Vous êtes sur la page 1sur 172

- - - -

-

-

-

-

- - - -

- - - -

I.1) Introduction ………………………………………………………………………… …01

……………………………………………………………………… .….01

I.3) Présentation de l’ouvrage ………………………………………………………… … 01

I.3.1) Les caractéristiques de l’ouvrage …………………………………………… ……02

I.4) Données

02

I.4.2) Profil en long ………………………………………………………………… …… 03

I.4.3) Profil en travers ……………………………………… …………………………… 03 I.5) Données naturelles …………………………………………………………………… …04

04

I.2) But de l’étude

fonctionnelles ……………………………… …………………………………02

I.4.1) Trace en plan …………………………………………………………………

I.5.1) Données géologiques ……………………………………………………………

I.5.2) Données géotechniques ……………………………………………………… …….04

 

……………

04

I.5.3) Données hydrologiques …………………………………………… I.6) Caractéristiques des matériaux de construction

……………………………… ……

04

I.6.1) Béton ……………………………………………………………………… .……… 04

I.6.2) Aciers passifs ……………………………………………………………………… 06

I.6.3) Aciers de précontrainte « actifs » …………………………………………………

06

I.6.4) Aciers de charpente … ……………………………………………………………

06

I.7) Logiciel de calcul ………………………………………………………… …………… 06

II.1) Choix du type d’ouvrage……………………………………………………… ………

07

II.2) Critères de choix ……………………………………………… ……………….………

07

II.3) Les paramètres intervient dans le ch oix du type d’ouvrage ………………….………07 II.4) Conception de tablier…………………………………………………………… .………07 II.5) Variante N°1 : Pont mixte……………………………………………………… .………07

II.5.1) Introduction …………………………………………………… ………….………

II.5.2) Les avantages et les inconvénients………………………………………… ..……07 II.5.3) Implantation des appuis ……………………………………………… .…….………08 II.5.4) Pré dimensionnement…………………………………………………… .………….08 II.5.5) les charges des éléments port eurs …………………………………………… .……10

07

II.5.6) Les caractéristiques géométriques de la dalle …………………………

11

II.6) variante N°2 : Pont caisson fermé ……………………………………… ….………

11

II.6.1)

Introduction …………………………………………… ……………….…………

11

II.6.2) Les avantages et les inconvénients ……………………………………… .………….11

II.6.3) Implantation des appuis ………………………………………………… .………….12

12

II.6.5) Calcul de poids…………………………………………………………… .…………14

II.6.6) Les caractéristiques géométriques des voussoirs …………………….……………

II.6.4) Pré dimensionnement…………………………………………………… .…………

14

II.7) Conception de pile et culées

II.7.1) Conception de pile ………………………………………………………… .……… 15 II.7.2) Conception des culées ……………………………………………………… .………15

II.8) Définition des charges et surcharges pour le pré dimensi onnement …………………16 II.7.1) Charges permanentes et les compliments des charges permanentes ………… …….16 II.7.2) Calcul des surcharges ……………………………………………………… ……….18 II.9) Combinaisons des charges ………………………………………………………… … 20

III.1) variante N°1 : pont mixte« bipoutre »……………………………………… ………….22 III.1.1) Charges et efforts longitudinaux ……………………………………………… …….22

III.1.2) Calcul d’une section mixte …………………………………………… ……………

23

III.1.3) Etude des efforts appliquées a la section mixte ……………………………………

24

III.1.4) Vérification des contraintes à l’ELS ……………………………………………….25

III.1.5) Vérification au cisaillement…………………………………… …. …………………26

III.2) variante N°2 : pont caisson…………………………………………………… ………….27 III.2.1) Charges et efforts longitudinaux ………………………………………… ………… 27 III.2.2) Pré-dimensionnement longitudinale……………………………………… ………… 28 III.2.3) Les étriers (les armatures transversale) ……………………………………………….31 III.3) Analyse multicritères……………………………………………… …………………… 32

…34

IV.1.1) Surcharge A (l)………………………………………… …………………………….34

35

IV.1.3) Surcharge militaire Mc120 ……………………………… …………………….…….39

IV.1.4) Charge exceptionnelle D240 ……………………………… …………………………40

………41

IV.3) Les surcharges dues au vent, au séisme, et au freinag e ……………………………41 IV.3.1) Surcharge du vent………………………………………………………………….…41

IV.2) les Surcharges sur trottoir ……………………………………………………

IV.1) Calcul des surcharges routières ………………………………………………… …

IV.1.2) Système de charges

B …………………………………… ………………………

IV.3.2) Le séisme …………………………………………………………………………

41

IV.3. 3) Forces de freinage……………………………………………………………………42 IV.4) Force centrifuges …………………………………………………………………… …42 IV.2) Combinaisons de charges ………………………………………………………………43

V.1) Introduction …………………………………………………………………………

….46

……46

V.2) Etude du tablier …………………………………………………………………

…….47

V.2.1) modélisation ………………………………………………………………… V.2.2) Calcule des efforts longitudinale ……………………………………………

…… V.2.3) Calcule de la section de mixte ………………………………………… ……….……49

47

V.2.4) Détermination des effets internes sur la section mixte………………………….

52

V.2.4.1) Effets du retrait ……………………………………… ………………

V.2.4.2) Effet de la différence de tempéra ture entre l'acier et le béton …………………54

Dénivellations des appuis ……………………………… ………………….….55

V.2.4.3)

…52

V.2.5) Vérification à l’état li mite de service………………………………………

…… 56

V.2.5.1) Vérification des contraintes …………………………………… …….…….….56

V.2.5.2) Vérification des contraintes de cisaillement ………………………………… 58

59

V.2.5.4) Vérification de la poutre au déversement ………………………………….…64 V.2.5.5) Calcul des déformations ……………………………………… …….…….… 65

V.2.5.3) Vérification de l’âme au voilement ………………………………… ………

V.3) Dimensionnement de la dalle en béton armé

66

V.3.1) Fonctionnement ………………………………………………… …

.………66

V.3.2) Définition des charges et des surcharges ……………………………………

67

V.3.3) Calcul des sollicitations transversale ………………………………………

……68

….68

V.3.4) Hypothèses de calculs ………………………………………………… …

V.3.5) Ferraillage de la dalle ………………………………… ………………………

69

V.4) Entretoises et pièces de pont ………………………………… ………….…………

72

a) Entretoise …………………………………………………………………………

72

b) Pièces de pont……………………………………………………………………. … 73

………….77

V.6) Assemblage ………………………………… …………………………….………… 78

V.5) Calcul des connecteurs ……………………………………………….

