Vous êtes sur la page 1sur 16

4 choual 1436 - lundi 20 Juillet 2015 - n°15493 - nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issn 1111-0287

- nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issn 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

NeUf soLdaTs TUÉs eT deUx aUTres bLessÉs daNs UNe aTTaqUe TerrorisTe à aïN defLa

Vaste opération de recherche de l’ANP

Réunion de Haut niveau algéRo-espagnole

Booster davantage la coopération économique

P. 3

éducation nationale

la coopération économique P. 3 éducation nationale ◗ La Tunisie condamne l’attaque terroriste : « Un
◗ La Tunisie condamne l’attaque terroriste : « Un acte odieux contraire aux nobles valeurs
◗ La Tunisie condamne
l’attaque terroriste : « Un
acte odieux contraire aux
nobles valeurs
de l’islam »
◗ L’Égypte exprime sa
solidarité totale avec le
gouvernement
et le peuple algériens frères
◗ La classe politique
unanime à dénoncer un
acte de barbarie

Le baccalauréat sujet

à de nouvelles mesures

P. 5

conféRence inteRnationale suR la lutte contRe eBola à MalaBo

inteRnationale suR la lutte contRe eBola à MalaBo Identifier les mesures à prendre pour la mise
inteRnationale suR la lutte contRe eBola à MalaBo Identifier les mesures à prendre pour la mise

Identifier les mesures

à prendre pour

la mise en place de systèmes robustes

fermeture de cliniques privées :

les premières sanctions tombent

P. 6

M. Mongi HaMdi, RepRésentant spécial du secRétaiRe généRal des nations unies, cHef de la MinusMa, à EL MOUDJAHID :

« J’envisage les prochaines étapes avec plus d’optimisme »

les prochaines étapes avec plus d’optimisme » P. 10 incidents de gHaRdaïa Aides pour la réhabilitation

P. 10

incidents de gHaRdaïa

Aides pour la réhabilitation des habitations et des locaux commerciaux

P. 24

Neuf soldats ont été tués et deux autres blessés, vendredi dernier, par un groupe terroriste à Souk El- Attaf, dans la wilaya d’Aïn Defla, a indiqué, hier, le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. «Suite à une opération de recherche et de ratissage dans la localité de Djebel Elouh à Souk El-Attaf, wilaya d’Aïn Defla, 1 re Région militaire, un détachement de l’Armée nationale populaire a été ciblé, le 17 juillet 2015 à 19h, par un groupe terroriste. Les éléments de l’ANP ont aussitôt procédé au bouclage de la zone et ont déclenché une grande opération de ratissage.»

P. 4

allÈgeMent des déMaRcHes adMinistRatives

allÈgeMent des déMaRcHes adMinistRatives Le citoyen dispensé de fournir les documents contenus dans le registre

Le citoyen dispensé de fournir les documents contenus dans le registre national automatisé de l’état civil

P. 3

écRituRe de l’HistoiRe

de l’état civil P. 3 écRituRe de l’HistoiRe Des historiens plaident pour l’ouverture des archives de

Des historiens plaident pour l’ouverture des archives de la Révolution du 1 er Novembre

P. 5

sécuRité sanitaiRe des aliMents

1 e r Novembre P. 5 sécuRité sanitaiRe des aliMents Les vétérinaires plaident pour un contrôle

Les vétérinaires plaident pour un contrôle en amont

un enfant de 11 ans, troisième victime du botulisme au cHu de Batna

P. 12

en veRtu d’un nouveau décRet puBlié au JOURNAL OFFICIEL n° 37

Les éléments constitutifs du SNMG prennent effet depuis janvier 2015

P. 9

2

2 EL MOUDJAHID MÉTÉO M. Nouri à Tipasa Le ministre des Ressources en eau et CHAUD

EL MOUDJAHID

MÉTÉO M. Nouri à Tipasa Le ministre des Ressources en eau et CHAUD DEMAIN À
MÉTÉO
M. Nouri à Tipasa
Le ministre des Ressources en eau et
CHAUD
DEMAIN À 10H
de l’Environnement,
M. Abdelouahab
Anniversaire de la création de la police algérienne
et sa relation avec la société civile
Nouri, effectuera aujourd’hui une visite
de travail et d’inspection dans la wilaya
de Tipasa.
Installation du comité national Climat
Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement,
M. Abdelouahab Nouri, procédera, demain à partir de 10h au
siège du ministère, à l’installation officielle du comité natio-
nal climat.
Au Nord, le temps sera dégagé et chaud,
avec des températures élevées.
Les vents seront faibles.
Le Forum de la
Mémoire d’El Moud-
jahid, initié en
coordination avec
l’association Machaâl
Echahid et la DGSN,
organise, à l’occasion
du 53 e anniversaire de
la création de la police
algérienne, une confé-
rence intitulée «L’an-
niversaire de la création de la police algérienne et sa relation avec
la société civile». À cette occasion, un hommage sera rendu au
contrôleur de police Salah Nouasri, chef de la sûreté de wilaya
d’Oran, à l’occasion de l'obtention du prix du meilleur policier
arabe.
DEMAIN À 10H AU MINISTÈRE
DES RESSOURCES EN EAU
M. Mihoubi à Djelfa
Le
ministre
de
la
Culture,
M.
Azzedine
Mihoubi,
accompagné
Sur les régions Sud, le temps sera chaud,
avec des températures très élevées dépassant
les 35° C et des vents faibles.
d’une délégation de cadres du secteur, ef-
fectue, aujourd’hui, une visite de travail
et d’inspection
au cours
de laquelle
il
s’enquerra de l’état d’avancement de plu-
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
FORMATION ET ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS
sieurs projets culturels.
Alger (33 - 19°), Annaba (31° - 21°), Bé-
Inscriptions des nouveaux bacheliers
char (40 - 28°), Biskra (43° - 28°), Constan-
tine
Le ministère de la
(36° -
19°), Djelfa (35° -
20°), Ghardaïa
(39° - 27°), Oran (33° - 22°), Sétif (36° -
CE MATIN À 10H AU MINISTÈRE
DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
18°), Tamanrasset (37°-
24°), Tlemcen (37°
Point de presse
- 19°).

LE 22 JUILLET À 14H À L’HÔTEL SAFIR

Cérémonie de sortie de la 21 e promotion des classes d’alphabétisation

À l’occasion de la clôture de l'année scolaire pour les classes d'alphabéti- sation, une cérémo- nie aura lieu le 22 juillet à 14h, à l’hô- tel Safir.

pour les classes d'alphabéti- sation, une cérémo- nie aura lieu le 22 juillet à 14h, à

JEUDI 23 JUILLET À 18H

Concours mondial de cuisine coréenne en Algérie

À 18H Concours mondial de cuisine coréenne en Algérie L’ambassade de la République de Corée lance,

L’ambassade de la République de Corée lance, le 23 juillet de 18h à 20h, à la résidence de l’ambassadeur, la première édition de la fête et du concours de cuisine coréenne tradition- nelle, avec démonstration culinaire et dégusta- tion, en présence de grands chefs algériens.

LES 22 ET 23 JUILLET À L’HÔTEL SHERATON

« La question de la déradicalisation et la lutte contre l’extrémisme violent »

Le ministère des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe organise une conférence internationale sur la question de la déradicalisation et de la lutte contre l’ex- trémisme violent.

Formation et de l’En- seignement profes- sionnels informe que les inscriptions sont ouvertes au niveau

Formation et de l’En- seignement profes- sionnels informe que les inscriptions sont ouvertes au niveau de tous les établisse- ments de formation, du 14 juin au 17 sep- tembre, on line :

«www.mfep.gov.dz». Les journées de sélec- tion et d’orientation sont fixées aux 22, 23 et 24 septembre. La rentrée officielle est fixée au 27 septembre.

AUJOURD’HUI À L’ESPLANADE DE RIADH EL-FETH Initiation à la bande dessinée Le festival interna- tional
AUJOURD’HUI
À L’ESPLANADE DE RIADH EL-FETH
Initiation à la bande dessinée
Le festival interna-
tional de la bande des-
sinée d’Alger
organise, pour la 7 e
année consécutive, des
formations d’initia-
tion à la bande dessi-
née pour la jeune
génération à partir de
14 ans, et ce à compter
d’aujourd’hui au ni-
veau du grand chapi-
teau situé sur
l’esplanade de Riadh El-Feth. Les inscriptions se feront sur le
site officiel du Fibda «www.bdalger.net».

JEUDI 23 JUILLET À 9H AU SIÈGE DE L’ANBT

Campagne de sensibilisation contre les noyades dans les barrages

Dans le cadre de la cam- pagne de sensibilisation contre les noyades dans les barrages, qui sera officiellement lancée par l’Agence nationale des barrages et transferts, sous tu- telle du ministère des Res- sources en eau et de l’Environnement, jeudi 23 juillet au barrage de Boukour- dane, wilaya de Tipasa , des panneaux portant le message «Baignade dangereuses et interdite» seront implantés par des enfants du personnel de l’ANBT et des Scouts musulmans de la wilaya.

personnel de l’ANBT et des Scouts musulmans de la wilaya. DU 25 AU 27 JUILLET À

DU 25 AU 27 JUILLET À JIJEL

« De la toponymie algérienne : du local au national »

Le Haut-Commissariat à l’amazighité organise, en partenariat avec le ministère de la Culture et la wilaya de Jijel, son deuxième colloque sur le thème générique : «De la toponymie algérienne : du local au na- tional», à la Cité administrative.

AGENDA CULTUREL JEUDI 23 JUILLET À 20H À LA BASILIQUE NOTRE-DAME D’AFRIQUE Premier concert d’orgue
AGENDA CULTUREL
JEUDI 23 JUILLET À 20H À LA BASILIQUE
NOTRE-DAME D’AFRIQUE
Premier concert d’orgue et chant lyrique à Alger
Le premier concert d’orgue et chant lyrique en 2015 à Alger, avec
Amélia Jardon, mezzo-soprano et Julie Mossay, soprano,
accompagnées de Daniel Thonnard, pianiste et organiste, aura lieu
jeudi 23 juillet à 20h, à la Basilique Notre-Dame d’Afrique.

Dans le cadre de l’organisation de la Conférence internatio- nale sur l’extrémisme violent et sur la dé-radicalisation, à Alger les 22 et 23 juillet, un point de presse se tiendra, ce matin à 10h, au siège du ministère des Affaires étrangères.

ACTIVITÉS DES PARTIS

CET APRÈS-MIDI À 13H

TAJ : rencontre avec les militants

Une rencontre du président du parti TAJ, M. Amar Ghoul, avec les militants, à l'occasion de l'Aïd-el-Fitr, se tiendra, cet après-midi à partir de 13h au siège na- tional du parti à Dély Ibrahim.

de 13h au siège na- tional du parti à Dély Ibrahim. DEMAIN À 10H30 AU CRASC

DEMAIN À 10H30 AU CRASC

« Arts et mutations sociales »

Le P r Hadj Miliani, responsable de l’équipe de recherche / CRASC : «Patrimoine, pratique culturelles et artistiques en mou- vement», présentera, demain à 10h30 au siège du CRASC, une restitution du workshop du comité de pilotage du projet d’ob- servatoire méditerranéen «Arts et mutations sociales».

DU 23 JUILLET AU 9 AOÛT À BOUMERDÈS Université d’été des cadres du Front Polisario
DU 23 JUILLET AU 9 AOÛT
À BOUMERDÈS
Université d’été des cadres
du Front Polisario et de la RASD
L’ a m b a s -
sade de la Ré-
publique arabe
sahraouie
dé-
mocratique en
Algérie,
et
le
Comité natio-
nal algérien de
solidarité avec
le peuple sah-
r a
o
u
i
(CNASPS) or-
ganisent, du 23
juillet
au
9
août, l’univer-
sité
d’été
des
cadres du Front
Polisario et de la RASD.
La cérémonie d’ouverture se déroulera samedi 25 juillet
à 10h, à la grande salle des conférences de l’université de
Boumerdès.
Appel au don de sang La Fédération algérienne des donneurs de sang, en collabora- tion
Appel au don de sang
La Fédération algérienne des
donneurs de sang, en collabora-
tion avec le ministère de la Santé,
de la Population et de la Réforme
hospitalière, l’Agence nationale
du
sang et le ministère des Af-
faires religieuses et des Wakfs,
lance un appel à l’ensemble de la
population âgée de dix-huit à
soixante cinq ans et en bonne
santé afin d’offrir un peu de son
sang.

N

ation

3

EL MOUDJAHID

ALLÈGEMENT DES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

Le citoyen dispensé de fournir les documents contenus dans le registre national automatisé de l’état civil

Le citoyen est désormais dispensé de l’obligation de fournir des documents d’état civil, tels que les extraits d’acte de naissance, de mariage et de décès qui sont contenus dans le registre national automatisé de l’état civil, a indiqué, hier, un communiqué du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales.

E n exécution des instructions du Président de la Répu- blique, relatives à la réhabilitation du service public et à l’allègement des dossiers et des procédures administra-

tives, le gouvernement a approuvé, lors de sa réunion de mer- credi dernier, le projet de décret exécutif dispensant le citoyen de la présentation des documents d’état civil contenus dans le registre national automatisé de l’état civil, précise le communi- qué du ministère. Ce décret fait obligation aux wilayas, daïras, communes, mi- nistères et administrations publiques y relevant «de ne plus exi- ger, à l’avenir, du citoyen la présentation de documents d’état civil, tels que les extraits d’actes de naissance, de mariage et de décès, et ce grâce à leur accès facilité aux données contenues dans le registre national automatisé de l’état civil qu’abrite le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales», ajoute la même source. Dans une première phase, la connexion à ce re-

source. Dans une première phase, la connexion à ce re- gistre a été réalisée au profit

gistre a été réalisée au profit des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de l’Éducation natio- nale et de l’Enseignement et de la Formation professionnels à l’effet de faire bénéficier, à l’occasion de la prochaine rentrée scolaire et sociale notamment, des millions d’élèves, d’étudiants et de stagiaires de cette mesure. Cette mesure sera étendue progressivement aux autres sec- teurs concernés, en particulier ceux connus pour l’intensité de leurs relations quotidiennes avec le citoyen, selon la même source. Initiée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, cette opération «vise à activer tous les mécanismes mo- dernes pour la concrétisation de l’administration électronique (e- administration) et de contribuer, par là même, à l’allègement des dossiers demandés au citoyen, de lui faciliter les démarches quo- tidiennes et d’améliorer l’efficacité et l’efficience de l’action des administrations publiques», précise le communiqué.

RÉUNION DE HAUT NIVEAU ALGÉRO-ESPAGNOLE

Booster davantage la coopération économique

Booster davantage la coopération économique 25% des exportations algériennes en gaz vont vers

25% des exportations algériennes en gaz vont vers l’Espagne. En 2014, 445 entreprises et opérateurs écono- miques espagnols ont été recensés sur le marché algérien, contre 176 en 2009. Elles activent, notamment, dans les services, la construction, les infrastructures, l’énergie et les tra- vaux publics. Les réunions de haut niveau entre les deux pays ont été instituées par le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération, signé par les deux pays en octobre 2002, à l’occasion de la visite d’État en Espagne du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika. Le Traité définit les grands axes de la coopération politique, économique, scientifique et culturelle entre les deux pays. En vertu de cet accord, la réunion de haut niveau se tient alternative- ment en Espagne et en Algérie. La 5 e réunion, qui s’était tenue à Alger le 10 janvier 2013, a été sanctionnée par la signature d’accords et de mé- morandums relatifs à la coopération industrielle et la promotion du par- tenariat, la coopération énergétique, la facilitation d’attribution de visas et la coopération culturelle. Un ac- cord administratif relatif à la coopé- ration dans les domaines scientifique, technologique et de la Protection civile a également été signé lors de cette réunion, ainsi que d’autres accords liés aux domaines du logement et de la construction.

Forum à Madrid pour un nouvel élan du partenariat économique L’Algérie et l’Espagne tiendront, aujourd’hui à Madrid, un forum éco- nomique centré sur le partenariat in- dustriel censé donner un nouvel élan aux relations économiques bilaté- rales. Cette rencontre, qui se tiendra dans le sillage de la sixième réunion de haut niveau entre les deux pays, prévue demain dans la capitale espa- gnole, constituera l’occasion pour

les entreprises algériennes et espa- gnoles d’aborder les possibilités de renforcer ce partenariat. Il s’agira, lors de ce forum, d’identifier davan- tage les opportunités de partenariat dans trois secteurs prioritaires : les énergies renouvelables, l’industrie agroalimentaire et la construction, selon le ministère de l’Industrie et des Mines. Le choix porté pour ces secteurs n’est pas fortuit puisqu’ils constituent, avec le secteur de l’au- tomobile, les piliers de l’économie espagnole qui en détient une expé- rience dont l’Algérie veut tirer pro- fit. C’est le cas, entre autres, des énergies renouvelables que l’Algérie s’apprête à développer à grande échelle, sachant que l’Espagne pos- sède le quatrième parc éolien le plus important au monde, derrière la Chine, les États-Unis et l’Alle- magne. Trois réunions sont prévues pour présenter les possibilités de partenariat dans ces différents sec- teurs, tandis qu’une autre rencontre sera tenue entre le Forum des chefs d’entreprises (FCE) et la Confédéra- tion espagnole des entreprises, la plus importante organisation patro- nale d’Espagne. L’objectif pour l’Al- gérie est aussi de mettre en place des projets communs avec les nouveaux groupes industriels publics natio- naux, issus de la restructuration du secteur public marchand, opérée en février dernier, avait déjà avancé, en avril dernier, le ministre de l’Indus- trie et des Mines, M. Abdesselam Bouchouareb, lors de sa rencontre, à Alger, avec le ministre espagnol de l’Industrie, de l’Énergie, et du Tou- risme, Jose Manuel Soria Lopez. En 2014, L’Algérie et l’Espagne avaient entamé les discussions sur cinq pro- jets de partenariat industriel, dont l’un porte sur la réalisation d’une unité industrielle de logements. Ces projets s’ajouteront, une fois concré- tisés, à d’autres partenariats mis en œuvre avec des entreprises espa- gnoles, considérées comme des réus-

sites, à l’instar de celui de Fertiberia avec le groupe Sonatrach qui sont partenaires dans deux usines de pro- duction de fertilisants en Algérie ou de ceux de Gallina Blanca, Dulcesol et Europactor.

L’investissement espagnol en deçà des attentes Comparé au volume des échanges commerciaux, l’investisse- ment espagnol en Algérie reste bien en deçà des attentes, notamment dans le domaine de l’Industrie qui intéresse le gouvernement dans cette phase de transition économique. Ce constat fut établi par le FCE, lors du forum économique algéro-espagnol tenu l’année dernière à Alger. Cette organisation patronale algérienne es- time, en effet, qu’au regard de son statut de grand partenaire commer- cial de l’Algérie, l’Espagne devrait engager un plus grand effort en ma- tière de renforcement de ses inves- tissements dans le pays. Selon les chiffres de l’ANDI, seulement 40 projets d’investissement espagnols ont été déclarés auprès de cette agence, dont 30 ont été réalisés. Pa- rallèlement, les échanges commer- ciaux entre les deux pays sont restés importants, ces dernières années. Selon les dernières statistiques du CNIS, l’Algérie a exporté vers l’Es- pagne pour 9,5 milliards (mds) de dollars en 2014 (contre 10,1 mds de dollars en 2013) et en a importé pour 5,03 mds de dollars (contre 5,1 mds de dollars en 2013). Durant les cinq premiers mois de 2015, les exporta- tions de l’Algérie vers ce pays ont atteint 2,7 mds de dollars, contre 4,01 mds de dollars durant la même période de 2014. Même si la balance commerciale reste excédentaire en faveur de l’Algérie, ces chiffres font ressortir, cependant, un fléchisse- ment des importations espagnoles résultant essentiellement de la baisse des prix et des quantités du gaz sur le marché européen, aggravée par

La 6 e réunion de haut niveau al- géro-espagnole, prévue demain à Madrid, sera l’occasion de booster davantage la coopération économi- queentre les deux pays, déjà «dense et diversifiée». Lors de cette réu- nion, les deux parties examineront les relations bilatérales, notamment au plan économique, et des ques- tions régionales et internationales d’intérêt commun, particulièrement la lutte contre le terrorisme, a indi- qué une source diplomatique à l’APS. Il s’agira également d’éva- luer l’application des recommanda- tions prises lors de la 5 e réunion, tenue à Alger en janvier 2013. Le 6 e sommet sera sanctionné par la signature de neuf accords dans di- vers domaines, notamment la jeu- nesse, l’agriculture, le développement rural et l’élevage, la pêche et l’aquaculture, l’enseigne- ment supérieur, l’éducation, la santé, le transport et les archives, a précisé la même source. Un calendrier des activités sportives sera défini par les deux parties, visant à cibler certaines actions à court terme, en application d’un mémorandum d’entente signé en 2013. Ces accords viendront ren- forcer davantage les relations bilaté- rales et donneront une impulsion nouvelle à la coopération dans tous les domaines, notamment la promo- tion de l’investissement. Par ailleurs, la même source a relevé «l’excel- lence» des relations politiques entre Alger et Madrid, marquées, ces der- nières années, par un échange régu- lier de visites entre les responsables des deux pays. Depuis 2014, plusieurs hauts res- ponsables algériens ont effectué des visites en Espagne, dont le ministre d’État, ministre des Affaires étran- gères et de la Coopération interna- tionale, Ramtane Lamamra, et le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messa- hel. «La relation entre Alger et Ma- drid est dense, diversifiée et multiforme. Son socle est la coopé- ration énergétique, mais un partena- riat économique s’est développé ces dernières années», a noté la même source. Au plan commercial, l’Es- pagne est «l’un de nos premiers par- tenaires, il a été notre premier client pour l’année 2013 et 2014, et notre quatrième fournisseur», selon la source diplomatique. Le volume glo- bal des échanges commerciaux entre l’Algérie et l’Espagne pour l’année 2014 a atteint 14,7 milliards de dol- lars, dont 9,7 milliards de dollars en exportation. Ces échanges étaient de 4 milliards de dollars en 2004. Pour les exportations, l’Espagne repré- sente 15% des exportations algé- riennes à l’étranger. L’Algérie, premier fournisseur de l’Espagne en gaz naturel pour 2014, a couvert 55,2% des besoins espagnols en gaz.

une demande gazière européenne morose. Les exportations algé- riennes du gaz, de pétrole et des pro- duits énergétiques vers l’Espagne ont, ainsi, chuté à 9,1 mds de dollars en 2014, après avoir atteint 9,8 mds de dollars en 2013, soit une perte de 700 millions de dollars en une année. Cette baisse s’est poursuivie tout au long des cinq premiers mois de 2015, accentuant des pertes pour plus de 1,4 milliard de dollars pour ce groupe de produits dont les ex- portations se sont établies à 2,5 mds de dollars après avoir atteint 3,9 mds de dollars durant la même période de 2014. Les ventes de gaz vers l’Es- pagne ont représenté, en 2014, la moitié de la valeur des exportations algériennes vers ce pays.

