Vous êtes sur la page 1sur 23

6 septembre 2010

6 septembre 2010 Centre Meir Amit d'Information sur les Renseignements et le Terrorisme Une coalition

Centre Meir Amit d'Information sur les Renseignements et le Terrorisme

Une coalition anti-israélienne, dont les membres ont organisé la flottille du Mavi Marmara, a été encouragée par ses résultats et promeut actuellement une nouvelle série de projets visant à embarrasser et à isoler Israël, y compris une nouvelle flottille et l'envoi d'un avion dans la bande de Gaza

ךמסמה ירקיע
ךמסמה ירקיע

Invitation sur Facebook à collecter des fonds pour le Mouvement Free Palestine pour une série de nouveaux projets anti-israéliens. L'organisation est affiliée au Mouvement Free Gaza, qui a joué un rôle majeur dans la flottille du Mavi Marmara, en étroite collaboration avec l'IHH turque, et qui joue un rôle important dans la planification de nouveaux projets contre Israël

227-10

2

Aperçu général

1. Une série d'informations tend à indiquer que la coalition anti-israélienne responsable de la

flottille du Mavi Marmara a passé les trois derniers mois à promouvoir des plans pour de nouveaux projets dans le cadre d'une campagne générale visant à salir l'image d'Israël et à saper sa légitimité. Les projets incluent l'envoi d'une nouvelle flottille (avec plus de bateaux, d'activistes, de journalistes et de célébrités) et l'envoi d'un avion dans la bande de Gaza.

2. La coalition anti-israélienne est idéologiquement hétérogène, unie par son hostilité envers Israël ainsi que par le désir de défier et d'embarrasser l'Etat hébreu afin de faire promouvoir "les droits des Palestiniens". Dans les faits, elle soutient le programme politique du Hamas, en opposition aux intérêts de l'Autorité Palestinienne.

3. Aux deux pôles idéologiques de la coalition se trouvent, d'une part, des organisations et

des activistes islamiques radicaux. Parmi eux figurent les Frères Musulmans et l'IHH turque (proches idéologiquement) et d'autres organisations islamistes européennes. D'autre part, on retrouve des organisations et des activistes d'extrême-gauche dont l'hostilité envers Israël fait partie de leur opposition idéologique à l'Occident (particulièrement aux États- Unis) et à ses valeurs, ainsi qu'à la mondialisation. Entre les deux pôles se trouvent des organisations et des activistes des droits de l'Homme, des syndicats, des activistes juifs, ainsi que des politiciens qui profitent de la vague d'hostilité anti-israélienne pour s'attirer un capital personnel et politique. Cependant, certaines des organisations et des activistes s'identifient réellement aux Palestiniens, tandis que d'autres sont seulement intéressés par la promotion de leurs propres programmes politiques, particulièrement pro-Hamas.

4. La coalition comprend plusieurs associations qui ont participé à l'organisation de

la flottille du Mavi Marmara. Parmi les organisations musulmanes radicales se trouvent l'IHH turque, qui a dirigé la récente flottille, et les Frères Musulmans, le mouvement-mère du Hamas, qui s'enorgueillissent d'un réseau mondial dans le monde arabo-musulman ainsi qu’en Europe (notamment en Grande-Bretagne). Ces organisations radicales collaborent avec plusieurs associations opérant en Europe et aux États-Unis sous l'appellation "d'humanitaires" ou d'organisations des "droits de l'Homme", tandis qu'en réalité, leur activité est politique, pro- palestinienne/pro-Hamas. Parmi les groupes collaborant avec les organisations islamiques radicales au sein la coalition se trouvent le Mouvement Free Gaza (MFG), le Mouvement de Solidarité Internationale (MSI), qui opère en Judée-Samarie, et la Campagne européenne pour mettre fin au blocus de Gaza (ECESG) (Pour plus d'informations, voir les Annexes).

3

5. Pour les organisations mentionnées ci-haut, qui ont vu leurs positions renforcées par le

Rapport Goldstone, la flottille du Mavi Marmara a été un événement cardinal (malgré, ou peut-être à cause du fait que neuf membres turcs de l'IHH ont été tués et des douzaines

d'autres blessés). Elles partagent les caractéristiques suivantes :

A. L'IHH turque, qui a mené la récente flottille, est capable d'actions que les

autres organisations ne peuvent pas réaliser en raison du support gouvernemental qu'elle reçoit de la Turquie. L'organisation, qui a des annexes dans le monde entier, a permis à la coalition de jouir d'un soutien financier (qui lui a permis de multiplier le nombre de bateaux participant à la flottille du Mavi Marmara),

organisationnel, médiatique et politique (qui a permis à la flottille d'augmenter de manière signification la pression exercée sur Israël).

B. Les organisations et les activistes qui ont rejoint la flottille ont montré leur

capacité ainsi que leur désir de dépasser leurs intérêts locaux et de

collaborer à la promotion d'un projet anti-israélien commun, y compris en courant des risques (à cause de l'opposition israélienne prévue). Ceci s'est manifesté par des mois de préparatifs, surtout à Istanbul, comprenant des réunions de coordination des représentants des associations de la coalition (les minutes d'une des réunions ont été saisies à bord du Mavi Marmara).

C. Du point de vue de la coalition, les résultats de la flottille ont été

extrêmement positifs. Ils ont dépassé "les accomplissements" individuels de l'activité "ordinaire" dirigée contre Israël (l'envoi de convois dans la bande de Gaza, les initiatives de boycotts d'Israël, les tentatives de faire juger des responsables politiques et militaires israéliens, les projets de propagande). Parce qu'Israël a été contraint de revoir sa politique au sujet du bouclage de la bande de Gaza, son image publique a été ébranlée, et à ce jour, ses hauts responsables font l'objet d'enquêtes israéliennes et internationales, ses relations avec la Turquie ont subi un lourd préjudice. Cependant, certains des acteurs impliqués, y compris le Hamas, sont inquiets de l'allègement des restrictions par Israël, cette mesure ayant ralenti l'élan

stratégique des flottilles et nui à la capacité de saper la légitimité d'Israël, qui est au centre de l'activité de la coalition.