V.6.1) Assemblage des poutres …………………………………………

……

.………78

V.6.2) Efforts résistant du boulon …………………………………………

…………79

79 … ………

V.6.3) Couvre joint ……………………………………………………… V.6.4) Vérification de la semelle supérieure ………………………………

…………

79

….……….…

80

V.6.5) Vérification de la semelle inférieure …………………………… V.6.6) Vérification de l’âme …………………………………………

…………….….81

VI.1) Joint de chaussée …………………………………… …………………………… …84

VI.1.1) Calcul du souffle des joints …………………………………………………

85

VI.1.1.1) Rotation d’extrémité sous chargement ………………………… ……85

VI.1.1.2) Dilatation thermique ………………………………………… ………85

VI.1.1.3) Retrait ……………………………………………………………

VI.1.1.4) Fluage …………………………………………………………………85

….85

VI.2) Appareil d’appui ……………………………… ……………………………… ……87 VI.2.1) Dimensions des appareilles d’appui ……………………………… .……………88

VI.2.2) Vérification des contraintes ……………………………………………

VI.2.3) Dimensionnement des frettes ………………………………………….……… 92

………90

VI.3) Les dés d’appuis ………………………………………………………….…………92

…92

VI.3.2) Ferraillage des dés d’appuis : (support des appareils d’appuis) ……………….…93

VI.3.1) Dimensionnement des plaques de glissement ………………………………

VII.1) Etude de la pile :…………………………………………………………………… 95 VII.1.1) Définition ………………………………………………………………………95 VII.1.2) Choix de la pile ………………………………………………………… …….95 VII.1.3) Pré dimensionnement de la pile ………………………………………… …….95 VII.1.4) Calcule des charges et surcharge ………………………………………………96

VII.1.5) vérification de stabilité de la pile ……………………………

VII.1.6) Ferraillage de la pile ………………………………………… ...

………….……97

….….98

VII.1.6.1) Ferraillage de

VII.1.6.2) Ferraillage de la tête de pile « chevêtre »………………….………… 100

VII.1.6.3) ferraillage de fondation de la pile…………………………….……

fut ………………………………………… ….…….….…98

….101

VII.2) Etude de la culée : ……………………………… ………………………… ……103 VII.2.1) Implantation des culées …………………………………………………… 103

VII.2.2)

Pré dimensionnement d es culées ………………………………. …………103

1-

Mur garde grève ……………………………………………………… ….103

2-

Mur de front ………………………………………………………… …….103

3-

Sommier d’appuis ……………………………………………

………….104

4-

La semelle ………………………………………………………

……….104

5- Mur en retour ……………………………………………………………

6- Dalle de transition ………………………………………………

……

104

……….104

VII.2.3) vérification de Stabilité des culées …………………………………………105 VII.2.3.1) Hypothèse de calcul …………………………………….………….105

VII.2.3.2) Les combinaisons des charges pour les vérifications de stabilité des culées…………………………………………………

106

VII.2.3.3) Vérification au renversement ………………………………………115 VII.2.3.4) Vérification au glissement …………………………………….… 115

………… 116

116

VII.2.3.5) Vérification des contraintes sous la semelle …………

VII.2.4) Ferraillage de la culée ……………………………………………… ……

VII.2.4.1) Mur garde greve…………………………………………………. …116

VII.2.4.2) La dalle de transition …………….………………………… …….120

VII.2.4.3) Mur frontal ……………………………………… VII.2.4.4) Mur en retour ……………………………………

124

VII.2.5) ferraillage de fondation de la culée………………………………………. ….127

………… …….121

………………

Bibliographique

Annexe

12

9

GENERALITES Chapitre I: GENERALITES I.1) Introduction On appelle pont tout ouvrage permettant à une voie

GENERALITES

Chapitre I: GENERALITES

I.1) Introduction

On appelle pont tout ouvrage permettant à une voie de circulation de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de circulation. Le souci de l’ingénieur est de répondre à la question : comment construire un ouvrage qui assure parfaitement son service avec un coût optimal ? Il est également essentiel de veiller à l a réalisation des ouvrages d’art ayant des formes et proportions permettant une intégration satisfaisante dans le site.

I.2) But de l’étude

Ce mémoire de fin d’étude consiste à faire la conception et l’étude d’un pont projeté au niveau de l’intersection à la sortie de oued M’zi, cet ouvrage relie la RN01 et l’évitement de la ville de LAGHOUAT. Pour cela, on doit suivre les étapes suivantes, commencé par la proposition de deux variantes, qui seront prés dimensionnés, et après l’analyse multicritères , nous retiendrons la variante la plus avantageuse pour un dimensionnement plus détaillé.

I.3) Présentation de l’ouvrage

Notre sujet de fin d’étude a pour but de faire une conception et l’étude de l’ouvrage OA 1.02, cet ouvrage permet la liaison entre la RN01 et le contournement de la ville de LAGHOUAT au niveau de l’intersection situé à la sortie du Nord du pont Oued M’zi au PK 00+327.

à la sortie du Nord du pont Oued M’zi au PK 00+327. Fig I.1 : présentation

Fig I.1 : présentation de l’ouvrage sur la carte topographique

Conception et étude d’un pont bipoutre

- 1 -

Promotion 2009

GENERALITES I.3.1) Les caractéristiques de l’ouvrage Longueur : 80 m. Largeur de tablier : 6

GENERALITES

I.3.1) Les caractéristiques de l’ouvrage

Longueur : 80 m.

Largeur de tablier : 6 m.

La pente : 1,05 %.

