Vous êtes sur la page 1sur 36

| 


      


Notions : démocratie,
suffrage universel,
démocratie représentative,
consultation électorale,
participation politique
=ntroduction- Qu¶est-ce-que la démocratie
Document 1 :
La définition de la démocratie, celle que donnent les dictionnaires est la suivante « gouvernement par le peuple, la
souveraineté nationale y est investie dans le peuple et exercée directement par lui ou par ses représentants désignés au cours
d¶élections libres ». Selon l¶expression d¶Abraham Lincolnã, la démocratie est le gouvernement « du peuple, par le peuple
et pour le peuple ». Liberté et démocratie sont des mots que l¶on utilise souvent de manière interchangeable, mais ils ne sont
pas synonymes. Si la « démocratie » évoque effectivement une série d¶idées et de principes sur la liberté, elle consiste aussi
en une série de pratiques et de procédures élaborées à travers une histoire longue.(« )Les démocraties peuvent être réparties
en deux catégories de base : la démocratie directe et la démocratie représentative. Dans une démocratie directe, tous les
citoyens sans l¶intermédiaire de représentants élus ou désignés, peuvent participer à la prise de décisions publiques. Un tel
système n¶est manifestement praticable que pour un petit nombre de citoyens ± au sein d¶une communauté restreinte, d¶un
conseil tribal, par exemple, ou encore d¶une cellule syndicale, où les membres peuvent se réunir dans une seule pièce pour
mettre une question en discussion et prendre une décision par consensus ou par un vote à la majorité des participants. [« ]
Les sociétés modernes, étant donné leur taille et leur complexité, donnent peu d¶occasions à leurs citoyens de pratiquer la
démocratie directe. [« ] Aujourd¶hui, la forme la plus commune de démocratie, qu¶il s¶agisse d¶agglomérations de
cinquante mille habitants ou de nations de cinquante millions de personnes, est la démocratie représentative. Les citoyens y
élisent des représentants chargés de prendre les décisions politiques, d¶élaborer des lois et d¶administrer des programmes
pour le bien commun.
ã Président des Etats-Unis dont l¶élection en 1860 fut le signal de la sécession des États du Sud, assassiné en 1865 par un

esclavagiste
Source: Agence d¶information des États-Unis, ï    
   .civnet.org.1991
Questions:
1. Pourquoi la liberté et la démocratie ne sont-ils pas des mots interchangeables?
2. Quelles sont les deux formes de démocratie?
3. Pourquoi la démocratie représentative est-elle plus adaptée aux sociétés modernes?
Un exemple de démocratie directe : la Suisse

En Suisse, comme dans tous les pays démocratiques, les citoyens élisent des
représentants qui agissent en leur nom.
Mais la Suisse offre également à ses citoyens la chance de prendre directement
part au processus de décision.
Bien que la démocratie directe ne soit en aucun cas un phénomène spécifique à
la Suisse - l'=talie et nombre d'Etats américains comptent parmi les pays qui
accordent aux électeurs un important pouvoir décisionnaire - le système suisse
est probablement le plus élaboré au monde.
Les citoyens suisses peuvent aussi bien proposer une loi de leur propre initiative
que s'opposer à une loi déjà approuvée par le Parlement.
Source: http://.sissorld.org/fr/
Questions:
1. Quelle est la spécificité de la Suisse?
2. La démocratie n¶y est-elle que directe?
Un exemple de démocratie directe : la Suisse

Cliquez ici (jusqu¶à 2 minutes ) et ici


pour regarder un extrait du JT de France 2
Questions:
1. Sur l¶interdiction de la construction des
minarets en Suisse, quelle était la
position des principaux hommes et
partis politiques? Quel a été le résultats
du réferendum?
2. Comment Dominique Reynié explique
ce paradoxe?
3. En quoi est-une limite de la démocratie
directe?
Les conditions de la démocratie

   C¶est la reconnaissance du droit de vote à tous les citoyens. Le droit de vote est
universel, égal et secret. La loi définit les conditions d¶existence du droit de vote
(âge, nationalité, incapacité)

  Tout citoyen doit pouvoir se déterminer librement et sans pression d¶aucune sorte
. Cela suppose aussi la liberté de la presse et de l¶audiovisuel

     Tout citoyen peut être candidat à des postes de représentation. La loi définit les
conditions de l¶éligibilité(âge, nationalité, incapacité)

   C¶est l¶existence de plusieurs partis ayant des conceptions de la société et des
programmes d¶action différents. La constitution garanti la liberté d¶existence et
d¶exercice des partis politiques sous réserve du respect des principes de la
souveraineté nationale et de la démocratie. Les partis politiques concourent à
l¶expression du suffrage

   L¶opposition doit pouvoir s¶organiser et s¶exprimer librement

   Tout citoyen peut assister librement aux délibérations de toutes les instances
    élues tant nationales que locales .
  

