sont les deux organes envisagés dans toute cette section?
24. Quels membres du corps du Seigneur à Corinthe causaient des problèmes particuliers?
25. Remarque v. 15 - pourquoi le pied ne serait-il pas satisfait d'être un pied? Quel est
l'intérêt du verset?
26. Paul essaie-t-il de montrer l'importance de chaque membre ou de chaque don surnaturel?
27. Paul montre l'interdépendance de chaque membre - indiquez où et comment.
28. Précisez certains des membres du corps humain qui semblent plus faibles. »
29. Au terme de l'analogie, qui seraient les membres «les plus faibles» de l'église
corinthienne? N'oubliez pas que l'utilisation et l'abus des dons spirituels font l'objet
du chapitre.
30. Quelles sont les «parties agréables» du corps qui n'ont pas besoin d'honneur?
31. Quel corps est à l'étude en 12: 25b? Quel «corps» en 12: 24b?
32. Quel «honneur» est en vue au v. 12:26?
33. Si l'église est le corps de Christ, comment peut-elle être divisée en groupes confessionnels en
guerre?
34. Dans quel sens devons-nous comprendre le mot «set» dans 12:28?
35. Pourquoi les apôtres seraient-ils «premiers» dans le corps?
36. Qui sont les «enseignants»? Cf. Eph. 4: 11,12.
37. Doit-on comprendre que 12: 28-30 est une abréviation de ce qui a été discuté en détail dans
12: 1-11?
38. Dans l'ordre d'importance où Paul place-t-il le don des langues? Où est-il placé
aujourd'hui dans les églises qui revendiquent l' exercice actuel de ces dons?
Pourquoi?
39. Que sont les «aides» et les «gouvernements»?
40. Si tous ne possèdent pas ces dons, qui en possède? Pourquoi?
41. Quels sont les «dons» les plus importants (veuillez noter que ce mot est au pluriel).

54
DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Paraphrase 12: 12-31


12. Car, comme le corps humain est un seul corps, bien qu'il soit composé de
nombreux membres, et que tous les membres de ce même corps, bien que
nombreux, sont toujours un seul corps, par les fonctions que chaque membre
exerce pour la préservation de l'ensemble, c'est aussi le corps du Christ, l'église:
c'est un corps composé de plusieurs membres.
13. Car en effet, avec les dons d'un seul Esprit, nous avons tous été baptisés en un seul
corps ou une seule église, qu'ils soient Juifs ou Gentils, qu'ils soient esclaves ou
hommes libres, et nous avons tous également droit aux privilèges de ce seul corps,
et tirons un égal honneur de leur; et tous ont été faits pour boire dans le souper du
Seigneur d'un seul esprit de foi et d'amour, par lequel le seul corps est animé.
14. Puisque le corps humain n'est donc pas composé d'un seul membre, mais de
nombreux membres, dont les pouvoirs sont différents et les fonctions diverses,
15. Si le pied, qui marche sur le sol et qui est souvent couvert de terre, enviant la
main, dira: Parce que je ne suis pas la main, je ne suis pas membre du corps; n'est-
ce pas pour cela un membre du corps, et affranchi de sa fonction propre?
16. Et si l'oreille, parce qu'elle est inférieure à l'œil, le membre le plus noble du corps,
dira: Parce que je ne suis pas l'œil, je ne suis pas membre du corps; n'est-ce pas
pour cela un membre du corps, et libéré de sa fonction propre?
17. L'absurdité de tous les membres désireux d'être les principaux membres est
évidente, car ainsi le corps privé des membres inférieurs périrait rapidement. Si
tout le corps était un œil, où était l'ouïe? Si le monde entier entendait, où étaient les
odeurs?
18. Mais maintenant, en opposition à cette folie, Dieu bain plaça les membres, chacun
d'eux dans le corps de manière à former un tout, et bain assigna à chaque membre
sa propre fonction, comme il lui plaisait.
19. D'ailleurs, si tous étaient un seul membre, où était le corps? Cet exquis morceau de
mécanisme, qui est capable de se soutenir par les fonctions de ses plusieurs parties.
20. Mais maintenant, en effet, il y a beaucoup de membres qui, convenablement
réunis, ne forment qu'un seul corps, dont le bonheur résulte de l'existence de tous
ses membres.
21. Par conséquent, l'œil ne peut pas dire à la main, le principal instrument d'action,
je n'ai pas besoin de toi; ni de la même manière la tête, dans laquelle sont placés les
yeux et les oreilles, disent aux pieds qui soutiennent tout le corps, je n'ai pas besoin
de vous.
22. Non, les membres du corps qui semblent être plus faibles, car incapables de
supporter des lésions externes, telles que le cerveau, les poumons et les intestins,
sont beaucoup plus nécessaires à sa subsistance que les membres les plus forts.
23. Et ceux que nous pensons être des membres du corps moins gracieux, en raison de
leur place et de leur utilisation, autour d'eux, nous jetons un honneur plus
abondant, en les habillant de vêtements splendides. Et ainsi nos membres
inconfortables ont une bienveillance plus abondante, par notre soin de les orner et
de les défendre.
24. Mais nos membres les plus forts et les plus aimables n'ont pas besoin de défense et
d'ornement. Cependant, Dieu a uni tous les membres du corps ensemble, en
donnant aux membres qui sont naturellement faibles et sans beauté, un honneur
plus abondant, par leur plus grande efficacité dans la nourriture et la conservation
du corps.
25. Il l'a fait, afin qu'il n'y ait pas de mutinerie dans le corps, mais que les membres
aient le même souci anxieux les uns pour les autres; et en particulier que le ventre
et d'autres membres inactifs, en remplissant leurs fonctions, peuvent renforcer les
mains et les pieds, les membres actifs.
26. Et donc, le tout étant uni, si un membre est malade ou invalide, tous les membres
souffrent conjointement, en perdant l'assistance du membre handicapé; ou si un
membre est convenablement vêtu et satisfait, tous les autres tirent avantage de son
bien-être et participent ensemble à sa joie.
27. Maintenant, étant son église, vous êtes le corps de Christ, et chacun de vous est
membre en partie; et vous devez appliquer ce que j'ai écrit concernant le corps
naturel et ses membres.
28. C'est pourquoi, en effet, Dieu les a placés dans l'église comme membres
principaux: Premièrement, les apôtres, qui étant dotés de la parole de sagesse,
doivent tous recevoir la connaissance de l'Évangile; Deuxièmement, les prophètes
supérieurs, qui, possédant la parole de connaissance, sont qualifiés pour
interpréter les révélations anciennes; Troisièmement, les enseignants, qui prêchent
hardiment l'Évangile à travers le monde, et le confirment par des miracles: Ensuite,
ceux qui communiquent aux autres les pouvoirs spirituels: Ensuite, ceux qui
possèdent les dons de maladies curatives: Les aides, qui, parlant d'inspiration à
l'édification de l'église,
55

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

sont aptes à aider les enseignants supérieurs et à aider la foi et la joie des autres: les directeurs
qui,
don d'esprits exigeants, sont aptes à diriger l'église: Enfin, les personnes qui, ayant
le don de parler différentes langues étrangères, peuvent prêcher à chaque nation
dans sa propre langue.
29. Tous les apôtres? Tous les prophètes sont-ils supérieurs? Sont tous des
enseignants? Avez-vous tous le don de communiquer des pouvoirs miraculeux?
30. Avez-vous tous les dons de guérir les maladies? Tous parlent-ils des langues
étrangères? Est-ce que tous interprètent ce qui est parlé dans ces langues? Non.
L'église est composée de nombreux membres, chacun ayant ses propres pouvoirs et
fonctions.
31. Maintenant, vous désirez sincèrement les principaux dons, afin que vous deveniez
les personnes les plus honorables de l'église. Mais je vais vous montrer une
meilleure façon d'obtenir l'honneur.
Commentaire 12: 12-31
Nous reproduisons ici le plan de VF Hoven pour garder devant nous l'analyse de ce
passage: Unité dans l'utilisation de ces dons, 12: 12-27.
une. Unité organique, 12,13. De même que le corps humain «est un», l’Église aussi;
car par «un seul Esprit», dirigeant par sa parole, nous étions tous plongés dans
un seul corps.
b. Unité coopérative , 14-27. Cela aussi, illustré par le corps humain. Ainsi, la
mauvaise utilisation pécheresse des dons a été révélée; ils ont été donnés pour
le bien commun.
Gradation des cadeaux selon l'importance, 28-31.
En classant les hommes spirituellement doués dans cet ordre, la priorité de chacun est établie.
Un moyen plus excellent que la fierté et les conflits au sujet des dons spirituels est la
manifestation de l'amour.
Nous allons maintenant reprendre une explication très claire verset par verset du texte basé sur
l'analyse ci-dessus:

Contre. 12 . Ce verset contient la proposition ou le point à développer dans les versets


13 à 31. Il s'agit d'une analogie belle et puissante entre le corps humain et l'église, le
corps du Christ. N'oubliez pas que ces chapitres ne sont pas une discussion sur les dons
spirituels en soi - mais plutôt une discussion sur leur bon usage. Il y a beaucoup de
membres dans le corps humain - et ils ont tous une fonction distincte, mais il n'y a pas
de désaccord ou de manque d'unité. Il y a un autre corps - c'est le corps du Christ - Son
église. Il contient de nombreux membres. Est-ce à dire qu'il doit y avoir désaccord et
dispute? Pas si nous reconnaissons tous que nous sommes un seul corps. Nous devons
notre existence non pas à nous-mêmes mais à notre relation les uns aux autres dans le
même corps. Christ n'est dans ce monde que dans la mesure où il est vu et entendu à
travers son corps, l'église.
Contre. 13. Comment sommes-nous devenus un seul corps? Nous l'avons fait par notre
baptême - dans lequel nous sommes morts et notre vie a été cachée avec Christ en
Dieu. Nous avons perdu notre identité et sommes devenus un nouvel homme en Jésus-
Christ. Comment peut-il y avoir de la jalousie et de l'envie alors que nous sommes tous
membres les uns des autres dans le corps de Christ, son église? Ce verset enseigne-t-il le
baptême du Saint-Esprit à tous les chrétiens? Nous aimons les mots de Kappa dans
Lard's Quarterly, Vol. I, p. 432 ff:
Première. N'est-il pas vrai que nous sommes amenés dans le même corps par
immersion dans l'Esprit? Si c'est le cas, cela n'est certainement pas prouvé par le
passage que nous avons examiné; car, comme nous venons de le voir, ce passage,
même avec le rendu en question, contient une proposition entièrement différente.
Encore une fois, selon la règle qui exige que le terme immersion, lorsqu'il n'est pas
autrement limité, soit compris comme immersion dans l'eau, il est certain que dans ce
dernier sens, nous sommes immergés en Jésus-Christ et dans sa mort. C'est la seule
immersion qui nous amène dans l'unité de l'Esprit dans le corps unique. De plus, il est
certain qu'aucune des deux immersions dans le Saint-Esprit qui sont expressément
formulées ainsi dans les Écritures (la Pentecôte et la maison de Corneille) n'a amené
ses sujets dans le même corps. Les apôtres constituaient une partie du corps de Christ
avant d'être immergés dans l'Esprit; et Corneille et ses amis furent immergés dans le
même corps, né de l'eau dans le royaume, après avoir été immergés dans l'Esprit.
Maintenant, comment pouvons-nous affirmer que tous sont amenés dans le même
corps par immersion dans l'Esprit, alors que ce n'est pas le cas des seules personnes qui
ont été incontestablement si immergées? Même si nous avions une déclaration
expresse selon laquelle l'immersion dans l'Esprit nous amène dans un seul corps, nous
aurions beaucoup de difficulté, sinon une impossibilité, à essayer de le réconcilier avec
ces faits.

56

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Seconde. L'hypothèse baptiste n'est-elle pas la vraie - que nous sommes tous
d'abord dans le même Esprit, et ensuite, par immersion dans l'eau, amenés dans le
même corps? Si c'est le cas, nous devons trouver les faits historiques sur le sujet en
harmonie avec cette idée. Mais nous trouvons les apôtres tous dans le même corps
avant qu'ils ne soient plongés dans l'Esprit; et nous trouvons les douze disciples à
Éphèse plongés par Paul «dans le nom du Seigneur Jésus» (Actes 19: 5-6), après quoi
Paul leur imposa les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit. Et de peur que cela ne soit
considéré comme des cas anormaux, ce n'est que quelques jours, voire des semaines,
après que les Samaritains ont été immergés par Philippe, que le Saint-Esprit est venu
sur eux dans la réponse à la prière de Pierre et Jean: n'a été tombé sur aucun d'eux,
seulement ils ont été baptisés au nom du Seigneur Jésus »(Actes 8: 14-17). Dans tous ces
cas, l'idée baptiste est inversée; il apparut donc à Paul et à Pierre en référence à tous
les autres cas; car Paul dit: «Parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé l'Esprit de son
Fils dans vos cœurs en pleurant, Abba, Père» (Gal. 4: 6); et Pierre ordonne: «Repentez-
vous et soyez immergés pour la rémission des péchés, et vous recevrez le don du Saint-
Esprit» (Actes 2:38).
Nous passons maintenant à la question de savoir quel est le véritable sens de
l'expression grecque En Heni Pneumati rendue par l'écrivain, dans un seul Esprit, et
dans la version courante, par un seul Esprit. Cela en moyens dans, et qui doivent être
rendus quand il n'y a rien à gouverner autrement, ne peut être niée. Et que
l'expression grecque En Heni Pneumati seule, soit rendue dans un seul Esprit, est
également indéniable. Mais En est parfois rendu par, et doit l'être, lorsque le contexte
ou l'harmonie des Écritures l'exige. Si nous ne consultions que le contexte, il n'y aurait
rien dans la structure grammaticale ou logique de la phrase pour en interdire l'usage.
Mais nous avons déjà vu que d'autres faits et déclarations dans le Nouveau Testament
interdisent l'idée exprimée par le rendu, "dans un seul Esprit, nous étions tous
immergés dans un seul corps." Cela suffit à lui seul pour savoir s'il existe un autre
rendu admissible qui s'harmoniserait mieux avec d'autres passages non ambigus. Si les
lois de la langue admettent un autre rendu, nous sommes obligés de le rechercher; et si
l'usage du Nouveau Testament en fournit d'autres dans des connexions similaires, nous
sommes invités à l'adopter.
Or, il se trouve qu'il n'y a que trois formes dans lesquelles l'action du Saint-Esprit
est exprimée par le mot grec Pneuma en conjonction avec une préposition. Ces trois
sont Dia avec le génitif, Hupo avec le génitif et En avec le datif. De ces trois, qui sont
tous rendus par ou par l'Esprit, le dernier se produit le plus fréquemment; de sorte que
l'expression même en discussion, que l'écrivain rend si sans hésitation «dans un seul
Esprit», est la forme grecque la plus fréquemment rendue par l'Esprit, et utilisée pour
déclarer que quelque chose est fait par l'Esprit en tant qu'agent ou acteur. Qu'il soit
correctement rendu ainsi, apparaîtra à l'examen de quelques-uns de ces passages.
Nous trouvons pas moins de quatre occurrences de cet usage dans le chapitre même
qui contient le texte en litige, et dans le contexte immédiat. Nous lisons dans le
troisième verset: «Aucun homme qui parle En Pneumati Theou, par l'Esprit de Dieu,
appelle Jésus maudit; et nul ne peut dire que Jésus est le Seigneur, mais En Pneumati
Hagio par le Saint-Esprit. » Dans aucun de ces cas, nous ne pouvons le rendre dans
l'Esprit, car c'est évidemment le but de l'écrivain d'exprimer un libre arbitre de l'Esprit;
et parce que les hommes peuvent dire que Jésus est Seigneur par l'Esprit, bien qu'ils ne
soient pas eux-mêmes dans l'Esprit. C'est par l'Esprit comme source de toutes les
preuves, et non par l'Esprit, que les hommes ont pu croire et reconnaître la Seigneurie
de Jésus; et quand un homme appelé Jésus maudit, c'était la preuve non seulement
qu'il n'était pas dans l'Esprit, mais qu'il ne parlait pas par la lumière que l'Esprit a
donnée à travers son témoignage divin.
Encore une fois, dans le neuvième verset, nous lisons: «À un autre, la foi est
donnée à Auto Pneumati par le même Esprit; à un autre le don de guérir En To Auto
Pneumati par le même Esprit. » Or, les parties à qui ces dons ont été accordés étaient
toutes dans l'Esprit; mais ces dons ont été conférés par l'Esprit, et c'est ce que l'apôtre
affirme ici. Dans les dix versets de ce chapitre, du troisième au treizième, il y a douze
choses qui auraient été faites par l'Esprit, et En Pneumati est l'expression dominante,
qui n'a varié qu'une fois pour des raisons d'euphonie par Dia Pneurnatos Kata Pneuma
, et quitter En Pneumati, à comprendre tout au long du dixième verset.
Comme cette critique constitue un point capital de cette enquête, je serai excusé
d'avoir accumulé des preuves sur des preuves en sa faveur. Les deux formes, Hupo
Pneumatos et en pnemati, sont utilisées dans le même sens par Matthew et Luke pour
décrire le même événement. Chacun dit que Jésus a été conduit par l'Esprit dans le
désert »(Matthieu 4: 1, Luc 4: 1), Matthieu utilisant la première expression et Luc la
seconde. Pierre et Paul font la même chose. En déclarant que les prophètes du vieux
parler "comme ils ont été touchés par le Saint

57

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Esprit », Peter utilise des pneumatos avec le génitif; tandis que Paul, en parlant du
mystère qui n'a pas été révélé aux autres générations, "tel qu'il a été révélé à ses saints
apôtres et prophètes par l'Esprit", utilise pneumati avec le datif. (Comparez II Pet. 1:21
avec Eph. 3: 5.) Au vu de toutes ces preuves, nous considérons qu'il est indéniable que
l'expression en pneumati est fréquemment utilisée par les apôtres pour exprimer ce qui
est fait par l'Esprit, et que elle peut être rendue par l'Esprit partout où elle est plus
appropriée soit au contexte, soit à la nature du sujet en discussion dans un passage
particulier.
Je pense qu'il peut maintenant être affirmé que nous avons établi trois
propositions: Premièrement, que pour rendre le passage en question, "nous étions tous
immergés dans un seul Esprit dans un seul corps", serait un mauvais emplacement des
paroles de l'apôtre, et faux En réalité. Deuxièmement, qu'il serait également faux de le
rendre, «dans un seul Esprit, nous étions tous immergés dans un seul corps»; ce qui
signifie par là que nous avons d'abord été dans l'Esprit, puis immergés dans le corps.
Troisièmement, pour que le passage soit rendu, en ce qui concerne la convenance
grammaticale, «par un seul Esprit, nous avons tous été immergés dans un seul corps».
Ce dernier rendu étant tout à fait cohérent avec l'usage du Nouveau Testament, et la
seule alternative si les deux premiers sont rejetés, nous serons obligés de l'adopter à
condition qu'il donne un sens en harmonie avec le contexte et avec d'autres faits
connus sur le même sujet.
Contre. 14. Veuillez noter l'inversion dans l'ordre de la figure. Dans le verset 12, l'unité
du corps même si plusieurs membres - dans le verset 14, les nombreux membres
même si un seul corps. Dans le premier cas (contre 12), l'unité est accentuée; dans le
second cas (vs.14), la valeur indispensable de chaque membre est le point.

