P. 1
pfe

pfe

|Views: 1,990|Likes:
Publié parWalid Mohammed

More info:

Published by: Walid Mohammed on Mar 09, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/13/2013

pdf

text

original

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Ecole Nationale des Travaux Publics






En Vue de l’Obtention du Diplôme
D’Ingénieur d’Etat en Travaux Publics









ETUDE D’UN BATIMENT
EN R+9+SOUS-SOL
A CONTREVENTEMENT MIXTE










Proposé et encadré par : Etudié par :
Mr. OUKSILI MOHAMED - Ben Ahmed Baizid
At t aché de recherche ( C.G.S) - Nouidjem Ali




Promot i on 2007


juin2007






Nous remercions, en premier lieu, notre
dieu qui a bien voulu nous donner la force pour
effectuer le présent travail.

Nous tenons à remercie notre
promoteur M
r
OUKSILI MOHAMED pour ses
orientations et ses conseils durant l’évolution
de ce travail

Nous remercions tout nos enseignants
durant toute notre cursus ainsi que les
responsables de la bibliothèque, du centre de
calcul et de l’administration

Comme nous tenons à remercier tout ceux qui
de loin ou prés ont contribuer à finaliser ce
modeste travail.




BEN AHMED ET NOUIDJEME

Remerciements
Dédicace
Sommaire
Vue en élévation
Vue en plan

CHAPITRE I : INTRODUCTION GENERALE
I.1 Introduction Générale …………………………………………………..…01
CHAPITRE II : Généralités
I II I. .1 G Gé én né ér ra al li it té és s … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .. .… …… …… …… …. .. .… …. .. .. .. .0 02 2
I II I. .2 2 P Pr ré és se en nt ta at ti io on n d de e l l’ ’o ou uv vr ra ag ge e é ét tu ud di ié é … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .… …… …… …… …… ……02
I II I. .3 3 C Co on nc ce ep pt ti io on n l la a s st tr ru uc ct tu ur re e d du u b bâ ât ti im me en nt t… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .. .… …… …… …. .… …. .… …… …0 03 3
I II I. .3 3. .1 1 S St tr ru uc ct tu ur re e d de e c co on nt tr re ev ve en nt te em me en nt t… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .… …… …… …… …… …. .. .… …0 03 3
I II I. .3 3. .2 2 L Le e P Pl la an nc ch he er r … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .… …… …… …… …… …. .… …0 03 3
I II I. .3 3. .3 3 L La a c ca ag ge e d d’ ’e es sc ca al li ie er r… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …… …… …… …… …… …. .… …0 04 4
I II I. .3 3. .4 4 L Le es s f fa aç ça ad de es s … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .… …… …… …… …… …. .0 04 4
II.3.5 Local d’ascenseur ……………………………………….………………04
II.4 Hypothèse de calcul ………………………………………………………...…04
CHAPITRE III : CARACTERISTIQUE DES MATERIAUX
III.1 Principe du Béton Armé ………………………………………………...……05
III.2 Caractéristiques des matériaux ……………………………………..………..05
III.2.1 Béton ……………………………………………………………………05.
III.2.1.1 Composition du béton ………………………………………….…05
III.2.1.2 Résistance du béton ………………………………………………05.
III.2.1.3 Contraintes limites de compression ………………………………06.
III.2.1.4 Contrainte limite de cisaillement ………………………..…….…07
III.2.1.5 Module d’élasticité : (C.B.A 93, A2.1.2)………………………....07
III.2.2 Acier…………........................................................................................08
III.2.2 .1 la limite d’élasticité garantie f
e
………………………….…….….08
III.2.2 .2 Contraintes limites …………………………………………..……08
III.3 Objet des justifications de calcul ………………………...…………...…..…09
III.3.1 Justifications de calcul ……………………………………………....….09
III.3.1.1 Etats limites ultimes (E.L.U) ………………………..…..……...…09
III.3.1.2 États limites de service (E.LS) …………………………………....13
CHAPITRE IV : Pré dimensionnement et descente de charge
IV .1 Pré dimensionnement des dalles …………………………………….….….14
IV .1.1 Les dalles pleines ……………………………………………….….14
IV.1.2 les dalles en corps -creux …………………………………………...15
IV.2 Pré dimensionnement des escaliers …………………..…………………….16
IV. 2.1 Caractéristiques techniques ……………………………………..…16
IV.3 pré dimensionnement des Cloisons extérieures …..………………….……17
IV.4 Pré dimensionnement de l’acrotère……………..…………………....…….17
IV.5 Descente des charges …………………………..……………………..……..18
IV.5 .1 Introduction………………………………………………...….…….18
IV.5 .2 Plancher ……………………………………………………………..18
IV.5 .3 L’escalier ……………………………………………………...…….19
IV.5 .4 Balcon ………………………………………………………...……..20
IV.6 Pré dimensionnement des poutres……………………………………..……..21
IV.7 Pré dimensionnement des poteaux ………………………………..………….22
IV.7.1 Calcul des surfaces revenant à chaque poteau ………………………..23
IV.7.2 Calcul des charges et surcharges revenant au poteau ………………...24
IV.7.3 Dégression des charges d’exploitation ……………………...………...26
IV.7.4 Calcul des sections des poteaux ……………………..….……...26
IV.7.5 Vérification des sections des poteaux …………………..…….……....28
IV. .8 8. . P Pr ré é d di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de es s v vo oi il le es s … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …… …… …. .2 29 9
IV.8 Local d’ascenseur……………………………………………………….………30
CHAPITRE V : CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES
V.1 Calcul des escaliers ………………………………………………………….…31
V.1.1 Les escaliers de RDC et S/sol …………………………………………….31
V.1.2 Calcul des escaliers (étage courant)………………………..……………..33
V.1.3 Ferraillage de la poutre palière ………………………………...................35
V.2 Calcul du balcon ……………………………………………………..……….….39
V.2 .1 Évaluation des charges……………………………………………..…...….39
V.2 .2 Combinaison des charges……………………………………………….….39
V.2 .3 Calcul des armatures…………………………………………………….…39
V.2 .4 Condition de non fragilité……………………………………………….…40
V.2 .5 Armature de répartition…………………………………………………....40
V.2 .6 Vérification de l’effort tranchant…………………………………………..40
V.2 .7 Vérification au séisme……………………………………………………..40
V .3 .C CA AL LC CU UL L D DE E L L’ ’A AC CR RO OT TE ER RE E… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …4 42 2
V .3 .1 1 D Dé éf fi in ni it ti io on n… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …4 42 2
V .3 .2 2 Sollicitations ……………………………..………………………………42
V .3 .3 3 Ferraillage …………………………………………….…………………..43
V.4 Etudes de plancher………………………………………….……….…………45
V.4.2 ferraillage des poutrelles……………………………………………..……..45
V.4.1 Ferraillage de la dalle de compression………………………….…..............55
CHAPITRE VI : ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE
VI.1 Introduction ………………………………………………….…….…………..56
VI.2 Objectifs de l’étude dynamique …………………………….….………….…..57
VI.3 Modélisation mathématique ……………………………….…..…….………...57
VI.4 Modélisation de la structure étudiée……………………...…..……………….57
VI.4.1 Description du logiciel ETABS……………………….……………………57
VI.4.2 Modélisation des éléments structuraux........................................................58
VI.4.3 Modélisation de la masse……………………….……….…...……………58
VI.5 Calcul dynamique du bâtiment ……………………………………………….58
VI.5 .1 Méthode modale spectrale……………………………..….…..………..58
VI.5 .1.1. Hypothèses de calcul …………………………..……………….58
VI.5 .1.2 Anal yse de l a st ructure…………………. ………………. . 59
VI.5 .1.3 Classification de site ……………………………..….………........59
VI.6 Analyse de la structure proposée par le bureau d’étude………...…………...59
VI.6 .1 Caractéristiques géométriques et massique de la structure……………..….60
VI.6 .2 Caractéristiques géométrique……………………………………….……...60
VI.6.3 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS……………………………..63
VI.7 Analyse de la structure proposée « Variante 02 » ............................................65
VI.7 .1 Caractéristiques géométrique……………………………………….………66
VI.7 .2 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS…………………….……....68
VI.7 .3 caractéristiques massiques de la structure ………………….………….…..68
VI.7 .4 Vérifications réglementaires…………………………….…………....…….70
VI.7 .4.1 La résultante des forces sismiques………………………………….……70
VI.8 Méthode statique équivalente …………………………………………………..70
VI.8.1 Domaine d’application de la méthode statique équivalente…………………70
VI.8.2 Modèle admis par la méthode statique équivalente………..…….…..…....…70
VI.8.3 Calcul de la force sismique totale………………………………………..….71
VI.8.3.1 Estimation empirique de la période fondamentale....................…......72
VI.8.3.2 Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur ...74
VI.8.3.3 Distribution horizontale des forces sismiques ……………………...75
VI.8.4 VERIFICATIONS REGLEMENTAIRES……………………………………..77
VI.8.4.1 Période fondamentale théorique ……………………………………....77
VI.8.4.2 R Ré és su ul lt ta an nt te e d de es s f fo or rc ce es s s si is sm mi iq qu ue e … …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …… …. .… …. .. .. .… …. .. .. .7 77 7
VI.8.4.3 J Ju us st ti if fi ic ca at ti io on n d de e l l' 'i in nt te er ra ac ct ti io on n p po or rt ti iq qu ue es s– –v vo oi il le es s … …… …… …… …… …… …… …. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .7 78 8
VI.8.4.4 V Vé ér ri if fi ic ca at ti io on n d de e l la a s st ta ab bi il li it té é a au u r re en nv ve er rs se em me en nt t R RP PA A… …… …… …… …… …… …. .. .. .… …… …. .7 78 8
VI.8.4.5 Les déplacements latéraux enter- étage ……………………..….….….79
VI.8.4.6Vérifications des Sollicitations normales ……………….………………80
VI.8.4.7 Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ ……………………….…..….….80
CHAPITRE VII : ETUDE AU VENT
VII .1.Introduction……………………………………………………………………82
VII .2.Application des R N V 99 ……………………………………..…………….82
VII .2.1Détermination du coefficient dynamique C
d
....................................……...83
VII .2.2.Détermination de la pression dynamique q
dyn
...................................…….83
VII .2.3.Détermination des coefficients de pression C
p
……………………..........84
VII .2.4.Détermination de la pression due au vent ……………..…………..…….86
CHAPITRE VIII : FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS
VIII. 1 Ferraillage des poteaux …………………………………………….…..…....89
VIII. 1.1 Combinaison des charges ………………………………………….....….89
VIII. 1.2 Recommandations des règles parasismique algérien RPA99…………....90
VIII. 1.3 Ferraillage longitudinal……………………………………….………….90
VIII. 1.4 Armatures transversales Article 7.4.2.2 de RPA..…………… …………91
VIII. 1.5 Résultat des sollicitations ………………………………………………..92
VIII. 1.6 Exemple de calcul ………………………………..……….……….……..93
VIII. 1.7 Détermination des armatures longitudinales ……………………..............96
VIII. 1.8 Choix des barres……...………………………………………….…..........97
VIII. 1.9 Justification des poteaux sous l’effet de l’effort tranchant ………..……...98
VIII. 1.10 Déterminément du noeud vis-à-vis des moment fléchissant……..……..99
VIII.1.11 Vérification à L’ ELS ………………………………………...………...100
VIII.1.12 Armatures transversales……………………………………..…….........10
VIII.2 Ferraillage des poutres ………………………………………..……….…….104
VIII.2.1 LES Combinaison de calcul……………………………………………...104
VIII. 1.3 Ferraillage longitudinal
VIII.2.3 Calcul des armatures transversal……………………………………..…107
VIII.2.4 Vérifications des règlements ……………………….………………...…108
VIII.2.5 Exemple d’application ……………………………………….................108
VIII.2.6 Résultats de ferraillage ……………………………….………..…….…109
VIII.2.7 la Vérification de la contrainte tangentielle ………………..…………...110
VIII.2.8 Vérification à L’ ELS …………………………………….……….....….110
VII 3. Ferraillage des voiles ……………………………….………….….....…111
VII .3.1 Stabilité des constructions vis-à-vis les charges latérales ……………….111
VII 3.2 Rôle de contreventement ………………………………….……………...111
VII 3.3. Ferraillage des voiles …………………………………………....…..…...111
VII 3.3.1 combinaison ……………………………………..……….………..... 113
VII 3.3.2 Prescriptions imposées par RPA99 ……………..….………..…...….112
VII 3.3.3 Ferraillage vertical………………………………………...………... 113
VII 3.3.4 Ferraillage horizontal à l’effort tranchant ………..…………….…… 119
CHAPITRE IX : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE
IX.1 Généralité …………………………………………………..………….………123
IX.2 Choix de type de fondation …………………………..………….....………..123
IX.2.1 calculs des surfaces nécessaires des semelles ………………..………..123
IX. 3 Etude de radier …………………………………………………………….....125
IX.3.1 pré dimensionnement du radier …………………………………...…...125
IX.3.1.1 calcul de surface minimale du radier………………………….…125
IX.3.1.2 Calcul du débordement D ………………………..………………125
IX.3.1.3 Pré dimensionnement de la dalle…………………..……………..126
IX.3.1.4 Pré dimensionnement de la nervure………………..……….…….126
IX.3.2 Vérification au poinçonnement ………………………………..………..127
IX.3.3 Vérification au non soulèvement (effet de sous pression) …….……….127
IX.3.4 Caractéristiques géométriques du radier………………………………….127
IX.3.4.1 Calcul des inerties et du centre de gravite du radier ……………...127
IX.3.4.2 Calcul de l’excentricité……………………………………………128
IX.3.4.3 Calcul de la section rectangulaire équivalente..........................…...129
IX.3.5 Vérification de la stabilité du radier ……………………………………...129
IX.3.5.1. Vérification de la contrainte du sol sous ………..……………….129
IX.3.5.2 .Vérification de la stabilité du radier sous (0.8G
±
E) ....................130
IX.3.5.3. Vérification de la compression sous (G+Q+E)… ………………130
IX- 4 Ferraillage du radier……………………………………………………..……..131
IX.4.1 Méthode de calcul ……………………………………….……….………131
IX.4.2 Ferraillage de panneau le plus sollicité …………………………..………132
IX.4.2.1 Calcul des valeurs de µ
x
et µ
y
…………………...............................132
IX.4.2.2 Calcul des sections d’armatures ...................................……….......132
IX.4.2.3 Ferraillage transversal ………………………………….................133
IX.5 Etude du débord du radier …………………………………….……………..133
IX.6 Ferraillage de la nervure ……………………………………………..………....135
IX.7 Voile périphérique ……………………………………….……………………...137
IX.7.1 Introduction……………………………………………………….……....137
IX.7.2 Etude du voile périphérique……………………………………..………..137
IX.7.2.1 Pré dimensionnement………………………………………………137
IX.7.2.2 Détermination des sollicitations……………………………………138
IX.7.2.3 Calcul du ferraillage vertical…………………………….................138
IX.7.2.4 Calcul du ferraillage horizontal……………………………………139

Conclusion générale…………… ……………………………………………………..141
Annexe
Bibliographie






intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007














intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007







intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007














Chapitre I
INTRODUCTION GÉNÉRALE






intr30/10/2008

1
Introduction générale
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


1







Introduction générale

I.1 Introduction :

Parmi les catastrophes naturelles affectant la surface de la terre, les
secousses sismiques sont sans doute celles qui ont le plus d’effets destructeurs dans les
zones urbanisées. Il est malheureusement certain que les séismes continueront à
surprendre l’homme. La seule chose que nous puissions prédire avec certitude, c’est
que plus nous nous éloignons du dernier séisme,plus nous sommes proches du suivant.
Face a ce risque et à l’impossibilité de le prévoir, la seule prévision valable est la
construction parasismique. Cela signifie construire de manière telle que les bâtiments
même endommages ne s’effondrent pas.
Nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de connaissances scientifiques,
techniques et de mise en œuvre qui permetent, quelle que soit la région de construire
parasismique, c’est à dire de limiter les conséquences d’un séisme.
Dans notre pays, on utilise le RPA99 révisé en 2003 comme règlement
parasismique.



CHAPITRE I

PFE 2007












CHAPITRE II

Généralités










intr30/10/2008

2
Chapitre02 : généralités
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
CHAPITRE II







Généralités


I II I. .1 G Gé én né ér ra al li it té és s : :

Dans le cadre de ce projet de fin d’étude, nous avons procédé au calcul d’un bâtiment
comportant un sous sol,un RDC commercial et 09 étages a destination d’habitation
(R+9+sous sol), dont le système de contreventement mixte est assuré par des voiles et des
portiques .
Dans cette étude, on a utilisé le logiciel de calcul par éléments finis ETABS (Version9.07)
particulièrement efficace dans la modélisation des bâtiments à plusieurs étages. Ce logiciel
nous a permit la détermination des caractéristiques dynamiques de la structure, le calcul des
efforts internes qui sollicitent chaque élément de la structure. Les efforts engendrés dans le
bâtiment, sont ensuite utilisés pour ferrailler les éléments résistants suivant les combinaisons
et les dispositions constructives exigées par la réglementation algérienne dans le domaine du
bâtiment à savoir les Règles Parasismiques Algériennes "RPA99/Version 2003" et les Règles
de C.B.A 93

I II I. .2 2 P Pr ré és se en nt ta at ti io on n d de e l l’ ’o ou uv vr ra ag ge e é ét tu ud di ié é : :

Le bâtiment est à usage d’habitation, composé d’un sous sol, d’un Rez-de chaussée
commercial et de 09 étages comportant chaque un quatre appartements (deux F4, deux F3).
Les caractéristiques géométriques de bâtiment sont :

Longueur en plan--------------------------------27.40 m
Largeur en plan----------------------------------19.60 m
Hauteur du RDC----------------------------------4.00 m.
Hauteur étage courant----------------------------3.00 m.
Hauteur totale------------------------------------31,6m.


intr30/10/2008

3
Chapitre02 : généralités
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
25 . 0 13 . 0
4 , 27
7 . 3
≤ = =
x
x
L
l
Vérifiée
25 . 0 34 . 0
6 . 19
75 . 6
≥ = =
y
y
L
l
Non vérifiée

La structure du bâtiment présente une irrégularité en plan et une régularité en élévation.
a) Régularité en plan :






Donc notre structure est classée comme une structure irrégulière.

I II I. .3 3 C Co on nc ce ep pt ti io on n l la a s st tr ru uc ct tu ur re e d du u b bâ ât ti im me en nt t

I II I. .3 3. .1 1 S St tr ru uc ct tu ur re e d de e c co on nt tr re ev ve en nt te em me en nt t

L’ouvrage rentre dans le cadre de l’application des RPA99/Version2003. D’après les
conditions de l’article 3.4.A pour les structures en béton armé,on ne peut pas adopter un
contreventement par portique auto stable puisque la hauteur totale du bâtiment dépasse les
8.00 m. Par conséquent, nous avons opté pour un contreventement mixte assuré par des voiles
et des portiques avec justification d’interaction portiques-voiles.
Pour ce genre de contreventement il ya lieu également de vérifier les conditions suivantes :
Les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations
dues aux charges verticales.
Les charges horizontales sont reprises conjointement par les voiles et les
portiques proportionnellement à leurs rigidités relatives ainsi qu’aux sollicitations résultant de
leur interaction à tous les niveaux.
Les portiques doivent reprendre outre les sollicitations dues aux charges
verticales, au moins 25% de l’effort tranchant de l’étage.
I II I. .3 3. .2 2 L Le e P Pl la an nc ch he er r

On a opté pour un plancher semi préfabriqué (Corps creux, poutrelles et dalle de compression)
qui présente les avantages suivants :
Facilité de réalisation
Réduction de la masse du plancher et par conséquence l’effet sismique
Il fait fonction d’isolation acoustique et thermique
Economie dans le coût de coffrage (les poutrelles et le corps creux forment un
coffrage perdu).


intr30/10/2008

4
Chapitre02 : généralités
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007

I II I. .3 3. .3 3 L La a c ca ag ge e d d’ ’e es sc ca al li ie er r : :

La cage d’escalier permet l’accès du niveaux RDC au neuf étages. Elle est constituée à
chaque niveau de deux volées et d’un palier intermédiaire.

I II I. .3 3. .4 4 L Le es s f fa aç ça ad de es s : :

Les façades sont réalisées en double cloison par des éléments de briques comportant des
ouvertures pour fenêtres à certains endroits.

II.3.5 Local d’ascenseur :
L’ascenseur est un appareil élévateur permettant le déplacement vertical et accès aux
différents niveaux du bâtiment, il est composé essentiellement de la cabine et de sa
machinerie.
II.4 Hypothèse de calcul :
Dans notre étude les hypothèses de calcul adoptées sont :
La résistance à la compression du béton à 28 jours : f
c28
= 25 Mpa.
La résistance à la traction du béton : f
t28
= 2.1 Mpa.
Module d’élasticité longitudinal différé : E
vj
= 10818.865 Mpa.
Module d’élasticité longitudinal instantané : E
ij
= 32164,195Mpa.
Limite élastique du l’acier : f
e
= 400 Mpa.
















CHAPITRE III
CARACTERISTIQUE DES MATERIAUX

















5
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

5
P.F.E 2007






CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

III.1 Principe du Béton Armé :
La résistance du béton est très faible en traction. En revanche, l’acier résiste très bien à la
traction.
Aussi, le principe du béton armé est d’insérer dans la matrice de béton des aciers dans les
zones tendues.
Cette association est efficace car :
L’acier adhère au béton ce qui permet la transmission des effort d’un matériau a l’autre.
Il n’y a pas de réaction chimique entre l’acier et le béton (sauf lorsqu’on emploi certain
adjuvants).
Le coefficient de dilatation thermique est sensiblement le même pour les deux matériaux
(11.10
-6
pour l’acier et

10
-6
pour le béton).
III.2 Caractéristiques des matériaux :
III.2.1 Béton :
III.2.1.1 Composition du béton :
Le béton utilisé est un béton courant dosé à 350 kg/m
3
de ciment. Sa composition
courante pour 1 m
3
est comme suit:
Ciment : 350kg de CPA325.
Gravier : 800 litres de 15/25 mm.
Sable : 400 litres de 0/5mm.
Eau : 175 litres d’eau de gâchage.
III.2.1.2 Résistance du béton :
à la compression :
Un béton est définit par une valeur de sa résistance à la compression (C.B.A 93, A2.1.1.1)
à l’âge de 28 jours f
28 c
exprimée en MPa
CHAPITRE III


6
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

6
P.F.E 2007
La résistance caractéristique à la compression f
cj
à l’âge de j ≤ 60 jours, est :
MPa f pour f
j
j
f
MPa f pour f
j
j
f
c c cj
c c cj
40 : ; .
95 , 0 40 , 1
40 : ; .
83 , 0 76 , 4
28 28
28 28
>
+
=

+
=

Pour : j ≥ 60 jours
28
1 , 1
c cj
f f =
On prévoit une résistance du béton à 28 jours de 25MPa facilement atteinte dans les
chantiers régulièrement contrôlés.
D’où : MPa f
c
25
28
=
à la traction : (C.B.A 93, A2.1.1.2)
La résistance caractéristique à la traction du béton à l’âge de j jours est
conventionnellement définit par la relation :

cj tj
f f 06 , 0 6 , 0 + = (en MPa)
Cette formule étant valable pour les valeurs de : MPa f
cj
60 ≤
On aura donc pour :
MPa f
c
25
28
= => MPa f
t
1 , 2
28
=

Pour : MPa f
cj
60 ≥ ,
3 / 2
cj tj
f f =
III.2.1.3 Contraintes limites de compression :
La contrainte admissible de compression à l’état limite ultime (ELU) est donnée
par :

b
c
bc
f
γ θ
σ
.
. 85 , 0
28
=
; (C.B.A 93, A.4.5.2)
Avec : γ
b
= 1,5 pour les cas courants.
γ
b
= 1,15 pour les situations accidentelles.
La contrainte admissible de compression à l’état limite de service (ELS) est donnée
par :

28
. 6 , 0
c
bc f = σ (C.B.A 93, A.4.5.2)
Pour : MPA f
c
25
28
= ⇒ MPa bc 15 = σ






7
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

7
P.F.E 2007
III.2.1.4 Contrainte limite de cisaillement : (C.B.A 93, A5.1.2.1)
La contrainte limite de cisaillement prend les valeurs suivantes :
fissuration peu nuisible
(
¸
(

¸

≤ MPa
f
b
cj
u 5 ;
. 2 , 0
min
γ
τ => [ ] MPa MPa
u
5 ; 33 , 3 min ≤ τ MPa 33 , 3 =
fissuration préjudiciable ou très préjudiciable

(
¸
(

¸

≤ MPa
f
b
cj
u 4 ;
. 15 , 0
min
γ
τ => [ ] MPa MPa
u
4 ; 5 , 2 min ≤ τ MPa 5 , 2 =
III.2.1.5 Module d’élasticité : (C.B.A 93, A2.1.2)
Le module de déformation longitudinale du béton est donné par la formule suivante :
Module instantané : pour les charges appliques avant 24h.
3
. 11000
cj ij
f E = ;
Le module différé : pour les charges de long de durée.
3
. 3700
cj j
f E =
ν
; f
cj
: exprimée en MPa.
Dans notre cas on a :
MPa f
c
25
28
=

Donc : E
i28
=32164,20MPa
E
v28
=10818,87MPa















8
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

8
P.F.E 2007
III.2.2 Acier :
III.2.2 .1 la limite d’élasticité garantie f
e
:
Les désignations conventionnelles, les nuances et les limites d’élasticité correspondantes son
données par le tableau suivant :

Tableau (III.1) : Valeurs de la limite d’élasticité garantie f
e
.
L’acier choisi pour les armatures longitudinales est un acier à haute adhérence HA
FeE40 type 1(limite d’élasticité MPa f
e
400 = ), et pour les armatures transversales est un
rond lisse FeE24 ( MPa f
e
235 = ).
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier « E
s
»est pris égal à :
E
s
=2.10
5
MPa (C.B.A 93, A2.2.2)

III.2.2 .2 Contraintes limites :
Etat limite ultime "ELU " : (C.B.A 93 A.4.3.2)
MPa s . 348
15 , 1
400
= = σ . (Situations durables)
MPa s . 400
1
400
= = σ . (Situations accidentelles)
Etat limite de service "ELS " (C.B.A 93 A.4.5.3)

La contrainte de traction des armatures est limitée par :

fissuration peu nuisible : la contrainte n’est pas limitée.
fissuration préjudiciable :
)
`
¹
¹
´
¦
= ) . 110 ; .
3
2
min ) (
tj e
s f f MPa η σ

Donc : MPa s 63 , 201 = σ (H.A)
MPa s 66 , 156 = σ (R.lisses)
type Nuance f
e
(Mpa) Emploi
Ronds lisses
F
e
E22
F
e
E24
215
235
Emploi courant. épingles de levage des pièces
préfabriquées
Barres HA
Type 1 et 2
F
e
E40
F
e
E50
400
500
Emploi courant.
Fils tréfiles HA
Type 3
F
e
TE40
F
e
TE50
400
500
Emploi sous forme de barres droites ou de treillis.
Treillis soudés
-lisses
-Type 4

TSL
TSHA

500
520

emploi courant


9
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

9
P.F.E 2007
fissuration très préjudiciable : { } ) . 90 ; 5 , 0 min ) (
tj e
s f f MPa η σ =
MPa s 97 , 164 = σ (H.A)
MPa s 5 , 117 = σ (R.lisses)
III.3 Objet des justifications de calcul :
Selon le CBA 93, les ouvrages et éléments d’ouvrages en béton armé doivent être
conçus et calculés de manière à pouvoir résister avec une sécurité appropriée à toutes les
sollicitations prévues, et à présenter une durabilité satisfaisante durant toute la période
d’exploitation envisagée. Il doivent aussi présenter une conception correcte et essentielle en
ce qui concerne les dispositions générales de l’ouvrage et les détails constructifs.
Le calcul permet de justifier dans la mesure où il n’existe pas de faute de conception, qu’une
sécurité appropriée est assurée :
-Vis à vis de la ruine de l’ouvrage et de ses éléments constructifs.
-Vis à vis d’un comportement non satisfaisant en service.
III.3.1 Justifications de calcul :
On se base dans notre calcul sur la théorie des états limites. Un état limite est un état
particulier pour le quel une condition requise pour une construction (ou l’un de ses éléments)
est strictement satisfaite,et cesserait de l’être en cas de modification défavorable d’une action.
Au delà d’un état limite la structure (ou l’un de ses éléments) est mise hors service, c’est à
dire qu’elle ne répondra plus aux fonctions pour les quelles elle a était conçue. On distingue
deux catégories d’états limites :
III.3.1.1 États-limites ultimes (E.L.U) :
Correspondent à la limite:
Soit de l'équilibre statique de la construction (pas de renversement)
Soit de la résistance de l'un des matériaux (pas de rupture)
Soit de la stabilité de forme
Hypothèses de calcul (Règlement C.B.A 93 A.4.3.2) :
La résistance du béton tendu est négligée.
Les sections droites restent planes.
L’adhérence béton-acier entraîne l’égalité des déformations, conséquence du non
glissement.
Allongement relatif de l’acier = Allongement relatif du béton
(Ou raccourcissement) (Ou raccourcissement)


10
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

10
P.F.E 2007
Soit :
b s
ε ε =

Le raccourcissement relatif du béton est limité à:
- 2 =
b
ε ‰ en compression simple (ex. : poteaux).SEC
- 5 , 3 =
b
ε ‰ en flexion simple (ex. : poutres).SPC
L’allongement relatif de l’acier est limité à 10 =
s
ε ‰
Le diagramme de déformation de la section passe par l’un des trois pivots: A, Bou C.
Diagramme des déformations de la section : (C.B.A 93 A.4.3.3)
On distingue trois domaines 1, 2,3, à l’aide de trois pivots A, B, C et des droites
représentatives de la déformation qui passent par l’un des trois pivots pour matérialiser les
diagrammes de déformation de la section du béton
La position du pivot est caractérisée par :
- un allongement déterminé : exemple : 10 ‰ pour A
- un raccourcissement déterminé : exemple : 3,5 ‰ pour B.











- Et on a dans le tableau suivant les règles des pivots sont représentées :

bc
ε
3/7h
h
Allongements
10‰
O
section avant déformation
d
T
r
a
c
t
i
o
n

s
i
m
p
l
e

Section de béton armé
3
C
2
B
3,5‰
2‰
1
A
Raccourcissements
C
o
m
p
r
e
s
s
i
o
n
.


3/7h
4h/7
A
1
O
2a

2b
2c
1a
1b
Fig (III.1 ) : Diagramme des déformations de la section (Règle des Pivots)


11
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

11
P.F.E 2007
CONSTATATIONS ET CONSÉQUENCES
DOMAINE ET PIVOT
Acier Béton
Domaine1 et pivot A
• Le domaine 1 est représenté par le triangle A
1

A B,
• Les droites issues de A matérialisent les
différents diagrammes possibles de
déformation,
• Le pivot A est situé au niveau du C.D.G.
(Centre de gravité) des aciers.

Régions la et 1b
L’allongement ultime de l’acier est
pris constant et égal à 10 ‰. La
contrainte de calcul de l’acier tendu est
maximale.
(Observer le diagramme contraintes
déformations)
L’acier est bien utilisé.
Région la:
* La fibre supérieure du béton
subit un allongement relatif
b
ε
0 <
b
ε ≤10‰
Le béton est partout tendu,
exemple: cas’ des tirants en B.A.

Région 1b
*La fibre supérieure du béton subit
un raccourcissement relatif
0
b
ε ≤ < 3,5 ‰
comprimé en haut
béton
tendu en bas
La section de béton est partielle-
ment comprimée.
exemple : cas des poutres, des
dalles.
.
Domaine 2 et pivot B
Le domaine 2 est représenté par le
triangle A B O

région 2a
Déférents Diagrammes région 2b
région 2c
Région 2a:
L’allongement de l’acier est compris
entre 10 ‰ maximal et un allongement
sl
ε minimal car ainsi
l’acier est bien utilisé

Région 2b:
Acier mal utilisé car l’allongement de
l’acier étant faible, sa contrainte de
traction est également faible.

Région 2c:
Acier faiblement comprimé en bas.
Régions 2a, 2b et 2c:
La fibre supérieure du béton subit
un raccourcissement constant et
égal à 3,5 ‰.


Le béton est bien utilisé.
comprimé en haut
béton
tendu en bas
sauf en région 2c.
La section de béton est partielle
ment comprimée dans les
régions 2a et 2b
exemple: cas des poutres.
Domaine 3 et pivot C
Le domaine 3 est représenté par les zones
grisées.

Le pivot C est tel que
¦
¹
¦
´
¦
=
=
h CD
b
7
3
‰ 2
1
ε

La droite de déformation pivote autour du point
C.
• Zone CD
1
B, l’acier placé en partie
supérieure est comprimé.
Le raccourcissement de l’acier est
compris entre 2 ‰ et 3,5 ‰.

• Zone OCD, l’acier placé en partie
inférieure est comprimé.
Le raccourcissement de l’acier est
inférieur ou égal à 2‰
• Zone CD
1
B : le béton est
comprimé.
La fibre supérieure subit un
raccourcissement compris entre
2 ‰ et 3,5 ‰

• Zone OCD : le béton est
comprimé.
La section de béton est donc en-
tièrement comprimée.
exemple: cas des poteaux.



12
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

12
P.F.E 2007
Diagrammes contraintes déformations: (C.B.A 93 A.4.3.4)
Diagramme contraintes déformations de calcul du béton :
Le diagramme contraintes déformations de calcul pouvant être utilisé dans tous les cas est
le diagramme dit « parabole rectangle ».
Pour les vérifications à l'état limite de service le béton, considéré comme élastique et
linéaire, est défini par son module d'élasticité.








Diagramme contraintes déformations de l’acier :
Le diagramme contraintes déformations défini ci-dessous est symétrique par rapport à
l’origine des coordonnées.








3,5‰ 2‰
σ
bc
ε
bc
b
cj
bc
f
γ θ
σ
.
. 85 , 0
=

Fig. (III.2) : Diagramme parabole – rectangle (béton)
Diagramme caractéristique
Diagramme de calcul
σ
s
f
e

- f
e
f
e

s
f
e
/E
s
- f
e
/E
s
E
s

0
10‰
-10‰
Fig. (III.3) : Diagramme contraintes déformations (Acier) pour HA1.3.et4 et rondes lisses



13
Chapitre 03 : caractéristique des matériaux
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

13
P.F.E 2007
s
ε
: Allongement relatif de l’acier, limité à 10 ‰.
E
s
: Module d’élasticité longitudinale est pris égal à 200 000 MPa.

e
f : Limite d’élasticité garantie.
Le diagramme contraintes déformations de calcul se déduise de précédent en effectuant
une affinité parallèlement à la tangente à l’origine et dans le rapport
s
γ
1

Le coefficient de sécurité
s
γ est pris égale à 15 , 1 =
s
γ
III.3.1.2 États limites de service (E.LS) :
Ils sont relatifs surtout aux conditions d’exploitation:
état limite de déformation (flèches)
état limite de compression du béton ou de traction des aciers
état limite d’ouverture de fissures pour la sécurité des ouvrages.
Hypothèses de calcul (Règlement C.B.A 93 A.4.51) :
L’acier et le béton sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques.
Le béton tendu est négligé.
Il n’y a pas de glissement relatif entre béton et acier.
Par convention le rapport n du module d’élasticité longitudinale de l’acier a celui
de béton ou coefficient d’équivalence à pour valeur 15.



















CHAPITREIV
Pré dimensionnement et
descente De charge


gdfdqsdddqsdcetet
14
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
14
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges





Pré dimensionnement et descente de charge

Le pré dimensionnement à pour but le pré calcul des différents éléments résistants
en utilisant les règlements RPA99/ version2003 et C.B.A 93.

IV .1 Pré dimensionnement des dalles :
IV .1.1 Les dalles pleines :
Les dalles sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport aux autres
dimensions et qui peuvent reposer sur 2,3ou 4 appuis.
Ce type d’élément travail essentiellement en flexion (poutres, poutrelles ou murs.)
L’épaisseur des dalles dépend aussi bien des conditions d’utilisation que des vérifications de
résistance.
Résistance au feu :
e = 7 cm pour une heure de coup de feu.
e = 11 cm pour deux heures de coup de feu.
e = 17,5 cm pour quatre heures de coup de feu.
On adopt : e = 15 cm.
Isolation phonique :
Selon les règles techniques « CBA93 » en vigueur en l’Algérie l’épaisseur du plancher
doit être supérieur ou égale à 13 cm pour obtenir une bonne isolation acoustique.
On limite donc notre épaisseur à : 15 cm.
Résistance à la flexion :
Dalle reposant sur deux appuis : Lx /35 < e < Lx/30 .
Dalle reposant sur trois ou quatre appuis : Lx /50 < e < Lx / 40 .
Lx : est la petite portée du panneau le plus sollicité.
Dans notre cas les dalles qui reposent sur 4 appuis ont une portée égale à :
CHAPITRE IV
gdfdqsdddqsdcetet
15
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
15
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
Lx = 4 m =410 cm.
La dalle pleine: 440 /35 <e < 300/30 => 11,71 < e < 13,66 => e = 12 cm.
Condition de flèche :
Selon (C.B.A 93 B6.5.3) nous devons vérifier les conditions suivantes :
f
max
< L
max
/500 ; si la porté L est au plus égale à 5m .
f
max
< 0.5 cm + L
max
/1000 ; si la porté L est supérieur à 5 m.
Pour ce faire on considère une bande de la dalle de largeur b=1m.
Poids propre ; G = 598 kg/ml
Surcharge d’exploitation ; Q = 100 kg/ml
q
ser
= G + Q = 698 kg/ml

ƒ
max
=
EI
ql
384
5
4
,

f =
500
l

⇒ e ≥
3
3
384
. . 2500 * 12
bE
l q
⇒ e ≥ 11,68cm
D’après les conditions précédentes, on optera une épaisseur e = 15 cm pour toutes les dalles
pleine.
IV.1.2 les dalles en corps -creux :
l/25 < h
t
<l/20 => 5,05/25 < h
t
< 5,05/20 => 0.20 < h
t
< 0.25
L : est la grande portée du panneau considère.
On prend l’épaisseur de la dalle (16+4) cm.



Fig.( IV .1) : Dessin d’un plancher en corps creux


L
x
=4,4 m

gdfdqsdddqsdcetet
16
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
16
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
IV.2 Pré dimensionnement des escaliers :
IV. 2.1 Caractéristiques techniques :




Escalier de étage courant :
Hauteur : H=3m .
Giron : g = 30 cm .
Hauteur de la marche à partir de la formule de BLONDEL :
On a: 59 < 2h+g < 66 14,5< h < 18 .
Pour : h =17 cm :
N
c
= H/h
= 300/17 = 18
On aura 18 contres marches entre chaque deux étages :
On a deux volées, donc 9 contres marches par volée
N = N
c
-1.= 8 marches.
Inclinaison de la paillasse :
tgα =1,5/2,4 α = 32,00
°
.
La longueur de volée est : L=
α sin
5 , 1

escalier de rez de chaussée :
Hauteur : H= 4 m.
Le nombre des contres marches est donnés par :
N
c
=(H/h) =(4/ 0,17) = 24
Donc on a 22 marches on prend 11 marches par volée (2 volées)
tgα = 2/3,3 α = 31,21
°
L= 2,83
mFp
gdfdqsdddqsdcetet
17
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
17
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
La longueur de la paillasse est : L=
α sin
2

• Condition de résistance :
30
L
< e <
20
L
et 9 cm < e <13,5 cm . 12,83< e <19,25
ON prend : pour tout les volées
-Les deux conditions sont vérifie
IV.3 pré dimensionnement des Cloisons extérieures :
La maçonnerie utilisée est en brique (en double cloison) avec 30% d'ouverture :




15 5 10 cm
fig( IV .2): Détail mur extérieur
Enduit extérieure :………………….0,02x2000 = 40 kg/m².
Briques creuses :……………………0,25x1400= 350 kg/m².
Enduit intérieur :……………………0,015x1200=18 kg/m².


408 kg/m² .
Avec 30% d’ouverture :………………408×0,7= 285,6 kg/m².
G=285,6 kg/m².
IV.4 Pré dimensionnement de l’acrotère :
L’acrotère est un élément structural contournant le bâtiment conçu pour la protection de ligne
conjonctif entre lui même et la forme de pente contre l’infiltration des eaux pluviales.
S= (0,02×0,2)/(2) + (0,08×0.2) + (0,1×0,5)=0,068 Kg/m²
P= (0,068×2500)=170 Kg/ml






e = 15 cm
L= 3,85m

Fig.( IV.3 ) :Dessin de l’acrotère
60c
m
3cm
7cm
10 12
gdfdqsdddqsdcetet
18
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
18
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
IV.5 Descente des charges :
IV.5 .1 Introduction :
Afin d’assurer la résistance et la stabilité de l’ouvrage, une distribution des charges et
surcharges pour chaque élément s’avèrent nécessaire. La descente des charges permet
l’évaluation de la plus part des charges revenant à chaque élément de la structure, on aura à
considérer :
le poids propre de l’élément.
la charge de plancher qu’il supporte.
la part de cloison répartie qui lui revient.
les éléments secondaires (escalier, acrotère…..)
IV.5 .2 Plancher
Plancher terrasse :
La terrasse est inaccessible et est réalisée en dalle en corps creux surmontée de
plusieurs couches de protection en forme de pente facilitant l’évacuation des eaux pluviale



1-Protection gravier (5cm) .



2-Etancheite multicouche.

3-Isolation thermique (liége) .
4-béton de pente (12cm) .
5- dalle en corps creux .
6- Enduit plâtre.



Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2
)

Protection en gravillon 5 1700 85
Etanchéité multicouche / / 12
Forme de pente 10 2200 220
Isolation thermique 4 400 16
Dalle en corps creux 16+4 / 308
Enduit plâtre 2 1000 20

G = 661 kg/m² , Q = 100kg/m
2




1
Fig (IV.4) : plancher terrasse
2
3
4
5
6
gdfdqsdddqsdcetet
19
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
19
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
Plancher étage courant
1-Carrelage :
2-La Chappe :
3-Dalle en corps creux:
4-Enduit plâtre :




Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2
)
Carrelage 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 2 1800 36
Dalle en corps creux 16+4 / 308
Enduit plâtre 2 1000 20
Cloison / / 85


G = 533 kg/m². Q = 150kg/m
2

IV.5 .3 L’escalier :
Palier
Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2
)
Carrelage 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 2 1800 36
Dalle en béton armé 15 2500 375
Enduit plâtre 2 1000 20

G
esc
= 515kg/m
2
Q
esc
= 250kg/m
2





1
2
3
4
Fig.( IV.5) :Plancher étage courant
gdfdqsdddqsdcetet
20
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
20
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
Volée (paillasse) :
a) étage courant :
Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2
)

Carrelage 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 2 1800 36
Marche h=17 2200 2200×0,17/2=187
Paillasse 15 2500 (2500×0,15)/cos32, 00=438
Enduit en plâtre 2 1000 20
Gardes corps / / 100
G = 865 kg/m
2
Q = 250kg/m
2
b) RDC et sous sol :
Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2)
Carrelage 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 2 1800 36
Marche h=17 2200 2200×0,17/2=187
Paillasse 15 2500 (2500×0,15)/cos31, 21=438
Enduit en plâtre 2 1000 20
Gardes corps / / 100


G = 865kg/m
2
Q =250 kg/m
2

IV.5 .4 Balcon :
Matériaux Epaisseur (cm) d (kg/m
3
) G (kg/m
2)
Carrelage 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 3 1800 54
Dalle en BA 15 2500 375
Cloison 10 850 85

G =598kg/m
2
Q =350kg/m
2


gdfdqsdddqsdcetet
21
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
21
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
IV.6 Pré dimensionnement des poutres :

Selon le RPA 99V2003 (article 7.5.1) ; les poutres doivent respecter les conditions ci-après :
• b ≥ 20cm
• h ≥ 30cm
• h/b ≤ 4.0
• b
max
= 1,5h

+ b
1

Tel que b et h sont les dimensions de poutre.
Tel que b
1
et h
1
sont les dimensions de poteau.

Figure.( IV.6) ) : Dimensions à respecter pour les poutres.

On la condition de CBA suivante à respecter L/15 < h < L/10
Telle que h : hauteur de poutre
b : largeur de poutre
sens longitudinal :
On a L = 4,4 m
=> 29,33 < h < 44 => On prend h = 40 cm 40 cm
=> On prend b = 30 cm
h/b= 1,33 < 4 donc condition de RPA vérifie 30 cm
sens transversale :
On a L = 5,05 m
=> 33.66 < h < 50,5 => On prend h= 45cm
=> On prend b =35 cm 45 cm
h/b= 1,28 < 4 donc condition de RPA vérifie
35 cm
gdfdqsdddqsdcetet
22
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
22
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges

IV.7 Pré dimensionnement des poteaux :
D’après l’article B.8.4.1 de CBA93 : l’effort normal agissant ultime Nu d’un poteau
doit être au plus égal à la valeur suivante :

Nu ≤ α× ((B
r
×f
c28
/ 0.9×γ
b
)+(A×f
e
/ γ
s
))
Avec :
γ
b
: Coefficient de sécurité du béton tel que
γ
b
= 1,5 situation durable ou transitoire.
γ
b
=1,15 situation accidentelle.
γ
s
: Coefficient de sécurité de l’acier tel que :
γ
s
= 1,15 situation durable ou transitoire.
γ
s
= 1 situation accidentelle.
N
u
= 1,35 G

+ 1,5 Q
G : poids propre des éléments qui sollicitent le poteau considéré
Q : surcharge d’exploitation qui sollicite le poteau
α
: Coefficient de réduction destiné à tenir compte à la fois des efforts du second ordre et de
l’excentricité additionnelle
( )
35
λ
2 , 0 + 1
85 , 0
= α
2
Pour 50 λ <
( )
λ
50
6 , 0 = α
2
Pour 70 λ 50 ≤ ≤
λ : L’élancement du poteau considéré
B : aire total de la section du poteau
A
S
: section d’acier minimale.
f
c28
: contrainte de compression du béton à 28 jours (Ici en prend f
C28
= 25 MPa )
f
e
: contrainte limite élastique des aciers (Ici en prend f
e
= 400 MPa)
B
r
: la section réduite d’un poteau obtenue en déduisant de la section réelle 1cm d’épaisseur
sur tout sa périphérique tel que :
Poteaux rectangulaires ………………..B
r
= (a - 0,02) (b – 0,02) m
2
gdfdqsdddqsdcetet
23
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
23
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
On a alors :








+

γ γ
α
s
e s
b
C
u
r
f
B
A
f
N
B
9 , 0
28

Zone III A
min
= 0,9%B A/B
r
= 0,009
f
bc
= 0,85 f
c28
/ γ
b

B
r
≥ ≥≥ ≥ 6,52×N
u
( B
r
en cm² et N
u
en t )

IV.7.1 Calcul des surfaces revenant à chaque poteau :
Nous pouvons distingues trois types de poteaux selon leur positions :

On majore la surface revenant au poteau central en multipliant par (1,1)






Poteau
central
Surface
(m
2
)
Surface
majorée
Poteau
de rive
Surface
(m
2
)
Surface
majorée
Poteau
d’angle
surface
(m
2
)
Surface
majorée
D-2 14.02
15.42
D-1 5.12
5.12
B-1 3.24
3.24
D-3 13.54
14.89
I-4 7.64
7.64
H-1 3.55
3.55
D-4 14.83
16.31
A-2 9.29
9.29
J-1 2.92
2.92
F-4 15.12
16.63
G-2 10.80
10.80
J-4 2.05
2.05
C-4 6.81
7.491
A-3 9.19
9.19
B-4 2.17
2.17
G-3 11.77
12.94
C-6 11.37
11.37
L-3 3.53
3.53
G-4 4.27
4.69
I-5 4.35
4.35
L-2 1.65
1.65
G-5 6.76
7.43
J-2 6.38
6.38
E-1 3.76
3.76
I-3 11.86
13.04
/ / / / /
/
I-2 8.72
9.59
/ / / / / /
gdfdqsdddqsdcetet
24
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
24
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
IV.7.2 Calcul des charges et surcharges revenant au poteau :
1/Poteau central :
Le poteau le plus sollicité est d’une surface offerte
S = 16,63m
2

Niveau terrasse :
Plancher : 0,661x 16,63 = 10,99 t
Surcharges : 0.1×16,63 = 1,663 t
Poutre :…………………………..[3.625(0.3×0.4)+5.45(0.35 ×0.45)] ×2 ,5 = 3,13 t.
N
G
= 14.12t N
Q
=1,66t
Niveau étage courant :
Plancher : 0.533×16,63= 8,86 t
Surcharges : 0.150×16,63=2,49 t
Poutre :………………………….[3.625(0.3×0.4)+5.45(0.35 ×0.45)] ×2.5 = 3.13 t.
Cloison intérieure :……………………………(3.625+5.45) ×3×0.285= 3.83 t
N
G
=15.82 t N
Q
=2.49 t
2/Poteau de rive :
Le poteau le plus sollicité est à une surface offerte de
S = 11,37m
Niveau terrasse :
Plancher : 0,661×11,37=7,51t
Surcharges : 0.1×11,37=1,13t
Poutre :………………………..[1.625(0.3×0.4) + 0.8 (0.35 ×0.45)] ×2.5 = 0.787 t.
Acrotère :……………………………………..0.196 × (0.8+1.625)0.7 = 0.333
N
G
= 8,63 t N
Q
=1,13 t
Niveau étage courant :
Plancher : 0.533×11,37=6,06 t
Surcharges : 0.150×11,37=1,70 t
Poutre : [1.625(0.3×0.4) + 0.8 (0.35 ×0.45)] ×2.5 = 0.787
Mur sur poutre : 0.2856×3 (0.8+1.625) = 2.077 t

N
G
= 8,91t N
Q
=1.70 t
gdfdqsdddqsdcetet
25
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
25
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
3/Poteau d’angle :
Le poteau le plus sollicité est et à une surface offerte de :
S= 3,76m
2

Niveau terrasse :
Plancher : 0,661×3,76=2,48 t
Poutre :……………………… .[1.75 (0.3×0.4) + 2.85 (0.35 ×0.45)] ×2.5 = 1.59 t.
Acrotère :……………………………………0.196× (1.75+2.85)0.7 = 0.631
Surcharges : 0.1×3,76= 0,37t
N
G
=4,43 t N
Q
=0.37 t

Niveau étage courant :
Plancher : 0,533×3,76= 2,19t
Surcharges : 0.15×3,76= 0,564t
Poutre : [1.75 (0.3×0.4) + 2.85 (0.35 ×0.45)] ×2.5 = 1.59 t.
Mur sur poutre 0.2856×3 (1.75+2.85) = 3.94
N
G
= 7,53 t N
Q
= 0,56t
Avec :
Nu = (1.35N
G
+1.5N
Q
)
Résultat des charges G et Q pour les différents poteaux :
Charge

Poteau central Poteau de rive Poteau d’angle
G
terrasse
14.12 t 8.63 t 4.43 t
Q
terrasse
1,66 t 1,13 t 0,37 t
G
ec
15.82 t 8.91 t 7,53 t
Q
ec
2,49 t 1,7 t 0,56 t
Q
rdc
6,65 t 4,54 t 1,50 t




gdfdqsdddqsdcetet
26
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
26
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges

IV.7.3 Dégression des charges d’exploitation :
Niveau

Poteau central Poteau de rive Poteau d’angle
Terrasse

1.66 1.13 0.37
8

4.15 2.3 0.93
7

6.391 3.353 1.434
6

8.383 4.289 1.882
5

10.126 5.108 2.274
4

11.62 5.81 2.61
3

12.865 6.395 2.89
2

14.11 6.98 3.17
1

15.355 7.565 3.45
RDC

16.6 8.15 3.73
S/ SOL
19,92 8.15 3.73

IV.7.4 Calcul des sections des poteaux :
a/ Poteau central :
Pour une section carrée B
r
= (a-0.02)
2
d’ou : a =√B
r
+ 0.02 (en m).
Pour tenir compte de l’effet sismique On prend une majoration dynamique de 1,2.
Pour tenir compte de la discontinuité des différents éléments de plancher ainsi que celle des
travées on doit majorer les charges évalues en multipliant par un coefficient β









gdfdqsdddqsdcetet
27
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
27
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges

G (t) N
G
(t) Q (t) N
Q
(t) N
U
(t)*β B
r
(cm
2
) A(cm) a×1,2 B(cm
2
)
9
14,12 14,12 1,66 1,66 24,784 161,59 14,71 17,65 35x35
8
15,82 29,94 2,49 4,15 53,640 349,73 20,70 24,84 35x35
7
15,82 45,76 2,49 6,391 82,06 535,07 25,13 30,15 35x35
6
15,82 61,58 2,49 8,383 110,06 717,61 28,78 34,54 45x45
5
15,82 77,4 2,49 10,126 137,63 897,35 31,95 38,34 45x45
4
15,82 93,22 2,49 11,62 164,76 1074,29 34,77 41,73 45x45
3
15,82 109,04 2,49 12,865 191,47 1248,42 37,33 44,79 50x50
2
15,82 124,86 2,49 14,11 218,18 1422,56 39,71 47,66 50x50
1
15,82 140,68 2,49 15,355 244,89 1596,70 41,95 50,35 55x55
RDC
15,82 156,5 2,49 16,6 271,60 1770,84 44,08 52,89 55x55
S/sol
16,68 181,78 6,65 19,92 316,57 2064,07 46,43 54,918 55x55

Le coefficient β égale a 1,15
B/Poteau de rive :
G (t) N
G
(t) Q N
Q
N
U
(t)*β B
r
(cm
2
) A(cm) a×1,2 B(cm
2
)
9
8,63 8,63 1,13 1,13 14,68 95,71 11,78 14,14 30x30
8
8,91 17,54 1,7 2,3 29,84 194,56 15,94 19,13 30 30x
7
8,91 26,45 1,7 3,353 44,81 292,16 19,09 22,91 30x30
6
8,91 35,36 1,7 1,434 54,87 357,78 20,91 25,09 30x30
5
8,91 44,27 1,7 1,882 68,84 448,87 23,18 27,82 30x30
4
8,91 53,18 1,7 2,274 82,72 539,36 25,22 30,26 35x35
3
8,91 62,09 1,7 6,395 102,75 669,96 27,88 33,46 35x35
2
8,91 71 1,7 6,98 116,95 762,52 29,61 35,53 40x40
1
8,91 79,91 1,7 7,565 131,14 855,08 31,24 37,49 40x40
RDC
8,91 88,82 1,7 8,15 145,34 947,65 32,78 39,34 45x45
S/sol
9,51 104,32 4,54 10,42 172,10 1122,14 35,49 42,59 45x45

Le coefficient β égale a 1,1
gdfdqsdddqsdcetet
28
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
28
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges

c/ Poteau d‘angle :
G (t) N
G
(t) Q (t) N
Q
(t) N
U
(t)*β B
r
(cm
2
) A(cm) a×1,2 B(cm
2
)
9
4,43 4,43 0,37 0,37 6,53 42,61 8,52 10,23 30x30
8
7,53 11,96 0,56 0,93 17,54 114,36 12,69 15,23 30 30x
7
7,53 19,49 0,56 1,434 28,46 185,57 15,62 18,74 30x30
6
7,53 27,02 0,56 1,882 39,3 256,23 18,00 21,60 30x30
5
7,53 34,55 0,56 2,274 50,05 326,34 20,06 24,07 30x30
4
7,53 42,08 0,56 2,61 60,72 395,91 21,89 26,27 30x30
3
7,53 49,61 0,56 2,89 71,30 464,93 23,56 28,27 30x30
2
7,53 57,14 0,56 3,17 81,89 533,94 25,10 30,12 35x35
1
7,53 64,67 0,56 3,45 92,47 602,96 26,55 31,86 35x35
RDC
7,53 72,2 0,56 3,73 103,06 671,98 27,92 33,50 40x40
S/sol
7,53 79,73 1,5 4,48 117,19 764,08 29,64 35,57 40x40

Le coefficient β égale a 1

D’après l’article 7.4.1de RPA, il est recommandé de donner aux poteaux d’angles et de rives des
sections comparables a celle de poteaux centraux ; pour leur conférer une meilleur résistance aux
sollicitations sismiques.
Donc on adoptera les sections suivantes :
7 à 9 4 à 6 2 et3 S/Sol et RDC et 1 étage
35x35 45x45 50x50 55x55 section

IV.7.2 Vérification des sections des poteaux :
L’article 7.4.1de RPA 99 exige que les dimensions de la section transversale des poteaux
doivent satisfaire les conditions suivantes :
b1, h1, he : les dimensions du poteau :
Pour la zone III on a :
Min (b1, h1)≥ 30 cm
gdfdqsdddqsdcetet
29
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
29
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges
Min (b1, h1)≥ he/20
1/4< b
1
/h
1
< 4
Toutes les conditions vérifient pour touts les sections des poteaux.
IV. .8 8. . P Pr ré é d di im me en ns si io on nn ne em me en nt t d de es s v vo oi il le es s : :

Le Pré dimensionnement des voiles de contreventement en béton armé est justifié par
l’article 7.7.1 des RPA99/Version2003. Les voiles servent d’une part à contreventer le
bâtiment en reprenant les efforts horizontaux (séisme et vent) et d’autre part de reprendre une
partie des efforts verticaux qu’ils transmettent aux fondations.

Seuls les efforts de translation seront pris en compte, ceux induit par la rotation ne sont pas
connues dans le cadre de ce pré dimensionnement.

D’après l’article 7.7.1 de RPA 99/Version2003.
- sont considérés comme voiles les éléments satisfaisants la condition
L > 4a telle que L : longueur de voile
a : épaisseur de voile.
-L’épaisseur minimale du voile est de15 cm. De plus l’épaisseur doit être déterminée en
fonction de la hauteur libre d’étage He et des conditions de rigidité aux extrémités selon les
Formules suivantes :




















Fig.( IV.7) : Coupes de voiles

a

h
L ≥ 4a
a
a
a
a
≥ 2a
≥ 3a
a ≥
25
he


a ≥h
e
/20
a≥h/2
a ≥h
e
/20
gdfdqsdddqsdcetet
30
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
30
Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges

H
E
, dans notre cas :

a> h
e
/20 = 400/20 = 20 cm.

L’épaisseur calculé est plus importante que celle exigée par le règlement en vigueur.
Il nous reste à vérifier si l’épaisseur vérifie la condition de la longueur citée au début du
paragraphe :
- Sens longitudinal : L
Min
= 550 cm > 4 a = 80 cm (Vérifié)
- Sens transversal : L
Min
= 475 cm > 80 cm. (Vérifié)

IV.9 Local d’ascenseur :
L’ascenseur est un appareil élévateur permettant le déplacement vertical et accès aux
différents niveaux du bâtiment, il est composé essentiellement par sa cabine et sa machinerie.
- Poids de la cabine vide : P
c
=28,5KN
- Charge d’exploitation (pour notre cas de 10 personnes) : P
e
=7,50KN
- Vitesse de l’ascenseur : V=1m/s

Dalle du local machinerie :
La dalle du local machinerie est soumise à un chargement
plus important à celui des autres dalles, car en plus de son
poids propre elle prend le poids de l’ascenseur (poids de la
cabine , poids du contre poids, …etc.).