Source: D.Grandguillot, L¶essentiel des institutions de la V° République, Gualino, 2003


Un contre-exemple
Regardez Quel avenir pour la dernière
   d'Europe ? Jusqu¶à 3 min
30

Questions:
1. Montrez que la Biélarussie ne respecte
pas les conditions de la démocratie
Partie 1- Les différents modes de scrutins
=ntroduction- La distinction système électoral-
mode de scrutin
Le mode de scrutin permet le passage du décompte des voix à la désignation des élus. Le
système électoral recouvre, lui, l¶ensemble des déterminants de l¶élection et des
conséquences des modes de scrutin (effets sur l¶organisation des partis, les alternances,
etc.). Alors que, après de longues luttes pour l¶établissement de ses règles et l¶extension de
son champ, le principe de l¶élection au suffrage universel , droit de vote accordé à tous les
citoyens majeurs. fait aujourd¶hui l¶unanimité dans les démocraties représentatives, il n¶en
va pas de même pour le choix du mode de scrutin. Ce dernier apparaît comme un savant
mélange où interviennent notamment l¶histoire politique nationale, les besoins de
représentativité, l¶opinion des partis. Les modes de scrutin peuvent aussi varier dans le
temps. Depuis 1871, la France a ainsi connu une dizaine de changements importants de
mode de scrutin législatif, alors que le Royaume-Uni utilise le même depuis le XV===e
siècle.
K 
      !  ""###$%
$"%  "  "  " % %
% % $ 
& 
1. Distinguez système électoral et mode de scrutin
2. Le choix du mode de scrutin est-il universel?
=. Scrutin uninominal/ Scrutin de liste

Avec le scrutin de liste, les électeurs ne votent pas pour un candidat se présentant seul aux
suffrages, mais pour une liste de candidats, dans le cadre de circonscriptions relativement
vastes, par exemple dans le cadre du département ou même à l¶échelon national. Les
électeurs votent pour des listes dites « bloquées » (ils ne peuvent ni changer l¶ordre des
noms sur la liste, ni rayer certains d¶entre eux), ou bien ils ont la possibilité de mélanger
différentes listes (système dit du « panachage ») ou encore de modifier l¶ordre des noms (on
parle de « vote préférentiel »). En France, l¶élection des conseillers municipaux dans les
communes de moins de 2 500 habitants laisse cette marge de choix aux électeurs. En
revanche, pour l¶élection des représentants au Parlement européen, des conseillers
régionaux et des conseillers municipaux des communes de plus de 2 500 habitants, les listes
sont bloquées..
K 
      !  ""###$%
$"%  "  "  " % %
% % $ 
& 
1. Distinguez scrutin uninominal et scrutin de liste
2. Quelles sont les différentes variantes du scrutin de liste?
== - Le mode d¶attribution des sièges
=l y a deux modes principaux d¶attribution des sièges : le
scrutin majoritaire et la représentation proportionnelle. =l
existe cependant des modes de scrutin mixtes, associant ces
deux techniques.
K
        !
 ""###$%$"%
  "  "  " %
 % % % $ 
A. Le scrutin majoritaire
Avec le scrutin majoritaire, est proclamé élu le candidat ou la liste de candidats ayant
obtenu le plus grand nombre de voix. Dans un système d¶élection à un seul tour, le ou les
sièges à pourvoir sont attribués immédiatement au candidat ou à la liste arrivé en tête. Dans
le cadre du système électoral actuellement en vigueur en France pour les législatives, pour
être élu dès le premier tour, il faut obtenir la majorité absolue, c'est-à-dire plus de la moitié
des suffrages exprimés, et un nombre de suffrages au moins égal au quart des électeurs
inscrits. Si aucun candidat n'y parvient, un second tour de scrutin est organisé ; seuls les
candidats ayant obtenu au premier tour un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des
électeurs inscrits peuvent s'y présenter. Pour être élu au second tour, la majorité relative
suffit : c'est le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages qui l'emporte.
Source: Les différents modes de scrutin et leurs effets, http://.vie-
publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/differents-modes-
scrutin-leurs-effets.html
Questions:
1. Présentez les caractéristiques du scrutin majoritaire.
2. Le système en France est-il complètement majoritaire?
L¶exemple de la Grande-Bretagne

