Vous êtes sur la page 1sur 26

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTÈRE DE LA SANTÉ , DE LA POPULATION ET DE LA REFORME


HOSPITALIÈRE

DIRECTION DE LA FORMATION

Les Droits et Devoirs de la


Sages-femmes

Pr DOUBALI Khaled – Pr BESSAHA Madjid


Service de Médecine Légale CHU Béni Messous
La sage-femme est un des acteurs clé du système de santé en
Algérie.

« La sage-femme constitue un maillon essentiel dans la chaîne


des intervenants de la santé publique et son rôle est primordial
dans la mise en œuvre des programmes nationaux, visant
notamment la lutte contre la mortalité et la morbidité infantiles ».

Les sages-femmes utilisent leurs connaissances professionnelles


pour garantir la sécurité des pratiques d'accouchement dans tous
les contextes.
L’OMS définit « sage-femme» comme suit :

« Une personne qui a suivi un programme de formation reconnu dans son


pays, a réussi avec succès les études afférentes et a acquis les qualifications
nécessaires pour être reconnue ou licenciée en tant que sage-femme.
Elle doit être en mesure de donner la supervision, les soins et les conseils à
la Femme enceinte, en travail et en période post-partum, d'aider lors
d'accouchement sous sa responsabilité et prodiguer des soins aux
nouveau-nés et aux nourrissons.
Ses soins incluent des mesures préventives, le dépistage des conditions
anormales chez la mère et l'enfant, le recours à l'assistance médicale en cas
de besoin et l'exécution de certaines mesures d'urgence en l'absence du
médecin.
Elle joue un rôle important en éducation sanitaire, non seulement pour les
patientes, mais pour la famille et la préparation au rôle de parents et doit
s'étendre dans certaines sphères de la gynécologie, de la planification
familiale et des soins à donner à l'enfant.
La sage-femme peut pratiquer en milieu hospitalier, en clinique, à domicile ou
en tout autre endroit où sa présence est requise. »
L'exercice de la profession de sage-femme repose sur 4 principes :

Exercice Personnel
Responsabilité

Confiance

Indépendance

La sage-femme doit toujours agir en priorité dans l'intérêt de la santé et


de la sécurité de ses patientes et nouveau-nés
Elle est spécialisée dans la surveillance et l’accompagnement
de la femme au cours de la grossesse, du déroulement de
l’accouchement et du suivi au post partum.

Elle intervient dans la prise en charge globale de la mère,


de l’enfant et de la famille, dans les périodes pré, per et
postnatal.
Missions de la sage-femme
Art 20, 21 et 24 du « Décret exécutif n°11-122

Avant l’accouchement
 Assurer les consultations prénatales, dans les domaines de leur
compétence ;

 Poser le diagnostic et surveiller la grossesse,

 Préparer et accompagner le couple à la naissance,

 Dépister et surveiller les grossesses à haut risque.


Pendant l’accouchement :

- Surveiller, accompagner le travail et l’accouchement et pratiquer


l’accouchement normal,
- D’accueillir et de prendre en charge le nouveau-né ;

Après l’accouchement
-Assurer le suivi du post-partum et accompagner la femme à
l’allaitement maternel ;

- Organiser et animer des actions de prévention et d’éducation à


la santé de la mère, du couple et de la famille.
En matière de planification familiale

 Prescrire les moyens de contraception,

 Assurer le contrôle de la pose du dispositif intra-utérin et son


suivi.

Participer à la formation et à l’encadrement des étudiantes.


Art. 23. .Outre, les sages-femmes spécialisées de santé
publique sont chargées, selon leur spécialité :

D’assurer le suivi du développent fœtal et le dépistage des


anomalies, le monitorage fœtal, le monitorage ovarien et le
contrôle de la pose du dispositif intra-utérin et son suivi ;

De préparer, de prescrire et de pratiquer toutes les méthodes de


préparation à l’accouchement sans douleur.
Art. 33. . Sous l’autorité du praticien médical, chef de service, les
sages-femmes coordinatrices, en activité dans les
établissements publics de santé, sont chargées, notamment :

D’encadrer, d’organiser et de coordonner le travail des sages-


femmes et des personnels affectés au niveau du service et de
veiller à l’accueil et au confort des malades ;

De coordonner et d’optimiser les prestations et les activités


des sages-femmes dans les établissements publics de santé ;

De veiller à l’utilisation rationnelle des produits


pharmaceutiques, des dispositifs médicaux et du matériel,
à sa maintenance et à sa préservation ;

D’élaborer le rapport d’activités.


Corps des sages-femmes
Art. 19. . Le corps des sages femmes comprend cinq
(5) grades :

1) Le grade de sage-femme, en voie d’extinction ;


2) Le grade de sage-femme principale ;
3) Le grade de sage-femme de santé publique ;
4) Le grade de sage-femme spécialisée de santé publique ;
5) Le grade de sage-femme en chef de santé publique.
Droits
Art. 4. . Conformément à la législation et à la réglementation en
vigueur, les sages-femmes de santé publique bénéficient :

a) du transport lorsque. elles sont astreintes à un travail de nuit


ou à une garde ;

b) de prestations en matière de restauration dans les structures


de santé. La restauration est gratuite pour le personnel de garde ;

c) de l’habillement : le port de la tenue est obligatoire pour les


sages-femmes de santé publique durant l’exercice de leurs
fonctions ;

d) de la couverture médicale préventive dans le cadre de la


médecine du travail.
Art. 5. . Les sages-femmes de santé publique disposent de toutes
les conditions nécessaires à l’accomplissement de leurs tâches,
ainsi que des conditions d’hygiène et de sécurité inhérentes à
la nature de leurs activités.