Contre. 1 5. Quelle étrange observation est créée lorsque nous personnifions les
membres du corps humain, et pourtant c'est la force de la figure. Imaginez la
circonstance ridicule du pied se plaignant contre la main. Cela est impensable parce
que nous connaissons la valeur et l'importance distinctes de chaque membre - nous
devrions donc le faire pour chaque membre du corps de Christ.
Contre. 16. L'apôtre dit - chaque membre est important - doué ou non - chacun a une
fonction importante pour le travail du corps. Comme il était étrange pour l'oreille de
prétendre qu'elle n'avait aucune valeur pour le corps parce que ce n'était pas l'œil! Et
pourtant, à Corinthe, certaines personnes non douées - ou moins spectaculairement
douées - agissaient de cette manière.
Contre. 17. Pour montrer la place et l’importation de chaque membre, essayez
d’imaginer un corps composé uniquement d’un œil - ou d’ une oreille - combien serait
perdu pour le corps humain si nous perdions un ou plusieurs de nos membres - et donc
avec le corps du Christ. C'est pour équilibrer la pensée à la fois des surdoués et des
non-doués dans l'église. Personne n'est indispensable, mais personne n'est non plus
sans importance.
Contre. 18. Les décisions de Dieu ne doivent pas être repenties. Les desseins de Dieu
sont toujours pour le meilleur intérêt et le bien de l'homme. Le corps humain a été créé
par Dieu et lui doit donc son existence et son expression. L'homme a été créé pour la
gloire et le plaisir de Dieu. À quel point le principe des droits de propriété est-il plus
fort lorsqu'il est appliqué au corps de Christ, son église? L'église n'appartient pas à elle-
même (Eph. 5:25; I Cor. 6: 19,20.). Par conséquent, chaque membre doit être désireux et
satisfait de mener à bien la place et le travail que Dieu lui a donné à faire.
Contre. 19 . Il ne peut tout simplement pas y avoir d'organe sans une multiplicité de
membres. S'il y avait une insatisfaction de la part de l'un, et Dieu, pour répondre aux
désirs de ce membre, lui avait donné le droit ou le pouvoir de devenir un autre
membre, tous les membres ne voudraient-ils pas bientôt devenir les plus éminents?
Bientôt, le pouvoir et l'efficacité du corps seraient perdus - nous pourrions ajouter que
s'il y avait une dissolution du corps, il y aurait également une perte de chaque membre.
Contre. 20 . Encore une fois, la conclusion: «Le thème de Paul est: Le corps - pas un
membre mais plusieurs. Nous qui constituons l'église et qui sommes individuellement
doués par l'Esprit, devons toujours garder à l'esprit ce grand fait. Une illustration
vivante de cela est toujours devant nous dans notre propre corps humain. Cela nous
aide à éviter toute insatisfaction envers nous-mêmes »(Lenski p. 525).

58

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Contre. 21 . Agrandir la figure avec illustration et application est le but des quelques
versets suivants (21-27).
Certains membres de l'église corinthienne pourraient être impliqués dans la
conversation imaginaire des membres du corps humain. L' importance excessive
accordée à la fonction particulière d'un membre du corps est ici soulignée: se glorifier
du pouvoir d'expression comme si vous ne dépendiez pas d'un autre n'est pas vrai
autant qu'être égoïste. Imaginez l'œil disant aux mains - "Je n'ai pas besoin de toi."
Quelle est la valeur du pouvoir de la vue sans aucun moyen d’exprimer ou de réagir à
ce qui est vu? Le même point est fait en référence à la tête et aux pieds.
Contre. 22 . Pour souligner l'interdépendance des membres, Paul rappelle maintenant
aux Corinthiens un point bien connu dans le soin et la fonction du corps. Tous les
membres du corps ne sont pas aussi forts ou aussi attrayants que les autres. Mais cela
ne reflète pas leur importance - certains des membres très faibles ou discrets du corps
sont aussi nécessaires que les plus forts et les plus attrayants. Il en va de même pour
les membres «faibles» discrets de l'Église.
Contre. 23. Certaines parties du corps que nous ne souhaitons pas naturellement
montrer - nous avons honte de leur exposition - sur ces membres, nous passons
beaucoup de temps et pensons à les cacher et donc à les rendre agréables. Ces
membres ont une décence en eux-mêmes. La convivialité plus abondante de nos
membres inconfortables est obtenue par les exigences de leur nature.

Contre. 24. Les parties les plus agréables du corps humain n'ont pas besoin de soins
particuliers pour leur accorder acceptation ou honneur. Le point de toute l'analogie est
que Dieu reconnaît le besoin et le but de chaque membre du corps humain - aucun
membre n'est minimisé par Lui. Dieu honore tous les membres du corps humain de la
manière décrite ici. Le corps de l'homme est merveilleusement façonné à l'avantage et
à l'honneur de chaque membre - tout comme Il a créé le corps de Son Fils. Nous devons
trouver notre place et la remplir - car personne d'autre ne peut la remplir pour nous.
En cela il y a de l'honneur.
Contre. 25. Une telle formation réfléchie et attentive à la fois du corps humain et de
son corps spirituel a pour but principal de maintenir l'unité du corps. Il faut rappeler à
chaque membre de l'église - oui, exhorté à reconnaître que le mal d'un est le mal de
tous. Le corps entier est blessé quand on ne reçoit pas de soins. Ce soin est donné par
Dieu à chaque membre du corps humain - maintenant le point est clair, que chaque
membre se donne le même type de soins les uns aux autres - si nous ne le faisons pas,
tout le corps en souffrira.
Contre. 26. Ce verset a été anticipé dans la mention du «schisme» dans le corps dans
Vs. 25. Comment se sentent certains des membres non doués de l'Église corinthienne
tandis que certains des membres spirituellement doués les regardent de haut; ou les
ignorer comme si elles n'étaient pas nécessaires, ou même comme si elles n'existaient
même pas? Quand on souffre, tout le corps souffre. Les hommes parlent contre l'église
quand ils parlent contre n'importe quel membre. Le corps physique ne peut être blessé
dans aucune partie sans que le corps entier en souffre. Si le cerveau a accompli, le
corps tout entier ne se réjouit-il pas de sa reconnaissance? Que cette même
préoccupation désintéressée et cette unité prévalent dans le corps du Christ.
Contre. 27. Nous devons en effet être prêts pour la conclusion - elle a été faite au
moins deux fois avant d'être agrandie et illustrée - maintenant dans toute sa beauté et
sa puissance, nous pouvons l'apprécier. «Nous sommes le corps du Christ et plusieurs
membres de celui-ci», ce qui signifie unité, coopération, préoccupation, honneur,
responsabilité, saint privilège.
Gradation des cadeaux selon l'importance, 28-30. En classant les hommes
spirituellement doués dans cet ordre (veuillez le noter), la priorité de chacun est
établie, c'est-à-dire que l'ordre d'importance est donné en énumérant les plus
importants en premier et les moins importants en dernier. Quelle est la dernière de
cette liste? La réponse est «langues».

Contre. 28. Nous devons maintenant examiner certains des membres. L'ordre dans
lequel ils sont mentionnés indique leur importance. Dieu a décidé qui serait honoré.
Veuillez noter que personne n'est laissé de côté. Il peut être significatif qu'il y ait neuf
dons spéciaux mentionnés, et ici nous avons neuf expressions de service dans l'église.

59

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Le mot «apôtre» signifie «un envoyé» - d' une manière spéciale les douze et Paul
ont été envoyés par Christ - ils étaient Ses ambassadeurs ou représentants personnels.
Les prophètes étaient ces personnes qui avaient le don de prophétie. De telles
personnes ont reçu un tel don de Dieu par les mains des apôtres - du moins les seuls
exemples des moyens de faire des prophètes l'indiquent ainsi (Cf. Actes 19: 1-6). Les
enseignants sont mentionnés comme les bergers ou les anciens de l'église d'Eph. 4:11. Il
y a les personnes dotées surnaturellement dont nous avons déjà étudié. Ces personnes
sont celles qui ont les dons spirituels de guérison et de miracles. Cependant, Dieu a
fourni des zones de service pour tous dans l'église. Il y a beaucoup à faire et de
nombreux assistants sont nécessaires pour faire le travail. Tout le monde peut aider de
nombreuses manières ouvertes au service. L'écrivain a préparé une fois une feuille de
talents sur laquelle il a énuméré 21 domaines de service distincts dans lesquels tous les
chrétiens pouvaient «aider». Sans une telle «aide», nous n'aurions pas besoin
d'enseignants, d'apôtres, de prophètes ou de quiconque. Il y a ceux qui font preuve
d'une réelle capacité dans le domaine du leadership et de l'organisation. Il y a
sûrement une place pour eux dans l'église du Seigneur. Enfin, et peut-être le moins, ce
sont ceux qui ont le don des langues. Il y a une place pour de telles personnes - un tel
lieu et un tel travail doivent être longuement examinés dans le chapitre quatorze.

Contre. 29 & 30. La réponse évidente à toutes les questions de Vs. 29 & 30 est "Non, ils
ne le sont pas." Le but de ce verset devrait maintenant être clair - chaque personne a
une place et un service - pas besoin de plus d'apôtres que ceux choisis par Dieu - pas
besoin de plus de prophètes. Et donc, pourrions-nous ajouter, il n'y a pas besoin de plus
dans n'importe quel domaine que Dieu a choisi.
Contre. 31. Ce verset a une double possibilité d'interprétation:
(1) Désirer le don le plus grand ou le plus spirituellement rentable — c'est-à-dire, si
vous êtes seulement un assistant, vous pouvez désirer ou vouloir le don de la
connaissance-prophétie — la sagesse — ou même les langues. Lorsque l'un des apôtres
visitait l'église, ou que vous visitiez l'un des apôtres, peut-être que le Saint-Esprit
jugerait bon de vous conférer une telle puissance ou un tel don par l'imposition des
mains des apôtres.
(2) Cela pourrait faire référence à de plus grands dons accompagnant l'obtention
d'un véritable amour. Paul pourrait dire: «Je vais vous montrer comment trouver les
dons ou les qualités de caractère que vous ne pourrez obtenir que par amour.»
L'amour fournit des pouvoirs et des capacités bien supérieurs à ceux que nous avons
mentionnés. Nous préférons cette deuxième interprétation.

SUPERIORITÉ D'AMOUR EN COMPARAISON AVEC TOUS LES CADEAUX SPIRITUELS 13: 1-13
une. L'essentiel de l'amour, 1-3
Texte 13: 1-3
1) Si je parle avec la langue des hommes et des anges, mais que je n'aime pas, je
deviens un laiton retentissant, ou une cymbale retentissante.
2) Et si j'ai le don de prophétie, et que je connais tous les mystères et toutes les
connaissances; et si j'ai toute la foi, afin d'enlever les montagnes, mais que je n'ai
pas d'amour, je ne suis rien.
3) Et si je donne tous mes biens pour nourrir les pauvres, et si je donne mon corps à
brûler, mais sans amour, cela ne me sert à rien.

Questions de réflexion 13: 1-3


42. Pouvons-nous remplacer le mot «langue» dans Vs. 1 pour le mot «langues»?
43. Les «hommes» de Vs. 1 hommes de différentes nations? Les anges parlent-ils? Dans
quelle langue? Qu'est-ce qui serait supérieur dans le langage des anges?
44. Comment savons-nous que nous avons de l'amour dans notre discours? Veuillez tenter une
réponse.
45. Pourquoi l'homme sans amour serait-il comme un laiton qui sonne ou une
cymbale qui résonne? Quel est le problème avec les cuivres et la cymbale?
46. Ce qui est souligné dans Vs. 2 qui ne se trouve pas dans Vs. 1 ?

60

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

47. À quoi sert le mot «prophétie» dans Vs. 2?


48. Y a-t-il une distinction dans l'utilisation des connaissances et des mystères?
49. Quel type spécial de «foi» Paul a-t-il à l'esprit dans Vs. 2?
50. Comment l'amour s'exprimerait-il dans l'usage de la foi?
51. Le verset trois ferait-il référence aux «aides» de 12:28?
52. Comment une personne peut-elle donner aux pauvres sans pour autant aimer?
53. Quel motif possible un homme aurait-il (en dehors de l'amour) pour donner son corps à brûler?

Paraphrase 13: 1-3


1. À savoir, en acquérant un degré éminent d'amour. Car, en ce qui concerne ceux que
vous estimez les meilleurs dons, je déclare que, bien que je puisse parler toutes les
langues des hommes et même des anges, mais que je n'aime pas me diriger dans leur
utilisation, je ne suis pas meilleur que un laiton qui sonne ou une cymbale bruyante.

2. Et bien que j'ai le don de prophétie, et que je connaisse toutes les doctrines
profondes de l'Évangile, et que je possède une connaissance complète des anciennes
révélations; et bien que j'aie toute foi (chap. 12: 9. note 1.), afin de pouvoir enlever des
montagnes, mais que je n'aime pas, je ne suis rien ni devant Dieu ni devant l'homme.

3. Et bien que je dépense tous mes biens pour nourrir les pauvres et que je livre mon
corps pour que je sois brûlé pour ma religion, mais que je n'aime pas le principe à
partir duquel j'agis, je ne profite de rien de ces choses, comme ce sont les actions d'un
vain hypocrite.
Commentaire 13: 1-3
Nous avons été si grandement aidés à lire les commentaires d'Henry Drummond
sur ces versets que nous les reproduisons ici pour aider tous ceux qui lisent.

