Vous êtes sur la page 1sur 5

La Main Gauche

17, rue André Laurent 94120 Fontenay-Sous-Bois


Tél. : 09 54 60 74 15 – 06 73 03 65 95
www.lamaingauche.eu - contact@lamaingauche.eu
« Il ne suffit pas d’avoir souffert po ur souffrir, je suis désolé ,
ce serait trop simp le. Il ne suffit pa s d’être vieux, pauvre et
malade. Si je t’avais pas connu, je sais pas ce que je serais
devenu. Un p’tit cadavre ou un p’tit con, un p’tit rebelle à
trois sous... Mais ça je l’étais déjà. Je le suis encore, je le
serai toujo urs. C’est toi qui m’as sa uv é. Fallait pas me parler
de Jane Auste n, et je t’aurais p as parlé de Kero uac.
Quelqu’un qui, à douze ans, vient me parler de Jane Auste n
dans la cour de récré, je suis désolé, je tombe amoureux, to ut
de suite, à la seconde, po ur la vie. C’est aussi simple que ça.
C’est de ta fa ute, il ne fallait pas ve nir me parler, personne
ne venait me parler, alors pourquoi t’e s venue ? » (extrait)
107 ANS
de Diastème
adaptation : Diastème et Frédéric Andrau
mise en scène : Diastème
assistant à la mise en scène : Damien Bricoteaux
avec : Frédéric Andrau
lumières : Stéphane Baquet
une coproduction : Pépinière Opéra, La Main Gauche, Enfithéa
La Main Gauche est coproduite par :
Fontenay en-scènes/Fontenay-sous-Bois
Les 4 Saisons du Revest
Théâtre de Grasse, Scène Conventionnée pour la Danse et le nouveau Cirque

Après le succès de sa première pièce, La Nuit du thermomètre, créée au CDN de


Nice Côte d’Azur puis repris au Théâtre Marigny à Paris (nominations aux Molière
2003 pour ses deux interprètes Emma de Caunes et Frédéric Andrau), Diastème
retrouve Frédéric Andrau, dans le rôle de Simon, personnage touchant, voire
bouleversant, et pourtant drôle.
Ce spectacle a été créé dans le cadre du Festival d’Avignon off 2004 au Théâtre La
Luna puis repris au théâtre La Pépinière Opéra à Paris.

« J’ai voulu raconter une histoire dans laquelle le temps, contrairement à l’adage, ne
guérissait pas les blessures, une histoire d’amour absolu, à la fois drôle et bouleversante,
qui puisse faire rire, faire peur et faire mal, comme la vie fait rire, fait peur et fait mal. J’ai
voulu voir jusqu’où on pouvait aller par amour, quand on était prêt à lui dédier sa vie,
quand on était prêt à aller jusqu’au bout. 107 ans, c’est l’histoire d’un garçon fou d’amour
pour une fille. L’histoire de Simon et Lucie. »
Diastème
Note de l’auteur/mette ur en scène

« L’idée d’adapter 107 ans pour le théâtre est venue très naturellement, avant même que je
ne commence à écrire le roman, puisque j’y reprends, quatre ans après, les personnages -
Simon et Lucie - de ma première pièce, La Nuit du thermomètre, que nous avons créée au
CDN de Nice Côte d’Azur, puis repris au théâtre Marigny à Paris.

107 ans n’est pas pour autant une suite : il n’était pas question pour moi d’écrire un roman
que ne pourraient apprécier que ceux qui avaient vu ma pièce ; en cela, son adaptation sera
également une pièce à part entière.

Il y a plusieurs raisons à cette envie de poursuivre cette histoire sur les planches, la principale
étant ma rencontre avec les deux comédiens qui sont devenus Lucie et Simon, Emma de
Caunes et Frédéric Andrau. Une rencontre humaine auréolée d’un succès que nous avons eu
la chance de connaître. En tant qu’auteur, et « jeune » metteur en scène de théâtre, il est
peu dire que cette découverte fut pour moi bouleversante.

L’envie de retravailler avec Frédéric sur le personnage de Simon s’est imposée à moi dès
l’écriture. Son enthousiasme à la lecture du texte fut le détonateur du projet : au point que
nous avons adapté le roman ensemble – principalement en le dégageant des nombreuses
références littéraires qui le nourrissaient, pour se consacrer au récit, au déroulement de
l’histoire.