Rayon horizontal

La conception d’un pont doit satisfaire un certain nombre d’exigences, puisqu’il est destiné à offrir des services aux usagers, on distingue :

Les exigences fonctionnelles qui sont l’ensemble des caractéristiques permettant au pont d’assurer sa fonction d’ouvrage de franchi ssement. Les exigences naturelles qui sont l’ensemble des élément s de son environnement influant sur sa conception et enfin l’esthétique de façon à ne pas interrompre la vue d’ensemble.

de 300m .

I.4) Données fonctionnelles

I.4.1) Trace en plan

Le

tracé en plan est la ligne définissant la géométrie de l’axe de la voie porté , dessinée sur un

plan de situation et repérée par les coordonnées de ces points caractéristiques.

La structure géométrique de l’ouvrage a une

longueur de 80m, et un rayon horizontal de 300m.

a une longueur de 80m, et un rayon horizontal de 300m. Conception et étude d’un pont

Conception et étude d’un pont bipoutre

Fig I.2 : Trace en plan

- 2 -

Promotion 2009

GENERALITES I.4.2) Profil en long Le profil en long est la ligne située sur l’axe

GENERALITES

I.4.2) Profil en long

Le profil en long est la ligne située sur l’axe de l’ouvrage, définissant en élévati on du tracé en plan, il doit être défini en tenant compte de nombreux paramètres liés aux contraintes fonctionnelles de l’obstacle à franchir ou aux contraintes naturelles, Il présente une longueur de 80 m et une pente de 1.05%.

Il présente une longueur de 80 m et une pente de 1.05%. I.4.3) Profil en travers

I.4.3) Profil en travers Le profil en travers est l’ensemble

Fig. I.3 : Profil en long

des éléments qui définissent la géométrie et les équipements

de la voie dans le sens transversal. Les composantes du profil en travers de notre tablier sont :

Largeur roulable : Lr = 5 m

Largeur utile : Lu = 6m

Largeur du trottoir : l = 0,5 m

Nombre de voies de circulations : N = 2 Voies (sens unique).

devers unique de 6%.

: N = 2 Voies (sens unique). devers unique de 6%. Fig I.4 : Profil en

Fig I.4 : Profil en travers

Conception et étude d’un pont bipoutre

- 3 -

Promotion 2009

GENERALITES I.5) Données naturelles I.5.1) Données géologiques Le territoire de Laghouat est partagé en deux

GENERALITES

I.5) Données naturelles

I.5.1) Données géologiques Le territoire de Laghouat est partagé en deux régions d’inégale superficie, présentant chacune un intérêt particulier. La première, qui comprend la partie nord ouest de la wilaya, est une région montagneuse, accidentée, à peu prés nue et aride. Des chainons rocheux, isolés à pente escales. Généralement peu accessibles, y formant les ceintures des grandes vallées. Les dernières pentes de ces montagnes aboutissent à Laghouat. Cette oasis est partagée en deux parties, nord et sud, par une crête rocheuse dont la direction générale est Ouest et Est. Au nord une autre ligne de crête parallèle à la précédente offre deux coupures assez larges .l’un donnant passa ge à l’Oued M’ZI, l’autre formant un col des sables. Dans la zone de notre ouvrage eu nord de wilaya, ce sont les éléments du crétacé inférieur qui dominent. Ces éléments sont parfois coupés par des faciès marins normaux à récifaux et par des éléments continentaux lagunaires. En descendant vers le sud. Ces formations sont remplacées par formations du crétacé supérieur marin et du crétacé supérieur continental, qui atteignent la latitude de Laghouat, entre mêlées de formations du Pontien (miocène ). La deuxième région située au sud de la Laghouat est constituée par d’immenses plaines ondulées formant la zone des dayas. I.5.2) Données géotechniques

L’ouvrage implanté à l’intersection de RN1 et CW147 sera implanté sur un sol roche ux de nature calcaire crayeux. Les analyses chimiques ont confirmé la nature carbonatée du faciès rocheux, d’autre part sa résistance à la compression est médiocre. Le problème de tassement n’est pas à craindre vu les caractéristiques des sols de f ondation. Le sol n’est pas agressif donc un ciment ordinaire peut être utilisé pour le béton des fondations. I.5.3) Données hydrologiques

Le réseau hydrologique s’inscrit juste à coté du site par le passage du lit de grand Oued M’ZI d’autre part, aucune nappe n’a été détectée durant l’opération de sondage.

I.6) Caractéristiques des matériaux

I.6.1) Béton

compression à l’âge de

28 jours, notée f c28 . Le béton est de classe B 30/40, il est dosé à 400 kg/m 3 de ciment CPA 325, avec

un contrôle strict.

La masse volumique du béton armé γ = 2,5 t/m 3

Le

béton

est

défini

par

la

valeur

de

sa

résistance

à

la

Résistance caractéristique à la compression

f c28 =

35 MPa

pour le béton du tablier

30 MPa

pour le béton d’appui et les fondations.

Conception et étude d’un pont bipoutre

- 4 -

Promotion 2009

GENERALITES La résistance caractéristique à la traction La résistance à la traction est liée à

GENERALITES

La résistance caractéristique à la traction

La résistance à la traction est liée à la résistance à la compression :

f tj = 0,6+0,06f cj = 0,6+ 0,06(35) = 2,7 MPa (pour tablier) f tj = 0,6+0,06f cj = 0,6+0,06 (30) = 2,4 MPa (pour les appuis).

la contrainte limite de compression en service :

bc

0,6f

cj

=

21 MPa

18 MPa

pour le béton du tablier

pour le béton d’appui et les fondations.

la contrainte limite de compres sion à l’état limite ultime :

f bu = 0,85 f cj / θ. γ b

- Le coefficient θ est fix é à 1 lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’action considérée est supérieure à 24h, à 0.9 lorsque cette durée est comprise entre 1h et 24h, et à 0.85 lorsqu’elle est inférieure à 1h.

γ

b

=

D’où :

f bu =

1,5

en situations durables ou transitoires.

1,15 en situations accidentelles.

19,83 Mpa

25,86

Mpa

17 Mpa

22,17 Mpa

en situations durables ou transitoires en situations accidentelles.

en situations durables ou transitoires en situations accidentelles.

Coefficient de poisson Le coefficient de poisson ν repr ésente la variation relative de dimension transversale d’une pièce soumise à une variation relative de dimension longitudinale.

