Vous êtes sur la page 1sur 11

LE FINANCEMENT DU REVENU SOCIAL GARANTI COMME REVENU PRIMAIRE

Approche mthodologique
Jean-Marie Monnier et Carlo Vercellone La Dcouverte | Mouvements
2013/1 - n 73 pages 44 53
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

ISSN 1291-6412

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-mouvements-2013-1-page-44.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Monnier Jean-Marie et Vercellone Carlo, Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire Approche mthodologique, Mouvements, 2013/1 n 73, p. 44-53. DOI : 10.3917/mouv.073.0044

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour La Dcouverte. La Dcouverte. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage dans une base de donns est alement interdit.

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire


Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Approche mthodologique

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

P AR J EAN M ARIE M ONNIER ET C ARlO V ERCEllONE *

Les modalits de financement dun revenu inconditionnel font lobjet de dbats parmi les promoteurs de cette ide, mais surtout dinterrogations de la part de ses opposants ou des curieux. Il est donc ncessaire de dfinir les contours possibles du financement dune telle mesure. Jean-Marie Monnier et Carlo Vercellone en proposent une version, dcrivant la rforme fiscale qui permettrait de financer un revenu social garanti de 800euros conu comme un vritable revenu primaire.

* Centre d'conomie de la Sorbonne, CNRS et universit Paris1 Panthon-Sorbonne. 1. Par exemple, le rapport de C.BOUTIN, Pour sortir de lisolement, un nouveau projet de socit, La Documentation franaise, Paris, 2004; ou la proposition de D.dE VILLEPIN, Pour la dignit, je propose la cration dun revenu citoyen, Libration, 2011, http:// www.liberation.fr/ politiques/01092322806pour-la-dignite-jepropose-la-creationd-un-revenu-citoyen
44

a crise de la dette publique est trs rapidement devenue linstrument par lequel est impose aux populations la remise en cause des conqutes de ltat social et en particulier celles de la protection sociale. Dans le mme temps de nouvelles propositions dallocation universelle ou de revenu citoyen ont t formules comme instrument dun filet de scurit redistributif1. Ainsi conue, lallocation universelle apparat comme un prolongement des formules de minima sociaux, avec un montant minimal et ventuellement place sous condition de ressource. Son financement serait assur par limpt galement dans une perspective redistributive. En particulier, son produit serait calcul partir dune assiette drive de celle qui est actuellement mobilise dans un systme fiscal labor depuis la Seconde Guerre mondiale, essentiellement selon les critres de lconomie fordienne. Cela conditionnerait le volume des ressources affectes cette nouvelle allocation, et conduirait ncessairement des arbitrages au sein du systme de transferts. Notre proposition de revenu social garanti (RSG) inconditionnel et indpendant de lemploi ne sinscrit pas dans un projet de dmantlement du systme de protection sociale ni de remise en cause des conqutes du Welfare. Elle est le produit dun rexamen de la notion de travail productif dans le capitalisme cognitif. De ce point de vue notre proposition de RSG

MOUVEMENTS N73

printemps2013

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire

Les fondements de la proposition de revenu social garanti La proposition de RSG que nous dfendons repose sur trois piliers principaux qui la diffrencient radicalement dautres projets dallocations universelles.

2. J.-M.MONNIER et C.VERcELLONE, Travail et protection sociale lge du capitalisme cognitif: la proposition de revenu social garanti, in A.-T.DaNg, J.-L.OUTIN et H.ZajdELa (dir.), Travailler pour tre intgr? Mutations des relations entre emploi et protection sociale, ditions du CNRS, Paris, 2006, p.199217; J.-M.MONNIER et C.VERcELLONE, Fondements et faisabilit du revenu social garanti, Multitudes, n27, 2007, p.73-84.