LA PLUS GRANDE CHOSE AU MONDE


Chacun s'est posé la grande question de l'antiquité comme du monde moderne:
qu'est-ce que le summum bonum - le bien suprême? Tu as la vie devant toi. Une fois
seulement, vous pouvez le vivre. Quel est l'objet le plus noble du désir, le don suprême
à convoiter?
Nous avons été habitués à ce que la plus grande chose dans le monde religieux soit
la foi. Ce grand mot a été la clé pendant des siècles de la religion populaire; et nous
avons facilement appris à le considérer comme la plus grande chose au monde. Eh
bien, nous avons tort. Si on nous l'a dit, nous risquons de manquer la cible. Je vous ai
amené, dans le chapitre que je viens de lire, au christianisme à sa source; et là, nous
avons vu: "Le plus grand d'entre eux est l'amour." Ce n'est pas un oubli. Paul parlait de
la foi juste un instant auparavant. Il dit: "Si j'ai toute la foi, afin que je puisse enlever
des montagnes et que je n'aime pas, je ne suis rien." Loin d'oublier, il les met
délibérément en contraste: «Maintenant, demeure, Foi, Espoir, Amour» et sans
hésitation, la décision tombe: «Le plus grand d'entre eux est l'Amour».
Et ce n'est pas un préjugé. Un homme est susceptible de recommander aux autres
son propre point fort. L'amour n'était pas le point fort de Paul. L'élève observateur peut
détecter une belle tendresse qui grandit et mûrit tout au long de son caractère lorsque
Paul vieillit; mais la main qui a écrit: «Le plus grand d'entre eux est l'amour», lorsque
nous le rencontrons en premier, est tachée de sang.
Cette lettre aux Corinthiens n'est pas non plus particulière pour distinguer l'amour
comme le summum bonum. Les chefs-d'œuvre du christianisme sont d'accord à ce sujet.
Pierre dit: «Par-dessus tout, ayez un amour fervent entre vous.» Avant tout. Et John va
plus loin: «Dieu est amour». Et vous vous souvenez de la remarque profonde que Paul
fait ailleurs: «L'amour est l'accomplissement de la loi». Avez-vous déjà pensé à ce qu'il
voulait dire par là? À cette époque, les hommes travaillaient le passage vers le ciel en
observant les dix commandements et les cent dix autres commandements qu'ils
avaient fabriqués à partir d'eux. Le Christ a dit, je vais vous montrer une manière plus
simple. Si vous faites une chose, vous ferez ces cent dix choses, sans jamais y penser. Si
vous aimez, vous accomplirez inconsciemment toute la loi. Et vous pouvez facilement
voir par vous-même comment cela doit être ainsi. Prenez l'un des commandements.
«Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.» Si un homme aime Dieu, vous n'aurez pas
besoin de lui dire cela. L'amour est l'accomplissement de cette loi. "Ne prends pas son
nom en vain." Aurait-il jamais rêvé de prendre son nom en vain si

61

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

il l'aimait? "Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier." Ne serait-il pas trop


heureux d'avoir un jour sur sept pour se consacrer plus exclusivement à l'objet de son
affection? L'amour accomplirait toutes ces lois concernant Dieu. Et donc, s'il aimait
l'homme, vous n'auriez jamais pensé à lui dire d'honorer son père et sa mère. Il ne
pouvait rien faire d'autre. Il serait absurde de lui dire de ne pas tuer. Vous ne pouvez
l'insulter que si vous suggérez qu'il ne vole pas - comment pourrait-il voler à ceux qu'il
aime? Il serait superflu de le supplier de ne pas porter de faux témoignage contre son
voisin. S'il l'aimait, ce serait la dernière chose qu'il ferait. Et vous ne rêveriez jamais de
le presser de ne pas convoiter ce que ses voisins avaient. Il préférerait qu'ils le
possédaient plutôt que lui-même. De cette façon, «l'amour est l'accomplissement de la
loi». C'est la règle pour accomplir toutes les règles, le nouveau commandement pour
garder tous les anciens commandements un secret du Christ de la vie chrétienne.
Maintenant, Paul a appris cela; et dans ce noble éloge, il nous a donné le récit le plus
merveilleux et le plus original du summum bonum. Nous pouvons le diviser en trois
parties. Au début du court chapitre, nous avons l'Amour contrasté, au cœur de celui-ci,
nous avons l'Amour analysé, vers la fin, nous avons l'Amour défendu comme le don
suprême.

LE CONTRASTE
Paul commence par opposer l'Amour à d'autres choses auxquelles les hommes
pensaient beaucoup à l'époque. Je n'essaierai pas de revenir sur ces choses en détail.
Leur infériorité est déjà évidente.
Il contraste avec éloquence. Et quel noble cadeau c'est le pouvoir de jouer sur les
âmes et les volontés des hommes, et de les éveiller à des fins nobles et à des actions
saintes. Paul dit: "Si je parle avec la langue des hommes et des anges, et que je n'ai pas
d'amour, je suis devenu un laiton retentissant, ou une cymbale tintante." Et nous
savons tous pourquoi. Nous avons tous ressenti la bravoure des mots sans émotion, le
vide, l'impersonnabilité inexplicable, de l'éloquence derrière laquelle ne se trouve
aucun Amour.
Il contraste avec la prophétie. Il contraste avec les mystères. Il contraste avec la foi.
Il contraste avec la charité. Pourquoi l'amour est-il plus grand que la foi? Parce que la
fin est supérieure aux moyens. Et pourquoi est-ce plus grand que la charité? Parce que
le tout est plus grand que la partie. L'amour est plus grand que la foi, car la fin est plus
grande que les moyens. À quoi sert d'avoir la foi? C'est pour connecter l'âme avec Dieu.
Et quel est l'objet de la connexion de l'homme avec Dieu? Pour qu'il devienne comme
Dieu. Mais Dieu est amour. Par conséquent, la foi, le moyen, est pour l'amour, la fin.
L'amour est donc évidemment plus grand que la foi. Elle est plus grande que la charité,
encore une fois, parce que le tout est supérieur à une partie. La charité n'est qu'un petit
peu de l'amour, l'une des innombrables voies de l'amour, et il peut même y avoir, et il y
a, beaucoup de charité sans amour. Il est très facile de jeter un cuivre à un mendiant
dans la rue; c'est généralement plus facile que de ne pas le faire. Pourtant, l'Amour est
tout aussi souvent dans la retenue. Nous achetons le soulagement des sentiments
sympathiques suscités par le spectacle de la misère, au prix du cuivre. C'est trop
bon marché, trop bon marché pour nous et souvent trop cher pour le mendiant. Si
nous l'aimions vraiment, nous ferions plus ou moins pour lui.
Ensuite, Paul contraste avec le sacrifice et le martyre. Et je prie la petite bande de
futurs missionnaires - et j'ai l'honneur d'appeler certains d'entre vous par ce nom pour
la première fois - de se rappeler que même si vous donnez votre corps à brûler et que
vous n'avez pas d'Amour, cela ne sert à rien - rien! Vous ne pouvez rien apporter de
plus grand au monde païen que l'impression et la réflexion de l'Amour de Dieu sur
votre propre caractère. C'est le langage universel. Il vous faudra des années pour
parler en chinois ou dans les dialectes de l'Inde. Dès le jour où vous atterrirez, ce
p j
langage d'Amour, compris de tous, répandra son éloquence inconsciente. C'est l'homme
qui est missionnaire, ce ne sont pas ses paroles. Son caractère est son message. Au
cœur de l'Afrique, parmi les Grands Lacs, j'ai rencontré des hommes et des femmes
noirs qui se souvenaient du seul homme blanc qu'ils aient jamais vu
auparavant - David Livingstone; et tandis que vous parcourez ses traces sur ce
continent sombre, les visages des hommes s'illuminent alors qu'ils parlent du gentil
médecin qui est décédé il y a des années. Ils ne pouvaient pas le comprendre; mais ils
ont senti l'amour qui battait dans son cœur. Entrez dans votre nouvelle sphère de
travail, où vous avez également l'intention de donner votre vie, ce charme simple et
votre travail de vie doit réussir. Vous ne pouvez rien prendre de plus, vous devez
prendre rien de moins. Cela ne vaut pas la peine d'y aller si vous prenez moins. Vous
pouvez prendre chaque réalisation; vous pouvez être préparé pour chaque sacrifice;
mais si vous donnez votre corps à brûler, et que vous n'avez pas d'Amour, cela ne vous
servira à rien et à la cause de Christ .

b. La conduite de l'amour 13: 4-7.

62

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Texte 13: 4-7


4) L' amour souffre longtemps et est bon; l'amour n'envie pas; l'amour ne se vante pas, n'est pas
gonflé,
5) ne se comporte pas de façon inconvenante, ne cherche pas la sienne, n'est pas provoquée, ne
tient pas compte du mal;
6) ne se réjouit pas de l'injustice, mais se réjouit de la vérité;
7) porte tout, croit tout, espère tout, supporte tout.
Questions de réflexion 13: 4-7
54. Nombreux sont ceux qui souffrent depuis longtemps - quel élément supplémentaire l'amour
apporte-t-il?
55. Quelles sont les preuves de l'envie? c'est-à-dire, comment savoir quand on est envieux?
56. Pourquoi l'amour empêcherait-il l'orgueil?
57. Pourquoi certaines personnes sont-elles «gonflées»?
58. Veuillez préciser un type de comportement inconvenant.
59. L' amour nous amène à ne pas chercher le nôtre - et pourtant Paul a dit «si
quelqu'un ne pourvoit pas au sien, il est pire qu'un incroyant». S'il vous plaît,
expliquez.
60. Est-il vrai que si nous avons de l'amour, nous ne serons pas provoqués? Explique.
61. Expliquez l'expression «ne tient pas compte du mal». Est-ce lié à la rancune ou à la mauvaise
volonté?
62. Pourquoi voudrait-on se réjouir de l'injustice? Est-ce écrit au peuple chrétien?
63. Qu'est-ce qui nous fera nous réjouir de la vérité? Pourquoi?
64. L' amour «recouvre toutes choses». (Voir la note de bas de page.) Expliquez cela.
65. L'amour nous rend-il crédules que nous «croirons toutes choses»? Explique.
66. Quelles sont les situations désespérées dans la vie de certains hommes dans
lesquelles l'amour les a aidés à «espérer toutes choses»? L'amour pour qui ou quoi?
67. Est-il vraiment vrai que l'amour nous permettra de supporter toutes choses?
Paraphrase 13: 4-7
4. L'excellence de l'amour apparaît dans ses opérations: l'amour dispose à porter
longtemps des blessures et à être bon envers ceux qui le blessent. L'amour empêche de
jalouser ceux qui sont plus grands, plus riches ou meilleurs que lui. L'amour empêche
de vanter ses réalisations. L'amour empêche d'être gonflé de fierté et de colère.
5. L' amour ne souffre pas que quelqu'un se comporte hautainement, ni ne cherche
que son propre intérêt: celui qui est animé par l'amour n'est pas exaspéré à chaque
petite provocation; et ne met pas une mauvaise construction sur le caractère et les
actions des autres:

6. Ne prend pas plaisir à l'iniquité commise par d'autres, bien qu'il en tire profit; mais
se réjouit conjointement avec les hommes bons de toute action vertueuse.

7. Il couvre tous les défauts des autres; et étant libre du mal lui-même, il croit tout et
espère tout ce qui est bon pour les autres et supporte patiemment toutes les afflictions.
Commentaire 13: 4-7
Encore une fois de Henry Drummond:
L'ANALYSE
Après avoir opposé l'Amour à ces choses, Paul, en trois versets, très courts, nous
donne une analyse étonnante de ce qu'est cette chose suprême. Je vous demande de le
regarder. C'est une chose complexe, nous dit-il. C'est comme la lumière. Comme vous
avez vu un homme de science prendre un faisceau de lumière et le passer à travers un
prisme de cristal, comme vous l'avez vu sortir de l'autre côté du prisme divisé en ses
couleurs composantes - rouge, bleu et jaune, et le violet, et l'orange, et toutes les
couleurs de l' arc-en-ciel - alors Paul passe cette chose, l'Amour, à travers le magnifique
prisme de son intellect inspiré, et il sort de l'autre côté, divisé en ses éléments. Et dans
ces quelques mots, nous avons ce que l'on pourrait appeler le spectre de l'amour,
l'analyse de l'amour. Observez-vous quels sont ses éléments? Remarquerez-vous qu'ils
ont des noms communs; que ce sont des vertus dont nous entendons parler chaque
jour; que ce sont des choses qui peuvent être pratiquées

63

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

par chaque homme à chaque endroit de la vie; et comment, par une multitude de
petites choses et de vertus ordinaires , se compose la chose suprême, le summum
bonum ?
Le spectre de l'amour comprend neuf ingrédients:
La patience "L'amour souffre longtemps."
La gentillesse "Et est gentil."
La générosité "L'amour n'envie pas."
Humilité «L'amour ne se vante pas, n'est pas gonflé.
Courtoisie "Ne se comporte pas de façon inconvenante."
Désintéressement «Ne cherche pas la sienne.
Bon tempérament"N'est pas facilement provoqué."
Guilelessness «Ne pense pas au mal.
La sincérité "Ne se réjouit pas de l'iniquité, mais se réjouit de la vérité."
Patience, gentillesse, générosité, humilité, courtoisie, altruisme, bonne humeur,
impudeur, sincérité - voilà le don suprême, la stature de l'homme parfait. Vous
constaterez que tous sont en relation avec les hommes, en relation avec la vie, en
relation avec le connu d'aujourd'hui et le demain proche, et non avec l'éternité
inconnue. Nous entendons beaucoup d'amour envers Dieu; Le Christ a beaucoup parlé
d'amour à l'homme. Nous faisons beaucoup de paix avec le ciel; Christ a fait beaucoup
de paix sur terre. La religion n'est pas une chose étrange ou ajoutée, mais l'inspiration
de la vie séculière, la respiration d'un esprit éternel à travers ce monde temporel. La
chose suprême, en somme, n'est pas du tout une chose, mais le fait de donner une
finition supplémentaire aux innombrables paroles et actes qui composent la somme de
chaque jour commun.
Il n'y a pas de temps pour faire plus que de prendre une note passagère sur chacun
de ces ingrédients. L'amour est la patience. Telle est l'attitude normale de l'amour;
Amour passif, Amour attendant de commencer; pas pressé; calme; prêt à faire son
travail quand la convocation arrive, mais en attendant, portant l'ornement d'un esprit
doux et calme. L'amour souffre longtemps; supporte toutes choses; croit tout; espère
toutes choses. Car l'amour comprend et attend donc.
La gentillesse. L'amour actif. Avez-vous déjà remarqué combien de la vie de Christ
a été consacrée à faire de bonnes choses - simplement à faire de bonnes choses?
Parcourez-le avec cela en vue, et vous constaterez qu'Il a passé une grande partie de
Son temps simplement à rendre les gens heureux, à faire de bons tours aux gens. Il n'y
a qu'une seule chose plus grande que le bonheur dans le monde, et c'est la sainteté; et
ce n'est pas en notre possession; mais ce que Dieu a mis en notre pouvoir, c'est le
bonheur de ceux qui nous entourent, et cela doit être en grande partie assuré par notre
bienveillance envers eux.
«La plus grande chose,» dit quelqu'un, «qu'un homme peut faire pour son Père
céleste, c'est d'être gentil avec certains de ses autres enfants.» Je me demande pourquoi
nous ne sommes pas tous plus gentils que nous? Combien le monde en a besoin.
Comme c'est facile. Comment il agit instantanément. Comme on s'en souvient
infailliblement. Combien il se rembourse surabondamment - car il n'y a pas de
débiteur au monde aussi honorable, si superbement honorable, que l'Amour. "L'amour
n'échoue jamais." L'amour est le succès, l'amour est le bonheur, l'amour est la vie.
«Love I say», avec Browning, «est l'énergie de la vie».
"Pour la vie, avec tout ce qu'elle
produit de joie ou de malheur Et
d'espoir et de peur,
Est juste notre chance o le prix
d'apprendre l'amour, - Comment
l'amour pourrait être, a été en effet, et
est. "
Où est l'amour, Dieu est. Celui qui habite dans l'Amour habite en Dieu. Dieu est
amour. C'est pourquoi l' amour. Sans distinction, sans calcul, sans procrastination,
amour. Prodiguez-le aux pauvres, où il est très facile; surtout sur les riches, qui en ont
souvent le plus besoin; Surtout sur nos égaux, là où c'est très difficile, et pour qui peut-
être que chacun de nous fait le moins. Il y a une différence entre essayer de plaire et
donner du plaisir. Faites plaisir. Ne perdez aucune chance de faire plaisir. Car c'est le
triomphe incessant et anonyme d'un esprit vraiment aimant. «Je ne traverserai ce
monde qu'une seule fois. Par conséquent, toute bonne chose que je peux faire, ou toute
gentillesse que je peux montrer à n'importe quel être humain, permettez-moi de le
faire maintenant. Laisser

64

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

je ne le différerai pas ou ne le négligerai pas, car je ne reviendrai plus par là. »