υ = 0,2 Module de déformation longitudinale du béton E :

-Module de déformation instantanée (courte durée <24 heures) :

Pour les charges dont la durée d’application est inférieure à 24 heures (tel que charge s routière), le module de déformation instantané du béton est :

E ij =11000 3

instantané du béton est : E i j =11000 3 (MPa). -Module de déformation différée (longue

(MPa).

-Module de déformation différée (longue durée) : Pour les charges de longue durée (tel que poids p, superstructure, précontrainte… ), et pour tenir compte des effets du fluage, le module de déformation différé du béton est :

E ij =3700

3

fcj
fcj

(MPa).

Conception et étude d’un pont bipoutre

- 5 -

Promotion 2009

GENERALITES I.6.2) Aciers passifs On utilise pour les aciers passifs des barres à haute adhérence

GENERALITES

I.6.2) Aciers passifs

On utilise pour les aciers passifs des barres à haute adhérence de classe F e E400

On a :

s

F

e

s

Dans le cas normal

D’où :

Avec

Et dans le cas accidentel :

D’où :

Avec

s = 400/1,15 = 340 (MPa).

s : Coefficient de pondération pris égale à 1,15.

s = 400/1,0 = 400 (MPa).

s : coefficient de pondération pris égale à 1, 0

I.6.3) Aciers de précontrainte « actifs »

Concernant notre étude, Les aciers utilisés pour la précontrainte sont des aciers à très haute résistance qu’on appelle aciers durs et qui ont la plus forte teneur en carbone. Alors on utilise des câbles T15 super. Caractéristiques des câbles : Selon FREYSSINET

-Poids de 1T15S =1,178(kg/m) -Section de T15S =150 (mm 2 )

- limite d’élasticité : f peg = 1660 (MPa)

- limite de rupture : f prg = 1860 (MPa) I.6.4) Aciers de charpente :

L’acier utilisé pour la construction métallique est l’acier de nuance S355 ayant pour limite élastique

fe 355Mpa

la contrainte admissible en compression simple est :

2 2

a

3 3

355

237Mpa

la contrainte admissible en traction simple est :

3 3

a

4

4

355

266,25Mpa

module

d’élasticité : E=210000N/mm 2

module

de

cisaillement : G=

module de cisaillement : G= =80700 N/mm 2

=80700 N/mm 2

I.7) Logiciel de calcul

Pour notre étude on utilise le logiciel Robot V.19 ; Le robot est un logiciel de modélisation, d’analyse et dimensionnement des différents types de structures. Il permet en un même environnement la saisie graphique des ouvrages de BTP avec une bibliothèque d’élément autorisant l’approche du comportement de ce type de structur e. Il offre des nombreuses possibilités d’analyse des effets statiques et dynamiques avec des compléments de conception et de vérification des résultats obtenus. Le post processeur graphique disponible facilite considérablement l’interprétation et l’exploitation des résultats et la mise en forme des notes de calcul et des rapports explicatifs.

Conception et étude d’un pont bipoutre

- 6 -

Promotion 2009

CONCEPTION Chapitre II : CONCEPTION II .1) Choix du type d’ouvrage Le choix du type

CONCEPTION

Chapitre II : CONCEPTION

II.1) Choix du type d’ouvrage

Le choix du type de l’ouvrage est une démarche itérative qui consiste à la recherche de la variante qui s’inscrit le mieux dans le contexte fonctionnel et naturel d u franchissement des obstacles.

II.2) Critères de choix du type d’ouvrage

Dans le cas de notre franchissement, plusieurs variantes peuvent être envisagées, mais , tout d’abord, nous citons les différents critères de choix qui sont :

L’obstacle à franchir.

la voie portée : pont (route, rails

).

le matériau principal dont ils sont constitu és.

la fonction mécanique : isostatique ou hyperstatique .

la disposition en plan : droits, biais, courbes .

leur durée de vie prévue : définitif ou provisoire.

II.3) Les paramètres intervenants dans le choix du type d’ouvrage

Les profils de la chaussée (en long, en travers, en plan).

Les positions possibles des appuis.

La nature du sol de fondation.

Le gabarit à respecter.

Les conditions d’exécution et d’accès à l’ouvrage.

II.4) Conception de tablier

Nous proposons deux variantes suivantes :

Variante 1 : pont mixte

Variante 2 : Pont a caisson fermé

II.5) Variante N°1 : pont mixte : bipoutre

II.5.1) Introduction Parmi les formes de tablier mixte, la dalle bipoutre mixte à entretoises est le plus économique. Ce mode de construction présente plusieurs avantages par rapport aux tabliers traditionnels à poutres multiples, dont les principales sont :

II .5.2) Les avantages et les inconvénients

Les avantages

La possibilité de franchir les grandes portées.

La rapidité d’exécution globale.

La précision dimensionnelle des structures

Le gain sur les coûts de construction

offrent de multiples possibilités de conception architecturale

facilitent l’entretien, car les éléments de la structure sont bien accessibles pour les inspections et la maintenance.

CONCEPTION Les inconvénients : Le problème majeur des ponts mixtes est l’entretien contre la corrosion

CONCEPTION

Les inconvénients:

Le problème majeur des ponts mixtes est l’entretien contre la corrosion et le phénomène de la

fatigue des assemblages. Ce type d’ouvrage demandé une main d’œuvre qualifiées (surtout les soudeurs).

Les poutres en I sont sensibles au déversement pour les ensembles des pièces d u pont.

Stabilité des membrures de poutres qui ont tendance a flambé latéralement lorsqu’elles sont

comprimées. Surveillance exigée avec des visites périodiques.

II.5.3) Implantation des appuis

Pour cette variante, il y a deux travées de même lo ngueur de : L = 40m.

il y a deux travées de même lo ngueur de : L = 40m. Fig II.1:

Fig II.1: Schéma statique de 1 ier variante

Pile/culée

PK

C1

00+327

P1

00+367

C2

00+407

Tab II.1: implantation des appuis

II.5.4) pré dimensionnement :

1/ la dalle :

L’épaisseur de la dalle : dans notre cas, on a une pré-dalle de 5cm qui précède la dalle en béton

armé qui a une épaisseur de 20 cm, ce qui nous donne une épaisseur totale

e p =25cm.