Le RSG et le statut de la force de travail


Le premier pilier consiste inscrire le RSG dans une perspective de renforcement du processus de resocialisation de lconomie dmarr Notre proposition de revenu dans laprs-guerre avec le dveloppement du systme moderne social garanti inconditionnel de protection sociale et du droit et indpendant de lemploi ne du travail. Le RSG ne se substisinscrit pas dans un projet tue donc en aucune manire ces institutions mais il se propose de dedmantlement du systme de les complter, tout en sauvegarprotection sociale ni deremise en dant les conqutes fondamentales lies, par exemple, au systme de cause desconqutes du Welfare. retraite, de sant ou dindemnisation du chmage Dans ce cadre, le rle du RSG est dattnuer la contrainte montaire la base de la norme sociale du rapport salarial et dassurer un revenu suffisant pour permettre aux travailleurs de refuser des conditions de travail considres comme inacceptables. De cette manire, il permettrait de favoriser le passage de lactuel modle de prcarit subie un modle de mobilit choisie, tout
MOUVEMENTS N73

printemps2013

45

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

procde dun projet de renforcement de la logique de dmarchandisation du systme de protection sociale, quil se propose de complter en assurant, en mme temps, le maintien des piliers de lactuelle organisation de la Scurit Sociale et de lassurance chmage. Cependant, cette proposition fait lobjet de deux catgories principales de critiques. Dune part, il est gnralement avanc quil serait moralement inacceptable de dconnecter revenu et travail. Dautre part, le mode de financement du RSG que nous avons avanc dans de prcdentes publications2, serait jug inacceptable, soit parce quil recourt limpt et non la montisation de la dpense, soit parce quil conduirait minorer la logique redistributive du RSG ou encore parce quil induirait un bouleversement trop profond du systme fiscal. Pour la plupart, ces critiques ne tiennent pas compte de la nature du RSG conu comme une nouvelle forme de revenu primaire, et qui ne sinscrit pas dans une perspective redistributive ou thique, fonde sur la simple reconnaissance du droit lexistence. Afin dclairer ce dbat, nous revenons dans une premire partie sur les trois principaux fondements de notre proposition de revenu social garanti. Ils conditionnent notre approche du financement de celui-ci qui forme la seconde partie du prsent article.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Un revenu pour exister

Le RSG comme nouvelle forme de revenu primaire


Le deuxime pilier consiste affirmer que le RSG ne doit pas tre pens comme une forme assistancielle (comme par exemple le RSA) lie la redistribution du revenu. Il ne doit pas avoir non plus exclusive46

MOUVEMENTS N73

printemps2013

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

en changeant partir de la socit les rapports de force lintrieur des entreprises. Dans notre approche, le chmage et la prcarit sont en effet le produit de la logique structurelle dont dpend la condition du travail salari dans une conomie montaire de production (au sens de Keynes et de Marx): celle dtre lexpression dune contrainte montaire faisant de lemploi la condition daccs la monnaie, cest--dire un revenu dpendant des anticipations des capitalistes concernant le volume de la production rentable. Ainsi, dans une optique marxienne, le rle du RSG, en contribuant resocialiser la monnaie et en dconnectant laccs au revenu de lemploi, consiste renforcer la libert effective de choix de la force de travail en sattaquant la contrainte socio-conomique par laquelle, comme le soulignait ironiquement Marx dans le LivreI du Capital3, son propritaire 3. K.MaRX, Le Capital. est non seulement libre de la vendre, mais se trouve aussi et surtout dans LivreI, in uvres, Economie, TomeI, La lobligation de le faire. Pliade, Paris, 1963. De ce point de vue, le RSG constitue donc un dispositif essentiel de la remise en cause de lasymtrie dans les conditions daccs la monnaie qui institue, dans la socit marchande, le clivage entre capitalistes et force de travail et correspond ce que Karl Marx appelle la soumission formelle du travail au capital. Ceci est un premier lment thorique qui montre non seulement labsence de contradictions, mais aussi la complmentarit intrinsque qui existe entre financement montaire et fiscal du RSG. On y revienLe revenu social garanti dra dans les sections suivantes. De cette vision rsultent deux coroldoit tre conu et instaur laires essentiels caractrisant la formulacomme unrevenu primaire li tion de notre proposition: directement la production,  le montant du RSG devrait tre idalement tabli un niveau suffisamment cest--dire comme la contrepartie lev pour permettre au moins tout (quoique partielle) dune activit un chacun de refuser la dgradation des conditions demploi et de rmunration cratrice de valeur et de richesse qui font dsormais dun Smic temps aujourdhui non reconnue. partiel la norme demploi de rfrence rglant le montant des minima sociaux.  dans sa dfinition mme, le droit au RSG prsuppose le maintien et implique lexpansion de la logique du salaire socialis et du systme de garanties li aux institutions de ltat-providence. Par consquent, la mise en place dun RSG ne comporterait ni la suppression du Smic, ni celle dautres prestations assurantielles de ltat-providence, comme par exemple les indemnits de chmage avec lesquelles il pourrait se cumuler.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire

4. Cest--dire en dehors de lhoraire officiel de travail.

Le RSG comme institution du commun


Enfin, le revenu social garanti doit tre pens comme une institution du commun pour plusieurs raisons. Tout dabord, le RSG ne dpend pas de la sphre publique mais correspond la mise en commun de ce qui est produit en commun5 et cela en dehors de toute logique contributive fonde sur un rapport de mesure et de proportionnalit entre effort individuel et droit au revenu. Dans cette perspective, en suivant la tradition mutualiste lorigine du systme de protection sociale en France, les ressources collectes pour financer le RSG pourraient tre mises dans une caisse commune gre directement par les travailleurs.

5. A.GORZ, Limmatriel. Connaissance, valeur et capital, Galile, Paris, 2003.

MOUVEMENTS N73

printemps2013

47

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

ment un fondement de nature thique. Il doit en revanche tre conu et instaur comme un revenu primaire li directement la production, cest--dire comme la contrepartie (quoique partielle) dune activit cratrice de valeur et de richesse aujourdhui non reconnue. La justification de cette dfinition du RSG, en tant que nouvelle forme de revenu primaire, trouve lun de ses principaux fondements dans la monte en puissance de la dimension cognitive du travail, quil soit matriel ou immatriel. Le travail cognitif est en effet une activit qui, quasiment par essence, se dveloppe tant en amont4 que durant lhoraire officiel du travail en traversant lensemble des temps sociaux et de vie. Il faut prciser que de ce point de vue, la proposition de revenu social garanti comme nouvelle forme de revenu primaire, implique un rexamen et une extension du concept de travail productif mens dun double point de vue. Le premier concerne la notion de travail productif pense suivant la tradition dominante dans lconomie politique comme le travail qui produit un profit et participe la cration de valeurs dchanges. cet gard, le RSG correspondrait, du moins en partie, la rmunration de cette dimension toujours davantage collective, dune activit productrice de valeur qui stend sur lensemble des temps sociaux et se traduit, sous des formes souvent indites, par un prolongement du temps du temps effectif de travail et laccroissement de la plus-value absolue. Le deuxime point de vue renvoie au concept de travail productif pens comme le travail producteur de valeur dusage, dune richesse qui chappe la logique de la marchandise et du rapport salarial soumis au capital. Il sagit en somme de remettre en discussion lassimilation du concept de travail et du concept demploi et daffirmer avec force que le travail peut tre improductif de capital, mais producteur de richesses non marchandes et donner donc lieu un revenu qui, en contrepartie, le consacre par une reconnaissance conomique et sociale. Dans cette perspective, le revenu social garanti se prsenterait donc comme une forme socialise du salaire, comme un premier niveau de la rpartition primaire entre salaire, profit et rente.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Un revenu pour exister

Le financement du RSG Contrairement de nombreuses approches en termes dallocation uni6. P.VaN PaRIjS, Sauver la solidarit, Les ditions du Cerf, Paris, 1995; P.VaN PaRIjS Refonder la solidarit, Les ditions du Cerf, Paris, 1996.

7. J.-M.MONNIER et C.VERcELLONE, op.cit., 2006 et 2007. 8. Soit environ 800euros nets mensuels aujourdhui. cet gard, la rfrence au salaire mdian permet justement de souligner la nature primaire du RSG et de rompre avec la logique de type assistanciel que lancrage la notion de seuil de pauvret tend entriner.
48