La générosité. "L'amour n'envie pas." C'est l'amour en compétition avec les autres.
Chaque fois que vous tentez un bon travail, vous trouverez d'autres hommes qui font
le même genre de travail, et le font probablement mieux. Ne les envie pas. L'envie est
un sentiment de mauvaise volonté envers ceux qui sont dans la même lignée que nous,
un esprit de convoitise et de détraction. Le peu de travail chrétien est même une
protection contre le sentiment anti -chrétien . Le plus méprisable de toutes les
humeurs indignes qui obscurcissent l'âme d'un chrétien nous attend assurément au
seuil de chaque œuvre, à moins que nous ne soyons fortifiés de cette grâce de
magnanimité. Une seule chose a vraiment besoin de l' envie chrétienne - la grande âme
riche et généreuse qui «n'envie pas».
Et puis, après avoir appris tout cela, vous devez apprendre cette autre chose, l'
humilité - pour mettre un sceau sur vos lèvres et oublier ce que vous avez fait. Après
avoir été gentil, après que l'Amour s'est envolé dans le monde et ait fait son beau
travail, retournez à l'ombre et ne dites rien à ce sujet. L'amour se cache même de lui-
même. L'amour renonce même à l'autosatisfaction. "L'amour ne se vante pas, n'est pas
gonflé."
Le cinquième ingrédient est quelque peu étrange à trouver dans ce summum
bonum: la courtoisie. C'est l'Amour dans la société, l'Amour par rapport à l'étiquette.
"L'amour ne se comporte pas de façon inconvenante." La politesse a été définie comme
l'amour dans des bagatelles. La courtoisie serait l'amour dans les petites choses. Et le
seul secret de la politesse est d'aimer. L'amour ne peut pas se comporter de façon
inconvenante. Vous pouvez placer les personnes les moins instruites dans la société la
plus élevée, et si elles ont un réservoir d'Amour dans leur cœur, elles ne se
comporteront pas de manière inconvenante. Ils ne peuvent tout simplement pas le
faire. Carlisle a dit de Robert Burns qu'il n'y avait pas de gentleman plus vrai en Europe
que le laboureur-poète. C'était parce qu'il aimait tout - la souris et la marguerite, et
toutes les choses, grandes et petites, que Dieu avait faites. Ainsi, avec ce simple
passeport, il pouvait se mêler à n'importe quelle société et pénétrer dans les cours et
les palais depuis son petit chalet sur les rives de l'Ayr. Vous connaissez la signification
du mot «gentleman». Cela signifie un homme doux - un homme qui fait les choses
doucement avec amour. Et c'est tout l'art et le mystère de celui-ci. L'homme doux ne
peut pas, dans la nature des choses, faire un non-quelque chose, une chose non-
humaine. L'âme inconsciente, la nature inconsidérée et antipathique, ne peuvent rien
faire d'autre. "L'amour ne se comporte pas de manière inconvenante."
Désintéressement. "L'amour ne cherche pas le sien." Observez: Ne cherchez même
pas ce qui lui appartient. En Grande-Bretagne, l'Anglais est dévoué, à juste titre, à ses
droits. Mais il arrive parfois qu'un homme exerce un droit encore plus élevé à
renoncer à ses droits. Pourtant, Paul ne nous invite pas à renoncer à nos droits.
L'amour frappe beaucoup plus profondément. Cela nous empêcherait de les chercher
du tout, de les ignorer, d'éliminer complètement l'élément personnel de nos calculs. Il
n'est pas difficile de renoncer à nos droits. Ils sont souvent éternels. La chose difficile
est de nous abandonner. La chose la plus difficile est toujours de ne pas chercher du
tout les choses par nous-mêmes. Après les avoir recherchés, achetés, gagnés, mérités,
nous avons déjà retiré la crème pour nous. Petite croix alors pour les abandonner.
Mais pas pour les chercher, pour regarder chaque homme non pas sur ses propres
choses, mais sur les choses des autres - id opus est. «Cherchez de grandes choses pour
vous-mêmes», a dit le prophète; "Ne les cherchez pas." Pourquoi? Parce qu'il n'y a pas
de grandeur dans les choses. Les choses ne peuvent pas être géniales. La seule
grandeur est l'amour désintéressé. Même l'abnégation en soi n'est rien, c'est presque
une erreur. Seul un grand objectif ou un amour plus puissant peut justifier le
gaspillage. Il est plus difficile, ai-je dit, de ne pas chercher du tout le nôtre, que, l'ayant
cherché, de l'abandonner. Je dois reprendre ça. Cela n'est vrai que pour un cœur en
partie égoïste. Rien n'est difficile à aimer et rien n'est difficile. Je crois que le «joug» du
Christ est facile. Le joug de Christ n'est que sa façon de prendre la vie. Et je crois que
c'est un moyen plus facile que tout autre. Je pense que c'est une manière plus heureuse
que toute autre. La leçon la plus évidente de l'enseignement du Christ est qu'il n'y a pas
de bonheur à avoir et à obtenir quoi que ce soit, mais seulement à donner. Je le répète,
il n'y a pas de bonheur à avoir ou à obtenir, mais seulement à donner. Et la moitié du
monde est sur le mauvais parfum à la recherche du bonheur. Ils pensent que cela
consiste à avoir et à recevoir, et à être servi par les autres. Elle consiste à donner et à
servir les autres. Celui qui serait grand parmi vous, a dit Christ, laissez-le servir. Celui
qui serait heureux, souvenez-vous qu'il n'y a qu'une seule façon - c'est plus béni, plus
heureux, de donner que de recevoir.

L'ingrédient suivant est très remarquable: Good Temper. "L'amour n'est pas
facilement provoqué." Rien de plus frappant que de le trouver ici. Nous sommes
enclins à considérer le mauvais caractère comme une faiblesse très inoffensive. Nous
en parlons comme d'une simple infirmité de la nature, d'une famille défaillante, d'une
question de tempérament, pas une chose à prendre en compte très sérieusement pour
estimer le caractère d'un homme. Et pourtant ici,

65

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

en plein cœur de cette analyse de l'amour, elle trouve sa place; et la Bible revient
encore et encore pour la condamner comme l'un des éléments les plus destructeurs de
la nature humaine.
La particularité du mauvais caractère est qu'il est le vice des vertueux. C'est
souvent la seule tache sur un caractère autrement noble. Vous connaissez des hommes
qui sont tout sauf parfaits et des femmes qui seraient tout à fait parfaites, mais pour
une disposition facilement ébouriffée, colérique ou «délicate». Cette compatibilité de
mauvaise humeur avec un caractère moral élevé est l'un des problèmes d'éthique les
plus étranges et les plus tristes. La vérité est qu'il y a deux grandes classes de
péchés: les péchés du corps et les péchés de la disposition. Le fils prodigue peut être
considéré comme un type du premier, le frère aîné du second. Maintenant, la société
n'a aucun doute quant à savoir lequel d'entre eux est le pire. Sa marque tombe, sans
défi, sur le Prodigal. Mais avons-nous raison? Nous n'avons pas d'équilibre pour peser
les péchés les uns des autres, et plus grossiers et plus fins ne sont que des mots
humains; mais les fautes de la nature supérieure peuvent être moins vénielles que
celles de la nature inférieure, et aux yeux de Celui qui est Amour, un péché contre
l'Amour peut sembler cent fois plus bas. Aucune forme de vice, pas de mondanité, pas
d'avidité d'or, pas d'ivresse elle-même, ne fait plus pour décristianiser la société que le
mauvais caractère. Pour aigrir la vie, pour briser les communautés, pour détruire les
relations les plus sacrées, pour les maisons dévastatrices, pour dépecer les hommes et
les femmes, pour faire fleurir l'enfance, en bref, pour le pouvoir purement gratuit de
production de misère, cette influence est seule. Regardez le Frère aîné, moral,
travailleur, patient, dévoué - laissez- lui tout le mérite de ses vertus - regardez cet
homme, ce bébé, boudant devant la porte de son propre père. «Il était en colère,» nous
lisons, «et ne voulait pas entrer.» Regardez l'effet sur le père, sur les serviteurs, sur le
bonheur des invités. Jugez de l'effet sur le prodigue - et combien de prodiges sont tenus
à l'écart du Royaume de Dieu par le caractère désagréable de ceux qui professent être à
l'intérieur? Analysez, comme une étude dans Temper, le nuage de tonnerre lui- même
alors qu'il se rassemble sur le front du frère aîné. De quoi est-ce fait? La jalousie, la
colère, l'orgueil, la non- charité , la cruauté, l' autosatisfaction, la sensibilité, la
persévérance, la maussade - ce sont les ingrédients de cette âme sombre et sans amour.
Dans des proportions variables, ce sont aussi les ingrédients de tout mauvais caractère.
Jugez si de tels péchés de disposition ne sont pas pires à vivre et à vivre avec d'autres
que les péchés du corps. Le Christ n'a-t-il pas en effet lui-même répondu à la question
quand Il a dit: "Je vous dis que les publicains et les prostituées entrent dans le Royaume
des Cieux avant vous." Il n'y a vraiment pas de place au Ciel pour une disposition
comme celle-ci. Un homme avec une telle humeur ne pouvait que rendre le ciel
misérable pour toutes les personnes qui y vivent. Sauf que, par conséquent, un tel
homme est né de nouveau, il ne peut pas, il ne peut tout simplement pas, entrer dans le
Royaume des Cieux. Car il est parfaitement certain - et vous ne me comprendrez pas
mal - que pour entrer au Ciel, un homme doit l'emporter avec lui.
Vous verrez alors pourquoi Temper est important. Ce n'est pas dans ce qu'il est seul,
mais dans ce qu'il révèle. C'est pourquoi je me permets maintenant d'en parler avec
une clarté si inhabituelle. C'est un test pour l'amour, un symptôme, une révélation
d'une nature peu aimante au fond. C'est la fièvre intermittente qui annonce la maladie
non intermittente à l'intérieur; la bulle occasionnelle s'échappant à la surface qui
trahit une certaine pourriture en dessous; un échantillon des produits les plus cachés
de l'âme a chuté involontairement quand il n'était pas sur ses gardes; en un mot, la
foudre d'une centaine de péchés hideux et non chrétiens . Pour un manque de
patience, un manque de gentillesse, un manque de générosité, un manque de
courtoisie, un manque d'altruisme, tous sont instantanément symbolisés dans un éclair
de Temper.
Par conséquent, il ne suffit pas de gérer le Temper. Nous devons aller à la source et
changer la nature la plus profonde, et les humeurs en colère disparaîtront d'eux-
mêmes. Les âmes sont rendues douces non pas en retirant les fluides acides, mais en y
mettant quelque chose - un grand Amour, un nouvel Esprit, l'Esprit du Christ. Le Christ,
l'Esprit du Christ, interpénétrant le nôtre, adoucit, purifie, transforme tout. Cela ne
peut qu'éliminer ce qui ne va pas, opérer un changement chimique, rénover et
régénérer et réhabiliter l'homme intérieur. La volonté ne change pas les hommes. Le
temps ne change pas les hommes. Christ le fait. Par conséquent, "Que cet esprit soit en
vous qui était aussi en Christ Jésus." Certains d'entre nous n'ont pas beaucoup de temps
à perdre. Rappelez-vous, encore une fois, que c'est une question de vie ou de mort. Je
ne peux m'empêcher de parler d'urgence, pour moi, pour vous-mêmes. "Quiconque
offensera l'un de ces petits, qui croient en moi, il valait mieux pour lui qu'une meule de
pierre soit pendue autour de son cou, et qu'il se noie au fond de la mer." C'est-à-dire
que c'est le verdict délibéré du Seigneur Jésus qu'il vaut mieux ne pas vivre que ne pas
aimer. Il vaut mieux ne pas vivre que ne pas aimer.
La culpabilité et la sincérité peuvent être rejetées presque sans un mot. La non-
culpabilité est la grâce pour les personnes suspectes. Et la possession de celui-ci est le
grand secret de l'influence personnelle. Vous constaterez, si vous pensez un instant,
que les gens qui vous influencent sont des gens qui croient en vous. Dans une
ambiance

66

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

des hommes soupçonneux se ratatinent; mais dans cette atmosphère, ils se


développent et trouvent encouragement et fraternité éducative. C'est une chose
merveilleuse qu'ici et là dans ce monde dur et non charitable, il reste encore quelques
âmes rares qui ne pensent pas au mal. C'est la grande mondanité. L'amour «ne pense
pas au mal», n'impute aucun motif, voit le bon côté des choses, met la meilleure
construction à chaque action. Quel merveilleux état d'esprit! Quel stimulant et quelle
bénédiction même de le rencontrer pendant une journée! Faire confiance, c'est être
sauvé. Et si nous essayons d'influencer ou d'élever les autres, nous verrons bientôt que
le succès est proportionnel à leur croyance en notre croyance en eux. Car le respect
d'autrui est la première restauration du respect de soi qu'un homme a perdu; notre
idéal de ce qu'il est devient pour lui l'espoir et le modèle de ce qu'il peut devenir.
"L'amour ne se réjouit pas de l'iniquité, mais se réjouit de la vérité." J'ai appelé
cette sincérité à partir des mots rendus dans la version autorisée par «se réjouit de la
vérité». Et, certainement, était-ce là la vraie traduction, rien de plus juste. Car celui qui
aime n'aimera pas moins la vérité que les hommes. Il se réjouira de la Vérité - ne se
réjouira pas de ce qu'on lui a appris à croire; pas dans la doctrine de cette Église ou
dans celle-là; pas dans cet isme ou dans cet isme; mais «dans la vérité». Il n'acceptera
que ce qui est réel; il s'efforcera d'obtenir des faits; il recherchera la vérité avec un
esprit humble et impartial, et chérira tout ce qu'il trouvera à n'importe quel sacrifice.
Mais la traduction plus littérale de la version révisée appelle un tel sacrifice pour la
vérité ici. Car ce que Paul voulait vraiment dire, comme nous le lisons ici, «ne se réjouit
pas de l'injustice, mais se réjouit de la vérité», une qualité que probablement aucun
mot anglais - et certainement pas la sincérité - ne définit correctement. Cela inclut,
peut-être plus strictement, la retenue qui refuse de tirer le capital des fautes des autres;
la charité qui ne se réjouit pas d'exposer la faiblesse des autres, mais qui «couvre tout»;
la sincérité du dessein qui s'efforce de voir les choses telles qu'elles sont, et se réjouit
de les trouver mieux que les soupçons redoutés ou les calomnies dénoncées.
Voilà pour l'analyse de l'amour. Maintenant, le travail de nos vies est de faire en
sorte que ces choses soient adaptées à nos personnages. C'est le travail suprême auquel
nous devons nous adresser dans ce monde, pour apprendre l'Amour. La vie n'est-elle
pas pleine d'occasions d'apprendre l'amour? Chaque homme et chaque femme en
compte chaque jour des milliers. Le monde n'est pas un terrain de jeu; c'est une salle
de classe. La vie n'est pas un jour férié, mais une éducation. Et la seule leçon éternelle
pour nous tous est de savoir comment mieux aimer. Qu'est-ce qui fait d'un homme un
bon joueur de cricket? Entraine toi. Qu'est-ce qui fait d'un homme un bon artiste, un
bon sculpteur, un bon musicien? Entraine toi. Qu'est-ce qui fait d'un homme un bon
linguiste, un bon sténographe? Entraine toi. Qu'est-ce qui fait d'un homme un homme
bon? Entraine toi. Rien d'autre. La religion n'a rien de capricieux. Nous n'obtenons pas
l'âme de différentes manières, sous différentes lois, de celles par lesquelles nous
obtenons le corps et l'esprit. Si un homme n'exerce pas son bras, il ne développe pas de
muscle biceps; et si un homme n'exerce pas son âme, il n'a besoin d'aucun muscle dans
son âme, d'aucune force de caractère, d'aucune vigueur de fibre morale, ni de beauté
de croissance spirituelle. L'amour n'est pas une chose d'émotion enthousiaste. C'est une
expression riche, forte, virile et vigoureuse de tout le caractère chrétien rond - la
nature semblable au Christ dans son développement le plus complet. Et les
constituants de ce grand caractère ne doivent être édifiés que par une pratique
incessante.
Que faisait le Christ dans la menuiserie? Pratiquant. Bien que parfaits, nous lisons
qu'il a appris l' obéissance et a grandi en sagesse et en faveur de Dieu. Ne vous disputez
donc pas avec votre sort dans la vie. Ne pas se plaindre de ses incessantes soucis, son
environnement mesquin, les vexations que vous avez à se tenir debout, les âmes
petites et sordides que vous devez vivre et travailler. Surtout, ne ressentez pas la
tentation; ne soyez pas perplexe car elle semble s'épaissir de plus en plus autour de
vous, et ne cesse ni pour l'effort, ni pour l'agonie, ni pour la prière. Telle est votre
pratique. Telle est la pratique que Dieu vous nomme; et c'est faire son travail pour vous
rendre patient, humble, généreux, désintéressé, gentil et courtois. Ne gardez pas la
main qui moule l'image encore trop informe en vous. Il devient de plus en plus beau,
même si vous ne le voyez pas, et chaque touche de tentation peut ajouter à sa
perfection. Gardez donc au milieu de la vie. Ne vous isolez pas. Soyez parmi les
hommes et parmi les choses, et parmi les ennuis, les difficultés et les obstacles. Vous
vous souvenez des paroles de Goethe: Es bildet em Talent sich in der Stille. Doch em
Charakter dans denz Strom der Welt. «Le talent se développe dans la solitude; caractère
dans le courant de la vie. Le talent se développe dans la solitude - le talent de la prière,
de la foi, de la méditation, de voir l'invisible; le caractère grandit dans le courant de la
vie du monde. C'est principalement là que les hommes doivent apprendre l'amour.
Comment? Maintenant comment? Pour vous faciliter la tâche, j'ai nommé quelques
éléments de l'amour. Mais ce ne sont que des éléments. L'amour lui-même ne peut
jamais être défini. La lumière est quelque chose de plus que la somme de ses