Le scrutin uninominal à un tour, en vigueur depuis plus de


150 ans au Royaume-Uni lors des élections législatives, a Cliquez pour voir le
longtemps garanti la stabilité du système politique tout en reportage de France24.
permettant l¶alternance entre les deux grands partis.
Ce mode de scrutin est d¶une grande simplicité. Le candidat Questions:
qui recueille le plus de voix dans une circonscription donnée 1. Quels sont les avantages
l¶emporte, même s¶il n¶a que peu de suffrages dans l¶absolu - du système uninominal à
moins de la moitié par exemple. =l entraîne de ce fait une un tour?
sous-représentation des petits partis, en amplifiant parfois très 2. Quelles en sont les
largement la victoire du parti arrivé en tête. limites?
En 2005 par exemple, le Labour n'avait remporté que 35,2 % 3. Pourquoi N.Clegg
des voix, mais avait bénéficié de plus de 55 % des sièges à la souhaite-t-il une
Chambre des communes. Les libéraux démocrates avaient transformation du
recueillis, eux, 23 % des suffrages exprimés, mais enlevé 10 système électoral?
% des sièges seulement.
Source : http://.france24.com/fr/20100507-royaume-uni-
mode-scrutin-legislatives-derniers-jours-reforme
L¶exemple de la Grande-Bretagne

Cliquez ici

Questions:
1. En cliquant sur l¶animation, et en prenant
différents exemples montrez que les résultats
issus du scrutin uninominal ne correspondent
pas vraiment aux votes des électeurs
Les élections cantonales de 2011

Cliquez ici pour regarder un reportage de


France 3 =le de France

Questions:
1. Quel est le mode de scrutin des
élections cantonales?
2. Quelles sont les nouveautés cette
année?
3. Pourquoi cette élection est-elle
importante?
B ± Le scrutin proportionnel

La représentation proportionnelle est un mode de scrutin visant à assurer une


représentation aussi fine que possible de la diversité des opinions des électeurs. Elle
consiste, pour l'essentiel, à répartir les sièges en fonction du nombre de voix obtenues par
les différentes listes de candidats en présence. A cet effet, les députés sont élus dans le
cadre de circonscriptions relativement vastes. En France, la représentation
proportionnelle s'est généralement exercée dans le cadre du département. Ce fut le cas, en
dernier lieu, en 1986. Chaque département dispose d'un nombre de sièges proportionnel à
sa population. Différentes méthodes de calcul peuvent être appliquées pour répartir les
sièges de chaque circonscription. Le système de représentation proportionnelle peut
s'accompagner de seuils minimum de suffrages en deçà desquels les listes ne peuvent
prétendre participer à la répartition des sièges ; c'est le cas pour les élections au Parlement
européen : seules les listes ayant obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés peuvent
disposer d'élus.
Source: http://.assemblee-nationale.fr/histoire/suffrage_universel/modes_scrutin.asp
Questions/:
1. Présentez les caractéristiques du scrutin proportionnel
L¶exemple de la =V° République
Cliquez pour regarder un extrait du documentaire « La =V République : la
mal-aimée » de 2 minutes à 7minutes 24
Questions:
1. Quel problème politique se pose en France après la seconde guerre
mondiale?
2. Pourquoi le Général de gaulle quitte le pouvoir en 1946?
3. Quel mode de scrutin est alors mis en place?
4. Quelles en sont les limites?
C± Le scrutin mixte
- Les modes de scrutin mixtes : l¶exemple du système électoral applicable pour
les élections municipales
Pour limiter les inconvénients de chacun de ces modes de scrutin, des
systèmes mixtes, qui visent à en tirer le meilleur parti, ont été créés. Dans les
communes de plus de 3 500 habitants, la liste arrivée en tête obtient la moitié
des sièges du conseil municipal (ce qui permet d¶assurer une majorité au
vainqueur, et, ce faisant, à assurer la stabilité, à permettre des alliances entre
les deux tours et à donner une représentation aux minoritaires). L¶autre moitié
des sièges est répartie selon un système proportionnel, qui permet d¶assurer la
représentation de l¶opposition.

