Vous êtes sur la page 1sur 6

Terminale Génie Electronique Lycée E.

Michelet

Temporisation par bascules monostables


I – Rappels des propriétés du condensateur

1.1. Relations

En régime variable, à un condensateur C, on peut appliquer les relations suivantes :

q = C.u

i = dq/dt donc i = C.du/dt

1.2. Charge et décharge d’un condensateur à courant constant

Lorsqu’un condensateur est chargé à courant constant d’intensité I, la tension uC entre ses bornes est
une fonction affine du temps. Le coefficient directeur de cette droite est égal à I/C.

1.3. Charge et décharge d’un condensateur sous tension constante à travers une
résistance

iC R

E C uC

L’évolution de la tension uC se fait de façon exponentielle :


uC

Uf = E

Uo

Ui
t
0 ∆t

 La tension uC tend vers E d’autant plus rapidement que la constante de temps τ = RC est petite.
En pratique, le condensateur est considéré comme chargé (à 95%) au bout d’une durée égale à 3
τ.
 Lorsque le condensateur est chargé, uC ne varie plus et le courant iC est nul. Le circuit a atteint
son état de repos.
 La durée ∆t nécessaire pour que la tension uC passe de U1 à U2 est égale à :

∆t = τ . ln [(Uf – U1)/(Uf – U2)]

Cours : Les bascules monostables 1


Terminale Génie Electronique Lycée E. Michelet

Exemple : pour passer de la valeur Ui à la valeur Uo, il faut une durée :


∆t = τ . ln [(E – Ui)/(E – Uo)]

Remarque : la tension uC aux bornes d’un condensateur ne peut subir de discontinuité. Toute
variation brutale de potentiel sur l’une des armatures d’un condensateur est instantanément et
intégralement reportée sur l’autre.

1.4. Application : générateur d’impulsions


u1
Montage : C
E

t
0
u1 R u2
-E
u2
2E

-2E

Interprétation : à l’état de repos, i =0 soit u2 = 0 d’où uC = u1 = -E. Quand u1 passe à +E, uC ne varie
pas instantanément et garde sa valeur –E soit u2 = 2E. Si τ très petite alors C se charge très
rapidement à travers R à la valeur de u1 soit uC = +E et alors u2 = 0. La hauteur des impulsions est
égale à celle des fronts.
Si on veut supprimer les fronts négatifs, il suffit de brancher une diode en parallèle sur la résistance
R (quand u1 < 0, D passante et donc u2 =0).

II – Les bascules monostables

2.1. Définition

On appelle monostable un dispositif dont la tension de sortie peut prendre deux valeurs : U1 dans
l’état stable, U2 dans l’état instable ; le basculement de l’état stable à l’état instable est provoqué par
un front de la tension sur l’entrée. La durée To de l’état instable est appelé durée propre du
monostable ; elle ne dépend que des éléments constitutifs du monostable.

Symbole :

uE uS

Cours : Les bascules monostables 2


Terminale Génie Electronique Lycée E. Michelet

2.2. Montage monostable réalisé avec des portes logiques CMOS

2.2.1. Schéma de montage

Le schéma étudié comporte 2 portes CMOS NOR dont l’une est montée en inverseur. On rappelle la
caractéristique d’une porte CMOS NOR montée en inverseur :
uS
VDD

VDD
≥1

ue uS
ue
0 VDD/2

On rappelle aussi la table de vérité d’une porte logique NOR :

VDD

A B S
≥1
uA
0 0 1
uB uS 0 1 0
1 0 0
1 1 0

Schéma :

VDD
VDD VDD
uC R
i R’
≥1 ≥1
C
vA vB uS
uE
M

Avec :

ue

VDD/2

t
0 to

Cours : Les bascules monostables 3


Terminale Génie Electronique Lycée E. Michelet

2.2.2. Analyse du fonctionnement

Les tensions vA et uS sont des tensions de sortie d’opérateurs logiques CMOS donc elles ne peuvent
prendre que les valeurs VDD ou 0.

 Etat de repos ou état stable : t < 0

Le montage est à l’état stable lorsque les potentiels n’évoluent plus : uC = constante et i = 0. Donc
vB = VDD et uS = 0, et comme uE = 0 alors vA = VDD. On en déduit que uC = 0.

 Etat instable : t ≥ to

• A l’instant t = to, ue ≥ VDD/2 ; la porte 1 passe à l’état logique 0 soit vA = 0. La tension aux
bornes du condensateur ne variant pas brusquement uC (to) = 0 et par conséquent vB = 0 ce qui
entraîne un changement d’état logique de la porte 2 soit uS = VDD.
• Pour t ≥ to : ue est revenue au niveau 0 et uS = VDD donc la sortie de la porte 1 reste à l’état
logique 0, soit vA = 0. Le condensateur se charge alors exponentiellement à travers la résistance
R avec une constante de temps τ = RC. De plus vB = uC (car vA = 0) donc vB croît
exponentiellement depuis la valeur 0 vers la valeur VDD.
• A l’instant t = t1, la tension vB atteint la valeur VDD/2 ce qui entraîne un changement d’état
logique de la porte 2 donc uS = 0 ; par conséquent les 2 entrées de la porte 1 sont à l’état logique
0 ce qui entraîne un changement d’état logique de sa sortie donc vA = VDD. Comme uC ne peut
varier brusquement, c’est la tension vB qui passe de la valeur VDD/2 à la valeur 3.VDD/2.

 Etat de récupération : t > t1

A partir de l’instant t = t1+, le condensateur se décharge exponentiellement à travers la résistance R,


avec une constante de temps τ = RC, ce qui entraîne une décroissance exponentielle de la tension vB
de la valeur 3.VDD/2 vers la valeur VDD. Comme vB reste toujours supérieure à VDD/2, il n’y a plus de
commutation possible pour les portes logiques. On retrouve donc l’état stable.

2.2.3. Calcul de la durée propre To

Appliquons la relation vue au paragraphe I-1.3 concernant la durée ∆t pour passer d’une valeur
initiale U1 à une autre valeur U2 d’une fonction exponentielle :

∆t = τ . ln [(Uf – U1)/(Uf – U2)]

To correspond à la durée de l’état instable càd au temps mis par la tension v B pour passer de la
valeur 0 à la valeur VDD/2 soit :

To = RC . ln [(VDD – 0 )/(VDD – VDD/2 ]

To = RC. ln 2 = 0,7.RC

Cours : Les bascules monostables 4


Terminale Génie Electronique Lycée E. Michelet

2.2.4. Calcul de la durée TR de la phase de récupération

C doit se décharger complètement (uC = 0), d’après les propriétés du condensateur, nous savons
qu’il faut un temps égal à 3τ pour arriver à 95% de la décharge soit un temps de récupération TR
égal à 3RC.

III – Applications des monostables

La plupart des applications des monostables sont des réalisations de temporisations, soit pour
contrôler la durée de fonctionnement d’un dispositif, soit pour retarder la mise sous tension d’un
système. Le choix des valeurs des composants détermine la durée de la temporisation.

Cours : Les bascules monostables 5


Terminale Génie Electronique Lycée E. Michelet

Cours : Les bascules monostables 6