6. La coalition anti-israélienne a été rejointe par une petite organisation de Californie appelée

le Mouvement Free Palestine (MFP). Selon nous, il est étroitement lié au Mouvement Free Gaza (MFG) et est probablement son organisation-vitrine (en raison de considérations légales : ainsi, aux Etats-Unis, le soutien au Hamas, qui a été désigné comme organisation terroriste, est proscrit). Le principal responsable du MFP est le Dr. Paul Larudee (alias Paul Wilder). Activiste gauchiste radical, anti-israélien et pro-Hamas, il a

4

cofondé le MFG et le MSI et leur est selon toute probabilité toujours affilié. Il a participé à la dernière flottille (et se vante d'être un de ses "survivants"). Dans le passé, il a été impliqué dans des activités du MSI en Judée-Samarie et a été expulsé d'Israël en 2006 (Pour plus d'informations sur lui et son organisation, voir l'Annexe I).

7. Paul Larudee a récemment organisé un dîner de collecte de fonds pour le MFP en

Californie au cours duquel il a fait référence à une série de projets. Il les a aussi mentionnés dans un entretien à la chaîne Al-Manar du Hezbollah et sur le site Internet du MFP, les qualifiant de partie de la guerre de relations publiques contre Israël, qu'Israël ne peut que perdre.

8. Les projets comprennent l'augmentation du nombre d'activistes américains dans la

prochaine flottille (10-20 bateaux), une présence maritime permanente de douzaines de petits bateaux et d'un navire ravitailleur face aux côtes de Gaza, l'envoi d'un avion dans la bande de Gaza, le transfert de 200 volontaires palestiniens dans des avions commerciaux à l'aéroport international Ben-Gourion d'Israël pour exiger le "droit au retour", ainsi que la tenue d'un concert pour les Palestiniens à Londres et ailleurs en Europe, à l'image de celui organisé pour Nelson Mandela en 1988 pour protester contre l'apartheid en Afrique du Sud (Pour plus d'informations sur ces projets, voir l'Annexe II).

9. Selon nous, les projets pour lesquels le MFP lève des fonds ne sont pas exclusifs à l'organisation et reflètent les préparatifs effectués ces derniers mois par la coalition anti-israélienne. Le plan principal est d'envoyer une importante flottille à Gaza appelée Freedom 2. Le projet est organisé par le MFG, l'IHH et d'autres associations ayant participé à la flottille du Mavi Marmara (Pour plus de détails, voir les annexes). Les organisations d'autres pays (Liban, Iran, Yémen) qui craignent d'envoyer des bateaux solitaires peuvent rejoindre le projet et des bateaux individuels ou des groupes de bateaux de secteurs spécifiques ont l'intention de compliquer la tache à Tsahal (comme le bateau libanais de femmes, un bateau avec des responsables religieux, un bateau avec des passagers juifs). Selon nous, la coalition prépare également d'autres projets, comme l'envoi d'un avion dans la bande de Gaza.

10. Il est raisonnable de supposer que seuls certains projets pourront finalement être mis en œuvre en raison des contraintes de leurs organisateurs qui font face à des difficultés financières (les programmes sont plus ambitieux et plus chers que les précédents), politiques (la légitimité des flottilles a périclité et la majorité de la communauté internationale les considère comme pouvant porter préjudice au processus de paix) et légales (particulièrement aux États-Unis). Cependant, certains des associés de la coalition sont

5

fortement motivés et jouissent du soutien gouvernemental de pays comme l'Iran et la Syrie. Ils sont déterminés à mettre en œuvre au moins une partie des projets planifiés afin d'augmenter la pression internationale sur Israël.

11. Le Hamas est en contact avec le noyau dur d'organisations et d'activistes de la

coalition, directement ou indirectement via des activistes occidentaux et les membres des Frères Musulmans autour du globe. Le Hamas essayera probablement d'encourager la coalition à exécuter des projets spectaculaires dans les mois à venir, les considérant non seulement comme pouvant ronger la légitimité d'Israël mais également comme un moyen de perturber les négociations directes entre Israël et

l'Autorité Palestinienne, auxquelles le Hamas s'oppose fortement.

12. Annexes A. Annexe I: Liste de projets anti-israéliens présentés par le Mouvement Free Palestine (MFP)

B. Annexe II: Le Mouvement Free Palestine (MFP) et son co-fondateur, le Dr. Paul

Larudee

C. Annexe III: Le Mouvement Free Gaza (MFG)

D. Annexe IV: Le Mouvement de Solidarité Internationale (MSI)

E. Annexe V: La Campagne européenne pour mettre fin au blocus de Gaza (ECESG)

F: Annexe VI: Les Frères Musulmans, le mouvement-mère du Hamas et son activité en Grande-Bretagne

6

ANNEXE I

Le Mouvement Free Palestine (MFP) et son co-fondateur, le Dr. Paul Larudee

Palestine (MFP) et son co-fondateur, le Dr. Paul Larudee Logo du MFP (Site Internet Free Palestine,

Logo du MFP (Site Internet Free Palestine, 22 août 2010)

1. Le MFP est une organisation américaine à but non lucratif située en Californie qui

se décrit comme "une organisation de droits de l'Homme à but non lucratif". Elle possède plusieurs groupes opérant dans tous les États-Unis. Selon ses propres dires, sa mission est de défier la politique israélienne, qui "dénie les droits de l'Homme des Palestiniens", particulièrement le droit à la libre circulation. Elle affirme tenter de réaliser ses fins par "la résistance non violente". Le MFP et d'autres organisations pro-Hamas de ce genre se présentent souvent comme non violents, tandis qu'en réalité, ils sont prêts à utiliser la violence contre les forces de sécurité israéliennes.

2. L'organisation mène des activités politiques anti-israéliennes et pro-Hamas. Selon nous, il peut s'agir d'une vitrine du Mouvement Free Gaza (MFG), qui ne veut pas s'empêtrer avec la loi américaine (laquelle désigne le Hamas comme une organisation terroriste, dont tout soutien, y compris financier, est proscrit).

3. La principale personnalité du Mouvement Free Palestine est le Dr. Paul Larudee :

i) Le Dr. Larudee est un activiste gauchiste radical, hostile à Israël. Il affirme œuvrer pour les "droits palestiniens" mais soutient en réalité le programme politique du Hamas.

ii) Né en Iran le 25 avril 1946 de père iranien et de mère américaine.

iii) A grandi aux États-Unis.

7

v) Au début de la décennie, il était actif dans la branche américaine du Mouvement de

Solidarité Internationale, une organisation anti-israélienne qui a participé à la flottille du Mavi Marmara dans le cadre de la coalition.

vi) Co-fondateur du MFG, une organisation anti-israélienne qui a joué un rôle

important dans la flottille du Mavi Marmara.

vii) Co-fondateur du MFP.

viii) A passé du temps dans des pays arabes, y compris en Arabie Saoudite, comme

conseiller du gouvernement américain. ix) Entre 2002 et 2003, s'est rendu fréquemment en Judée-Samarie et a participé à des activités anti-israéliennes. A rendu visite à la femme d'un terroriste-suicide à Naplouse et a écrit un article compatissant aux motifs des terroristes-suicide ("Sleeping in the Bed of a Suicide Bomber"). x) En Juin 2006, il a atterri à l'aéroport international Ben-Gourion et a demandé à entrer en Israël. L'entrée lui a été refusée pour des raisons de sécurité. Inviter à

monter à bord d'un avion retour pour les États-Unis, il a fait preuve de résistance. A quitté Israël deux semaines plus tard après que sa plainte déposée pour évacuation a été rejeté par un tribunal.

xi) A participé à la flottille du Mavi Marmara à bord du Sfendoni ("8000"), qui a

participé à la flottille au nom d'organisations pro-palestiniennes en Grèce et en Suède. Détenteur du passeport américain n°7121815849, émis au nom de Paul Wilder. 1

américain n°7121815849, émis au nom de Paul Wilder. 1 Invitation de Paul Larudee à un diner

Invitation de Paul Larudee à un diner de collecte en Californie, où il s'est présenté comme l'un des "survivants" de la flottille, bien qu'il ait navigué à bord d'un navire où aucune confrontation n'a été signalée (YouTube, 22 août 2010)

xii) En 2009, en visite dans la bande de Gaza, a reçu une décoration d'Ismail

Haniya pour ses activités.

1 A son entrée en Israël en 2006, il détenait également un passeport au nom de Paul Wilder.

8

8 Evénement festif en présence de Paul Larudee (second à gauche) et d'Ismal Haniya (quatrième à

Evénement festif en présence de Paul Larudee (second à gauche) et d'Ismal Haniya (quatrième à gauche)

xiii) Ces dernières années, il a été impliqué dans l'envoi de flottilles dans la bande de Gaza. En 2010, il s'est rendu au Liban pour promouvoir l'envoi de navires dans la bande de Gaza.

9

ANNEXE II

Propositions de projets du Mouvement Free Palestine

1. Contrairement aux autres organisations de la coalition, le MFP publie régulièrement des

descriptions détaillées de ses intentions et plans. Ceci est, selon nous, le résultat de son désir

de lever des fonds pour des projets de la coalition, particulièrement aux États-Unis ainsi que pour les buts de relations publiques fixés par Paul Larudee et son organisation.

2. Ces derniers mois, les plans de l'organisation ont été rendus publics à plusieurs occasions :

lors d'un dîner organisé pour collecter des fonds à Newark en Californie, le 8 août, ainsi que dans un entretien accordé par Paul Larudee à la chaîne Al-Manar du Hezbollah le 16 juin et sur le site Internet de l'organisation. Ci-après les projets principaux :

i) "Gaza par voie maritime" : L'objectif du MFP est d'assurer la plus grande

participation américaine possible dans la flottille, qui comprendra 10 à 12 bateaux et prendra la mer en Octobre ou Novembre 2010 (Selon nous, il s'agit de la flottille Freedom 2, à laquelle Larudee et le MFP doivent participer). Larudee et le MFP comptent également sur la participation de députés du Congrès américain, d'activistes des droits de l'Homme et de célébrités. De plus, une présence maritime est prévue face aux côtes de Gaza, incluant des douzaines de petits bateaux et un grand navire ravitailleur.

ii) "Gaza par voie aérienne" : L'objectif est de rompre le "siège israélien" de la bande

de Gaza en envoyant un avion en collaboration avec d'autres groupes. Selon Larudee, le plan a été mis en mouvement et les préparatifs sont en cours, y compris des contacts avec "les autorités de Gaza" (c'est-à-dire, l'administration de facto du Hamas).