Source: http://.assemblee-
nationale.fr/histoire/suffrage_universel/modes_scrutin.asp
Questions:
1. Quels sont les caractéristiques des scrutins mixtes?
2. Quels en sont les avantages?
Partie 2 ± La participation électorale
= ± Le taux d¶abstention
A ± Un taux d¶abstention variable selon
les élections
1 - Constat

Evolution du taux d'abstention


aux premiers tours des
élections, en %

Source : _ 


      n°
082 - octobre 2009

1. Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre en pointé


2. Opérez une analyse transversale : quelles sont les élections où le taux d¶abstention est le plus
élevé? Le plus bas?
3. Opérez une analyse longitudinale: comment a évolué le taux d¶abstention?
1 - Constat

Cliquez ici pour regarder l¶animation du


journal du Dimanche

Questions:
1. Comment évolue le taux d¶abstention
depuis 2007 , quelque soit le type
d¶élections?
2 - Explications

Sondage Sofres, Les français et les cantonales, mars 2001


2 - Explications

1. Donnez le mode
de lecture et de
calcul du chiffre
pointé
2. Quelles sont les
principales
raisons avancées
pour expliquer
l¶abstention par
les personnes
interrogées?

Sondage Sofres, Les français et les cantonales, mars 2001


a - Des raisons conjoncturelles
La démobilisation des Français pour ces élections peu médiatisées peut s'expliquer
notamment par le contexte international, qui incite peu à prêter attention à un scrutin local.
Par ailleurs, les conseils généraux se renouvellent par moitié : seulement 2 023 cantons sont
concernés en 2011. Un fractionnement de l'électorat qui n'encourage guère la mobilisation
nationale des grands partis, dont certains semblent avoir fait l'impasse sur ces élections.
Au sein du PS, la campagne a été étouffée par la      , avance Frédéric
Dabi, directeur du département opinions et stratégies d'entreprise de l'=FOP. Parallèlement,
l'UMP a conduit une campagne     poursuit le politologue, allant même jusqu'à
"oublier" le logo du parti présidentiel sur les affiches et les sites de campagne. Un cadre de la
Rue La Boétie reconnaît que la campagne a été menée du bout des lèvres, estimant que 
    
               . Pascal Perrineau, lui,
estime qu'           
   
  
            
  
Source : L'abstention, grande gagnante des cantonales ,Le Monde, 18/03/2011
Questions:
1. Quelles sont les explications propres à ces élections cantonales qui peuvent expliquer le
fort taux d¶abstention?
2. En quoi sont-elles insuffisantes?
b-et structurelles
La baisse générale de la participation cache deux grandes formes d'abstention. Certains électeurs ne votent
jamais. Les abstentionnistes constants représentent environ 8% des inscrits. Si l'on ajoute à ce nombre les
non-inscrits - 9% de la population électorale potentielle -, il ressort que 17% des Français en âge de voter
(un sur six) ne participent jamais aux élections. Un chiffre stable selon les études électorales menées dans
les années 80-90. La baisse actuelle de la participation s'explique en fait par la forte progression des
abstentionnistes intermittents. Une étude de l'=nsee menée lors des scrutins de 1995 et de 1997 montre que
la moitié des Français votent irrégulièrement . Parmi eux, 27% ont boudé une ou deux élections sur trois,
22% ont sauté un tour à l'une ou l'autre élection.
La participation au système politique s'explique d'abord par l'offre politique elle-même. Le déclin du parti
communiste, la transformation du parti socialiste de parti d'opposition en parti de gouvernement
"gestionnaire" et, au-delà, le rapprochement des programmes de la droite et de la gauche, ont détourné des
urnes une partie de l'électorat. D'où la nouvelle forme prise par le vote protestataire qui s'est traduit par la
montée de l'extrême-droite et la multiplication des bulletins blancs et nuls dans les années 90, alors même
que l'abstention s'accroissait.

Source: S. de Freminville, L'abstention, une menace pour la démocratie ,Alternatives Economiques Hors-
série n° 050 - octobre 2001
Questions:
1. Quels sont les deux grandes formes d¶abstention?
2. Comment expliquer l¶augmentation de l¶absetntionnisme intermittent?
B ± et selon certains critères
1 - Constat

Questions:
1. Donnez le mode de
lecture et de calcul du
chiffre pointé
2. Quels sont les variables
qui influencent le taux
d¶abstention?