67

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

ingrédients - un éther brillant, éblouissant et tremblant. Et l'amour est quelque chose


de plus que tous ses éléments - une chose palpitante, tremblante, sensible et vivante.
Par synthèse de toutes les couleurs, les hommes peuvent faire de la blancheur, ils ne
peuvent pas faire de la lumière. Par synthèse de toutes les vertus, les hommes peuvent
faire la vertu, ils ne peuvent pas faire l'amour. Comment, alors, devons-nous faire
transmettre cet être vivant transcendant à nos âmes? Nous renforçons nos volontés
pour la sécuriser. Nous essayons de copier ceux qui l'ont. Nous fixons des règles à ce
sujet. On regarde. Nous prions. Mais ces choses seules n'apporteront pas l'amour dans
notre nature. L'amour est un effet. Et ce n'est que lorsque nous remplissons les bonnes
conditions que nous pouvons produire l'effet. Dois-je vous dire quelle est la cause ?
Si vous vous tournez vers la version révisée de la première épître de Jean, vous
trouverez ces mots: «Nous aimons parce qu'il nous a aimés le premier». «Nous
aimons», pas «Nous l'aimons ». C'est comme ça que l'ancienne version l'a, et c'est tout à
fait faux. "Nous aimons - parce qu'Il nous a aimés le premier." Regardez ce mot «parce
que». C'est la cause dont j'ai parlé. «Parce qu'il nous a aimés le premier», l'effet suit que
nous aimons, nous l'aimons, nous aimons tous les hommes. Nous ne pouvons pas
l'aider. Parce qu'il nous a aimés, nous aimons, nous aimons tout le monde. Notre cœur
change lentement. Contemplez l'amour du Christ et vous aimerez. Tenez-vous devant
ce miroir, reflétez le caractère du Christ, et vous serez transformé en la même image de
tendresse en tendresse.
Il n'y a pas d'autre moyen. Vous ne pouvez pas aimer commander. Vous ne pouvez
que regarder le bel objet, en tomber amoureux et devenir semblable à lui. Et alors
regardez ce personnage parfait, cette vie parfaite. Regardez le grand Sacrifice comme Il
s'est couché tout au long de la vie et sur la croix du Calvaire; et vous devez l'aimer. Et
en l'aimant, vous devez devenir comme lui. L'amour engendre l'amour. C'est un
processus d'induction. Mettez un morceau de fer en présence d'un corps électrifié, et ce
morceau de fer pendant un certain temps devient électrifié. Il se transforme en un
aimant temporaire en simple présence d'un aimant permanent, et tant que vous laissez
les deux côte à côte, ce sont deux aimants semblables. Restez côte à côte avec Celui qui
nous a aimés et s'est donné pour nous, et vous aussi deviendrez un aimant permanent,
une force d'attraction permanente; et comme Lui vous attirerez tous les hommes vers
vous, comme Lui vous serez attirés par tous les hommes. C'est l'effet inévitable de
l'amour. Tout homme qui remplit cette cause doit avoir cet effet produit en lui. Essayez
d'abandonner l'idée que la religion nous vient par hasard, ou par mystère, ou par
caprice. Elle nous vient de la loi naturelle ou de la loi surnaturelle, car toute loi est
divine. Edward Irving est allé voir un garçon mourant une fois, et quand il est entré
dans la pièce, il a juste mis sa main sur la tête de la victime et a dit: «Mon garçon, Dieu
t'aime», et il est parti. Et le garçon est parti de son lit et a appelé les gens de la maison:
«Dieu m'aime! Dieu m'aime!" Cela a changé ce garçon. Le sentiment que Dieu l'aimait
le maîtrisait, le fondait et commençait à créer un nouveau cœur en lui. Et c'est ainsi
que l'amour de Dieu fait fondre le cœur désagréable de l'homme et engendre en lui la
nouvelle créature, qui est patiente et humble et douce et désintéressée. Et il n'y a pas
d'autre moyen de l'obtenir. Il n'y a aucun mystère à ce sujet. Nous aimons les autres,
nous aimons tout le monde, nous aimons nos ennemis, parce qu'Il nous a aimés le
premier.

c. Les valeurs finales de l'amour 13: 8-13


Texte 13: 8-13
8) L' amour ne manque jamais: mais s'il y a des prophéties, elles seront abolies; qu'il y
ait des langues, elles cesseront; s'il y a connaissance, elle sera supprimée.
9) Car nous savons en partie, et nous prophétisons en partie;
10) mais quand ce qui est parfait est venu, ce qui est en partie sera supprimé.
11) Quand j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je me sentais comme un enfant, je
pensais comme un enfant: maintenant que je suis devenu un homme, j'ai mis de
côté les choses puériles.
12) Pour l'instant, nous voyons dans un miroir, sombre; mais alors face à face:
maintenant je sais en partie; mais alors je le saurai pleinement, tout comme j'étais
aussi pleinement connu.
13) Mais maintenant, demeure la foi, l'espérance, l'amour, ces trois: et le plus grand d'entre eux est
l'amour.

Questions de réflexion 13: 8-13


68. Le verset 8a est une conclusion à tout ce qui a été dit au sujet de l'
amour - indiquez en quels détails cet amour ne manque jamais.
69. Les prophéties doivent être supprimées. Pourquoi? Quand?
70. Nous savons que les langues n'ont pas disparu (il existe encore aujourd'hui des centaines de
langues différentes).

68

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

La langue sera utilisée au paradis - à quel moment les langues cesseront-elles?


71. Quand y aura-t-il un moment où nous cesserons d'apprendre et donc ferons
disparaître la connaissance?
72. Qu'est-ce que «ce qui est parfait»?
73. Dans quel sens la prophétie et la connaissance sont-elles «en partie»?
74. Où était Paul «un enfant» comme dans Vs. 11?
75. Comment l'analogie d'un enfant est-elle utilisée dans cette section? Est-ce une
comparaison d'un enfant et de l'église? Explique.
76. Quand saurons-nous pleinement alors que nous sommes pleinement connus? Veuillez répondre
à cela dans son contexte.
77. Dans quel sens l'amour est-il le plus grand?
Paraphrase 13: 8-13
8. L' amour demeure toujours; non, fleurit le plus dans la vie future. Mais qu'il y ait
des enseignements par inspiration, ils seront abolis dans l'église; ou des langues
étrangères, elles cesseront après que l'évangile ait été prêché à toutes les nations; ou la
connaissance inspirée des anciennes révélations, elle sera abolie lorsque l'église aura
atteint son état de maturité.

9. De plus, nous avons inspiré des enseignants qui ne connaissent que partiellement
les mystères de l'Évangile. Car dans la vie actuelle, nous ne sommes pas capables de les
connaître pleinement, encore moins de vous les faire comprendre pleinement.

10. Mais lorsque le don parfait d'une illumination complète est accordé à tous dans le
ciel, alors ce qui est partiel, à savoir les présents dons de connaissance et de prophétie,
sera aboli, comme inutile.
11. La différence entre nos conceptions actuelles et futures des choses spirituelles peut
être illustrée par la connaissance d'un enfant, par rapport à celle d'un homme. Quand
j'étais enfant, mon discours, mes conceptions et mes raisonnements étaient erronés.
Mais quand je suis devenu un homme, j'ai mis de côté les conceptions, les
raisonnements et le langage d'un enfant.

12. Pour l'instant les révélations de Dieu étant faites dans le langage humain, qui ne
peuvent pas transmettre une idée juste des choses spirituelles, nous les voyons
obscurément à travers le verre; mais dans la vie à venir, nous les verrons face à face,
clairement. Maintenant ma connaissance des choses spirituelles est partielle; mais
dans la vie à venir, je les connais pleinement, tout comme je suis pleinement connu des
êtres supérieurs.

13. L' amour est aussi plus excellent que toutes les grâces. Pour l'instant demeure la
foi, l'espérance, l'amour, ces trois étant nécessaires à notre état actuel; mais le plus
grand d'entre eux est l'amour: parce que, après la fin de la foi et de l'espérance,
l'amour subsistera à jamais dans le ciel.
Commentaire 13: 8-13
Certains de nos lecteurs s'étonneront sans aucun doute des longues citations
trouvées dans ces pages - l' auteur est enseignant et en est un depuis deux
décennies - qu'il ressent chaque fois qu'il peut amener l'élève à apprendre qu'il a
atteint son but. Si cela peut être fait par sa propre expression, il sera plus que prêt à
déployer tous les efforts nécessaires pour pouvoir exprimer la pensée de
manière adéquate - s'il estime cependant que les autres ont fait un meilleur travail
qu'il ne pourrait le faire et même sujet, il ne voit aucune raison de reprendre ce qui a
déjà été dit. Telle est la situation sur les versets à l'étude. Nous citons JW McGarvey, p.
131-133.
[L'excellence superlative de l'amour est ici montrée en ce qu'elle survit à toutes les
choses auxquelles elle peut être comparée et révèle sa relation étroite avec Dieu dont le
nom est amour (I Jean 3: 8), par sa nature éternelle et impérissable. Les prophéties, les
langues et la connaissance - trois dons surnaturels bien qu'ils soient - étaient des
mortels par rapport à l'esprit divin de l'amour. Ils étaient nécessaires pour développer
l'église infantile, mais à mesure que cette institution passait vers la maturité et la
perfection (Hébreux 5: 12-14; 6-1; Éphésiens 3: 14-21; 4: 11-16), ils étaient devenus trop
grands et abandonné, car à partir d'eux avait été développée la lumière claire et
constante de la Parole enregistrée, et la réflexion mûre et l'assurance d'une église
bien instruite .

69

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Ils furent donc jetés de côté comme la tige de blé qui a mûri son grain; ou, pour utiliser
la propre figure de Paul, mis de côté comme le discours, le sentiment et le jugement de
l'enfance quand ils ont produit leurs facultés correspondantes dans l'âge adulte. Bien
que le triplet des facultés de l' enfant - la parole, le sentiment, la pensée ne forment pas
un parallèle étroit avec le triplet des dons - les langues, les prophéties, la connaissance,
mais elles étaient semblables en ce que, pour l'enfant et pour l'église, elles semblaient
extrêmement important. Tous les chrétiens qui aspirent par erreur à un
renouvellement de ces dons spirituels, devraient noter l'importance claire de ces
paroles de l'apôtre, qui montrent que leur présence dans l'église serait une preuve de
l'immaturité et de la faiblesse, plutôt que d'un pouvoir pleinement développé et
chevronné. force. Mais si les dons sont passés de l'église comme transitoires et
éphémères, est-ce que ce qu'ils ont produit ne doit-il pas demeurer? Assurément, ils le
feront jusqu'à ce que ce qui est parfait soit venu; c'est-à-dire jusqu'à la venue du Christ.
Alors la prophétie sera fusionnée dans l'accomplissement, et la faible lumière de la
révélation sera élargie au jour parfait. Nous voyons aujourd'hui le reflet de la vérité,
plutôt que la vérité elle-même. Elle nous est parvenue par le moyen d'esprits qui, bien
que divinement illuminés, étaient pourtant finis, et elle s'est modifiée, bien
qu'essentiellement spirituelle, pour être revêtue de mots terrestres; et il est saisi et
compris par nous à l'aide de notre cerveau matériel. Ainsi, bien que parfaite en son
genre et vraie dans la mesure où elle va, notre connaissance actuelle des choses
célestes est peut-être aussi loin de la réalité complète que l'est la conception de l'enfant
des choses terrestres (Jean 3:12). Et ainsi notre connaissance actuelle pourrait bien
fusionner, comme le fera la prophétie, dans un ordre supérieur de perfection, où les
moyens de manifestation (II Cor. 5: 7) et de compréhension (I Jean 3: 2) seront
entièrement parfaits. Ainsi, bien qu'à présent nous puissions en effet connaître Dieu,
cependant notre connaissance est plus que reçue par description, que ce qui est reçu
par une vue directe, claire et une connaissance personnelle; mais par la suite, nous
connaîtrons Dieu dans un certain sens comme il nous connaît, et connaîtrons les êtres
de la terre céleste aussi complètement qu'ils nous connaissent maintenant. Les miroirs
étaient alors en argent poli ou en laiton, et étaient bien plus indistincts que nos verres
actuels; de sorte que voir un reflet dans l'un d'eux était beaucoup moins satisfaisant
que de voir la réalité.] 13 Mais maintenant [dans cet état actuel] demeure la foi,
l'espérance, l'amour, ces trois, et le plus grand d'entre eux est l'amour. [Si nous donnons
à l'expression «mais maintenant» son autre sens, comme si l'apôtre disait «Mais pour
résumer les choses, pour donner les résultats nets», nous le faisons dire que la foi,
l'espérance et l'amour sont éternels. S'il est vrai que la foi dans le sens de la confiance
et de la confiance, et l'espérance dans le sens de l'attente sans nuage, demeureront
dans le ciel, mais, dans leur sens large et général, la foi sera perdue de vue et
l'espérance dans le fruit (Rom . 8: 24,25). Il semble donc plus cohérent de comprendre
l'apôtre comme affirmant que les trois grâces demeureront pendant que la terre se
tiendra; contrairement aux dons miraculeux qui, selon sa propre déclaration
prophétique, ont cessé. Il n'explique pas l'excellence supérieure de l'amour par rapport
à la foi et à l'espérance, mais les points de supériorité ne sont pas difficiles à trouver.
1. Si les trois sont éternels, les deux autres seront grandement diminués en tant que
grâces par la venue du Seigneur, tandis que l'amour sera infiniment élargi.
2. L' amour est la base de la foi et de l'espérance, car nous ne croyons pleinement et n'espérons
que ce que nous aimons.
3. La foi et l'espérance sont humaines, mais Dieu lui-même est amour.
4. La foi et l'espérance ne peuvent fonctionner correctement que par l'amour et ne
valent rien sans elles. Mais ici, la supériorité n'est pas si claire, car les trois grâces
vont de pair.
(Nous sommes redevables à D. Edmond Hiebert pour les grandes lignes de son livre
An Introduction to the Pauline Epistles, Moody Press, 1954.)

LA BONNE UTILISATION DES CADEAUX 14: 1-40


1. La valeur comparative des langues et de la
prophétie, 1-25. une. La comparaison de leur
valeur dans l'Église, 1-19.
(1) Les conseils concernant les dons spirituels Vs. 1.

Texte 14: 1
Suivez l'amour; pourtant, vous désirez sincèrement des dons spirituels, mais plutôt pour que vous
prophétisiez.

70

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Questions de réflexion 14: 1


78. Quelle est la force d'une expression «suivre l'amour»?
79. Qui devait désirer les dons spirituels?
80. Qu'est-ce que le désir a à voir avec l'obtention de dons spirituels? Comment ont-ils été donnés?
81. Le meilleur cadeau était la «prophétie» - expliquez pourquoi.
Paraphrase 14: 1
Puisque c'est une grâce si excellente, poursuivez l'amour par toutes les méthodes en
votre pouvoir; et ne désirez sincèrement que des dons spirituels, mais surtout pour que
vous prophétisiez.

Commentaire 14: 1
Contre. 1. Il s'agit d'une transition du sujet de l'importance de l'amour à la bonne utilisation des
dons spirituels.

L'amour ne sera pas obtenu sans effort - nous devons le poursuivre pour l'avoir.
Paul veut assurer aux Corinthiens qu'il ne minimise pas la valeur des dons spirituels
- ils sont importants et souhaitables. Une forte volonté d'avoir et d'utiliser
correctement chaque cadeau est une condition préalable à leur obtention. Aucune
suggestion n'est faite dans ce verset quant à la façon dont ces cadeaux sont donnés.
Nous ne pouvons certainement pas lire dans ce verset la prière comme moyen
d'obtenir de tels dons. Il s'agit simplement d'une mise en garde de ne pas traiter à la
légère l'obtention et l'utilisation de tels cadeaux - si les Corinthiens avaient été plus
sérieux et sincères pour les obtenir, ils les auraient utilisés d'une manière beaucoup
plus acceptable. Le meilleur cadeau est la prophétie - si le lecteur se réfère à
l'explication et à l'utilisation d'un tel cadeau donnée plus tôt dans cette étude, il saura
pourquoi une telle admonestation était vraie. Le don de prophétie comprenait bien
plus que la simple capacité de prédire les événements futurs - cela incluait l'
instruction divine - le prophète était un enseignant. L'enseignement aide tout le monde,
surtout quand il procède d'une telle source divine.

2. L'argument concernant les langues et la


prophétie, 2-6. une. La nature contrastée des
deux, 2-4.
Texte 14: 2-4
Car celui qui parle dans une langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu; car nul ne
comprend; mais dans l'esprit, il parle de mystères. Mais celui qui prophétise parle aux
hommes d'édification, d'exhortation et de consolation. Celui qui parle dans une langue
s'édifie; mais celui qui prophétise édifie l'église.
Questions de réflexion 14: 2-4
82. Pourquoi voudrait-on exercer le don des langues si cela ne profite pas à l'homme?
83. Dans quel sens le parler en langues était-il «à Dieu» - c'est-à-dire , est-ce à dire que
le don des langues a été utilisé dans le culte personnel?
84. Est-il vrai qu'aucun homme ne pouvait comprendre la langue parlée?
85. Dans quel sens l'homme ne pouvait-il pas comprendre?
86. De telles déclarations ne sont que des mystères pour certaines personnes - qui?
87. Pourquoi appeler ce don le don de prophétie si son utilisation est presque uniquement destinée
à l'enseignement?
88. Veuillez définir dans vos propres mots les trois expressions: (1) édification, (2)
exhortation, (3) consolation.
89. Dans quel sens le don des langues édifierait-il son possesseur?
90. Doit-on comprendre qu'une réunion publique est en vue dans l'utilisation des
deux dons - langues et prophétie?
Paraphrase 14: 2-4
2. Car celui qui parle dans une langue étrangère dans les assemblées publiques, ne
parle pas aux hommes, mais à Dieu; car personne présent ne le comprend. Néanmoins,
par l'Esprit, il parle de mystères ou de choses qui, après les avoir dites, sont
entièrement cachées à l'église.