10

10 Interview du Dr. Paul Larudee (Site Internet en anglais de la chaîne Al-Manar) iii) Résurrection

Interview du Dr. Paul Larudee (Site Internet en anglais de la chaîne Al-Manar)

iii) Résurrection du "droit au retour" : Larudee a déclaré à la chaîne Al-Manar du Hezbollah qu'il était en contact avec le Centre de Retour Palestinien (PRC), un groupe affilié au Hamas opérant en Grande-Bretagne 2 et avec la branche d'une organisation appelée Al-Awda ("le Retour") aux États-Unis. 3 Son intention est de faire venir 200 Palestiniens détenteurs de passeports européens et nord-américains par des vols commerciaux à l'Aéroport Ben-Gourion d'Israël, depuis des villes diverses de plusieurs pays, le même jour. Ils auront en leur possession des copies d'actes de leurs terres et des photos de leurs familles qui ont vécu en Israël avant 1948 et exigeront de rentrer "chez eux". Ils seront interviewés avant de monter à bord de l'avion et les articles seront publiés à leur arrivée. Ils rencontreront des Palestiniens, "une équipe légale", et des représentants des médias. Israël devrait tenter de les expulser, mais ils ont l'intention de résister et refuseront de monter à bord d'avions au départ d'Israël. Pendant la collecte de fonds, Larudee a déclaré qu'il y avait déjà des Palestiniens en Israël œuvrant aux aspects logistiques et médiatiques. iii) "Un concert pour la Palestine" à Londres en Octobre 2010 : Les organisateurs l'ont comparé au concert donné pour Nelson Mandela en 1988 dans l'objectif d'enrôler le

2 L'institut opère en Grande-Bretagne et est affilié au Hamas. D'anciens activistes du mouvement ayant trouvé asile en Grande-Bretagne composent son directoire. Les principaux sont Majed Khalil Musa al-Zayir et Zaher Khaled Hassan al-Birawi. A ce sujet, voir notre article du 21 février 2010 intitulé "La Grande- Bretagne est un foyer des activités de propagande, politiques et juridiques du Hamas en Europe," à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/malam_multimedia/fr_n/pdf/hamas_f097.pdf. Al-Birawi était présent à la cérémonie de départ du Mavi Marmara à Istanbul, le 22 mai 2010.

3 Organisation pro-palestinienne opérant aux Etats-Unis pour promouvoir le "droit au retour" des Palestiniens. Son nom complet est the Palestinian Right to Return Coalition (PRRC).

11

soutien mondial contre l'apartheid en Afrique du Sud. Le concert sera appelé "Freedomfest" 4 (pour identifier "la lutte pour la Palestine" à la lutte contre l'apartheid). Les organisateurs veulent organiser une série de concerts dans toute l'Europe ainsi qu'aux États-Unis, bien que l'événement ait peu de chances d’aboutir.

4 Le concert le 11 juin 1988 à Londres célébrait le 70 ème anniversaire de Nelson Mandela. Son objectif était de provoquer sa libération de prison et de mettre fin à l'apartheid en Afrique du Sud. Des douzaines de groupes pop et de rock stars se sont produits. Le concert a été retransmis dans 67 pays et vu par 600 millions de téléspectateurs. Les critiques de musique l'ont qualifié d'événement politique-populaire le plus important de tous les temps, qui a permis de faire connaître la question de l'apartheid au plus grand nombre. Le fait de comparer le concert prévu à celui de 1988 vise à affubler Israël de l'étiquette "Etat apartheid" dans la conscience publique.

12

ANNEXE III

Le Mouvement Free Gaza

12 ANNEXE III Le Mouvement Free Gaza Logo de Free Gaza 1. Le Mouvement Free Gaza,

Logo de Free Gaza

1. Le Mouvement Free Gaza, dont le Dr. Paul Larudee était un co-fondateur, a joué

un rôle important dans la coalition qui a organisé la flottille Mavi Marmara. Il a permis à la flottille d'utiliser les yachts Challenger 1 et Challenger 2 (qui ont posé des

problèmes techniques) et le Rachel Corrie, arrivé plus tard.

2. Le MFG est une organisation pro-Hamas pro-palestinienne dont l'objectif exposé est de

briser "le siège" de la bande de Gaza. Il est enregistré à Chypre comme organisation caritative

et son siège est à Nicosie. Selon son site Internet, il a des branches dans 28 pays dont 11 en Europe, cinq en Amérique du Nord (quatre aux États-Unis et une au Canada) et une branche en Israël (défini par le site Internet comme "les territoires de la Palestine de 1948," terminologie niant la reconnaissance de l'existence de l'État d'Israël). Le MFG est une association qui inclut le MSI, auquel Paul Larudee est affilié.

3. Selon son site Internet, il est enregistré comme une société caritative à Chypre et a quatre

branches aux États-Unis : une à l'Est, une dans le Centre-Ouest, une au Nord de la Californie et une en Californie du Sud. Les activistes locaux sont :

A. La branche orientale a deux contacts, Dina Kennedy, qui appartient à une

organisation palestinienne de femmes aux États-Unis et Susan Kerin, les deux inscrites comme "volontaires coordonnants" B. Le contact de la branche du Centre-Ouest est Kevin Clark.

C. Le contact de la branche de Californie du Nord est Donna ou Darlene

Wallach, 57 ans, juive, activiste antisioniste qui a participé à la précédente flottille. Elle s'est rendue dans la bande de Gaza et à Ramallah.

4. Un document interne du MFG, saisi à bord du Mavi Marmara, donne des renseignements sur

les contacts de l'organisation dans le monde entier. Le nom de Ramzi Kysia apparaît ainsi comme "coordinateur de Washington". Cependant, son nom n'apparaît pas comme coordinateur sur le site Internet de l'organisation. Ramzi Kysia est un écrivain américain

13

d'origine libanaise et l'un des fondateurs de Free Gaza. Il était actif au Moyen- Orient pendant quatre ans, dont un an en Irak et un autre au Liban (en 2006, pendant la seconde guerre du Liban). Il a également passé plusieurs mois en Jordanie, en Syrie, au Yémen et dans l'Autorité Palestinienne.

en Syrie, au Yémen et dans l'Autorité Palestinienne. Ramzi Kysia (Photo du blog gaza-journey) 5. Des

Ramzi Kysia (Photo du blog gaza-journey)