Fig.( IV.8) .Cage d'ascenseur
















CHAPITRE V

CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES

30/10/2008

31
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007






CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES


V.1 Calcul des escaliers :

Un escalier est constitué d’une succession de gradins, il sert à relier deux différents niveaux
d’une construction.
V.1.1 Les escaliers du RDC et du S/sol :

Détermination des efforts : Pour notre emmarchement on aura :

Palier………….G
1
= 0.515 t/ml
Paillasse………G
2
= 0,865 t /ml.
Surcharge……..

Q

= 0,25 t/ml.

Après un calcul de RDM on a les résultas suivants :

ELU :
M
max
= 31,2 KN.m ; V
max
= 32,15 KN.
ELS:
M
max
= 25,69 KN.m ; V
max
= 23,6 KN.

Ferraillage longitudinal :

Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1.3 m. la fissuration est considérée
comme peu nuisible. La paillasse est assimilée à une poutre horizontale simplement appuyée.

M max = 31 ,2 KN.m
Vmax =32,15 KN.m
Acier Type 1 FeF40
Fissurations peu nuisibles
f
bu
=
b
c
f
γ
28
85 . 0
⇒ f
bu
= 14.17 Mpa
d = 0.9 h ⇒ d = 0,135 m
0,15
µ =
bu
u
f d b
M
²
0
⇒ µ = 0,123 1,30
CHAPITRE V
30/10/2008

32
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée

⇒ Domaine 1 , ε
s
= 10 '
α = ( ) ) 2 1 ( 1 25 . 1 µ − − × ⇒ α = 0,164
Z = ( ) α − × 4 . 0 1 d = 0,1093m
s
e
S
f
δ
σ = =(400/1,15)=348Mpa
As =
s
u
Z
M
σ
= 8.20 cm²
Condition de non fragilité :

Amin =
e
t o
f
df b
28
23 . 0
= 1,76cm² f
t28
= 2,1MPA
A
s
> A
min
condition vérifié

Choix des barres :

8HA 12 =9.05 cm²

Armatures de répartition :
Ar =
4
s
A
= 2,26 cm²
6HA 8 = 3,02 cm²

Vérification au cisaillement :

On doit vérifier :
τu < τu
τu =
bd
Vu
max

Vu = Ra =3,215 t
τu = 0,03215 / (0,117 ×1.3) = 0,21Mpa
τu = min ( 0,20 fc28 / γ
b
, 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu

Les Armatures transversales :
D’après le C.B.A 93 (article A.5.2), il n’y a pas lieu de prévoir des armatures transversales si :
1. b f
bd
V
c
u
u
γ τ / 07 , 0
28
p =

u
τ = 0,21 < 1,16 MPa
2. Il n’y a pas de reprise de bétonnage….....vérifiée.
Conditions vérifiées donc il n’est pas nécessaire de concevoir des armatures transversales.

A
S
= 8HA 12
A
r
= 6HA 8
30/10/2008

33
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Vérification des contraintes

Position de l’axe neutre :
1/2 b y
2
+ ηA
s

(y-c

)- ηA
s
(d-y)=0
A
s

= 0, A
s
=9,05 cm
2
/ml, η = 15
0.65 y
2
+0.0135y - 0.00158=0 => Y = 4 cm
moment d’inertie :
I = 1/3 by
3
+15A
s
(d-y)
2
= 10821,94cm
4

M
ser
= 2 ,64 t.m/ml
σ
bc
= M
ser
y/I = 9.75 MPa
bc

σ = 0.6 f
c28
=15 MPa
σ
bc
<
bc

σ
: condition vérifiée
V.1.2 Calcul des escaliers :(étage courant)















Fig (V.1) Dessin en elevation de l’escalier fig(V.2) Dessin en plan de l’escalier

Détermination des efforts :

Pour notre emmarchement on aura :

Palier………….G
1
= 0.515 t/ml
Paillasse………G
2
= 0,81 t /ml
Surcharge……..

Q

= 0,25 t/ml

Les Combinaisons de Charge :
ELU:
P
1
= 1.35 G
1
+ 1.5 Q
1
= 1.35×0,515+1.5× 0,25 =1,07 t/ml
P
2
= 1.35 G
2
+ 1.5 Q
2
= 1.35×0,81+1.5× 0,25 = 1,46 t /ml

3
,
0
0
m

1
,
3
m

3
,
7
0
m

2,80m
5,05m
1
,
3
m

0
,
1
m

1
,
3
m

30/10/2008

34
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
ELU : M
max
= 22.24 KN.m ; V
max
= 25.5 KN
ELS: M
max
= 16,1KN.m ;V
max
= 18,49KN

Ferraillage longitudinal :

Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1.3m. la fissuration est considérée
comme peu nuisible. La paillasse est assimilée à une poutre horizontale simplement appuyée.
M max= 22 ,24 KN.m
Vmax =25,5 KN.m
f
c28
= 25 Mpa
Acier Type 1 FeF40
Fissurations peu nuisibles
f
bu
=
b
c
f
γ
28
85 . 0
⇒ f
bu
= 14.17 Mpa
d = 0.9 h ⇒ d = 0,135 m
0,15
µ =
bu
u
f d b
M
²
0
⇒ µ = 0,088 1,30
µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée

⇒ Domaine 1 , ε
s
= 10 '
α = ( ) ) 2 1 ( 1 25 . 1 µ − − × ⇒ α = 0,115
Z = ( ) α − × 4 . 0 1 d = 0,111m
s
e
S
f
δ
σ = =(400/1,15)=348Mpa
As =
s
u
Z
M
σ
= 5,75 cm²
Condition de non fragilité :

Amin =
e
t o
f
df b
28
23 . 0
= 1,76cm² ; f
t28
= 2,1MPA
A
s
> A
min
condition vérifié

Choix des barres : 6HA 12 =6,79 cm²

Armatures de répartition :
Ar =
4
s
A
= 1,69 cm²
4HA 8 = 2,01cm²

Vérification au cisaillement :
On doit vérifier :
τu < τu
A
S
= 6HA 12
A
r
=4HA 8
30/10/2008

35
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
τu =
bd
Vu
max

Vu = Ra =2,55 t
τu = 0,0255 / (0,117 ×1.3) = 0,16 Mpa
τu’= min ( 0,20 fc28 / γ
b
, 5 MPa) =3,33MPa
τu < τu

Vérification des contraintes :

Position de l’axe neutre :
1/2 b y
2
+ ηA
s

(y-c

)- ηA
s
(d-y)=0
A
s

= 0, A
s
= 6,79 cm
2
/ml, η = 15
1/2 b y
2
– η A
s
(d-y)=0
0.65 y
2
+0.0101y-0.00119 = 0
Y = 3,5 cm
I = 1/3 by
3
+15A
s
(d-y)
2

I= 8705,39 cm
4

M
ser
= 1,61 t.m/ml
σ
bc
= M
ser
y/I = 6,47 MPa
bc
σ = 0.6 f
c28
=15 MPa
σ
bc
<
bc
σ : condition vérifiée

V.1.3 Ferraillage de la poutre palière :

La poutre palière sert d’encastrement au palier, et a les dimensions suivantes (30×25×300 )




3 m
Selon le CBA 93 :
-la hauteur h de la poutre palière doit être :
10
L
h
15
L
≤ ≤ cm
10
300
15
300
≤ ≤ h
cm h 30 20 ≤ ≤ on prend h =30cm

30/10/2008

36
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Selon le RPA99 :
h =30 ≥ 30
b= 25 ≥ 25
Donc la section de la poutre palière est de b×h = 30×25 cm
2
Sollicitation :

Le poids propre de la poutre G = 1× 0.3 × 0.25 × 2.5 = 0.1875 t/ml
La réaction du palier due a l’escalier R =3.215 t

Combinaison des charges :

P
u
= 1.35 (0.1875) + 3.215 = 3,46 t /m
P
ser
= 0.1875 + 2.36 = 2.54 t /m

en appui :

Mu = 2,73 t/ml ; Mser = 1,91 t/ml.
Vu = 5,46 t. ; Vser = 3,81 t.

à mi travée :

Mu = 1,365 t/ml; Mser = 0,952 t/ml.

Ferraillage en travée : la fissuration est considère comme peu préjudiciable donc le

Ferraillage est en ELU.

Mmax = 1,365 tm

f
bu
=
b
c
f
γ
28
85 . 0
⇒ ⇒⇒ ⇒ f
bu
= 14.17 Mpa
d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m 30
µ =
bu o
u
f d b
M
²
⇒ µ = 0,052 25

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée
⇒ domaine 1 , εs = 10 '
α = ( ) ) 2 1 ( 1 25 . 1 µ − − × ⇒ α = 0,066.
Z = ( ) α − × 4 . 0 1 d = 0,262m
As =
s
Z
Mu
σ
= 1,49 cm²

- Donc on choisit :

3HA 12 = 3.39cm²
30/10/2008

37
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007

Ferraillage en appui :

M
u
= 2,73 tm

f
bu
=
b
c
f
γ
28
85 . 0
⇒ f
bu
= 14.17 Mpa
d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m 30
µ =
bu o
u
f d b
M
²
⇒ µ = 0,105 25
µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée
⇒ domaine 1 , εs = 10
α = ( ) ) 2 1 ( 1 25 . 1 µ − − × ⇒ α = 0,138
Z = ( ) α − × 4 . 0 1 d = 0,255 m.
As =
s
Z
Mu
σ
= 3,07 cm²
- Donc on choisit :

3HA 12 = 3.39 cm²

Les armatures transversales doivent vérifiées :
{ }
l t
b h φ φ , 10 / , 35 / min
0
≤ => { } 4 . 1 ; 10 / 25 ; 35 / 30 min ≤
t
φ = 0.85 cm.

On prend φ
t
= 6 mm
On prend 4HA6 =>A
t
= 1,13cm² (1 cadre+1 étrier).
Calcul de l’espacement des armatures transversales :
-A partir des conditions de C.B.A 93 (art A.5.1.2.2) les armatures transversales doivent
respectées les conditions suivantes :
1. S
t
≤min (0.9d ; 40cm) => S
t
≤min (0,243; 40cm)
2. S
t
≤A
t
f
e
/(0.4b
0
) => S
t
≤62,8cm
-A partir d’article 7.5.2.2 de RPA 99/version 2003, les armatures doivent respecter les
conditions suivantes :
Zone courante : St ≤ h/2 = 15 cm
Zone nodale : St ≤ min (h/4; 12
l
Φ ) = 6,25 cm
On adopte les espacements suivants :
Zone courante : St = 15cm
Zone nodale : St = 6 cm


30/10/2008

38
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Condition de non fragilité :

Amin =
e
t o
f
f d b
28
. . . 23 , 0
= 0,81 cm²
As > Amin condition vérifiée

Vérification au cisaillement :

On doit vérifier :
U
U
τ < τ
τu =
bod
Vu
max

τu = 0,0546 / 0.27 ×0.25 =0,80 Mpa
U τ = min ( 0,20. fc
28
/ γ
b
, 5 MPa) =3,33MPa
=>
U
U
τ < τ Condition vérifiée

Vérification à l’ELS : La fissuration étant peu nuisible, il n’y a pas lieu de vérifier
l’état de l’ouverture des fissures, les vérifications se limitent à l’état limite de compression du
béton. On doit vérifier que : σ σσ σ
bc
< << <
bc
σ
M
t ser
= 9,52 kN.m
M
a

ser
= 17,7 kN.m
Position de l’axe neutre :
1/2 b y
2
+ ηA
s

(y-c

)- ηA
s
(d-y)=0
A
s

= 0, A
s
= 3,08 cm
2
/ml, η = 15
0.65 y
2
+0.0046y-0.0012 = 0 => Y = 3,8 cm
On doit vérifier que : Y
I
M
ser
b
=
σ

f
6 , 0
28 c b
=
σ
=15MPa
En travée: =
σbc
1,20 MPa < 15MPa : vérifié
Sur appui : =
σbc
0,646 MPa < 15MPa : vérifié

Condition de la flèche :

Pour une poutre encastrée de ses extrémités, la flèche est :
EI
pl
f
384
4
=
12
3
bh
I = = 0.25 × 0.3
3
/ 12 = 0.00056 m
4
On doit vérifier que :
500
l
f f = <

= f 0,00057 m 6 , 0 = < f => Condition vérifiée.
30/10/2008

39
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007

V.2 Calcul du balcon :

Le balcon est constitué d’une dalle pleine encastré dans les poutres, l’épaisseur est
conditionnée par : L/15< e < L/20 +7 ⇒ on a: L = 1,25m

8.33 ≤ e ≤ 13.25 on prend: e = 12 cm.

Pour des considérations pratiques ; on doit majorer à : e = 15 cm.

V.2 .1 Évaluation des charges :

G
1
= 0,598 t/m²
Q
1
= 0,35 t/m²

p

A
s

15 cm
L =1,25 m


100 cm fig(V.3) : Dessin de balcon



V.2 .2 Combinaison des charges :

P = 1.35×G
1
+ 1.5×Q
1
⇒ Pu = 1,332 t/m
P
ser
= G
1
+ Q
1
=0,598+ 0.350 = 0,948 t/ml
M
ser
= ( P
ser
. L²)/2 = 7,40 KN.m

V.2 .3 Calcul des armatures :

La fissuration est considérée comme préjudiciable car le balcon est exposé aux intempéries,
(variation de température, l’eau, neige, etc.).Le calcul s’effectuera donc à l’ELS.
Le calcul se faire pour une bande de 1m de largeur
f
bu
=
b
c
f
γ
28
85 . 0
⇒ f
bu
= 14.17 Mpa
d = 0.9 h ⇒ d = 0,135 m
0,15 0.12

1m
σst = min (2/3 fe; max(0,5 fe;110(ηf
tj
)
0,5
))
σst = min (2/3 × 400, 201,6)
⇒ σ σσ σ
sc
=201,6 Mpa

30/10/2008

40
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Calcul du moment limite du service :
x= 15σ
bc
.d/(15σ
bc

st
)
x= 0,069.
z =d- x/3.
z= 0,066.
M’ =0,5.b.x .z.σ
bc
.

M’= 32,2 KN
Mser < M’ donc A’ = 0 ( S.S.A.C )

Aser = Mser /Z×σs
Aser = 5,56 cm²/ml .
On prend 5HA12 = 5,65 cm
2

V.2 .4 Condition de non fragilité :
e = 15cm A
s
= 5,65 cm²
A
s
> 0,23 x b
0
× d ×( f
t28
/f
e
) = 0.23 × 1 ×0,135 × (2,1/400) = 1,63cm²
A
s
> A
s min


V.2 .5 Armature de répartition :
A
s
= A
s
/4 = 1,41⇒ 5HA8 (2,51cm²)

V.2 .6 Vérification de l’effort tranchant :
τu =
d b
Vu
0
max

Vu =16,65 KN
τu = 0,01665/0,135×1 = 0,123 Mpa
U τ = min ( 0,20 fc28 / γ
b
, 5 MPa) =3,33MPa

U
U
τ < τ => Condition vérifié.

V.2 .7 Vérification au séisme :

D’après le RPA 99 (Article 6.2.3) les éléments non structuraux doivent être calculés sous
l’action des forces horizontales suivant la formule suivante ;
La distribution de ces forces doit être faite comme pour les forces de gravite.
F
P
= 4 A C
P
W
P

A: coefficient d’accélération de zone.
A =0,25 (groupe 2, zone III).
30/10/2008

41
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
C
P
: facteur de force horizontale.
C
P
=0,80 (élément en console)
W
P
: poids de la console
W
P
= 0,598 t/m²

D’où ; F
P
= 4×0,25×0,80×0,598=0,478 t

Fp

u
M = L x F
p
= 5,97 KN.m

L = 1,25 m


µ =
bu
u
f d b
M
²
0
fig(V.4) : Dessin de balcon
µ = (0,00597)/ [( 1× (0,135)² × 18,47 ] = 0,017< 0,186
On est dans le domaine 1
⇒ ε
s
= 10 . 10
-3
⇒ σ
s
= f(ε
s
) = 348 MPa.
A
s
= M
u
/ z. σ
s
= 0,00597/ (0,135× 348)
A
s
= 1,27 cm² soit < A
s
=5,65 cm
2
.

























5T8/ml


5T12 /ml
fig(V.5) : Balcon d’étages courants
30/10/2008

42
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
V .3 .C CA AL LC CU UL L D DE E L L’ ’A AC CR RO OT TE ER RE E


V .3 .1 1 D Dé éf fi in ni it ti io on n

L’acrotère est un élément structural contournant le sommet du bâtiment conçu pour la
protection de la ligne conjonctive entre lui même et la forme de pente contre l’infiltration
des eaux pluviales.

Il est réalisé en béton armé, soumise à son poids propre et à une surcharge horizontale due à
la main courante. Il est assimilé à une console encastrée au plancher terrasse. La section
La plus dangereuse se trouve au niveau de l’encastrement. Le calcul se fera en
flexion composée dans la section d’encastrement pour une bande de 1 m linéaire.
L’acrotère est exposé aux intempéries, donc la fissuration est préjudiciable, donc le calcul
se fera à l’ELS.



V .3 .2 2 Sollicitations :
Pour le ferraillage on prend une bande de 1 m de longueur :

Effort normal :

Nu = 1.35×NG .=2,29 KN/ml
Nser = NG = 1,7 KN/ml
Avec : NG = 1,7 KN/ml
Nq = 1 KN/ml

Moment de flexion :

M = Nq*h = 1*0,6 = 0,6 KN/ml
Mu = 1.5*M
q
= 0,9 KN/ml
Mser = M
q
= 0, 6 KN/ml
G
Q
N
G

M
Q


Schéma statique
30/10/2008

43
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007

Effort tranchant :

V = NQ = 1 KN/ml
Vu =1.5×V = 1,5 KN/ml
V
ser
= V = 1 KN/ml

V .3 .3 3 Ferraillage :

La fissuration est considérée comme préjudiciable parce que les éléments sont exposés
aux intempéries, (variation de température, l’eau, neige, etc. …) donc le calcul effectuera à
l’ELS.
Les forces horizontales peuvent agir sur les deux faces de l’acrotère donc on adopte la même
section d’armatures pour la zone comprimée (soit : A
s
’=A
s
)

Ferraillage à l’ E.L.S :

M ser = 0.6 KN/ml
N ser = 1,7 KN/ml

Calcul de l’excentricité :

e0 = Mser/Nser = 0.6/1.7 = 0,3529m ⇒ e
0
=35.2cm
e
0
> h/2 ⇒ La section est partiellement comprimée (S.P.C)

Evaluation des moments aux niveaux des armatures tendues :

Mser a= Mser
G
+ Nser × (d-h/2)
Mser
A
= 0.6 + 1,7× (0,09 – 0.1/2)
⇒ Mser
a
= 0.668 KN/ ml
La contrainte du béton est donnée / ELS :
σ
bc
= 0.6× fc28 = 15 Mpa
La contrainte de l’acier
La Fissuration et considérée préjudiciable
σst = min (2/3 fe, 110(ηf
tj
)
0,5
)
η= 1.6
σst = min (2/3 × 400, 201,6)
⇒ σ
st
=201,6 Mpa

Calcul du moment limité de service M :
x= 15σ
bc
.d/(15σ
bc

st
)
30/10/2008

44
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
x= 0,047
z =d- x/3
z= 0,074
M’ =0,5.b.x z.σ
bc
M’= 0,026 MN
Mser < M’ donc A’ = 0 (S.S.A.C)

Aser = Mser /Z×σs
Aser = 0,40 cm²/ml

A
ser
= A
s
– N
ser

sc

A
ser
= 0.32 cm²/ml

Vérification de condition de non fragilité :
On a : A
smin
≥ 0.23×b×d
e
t
f
f
28
= 1,24 cm
2
/ml
D’où A
s
<1,24 cm²

Donc A
s
> max ( A
ser
, A
min
) => A
s
= 1,24 cm
2

Qui nous donne 4HA8 = 2,01cm²/ml .

Vérification au cisaillement :

τu’= min ( 0,15 fc28 / γ
b
, 4 MPa) =2,5MPa

τ
u
= V
u
/b x d = 1,5 / 1x 0,09 = 0,016 MPa

τ
u
< τ
u
’ la condition est vérifiée

Vérification au séisme :

D’après le RPA 99/version2003 (Article 6.2.3) les éléments non structuraux
doivent être calculés sous l’action des forces horizontales suivant la formule suivante ;
F
P
= 4 A C
P
W
P

A: coefficient d’accélération de zone.
A = 0,25 (groupe 2, zone III).
C
P
= 0,80 (élément en console)
W
P
= 0,17t/ml
D’où ;
F
P
= 4×0,25×0,80×0,17 = 0,136 t/ml< 0,1t/ml



4HA8 /ml
fig(V.6). Schéma de ferraillage de l’acrotère
rol'acrotère
4HA8 /ml
30/10/2008

45
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
60
16
20
fig(V.7) : Corps Creux
18
12
4
Figure (V.8) Poutrelle préfabriquée

V.4 Etudes des plancher :
Les planchers sont des éléments plans horizontaux, supposés être infiniment
rigides dans leur plan. Ils ont pour rôle de :
Transmettre les charges aux éléments porteurs.
Assurer l’isolation des différents étages du point de vue thermique et
acoustique









V.4.1 ferraillage des poutrelles :
Les poutrelles à étudier sont assimilées à des poutres continues sur plusieurs
appuis, leur calcul s’effectue selon l’une des méthodes suivantes :
-Méthode forfaitaire.
-Méthode de Caquot.
Le calcul des poutrelles se fait en deux étapes à savoir avant et après le coulage de la table
de compression.
V.4.1.1 1
ere
Phase de calcul (avant le coulage) :
On considère que la poutrelle est simplement appuyée à ses extrémités. Elle
supporte :
• Son poids propre.
• Poids du corps creux.
• Surcharge due à l’ouvrier :
2
m / KN 1 Q = .
Les sollicitations :
• Charge permanente :
- poids propre de la poutrelle : 0,12 x 0,04x25 = 0,12 kN/m.
- poids propre du corps creux : 0,60.0, 95 = 0,57 kN/m.
30/10/2008

46
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
G=0,69 kN/m
• Surcharge d’exploitation du chantier : 0,60.1=0,60 kN/m
Q=0,60 kN/m
Les combinaisons :
Le calcule se fera à l’ELU et on fait la vérification à l’ELS :
E LS : q
s
= Q + G
E LU : q
U
= 1,35G + 1,5.Q
q
U
= 1,35×0, 69+1,5×0, 6 = 1,83 kN/m
q
Ser
= 0,69+0,60 =1,29 kN/m.

1,83 KN/m


2,85 3,1 2,9 3


ELU
1,29 KN/m



2,85 3,1 2,9 3

ELS


L’expression du moment maximum dans une telle poutre isostatique est donnée par :
M
max

= pl
2
/8 Dans notre cas : L
max

= 3,1 m
D’ou on obtient :

m kN M
m kN M
S
U
. 54 , 1
8
1 , 3
29 , 1
. 19 , 2
8
1 , 3
83 , 1
2
2
= × =
= × =

L effort tranchant maximal est donné par :
30/10/2008

47
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
T
u max
=P
u
L / 2 = 2,83 kN
T
ser max
=P
ser
L / 2 = 1,99 kN
Ferraillage :
La poutrelle est ferraillée en flexion simple.
b=12 cm ; d=3,60 cm ; h=4 cm
MPa
f
bu
17 , 14 =
306 . 0 993 , 0
2
= > = =
R
bu
U
f
M
bd
µ µ ,
S
A′ ≠ 0
Donc les armatures comprimées sont nécessaires, mais on ne peut pas les mettre car la
section du béton est trop faible. On prévoit donc des étaiements pour permettre la poutrelle à
de supporter les charges qui lui reviennent avant le coulage de la table de compression.
Les étaiement seront disposés de telle façon a annuler les armatures comprimés telle que L
max
est calculé comme suit :

306 , 0 .
17 , 14 036 , 0 . 12 , 0
2
= =
R
ser
x x
ser
M
µ µ p

M
ser
= q L
2
/ 8 ⇒ L
max
=1,71 m
V.4.1.2 2
éme
phases de calcul : après le coulage de la table de compression :
V.4.1.2.1 Combinaison des charges:
Après durcissement du béton, la poutrelle forme un corps creux monolithe et continu avec
la table de compression, elle sera donc sur des appuis continue et elle forme un système
hyperstatique.

Tableau (V.1): Combinaison des charges

La combinaison la plus défavorable est celle du plancher terrasse, la poutrelle sera calculée
sous une charge uniformément repartie de 0,402 t/ml.
V.4.1.2.2 Choix de la méthode de calcul:
• La méthode forfaitaire :
G (t/ml) Q (t/ml) Pu (t/ml) Ps (t/ml)
Planche terrasse inaccessible 0,396 0,06 0,588 0,402
Planche étage courante 0,319 0,09 0,565 0,328
30/10/2008

48
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Selon l’article B 6.2,210 de C.B.A 93 cette méthode est utilisée si les conditions suivantes
sont vérifiées :
Q ≤ (2.G ; 5000 N/m
2
).
Les moments d’inertie des sections transversales sont les mêmes dans les
différentes travées en continuité.
Le rapport de longueur entre deux portées successives doit vérifier :

25 , 1 85 , 0
1

+ n
n
L
L
p

La fissuration ne compromet pas la tenue de béton armée ni celle de ses
revêtements.
Toutes les conditions sont vérifiées donc on peut utiliser la méthode forfaitaire pour la
détermination des sollicitations.

• Principe de la méthode :

Elle consiste à évaluer les moments sur les appuis Ma et en travées Mt a partir d’une fraction
β du moment maximum M
0
de la travée isostatique.
Ceci donne le schéma suivant :



0,6M
0
0,5M
0
0,4M
0
0,4M
0
0,4M
0


0,5M
0

0,6M
0





Fig (V.9) Diagramme des moments dans les poutrelles

M
0
étant le moment isostatique égal à M
u

Le calcul des moments se fait comme il est motionné dans l’article E. 2 de C.B.A 93

travée
1 2
3 4
q
G
[kN/m]
0,319 0,319
0,319 0,319
q
Q
[kN/m] 0,09 0,09 0,09 0,09
L [m] 2,85 3,1 2,9 3
M
0
4,08 4,82 0,4,22 4,52
α

0,282 0,282 0,282 0,282
M
W
; M
e
0 - 2,41 - 2,41 - 1,931 - 1,93 - 2,26 - 2,26 0
V
W
=T
W
[kN]

4,882 6,385 5,715 6,783
V
e
=T
e
[kN]

- 4,882 - 6,385 -5,715 -6,783
M
t
[kNm]

2,897 2,618 2,452 2,713
Tableau (V.2) : Les sollicitations des poutrelles a L’ELU
30/10/2008

49
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007


travée
1 2
3 4
q
G
[kN/m]
0,319 0,319
0,319 0,319
q
Q
[kN/m] 0,4674 0,5084 0,4756 0,492
L [m] 2,85 3,1 2,9 3
M
0
3,330 3,940 3,44 3,69
α

0,282 0,282 0,282 0,282
M
W
; M
e
0 - 1,97 - 1,97 - 1,57 - 1,57 - 2,26 - 1,84 0
V
W
=T
W
[kN]

3,978 5,177 4,518 4,306
V
e
=T
e
[kN]

- 4,882 - 6,385 -5,715 -6,783
M
t
[kNm]

2,36 2,13 2,00 2,21
Tableau (V.3) : Les sollicitations des poutrelles a L’ELS

V(x)= V
0
(x) +(Me – Mw)/ L

V.4.1.2.3 Ferraillage des poutrelles :
Ferraillage en travée :

Calcul de Section en Flexion Simple

1. Hypothèses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration non préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

2. Section:

b
f
= 60,0 (cm)
b
w
= 12,0 (cm)
h = 20,0 (cm)
h
f
= 4,0 (cm)
d
1
= 3,0 (cm)
d
2
= 2,0 (cm)

30/10/2008

50
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007



3. Moments appliqués:
M
max
(kN*m)
Etat Limite Ultime (fondamental) 2,89

4. Résultats:

Sections d'Acier:

Section théorique A
s1
= 0,5 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,0 (cm2)
Analyse par Cas:

Cas ELU M
max
= 2,89 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 1,00 Pivot: A
Position de l'axe neutre: y = 0,3 (cm)
Bras de levier: Z = 16,9 (cm)
Déformation du béton: ε
b
= 0,15 (‰)
Déformation de l'acier: ε
s
= 10,00 (‰)
Contrainte de l'acier:
tendue: σ
s
= 348,2 (MPa)


Ferraillage sur appuis :

Calcul de Section en Flexion Simple

1. Hypothèses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration non préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

3. Moments appliqués:
M
max
(kN*m)
Etat Limite Ultime ( fondamental ) -2,41

4. Résultats:

Sections d'Acier:

Section théorique A
s1
= 0,0 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,4 (cm2)


30/10/2008

51
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Analyse par Cas:

Cas ELU M
max
= -2,41 (kN*m) M
min
= 0,00 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 1,00 Pivot: A
Position de l'axe neutre: y = 1,0 (cm)
Bras de levier: Z = 17,6 (cm)
Déformation du béton: ε
b
= 0,59 (‰)
Déformation de l'acier: ε
s
= 10,00 (‰)
Contrainte de l'acier:
tendue: σ
s
= 348,2 (MPa)


V.4.1.2.4 Condition de non fragilité :
30 . 1 . . . 23 , 0
28 min
= ≥
e
t
S
f
f
d b A
On prend :
3 HA 10 en travée alors As = 2,36 cm
2

2 HA 10 sur appui alors As = 1,57 cm
2


V.4.1.2.5 Vérification des règlements :
Effort tranchant :
Pour l’effort tranchant, la vérification du cisaillement suffira. Le cas le plus défavorable
(T
U

max
= 6,78 kN).donc il faut vérifier que :
τ

τ
u
u

Tel que : ( ) MPa MPa b f
C U
33 , 3 5 ; / . 2 . 0 min
28
= = γ τ (fissuration peu nuisible)

MPa
d b
T
U
U
26 , 0
216 . 0 12 . 0
10 . 78 , 6
.
3
0
max
=
×
= =

τ
MPa MPa
U U
33 , 3 26 , 0 = < = τ τ ------------ Vérifiée

Vérification de la contrainte du béton
La fissuration étant peu nuisible, donc pas de vérification a faire à l’état limite de
l’ouverture des fissures et elle se limite à celle concernant l’état limite de compression du
béton.
On doit vérifier que :
MPa f Y
I
M
C bC
Ser
b
15 . 6 , 0 .
28
= = ≤ = σ σ

Détermination de l’axe neutre :
( ) ( ) 0 . . . . .
2
2
= − − ′ − ′ + Y d A n c Y A n Y
b
S S

Si : Y < h
0


l’hypothèse est vérifiée.
30/10/2008

52
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
Si : Y > h
0


on trie Y de l’équation suivante :
( ) ( ) ( ) 0 . . . . .
2
.
2
2
0
0 2
= − − ′ − ′ + − |
¹
|

\
| −
+ Y d A n c Y A n h Y
b b
Y
b
S S

Les résultats obtenus sont dans le tableau suivant :
Position M
Ser
[kN.m] Y [m] I [m
4
] ( ) MPa
b
σ Obs.
En travée 2,89
0,033 5,03106E-05 1,945
Vérifiée
Sur appui 2,41
0,033 5,03106E-05 1,622
Vérifiée
Tableaux ( V.4): récapitulatif pour la Vérification à L’E.L.S

Vérification de la flèche :
ƒe =
500
1
.
ƒe =
EI
l M
6 , 9
max
2
×

I =
3
3
0
.
12
δ bh
bh
+ (théorie d’ hygiènes )
Calcule du moment de l’inertie de la section totale
2
1 0 0
3
0
0 2
0 2 0
3
0
) (
12
) (
12
G G H b
H b
G G bh
bh
I × + + × + = 0,04×
I= 0,6 × 0,04
3
/12 + 0,6x 0.04×0,08
2
+ 0,12×0,16
3
/12 + 0,12×0,16×0,02
2

I=1,97 .10
-4
m
4

E =32164 MPa
M
max
= 2,89 KN .m
Calcul de ƒ
ƒ = cm 45 , 0
32164 10 97 , 1 6 , 9
) 1 , 3 ( 00289 , 0
4
2
=
× × ×
×


cm
l
62 , 0
500
310
500
= =
ƒmax= 0,45cm < f
lim
= 0,62 cm la condition est vérifié




0,60
0,20
G
1

G
0
G
2

30/10/2008

53
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007

V.4.1.2.6 Calcul des armatures transversales et de l’espacement :
• Selon le C.B.A 93 :

1 :
. 9 , 0
. . 3 , 0
.
0
=

≥ K Avec
f
K f
S b
A
S
e
tj u
t
t
γ
τ
Art 5.1.23
{ } cm d S
t
40 ; . 9 , 0 min ≤ Art 5.1.22
S
t

4 , 0 .
.
0
b
f A
e t
Art 5.1.22
• Selon le RPA 99 : Art 7.5.22

0
. 003 , 0 b
S
A
t
t

nodale zone
h
S
t
|
¹
|

\
|

1
. 12 ;
4
min φ
courante zone
h
S
t
2

Avec :
|
¹
|

\
|
=
10
; ;
35
min
1
b h
t
φ φ ( ) 2 , 1 ; 1 ; 57 , 0 min =
t
φ cm
On adopte mm cm
t
6 6 , 0 = = φ
2
56 , 0 6 . 2 cm HA A
t
= =
Donc :
Selon CB.A.

¸




cm
S
A
cm S
S
A
t
t
t
t
t
012 , 0
2 , 16
00009 , 0

Selon RPA99

¸




cm S
cm S
S
A
t
t
t
t
10
5
036 , 0

Donc on adopte les espacements des cadres suivants
St = 5 cm dans les zones nodales
St = 10 cm hors les zones nodales

30/10/2008

54
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
En travées Sur appuis
1HA10
3HA10
HA6
12
HA 6
2HA10
3HA10
12
4























Ferraillages des poutrelles
30/10/2008

55
Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


P.F.E 2007
S
t
S
t
/2
S
t
S
t
/2
100
100
T
S
Ø6
Fig. (V.10) Disposition constructive des armatures
de la dalle de compression

V.4.1 Ferraillage de la dalle de compression :
On ferraille la dalle de compression suivant les deux sens afin d’éviter les fissurations, Le
ferraillage et en treillis soudé.
Les conditions suivantes doivent êtres respectées :
Résister aux efforts des charges appliquées sur des surfaces réduites.
Produire un effet de répartition entre nervures voisines des charges localisées
notamment celles correspondantes aux cloisons.
Les dimensions des mailles sont normalisées comme suit :
-20 cm pour les armatures perpendiculaires aux nervures.
- 30 cm pour les armatures parallèles aux nervures.
Si :

( )
e
e
f
A cm L
cm en L avec
f
L
A cm L
200
50
. : . 4 80 50
1 1
1
1
1 1
= ⇒ ≤
= ⇒ ≤ ≤

Avec : L
1
: distance entre l’axe des poutrelles (L
1
=60 cm).
A
1
: diamètre perpendiculaire aux poutrelles (A.P).
A
2
: diamètre parallèle aux poutrelles (A.R).
A
2
=A
1
/2
F
e
= 520 MPa ‘quadrillage de T.S.TIE 520.
On a : L
1
=60 cm

cm S
cm A T
m cm A
t
l
20
5
100
41 , 1 6 5
/ 46 , 0
520
60
. 4
2
1
2
1
= =
= ⇒
= = ⇒


Armature de répartition :
A
2
=A
1
/4=0,71 cm
2

Soit 5T6
2
2
41 , 1 cm A = ⇒ et S
t
=20 cm.
Pour le ferraillage de la dalle de Compression, On adopte un treillis soudés dont
la dimension des Mailles est égale à 20 cm suivant les deux sens.


















CHAPITRE VI

ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE



56
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol





ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE

VI.1 Introduction

Un tremblement de terre est causé par la libération brutale d’énergie de déformation au
niveau la croûte terrestre. Cet ébranlement s’effectue le long des endroits bien spécifiques
connus sous le nom de failles. Ce phénomène est lié à la concentration des contraintes dues à la
collision entre les plaques tectoniques. La dislocation au niveau des failles libère de l’énergie
élastique sous forme d’ondes sismiques qui se propagent dans la terre et provoquant un
tremblement de terre. L’allure générale du mouvement provoqué par séisme dépend du
caractère de l’excitation dans le foyer, de la profondeur du foyer et de la distance épicentrale.
Personne n’ignore que les séismes sont destructeurs et leur prédiction est très difficile,
voire impossible. Par conséquent, la prévention contre les risques sismiques, consiste tout
d’abord à construire des structures parasismiques, avec l’application stricte de toutes les
prescriptions techniques, les règles et les normes régissant le domaine de la construction. La
conception parasismique à comme but d’assurer une protection acceptable des vies humaines et
des constructions vis-à-vis les effets des actions sismiques. Elle est basée sur le choix raisonné
des formes et de la structuration du bâtiment, à partir des enseignements de l’expérience,
accompagné d’un contrôle rigoureux de l’exécution sur le chantier.
Pour des ouvrages courants, les objectifs ainsi visés consistent à doter la structure :
D’une rigidité et d’une résistance suffisante pour limiter les dommages non structuraux
et éviter les dommages structuraux par un comportement essentiellement élastique de la
structure face à un séisme modéré, relativement fréquent.
D’une ductilité et d’une capacité de dissipation d’énergie adéquate pour permettre à la
structure de subir des déplacements inélastiques avec des dommages limités et sans
effondrement ni perte de stabilité, face a un séisme majeur, plus rare.
CHAPITREVI


57
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Le Règlement Parasismique Algérien (RPA 99) préconise certaines conditions relatives à la
conception et l’exécution des constructions en zones sismiques selon leurs groupes d’usage. A
ce titre, il est utile de rappeler que le RPA vise un double objectif :
Protéger les vies humaines en évitant l’effondrement des ouvrages sous l’effet d’un
séisme majeur, par limitation sur le choix des systèmes constructifs ainsi que la hauteur des
ouvrages en fonction de l’importance de la sismicité de la zone d’implantation.
Limiter les dommages dans les éléments secondaires fragiles dus a des déformations
imposées par un séisme modéré.

VI.2 Objectifs de l’étude dynamique :
L’objectif initial de l’étude dynamique d’une structure est la détermination de ses
caractéristiques dynamiques propres. Ceci est obtenu en considérant son comportement en
vibration libre non- amortie. Cela nous permet de calculer les efforts et les déplacements
maximums lors d’un séisme.
L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente réellement, est souvent très
complexe et demande un calcul très fastidieux voir impossible. C’est pour cette raison qu’on
on fait souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier suffisamment le
problème pour pouvoir l’analyser.
VI.3 Modélisation mathématique :
La modélisation revient à représenter un problème physique possédant un nombre de degré
de liberté (DDL) infini, par un modèle ayant un nombre de DDL fini, et qui reflète avec une
bonne précision les paramètres du système d’origine (la masse, la rigidité et l’amortissement).
En d’autres termes, la modélisation est la recherche d’un modèle simplifié qui nous
rapproche le plus possible du comportement réel de la structure, en tenant compte le plus
correctement possible de la masse et de la rigidité de tous les éléments de la structure.
VI.4 Modélisation de la structure étudiée.
Etant donné la difficulté et la complexité d’un calcul manuel des efforts internes (Moments,
efforts normaux..etc), dans les éléments structuraux, le logiciel de calcul par éléments finis
ETABS est utilisé.
VI.4.1 Description du logiciel ETABS :
ETABS est un logiciel de calcul conçu exclusivement pour le calcul des bâtiments. Il permet de
modéliser facilement et rapidement tous types de bâtiments grâce à une interface graphique
unique. Il offre de nombreuses possibilités pour l’analyse statique et dynamique.


58
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
ETABS permet également le transfert de donnée avec d’autres logiciels (AUTOCAD,
SAP2000 et SAFE).
VI.4.2 Modélisation des éléments structuraux :
La modélisation des éléments structuraux est effectuée comme suit :
Les éléments en portique (poutres-poteaux) ont été modélisés par des éléments finis de type
poutre « frame » à deux nœuds ayant six degrés de liberté (d.d.l.) par nœud.
Les voiles ont été modélisés par des éléments coques « Shell » à quatre nœuds.
Les planchers sont simulés par des diaphragmes rigides et le sens des poutrelles peut être
automatiquement introduit.
Les dalles sont modélisées par des éléments dalles qui négligent les efforts membranaires.
VI.4.3 Modélisation de la masse.
La masse des planchers est calculée de manière à inclure la quantité βQ RPA99/version
2003 (dans notre cas β =0,2) correspondant à la surcharge d’exploitation. La masse des
éléments modélisés est introduite de façon implicite, par la prise en compte du poids
volumique correspondant à celui du béton armé à savoir 2,5t/m
3
.
La masse des éléments concentrés non structuraux, comme l’acrotère et les murs
extérieurs (maçonnerie), a été repartie sur les poutres concernées.
VI.5 Calcul dynamique du bâtiment :
Le calcul des forces sismiques peut être mené suivant trois méthodes :
La méthode statique équivalente.
La méthode d’analyse modale spectrale.
La méthode d’analyse dynamique temporelle par accélérographes.
Ici les conditions d’application de la méthode statique équivalent ne sont pas toutes remplies. Il
faut donc utiliser la méthode dynamique modale spectrale en utilisant le spectre de réponse
défini dans le RPA 99 version 2003. Néanmoins, à cause de certaines vérifications nécessaires
il est indispensable de passer par la méthode statique équivalente.
VI.5 .1 Méthode modale spectrale.
VI.5 .1.1 Hypothèses de calcul.
Les masses sont supposées concentrées au niveau du plancher.
Seul les déplacements horizontaux des noeuds sont pris en compte
Les planchers et les fondations doivent être rigides dans leurs plans (vis-à-vis des
déplacements horizontaux)



59
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI.5 .1.2 Analyse de la structure :
Il est à présent clair que l’une des étapes incontournables lors d’une analyse dynamique
d’une structure est sa modélisation adéquate.
La structure que nous nous proposons de modéliser est un bâtiment qui se distingue par sa
forme irrégulière en plan, contreventée par un système mixte (portique voiles).et présente une
architecture (vue en plan) déférente d’un niveaux à l’autre. Tous cela complique de manière
conséquente le choix du positionnement des voiles. En effet le choix du positionnement des
voiles doit satisfaire un certain nombre de conditions :
• Le nombre doit être suffisamment important pour assurer une rigidité suffisante tout en
restant dans le domaine économique et facilement réalisable.
• La position de ces voiles doit éviter des efforts de torsion préjudiciable pour la structure.
VI.5 .1.3 Classification de site :
Selon le rapport géotechnique relatif a notre ouvrage .on est en présence d’un site meuble
(catégorie 3) .il est constitué de dépôts épais de sable et gravier moyennement denses ou
d’argile moyennement raide avec Vs ≥ 200 m/s a partir de 10m de profondeur.
VI.6 Analyse de la structure proposée par le bureau d’étude :
La variante conçue initialement par l’architecte avec un peu de changement des positions des
poteaux pour positionner les poutres sans difficulté est la suivante :


Fig (VI.1) : variante proposée par le bureau d’étude




60
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI.6 .1 Caractéristiques géométriques et massique de la structure
Centre de masse :
Le centre de masse est le point de l’application des résultantes des charges horizontales (vent,
séisme)
La détermination du centre de masse est basée sur le calcul des centres de masse de chaque
élément de la structure (acrotère, poteaux, poutres, plancher, escalier, voiles, balcons,
maçonnerie extérieur).
Les coordonnées du centre de masse sont données par :
X
G
=


i
i i
M
X M
et Y
G
=


i
i i
M
Y M

Avec :
M
i
: la masse de l’élément i,
X
i
, Y
i
: coordonnées du CDG de l’élément i par rapport au repère global.
Centre de rigidité (torsion) :
Est le point par lequel passe la résultante des réactions des éléments participent dans la
rigidité.
Note :
Lorsque le centre de masse et de rigidité sont confondus .les efforts extérieures ne provoquent
que des mouvements de translation. En revanche, lorsque il y a une excentricité entre elles il y
a des mouvements de translations et rotations.

VI.6 .2 Caractéristiques géométriques:

( X
CT
, Y
CT
) : Coordonnées du centre de rigidité (ou de torsion.)
e
x
: excentricité théorique suivent x
e
y
: excentricité théorique suivent y











61
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Etages XCM YCM XCT YCT
9
13,557 8,089 13,550 8,433
8
13,561 8,090 13,550 8,462
7
13,561 8,141 13,550 8,494
6
13,561 8,330 13,550 8,527
5
13,561 8,361 13,550 8,557
4
13,561 8,361 13,550 8,584
3
13,561 8,376 13,55 8,608
2
13,560 8,393 13,549 8,626
1
13,560 8,354 13,549 8,637
RDC
13,559 8,403 13,55 8,649
Tableau (VI.1) - Centre des masses et Centre de torsion de chaque étage
L’excentricité accidentelle : Art 4.3.7 de RPA
Dans notre cas (analyse tridimensionnelle) en plus de l'excentricité théorique calculée, une
excentricité accidentelle (additionnelle) égale à ± 0.05 L, (L étant la dimension du plancher
perpendiculaire à la direction de l’action sismique) doit être appliquée au niveau du plancher
considéré suivant chaque direction.
Sens X : e
acc
= 0.05 x 27,4 = 1,37m
Sens Y : e
acc
= 0.05 x19,6= 0,98 m
















62
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


Centre des masses

Centre de torsion

Excentricité théorique
Excentrici

accidentel
L'étage X
CM
(m) Y
CM
(m) X
CT
(m) Y
CT
(m) e
x
(m) e
y
(m) e
x
e
y
(
m)
9
13,557 8,089 13,550 8,433 0,007 -0,344 1,37 0,98
8
13,561 8,090 13,550 8,462 0,011 -0,372 1,37 0,98
7
13,561 8,141 13,550 8,494 0,011 -0,353 1,37 0,98
6
13,561 8,330 13,550 8,527 0,011 -0,197 1,37 0,98
5
13,561 8,361 13,550 8,557 0,011 -0,196 1,37 0,98
4
13,561 8,361 13,550 8,584 0,011 -0,223 1,37 0,98
3
13,561 8,376 13,55 8,608 0,011 -0,232 1,37 0,98
2
13,560 8,393 13,549 8,626 0,011 -0,233 1,37 0,98
1
13,560 8,354 13,549 8,637 0,011 -0,283 1,37 0,98
RDC
13,559 8,403 13,55 8,649 0,009 -0,246 1,37 0,98
Tableau (VI.2): Excentricités Théorique et Accidentelle
Excentricité retenue
Afin de prendre en compte que l'excentricité doit êtres prise de part et d'autre du centre de
torsion, on doit étudier les quatre cas suivants et prend le cas le plus défavorable :
1- e
x
= e
xth
+e
ax
.
2- e
x
= e
xth
- e
ax
.
3- e
y
= e
yth
+e
ay
.
4- e
y
= e
yth
- e
ay
.

Ces quatre cas sont pris en considération pour les raisons suivantes:
Pour pallier les erreurs de calcul de centre de gravite des masses.
Pour tenir compte de la distribution non uniforme des surcharges.
Pour pallier les erreurs d'exécution.
Le tableau (VI.2) résume les résultats précédents :



G (X
G
, Y
G
)
2°CAS
(X
G
-5%L
y
, Y
G
+5%L
x
)
1°CAS
(X
G
+5%L
y
, Y
G
+5%L
x
)
3°CAS
(X
G
-5%L
y
, Y
G
-5%L
x
)
4°CAS
(X
G
+5%L
y
, Y
G
-5%L
x
)


63
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

L'étage
e
x
=e
xth
+e
ax
e
x
=e
xth
-e
ax
e
y
=e
yth
+e
ay
e
y
=e
yth
-e
ay
e
x
à retenir e
y
à retenir
9
1,377 -1,363 0,636 -1,324 1,377 -1,363
8
1,381 -1,359 0,608 -1,352 1,381 -1,359
7
1,381 1,359 - 0,627 -1,333 1,381 -1,359
6
1,381 1,359 - 0,783 -1,177 1,381 -1,359
5
1,381 1,359 - 0,784 -1,176 1,381 -1,359
4
1,381 1,359 - 0,757 -1,203 1,381 -1,359
3
1,381 1,359 - 0,748 -1,212 1,381 -1,359
2
1,381 1,359 - 0,747 -1,213 1,381 -1,359
1
1,381 1,359 - 0,697 -1,263 1,381 -1,359
RDC
1,379 1,361 - 0,734 -1,226 1,379 -1,361
Tableau (VI.2): Excentricité Retenue

VI.6.3 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS.
Le tableau ( VI.3)ci-dessous présente les facteurs de participation massique de chaque modèle
MODE Période
U
X
U
Y
U
Z
ΣU
X
ΣU
Y
ΣU
Z
nature
1 0,738 0,923 0,000 0,000 0,923 0,000 0,000 torsion
2 0,660 70,572 0,000 0,000 71,495 0,000 0,000 translation
3 0,532 0,000 70,428 0,000 71,495 70,428 0,000 translation
4 0,222 0,069 0,000 0,000 71,564 70,428 0,000
5 0,186 17,316 0,000 0,000 88,880 70,428 0,000
6 0,143 0,000 17,807 0,000 88,880 88,236 0,000
7 0,107 0,030 0,000 0,000 88,910 88,236 0,000
8 0,089 6,327 0,000 0,000 95,237 88,236 0,000
9 0,067 0,000 6,390 0,000 95,237 94,625 0,000
10 0,064 0,022 0,000 0,000 95,259 94,625 0,000
11 0,056 2,582 0,000 0,000 97,841 94,625 0,000
12 0,043 0,026 0,000 0,000 97,867 94,625 0,000

Tableaux ( VI.3): Période et facture de participation massique du modèle



64
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol































Mode2 (translation suivent x) : T= 0,660 s

Mode 3 translation suivent : T= 0,532 s

Mode1(torsion) :T= 0,73 s

Fig. ( VI.2): La déformée modales obtenues après analyser par l’ETABS


65
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Constatation :
Ce modèle présente une période fondamentale T = 0,738 s.
Le premier mode est un mode de torsion
Le 2ème et le 3ème modes sont des modes de translation.
On doit retenir les 9 premiers modes, pour que la masse modale atteigne les 90% (selon
le RPA99).
I In nt te er rp pr ré ét ta at ti io on n d de es s r ré és su ul lt ta at ts s

- Apparition du phénomène de la torsion dans le premier mode.
- Ces constatations nous ont mené à revoir le système de contreventement de la structure, et
surtout la disposition de certains voiles

VI.7 Analyse de la structure proposée « Variante 02 » : après plusieurs changements
de dispositions des voiles on a choisis une variante pour laquelle on obtenu des résultats
vérifiant les conditions de sécurité imposée par le RPA et évitant également le torsion au
niveau de premier mode.


Fig.( VI.3) : variante proposée












66
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI.7 .1 Caractéristiques géométrique:


Etages X
CCM(m)
Y
CCM (m)
X
CT (m) Y
CT (m)
9
13,553 8,055 13,55 8,723
8
13,553 8,022 13,55 8,729
7
13,553 8,073 13,55 8,733
6
13,553 8,259 13,55 8,735
5
13,553 8,291 13,55 8,735
4
13,553 8,291 13,55 8,731
3
13,553 8,308 13,55 8,722
2
13,553 8,325 13,55 8,704
1
13,553 8,289 13,55 8,675
RDC
13,553 8,337 13,55 8,653

Tableau.( VI.3): - Centre des masses et Centre de torsion de chaque étage

L’excentricité accidentelle : Art 4.3.7 de RPA
Dans notre cas (analyse tridimensionnelle) en plus de l'excentricité théorique calculée, une
excentricité accidentelle (additionnelle) égale à ± 0.05 L,( L étant la dimension du plancher
perpendiculaire à la direction de l’action sismique) doit être
Appliquée au niveau du plancher considéré suivant chaque direction.
Sens X : e
acc
= 0.05 x 27,4 = 1,37m
Sens Y : e
acc
= 0.05 x19,6= 0,98 m










67
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Centre de masse Centre de torsion
Excentricité
théorique
Excentricité
accidentelle
L'étage X
CM
Y
cM
X
CT
Y
CT
e
x
(m) e
y
(m) e
x
e
y
(m)
9
13,553 8,055 13,55 8,723 0,003 0,668 - 1,373 -1,367
8
13,553 8,022 13,55 8,729 0,003 0,707 - 1,373 -1,367
7
13,553 8,073 13,55 8,733 0,003 0,659 - 1,373 -1,367
6
13,553 8,259 13,55 8,735 0,003 0,476 - 1,373 -1,367
5
13,553 8,291 13,55 8,735 0,003 0,443 - 1,373 -1,367
4
13,553 8,291 13,55 8,731 0,003 0,439 - 1,373 -1,367
3
13,553 8,308 13,55 8,722 0,003 0,414 - 1,373 -1,367
2
13,553 8,325 13,55 8,704 0,003 0,378 - 1,373 -1,367
1
13,553 8,289 13,55 8,675 0,003 0,385 - 1,373 -1,367
RDC
13,553 8,337 13,55 8,653 0,003 0,315 - 1,373 -1,367

Tableau. ( VI.4): Excentricités Théorique et Accidentelle

Le tableau (VI.5) résume les résultats précédents :.

Etage
e
x
=e
xth
+e
ax

e
x
=e
xth
-
e
ax

e
y
=e
yth
+e
ay

e
y
=e
yth
-
e
ay

e
x
à retenir

e
y
à
retenir

9
1,373 1,367 - 0,312 1,6488 - 1,373 1,648 -
8
1,373 1,367 - 0,273 1,687428 - 1,373 1,687 -
7
1,373 1,367 - 0,321 1,639171 - 1,373 1,639 -
6
1,373 1,367 - 0,504 1,456231 - 1,373 1,456 -
5
1,373 1,367 - 0,536 1,423571 - 1,373 1,423 -
4
1,373 1,367 - 0,540 1,419799 - 1,373 1,419 -
3
1,373 1,367 - 0,566 1,394186 - 1,373 1,394 -
2
1,373 1,367 - 0,602 1,358232 - 1,373 1,358 -
1
1,373 1,367 - 0,595 1,365414 - 1,373 1,365 -
RDC
1,373 1,367 - 0,664 1,295698 - 1,373 1,295 -

Tableau (VI.5) : Excentricité Retenue


68
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

VI.7 .2 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS.
Le tableau ci-dessous présente les facteurs de participation massique de chaque mode :
MODE Période
U
X
U
Y
U
Z
ΣU
X
ΣU
Y
ΣU
Z
nature
1 0,777 69,043 0,000 0,000 69,043 0,000 0,000 translation
2 0,571 0,000 67,285 0,000 69,044 67,285 0,000 translation
3 0,566 0,484 0,034 0,000 69,528 67,319 0,000 torsion
4 0,202 18,770 0,000 0,000 88,298 67,319 0,000
5 0,136 0,049 0,001 0,000 88,348 67,320 0,000
6 0,132 0,000 20,825 0,000 88,348 88,145 0,000
7 0,093 6,613 0,000 0,000 94,961 88,145 0,000
8 0,062 0,017 0,000 0,000 94,978 88,145 0,000
9 0,058 0,000 6,904 0,000 94,978 95,049 0,000
10 0,057 2,701 0,000 0,000 97,679 95,049 0,000
11 0,041 1,144 0,000 0,000 98,823 95,049 0,000
12 0,038 0,001 0,000 0,000 98,824 95,049 0,000

Tableau ( VI.6) : Période et facture de participation massique du modèle

Constatations :
Ce modèle présente une période fondamentale T =0,777 s
Les 1
er
et 2
ème
modes sont des modes de translation
Le3
ème
mode est un mode de rotation.
On doit retenir les 9 premiers modes, pour que la masse modale atteigne les 90%
(selon le RPA99).

VI.7 .3 caractéristiques massiques de la structure :

Les caractéristiques massiques de la structure sont présentée ci –après







69
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Calcul Manuel Calcul Automatique
Niveau m
étage
(t) m
étage
(t)
9
483,860 495,865
8
511,937 513,725
7
518,159 517,035
6
548,565 520,882
5
548,565 537,707
4
548,565 537,707
3
558,362 546,524
2
568,159 556,514
1
578,759 570,812
RDC
632,029 615,953
Somme
5496,961 5412,723

Tableaux ( VI.7) : caractéristiques massiques
















Fig.( VI.4) : La déformée modales obtenues après analyser par l’ETAPS
Mode 1 : T= 0,777 s

Mode2 : T= 0,571s
Mode3 : T= 0,566 s



70
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

VI.7 .4 Vérifications réglementaires.
VI.7 .4.1 La résultante des forces sismiques :
L’une des vérifications préconisées par le RPA99 est relative à la résultante des forces
sismiques. En effet la résultante des forces sismiques à la base V
t
obtenue par la combinaison
des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismiques
déterminées par la méthode statique équivalente V.
Si V
t
< 0.8 V, il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse (forces, déplacements,
moments,...) dans le rapport
t
V
V
r
8 . 0
= .
On doit donc calculer les efforts résultants de l’application de la méthode statique équivalente.
VI.8 Méthode statique équivalente :
Dans cette méthode, les actions sismiques réelles qui se développent dans la
construction, sont remplacées par un système de forces statiques fictives. Les effets de ces
forces sont considérés équivalents à ceux provoqués par mouvement du sol dans une direction
quelconque.
Les forces sismiques équivalentes seront considérées appliquées successivement
suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies par le projeteur.
VI.8.1 Domaine d’application de la méthode statique équivalente :
.la méthode statique équivalente peut être utilisée dans la condition suivante :
• Le bâtiment ou bloc étudié, satisfait la régularité en plan et en élévation avec une
hauteur au plus égale à 30m en sones III
• Le bâtiment ou bloc étudié présent une configuration irrégulière tout en respectant
outre la condition de hauteur suivante :
Dans le cas le bâtiment implantée on zone III et le groupe d’usage 2 il faut que la
hauteur ne dépasse pas 5 niveaux au 17m .
VI.8.2 Modèle admis par la méthode statique équivalente :
Le modèle du bâtiment à utiliser dans chacune des deux directions de calcul est plan avec
des masses concentrées au centre de gravité des planchers et un seul degré de liberté en
translation horizontale par niveau.
La rigidité latérale des éléments porteurs du système de contreventement est calculée à partir
de sections non fissurées pour les structures en béton armé ou en maçonnerie.


71
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Seul le mode fondamental de vibration de la structure est à considérer dans le calcul de la force
sismique totale.
VI.8.3 Calcul de la force sismique totale
Dans cette méthode l'intensité effective de l'action sismique est donnée sous la forme
d'effort tranchant maximum à la base de la structure,
Soit : W
R
Q D A
V .
. .
= RPA99 (art 4,2,3)
A : coefficient d'accélération donne par le tableau des règles R P A en fonction de la zone
sismique et du groupe d’usage.
R: facteur de comportement dépendant de type du système de contreventement de la structure,
D: facteur d'amplification dynamique, dépendant de la période T et du type de sol d’assise de
fondation.
Q: facteur de qualité, dépendant de la qualité du système structurel (régularité en plan, en
élévation, control de la qualité des matériaux…..etc.).

La formule empirique donnée par R P A 99 est la suivante:
Q= 1+

=
6
1 q
p
q


A : coefficient d’accélération de zone donné par le tableau (4-1) ci dessous suivant la zone
sismique et la groupe d’usage du bâtiment

ZONE ZONE

ZONE

ZONE
Groupe I II
a
II
b
III
1A 0,15 0,25 0,30 0,40
1B 0,12 0,20 0,25 0,30
2 0,10 0,15 0,20 0,25
3 0,07 0,10 0,14 0,18
Tableau ( VI.7) : Coefficients d’accélération de zone A
Dans notre cas on a un groupe d’usage 2 en zone III donc :
A = 0,25
D : facteur d’amplification dynamique moyen, fonction de la catégorie du site, du facteur de
coefficient d’amortissement (η) et de la période fondamental de la structure T. Ce coefficient
est donné par :


72
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
2,5 η 0 ≤ T ≤ T
2
D = 2,5 η (T2

/ T)
2/3
T
2
≤ T ≤ 3s
2,5 η (T2

/ T)
2/3
(3 / T)
5/3
T ≥ 3s
Avec T
2
: période caractéristique associée a la catégorie du site et donnée par le tableau 4,7 du
RPA99/version 2003.
T
2
( S
3
) = 0,5 sec
- η ηη η : facteur de correction d’amortissement donné par la formule :

) 2 (
7
ξ
η
+
=
7 . 0 ≥

- ξ(%) est le coefficient d’amortissement critique fonction du matériau constitutif, du type de
structure et de l’importance des remplissages.
ξ est donné par le tableau (4-7) présenté ci-après.

Portique Voile ou murs
Remplissage
Béton Armé Acier Béton Armé / Maçonnerie
Léger 6 4
Dense 7 5

10

Tableau ( VI.8) : Valeurs du coefficient d’amortissement suivant le système structurel
Nous avons un contreventement mixte voiles -portiques donc on prend
ξ = 8,5 %.
D’où η = 0,816 > 0,7
VI.8.3.1 Estimation empirique de la période fondamentale
Dans notre cas (structure mixte), la période fondamentale correspond à la plus petite valeur
obtenue par les formules 4-6 et 4-7 du RPA99.
On donc :






 ×
=
D
h
h C T
N
N T
09 . 0
min
4 3

Avec :
N
h : Hauteur mesurée en mètres a partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau N.
T
C : Coefficient fonction du système de contreventement, du type de remplissage et donné par
le tableaux 4-6 du RPA99/version2003.


73
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
D : la dimension du bâtiment mesurée à sa base dans la direction de calcul considérée.
• Pour le sens transversal :
H
N
= 31m et d = 19,6 m
C
T
= 0,05 on a un contreventement assuré partiellement par des voiles en béton armée
Alors : T = min (0,656 s, 0,630s) => T = 0,654s
On a : T
2
(S
3
)= 0,5s
T
2
≤T≤ 3s
D = 2,5 η (T2

/ T)
2/3
T
2
≤ T ≤ 3s
Donc : D=1,70
• Pour le sens longitudinal
H
N
= 31m et d = 27,4m
T = min(0,656 s ;0,533s)
Donc T = 0,533s
T
2
(S
3
)=0,5s
On a : T
2
≤T≤3s
Donc : D =2,5 η (T2

/ T)
2/3

D =1,95.
R : coefficient de comportement global de la structure
Pour une structure en béton armé à contreventement mixtes portiques/voiles avec
Interaction on a :
R = 5
Q : Facteur de qualité, défini par :
Q = 1 + Σ P
a
Q = 1,25 « pour les deux sens»
W : poids de la structure
β ββ β : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge
d’exploitation et donné par le tableau 4-5 du RPA99,
Dans notre cas et pour bâtiment d’habitant β =0,20
Donc pour chaque niveau « i » on aura : W
i
=W
gi
+0,2W
Qi
:






74
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
masse poteau voile poutre escalier plancher somme
9
25,266 56,250 85,931 0,000 316,413 483,860
8
50,531 112,500 85,931 13,500 249,474 511,937
7
50,531 112,500 85,931 13,500 255,696 518,159
6
83,531 112,500 85,931 13,500 253,103 548,565
5
83,531 112,500 85,931 13,500 253,103 548,565
4
83,531 112,500 85,931 13,500 253,103 548,565
3
93,328 112,500 85,931 13,500 253,103 558,362
2
103,125 112,500 85,931 13,500 253,103 568,159
1
113,953 112,500 85,931 13,500 252,875 578,759
RDC
145,578 131,250 85,931 16,395 252,875 632,029
Somme 1920,406 1087,500 859,313 124,395 2592,847 5496,961

Tableau ( VI.8) : estimation du poids de chaque niveau
Poids total: W
T
= 5496,96 t
Résumé de résultas
Paramètres A D
tr
, D
lon Q R W (t) T
L
(s) T
T
(s)
η
Résultats 0,25 1,70 -1,95 1,25 5
5496,96 t
0,553 0,654 0,816

V =
R
W Q D A × × ×

V
T
=
( )
t 05 , 584
5
96 , 5496 25 , 1 7 , 1 25 . 0
=
× × ×



V
L
=
( )
t 95 , 669
5
96 , 5496 25 . 1 95 , 1 25 . 0
=
× × ×

VI.8.5 Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur :
La résultante des forces sismiques à la base est distribuée sur la hauteur de la structure selon les
formules suivantes (art 4,2,5 RPA 99)


+ =
i t
F F V

F
t
= 0,07 T,V si T > 0,7 S
Avec


75
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
F
t
= 0 si T < 0,7 S
On a : T = 0,656S < 0,7 ⇒ F
t
= 0
La force sismique équivalente qui se développe au niveau i est donnée par
L’expression

=

=
n
j
J j
i i t
i
h W
h W F V
F
1
) (

F
i
: force horizontale au niveau i,
h
i
: niveau du plancher,
F
t
: force concentrée au sommet de la structure,
Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :
On a :
V
tr
= 584,96t V
lng
= 669,95 t

niveau W
i
(t) H
i
W
i
* H
i
F
i
(t) tr F
i
(t) ln
9
483,860 31,00 14999,657 94,123 107,966
8
511,937 28,00 14334,233 89,947 103,176
7
518,159 25,00 12953,970 81,286 93,241
6
548,565 22,00 12068,437 75,729 86,867
5
548,565 19,00 10422,741 65,403 75,022
4
548,565 16,00 8777,045 55,076 63,176
3
558,362 13,00 7258,708 45,548 52,247
2
568,159 10,00 5681,591 35,652 40,895
1
578,759 7,00 4051,314 25,422 29,161
RDC 632,029 4,00 2528,117 15,864 18,197
somme
5496,961 93075,812 0,000 0,000

Tableau ( VI.9) : résultat des forces sismiques
VI.8.3.2 Distribution horizontale des forces sismiques :
L’effort tranchant au niveau de l’étage k est donné par la formule :
V
k
= F
t
+

=
n
k i
Fi



76
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
Les résultats sont donnés dans le tableau suivent:
NIVEAU H
i
F
i
(t) tr F
i
(t) ln V
k
(t) tr V
k
(t) ln
9
31 94,123 107,966 94,123 107,966
8
28 89,947 103,176 184,070 211,142
7
25 81,286 93,241 265,356 304,384
6
22 75,729 86,867 341,085 391,251
5
19 65,403 75,022 406,488 466,273
4
16 55,076 63,176 461,564 529,449
3
13 45,548 52,247 507,112 581,696
2
10 35,652 40,895 542,764 622,592
1
7 25,422 29,161 568,186 651,753
RDC 4 15,864 18,197 584,050 669,950
Tableau ( VI.10) : les efforts tranchants résultants
Les moments de renversement sont présentés le tableau :
NIVEAU H
i
V
k
(t) tr V
k
(t) ln M (t, m)Tr M (t, m)Ln
9
3 94,123 107,966 282,368 323,898
8
3 184,070 211,142 834,578 957,325
7
3 265,356 304,384 1630,646 1870,476
6
3 341,085 391,251 2653,902 3044,228
5
3 406,488 466,273 3873,366 4443,047
4
3 461,564 529,449 5258,057 6031,394
3
3 507,112 581,696 6779,394 7776,483
2
3 542,764 622,592 8407,686 9644,259
1
3 568,186 651,753 10112,245 11599,518
RDC 4 584,050 669,950 12448,445 14279,318

Tableau ( VI.11) : Les moments de renversement
• Effort tranchant max à la base :
V = 669,94 t
• Moment max à la base :
• M = 14279,31 t.m


77
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

VI.8.4 VERIFICATIONS REGLEMENTAIRES
VI.8.4.1 Période fondamentale théorique RPA Art 4.2.4 :
les périodes calculés à partir des méthodes numériques ne doivent pas dépasser celles
des formules empiriques au plus de 30 %.
T empirique = 0,656sec x1.3 = 0,852 ses > T numérique = 0,77 sec.
Donc la condition est vérifiée.
VI.8.4.2 R Ré és su ul lt ta an nt te e d de es s f fo or rc ce es s s si is sm mi iq qu ue e : :


L’une des vérifications préconisées par le RPA99/Version2003 (Art 4.3.6) est relative à la
résultante
des forces sismiques. En effet la résultante des forces sismiques à la base V
t
obtenue par
la combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des
forces sismiques déterminées par la méthode statique équivalente V.

Si Vt < 0.8V,il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse (forces,
déplacements, moments,...) dans le rapport r = 0,8 V/V
t



L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode dynamique suivant le sens X

V
Dynamique
= 503,33 t

L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode Statique suivent le sens X
V
statique
= 669,95

0.8 V
statique
= 535,96 t ⇒ V
Dynamique
≤ 0.8 V
statique
Condition non vérifie. Donc il faut augmenter tous les paramètres de la réponse dans le
rapport r = 535,96/ 503,33 t = 1,064


L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode dynamique suivant le sens Y
V
Dynamique
= 598,42 t


L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode Statique suivent le sens Y
V
statique
= 584,05 t

0.8 V
statique
= 467,24 t ⇒ V
Dynamique
≥ 0.8 V
statique
vérifié.






78
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI.8.4.3 J Ju us st ti if fi ic ca at ti io on n d de e l l' 'i in nt te er ra ac ct ti io on n p po or rt ti iq qu ue es s– –v vo oi il le es s : : R RP PA A ( (A Ar rt t 3 3. .4 4) )
Pour la justification de l'interaction portique–voiles, on doit vérifier que Les voiles de
contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux charges verticales.
Les sollicitations verticales totales de la structure : 54969,61KN
Les sollicitations verticales reprises par les voiles : 10745 KN
On a :
Donc : 10745/54969,61 = 19,54 % <20 % ⇒ vérifiée
Les portiques doivent reprendre, outre les sollicitations dues aux charges verticales, au
moins 25% de l'effort tranchant de l'étage.
Suivent X :
L’effort tranchant total à la base 5033,3 KN
L'effort tranchant à la base repris par les portiques 1400,13KN
Donc : 1400,13/5033,3 = 27,81% >25 % ⇒ vérifiée
Suivent Y :
L'effort tranchant total à la base
5984,2
KN
L'effort tranchant la base repris par les portiques 1540,33KN
Donc : 1540,33/5984,2 = 25,73% >25 % ⇒ vérifiée
Les conditions d l'interaction portiques–voiles sont vérifiées.
VI.8.4.4 V Vé ér ri if fi ic ca at ti io on n d de e l la a s st ta ab bi il li it té é a au u r re en nv ve er rs se em me en nt t R RP PA A ( (A Ar rt t 4 4. .4 41 1) ) : :
La vérification au renversement est nécessaire pour justifier la stabilité d’un Ouvrage
sollicité par des efforts d’origine sismique.
Il faut vérifier que :
Moment resistant
1.5
Moment de renverssement

KN.m 142793,1
KN.m 65 , 753083 7 . 13 5496,961 (
2
/

= × =
= × = × =
i i renv
x c
res
h F M
L
F M
5 . 1 27 , 5
1 , 142793
65 , 753083
> = =
renv
resist
M
M

⇒ La stabilité de la structure au renversement est vérifiée.



79
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI.8.4.5 Les déplacements latéraux inter- étage :
L’une des vérifications préconisées par le RPA99, concerne les déplacements latéraux inter-
étages. En effet, selon l’article 5.10 du RPA99, l’inégalité ci-dessous doit nécessairement être
vérifiée :
∆ ≤ ∆
k
x
et ∆ ≤ ∆
k
y

Avec:

= 0.01h
e
où h
e
: représente la hauteur de l’étage.
Avec :
k
ex
k
x
R ∆ = ∆ et
k
ey
k
y
R ∆ = ∆

Où ;
1 −
− = ∆
k
ex
k
ex
k
ex
δ δ
et
1 −
− = ∆
k
ey
k
ey
k
ey
δ δ
k
ex

: correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le sens x
(idem dans le sens y,
k
ey
∆ ).
Avec :
k
ex
δ
est le déplacement horizontal dû aux forces sismiques au niveau k dans le sens x
(idem dans le sens y,
k
ey
δ ).

Les déplacements dus aux forces sismiques RPA (Art 4.43) :
On a : R = 5
Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous
Z(m)
ex
δ

ey
δ
(mm)
kx
δ (mm
ky
δ (mm)

x
(mm) ∆
y
(mm) ∆
(mm)
Observation
31 26,180 17,505 130,900 87,525 14,00 10,50 30
Vérifiée
28 23,320 15,351 116,600 76,755 15,00 10,50 30
Vérifiée
25 20,300 13,157 101,500 65,785 15,50 10,50 30
Vérifiée
22 17,140 10,959 85,700 54,795 15,50 10,50 30
Vérifiée
19 14,040 8,818 70,200 44,090 15,00 10,00 30
Vérifiée
16 10,980 6,761 54,900 33,805 14,50 9,50 30
Vérifiée
13 8,040 4,854 40,200 24,270 13,00 8,00 30
Vérifiée
10 5,370 3,169 26,850 15,845 11,50 7,00 30
Vérifiée
7 3,070 1,762 15,350 8,810 8,50 5,00 30
Vérifiée
4 1,280 0,709 6,400 3,545 6,00 3,50 40
Vérifiée
Tableau ( VI.12) : Les déplacements du aux forces sismiques


80
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
VI. 8.4.6 Vérifications des Sollicitations normales :

Outre les vérifications prescrites par le C.B.A et dans le but d'éviter ou limiter le risque
de rupture fragile sous sollicitations d'ensemble dues au séisme, l'effort normal de compression
calculé est limité par la condition suivante :

30 . 0
.
28
≤ =
c c
d
f B
N
ν
(art 7.4.3 RPA99)
Avec : Nd=Nc+Nq+NE
poteaux N
d
B
c
f
c 28 ψ observation
35x35 181,17 0,1225 25000 0,059 < 0,3
35x35 267,19 0,1225 25000 0,087 < 0,3
35x35 333,69 0,1225 25000 0,109 < 0,3
45x45 582,66 0,2025 25000 0,115 < 0,3
45x45 813,9 0,2025 25000 0,161 < 0,3
45x45 1152,95 0,2025 25000 0,228 < 0,3
50x50 1636,52 0,25 25000 0,262 < 0,3
50x50 2170,73 0,25 25000 0,347 < 0,3
55x55 2916,45 0,3025 25000 0,386 < 0,3
55x55 4223,26 0,3025 25000 0,558 < 0,3
55x55 4503,26 0,3025 25000 0,595 < 0,3

VI.8.4.7 Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ ∆∆ ∆ :
Les effet de deuxième ordre (ou l’effet de P-∆) peuvent être négligés dans le cas des bâtiments
si la condition suivante est satisfaite à tous les niveaux :
θ = P
k
, ∆
k
/ V
k
, h
k
≤ 0,10. RPA99 (art 5,9)
Avec : P
k
: poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au dessus du
niveau « k » calculés suivant le formule ci-après


=
β + =
n
k i
qi Gi k
W W P ) (
*

V
k
: effort tranchant d’étage au niveau « k » .

k
: déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 » .





81
Chapitre 06 : Etude sismique

P.F.E 2007
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
• Sens transversale :
Niveau Wi (t) P
k ∆
k
( m) V
k
( t ) hi (m)
θ
9
483,860 483,860 0,002 94,123 3,000 0,004
8
511,937 995,797 0,002 184,070 3,000 0,004
7
518,159 1513,956 0,002 265,356 3,000 0,004
6
548,565 2062,521 0,002 341,085 3,000 0,004
5
548,565 2611,086 0,002 406,488 3,000 0,004
4
548,565 3159,652 0,002 461,564 3,000 0,004
3
558,362 3718,014 0,002 507,112 3,000 0,004
2
568,159 4286,173 0,001 542,764 3,000 0,004
1
578,759 4864,932 0,001 568,186 3,000 0,003
RDC
632,029 5496,961 0,001 584,050 4,000 0,002

Tableau ( VI.13) : justification Vis-à-vis De l’effet P-∆ ∆∆ ∆ Sens transversale
• Sens longitudinal :
Niveau Wi (t) P
k

k
( m) V
k
( t ) hi (m) θ
9
483,860 483,860 0,003 107,966 3,000 0,004
8
511,937 995,797 0,003 211,142 3,000 0,005
7
518,159 1513,956 0,003 304,384 3,000 0,005
6
548,565 2062,521 0,003 391,251 3,000 0,005
5
548,565 2611,086 0,003 466,273 3,000 0,006
4
548,565 3159,652 0,003 529,449 3,000 0,006
3
558,362 3718,014 0,003 581,696 3,000 0,006
2
568,159 4286,173 0,002 622,592 3,000 0,005
1
578,759 4864,932 0,002 651,753 3,000 0,004
RDC
632,029 5496,961 0,001 669,950 4,000 0,003

Tableau ( VI.14) : justification Vis-à-vis De l’effet P-∆ ∆∆ ∆ Sens longitudinal
On a θ
i
< 0,1 pour chaque niveau « k » et dans les deux sens, on peut donc négliger l’effet P-∆
dans le calcule des éléments structuraux.
















CHAPITRE VII

ETUDE AU VENT
intr30/10/2008

82
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


82

P.F.E 2007








ETUDE AU VENT

VII .1Introduction

Le vent est assimilé à des forces statiques appliquées à la construction supposées
horizontales, ces forces peuvent engendrer des effets dynamiques qui dépendent des
caractéristiques aérodynamiques de la structure. Ces forces dépendent aussi de plusieurs
autres paramètres :
- la région.
- le site.
- l’altitude.
- les dimensions de l’ouvrage.
VII .2Application des R N V 99 :

la vérification de la stabilité d'ensemble:

Les RNV 99 impose un calcul dans les deux directions du vent lorsque le bâtiment
présente une géométrie rectangulaire.
Notre construction est de catégorie I (art 1.1.3 RNV99)
La vérification à la stabilité d’ensemble de notre construction doit passer par les étapes
suivantes :











CHAPITRE VII
intr30/10/2008

83
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


83

P.F.E 2007

VII .2.1.Détermination du coefficient dynamique C
d
:

Données relatives au site:
Site plat : (ch 2 § 4.3.3) :
C
t
=1
Zone I : (tab 2.3) :q
réf
= 375 N/m²
Terrain de catégorie I

K
T
= 0.17
Z
0
= 0.01
Z
min
= 2 m
ε = 0.13 fig. (VII.1) VII.1) VII.1) VII.1)

• Sens y-y :

La structure du bâtiment étant en béton armé. On utilise la figure 3.1 donnée
au chapitre3 de RNV99 la lecture pour h =31 m et b = 19,60 m donne (après
interpolation)
C
d
≈ ≈≈ ≈ 0.95
• Sen x-x
Pour h = 31m et b = 27 ,4 m
C
d
≈ ≈≈ ≈ 0.93
VII .2.2Détermination de la pression dynamique q
dyn
:
) ( *
eq e réf dyn
Z C q q =

q
réf
= 375 N/m²
C
e
: est le coefficient d’exploitation dépend aux nature de la structure.

Dans notre cas la structure le coefficient dynamique C
d
étant inférieur à 1,2, la
structure est peut sensible aux excitations dynamiques dans ce cas le coefficient
d’exploitation données par :
V2
V1
31,6
19,6 27,4
intr30/10/2008

84
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


84

P.F.E 2007

(
(
¸
(

¸

+ =
2 2
2 2
) ( * ) (
* 7
1 * ) ( * ) ( ) (
eq r eq t
T
eq r eq t eq e
Z C Z C
K
Z C Z C Z C
C
t
(Z
eq
) : est le coefficient de topographié =1
C
r
est le coefficient de rugosité il est définit par la loi logarithmique (logarithme
népérien) :


|
|
¹
|

\
|
=
0
* ) (
Z
Z
Ln K Z C
j
T eq r
Pour Z
min
≤ Z ≤ 200 m

Z
j
C
r
C
e
q
dyn
2 0.90 1,88 705,7
5,5 1.07 2,41 903,75
8,5 1.14 2,65 993,75
11,5 1.19 2,83 1061,61
14,5 1.23 2,97 1113,75
17,5 1.26 3,08 1155
20,5 1.296 3,22 1207,5
23,5 1.319 3,31 1241,25
26,5 1.34 3,39 1271,25
29,5 1.36 3,46 1297,5
Tableau (VII.1)

VII .2.3Détermination des coefficients de pression C
p
:

Coefficient de pression intérieur C
pi
:

Dans le cas de bâtiment avec cloisons intérieur : C
pi
= 0.8 et -0,5

Coefficient de pression extérieur C
pe
:

Le coefficient de pression dynamique dépend au la surface chargée de la paroi considérée

a ) les parois verticales :

a – 1) sens y-y
C
pe
= C
pe.10
si la surface S ≥ 10 m²

e = min ( b ; 2h ) = 19,6
d ≤ e donc on adopte le 2
émé
cas
a – 2) sens x-x
e = min ( b ; 2h ) = 27,4
d > e donc on adopte le 1
ére
cas
intr30/10/2008

85
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


85

P.F.E 2007
Il convient de diviser les parois comme l’indique la figure 2.2. Les valeurs de C
p10
sont
données dans le tableau


VUE EN PLAN ELEVATION
d e

e / 5

Cas1 où d > e

Vent
h


Vent
D E b


Cas2 où d ≤ ≤≤ ≤ e

Vent
h


A B C
A’ B’
Fig.(VII.2) répartition des coefficients de pression (paroi verticale)



b) Toitures :

Les toitures plates sont celles dont la pente est inférieure ou égale à 4°. Il convient de
diviser l’acrotère comme l’indique la figure .2. Le coefficient C
p10
est donné par
l’interpolation dans le tableau .( VII.2)

h
p


h


d


e/4
F



G



Vent
b






H

e/4

e/10


F
e/2

Fig .(VII.3) répartitions des coefficients de pression (Acrotère)
intr30/10/2008

86
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


86

P.F.E 2007


Zone C
pi
C
pe
=C
pe10
C
p

A . A' 0.8 -1 -1.8
B . B' 0.8 -0.8 -1.6
C 0.8 -0.5 -1.3
D 0.8 0.8 0
E 0.8 -0.3 -1.1
F 0.8 -1.6 -2.4
G 0.8 -1.1 -1.9
H 0.8 -0.7 -1.5

Tableau (VII.2)

-1.8

-1.6



6,85



-2.6



Vent
0

-1.1 -1.1 -1.5


-2.6


6,85

2.74 .

-1.6

-1.8

Fig (VII.4) répartitions des coefficients de pression

VII .2.1Détermination de la pression due au vent :

La pression due au vent q
j
qui s’exerce sur un élément de surface j est donnée
par :

) (
j d j
z W C q × =
C
d
: est le coefficient dynamique de la construction C
d
= 0.94
W : est la pression nette exerce sur l’élément de surface j calculée à la hauteur z
j

relative à l’élément de surface j W(z
j
) et donnée par de la formule suivante :
) ( ) ( ) (
pi pe j dyn j
C C z q z W − × =
D’ou
p j dyn d j
C z q C q × × = ) (
L’ensemble des résultats est porté dans le tableau (VII.3)



intr30/10/2008

87
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


87

P.F.E 2007
• Calcul des forces de frottement :

Cette étape à pour but de tenir compte du frottement qui s’exerce sur les parois parallèles à la
direction du vent.
La construction pour lesquelles les forces de frottement doivent être calculées est
celle pour laquelle soit le rapport d/b ≥ ≥≥ ≥ 3, ou le rapport d/h ≥ ≥≥ ≥ 3
Dans notre structure cette condition n’est pas vérifiée
• Détermination de la Force résultante:

La force résultante R se décompose en deux forces :

Une force globale horizontale F
w
qui correspond à la résultante des forces horizontales
agissant sur les parois verticales de la construction et la composante horizontale des forces
appliquées à l’acrotère ;

Une force de soulèvement F
u
qui est la composante de force résultante R est donnée par
la formule suivante :

( )

× =
j j
S q R
L’ensemble des résultats est porté dans le tableau 6.3

C
d
=0.93 pour la direction ( x -x)

C
d
=0.95 pour la direction (y-y)
intr30/10/2008

88
Chapitre 07 : Etude au vent
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


88

P.F.E 2007

Tableau (VII.3)

D’où on obtient
R
y
= 774,7 kN

Rx = 1107,1 kN

Par une comparaison des actions du vent à celle du séisme, on remarque que ces derniers sont
plus importants. et la probabilité d’avoir les deux actions simultanément est faible .et pour cela
on peut négliger l’effet du vent au ferraillage.

h (m) Zone S(x-x) S(y-y) q
dyn
q
j(x-x)
q
j(y-y)
R(x-x) R(y-y)
2 E : Cp = -1,100 109,6 78,4 705,7 -737.456 -721.9311 -80825.2324 -56599.3
5,5 903,75 -944.418 -924.53625 -77631.2213 -54362.7
8,5 993,75 -1038.46 -1016.60625 -85362.1313 -59776.4
11,5 1061,61 -1109.38 -1086.02703 -91191.2374 -63858.3
14,5 1113,75 -1163.86 -1139.36625 -95670.0113 -66994.7
17,5 1155 -1206.97 -1181.565 -99213.345 -69476.0
20,5 1207,5 -11711.83 -1261,83 -97044,39 -67415,80
23,5 1241,25 -1297.10 -1269.79875 -106622.134 74664.16
26,5 1271,25 -1328.45 -1300.48875 -109199.104 -76468.75
29,5
E : Cp = -1,100 82,2 58,8
1297,5 -1355,88. -1327,34 -111453,3 -78077,73
F : Cp = -2,4 -3849.21 -3768.174 -63281.0124 -44313.72
G : Cp = -1,9 -3047.30 -2983.15542 -50097.7649 -35081.90 31,6
H : Cp = -1,5
16,44 11,76 1688.25
-2405.77 -2355.1227 -39550.867 -27696.243


















CHAPITRE VIII :
FERRAILLAGE DES ELEMENTS

RESISTANTS



89
89
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007







FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS


Le ferraillage des éléments résistant s’effectuera selon le règlement C.B.A 93 et les
règles parasismiques en vigueur en Algérie (RPA 99/ version 2003).
VIII. 1 Ferraillage des poteaux :
Les poteaux sont des éléments structuraux assurant la transmission des efforts des poutres
vers les fondations, est soumis à un effort normal « N » et à un moment de flexion « M » dans les
deux sens longitudinal et transversal. Donc ils sont calculés en flexion composée.
Les armatures seront calculées à l’état limité ultime « ELU » sous l’effet des sollicitations les
plus défavorables et dans les situations suivantes :
Béton Acier (TYPE 1 FeF40) Situation
γ
b
F
c28
(Mpa) f
bu
(MPa) γ
s
Fe (MPa) σ
s
(MPa)
Durable 1,5 25 14,167 1,15 400 348
Accidentelle 1,15 25 21,73 1 400 400

Tableau ( VIII. 1) : caractéristiques mécanique des matériaux

VIII. 1.1 Combinaison des charges :
En fonction du type de sollicitation, on distingue les différentes combinaisons suivantes :
Selen C.B.A:
E L U ……………1,35 G + 1,5 Q
E L S ..................... G + Q
Selen RPA 99 (situation accidentelle)
G + Q ± E
0,8G ± E
La section d’acier sera calculée pour différentes combinaisons d’efforts internes
N
max
: M
correspondant

N
min
: M
correspondant
CHAPITRE VIII



90
90
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
M
max
: N
correspondant

VIII. 1.2 Recommandations de RPA99 :
Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence droites et sans
crochets.
Leur pourcentage minimale sera de 0.9%(zone III).
Leur pourcentage maximal sera de 4% en zone courante et de 6% en zone de
recouvrement.
Le diamètre minimum est de 12 mm .
La longueur minimale de recouvrement est de 50Ф (zone III).
La distance entre les barres verticales dans une surface du poteau ne doit pas
dépasser 20 cm (zone III).
Les jonctions par recouvrement doivent être faites si à possible à l’extérieur des
zones nodales (zones critiques).


VIII. 1.3 Ferraillage longitudinal :

Ferraillage minimum d’après CBA :

A ≥ A
CNF
(Condition de non fragilité) = 0.23 b
0.
d .f
t28
/ f
e



Ferraillage minimal d’après RPA99 (7.4.2.1) :
Le pourcentage minimale de l’acier sera de 0.9% ( zone III )


Ferraillage maximum :( zone III )
Le pourcentage maximal de l’acier sera de 4% en zone courante.
6% en zone de recouvrement.

Zone de recouvrement
étage 7-8-9 4-5-6 2-3 1-RDC-S/Sol
A
CNF
1,33 2,20 2,71 3,28
étage 7-8-9 4-5-6 2-3 1-RDC-S/Sol
A
CNF
11,02 18,22 22,5 27,22
étage 7-8-9 4-5-6 2-3 1-RDC-S/Sol
A
CNF
73,5 121,5 150 181,5



91
91
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

zone courante :


VIII. 1.4 Armatures transversales Article 7.4.2.2 de RPA :
Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l'aide de la formule :
e
u a t
f h
V
t
A
.
1
ρ
=
(7.1)

Avec :
- V
u
est l'effort tranchant de calcul
- h
1
hauteur totale de la section brute
- f
e
contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale
- ρ ρρ ρ
a
est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort
tranchant; il est pris égal à 2,50 si l'élancement géométrique λ
g
dans la direction considérée
est supérieur ou égal à 5 et à 3,75 dans le cas contraire.
- t est l'espacement des armatures transversales donc la valeur est déterminée dans la formule
(7.1); Par ailleurs la valeur maximum de cet espacement est fixée comme suit:
dans la zone nodale :
t ≤ 10 cm. en zone III
dans la zone courante :
t'≤ Min (b
1
/2, h
1
/2, 10 ∅
1
) en zone III
où ∅
1
est le diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau
- La quantité d'armatures transversales minimale A
t
/t.b
1
en % est donnée comme suit:
Si λ
g
≥ 5 : 0,3%
Si λ
g ≤
3 : 0.8%
Si 3<λ
g
<5 : interpoler entre les valeurs limites précédentes
Avec λ
g
est l'élancement géométrique du poteau
| || |
¹ ¹¹ ¹
| || |

\ \\ \
| || |
= == = λ λλ λ
b
l
ou
a
l
f f
g

Avec a et b, dimensions de la section droite du poteau dans la direction de déformation
considérée, et l
f
longueur de flambement du poteau.
étage 7-8-9 4-5-6 2-3 1-RDC-S/Sol
A
CNF
49 81 100 121



92
92
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur droite
de 10 ∅
t
minimum ;
Les cadres et les étriers doivent ménager des cheminées verticales en nombre et diamètre
suffisants (∅ cheminées > 12cm) pour permettre une vibration correcte du béton sur toute la
hauteur des poteaux.
Par ailleurs, en cas d’utilisation de poteaux circulaires, il y a lieu d’utiliser des cerces droites
individuelles ( les cerces hélicoïdales continues sont interdites)

VIII. 1.5 Résultat des sollicitations :

Les efforts (M,N) obtenues avec le logicielle ETABS sont donnés dans les tableaux
suivantes
Sélection des M et N pour chaque niveaux
On a multiplié tous les paramètres de la réponse dans le sens x par le rapport r = 1,064

• les Poteaux centraux :

N
max
et M
correspond
N
min
et M
c or
M
max
(22) N
corre
M
max
(33) N
corre

étage N(KN) M(KN.M)
c
N(KN) M(KN.M)
C
N M
C
N M
C
1s/sol 1197,31 12,18 3 -3113,11 -82,82 2 -1751,08 61,09 3 -1473,72 86,28 2
RDC 1477,13 12,18 3 -2833,11 -82,82 2 -1471,08 61,09 3 -1193,72 86,28 2
1 1070,84 6,42 3 -2146,48 -49,89 2 -528,32 74 ,96 2 -1028,23 136,41 2
2 795,74 6,78 3 -1652,41 -34,25 2 -756,93 68,25 2 -883,92 97,88 2
3 582,54 6,37 3 -1303,52 -28,16 2 -662,07 89,87 3 -98,21 116,68 2
4 393,71 5,64 3 -949,71 -20,96 2 -566,71 76,97 2 -101,77 99,4 2
5 255,29 4,73 3 -777,78 -85,99 2 -473,55 89,93 2 -186,26 62,26 3
6 155,05 3,8 3 -615,34 -91,23 1 -107 33,64 2 -208,97 68,07 2
7 70,68 2,31 3 -453,08 -53,43 1 -382,41 100,01 2 -106,32 108,22 2
8 39,11 0,74 3 -301,08 -69,6 1 -191,87 57,22 2 -214,34 81,09 2
9 20,19 0,82 3 -159,34 -76,82 1 -96,6 60,53 2 -113,44 88,08 2

Tableau (VIII. 2) : les sollicitations (M.N) des poteaux centraux.










93
93
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
• Les Poteaux adhérents voiles :

N
max
et M
correspond
N
min
et M
c or
M
max
(22) N
corre
M
max
(33) N
corre

etage N(KN) M(KN.M) c N(KN) M(KN.M) C N M C N M C
1s/sol 1360,9 7,08 3 -4503.26 -107,75 2 974,56 94,21 2 871,39 141,49 3
RDC 1640,90 7,08 3 -4223,26 -107,75 2 1254,56 94,21 2 1151,39 141,49 3
1 1308,72 7,34 3 -2916,45 -74,1 2 1186,77 54,79 2 1081,11 73,9 3
2 1047,77 8,68 3 -2170,73 -26,97 2 960,9 40,95 2 708,78 81,9 3
3 862,19 10,78 3 -1636,52 -28,09 2 -180,85 35,71 2 429,91 79,18 3
4 580,9 8,72 3 -1152,95 -24,47 2 -150,91 28,79 3 236,97 62,35 3
5 382,68 8,48 3 -813,9 -29,11 2 -132,33 32,98 2 -106,42 112,04 3
6 239,13 7,91 3 -582,66 -31,13 2 -107,00 33,64 2 --208,97 68,07 3
7 110,08 3,95 3 -333,69 -17,91 2 -49,47 17,01 2 2,91 10,9 3
8 117,91 23,53 3 -267,19 -5,14 2 -21,61 20,45 2 -58,15 47,4 3
9 88,62 27,04 3 -181,17 -8,65 2 -6,82 24,63 2 -10,96 49,44 3

Tableau (VIII. 3) : les sollicitations (M.N) des poteaux adhérent voiles.

N.B :
C dans le tableau exprime les combinaisons d’actions :
C1 : 1,35 G +1,5Q
C 2 : G + Q ± E
C 3 = 0 ,8 g ± e

VIII. 1.6 Exemple de calcul :
a- poteaux RDC : Pot55x55 :
c= c’ = 4cm ; 55 55× = s ; acier F
e
E400; f
c28
= 25 Mpa.
a-1) Armatures longitudinales :
1
er
cas :
N
max
=1477,13 et M
corr
= m KN. 18 , 12

e =
cm
M
82 , 0
02 , 2670
08 , 7
N
= =


e < h/2 => le centre de pression C se trouve entre les deux traces des armatures, et on a N
est un effort de traction donc la section est entièrement tendue.

a = h-c-e = 25-4-0,82 =20,12 cm.
A
s

² 31 , 16
400 ) 04 , 0 495 , 0 (
201 , 0 477 , 1
c) - (d
10
cm
a Nu
=
× −
×
=
×
=
σ




94
94
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

A
s
=
² 14 , 20 001866 , 0
400
477 , 1
10
cm A
Nu
s
= − = ′ −
σ


2
eme
cas:
N min KN 11 , 2833 − =
M
corr m KN. 82 , 82 − =
N (est un effort de compression)
Les sections soumises à un effort de compression sont justifiées vis-à-vis de L’ELU de
stabilité de forme conformément a l’article A.4.4 du C.B.A en adoptant une excentricité totale
de calcul :
e = e
1
+ e
2
;

e
1
= e
a
+ e
0

e
0
: excentricité du premier ordre de la résultante des contraintes normales avant application des
excentricités additionnelles.
e
a
: excentricité additionnelle traduisant les imperfections géométriques initiales(après
exécution).
e
2
: excentricité due aux effets du second ordre.

e
a
= max ( 2 cm ; l / 250 ) = 2 cm.
e
0
= M

/ N= 2,92 cm.
e
1
= e
a
+ e
0
= 4,92 cm.
On peut considérer les effets du second ordre d’une manière forfaitaire si :
l
f
/ h < max ( 15 ; 20.e
1
/ h )
on a donc :
l
f
= 0,7 l
0
= 0,7× 4 = 2,8 m. => l
f
/h = 5,09 < max (15 ; 1,78)
donc : les effets du second ordre peuvent être considérés d’une manière forfaitaire
e
2
= 3.l
f
2
.(2 + α.φ ) /10
4
.h = 0.85 cm.
e = e
1
+ e
2
= 5,77cm.
M
corrigé
= N .e = 2833,11 × 0.057 = 161,48 KN.m
a = ( 0.337 h – 0.81 c’ ) b.h.f
bu
f
bu
= 18,48 MPa.
a = 0,855MN.m
Mua c d Nu b − − = ) ' (
m MN Mua
h
d Nu Mu Mua
. 706 , 0 ) 275 . 0 495 , 0 ( 10 . 11 , 2833 10 . 82 , 82
)
2
(
3 3
= − × + =
− × + =
− −

583 , 0 706 , 0 ) 04 . 0 495 . 0 ( 10 . 11 , 2833
3
= − − × =

b MN.m
m MN c
bhfbu c h c
. 31 , 1 48 , 18 55 , 0 ) 04 . 0 55 , 0 5 . 0 (
) ' 5 . 0 (
2
= × × − × =
− =


SPC b a ⇒ f



95
95
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

a > b ⇒ µ
a 283 , 0
48 , 18 495 , 0 55 , 0
706 , 0
f bd
2
bu
2
=
× ×
= =
Mua


379 , 0 ) 1 ; 40 ( = type Fe
R
µ
µr a p p µ 186 , 0 Domaine 2.a
426 , 0
8 . 0
2 1 1
=
− −
=
a µ
α
410 , 0 ) 4 . 0 1 ( = − = α d z

0 ) 833 , 2
41 , 0
706 , 0
(
400
1
) (
1
p − =
− =
As
Nu
z
Mua
s
As
σ

3
eme
cas :

N cor KN 72 , 1193 − =
M
max m KN. 28 , 86 =


a = 0,855MN.m
m MN Mua . 348 , 0 ) 275 . 0 495 , 0 ( 10 72 , 1193 10 28 , 86
3 3
= − × × + × =
− −

542 , 0 348 , 0 ) 04 . 0 495 . 0 ( 10 72 , 1193
3
= − − × × =

b MN.m
m MN c
bhfbu c h c
. 31 , 1 48 , 18 55 , 0 ) 04 . 0 55 , 0 5 . 0 (
) ' 5 . 0 (
2
= × × − × =
− =



⇒ µ
a 139 , 0
48 , 18 495 , 0 55 , 0
348 , 0
f bd
2
bu
2
=
× ×
= =
Mua

379 , 0 ) 1 ; 40 ( = type Fe
R
µ
186 , 0 p a µ Domaine 1
187 , 0
8 . 0
2 1 1
=
− −
=
a µ
α
457 , 0 ) 4 . 0 1 ( = − = α d z
0 ) 193 , 1
457 , 0
348 , 0
(
400
1
) (
1
p − =
− =
As
Nu
z
Mua
s
As
σ

On prend la section maximum calculé par RPA ou CNF.




SPC b a ⇒ f



96
96
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VIII. 1.7 Détermination des armatures longitudinales :
La quantité de ferraillage (par face) des poteaux est montrée dans les tableaux suivants :
On utilise le logiciel de calculette de robot qui contient les règles de BAEL91 REV99.
N
max
et M
correspond
N
min
et M
c or
M
max
(22) N
corre
M
max
(33) N
corre

étage N(KN) M(KN.M) A
s
N(KN) M(KN.M) A
s
N M A
s
N M A
s

1s/sol 1197,31 12,18 31 -3113,11 -82,82 0 -1751,08 61,09 0 -1473,7 86,28 0
RDC 1477,13 12,18 36.45 -2833,11 -82,82 0 -1471,08 61,09 0 -1193,7 86,28 0
1 1070,84 6,42 27,4 -2146,48 -49,89 0 -528,32 74 ,96 0 -1028,2 136,41 0
2 795,74 6,78 20,6 -1652,41 -34,25 0 -756,93 68,25 0 -883,92 97,88 0
3 582,54 6,37 15,4 -1303,52 -28,16 0 -662,07 89,87 0 -98,21 116,68 0
4 393,71 5,64 10,6 -949,71 -20,96 0 -566,71 76,97 0 -101,77 99,4 0
5 255,29 4,73 7 -777,78 -85,99 0 -473,55 89,93 0 -186,26 62,26 0
6 155,05 3,8 4,4 -615,34 -91,23 4,6 -107 33,64 0 -208,97 68,07 0
7 70,68 2,31 2,2 -453,08 -53,43 0 -382,41 100,01 8,4 -106,32 108,22 16,4
8 39,11 0,74 1,2 -301,08 -69,6 5,6 -191,87 57,22 4,8 -214,34 81,09 8,8
9 20,19 0,82 0,6 -159,34 -76,82 11 -96,6 60,53 7,8 -113,44 88,08 12,6
Tableau (VIII. 4) : les sollicitations (M.N) des poteaux non adhérent aux voiles.

N
max
et M
correspond
N
min
et M
c or
M
max
(22) N
corre
M
max
(33) N
corre

étage N(KN) M(KN.M) A
s
N(KN) M(KN.M) A
s
N M A
s
N M A
s

1s/sol 1360,9 7,08 34,8 -4503.26 -107,75 0 974,56 94,21 24,4 871,39 141,49 0
RDC 1640,90 7,08 41,8 -4223,26 -107,75 0 1254,56 94,21 41,4 1151,39 141,49 43,6
1 1308,72 7,34 33,4 -2916,45 -74,1 0 1186,77 54,79 35,4 1081,11 73,9 34,8
2 1047,77 8,68 32,2 -2170,73 -26,97 0 960,9 40,95 28,8 708,78 81,9 27,2
3 862,19 10,78 22,8 -1636,52 -28,09 0 -180,85 35,71 0 429,91 79,18 19,8
4 580,9 8,72 15,6 -1152,95 -24,47 0 -150,91 28,79 0 236,97 62,35 13,8
5 382,68 8,48 10,6 -813,9 -29,11 0 -132,33 32,98 0 -106,42 112,04 0
6 239,13 7,91 7 -582,66 -31,13 0 -107,00 33,64 0 --208,97 68,07 0
7 110,08 3,95 3,4 -333,69 -17,91 0 -49,47 17,01 1,4 2,91 10,9 1,8
8 117,91 23,53 6,8 -267,19 -5,14 0 -21,61 20,45 2,6 -58,15 47,4 6,4
9 88,62 27,04 6,6 -181,17 -8,65 0 -6,82 24,63 3,8 -10,96 49,44 8
Tableau (VIII. 5) : les sollicitations (M.N) des poteaux adhérent aux voiles.



97
97
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VIII. 1.8 Choix des barres :

étage A
s
(sollicitation)

A
s
max
RPA
A
s
min RPA A
s
(CNF) A
s
adopte Choix des barres
1s/sol 31 121 27,22 3,28 37,7 12HA20
RDC 36,45 121 27,22 3,28 37,7 12HA20
1 27,4 121 27,22 3,28 28,65 4HA20+8HA16
2 20,6 100 22,5 2,71 28,65 4HA20+8HA16
3 15,4 100 22,5 2,71 28,65 4HA20+8HA16
4 10,6 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
5 7 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
6 4,4 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
7 2,2 49 11,02 1,33 13,58 12HA12
8 1,2 49 11,02 1,33 13,58 12HA12
9 0,6 49 11,02 1,33 13,58 12HA12
Tableau (VIII. 6) : Choix des barres des poteaux non adhérent aux voiles.

étage A
s
(sollicitation)

A
s
max
RPA
A
s
min RPA A
s
(CNF) A
s
adopte Choix des barres
1s/sol 34,8 121 27,22 3,28 51.84 4HA25+8HA20
RDC 41,8 121 27,22 3,28 51.84 4HA25+8HA20
1 33,4 121 27,22 3,28 37,7 12HA20
2 32,2 100 22,5 2,71 37,7 12HA20
3 22,8 100 22,5 2,71 37,7 12HA20
4 15,6 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
5 10,6 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
6 7 81 18,22 2,20 18,48 12HA14
7 3,4 49 11,02 1,33 13,58 12HA12
8 6,8 49 11,02 1,33 13,58 12HA12
9 6,6 49 11,02 1,33 13,58 12HA12

Tableau (VIII. 7) : Choix des barres des poteaux adhérent aux voiles.






98
98
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

VIII. 1.9 Justification des poteaux sous l’effet de l’effort tranchant :

• Vérification de la contrainte de cisaillement
La contrainte de cisaillement conventionnelle calculé dans le béton τ ττ τ
bu
sous
combinaison sismique doit être inférieure ou égale à la valeur limite suivante:
28 c d bu
f ρ τ = (Art 7.4.3.1 RPA99)
Où ρ
d
est égal à 0,075 si l'élancement géométrique, dans la direction considérée, et
supérieur où égal à 5, et à 0,04 dans le cas contraire
où τ
u
: contrainte de cisaillement
T
u
: effort tranchant sous combinaison sismique de la section étudiée
b
o
: la largeur de la section étudiée
d : la hauteur utile
La contrainte de cisaillement est limitée par une contrainte admissible τ
u
égale à : 0
Selon le C.B.A : Art A .5.1.2.1 :
τ
u
< min (0,2 f
c28
/γ ; 5MPa)…… pour une fissuration peu nuisible
τ
u
< min (3,69 ;5MPa) = 3,69 Mpa.
Selon RPA99 :Art 7.4.3.1 :
τ
b
= ρ
0
f
c28
ρ
0
= 0,075 si λ > 5
ρ
0
= 0,040 si λ < 5
Détermination de ρ
a
:

Calcul de λ
g
:
λ
g
= min ( l
f
/ a ; l
f
/ b ) = 5,6

Les résultats des calcule des contraintes de cisaillement dans les poteaux les plus sollicités à
chaque niveau et dans les deux plans sont récapitulés dans le tableaux qui suivent













99
99
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Ms
Me Mw
Mn



On τ
umax
= 0,535 < 3,69 Mpa => donc la condition de C.B.A (A.5.1.2.1) est vérifie.

VIII. 1.10 Dimensionnement du noeud vis-à-vis des moments fléchissant :
D’après l’article 7.6.2 de RPA ,il convient de vérifier pour les portiques participent au
système de contreventement que la somme des moments résistants ultimes des extrémités de
poteaux ou montants aboutissants au noeud est au moins égale en valeur absolu à la somme
des valeurs absolus des moments résistants ultimes des extrémité des poutres ou travers
affectés d’un coefficient majorateur de 1.25 .Cette disposition tend à faire en sorte que les
rotules plastiques se forment dans les poutres plutôt que dans les poteaux.
( ) Me Mw Ms Mn + ≥ + 25 . 1
103,43+ 94,54 ≥ 1,25(34,50+87 ,32)
197,97≥ 152,27 KN
La condition est vérifiée.






étage Vu

τ
u
λ ρ
b
τ
ub
[Mpa] τ
u
≤τ
ub

1 0,042 0,383 7,27 0,075 1,875 vérifie
2 0,044 0,396 5,45 0,075 1,875 vérifie
3 0,047 0,425 5,45 0,075 1,875 vérifie
4 0,082 0,447 5,45 0,075 1,875 vérifie
5 0,086 0,473 5,45 0,075 1,875 vérifie
6 0,090 0,495 5,45 0,075 1,875 vérifie
7 0,109 0,483 5,45 0,075 1,875 vérifie
8 0,114 0,506 5,45 0,075 1,875 vérifie
9 0,128 0,470 5,45 0,075 1,875 vérifie
RDC 0,146 0,535 5,45 0,075 1,875 vérifie
1s/sol 0,146 0,535 5,45 0,075 1,875 vérifie
Figure VIII.1.10: Dimensionnement d’un noud poutre -poteau



100
100
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

VIII. 1.11 Vérification à L’ ELS :

Après avoir fait le calcul du ferraillage longitudinal des poteaux à l’ELU, il est nécessaire de
faire une vérification à l’état limite de service.
les contraintes sont calculées à l’E LS sous les sollicitations de (N
ser
, M
ser
)
la fissuration est considérée peu nuisible donc pas de limitation des contraintes
de traction de l’acier
la contrainte du béton est limitée par : σ
bc
= 0,6 fc28 = 15 MPA
les poteaux sont calculée en flexion composée, et pour calculée la contrainte σ
bc
de
chaque section il faut suivre l’organigramme de la flexion composée suivant à l’ELS
Nous avons les notions suivantes :
B
0
= b x h +15 (A
1
+A
2
)
V
1
=
(
¸
(

¸

+ + ) ( 15
2
1
2 1
2
0
d A c A
bh
B

V
2
= h –v1
I = ) ) 2 2 ( ) 1 1 ( ( 15 ) (
3
2
2
2
1
2
3 3
1
c v x A c v A x v v
b
− + − + +

b
A


S






A
1
d
h
C1
C2
ψ
1
ψ
2
A
2



101
101
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007


e
0
=M
ser
/N
ser
N
ser
-COMPRESSION N
ser
-TRACTION
( )
2 0 0
. / 1 V B e ≤
S.E.C
[ ] ( ) [ ] I V M B N
ser ser b
/ . /
1 0
+ = ′ σ

[ ] ( ) [ ] I V M B N
ser ser b
/ . /
2 0
2
− = σ
( )
(
¸
(

¸

+ =
I
C V M
B
N
ser ser
S
1 1
0
1
.
15 σ
( )
(
¸
(

¸

− =
I
C V M
B
N
ser ser
S
2 2
0
2
.
15 σ
( ) e h e − ≤ 2 /
0

S.E.T
Z A
a N
ser
.
.
1
1
= σ
( )
Z A
a Z N
ser
.
.
2
2

= σ
( ) ( )
(
¸
(

¸

− +
(
¸
(

¸



− − = C d
b
A
C C
b
A
C P
S S
.
. 90
.
. 90
. 3
4 2

( ) ( )
(
¸
(

¸

− −
(
¸
(

¸

− − − =
2
2
4
4
3
.
. 90
.
. 90
. 2 C d
b
A
C C
b
A
C q
S S

0 .
2
3
2
= + + q y p y
c y y + =
2 1
( ) ( ) ( ) [ ]
1
4
1
4 2
1
. . . 15 2 / . y d A c y A y b S
S S
− − − + =
K=N
ser
/S
σ
b

=K.Y
1
σ
S

=15.K.(Y
1
-C

)
σ
b
=15.K.(d – Y
1
)
S.P.C
Non
Oui
Oui Non
ORGANIGRAMME
FLEXION COMPOSEE A
E.L.S




102
102
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

Les résultats sont donnés par les tableaux suivants :

Tableau (VIII. 8) : Vérification al’ ELS


VIII. 1.12 Armatures transversales :

On vérifié la condition préconise par le RPA99 :


e t
u a t
f h
V
t
A
.
ρ
= RPA99 (Art 7.4.2.2)

ρ
a
: est un coefficient correcteur.
t : l’espacement des armatures transversales.

Vérification des cadres des armatures minimales « RPA Art 7.4.2.2 » :
Soit la quantité d’armature minimale.
¹
´
¦
≤ ⇒
≥ ⇒
=
3 % 8 . 0
5 % 3 . 0
(%)
1 g si
g si
tb
At
λ
λ


L’espacement : D’après RPA99 (art 7.4.2.2) l’espacement des armature transversales en
zone III St est fixe comme suit :
dans la zone nodale t ≤ 10cm
Niveau Section Ns (kN) Ms(kN.m)
c b σ
[Mpa]
σ
b
[Mpa] observation
1S/SOL 55x55 -1494,51 -22,98 15 5,8 vérifiée
RDC 55x55 -1316,56 -22,98 15 5,2 vérifiée
1 55x55 -1138,61 -86,06 15 6,9 vérifiée
2 50x50 -979,12 -65,85 15 7,1 vérifiée
3 50x50 -833,97 -69,59 15 6,7 vérifiée
4 45x45 -695,98 -55,71 15 7,1 vérifiée
5 45x45 -569,17 -62,96 15 7,4 vérifiée
6 45x45 -450,39 -66,8 15 8,7 vérifiée
7 35x35 -331,75 -39,13 15 11,1 vérifiée
8 35x35 -220,7 -50,96 15 0,42 vérifiée
9 35x35 -117,2 56,34 15 0,35 vérifiée



103
103
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
dans la zone courante t ≤ Min (b
1
/2, h
1
/2, 10Ф
l
)
Où Ø est le diamètre des armatures longitudinales du poteau.

Exemple de calcul :

Calcul des armatures transversal des poteaux de RDC :

L’espacement :
en zone nodale t ≤ 10cm
On prend une valeur de t=10cm
en zone courante
t≤ Min(0,275 ;0,2)
On prend la valeur de t = 20cm.
Détermination de ρ ρρ ρ
a
:

Calcul de λ
g
:
5 . 2 5 27 , 7 = ⇒ > = =
a
f
g
a
l
ρ λ


Détermination de A
t
:

2
3
1
31 , 3
400 55 . 0
2 . 0 10 . 146 5 . 2
.
.
.
cm t
f h
v
At
e
u a
=
×
× ×
= =

ρ



Soit 3 cadres de Φ
8
=> A
t
= 3,31 cm
2


Vérification des cadres des armatures minimales :
Soit la quantité d’armature minimale.

¹
´
¦
≤ ⇒
≥ ⇒
=
3 % 8 . 0
5 % 3 . 0
(%)
1 g si
g si
tb
At
λ
λ


On a λ
g
= 7,27 ⇒ A
t
/ t b
1
= 0,46%

0.3%
Donc la condition est vérifiée.














104
104
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Le reste de calcul se résume comme suit :

étage Vu

A
t
espacement Choix des barres A
t
choisis A
t
/b.t A
t
/b.t

0,3
9 0,042 0,9 12 3 cadres Φ
8
3,02 0,719 vérifie
8 0,044 0,94 12 3 cadres Φ
8
3,02 0,719 vérifie
7 0,047 1,00 12 3 cadres Φ
8
3,02 0,719 vérifie
6 0,082 1,36 12 3 cadres Φ
8
3,02 0,559 vérifie
5 0,086 1,43 12 3 cadres Φ
8
3,02 0,559 vérifie
4 0,090 2 16 3 cadres Φ
8
3,02 0,419 vérifie
3 0,109 2,18 16 3 cadres Φ
8
3,02 0,378 vérifie
2 0,114 2,28 16 3 cadres Φ
8
3,02 0,378 vérifie
1 0,128 2,90 20 1 cadres Φ
10
+ 2 cadres Φ
8
3,58 0,325 vérifie
RDC 0,146 3,31 20 1 cadres Φ
10
+ 2 cadres Φ
8
3,58 0,325 vérifie
1s/sol 0,146 3,31 20 1 cadres Φ
10
+ 2 cadres Φ
8
3,58 0,325 vérifie


VIII.2 Ferraillage des poutres :
Les poutres sont des éléments non exposée aux intempéries et sollicitées par des
moments de flexion et des efforts tranchants, Donc le calcul se fera en flexion simple avec les
sollicitations les plus défavorables en considérant la fissuration comme étant peu nuisible.
VIII.2.1 Les combinaisons de calcul :
• 1.35 G + 1.5 Q selon C.B.A
• G + Q
±
E selon RPA99
• 0.8 G
±
E selon RPA99
La combinaison ( 1,35G+1,5Q) ) nous permettra de déterminer le moment maximum en
travée.
La combinaison (G + Q
±
E ) donne le moment négatif maximum en valeur absolue sur
les appuis et permettra de déterminer le ferraillage supérieur au niveau des appuis.
La combinaison (0.8 G
±
E ) nous permettra de déterminer le moment négatif ou positif
minimum en valeur absolue sur les appuis et permettra dans le cas où M > 0 de déterminer
le ferraillage au niveau des appuis.





105
105
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VIII.2.2 Ferraillage longitudinal :
Les étapes de calcul sont données dans l’organigramme ci après. Néanmoins il faut
respecter les pourcentages minimaux données par les CBA et RPA99
Ferraillage minimal d’après C.B.A (Condition de non fragilité).
A
s

A
min
=
e
t o
f
f d b
28
23 . 0 × × ×

Pour les poutres principales ( 35 * 45 ) A
min
= 1.90cm²
Pour les poutres secondaires (30* 35 ) A
min
= 1,26cm²
VIII.2.2.1 Pourcentage des aciers d’après Art 7.5.2.1 RPA99 :
le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur
de la poutre est de 0,5% en toute section. => A
min
= 0.5% *( b * h )
Pour les poutres principales ( 35 * 45 ) A
min
= 7,87cm²
Pour les poutres secondaires ( 30 * 35) A
min
= 5,25cm²
Le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux est de :
- 4% en zone courante
- 6% en zone de recouvrement
Pour les poutres principales ( 35 × 45)
4 % en zone courante ⇒ A
max
= 63 cm²
6 % en zone de recouvrement ⇒ A
max
= 94,5 cm²
Pour les poutres secondaires ( 30 × 35)
4 % en zone courante ⇒ A
max
= 42 cm²
6 % en zone de recouvrement ⇒ A
max
= 63 cm²
La longueur minimale de recouvrement est 50 φ en zone III
VIII.2.3 Calcul des armatures transversal :
Pour reprendre l’effort tranchant et limiter les fissures des armatures transversales sont
disposées en cours successifs plans et normaux à L’axe longitudinal de la pièce. Dans chaque
cours elles forment une ceinture continue sur le contour de la pièce et embrassent toutes les
armatures longitudinales.
VIII.2.4 Vérifications des règlements :
VIII.2.4.1 Vérifications de RPA99 (Art 7.5.2.2) :
La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par : A
t
= 0.003.S
t
.b
L'espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme suit:



106
106
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
- Dans la zone nodale et en travée en prend le : min (h/4, 12φ)
- En dehors de la zone nodale: s≤ h/2 :La valeur du diamètre φ des armatures
longitudinales à prendre est le plus petit diamètre utilisé, et dans le cas d'une Section en travée
avec armatures comprimées, c'est le diamètre le plus petit des aciers comprimés qu’il faut
considérer.
VIII.2.4.2 Vérification de la contrainte tangente :
Les règles C.B.A (A.5.1) considérant la contrainte tangente conventionnelle ou nominale
comme étant :
u
τ =
d b
V
u
0

τ
u
doit vérifier la condition :
τ
u

u
τ = min (0,2f
c28
/γb , 5MPA) = 3,33MPA (fissuration peu nuisible ).
VIII.2.4.3 Disposition constructives : l’article (A.5.1.2.2) de C.B.A nous donne :
espacement S
t
des cours d’armatures transversales :
( ) cm d S
t
40 ; 9 . 0 min ≤

section minimale A
t
des cours d’armatures transversales : Mpa
S b
f A
t
e t
4 . 0
0

VIII.2.4.4 Vérification de la flèche :
D’après l’Article B 6.5.1 de C.B.A On peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de
justifier l’état limite de déformation des poutres par un calcul de flèche si les conditions
suivantes sont vérifiées
h/L ≥ 1/16
A
s
/ b.d ≤ 4,2 / fe

0
10M
M
l
h
t

VIII.2.5 Exemple d’application :
Les armatures seront calculées à l’état limité ultime « ELU » sous l’effet des sollicitations les
plus défavorables.
On a :
b×h = 35×45 , L= 4,4 m .
M max (sur l’appui) = 154,97 KN.m
M max (en travée) = 64,18 KN.m
V max = 137,89 KNm




107
107
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VIII.2.5.1 Ferraillage longitudinal :
Ferraillage en travées :
M
ult
= 64,18 KN.m
D’après B.A.E.L 91 :
µ = M
u
/ (b.d².f
bu
) = 0,078
α = 1,25.(1-√1-2.µ ) = 0,101
Z = d.(1-0.4.α) = 0,388 m.
2
3
75 , 4
348 388 . 0
10 18 , 64
cm
s
u
As =
×
×
=
Ζ
Μ
=

σ

Soit 6HA12 = 6,79

Ferraillage sur appui :
M
amax
=154,97 KN.m
Donc µ = M
u
/ (b.d².f
bu
) = 0,190
µ
R =
0,392


0,186 <µ < µ
R
⇒ il n’est donc pas nécessaire de mettre des armatures
comprimées on se trouve dans le domaine 2-a ,
265 , 0 = α
Z = 0,362m.
2 63 , 10
400 362 . 0
1549 , 0
cm
s
u
As =
×
=
Ζ
Μ
=
σ


Soit 6HA16 => A
s
=12,06
Section minimale de RPA :
2
75 , 6 min cm s = Α
VIII.2.5.2 Vérification nécessaire pour les poutres :
Vérification des sections minimales exiges par RPA et C.B.A calculer précédemment:
A
S
RPA=7,87 cm
2
.
A
s
CNF

=1,29 cm
2
.
Donc les deux conditions sont vérifiées.
contrainte tangente :
V
u
max
= 137,89 KN.
τu
max
= 0,137/0,3×0,405 = 1,12 MPA.



108
108
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
τ
= min (0.2f
c28
/γb ; 5MPA) = 3,33MPA (fissuration peu nuisible ).
τu
max

<
τ
(vérifié).
Disposition constructive :
C.B.A : Espacement : S
t
≤ min (0.9d ; 40 cm).
=> S
t
≤ 40 cm.
En dehors de la zone nodale: s≤ h/2 =22,5
RPA : dans la zone nodale et en travée en prend le :
S
t
[ min (h/4, 12φ) = 11,25
Soit : S
t
= 08 cm en zone nodale.
Soit : S
t
= 16 cm. en zone courante.
Calcul de la section minimale :
C.B.A : 4 . 0
0

t
e t
S b
f A

A
t
= 0,4×0,35×0,16 / 400 = 0,56cm²
RPA : La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par :
A
t
= 0,003.S
t
.b
A
t
= 0,003x 0,16 x0,35 = 1,68 cm
2
.
Donc on adopte un cadre et un étrier de 8 Φ
4 8 Φ ⇒A
t
= 2,01cm².















6HA12
30cm
45cm
Zone de travée
3HA12
30cm
45cm
3HA14+3HA20

3HA14+3HA20
1 cadre+ 1 étrier HA8 1 cadre+ 1 étrier HA8



109
109
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Vérification de la flèche :
• h/L ≥ 1/16
• A
s
/ b.d ≤ 4,2 / fe

0
10M
M
l
h
t

1. h / l = 45 / 440 = 0,102
M
t
/ 10M
0
= 0,041
2.
e
f d b
A 2 . 4
0

A / b
0
d = 12,06 / 30*40,5 = 0,0099
4.2 / f
e
= 4,2 / 400 = 0,0105
0,0099 ≤ 0,0105
3. h/L ≥ 1/16 =>0,45/ 4,4 = 0,102 ≥ 1/16=0,0625
Toutes les conditions vérifient donc il n’est pas indispensable de vérifier la déformation par le
calcul de flèche.

VIII.2.6 Résultats de ferraillage :
Pour Le ferraillage on prend les poutres le plus sollicités selon les deux sens sens porteur et
non porteur Les résultat représenté sur les tableau suivent :


Tableau (VIII. 9) : Calcul des sections d’armatures longitudinales.




section Position
M
[kN.m]
µ α

Z(m)
A
cal

[cm
2
]
A
RPA

[cm
2
]
A
s
adopter
Choix des
barres
Travée 64,18
0,079 0,103 0,388 4,75
7,87 6,79 6HA12 Poutre
principale
Appui 154,97
0,191 0,267 0,362 10,71
7,87 12,06
6HA16
Travée 23,20
0,029 0,036 0,399 1,67
5,25 5,75
3HA12+3HA10
Poutre
secondaire
Appui 78,35
0,096 0,127 0,384 5,09
5,25 5,75
3HA12+3HA10



110
110
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007

VIII.2.7 la Vérification de la contrainte tangentielle :
Les résultats de la Vérification de la contrainte tangentielle sont représenté sur le tableau
suivent :
section Vu τu
max
τ
τu
max

<
τ

poutre principale 137,89 0,972 3,33 vérifie
poutre secondaire 21,43 0,226 3,33 vérifie

VIII.2.8 Vérification à L’ ELS :
Après avoir fait le calcul du ferraillage longitudinal des poutres à l’ELU, il est
nécessaire de faire une vérification à l’état limite de service,
les contraintes sont calculées à l’E LS sous le moment (
,
M
se r
).
la fissuration est considérée peu nuisible donc pas de limitation des contraintes de
traction de l’acier.
la contrainte du béton est limitée par : σ
bc
= 0,6 fc28 = 15 MPA
Les poutre sont calculée en flexion simple, et pour calculée la contrainte σ
bc
de chaque poutre
il faut suivre les étapes suivants :
• Calcul de la position de l’axe neutre : S =
2
b
y
2
+ n A’s ( y-c’) –nAs (d-y) = 0
• Calcul du moment d’inertie : I =
3
b y
3
+ n A’s (y-c’)
2
+ n As (d-y)
2

• Où : As : section d’armatures tendue
A’s : section d’armatures comprimées
n : 15 coefficient d’équivalence
• Calcul des contraintes :
y
I
M
ser
b
= σ
Vérification des contraintes
Compression du béton
σ
b
≤ σ
bc
= 0,6 f
c28
= 15 MPa














111
111
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Les résultats des vérifications sont présentés dans les tableaux ci après :


VII .3 Ferraillage des voiles :
VII .3.1 Stabilité des constructions vis-à-vis les charges latérales :
Du point de vue de la stabilité sous charges horizontales (vent, séisme), on distingue
différents types des structures en béton armé :
- Structures auto stables.
- Structure contreventée par voiles.
Dans notre projet, la structure est contreventée par des voiles et portiques , dont le but est
d’assurer la stabilité (et la rigidité) de l’ouvrage vis à vis des charges horizontales.
VII .3.2 Rôle de contreventement :
Le contreventement a donc principalement pour objet :
Assurer la stabilité des constructions non auto stable vis à vis des charges horizontales et de
les transmettre jusqu’au sol.
De raidir les constructions, car les déformations excessives de la structure sont source de
dommages aux éléments non structuraux et à l’équipement.
VII .3.3. Ferraillage des voiles :
Les voiles seront calculés en flexion composée sous l’effet des sollicitations qui les
engendrent, le moment fléchissant et l’effort normal sont déterminés selon les combinaisons
comprenant la charge permanente, d’exploitation ainsi que les charges sismiques.
VII .3.3.1 combinaison :
Selon le règlement parasismique Algérienne (RPA 99) les combinaisons à considérer dons
notre cas (voiles) sont les suivants :
E Q G ± +
E G ± 8 . 0

section Position Mser [Kn.m] A
S
y (m) σ
b
MPA σ
bc
MPA Condition
Travée
45,95
6,79
12,6
5,8 15 Vérifiée
Poutre principale
Appui
68,35
12,06
15,8
7,1
15 Vérifiée
Travée
17,01
5,75
3,8
3,8
15 Vérifiée

Poutre secondaire
Appui
30,46
5,75
10,8
6,9
15 Vérifiée



112
112
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VII .3.3.2 Prescriptions imposées par RPA99 :
VII .3.3.2.1 Aciers verticaux :
Le ferraillage vertical sera disposé de telle sorte qu’il puisse reprendre les contraintes
induites par la flexion composée, en tenant compte des prescriptions composées par le RPA
99 et décrites ci-dessous :
L’effort de traction engendré dans une partie du voile doit être repris en totalité par
les armatures dont le pourcentage minimal est de 0.20%, de section horizontale du béton
tendu.
Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres
horizontaux dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur des voiles.
A chaque extrémité de voile, l’espacement des barres doit être réduit du dixième de
la longueur de voile (L/10), cet espacement doit être inférieur ou égal à 15 cm (s
t
≤15cm).
Si des efforts importants de compression agissent sur l’extrémité, les barres
verticales doivent respecter les conditions imposées aux poteaux. Les barres du dernier
niveau doivent être munies de crochets à la partie supérieure. Toutes les autres barres n’ont
pas de crochets (jonction par recouvrement).
VII. 3.3.2.2 Aciers horizontaux :
Comme dans le cas des aciers verticaux, les aciers horizontaux doivent respecter
certaines prescriptions présentées ci après :
Les armatures horizontales parallèles aux faces du mur doivent être disposées sur chacune
des faces entre les armatures verticales et la paroi du coffrage et doivent être munie de
crochets à (135°) ayant une longueur de 10Φ.
VII. 3.3.2.3 Règles générales :
Les armateurs transversaux doivent respectes les disposition suivantes :
L’espacement des barres verticales et horizontales doit être inférieur à la plus petite
valeur de deux valeurs suivantes.

cm S
e S
30
. 5 . 1


Article 7.7.4.3 RPA
e : épaisseur du voile
Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins quatre épingles au
mettre carrée. Dans chaque nappe, les barres horizontales doivent être disposées vers
l’extérieure.



113
113
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles (à l’exception des zones
d’about) ne devrait pas dépasser
10
1
de la l’épaisseur du voile.
Les longueur de recouvrement doivent être égales à :
40Φpour les barres situées dans les zones ou le renversement du signe des efforts sont
possibles.
20Φ pour les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes les
combinaisons des charges possibles.

VII .3.3.2 Ferraillage vertical :
Le calcul se fera pour des bandes verticales dont la largeur d est déterminée à partir de :
)
3
2
; min(
L
he d ≤ Article 7.7.4 RPA 99 (version 2003)
L : est la longueur de la zone comprimée.
Pour déterminer les armatures verticales, on utilisera la méthode des contraintes.
Pour le ferraillage on a partagé l’ouvrage en cinq zones.
Zone I : RDC.
Zone II : 1
ème
étage.
Zone III 2
ème
-3
ème
étage.
Zone IV 4
ème
- 6
ème
étage.
Zone V 7
ème
- 9
ème
étage.



Exemple d’application :
Nous proposons le calcul détaillé en prenant les voiles P4 (L= 2,15m) en zone I :
-Détermination des sollicitations sous la combinaison E Q G ± +
N = 1024,42 KN (traction) I=(0,2×2,15
3
)/12= 0,165 m
4

M= 700,84 KN .m Ω =0,43m
2
v = h/2 = 1,075 m.
Armatures verticales:
σ
1
=
I
v M N .
+

=
165 , 0
075 , 1 84 , 700
43 , 0
42 , 1024 x
+
σ
1
= 6,984 Mpa.

Figure (VII.2): Schéma de voile



114
114
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
σ
2
=
I
v M N .


=
165 , 0
075 , 1 84 , 700
43 , 0
42 , 1024 x

σ
2
= - 2,183 Mpa.


L
t
= L(
2 1
2
σ σ
σ
+
) =2,15.(
183 , 2 984 , 6
984 , 6
+
) = 1,638 m
L

= L-L
t
= 2,15 - 1,63 = 0,51 m
d ≤ min( 2,15/2, (2/3)×0,51) = 0,34 m soit : d = 0,34 m
tg α = σ
2
/ L
t
= -2,183/1,638 = -1,332
tg α = σ
2

/( L
t
-d) ⇒ σ
2

= tg α (L
t
-d) = -1,728 Mpa







σ
2


=
'
'
1 1
'
1
.
I
v M N
+

= -1,728 Mpa
σ
2
=
'
'
1 1
'
1
.
I
v M N


= -2,183 Mpa

I

= (0,2×0,34
3
)/12=0,00065m
4

v
'
= 0,34/2= 0,17m


= 0,2×0,34= 0,068 m
2
Donc:
N
1
= (Ω

/2)×( σ
2
+ σ
2

) ⇒ N
1
= -0,132MN.
M
1
=(I

/2v

)×( σ
2

- σ
2
) ⇒ M
1
= 0,00068 MN.
e
0
=
1
1
N
M
= -0,0065m < d/6 et N est un effort de traction⇒ S.E.T (section entièrement tendue).
L




e

L'


Lt
d
σ
2
= - 2,183 Mpa

σ
2

= -1,728 Mpa


d = 2 m



115
115
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007








Soit : c = c

= 5 cm
e
1
= d/2 –e
0
–c =0,126m
e
2
=h/2 +e
0
–c

= 1,018 m
A
s
= N
1
×e
2
/ (e
1
+e
2
)×f
e
= 2,93 m
2

A
s

= N
1
×e
1
/ (e
1
+e
2
)×f
e
= 0,36cm
2

A
s
= A
s
+ A
s

= 3,29 cm
2
A
s
/ml/face = 4,83 cm
2

Armatures minimales de RPA 99:
Dans la zone tendu (d’about) :D’après le RPA 99 (Art 7.7.4.1):
A
RPA
=0,20% b L
t

b :épaisseur du voile
L
t
: longueur de la section tendue
A
RPA
=0,002×0,2×1,638= 6,55cm
2

A
RPA
/ml/face= 9,63 cm
2
/ml/face.
Dans la zone courante:D’après le RPA 99 (Art 7.7.4.3):
A
min
=0,10%×b×l =0,10%×0,2×2,15 = 4,3cm
2
A
min
/ml/face= 4,3/(2×2,15) = 1,0 cm
2
/ml/face.
Donc : A
SV
= max (A
s
,A
RPA
) .
Le ferraillage sera fait pour la moitie de voile à cause de la symétrie :
En zone courante : A
S
= 2x 4,3x(2,15/2 ) = 9,24 cm
2
( pour les 2 face ).
En zone d’about : A
S
= 2x 9,63x (2,15/2 )= 20,70cm
2
( pour les 2 face ).
Choix des barres :
En zone courante : soit 20HA12. (A
S
= 22,6 cm
2
)
En zone d’about : soit. 10HA12 (A
S
=11,30 cm
2
)
espacement :
En zone courante : S
t
≤ min (1.5e, 30)=30 cm.



116
116
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Soit : S
t
=20cm.
En zone d’about : S
ta
= S
t
/2=10cm.

Les tableaux suivants représentent le calcul détaillé de ferraillage vertical :
Le ferraillage minimal exige par RPA est :
En zone courante : A
S
= 0,2 %x (0,2/2 ) = 2 cm
2
/ml (pour une face)
En zone d’about : A
S
= 0,1%x (0,2/2 ) = 1cm
2
/ml (pour une face)
Le ferraillage sera fait pour 1 m.l pour une seule face.
Trumeaux L N(t) M(t)
As
(cm2)
As

As adopter
z. d’about
As adopter
Z. courante
barres
z. d’about
barres
Z. courante
P1 1,9 0,3435 0,0243 1,03 0,71 2 1 10 HA10
5 HA10
P3,P2 5,45 2,5034 0,0288 13,73 3,73 3,73 3,73
10 HA10 5 HA10
P4,P21 2,15 1,0244 0,7008 2,77 2,71 2,71 2,71
10 HA10 5 HA10
P5,20 4,1 0,6472 2,1780 12,65 3,87 3,87 3,87
10 HA10 5 HA10
P6,P22 1,45 0,2778 0,2415 3,26 3,11 3,11 3,11
10 HA10 5 HA10
P7,P18 0,8 0,0760 0,0405 1,07 1,78 2 1,78
10 HA10 5 HA10
P8,P19 0,8 0,1206 0,0380 0,59 1,28 2 1,28
10 HA10 5 HA10
P9,P16 1,55 0,7283 0,2431 0,3 0,86 2 1
10 HA10 5 HA10
P10,P17 1,9 0,6000 0,4042 2,24 2,23 2,23 2,23
10 HA10 5 HA10
P11,P15 5,05 1,9001 4,1168 11,43 3,7 3,7 3,7
10 HA10 5 HA10
P12,P14 2,05 0,7377 0,5010 2,26 2,22 2,22 2,22
10 HA10 5 HA10
P13 4,25 0,1773 2,4788 18,36 6,17 6,17 6,17 10 HA10 6 HA12

Tableau (VIII. 10 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 01(pour 1ml)











117
117
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Trumeaux L N(t) M(t)
As
(cm2)
As

As adopter
z. d’about
As adopter
Z. courante
barres
z. d’about
barres
Z. courante
P1 1,9 0,2335 0,0131 0,99 0,66 2 1 10 HA10 5 HA10
P3,P2 5,45 2,4298 0,0067 12,07 4,02 4,02 4,02 10 HA10 5 HA10
P4,P21 2,15 0,9812 0,4725 0,54 0,98 2 1 10 HA10 5 HA10
P5,20 4,1 0,9580 2,4712 12,21 4,07 4,07 4,07 10 HA10 5 HA10
P6,P22 1,45 0,4186 0,1101 0,02 0,16 2 1 10 HA10 5 HA10
P7,P18 0,8 0,1512 0,0103 0,23 0,58 2 1 10 HA10 5 HA10
P8,P19 0,8 0,1880 0,0094 0,46 0,92 2 1 10 HA10 5 HA10
P9,P16 1,55 0,6200 0,1016 0,52 0,92 2 1 10 HA10 5 HA10
P10,P17 1,9 0,5260 0,2310 0,36 0,67 2 1 10 HA10 5 HA10
P11,P15 5,05 1,8080 3,6328 9,11 3,10 3,10 3,10 10 HA10 5 HA10
P12,P14 2,05 0,4657 0,2562 0,67 0,87 2 1 10 HA10 5 HA10
P13 4,25 0,2907 2,2165 15,30 5,10 5,10 5,10 10 HA10 6 HA12
Tableau (VIII. 10 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 02

Trumeaux L N(t) M(t)
As
(cm2)
As

As adopter
z. d’about
As adopter
Z. courante
barres
z. d’about
barres
Z. courante
P1 1,9 0,2653 0,0102 1,25 0,88 2 1 10 HA10 5 HA10
P3,P2 5,45 2,2699 -0,0039 11,35 3,78 3,78 3,78 10 HA10 5 HA10
P4,P21 2,15 0,8352 0,4280 0,68 1,04 2 1,04 10 HA10 5 HA10
P5,20 4,1 0,7598 2,1768 11,53 3,84 3,84 3,84 10 HA10 5 HA10
P6,P22 1,45 0,4083 0,1172 0,08 0,33 2 1 10 HA10 5 HA10
P7,P18 0,8 0,1357 0,0154 0,02 0,16 2 1 10 HA10 5 HA10
P8,P19 0,8 0,1716 0,0143 0,15 0,50 2 1 10 HA10 5 HA10
P9,P16 1,55 0,5644 0,1024 0,31 0,68 2 1 10 HA10 5 HA10
P10,P17 1,9 0,4998 0,2022 0,19 0,46 2 1 10 HA10 5 HA10
P11,P15 5,05 1,6788 3,1478 7,10 2,55 2,55 2,55 10 HA10 5 HA10
P12,P14 2,05 0,3226 0,2214 1,02 0,99 2 1 10 HA10 5 HA10
P13 4,25 0,3258 1,9190 12,59 4,20 4,20 4,20 10 HA10 6 HA10
Tableau (VIII. 11) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 03




118
118
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
Trumeaux L N(t) M(t)
As
(cm2)
As

As adopter
z. d’about
As adopter
Z. courante
barres
z. d’about
barres
Z. courante
P1 1,9 0,2909 0,0062 1,49 1,10 2 1,10 10 HA10 5 HA10
P3,P2 5,45 1,8318 -0,0044 9,17 3,06 3,06 3,06 10 HA10 5 HA10
P4,P21 2,15 0,4759 0,2995 0,97 1,05 2 1,05 10 HA10 5 HA10
P5,20 4,1 0,3415 1,4357 9,06 3,02 3,02 3,02 10 HA10 5 HA10
P6,P22 1,45 0,3214 0,0997 0,13 0,39 2 1 10 HA10 5 HA10
P7,P18 0,8 0,1241 0,0105 0,10 0,35 2 1 10 HA10 5 HA10
P8,P19 0,8 0,1591 0,0094 0,31 0,69 2 1 10 HA10 5 HA10
P9,P16 1,55 0,4542 0,0779 0,32 0,62 2 1 10 HA10 5 HA10
P10,P17 1,9 0,4098 0,1401 0,02 0,11 2 1 10 HA10 5 HA10
P11,P15 5,05 1,3360 2,0593 3,15 1,38 2 1,38 10 HA10 5 HA10
P12,P14 2,05 0,0939 0,1498 1,69 1,05 2 1,05 10 HA10 5 HA10
P13 4,25 0,4049 1,2834 6,77 2,26 2,26 2,26 10 HA10 5 HA10
Tableau (VIII. 12 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 04
Trumeaux L N(t) M(t)
As
(cm2)
As

As adopter
z. d’about
As adopter
Z. courante
barres
z. d’about
barres
Z. courante
P1 1,9 0,2294 0,0020 1,24 0,95 2 1 10 HA10 5 HA10
P3,P2 5,45 1,0403 0,0073 5,13 1,71 2 1,71 10 HA10 5 HA10
P4,P21 2,15 0,0920 0,1402 1,43 0,87 2 1 10 HA10 5 HA10
P5,20 4,1 0,0463 0,5447 4,14 1,43 2 1,43 10 HA10 5 HA10
P6,P22 1,45 0,1723 0,0623 0,18 0,37 2 1 10 HA10 5 HA10
P7,P18 0,8 0,0969 0,0054 0,21 0,44 2 1 10 HA10 5 HA10
P8,P19 0,8 0,1206 0,0043 0,40 0,69 2 1 10 HA10 5 HA10
P9,P16 1,55 0,2894 0,0224 0,89 0,82 2 1 10 HA10 5 HA10
P10,P17 1,9 0,2534 0,0761 0,00 0,04 2 1 10 HA10 5 HA10
P11,P15 5,05 0,7371 0,7986 0,30 0,26 2 1 10 HA10 5 HA10
P12,P14 2,05 0,0809 0,0647 0,39 0,33 2 1 10 HA10 5 HA10
P13 4,25 0,4189 0,5155 0,82 0,45 2 1 10 HA10 5 HA10

Tableau (VIII. 13 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 05.




119
119
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
VII .3.3.3 Ferraillage horizontal à l’effort tranchant :
a .Vérification des voiles à l’effort tranchant :
La vérification de la résistance des voiles au cisaillement se fait avec la valeur de l’effort
tranchant trouvé à la base du voile majoré de 40 %.
-La contrainte de cisaillement est : τ
u
=1,4 V
cal
/b
0
d
Avec :
V: l’effort tranchant à la base du voile.
-la contrainte limite est :
u
τ = 0,2f
c28
. L’article 7.7.2 RPA 99
Il faut vérifier la condition suivante : τ
u

u
τ
b. Calcul des armatures horizontales résistants à l’effort tranchant :
La section A
t
des armatures d’âmes est donnée par la relation suivante :

C.B.A 93 Art A.5.1.2.3

k =0 en cas de fissuration jugé très préjudiciable ; en cas de reprise de bétonnage non munie
d’indentation dans la surface de reprise.
K=1 en flexion simple, sans reprise de bétonnage.
K=1+3σ
cm
/f
c28
en flexion composée avec N, effort de compression.
K=1-10σ
tm
/f
c28
en flexion composée avec N , effort de traction.
σ
tm
, σ
cm
;étant la contrainte moyenne de traction et de compression obtenus en divisant
l’effort normal de calcul par la section du béton.

D’ autre part le RPA 99 prévoit un pourcentage minimum de ferraillage qui est de
l’ordre de :
0,15% : globalement dans la section des voiles.
0,10 % : dans les sections courantes.
c. Exemple d’application :
Voiles P4 :
τ
u
=1.4 V
cal
/b
0
d
τ
u
=(1,4× 0,506 )/ (2,15×0,2) = 1,64 MPa
u
τ =0,2f
c28
= 5 MPa ∃ τ
u
= 1,64 MPa ⇒ vérifiée.
Pas de reprise de bétonnage α = 90°
e
tj u s
t
T
f
k f
S b
A
. 9 . 0
) . 3 . 0 (
.
0


τ γ



120
120
Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants


Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

P.F.E 2007
e
u
t
T
f S b
A
. 8 . 0 .
0
τ

S
t
≤ min (1,5 a , 30cm) (Art7.7.4.3 RPA99).
Soit : S
t
= 20cm.
A
t
=1,63 cm
2

A
t min
(RPA) =0,10%×b
0
×L= 4,3 cm
2
(pour les deux faces)
Choix des barres
As = 4,5 cm² ml/face => Soit: 5HA10/ml/face donc As = 4,74 cm² ml/face.
Remarque :
Pour les résultants des ferraillages horizontale (effet de l’effort tranchant) ; on adopte une
même section d’armatures horizontale pour tous les voiles et à tous les niveaux. Ceci facilitera
l’exécution de ces derniers.

Les résultats sont récapitulés dans les tableaux suivants:
voiles
P1 P3,P2 P4,P21 P5,20 P6,P22 P7,P18 P8,P19 P9,P16 P10,P17 P11,P15 P12,P14 P13
h(m) 1,9
5,45
2,15 4,1 1,45 0,8 0.8 1,55 1,9 5,05 2,05 4,25
T (KN)
14,605 5,779 506,660 587,840 81,785 13,060 11,490 75,810 181,190 703,260 180,760 685,749
τ (MPa)
0,003 0,001 0,101 0,118 0,016 0,003 0,002 0,015 0,036 0,141 0,036 0,137
τ (MPa)
5
5
5 5 5 5 5 5 5 5 5 5
τ ≤ τ
oui
oui
oui oui oui oui oui oui oui oui oui oui
S
t
(cm) 20.00
20.00
20.00 20.00 20.00 20.00 20.00 20.00 20.00 20.00 20.00 20.00
A
t 0,036 0,040 1,391 3,078 0,151 0,013 0,012 0,150 0,440 4,536 0,473 3,722
A
tmin

3,8 10,9 4,3 8,2 2,9 1,6 1,6 3,1 3,8 10,1 4,1 8,5
A
t
(cm2)/mL
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Choix des
barres/(mL)
5HA8
5HA8
5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8

Tableau (VIII. 14) : Résultat de ferraillage horizontal



















CHAPITRE IX :

ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE




Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

121

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol







ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE


IX.1 Généralité :
Les éléments de fondations ont pour objet de transmettre au sol les efforts apportés par les
éléments de la structure (poteau, voiles, mur ….).
Cette transmission peut être directement (cas des semelles reposant sur le sol comme le cas des
radiers) ou être assurée par l’intermédiaire d’autre organes (par exemple, cas des semelles sur
pieux).
IX.2 Choix du type de fondation :
Le choix du type de fondation se fait suivant trois paramètres :
La nature et le poids de la superstructure.
La qualité et la quantité des charges appliquées sur la construction.
La qualité du sol de fondation.
Nous proposons en premier cas des semelles filantes pour cela, nous allons procéder à une
vérification telle que :
IX.2.1 calculs des surfaces nécessaires pour les semelles :
La surface du semelle sera déterminer en vérifiant la condition suivante :
N.B : dans ce cas en prendre σ =2 bar

semelle
S
Nser
sol
σ
Avec
sol
σ
= 2 bars=20 t/m²
sol
N
S
σ
≥ ⇒

Les surfaces des semelles isolées revenant à chaque poteau en tenant compte la symétrie de
notre structure sont données par le tableau suivant :


CHAPITRE IX
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

122

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


Semelles Nser(KN) S=Nser/σ σσ σ
(m²)
Semelles Nser (KN) S=Nser/σ σσ σ (m²)
1 389,68 1,95 15 1316,4 6,58
2 675,57 3,38 16 682,31 3,41
3 419,42 2,10 17 1148,13 5,74
4 662,09 3,31 18 704,26 3,52
5 461,21 2,31 19 1147,89 5,74
6 654,26 3,27 20 723,23 3,62
7 500,62 2,50 21 1064,3 5,32
8 627,8 3,14 22 728,28 3,64
9 508,93 2,54 23 1059,28 5,30
10 597,73 2,99 24 787,12 3,94
11 553 2,77 25 938,94 4,69
12 908,17 4,54 26 830,9 4,15
13 556,67 2,78 27 910,93 4,55
14 593,33 2,97 28 888,99 4,44

Tableau (IX.1 ): Les surfaces des semelles isolées revenantes à chaque poteau
Les surfaces des semelles revenant à chaque voile sont données par le tableau suivant :
Semelles Nser (t) S=Nser/σ σσ σ (m²) Semelles Nesr (t) S=Nser/σ σσ σ (m²)
1 926,76 4,63 8 389,63 1,95
2 2614,73 13,07 9 837,1 4,19
3 2575,08 12,88 10 767,03 3,84
4 663,56 3,32 11 1945,5 9,73
5 511,33 2,56 12 955,64 4,78
6 519,57 2,60 13 1894,47 9,47
7 402,57 2,01
Tableau (IX.2) : Les surfaces des semelles revenantes à chaque voile
• Commentaire :
On déduit que la surface total des semelles dépasse 50 % de la surface d'emprise du bâtiment ce
qui induit le chevauchement de ces semelles. Ceci nous amène à opter pour un radier général
comme fondation .Ce type de fondation pressente plusieurs avantages qui sont :
L'augmentation de la surface de la semelle (fondation) qui minimise la forte
pression apportée par la structure.
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

123

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

La réduction des tassements différentiels.
La facilité de l’exécution.

IX. 3 Etude du radier :
IX.3.1 pré dimensionnement du radier :
IX.3.1.1 calcul de surface minimale du radier :
On a N
ser
= 72084,82 KN
sol
σ
= 2bars = 200 KN.
La surface du radier est :
S ≥
200
82 , 72084
= 360,42 m²
L’emprise totale de l’immeuble est de 446 m².



IX.3.1.2 Pré dimensionnement de la dalle :
condition forfaitaire :
Lx/35 < h
2
<Lx/30
Telle que : Lx = 5,05 m entre axe des poteaux perpendiculairement aux nervures.
Donc on a : 14,42 cm < h
2
< 16,83 cm.
On choisis h
2
=15 cm.
Condition de résistance au cisaillement :
D’après le règlement A5.1.2.1 de C.B.A 93, la contrainte de cisaillement du radier doit
vérifier :
b cj
u
u
f
d b
V
γ τ / 15 , 0
.
≤ =
Où : V
u
: valeur de calcul de l’effort tranchant vis a vis l’ELU.
Schéma du radier nervuré
h
5,05
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

124

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Avec :
2
max
L q
V
u
u
×
=

L
max
: la plus grande portée de la dalle = 5,05 m.

b
cj
rad
u
u
f
h b
L
S
N
γ
τ
15 , 0
9 . 0
1
2
2
max

×
× × =

cj rad
b u
f b S
L N
h
15 , 0 2 9 . 0
max
2
× × ×
× ×

γ

On a: N
u
= 86414,16 KN => h = 3,91 cm.
Remarque :
Le calcul effectué avec h
2
=15 cm a conduit à des sections d’armatures élevées dans la
hauteur envisagée, pour le placement de cette section d’armature on a opté pour une hauteur de
la dalle de : h
2


= 40 cm
IX.3.1.3 Calcul du débordement D :

D≥Max (h
2
/2,30cm) = 20cm
Soit : D = 50 cm
D’ou : P D S S
r
× + =
S
r
: Surface de radier.
S : Surface totale de bâtiment.
P : le périphérique de bâtiment.
2
5 , 489 5 . 87 50 . 0 446 m S
r
= × + =
2
490 m S
r
=

IX.3.1.4 Pré dimensionnement de la nervure :
Le pré dimensionnement nécessite les vérifications suivantes :
condition forfaitaire :
L’épaisseur du radier général doit satisfaire
10 / 1
max
L h ≥ = 5,05 /10 = 0,50 m
Condition de la longueur élastique :
π

max
e
L 2
L
4
b
e
K
EI 4
L = : Longueur élastique
E : module d’élasticité.
I : inertie d’une bande d’un mètre de radier.
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

125

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

K : coefficient de raideur du sol.
b : largeur du radier

Avec :
12
h b
I
3
×
=
2 6
m / t 10 21 . 3 E × =
3
m / t 4000 K =

D’ou : m
E
L K
h 73 , 0
. . 48
3
4
4
max
1
= ≥
π


La valeur de l’épaisseur du radier à adopter est : h
1
= 80 cm.

IX.3.2 Vérification au poinçonnement :
Sous l’action des forces localisées, il y a lieu de vérifier la résistance du radier au
poinçonnement par l’effort tranchant.
Cette vérification s’effectue comme suit :

b c c u
f h N γ µ / . . . 045 . 0
28
≤ (Article A.5.2.4.2) C.B.A.
N
u
: la charge de calcul du poteau le plus sollicité = 1799,35 KN.
µ
c
: périmètre du conteur cisaillé = 2(a + h) = 2 ( 5,05+ 0,8 )
MPa f h N
b c c u
02 , 7 / . . . 045 . 0
28
= ≤ γ µ
Donc la condition est vérifiée.
IX.3.3 Vérification au non soulèvement (effet de sous pression) :
La condition à vérifier est :
r s
S Z F W × × δ × ≥
Avec : t W W W
rad bat
98 , 6618 490 98 , 6128 = + = + =
5 . 1 F
s
= Coefficient de sécurité
3
m / t 1 = δ : Poids volumique de l’eau
m Z 4 , 4 = : Hauteur d’ancrage du radier
t S Z F
s
3234 = × × ×δ
S Z F W
s
× × δ × ≥ ⇒Condition vérifiée







Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

126

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


IX.3.4 Caractéristiques géométriques du radier:

IX.3.4.1 Calcul des inerties et du centre de gravite du radier :
La calcul sera fait en tenant compte de symétrie suivant x :


Panneaux L
x
(m) L
y
(m) X
i
(m) Y
i
(m) S (m²) I
x
(m
4
) I
y
(m
4
)
1 3,2 3,15 1,6 15,55 10,080 8,335 8,602
2 3,2 1,45 1,6 13,22 4,640 0,813 3,959
3 1,1 3,6 2,65 10,7 3,960 4,277 0,399
4 1,1 2,65 2,65 7,57 2,915 1,706 0,294
5 3,2 2,15 1,6 5,17 6,880 2,650 5,871
6 2,85 4,7 4,62 16,3 13,395 24,658 9,067
7 2,85 5,05 4,62 11,42 14,393 30,587 9,742
8 2,85 4,8 4,62 6,5 13,680 26,266 9,260
9 2,85 4,1 4,62 2,05 11,685 16,369 7,909
10 3,1 4,9 7,6 14,9 15,190 30,393 12,165
11 3,1 5,05 7,6 11,42 15,655 33,270 12,537
12 3,1 4,8 7,6 6,5 14,880 28,570 11,916
13 3,1 4,1 7,6 2,05 12,710 17,805 10,179
14 2,9 5,05 10,6 11,42 14,645 31,124 10,264
15 4,4 4,8 11,35 6,5 21,120 40,550 34,074
16 4,4 2,55 11,35 2,82 11,220 6,080 18,102
Tableau (IX.3) : inerties et centre de gravite du radier
I
xr
= ∑ I
xg
+∑ Si (x
cr
- x
i
) ²
I
yr
= ∑ I
yg
+∑ Si (y
cr
- y
i
) ²
Avec :
I
xr
,I
yr
: Inerties totales du radier dans les deux sens.
x
cr
, y
cr
: Centre de gravité du radier .
S
i
: Aire du panneau (i) dans le repère passant par son centre de gravité.
x
i
, y
i
: Distance entre le centre de gravité et celui du panneau (i).
I
xr
= 8467,7398 m
4

I
yr
= 21524,5358 m
4


Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

127

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

IX.3.4.2 Calcul de l’excentricité :
e
x
=

x
cr
- x
g

e
y
= y
cr
- y
g

xg , yg étant les coordonnées du centre des masse de rez de chaussée.
Après calcul, les coordonnées du centre des masses du radier sont respectivement données
par : x
cr
= 13,55m
y
cr
= 8,69m
Les coordonnées du centre des masses de rez de chaussée:
x
g
= 13,56 m
y
g
= 8,33 m
Excentricité : e
x
= 0,01 m
e
y
= 0,36 m
Les valeurs du centre des masses de la superstructure et celles relatives au radier sont très
proches, l’effet de l’excentricité est donc négligeable, ce qui conduit en effet à une réaction du
sol bien uniforme.
IX.3.4.3 Calcul de la section rectangulaire équivalente:


I
x
= AB
3
/12 = 8467,7398 m
4

I
y
= BA
3
/12= 21524,5358 m
4

S
radier
= A = × B 490 m
2

Après la résolution de ces équations on a:
A= 22,95 m
B= 14,4m

IX.3.5 Vérification de la stabilité du radier :
Sous les charges horizontales (forces sismiques) il y’a naissance d’un moment de
renversement, sous cet effet les extrémités du radier doivent être vérifiées :
• Aux contraintes de tractions (soulèvement), sous la combinaison (0,8G-E).
• Aux contraintes de compression maximale sous (G+Q+E).
Les contraintes sous le Radier sont données par :
22,95 m
14,4 m
Section équivalente au
radier général
σ
σ
s
rad
y
I
M
S
N
5 , 1
2 , 1
≤ ± =
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

128

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


IX.3.5.1 Vérification de la contrainte du sol sous les charges verticales :

La contrainte du sol sous le radier ne doit pas dépasser la contrainte admissible.

N = ( N
radier
+ N
bâtiment
)= (G
radier
+ Q + G
bâtiment
)
N = (490 + 7208,48) = 7698,48t
S
rad
= 490 t ⇒ σ = N

/ S
rad
= 15,71<
sol

σ
= 20 t/m
2
vérifiée.

IX.3.5.2 Vérification de la stabilité du radier sous (0.8G
±
E) :
D’après les RPA99/Version2003 (art 10.1.5) le radier reste stable si :
4
L
N
M
e ≤ =
e : L’excentricité de la résultante des charges verticales.
M : Moment dû au séisme.
N : Charge verticale permanente.
Nous présentons dans le tableau suivant les résultats pour toutes les combinaisons considérées.
N(MN)
M
x
(MN )

M
y
(MN )

e
x
(m)

e
y
(m)

L
x
/4 L
y
/4 Obs.
0.8G + E
x
45,585 50,039 61,786 1,10 1,36
5,73 3,6 Vérifiée
0.8G - E
x

45,585 24,687 61,789 0,54 1,36
5,73 3,6 Vérifiée
0.8G + E
y

45,585 37,365 51,285 0,82 1,13
5,73 3,6 Vérifiée
0.8G – E
y

45,585 37,361 72,290 0,82 1,59
5,73 3,6 Vérifiée
Tableau (IX4) - Résultats de calcul de la stabilité du radier

IX.3.5.3 Vérification de la compression sous (G+Q+E):
Les contraintes sous le Radier sont données par :

N(MN) M
x
(MN) M
y
(MN)
σ
1
(MN)

σ
2
(MN)

σ
m
(MN)

Obs.
G+Q+E
x
63,307 51,917 75,306 0,212 0,097 0,3
Vérifiée
G+Q-E
x
63,307 51,914 96,311 0,212 0,097 0,3
Vérifiée
G+Q+E
y
63,307 64,592 85,807 0,233 0,089 0,3
Vérifiée
G+Q-E
y
63,307 39,239 85,810 0,192 0,104 0,3
Vérifiée
Tableau (IX.5) : - Résultats des calculs
Conclusion : La stabilité de la structure est assurée dans les deux sens.


σ
σ
s
rad
X
I
M
S
N
5 , 1
2 , 1
≤ ± =
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

129

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

IX- 4 Ferraillage du radier :

Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par les
poteaux et les poutres qui sont soumises à une pression uniforme provenant du poids propre de
l’ouvrage et des surcharges, donc on peut se rapporter aux méthodes données par le C.B.A 93.
La fissuration est considérée préjudiciable, vu que le radier peut être alternativement
noyé et émergés en eau douce.
IX.4.1 Méthode de calcul :

Les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur 4 cotés et chargées par la
contrainte du sol en tenant compte des ventilations de moments selon les conditions composées
par le C.B.A 93.
ELU :
q
u
= (N
u
+P
rad
) / S
rad
= (8641,41 +1,5x 490)/ 490
q
u
= 19,13 t/m
2

ELS :
q
ser
= (N
u
+P
rad
)/S
rad

= (7208,48 + 490) / 490
q
ser
= 15,71 t/m
2

On utilise la méthode de PIGEAUD pour déterminer les moments unitaires
y x
µ µ , qui dépendent
du coefficient de POISON et de rapport = ρ L
x
/ L
y
.
Si : 0 < ρ < 0.4 La dalle porte dans un seul sens.
M
x
= q L
2
x
/ 8
M
Y
= 0
Si : 0.4< ρ <1 La dalle porte dans les deux sens.
M
x
=
2
x x
qL µ
M
y
=
y
µ M
x

Pour tenir compte de la continuité, on a procédé à la ventilation des moments sur appuis
et en travée.
1/ pour les panneaux de rive :
Moment sur appuis : M
a
= 0.4 M
0

Moment en travée : M
t
= 0.85M
0


Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

130

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

2/ pour les panneaux intermédiaires :
Moment sur appuis : M
a
= 0.5M
0

Moment en travée : M
t
= 0.75M
0

Ferraillage longitudinal : le ferraillage est déterminé par le calcul d’une
section rectangulaire en flexion simple.
Ferraillage transversal : les armatures transversales de l’effort tranchant ne sont pas à
prévoir si les deux conditions suivantes sont remplies :
La dalle est bétonnée sans reprise de bétonnage dans toute son épaisseur.
V
u
≤ 0.07f
c28
; V
u
: effort tranchant maximum à l’ELU.
IX.4.2 Ferraillage de panneau le plus sollicité :
On a pour le panneau le plus sollicité :
L
x
= 2,85 m
L
y
= 5,05 m
= ρ L
x
/ L
y

= ρ 0,56 (la dalle porte dans les deux sens)
IX.4.2.1 Calcul des valeurs de µ
x
et µ
y
:
µ
x
=
) 4 , 2 1 .( 8
1
3
α +

µ
y
= 4 / 1 ²) 1 ( 95 , 0 1 ²( ≥ − − α α
Les résultats sont donnés sous forme de tableau :
ELU : 0 = ν
bc
σ
panneau l
x
(m) l
y
(m)
ρ
x
µ

y
µ

M
ox
(t.m) M
oy
(t.m)
7 2,85 5,05 0,56 0,0879 0,618 13.65 8,43

ELS : 2 . 0 = ν
panneau l
x
(m) l
y
(m)
ρ
x
µ

y
µ

M
ox
(t.m) M
oy
(t.m)
7 2,85 5,05 0,56 0,0879 0,618 10,83 6,69




Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

131

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

IX.4.2.2 Calcul des sections d’armatures :
On a une état de fissuration considère comme préjudiciable donc Le ferraillage se fait a L’ELS .
Le calcul se fera pour une bande de largeur b=1m.
ELS :
sens (x-x) sens (y-y)
ELS
appuis travée appuis travée
M
ser
(Mn,m)
0,054 0,081 0,033 0,050
F
bu
(Mpa)
14,17 14,17 14,17 14,17
h (m)
0,4 0,4 0,4 0,4
d (m)
0,36 0,36 0,36 0,36
st σ (Mpa)
201,63 201,63 201,63 201,63

bc
σ (Mpa)
15 15 15 15
X (cm)
8,2 9,8 6,5 7,9
σbc (Mpa)
4,1 5,2 3,1 3,9
Z (cm)
32,3 29.2 32,8 32,4
As (cm²)
8,3 10,4 5,0 7,7
As min (cm²)
4,347 4,347 4,347 4,347
Chois des barres 6HA14 6HA16 4HA14 5HA14
As adopté (cm²) 9,24 12,06 6,16 7,7

IX.4.2.3 Ferraillage transversal :
u
u u
bd V

< = τ τ /
) 4 ,
15 . 0
min(
28
MPA
f
b
c
u
γ
τ =


Vu= q
u
*L/2= 0,48 MPa.
τ
u
= 1,34 Mpa ≤ 2,5 Mpa ………………Vérifiée






Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

132

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


IX.5 Etude de débord du radier :
Le débord du radier est assimilé à une console de longueur L= 50 cm, le calcul de
ferraillage sera pour une bande de largeur de 1 mètre
B= 1 m h= 80 cm d= 0.9h = 0,72 m

Fig. (IX.2) : Présentation schématique.

La fissuration est préjudiciable : M
max
= q

L
2
/2 ; Donc ont ferraille a l’ELS :
Selon la calculette de robot on a les résultats suivants :
Calcul de Section en Flexion Simple

1. Hypothčses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

2. Section:

b = 100,0 (cm)
h = 80,0 (cm)
d
1
= 5,0 (cm)
d
2
= 5,0 (cm)


3. Armatures:

Section théorique A
s1
= 1,3 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,0 (cm2)
Section minimum A
s min
= 8,3 (cm2)
théorique A
s
= 0,02 (%)
minimum A
s min
= 9075,00 (%)

4. Moments appliqués:
M
max
(kN*m) M
min
(kN*m)
Etat Limite de Service 19,60 0,00

5. Résultats:

50 cm
q
u
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

133

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Cas ELS M
max
= 19,60 (kN*m) M
min
= 0,00 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 0,98
Position de l'axe neutre: y = 5,2 (cm)
Contrainte maxi du béton:
σbc
= 1,0 (MPa)
Contrainte limite: 0,6 fcj = 15,0 (MPa)
Contrainte de l'acier:
tendue:
σs
= 205,8 (MPa)
Contrainte limite de l'acier: 
s lim
= 201,6 (MPa)

Condition de non fragilité:
A
s min
= 0.23bd f
t28
/f
e
A
s min
=8,694 cm²
A
s
= max (A
ser
;A
min
) => A
s
= 8,694 cm².
Conclusion :
Pour l’exécution du ferraillage de débord on gardera les mêmes aciers des appuis de rive.
IX.6 Ferraillage de la nervure :
ferraillage longitudinal :
Après la vérification de la condition de rigidité de la nervure, on peut admettre donc que
les contraintes varient linéairement le long de la fondation.
Dans ce cas on considère que les nervures sont appuyées au niveau des éléments porteurs
de la superstructure et chargées en dessous par les réactions du sol.
Pour le calcul on prend: L
x
= 5,05m.
Pour calculer les efforts (M, T) on utilise le logiciel Etabs.
Avec : H
radier
=h
1
=0,8cm
B = 55 cm
Les résultats de ferraillage sont représentés dans le tableau suivant :










Nervure la plus sollicité
panneau en travée en appui
q
ser
0,223 0,223
M
ser
(MN/ml) 0,314 0,525
A
S
11,4 19,5
Choix des barres 8 HA14 6 HA20+2 HA14
A
S adopter
12,32 21,89
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

134

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Vérification de la contrainte tangentielle :
On doit vérifier que:






= ≤ = MPa
f
bd
V
b
c
u
u
u
5 ; 15 . 0 min
28
γ
τ τ Fissuration préjudiciable
MPa u 5 . 2 = τ

u
u
MPa τ τ ≤ =
× ×
×
= 15 , 0
8 , 0 55 , 0 2
05 , 5 027 , 0

La condition est vérifiée.
Espacement :
D’après L’RPA les armatures transversales ne doivent pas dépasser un espacement de :
S
t
[ min (h/4, 12φ) = min (20; 16,8) =16,8 cm.

D’après le C.B.A l’espacement des armatures transversales ne doit pas dépasser les valeurs :
{ } cm a cm S
L t
10 , 40 ; 15 min + Φ ≤
L
Φ
: Le plus petit diamètre d’armature longitudinale
a : le plus petit coté des dimensions .
Donc on choisis :
Dans les zones courantes : S
t
= 12cm
Dans les zones nodales : S
t
= 6 cm
Les armatures transversales :
C.B.A : 4 . 0
0

t
e t
S b
f A

A
t
= 0,4×0,55×0,16 / 400 = 0,88cm²
RPA : La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par :
A
t
= 0.003.S
t
.b
A
t
= 0.003x 0,12 x 0,55 = 1,98 cm
2
.
Donc on adopte un cadre et un étrier de HA8
4HA8⇒A
t
= 2,01cm².









Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

135

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


IX.7 Voile périphérique :

IX.7.1 Introduction :

L'instabilité des constructions lors d'un séisme majeur est souvent causée par le sous
dimensionnement des fondations. Celles-ci doivent transmettre au sol, les charges verticales, les
charges sismiques horizontales. Cela exige d'une part une liaison efficace des fondations avec la
superstructure, et d'autre part, un bon ancrage au niveau du sol.
IX.7.2 Etude du voile périphérique:
IX.7.2.1 Pré dimensionnement:
D'après l’article 10.1.2 de RPA99/version 2003 le voile périphérique doit avoir les
caractéristiques minimales suivantes:
Epaisseur ≥ 15 cm.
Les armatures sont constituées de deux nappes.
Le pourcentage minimum des armatures est de 0.10 % dans les deux sens (horizontal et
vertical).
Un recouvrement de 40 φ pour les renforcements des angles.
L’épaisseur est de : e = 20 cm.
La hauteur de voile périphérique c’est l’hauteur de sous sol = 4 m.















Voile périphérique
Q
4 m
Radier
20 cm
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

136

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

IX.7.2.2 Détermination des sollicitations:
Pour le calcul des voiles on prend comme hypothèse, un encastrement parfait au niveau
du massif des fondations et libre à l’autre coté.
Le moment fléchissant maximum est donné par la formule suivante :
M
max
=
3 9
2ph

Avec:Q =
Pi = γ
d
.h.k0.
K0 : coefficient de poussée = tg
2
.[ (
4
π
)-(
2
ϕ
)].
γd : poids spécifique du remblai = 1,7 t/m2.
φ : angle de frottement de remblai = 20°.
Pi = 3,33 t.
Q = 6,66 t.
D’où : M = 3,41 t.m.
IX.7.2.3 Calcul du ferraillage vertical:
Le ferraillage se fera en flexion simple avec fissuration très préjudiciable (donc le calcul
sera fait à l’ ELS ).
M ser = 1,52 t = 1,52 x 10
-2
MN.
Le ferraillage sera fait pour une bande d’une section :S= (1.00 x 0.2) m2.

1. Hypothèses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

2. Section:

b = 100,0 (cm)
h = 20,0 (cm)
d
1
= 5,0 (cm)
d
2
= 5,0 (cm)


3. Armatures:

2
.h p i
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

137

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


Section théorique A
s1
= 13,2 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,0 (cm2)
Section minimum A
s min
= 2,6 (cm2)
théorique A
s
= 0,88 (%)
minimum A
s min
= 9075,00 (%)

4. Moments appliqués:
M
max
(kN*m) M
min
(kN*m)
Etat Limite de Service 34,70 0,00

5. Résultats:

Cas ELS M
max
= 34,70 (kN*m) M
min
= 0,00 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 1,00
Position de l'axe neutre: y = 6,0 (cm)
Contrainte maxi du béton:
σbc
= 8,9 (MPa)
Contrainte limite: 0,6 fcj = 15,0 (MPa)
Contrainte de l'acier:
tendue:
σs
= 201,1 (MPa)
Contrainte limite de l'acier:
σs lim
= 201,6 (MPa)

Les conditions exigées par le RPA99/version 2003 sont :
Un pourcentage minimum de 0,1℅ de la section dans les deux sens et la disposition se fait en
deux nappes.
Al = 0,1℅ .100.20 = 2 cm
2

At = 0,1℅ .100.20 = 2 cm
2

Choix des barres : 7 HA16 / ml
Soit une section de : As = 14,07 cm
2
.
Avec un espacement de : St = 15 cm.
Vérification la Condition de non fragilité :
As min =
400
1 , 2 18 , 0 1 23 . 0 × × ×
= 2,17 cm
2
/ml < As (vérifiée)
IX.7.2.4 Calcul du ferraillage horizontal:
Dans notre cas la portée maximum entre deux poteaux. Soit L = 5,05 m.
P
moy
= (P
max
+P
min
)/2
P
moy
= 1,66 t / ml
M
0
= P
moy
L
2
/8
M
0
= 5,29 t.m
M
t
: Moment en travée
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

138

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Me = Mw = moment aux appuis
M
t
= 0,75. Mo = 3,96 t.m
Me = Mw = 0, 5 .Mo= 2,64 t.m.
Vérification :
Mt + (Me+Mw) /2 ≥ 1,25. M
0

3,96 + (2,64+2,64) /2 ≥ 1,25. 5,29

=> la condition est vérifiée .

Ferraillage en travée:
Expertise de Section en Flexion Simple

1. Hypothèses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

2. Section:

b = 20,0 (cm)
h = 100,0 (cm)
d
1
= 5,0 (cm)
d
2
= 5,0 (cm)

3. Armatures:

Section théorique A
s1
= 2,2 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,0 (cm2)
Section minimum A
s min
= 2,0 (cm2)
théorique A
s
= 0,12 (%)
minimum A
s min
= 9075,00 (%)

4. Moments appliqués:
M
max
(kN*m) M
min
(kN*m)
Etat Limite de Service 39,60 0,00

5. Résultats:

Cas ELS M
max
= 39,60 (kN*m) M
min
= 0,00 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 1,00
Position de l'axe neutre: y = 16,1 (cm)
Contrainte maxi du béton:
σbc
= 2,7 (MPa)
Contrainte limite: 0,6 fcj = 15,0 (MPa)
Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

139

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Contrainte de l'acier:
tendue:
σs
= 200,8 (MPa)
Contrainte limite de l'acier:
σs

lim
= 201,6 (MPa)


Choix des barres : 4 AH10 soit une section : As =3,14 cm2/ ml
Avec un espacement : St = 25 cm.

Ferraillage sur appuis:
Calcul de Section en Flexion Simple

1. Hypothèses:

Béton: fc28 = 25,0 (MPa) Acier: fe = 400,0 (MPa)

• Fissuration préjudiciable
• Prise en compte des armatures comprimées
• Pas de prise en compte des dispositions sismiques
• Calcul suivant BAEL 91

2. Section:

b = 20,0 (cm)
h = 100,0 (cm)
d
1
= 5,0 (cm)
d
2
= 5,0 (cm)


3. Moments appliqués:
M
max
(kN*m) M
min
(kN*m)
Etat Limite Ultime ( fondamental ) 0,00 0,00
Etat Limite de Service 24,60 0,00
Etat Limite Ultime ( Accidentel ) 0,00 0,00

4. Résultats:

Sections d'Acier:

Section théorique A
s1
= 1,3 (cm2) Section théorique A
s2
= 0,0 (cm2)
Section minimum A
s min
= 2,0 (cm2)
théorique A
s
= 0,07 (%)
minimum A
s min
= 0,00 (%)

Analyse par Cas:

Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

140

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

Cas ELS M
max
= 24,60 (kN*m) M
min
= 0,00 (kN*m)
Coefficient de sécurité: 1,00
Position de l'axe neutre: y = 12,9 (cm)
Bras de levier: Z = 90,7 (cm)
Contrainte maxi du béton:s
b
= 2,1 (MPa)
Contrainte limite: 0,6 fcj = 15,0 (MPa)
Contrainte de l'acier:
tendue:
σs
= 201,6 (MPa)
Contrainte limite de l'acier:

σs lim
= 201,6 (MPa)

Choix des barres : 4 AH10 soit une section : As =3,14 cm2/ ml
Avec un espacement : St = 25 cm.







intr30/10/2008

1
Conclusion générale
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


141


Conclusion générale


Au cours de cette étude, nous pensons avoir réussi à avoir un aperçu
général, sur la majorité des parties étudiées.
Cette étude nous a permis d’enrichir nos connaissances sur les différentes
étapes de calcul d’une structure en utilisant surtout le logiciel de calcul « Etabs ».
Lors de cette étude, nous avons tenté d’utiliser des logiciels techniques,
afin d’automatiser au maximum les étapes de calcul et de consacrer plus de temps
à la réflexion. Les calculs ne nous permettent pas de résoudre tous les problèmes
auxquels nous avons été confrontés, il a fallu faire appel à notre bon sens et à la
logique pour aboutir à des dispositions des éléments structuraux qui relèvent plus
du bon sens de l’ingénieur.
Enfin, le travail que nous avons présenté est le couronnement de cinq
années d’étude. Il nous permis de faire une rétrospective de nos connaissances
accumulées pendant notre cursus universitaire.
Enfin, nous espérons avoir atteint nos objectifs et nous permettra
d’exploiter ces connaissances dans la vie pratique.



