Vous êtes sur la page 1sur 2

16è ASSISSES DE L’AGEPAR A YAMOUSSOUKRO, CÔTE D’IVOIRE

Juillet 2016

Thème général : Rôle des infrastructures routières dans l’émergence des pays africains

Sous-thème 1 : La gouvernance ou les questions institutionnelles


Proposition : Les politiques routières et les réformes institutionnelles en Afrique

Le transport routier constitue le mode de transport dominant avec environ 80% et même plus
du trafic interurbain et inter-Etat de marchandises dans la plupart des pays en Afrique. Mais
le continent accuse un énorme déficit en infrastructures routières. La densité de routes en
Afrique Subsaharienne était en 1999 de 0,13 alors que l’Asie du Sud enregistrait une densité
de 0,85 à la même époque. Malgré des efforts importants accomplis par les Etats africains
dans le développement de leur réseau routier, force est de constater selon le Roi Mohamed
V du Maroc qu’environ 2 millions de kilomètres (1er congrès africain de la conservation du
patrimoine routier) restent à construire.
En outre l’amélioration constante de l’état du réseau routier dégradé à plus de 50% dans
certains pays du continent demeure une question à résoudre dans les stratégies d’élaboration
des politiques routières en Afrique. Le sous-financement de l’entretien de la route et le souci
de garantir un système de transport sûr afin d’assurer le développement économique de
l’Afrique, a conduit certaines instances internationales à proposer des réformes
institutionnelles. L’impact de ces réformes sur la qualité du réseau routier est un champ de
réflexions tout comme les politiques routières conduites par différents Etats dans la
perspective de l’émergence des pays du continent.
Les résultats attendus de cette sous-thématique sont d’une part un état des lieux des
politiques et réformes appliquées, et d’autre part des propositions pour des pratiques de
gestion routière plus efficaces et plus dynamiques devant permettre aux pays africains
d’intégrer la compétition internationale.

Sous-thème 2 : La conception géométrique et structurelle des routes en Afrique


Idem

Sous-thème 3 : L’aménagement des infrastructures routières


Idem

Sous-thème 4 : Le financement du développement et de l’entretien des infrastructures


routières
Idem mais à améliorer
Sous-thème 5 : L’exploitation et la sécurité routière
Idem mais à améliorer

Sous-thème 6 (nouveau) : La formation et la recherche routière en Afrique


La formation et la recherche demeurent les maillons essentiels d’une politique routière
efficace et efficiente. En effet les capacités humaines conçoivent des politiques adaptées à
l’environnement économique et social des pays, et des solutions optimisées pour résoudre
les problèmes de qualité, durabilité, et de conservation du patrimoine routier. Ces capacités
se développent dans des centres de formation et de recherche dont la notoriété est sans
doute peu reconnue au niveau international en raison du peu d’intérêt (disponibilité de peu
de laboratoires, manque d’équipements, peu de chercheurs en génie civil, peu de grandes
écoles d’ingénieurs de haut niveau ou de centres de formations spécialisées, peu ou prou
d’écoles doctorales etc) qu’attachent les décideurs.

Nous savons que des techniques nouvelles de traitement des matériaux, de mise en œuvre
par recyclage des matériaux en place, des technologies mises au point pour la conception,
l’auscultation des chaussées et le suivi du réseau routier existent et ont besoin d’être
maîtrisées par des ingénieurs et techniciens africains. Ceux-ci ont aussi besoin de concevoir
des modèles et normes dimensionnement des chaussées adaptés à leur environnement. Les
problèmes liés à la durabilité des infrastructures routières, à l’entretien routier efficace
exigent pour leur résolution des ressources humaines africaines.
Il apparaît donc important de relever les besoins de formation dans le domaine du génie civil
en général et en particulier dans celui des infrastructures routières.
Les résultats attendus de cette sous-thématique consistent à faire un diagnostic des structures
de formation et de recherche existantes et explorer des pistes de solutions en vue de la mise
à disposition des secteurs publics et privés africains de ressources et de capacités dans la
perspective de l’émergence des Etats.

Une contribution de Dr Arnaud Zagbaï