5. Des documents internes de Free Gaza saisis lors de la dernière flottille (Voir les annexes pour le texte inédit) traitent de la stratégie du mouvement et des briefings donnés à ses activistes avant le départ de la flottille. Une analyse des documents et une comparaison entre eux et la position publique du mouvement montre des fossés significatifs et même des contradictions. Ainsi : 5 a. Aspect légal : un briefing juridique ("informations légales") donné par Free Gaza à ses activistes montre que le mouvement est bien conscient du problème juridique de livrer de l'aide à l'administration de facto du Hamas à Gaza, les Etats-Unis considérant ce dernier comme une organisation terroriste. La lecture des documents entre les lignes montre aussi que, tandis que Free Gaza déclare publiquement que l'aide est destinée à la population palestinienne dans la bande de Gaza, l'organisation est bien consciente d'aider dans les faits l'administration de facto du Hamas. Ainsi, à l'occasion d'une réunion juridique proposée aux activistes ayant participé à la flottille, il leur a été conseillé d'éviter de tenir des propos ou d'effectuer toute action pouvant être interprétée comme fournissant de l'aide matérielle au Hamas, afin d’éviter d'être incriminé aux Etats-Unis et dans d'autres pays (le mouvement a des activistes aux Etats-Unis dont la participation à la flottille semble contredire la loi américaine ; Ainsi, Free Gaza recueille des fonds aux Etats-Unis, où l'organisation possède un agent de liaison pour des buts prétendument humanitaires bien qu'ils soient clairement politiques).

5 A ce sujet, voir notre article du 27 juin 2010 intitulé “Des documents internes du mouvement Free Gaza saisis à bord de la récente flottille témoignent de contradictions considérables entre sa stratégie et sa position publique,” à l'adresse http://www.terrorism-info.org.il/malam_multimedia/fr_n/pdf/ipc_f101.pdf

14

b. Aspect politique : pendant la réunion juridique, afin de résoudre le problème de

la désignation du Hamas comme organisation terroriste, on a indiqué aux activistes que Free Gaza avait publiquement annoncé qu'il n'avait aucune motivation politique et qu'il était soumis au principe de "l'aide humanitaire non violente" aux

Palestiniens (Free Gaza est enregistré comme un projet de droits de l'Homme, une définition qui apparaît sur son site Internet). Cependant, selon un document interne trouvé sur le Mavi Marmara, les buts de la flottille étaient clairement politiques plutôt qu'humanitaires (les buts minimaux définis dans le document sont de générer un [impact] médiatique du blocus sur la bande de Gaza et de pousser des gouvernements étrangers à prendre des actions punitives contre Israël; la livraison d'aide humanitaire dans la bande de Gaza n'ayant pas été répertoriée comme objectif).

c. Réponse à des scénarios possibles pendant le voyage : Free Gaza a dressé

des scénarios "défensifs" pour la flottille, fondés sur l'hypothèse que Tsahal est incapable d'arrêter les bateaux sans employer la force. Plusieurs tactiques sont ainsi répertoriées afin d'empêcher Tsahal d'arraisonner le bateau, dont l'obstruction du pont avec des objets aiguisés et l'action de se barricader dans la timonerie ainsi que dans la salle des machines.

dans la timonerie ainsi que dans la salle des machines . Un des navires de la
dans la timonerie ainsi que dans la salle des machines . Un des navires de la

Un des navires de la dernière flottille (pas le Mavi Marmara) équipés de barbelés en fer en vue de la confrontation (Photos saisies à bord de l'un des navires)

6. Bien que ces tactiques soient faibles en comparaison de la violence organisée utilisée par l’organisation IHH, elles sont incompatibles avec les instructions données par Free Gaza à ses activistes, qui a catégoriquement interdit l'utilisation de violence physique ou verbale. Il apparaît donc que le terme "résistance non violente", qui figure dans les instructions des organisations de droits de l'Homme ayant participé à la flottille, était ouvert à l'interprétation par les organisations et les activistes, qui désiraient affronter les soldats de Tsahal (comme démontré par les préparatifs d'IHH, qui se définit aussi comme une organisation humanitaire, en vue d'une confrontation violente avec Tsahal).

15

ANNEXE IV

Le Mouvement de Solidarité Internationale

15 ANNEXE IV Le Mouvement de Solidarité Internationale Logo du MSI 1. Le Mouvement de Solidarité

Logo du MSI

1. Le Mouvement de Solidarité Internationale (MSI) est une association qui a participé à la

flottille du Mavi Marmara et qui est impliquée dans l'organisation des futurs projets. Le Dr. Paul

Larudee était l'un de ses fondateurs et a participé à ses activités en Judée-Samarie.

2. L'organisation est anti-israélienne, pro-palestinien et est active au sein de Free Gaza depuis

2001. Son but est de s'opposer à la politique israélienne ("l'apartheid israélien en Palestine") en utilisant l'action directe, non violente. Un autre de ses objectifs est de soutenir "la résistance populaire palestinienne" par "la solidarité internationale" et "la voix internationale".

3. Le MSI se caractérise par des contradictions internes et un manque de précision, voire de la

confusion, quant à son approche publique au terrorisme : sur sa page consacrée aux FAQ, le MSI affirme ne pas supporter la lutte armée contre "l'occupation". Cependant, le site mentionne aussi sa "déclaration de mission" (qui n'est pas publiée dans sa totalité), selon laquelle l'organisation "est un mouvement d'inspiration palestinienne engagé à la résistance à l'apartheid israélien en Palestine en utilisant des méthodes d'actions et des principes directs et non violents".

4. Les activistes du MSI participent aux protestations à Bila'in, Ni'lin et sur d'autres

foyers de friction en Judée-Samarie. Les protestations de Palestiniens et d'activistes pro- palestiniens étrangers sont encouragées par l'Autorité Palestinienne. Les activités sont régulièrement accompagnées de violence : des pierres, des billes métalliques et des cocktails Molotov sont lancés et les soldats de Tsahal sont pris à partie physiquement, le tout sous l'appellation de "résistance populaire non violente".