71

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

3. Mais celui qui prophétise, parle par inspiration aux hommes dans une langue
connue, pour accroître leur foi, les avoir poussés à leur devoir et les réconforter sous
leurs afflictions.
4. Celui donc qui parle dans une langue étrangère, ne s'édifie que; mais celui qui
prophétise, parle dans une langue connue, afin d'édifier l'église.
Commentaire 14: 2-4
Contre. 2. Voici la raison de la supériorité du don de prophétie. Nous supposons dans
la situation décrite ici qu'aucun interprète n'est présent lorsque le don des langues est
exercé - ceci étant le cas, l'utilisation d'un tel don est très limitée dans son bénéfice. Le
seul qui comprend la signification des mots prononcés est Dieu. (Faut-il exclure
l'orateur lui-même? L'impression sur le groupe assemblé serait qu'il révélait un
mystère divin - tout cela était complètement inintelligible pour ceux qui l'écoutaient.)
Contre. 3. En revanche, le prophète parlant dans la langue (ou la langue) des
personnes présentes peut grandement les aider par des informations, des
avertissements et des promesses de Dieu. Ce que l'enseignant ou le prédicateur
d'aujourd'hui fait en exposant et en appliquant la parole de Dieu du Nouveau
Testament, le prophète de l'époque de Paul l'a fait par révélation directe.

Contre. 4. L' expression de ce verset semble indiquer que l'homme doué de langues a
compris ce qu'il a dit, car Paul dit qu'il a été édifié dans sa foi par ce qu'il a dit par la
langue. Tout le monde est édifié par les paroles du prophète.

b. L'argument du contraste, 14: 5,6.


Texte 14: 5,6
Maintenant, je voudrais que vous parliez tous en langues, mais plutôt que vous
prophétisiez: et plus grand est celui qui prophétise que celui qui parle en langues, sauf
qu'il interprète, afin que l'église puisse recevoir une édification. Mais maintenant,
frères, si je viens à vous parler en langues, à quoi vous servirai-je, à moins que je ne
vous parle ni par révélation, ni par connaissance, ni par prophétie, ni par
enseignement?
Questions de réflexion 14: 5,6
91. Dans quel sens devons-nous comprendre le désir de Paul de faire parler tous les
Corinthiens en langues? Ils ne pouvaient pas tous le faire - que veut - on dire?
92. Pourquoi mentionner la mesure de la grandeur entre l'utilisation des langues et
l'utilisation de la prophétie? Certains Corinthiens se sentaient-ils «grands» parce
qu'ils avaient le don des langues?
93. Tous ceux qui parlent en langues peuvent-ils interpréter ce qu'ils disent? Pourquoi pas?
Explique.
94. Qu'entend-on par parler «par révélation»?
95. Quelle est la «connaissance» de Vs. 6?
96. Quelle distinction est ici faite entre prophétiser et enseigner?
Paraphrase 14: 5,6
Je souhaite, en effet, que vous parliez tous des langues étrangères; mais plutôt que vous
avez été dotés du don de prophétie. Car, une personne inspirée plus utile est celui qui
prophétise (voir vs.3), que celui qui parle des mystères (vs.2), dans les langues
étrangères, à moins que quelqu'un n'interprète ce qu'il dit, afin que l'église puisse
recevoir une édification. Pour l'instant, frères, si je venais à vous parler des préceptes
de l'inspiration dans les langues étrangères, à quoi je vous ferai du bien, à moins que je
ne vous parle intelligiblement, soit par la révélation, propre à un apôtre; ou par la
parole de connaissance, le don d'un prophète supérieur; ou par prophétie, l'inspiration
propre à un prophète inférieur; ou par la doctrine, l'inspiration propre au pasteur
ordinaire?

Commentaire 14: 5,6


Contre. 5. Paul affirme qu'il ne s'opposerait pas si toute l'église avait le don des langues
(bien sûr, ce n'était pas la condition, mais cela indique le fait que si le Seigneur le
dirigeait, les apôtres pourraient accorder ce pouvoir à n'importe lequel des Par
conséquent, ceux qui avaient de tels dons des apôtres ne devraient pas penser à

72

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

eux-mêmes comme méritant particulièrement un tel cadeau. Cependant, si tout devait


être doté, Paul voulait que ce soit avec le don de la prophétie. L'apôtre affirme
clairement la supériorité du don prophétique - tel étant le cas, Dieu a réellement
honoré le prophète au-dessus de ceux qui ont des langues. Il semblerait que certains
dans l'église avec le don des langues pensaient à eux-mêmes plus fortement qu'ils ne
devraient le penser. La capacité de parler dans une langue que l'on n'avait jamais
apprise donnerait en effet à certains un sentiment d'accomplissement qui, associé à la
fierté, les ferait se sentir très honorés du Seigneur - de telles personnes auraient pu
devenir très dominatrices dans leur attitude de supériorité supposée . Pour compenser
une telle attitude, Paul a déclaré la position d' honneur - ce n'était pas avec ceux qui
parlaient en langues.
Certains avaient un double don - non seulement de parler dans une langue
étrangère, mais aussi de pouvoir interpréter ce qui avait été dit. De toute évidence, le
don d'interprétation n'était généralement pas détenu ou il n'y aurait pas eu de
problème.

Contre. 6. Paul était sur le point de visiter les Corinthiens - il dit maintenant:
«Supposez que lorsque je vous visite, je n'utilise que des langues dans ma conversation
avec vous - quel serait le bénéfice de ma visite?» Si, d'autre part, Paul exerçait l'un des
quatre autres dons spécifiés ici, il bénéficierait grandement aux Corinthiens. La
révélation se réfère à la communication directe de Dieu à l'homme. La «connaissance»
est une connaissance surnaturelle, peut-être se réfère-t-elle à la compréhension de la
révélation. Nous avons discuté de la signification du don de prophétie - l '
«enseignement» donné par Paul serait de la plus grande aide car il était infaillible.
3. L'enseignement concernant les langues à travers
des illustrations, 14: 7-13. une. Les illustrations des
instruments de musique, 7-9.
(1) Les illustrations utilisées, 7,8.

Texte 14: 7,8


Même des choses sans vie, donnant une voix, que ce soit une pipe ou une harpe, si elles
ne font pas de distinction dans les sons, comment savoir ce qui est joué ou harpé? Car
si la trompette donne une voix incertaine, qui se préparera à la guerre?
Questions de réflexion 14: 7,8
97. Pourquoi entamer une discussion sur l'utilisation appropriée d'une pipe ou d'une harpe?
98. Pourquoi dire «des choses sans vie»?
99. Signification de «distinction dans les sons».
100. Y a-t-il une discussion sur l'identification d'une mélodie sur la pipe ou la harpe?
101. Quel est l'intérêt de l'illustration du bon usage de la trompette?

Paraphrase 14: 7,8


Pour l'instant, frères, si je venais à vous parler des préceptes de l'inspiration en langues
étrangères, à quoi je vous ferai du bien, à moins que je ne vous parle intelligiblement,
soit par la révélation, propre à un apôtre; ou par la parole de connaissance, le don d'un
prophète supérieur; ou par prophétie, l'inspiration propre à un prophète inférieur; ou
par la doctrine, l'inspiration propre au pasteur ordinaire? De la même manière, les
choses sans vie donnant le son, que ce soit la pipe ou la harpe, à moins qu'elles ne
donnent une différence aux notes, à la fois dans le ton et dans le temps, comment
savoir ce qui est joué ou harpé? Ces sons insignifiants sont une image appropriée d'un
langage inintelligible, à la fois dans leur nature et dans leur effet.

Commentaire 14: 7,8


Contre. 7. Paul veut que ses lecteurs «voient» la vérité de son principe concernant le
bon usage des langues. Voici une illustration pour éclairer ce point. Pensez au jeu d'une
pipe ou d'une harpe, quand aimez-vous écouter un tel instrument? N'est-ce pas quand
vous comprenez l'air que vous jouez? Lorsque la mélodie n'est pas distincte,
l'instrument fait juste du bruit.

73

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Contre. 8. Encore une autre illustration a à voir avec l'utilisation d'une trompette de
guerre. C'était très utilisé à l'époque de Paul. Si le trompettiste ne connaissait pas le
«certain son» à charger ou à battre en retraite, ce serait en effet tragique. Ou, si
connaissant l'appel à charge ou la retraite, il ne l'a pas fait exploser pour être entendu,
cela aurait été tout aussi mauvais.

b. La demande déposée, contre 9.

Texte 14: 9
Vous aussi, à moins que vous ne prononçiez par la langue un discours facile à
comprendre, comment savoir ce qui est dit? car vous parlerez en l'air.
Questions de réflexion 14: 9
102. Dans quel sens «facile à comprendre»?
103. Sens de «parler en l'air».
Paraphrase 14: 9
Vous aussi, lorsque vous parlez par inspiration dans vos assemblées publiques, à moins
que vous ne prononçiez avec la langue un discours intelligible, comment savoir ce qui
est dit? Par conséquent, quelle que soit l'importance des choses que vous dites, vous
parlerez en l'air comme des fous.
Commentaire 14: 9
L'application des illustrations qui précèdent devrait être si évidente qu'il ne devrait
y avoir aucun doute à ce sujet. Paul dit clairement - si vous utilisez votre langue,
utilisez-la comme vous le feriez pour une pipe, une harpe ou une trompette - rendez
votre énoncé intelligible. Si vous ne le faites pas, vous n'aiderez personne - vous ne
parlerez qu'en l'air.

c. L'illustration de différentes voix, 14: 10-13.

(1) L'illustration utilisée, 10,11.


Texte 14: 10.11
Il y a, peut-être, tant de sortes de voix dans le monde, et aucune sorte n'est sans
signification. Si donc je ne connais pas le sens de la voix, je serai pour celui qui parle
barbare, et celui qui parle sera pour moi barbare.

Questions de réflexion 14: 10,11


104. Comment le mot «voix» est-il utilisé dans ce verset? Est-ce à dire des langues?
105. Comment comprendre le mot «signification»?
106. Comment le mot «barbare» est-il utilisé à cet égard?

Paraphrase 14: 10,11


Il y a, sans aucun doute, autant de sortes de langues utilisées dans le monde que vous
parlez, et aucune d'entre elles n'a de signification pour ceux qui les connaissent.
Néanmoins, si je ne connais pas le sens de la langue qui est prononcée, je serai pour
celui qui parle un étranger, qui n'a aucune connaissance de ce qu'il parle, et celui qui
parle sera pour moi un étranger: nous serons incapable de tenir une conversation
entre eux.

74

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Commentaire 14: 10,11


Contre. 10. MacKnight indique dans sa paraphrase l'utilisation du mot «voix» en ce qui
concerne les langues - il peut ainsi être traduit; cependant, nous préférons le
considérer comme faisant référence aux voix comme des «sons - c'est-à-dire le son de
la voix d'un animal, ou d'un oiseau, ou même d'un insecte. Il y a sûrement une
multiplicité de ces «voix». Chaque animal, chaque oiseau a un but ou une signification
dans l'utilisation de la «voix» que Dieu lui a donnée.
Contre. 11. L'application ciblée est «votre voix» - dans ce cas, «le don des
langues» - a-t-elle un but ou une signification? Si je ne peux pas comprendre un
étranger qui essaie de me dire quelque chose, je lui apparais comme une personne
grossière - un homme sans connaissances . Cependant, je pourrais aussi considérer le
locuteur de cette langue étrangère comme le rustre ou le barbare, car il ne peut pas
mieux me comprendre que moi. Il n'y a aucun but ou signification dans une telle
situation.

ré. L'exhortation faite, 14: 12,13.


Texte 14: 12,13
Vous aussi, puisque vous êtes zélés de dons spirituels (ou d'Esprits), cherchez à ce que
vous abondiez à l'édification de l'église. C'est pourquoi, que celui qui parle dans une
langue prie pour qu'il puisse interpréter.
Questions de réflexion 14: 12,13
107. Dans quel sens les Corinthiens étaient-ils zélés des dons spirituels?
108. Que devaient rechercher les Corinthiens selon les instructions de Paul?
109. Comment l'église pourrait-elle être édifiée?

Paraphrase 14: 12,13


12. C'est pourquoi vous aussi, afin que vous ne soyez pas des barbares les uns envers
les autres, puisque vous êtes sincèrement désireux de dons spirituels (voir v. 32),
cherchez-les, afin qu'en les exerçant correctement, vous abondiez pour l'édification de
l'église.

13. Pour quelle cause, que celui qui, par inspiration, prie dans l'église dans une langue
étrangère, prie de telle manière et à tel moment, comme quelqu'un qui est inspiré peut
interpréter sa prière à l'édification de l'église.
Commentaire 14: 12,13
Contre. 12. Paul dit - si vous voulez être impatient et zélé à propos de quelque chose (et
vous le faites sûrement, comme indiqué dans votre utilisation et abus de langues),
permettez-moi de sélectionner le sujet et l'objet de votre zèle - le don de prophétie et
les conséquences qui en découlent. construction de tous ceux qui entendent. Toute
l'église est aidée dans la bonne utilisation de ces dons - dans l'utilisation que les
Corinthiens en ont fait, très peu ont été aidés - même cette aide était discutable, car ils
semblaient gonflés à ce sujet.

Contre. 13. Voici une conclusion à ce qui précède: que l'homme qui est
surnaturellement capable de parler dans une langue étrangère ait également la
capacité d'interpréter une telle langue au profit de ceux qui l'entendent.

Le mot «prier» dans ce verset, c'est-à-dire «prier pour qu'il puisse interpréter», est
utilisé de la même manière que «désirer» dans les versets précédents. Cela ne signifie
pas qu'il obtiendra le don de l'interprétation par la réponse à la prière, mais qu'il doit
avoir un fort désir pour ce don. Comment l'obtiendra-t-il? Le seul moyen de
transmission indiqué dans l'Écriture est l'imposition des mains des apôtres. Une telle
personne avec ce fort désir pourrait demander qu'un apôtre soit fourni pour lui
donner ce don.
MacKnight place une interprétation entièrement différente sur Vs. 13, comme on
peut le constater en lisant sa paraphrase. Il croit que la prière est faite dans une langue
(en prenant sa pensée de Vs. 14) et l'interprétation est faite par quelqu'un d'autre
présent qui a le don d'interprétation. En d'autres termes, si vous

75

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

vont prier dans une langue étrangère - faites- le d'une manière et à un moment tels que
l'homme présent avec le don d'interprétation puisse vous entendre distinctement et
donner le sens de votre prière au reste de l'église.
Dans l'une ou l'autre compréhension du verset, le don d'interprétation ne s'obtient
pas en priant Dieu.
Admettant, à des fins d'argument, qu'une personne à l'époque de Paul devait prier
pour le don de l'interprétation de la langue qu'il venait de parler - comment conclurait-
il sa prière? La seule façon dont ces dons ont été accordés (selon le récit divin) était
entre les mains des apôtres. Ne prierait-il pas alors pour lui la venue d'un apôtre dans
le but de lui faire un tel don?
4. L'utilisation des langues et de la prophétie
par l'apôtre, 14: 14-19. une. Sa
détermination à utiliser les deux dans le
culte, 14,15.
Texte 14: 14,15
Car si je prie dans une langue, mon esprit prie, mais ma compréhension est stérile.
Qu'est-ce que c'est alors? Je prierai avec l'Esprit, et je prierai aussi avec la
compréhension: je chanterai avec l'Esprit et je chanterai aussi avec la compréhension.

Questions de réflexion 14: 14,15


110. Le verset 14 enseigne-t-il qu'un homme doué de langues ne comprend pas ce qu'il dit?
Explique.
111. Comment serait-il possible de prier avec l'Esprit et la compréhension? Expliquez deux façons.
112. Dans quelles conditions la prière et le chant ont-ils été effectués?

Paraphrase 14: 14,15


14. Car si je prie publiquement dans une langue étrangère non interprétée, mon esprit
qui comprend cette langue prie, mais ma signification dans une telle prière est sans
fruit pour la personne pour laquelle je prie.
15. Que faire alors, quand l'Esprit me pousse à prier dans l'église dans une langue
inconnue? Pourquoi cela, je prierai avec l'inspiration de l'Esprit, mais je prierai aussi
avec ma signification interprétée, vs. 13; Je chanterai avec l'inspiration de l'Esprit, mais
je chanterai aussi avec ma signification interprétée.
Commentaire 14: 14,15
Contre. 14. Même dans le culte privé, l'avantage d'une expression compréhensible est
évident. Les Corinthiens utilisaient évidemment des langues dans la prière (publique et
privée). Mais si celui qui priait ne comprenait pas les mots qu'il utilisait dans la prière,
quelle était la valeur de la prière pour lui? Il est difficile d'expliquer comment cela se
produirait. Mais, alors, nous ne pouvons expliquer la présence du pouvoir de parler
dans une autre langue que pour des motifs surnaturels.
Contre. 15. Lors de la prière (en particulier en public), le pouvoir de parler dans une
langue étrangère peut être exercé, mais uniquement lorsque le don d'interprétation est
présent - soit chez celui qui prie, soit chez quelqu'un d'autre qui entend la prière. Le
même principe est à suivre dans le chant - c'est évidemment un type de chant
individuel. Paul utilise la première personne pour donner réalité et autorité à ses
paroles.

b. Son rappel que l'édification est le but, 14: 16,17.


Texte 14: 16,17
Sinon, si tu bénis de l'Esprit, comment celui qui remplit la place des non-instruits dira-
t-il l'Amen lors de tes remerciements, voyant qu'il ne sait pas ce que tu dis? Car tu
rends bien grâce, mais l'autre n'est pas édifié.