L’écartement des poutres a : l’écartement des poutres a est égale à 0,55 fois la largeur du

tablier avec la largeur du tablier est égale à 6m. (1)

Donc: a = 0,55X6=3,3m

CONCEPTION 2/ les poutres : La hauteur des poutres (h w ) : Dans le

CONCEPTION

2/ les poutres :

La hauteur des poutres (h w ) : Dans le système hyperstatique, le moment fléchissant
La hauteur des poutres (h w ) : Dans le système hyperstatique, le moment fléchissant maximal
sur la pile, ainsi que l’effort tranchant, ce qui nous amène au pré dimensionnement suivant :
Fig II.2 : les caractéristiques dimensionnelles des poutres
La hauteur de la poutre est déterminée par le rapport : L/22 (2)
40
h w
1,81m
, Donc : h w = 1,8 m.
22
Epaisseur de l’âme des poutres (t w ):

Pour déterminer l’épaisseur de l’âme, il faut respecter les quatre conditions suivantes :

Résistance à la corrosion.

Résistance au cisaillement.

Résistance au voilement.

En général l’épaisseur de l’âme est supérieure à 12mm. (3) Pour la poutre qui est sur les piles, l’effort tranchant e st prépondérant ainsi que le moment fléchissant, donc la section de la poutre doit être conçu pour répondre aux différentes sollicitations de cisaillement ainsi que le moment de flexion, ce qui nous amène au choix de :

t w = 20mm.

Largeurs et épaisseurs des Semelles (4) :

Semelle supérieure:

400

mm

b

s

800

mm

Donc on prend :

20

mm

t

s

50

mm

Donc

t 1 s b 21 s t s = 35 mm
t
1
s
b
21
s
t s = 35 mm

t

s

35 mm

b s = 700 mm

CONCEPTION Semelle inférieure : 500 mm bi 1200 mm Donc on prend: b i =

CONCEPTION

Semelle inférieure :

500 mm bi 1200 mm

Donc on prend: b i = 800 mm 20 mm t i 50 mm ti
Donc on prend:
b i = 800 mm
20 mm
t
i 50
mm
ti
1
t
i 40
mm
Donc :
b
21
i
=40mm

t i

3/ Entretoises :

Fig II.3:les dimensions des poutres

Pour notre cas on prend pour les entretoises des profilés métalliques IPE 600 dont les caractéristiques géométriques suivent :

H = 600 mm

I = 92080 cm 4

A

= 156 cm 2

Calcul de nombre d’entretoise sur la longueur de l’ouvrage On va prendre l’espacement entre les entretoises est égal à 4m.

Donc le nombre des entretoises est égal à 17 entretoises intermédiaires, et 3 entretoise

d’abot « pièces des ponts » au niveau des appuis.

II.5.5) les charges des éléments porteurs Le poids des poutres :

P

t

S

S

P 0,091 78,5 80 571,48

t

KN

/

m

57,148

t

Donc : Poids totale des poutres = 2 [57,148] => Ppoutres = 114,296 t

P

D

Le poids de la dalle :

e

l

L

S

0,25 6 25 80 3000

Le poids propre des entretoises :

P

entretoise s

= 20

7,85

0,0 156 = 2,45 t

KN

300

t

Le poids total de la dalle : CP

Donc : CP =5,21t/ml

P

T D

(114,296

300

2,45) 416,79

80

80

5,21

t

/

ml

CONCEPTION II.5.6) Les caractéristiques géométriques de la dalle :     G X = 0m

CONCEPTION

II.5.6) Les caractéristiques géométriques de la dalle :

   

G X = 0m G y = 1,1734m

G

G

Centre de gravité :

Moments d’inertie : I x =0,0865 m 4

de gravité : Moments d’i nertie : I x =0,0865 m 4 Fig II.4 : Coupe

Fig II.4 : Coupe transversale (pont mixte « bipoutre »)

II.6) Variante N°2 : pont à caisson fermé

II.6.1) Introduction

L’emploi très fréquent de la méthode de construction en encorbellement témoigne des nombreux avantages de ce procédé qui permet de s’affranch ir de tout cintre ou échafaudage. Dans les cas les plus courants, elle consiste à construire un tablier de pont pa r tronçons à partir des piles, après exécution d’un tronçon appelé voussoir, on le fixe à la partie d’ouvrage déjà exécutée à l’aide d’une précontrainte. Le tronçon devient alors autoporteur et permet de mettre en œuvre les moyens nécessaires à la fabrication du tronçon suivant. Lorsque tous les tronçons ont été confectionnés, on obtient ce que l’on appelle un fléau. Le tablier peut être de hauteur constante ou variable. Il est plus facile à confectionner dans le premier cas que dans le second, mais la hauteur constante ne peut convenir que dans une gamme de portées limitées, de l’ordre de 40 à 60 ou 70 m. Dans notre ouvrage on prend la hauteur constante.

II.6.2) Avantages et les inconvénients

Les avantages

La durée d’utilisation (l’entretient) est plus long ue.

Sa structure de pont donne une belle forme esthétique.

La portée de ce type de pont est plus grande.

Rapidité de construction dans le cas des ouvrages à voussoirs préfabriqués .

CONCEPTION Les inconvénients Les ponts construits par encorbellements successifs présentent des difficultés de

CONCEPTION

Les inconvénients Les ponts construits par encorbellements successifs présentent des difficultés de calcul inhabituel. Le volume des calculs nécessaires est bien plus considérable que c elui des autres types d'ouvrages. Les effets de fluage du béton et de la relaxation des aciers précontrainte. L’aspect économique est très élevé. La construction par l’encorbellement demande des mains d’ouvres très qualifiés.