16

ANNEXE V

Les Frères Musulmans, le mouvement-mère du Hamas et son foyer britannique

Aperçu général

1. Les Frères Musulmans, le mouvement-mère du Hamas, sont fondés sur une idéologie sunnite radicale islamique semblable à celle de l'IHH. Tandis que l'organisation n'est pas un membre officiel de la coalition qui organise des projets anti- israéliens divers (voir ci-haut), ses activistes et institutions dans le monde arabo-musulman et les pays occidentaux ont bénéficiés d'une large représentation sur le Mavi Marmara. De plus, ils sont activement impliqués dans les réseaux et organisations diverses qui composent et participent aux activités de la coalition anti-israélienne.

Profil des Frères Musulmans

la coalition anti-israélienne. Profil des Frères Musulmans Le logo des Frères Musulmans représente un Coran entre

Le logo des Frères Musulmans représente un Coran entre deux épées. En bas on aperçoit le mot arabe "Préparez", extrait de la sourate Al-Anfal, verset 60 : "Préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme troupes et comme cavalerie, afin de tenir en respect les ennemis de Dieu et les vôtres"

2. Les Frères Musulmans ont été fondés en Egypte en 1928 par Hassan al-Banna, alors jeune professeur. Al-Banna cherchait à ranimer l'Islam, alors en déclin à cause du développement du nationalisme moderne, de l'influence occidentale sur la société musulmane en Egypte et au Moyen-Orient, de la chute de l'Empire ottoman et de l'abolition du califat ottoman. Al-Banna considérait l'Islam comme un système intégré pouvant être appliqué à tous les aspects de la vie, y compris la société, l'économie, la loi, la politique et la religion. Il a insisté sur "l'invitation des cœurs" à l'Islam (da'wah), c'est-à-dire un processus qui commence par des musulmans individuels se reconnectant à leur religion et qui s'étend ensuite à la société dans son

17

ensemble. Il a aussi abordé le besoin d'instiller les valeurs de l'Islam conservateur dans la jeune génération pour créer la base d'un Etat islamique opérant conformément à la loi religieuse Islamique (shari'ah).

3. Al-Banna avait pour but l'établissement de l'Etat islamique et ses aspirations

étaient mondiales. Il a souligné que l'objectif serait réalisé en plusieurs étapes : la première porte sur l'activité missionnaire (da'wah), dans laquelle des individus se tournent vers l'Islam et soumettent leur conception à leurs familles immédiates, jusqu'à ce que la nation musulmane entière adopte un style de vie islamique religieux. L'étape suivante consiste à augmenter la participation politique dans les affaires d'Etat pour former une structure politique islamique

fondée sur la loi religieuse islamique (shari'ah). La troisième étape est le jihad, une guerre sainte lancée contre les nations non-musulmanes du monde, dans le but de les convertir à l'Islam. 6 Al-Banna a été assassiné en 1949, après l'assassinat par les Frères Musulmans du Premier ministre égyptien Mahmud Fahmi al-Nuqrashi environ trois semaines plus tôt.

4. Le mouvement a subi plusieurs changements au cours des années et des factions différentes ont apparu. Une des personnalités les plus influentes de la faction jihadiste des Frères Musulmans était Sayyid Qutb, qui a été exécuté en Egypte en 1966. Certaines des idées principales de Qutb portaient sur le retrait de la société et la réforme de la société musulmane pour créer une société alternative, véritablement islamique. Il a encouragé le jihad violent contre les gouvernements musulmans modérés qui n'étaient pas, à ses yeux, suffisamment religieux. Selon Qutb, un jihad violent devait être lancé contre ces gouvernements, alors seulement suivi par le jihad contre les infidèles. Qutb jouissait d'une grande influence sur les organisations jihadistes, dont les idéologues qui ont établi Al-Qaïda. Un de ces idéologues était Abdallah Azzam, le mentor d'Osama bin Laden, ancien membre des Frères Musulmans en Jordanie. Les Frères Musulmans sont représentés parmi les Arabes israéliens par deux factions, la septentrionale et la méridionale, du Mouvement Islamique d'Israël.

5. Au cours des années, les Frères Musulmans ont établi des branches dans d'autres pays

arabes : la Jordanie, la Syrie, le Yémen, l'Arabie Saoudite, etc. Le Hamas, un mouvement fondé à Gaza fin 1987, est une ramification palestinienne des Frères Musulmans. Selon les leaders des Frères Musulmans, l'organisation est actuellement représentée dans plus de 80 pays dans le monde entier.

6 A ce sujet, voir le recueil de lettres de Hassan al-Banna : "Majmu’at Rasa’il al-Imam al-Shahid Hassan al-Banna" (Beyrouth, non-daté), pp. 100-101.

18

6. Les Frères Musulmans sont actuellement fortement actifs en Europe, particulièrement dans des activités missionnaires islamiques (la "da'wah") et la

collecte de fonds (notamment pour le Hamas). Le développement du mouvement en Europe

a commencé dans les années 1950 à la suite de la suppression brutale par Nasser de ses

membres en Egypte. Beaucoup d'activistes des Frères Musulmans ont quitté l'Egypte pour l'Arabie Saoudite et se sont ensuite dispersés en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs afin de diffuser la vision du mouvement.

7. Les membres des Frères Musulmans sont des associés clés dans l'établissement

d'organisations internationales qui mènent des activités missionnaires islamiques à travers le monde, comme la Ligue Mondiale Musulmane Saoudienne (Muslim World League - MWL) et l'Assemblée Mondiale de la Jeunesse Musulmane (World Assembly of Muslim Youth -WAMY). De plus, des personnes physiques dans des pays divers (incluant l'Europe et les Etats-Unis) ont établi des réseaux locaux sous l'influence de l'idéologie du mouvement (les activistes des Frères Musulmans jouissent d'une influence considérable en Grande-Bretagne, voir ci-après).