P.F.E 2007
intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007















intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007


intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007












intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007







intr30/10/2008



Etude d’un bâtiment R+9+sous sol


PFE 2007



annex

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 1

PROJECT INFORMATION

Company Name = tr

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 2

S T O R Y D A T A

STORY SIMILAR TO HEIGHT ELEVATION

TOITURE None 3,000 31,000
STORY9 None 3,000 28,000
STORY8 STORY9 3,000 25,000
STORY7 None 3,000 22,000
STORY6 STORY7 3,000 19,000
STORY5 STORY7 3,000 16,000
STORY4 STORY7 3,000 13,000
STORY3 STORY7 3,000 10,000
STORY2 None 3,000 7,000
STORY1 STORY2 4,000 4,000
BASE None 0,000

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 3

S T A T I C L O A D C A S E S

STATIC CASE AUTO LAT SELF WT
CASE TYPE LOAD MULTIPLIER

G DEAD N/A 1,0000
Q LIVE N/A 0,0000

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 4

R E S P O N S E S P E C T R U M C A S E S

RESP SPEC CASE: EX

BASIC RESPONSE SPECTRUM DATA

MODAL DIRECTION MODAL SPECTRUM TYPICAL
COMBO COMBO DAMPING ANGLE ECCEN

CQC SRSS 0,0850 0,0000 0,0500


RESPONSE SPECTRUM FUNCTION ASSIGNMENT DATA

DIRECTION FUNCTION SCALE FACT

U1 RPA 9,8100
U2 ---- N/A
UZ ---- N/A


RESP SPEC CASE: EY

BASIC RESPONSE SPECTRUM DATA

MODAL DIRECTION MODAL SPECTRUM TYPICAL
COMBO COMBO DAMPING ANGLE ECCEN

CQC SRSS 0,0850 0,0000 0,0500


Page 1
annex
RESPONSE SPECTRUM FUNCTION ASSIGNMENT DATA

DIRECTION FUNCTION SCALE FACT

U1 ---- N/A
U2 RPA 9,8100
UZ ---- N/A

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 5

M A S S S O U R C E D A T A

MASS LATERAL LUMP MASS
FROM MASS ONLY AT STORIES

Loads Yes Yes


M A S S S O U R C E L O A D S

LOAD MULTIPLIER

G 1,0000
Q 0,2000

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 6

D I A P H R A G M M A S S D A T A

STORY DIAPHRAGM MASS-X MASS-Y MMI X-M
Y-M

TOITURE D1 5,140E+02 5,140E+02 4,947E+04 13,554
8,045
STORY9 D2 5,458E+02 5,458E+02 5,343E+04 13,554
7,986
STORY8 D3 5,487E+02 5,487E+02 5,348E+04 13,554
8,034
STORY7 D4 5,525E+02 5,525E+02 5,440E+04 13,554
8,209
STORY6 D5 5,694E+02 5,694E+02 5,643E+04 13,554
8,241
STORY5 D6 5,694E+02 5,694E+02 5,643E+04 13,554
8,241
STORY4 D7 5,782E+02 5,782E+02 5,750E+04 13,554
8,257
STORY3 D8 5,882E+02 5,882E+02 5,870E+04 13,554
8,275
STORY2 D9 6,025E+02 6,025E+02 5,973E+04 13,554
8,240
STORY1 D10 6,523E+02 6,523E+02 6,504E+04 13,553
8,277

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 7

A S S E M B L E D P O I N T M A S S E S

STORY UX UY UZ RX RY
RZ

TOITURE 5,218E+02 5,218E+02 -5,432E+02 0,000E+00 0,000E+00
4,459E+04
STORY9 5,415E+02 5,415E+02 -5,451E+02 0,000E+00 0,000E+00
4,735E+04
STORY8 5,447E+02 5,447E+02 -5,447E+02 0,000E+00 0,000E+00
4,743E+04
STORY7 5,486E+02 5,486E+02 -5,486E+02 0,000E+00 0,000E+00
4,850E+04
Page 2
annex
STORY6 5,654E+02 5,654E+02 -5,654E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,053E+04
STORY5 5,654E+02 5,654E+02 -5,654E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,053E+04
STORY4 5,742E+02 5,742E+02 -5,742E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,160E+04
STORY3 5,842E+02 5,842E+02 -5,842E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,280E+04
STORY2 5,985E+02 5,985E+02 -5,985E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,385E+04
STORY1 6,522E+02 6,522E+02 -6,607E+02 0,000E+00 0,000E+00
5,867E+04
BASE 1,328E+02 1,328E+02 -9,929E+01 0,000E+00 0,000E+00
0,000E+00
Totals 5,829E+03 5,829E+03 5,829E+03 0,000E+00 0,000E+00
5,058E+05

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 8

C E N T E R S O F C U M U L A T I V E M A S S & C E N T E R S O F
R I G I D I T Y

STORY DIAPHRAGM /----------CENTER OF MASS----------//--CENTER OF
RIGIDITY--/
LEVEL NAME MASS ORDINATE-X ORDINATE-Y ORDINATE-X
ORDINATE-Y

TOITURE D1 5,140E+02 13,554 8,045 13,550
8,713
STORY9 D2 5,458E+02 13,554 7,986 13,550
8,693
STORY8 D3 5,487E+02 13,554 8,034 13,550
8,693
STORY7 D4 5,525E+02 13,554 8,209 13,550
8,685
STORY6 D5 5,694E+02 13,554 8,241 13,550
8,684
STORY5 D6 5,694E+02 13,554 8,241 13,550
8,681
STORY4 D7 5,782E+02 13,554 8,257 13,550
8,671
STORY3 D8 5,882E+02 13,554 8,275 13,550
8,653
STORY2 D9 6,025E+02 13,554 8,240 13,550
8,625
STORY1 D10 6,523E+02 13,553 8,277 13,550
8,593

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 9

M O D A L P E R I O D S A N D F R E Q U E N C I E S

MODE PERIOD FREQUENCY CIRCULAR
FREQ
NUMBER (TIME) (CYCLES/TIME)
(RADIANS/TIME)

Mode 1 0,77749 1,28620
8,08140
Mode 2 0,57060 1,75253
11,01149
Mode 3 0,56583 1,76732
11,10437
Mode 4 0,20161 4,96013
31,16544
Mode 5 0,13616 7,34409
46,14431
Mode 6 0,13151 7,60382
Page 3
annex
47,77620
Mode 7 0,09288 10,76637
67,64711
Mode 8 0,06166 16,21770
101,89879
Mode 9 0,05848 17,09887
107,43538
Mode 10 0,05736 17,43410
109,54166
Mode 11 0,04104 24,36840
153,11117
Mode 12 0,03810 26,25015
164,93457

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 10

M O D A L P A R T I C I P A T I N G M A S S R A T I O S

MODE X-TRANS Y-TRANS Z-TRANS RX-ROTN
RY-ROTN RZ-ROTN
NUMBER %MASS <SUM> %MASS <SUM> %MASS <SUM> %MASS <SUM>
%MASS <SUM> %MASS <SUM>

Mode 1 69,04 < 69> 0,00 < 0> 0,00 < 0> 0,00 < 0>
98,03 < 98> 0,50 < 0>
Mode 2 0,00 < 69> 67,29 < 67> 0,00 < 0> 97,89 < 98>
0,00 < 98> 0,03 < 1>
Mode 3 0,48 < 70> 0,03 < 67> 0,00 < 0> 0,05 < 98>
0,62 < 99> 67,22 < 68>
Mode 4 18,77 < 88> 0,00 < 67> 0,00 < 0> 0,00 < 98>
1,08 <100> 0,05 < 68>
Mode 5 0,05 < 88> 0,00 < 67> 0,00 < 0> 0,00 < 98>
0,00 <100> 20,73 < 89>
Mode 6 0,00 < 88> 20,83 < 88> 0,00 < 0> 1,79 <100>
0,00 <100> 0,00 < 89>
Mode 7 6,61 < 95> 0,00 < 88> 0,00 < 0> 0,00 <100>
0,22 <100> 0,01 < 89>
Mode 8 0,02 < 95> 0,00 < 88> 0,00 < 0> 0,00 <100>
0,00 <100> 6,81 < 95>
Mode 9 0,00 < 95> 6,90 < 95> 0,00 < 0> 0,22 <100>
0,00 <100> 0,00 < 95>
Mode 10 2,70 < 98> 0,00 < 95> 0,00 < 0> 0,00 <100>
0,03 <100> 0,01 < 95>
Mode 11 1,14 < 99> 0,00 < 95> 0,00 < 0> 0,00 <100>
0,01 <100> 0,00 < 95>
Mode 12 0,00 < 99> 0,00 < 95> 0,00 < 0> 0,00 <100>
0,00 <100> 2,62 < 98>

ETABS v9.0.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4, 2008 12:22 PAGE 11

M O D A L L O A D P A R T I C I P A T I O N R A T I O S
(STATIC AND DYNAMIC RATIOS ARE IN PERCENT)

TYPE NAME STATIC DYNAMIC

Load G 0,0000 0,0000
Load Q 0,0000 0,0000
Accel UX 99,9980 98,8238
Accel UY 99,9795 95,0493
Accel UZ 0,0000 0,0000
Accel R
Page 4








Règle parasismique Algérien. (RPA99/VERSION 2003).
Règles de conception et de calcul des structures en béton armé
CBA93.
Règle BAEL91.
Règlement neige et vent. (RNV99)/D.T.R C 2-4.7
Charges permanentes et surcharges d’exploitations / D.T.R-B.C.2.2
Cours du béton armé 4
eme
année. (ENTP)./Mr

BEN RADOUANE
Cours de DDS 5
eme
année. (ENTP)/ Mr TAHAR
Cours du structure 5
eme
année.(ENTP)/ M
me
OUMOUSSA.
La construction en zone sismique /victor davidovici.
Thèse traitée des années précédentes.


Nous remercions, en premier lieu, notre dieu qui a bien voulu nous donner la force pour effectuer le présent travail.

Nous promoteur Mr

tenons OUKSILI

à

remercie MOHAMED pour

notre ses

orientations et ses conseils durant l’évolution de ce travail

Nous remercions tout nos enseignants durant toute notre cursus ainsi que les

responsables de la bibliothèque, du centre de calcul et de l’administration

Comme nous tenons à remercier tout ceux

qui

de loin ou prés ont contribuer à finaliser ce modeste travail.

BEN AHMED ET NOUIDJEME .

16 IV...1..5 Descente des charges ………………………….…04 CHAPITRE III : CARACTERISTIQUE DES MATERIAUX III..……17 IV.1.3.……..A 93.1 la limite d’élasticité garantie fe …………………………. III.….…………………... III..….1 Introduction Générale ………………………………………………….…….09 III.2....….......…….1 Justifications de calcul ……………………………………………...…03 II....…16 IV..4 Les façades ……………………………………………..1 Composition du béton ………………………………………….……03 II.5 .……...1 Caractéristiques techniques ……………………………………..3 La cage d’escalier…………………………………….……………....………….2)………………………...2 .02 II....…..3 Conception la structure du bâtiment……………………….………………….2 États limites de service (E.4 Contrainte limite de cisaillement ……………………….3 Contraintes limites de compression ………………………………06....6 Pré dimensionnement des poutres…………………………………….....1.1 Généralités ………………………………………………..…04 II.…07 III.1.5 .………………04 II.2..04 II.……….3..2 Résistance du béton ………………………………………………05.1 Béton ……………………………………………………………………05.2...…………….….....…………………….5 Module d’élasticité : (C...3..….1.….2 Acier………….18 IV..….4 Balcon ………………………………………………………......………….1..14 IV.2..2..07 III.…09 III.…....3 pré dimensionnement des Cloisons extérieures …..14 IV ...21 ..2 Présentation de l’ouvrage étudié ………………………….1.….……....2.1 Pré dimensionnement des dalles …………………………………….17 IV...….2 les dalles en corps -creux ………………………………………….…01 CHAPITRE II : Généralités II.1 Structure de contreventement………………………..…..3....LS) ………………………………….1 Les dalles pleines ………………………………………………..………………02 II.………...1..2 Caractéristiques des matériaux ……………………………………...2.. III..…….4 Pré dimensionnement de l’acrotère…………….5 .5 .05 III..13 CHAPITRE IV : Pré dimensionnement et descente de charge IV ..15 IV.…09 III.…….Remerciements Dédicace Sommaire Vue en élévation Vue en plan CHAPITRE I : INTRODUCTION GENERALE I.2 Plancher ……………………………………………………………...……..…05 III....5 Local d’ascenseur ……………………………………….……………………..3 L’escalier ……………………………………………………..2 Contraintes limites ………………………………………….1 Principe du Béton Armé ………………………………………………...…………….…….4 Hypothèse de calcul ……………………………………………………….3.…03 II....3 Objet des justifications de calcul ……………………….18 IV.……05 III.....19 IV.1.2.B..2 Le Plancher …………………………………………....2.2 Pré dimensionnement des escaliers ………………….L. A2...2 ...….08 III....…....08 III..………………....20 IV..U) ……………………….1 Etats limites ultimes (E..……08 III.....3..18 IV...1 Introduction………………………………………………..3.. 2.3.….......1.

57 VI.….60 VI..7 Analyse de la structure proposée « Variante 02 » .…....7..…….……………….…………..3 Modélisation mathématique ………………………………..5 ..2 Anal yse de la structure………………….2 ...35 V......29 .3 Ferraillage de la poutre palière ………………………………..7 ..…39 V... Hypothèses de calcul …………………………..……….…..2 ferraillage des poutrelles……………………………………………..1 Évaluation des charges……………………………………………...5 Calcul dynamique du bâtiment ………………………………………………...…………45 V..……….…31 V....3 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS……………………………..3 .4....39 V..1 Les escaliers de RDC et S/sol ……………………………………………..2 Calcul du balcon ……………………………………………………..5 Armature de répartition………………………………………………….....………...43 3 V.2 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS……………………..40 V...……………………57 VI...….2 Modélisation des éléments structuraux.33 V.1 Caractéristiques géométriques et massique de la structure……………...2 ..7..1.5 ...59 VI.58 VI.6 ...3 Ferraillage …………………………………………….….2 .…..8...23 IV.……….7 ..6 ...1 Calcul des escaliers …………………………………………………………....59 VI.....……….…….....…….….…………………..1 Ferraillage de la dalle de compression…………………………..1.…….6 Vérification de l’effort tranchant…………………………………………..…………………………………42 1 V ..7.40 V...7.3 .5 ...8 Local d’ascenseur………………………………………………………...IV.1 Description du logiciel ETABS……………………….57 VI.….….4.....7.60 VI.. IV..4 Etudes de plancher………………………………………….6 Analyse de la structure proposée par le bureau d’étude……….………...5 Vérification des sections des poteaux ………………….CALCUL DE L’ACROTERE…………………………………………………42 V ...7 Pré dimensionnement des poteaux ……………………………….1...2 Sollicitations …………………………….2 Caractéristiques géométrique………………………………………..……………….7 Vérification au séisme…………………………………………………….….68 VI.2 .2 ..……………58 VI.5 ...4 Vérifications réglementaires…………………………….6..1 Introduction ………………………………………………….…...58 VI.....………………………………42 2 V ...3 Calcul des armatures…………………………………………………….65 VI.39 V....2 .....2 Combinaison des charges……………………………………………….......…………..3 Modélisation de la masse………………………...31 V.4 Calcul des sections des poteaux …………………….63 VI....1 Méthode modale spectrale…………………………….…....1....3 caractéristiques massiques de la structure …………………..1..………….7 .4.2 Objectifs de l’étude dynamique ……………………………..…...………………....…………..4 Condition de non fragilité……………………………………………….….3 ..56 VI...………66 VI...…….39 V.3 ..…………..…40 V..4 Modélisation de la structure étudiée……………………......….2 Calcul des escaliers (étage courant)……………………….58 VI.…….………….58 VI..2 ...4.59 VI.7 .70 ...22 IV....24 IV...4..1 Caractéristiques géométrique……………………………………….68 VI...1 Définition………………………………..………....……………..2 Calcul des charges et surcharges revenant au poteau ………………...1 Calcul des surfaces revenant à chaque poteau ……………………….1...1..………30 CHAPITRE V : CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES V.……..26 IV. Pré dimensionnement des voiles ……………………………………..3 Dégression des charges d’exploitation ……………………...………..……...45 V.26 IV.……..28 IV..40 C V .......3 Classification de site ……………………………..55 CHAPITRE VI : ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE VI..….57 VI...

2...6 Exemple de calcul ………………………………..3..4.…….......…...74 VI..2......108 VIII...4 Vérification de la stabilité au renversement RPA………………......84 VII ..75 VI.....8.. 1.2 Rôle de contreventement ………………………………….........3.82 VII ...…….2.8.…..…...Introduction……………………………………………………………………82 VII .....1 Domaine d’application de la méthode statique équivalente…………………70 VI...3 Calcul de la force sismique totale……………………………………….…….4.…………...8....………………..….......….8 Choix des barres……..5 Les déplacements latéraux enter..86 CHAPITRE VIII : FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS VIII....…..5 Résultat des sollicitations ………………………………………………......2 Ferraillage des poutres ………………………………………...1.11 Vérification à L’ ELS ……………………………………….........1 La résultante des forces sismiques………………………………….….4..72 VI.89 VIII.1...…. 1...... 1.………..80 CHAPITRE VII : ETUDE AU VENT VII ..1 Estimation empirique de la période fondamentale.….4.…….......83 VII ....….10 VIII.…....………….104 VIII.111 VII 3...…70 VI..93 VIII.……...…108 VIII.2...2 Résultante des forces sismique ………………………………..3.3...71 VI.4 Vérifications des règlements ………………………....6Vérifications des Sollicitations normales ………………..83 VII .4..……………....8.8.……..3 Distribution horizontale des forces sismiques ……………………. 1..…..96 VIII...…111 VII .…………… …………91 VIII.…….6 Résultats de ferraillage ………………………………. 1.1 Combinaison des charges ………………………………………….2....…….3 Ferraillage longitudinal VIII....étage …………………….7 Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ ……………………….77 VI.1.....………….....1 Stabilité des constructions vis-à-vis les charges latérales ……………….........………………………………………….VI.5 Exemple d’application ………………………………………..12 Armatures transversales……………………………………..3 Calcul des armatures transversal…………………………………….4..92 VIII..... 1.4.2.9 Justification des poteaux sous l’effet de l’effort tranchant ……….…107 VIII.…..1Détermination du coefficient dynamique Cd..……….………..7 .4 Armatures transversales Article 7...……70 VI..2.2..104 VIII....10 Déterminément du noeud vis-à-vis des moment fléchissant……..2..... 1.1 Période fondamentale théorique ……………………………………. 1.....3 Justification de l'interaction portiques–voiles ………………….2 Modèle admis par la méthode statique équivalente………..4 VERIFICATIONS REGLEMENTAIRES…………………………………….. 1...2.1 LES Combinaison de calcul……………………………………………..8.90 VIII.8.8 Vérification à L’ ELS …………………………………….2.8..8.…………….…....4.100 VIII...99 VIII.90 VIII.2.………..….78 VI.…...78 VI.110 VII 3..2 Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur .70 VI..... 1 Ferraillage des poteaux ……………………………………………....97 VIII...….…….……..77 VI.8....8..7 Détermination des armatures longitudinales …………………….. 1..…….7 la Vérification de la contrainte tangentielle ………………...Détermination de la pression dynamique qdyn.3.………….....89 VIII.Détermination des coefficients de pression Cp ……………………. Ferraillage des voiles ………………………………..98 VIII.…109 VIII.77 VI..3 Ferraillage longitudinal……………………………………….111 .Application des R N V 99 ……………………………………..Détermination de la pression due au vent ……………..8...………...8 Méthode statique équivalente …………………………………………………..110 VIII.8.....2.......8.2..….……….4..………………80 VI.4.. 1.2 de RPA.2 Recommandations des règles parasismique algérien RPA99………….79 VI.

132 IX...3.2 Détermination des sollicitations……………………………………138 IX.Vérification de la stabilité du radier sous (0. 113 VII 3..……….1.2..2 Etude du voile périphérique…………………………………….7..1.....…… 119 CHAPITRE IX : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE IX.2..1 Généralité ………………………………………………….3. 113 VII 3.8G ± E) .4.1 calculs des surfaces nécessaires des semelles ………………..2 Calcul de l’excentricité……………………………………………128 IX.………..141 Annexe Bibliographie ...123 IX..135 IX....3..……….3......... Vérification de la contrainte du sol sous ………..129 IX.133 IX...111 VII 3..132 IX... Ferraillage des voiles …………………………………………..……….……....3 Ferraillage transversal …………………………………..1 Introduction………………………………………………………...131 IX.………………....2.2......1 Méthode de calcul ………………………………………...3..1 Pré dimensionnement………………………………………………137 IX..........……….3....2 Prescriptions imposées par RPA99 ……………....5 Vérification de la stabilité du radier ……………………………………....….7.3.3..4.133 IX....……….....1 pré dimensionnement du radier …………………………………...3.3 Vérification au non soulèvement (effet de sous pression) …….. Vérification de la compression sous (G+Q+E)… ………………130 IX...3..127 IX.……….2 Ferraillage de panneau le plus sollicité ………………………….......127 IX...………123 IX.………………125 IX....129 IX..2 ..137 IX.....…..3.......7...5.1 calcul de surface minimale du radier………………………….1...3.……….. 3 Etude de radier ……………………………………………………………..4.……………..3..…….…..2...VII 3.3..7..2..4.2...2 Calcul des sections d’armatures ....1 Calcul des valeurs de µ x et µ y…………………..…….3.1.4 Pré dimensionnement de la nervure………………..…………....126 IX....……………..3.3 Calcul du ferraillage vertical…………………………….………131 IX...……….1.2 Calcul du débordement D ………………………...125 IX.3.....….127 IX.112 VII 3..6 Ferraillage de la nervure ……………………………………………......3.4 Caractéristiques géométriques du radier………………………………….4..7.......………132 IX.127 IX.130 IX.4...……………………..….2 Vérification au poinçonnement ………………………………..3 Ferraillage vertical……………………………………….4 Calcul du ferraillage horizontal……………………………………139 Conclusion générale…………… ……………………………………………………....3.…125 IX..138 IX...…………….1 combinaison ……………………………………...3..………….....126 IX....1 Calcul des inerties et du centre de gravite du radier ……………....4.....7 Voile périphérique ……………………………………….……….………....…...……….137 IX.125 IX..…...4 Ferraillage du radier…………………………………………………….5....5.5 Etude du débord du radier …………………………………….4 Ferraillage horizontal à l’effort tranchant ………......123 IX...2..7.....137 IX.3 Pré dimensionnement de la dalle………………….4.3 Calcul de la section rectangulaire équivalente.……….2 Choix de type de fondation …………………………..3......129 IX.

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

Chapitre I INTRODUCTION GÉNÉRALE .

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 1 1 . quelle que soit la région de construire parasismique. Il est malheureusement certain que les séismes continueront à surprendre l’homme.Introduction générale intr30/10/2008 PFE 2007 CHAPITRE I Introduction générale I. techniques et de mise en œuvre qui permetent. La seule chose que nous puissions prédire avec certitude. c’est à dire de limiter les conséquences d’un séisme. les secousses sismiques sont sans doute celles qui ont le plus d’effets destructeurs dans les zones urbanisées. c’est que plus nous nous éloignons du dernier séisme. Face a ce risque et à l’impossibilité de le prévoir. Cela signifie construire de manière telle que les bâtiments même endommages ne s’effondrent pas. on utilise le RPA99 révisé en 2003 comme règlement parasismique. Dans notre pays. Nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de connaissances scientifiques. la seule prévision valable est la construction parasismique.1 Introduction : Parmi les catastrophes naturelles affectant la surface de la terre.plus nous sommes proches du suivant.

CHAPITRE II Généralités .

composé d’un sous sol. deux F3).A 93 II. Hauteur étage courant----------------------------3.00 m.E 2007 CHAPITRE II Généralités II. d’un Rez-de chaussée commercial et de 09 étages comportant chaque un quatre appartements (deux F4.F. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 2 .6m. Les efforts engendrés dans le bâtiment.40 m Largeur en plan----------------------------------19. Ce logiciel nous a permit la détermination des caractéristiques dynamiques de la structure.07) particulièrement efficace dans la modélisation des bâtiments à plusieurs étages. on a utilisé le logiciel de calcul par éléments finis ETABS (Version9. sont ensuite utilisés pour ferrailler les éléments résistants suivant les combinaisons et les dispositions constructives exigées par la réglementation algérienne dans le domaine du bâtiment à savoir les Règles Parasismiques Algériennes "RPA99/Version 2003" et les Règles de C. nous avons procédé au calcul d’un bâtiment comportant un sous sol.B.un RDC commercial et 09 étages a destination d’habitation (R+9+sous sol).1 Généralités : Dans le cadre de ce projet de fin d’étude. Les caractéristiques géométriques de bâtiment sont : Longueur en plan--------------------------------27.Chapitre02 : généralités intr30/10/2008 P.2 Présentation de l’ouvrage étudié : Le bâtiment est à usage d’habitation.60 m Hauteur du RDC----------------------------------4.00 m. dont le système de contreventement mixte est assuré par des voiles et des portiques . le calcul des efforts internes qui sollicitent chaque élément de la structure. Hauteur totale------------------------------------31. Dans cette étude.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 3 . 25 Non vérifiée Ly 19 . 13 ≤ 0 .3. 6 Donc notre structure est classée comme une structure irrégulière.1 Structure de contreventement L’ouvrage rentre dans le cadre de l’application des RPA99/Version2003. poutrelles et dalle de compression) qui présente les avantages suivants : Facilité de réalisation Réduction de la masse du plancher et par conséquence l’effet sismique Il fait fonction d’isolation acoustique et thermique Economie dans le coût de coffrage (les poutrelles et le corps creux forment un coffrage perdu). II.3.3 Conception la structure du bâtiment II. au moins 25% de l’effort tranchant de l’étage.7 = = 0 .on ne peut pas adopter un contreventement par portique auto stable puisque la hauteur totale du bâtiment dépasse les 8. 4 ly 6 . 34 ≥ 0 .4.F. Par conséquent. nous avons opté pour un contreventement mixte assuré par des voiles et des portiques avec justification d’interaction portiques-voiles. Les portiques doivent reprendre outre les sollicitations dues aux charges verticales. D’après les conditions de l’article 3. a) Régularité en plan : lx 3 .E 2007 La structure du bâtiment présente une irrégularité en plan et une régularité en élévation. 25 Vérifiée Lx 27 .2 Le Plancher On a opté pour un plancher semi préfabriqué (Corps creux.00 m. Les charges horizontales sont reprises conjointement par les voiles et les portiques proportionnellement à leurs rigidités relatives ainsi qu’aux sollicitations résultant de leur interaction à tous les niveaux.Chapitre02 : généralités intr30/10/2008 P. II. Pour ce genre de contreventement il ya lieu également de vérifier les conditions suivantes : Les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux charges verticales.A pour les structures en béton armé. 75 = = 0 .

Limite élastique du l’acier : fe = 400 Mpa.865 Mpa.E 2007 II.4 Les façades : Les façades sont réalisées en double cloison par des éléments de briques comportant des ouvertures pour fenêtres à certains endroits.5 Local d’ascenseur : L’ascenseur est un appareil élévateur permettant le déplacement vertical et accès aux différents niveaux du bâtiment. Elle est constituée à chaque niveau de deux volées et d’un palier intermédiaire. II.3. Module d’élasticité longitudinal différé : Evj = 10818.4 Hypothèse de calcul : Dans notre étude les hypothèses de calcul adoptées sont : La résistance à la compression du béton à 28 jours : fc28 = 25 Mpa.195Mpa. Module d’élasticité longitudinal instantané : Eij = 32164.3.F.3. il est composé essentiellement de la cabine et de sa machinerie.3 La cage d’escalier : La cage d’escalier permet l’accès du niveaux RDC au neuf étages. II. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 4 . La résistance à la traction du béton : ft28 = 2. II.1 Mpa.Chapitre02 : généralités intr30/10/2008 P.

CHAPITRE III CARACTERISTIQUE DES MATERIAUX .

2.B. En revanche.1 Composition du béton : Le béton utilisé est un béton courant dosé à 350 kg/m3 de ciment.1. Aussi. III. Gravier : 800 litres de 15/25 mm. III.2.1 Principe du Béton Armé : La résistance du béton est très faible en traction.1.10-6 pour l’acier et 10-6 pour le béton). l’acier résiste très bien à la traction. Le coefficient de dilatation thermique est sensiblement le même pour les deux matériaux (11.A 93. Sa composition courante pour 1 m3 est comme suit: Ciment : 350kg de CPA325.2. le principe du béton armé est d’insérer dans la matrice de béton des aciers dans les zones tendues.1) à l’âge de 28 jours f c 28 exprimée en MPa Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 5 5 .1.1 Béton : III. Cette association est efficace car : L’acier adhère au béton ce qui permet la transmission des effort d’un matériau a l’autre. Sable : 400 litres de 0/5mm.E 2007 CHAPITRE III CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX III. Il n’y a pas de réaction chimique entre l’acier et le béton (sauf lorsqu’on emploi certain adjuvants).Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.F. A2.2 Résistance du béton : à la compression : Un béton est définit par une valeur de sa résistance à la compression (C. Eau : 175 litres d’eau de gâchage.2 Caractéristiques des matériaux : III.1.

(C. γb = 1.5.6 + 0.3 Contraintes limites de compression : La contrainte admissible de compression à l’état limite ultime (ELU) est donnée par : σ bc = Avec : γb = 1.2) Pour : f c 28 = 25MPA ⇒ σ bc = 15MPa Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 6 6 .B.1 f c 28 On prévoit une résistance du béton à 28 jours de 25MPa facilement atteinte dans les chantiers régulièrement contrôlés.Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.2.5.5 0.1MPa III.4. est : f cj = f cj Pour : j ≥ 60 jours . pour : f c 28 ≤ 40 MPa 4 . f c 28 .6. 95 j j f cj = 1. f c 28 .A 93.1. f c 28 = 25 MPa 2 f tj = f cj / 3 => f t 28 = 2 .1.2) θ . f c 28 (C.1.85.A 93. A.γ b pour les cas courants.B.4. f c 28 . pour les situations accidentelles. 83 j j = . 76 + 0 .B. D’où : f c 28 = 25MPa à la traction : (C. A2. 40 + 0 .F. pour : f c 28 > 40 MPa 1 . A.2) La résistance caractéristique à la traction du béton à l’âge de j jours est conventionnellement définit par la relation : f tj = 0.A 93.E 2007 La résistance caractéristique à la compression fcj à l’âge de j ≤ 60 jours.06 f cj (en MPa) Cette formule étant valable pour les valeurs de : f cj ≤ 60 MPa On aura donc pour : Pour : f cj ≥ 60 MPa .15 par : La contrainte admissible de compression à l’état limite de service (ELS) est donnée σ bc = 0.

2.F.Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.4MPa ] = 2.33 MPa .A 93.4 Contrainte limite de cisaillement : (C.15.1.3 f cj .33MPa  fissuration préjudiciable ou très préjudiciable τ u ≤ min    0.87MPa Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 7 7 .1. A2.4 MPa  => τ u ≤ min[2.2.5 MPa ] = 3.1. E ij = 11000 . f cj γb  .2.1) La contrainte limite de cisaillement prend les valeurs suivantes : fissuration peu nuisible τ u ≤ min   0.B.A 93. Le module différé : pour les charges de long de durée.20MPa Ev28=10818.5MPa  III.E 2007 III.1. f cj  γb  .2) Le module de déformation longitudinale du béton est donné par la formule suivante : Module instantané : pour les charges appliques avant 24h.2.5MPa  => τ u ≤ min [3.B. Eνj = 3700.5MPa. Dans notre cas on a : f c 28 = 25 MPa Donc : Ei28=32164.5 Module d’élasticité : (C. 3 f cj . A5. fcj : exprimée en MPa.

B.15 400 σs = = 400.2) 400 = 348.A 93 A. emploi courant Tableau (III. les nuances et les limites d’élasticité correspondantes son données par le tableau suivant : type Ronds lisses Barres HA Type 1 et 2 Fils tréfiles HA Type 3 Treillis soudés -lisses -Type 4 Nuance FeE22 FeE24 FeE40 FeE50 FeTE40 FeTE50 TSL TSHA fe (Mpa) 215 235 400 500 400 500 500 520 Emploi Emploi courant.A 93 A. A2.F.110 η .4.66 MPa Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 8 . fissuration préjudiciable : Donc : σ s = 201. L’acier choisi pour les armatures longitudinales est un acier à haute adhérence HA FeE40 type 1(limite d’élasticité f e = 400 MPa ). (Situations accidentelles) 1 Etat limite de service "ELS " (C. Emploi sous forme de barres droites ou de treillis.2 Acier : III.B.2 Contraintes limites : Etat limite ultime "ELU " : (C.5. f tj )  2 3   σ s = 156.2. Le module d’élasticité longitudinal de l’acier « Es »est pris égal à : Es=2.3.1) : Valeurs de la limite d’élasticité garantie fe.B.MPa . f e .63 MPa (H.E 2007 III.2) III.2.1 la limite d’élasticité garantie fe : Les désignations conventionnelles.2.2.A 93.3) σs = La contrainte de traction des armatures est limitée par : fissuration peu nuisible : la contrainte n’est pas limitée.4.105 MPa (C. épingles de levage des pièces préfabriquées Emploi courant.MPa .A) (R.2 .2 .Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P. et pour les armatures transversales est un rond lisse FeE24 ( f e = 235MPa ). (Situations durables) 1.lisses) 8 σ s ( MPa ) = min  .

A) (R.Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.E 2007 fissuration très préjudiciable : σ s ( MPa) = min 0.5 MPa (H.3. Au delà d’un état limite la structure (ou l’un de ses éléments) est mise hors service. Il doivent aussi présenter une conception correcte et essentielle en ce qui concerne les dispositions générales de l’ouvrage et les détails constructifs.L.2) : La résistance du béton tendu est négligée. L’adhérence béton-acier entraîne l’égalité des déformations. et à présenter une durabilité satisfaisante durant toute la période d’exploitation envisagée.lisses) III. -Vis à vis d’un comportement non satisfaisant en service.1 Justifications de calcul : On se base dans notre calcul sur la théorie des états limites. Un état limite est un état particulier pour le quel une condition requise pour une construction (ou l’un de ses éléments) est strictement satisfaite.A 93 A.3 Objet des justifications de calcul : Selon le CBA 93. Le calcul permet de justifier dans la mesure où il n’existe pas de faute de conception. qu’une sécurité appropriée est assurée : -Vis à vis de la ruine de l’ouvrage et de ses éléments constructifs. c’est à dire qu’elle ne répondra plus aux fonctions pour les quelles elle a était conçue.97 MPa σ s = 117. Les sections droites restent planes. les ouvrages et éléments d’ouvrages en béton armé doivent être conçus et calculés de manière à pouvoir résister avec une sécurité appropriée à toutes les sollicitations prévues.90 η .et cesserait de l’être en cas de modification défavorable d’une action.4.B.U) : Correspondent à la limite: Soit de l'équilibre statique de la construction (pas de renversement) Soit de la résistance de l'un des matériaux (pas de rupture) Soit de la stabilité de forme Hypothèses de calcul (Règlement C.3. III.1 États-limites ultimes (E.3. f tj ) { } σ s = 164. Allongement relatif de l’acier = Allongement relatif du béton (Ou raccourcissement) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol (Ou raccourcissement) 9 9 .5 f e .1. conséquence du non glissement. On distingue deux catégories d’états limites : III.F.

Et on a dans le tableau suivant les règles des pivots sont représentées : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 10 10 .ε b = 3. à l’aide de trois pivots A.SPC L’allongement relatif de l’acier est limité à ε s = 10 ‰ Le diagramme de déformation de la section passe par l’un des trois pivots: A.1 ) : Diagramme des déformations de la section (Règle des Pivots) .3.3) On distingue trois domaines 1.5‰ B Raccourcissements ε bc 3/7h 3/7h 2‰ O Fig (III.SEC .un raccourcissement déterminé : exemple : 3.5 ‰ pour B.E 2007 Soit : εs = εb Le raccourcissement relatif du béton est limité à: . Diagramme des déformations de la section : (C. Bou C.F.ε b = 2 ‰ en compression simple (ex.4. Allongements Section de béton armé 10‰ A1 1a h d Traction simple 1b 1 2 C 2a 2b A section avant déformation 2c O 3 Compression.B. C et des droites représentatives de la déformation qui passent par l’un des trois pivots pour matérialiser les diagrammes de déformation de la section du béton La position du pivot est caractérisée par : .un allongement déterminé : exemple : 10 ‰ pour A . B. : poutres). 2.A 93 A. : poteaux). 4h/7 3.Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.5 ‰ en flexion simple (ex.3.

CONSTATATIONS ET CONSÉQUENCES Acier Béton Région la: Régions la et 1b L’allongement ultime de l’acier est * La fibre supérieure du béton pris constant et égal à 10 ‰. Domaine 3 et pivot C Le domaine 3 est représenté par les zones grisées. L’acier est bien utilisé. comprimé en haut béton tendu en bas sauf en région 2c. • Les droites issues de A matérialisent les différents diagrammes possibles de déformation. La section de béton est donc entièrement comprimée.5 ‰. (Centre de gravité) des aciers. Domaine 2 et pivot B Le domaine 2 est représenté par le triangle A B O Région 2a: L’allongement de l’acier est compris entre 10 ‰ maximal et un allongement ε sl minimal car ainsi l’acier est bien utilisé Région 2b: Acier mal utilisé car l’allongement de l’acier étant faible. (Observer le diagramme contraintes Le béton est partout tendu. Le raccourcissement de l’acier est compris entre 2 ‰ et 3. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 11 11 . • Zone CD 1 B : le béton est comprimé. des dalles. Déférents Diagrammes région 2a région 2b région 2c • Zone CD1B. • Zone OCD. exemple : cas des poutres. La section de béton est partielle ment comprimée dans les régions 2a et 2b exemple: cas des poutres. l’acier placé en partie supérieure est comprimé.Chapitre 03 : caractéristique des matériaux P.5 ‰ comprimé en haut béton tendu en bas La section de béton est partiellement comprimée. sa contrainte de traction est également faible. Région 1b *La fibre supérieure du béton subit un raccourcissement relatif 0 ≤ ε b < 3. l’acier placé en partie inférieure est comprimé. Région 2c: Acier faiblement comprimé en bas. Le pivot C est tel que  ε b = 2 ‰  3  CD 1 = 7 h  La droite de déformation pivote autour du point C. Régions 2a. La subit un allongement relatif ε b contrainte de calcul de l’acier tendu est 0 < ε b ≤ 10‰ maximale.G. déformations) exemple: cas’ des tirants en B. exemple: cas des poteaux. • Le pivot A est situé au niveau du C. . Le raccourcissement de l’acier est inférieur ou égal à 2‰ Le béton est bien utilisé.D. 2b et 2c: La fibre supérieure du béton subit un raccourcissement constant et égal à 3.E 2007 DOMAINE ET PIVOT Domaine1 et pivot A • Le domaine 1 est représenté par le triangle A 1 A B.A.F. La fibre supérieure subit un raccourcissement compris entre 2 ‰ et 3.5 ‰.5 ‰ • Zone OCD : le béton est comprimé.

Chapitre 03 : caractéristique des matériaux

P.F.E 2007

Diagrammes contraintes déformations: (C.B.A 93 A.4.3.4) Diagramme contraintes déformations de calcul du béton :
Le diagramme contraintes déformations de calcul pouvant être utilisé dans tous les cas est le diagramme dit « parabole rectangle ». Pour les vérifications à l'état limite de service le béton, considéré comme élastique et linéaire, est défini par son module d'élasticité.

σbc

σ bc =

0,85. f cj

θ .γ b

2‰

3,5‰

εbc

Fig. (III.2) : Diagramme parabole – rectangle (béton)

Diagramme contraintes déformations de l’acier :
Le diagramme contraintes déformations défini ci-dessous est symétrique par rapport à l’origine des coordonnées.
σs

fe fe /γs

Diagramme caractéristique Diagramme de calcul

-10‰

- fe /Es 0

Es fe /Es 10‰

- fe

Fig. (III.3) : Diagramme contraintes déformations (Acier) pour HA1.3.et4 et rondes lisses

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

12 12

Chapitre 03 : caractéristique des matériaux

P.F.E 2007

ε s : Allongement relatif de l’acier, limité à 10 ‰.
Es: Module d’élasticité longitudinale est pris égal à 200 000 MPa. f e : Limite d’élasticité garantie. Le diagramme contraintes déformations de calcul se déduise de précédent en effectuant une affinité parallèlement à la tangente à l’origine et dans le rapport

1

γs

Le coefficient de sécurité γ s est pris égale à γ s = 1,15

III.3.1.2 États limites de service (E.LS) :
Ils sont relatifs surtout aux conditions d’exploitation: état limite de déformation (flèches) état limite de compression du béton ou de traction des aciers état limite d’ouverture de fissures pour la sécurité des ouvrages.

Hypothèses de calcul (Règlement C.B.A 93 A.4.51) :
L’acier et le béton sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques. Le béton tendu est négligé. Il n’y a pas de glissement relatif entre béton et acier. Par convention le rapport n du module d’élasticité longitudinale de l’acier a celui de béton ou coefficient d’équivalence à pour valeur 15.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

13 13

CHAPITREIV
Pré dimensionnement et descente De charge

5 cm On adopt : pour une heure de coup de feu.F. poutrelles ou murs.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.3ou 4 appuis.1 Pré dimensionnement des dalles : IV . Lx : est la petite portée du panneau le plus sollicité.B.1 Les dalles pleines : Les dalles sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport aux autres dimensions et qui peuvent reposer sur 2. Résistance à la flexion : Dalle reposant sur deux appuis : Lx /35 < e < Lx/30 . Ce type d’élément travail essentiellement en flexion (poutres.) L’épaisseur des dalles dépend aussi bien des conditions d’utilisation que des vérifications de résistance. Dalle reposant sur trois ou quatre appuis : Lx /50 < e < Lx / 40 .A 93.E 2007 CHAPITRE IV Pré dimensionnement et descente de charge Le pré dimensionnement à pour but le pré calcul des différents éléments résistants en utilisant les règlements RPA99/ version2003 et C. Résistance au feu : e = 7 cm e = 11 cm e = 17. Dans notre cas les dalles qui reposent sur 4 appuis ont une portée égale à : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 14 14 . pour quatre heures de coup de feu. IV . e = 15 cm. On limite donc notre épaisseur à : 15 cm. Isolation phonique : Selon les règles techniques « CBA93 » en vigueur en l’Algérie l’épaisseur du plancher doit être supérieur ou égale à 13 cm pour obtenir une bonne isolation acoustique. pour deux heures de coup de feu.1.

71 < e < 13. f = 384EI 500 ⇒ e≥ 3 Lx =4.2 les dalles en corps -creux : l/25 < ht <l/20 => 5.B.5.20 < ht < 0. si la porté L est au plus égale à 5m . On prend l’épaisseur de la dalle (16+4) cm.05/20 => 0. Condition de flèche : Selon (C.A 93 B6.1) : Dessin d’un plancher en corps creux Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 15 15 .l 3 384bE ⇒ e ≥ 11.E 2007 Lx = 4 m =410 cm. IV.q. fmax < 0.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P. La dalle pleine: 440 /35 <e < 300/30 => 11.25 L : est la grande portée du panneau considère. Pour ce faire on considère une bande de la dalle de largeur b=1m.66 => e = 12 cm. Fig. si la porté L est supérieur à 5 m.1.F.3) nous devons vérifier les conditions suivantes : fmax < Lmax /500 .( IV .4 m 12 * 2500.05/25 < ht < 5. Q = 100 kg/ml qser = G + Q = 698 kg/ml 5ql 4 − l ƒmax = .68cm D’après les conditions précédentes.5 cm + Lmax /1000 . G = 598 kg/ml Surcharge d’exploitation . Poids propre . on optera une épaisseur e = 15 cm pour toutes les dalles pleine.

E 2007 IV.17) = 24 Donc on a 22 marches on prend 11 marches par volée (2 volées) tgα = 2/3.1 Caractéristiques techniques : Escalier de étage courant : Hauteur : H=3m . Giron : g = 30 cm . La longueur de volée est : L= 1.5 sinα L= 2.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P. 2. α = 32. donc 9 contres marches par volée N = Nc-1. Hauteur de la marche à partir de la formule de BLONDEL : On a: 59 < 2h+g < 66 Pour : h =17 cm : Nc= H/h = 300/17 = 18 On aura 18 contres marches entre chaque deux étages : On a deux volées. Le nombre des contres marches est donnés par : Nc=(H/h) =(4/ 0. Inclinaison de la paillasse : tgα =1.F.5/2.3 α = 31.2 Pré dimensionnement des escaliers : IV.4 14.= 8 marches.21° 16 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 16 .5< h < 18 .83 mFp escalier de rez de chaussée : Hauteur : H= 4 m.00° .

83< e <19.3 pré dimensionnement des Cloisons extérieures : La maçonnerie utilisée est en brique (en double cloison) avec 30% d'ouverture : 15 Enduit extérieure :………………….E 2007 La longueur de la paillasse est : L= 2 sinα L= 3.25x1400= 350 kg/m². Briques creuses :……………………0. 12.( IV.7= 285.4 Pré dimensionnement de l’acrotère : L’acrotère est un élément structural contournant le bâtiment conçu pour la protection de ligne conjonctif entre lui même et la forme de pente contre l’infiltration des eaux pluviales.25 pour tout les volées e = 15 cm -Les deux conditions sont vérifie IV.08×0. Enduit intérieur :……………………0. 5 10 cm fig( IV . Avec 30% d’ouverture :………………408×0.85m • Condition de résistance : L < e < L et 30 20 ON prend : 9 cm < e <13.6 kg/m².5)=0.2) + (0.F. S= (0.6 kg/m². 408 kg/m² .3 ) :Dessin de l’acrotère Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 17 17 .2): Détail mur extérieur ∑ G=285.5 cm .015x1200=18 kg/m².068 Kg/m² P= (0.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.02x2000 = 40 kg/m². IV.0.2)/(2) + (0.02×0.1×0.068×2500)=170 Kg/ml 10 12 3cm 7cm 60c m Fig.

La descente des charges permet l’évaluation de la plus part des charges revenant à chaque élément de la structure.) IV. la part de cloison répartie qui lui revient. une distribution des charges et surcharges pour chaque élément s’avèrent nécessaire.5 Descente des charges : IV. 4-béton de pente (12cm) . 5.5 . acrotère….. Matériaux Protection en gravillon Etanchéité multicouche Forme de pente Isolation thermique Dalle en corps creux Enduit plâtre Epaisseur (cm) 5 / 10 4 16+4 2 d (kg/m3) 1700 / 2200 400 / 1000 G (kg/m2) 85 12 220 16 308 20 G = 661 kg/m² .2 Plancher Plancher terrasse : La terrasse est inaccessible et est réalisée en dalle en corps creux surmontée de plusieurs couches de protection en forme de pente facilitant l’évacuation des eaux pluviale 1 2 3 4 5 6 Fig (IV.dalle en corps creux . 3-Isolation thermique (liége) . on aura à considérer : le poids propre de l’élément. 2-Etancheite multicouche.Enduit plâtre.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P. la charge de plancher qu’il supporte.E 2007 IV.5 .F.4) : plancher terrasse 1-Protection gravier (5cm) . Q = 100kg/m2 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 18 18 . les éléments secondaires (escalier. 6.1 Introduction : Afin d’assurer la résistance et la stabilité de l’ouvrage.

3 L’escalier : Palier Matériaux Carrelage Mortier de pose Lit de sable Dalle en béton armé Enduit plâtre Epaisseur (cm) 2 2 2 15 2 d (kg/m3) 2200 2000 1800 2500 1000 G (kg/m2) 44 40 36 375 20 G esc = 515kg/m2 Q esc = 250kg/m2 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 19 19 .gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.F.5) :Plancher étage courant Matériaux Carrelage Mortier de pose Lit de sable Dalle en corps creux Enduit plâtre Cloison Epaisseur (cm) 2 2 2 16+4 2 / d (kg/m3) 2200 2000 1800 / 1000 / G (kg/m2) 44 40 36 308 20 85 G = 533 kg/m².5 .( IV. Q = 150kg/m2 IV.E 2007 Plancher étage courant 1-Carrelage : 2-La Chappe : 3-Dalle en corps creux: 4-Enduit plâtre : 1 2 3 4 Fig.

4 Balcon : Matériaux Carrelage Mortier de pose Lit de sable Dalle en BA Cloison Epaisseur (cm) 2 2 3 15 10 d (kg/m3) 2200 2000 1800 2500 850 G (kg/m2) 44 40 54 375 85 G =598kg/m2 Q =350kg/m2 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 20 20 . 00=438 20 100 G = 865 kg/m2 Q = 250kg/m2 b) RDC et sous sol : Matériaux Carrelage Mortier de pose Lit de sable Marche Paillasse Enduit en plâtre Gardes corps Epaisseur (cm) 2 2 2 h=17 15 2 / d (kg/m3) 2200 2000 1800 2200 2500 1000 / G (kg/m2) 44 40 36 2200×0.5 .E 2007 Volée (paillasse) : a) étage courant : Matériaux Carrelage Mortier de pose Lit de sable Marche Paillasse Enduit en plâtre Gardes corps Epaisseur (cm) 2 2 2 h=17 15 2 / d (kg/m3) 2200 2000 1800 2200 2500 1000 / G (kg/m2) 44 40 36 2200×0.F.15)/cos31.17/2=187 (2500×0.17/2=187 (2500×0. 21=438 20 100 G = 865kg/m2 Q =250 kg/m2 IV.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.15)/cos32.

28 < 4 donc condition de RPA vérifie 35 cm Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 21 45 cm 21 .4 m => 29.E 2007 IV.5h + b1 Tel que b et h sont les dimensions de poutre.33 < h < 44 => On prend h = 40 cm => On prend b = 30 cm h/b= 1.5. On la condition de CBA suivante à respecter Telle que h : hauteur de poutre b : largeur de poutre L/15 < h < L/10 sens longitudinal : On a L = 4.6 Pré dimensionnement des poutres : Selon le RPA 99V2003 (article 7. les poutres doivent respecter les conditions ci-après : • • • • b ≥ 20cm h ≥ 30cm h/b ≤ 4.5 => On prend h= 45cm => On prend b =35 cm h/b= 1.66 < h < 50.6) ) : Dimensions à respecter pour les poutres.33 < 4 donc condition de RPA vérifie 30 cm 40 cm sens transversale : On a L = 5.0 bmax= 1.05 m => 33. Figure.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.F. Tel que b1 et h1 sont les dimensions de poteau.1) .( IV.

15 situation durable ou transitoire.85 1 + 0.9×γb)+(A×fe / γs)) Avec : γ b : Coefficient de sécurité du béton tel que γb = 1.8.F. fc28 : contrainte de compression du béton à 28 jours (Ici en prend fC28= 25 MPa ) fe : contrainte limite élastique des aciers (Ici en prend fe = 400 MPa) Br : la section réduite d’un poteau obtenue en déduisant de la section réelle 1cm d’épaisseur sur tout sa périphérique tel que : Poteaux rectangulaires ……………….6 () 50 λ Pour 50 ≤ λ ≤ 70 λ : L’élancement du poteau considéré B : aire total de la section du poteau AS : section d’acier minimale.5 Q G : poids propre des éléments qui sollicitent le poteau considéré Q : surcharge d’exploitation qui sollicite le poteau α : Coefficient de réduction destiné à tenir compte à la fois des efforts du second ordre et de l’excentricité additionnelle α = 0.1 de CBA93 : l’effort normal agissant ultime Nu d’un poteau doit être au plus égal à la valeur suivante : Nu ≤ α× ((Br×fc28 / 0.5 situation durable ou transitoire. γ b =1. γ s = 1 situation accidentelle.0. N u = 1.4.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.02) (b – 0.E 2007 IV.2 () λ 35 2 2 Pour λ < 50 α = 0. γs γs : Coefficient de sécurité de l’acier tel que : = 1..35 G + 1.02) m2 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 22 22 .7 Pré dimensionnement des poteaux : D’après l’article B.B r = (a .15 situation accidentelle.

gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.54 14.64 9.37 4.63 7.491 12.76 / / On majore la surface revenant au poteau central en multipliant par (1.29 10.E 2007 On a alors : Br ≥ Nu α   f C 28  0 .43 13.17 3.19 11.81 11.42 14.05 2.85 fc28 / γb Br ≥ 6.19 11.53 1.24 3.72 15.37 4.1) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 23 23 .7.F.77 4.04 9.9%B fbc= 0.38 / / 5.38 / / B-1 H-1 J-1 J-4 B-4 L-3 L-2 E-1 / / 3.53 1.29 10.65 3.35 6.9 γ b  +  As f e  B γs  A/Br= 0.24 3.12 7.31 16.27 6.02 13.17 3.65 3.12 6.009 Zone III Amin = 0.80 9.76 11.76 / / 3.55 2.86 8.05 2.52×Nu ( Br en cm² et Nu en t ) IV.12 7.1 Calcul des surfaces revenant à chaque poteau : Nous pouvons distingues trois types de poteaux selon leur positions : Poteau central Surface (m ) 2 Surface majorée Poteau de rive Surface (m ) 2 Surface majorée Poteau d’angle surface (m ) 2 Surface majorée D-2 D-3 D-4 F-4 C-4 G-3 G-4 G-5 I-3 I-2 14.55 2.83 15.89 16.64 9.69 7.35 6.92 2.92 2.80 9.59 D-1 I-4 A-2 G-2 A-3 C-6 I-5 J-2 / / 5.94 4.

35 ×0.63=2.8+1.150×11.3×0.13 t. Acrotère :…………………………………….285= 3.49 t 0.533×11.70 t 24 24 .625(0.077 t NQ =1..35 ×0.787 0.0.45) ×3×0.45(0.[3.63 t Niveau étage courant : Plancher : Surcharges : Poutre : Mur sur poutre : NG = 8.51t 0.625(0.3×0.7.66t Poutre :………………………….4)+5.63 = 1.5 = 3.8+1.661×11.2 Calcul des charges et surcharges revenant au poteau : 1/Poteau central : Le poteau le plus sollicité est d’une surface offerte S = 16.8 (0. Cloison intérieure :……………………………(3.45)] ×2.625(0.37=1.3×0.5 = 0.1×16.787 t.91t Etude d’un bâtiment R+9+sous sol NQ =1.45)] ×2.13 t.86 t 0.333 NG = 8.4)+5.35 ×0.37=7.70 t [1.5 = 0.45)] ×2 .[1.35 ×0.8 (0.2856×3 (0.625) = 2.63m2 Niveau terrasse : Plancher : Surcharges : NG= 14.533×16.37=1.E 2007 IV.99 t 0.661x 16.13 t 0.37m Niveau terrasse : Plancher : Surcharges : 0.F.4) + 0.625)0..12t Niveau étage courant : Plancher : Surcharges : 0.45)] ×2. Poutre :………………………….3×0..1×11.63= 8.37=6.45(0.[3.150×16.83 t NG =15.625+5.4) + 0.63 = 10.5 = 3.663 t NQ =1.49 t 2/Poteau de rive : Le poteau le plus sollicité est à une surface offerte de S = 11.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.82 t NQ =2.196 × (0.13t Poutre :……………………….06 t 0.625(0.7 = 0.

5 = 1.3×0.56t Résultat des charges G et Q pour les différents poteaux : Charge Gterrasse Qterrasse Gec Qec Qrdc Poteau central 14.35 ×0.19t 0.4) + 2. 0.13 t 8.94 NQ = 0.85) = 3. Acrotère :……………………………………0.196× (1.4) + 2.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.37 t 7.50 t Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 25 25 .65 t Poteau de rive 8.F.49 t 6.59 t.75+2.53 t 0.35 ×0.53 t Avec : Nu = (1.45)] ×2.564t [1.75 (0.631 Surcharges : NG =4.63 t 1.85 (0.37 t Niveau étage courant : Plancher : Surcharges : Poutre : Mur sur poutre NG = 7.E 2007 3/Poteau d’angle : Le poteau le plus sollicité est et à une surface offerte de : S= 3.76m2 Niveau terrasse : Plancher : Poutre :……………………… 0.661×3.75+2.7 = 0.76= 0.15×3.48 t .3×0.85 (0.56 t 1.43 t 0.76= 0.45)] ×2.76= 2.85)0.82 t 2.91 t 1.5NQ) 0.75 (0.7 t 4.12 t 1.2856×3 (1.1×3.59 t.37t NQ =0.54 t Poteau d’angle 4.43 t 0.35NG+1.[1.76=2.66 t 15.5 = 1.533×3.

395 6.89 3.274 2.383 10.11 15.7.434 1.61 2. Pour tenir compte de la discontinuité des différents éléments de plancher ainsi que celle des travées on doit majorer les charges évalues en multipliant par un coefficient β Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 26 26 .15 Poteau d’angle 0.3 3.73 3.02 (en m).73 IV.882 2.355 16.92 Poteau de rive 1.62 12.98 7.93 1.126 11.45 3.66 4.565 8.13 2.108 5. Pour tenir compte de l’effet sismique On prend une majoration dynamique de 1.4 Calcul des sections des poteaux : a/ Poteau central : Pour une section carrée B r = (a-0.391 8.15 6.3 Dégression des charges d’exploitation : Niveau Terrasse 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC S/ SOL Poteau central 1.15 8.7.2.81 6.353 4.6 19.02)2 d’ou : a =√Br + 0.865 14.37 0.F.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.289 5.17 3.E 2007 IV.

14 145.7 1.7 1.87 539.63 164.70 1770.71 194.84 30.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.78 35.73 535.49 2.355 16.84 82.91 8.46 35.1 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 27 27 .49 2.68 29.09 20.2 17.15 34.57 Br(cm2) 161.58 77.77 37.5 181.78 448.640 82.12 15.91 8.49 2.61 897.49 a×1.11 15.91 23.78 Q (t) 1.42 1422.13 1.434 1.08 947.95 34.91 8.91 88.63 8.78 15.66 50.27 53.82 15.29 1248.13 28.26 33.91 8.84 2064.54 26.34 42.565 8.49 39.79 47.81 54.784 53.10 Br(cm2) 95.89 271.383 10.7 4.52 855.65 1122.98 7.34 172.78 31.82 104.274 6.918 B(cm2) 35x35 35x35 35x35 45x45 45x45 45x45 50x50 50x50 55x55 55x55 55x55 Le coefficient β égale a 1.43 a×1.82 15.7 1.88 29.56 1596.06 137.49 2.84 44.7 1.07 717.33 39.18 25.08 46.7 1.95 44.12 29.56 292.49 2.2 14.6 19.92 NU(t)*β 24.72 102.73 44.61 31.65 24.15 6.59 B(cm2) 30x30 30x30 30x30 30x30 30x30 35x35 35x35 40x40 40x40 45x45 45x45 Le coefficient β égale a 1.82 15.14 19.16 357.66 4.91 8.04 124.76 191.126 11.82 15.15 B/Poteau de rive : G (t) 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC S/sol 8.89 54.82 30.66 2.91 8.13 2.95 131.45 35.54 38.F.36 44.18 244.09 27.59 349.68 156.62 12.71 20.7 1.36 669.82 16.91 25.882 2.91 9.49 2.91 8.75 116.4 93.32 Q 1.96 762.82 15.42 NU(t)*β 14.91 8.7 1.82 15.49 2.47 218.391 8.86 140.70 25.34 41.54 NQ 1.63 17.94 19.51 NG(t) 8.22 109.35 52.7 1.22 27.49 2.24 32.07 A(cm) 14.353 1.06 110.82 15.94 45.49 6.82 15.71 41.E 2007 G (t) 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC S/sol 14.09 71 79.53 37.14 A(cm) 11.76 61.395 6.35 1074.18 62.13 22.3 3.87 68.15 10.68 NG(t) 14.60 316.65 NQ (t) 1.865 14.