verselle, la lgitimit du RSG ne rsulte pas pour nous, de considrations redistributives ou thiques. Par exemple, Philippe Van Parijs6 considre quil est indispensable de fonder la lgitimit thique dun revenu universel de niveau substantiel. Notre conception du RSG est le produit de lhypothse dun dplacement de la notion de travail productif lie lessor du capitalisme cognitif. Elle ouvre sur une rforme radicale du mode de rpartition des richesses, dont le revenu social garanti (RSG) est la cl de vote. La lgitimit de celui-ci doit donc tre recherche du ct des structures conomiques et de la monte du travail immatriel et intellectuel. Il convient cet gard de rappeler que la thse de capitalisme cognitif dans laquelle nous nous situons disqualifie le concept traditionnel de travail productif appliqu dans ce cadre nouveau. En effet, la coopration sociale prcde et dpasse le temps de travail immdiat consacr la production. Dans le capitalisme cognitif, le travail est toujours dans une certaine proportion du travail souterrain, non rmunr car chappant la sphre montaire de lchange marchand et du rapport salarial. En consquence, la contrepartie en termes de travail existe dj et ce qui manque, cest prcisment le revenu7. Dans nos travaux prcdents sur le mode de financement du RSG, nous avions propos plusieurs hypothses concernant le montant net peru par les bnficiaires. Nous avions plus particulirement travaill partir de lhypothse dun RSG gal la moiti du salaire mdian8 pour en chiffrer le cot. Cependant, dans la continuit de notre positionnement mthodologique, cette estimation du montant du RSG ne constitue pas une mesure de la valeur montaire de la contrepartie du travail existant dj, mais un revenu socle, un salaire social de base, partir duquel instaurer un autre mode de rpartition et permettre au travail de se rapproprier dune grande partie de la valeur aujourdhui approprie par des formes de plus en plus rentires daccumulation du capital.

MOUVEMENTS N73

printemps2013

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

En second lieu, le revenu social garanti, en tant que revenu primaire, prsuppose et impulse le dveloppement du commun lui-mme. Il limpulse dans la mesure o lattnuation de la contrainte montaire propre au rapport salarial et la matrise retrouve de son temps de la part de chaque individu, favoriseraient le dveloppement des formes de coopration non-marchande et dchange des savoirs alternatifs aussi bien au public quau march comme modalits de coordination de la production et de lchange. Il le prsuppose dans la mesure et l nous revenons sur la fausse opposition entre financement par cration montaire et financement fiscalis o son instauration implique des mcanismes de resocialisation de la monnaie et des revenus qui rompent avec la logique de largent en tant que capital.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire

La fausse opposition entre financement montis et financement fiscalis


Le RSG est la fois un mcanisme de resocialisation de la monnaie, attnuant la contrainte au rapport salarial, et un revenu primaire instaurant, travers une rforme fiscale radicale, les rgles dun nouveau mode de rpartition. Il nexiste Seul limpt et la rvolution fiscale donc point dopposition sur le dont nous indiquons, dans ce plan thorique entre financement texte, certains lments essentiels, par voie fiscale et financement par voie montaire, pas plus par ailsont susceptibles de prenniser leurs, quau niveau des politiques lerevenu social garanti, dans conomiques il nexiste de contradiction entre politique montaire le cadre dun changement et politique budgtaire. Il suffit de desnormes de rpartition. songer, ce propos, la manire dont, lge de la croissance fordiste, la cration montaire, assure par les banques centrales et le circuit du trsor, a t un instrument cl des politiques budgtaires permettant de subvenir aux besoins de financement de ltat, en dehors et labri du chantage exerc par les marchs financiers. Lide selon laquelle il y aurait une opposition entre ces deux instruments de la politique conomique et du financement des besoins de ltat na pu surgir qu la manire dune introjection des nouvelles normes institutionnelles nolibrales impose par la contre-rvolution montariste 9. Voir en particulier des annes 19809. Ces dernires, entrines par le BCE, ont conduit la la thse clairante de B.LEmOINE, Les valeurs mise en place du statut de la soi-disant indpendance de la banque cende la dette, thse pour trale, en lui interdisant de financer les dficits publics et en lui assignant le doctorat de sciences comme seul objectif, celui de la stabilit des prix. conomiques, cole nationale suprieure des Le retour une rgulation keynsienne de loffre de monnaie est ainsi, mines de Paris, 2011. sans doute, une condition essentielle minimale pour permettre lchelle de la zone euro un dbut de resocialisation dmocratique de la monnaie, et assurer le besoin de financement du Welfare State, y compris pour ce qui concerne linstauration du RSG10. Ce constat est dautant plus vrai 10. Pour une prsentation plus quune priode de transition sera ncessaire our permettre dabsorber le dtaille des diffrents choc et rendre conomiquement et socialement viables la rvolution fisaspects de cette cale et la nouvelle rpartition du revenu que la mise en place dun RSG rforme montaire voir C.VERcELLONE, Du implique. Welfare au Commonfare Toutefois, une cration montaire perptuelle, reconduite danne en - Sortir de la crise de anne, quivalente la totalit du montant dun RSG suffisant, ne serait la dette par le haut, Ecorev, n39 juin 2012, pas mme dassurer la stabilit macro-conomique de son financep.50-57. ment (au risque notamment daboutir terme une spirale inflationniste) et surtout de lasseoir sur une vritable transformation du mode de rpartition. Seul limpt et la rvolution fiscale dont nous indiquons, dans ce texte, certains lments essentiels, sont susceptibles de prenniser le revenu social garanti, dans le cadre dun changement des normes
MOUVEMENTS N73