8. Aujourd'hui, une des personnalités des Frères Musulmans les plus en vue est le cheik Yusuf

al-Qaradawi, Egyptien résident au Qatar, qui, à la fin des années 1980, a œuvré de manière méthodique pour diffuser l'idéologie du mouvement parmi les Musulmans européens.

Il a développé une doctrine religieuse unique traitant de la loi religieuse islamique et du quotidien des minorités musulmanes sous autorité non-musulmane. Cette conception vise à

leur permettre de mener leurs vies quotidiennes jusqu'à ce qu'ils soient assez forts pour saisir

le

pouvoir. Qaradawi a créé plusieurs associations pour la coordination politique, économique

et

religieuse parmi les organisations affiliées à l'idéologie du mouvement à travers le continent.

L'une de ces associations est l'Union of Good, qui fournit de l'aide financière au Hamas. Qaradawi n'est pas actuellement membre officiel des Frères Musulmans de l'Egypte, préférant agir comme une alternative à l'establishment des Frères Musulmans en Egypte par son propre institut (bien que, en pratique, son idéologie soit identique à celle des Frères Musulmans, et qu'il se considère comme le successeur de Hassan al-Banna).

9. Les Frères Musulmans sont une force d'opposition des régimes arabes modérés,

principalement en Egypte et en Jordanie. Ils soutiennent le Hamas et critiquent fréquemment les régimes arabes pour leur attitude soupçonneuse (voire hostile) envers le Hamas. Ainsi, la relation entre le Hamas dans la bande de Gaza et les Frères Musulmans en Egypte est considérée par le gouvernement égyptien avec suspicion, et est vue comme une relation potentiellement subversive qui constitue une menace à la sécurité nationale de l'Egypte.

19

10. Les activistes des Frères Musulmans sympathisent dans le monde entier avec

les Palestiniens en général et avec le Hamas en particulier, en collectant des fonds et en lui fournissant un support médiatique. Certains d'entre eux ont même publiquement exprimé leur soutien aux attaques-suicide contre des civils israéliens, y compris le cheik Qaradawi, considéré comme un modèle à émuler et comme une source suprême d'autorité religieuse pour le Hamas. Beaucoup d'entre eux essayent d'aider le Hamas par des pressions politiques, des manifestations anti-israéliennes, et en œuvrant sur les aspects légaux de procès contre des leaders israéliens.

11. Bien que les Frères Musulmans n'effectuent pas d'attaques terroristes contre Israël et

l'Occident (à la différence d'Al-Qaïda et des réseaux du jihad mondial), à long terme, ils constituent un défi considérable pour les pays arabes modérés et l'Occident. Le mouvement possède des réseaux organisationnels et sociaux considérables dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis et en Europe (la Grande-Bretagne étant le centre de ses acticités sur le vieux continent). Les activistes des Frères Musulmans, qui souscrivent à une idéologie islamique radicale, sont un vivier de main d'œuvre potentielle pour les organisations terroristes islamiques. Ces dernières années ont été recensés de nombreux cas de "terroristes locaux", c'est-à-dire de terroristes de pays occidentaux ayant reçu une éducation dans des institutions associées à l'idéologie radicale des Frères Musulmans, ou ayant

subi un lavage de cerveau par l'Islam radical par Internet.

Les Frères Musulmans en Grande-Bretagne

12. La Grande-Bretagne est le foyer des activités politiques, économiques et médiatiques des Frères Musulmans. L'organisation a commencé à opérer en Grande- Bretagne dans les années 1950. Au cours des années, la Grande-Bretagne est devenue le centre d'accueil des leaders du mouvement bannis du Moyen-Orient (principalement d'Egypte, de Syrie, de Libye, de Tunisie, d'Algérie et d'Irak). Plus tard, les fils et les filles de ces leaders ont commencé à jouer un rôle au sein du mouvement, profitant de leur immersion relative au sein de la société britannique, et de leur connaissance de la culture et de la langue anglaises.

13. Dans les années 1990, le mouvement a été rejoint par des activistes de haut

rang du Hamas qui sont venus en Grande-Bretagne de Judée-Samarie et de la bande de Gaza, le plus notable étant Muhammad Sawalha. De plus, les activistes des Frères Musulmans en Grande-Bretagne ont maintenu une coopération de longue date

20

avec les activistes islamiques d'origine pakistanaise affiliés à l'idéologie d'Abul A'ala Mawdudi.

14. Les Frères Musulmans mènent actuellement de vastes activités en Grande-

Bretagne en soutien au Hamas. Les activités politiques, économiques et médiatiques du Hamas sont supportées par le réseau local des Frères Musulmans. Politiquement, le Hamas est aidé par les Frères Musulmans en Grande-Bretagne, qui coopèrent avec la gauche britannique radicale, partageant une hostilité commune envers Israël et l'intention de saper les fondations des sociétés occidentales, "impérialistes et capitalistes". Économiquement, le Hamas jouit du soutien de l'Union of Good du cheik Qaradawi et de la Fondation Interpal affiliée au Hamas. Une des institutions britanniques affiliée au Hamas et aux Frères Musulmans est le Centre de Retour Palestinien (PRC), mentionnée par le Dr. Paul Larudee comme une organisation qui coopère avec le FPM pour organiser le projet de "ressusciter" le droit au retour (comme noté ci-dessus).