II.6.3) Implantation des appuis Pour cette variante, il y a deux travées de même longueur de L= 40 m.

il y a deux travées de même longueur de L= 40 m. Fig II.5: Schéma statique

Fig II.5: Schéma statique de 2 iéme variante II.6.4) Pré dimensionnement

Largeur de la nervure de l’intrados (Li) (5)

L t : la largeur de tablier égale à 6 m

L

i

L

t

6

3 m

2

2

, Donc : L i = 3 m

La hauteur de voussoir (H) (6)

L : la longueur de travers égale à 40m Pour le tablier de hauteur constante :

L L

22

H

c

H

P

20

Donc : on prend la hauteur

Largeur de l’encorbellement (E)

E

L

t

L

i

6

3

2 2

1,5 m

, E = 1,5 m

Voussoir courant

Hourdis supérieur (7)

L

i

25

e

s

L

i

20

On prend : e s = 20 cm

H=1,9m

CONCEPTION Epaisseur des âmes ( 8 ) L’épaisseur de l’âme est conditionné à la fois

CONCEPTION

Epaisseur des âmes (8)

L’épaisseur de l’âme est conditionné à la fois par le type de câblage adopté et par les

conditions de résistance à l’effort tranchant.

e

a

cm

L

125

B

12,5

40

125

6

12,5

20,79 cm

2,75

L

2,75

40

Avec L est la portée principale et B la largeur du hourdis supérieur (L et B exprimés en mètre)

On prend : e a = 25 cm

Hourdis inférieur (9)

e

i

max 18

cm

,

e

a

3

On prend : à

mi-travée : e itravé = 20cm

Sur pile : e i pile =2,5×20 = 50 cm

Le découpage en voussoirs : (10)

La longueur des voussoirs :

On prend :

2,5 m pour les voussoirs courants.

2 m

pour le voussoir sur pile et sur les culées.

Nombre des voussoirs :

N=33 voussoirs

Voussoirs sur pile et sur culée :

Sont des voussoirs plein de longueur de 2m et dont une ouverture de 0,7 m de largeur et de 0,8m de

hauteur.

une ouverture de 0,7 m de largeur et de 0,8m de hauteur. Fig II.6 : Coupe

Fig II.6 : Coupe transversale de voussoirs courants

CONCEPTION Fig II.7 : Coupe transversale de voussoir sur la pile II.6.5) Calcul du Poids

CONCEPTION

CONCEPTION Fig II.7 : Coupe transversale de voussoir sur la pile II.6.5) Calcul du Poids voussoirs

Fig II.7 : Coupe transversale de voussoir sur la pile

II.6.5) Calcul du Poids voussoirs courants

S 2,6m

2

Le poids par 1 mètre linéaire :

P

v

P

v

25 2,6 65

S

b

KN

/

ml

6,5

t

/

ml

Le poids par mètre linéaire :

voussoir sur pile

S 5,59 m

2

P

v

P

v

b

S

25 5,59 139,75

KN

/

ml

13,975 /

t

ml

Le poids total de la dalle : CP = [(30×6,5×2,5) + (3×13,975×2)]/80=7,1418 t/ml

II.6.6) Caractéristiques géométriques des voussoirs Voussoirs courants

G

géométriques des voussoirs Voussoirs courants G G x = 0 m G y =1,2916 m  

G x = 0 m

G y =1,2916 m

 
  G x = 0 m

G x = 0 m

G

G y =1,1381m

Centre de graviter :

Inertie : I XX = 1,421 m 4 I yy = 5,218 m 4 Voussoir sur pile Centre de graviter :

Inertie : I XX = 2,18 m 4 I yy = 6,564 m 4

CONCEPTION II.7) Conception de pile et culées II.7.1) Conception de pile : Un appui peut

CONCEPTION

II.7) Conception de pile et culées

II.7.1) Conception de pile :

Un appui peut être caractérisé par ses caractéristiques géométriques et mécaniques, ces caractéristiques doivent répondre à plusieurs critères mécani ques, économiques et esthétiques, elle est constituée d’une manière générale, de deux parties bien distinctes :

la pile :

-les piles sont des appuis ont

pour rôle de transmettre les efforts dus au tablier jusqu’ au sol de

fondations, la conception des piles est tributaire du type et mode de construction du tablier et aussi les fondations. Et bien sur les contraintes naturelles ou fonctionnement liées au site . Parmi les critères de conception des piles:

* mode de construction du tablier.

*hauteur de la brèche franchir .

* mode d’exécution des fondations et liaison avec le tablier. De façon générale ils sont dimensionnés pour permettre l’implantation :

-Des appareils d’appuis définitifs . -De niches à vérins pour le changement des appareils d’appuis. Il y a deux type de piles ; les piles de type voile et les piles de type poteau. a- les piles de type voile : le modèle de base le plus simple est un voile continu d’épaisseur constante, facilement exécutable de plus leur aptitude à résister aux chocs de véhicules est très bonne. b -les piles de type poteau : les poteaux peuvent être libr es en tête s’ils sont placés au droit des descentes de charges par l’intermédiaire des appareils d’appui, ou liés par un chevêtre dans les cas contraire. Dans notre ouvrage on a choisi une pile de type marteau pour ces avantages :

* Modélisation simple

* résister aux chocs de véhicules

* facilement exécutable.

* plus esthétique. Les fondations :

Les fondation sont les parties de l’ouvrage qui reçoivent les charges à partir le tablier qui transmettent par les piles ,et ces fondations reposant directement sur le sol ou sur un ensemble de pieux réunis en tête par une semelle de liaison ,parmi les types courants des fondations il y a : les fondation superficielles et les fondations profondes .

Les fondations superficielles : (dalles, semelles isolées ou filantes, radiers) constituent la partie basse de l’ouvrage qui transmet directement l’ensemble des charges au sol , elles sont enterrées pour réduire les effets du gel, du soulèvement de certains sols ou d’autres dommages provenant de la surface. les fondations profondes : ce type de fondation (pieux, puits) permet de reporter les charges, dues à l’ouvrage qu’elles supportent, sur des couches de sol situées à une profondeur variant de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres. Remarque : D’après le rapport géotechnique du LA BOURATOIRE DES TRAVAUX PUBLICS DU SUD. Il y a lieu d’adopter des fondations superficielles.

CONCEPTION II.7.2) Conception des culées : La culée doit permettre un accès au tablier ,

CONCEPTION

II.7.2) Conception des culées :

La culée doit permettre un accès au tablier , et également permettre la visite des appareils d’appuis.