Art 6: Les sages-femmes de santé publique bénéficient d’une


protection spéciale à l’occasion et durant l’exercice de leurs
fonctions.

Art. 7. . Les sages-femmes de santé publique sont astreintes,


dans le cadre des missions qui leur sont dévolues :
 à une disponibilité permanente ;
aux gardes réglementaires au sein des établissements de santé.
DEVOIRS GÉNÉRAUX :

La sage-femme a des devoirs généraux vis à vis de la société et


de l’individu, elle est au service de l’individu et de la santé
publique, quel que soit son mode d’exercice.

Il est de son devoir de prêter son concours à l'action entreprise


par les autorités compétentes pour la protection de la santé.
Devoirs envers les patientes et les nouveau-nés.

La sage-femme s'engage à assurer personnellement avec


conscience et dévouement les soins conformes aux données
scientifiques du moment que requièrent la patiente et le
nouveau-né.

Sauf cas de force majeure, notamment en l'absence de médecin


ou pour faire face à un danger pressant, la sage-femme doit
faire appel à un médecin lorsque les soins à donner débordent
sa compétence professionnelle ou lorsque la famille l'exige.
Principe d’assistance à une personne en danger

Une sage-femme qui se trouve en présence d'une femme ou


d'un nouveau-né en danger immédiat ou qui est informée
d'un tel danger doit lui porter assistance ou s'assurer que les
Soins nécessaires sont donnés.

Hors le cas d'urgence, une sage-femme a le droit de refuser


des soins pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Quelles que soient les circonstances, la continuité des soins


doit être assurée.
Le secret professionnel

Le secret professionnel institué dans l'intérêt des patients


s'impose à toute sage-femme dans les conditions établies par la
loi.

Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance de


la sage-femme dans l'exercice de sa profession, c'est-à-dire non
seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'elle a vu,
entendu ou compris.

La sage-femme doit veiller à la protection contre toute


indiscrétion de ses dossiers médicaux et de tout autre document,
quel qu’en soit le support, qu'elle peut détenir ou transmettre
concernant ses patientes.
Formation continue

 La sage-femme a l'obligation d'entretenir et de perfectionner ses


connaissances professionnelles,

 Les sages-femmes contribuent à la formation des futures sages-femmes et
à la formation permanente et continue des collègues.

Art. 13. Décret exécutif n° 11-122


L’organisme employeur est tenu d’assurer :
 La formation, le perfectionnement et le recyclage des sages-femmes de
santé publique, en vue d’une amélioration constante de leur qualification
et de leur promotion ;
 L’actualisation de leurs connaissances en vue de L’acquisition
de nouvelles compétences liées aux besoins du secteur de la santé et aux
exigences de la médecine moderne.
Les responsabilités professionnelles des sages-femmes

Les sages-femmes sont responsables de leurs décisions et de


leurs actes ainsi que des conséquences pouvant survenir suite à
Leurs interventions.

Leurs responsabilité peut être engager sur le plan


Pénal
Civil
Administratif
La Responsabilité Civile

Règlement  Le Code Civil

But La réparation financière d’un dommage


 
Demandeur Patient ou les ayants droits (en cas de décès)
 

Principe Existence d’une faute


+
Lien de causalité certain et direct
+
Préjudice réel
La responsabilité pénale
 
Règlement  le Code pénal
 
But la répression d’une infraction un non respect
de la Loi

la sanction est elle aussi prévue par le code pénal.


Il s’agit d’une amende, d’une peine de prison avec ou ans sursis
ou une peine de réclusion (crime).
 
Demandeur la Société le patient ou ses ayants droits (en
cas de décès) après constitution de partie civile
 Avortement illégal
 
 Délivrance de faux certificats
 Non assistance à personne en danger
 Violation du secret médical…
La responsabilité administrative
 
Règlement  le Code civil + règlements administratifs
 
But la réparation financière d’un dommage
subit dans un établissement de soin PUBLIC
 
Demandeur tout les usagers (ou leurs ayants droit) du service
public médical
Les principes d’éthique médicale

«Dans l’exercice de leurs activités, les professionnels de santé

doivent être guidés par des valeurs éthiques, notamment, les


principes du respect de la dignité de la personne, de l’honneur,

de l’équité et de l’indépendance professionnelle ainsi que, par

les règles de déontologie


La sage-femme doit traiter avec la même conscience toute

patiente et tout nouveau-né quels que soient son origine, ses

mœurs et sa situation de famille, son appartenance ou sa

non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une

religion déterminée, son handicap ou son état de santé, sa

réputation ou les sentiments qu'elle peut éprouver à son

égard, et quel que soit le sexe de l'enfant.


La sage-femme doit respecter le droit que possède toute
personne de choisir librement son praticien, sage-femme
ou médecin, ainsi que l'établissement où elle souhaite
recevoir des soins ou accoucher ; elle doit faciliter
l'exercice de ce droit.

La volonté de la patiente doit être respectée dans toute la


mesure du possible.
Conclusion

La formation continue est un droit et une obligation pour


l’ensemble de professionnel de la santé

Le professionnel de la santé y compris la sage femme est le juge


de l'intérêt de son patient, mais, elle ne pourra le faire que dans le
strict respect des règles légales et déontologiques qui régissent la
profession médicale.