Vous êtes sur la page 1sur 2

Les Classes d’Amplificateurs expliquées (A, AB, B, D, H) | Musicarius ... http://www.musicarius.com/blog/conseils-techniques/conseils-techniqu...

Les Classes d’Amplificateurs expliquées (A, AB, B, D, H)

Classe A – L’étage de puissance produit constamment du courant, y


compris lorsque l’amplificateur est au ralenti (pas de musique jouée), si
l’amplificateur est asymétrique ou push-pull, l’amplificateur est dit
biasé dans la classe A. Parce que le courant circule tout le temps, un
signal d’entrée se traduit par un courant qui est immédiatement
acheminé vers les haut-parleurs, et donc, le son est très « rapide ».
Dans le cas d’un amplificateur push-pull, il y a aussi moins de
distorsion de croisement lorsque le signal passe du positif au négatif ou
de négatif à positif, puisque chaque côté de la section push-pull est déjà « ON ». Si toutes les étages de
l’amplificateur sont biasés dans la catégorie A et l’amplificateur fonctionne en classe A à pleine puissance (assez
de courant au ralenti qui pourrait être requis pour la sortie complète), il est dit être un amplificateur « pure
classe A ». Les amplificateurs Pure Class A sont évidemment coûteux à fabriquer et ne se trouvent généralement
que dans les boutiques haut de gamme.

Classe B – Le classe B diffère du classe A du fait que il n’y a pas de


circulation de courant lorsque les dispositifs de sortie sont au repos, et,
par conséquent, il s’active en partant d’un courant nul lorsque le signal
est présent. Dans une conception push-pull classe B, les périphériques de
sortie produisent chacun la moitié de la forme d’onde audio (un ensemble
pour la moitié positive, et un autre pour la moitié négative: une demi-
période) et n’ont pas de courant quand l’autre moitié est active. La
technologie classe B a tendance à avoir un taux plus lent de balayage et
une distorsion de raccordement (croisement) mais elle est moins coûteuse et nécessite des alimentations moins
robustes.

Classe AB – Comme son nom l’indique, il s’agit d’une sorte de combinaison du


classe A et classe B. Un amplificateur fonctionne en mode classe A grâce à un
courant de polarisation minimum et dès que les tensions des signaux augmentent,
ils passent progressivement en classe B, il est dit à fonctionner en classe AB. La
plupart des amplificateurs sont dans cette catégorie (sono, instruments de
musique, sortie casques) car ils opèrent dans deux classes. En classe AB et B,
l’amplificateur est plus lent qu’un classe A, car il y a un laps de temps entre
l’application du signal à l’entrée et l’activation du dispositif pour produire une circulation de courant aux haut-
parleurs. Cependant, les classe AB et classe B sont plus efficaces que la classe A et ne nécessitent pas
d’alimentations de grande taille.

Classe D – Les amplificateur classe D utilise une technologie ou les


transistors de sortie sont actionnés comme des commutateurs. Quand un
transistor est bloqué, le courant qui le traverse est nul. Quand il est activé, la
tension à ses bornes est de petite taille, idéalement à zéro. Dans chaque cas, la
dissipation de puissance est très faible. Cela augmente l’efficacité, ce qui
nécessite moins de puissance de l’alimentation et des dissipateurs de chaleur
pour les petits amplificateurs. Ce sont des avantages importants dans l’équipement portable et alimenté par
batterie.

Le « D » dans la classe-D est parfois incorrectement interprété comme « Digital » (numérique). L’amplificateur
1 sur 2 de classe D est basée sur des principes analogiques, il n’y a pas de codage numérique du signal. 27/07/2017 14:26
Les Classes d’Amplificateurs expliquées (A, AB, B, D, H) | Musicarius ... http://www.musicarius.com/blog/conseils-techniques/conseils-techniqu...

Le « D » dans la classe-D est parfois incorrectement interprété comme « Digital » (numérique). L’amplificateur
de classe D est basée sur des principes analogiques, il n’y a pas de codage numérique du signal.

Classe H – Si un amplificateur a plus d’une tension (tension continue délivrée par


l’alimentation), alors il est désigné comme classe H. C’est un type très efficace de
l’amplification. Les transistors de sortie d’un amplificateur doivent dissiper, en
chaleur (Watt), la différence entre la tension d’alimentation et la tension aux
bornes du haut-parleur, multiplié par le courant (comme indiqué dans la loi
d’Ohm). Afin, lorsqu’il y a une tension d’alimentation basse pour une utilisation
pendant les périodes de faible volume, et une tension haute pour une utilisation
pendant les forts volumes, les transistors de sortie n’ont pas à dissiper beaucoup
d’énergie lorsque le volume est faible. Cela provoque moins d’énergie sur le bloc
d’alimentation et permet de fabriquer des ensembles très léger. L’inconvénient est
la distorsion à la mi-volume lorsque l’amplificateur doit commuter entre les deux
(ou plusieurs) tensions d’alimentation.

2 sur 2 27/07/2017 14:26