76

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Questions de réflexion 14: 16,17


113. Que signifie ici bénir avec l'Esprit?
114. Qui est celui à la place des ignorants?
115. Qu'entend-on par dire l'Amen?
116. Qu'est-ce que le remerciement?
117. Comment certains pourraient-ils bien ne pas remercier? Est-ce lié à la possession du don des
langues?
Paraphrase 14: 16,17
16. Sinon, quand tu béniras Dieu d'une inspiration de l'Esprit dans une langue
inconnue, celui qui dans la congrégation est une personne privée ou sans inspiration,
et t'entend parler, comment doit-il consentir à ce que tu parles, et dire l'Amen à ton
action de grâces, puisqu'il ne sait pas ce que tu dis?

17. En effet, tu rends grâce dans cette langue inconnue dans des expressions
convenables, mais l'autre qui t'entend n'en est pas édifié.
Commentaire 14: 16,17
Contre. 16 . Nous avons jusqu'à présent considéré deux domaines où le don des langues était
utilisé: (1) dans la prière, (2) dans
en chantant. Nous sommes maintenant introduits dans un troisième domaine: «rendre
grâce». Ceci est appelé «bénédiction de l'Esprit» dans Vs. 15a. Cela a à voir avec
l'expression en public de la gratitude du cœur pour la bonté de Dieu - si une telle
gratitude s'exprime dans une langue étrangère, comment celui qui ne peut pas
comprendre la langue pourra-t-il exprimer son approbation ou son accord? Il
semblerait qu'une personne ait exprimé les louanges et les actions de grâces qui ont
rempli toutes les personnes présentes - chacune a écouté et indiqué à Dieu et à ceux
qui ont présenté son approbation en disant «Amen». Nous comprenons l'expression
«celui qui remplit la place des ignorants» pour désigner toute personne sans le don de
l'interprétation des langues.
Contre. 17. L'expression de gratitude pourrait être très belle et significative, comme
elle le serait en effet puisqu'elle était dirigée par le Saint-Esprit, mais de quelle valeur
était-elle? À moins que quelqu'un ne soit renforcé dans la foi, le but d'une telle
expression a échoué.
c. Sa préférence pour la prophétie dans l'Église, 14: 18,19.
Texte 14: 18,19
Je remercie Dieu, je parle plus en langues que vous tous: comment se fait-il que dans
l'église, je préfère prononcer cinq mots avec ma compréhension que je pourrais aussi
instruire les autres, que dix mille mots dans une langue.
Questions de réflexion 14: 18,19
118. Pourquoi remercier Dieu d'avoir pu parler en langues?
119. Pourquoi Paul a-t-il fait un si grand usage des langues? Dans quel but les a-t-il utilisés?
120. Quand sommes-nous à l'église?
121. Comment pourrions-nous parler sans notre compréhension?
122. Paul ne savait-il pas ce qu'il disait quand il parlait en langues?
123. L'instruction donnée à Paul par Dieu ne serait-elle pas aussi inspirée que les
langues? Pourquoi le grand désir des langues?
Paraphrase 14: 18,19
18. Je ne parle donc pas de langues étrangères parce que moi-même j'en manque: car
j'adore mon Dieu, parlant plus de langues étrangères que vous tous réunis.
19. Pourtant, je suis loin d'être vain de ce don, que dans l'église je préfère prononcer
cinq phrases avec ma signification comprise, afin que je puisse instruire les autres
aussi bien que moi-même, que dix mille phrases dans une langue étrangère, si sublime
soit-elle et élégant ce discours pourrait être.

77

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Commentaire 14: 18,19


Contre. 1 8. La correction d'un abus ne minimise pas l'importance d'une bonne
utilisation. Paul veut que les Corinthiens sachent qu'il approuve le bon usage des
langues - lui- même en est un exemple. L'apôtre était doté de la capacité de parler dans
des langues étrangères d'une manière bien supérieure à celle de tout ou partie des
Corinthiens. Cela se réfère évidemment à son utilisation de ces langues dans son
évangélisation étrangère. Aucun Corinthien n'avait parlé aussi souvent ou aussi bien
dans une langue étrangère que Paul. Nous pourrions ajouter ici que si quelqu'un
aujourd'hui était ainsi doté et utilisait le pouvoir dans le même but, nous aurions
certains des mêmes résultats que Paul.

Contre. 19. L'église à laquelle il est fait référence ici doit être le groupe réuni à
Corinthe - ou même n'importe où - pourquoi parler à un tel groupe dans une langue
qu'ils ne comprennent pas? Cinq mots dans une courte phrase signifient plus pour eux
que dix mille mots, même si éloquents dans une langue étrangère.
ré. La comparaison de leur valeur aux non-croyants, 14: 20-25.

(1) L'appel à la maturité mentale, 14:20.


Texte 14:20
Frères, ne soyez pas des enfants à l'esprit: cependant, par méchanceté, soyez des bébés, mais à
l'esprit, soyez des hommes.
Questions de réflexion 14:20
124. Pourquoi introduire l'idée d'être des enfants?
125. Expliquez comment les Corinthiens utilisaient leur esprit comme des enfants.
126. Comment la pensée de la malveillance s'inscrit-elle dans le contexte?
127. Paul suggère-t-il qu'en dépit des dons spirituels, ces personnes étaient très
immatures? Pourquoi Dieu a-t-il accordé de tels dons à de telles personnes?
Paraphraser 14:20
Frères, ne vous montrez pas enfants, en exerçant le don des langues avec discorde;
mais en vous libérant de la mauvaise disposition, soyez enfants, et en compréhension
soyez des hommes adultes.
Commentaire 14:20
Contre. 20. Il y a une façon dont on peut être félicité pour être enfantin - mais pas en
ce qui concerne l' esprit - un enfant aime le sensationnel, l' excitant - donc les
Corinthiens étaient comme des enfants dans leur préférence pour l'utilisation des
langues . Cela faisait appel à l'amour pour l' excitant… "Si vous voulez être comme un
enfant, soyez comme un dans son absence totale de mauvaise volonté." Dans le cœur,
soyez comme un enfant; à l'esprit, soyez mature comme un homme.
(2) La valeur-signe des langues et de la prophétie, 14: 21,22.
Texte 14: 21,22
21 Dans la loi il est écrit, par des hommes de langues étranges et par des lèvres
d'étrangers, je parlerai à ce peuple; et même ainsi, ils ne m'entendront pas, dit le
Seigneur.
22 C'est pourquoi les langues sont pour un signe, non pour ceux qui croient, mais pour
les incroyants; mais la prophétie est pour un signe, non pas pour les incroyants, mais
pour ceux qui croient.
Questions de réflexion 14: 21,22
128. Veuillez lire Isa. 28: 11,12 et expliquez pourquoi Paul qualifie cette prophétie de «loi».
129. Qui étaient les hommes de langues étranges au temps d'Ésaïe? Qui à Corinthe?
130. Pourquoi n'ont-ils pas entendu, c'est-à-dire dans les deux cas? Pourquoi Dieu a-t-il envoyé des
hommes à son peuple?
131. Donnez le sens du mot «signe» tel qu'il est utilisé ici.
132. Expliquez comment les langues seraient un signe pour les incroyants.
133. Expliquez en quoi la prophétie serait un signe pour le croyant.

78

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Paraphrase 14: 21,22


21. Dans la loi, il est prédit, sûrement avec d'autres langues et avec d'autres lèvres,
c'est-à-dire par des personnes dont la langue est différente de la leur, je parlerai à ce
peuple: mais même ainsi, ils ne m'obéiront pas, dit le Seigneur.
22. C'est pourquoi, les langues étrangères sont pour un signe de l'épanchement du
Saint-Esprit sur vous, non pas pour convaincre les croyants qui ne comprennent pas
ces langues, mais pour convaincre les incroyants à qui vous parlez dans leur propre
langue, Actes II 8. Mais prophétie est pour un signe de l'épanchement de l'Esprit, non
pas pour convaincre les incroyants qui ne peuvent pas savoir, mais pour édifier les
croyants qui savent, que vous êtes inspiré à prophétiser.
Commentaire 14: 21,22
Contre. 21. La «loi» dont il est question ici se trouve dans le livre d'Isaïe. Nous devons
nous rappeler que tout ce que Dieu dit est important et doit être considéré comme sa
volonté d'obéir à l'homme. Les hommes de langues étranges dans la référence à Ésaïe
étaient les Assyriens. Dieu a envoyé les Assyriens pour «parler» à Juda - non pas tant
par leur langue, car cela leur était inintelligible, mais par l'épée. Cela aussi, ils n'ont pas
tenu compte. Les Juifs de Corinthe se souviendraient des circonstances de la référence
et verraient son application - les langues étrangères à l'époque d'Isaïe avaient peu de
valeur - même lorsqu'elles sont mal utilisées à Corinthe, le mécontentement de Dieu est
présent.
Contre. 22. L'utilisation des langues est un signe - elles indiquent ou indiquent quelque
chose. Quand un incroyant est confronté au miracle de quelqu'un qui parle dans son
propre dialecte natal qui ne l'a jamais appris, il est fortement enclin à écouter ce qui
est dit; ainsi le pouvoir divin de parler dans une langue étrangère devient une grande
aide à l'évangélisation. L'utilisation des langues dans un service religieux ne sert à
confondre que lorsqu'elle n'est pas comprise par l'auditeur.
L'homme qui enseigne et prêche par le don de prophétie est celui qui aide les
croyants. La communication de la vérité est l' action importante - soit aux incroyants
étrangers dans leur langue - soit aux croyants dans leur langue maternelle.

(3) L'effet des langues et de la prophétie sur les non-croyants, 14: 2 3-25.

(a) L'effet des langues, 14:23.


Texte 14:23
Si donc toute l'église est rassemblée et parle tous en langues, et qu'il y a des hommes
sans savoir ou incrédules, ne diront-ils pas que vous êtes fous?
Questions de réflexion 14:23
134. Comment l'église entière pouvait-elle parler en langues - n'était-ce pas sans ce don?
135. Comment classeriez-vous les hommes «sans savoir et incrédules»?
136. Pourquoi ces hommes diraient-ils que les locuteurs de langues sont fous?
Paraphraser 14:23
Eh bien, si toute l'église est réunie en un seul endroit, et que les personnes inspirées
parlent toutes dans des langues étrangères, et qu'il arrive des personnes ignorantes de
ces langues, ou des païens, ne diront-ils pas que vous êtes fous, quand ils voient le
confusion que vous faites en parlant des langues que personne ne comprend?
Commentaire 14:23
Contre. 23 . N'oubliez pas le titre général de cette section, c'est-à-dire l'effet des langues
et de la prophétie sur les incroyants. Voici un effet très peu recommandable -
supposons simplement que toute l'église est rassemblée et que tous les présents
exercent le pouvoir de parler dans une langue étrangère (une situation certes exagérée
pour cela ne pourrait pas être le cas) - un parlant dans cette langue et un autre dans
cette langue . Dans une telle réunion, plusieurs incroyants - qu'en penseront-ils?
Exactement ce que la plupart des incroyants pensent lors d'une de nos réunions sur les
langues actuelles - "ils sont fous". En effet, ils l'étaient et le sont. Cela présuppose un
manque d'interprétation de ces langues - tel doit être le cas ou l'argument de Paul ne
serait pas accepté.

79

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

(b) L'effet de la prophétie, 14: 24,25.


Texte 14: 24,25
Mais si tous prophétisent, et qu'il arrive en un seul incrédule ou sans savoir, il est
réprimandé par tous, il est jugé par tous; les secrets de son cœur se manifestent; et
ainsi il tombera sur son visage et adorera Dieu, déclarant que Dieu est vraiment parmi
vous.
Questions de réflexion 14: 24,25
137. Comment un bon effet pourrait-il résulter de toutes les prophéties en même temps?
138. Quelle est la signification du mot «réprouvé» tel qu'il est utilisé ici?
139. En quel sens une telle personne est-elle «jugée par tous».
140. Cela indique-t-il quelque chose sur le contenu de la prédication ou de l'enseignement? Si oui,
quoi?
141. Qu'est-ce qui ferait tomber l'incroyant sur son visage?
142. Quelle est la signification du mot «adoration»? Où est l'adoration?
143. Dans quel sens Dieu serait-il parmi l'église prophétisant?
Paraphrase 14: 24,25
24. Mais si tous ceux qui sont inspirés prophétisent, et qu'il arrive dans un païen, ou
un ignorant des langues étrangères, avec l'intention d'agir comme un espion, une telle
personne, comprenant ce qui est dit, sera réprimandée pour son idolâtrie, et d'autres
péchés, par tous ceux qui prophétisent; et il sera interrogé sur son intention, par tous
ceux qui peuvent discerner les esprits.
25. Et ainsi les buts cachés de son cœur étant révélés, il sera étonné, et ainsi, se
prosternant, il adorera Dieu et rapportera que Dieu est réellement parmi vous. Comme
Nabuchodonosor, il dira: «Il est vrai que votre Dieu est un Dieu de dieux et un
révélateur de secrets» (Dan. II 47).
Commentaire 14: 24,25
Contre. 24. Nous devons supposer que toutes les prophéties seraient faites dans
l'ordre. Tous les mots d'instruction et de correction seraient parfaitement clairs pour
l'incroyant, car ils sont dans sa propre langue. Pendant que l'incroyant écoute, l'un
après l'autre parle à son cœur et à sa conscience. Sa culpabilité devant Dieu est établie
à maintes reprises. Il est pesé dans les équilibres de Dieu et trouvé insuffisant - non pas
une fois, mais plusieurs fois par ceux qui prophétisent.

Contre. 25. Les motifs et les intentions du cœur des incroyants sont tous ouverts et
évidents à travers les paroles des nombreux prophètes. Il se voit encore et encore
comme Dieu le voit - quelle est sa réponse? Il tombe (sinon littéralement, du moins
dans son cœur) et obéit à Dieu. Se humilier en obéissant est la racine du mot
«adoration». Enfin, au lieu des mots ridicules - «vous êtes fous» , il exprimera des mots
de sainte vénération: «Dieu est parmi ou en vous».

2. L'emploi ordonné des langues et la prophétie,


14: 26-36. une. Le principe d'ordre dans
l'adoration, 14:26.

Texte 14:26

Qu'est-ce donc, frères? Lorsque vous vous réunissez, chacun a un psaume, a un


enseignement, a une révélation, a une langue, a une interprétation. Que tout soit fait
pour édifier.
Questions de réflexion 14:26
144. Pourquoi introduire cette section avec les mots «Qu'est-ce que c'est alors»?
145. Le rassemblement est-il la réunion publique des saints à Corinthe?
146. Que signifie l'expression «a un psaume»?
147. Qu'est-ce qu'une «révélation»?

80

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

148. Pourquoi ne pas mentionner le don de prophétie?


149. Quel est l'intérêt de ce verset?

Paraphraser 14:26
Que faire alors, frères? Lorsque vous êtes assemblés, l'un de vous par inspiration
baigne un psaume; un autre bain un discours; un autre bain quelque chose qui lui fut
fait connaître dans une langue étrangère; une autre révélation d'un événement futur;
un autre bain une interprétation de ce qui a été prononcé dans une langue étrangère.
Dans ce cas, laissez tous ces dons s'exercer à l'édification.
Commentaire 14:26
Contre. 26. Paul dit - voici la bonne façon d'utiliser ces cadeaux dans un service public
(probablement en contraste avec la façon dont ils les utilisaient). Que chacun qui
possède un tel don voie qu'il l'utilise pour former les auditeurs. Peut-être que le
psaume, l'enseignement et la révélation ne sont que des expressions du don de
prophétie. Un psaume était une chanson - probablement du Livre des Psaumes, un
enseignement se réfère à une instruction spéciale à donner de la parole de Dieu; la
révélation pourrait se référer à une parole directe de Dieu - les langues doivent
toujours avoir un interprète pour que ceux qui entendent puissent être édifiés.
b.Les instructions spécifiques concernant leurs services, 14: 27-36.

(I) Les instructions concernant les langues et les interprétations, 14: 27,28.
Texte 14: 27,28
Si quelqu'un parle dans une langue, que ce soit par deux, ou tout au plus trois, et cela à
son tour; et que l'on interprète: mais s'il n'y a pas d'interprète, qu'il se taise dans
l'église; et le laisser parler à lui-même et à Dieu.
Questions de réflexion 14: 27,28
150. Pourquoi la limitation du nombre de personnes parlant en langues?
151. Signification de l'expression «à son tour».
152. Dans quel sens un locuteur linguistique pourrait-il parler à lui-même et à Dieu?
Paraphrase 14: 27,28
27. Et si quelqu'un est amené à parler dans une langue étrangère, qu'il parle par deux,
ou tout au plus par trois phrases à la fois, et séparément; et que l'on interprète de la
même manière ce qu'il dit, afin que l'église soit édifiée.
28. Mais s'il n'y a pas d'interprète présent, que la personne inspirée se taise dans
l'église à ce moment-là: Pourtant, pour sa propre édification, il peut parler
intérieurement à lui-même et à Dieu, ce qui lui est donné par l'Esprit.
Commentaire 14: 27,28
Contre. 27. Des instructions très simples et précises sont données à ceux qui
voudraient exercer le don des langues - ne laissez que deux ou trois parler. C'était dans
le but de laisser du temps pour d'autres parties du service. Personne ne devait parler
dans une langue étrangère sans la présence d'un interprète. Maintenant, comment le
locuteur pourrait - il savoir qu'un interprète était présent s'il ne parlait pas dans une
langue étrangère connue? S'il s'agissait d'une langue céleste inconnue, il faudrait une
révélation directe du ciel sur ce que l'on voulait dire - est - ce que cela serait toujours
donné au même homme? Serait-ce le don de l'interprétation? L'interprétation suppose
une connaissance d'une langue - qui pourrait dire qu'il connaît la langue du ciel?
Contre. 28. Si aucun interprète n'était présent (un fait à vérifier par celui qui a le don
des langues), laissez-le se taire et utilisez son don à la maison pour sa propre
édification, c'est-à-dire dans les dévotions privées.