On distingue plusieurs familles de culées :

Les culées enterrées Les culées remblayées

Les culées enterrées :

- Ce sont des culées dont leur structure porteuse est noyée dans le remblai d’accès à l’ouvrage, elles assurent essentiellement une fonction porteuse puisqu’elles sont relativement peu sollicitées par des efforts horizontaux de poussée des terres.

Les culées remblayées :

- Une culée remblayée est constituée par un ensemble de murs ou voiles en béton armé. Sur l’un d’entre eux, appelé mur de front; les autres sont les murs latéraux appelés mur en aile ou en retour selon qu’ils ne sont pas ou qu’ils sont parallèles à l’axe longitudinal de l’ouvrage projeté.

Elles jouent le double rôle de soutèneme nt et de structure porteuse. Le tablier s’appuie sur un semelle solidaire de mur de front massif qui soutient les terres du remblai .Compte tenu des efforts horizontaux importants, on pourra l’envisager que si la hauteur du soutènement reste inférieure à une dizaine de mètres.

Chois du type de culée : Notre pont est un passage supérieur qui se trou ve sur un terrain en remblai, et on choisit la culée remblayée.

II.8) Définition des charges et surcharges pour le pré dimensionnement

II.8.1) Charges permanentes et les compléments des Charges permanentes Les charges permanentes comprennent le poids propre de la structure porteuse, et les compléments des Charges permanentes sont des éléments non porte urs et des installations fixes, on les appelle accessoires.

Ces charges sont appelées CP :

Variante 1 : P t = 5,40 T/ml Variante 2 : Pt = 7,141 t/ml

Les éléments porteurs (Charges permanentes) :

Les éléments non porteurs (compléments des Charges permanentes) Ces charges sont appelées CCP, et concernent :

Le revêtement.

Les trottoirs.

Les corniches.

Les gardes corps.

Les glissières de sécurité.

CONCEPTION Les trottoirs Pour un seul trottoir : P tro 0,5 0,2 25 Pour deux

CONCEPTION

Les trottoirs

Pour un seul trottoir :

P tro

0,5 0,2 25

Pour deux trottoirs

Les corniches :

= 2,5 KN/ml= 0,25t/ml

:

P tro

= 5 KN/m =0,5t/ml

P 1 =

P 2 =

0,22x0,16

2

x 1 x 2,5 = 0,044 t/ml

0,13

0,22

2

x 0,32 x 1 x 2,5 = 0,14 t/ml

x 2,5 = 0,044 t/ml 0,13 0,22 2 x 0,32 x 1 x 2,5 = 0,14

Les corniches :

Fig.II-8 : coupe transversale du trottoir + corniche

P 1 =

P 2 =

0,22x0,16

2

x 1 x 2,5 = 0,044 t/ml

0,13

0,22

2

x 0,32 x 1 x 2,5 = 0,14 t/ml

Pour une seule corniche

P CO

= Pi=0,184t/ml

 

Pour deux corniches :

P

CO

0 ,184

2

= 0,368 t/ml

Le revêtement

 
 

0,08 2,2 5

=0,88 t/ml

L’étanchéité

 

0,03 2,2 6 0,396

t/ml

 

Les gardes corps

 
   

Superstructure

 

Charges t/ml

 

Trottoirs

 

0,5

 

Corniche

 

0,368

 

revêtement

 

0,88

 

étanchéité

 

0,396

 

Garde corps

 

0,2

 

CCP =

 

2,344

P REV

P REV

Le poids du garde corps est P = 0,1 t/ml

Le poids des deux gardes corps P = 1x2 = 0,2 t/ml

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Tab II.2 : les charges des éléments non porteurs .

CONCEPTION II.8.2) Calcul des surcharges D’après le fascicule 61 titres II , on doit calculer

CONCEPTION

II.8.2) Calcul des surcharges D’après le fascicule 61 titres II , on doit calculer les surcharges valables pour les ponts supportant une ou plusieurs chaussées.

On se limitera dans la partie pré dimensionnement à la charge permanente et du (chargement uniformément reparti e).

routiers

trafic routier A (L)

Caractéristiques du pont Classe de pont

routier A (L) Caractéristiques du pont Classe de pont L r 5,50 m < L r

L r

5,50 m < L r <7,00 m

≥ 7,00m

Un pont de 1 éré classe Un pont de 2 éme classe

L r

5,50 m

Un pont de 3 éme é classe Donc le pont est de 3 iéme classe, puisque Lr = 5m ≤5,5m

Largeur chargeable (L C )

puisque Lr = 5m ≤5,5m Largeur chargeable (L C ) Largeur droite L T =6,00m Largeur

Largeur droite L T =6,00m

Largeur roulable L r = 5,00 m.

Largeur chargeable L c = 5,00 m.

Le nombre de voies de circulation

largeur de voie :

Donc :

Surcharge A (l)

L

v

L

C

n

v

L v = 2,50 m

n

v

L

C

3

n v

2 voies

Le système A se compose d’une charge uniformément répartie dont la l’intensité dé pend de la langueur L chargée est donne par la formule suivante :

A

2

a a

1

2

A

(

L

)

,

A L

(

)

230

36000

12 L

(kg/m 2 ), L : portée du pont

CONCEPTION Le coefficient a 1 : donné par le tableau suivant : Nombre de voies

CONCEPTION

Le coefficient a 1 : donné par le tableau suivant :

Nombre de voies

 

1

2

3

 

1

ere

1

1

0,9

Classe de pont

2 eme

1

0,8

/

3 eme

0,9

0,8

/

Tab II.3 : les valeurs de coefficient a 1 .

Le coefficient a 2:

a 2

v

0

v

( v

0

Dépend de la classe du pont et v la largeur d’une voie 2,5 m).