48 NU(t)*β 6.53 7. pour leur conférer une meilleur résistance aux sollicitations sismiques.96 671.56 1.E 2007 c/ Poteau d‘angle : G (t) 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC S/sol 4.55 27.17 3.2 Vérification des sections des poteaux : L’article 7.52 12.53 7.60 24.37 0.61 57. il est recommandé de donner aux poteaux d’angles et de rives des sections comparables a celle de poteaux centraux .91 464.53 7.14 64.02 34.61 2.56 0.43 11.92 29.53 7.56 0.62 18.12 31.72 71.53 7.10 26.4.89 92.73 Q (t) 0.36 185. h1)≥ 30 cm Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 28 28 .2 79. Donc on adoptera les sections suivantes : étage section S/Sol et RDC et 1 55x55 2 et3 50x50 4à6 45x45 7à9 35x35 IV.5 NQ (t) 0.34 395.7.96 19.93 533.49 27.27 28.06 21.30 81.4.86 33.434 1.89 23.56 0.56 25.23 18.73 4.06 117.56 0.61 114.56 0.64 a×1.98 764.08 49.F. he : les dimensions du poteau : Pour la zone III on a : Min (b1.27 30.67 72.43 7.69 15.74 21. h1.56 0.53 7.1de RPA.53 17.47 103.45 3.274 2.53 7.94 602.00 20.89 3.55 42.2 10.19 Br(cm2) 42.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.50 35.56 0.23 326.56 0.05 60.07 26.3 50.53 7.23 15.53 7.93 1.1de RPA 99 exige que les dimensions de la section transversale des poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes : b1.08 A(cm) 8.54 28.57 B(cm2) 30x30 30x30 30x30 30x30 30x30 30x30 30x30 35x35 35x35 40x40 40x40 Le coefficient β égale a 1 D’après l’article 7.57 256.46 39.37 0.53 NG(t) 4.882 2.

1 des RPA99/Version2003. Les voiles servent d’une part à contreventer le bâtiment en reprenant les efforts horizontaux (séisme et vent) et d’autre part de reprendre une partie des efforts verticaux qu’ils transmettent aux fondations.F.8. Pré dimensionnement des voiles : Le Pré dimensionnement des voiles de contreventement en béton armé est justifié par l’article 7.( IV. D’après l’article 7. De plus l’épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage He et des conditions de rigidité aux extrémités selon les Formules suivantes : a h ≥ L ≥ 4a a a a≥ he 25 a ≥he/20 ≥ 3a a≥h/2 ≥ 2a a a a ≥he/20 Fig. IV.7.sont considérés comme voiles les éléments satisfaisants la condition L > 4a telle que L : longueur de voile a : épaisseur de voile.E 2007 Min (b1.7.7) : Coupes de voiles Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 29 29 . ceux induit par la rotation ne sont pas connues dans le cadre de ce pré dimensionnement. h1)≥ he/20 1/4< b1/h1< 4 Toutes les conditions vérifient pour touts les sections des poteaux. -L’épaisseur minimale du voile est de15 cm.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.1 de RPA 99/Version2003. . Seuls les efforts de translation seront pris en compte.

5KN .Cage d'ascenseur Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 30 30 .Charge d’exploitation (pour notre cas de 10 personnes) : Pe=7.F. poids du contre poids. car en plus de son poids propre elle prend le poids de l’ascenseur (poids de la cabine . (Vérifié) IV.Poids de la cabine vide : Pc=28.Sens transversal : LMin = 475 cm > 80 cm. Il nous reste à vérifier si l’épaisseur vérifie la condition de la longueur citée au début du paragraphe : . Fig.8) .E 2007 HE.gdfdqsdddqsdcetet Chapitre04 : Pré dimensionnement et descente des charges P.Sens longitudinal : LMin = 550 cm > 4 a = 80 cm (Vérifié) .Vitesse de l’ascenseur : V=1m/s Dalle du local machinerie : La dalle du local machinerie est soumise à un chargement plus important à celui des autres dalles. . L’épaisseur calculé est plus importante que celle exigée par le règlement en vigueur. il est composé essentiellement par sa cabine et sa machinerie.( IV.9 Local d’ascenseur : L’ascenseur est un appareil élévateur permettant le déplacement vertical et accès aux différents niveaux du bâtiment. dans notre cas : a> he/20 = 400/20 = 20 cm.).50KN . …etc.

CHAPITRE V CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES .

Après un calcul de RDM on a les résultas suivants : ELU : Mmax = 31.2 KN.1 Les escaliers du RDC et du S/sol : Détermination des efforts : Pour notre emmarchement on aura : Palier…………. Surcharge…….m Vmax =32.69 KN. la fissuration est considérée comme peu nuisible. Vmax = 32.m .m .3 m.15 KN.6 KN.G1 = 0.m Acier Type 1 FeF40 Fissurations peu nuisibles fbu = 0.135 m 0. il sert à relier deux différents niveaux d’une construction. ELS: Mmax = 25.515 t/ml Paillasse………G2 = 0.85 f c 28 γb ⇒ fbu = 14.E 2007 CHAPITRE V CALCUL DES ELEMENTS SECONDAIRES V.1 Calcul des escaliers : Un escalier est constitué d’une succession de gradins.15 KN.865 t /ml.1. Vmax = 23. Ferraillage longitudinal : Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1.2 KN.17 Mpa d = 0.9 h ⇒ d = 0. M max = 31 . V..123 b0 d ² f bu 1.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.30 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 31 .25 t/ml.F.15 µ= Mu ⇒ µ = 0. Q = 0. La paillasse est assimilée à une poutre horizontale simplement appuyée.

A 93 (article A. εs = 10  (1 − 2µ) ⇒ α = 0. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 32 . il n’y a pas lieu de prévoir des armatures transversales si : 1.20 cm² Zσ s Condition de non fragilité : Amin = 0...164 d × (1 − 0. Conditions vérifiées donc il n’est pas nécessaire de concevoir des armatures transversales.4α ) = 0.25 × 1 − pas d’armature comprimée Domaine 1 .76cm² ft28 = 2.02 cm² Ar = 6HA 8 On doit vérifier : τu < τu Vumax τu = bd Vu = Ra =3.20 fc28 / γb .B..vérifiée.23bo df t 28 = 1.215 t τu = 0.07 f c 28 / γb bd τ u = 0.05 cm² Armatures de répartition : Ar = AS = 8HA 12 As = 2.3) = 0.21Mpa τu = min ( 0.33MPa τu < τu Les Armatures transversales : D’après le C.2).1093m =(400/1.15)=348Mpa ( ) σS= δs fe As = Mu = 8.117 ×1.E 2007 µ < 0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.5.186 ⇒ ⇒ Z= α = 1. Il n’y a pas de reprise de bétonnage…..26 cm² 4 Vérification au cisaillement : 6HA 8 = 3.21 < 1. 5 MPa) =3.1MPA fe As > Amin condition vérifié Choix des barres : 8HA 12 =9.16 MPa 2.03215 / (0. τu = Vu p 0.F.

35×0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.1m 1.35 G1 + 1. η = 15 moment d’inertie : I = 1/3 by3+15As (d-y)2 = 10821.5× 0.E 2007 Vérification des contraintes Position de l’axe neutre : 1/2 b y2 + ηAs’ (y-c’).46 t /ml Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 33 3. As =9.1) Dessin en elevation de l’escalier fig(V.2) Dessin en plan de l’escalier Détermination des efforts : Pour notre emmarchement on aura : Palier………….3m 1.75 MPa − σ bc = 0.25 = 1.F.35 G2 + 1.5 Q2 = 1.70m .G1 = 0.5× 0. Q = 0.35×0.00m 1.0135y .25 =1..81+1.94cm4 Mser = 2 .0.00158=0 => Y = 4 cm σbc = Mser y/I = 9.25 t/ml Les Combinaisons de Charge : ELU: P1 = 1.80m 5.3m 0.ηAs(d-y)=0 As’ = 0.64 t.05 cm2 /ml.m/ml 0.2 Calcul des escaliers :(étage courant) 3.05m Fig (V.65 y2 +0.3m 2.515 t/ml Paillasse………G2 = 0.81 t /ml Surcharge…….5 Q1 = 1.6 fc28 =15 MPa − σbc < σ bc : condition vérifiée V.07 t/ml P2 = 1.1.515+1.

30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P. Vmax = 25.23bo df t 28 = 1.79 cm² Armatures de répartition : Ar = As = 1.088 b0 d ² f bu pas d’armature comprimée Domaine 1 .9 h ⇒ d = 0.15 µ= Mu ⇒ µ = 0.15)=348Mpa ( ) σS= δs fe As = Mu = 5.5 KN .1MPA fe As > Amin condition vérifié AS= 6HA 12 Condition de non fragilité : Amin = Choix des barres : 6HA 12 =6.17 Mpa d = 0.m Ferraillage longitudinal : . εs = 10  1.3m. La paillasse est assimilée à une poutre horizontale simplement appuyée.135 m 0.5 KN.115 d × (1 − 0. ft28 = 2.24 KN.30 µ < 0.m fc28 = 25 Mpa Acier Type 1 FeF40 Fissurations peu nuisibles fbu = 0.01cm² Vérification au cisaillement : On doit vérifier : τu < τu Etude d’un bâtiment R+9+sous sol Ar=4HA 8 34 .76cm² .25 × 1 − (1 − 2µ) ⇒ α = 0.m Vmax =25.186 ⇒ ⇒ Z= α = 1.E 2007 ELU : Mmax = 22.Vmax = 18. la fissuration est considérée comme peu nuisible.69 cm² 4 4HA 8 = 2. M max= 22 .1KN.F.4α ) = 0.111m =(400/1.75 cm² Zσ s 0.49KN Le calcul se fait en flexion simple pour une bande de 1.24 KN.85 f c 28 γb ⇒ fbu = 14.m ELS: Mmax = 16.

61 t. et a les dimensions suivantes (30×25×300 ) 3m Selon le CBA 93 : -la hauteur h de la poutre palière doit être : L L ≤h≤ cm 15 10 300 300 ≤h≤ 15 10 20 ≤ h ≤ 30cm on prend h =30cm Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 35 .0101y-0.16 Mpa τu’= min ( 0.3 Ferraillage de la poutre palière : La poutre palière sert d’encastrement au palier.65 y2+0.79 cm2 /ml.m/ml σbc = Mser y/I = 6.20 fc28 / γb .00119 = 0 Y = 3. η = 15 1/2 b y2 – η As(d-y)=0 0.55 t τu = 0.ηAs(d-y)=0 As’ = 0.1.117 ×1. 5 MPa) =3.F. As = 6.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.5 cm I = 1/3 by3+15As (d-y)2 I= 8705.3) = 0.47 MPa σ bc = 0.33MPa τu < τu Vérification des contraintes : Position de l’axe neutre : 1/2 b y2 + ηAs’ (y-c’).6 fc28 =15 MPa σbc < σ bc : condition vérifiée V.0255 / (0.E 2007 τu = Vumax bd Vu = Ra =2.39 cm4 Mser = 1.

30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

P.F.E 2007

Selon le RPA99 : h =30 ≥ 30 b= 25 ≥ 25 Donc la section de la poutre palière est de b×h = 30×25 cm2

Sollicitation :
Le poids propre de la poutre La réaction du palier due a l’escalier G = 1× 0.3 × 0.25 × 2.5 = 0.1875 t/ml R =3.215 t

Combinaison des charges :
Pu= 1.35 (0.1875) + 3.215 = 3,46 t /m Pser = 0.1875 + 2.36 = 2.54 t /m en appui : Mu = 2,73 t/ml ; Mser = 1,91 t/ml. Vu = 5,46 t. ; Vser = 3,81 t. à mi travée : Mu = 1,365 t/ml; Mser = 0,952 t/ml.

Ferraillage en travée : la fissuration est considère comme peu préjudiciable donc le
Ferraillage est en ELU. Mmax = 1,365 tm

fbu =

0.85 f c 28

γb

⇒ fbu = 14.17 Mpa
30 25

d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m µ=

Mu ⇒ µ = 0,052 bo d ² f bu

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée ⇒ domaine 1 , εs = 10  α = 1.25 × 1 − Z= As =

(1 − 2µ) ⇒ α = 0,066. d × (1 − 0.4α ) = 0,262m

(

)

Mu = 1,49 cm² Zσ s

- Donc on choisit :

3HA 12 = 3.39cm²
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol
36

30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

P.F.E 2007

Ferraillage en appui :
Mu= 2,73 tm fbu =

0.85 f c 28

γb

⇒ fbu = 14.17 Mpa
30 25

d = 0.9 h ⇒ d = 0.27 m µ=

Mu ⇒ µ = 0,105 bo d ² f bu (1 − 2µ) ⇒ α = 0,138 d × (1 − 0.4α ) = 0,255 m.

µ < 0.186 ⇒ pas d’armature comprimée ⇒ domaine 1 , εs = 10 α = 1.25 × 1 − Z= As =

(

)

Mu = 3,07 cm² Zσ s - Donc on choisit :

3HA 12 = 3.39 cm² Les armatures transversales doivent vérifiées :

φt ≤ min{h / 35, b0 / 10,φl } => φt ≤ min{30 / 35;25 / 10;1.4} = 0.85 cm.
On prend φt = 6 mm On prend 4HA6 =>At = 1,13cm² (1 cadre+1 étrier).

Calcul de l’espacement des armatures transversales :
-A partir des conditions de C.B.A 93 (art A.5.1.2.2) les armatures transversales doivent respectées les conditions suivantes : 1. 2. St ≤ min (0.9d ; 40cm) St ≤ Atfe/(0.4b0) => St ≤ min (0,243; 40cm) => St ≤ 62,8cm

-A partir d’article 7.5.2.2 de RPA 99/version 2003, les armatures doivent respecter les conditions suivantes : Zone courante : St ≤ h/2 = 15 cm Zone nodale : St ≤ min (h/4; 12 Φ l ) = 6,25 cm On adopte les espacements suivants : Zone courante : St = 15cm
Zone nodale : St = 6 cm

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

37

30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires

P.F.E 2007

Condition de non fragilité :

0,23.bo .d . f t 28 = 0,81 cm² fe As > Amin condition vérifiée
Amin =

Vérification au cisaillement :
On doit vérifier : τ U < τ U τu =

τu = 0,0546 / 0.27 ×0.25 =0,80 Mpa τ U = min ( 0,20. fc28 / γb , 5 MPa) =3,33MPa Condition vérifiée => τ U < τ U

Vu max bod

Vérification à l’ELS : La fissuration étant peu nuisible, il n’y a pas lieu de vérifier
l’état de l’ouverture des fissures, les vérifications se limitent à l’état limite de compression du béton. On doit vérifier que : σbc < σ bc Mt ser = 9,52 kN.m Ma ser = 17,7 kN.m Position de l’axe neutre : 1/2 b y2 + ηAs’ (y-c’)- ηAs(d-y)=0 As’ = 0, As = 3,08 cm2 /ml, η = 15 => Y = 3,8 cm 0.65 y2+0.0046y-0.0012 = 0 On doit vérifier que : σ b =

M ser Y ≤ σ b =0,6f c28 =15MPa I

En travée: σ bc = 1,20 MPa < 15MPa : vérifié Sur appui : σ bc = 0,646 MPa < 15MPa : vérifié

Condition de la flèche :
Pour une poutre encastrée de ses extrémités, la flèche est : pl 4 f = 384 EI

bh 3 I= = 0.25 × 0.33 / 12 = 0.00056 m4 12
On doit vérifier que :f < f =

f = 0,00057 m < f = 0,6
Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

l 500 => Condition vérifiée.

38

m V.9 h ⇒ d = 0.2 Calcul du balcon : Le balcon est constitué d’une dalle pleine encastré dans les poutres.25 m 100 cm fig(V.2 .85 f c 28 γb ⇒ fbu = 14.Le calcul s’effectuera donc à l’ELS.2 . etc.598+ 0.5 fe.15 σst = min (2/3 fe. max(0. l’eau.332 t/m Pser = G1 + Q1 =0.12 1m Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 39 .1 Évaluation des charges : G1 = 0.350 = 0.2 .). Le calcul se faire pour une bande de 1m de largeur fbu = 0.3 Calcul des armatures : La fissuration est considérée comme préjudiciable car le balcon est exposé aux intempéries.6) ⇒ σsc =201. l’épaisseur est conditionnée par : 8. neige.35×G1 + 1.25 L/15< e < L/20 +7 ⇒ on a: L = 1.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.948 t/ml Mser = ( Pser.E 2007 V.2 Combinaison des charges : P = 1.5×Q1 ⇒ Pu = 1.17 Mpa d = 0.F.25m on prend: e = 12 cm. (variation de température.33 ≤ e ≤ 13.110(ηftj ) )) σst = min (2/3 × 400. V. Pour des considérations pratiques .5 0. on doit majorer à : e = 15 cm. L²)/2 = 7.598 t/m² Q1 = 0.135 m 0.40 KN. 201.35 t/m² p As 15 cm L =1.3) : Dessin de balcon V.6 Mpa 0.

σbc . La distribution de ces forces doit être faite comme pour les forces de gravite.z.2 .4 Condition de non fragilité : e = 15cm As = 5.41⇒ 5HA8 (2. M’= 32.d/(15σbc+σst) x= 0.x .123 Mpa τ U = min ( 0.C ) Aser = Mser /Z×σs Aser = 5.2 .56 cm²/ml .3) les éléments non structuraux doivent être calculés sous l’action des forces horizontales suivant la formule suivante .2 .51cm²) V.5 Armature de répartition : As = As/4 = 1.S.6 Vérification de l’effort tranchant : τu = Vumax b0d Vu =16.069. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 40 . zone III).23 × 1 ×0.2 .01665/0.b. FP = 4 A CP WP A: coefficient d’accélération de zone.066.65 cm2 V.A.65 cm² As > 0. M’ =0.33MPa τU < τU => Condition vérifié.135 × (2.135×1 = 0.x/3.25 (groupe 2.20 fc28 / γb .2 KN Mser < M’ donc A’ = 0 ( S.5.1/400) = 1. V.E 2007 Calcul du moment limite du service : x= 15σbc .65 KN τu = 0.2. 5 MPa) =3.23 x b0 × d ×( ft28/fe ) = 0. On prend 5HA12 = 5. z =d.7 Vérification au séisme : D’après le RPA 99 (Article 6.63cm² As> As min V.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.F. A =0. z= 0.

10-3 ⇒ σs = f(εs) = 348 MPa.m L = 1. FP = 4×0.E 2007 CP : facteur de force horizontale.F.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.186 On est dans le domaine 1 fig(V.25 m Mu µ= b0 d ² f bu µ = (0.017< 0.65 cm2. As = Mu / z.5) : Balcon d’étages courants Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 41 . 5T12 /ml 5T8/ml fig(V.47 ] = 0.80×0. CP =0.4) : Dessin de balcon ⇒ εs = 10 .135× 348) As = 1. σs = 0.598 t/m² D’où .25×0.478 t Fp M u = L x Fp = 5.27 cm² soit < As =5.598=0.00597/ (0.80 (élément en console) WP : poids de la console WP = 0.135)² × 18.97 KN.00597)/ [( 1× (0.

Le calcul se fera en flexion composée dans la section d’encastrement pour une bande de 1 m linéaire. donc la fissuration est préjudiciable. donc le calcul se fera à l’ELS. Il est assimilé à une console encastrée au plancher terrasse.3 .6 KN/ml Mu = 1.2 Sollicitations : Pour le ferraillage on prend une bande de 1 m de longueur : Effort normal : Nu = 1.F.CALCUL DE L’ACROTERE V .3 .35×NG . Il est réalisé en béton armé.=2.6 = 0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.E 2007 V . L’acrotère est exposé aux intempéries.3 .7 KN/ml Nq = 1 KN/ml Moment de flexion : M = Nq*h = 1*0. 6 KN/ml Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 42 .29 KN/ml Nser = NG = 1. soumise à son poids propre et à une surcharge horizontale due à la main courante.9 KN/ml Mser = Mq = 0. La section La plus dangereuse se trouve au niveau de l’encastrement.1 Définition 1 L’acrotère est un élément structural contournant le sommet du bâtiment conçu pour la protection de la ligne conjonctive entre lui même et la forme de pente contre l’infiltration des eaux pluviales. Q G NG MQ Schéma statique V .7 KN/ml Avec : NG = 1.5*Mq = 0.

S : M ser = 0.6 KN/ml N ser = 1.6) ⇒ σst =201. neige.2cm e0 > h/2 ⇒ La section est partiellement comprimée (S. etc.6 σst = min (2/3 × 400. Les forces horizontales peuvent agir sur les deux faces de l’acrotère donc on adopte la même section d’armatures pour la zone comprimée (soit : As’=As) Ferraillage à l’ E. (variation de température.3529m ⇒ e0 =35.F.7 = 0.5×V = 1.d/(15σbc+σst) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 43 .5 KN/ml Vser = V = 1 KN/ml V .7 KN/ml Calcul de l’excentricité : e0 = Mser/Nser = 0. …) donc le calcul effectuera à l’ELS.5) η= 1.1/2) ⇒ Mser a = 0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.L. l’eau.C) Evaluation des moments aux niveaux des armatures tendues : Mser a= Mser G + Nser × (d-h/2) Mser A = 0.09 – 0.6/1.6 + 1.6 Mpa Calcul du moment limité de service M : x= 15σbc .668 KN/ ml La contrainte du béton est donnée / ELS : σbc = 0.E 2007 Effort tranchant : V = NQ = 1 KN/ml Vu =1.3 .3 Ferraillage : La fissuration est considérée comme préjudiciable parce que les éléments sont exposés aux intempéries.6× fc28 = 15 Mpa La contrainte de l’acier La Fissuration et considérée préjudiciable σst = min (2/3 fe.P. 110(ηftj )0. 201.7× (0.

24 cm2/ml fe D’où As <1.32 cm²/ml Vérification de condition de non fragilité : f On a : Asmin ≥ 0.40 cm²/ml Aser = As – Nser/σsc Aser = 0.A.2.x z.C) Aser = Mser /Z×σs Aser = 0.5MPa fig(V.5 / 1x 0.17 = 0.80×0. FP = 4×0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P. 4 MPa) =2.24 cm2 Qui nous donne 4HA8 = 2.x/3 z= 0.01cm²/ml .25 (groupe 2.S.074 M’ =0.026 MN Mser < M’ donc A’ = 0 (S.17t/ml D’où .E 2007 x= 0.80 (élément en console) WP = 0.047 z =d.25×0. A = 0.6). FP = 4 A CP WP A: coefficient d’accélération de zone. Amin) => As= 1.3) les éléments non structuraux doivent être calculés sous l’action des forces horizontales suivant la formule suivante .016 MPa τu < τu’ la condition est vérifiée Vérification au séisme : D’après le RPA 99/version2003 (Article 6. CP = 0. Schéma de ferraillage de l’acrotère rol'acrotère τu= Vu/b x d = 1. zone III).09 = 0.F.136 t/ml< 0.1t/ml Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 44 .5. 4HA8 /ml 4HA8 /ml Vérification au cisaillement : τu’= min ( 0.σbc M’= 0.b.15 fc28 / γb .23×b×d t 28 = 1.24 cm² Donc As > max ( Aser.

60.4.1 ferraillage des poutrelles : Les poutrelles à étudier sont assimilées à des poutres continues sur plusieurs appuis. leur calcul s’effectue selon l’une des méthodes suivantes : -Méthode forfaitaire.F.poids propre du corps creux : 0. 18 4 12 Figure (V. Le calcul des poutrelles se fait en deux étapes à savoir avant et après le coulage de la table de compression.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P. 95 = 0.8) Poutrelle préfabriquée Les sollicitations : • Charge permanente : .E 2007 V. supposés être infiniment rigides dans leur plan. Elle supporte : • • • Son poids propre. .12 x 0.7) : Corps Creux V.0. -Méthode de Caquot.57 kN/m. Poids du corps creux.12 kN/m.poids propre de la poutrelle : 0.1 1erePhase de calcul (avant le coulage) : On considère que la poutrelle est simplement appuyée à ses extrémités. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 45 .4.1.4 Etudes des plancher : Les planchers sont des éléments plans horizontaux. V. Assurer l’isolation des différents étages du point de vue thermique et acoustique 16 20 60 fig(V. Ils ont pour rôle de : Transmettre les charges aux éléments porteurs. Surcharge due à l’ouvrier : Q = 1KN / m 2 .04x25 = 0.

1 m D’ou on obtient : M U = 1.60 =1.35×0.83 × 3.35G + 1.9 3 ELS L’expression du moment maximum dans une telle poutre isostatique est donnée par : Mmax = pl2/8 Dans notre cas : Lmax = 3.69+0.85 3.69 kN/m • Surcharge d’exploitation du chantier : 0. 6 = 1.5.E 2007 G=0.Q qU = 1.1 2.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.5×0.29 kN/m.85 3.60 kN/m Q=0.29 × = 1.12 = 2. 1.83 kN/m qSer = 0.19 kN . 69+1.9 3 ELU 1.1=0.F.1 2.60.12 M S = 1.54 kN .29 KN/m 2.60 kN/m Les combinaisons : Le calcule se fera à l’ELU et on fait la vérification à l’ELS : E LS : E LU : qs= Q + G qU= 1.83 KN/m 2.m 8 3.m 8 L effort tranchant maximal est donné par : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 46 .

elle sera donc sur des appuis continue et elle forme un système hyperstatique. Les étaiement seront disposés de telle façon a annuler les armatures comprimés telle que Lmax est calculé comme suit : µser = M ser 0 .565 Ps (t/ml) 0.306 . 036 2 x14.4. d=3.17 MPa µ= M bd 2 U f ′ = 0.402 t/ml. 306 Mser = q L2 / 8 ⇒ Lmax =1.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.60 cm . la poutrelle forme un corps creux monolithe et continu avec la table de compression.402 0.06 0. V.396 0.p µ R =0 .1 Combinaison des charges: Après durcissement du béton.2.1): Combinaison des charges La combinaison la plus défavorable est celle du plancher terrasse.71 m V.588 0.4.83 kN Tser max =Pser L / 2 = 1. AS ≠ 0 bu Donc les armatures comprimées sont nécessaires.09 Pu (t/ml) 0.4.2.F. x 0 .1.17 . On prévoit donc des étaiements pour permettre la poutrelle à de supporter les charges qui lui reviennent avant le coulage de la table de compression.99 kN Ferraillage : La poutrelle est ferraillée en flexion simple.1.E 2007 Tu max =Pu L / 2 = 2.319 Q (t/ml) 0. G (t/ml) Planche terrasse inaccessible Planche étage courante 0.1. b=12 cm .12.328 Tableau (V.993 > µ R = 0.2 Choix de la méthode de calcul: • La méthode forfaitaire : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 47 .2 2 éme phases de calcul : après le coulage de la table de compression : V. la poutrelle sera calculée sous une charge uniformément repartie de 0. mais on ne peut pas les mettre car la section du béton est trop faible. h=4 cm f bu = 14.

A 93 travée qG[kN/m] qQ[kN/m] L [m] M0 α MW .1.1.452 3 0.22 0.09 3 4. 25 Ln +1 La fissuration ne compromet pas la tenue de béton armée ni celle de ses revêtements.5M0 Fig (V.882 2.282 . 2 de C.1 4. Ceci donne le schéma suivant : 0. • Principe de la méthode : Elle consiste à évaluer les moments sur les appuis Ma et en travées Mt a partir d’une fraction β du moment maximum M0 de la travée isostatique.713 0 Tableau (V.G .09 2.4. Le rapport de longueur entre deux portées successives doit vérifier : Ln 0 .783 -6.210 de C.2.2.2. M e VW=TW[kN] Ve=Te[kN] M t[kNm] 0 1 0.09 2.09 3. Toutes les conditions sont vérifiées donc on peut utiliser la méthode forfaitaire pour la détermination des sollicitations.4.85 4.2.319 0.A 93 cette méthode est utilisée si les conditions suivantes sont vérifiées : Q ≤ (2.2) : Les sollicitations des poutrelles a L’ELU Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 48 .385 .618 .E 2007 Selon l’article B 6.26 4 0.B.4M0 0.4M0 0.282 .319 0.9) Diagramme des moments dans les poutrelles M0 étant le moment isostatique égal à Mu Le calcul des moments se fait comme il est motionné dans l’article E.385 2.52 0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.931 6.2.9 0.6M0 0.F.08 0.319 0.715 2. Les moments d’inertie des sections transversales sont les mêmes dans les différentes travées en continuité.882 .85 p ≤ 1.4M0 0.93 5.B.319 0.41 4.82 0.6M0 0.783 2.282 . 5000 N/m2).897 .282 .26 6.41 2 0.5M0 0.6.715 -5.

882 2.319 0.0 (cm) d2 = 2.177 .0 (cm) bw = 12.282 .44 0.0 (cm) hf = 4.783 2.940 0.330 0.282 .85 3.3 Ferraillage des poutrelles : Ferraillage en travée : Calcul de Section en Flexion Simple 1.518 -5.0 (cm) h = 20.9 3.21 0 Tableau (V.69 0.97 2 0.4.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.6.13 . Hypothèses: Béton: fc28 = 25.26 4.1.0 (cm) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 49 .282 .0 (MPa) Fissuration non préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 2.5084 3.2.F.319 0.57 5.4756 2.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400.1 3.E 2007 travée qG[kN/m] qQ[kN/m] L [m] M0 α MW .57 3 0.319 0.36 . Section: bf = 60.1.306 -6.1. M e VW=TW[kN] Ve=Te[kN] M t[kNm] 0 1 0.282 .319 0.492 3 3.00 4 0.97 3.0 (cm) d1 = 3.1.3) : Les sollicitations des poutrelles a L’ELS V(x)= V0 (x) +(Me – Mw)/ L V.1.1.385 2.978 .84 4.715 2.4.4674 2.2.

4 (cm2) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 50 .89 4.15 εs = 10.00 Pivot: A (cm) (cm) (‰) (‰) σs = 348.F. Moments appliqués: Etat Limite Ultime ( fondamental ) Mmax (kN*m) -2.E 2007 3.0 (cm2) Analyse par Cas: Cas ELU Mmax = 2.00 y = 0.9 εb = 0.0 (MPa) Fissuration non préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 3.41 4.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400. Hypothèses: Béton: fc28 = 25.3 Z = 16. Moments appliqués: Etat Limite Ultime (fondamental) Mmax (kN*m) 2.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P. Résultats: Sections d'Acier: Section théorique As1 = 0.2 (MPa) Ferraillage sur appuis : Calcul de Section en Flexion Simple 1. Résultats: Sections d'Acier: Section théorique As1 = 0.5 (cm2) Section théorique As2 = 0.89 Coefficient de sécurité: Position de l'axe neutre: Bras de levier: Déformation du béton: Déformation de l'acier: Contrainte de l'acier: tendue: (kN*m) 1.0 (cm2) Section théorique As2 = 0.

F.Vérifiée τU = Vérification de la contrainte du béton La fissuration étant peu nuisible. On doit vérifier que : σb = M Ser .26 MPa b0 .b. donc pas de vérification a faire à l’état limite de l’ouverture des fissures et elle se limite à celle concernant l’état limite de compression du béton.33MPa (fissuration peu nuisible) τu ≤ τu TUmax 6.78 kN). AS .(d − Y ) = 0 2 Si : Y < h0 ⇒ l’hypothèse est vérifiée.donc il faut vérifier que : Tel que : τ U = min ( 0.0 Bras de levier: Z = 17. la vérification du cisaillement suffira.2.2.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.6. AS .5 Vérification des règlements : Effort tranchant : Pour l’effort tranchant.Y + n.2.12 × 0.10 −3 = = 0.59 Déformation de l'acier: εs = 10.4 Condition de non fragilité : min AS ≥ 0.d .1. 5MPa ) = 3.36 cm2 2 HA 10 sur appui alors As = 1. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 51 . f C 28 = 15MPa I Détermination de l’axe neutre : b 2 ′ .30 fe On prend : 3 HA 10 en travée alors As = 2.78.23. f t 28 = 1.Y ≤ σ bC = 0.26 MPa < τ U = 3.216 τ U = 0.1.E 2007 Analyse par Cas: Cas ELU Mmax = -2.4.41 (kN*m) Coefficient de sécurité: 1.57 cm2 V. f C 28 / γb .6 Déformation du béton: εb = 0.(Y − c ′) − n.00 (kN*m) Pivot: A (cm) (cm) (‰) (‰) (MPa) V.33 MPa -----------.2 Mmin = 0.00 Contrainte de l'acier: tendue: σs = 348.00 Position de l'axe neutre: y = 1.4.d 0. Le cas le plus défavorable (TU max = 6.

97 .89 2.1) 2 = 0.6x 0.60 Vérification de la flèche : ƒe = 1 .6 EI bh I = 0 + bh.97 × 10 − 4 × 32164 l 310 = = 0.L.00289 × (3.45cm < flim = 0.033 0. 500 0.622 Obs.41 Y [m] 0.4): récapitulatif pour la Vérification à L’E.04 × 0.F.6 × 0.Y +  .89 KN .945 1.04 × 2 I= 0. AS . AS .E 2007 Si : Y > h0 ⇒ on trie Y de l’équation suivante : b 2  b − b0  2 ′ .022 3 I=1.(d − Y ) = 0 2  2  Les résultats obtenus sont dans le tableau suivant : Position En travée Sur appui MSer [kN.S 0.033 I [m4] 5.163/12 + 0.04 /12 + 0.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.62 cm la condition est vérifié Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 52 .6 × 1.(Y − h0 ) + n.45cm 9.(Y − c ′) − n.03106E-05 5.20 G0 G1 G2 M max× l 2 ƒe = 9.082 + 0.δ 3 (théorie d’ hygiènes ) 12 Calcule du moment de l’inertie de la section totale 3 I= bh0 12 3 + (bh0 ) × G 2 G0 + 2 b0 H 12 3 0 + (b0 H ) × G 0 G1 0. Vérifiée Vérifiée Tableaux ( V.10-4 m4 E =32164 MPa Mmax = 2.62cm 500 500 ƒmax= 0.m Calcul de ƒ ƒ= 0.m] 2.12 × 0.16 × 0.12 × 0.03106E-05 σ b (MPa ) 1.

0.1. 1.S t 0.012 cm  t  At  S ≥ 0.12.4.4 • Selon le RPA 99 : Art 7.9.1.b0 St h  S t ≤ min . 1 .2cm  t  At  S ≥ 0.1.22 At ≥ 0.  S ≤ 16.23 Art 5.1.d .3.6 Calcul des armatures transversales et de l’espacement : • Selon le C.  φt = min (0.6 cm = 6 mm At = 2.22 At .5. φ1 .A 93 : τ u − 0.57 .HA6 = 0.00009 t Selon CB.22 Art 5.B.003.2 ) cm 10   35 On adopte φ t = 0.K At ≥ f b0 .φ1  zone nodale 4  St ≤ h 2 zone courante b  h Avec : φ t = min .9.A.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.E 2007 V. f e b0 . f tj .F.56 cm 2 Donc :  At  S ≥ 0. e γS S t ≤ min{0.036 t Selon RPA99  S ≤ 5 cm  t  S t ≤ 10 cm   Donc on adopte les espacements des cadres suivants St = 5 cm dans les zones nodales St = 10 cm hors les zones nodales Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 53 .2.40cm} St ≤ Avec : K = 1 Art 5.

30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.F.E 2007 Ferraillages des poutrelles En travées 1HA10 Sur appuis 2HA10 HA 6 HA6 3HA10 12 4 12 3HA10 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 54 .

St = 100 = 20 cm 5 St/2 St 100 Fig. Le ferraillage et en treillis soudé.71 cm2 Soit 5T6 ⇒ A2 = 1.E 2007 V. Les conditions suivantes doivent êtres respectées : Résister aux efforts des charges appliquées sur des surfaces réduites.S.R). St St/2 200 fe L1 : distance entre l’axe des poutrelles (L1=60 cm).4. On a : L1=60 cm 60 = 0.TIE 520. Pour le ferraillage de la dalle de Compression.30/10/2008 Chapitre 05 : Calcul des éléments secondaires P.10) Disposition constructive des armatures de la dalle de compression Armature de répartition : A2=A1/4=0. TSØ6 100 A1 : diamètre perpendiculaire aux poutrelles (A. Produire un effet de répartition entre nervures voisines des charges localisées notamment celles correspondantes aux cloisons.41 cm 2 et St=20 cm. Si : 50 ≤ L1 ≤ 80 cm ⇒ A1 = 4. A2=A1/2 Fe= 520 MPa ‘quadrillage de T.F.41 cm 2 ⇒ A1 = 4.30 cm pour les armatures parallèles aux nervures. L1 ≤ 50 cm ⇒ Avec : A1 = L1 fe avec : (L1 en cm ).46 cm 2 / ml 520 5T 6 ⇒ A1 = 1. On adopte un treillis soudés dont la dimension des Mailles est égale à 20 cm suivant les deux sens.1 Ferraillage de la dalle de compression : On ferraille la dalle de compression suivant les deux sens afin d’éviter les fissurations. A2 : diamètre parallèle aux poutrelles (A. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 55 . (V. Les dimensions des mailles sont normalisées comme suit : -20 cm pour les armatures perpendiculaires aux nervures. .P).

CHAPITRE VI ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE .

Elle est basée sur le choix raisonné des formes et de la structuration du bâtiment. L’allure générale du mouvement provoqué par séisme dépend du caractère de l’excitation dans le foyer. les objectifs ainsi visés consistent à doter la structure : D’une rigidité et d’une résistance suffisante pour limiter les dommages non structuraux et éviter les dommages structuraux par un comportement essentiellement élastique de la structure face à un séisme modéré.Chapitre 06 : Etude sismique P. Pour des ouvrages courants. de la profondeur du foyer et de la distance épicentrale. accompagné d’un contrôle rigoureux de l’exécution sur le chantier. avec l’application stricte de toutes les prescriptions techniques. les règles et les normes régissant le domaine de la construction. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 56 . La conception parasismique à comme but d’assurer une protection acceptable des vies humaines et des constructions vis-à-vis les effets des actions sismiques. consiste tout d’abord à construire des structures parasismiques. La dislocation au niveau des failles libère de l’énergie élastique sous forme d’ondes sismiques qui se propagent dans la terre et provoquant un tremblement de terre. à partir des enseignements de l’expérience. plus rare. la prévention contre les risques sismiques. Personne n’ignore que les séismes sont destructeurs et leur prédiction est très difficile. D’une ductilité et d’une capacité de dissipation d’énergie adéquate pour permettre à la structure de subir des déplacements inélastiques avec des dommages limités et sans effondrement ni perte de stabilité.E 2007 CHAPITREVI ETUDE DYNAMIQUE ET SISMIQUE VI. Par conséquent. voire impossible. Ce phénomène est lié à la concentration des contraintes dues à la collision entre les plaques tectoniques. face a un séisme majeur.1 Introduction Un tremblement de terre est causé par la libération brutale d’énergie de déformation au niveau la croûte terrestre. relativement fréquent. Cet ébranlement s’effectue le long des endroits bien spécifiques connus sous le nom de failles.F.

Etant donné la difficulté et la complexité d’un calcul manuel des efforts internes (Moments. par un modèle ayant un nombre de DDL fini. C’est pour cette raison qu’on on fait souvent appel à des modélisations qui permettent de simplifier suffisamment le problème pour pouvoir l’analyser. A ce titre. Il offre de nombreuses possibilités pour l’analyse statique et dynamique. en tenant compte le plus correctement possible de la masse et de la rigidité de tous les éléments de la structure. Limiter les dommages dans les éléments secondaires fragiles dus a des déformations imposées par un séisme modéré. Il permet de modéliser facilement et rapidement tous types de bâtiments grâce à une interface graphique unique. la rigidité et l’amortissement).2 Objectifs de l’étude dynamique : L’objectif initial de l’étude dynamique d’une structure est la détermination de ses caractéristiques dynamiques propres. L’étude dynamique d’une structure telle qu’elle se présente réellement.1 Description du logiciel ETABS : ETABS est un logiciel de calcul conçu exclusivement pour le calcul des bâtiments. VI.etc).F.Chapitre 06 : Etude sismique P. efforts normaux. VI.4 Modélisation de la structure étudiée. Ceci est obtenu en considérant son comportement en vibration libre non.3 Modélisation mathématique : La modélisation revient à représenter un problème physique possédant un nombre de degré de liberté (DDL) infini. dans les éléments structuraux.E 2007 Le Règlement Parasismique Algérien (RPA 99) préconise certaines conditions relatives à la conception et l’exécution des constructions en zones sismiques selon leurs groupes d’usage. le logiciel de calcul par éléments finis ETABS est utilisé. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 57 . VI.4. la modélisation est la recherche d’un modèle simplifié qui nous rapproche le plus possible du comportement réel de la structure. Cela nous permet de calculer les efforts et les déplacements maximums lors d’un séisme. par limitation sur le choix des systèmes constructifs ainsi que la hauteur des ouvrages en fonction de l’importance de la sismicité de la zone d’implantation.amortie. il est utile de rappeler que le RPA vise un double objectif : Protéger les vies humaines en évitant l’effondrement des ouvrages sous l’effet d’un séisme majeur. VI. est souvent très complexe et demande un calcul très fastidieux voir impossible. et qui reflète avec une bonne précision les paramètres du système d’origine (la masse. En d’autres termes..

La méthode d’analyse modale spectrale.E 2007 ETABS permet également le transfert de donnée avec d’autres logiciels (AUTOCAD.4. VI.d.1 Hypothèses de calcul. Les planchers sont simulés par des diaphragmes rigides et le sens des poutrelles peut être automatiquement introduit.5 . VI. VI. Les voiles ont été modélisés par des éléments coques « Shell » à quatre nœuds.Chapitre 06 : Etude sismique P.l. à cause de certaines vérifications nécessaires il est indispensable de passer par la méthode statique équivalente.5 . La masse des éléments modélisés est introduite de façon implicite. La masse des planchers est calculée de manière à inclure la quantité βQ RPA99/version 2003 (dans notre cas β =0.F.2 Modélisation des éléments structuraux : La modélisation des éléments structuraux est effectuée comme suit : Les éléments en portique (poutres-poteaux) ont été modélisés par des éléments finis de type poutre « frame » à deux nœuds ayant six degrés de liberté (d. Ici les conditions d’application de la méthode statique équivalent ne sont pas toutes remplies.) par nœud. a été repartie sur les poutres concernées.4.1 Méthode modale spectrale. Seul les déplacements horizontaux des noeuds sont pris en compte Les planchers et les fondations doivent être rigides dans leurs plans (vis-à-vis des déplacements horizontaux) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 58 .5 Calcul dynamique du bâtiment : Le calcul des forces sismiques peut être mené suivant trois méthodes : La méthode statique équivalente. La méthode d’analyse dynamique temporelle par accélérographes. par la prise en compte du poids volumique correspondant à celui du béton armé à savoir 2.1. SAP2000 et SAFE).2) correspondant à la surcharge d’exploitation. La masse des éléments concentrés non structuraux. VI.5t/m3. VI. Les masses sont supposées concentrées au niveau du plancher. comme l’acrotère et les murs extérieurs (maçonnerie). Néanmoins. Les dalles sont modélisées par des éléments dalles qui négligent les efforts membranaires. Il faut donc utiliser la méthode dynamique modale spectrale en utilisant le spectre de réponse défini dans le RPA 99 version 2003.3 Modélisation de la masse.

Tous cela complique de manière conséquente le choix du positionnement des voiles.et présente une architecture (vue en plan) déférente d’un niveaux à l’autre. En effet le choix du positionnement des voiles doit satisfaire un certain nombre de conditions : • Le nombre doit être suffisamment important pour assurer une rigidité suffisante tout en restant dans le domaine économique et facilement réalisable.5 . La structure que nous nous proposons de modéliser est un bâtiment qui se distingue par sa forme irrégulière en plan.6 Analyse de la structure proposée par le bureau d’étude : La variante conçue initialement par l’architecte avec un peu de changement des positions des poteaux pour positionner les poutres sans difficulté est la suivante : Fig (VI.F.1. • La position de ces voiles doit éviter des efforts de torsion préjudiciable pour la structure.Chapitre 06 : Etude sismique P. VI.1) : variante proposée par le bureau d’étude Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 59 .1.5 .3 Classification de site : Selon le rapport géotechnique relatif a notre ouvrage . contreventée par un système mixte (portique voiles).il est constitué de dépôts épais de sable et gravier moyennement denses ou d’argile moyennement raide avec Vs ≥ 200 m/s a partir de 10m de profondeur.on est en présence d’un site meuble (catégorie 3) . VI.2 Analyse de la structure : Il est à présent clair que l’une des étapes incontournables lors d’une analyse dynamique d’une structure est sa modélisation adéquate.E 2007 VI.

∑ Mi Xi ∑ Mi et YG = ∑ M iYi ∑ Mi Xi . séisme) La détermination du centre de masse est basée sur le calcul des centres de masse de chaque élément de la structure (acrotère.E 2007 VI. Yi : coordonnées du CDG de l’élément i par rapport au repère global. Les coordonnées du centre de masse sont données par : XG = Avec : Mi : la masse de l’élément i. escalier. plancher. poteaux. maçonnerie extérieur). En revanche. lorsque il y a une excentricité entre elles il y a des mouvements de translations et rotations.2 Caractéristiques géométriques: ( XCT.1 Caractéristiques géométriques et massique de la structure Centre de masse : Le centre de masse est le point de l’application des résultantes des charges horizontales (vent. balcons.6 .les efforts extérieures ne provoquent que des mouvements de translation.Chapitre 06 : Etude sismique P. poutres. Centre de rigidité (torsion) : Est le point par lequel passe la résultante des réactions des éléments participent dans la rigidité.F.6 . YCT ) : Coordonnées du centre de rigidité (ou de torsion. Note : Lorsque le centre de masse et de rigidité sont confondus . VI.) ex: excentricité théorique suivent x ey: excentricité théorique suivent y Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 60 . voiles.

561 13.090 8.05 x19.561 13.608 8.561 13.561 13.E 2007 YCM 8.141 8.550 13.354 8.560 13.557 13.3.7 de RPA Dans notre cas (analyse tridimensionnelle) en plus de l'excentricité théorique calculée.1) .37m Sens Y : e acc = 0.527 8.550 13.649 Etages 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC XCM 13.403 XCT 13.361 8.55 YCT 8.393 8.637 8.05 x 27.550 13.462 8.549 13. Sens X : e acc = 0.561 13.Centre des masses et Centre de torsion de chaque étage L’excentricité accidentelle : Art 4.330 8.549 13.557 8. une excentricité accidentelle (additionnelle) égale à ± 0.361 8.05 L.550 13.Chapitre 06 : Etude sismique P.626 8.561 13.494 8.550 13.55 13.376 8.560 13.98 m Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 61 .F.584 8.089 8.550 13.4 = 1. (L étant la dimension du plancher perpendiculaire à la direction de l’action sismique) doit être appliquée au niveau du plancher considéré suivant chaque direction.433 8.6= 0.559 Tableau (VI.

557 8. Pour tenir compte de la distribution non uniforme des surcharges.550 13.361 8.E 2007 Centre des masses L'étage 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC XCM(m) 13.eay.550 13.011 0.011 0.Chapitre 06 : Etude sismique P.98 0.354 8.55 13.560 13.ey = eyth .232 -0.089 8.196 -0.98 0.009 ey(m) -0. Le tableau (VI.527 8.361 8.98 0.37 0.37 1.584 8.ex = exth +eax.494 8.550 13.37 1.011 0. on doit étudier les quatre cas suivants et prend le cas le plus défavorable : 1.330 8.561 13.561 13.011 0.637 8.98 Tableau (VI.403 Centre de torsion XCT(m) 13.98 0.344 -0.561 13.433 8.37 1.626 8.37 1.549 13.353 -0.37 1.550 13.eax.549 13.011 0. 3.2) résume les résultats précédents : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 62 .F.98 0. Pour pallier les erreurs d'exécution. YG) 1°CAS (XG+5%Ly.550 13.197 -0. 4.98 0.141 8.283 -0.559 YCM(m) 8.37 1.2): Excentricités Théorique et Accidentelle Excentricité retenue Afin de prendre en compte que l'excentricité doit êtres prise de part et d'autre du centre de torsion.007 0.011 0.ey = eyth +eay.557 13.462 8.561 13. YG+5%Lx) G (XG.37 0.649 Excentricité théorique ex(m) 0.011 0. YG+5%Lx) Ces quatre cas sont pris en considération pour les raisons suivantes: Pour pallier les erreurs de calcul de centre de gravite des masses.372 -0.550 13.98 0.561 13.608 8.561 13.37 1.376 8.090 8.98 1. 3°CAS (XG-5%Ly.37 1.55 YCT(m) 8.223 -0.011 0. 2.560 13.233 -0.98 0. YG-5%Lx) 4°CAS (XG+5%Ly.ex = exth .246 Excentrici té accidentel ey( ex m) 1. YG-5%Lx) 2°CAS (XG-5%Ly.393 8.

734 -1.359 -1.000 0.377 1.2): Excentricité Retenue VI.000 0.841 97.359 -1.390 0.324 -1.000 0.000 70.000 0.237 95.067 0.572 0.381 1.564 88.923 70.000 0.000 0.176 -1.000 0.359 -1.000 0.363 -1.625 94.000 0.359 -1.000 0.3)ci-dessous présente les facteurs de participation massique de chaque modèle MODE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Période 0.359 -1.625 ΣUZ 0.000 0.000 0.000 0.203 -1.359 -1.359 -1.000 0.697 0.381 1.381 1.Chapitre 06 : Etude sismique P.000 0.359 -1.381 1.000 0.000 nature torsion translation translation Tableaux ( VI.379 -1.381 1.660 0.000 0.379 -1.880 88.000 70.608 0.069 17.880 88.3 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS.000 0.213 -1.807 0.352 -1. Le tableau ( VI.143 0.867 ΣUY 0.738 0.177 -1.361 Tableau (VI.000 0.237 95.6.212 -1.236 94.000 0.064 0.000 0.381 1.582 0.495 71.359 -1.236 88.236 88.316 0.359 -1.022 2.000 0.428 70.327 0.359 -1.381 1.757 0.381 1.625 94.000 0.361 0.E 2007 L'étage 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC ex=exth+eax ex=exth -eax ey=eyth+eay ey=eyth -eay ex à retenir ey à retenir 1.428 70.923 71.625 94.428 0.747 0.222 0.000 0.000 0.259 97.000 6.000 0.333 -1.636 0.748 0.043 UX 0.381 1.000 UZ 0.F.359 -1.263 -1.363 -1.381 1.000 0.000 0.381 1.532 0.359 -1.000 ΣUX 0.381 1.089 0.3): Période et facture de participation massique du modèle Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 63 .030 6.627 0.495 71.381 1.381 1.784 0.359 -1.783 0.186 0.000 0.359 -1.381 1.056 0.359 -1.000 0.226 1.377 1.910 95.381 1.000 0.428 88.026 UY 0.107 0.000 17.

Chapitre 06 : Etude sismique P. ( VI.F.2): La déformée modales obtenues après analyser par l’ETABS Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 64 .73 s Mode2 (translation suivent x) : T= 0.E 2007 Mode1(torsion) :T= 0.660 s Mode 3 translation suivent : T= 0.532 s Fig.

et surtout la disposition de certains voiles VI.Ces constatations nous ont mené à revoir le système de contreventement de la structure. .Apparition du phénomène de la torsion dans le premier mode. Le premier mode est un mode de torsion Le 2ème et le 3ème modes sont des modes de translation. On doit retenir les 9 premiers modes. pour que la masse modale atteigne les 90% (selon le RPA99).7 Analyse de la structure proposée « Variante 02 » : après plusieurs changements de dispositions des voiles on a choisis une variante pour laquelle on obtenu des résultats vérifiant les conditions de sécurité imposée par le RPA et évitant également le torsion au niveau de premier mode. Fig. Interprétation des résultats .Chapitre 06 : Etude sismique P.F.E 2007 Constatation : Ce modèle présente une période fondamentale T = 0.738 s.3) : variante proposée Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 65 .( VI.

7 de RPA Dans notre cas (analyse tridimensionnelle) en plus de l'excentricité théorique calculée.553 13. une excentricité accidentelle (additionnelle) égale à ± 0.259 8.55 13.F.675 8.05 L.37m Sens Y : e acc = 0.55 YCT (m) 8.733 8.553 13.722 8.05 x19.( L étant la dimension du plancher perpendiculaire à la direction de l’action sismique) doit être Appliquée au niveau du plancher considéré suivant chaque direction.553 13.4 = 1.Chapitre 06 : Etude sismique P.704 8.55 13.735 8.291 8.55 13.723 8.073 8.553 13.1 Caractéristiques géométrique: Etages 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC XCCM(m) 13.( VI.291 8.325 8.337 XCT (m) 13.55 13.553 YCCM (m) 8.022 8.553 13. Sens X : e acc = 0.3): .729 8.735 8.55 13.55 13.289 8.553 13.553 13.055 8.3.553 13.7 .308 8.6= 0.55 13.55 13.731 8.98 m Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 66 .653 Tableau.05 x 27.553 13.Centre des masses et Centre de torsion de chaque étage L’excentricité accidentelle : Art 4.55 13.E 2007 VI.

003 0.367 1.602 0.367 -1.373 1.55 13.373 1.394186 -1.367 -1.373 1.373 1.367 -1.373 1.367 -1.F.315 ex Excentricité accidentelle ey(m) -1.373 1.4): Excentricités Théorique et Accidentelle Le tableau (VI.419 -1.55 YCT 8.003 ey(m) .367 -1.022 8.731 8.373 1.373 Tableau.687 -1.707 .337 Centre de torsion XCT 13.456 -1.373 1.423 -1.55 13.722 8.367 -1.373 1.367 -1.553 13.073 8.668 -0.373 1.55 13.373 1.1.367 -1.367 -1.653 Excentricité théorique ex(m) 0.55 13.358232 -1.003 0.373 1.003 0.735 8.553 YcM 8.373 1.373 1.289 8.735 8.55 13.E 2007 Centre de masse L'étage 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC XCM 13.675 8.729 8.367 -1.566 0.Chapitre 06 : Etude sismique P.0.443 -0.0.291 8.373 1.367 -1.704 8.504 0.385 .373 Tableau (VI.0.367 -1.367 -1.595 0.373 1.419799 -1.325 8.553 13.553 13.373 1.055 8.733 8.373 1.456231 -1.003 0.321 0.55 13.723 8.295698 ex à retenir ey à retenir -1.003 0.553 13.373 1.378 -0.367 -1.373 1.0.312 0.5) : Excentricité Retenue Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 67 .373 1. ( VI.373 1.394 -1.5) résume les résultats précédents :.367 -1.439 -0.373 1.55 13.414 -0.553 13.664 ey=eyth eay -1.367 -1.003 0.259 8.476 -0.423571 -1.365414 -1.553 13.553 13.308 8.373 1.373 1. ex=exth+e ax 1.55 13.367 -1.639171 -1.003 0.6488 -1.55 13.540 0.295 Etage 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC 1.291 8.367 -1.536 0.003 0.648 .003 0.553 13.659 .553 13.273 0.687428 -1.373 1.373 ex=exth eax -1.373 1.358 -1.365 -1.639 -1.367 ey=eyth+e ay 0.

132 0.000 0.961 94.000 67.613 0.000 0.058 0.777 0.Chapitre 06 : Etude sismique P.044 69.000 0.145 95.7 .566 0.000 0.000 2.904 0.000 0.285 67.6) : Période et facture de participation massique du modèle Constatations : Ce modèle présente une période fondamentale T =0.038 UX 69.000 6.823 98.000 0.000 0.348 94.049 ΣUZ 0.000 0.7 .F.000 UZ 0.000 0.144 0.057 0.319 67.000 0.043 0.2 Résultats de l’analyse dynamique par ETABS.777 s Les 1eret 2ème modes sont des modes de translation Le3ème mode est un mode de rotation.062 0.000 0.145 88.000 0.000 0.348 88.034 0.000 ΣUX 69.000 67.000 0.001 UY 0.000 nature translation translation torsion Tableau ( VI.770 0.000 0.000 0.000 0.3 caractéristiques massiques de la structure : Les caractéristiques massiques de la structure sont présentée ci –après Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 68 .049 95.049 0.049 95.000 0.202 0.825 0.145 88.000 0.017 0.000 0.093 0.000 0.041 0.000 0.484 18. VI. Le tableau ci-dessous présente les facteurs de participation massique de chaque mode : MODE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Période 0.320 88.978 94.000 0.978 97.824 ΣUY 0.298 88.000 0.001 20.000 6.043 69. pour que la masse modale atteigne les 90% (selon le RPA99). On doit retenir les 9 premiers modes.571 0.528 88.136 0.701 1.000 0.319 67.049 95.000 0.285 0.000 0.E 2007 VI.679 98.

777 s Mode2 : T= 0.707 537.159 578.961 Somme Tableaux ( VI.( VI.707 546.566 s Fig.953 5412.159 548.725 517.4) : La déformée modales obtenues après analyser par l’ETAPS Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 69 .035 520.723 métage (t) 483.571s Mode3 : T= 0.F.7) : caractéristiques massiques Mode 1 : T= 0.565 548.759 632.937 518.Chapitre 06 : Etude sismique P.E 2007 Calcul Manuel Niveau 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Calcul Automatique métage (t) 495.524 556.860 511.514 570.812 615.565 548.029 5496.362 568.865 513.882 537.565 558.

déplacements. La rigidité latérale des éléments porteurs du système de contreventement est calculée à partir de sections non fissurées pour les structures en béton armé ou en maçonnerie.4 Vérifications réglementaires.1 La résultante des forces sismiques : L’une des vérifications préconisées par le RPA99 est relative à la résultante des forces sismiques. sont remplacées par un système de forces statiques fictives.Chapitre 06 : Etude sismique P.la méthode statique équivalente peut être utilisée dans la condition suivante : • • Le bâtiment ou bloc étudié.7 . moments. VI.7 . Les effets de ces forces sont considérés équivalents à ceux provoqués par mouvement du sol dans une direction quelconque.. Si Vt < 0.1 Domaine d’application de la méthode statique équivalente : . Vt On doit donc calculer les efforts résultants de l’application de la méthode statique équivalente.E 2007 VI. les actions sismiques réelles qui se développent dans la construction.) dans le rapport r= 0.. VI. VI.8..4. VI.F. Les forces sismiques équivalentes seront considérées appliquées successivement suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies par le projeteur.2 Modèle admis par la méthode statique équivalente : Le modèle du bâtiment à utiliser dans chacune des deux directions de calcul est plan avec des masses concentrées au centre de gravité des planchers et un seul degré de liberté en translation horizontale par niveau.8 Méthode statique équivalente : Dans cette méthode. En effet la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par la combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismiques déterminées par la méthode statique équivalente V.8 V. il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse (forces. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 70 .8.8V . satisfait la régularité en plan et en élévation avec une hauteur au plus égale à 30m en sones III Le bâtiment ou bloc étudié présent une configuration irrégulière tout en respectant outre la condition de hauteur suivante : Dans le cas le bâtiment implantée on zone III et le groupe d’usage 2 il faut que la hauteur ne dépasse pas 5 niveaux au 17m .