printemps2013

49

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Un revenu pour exister

Fiscalit et formes de la redistribution induite par le RSG


1. Remarques mthodologiques prliminaires
11. J.-M.MONNIER et C.VERcELLONE, op.cit., 2006, p.205.

En procdant lestimation du cot du RSG puis lexamen des pistes de son financement fiscalis, notre objectif initial tait de rpondre aux critiques relatives sa faisabilit financire11. Au-del nous voulions galement montrer que, compte tenu des masses financires mobiliser et de lobjectif de transformation du mode de rpartition, la mise en uvre du RSG ne peut se concevoir sans une rforme fiscale de grande ampleur. En dautres termes, cette mise en uvre relve dune question de choix de 12. Que nous navions politique et de projet de socit. pu intgrer notre Si notre travail fournit lbauche des modifications oprer au sein du travail initial. systme fiscal, il ne propose pas une rforme fiscale pleinement labore. Pour ce faire il conviendrait de dfinir la trajectoire de cette rforme et les tapes des changeLa question de la transition doit ments effectuer, de calibrer cortre considre srieusement. rectement les modifications Lapplication brutale des oprer sur les diffrents instruments fiscaux mobiliss. cet mutations que nous suggrons, gard, la question de la transition12 loin de garantir la prennisation dj voque doit tre considre srieusement. Lapplication brude la transformation du tale des mutations que nous sugmode derpartition que nous grons, loin de garantir la souhaitons, pourrait au contraire prennisation de la transformation du mode de rpartition que nous en compromettre laboutissement. souhaitons, pourrait au contraire en compromettre laboutissement. Cest la raison pour laquelle, comme nous lavons dj suggr, il pourrait tre utile dassocier au processus de rforme de la fiscalit, un financement montis transitionnel. Depuis notre premier travail, le systme fiscal a subi des modifications 13. Rappelons que, en raison de associes lamplification de la gestion librale des finances publiques lindisponibilit qui sont lune des composantes essentielles de la financiarisation de provisoire dun certain lconomie ayant engendr la crise que nous connaissons aujourdhui13. nombre de donnes postrieures, nos calculs Cest la raison pour laquelle dans le cadre ncessairement restreint de la initiaux ont t effectus prsente contribution lactualisation de ce travail est difficilement envisur la base des donnes sageable, car elle ne ncessite pas seulement une simple rvision de de lanne 2002.
50

MOUVEMENTS N73

printemps2013

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

de rpartition dans lequel ce dernier, linstar des salaires de la fonction publique, reprsenterait lune des composantes stables des revenus primaires. Sans pouvoir approfondir davantage lanalyse de ces ques tions dans lespace qui nous est ici imparti, nous dirons donc que cest en tenant compte de ces objectifs et de ces contraintes, que la complmentarit entre financement par cration montaire et financement par la fiscalit doit tre pense.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire

2. Lautofinancement partiel du RSG Comme nous le relevions dans nos travaux prcdents, par autofinancement nous avanons deux formes complmentaires de financement. En premier lieu, notre approche du RSG dbouche ncessairement sur lide selon laquelle il ne peut tre compris que comme une nouvelle forme de revenu primaire li directement la production. En tant que tel, cest la contrepartie dune activit cratrice de valeur aujourdhui encore non reconnue, une forme de salaire social. Pour cette raison, il doit tre soumis aux divers prlvements fiscaux et sociaux sur les salaires et les revenus des mnages. Cela concerne en particulier limpt sur le revenu des personnes physiques (IRPP), la contribution sociale gnralise (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et bien sr les cotisations sociales. Il va de soit que cette dernire considration a une porte limite puisquelle conduit purement et simplement un jeu somme nulle au sein des administrations publiques et sociales14. Par ailleurs, lutilisation du RSG des fins de consommation engendrerait la collecte de taxes indirectes, en particulier la TVA. En second lieu, la mise en place du RSG rendrait caduques la majeure partie des minima sociaux et quelques prestations. Ces marges de manuvre de financement ne doivent cependant pas tre exagres. Elles ne permettraient pas, en interne , le financement dun revenu

14. Sur ce point, voir J.-M.MONNIER et C.VERcELLONE, op.cit., 2006, p.207.

MOUVEMENTS N73

printemps2013

51

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

quelques donnes, mais une recontextualisation des paramtres de la rforme. Ayant dj montr la faisabilit financire du RSG et la ncessit dune rforme fiscale de grande ampleur, le dbat risquerait dvoluer vers une discussion technique des dispositifs fiscaux proposs. Cest pourquoi nous pensons quil serait mme contreproductif de prciser de manire trop dtaille un ensemble de rformes cl en main, avec le risque de dvier le dbat dun plan politique gnral vers la dimension technique de la transformation de la fiscalit. Malheureusement, le temps du dbat sur le RSG na pas encore atteint une maturit sociale et politique telles pour pouvoir le dvelopper dans ces termes techniques sans ambiguts et avec le risque bien connu de lUtopie prconfectionne dj dnonc par Marx. Les grandes lignes du projet de rforme du systme fiscal et, en mme temps, du mode de rpartition que nous projetons, peuvent cependant tre synthtises en quelques orientations fondamentales: restaurer un systme fiscal fortement progressif et redistributif;  recapter lavantage du salaire socialis ce que la monte en puissance de la rente, sous ses diffrentes formes, capture aujourdhui en faisant dsormais du salaire socialis ce qui reste aprs avoir pay les profits et les rentes;  adapter le systme fiscal aux mutations du nouveau capitalisme afin de favoriser lessor de formes de coopration non marchande et le potentiel dmancipation inscrit dans une conomie fonde sur le rle moteur du savoir et de sa diffusion.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Un revenu pour exister

3. La rforme du systme fiscal Comme nous lavons soulign, le financement par prlvements du RSG suppose galement une rforme de grande ampleur du systme fiscal. La rforme du systme de prlvement que nous envisageons ne consiste pas simplement trouver un financement une prestation nouvelle, ce qui correspond Outre le retour sur les mesures au positionnement mthodoloqui depuis plus de 20ans ont gique standard dans lequel le nettement amoindri la capacit lien de causalit sentend dans le sens dpenses-recettes. Il faut pludu systme fiscal financer les tt considrer quil existe un lien dpenses publiques et rduire mthodologique entre les reslesingalits de revenu, il convient sources de ltat-providence et la nature de celui-ci, ce qui inverse de le rformer profondment. le lien de causalit. Cest la raison pour laquelle, outre le retour sur les mesures qui depuis plus de 20 ans, ont nettement amoindri la capacit du systme fiscal financer les dpenses publiques et rduire les ingalits de revenu, il convient de le rformer profondment. Au-del il faut non seulement adapter le systme fiscal aux mutations du capitalisme et de lconomie fonde sur la connaissance, mais aussi librer celle-ci des nouvelles cltures du capitalisme cognitif. Dans lespace ncessairement rduit de cette contribution, il nest pas 15. J.M.KEyNES, Thorie possible de dtailler les diffrentes mesures qui peuvent tre envisages. gnrale de lemploi, Cependant les grands axes peuvent tre indiqus. Il sagirait tout dabord de lintrt et de la de revenir sur les allgements de charges consentis depuis le dbut des monnaie, Payot, Paris, 1936, p.172. annes 1990. Au-del, une rforme de la fiscalit du capital et des flux financiers doit tre mene. Elle comporterait notamment une taxe Keynes 16. J.TObIN, Tax the et une taxe Tobin. Dans lesprit de Keynes, il sagissait dinstaurer une speculators, in Retour taxe portant sur les transactions financires constitutives de la prdomisur la taxe Tobin, nance de la spculation sur lentreprise15. La taxe Tobin16 qui en est le ditions Confluences, Bordeaux, 1992, prolongement, devrait porter sur les oprations dachat et de vente de p.45-48. devises. Enfin, de nouveaux instruments fiscaux devraient tre envisags. Nous pensons ici notamment la mise en uvre dune taxation du 17. L.SOETE et K.KamP, commerce lectronique (bit tax) thorise par Luc Soete et Karin Kamp17, The BIT TAX: the case for further mais aussi une vritable fiscalit environnementale. cela pourrait research, Science and sajouter une fiscalit des brevets et une surtaxation sur les brevets dorPublic Policy, vol.23, mants. Celle-ci, en plus des ressources quelle rapporterait, inciterait un n6, dcembre1996, p.353-360. moindre recours ce mcanisme de privatisation de la connaissance dont
52