Coopération énergétique :

cap sur le gaz

L’Espagne reste, selon les obser- vateurs, «une île énergétique» du fait qu’elle ne soit pas suffisamment connectée à la France aussi bien pour l’électricité que pour le gaz. L’idée chère à Madrid est de renfor- cer les connexions gazières avec la France pour pouvoir transporter du gaz algérien vers le reste de l’Eu- rope. C’est dans cet objectif qu’elle

a institué, en juin dernier, avec la Commission européenne, la France

et le Portugal, un groupe de travail

de haut niveau pour faire tomber les

barrières sur le marché européen de l’énergie, dans le cadre de la mise en œuvre du projet de «l’union de l’énergie» qui vise à réduire la dé- pendance de l’UE du gaz russe. Un tel projet «ouvrira des perspectives au gaz algérien», confie à l’APS une source proche du dossier, mais qui sera conditionné par la partie algé- rienne, par «un prix juste» en mesure d’amortir les investissements lourds consentis par l’Algérie dans ce sec- teur. Reliée à l’Espagne via deux ga- zoducs, le Medgaz et le gazoduc Maghreb-Europe (GME), l’Algérie est en mesure d’augmenter ses quan- tités de gaz exportables, ajoute la même source qui relève, toutefois, la contradiction dans les politiques énergétiques des pays européens qui demandent aux fournisseurs d’aug- menter leurs livraisons, alors qu’ils encouragent à outrance la consom- mation du charbon. «Ils veulent un prix de gaz indexé au charbon et nous défendons un prix indexé au pétrole», précise la même source. Des analystes énergétiques, cités ré- cemment par le Financial Times, ont avancé que l’Algérie a exporté, en 2013, un volume de 25 milliards de

m 3 de gaz en dépit de ses capacités en gazoducs et en GNL qui avoisi- nent les 57 milliards de m 3 par an. Ce qui permet au pays, affirment-ils, d’augmenter ses livraisons au conti- nent européen, son marché tradition- nel par excellence.

Lundi 20 Juillet 2015

N ation

4

EL MOUDJAHID

NEuf SOLDAtS tuéS Et DEux AutRES bLESSéS DANS uNE AttAquE tERRORiStE àAïN DEfLA

Vaste opération de recherche de l’ANP

N euf soldats ont été tués et deux autres blessés, vendredi dernier, par un groupe terroriste, à Souk El-Attaf dans la wilaya

d’Aïn Defla, a indiqué hier le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communi- qué. «Suite à une opération de recherche et de ratissage dans la localité de Djebel Elouh à Souk El-Attaf, wilaya d’Aïn Defla, 1 re Région militaire, un détachement de l’Armée nationale populaire a été ciblé, le 17 juillet 2015 à 19h, par un groupe terroriste. On déplore le décès en martyr de neuf soldats et la blessure de deux au-

décès en martyr de neuf soldats et la blessure de deux au- tres», précise le MDN.

tres», précise le MDN. «Les éléments de l’ANP ont aussitôt procédé au bouclage de la zone et ont déclenché une grande opération de ratissage pour débusquer ces criminels et les abattre», ajoute la même source. Ce genre d’actes criminels, qui «survient suite aux lourdes pertes subies par les groupes terroristes, ces derniers mois, ne fait que renfor- cer la volonté et la détermination des éléments de l’Armée Nationale Populaire à neutraliser les résidus de ces criminels», souligne la même source.

Hommage aux victimes du devoir

ans. Moins d’une semaine avant cette attaque d’El Attaf, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) avait clôturé des visites sur le terrain, effectuées dans différentes Régions militaires durant le mois de Ramadan, par une vive recommandation prononcée au niveau de la 1 re Région militaire :

« L’instauration de la sécurité dans le pays et la lutte contre les résidus du terrorisme, requièrent une vigilance permanente.» Que retenir du décès de neuf soldats tombés au champ d’honneur en ce jour de l’Aïd el Fitr ? Sitôt l’information tombée, les réseaux sociaux ont été pris d’assaut pour exprimer une indignation nationale contre cet acte, un hommage de millions d’anonymes algériens aux militaires martyrs du devoir et une solidarité sans faille envers ces femmes et ces hommes mobilisés en permanence contre ce fléau. Que retenir du décès de neuf soldats tombés au champ d’honneur en ce jour de l’Aïd el Fitr ? Un danger permanent de groupes de nuisance qui, malgré leurs rivalités internes, poursuivent le même objectif concernant l’Algérie. Les récents coups portés aux groupes terroristes par les éléments combinés de l’ANP et des forces de sécurité qui ont décimé

l Q

ue retenir du décès de neuf soldats tombés au champ

d’honneur le jour de l’Aïd el Fitr, jour de fête pour les

des noyaux radicaux, dans le Centre notamment, les communiqués du ministère de la Défense qui ponctuent régulièrement ces opérations sur le terrain, le bilan officiel qui fait état de 102 terroristes mis hors d’état de nuire durant le premier semestre de l’année en cours, montrent que ce sont les forces institutionnelles qui ont l’initiative sur le terrain réduisant du même coup et dans l’espace et dans le temps la capacité de nuisance des terroristes. Le danger est, certes, présent, latent. Mais pour les millions d’Algériens, le ramadhan s’est déroulé comme il se doit d’être : en paix. Et ceci grâce aux forces militaires du pays. Les forces de l’ANP avaient éliminé 25 terroristes en l’espace de 24 heures dans une opération d’envergure menée avec professionnalisme à la suite d’un minutieux travail de renseignement et de ratissage qui a resserré l’étau sur eux et limité leur déplacement. Il en sera de même à Ain Defla et sur l’ensemble du territoire national où l’ANP « se prépare, avec rigueur et efficacité, à poursuivre les opérations destinées à éradiquer ce phénomène sur tout le territoire national, assurant ainsi la préservation de la patrie, sa sécurité, sa stabilité et son développement. » Mohamed Koursi

enfants, de piété et de pardon pour les adultes, de solidarité et de partage pour ne pas oublier ceux que la vie éprouve par la maladie, le handicap, la solitude ou tout autre difficulté et épreuve ? D’abord la présence sur le terrain des opérations de militaires et des forces de l’ordre mobilisés pour que tous les Algériens puissent passer dans des conditions festives et de retrouvailles les fêtes de l’Aïd. Leur martyr vient nous rappeler la persistance de ce danger permanent qui menace l’existence de l’Algérien, la stabilité de ses institutions et la sécurité de son pays. Il nous rappelle aussi que des Algériens dans l’ombre, loin des feux de l’actualité, sacrifient leurs journées les plus précieuses, à leur échelle personnelle ou familiale, pour la sécurité de leur patrie. Que retenir du décès de neuf soldats tombés au champ d’honneur en ce jour de l’Aïd el Fitr ? Le timing. Le terrorisme n’a pas de religion puisqu’il sème la mort le jour même censé résumer la quintessence d’un mois de piété à nul autre pareil. Tel l’hydre, il n’a pas de conscience du temps et frappe à tout moment et en tous lieux, jour de fête religieuse, dans une mosquée ou dans un cimetière, comme un

1 er novembre 1994, tuant une dizaine d’enfants de moins de 10

La classe politique unanime à dénoncer un acte de barbarie

Plusieurs partis politiques ont exprimé leur in- dignation face à cette attaque criminelle ayant coûté la vie à 9 soldats de l’ANP et blessé deux autres, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN) rendu public hier. «C’est un crime odieux», martèle Saïd bouhadja, cadre au front de libération nationale. «Les cri- minels auteurs de ce forfait en pleine fête de l’Aïd-el-fitr cherchaient surtout à avoir un impact médiatique, tant il est indéniable que leur force de nuisance a été considérablement affaiblie par de multiples frappes assénées par les services de sé- curité, les forces de l’ANP en particulier. Au fLN, nous dénonçons énergiquement cet attentat, nous saluons la mémoire des victimes, les martyrs du devoir de l’ANP, institution à laquelle nous expri- mons notre solidarité pleine et entière. Nous ap- pelons aussi à plus de sensibilisation des Algériennes et des Algériens pour en finir avec le fléau du terrorisme», a-t-il ajouté. Pour le Ras- semblement national démocratique, l’attentat d’Aïn Defla relève d’un «acte de barbarie», af- firme Seddik Chihab, chargé de communication du parti. il salue la mémoire des soldats assassinés et réitère le «soutien inconditionnel et indéfectible du RND à la lutte antiterroriste menée par les forces de sécurité». Seddik Chihab appelle aussi à la vigilance et

au renforcement du front intérieur pour faire face au terrorisme. «bien que nous soyons en guerre ouverte contre ce fléau et que nous ayons montré notre disponibilité à éradiquer ce mal, je pense qu’aujourd’hui, le terrorisme a pris une dimension transnationale qui exige de nous tous de renforcer notre front intérieur afin de mieux préserver notre cohésion, notre intégrité territoriale et notre sta- bilité retrouvée, grâce à la réconciliation nationale initiée par le Président de la République», dit-il. il avertit que l’attentat d’Aïn Defla intervienne «dans le sillage d’une multitude de pressions qui sont conjuguées au terrorisme et qui visent à por- ter atteinte à l’Algérie, par son poids important dans la région». De son côté, Amara benyounès, secrétaire général du Mouvement populaire algé- rien, a dénoncé, sur son compte d’un réseau so- cial, l’attentat de vendredi dernier à Aïn Defla. «Au nom de tous les militants du MPA, et en mon nom personnel, je présente mes sincères condo- léances aux familles des victimes de cet attentat, et réitère notre engagement et notre soutien aux forces de sécurité pour leur combat jusqu’à l’éra- dication total du terrorisme», écrit-il. Pour sa part, le président du MSP, Abderrazak Mokri, a condamné l’attentat terroriste de ce week-end et rappelle la ligne politique de son parti axée «sur le rejet de la violence d’où qu’elle

provient». Dans un communiqué rendu public, le parti tajamou’e Amal El-Djazaïr condamne, lui aussi, cette attaque terroriste ayant ciblé un convoi de l’ANP. «il s’agit d’un lâche attentat perpétré par une bande terroriste dont les agissements n’ont rien à voir avec les percepts de l’islam», écrit dans son communiqué le parti d’Amar Ghoul. à l’instar des autres partis contactés, le parti tAJ présente lui aussi ses condoléances à toutes les familles des victimes et les assure de son en- tière solidarité. idem pour le ffS qui, en sus de sa condamnation avec «la plus grande fermeté» de l’attentat d’Aïn Defla, tient à présenter ses condoléances aux familles des victimes, indique Youcef Aouchich, chargé de communication du parti. Pour sa part, Djelloul Djoudi, chargé de communication du Parti des travailleurs, indique que son parti «dénonce avec vigueur ce lâche at- tentat terroriste». Le mouvement En-Nahda a condamné cet «acte terroriste lâche» qui menace «la sécurité et la stabilité du pays», appelant les autorités «à trai- ter les problèmes sociaux et politiques pour qu’ils ne soient pas utilisés pour entraîner les jeunes dans le cercle de la violence et du terrorisme». Le Parti national démocratique (PNA) a, pour sa part, condamné avec vigueur cet attentat terroriste

LuttE ANtitERRORiStE

Engagement et détermination

A Djebel Louh, haut lieu de faits d’armes, de bravoure et de martyr des moudjahidine de la glo- rieuse Armée de Libération Nationale, des élé- ments de sa digne héritière, l’Armée Nationale Populaire, ont été, le jour de l’Aïd-el-fitr, la grande fête du pardon et de la miséricorde, vic- times d’une traîtresse attaque terroriste. Neuf chouhada de l’Algérie tombés au champ d’hon- neur, ravis à la fleur de l’âge à leurs familles, à leurs compagnons d’armes alors qu’ils assumaient la plus noble des missions, défendre leur pays et sécuriser leur peuple. Djebel Louh culmine à

1.459 mètres d’altitude à l’extrême sud-est de la wilaya d’Aïn-Defla, base d’un triangle à cheval avec les deux autres wilayas limitrophes de tis- semsilt et de Médéa. une zone boisée, particuliè- rement escarpée, difficile d’accès où se terrent des groupes de criminels pris en tenaille par les djou- noud, les sous-officiers et les officiers de l’ANP avec des cantonnements et des postes avancés. C’est dans ces conditions difficiles, que les braves endurent pour traquer et pister les criminels après le succès des opérations menées plus au nord, tou- jours dans la wilaya d’Ain-Defla, dans la com-

mune montagneuse de tacheta-Zougagha. une pression terrible des forces de l’ANP dans ces zones qui a permis, selon le bilan établi durant le premier semestre de l’année en cours par le mi- nistère de la Défense nationale, de mettre hors d’état de nuire 102 terroristes, dont 66 pour la seule 1 ère Région militaire et la récupération de 150 armes de différents calibre et la destruction de 381 engins explosifs. Cette attaque meurtrière reste toutefois une vaine tentative pour desserrer l’étau sécuritaire, note une source. Mais comme l’a relevé le communiqué du ministère de la Dé-

«lâche», soulignant «son soutien indéfectible à l’ANP dans son combat contre le terrorisme». Le PNA a appelé tout un chacun «à assumer ses res- ponsabilités et à placer l’intérêt de la nation au

dessus de toute autre considération pour faire face au terrorisme». De son côté, le front national algérien (fNA)

a condamné cet «attentat terroriste lâche», souli- gnant «sa solidarité avec les familles des victimes et son soutien aux forces de l’ANP». Le parti talaiou El-Houriyet a condamné éga- lement cet «acte ignoble et barbare qui ne peut susciter qu’indignation et consternation au sein de notre société», appelant la société algérienne «à

la vigilance extrême et à la mobilisation face à ce

phénomène étranger et odieux». Pour sa part, l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a condamné «cet acte bar- bare qui a visé les enfants de la nation, déterminés

à éradiquer les résidus de ceux qui sont encore as-

soiffés d’effusion du sang des innocents». L’ONM a exprimé «sa solidarité et son soutien à toutes les forces de sécurité, et à leur tête l’ANP, héritière de l’Armée de libération nationale

(ALN)».

Karim Aoudia

fense nationale : « Ce genre d’acte, qui survient suite aux lourdes pertes subies par les groupes ter- roristes ces derniers mois, ne fait que renforcer la volonté et la détermination des éléments de l’Ar- mée Nationale Populaire à neutraliser les résidus de ces criminels. » une grande opération de ratis- sage est en cours dans toute la région de Djebel Louh avec d’importants moyens, notamment aé- riens, avons-nous appris, pour traquer ce groupe criminel.

A. M. A.

AttENtAt Du PALAiS Du GOuvERNEMENt EN 2007

L’affaire rejugée par le tribunal criminel d’Alger en octobre prochain

Le procès, après cassation, de l’attentat, qui a ciblé le 11 avril 2007 le palais du Gouvernement faisant 20 morts et 222 blessés et dans lequel sont impliqués 18 individus, sera programmé lors de la deuxième session du tribunal criminel d’Alger, prévue à partir d’oc- tobre prochain, a-t-on appris dimanche auprès des avocats. Après avoir accepté le pourvoi en cassation introduit auprès de la Cour suprême par les accusés et le parquet contre le jugement criminel prononcé en mars 2012, cette affaire sera probablement program- mée lors de la prochaine session criminelle prévue en octobre pro- chain, a indiqué à l’APS M e Khenouf Hadhria, avocate agréée auprès de la Cour suprême. 18 individus, dont 9 en fuite parmi eux Abdelmalek Droukdel, sont poursuivis dans cette affaire. Seize d’entre eux ont été condamnés en mars 2012 à la peine capitale,

dont huit par contumace. Selon l’arrêt de renvoi, les mis en cause appartiennent à un groupe terroriste activant dans la région de thé- nia (w. boumerdès) relevant de l’Organisation terroriste « Al-qaïda au Maghreb islamique » (AqMi). L’attentat à l’explosif contre le palais du Gouvernement avait été perpétré simultanément avec « un autre attentat contre le siège de la sûreté urbaine de bab Ezzouar (est d’Alger), suivi d’un troisième contre le siège de la brigade de gendarmerie de bab Ezzouar. Ces deux derniers attentats avaient fait 12 morts et 131 blessés.» Selon la même source, les services de sécurité avaient « découvert le même jour (11 avril 2007) une autre voiture piégée stationnée à la rue Djenane El-Malik dans la commune de Hydra, qui a été désamorcée par la suite.» Les services de sécurité avaient arrêté les deux suspects S.A. et O.K. et réussi à

identifier « la cellule secrète qui a exécuté ces attentats, appartenant à la Katibat El-Arqam.» ils ont également réussi à identifier l’auteur de l’attentat contre le palais du Gouvernement, b.M., alias Mouad bin Djabal. Lors de son audition, S.A. a reconnu qu’il était « im- pliqué dans ces attentats », et qu’il avait adhéré à ce groupe terro- riste par l’intermédiaire de O.K. et que b.M. (le kamikaze) l’avait convaincu de recruter les autres accusés dans cette affaire. il a aussi reconnu que le terroriste G.R. l’avait chargé de filmer le siège d’in- terpol à Dar El-beida, mission qu’il avait accomplie. G.R. avait chargé également l’accusé b.H. de filmer le siège d’interpol à Alger, outre des photos satellite prises via internet, a-t-il précisé. De son côté, S.A. avait reconnu que G.R. l’avait chargé de se rendre rapidement au palais du Gouvernement pour filmer les explosions.

N

ation

5

EL MOUDJAHID

ÉduCation nationale

Le baccalauréat sujet à de nouvelles mesures

Une série de nouvelles mesures seront prises, lors de la conférence nationale de l’éducation prévue les 24 et 25 juillet.

L e ministère de l’Éducation nationale prévoit une série de mesures en vue d’amélio-

rer la qualité du système éducatif, notamment dans son volet lié à l’examen du baccalauréat. Ces me- sures seront prises à l’occasion de la tenue de la conférence nationale prévue les 24, 25 et 26 juillet cou- rant. Cette conférence qui sera consacrée à l’évaluation de l’ensei- gnement secondaire, constituera une occasion pour réviser les dis- positions de lutte contre la fraude et actualiser le dispositif de contrôle en vigueur, d’autant plus que l’actuel dispositif a montré ses limites face à l’ingéniosité des can- didats et leur accès aux nouvelles technologies de communication, qui rendent obsolètes les mesures de fouille et la surveillance vi- suelle. le département de m me

Benghebrit a annoncé l’installation d’une commission chargée d’éla- borer de nouvelles mesures pour contrecarrer les méthodes usitées par les fraudeurs et les soumettre à l’approbation de la tutelle. la mi- nistre de l’education nationale an- nonce également, des mesures «fermes» qui seront prises l’année prochaine, en prévision du bacca- lauréat 2016, pour faire face à la fraude par l’utilisation des nou- velles technologies, notamment après l’exclusion de 61 candidats fraudeurs de ces épreuves. parmi

les mesures envisagées pour la pro- chaine session, l’installation de brouilleurs de réseau au niveau des centres d’examen. les textes régis- sant les modalités d’organisation, les sanctions et autres aspects liés à cet examen décisif dans la scola- rité seront également soumis à amendement. en effet, la confé- rence nationale prévue à la fin du mois en cours, laquelle sera prési- dée par la première responsable du secteur aura pour objectif de réunir l’ensemble de la famille de l’édu- cation nationale et de sortir avec une série de propositions à même d’améliorer la qualité de l’ensei- gnement secondaire et le rende- ment pédagogique des élèves. l’ordre du jour de la conférence concernera, outre la problématique de la fraude via les nouvelles tech- nologies, le problème des cours privés. les résultats de la concer- tation des parties concernées et des partenaires sociaux sanctionnant les conférences régionales qui se sont déroulées durant l’année sco- laire, seront également présentés lors de cette conférence nationale où les spécialistes se pencheront sur les épreuves du baccalauréat, notamment après le recul en termes de résultats durant ces trois der- nières années. Cette conférence na- tionale sera axée sur l’organisation des épreuves et de la méthode d’élaboration des sujets dans le

et de la méthode d’élaboration des sujets dans le cadre de l’évaluation d’étape. la ministre s’est

cadre de l’évaluation d’étape. la ministre s’est engagée à opé- rer un «véritable changement dans le développement des facultés in- tellectuelles de l’élève». «revoir certains mécanismes du baccalau- réat, la réhabilitation ou non de la fiche de synthèse, connaître les causes qui font que le taux de réus- site reste en deçà des objectifs tra- cés par le ministère de l’education qui œuvre pour atteindre «un taux de réussite de plus de 70% durant les prochaines années», sont égale- ment les axes qui seront débattu lors de cette conférence.

professionnalisation de la ges- tion des établissements scolaires et du métier d’enseignant pour la ministre, tous les béné- ficiaires du système d’enseigne- ment sont unanimes à remettre en question la qualité dans le secteur. il est impératif d’améliorer le contenu des programmes et le sys- tème d’évaluation et le pilotage au niveau des établissements, d’autant plus que le taux de 70% de réussite au Bac est même inscrit dans le cadre de la loi d’orientation de l’éducation nationale. pour la pre- mière responsable du secteur de

l’éducation, la professionnalisation de la gestion des établissements scolaires et du métier d’enseignant ainsi que la réorganisation des exa- mens de fin d’année sont des conditions nécessaires pour amé- liorer le système éducatif national et le taux de réussite au Bac. «il faut absolument améliorer non seu- lement le contenu des programmes et le système d’évaluation, mais aussi la gouvernance en matière de pilotage des établissements sco- laires ainsi que la pratique de la classe dans sa dimension pédago- gique», insiste-t-elle, tout en souli- gnant l’importance d’étudier les voies et moyens d’améliorer la qualité de l’enseignement, pour ré- duire le taux de redoublement qui est «important» et les déperditions scolaires. pour ce faire il y a lieu d’identifier les points de difficulté pour faire un saut qualitatif qui sera à la hauteur des investissements de l’etat dans l’éducation nationale qui est un secteur stratégique, a-t- elle relevé. « des ateliers seront ainsi mis sur pied lors de cette pro- chaine conférence nationale pour se pencher sur, notamment, la réor- ganisation des examens nationaux par entre autres, la tenue d’épreuves anticipées pour cer- taines filières telles que l’éducation sportive et la révision de l’année scolaire », a-t-elle indiqué. Salima Ettouahria

salon de la formation professionnelle

31 établissements attendus à Oran

pas moins de 31 établissements de formation publics et privés prendront part au 1 er salon local de la formation et de l’enseignement professionnels, qui se tiendra à partir de mercredi prochain au palais des expositions d’oran, a-t-on appris auprès du directeur du secteur de la wilaya. Cette manifestation réunira 18 centres de formation (Cfpa), trois instituts nationaux spécialisés, 10 établisse- ments privés et nombre de partenaires, à l’instar des cham-

bres de l’agriculture et de l’artisanat et des métiers, a indiqué touil abdelkader. initié par la direction de la formation et de l’enseignement professionnels, ce salon réunira aussi des entreprises économiques spécialisées en artisanat d’oran, des instances des dispositifs d’emploi et des associations professionnelles. Cette édition qui s’étalera jusqu’au 25 juil- let en cours, vise à informer le public des spécialités dispen- sées par les établissements de formation et des préparatifs

Histoire

pour la prochaine rentrée professionnelle (session de sep- tembre), en plus d’offrir aux exclus du système scolaire les opportunités de formation. la prochaine rencontre mettra en exergue les potentialités locales de formation et d’enseigne- ment professionnels, et l’importance de la coopération avec et les entreprises économiques, en plus de fixer les priorités et les besoins de main-d’œuvre du marché de l’emploi en adéquation avec le développement local, a-t-on souligné.

Des historiens plaident pour l’ouverture des archives de la Révolution du 1 er Novembre

des historiens algériens ont plaidé pour la « nécessité » d’ouvrir les archives dispo- nibles et inhérentes à la période de la révo- lution du 1 er novembre afin de les mettre à la disposition aussi bien du grand public que pour un usage spécialisé, soulignant la « va- leur » inestimable que revêtent certains do- cuments. Contactés par l’aps les historiens et chercheurs, Hassan remaoun, amar re- khila et mohamed el Korso ont tous appelé à déclassifier ces archives et à les ouvrir aux chercheurs, universitaires, étudiants et même au grand public, allant dans le sens de la ré- cente déclaration du président de l’associa- tion des anciens du ministère de l’armement et des liaisons générales (malG), daho ould Kablia. pour m. remaoun, chercheur associé au Centre de recherche en anthropo- logie sociale et histoire (CrasC), il faut, dans une première étape, «mettre de l’ordre» dans ces archives puis de les «protéger», re- connaissant que ce sera un travail de «longue haleine qui doit s’accompagner d’un débat de société». estimant que «plus tôt cela se fera, mieux c’est», m. remaoun souligne le caractère «précieux» de ce fonds documen- taire existant en algérie et devant être pré- servé «au risque d’être détérioré». pour ce faire, poursuit-il, un travail de «classification et d’enregistrement» de la matière qui se trouve en vrac doit se faire par les institu- tions spécialisées en archivage. a la question de savoir pourquoi ces archives demeurent «sous embargo», l’universitaire l’impute à une «sous-estimation» entretenue depuis longtemps de l’importance que revêt cette question et à «la peur des effets que pour- raient entraîner certaines vérités pas toujours bonnes à dire». néanmoins, il se dit

convaincu que cela «se fera au fur et à me- sure que la société l’imposera, le change- ment devra forcément se faire sur le long terme», assurant que l’algérie «n’est pas le seul pays à être réticent». allant dans ce sens, le chercheur en histoire du mouvement national et de la révolution du 1 er novem- bre, amar rekhila considère que l’ouverture des archives de cette période de l’histoire du pays «contribuera à répondre à tous les ques- tionnements encore en suspens et à rectifier des erreurs concernant plusieurs faits».

L’ouverture des archives plus qu’impérative il ajoute que l’ouverture des archives en question est d’autant plus «impérative avant la fin biologique» des témoins vivants de cette période et pouvant, pour ceux qui en ont encore la faculté physique, apporter des précisions, des compléments ou des rectifi- cations sur le contenu des documents, une fois ces derniers rendus publics. le cher- cheur relève, à ce propos, le volume «im- mense» d’archives remis par le malG au ministère de la défense nationale (mdn), au lendemain de l’indépendance. un volume estimé à 5 tonnes, a indiqué le président de l’association des anciens du malG, lors de sa récente sortie médiatique, rappelle-t-on. m. rekhila cite, entre autres archives, celles héritées des services secrets de la révolution et dont il convient de s’assurer de «l’entière justesse», considérant qu’elles se sont par- fois basées sur des informations fournies par les services secrets français, et comportant forcément des risques de «manipulation» et de «désinformation», avertit-il. outre l’intérêt essentiellement pédago-

gique de rendre accessibles les archives de la guerre d’indépendance, l’enseignant à la faculté des sciences politiques et des rela- tions internationales rappelle l’obligation de «restituer» celles qui demeurent toujours en dehors du territoire national notamment en france, tunisie, maroc ou encore en egypte. l’historien mohamed el Korso, tout en dé- plorant et en s’interrogeant sur le «sens de la mise sous scellés» des archives en question, estime que «l’impératif» de la question ré- side dans «le discours politique». «C’est une mentalité sclérosée qui empêche l’ouverture des archives, le refus n’est même pas justifié par la peur de vérités qui dérangeraient, car dans l’ensemble, nous en savons assez sur cette période. Cela, même si des réalités de- meurent évidemment encore occultées», ex- plicite-t-il. el-Korso considère qu’à force d’avoir cette attitude, «l’on contribue à faire de la question des archives une véritable bombe à retardement. la révolution algé- rienne a tellement été idéalisée qu’elle a fini par être déshumanisée, dans le sens où on a oublié que celle-ci a été faite par des hommes qui ne sont pas exempts d’erreurs», argument-il encore. revenant sur la «qualité» du fonds docu- mentaire produit par la révolution algé- rienne, l’historien note que celle-ci s’est appuyée sur une administration «bien struc- turée» donnant lieu à une «somme de connaissances historiques», citant, en exem- ple, la déclaration du 1 er novembre qu’il qualifie de «réflexion bien articulée et bien pensée». el-Korso relève la masse «énorme» d’archives existantes englobant aussi bien des bandes sonores qu’audiovisuelles, des écrits des différents responsables du front de

libération nationale (fln), des cahiers d’ins- truction militaire, accompagnés de dessins qui sont une «véritable calligraphie qui re- lève de l’artistique», observe-t-il. il cite éga- lement une autre masse de documents représentant les échanges inter-wilayas ainsi que ceux avec l’extérieur, dont des enregis- trements de discussions des dirigeants du fln avec des délégations étrangères ou en- core des documents concernant des organi- sations de masse (jeunes, travailleurs…) «même les prisons, transformées en un vé- ritable front anticolonial, disposaient de do- cuments enregistrés dont des déclarations de condamnés à mort», insiste l’historien qui déplore qu’il soit «plus facile» d’accéder aux archives de la révolution à aix-en-provence (france) qu’à Birkhadem (siège de la direc- tion générale des archives). un fait «double- ment pénalisant», assure-t-il, dans le sens où les historiens français se retrouvent «en avance» en la matière par rapport à leurs confrères algériens dont les déplacements en france coûtent des frais supplémentaires en devises pour accéder à cette documentation. «même les archives numérisées par ces chercheurs à partir de leurs travaux en france ne sont pas exploitées en raison de pratiques obstructives et ce, en dépit du fait que la législation consacre le droit d’accéder aux documents souhaités», déplore-t-il. un droit qui permet aux chercheurs de solliciter le mdn qui répond «favorablement» lorsque celui-ci est saisi à cet effet, affirme el-Korso, estimant que la connaissance de l’histoire permet au citoyen de «se reconnaî- tre et de se réconcilier avec ses propres ins- titutions».

lundi 20 Juillet 2015

N

6

ation

EL MOUDJAHID

conférence internationale sur la lutte contre ebola à malabo

Identifier les mesures à prendre pour la mise en place de systèmes robustes

L’Algérie participera aux travaux de la Conférence internationale sur la lutte de l’Afrique contre Ebola, prévue demain et mercredi à Malabo (Guinée équatoriale), et sera représentée par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

«M. boudiaf a été ainsi désigné par le président de la

république, abdelaziz boute- flika, pour participer, demain, à la session plénière ministérielle consacrée au financement et au renforcement des systèmes de santé, et mercredi à la session plé- nière pour les chefs d’état et de gouvernement, tenues toutes les deux dans la capitale de la Guinée équatoriale», a indiqué, hier, un communiqué du ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. organisée par la commission de l’union africaine (ua), confor- mément à la décision de la confé-

(ua), confor- mément à la décision de la confé- rence des chefs d’état, la confé- rence

rence des chefs d’état, la confé- rence internationale sur la lutte de l’afrique contre ebola vise à «identifier les mesures à prendre pour la mise en place de systèmes nationaux de santé robustes et suf- fisamment dotés en personnel et financés, résistants aux chocs et aux menaces de santé, en mesure d’atteindre toutes les personnes avec des services préventifs et cu- ratifs de bonne qualité», a précisé la même source. la conférence verra la partici- pation de chefs d’état et de gou- vernement, de ministres et de hauts responsables d’industries ainsi que des partenaires, pour le partage d’expériences dans la lutte

contre la maladie d’ebola et pour discuter des moyens et de la pro- grammation permettant un renfor- cement et une consolidation des systèmes de santé pour faire face à cette épidémie. les participants se pencheront également sur «le développement et le renforcement du réseau de surveillance et de contrôle de la maladie d’ebola, en liaison avec les centres africains de contrôle et de prévention des maladies». déclarée en décembre 2013 en Guinée, ebola a tué plus de 11.200 sur plus de 27.600 per- sonnes atteintes. plus de 99% des victimes se concentrent en Gui- née, en sierra leone et au liberia.

fermeture de cliniques privées

Les premières sanctions tombent

sept cliniques privées seront fermées la semaine prochaine à alger. cette décision est survenue suite à l’opération d’inspection effectuée par 150 cadres du ministère de la santé au niveau de ces établissements. le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, m. abdelma- lek boudiaf, a expliqué, lors de la séance de travail qu’il a présidée, mercredi dernier, au siège de la wilaya d’annaba, que son secteur «est appelé à relever de multiples défis pour garantir une meilleure prise en charge des malades». le but de cette opération est d’assurer da- vantage de fermeté dans le fonctionnement du secteur qui enregistre une insuffisance dans ce genre de démarches. les inspecteurs du ministère devront s’enquérir des dépasse- ments signalés par les citoyens, les cas de remplacement sans autorisation, ainsi que sur certains dépassements comme les tra- vaux d’aménagement et d’extension sans au- torisation.

m. boudiaf a expliqué que «l’enquête qui

a touché toutes les structures sanitaires rele-

vant du secteur privé a révélé des défail- lances et des lacunes, d’une part, et des points positifs, d’autre part, ajoutant qu’à la lumière de cette enquête, des mesures adé- quates ont été prises». et d’ajouter : «la plu- part des mesures qui seront prises œuvreront à réguler l’activité des cliniques pour qu’elles soient soumises aux lois en vigueur, surtout la conformité aux cahiers des charges.» il faut dire que plusieurs anomalies sont constatées dans les établissements hospita- liers privés, dont l’absence de retour d’infor-

mations sur l’activité, extension de l’activité

à des spécialités pour lesquelles elles n’ont

pas d’autorisation, transformations architec- turales opérées sans autorisation et la plupart

des cliniques fonctionnent avec le personnel du secteur public.

m. boudiaf avait annoncé une batterie de

dispositions et de mesures qui seront prises

prochainement afin de réguler l’activité des cliniques médicales privées. lors de cette opération, les cliniques pri- vées seront dotées de textes juridiques et ré- glementaires régissant cette activité. selon les statistiques données par la tu- telle, l’algérie compte 162 cliniques mé- dico-chirurgicales, 166 en cours de réalisation et 56 cliniques d’ophtalmologie et orl. les centres d’hémodialyse repré- sentent plus de 50% de la totalité des établis- sements de jour fonctionnels. certaines cliniques font travailler, en qua- lité de paramédical, un personnel sans au- cune qualification, plusieurs eHp ramènent des praticiens étrangers et certains eHp re- fusent de laisser accéder les inspecteurs de la dsp ou du msprH. il a été constaté, selon la tutelle, des pra- ticiens qui exercent dans des cliniques avec des décisions autorisant l’activité complé- mentaire datant de 2011 et 2012, des comptes rendus opératoires non mentionnés

sur les registres et tous les comptes rendus opératoires signés par le même médecin dans une même clinique. en ce qui concerne la gestion administra- tive, les activités de certaines cliniques sont «illicites» vu que les dossiers des travailleurs ne comportent pas les documents néces- saires, en plus du transfert des ressources hu- maines du secteur public vers ces cliniques. ajoutant à cela un déficit dans la gestion des déchets toxiques et le recrutement de spécia- listes n’ayant pas passé le service civil. il y a lieu de noter qu’il y a aussi la possi- bilité d’intégrer le secteur privé dans le pro- jet de développement et de mise en œuvre d’un système d’information sanitaire et dé- cisionnel intégrant les composantes de veille sanitaire, de planification et de gestion des services de santé, de réduire les transferts de soins à l’étranger par la délivrance des auto- risations d’exercice et l’incitation au trans- fert des savoir-faire. Wassila Benhamed

ressources en eau

Les axes stratégiques du plan quinquennal 2015-2019

en eau Les axes stratégiques du plan quinquennal 2015-2019 136 quinquennat 2015-2019, avec la possibilité d’utiliser

136

quinquennat 2015-2019, avec la possibilité d’utiliser l’eau de mer dessalée. il s’agira d’atteindre l’ob- jectif national de deux millions d’hectares de terres irriguées en 2020. l’effort de mobilisation des ressources en eau, qui a été consenti par l’état au profit du sec- teur agricole, sera poursuivi durant le prochain quinquennat, à travers l’accroissement de la mobilisation

de la ressource de 1,2 milliard de m 3 , soit 16% de la capacité ac- tuelle, aux fins de répondre aux be- soins en aep et soutenir l’agriculture, selon les explica- tions de m me Hamdaoui fadila, di- rectrice de la planification et des affaires économiques au ministère des ressources en eau, lors de la réunion des cadres du secteur. dans cette optique, il est prévu

la réhabilitation et l’extension des superficies irriguées pour soutenir la stratégie de sécurité alimentaire et atteindre, à l’issue de ce pro- gramme, une superficie irriguée de 2,136 millions d’hectares. pour ce qui est de l’alimentation en eau potable, un programme sou- tenu par la réalisation de 2.440 km par an de canalisation et la réalisa- tion de 17 stations de traitement,

les pouvoirs publics ont mobi- lisé durant la période écoulée 2000-2014 une enveloppe budgé-

taire de plus de 47 milliards de dol- lars pour la réalisation d’un programme de développement très ambitieux qui s’est traduit par des résultats tangibles en matière de sa- tisfaction des besoins en eau, tant en quantité qu’en qualité, et par l’amélioration des indicateurs de gestion et de performance du sec- teur. c’est ainsi que le programme de développement prévisionnel 2015-

2019 s’inscrit en droite ligne de la

politique du gouvernement qui vise, en premier lieu, à compter sur la croissance économique hors hy- drocarbures et à réduire la facture des importations, notamment des produits alimentaires, et ce en se projetant dans un développement durable. pour procéder à l’élabora- tion de ce programme, qui s’inscrit

dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019, une enveloppe finan- cière de 1.500 milliards de dinars lui a été consacrée. ainsi, des ressources en eau supplémentaires seront mobilisées pour le secteur agricole lors du

réservoirs, ainsi que la réhabi-

litation de 1.680 km/an de conduite, destiné à l’amélioration du service public de l’eau et à éra- diquer la fréquence de distribution

de 1j/2. il sera également question d’augmenter la plage horaire de

distribution à plus de 12 heures par jour. le même programme, et dans le cadre des projets d’assainisse- ment, il est prévu la réalisation de 60 step et lagunes d’une capacité épuratoire de 4 millions eq.hab, de 6.000 km de collecteurs, la protec- tion de 200 localités contre les inondations et l’aménagement de

300 km de lits d’oued. la réhabili-

tation et l’extension des systèmes d’aep, d’assainissement et de pro- tection des villes contre les inonda- tions pour généraliser l’accès à l’eau et l’assainissement à tous. la mise en œuvre d’une gestion patri- moniale des infrastructures hy- drauliques pour assurer leur pérennité et optimiser la perfor- mance des opérateurs de gestion de l’eau, ainsi que la consolidation de la gouvernance de l’eau à travers des mesures institutionnelles, juri- diques et organisationnelles. Kafia Aït Allouache

lundi 20 Juillet 2015

N

ation

7

EL MOUDJAHID

AffAires religieuses

L’Algérie, grand vivier de la mémorisation du Coran

Les efforts consentis, depuis 2003, pour encourager et promouvoir l’enseignement coranique dans notre pays, sont en train de porter leurs fruits, à la lumière des résultats intéressants enregistrés par les jeunes Algériens et Algériennes dans les concours de récitation, psalmodie et interprétation du saint Coran, mis sur pied dans plusieurs pays musulmans.

G râce au soutien financier, matériel et moral apporté par le Président Abdela- ziz Bouteflika à la consolidation

concrète du secteur de l’enseignement cora- nique, depuis son accession à la magistrature suprême du pays, les jeunes Algériens et Algé- riennes ont commencé à s’illustrer aux concours nationaux et internationaux mis sur pied dans ce domaine. en plus de la promulga- tion de textes de loi régissant le secteur, l’ou- verture des écoles d’enseignement du Coran, la formation et la rémunération des enseignants, des colloques scientifiques et des concours cul- turels sont organisés chaque année dans le pays, à l’instar de la semaine nationale du Coran, le concours international d’Alger de mémorisa- tion, psalmodie et interprétation du Coran qui en est déjà à sa 12 e édition, ainsi que diverses caravanes culturelles. les résultats ne se sont pas fait attendre, en témoignent les victoires éclatantes remportées ces dernières années par les candidats algériens aux compétitions inter- nationales sur le thème, organisées au Caire, Amman, Alger, Bahreïn, rabat, Tunis, Khar-

au Caire, Amman, Alger, Bahreïn, rabat, Tunis, Khar- toum, etc. Ainsi, après la belle victoire de

toum, etc. Ainsi, après la belle victoire de la jeune Aïcha Nouichi, au concours international d’Alger de récitation, psalmodie et interpréta- tion du Coran, le mois de ramadhan dernier,

nombre de candidats algériens se sont distin- gués dans diverses compétitions similaires or- ganisées cette année dans le monde. C’est le cas justement du jeune Ali saïd (w. el-Oued) qui a

décroché la 3 e place de l’épreuve masculine du concours hachémite de récitation et psalmodie coranique qui s’est tenu à Amman (Jordanie), durant ce mois sacré, alors que sa compatriote Nadia Boussaq, a enlevé haut la main l’épreuve féminine de ce concours. selon le site web du ministère des Affaires religieuses et du Wakf, qui a rendu publique l’information, nos jeunes récitants coraniques se sont illustrés dans quatre autres compétitions du même genre, cette année, en faisant part de la deuxième place rem- portée par le jeune Amar Yousfi au prix inter- national de récitation coranique de Khartoum (soudan), ainsi que la 5 e place du jeune Brahim Medjahed au festival mondial du saint Coran en Malaisie. la plus belle consécration de l’enseigne- ment coranique nous vient de l’enfant Abder- rahmane farah, qui a décroché la 5 e place au concours international du plus jeune récitant co- ranique, organisé par l’instance mondiale de mémorisation du Coran, le mois de juin dernier à Djeddah (Arabie saoudite). Mourad A.

ACCiDeNTs De lA CirCulATiON

22 morts et 128 blessés durant l’Aïd-el-Fitr

les deux journées de l’Aïd-el- fitr ont été particulièrement dra- matiques pour des dizaines de fa- milles algériennes. et pour cause, et comme toujours d’ailleurs, les accidents de la circulation ont gâché la fête et apporté tristesse et deuil. selon les statistiques de la protection civile établies par sa cel- lule de communication, on compte 22 morts et 128 blessés, suite à 31 accidents dont les plus graves si- nistres ont été enregistrés à Ain Defla où trois personnes ont suc- combé et 5 autres ont été blessées, ainsi qu’à Biskra, avec deux per- sonnes décédées et 7 autres bles- sées suite à une collision entre deux véhicules légers, survenue sur la rN n°4 dans la commune sidi Khaled. Ainsi et durant la période des 16 et 17 juillet, les différentes unités de la protection civile ont enregistré 4.514 interventions, pour répondre aux appels de se- cours, suite à des accidents de la circulation, domestiques, évacua-

tions sanitaires, extinctions d’in- cendies. Au final, plus de 20 acci- dents de la circulation ont été constatées causant 18 décès, sur les lieux d’accidents, et 54 autres bles- sées, traitées et évacuées vers les structures hospitalières par les se- cours de la PC. Quant à la journée du 18 juillet, soit au deuxième jour de l’Aïd el fitr, on compte 2.990 interventions enregistrées et 18 accidents ayant causé 10 décès sur place et 95 bles- sés. C’est dire que les éléments de la protection civile ont eu du pain sur la planche. les accidents de la circulation ne sont pas le seul cauchemar des Algériens. en effet, les noyades constituent désormais un vrai pro- blème de sécurité publique, tant on enregistre des morts quotidienne- ment. Durant ces jours de fêtes, les services de la protection civile ont relevé 6 décès dont cinq enregistrés au cours des journées des 16 et 17 juillet.

enregistrés au cours des journées des 16 et 17 juillet. Deux noyades relevées la première a

Deux noyades relevées la première a été enregistrée à la wilaya d’Annaba où un homme de 60 ans est décédé à la plage de Oued seybouse, commune d’el Bouni, tandis que la deuxième vic- time, un jeune de 20 ans s’est noyé à Oran, à la plage surveillée saint germain, commune d’Ain Turck,

mais en dehors des horaires de sur- veillance. le reste des victimes a été enregistré dans les plans d’eau. Comme c’est le cas à Médéa où un jeune de 19 ans, s’est noyé au bar- rage d’Adret, commune de sidi Naâmane, alors qu’à M’sila, un adolescent de 15 ans a péri dans une retenue collinaire au lieu-dit

« Mechikh rouhou », sise à la commune de Belaiba.

A Bouira, la protection civile a enregistré deux décès. le premier

a vu un enfant de 13 ans emporté

par les eaux et la vase du barrage au lieu-dit Koudiet Acerdoune,

commune de Z’barbar. la seconde victime est décédée dans le barrage de Talassedit, sis à la commune de Bachloul. en termes d’incendies urbains, on notera l’intervention des sapeurs pompiers pour éteindre deux incendies urbains et indus- triels. l’un a été dramatique puisqu’il

a causé un mort à Alger, suite à l’explosion d’une bouteille de gaz butane, dans un atelier, situé dans

la commune de Birtouta. le second

incendie a été enregistré à Oum el Bouaghi où le feu s’est déclaré dans une habitation, à la cité de l’A.l.N, sise dans la commune de Bir el Chouhada, suite à une fuite de gaz butane. S. A. M.

COMMerCe

Activité commerciale faible

rush sur les boulangeries à Alger

une grande majorité de commerces est restée fermée au troisième jour de l’Aïd dans la wilaya d’Alger tandis que les boulangeries continuaient d’enregistrer un grand rush, no- tamment dans les quartiers populaires comme Bab el-Oued et Belouizdad. A el Kettani, comme à la place des Trois horloges (Bab el-Oued), la plupart des commerçants n’ont pas repris leur activité après les deux jours de l’Aïd qui a coïncidé avec le week- end. un silence « inhabituel » se dégageait des ruelles de Bab el-Oued en raison de l’ab-

sence des vendeurs à la sauvette qui, d’habi- tude, occupent l’espace en s’adonnant à la vente à la criée. Aux environs du marché réda Houhou (centre-ville), un bon nombre de commerces sont restés fermés y compris une pharmacie à l’exception des bureaux de tabacs et de re- charge de la téléphonie mobile. Même constat dans la commune de Belouizdad où des citoyens, en quête de leur baguette quo- tidienne, faisaient la queue devant les bou- langeries tandis que les boutiques de chaussures et de prêt-à-porter étaient fer-

mées. A Hussein Dey, Hassiba Ben Bouali, Didouche Mourad, Krim Belkacem et larbi Ben M’hidi, un grand nombre de magasins, de boulangeries et même de pharmacies ont baissé rideau, à l’exception de Birkhadem où l’on a pu constater des épiceries ouvertes. le nombre des commerçants inscrits par la direction du commerce dans la wilaya d’Al- ger est de 23.379 commerçants, dont 2.699 mobilisés pour assurer la permanence les jours de l’Aïd. Au total 512 boulangeries et 1.912 épiceries et locaux de fruits et légumes ont assuré la permanence, outre 81 équipes

composées de 136 agents pour contrôler le suivi de la mise en œuvre du programme de permanence. le ministère du Commerce avait affirmé samedi dernier que 99,61% des commerçants concernés par l’obligation d’ouverture des locaux les jours de l’Aïd el fitr avaient respecté le programme de perma- nence. la loi relative à l’exercice des activités commerciales prévoit la fermeture des lo- caux des commerçants ayant enfreint la loi pour une période d’un mois assortie d’une amende allant entre 30.000 et 200.000 DA.

Air Algérie

panne technique sur un avion assurant la desserte Bruxelles-Alger

un problème technique est survenu sur un avion d’Air Algérie de- vant relier vendredi Bruxelles à Alger avec à son bord 168 passagers, a appris samedi dernier l’APs auprès de la chargée de la communica- tion à Air Algérie, Mounia Bertouche. une équipe a été dépêchée d’Al- ger pour réparer la panne. Cette équipe a travaillé toute la nuit, les passagers ont été pris en charge en termes d’hébergement et de transport, a précisé M me Ber- touche. la panne réparée, les passagers ont embarqué samedi, toutefois le commandant de bord a constaté que le problème n’a pas totalement été résolu. il a préféré, par mesure de sécurité, débarquer les passagers et a de- mandé un autre avion d’Alger, a-t-elle ajouté affirmant qu’un avion a été dépêché samedi à 15h00 pour le rapatriement des 168 passagers.

PerMANeNCe DurANT l’AïD

Selon le ministère du Commerce, le taux d’exécution du programme est de 99,61%

le ministère du Commerce a fait savoir dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, que l’exécution du programme de la permanence des activités com- merciales élaboré par la Direction du Commerce de la wilaya d’Al- ger, le contrôle effectué par les bri- gades de cette dernière mobilisées pour la vérification du respect de la permanence, a permis de constater que le taux d’exécution du pro- gramme de la permanence est de 99,61%. Dans ce contexte, la tu-

telle a expliqué que sur l’ensemble des commerçants activant dans le domaine de la boulangerie, à savoir 2.167, et inscrits au niveau de la wilaya d’Alger, 512 ont été réqui- sitionnés soit un taux de 25%. le ministère du Commerce a rappelé à cet égard, à l’opinion pu- blique que la permanence consiste à assurer un service minimum pour l’approvisionnement de la popula- tion en produits de large consom- mation par les seuls commerçants réquisitionnés à cet effet.

il est à rappeler, qu’en applica- tion des dispositions de l’article 8 de la loi 13-06 modifiant et com- plétant la loi 04-08 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales, les services du mi- nistère du Commerce ont élaboré un programme de permanence à l’occasion de l’Aïd el fitr 2015 à l’effet d’assurer aux citoyens un approvisionnement régulier en pro- duits alimentaires de large consom- mation et autres services. H. H.

Economie

9

EL MOUDJAHID

SELON L’ENQUêTE MENSUELLE DE JUIN DU FCE

Légère baisse de l’indice de confiance des chefs d’entreprise

L’indice de confiance des chefs d’entreprise en Algérie s’est établi à nouveau en baisse au mois de juin à -12, soit 3 points de moins par rapport au mois précédent, indique l’enquête mensuelle du Forum des chefs d’entreprise (FCE).

L e baromètre de confiance, cal- culé sur la base des perspec- tives de production, le volume

des commandes et le niveau des stocks, résulte d’une comparaison avec ceux des principaux partenaires de l’Algérie. Selon l’enquête, l’exa- men comparé des valeurs atteintes en mai et juin par les 3 éléments consti- tutifs de cet indice synthétique, toutes

activités confondues, affiche -12 en juin 2015 contre -9 en mai. L’indice est toutefois en hausse de 6 points sur une année à la même période où il a atteint -18. Le début de l’été et celui du Ramadhan ayant coïncidé en juin, il ressort de cette étude un ralentisse- ment de l’activité des secteurs hors industries agroalimentaires (IAA) dû en partie aux premiers départs en

congé et à un regain d’activité exclu- sivement dans le secteur des indus- tries agroalimentaires en raison de la hausse de la demande. En effet, si par rapport à mai l’indice des industries hors IAA et celui du bâtiment et des travaux publics ont baissé respective- ment de 11 points et de 4 points et l’indice des services n’a pas varié, l’indice des IAA par contre est le seul

à avoir progressé de 5 points en pas- sant -3 en mai à +2 en juin. Par ail- leurs, l’analyse relève le ralentissement de l’activité écono- mique dans tous les secteurs à l’ex- ception de celui des IAA. Si l’indice des IAA a progressé de 35 points en passant de -35 en juin 2014 à 0 en juillet 2014, les indices des autres secteurs ont baissé durant cette même

période de 1 point pour les industries hors IAA, de 3 points pour les ser- vices et de 31 points pour le BTPH. Au niveau de l’Union européenne et de la France, la situation demeure in- changée depuis le mois de février, l’indice de confiance des industriels de l’UE et celui des industriels fran- çais sont figés respectivement au ni- veau -3,3 et -6,9.

EN vERTU D’UN NOUvEAU DéCRET PUBLIé AU JOURNAL OFFICIEL N° 37

Les éléments constitutifs du SNMG prennent effet depuis janvier 2015

Le nouveau salaire national minimum ga- ranti (SNMg) entre officiellement en vigueur avec effet rétroactif à partir du 1 er janvier 2015. En effet, les éléments constitutifs du Salaire mi- nimum garanti (SNMg), tels que définis par le décret exécutif publié en février dernier, pren- nent effet depuis janvier 2015, en vertu d’un nouveau décret publié au Journal officiel n°37 ; un texte qui complète celui de février 2015 par un article « 2 bis » précisant que le décret fixant les éléments constitutifs du SNMg entre en vi- gueur avec effet rétroactif depuis le premier mois de l’année 2015. Il convient de rappeler qu’en application de la loi 1990 relative aux re- lations du travail modifiée et complétée, le dé- cret de février précise que le SNMg comprend, désormais, le salaire de base, les indemnités et

primes de toute nature à l’exclusion de celles se rapportant aux remboursements de frais engagés par le travailleur, à l’expérience professionnelle ou toute indemnité rémunérant l’ancienneté. Le SNMg prend également en compte l’organisa- tion du travail concernant le travail posté, le ser- vice permanent et les heures supplémentaires, les conditions d’isolement, le rendement, l’inté- ressement ou la participation aux résultats ayant un caractère individuel ou collectif. Pour sa part, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sé- curité sociale, Mohamed El ghazi, a annoncé, en avril dernier, à Alger que l’application de la décision relative à l’abrogation de l’article 87 bis du code de travail 11-90 interviendra au mois d’août prochain, au plus tard, avec effet rétroac- tif à partir du 1 er janvier 2015. Il est à retenir que

l’entrée en vigueur du nouveau SNMg signifie la suppression de l’article 87 bis du Code du tra- vail. Aussi, la suppression de l’article 87 bis per- mettra aux salariés payés au SNMg, qui est à 18.000 DA, d’obtenir des augmentations de sa- laire. En effet, l’abrogation de l’article 87-bis de la loi 90-11 relative aux relations de travail per- mettra une augmentation des salaires qui tou- chera progressivement l’ensemble des travailleurs à l’échelle nationale, comme souli- gné par le Sg de l’UgTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, à l’occasion de la 17 e réunion tripartite gouvernement, UgTA, patronat. Pour rappel, dans une déclaration à la presse, à l’issue de cette tripartite tenue en septembre dernier, Sidi Saïd a mis en relief que : « l’abrogation de l’ar- ticle 87-bis, dont l’application entrera en vi-

gueur à partir du 1 er janvier 2015, permettra une augmentation des salaires qui touchera l’ensem- ble des travailleurs de la fonction publique et des secteurs économiques public et privé». Les tra- vailleurs, qui seront touchés en premier lieu, sont ceux des basses catégories, a-t-il indiqué, précisant que « pas moins de 4 millions de tra- vailleurs de ces catégories (1,2 million relevant de la fonction publique et 3 millions des secteurs économiques public et privé) sont concernés im- médiatement par cette augmentation ». Aussi, il a souligné que l’abrogation de l’article 87-bis bénéficiera, progressivement, aux autres catégo- ries de la grille des salaires. « En cas de retard dans son application (abrogation du 87-bis), la rétroactivité se fera à partir du 1 er janvier 2015 », a-t-il affirmé. Soraya Guemmouri

JEUNES PROMOTEURS ANSEJ DURANT LES 5 PREMIERS MOIS DE 2015

Plus de 1,74 milliard DA de crédits remboursés

Plus de 1,74 milliard DA de cré- dits, accordés aux jeunes promoteurs dans le cadre du financement de leurs projets d’activités, ont été remboursés à l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ) durant les cinq premiers mois de 2015, a-t-on appris, hier, auprès de cette agence. «Un montant global de 1,741 milliard de DA des crédits, octroyés aux jeunes promoteurs sous forme de prêts non rémunérés (PNR) de l’Ansej, dans le cadre du financement de leurs projets d’activités, a été remboursé durant les cinq premiers mois de l’année 2015», a indiqué à l’APS, le directeur général de l’Ansej, Mourad Zemali. Le même responsable a ajouté que le montant des PNR remboursés par les jeunes promoteurs depuis le lancement de l’Ansej en 1996 s’élève à « près de 17 milliards DA, soit un taux de rem- boursement de 65%» de la totalité des PNR accordés. L’Ansej participe au financement des projets d’activités des jeunes promoteurs avec des prêts

non rémunérés (PNR) dans les deux types de financement du projet, rap- pelle-t-on. Il s’agit du type de finan- cement mixte (apport personnel et PNR de l’Ansej) et du financement triangulaire (apport personnel, PNR et crédit bancaire). M. Zemali a expliqué que le remboursement des PNR inter- vient après avoir effectué le règlement des crédits bancaires accordés aux jeunes promoteurs pour le finance- ment de leurs projets. Il a rappelé que plus de 50.000 autres projets d’activi- tés des jeunes ont été validés par le Comité de sélection et de validation pour bénéficier prochainement de fi- nancements. Evoquant la politique d’accompagnement des jeunes pro- moteurs, M. Zemali a noté que les me- sures de facilitation pour la création des micro-entreprises représentent « un souci quotidien des pouvoirs pu- blics qui veillent à apporter davantage de modifications afin de mieux assou- plir les procédures ». D’autre part, il a indiqué que depuis l’existence du

D’autre part, il a indiqué que depuis l’existence du dispositif Ansej, un total de « 13.608

dispositif Ansej, un total de « 13.608 micro-entreprises réalisées par les jeunes promoteurs ont été dissoutes », soit moins de 5% des micro-entre- prises créées. Parmi ces promoteurs, il cite ceux qui ont déclaré faillite

après avoir monté leurs projets et ce, pour de multiples considérations. Dans ce cas de figure, il a évoqué le rôle du Fonds de garantie qui indem- nise à hauteur de 70% les crédits ban- caires accordés aux jeunes

MATéRIAUx DE CONSTRUCTION

promoteurs, faisant savoir que les équipements dont ont bénéficié les concernés dans le cadre du même dis- positif, seront revendus afin de « ré- cupérer un maximum de crédits ». M. Zemali a ajouté que 13.750 autres micro-entreprises ont connu des diffi- cultés de remboursement de leur dette, soit 5% du total des projets réalisés, ajoutant que des mesures d’accompa- gnement sont destinées à ces micro- entreprises afin de les aider à surmonter leurs difficultés. Par ail- leurs, il a révélé que 260 jugements ont été prononcés depuis le lancement de l’Ansej à l’encontre des jeunes pro- moteurs pour avoir détourné les cré- dits dont ils ont bénéficié pour financer leurs projets. Toutefois, il a estimé que ce chiffre est « minime » par rapport à l’ensemble des projets ayant abouti. Selon ce responsable, un total de 344.621 projets ont été finan- cés depuis le lancement du dispositif ANSEJ, générant ainsi 828.968 em- plois directs.

Lancement officiel du groupe Lafarge Holcim

Le groupe Lafarge a procédé, hier, au lance- ment officiel du nouveau groupe Lafarge Holcim au niveau mondial. Dans un communiqué de presse parvenu à notre rédaction, Lafarge souligne que ce groupe

a pour ambition de devenir le leader et l’acteur le

plus performant du secteur des matériaux de construction. En effet, le directeur général de La- farge Holcim, Eric Olsen, indique « nous entrons dès à présent dans la prochaine étape de notre transformation qui doit nous permettre de devenir un leader dans tous les domaines. « Une entreprise soucieuse d’avoir un impact positif sur le monde et qui peut réellement faire la différence pour ses clients, ses employés, ses actionnaires et pour la société dans son ensemble », a-t-il ajouté. Lafarge

Holcim souligne le communiqué, sera organisé selon un nouveau modèle opérationnel au service des clients locaux tout en tirant partie de la taille du groupe, de sa présence géographique, et de ses capacités au niveau mondial. Il combine les éche- lons nationaux et régionaux qui bénéficient d’une large autonomie et de l’expertise des fonctions groupe. Le groupe déploiera des actions autour de cinq axes clés durant cette première phase d’in- tégration notamment d’atteindre 1,4 milliards d’euros de synergies dans les 3 ans, la mise en place d’une approche rigoureuse en matière d’al- location du capital avec une réduction du montant global des investissements et se différencier par des produits et solutions innovants ainsi que la création d’ un nouveau groupe et une nouvelle

que la création d’ un nouveau groupe et une nouvelle culture. S’agissant des résultats semestriels 2015

culture. S’agissant des résultats semestriels 2015 de Holcim et Lafarge fin juillet, la même source a fait savoir que le bilan sera présenté le 29 juillet 2015, les résultats financiers de Lafarge et de Hol- cim séparément pour le premier semestre et les premiers résultats combinés du nouveau groupe seront présentés lors des résultats du 3 e trimestre 2015. En Algérie a fait savoir le communiqué pas de changement (Holcim n’est pas présent) et les activités se poursuivent dans une totale conti- nuité de management, de structure et de stratégie. Lafarge Algérie continuera à jouer son rôle d’en- treprise citoyenne au service du développement du secteur de la construction. M. A. Z.

PROJET D’ACCORD SUR LES TECHNOLOgIES DE L’INFORMATION AU SEIN DE L’OMC

Percée dans les négociations

Une percée a été obtenue samedi passé dans les négociations sur les technologies de l’information menées au sein de l’OMC (Orga- nisation mondiale du commerce) à genève depuis 2012, a indiqué

samedi une source européenne. Des négociateurs, venant de 54 pays membres de l’OMC, se sont mis d’accord sur « un projet d’accord

» qui permettrait de couper les tarifs douaniers d’environ 200 pro-

duits des technologies de l’information, représentant un volume d’échanges de 1.000 milliards de dollars, précise la même source citée par l’AFP. Ce projet d’accord va à présent être envoyé aux dif- férentes capitales des pays négociateurs pour approbation. Dans un tweet, le directeur général de l’OMC, Roberto Azevedo, a déclaré que « nous avons les bases pour un accord » et s’est déclaré « très

optimiste quant à la conclusion d’un accord d’ici la fin de la semaine prochaine ». Dans un communiqué, la délégation de l’UE auprès de l’OMC a indiqué que des négociations ont été menées à genève du 14 au 18 juillet, présidées par l’UE. «Ces négociations ont été un succès, représentant un très important pas en avant», a indiqué la délégation. Le round de négociations s’est focalisé sur la finali- sation de la liste des produits concernés par le nouvel accord sur les technologies de l’information. Il fait suite au round de décembre 2014, qui s’était soldé par un échec en raison des trop grandes di- vergences entre les négociateurs. Selon l’ambassadeur de l’UE au- près de l’OMC, Angelos Pangratis, qui a présidé les discussions, « durant les derniers jours, toutes les parties prenantes ont affiché la

flexibilité nécessaire qui nous a permis d’arriver à cet important ré- sultat ». Selon l’UE, le « nouvel accord sur les technologies de l’in- formation sera une contribution importante à l’OMC et à son système commercial multilatéral ». Le premier accord sur les tech- nologies de l’information (ATI) date de 1997. En 2012, des négo- ciations ont été engagées pour élargir les produits couverts par l’ATI. Le 11 novembre 2014, ces négociations ont connu un rebon- dissement favorable grâce à un rapprochement entre les Etats-Unis et la Chine, annoncé à Pékin par le Président américain, Barack Obama. Washington a alors accepté les exceptions demandées par Pékin mais, en décembre, les négociateurs s’étaient à nouveau sé- parés sur un échec.

Lundi 20 Juillet 2015

N

10

ENTRETIEN
ENTRETIEN

ation

EL MOUDJAHID

M. MONGI HAMDI, REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES, CHEF DE LA MINUSMA, À EL MOUDJAHID :

« J’envisage les prochaines étapes avec plus d’optimisme »

M. Mongi Hamdi, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, chef de la MINUSMA, revient dans cette interview, qu’il a bien voulu nous accorder, sur l’étape de l’après-signature de l’Accord de paix au Mali. Il indique, à ce sujet, qu’une réunion du Comité de suivi de l’accord (CSA) est prévue à partir de juillet à l’effet d’adopter les projets de règlement intérieur et les éléments pour un chronogramme de mise en œuvre de l’accord.

L’après-accord pour la paix et la ré- conciliation, signé par toutes les parties, s’avère difficile, voire compliqué. Cette situation était-elle prévisible ? La signature d’un accord ne met pas un terme au processus de paix. Sa mise en œuvre constitue le point de départ d’un dia- logue continu entre les parties qui doivent se mettre d’accord sur les modalités de mise en œuvre effective. Il faut, pour cela, s’attendre à des malen- tendus, des incompréhensions, voire des di- vergences. C’est ce qui donne l’impression de débuts difficiles. Cependant, il importe de noter l’évolution positive des relations entre la coordination, la plateforme et le gouver- nement. Le soutien que leur apporte la com- munauté internationale me permet de croire que les Maliens ont décidé de mettre l’intérêt général au-dessus des considérations indivi- duelles. Sur le terrain, une recrudescence de la violence est constatée. Les éléments de la MINUSMA ont été, une nouvelle fois, la cible d’un attentat. Pourquoi cet acharne- ment contre la mission onusienne, selon vous ? La paix n’a pas que des amis. Au moment où le peuple malien décide résolument de tourner la page de son récent passé doulou- reux, une minorité, mais très nuisible, conti- nue à poser des actes dont la finalité est de faire échec à la paix. La réalité est que cette minorité se cache derrière des attaques ter- roristes pour dissimuler ses activités crimi- nelles, notamment le trafic de drogue. Les attaques contre la MINUSMA s’inscrivent dans cette logique. Je voudrais vous rassurer, que malgré ces attentats, les pays contribu- teurs de troupes demeurent déterminés à ac- compagner le Mali dans sa quête pour la paix et la stabilité. Certains de ces pays ont augmenté leurs troupes et les renouvellent à fréquence régulière. Le mandat de la MINUSMA a été pro- longé d’un an. Est-ce à dire que le Mali, à l’heure actuelle, ne peut pas se passer de la force onusienne dont la présence sur le sol malien est sujette à quelques critiques ? La responsabilité première de la sécurité et de la stabilité du Mali incombe au gouver- nement, tant pour la protection des popula- tions que pour garantir l’intégrité du territoire. La MINUSMA a été déployée au Mali suite à la demande des autorités de ce pays au Conseil de sécurité des Nations unies. Notre mandat est, entre autres, de sou- tenir les efforts du gouvernement pour res- taurer l’autorité de l’État entamée du fait de la crise ; protéger les populations civiles ou encore réformer le secteur de défense et de sécurité. Les critiques à l’encontre de la MI- NUSMA sont une réalité due à l’incompré- hension de notre mandat par la population. En d’autres termes, nombreux sont les Ma- liens à penser que la MINUSMA était dans le pays pour faire la guerre aux groupes ter- roristes, lesquels continuent à constituer une menace à la paix et la sécurité. La vérité est que la MINUSMA est une opération de maintien de la paix. Son rôle est, entre au- tres, d’aider les parties maliennes à consoli- der la paix qu’elles ont décidé d’établir à travers la signature de l’Accord. Le problème de l’engagement sincère des parties maliennes pour arriver à une paix durable et définitive au Mali est sou- vent posé. Comment, à votre avis, peut-on le résoudre et instaurer la confiance, condition sine qua non pour tourner la page de cette crise ?

condition sine qua non pour tourner la page de cette crise ? Depuis la signature de

Depuis la signature de l’Accord de paix, nous assistons à un développement très po- sitif des relations entre les parties. Le gou- vernement, la coordination et la plateforme se sont rencontrés à plusieurs reprises pour discuter des questions d’urgence humani- taire, de libération des prisonniers, de la mise en œuvre des arrangements sécuritaires dans l’ensemble du pays ou de leur représentation au sein du Comité de suivi, etc. Ces discus- sions ont eu lieu sans la présence de la communauté internationale. Ce sont des signes qui ne trompent pas, d’un engagement sincère des parties ma- liennes à instaurer une paix durable et défi- nitive dans leur pays. J’encourage cette collaboration qui indique une réelle volonté de s’approprier la mise en œuvre de l’Accord de paix. C’est aussi un signal fort d’une confiance qui s’installe graduellement et qui est indispensable à la mise en œuvre effective de l’Accord de paix. Les capacités de nuisance des groupes armés qui refusent la paix semblent avé- rées, au regard des attaques enregistrées dernièrement (Nara, Misséni, Fakola et Tombouctou). Ces groupes sont-ils une donne incontournable avec laquelle vous devez composer, d’autant qu’après s’être longtemps concentrées dans le Nord, les attaques se sont étendues au Centre et au Sud ? Quand on discute avec les communautés dans les villages, les jeunes ou les femmes, on comprend pourquoi les groupes qui refu- sent la paix parviennent à établir une telle présence. La priorité, c’est d’apporter des ré- ponses aux causes profondes des crises qui se sont succédé au Mali. En favorisant un dialogue national, l’Accord crée les condi- tions d’une véritable réconciliation entre Maliens. La stratégie de développement renforcera la cohésion sociale et donnera des opportu- nités aux communautés, jeunes et femmes, qui s’avèrent les ventres mous, parfois sen- sibles aux discours des groupes radicaux qui refusent la paix. Une implication des com- munautés dans la sécurité accompagnerait

les efforts du gouvernement et de la commu- nauté internationale à mettre un terme aux agissements nuisibles des ennemis de la paix. La lutte contre le terrorisme est la respon- sabilité de tous, population, pouvoir public et communauté internationale. Il ne suffit pas seulement de lutter contre l’expansion des groupes terroristes au Mali, il faut en priorité atténuer les facteurs qui favorisent l’embri- gadement des populations, notamment les plus jeunes Vous avez déclaré, dans votre allocu- tion du 20 juin 2015, que «certes, cet Ac- cord n’est pas la paix ,car celle-ci ne se décrète pas, mais il établit les conditions pour la construire et trace le chemin le plus sûr pour y parvenir». Comment tou- tefois baliser la voie qui mène à cette paix recherchée ? La confiance entre les parties est un fac- teur clé pour la réussite de la mise en œuvre de l’Accord. Les Maliens sont en train de la bâtir. La consolidation de la confiance ou- vrira la voie à la mise en œuvre effective des arrangements sécuritaires qui constituent une étape capitale pour la stabilisation de la situation sécuritaire. Dans ces conditions, j’envisage les pro- chaines étapes avec plus d’optimisme, no- tamment le processus de désarmement, démobilisation et de réintégration (DDR). Avec le retour des réfugiés et des personnes déplacées de l’intérieur, les élections pour- raient se tenir dans un environnement plus apaisé, un nouveau cadre de gouvernance se mettrait en place, favorisant une meilleure participation des populations à la prise de dé- cision. L’État retournerait de manière progres- sive dans toutes les régions, pour assurer la sécurité et fournir les services essentiels aux populations. Le relèvement rapide et le développement contribueront à donner aux populations, en particulier les jeunes et les femmes, de nouvelles opportunités porteuses d’emploi. Ce cheminement est celui qui peut garantir à terme le retour d’une paix durable au Mali.

La deuxième réunion du comité de suivi s’est mieux déroulée que la première qui a laissé apparaître des querelles de leadership au sein même des groupes signataires. Peut- on, pour autant, espérer que tous les écueils politiques soient levés sur la voie de la mise en œuvre de l’accord ? Le succès de la deuxième réunion est dû en partie aux consultations entre les parties maliennes et au consensus auquel elles sont parvenues sur les questions de procédures. Ce type de dialogue est à encourager, car il va permettre de résoudre de manière paci- fique tout malentendu. Le dialogue intermalien s’est déroulé dans un cadre qui a déterminé le leadership au sein des groupes (Coordination et Plateforme). Cependant, l’objectif de la communauté internationale est d’avoir un processus de paix inclusif. J’ai confiance dans les parties maliennes, pour maintenir le caractère qui a jusqu’ici prévalu dans le processus de paix. Le Comité de suivi de l’accord de paix au Mali doit déterminer, selon votre dé- claration, «dans les jours qui viennent», le calendrier pour la mise en œuvre de l’ac- cord. Ce temps n’est-il pas justement votre principal ennemi ? Les parties maliennes et la Médiation ont travaillé sans relâche pour établir les bases d’une mise en œuvre harmonieuse de l’Ac- cord. À cet égard, un groupe de travail a été créé par la présidence du CSA pour finaliser, dans les meilleurs délais, les projets de rè- glement intérieur et les éléments pour un chronogramme de mise en œuvre de l’Ac- cord. Ces documents seront soumis aux membres du CSA pour approbation au cours de la prochaine réunion du Comité prévue à partir du 21 juillet 2015. Il ne s’agit pas de courir, mais d’assurer un démarrage efficient de la mise en œuvre de l’Accord. Aujourd’hui, la communauté interna- tionale se porte garante de la bonne mise en œuvre des dispositions de l’Accord. Cet accompagnement va durer combien de temps et comment éviter, qu’une fois re- tirée du Mali, le risque d’un retour à la case départ, comme cela s’est déjà produit dans le passé ? Ce qui a manqué dans les processus de paix antérieurs, c’est, entre autres, la mise en œuvre effective des dispositions des Accords. L’accompagnement international est là pour s’assurer que les engagements consentis par l’ensemble des parties ma- liennes se traduisent dans les faits. Cependant, il nous faut garder à l’esprit, qu’il revient aux Maliens de mettre en œuvre cet Accord de Paix. La communauté interna- tionale se tient à leur côté aux fins de les ac- compagner par un soutien politique, diplomatique, technique et financier. Quel est votre commentaire sur le rôle de l’Algérie dans la recherche d’une paix définitive au Mali ? L’Algérie et le Mali entretiennent des liens historiques. L’engagement en faveur de la paix, porté par le Président Abdelaziz Bouteflika, qui a une histoire personnelle avec le Mali, en est la preuve. Plus que tout autre voisin, l’Algérie a répondu à ce vieil adage qui dit : «Quand la case de ton voisin brûle, il faut courir à son secours, sinon les braises pourraient atteindre ta maison.» Nous devons féliciter l’Algérie d’avoir sou- tenu, une fois de plus, les pourparlers de paix à Alger et de maintenir ce même effort au sein du Comité de Suivi de l’Accord. Nadia Kerraz

Lundi 20 Juillet 2015

Monde

11

EL MOUDJAHID

SAHARA OCCIDENTAL

BRÈVES

Le président Abdelaziz salue la résistance des prisonniers politiques sahraouis

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), et secrétaire général du Front Polisa- rio, M. Mohamed Abdelaziz, a salué la résistance des prisonniers politiques sahraouis dans les geôles maro- caines, mettant l’accent sur les conditions horribles dans lesquelles ils évoluent, dans un message de vœux qu’il leur a adressé à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr.

L es conditions difficiles dans lesquelles vivent les prisonniers politiques

sahraouis n’ont pas eu raison de leur courage face à la répression marocaine, a souligné le prési- dent Abdelaziz dans son mes- sage, rapporté par l’agence de presse sahraouie SPS.

«Les terribles conditions de détention et l’état de santé diffi- cile ont échoué à vous empêcher de la confrontation courageuse quotidienne avec les tortion- naires de l’occupation maro- caine, de participer à des grèves de la faim successives pour condamner la situation injuste et inacceptable dans les territoires occupés du Sahara occidental»,

a souligné le président de la Ré- publique. Le président sahraoui a as- suré que «tous les prisonniers

président sahraoui a as- suré que «tous les prisonniers politiques sahraouis sont tou- jours présents dans

politiques sahraouis sont tou- jours présents dans les cœurs et les esprits des Sahraouis». Ils sont également «une source de

fierté, d’inspiration et de résis- tance, grâce à leur combat, leur lutte quotidienne et leur grande endurance», a-t-il également

écrit. «La stupidité des colonisa- teurs, tôt ou tard, est vouée à l’échec inévitable. Le Maroc est conscient que la répression, l’intimidation et l’état de siège imposé aux terri- toires occupés du Sahara occi- dental, ne feront que renforcer la détermination et l’attachement des Sahraouis à leurs droits légi- times», a estimé le président sahraoui. Le nombre de détenus sahraouis dans les prisons maro- caines s’élève à 60 militants, a- t-on indiqué de source officielle sahraouie. Ce nombre assez élevé tra- duit, «la résistance du peuple sahraoui déterminé à arracher son droit légitime à la liberté et à l’indépendance», avait dit le président sahraoui dans un pré- cédent message similaire à ces militants.

YÉMEN

Les forces loyales avancent vers le siège de la présidence à Aden

Résistance populaire a réussi à pénétrer dans Tawahi et à avancer vers le palais de la Ré- publique et le QG de la 4 e division militaire» dans ce quartier, a déclaré à l’AFP une source militaire. Les combattants au sol ont bénéficié d’un appui aérien de la coalition arabe, qui a mené depuis la nuit une quinzaine de raids contre des positions rebelles à Tawahi ainsi que dans les banlieues nord et est d’Aden, a indiqué une autre source militaire. Les avions de la coalition ont touché un dépôt de

Les forces pro-gouvernementales dans le sud du Yémen ont progressé vers le siège de

la présidence dans un secteur de la ville d’Aden encore tenu par les rebelles Houthis,

a indiqué, hier, une source militaire. La pro-

gression de la «Résistance populaire», re- groupant les combattants anti-Houthis, a eu lieu dans la nuit dans le quartier Tawahi, en grande partie contrôlé par les rebelles, trois jours après l’annonce par le gouvernement en exil de la libération d’Aden, la grande ville du Sud et la deuxième du Yémen. «La

munitions de la rébellion, provoquant pen- dant deux heures de fortes explosions à Al- Ribat, à l’entrée nord la ville, où les rebelles ont renforcé leur présence au cours des deux derniers jours, ont rapporté des témoins. Dans la nuit, 9 rebelles ont été tués dans un raid aérien à Khor Maksar, dans le centre d’Aden, alors que des combats opposaient les forces pro-gouvernementales aux Hou- this et leurs alliés autour de Dar Saad et à Crater, deux autres quartiers d’Aden, selon les sources militaires et des habitants.

ENVIRONNEMENT Un « Sommet des consciences pour le climat » demain à Paris

Quelque 40 personnalités influentes venues du monde entier se réuniront demain à Paris, à l’occa- sion d’un «Sommet des consciences pour le cli- mat», pour lancer un appel à la lutte contre le réchauffement climatique. «The climate, why do I care» («le climat, pourquoi je m’en soucie»), c’est le mot d’ordre de ce sommet qui veut inciter chaque individu à participer à la diminution de la consommation d’énergies fossiles, principales res- ponsables du réchauffement. La rencontre sera ou- verte par le président français, François Hollande. L’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, le Bangladais, Muhammad Yunus, pionnier du microcrédit et Prix Nobel de la paix 2006, l’ac- teur et ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, le patriarche orthodoxe, Bartho- lomée 1 er , figureront parmi les personnalités pré- sentes. Le sommet sera aussi l’occasion d’annoncer le lancement de «Green Faith in Ac- tion» (foi verte en action), «une initiative mondiale

émanant d’une coalition de partenaires ayant pour objectif de rendre les villes pèlerinages de toutes obédiences religieuses et spirituelles sobres en car- bone et résilientes aux dérèglements climatiques». Sont notamment concernées La Mecque, Touba (Sénégal), Lourdes (France), Fatima (Portugal),

Amritsar et Benarès (Inde)

30 novembre au 11 décembre la prochaine grande conférence internationale sur le climat, la COP21, qui réunira 195 pays. La communauté internatio- nale s’est fixé pour objectif de limiter à 2°C la hausse du thermomètre global, générée par les émissions de gaz à effet de serre, faute de quoi la science promet des impacts graves et irréversibles. R. I.

Paris accueillera du

PALESTINE

Cinq attentats visent le Hamas et le Jihad islamique à Ghaza

Des attentats quasi simultanés ont détruit hier les voitures de cinq membres des branches armées du Jihad islamique et du Hamas, confronté à la contestation gran- dissante de salafistes radicaux dans la bande de Ghaza. Ces attaques n’ont pas été revendiquées pour le moment. La po- lice du Hamas, n’a accusé personne mais elle a promis que les «saboteurs» ne pourraient «pas échapper aux sanctions». Ces attentats sont inédits à différents ni- veaux : c’est la première fois que le Jihad islamique, deuxième force à Ghaza et allié du Hamas, est ainsi visé ; c’est aussi la première fois qu’une attaque coordon- née —les cinq bombes ont explosé en l’espace d’un quart d’heure dans le même

quartier de Cheikh Radouane — vise au- tant de membres des mouvements isla- mistes à Ghaza. Selon les témoins, des bombes avaient été placées sous trois voi- tures appartenant à des membres des bri- gades al-Qassam, la branche armée du Hamas, et deux à des membres des bri- gades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique. Plusieurs attaques ont déjà visé des membres, parfois de haut rang, du Hamas, ainsi que plusieurs de ses bâtiments. La plus spectaculaire avait eu lieu début mai lorsqu’un groupe sala- fiste se faisant appeler les «Partisans de l’Etat islamique à al Qods» a revendiqué des tirs de mortier contre une base d’al- Qassam.

RAIDS DE L’ARMÉE DE L’AIR SUR LA RÉGION DE DAMAS (SYRIE)

12 personnes tuées

Douze civils ont trouvé la mort sa- medi dernier en Syrie dans des frappes de l’armée de l’air sur la région de Damas, a rapporté l’Observatoire sy- rien des droits de l’homme (OSDH). Dans le nord du pays, cinq autres per- sonnes ont été tuées dans des raids de l’armée syrienne menés à l’aide de ba- rils d’explosifs sur la région d’Alep, portant à 82 le nombre de civils tués en une semaine dans ces raids dans la province éponyme. Dans la région de Damas, l’armée de l’air a mené cinq raids sur la localité d’Arbine, dans la

Ghouta orientale, faisant 12 morts parmi les civils dont deux enfants et trois femmes, ainsi que des dizaines de blessés, selon l’OSDH. D’autre part, l’Observatoire a rapporté que les héli- coptères de l’armée avaient lancé sa- medi 28 barils d’explosifs sur Zabadani, dernier bastion des rebelles à la frontière syro-libanaise. Deux per- sonnes sont mortes dans quatre autres raids aériens de l’armée sur la ville, et trois rebelles ont d’autre part été tués alors qu’ils tentaient de s’infiltrer de- puis la ville voisine de Douma.

LIBYE Saadi El-Gueddafi devant le tribunal de Tripoli

Saadi El-Gueddafi, fils de l’ancien dirigeant li- byen Maammar El-Gueddafi, devait comparaî- tre, hier, devant le tribunal de Tripoli pour meurtre, ont rapporté des médias citant la jus- tice libyenne. Extradé du Niger le 5 mars 2014, Saadi El-Gueddafi s’apprête à comparaître de- vant le tribunal de Tripoli pour le meurtre de l’entraîneur de football Bachir Al-Rayani en mars 2006 qui l’avait «critiqué en public pour son manque de talent de footballeur», selon l’agence Reuters qui cite la justice libyenne. La première session du procès a eu lieu le 10 mai. Les avocats de Saadi El-Gueddafi avaient obtenu un report de l’audience pour pouvoir étudier le dossier plus en détail. L’ancien footballeur est passible de la peine de mort.

ÉTATS-UNIS - CUBA Les ambassades rouvrent aujourd’hui

Les États-Unis et Cuba formaliseront au- jourd’hui le rétablissement de leurs relations di- plomatiques avec la réouverture de leurs ambassades à Washington et La Havane, après plus d’un demi-siècle de rupture. Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodri- guez, fera le déplacement pour la cérémonie, à laquelle 500 personnes devraient assister. Une plaque sera dévoilée officialisant le nouveau statut d’ambassade. Ce sera la première visite d’un chef de la diplomatie cubaine à Washing- ton depuis 1959. Bruno Rodriguez se rendra en- suite quelques kilomètres plus au sud dans le centre de Washington pour rencontrer son ho- mologue américain, John Kerry, au département d’État. À La Havane, le bâtiment qui abrite la représentation diplomatique américaine sera transformé en ambassade à minuit dans la nuit de dimanche à lundi, mais sans cérémonie offi- cielle, en attendant un déplacement de John Kerry.

ÉGYPTE Cinq soldats tués dans une attaque à la roquette dans le Sinaï

Cinq soldats égyptiens ont trouvé la mort sa- medi dans une attaque à la roquette lancée par des extrémistes contre un point de contrôle dans la péninsule du Sinaï, a annoncé l’armée dans un communiqué. La branche égyptienne du groupe autoproclamé «Etat islamique» a reven- diqué l’attaque dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux. L’armée a affirmé avoir tué samedi dernier vingt terroristes dans l’attaque d’une cache et diffusé sur la page Facebook de son porte-parole des vidéos de frappes contre un bâtiment et deux camions.

NIGER 32 terroristes de Boko Haram abattus à Bosso

Trente-deux éléments du groupe terroriste Boko Haram ont été abattus et 3 autres dont un res-

ponsable, ont été faits prisonniers par les Forces de Défense et de Sécurités (FDS) nigériennes,

a annoncé samedi dernier à Niamey, un com-

muniqué du ministre nigérien de la Défense. Après l’attaque du groupe armé perpétrée, mer- credi dernier à Gamgara, département de Bosso, proche de la frontière du Nigeria, au cours de laquelle 10 villageois ont été égorgées, les FDS ont engagé des opérations de ratissage, du 15 au 17 juillet dernier, le long de la Komadougou

Yobé, rivière faisant frontière entre le Niger et

le Nigeria.

SOMALIE L’Amisom lance une nouvelle offensive contre les Shebab

La force militaire de l’Union africaine en So- malie (Amisom) a annoncé, hier, avoir lancé

une nouvelle offensive contre les insurgés isla- mistes Shebab, affiliés à Al-Qaïda, afin de les déloger de zones rurales du sud du pays. L’opé- ration «Jubba Corridor» a été lancée vendredi dans les régions de Bay et Gedo, au sud de la capitale Mogadiscio, avec l’armée somalienne,

a précisé l’Amisom. «L’opération permettra que

toutes les autres régions de Somalie soient libé- rées et que la paix soit restaurée», assure un communiqué de l’Amisom. Cette offensive in- tervient après l’annonce jeudi par les autorités kényanes qu’un tir de drone américain a tué une trentaine de Shebab, dont plusieurs comman- dants, dans le sud de la Somalie.

Lundi 20 Juillet 2015

Société

12

EL MOUDJAHID

sÉcUritÉ sANitAire des AliMeNts

Les vétérinaires plaident pour un contrôle en amont

Après les décès enregistrés le mois dernier à Batna à cause du botulisme, le ministère de la Santé avait appelé, via un communiqué rendu public, les fabricants, au respect de toutes les normes de fabrication et de conservation. Un appel repris par les vétérinaires à qui incombe la mission de contrôle des aliments d’origine animale. Pour le professeur Taha El-Mossadek Hamdi, il est urgent de tirer les leçons de ce drame, en mettant en place une structure indépendante, relevant de la tutelle du Premier ministre, chargée de la mise en place d’un plan de sécurité alimentaire.

L e professeur taha el-Mossa- dek Hamdi, vétérinaire et sous directeur de la post-

graduation et de la recherche à l’École nationale supérieure vété- rinaire, trouve anormal qu’en 2015, on meurt de botulisme. Une maladie qui peut être évitée, pour peu que le processus de fabrication soit respecté. il trouve aussi anor- mal que la marque du produit incri- miné ne soit pas médiatisée. Mais avant de parler des dangers du bo- tulisme, il préfère parler des toxi- infections alimentaires, en général. des maladies que l’on peut attra- per, mais qui ne sont pas mortelles. Pour le botulisme, très explicite, il dit qu’à l’origine de cette patholo- gie, une bactérie présente un peu partout dans la nature. d’ailleurs, elle est surnommée, «bactérie tel- lurique». en fait, il s’agit d’une spore, qui, dans des conditions par- ticulières, produit une toxine. Au stade germinatif, dit-il, elle se mul- tiplie et produit de la toxine. elle n’a pas d’odeur, et l’aliment pré- sente un aspect normal. la ques- tion qui s’impose alors, où réside la faille pour le cachir vendu à Batna et à Khenchela ? Pour le pro- fesseur Hamdi, la faille réside dans le traitement thermique, car, comme expliqué auparavant, la bactérie a une forme sporulée, c’est pourquoi, lors de la préparation du cachir, il est impératif de rajouter des nitrates et du sel de façon à ce que la spore se trouve dans l’inca- pacité de germer dans ce milieu. et le professeur ajoute que tant qu’il n’y a pas germination, il n’y a aucun danger. le professeur ex- plique, par ailleurs, les facteurs qui favorisent la germination, notam- ment l’absence d’oxygène. c’est pourquoi il faut une quantité bien définie de sel. de l’ordre de plus de 10 %. Même chose pour la concen- tration des nitrates, ainsi que du PH (point hydrique) qui ne doit pas être supérieur à 4,5. d’aucuns se

qui ne doit pas être supérieur à 4,5. d’aucuns se demandent pourquoi ne pas «tuer» la

demandent pourquoi ne pas «tuer» la bactérie. Pour l’éliminer, il faut opter pour une stérilisation à forte température. ce qui ne peut être réalisé, car, à haute température, le produit brûle. À la question de sa- voir si les produits sont contrôlés à leur sortie de l’usine, notre interlo- cuteur souligne que l’opération de contrôle doit consister en la vérifi- cation des conditions de fabrica-

tion, car, dit-il, les laboratoires ne disposent pas de moyens pour chercher les toxines directement dans le produit (cachir). car, ceci, demande de la technologie. Pour en revenir aux trois décès enregis- trés à Batna, ce sont deux enfants de 11 ans et un homme de 66 ans, qui représentent les catégories les plus vulnérables. le professeur confirme qu’ils font partie de la po-

pulation à risque, qui compte éga- lement les femmes enceintes et toute personne qui a une faible im- munité. ceux qui survivent peu- vent garder des séquelles, car, explique le professeur, c’est une maladie qui attaque le système ner- veux. le professeur Hamdi ex- plique, en outre, que la maladie peut être diagnostiquée à temps, étant donné que les symptômes sont connus. Notre interlocuteur ajoute que le botulisme n’est pas seulement lié au cachir, il peut être lié aux conserves préparées à la maison, c’est dire que ce n’est pas spécifique à la viande, du fait que la bactérie est partout. le profes- seur est formel, ça n’a rien à voir avec les grandes chaleurs de l’été. le problème réside dans le traite- ment du produit au niveau de l’usine. Quel rôle peut jouer un la- boratoire de recherche, comme celui des l’École des vétérinaires ? le professeur Hamdi présente le laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure vétérinaire comme une structure axée plus sur la recherche que sur le diagnostic. il a pour mission la vulgarisation et l’organisation de journées de sen- sibilisation. Néanmoins, ce labora-

toire, dit-il, est en mesure de faire des prestations de service. le pro- fesseur estime qu’il faut parler de sécurité alimentaire d’une manière globale, pas seulement de toxi-in- fections alimentaires. Auparavant, dit-il, il y avait un système de

contrôle du produit fini, c’est-à- dire à la sortie de l’usine. Mais, au- jourd’hui, la politique de gestion de la sécurité sanitaire des aliments

a changé partout dans le monde.

c’est devenu une mission de pré- vention, car il y va de la santé pu- blique. la méthodologie, poursuit-il, a changé. en 2010, rap- pelle notre interlocuteur, il y a eu promulgation d’un décret qui oblige les industriels de l’agroali- mentaire à mettre en place le sys- tème HAccP, qui prévoit la prévention. Mais cela, juge-t-il, reste insuffisant. c’est pourquoi il faudrait créer une structure chargée de mettre en place un plan de sécu- rité sanitaire des aliments. cette structure doit être mise sous la tu- telle du Premier ministre. il faut, préconise le vétérinaire, passer du contrôle du produit fini au contrôle en amont pour éviter tout problème santé publique. Nora Chergui

Un enfant de 11 ans, troisième victime du botulisme au CHU de Batna

Un enfant de 11 ans, hospitalisé depuis le 23 juin dernier, en même temps que 8 autres personnes sus- pectées d’avoir contracté le botu- lisme, est décédé vendredi soir au service réanimation de l’hôpital, a- t-on appris, samedi dernier, auprès du directeur du cHU, Abdelghani Belkhedim. il s’agit du 3 e décès causé par le botulisme, un autre enfant de 11 ans, originaire de Kaïs (Khen- chela), et un homme de 66 ans ont

perdu la vie, il y a deux semaines, des suites de la même maladie, a rappelé ce responsable.

Une patiente se rétablit progressivement, trois autres dans un état stationnaire Une patiente (âgée de 21 ans), sur les quatre hospitalisés au cHU de Batna pour botulisme, se rétablit progressivement, alors que l’état des trois autres reste stationnaire, a indiqué, hier, le chef du service

Fête de l’Aïd-el-Fitr

prévention à la direction de la santé, de la Population et de la ré- forme hospitalière de wilaya, Ab- delhafidh sedouk. désormais hors de danger, la jeune malade (originaire de Batna), qui n’a plus besoin de ventilation artificielle, pourra quitter l’hôpital prochainement, a souligné ce res- ponsable, relevant que la situation des trois autres malades (deux de Khenchela et un de Batna) reste in- changée.

les signes cliniques et les ana- lyses de sang ont confirmé l’infec- tion de botulisme, de même que les analyses d’échantillons de cachir avarié ont révélé la présence des germes responsables du botulisme,

a affirmé M. sedouk. deux malades ont, à ce jour, quitté le cHU sur les neuf admis (6 de Khenchela et 3 de Batna) pour botulisme contracté après avoir mangé du cachir impropre à la consommation.

Des cadeaux pour faire plaisir aux malades

l’occasion. cette chance n’est pas donnée à tout le monde, puisque nombreuses sont les personnes qui, atteintes d’une maladie grave ou dont l’état de santé nécessitant une hospi- talisation, ont été contraintes de passer la fête de l’Aïd à l’hôpital, loin de leur maison. Pour tenter d’apporter soutien et réconfort aux ma- lades, plusieurs associations se sont rendues aux hôpitaux afin de partager des moments de joie et de bonheur avec ceux qui souffrent de maladie et de la douleur de l’isolement en cette belle et heureuse occasion. dès les pre- mières heures de l’Aïd, des bénévoles de plu- sieurs associations activant dans la capitale, à l’image de «Ness el-Khir», ont pris la desti- nation de l’hôpital Mustapha-Pacha et du cHU de Bab el-Oued (ex-Maillot), pour ren- dre visite aux malades qui n’ont pas pu passer l’Aïd avec leur famille. Munies de cadeaux, de jouets et de friandises, ces personnes se sont portées volontaire pour rester, pendant des heures, au chevet des malades, en leur ap-

portant un peu de joie, en vue de soulager leur souffrances durant ce jour exceptionnel. «On vient à chaque occasion, les mains remplies de cadeaux, pour faire plaisir à ces malades. ce geste apporte autant de bien aux malades qu’à nous-mêmes. de toute façon, personne n’est à l’abri et on doit tous se mettre à la place des personnes malades ou démunies», dit riad, un jeune bénévole qui s’est habitué à ce genre d’actions bénévoles. connus par leur sensibilité envers ceux qui souffrent, un bon nombre d’Algériens ne ratent pas ce genre d’occasions pour faire preuve de leur généro- sité en visitant les malades hospitalisés, no- tamment les enfants. Accompagné de son petit-fils, samia est venue partager avec des enfants du service pédiatrie du cHU Musta- pha, des moments de convivialité. Grâce à ce genre d’initiatives, une ambiance bon-enfant régnait au niveau de ce service. cette jeune maman, qui a vécu l’expérience de passer un Aïd avec son petit à l’hôpital, à cause de sa

comme à l’accoutumée, la fête de l’Aïd- el-Fitr a été célébrée par les habitants de la ca- pitale et de ses alentours dans un climat de piété, de joie et de l’ambiance des grands jours. cette fête religieuse représente une ré- compense à une épreuve d’abstinence, et le sentiment d’avoir accompli l’un des piliers de l’islam qui est le jeûne. cette grande satisfac- tion se lisait sur le visage de chaque personne. elle est exprimée de différentes manières, notamment à travers des visites de famille, de proches ainsi que de malades dans les hôpi- taux. en effet, la visite des grands-parents fi- gure parmi les principales traditions marquant le premier jour de la fête de l’Aïd-el-Fitr. Un rituel qui consiste dans le regroupement des membres de la famille au foyer parental en vue de se souhaiter, mutuellement, bonne fête. tout au long de cette journée, et juste après la prière de l’Aïd, les Algériens ont enchaîné les visites familiales, et aux proches hospitalisés, en leur apportant les gâteaux préparés pour

maladie, et le sentiment d’être isolé le jour d’une fête, s’est engagé à offrir à ces enfants des cadeaux, un beau geste qui a fait beaucoup de bien à ces bambins. «Je viens souvent ren- dre visite aux enfants, en leur ramenant des te- nues, des jouets et même des friandises pour qu’ils ne se sentent pas seuls», a précisé cette maman, peinée de voir ces enfants souffrir de différentes pathologies. il faut préciser que les centres pour personnes âgées ont également connu une affluence lors de cette fête reli- gieuse qui rime avec piété et solidarité. en effet, nombreux sont les jeunes et moins jeunes qui se sont déplacés vers ces centres, apportant aux personnes âgés soutien moral et différents cadeaux et gâteaux. en somme, une ambiance familiale régnait en ces lieux en ce jour de fête, où ces personnes ont été heu- reuses de célébrer l’Aïd, en dégustant diverses spécialités de gâteaux dans une ambiance de fête, tout en s’échangeant leurs vœux. Kamélia H.

MAscArA

90 motocycles confisqués en juin 2015

les services de police de la sécurité publique relevant de la sûreté de wilaya de Mascara ont saisi, durant le mois de juin dernier, 90 motocycles, et ce dans le cadre de leurs activités visant à la préservation du calme et de la sérénité publique des citoyens. le chef de la cellule de communi- cation et des relations publiques a indiqué que les forces de sécurité se focalisent dans ses opérations sur les l’interdic- tion à la circulation des motocycles dont les chauffeurs ôtent volontairement le silencieux, ne respectent pas le code

de la route et font preuve d’une conduite dangereuse pou- vant entraîner des conséquences fatales. ces opérations de police visent les différentes zones de la wilaya, notamment celles fréquentées par les motocyclistes. Par le biais de ces mesures de répression, 90 infractions au code de la route ont été enregistrées. les motifs de ces infractions varient entre les défauts de présentation de papiers dans 21 cas, 38 cas de défaut d’attestation d’assurance, 12 cas de défaut de permis de conduire, 33 cas de non port du casque et un seul

cas suite à un accident de la circulation. en conséquence, toutes les motos objets d’infraction ont été saisies pour une durée de 15 jours, en plus d’une amende, alors que 33 cas objets de délit, à savoir des accidents, des cas de conduite en état d’ivresse et d’autres cas d’invalidité de l’assurance, ont été saisis pour la même durée et ont fait, de plus, l’objet de dossiers judiciaires. A. Ghomchi

lundi 20 Juillet 2015

Culture

13

EL MOUDJAHID

Note de lecture
Note de lecture

ACTES DU COLLOQUE INTERNATIONAL : MÉDIAS, COMMUNICATION, LANGUE ET LANGAGES : OÙ EN EST TAMAZIGHT ?

L’entreprise médiatique amazighophone entre défi, modernité et réalité

Sous l’égide du ministère de la Communication et du Haut-Commissariat à l’amazighité, une publication datant d’une année, regroupant quelque vingt-six communications s’intéressant au rôle et à l’implication, dans l’utilisation médiatique, de la langue berbère en Algérie, nous est récemment parvenue à la rédaction.

I l importe aujourd’hui de rassem- bler dans un ouvrage qui fixe dé- finitivement certains

questionnements, opinions et ré- flexions d’éminents spécialistes dans ce domaine que l’on rencontre rare- ment dans la capitale à l’occasion d’une conférence ou d’un séminaire. C’est chose faite, cette fois, avec la sortie des Actes de colloque interna- tional qui a réuni de grands cher- cheurs du Maghreb, d’Amérique et d’Europe pour établir des échanges fructueux sur la question autour d’une même table ronde, à la maison de la culture d’Azazga (Tizi Ouzou), du 7 juin au 9 juin 2014. Dans son al- locution d’ouverture, le ministre de la Communication, Hamid Grine, tout en saluant l’initiative de cette rencon- tre sur le thème «Tamazight et les médias», a avant tout rappelé que l’essence même d’un média est de communiquer dans la langue de l’au- ditoire pour lequel il est destiné, sa- chant que dans beaucoup de villages de l’intérieur du pays les langues par- lées et véhiculées dans le commerce, la vie publique et à l’intérieur des maison est bien le berbère, dans ses variantes, maintenant identifiées sur le plan strictement linguistique d’où la nécessité, pour les pouvoirs pu- blics, de prendre en charge effective- ment ce paramètre non négligeable dans la vie culturelle et économique des sociétés berbérophones : «L’im- plantation des radios locales dans les 48 wilayas du pays a permis jusqu’à présent l’introduction de tamazight dans vingt-quatre stations. Le mois prochain, elles seront vingt-cinq, avec l’introduction de la variante chelhi dans la station locale d’El- Bayed. La diversité des variantes

amazighes se manifeste davantage dans les stations de radio locales. Ces variantes sont au nombre de huit, ainsi déclinées : le kabyle, le chaoui, le targui, le chenoui,, le mozabite, le znati, l’ouargli, l’hassani et, enfin, le chelhi», avance le ministre, avant d’ajouter : «En 1996, il y a eu l’intro- duction d’un journal té- lévisé en tamazight jusqu’à la création, enfin et en 2009, de la chaîne 4, non sans diffi- cultés, en raison de contraintes objectives liées, notamment, à la ra- reté de la ressource hu- maine spécialisée et l’offre réduite en matière de production audiovi- suelle. Cela n’a pas empê- ché cette chaîne de s’imposer, en termes d’au- dimat, en Algérie et même au-delà.»

De nouvelles logiques de fond Plus loin, ce dernier ajoute : «Mon département s’attelle actuellement à la mise en œuvre d’un vaste programme destiné à l’ensemble des profession- nels des médias et qui sera renforcé par un autre programme, prévu dans le cadre du plan national de dévelop- pement 2015-2019.» Pour sa part, le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi, tout en appuyant son dis-

Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi, tout en appuyant son dis- cours d’allocution sur l’actualité d’un tel thème

cours d’allocution sur l’actualité d’un tel thème pour les Algériens, souligne la place que devrait occuper les médias amazighophones par rap- port aux moyens de la communica- tion et autres technologies de l’information. Il s’est, en outre, féli- cité de la protection de l’amazighité en tant que composante de l’identité nationale, et ce grâce aux efforts du

HCA, à sa tête Si El-Ha- chemi Assad, dans la promo- tion de la langue dans le domaine cinématogra- phique, de l’écriture litté- raire et autre et y compris son introduction dans l’In- ternet et la création d’un clavier amazigh, déjà dis- ponible, et l’inscription de tamazight dans le moteur de recherche de Google. Prenant à son tour la pa- role, le responsable du HCA posera, quant à lui, la problématique en termes de droit à la com- munication en langue amazighe si l’on se penche sur tous les principes qui restent à construire et les usages à développer au sein de la société algé- rienne : «Après plus d’un demi-siècle de l’indépendance natio- nale, la société algé- rienne est mise dans le domaine des mé- dias et de la commu- nication face à de nouveaux défis. Ces défis tiennent des usages sociaux et politiques des mé- dias, produits des dimensions tou- jours plus fournies et diversifiées Leurs entreprises de production et de diffusion relèvent des capacités endo- gènes, publiques et privées, et exo- gènes, dont la profusion a été boostée par l’avènement d’Internet, matrice de médias-monde irriguant la pla- nète», dit l’intervenant, à propos des usages de la langue, avant d’ajouter

un souhait qui réaliserait, pour les promoteurs de l’amazigh, un bond considérable en avant : «Dans le même temps, les usages des langues nationales se retrouvent en situation de profonde mutation. C’est ici l’épi- centre de questionnements et de sondes nouvelles proposées à l’affi- nage des participations à la rencontre des 7 et 8 juin. Tamazight, promue langue nationale, est au cœur de cette cible. Langues et langages : leurs in- terpénétrations dans le domaine des médias fondent - à travers le monde - de nouvelles logiques de fond». Au cours de ce colloque, divers cher- cheurs et chercheuses ont tenté d’in- tervenir suivant six axes proposés à la réflexion. Premièrement, la mise en situation historique, législative et réglementaire, institutionnelle des questions d’usages dans les médias. Deuxièmement, la mise en situation globale des questions de langues, lan- gages et communication en Algérie et dans les pays voisins. Le troisième point concernait les connaissances des réalités nationales et étrangères dans les entreprises médiatiques ama- zighophones. Le quatrième axe s’est intéressé aux activités des profession- nels entre l’expérience nationale te celles étrangères. Le cinquième point tournait autour des contenus de la production de ces langages vernacu- laires, avec un impératif de les sou- mettre à une nouvelle forme de modernisation et, enfin, le sixième axe de réflexion concernait l’avène- ment et les usages élargis des nou- veaux médias et le défi qu’ils représentent pour la langue ama-

zighe. Lynda Graba

PATRIMOINE

L’Unesco a saisi la CPI pour la destruction des mausolées de Tombouctou

L'Unesco a saisi la Cour pé- nale internationale (CPI) au sujet des destructions des mausolées de Tombouctou par les groupes armés, lorsqu'ils contrôlaient le nord du Mali (2012-2013), a an- noncé, samedi dernier, la direc- trice générale de l'institution, Irina Bokova, venue visiter des mausolées reconstruits. «L'Unesco a saisi la Cour pénale internationale au sujet de ceux qui ont détruit les mausolées. ( ) J'ai rencontré, il y a deux mois, la procureure, et je crois qu'elle avance rapidement et j'espère qu'elle sera prête pour présenter le cas devant la CPI», a déclaré Irina Bokova devant la presse, sans entrer dans les détails. «Dé- truire un patrimoine culturel est considéré comme (un crime de guerre) selon la convention de La Haye», a ajouté la directrice gé- nérale de l'Unesco. Arrivée vendredi dernier au Mali, M me Bokova s'est rendue, samedi, à Tombouctou, dans le nord. «Nous avons pu voir, ce sa- medi à Tombouctou, les mauso- lées reconstruits grâce au concours de l'Unesco. Huit mau- solées ont été reconstruits et les autres le seront avant la fin de l'année», a-t-elle dit au cours d'une conférence de presse à Ba- mako. «C'est par la reconstruc- tion des mausolées que nous pourrons accompagner les ac- cords de paix et restaurer l'iden-

accompagner les ac- cords de paix et restaurer l'iden- Nous allons également aider à la rénovation

Nous allons

également aider à la rénovation d'autres richesses du patrimoine culturel de Tombouctou», a-t-elle poursuivi. Elle a, notamment, cité les manuscrits de Tombouc- tou et des mosquées de la ville. Trois millions de dollars sur les 11 millions nécessaires pour mener à bien ces travaux de ré- novation sont déjà mobilisés, a- t-elle précisé. À Tombouctou, M me Bokova a également visité des biblio- thèques et des mosquées, avant de rencontrer des autorités reli- gieuses et des associations de jeunes. Au cours de sa visite dans le Nord, la directrice générale de l'Unesco était accompagnée par plusieurs ministres maliens, des diplomates européens, ainsi que par le représentant spécial ad- joint de la mission de l'ONU au

tité de la ville. (

)

Mali, Arnauld Akodjènou. Ainsi, Arnauld Akodjènou, a souligné que l'appui à «la sauve- garde du patrimoine culturel du Mali constitue une composante- clé du mandat de la MINUSMA en soutien aux efforts des autori- tés maliennes et en collaboration avec l'Unesco». La ministre malienne de la Culture, de l'Artisanat et du Tou- risme, M me Ramatoulaye N'Diaye Diallo, a pour sa part fait remarquer que la reconstruc- tion «va au-delà des murs» et que «c'est un réarmement moral pour les communautés de Tombouc- tou et du peuple malien» et «une étape majeure de la mise en œuvre de l'Accord de paix». Avant de quitter, samedi der- nier, le Mali, M me Bokova a été reçue en audience par le Prési- dent Ibrahim Boubacar Keïta.

8 e ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE

Deux sessions de formation au profit des jeunes talents

Pour le compte de la huitième édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA), le commissariat du Festival organise, à partir de mercredi, et pour la septième année consécutive, des formations d’initiation à la bande dessinée pour la jeune génération, âgée de plus de 14 ans, au niveau du grand chapiteau situé sur l’esplanade de Riad El-Feth à Alger. Cette formation sera animée par l’auteure et artiste Soumia Ouarezki, étudiante en design graphique à l’École supérieure des beaux-arts d’Alger et ayant plusieurs participations à des collectifs. Les inscriptions se font sur le site officiel du FIBDA et la formation prendra fin le 31 août de l’année en cours, avec trois séances par semaine. Le deuxième cycle de formation se déroulera dans le même lieu, entre le 2 aout et le 4 septembre, avec au programme «L’atelier de formation initiation et perfectionnement à l’animation 3D». Organisée après la réussite des ateliers de formation en 2013 et 2014, ce qui a notamment permis à la plupart des stagiaires de se lancer professionnellement dans le domaine de l’animation 3D, en Algérie et à l’étranger, avec déjà deux courts métrages d’animation réalisés : Crayons du cœur – 2013 et Innocence – 2014. Les stagiaires seront initiés au domaine de l’animation, puis à la pratique, en réalisant un court métrage en 3D. Le FIBDA se veut exigeant en matière d’encadrement, en faisant appel à des professionnels aguerris dans le domaine de l’animation 3D et disposant de compétences techniques et artistiques avérées dans la conception, la production et la participation à plusieurs séries et films courts d’animations 3D, y compris à l’international. Avec une méthode d'enseignement innovante, participative et collaborative, cette formation spécialisée donne les clés de la réussite d’un projet dans le domaine de l'animation 3D, du concept d'acting aux méthodes pratiques de l’animation 3D. Cette formation s’adresse aux personnes créatives, intéressées par le dessin et l’animation tridimensionnelle et disposant de bases informatiques leur permettant d'apprendre les techniques d'effets visuels et d'animation de personnages et d’objets 3D. Avec la Corée du Sud comme invité d’honneur de cette huitième édition, le 8 e FIBDA ouvre ses portes du 6 au 10 octobre 2015, à l’esplanade Riad El-Feth, avec comme slogan «Dis le moi en bulles». Il y a lieu de rappeler que plusieurs types de concours seront lancés pour le 8 e FIBDA, avec notamment un pour les professionnels, pour les jeunes talents et les espoirs scolaires. Plusieurs prix seront attribués aux lauréats, entre autres, le prix du meilleur album en langue nationale (arabe et amazigh), le prix du meilleur album en langue étrangère, le prix du meilleur projet en cours, prix du meilleur fanzine ou du meilleur journal de bande dessinée, prix du meilleur scénario et celui du meilleur graphisme.

Kader B.

Sports

21

EL MOUDJAHID

Le DeUxIèMe STAGe De LA JSK S’éTALeRA SUR DeUx SeMAINeS

Cap sur Gammarth

La JS Kabylie a bouclé son premier cycle de préparation sur une bonne note, en dépit de l’absence de sparring-partners à Hammam Bourguiba. Le club kabyle s’est contenté, en deux semaines de stage, d’un seul match de préparation face à une petite équipe tunisienne, qui a permis à Mourad Karouf de lancer son équipe dans le bain avec une petite fixation sur les nouvelles recrues qu’il voulait voir à l’œuvre.

L es Canaris s’apprêtent à repartir en stage pour le deuxième et dernier

cycle de préparation avant la reprise du championnat. A cet effet, les coéquipiers d’Ali Rial vont entrer en stage blo- qué de trois jours aujourd’hui au Mouflon d’Or. Il est prévu que Mourad Karouf effectue à Alger trois séances d’entraî- nement avant de rallier de nouveau la Tunisie et plus précisément la ville de Gam- marth où les Canaris effectue- ront un autre stage de deux semaines. Il était prévu dans un premier temps que la JSK se prépare au Maroc, mais des imprévus inhérents à l’organisation du séjour

a fait que la JSK s’est vue contrainte de se ra-

battre sur la Tunisie. Mourad Karouf qui ne s’est pas montré très exigent sur le lieu du stage a insisté néanmoins sur la nécessité de programmer plusieurs matchs amicaux. Le coach kabyle a été clair à ce sujet : il veut au moins cinq matchs ! Un défi que devra relever Karim Doudane qui était jusqu’ici incapable

devra relever Karim Doudane qui était jusqu’ici incapable Tizi-Ouzou avant l’entame du championnat reste

Tizi-Ouzou avant l’entame du championnat reste envisageable, qui plus est, les supporters ont ma- nifesté leur désir de voir jouer l’équipe au moins une fois avant la reprise. Jusqu’ici, Mourad Karouf s’est montré très satisfait du dérou- lement de la préparation. « Nous sommes en train de monter une équipe. Individuellement, nous avons des joueurs très intéressants. Techniquement, c’est peut-être l’équipe la plus technique que la JSK a eu ces dernières années, mais il va falloir travailler dur pour mettre en place une équipe compé- titive », nous a déclaré Mourad Ka- rouf qui est ravi de voir « les joueurs adhérer pleinement à la dis- cipline du groupe. Nous avons instauré une ligne de conduite que tous les joueurs respec- tent sans ronchonner. L’ambiance est très bonne. L’état d’esprit y est. Il y a de quoi être optimiste », a ajouté le jeune entraîneur de la JSK qui table sur une bonne préparation qui lui permettra d’entamer le championnat en force. C’est là tout l’enjeu. Amar Benrabah

d’organiser plus d’un match amical. L’on se souvient que le deuxième match de prépara- tion que devait jouer la JSK à Hammam Bour- guiba, comme l’a annoncé la presse n’ jamais eu lieu, l’équipe adverse n’ayant jamais donné son accord pour jouer. Sur le principe, la JSK jouera son premier match amical le 24 ou 25 juillet. L’objectif, comme on le disait, est de disputer quatre à cinq matches. L’éven- tualité que la JSK joue un dernier match à

CSC

Reprise des entraînements à Constantine avant le départ en Bosnie

Le Chabab de Constantine a repris les entraînements, hier, à la forêt de Baaraouia, après avoir bénéficié de trois jours de repos bien mérité. Les protégés du coach français, Hubert Velud, et de son nouvel adjoint, Mounir Zeghdoud, se préparent en prévi- sion du match gala prévu le 25 juillet prochain au stade Ham- laoui contre une formation euro- péenne dont le nom n’a pas encore été dévoilé. L’ensemble des éléments de l’effectif 2015/16 était présent à ce galop d’entraînement. Notamment l’at- taquant ivoirien, Koné Koro, fraî-

chement recruté au terme de né- gociations assez serrées. Les co- équipiers du gardien international Cedric poursuivront ensuite leurs séances de travail dans leur stade jusqu’à leur départ en Bosnie- Herzégovine pour le second stage de préparation. Durant ce stage précompétitif, qui durera deux semaines, entre le 27 juillet et le 12 août, les Sa- nafirs auront a disputer cinq ren- contres amicales contre des formations de différents paliers du championnat local. Pour rap- pel, le CSC a effectué un premier stage à Hammam Bourguiba

ponctué par des matchs amicaux contre des équipes du champion- nat tunisien, à l’image de l’AS Gabès. Lors de la dernière phase de préparation, le staff technique se penchera exclusivement sur l’aspect technico-tactique. Ayant pratiquement une idée plus ou moins précise sur son onze type, Velud mettra en place son schéma tactique et ses stratégies offensives et défensives, avec les variantes envisageables lors des différentes situations de jeu. Avec le recrutement d’un second avant-centre, tout porte à croire que le Chabab de l’antique Cirta

évoluera dans une configuration tactique portée sur l’attaque. Un schéma favorisant le jeu offensif, en losange, variant entre le 4-4-2 et le 4-1-3-2 et basculant facile- ment vers un 4-2-3-1 en situation défensive. Le CSC, qui sort d’une saison pour le moins diffi- cile, compte bien s’illustrer lors du prochain exercice et jouer les premiers rôles. Pour la première journée du championnat, le 14 août prochain, les camarades de Meghni seront confrontés à la JSK.

Rédha M.

USM BLIDA

MO BéJAïA

Geiger propose Kaoua au poste de manager général du club

Geiger propose Kaoua au poste de manager général du club Le nouvel entraîneur du MO Béjaia,

Le nouvel entraîneur du MO Béjaia,

le Suisse Alain Geiger, a proposé Ab-

dennour Kaoua, l’ancien gardien de but

et entraîneur du MC Alger, à la direc-

tion de son club de Ligue 1 algérienne de football, pour occuper le poste de manager général, a appris l’APS hier auprès du Conseil d’administration de

la formation béjaouie. La proposition

de Geiger a été prise en considération par les dirigeants qui ont déjà entamé les discussions avec Kaoua, dont l’ex- périence internationale devrait être bé- néfique pour les ‘‘Crabes’’ qui disputeront pour la première fois de leur histoire la Ligue des champions

africaine la saison prochaine, ajoute-t- on de même source. Geiger avait déjà collaboré avec Kaoua au MC Alger au cours de la saison 2013-2014, mais les deux hommes ont dû quitter le navire

au bout de quelques mois seulement de

travail. Par ailleurs, le MOB s’est rendu hier à Tunis pour effectuer son

deuxième stage d’intersaison à Ga- marth dans la banlieue de la capitale. Au programme de ce regroupement de deux semaines quatre matchs amicaux “face à de grosses cylindrées d’Afrique”, annonce la direction du vice-champion d’Algérie. Le club, qui

a connu l’arrivée de plusieurs nou-

veaux joueurs cet été, a clôturé la se- maine passée un premier stage à Ain

Draham (Tunisie) où les protégés de Geiger ont séjourné pendant presque vingt jours.

Le stage d’intersaison à Hammam-Bourguiba

L’USM Blida, nouveau promu en Ligue 1 algérienne de football, devrait effectuer son stage d’inter- saison à Hammam Bourguiba (Tu- nisie), a appris l’APS hier auprès de son entraîneur, Djamel Ben- chadli. “A 90% le regroupement de pré-saison aura lieu à Hammam Bourguiba en Tunisie. C’est la der- nière information que je détiens de la direction du club”, a déclaré Benchadli. Outre la Tunisie, les di- rigeants blidéens avaient pensé à deux autres sites pour abriter le stage estival de leur équipe pre-

mière : Ain Temouchent et Tlem- cen (ouest d’Algérie). “Le plus im- portant est d’assurer un maximum de matchs amicaux au cours de ce deuxième cycle de préparation. J’espère que ce sera le cas à Ham- mam Bourguiba”, a ajouté l’ex- coach de l’ASM Oran, dont l’équipe a disputé jusque-là, deux rencontres-test contre le Paradou AC (1-1) et l’USM Harrach (dé- faite 3-2). Les coéquipiers du go- leador Fethi Noubli avaient repris les entraînements le 30 juin dernier sous la conduite de Benchadli qui

le 30 juin dernier sous la conduite de Benchadli qui a succédé à Kamel Mouassa, qui,

a succédé à Kamel Mouassa, qui, lui, est retourné à l’ASMO. L’USMB a engagé huit joueurs :

Fekih, Djaâdane, Hichem Cherif, et Heriat (ex-MC Oran), Laifaoui (ex-USM Alger), Mesfar (ex-CA Bordj Bou Arréridj), Amiri (prêté par le CR Belouizdad) et Bena- mara (ex-JS Kabylie). Malgré ces arrivées, Benchadli insiste toujours pour le recrutement de deux autres éléments pour ren- forcer la ligne d’attaque en particu- lier.

ATHLéTISMe

Bettiche explique son abandon au meeting de Monaco

La championne algérienne du 3.000 m steeple, Amina Bettiche, peine

à retrouver cette année, sa forme de com-

pétition et son dernier ‘‘ratage’’ au mee- ting de Monaco, lors duquel elle n’est pas allée au bout de l’épreuve témoigne de la méforme de l’athlète du GS Pétro- lier. « Au meeting de Monaco, de ven- dredi dernier, je me sentais très mal au point. Je ne pouvais pas terminer la course et j’ai préféré abandonner », nous

a indiqué au téléphone Bettiche qui est

rentrée à Bordj Bou-Arréridj pour les fêtes de l’Aid el Fitr. « Je n’étais pas

bien et je me sentais très fatiguée impos- sible de reprendre mon rythme lors de cette épreuve qui est intervenue juste après le mois de Ramadhan », a ajouté, l’athlète entraînée par Mohamed Salem, en précisant qu’elle n’est pas en forme

« en dépit des très bons repères aux en-

pas en forme « en dépit des très bons repères aux en- traînements ». « Durant

traînements ». « Durant le mois sacré du jeûne, je me suis entraînée à Bordj Bou- Arréridj, sous la direction de mon entraî- neur à raison de deux séances par jour et cela se passait très bien avec des repères chronos encourageants, mais en compé- tition, je n’arrive pas à retrouver mon rythme », a détaillé Bettiche qui ne sem-

ble pas perdre espoirs. « C’est une ques- tion de forme compétitive que je pour- rais retrouver d’ici au championnat du monde de Pékin (22-30 août 2015) » a- t-elle estimé, en affirmant qu’elle entrera en stage de préparation à Paris (22 juil- let-12 août) pour tenter de récupérer après le mois de jeûne et d’être au ren- dez-vous chinois dans les meilleures conditions possibles ». Bettiche, a béné- ficie du maximum de stages de prépara- tion, a-t-on indiqué à la direction technique de la FAA, en précisant que l’athlète a été pratiquement en stage toute la saison en rappelant les stages de longues durées en Afrique du Sud, à Bé- jaia et Ifrane au Maroc. Sur le plan de la compétition Bettiche a occupé la 15 e place du 3.000 m steeple de Doha en 9:42.97 avant d’entrer en 10 e position à Rome en 9:40.24.

AIBA PRO-BOxING - CyCLe 1 (2 e JOURNée)

Victoire de Flissi face à Asloum

Le boxeur algérien Mohamed Flissi (52 kg) a battu le Français Redouane Asloum aux points (3-0), lors du combat de classement comptant pour la deuxième jour- née du cycle 1 de l’AIBA pro-boxing (APB), samedi dernier à Sofia (Bulgarie). De son côté, Abdelhafid Benchabla (81 kg), de retour à la compétition après une année d’absence en raison d’un accident de voiture, croisera les gants avec l’Ouzbek, Oybek Mamazulu- nov, le 30 juillet, dans l’optique d’améliorer son clas- sement mondial. Quant à Chadi Abdelkader, il affrontera le n°1 de la catégorie (64 kg), l’Allemand Artem Harutyunyan le 30 juillet en Allemagne. Une victoire face à son prochain adversaire lui permettra de valider son billet aux prochains jeux Olympiques 2016, à Rio de Janeiro, au Brésil et deviendra ainsi le chal- lenger officiel pour le titre mondial de l’AIBA pro- boxing. Même s’il est motivé et déterminé, la tâche de Chadi semble très difficile devant un adversaire coriace qui va, de surcroît, boxer chez lui.

Lundi 20 Juillet 2015

Vie pratique

22

EL MOUDJAHID

Vie religieuse RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Horaires des prières de la journée du lundi
Vie religieuse
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Horaires des prières de la journée du lundi 3 chaoual 1436
correspondant au 20 juillet 2015 :
MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION
ET DE LA RÉFORME HOSPITALIÈRE
- Dohr … 12h55
- Asr 16h45
INSTITUT PASTEUR D'ALGÉRIE
- Maghreb
20h08
- Icha…………………21h43
Mardi
4
chaoual
1436
correspondant au 21 juillet 2015
AVIS DE PROROGATION DE DÉLAI
- Fedjr 04h00
- Chourouq
05h45
NIF N°: 000016001381120
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
L’Institut Pasteur d’Algérie informe les soumissionnaires
ayant retiré le cahier des charges relatif à l’appel d’offres
national ouvert N° 05/2015 pour l’acquisition Installation
et Mise en marche d’Équipements de Laboratoires et de
la Production de l’Institut Pasteur d’Algérie, que la date
limite de dépôts de offres, fixée au 21 juillet 2015, est
prorogée au 04 Août 2015 à 13h00.
El Moudjahid/Pub
ANEP 336324 du 20/07/2015
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION
ET DE LA RÉFORME HOSPITALIÈRE
INSTITUT PASTEUR D'ALGÉRIE
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
AVIS D’INFRUCTUOSITÉ
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
NIF N°: 000016001381120
Conformément aux dispositions de l'article 49 du décret présidentiel
n°10-236 du 07 octobre 2010 portant réglementation des marchés
publics, modifié et complété, l'Institut Pasteur d'Algérie sis à 01, Route
du Petit Staouéli, Dély-Ibrahim, Alger, informe l'ensemble des
soumissionnaires ayant soumissionné à l'appel d'offres international
restreint n° 06/2015 relatif à l'acquisition du VACCIN ANTIPOLIOMYELITIQUE
INJECTABLE
PRÉSENTATION
MULTIDOSES,
que
celui-ci est déclaré
INFRUCTUEUX, au motif qu'un seul pli a été réceptionné.
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi oUZoU :
El Moudjahid/Pub
ANEP 336322 du 20/07/2015
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
ENTREPRISE NATIONALE DES PRODUITS DE L’ÉLECTROCHIMIE « ENPEC SPA »
Société par actions au capital social
de 3.150,000.000 DA
4 e km, Route de Constantine El-Hassi - Sétif n° 88 Algérie
Tél.: 036 64 11 34 à 36 - Fax: 036 64 10 74
APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT N° 09/ DG/ENPEC/2015
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
L'Entreprise Nationale des Produits de
l'électrochimie “ENPEC spa», Direction
Commerciale lance un avis d'appel d'offres
restreint à la concurrence nationale pour :
- Le transport du personnel de l'entreprise
à Sétif
Les soumissionnaires intéressés par le
présent avis d'appel d'offres peuvent retirer le
cahier de charges auprès de :
portant la mention «Offre technique» ou
«Offre financière» selon le cas et introduite
dans une enveloppe extérieure fermée
strictement anonyme ne portant que la mention
suivante :
Appel d'offres national restreint
N°09/DG/ENPEC/2015
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
ENPEC/ DIRECTION GÉNÉRALE
4 e km Route de Constantine
BP N° 88 El Hassi Sétif
Tél.: 213 36 64 11 34 à 36
Fax : 213 36 64 10 74
El Hassi - Sétif - Algérie
«Transport du personnel »
« A ne pas ouvrir »
Le délai de remise des offres est fixé à
quinze (15) jours après la première parution du
présent avis d'appel d'offres dans le quotidien
national.
Les soumissionnaires resteront engagés par
leurs offres pendant une durée de soixante (60)
jours à compter de la date d'ouverture des plis.
Les offres doivent être établies selon les
conditions exigées par le cahier des charges les
offres techniques et financières doivent être
contenues dans deux enveloppes distinctes
ENPEC SPA - Direction Commerciale
BP n°88 El-Hassi Sétif
Phone : 213 36 64 11 34 à 36 13
Fax : 213 36 64 10 74
El Moudjahid/Pub du 20/07/2015
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPReSSioN
Edition du Centre :
MUTUELLE GÉNÉRALE DE LA SÛRETÉ NATIONALE
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
AVIS D’APPEL D’OFFRES
INFRUCTUEUX
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
Unité d’impression de Béchar (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
La Mutuelle Générale de la Sûreté nationale
déclare infructueux, pour absence de souscriptions,
l'avis d'appel d'offres national restreint n° 4690/2015,
ayant trait à la Fourniture de véhicules utilitaires
en deux lots distincts, inséré le 27 mai 2015 dans
les quotidiens EI Moudjahid, Echaâb et Horizons.
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
El Moudjahid/Pub
ANEP 207995 du 20/07/2015
Lundi 20 Juillet 2015
FÉLICITATIONS La famille BOUITAOUNE et HECHAICHI sont très heureuses d’annoncer la réussite de leur fille
FÉLICITATIONS
La
famille
BOUITAOUNE
et HECHAICHI
sont
très
heureuses
d’annoncer
la
réussite de leur
fille
BOUITAOUNE
HIND
à
l’examen de 5 e année, ainsi que
son anniversaire qui correspond
à cet heureux événement.
Ton papa ABDENOUR et ta
maman ASSIA sont joyeux et
fiers de toi. Tu resteras toujours
notre lumière et joie, très chère
fille. Que Dieu te garde et veille
sur toi.
Mille bravos !
El Moudjahid/Pub du 20/07/2015

CONDOLÉANCES

La famille BELMIHOUB Mohamed Tahar, sa femme et ses enfants Chems Eddine et Walid, profondément affectés par le décès de Yahia BOUARROUDJ, présentent à toute la famille du défunt, leurs sincères condoléances et l’assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde sympathie. Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa sainte miséricorde et l’accueille en Son vaste paradis. « À Allah nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub du 20/07/2015

DÉCÈS

Les familles BOUARROUDJ, CHEBCHOUBI et MEGHAZI, parents et alliés, ont la triste douleur de faire part du décès

de Yahia BOUARROUDJ

moudjahid, survenu le 13.07.2015 correspondant au 27 e jour de Ramadhan à Bruxelles à la suite d’une longue maladie. L’enterrement a eu lieu le 15.07.2015 au cimetière musulman de Bruxelles. Que Dieu le Tout-Puissant lui accorde Sa sainte miséricorde et l’accueille en Son vaste paradis.

El Moudjahid/Pub du 20/07/2015

Maître Yennoune Fares Abdelaziz Notaire au 05 Avenue Askri Ahcen Bab El-Oued Alger Modification du Statut de la société unipersonnel à responsabilité limitée nommée EURL Adel Anis import-export

Au terme d’un acte établi en notre étude le 12/07/2015, il a été procédé à la modification du statut de la société unipersonnel à responsabilité limitée dénommée EURL Adel Anis import- export, durée 99 ans/capital social 100000 DA, siège social numéro 99 coopérative El -Najah, Birkhadem, Alger. Monsieur Lahouiri Hicham est nommé gérant, par la modification de l’article numéro 03 par l’ajout d’une activité dont le code est suivant : 406301, ET PAR LA CRÉATION D’UN SIÈGE SOCIAL SECONDAIRE. 02 copies de cet acte seront déposées au CNRC.

El Moudjahid/Pub du 20/07/2015

Publicité

23

EL MOUDJAHID

El Moudjahid/Pub ANEP 336075 du20/07/2015
El Moudjahid/Pub
ANEP 336075 du20/07/2015

Lundi 20 Juillet 2015

MONNAIE L'euro à 1.117$
MONNAIE
L'euro à 1.117$
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S
PÉTROLE Le Brent à 65.61 dollars
PÉTROLE
Le Brent
à 65.61
dollars

LA TUNISIE CONDAMNE L’ATTAQUE TERRORISTE CONTRE UN CONVOI MILITAIRE À AÏN DEFLA :

« Un acte odieux contraire aux nobles valeurs de l’islam »

La Tunisie a fermement condamné, hier, l’attaque terroriste contre un convoi militaire à Aïn Defla fai- sant plusieurs morts et blessés parmi les mili-

taires, a rapporté l’agence de presse TAP. «Cet acte odieux, contraire aux nobles va- leurs de l’islam, cible la sé- curité et la stabilité de

l’Algérie», lit-on dans un communiqué du ministère tunisien des Affaires étran- gères. La Tunisie réaffirme sa solidarité avec le gouver-

nement et le peuple algé- rien et exprime son appui «aux efforts communs» dans la lutte contre le terro- risme, ajoute la même source.

L’Égypte exprime sa solidarité totale avec le gouvernement et le peuple algériens frères

L’Egypte a «condamné énergiquement», par la voix du porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, Badr Abdelati, l’attentat terroriste ayant ciblé des élé- ments de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la wi- laya d’Aïn Defla faisant 9 morts et 2 blessés. Dans un communiqué, M. Abdelati qui a exprimé la solidarité to- tale de l’Egypte avec le gouvernement et le peuple algé- rien frère dans sa lutte contre le terrorisme barbare, a

présenté les condoléances du gouvernement et du peuple égyptiens aux familles des soldats tombés au champ d’honneur. Il a souligné que ces actes terroristes perpétrés partout dans le monde, confirment la nécessité de conjuguer les efforts de la communauté internationale face à ce fléau abject «qui menace la sécurité et la stabilité et compromet le développement dans le monde entier.

INCIDENTS DE GHARDAÏA

Aides pour la réhabilitation des habitations et des locaux commerciaux

364 aides destinées à la réhabili- tation des habitations et d’une ving- taine de locaux commerciaux ont été dégagées par les pouvoirs publics pour «soulager» les familles affectées par les événements qu’ont connus les localités de Guerrara et Berriane dans la wilaya de Ghardaïa, a indiqué, hier, le wali Abdelhakim Chater. Un total de 209 aides pour la restauration des logements et 12 autres pour les locaux commerciaux incendiés et vandalisés concernent la localité de Guerrara, tandis que 155 aides pour les habitations et huit pour les locaux commerciaux endommagés durant ces événements ont été affectées pour la ville de Berriane, a-t-il précisé. Le même responsable a assuré que «les pouvoirs publics et les partenaires so- ciaux locaux de la wilaya de Ghar- daïa s’attellent à effacer définitivement les stigmates des mal- heureux événements qu’ont connus les localités de Guerrara et Berriane au début du mois de juillet courant». «Des efforts colossaux ont été consentis par l’ensemble des acteurs concernés pour la prise en charge des personnes touchées par ces événe- ments, notamment la réhabilitation, la restauration et le traitement du bâti menaçant ruine ou fragilisé, tels les habitations et locaux commerciaux dans les quartiers affectés par les échauffourées dans ces deux locali- tés», a-t-il indiqué. Des commissions de deux daïras d’évaluation, compo- sées de spécialistes dans le bâti et la construction, ont été mises en place pour le recensement de l’ensemble de locaux fragilisés et l’identification des besoins de la population affectée par ces incidents, à l’effet d’une prise en charge, a-t-on constaté. Un recensement et une identifica- tion des locaux et bâtisses affectés ou endommagés, ainsi qu’un classement

bâtisses affectés ou endommagés, ainsi qu’un classement par une expertise des degrés de fragi- lité de

par une expertise des degrés de fragi- lité de chaque bâtisse ont été effec- tués, avant de décider du type d’intervention et de prise en charge à préconiser, a expliqué, de son côté, un responsable à la Direction de l’ur- banisme, de l’architecture et de la construction (DUAC). Des opéra- tions de solidarité ont été également organisées par la Direction de l’ac- tion sociale (DAS) de la wilaya de Ghardaïa pour venir en aide aux fa- milles affectées par ces événements, en leur distribuant des dons en na- ture, la veille de la fête de l’Aïd-el- Fitr. Les localités de Guerrara et Berriane, situées respectivement à 120 km au nord-est et à 45 km au nord de Ghardaïa, ont connu, début juillet, des affrontements entre groupes de jeunes rivaux, émaillés d’actes de vandalisme et de pillage de locaux à usage d’habitation ou com- mercial, ainsi que le saccage et l’in- cendie de palmeraies et de véhicules. 23 morts (20 à Guerrara, 2 à Berriane et un à Ghardaïa) et des dizaines de blessés ont été déplorés durant ces af- frontements.

Le calme est finalement revenu dans la région, à la faveur de la concrétisation sur le terrain de déci- sions prises par le Président de la Ré- publique, Abdelaziz Bouteflika, qui avait chargé le commandant de la 4 e Région militaire de superviser l’ac- tion des services de sécurité et des autorités locales pour le rétablisse- ment et la préservation de l’ordre pu- blic sur l’ensemble du territoire de la wilaya de Ghardaïa. Aucun incident majeur n’a été enregistré depuis la concrétisation sur le terrain de ces dé- cisions. Le déploiement d’un imposant dispositif sécuritaire, les contrôles aux points jugés névralgiques dans le tissu urbain des différentes localités de Ghardaïa par les agents de police et par la Gendarmerie nationale, ap- puyés par une présence légère de mi- litaires à l’entrée des agglomérations, ont favorisé le retour rapide du calme dans la région. Des appels au calme et à la renonciation à toute forme de violence et de haine ont été lancés, dans plusieurs mosquées de Ghar- daïa, lors de la prière de l’Aïd-el-Fitr.

CENTRE UNIVERSITAIRE DE TISSEMSILT

Plus de 1.600 nouveaux étudiants attendus

Plus de 1.600 nouveaux étudiants sont attendus au centre universitaire Ahmed Benyahia El Wancharissi de Tissemsilt (CUT) au titre de l’année universi- taire prochaine (2015-

2016), a-t-on appris, hier, de cet établissement d’en- seignement supérieur. Le vice-directeur des études post graduation et de formation continue, Mohamed Bouras, a indi-

qué, en marge d’une mani- festation portes ouvertes sur le CUT, que l’effectif d’étudiants est réparti sur cinq instituts des sciences économiques, commer- ciales et gestion, des

langues et littérature arabe, de droit et des sciences po- litiques, des techniques sportives et physiques et des sciences et technolo- gies.

CONFÉRENCE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Lamamra participe aux consultations préparatoires à Paris

Le ministre d’Etat ministre des Affaires étrangères et de la Coopé- ration internationale, Ramtane La- mamra, participera demain à Paris

à des consultations ministérielles in-

formelles dans le cadre de la prépa- ration de la Conférence sur les changements climatiques, prévue en

décembre dans la capitale française,

a indiqué le ministère dans un com-

muniqué. «Le processus d’importance majeure regroupant les Etats parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, doit aboutir à un nouveau régime climatique en remplacement du Protocole de Kyoto», a précisé la même source. L’Algérie participe «ac- tivement» à ce processus en assumant la co-présidence du Groupe de travail ad hoc chargé de mener les consultations, conclut le communiqué.

en assumant la co-présidence du Groupe de travail ad hoc chargé de mener les consultations, conclut

AFRIQUE

L’UE réitère son soutien aux efforts de l’UA pour instaurer la paix et la sécurité

L’Union européenne (UE) a réitéré son soutien aux efforts

de l’Union africaine (UA) pour instaurer la paix et la sécurité qui sont au cœur de l’action de l’organisation panafricaine. Lors d’une rencontre à Addis Abeba avec le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA, Smail Chergui, le commissaire de l’UE pour la coopération internationale et le développe- ment Neven Mimica, a réaffirmé «le soutien constant de l’UE

à la paix et la sécurité axe principal dans l’agenda de l’UA»,

lit-on dans une communiqué de l’UA, dont l’APS a obtenu une copie. Le commissaire de l’UE, qui a séjourné à Addis-Abeba pour assister à la Conférence sur le financement du dévelop- pement, a annoncé l’approbation d’une enveloppe de 150 mil- lions d’euros au profit de la facilité de la paix en Afrique (APF) jusqu’à la fin 2016. Le responsable européen a également ex- primé son soutien à la mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et à la force multinationale de lutte contre le groupe extrémiste nigérian armé, Boko Haram, ainsi qu’aux efforts de stabilisation en Guinée-Bissau. M. Mimica a, en outre, insisté sur la volonté de l’UE de plaider pour un soutien accru des Etats membres de l’UE à l’UA pour faire face diminution des financements. De son côté, Smail Chergui a affirmé que les Etats membres de l’UA étaient conscients des ressources limi- tées et ont envisagé activement de trouver les moyens de mo- biliser d’autres sources pour répondre aux besoins du continent et d’assurer la durabilité des ressources. La réunion a été éga- lement une occasion d’examiner la situation en Somalie, le Mali, la Guinée Bissau, le Burkina Faso, le Soudan du Sud et au Burundi. Les deux commissaires ont convenu de poursui- vre le dialogue et la coopération entre les deux organisations, a-t-on fait savoir.

ALGÉRIE-MÉDITERRANÉE

Oran a toutes les chances d’abriter les jeux Méditerranéens-2021

Oran a toutes les chances d’abriter les jeux Méditerra- néens-2021, a estimé le président du Comité olympique al- gérien (COA), Mustapha Berraf. Dans une déclaration à la presse avant l’accueil d’une délégation française attendue di- manche à Oran pour inspecter les infrastructures de la ville d’Oran, candidate pour l’édition 2012 des jeux Méditerra- néens, M. Berraf a souligné que la capitale de l’ouest du pays «a plus de chances pour abriter cette manifestation sportive internationale». Il a indiqué que la plupart des comités olym- piques ont exprimé leur soutien à la candidature d’Oran pour ces jeux après avoir été convaincus de l’importance des moyens dont dispose cette métropole algérienne et des pré- paratifs pour cet événement. Le président du COA a égale- ment affirmé «l’efficacité» de «la stratégie algérienne» pour renforcer le dossier de candidature d’Oran pour ces jeux. Une délégation du comité olympique français conduite par Denis Massiglia est attendue dimanche soir à Oran dans le cadre d’une inspection des préparatifs pour ce rendez-vous sportif successivement à Oran et Sfax (Tunisie), en prévision de l’annonce le 27 août prochain de la ville désignée pour abriter les joutes.

TLEMCEN

Saisie de 5.590 litres de carburants destinés à la contrebande vers le Maroc

Les différentes brigades mobiles relevant de la direction régionale des Douanes de Tlemcen ont saisi 5.590 litres de car- burant destinés à la contrebande vers le Maroc, a-t-on appris, hier, auprès de cette institution. La saisie a été opérée la se- maine dernière lors de barrages dressés et de patrouilles de contrôle menées par les éléments des postes de surveillance d’El Assa, Marsa Ben M’hidi et Boukanoune au niveau de la bande frontalière ouest du pays, a précisé la même source, sou- lignant que les quantités de carburant saisies ont été décou- vertes conditionnées dans 66 jerricans en plastique transportés

à dos de baudets et dans un camion et un tracteur avec re-

morque. La valeur de la « marchandise » saisie et des moyens de transport est estimée à plus de 264.000 DA et l’amende

douanière à plus de 22,2 millions de dinars, a-t-on relevé.