Avec

v

0

= 2,7 m (pont de 3 iéme classe)

2,5 m). Avec v 0 = 2,7 m (pont de 3 i é m e classe)

On a :

A

2

a a

1

2

A L

(

)

D’après le tableau :

Pour une voie chargée :

a

1

Pour deux voies chargées :

0,9

,

a

1

0,8

a 2

v

0

2,7

v 2,50

1,08

,

a 2

v

0

2,7

v 2,50

1,08

Premier cas : une travée chargées (L = 40 m)

A(L)

230

36000

12

40

922,30 Kg/m 2 = 0,922 t/m 2

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Voies a a 2 A(L) ( t / m 2 ) ( L ) a
Voies
a
a
2 A(L) (
t
/
m
2 )
(
L
)
a a
A L
(
)
Largeur de
A(L)
A 2
1
1
2
charges
la voie(m)
(t / m)
(
t
/
m
2 )

1 voie

0,9

1,08

0,922

0,896

2,5

2,24

2 voies 0,8 1,08 0,922 0,796 5,0 3,98
2 voies
0,8
1,08
0,922
0,796
5,0
3,98

Tab II.4 : Valeurs de A (L) pour le premier cas.

CONCEPTION Deuxième cas : deux travées chargées ( L = 80 m ) 36000 A(L)

CONCEPTION

Deuxième cas : deux travées chargées (L = 80 m)

36000 A(L) 230 621,30Kg/m 2 = 0,621t/m 2 12 80 Les résultats sont résumés dans
36000
A(L)
230
621,30Kg/m 2 = 0,621t/m 2
12 80
Les résultats sont résumés dans l e tableau suivant :
Voies
a
2 A(L) (
t
/
m
2 )
(
L
)
a a
A L
(
)
Largeur de
A(L)
1 a
A 2
1
2
chargées
la voie(m)
(
t
/
m
2 )
(t / m
)
1 voie
0,9
1,08
0,621
0,603
2,5
1,51
2 voies
0,8
1,08
0,621
0,536
5,0
2,68

Tab II.5 : Valeurs de A (l) pour le deuxième cas.

II.9) Combinaison des charges :

Un coefficient de majoration est affecté à chaque action en fonction de sa nature

et on fait la

combinaison de charge pour obtenir les efforts de sollicitation prépondérantes pour choisir la

variante retenue :

ELU : 1,35G+1,6A (L) ELS : G+ 1,2A (L)

PREDIMENSIONNEMENT Chapitre III : PRE DIMENSIONNEMENT On se limite dans le pré dimensionnement des deux

PREDIMENSIONNEMENT

Chapitre III : PRE DIMENSIONNEMENT

On se limite dans le pré dimensionnement des deux variantes sur la charge due au poids propre

et

surcharge A (l) juste pour avoir une idée et de pouvoir faire une analyse multicritère pour choisir

le

variante idéal.

III.1) Variante N°1 : pont mixte « bipoutre »

III.1.1) Charges et efforts longitudinaux :

Les charges permanentes :

G

= CP+CCP = 5,21+2,344= 7,554t/ml

La charge qui revient a chaque poutre :

G P = 7,554/2 =3,777 t/ml 1,35 G p = 5,09t/ml

Les surcharges A (L) :(2 voies chargées une travée chargée)

A

(L) = 3,98 t/ml.

La surcharge A (L) qui revient à chaque poutre :

A(L) p = 3,98 /2 = 1,99 t/ml 1,6 A (L) = 3,18 t/ml

: A(L) p = 3,98 /2 = 1,99 t/ml 1,6 A (L) = 3,18 t/ml Fig

Fig III.1 : Diagramme de moment fléchissant dû à «1, 35G+1,6A (L)» (en t.m)

de moment fléchissant dû à «1, 35G+1,6A (L)» (en t.m) Fig III.2: Diagramme des efforts tranch

Fig III.2: Diagramme des efforts tranch ants dû «1,35G+1,6A (L)» (en t)

Conception et l’étude d’un pon t bipoutre

- 22 -

Promotion 2009

PREDIMENSIONNEMENT III.1.2) Calcul d'une section mixte: Hypothèse de calcul : Avant d’aborder le calcul d’une

PREDIMENSIONNEMENT

III.1.2) Calcul d'une section mixte:

Hypothèse de calcul :

Avant d’aborder le calcul d’une section mixte, il est nécessaire d’étudi er qualitativement le

comportement sous l’action des efforts qui lui sont appliquées, pour cela nous supposerons vérifier les deux hypothèses suivantes :

- La liaison entre l’acier et le béton est supposée rigide, tout déplacement entre les deux

matériaux est rendu impossible par la présence des organes de liaisons appelées « Connecteurs ».

- L’acier et le béton sont supposés être des matériaux élastiques, cette hypothèse fondé sur la

relation contrainte déformation du matériau est linéaire, quelque soit le niveau de contraintes, le béton tendue doit être prise en compte ou négligé. On a la variation relative de la longueur de deux fibres, l’une dans l’acier l’autre dans le béton est :

Pour l’acier : ( l / l) a = a / E a Pour le béton : ( l / l) b = b / E b

3m

a 1,35 1,65
a
1,35
1,65

Fig III.3 : La dalle participante

Caractéristiques de section mixte :

la dalle participant:

Il convient de prendre la largeur participante de de part et d’autre de l’âme en aciers égale à l 0 /8, sans que cette valeur soit supérieure à la distance b i .

b eff = b e1 +b e2

b ei = min (l 0 /8,bi) b e1 = min (l 0 /8 ,b 1 ) b e2 = min (l 0 /8 ,b 2 )

b e1 , b e2 sont évalués indépendamment, b i : est la mi-distance entre l’âme de la poutre adjacente ou distance entre l’âme de la poutre et

le bord libre de la dalle en béton (bi=b 1 et b 2 respectivement)

l 0

: est égale à la longueur de porté. (1)

b e1 = min (l 0 /8 ,b 1 ) = min (40/8 , 1,35)=1,35 m b e2 = min (l 0 /8 ,b 2 ) = min (40/8 , 1,65) =1,65 m b eff = 1,35+1,65 = 3m D’après la première hypothèse :

( l / l) a = ( l / l) b a / b = E a / E b = n

n : Coefficient d’équivalence.

E b : module d’élasticité « efficace »du béton. Ainsi, afin de tenir compte des variations de E b , on définit plusieurs valeurs de n correspondant à

tous les types de sollicitation : (2)

Sollicitation

Champ d’application

n

Charge instantanée

Charge d’exploitation

6

Charge de longue durée

Charges permanentes

18

Effets différés

Retrait et à la

15

température

Tab III .