Pour un auteur, il est rare de trouver naturellement un interprète aussi exceptionnel que
Frédéric, et quand cette chance arrive, on a forcément envie de continuer le travail, surtout
avec un personnage aussi riche et complexe que celui de Simon. Mettre en scène 107 ans
sera donc essentiellement travailler en commun sur un personnage pour arriver à lui rendre
toute sa fantaisie, son imaginaire, son désespoir et sa folie.

C’est dans ce sens que je souhaite que la scénographie soit plus légère que sur La Nuit du
thermomètre. Une réflexion que nous avons menée en amont avec Stéphane Baquet, qui
nous avait déjà accompagné sur La Nuit. Dans le même esprit, les souffrances que s’inflige
Simon ne seront pas représentées avec la même violence sur scène que sur papier – je n’ai
pas grand goût pour le gore au théâtre. Pour autant, je tiens à créer quelques images fortes
qui retranscriront plus l’indéfectible amour que Simon porte à Lucie que le désespoir infini
qui l’habite. Afin de toucher le spectateur à la fois au cœur et au ventre.

Pour le reste, et de fait, il s’agit d’incarner l’émotion que le livre a eu la chance de susciter et
de renvoyer un personnage de roman sur le lieu de sa naissance : le théâtre. Un parcours
suffisamment rare et fascinant pour avoir envie de le mener à bien. »

Diastème
Diastème
Musicien devenu par hasard journaliste, Diastème a tenu
différentes chroniques dans des magazines aussi divers que 7 à
Paris, L’Autre Journal, Première ou 20 ans.
Romancier, il a écrit trois romans pour les Éditions de l’Olivier :
Les Papas et les mamans (1997), In Paradisum (1999) et
107 ans (2003).
Il a également publié trois recueils de chroniques intitulés Un Peu
d'amour (L’Olivier, 2003), Chien ne de vie ! (Albin-Michel,
1996) et Le Dictionnaire (superflu) du ci néma – avec
Jean-Yves Katelan (Presses de la cité, 1994)
La Nuit du thermomètre, éditée chez Actes Sud Papiers, est son premier texte et sa
première mise en scène de théâtre
Ce spectacle a été créé au Centre Dramatique National de Nice en 2001, repris au Théâtre
Marigny en 2003 et a tourné en France et en Belgique en 2004. Il a obtenu 2 nominations aux
Molières 2003.
Diastème écrit aussi pour le cinéma. Il a réalisé un court-métrage intitulé Même pas mal
(2001), avec Frédéric Andrau, et vient de terminer l’adaptation et les dialogues de
Dans tes rêves, réalisé par Denis Thybaud, avec Diziz La Peste, Béatrice Dalle, Vincent
Elbaz, Léa Drucker, Jean-Pierre Cassel, dont la sortie est prévue en février 2005. Pour la
télévision, il a coécrit, avec Christophe Honoré, le scénario de Tout cont re Léo (réalisé par
Christophe Honoré, 2001)

Frédéric Andrau
Cofondateur, comédien et metteur en scène de la
Compagnie L'Insolite Traversée qu'il quitte en
février 1997, il crée en janvier 2000 la Comp agnie La
Main Gauche.
Après une formation aux Ateliers du Conservatoire de
Toulon et à l’Ecole du Centre Dramatique de Saint-
Etienne, il monte sur les planches entre autres, dans
Roméo et Juliette de Shakespeare (mise en scène de
C. Grosse), Le Cercle de c raie caucasien de B.
Brecht, (mise en scène de A. Benichou), C’es t beau de N. Sarraute (mise en scène de F.
Rainaut), Les Nou rritu res terrestres de A. Gide (mise en scène de P. Carrelet), L’Ours
et Le Jubilé d’après A. Tcheckhov (mise en scène de C. Grosse, J. Mathis), A demain cette
nuit de Claudine Galéa (mise en scène Eric de Dadelsen), Inconnu à cette ad resse de
K.Taylor (mise en scène de M. Benichou et J.C. Barbot) et La Nuit du thermomètre de
Diastème (mise en scène de l’auteur), pièce pour laquelle il est nommé aux Molières 2003
dans la catégorie révélation masculine
Au cinéma, il tourne dans By e-Bye de K. Dridi, F. est un salaud de M. Gisler, La Voiture
de ma M ère de M. de Pascal, Les insurgés de Park Kwang Su, Les milles fac ettes de
C. Vargaftig, Vivante de S. Ray, Même pas mal de Diastème, Un monde d’erranc e de
P. Roc, L’Etrangère et Moloch de N. Namur, Short order de Anthony Byrne…
A la télévision, il travaille avec Christine François, Bruno Gantillon, Denis Granier Deferre,
Gazdag Gyula, Edouard Niermans, Didier Lepècheur…