7) : Coefficients d’accélération de zone A Dans notre cas on a un groupe d’usage 2 en zone III donc : A = 0.18 Tableau ( VI.). control de la qualité des matériaux…. en élévation.etc. dépendant de la période T et du type de sol d’assise de fondation.2.3) A : coefficient d'accélération donne par le tableau des règles R P A en fonction de la zone sismique et du groupe d’usage.10 ZONE IIb 0. Ce coefficient est donné par : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 71 .D.E 2007 Seul le mode fondamental de vibration de la structure est à considérer dans le calcul de la force sismique totale.3 Calcul de la force sismique totale Dans cette méthode l'intensité effective de l'action sismique est donnée sous la forme d'effort tranchant maximum à la base de la structure. VI.20 0.15 0.Q .8.40 0.07 ZONE IIa 0. dépendant de la qualité du système structurel (régularité en plan. La formule empirique donnée par R P A 99 est la suivante: Q= 1+ ∑ pq q =1 6 A : coefficient d’accélération de zone donné par le tableau (4-1) ci dessous suivant la zone sismique et la groupe d’usage du bâtiment ZONE Groupe 1A 1B 2 3 I 0.W R RPA99 (art 4.Chapitre 06 : Etude sismique P. R: facteur de comportement dépendant de type du système de contreventement de la structure.14 ZONE III 0.10 0.25 D : facteur d’amplification dynamique moyen. Q: facteur de qualité.25 0. Soit : V= A. D: facteur d'amplification dynamique.30 0.30 0..25 0.15 0.25 0.20 0. fonction de la catégorie du site.F. du facteur de coefficient d’amortissement (η) et de la période fondamental de la structure T.12 0.

Chapitre 06 : Etude sismique P.F. Remplissage Béton Armé Léger Dense 6 7 Portique Acier 4 5 Voile ou murs Béton Armé / Maçonnerie 10 Tableau ( VI.7 VI.09 × h N   D  hN : Hauteur mesurée en mètres a partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau N.5 %. On donc :  3 T = min CT h N 4  Avec : 0. la période fondamentale correspond à la plus petite valeur obtenue par les formules 4-6 et 4-7 du RPA99.5 sec . T2( S3 ) = 0.ξ(%) est le coefficient d’amortissement critique fonction du matériau constitutif.E 2007 2.7 .5 η (T2 / T) 2/3 2.3.8) : Valeurs du coefficient d’amortissement suivant le système structurel Nous avons un contreventement mixte voiles -portiques donc on prend ξ = 8.8.816 > 0. D’où η = 0. CT : Coefficient fonction du système de contreventement. du type de structure et de l’importance des remplissages.7 du RPA99/version 2003. ξ est donné par le tableau (4-7) présenté ci-après.η : facteur de correction d’amortissement donné par la formule : η= 7 (2 + ξ ) ≥ 0.5 η (T2 / T) 2/3 (3 / T) 5/3 0 ≤ T ≤ T2 T2 ≤ T ≤ 3s T ≥ 3s Avec T2 : période caractéristique associée a la catégorie du site et donnée par le tableau 4.5 η D= 2.1 Estimation empirique de la période fondamentale Dans notre cas (structure mixte). Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 72 . du type de remplissage et donné par le tableaux 4-6 du RPA99/version2003.

654s On a : T2(S3)= 0. Dans notre cas et pour bâtiment d’habitant β =0.656 s .20 Donc pour chaque niveau « i » on aura : Wi=Wgi+0.630s) => T = 0.Chapitre 06 : Etude sismique P. 0.5 η (T2 / T) 2/3 D =1.0.25 « pour les deux sens» W : poids de la structure β : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge d’exploitation et donné par le tableau 4-5 du RPA99.6 m CT = 0.2WQi: Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 73 . défini par : Q = 1 + Σ Pa Q = 1.5s On a : T2≤T≤3s Donc : D =2.95.533s) Donc T = 0.5s T2≤T≤ 3s D = 2.05 on a un contreventement assuré partiellement par des voiles en béton armée Alors : T = min (0.70 T2 ≤ T ≤ 3s Pour le sens longitudinal HN = 31m et d = 27.4m T = min(0.533s T2 (S3)=0.E 2007 D : la dimension du bâtiment mesurée à sa base dans la direction de calcul considérée.656 s. R : coefficient de comportement global de la structure Pour une structure en béton armé à contreventement mixtes portiques/voiles avec Interaction on a : R=5 Q : Facteur de qualité.F. • Pour le sens transversal : HN = 31m et d = 19.5 η (T2 / T) 2/3 Donc : • D=1.

500 112.103 253.95 Q 1.654 η 0.931 85.847 somme 483.500 112.931 85.F.96 t TL(s) 0.103 253.565 548.565 548.103 253.96 t Résumé de résultas Paramètres Résultats A 0.25 × 1.500 13.500 13.25 × 5496.029 5496.500 poutre 85.931 85.500 112.578 1920.2.500 131.500 13.961 Tableau ( VI.25 × 1.395 plancher 316.Chapitre 06 : Etude sismique P.553 TT(s) 0.500 16.500 13.362 568.05t VT = R 5 ⇒ VL = (0.328 103.406 voile 56.937 518.931 85.250 112.25 Dtr.159 548.931 85.95 × 1.125 113.500 112.875 252.531 50.931 85.000 13.313 escalier 0.759 632.531 83.07 T.7 S Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .953 145.875 2592.395 124.531 93.816 V= A × D × Q ×W ⇒ (0.266 50.96 ) = 669.931 859. Dlon 1.474 255.531 83.931 85.413 249.565 558.500 112.V Avec 74 si T > 0.500 13.860 511.531 83.159 578.E 2007 masse 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Somme poteau 25.931 85.250 1087.931 85.500 112.8.8) : estimation du poids de chaque niveau Poids total: WT = 5496.5 Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur : La résultante des forces sismiques à la base est distribuée sur la hauteur de la structure selon les formules suivantes (art 4.25 R 5 W (t) 5496.95t 5 VI.7 × 1.500 112.70 -1.103 252.103 253.500 13.500 13.25 × 5496.96) = 584.5 RPA 99) V = Ft + ∑ Fi Ft = 0.696 253.

565 548.970 12068.437 10422.E 2007 Ft = 0 On a : si T < 0.000 Fi(t) ln 107.652 25.022 63.161 18.9) : résultat des forces sismiques VI.565 558.159 548.961 Hi 31.000 Tableau ( VI.176 93.247 40.00 19.7 ⇒ Ft = 0 La force sismique équivalente qui se développe au niveau i est donnée par L’expression Fi = (V − Ft )Wi hi ∑W h j =1 j n J Fi : force horizontale au niveau i.403 55.00 16.895 29.708 5681.565 548.197 0.729 65. hi : niveau du plancher.3.864 0.362 568.00 25.00 7.159 578.937 518.00 28.Chapitre 06 : Etude sismique P.314 2528.233 12953.548 35.741 8777.812 Fi (t) tr 94.759 632.947 81.00 4.657 14334.96t Vlng= 669.176 52.00 Wi* Hi 14999.241 86.00 13. Ft : force concentrée au sommet de la structure.95 t niveau 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC somme Wi (t) 483.8.860 511.7 S T = 0.117 93075.029 5496.00 10.867 75.2 Distribution horizontale des forces sismiques : L’effort tranchant au niveau de l’étage k est donné par la formule : Vk = Ft + ∑ n i= k Fi Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 75 . Les résultats sont présentés dans le tableau suivant : On a : Vtr = 584.076 45.123 89.F.966 103.656S < 0.591 4051.422 15.045 7258.00 22.286 75.

325 1870.488 461.947 81.259 11599.F.085 406.047 6031.112 542.368 834.518 14279.228 4443.057 6779.898 957. m)Tr 282.176 93.050 Vk(t) ln 107.176 52.10) : les efforts tranchants résultants Les moments de renversement sont présentés le tableau : NIVEAU 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Hi 3 3 3 3 3 3 3 3 3 4 Vk(t) tr 94.646 2653.403 55.161 18.273 529.94 t Moment max à la base : M = 14279.050 Vk(t) ln 107.686 10112.318 Tableau ( VI.394 8407.966 103.902 3873.247 40.356 341.864 Fi (t) ln 107. m)Ln 323.123 184.E 2007 Les résultats sont donnés dans le tableau suivent: NIVEAU 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Hi 31 28 25 22 19 16 13 10 7 4 Fi (t) tr 94.241 86.123 89.564 507.548 35.022 63.273 529.488 461.085 406.112 542.564 507.449 581.384 391.251 466.895 29.476 3044.076 45.764 568.286 75.142 304.950 Tableau ( VI.729 65.422 15.696 622.764 568.070 265.142 304.592 651.070 265.950 M (t.483 9644.384 391.251 466.11) : Les moments de renversement • • • Effort tranchant max à la base : V = 669.197 Vk(t) tr 94.186 584.652 25.445 M (t.31 t.696 622.366 5258.394 7776.966 211.867 75.753 669.m Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 76 .449 581.245 12448.356 341.966 211.186 584.592 651.753 669.123 184.578 1630.Chapitre 06 : Etude sismique P.

Donc la condition est vérifiée.05 t 0.96 t ⇒ VDynamique ≤ 0. Donc il faut augmenter tous les paramètres de la réponse dans le rapport r = 535.il faudra augmenter tous les paramètres de la déplacements.8 Vstatique = 467.8 V/Vt réponse (forces. L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode dynamique suivant le sens X VDynamique = 503.77 sec.8 Vstatique Condition non vérifie. T empirique = 0.4 VERIFICATIONS REGLEMENTAIRES VI.96/ 503.4.33 t L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode Statique suivent le sens X Vstatique = 669.24 t ⇒ VDynamique ≥ 0.3 = 0.2.2 Résultante des forces sismique : L’une des vérifications préconisées par le RPA99/Version2003 (Art 4.656sec x1.8V. moments.852 ses > T numérique = 0.8.95 0.6) est relative à la résultante des forces sismiques.8.3.4.4 : les périodes calculés à partir des méthodes numériques ne doivent pas dépasser celles des formules empiriques au plus de 30 %.8.) dans le rapport r = 0.Chapitre 06 : Etude sismique P.F...8 Vstatique = 535.42 t L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode Statique suivent le sens Y Vstatique = 584.1 Période fondamentale théorique RPA Art 4. Si Vt < 0.E 2007 VI.064 L'effort tranchant à la base obtenue par la méthode dynamique suivant le sens Y VDynamique = 598. En effet la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par la combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismiques déterminées par la méthode statique équivalente V.33 t = 1. VI.8 Vstatique vérifié.. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 77 .

m M resist 753083.2 KN 1540.3 = 27.1 ⇒ La stabilité de la structure au renversement est vérifiée.13KN L'effort tranchant à la base repris par les portiques Donc : 1400. VI.Chapitre 06 : Etude sismique P.61KN : 10745 KN ⇒ vérifiée Les portiques doivent reprendre. Les sollicitations verticales totales de la structure Les sollicitations verticales reprises par les voiles On a : Donc : 10745/54969.3 Justification de l'interaction portiques–voiles : RPA (Art 3.1 KN. Il faut vérifier que : Moment resistant ≥ 1.27 > 1.961 × 13 .41) : La vérification au renversement est nécessaire pour justifier la stabilité d’un Ouvrage sollicité par des efforts d’origine sismique.E 2007 VI.3 KN 1400.4.5 M renv 142793.4 Vérification de la stabilité au renversement RPA (Art 4.8.4) Pour la justification de l'interaction portique–voiles. on doit vérifier que Les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux charges verticales.m 2 M renv = ∑ Fi × hi = 142793.8.F.5 Moment de renverssement L M res = F × c / x = ( 5496. au moins 25% de l'effort tranchant de l'étage.33/5984.7 = 753083 .33KN vérifiée ⇒ Les conditions d l'interaction portiques–voiles sont vérifiées.81% >25 % ⇒ vérifiée Suivent Y : L'effort tranchant total à la base L'effort tranchant la base repris par les portiques Donc : 1540.61 = 19.65 KN. outre les sollicitations dues aux charges verticales.2 = 25.73% >25 % 5984.54 % <20 % : 54969.13/5033.4. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 78 .65 = = 5. Suivent X : L’effort tranchant total à la base 5033.

810 3.étage : L’une des vérifications préconisées par le RPA99.755 65.00 11. δ ey ). ∆k ex k k ∆k = δ ex − δ ex−1 ex : correspond au déplacement relatif au niveau k par rapport au niveau k-1 dans le sens x (idem dans le sens y.50 10.400 δ ky (mm) 87. concerne les déplacements latéraux interétages.090 33.270 15.350 6.50 10. δ Avec : ex est le déplacement horizontal dû aux forces sismiques au niveau k dans le sens x k k (idem dans le sens y.140 14.E 2007 VI.Chapitre 06 : Etude sismique P.180 23.157 10.351 13. ∆key ).795 44.320 20.818 6.50 6.00 15.00 3.370 3.545 ∆x(mm) 14.700 70.01h e Avec : ∆ x = R ∆ ex k k ∆ky = R ∆key k k ∆key = δ ey − δ ey−1 Où . Avec: ∆ = 0.4.040 10.785 54.980 8.040 5.505 15.500 85.5 Les déplacements latéraux inter.00 5.709 Tableau ( VI.F.50 15.600 101.00 7.805 24.200 54.845 8. l’inégalité ci-dessous doit nécessairement être vérifiée : ∆kx ≤ ∆ et ∆ky ≤ ∆ où et et h e : représente la hauteur de l’étage. En effet.900 40.00 ∆y(mm) 10.959 8.200 26.00 15.854 3.00 14.070 1.850 15.525 76. Les déplacements dus aux forces sismiques RPA (Art 4.762 0.300 17.50 10. selon l’article 5.8.50 15.50 10.00 9.50 ∆ (mm) 30 30 30 30 30 30 30 30 30 40 Observation Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée 17.761 4.43) : On a : R=5 Après analyse des résultats on obtient le tableau ci-dessous Z(m) 31 28 25 22 19 16 13 10 7 4 δ ex 26.169 1.280 δ ey (mm) δ kx (mm 130.900 116.12) : Les déplacements du aux forces sismiques 79 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .50 13.10 du RPA99.50 8.50 8.

73 2916. hk ≤ 0.595 observation < 0. l'effort normal de compression calculé est limité par la condition suivante : ν= Nd ≤ 0.E 2007 VI. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 80 .52 2170.3 < 0. ∆k / Vk .1225 0.95 1636. f c 28 Nd 181.115 0.3 RPA99) Avec : Nd=Nc+Nq+NE poteaux 35x35 35x35 35x35 45x45 45x45 45x45 50x50 50x50 55x55 55x55 55x55 Bc 0.3 < 0.3025 0.087 0.9 1152.2025 0.3025 0.558 0.66 813.1225 0.4.45 4223.228 0.262 0.4.F.3 VI.4.19 333.9) Avec : Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au dessus du niveau « k » calculés suivant le formule ci-après Pk = ∑ (WGi* + β Wqi ) i=k n Vk : effort tranchant d’étage au niveau « k » .3 < 0.161 0.3025 fc 28 25000 25000 25000 25000 25000 25000 25000 25000 25000 25000 25000 ψ 0.2025 0.B.26 4503.3 < 0.30 Bc .3 < 0.Chapitre 06 : Etude sismique P.3 < 0.3 < 0.7 Justification Vis A Vis De l’effet P-∆ : ∆ Les effet de deuxième ordre (ou l’effet de P-∆) peuvent être négligés dans le cas des bâtiments si la condition suivante est satisfaite à tous les niveaux : θ = Pk .10.6 Vérifications des Sollicitations normales : Outre les vérifications prescrites par le C.25 0. 8.059 0. ∆k : déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 » .25 0.347 0.8.386 0.17 267.3 < 0.2025 0.A et dans le but d'éviter ou limiter le risque de rupture fragile sous sollicitations d'ensemble dues au séisme.109 0.3 < 0. RPA99 (art 5.26 (art 7.3 < 0.69 582.1225 0.

000 3. on peut donc négliger l’effet P-∆ dans le calcule des éléments structuraux.002 0.003 0.932 5496.006 0.002 0.001 107.449 581.759 632.937 518.003 0.565 558.000 3.000 θ 0.002 0.004 0.652 3718.932 5496.860 511.186 584.003 0.006 0.003 0.000 3.029 0.14) : justification Vis-à-vis De l’effet P-∆ Sens longitudinal On a θi < 0.000 3.173 4864.950 Tableau ( VI.005 0.000 3.521 2611.000 3.E 2007 • Sens transversale : Niveau 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Wi (t) Pk 483.000 3.002 0.050 Tableau ( VI.000 4.251 466.014 4286.002 0.565 548.014 4286.159 548.002 483.000 4.362 568.592 651.004 0.003 0.13) : justification Vis-à-vis De l’effet P-∆ Sens transversale • Sens longitudinal : Niveau 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC Wi (t) Pk 483.F.006 0.003 0.002 0.652 3718.565 558.000 3.001 0.000 3.488 461.001 0.000 3.753 669.860 995.937 518.565 548.759 632.004 0.362 568.384 391.070 265.004 0.961 ∆k ( m) Vk ( t ) hi (m) 3.860 995.086 3159.004 0.000 3.001 94.004 0.565 548.005 0.860 511.356 341.004 0.000 3.000 3.005 0.764 568.1 pour chaque niveau « k » et dans les deux sens. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 81 .521 2611.005 0.961 ∆k ( m) Vk ( t ) hi (m) 3.Chapitre 06 : Etude sismique P.003 483.000 θ 0.085 406.564 507.966 211.003 0.029 0.797 1513.004 0.956 2062.000 3.112 542.086 3159.273 529.173 4864.159 578.797 1513.000 3.565 548.003 0.004 0.159 578.696 622.000 3.123 184.956 2062.004 0.002 0.002 0.002 0.142 304.159 548.

CHAPITRE VII ETUDE AU VENT .

l’altitude.F.E 2007 CHAPITRE VII ETUDE AU VENT VII . le site.3 RNV99) La vérification à la stabilité d’ensemble de notre construction doit passer par les étapes suivantes : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 82 82 .1Introduction Le vent est assimilé à des forces statiques appliquées à la construction supposées horizontales. ces forces peuvent engendrer des effets dynamiques qui dépendent des caractéristiques aérodynamiques de la structure.1. les dimensions de l’ouvrage. VII .intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P. Ces forces dépendent aussi de plusieurs autres paramètres : la région. Notre construction est de catégorie I (art 1.2Application des R N V 99 : la vérification de la stabilité d'ensemble: Les RNV 99 impose un calcul dans les deux directions du vent lorsque le bâtiment présente une géométrie rectangulaire.

(VII.93 VII .2.95 • Sen x-x Pour h = 31m et b = 27 .1 donnée au chapitre3 de RNV99 la lecture pour h =31 m et b = 19.3) : Ct =1 Zone I : (tab 2.4 fig.1.6 V1 V2 KT = 0.4 m Cd ≈ 0.17 Z0 = 0.60 m donne (après interpolation) Cd ≈ 0.2.F.intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P.13 • Sens y-y : 19.Détermination du coefficient dynamique Cd : Données relatives au site: Site plat : (ch 2 § 4.2.01 Zmin = 2 m ε = 0.3) :qréf = 375 N/m² Terrain de catégorie I 31. On utilise la figure 3.E 2007 VII .1) La structure du bâtiment étant en béton armé.2Détermination de la pression dynamique qdyn: q dyn = q réf * C e ( Z eq ) qréf = 375 N/m² Ce : est le coefficient d’exploitation dépend aux nature de la structure. Dans notre cas la structure le coefficient dynamique Cd étant inférieur à 1.6 27. la structure est peut sensible aux excitations dynamiques dans ce cas le coefficient d’exploitation données par : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 83 83 .3.

07 1.46 qdyn 705.5 Cr 0.7 903.83 2.22 3.296 1.intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P.90 1.4 d > e donc on adopte le 1ére cas si la surface S ≥ 10 m² Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 84 84 .75 1061.5 Coefficient de pression extérieur Cpe: Le coefficient de pression dynamique dépend au la surface chargée de la paroi considérée a ) les parois verticales : a – 1) sens y-y Cpe = Cpe.75 993.34 1.41 2.5 Tableau (VII.39 3.10 e = min ( b .5 23.31 3.3Détermination des coefficients de pression Cp : Coefficient de pression intérieur Cpi: Dans le cas de bâtiment avec cloisons intérieur : Cpi = 0.E 2007   7 * KT C e ( Z eq ) = C t ( Z eq ) 2 * C r ( Z eq ) 2 * 1 + 2 2   C t ( Z eq ) * C r ( Z eq )    Ct (Zeq) : est le coefficient de topographié =1 Cr est le coefficient de rugosité il est définit par la loi logarithmique (logarithme népérien) : Z  Cr ( Z eq ) = K T * Ln j  Z   0 Zj 2 5.6 d ≤ e donc on adopte le 2émé cas a – 2) sens x-x e = min ( b .97 3.65 2.8 et -0.26 1.25 1297.1) VII .36 Pour Zmin ≤ Z ≤ 200 m Ce 1.319 1.25 1271.23 1.75 1155 1207.08 3. 2h ) = 19.5 8.5 11.5 1241.F.19 1.5 17.5 29.2.5 26.14 1. 2h ) = 27.88 2.5 14.61 1113.5 20.

2.3) répartitions des coefficients de pression (Acrotère) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 85 85 .intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P.(VII.E 2007 Il convient de diviser les parois comme l’indique la figure 2.(VII. Le coefficient Cp10 est donné par l’interpolation dans le tableau .( VII.2. Il convient de diviser l’acrotère comme l’indique la figure .F.2) répartition des coefficients de pression (paroi verticale) b) Toitures : Les toitures plates sont celles dont la pente est inférieure ou égale à 4°.2) hp h d e/4 F G Vent b H e/4 e/10 e/2 F Fig . Les valeurs de Cp10 sont données dans le tableau VUE EN PLAN d ELEVATION e e/5 Cas1 où d > e Vent Vent h D E b Cas2 où d ≤ e Vent h A B C A’ B’ Fig.

8 Cpe=Cpe10 -1 -0.8 0.6 -1.6 6.F.8 Cpi 0.8 0. A' B .E 2007 Zone A .2) -1.8 -0.8 -0. B' C D E F G H -1.3 -1.74 -1.8 -1.intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P.8 -1.5 0.8 0.8 0.6 Vent 0 -1.5 -2.6 6.4) répartitions des coefficients de pression VII .2.4 -1.1 -0.1 -1.3) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 86 86 .8 0.1 -1.85 -2.85 2.1 -2.9 -1.6 -1.6 .94 W : est la pression nette exerce sur l’élément de surface j calculée à la hauteur zj relative à l’élément de surface j W(zj) et donnée par de la formule suivante : W ( z j ) = q dyn ( z j ) × (C pe − C pi ) D’ou q j = C d × q dyn ( z j ) × C p L’ensemble des résultats est porté dans le tableau (VII.5 Tableau (VII.7 Cp -1.3 0 -1. Fig (VII.8 0.1Détermination de la pression due au vent : La pression due au vent qj qui s’exerce sur un élément de surface j est donnée par : q j = Cd × W ( z j ) Cd : est le coefficient dynamique de la construction Cd = 0.8 0.

95 pour la direction (y-y) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 87 87 .93 pour la direction ( x -x) Cd =0.intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P. ou le rapport d/h ≥ 3 Dans notre structure cette condition n’est pas vérifiée • Détermination de la Force résultante: La force résultante R se décompose en deux forces : Une force globale horizontale Fw qui correspond à la résultante des forces horizontales agissant sur les parois verticales de la construction et la composante horizontale des forces appliquées à l’acrotère .E 2007 • Calcul des forces de frottement : Cette étape à pour but de tenir compte du frottement qui s’exerce sur les parois parallèles à la direction du vent.F.3 Cd =0. Une force de soulèvement Fu qui est la composante de force résultante R est donnée par la formule suivante : R = ∑ (q j × S j ) L’ensemble des résultats est porté dans le tableau 6. La construction pour lesquelles les forces de frottement doivent être calculées est celle pour laquelle soit le rapport d/b ≥ 3.

79875 -1300.E 2007 h (m) 2 5.5 23.104 -111453.5 14.48875 -1327.5 8.174 -2983.10 -1328.5 Zone E : Cp = -1.21 qj(y-y) -721.3) D’où on obtient Ry = 774.83 -1269.75 -78077.867 R(y-y) -56599.456 -944.34 -3768.15542 -2355.60625 -1086.0113 -99213.44 11. et la probabilité d’avoir les deux actions simultanément est faible .38 -1163.5 16.45 -1355.02703 -1139.6 S(y-y) 78.0124 -50097.345 -97044.1 kN Par une comparaison des actions du vent à celle du séisme. -3849.53625 -1016.25 1297.5 20.36625 -1181.7649 -39550.7 903.80 74664.7 -69476.25 1271.5 29.8 1155 1207.5 11.5 1241.75 1061.4 qdyn 705.97 -11711.134 -109199.88.5 26.100 S(x-x) 109.intr30/10/2008 Chapitre 07 : Etude au vent P.25 -3047.2213 -85362. on remarque que ces derniers sont plus importants.6 G : Cp = -1.77 Tableau (VII.3 -54362.90 -27696.7 kN Rx = 1107.et pour cela on peut négliger l’effet du vent au ferraillage.30 -2405.46 -1109.565 -1261.61 1113.F.5 F : Cp = -2.75 993.75 qj(x-x) -737.39 -106622.86 -1206.73 -44313.100 82.2324 -77631.5 17.3 -66994.418 -1038.3 -63281.4 -63858.7 -59776.2 58.72 -35081.2374 -95670.9311 -924. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 88 88 .1227 R(x-x) -80825.16 -76468.76 1688.243 E : Cp = -1.1313 -91191.9 H : Cp = -1.83 -1297.4 31.0 -67415.

CHAPITRE VIII : FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS .

8G ± E La section d’acier sera calculée pour différentes combinaisons d’efforts internes Nmax Nmin : : Mcorrespondant Mcorrespondant 89 89 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol . 1 Ferraillage des poteaux : Les poteaux sont des éléments structuraux assurant la transmission des efforts des poutres vers les fondations......B. G+Q Selen RPA 99 (situation accidentelle) G+Q ±E 0.5 1.E 2007 CHAPITRE VIII FERRAILLAGE DES ELEMENTS RESISTANTS Le ferraillage des éléments résistant s’effectuera selon le règlement C..B..Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.5 Q E L S .....167 21..15 1 Acier (TYPE 1 Fe (MPa) 400 400 FeF40) σs (MPa) 348 400 Tableau ( VIII. est soumis à un effort normal « N » et à un moment de flexion « M » dans les deux sens longitudinal et transversal. 1.... Donc ils sont calculés en flexion composée.A: E L U ……………1.A 93 et les règles parasismiques en vigueur en Algérie (RPA 99/ version 2003).1 Combinaison des charges : En fonction du type de sollicitation.35 G + 1.. Les armatures seront calculées à l’état limité ultime « ELU » sous l’effet des sollicitations les plus défavorables et dans les situations suivantes : Situation γb Durable Accidentelle 1.F. on distingue les différentes combinaisons suivantes : Selen C.15 Béton Fc28 (Mpa) 25 25 fbu (MPa) 14.. VIII...73 γs 1.. 1) : caractéristiques mécanique des matériaux VIII.

1) : Le pourcentage minimale de l’acier sera de 0.4.23 b0. 1. Leur pourcentage maximal sera de 4% en zone courante et de 6% en zone de recouvrement.71 1-RDC-S/Sol 3. d . La distance entre les barres verticales dans une surface du poteau ne doit pas dépasser 20 cm (zone III). VIII.5 1-RDC-S/Sol 27.5 2-3 150 1-RDC-S/Sol 181.2 Recommandations de RPA99 : Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence droites et sans crochets.5 4-5-6 121.22 Ferraillage maximum :( zone III ) Le pourcentage maximal de l’acier sera de 4% en zone courante.3 Ferraillage longitudinal : Ferraillage minimum d’après CBA : A ≥ ACNF (Condition de non fragilité) = 0.ft28 / fe étage ACNF 7-8-9 1.5 90 90 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .9% ( zone III ) étage ACNF 7-8-9 11.20 2-3 2.22 2-3 22.2.02 4-5-6 18. 1.28 Ferraillage minimal d’après RPA99 (7.33 4-5-6 2.F. Le diamètre minimum est de 12 mm .E 2007 Mmax : Ncorrespondant VIII.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P. La longueur minimale de recouvrement est de 50Ф (zone III). Les jonctions par recouvrement doivent être faites si à possible à l’extérieur des zones nodales (zones critiques). 6% en zone de recouvrement. Zone de recouvrement étage ACNF 7-8-9 73.9%(zone III). Leur pourcentage minimale sera de 0.

4 Armatures transversales Article 7.4.75 dans le cas contraire. 10 ∅1) en zone III en zone III (7.h1 hauteur totale de la section brute .1).ρa est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la rupture par effort tranchant.3% 0. f e Avec : .2 de RPA : Les armatures transversales des poteaux sont calculées à l'aide de la formule : At ρ aVu = t h1 . h1/2.b1 en % est donnée comme suit: Si λg ≥ 5 : Si λg ≤ 3 Si 3<λg<5 : : 0.2. et lf longueur de flambement du poteau.F. dans la zone courante : t'≤ Min (b1/2.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.La quantité d'armatures transversales minimale At/t.8% interpoler entre les valeurs limites précédentes Avec λg est l'élancement géométrique du poteau l  l λ g =  f ou f  b a Avec a et b. 1.1) où ∅1 est le diamètre minimal des armatures longitudinales du poteau . il est pris égal à 2.E 2007 zone courante : étage ACNF 7-8-9 49 4-5-6 81 2-3 100 1-RDC-S/Sol 121 VIII. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 91 91 . Par ailleurs la valeur maximum de cet espacement est fixée comme suit: dans la zone nodale : t ≤ 10 cm. dimensions de la section droite du poteau dans la direction de déformation considérée.50 si l'élancement géométrique λg dans la direction considérée est supérieur ou égal à 5 et à 3.fe contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale .Vu est l'effort tranchant de calcul .t est l'espacement des armatures transversales donc la valeur est déterminée dans la formule (7. .

Les cadres et les étriers doivent ménager des cheminées verticales en nombre et diamètre suffisants (∅ cheminées > 12cm) pour permettre une vibration correcte du béton sur toute la hauteur des poteaux.87 -96.74 582.26 -208.E 2007 Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur droite de 10 ∅t minimum .34 -453.F.25 89.11 20.89 -34.064 • les Poteaux centraux : Nmax et M correspond N min et M c or M max (22) N corre M max (33) N corre étage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 N(KN) 1197.5 Résultat des sollicitations : Les efforts (M.13 1070.96 -85.N) des poteaux centraux.32 -214.08 C 2 2 2 2 2 2 3 2 2 2 2 Tableau (VIII.77 -186.31 0.55 -107 -382.68 39.N) obtenues avec le logicielle ETABS sont donnés dans les tableaux suivantes Sélection des M et N pour chaque niveaux On a multiplié tous les paramètres de la réponse dans le sens x par le rapport r = 1.09 74 .72 -1028.96 68.88 116.84 795.07 -566.72 -1193.53 C 3 3 2 2 3 2 2 2 2 2 2 N -1473. il y a lieu d’utiliser des cerces droites individuelles ( les cerces hélicoïdales continues sont interdites) VIII.71 255.97 89. en cas d’utilisation de poteaux circulaires.8 2.26 68.18 6.16 -20.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.99 -91.25 -28.22 60.22 81.41 -191. Par ailleurs.09 88.54 393. 2) : les sollicitations (M.23 -53.71 -473.41 97.08 -159.11 -2833.34 -113.23 -883. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 92 92 .64 4.09 61.4 62.31 1477.43 -69.97 -106.78 6.11 -2146. 1.08 -1471.32 -756.82 c 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 N(KN) -3113.41 -1303.08 -301.21 -101.74 0.44 M 86.48 -1652.08 -528.18 12.37 5.64 100.42 6.28 86.73 3.93 33.6 M 61.71 -777.34 M(KN.82 -82.93 -662.28 136.52 -949.05 70.92 -98.6 -76.07 108.87 76.M) 12.29 155.82 -49.78 -615.M) -82.82 C 2 2 2 2 2 2 2 1 1 1 1 N -1751.01 57.19 M(KN.68 99.

95 23.97 -28.M) 7.26 -2916.49 141.E 2007 • Les Poteaux adhérents voiles : Nmax et M correspond etage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 N(KN) 1360.15 -10.42 --208.11 708.35 112.62 N min et M c or c 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 M max (22) N corre C 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 M max (33) N corre C 2 2 2 2 2 3 2 2 2 2 2 M(KN.19 580.08 7.97 -106.8 g ± e VIII. et on a N est un effort de traction donc la section est entièrement tendue.71 28.08 7.1 -26.56 1186.31cm² (d .52 -1152.495 − 0.72 8.91 -58.B : C dans le tableau exprime les combinaisons d’actions : C1 : 1.72 1047.9 382.82 M 94.00 -49. 3) : les sollicitations (M.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.04 68.78 429.78 8.56 1254.m e= M 7.04) × 400 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 93 93 .26 -4223.39 1151. s = 55 × 55 .75 -107.95 -813.6 Exemple de calcul : a.79 32.9 81.c)σ 10 (0.91 236.48 7.08 = = 0.poteaux RDC : Pot55x55 : c= c’ = 4cm .477 × 0.64 17. N.53 27.82 =20.98 33.44 C 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 Tableau (VIII.13 et Mcorr = 12.13 -17.61 -6.39 1081.21 94.49 73.12 cm.47 -29.07 10.33 -107.91 -132.85 -150.65 N 974.69 -267.11 -31.F.04 N(KN) -4503. a-1) Armatures longitudinales : 1er cas : Nmax =1477. acier Fe E400.18 62.91 -5.4 49.9 79.90 1308.35 G +1.97 2.13 110.68 239.14 -8.77 862.M) -107. 1.21 54.08 117.45 24. a = h-c-e = 25-4-0.45 -2170.9 -582.47 -21.79 40.19 -181. e < h/2 => le centre de pression C se trouve entre les deux traces des armatures.9 1640.201 As′ = = = 16.66 -333.9 47.18 KN.91 3.N) des poteaux adhérent voiles.09 -24.73 -1636.75 -74. Nu × a 1.95 35.9 -180.77 960.01 20.68 10.17 M(KN.02 fc28= 25 Mpa.63 N 871.34 8.96 M 141.5Q C2: G+Q±E C 3 = 0 .91 88.82cm N 2670.

m 2emecas: N min = −2833.275) = 0.lf 2.11.7 l0 = 0.11KN N (est un effort de compression) Les sections soumises à un effort de compression sont justifiées vis-à-vis de L’ELU de stabilité de forme conformément a l’article A. ea : excentricité additionnelle traduisant les imperfections géométriques initiales(après exécution).48 = 1.F. 20. e0 = M / N= 2.82 KN.81 c’ ) b.55 − 0.11.477 − 0.855MN. l / 250 ) = 2 cm.8 m.04) × 0.48 MPa.E 2007 As= Nu σ 10 − As′ = 1. M corrigé = N .B.04) − 0.7× 4 = 2.583 MN. => lf /h = 5. e1= ea+ e0 e0 : excentricité du premier ordre de la résultante des contraintes normales avant application des excentricités additionnelles.5h − c' )bhfbu c = (0.85 cm.(2 + α.495 − 0.4 du C.m c = (0.e1 / h ) on a donc : lf = 0.h = 0. a = 0.09 < max (15 .14cm² 400 M corr = −82.e = 2833.92 cm.001866 = 20.337 h – 0.77cm.057 = 161.11 × 0.10 −3 × (0.706 = 0.4.A en adoptant une excentricité totale de calcul : e = e1+ e2 .m b = 2833.55 2 × 18.48 KN.h.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.10 + 2833.78) donc : les effets du second ordre peuvent être considérés d’une manière forfaitaire e2 = 3.495 − 0. On peut considérer les effets du second ordre d’une manière forfaitaire si : lf / h < max ( 15 .m a = ( 0. e1 = ea+ e0 = 4.31MN . ea = max ( 2 cm .φ ) /104.10 −3 × (0.706 MN .fbu fbu = 18.5 × 0.92 cm.m b = Nu (d − c' ) − Mua h Mua = Mu + Nu × (d − ) 2 −3 Mua = 82.m a f b ⇒ SPC Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 94 94 . e = e1+ e2 = 5.82. 1. e2 : excentricité due aux effets du second ordre.

Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants

P.F.E 2007

a > b ⇒ µ a=

Mua 0,706 = = 0,283 2 bd f bu 0,55 × 0,495 2 × 18,48

µ R ( Fe40; type1) = 0,379 0,186 p µa p µr Domaine 2.a 1 − 1 − 2 µa α= = 0,426
0 .8 z = d (1 − 0.4α ) = 0,410 As =

1 Mua ( − Nu ) σs z 1 0,706 As = ( − 2,833) p 0 400 0,41 3eme cas : Mmax = 86,28 KN.m N cor = −1193,72 KN a = 0,855MN.m
Mua = 86 , 28 × 10
−3
−3

+ 1193 , 72 × 10

−3

× ( 0 , 495 − 0 . 275 ) = 0 , 348 MN . m

b = 1193,72 × 10 × (0.495 − 0.04) − 0,348 = 0,542 MN.m c = (0.5h − c' )bhfbu c = (0.5 × 0,55 − 0.04) × 0,55 2 × 18,48 = 1,31MN .m a f b ⇒ SPC
⇒ µ a=

Mua 0,348 = = 0,139 2 bd f bu 0,55 × 0,495 2 × 18,48 µ R ( Fe40; type1) = 0,379 µa p 0,186 Domaine 1 1 − 1 − 2 µa = 0,187 0 .8

α=

z = d (1 − 0.4α ) = 0,457 1 Mua ( − Nu ) σs z 1 0,348 As = ( − 1,193) p 0 400 0,457 As = On prend la section maximum calculé par RPA ou CNF.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

95 95

Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants

P.F.E 2007

VIII. 1.7 Détermination des armatures longitudinales :
La quantité de ferraillage (par face) des poteaux est montrée dans les tableaux suivants : On utilise le logiciel de calculette de robot qui contient les règles de BAEL91 REV99.
Nmax et M correspond étage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 N(KN)
1197,31 1477,13 1070,84 795,74 582,54 393,71 255,29 155,05 70,68 39,11 20,19

N min et M c or As
31 36.45 27,4 20,6 15,4 10,6 7 4,4 2,2 1,2 0,6

M max (22) N corre As
0 0 0 0 0 0 0 4,6 0 5,6 11

M max (33) N corre As
0 0 0 0 0 0 0 0 8,4 4,8 7,8

M(KN.M)
12,18 12,18 6,42 6,78 6,37 5,64 4,73 3,8 2,31 0,74 0,82

N(KN)
-3113,11 -2833,11 -2146,48 -1652,41 -1303,52 -949,71 -777,78 -615,34 -453,08 -301,08 -159,34

M(KN.M)
-82,82 -82,82 -49,89 -34,25 -28,16 -20,96 -85,99 -91,23 -53,43 -69,6 -76,82

N
-1751,08 -1471,08 -528,32 -756,93 -662,07 -566,71 -473,55 -107 -382,41 -191,87 -96,6

M
61,09 61,09 74 ,96 68,25 89,87 76,97 89,93 33,64 100,01 57,22 60,53

N
-1473,7 -1193,7 -1028,2 -883,92 -98,21 -101,77 -186,26 -208,97 -106,32 -214,34 -113,44

M
86,28 86,28 136,41 97,88 116,68 99,4 62,26 68,07 108,22 81,09 88,08

As
0 0 0 0 0 0 0 0 16,4 8,8 12,6

Tableau (VIII. 4) : les sollicitations (M.N) des poteaux non adhérent aux voiles.

Nmax et M correspond étage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 N(KN)
1360,9 1640,90 1308,72 1047,77 862,19 580,9 382,68 239,13 110,08 117,91 88,62

N min et M c or As
34,8 41,8 33,4 32,2 22,8 15,6 10,6 7 3,4 6,8 6,6

M max (22) N corre As
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

M max (33) N corre As N
871,39 1151,39 1081,11 708,78 429,91 236,97 -106,42 --208,97 2,91 -58,15 -10,96

M(KN.M)
7,08 7,08 7,34 8,68 10,78 8,72 8,48 7,91 3,95 23,53 27,04

N(KN)
-4503.26 -4223,26 -2916,45 -2170,73 -1636,52 -1152,95 -813,9 -582,66 -333,69 -267,19 -181,17

M(KN.M)
-107,75 -107,75 -74,1 -26,97 -28,09 -24,47 -29,11 -31,13 -17,91 -5,14 -8,65

N
974,56 1254,56 1186,77 960,9 -180,85 -150,91 -132,33 -107,00 -49,47 -21,61 -6,82

M
94,21 94,21 54,79 40,95 35,71 28,79 32,98 33,64 17,01 20,45 24,63

M
141,49 141,49 73,9 81,9 79,18 62,35 112,04 68,07 10,9 47,4 49,44

As
0 43,6 34,8 27,2 19,8 13,8 0 0 1,8 6,4 8

24,4 41,4 35,4 28,8 0 0 0 0 1,4 2,6 3,8

Tableau (VIII. 5) : les sollicitations (M.N) des poteaux adhérent aux voiles.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

96 96

Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants

P.F.E 2007

VIII. 1.8 Choix des barres :
As max RPA 121 121 121 100 100 81 81 81 49 49 49

étage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9

As(sollicitation) 31 36,45 27,4 20,6 15,4 10,6 7 4,4 2,2 1,2 0,6

As min RPA 27,22 27,22 27,22 22,5 22,5 18,22 18,22 18,22 11,02 11,02 11,02

As (CNF) 3,28 3,28 3,28 2,71 2,71 2,20 2,20 2,20 1,33 1,33 1,33

As adopte 37,7 37,7 28,65 28,65 28,65 18,48 18,48 18,48 13,58 13,58 13,58

Choix des barres 12HA20 12HA20 4HA20+8HA16 4HA20+8HA16 4HA20+8HA16 12HA14 12HA14 12HA14 12HA12 12HA12 12HA12

Tableau (VIII. 6) : Choix des barres des poteaux non adhérent aux voiles.
As max RPA 121 121 121 100 100 81 81 81 49 49 49

étage 1s/sol RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9

As(sollicitation)
34,8

As min RPA 27,22 27,22 27,22 22,5 22,5 18,22 18,22 18,22 11,02 11,02 11,02

As (CNF) 3,28 3,28 3,28 2,71 2,71 2,20 2,20 2,20 1,33 1,33 1,33

As adopte 51.84 51.84 37,7 37,7 37,7 18,48 18,48 18,48 13,58 13,58 13,58

Choix des barres 4HA25+8HA20 4HA25+8HA20 12HA20 12HA20 12HA20 12HA14 12HA14 12HA14 12HA12 12HA12 12HA12

41,8 33,4 32,2 22,8 15,6 10,6 7 3,4 6,8 6,6

Tableau (VIII. 7) : Choix des barres des poteaux adhérent aux voiles.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

97 97

3. 1. Selon RPA99 :Art 7.1 : τ b = ρ0 fc28 ρ0 = 0.5. et à 0.2 fc28/γ .6 Les résultats des calcule des contraintes de cisaillement dans les poteaux les plus sollicités à chaque niveau et dans les deux plans sont récapitulés dans le tableaux qui suivent Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 98 98 . et supérieur où égal à 5.9 Justification des poteaux sous l’effet de l’effort tranchant : • Vérification de la contrainte de cisaillement La contrainte de cisaillement conventionnelle calculé dans le béton τbu sous combinaison sismique doit être inférieure ou égale à la valeur limite suivante: τ bu = ρ d f c 28 (Art 7.E 2007 VIII.69 Mpa.075 si λ > 5 ρ0 = 0.F.075 si l'élancement géométrique.B.3. dans la direction considérée. 5MPa)…… pour une fissuration peu nuisible τ u < min (3.1 RPA99) Où ρd est égal à 0.1 : τ u < min (0.5MPa) = 3.1.2.4.040 si λ < 5 Détermination de ρ a : Calcul de λ g : λ g = min ( lf / a .Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.04 dans le cas contraire où τu : contrainte de cisaillement Tu : effort tranchant sous combinaison sismique de la section étudiée bo : la largeur de la section étudiée d : la hauteur utile La contrainte de cisaillement est limitée par une contrainte admissible τu égale à : 0 Selon le C.4. lf / b ) = 5.A : Art A .69 .

875 1.875 1.1.25(34.6.45 5.10: Dimensionnement d’un noud poutre -poteau Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 99 99 . Mn + Ms ≥ 1.25( Mw + Me ) 103.146 0.B.45 5.447 0.506 0.A (A.27 KN La condition est vérifiée.075 0.383 0.E 2007 étage 1 2 3 4 5 6 7 8 9 RDC 1s/sol Vu 0.32) 197.473 0.075 0.075 0.075 τub[Mpa] 1.075 0.396 0. 1.875 1.075 0.69 Mpa => donc la condition de C.075 0.45 5.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.047 0.45 5.075 0.10 Dimensionnement du noeud vis-à-vis des moments fléchissant : D’après l’article 7.45 5.875 1.54 ≥ 1.97≥ 152.45 5.1) est vérifie.075 0.535 λ 7.082 0.875 1.075 0.425 0.128 0.086 0.470 0.495 0.535 0.5. Mw Mn Me Ms Figure VIII.50+87 .114 0.il convient de vérifier pour les portiques participent au système de contreventement que la somme des moments résistants ultimes des extrémités de poteaux ou montants aboutissants au noeud est au moins égale en valeur absolu à la somme des valeurs absolus des moments résistants ultimes des extrémité des poutres ou travers affectés d’un coefficient majorateur de 1.875 1.43+ 94.25 .090 0.45 5.044 0.146 τu 0.875 τu ≤τub vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie On τ umax = 0.F.483 0. VIII.075 0.1.2.2 de RPA .Cette disposition tend à faire en sorte que les rotules plastiques se forment dans les poutres plutôt que dans les poteaux.45 5.27 5.875 1.535 < 3.45 ρb 0.042 0.45 5.875 1.875 1.875 1.109 0.

il est nécessaire de faire une vérification à l’état limite de service. 1. M ser) la fissuration est considérée peu nuisible donc pas de limitation des contraintes de traction de l’acier la contrainte du béton est limitée par : σbc = 0.11 Vérification à L’ ELS : Après avoir fait le calcul du ferraillage longitudinal des poteaux à l’ELU. les contraintes sont calculées à l’E LS sous les sollicitations de (N ser .E 2007 VIII.F. et pour calculée la contrainte σbc de chaque section il faut suivre l’organigramme de la flexion composée suivant à l’ELS Nous avons les notions suivantes : B0 = b x h +15 (A1 +A2 ) ‘ AAS 2  1  bh 2 V1 = + 15( A1c + A2 d )  B0  2  V2 = h –v1 I= C1 ψ1 h d ψ2 A1 C2 b b 3 (v1 + v 3 2 ) + 15 x( A1 (v1 − c1) 2 + A2 x(v 2 − c 2) 2 ) 3 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 100 100 .6 fc28 = 15 MPA les poteaux sont calculée en flexion composée.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.

(d – Y1) K=Nser/S Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 101 101 .K. C − C4  b ( .L.(V1 − C1 )   I  M ser .C ′  90.AS P = −3. y2 + q = 0 y1 = y2 + c 4 S = b.V2 ) S.(d − C)    S    4 90.E 2007 ORGANIGRAMME FLEXION COMPOSEE A E.P.(V2 − C2 )  I  σ2 = N ser .(Y1-C’) σb=15.(d − y1 ) ( ) [ ( ) ] σb’=K.(d − C)  b b     ( ) 3 y2 + p.C N . ) + 90bA .(Z − a ) A2 .S e0=Mser/Nser Nser-TRACTION Non Oui Nser-COMPRESSION Non Oui e0 ≤ (h / 2) − e S. AS .C 2 −  .AS 2  90 A . C − C4  −  .F.V2 ) / I ] σ 1 = 15 S  N ser  B0 + M ser . y1 − c 4 − AS .E.Z 2 σ S = 15  N ser  B0 − S.Z ′ σb = [Nser / B0 ] + [(Mser. S 2 q = −2.C3 −  .a σ 1 = ser A1.T e0 ≤ 1 / (B0 .V1) / I ] σ b2 = [N ser / B0 ] − [(M ser .E.Y1 σS’=15.K. y12 / 2 + 15.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.

9 7.35 observation vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 Tableau (VIII.06 -65.71 -62.42 0.7 -117.2.F.61 -979.1 0.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.85 -69.8 5.17 -450.51 -1316. 1.39 -331.2) t : l’espacement des armatures transversales. 0.8% ⇒ siλg ≤ 3 L’espacement : D’après RPA99 (art 7.4.12 Armatures transversales : On vérifié la condition préconise par le RPA99 : At ρ aVu = t ht .98 -86.2.59 -55.98 -569.2 Ms(kN.96 56.4.E 2007 Les résultats sont donnés par les tableaux suivants : Niveau 1S/SOL RDC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Section 55x55 55x55 55x55 50x50 50x50 45x45 45x45 45x45 35x35 35x35 35x35 Ns (kN) -1494.12 -833.75 -220.34 σ bc [Mpa] σ b [Mpa] 5.98 -22.3% ⇒ siλg ≥ 5 At (%) =  tb1 0. RPA99 (Art 7.2 » : Soit la quantité d’armature minimale.2) l’espacement des armature transversales en zone III St est fixe comme suit : dans la zone nodale Etude d’un bâtiment R+9+sous sol t ≤ 10cm 102 102 . f e ρa : est un coefficient correcteur.96 -66.m) -22.13 -50.2 6. 8) : Vérification al’ ELS VIII.4 8.7 7.97 -695.4. Vérification des cadres des armatures minimales « RPA Art 7.2.1 7.8 -39.7 11.56 -1138.1 6.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 103 103 . f e Soit 3 cadres de Φ8 => At = 3. 5 × 146 .27 > 5 ⇒ ρ a = 2.0. 31 cm 0 .46% ≥ 0.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.5 Détermination de At : 2 .v u At = . 2 ρ a . 55 × 400 h1 . h1/2.3% ⇒ siλg ≥ 5 At (%) =  tb1 0. 10 − 3 × 0 .3% Donc la condition est vérifiée.275 . Détermination de ρa : Calcul de λg : λg = lf a = 7.2) On prend la valeur de t = 20cm.31 cm2 2 Vérification des cadres des armatures minimales : Soit la quantité d’armature minimale.8% ⇒ siλg ≤ 3 On a λ g = 7.t = = 3 .F. 10Фl) Où Ø est le diamètre des armatures longitudinales du poteau. Exemple de calcul : Calcul des armatures transversal des poteaux de RDC : L’espacement : en zone nodale t ≤ 10cm On prend une valeur de t=10cm en zone courante t≤ Min(0.E 2007 dans la zone courante t ≤ Min (b1/2.27 ⇒ At/ t b1= 0. 0.

082 0.2.8 G ± E selon selon selon C.325 0.044 0.02 3.719 0.00 1.58 3.086 0.047 0.35G+1.35 G + 1.325 At /b.58 At /b.28 2.B.719 0.F.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.090 0.719 0. Donc le calcul se fera en flexion simple avec les sollicitations les plus défavorables en considérant la fissuration comme étant peu nuisible.t 0.02 3.8 G ± E ) nous permettra de déterminer le moment négatif ou positif minimum en valeur absolue sur les appuis et permettra dans le cas où M > 0 de déterminer le ferraillage au niveau des appuis.128 0.378 0.02 3.A RPA99 RPA99 La combinaison ( 1. VIII.9 0.5Q) ) nous permettra de déterminer le moment maximum en travée.1 Les combinaisons de calcul : • • • 1. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 104 104 .419 0.90 3.18 2.3 vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie vérifie VIII.02 3.146 0.5 Q G + Q± E 0.114 0.58 3.146 At 0.02 3.325 0. La combinaison (0.36 1.559 0.43 2 2.E 2007 Le reste de calcul se résume comme suit : étage 9 8 7 6 5 4 3 2 1 RDC 1s/sol Vu 0.31 espacement 12 12 12 12 12 16 16 16 20 20 20 Choix des barres 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 3 cadres Φ8 1 cadres Φ10+ 2 cadres Φ8 1 cadres Φ10+ 2 cadres Φ8 1 cadres Φ10+ 2 cadres Φ8 At choisis 3.94 1.109 0.559 0.2 Ferraillage des poutres : Les poutres sont des éléments non exposée aux intempéries et sollicitées par des moments de flexion et des efforts tranchants.042 0.31 3.378 0.t ≥ 0.02 3. La combinaison (G + Q ± E ) donne le moment négatif maximum en valeur absolue sur les appuis et permettra de déterminer le ferraillage supérieur au niveau des appuis.02 3.02 3.

90cm² Amin = 1.F.25cm² Le pourcentage total maximum des aciers longitudinaux est de : .2.1 Vérifications de RPA99 (Art 7.5 cm² Pour les poutres secondaires ( 30 × 35) 4 % en zone courante 6 % en zone de recouvrement Amax = 42 cm² Amax = 63 cm² La longueur minimale de recouvrement est 50 φ en zone III VIII. As ≥ Amin = 0. VIII.1 RPA99 : le pourcentage total minimum des aciers longitudinaux sur toute la longueur de la poutre est de 0.1 Pourcentage des aciers d’après Art 7.4 Vérifications des règlements : VIII.3 Calcul des armatures transversal : Pour reprendre l’effort tranchant et limiter les fissures des armatures transversales sont disposées en cours successifs plans et normaux à L’axe longitudinal de la pièce.B.87cm² Amin = 5. Dans chaque cours elles forment une ceinture continue sur le contour de la pièce et embrassent toutes les armatures longitudinales.2 Ferraillage longitudinal : Les étapes de calcul sont données dans l’organigramme ci après.4.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.23 × bo × d × f t 28 fe Amin = 1.St. Néanmoins il faut respecter les pourcentages minimaux données par les CBA et RPA99 Ferraillage minimal d’après C. => Amin = 0.4% en zone courante .2.2.2.003.2.26cm² Pour les poutres principales ( 35 * 45 ) Pour les poutres secondaires (30* 35 ) VIII.E 2007 VIII.2) : La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par : At = 0.b L'espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme suit: Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 105 105 .2.2.5% en toute section.5.6% en zone de recouvrement Pour les poutres principales ( 35 × 45) 4 % en zone courante 6 % en zone de recouvrement ⇒ ⇒ ⇒ ⇒ Amax = 63 cm² Amax = 94.2.5.A (Condition de non fragilité).5% *( b * h ) Pour les poutres principales ( 35 * 45 ) Pour les poutres secondaires ( 30 * 35) Amin = 7.

A On peut admettre qu’il n’est pas nécessaire de justifier l’état limite de déformation des poutres par un calcul de flèche si les conditions suivantes sont vérifiées h/L ≥ 1/16 As / b.33MPA (fissuration peu nuisible ).F.m V max = 137.5 Exemple d’application : Les armatures seront calculées à l’état limité ultime « ELU » sous l’effet des sollicitations les plus défavorables.2 / fe h Mt ≥ l 10M 0 VIII.4. et dans le cas d'une Section en travée avec armatures comprimées.5.2. 5MPA) = 3.2.4 m .5.d ≤ 4.97 KN.2) de C.18 KN.89 KNm Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 106 106 .1.1 de C.2 Vérification de la contrainte tangente : Les règles C. 9 d .4Mpa b0 S t section minimale At des cours d’armatures transversales : VIII.4. VIII.2.Dans la zone nodale et en travée en prend le : min (h/4. 12φ) .B.2fc28 /γb .En dehors de la zone nodale: s≤ h/2 :La valeur du diamètre φ des armatures longitudinales à prendre est le plus petit diamètre utilisé. 40 cm ) At f e ≥ 0.1) considérant la contrainte tangente conventionnelle ou nominale comme étant : τ u = Vu b0 d τu doit vérifier la condition : τu ≤ τ u = min (0. M max (sur l’appui) = 154.3 Disposition constructives : l’article (A.2. VIII. On a : b×h = 35×45 .5.m M max (en travée) = 64.2.A (A.4 Vérification de la flèche : D’après l’Article B 6. L= 4.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.A nous donne : espacement St des cours d’armatures transversales : S t ≤ min (0 .B.4.B. c'est le diamètre le plus petit des aciers comprimés qu’il faut considérer.E 2007 .

5.89 KN. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 107 107 .186 <µ < µR α = 0.405 = 1.5.1 Ferraillage longitudinal : Ferraillage en travées : Mult = 64.L 91 : µ = Mu / (b.63cm 2 Ζσs 0.E 2007 VIII.A.B.d².97 KN.d².29 cm2.2.75cm 2 VIII.A calculer précédemment: ASRPA=7. As = Μu 0.µ ) = 0.078 α = 1.265 ⇒ il n’est donc pas nécessaire de mettre des armatures comprimées on se trouve dans le domaine 2-a .E.362 × 400 Soit 6HA16 => As=12.F.4. τumax = 0.(1-0.190 µR = 0.2 Vérification nécessaire pour les poutres : Vérification des sections minimales exiges par RPA et C.m D’après B.m Donc µ = Mu / (b.388 × 348 Soit 6HA12 = 6.75 cm 2 Ζ σ s 0 .fbu) = 0.fbu) = 0.362m.18 KN. As = Μ u 64 .3×0. Donc les deux conditions sont vérifiées.1549 = = 10.388 m.87 cm2. Z = 0. contrainte tangente : Vumax = 137.79 Ferraillage sur appui : Mamax =154.α) = 0. As CNF =1.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.(1-√1-2.12 MPA.06 Section minimale de RPA : Αs min = 6.101 Z = d.392 0.2.137/0.25.18 × 10 −3 = = 4.

5MPA) = 3.16 x0.4 b0 S t At = 0. Calcul de la section minimale : C.33MPA (fissuration peu nuisible ).56cm² RPA : La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par : At = 0.35 = 1.2fc28/γb .A : At f e ≥ 0. 12φ) = 11.St.B.E 2007 τ = min (0. en zone courante. 30cm 30cm 3HA14+3HA20 3HA14+3HA20 45cm 1 cadre+ 1 étrier HA8 45cm 1 cadre+ 1 étrier HA8 6HA12 3HA12 Zone de travée Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 108 108 . τumax < τ (vérifié).35×0.003x 0.16 / 400 = 0.F.5 RPA : dans la zone nodale et en travée en prend le : St [ min (h/4. 40 cm). => St ≤ 40 cm.25 Soit : St = 08 cm en zone nodale.68 cm2.01cm².Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P. Soit : St = 16 cm.4×0. Donc on adopte un cadre et un étrier de Φ8 4 Φ8 ⇒At = 2.b At = 0.A : Espacement : St ≤ min (0.B.003. Disposition constructive : C.9d . En dehors de la zone nodale: s≤ h/2 =22.

388 0.127 Poutre secondaire Appui Tableau (VIII.20 78.18 154.25 2 As adopter 6.191 0.75 10.71 1.75 5. VIII.103 0.362 0.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.102 Mt / 10M0 = 0.384 [cm ] 4.2 ≤ b0 d fe A / b0d = 12.97 23.67 5.036 0.6 Résultats de ferraillage : Pour Le ferraillage on prend les poutres le plus sollicités selon les deux sens sens porteur et non porteur Les résultat représenté sur les tableau suivent : section Poutre principale Position Travée Appui Travée M [kN.25 5.5 = 0.06 / 30*40.79 12.2 / 400 = 0.87 7.87 5.35 µ α A cal Z(m) 0.09 2 ARPA [cm ] 7.4 = 0.06 5.399 0.75 Choix des barres 6HA12 6HA16 3HA12+3HA10 3HA12+3HA10 0. h/L ≥ 1/16 =>0.041 2.029 0. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 109 109 .267 0. 9) : Calcul des sections d’armatures longitudinales.102 ≥ 1/16=0.2 / fe h Mt ≥ l 10M 0 1.2 / fe = 4.E 2007 Vérification de la flèche : • • h/L ≥ 1/16 As / b.F.0105 3.2.0099 ≤ 0.0099 4.0625 Toutes les conditions vérifient donc il n’est pas indispensable de vérifier la déformation par le calcul de flèche.d ≤ 4.096 0. h / l = 45 / 440 = 0.m] 64.0105 0.079 0.45/ 4. A 4 .