15. Les Frères Musulmans fournissent également au Hamas de l'aide médiatique,

principalement via la chaîne Al-Hiwar, une chaîne de télévision satellite en arabe située à Londres et affiliée aux Frères Musulmans. La chaîne vise les Musulmans dans le monde entier, particulièrement en Europe, et diffuse des messages islamiques et de l'incitation à la haine contre Israël. Muhammad Sawalha, membre du Hamas qui a trouvé l’asile politique en Grande-Bretagne, est un invité fréquent de la chaîne. Deux des directeurs de la chaîne aident à la diffusion des messages du Hamas : Zaher Birawi, activiste du Hamas qui s'est enfui en Grande-Bretagne, est le directeur de la programmation de la chaîne et son présentateur principal ; le Dr. Azzam al-Tamimi, membre des Frères Musulmans de Jordanie, proche du Hamas, est le fondateur de la chaîne et est également son directeur depuis 2006. 7

16. Les activistes des Frères Musulmans en Europe, principalement Muhammad

Kazem Sawalha, ont participé à l'organisation de flottilles d'aide pour la bande de Gaza, dont la flottille du Mavi Marmara. Muhammad Sawalha a été impliqué dans l'organisation d'un précédent convoi d'aide appelé Lifeline 3, qui a affronté les forces de sécurité égyptiennes. Il a participé aux préparatifs de la flottille du Mavi Marmara depuis son origine. Pendant son séjour à Istanbul (Janvier 2010), il a annoncé que le prochain convoi éviterait "toutes confrontations indésirables" avec les autorités égyptiennes, comme la dernière fois. La prochaine fois, selon Sawalha, "la confrontation aura lieu en haute mer directement avec l'ennemi sioniste lui-même" (Al-Intiqad, site Internet du Hezbollah, 17

7 A ce sujet, voir notre article du 21 février 2010 intitulé "La Grande-Bretagne est un foyer des activités de propagande, politiques et juridiques du Hamas en Europe," à l'adresse http://www.terrorism-

info.org.il/malam_multimedia/fr_n/pdf/hamas_f097.pdf

21

janvier 2010). Muhammad Sawalha a assisté à la cérémonie de départ du Mavi Marmara à Istanbul, mais n'a pas voulu se joindre aux passagers (de crainte d'être arrêté par Israël). 8

8 Pour plus de détails sur Muhammad Sawalha, voir notre article du 31 janvier 2010 intitulé : "Le Hamas continue ses activités de propagande anti-israélienne en Europe : Muhammad Kazem Sawalha est un activiste du mouvement vivant en Grande-Bretagne, autrefois engagé dans des activités opérationnelles. Il est impliqué personnellement dans les préparatifs de l'envoi d'un nouveau convoi de soutien à Gaza par voie maritime afin d'affronter Israël," à l'adresse http://www.terrorism-

info.org.il/malam_multimedia/fr_n/pdf/hamas_f095.pdf.

22

ANNEXE VI

La Campagne européenne pour mettre fin au blocus de Gaza (ECESG)

européenne pour mettre fin au blocus de Gaza (ECESG) Logo de l'ECESG 1. L'ECESG est une

Logo de l'ECESG

1. L'ECESG est une association pro-palestinienne comprenant environ 30 ONG, dont le but exposé est de mettre fin au "siège" israélien sur Gaza. L'organisation faisait partie de la coalition impliquée dans la dernière flottille et continue d'être mêlée dans les préparatifs de nouvelles flottilles ainsi que d'autres projets.

2. Selon son site Internet, les valeurs de l'organisation sont tirées de la Déclaration universelle des droits de l'Homme. Elle coopère avec des politiciens, des membres du monde universitaire et des organisations des droits de l'Homme à travers l'Europe. En pratique, cependant, elle est impliquée dans des activités de politiques et de propagande dont le but est de fournir de l'aide politique, de propagande et matérielle au Hamas. Un des responsables de ces activités est Amin Abu Rashed (ou Amin Abu Ibrahim), un co-fondateur de l'ECESG et l'un des organisateurs et participants de la dernière flottille (dans laquelle il était à bord du SFENDONI 8000, avec Paul Larudee).

(dans laquelle il était à bord du SFENDONI 8000 , avec Paul Larudee). Amin Abu Rashed

Amin Abu Rashed (Al-Jazeera, 24 avril 2010)

23

3. Amin Abu Rashed (ou Amin Abu Ibrahim), 43 ans, est un Palestinien qui détient un

passeport hollandais. Ses positions sont semblables à celles des Frères Musulmans et aux organisations liées en Europe en général ainsi qu’aux Pays-Bas en particulier. Il était autrefois membre de la branche hollandaise de la Fondation Al-Aqsa, institution membre d'un réseau de sociétés caritatives appartenant à l'Union of Good fournissant de l'aide financière au Hamas. L'organisation a été déclarée illégale en Israël en 1997 et classée comme organisation terroriste en 1998. La fondation a été proscrite aux Etats-Unis en Mai 2003 par le décret présidentiel américain 13224 (ustreas.gov). La branche hollandaise de la Fondation Al-Aqsa a été incluse dans la liste de l'Union Européenne des organisations terroristes en Juin 2003.

4. Un document signé par Amin Abu Ibrahim énumère les adresses des "organismes

de charité" d'Europe œuvrant "pour la Palestine" mais en réalité, il faut comprendre pour le Hamas (nefafoundation.org). Le document a été présenté dans les poursuites

judiciaires américaines contre la Fondation Holy Land.

5. Après la cessation des activités de la Fondation Al-Aqsa aux Pays-Bas, Amin Abu

Rashed a changé son mode opératoire et est devenu le leader d'un groupe local appelé PPMS (Palestinian Platform for Human Rights and Solidarity - Plate-forme palestinienne pour les droits de l'Homme et la solidarité) opérant aux Pays-Bas. C'est une organisation pro-Hamas affiliée aux Frères Musulmans, établie fin 2005 et considérée comme l'organisation la plus bruyante de ce genre aux Pays-Bas (ibloga.blogspot.com, nisnews.nl).

ce genre aux Pays-Bas (ibloga.blogspot.com, nisnews.nl). Participant à une manifestation du PPM S tenant une affiche

Participant à une manifestation du PPMS tenant une affiche soulignant le "droit au retour" des réfugiés palestiniens en Israël (ppms.nl)

retour" des réfugiés palestiniens en Israël (ppms.nl) Manifestation pro-Hamas pour Gaza accusant Israël de

Manifestation pro-Hamas pour Gaza accusant Israël de génocide