politiques (lEP) de

Grenoble, analysent la
partie qui se joue entre
Jean-Luc Mélenchon et
François Hollande ...
L
e moins que l'on puisse
dire, c'est que les rela-
tions entre le Front de
gauche et le PS passion-
nent les politologues. Ainsi que
celles - surtout ? -, au sein du
Front de Gauche, entre le Parti
de Gauche et le PCF ...
1 Une gauche composite
« La gauche est compo-
site depuis longtemps», souli-
gne d'emblée Pierre Bréchon
pour mieux affirmer qu'il est
« difficile de gouverner en
trouvant les chemins de l'uni-
té.>> Si l'on se souvient que
« les communistes sont sortis
du gouvernement en 1984, les
désaccords sont allés croissant
avec la montée en puissance
des écologistes. >>
Et d'insister : « Cela a été un
vrai problème pour Uonel Jos-
pin entre 1997 et 2002 ! >>
2 Une situation délicate
Ce que la conjoncture
n'arrange guère ... «La situa-
tion socio-éconornique se dé-
grade, la politique gouverne-
mentale est critiquée, on est
dans une période de décep-
tion >>, pointe Olivier llil.
Pierre Bréchon.
Les politologues Pierre Bréchon et Olivier lhl interrogent le rapport entre le PS et la gauche de la gauche, pas toujours très simple contrairement à ce que
laisse supposer ,i: rencontre entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. AFP et Le DU Archives
Qui voit là « ùne situation
très dangereuse pour le PS. >>
D'autant qu'« à l'automne va
ressurgir le dossier des retrai-
tes, qui inquiète les milieux po-
pulaires. >> Du coup, « les élee- ·
tions municipales et européen-
nes constituent autant
d'opportunités électorales. >>
Avec des données très diffé-
rentes ...
3
Lesenjeux
des municipales
Sur l'échiquier politique,
« ces municipales illustreront
la capacité du PCJ; à se faire
entendre >>, relève Olivier llil.
« On sait que Pierre Laurent
(le patron du PCF) a été reçu
par François Hollande >>, déve-
loppe-t-il. En d'autres termes,
«Jean-Luc Mélenchon se re-
trouve en porte-à-faux avec le
PCFqui n'a pas forcément en-
vie de perdre des villes>>, rap-
pelle Pierre Bréchon, qui résu-
me : « Si la gauche est compo-
site, il y a un problème d'unité
au sein de la gauche de la gau-
che. C'est un moment compli-
qué ... ))
Olivier Ihl ne perçoit pas
autre chose:« LePCF al' air de
repartir nationalement avec le
PS pour sauver ce qui peut
l'être.>> Reste que <<l'État se
désengageant, c'est l'occasion
de former des cadres. >> Surtout
dans la mesure où << derrière
les municipales, se pose la
question du Sénat ! ll ne faut
jamais oublier que 95 %des
grands électeurs sont des con-
seillers municipaux ... >>, argu-
mente-t-il.
1
4 Un rôle personnel
Et puis, il y ale position-
nement personnel de Jean-
Luc Mélenchon << qui a envie
de jouer un numéro person-
nel. Après avoir été la voix criti-
que interne du PS, il en est
· aujourd'hui la voix critique ex-
terne, et cela lui réussit plutôt
bien>>, analyse Pierre Bré-
chon.
(( n a un tempérament de
leader, alors qu'il se sera long-
temps contenté d'une fonction
de lieutenant >>,ramasse-t-il en
une phrase.
La bibune de l'Europe
Ave·c les élections euro-
péennes en ligne de mir de ce
printemps électoral ...
<< Jean-Luc Mélenchon a dit
qu'il serait candidat, et il est
vrai que c'est un scrutin facile
pour les petites forma-
tions. Avec 80 candidats, il peut
avoir des élus dans les huit cir-
conscriptions>>, martèlePierre
Bréchon, << sous réserve qu'il
franchisse le seuil des 5 % ! >>
<< Ce sera une vraie caisse de
résonance politique ! Le Traité
européen, la place de la finan-
ce, ce débat est resté en sus-
pens>>, prophétise Olivier llil.
Olivier lhl.
« Le PS est
la force dominante de la gau,
che ; mais, lorsqu'il
il fait des mécontents qui s'ex-
priment aux européenJ
nes. Souvenez-vous des
14 %de Michel Rocard eni
1994 ... >>, se rappelle Pierre
Bréchon.
6
Grenoble
et les autres villes
<< On aura des choses très
différentes d'une ville
l'autre >>, synthétise Pierre Bré-
chon, pendant qu'Olivier Ihl
avertit : << À Grenoble, il va fal-
loir retrouver les bases d'un€1
majorité plurielle pour l'équipe
sortante. >> Et d'enfoncer la
clou : << Les municipales SE\
jouent à 85 %sur des
rations locales ; la situation
commerce de proximité,l'inséJ
curité, les déplacements et
travaux, tout cela peut paraîtr€1
banal, mais jouer un rôle noq
négligeable. Ne
qu'en matière
dans des catégories
censées voter socialiste ... >>
À bon entendeur ...
Philippe GONNEY

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful