Vous êtes sur la page 1sur 104

AVERTISSEMENT

La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une
part, que les copies réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective, et d’autre part, que les analyses et courtes citations dans le but d’exemples et
d’illustration, toute représentation intégrale ou partielle, faite sans le consentement de
l’auteur ou par ses ayant droits ou ayant cause est illicite (alinéa 1er de l’article 40). Cette
représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une
contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.

Par ailleurs le progiciel RIDO est protégé par la loi du 3 juillet 1985 qui étend la propriété
intellectuelle aux programmes informatiques.

Ce document accompagne la version 4.20 du progiciel RIDO.

RIDO © 1974..2013
est conçu et réalisé par

ROBERT FAGES LOGICIELS


29, chemin de Belmont
F01700 MIRIBEL
Tél : +33/0 472 25 85 96
Fax : +33/0 472 25 89 50
E-Mail : rfl@fages.com
Siret : 3190793560002
PRESENTATION DU PROGICIEL RIDO VERSION 4.20

Le progiciel RIDO calcule les équilibres élastoplastiques d'un rideau de parois moulées, de
parois berlinoises, de palplanches, etc... aussi bien que d'un pieu en présence de sols de
natures variées.

Le calcul reprend phase par phase l'historique des travaux de mise en place car celui-ci
conditionne les efforts notamment en raison des irréversibilités de comportement du sol mais
aussi de l'incidence des états de la géométrie au moment d'interventions comme la mise en
place des butons ou tirants.

Le calcul d'équilibre élastoplastique du complexe rideau-sol-tirants est effectué dans les


hypothèses de modélisation définies en FAGES-BOUYAT (1).
L'hypothèse de WINCKLER (2) est certes brutale, mais suffisante pour un calcul technique de
dimensionnement comme le montre KASTNER-MASROURI-MONNET-FAGES (3) et
autres références citées en bibliographie.

A la différence du programme PAROI cité dans (1) qui détermine la solution numérique d'un
système d'équations intégrales, le progiciel RIDO résulte d'une méthode énergétique aux
éléments finis selon le modèle "forces". Il établit les efforts ( réactions des sols, tensions dans
les tirants etc... ) qui minimisent l'énergie élastique du rideau, des tirants, du sol avec des
conditions linéaires:

- égalité pour l'équilibre d'ensemble, les liaisons bilatérales ...


- inégalité pour les liaisons unilatérales avec les sols et tirants.

L'algorithme de résolution est une adaptation originale de la méthode primale-duale appliquée


à la programmation quadratique (l'énergie élastique est une forme quadratique des inconnues).
Voir un traitement similaire dans DUPUIS-PROBST (4).

Sur le plan technique, le progiciel RIDO version 4.20

- Simule des excavations dans chacun des sols limités par le rideau,

- Tient compte des talus et risbermes (avec calcul de stabilité de la risberme et


redimensionnement automatique) par leur simple description géométrique,

- Permet la redéfinition des caractéristiques des sols dans les cas d'injections et de
remblaiement,

- Peut calculer les coefficients Ka et Kp par la résolution des équations d'équilibre


limite de BOUSSINESQ-RANKINE intégrée au progiciel,

- Permet l'introduction directe des poussées actives, au repos et passives pour des cas
particuliers (méthode de CULMANN par exemple),

- Accepte des déplacements de la nappe phréatique dans chacun des sols avec ou sans
pompages ainsi que la définition de nappes suspendues ou captives,

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-1


- Prend en compte automatiquement les effets du gradient hydraulique sur la poids
volumique apparent du sol,

- Admet la mise en place et la suppression à tout moment de surcharges de type


CAQUOT, de type BOUSSINESQ, de type GRAUX, de type purement plastique ou
directement définies par l'utilisateur,

- Considère que les surcharges de BOUSSINESQ sont liées à l'état du sol ( poussée,
butée ou élastique ) tout comme celles de type CAQUOT, Toutefois, sur option, leur
contribution additive pourra être utilisée pour contrôle bien que le principe de superposition
ne s’applique pas dans le modèle élastoplastique.

- Fait la différence entre le cas où les surcharges sont préexistantes et le cas ou elles
interviennent après la mise en place de l’écran,

- Permet la mise en place, la remise en précharge, la modification de leur rigidité, la


suppression de nappes de butons ou tirants et ce, aussi bien en liaison bilatérales
qu'unilatérales avec le rideau,

- Ne néglige pas, sur option, l'effet de flambement des palplanches retenues par des
tirants fortement inclinés,

- Permet la mise en place et la suppression d'un chargement réparti ou concentré en


une position quelconque du rideau,

- Supporte la définition de liaisons élastiques en déplacement et en rotation avec une


structure donnée ( planchers par exemple ),

- Admet des conditions aux limites variées en tête et pied de rideau,

- Accepte la modification de la géométrie du rideau en cours de travaux ( moulage de


la partie supérieure du rideau ou moulage à l'avancée de l'excavation ),

- Permet facilement le calcul des parois berlinoises ainsi que des parois "jambes de
pantalon",

- Considère des caractéristiques à long terme, tant pour le sol que pour le rideau (
module d'Young du béton ),

- Permet des modifications des modules de réaction élastique du sol à toute phase,

- Calcule automatiquement le défaut de fiche non seulement en cas de rupture


d'équilibre mais aussi en cas de déplacement du rideau au delà d'une valeur spécifiée dans les
données.

- Un glissement de terrain peut être simulé.

- A toute étape de l’enchaînement des phases physiques un calcul de test aux états
limites peut être demandé. Celui-ci n’aura pas d’effet sur l’enchaînement normal des phases.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-2


- Aussi bien pour une calcul sismique que pour un calcul conventionnel aux états
limites des facteurs partiels peuvent être appliqués aux charges et aux données géotechnique.

- Autorise, en mode semi-automatique, le calcul de deux rideaux en interaction.

- Permet un calcul et une vérification selon les Eurocodes 7 et leur adaptation


française NF P 94-282.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-3


Sur le plan de l'utilisation voici ses avantages :

- Introduction des données en format libre avec un mini-langage de description très


simple (mots clés et données): Les données sont soit numériques soit des expressions avec des
constantes symboliques, des variables, des fonctions (prédéfinies ou définies par l'utilisateur),
des commentaires etc...

- Des fonctions sont fournies qui permettent l’accès automatique à des valeurs situées
dans des tableaux EXCEL avec possibilité d’interpolation.

- Un environnement de travail intégré est livré: Il permet de créer et modifier les


données (mode éditeur de texte ou mode masque de saisie), de contrôler les données, d'évaluer
les expressions, de lancer le calcul, de présenter graphiquement les résultats à l'écran, de
prévisualiser les impressions, de piloter l'imprimante et éventuellement un traceur de courbes.
Il autorise également l’exportation des résultats sous forme de fichiers texte, EXCEL et
graphique vers d’autres applications et même leur envoi par E-Mail sous forme compressée.

- Une présentation complète des résultats mais toutefois très claire.

- Le progiciel met en oeuvre une technique d'allocation dynamique de la mémoire de


l'ordinateur de sorte qu'il n'y a pas de limite à priori sur la taille des données; par exemple
l'utilisateur n'a pas à se soucier du nombre de couches de terrain, du nombre de butons, de
tirants etc... , nombres que l'on a pas à préciser car implicite dans les données.

- La méthode numérique de résolution des équations d'équilibre est rapide et donne un


calcul stable même pour des parois de grande hauteur (au delà de 50 m. !).
Typiquement un calcul d’équilibre prend 10 millisecondes sur un PC récent.

- Les unités peuvent être choisies indépendamment pour les données et les résultats
(unités pratiques avec les Tonnes-forces, unités S.I. avec les Newtons et unités américaines
avec les Pounds).

- Le progiciel est livré avec une interface graphique au standard WINDOWS et


fonctionne sur micro-ordinateurs avec WINDOWS XP/Vista/7/8

- Les sorties graphiques vectorielles ou « bitmaps » permettent, outre l’accès direct aux
traceurs et imprimantes compatibles, l’intégration des graphes dans une application
WINDOWS comme WORD (utilisation du « Presse-Papier »).

- Le progiciel est multilingue : Français/Anglais/Espagnol.

- Une version réseau local est disponible.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-4


Configuration d’installation

RIDO V:4.20 requiert au minimum :

. Un processeur PENTIUM ou compatible,


. 512 Mo de mémoire vive (RAM), 1024 Mo pour Vista/7/8,
. 20 Mo libres sur le disque dur,
. Un port USB,
. Windows XP/Vista/7/8.

BIBLIOGRAPHIE

(1) R.FAGES et C.BOUYAT - Revue TRAVAUX oct. 1971, déc. 1971


Calcul de rideaux de parois moulées ou de palplanches. Modèle
mathématique intégrant le comportement irréversible du sol en
état élastoplastique.

(2) E.WINCKLER - H.Dominicus Prag. 1867


Die Lehre von Elastizitat und Festigkeit.

(3) R.KASTNER, F.MASROURI, J.MONNET et R.FAGES - XIème Congrès


international de mécanique des sols et fondations.
San Francisco 1985
Etalonnage sur modèle réduit de différentes méthodes de calcul de
soutènements flexibles.

(4) G.DUPUIS et A.PROBST - Journal de mécanique Vol. 6 n°1 mars 1967


Structures élastiques avec conditions unilatérales.

(4) J.GIELLY, R.KASTNER, J.MONNET, C.BOUYAT - Colloque Franco-Polonais


de Mécanique des sols, Gdansk, pp. 108-117
Calcul élastoplastique des rideaux de soutènements. Comparaison des prévisions et
des mesures in-situ.

(6) R.KASTNER - Thèse de Doctorat ès Sciences - INSA LYON 1982


Evcavations profondes en site urbain. Problèmes liés à la mise hors d'eau.
Dimensionnement des soutènements butonnés.

(7) F.MASROURI - Thèse de Doctorat - Laboratoire de Géotechnique


de l'INSA de LYON 1986
Comportement des rideaux de soutènement semi-flexibles.

(8) F.MASROURI, R.KASTNER - Revue Française de Géotechnique n° 55 avril 1991


Essais sur modèle de rideaux de soutènement ; confrontation à diverses méthodes
de calcul.

(9) R.KASTNER, J.FERRAND - Retaining Structures. Thomas Telford, London, 1993

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-5


Performance of a cast in situ retaining wall in a standy silt.

(10) F.MASROURI, R.KASTNER - Retaining Structures. Thomas Telford, London,


1993
Anchored flexible retaining walls experiments on models : calculation by the
reaction modulus method.

(11) A.MONNET - Revue Française de Géotechnique, n° 66 1994.


Module de réaction, coefficient de décompression, au sujet des paramètres utilisés
dans la méthode de calcul élastoplastique des soutènements.

(12) F.MASROURI, R.KASTNER - Underground Construction in Soft Ground. Fujita


& Kusakabe 1995 Blakema, Rotterdam
Earth pressure on braced flexible walls - Model tests ans field investigations.

(13) A.KASDI - Thèse de Doctorat de l'Université de Lille 1994


Détermination des paramètresdes modèles elastoplastiques a partir de l'essai
pressiométrique.

(14) P.SCHMITT - Revue Française de Géotechnique, n° 71 1995


Méthode empirique d'évaluation du coefficient de réaction du sol, vis-à-vis des
ouvrages de soutènement souples..

(15) B.SIMON - Revue Française de Géotechnique, n° 71 1995


Commentaires sur le choix des coefficients de réaction pour le calcul des écrans de
soutènement.

(16) J.B.KAZMIERCZACK - Thèse de Doctorat de l'Université de Lille 1996.


Comportement et dimensionnement des parois moulées dans les argiles raides
saturées.

(17) JOHN N.CERNICA – FOUNDATION DESIGN – John Wiley & Sons 1995.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-PRE-6


PROGICIEL R I D O Version 4.20
NOTICE D'UTILISATION

Localisation des fichiers

La procédure d’installation laisse le choix du chemin d’accès au dossier d’installation


du progiciel RIDO nommé RIDO420.
Depuis celui-ci, les fichiers exécutables se trouvent dans un sous-dossier nommé RIDO et les
notices dans le sous-dossier nommé DOC

De plus le sous-dossier BIRIDO contient des exemples typiques de calcul de deux écrans
en interaction ainsi qu’un complément de notice.

Exemple : C:\RIDO420\RIDO contient les exécutables


C:\RIDO420\DOC contient
LISEZMOI.TXT Renseignements et conseils utiles
README.TXT idem en langue anglaise
WRIDONOT.PDF La notice de l’environnement de travail
WRIDONOTA.PDF la même en langue anglaise
RID4NOT.PDF La présente notice du progiciel RIDO
RID4NOTA.PDF la même en langue anglaise

Les fichiers de travail (données et résultats) sont par défaut localisés dans le dossier
..\RIDO420\RIDO mais ils pourront être placés dans le ou les répertoires de son choix (voir la
notice WRIDONOT).

A partir de WINDOWS 7, si le dossier RIDO420\RIDO est une sous dossier de


C:\Program Files (x86)
le dossier par défaut des fichiers de travail lors de l’installation sera ..\Documents\RIDOdata.

Dans le cas particulier d’une installation de RIDO par copie de fichiers sans l’aide de la
procédure d’installation du CD-ROM et en cas de non fonctionnement, ce problème sera peut-
être résolu en créant une variable d’environnement de WINDOWS nommée RIDO et dont la
valeur sera le chemin d’accès aux exécutables (C:\RIDO420\RIDO pour l’exemple ci-avant).
Il est évidemment conseillé de toujours utiliser la procédure d’installation du CD-ROM.

Pour davantage d’efficacité sous WINDOWS, WRIDO.EXE contient maintenant


l’environnement de travail et le module de calcul (anciennement RIDO.EXE).

Toutefois si l’on désire utiliser seulement le module de calcul, dans une chaîne de traitement
personnalisée par exemple, un exécutable nommé RIDO.EXE est fourni (il s’agit d’un lanceur
qui n’active dans WRIDO.EXE que la partie calcul) et qui, de manière transparente, se
comporte comme l’ancien RIDO.EXE.

Egalement est fourni l’exécutable GRID.EXE (application WINDOWS en mode console) qui
permet d’obtenir des fichiers graphiques HPGL ,WMF ou DXF à partir d’un calcul avec
RIDO.EXE.
Son mode d’emploi s’affiche à l’écran s’il est lancé sans argument en invite de commande.
Il sera inutile dans le cadre d’un travail avec l’environnement WRIDO.EXE

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-1


Mises en œuvre

La procédure d’installation place un raccourci sur le bureau du PC ainsi que plusieurs


autres dans le menu « Tous les Programmes » de WINDOWS.

Le lancement se fera normalement par un double clic sur l’un d’eux, toutefois voici
quelques indications utiles pour le mode « invite de commandes » ou depuis l’explorateur
WINDOWS :

WRIDO <sans argument ou depuis un raccourci> : entrée dans WRIDO par la


fenêtre d’accueil

double clic sur WRIDO.EXE : idem

WRIDO <nom de fichier> : accès direct aux données (fichier


*.RIO)
ou aux visualisations (fichiers
*.GRI pour résultats graphiques
*.LST pour résultats ‘texte’)

double clic sur un fichier *.RIO : lancement de WRIDO pour ce


fichier

RIDO <sans argument> : entrée dans WRIDO par la


fenêtre d’accueil

RIDO <nom de fichier .RIO> : calcul direct non interactif


(résultats en *.GRI,*.LST)

GRID <nom de fichier .GRI> <options> : obtention de fichiers graphiques


*.PLT ,*.WMF ou *.DXF

GRID <sans argument> : mode d’emploi de GRID

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-2


PROGICIEL R I D O Version 4.20
PRESENTATION DES DONNEES
Sont présentées en couleur bleue les nouveautés de la version 4.20 depuis la version 4.02.

GENERALITES

Dans ce qui suit le mot ligne désignera une ligne d'un fichier texte traité par un éditeur de
texte ou mieux par l’environnement intégré WRIDO qui permet la saisie assistée des
données. Voir la notice de WRIDO : WRIDOnot.PDF.

Les données sont en format libre selon les spécifications suivantes propres au progiciel RIDO
version 4.20.

- Les données sont séparées par des blancs en nombre quelconque,

- une ligne peut commencer par des blancs,

- la répartition des données sur les différentes lignes est imposée. Toutefois, une ligne
logique peut être répartie en plusieurs lignes physiques, chaque ligne suite commençant alors
par le signe + suivi d’un blanc.

- si la liste de données d'une ligne est plus courte que la liste requise, la fin de liste non
définie est prise pour une suite de zéros.

- une donnée peut être numérique comme 5.27 ou 1.02e-4 (pour 1.02 10-4) ou une
expression comme (5+2)/4.25 ou encore une expression algébrique faisant apparaître des
variables ou des fonctions comme niveau+2*tan(pi/4+phi/2). Ce dernier point sera
détaillé plus loin.

Il est possible d'insérer des lignes commentaires dont le texte sera reproduit en place
correspondante sur le listing de sortie. Ces lignes doivent comporter un * en tant que premier
caractère du texte. Il peut y avoir autant de lignes commentaires consécutives que l'on désire.

Des commentaires qui suivent la ligne titre sont considérés comme sous-titres et font l’objet
d’une présentation particulière.

Un commentaire portera sur les données sans être édité dans le listing s’il commence par le
signe : au lieu de *. Contrairement aux commentaires désignés par * un commentaire désigné
par : peut se trouver en partie finale d’une ligne de définition commençant par # (voir page
RIDO-NOT-31)

Si dans les données décrivant les opérations à simuler dans une phase de calcul un
commentaire déclaré par le caractère * contient un texte entre deux ” celui-ci sera reproduit
dans les graphes de la phase considérée.
Pour les sorties « texte » il sera présenté comme un commentaire ordinaire.

Les mots codes de l’exemple qui suit seront explicités dans cette notice. Notez pour l’instant
qu’une suite d’actions suivie du mot CAL constitue une phase de calcul.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-3


Exemple CAL
* ”Mise en place du premier lit de tirants préchargés”
TIR(1) 162.20 2.5 15 -50 4500
CAL
* ”Excavation à 159.0 m et vidange”
EXC(2) 159.0
EAU(2) 159.5
CAL
…….

De même pour commenter des courbes enveloppes ne concernant qu’un sous-ensemble de


phases placer son texte entre les caractères [ et ].
Ceci ne sera pris en compte que dans la description d’une phase se terminant avec une mot
code CAL dont le second argument est 1

Exemple CAL …….


* ”Excavation à 159.0 m et vidange”
* [ Pour les phases de travaux ]
EXC(2) 159.0
EAU(2) 158.5
CAL(0,1)
…….
Une technique d'allocation dynamique de la mémoire est utilisée dans ce progiciel. De la sorte
il n'y a pas de limite à priori au nombre de couches de terrain, au nombre de butons, au
nombre de sections à inerties différentes du rideau, etc... que l'on peut décrire. C'est le nombre
total de toutes les données qui est limité à une valeur dépendant de l'ordinateur utilisé.
On n’a pas à introduire un nombre d’entités comme un nombre de butons, toutefois, lorsqu’un
numéro est requis comme, par exemple, un numéro de buton, ce numéro correspond à son
numéro séquentiel d’introduction dans les données.

Les données se répartissent en 3 groupes nommés groupe A, B et C.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-4


GROUPE A

Ce sont les données de base décrivant l'état initial du rideau ou du pieu et du sol.

A1 : TITRE ET OPTIONS

- Une ligne titre obligatoire :

Dans cette ligne titre des options peuvent être choisies.


Chaque option est définie par une lettre et si elles existent elles doivent être précédées et
suivies par un *. (Le caractère * ne peut donc être utilisé dans la partie titre).
L’ordre des options est sans importance.

Exemple: MUR DE QUAI ZONE 4 *FA*

Dans cette version 4.20 il y a sept options possibles :


A = les surcharges de Boussinesq sont (A)dditionnées aux pressions du sol selon le
principe de superposition applicable aux états élastiques mais étendu aux états plastiques(c'est
l'hypothèse habituellement faite !). (voir ANNEXE B-2-2)

E = les tableaux de résultats sont (E)tendus par l’indication des pressions limites de
poussée et de butée à tous niveaux (les lignes imprimées ont alors 168 caractères).

F = calcul au (F)lambement, prise en compte de la composante verticale de la tension


des tirants dans le calcul des moments (à n’activer que si l’on est certain de la stabilité du
soutènement, en pratique après un premier calcul sans cette option).

H = le modèle de (H)OUY (hypothèse du sol en état plastique de poussée active


atteint) sera utilisé pour l’effet des talus décrits par le mot-code EXC.
Attention : Le modèle de HOUY suppose que l’on s’attende à ce que le sol concerné soit en
état de poussée active. Voir la note de l’ordre SUA

L = le nombre qui précède définit le nombre utile de (L)ignes dans le listing de sortie à
des fins de pagination, exemple: 80L (par défaut : 60 lignes).

M = si l’on désire que les (M)oments et les courbures soient de signes opposés selon la
convention de signe usitée fréquemment en résistance des matériaux.

U = choix des (U)nités indépendamment en entrée (fichier de données) et sorties


(listing, graphes,...) selon la règle suivante:
U:xy où x est le code des unités pour les données et y le code des unités pour les résultats.
Ces codes sont: T → unités pratiques (Tonne Force) : par défaut
N → unités S.I. (Newton)
P → unités U.S.A. (Pound)

Exemple: PAROI N° 101 *120L U:TN*

En ce cas, les unités pratiques sont utilisées en entrée et les unités S.I. pour les résultats (il
s’agit probablement du passage final, les calculs précédents ayant été sortis en unités pratiques
).
Si un seul code d’unité est présent, il vaut aussi bien pour les entrées que pour les sorties.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-5


Le tableau ci-après montre la correspondance entre les unités:

T N P

m m Ft
mm mm In
1/m 1/m 1/Ft
T kN KiP
T/m kN/m KiP/Ft
2
T/m kPa KsF :Pression
T/m3 kN/m3 KcF :Poids volumique
T/m3 kPa/m KsF/Ft :Réaction Elastique
3
T/m kPa/m KsF/Ft :Rigidité cylindrique
2 2 2
T.m /m kN.m /m K.Ft /Ft :Produit EI
m.T kN.m K.Ft
m.T/m kN.m/m K.Ft/Ft :Moment

Les unités choisies sont également utilisées dans les sorties graphiques.

Les boites de dialogues comme celle qui suit sont présentées dans cette notice comme
illustration des aides à l’introduction des lignes do données offertes par l’environnement de
travail WRIDO.EXE.

A2 : LE RIDEAU

- Une première ligne définit le niveau (m, Ft) de la tête du rideau

Z0

suivie d’une ligne par section de rideau à inertie différente décrite du haut vers le bas

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-6


Z EI Rc

où Z (m,Ft) est le niveau de fin de section


EI (T.m2/m, kN.m2/m, K.Ft2/Ft) est le produit d’inertie par mètre linéaire
Rc (T/m3, kPa/m, KsF/Ft) est la rigidité cylindrique (nulle si la paroi est plane).

Il est possible de décrire des sections à inertie nulle : cela signifiera que ces parties de paroi
sont absentes au début des travaux et seront par exemple mis en place à un moment donné.
(voir ANNEXE A-1)

Il est possible de lancer un calcul avec pour toutes les sections une inertie nulle. En ce cas, on
calcule un équilibre initial du sol avant la mise en place du rideau: ceci permet le calcul des
précontraintes dans le sol sollicité, par exemple, par des surcharges préexistantes à la mise en
place du rideau.

La dernière de ces lignes fixe la hauteur du rideau.

La succession des niveaux Z0 et Z détermine le sens de l’axe des niveaux vers le bas ou vers le
haut, selon que ces valeurs sont croissantes ou décroissantes:

Exemple: PAROI N° 101 *120L*


165
160.50 18744
151.00 9852
: Hauteur du rideau = 165-151 = 14 mètres

La zone de calcul est définie entre les niveaux Z0 et le dernier Z. Sauf indication contraire
tous les niveaux dans les données doivent être dans cette zone.

A3 : LE SOL

- Une ligne donnant le niveau initial du sol identique de part et d'autre du rideau :

Zs (m, Ft)

- Une ligne par couche de terrain composant le sol (description du haut vers le bas) :

Zc PVh PVd Ka K0 Kp C ϕ Da Dp Re Rp

où :
Zc (m, Ft) est le niveau de fin de couche
PVh (T/m3, kN/m3, KcF) est le poids volumique humide,
PVd (T/m3, kN/m3, KcF) est le poids volumique déjaugé,

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-7


Ka est le coefficient de poussée active (poussée) horizontale,
K0 est le coefficient de poussée des terres au repos,
Kp est le coefficient de poussée passive (butée) horizontale,
C (T/m2, kPa, KsF) est la cohésion,
ϕ (degrés) est l'angle de frottement interne,
Da, Dp sont les rapports δ/ϕ en poussée et butée (δ est l'inclinaison de la contrainte du
sol sur la paroi).
Ces rapports déjà pris en compte dans Ka et Kp sont à donner ici pour le calcul
des termes dus à la cohésion selon les formules de CAQUOT,
3
Re (T/m , kPa/m, KsF/Ft) et Rp (1/m, 1/Ft) permettent le calcul du coefficient de
réaction élastique horizontale Kh en un point où la pression verticale due au poids
des terres au niveau z est P(z) par

Kh = Re + Rp * P(z)

Si l'on désire un coefficient Kh constant pour la couche ignorer Rp.

Les niveaux Zs et Zc peuvent être au-dessus de la tête du rideau (niveau Z0) Cette description
pourra être utile en cas de description d’un talus (voir l’ordre EXC).

Si l’on introduit Ka et/ou Kp nuls, cela signifie que l’on désire leur calcul par résolution des
équations d’équilibre limite plastique de BOUSSINESQ-RANKINE intégrée au progiciel
RIDO.

Si l’on a donné à K0 la valeur 0, K0 est calculé par la formule de JAKY: K0 = 1-sinϕ.

Normalement, les termes soustractifs en poussée et additifs en butée dus à la cohésion sont
calculés par RIDO par les formules de CAQUOT. Il est possible de fournir directement ces
termes. Pour ce faire, entrer la cohésion avec le signe - (ce qui déclenche ce traitement
spécial) et remplacer respectivement les rapports δ/ϕ en poussée et en butée par les termes
soustractifs en poussée et additif en butée (utilisé fréquemment quand ϕ = 0).
Les éditions sont modifiées en conséquence.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-8


- Une ligne comportant :

Zh Pas

Zh (m, Ft) est le niveau initial de la nappe phréatique (en l'absence de nappe la rejeter
plus bas que la fin de rideau),
Il n’y a aucune condition sur la valeur de Zh.
Pas (m, Ft) est une borne supérieure de la longueur des éléments de rideau engendrés
par le programme (Si Pas est trop petit c'est la limite de nombre d'éléments qui fixera leurs
longueurs). La pente (ou rotation) du rideau doit peu varier sur une distance égale à Pas.
Une valeur courante pour Pas est 0.5 mètre.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-9


GROUPE B

Les données de ce groupe décrivent la simulation des phases de travaux et le contrôle du


calcul et des sorties.

Chaque opération est définie par un mot-code suivi éventuellement entre parenthèses d'un ou
deux arguments entiers puis d'une liste de valeurs.

Chaque mot-code, sauf le mot STOP, a exactement 3 caractères qui peuvent être écrits en
majuscules ou en minuscules. Ainsi, CAL, cal, Cal sont un même mot-code.

Si le dernier ou les deux arguments sont nuls on pourra les ignorer.

Exemple : CAL(2,0) équivaut à CAL(2)


CAL(0,0) équivaut à CAL

Le tableau ci-après contient la liste des mots-codes, le bref descriptif de leur action, et la page
de cette notice où ils sont décrits.

Pour faciliter l’exploitation multilingue de RIDO, on peut utiliser les mots-codes aussi bien
sous leur forme française qu’anglaise.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-10


MOTS-CODES
DESCRIPTIFS PAGE
FRANCAIS ANGLAIS

GLO GLO EQUILIBRE GLOBAL DU MASSIF 12

LIM LIM CONDITIONS AUX LIMITES 13

COE COE COEFFICIENTS APPLIQUES AUX PRESSIONS 13

PRX PRX INTRODUCTION DIRECTE DES PRESSIONS DE SOL 14

SUX SUX INTRODUCTION DIRECTE DES PRESSIONS DE 14


SURCHARGE
SUC SUC SURCHARGE DE TYPE CAQUOT 15

SUB SUB SURCHARGE DE TYPE BOUSSINESQ 15

SUA SUA SURCHARGE DE TYPE ‘POUSSEE ACTIVE’ 16

SUG SUG SURCHARGE SEMI-INFINIE DE TYPE GRAUX 17

SOL SOI REDEFINITION D’UNE COUCHE DE TERRAIN 17

REM BAC MISE EN PLACE D’UN REMBLAI 18

EXC EXC EXCAVATION - TALUS - RISBERME 19

BER BER EXCAVATION TYPE BERLINOISE 20

EAU WAT MODIFICATION NIVEAU ET PRESSIONS D’EAU 20

CHD HCD CORRECTION HYDRODYNAMIQUE (obsolète) 21

BUT STR BUTONS 22

TIR ANC TIRANTS 22

RIG STI MODIFICATION DE LA RIGIDITE D’UNE NAPPE DE 23


BUTONS OU TIRANTS
DEC GAP DECALAGE DU POINT D’ANCRAGE D’UNE NAPPE 24
DE BUTONS OU TIRANTS
FMC CFM APPLICATION D’UNE FORCE ET/OU D’UN COUPLE 24

CHA LOA CHARGE TRAPEZOIDALE SUR LE RIDEAU 25

INE INE MODIFICATION D’INERTIE 25

FLU PLA MODIFICATION DE CARACTERISTIQUES DE 26


PLASTICITE
ELA ELA MODIFICATION DE MODULES DE REACTION 26
ELASTIQUE
GLI SLI GLISSEMENT DE TERRAIN 27

FAP PFA FACTEURS PARTIELS 28

RRC CRR RAPPORT DE MOBILISATION BUTEE CRITIQUE 29

KAM KAM COEFFICIENT DE POUSSEE ACTIVE MINIMUM 29

CAL CAL CALCUL ET EDITION DES RESULTATS 30

TEL TLS TEST AUX ETATS LIMITES 32

MEM MEM MEMORISATION DE L’ACTUEL ENVIRONNEMENT 34


DE CALCUL
REP RES REPRISE DU CALCUL DEPUIS LA DERNIERE 34
MEMORISATION (ETUDE D’UNE VARIANTE)
FIN END FIN DE CALCUL 35

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-11


On appelle phase une succession d’opérations dont la dernière utilise le mot CAL (demande
d’un calcul d’équilibre).

Seules les opérations utiles sont à décrire.

Les sols de part et d'autre du rideau sont numérotés 1 pour le sol de gauche et 2 pour le sol de
droite, les efforts et déplacements sont positifs du sol 1 vers le sol 2 et les couples sont positifs
dans le sens des aiguilles d'une montre (et dans le sens contraire si option M).

GLO : MODELE D’EQUILIBRE GLOBAL DU MASSIF

Cette version intègre un modèle d’équilibre global lié au fait qu’après une excavation il se
produit un léger déplacement d’ensemble du massif de sol en direction du demi-sol excavé.
Ceci permet de trouver des concentrations de contraintes dans le sol aux niveaux de butons
passifs très rigides et par conséquent une force plus grande obtenue dans ces butons.

Le modèle élastoplastique habituel ne prend pas en compte ce phénomène et donc sous-estime


les efforts dans les butons ce dont ont fait état certaines publications.

De plus ce modèle, par ce déplacement d’ensemble, entraîne une modification apparente des
modules de réaction élastique du sol en fonction de la hauteur de fiche. Il s’agit de notre
réponse, par un modèle logiquement cohérent, aux recommandations du L.C.P.C., invitant à
corriger les modules de réaction élastique selon la géométrie : il ne conviendrait donc pas de
l’utiliser, pour ce même motif, avec l’ordre ELA.

Le déplacement d’ensemble est fonction de la différence des poids des sols de gauche et droite
calculés au-dessous du pied de rideau ainsi que des modules de réaction élastique à ce niveau.

Par défaut, RIDO 4.20 ne met pas en oeuvre ce nouveau modèle.


Pour l’activer, il suffit de placer le mot-code GLO dans la première phase et seulement dans
celle-ci.
Ce choix étant fait dès le début, on ne pourra pas le supprimer dans la suite du calcul.

Il est prévu de pouvoir moduler l’effet de ce modèle par le paramétrage suivant :

GLO x


x est un facteur d’incidence facultatif.

Par exemple GLO 0.8


prend pour 80% l’effet de déplacement global.

alors que GLO


ou GLO 1.0

le prennent tous deux à 100%.

Ceci pourra également servir pour limiter ces déplacements entre deux rideaux proches, dans
le cas d’une fouille blindée.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-12


Comme il se doit, le choix de ce modèle est clairement indiqué dans les listings édités ainsi
que la valeur du déplacement global calculé dans les tableaux de résultats.

Si l'on préfère modéliser ce phénomène par un déplacement donné du massif on pourra utiliser
l'ordre GLI (voir page RIDO-NOT-xxx)

LIM : CONDITIONS AUX LIMITES

LIM(s,t)

s = 1 en tête,
s = 2 en pied,
t = 0 libre,
t = 1 appui simple au dernier déplacement,
t = 2 pente imposée à sa dernière valeur (cas de tête de pieu encastré sur une
plateforme),
t = 3 encastrement en dernière position ( déplacement et pente ).

Implicitement les tête et pied de rideau sont libres.


Si l'on a une liaison élastique en tête ou en pied utiliser l'ordre FMC.

COE : COEFFICIENTS APPLIQUES AUX PRESSIONS

COE Z1 Z2 CO

Du niveau Z1 au niveau Z2 les pressions des sols 1 et 2 sont affectées du coefficient CO avant
d'être appliquées, dans le calcul, au mètre linéaire de rideau.

Ceci est utile par exemple dans les cas suivants :

- Paroi "jambes de pantalon" où la partie inférieure du rideau est ajourée périodiquement, en


ce cas

CO = largeur utile / période.

- Pieu où l'on a introduit les produits EI non rapportés au mètre linéaire, alors

CO = largeur d'emprise du pieu.

- Paroi berlinoise : On définit EI au mètre linéaire dans le groupe A et on utilise COE dans la
première phase avec

Z1 = niveau (m, Ft) de la tête des pieux


Z2 = niveau (m, Ft) du pied des pieux
CO = largeur d'emprise d'un pieu / période entre deux pieux

Dans le cas des pieux pour tenir compte d'un effet tridimensionnel dans le sol on prend
souvent un coefficient supplémentaire pour l'état de butée, écrire alors

COE Z1 Z2 CO CB

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-13


et dans le calcul le coefficient de butée horizontale est multiplié par le produit CO * CB
pour les sols situés entre les niveaux Z1 et Z2.

Cet ordre COE affecte aussi les pressions d’eau et les charges introduites par l’ordre CHA.

Aux niveaux Z1 et Z2 des pieux ou un écran sont supposés présent sinon soit cet ordre sera
ignoré soit Z1 et/ou Z2 seront corrigés.

PRX : INTRODUCTION DIRECTE DES PRESSIONS DU SOL

Si l’on désire utiliser une théorie autre que l’équilibre limite plastique de BOUSSINESQ-
RANKINE ou utiliser la méthode de CULLMAN, en cas de surface quelconque du terrain
naturel (RIDO comporte un modèle par les talus et risbermes : ordre EXC) on peut introduire
directement les courbes de pressions du sol : pour la cohérence du modèle électroplastique de
RIDO il faut introduire point par point les 3 courbes : pression active, pression au repos,
pression passive.

Pour chaque niveau (entre lesquels il y a interpolation linéaire) écrire une ligne

PRX(n) Z Pa Po Pp

n est le numéro du sol (1 à gauche, 2 à droite)


Z (m,Ft) est le niveau
Pa (T/m2, kPa, KsF) est la pression active
Po (T/m2, kPa, KsF) est la pression au repos
Pp (T/m2, kPa, KsF) est la pression passive (butée)

En cas de discontinuité à un niveau, ne pas écrire deux lignes consécutives de même niveau
mais

PRX(n,1) Z Pa Po Pp Pa’ Po’ Pp’

où Pa’, Po’, Pp’ sont les secondes valeurs de pression au même niveau.
Pour les niveaux éventuellement à l’extérieur de l’intervalle décrit par PRX, il y a calcul
normal de pressions.

SUX : INTRODUCTION DIRECTE DES PRESSIONS DE SURCHARGE

Si les modèles de surcharges intégrés à RIDO ne conviennent pas, il est possible de donner
point par point les courbes de contribution additive des surcharges aux 3 courbes de pression
active, au repos et passive avec autant de lignes que nécessaire.

SUX(n) Z Pa Po Pp

obéissent à la même syntaxe que l’ordre PRX y compris pour les discontinuités.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-14


SUC : SURCHARGE DE TYPE CAQUOT

SUC(n) Q

n est le numéro du sol supportant la surcharge,


Q est la pression (T/m2, kPa, KsF) sur la surface libre horizontale du sol n.

Pour supprimer une surcharge précédente introduire Q = 0.


Les surcharges de Caquot décrites successivement ne sont pas cumulatives (c’est à dire qu’une
nouvelle sur le même sol remplace la précédente). (voir ANNEXE B-2-1)

SUB : SURCHARGE DE TYPE BOUSSINESQ

SUB(n) Z A B Q

n est le numéro du sol concerné,


Z est le niveau (m, Ft) de la bande chargée,
A est la plus petite distance (m, Ft) de la bande au rideau,
B est la plus grande distance (m, Ft) de la bande au rideau,
Q est la charge répartie (T/m2 ,kPa, KsF)

Cet ordre provoque le remplacement de toutes les charges de type Boussinesq dans le sol n par
la nouvelle ainsi décrite.

Note : A partir de la version 4.20 le niveau Z peut être au dessus du point le plus haut de la
définition des produits d'inertie dans les données de base (groupe A).

Si l'on désire un effet cumulatif écrire

SUB(n,1) Z A B Q

et alors les surcharges précédentes sont conservées.

Si l'on désire supprimer une surcharge élémentaire Q écrire

SUB(n,1) Z A B Q’ avec une charge opposée (Q’ = -Q)

Si l'on désire supprimer toutes les surcharges de Boussinesq du sol n écrire simplement

SUB(n)

Si l'on désire utiliser la théorie des images avec un coefficient compris entre 1 et 2 écrire

SUB(n,r) Z A B Q CI


n est le numéro de sol

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-15


r est égal à 0 ou à 1 comme ci-avant
CI est un coefficient compris entre 1 et 2 affecté à l'effet de la surcharge de
Boussinesq dans le sol n.

CI absent ou < 1 équivaut à CI=1

En présence de surcharges de Boussinesq préexistantes à la mise en place de l'écran, le sol est


sollicité par ces surcharges de chaque côté de l'axe du futur écran

Dans cette situation on demandera un calcul d’équilibre du sol en l’absence d'écran pour
obtenir l'état de contraintes initiales dans le sol puis on placera celui-ci (ordre INE). En
l’occurrence, on prendra CI=2, selon la théorie des images pour obtenir dans le sol des
pressions, dues à la surcharge, correctes à déplacement nul.
Rappel : une absence d'écran est définie par un ou des produits d'inertie nuls dans les données
de base (Groupe A).

Si l'on a précisé l'option 'A' dans la ligne titre les surcharges de type BOUSSINESQ sont des
charges réparties (A)dditives et simplement superposées aux pressions du sol sans tenir
compte de l'état de celui-ci : c'est le calcul traditionnel.
Dans le cas contraire la contrainte sur le rideau due à une surcharge de BOUSSINESQ est
obtenue par l'expression

k * S / 0.5

où S est la contrainte donnée par la formule de BOUSSINESQ et k = Ka, K0 ou Kp selon que


le sol est en état de poussée, en état élastique ou en état de butée.
De la sorte il y a continuité entre les surcharges de type BOUSSINESQ et les surcharges de
type CAQUOT : c'est une innovation du programme RIDO à partir de sa version 3.
(voir ANNEXE B-2-2)

SUA : SURCHARGE DE TYPE ‘POUSSEE ACTIVE’


(norme NF P94 282 -Annexes informatives)

Note : Ce modèle de calculs suppose l'état de plasticité active atteint sur la hauteur de son
effet ainsi que la constance de l'angle de frottement interne PHI.
De plus le principe de superposition qui exige des équations linéaires ne s'applique pas en état
plastique.
Si ces conditions ne sont pas respectées le calcul sera toutefois effectué mais avec des
messages d'alerte.
Enfin l'équilibre de RANKINE y est implicitement utilisé. Si les rapports DELTA/PHI ne sont
pas nuls il peut y avoir une certaine incohérence entre ce modèle et les résultats de RIDO.
En fait l'effet théorique sera multiplié par (Ka Boussinesq-Rankine) / (Ka Rankine).

SUA(n,r) Z A B Q

n est le numéro du sol concerné,


r est le même paramètre que pour l’ordre SUB
Z est le niveau (m, Ft) de la bande chargée,
A est la plus petite distance (m, Ft) de la bande au rideau,

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-16


B est la plus grande distance (m, Ft) de la bande au rideau,
Q est la charge répartie (T/m2 ,kPa, KsF)

Cet ordre provoque le remplacement de toutes les charges de ce type dans le sol n par la
nouvelle ainsi décrite.

Note : Le niveau Z peut être au dessus du point le plus haut de la définition des produits
d'inertie dans les données de base (groupe A). L’angle PHI utilisé sera celui du sol en ce point
le plus haut.

SUA( ) obéit aux mêmes règles que SUB( ), en particulier pour la signification des paramètres
n et r.

SUG : SURCHARGE SEMI-INFINIE DE TYPE GRAUX

SUG(n,r) Z A α β Q

n est le numéro du sol concerné,


r est le même paramètre que pour l’ordre SUB
Z est la cote (m, Ft)
A est la distance (m,Ft) à la paroi du début de la bande semi-infinie surchargée
α et β sont les deux angles de Graux en degrés (α<β)
Q (T/m2, kPa, KsF) la charge unitaire.

Le niveau Z peut être au dessus du point le plus haut de la définition des produits d'inertie
dans les données de base (groupe A).

SUG( ) obéit aux mêmes règles que SUB( ), en particulier pour la signification des paramètres
n et r.

Attention : Le modèle de GRAUX suppose que l’on s’attende à ce que le sol du coté n soit en
état de poussée active. Voir la note de l’ordre SUA.

SOL : REDEFINITION D’UNE COUCHE DE TERRAIN

SOL(n) Z Ki

n est le numéro du sol,


Z est le niveau (m, Ft) de début de la couche modifiée,
Ki est un coefficient de poussée (Ka <= Ki <= Kp) qui définit l'état initial du sol
redéfini, suivie d'une ligne de définition d'une couche de même contenu que celle du groupe A
permet de redéfinir une couche entre deux niveaux et ce d'un seul côté du rideau.

Ceci permet de traiter le cas de sols différents de part et d'autre du rideau dès l'état initial ou,
ce qui s'y ramène, le cas d'un sol non horizontal.
Le cas d'une injection est également ainsi traité. (voir ANNEXE B-3-1)

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-17


Si Ki est absent cela implique Ki=K0.

Si l'on ne désire pas la réinitialisation des poussées du sol avec Ki, par exemple pour la prise
en compte de caractéristiques du sol à long terme utiliser le mot code FLU.
L’ordre ELA permet de ne modifier que les coefficients de réactions élastiques.

SOL(n,r) Z Ki OCR

voir ci-après la même signification de r, Ki et OCR pour l’ordre REM

REM : MISE EN PLACE D’UN REMBLAI

REM(n) Z Ki

n est le numéro du sol supportant le remblai,


Z est le nouveau niveau (m, Ft) du sol
Ki est un coefficient de poussée (Ka <= Ki <= Kp) qui définit l'état initial de poussée
du remblai,

Cette ligne sera suivie d'une ligne définissant la couche remblayée et comportant
nécessairement comme niveau de fin de couche l'ancien niveau du sol éventuellement excavé.
(La définition d’une couche de terrain est conforme à la définition d’une couche du groupe A)

Si Ki est absent ou nul cela implique Ki = K0.


La couche remblayée est initialisée à l'état limite poussée-élastique pour la déformée actuelle
du rideau si Ki = Ka ce qui sera le cas habituel.

REM(n,r) Z Ki OCR

n est le numéro du sol supportant le remblai,


r = 0 ou absent : l’initialisation des pressions du sol par Ki vaut pour la déformée
actuelle de l’écran
r = 1 : l’initialisation des pressions du sol par Ki vaut pour la déformée en fin de
phase
Z est le nouveau niveau (m, Ft) du sol
Ki est un coefficient de poussée (Ka <= Ki <= Kp) qui définit l'état initial de poussée
du remblai
OCR (facultatif) est le coefficient de surconsolidation.

OCR est indicatif si Ki n’est pas nul

OCR présent permet le calcul de Ki si la valeur introduite pour Ki est zéro selon le modèle de
Mayne et Kulhawy [[1]] :

Ki = K0 (OCR)sin(ϕϕ)

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-18


EXC : EXCAVATION - TALUS - RISBERME

Excavation simple

EXC(n) Z

n est le numéro du sol excavé,


Z est le nouveau niveau de ce sol (m, Ft)

Excavation avec risberme

EXC(n) Z1 Z2 A B

n est le numéro du sol excavé,


Z1 est le niveau (m, Ft.) d'excavation au contact du rideau,
Z2 (m, Ft) est le niveau du fond de fouille,
A est la petite base (m, Ft) au niveau Z1 de la section en trapèze rectangle de la
risberme,
B en est la grande base (m, Ft) au niveau Z2.

Si ultérieurement il y a une excavation dans le même sol à un niveau Z entre Z1 et Z2 la


nouvelle petite base de la risberme résultante est recalculée. (voir ANNEXE B-4-2)

Il y a contrôle automatique de la stabilité des risbermes et augmentation automatique de leur


largeur le cas échéant. Ce calcul ne sera déclenché que si on le demande par le paramètre 1 en
deuxième position dans l’ordre EXC.

Exemple EXC(2,1) 5 6.5 2 6


(ici l’échelle des niveaux est supposée croissante vers le bas)

Si l’on avait simplement écrit EXC(2) la risberme aurait été conservée et la limite de butée
aurait été automatiquement limitée à la capacité de tenue de la risberme.

La stabilité d'une risberme est calculée à chaque point de calcul sur sa hauteur en supposant
des lignes de glissement horizontales.

Note : la version 4.11.04, et seulement celle-ci, faisait une hypothèse très sécuritaire pour le
calcul de la limite de tenue en supposant cette limite atteinte sur toute la hauteur de la
risberme.
La version 4.20, comme les version précédentes, effectue ce calcul pour les pressions
effectivement mobilisées dans sa hauteur.

Excavation avec talus

On peut utiliser l’ordre EXC pour décrire un talus de manière symétrique à la description
d’une risberme. RIDO calcule automatiquement la décomposition appropriée en surcharges
(CAQUOT et BOUSSINESQ) selon les indications qui précisent comment le faire
manuellement. (voir ANNEXE B-4-3).

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-19


RIDO tiendra compte de l’éventuelle présence d’une nappe d’eau ou d’un changement de
couche de terrain interférant avec le talus.

Note : A partir de la version 4.20 le niveau supérieur Z2 peut être au dessus du point le plus
haut Zs de la définition des couches de terrain dans les données de base (groupe A).
La couche de terrain considérée entre les niveaux Z2 et Zs est la même que celle présente au
niveau Zs. En cas de multicouche dans la hauteur du talus il sera nécessaire de créer une
section d'écran fictive à inertie nulle de sorte que Z0=Zs

BER : EXCAVATION AVEC POSE DE PLANCHES


(METHODE DITE "BERLINOISE")

BER(n) Z

n est le numéro du sol excavé,


Z est le nouveau niveau de ce sol (m, Ft).

Cet ordre suppose que l'on a, lors de la première phase, affecté les pressions des sols de
coefficients adéquats à l'aide du mot-code COE.
Il y a alors rétablissement à la valeur 1 de ces coefficients jusqu'au niveau Z pour tenir compte
de la mise en place des planches.
Le sol à l'arrière des planches, qui a été décompressé par l'excavation, voit son état initialisé à
la limite poussée-élastique pour la déformée actuelle.

Si l'on ne place pas les planches jusqu'au fond de fouille écrire

BER(n,r) Z1 Z2

n est le numéro du sol


r est le degré (0, 1, 2 ou 3) d’un polynôme d’interpolation pour le rétablissement à 1
du coefficient affecté aux pressions entre Z2 et Z1.
Z1 est le niveau d'excavation (m, Ft)
Z2 est le niveau (m,Ft) jusqu'où l'on a mis les planches.

Si pour le sol n° n il y a également un talus ou une risberme, compléter l’ordre BER avec un
ordre EXC approprié.

EAU : MODIFICATION DU NIVEAU ET DES PRESSIONS D’EAU

Avec pressions hydrostatiques :

EAU(n) Z


n est le numéro du sol où la nappe est déplacée
Z (m, Ft) est le nouveau niveau supérieur de la nappe.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-20


Il n’y a aucune condition sur la valeur de Z.

Avec pressions hydrodynamiques :

Il faut décrire point par point (interpolation linéaire entre les points) la courbe de pression
d’eau résultante par des lignes consécutives (du haut vers le bas) comme

EAU(n) Z Pw

Z (m, Ft) est le niveau


Pw (T/m2, kPa, KsF) est la pression d’eau

En cas de discontinuité, ne pas écrire deux lignes consécutives avec le même niveau mais

EAU(n,1) Z Pw Pw’

Pw’ est la seconde pression.

Plus bas que le dernier niveau ainsi mentionné, c’est la courbe de poussée hydrostatique qui
est prise en compte.
Une pression Pw de valeur -1 est remplacée par la pression d’eau hydrostatique pour le niveau
concerné
Il est ainsi possible de décrire facilement des nappes suspendues.
Il n’y a aucune condition sur les valeurs de Z sinon qu’elles doivent être à progression
monotone.

L’effet de gradient hydraulique sur le poids volumique apparent du sol est automatiquement
pris en compte. En particulier une discontinuité de pression se traduit par une surcharge de
type CAQUOT appliquée à son niveau (qui peut être négative en cas de sous-pression sous
une couche de terrain étanche).

Pour les niveaux où la pression d’eau est nulle, c’est le poids volumique humide des couches
de terrain qui intervient dans les calculs et le poids volumique déjaugé si la pression d’eau
n’est pas nulle.

Remarque :
Si une nappe d’eau est emprisonnée par un radier, il convient d’annuler l’effet de sous-
pression dans le sol qui sera automatiquement introduit, par une surcharge de type GRAUX
(SUG) au niveau du radier.

CHD : CORRECTION HYDRODYNAMIQUE

Obsolète, compte tenu de la description de l’ordre EAU, ci-avant.


A été conservée pour la compatibilité avec les versions précédentes de RIDO.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-21


Implicitement la pression de l'eau est supposée hydrostatique. On peut corriger cette
hypothèse par une charge répartie linéairement par morceaux dont chaque point anguleux est
défini par une ligne :

CHD Z Q

Z (m,Ft) est le niveau du point anguleux
Q est la valeur algébrique de la correction (T/m2, kPa, KsF) pour ce point.

Les différentes lignes CHD seront placées pour des niveaux de haut en bas.
Une ligne comportant le mot CHD seul provoque la suppression d'une correction
hydrodynamique apportée précédemment.

Si l'on désire prendre en compte les variations de poids volumique apparent des sols dues au
gradient hydraulique écrire

CHD Z Q DG1 DG2



Z et Q ont la même signification
DG1 et DG2 sont les écarts algébriques à appliquer aux poids volumiques déjaugés
des sols 1 et 2 respectivement.
Ces écarts sont pris constants du niveau Z de la ligne CHD précédente jusqu'au niveau Z de
celle-ci.

BUT, TIR : BUTONS ET TIRANTS

La description des ces ordres est commune, c’est pour une question de lisibilité que deux
mots-codes sont utilisés.

Mise en place d’un lit de butons ou tirants

BUT(k) Z E I F R (butons)
ou TIR(k) Z E I F R (tirants)


k est un code de liaison :
k = 0 signifie liaison bilatérale (dans ce cas BUT Z E I F R est équivalent),
k = 1 signifie liaison unilatérale, le rideau se libérant s'il se déplace vers le sol
numéro 1,
k = 2 comme k = 1 mais le rideau se libère s'il se déplace vers le sol numéro 2
Z est le niveau (m, Ft) du point de liaison avec le rideau
E est l'espacement longitudinal (m, Ft) entre deux butons ou tirants
I est l'inclinaison d'un tirant en degrés
F est la précharge (T, kN, KiP) sur un tirant
R est sa rigidité (T/m, kN/m, KiP/Ft)

Si dans la ligne titre on a précise l'option 'F' il y aura calcul au (F)lambage du rideau et prise
en considération de la composante verticale de la traction d'un tirant incliné dans le calcul des
moments. Dans ce cas le signe de l'angle I a son importance :
Dans le cas habituel d'inclinaison "vers le bas" I sera positif si le tirant est à gauche du rideau
et négatif dans le cas contraire.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-22


Si à la mise en place d'un buton il n'y a pas contact avec le rideau parce qu'il est trop court ou
qu'il simule un plancher qui a subit un retrait alors écrire

BUT(k,-1) Z E I D R

D est la valeur (mm, In) du décalage.

Les nappes de butons ou tirants successivement mises en place reçoivent un numéro qui est
leur ordre d'apparition. (voir ANNEXE C-1)

Pour la phase de mise en place d’un buton ou tirant préchargé (F non = 0) sa rigidité sera prise
à 0 pour que sa force soit effectivement égale à la précharge. La rigidité sera prise égale à sa
valeur R dans les phases ultérieures. Il conviendra donc de définir une phase pour chaque mise
en place de buton ou tirant préchargé (voir l’ordre CAL)

Modification de la précharge d’une nappe de butons ou tirants en place

BUT(0,num) F
ou TIR(0,num) F

num est le numéro de la nappe

F est la nouvelle précharge (m, KN, KiP)

BUT(1,num)
ou TIR(1,num)

en ce cas la nouvelle précharge est la force actuelle dans le buton ou tirant (parfois
utile pour un calcul itératif automatisé de l’interaction entre deux écrans)

Suppression d’une nappe de butons ou tirants

BUT(0,num)
ou TIR(0,num)


num est le numéro de la nappe supprimée.

RIG : MODIFICATION DE LA RIGIDITE D’UNE NAPPE DE BUTONS OU


TIRANTS

Modification de la rigidité des butons ou tirants en cours de phasage.


Ceci est prévu principalement pour un buton ou un plancher en béton pour la prise en compte
de la modification à long terme de son module d'Young E.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-23


RIG(n) rigid

où n = numéro de la nappe (numéro d'ordre de mise en place)


rigid = nouvelle rigidité (T/m, kN/m, KiP/Ft)

Il sera préférable de créer une phase spécifique pour la ou les commandes RIG.

DEC : DECALAGE DU POINT D’ANCRAGE D’UNE NAPPE DE BUTONS OU


TIRANTS

Déplacement du point d’ancrage des butons ou tirants en cours de phasage.


Ceci est prévu principalement pour un calcul itératif de deux écrans en interaction liés par une
ou plusieurs nappes de butons ou tirants.
Un autre usage est la prise en compte d’un glissement d’un point d’ancrage défectueux.

DEC(n) dec

où n = numéro de la nappe (numéro d'ordre de mise en place)


dec = décalage axial du point d’ancrage (mm, In)

ou encore

DEC(n,1) dec

où n = numéro de la nappe (numéro d'ordre de mise en place)


dec = décalage horizontal du point d’ancrage (mm, In)
dec est signé (négatif vers la gauche, positif vers la droite)

Sauf pour le cas du calcul itératif sera préférable de créer une phase spécifique pour la ou les
commandes DEC.

FMC : APPLICATION D'UNE FORCE ET/OU D'UN COUPLE

FMC Z F C

Z est le niveau (m, Ft) du point d'application


F est la valeur (T, kN/m, KiP/Ft) de la force concentrée
C est la valeur (mT/m kN.m/m, K.Ft/Ft) du couple.

Les valeurs sont non cumulatives (FMC à un même niveau que précédemment provoque un
remplacement) : pour supprimer un effort à un niveau donné appliquer une ou des valeurs
nulles.

Si à ce même niveau Z on avait placé précédemment une liaison élastique par FMC(1) cette
dernière est conservée et seuls F et C sont modifiés.

Si au niveau Z on a une liaison élastique, avec par exemple un plancher, il est possible d'en
introduire la matrice de liaison avec les 2 lignes

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-24


FMC(1) Z F C
CFY CFA CMY CMA

de sorte que

DT = CFY * DY + CFA * DA + F
DM = CMY * DY + CMA * DA + C

DT est le saut de l'effort tranchant dû à la liaison,


DM est le saut de moment dû à la liaison,
DY est la variation de déformée au niveau Z à partir de la déformée à la mise en place
de cette liaison élastique (valeur actuelle de cette déformée s’il n’y avait pas déjà une liaison
élastique à ce même niveau),
DA est la variation de la rotation au niveau Z à partir de la rotation à la mise en place
de cette liaison élastique (valeur actuelle de cette rotation s’il n’y avait pas déjà une liaison
élastique à ce même niveau),
F et C ont le même sens que précédemment mais seront souvent absents dans ce cas.
(voir ANNEXE C-2)

CHA : CHARGE TRAPEZOÏDALE SUR LE RIDEAU

CHA Z1 Z2 Q1 Q2

Q1 (T/m2,kPa, KsF) est la charge au niveau Z1 (m, Ft)


Q2 (T/m2, kPa, KsF) est la charge au niveau Z2 (m, Ft) ( Z2 plus bas que Z1 ), avec
interpolation linéaire entre ces deux points.

Les valeurs sont non cumulatives; d'éventuelles charges de même type présentes entre les
niveaux Z1 et Z2 sont remplacées par celles-ci.
L'annulation de charges précédentes ne peut se faire qu'avec Q1 = 0 et Q2 = 0.

Aux niveaux Z1 et Z2 des pieux ou un écran sont supposés présent sinon soit cet ordre sera
ignoré soit Z1 et/ou Z2 seront corrigés.

INE : MODIFICATION D’INERTIE

INE(n) EI Rc

n est le numéro de la section modifiée ( les sections étant numérotées à partir de la


tête du rideau ),
EI (T.m2/m, kN.m2/m, K.Ft2/Ft) est le nouveau produit d'inertie,
Rc (T/m3, kPa/m, KsF/Ft) est éventuellement la nouvelle rigidité cylindrique.

Cet ordre permet d'évaluer l'effet de la variation à long terme d'un module d'YOUNG.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-25


Egalement et à condition d'avoir préparé des sections à inertie nulle dans le groupe de données
A, on peut simuler la mise en place de sections de rideau en définissant leur produit d'inertie
maintenant non nul. Ceci ne sera correct que si la section en question est connexe à une
section dont l'inertie est différente de zéro.
Ainsi cet ordre permet de calculer une paroi dont les sections sont coulées à l'avancement de
l'excavation ou encore de traiter le cas d'un prolongement d'un rideau vers le haut après une
certaine phase.
Dans ces cas la nouvelle section coulée est supposée parfaitement verticale et il y aura une
discontinuité de la tangente à la fibre neutre au point de connexion qui par ailleurs est supposé
transmettre les moments.

Si un sol est présent aux niveaux d'une section ainsi mise en place il est initialisé par un calcul
d’équilibre du sol avant cette opération.

FLU : MODIFICATION DES CARACTERISTIQUES DE PLASTICITE

FLU(k) Ka Kp C ϕ Da Dp

Les paramètres suivants de la couche de terrain n° k prennent pour nouvelles valeurs

Ka : coefficient de poussée horizontale,


Kp : coefficient de butée horizontale,
C : cohésion (T/m2, kPa, KsF)
ϕ : angle de frottement interne.
Da, Dp sont les rapports δ/ϕ en poussée et butée (δ est l’inclinaison de la contrainte du
sol sur la paroi).

Normalement les termes soustractifs en poussée et additifs en butée dus à la cohésion sont
calculés par RIDO par les formules de CAQUOT. Il est possible de fournir directement ces
termes. Pour ce faire, entrer la cohésion avec le signe - (ce qui déclenche ce traitement
spécial) et remplacer les rapports δ/ϕ en poussée et en butée par les termes soustractifs en
poussée et additifs en butée.

Les éditions sont modifiées en conséquence.

Ceci permet de considérer l'effet de paramètres à long terme pour un sol après la fin des
travaux . (voir ANNEXE B-3-2)

Remarques : les différentes couches de terrain introduites dans le groupe A et dans le groupe
B (avec SOL ou REM) ont reçu un numéro qui est leur numéro d'ordre dans leur description.
Si Ka et/ou Kp sont nuls, ils sont calculés par la résolution des équations d’équilibre limite
plastique de BOUSSINESQ-RANKINE.

ELA : MODIFICATION DE MODULES DE REACTION ELASTIQUE

Il est possible de modifier les modules de réaction élastique à une phase quelconque et ce,
séparément dans le sol de gauche et le sol de droite par rapport au rideau.
Ceci est utile dans l’épaisseur d’une risberme ou pour satisfaire à certaines théories où ce
module dépendrait sous la fouille de la hauteur de fiche...

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-26


ELA(n) Z1 Z2 c1

n est le numéro de sol (1 à gauche et 2 à droite)


Z1 et Z2 sont les niveaux (m, Ft) entre lesquels le module est modifié (Z1 plus haut
que Z2)
c1 est un coefficient appliqué au(x) module(s) de réaction élastique de la ou des
couches de terrain concernées.

On peut aussi écrire:

ELA(n) Z1 Z2 c1 c2

et entre Z1 et Z2 des coefficients sont appliqués qui sont interpolés linéairement entre c1 et
c2.

Lors d’utilisation consécutive de l’ordre ELA pour des mêmes niveaux, ce sont les derniers
coefficients qui jouent sur le module initialement introduit dans la description des couches de
terrain.

Dans les lois de comportement réaction du sol/déplacement la partie linéaire « pivote » autour
du dernier point d’équilibre (ou à la limite de pression nulle s’il y a décollement en présence
de cohésion).

Dans la description des opérations afférant à une même phase, l’effet du mot ELA est
toujours prioritaire sur les autres.

Par exemple: ELA(2) 5 10 0.63 EXC(2) 5


EXC(2) 5 équivaut à ELA(2) 5 10 0.63
CAL CAL

Il est à noter que par le biais du paramètre « GAIN A LA PRESSION » du module de réaction
élastique, une excavation, par exemple, entraîne aussi une modification de ce module.
Les modules de réaction élastique résultants apparaissent dans les tableaux de sortie.

GLI : GLISSEMENT DE TERRAIN

GLI permet de simuler des glissements de terrains en particulier pour une file de pieux
destinés à la stabilisation d'un talus mais aussi dans d'autres cas.
Cet ordre sera éventuellement à compléter par des ordres DEC si les ancrages des tirants dans
le sol sont aussi concernés.

GLI Z1 Z2 D1 D2

Z1 (mm,Ft/1000) est la charge au niveau Z1 (m, Ft)


Z2 (mm,Ft/1000) est la charge au niveau Z2 (m, Ft) ( Z2 plus bas que Z1 ),
Avec interpolation linéaire entre ces deux points.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-27


Ceci pour les sols de gauche et de droite
GLI(n) Z1 Z2 D1 D2

Avec n = 1 pour le sol de gauche et n = 2 pour le sol de droite si limité à un


seul côté.

GLI a un effet cumulatif, c'est-à-dire que le glissement décrit est relatif à l'état actuel
du sol et s'ajoute aux éventuels glissements antérieurs.

Ces déplacements reviennent à effectuer une translation selon l'axe horizontal des
courbes de réactions élastoplastiques décrites dans la notice de RIDO pages RIDO-
ANN-7 et RIDO-ANN-8.

FAP : FACTEURS PARTIELS

L'ordre FAP permet d'introduire à partir ne n'importe quelle phase des facteurs partiels
décrits dans la norme NF P94 282. Attention celle-ci ne précise pas si ces facteurs sont
à prendre en compte dès le début ou simplement en phase finale (les résultats seront
très différents en raison du calcul évolutif et irréversible pour lequel le principe de
superposition ne s'applique pas !).

Sauf pour chaque phase de type TEL il n'est pas possible de redéfinir de nouveaux
facteurs partiels et ce pour les raisons évoquées ci-avant.

FAP F1 F2 F3 F4 F5 F6 F7

F1 : Facteur appliqué aux poids des sols


F2 : Facteur appliqué aux coefficients de pression active (poussée)
F3 : Facteur appliqué aux coefficients de pression passive (butée)
F4 : Facteur appliqué aux éventuelles cohésions
F5 : Facteurs appliqué à la tangente des angles de frottement interne PHI
(les nouveaux angles PHI sont redéfinis en conséquence)
F6 : Facteur appliqué à toutes les surcharges (définies par SUC, SUB, SUG et
SUA)
F7 : Facteur appliqué aux pressions différentielles exercées directement sur
l’écran sauf les pressions différentielles dues aux sols. (pression d’eau,
introduites par CHA, etc…) . Les efforts concentrés ne sont pas concernés.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-28


Pour éviter des effets incohérents on ne donnera pas des valeurs différentes de 1
simultanément à certains sous-ensembles de facteurs (par exemple F2 et F5).

Dans les sorties de type « texte », s’ils sont différents de 1, ces facteurs sont
systématiquement précisés.

RRC : RAPPORT DE MOBILISATION DE LA BUTEE OU CONTREBUTEE


CRITIQUE

Une valeur critique pourra en être introduite par l’ordre RRC qui peut apparaître dans
une ou plusieurs phases :

RRC r

r : rapport critique

Elle sera utilisée pour afficher des alertes en cas de dépassement mais aussi dans le
traitement d’une phase de type TEL.

Sa valeur sera conservées dans les phase suivantes qui ne comporteraient pas cet ordre
et reprise après une phase de type TEL qui l’aurait localement modifiée.

A partir de la version 4.20 les rapports de mobilisation de la butée et de la contrebutée sont


présentées aussi bien dans les sorties de type « texte » que « graphique ».

KAM : COEFFICIENT DE POUSSEE ACTIVE MINIMUM EN PRESENCE DE SOLS


COHERENTS (NF P94 282)

La norme NF P94 282 art. 5.1.3.1 (4) + Note 1 invite, par prudence, à ignorer l’éventuel
décollement sol-écran et à considérer une poussée minimale avec un coefficient de poussée
active fictif valant 0.1 pour un sol supposé pulvérulent.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-29


L’ordre KAM (pour Ka Minimum) permet de fixer une valeur quelconque :

KAM Kam

Avec Kam = 0.1 selon la norme

On peut le placer dans une phase quelconque, voire donner plusieurs valeurs dans différentes
phases. Sa valeur est conservée pour les phases suivante sauf évidemment si elle fixée dans un
phase TEL. Il est toutefois recommandé de le placer dans une phase TEL.
En effet cette démarche sécuritaire peut entraîner des résultats irréalistes en raison du calcul
évolutif entre les différentes phases et de l’irréversibilité du comportement du sol.
Par exemple lors de la mise en précharge d’un tirant alors que le sol se serait décollé en raison
d’une cohésion significative.

CAL : CALCUL ET EDITION DES RESULTATS

Une phase peut comporter plusieurs opérations élémentaires décrites chacune par un des mots-
codes précédents.
Une phase étant décrite le mot "CAL" déclenche le calcul d'équilibre.

Toutes les opérations élémentaires décrites dans une même phase sont considérées comme
simultanées. Il convient de définir suffisamment de phases pour intégrer correctement
l'irréversibilité des efforts dans le sol.
Notamment la mise en place d'un buton ou tirant préchargé doit faire l'objet d'une phase
spécifique (ATTENTION IL Y A ICI UNE DIFFERENCE AVEC DES VERSIONS
PRECEDENTES DU PROGRAMME RIDO).

CAL
provoque le calcul et la sortie des tableaux de résultats.

CAL(k)
provoque le calcul et différentes sorties suivant la valeur de k

k = 0 sortie normale (identique à CAL sans argument),


k = 1 sortie réduite avec seulement les point remarquables,
k = 2 sortie normale et sortie semi-graphique sur imprimante,
k = 3 aucune sortie des résultats.

CAL(k,1)

a la même signification mais en plus il y aura calcul des enveloppes des efforts tranchants et
des moments jusqu'à et depuis cette phase en plus de la phase finale pour laquelle les
enveloppes sont toujours calculées.
Le contrôle de l’édition des enveloppes se fait dans le groupe C (ordre BIL).

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-30


Si l'on s'attend à une rupture d'équilibre par défaut de fiche on peut en demander le calcul et
éventuellement relancer automatiquement le traitement complet du rideau avec une nouvelle
hauteur.

En ce cas écrire :

CAL(k,r) X Y Z

k (de 0 à 3) et r (absent ou 1) ont les mêmes effets sur les sorties,


X est un déplacement (m, Ft) au-delà duquel on considère qu'il y a rupture d'équilibre
Y est la borne supérieure (m, Ft) du défaut de fiche à calculer
Z est un valeur (m, Ft) qui sera ajoutée au défaut de fiche calculé dans le cas de la
relance du calcul.

Si X = 0 la rupture d'équilibre correspondra à la plastification complète des sols.


Si Z = 0 ou s'il est absent, il y aura calcul du défaut de fiche sans relance du traitement avec la
nouvelle hauteur calculée.
Si les paramètres X, Y et Z ont été spécifiés à une phase ils seront pris par défaut dans les
phases suivantes et il est donc inutile de les répéter dans les autres lignes CAL.

Remarque : Si X > 0 le déplacement du rideau peut ne pas être réduit par un allongement de la
fiche lorsque le rideau est trop souple et le calcul du défaut de fiche sera sans objet. Ceci est
signalé par l'information selon laquelle le rallongement Y est insuffisant.

Messages éventuels après un calcul.

RUPTURE D’EQUILIBRE

Il y a plastification complète des sols et l’équilibre ne peut être atteint. Le tableau des
résultats sous forme de texte présente par la dernière déformée calculée le mode de
rupture (basculement, soulèvement du fond de fouille …)

INSTABILITE NUMERIQUE

Les équations peuvent devenir très difficiles à résoudre numériquement en raison des
approximations dues à la représentation des nombres réels dans l’ordinateur et aux
erreurs inhérentes à chaque calcul élémentaire (erreurs « de chute »). Ceci se rencontre
lorsque le produit EI de l’écran est trop faible devant les modules de réaction du sol
et/ou lorsque l’on est proche de la rupture d’équilibre. Dans le premier cas le problème
peut disparaître en diminuant le pas de calcul (groupe A des données).
Cette situation, à ne pas confondre avec l’instabilité mécanique ou RUPTURE
D’EQUILIBRE, ne se rencontre pas avec des dimensionnements réalistes.

PRECISION THEORIQUEMENT REQUISE NON ATTEINTE

Le calcul est utilisable mais la précision du calcul est jugée insuffisante au regard de
l’exigence sévère de RIDO. Par exemple le moment calculé en pied d’écran libre
serait de 0.00562 (valeur théorique 0.0).
Cela peut signifier que l’on est proche de la rupture d’équilibre car en ce cas le calcul

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-31


numérique devient difficile (voir ci-avant « INSTABILITE NUMERIQUE »).

INSTABILITE DU SOL AU NIVEAU z

Le niveau z est à 0.50 m. sous le pied de l’écran. A ce niveau sont calculées les
poussées actives et passives des sols situés à gauche et à droite de l’axe de l’écran.
Si la poussée active d’un sol est supérieure à la poussée passive de l’autre ce message
apparaît.

Il s’agit d’un avertissement invitant à une vérification complémentaire.

- Est-on dans une situation de rupture globale d’équilibre du massif ?


Un contrôle aux cercles de glissement serait à envisager.

- Est-on en présence de pompage et du phénomène de Renard ?

- A t-on pris des sécurités sur les données géotechniques de sorte que le calcul n’ait
pas de sens ? Par exemple la cohésion a-t-elle été négligée ?

TEL : TEST AUX ETATS LIMITES

TEL ou TEL(1)

L'ordre TEL (pour Test aux Etats Limites) à placer au début de la description d'une
phase permet un traitement spécial seulement pour celle-ci..

- La phase en question avec sa description de chargements conventionnels n'aura pas


d'effet sur le calcul des phases suivantes.

- Si plusieurs phases de type TEL sont consécutives le calcul reprendra en l'état


d'équilibre de la phase placée juste avant la première de type TEL de cette
séquence.

- S'il y a instabilité dans une phase de type TEL, le défaut de fiche pourra être
calculé avec les paramètres habituels de l'ordre CAL

- S'il y a stabilité un calcul de réduction de la hauteur de fiche sera automatiquement


effectué si l’on à écrit TEL(1)

Deux cas sont prévus :

a - Si le rapport critique de mobilisation de la butée ou de la contrebutée défini


par RRC est nul, la hauteur réduite calculée correspondra à la limite de
rupture d’équilibre

b - Si le rapport critique de mobilisation de la butée ou de la contrebutée défini


par RRC est non nul, la hauteur réduite correspondra à son atteinte.

Cette situation pourra être analysée dans les sorties de type "texte" où ce calcul
supplémentaire est détaillé.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-32


Ecrans autostables ou en console

Lorsqu’une telle situation est détectée et dans l’esprit de NF P94 282 sont présentés les
éléments suivants :

- Point le plus haut avec pression différentielle nulle (en présence des sols de
droite et de gauche)
- Point le plus bas avec pression différentielle nulle (le point de pivotement)
- Le rapport de mobilisation de la contrebutée

Ce rapport calculé est d’autant plus proche que celui obtenu avec une méthode MEL
qu’il est grand.

Tout ceci est valide en sol multicouche, avec surcharges, talus, risbermes et en
présence d’eau.

Dans le cas d’une phase TEL(1) avec calcul à la rupture d’équilibre les états plastiques
des sols seront
atteints presque partout sauf, ce qui est logique, dans une toute petite zone au
voisinage du point de
basculement. Il y a donc en cette situation raccordement avec la méthode MEL

Ce test de hauteur limite de fiche semble plus pertinent que l’approche historique MEL

Si l’on veut effectuer un calcul aux états plastiques limites (méthode historique MEL) :

Placer 1 en deuxième paramètre de l’ordre TEL : TEL(0,1) ou TEL(1,1).

En ce cas la déformée n’est pas calculée et les pressions des sols sont pris comme :
- Côté terres : poussée jusqu’au point de pivotement, contrebutée ensuite
- Côté fouille : butée jusqu’au point de pivotement, poussée ensuite.
Il est alors résolu un système de deux équations (moment nul et effort tranchant nul en
pied) à deux inconnues : le niveau du point de pivotement et le facteur de mobilisation
de la butée pour la contrebutée.

Le sol peut être multicouche, avec talus, risbermes, surcharges, forces appliquées
(FMC), en présence d’eau dans la mesure où la configuration est compatible avec la
méthode de plasticité MEL

Les données éventuellement présentes dans l’ordre CAL seront ignorées ainsi qu’une
demande de calcul de défaut de fiche.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-33


MEM, REP : ETUDE D’UNE VARIANTE A PARTIR D’UNE CERTAINE PHASE

MEM pour mémoriser et REP pour reprendre.

Usage :

Placer le mot MEM au début de la description d’une phase : L’environnement du dernier


calcul sera mémorisé (la phase précédente ou l’état de départ si phase 1)

Placer le mot REP au début de la description d’une phase et cette dernière reprendra le calcul
dans l’environnement précédemment mémorisé comme si les calculs depuis le MEM
n’avaient pas eu lieu.

Remarques :

On peut placer autant d’ordres MEM que l’on désire mais lors d’une reprise c’est le dernier
environnement mémorisé qui sera repris par REP

On peut placer autant d’ordres REP que l’on veut : chaque reprise reprendra la dernière
mémorisation (un REP non précédé d’un MEM sera ignoré)

Si MEM et REP ne sont pas placés en début de description de phase le fonctionnement sera
imprévisible

Exemple :

<titre>
<données de base>
: phase 1
<données phase 1>
CAL
: phase 2
<données phase 2>
CAL
: phase 3 première variante
MEM
<données phase 3>
CAL
: phase 4 première variante
<données phase 4>
CAL
: phase 5 deuxième variante reprise du calcul fin phase 2
REP
<données phase 5>
CAL
: phase 6 deuxième variante
<données phase 6>
CAL
: phase 7 troisième variante reprise du calcul fin phase 2
REP
<données phase 7>
CAL

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-34


FIN
STOP

FIN : FIN DU CALCUL

FIN

Ici s’achève par le mot FIN le groupe B.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-35


GROUPE C

Ce groupe de données (éventuellement absent) contrôle par des mots-codes (à raison d’un par
ligne) certaines éditions et sorties sur fichiers.

GRF : SORTIES SEMI-GRAPHIQUES SUR LISTINGS

Visualisation à l’aide de caractères des différentes courbes sur les listings imprimés.
Utile en l’absence d’imprimante graphique. Cas très rare car toute imprimante compatible
WINDOWS est graphique !
Edition des courbes sélectionnées par les phases calculées par CAL(2) ou toutes les phases si
aucune n’a été sélectionnée.

BIL : EDITION D’UN BILAN SUR L’ENSEMBLE DES PHASES

Sur le listing:
- courbes enveloppes des moments et efforts tranchants
- historique des forces dans les butons et tirants
- déplacements et moments maximums.

EVP : ECRITURE D’UN FICHIER DES ENVELOPPES

Afin de faciliter la reprise des résultats pour un calcul de ferraillage, un fichier lisible
aussi bien en FORTRAN,’en C et en BASIC est créé avec les attributs suivants:

- son nom : < nom du fichier de données >.EVP

- son type : fichier texte avec comme séparateurs la virgule et CR-LF

- son contenu :
. 1ère ligne : le nombre de points, le numéro de la 1ère et de la dernière phase
concernée et un code précisant les unités (1: Unités pratiques, 2: Unités S.I.,
3: Unités américaines)
. une ligne par point : abscisse, effet tranchant mini et maxi, moment mini et
maxi
. répétition éventuelle de ce qui précède en fonction des données de RIDO
(duplication dans le fichier RIDON.EVP des enveloppes présentées sur
l’imprimante) qui autorisent la sortie des enveloppes pour plusieurs phases.

- remarque : du fait que les points sont susceptibles d’être des points de discontinuité
pour les courbes enveloppes, deux points consécutifs peuvent avoir la même
abscisse.

Au cas où l’utilisateur désire utiliser un outil développé pour une ancienne version de RIDO,
il peut obtenir un fichier nommé RIDON.EVP dans son ancien format pour ce faire, créez une
variable d’environnement de nom RIDONEVP et de valeur OLD

De plus, les unités seront toujours les unités pratiques.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-36


Si l’on désire l’ancien format mais avec les mêmes unités que les sorties de RIDO la valeur
de RIDONEVP sera OLD+UNITS

ASC : ECRITURE DES RESULTATS DANS UN FICHIER ASCII

Utile si l’on désire effectuer un traitement en aval du calcul de RIDO.


Le fichier créé porte le nom <nom du fichier de données>.ASC
Dans le cas du calcul de deux écrans en interaction ce fichier sera créé même sans cet ordre
ASC.

Il comporte un élément par ligne :


- le titre (60 caractères)
- le sigle de l’utilisateur (23 caractères)
- la date du calcul (8 caractères)
- le code des unités utilisées (1:unités pratiques, 2:unités S.I., 3:unités américaines)
- le nombre N de points de calcul
- l’indice correspondant à la tête de rideau (en général 1)
- N niveaux (2 valeurs consécutives identiques possible si discontinuité)
- pour chaque phase :
- l’indice du niveau le plus haut avec présence de paroi
- l’indice du niveau le plus bas avec présence de paroi
- les niveaux d’excavation à gauche et à droite
- les niveaux d’eau à gauche et à droite
- N valeurs de déformée (en mm ou en pouce)
- N valeurs de moments
- N valeurs d’efforts tranchants
- N valeurs de pressions autres que les pressions de sols
- N valeurs de pression du sol de gauche
- N valeurs de pression du sol de droite
- avant la fin du fichier, deux zéros consécutifs.

XLS : ECRITURE DES RESULTATS DANS UN FICHIER EXCEL

Le fichier créé porte le nom <nom du fichier de données>.XLS au format natif EXCEL.
On y retrouve, à raison d’un phase par feuille de calcul, les résultats numériques détaillés
identiques aux tableaux imprimés.

EXP : ECRITURE DES RESULTATS DE LA PHASE FINALE DANS UN FICHIER


ASCII

Production du fichier texte <nom du fichier de données>.EXP qui contient des données et
résultats de la dernière phase calculée pour un enchaînement possible avec une autre
application.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-37


STOP : FIN DES DONNEES

Remarque : si le groupe C est absent, il suffit d’écrire la ligne FIN du groupe B.

SYNTAXE DES EXPRESSIONS DANS LES DONNEES

Dans un fichier de données d’extension .RIO, il est possible d’utiliser des expressions dans les
données avec les règles suivantes :

- Chaque donnée numérique peut être remplacée par une expression algébrique :

Exemple: TIR(1) 5 2 0 0 2e6*(pi*4e-2**2/4)/15


la rigidité du tirant est calculée (diamètre 4cm, longueur utile 15m)
pi est une constante prédéfinie
** est l’opérateur puissance entière (utiliser ^ pour les puissances réelles ou
provenant d’expressions. Il existe aussi la fonction pow() ).

- On peut utiliser les fonctions prédéfinies du langage C ou spécifiques à RIDO (ce


sont les fonctions internes décrites page RIDO-NOT-32) ainsi que des fonctions formules.

Pour définir une fonction formule, mettre le caractère # au début d’une ligne et utiliser des
arguments formels.

Exemple: # rigid(diam,long)=2.e6*(pi*diam**2/4)/long
TIR(1) 5 2 20 0 rigid(4e-2,12+9/3)

Les arguments formels sont locaux et peuvent sans problème avoir le même nom que d’autres
éléments. On peut utiliser dans la formule des constantes, des variables ainsi que d’autres
fonctions à condition qu’elles soient définies au moment de l’appel.
Les arguments effectifs sont des expressions quelconques. Omis en fin de liste ils seront pris
pour 0.0. Ceci sera valide aussi pour les fonctions internes et externes.

- On peut aussi utiliser des fonctions externes que l’on aura écrites en langage C/C++,
FORTRAN ou VISUAL BASIC (et même d’autres langages de programmation s’ils
produisent des librairies dynamiques DLL standards)

Exemple : # elast(a,b,c)=@elastx.exe

Ceci suppose qu’un programme, en C par exemple, a été compilé en un exécutable nommé
elastx.exe. Le caractère @ est là pour indiquer un fichier (ici le fichier ELASTX.EXE).
(si ce nom et/ou chemin contient des espaces le placer entre ").
Le nom d’appel dans les données de RIDO sera elast(…,…,…).

Dans le répertoire ..\RIDO se trouve le fichier EXFONC.C qui est un exemple comportant les
instructions pour l’écriture de telles fonctions externes en langage C/C++. De même pour
EXFONC.F90 en langage FORTRAN et EXFONC.VB en VISUAL BASIC.

Exemple avec une librairie dynamique : # elast(a,b,c)=@elasty.dll

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-38


Ceci suppose qu’un programme, dans un langage le permettant, a été compilé en un
bibliothèque dynamique nommée elasty.dll. Le caractère @ est là pour indiquer un fichier (ici
le fichier ELASTY.DLL).
Le nom d’appel dans les données de RIDO sera elast(…,…,…).

Dans le répertoire ..\RIDO se trouve le fichier DLFONC.C qui est un exemple comportant les
instructions pour l’écriture de telles fonctions externes sous forme de DLL en langage C/C++
mais adaptable à d’autres langages de programmation.

Voir la notice WRIDONOT.PDF NOTE 2 pour l’exposé d’une méthode interactive de


vérification du bon fonctionnement de ces fonctions externes.

- On peut définir et modifier des variables dans les lignes commençant par #.

Exemple : # niveau0=1 esp=2 : deux variables définies


# niveau0=niveau0+1 : une variable modifiée
TIR(1) niveau0+1.5 esp 20 0 rigid(2e-2,15)

L’espace est un séparateur s’il n’apparaît pas entre ( ).


Après = on peut placer n’importe quelle expression.

- On peut définir une constante :

# Ea==2.e6
# rigid(diam,long)=Ea*(pi*diam**2/4)/long

Noter l’usage de = répété

A la différence d’une variable, une fois définie la valeur d’une constante, on ne peut plus la
modifier.

- Expressions logiques

Les opérateurs logiques sont :


! pour la négation
? ?<expression> vaut 0.0 si <expression> est nulle et 1.0 sinon
|| pour la relation OU
!! pour la relation OU exclusif
&& pour la relation ET

Les opérateurs de comparaison sont :


< strictement inférieur
<= inférieur ou égal
> strictement supérieur
>= supérieur ou égal
== égal
!= non égal

Placée dans un contexte logique une expression ou une variable est considérée comme
0.0 si elle est nulle et 1.0 si elle est non nulle

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-39


Exemples :

# x=5 y=0 z=-3


# u = x<7 : u vaudra 1.0
# u = x<=y : u vaudra 0.0
# u = x==y : u vaudra 0.0
# u = x||y : u vaudra 1.0
# u = x!!z : u vaudra 0.0
# u = x!=1 : u vaudra 1.0
# u = (x > z) && (x < 10) : u vaudra 1.0
# u = !(x > z) : u vaudra 0.0
# u = !x : u vaudra 0.0
# u = ?x : u vaudra 1.0 .

Notez que l’espace n’est pas séparateur s’il est accolé au signe =

Voici un exemple de fonction formule utilisant des expressions logiques :

# foo(x,x0,a,b)=(x >= 0)*(a*x + (x > x0)*(b-a)*(x-x0))

Il s’agit d’un fonction continue, linéaire par morceaux, nulle si x est négatif, de pente a
si 0 <= x <= x0 et de pente b si x > x0.

L’opérateur conditionnel ? \
Il s’agit d’un opérateur ternaire répondant aux spécifications suivantes :

<exp>?<exp1>\<exp2>

Il prend la valeur de <exp1> si <exp> est vrai et la valeur de <exp2> sinon

Exemple :
# ssx(x) = x==0?1\sin(x)/x
ou de manière équivalente en raison de l’interprétation logique d’une expression
numérique : # ssx(x) = x?sin(x)/x\1

Cet opérateur est associatif à droite :

z<0?-1\z>1?1\0 équivaut à z<0?-1\(z>1?1\0)


qui vaudra –1 si z<0, 1 si z >1 et 0 sinon.

- Les fonctions, variables et constantes peuvent apparaître en toutes expressions


évaluées après leur définition (également à l’intérieur de la définition d’une fonction formule).
Leur identificateur (ou nom) doit commencer par une lettre suivie de lettres ou de chiffres.
Les caractères majuscules ou minuscules sont distingués.
Il est préférable de ne pas utiliser comme noms des mots-codes

- Variables automatiques

Ces variables d’identificateurs %1, %2, %3, etc… ont pour valeurs respectivement les
évaluations des expressions de la ligne les contenant (%x : x ème donnée).
A condition qu’il n’y ait pas de référence cyclique ces variables sont utilisables dans toutes les
expressions de la ligne en cours

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-40


Par exemple la fonction interne chad(C,Phi) donne le coefficient de réaction élastique du sol
en fonction de sa cohésion C et de son angle de frottement interne Phi.
On pourra écrire pour une ligne de description d’un sol (ainsi on évitera une redondance des
données et leur cohérence sera garantie) :

Niveau+3.5 1.6 1.1 0 0 0 5 26 0 -2/3 chad(%7,%8) 0

De même %%1, %%2, %%3, etc…sont des variables dont les valeurs égales les variables
automatiques %1, %2, %3, etc… de la précédente ligne comportant des expressions.
Exemple :

Niveau+3.5 1.6 1.1 0 0 0 5 26 0 -2/3 chad(%7,%8) 0


%%1+2 1.6 1.1 0 0 0 0 35 0 -2/3 chad(%7,%8) 0

La variable automatique %% rencontrée en position p équivaut à %%p


Exemple :

Niveau+3.5 1.6 1.1 0 0 0 5 26 0 -2/3 chad(%7,%8) 0


%%+2 1.6 1.1 0 0 0 0 35 0 -2/3 chad(%7,%8) 0

- Si l’on place le caractère ! suivi d’un espace au début d’une ligne, on obtient dans
le listing de sortie la liste des fonctions, variables et constantes avec leurs définitions ou
valeurs actuelles. Après le signe ! peut se trouver un commentaire.

- Si une ligne de données est trop longue, on peut la couper en plusieurs lignes. Pour
indiquer qu’une ligne est une ligne ‘suite’, placer le signe + suivi d’un espace au début d’une
telle ligne (ne pas couper une expression).

Exemple : # precharge=50
TIR(1) (niveau + 3.55) esp 20 -precharge
+ rigid(2e-2,15)

- Les constantes d'un fichier de données peuvent être exportées dynamiquement


dans un autre fichier de données.

Les identificateurs des constantes exportables doivent commencer par _


Lorsqu'elles sont récupérées un _ lui est ajouté en début du nouvel identificateur

Exemple :

Dans les données PAROI10.RIO

# _NiveauTN==57.25

Dans le fichier PAROI12.RIO

# CONST=@PAROI10.RIO
...
exc(2) __NiveauTN-2.40
...

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-41


La directive # CONST permet la récupération complète des constantes exportables du
fichier de données dont le nom est situé après @. (si ce nom et/ou chemin contiennent des
espaces le placer entre ").
Les valeurs des constantes peuvent provenir d'expressions calculées.

On peut avec un éditeur de texte créer un fichier ne contenant que des constantes.
Son nom doit avoir comme extension .CST et en format libre, chaque ligne
commencera par un identificateur de constante suivi, après un ou plusieurs espaces, de sa
valeur numérique.
Tout autre texte sera considéré comme commentaire.

Exemple :

Fichier YOUNG.CST

Contenu | Modules d'Young


| E_ACIER 2.0e5 MPa
| E_BETON 0.4e5 MPa

Importation dans un fichier de données pour RIDO :

# CONST=@YOUNG.CST

Et ainsi on pourra utiliser les constantes E_ACIER et E_BETON dans les données.
La règle des identificateurs commençant par _ ne s'applique pas ici.

Le fichier *.CST est d'abord cherché dans le répertoire de travail


puis dans le répertoire contenant RIDO.EXE.

Le fichier ARCELOR.CST contient les produits EI en kNm2/m des palplanches


produites par ARCELOR-MITTAL. De même pour HOESCH.CST

- La constante prédéfinie pi vaut le nombre л

- La constante prédéfinie g vaut 9.81

- La constante exportable _U permet de récupérer le choix des unités d’un fichier de


données avec comme codification pour sa valeur :

1 : unités pratiques
2 : unités SI
3 : unités américaines

- La variable d'identificateur PHASE, dont la valeur est le numéro de la phase en


cours est utilisable dans les données, notamment pour l'appel aux fonctions externes.
Sa valeur est modifiée de manière interne mais est une constante pour l’utilisateur qui ne peut
donc pas la corriger.

- La constante prédéfinie Px vaut 1 si le nom du fichier de données commence par P1


ou p1, vaut 2 si ce nom commence par P2 ou p2 et 0 sinon. Utile pour le calcul de deux écrans
en interaction.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-42


- Les expressions ainsi que leurs valeurs calculées sont présentées au début du listing
de sortie.

- L’environnement intégré WRIDO permet le contrôle complet de validité de ces


expressions.

DESCRIPTION DES FONCTIONS INTERNES DU LANGAGE DES DONNEES

Les arguments et résultats sont de nombres réel en double précision


Il n’y a pas lieu de distinguer un entier d’un réel : 5 ou 5.0 sont identiques.

abs(x)
Retourne la valeur absolue de x

min(x,y)
Retourne la valeur minimum du couple x, y

max(x,y)
Retourne la valeur maximum du couple x, y

floor(x)
Retourne la plus grande valeur entière inférieure ou égale à x

ceil(x)
Retourne la plus petite valeur entière supérieure ou égale à x

sin(x)
Retourne le sinus de x en radian

asin(x)
Retourne l’arc en radian dont le sinus est x

cos(x)
Retourne le cosinus de x en radian

acos(x)
Retourne l’arc en radian dont le cosinus est x

tan(x)
Retourne la tangente de x en radian

atan(x)
Retourne l’arc en radian dans –л/2,л/2 dont la tangente est x

atan2(x,y)
Retourne l’arc en radian dans –л,л dont la tangente est x/y

exp(x)
Retourne e puissance x

log(x)

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-43


Retourne le logarithme naturel de x

log10(x)
Retourne le logarithme à base 10 de x

sinh(x)
Retourne le sinus hyperbolique de x

cosh(x)
Retourne le cosinus hyperbolique de x

tanh(x)
Retourne la tangente hyperbolique de x

sqrt(x)
Retourne la racine carrée de x

hypot(x,y)
Retourne sqrt(x*x+y*y)

pow(x,y)
Retourne x élevé à la puissance y

fmod(x,y)
Retourne le reste de la division entière de x par y

LES FONCTIONS SUIVANTES SONT SPECIFIQUES A RIDO

d_r(x)
Retourne en degrés l’angle x exprimé en radian

r_d(x)
Retourne en radians l’angle x exprimé en degrés

Accès aux résultats de RIDO

result(f,p,z,r)
Retourne le résultat d'un calcul de RIDO lu dans un fichier ASCII obtenu par l’option
ASC (groupe de données C)
Retourne 0.0 si le fichier ASC n'existe pas.
En tenir compte pour la première itération du calcul de deux écrans en interaction.

Arguments :

f : entier : 1 ou 2 -> désigne le ficher de données de RIDO Px*.RIO, résultats dans


Px*.ASC
entier : 0 -> nom du fichier de donnée par défaut (calcul en cours) ou défini par la
directive
# RESULT=@<nom du fichier>.ASC
(Le nom du fichier peut comporter son chemin sinon il est cherché dans le dossier courant
des données. Si ce nom et/ou chemin contiennent des espaces le placer entre ").

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-44


p : entier numéro de la phase
z : niveau (doit être un point de calcul)
r : 1 -> déplacement (en mètre ou pied)
: 2 -> moment
: 3 -> effort tranchant
: 4 -> pression différentielle autre que celle des sols
: 5 -> pression sol de gauche
: 6 -> pression sol de droite
: 7 -> couple concentré au mètre linéaire (au niveau z)
: 8 -> effort horizontal buton/tirant au mètre linéaire (au niveau z)

La valeur retournée et le niveau z sont dans les unités des données en cours alors que les
résultats de calcul dans le fichier *.ASC sont dans leurs propres unités.

Cette fonction remplace l’ancienne fonction externe RIDORESU.EXE et peut donc être
utilisée directement dans les expressions des données.

Fonctions d’accès à des tableaux EXCEL

Le fichier XLS concerné doit avoir été préalablement déclaré par la directive

# XLS=@<nom du fichier>.XLS

directive que l’on peut renouveler pour accéder à plusieurs fichiers.


Le nom du fichier peut comporter son chemin sinon il est cherché dans le dossier courant des
données (si ce nom et/ou chemin contiennent des espaces le placer entre ").

Ces fonctions retournent 0.0 en cas d’erreur de résolution par exemple valeur non numérique,
manquante ou non conforme.

xlc(n,l,c)
Retourne la valeur numérique présente dans la feuille de calcul numéro n dans la
cellule de ligne l et colonne c.

xlx(n,li,lv,x)
Retourne pour la feuille de calcul numéro n l’interpolation linéaire correspondant à
l’argument x. La ligne li comporte les valeurs monotones (croissantes ou
décroissantes) où x est cherché et lv est la ligne de valeurs interpolées.
Le début des colonnes consécutives concernées est automatiquement cherché à partir
de la colonne numéro 1.

xly(n,ci,cv,y)
Retourne pour la feuille de calcul numéro n l’interpolation linéaire correspondant à
l’argument y. La colonne ci comporte les valeurs monotones (croissantes ou
décroissantes) où y est cherché et cv est la colonne de valeurs interpolées.
Le début des lignes consécutives concernées est automatiquement cherché à partir de
la ligne numéro 1.

Par exemple :

# XLS=@paroi5.xls : résultats de RIDO pour


: paroi5.rio sortis en fichier XLS

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-45



# dep=xly(4,1,2,90.2)

dep sera le déplacement de l’écran en mm à la phase 4 au niveau 90.2 mètres.

xlxy(n,x,y)
Retourne pour la feuille de calcul numéro n l’interpolation linéaire d’un tableau à
double entrée, x est cherché sur la première ligne comportant une échelle monotone et
y sur la première colonne comportant une échelle monotone, le tableau des valeurs
étant en dessous et à droite de ces échelles.

Voici par exemple la feuille n° 2 du fichier Caquot Kerisel.xls présent dans le


dossier ..\RIDO

Exemple d'accès depuis RIDO à un tableau à double entrée


Example of access from RIDO to a double entry table

Extrait des tables de Caquot-Kerisel pour DELTA/PHI = 2/3 (Feuille 2)


Extract of the tables of Caquot-Kerisel for DELTA / PHI = 2/3 (Sheet 2)

Valeurs du coefficient de poussée active Ka (BETA est l'angle du terrain naturel)


Values of the coefficient of active pressure Ka (BETA is the angle of the natural ground)

PHI --------> 25 30 35 40
BETA/PHI
0 0,364 0,3 0,247 0,202
0,4 0,422 0,352 0,291 0,239
0,6 0,468 0,395 0,329 0,271
0,8 0,546 0,469 0,397 0,33
1 0,879 0,822 0,756 0,683

#XLS = @ "Caquot Kerisel.xls"


...
#Phi=32 Beta=15
#Ka=xlxy(2,Phi,Beta/Phi)

Noter les " car le nom de fichier contient un espace.


Ka est calculé par interpolation linéaire sur la feuille n° 2 (δ/φ=2/3) pour φ=32 et
β/φ=15/32=0.46875. Ka vaudra 0.3417

Les valeurs sont automatiquement cherchées dans la feuille sans indication de


Numéros de ligne ou colonne.

Obtention des numéros de feuilles, de lignes et de colonnes sous forme de constantes


nommées
Pour faciliter le paramétrage des données la directive CONST peut être utilisée sous la
forme suivante :

Un fichier XLS étant défini,

CONST=&xlsWS() : Récupération des noms des feuilles comme identificateurs de


constantes avec comme valeurs leur numéro d'ordre.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-46


Identificateurs des constantes: w_ZZZ (ZZZ -> texte récupéré)

CONST=&xlsLI(nf,li,co) : Pour la feuille de n° nf,


récupération de tous les contenus de type texte des
cellules de la ligne n° li, à partir de la colonne n° co comme
identificateurs de constantes avec comme valeurs leur
numéro de colonne.
Identificateurs des constantes: c_XXX (XXX -> texte récupéré)

CONST=&xlsCO(nf,li,co) : Pour la feuille de n° nf,


récupération de tous les contenus de type texte des
cellules de la colonne n° co, à partir de la ligne n° li comme
identificateurs de constantes avec comme valeurs leur
numéro de ligne.
Identificateurs des constantes: l_YYY (YYY -> texte récupéré)

Si les textes récupérés contiennent des caractères incompatibles avec un identificateur


de constante ceux-ci sont remplacés par '_'.
Dans cette recherche les cellules qui ne sont pas de type texte ou vides sont ignorées.
Si l'on écrit :

CONST=&xlsLI(nf,li,co,nc)ou CONST=&xlsCO(nf,li,co,nc),

la recherche se limitera à nc constantes.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-47


Exemple :

Soit le fichier EXCEL suivant nommé Profiles.xls

et soient les directives suivantes :



# XLS=@Profiles.xls
# CONST=&xlsWS()
# CONST=&xlsLI(w_ProfH,4,3) CONST=&xlsCO(w_ProfH,7,2)
..
on obtient en particulier les constantes suivantes :

w_ProfH de valeur 1
c_Largeur de valeur 3
c_Inertie de valeur 4
l_HEB200 de valeur 9
l_HEA160 de valeur 14

et ainsi on dans le langage de description des données on aura un paramétrage cohérent


comme celui-ci :

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-48


# Prof=l_HEB200 : seul ce paramètre sera à modifier

et usage des fonctions

xlc(1,Prof,c_Largeur)et xlc(1,Prof,c_Inertie)

POUR TOUTES LES FONCTIONS QUI SUIVENT IL Y A ADAPTATION


AUTOMATIQUE AUX UNITES COURANTES DES DONNÉES.

Fonctions liées à la résistance des matériaux

EIpr(E,e)
Retourne le produit d’inertie EI au mètre linéaire en fonction du module d’Young
du matériau constituant l’écran et de son épaisseur e en mètre ou pied selon la
formule :
EI = E * e^3 / 12

Rcyl(E,e,R)
Retourne la rigidité cylindrique d’un écran circulaire de rayon R, d’épaisseur e et dont
le matériau a un module d’Young E selon la formule :

Rc = E * e / R^2

Rigid(E,d,l)
Retourne la rigidité d’un buton ou d’un tirant de diamètre d, de longueur utile l
constitué d’un matériau de module d’Young E selon la formule :

K = E*S/l avec S = π*d^2/4

Fonctions liées à la mécanique des sols

Kabr(φ,Da)
Retourne le coefficient horizontal de poussée active Ka en fonction de l’angle de
Frottement interne φ en degrés et du rapport Da=δ/φ en poussée active par résolution
Des équations d’équilibre de Boussinesq-Rankine.

Kpbr(φ,Dp)
Retourne le coefficient horizontal de poussée passive Kp en fonction de l’angle de
Frottement interne φ en degrés et du rapport Dp=δ/φ en poussée passive par résolution
Des équations d’équilibre de Boussinesq-Rankine.

Aac(C,φ,Da)
Retourne le terme soustractif appliqué à la poussée active selon la formule de Caquot
(formule 1 de la page RIDO-ANN-5) en fonction de la cohésion C, de l’angle de
frottement interne φ en degrés et du rapport Da=δ/φ en poussée active.
C peut être négatif car abs(C) est utilisé.
Si φ=0 la valeur retournée est -2*abs(C) .

Apc(C,φ,Dp)
Retourne le terme additif appliqué à la poussée passive selon la formule de Caquot

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-49


(formule 3 de la page RIDO-ANN-5) en fonction de la cohésion C, de l’angle de
frottement interne φ en degrés et du rapport Dp=δ/φ en poussée passive.
C peut être négatif car abs(C) est utilisé.
Si φ=0 la valeur retournée est +2*abs(C) .

LES 4 FONCTIONS QUI PRÉCÈDENT SERONT UTILES POUR PARAMÉTRER DES


DONNÉES AVEC DES COEFFICIENTS DE SECURITÉ AFIN DE VÉRIFIER LES
SPÉCIFICATIONS DES EUROCODES ( voir [[9]] )

Exemple :

# sC=1.0 : coefficient de sécurité sur la cohésion


# sKa=1.0 : coefficient de sécurité sur la poussée active
# sKp=1.0 : coefficient de sécurité sur la poussée passive
# Da=1/3 : DELTA/PHI en poussée active
# Dp=-2/3 : DELTA/PHI en poussée passive

12.50 18 10 sKa*Kabr(%8,Da) 0 sKp*Kpbr(%8,Dp) –sC*20 35


+ sKa*Aac(%7,%8,Da) sKp*Apc(%7,%8,Dp) chad(%7,%8)

pour une couche de terrain avec φ=35° et C=20 kPa et utilisation de la fonction chad() pour le
module de réaction élastique (noter le signe – pour la donnée cohésion).

Si l’on désire que les coefficients de sécurité ne concernent pas les phases de travaux alors on
utilisera un ou plusieurs ordres FLU en phase finale comme :

FLU(4) sKa*Kabr(%4,Da) sKp*Kpbr(%4,Dp) –sC*20 35


+ sKa*Aac(%3,%4,Da) sKp*Apc(%3,%4,Dp)

En modifiant les valeurs de sC, sKa et sKp on obtiendra les diverses variantes de calcul
requises par les Eurocodes

K0jaky(φ)
Retourne le coefficient K0 des terre au repos en fonction de l’angle de frottement
interne φ en degrés selon la première formulation de Jaky(1944) qui n’est pas
empirique selon [[2]] :

K0jacky(φ) = (1-sin(φ))*(1+2/3*sin(φ))/(1+sin(φ))

K0brick(φ)
Retourne le coefficient K0 des terre au repos en fonction de l’angle de frottement
interne φ en degrés selon le modèle des blocs (bricks en anglais) pour des argiles
rigides (stiff clays). Simpson(1992), voir [[3]] :

K0brick(φ) = (√2-sin(φ))/(√2+sin(φ))

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-50


tzgC(C,φ,Da,Dp,dr) et tzgG(Ka,Kp,dr)
Ces deux fonctions sont à utiliser conjointement pour obtenir les coefficients Re et Rp
définissant à chaque niveau le module de réaction élastique d’un sol, selon un modèle
inspiré de Terzaghi et en usage aux U.S.A. Voir par exemple [[4]]

Re = tzgC(C,φ,Da,Dp,dr)

où C = la cohésion (dans les unités courantes)


φ = le coefficient de frottement interne du sol en degrés
Da = δ/φ en poussée active
Dp = δ/φ en poussée passive
dr = le déplacement en mm ou en pouce (si unités
américaines) nécessaire au passage des poussées actives
à passives (de l’ordre de 15 à 30 mm, de un pouce selon
Terzaghi, dépend de la nature du sol).

tgzC( ) retourne 0 si C=0 et peut être omis dans ce cas.

Si C a une valeur négative Da et Dp sont les termes soustractifs


et additifs de la théorie des états correspondants par cohérence
avec les lignes de définition des caractéristiques des sols.

Rp = tzgG(Ka,Kp,dr)

où Ka = le coefficient horizontal de poussée active


Kp = le coefficient horizontal de poussée passive
dr = même définition que pour tzgC( )

Rappel : Le coefficient de réaction élastique Kh dépendra du niveau z selon

Kh = Re + Rp * P(z)

où P(z) est le poids des terres au niveau z (compte tenu des


éventuelles présences d’eau, de surcharges, de talus, de
risbermes, etc..)

Voici l’expression de ces deux fonctions :

TzgC() = (Cp+abs(Ca))/Dr
TzgG() = (Kp-Ka)/Dr

où :
- Ca et Cp sont les termes soustractifs et additifs aux poussées actives et
passives dues à la cohésion
- Ka et Kp sont les coefficients de poussée active et passive
- Dr est dr exprimé en mètre ou en pied

Ces valeurs sont obtenues à partir des fonctions Aac(), Apc(), Kabr() et Kpbr()

Pour ces deux fonctions, si l’argument dr est nul ou absent, il sera pris pour 25.4 mm
ou 1 pouce.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-51


Voici un usage typique dans une ligne de définition d’un sol :

niveau 18 10 0 0 0 20 35 0 –2/3 tgzC(%7,%8,%9,%10,15) tgzG(%4,%6,15)

ou en plus pratique en utilisant des fonctions formules :

# Re(dr)=tzgC(%7,%8,%9,%10,dr) Rp(dr)=tzgG(%4,%6,dr)


niveau 18 10 0 0 0 20 35 0 –2/3 Re(15) Rp(15)

Comme les valeurs de Ka et Kp sont à 0, ces coefficients seront automatiquement


calculés par résolution des équations de Boussinesq-Rankine avant leur utilisation dans
tgzG( ).

chad(C,φ)
Retourne le coefficient de réaction élastique Re par interpolation non linéaire de
l’abaque de Chadeisson.
Pour cette utilisation il faut prendre Rp=0 car, à partir du modèle de Terzaghi, les
valeurs du coefficient de réaction ont été moyennées sur la hauteur de la fiche.
En effet pour certains programmes de calcul élastoplastique ce coefficient doit être
constant.
Voir l’article de A. Monnet [[5]] qui en analyse la genèse et le contexte particulier.

Voici un usage typique dans une ligne de définition d’un sol :

niveau 18 10 0 0 0 20 35 0 –2/3 chad(%7,%8) 0

monC(C,φ,Dp,dr) et monG(γ,K0,Kp,EI)
Ces deux fonctions sont à utiliser conjointement pour obtenir le coefficient de réaction
élastique Re. Rp devant être nul pour la même raison qu’avec la fonction chad( ).
La présence de EI provient d’une estimation du déplacement de la fiche nécessaire
pour donner une valeur moyenne constante au coefficient de réaction élastique.
C’est la somme de ces deux fonctions qui donnera Re (monC( ) est nul si C=0 et
pourra être omis en ce cas) selon la formule du paragraphe 3.6 de l’article de
A. Monnet [[5]] :

MonC() = Apc(C,φ,Dp)*th(C/Co)/Dr
MonG() = [20*EI*[Kp*γ*(1-K0/Kp)/Dr]4]1/5

avec Apc() la fonction du terme additif dû à la cohésion définie ci-avant


C la cohésion
Φ l’angle de frottement interne en degrés
Dp le rapport δ/φ en poussée passive
th() la fonction tangente hyperbolique
Co = 30 kPa
Dr le déplacement caractéristique en mètre
dr en argument Dr en mm ou pouce
EI le produit d’inertie de l’écran
γ le poids volumique du sol
K0 le coefficient horizontal de poussée des terres au repos
Kp le coefficient horizontal de poussée passive

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-52


Le déplacement caractéristique dr sera par défaut 15 mm s’il est nul ou absent lors de
l’appel.

La présence du poids volumique γ limite l’usage de cette formule à un sol


monocouche. De plus il est supposé implicitement que le coefficient de réaction
élastique voit son effet limité au sol situé sous la fouille.
Voir Delattre, Luc (2001) [[8]]

Voici un usage typique dans une ligne de définition d’un sol :

# EI=13486

niveau 18 10 0 0 0 20 35 0 –2/3 (monC(%7,%8,%10)+monG(%2,%5,%6,EI)) 0

ou en plus pratique en utilisant une fonction formule :

# EI=13486
# monnet(ei,dr)=monC(%7,%8,%10,dr)+monG(%2,%5,%6,ei)

niveau 18 10 0 0 0 20 35 0 –2/3 monnet(EI) 0

Noter la valeur 0 pour Rp indispensable à la cohérence de l’usage de cette formule et


l’absence de l’argument dr qui revient à prendre 15 mm.
Comme les valeurs de K0 et Kp sont à 0, ces coefficients seront automatiquement
calculés respectivement par la formule de Jaky et par résolution des équations de
Boussinesq-Rankine avant leur utilisation dans monG( ).

balay(Em,α α,a)
Retourne le coefficient de réaction élastique Re par utilisation de la formule de Balay
( voir [[6]] et [[8]] )
Pour cette utilisation il faut prendre Rp=0

balay() = Em / ( 0.5* α*a + 0.133*(9*a) α )

où Em est le module pressiométrique Ménard dans les unités courantes


α est le paramètre rhéologique
a est le paramètre dimensionnel (en mètre ou pied)

schmitt(Em,α α,EI)
Retourne le coefficient de réaction élastique Re par utilisation de la formule de
Schmitt ( voir [[7]] , [[8]] et [[9]] )
Pour cette utilisation il faut prendre Rp=0

Schmitt() = 2.1*(Em / α)4/3 / (EI)1/3

où Em est le module pressiométrique Ménard dans les unités courantes


α est le paramètre rhéologique
EI est le produit d’inertie de l’écran dans les unités courantes

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-53


Références techniques relatives aux fonctions internes liées à la mécanique des sols

[[1]] Mayne, P.W. and Kulhawy, F.H. (1982). “K0-OCR relationships in soil”. Journal of
Geotechnical Engineering, Vol. 108 (GT6), 851-872.

[[2]] Radoslaw L. Michalowski (2005). "Coefficient of Earth Pressure at Rest". Journal of


Geotechnical and Geoenvironmental Engineering, Vol. 131, No. 11, November 1, 2005.

[[3]] Simpson, B. (1992). "Retaining structures : displacement and design"


Géotechnique, 42(4) : 541-576.

[[4]] U.S. Army Corps of Engineers (31 march 1994) "Design of sheet piles walls"
Engineer Manual 1110-2-2504.

[[5]] Monnet, A. (1994). “Module de réaction, coefficient de décompression. Au sujet des


paramètres utilisés dans la méthode de calcul élastoplastique des soutènements” R.F.G n° 66 –
1994

[[6]] Balay, J. (1984). "Recommandations pour le choix des paramètres de calcul des écrans
de soutènement par la méthode aux modules de réaction". Note d’information technique.
LCPC 1984.

[[7]] Schmitt, P. (1995) "Méthode empirique d’évaluation du coefficient de réaction du sol


vis-à-vis des ouvrages de soutènement souple". Revue Française de Géotechnique n°71.

[[8]] Delattre, Luc (2001). "Un siècle de méthodes de calcul d'écrans de soutènement :
L'approche par le calcul les méthodes classiques et la méthode au coefficient de réaction"
Bulletin du LCPC, n°. 234

[[9]] NF P94-282 (mars 2009) "Calcul géotechnique, Ouvrages de soutènement" ICS 93-020

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-54


EXEMPLE SIMPLE SANS AUCUNE EXPRESSION

ESSAI AVEC PHI=35 ET C=4 EN SECONDE COUCHE *80L*


0
46 128000
3
11 1.6 1.10 0.42 0.50 5.00 0. 26 0 -0.66 1000
60 1.8 1.10 0.26 0.44 8.24 4. 35 0 -0.66 10000
40 1
* SOL DIFFERENT DE PART ET D'AUTRE DU RIDEAU
SOL(1) 11
14.5 1.60 1.10 0.42 0.50 5.00 0 26 0.25 -0.75 1000
SUC(2) 4.8
CAL
: TIRANTS PRECHARGES
TIR(2) 4 2.7 30 45 407
CAL
EXC(1) 8
CAL
TIR(2) 7.5 2.7 30 50 800
CAL
EXC(1) 15
CAL
TIR(2) 14.5 2.7 30 50 900
CAL(2)
EXC(1) 18.5
EAU(2) 30
CAL(2)
FIN
BIL
GRF
XLS
STOP

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-NOT-55


ANNEXE A

LA MODELISATION DU RIDEAU OU DU PIEU

A-1 ELASTICITES

A-1-1 Cas d’un rideau plein

Le programme RIDO considère une portion de rideau de 1 mètre de largeur et suppose


cet échantillon reproductible tout au long du rideau de sorte que cette portion se
comporte comme une poutre de largeur 1 mètre.

Dans le sens vertical le rideau peut comporter des sections où diffèrent ses produits
d’inertie EI (au mètre linéaire) et sa rigidité cylindrique Kc. Pour un rideau plan Kc=0
alors que Kc> 0 dans le cas d’un rideau cylindrique.
Dans le cas d’un rideau constitué d’un matériau plein (paroi moulée) d’épaisseur e, de
module d’Young E et formant une enceinte cylindrique de rayon R :

Ee
Kc = si bien entendu e << R
R2
Si le rideau cylindrique est constitué de palplanches, le calcul de Kc est complexe et
résulte de l’étude de la compression latérale d’une palplanche.
Dans le calcul on utilise l’équivalence entre un rideau cylindrique de grand diamètre
avec un rideau plan lié à des appuis élastiques fictifs uniformément répartis de rigidité
Kc.
Cette hypothèse et la stabilité numérique (voir page RIDO-NOT-25) ne seront garantis
que si R est suffisamment grand pour que Kc ne devienne pas trop grand avec un
produit EI relativement faible.

La contrainte normale n le long d’une circonférence sera déduite de la déformée


calculée y par la formule :

n=E*y/R

A-1-2 Cas d’une paroi ajourée

Ce cas est par exemple celui de parois dites en « jambes de pantalon » où dans la fiche
la paroi est régulièrement interrompue.
Pour la partie ajourée on définira une section dont on calculera l’inertie équivalente
rapportée au mètre linéaire (inertie moyenne entre les parties pleines et l’inertie nulle
des parties vides).

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-1


A-1-3 Cas des parois dites « berlinoises »

On donnera le produit d’inertie des pieux rapportés au mètre linéaire

( EI ) pieu
EI = voir figure 1 ci-dessous
d

Les planches qui seront posées ultérieurement sont supposées transmettre les poussées
du sol mais ne pas participer à l’inertie du rideau.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-2


A-1-4 Cas des pieux

On peut introduire l’inertie réelle d’un pieu et utiliser l’ordre COE pour affecter les
réactions des sols sur la largeur du pieu et non seulement sur un mètre.
Dans les sorties les moments, efforts tranchants etc... concerneront alors le pieu et non
un mètre de pieu.
Il est toutefois possible de mener le calcul pour un mètre de pieu.

A-1-5 Inertie nulle

Si l’on introduit une section à inertie nulle, il s’agit par convention d’une réservation
pour un prolongement ultérieur du rideau et signifie une absence de matière dans cette
section.

Il n’est pas permis de placer une telle section entre deux sections à inertie non nulle car
le programme RIDO est prévu pour calculer un rideau et non deux !

Lorsqu’une section à inertie nulle voit son inertie redéfinie (ordre INE) à une valeur
non nulle, cette nouvelle section mise en place est supposée parfaitement verticale et
capable de transmettre les moments au reste du rideau. Il en résulte notamment un
point anguleux sur la fibre neutre si la paroi a été préalablement déformée.

A-2 DISCRETISATION EN ELEMENTS FINIS

A-2-1 Le modèle d’éléments finis

La paroi est découpée dans le sens de sa hauteur en éléments finis de type poutre.La
déformée d’un élément fini est décrite par un polynôme de degré 5 de sorte que le
calcul de son équilibre est théoriquement exact lorsqu’il est sollicité par une charge à
variation linéaire outre des efforts concentrés à ses extrémités.

Pour l’équilibre d’ensemble c’est le modèle « forces » qui a été adopté car il permet de
traiter plus efficacement les liaisons unilatérales que le modèle « déplacements ».

A-2-2 La génération automatique d’éléments finis

Pour garantir une bonne précision du calcul, certains points frontières d’éléments finis
sont automatiquement imposés.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-3


Ce sont :

-les points de changement de sections de rideau,


-les points de changement de couches de terrains,
-les divers niveaux d’excavation et de remblaiement
-les divers niveaux d’eau et de correction hydrodynamiques,
-les niveaux d’application des surcharges de type Boussinesq ainsi que les
niveaux où leur effet est maximum,
-les niveaux de définition des charges réparties,
-les points d’application des efforts concentrés : forces, couples, ancrages de
tirants...

Compte tenu de ces points frontières fixés, le programme RIDO répartit au mieux les
éléments de sorte que le plus long d’entre eux ne dépasse pas la longueur maximale
précisée dans les données (en général 0.50 mètre).
Si la paroi est de grande hauteur, le nombre d’éléments pourrait dépasser une limite
fixée par le nombre de points de calculs autorisé à l’installation du programme RIDO.
Dans ce cas, cette dernière condition prime et la longueur des éléments dépassera la
longueur maximale prévue.

Si différents niveaux décrits ci-avant sont voisins (différences inférieures à une dizaine
de centimètres), il sera avantageux de les fondre en une valeur unique tout en
conservant une précision de calcul acceptable. Toutefois on veillera à ne pas placer
différentes nappes de butons ou tirants à un même niveau.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-4


ANNEXE B
LA MODELISATION DU SOL

B-1 LOI DE COMPORTEMENT ELASTOPLASTIQUE ET


IRREVERSIBLE

B-1-1 Les paramètres définissant les états limites de plasticité

Afin de laisser toute liberté d’hypothèse à l’utilisateur les coefficients de poussées


horizontales actives et passives (Ka et Kp) peuvent être donnés directement par leurs
valeurs. Mais ils peuvent avantageusement être calculés par résolution des équations
différentielle liées au modèle d’équilibre de BOUSSINESQ-RANKINE (voir le groupe
de données A dans la notice de RIDO)
δ
L’angle ϕ de frottement interne et les rapports actif et passif (poussée et butée) où δ
ϕ
est l’angle de frottement sol-rideau sont fournis pour trois raisons :
- permettre l’éventuel calcul de Ka, K0 et Kp
- permettre le calcul des termes de cohésion si celle-ci n’est pas nulle.
- documenter le listing de sortie qui est une note de calcul (si non utilisés)

A un niveau où la pression du sol sur une facette horizontale au voisinage du rideau est
p (dans le calcul de p on considère le poids du sol, en présence éventuellement de la
nappe phréatique, augmenté des surcharges) la poussée horizontale active vaut :

C  cos δ − sin ϕ cos γ − (γ −δ ) tgϕ 


qa = Ka p +  e cos δ − 1 + S (1)
tgϕ  1 + sin ϕ 

ou
qa = K a − 2C + S si ϕ = 0 (2)

et la poussée horizontale passive vaut :

C  cos δ + sin ϕ cos γ ( γ + δ ) tg ϕ 


qp = Kp p +  e cos δ − 1 + S (3)
tg ϕ  1 − sin ϕ 

ou

q p = K p p + 2C + S si ϕ = 0 (4)

π 
Dans les versions de RIDO précédent 4.20 : q x = K x p ± C  + 1 + S si ϕ = 0
2 

Dans ces relations

 π sin δ
γ ∈ 0,  est solution de l’équation sin γ =
 2 sin ϕ

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-5


C est la cohésion
S est un terme dû aux surcharges de type Boussinesq si celles-ci sont superposées (voir
B-2-2)

B-1-2 Le modèle élastoplastique

Le coefficient de réaction élastique w (hypothèse de Winckler) variable selon les


couches de terrain et la profondeur dépend de deux paramètres

α : raideur à p=0
β : gain à la pression

selon la relation

w = α + βp

On peut ainsi grâce à β, prendre en compte une augmentation de la raideur du sol par
son tassement.
Des essais in-situ et sur modèle à rouleaux ont montré que pour des sols pulvérulents il
convient de choisir β non nul.
Pour la position initiale du rideau (déplacements nuls) les poussées de chaque sol de
part et d’autre du rideau sont initialisés à

q0 = K0 p + S (5)

où p et S concernent respectivement chacun de ces sols.


Ceci correspond à la poussée des terres au repos.

Les figures 2 et 3 précisent pour un niveau z donné la loi de comportement


élastoplastique du sol 1 (à gauche du rideau) et du sol 2 (à droite du rideau) pour la
première phase de calcul.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-6


De façon plus générale la poussée du sol au niveau z dans la zone élastique est liée à la
déformée y du rideau à ce même niveau par la relation

q = K 0 p ± w( y − v( z )) + S (6)

où v(z) est la valeur du déplacement du sol qui conduit à une poussée égale à q0
(poussée des terres au repos).
Initialement v(z) = 0.

Dans le cas d’un sol à cohésion non nulle, qa peut être négatif (figure 4). Le
programme RIDO admet dans ce cas un décollement sol-rideau si la déformée y
conduit à une pression négative selon le modèle précédemment défini.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-7


B-1-3 L’irréversibilité

Pour un des sols et pour un niveau z donné, si après un calcul d’équilibre une des
limites de plasticité n’est pas atteinte (poussée ou butée) la loi de comportement
actuelle relative à ce niveau est conservée pour la phase de calcul suivante.
Dans le cas contraire y(z) est recalculé conformément à la figure 5, ce qui donne une
nouvelle loi de comportement pour la phase de calcul suivante.
Si l’on sollicite le rideau par des efforts alternés de droite à gauche et de gauche à
droite, on peut ainsi décrire des cycles d’hystérésis!

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-8


B-1-4 L’effet des variations de poids du sol

Lors d’excavations, de vidanges de remblaiements, de mise en place et de suppressions


de surcharges etc...la pression du sol p sur une facette horizontale est amenée à varier.
Les valeurs de qa, q0 et qp sont recalculés ainsi que w.
Pour fixer la position de la partie élastique on fait l’hypothèse d’invariance de v(z),
hypothèse tout à fait cohérente avec la notion d’équilibre des terres au repos.
De la sorte le paramètre K0 ne joue pas qu’un rôle de définition de l’état initial mais
fait partie intégrante du modèle et conditionne la suite des équilibres calculés. C’est la
raison pour laquelle dans les ordres SOL et REM on distingue le coefficient de
poussée initial Ki de K0.
La figure 6 illustre cette hypothèse.
Cette modification de la loi de comportement est toujours effectuée, s’il y a lieu, après
une éventuelle redéfinition due à l’irréversibilité.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-9


B-2 L’EFFET DES SURCHARGES
B-2-1 Surcharges de type Caquot

Pour ces surcharges appliquées uniformément sur toute la surface libre d’un sol, le
programme RIDO utilise le principe des états correspondants et prend la valeur de la
surcharge comme contribution additive dans le calcul de p ce qui conditionne qa, q0, qp
et w.

B-2-2 Surcharges de type Boussinesq

B-2-2-1 Hypothèse additive

En l’absence d’un modèle mathématique complet de comportement d’un sol, on


applique habituellement un principe de superposition pour les surcharges de type
Boussinesq.

Pour une telle surcharge appliquée sur une bande au niveau z selon la figure 7, le terme
S apparaissant dans les expressions ci-avant prend l’expression

Q (b − a ) x ax bx 
S( x) =  Arctg + 2 − 2  si x > 0 (7)
π ab + x 2
a +x 2
b + x2 

S ( x ) = 0 si x ≤ 0

S’il y a plusieurs de ces surcharges sur un même sol il y a cumul.


Cette hypothèse est sélectionnée par l’option A de la ligne titre des données.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-10


B-2-2-2 Hypothèse non additive

Le programme RIDO à partir de la version 3 permet un traitement plus élaboré


quoique non « classique » des surcharges de type Boussinesq.
Celui-ci résulte de la constatation suivante : si l’on considère que la bande chargée par
Q est à la surface libre du sol, que a=0 et b→∞, la surcharge devient de type Caquot et
la formule (7) donne

Q
S( x) =
2

Dans l’hypothèse additive on voit immédiatement l’erreur commise en traitant le type


Caquot comme limite du cas Boussinesq!
Notamment l’effet de la surcharge est indépendant de l’état du sol.

Pour Caquot le principe des états correspondants aurait donné

S ( x ) = Ka Q pour l’état de poussée


S ( x ) = K0 Q pour l’état élastique
S ( x ) = K p Q pour l’état de butée.

D’où l’idée de remplacer S(x) par

K
S ' ( x) = S( x)
0,5

où K=Ka, K0 ou Kp selon l’état du sol et ainsi de réaliser la continuité entre les types
Boussinesq et Caquot.
Cette hypothèse est mise en oeuvre très simplement dans RIDO à partir de la version 3
en annulant le terme S dans les expressions (1), (2), (3), (4), (5), (6) et en apportant,
pour chaque surcharge de type Boussinesq, la contribution additive

S ( x)
Sv ( x) =
0,5

au poids p relatif au niveau z+x.

Pour adopter cette hypothèse, il suffit de ne pas placer l’option A dans la ligne de titre
des données.

Quelle que soit l’hypothèse choisie l'effet de toutes les surcharges de type Boussinesq
et autres est présenté dans les tableaux de résultats. Il est obtenu comme la différence
entre la pression calculée des sols à l'équilibre et ce que serait cette pression si les
surcharges étaient absentes dans la position actuelle de l'écran.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-11


B-2-2-3 Théorie des images

En présence d’une fouille fortement blindée les déplacements horizontaux du sol au


voisinage de l'écran sont quasiment nuls. En s’appuyant sur la théorie de l’élasticité, il
convient d'annuler ces déplacements horizontaux en plaçant des surcharges de type
Boussinesq symétriquement par rapport à l'écran.
Un coefficient 2 est alors à appliquer sur ce type de surcharges.

Depuis la version 4.20 de RIDO ce coefficient est prévu dans les données et peut avoir
une valeur comprise entre 1 et 2.

Dans le cas de surcharges préexistantes à la mise en place de l'écran un calcul


préalable d'équilibre du sol sans écran est indispensable. En ce cas il faut
impérativement choisir le coefficient 2 pour obtenir un effet des surcharges de
Boussinesq correspondant à des déplacement horizontaux nuls dans l'axe du futur
écran.
Au calcul de cet équilibre des déplacements apparaissent et l'effet d'image s'efface dans
les zones en état élastique, mais des précontraintes dans le sol dues aux surcharges
seront présentes de chaque côté de l'écran lors de sa mise en place.
(voir les ordres SUB et INE).

B-3 MODIFICATIONS DES CARACTERISTIQUES DES SOLS

B-3-1 Redéfinition

L’ordre SOL permet la redéfinition complète d’une couche de sol tout en permettant
une réinitialisation de la poussée du sol au niveau z (dans l’intervalle de redéfinition)
por la déformée y résultant d’un équilibre antérieur à une valeur fixée par Ki introduite
dans les données.
Cette poussée initiale qi est donnée par

q i = Ki p en l’absence de cohésion
et par
Ki − K a
qi = q a + (q 0 − q a ) si C ≠ 0
K0 − Ka

V(z) est calculé en conséquence compte tenu de y pour obtenir une loi de
comportement au niveau z.

Dans le cas d’une possibilité de décollement, l’initialisation est faite de sorte que qi=0
mais que y corresponde à la limite du décollement.

Il convient de noter que cette redéfinition ne tient pas compte des états de poussées
précédents dans la couche concernée et qu’elle ne convient pas pour traiter des
modifications à long terme de certaines caractéristiques du sol.

L’ordre REM (remblaiement) admet une initialisation identique bien que dans le cas
d’un remblai, le remaniement du terrain invite à prendre Ki=Ka.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-12


B-3-2 Modification des caractéristiques de plasticité d’un sol

L’ordre FLU n’effectue pas une réinitialisation des poussées mais permet
l’introduction de nouvelle valeurs pour Ka, Kp, C et ϕ dans les formules (1), (2), (3) et
(4) pour un sol donné.

Les paramètres précisant la partie élastique de la loi : w, K0, V(z) sont invariants.
En particulier, on n’a pas permis la modification du coefficient de réaction élastique w
en raison de forts risques d’incohérence du modèle résultant.

B-4 SURFACES LIBRES DE SOL NON PLANES


OU NON HORIZONTALES

B-4-1 Sol plan et incliné

Ce cas qui revient à un sol horizontal équivalent peut être traité par RIDO en
introduisant les coefficients Ka, K0, Kp adéquats.

Si les sols 1 et 2 sont tous deux inclinés, même si leur inclinaison est identique, les
sols horizontaux équivalents n’ont pas les mêmes coefficients. Il convient alors
d’utiliser l’ordre SOL pour redéfinir l’un d’entre eux.

B-4-2 Risbermes

Un calcul approché de l’effet risberme est intégré à partir de la version 3 de RIDO.

Il s’agit d’une approche originale de ce problème complexe où l’on a cherché la


cohérence par un traitement unique et valable quel que soit l’état du sol (poussée,
élastique ou butée).
La figure 8 illustre le mode de calcul

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-13


On considère que l’absence de sol dû à la risberme peut être assimilé à un sol
horizontal soulagé par des charges de type Boussinesq négatives s’étendant à l’infini et
correspondant au poids par m2 de tranches de sol d’épaisseur du.

Naturellement l’hypothèse non additive de calcul des surcharges de type Boussinesq


est utilisée (voir B-2-2-2) que l’on ait ou non choisi cette option pour les « vraies »
surcharges de ce type.

La contribution au poids des terres au voisinage de la paroi correspond alors à une


diminution

1  z−u a (u). ( z − u) 
Q( z ) =
e'
∫ arctg +  µdu
e 0.5π  a( u) a( u) 2 + ( z − u) 2 

Il convient de noter que ce calcul approché, bien que donnant des courbes de limite de
poussée et butée satisfaisantes (voir figure 9), doit être accompagné, après calcul
d’équilibre par RIDO, d’une vérification de la stabilité du massif constitué par la
risberme.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-14


B-4-3 Talus

La figure 10 montre comment décomposer son effet sous forme de deux surcharges de
type Boussinesq Q1 et Q2 égales aux poids respectifs par m2 des parties
correspondantes du talus.
Si l’on veut être plus précis, on peut décomposer la partie inclinée en plusieurs
tranches verticales et placer autant de surcharges de Boussinesq équivalentes.

Pour un calcul correct, il ne faut pas choisir l’option A dans la ligne titre.

Cette décomposition est inutile à partir de la version 4.0 de RIDO car elle y est
faite de manière bien plus fine avec le mot code EXC (description géométrique du
talus de manière symétrique à celle d’une risberme) tout en étant compatible avec
l’option A. Dans la partie en pente la décomposition est faite avec un pas de l’ordre de
0.5 m.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-15


ANNEXE C
LES ETAIS ET LIAISONS
C-1 BUTONS ET TIRANTS

E. s
Une nappe de tirants de rigidité K =
l
où E est le module d’Young du matériau le constituant
s sa section
l sa longueur utile
incliné de I0 sur l’horizontale
espacé de a mètres
préchargé à F0 tonnes

est automatiquement remplacé par une nappe de tirants équivalents horizontaux


espacés de 1 mètre,
K
de rigidité k = cos 2 I
a
F
et de précharge f 0 = 0 cos I
a
La charge f de ce tirant fictif dans les phases ultérieures à celle de sa précontrainte est
donné par l’expression

f = k ( y0 − y) + f 0

où y est la déformée du rideau au point d’ancrage


y0 est la déformée en ce même point mais à la fin de la phase de précontrainte
ou au moment de la pose s’il n’y a pas de précharge.

En liaison unilatérale f est limité inférieurement à 0 si le rideau est libre vers le sol 2,
et limité supérieurement à 0 si le rideau est libre vers le sol 1.

Dans les sorties la charge indiquée est la charge effective dans un tirant soit

f .a
F=
cos I
Dans le calcul au flambement, la composante verticale intervient dans le calcul
des moments fléchissants avec l’hypothèse pessimiste que la réaction est totalement
reprise par le poinçonnement en pied de rideau et non par les frottements latéraux sols-
rideau.
Dans ce cas, le signe de l’angle I a son importance. La figure 11 le précise.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-16


Cette option déclenchée par l’option F de la ligne titre, a été intégrée au programme
RIDO pour rassurer certains utilisateurs et leur prouver qu’il s’agit bien là d’effets du
second ordre ne commençant à être sensibles que pour des flèches de plusieurs
dizaines de cm!...

Le cas des butons est identique avec I=0 et la possibilité de liaison bilatérale.

C-2 LIAISONS ELASTIQUES

En tout point du rideau, il est possible de placer une liaison élastique (purement
linéaire) avec une structure donnée.
Il faut pour cela étudier au préalable cette structure et calculer sa matrice d’influence
au contact du rideau.
Pour le niveau considéré :

 ∆T   CFY CFA  ∆Y   F 


∆M  = CMY +
CMA  ∆A   C 
  

où ∆T est le saut d’effort tranchant du rideau


∆M est le saut de moment du rideau
∆Y est la variation de la déformée après la mise en place de la liaison
∆A est la variation de la rotation (en radians) après la mise en place de la
liaison
F est l’effort horizontal apporté à la liaison si ∆Y = 0 et ∆A = 0
C est le couple apporté par la liaison si ∆Y = 0 et ∆A = 0.

Les conventions de signes du programme RIDO sont telles que dans le cas fréquent où
la structure est un plancher:
CFY < 0
CFA = 0
CMY = 0
CMA > 0

que le plancher soit situé à droite ou à gauche du rideau.

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-17


C-3 LIAISONS EN TETE ET PIED DE RIDEAU

Initialement tête et pied de rideau sont libres. C’est le cas de loin le plus fréquent.

En certaines circonstances, on peut choisir (ordre LIM) parmi ces conditions :


-appui simple, par exemple si l’on vient juste loger le pied de rideau dans la
molasse.
-pente imposée mais déplacement horizontal libre, pour les têtes de pieu
encastrées dans une plate forme très rigide
-Encastrement parfait. Rare : il sera préférable d’introduire une matrice
deliaison élastique (ordre FMC).

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-18


CONVENTIONS DE SIGNES

.
encastrement parfait: rare! même dans la molasse. Il est préférable de placer
une liaison élastique (ordre FMC).

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-19


CODES POUR L’ETAT DU SOL

ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-20


ROBERT FAGES LOGICIELS RIDO-ANN-21