Source: =psos, | ' (!  ""###$  $"  %


% " " %'%%%%
1 - Constat

Source: =psos
Questions:
1. Donnez le mode de
lecture et de calcul du
chiffre pointé
2. Quels sont les variables
qui influencent le taux
d¶abstention?
2 - Explications

La participation électorale reflète le degré d'adhésion aux règles qui fondent le pacte social. Ceux dont la société a
sanctionné la compétence par un titre (le diplôme) ont donc logiquement le taux de participation le plus élevé. Seuls
10% des enseignants n'ont pas participé à l'élection présidentielle de 1995, contre 20% de l'ensemble du corps électoral
potentiel. Avec le suffrage universel, la barrière à franchir pour exercer ses droits politiques n'est donc plus matérielle,
comme c'était le cas avec le suffrage censitaire (ne pouvaient voter que ceux qui acquittaient une contribution fiscale
minimale), mais symbolique (il faut s'estimer capable de participer).   !        
  , symbolisé notamment par le diplôme: le suffrage n'a d'universel que le nom, puisque seuls ceux qui se sentent
les plus insérés socialement s'autorisent à voter.
Dans l'Hexagone, près de 30% de l'électorat potentiel des non-diplômés n'a participé à aucun des deux tours de
l'élection présidentielle de 1995, contre 12% pour les diplômés du supérieur. On retrouve un écart semblable entre les
salariés disposant d'un emploi durable (17% d'abstentions) et les précaires (32%). L'abstentionnisme se nourrit donc
aussi du déficit d'insertion sociale croissant engendré par le manque et la précarité de l'emploi.
Mais l'intégration à la société ne se résume pas seulement aux indicateurs de statut d'emploi et de diplôme. Exemple: la
forte participation des agriculteurs. Seuls 6% de ceux qui étaient inscrits sur les listes électorales n'ont pas participé au
premier tour des présidentielles de 1995. Même s'ils sont relativement peu dotés en capital culturel (le diplôme), les
agriculteurs ne souffrent pas d'un déficit d'intégration. Leurs syndicats savent se faire entendre, ils appartiennent à des
communautés rurales fortement structurées et, surtout, ont pendant longtemps été le groupe le plus représentatif d'un
pays qui se singularisait par sa faible urbanisation.

Source: E.Blanchard,L'alchimie complexe du vote, Alternatives Economiques n° 171 - juin 1999


Questions:
1. Expliquez la phrase soulignée
2. Quelles sont les caractéristiques des individus ayant le taux d¶abstention le plus faible?
== ± Les choix partisans
=ntroduction

Cliquez ici pour voir un extrait de C


dans l¶air de 2006 « Les pauvres
votent-ils? » à partir de 23 min 26 à
24 min 26
Questions:
1. Quelles sont les 3 grandes
raisons avancées
traditionnellement pour
expliquer le choix partisan?
2. En quoi sont-elles aujourd¶hui
insuffisantes?
1- Constat

Source: =psos
Questions:
1 ± Donnez le mode
de lecture et de
calcul du chiffre
pointé
2- Quel est d¶après
ce sondage l¶état des
forces politiques en
France?
3 -Quels sont les
critères qui
expliquent le choix
électoral?
4- Quels sont les
critères les plus
importants?
1- Constat