2.6 fc28 = 15 MPA Les poutre sont calculée en flexion simple.972 0.2.M se r). il est nécessaire de faire une vérification à l’état limite de service.226 τ 3.33 3.6 fc28 = 15 MPa Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 110 110 .33 τumax < τ vérifie vérifie VIII.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.89 21.43 τumax 0. la fissuration est considérée peu nuisible donc pas de limitation des contraintes de traction de l’acier. la contrainte du béton est limitée par : σbc = 0.8 Vérification à L’ ELS : Après avoir fait le calcul du ferraillage longitudinal des poutres à l’ELU.F.7 la Vérification de la contrainte tangentielle : Les résultats de la Vérification de la contrainte tangentielle sont représenté sur le tableau suivent : section poutre principale poutre secondaire Vu 137. et pour calculée la contrainte σbc de chaque poutre il faut suivre les étapes suivants : • • Calcul de la position de l’axe neutre : S = Calcul du moment d’inertie : b 2 y + n A’s ( y-c’) –nAs (d-y) = 0 2 I = b y3+ n A’s (y-c’)2 + n As (d-y)2 3 • Où : As : section d’armatures tendue A’s : section d’armatures comprimées n : 15 coefficient d’équivalence • Calcul des contraintes : M ser y I σb = Vérification des contraintes Compression du béton σb ≤ σbc = 0. les contraintes sont calculées à l’E LS sous le moment (.E 2007 VIII.

VII . car les déformations excessives de la structure sont source de dommages aux éléments non structuraux et à l’équipement. dont le but est d’assurer la stabilité (et la rigidité) de l’ouvrage vis à vis des charges horizontales. la structure est contreventée par des voiles et portiques .1 Stabilité des constructions vis-à-vis les charges latérales : Du point de vue de la stabilité sous charges horizontales (vent. séisme).3 Ferraillage des voiles : VII . De raidir les constructions. on distingue différents types des structures en béton armé : .95 68.3. Dans notre projet.3.m] 45.6 15. . d’exploitation ainsi que les charges sismiques.8G ± E Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 111 111 .Structure contreventée par voiles.8 7.F.Structures auto stables.1 combinaison : Selon le règlement parasismique Algérienne (RPA 99) les combinaisons à considérer dons notre cas (voiles) sont les suivants : G+Q± E 0. le moment fléchissant et l’effort normal sont déterminés selon les combinaisons comprenant la charge permanente.8 10.8 σb MPA 5.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P. VII .75 y (m) 12.3.9 σbc MPA 15 15 15 15 Condition Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée VII .E 2007 Les résultats des vérifications sont présentés dans les tableaux ci après : section Position Travée Poutre principale Appui Travée Poutre secondaire Appui Mser [Kn. VII .06 5.3.35 17.3. Ferraillage des voiles : Les voiles seront calculés en flexion composée sous l’effet des sollicitations qui les engendrent.46 AS 6.8 3.3.2 Rôle de contreventement : Le contreventement a donc principalement pour objet : Assurer la stabilité des constructions non auto stable vis à vis des charges horizontales et de les transmettre jusqu’au sol.8 6.79 12.01 30.75 5.1 3.

les barres horizontales doivent être disposées vers l’extérieure. VII.3. S ≤ 1.3. 3.3.3.4. Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres horizontaux dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur des voiles. les aciers horizontaux doivent respecter certaines prescriptions présentées ci après : Les armatures horizontales parallèles aux faces du mur doivent être disposées sur chacune des faces entre les armatures verticales et la paroi du coffrage et doivent être munie de crochets à (135°) ayant une longueur de 10Φ.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.3 RPA e : épaisseur du voile Les deux nappes d’armatures doivent être reliées avec au moins quatre épingles au mettre carrée.2. Si des efforts importants de compression agissent sur l’extrémité. Les barres du dernier niveau doivent être munies de crochets à la partie supérieure.E 2007 VII .2 Prescriptions imposées par RPA99 : VII . Toutes les autres barres n’ont pas de crochets (jonction par recouvrement). en tenant compte des prescriptions composées par le RPA 99 et décrites ci-dessous : L’effort de traction engendré dans une partie du voile doit être repris en totalité par les armatures dont le pourcentage minimal est de 0. de section horizontale du béton tendu.5. l’espacement des barres doit être réduit du dixième de la longueur de voile (L/10).3.3. A chaque extrémité de voile.20%.2. 3.1 Aciers verticaux : Le ferraillage vertical sera disposé de telle sorte qu’il puisse reprendre les contraintes induites par la flexion composée.3 Règles générales : Les armateurs transversaux doivent respectes les disposition suivantes : L’espacement des barres verticales et horizontales doit être inférieur à la plus petite valeur de deux valeurs suivantes.F.7. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 112 112 .2. VII.e S ≤ 30cm Article 7. cet espacement doit être inférieur ou égal à 15 cm (st ≤ 15cm). Dans chaque nappe. les barres verticales doivent respecter les conditions imposées aux poteaux.2 Aciers horizontaux : Comme dans le cas des aciers verticaux.

7.3.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.42 KN M= 700.F. Zone II : 1ème étage.15m) en zone I : -Détermination des sollicitations sous la combinaison G + Q ± E N = 1024.165 Ω I σ1= 6.9èmeétage.43 0.m (traction) I=(0. Pour déterminer les armatures verticales.2×2.42 700. on utilisera la méthode des contraintes.2): Schéma de voile Exemple d’application : Nous proposons le calcul détaillé en prenant les voiles P4 (L= 2.984 Mpa. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 113 113 . Zone I : RDC.153)/12= 0.2 Ferraillage vertical : Le calcul se fera pour des bandes verticales dont la largeur d est déterminée à partir de : d ≤ min(he. Zone V 7ème . Pour le ferraillage on a partagé l’ouvrage en cinq zones. 20Φ pour les barres situées dans les zones comprimées sous l’action de toutes les combinaisons des charges possibles. Armatures verticales: σ1 = N M .4 RPA 99 (version 2003) 3 L : est la longueur de la zone comprimée.3.075 m.165 m4 =0. VII . Zone IV 4ème . 2L ) Article 7. Zone III 2ème -3èmeétage.84 x1.E 2007 Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles (à l’exception des zones d’about) ne devrait pas dépasser 1 de la l’épaisseur du voile.84 KN .43m2 v = h/2 = 1. 10 Les longueur de recouvrement doivent être égales à : 40Φpour les barres situées dans les zones ou le renversement du signe des efforts sont possibles.6èmeétage.075 + + = 0. Figure (VII.v 1024.

σ2) e0= M1 = -0. ⇒ M1= 0.183 Mpa.2×0.332 tg α = σ2’ /( Lt-d) ⇒ σ2’ = tg α (Lt-d) = -1.00068 MN.43 0.0065m < d/6 et N est un effort de traction⇒ S.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.075 − = − 0.15 .34= 0.63 = 0.34/2= 0.183 Mpa σ2’ = -1.2×0.51) = 0.638 = -1.2.728 Mpa σ2 = ’ N1 Ω' + M 1 .068 m2 ⇒ N1= -0.183/1.728 Mpa σ2= . (2/3)×0. L e L' Lt d Lt= L( σ2 6.34 m tg α = σ2/ Lt = -2.F.17m ’ = 0.v 1024.165 Ω I σ2 = .728 Mpa σ2 = N1 M 1.984 + 2.34 m L’= L-Lt = 2.183 σ1 + σ 2 soit : d = 0.T (section entièrement tendue).v1 I' ' d=2m = -1. N1 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 114 114 .132MN.E 2007 σ2 = N M .15/2.2.15.84 x1.638 m 6. Donc: N1= ( ’/2)×( σ2 + σ2’) M1=(I’/2v’)×( σ2’.343)/12=0.51 m d ≤ min( 2.42 700.E.183 Mpa Ω' I I’= (0.1.00065m4 v'= 0.( ) = 1.v1' − ' = -2.984 ) =2.

15) = 1.2×1.3): Amin=0.20% b Lt b :épaisseur du voile Lt : longueur de la section tendue ARPA=0.2×2. En zone d’about : soit.4.10%×0.63 cm2/ml/face.70cm2 ( pour les 2 face ).15/2 ) = 9.83 cm2 Armatures minimales de RPA 99: Dans la zone tendu (d’about) :D’après le RPA 99 (Art 7. Le ferraillage sera fait pour la moitie de voile à cause de la symétrie : En zone courante : En zone d’about : AS= 2x 4. (AS= 22.15/2 )= 20.63x (2. 30)=30 cm.002×0.018 m As= N1×e2 / (e1+e2)×fe = 2. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 115 115 . Dans la zone courante:D’après le RPA 99 (Art 7.36cm2 As= As + As’ = 3.15 = 4.3cm2 Amin/ml/face= 4.3x(2.E 2007 Soit : c = c’= 5 cm e1= d/2 –e0 –c =0. AS= 2x 9. Donc : ASV = max (As .24 cm2 ( pour les 2 face ).30 cm2) Choix des barres : En zone courante : soit 20HA12.7.1): ARPA=0.6 cm2) (AS=11.29 cm2 As/ml/face = 4.93 m2 As’= N1×e1 / (e1+e2)×fe = 0.10%×b×l =0.0 cm2/ml/face.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.ARPA) .7.126m e2=h/2 +e0 –c’ = 1.3/(2×2.5e.4. 10HA12 espacement : En zone courante : St ≤ min (1.F.55cm2 ARPA/ml/face= 9.638= 6.

55 1.1 1.0244 0.8 1.F.28 1 2.3 2.0405 0.P22 P7.6000 1.7008 2.22 6.4042 4.7 2.0243 0.7283 0.2431 0.4788 As (cm2) 1.71 3.07 0.P18 P8.03 13.17 1 3.1%x (0.2/2 ) = 2 cm2 /ml (pour une face) AS= 0.22 6.65 3.P17 P11.71 3.2778 0. 10 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 01(pour 1ml) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 116 116 .87 3.7 2.P19 P9.87 3.2415 0.43 2.1780 0.28 0. d’about barres Z.P15 P12.7 2.17 As adopter z.6472 0.36 As 0.23 3. Trumeaux L 1.11 1.P16 P10.2 %x (0. courante barres z.l pour une seule face.86 2.11 1.1168 0.9001 0. En zone d’about : Sta= St/2=10cm.23 3.2/2 ) = 1cm2 /ml (pour une face) Le ferraillage sera fait pour 1 m.73 2.87 3.0288 0.0380 0.24 11.22 6.26 1.71 3.26 18.P21 P5.15 4.9 5.59 0.25 N(t) 0.45 0.11 2 2 2 2.78 1.05 4.05 2.20 P6.78 1. d’about As adopter Z.1206 0.17 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 6 HA12 Tableau (VIII.73 2.7377 0.73 2. courante P1 P3.0760 0.45 2.73 2.71 3.1773 M(t) 0.P2 P4.5010 2.9 5.8 0.23 3.77 12.5034 1. Les tableaux suivants représentent le calcul détaillé de ferraillage vertical : Le ferraillage minimal exige par RPA est : En zone courante : En zone d’about : AS= 0.P14 P13 2 3.3435 2.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.E 2007 Soit : St=20cm.

05 2. 10 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 02 Trumeaux L 1.10 0.P17 P11.8 0.45 0.53 0.4657 0.0131 0.20 1 3.P16 P10.P21 P5.4712 0.99 12.07 2 2 2 2 2 3.67 3.1101 0.1512 0.P22 P7.92 0.02 12.55 1.68 0. d’about As adopter Z.2165 As (cm2) 0.P16 P10.9812 0.36 9.87 5.1357 0.4280 2.20 P6.9190 As (cm2) 1.35 0.9 5.4083 0.78 2 3.78 1.6328 0.20 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 6 HA10 Tableau (VIII.16 0.15 4.50 0.8080 0.19 7.F. d’about barres Z.2699 0.1478 0.02 1 4.0039 0.8352 0.21 0. courante barres z.10 1.05 4.9580 0.10 As adopter z.10 1 5.1768 0.6788 0.04 3.23 0.P18 P8.1 1.P14 P13 2 3.0154 0.16 0.10 2 5.8 1.P22 P7.0103 0. d’about barres Z.P15 P12. courante barres z.66 4.1024 0.9 5.0143 0.9 5.3258 M(t) 0.2310 3.99 4.P18 P8.58 0.30 As 0.P17 P11.55 1.07 0.20 As adopter z.02 0.02 0.25 11.4186 0. courante P1 P3.P15 P12.78 1.20 P6.46 2.1716 0.31 0.4998 1.07 1 1 1 1 1 3. 11) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 03 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 117 117 .1172 0.P2 P4.3226 0.1016 0.07 0.46 0. courante P1 P3.0102 -0.45 2.68 11.98 4.P14 P13 2 4.04 3.84 0.2653 2.1 1.55 2 4.11 0.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.52 0.55 1 4.45 0.08 0.45 2.7598 0. d’about As adopter Z.05 4.P2 P4.15 4.8 0.10 1 4.67 15.54 12.2214 1.6200 0.84 1 1 1 1 1 2.2022 3.02 0.1880 0.2562 2.E 2007 Trumeaux L 1.4725 2.2907 M(t) 0.33 0.25 N(t) 0.05 2.02 2 4.8 1.5644 0.4298 0.25 N(t) 0.10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 6 HA12 Tableau (VIII.0094 0.P19 P9.55 0.88 3.P19 P9.9 5.2335 2.P21 P5.0067 0.15 0.5260 1.84 2 2 2 2 2 2.59 As 0.92 0.

37 0.38 1.P18 P8.0094 0. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 118 118 .20 P6.10 3.05 2.43 0.69 0.P22 P7.06 0.26 1. d’about barres Z.2995 1.4542 0.15 1.11 1. d’about As adopter Z.0073 0.13 1.8 1. 13 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 05.8 0.P21 P5.P22 P7.35 0.69 0.P2 P4.0809 0.25 N(t) 0.3360 0.4189 M(t) 0.3415 0.0403 0.15 4.18 0.71 0.62 0.43 1 1 1 1 1 1 1 1 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 Tableau (VIII.06 1.P2 P4.38 1.P15 P12.26 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 10 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 5 HA10 Tableau (VIII.33 0.1402 0. d’about barres Z.0920 0.17 0.P15 P12.95 1.2909 1.26 As adopter z.69 6.P14 P13 2 3.4098 1.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.0062 -0.0623 0.P19 P9.49 9.P14 P13 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 1 1.45 2.5155 As (cm2) 1.26 0.31 0.0939 0.F.40 0.0761 0.15 4.1 1.13 0.02 2 2 2 2 2 2 2 2.P17 P11.82 0.97 9.44 0.0043 0.55 1.1723 0.89 0.9 5.05 3.P16 P10.1241 0.45 0.14 0.5447 0.1 1.8 0.0779 0.0020 0.0044 0.0105 0.45 As adopter z.00 0.P21 P5.43 4.0647 0.P18 P8.06 1.21 0.0997 0.2834 As (cm2) 1.4759 0.P16 P10. 12 ) : Résultat de ferraillage longitudinal pour la zone 04 Trumeaux L 1.04 0.0969 0.82 As 0.8318 0.10 0.45 0.02 0.05 3.4357 0.05 2.0463 0.55 1.P19 P9.4049 M(t) 0.02 3.39 0.02 1 1 1 1 1 1.0224 0.1498 1.71 1 1. courante P1 P3.05 4.10 3.25 N(t) 0.06 2 3.05 2.3214 0.1206 0.P17 P11. d’about As adopter Z.32 0. courante barres z. courante barres z.39 0.7986 0.2534 0.0054 0.9 5.45 2.20 P6.2294 1.E 2007 Trumeaux L 1.0593 0.8 1.05 2.87 1.7371 0.2894 0.05 4.1401 2.1591 0.30 0.9 5.24 5.77 As 1. courante P1 P3.9 5.

10 % : dans les sections courantes.k ) AT ≥ b0 .64 MPa ⇒ vérifiée.5. effort de traction.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P. K=1-10σtm/fc28 en flexion composée avec N .2fc28.3. c. K=1+3σcm/fc28 en flexion composée avec N. f e C.4 Vcal/b0d Il faut vérifier la condition suivante : τu ≤ τ u b.B.3 f tj .15% : globalement dans la section des voiles. Calcul des armatures horizontales résistants à l’effort tranchant : La section At des armatures d’âmes est donnée par la relation suivante : γ s (τ u − 0.étant la contrainte moyenne de traction et de compression obtenus en divisant l’effort normal de calcul par la section du béton.2. effort de compression.7.4× 0.Vérification des voiles à l’effort tranchant : La vérification de la résistance des voiles au cisaillement se fait avec la valeur de l’effort tranchant trouvé à la base du voile majoré de 40 %. -La contrainte de cisaillement est : Avec : V: l’effort tranchant à la base du voile.F. L’article 7.2 RPA 99 τu =1. σtm.506 )/ (2.2) = 1.9 . en cas de reprise de bétonnage non munie d’indentation dans la surface de reprise.15×0. σcm .A 93 Art A.4 Vcal/b0d τu =(1.2fc28 = 5 MPa ∃ τu = 1.1.64 MPa τ u =0. K=1 en flexion simple.3 k =0 en cas de fissuration jugé très préjudiciable .S t 0 . 0. D’ autre part le RPA 99 prévoit un pourcentage minimum de ferraillage qui est de l’ordre de : 0. Exemple d’application : Voiles P4 : τu =1.3 Ferraillage horizontal à l’effort tranchant : a .E 2007 VII . sans reprise de bétonnage. Pas de reprise de bétonnage α = 90° Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 119 119 . -la contrainte limite est : τ u = 0.3.

20 4.5 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 5HA8 Tableau (VIII.00 181.536 10.1 0.9 P4.840 0.760 0.3 3.660 0.078 8.P22 1.8 1.016 5 oui 20.10%×b0×L= 4.003 5 oui 20.Chapitre 08 : Ferraillage des éléments résistants P.S t 0.F.002 5 oui 20.013 1.490 0.8 P9.6 0.7.74 cm² ml/face.00 685.036 5 oui 20.00 703.P18 0.440 3.5 a .P15 5.040 10.00 13.63 cm2 At min(RPA) =0. Choix des barres As = 4.118 5 oui 20.P2 5.P16 1.9 P11.00 75. Ceci facilitera l’exécution de ces derniers.00 506.1 0.05 P12. f e St ≤ min (1.785 0.00 τ (MPa) τ≤τ St(cm) At Atmin At (cm2)/mL Choix des barres/(mL) 0.260 0.779 0.5 cm² ml/face => Soit: 5HA10/ml/face donc As = 4.05 P13 4.036 5 oui 20.036 3.55 P10. on adopte une même section d’armatures horizontale pour tous les voiles et à tous les niveaux.00 180.3 RPA99).391 4. 14) : Résultat de ferraillage horizontal Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 120 120 .P21 2. Remarque : Pour les résultants des ferraillages horizontale (effet de l’effort tranchant) .003 5 oui 20.E 2007 τu AT ≥ b0 .3 cm2 (pour les deux faces) (Art7.4.151 2.1 3.810 0.P19 0.749 0.605 0.150 3.6 0.722 8.190 0.8 4.8. At =1.00 11.101 5 oui 20.001 5 oui 20.1 P6.015 5 oui 20. Les résultats sont récapitulés dans les tableaux suivants: voiles h(m) T (KN) τ (MPa) P1 1.00 587.137 5 oui 20.9 P3.012 1.2 0.00 81.00 0.141 5 oui 20. 30cm) Soit : St = 20cm.P17 1.060 0.473 4.45 5.P14 2.8 P8.15 P5.9 0.25 14.45 P7.

CHAPITRE IX : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE .

Nous proposons en premier cas des semelles filantes pour cela.B : dans ce cas en prendre σ =2 bar Nser ≤ S semelle ⇒S ≥ N σ sol Avec σ sol = 2 bars=20 t/m² σ sol Les surfaces des semelles isolées revenant à chaque poteau en tenant compte la symétrie de notre structure sont données par le tableau suivant : Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 121 . voiles.2 Choix du type de fondation : Le choix du type de fondation se fait suivant trois paramètres : La nature et le poids de la superstructure.). IX.1 Généralité : Les éléments de fondations ont pour objet de transmettre au sol les efforts apportés par les éléments de la structure (poteau. mur ….2. La qualité et la quantité des charges appliquées sur la construction. nous allons procéder à une vérification telle que : IX. cas des semelles sur pieux).1 calculs des surfaces nécessaires pour les semelles : La surface du semelle sera déterminer en vérifiant la condition suivante : N. La qualité du sol de fondation. Cette transmission peut être directement (cas des semelles reposant sur le sol comme le cas des radiers) ou être assurée par l’intermédiaire d’autre organes (par exemple. PFE 2007 CHAPITRE IX ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE IX.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.

57 419.50 3.28 787.76 2614.77 4.14 2.33 1.64 5.31 3.93 597.74 3.3 728.62 627.97 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 1316.94 4.4 682.58 3.88 3.44 Tableau (IX.28 1059.Ce type de fondation pressente plusieurs avantages qui sont : L'augmentation de la surface de la semelle (fondation) qui minimise la forte pression apportée par la structure.73 2575.54 2.26 500. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 122 .68 675. PFE 2007 Semelles Nser(KN) S=Nser/σ σ (m²) Semelles Nser (KN) S=Nser/σ (m²) σ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 389.08 663.30 3.94 830.63 837.15 4.57 402.57 S=Nser/σ (m²) σ 4.95 4.07 12.63 13.69 4.41 5.2) : Les surfaces des semelles revenantes à chaque voile • Commentaire : On déduit que la surface total des semelles dépasse 50 % de la surface d'emprise du bâtiment ce qui induit le chevauchement de ces semelles.17 556.73 553 908.10 3.99 2.5 955.74 3.42 662.56 511.31 1148.23 1064.32 3.47 S=Nser/σ (m²) σ 1.32 2.03 1945.01 Semelles 8 9 10 11 12 13 Nesr (t) 389.8 508.99 6.1 ): Les surfaces des semelles isolées revenantes à chaque poteau Les surfaces des semelles revenant à chaque voile sont données par le tableau suivant : Semelles 1 2 3 4 5 6 7 Nser (t) 926.84 9.62 5.26 1147.13 704.95 3.52 5.64 1894.93 888.1 767.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.67 593.12 938.55 4.54 2. Ceci nous amène à opter pour un radier général comme fondation .33 519.27 2.09 461.21 654.78 2.78 9.56 2.9 910.73 4.31 2.60 2.19 3.38 2.89 723.47 Tableau (IX.

05 123 .05 m entre axe des poteaux perpendiculairement aux nervures.1. Schéma du radier nervuré IX.2. IX. la contrainte de cisaillement du radier doit V τ u = u ≤ 0.15 f cj / γ b b.83 cm.1 pré dimensionnement du radier : IX. Donc on a : On choisis h2 =15 cm.1 de vérifier : h 14.42 cm < h2 < 16.3. La facilité de l’exécution.1.A 93. 3 Etude du radier : IX.2 Pré dimensionnement de la dalle : condition forfaitaire : Lx/35 < h2 <Lx/30 Telle que : Lx = 5.42 m² 200 L’emprise totale de l’immeuble est de 446 m².B. PFE 2007 La réduction des tassements différentiels.3. C. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 5. La surface du radier est : S ≥ 72084 .82 KN σ sol = 2bars = 200 KN.d Où : Vu : valeur de calcul de l’effort tranchant vis a vis l’ELU.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure. Condition de résistance au cisaillement : D’après le règlement A5.1.1 calcul de surface minimale du radier : On a Nser = 72084.82 = 360.3.

Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.05 m. S : Surface totale de bâtiment.91 cm. Remarque : Le calcul effectué avec h2 =15 cm a conduit à des sections d’armatures élevées dans la hauteur envisagée.3 Calcul du débordement D : D≥Max (h2/2. pour le placement de cette section d’armature on a opté pour une hauteur de la dalle de : h2 = 40 cm IX.5 m 2 S r = 490 m 2 IX. ⇒ τu = ⇒ h2 ≥ 0.1.3. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 124 . 9 h2 N u × Lmax × γ b 0.50 × 87.3.16 KN => h = 3.4 Pré dimensionnement de la nervure : Le pré dimensionnement nécessite les vérifications suivantes : condition forfaitaire : L’épaisseur du radier général doit satisfaire h1 ≥ Lmax / 10 = 5.1.5 = 489.05 /10 = 0. I : inertie d’une bande d’un mètre de radier.30cm) = 20cm Soit : D = 50 cm D’ou : S r = S + D × P Sr : Surface de radier. PFE 2007 Avec : V u = q u × L max 2 Lmax : la plus grande portée de la dalle = 5. P : le périphérique de bâtiment.9 × 2 S rad × b × 0.15 f cj N u Lmax 1 × × ≤ γb S rad 2 b × 0 .15 f cj On a: Nu = 86414.50 m Condition de la longueur élastique : 2L max Le ≥ π 4EI Le = 4 : Longueur élastique Kb E : module d’élasticité. S r = 446 + 0.

il y a lieu de vérifier la résistance du radier au poinçonnement par l’effort tranchant.05+ 0.h.8 ) N u ≤ 0.02 MPa Donc la condition est vérifiée. PFE 2007 K : coefficient de raideur du sol. IX.98 + 490 = 6618. IX.5 Coefficient de sécurité δ = 1t / m 3 : Poids volumique de l’eau Z = 4.2 Vérification au poinçonnement : Sous l’action des forces localisées.2) C.73m Eπ 4 La valeur de l’épaisseur du radier à adopter est : h1 = 80 cm.A.K .4. Cette vérification s’effectue comme suit : N u ≤ 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.35 KN.98 t Fs = 1.5.µ c .3.4m : Hauteur d’ancrage du radier Fs × δ × Z × S = 3234 t W ≥ Fs × δ × Z × S ⇒Condition vérifiée Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 125 . f c 28 / γ b = 7.h.045.2. Nu : la charge de calcul du poteau le plus sollicité = 1799. f c 28 / γ b (Article A.045.3 Vérification au non soulèvement (effet de sous pression) : La condition à vérifier est : W ≥ Fs × δ × Z × S r Avec : W = Wbat + Wrad = 6128.µ c . µc : périmètre du conteur cisaillé = 2(a + h) = 2 ( 5. Lmax = 0.3. b : largeur du radier Avec : I = b × h3 12 E = 3.B.21 × 10 6 t / m 2 K = 4000 t / m 3 4 D’ou : h1 ≥ 3 48.

45 3.742 9.57 5.1 3.8 4.35 Yi (m) 15.17 16.658 30.685 15. PFE 2007 IX.05 4.55 13.260 7. ycr : Centre de gravité du radier .8 2.22 10.645 21.05 4.270 28.6 1.6 2.65 2.85 2.587 26.5 2.080 4. yi : Distance entre le centre de gravité et celui du panneau (i).710 14. Ixr = 8467.102 Tableau (IX.4 4.570 17.190 15.602 3.82 S (m²) 10.165 12.65 1.335 0.62 4.1 Calcul des inerties et du centre de gravite du radier : La calcul sera fait en tenant compte de symétrie suivant x : Panneaux 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Lx (m) 3.5 2.15 1.6 7.6 10.5358 m4 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 126 .3 11.264 34.4 Caractéristiques géométriques du radier: IX.871 9.85 2.6 7. Si : Aire du panneau (i) dans le repère passant par son centre de gravité.42 6.9 5.4 Ly (m) 3.399 0.6 4.42 6.680 11.65 2.067 9.2 2.6 7.537 11.9 11.Iyr : Inerties totales du radier dans les deux sens.xi) ² Iyr = ∑ Iyg +∑ Si (ycr .805 31.1 4.7 7.220 Ix (m4) 8.120 11.9 4.35 11.880 12.1 5.6 11.5 2.960 2.550 6. xi .1 1.7398 m4 Iyr = 21524.6 2.85 3.395 14.393 13.05 14.959 0.915 6.393 33.650 24.294 5.369 30.074 18.3.3.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.85 2.179 10.8 4.655 14.277 1.2 3.62 4.1 3.880 13.124 40.05 4.42 6.15 4. xcr.706 2.1 3.266 16.916 10.1 2.7 5.3) : inerties et centre de gravite du radier Ixr = ∑ Ixg +∑ Si (xcr .62 4.813 4.640 3.05 11.2 1.909 12.1 3.62 7.55 Xi (m) 1.080 Iy (m4) 8.4.yi) ² Avec : Ixr .

01 m ey = 0.2 = N M ± y ≤ 1. Aux contraintes de compression maximale sous (G+Q+E).5σ s Srad I 127 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .4 m I y = BA3/12= 21524.3 Calcul de la section rectangulaire équivalente: I x = AB3/12 = 8467. l’effet de l’excentricité est donc négligeable.yg  xg . IX. Les contraintes sous le Radier sont données par : σ1.95 m IX.56 m yg= 8.3.3. ce qui conduit en effet à une réaction du sol bien uniforme.4.36 m Les valeurs du centre des masses de la superstructure et celles relatives au radier sont très proches. sous la combinaison (0. sous cet effet les extrémités du radier doivent être vérifiées : • • Aux contraintes de tractions (soulèvement). les coordonnées du centre des masses du radier sont respectivement données par : xcr= 13.3.95 m B= 14.4m 2 4 Après la résolution de ces équations on a: 22.5358 m S radier = A × B = 490 m A= 22.55m ycr= 8. yg étant les coordonnées du centre des masse de rez de chaussée. PFE 2007 IX.69m Les coordonnées du centre des masses de rez de chaussée: xg= 13.xg  ey = ycr .7398 m 4 Section équivalente au radier général 14. Après calcul.5 Vérification de la stabilité du radier : Sous les charges horizontales (forces sismiques) il y’a naissance d’un moment de renversement.33 m Excentricité : ex = 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.8G-E).2 Calcul de l’excentricité : ex = xcr .4.

810 σ1 (MN) 0.54 0.59 Lx/4 5.233 0.361 My(MN ) 61.3 0.6 Obs.212 0.239 My (MN) 75.3.10 0.8G + Ey 0.789 51.6 3.6 3.097 0.3 0.097 0.311 85. Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Tableau (IX.307 63.3 0.73 5.73 5.73 5.5) : .290 ex(m) 1. N(MN) 0.48t S rad = 490 t 2 ⇒ σ = N / S rad = 15.2 Vérification de la stabilité du radier sous (0. PFE 2007 IX.917 51.039 24.3.Ex 0.914 64.212 0. Vérifiée Vérifiée Vérifiée Vérifiée Tableau (IX4) .3 Vérification de la compression sous (G+Q+E): Les contraintes sous le Radier sont données par : σ 1.807 85.307 63.71< σ sol = 20 t/m vérifiée.307 N M ± X ≤ 1.Résultats des calculs Conclusion : La stabilité de la structure est assurée dans les deux sens.5.285 72.585 45.687 37.1.48) = 7698.3.36 1.73 Ly/4 3.585 45.5.82 ey(m) 1.13 1.36 1.592 39.Résultats de calcul de la stabilité du radier IX.307 63.8G + Ex 0.089 0. N = ( N radier + N bâtiment )= (G radier + Q + G bâtiment ) N = (490 + 7208.786 61.5σ s S rad I Mx (MN) 51.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.2 = N(MN) G+Q+Ex G+Q-Ex G+Q+Ey G+Q-Ey 63.8G ± E) : D’après les RPA99/Version2003 (art 10.6 3.104 σm(MN) 0. M : Moment dû au séisme.585 Mx(MN ) 50.3 Obs.1 Vérification de la contrainte du sol sous les charges verticales : La contrainte du sol sous le radier ne doit pas dépasser la contrainte admissible.8G – Ey 45.5.5) le radier reste stable si : e = M L ≤ N 4 e : L’excentricité de la résultante des charges verticales.306 96. Nous présentons dans le tableau suivant les résultats pour toutes les combinaisons considérées.365 37.192 σ2 (MN) 0. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 128 . N : Charge verticale permanente.585 45.8G .82 0. − IX.

PFE 2007 IX. La dalle porte dans les deux sens.A 93.71 t/m 2 On utilise la méthode de PIGEAUD pour déterminer les moments unitaires µ x .Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.B. 1/ pour les panneaux de rive : Moment sur appuis : Ma = 0.41 +1.5x 490)/ 490 q u = 19. La fissuration est considérée préjudiciable.13 t/m 2 ELS : q ser = (Nu+Prad)/S rad = (7208. IX. on a procédé à la ventilation des moments sur appuis et en travée. donc on peut se rapporter aux méthodes données par le C. La dalle porte dans un seul sens.A 93.B.85M0 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 129 . ELU : q u = (Nu+Prad) / S rad = (8641.1 Méthode de calcul : Les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur 4 cotés et chargées par la contrainte du sol en tenant compte des ventilations de moments selon les conditions composées par le C. Si : 0 < ρ < 0.4. µ y qui dépendent du coefficient de POISON et de rapport ρ = L x / L y .4 M0 Moment en travée : Mt = 0.4< ρ <1 M x = µ x qL2 x My = µy Mx Pour tenir compte de la continuité.4 Ferraillage du radier : Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par les poteaux et les poutres qui sont soumises à une pression uniforme provenant du poids propre de l’ouvrage et des surcharges.4 M x = q L2 x / 8 MY = 0 Si : 0.48 + 490) / 490 q ser = 15. vu que le radier peut être alternativement noyé et émergés en eau douce.

65 Moy (t.5M0 Moment en travée : Mt = 0.4.2 panneau 7 lx(m) 2. IX.43 ELS : ν = 0.83 Moy (t. Ferraillage transversal : les armatures transversales de l’effort tranchant ne sont pas à prévoir si les deux conditions suivantes sont remplies : La dalle est bétonnée sans reprise de bétonnage dans toute son épaisseur.05 m ρ =Lx / Ly ρ = 0.75M0 Ferraillage longitudinal : le ferraillage est déterminé par le calcul d’une section rectangulaire en flexion simple.05 ρ 0.69 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 130 . V u ≤ 0.05 ρ 0.0879 µy 0.m) 13.95(1 − α ²) ≥ 1 / 4 Les résultats sont donnés sous forme de tableau : ELU : ν = 0 σ bc panneau 7 lx(m) 2.85 ly(m) 5.0879 µy 0.56 (la dalle porte dans les deux sens) IX.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure. V u : effort tranchant maximum à l’ELU.(1 + 2.4.56 µx 0.07fc28 .56 µx 0.m) 10.4α 3 ) µ y= α ²(1 − 0.1 Calcul des valeurs de µx et µy : µ x= 1 8.85 ly(m) 5.618 Mox (t.85 m L y= 5.2 Ferraillage de panneau le plus sollicité : On a pour le panneau le plus sollicité : L x= 2. PFE 2007 2/ pour les panneaux intermédiaires : Moment sur appuis : Ma = 0.618 M ox (t.2.m) 8.m) 6.

347 6HA16 12.48 MPa.033 14.63 15 7.17 0.8 5.1 32.081 14.4 4.5 3.63 15 9.2. ELS : sens (x-x) ELS M ser (Mn.4 0.5 Mpa ………………Vérifiée Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 131 .2.36 201.0 4.4 0.1 32.054 14.36 201. PFE 2007 IX.8 5.9 3.4.2 29.15 f c 28 γb .3 4.4.2 10.4 MPA) Vu= q u *L/2= 0.17 0.347 4HA14 6.36 201. Le calcul se fera pour une bande de largeur b=1m.4 0.7 4.34 Mpa ≤ 2.050 14.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.2 4.3 Ferraillage transversal : τ u = Vu / bd < τ u τ u = min( − − 0.17 0.9 32.347 6HA14 9. τu = 1.63 15 6.24 travée 0.17 0.4 0.347 5HA14 7.3 8.4 7.36 201.m) Fbu (Mpa) h (m) d (m) appuis 0.06 appuis 0.63 15 8.16 sens (y-y) travée 0.7 σ st (Mpa) σ bc (Mpa) X (cm) σbc (Mpa) Z (cm) As (cm²) As min (cm²) Chois des barres As adopté (cm²) IX.2 Calcul des sections d’armatures : On a une état de fissuration considère comme préjudiciable donc Le ferraillage se fait a L’ELS .

Résultats: Mmax (kN*m) 19. Hypothčses: Béton: fc28 = 25.2) : Présentation schématique.60 Mmin (kN*m) 0. Section: b = 100. Moments appliqués: Etat Limite de Service 5.3 (cm2) As = 0.0 (cm2) 4.5 Etude de débord du radier : Le débord du radier est assimilé à une console de longueur L= 50 cm.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400.9h = 0.00 (%) As2 = 0.0 (MPa) Fissuration préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 2. PFE 2007 IX.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.0 (cm) h = 80.0 (cm) d2 = 5.00 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 132 .02 (%) As min = 9075. (IX. 50 cm La fissuration est préjudiciable : M max = q L /2 . le calcul de ferraillage sera pour une bande de largeur de 1 mètre B= 1 m h= 80 cm d= 0. Donc ont ferraille a l’ELS : Selon la calculette de robot on a les résultats suivants : 2 Calcul de Section en Flexion Simple 1. Armatures: Section théorique Section minimum théorique minimum As1 = 1.72 m qu Fig.0 (cm) 3.3 (cm2) Section théorique As min = 8.0 (cm) d1 = 5.

2 (cm) Contrainte maxi du béton: σbc = 1.23bd f t28/f e A s min=8.98 Position de l'axe neutre: y = 5.8 (MPa) Contrainte limite de l'acier: s lim = 201.694 cm².60 (kN*m) Mmin = 0.89 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 133 . Dans ce cas on considère que les nervures sont appuyées au niveau des éléments porteurs de la superstructure et chargées en dessous par les réactions du sol. on peut admettre donc que les contraintes varient linéairement le long de la fondation.5 6 HA20+2 HA14 21.525 19. IX.314 11. Pour calculer les efforts (M. Pour le calcul on prend: L x = 5. T) on utilise le logiciel Etabs.00 (kN*m) Coefficient de sécurité: 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.A min) => A s = 8.32 en appui 0. Avec : Hradier =h1=0.6 (MPa) Condition de non fragilité: A s min= 0.6 fcj = 15.6 Ferraillage de la nervure : ferraillage longitudinal : Après la vérification de la condition de rigidité de la nervure.0 (MPa) Contrainte limite: 0. Conclusion : Pour l’exécution du ferraillage de débord on gardera les mêmes aciers des appuis de rive.223 0. PFE 2007 Cas ELS Mmax = 19.694 cm² A s = max (A ser .223 0.0 (MPa) Contrainte de l'acier: tendue: σs = 205.8cm B = 55 cm Les résultats de ferraillage sont représentés dans le tableau suivant : Nervure la plus sollicité panneau qser Mser (MN/ml) AS Choix des barres AS adopter en travée 0.05m.4 8 HA14 12.

Espacement : D’après L’RPA les armatures transversales ne doivent pas dépasser un espacement de : St [ min (h/4. Donc on choisis : Dans les zones courantes : St = 12cm Dans les zones nodales : St = 6 cm Les armatures transversales : C.8 La condition est vérifiée. 12φ) = min (20.B.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.A l’espacement des armatures transversales ne doit pas dépasser les valeurs : S t ≤ min{ Φ L .55×0.4×0.15MPa ≤ τ u 2 × 0.A : At f e ≥ 0.b At = 0.5MPa  Fissuration préjudiciable τ u = 2.8 cm.003. Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 134 .05 = 0.B. PFE 2007 Vérification de la contrainte tangentielle : On doit vérifier que: τu = τu =   Vu f ≤ τ u = min 0.4 b0 S t At = 0. Donc on adopte un cadre et un étrier de HA8 4HA8⇒At = 2.55 = 1.40cm.15 c 28 . 16.8) =16.16 / 400 = 0.55 × 0.5MPa bd γb   0. a + 10cm} 15 Φ L : Le plus petit diamètre d’armature longitudinale a : le plus petit coté des dimensions .027 × 5. D’après le C.98 cm2.01cm².003x 0.88cm² RPA : La quantité d’armatures transversales minimales est donnée par : At = 0.12 x 0.St.

un bon ancrage au niveau du sol. Cela exige d'une part une liaison efficace des fondations avec la superstructure.2. PFE 2007 IX.2 Etude du voile périphérique: IX.7.1 Pré dimensionnement: D'après l’article 10. L’épaisseur est de : e = 20 cm.1.2 de RPA99/version 2003 le voile périphérique doit avoir les caractéristiques minimales suivantes: Epaisseur ≥ 15 cm. les charges sismiques horizontales.7. IX. Le pourcentage minimum des armatures est de 0.10 % dans les deux sens (horizontal et vertical).7 Voile périphérique : IX. La hauteur de voile périphérique c’est l’hauteur de sous sol = 4 m.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.7. les charges verticales.1 Introduction : L'instabilité des constructions lors d'un séisme majeur est souvent causée par le sous dimensionnement des fondations. Voile périphérique 20 cm 4m Q Radier Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 135 . Un recouvrement de 40 φ pour les renforcements des angles. Les armatures sont constituées de deux nappes. Celles-ci doivent transmettre au sol. et d'autre part.

0 (cm) d1 = 5.00 x 0.41 t. Q = 6. 1.0 (cm) 3.[ ( π )-( ϕ 2 4 )]. Le ferraillage sera fait pour une bande d’une section :S= (1.k0.52 x 10-2 MN.2 Détermination des sollicitations: Pour le calcul des voiles on prend comme hypothèse. D’où : M = 3.0 (cm) d2 = 5. Le moment fléchissant maximum est donné par la formule suivante : Mmax = 2 ph 9 3 Avec:Q = Pi = γd. p i . φ : angle de frottement de remblai = 20°. M ser = 1. un encastrement parfait au niveau du massif des fondations et libre à l’autre coté.3 Calcul du ferraillage vertical: Le ferraillage se fera en flexion simple avec fissuration très préjudiciable (donc le calcul sera fait à l’ ELS ). Section: b = 100.m.h.52 t = 1.7 t/m2.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.2.66 t. PFE 2007 IX. Pi = 3. Armatures: Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 136 . γd : poids spécifique du remblai = 1.0 (cm) h = 20.2.7.33 t.2) m2.0 (MPa) Fissuration préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 2. IX.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400. Hypothèses: Béton: fc28 = 25.h 2 K0 : coefficient de poussée = tg2.7.

2. Vérification la Condition de non fragilité : As min = 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure.0 (cm2) 4.9 (MPa) Contrainte limite: 0.05 m.1℅ de la section dans les deux sens et la disposition se fait en deux nappes. Moments appliqués: Etat Limite de Service 5.00 Position de l'axe neutre: y = 6.2 (cm2) Section théorique As min = 2. Pmoy = (Pmax+Pmin)/2 Pmoy = 1.0 (cm) Contrainte maxi du béton: σbc = 8. Mmax (kN*m) 34.88 (%) As min = 9075.29 t.1 Contrainte limite de l'acier: σs lim = 201.6 (cm2) As = 0. Résultats: Cas ELS Mmax = 34.17 cm2 /ml < As 400 (vérifiée) IX.00 (%) As2 = 0.1 = 2.m Mt : Moment en travée Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 137 .66 t / ml M0 = P moy L2/8 M0 = 5.6 fcj = 15.07 cm2.1℅ .18 × 2. PFE 2007 Section théorique Section minimum théorique minimum As1 = 13.4 Calcul du ferraillage horizontal: Dans notre cas la portée maximum entre deux poteaux.20 = 2 cm2 Choix des barres : 7 HA16 / ml Soit une section de : As = 14.70 Mmin (kN*m) 0.0 (MPa) Contrainte de l'acier: tendue: (MPa) σs = 201.1℅ .70 (kN*m) Mmin = 0. Avec un espacement de : St = 15 cm.00 (kN*m) Coefficient de sécurité: 1.00 Al = 0.20 = 2 cm2 At = 0.100.100.23 × 1 × 0.7. Soit L = 5.6 (MPa) Les conditions exigées par le RPA99/version 2003 sont : Un pourcentage minimum de 0.

25.64) /2 ≥ 1.00 Mmin = 0.2 (cm2) Section théorique As min = 2.00 (kN*m) 138 .64 t.00 (%) As2 = 0.7 (MPa) Contrainte maxi du béton: σbc Contrainte limite: 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure. Hypothèses: Béton: fc28 = 25. 5 .96 + (2. Section: b = 20.75.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400.0 (cm) d1 = 5.0 (MPa) Etude d’un bâtiment R+9+sous sol Mmax (kN*m) 39.64+2.Mo= 2. M0 3.0 (cm) h = 100.0 (MPa) Fissuration préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 2. Armatures: Section théorique Section minimum théorique minimum As1 = 2.0 (cm2) 4.25. Ferraillage en travée: Expertise de Section en Flexion Simple 1. Mo = 3. Moments appliqués: Etat Limite de Service 5.29 => la condition est vérifiée . PFE 2007 Me = Mw = moment aux appuis Mt = 0.00 Position de l'axe neutre: y = 16.m Me = Mw = 0.m.0 (cm) 3.0 (cm2) As = 0.96 t.0 (cm) d2 = 5.60 (kN*m) Coefficient de sécurité: 1.1 (cm) = 2.12 (%) As min = 9075. Vérification : Mt + (Me+Mw) /2 ≥ 1.60 Mmin (kN*m) 0. Résultats: Cas ELS Mmax = 39. 5.6 fcj = 15.

0 (cm) d1 = 5.00 (%) Section théorique As2 = 0.00 Mmin (kN*m) 0.0 (MPa) • • • • Acier: fe = 400.07 (%) As min = 0.3 (cm2) As min = 2. Hypothèses: Béton: fc28 = 25.60 0. Résultats: Sections d'Acier: Section théorique Section minimum théorique minimum As1 = 1.14 cm2/ ml Ferraillage sur appuis: Calcul de Section en Flexion Simple 1.6 (MPa) Choix des barres : 4 AH10 Avec un espacement : St = 25 cm.0 (cm) d2 = 5.0 (MPa) Fissuration préjudiciable Prise en compte des armatures comprimées Pas de prise en compte des dispositions sismiques Calcul suivant BAEL 91 2.0 (cm2) Mmax (kN*m) 0. Moments appliqués: Etat Limite Ultime ( fondamental ) Etat Limite de Service Etat Limite Ultime ( Accidentel ) 4. Section: b = 20.0 (cm) h = 100. PFE 2007 Contrainte de l'acier: tendue: σs = 200.00 24.0 (cm2) As = 0.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure. soit une section : As =3.00 Analyse par Cas: Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 139 .0 (cm) 3.00 0.8 Contrainte limite de l'acier: (MPa) σs lim = 201.00 0.

00 Position de l'axe neutre: y = 12.00 (kN*m) Coefficient de sécurité: 1.Chapitre 09 : étude de l’infrastructure. PFE 2007 Cas ELS Mmax = 24.0 (MPa) Contrainte de l'acier: tendue: σs = 201.6 (MPa) Choix des barres : 4 AH10 Avec un espacement : St = 25 cm.7 (cm) Contrainte maxi du béton:sb = 2. soit une section : As =3.9 (cm) Bras de levier: Z = 90.14 cm2/ ml Etude d’un bâtiment R+9+sous sol 140 .6 fcj = 15.6 (MPa) Contrainte limite de l'acier: σs lim = 201.1 (MPa) Contrainte limite: 0.60 (kN*m) Mmin = 0.

Conclusion générale intr30/10/2008

P.F.E 2007

Conclusion générale

Au cours de cette étude, nous pensons avoir réussi à avoir un aperçu général, sur la majorité des parties étudiées. Cette étude nous a permis d’enrichir nos connaissances sur les différentes étapes de calcul d’une structure en utilisant surtout le logiciel de calcul « Etabs ». Lors de cette étude, nous avons tenté d’utiliser des logiciels techniques, afin d’automatiser au maximum les étapes de calcul et de consacrer plus de temps à la réflexion. Les calculs ne nous permettent pas de résoudre tous les problèmes auxquels nous avons été confrontés, il a fallu faire appel à notre bon sens et à la logique pour aboutir à des dispositions des éléments structuraux qui relèvent plus du bon sens de l’ingénieur. Enfin, le travail que nous avons présenté est le couronnement de cinq années d’étude. Il nous permis de faire une rétrospective de nos connaissances accumulées pendant notre cursus universitaire. Enfin, nous espérons avoir atteint nos objectifs et nous permettra

d’exploiter ces connaissances dans la vie pratique.

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

141 1

intr30/10/2008

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

intr30/10/2008

PFE 2007

Etude d’un bâtiment R+9+sous sol

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

intr30/10/2008 PFE 2007 Etude d’un bâtiment R+9+sous sol .

7 S T O R Y STORY TOITURE STORY9 STORY8 STORY7 STORY6 STORY5 STORY4 STORY3 STORY2 STORY1 BASE ETABS v9.000 3.000 10.000 3.000 7. 2008 12:22 PAGE 2 C A S E S AUTO LAT LOAD N/A N/A Units:KN-m SELF WT MULTIPLIER 1.000 22.annex ETABS v9.000 16.000 juin 4. 2008 12:22 PAGE 4 File:BAIZIDV02 R E S P O N S E RESP SPEC CASE: EX S P E C T R U M C A S E S BASIC RESPONSE SPECTRUM DATA MODAL COMBO CQC DIRECTION COMBO SRSS MODAL DAMPING 0.8100 N/A N/A RESP SPEC CASE: EY BASIC RESPONSE SPECTRUM DATA MODAL COMBO CQC DIRECTION COMBO SRSS MODAL DAMPING 0.7 S T A T I C STATIC CASE G Q ETABS v9.0500 .000 3. 2008 12:22 PAGE 3 = tr Units:KN-m juin 4.7 File:BAIZIDV02 Units:KN-m juin 4.000 19.0.000 3.0000 TYPICAL ECCEN 0.000 3.000 4.000 Units:KN-m ELEVATION 31.0500 RESPONSE SPECTRUM FUNCTION ASSIGNMENT DATA DIRECTION U1 U2 UZ FUNCTION RPA ------SCALE FACT 9.0850 SPECTRUM ANGLE 0.0.0000 juin 4.000 3.7 File:BAIZIDV02 D A T A SIMILAR TO None None STORY9 None STORY7 STORY7 STORY7 STORY7 None STORY2 None File:BAIZIDV02 L O A D CASE TYPE DEAD LIVE HEIGHT 3.000 3.000 13.0.0000 TYPICAL ECCEN 0.000 0.0000 0. 2008 12:22 PAGE 1 PROJECT INFORMATION Company Name ETABS v9.0.000 28.0850 Page 1 SPECTRUM ANGLE 0.000 25.000 4.000 3.

000E+00 RY 0.554 13.554 13.025E+02 6.554 13.850E+04 M A S S E S UY UZ -5.241 STORY4 8.000E+00 0.0.275 STORY2 8.554 13.486E+02 Page 2 RX 0.218E+02 5.0.241 STORY5 8.annex RESPONSE SPECTRUM FUNCTION ASSIGNMENT DATA DIRECTION U1 U2 UZ ETABS v9.554 13.487E+02 5.882E+02 6.554 13.348E+04 5. 2008 12:22 PAGE 6 D I A P H R A G M STORY Y-M TOITURE 8.140E+02 5.735E+04 STORY8 4.459E+04 STORY9 4.554 13.2000 D A T A LUMP MASS AT STORIES Yes L O A D S File:BAIZIDV02 M A S S Units:KN-m D A T A MASS-X juin 4.7 DIAPHRAGM D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8 D9 D10 MASS-Y 5.440E+04 5.343E+04 5.045 STORY9 7.553 PAGE 7 5.447E+02 -5.986 STORY8 8.034 STORY7 8.882E+02 6.257 STORY3 8.947E+04 5.000E+00 0.782E+02 5.486E+02 Units:KN-m juin 4.7 M A S S MASS FROM Loads M A S S LOAD G Q ETABS v9.000E+00 0.025E+02 6.218E+02 5.451E+02 -5.000E+00 5.743E+04 STORY7 4.554 13.458E+02 5.140E+02 5.277 ETABS v9.0000 0.486E+02 .973E+04 6.504E+04 X-M 13.432E+02 -5.643E+04 5.0.458E+02 5.000E+00 0.209 STORY6 8.554 13.643E+04 5.694E+02 5.415E+02 5.525E+02 5.447E+02 5.750E+04 5.000E+00 0. 2008 12:22 A S S E M B L E D STORY RZ TOITURE 4.523E+02 File:BAIZIDV02 P O I N T UX 5.000E+00 0.7 FUNCTION ---RPA ---File:BAIZIDV02 SCALE FACT N/A 9.240 STORY1 8.782E+02 5.694E+02 5.447E+02 5.694E+02 5.487E+02 5.694E+02 5.523E+02 MMI 4.8100 N/A Units:KN-m juin 4. 2008 12:22 PAGE 5 S O U R C E LATERAL MASS ONLY Yes S O U R C E MULTIPLIER 1.870E+04 5.415E+02 5.525E+02 5.

693 STORY7 8.000E+00 0.10437 Mode 4 31.525E+02 5.96013 7.240 8. 2008 12:22 F R E Q U E N C I E S FREQUENCY (CYCLES/TIME) 1.986 8.684 STORY5 8.0.34409 7.160E+04 STORY3 5.241 8.654E+02 5.000E+00 0.328E+02 5.000E+00 0. 2008 12:22 M A S S & C U M U L A T I V E C E N T E R S DIAPHRAGM NAME D1 D2 D3 D4 D5 D6 D7 D8 D9 D10 /----------CENTER OF MASS----------//--CENTER OF MASS 5.654E+02 -5.607E+02 -9.280E+04 STORY2 5.385E+04 STORY1 5.000E+00 0.742E+02 5.685 STORY6 8.550 13.550 13.01149 Mode 3 11.867E+04 BASE 0.593 ETABS v9.671 STORY3 8.000E+00 0.654E+02 5.20161 0.328E+02 5.550 13.08140 Mode 2 11.550 13.13616 0.000E+00 PAGE 8 O F File:BAIZIDV02 O F Units:KN-m juin 4.554 13.985E+02 6.275 8.28620 1.742E+02 5.000E+00 0.553 ORDINATE-Y 8.7 C E N T E R S R I G I D I T Y STORY RIGIDITY--/ LEVEL ORDINATE-Y TOITURE 8.625 STORY1 8.654E+02 -5.277 ORDINATE-X 13.842E+02 -5.554 13.14431 Mode 6 .045 7.554 13.654E+02 5.000E+00 0.000E+00 0.554 13.782E+02 5.77749 0.058E+05 ETABS v9.713 STORY9 8.554 13.550 13.56583 0.000E+00 0.458E+02 5.76732 4.523E+02 Units:KN-m A N D PERIOD (TIME) 0.550 13.000E+00 0.653 STORY2 8.829E+03 annex -5.694E+02 5.000E+00 0.57060 0.654E+02 5.034 8.550 13.000E+00 0.522E+02 1.7 M O D A L 5.742E+02 -5.209 8.522E+02 1.693 STORY8 8.554 13.985E+02 6.550 13.829E+03 0.000E+00 Totals 5.60382 CIRCULAR MODE FREQ NUMBER (RADIANS/TIME) Mode 1 8.554 13.257 8.025E+02 6.0.929E+01 5.882E+02 6.681 STORY4 8.000E+00 0.16544 Mode 5 46.053E+04 STORY4 5.487E+02 5.13151 Page 3 ORDINATE-X 13.842E+02 5.000E+00 0.STORY6 5.985E+02 -6.000E+00 0.75253 1.241 8.554 13.829E+03 5.550 13.550 PAGE 9 File:BAIZIDV02 P E R I O D S juin 4.053E+04 STORY5 5.554 13.694E+02 5.140E+02 5.842E+02 5.

03810 Units:KN-m 10.01 < 95> 1.9980 99.00 < 88> 6.83 < 88> 0.00 <100> Mode 9 0.00 < 0.03 < 1> 0.73 < 89> 0.29 < 67> 0.03 < 67> 0.00 < 0.0000 99.0000 0.00 < 99> 2.22 <100> Mode 8 0.00 <100> ETABS v9.00 < 0.7 M O D A L MODE RY-ROTN NUMBER %MASS <SUM> Mode 1 98.00 <100> PAGE 11 juin 4.00 < 95> 0.05 < 98> 0.00 < 0.00 <100> Mode 6 0.0000 DYNAMIC 0.9795 0.00 < 0.21770 17.77620 Mode 7 67.43538 Mode 10 109.04104 0.22 < 68> 18.05848 0.0.00 < 0> PAGE 10 P A R T I C I P A T I N G X-TRANS RZ-ROTN %MASS <SUM> %MASS <SUM> 69.90 < 95> 0.00 < 88> 0.00 < 67> 20.03 <100> Mode 11 0.00 < 88> 0.05736 0.00 < 67> 0.93457 ETABS v9.22 <100> 0.00 < 89> 6.00 < 95> Units:KN-m 97.0000 Page 4 .14 < 99> 0.0.00 < 95> 0.08 <100> Mode 5 0.62 < 98> File:BAIZIDV02 Y-TRANS %MASS <SUM> 0.00 <100> Mode 10 0.01 <100> Mode 12 0.36840 26.06166 0.05 < 88> 20.00 < 98> Mode 3 0.54166 Mode 11 153. 2008 12:22 R A T I O S M O D A L L O A D P A R T I C I P A T I O N (STATIC AND DYNAMIC RATIOS ARE IN PERCENT) TYPE Load Load Accel Accel Accel Accel NAME G Q UX UY UZ R STATIC 0.7 File:BAIZIDV02 0.00 <100> Mode 7 0.01 < 89> 0.48 < 70> 67.89879 Mode 9 107.05 < 68> 0.70 < 98> 0.0493 0.04 < 69> 0.62 < 99> Mode 4 1.61 < 95> 0.43410 24.0000 98.00 < 95> 0.09288 0.09887 17.81 < 95> 0.00 < 95> 0.79 <100> 0.0000 0.50 < 0> 0.00 < 95> 2.77 < 88> 0.00 < 0.00 < 0.02 < 95> 6.annex 47.00 < 0> 67.00 <100> 0.00 < 98> 0.00 < 0.8238 95.76637 16.00 < 0.00 <100> 0.89 < 98> 0.64711 Mode 8 101.00 <100> 0.00 <100> 0.00 < 98> 1. 2008 12:22 M A S S R A T I O S Z-TRANS %MASS <SUM> 0.00 < 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> 0> RX-ROTN %MASS <SUM> 0.11117 Mode 12 164.00 < 0.03 < 98> Mode 2 0.00 < 69> 0.25015 juin 4.00 < 0.

C.T. Règles de conception et de calcul des structures en béton armé CBA93. La construction en zone sismique /victor davidovici.2 Cours du béton armé 4eme année. Thèse traitée des années précédentes.T.Règle parasismique Algérien./Mr BEN RADOUANE Cours de DDS 5eme année.R-B. (RNV99)/D. Règle BAEL91.2. (RPA99/VERSION 2003).7 Charges permanentes et surcharges d’exploitations / D.(ENTP)/ Mme OUMOUSSA. Règlement neige et vent. .R C 2-4. (ENTP)/ Mr TAHAR Cours du structure 5eme année. (ENTP).

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->