(2) Les instructions concernant la prophétie et la révélation, 14: 29-33a.

81

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

(a) La procédure ordonnée pour prophétiser, 14:29.


Texte 14:29
Et laissez les prophètes parler par deux ou trois, et laissez les autres discerner.
Questions de réflexion 14:29
153. La même procédure ordonnée doit être suivie dans l'utilisation du don de
prophétie. Pourquoi une telle limitation?
154. Combien de temps durerait un tel service?
155. Quelle est la signification du mot «discerner»? Est-ce le discernement des esprits?
156. À qui la petite phrase «les autres» fait-elle référence?
Paraphraser 14:29
Maintenant, que deux ou trois prophètes seulement parlent successivement, lors d'une
même réunion, et que les autres qui ont le don des esprits exigeants décident s'ils ont
parlé par inspiration ou par suggestion privée.
Commentaire 14:29
Contre. 29. Pourquoi limiter l'utilisation de la prophétie à deux ou trois? Est-ce pour
montrer l'équité à ceux qui aimaient tant l'usage des langues? MacKnight résout le
problème en renvoyant les «deux ou trois» à deux ou trois phrases - ce qui semble
difficilement probable. Peut-être était-ce parce qu'il y avait un certain élément de
prophétie dans l'utilisation des langues - c'est-à-dire, quand elles étaient
interprétées - que devait-on dire quand les langues étaient utilisées? Une révélation
édifiante de Dieu a été donnée à tous par le biais de l' interprète - c'est pourquoi le but
de parler avec compréhension a été atteint.
Nous pensons que l'utilisation du mot «discerner» fait effectivement référence à
ceux qui avaient le don du discernement des Esprits - il était évidemment possible de
prétendre avoir une révélation de Dieu tout en se trompant. Ceux qui ont le pouvoir
surnaturel de discerner indiqueraient bientôt la carence.
Texte 14: 30-33a
Mais si une révélation est faite à un autre assis, laissez le premier garder le silence. Car
vous pouvez tous prophétiser un par un, afin que tous apprennent et soient tous
exhortés; et les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes; car Dieu n'est pas un
dieu de la confusion, mais de la paix.
Questions de réflexion 14: 30-33a
157. Qu'est-ce qu'une «révélation»? Pourquoi serait-il supérieur à ce qui a été dit?
158. Comment le fait de prophétiser «un par un» ferait-il apprendre à tous?
159. Que signifie le mot «exhorté»?
160. Paul veut-il dire ici que les prophètes pouvaient contrôler l'utilisation du don de
prophétie? De quelle manière?
161. Pourquoi faire appel à la nature de Dieu en 33a?
Paraphrase 14: 30-33a
30. Mais si à un autre, qui s'assoit en entendant parler un prophète, quelque chose soit
révélé, que le premier termine son discours et se taise, avant que l'autre n'essaye de
parler.
31. En parlant les uns après les autres, vous pouvez tous livrer un par un, soit lors de
cette réunion, soit lors d'une réunion ultérieure, ce qui vous est révélé, afin que tous
apprennent et soient réconfortés.
32. Car les dons spirituels des prophètes chrétiens sont sous le commandement des
prophètes; afin qu'ils puissent exercer, ou s'abstenir de les exercer, comme ils le
souhaitent.
33a. D'ailleurs, Dieu n'est pas par son inspiration l'auteur du trouble, mais de la paix.
Commentaire 14: 30-33a
Contre. 30. Voici une exception au principe qui vient d'être énoncé. Si, tandis qu'une
personne douée prophétise, Dieu révèle un message à quelqu'un d'autre, celle qui
prophétise est de donner la préférence à l'action et au message de

82

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

Dieu. L'homme au don prophétique pouvait évidemment l'exercer à volonté - ce n'était


pas le cas avec celui qui avait reçu une révélation. Laissez le prophète se taire pendant
que ce message spécial est donné.
Contre. 31. La procédure de l'exercice du don de prophétie est précisée. Paul dit: «Il est
possible que les prophètes parlent un à la fois. De cette façon, tous peuvent entendre,
comprendre et être édifiés. » Les messages donnés par les prophètes étaient tels que
ceux qui entendaient étaient grandement encouragés et renforcés dans la foi.
Contre. 32. L'affirmation par certains qu'ils n'étaient que des instruments passifs de la
puissance de Dieu n'est pas vraie. Paul rappelle aux Corinthiens que le pouvoir
d'expression, aussi divin soit -il, est néanmoins sous le contrôle de celui qui parle. Les
paroles de Lenski sont très pertinentes: «Par conséquent, un prophète peut vouloir
parler et peut avoir quelque chose d'important à transmettre qui lui a été donné par
l'Esprit divin et la Parole et pourtant, pour de bonnes raisons, il peut s'abstenir de
parler. Une bonne maîtrise de soi est une vertu que tout prophète peut bien cultiver
même aujourd'hui »(p. 613).
Contre. 33a. La nature de Dieu est invoquée comme une raison pour une utilisation
ordonnée des dons - si ces dons et leur utilisation proviennent de Dieu, alors ils
refléteront la nature divine. Dieu n'est pas l'auteur de la confusion - la raison pour
laquelle il n'est pas se trouve dans son être essentiel. C'est un Dieu de tranquillité et de
satisfaction tranquille. Cela ne pourrait pas être vrai si la confusion régnait par une
mauvaise utilisation des cadeaux. Comment Dieu pouvait-il approuver une pratique
contraire à sa nature?

(3) Les restrictions imposées aux femmes dans le culte, 14: 33b-36.

a) La restriction imposée aux femmes, 14: 33b, 34.

Texte 14: 33b, 34


Comme dans toutes les églises des saints, que les femmes se taisent dans les églises: car
il ne leur est pas permis de parler; mais qu'ils soient soumis, comme le dit aussi la loi.
Questions de réflexion 14: 33b, 34
162. Pourquoi introduire le sujet de la position des femmes dans ce contexte?
163. Dans quelle mesure le silence des femmes est-il inclusif?
164. S'agit-il de femmes parlant en langues?
165. Qu'est-ce qui constitue l'assujettissement?
166. D'après ce qui a été dit, nous pourrions difficilement conclure que l'église de
Corinthe était composée de «saints» - ce qui explique.
167. Quelle référence dans la loi est mentionnée ici?
Paraphrase 1 4: 33b, 34
33b. Ayant enjoint l'exercice ordonné des dons spirituels; comme dans toutes les églises
des saints est bien connue.

34. Vos femmes, sous prétexte d’être inspirées, ont assumé la charge d’instituteurs:
Mais mon ordre est: que vos femmes se taisent dans les églises; car le Christ ne leur a
pas permis d'enseigner en public; mais ils doivent être soumis aux hommes, comme
aussi la loi de Moïse l'ordonne.
Commentaire 1 4: 33b, 34
Contre. 33b. Il y a eu une discussion sur la question de savoir si ce verset devrait être
ainsi divisé - certains commentateurs le réfèrent à la déclaration: «Car Dieu n'est pas
un Dieu de confusion mais de paix.» Avec cela, nous ne pouvons pas être d'
accord - nous préférons de loin la pensée qu'un nouveau point est ici à développer. La
place des femmes est en effet liée à la bonne conduite de ceux qui sont dans l'église,
mais c'est un sujet distinct. Cette direction se rapporte non seulement à la situation
locale à Corinthe mais à toutes les églises, que ce soit à Corinthe ou non. Nous devons
noter que Dieu considère l’homme comme «en Christ» constitué comme un saint - non
par

83

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

la dignité, mais par la dignité de Christ, Dieu nous appelle dans et vers la plénitude de l'homme en
Christ.
Contre. 34. Nous vous renvoyons à I Timothée 2: 11-15 pour un élargissement de la
même pensée de ce texte. Dans quel sens dirons-nous que les femmes doivent se taire?
Nous devons comprendre cela dans le contexte - laissez- les se taire dans les zones où
ils ne sont pas autorisés à parler. Nous pourrions relier cela au parler en langues, c'est-
à-dire que de tels dons ne devaient pas être exercés par des femmes dans les
assemblées publiques. Les hommes doivent parler un à la fois avec l'aide d'un
interprète - les femmes ne doivent pas parler du tout. Les femmes peuvent et sont
invitées à enseigner à d'autres femmes - mais elles ne doivent pas enseigner aux
hommes, car dans une telle position, elles usurpent l'autorité sur un homme - nous
aimons les mots de Calvin sur cette pensée:
«Car quelqu'un dira: 'Qu'est-ce qui peut les empêcher d'enseigner même s'ils sont
soumis?' Je réponds que la tâche d'enseigner appartient à quelqu'un qui a une
surveillance et est pour cette raison incompatible avec le fait d'être soumis. Car à quel
point il serait inapproprié pour une femme soumise à l'un des membres, d'être en
position d'autorité sur tout le corps! C'est donc un argument basé sur des
incompatibilités; parce que si la femme est soumise, elle est donc empêchée d'avoir le
pouvoir d'enseigner en public. » (p. 306 - traduit par John W. Fraser.)
Nous vous invitons à lire la section sur l'assujettissement des femmes dans le Bible
Study Textbook — Paul’s Letters to Timothy and Titus (pp. 55ff.)
(b) La disposition pour leur information, 14:35.
Texte 14:35
Et s'ils apprenaient quelque chose, qu'ils demandent à leurs propres maris à la maison:
car il est honteux pour une femme de parler à l'église.
Questions de réflexion 14:35
168. Il n'est pas vrai que les femmes n'apprennent rien de la réunion publique - que veut - on dire
ici?
169. Supposer qu'une femme n'a pas de mari - comment cela s'appliquerait-il à elle?
170. Qu'est-ce qui est honteux à propos d'une femme qui parle à l'église?
171. Qu'est-ce qui constitue «l'église»?

Paraphraser 14:35
35. Je n'autorise pas les femmes à poser une question à l'église, même sous prétexte de
recevoir des informations. Mais si elles souhaitent apprendre quelque chose, qu'elles
demandent à leurs propres maris à la maison: car c'est une chose indécente pour les
femmes, sous n'importe quel prétexte, de parler dans l'église.
Commentaire 14:35
Contre. 35. Le processus d'apprentissage pour les femmes ne consiste pas à poser des
questions lors de la réunion publique , car cela pourrait conduire à une situation où
leur position appropriée est violée. Laissez-les demander à leurs «hommes-gens» à la
maison. Paul pense à la situation familiale d'un mari et d'une femme ou d'un père et
d'enfants. Nous pensons que le mot traduit «maris» est traduit avec beaucoup plus de
précision par «hommes-gens». Veuillez vous rappeler les circonstances de la réunion
de «toute l'église» pas dans une classe privée - quand toute l'église est affectée par les
questions et réponses, de telles instructions doivent prévaloir. L'exception de la femme
célibataire sans lien masculin n'est pas prise en compte dans ce texte - cela ne signifie
pas qu'elles doivent violer le principe divin.
(c) La réprimande à l'arrogance corinthienne, 14:36.
Texte 14:36
Quelle? Est-ce de vous que la parole de Dieu est sortie? ou est-ce venu à vous seul?
Questions de réflexion 14:36
172. Une telle réprimande piquante était manifestement provoquée par un état grave
- qu'est-ce que c'était?
173. Pourquoi et comment les Corinthiens prétendent-ils que la parole de Dieu est originaire d'eux?

84

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?

174. Les Corinthiens étaient en effet arrogants - montrez comment cela s'est manifesté.
Paraphraser 14:36
36. Quoi? Est-ce que la parole de Dieu est sortie dans le monde de vous, femmes? Le
Christ a-t-il employé l'un de vos sexes comme apôtres? Ou la parole ne vous est venue
que par le ministère des hommes? Comment alors prétendre enseigner aux hommes?
Commentaire 14:36
Contre. 36. Paul réprimande de manière très aiguë l'attitude vantardise des
Corinthiens. Il semble indiquer que les Corinthiens connaissaient la volonté de Dieu
concernant les questions dans lesquelles il les avait corrigées, mais ils n'étaient pas
disposés à changer. Peut-être que la réponse est dans l'autorité de la parole - la parole
de Dieu a été envoyée pour corriger - et non pour être corrigée. Les Corinthiens
devaient permettre à la parole de les changer, ils voulaient la changer. C'est en effet
une sérieuse réprimande - les saints de cette ville ont agi comme s'ils étaient la source
de l'autorité et l'objet particulier de la préoccupation de Dieu - ni l'un ni l'autre n'était
vrai. Dieu est l' autorité - exprimée dans Sa Parole - pour tous les temps et pour tous.
1. Les déclarations finales, 14: 37-40.

une. L'authentification des instructions, 14: 37,38.


Texte 14: 37,38
Si quelqu'un se croit prophète ou spirituel, qu'il prenne connaissance des choses que
je vous écris, qu'elles sont le commandement du Seigneur. Mais si un homme est
ignorant, qu'il soit ignorant.
Questions de réflexion 14: 37,38
175. Telle est la conclusion de trois chapitres d'une discussion approfondie. Veuillez y
réfléchir attentivement. Voici un critère pour juger le vrai prophète ou homme
doué - qu'est-ce que c'est?
176: À quelles «choses» Paul a-t-il fait référence?
177. Y avait-il des prétendus prophètes dans l'église corinthienne? Que faire à leur sujet?
178. De quoi ignoraient certains hommes? Comment décider quand on était ignorant?
179. Paul ignore-t-il le besoin d'instruction chez certains? Explique.
Paraphrase 14: 37,38
37. Si quelqu'un est vraiment un prophète ou un discernateur d'esprits, je lui fais
appel et lui demande de reconnaître les choses que j'écris maintenant, et toutes les
autres choses dans cette épître, que ce sont les commandements du Seigneur Christ ,
donné par inspiration.
38. Et si quelqu'un, après cela, ignore que mes préceptes sont les commandements du
Seigneur, qu'il soit ignorant. Son ignorance étant volontaire, je ne m'occuperai plus de
lui.
Commentaire 14: 37,38
Contre. 37. Écoutons la conclusion de toute la question de l'utilisation et de l'abus des
dons spirituels - c'est-à-dire, comme dans les chapitres 12-14 de cette lettre: la
revendication d'être inspiré de Dieu ou de dire la parole de Dieu peut être testée par
son accord ou son désaccord avec ce que Paul a écrit. Paul n'a aucune question ni
aucune hésitation quant à son autorité divine - il ne leur demande pas de tester sa
parole, mais de la recevoir et de la suivre, car c'est bien la Parole de Dieu.
Contre. 38. S'il y a quelqu'un qui ne reconnaîtra pas les paroles de l'apôtre comme la
parole de Dieu, c'est la preuve positive qu'il n'a pas les dons spirituels qu'il réclame. La
traduction de Lenski de ce verset est bonne: "Mais si quelqu'un ne reconnaît pas, il
n'est pas reconnu lui-même." c'est-à-dire que si quelqu'un ne reconnaît pas l'autorité
divine du message de Paul, il n'est pas reconnu par Dieu.

b. Les admonestations finales sur le sujet, 14: 39,40.

85

LA PUISSANCE DU SAINT-ESPRIT

Texte 14: 39,40


C'est pourquoi, mes frères, désirez ardemment prophétiser et interdisez de ne pas
parler en langues. Mais que tout soit fait décemment et dans l'ordre.
Questions de réflexion 14: 39,40
180. Qu'est-ce que le désir a à voir avec la prophétie?
181. Paul avait interdit de parler en langues - que veut-il dire par sa déclaration ici?
182. Précisez exactement ce que 1écence et ordre signifient en ce qui concerne les langues et la
prophétie.
Paraphrase 14: 39,40
39. C'est pourquoi, frères, la prophétie étant un don si excellent, vous désirez
sincèrement prophétiser. Et n'empêchez personne de parler en langues étrangères, s'il
y en a un à interpréter.

40. Que tout soit fait décemment et dans l'ordre dans vos assemblées religieuses: les
hommes spirituels évitent l'envie et les conflits; et les femmes se taisaient.
Commentaire 14: 39,40
Contre. 39. Paul a commencé par expliquer l'avantage de la prophétie - il doit conclure
avec la même pensée. Ses interdictions sur l'utilisation de ce don ne sont pas données
pour décourager son utilisation - en effet, sans elle, l'église serait considérablement
entravée. Les langues ont également leur place dans le service - parce que leur abus a
été corrigé ne signifie pas qu'elles devraient être interdites.

Contre. 40. Voici un principe qui doit prévaloir dans tout notre travail et notre
culte - que l'approbation de Dieu repose sur tout ce que nous faisons - ce sera alors
décent - que cela se fasse de telle manière que personne ne se sente lésé et que
personne ne soit donné une importance qu'il ne mérite pas - ce sera en ordre - ne laisse
aucune confusion régner sur aucun des services, Dieu ne l'approuve pas et l'homme
n'est pas édifié.

86

DOIS-JE PARLER EN LANGUES?


87