Source: =psos
Questions:
1 ± Donnez le mode
de lecture et de calcul
du chiffre pointé
3 -Quels sont les
critères qui expliquent
le choix électoral?
4- Quels sont les
critères les plus
importants?
2 - Explications
On distingue trois modèles d'analyse du comportement électoral: les modèles écologiques, les modèles sociologiques (ou
psychosociologiques) et les modèles économiques.
Le premier modèle est issu de la tradition inaugurée en 1913 par André Siegfried avec Le tableau politique de la France de
l'Ouest sous la ===e République (considéré comme l'ouvrage fondateur de la science politique française). L'équation "le granit
vote à droite, le calcaire vote à gauche" est passée à la postérité, occultant la richesse de l'analyse de Siegfried. =l prenait ainsi
en compte la nature de la propriété foncière, la dispersion de l'habitat ou la puissance d'encadrement des élites nobiliaires et
religieuses. La géographie électorale de Siegfried a ensuite bénéficié de l'apport des explications historiques. Le
"traumatisme historique" de la révolution peut expliquer des clivages politiques qui perdurent (le cas de la Sarthe, étudié en
1960 par Paul Bois dans Les paysans de l'Ouest).
Paul Lazarsfeld ("Les caractéristiques sociales déterminent les préférences politiques", dans The People's Choice, 1944) est à
l'origine des modèles sociologiques d'analyse du vote. =l a fondé l'école de Columbia, qui a mis en évidence les trois critères
déterminants du comportement politique: le statut socio-économique, la religion et le lieu de résidence. Cette tradition a été
reprise en France par Guy Michelat et Michel Simon dans Classe, religion et comportement politique (1977). A l'instar de
leurs contemporains américains (école du Michigan), ils insistent cependant sur le fait que, plus que des appartenances
sociales objectives, le vote dépend d'attitudes politiques forgées dans des groupes de référence (surtout la famille).
Pendant longtemps, la science politique américaine a décrit l'électeur comme peu informé et faisant son choix en fonction de
préférences partisanes lourdes (démocrate ou républicain). Certains politologues comme Antony Dons (An Economic
Theory of Democracy, éd. Hayer et Ro, Ne ork, 1957) ont tenté de montrer qu'il était au contraire rationnel (au sens
économique du terme, l'électeur maximiserait ses intérêts économiques). Cette école est actuellement peu représentée en
France. Nombreux sont ceux qui continuent de croire que le vote reste une transaction portant plus sur des biens symboliques
que matériels.
Source: E.Blanchard,L'alchimie complexe du vote,Alternatives Economiques n° 171 - juin 1999
Questions:
1. Quelles sont les 3 grands modèles d¶analyse du choix partisan?
2. Comment pouvez-vous utiliser ces modèles pour expliquer les constats du 1?
2 - Explications

&  )* (
C¶est un électorat majoritairement masculin et réparti en deux catégories. Une partie populaire : 17% des ouvriers, 15% des employés et
16% des chômeurs ont voté FN au premier tour des régionales. C¶est un vote protestataire, de défiance à l¶égard de la politique en
général, pas nécessairement contre Nicolas Sarkozy. Ce sont les «ni-nistes», «ni-droite ni-gauche», pour qui le vote FN est un refuge.
L¶autre partie de son électorat est constituée de commerçants, artisans, chefs de petites entreprises. Ces électeurs ont été touchés par le
discours de Nicolas Sarkozy en 2007 et ont pu se sentir trahis. Une partie d¶entre eux seulement a pu revenir depuis vers un vote FN
protestataire. (« )
|     +%,  (
L¶est est plus industriel et, en période de crise, se trouve davantage touché par des situations de chômage, par peur de la précarité et de
tout ce qui peut en découler : peur de l¶immigration, de l¶insécurité« Le FN apporte un message à des gens en quête de reconnaissance
sociale, qui ont le sentiment d¶être abandonnés et qui retrouvent dans le discours frontiste un certain sens de l¶honneur, de la solidarité.
Dans le Nord-Pas-de-Calais, Marine Le Pen a ainsi réussi à retisser un réseau militant, perdu en 1999 au moment de la scission avec
Bruno Mégret. Ensuite, l¶ouest du pays et son électorat de tradition catholique ont toujours mieux résisté au vote FN.
*% %%| !     )* (
Les régions où le FN a pu se maintenir aux régionales. Rhône-Alpes et Champagne-Ardenne ont, par exemple, tous les ingrédients pour
que le FN s¶y implante à long terme, avec des zones industrielles touchées par la crise, des ghettos urbains«
-!!)*     $|%% (
Ce vote touche très peu les agriculteurs. =l concerne plutôt les petits employés, ouvriers ou les gens qui touchent le RSA. Soit on vote FN
par peur de perte d¶emploi et de déclassement social. Soit parce qu¶on est en situation d¶extrême précarité. Et dans les deux cas, la
thématique anti-immigrés fonctionne.
Source: Le vote Front national est un refuge»,=ntervieSylvain Crépon, spécialiste de l¶extrême droite, Libération 23/03/2010
B: Cliquez ici , la chronique de La Tribune sur BFM
Questions :
1. Quelle corrélation a opéré La Tribune?
2. Quelles explications peut-on donner à ces corrélations?
3. Comment la Tribune explique-t-elle la montée du FN lors des élections?