MOUVEMENTS N73

printemps2013

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

inconditionnel substantiel: il nexiste pas de trsor cach dans lequel il suffirait de puiser. De fait, la proposition de RSG comme lment central de la reconfiguration de ltat-providence appelle remettre en cause le systme de prlvements. Par ailleurs, la redistribution des revenus dpend galement du profil de la distribution primaire, du systme de transferts positifs et du systme de prlvements.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire

la croissance exceptionnelle est alle de pair avec une dtrioration de la qualit de ces mmes brevets. 4. Faut-il exonrer le RSG?
Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

Lide a t formule dexonrer le RSG dimpt sur le revenu, intgralement, ou en de dun certain niveau de ressources. La justification viendrait du fait quen tant que nouvelle dimension du Welfare, il conviendrait dexempter les plus mal lotis du fardeau fiscal de cette nouvelle prestation. Notre conception du RSG la fois comme nouvelle forme de revenu primaire et comme lment dterminant dans la transition vers le capitalisme cognitif nous amne rejeter cette proposition. Celle-ci nest rien dautre que la consquence dune conception du RSG comme allocation universelle reposant sur une lgitimit thique et redistributive. Elle rompt avec la conception du RSG la fois comme salaire social et comme nouvelle forme de revenu primaire, inconditionnel par nature. Enfin, la fiscalisation du RSG par limpt sur le revenu participe de cette recherche dune politique de forte rduction des ingalits que nous voquions plus haut, en raison de la progressivit du barme de ce prlvement. Larchitecture globale de la proposition de RSG et du financement suggr vise en effet une transformation du mode de rpartition. Cependant limpact redistributif global est a priori difficile dterminer de manire prcise. On sait toutefois que la rduction dingalit induite par un prlvement dpend de trois facteurs jouant conjointement: lingalit de la distribution primaire, la progressivit du prlvement et le taux moyen de prlvement18. Ceci vaut pour tout transfert, quil soit positif ou ngatif. Les travaux rcents portant sur le systme fiscal franais montrent quil est progressif pour la moiti la moins aise des mnages, proportionnel pour les 40% suivants et quil devient rgressif au-del voire trs rgressif pour la fraction la plus favorise. Sa redistributivit est peu importante, mais le systme de transferts positifs (allocations chmage, prestations familiales, etc.) est pour sa part nettement redistributif. Depuis, les rformes adoptes avec la loi de finances pour 2013 ont probablement amlior le profil du systme fiscal. Lintroduction du RSG prenant la forme dun revenu de base forfaitaire soumis aux prlvements fiscaux et sociaux, et en particulier au barme progressif de limpt sur le revenu changerait aussi la donne. Elle accentuerait la progresssivit et la redistributivit globale du systme de transferts. Mais il faut ajouter que les modifications proposes du systme fiscal sont galement de nature accrotre cette redistributivit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Universit de Lille 3 - - 83.156.163.150 - 14/02/2014 10h02. © La Dcouverte

18. La progressivit dsigne la structure du prlvement cest--dire la rpartition dun euro de prlvement entre les mnages ou les individus classs selon leur position dans la hirarchie des revenus. On peut tudier ainsi la progressivit dun impt comme dun systme fiscal, dallocations etc. Par taux moyen de prlvement (de transfert) on entend le rapport entre le montant pay (reu) et lassiette imposable.

MOUVEMENTS N73

printemps2013

53